RIALFrI

Le Livre de l'eschiele Mahomet

Le Livre de l’eschiele Mahomet: die französische Fassung einer alfonsinischen Übersetzung, herausgegeben von Peter Wunderli, Bern, Francke, 1968 («Romanica Helvetica», 77).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 


[PROLOG]
 

[1]  Ce est li livre qi hom appele en sarrazinois ‘Halmaereig’, que vuolt tant dire en françois come ‘monter en alt’. [2]  Et ce livre fist Mahomet, et lui mist cestui nom, et por ce l’appelent issinc les gentz. [3]  Et demostre li livre lo monter de Mahomet, coment il par l’eschiele monta ou ciel, sicome vous orréz en avant, et vist totes les merveilles qe Diex lui mostra, sicom il meisme dist et li livre devise.

[4]  Et ceo livre translata Habraym, juif et fisicien, de arabic en espaignol par le comandement du noble seignour Don Alfons, por la grace Nostre Sire Diex rois des Romeins tot adés acresciant, et rois ausinc de Castelle, de Tollede, de Lion, de Gallice, de Sibile, de Cordoe, de Murce, de Gien et de Algarbe; et departi ce livre par .lxxxv. chapitres, por ce qe hom poust plus legierment demostrer les choses que en lui se contienent ad celx qui en demandassent, et lor poust plus tost respondre des choses demandees.

[5]  Et sicom ce livre estoit par le devantdit Habraym translatéz [de] arabic en espaignol, tot ausinc, par chasqune chose, je, Bonaventure de Sene, notaire et escriven mon seignour le roy devant noméz, par son comandement le tornei de espaignol en françois a tant poi com jeo en sai. [6]  Et lo torner de ce livre fis jeo mout volentiers par deus resons: li une en est por faire le comandement mon seignour, et l’autre si est por qe les gentz sachent la vie Mahomet et sa escience; et qe, quant il orront et conustrunt les abusions et les choses non creables qu’il conte en ce livre, la droite loi des Cristiens et la verité que est en lui si en serront plus seanz et plus delictables ad tenir et ad garder ad touz celx qui bons Cristiens sunt. [7]  Et se au tomer du franlçois que jeo fais a nul defaujte, qu’il ne soit si ad droit torjné come il convient, si pri touz celx qui droit françois sevent qu’il le me pardoignent. [8]  Quar mieulz vault qu’il l’aient issinc qe se il n’aussent point.




[INDEX]
 

[1]  Li primier chapitre
parole coment Gabriel li ange vient ad Mahomet, et de ce qu’i li dist.

[2]  Li .ii. chapitre
parole d’une beste qe Gabriel ammena ad Mahomet sur la quel il ala au temple de Jerusalem.

[3]  La tierce chapitre
parole coment Mahomet, en ce q’il aloit issinc, oi voiz qe l’appelerent, et de ce que Gabriel li dist d’elles.

[4]  Li .iiii. chapitre
parole coment Mahomet fu ou temple devant dit et i fist ses oreisons et de ceo qu’il trova.

[5]  Li .v. chapitre
parole de la façon de l’eschiele par la quel Mahomet monta ou ciel.

[6]  Li .vi. chapitre
parole coment Mahomet, sicom il montoit par l’eschiele, vist en l’air un grant ange, et de ce q’il dit ad Mahomet de lui et de son poeple.

[7]  Li .vii. chapitre
parole coment Mahomet entendi qe li ange devant dit si ere li ange de la mort, et des choses dom il lui demanda, et coment il lui respondi.

[8]  Li .viii. chapitre
parole coment li ange de la mort fait son office sur les bones almes et sur les males.

[9]  Li .ix. chapitre
parole coment Mahomet vist un ange qui avoit figure de coc, et un autre qi ere la moitié de feu et l’autre de noif, et de ce q’il fesoient.

[10]  Li .x. chapitre
parole coment Mahomet vist le tresorier de l’enfer, et de ce q’il dist ad Mahomet de son poeple.

[11]  Li .xi. chapitre
parole coment Mahomet demanda le tresorier devant dit de plusours choses, et coment il lui respondi.

[12]  Li .xii. chapitre
parole coment Mahomet entra ou primier ciel, et de ce qu’il i trova.

[13]  Li .xiii. chapitre
parole du secound ciel.

[14]  Li .xiiii. chapitre
parole du tierce ciel.

[15]  Li .xv. chapitre
parole du ciel quart.

[16]  Li .xvi. chapitre
parole du cisquesme ciel.

[17]  Li .xvii. chapitre
parole du ciel sesisme.

[18]  Li .xviii. chapitre
parole du setisme ciel.

[19]  Li .xix. chapitre
parole du ciel oitisme.

[20]  Li .xx. chapitre
parole coment Nostre Sire Diex parla ad Mahomet, et coment il vist sa chaere.

[21]  Li .xxi. chapitre
parole coment Mahomet vist les anges qui portent la chaere Nostre Seignour.

[22]  Li .xxii. chapitre
parole coment Mahomet vist les eschieles des anges qui sunt ou ciel ou est la chaere avantdite.

[23]  Li .xxiii. chapitre
parole coment Mahomet vist les anges qui ont nom k[e]rubins, et de quele façon il estoient.

[24]  Li .xxiii. chapitre
parole coment Mahomet vist entre les anges les fluns de diverses manieres et les montaignes de noif.

[25]  Li .xxv. chapitre
parole coment Mahomet vist une grandisme mer ou erent anges et le ciel qui estoit environéz de fluns.

[26]  Li .xxvi. chapitre
parole coment Nostre Sire Diex fist plusours mondes et plusours manieres de creatures.

[27]  Li .xxvii. chapitre
parole d’une terre blanche que Nostre Seignour fist a son uoes et des creatures que i sunt.

[28]  Li .xxviii. chapitre
parole coment Mahomet revist en un moment ce q’il avoit primierement par leisir veu.

[29]  Li .xxix. chapitre
parole coment Mahomet vist le coc qui ere prope de Nostre Seignor, et de ce q’il fesoit.

[30]  Li .xxx. chapitre
parole coment Mahomet vist le mur de paradys et quel il estoit, et coment il i entra.

[31]  Li .xxxi. chapitre
parole coment Mahomet manda ad Gabriel de celui paradis devantdit, et que il lui respondi.

[32]  Li .xxxii. chapitre
parole coment Mahomet demanda ad Gabriel com bien avoit du primier ciel jusqu’a la terre et d’autres choses ovesqe.

[33]  Li .xxxiii. chapitre
parole d’un des paradis ou fu fait Adam, et des fluns qui i sunt.

[34]  Li .xxxiii. chapitre
parole de touz les paradis, et coment chascun d’elx est noméz, et de plusours altres [choses].

[35]  Li .xxxv. chapitre
parole de la façon des dames que sont en paradis devantditz, et de ceo que elles font.

[36]  Li .xxxvi. chapitre
parole de la façon d’un des paradis qui a nom Genet Hanaym.

[37]  Li .xxxvii. chapitre
parole de la joie et du bien qe ont celx qui sunt en celui Hanaym devantdit.

[38]  Li .xxxviii. chapitre
parole de ce que font les gentz qui sunt en paradis puis qu’il ont mangié.

[39]  Li .xxxix. chapitre
parole de la façon d’un arbre qui est en paradis et a nom Thube.

[40]  Li .xl. chapitre
parole d’un autre arbre ou s’aunent celx du paradis por oir ce qe lor conte un ange conteour, et des presanz que Nostre Sires lor envoie.

[41]  Li .xli. chapitre
parole coment Nostre Seignor se mostra ad celx qui alerent [lui] veoir, et de ceo qu’il lor dist et lor dona.

[42]  Li .xlii. chapitre
parole coment celx qui vont en paradis truevent bieres sor pallefrois, et coment il i entrent.

[43]  Li .xliii. chapitre
parole des fluns, des montaignes, des jardins et des fontaignes du paradis.

[44]  Li .xliiii. chapitre
parole des arbres qi sunt as jardis devantditz, et des paveillons et des dames que i sunt.

[45]  Li .xlv. chapitre
parole coment Mahomet trova le tresorier du paradis, et de ce qu’il lui dist et lui mostra.

[46]  Li .xlvi. chapitre
parole d’un flum qui cein trestouz les paradis, et des paveillons et des dames qe i sunt.

[47]  Li .xlvii. chapitre
parole coment les anges moinent les dames devant dites ad lor maris qui sunt en paradis.

[48]  Li .xlviii. chapitre
parole d’un arbre qui est tot d’une perle, et d’une fontaigne que li sort au pié.

[49]  Li .xlix. chapitre
parole coment Mahomet receust li Alkoran de la propre mayn Nostre Seignour.

[50]  Li .l. chapitre
parole coment Nostre Seignor allegia les oreisons ad Mahomet qu’il li avoit enchargiéz.

[51]  Li .li. chapitre
parole coment Mahomet pria Nostre Seignour sur les jeuns qu’il li avoit enchargiéz, et coment il li allegia.

[52]  Li .lii. chapitre
parole des quatre poz qi furent ad Mahomet donéz ad boivre et de lor segnifiance.

[53]  Li .liii. chapitre
parole coment Mahomet fu menéz au plus bas paradis, et de ce qu’il i trova.

[54]  Li .liiii. chapitre
parole coment Mahomet vist la primiere terre de l’enfer et les choses qe i erent.

[55]  Li .lv. chapitre
parole de la terre secounde.

[56]  Li .lvi. chapitre
parole de la tierce terre.

[57]  Li .lvii. chapitre
parole de la terre quarte.

[58]  Li .lviii. chapitre
parole de la cinquesme terre.

[59]  Li .lix. chapitre
parole de la terre sesisme.

[60]  Li .lx. chapitre
parole de la settisme terre.

[61]  Li .lxi. chapitre
parole d’un puis tot plein de feu qui est pres de l’enfer, et qe ce feu fera quant aprochera le jour de juise.

[62]  Li .lxii. chapitre
parole coment Nostre Seignor assist les .vii. terres devant dites de l’enfer sicom eles sunt [maintenant].

[63]  Li .lxiii. chapitre
parole coment Mahomet demanda ad Gabriel du pooir qe les choses avrunt au jour de juise, et qu’il lui respondi sur ce.

[64]  Li .lxiiii. chapitre
parole d’un autre demande qe Mahomet fist ad Gabriel sur les .vii. terres devantditez, et de sa response.

[65]  Li .lxv. chapitre
parole coment Nostre Sire Diex mostra et dona la leauté, et ad cui.

[66]  Li .lxvi. chapitre
parole coment se assemblerunt les gentz au jour de juise, et en quele maniere vendront.

[67]  Li .lxvii. chapitre
parole coment au jour de juise Nostre Seignour jugera.

[68]  Li .lxviii. chapitre
parole coment Mahomet demanda ad Gabriel si les ciels, les terres et les autres choses s’entretienent ou non, et coment il li respondi.

[69]  Li .lxix. chapitre
parole coment Mahomet demanda ad Gabriel si oltre le mont de Kaf avoit homes o non, et de plusurs autres choses, et coment fu sa response.

[70]  Li .lxx. chapitre
parole coment Nostre Seignor departi ses dons entre les creatures.

[71]  Li .lxxi. chapitre
parole coment Mahomet vist li enfer, les portes et autres choses assés qe i sunt.

[72]  Li .lxxii. chapitre
parole coment Gabriel conta ad Mahomet en quele maniere sut departies les poines de l’enfer.

[73]  Li .lxxiii. chapitre
parole d’un beste mout merveilleuse qe Diex fera venir devant soi au jour de juise.

[74]  Li .lxxiiii. chapitre
parole de ce qe Mahomet demanda ad Gabriel sur la beste devantdite, et coment il lui respondi.

[75]  Li .lxxv. chapitre
parole de la response qe Gabriel fist ad Mahomet quant il lui demanda du jour de juise, s’il serra grant o petiz.

[76]  Li .lxxvi. chapitre
parole de la façon du pont Azirat par oum doivent trestouz passer, et coment il serrunt demandés as passages.

[77]  Li .lxxvii. chapitre
parole des montaignes qe sunt entour le pont Azirat devantdit, et des fluns de feu, et de plusours autres choses qe i sunt.

[78]  Li .lxxviii. chapitre
parole coment li poeple Mahomet serra parti par compaignies, et coment il passeront le pont davant DIT.

[79]  Li .lxxix. chapitre
parole coment Mahomet vist les manieres diverses des tormentz qe suffroient les pecheours en enfer.

[80]  Li .lxxx. chapitre
parole coment Gabriel se parti de Mahomet et le comanda a Diez, et coment Mahomet revint ad sa maison.

[81]  Li .lxxxi. chapitre
parole coment Mahomet s’en ala [a la] Mahomerie por conter ad celx de Koraxis tot ce q’il avoit veu.

[82]  Li .lxxxii. chapitre
parole coment Mahomet conta toutes les choses q’il avoit veues ad celx de Koraxis, et coment il lui respondierent.

[83]  Li .lxxxiii. chapitre
parole cornent celx de Koraixis esproverent Maholmet et li demanderent entresegnes de lor caravane.

[84]  Li .lxxxiiii. chapitre
parole coment Mahomet respondi ad celx de Koraixis de lor karavane el lor dist la verité.

[85]  Li .lxxxv. chapitre
parole coment Mahomet fist mettre en escrit toutez ces choses devant ditz, et si en fist faire ce livre, et li mist nom ‘Halmaereig’.




I. Ce est le devisement du primier chapitre.


[1]  Sachent touz celx des quatre parties du monde, sicom sunt Orient, Occident, Setentrion et Midi, qui ce livre precieus verront et orrunt, qe, [com] jeo, Mahomet, fiz de Abdillehe et néz d’Arabe, de la cité de Mecke, du noble lignage des Arabs qui se appelle Koraixis, alluméz de la grace de Diex, com je fusse en ma maison en Mecke et me geisse en mon lit deléz ma famme que avoit nom Omheni, et je eusse mout veilliéz pensant en la loi de Nostre Seignour, et sur ce me preis un poi ad dormir, atant es vos Gabriel li ange qui vint ad moi, et se me mostra en icel forme qe son visage estoit blanc plus que lait ou qe nulle noif, et ses chievoux erent plus roges qe coral mout rouge; et avoit les sorcils mout amples, et mout bele bouche et bien faite, et les dentz mout blancs et mout clers. [2]  Et si estoit vestu de draps plus blancs qe nulle chose, et ovrés mout richement a perles et a pierres precieuses. [3]  Et aprés ce si ere ceint de deus ceintures dum il en avoit l’une ceinte sur ses mameles et l’autre entour les flancs, sicome les homes ont en usage de soi ceindre. [4]  Et estoient les ceintures de fin or merveilleusement ovreez, et chasqune estoit ample plus d’un grant paume. [5]  Et ses mains estoient vermoilles ausinc come feu, et ses eles et ses piés erent plus vers et plus clers qe nul esmeraude, et tote sa forme estoit envolupee en clarté que relulsoit d’Orient jusqu’a Occident.

[6]  En ceste maniere et de icel façon vint li ange Gabriel a moi, Mahomet, et me dist:

[7]  - Mahomet, tu qui es messagier de Nostre Seignour, lieve toi et si t’aparaille, et estreigne toi de ta corroie! [8]  Et envoluppe ta teste et ton corps de ta tuelle blanche! [9]  Si verras aprés moi, que Nostre Sire Diez te vuolt mostrer en ceste nuit mout grantz merveilles de ses secretz et de son pouoir.

[10]  Et quant jeo oi ce et conui qu’il ere Gabriel, jeo me levei maintenant de mon lit et me apparaillei tot issinc com il me comanda. [11]  Et quant jeo fui appareilliéz, si m’en alei jusqu’a la porte de ma maison, la ou il m’atendoit, et m’en enclinoi ad lui um[blement].


II. Ce est le devisement du secound chapitre.


[1]  Aprés ce qe jeo, Mahomet, m’en enclinoi ad Gabriel, issinc com vos avéz oi et jeo vous ai conté, atant je regardei et vi qe il tenoit par les rennes une beste qu’il m’avoit amenee, qe a nom en sarrazinois ‘Alborak’. [2]  Et ce vuolt tant dire en françois com ‘malard des annes’. [3]  Et cele beste estoit de icel façon qu’ele ere plus grant qe asne et meindre qe mul, et avoit le visage d’ome, et ses crins estoient de perles, et le topet d’esmeraude, et la coe de rubin; et ses uoelx erent plus clers qe li soleil. [4]  Et avoit les piés e les ongles en maniere de chamiau, et totte sa colour estoit de pure clarté. [5]  Et si ere encelé d’ouns selle qe estoit si bele et tant richement et de grant merveilleoure a perles et ad pierres precieuses [ovree] qe nul ne le porroit conter. [6]  Et les arçons sur cel ovraigne estoient de fin or, et les cuirs de la selle erent de la gloire de Diex. [7]  Et li lorain estoit tot d’esmeraudes, de rubins et de topaces. [8]  Et les estriés erent de saffrain. [9]  Et vi ausinc qe la beste estoit tot environé d’anges qui la gardoient.

[10]  Et adonques Gabriel me dist:

[11]  - Mahomet, monte sur ceste beste et chivauche!

[12]  Et quant jeo me aprochei de la beste por chivauchier, elle ne le deigna soffrir. [13]  Et quant Gabriel vist ce, si lui dist:

[14]  - Alborak, tien toi en peis et suffre qe cesti chevauche sur toi, quar je jur par le nom de Diex qu’onqes teux hom non te chivaucha, ne te chivauchera tant com secle durera.

[15]  Et celle demanda:

[16]  - Qui est il donques?

[17]  Et Gabriel lui respondi et dist:

[18]  - Cesti est Mahomet, le messagier de Diex et le grant prophete.

[19]  Et quant l’A[l]borak oi ceo, si se tint totte coie qu’ele ne se mut. Et atant jeo chivauchei, et Gabriel me tint l’estrié; et puis me dist:

[20]  - Ore va Mahomet a la beneiçon Nostre Seignour, et qu’il te soit en aide et te conduie ou que tu iras.

[21]  Et quant il out ceo finé dou dire, l’Alborak s’esmut tantost ad aler, et aloit si tost et si soef qe nule boche d’ome conter ne le porroit. [22]  Et je me pris garde en son aler et vi qe ses pas estoient si grantz qu’il avoit entre l’un pas et l’autre tant com hom porroit plus loing garder des oelx. [23]  Et s’en aloit ver le temple de Jerusalem.


III. C’est le devisement du .iii. chapitre.


[1]  Quant jeo, Mahomet, m’en aloie sur la beste devantdite ver le temple de Jerusalem, issinc com vos avéz entendu ça en arrier, li saint ange Gabriel venoit tot adés a destre moi, qui me contoit mout de bones noveles dum je avoie grant joie, et mout delictoie en eles ad oir. [2]  Et en ce qe je entendoie ad les novelles que Gabriel m’aloit disant, et nos allons ensinc nostre chemin entre nos deus, atant je oi un voiz qe me appela mout doucement par une foie sanz plus et dist:

[3]  - Ha Mahomet!

[4]  Et je n’ei cure vers cele part regarder dom venoit la voiz, ainz tiegne ma voie sanz rien respondre. [5]  Et quant je fu alé une grant piece avant, je oi une autre voiz qe me apela mout aut et me dist par deus foiz:

[6]  - Ha Mahomet, aten moi!

[7]  Et jeo ne dis mot ne vers celle part ne regardei dom vint la voiz, anz m’en passei tot outre et tign mon chemin. [8]  Et aprés ce, quant je fu alé une autre grant piece avant, je vi une dame, la plus bele que jeo veis onquemeis en ma vie, vestue d’une robe de totes colours que hom pulisse penser. [9]  Et ceste dame cria mout doucement par troiz foiz et dist:

[10]  - Ha Mahomet, atten moi un poi!

[11]  Et quant jeo oi ce, si l’attendi. [12]  Et ensinc com ele fu pres de moi, qu’ele me voloit plus parler, je la lascei por grant desdeign et adquelli mon chemin.

[13]  Et a chief de piece, Gabriel me regarda et dist:

[14]  - Mahomet, or conuis je bien que en toi est mout grant savoir, et si te direi por quoi; bien saches qe la voiz qe primierement te appella si estoit la loi des Juis. [15]  Et se tu l’ausses respondu, totes tes gentz fussent torné <as> Juis.

[16]  Et puis demanda Gabriel issinc:

[17]  - Sci tu qui fu la seconde voiz que te appela?

[18]  Et jeo lui respondi:

[19]  - Nenil, Diex le siet.

[20]  Et Gabriel me dist:

[21]  - Sachez veraiement qe ce fu la loi as Cristiens; et si la eussez respondu, totes tes gentz fusent devenu Cristiens.

[22]  Et quant il m’ot ce conté, je lui dis:

[23]  - Gabriel, puis qe tu me as mostré et certificé de ces deus choses, si te pri qe tu me dies qi fu cele bele dame que au derrier me appella et me voloit parler.

[24]  Et Gabriel me respondi et dist:

[25]  - Saches Mahomet qe cele bele dame, qui ere vestu de totes colours, est li monde qui est plein de totes delices. [26]  Et por ce qe tu l’attendis et t’arestas por lui, sachez veraiment qe tes gentz avrunt plus de solaz et de delices qe totes les autres gentz qe furent onques, ou qe serrunt jameis. [27]  Mes por ceo qe tu la desdegnas et ne le volsis respondre, sachez qe tu serras plus sanz pechié que touz les autres prophetes qui furent onques, ne qui jameis soient.

[28]  Et quant il ot ce finé du dire, il se teist et me amena tot droit au temple de Jerusalem.

[29]  Et quant nos fumes devant la porte du temple, il me comanda qe je descendis iqui ad un peron noir ou soleient descendre les profetes. [30]  Et je descendi; et Gabriel prist l’Alborak et l’atacha par les rennes au perron devantdit, et me prist par la main et me amena au temple.


IV. Ce est le devisment du .iiii. chapitre.


[1]  Puis qe je, Mahomet, entrei ou temple avant dit, et Gabriel avec moi ausinc, atant jeo trovei touz les profetes qui estoient environ du temple par dedenz, qui Diex avoit fait issir de lor sepultures; et les fist la venir por moi honorer. [2]  Et touz estoient en piés, moi attendant; et quant il me virent, si comencierent trestouz a faire oreisons. [3]  Et adonques Gabriel me dist:

[4]  - Tre toi avant, Mahomet, et fa oreison primier qe les autres, quar tu es rois de touz les profetes, et seignour de toutez les genz.

[5]  Et quant jeo oi ce, si me mis avant, et fis deus oreisons mout legierettes. [6]  Et puis si me levei en piés, et maintenant toz les profetes me saluerent et me firent grant joie, et me porterent mout de honour et m’acollerent, et me distrint bones novelles du grant bien qe Diex avoit appareillé ad moi et ad mon poeple. [7]  Et chascun par soi me demanda de mon afaire, et n’i demora nul d’elx qu’il ne me mostrat semblant qu’il avoit mou grant volenté qe Nostre Sire Diex me feist grant bien et g[ra]nt honour. [8]  Et si en prierent trestoz Nostre Seignor por moi.


V. Ce est le devisement du .v. chapitre.


[1]  Aprés qe jeo, Mahomet, ei fait mes oreisons ou temple devantdit avec les profetes qui i erent, et q’il m’orent si honorément receu et accollés, com vos avéz entendu, Gabriel me prist par la main et me amena for dou temple, et me mostra une eschiele que duroit du primier ciel jusqu’a la terre ou je estoie. [2]  Et elle ere la plus bele chose qe jameis fust veue. [3]  Et le piés de cel eschiele estoient apuiéz ad celi perron ou je avoie descendu devant, et les degréz de l’eschiele si estoient en ceste maniere qe li primier si ere de rubin, le secound d’esemeraude, li tierz de perle blanche, et chascun des autres de pierre precieuse, chascune de sa nature ovré de fin or et a perles tant richement qe cueor d’om penser ne le porroit. [4]  Et estoit totte coverte de samit verd plus cler qe nul esmeraude, et avec ce si ere environee d’anges qi la gardoient. [5]  Et la clarté de li estoit si grant qu’a poins la poit hom esgarder.

[6]  Et atant Gabriel me prist par la main et me leva de terre, et me mist sur le primier degré de l’eschiele et me dit:
- Monte Mahomet!

[7]  Et je montei, et Gabriel avec moi ausinc; et touz les anges m’acompagnoient qui erent ad la garde de l’eschiele mis. [8]  Et Gabriel me disoit mout bones noveles dou grant bien qe m’avoit apareillié Nostre Seignour.


VI. Ce est le devisement du sesime chapitre.


[1]  En ce que jeo, Mahomet, montoie par l’eschiele devant dite, et Gabriel avec moi ausinc, atant jeo regardei et vi en l’air une ange mout grant qui se seoit sur une chaere, et tenoit en sa main une table que duroit d’Orient jusqu’a Occident. [2]  Et avoit a sa destre mout d’anges qi avoient les visages si luissanz come la lune quant ele est pleine. [3]  Et tot ceste clarté estoit de la gloire de Diex. [4]  Et touz ces anges erent vestuz de robes vers et plus cleres qe nul esmeraude, et fleroient plus soef qe musc o qe ambre. [5]  Et li grant ange devantdit si avoit ad sa senestre mout d’autres anges qui estoient touz noires, plus qe arrament; et avoient les oelx roges ausinc come feu; et puoent malement, et avoient les voiz plus fors que tonoire. [6]  Et touz estoient trop ydeus ad merveille. [7]  Et Gabriel me dist:

[8]  - Va avant, Mahomet, et salue celui grant ange. [9]  Quar bien saches qu’il tient mout grant lieu devant Nostres Seigneur.

[10]  Et atant je alei vers li et le saluei, et il me rendi la salu, non pas de boche, mes de son chief. [11]  Et je me donei garde et vi qe cil ange regardoit une fore la table et autre le monde. [12]  Et fui mout merveilliéz de ce qu’il estoit si obeisanz ad son seigneur Diex. [13]  Et Gabriel parla et dist ad cil ange:

[14]  - Coment ne respondéz vous et ne saluéz le mieudres home du monde?

[15]  Et li ange demanda:

[16]  - Qui est il donques?

[17]  Et Gabriel li respondi:

[18]  - Ce est Mahomet, li messagier Nostre Seigneur.

[19]  Et li ange dist ad Gabriel:

[20]  - Est il ja envoiéz?

[21]  Et Gabriel li respondi:

[22]  - Oil, saunz doute.

[23]  Et tantost li ange me salua et me dist bones noveles du grant bien qe Diex m’avoit appareillié. [24]  Et unquor me dist il qe je estoie li plus ault et li plus honorés de touz les messagiers, et sires, par droit, de touz les poeples; et me pria qe je feisse oreison avec li. [25]  Et atant je me mis avant et m’agenelloie, et fis deus oreisons mout legieres. [26]  Et puis me dreccei en piés, et tantost cil ange, et touz les autres qui erent avec li, me saluerent. [27]  Et quant il orent ce fait, li grant ange me dist:

[28]  - Saches Mahomet qe lo tuen poeple serra le derreain qui demorra et durera en ce siecle, plus qe touz les autres, qe Nostre Sire Diex aime mout les gentz de ton poeple pot ce q’il eschiven le mal et font le bien.


VII. Ce est le devisement du .vii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, ei entendu de moi et de mon poeple ce qe lui grant ange devantdit me conta, ensinc come vous avéz oi, je demandei ad Gabriel qui estoit cil ange. [2]  Et Gabriel me respondi qu’il ere li ange de la mort. [3]  Et maintenant je me treis ver li et li dis:

[4]  - Es tu li ange de la mort?

[5]  Et il me respondi:

[6]  - Oil!

[7]  Et puis le demandei et priei q’il me deist en quele maniere il trehoit les almes des corps des homes quant il moreient. [8]  Et il me respondi et dist:

[9]  - Sachez Mahomet qe de celi hore qe Nostre Sire Diex crea Adam, qui fu li primier home, et le mist sur la terre, Nostre Seignor me dona cestui office qe je treisse les almes des corps des homes jusq’a grant jour de juise, ensinc qe nul remansist en vie for qe Nostre Sires et jeo tant soulement avec li. [10]  Et puis me doit Nostre Seignour l’amme terre, et il demorer tot soul aprés en vie, pardurable sanz fin.

[11]  Et quant il m’ot ce dist, je li fis un autre demande et dis issinc:

[12]  - Quant deus homes murrent en une meisme hore, li un en Orient et l’autre en Occident, coment lor treis tu ensemble les almes?

[13]  Et il me respondi et dist:

[14]  - Ne vois tu Mahomet qe tot le siecle est devant moi si qe neent ne me se puot celer a la montance d’un soul denier, qe je ne le voie tot. [15]  Et por ce qe tot le monde est mout petiz devant moi, ne m’est il grief de trere les almes ensemble l’une la et l’autre ça.

[16]  Et puis le demandei je unquor en icel maniere:

[17]  - Quant les grantz batailles sunt et mout de gentz i muerent, coment te chivis tu de trere les almes ensemble?

[18]  Et il me respondi:

[19]  - Sachez Mahomet qe quant ce advient, issinc com tu le m’as mandé, je fai adonques une mout grant voiz et appelle les almes ensemble, et les fai ad moi venir. [20]  Et puis les preign totes.

[21]  Et quant il m’ot ce dit, je lui demandei et dis:

[22]  - Or me di, ange de la mort, quant les almes sunt devant toi, coment sei tu et conuis les almes qi sunt d’aler en paradis et celes qi doivent aler en enfer?

[23]  Et il me respondi issinc:

[24]  - Ne vois tu Mahomet qe touz les noms des homes qui furent, o qi sunt, o qui serrunt jusqu’a la fin de ce siecle, sunt en ceste table escriptz, et de la mort que chascun d’els doit avoir, et ausinc le bien et le mal qe Diex lor ad appareilliés solonc la deserte de chescuns? [25]  Et por ceo sai je bien celx qui doivent en paradis o en enfer aler.


