RIALFrI

Bataille de Gamenario

Giuseppe Cerrato, La Battaglia di Gamenario (1345). Testo antico francese da un codice ms. della Cronica del Monferrato di Benvenuto San Giorgio nell’Archivio Generale di Stato di Torino, con illustrazioni e schiarimenti, «Atti della Società Ligure di Storia Patria», XVII, fasc. I (1885), pp. 381-542.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

  TESTO MODIFICHE ALL’EDIZIONE  

 

Nel testo dell’edizione Cerrato 1885 è stata introdotta la moderna distinzione fra u e v, fra i e j, e sono stati accolti gli emendamenti proposti da Luciano Formisano, Per il testo della «Battaglia di Gamenario, «Studi Piemontesi», VII (1978), pp. 341-351.





verso   ed. Cerrato 1885   Formisano 1978
1sursus
2fleurissentfueillissent
4leurleurs
8quequi
12 (et passim)D’AgoûtD’Ago
20mandésmandez
21LombardieLombardye
27specialmentespecïalment
29ililz
31souuieignesouviengne
41azurasur
51quequ’a
56grandgrant
66 e 375BestetBestat
67scienceuxscïencieux
70dedes
74RicorfNicorf
85grandgrant
88SeigneursSeineurs
98illecillecq
99monsieurmonseur
102nyn’y
104reponditrespondit
110Je vienc de Prouuence or saÄy! jent de Prouvence, or sa!
114conseillerconseillier
118voulentiervoulentiers
119Ceulx, siCeulz, s’i
12Prouuencaulx, siProuvenceaulx, s’i
121Quand, vytQuant, öyt
122se ioysts’esjöyst
126ensemble et l’ont assiegéensemble l’ont assiegié
132pensentpenssent
149iourjour
152conuitcouvint
155patre nostrepatrenostre
157allonsalons
158ny, hayn’y, haÿs
159Sy yronsS’yrons
164GyG’y
168ieje
171dittesdittez
172quittesquittez
174semblantsemblent
181deffendredeffendere
182debonnairedebennaire
186ainsi qu’aitains qu’ait
196iourjour
205QueroizQuieroiz
206sis’i
214ililz
215vaillammentvaillament
218MonferraMontferra
220ilsil
227mieulxmieulz
232auou
234un, iourung, jour
236des vespresde[s] vespres
239enfremzenfermez
248volontiersvolentiers
249i’ayj’ay
256qu’ilqui
259fiéfyé
261qu’ayiequ[e] ay ge
264iusqujusqu
269fiefsfiefz
271sontsunt
285ainsi, forteresseains, fortaresse
286presseprese
293faillirfallir
297disentdient
298nyn’y
299armé, fer vestizarmés, fervestiz
302marquismarquiz
304quandquant
314preud’hommespreud’ommes
315i’ay, pietailles’ay, pitaille
323leles
325fiefsfiefz
328trouueraytrouvera
332allaala
336ililz
339combattrecombatre
345bientien
346tanttans
347rouenrovein
348desiredesir
349enent
355Sire, ieSyre, je
357arrierarriere
364et si veultet si vous veult
378sanssus
381nonenonne
382sonesonne
389forteressefortresse
410banniere, deployerbaniere, desployer
415esest
417cheuaulxchevalx
421banniersbanieres
427puissanspuisans
433de costed’encoste
445OrsetOrcet
451vosvous
453hardishardies
454foison sergentfoison de sergens
461sur son enseignesus son enseigne,
462maintieignemaintiegne
463as’a
472ensembleemsemble
473esperonantesperonnant
475grandegrant
477ililz
493cheuaulchechevaulchent
496nyn’[y]
501Cabailler, AntoineCabaillier, Antonie
503brochiebroiche
505lesle[s]
509 e 563Rome rheiter, sus, Rome rheiterRomme Rheiter, Romme Rheiter
517HodeonHodeum
520l’endemainle lendemain
521auou
522Pierre d’Azel le preux bersinPierre d’Azel, le preux bersin
526lesle[s]
527IaninJannin
529combatrecombattre
530ValperghieValperghe
531valentValent
