RIALFrI

Martin da Canal, Estoires de Venise

Martin da Canal, Les estoires de Venise, cronaca veneziana in lingua francese dalle origini al 1275, a cura di Alberto Limentani, Firenze, L.S. Olschki («Civiltà veneziana. Fonti e testi», Serie 3a, 3), 1972.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

  TESTO MODIFICHE ALL’EDIZIONE  

 

odifiche all’edizione Limentani 1972

II, LI Su fu la bataille > Si fu la bataille







 

Indice dell'opera    

 

[I]

En l’enor de nostre seignor Jesu Crist et de sa douce Mere, nostre dame sainte Marie, et dou precios evangeliste monseignor saint Marc et de tos autres sains et saintes, et por l’enor de mesire Renier li noble dus de Venise et por henor de cele noble cité que l’en apelle Venise et por henor de la gentilesse et dou peuple venesiens, je Martin da Canal sui entremis de translater de latin en franceis les henorees victoires que ont eües les Veneciens au servise de sainte Yglise et au servise de sa noble cité. Et por ce me sui je entremis de ceste euvre, que je veul que elle ne soit onques mais obliee et que il soit en remenbrance a tosjors mais a tos ciaus qui sont orendroit au siecle || et a tos ciaus qui doivent avenir: porce que li un meurent et li autre naissent, si ne les poroit savoir se il ne les trovoient en escrit. Et porce que lengue franceise cort parmi le monde et est la plus delitable a lire et a oïr que nule autre, me sui je entremis de translater l’anciene estoire des Veneciens de latin en franceis, et les euvres et les proeces que il ont faites et que il font. Et porce veul je que un et autre sachent a tosjors mais les euvres des Veneciens, et qui il furent et dont il vindrent et qui il sont et coment il firent la noble cité que l’en apele Venise, qui est orendroit la plus bele dou siecle. Et veul que trestos ciaus qui sont orendroit au siecle et qui doivent avenir sachent coment la noble cité est faite et coment ele est plentereuse de tos biens; et coment li sire des Veneciens, li noble dus, est puissant, et la || nobilité qui est dedens, et la proesse dou peuple venesiens; et coment trestruit sont parfit a la foi de Jesu Crist et obeissant a sainte Yglise, et que jamés ne trepasserent li comandement de sainte Yglise. Dedens cele noble Venise n’osent demorer patarins ne gazar ne nul usurier ne murtre ne laron ne nul robeors. Et vos conterai les nons de trestos les dus qui ont esté en Veneise l’un aprés l’autre et ce que il firent a l’enor de sainte Yglise et de sa noble cité. Et vos conterai les nons des nobles chevetains que les nobles dus envoierent a lor tens por damager lor enemis. Et des victoires que il ont eües veul je que vos sachés que il est a droit, et si vos dirai porcoi: premierement porce que il sont parfit en la foi de Jesu Crist et que il ne trepassent onques mais li comandement de sainte Yglise, et porce que il ne || font outrage a nului et sofrent sovent et menu le danger que l’en lor fait: et neporquant, se il avient que aucunes gens mete mains en yaus, il s’en vengent ou par tens ou a chief de piece, fors que solement il ne remaint por la proiere demonseignor l’apostoile. Et sachés que Veneciens ne faillent a nului de covenances; lor proeces sont aparissant, tot enci con je le vos conterai sa en avant en nostre livre, qui est translaté de latin en franceis, porce que a tousjors mais soit en remenbrance qui sont Veneciens et sachent tuit, et un et autre, que monseignor saint Marc li Evangeliste, en cui li Veneciens ont mis lor espoir, aprés Jesu Crist governe les Veneciens et governera a tosjors mais. Je pri Jesu Crist et sa douce mere sainte Marie et monseignor saint Marc li Evangeliste, qui done santé, vie et victoire a monseignor le dus et a || tos lesVeneciens: et je comencerai mon livre tot en tel maniere.

[II]

En l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mcclxvij. ans, au tens de monseignor Renier Gen, li haut dus de Veneise, tant me sui travaillé et pené que je ai trové l’anciene estoire des Veneciens: dont il furent premierement et aprés, et coment il firent la noble cité que l’en apele Venise, qui est orendroit la plus belle et la plus plaisant dou siecle, ploine de biauté et de tos biens: les marchandies i corent par cele noble cité, con fait l’eive des fontaines. Venise est desor la marine: si cort l’eive salee parmi et environ et par tos autres leus, fors que es maisons et es voies; et lors quant li citeïns sont es places, si povent retorner en lor maison que par terre que par eive. De tos leus vient marchandies et || marcheans, qui achatent les marchandies de quel maniere que il veulent et les font condure en lor païs. L’en treuve dedens cele vile la vitaille a grant planté, le pain et le vin, les gelines et oisaus de rivere et la char fresche et salee et li grant poisson de mer et de fluns; li marchans de tos païs qui vendent et achatent. Vos i poés trover dedens cele bele vile une mult grant gentilesse de viaus homes et de meens et de damoisaus a planté, que mult fait a loer lor nobilité; li marcheans aveuc yaus, qui vendent et achatent; et li chanjor des mehailles et citaïns de tos mestiers; li mariniers de totes guises et les nes por con dure en tos leus et les galies por domager lor enemis. Si est en cele belle vile les beles dames et damoiseles et puceles a grant planté, aparillees mult richement.

[III]

Que vos diroie je? Premierement furent il Troians, et de Troie vin||drent et se herbergerent entre Acles et Ongrie - ce est a dire que il firent les viles qui sont en seche terre da Millain jusque en Ongrie - et furent ileuc mult a aise, dou tens que Troie fu essiliee jusque au tens que un paien nasqui au siecle et que il fu en aage de porter armes. Celui paien estoit apelés Atille; celui Atille vint en !taire encontre les crestiens, et aveuc lui cinc cent mil homes, et prist premierement une noble cité que l’en apele Aulee et la mist a destrucion: et sachés que cele Aulee fu estoree premierement por li Troians. Et quant Atille fu en saisine de Aulee, il s’en ala avant et mist a destrucion totes les viles que firent li Troians en seche terre jusque a Millan. Et par cele destrucion s’enfuirent la nobilité des homes et des femes de celes viles enver la mer et troverent desor la marine monciaus de terre et firent desor ciaus monciaus de terre maintes beles viles. Il conduistrent aveuc yaus or et argent a grant || planté, si firent estorer les beles yglises et li biau clocher et les cloches, et firent en la maistre vile .lxx. yglises, a tos les grans clochers et les cloches, et parmi l’eive salee les maisons de religion a grant planté.

[IV]

Çe veul que vos sachés que cele bele cité que l’en apele Venise fu faite en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .ccccxxj. Or vos ai conté coment la noble cité que l’en apele Venise fu faite, si vos conterai des dus qui ont esté por governer les Veneciens l’un aprés l’autre, et de la victoire que firent les Veneciens au tens de chascun dus. Premierement fu dus des Veneciens mesire Paulice, qui tint le noble ducat des Veneciens en la premiere vile que li Veneciens firent aprés la destrucion que Atille li paiens fist des viles de Ytaire. Mes je veul que vos sachés la nobilité des dus de Veneise; sachés que monseignor li dus de Venise porte corone et en chascun leu que il vait si fait || porter s’espee, et si la li porte un gentil home; et a hautes festes porte monsignor le dus une corone d’or a pieres precioses en sa teste et porte vestiment de dras a or; et la ou il vait a hautes festes, si vait aprés lui un damoisau qui porte une unbrele de dras a or sur son chief, et devant lui porte un damoisau un faudestoire mult biau et un autre damoisau porte un coissin covert de dras a or: et toutevoie vait aprés lui s’espee et la porte un gentil home. Or vos dirai de li homage que li font les viles d’environ; monseignor li patriarche de Aulee li done por treusage chascun an .xij. pains, non pas petis mes grans a mervoilles, et .xij. pors grans et pesans: et cestui treusage ont eü et ont chascun an li nobles dus qui ont governé et governent li noble ducat de Venise, dou patriarche de Aulee. Et lors quant monseignor li dus veut armer ses galies de .xxx. en sus, si li do||ne chascune vile de l’Istre de ces homes. Tel vile li done tant homes de sa vile, que monseignor li dus fait armer une galie; et tel li en done mains. Si est en cele Istre .vj. viles et maint chastiaus qui font cest homage a monseignor li dus, et li done de l’eule qui naist en l’Istre por treusage a Veneciens et dou vin que il ont de lor vignes. Le vin dona un des dus de Venise au patriarche de Grat porce que il estoit apovri; celui patriàrche si est patriarche de Venise que tient son siege en Grat: c’est une vile des Veneciens que aprés la destrucion que fist Atille fu faite et fu apelee Grat porce que ciaus qui de la furent estoient apelé Gradenis. Et l’eule de l’Istre dona un dus a l’Iglise de monsignor saint Marc.