VIII. Ce est le devisement du chapitre oitisme.


[1]  Aprés ce qe li grant ange devandit m’ot respondu ad moi, Mahomet, sur les choses dom je l’avoie demandé, solonc ceo qe vous avés entendu ça en arrier, il me dist unkor issinc:

[2]  - Sachez Mahomet qe quant celi qui doit aler en paradis vient pres de la fin, je li envoi de ces anges qui sunt ad ma destre, et qui sunt mout beaux et mout bien flerent et de grant merveille, qui li parolent mout doucement et li dient mout bones noveles de la grant pitié Nostre Sire Diex. [3]  Et li trehient l’alme mout soef et la m’aportent. [4]  Et quant celx qi l’alme m’aportent sunt pres de moi, un d’eix si vient avant et le me dist. [5]  Et je adonques si tend ma main destre et preign l’alme et la bail ad un de ces anges qui sunt entour moi, au plus bel et celi qui mielz flere. [6]  Et cil la prent et la porta d’un ciel en autre, tant qu’il vient devant Nostre Seigneur. [7]  Et tantost Nostre Sires comand ad un ange de clarté qu’il pregna cel alme et la metta en la gorge d’un oisel qui est tost verd, et qu’il la porte en paradis.

[8]  Et en icel maniere vient l’alme du just com je t’ai conté. [9]  Mes au pecheour, quant il doit morir, sachez qe je lui envoi de ces autres anges qui sunt ad ma senestre et qi sunt mout laiz et mout ydeus ad veoir; et il li parolent mout asprement, et le dient noveles mout males et mout paoreuses. [10]  Et li trehient l’alme mout feloneusement et la m’aportent. [11]  Et quant les aporteours sunt pres moi, un des lor vient avant qui le me fait savoir. [12]  Et [a]tant je si tend ma mein senestre et preign l’alme mout ireement, et la baille ad un de ces anges qui sunt entor moi, au plus laid et au plus ideus et celui qi plus malement flere. [13]  Et tantost il la porta au ciel. [14]  Mes quant il vient la, si sunt les portes du ciel closes en contre l’alme, et ne la vuolont recevoir, sicom Nostre Seignour dist en l’Alkoran: «Les portes du ciel ne serront overtes ad les pecheours.»


IX. Ce est le devisement du neofisme chapitre.


[1]  Or, aprés ces choses devantdittes, jeo, Mahomet, alai avant et vi un ange qui estoit si grant qu’il tenoit son chief sur le ciel et ses piés en abisme. [2]  Et avoit ses chievoux mout loncs et li gisoient sur les espaules; et avoit les eles de toutes colours, qui erent les plus beaux qe nuls hom veist unques. [3]  Et ce ange estoit en figure de coc. [4]  Et Diex li avoit demostré totes les houres qe temps estoit de faire oreisons; et quant il ere tens d’orer, venoit du cilel un voiz que disoit: «Tu creature que es obeisanz a Nostre Sire Diex, je te comand qe tu loez Nostre Seigneur. [5]  Et tantost cil ange disoit ad aute voiz: «Beneoit soit Diex le santisme rois des anges, et des almes, et de totes les creatures.» [6]  Et maintenant q’il ot ce dist, les cocs qui sunt en la terre ooient ce que cil ange disoit, et tantost chantoien toz et looent Nostre Seignor, et disoient en lor chanz: «Vos homes qi estes obeisanz ad Nostre Seignor, levéz sus et si le loéz, quar il est puissanz sur totez choses; et il les fist et les crea.»

[7]  Et aprés ce je alei avant et vi un autre ange qi estoit la moitié de feu et l’autre de noif. [8]  Et ces choses erent si jointez ensemble qe le feu ne destruoit la noif, ne la noif ne estegnoit le feu. [9]  Et cil ange looit Nostre Seignor et disoit: «Beneoit soiez tu Diex qui as en tiel maniere joinz ensemble le feu et la noif. [10]  Et ensinc com tu les as joinz, te pri je qe doiez joindre les corages des gentz ensemble qe ad toi sunt obeisanz.»

[11]  Et ensinc com il disoit ces choses, je vi un autre ange qui estoit si merveilleusement grant qe je ne le [o]seroie dire. [12]  Et cele grandour avoit il du pooir Nostre Seignor. [13]  Et je me viegn ad li tot droit et le saluei; et il ne me respondi por ce qu’il fesoit oreison. [14]  Et Gabriel lui dist:

[15]  - Coment ne saluéz vous les mieuldres home du monde?

[16]  Et li ange li respondi:

[17]  - Qui est celi de qi vous dites?

[18]  Et Gabriel parla:

[19]  - Ce est Mahomet que vous veéz ci.

[20]  Et li ange le demanda:

[21]  - Est il unquor envoiéz?

[22]  Et Gabriel li respondi:

[23]  - Oil voir!

[24]  Et tantost cil ange et les autres qui je avoie primierement veu me saluerent, et me distrent bones noveles du grant bien que Diex me avoit appareillié.


X. Ce est le devisement du .x. chapitre.


[1]  Quant Gabriel et je, Mahomet, fumes partis de ces anges devantditz, nous alames plus avant. [2]  Et ensinc com nous alions, je regardei et vi un ange mout grant ad merveillle qi se seoit sur un siege, et tenoit entre ses mains un grandisme pilier a que, se il en ferist un soul coup, il en deferoit le ciel et la terre. [3]  Et quant Gabriel vist ce pilier, si comença ad plorir tantost. [4]  Et adonques je li dis:

[5]  - Gabriel, por que plores?

[6]  Et il me respondi:

[7]  - Mahomet, sei tu qui est cil ange?

[8]  Et je li dis:

[9]  - Nenil, Nostre Sire Diex le siet.

[10]  Et atant Gabriel me dist:

[11]  - Sachez Mahomet qe cesti ange si est le tresorier de l’enfer.

[12]  Et quant jeo oi ce, si alei ver li et le saluei. [13]  Et il ne me respondi mot. [14]  Et Gabriel li dist:

[15]  - Coment ne respondé vos au mieuldres home q’unques fust envoiéz?

[16]  Et li ange le demanda:

[17]  - Qui est il donques?

[18]  Et Gabriel li respondi:

[19]  - Ce est Mahomet; le grant messagier Nostre Seignour.

[20]  Et li ange dit:

[21]  - Est il ja envoiéz?

[22]  Et Gabriel respondi:

[23]  - Oil!

[24]  Et maintenant li ange vint ad moi et me salua, et me dist qe celx de mon poeple qi serrunt en enfer avrunt moin de poine que toz les autres.


XI. Ce est le devisement dou .xi. chapitre.


[1]  Et quant le tresorier de l’enfer ot conté a moi, Mahomet, ce de mon poeple que vos avéz oi, je le regardei en mi le visage et vi qu’il fesoit mout triste semblant; et le demandei por quei il ere si tristes. [2]  Et il me respondi et dist:

[3]  - Sachez Mahomet qe je ai mout grant dolour de les gentz qui sunt desobeisanz ad Nostre Seignour, qe ne le seroient pas si il le vousisent. [4]  Et por ce sui je si tristes.

[5]  - Certes, fi je, tu di voir; mes je te pri qe tu me dies une chose dom je te demanderei.

[6]  Et il me dist:

[7]  - Volentier.

[8]  - Or me di donques coment li enfer est fait, et ausinc les anges qui i sunt, et quel vie il moinent.

[9]  Et tantost il comença ad conter issinc:

[10]  - Mahomet, sachez qe quant li enfer fu fait primierement, Nostre Sire Diex i fist allumer le feu sur li .lxx. mil anz, tant qu’il devint tot roge. [11]  Et puis i fist sur celi allumer autre feu por autre tant de tens, jusque il devint tot blanc. [12]  Et aprés ce fist unquor allumer autre feu sur celi, et por autres .lxx. mil ans, tant qu’il devint tot noir et oscur plus qe nule chose. [13]  Et ce feu si art tot tiens en soi meisme mout fort ad grant merveille, mes il ne gette point de flamme. [14]  Des anges qi i sunt, dom tu me demandes, sachez qe Nostre Sires les crea touz de feu, et en feu sunt norris. [15]  Et se il soul une hore iscissent du feu, il morroient tantost; et ne porroient sanz feu vivre, tot ensinc com ne porreient les pescions sanz aive. [16]  Et avec tot ce si les crea mutz et sourdz, et mist en lour cueors tant de durté et de crualté qe nul ne le porroit conter, qu’il ne sevent autre chose faire for de tormenter et de pener les pecheours. [17]  Et por ce les fist Diex sourdz et mutz, por qu’il n’oissent les voiz ne les criz qe font les pecheours quant il les tormentent; et les fist si cruelx qe, se par adventure il veoient les pecheours, qu’il feissent auqun semblant d’umilité, il n’aussent d’elx ne de lor humilité cure ne pitié nule. [18]  Et sanz la poine du feu de l’enfer qe le pecheo[urs] suefrent ont il autre poine mout cruele, quar ces anges qui i sunt si les tormentent ad maçues de fer grandismes, a que il les mallient trop durement por la grant cruelté que est en elx, sicome Nostre Sires dit en l’Alkoran: «Nos mesimes nos anges en enfer fortz et durs et cruelx por qu’il feissent nostre comandement, et il nos obeissent en tot ce qe nos lor mandoms.»

[19]  Et quant li tresorier m’ot contees ces choses totes, nos en partimes entre moi et Gabriel de lui a mout grant paor, et alammes avant tant qe nos ne vinimes a primier ciel, et ce est la ciel de la lune.


XII. Ce est la devisement du .xii. chapitre.


[1]  Issinc come je, Mahomet, et Gabriel avec moi, venimes au primier ciel devantdit, nous regardames et veinmes q’il estoit trestot de fer, et avoit en espés tant com hom porroit aler en .v. cent ans; et autretant ere d’espace entre celui et l’autre second ciel. [2]  Et quant nos eumes ce veu, Gabriel hurta ad la porte; et maintenant vint ad nos un ange qui estoit si grant qu’il avoit de lonc tant com hom porroit aler en mil ans, et autre tant de lé. [3]  Et veimmes les portes du ciel qui erent mout beles ad grant merveille, et mout d’anges qui les gardoient et qui erent mout bien atornés et mout richement. [4]  Et atant Gabriel vint ad une des portes por entrer; et quant il voloit ce faire, un ange li dist:

[5]  - Que vuoes tu, Gabriel, et qui est celi qui est avec toi?

[6]  Et Gabriel li respondi:

[7]  - Avec moi si est Mahomet, li seel de toz les profetes et seignour de touz les messagiers, et volom entrer laenz.

[8]  Et quant il ot ce dit, tantost nos furent les portes overtes et entrames.

[9]  Et quant feumes entréz, toz les anges qui i erent me saluerent et me distrent mout bones noveles dom jeo fu mout liéz. [10]  Et sicome il me contoient ces noveles, je regardei et vi qu’il avoient visages d’omes, et les corps en maniere de vaches, et les eles ausinc com d’aigles. [11]  Et ces anges estoient .lxx. mil. [12]  [Et chascuns d’elx avoit .lxx. mil] chiés, et chasqun chief .lxx. mil cornes, et chasqun com .lxx. mil nous. [13]  Et entre l’un nou et l’autre avoit tant d’espace com hom porroit aler en .xl. ans. [14]  Et unquor vi je plus en ces anges: qe en chascun des chiefs devantditz si erent .lxx. mil visages. [15]  Et chasqun visage avoit .lxx. mil boches, et chasqun boche .lxx. mil lengues. [16]  Et chasqun de ces lengues savoit .lxx. mil lenguages et looit .lxx. mil foiz Nostre Seignour le jour.

[17]  Et quant je, Mahomet, ei ces choses veues, si en fui mout merveilliéz; et en ce qe les regardoie issinc, atant je vi entre les anges devantdiz deus homes qe seoient sur deus seges de clarté; et estoient trop beaux homes, et bien faiz de corps et de visages ad grant merveille; et avoient les chievoux toz blancs com noif, et les barbes granz et blanches en cele meisme maniere. [18]  Et ses dras estoient si tres blancs qu’a poine les pooit hom regarder. [19]  Et avoient entor lor chiefs mout grandisme clarté. [20]  Et quant je les ei regardéz, si demandei ad Gabriel qui il estoient. [21]  Et il me respondi et dist:

[22]  - Sachez Mahomet qe celi qui siet ou siege plus bas a nom Yoanna ibm Sakaria, que vuolt tant dire com Jehan, li fiz Zakarie. [23]  Et ci est un des profetes Nostre Seignour. [24]  Et celui qui siet plus ault a nom Yça ibm Mariem, que vuolt tant dire com Jhesu, li fiz Mairie. [25]  Et cesti Jhesu si est espirit de Diex, et fu engendréz par sa parole.

[26]  Et quant je oi ce, si alei ver elx et les saluei. [27]  Et il demanderent ad Gabriel qui je estoie. [28]  Et Galbriel lor dist mon nom. [29]  Et tantost il me saluerent et me distrent bones novelles du grant bien qe Diex me avoit appareillié.


XIII. Ce est le devisement dou .xiii. chapitre.


[1]  Quant jeo, Mahomet, et Gabriel eumes les choses devantditz regardeez, si alames avant tant qe nos venimes au second ciel, et trovames q’il estoit tot de coevre, et avoit en espés tant com hom porroit aler en .v. centz ans. [2]  Et entre celui ciel et l’autre tierç qui est aprés avoit autretant d’espace. [3]  Et quant nos feumes iqui, Gabriel hurta ad la porte. [4]  Et tantost vint a nos un ange qui la nos ovri; et il ere si grant qu’il tenoit son chief au settisme ciel et ses piés au funt de la terre. [5]  Et cil ange me prist par la mein et me mist de denz le ciel.

[6]  Et sicom nos entrames entre moi et Gabriel, nos regardames et i veimes anges qui avoient les corps .lxx. mil tant plus granz qe n’avoient celx qui nos veimmes devant ou primier ciel. [7]  Et je alei ver elx et les saluei. [8]  Et atant il demanderent ad Gabriel qui je estoie. [9]  Et Gabriel lor dist com je ere Mahomet. [10]  Et quant il oirent mon nom, si en furent mout liéz et distrent:

[11]  - Est unquor Mahomet envoiéz?

[12]  Et Gabriel lor respondi:

[13]  - Oil!

[14]  Et tantost il me saluerent et me distrent mout bones noveles du grant amour qe Diex avoit en ver moi, et du grant bien qu’il me voleit faire.

[15]  Et ensinc com il me disoient ces noveles, jeo regardei entre elx et vi un hom trop bel et trop bien fait de totes ses façons ad grant merveille, et de trop bel aage, non pas vielz, qui seoit sur un siege de clarté; et avoit ses chievoux et touz ses dras de clarté si pure qe ad grant poine la pooit hom esgarder. [16]  Et il ere si tresbele chose ad veoir qe nul ne le porroit conter. [17]  Et quant je l’ei asséz regardé, si demandei ad Gabriel qui il estoit. [18]  Et il me respondi qu’il ere Joseph, le fiz Jacob. [19]  Et quant je oi ce, si alei ver li et le saluei. [20]  Et il demanda ad Gabriel qui je estoie, et Gabriel li dist com je ere Mahomet. [21]  Et si tost com il etendi ce, si me salua mout debonairement, et me dist mout bones noveles du grant bien que m’avoit appareillié Nostre Seignor. [22]  Et quant il m’ot ce conté, nos en partimes de lui entre moi et Gabriel et alames tant avant que nous venimes au tierz ciel.


XIV. Ce est li devisement du .xiii. chapitre.


[1]  Et quant entre moi, Mahomet, et Gabriel fumes venu ad ce tierz ciel devandit, nous trovames qu’il estoit tot d’argent, et avoit en espés aleure d’ome par .v. cent anz. [2]  Et autretant espace estoit entre celi et li quarte ciel. [3]  Et Gabriel vint ad la porte et appella; et tantost vint a nos un ange qui estoit si grant et si fort qe, si hom li meist sur la paume de sa mein trestot le monde et quant qu’il i a de denz, ne le sentiroit ja. [4]  Et cil ange nos ovri la porte et entrames.

[5]  Et quant fumes la de denz, nous i veimes mout anges qui estoient grantz ad merveille, et trestouz avoient visages de vaches et les mains de clarté; et ne finoient de oer Nostre Seignour. [6]  Et quant jeo les vi, si les saluei. [7]  Et Gabriel lor fist savoir qui jeo ere. [8]  Et adonqes il demanderent ad Gabriel si jeo estoie celui Mahomet qui devoit estre envoiéz. [9]  Et Gabriel lor dist:

[10]  - Oil!

[11]  Et tantost il me saluerent et me conterent une partie du grant bien qe Diex me voloit faire. [12]  Et quant il me contoi[en]t ce, je les regardei et vi qu’il estoient toz ordinéz par eschieles, et tant serreement joinz ensemble qe hom n’i porroit mettre entre elx un sol poil. [13]  Et avec ce il tenoient toz lor testes enclinés ver terre de la grant paor qu’il avoient de Diex, et estoient si obeisanz qe, se alqun d’elx alast en Orient o en Occident, nul des autres ne se remueroit tant que cil fust revenuz, ne l’eschiele dom il serroit partiz ne s’entresmelleroit de rien. [14]  Et les eschieles devantditz aloient tot adés entor ad la reonde, loant Nostre Seignour et beneisant son santisme nom.

[15]  Et quant jo ei ce veu, si regardei unquor et vi entre ces anges deus vielz homes que seoient sur deus sieges de clarté; et avoient lor testes envolupees de toile que de pure clarté ere, et touz ses dras estoient de cele meisme maniere. [16]  Et il erent la plus bele chose ad veoir qe jameis fust veue. [17]  Et quant je les ei une grant piece regardéz, je demandei ad Gabriel quil il estoient. [18]  Et Gabriel me respondi et dist qe li un de ces deus homes estoit Enoc, et l’autre Helyas, et que Nostre Seignour les avoit ambedeus levéz en ault, sicom est ou ciel. [19]  Et aprés ce, je regardei et vi qu’il estoient en oreisons avec les anges, et ne fesoient autre chose for qe orer ad Nostre Sire Diex et li oer, et de ce faire ne se partoient tant com hom po[u]st soulment clore l’uoil. [20]  Mes par tot ce, Gabriel ne lascia qu’il ne se aprochast d’elx et lor conta mon nom [et mon] afaire. [21]  Et quant il ce oirent, si me saluerent et me distrent mout bones noveles du grant bien qe m’avoit appareillié Nostre Sire Diex. [22]  Et quant il m’orent ce dist, nous en partimes de elx entre moi et Gabriel, et alames avant tant qe nos venimes a quart ciel.


XV. Ce est le devisement du .xv. chapitre.


[1]  Puis qe jeo, Mahomet, et Gabriel feumes venu a quart ciel devant dit, nos trovames qu’il estoit tot de fin or; et avoit en espés tant d’espace com hom porroit aler en .v. cent ans. [2]  Et entre celui et l’autre cinquesme ciel avoit autre tant. [3]  Et Gabriel hurta ad la porte. [4]  Et maintenant vint ad nos un ange qui estoit si grant qu’il tenoit totles les aives douces sur la pouce de sa main destre, et totes les amers sur la pouce de la senestre. [5]  Et cil ange estoit tot de clarté. [6]  Et quant Gabriel li ot dit com je estoie Mahomet, il nos ovri la porte tantost et me salua, et je li. [7]  Et quant nos fumes laenz, nos i trovames .lxx. mil anges qui touz avoient visages ausinc com d’aigles; et chescun de ces anges avoit .lxx. mil eles, et chasqun ele .lxx. mil pennes, et chasqune penne .lxx. mil codes de lonc.

[8]  Et en ce je regardoie les anges devantditz, atant je regardei et vi entre elx un home de mout bele façon ad grant merveille, qi seoit sur une siege de clarté. [9]  Et estoit vestu de dras qi toz erent de fine clarté; et si avoit en son chief diademe de clarté qui resplendissoit tant qe ad mout grant poine le pooit esgardier hom. [10]  Et quant je ei cil hom regardé un grant piece, je demandei ad Gabriel qui il estoit. [11]  Et il me respondi qu’il ere Aaron. [12]  Et quant il m’ot ce dit, je alei ver lui et le saluei. [13]  Et il demanda ad Gabriel qui je estoie. [14]  Et Gabriel li dist mon nom. [15]  Et maintenant qu’il oi ce, si me salua et me dist noveles du bien qe Diex me avoit appareillié dom je ei mout grant leece en mon cueor. [16]  Et quant il ot ce finé du dire, je et Gabriel nos partimes de lui, et alames avant tant qe nous venismes a cinquesme ciel.


XVI. Ce est le devisement du .xvi. chapitre.


[1]  Aprés ce qe jeo, Mahomet, et Gabriel venimes a cinquesme ciel devantdit, nos trovames qu’il estoit tot d’une perle tant soulment que ere totte saine et plus blanche qe noif; et avoit en espés aleure d’un home par .v. cent ans, et autretant d’espace ere entre lui et l’autre sesisme ciel. [2]  Et quant nos fumes iqui, Gabriel apela ad la porte. [3]  Et maintenant vint ad nos un ange qui estoit tot de feu, et avoit .lxx. mil braces; et en chasqun braz .lxx. mil mains, et en chasqun main .lxx. mil doiz; et chasqun doi looit .lxx. mil foiz Nostre Seignour le jour. [4]  Et cil ange nos ovri la porte.

[5]  Et quant nos fumes la, si i veimes anges qui avoient mout nobles corps, mes les visages avoient sicom de voultours. [6]  Et lor eles resplendissoient de pure clarté. [7]  Et ces anges looent tot adés Nostre Seignour et ne finoient de lui oer. [8]  Et atant je alei ver elx et les saluei. [9]  Et quant Gabriel lor ot dit com je estoie Mahomet, il me saluerent maintenant, et me distrent une partie des granz honeours qe Diex me voloit faire.

[10]  Et tandis je regardei entre elx et vi un vielz hom mout bel qe seoit sur un siege de clarté; et avoit envolupé sa teste d’un toile qe tot de clarté estoit. [11]  Et avoit en sa main une verge de clareté. [12]  Et sicom je le vi, je demandei ad Gabriel qui il estoit. [13]  Et il me respondi qu’il ere Moisen, celi qui parla ad Nostre Seignour. [14]  Et quant je entendi ce, si alei ver lui et le saluei. [15]  Et puis qe Gabriel li ot conté com je estoie Mahomet, il me salua maintenant et me dist mout bones noveles du grant bien qe Diex avoit appareillié ad moi et a mon poeple. [16]  Et me dist unquor issinc:

[17]  - Sachez, Mahomet, qe Diex te vuolt enchargier, ad toi et ad ton poeple, granz jeuns ad faire et maintes oreisons. [18]  Mes tu prie Nostre Seignour qu’il les te doie allegier! [19]  Quar en autre maniere ton poeple ne le porroit soffrer. [20]  Et certes, je meisme en fui jadis en si grant coite sur ces choses avec les fils d’Israel qe nul ne le porroit conter. [21]  Et si en priei asséz Nostre Seignour qu’il me allegiast de ces choses, si n’en volu unques rien faire por moi. [22]  Dom je te conseil, Mahomet, qe tu travalles tant qe ton poeple ne soit mout enchargiéz. [23]  Quar si tu le fas, issinc ton poeple te voudra bien et te suira ou qe tu voudras. [24]  Et se ce non, sachez qu’il ne t’aimeront pas, anz t’aharrunt et ne crerunt tes paroles de rien.

[25]  Et je, Mahomet, jur par le nom de Diex qe je ne vi unqes nus hom qui si grant pitié eust de mon poeple cum Moysen mon frere avoit. Atant je pris congié de lui et nos en partimes entre moi et Gabriel, et alames avant tant qe nos venimes au sesisme ciel.


XVII. C’est le devisement du .xvii. chapitre.


[1]  Li sesisme ciel qui je, Mahomet, et Gabriel trovames quant nos fumes la, si estoit en ceste maniere q’il ere tot d’esmeraude si tres vert qu’il sormontoit tottes choses de verdour. [2]  Et avoit en espés aleure de .v. cent ans; et autretant estoit entre celui et l’autre settisme ciel. [3]  Et atant Gabriel hurta ad la porte. [4]  Et maintenant vint ad nos un ange qui estoit plus grant qe nul des autres qui nos eussom veu primierement .lxx. mil tant. [5]  Et sa grandour estoit en maniere qe, si il le vousist faire, il assorbiroit le ciel et la terre, et ne le sentiroit ja. [6]  Et cesti ange nos ovri la porte et nos dit:

[7]  - Entréz en pes!

[8]  Et nos i entrames. [9]  Et quant fumes laenz, nos i veimes anges qui estoient .lxx. mil tant plus granz qe touz les autres qe nous aviom primierement veu. [10]  Et ces anges avoient visages de chivaulx, et trestoz erent arméz; et chasqun d’elx avoit .lxx. mil chivalx, et chasqun de ces chivaulx .lxx. mil selles que erent totes d’esmeraudes, de rubins et de perles, entremeslees avec or et argent. [11]  Et li chilval de Gabriel si estoit entre les autres. [12]  Et ces anges erent ordinéz par eschiels, et lor armeures res plendissoient si forment qe nul ne le porroit conter. [13]  Et je demandei ad Gabriel qui estoient ces anges. [14]  Et il me respondi qu’il erent la masné Nostre Seignour. [15]  Et tantost je les saluei, et il demanderent ad Gabriel qui jeo estoie. [16]  Et Gabriel lor conta. [17]  Et il adonques distrent:

[18]  - Est Mahomet le grant messagier Nostre Seignour envoiéz ja?

[19]  Et Gabriel lor dist:

[20]  - Oil!

[21]  Et maintenant il me saluerent et me distrent assés de bones noveles dom je fui mout liéz. [22]  Et aprés ce, je demandei ad Gabriel por quoi ces anges tenoient si lor chivalx ensellés devant soi. [23]  Et il me dist:

[24]  - Sachez Mahomet qe ce est par le comandement Nostre Seignour, et que quant auqun de ses sers a mestier d’aide, je preign de ces anges tant com je en ai meistier et vois la. [25]  Et ces chivalx ne defferrent pas; et le mangier et le boire qu’il font n’est autre chose for qe loer Nostre Seignour. [26]  Et toz ces anges te eiderunt si tu n’avras mestier; et je ausinc descendrai avec elx por tei eidier quant tu me demanderas.

[27]  Et quant il m’ot ce finé du dire, je me pris garde et vi entre les anges devantditz un hom qe seoit sur un siege de clarté; et estoit tot envolupéz de dras de clarté qui relusoient plus qu’il ne fait en esté le soleil; et avoit en son chief corone de clarté. [28]  Et aprés ce si estoit tot environéz d’anges qui loent Nostre Seignour avec li ensemble. [29]  Et je demandei ad Gabriel qui il estoit. [30]  Et Gabriel me respondi qu’il ere Abraham, li ami Nostre Seignour. Et quant je oi ce, si alei ver lui et le saluei. [31]  Et Gabriel lui dist com je ere Mahomet. [32]  Et tantost il me salua et me dist issinc:

[33]  - Sachez Mahomet qe Nostre Sires te aime mout et t’a eleuz entre les autres messagiers, et aime mout ton poeple por amour de toi. [34]  Et si te di qe li paradis est tot plein de ces paroles: «Çohan halla bille dille ylle halla»; et ce vuolt dire: ‘Diex ahores, et ad lui rendom graces qu’il n’est autre Diex for lui, ne autre vertuz; ne autre pooir n’est for de Diex, li aultisme et li granz’.

[35]  Et puis me pria Abraham qe je deisse a mon poeple qu’il deussent mout savent dire ces paroles. [36]  Quar de tant com il plus les dirront, plus avrunt du delit de paradis; et qe je lor deisse ausinc qe li paradis est en itel maniere fait qe trestoz les murs sunt de fin or jusqua as creneaux; mes les creneaux sunt de fin argent; et les [c]hales dom sunt les murs ovrés si est de musc.

[37]  - Et ce paradis est appareilliés ad toi et a toz celx qui ad toi crerunt et terrunt ta loi.

[38]  Et quant il m’ot ce dist, nos en partimes entre moi et Gabriel, et alames avant tant qe nos venimes au settisme ciel.


XVIII. Ce est le devisement du .xviii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, [et] Gabriel feumes venu au settisme ciel devantdit, nos regardames et veimes qu’il estoit tot d’un rubin plus cler et plus vermoil qe nus hom poust dire. [2]  Et avoit en espés .v. cent ans d’aleure; et autretant avoit entre celui et l’autre oitisme ciel. [3]  Et quant nos eumes ce veu, Gabriel vint a la porte et appella li huiscier. [4]  Et maintenaunt vint ad nos un ange que nul ne porroit conter ne dire quel il estoit, for Diex tant soulement qui le fist et le crea. [5]  Et cil ange nos ovri la porte et entrames.

[6]  Et quant i fumes entrés, si i trovames anges qui erent de si grandisme grandour et de tant merveilleuse façon qe je ne le porroie conter ne oseroie, por qe Nostre Sire Diex le me defendi qe je ne parlasse de ceste chose ad nul hom vivant. [7]  Mes tant vous en puis je bien dire qu’il tenoient trestoz dreciés lor oelx ver Nostre Seignor, et ne fesoient autre chose for qe chanter et lui loer. [8]  Et tantost qu’il me virent, il exaulcerent lor voiz. [9]  Et lor chant estoit si grant et si fort qu’il me fu avis qui touz les anges qui jeo avoie veu en trestoz les cielx devantditz fussent ausinc com en pasmeison, et que trestouz les cielx et totes les terres l’ausent oi. [10]  Et atant jeo pris ad plorer, et Gabriel avec moi ausinc, de la grant paor qe nos eumes de Nostre Seignor.

[11]  Et en ce qe nos ploriens issinc, atant se leva un ange entre elx qui estoit halmohaden du ciel, que volt tant dire en sarracinois com ‘celi qui claime les Sarazins quant il doivent faire lor oreisons’; et tantost qu’il fu levéz en piés, il comença ad clamer as oreisons et dire: «Hallahu akibar», que vuolt tant dire com ‘Diex est li granz’. [12]  Et aprés ce si dist: «Le hille halla hilalla», C’est a dire: ‘n’est autre Diex [for Diex]’. [13]  Et puis dist avant: «Haxedu le halla hilallu», et ce vost dire: ‘Tesmogniéz qu’il n’i a autre Diex for Diex.’ [14]  Et aprés ce, si dist: «Haxeduna Muhagmet raçur halla», que vuolt dire: ‘Tesmoigniéz autresinc que Mahomet est messagier de Diex.’ [15]  Et unquor dist il: «Haia laçala haya lalfala», que vuolt tant dire: ‘Venéz ad vos oreisons et ad vostre profit.’