533celluycellui
538aultresautres
540maintientmaintiennent
541pluisieurspluiseurs
543CamaygneCamaigne
545hardyehardie
548reprochereproiche
564justerfuster
566auou
570GalyotGaliot
572portantpourtant
573e touse vous
579com, homcommë, homs
581auequesaverques
590semblantsemblent
591copscorps
596est derriern’est pas derrier
598auou
608par, granpart, grant
610se spargnes’espargne
611AntoineAntonin
616heureux, echappeeureux, eschappe
619au, tresbienou, tresbiem
620ieje
624de stocqd’estocq
642toustout
645veutveult
647aha
649deffendantdeffendent
661esmayemay
670cuidoit, ailieurxcudoit, ailleurx
671grand ioyegrant joye
675FutFuit
680prenderprendre
691emyemmy


 

 
 Sus le doulx temps, que reverdissent
 toutes choses et bois fueillissent
 et oyseaulx a chanter se mettent
 sur les arbres, qui leurs fleurs iettent
5en l’annee de deux foiz vint
 mil et trois cens et cincq advint
 qu’en Sicille ot une royne
 qui haioit la part Gibelline
 et avoit Guelfez en chierté.
10La royne sceut la fierté
 d’un chevalier, qui Renforsa
 D’Ago eut nom, qui s’enforsa
 fourment tant comme il fut en vie
 de poursuivir chevalerie.
15Celle royne, quei e diz,
 manda le chievalier gentilz
 qu’il lui vouilsist faire ung servise,
 et lui va dire par tel guise:
 «Renforsa D’Ago, entendés
20vous, qui de moy estes mandez,
 vous en irez en Lombardye;
 partie Guelfe sy me prye
 que leur envoye ung seneschault.
 Desormais fera bel et chault
25pour chevauchier et tenir ost,
 qui face aux ennemiz rihot;
 especïalment ceulx de Quier
 aydiez les, ie vous en requier,
 car ilz ont a fors gens a faire.
30Allez et pensez du bien faire
 et a fin qu’il vous en souviengne,
 tenez, veez vous icy l’enseigne
 de noz armes, que porterez,
 des quelles plus prisié serez.
35En celles armes difference
 ny a nesquen l’escu de France
 qu’un rastel rouge seulement
 pour faire le dessevrement.
 Cestes armes conforteront
40vous armes, qui moult riches sont,
 ung loup d’asur ou champ d’or,
 que vous portez sur vostre corp;
 et si vueil que vous en ma terre
 eslisiez gens soubtilz de guerre,
45hardiz et preux pour traveillier
 et qui vous saichent conseillier».
 
 Renforsa D’Ago, qui entend
 ce a quoy la royne tend,
 si lui respondy voulentier:
50«Je me mettray, dame, ou sentier,
 Pour faire ce qu’a vous peult plaire
 et a vous ennemiz desplaire.
 Je m’en vois aydier ceulx de Quier»,
 dit le seigneur de Folquarquier,
55qui Renforsa D’Ago eut nom,
 hardiz et preux de grant renom.
 «A Dieu» commanda la royne.
 Renforsa D’Ago s’enchemine.
 Et bien saichiez qu’avecq lui maine
60Nobles gens et de bon convoine.
 Entre eux n’attargierent mie,
 tant qu’ilz vindrent en Lombardie.
 Renforsa vid pour le meilleur
 qu’il lui failloit ung conseilleur
65de science et de bon estat:
 il esleut monseigneur Bestat
 pour le plus saige et scïencieux
 de tous, qui lors feurent entre eux.
 Illecq eut des preux et des fiers:
70ung messire Iehan des Cymiers,
 messire Percevail de Pontez,
 moult bien et noblement montez.
 Illecq estoit de haulte chiere
 De Nicorf le filz conte Pierre:
75de nobles gens estoit parez.
 Renforsa D’Ago est errez:
 bien sembloient gens de deflence;
 venuz estoient de Provence.