[V]

Or vos ai dit dou treusage que donent ciaus de l’Istre a monseignor le dus de Venise et vos conterai dou treusage que donent ciaus d’Esclavonie a monseignor || li dus. Sachés que li dus de Venise si est dus de Dalmace et de Groace et done a chascune vile un cuens por yaus governer. Et ciaus des viles d’Esclavonie qui sont desor la marine donent a monseignor le dus, lors quant il fait armer en Venise .xxx. galies, des homes de lor viles por armer les galies ensi con font ciaus de l’Istre. Et tes des viles d’Esclavonie done a monseignor li dux por treusage chascun an grant planté des meailles d’argent et apelent monsignor li dus son signor lige. Et li Pavens done a madame la duchoise, la feme de monseignor li dus, por treusage, dou lin de son païs chascun an. Et li Trevisans done a monseignor li dus li carentisme des fruis de son païs, se il les vendent en Venise; et se il ne les vendent en Venise, il ne trovent nului qui loren done riens. Et ciaus de Friul donent a monseignor li dus li carantisme de tot ce que il concluent en Venise || et de tot ce que il ostent de Venise et portent en lor païs. Que vos diroie je de tos li treusage que les gens donent a monseignor li dus? Sachés que il seroit grant masse de paroles a conter, et porce m’en teirai je atant et tenrai ma droite voie, et vos conterai des dus qui ont esté en Venise.

[VI]

Messire Paulice, enci con je vos ai conté, fu li premier dus, et duca en Racliane, une vile de Veneciens que il apelle Cités Nove. Mais auques pres de cele vile estoient Venesiens, en une vile que l’en apele Exul; si estoient herbergiés dedens cele vile maint gentis houmes, qui pristrent guerre a mesire Paulice, li dus de Venise. Si fu tel cele guerre, que monseignor li dus en fu ocis et un sien fis a la meslee en sa vile meisme. Et aprés la mort de mesire Paulice, li dus de Venise, fu dus mesire Marcels; et aprés la mort de lui, fu dus mesire Urs. || Mes au tens de lui fu un’autre meslee entre ciaus de Racliane et ciaus de Exul, si tres grant et si pesme que bien seroit mervoiles dou conter la grant mortalité que firent les Veneciens entr’iaus: et neporquant je vos en conterai la sume. Tant firent d’armes et l’une partie et l’autre, que a lor viles apert que eles remestrent orfenines des citaïns; et par cele occision et par cele meslee furent essilees andeus celes viles, si vindrent herberger ciaus qui remestrent de la meslee en la maistre vile des Veneciens, que l’en apele Reaut. Par cele meslee et par cele occision n’orent pas dus li Veneciens jusque a .vj. ans, anceis avoient juges, que il apeloient «maistre des chevaliers», et ciaus tenoient les Veneciens a droit.

[VII]

Premierement i fu juge mesire Domenche Leo par un an et aprés lui fu juge messire Felis par un autre an et a||prés lui en fu juge par un an mesire Deusdedi et aprés lui par un autre an fu juge mesire Jubian Ypat et aprés lui par un autre an i fu juge mesire Johan Fabriace. Ciaus cine prodomes tindrent le haut ducat de Venise par .vj. ans, enci con je vos ai conté sa en ariere; et puis fu dus de Venise mesire Deusdedi et aprés la mort de lui fu dus mesire Alla et aprés la mort de lui fu dus de Venise mesire Domenche et aprés la mort de lui fu dus de Venise mesire Maurice et aprés la mort de lui fu dus de Venise mesire Johans et aprés la mort de lui mesire Beat et son frere furent dus. Trestos ciaus que je vos ai només, qui furent dus de Venise aprés la destrucion de Racliane et de Exul, tindrent le ducat de Venise en une vile des Veneciens que l’en apeloit Madamauque. Or veul je que vos sachés que avint a Veneciens au tens || des dus que l’en apeloit Belenger et Beat. Celui Belenger fu traitres, que il s’en ala en France, et aveuc lui Fortunat prevoire et sa feme, et fist tant que il fist venir li roi Charle, li fis qui fu de monseignor Pepin li roi de France. Celui Charle estoit a celui tens enpereor; il vint a Madamauque, qui estoit a cel tens une tres belle vile des Veneciens, et quant ciaus de la vile virent venir li roi Charle a tot son grant esfors, il s’enfuïrent, petit et grant, en la maistre vile des Veneciens, qui est apelee Reaut; et ne remest en Madamauque fors que une vielle dame. Qe vos diroie je? Quant mesire Charle, li enpereor, fu en saisine de Madamauque, il mist li siege por prendre la maistre cité; et fu ileu par .vj. mois et se herbergerent en tentes et en pavillons parmi le lis desor la marine et cudoient li Franceis prendre les Veneciens qui aloient environ yaus en lor navie. Mais un jor avint que li Venesiens || vindrent a la meslee aveuc li Fransois et avoient grant planté de pain en lor navie et geterent envers li Franceis, si les feroient parmi le pis. Et quant la meslee fu remese, li enpereor Charle dist que il musoit la por neant,

- puisque li Venesiens ont si grant planté de pain. -

Et lors envoia querre une vielle dame que il avoient trové en Madamauque, et quant ele fu venue devant monseignor li roi Charle, li Fransois la chasoient d’entor yaus et la tenoient en despit. Mes li roi li dist:

- Di moi, sauroies tu aucun engin con je peüsse aler a cele vile la. -

Et la vielle dame dist:

- Ces mauvés homes que la s’en sont foïs m’ont laissee en ceste vile perir, si ont aporté aveuc yaus tot li tresor de ceste vile; mes se vos eüsiés .ij. damoisaus qui me condusent en cele vile, je sai maint povres homes que, se vos lor volés doner de vostre avoir, que il feront tel engin que bien conduira et vos et vos homes || a la vile. -

Quant li enpereor oï ce, il crut la vielle dame et li dona de son avoir et puis la fist najer a la vile. Et cele parla au dus et li descovri tot ce que li roi li avoit dit: et li dus li dona des prodomes jusque a .c.. Et lors s’en torna la dame au roi et dist:

- Sire, donés de vostre avoir a ces prodomes, que il vos feront un pont de fust desor l’eive, qui conduira vos homes a tos lor chevaus jusque a la vile. -

Et lors dona monseignor li roi Charle de ces mehailles a plenté a ciaus prodomes, et il porchacerent botes et fust et cordes et firent le pont desor l’eive et atacherent li fust as cordes. Et quant li roi Charle vit le pont, bien li fu avis que ces peüssent monter desus et aler a la vlle. Et la vielle dame dist au roi:

- Sire, faites monter vos homes desur le pont par nuit et troveront les Venesiens en lor lis: si aurés la vile sans contredit. -

[VIII]

Quant la nuit fu venue oscure, lors mistrent Franceis li lor chevaus desor le pont et yaus meemes sor le pont; et ciaus qui avoient fait le pont se mistrent a najer envers la vile. Et li chevaus, quant il sentirent l’eive, comencerent chaoir or sa or la et briserent lor cuisses et lor jambes et comencerent a debatre lor testes: et por ce brisa li pont et li chevaliers cheïrent en eive et se noierent dedens. La vielle dame et li Venesiens s’enfoïrent a la vile, et Venesiens monterent en lor nes et furent environ Madamauque et troverent li rois Charle, li enpereor, que mult estoit corociés et mauballi durement que ses chevaliers estoient mors en eive et venoient au lis, et lor chevaus aveuc, et estoit tote l’eive coverte d’omes et de chevaus, et li fust et les botes aloient parmi l’eive sa et la. Et quant li enpereor vit les Venesiens en lor navie trestuit armés, il dist:

- Ou est li dus? -

Et il le prïent que il vegnent en terre. Et monseignor Beat li dus s’en vint en terre et li roi Charle descendi de son cheval et aveuc || lui sa chevalerie; et lors enquist li dus a l’enpereor noveles de son frere, li dus Belengier; et il dist devant tos les nobles Venesiens, que Belenger li avoit doné li conseil que il venist prendre Venise; et monseignor li dus et li autre Venesien ne distrent rien, porce que il beoient a prendre venjance de Belenger. Et lors prierent li roi Charle que il venist veoir la maistre cité des Venesiens; et lors beisa li roi li dus et tuit li autre noble Venesiens que ileuc estoient, et puis entra li roi Charle en la nef dou dus. Endementiers que il s’en aloient parmi la mer, et monseignor li roi Charle tenoit un spleut en sa main mult grant; et quant il vit la gregnor eive et la plus parfonde, si geta son spleut en la mer a grant force de son bras et dist:

- Si voirement con cestui spleut que je ai geté en ceste mer ne apareroit a moi ne a vos ne a nul autre home dou monde, si ne soit || au monde nul home qui aie puissance de nuire li regne de Venise: et celui qui nuire la vodra, li vegne l’ire et li mautalant de Damedés, auci con elle est venue desur moi et desur ma gent. -

[IX]

Tant najerent li Veneciens, que il furent venus a la maistre vile, droitement au Palés. Lors vindrent li clers et tot li peuple de Venise a l’encontre de monseignor Charle, et vint tote la navie encontre lui, chargee de dames et de damoiseles. Li roi descendi en seche terre et Venesiens lor donerent a manger et a boivre aprés ce que il fu venus de l’iglise. Et puis le convoia monseignor li dus et li peuple de Venise jusque a Feraire; et lors encontrerent li dus Belenger, li frere dou dus Beat, que de France venoit et menoit aveuc lui la fille dou roi Charle et cudoit que Venise fust prise et que li rois Charle en fust sire. Et quant li dus Beat vit son frere, il proia || li peuple que il eüst mersi de son frere, mes cele proiere fu por neant, que li Venesiens le pristrent erraument et distrent jamés ne retorneroit en France. Lors donerent la fille dou roi a son pere, si s’en ala aveuc lui en France; et Venesiens ardirent la nef lonbarde et condurent li dus Belenger en Venise et l’ocistrent et li traïrent li cuer dou cors, et puis le pendirent en seche terre a Saint Martin de Strade. Si m’en teirai atant dou dus Beat, car il morut un poi aprés, et vos conterai de ce que avint aprés.

[X]

Or dit li contes que aprés la mort dou dus Beat fu dus mesire Angle Particiace, et establirent les Venesiens que de lors en avant ne fust d’autre lignage dus fors dou lignage des Particiace, que orendroit les apelent Venesiens Badoer. Et aprés la mort de monseignor Angle fu dus mesire Justiniens Particiace, li fis || de monseignor li dus Angle Particiace; et au tens de monseignor li dus Justiniens vint en Venise li precios cors de monseignor saint Marc li Evangeliste: et si vos dirai coment. Voir fu que une nef des Venesiens estoit a celui tens en Alissandre: si estoit en cele vile li precios cors de monseignor saint Marc, que li mescreans avoient ocis porce que il lor anoncioit la foi de Jesu Crist et li saint batisme. Mes en la nef des Venesiens que en Alissandre estoit a celui tens avoit .iij. prodomes: si estoit li uns apelé mesire Rustice Torcelens - et porce estoit il apelé Torcelens, que il estoit d’une vile des Veneciens au tens de Atille li paiens, que, lors quant il mistrent a destrucion une vile que l’en apeloit Altilie, li nobles homes de cele vile s’enfoïrent, et puis firent Torcels -, et l’autre prodome qui estoit aveuc mesire Rustice avoit non mesire Tribons || de Madamauque; et li tiers estoit apelé Staurace. Ciaus .iij. prodomes orent si grant espoir et si grant devocion de condure monseignor saint Marc en Venise, que bien aparut a la parfin. || s’en alerent tant entor celui qui gardoit le cors de monsignor saint Marc, que il devindrent ces amis; et lors avint que il li distrent:

- Sire, se vos volés venir aveuc nos en Venise, et portons aveuc nos le cors de monseignor saint Marc, nos vos ferons mult riche home. -

Et quant li prodome, que mesire Theodors estoit apelés, oï ce, il dist:

- Taisés, seignors, ne dites tel parole, que ce ne poroit avenir en nule maniere dou monde, que li paiens le tienent plus cher que rien del monde et se il peüssent espier que nos eüsiens la volenté, tot li tresor dou monde ne nos eschaperoit que il ne nos feïssent trencher les testes: si vos pri que vos ne me dites tel parole. -

Et lors respondi un || d’iaus et dist:

- Or atendonstant que celui beneoit Evangeliste vos semonge de venir aveuc nos. -

Si ne distrent plus a cele fois. Mais il avint puis que a celui prodome vint en cuer de oster li cors de monseignor saint Marc d’ileuc et d’aler s’en aveuc lui en Venise; si dist a ciaus prodomes:

- Seignor, coment porons nos oster de ci li saint cors de monseignor saint Marc sans le seü de nului? -

Et un d’iaus dist que bien et sagement le feront. Si s’en alerent a l’arche au plus hastivement que il porent et osterent li cors de monsignor saint Marc de l’arche ou il estoit et le mirent en une sporte et le covrirent de chos et de char de porc, et pristrent un autre cors, si le mirent en cele arche meisme es dras dont il asterent li beneoit cors de monseignor saint Marc et seelerent l’arche tot ensi con ele estoit seelee devant. Et li dui prodome pristrent || li cors de monseignor saint Marc et le conduistrent en lor nef en cele sporte meisme, enci con je vos ai conté sa en ariere. Et porce que il avoient doute des paiens, si mistrent li saint cors entre .ij. mecens de char de pors et le colerent en l’arbre de la nef: et ce firent il porce que li paiens ne tocheroient pas la char de porc.

[XI]

Que vos diroie je? Droitement a celui point que il ouvrirent l’arche, si espandi un’oudor parmi la vile si grant et si pleisant, que, ce totes les espices dou monde fussent en Alisandre, fust il acés sofisant chose. Et lors distrent paiens:

- Or se meut Marquet! -,

que il estoient acostumé chascun an de sentir cele oudor. Et neporcant il s’en alerent a l’arche et l’ovrirent et virent li cors dont je vos ai fait mencion que li Venesiens avoient mis en l’arche es dras de monseignor saint Marc: || si s’en tindrent apaiés. Et tes furent des paiens qui vindrent a la nef et la sercherent de totes pars, que il cudoient certainement que li Venesiens eüssent dedens li cors de monseignor saint Marc; mes lors quant il virent la char desus l’arbre, il comencerent a crier:

- Hanzir, hanzir! -,

ce est a dire:

- Pors, pors! -,

et s’en issirent hors de la nef. Li vent estoit bons et bien portant, et il drecerent les voiles au vent et se mistrent en haute mer: et avoient aveuc yaus li un des prodomes qui gardoit li cors de monseignor saint Marc: et l’autre remest en Alissandre, que puis vint en Venise un an aprés.

[XII]

Tant s’en vint cele nef parmi la mer, que au tiers jor vint en Romanie, et ce fu par nuit, et venoit a ploines voiles et estoient trestuit endormis et aloient ferir a une ysle que l’en apele Estruals. Meis li precios || Evangeliste esvoilla li maistre marinier et li dist que il feïst abatre les voiles, que il aloit ferir en terre; et lors salli li maistre marinier en estant et esvoilla les autres et abatirent les voiles. Que vos diroie je? Tant s’en vint cele nef de jor en jor, que ele conduist li beneoit cors de monseignor saint Marc en Venise; et fu si bien receüs, con il apert a sa bele yglise et a sa bele place et a la devocion que les Venesiens ont en lui: que maintenant que il fu venus en Venise, mistrent il lor espoir en lui et li donerent la segnorie de Venise et porterent de lors en avant la beneoite figure dou precios Evangeliste; et ce fu en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .dccc., le derai<n> jor de jener: si font li Venesiens chascun an en cel jor bele feste et henoree de monseignor saint Marc. Et se aucun || vodra savoir la verité tot ensi con je le vos ai conté, veigne veoir la bele yglise de monsignor saint Marc en Venise et regarde tres devant la bele yglise, que est escrit tote ceste estoire tot enci con je la vos ai contee: et aura li grant pardon de .vij. ans que fist monseignor l’apostoile a ciaus qui vont en cele bele yglise. Et de lors en avant que li Venesiens orent fait si bele yglise, si loerent que ele fust chascun an amendee a tosjors mais, et ensi le font; et est cele bele yglise a monseignor li Dus.