[16]  Et quant il ot ce chanté, Gabriel me appela et dist:

[17]  - Va avant Mahomet et fa oreison. [18]  Quar Diex t’a exauciéz sur touz les autres messagiers, et sor touz celx qui tu as veu en touz les set ciels devantditz. [19]  Et quant je oi ce, si me mis avant ad codes et ad genuelx, et fis deus petites oreisons. [20]  Et tantost toz les anges que je avoie en les set ciels devantdiz veu, si chairent sur lor chiers et firent oreisons avec moi. [21]  Et quant je me levei, il se leverunt trestouz et prierent Nostre Seignour qu’il me donast plus de bien qu’il ne m’avoit appareillié; et me distrent mout bones paroles dom je fui mout liéz.

[22]  Et issinc com il me disoient ces paroles, je regardei entre elx et vi un hom vielz qui seoit sur une siege de clarté. [23]  Et il ere vestu de dras qui estoient de pure clarté, et avoit en son chief une corone qui ere tot de cele meisme maniere. [24]  Et tot son visage resplendissoit de fin clarté. [25]  Et quant je l’ei regardé, si demandei ad Gabriel qui il estoit. [26]  Et il me dist qu’il ere Adam, nostre piere, qui fu le primier hom. [27]  Et tantost je le saluei. [28]  Et il me demanda ad Gabriel, qui je estoie. [29]  Et Gabriel lui respondi qui je ere Mahomet. [30]  Et maintenant il me salua et me mostra semblant de grant amor, et me fist asséz d’onur. [31]  Et aprés ce, si me dist qe Nostre Seignour me voloit plus faire de bien et de honur qe ad toz les autres homes qui furent onques en ce siecle, ne qui seront. [32]  Et unquor me dist il issinc:

[33]  - Sachez Mahomet, tu qui es piere de [mes] fils, que li paradis est clos, et que nul n’i entrata, né profete ne autre home, jusqu’a tant que tu i soies et ton poeple; quar issinc le vuolt Nostre Sire Diex. [34]  Et quant il m’ot ce finé du dire, il vint ad moi et m’acolla et mist ses mains sur mon chief; et fist a Diex oreison mot ententivement, et le pria ad grant humilité et a grant devocion por moi. [35]  Et quant il ot mené a fin sa oreison et sa proiere, atant je pris congié de lui et nos e[n] partimes entre moi et Gabriel, et alames tant avant que nos venismes au ciel oitisme.


XIX. Ce est le devisement du .xix. chapitre.


[1]  Li oitisme ciel devantdit, je, Mahomet, et Gabriel trovames qu’il estoit tot d’un topace qui ere la plus belle chose ad veoir qe oelx mortels veissent onques. [2]  Et avoit en espés tant com hom porroit aler en .v. cent ans. [3]  Et issinc com nos fumes la, Gabriel hurta ad la porte. [4]  Et tantost vint ad nos un ange qi ere tot de si tresgrant clarté qu’ele relusoit .lxx. mil tant plus celi du soleil. [5]  Et cil ange avoit .lxx. mil chiefs, et chasqun chief .lxx. mil visages, et chascun visage .lxx. mil oelx, et chasqun oil .lxx. mil prunelles. [6]  Et chasqune prunelle trembloit .lxx. mil foiz li jour de la paour Nostre Seignor. [7]  Et cesti ange nos ovri la porte et entrames.

[8]  Et quant nos fumes laenz, si alames tant por ce ciel qe nos venimes ad un departiment qui ere fait de cortines que departoient entre Diex et les anges. [9]  Et il i avoit ausinc cercles qui fesoient autre maniere de departimentz. [10]  Et entor ces cercles avoit mout d’anges qui sunt appeléz kerubins. [11]  Et le conte d’elx, combien il estoient, nul ne savoit for Diex, ne savoir ne le porroit. [12]  Mes tant vos en puis je bien dire qu’il estoient ad doble .lxx. mil tanz plus grantz qe toz les autres qui je avoie veu; et il ne fesoient autre chose for qe Diex loer. [13]  Et quant nos fumes ad elx venu, Gabriel prist ad loer Nostre Seignour avec elx, et je ausinc.

[14]  Et quant eumes ceo fait, nos entrames as cercles et as cortines devantditz. [15]  Et atant je regardei et vi qe les cortins du primier departiment estoient .lxx., totes de samit tant vermoil et tant cler qe a poine le pooit hom esgarder. [16]  Et aprés ces cortines estoient autres .lxx. cortines, tottes de samit verd plus cler et plus luisant qe nule chose. [17]  De ces, si en estoient autres .lxx., et issinc aloient de .lxx. cortines en .lxx., que erent de totes colours qe hom puisse conter, et faites en la maniere des primieres cleres et luisanz.

[18]  Et quant eumes passéz ces cortines, nos trovames autre .lxx. departimentz qui toz estoient de perles plus blanches qe nule chose puisse estre. [19]  Et autretant departimentz i avoit de rubins, et autretant puis d’esmeraudes. [20]  Et issinc erent les departimenz, l’un aprés l’autre, de .lxx. en .lxx., qui toz estoient de pierres precieuses de totes manieres que hom puit penser ne dire. [21]  Et aprés ces departimenz, si i trovames unquor autres .lxx. departimenz qui erent trestoz d’aive; et autretant i avoit de noif, et autretant de graelle, et autretant de brume, et autretant de tenebre, et autretant de clarté, et autretant de la gloire de Diex; et puis de totes colours qe hom puisse penser autretant. [22]  Et entre toz ces departimenz si estoit tant des anges qe nul ne le porroit conter. [23]  Et toz ces anges ne finoient d’aler entor et de venir loant Nostre Seignor. [24]  Et en ce qe je regardoie ces granz merveillez, Gabriel s’en ala et me lascia tot soul.


XX. Ce est le devisement du .xx. chapitre.


[1]  Et quant jeo, Mahomet, me vi si soul com Gabriel m’avoit lascié, si pris cueor et ardimenz en l’amour de Diex et me mis avant; et tant alei qe je passei toz les departimenz devantdiz for qe celli solament qui estoit de la gloire de Diex. [2]  Et quant je me aprochei de li, je oi un voiz que me dist: «Acrop codem ya habibi hya Muagmet», qe vuolt tant dire: ‘Aproche tei de moi, amis Mahomet’. [3]  Et quant je oi ce, si me mis plus avant, et oi autre voiz qe me dist ce meisme. [4]  Et je m’avancei plus. [5]  Et aprés ce, si oi tierce foiz qe me dist tot autresinc, et plus de tant qu’ele me dist:

[6]  - Sachez Mahomet qe tu es enver moi li plus honoréz de touz les messagiers, et li plus exauciéz de totes les creatures que je feis, et anges, et homes, et deables.

[7]  Et quant je oi le grant los qui Diex disoit de moi, je me aprochei tantost et me mis avant, si qu’il n’i avoit entre lui et moi for qe tant com deus arbalestes. [8]  Et adonques je saluei Nostre Sire Diex et il moi. [9]  Et puis si me demanda coment la fesoit mon poeple. Et je lui dis qu’i li estoient mout obeisanz. [10]  Et a tant Nostre Sires me dist:

[11]  - Mahomet, je te comand qe tu faces ton poeple jeuner .xl. jours, et chasqun an; et qu’il facent .l. foiz oresons chasqun jour.

[12]  Et quant il m’ot ce dit, je me parti de li et m’en vign. [13]  Et puis alei tant qe je trovei Gabriel. [14]  Et en ce qe je aloie par mi ce ciel regardant li estage Nostre Seignour, je vi sa chaere que estoit jointe au ciel en maniere qu’il me sembloit qe li ciel et la chaere fussent creéz ensemble. [15]  Et elle estoit tot de si grant clarté que nul ne le porroit conter. [16]  Et dedenz la chaere, si estoient toz li quatre elementz, sicom sunt feu et air et aive et terre, et aprés ce li un siecle et l’autre, et li paradis et li enfer. [17]  Et totes ces choses avoit Diex creé dedenz la chaere, la quele estoit la plus resplendissant chose q’unques fust veue. [18]  Et avec la chaere crea Nostre Sire Diex une table por escrire qe estoit si gros sicom hom poust aler en mill ans. [19]  Et estoit cele table de perle blanche, et les bordeures erent de rubin, et le mi leu de la table estoit d’esmeraude. [20]  Et li escrit qui estoit en elle si ere tot de clarté. [21]  Et Nostre Sires regardoit chasqun jour cent foiz en cele table, et totes les foiz qu’il i regardoit si fesoit et defesoit, creoit et occioit, as uns donoit honours et as autres les tolloit, les uns exauçoit et les autres abaissoit. [22]  Et tot ce qu’il voloit jugioit et fesoit a sa volenté. [23]  Et avec la table devandite crea Nostre Sire Diex une penne de clarté por escrire qe avoit en li tant de lonc com hom porroit aler en .v. cent ans; et autant avoit de lé. [24]  Et quant Diex ot creé la penne, si le comanda qu’ele escrissist. [25]  Et la penne li dist: «Qui escrirei je?» [26]  Et il respondi: «Tu escriras mon sen et mes creatures totes, du comencement du monde jusqu’a la fin.» [27]  Et tantost la penne comença ad escrire, et escrit tot ce qe Diex li comanda. [28]  Et sa escritture estoit mout legiere et mout soef, et escrivoit mout tost. [29]  Et cele penne si estoit fendue, et de la fendure de li sordoit l’encre. [30]  Et totes ces choses erent faites en maniere qu’elles sembloi[en]t estre creéz ensemBLE.


XXI. Ce est le devisement du .xxi. chapitre.


[1]  Je vos ai dit de la chaere et de la table et de la penne devant dites, or vos dirrei des anges qui la chaere portent, coment il sunt faites et de quele semblance. [2]  Sachiés qe ces anges qui la chaere portent sur lor espalles furent néez ensemble avec la chaere. [3]  Et ont en espés autant de lor espalles jusqu’a lor chiefs com la chaere est en espés. [4]  Et li espés de la chaere si est tant qe nul ne le porroit conter for soulement Nostre Sire Diex qui la fist. [5]  Et chasqun de ces anges avoit quatre visages, li un devant, l’autre darrier, l’autre ad dextre et l’autre ad senestre; et avoit ausinc .iiii. figures: li une en estoit d’ome, l’autre d’aigle, l’autre de lion et l’autre de tor. [6]  Et toz lor corps estoient pleins d’uoelx; et chasqun avoit ausinc .vi. eles, deus por voler, les autres deus por loer Nostre Seignor, et des autres deus que erent de flamme de feu si covroient lor visages. [7]  Et ne finoient de loer Nostre Seignour et dire: «Sanctus sanctus sanctus Diex, de la cui gloire sunt les cielx et la terre pleins, tu soies loéz et benoit sanz fin; quar tu es li ault Diex et le grant et le puissant. [8]  Et por ce dois tu estre benoit et sanctifiéz en totes lengues, en tot temps et en touz le leus, ou qe tu es, ou qe tu serras.»

[9]  Et la chaere que portoient ces anges si avoit .iiii. piés dom chasqun avoit de lonc .lxx. mil tant plus qu’il n’i a du ciel jusqu’a la terre. [10]  Et dedenz la chaere, si est le ciel et la terre et tot le monde; et si i per[en]t ausinc poi dedenz com parroit ja un grain de senape en la paume d’un grant hom. [11]  Et ces anges qui la chaere portent ne sevent pas combien il sont loign ne pres de Diex. [12]  Et entre ces anges et les autres qui portent le ciel, si avoit trois departimentz par conte. [13]  Et au primier departimenz estoient .lxx. cortines que erent totes de tenebre; au secound estoient autres .lxx. que erent de graelle; et au tierz autres .lxx. que erent de pure clarté. [14]  Et chasqune de ces cortines devant dites avoit en espés tant co[m] [o]me porroit aler en .v. cent ans, et autretant i avoit entre l’une cortine et l’autre. [15]  Et ces departimenz fist Diex. [16]  Et, se ces departimenz ne fusent, la clarté i est si tresgrant qu’elle ardroit trestoz les anges qui i sunt.

[17]  Et ces anges qui la chaere portent sunt .iiii. [18]  Et quant vendra au jour de juise, si i mettra Nostre Seignour autres .iiii. anges, et ensinc serrunt .viii. [19]  Et li ange qui est en figure d’ome si priera Diex por les homes, qu’il aie merci d’elx et lor pardoint lor pechiéz; et l’autre ange qi est en figure d’aigle si priera por les oiseaulx; et l’autre qi est [en] figure de lion si priera por les bestes sauvages; et l’autre qui est en figure de tor si priera por les bestes domesCHES.


XXII. Ce est le devisement du .xxii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, et Gabriel eumes ces choses veues de la chaere devantdite, je regardei et vi ou ciel u elle est, qu’il avoit .lxx. mil eschielles d’anges qe totes estoient ordinéz l’une aprés l’autre. [2]  Et ces eschiels aloient tot adés environ de ce ciel, si qe les unes s’encontreient com les autres. [3]  Et quant eles s’encontreient, ces anges chantoient si fort, et loant Nostre Seignour essauçoient tant lor voiz, qe trestouz les cielx les ooient. [4]  Et aprés ce, si vi autres .lxx. mill eschieles d’anges qui trestoz estoient en piés et tenoient lor mains jointes derier lor cols. [5]  Et quant les autres anges devantditz levoient lor voiz, ces anges levoient ausinc les lor et disoient: «Benoit soiez tu Diex, le grant et le puissant, qu’il n’i a autre Diex for toi. [6]  Et tu feis tottes les creatures, et eles sunt a tei obeisanz.»

[7]  Et aprés ces eschieles, je vi cent mil autres eschieles d’anges qui trestoz estoient en piés, et tenoient lor mains sur lor piz, la destre sur la senestre. [8]  Et trestoz ces anges erent coverz de poils et de plumes; et toz ces poils et ces plumes loient Nostre Seignour en tant de manieres qe nul ne le porroit conter, ne l’une maniere ne sembloit l’autre. [9]  Et toz ces anges avoient eles, et entre l’une ele et l’autre de chasqun avoit tant d’espace com hom porroit aler en .ccc. ans; et autretant d’espace avoit chasqun d’elx de l’oreille jusqu’a l’espalle. [10]  Et de l’une espalle ad l’autre tant com hom porroit aler en .v. cent ans, et de la chavillie du pié jusqu’a genuoil tant com hom porroit aler en .cc. [11]  Et le genuoil soulment avoit aleure de .c. ans, et d’au desus du genuoil jusqu’a la hanche aleure de .ccc., et entre l’une coste et l’autre aleure de .cc., et de la paume jusqu’a code autant d’aleure; et du code jusqu’a l’espalle aleure de .ccc. ans. [12]  Et les paumes de lor mains estoient si tresgranz qe, se Diex lor donast congié de ce faire, il tenroient en l’une des paumes totes les montaignes du monde et tote la terre pleine en l’autre paume, si ne le sentiroi[en]t ja.

[13]  Et unquor vi je autre merveille, qe les anges qi portent le ciel ou est la chaere devantdite si ont en elx de lonc tant d’espace com hom porroit aler en .cc. et .xvii. mil ans. [14]  Et le large du pié de chasqun d’elx ere tant com hom porroit aler en .vii. mile. [15]  Et chasqun d’elx avoit tant de visages et d’uoelx que nul ne le porroit dire ne penser le conte for Diex qui les fist. [16]  Et quant ces anges vuolent le ciel porter, si se mettent ad genuls, et autres i sunt qui lor amonestent ad dire: «Le halille zoham hille bille», qe vuolt tant dire: ‘Il n’i a autre Diex for Diex, et il est puissant sur totes choses’. [17]  Et maintenant qu’il ont ce dist, si se drecent sur lor piés; et il sunt si granz q’il passent a lor piés les ciels trestouz et la terre jusqu’a lu vent qui est desoz li por tant d’espace com hom porroit aler en .v. cent ans. [18]  Et ces anges trestoz loent Nostre Seignour en maintes manieres et ne finent de lui loer. [19]  Et loant si dient: «Le hilella helella», que vuolt tant dire: ‘n’est autre Diex for Diex, le saint et li bons, le grant et le puissant sur totes choses.’ [20]  Et quant il ont ce dit, si prient Nostre Seignour por totes les creatures, et plus gramment por les homes et por les femmes qui en lui bien croient, et gardent ses comandemenz.


XXIII. Ce est le devisement du .xxiii. chapitre.


[1]  Puis qe je, Mahomet, et Gabriel eumes les choses devantditz veues, si descendimes au settisme ciel, la ou estoient les anges qui sunt appelléz kerubins. [2]  Et quant fumes la, je regardei et vi que toz ces anges erent tant qe nul ne le porroit conter for Diex qui les fist. [3]  Et trestouz loent Nostre Seignour, et en ce qu’il le loent si essauçoient tant forment lor voiz qe, se les genz du monde oissent seulement la voiz d’un d’elx, si morroient tottes de la paor du son de la voiz. [4]  Et touz ces anges sunt faiz en maniere qe nul d’elx ne resemble l’autre, ne en façon ne en parole, ne en nul de membres. [5]  Et en ce qu’il loent Nostre Seignour, la lausour d’un ne resemble ad la lausour des autres. [6]  Et sunt tant obeissanz a Nostre Sire Diex qe, puis qu’il furent creéz, nul d’elx torna unques sa teste por regarder son compaignon; mes tienent tot adés lor testes enclinés ver terre de la paor qu’il ont de lui et pot ceo qu’i li sunt en totes choses si sugiéz et si obeissanz. [7]  Et vi entre ces anges .lxx. mil eschieles, l’une devant l’autre, qui erent asséz plus granz qe les autres anges estoient. [8]  Et la grandour d’elx estoit si grant qu’il passoient le settisme ciel a lor testes, et a lor piés par desuz li abisme. [9]  Et unquor entre ces .lxx. mil eschieles estoient autres .viiii. eschieles d’anges, l’une devant l’autre, dom chasqune estoit nonant itant plus grant qe nule des autres. [10]  Et les anges de ces .ix. eschiels n’ont nule espace entre lor chiefs et lor espalles. [11]  Et se semblent en totes choses si qu’il n’i a nul difference entre elx. [12]  Et entre l’une de ces eschieles et l’autre avoit tant d’espace com hom porroit aler en .l. mil ans.


XXIV. C’est le devisement du .xxiiii. chapitre.


[1]  Aprés les choses devanditez, je, Mahomet, regardei unquor et vi qe celes .ix. eschieles d’anges dom je vos ai conté se ceignent entre elx a la reonde, si que l’une entre en l’autre en maniere de marc de pois a que ont en usage ad peser les changeours. [2]  Et par mi ces eschieles cort un mout grant flum d’aive dom nul ne siet son comencement ne sa fin for Nostre Seignour Diex qui le fist. [3]  Et cele aive est si blanche et tant clere et resplendissant qe nul ne l’ose regarder de la paor q’il a de non perdre la veue. [4]  Et aprés ce flum, si avoit un autre flum tresgrant qui ere tot de tenebre la plus fort et la plus oscure qe nule chose qe Diex fait unques ou creast. [5]  Et aprés celi, si en avoit une autre qui ere tot de feu, et ardoit tot adés par soi meisme. [6]  Et l’ardor de li estoit si fort et si grant qe nul ne le porroit penser. [7]  Et aprés ces fluns devantditz, si erent les montaignes grandismes qe tottes estoient de noif tant soulement; et erent si tresblanches qe a poine les pooit hom esgarder.

[8]  Et par darrier ces montaignes si estoit le grant mer qui passe totes les .vii. terres dom vos orrés ça en avant parler. [9]  Et celui mer si est tot plein d’anges qui i sunt et i demorent. [10]  Et il sunt si granz qe la mer ne lor toche plus en aut de lor anches. [11]  Et ces anges prierent Diex au jour de juise por les pescions de la mer et de [totes] les [autres] aives. [12]  Et unquor qu’il soient mout amis de Nostre Seignour, il ne sevent pas les choses que sunt desuz la mer, et ou il tienent lor piés. [13]  Mes lor testes tienent il ou ciel ou est la chaere dom jeo vos ai conté. Et il sunt tant obeissanz ad Nostre Sire Diex q’il ne finent de lui loer ne jour ne nuit et de dire: «Beneoit soies tu Diex qui es environéz de cortines de brume, d’aive, de tenebre, de feu, de mer et de clarté.»


XXV. Ce est le devisement du .xxv. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, ei veues choses devantditez, je me pris garde et vi qe aprés la grant mer dom je vos ai conté, si estoit un autre grandisme mer qui ere tot d’aive tant merveilleusement clere qe sa clarté passoit totes les choses que sunt sur la terre. [2]  Et en cestui mer si a mout d’anges qui demorent tot adés en piés; et ne finent de loer Nostre Seignour et de dire: «Le hille halalla», que vuolt tant dire: ‘n’est autre Diex [for Diex]’. [3]  Et ces paroles distrent il tot adés puis qu’il furent creéz, et ne finerent du dire jusqu’a jour de juise. [4]  Et ces anges sunt ordinés par eschieles tant serrément qu’il semblent ausinc com mur de cité ou de chastel fait por ligne.

[5]  Et vi une merveille mout grant, qe le ciel ou sunt ces anges si est environéz de .iiii. granz fluns dom li un en estoit tot de clarté si tresgrant q’il depassoit totes autres clartés for celi de Nostre Seignour. [6]  Li autre estoit d’aive plus blanche qe lait ou qe noif o qe nule chose; et ere cele aive tant clere que tot ce que estoit au fond pooit hom si bien veoir com C’il le tenist en sa main. [7]  Et avec tot ce si estoit ele tant parfond qe nul ne le porroit conter. [8]  Et la gravelle de ce flun si ere tot de pierres precieuses qe estoient de totes les manieres que hom puit penser. [9]  Et de cestui flun si nascent touz les autres fluns de paradis. [10]  Et aprés ce flum, si en est un autre qui est trestot de noif tant blanche qe nul ne la puet regarder por la paor de non perdre la veue. [11]  Et aprés [celui] flum de noif, si est un autre flum qui est tot d’aive tant clere et tant saine et tant saverose qe nul ne le porroit conter. [12]  Et ce flum si est tot pleyn d’anges qui demorent trestoz en piés et vont et vienent tot adés loant Nostre Seignor en maintes manieres. [13]  Et coment qe je veisse et regardasse les anges et les fluns et les autres choses devantdites, jeo ne perdi onques la veue que je ne veisse tot adés le ciel ou estoit la chaere Nostre Seignour dom je vous ai conté.

[14]  Et unquore vi je un autre merveille, que jeo vi que ou ciel ou la chaere est a plus de lengues, .lxx. mil tant ad doble, qu’il n’a en tottes les creatures que sunt en toz les ciels et en tottes les terres. [15]  Et tottes ces lengues ne finent de loer Nostre Sire Diex ne de jour ne de nuit; et chasqune d’elles lo loe en touz lengages, et beneist son santisme nom et son pooir.


XXVI. Ce est le devisement du .xxvi. chapitre.


[1]  De puis que je, Mahomet, vi les choses devantdites dom vos avéz oi desore, je apris et conui que Nostre Sire Dieux avoit faiz .xviii. mil mondes dom li un en est cestui monde ou nos sumes. [2]  Et avec ce crea il mil maniers des creatures, sanz les homes, et sanz les deables et les fantasmes, et sanz Gog et Malgog qui sunt entre homes et deables. [3]  Et nul ne le puet savoir lo conte de ces creatures for Diex solament qui les fist et les crea. [4]  Et de ces mil manieres de gentz, les .iiii. cent en sunt en la terre, et les .vi. cent en la mer.

[5]  Et sanz tot ce si sunt trestouz les ciels si pleins d’anges que jeo, Mahomet, jur par celi Diex qui me mist l’amme ou corps qu’il sunt si espés et tant serreement jointz ensemble que hom n’i porroit mettre entr’elx un poil tant soulement. [6]  Et de ces anges les uns demorent en piés, et les autres en seant, et les autres en gisent ad denz. [7]  Et trestouz prient et loent Nostre Seignour, et tremblent et batent lour eles de la paor de lui; et ne lui sunt desobeissanz en nule chose tant come hom poust l’uoil clore solament.


XXVII. Ce est le devisement du .xxvii. chapitre.


[1]  Puis que jeo, Mahomet, me parti de ces anges dom je vos ai conté, Gabriel m’ammena ad une terre que Nostre Sire Diex avoit faite proprement ad son uoes, que ere totte blanche. [2]  Et la blanquour de lui estoit totte de pure clarté. [3]  Et si ere pleine totte de creatures que Diex avoit faitez. [4]  Et ces creatures estoient de tant de manieres que nul dire ne le porroit ne conter. [5]  Et tottes erent tant obeissaunz ad Nostre Seignour qu’elles ne iscioient tant de sa obedience com hom poust [o]vrir et clore la bouche. [6]  Et sanz tot ce, si lo loent tot adés en tottes les manieres qu’elles pooient et savoient. [7]  Et se auqun me demandast se ces creatures estoient des fils d’Adam, je lor respondroie qu’elles ne savoient pas se Diex crea Adam ou non. [8]  Et se plus me volsissent demander se elles erent dou lignage au deable, je lor diroie qu’elles ne savoient ausinc se Diex crea le deable ou non. [9]  Et se plus me volsissent unquor demander et tenir cort et me deissent: «Di nos messagier de Diex, puis qe ces creatures ne sunt homes ne deables, que creatures sunt donques ?», je lor respondroie et diroie issinc: «De ces creatures vous ne savéz rien, ne je ne lo vos direi. Quar Nostre Sires le me defendi, ne contre sa defense je n’oseroie faire. [10]  Et puis que je ei ces choses veues, jeo me parti d’illeques et m’en vign.

XXVIII. Ce est le devisement du .xxviii. chapitre.


[1]  Aprés ce que je, Mahomet, ei la terre blanche et les creatures devant dittez veues, li espirit de Diex m’ammena par toz les ciels et me fist en un moment trestot reveoir, quant que je avoie par leisier primierement veu. [2]  Et m’ammena tant que trovei Gabriel et li ange Rafael avec li, qui estoient descendus par le comandement Nostre Seignour por qu’il m’ammenassent ad les .vii. terres que sont entor la terre blanche devantditte, et me mostrassent les choses que i sunt.

[3]  Et issinc com je descendoie, je trovei un ange qui avoit nom Auquotrofins et estoit mout grant ad merveille. [4]  Et il avoit une penne que ere totte de clarté en sa meyn, et avoit en li tant de lonc com home poust aler en .v. cent ans. [5]  Et celle penne si ere fendue, et de la fendure sordoit l’encre que estoit totte de clarté. [6]  Et savoit la penne .lxx. mil lengages que nul les entendoit for li ange Auquotrofins. [7]  Et celi meisme Auquotrofins en savoit autretanz que nul ne les entendoit for que la penne. [8]  Beneoit soit Diex qui fist et crea les choses sicom a lui plot.

XXIX. Ce est le devisement du .xxix. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, ei veues ces choses devantdittes, Gabriel et Raffael me mostrerent un coc qui estoit prope de Nostre Segnour. [2]  Et celi coc estoit si grant qu’il tenoit son chief et sa creste au ciel ou Nostre Sires est et sa chaere; et ses piés a plus parfound de la settisme terre dom vos orrés ça en avant. [3]  Et que vos iroie je contand de sa façon? Diex lo fist sicom a lui meisme plot. [4]  Et ce coc estoit un des anges Nostre Seignour; mes par tot ce, il ne savoit pas ou Diex estoit. [5]  Mes tant fesoit il qu’il looit tot adés Nostre Seignour et disoit en sa lausour: Beneoit soies tu Sire Diex ou qe tu soies. [6]  Et ce coc avoit les eles si granz que, quant [il les ovroit], il passoit a ses eles toz les ciels et tottes les terres que sunt de Orient jusqu’a Occident. [7]  Et quant vient a la mie nuit, il uovre et bat ses eles et dist: «Le halla hilalla», que vuolt tant dire: ‘n’est autre Diex for Diex.’ [8]  Et quant il a ce chaunté, maintenant toz les cocs qui sunt sor la terre batent lor eles et loent Diex. [9]  Et quant il ce teist, trestoz se teisent. [10]  Et quant vient a l’ajorner, li coc devant dit fait autretel com a la mie nuit. [11]  Et plus dit il en son chant qu’il dist: «Beneoit soies tu Diex, li grant et le puissant, qui sires es de toz les ciels et de tottes les terres. [12]  Et quant il a ce dist, toz les cocs dient autretel; et issinc font tottes les foies qu’il chante. [13]  Et aprés ce, je regardei la façon de ce coc et vi qu’il avoit les pennes grosses par desus totes blanches si merveilleusement que nul porroit conter la blaquour d’elles. [14]  Et la menue plume par de soz estoit si tresverd que la lor verdour nul ne la porroit dire ne penser. [15]  Et certes je n’avoie molt grant delit et grant sollas en lui regarder, si que je ne m’en pooie saoller.

[16]  Et quant je me parti de celi coc veoir, je trovei et vi un ange qui estoit devant Nostre Seignour, et ere fait mout merveilleusement. [17]  Quar la moitié de son corps estoit de noif, et l’autre de feu ardant. [18]  Et si ere ce en maniere que la noif ne estegnoit le feu, ne le feu ne destruoit la noif. [19]  Et cil ange demore tot en piés devant Nostre Segnour et dist: «Beneoit soit Diex, li ault et le puissant, qui defendi que la challour du feu ne desfeist la noif, ne la froidour de la noif ne estensist le feu. [20]  Et a prés ce disoit: «Sire Diex, sicom tu as la noif et le feu jointz ensemble, si te pri je que tu doies ensemble joindre les corage de tes sers qui ad toi sunt obeissanz, por qu’il te puissent mieulz servir.» [21]  Et unquor vi je qe entor celui ange estoient tant d’autres anges qui trestoz looient ad autes voiz Nostre Segnour que nul ne porroit dire lor conte ne penser. [22]  Et toz ces anges tenoient lor testes dreciés, et de lor uoelx regardoient si de droite ligne devant soi qu’il ne regardoient ne ault ne bas de la paor qu’il avoient de Nostre Sire Diex.