 Ceulx de Quier sceurent les novelles,
80qui tres leur sont bonnes et belles.
 liement lui vont audevant
 e dient: «Sir, ez bien viegnant»,
 car desiré long temps l’avoyent:
 et les Falletz, quant ilz le voyent,
85honneur lui font et moult grant feste
 et en lievent plus hault la teste.
 Lors prent le seneschal a dire:
 «Seineurs, sachiez quei e la tire,
 pour vous aidier moult grandement;
90car la royne mesmement
 m’en a de tout son coeur prié
 et pour ce m’a cy envoyé».
 Lors mainent grant festoyement
 tous les Guelphes communement
95ceulx des Falletz et leurs amiz,
 qui sont illecq ensemble miz.
 Quant Renforsa plain de proesse
 Vid illecq si tres grant noblesse,
 monseur Bestet va appeller.
100«Or sa, ie vueil a vos parler;
 puisque ie suis en Lombardie,
 ie n’y vueil pas faire oyseuie».
 E quant le seneschal eut dit,
 messire Bestet lui respondit:
105«Sire, parlez a ceulx de Quier,
 aux Falletz, qui vous tiennent chier,
 a vous chevaliers Prouvenceaulx;
 a ceulx devez prendre consaulx».
 Lors prent a dire Renforsa:
110«Äy! jent de Prouvence, or sa!
 vous des Falletz et vous de Quier,
 venez avant, conseil vous quier».
 Et lez Falletz, sans attargier,
 au seneschal vont conseillier.
115«Syre, allons ent sans nul respit
 Devant Albe pour le despit,
 qu’ilz nous firent encor n’a gueire;
 voulentiers leur ferons contraire».
 Ceulz de Quier pas ne s’i discordent,
120et Prouvenceaulx bien s’i accordent.
 Quant ce le seneschal öyt,
 de tel conseil fort s’esjöyst:
 tantost vers Albe s’achemine.
 Sachiez qu’il o ses gens ne fine,
125tant que devant Albe logié
 tous ensemble l’ont assiegié;
 illecquez n’eurent gaire esté,
 quant Albe eurent conquesté.
 S’on ne leur eust la porte ouverte
130soit par cugni ou par cuvierte,
 ilz pensent la iocquier quatre ans,
 amcoiz qu’ilz penssent entrer ens.
 Le seneschal, qui fut leans,
 appella tous ses poursuivans
135et leur va dire par tel guise:
 «Oez, Seigneurs, quei e devise
 et ce que i’ay en voulenté».
 De ceulx, qui plus vous ont grevé,
 prenez en trois ou cinq ou quatre
140et leur faictes la teste abbatre
 ius des espaulez: il me plaist».
 Ceulx repondirent: «Ce soit fait».
 Ilz accomplirent le vouloir
 du seneschal sans remanoir;
145en Albe prinrent mains deniers,
 mains ioyaulx et mains prisonniers,
 qui estoient de riche priz.
 Messer Luquin de braye priz
 fut cellui jour et retenuz:
150tous en Albe grans et menuz
 firent puissance du deffendre;
 a Renforsa les couvint rendre.
 Lors dirent Querois main a main
 au seneschal, qu’ot Albe en main:
155«Voulez oyr la patrenostre?
 Nous creons bien que tout est nostre;
 alons vers Quier nostre pays,
 car vous n’y estes pas haÿs.
 S’yrons devant le Gamenaire,
160qui nos a fait tant de contraire,
 car vous l’avrez tantost concquiz;
 combien que moeuve le marquiz,
 il n’avra povoir du deffendre».
 Dit Renforsa: «G’y vueil entendre
165et, pourtant que dist vous l’avez,
 conduisez moy vous, qui savez
 toute la contree et la terre,
 car je ne voy querant que guerre.
 Allons et chevaulchons avant,
170que nous soyons tantost devant
 la forteresse, que vous dittez.
 Ceulx n’en yront pas ainsi quittez,
 qui la vouldront vers nous deffendre
 et qui feront semblent d’attendre».
175Le seneschal et ses gens ont
 tant chevaulchié, qu’ensemble sont
 devant le Gamenaire assiez:
 la fut levé ost grant et massiz.