[XIII]

Que vos diroie je? Celui mesire Justiniens Particiace dus trespassa et aprés la mort de lui fu dus mesire Johans Particiace et son frere; et aprés la mort d’iaus fu dus de Venise mesire Piere Particiace; et aprés la mort de lui fu dus mesire Urse Particiace; et aprés la mort || de lui fu dus mesire Johans; et aprés la mort de lui fu dus de Venise mesire Piere, mais je ne sai pas de quel lignage il furent. Et aprés la mort de lui fu dus mesire Trundomenche, qui fu ocis par son orguel devant l’iglise de monseignor saint Zacarie. Et aprés la mort de lui fu dus mesire Urse Paureta; et aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Candian; et aprés la mort de lui fu dus mesire Badoeir; et aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Candian li plus jeune; èt aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Candian son fis; et aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Ursiols; et a prés la mort de lui fu dus mesire Vidals Candian; et aprés la mort de lui fu dus mesire Tribons Meme; et aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Ursiols; et aprés sa mort fu dus mesire || Antoine, son fis; et aprés la mort de lui fu dus mesire Piere Centranice. Et aprés la mort de lui fu une descorde en Venise et mesire Urse, li patriarche de Grat, tint le ducat de Venise par un an et .ij. mojs; et a celui tens non petite partie dou peuple venesiens eslurent un dus en Venise: se fu mesire Domenche Ursiols, qui tint le ducat par .i. jor et fu chacé dou Palés et s’enfoï en Ravene et ileuc morut. Et aprés fu dus mesire Domenche Flabians; et aprés la mort de lui fu dus mesire Domenche Contarins. Sachés, seignors, que au tens de lui pristrent les Veneciens Jadre, et ce fu en l’an de l’incamacion de nostre seignor Jesu Crist .mlxij.; et sachés que li Jaretins furent si orguillos, que il avoient revelee la vile as Veneciens et porce la pristrent Venesiens a celui tens et la mistrent en subieccion de lor seignor, ce fu de mon||seignor li dus mesire Domenche Contarins. Et aprés la mort de lui fu dus mesire Domenche Silve; et aprés la mort de lui fu dus mesire Vidal Falere; et aprés la mort de lui fu dus mesire Vidal Michel; et, aprés la mort de lui fu dus mesire Ordelafe Falere.

[XIV]

Or veul je que vos sachés que avint au tens de monseignor Ordelafe Falere. Sachés, seignors, que Jaretins revelerent Jadre par li consoil dou roi d’Ongrie, et aveuc yaus se revela Dalmace tote. Et quant mesire Ordelafe Falere, li haut dus de Venise, sot la verité, il fist armer sa navie et il meime s’en ala a Jadre et la prist et prist Dalmace tote et la mist en sa subiecion; et s’en vint en Venise et leissa Jadre en bone garde. Et un poi aprés s’en ala mesire Ordelafe Falere en Dalmace, et avec lui maint chevalier en la conpagnie des Venesiens. Mesire li dus issi en seche terre a tote || sa conpagnie et desconfist li ban d’Ongrie et prist grant planté de Ongrés et maint cuens d’Ongrie, et prist Belgrat et Sebenic et Traü et Spalat, et fist abatre les murs et les tors a terre; et se li roi d’Ongrie ne se fust acordé a monseignor li dus, il eüst esilee Dalmace tote. Mes li roi d’Ongrie en fist la païs au dus, et il rendi les prisons que ja les avoient mandé en Venise. Mult fu mesire Ordelafe Falere dus prodome et vigoreus, et tint Venise a grant henor; si me teirai atant de lui et vos conterai de mesire Henric Contarins, li evesque de Venise, qui fu fis de monseignor li dus Domenche Contarins. Voirs fu que li crestiens passerent la mer et pristrent Acre et Jerusalem; mes les Venesiens n’estoient pas encore passés dela la mer: et lors quant il vindrent, il pristrent Caifas. Et quant monseignor li evesque Henric Contarins, que sire et chevetains estoit de l’ost des Venesiens, fu en saisine || de Caifas, il dist as Veneciens:

- Seignors, puisque Damedieu nos a doné ce chastel, faites le bien: ici vegnent trestuit li Venesiens, et vendent et achatent lor marchandies.

[XV]

Que vos diroie je? Tot enci con monseignor li evesque le dist, le firent les Venesiens, que il fasoient venir lor navie a Caifas. Et quant li baron d’Acre virent que li Venesiens faisoient lor repaire a Caifas, il distrent que Acre ne lor valoit rien et pristrent conseil entr’iaus et s’acorderent que, se li Venisiens lor voloient doner celui chastel, il lor doneroient une bele partie d’Acre. Et lors manderent as Venesiens se il le voloient enci, et il s’acorderent: si orent une partie d’Acre por Caifas, que il donerent au roiaume et as barons. Si veul que vos sachés que Acre fu prise en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mlxii.; et ont ileuc les Venesiens tote franchise que de jugement des homes que de totes autres choses. Si || crut de lors en avant mult grant henor a monseignor li dus, que il mande en cele vile un sien bailli, qui governe les Venesiens et maintient la vile et defent aveuc les autres barons encontre paiens et encontre tos autres homes que mau vosist faire a la vile. Si me teirai atant de monseignor li evesque Henric Contarins, que au retorner que il fist s’en ala il a Patras et osta d’ileuc le cors de monseignor saint Nicolas li Evesque et son oncle saint Nicolas et un tiers saint, que l’en apele mesire saint N., et les condustrent en Venise.

[XVI]

Or veul je que vos sachés que les Venesiens ont tote franchise par tote la Surie. Sachés, seignors, que lors quant mesire Henric Contarins, li evesque de Venise, prist Caifas, estoit dus de Venise mesire Vidal Michel; et aprés lui fu dus mesire Ordelafe Falere, de cui nos vos avons fait mention sa en ariere. Or veul je que vos sachés que au tens de mesire Ordelafe Falere, li noble || dus de Venise, en la incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mcx. ans, el mois de octobre, trois jors a l’entree, vindrent Pavens a grandisme host au retor que Venesiens avoient fait en Baybe, et la voloient abatre a terre. Et Venesiens s’en alerent cele part, et lors fu la bataille entr’iaus et fu tel l’aventure, que Pavens furent desconfis et pris i furent .ccccvij..

[XVII]

En ceste partie dit li contes dou brivelige que ont les Venisiens dou roiaume de Jerusalem et coment il ont lor partie en celui reaume; et comencerai tot en tel maniere con li brivelige fu fait et coment il dit: sachés que il dit tot en tel maniere: «El non de la sainte devise Trinité, Pere et Fis et saint Esperit, amen. Ces sont les covenanses les quels Bauduin, roi de Jerusalem latin segont, fist a saint Marc et a mesire Domenche Michel et a ciaus qui doivent suc||cere et barons, selonc les dis des letres et des mesages anceis envoiees que il fust la pris, par consoil dou patriarche et des arsevesques et des evesques et dou prince d’Antioche et des barons de Jerusalem et des barons d’Antioche, otrié a mesire Vermode patriarche de Jerusatem et as arcevesques et as evesques de celui patriarchat, selonc le sien otriement conceüe et establie et as barons juree et par lor main fermee en l’iglise de sainte Crus en Acre. En chascune vile de celui roi, de son roiaume et de ses barons ont Venisiens yglise et entiere rue et une place et bain et four avoir doient et posseoir par heritaz, sans nul treusage et sans nul parage, enci con ele est dou roi proprement. En rue de Jerusalem avoir doivent les Venesiens a proprium, selonc con li rois est acostumé a avoir, con a Acre si ont, four, molin, bain, stadere, mui, buces a vin. Et || < ... > nes puisque je fui delivrés ou je estoie fuois et comandés covenances ou je n’estoie ileuc, Varmund, jerosolimitan patriarche, cum clers et barons et peuple a Domenche Michel dus de Venise et a ciaus dus qui doivent estre aprés lui en Venise et as Veneciens le segont brevelige a yaus firent, le quel promistrent que je fermeroie a yaus; tot ce qu’est dit et convenus, selonc ce que li brevelige, qui est fait, contient et dit, concede et conferm, et ma auctorités sigille a maintenir a ferme, por ce nos et nos hoirs et nos successors, a tosjors mais perpetualment permanoir.