XXX. Ce est le devisement du .xxx. chapitre.


[1]  Et si tost com je, Mahomet, ei veues ces choses dom je vos a conté, nos alames tant entre moi et Gabriel que nos venimes au grant mur du paradis. [2]  Et aprés ce, je regardei et vi que les granz pierres quarreez de ce mur erent si departies entr’elles que les unes estoient d’or, [les autres d’argent], et les autres de rubins, qe erent assises entre celles de l’or et celles de l’argent. [3]  Et ce mur gettoit si grant clarté qu’a paine le pooit hom esgardier. [4]  Et vi aussinc que la chale dom estoient les pierres jointez ensemble estoit tot de musc et d’ambre destempree d’aive rose, et fleroit si bien que nul ne le porroit conter. [5]  Et je regardoie se hom poust dire l’autece de ce mur, et conui apertement que ce estoit neent, qu’il n’est nus home vivant qui celle autece poust dire ne penser for soulement Nostre Sire Diex qui la fist. [6]  Et je demandei ad Gabriel et li dis:

[7]  - Qui est ce que je voi?

[8]  Et il me respondi et dist:

[9]  - Sachez messagier de Diex que ce sunt le mur et les tors du paradis. [10]  Et te jur par le nom de Diex q’unques sor ce mur et sor celles tors ne monta nul ange ne deable ne fantosme, quar il sunt gardés de totes creatures que ne les voient. [11]  Et le primier home qui onques unquor les veist tu es, Mahomet. [12]  Et unquor te di je plus, que aprés ce paradis si a un jardin qui a nom en sarrazinois ‘Gennet Alcode’, qe vuolt tant dire com ‘paradis durable’. [13]  Et sachez qe coment qe hom die qu’il n’i a qe un paradis, il est voir en ce que paradis n’est autre chose qe delit. [14]  Mes ce delit, Nostre Sire Diex la departi en plusours maniers, et si le done as suens solonc ce qu’il le deservent. [15]  Et vuolt Nostre Segnour qe tu voies et sachez coment les maniers de cestui delit sunt departies et devisees, et ce qu’il a esleu ad toi et ad ton poeple. [16]  Et le jardin dom jeo t’ai parlé, qui est appelléz ‘paradis durable’, Nostre Sires le fist de sa propre main ad ton uoes. [17]  Et entre cestui paradis et NostreSegnour n’i a que deus cortines, et si est le plus noble paradis et li plus prisiéz de toz les autres. [18]  Et vien avant, je le te mostrerei!

[19]  Et quant il m’at ce dist, je li enclinei et alei avec li tant que nos venimes a la porte. [20]  [Et cum ibi fuimus, Gabriel vocavit ad portam. [21]  Et maintenant vindrent li huiscier et demanderent que ce estoit. [22]  Et atant Gabriel se noma, et li huscier li distrent:

[23]  - Qui est celi qui est avec toi?

[24]  Et Gabriel lor dist:

[25]  - Ce est Mahomet, li messagier de Diex.

[26]  Et il distrent aprés:

[27]  - Est il ja envoiléz?

[28]  Et Gabriel lor respondi:

[29]  - Oil!

[30]  Et tantost nos furent les portes overtes et entraMEs.


XXXI. Ce est le devisement du .xxxi. chapitre.


[1]  Issinc com je, Mahomet, et Gabriel entrames ou paradis devantdit, jeo regardei et vi que ce estoit la plus bele chose que [hom] poust penser; et demandei ad Gabriel com bien le paradis estoit grant et de lonc et de lé. Et il me respondi issinc:

[2]  - Saches Mahomet que quant Nostre Sire Diex crea le paradis, il le fist si large com est le ciel et la terre. [3]  Mes com bien il a de lonc, nul ne le set for Nostre Seignour qui le crea.

[4]  Et aprés ce li demandei et dis:

[5]  - Or me di Gabriel, quant le ciel et la terre se changeront, que serra de ce paradis?

[6]  Et il me respondi et dist:

[7]  - Sachez messagier de Diex que, quant Nostre Segnour changera le ciel et la terre au jour de juise, le leu ou est orendroit ce paradis si se tornera en air. [8]  Et adonques tirera Nostre Sire Diex cestui paradis et un autre avec li, qui est jardin ou fu creé Adam, qui a nom Hedem. [9]  Et ces deux paradis si tirerent aprés soi toz les autres paradis. [10]  Et le lonc de la tierre que Diex fera de ces paradis si serra tant com est le ciel et la terre. [11]  Et puis qu’il seront la tirés, il n’i avra entre ces paradis et la chaere Nostre Seignour for la gloire de Diex et sa clarté, la quel nul ne set quel elle est for il meismes. [12]  Et en celle clarté demorerent les anges trestoz, et i seront ausinc largement com il sunt orendroit en trestoz les ciels. [13]  Et de celui jour en avant celle clarté s’espandera par tot, et sera si tresgrant qu’il n’i avra ne conte ne fin, sicom il n’i a ou pooir de Diex. [14]  Beneoit soit il qui est ault et puissant sor tottes choses.

[15]  Et quant Gabriel m’ot ce conté, je lo demandei qu’il me deist coment estoit fait li jardin devant dit qui a nom Hedem, et com il estoit bien grant et de lonc et de lé. [16]  Et il me respondi et dist:

[17]  - Sachez Mahomet que, quant Nostre Sire Diex crea celui jardin, il lo crea mout habundablement de quant qu’il i a. [18]  Et puis si en crea un autre de denz celui qui a nom Genen; et est [ent]re le ciel et la terre, oltre le leu ou naist li soleil. [19]  Et puis qe Diex ot fait celui jardin, si le leva en ault tant com hom porroit aler en sicenz et cessant et trois ans.


XXXII. Ce est le devisement du .xxxii. chapitre.


[1]  Puis que jeo, Mahomet, ei entendu ce que Gabriel me conta de les choses avandittes, je lui demandei si je pousse savoir combien a de la terre jusqua au primier ciel. [2]  Et Gabriel me respondi et dist:

[3]  - Saches Mahomet que du primier ciel jusqu’a la terre si a tant d’espace com hom porroit aler en .vi. cenz et .lxiii. ans. [4]  Et tant i a sanz dotte sicom Nostre Sire Diex parole en l’Alkoran, la ou il dist: «Nos departiroms et deviserons com bien a da la terre jusqu’a primier ciel, et jusqu’au ciel ou nostre chaere est.»

[5]  Et aprés li demandei com bien avoit du ciel ou est la chaere Nostre Segnour jusqu’a la terre. [6]  Et il me respondi que de celui ciel ou la chaere est jusqu’a la terre si a tant d’espace com hom poust aler en cinquante mil ans de nos ans et de noz mois et de nos jours. [7]  Et je li demandei adonques ausinc s’il i avoit o jour o nuit. [8]  Et il me respondi qu’il n’i avoit ne jour ne nuit, ne soleil ne lune ne estoilles.

[9]  - Mes la clarté qe i est si est si tresgrant que la clarté du soleil est autele ver celle clarté com est la clarté d’une estoille ver celui du soleil.

[10]  Et puis qu’il m’ot ce dist, je pensei en mon cueor et conui bien qe chasqun des ciels qe je avoie veu avoit en soi tant d’espés com hom porroit aler en mil ans; et autant avoit d’espace entre l’un ciel et l’autre. [11]  Et issinc conui je que entre les ciels trestoz et les cortines et les departimenz devantditz si ont par tot en somme tant d’espace com hom porroit aler en quarante et deus mil ans.


XXXIII. Ce est le devisement du .xxxiii. chapitre.


[1]  Jeo, Mahomet, messagier de Diex, fais savoir ad toz celx qui bien croient en Nostre Segnour et qui desirent d’avoir la joie dou paradis que la façon de cel li jardins qui Gabriel me mostra primierement, et ou Adam fu forméz, estoit en icel maniere que devers la partie d’orient dom vient li soleil si estoit tot pleyn d’arbres que fesoient tot adés ombre par tot, sicom li soleil se tornoit.

[2]  Et aprés ce, si vi ausinc que en la terre du paradis avoit un mout grant flum de cui nascent trestoz les autres fluns qui corrent par mi le siecle. [3]  Et ce grant flum court par la terre d’Egit et a nom Enil, et en latin si est appelléz Gycon Fison. [4]  Et tandis com il court par la terre du paradis, si est trestouz de miel. [5]  Et puis qu’il ist de celle terre, tantost se torne en aive. [6]  Et aprés ce lun flun, si en vi un autre mout grant qui a nom Adehilla. [7]  Et ce appele hom Eufrates en latin. [8]  Et tant com il court par la terre du paradis, si est tot de lait le plus blanc que hom puisse conter. [9]  Et tantost com il en ist, si se torne en aive. [10]  Et aprés ce si en vi un autre mout grant qui a nom Gayan, et ce est en latyn Gyon. [11]  Et tandis com il court par la terre du paradis, si est tot de vin. [12]  Et sicom il s’en ist, se se torne en aive. [13]  Et aprés ce, si en vi un autre unquor mout grant, qui a nom Targa; et ce est en latin Tigris. [14]  Et ce est tot d’aive la plus clere et la plus saverouse que nul home puisse penser. [15]  Et ces quatre fluns si sunt issinc departis que celui du miel si court ver orient, celi du lait ver occident, celi du vin ver midi, et celui de l’aive ver setentrion.

[16]  Et quant je ei veu ces quatre fluns, je regardei et vi que sor la porte du paradis, ver la partie de denz, estoit escript: «Je sui Diex, et n’est autre Diex for qe je. [17]  Et touz homes qui dirunt: ‘Le halla hilalla Muagmet raçur halla’, que vuolt tant dire: ‘n’est autre Diex for Diex et Mahomet est son messagier’, il ne entrerunt ja en enfer, ne n’avrunt nule poil ne por pechié qu’il aient.»


XXXIV. Ce est le devisement du .xxxiiii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, ei veues ces choses devant dittez, je m’en allei par trestouz les paradis. [2]  Et issinc com je aloie regardant ça et la, je vi que les paradis estoient faiz de diverses manieres, et qu’il i avoit l’un meillour des autres. [3]  Et ce fist Nostre Seignour por faire plus de grace et d’onour ad cels qu’il aimera plus. [4]  Et si apris les nouns de ces paradis, et vos direi sicom chasqun d’els est només. [5]  Sachéz que li primier ou fu fait Adam, dom je vous ai conté, si a nom Heden; li second Dar Algelel; li tierce Dar Alzelem; li quart Gennet Halmaulz; li cinquesme Gennet Halkode; li sesisme Gennet Halfardauz; et li settisme Gennet Hanaym. [6]  Et ce settisme paradis si est ausinc com le chastel des paradis, quar il est plus ault. [7]  Et de celi pueot hom trestoz les autres paradis veoir, et ad cestui vient Nostre Seignour quant il volt veoir les paradis, et ce est sa maison propre quant il vient la.

[8]  Et ausinc vi je en cestui paradis deus graunz piliers, li un d’esmeraude et l’autre de rubyn; et coment il sunt loncs et gros nul ne siet for Diex. [9]  Mes tant vos en puis je bien dire, qu’il a tant d’espace de l’un ad l’autre com il a de Orient jusqu’a Occident. [10]  Et tot ce que est mileu de ces piliers si est tot de clarté. [11]  Et ces deus pilieres sunt ad l’entree de la porte de celui devantdit paradis de Nostre Segnour.

[12]  Les autres paradis sunt toz de clarté, et si i a mout de cités et de chasteux qui toz de clarté sunt. [13]  Et les paleis, les maisons, les sales, les chambres et toz les autres leus dedenz ces chasteaux et ces cités sunt de clarté ausinc. [14]  Et aprés ce, si i sunt taunt d’arbres, et de tan diverses manieres, que nul ne le porroit conter, ne la diversité des manieres des fruiz qu’elles font. [15]  Et sunt plus beaux que rubins o que esmeraudes o que nulles precieuses pierres, et si flerent mielx que nulle chose qe hom pulisse penser. [16]  Et par mi ces jardins si corrent fluns de tantes maniers de colours de vins qe nul ne le porroit dire ne penser en son cueor. [17]  Et toz flerent merveilleusement bien. [18]  Et avec tot ce i a tant de pavellions qui sunt sor les rives de ces fluns, de tant diverses manieres, et maisons ausinc que sunt si belles et si nobles et de tant merveilleuse façon que nul cueor d’ome penser ne le porroit. [19]  Et trestouz sunt de pure clareté.


XXXV. Ce est le devisement du .xxxv. chapitre.


[1]  Aprés ce que jeo, Mahomet, ei veu tot ce dom vos ai conté, et vos avéz oi desore, je regardei unquor et vi que dedenz les pavellions et les maisons que estoient sor les rives des fluns devantditz si erent dames les plus beles et les plus nettes que nul cueor d’ome poust penser, et celles que ont les plus beaux uoelx et plus amoreusement regardent. [2]  Et tottes les dames si ont lour testes envoluppees de perles et de pierres precieuses. [3]  Et sor ce, si ont lor corechiés toz de clarté ausinc trestoz. [Sunt quidem ipsarum vestimenta claritatis omnia.] [4]  Et ont lor ceintures d’ambre et de musc, a perles et a pierres precieuses, et flerent si tresbien que hom qui fust forment malades si en dovroit de l’odour guarir.

[5]  Et elles sunt assises tottes en renc et semblent la plus bele chose du monde. [6]  Et lievent lor voiz en ault et chantent si tresbien et tant de cler et tant doucement que tottes autres voiz et toz estrumenz que hom poust conter ne valent rien ver le chaunt qu’elles font. [7]  Et dient en lour chant: «Nos somes les virges durables que non poom morir, et damoiselles sanz nule corrucion. [8]  Et somes ausinc sanz nul corroz et sanz nul mal pensament. [9]  Nos somes les envoisiés et les tresbeles, quar nostre beauté est sanz fin. [10]  Nos somes les asseniees as homes honorés qi sunt sers de Nostre Sire Diex et li sunt obeissanz. [11]  Ha, com seront bien aurés celx qui otroiés nos sont et ad cui nos fumes ottreiéz!» [12]  Et en ce qu’elles chantoient issinc, je me pris garde et entendi qu’elles disoient en lor chant paroles que Diex conte [en] l’Alkoran, la ou il dist: «Nos creammes les virges amoreuses et que ont merveillieus amour ver ses maris.

[13]  Et avec ce, si pris garde a lor façons et vi que issinc com elles chantoient si paroient lor denz qi erent plus blancs que perle ou que nulle noif. [14]  Et lor boches erent tant belles et tant vermoilles que nul rubin se porroit appareillier ad ellles.

[15]  Et sunt ces dames ausinc mout enamorees de celx qui elles doivent avoir a lor maris, et non pas d’autre. [16]  Mes elles ne sevent les queles ce serunt ne lor nons, ensinc com Nostre Sires dist en l’Alkoran: «Je les ai faitez si onteuses qu’elles ne lievent lor uoelx for qe ad lor maris; ne nul d’elx ne oseroit aprochier ad nul des autres for que ad sa famme, ne li deable meismes ausinc. [17]  Et tottes foiz que les maris gisent avec elles, si les truevent ausinc pulcelles com devant. [18]  Et chasqune d’elles a escrit en son piz le nom de son ami, et il ausinc le nom de lui. [19]  Et li escrit du mari si dist: «Je su tom ami, et por nul autre ne te changerei. [20]  Et ausinc dist li escrit de la famme ver son mari.

[21]  Et unquor vi je plus que les cueors et les foies d’elx et d’elles paroient par de hors, et les meolles de lor os ausinc, com parroit ja un fil blanc en une fiole de cristal. [22]  Et por ce ne puet faire li un ne penser nulle chose en son cueor que l’autre ne lo voise.

[23]  Et chasqun de ces dames si vest .lxx. mil dalmescies, une sor autre, faites en maniere de sorpellices ad larges manches que vestent les clers quant il entrent en le glise por chanter. [24]  Et ces dalmescies sunt tottes de fin or et ovrees de diverses colours mout merveilleusement; et ausinc legierement les portoient come une mout delié chamise.


XXXVI. Ce est le devisement du .xxxvi. chapitre.


[1]  Je, Mahomet, vuoil que sachent toz celx qui orrunt lire ce livre coment sunt faiz les paradis dom je vos ai conté et de quel maniere est chasqun par soi. [2]  Et primierement vos direi de celui Gennet Hanaym qui est propre la maison de Diex en paradis et plus ault de toz les autres sicom vos avéz oi desore. [3]  Et tant vuolt dire ‘Gennet Hanaym’ com ‘Jardin compliement habundant de tottes delices que cueor d’ome puisse penser’. [4]  Les murs de cestui paradis si sunt de rubins trestoz, et les tors et les maisons par dedenz ausinc. [5]  Mes les liz et les chaelis, les eschieles par monter as soliers et trestoz les vaisellemenz et les portes tottes de les maisons devantdittes sunt de perles. [6]  Et laens sunt les amoreuses dammoiseles que sunt cent mile tant plus belles et plus remvoisés qe ne sunt les autres dom je vos ai parlé. [7]  Et la sunt ausinc les pavellions, les uns de robins, les autres d’esmeraudes et les autres de perles, et issinc de tottes manieres de pierres precieuses, les plus beaux et les plus merveilleusement ovrés que nul cueor d’ome penser poust. [8]  Et ces pavellions sunt assis sor fontaines que i sordent d’aive et de vins qui sunt de tottes colours et de tottes savours que par nul home pussent estre pensees. [9]  Et la sunt les doulz chanz et merveillieus de dammoiselles que se sient de soz les arbres que i sunt, totes de pierres precieuses de tottes maniers, et les fruiz qu’elles funt ausinc, qui sunt plus doulz et plus savoreus que nule chose. [10]  Et la sunt les sons des estrumenz qui sunt tant doulz et tant delictables ad oir que nul cueor d’ome penser ne le porroit.

[11]  Et dedenz cestui jardin si en erent autres deus dom li un estoit tot environeez de pierres precieuses par dedenz et par deors et quant qu’il i avoit. [12]  Et l’autre si estoit de fin or vermail qui ere trop bele chose ad veoir.

[13]  Et li jardin dom jeo vos ai conté, qui est noméz Anaym, si estoit fait tot ad degreez qui erent cent par conte; et les degréz estoient faiz en icel maniere que chasqun d’elles avoit en ault tant com hom porroit aler en .ccl. ans, et autant avoit en large. [14]  Et de ces degréz li un est d’or, et l’autre d’argent, et l’autre de rubin, l’autre d’esmeraude, l’autre de perle, et issinc estoient toz les cent. [15]  Et la chalz a que sunt jointz ces degréz estoit tot d’ambre et de musc qe fleroit ad merveille bien.

[16]  Et ce est le leu qui Diex a appareillié a ceux que en li bien croient; et lour dira au jour de juise: «Venéz avant, beaux amis, et passiéz efforciément Azirat Halmuçakin.» [17]  Et ce Azirat si est un pont dom vous oréz en avant parler. [18]  «Et prennéz cestui paradis et le departéz entre vos solonc ce que chasqun de vos l’a deservi; quar ce paradis et les maisons, les arbres et les autres choses tottes que i sunt dedenz, je les fis par vos et ad vostre uoes, et sunt tottes pleines de ma grace et de ma gloire que est pardurable sanz FIN.»


XXXVII. Ce est le devisement du .xxxvii. chapitre.


[1]  Anquor di je, Mahomet, fiz de Abdille, messagier de Diex, issinc que celi qi est au plus bas degré du paradis Nostre Segnour devantdit, il a ad son uoes tot entor soi tant d’espace com hom porroit aler en .v. cent ans. [2]  Et si li done Nostre Sire Diex .v. cent fammes en mariage, et quatre mil virges dom il fera ses fammes quant li plerra; et VIII. mile des autres que ne sunt vierges por lui servir en tottes ces choses. [3]  Et celle cui il plus aimera, quant il la voudra acoller, si vendra elle tot por soi meisme ad lui por ce faire. [4]  Et li accoller sera en itel maniere que tant com il l’aimera, si se ne porra elle de lui partir, ne il de lui ausinc.

[5]  Et il avront une table mise devant soi que jameis ne lor faudra nulle chose qu’il vuoillient mangier ne boivre. [6]  Quar si tost com il mettont lor mayns sor la table, il seront si saolléz com s’il aussent mangiés tottes les viandes du monde; et de boivre serunt si habundéz com s’il s’ostassent li anap de la boche.

[7]  Et aprés ce, si vendra ad elx chasqune jour un ange qui lor aportera cent alfuoilles que sunt ausinc com dras d’or por vestir et lor dira: «Ce present vos envoie Nostre Sire Diex. Vos plait il?» [8]  Et adonques il respondent et dient: «Ce nos plait plus qe nulle chose que nos veissoms onques.»

[9]  Et se il par aventure eussent talent d’aler au paradis qui a nom Gennet Halkode, dom vos avéz oi parler devant, por veoir les arbres que i sunt et por goster de lor fruiz, maintenant vendra un ange ad elx et les amenera la; et dira au primier arbre qu’il trovera: «Donéz moi por les sers Nostre Segnour de vos mangiers.» [10]  Et tantost li arbre li donra .lxx. mil esquelles de viandes, tottes appareilliés de tant de maniers de chars et de oiseaux que nul cueor d’ome penser ne le porroit. [11]  Et sachéz que cex oiseaux n’ont point de plume ne de pennes ne nul os. [12]  Et si ne sunt cuiz ne en aive ne ad feu rostiz. [13]  Et sunt ausinc savoreus ad mangier com bur et miel mesleez ensenble. [14]  Et si flerent ad musc et ad ambre. [15]  Et de ces mangiers mangeront il tant com il voudront deus foiz li jour, au disner et au supper. [16]  Et li derreain morsel de ces viandes le serra ausinc savoreus com le primier. [17]  Et avec tot ce lor envoiera Nostre Sire Diex mout d’autres presens du ciel par ses anges.


XXXVIII. Ce est le devisement du .xxxviii. chapitre.


[1]  Sachent les genz qui ce livre verrunt que puis qe les sers de Diex avront mangié, dom je vos ai parlé devant, li mangier se fera en lor ventre ausinc com vapour et se tornera en suor deors. [2]  Et celle suor fleirera soef plus qe musc.

[3]  Et tantost les anges ovrirunt une posterne du paradis que fiert en un autre jardin mout mervellieus. [4]  Et ad l’entree par devant de celui jardin si a un arbre qui est si tresgrant que nul ne le porroit conter. [5]  Et au pié de cel arbre si sordent deus fontaines, les plus belles et les plus cleres que nul cueor d’ome penser poust. [6]  Et celx qui entrent en paradis si vienent ad l’une de ces fontaines et si en boivent. Et maintenant qu’il en ont beu, si sunt mundifiés de tot ce qu’il avoient mangié, si que nent n’i demore. [7]  Et aprés ce, si s’en vont ad l’autre fontaigne et se bagnent. [8]  Et quant il se sunt bagniés, si font lour oreisons, et la grace Nostre Seignour descent sor elx. [9]  Et puis se retornent en paradis; et quant il vienent a la porte, si lor demande li huscier et dist: «Estes vos mundefiéz?» [10]  Et il respondent: «Oil!» [11]  Et tantost il lor n’ovra la porte et entrent.

[12]  Et quant il sunt laenz, si i truevent enfanz, les plus beaux qe nus home poust conter. [13]  Quar il semblent de blanquour ad perle mout blanche, et de rogeur ad rose roge bien coloree. [14]  Et ces enfanz se vont desduiant par mi le paradis ausinc com vont les enfanz en ce siecle; et conuissent par façon et par nom touz celx qui entrent en paradis. [15]  Et auqun de ces enfanz si vient ad auqun de celx qi en paradis entrent, et li dist: «Bien vegnant soiez tu, beaux amis; je t’aporte buoenes noveles.» [16]  Et ce est issinc qu’il n’i remaint nul d’elx ad cui ce ne soit dit por auqun de ces enfanz. [17]  «Sachez que Nostre Sire Diex t’a aparellié mout de fammes vierges les plus belles du monde, et mout de chamberiers, et mout de maisons les plus belles que poust conter nus home. [18]  Et quant il entent ce que li a dist li enfant, si respont maintenant et dist: «Diex en soit aoréz, et beneoit soies tu qui ces novelles m’aportes.»

[19]  Et tantost li enfant se part de li, et s’en va ad celui des dammes qu’il siet que cil qui vient plus aime, et le conte novelles de celui qui doit estre son mari. [20]  Et elle lui respont et dist: «l’ai tu veu?» [21]  Et il respont: «Oil!» [22]  Et maintenant dist la damme: «Diex, en soiez aoréz, et beneoit soiez tu qui ces novelles m’as aportés.» [23]  Et la dame n’a si tresgrant joie qu’a poine le puet croire. [24]  Et tantost s’en va jusqu’a la porte por veoir se ce est verité ou non.

[25]  Et quant cil qui vient aproche et voit les murs de sa maison, qui sunt toz de perles et de pierres precieuses, et il regart contre mont, par un poi qu’il ne pert la veue de la grant clarlté qe i est. [26]  Et sachiéz qe plusours l’eussent ja perdeue s’il ne feust qe Nostre Sire Diex ne le consent; quar celle clarté est plus fort asséz qe n’est li esparz quant il tone mout fort. [27]  Et quant il a regardee contre mont, si basce sa teste et voit les virges qu’il doit avoir ad fammes, et les cortines et les dras qui sunt tenduz par mi la sale, et les sieges et les liz et les chaeliz qui touz de perles et de rubins et d’esmeraudes [sunt, et ausinc c]overs de samit et de dras de soie de diverses colours. [28]  Et quant il avra ces choses veues, maintenant il dira: «Beneoit soit Diex qui ça nos aporta, quar ce n’aussom nos s’il ne fust por sa grant merci et por la verité que Mahomet son messagier nos demostra et nos fist savoir, qu’il nos dist que nos serrioms heritiés dou paradis.»


XXXIX. Ce est le devisement du .xxxix. chapitre.


[1]  Anquor vuoil jeo, Mahomet, que les genz sachent plus que en paradis si a un arbre qui a nom en sarrazinois ‘Tube’, que vuolt tant dire com ‘arbre de joie et de delit’. [2]  Et ce arbre si est si gros de ver le pié que home ne le porroit cerchier en tor en cent ans a tot le melliour chival et au plus corrant du monde, et qu’il ne feist autre chose que corre. [3]  Et li pié de ce arbre si est tot de rubin, et la terre ou il est planteez si est totte de musc et d’ambre, plus blanche que nue noif, et flere tant bien qe nul ne le porroit conter. [4]  Mes por que la flerour du musc et de l’ambre estoit trop fort, si i avoit meslee canfora por lui attemprer. [5]  Et les branches de cel arbre sunt tottes d’esmeraude, et les fueilles de samit, et les flours de dras d’or, les plus beaux que home puisse conter. [6]  Et les fruiz sunt en maniere de perles mout granz, si que se un de ces fruiz fust ça alval, cent homens n’aussent asséz ad mangier en un an. [7]  Et sunt ces fruiz plus blancs que nulle noif et plus clers que cristal ou que autre chose nulle. [8]  Et la savour d’elx estoit ausinc com de gingiebre ou de miel mesleez ensemble. [9]  Et l’erbe que i est entor ausinc com herbe de pré si est totte de saffrain verd qui flere merveillieusement bien; et si est tant fresche qu’elle semble que naist tot adés.

[10]  Et au pié de cel arbre si sourdent mout de fontaines tottes de vin, dom corrent les flunz par mi les paradis. [11]  Et de ces vins, les uns en sunt plus blancs et plus clers que nulle aive, et les autres plus vermoils et plus clers que nul rubin. [12]  Et ces deus maniers si sunt tant delgiés et tant savoreus que nul ne le porroit conter. [13]  Et les autres deus maniers qu’il i avoit des vins, li une en ere ausinc com vin verdet de colour et de savour, et l’autre si ere ausinc com vin giaune et cler en maniere de topace. [14]  Et ere se meur et tant fort ad boivre que nul conter ne le porroit. [15]  Et ces quatre fontaines estoient les principaux; mes entr’elles i avoit tant des autres que erent tottes des vins, et de tant de maniers de colours et de savours, qe nul ne le porroit penser.


XL. Ce est le devisement du .xl. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, ei veu l’arbre devandit qui a nom ‘Thube’, si en vi un autre qui est des plus principaux arbres qui soient en paradis et des plur beaux. [2]  Et de sotz celi arbre si s’assient et aunent toz celx du paradis por oir contes et fableaux qui lor conte un ange qui i est, et qui ne sert d’autre mestier que de celui.

[3]  Et en ce que je regardoie cil ange conteour, je pris garde et vi venir mout grant compaignie d’anges qui venoient trestoz sor chamieaux chivauchanz. [4]  Et les chamieaux estoient toz enchaenés de chaenes d’or entor lor couls, et lor visages sembloient ausinc com chandoilles ardanz; et lor poils erent ausinc com soie vermoille meslé avec la blanche, qui sembloient la plus bele chose que je veisse pieça. [5]  Et il estoient toz desbonaires de lor nature propre et bien ensigniés, si qu’il n’avoient mestier ja de nul chastiement, ne nul travail qu’il eussent ne lor grevoit de rien. [6]  Et ces chamiaux estoient trosséz d’or et d’argent et de perles et de tottes maniers d’autres pierres precieuses.

[7]  Et quant les anges qui ces chamiaux chivauchoient furent venu la ou estoient celx qui entendoient les contes et les fableaux dom je vos ai conté, si destrosserent et donerent celles joies tottes de part Nostre Seignour a celx qui i erent, et les saluerent ausinc. [8]  Et puis lor distrent: «Montéz sor ces chamiaux et aléz a Nostre Segnour qu’il vos vuolt veoir, et que vos le voiéz; et vos vuolt parler, et que vos parliéz ad li. [9]  Et il vos mostrera plus de pitié et d’onour qu’il ne vos a mostré jusqu’a ci. [10]  Et tantost comença chasqun ad chevauchier sor son chameu, et aloient toz ensemble rengiés et serréz, l’un deléz l’autre, en maniere que les chamiaux aloient si igalment que nul d’elx ne mettoit teste ne genuel devant l’autre. [11]  Et quant il trovoient nul arbre de celx du paradis, li arbre tant tost par soi meisme se colchoit ad la terre et s’espandoit en maniere com s’il n’i aust rien, por ce qu’il ne lor feist auqun enpachement ad lor aler, ne que nul d’elx passast devant l’autre por qu’il se pousent dessevrer. [12]  Et en itel maniere vindrent il devant Nostre Segnour en paradis.