 Leans se feurent ia bouté
180Ceulz, qui ont bonne voulenté
 de deffender le Gamenaire
 et iurent Dieu le debennaire
 qu’ilz n’entreront leans si tost;
 mais mandent au marquis a cop
185que le siege viengne lever,
 ains qu’ait povoir de plus grever
 lui ne ses gens a grant puissance.
 «Secourrez nous sans demourance,
 gentil marquiz de Montferra,
190venez voir l’ost de Renforsa,
 lequel veult voustre honneur abbatre,
 venez vous tost a lui combatre».
 Quant le marquiz oit les nouvelles,
 que telles gens sont si rebelles,
195par tout mande sans nul seiour,
 qu’il puist avoir a certain jour
 toutes ses gens et ses amiz
 pour courrir sus ses ennemiz.
 
 Or vous laray de ce ester:
200de Renforsa vous vueil conter,
 qui est devant le Gamenaire.
 Aux siens commande fort a traire
 vers le castel et assaillir,
 et si font ilz sans desfaillir.
205Quieroiz forment si les assaillent,
 et les Falletz fort s’i travaillent,
 au castel mouvent grant descor
 Provenceaulx, qui moult font de corps.
 Moult y ot de ces Pyemontez
210a piet et a cheval montez,
 qui aigrement vont bercellant
 le Gamenaire et assaillant.
 Mais ceulx de dens les prisent gaire,
 car ilz sont gens de bon affaire:
215moult vaillament ilz se deffendent,
 car leur secours adez attendent
 de Iehan le noble marquiz
 de Montferra preux et gentilz.
 Car il leur a fait a savoir
220que il doivent secours avoir
 de par lui et de par sa gent,
 et deust couster mil marcs d’argent
 ou de ses hommes quattre mil,
 ou plus, si les secourra il.
225Seigneurs, on doit conter briefment
 des choses le gouvernement;
 que mieulz valent tant de frivolles.
 Renforsa et ceulx du castel
 vont entre eulx faire ung marchié tel:
230que le chastel seroit rendu,
 ou cas qu’il ne feust deffendu
 et secouru du bon marquiz
 de dens ung certain jour, qui miz
 fut entre eux sans repentir
235au son de[s] vespres sans mentir.
 Dit Renforsa: «J’en vueil hostaige
 de vous qui estes en la caige
 du castel leans enfermez;
 si en seray mieulx affermez».
240ceulx du castel, comme il me semble,
 s’allerent conseillier ensemble:
 «Or suz, seigneurs, que dites vous?
 Renforsa veult plesge de nous».
 La en ot ung hardiz et preux,
245qu’on appelloit le Ravailleux,
 qui dit: «Moy, quart cinquieme ou tiers,
 seray hostaige volentiers;
 car le marquiz, ou j’ay fiance,
 nous secourra sans demourance».
250Or sont venuz les plesges hors
 au seneschal, qui le sprint lors.
 Le seneschal en gre les prent
 pour le prouffit qu’il en attent;
 mais ie ne scay pas le prouffit
255ou le domaige qui y git.
 Car le marquiz scet l’adventure
 le grant peril et la laidure,
 ou ceulx sont, qui se sont fyé
 de lui, dont il eut grant pitié.
260Si dist: «Helas, qu[e] ay ge fait?
 Le Ravailleux aura mal plait
 Et ceulx, qui sont avecques ly,
 qu’attendent jusqu’au vendredy
 vigille sains George secours.
265Mon mandement n’est pas si cours;
 mais il le me fault abbargier,
 pour secourir sans attargier
 le castel, qui est de mes fiefz,
 et ceulx qui sont de dens logiez;
270et ceulx qui sunt miz en hostaige
 vouldray ravoir parmy mon gaige:
 frans et quittes les rachetray,
 ou meilleur gaige y lasseray.
 Se Renforsa veult gaige prendre,
275il ne m’en pourra ia reprendre,
 que ne lui en baille de boins
 de preux de saiges et de coins.
 Mais ie ne puis mon mandement
 avoir ensemble entierement,
280que fait la voye trop longtaing.