Ge Varmund, par la grace de Dieu patriarche de Jerusalem, ma main meesme conferm.

Ge Ebiemars, arcevesque de Cesaire, semillaument conferm.

Ge Bernart, arcevesque de Nazaret, semillaument conferm.

Ge Asquetin, evesque de Betleem, semillaument conferm.

Ge Enfred, evesque de Tortose, semillllaument conferm.

Ge Roger, evesque de Lidense, semillaument conferm.

Ge Guit de Miliac semillaument aferm.

Ge Redolf de Fontenel semillaument aferm.

Ge Jofré semillaument aferm.

Ge Renier de Broz semillaument aferm.

Ge Ugo, Lideasi sire, semillaument aferm.

Ge Guibert Caifas semillaument aferm.

Ge Goldon, abé sainte Marie Vals de Josapha, semillaument aferm.

Ge Girart, prior Sepulcre, semillaument aferm.

Ge Achard, prior temple Domini, semillaument aferm.

Ge Arnaut, prior mons Syon, semillaument aferm.

Ge Remont, procuraor hospital Jerusalem, simillaument aferm.

Ge Vigelme, de Bu< ... >ibers sire, semillaument aferm. ||

Ge Ugo, Jopensi sire, semillaument aferm.

Ge Roman de Podio semillaument aferm.

Ge Valter, Briabar e Beriti sire, semillaument aferm.

Ge Ugo de Pagano, maistre des chevaliers, semillaument aferm.

Ge Eustachi Graner semillaument aferm.

Date en Acre par la main Pagans, dou roi de Jerusalem canceliers, .mcxxv. ans, en tierce endicion, .vj. nona mai.

[XVIII]

Conté vos avons dou brevelige que les Venisiens ont dou roiaume de Jerusalem et vos avons nomé li rois et li patriarche, arcevesques et evesques et abés et les autres prelas et les barons et li sires des maisons dela la mer, coment il otrierent et fermerent les covenances dou brevelige a tosjors mes et pot li otroiement dou peuple: et vos conterons coment mesire Dou||menche Michel, li noble dus de Venise, passa la mer por secore la Sainte Terre, que un mult grant domage avoit receü; et si vos dirai quel domage ce fu. Sachés veraiment que mesire Bauduin, li roi de Jerusalem, avoit esté pris et mené en chartre de mescreans, et une grant masse de la chevalerie i fu menee aveuc lui. Et por ce manderent li patriarche de Jerusalem et li baron de la Sainte Terre a monseignor l’apostoile et as. barons desa la mer por secors, et au dus de Venise manderent auci, que mesire Domenche Michel estoit apelés: et il i ala, et des autres homes de Venise aveuc lui: si fist tes euvres que bien fait a mantevoir en conte: et je le vos conterai sa en avant tot en tel maniere con il le fist au secors de la Sainte Terre dela la mer.

[XIX]

|| En ceste partie dit li contes, et la veraie estoire des Venesiens le tesmoigne, que aprés la mort de monseignor li dus Ordelafe Falere fu dus mesire Domenche Michel, prodome et sage et de sainte vie, et tint Venise en grant joie et en grant leece. Mes en la incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mcxxvij. ans monseignor l’apostoile envoia en Venise un alegat a mesire Domenche Michel, li noble dus de Venise, qui li dist:

- Sire, a vos m’envoie monseignor l’apostoile, con pere doit envoier a son fis; il vos mande sa grace et sa beneison. Sire, il vos prie de par Jesu Crist et de par monseignor saint Piere que vos donés secors a la Sainte Terre dela la mer. -

Et lors li rent la chartre et la solucion que monseignor l’apostoile li envoie; et monseignor li dus prist la chartre et la || fist lire; et aprés prist la cruis, et maint nobles venesiens aveuc lui, et dou peuple venisiens aveuc yaus. Lors fist monseignor li dus, mesire Domenche Michel, apariler la navie grant et mervilleuse. Un poi après entra monseignor li dus en la navie, et avec lui la nobilité des Venesiens, et se mistrent en mer et murent de Venise et s’en alerent tant parmi la mer que il furent venus en la Surie: et fu tel l’aventure, que il pristrent .xj. galies de paiens et autre navie chargee de marchandies, et pristrent Scalone.

[XX]

Que vos diroie je? Lor s’en ala monseignor li dus a tot son host en la conpagnie des barons de France droitement a Sur et dona la bataille a la vile, mais paiens la defendirent si bien, que li crestiens ne gaignerent rien; et lors mistrent li siege environ. Un jor avint que li barons oïrent consoner que paiens venoient por doner secor a ciaus || de Sur, si le distrent a monseignor li dus; et il lor dist:

- N’aiés paor, que ja la vile ne nos sera defendue qu’elle ne soit prise. -

- En non Dieu - fait un des barons -, sire dus, vos avés vostre navie aparillee, et porce n’avés vos paor d’estre ici, que, se paiens vienent, vos vos metrés erraument dedens et vos en irés vostre voie! -

Et quant monseignor li dus oï ce, il romande maintenant as Venesiens que tote la navie soit erraument tiree en terre. Venesiens firent maintenant le comandement de monseignor le dus; et quant li dus vit sa navie en terre, il romande que erraument soit abatu de chascun vaissau un es; et quant li baron de France virent pertusee la navie des Venesiens, il furent a seür que monseignor li dus et les Venesiens n’orent volenté d’aler s’en d’ileuc sans yaus.

[XXI]

Un jor avint que un colons venoit devers Painime et trepassoit desor l’ost qui estoit en || viron Sur. Endementiers que li colons trepassoit, lors lieve la criee de totes pars si grant et si mervilleuse, que li colons, qui de foible nature estoit et de simple, en fu mult esbaïs; le sanc li foï et les eles li faillirent: et lors chaï li colons a terre et il fu erraument pris: et troverent que il avoit letres; et lors fu aportés a monseignor li dus et a barons, et furent les letres ostees et fu brisé li seel. Et ileuc estoit un home que bien savoit lire letres sarazinezes, qui disoient:

- Li soudans de Babiloine salue li sire de Sur, et chevaliers et serjans et tos paiens de la vile -,

et lor mandoit que il gardassent bien la vile jusque a .xv. jors, que, conbien que il sont a malaise, il les metra a aise; et se il ont eü defaute de vitaille, il lor en donra a planté; et que il soient a seür, que il sera tres devant Sur a la quinzeine, a si grant planté de paiens, que, se tote la Crestienté fust ileuc, il les metroit a desconfiture. Quant monseignor li dus et li baron de || France orent entendues les letres, il furent mult esbaïs et distrent que il n’estoit pas sen d’estre plus ileuc.

- En non Dieu - dist monseignor li dus de Venise -, leissés desur moi, que demain vos donrai la vile. -

Et maintenant fist escrire letres sarazinoies, qui disoient:

- Li soudans de Babiloine salue li sire de Sur et chevaliers et serjans -,

et de ce que il sont a malaise il en est mult corociés; et se il le peüst amender il l’amenderoit volentiers:

- Vos nos envoiastes vos letres, qui disoient que vos n’avés point de vitalle et que je venisse por vos secore: sachiés veraiement que vos ne poiés par moi avoir secors ne vitalle, que je sui sorpris de grant afaire: et se vos ne vos poiés defendre, donés la vile as crestiens por sauver vos vies. -

[XXII]

Lors quant la letre fu faite, tote en sarazines, un sage orfievre que ileuc estoit fist un seel a la se<n>blance dou seel dou soudans de Babiloine; si fu la lette seelee et a||tachee au colons, et le laisserent aler. Et quant li colons fu en sa delivre poesté, si tint sa voie et s’en ala a Sur. Et quant li paiens de Sur orent trové li colons et les letres que il aporta, il furent liés a desmesure; si pristrent les letres et briserent le seel et troverent dedens escrit tot enci cori je vos ai conté: il furent mult corosiés, et lors rendirent erraument Sur as crestiens. Si en ot monseignor li dus la tierce partie de la vile dedens et d’environ et li barons en orent les .ij. pars. Si se mistrent dedens la vile et furent chascun en saisine de sa partie. Et monseignor li dus fist erraument apariller sa navie que il avoit fait pertuser, enci con vos avés oï sa en ariere; et quant eles furent aparillees, si les fist geter en eive.