XLI. Ce est le devisement du .xli. chapitre.


[1]  Puis que les sers Nostre Segnour furent venu devant lui en paradis, sicom vos avéz oi devant, il descovri sa tresbelle chiere, grant et honoree sor tottes choses, et se le mostra. [2]  Et il maintenant li enclinerent et le saluerent, et li distrent issinc: «Tu es la peis et de toi naist; et par droit ad toi est li hounour donéz et la noblece.» [3]  Et Nostre Sires le respondi: «Sor vos soit ma peis et ma pitié et ma sauvacion, quar sanz dotte moie est la peis et de moi vient, et en moi est par droit li honour et la noblece sanz fin. [4]  Et bien venuz soient mes sers et mes amiz qui garderent ma loi et mon comandement, et qui orent de moi paor devant qu’il m’eussent veu.» [5]  Et ad ce il respondirent et distrent: «Nos jurons par la ta gloire et par la ta grant noblece et autece que nos ne te peons servir solonc la ta grant pitié et le tueon grant pooir. [6]  Mes tant te prioms que tu ne lasces gitter estenduz devant toi et ad toi orer et loer ton santisme nom.»

[7]  Et Nostre Sires le respondi: «Ce ne feréz vos pas, quar je vos ai ostéz de tottes poines et de travail d’orer, et de tottes autres choses grevables. [8]  Et vos ai doné repos ad vos ammez, quar lui temps est venu du doner ce que je vos ai promis. [9]  Por ce demandés et eslisiéz ceo que vos voléz, qu’il vos sera trestot doné. [10]  Et si ne vous donrei solonc vostre deserte, mes solonc ma largece et ma autece et ma pitié. [11]  Por ce demandéz ardiement. [12]  Et quant il ot ce dit, il lui respondirent maintenant et distrent: «Sire, mout des autres homes du siecle ont eu mout de salas et de delit de lor char, et ce qu’il ont valu; et nos avoms tot ce lascié por toi. [13]  Dom nous te prioms que en gueredon de ce, tu nos dones tant de bien com il a eu en tot le monde du comencement qu’il ot jusqu’a la fin de li.» [14]  Et a tant Nostre Sires le respondi et dist: «Poi avéz demandé, et moinz asséz de vostre droit et que vos avéz deservi. [15]  Et jeo vos doigne tot ce que vos avéz demandé. [16]  Et sor ce vos doign ausinc ce que vos verréz.»

[17]  Et adonques il regarderent et virent mout de chasteaux dom les murs trestoz et les tors, les maisons, les sales, les chambres et toz les autres leus dedenz estoient d’or et d’argent, de rubins, d’esmeraudes et de tottes manieres de pierres precieuses, et de perles ausinc que erent de tottes colours que hom puisse penser. [18]  Et les sales tottes erent portendues de dras d’or et de soie de totes colours, en maniere que celui qui ere verd si ere plus verd et plus cler que nule esmeraude, et celi qui estoit vermeil [plus vermeil] et plus cler qe nul rubin. [19]  Et issinc ere chasqun des autres dras solonc sa colour. [20]  Et le resplendour de ces choses devantdittes estoit si tresgrant et si fort que, se Diex ne l’eust defendu, nul ne les regarderoit qu’il ne perdist la veue; quar chasqune chose par soi si estoit clere et resplendissant asséz plus que n’est li soleil.


XLII. Ce est le devisement du .xlii. chapitre.


[1]  Aprés ce que jeo, Mahomet, ei veues les choses devantdittes, je regardei unquor et vi que les enfanz dom je vos ai parlé, qui s’aloient desduiant par mi le paradis, chasqun menoit .iiii. palefrois trop merveilleusement beaux. [2]  Et de sor chasquns .iiii. palefroiz avait une biere, la plus riche et la plus belle que nul cueor d’ome puisse penser. [3]  Et par de sor chasqune biere avoit un chastellet de clarté et de pierres precieuses, si merveilleusement ovréz que nul penser ne le porroit. [4]  Et de denz chasqun de ces chastelléz si avoit une voute de rubins et d’esmeraudes et de perles. [5]  Et de denz la voute avoit un altel, et sor l’altel si seoit un ange. [6]  Et entor li estoient mout d’autres anges qui erent mout privéz de Nostre Segnour. [7]  Et ces anges demoroient por attendre et por aler encontre ad celx qui venoient en paradis, et por elx recevoir ad grant honour. [8]  Et quant celx qui aloient en paradis furent pres de celles bieres, les anges les saluerent et lor comanderent de par Nostre Segnour qu’il i entrassent. [9]  Et il maintenant i entrerent. [10]  Et les enfanz dom vos avéz oi les conduirent ad les delictables jardins du paradis.

[11]  Et quant il furent la, si i troverent ‘alkazeres’, que vuolt tant dire en sarrazinois com ‘maisons royaus’. [12]  Et iqui les firent descendre, et les anges descendirent avec elx et les mistrent de denz celles maisons; et les pristrent par les mains et s’asistrent. [13]  Et comencerent entr’els ad parler et ad gioer et ad rire si bel et si fort que lor risee fu oie mout de loign. [14]  Et quant il orent ce fet une grant piece, les anges lor distrent: «Amis, nos vos jurons por l’autece et por l’onour Nostre Segnour que de celi ore qe nos feumes creés onques ne giuammes ne riemmes, ne nos boches ne furent overtes ne noz lengues ne se remuerent jusqu’a ci en autre chose faire for que en loer Nostre Segnour. Mes or avons nos ris et giué avec vos, et ce avons nos fait por amour de vos, et por vostre honour.» [15]  Et quant il orent ce dit, si lor distrent: « Diex vos doint joir du bien qu’il vous a fait.» [16]  Et atant pristrent congié et se partirent d’elx. [17]  Et quant les anges s’en fuirent partis, il demorerent, chasqun d’elx en sa maison, et troverent cent mile tant plus de bien qu’il n’avoient devant covoitié ne demandee a Nostre Segnour.


XLIII. Ce est le devisement du .xliii. chapitre.


[1]  Issinc com je, Mahomet, regardoie les maisons et les autres choses devantdittez, jeo regardei et vi que chasqun de celles maisons avoit une posterne par la quel aloit hom ad un des fluns du paradis. [2]  Et per ce di je ‘un’ quar il en i a mout [et] de maintes manieres. [3]  Mes celx dum jeo vos conte sunt mout beaux et clers et mout granz ad merveille. [4]  Et d’une part et d’autre de ces fluns sunt les montagnes du paradis que sunt tottes de saphir le plus beu du monde. [5]  Et de denz celles montagnes si nascent les miners d’or et d’argent et de pierres precieuses que sunt de tottes les maniers que pussent estre. [6]  Et si s’en vienent par lor conduiz jusqu’au flum devantdit, si que la gravelle totte de celi flum n’est autre chose que pierres precieuses. [7]  Et li saphir dom sunt les montagnes devantdittes si est si tres cler que hom pueot veoir de ors quant qu’il i a de denz; et ce est dever la partie du flum. [8]  Et unquor i avoit en celles montaignes mot de autres conduiz qui moinent ad les jardins qui i sunt ver l’autre partie par de la. Et par chasqun de ces conduiz vet hom en .iiii. jardins du paradis, et de ces .iiii. jardins si en sunt les deus mout amples. [9]  Et en chasqun d’els sordent deus grandismes fontagnes mot beles. [10]  Et si a en ces jardins mout d’arbres dom chasqun fait un fruit de cent manieres que l’une ne semble l’autre, et sanz ce qu’il ne sunt pas enantés. [11]  Et les autres deus jardins ne sunt si amples, et en chasqun d’elx sort une fontagne non pas si grant com les autres devant dittes; mes elle est mout [belle] et mout tresclere.

XLIV. Ce est le devisement du .xliii. chapitre.


[1]  Et puis que jeo, Mahomet, ei veu les fluns devant ditz, et les montagnes, les jardins et les fontaines que i erent, je regardei unquor et vi que as jardis devant diz avoit paulmiers et melgraniers qui estoient si granz et si beaux que nul ne le porroit conter. [2]  Et les fruiz de ces arbres, quant hom les mettoit en sa bouche, si savoient les savours de toz les autres fruiz qui sachent [bien] en ce monde.

[3]  Et quant celx du paradis vont en ces jardins, si i truevent de soz les arbres devantditz les plus beaux paveillons et les plus riches que nul cueor d’ome poust penser. [4]  Et de denz ces paveillons si demorent les virges que hom appelle en sarrazinois ‘halkories’, que vuolt tant dire com ‘les esleues et les gardees de Diex’; quar elles sunt si bien gardéz que nus hom n’ose adeser ad elles, ne li deable ausinc, for soulement celx ad qui elles sunt ottroiees. [5]  De la beauté d’elles, que vos direi je? Nus hom le porroit conter ne penser en son cueor! [6]  Et les dammoiselles devant dittes si se sient sor les plus riches dras du monde. [7]  Et quant celx cui elles sunt otroiéz vienent la, elles se lievent contre aux et les reçoivent ad mout grant joie. [8]  Et puis se rassient avec elx.

[9]  Et quant il se sunt assiz, issinc Nostre Sire Diex les vient veoir ad mout grant compaignie d’anges et lor dist: «Avéz vos trové ce que je vos promis?» [10]  Et il respondent et dient: « Oil Sire, la vostre grant merci.» [11]  Et aprés ce, Nostre Sires le redist: «Que vos semble des guererdons que je faiz ad celx qui me servent? Estes vos bien paiéz de ceo que je vos ai fait?» [12]  Et il respondent: «Se vos estes paiéz de nos, nos somes mout bien paiéz de ce que vos nos avéz fait.» [13]  Et Nostre Sires le dit: «Adonques je sui bien paiéz de vos, puis que vos estes entrés en ma maison et vos ai parlé et mostré ma chiere, et puis que vos avéz acollés mes anges. [14]  Et sachiéz certainement et ne dottéz pas que les dons que je vos ai donéz ne vos serunt jameis tollus ne reprochiés.» [15]  Et il respondirent toz ensemble: «Beneoit soiez tu, Nostre Sire Diex, et ad toi rendons graces qui·ns as doné joie pardurable que est sanz poine et sanz travail.»


XLV. Ce est le devisement du .xlv. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, messagier de Diex, vi les choses devantdittez, je en fui mout merveilliéz; et si n’ei mout grant joie en mon cueor et en beneis Nostre Sire Diex por la grant bien qu’il fesoit ad celx qui le servoient. [2]  Et aprés ce, si regardei celx qui servoient [en paradis, et vi qu’il erent] si tresbeaux que nul ne le porroit conter. [3]  Et unquor vi je plus, quar un ange se seoit sor une siege de clarté. [4]  Et de la grandour de lui et de sa beauté, nulle porroit conter. [5]  Et il estoit environéz d’anges qui demoroient toz en piés et le servoient. [6]  Et je demandei ad Gabriel qui estoit cil grant ange. [7]  Et il me respondi et dis qu’il ere le tresorier du paradis, et ce avoit nom Ridohan.

[8]  Et quant je oi ce, si alei maintenant ver lui et le saluei. [9]  Et il demanda ad Gabriel qui je estoie. [10]  Et Gabriel lui dist mon nom et mon afaire. [11]  Et tantost il me salua et me reçut mout liément et a grant joie, et me demanda que je queroie. [12]  Et je lui dis que jeo voloie veoir toz les paradis. [13]  Et tantost il me prist par la mayn et m’ammena par trestoz les paradis et me mostra les fluns, les arbres, les chasteaux, les maisons roiaux et lor soliers, et quant qu’il i avoit. [14]  Et tottes ces choses resplendissoient tant de fin clarté que par poi que je ne perdi la veue por le resplandour. [15]  Et Ridohan m’aloit demostrant tottes ces choses que Diex avoit appareilliéz por doner ad ses amis. [16]  Et unquor me mostra il plus, qu’il me mostra maisons que erent tottes d’or et d’argent, de rubins, d’esmeraudes, de perles et de tottes maniers de pierres precieuses. [17]  Et tot[tes] ces pierres estoient de pure clarté. [18]  Et aprés ce me mostra les montagnes dom sunt environéz les paradis, et vi les pastures, les prés et les bois qui i erent, si beaux et si riches que cueor d’ome penser ne le porroit. [19]  Et de denz celles montagnes si erent maintes clousures, de mur tottes, et chasqune d’elles duroit tant com home porroit aler en .v. cent ans. [20]  Et dedenz celles clousures estoient chivaux et jumentes de tottes colours, qui erent les plus beaux que uoelx d’ome veist onques. [21]  Et quant je m’aprochei d’elx por lor mieulz regarder, il s’espoenterent et comencerent ad corre. [22]  Et issinc com il aloient corrant, la terre qu’il gettoient ad lor piés si ert totte musc et ambre, et fleroit si tresbien et si fort que tottes les clousures estoient pleines de celi odour. [23]  Et unquor m’ammena Ridohan ad une autre clousure que ere totte pleine d’oiseaux qui erent vers et giaunes et de tottes autres colours. [24]  Et erent mout granz ad merveille, et fleroient si bien qe trop. [25]  Et quant je m’aprochei d’elx, il se cuiderent lever et chairent toz devant moi. [26]  Et adonques lor chai de eles musc et ambre tant que totte la clousure en fu reemplie de l’odour. [27]  Et aprés me mostra en celle clousure maisons que tottes erent d’or et d’argent et de pierres precieuses. [28]  Et les sieges, les liz et les chaeliz qui i erent si estoient trestoz si tresbeaux et tresriches que uoelx d’ome ne virent onques lor parelx, ne oreilles ne l’oirent conter. [29]  Beneoit soit Diex qui les fist sicom a lui plot et les crea.


XLVI. Ce est le devisement du .xlvi. chapitre.


[1]  Puis que Ridohan, li tresorier du paradis, m’ot mostreez les choses devantdittes, il m’ammena plus avant et me mostra unquor [un flum] qui a nom Al-Kettinen. [2]  Et ce flum a tant en soi de large com hom porroit aler en .v. cent ans; mes com bien il a de lonc, nul ne le siet for Nostre Sire Diex qui le fist. [3]  Et ce est celi qui ceint trestouz les paradis entor.

[4]  Et quant je le vi, si m’en merveillei mout de sa longuour et de sa largece; mes unquor fu je de ce plus merveilliés que je vi que sor la rive de ce flum si erent mout de paveillons tenduz d’un part et d’autre, si tresgranz qe trop seroit fort chose au conter. [5]  Et ces paveillons erent toz de dras si clers et si reluisanz que la veue de l’ome passoit par elx asséz plus legierement qu’il ne feroit en esmeraude ou en topace. [6]  Et touz les sieges, et les dras ausinc dom erent les paveillons portenduz, si estoient de celle meisme maniere. [7]  Et dedenz ces paveillons si nascent par soi meismes, sicom il plait ad Diex, fammes que sunt appeléz en sarrazinois ‘dalcoralen’, que vuolt tant dire com ‘les dammes merveilleuses’; quar si sunt elles sanz dote qu’elles sunt si tresgranz que chasqun des sorcils d’elles estoit ausinc grant com est li arc qui pert en les nues du ciel. [8]  Et la beauté d’elles est si grant qe nul ne le porroit conter, qu’eles gettent si grant clarté de lor corps que hom les puet ad plus grant poine regarder qu’il ne fait li soleil. [9]  Et les paveillons devant ditz si sunt toz clos entor que nul n’i entre. [10]  Et les dammes devantdittes i nascent dedenz en maniere d’erbe quant elle ist primierement de la terre. [11]  Et quant elles sunt nees et formés, elles se cuovrent de lor chievoux qui sunt plus beaux et plus clers que boche mortel poust deviser.

[12]  Et puis si croiscent tant qu’elles tachent de lor testes les summitees des paveillons. [13]  Et maintenant qu’elles tachent la amont, les paveillons se comencent ad movoir un petit; et tantost qu’il ce font sevent les anges qui ces paveillons gardent que les dammes sunt nees et parcreues si com elles doivent estre. [14]  Et adonques si vient auqun de ces anges ad celui paveillon qui se muet et i trove la damme nee et parcreue, issinc com je vos ai conté. [15]  Et si trove laenz ausinc les dras d’or et de perles et de pierres precieuses qui sunt néz et faiz et du tot apareillés ad uoes de la damme por soi vestir; et sunt si beaux et si riches que nul cueor d’ome penser ne le porroit. [16]  Et dist li ange ad celi qu’il trove dedenz le paveilllon: «Vien t’en avec moi, que je te vuoil mener ad un des chasteaux du paradis que je gard.» [17]  Et atant la damme regard devant soi et voit les dras d’or et de soie les plus beaux du monde, faiz ad sa mesure. [18]  Et se vest maintenaunt.


XLVII. Ce est le devisement du .xlvii. chapitre.


[1]  Et issinc com la dame devantditte est vestue, li ange qui la doit amener au chastel du paradis qu’il a en garde, sicom vos avés oi devant, si la prent maintenant par la main et la trait hors du paveillon, et l’ammene en son chastel qui reluist de tant loign com hom porroit aler en .v. cent ans. [2]  Et issinc com il vont, la dame dist une oreison dom le comencement est itel en sarrazinois: «Kadafla hum hal muminina», que volt tant dire com ‘bienaurés sunt celx qi bien croient’. [3]  Et puis si dist la oreison trestotte que est mout grant. [4]  Et quant elle l’a achevee, si dist unquor: «Ha, combien est auréz qui la grace Nostre Segnour a sicom nos avoms.» [5]  Et li ange dist ad la damme: «Sas tu ad cui je te moin?» [6]  Et elle li respont: «Oil, tu me moines ad icel hom qui a issinc nom et fu fiz de icel hom et de icele fame, et maint en icel leu du paradis.» [7]  [Et ces anges devantdiz] ne servent d’autre chose for que d’ammener les dames que nascent dedenz les pavellions ad celx qui doivent estre lor segnours en paradis, sicom je vos ai conté.

[8]  Et auquns furent ja qui me demanderent et distrent:

[9]  - Messagier de Diex, di nos por quelle raison sevent ces dames les nons de celx qui doivent estre lor maris que nul ne lor ensegna?

[10]  Et je lor respondi et dis:

[11]  - Sachiéz, beaux amis, que Diex le lor fait ad savoir, et vos direi coment: Se auqun de celx qui bien croient en Nostre Segnour covoite de mangier auqun fruit de celx du paradis, li arbre qui porte ce fruit si li naist maintenant devant soi atot son fruit. [12]  Et li dist li arbre: «Amis de Diex, or mangiue!» [13]  Et il li respont et dist: «Or me di, arbre, coment savoies tu que je covoitoie de ces fruiz ad mangier?» [14]  Et li arbre li redist: «Celui qui me crea ad ton uoes le me fist savoir.»

[15]  Et unquor vi je, Mahomet, plus que quant celi qui est en paradis a en sa boche auqun des fruiz qui la sunt, et il a talent d’auqun autre fruit, si se torne maintenant le fruit que il tient ad la savour de l’autre fruit dom il avoit la volenté. [16]  Et tot ce est du pooir Nostre Sire Diex.

[17]  Et quant auqun vient en paradis, toz les autres qui i sunt si iscent encontre lui et le reçoivent ad grant joie, sicom nos faisons ad nos parenz et ad noz amis quant il vienent d’auqun lontain chemin ou de pellerinage. [18]  Et asséz le covoitent plus ad veoir sa famme et sa masnee qu’il doit avoir en paradis que ne fesoient les autres qu’il avoit en ce siecle primierement.


XLVIII. Ce est le devisement du .xlviii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, messagier de Diex, vi ces granz merveilles dom je vos ai conté, et je ei mout regardéz les paradis et les dammes dom vos avéz oi, Gabriel et Rodohan qui estoient avec moi si m’ammenerent ad un leu qui est appelléz ‘Çaderat Halmonta’, qui vuolt tant dire com ‘leu espacieus’. [2]  Et me mostrerent un arbre si tresgrant et si tresbel qu’a poine le porroie je conter. [3]  Il estoit tot d’une perle merveilleusement blanche, et ere tant bele que sa beauté sormontoit tottes autres for celi de Diex et de ses anges. [4]  Et tottes ces fuoeilles et les flours et les fruiz estoient de celle meisme maniere. [5]  Et si avoient ces fruiz tottes les buones savours que cueor d’ome porroit penser.

[6]  Et au pié de cel arbre sordoit une fontaine d’aive plus blanche et plus clere que nule chose, et plus douce qe miel. [7]  Et je demandei ad Gabriel que fontaine celi estoit. [8]  Et il me respondi et dist qu’elle ere la fontaine que hom appele ‘Halkauflar’, que vuolt tant dire come ‘la fontaine de la grace complie’. [9]  Et me dist issinc:

[10]  - Sachez Mahomet que ceste fontaine crea Nostre Sire Diex por toi soulement et ad tuoen uoes, et que [en ce] il t’a fait plus de grace, et plus t’a essauciéz qu’il ne fist onques nul autre prophete qui fust unquor ne qui sera jameis; quar ceste fontaine ne vuolt il onques doner a nul autre que ad toi. [11]  Et des or en avant te puoes tu bien appeller ‘profete et messagier de Diex’ sor toz les autres.

[12]  Et atant il prist congié de moi et me dist:

[13]  - Mahomet, je m’en vois, quar je te ne puis tenir plus compagnie de ci enavant. Nostre Sire Diex vuolt que tu voises ad lui tot soul, qu’il te volt parler privément devant que tu t’en allies. Por ce tu iras a la grace Nostre Segnour. [14]  Et bien sachez que tu es sires de toz celx du siecle, issinc com Diex te l’a otroié ad estre.

[15]  Et quant il m’ot ce dit, si m’acolla, et entre lui et Ridohan remestrent ensemble; et je m’en alei tot sol sicome fu volenté Nostre Seignour.


XLIX. Ce est le devisement du .xlix. chapitre.


[1]  Aprés ce que Gabriel et Ridohan m’orent lascié, moi, Mahomet, messagier de Diex, tot soul sicom vos avéz oi, je me retornei par la dom je ere primierement venu; et alei tant que je vign as cortins que estoient pres de Nostre Segnour. [2]  Et quant je fu la, elles se comencerent ad lever, si que quant je avoie passé l’une, l’autre se levoit par soi meisme que nul n’i mettoit la main. [3]  Et tot ce estoit du pooir Nostre Segnour qui est si tresgrant que nul ne le puoet penser ne savoir son comencement ne sa fin compliement. [4]  Et issinc alant par celles cortines, je alei tant que entre moi et Nostre Sire Diex ne erent que deus cortines: li une en ere de tenebre et l’autre de clarté du pooir de lui.

[5]  Et en ce que je regardoie ces choses, je oi darrier celles cortines une voiz que dist paroles du livre de l’Alkoran dom le comencement fu itel: «Hamina haraçul bime huncila ylai», que volt tant dire com ‘li messagier crei tot ce que fu dist en l’estoire du comencement jusqu’a la fin’. [6]  Et quant la oreison fu ditte trestot, ce que ere mout grant, Nostre Sires me dist:

[7]  - Mahomet, pren ceste istoire, sicom est en li Alkoran, que je te doign et otroi. [8]  Et sachez que ce livre si est des miens tresors du paradis qui sunt sor toz les autres tresors du siecle.

[9]  Et quant il m’ot ce dit, je pris le livre de sa main et li rendi graces du don qu’il m’avoit fait. [10]  Et adonques ne estoit entre Diex et moi nul ange ne home ne nulle autre chose for que il et je tant soulement de droit endroit.

[11]  Et puis me dist:

[12]  - Mahomet, que entendent les genz du siecle de l’affer et de la compagnie des ciels?

[13]  Et je lui respondi et dis:

[14]  - Sire, je ne sai.

[15]  Et il me redist:

[16]  - Mahomet, aproche toi plus de moi.

[17]  [Et confestim elevarunt se cortine que erant in medio. [18]  Et tunc Deus abstulit michi visum ab oculis et ipsum reddidit ita cordi, quod cum corde vidi, oculis autem minime. [19]  Et postea iterum dixit:

[20]  - Machomete, apropinqua magis te michi.]

[21]  Et je m’aprochei tant qu’il n’i avoit entre lui et moi for tant com seroient deus arbalestes de lonc. [22]  Et tantost Nostre Sires mist sa main sor ma teste, si que je senti la froidour de sa main de denz mon cueor. [23]  Et maintenant il m’ensegna tot le savoir, si que je soi tottes les choses que furent onques et que serunt de ci en avant. [24]  Et puis me redist autre foiz:

[25]  - Mahomet, que entendent les genz du siecle de l’affer et de la compagnie des ciels?

[26]  Et je lui respondi et dis:

[27]  - Sire, il s’entendent ad celle parole que est escrite en l’Alkoran: ‘Haldaraiet vhalkaforat’.

[28]  [Dixit quoque michi Dominus:

[29]  - Quid vult dicere ‘vhalkaforat’?]

[30]  Et je lui dis:

[31]  - ‘Vhalkaforat’ volt tant dire com ‘les piés movoir por aler ad la Mohomerie ad faire oreisons ad Diex’.

[32]  Et atant Nostre Sires me dist:

[33]  - Mahomet, tu as tochié a la pure verité.

[34]  Et puis si me redist:

[35]  - Que volt dire ‘haldaraiet’?

[36]  Et je lui respondi:

[37]  - ‘Haldaraiet’ volt tant dire com ‘saluer les genz et lor doner bien ad mangier et liément, et faire oreisons quant les autres genz en dormant se reposent’.

[38]  Et Nostre Segnour me dist:

[39]  - Ha Mahomet, or voi je que tu es reempli de ma grace et de tot le savoir, quar tu sas la verité totte. [40]  Et issinc com tu la sas, si va et la di ad ton pueple et demostre.


L. Ce est le devisement du .l. chapitre.


[1]  Puis que Nostre Sires Diex m’ot dit ces paroles et reempli de sa grace, sicom je vos ai conté, il me conta unquor plus en icel maniere:

[2]  - Sachez Mahomet que je aim ton pueple plus que nul autre por amor de toi; et por ce que vuoil qu’il s’aprochent plus de moi que les autres, je lor doign, et ad toi comant que tu lor dies de par moi, qu’il facent cinquante foiz chasqun jour oreisons, et qu’il junent .lx. jours en l’an. [3]  Et se il font ces jeuns et ces oreisons a toz lor proiers, sicom il se convient, je lor sui obligiés de ci en avant que je lor donrei paradis.

[4]  Et quant je, Mahomet, oi ce, por le grant amour qe je avoie a Nostre Segnour et por la grant dotte de li, je ne l’osoie prier du tot qu’il m’alegiast des jeuns por qu’il ne semblast covoitise de mangier. [5]  Mes de oreisons li priei je qu’il les me deust allegier, dom il me respondi et dist:

[6]  - Mahomet, les .l. oreisons que je t’avoie enchargiéz que tu feisses faire ad ton pueple chasque jour, je les alliege por amour de toi et les retorn en .v.; et qu’il en facent les trois de jour et les deus de nuit a sez ores assegniés, et a toz lor proiers et lor enclinemenz, com il convient ad elles. [7]  Et les halmohadens, qui sunt celx [qui as oreisons appelent], quant il crierunt, si mettant lor dois la ou il se convient. [8]  Et quant il feront ces oreisons, et lor donrei paradis sicom je t’ai dist, et penrei les .v. oreisons en leu de les .l. [9]  Et se auqun de ton pueple fera auqun bien, je le conteroi por dis; et se il fera auqun pechié, je ne le conterei que por un. [10]  Et se il en demandera pardon, si je le quitterei du tot qu’il ne m’en sovendra de rien, quar je sui li piteus et le misericordieus.

[11]  Et quant je, Mahomet, vi la grant merci et la grace que Nostre Sires me fesoit, si ei honte de lui plus requerre ne demander; an pris congié de lui et m’en vign.


LI. Ce est le devisement du .li. chapitre.


[1]  Aprés ce que je, Mahomet, profete et messagier de Diex, ei pris congié de lui, sicom je vos ai conté, et je me venoie par la dom je estoie primierement aléz, les cortines devant dittes se comencerent ad lever por elles meismes, li un aprés l’autre, sicom elles firent ad l’aler que avoie fait devant.

[2]  Et en ce que je descendoie, si vign au ciel ou je trovei Moysen mon frere. [3]  Et si tost com il me vist, si me demanda que je avoie fait avec Nostre Segnour. [4]  Et je li dis coment il m’avoit mot bien receu et mout fait d’onour; et que les .l. oreisons qu’il m’avoit primierement enchargiés que je feisse faire ad mon pueple chasque jour, si les me torna en .v. por amor de moi; et que de ces .v. oreisons, il en feissent les .iii. de jour et les deus de nuit, sicom il est devant dit.

[5]  - Mes deu jeun de .lx. jours ne me fist il rien de l’allegier, ne je ne l’en requis par honte que je avoie de lui plus requerre, tant avoit il me fait d’amour et de grace.

[6]  Et atant Moises me respondi et dist:

[7]  - Mahomet, beau frere, je te conseil que tu retor[z] ad lui et li prie qu’il te doie allegier les jeuns, quar ton pueple ne le porroit suffrir en nulle maniere.

[8]  Et je si crui ad Moisen mon frere et retornei ad Nostre Segnour, et le priei qu’il me deust allegier les jeuns. [9]  Et il les m’allegia, et si en osta .x. jours. [10]  Et puis m’en revign ad Moysen et lui dis coment Nostre Segnour m’avoit allegiéz le juner de .x. jours. [11]  Et Moyses me dist que je tornasse autre foiz et le me feisse de plus allegier, quar unquor ne le porroit mon pueple suffrir. [12]  Et adonques je retornei et li priei tant qu’il en osta autres .x.; et puis m’en revign ad moisen et li contei ce que je avoie fait sor celle besoigne. [13]  Et il me redist que je deusse retorner unquor, et les feisse plus allegier. [14]  Et je atant retornei ver Nostre Segnour et li priei qu’il les m’allegiast unquor de plus. Et il li fist d’autres .x. jours, issinc qu’il ne demorerent que .xxx. jours soulement. [15]  Et puis m’en revign ad Moysen et li contei li allegiement devant dit. [16]  Et il me pria autre foiz que je deusse retorner. Adonques je li respondi et dis:

[17]  - Ha Moyses, mon treschier frere, je jur par le nom de Diex qe je ne retornerei plus ad lui sor ceste bosoigne, quar honte me sembleroit de tant retorner, et me dot qu’il ne li fust ennui et qu’il ne le tenist ad glottonie se plus l’en priasse.

[18]  Et atant pris congié de lui et m’en vign.