 Pour ce vous diray pour certain
 que plus brief il le fault restrandre,
 se ie veul Renforsa attandre,
 ains qu’il ait prins la fortaresse
285du Gamenaire: trop la prese».
 Dit le marquiz de bonne vye:
 «Il me fault de ceulx de Pavie
 aucunes gens avecques moy,
 car se sont gens de bonne foy».
290De pluiseurs lieux amiz acquiz
 viennent aidier le bon marquiz:
 aux siens ne doit il pas fallir,
 car de droit il les doit servir.
 Ceulx d’Ast entendent que veult faire
295le preux marquiz de hault affaire:
 si dient qu’ilz l’aideront fort.
 Entre eux n’y eut point de discord:
 armés se sont et fervestiz,
 montent sur leurs chevaux hastifz.
300Quant ainsi habilliez se sont,
 vers les marquiz tout droit s’en vont,
 le quel ne peut mieulx souhaidier,
 quant ceulx d’Ast le veulent aydier.
 La compaignie d’Ast moult viste
305Au bon marquiz vient en ayde;
 et quant voit gens de telle geste,
 le marquiz leur fait tres grant feste.
 Illecq fut la chevallerande
 noble vaillant puissant et grande:
310Iehan marquiz de Montferra
 sa compaignie regarda
 et dist: «Seigneurs, asses nous sommes,
 se nous voulons estre preud’ommes,
 et s’ay foison de ma pitaille,
315s’elle nous peut valoir, que vaille».
 Au chevauchier fort se sont miz,
 tant qu’ilz sont pres des ennemiz.
 Lors le marquiz appeller fit
 ung sien trompette et lui a dit:
320«Beau doulx amiz, aller te fault
 vers Renforsa le seneschault.
 Tieng, vecy les gants de battaille:
 tu lui diras ou qu’il s’en aille
 hors de mes fiefz et de ma terre,
325car ie ne m’en puis plus soufferre,
 ou, s’il veult que battaille face,
 je me trouvera sur la place.
 Va et revieng». - «Syre, c’est fait»:
 le trompette tantost s’en vait
330vers le seigneur de Folquarquier
 et lui ala lez gants baillier
 de battaille, «Par ceste voye»,
 disant, «Monseigneur vous envoye
 les gants de bataille, tenez.
335S’ilz vous plaisent, si les prenez;
 ou vous vous deslogiez tantost
 hors de ses fiefz vous et voustre ost.
 Et s’a lui combatre vous plait,
 faictes lui place, tant qu’il ait
340par devers vous ses gens passez:
 dictes moy vostre volontez».
 Renforsa dit: «Sa sa les gants,
 de les prendre suy moult contens:
 et tien, vecy de ma monnoye,
345pour tans que m’as apporté ioye,
 et ung rovein, quei e te baille:
 je ne desir que la battaille.
 Beau doulx amy, va t’ent a Dieu;
 dy au marquiz qu’il avra lieu
350et place pour ses gens passer
 et tourne a lui sans arrester».
 Le trompette fort regracie
 Renforsa de sa courtoisie
 et dit: «Syre, je m’en voy donc.
355Loueray moy de voustre don».
 Le trompette arriere retourne,
 vers le marquiz son chemin tourne;
 tant qu’il y fus, point ne s’attarge.
 Forment se loue du don large,
360que lui ot fait le seneschault,
 et dist: «Syres, il est moult chault
 et desirant de la battaille,
 et si vous veult seignier sans faille,
 pour passer vous et vous giens, lieu».
365«Chevaulchier nous y convient heu»,
 dit le marquiz de Montferray,
 «mais d’une chose grant dueil hay,
 que nous n’avons ung chevallier,
 qui la colee puist baillier
370a ceulx, qui d’entrer ont envie
 en l’ordre de chevallerye».
 
 Or vous lairay de ce ester:
 a Renforsa vueil retourner,
375qui appella monseur Bestat:
 «Or sa, devons nous sans debat
 le Gamenaire abandoner
 sus l’eure de vespre sonner?».
 Monseur Bestet dit sans demeure:
380«Faisons vespres sonner en l’eure».