[XXIII]

Que vos diroie je? A chief de .xv. jors vint ileuc li soudans de Babiloine, a si grant planté de paiens, que, se il eüssent trové les crestiens hors de la vile et il fussent a .x. dobles, si auroient il || perdues lor testes. Et quant li soudans de Babiloine vit que il avoit perdue la vile, il fu corocié a desmesure; et lors s’en retorna erraument ariere a tote sa conpagnie. Et monseignor li dus de Venise leissa son balli en Sur, et aprés entra en sa navie et s’en retorna en Venise; mes anceis que il venist en Venise, s’en ala il a tot son ost en Romanie. Il avoit a cel tens guerre a l’enpire de Costantinople, si prist .x. viles et maint chastiaus de cel enpire et les abati a terre, et puis s’en vint en Dalmace. Il avoit guerre au roi d’Ongrie, si prist Dalmace tote et prist maint cuens et chevaliers a planté et les conduist en Venise. Si me terai atant de monseignor li dus Domenche Michel et vos conterai de mesire Piere Polans, qui fu dus de Venise aprés lui.

[XXIV]

Ci endroit dit li contes que monseignor Piere Polans fu dus de Venise aprés la mort || de mesire Domenche Michel. Et au tens de lui avoient venisiens faite bone pes a li enperere Manuel, li sire de Costantinople; et li enpereor Manuel avoit a celui tens guerre a ciaus de Corfu, et estoit venu a host desor Corfu et avoit mis li siege environ. Endementiers que li enpereor estoit environ Corfu, s’en ala li roi Roger en Costantinople por doner domage a l’enperere, et avoit celui rois maint prodomes aveuc lui en galies et maint chevaliers en chalandres, et prist .xviiij. galies des Gres. Mes a celui tens meesme - ce fu en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mcxlvij. ans - avoit monseignor Piere Polans, li noble dus de Venise, armees .xxviiij. galies des prodomes de Venise et avoit doné la chevetainerie a ij. nobles Venisiens: li uns estoit apelés mesire Johan Polans et l’autre || fu li cuens Naimers.

[XXV]

Que vos diroie je? Andeus ces nobles chevetains s’en issirent de Venise a tel conpagnie con je vos ai conté; il se mistrent en mer et najerent tant parmi la mer a ploines voiles a l’aide dou vent, que il furent venus en Romanie. Li dui cheveteins a tote lor conpagnie alerent tant parmi la mer et sa et la, que il avint que il troverent les galies dou roi Rogiers; et lors leisserent core les galies des Venesiens et ferirent a la navie dou roi Rogier. Si fu la bataille dure et aspre; et neporquant au parfiner en pristrent les Venesiens .xviiij. galies dou roi Rogier, a tos les homes qui remestrent de la bataille, et les condustrent a Corfu, et aprés s’en retornerent andeus li chevetains a tote lor conpagnie en Venise. Si me teirai atant dou noble dus mesire Piere Polans, que puis tre||passa dou siecle; et aprés fu dus de Venise mesire Domenche Moresin.

[XXVI]

Voir fu, ce dit li contes, que mesire Domenche Moresin fu dus de Venise aprés la mort de monseignor Piere Polans. Aprés ce que mesire Domenche Morisin fu dus, il tint le ducat de Venise en grant joie et en grant leece; et s’en aloient les Venisiens parmi la mer sa et la et dela la mer et en tos leus, et achetoient les marchandies et les condusoient en Venise de totes pars. Si les venoient acheter droitement en Venise Alemans et Baivers, Franceis et Lonbars, Toscans et Ongrés, et totes gens qui vivent de merchandies, et les condusoient en lor pays. Celui dus, que mesire Domenche Moresin estoit apelés, fu prodome et sage, et tint le ducat de Venise sans guerre de nului et vesqui mult petit et puis trepassa dou siecle; si me teirai || atant de lui et vos conterai de monseignor Vidal Michel, qui fu dus aprés la mort de monseignor Domenche Moresin.

[XXVII]

En ceste partie dit li contes que aprés la mort de monseignor Domenche Moresin fu dus de Venise mesire Vidal Michel, noble et sage et preus. Durement il fu asaillis de guerre dure et aspre, et si vos dirai coment. Sachés veraiement que li enpereor Manuel, li sire de Costantinople, fist prendre en un jor trestuit li Venesiens qui estoient a celui tens en l’enpire de Romanie - et ce fu en .mclxxj. ans -, a tot lor nes et a tot lor avoir. Mes novelle, qui tost cort parmi le monde, fu venue en Venise; et quant monseignor li dus Vidal Michel oï la novelle, il en fu mult corociés: et neporquant il ne fist autre delaiance fors que il fist erraument coper || le fust el bois et mande li charpentiers de totes pars et fist faire en .c. jors .c. galies tot de novel. Sachiés, seignors, veraiement, que Venisiens estoient a cel tens si preudomes et si vigoreus que chascun d’iaus ne baoit fors que a faire hastivement les .c. galies por aler s’en en Romanie.

[XXVIII]

Que vos diroie je? Dedens ciaus .c. jors se mist li haut dus mesire Vidal Michel dedens une galie, et li nobles Venesiens et li peuple de Venise se mistrent dedens les autres galies, et s’en issirent de Venise et s’en alerent tant parmi la mer, que a force de najer que a l’aide dou vent, que il furent venus en Romanie. Et quant mesire Vidal Michel, li haut <dus> de Venise, se voit en Romanie, il comande as Venisiens que aveuc lui estoient es galies que maintenant soient prises les viles et les chastiaus et mises a cenis. Que vos diroie je? Lors sallirent les Ve<nisiens...>.

[XXIX]

|| <...mon>seignor li dus, aprés que la pes fu faite entre lui et l’enpereor, li apostoile dist a monseignor li dus:

- Porce que je ne trovai autre fil de sainte Yglise fors que toi, veul je que tu portes onbrele enci con je fais. -

Et lors li dona sa onbrele de par sainte Yglise, et monseignor li dus la prist. Et lors vos conterai coment celui enpereor s’en vint en Venise et firent pes entr’iaus en l’iglise de monseignor saint Marc.

[XXX]

Que vos diroie je? MonSeignor l’apostoile mist son destre pié desor la goule de monseignor li enpereor et dist un vers de David au trepaser desor lui:

- Aspice et baselice conculqueroit les leons et les dragons. -

Et mesire Fedric li enpereor respondi erraument et dist:

- Non a toi, mes a monseignor saint Piere. -

Et monseignor l’apostoile dist:

- Non a toi, se a saint Costantin. -

Et en tel maniere fu faite cele || pes, que mult avoit esté cruel et mauvese: si en fu destrut Milan et maint autres viles de Lonbardie, et Venise en avoit eü une grant guerre: et si vos dirai coment. Sachés que a celui tens vint li patriarche d’Aulee, qui se tenoit a l’enpereor, desur Grat, et avec lui le duc de Carantan, a grant host, et pristrent Grat.

[XXXI]

Quant cil de Caurel oïrent que li patriarche venoit desor Grat, il s’en alerent cele part a tot lor esfors, mes ce fu a tart, que ja estoit li patriarche en saisine de Grat. Mes lors quant cil de Tervise, que adonc se tenoient a la partie de l’enpire, sorent que ciaus de Caurel estoient alés envers Grat et que la vile estoit sans homes, si murent a host bandie por prendre Caurel. Et sachés que cele vile fu faite au tens que Atille mist a destrucion Ytaille, et estoit cele a dus de Venise. A grant host murent || li Tervisen, enci con je vos di, et venoient envers Caurel; meis lors quant les femes de Caurel virent venir li Tervisen, si furent mult espaventees: et neporcant elles s’adoberent de robes des homes et pristrent les armes qui remeses estoient en la vile et entrerent es barches et comencerent najer envers li Tervisen; et quant il virent ce, tantost lor fu avis que il fussent traïs et que ciaus qui venoient fusent homes de la terre: et lors se mistrent a la fuie. Et sachés que li Tervisen ne savoient pas bien la voie, et les femes en pristrent assés et les conduistrent en Caurel en prison.