LII. Ce est le devisement du .lii. chapitre.


[1]  Et quant je, Mahomet, profete et messagier de Diex, me parti de Moisen, [sicom] je vos ai conté, je trovei Gabriel et Ridohan, li tresorier du paradis, qui parloient ensemble. [2]  Et vi que Ridohan tenoit en sa main .iiii. poz de terre mout beaux; et me dist issinc:

[3]  - Mahomet, ces .iiii. poz me sunt donéz que je te doign ad boivre d’elx tant com tu voudras. [4]  Et ce que tu ne voudras, si lasce!

[5]  Et tantost il tendi ver moi sa main et me dona l’un des poz et me dist:

[6]  - Boi de ce, Mahomet, tu qui es esleuz entre toz les autres homes du monde!

[7]  Atant je pris le pot et senti que sa flerour me sembloit ad musc et sa savor ad lait. [8]  Et si le bui trestot. [9]  Et aprés me dona le segont qui fleroit ad ambre, et le savour estoit de miel. [10]  Et je le mis a ma bouche, et si en fiz ce que avoie du primier fait. [11]  Et puis me dona le tierz, et senti qu’il fleroit ad musc, et sa savour estoit d’aive. [12]  Et elle si ere tant clere et tant savoreuse que nul cueor d’ome penser ne le porroit. [12]  Et me dist:

[13]  - Boi ce, Mahomet, tu qui es exaucié sor toz les homes du monde!

[14]  Atant je pris le pot et le bui tot. [15]  Et puis me dist:

[16]  - Pren ce autre pot, Mahomet, tu qui es le mieuldres home de monde, et li plus avant de Nostre Sire Diex.

[17]  Et je le pris et conui que la flerour et la savour de li sembloit ad vin. [18]  Atant je le desdegnei et le lascei ad boivre. [19]  Et Gabriel comença a sorrire et me dist:

[20]  - Mahomet, te tien tu par maupaiéz de cestui darreain bevrage?

[21]  Et je lui respondi

[22]  - Oil!

[23]  Et il me redist:

[24]  - Or sachez Mahomet que li primier pot que Nostre Sires te dona segnefie ce, quar sicom le lait norist et governe le corps de l’ome plus que nul autre boivre, si governera et norira Nostre Segnour ton poeple sor toz les autres jusqu’a la fin. [25]  De l’autre pot qui estoit de miel, sachez qu’il te fu donéz por ce que issinc com le miel est chose medicinable et entre en plusours medicines, ausinc sera il medicine de ton puoeple jusqu’au derreain jour. [26]  l’autre pot qui estoit d’aive te dona par ce que sicome l’aive mondefie et nette les ordures plus que autre chose, si mondefiera il et tenra net ton pueople sor toz les autres qui furent et qui sunt et qui seront. [27]  Et du pot du vin qui fait faire ad les genz mout de faillies et d’ordures te di je quar par ce que tu le desdeignas et ne le vousis boivre, si ostera Diex de toi et de ton puoeple tottes folies et tottes ordures. [28]  Mes le vin vos ert defendu, ad toi et ad eaulx, por jameis, for celui que vos bevrés en la gloire dou paradis.


LIII. Ce est la devisement du .liii. chapitre.


[1]  Oi avéz coment Gabriel mostra ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, la signifiance des .iiii. poz devantditz. [2]  Et quant il m’ot ce mostré, si me prist par la main et m’ammena a plus bas paradis, et me mostra une aive que ere plus blanche et plus clere que nulle autre aive; et estoi plus douce assiéz qe miel. [3]  Et sor celle aive avoit dou travers une esclose que estoit totte de cristal, et duroit .lxx. mil lieus du lonc et du large, tant com hom puet plus loign garder des uoelx en plaine terre. [4]  Et sor celle esclose erent tant de hanas d’or et d’argent com il i a nues ou ciel quant il en est plus plein. [5]  Et je demandei ad Gabriel qe ce estoit. [6]  Et il me respondi et dist que ce ere une esclolse que Nostre Seignour m’avoit donee, et m’avoit en li fait plus de grace et d’onour qu’il ne fist onques ad nul autre profete. [7]  Et avec ce si me dist:

[8]  - Sachez que mout est bien heuréz qui de l’aive de ceste esclose bevra, quar nul n’en porra tant boivre que mal li face ne qu’il aie talent du regettir. [9]  Et plus grant talent ont celx du paradis de boivre de celle aive que de toz les autres que i sunt. [10]  Mes ja nul n’en bevra se celx non qui croient en toi, Mahomet, et qui ne te lairent por nul autre profete qui soit esté de ci en arrier o qui viegne por avant.

[11]  Unquor me dist Gabriel issinc:

[12]  - Sachez Mahomet qe Nostre Sire Diex t’aime tant qu’il vuolt que je te mostre tottes figures de les genz que vivent orendroit, et de toz celx qui mors sunt. [13]  Et ausinc vuolt que tu voies coment li enfer est et les choses que dedenz i sunt, et aprés ce les poines et les tormenz que suoefrent les mescreanz. [14]  Et issinc com tu les verras, si les diras et demostreras ad ton puoeple, por ce qu’il sachent quelx irunt ad les poines de l’enfer et quelx non. [15]  Et vuolt ausinc que tu lor dies qu’il facent solonc ce que tu lor comenderas.

[16]  A tant je rendi graces ad Gabriel et le priei qu’il issinc com il m’avoit dist me demostrat les choses.


LIV. Ce est le devisement du .liiii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, profete et messagier de Diex, ei prié Gabriel qu’il me mostrat les choses devant dittes, il me prist par la main et me comença ad conter issinc:

[2]  - Sachez Mahomet que de soz ceste terre ou les genz sunt, si a autre terre que est totte de feu, et les genz que i sunt ausinc; et si i a mer de feu, et toz les peiscions qui i sunt dedenz. [3]  Et aprés celle terre si en est un autre de feu, et un autre mer; et les genz et les pescions qui i sunt, toz sunt de feu. [4]  Et issinc sunt la .vii. terres, li une deléz l’autre, et en chasqune d’elles a une mer; et sunt de feu ces terres et ces mers et les genz et les pescions qui i sunt ausinc. [5]  Et les creatures que i sunt, de queque maniere soient, sunt de feu trestoz.

[6]  Et je demandei ad Gabriel et le priei qu’il me dist que chose estoit de soz celles terres. [7]  Et il me respondi et dist qu’il i avoit une pierre que sostenoit les terres devantdittes. [8]  Et de soz celle pierre estoit un pescion qui la sostenoit. [9]  Et ce pescion si tient sa teste et sa coe jointes ensemble en maniere d’une cercle. [10]  Et puis lui demandei que chose estoit de soz ce pescion. [11]  Et il me respondi que de soz celi pescion n’estoit autre chose for que oscurté de tenebres; et de qui en avant nul ne savoit qu’il i a for Diex.

[12]  Et aprés ce le priei je unquor qu’il me dist qui sostenoit celle terre ou nos estoions ad donques. [13]  Et il me respondi et dist qu’elle se sostenoit par le comandement Nostre Segnour. [14]  Et je lui dis:

[15]  - En quel maniere est ce comandement?

[16]  Et il me dist:

[17]  - Tu as bien demandé. Sachez que le comandement est en ceste maniere qu’il i a une pierre verd, et la tient un ange en sa paume. [18]  Et li ange si est en piés estant sor le dos d’un pescion qui est tresgrant et si fort qu’il sueffre et sostient sor soi tottes les choses que sunt de soz le ciel. [19]  Et unquor te di je que ceste terre crea Diex par soi meisme, quar elle ne se joint ad nulle autre terre, et le mist nom ‘Aranka’, que vuolt tant dire come ‘terre par soi meisme’.

[20]  Et desoz ceste terre se mist le vent qui a nom en sarrazinois ‘Arre Halakym’, que vuolt tant dire com ‘vent braaign’. [21]  Et por ce ot il ce nom qu’il est dur et cruel et sanz nulle pitié ausinc com la famme braagne que ne porte nul enfant, et que n’a en soi pitié nulle sicom les autres ont. [22]  Et por ce qu’il est si dur et si cruel le fait Nostre Sires tenir enfrenéz de mil freinz de fer, et ad chasqun frein si mist mil anges qui le tienent. [23]  Et a ce vent ocist il Dachan et Abiron et tot lor puoeple. [24]  Et autre foitz ocist un autre puoeple qui avoit nom Hade por qu’il ne voudrent croire ad ses messagiers. [25]  Et por ce comanda Diex au tresorier de ce vent qu’il ovrist un poi la porte en droit de celi pueple. [26]  Et adonques dist li tresorier: «Ovrira il je tant come est le large dou nés d’un buef?» [27]  Et Nostre Sires lui respondi que de tant ovrir la porte serroit asséz por destruire tot le monde. [28]  «Mes uevre la tant com est le gros d’un doi d’un petit enfant!» [29]  Et il issinc le fist et lascia iscir ce vent contre celui puoeple .vii. jours et .vii. nuiz, et les ocist trestouz. [30]  Et a ce vent destruera Nostre Sires un poi devant le jour de juise tottes les montagnes, le chasteaux, les villes et trestouz les edifices qui sunt sor la terre si qu’il n’i demorra rien, sicom il meisme dist en l’Alkoran et le conta ad moi:

[31]  - Se nul te demande que sera des montagnes au jour de juise, tu li respondiras que je les arrachierei tottes de lor racines et les tornerei en plain, si qu’il n’i avra de sor la terre nul lieu qui soit plus ault que l’autre.

[32]  Et aprés ces choses me conta unquor plus Gabriel qu’il me dist que a ce vent fera Nostre Segnour tormenter les pecheours en enfer, quar ce vent les escorchera trestoz. [33]  Et la flamme du feu les brullera aprés. [34]  Et issinc serunt il tormentés tant durement que nul ne le porroit counter.


LV. Ce est le devisement du .lv. chapitre.


[1]  Vos avéz oi coment Gabriel m’a conté les choses que erent en la primiere terre de les .vii. terres devantdittes, et coment elles estoient de feu trestottes, et les mers, les genz, les pescions et tottes les creatures que i erent ausinc. [2]  Or vos direi de la seconde, sicom il meisme me mostra. [3]  Sachéz que ceste terre si a nom ‘Halgelada’ et est mout grant. [4]  Et iqui mist Nostre Sire Diex les escorpions de l’enfer qui sunt si granz com muls, et lor coes longues com une haste de lance o plus. [5]  Et en chasqune coe si a .ccclx. nous; et chasqun nou si a .ccclx. cornes, et en chasqun corn .ccclx. poz qui sunt toz pleins de venim qui est si tresfort que, se hom meist tant seulement un de ces poz en mi leu dou monde, les arbres, les aives, les bestes, les genz et les autres choses totes que i sunt vives seroient destruittes de la grant pouour qui en ist, et du trop graunt habhorriscement qu’il rent.

[6]  Et ad ces escorpions a Nostre Sires doné pooir sor les pecheours de l’enfer; quar quant il les truovent, si les prennent par les chevoux de lor testes et les escorchent de chiés jusiqu’a lor piés, si qu’il demorent si estordiz que hom ne puet conoistre s’il sunt o vifs o mortz. [7]  Et puis qu’il les ont si escorchiéz, si espandent sor elx venim d’u[n] de ces poz devant diz; et il est si tresfort qu’il desevre d’une part la char, d’autre les os et d’autre les ners. [8]  Et issinc deffont trestoz. [9]  Et puis Nostre Segnour les refait ausinc com il estoient devant por qu’il soient plus tormentés.

LVI. Ce est le devisement du .lvi. chapitre.


[1]  Quant Gabriel m’ot conté de la seconde terre, sicom vos avéz oi, il me conta aprés de la tierce qe a nom Arcka. [2]  Et ceste terre, Nostre Sires l’a enplie de bestes de l’enfer que ont nom ‘tatas’; et sunt si granz com les granz montaignes. [3]  [4]  Et tottes sunt faitez de feu et de terre meslé ensemble, mout ydeuses et plus noirs que nuit mout oscure. [5]  Et aprés ce sunt ces bestes tottes environéz de tenebre que est plus oscure qu’il n’est le plus oscur de la noit quant elle est mout oscure. [6]  Et chasqune d’elles a en soi le venim si tresfort qu’il art asséz plus durement que ne fait le grant feu de l’enfer.

[7]  Et quant Nostre Segnour comand ad ces bestes qu’elles tormentent les pecheours, si les prennent maintenant et les metitent de soz soi; et puis si uovrent lor boches et espandent le venim sor elx, en maniere qu’il fondent ausinc com la cire fait devant le feu. [8]  Et ce lor est la plus grant poine et la plus dure que tottes les autres qu’il avoient en enfer primier[em]ent veues ne senties.


LVII. Ce est le devisement du .lvii. chapitre.


[1]  Oi avéz de la tierce terre, or vos direi de la quarte que a nom ‘Halburba’. [2]  Et sachéz que ceste terre, Nostre Sire Diex l’a emplie de serpens de l’enfer qui sunt si loncs et si gros que nul ne le porroit conter. [3]  Et chasqun de ces serpens si a .xviii. mile denz en sa bouche, et chasqun des dens est ausinc grant com un de ces arbres qe hom appele paumiers, le plus grant que hom poust trover en tot le monde. [4]  Et les racines de chasqun de ses denz si ont .lx. mil poz qui trestoz sunt pleins de venim qui est si fort et si ardant qu’il art le feu de l’enfer. [5]  Et unquor vos di je que, se Nostre Segnour comandast ad un de ces serpens qu’il ferist ad un de ses dens tant soulement la plus grant montagnes du monde, si la defferoit il trestote et la torneroit en cendre, si grant est sa force et son venim.

[6]  Et il sunt plus noirs et plus ydeus ad veoir que nulle chose que puisse estre conté par boche d’ome. [7]  Et quant il truovent les pecheours, si les tochent un poi de lor denz et espandent un pochet de ce venim sor elx. [8]  Et maintenant le venim les defait trestoz et les depart par menbres et par jointures menuement, du chief d’elx jusqu’a les ongles des piés. [9]  Et la moindre poine que ces serpens font ad les pecheours si lor est plus fort et plus dure que autre que soit la plus grant de tot li enfer, si qu’il morroient volentier mil foiz et plus li jour se il ne fust que Nostre Sires ne le vuolt por qu’il aient plus de torMENZ.


LVIII. Ce est le devisement du .lviii. chapitre.


[1]  Je, Mahomet, profete et messagier de Diex, vos ai conté de la quarte terre. [2]  Or vos vuoil conter de la cinquesme que a nom Malta, issinc com Gabriel me demostra. [3]  Sachéz que Nostre Sire Diex mist en ceste terre les pierres solfrés de l’enfer, et la reemlpli totte d’elles. [4]  Et ces sunt les pierres que Nostre Segnour apareillia por a tormenter les pecheours qui en enfer serunt. [5]  Et semblent au solfre vermoil et sunt ausinc cleres, for que tant que la meindre d’elles si est gregnour .lxx. mil tant que n’est la plus grant montagne de tot le monde. [6]  Et ces sunt les pierres dom Nostre Sires parole en l’Alkoran, la ou il dist: «Vos appareillai mes pierres en enfer por encendre et por a tormenter les pecheours.» [7]  Quar sanz fail issinc est que, quant les anges de l’enfer lient une de ces pierres au col du pecheour, il le moinent puis au feu de l’enfer. [8]  Et quant il est iqui, il mettent le feu ad la pierre, et maintenant il s’i prent si que la pierre et le pecheour avec se font toz une flamme; et monte celle flamme sor le pecheour mout grantment, tant que nul ne le porroit croire. [9]  Et ce est la parole que Diex dist en l’Alkoran: «Les visages des pecheours seront coverz du feu. [10]  Et unquor dist il autre parole: «Qui sunt celx qui n’avront paor quant Nostre Sires lor donra poines en enfer sor lor visages aprés le jour de juise?» [11]  Et por ce se doit hom mout garder qu’il ne face contre la loi, et doit avoir mout grant paour ausinc de les poines devant dittes, sicom est de ces pierres solfrés, de serpens, des bestes ‘tattas’, des escorpions et du vent braign devant dit; quar tottes ces poines sunt une sor autre, sicom Nostre Segnour dist en l’Alkoran: «Nos creummes poine sor poine ad les pecheours en enfer por elx plus durement tormenter.»

LIX. Ce est le devisement du .lix. chapitre.


[1]  De la maniere de la sesisme terre vos conterei issinc com Gabriel la me demostra; et ce a nom Çaykiqua. [2]  Et iqui mist Nostre Sire Diex les livres et les chartres de toz les pechiéz que les homes avront faiz jusqu’a jour du juise. [3]  Et la sunt escriz les nons des pecheours trestoz, et quex pechiés ausinc chasqun d’elx fist, et por quoi et coment et en quel leu, sicom Nostre Sires parole en l’Alkoran, la ou il dist: «Aten toi pecheour, quar en Çaykiqua est li livre de ton dommage.» [4]  Quar sanz fail por ce livre seront les pecheours rettés et condannés au grant jour du juise.

[5]  Et unquor vos di je que en celle terre si a mer d’aives mout amers que sunt appellés en sarrazinois ‘halmohale’, que vuolt tant dire com ‘abhorribles’. [6]  Et sanz dotte si sunt elles qu’elles sunt abhorribles sor tottes choses, et meismement les bestes de l’enfer les aborescent ad veoir. [7]  Et je, Mahomet, jur par celi Diex qui tient ma amme en son pooir que celle aive est tant amere et tant chaude et si fort que qui i meist une pierre mout dure que fust si grant com la plus [grant] montagne [du] monde, si fondroit elle maintenant trestotte. [8]  Et en celle aive se bagnent les pecheours par le comandement Nostre Sire Diex. [9]  Et puis si en boivent; et quant il en ont beu, maintenant tot quant qu’il ont dedenz lor cors se deffet et vient ad neent.


LX. Ce est le devisement du .lx. capitre.


[1]  Vos avéz oi de la sesisme terre, or vos direi solonc ce que Gabriel me conta de la settisme que a nom ‘Hagib’, que vuolt tant dire com ‘merveilleuse’. [2]  Quar sanz fail si est elle! [3]  Et sachéz qe en ceste terre si est li siege et l’abitacion du deable et son roiaume, et iqui sunt ses ostes et ses genz. [4]  Mes totte foie est il liéz, quar du comencement qu’il fu desobedient ad Nostre Segnour, les buoens anges gieterent lui et sa compagnie du ciel; et si le pristrent aprés et le lierent de chahenes de fer, l’une main devant et l’autre darrier, et les piés ausinc en celle meisme maniere. [5]  Et issinc liéz est il en ceste settisme terre. [6]  Et il est si grant qe de la ou il est si toche il ceste terre ou nos somes a sa teste, et a ces deus comes qu’il a si la passe par desore. [7]  Et unquore venra temps qu’il sera desliéz; et l’envoierent en ce siecle. [8]  Et venrunt avec li mout des autres deables. [9]  Et adonques ammenera il tot l’orguoil et tot l’outrage de l’enfer avec soi, et tottes les ammes pecheresses des mescreanz ausinc. [10]  Et toz ces sunt ses ostez et ses genz qui le gardent de jour et de nuit, et demorent entor lui et entor sa habitacion. [11]  Et unquor vos di je que en la moitié de ceste settisme terre si a un departiement tot de tenebre en itel maniere que nul ne puoet approchier au deable s’il ne passe ceste tenebre primierement. [12]  Et aprés ces tenebres si a un chastel, la ou est li siege du deable; et les fosses qui sunt entor ce chastel si sunt toz pleins de venim de mout diverses manieres. [13]  Et les murs, les tors, les creneaux et les maisons trestottes de ce chastel si sunt de feu mout noir qui ard tot adés en soi meisme. [14]  Et de l’une part du chastel si a une porte par la quele vet hom au grant enfer; et dever l’autre part si en est une autre par oum vet hom au vent qui a nom Açankaril. [15]  Et je demandei ad Gabriel que chose avoit desoz les choses devant dittes. [16]  Et il me respondi qu’il i avoit air et tenebre. [17]  Et des iqui en avant nul ne le si let que chose il i a, for Nostre Sire Diex qui crea et fist tot.

LXI. Ce est le devisement du .lxi. chapitre.


[1]  Puis Gabriel m’ot contees les choses devant dittez, ad moi, Mahomet, prophete et messagier de Diex, je lui priei qu’il me deist quant il sera un poi devant le jour de juise, que fera Nostre Sire Diex de ce siecle et de les genz que i sunt, se il occirra les genz trestottes et deffera tottes choses o il laira issinc com elles sunt. [2]  Et il me respondi et dist:

[3]  - Sachez Mahomet que quant Nostre Segnour voudra partir ce siecle de l’autre, il comandera ovrir un puis qui est tot plein de feu et pres de l’enfer, et a nom ‘Halfalak’. [4]  Et ce feu est si tresfort et ardanz qu’il ardera ausinc legierement le feu de l’enfer, com ce nostre feu art le coton quant il est arçonés. [5]  Et quant ce feu devantdit vendra ad la grant mer qui cerche tot l’enfer et ad les autres mers qui i sunt, dom jeo t’ai conté, si le dessechera trestoz si qu’il ne semblera qu’il i aust unque aive. [6]  Et la grant mer devant dit si est celi qui depart l’enfer da les .vii. terres dom tu as de sor oi. [7]  Et le feu ‘Halfalak’, quant il vendra ad ces .vii. terres, si les ardera trestottes et les tornera chaudes et rouges sicom une braise de feu. [8]  Et tottes ces choses ardera le feu devantdit ausinc tost com hom puet ovrir et clore l’uoil. [9]  Et a donques trestoz les serpens de l’enfer, et les pierres dom je t’ai conté, et les bestes ‘tatas’, et le vent braaign, et tottes les autres choses que i sunt s’angoscerent por ce feu ‘Halfalak’ ausinc com s’angosce le pescion vif quant il est mis en une graunt feu.


LXII. Ce est le devisement du .lxii. chapitre.


[1]  Et tot ce soit que je, Mahomet, profete et messagier de Diex eusse de plusours choses del mandé ad Gabriel, et il m’eust respondu ad tottes, si le priei je unquor qu’il me deist se les .vii. terres devantdittes furent poplees maintenant qe Nostre Sire Diex les ot faites o plus avant. [2]  Et il me respondi et dist:

[3]  - Sachez Mahomet que puis que Nostre Segnour ot creéz ces .vii. terres, il ne les assist adonques en un leu, anz estoient sor la mer ausinc com une nef. [4]  Et aloient un foiz ad destre et autre ad senestre, et une foiz ver orient et autre ver occident, et une foiz s’estendoient et autre se cuillioent ausinc com dras. [5]  Et issinc s’angoscioent elles mout por ce qu’elles n’estoient en auqun leu assises.

[6]  - Et quant les anges virent ce, si vindrent devant Nostre Segnour et chairent sor lor visages et giurent mout longament et distrent issinc: «Sire Diex, nous savom bien que tu ne feis le monde for que por metr·i habiteours qui te servent, sicom tu as nous mis ou ciel. [7]  Or te prions donques que tu regardes ces .vii. terres que vont si giuant or ça or la sor la mer, con s’elles fussent une nef. [8]  Et por ta pitié fa si qu’elles ne travaillient plus en ceste maniere.

[9]  - Et atant Nostre Sires entendi lor proiers, et comanda tantost ad un de celx .viii. anges qui portent sa chaere qu’il descendist tot au desoz de ces .vii. terres et les sostenist. [10]  Et cil ange descendi maintenant sicom Nostre Sires li comanda. [11]  Et quant il fu la, si estendi ses bras a tottes ses meins, li un ver orient et l’autre ver occident, et prist les terres devantditz et les mist sor ses espalles et sor ses braz; issinc les tient tottes coies. [12]  Et por ce que cil ange n’avoit ou il poust fermer ses piés, Nostre Segnour li dona une pierre totte verd et quaree, mout tresbelle, sor que il les tenist. [13]  Et por qu’il n’era qui sostenist la pierre, si comenda Nostre Sires ad un des buoes de la terre du paradis qu’il sostenist celle pierre sor ses espalles. [14]  Et il le fist tantost issinc et la sostient. [15]  Et por ce que ce buoef n’avoit en que fermer ses piés, Nostre Sires li dona un mout grant pescion sor qui il les meist et se sostenist tot.

[16]  - Or te direi com bien ce buoef et ce pescion sunt granz. Sachez que li buoef a tant d’un corn ad autre com hom porroit aler en .v. cent ans; et des cornes jusqu’a espalles autant; et des espaulles jusqua ou la coe se tient autant; et de la jusqu’a la sumité de sa coe et jusqu’as piés autant. [17]  Et ces choses sunt issinc ordinees que li ange devandit sostient les .vii. terres, et la pierre [l’ange, et li buoes la pierre]; et le pescion est si grant qu’il sostient le buoef. [18]  Et ce pescion si est sor la grant mer qui suoefre tot. [19]  Et a nom li pescion Leviazan.

[20]  - Et li buoef dom je t’ai parlé ne fu onques lasséz ne sa force ne fau[dra] ja, anz est tot adés plus grant, si qu’il suoefre tot. [21]  Et unquor a en ce buoef autre chose: que tottes les aives douces que corrent par tot le monde et que pluent du ciel si li entrent par le nés et descendent au ventre. [22]  Et par tot ce son ventre n’est pas plein et ne sera jusqu’a jour de juise.

[23]  - Et sachez que li ange, la pierre, le buoef et le pescion si ont mout grant paor du grant terremuet qui sera un poi devant la fin.


LXIII. Ce est la devisement du .lxiii. chapitre.


[1]  Puis que Gabriel m’ot contéz ces choses devantdittes, si lui priei je aprés mout doucement q’il me deist quelle force et quel pooir avront ces choses, chasqune par soi, au jour de juise. [2]  Et il me respondi et dist:

[3]  - Sachez Mahomet que Nostre Sire Diex ad doné mout grant pooir ad chasqun des choses dom je t’ai conté. [4]  Mes tot ce est neent en ver le pooir qu’il a retenu por soi. [5]  Unquor te direi je plus que les .vii. terres devantdittes, chasqune d’elles a par soi une mer. [6]  Et ceste terre ou nos somes si n’a .vii.; et issinc sunt .xiiii. mers. [7]  Et sor tot ce si en est un autre tresgrant mer qui est a la boche de l’enfer et a nom ‘la mer des mers’; et se cest grant meer ne fust, le feu de l’enfer ardroit tot le siecle.

[8]  Aprés ce demandei je ad Gabriel que chose estoit par desoz li enfer. [9]  Et il me respondi qu’il i avoit air mout fort et tenebre, mes nul ne savoit combien ces deus choses avoient ne de lonc ne de lé; mes tant en puet hom bien savoir que tot ce est assis sur un leu qui a nom Çare. [10]  Et des iqui en avant nul sen d’ome n’i puoet avenir ad savoir qu’il i a, for soulement Nostre Sire Diex qui tot fist, issinc com il meisme conte en l’Alkoran, la ou il dist: «Diex est sires de toz les ciels et de tottes les terres et de tot ce qu’il i a en mi, et de ce ausinc qui est sor Çare.»

[11]  - Et sachez que ceste terre ou nos somes si est assise et espandue sor les flancs d’un pescion; et se tient jointe de totte pars ad un mout grant mont qui a nom Kaf; et l’encloit totte et avirone. [12]  Et ceste terre si a en espés tant com hom porroit aler en .v. cent ans.


LXIV. Ce est le devisement du .lxiiii. chapitre.


[1]  Quant Gabriel m’ot conté com bien avoit de espés ceste terre ou nos somes, sor tot ce je lui priei qu’il ne s’anuiast de ce que je li voloie unquor demander. [2]  Et il me respondi qu’il ne s’anuoit ja, et que jeo demandasse tot seurement. [3]  Et adonques li demandei je et priei qu’il me deist combien chasqune de les .vii. terres devantdittes, dom vos avéz oi, avoit en soi de lonc et de lé et de espés. [4]  Atant il me respondi et dist:

[5]  - Sachez Mahomet que chasqune de ces .vii. terres dom tu me demandes a en soi de lonc tant com [hom] porroit aler en .m. ans, et autretant de large; et en espés a tant com hom porroit aler en .v. cent ans. [6]  Et entre ces .vii. terres et la terre ou nos somes si a autre chose que a nom ‘Halmange’. [7]  Et ce a en espés tant com hom porroit aler en .v. cent ans. [8]  Et ce ‘Halmange’ volt tant dire com ‘air’. [9]  Et entre lui et le primier ciel si a tant d’espace com hom porroit aler en .ccxx. ans. [10]  Et sachez que en ce air qui est ‘Halmange’ apelléz crea Nostre Sire Diex oiseaux qui sunt mout granz. [11]  Et par desus sunt toz noirs, et lor testes ausinc; mes les becs ont il giaunes, et les piz et les ventres toz blancs. [12]  Et se sunt les oseaux qui porterent les pierres solfrés dom furent arses Sodome et Gomorre. [13]  Et chasqun de ces oiseaux si en porte trois de celles pierres en son bec, et en chasqune de ces pierres si est escrit: «Celi qui est desobedient ad Nostre Segnor sera condannéz, et qui est obedient se sera sauf.»


LXV. Ce est le devisement du .lxv. chapitre.


[1]  Aprés les choses devantdittes si me dist unquor Gabriel, ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, qe deusse dire et demostrer ad les genz coment Nostre Segnour avoit creé la leaulté. [2]  Et quant il ot creé, si la mostra ad toz les ciels et ad tottes les terres, ad les roches, ad les pierres, ad les montagnes, ad les terres et ad les vaux, et si lor dist: «Je ei creé la leauté qe est mout precieuse chose, et vos doign ad garder par itel convenentie que, se vos bien gardés, je vos en rendrei huon gueredon, et se mal la gardés, sachiéz qe je le vos farai mout chier comparer.» [3]  Et quant il oirent ce, si se dotterent et ne la voudrent en celle maniere recevoir. [4]  Et quant Nostre Sires vist que les choses devantdittes ne voloient la leauté si recevoir com je vos ai conté, si la dona ad Adam por soi et por ses hoirs, qu’il la gardast. [5]  Et il la receust et la promist ad garder por soi et por aux.

[6]  Et sachiéz que la plus grant leauté que soit si est de hom soi meisme conoistre. [7]  Quar li hom qui soi meisme conuist, si conuist bien tottes les autres choses.