 Il n’estoit gueires plus de nonne,
 quant pres de l’ost la cloche on sonne:
 lors s’en vont pres du Gamenaire
 le seneschal et ses gens traire.
385Ceulx du castel appella tous:
 Or tost, seigneurs, que dittes vous?
 Vecy l’eure qui est venue,
 que nous devez avoir rendue
 la fortresse par convenance;
390ou vous verrez sans demourance
 copper la teste a vous hostaiges,
 qui en noz mains sont miz en gaiges».
 Ainsi comme il les flatoient
 et qu’en paroles les tenoient
395et que l’unz l’autre se respont,
 syre Bestet fist faire ung pont
 et mettre parmy les fossez
 parmy lequel ilz sont passez.
 Le chastel prinrent sans deffault
400et mirent ens le seneschault:
 tantost fut mise sur la porte
 l’enseigne, que Renforsa porte,
 et l’enseigne de la royne,
 ou est la fleur de liz d’or fine.
405Renforsa tient le Gamenaire,
 Mais il ne lui demoura guaire;
 car le marquiz s’en vient forment,
 qui lui donra paine et torment.
 Le marquiz fait sans delayer
410sa baniere au vent desployer:
 blanche et vermeille elle est bauzaine,
 a Renforsa nyent pas bien saine.
 Le marquiz et ses gens cheuauchent;
 ceulx d’Ast avecques lui s’avancent,
415dont le marquiz est bien parez,
 pour ce qu’ilz sont tresbien armez:
 riches armes ont et chevalx
 et les destriers puissans et haulx.
 Les bons Paveiz sont sans mentir
420venuz au temps aux cops ferir:
 quattre banieres ont au vent.
 Le marquiz les voit lyement;
 il a droit, car bien l’aideront
 et loyaument se maintiendront.
425Tant ont ensemble chevauchié,
 que Renforsa ont approuchié
 et son ost, qui est tres puisans;
 moult eut illecq de gens vaillans.
 Quant Renforsa voit le marquiz,
430desployer fait la fleur de liz
 a ung rastel rouge, en semblance
 que descendue estoit de France.
 Renforsa eut d’encoste elle
 une enseigne moult riche et belle,
435dont la campaigne estoit doree;
 d’un loup d’asur estoit gardee.
 Maintes bannieres apparans
 sont la au vent de ses aydans:
 ceulx de Provence et de Piemont
440tiennent illecq ung moult grant mont.
 Pierre Fallet n’y deffault mie
 et ceulx, qui sont de sa partie.
 Grosse routte y ont ceulx du Soulier,
 Orcet du Solier et Brandin,
445chacun sur son coursier bien fin,
 poursuivent la le seneschault,
 et Martin de chastol Haynault
 et Oberton de Montafie,
 ou Renforsa forment sa fye.
450Que voulez vous que ie vous die?
 La fust moult grande compaignie
 de preux et de hardies gens
 et de prot foison de sergens,
 qui tous font semblant de combatre,
455se le marquiz s’y ose embatre.
 Or maintenant vous tourneray
 au bon marquiz de Montferray:
 tant a des esperons brochié,
 que Renforsa ont approuchié.
460Le marquiz a sus son enseigne,
 la bauzaine, que Dieu maintiegne,
 et s’a l’enseigne de l’empire.
 Le marquiz plain de bon adviz
 et Renforsa sont viz a viz,
465si quel es ungs voyent les aultres
 et vont mettre lances sur faultres.
 Le marquiz ot mains baronyers
 montez sur leurs chevalx legiers,
 qui d’une part se sont sevrez
470et emsemble tous assemblez.
 Leurs chevaulx vont esperonnant,
 a Renforsa s’en vont bruyant
 et vont la faire grant hastye
 de courrir sus a sa partye.
475Mais quant ilz virent le povoir
 du seneschal et son vouloir,
 tantost firent une retraicte,
 qui fut une honteuse faicte
 pour la pietaille Monferrine,
480qui s’en tourna sans tenir risine;
 et pluiseurs de Quier foryssy
 de la bataille sont yssy.