[XXXII]

Quant ciaus de Caurel que au secors de Grat estoient alés sorent que pris estoit Grat, si s’en retornerent aciere; et lors quant il virent li Tervisen en prison et sorent la victoire que lor femes avoient fait desor li Tervisens, il furent liés a desmesure. || Et lors manderent la novelle a monseignor li dus et de Grat que pris estoit et que le patriarche d’Aulee et li dus de Carantan s’estoient mis dedens Grat. Et lors manda monseignor li dus de ses galies et les Venisiens armés, et pristrent Grat et le patriarche d’Aulee et des autres assés, et lesserent Grat en bone garde et conduistrent li patriarche d’Aulee en Venise.

[XXXIII]

De cele guerre meesme que avoit estee entre monseignor l’apostoile et mesire li enpereor avint que ciaus de Verone et de Ravene et des autres terres environ vindrent a Cavarcer et la pristrent. Et quant les Venisiens le sorent, il s’en alerent cele part et recovrerent Cavarcer et menerent en prison en Venise tuit cil que il troverent dedens: et ce fu a celui tens meesme que il pristrent li patriarche d’Aulee. Et lors quant la pes fu faite entre || monseignor l’apostoile et mesire Fedric li enpereor de Rome, dona monseignor li dus congié au patriarche d’Aulee et as autres prisons: et fu la pes enci con je vos ai conté sa en ariere. Que vos diroie je? Tant fu mesire Sabastiens Zians en vie con il plost a Damedés: si me teirai a tant de lui et vos conterai de mesire Aure Maistrepere, qui fu esleüs dus de Venise.

[XXXIV]

Or dit li contes que mesire Aure Maistrepiere fu esleüs dus de Venise. Il fu sage et preus et mult religieus, et tint le noble ducat a grant leece et sans guerre et usa sa vie selonc sa humilités; et duca .xiiij. ans, et puis se rendi au mostier de sainte Cruis et refusa le ducat et prist les dras de religion: et ce fu au plaisir dou peuple de Venise. Et aprés ce que il refusa le ducat, fu es||leü dus mesire Henric Dandle.

[XXXV]

Ci endroit dit li contes que mesire Henric Dandle fu esleüs dus de Venise. Et a celui tens avint que Veronés, a grant conpagnie de chevalerie et des homes a pié, vindrent en Pavene et mistrent tot a destrucion jusque a Pave et mistrent li siege; et eüsent prise la vile et mise a destrucion, mais la poesté de Pave s’en vint en Venise et proia tant monseignor li dus que il envoiast ces mesages en l’ost de Verone et sa proiere que il s’en alassent d’environ Pave. Et monseignor li dus, qui mult estoit sage home, en prist pitié, porce que devant lui estoient .xl. des plus nobles citeïns de Pave, que totesvoies li crioient merci, que il eüst pitié de Pave. Et lors envoia monseignor li dus ses mesages as Veronés, qui lor distrent de par monseignor li dus que, se il amoient Venise, que il || s’en alassent d’environ Pave et ne donassent plus domage a Pavens. Quant Veronés oïrent la proiere de monseignor li dus, il ne font autre delaiance fors que il s’en alerent a Verone et leisserent Pavens en païs. Mult plot a monseignor li dus ce que firent Veronés por sa proiere.

[XXXVI]

Que vos diroie je? Li cuens de saint Pois et li cuens de Flandre, li cuens de Savoie et li marquis de Monferal en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccij. ans envoierent lor mesages au noble dus de Venise, mesire Henric Dandle, et le proierent que il lor donast navie por passer dela la mer. Et quant monseignor li dus Henric Dandle oï la proiere que li mesages des barons de France li firent de par lor seignors, il en fu liés et dist as mesages:

- Itant dites a vos seignors, que, de quelque hore que il vodront venir en Venise, il troveront la || navie aparillee por passer dela la mer -,

et que il son cors meesme vodra passer avec yaus au servise de sainte Yglise. Lors s’en retornerent li mesage a lor seignors et lor distrent tot enci con monseignor li dus lor mandoit. Et quant li barons de France oïrent ce, il furent mult liés que de la navie que monseignor li dus lor avoit promis que de son cors meesme que aveuc yaus voloit passer la mer, et distrent que millor conpagnie ne poroient il avoir en tot li monde.

[XXXVII]

Mesire Henric Dandle, li noble dus de Venise, mande venir li charpentiers et fist erraument apariller et faire chalandres et nes et galies a planté; et fist erraument faire mehailles d’argent por doner as maistres la sodee et ce que il deservoient, que les petites que il avoient ne lor venoient enci || a eise: et dou tens de monseignor Henric Dandle en sa fu comencié en Venise a faire les nobles mehailles d’argent que l’en apele ducat, qui cort parmi le monde por sa bonté. Mult se hasterent les Venisiens por apariller lor navie; et Franceis, lors quant il furent aparillés, se mistrent a la voie et chevaucherent tant que il furent venus en Venise, ou il furent mult bien receüs et lor firent les Venisiens grant joie et grant feste. Et monseignor l’apostoile lor avoit doné un sien alegat, que de lor pechiés lor avoit asolu; a celui legat fist monseignor li dus grant henor, et prist la sainte cruis de sa main; et maint nobles venisiens la pristrent et li peuple aveuc.

[XXXVIII]

A grant joie et a grant feste entra mesire Henric Dandle en une nef, por passer la mer aveuc li barons de Fran||ce au servize de sainte Yglise. Et li barons se mistrent chascun en sa nef et les chevaliers entrerent es chalandres et es autres nes ou lor chevaus estoient mis. Et lors quant il furent en mer, li mariniers drecerent les voiles au vent et lesserent core a ploines voiles les nes parmi la mer a la force dou vent. Et monseignor li dus avoit lessé en Venise en son leu un sien fis que l’en apeloit mesire Renier Dandle: celui governa les Venisiens en Venise mult sagement.

[XXXIX]

Monseignor li dus s’en ala tant parmi la mer que il fu venus a Jadre a tote sa conpagnie. Jaretins estoient a celui tens si orguillos, que il avoient refusé la seignorie de monseignor li dus et fesoient derober li trepassant de la mer et avoient fait li mur environ la vile. Et li tens estoit changiés et la mer iree, si lor estuet || prendre terre por sauver la navie; et lors s’en alerent a Mauvés Consoil <c’est une ysle qui est tres devant Jadre>. Et quant il furent dedens li port mis a sauveté, monseignors li dus dist as barons:

- Seignors, veés la cele vile: sachés que elle est moie, mes cil dedens sont si orguillos, que il ont refusé mon comandement. Je veul que vos m’atendés ici, que je lor veul mostrer quel deserte il doivent avoir qui refusent li comandement de lor seignor. -

[XL]

Quant li barons oïrent ce, il distrent a monseignor li dus:

- Sire, nos somes aparillés de venir aveuc vos, et nos chevalier aveuc. -

- En non Dieu - ce dist monseignor li dus -, ja nul de vos n’en metra son pié! Ains veul que vos veés ce que je sai faire, et les Venisiens aveuc moi. -

Il ne font autre delaiance, lors quant il furent aparillés de lor armes et de lor escheles, fors || que mesire Henric Dandle, li haut dus de Venise, se mist avant, et les Venesiens aprés, et alerent asallir Jadre, et fu la bataille comencee. Et ja ne remest por nule defense que Jaratins i feïssent que li Venesiens ne sallisent en seche terre. Si fu la bataille a cos de gleives et d’espees, et ciaus desor li murs getoient javelos et pieres poignals et paus agus et defendoient la vile a lor pooir; mais lor defense ne lor valut riens, que, maintenant que les Venisiens mistrent lor escheles au mur, et monterent desus et abatirent li Jaratins a terre et pristrent la vile erraument et chacerent li Jaratins hors et mistrent monseignor Henric Dandle en saisine de Jadre.