[8]  Unquor vos di je plus que la leauté si est tot adés devant Nostre Segnour, ausinc com sunt les ciels et les terres; et tot issinc com un petit grain de senape pert mout poi en une grant paume d’ome o un mout petit anap en une grandisme table, ausinc poi perent les ciels et les terres enver la chaere Nostre Segnour. [9]  Et la leauté si est unquor plus grant que la chaere n’est, quar tot ce conuist hom por li. [10]  Et por la leauté que Nostre Sire Diex fist si grant, et le loent toz les homes et les fammes, les oiseaux, les bestes, les pescions et les autres creatures tottes, mes les granoilles sunt celles que dis tant le loent plus que tottes les autres animals que soient. [11]  Et de lui loer ne finerent jusqtu’a jour de juise. [12]  Et quant celi jour vendra, si comendera Nostre Segnour qu’elles deviegnent terre et se tornent en poudre. [13]  Et elles si se tornerent maintenant.


LXVI. Ce est le devisement du .lxvi. chapitre.


[1]  Et quant Gabriel m’ot conté ce que est devandit, je en fui mout merveilliés. [2]  Mes par tot ce se le priei je aprés mout doucement qu’il me deist quant li jour de juise vendra, coment il doit estre et en quelle maniere s’asemblerent les genz por le juise oir et recevoir. [3]  Et il me respondi et dist:

[4]  - Sachez Mahomet que a jour de grant juise les genz s’asemblerunt tottes, et homes et fammes, et vendrunt nus et deschauz, si com li jour qu’il furent néz vindrent en ce siecle. [5]  Et seront toz en aage de .xxx. ans.

[6]  Et je lui demandei unquor et dis:

[7]  - Gabriel, n’avrunt il onte quant il [se] verront toz nuz?

[8]  Et il me respondit:

[9]  - Nenil! Quar chasqun avra tant a fer et a regarder en soi meisme et ad ses pechiés qu’il ne li chaira ja des autre. [10]  Et sanz tot ce il regarderont tot adés countre mont ver le ciel por veoir Nostre Segnour qui vendra au jugier. [11]  Et il seront en si grant presse et en si grant angoscie por lui veoir qu’il sueront trestoz solonc ce qu’il se conuistrent d’estre enchargiés de lor pechiéz, quar auqun d’elx suera jusqu’a les anches, auqun jusqu’a genuolz, et auqun jusqu’a piés.

[12]  - Et quant Nostre Sires verra la presse et l’angoscie qu’il avront, si avra pitié d’elx et comandera ad ses anges qui portent sa chaere qu’il la preignent et la mettent sor une terre que est totte plus blanche asséz que fin argent.

[13]  Et en celle terre ne fu onques sanc espandu ne nul pechié fait. [14]  Et iqui se mostrera Nostre Sire Diex ad tot le monde. [15]  Et ce jour sera le primier que les uoelx des homes verront primierement Nostre Segnour.


LXV. Ce est le devisement du .lxv. chapitre.


[1]  Puis que Gabriel m’ot conté les choses devantdittes, je lui priei unquor qu’il me deist en quel maniere Nostre Sire Diex jugera les genz. [2]  Et il me respondi issinc:

[3]  - Sachez Mahomet que quant Nostre Segnour serra en sa chaere que les anges avront mise sor la terre blanche devantditte, el que tottes les genz sererunt au juis assembléz devant lui, il fera apeller un hom par son nom, et que tot le monde le verra et orra. [4]  Et si le fera venir devant soi et li fera aporter toz les biens et toz les mals qu’il avra fait en sa vie; et puis les fera lire par devant trestoz. [5]  Et aprés ce dira Diex: «A i nul qui se plagne du cestui?» [6]  Et adonques verront avant toz celx qui de lui se vorront clamer, et Nostre Sires regardera le bien et le mal que cesti avra fait. [7]  Et se il trovera qu’il aie fait autre tant de bien com de mal, Nostre Segnour se mettra en saisine de son bien celx ad cui il avra mal fait, et atant il sera de son mal quites et sera sauf. [8]  Et se par adventure il avra plus de bien fait que de mal, le sorplus du bien li remandera et sera au profit de lui. [9]  Et si le mal selra plus que le bien, il sera escrit entre celx qui doivent aler ad la poine du feu de l’enfer.

[10]  Et en celi jour il n’i avra nul rançon autre, ne d’or, ne d’argent, ne d’autre chose, for que des biens qui seront as mals compensés qui hom avra fait ad autres et a soi meisme, sicom il ne dut. [11]  Et la seront tottes le repostalles descouvertes, si qu’il n’i remandera neent que seu ne soit de ce que li un avra fait ver l’autre, quar chasqun enqusera l’autre de ce qu’il savra. [12]  Et se nul par adventure avra fait en soi meisme auqun pechié qu’il ne soit seu des autres ne encusés, si l’encuserunt toz ses membres et le ferunt savoir, issinc com Nostre Sire Diex parole en l’Alkoran et dist: «Li jour derreain sera merveillieus, quar les uoelx, les mains, les piés et toz les autres men bres tesmoignerunt sor les pecheours.» [13]  Et celx qui se clamerunt des autres, se il par adventure ne porront estre paiéz du mal qu’il avrunt soffert, et le bien qu’il receurent de lor dettours ne sera tant qu’il lor soffise, si s’appaierent de ce que Nostre Segnour lor dira: «Ne vos esmaiéz, quar je vos complirei de ma grace tot ce que vos faut et vous restorerei.» [14]  Et ad celx dettours dira: «Por que vos n’avéz dom paier ce que vos dovéz et que en vos ne remaint nul bien et estes enchargiéz de pechiés, tenéz que je vos doign le feu par vostre mere ad toz jour meis. [15]  Et tot ce fera Nostre Sire Diex mout tost, quar il est mout ententif et mout festineus en son compe et en son jugement; et en mout poi d’ore serunt tottes ces choses menees ad fin, si qu’il n’i avra nul [qui] de l’autre se plagne des iqui en avant. [16]  Et en celi jour n’i avra ange, ne profete, ne martir, ne nul seint hom qu’il ne tremble de la grant paour qu’il avrunt de Nostre Segnor quant il le verrunt si ententivement enquerre les choses et demander, et si droitement jugier et si fort.


LXVIIII. Ce est le devisemet du .lxviii. chapitre.


[1]  Aprés tot ce que Gabriel m’ot conté de choses devantdittes, je lui priei unquor qu’il ne s’anuiast de ce dom je l’avoie demandé et li voloie unquor demander. [2]  Et il me respondi qu’il ne s’anuioit ja et que je li demandasse tot seurement quanque je vousisse. [3]  Adonques li demandei je et priei qu’il me deist se les ciels et les terres et les autres choses devant dittes se entretienent ensemble, o se elles sunt entreparties que l’une ne toche l’autre. [4]  Et il me respondi que ce feroit il mout volentier, mes ce ere mout fort chose ad entendre et mout dure:

[5]  - Quar il covient que je redie auqune chose de ce que je ai devant dist, et aprés ce autres choses que sunt si fors et si oscures qe nul ne les porroit entendre s’il ne fust reempli de la grace Nostre Segnour.

[6]  Et puis qu’il ot ce dist, si me comença issinc ad conter:

[7]  - Mahomet, tu sas bien, sicom je t’ai dist, que Nostre Sire Diex crea tottes les .vii. terres devant dittes et comanda ad un ange qui a nom Arçaniel, qui est desoz la settisme terre, qu’il les sostenist sor ces espalles. [8]  Et ceest un des anges espiriteux et compaignon de l’ange de la mort. [9]  Et ce ange a tant en soi de lonc com hom porroit aler en .v. cent ans, et si chivauche sor le buef devantdit qui a nom Beamut. [10]  Et ce buef est merveilleusement grant et demore sor la pierre verd, sicom je t’ai conté. [11]  Etsor celle pierre si est assise une partie du grant mont qui a nom Kaf, et l’autre partie si est par de soz. Et unquor de soz celle pierre si est air et tenebre. [12]  Et la tenebre se estent et dure jusqu’a l’aive que par desoz i est. [13]  Et entre celle aive et celle tenebre si est le grant pescion qui tottes ces choses sostient, sicom il est conté ça en arrier. [14]  Et entor celi pescion si est le grant vent devantdit qui est apellés ‘braaign’. [15]  Et tot autre si t’ai je conté, du grant mont qui a nom Çare, qui est partis a la reonde en .vii. parties que sunt et se tienent tot por elles dessevrees des autres terres. [16]  Et chasqune de ces .vii. parties est tant loign des autres terres com home porroit aler en .v. cent ans. [17]  Mes Kaf, le grandisme mont, si est celi qui totes ces choses encloit et AVIRONE.


LXIX. Ce est le devisement du .lxix. chapitre.


[1]  Tottes ces choses que Gabriel me dist, je, Mahomet, profete et messagier de Diex, les entendi mout bien et apertement. Et aprés ce le demandei je se outre celui mont qui a nom Kaf avoit homes o non. [2]  Et il me respondi que en l’air erent creatures vives faites en maniere d’omes. [3]  Et je adonques le de- mandei quelx homes ces estoient. [4]  Et il me respondi que ne savoit nul hom for Nostre Sire Diex qui les avoit formés.

[5]  Et puis je le demandei que chose avoit entre le ciel ou est la chaere Nostre Segnour et l’autre ciel qui est desoz celi endroit de la chaere. [6]  Et il me respondi qu’il i estoit li coc Nostre Segnour, dom vos avéz oi ça en arrier, qui ere si grant qu’il tenoit sa creste au ciel ou estoit la chaere devantditte, et ses piés a la plus basse terre de tottes. [7]  Et je unquor le demandei que terre cellui estoit. [8]  Et il me respondi que ce ere Kaf de que il m’avoit parlé.

[9]  Et aprés ce me dist il que de celui Kaf si sordent .xvii. branches ausinc com branches d’arbre. [10]  Et ces branches se estendent en ault contre mont par les ciels jusq’a li oitisme, en maniere que les cielx se sostienent toz sor ces branches, qe l’un ne tache l’autre. [11]  Et por ces branches que issinc les sostienent a il si grant espace entre l’un ciel et l’autre com il est dist desore.

[12]  Et oltre ce grant mont de Kaf si sunt les .vii. mers qui avironent tot. [13]  Et la boche de l’enfer si est en mi leu de la settisme deireaine terre ausinc com un grant puis. [14]  Et tottes ces choses se sostienent sor les espalles de l’ange devant dit qui tient ses piés sur le dos du grant pescion, dom vous avéz oi ça en arrier, et qui sostient la pierre et le buoef et les autres choses devant dittes.

[15]  Et entor la boche de l’enfer si sunt [set] mers, trestoz de feu, qui art mout fort ad grant merveille. [16]  Et ces mers se joignent ensemble et font une grant mer. [17]  Et iqui fait Nostre Sire Diex bagnier et purgier les ammes des pecheours qui se partent de lui et le renoient en lor vie, et les fera issinc tormenter jusqu’a jour de juise. [18]  Et puis les jugera solonc ce qu’il avrunt deservi.

[19]  Et quant vendra li jour de juise, Nostre Segnour levera en ault li enfer si que toz le verront, et le paradis ausinc qui sera par desuz. [20]  Et par desor li enfer sera ausinc le pont qui est apelléz Azirat, com jeo vos conterei en avant. [21]  Mes ce vos en di je ores qu’il a en soi tant de lonc com hom porroit aler en .v. cent ans. [22]  Et de léz ce pont si a un leu qui a nom ‘Marge Halmagfuf’, que vuolt tant dire com ‘pré repost o escondu’. [23]  Et ce pré a en soi tant de lonc com hom porroit aler en .v. cent ans, et autre tant de large. [24]  Et ce est entre la terre ou nos somes et la primiere terre de les .vii. terres devantdittes. [25]  Et aprés celui pré si en est un autre qui a en espés tant com hom porroit aler en .xxx. ans, et est entre la primiere terre devant ditte et la seconde que est de soz li. [26]  Et entre ceste seconde terre et la tierce que est de soz li ausinc si est un autre pré qui a en espés aleure de .xxx. ans, et autre tant de espés a chasqun des autres prés qui sunt entre l’une terre et l’autre ordinément jusqu’a la settisme derreaine terre. [27]  Et chasqun de ces .vii. terres a en espés tant com hom porroit aler en .ccl. ans.


LXX. Ce est le devisement du .lxx. chapitre.


[1]  Puis que Gabriel m’ot contéz les choses devantdittes, il me dist aprés mout amoreusement:

[2]  - Ha Mahomet, se tu seuses coment Nostre Sire Diex departi ses dons entre les creatures, tu en fusses ja mout liéz.

[3]  Adonques li priei je mout doucement qu’il le me dist, et il me respondi que ce feroit il volentier. [4]  Et tantost il comença issinc ad conter:

[5]  - Sachez Mahomet que, quant Nostre Segnour crea les ciels et les terres, il departi sa grace entre les ciels en ceste maniere qu’il en fist dis parties dom il dona les .ix. [as] anges qui sunt ou ciel oitisme ou est sa chaere. [6]  Et de la deisme partie que demora si en fist autres .x. parties, et les .ix. en dona as anges qui sunt ou settisme ciel. [7]  Et de celle deisme partie que demoroit si en fist ausinc .x. autres parties, et dona les .ix. as anges qui sunt ou ciel sesisme. [8]  Et unquor de celle deisme partie que demora si en fist .x. autres, dom il en dona les .ix. as anges qui sunt ou cinquesme ciel. [9]  Et du remanent fist .x. autres parties, et les .ix. en dona as anges qui sunt ou ciel quarte. [10]  Et [de] la deisme partie que demora si en fist autres .x. dom il dona les .ix. as anges qui sunt ou tierz ciel. [11]  Et du remanent fist autres .x. parties, et si en dona les .ix. as anges du seconde ciel. [12]  Et de la deisme que demoroit si en fist autres .x. parties, et les .ix. en dona as anges qui sunt ou ciel primier. [13]  Et de celle deisme partie que demoroit si en fist unquor autres .x. dom il dona les .ix. as esperiz qui sunt ou feu qui est appeléz ‘element’. [14]  Et du remanent fist autres .x. parties, et les .ix. en dona as fantosmes que sunt en l’air pres de feu devantdit et sor cestui air qui nos veoms. [15]  Et unquor de la deisme partie que demora si en fist autres .x., et les .ix. en dona as oiseaux. [16]  Et du remanent fist .x. parties autres, dom il dona les .ix. as pescions. [17]  Et as homs dona tant de sa grace qu’il les fist tottes choses conoistre et deviser entre elx.

[18]  Et aprés ce crea Diex le mal sor la terre, et le departi entre les genz en ceste maniere qu’il fist de la follie .x. parties dom il dona les .ix. ad les genz que sunt appellés Gog et Magog. [19]  Et de la deisme partie que demora si crea la envie; et en fist .x. parties, et dona les .ix. ad celx d’Arabe. [20]  Et du remanent crea la luxuire; et si en fist .x. parties, et les .ix. en dona ad celx d’Inde. [21]  Et de la deisme partie que demoroit si cre[a] la faucesce; et si en fist .x. parties et dona les .ix. as Juis. [22]  Et de l’autre que demora si crea li orguoil; et en fist .x. parties dom il dona les .ix. as Crestiens. [23]  Et du remanent crea la escharseté; et si en fist .x. parties, et les .ix. en dona ad celx de Perse. [24]  Et de celle deisme partie que demora si crea la niceté; et en fist .x. parties dom il dona les .ix. ad celx de Etiope. [25]  Et du remanent crea la superbe; et si en fist .x. parties, et dona les .ix. ad celx de Barbarie. [26]  Et le remanent si departi par tot l’autre monde.

[27]  Aprés ce crea les delices; et si en fist .x. parties dom il dona les .ix. as fames, et l’autre partie par tot le monde. [28]  Et aprés ce si crea unquor ausinc le paradis dom il en fist .x. parties; et dona les .ix. ad celx de ta loi, et le remanent entre toz les autres.


LXXI. Ce est le devisement du .lxxi. chapitre.


[1]  Oi avéz les cho[ses] que Gabriel m’a contees, et coment il les me dist. [2]  Et aprés ce il comença mout fort ad sospirer. [3]  Et je le demandei por quoi il sospiroit issinc. [4]  Atant il me respondi que ce fesoit il por les poines qu’il veoit que les pecheours dovoient en enfer soffrir. [5]  Adonques demandei je se en enfer avoit chasteaux et tors, o paleis, o maisons, o si faites choses, com il avoit en paradis. [6]  Et il me respondi et dist que ceo me mostreroit il bien. [7]  Et atant me prist par la main et m’ammena en un leu d’om je vi li enfer et ses portes que erent .vii., un sor autre ordinément. [8]  Et ces portes estoient si treschaudes que, se la meindre chaude d’elles fust en Orient et li hom qui la regardast en Occident, si li saudroit le cervel de la teste par mi le nés de la grant chalour qu’elle rendroit. [9]  Et chasqune de ces portes si a son nom: la primiere si est appellee ‘Gihenne’, la seconde ‘Lada’, la tierce ‘Halhatina’, la quarte ‘Halzair’, la cinquesme ‘Çakar’, la sesisme ‘Halgahym’ et la setisme ‘Halkehuya’. [10]  Et entre l’une porte et l’autre si a tant d’espace com hom porroit aler en .lxx. mill ans. [11]  Et devant chasqune de les portes devantdittz si a une grant compagne [de] deables et d’omes qui sunt tormentéz en enfer. [12]  Et Nostre Sire Diex fait chasqun jour venir ces deables et ces homes par devant celles portes, et les fait regarder les biens qui sunt en paradis et par ceste monde. [13]  Et en ce qu’il les regardent si lor redoblent lour poines.

[14]  Et par dehors ad chasqune de celx portes, dever la part senestre, si sunt .lxx. mil montagnes tottes de feu; et en chasqunes de ces montagnes sunt .lxx. mil fontaines de feu; et de chasqune de ces fontaignes sordent .lxx. mil fluns de feu ausinc; et sor chasquns de ces fluns si sunt .lxx. mil chasteaux de feu; et en chasqun des chasteaux .lxx. mil sales de feu, et en chasqune des sales .lxx. mil dames de feu ausinc, que sunt les plus laides et les plus orribles ad veoir que nul cueor d’ome poust penser.

[15]  Et quant les pecheours vienent en ces sales, les dammes devantdittez si les accollent et estreignent entre lor braz si fort qu’il lor semble ad estre ausinc com en une grandisme soppresse. [16]  Et avec tot ce si lour font si grant paour qu’il iscent por ce de lor sen. [17]  Et puis les ardent si durement qu’il ne porroient de nul autre feu estre plus ars. [18]  Et ce lor semble si grant poine qu’il vorroient .lxx. mil foiz li jour morir ançois que suffrir celle poine, quar chasqune de ces dames si lor done .lxx. mil manieres de tormenz.

[19]  Et aprés tot ce si sunt d’une part et d’autre sor les rives des fluns devantdiz .lxx. mil arbres de feu. [20]  Et chasqun de ces arbres a .lxx. mil manieres de fruiz, et en chasqun des fruiz .lxx. mil vers dom le meindre d’elx a tant en soi de venim qu’il envenimeroit toz les homes dou monde si qu’il dessevreroit la char da les os.

[21]  Et au pié de chasqun de ces arbres si sunt .lxx. mil dragons et autretant esquorpions, de celx dom vous avéz oi ça en arrier. [22]  Et tot li enfer si est plein de bestes de diverses maniers por tormenter les pecheours. [23]  Et chasqune de cellles bestes si lor fait .lxx. mil manieres de tormenz si tresdurs qu’il morroient plus volentier .lxx. mil foiz li jour se ceo poust estre ançois qu’il celles poines soffrissent.


LXXII. Ce est le devisement du .lxxii. chapitre.


[1]  Quant Gabriel ot fineez les choses devant dittes du dire ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, sicom je le vos ai recontees, je li priei mout doucement qu’il me deist coment les poines de l’enfer sunt, et en quelle maniere elles sunt departies solonc les pechiés que ont faiz les pecheours. [2]  Et il me respondi que ce feroit il mout volentier. [3]  Et atant il me comença ad conter en ceste maniere:

[4]  - Sachez Mahomet que la primiere porte de l’enfer que a nom Gienne, Nostre Sire Diex l’a ordinee et establie por doner ad celx qui aorent les ydoles et qui creent as ymages, ausinc com il conte en l’Alkoran, la ou il dist: «Vos qui aorés les ymages de fust et de metal si serés buche seche en enfer et estrument por atiser le feu.» [5]  Et la seconde que a nom Lada si est appareillié ad celx qui croient en la droite loi de Diex et puis la guerpissent. [6]  La tierce que est appellé Halhatina est appareillié ad celx qui ammassent avoir de mal part, et ad les genz que Gog et Magog sunt appelléz, quar la seront il ars et tormentés durement; la quarte que a nom Halçair ad celx qui giuent ad déz ou en autre maniere de geu por qu’il se corrocent et dient parolles qu’il ne doivent contre Nostre Segnour; la cinquesme que est appellé Çakar ad celx quil ne font les oreisons qu’il doivent [et ne donent du lor] aumolnes as povres genz; la sesisme que a nom Halgahym ad celx qui ne vuolent croire ad les profetes ne ad les messagiers Nostre Segnour de ce qu’il dient, anz les desmentent de lor diz et contradient ses paroles, sicom Nostre Sires meisme dist en l’Alkoran: «Vos qui ne creés mes profetes ne mes messagiers, le feu d’Algahym sera vostre et charra en vostre sort.» [7]  Et la settisme que est apellé Halkehuya si est appareillié ad celx qui deçoivent et engignent les genz as pois et as mesures. [8]  Et tot l’autre remanent de l’enfer si est departiz en .vii. parties, dom les .vi. sunt appareilliéz ad celx qui font compaignon ad Nostre Sire Diex, et dient que auqun autre soit paroil de lui, et ausinc ad celx que ne vuolent poine ne messaise soffrir por Nostre Segnour, et amerent plus ad faire lor volenté que avoir sa grace. [9]  Et tottes ces manieres de genz devantdittes sunt effaciés du livre de la vie por a toz jours mais.


LXXIII. Ce est le devisement du .lxxiii. chapitre.


[1]  Aprés les choses que vos avéz oiez par desore, si me conta unquor Gabriel que au jour de juise fera Nostre Sire Diex devant soi ammener une beste qe est si tresgrant que nul ne le porroit croire, que ad l’ammener de celle beste serunt .lxx. mil eschielles d’anges. [2]  Et chasqune de ces eschielles si est si grant com tot le ciel et totte la terre; et ces anges appareillierunt en enfer .iiii. piliers dom chasqun a tant de lonc com hom porroit aler en .lxx. [mile] ans, et a de gros la moitié de ce tens devantdit. [3]  Et ces piliers serunt dreciés en .iiii. angles de l’enfer, et qui sera atachié la beste devant ditte por ad tormenter les pecheours, sicom vos orréz en avant. [4]  Et ceste beste si a .xxx. mil boches, et en chasqune boche .xxx. mil denz. [5]  Et chasqun d’elx est .xxx. mill tant plus agu que n’est une espee, la plus treschant que hom puisse trover en tot le monde. [6]  Et en chasqun de ses levres si a un grandisme anel de fer et une grandisme chaene ausinc. [7]  Et en chasqune chaene si sunt .lxx. mill aneaux de fer, et ad chasqun de ces aneaux si est un ange qui le tient. [8]  Et ces anges sunt si granz et si forz que chasqun d’elx assorberoit tot le monde et ne le sentiroit ja.

[9]  De la façon de ce beste, que vos conterai je? [10]  Sachéz que elle est si tresmalement ydeuse et orrible ad veoir qe, se elle fust ad un chief du monde et li hom ad l’autre et il la veist, si en dovroit il perdre le sen et la memoire, tant est espoentable. [11]  Et ces anges, quant il ammerrunt ceste beste devant Nostre Segnour, si le dirent: «Ve ci Diex qui te fist, et ad lui soiez obeissanz en ce qu’il te coman[de]ra.» [12]  Et quant la beste orra ce, si avra si grant paour et si grant tristour que nul ne le siet for Nostre Sires Diex. [13]  Et elle maintenant dira as anges: «Je vos pri que vos me diéz por que Nostre Segnour m’a demandee, et se il a nul autre chose faite plus fort de moi por moi tormenter.» [14]  A tant les anges le respondrunt et jurerunt por le pooir de Diex que de ce ne sevent il rien. [15]  Et adonques la beste comencera tot a trembler et ferir l’une giambe ad l’autre et les denz mout fort batte ensemble de la paour qu’elle avra de Diex.

[16]  Et quant elle sera devant Nostre Segnour ammenee, si s’agenoillera devant lui et li dira: «Beau Sire Diex, tu qui es sor tottes choses puissanz, je te pri que tu me dies se tu as nul autre chose faite que moi doie pener.» [17]  Et Nostre Sires les respondra et jurera por son pooir et por sa autece qu’il n’a autre chose faite que li doie tormenter. [18]  «[Mes je te feis por a torrnenter] autrui et por moi vengier de mes enemis, et por destruire celx qui en moi ne crurent et me tollirent ma unité et firent de moi plusours parties.» [19]  Et adonques il respondra la beste et li dira: «Segnour, je te pri qe tu me lasces encliner ad toi por ceste grace que tu m’as faite. [20]  Et Nostre Segnour li otroiera, et elle tantost bascera sa teste et s’agenoillera devant lui et li dira: «Beneoit soiez tu, Sire Diex, qui es ault et puissanz sor tottes choses.» [21]  Et quant elle avra dit si sospirera. [22]  Et je, Mahomet, jur par celui Diex qui ces choses me fist veoir en si poi d’ore qu’elle sospirera si tresfort que, se les homes du monde oissent un de ses sospirs tant seulement, si dovroient il trestoz morir de la paour.

[23]  Et adonques le comandera Nostre Segnour qu’elle s’en voise ad l’enfer. [24]  Et elle maintenant comencera ad aler et gettra si grant flamme par la boche que par tot le monde parra. [25]  Et la fumee qu’elle gettra par le nés si sera tresgrant qu’elle oscurera si forment li air que nul ne porra l’autre veoir se celx non qui seront allumés de la grace Nostre Segnour. [26]  Et les anges devantditz i[runt] ad dextre et ad senestre de celle beste et la conduirunt en enfer.


LXXIII. Ce est le devisement du .lxxiii. chapitre.


[1]  Et quant Gabriel m’ot conté de la beste et des anges devant ditz solonc la maniere que je vos ai devisee, je ai si grant paour que li cueor me comença tot ad trembler ou ventre. [2]  Mes par tot ce ne lascié je de prier mout doucement Gabriel qu’il me deist si les genz trestottes que seront assemblés au jour de juise verront celle beste, o tant solement Nostre Sire Diex et ses anges. [3]  Et il me respondi et dist que tottes les genz la verront et avront de li si grant paour qu’il en trembleront si tresdurement qu’il semblara ad chasqun que li cueor li doie chaoir du ventre, et dessevrer toz les membres, l’un de l’autre, par le fort trembler. [4]  Et avec tot ce il em perdront le sen et la memoire, que de la paour de la beste, que de lor pechiés dom il lor sovendra. [5]  Et adonques comandera Nostre Segnour aporter unes balances devant soi dom li fusel de mi a tant de lonc com il est de Orient jusqu’a Occident. [6]  Et chasqun des deus bacins est si tresgrant qu’il covriroit tot le monde. [7]  Et li un de ces bacins si est de clarté, et l’autre de tenebre; et celi de clarté si est ver la dextre partie Nostre Segnour, et celi de tenebre ver la senestre. [8]  Et ou bacin de clarté seront mis les buoens, et en celi de tenebre les mauveis. [9]  Et chasquns hom avra deus seilles, ausinc com celles ou home porte l’aive, et chasqune sera si grant come hom porroit plus loign garder des uoelx. [10]  [Et in unam sitularum mittet homo bona sua, in alteram vero peccata commissa.] [11]  Et quant il sera venu as belances, si vuidera la seille des biens ou bacin de clarté, et l’autre seille ou bacin de tenebre. [12]  Et il se mettra entre les deus bacins; et [se] les pechiés poiserunt plus que les biens, il s’en ira ver la partie de la tenebre; et si les biens poiserunt plus que les pechiéz, si s’en ira ver la partie de la clarté.

[13]  - Et unquor te di je plus, Mahomet, que Diex fera tant por toi qe se auqun sera de queque loi quil soit, qui aie faiz toz les pechiéz qu’il porra et que n’aie fait nul bien, et il pusse tant faire q[u’i]l aie un escrit que die: «Le halla hilalla Muhagmet raçur halla», que vuolt tant dire ‘n’est autre Diex for Diex, et Mahomet est son messagier’, et il mette cel escrit ou bacin de clarté, si poisera plus assés cil escrit que ne ferunt toz ses pechiéz qui serunt en l’autre bacin. [14]  Et aprés ce toz ses pechiés qui seront escris ou comunal registre tantost seront effaciés, si qu’il ne parrunt, ne d’elx n’en sovendra ja ad Nostre Segnour.


LXXV. Ce est le devisement du .lxxv. chapitre.


[1]  Je, Mahomet, profete et messagier de Diex, fu mout merveilliéz des choses devantdittes que Gabriel me conta, sicom vos avéz oi ça en arrier. [2]  Mes par tot ce si le priei je unquor qu’il me deist se li jour de juise sera granz ou petiz. [3]  Et il me respondi et dist issinc:

[4]  - Sachez Mahomet que celi jour sera ad les genz si granz com C’il durast cinquante mil ans. [5]  Mes ad Nostre Sire Diex ne sera tant com hom poust ovrir et cloire l’uoil. [6]  Et si te direi pot qu’il semblara ad les genz si granz. [7]  Ce sera par deus raisons: li une en est por qu’il demorrunt tot adés sor lor piés en estant; et l’autre pot que les buoens avrunt talent de venir as biens qu’il attendent, et les autres comencerunt avoir et avront grant faim et grant soif et mout d’angoscie et de tristour. [10]  Et toz comunaument avront si grant paour qu’il tremblerunt trestoz mout fort et ploreront mout durement. Et celi jour sera appelléz en sarazinois ‘ybum kalkiama’, que vuolt tant dire com ‘li jour derreain de toz et de resureccion’.