 Lors le marquiz son cheval broiche
 et Renforsa forment l’aproiche,
485qui chevaulche bien fort et roid;
 vers le marquiz s’en vient tout droit.
 Sur ung destrier grans et puissans
 Monseur Bestet le va suyvans
 et messyre Iehan de Mymer:
490cil ne demeure pas derrier.
 La chevaulchent de grant maniere
 de Nicorf le filz conte Pierre;
 de Ponteys monseur Perceval
 n’[y] espargna pas son cheval.
495Prouvenceaulx, Piemontois sans doubte
 Viennent tirant a grosse route:
 Pierre Fallet, ceulx du Solier
 les poursuivent sans attargier.
 «Cabaillier saint Antonie», crye
500le seneschal et sa partye.
 Le cheval broiche et point avant,
 le marquiz lui vient au devant:
 grans cops se donnent le[s] vassaulx.
 Or incommencent les assaulx.
505«Romme Rheiter» va escriant
 le bon marquiz au coeur vaillant.
 «Romme Rheiter, Romme Rheiter»,
 dit son cousin de Brunsvuicher,
 «note quanx ennemiz hustinent».
510Aussi fait Thomas Malespine:
 la se combattent ceulx d’Ancise
 plains de proesse et de franchise.
 Zanart d’Ancise vrayement
 se combat la moult asprement,
515et Hodeum de la Rochette
 rend plus grans cops qu’on ne lui preste:
 qui il attant de bonne main
 encor s’en sent le lendemain.
 Fort se combattent ou hutin
520Pierre d’Azel, le preux bersin:
 bienfaire doivent par raison,
 car ilz sont marquiz de Ponson.
 Sur ennemiz font leur assay
 le[s] bons contes de Coconay,
525les preux Jannin et Hottebon
 et mains aultres de leur renon.
 De combattre fort s’entremet
 de Valperghe le preux Huet,
 aussi fait Valent sans doubter.
530Ceulx de Gabian vy de monter,
 et mains autres de cellui lieu
 aux ennemiz fot grant enneu.
 Le marquiz aydent de coeur fin
 Pierre de Septem et Bertin
535et Francesquel de Chiresy
 et mains autres, qui sont d’ainqui.
 Et Francesquel Can de Casal
 s’y maintiennent com bon vassal
 et autres pluiseurs avec ly,
540qui de Casal sont autresy.
 Guy de Camaigne vistement
 se deffend la ou chaplement.
 Fort se combat la gent hardie,
 qui est venue de Pavie:
545entre eux quattre bannieres tiennent
 et sans reproiche se maintiennent.
 Grant fut la noise et li assault
 du marquiz et du seneschault:
 moult ot bonne chevalerie
550le seneschal preuse et hardye.
 Renforsa seneschaulx hardiz
 assaulte fort le bon marquiz:
 moult eut a faire le marquiz,
 qui de tel gent est entrepris.
555Mais ceulx d’Ast ne lui fauldront mie:
 ains qu’il soit nuyt, fiere estremie
 feront envers le seneschault.
 Leur banniere dressent en hault
 vermeille atout la blanche croix
560et s’escrient a haulte voix:
 «Romme Rheiter, Romme Rheiter»,
 La voyssiez la gent d’Ast fuster
 et vont ferir par grant testee,
 tout ou milieu de la meslee;
565pour aydier le marquiz vaillant
 Renforsa vont fort assayllant.
 De frapper ens se hasta
 Galiot filz de leur Posta.
 Iaquon Garret passe devant,
570qui la banniere va pourtant,
 atant e vous ceulx de Castel,
 qui entrent ou poingniz mortel
 pour le marquiz resuertuer:
 telle gent sont bien a louer.
575La est Percevail Gutuer
 fort combatant sur son destrier,
 commë homs plain de vassellaige:
 bien y parut a son visaige.
 averques lui fut Bonentin
580de Guttuers et Odenin.
 La se combat Huet Ysnard
 Comme homs venu de bonne part:
 il ne tient pas l’aigle en son ny
 voler la fait par le poingny
585et Roland Ysnard l’a suivy,
 qu’aux ennemiz fait grant ennuy.
 Entre lui et Wiglon Ysnard
 ne font pas semblent de couard,
 si grans corps donnent et reçoivent:
590leurs ennemiz s’en apperçoivent.
 En la battaille tout emmy
 se va ferir Bertholomy
 Turc, Palyeron et Olivier;
 Antonin Turc n’est pas derrier,
595et Francesquin Turc ensement
 se combat fort au chaplement.
 Des Pelletes est illecq Brant,
 qui tresbien se deffend au brant,
 dont l’allemesle est d’acier fin.
600Cortason Pellette et Flichin
 moult de pres tiennent la bataille;
 et Mathieu des Scaramps sans faille.
 La est des Buny Andrion,
 qui est ardy comme ung lion:
605sur son destrier hault et paré
 se combat la part grant fierté,
 et Jaquon le cors compaygnie
 lui tient, qui ne s’espargne mie.
 Antonin Garret vrayement
610Se combat la moult fierement.
 Or y vient des Roers Spinot,
 qu’a Renforsa fait grant rihot:
 il hurte l’un et l’autre frappe;
 eureux est qui de lui eschappe.
615Raphael Roer et Wiglermin,
 George Asinier et Philippin
 ou chaplement tresbiem se proeuvent
 mais je vous dy que trop bien troeuvent
 le seneschal preux et hardy
620et ceulx, qui sont avecques ly.
 Grant fut la noise et la battaille:
 la fierent d’estocq et de taille
 entre eux sans nul reposement;
 la veissiez fier chaplement.
625Or se remettent a l’assay
 li preux marquiz et Renforsay,
 qui tant par est preux et nobiles,
 et o lui ot moult habiles.
 L’un contre l’autre fort se dressent:
630ung tresbuchent, autres redressent.
 Paveis se proeuvent lealment
 et Astesans moult vaillamment
 aydent Iehan le bon marquiz,
 qui assez tost avra concquiz
635le seneschal preux et vaillant.
 Les siens lui vont ia defaillant,
 qui l’avoient illecq attrait:
 or a le seneschal mal plait,
 s’il ne se rend, morir le fault.
640Lors li escrient tout en hault:
 «Rendés vous, seneschaulx gentilz,
 se vous voulez eschapper vifz».
 Renforsa ne se veult pas rendre;
 iusqu’a la mort se veult deffendre,
645car il ha ung moult bon cheval;
 en la battaille n’eut egal.
 Merveilles fait en deffendent
 Renforsa, car il va fendant
 la battaille la ou il veult.
650Mais longuement durer ne peult,
 car on lui donne au traverser
 tel cop, dont le convient verser.
 Renforsa va la deffinant
 et son bon destrier declinant:
655illecques fut feruz a mort
 Renforsa plain de grant effort.
 Or est le seneschal mort cheuz;
 les Prouvenceaulx en sont camuz
 et demeurent en grant emay
660pour la mort du preu Renforsay,
 et les autres sont retournez,
 qui l’eurent illecq amenez.
 Qui ne se rend, est prins ou mors,
 ou il s’enfuyt du cappleis hors.
665Le Gamenaire est restorez
 du bon marquiz et recouvrez:
 grant feste en fait le Ravailleux,
 qui bien cudoit aller ailleurx,
 et les autres grant joye mainent,
670qui avecques lui onte u paine
 et doubte de perdre la gorge
 droit la vigille de saint George.
 Fuit le marquiz en grant revel
 entre Gabian et Pontisel,
675qui eut ses ennemiz vaincuz.
 Mais demoura fort yrascuz;
 car il avoit tres grant envie
 de prender Renforsa en vie:
 mais il ne peult pour la haultesse;
680qui fut en lui et la proesse.
 Le bon marquiz sans seiourner
 lui et ses gens vont retourner
 vers leurs pays et leur contree,
 car il ot sa guerre finee.
685Fort en mercye ses amiz,
 qui bien se feurent entremiz
 de lui ayder sans nul deffault.
 Plus ne diray du seneschault,
 qui la fut mort emmy la place,
690sy non que Dieu pardon lui face.