[11]  - Et sachéz que en celi jour trembleront li ciel et la terre et seront voiz oiez mout merveilleuses et mout espoentables. [12]  Et tantost toz les mors qui sunt de soz la terre se levrunt. [13]  Et ce jour sera jour de compe, jour de penitence, jour de gueredon, jour que chasqun trovera devant soi tot ce qu’il avra fait de bien et de mal en ce secle, jour ausinc que les chieres des homes [changeront et] auqunes se tornerunt blanches et auqunes noirs, jour que les engignemenz ne les malices ne terrunt pro ad celx qui faites les avront, jour qe li peres ne porra aider ou fil ne fil au pere, jour que, se la famme sera encinte, ne li sovendra de ce qu’elle aum ou ventre. [14]  Et trestoz les homes deverrunt ausinc com ivres, non pas de vin, mes de tribulacion qu’il avrunt et de grant paour. [15]  Et en celi jour se changera la terre vielle por autre novelle, et li ciel viel por autre novel. [16]  Et tottes ces choses serunt si poi devant Nostre Segnour com seroit ja une nef en tot la mer. [17]  Et son regard sera sor totes choses, et sa voiz partot oie.

[18]  - Et celi jour serunt ostees les ocheisons entre les genz et les riotes et tottes malices, si qu’il ne porrount l’un ad l’autre nul mal faire ne nul bien, mes attendront tot adés ce que Nostre Segnour lor voudra doner. [19]  Et les cueors de seinz homes et de sages ausinc seront changiés, et toz celx qui mescrurent Nostre Sire Diex verront et conuistrunt apertement lor follies. [20]  Et en celi jour perdrunt les rois lor pooirs et lor cruautés et la verité se fermera et sera ostee la mençonge. [21]  Et ce jour sera de tribulacion et d’angoisce si granz qe nul ne le porroit conter, et plus granment ad celx qui ne crurent en Nostre Segnour et furent desobedienz ad ses messagiers, sicom il meisme dist en l’Alkoran: «Celx qi mescrurent les paroles que je lor envoiei ad dire par mes messagiers, la terre ne les recevra ne ciel ne les covrira.»


LXXVI. Ce est le devisement du .lxxvi. chapitre.


[1]  Et tot ce soit que je, Mahomet, profete et messagier de Diex, eusse mout enchargiéz Gabriel du demander des choses devant dittes, je ne lascei par tot ce que je ne lui priasse mout doucement qu’il me deist de quel maniere est li pont Azirat, et de quoi il sert. [2]  Et il me respondi mout debuonairement et me dist:

[3]  - Sachez Mahomet que li Azirat si est un pont que Nostre Segnour fist por esprover celx qui bien croient en ta loi ou qui non ausinc. [4]  Et ce pont si est assis en ault sor l’enfer, et est plus delgiés que chievoil de teste et plus agu que nul trenchant d’espee. [5]  Et d’une part et d’autre si est tot plein de tenailles et de cros et de broches de fer que sunt plus longes que granz lances, et si agues et trenchanz que nul ne le porroit conter. [6]  Et ce pont si est departi en maniere qu’il sunt de lui .vii. ponz, l’un devant l’autre, dom li primier a du lonc tant d’espace com hom porroit aler en .x. mil ans; et li second tant com hom porroit aler en .xx. mile; et li tierz tant com hom porroit aler en .xl. mile; et li quart tant com home porroit aler en quatre vint mile; et li cinquesme tant com hom porroit aler en .clx. mil; et li sesisme tant com hom porroit aler en .cccxx. mile; et li settisme tant com hom porroit [aler] en .vi. cenz et .xl. mil ans. [7]  Et quant Nostre Sires comandera ad ta genz qu’il voisent en paradis por ce qu’il crurent tes paroles et t’obeirent, il vendront tantost au pont. [8]  Et quant il vendront au primier pont, si lor sera demandé de lor creence et coment il crurent. [9]  Et celx qui seront de buone creance et de fort si passeront, et celx qui non si se trencheront as cros et as tenailles devant dittes et charront as poines de feu de l’enfer. [10]  Et celx qui passeront le primier pont, quant il vendront au second, si serunt demandés s’il ont acomplies les oreisons que lor furent comandés. [11]  Et si les firent si passeront; et se ce non si charront au feu com les autres devantditz. [12]  Et celx qui passeront le second pont, quant il vendront ou tierz, si li demanderont s’il sevent auqune chose de l’Alkorran par cueor. [13]  Et celx qui en savrunt si passeront; et qui non si charrunt ou feu. [14]  Et quant il avrunt ce pont passé et il vendront au quart, si seront demandés s’il junerent en lor quaremme sicom il durent juner. [15]  Et celx qui le firent si passerunt; et qui non si charrunt com les autres. [16]  Et quant il avrunt passé ce pont et il vendront au cinquesme, si lor demanderont se celx qui promistrent aler en pellerinage ad Mecke, s’il i alerent et i demor[er]ent tant de jours com il durent. [17]  Et celx qui l’avrunt fait si passeront, et se ce non si charrunt au feu. [18]  Et puis qu’il avrunt ce pont passé et il vendront au sesisme, si seront demandéz s’il se bagnerent au tens du faire oreisons et aprés de lor pollucions ausinc; et celx ce fil rent passeront, et qui non si charrunt com les autres devantdiz. [19]  Et quant vendrunt au setisme pont, si seront demandés se il ont honorés lor peres et lor meres sicom il lor fu comandé en la loi; et s’il avrunt fait issinc, si passeront, et se ce non, si charrunt ou feu d’enfer por estre tormentés ad toz jours mais.


LXXVII. Ce est le devisement du .lxxvii. chapitre.


[1]  Aoquor me dist plus Gabriel, ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, sor la façon de cestui pont devantdit, quar il me conta que le trenchant de li si est par mi; mes d’une part et d’autre ou sunt les tenailles et les cros et les broches de fer devantdittes, si sunt ausinc com les plus granz montagnes et les plus justes de tot le monde au monter. [2]  Et les vallees sunt si tresgranz et si dures quant hom descent d’elles, qu’il semble qu’il descende ausinc com en abisme. [3]  Et ces montagnes sunt .lxx. mile par compe. [4]  Et le monter et l’avaler de chasqune de ces montagnes si dure tant com hom porroit aler en .lxx. mil ans. [5]  Et entre l’une montagne et l’autre si a mout grant oscurté que dure tant com hom porroit aler en trois mil ans. [6]  Et de ceste maniere sunt toz les .vii. ponz qui sunt assis sor l’enfer, sicom il est devant dit.

[7]  Et la flamme que ist de l’enfer est si grant qu’elle monte sor les testes de celx qui passent par le pont tant com hom porroit aler en .lxx. mil ans; et issinc sunt les autres flammes dever destre et dever senestre, en maniere que celx qui passent si vont ausinc com par mi une rue de feu. [8]  Et quant il gardent contre mont, ou devant, ou darrier,ou dever destre, ou dever senestre, si ne voient que flammes et feu qui art si fort que nul ne le porroit conter. [9]  Et a garder qu’il font contre jus, si voient l’enfer et les .vii. portes dom vos avéz oi ça en arrier.

[10]  Et unquor me dist Gabriel que de chasqune de celles portes si sordent .lxx. mil fluns mout granz de feu, et de chasqun de ces fluns cent mile rusciaux. [11]  Et en chasqun de ces rusciaux si a mil dragons et autretant escorpions; et li meindres de ces si est si grant com hom porroit aler en .x. mil ans. [12]  Et chasqun des dragons et des escorpions si a .lxx. mil coes, et en chasqune coe .x. mil nous, et en chasqun nou .x. mil cornes qui sunt toz pleins de venim. [13]  Et quant li pecheour chiet en enfer, si le prennent ces dragons et ces escorpions et gettent sor li de ce venim et le desfont ausinc com s’il ne fust rien. [14]  Mes il revient aprés ausinc com il estoit devant por estre plus tormentés. [15]  Et aprés ce si li vestent .lxx. cuirs sanz celi qu’il avoit, et chasqun de ces cuirs si a en espés .lxx. codes; et entre l’un cuir et l’autre si est tot plein de colovretes et de escorpion, celx qui le mordent mout durement et l’enpoisonent si fort qu’il vorroit mil foiz morrir plus volentier que soffrir celle poine. [16]  Et sanz tot ce si l’ardera la flamme du feu .lxx. mil foiz li jour. [17]  Mes ja por ce ne porra morir, quar Nostre Sires Diex ne le vuolt; ançois vivra tot adés por qu’il aie plus de poines en enfer, et elles li durerunt sanz fin, ausinc com Nostre Segnour meisme dist en l’Alkoran: «Quant les cuirs des pecheours seront ars, si lor ferons cuirs novels por qu’il suoefrent plus de tormenz, quar Diex est sages et puissanz sor tottes choses.»

[18]  Et puis me conta Gabriel unquor issinc:

[19]  - Sachez Mahomet que les pecheours qi charrunt en enfer si avront autre poine sanz celles que je t’ai contés, qu’il taillerunt tot le jour buches, et quant vendra la nuit si s’ardront en elles.


LXXVIII. Ce est le devisement du .lxxviii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, profete et messagier de Diex, ei entendu ce que Gabriel me conta de les poines que soffriront les pecheours en enfer, issinc com vos avéz oi désore, je n’ei si grant pitié que je encomencei ad plorer mout durement. [2]  Mes par tot ce je ne lascei que je ne li priasse qu’il me deist se les genz que passerunt par le pont devantdit, se il iront corrant et delivrement ou tot bellement et le pas, ou se les uns iront en une maniere et les autres en autre. [3]  Et il me comença ad dire issinc:

[4]  - Sachez Mahomet que en celi jour charrunt mout de ton poeple, et homes et fammes, jus du pont en enfer, quar Nostre Sire Diex partira ton poeple en .vii. compagnies et lor dira issinc: «Celx qui mieulx se cuident de vos avoir le paradis si passent avant.» [5]  Et tantost il comenceront trestoz ad corre et venir au pont. [6]  Et tu Mahomet si esteras au chef du pont, de l’autre part ver le paradis, et crieras mout fort: «Ha Sire Diex, aidiéz a mon poeple, aidiéz!» [7]  Et quant celx de ton poeple orrunt ce, si vendront corant au pont si espessement com la logoste quant elle chiet sor la terre. [8]  Et je, Gabriel, serei avec les genz de ton poeple et crierei ad autes voiz: «Arrabi, çallam, çallam!», que vuolt tant dire com ‘sauveour, sauve, sauve’. [9]  Et le pont devant dit tremblera de soz celx qui passeront ausinc com fait la fueille de l’arbre qe hom appele paumier quant li vent la fiert mout fort. [10]  Et celx qui au passer eschapperont de la primiere compagnie si passeront ausinc tost com vient li espart quant il tone mout fort; et celx de la seconde ausinc com le vent quant il vente mout reddement; et celx de la tierce ausinc com li oisel qui vole mout fort en ault; et celx de la quarte ausinc com le bon chival legier qui est bien appareilliéz ad corre; et celx de la cinquesme ausinc com li hom qui est justes et delivres et bien corrant; et celx de la sesisme ausinc com li hom qui est mout legier por aler ad pié et qui bien trotte; et celx de la settisme ausinc com le petit enfant qui va de piés et de mains quant il comence ad aler; et d’icelx i avra qui sirunt trainant sor ses piz au passer qu’il ferunt du pont, et d’icelx qui enbracerent le pont ad l’une des mains. [11]  Et quant il sentiront le feu, si se lairunt de celle main et com l’autre se tendrunt. [12]  Et quant le feu lor tochera celle autre main, si se lairont de celi ausinc et se voudront tenir as piés. [13]  Mes li un des piés lor glicera, et se tendrunt ad l’autre; et en ceste poine demorrunt tant com il passerunt le pont devant dit. [14]  Et d’icelx i avra qe, quant il avront le pont passé, il serunt ausinc noirs com un charbon de la flamme du feu, si les avra brulés.

[15]  Et d’icelx i avra qui soffriront ceste poine un jour et une nuit, et d’icelx deus jours et deus nuiz, et d’icelx un mois, ou deus, ou trois, et d’icelx un an, o deus, ou plus. [16]  Et en ceste maniere montera le compe tant quil i avra d’icelx qui dureront en celle poine .xxv. mil ans; et ce sera la moitié du jour de juise, quar il doit durer cinquante mil ans, isinc que ançois que midi soit passéz, celx qui doivent aller en paradis serunt en paradis, et celx qui en enfer serunt en enfer, sicom Nostre Sire Diex dist en l’Alkoran: «Au jour de juise, ançois qu’il soit passéz mi jour, serunt celx du paradis en plus grant repos de gloire que soit, et celx d’enfer en la plus graunt poine.»


LXXIX. Ce est le devisement du .lxxviiii. chapitre.


[1]  Puis que Gabriel ot finee sa raison sor les choses devantditz, je, Mahomet, profete et messagier de Diex, regardei et vi que les pecheours soffroient tormenz en enfer de diverses manieres, dom je ai si grant pitié en mon cueor que je encomencei tot ad tresuer de la grant angoisce que je n’ei, quar je vi que as uns erent trenchiés les levres ad teisores de feu ardant. [2]  Et adonques je demandei ad Gabriel qui cil estoient, et il me dist q’il erent celx qui sement paroles por metre descorde entre les genz. [3]  Et les autres cui estoient les lengues trenchiéz si erent celx qui faus tesmoigne avoient rendu.

[4]  Et puis en vi autres qui erent pandus par lor membres ad cros de feu, et ci estoient celx qui avoient en ce siecle li adulteire fait. [5]  Et aprés ce vi tant de fammes qe ce estoit une merveille, et tottes pendoient ad granz tronçons par le mi de lor natures. [6]  Et les tronçons erent pandus ad chaenes de feu qui ardoit si merveilleusement que nul ne le porroit conter. [7]  Et je demandei ad Gabriel que celles estoient. [8]  Et il me dist qu’elles si erent les fammes aubandonees que n’avoient finé de faire luxuire et fornicacion.

[9]  Unquor vi je aprés mout d’omes qui avoient mout belles persones et erent par semblant mout bien vestuz; et conui qu’il estoient riches homes de ma gent. [10]  Et ardoient trestouz ou feu. [11]  Et je demandei ad Gabriel por que ces homes ardoient, quar je sai bien qu’il fesoient mout d’aumolnes as povres genz. [12]  Et Gabriel me respondi que, coment qu’il fussent aumolniers, si estoient il mout pleins d’orguoil et fesoient mout de tort ad les genz menues. [13]  Et en ceste maniere vi je toz les pecheours qui estoient tormentés solonc que les pechiés erent de chasqun d’elx.

[14]  Et adonques priei je ad Gabriel qu’il m’ostast de ce leu ou nos estoions, quar je avoie si grant pitié et si grant dolour de ce veoir que je ne le pooie en nulle maniere soffrir. [15]  Et a tant il me dist:

[16]  - Mahomet, que te semble de tant de choses et de si granz que Nostre Sires t’a por sa pitié mostrees?

[17]  Et je li respondi:

[18]  - Certes nul cueor d’ome ne porroit penser li honor ne li bien que Nostre Sire Diex m’a fait puis qu’il m’a fait veoir so pooir et sa gloire, et m’a mostré les biens et les honours qui sunt appareilliéz as buoens, et les poines et les tormenz que serunt donéz as pecheours.

[19]  Et aprés ce me dist Gabriel:

[20]  - Mahomet, as tu bien retenu ad cueor tot ce que tu as veu?

[21]  Et je li respondi:

[22]  - Oil!

[23]  - Or va donques, fist il, et sicom tu as veues ces choses tottes si les di et demostra a ton poeple, pori qu’il les sachent et tiegnent la droite voie de la loi, et pensent et procurent com il voisent en paradis et se gardent de l’enfer.


LXXX. Ce est le devisement du .lxxx. chapitre.


[1]  Quant Gabriel m’ot tottes ces choses conteez et demostrés, ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, il me dist unquor aprés issinc:

[2]  - Mahomet tu t’en iras de ci en avant ad la grace Nostre Segnor; et je te conveierei jusqu’au perron ou tu descendis devant le temple de Jerusalem; et puis monteras sor l’Alborak et elle te conduira ad ta maison. [3]  Et quant il m’ot ce dist, si me prist par la main et m’amena ad l’eschiele par oum je estoie monté au ciel. [4]  Et descendimmes tant que nos venimes au perron devantdit. [5]  Et quant je fui iqui, si trovei l’Alborak que m’atendoit; et quant je la vi, si en fui mout liéz et vign ad li por chivauchier. [6]  Et adonques Gabriel m’acola estroitement et me dist:

[7]  - Ha Mahomet, Diex te soit en eide et te conduie ou que tu iras; et te doign grace que tu pusses retenir ce que tu as veu, et le pusses demostrer as genz por qu’elles sachent conoistre la verité et l’errour et tenir la droite voie et soi de la male garder por le demostrer que tu lor feras.

[8]  Et quant il ot ce finee du dire, je montai tantost sor l’Alborak et m’en vign ad ma maison. [9]  Et adonques estoit ja pres que l’aube dou jour, et je descendi et comandei l’Alborak ad Diex. [10]  Et au departir elle s’enclina et me pria que je deusse prier ad Nostre Segnour por li.

[11]  Et aprés ce je entrei en ma maison et trovei ma famme Omheni que se dormoit unquor en son lit. [12]  Et quant je m’assis au bort du lit, elle s’esveilla maintenant. [13]  Et sicom elle me vist et conuist que je ere mout liéz, si me demanda d’om je avoie ce leece. [14]  Et je le contei adonques tot ce que Nostre Seignour m’avoit mostré de son pooir et de sa gloire. [15]  Et elle me respondi et dist:

[16]  - Ha messagier de Diex, puis que tu es tant travailliz, je te pri que tu te couches en ce lit et te reposes jusqu’au matin que soit grant jour.

[17]  Et je le respondi que ce ne feroie je pas:

[18]  - Ançois irei ad la Mahomerie et conterie ces choses ad celx de Koraxis qui sunt de mon lignage.

[19]  Et elle adonques me pria que je ne le deus se faire et me dist:

[20]  - Sachez Mahomet, beaux amis, quar sicom je croi, il le tendront plus ad mençonge que ad verité et feront de toi derision et gas, bien le sachiez.

[21]  Et puis me dist unquor que ce ne devoie je dire jusqu’a que le Sarazins ne fussent plus qu’il n’erent, quar trop estoient unquor poi.


LXXXI. Ce est le devisement du .lxxxi. chapitre.


[1]  Et quant ma famme Omheni m’ot dist, ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, ce que vos avéz desore entendu, et je m’estoie parti de li por aler ad la Mahomerie, atant fu li jour cler. [2]  Et tot issinc com je aloie, je m’encontrei dedenz le propris de ma maison ad l’autre ma famme qu’avoit nom Hasce et ad ma fille Fatima que venoient ad moi andeus ensemble. [3]  Et tantost com elles me virent, si me saluerent et me demanderent por que je estoie si liéz. [4]  Et je lor respondi que la leece que je avoie si estoit de ce que Nostre Sire Diex m’avoit mostré son pooir et sa gloire, et toz les ciels et les terres, et les paradis et les enfers:

[5]  - Et si m’en vois ad la Mahomerie por conter les choses que je ai veues ad celx de mon lignage de Koraxis.

[6]  Et atant elles me distrent et prierent mout doucement que je ne lor deusse ce dire, quar il le terroient ad mençonge mout grant, et diroient qe je fus ivres. [7]  Et adonques je lor dis:

[8]  - Lasciés ce ester et ne m’en priéz plus, quar je ne lairoie en nulle maniere que je ne lor contasse tot ce sicom je ai veu. [9]  Et quant je lor avrei conté, si le conterei puis ad vos tot par ordre.

[10]  Et quant je lor ei ce dist, si me parti d’elles et encontrei Habenabez mon cosin. [11]  Et tantost qu’il me vist si cria en ault:

[12]  - Ha, coment vint li messagier de Diex?

[13]  Et je li contei tot ce que je avoie veu, sicom vos avéz oi ça en arrier. Et il me respondi tantost et dist:

[14]  - Que vuolt ce estre? [15]  Vois tu ces choses reconter ad celx [de] Koraixis? [16]  Sachez que se tu le fais, il diront que tot ce est grant mençonge et que tu soies fous et musard.

[17]  Et adonques je li respondi:

[18]  - Sachez que je ne lairoie en nulle maniere que je ne lor deisse puis que Nostre Sire Diex le m’a comandé.

[19]  Et tantost je entrei en la Mahomerie et i trovei tot mon lignage de Koraixis, et avec elx Habubekar qui a sor nom ‘Cedik’ en sarrazinois, que vuolt tant dire com ‘creant’. [20]  Et quant je i entrei, il se leverent touz contre moi. [21]  Mes un poi devant ançois que ceo fust, un qui estoit ausinc com juges entr’elx et avoit nom Halmuakim, et avec li ausinc Habubekar, un autre mon col sin qui ne me voloit pas bien, si distrent ad celx qui esto[ient] assembléz: «Veéz ci Mahomet qui vos vient conter les plus granz mençonges que fussent onques conteez par boche d’ome.» [22]  Mes par tot ce je ne lascei d’aler ad aux et de conter tot ce que je avoie veu.


LXXXII. Ce est le devisement du .lxxxii. chapitre.


[1]  Issinc com je, Mahomet, profete et messagier de Diex, fui entreez en la Mahomerie ou estoient celx de Coraixis, sicom vos avéz entendu, je les saluei mout liément trestoz et les regardei de clers uoelx. [2]  Et porqu’il s’estoient levés contre moi, je les fis trestoz jus seoir. Et puis lor comencei ad conter en ceste maniere:

[3]  - Ha Coraixis, beneoite compagnie, Diex m’envoit ad vos porque je vos conte et vos face entendre les choses qu’il por sa douce grace me mostra et me fist savoir en ceste nuit que est passé, quar il me mostra son grant pooir et sa tresgrant autece, et me fist tant d’onour com je vos conterei. [4]  Et vos direi tottes les merveilles qu’il me mostra, et les choses qu’il me comanda que je feisse et vos ausinc. [5]  Or convient donques que vos appareilliléz voz oreillez et vos cueors por oir et por entendre les choses que je vos direi, et que vos seéz appareilliéz du faire et d’obeir mes comandemenz; quar je sui messagier de Diex tramis ad vos especiaument, et puis aprés ad tot le monde. [6]  Et vos fais savoir certainement que, se vos faites ce que je vos comanderei, vos i avréz: grant bien et grant honour.

[7]  Et aprés ce je lor contei tot ce que je avoie veu en celle nuit, sicom li livre l’a devisé ça en arrier. [8]  Et ad chasqune parole que je disoie, Habubekar, celi qui avoit sornom ‘Cedik’, respondoit et disoit:

[9]  - Ha Mahomet, tu di la verité!

[10]  Et toz les autres se taisoient qu’il ne disoient mot. [11]  Et quant je ei ma raison finee, il se leverent trestoz contre moi mout ireement et me distrent:

[12]  - Ha mençongier, com oses tu dire celx paroles? [13]  Tu nos vuois faite ci entendant que tu soies alé en une nuit a temple de Jerusalem, et veis tot ce qu’il i avoit dedenz; et aprés ce si veis toz les ciels et tottes les terres, et les paradis et les enfers; et nos dis que entre l’un ciel et l’autre a tant d’espace com hom porroit aler en .v. cent ans, et que chasqun d’elx a en eslpés autant! [14]  Et nos savons bien que de ci jusqu’a temple devantdit si a aleure d’un mois ad tot le moins! [15]  Coment vuois tu adonques que nos te creions de nulle chose de ce que tu nos as conté?

[16]  Et sot ce il me distrent tant de paroles et teles que je ne savoie que je lor deusse respondre. [17]  Mes Habubekar devandit li respondi:

[18]  - Beaux segnours, tot ce que Mahomet vos a conté puet bien estre pot la grant pouoir de Diex.


LXXXIII. Ce est le devisement du .lxxxiii. chapitre.


[1]  Ces oisoses paroles devant dittes et mout des autres me distrent celx de Koraixis, ad moi, Mahomet, profete et messagier de Diex, asséz ireement, et me laidengierent mout fort au respondre qu’il me firent. [2]  Mes je le soffroie tot en pacience por le grant amour que je portoie primierement ad Nostre Segnour, et puis ad aux. [3]  Et au darrier me distrent:

[4]  - Se tu es verais messagier de Diex, sicom tu te demostres, puis que tu as veues ces choses que tu nos as ci de ta boche contés, ot nos di donques ou nostre caravane est que doit par Jerusalem passer, et ce qu’elle aporte, et quant elle doit ci estre.

[5]  Quar celx de Kotaixis avoient celle caravane envoié que estoit de .xl. bestes pot aporter lor viande dom il avoient mestiet, et devoit par Jerusalem passer, sicom il est devandit. [6]  Et quant il m’orent issinc demandé de lot karavane, je ne lor puis si tost respondre, quar celle nuit que Diex m’avoit demostrés les choses devant dittes, il ne me mostra neent de celle caravane.

[7]  Et pot ce je bascei la teste et covri de ma tuelle, et comencei un poi ad penser et prier Nostre Sire Diex mout humilment qu’il me donast por sa pitié ad veoir et conoistre les choses dom celx de Korayxis m’avoient demandé, por que je lor en pousse la verité conter, et qu’il por la responce que je lor feroie me tenissent verais profete Nostre Segnour et messagier. [8]  Et quant je ei finee ma oreison, maintenant comenda Nostre Segnour ad Gabriel qu’il assemblast tot le monde d’Orient jusqu’a Occident, et mers, et terres, et creatures, et autres choses tottes que i sunt dedenz, et qu’il les meist devant moi por que je les pousse apertement veoir, ausinc com se je les tenisse encloses en ma main. [9]  Et tantost fu ce fait. [10]  Et je adonques regardei et vi tot le monde et le temple devantdit et la caravane, et vi com bien il avoit de bestes et que aportoit chasqune. [11]  Et quant je ei ce veu, je levei ma teste et regardei toz celx qui erent entor moi. [12]  Et tantost Habubebar, dom je vos ai conté, qui estoit mout bien creant en la loi de Diex, parla en audience de toz et dist ançois que je deisse rien issinc:

[13]  - Ha Mahomet, je sai bien que tu es verais et que tu as totte la verité seue!


LXXXIV. Ce est le devisment du .lxxxiiii. chapitre.


[1]  Quant je, Mahomet, profete et messagier de Diex, ei seu la verité totte de la caravane devantditte et entendu ce que Habubebar li bien creant me disoit, je regardei ver celx de Koraixis et si lor dis ad lié chiere:

[2]  - Ha lignage de Koraixis, qui estes ci assembléz, vos m’avéz tenu ad mençongier sor les choses que je vos ai contéz et que Nostre Segnor me degna mostrer, et me volléz esprover sor vostre caravane. [3]  Or sachiéz veraiment que celi Diex qui me mostra les autres choses dom je vos ai parlé, si m’a mostré ausinc la verité de vostre caravane et la m’a fait per Gabriel li ange savoir. [4]  Et vos di que en celle caravane si a .xl. bestes dom les .x. sunt chargiéz de pein, les autres .x. de datres, les autres .x. de figes seches et les autres .x. de raisins passes, et si sunt tant pres de ci qu’elles vendrunt unquor hui sanz dotte.

[5]  Et quant je ei ce dit, li devant noméz Habubebar se leva tantost en piés et dist ad aulte voiz, si que toz l’oirent:

[6]  - Ha beaux segnours de Koraixis, en ce poéz entendre que Mahomet est verais messagier de Diex en tottes ses paroles. Aléz et esprovés ces choses, et troveréz que issinc est la verité com il vos a dist, ne plus ne moins.

[7]  Et maintenant il se comencerent ad regarder ensemble l’un l’autre, et se leverent trestoz en piés, et alerent contre la caravane por savoir se il estoit voir o non ce que Mahomet lor conta. [8]  Et troverent que issinc estoit la verité par chasqune chose. [9]  Mes par tot ce ne li voudrent croire, ne par les paroles ausinc que Nostre Sires dist en l’Alkoran: «Loéz soit celi Diex qui porta son serf de la Mahomerie de Meke jusqu’au temple de Jerusalem en une nuit, et li mostra les choses qu’il ne mostra as autres qi furent de ci en arrier, ne qui vindrent a prés.

[10]  Et sachiéz que tottes les paroles que sunt en l’Alkoran dittes contra celx qui bien ne croient en la loi de Diex, si sunt dittes por celx de Meke, quar il ne voudrent onques croire se par force d’espee non, sicom Nostre Sires dist en l’Alkoran: «Je les espoentei por qu’il deussent croire; et en leu de ce il acroistrent ad lor durté et furent plus mescreanz.»

[11]  Et la ou vos troverés paroles en l’Alkoran que dient por celx qui bien croient, si sunt dittes por celx de la cité que a nom Medine et sornom ‘Acrip’, qu’il crurent por lor buoene volenté sanz nulle autre force, sicom Diex dist en l’Alkoran: «Celx qui bien croient, de lor propre volenté doivent croire, non pas por autre force nulle.»


LXXXV. Ce est le devisement du .lxxxv. chapitre.


[1]  Puis que ces choses furent si aleez com jeo, Mahomet, profete et messagier de Diex, vos ai conté, la plus grant partie de celx de Koraixis crurent les paroles que je lor avoie dittes par la verité que je lor dis de lor karavane, et me distrent que ce sembloit ad estre veraiment chose que venist du grant pooir de Diex quant il m’avoit mostré si grant amour et ce qu’il ne mostra onques ad nul autre qui soit esté ne avant ne aprés.

[2]  Et me prierent que je tot ce lor feisse escrire par qu’il le poussent issinc dire certainement et demostter ad tottes genz, solonc ce qu’il m’estoit avenu. [3]  Et je tantost par le comun conseil de toz priei celi Habubekar, de cui je vos ai parlé ça en arrier, et Abnez avec li, qui erent andeus mout bien creanz en la loi de Diex et mout leaux homes et de buoene foi et de buoene renomé, qu’il deussent tottes les choses escrire que m’estoient avenues et que m’avendrunt de ci en avant. Et il firent mout volentier ma proiere, et escristrent solonc les choses que m’avindrent, de parole ad parole, ce livre qui a nom ‘Halmaereig’.




[EXPLICIT I]

[1]  Et fu ce livre escrit en li oitisme an aprés que li espirit de Diex vint sor moi et que je comencei ad profetizier.



[EXPLICIT II]

[1]  Et nos, Habubekar et Abnez, tesmoignoms de verais cueor et de pure conscience que les choses qe Mahomet a contees ça en arrier sunt tottes veraies, issinc que toz celx qui conter les orrunt les doivent certainement croire par chasqune chose, sicom nos les avons escristes et escrivrons de ci en avant.



[KOLOPHON]

[1]  Le livre fu de espaignol en françois tornéz en l’an Nostre Sire Diex mil et ducenz et sessant et quatre ou mois de maij.