[XLI]

Quant monseignor li dus fu en saisine de sa vile, il fist erraument abatre li murs a terre et fist entrer Franceis de totes pars. Ileuc sejornerent || il tot celui yver, que la mer estoit si corocee que il ne porent passer la mer. La novelle cort par totes pars, tant qu’ele fu venue devant l’apostoile; et droitement a celui point estoit conduit devant l’apostoile un enfant de petit aage, et li parens de celui enfant distrent a l’apostoile:

- Sire, cestui petit enfant est enpereor de Costantinople: li Gres sont si orguillos, que il ne le veulent pas por seignor. Il vos requiert aide come fis a pere, et que vos l’aidés a recovrer son enpire. -

[XLII]

Lors lor dist monseignor l’apostoile:

- Li enfant soit bienvenus, et vos aveuc. Il est estrait dou lignage de France: et un grant host de Franceis et de Venisiens s’en vet dela la mer: il sont arestés en une vile que l’en apele Jadre por li tens d’iver, qui ne les laisse aler. Faisons le bien; je lor envoierai || mon mesage, que il leissent la voie d’aler es parties de Jerusalem et tiegnent la voie d’aler en Costantinople et metent cestui enfant en saisine de sa vile. -

A ce s’arordent tuit, et un et autre; et monseignor l’apostoile en dona la legacion a un sien clerc et cil mut de Rome en la conpagnie de ciaus qui l’enfant avoient a garder, et aveuc l’enfant: et chevaucherent tant et tant siglerent parmi la mer, que il furent venus a Jadre.

[XLIII]

Li alegat fu venus devant monseignor Henric Dandle, li dus de Venise, et li rent la chartre que monseignor l’apostoile li mandoit et as barons de France, que por lor debonaireté conduent li petit enfant en Costantinople et tant facent que li Gres le tiegnent por seignor; et que autretel solucion lor fait monseignor l’apostoile con se il pasassent dela la mer. Et quant mon||seignor li dus oï le mandement de monseignot l’apostoile, il prist conseil as barons de France et as nobles Venisiens qui estoient aveuc yaus, et lor dist:

- Seignors, que vos est avis dou mandement de monseignor l’apostoile? -

Et il distrent que il en feront dou tot a son consoil.

- Seignors - fait li dus-, li mandement de l’apostoile ne doit nus refuser, come de pere esperitel, ains le doivent trestuit obeïr dou tot. Je vos lo que il soit fait tot enci con il nos a mandé. -

Et il s’acordent tuit debonairement. Si mandent venir li petit enfant qui enpereor estoit de Costantinople; et quant il fu venus, monseignor li dus le resut entre ses bras.

[XLIV]

Au tens novel auques partens, quant la mer fu aquoisee et li tens d’esté fu venus, leissa monseignor li dus Jadre en bone garde et s’en issi || d’ileuc et se mist en mer a tote sa navie. Li tens estoit clers et biaus, et li marinier drecerent les voiles au vent et li vent se feri dedens, que soef estoit et bien portant: si adrecerent lor nes et lor galies parmi la mer, et s’en alerent tant de jornee en jornee, que il furent venus a Costantinople. Et monseignor li alegat envoia un sien mesage en la vile, qui lor dist que monseignor l’apostoile lor mandoit que il receüssent lor seignor, que il avoit condut cele part. Et il distrent que ja por l’apostoile ne feront riens ne por celui esfors que ileuc estoit venus.

[XLV]

Quant monseignor li dus oï ce, si en fu mult corociés; lors furent li barons a consoil et s’acorderent de conbatre la vile, que il les tenoient a renoiés et escomenjés porce que il refusoient li mandement de || monseignor l’apostoile: si les tenoient hors de la foi de sainte Yglise; et maintenant comande li dus as Venisiens que maintenant soient les nes aparillees. Lors, seignors, se la fussiés a celui point, peüssiés avoir veü Venisiens devenir charpentiers et redrecier es nes les bretresches et les eschieles et armer lor galies et lor chalandres. Et quant il orent tot atiré ce que mestier lor avoit, monseignor li dus Henric Dandle dist as barons de France:

- Seignors, ceste vile ne nos peut estre defendue por nul esfors qui soit dedens. Il vos esteut descendre en seche terre, et soiés tres devant cele porte de la vile por defendre que nul chevalier de ciaus dedens ne nos viegnent au desus por destorner nostre enging: et se vos le faites enci, sachiés que je vos metrai en saisine de la vile maugré || tos ciaus qui sont dedens. -

[XLVI]

Quant li baron de France oïrent ce que monseignor li dus lor dist et virent l’enging et les escheles aparillees, il ne font autre delaiance fors que il firent oster lor chevaus, que des nes que des chalandres; et quant il furent en seche terre, il monterent, barons et chevaliers, et s’en alerent tres devant la porte: et lors comande monseignor li dus que la bataille soit comenciee. Mes lors quant les nes des Venisiens furent arivees a la vile, fu la bataille comencee dure et aspre, si que chascuns avoit assés que sostenir; mes au parfiner li Venisiens monterent desor li mur et comencerent ocire Gres et geter desor li murs a terre, dedens et dehors; et quant li autres les virent enci trabucher, il se metent en fuie, et les Venesiens les enchaucent et mistrent li feu || dedens la vile en plusor leus.

[XLVII]

Quant li Gres de Costantinople virent li feus en la vile, il furent mult esbaïs, et chascun avoit paor de mort. Et lors s’asenblerent devant une porte de la vile, et ce fu la droitement ou li Franceis estoient montés. Et quant li Franceis virent li feus, il se mervillerent mult que ce peut estre: il estoient auques loins des Venisiens. Endementiers que Franceis estoient auques esbaïs, issi de Costantinople parmi cele porte ou il estoient plus de .xx. mil homes a cheval, criant et siulant et feisant si grant noise, que bien fu avis a Franceis que il fussent la foudre dou ciel que si venoient grant noise demenant. Et quant il virent ce, il cuident estre traïs et dient que Venisiens se sont acordés as Gres:

- si nos feront trestuit ocire.

Et cuidoient veraiement que li feus que il veoient fust mis es nes et es chalandres; et sachiés que il estoient || mult loins de la navie.

[XLVIII]

Quant li Gres furent hors de la vile, il se rengerent envers Franceis, qui n’estoient pas .m. chevaliers de conrés, et lors lor manderent que il se rendissent por lor vies sauver. Et il lor respondirent erraument que ja lor escus ne lor glaives ne lor espees ne lor cors meesmes n’estoient acostumés de rendre a nului, ne acostumer ne s’en voloient:

- Viegnent avant li Gres, que nos ne somes venus por autre ceste part fors por essaier lor cors. -

Et quant li Gres airent ce, il ne font autre delaiance fors que il s’en alerent fuiant auci con se la foudre les chasast. Et ne demora gueires que monseignor li dus ehvoia .m. Venisiens la droitement ou Franceis estoient, qui lor distrent que la vile estoit prise et de quelque hore que il vosisent, entrassent dedens. Que vos diroie je? Quant Franceis oïrent la novelle, il ne firent autre || delaiance fors que il entrerent en la vile; et lors fu li feus estaint.

[XLIX]

Endementiers que mesire Henric Dandle, li haut dus de Venise, et li barons de France estoient en saisine de Costantinople, li Murfice, que enpereor se fesoit apeler, fist crier mersi au dus et as barons, que il li pardonassent ire et mautalant: et que ce li Gres avoient esté fos et nices, il l’avoient bien comparé: et que il lor donassent lor seignor, que desorenavant seront tuit a lui: et se il avoient despendu ne or ne argent por lui, il sont aparillés de l’amender a doble. Et quant monseignor li dus oï ce, il dist as barons:

- Seignors, que vos est avis?

Et il distrent:

- Soit derobee la vile et departis li argent, car il sont traitres. -

- Seignors - ce dist moriseignor li dus -, nos somes de la crusee, si ne devons pas derober nului. Prenons l’argent que nos avons || despendu et soit mis li enfant en saisine de sa vile; et passons la mer et soit donee la bataille as paiens, enci con nos l’avons promis. -

[L]

Que vos diroie je? A cest consoil s’acordent tuit. Si fu donc li petit enfant as Gres et il jurerent desor sains de tenir le por seignor. Et quant il ont ce fait, monseignor li dus lor demande l’argent: et li Murfice dist que li Gres estoient esgarés:

- si ne pevent li or ne li argent recoillir tant con vos estes dedens la vile. -

Et lors s’en issirent Franceis et Venisiens hors de Costantinople, et li Gres, que fuïs estoient, retornerent en la vile et firent destrure l’enfant, que lor seignor devoit estre, en un baing. Et quant monseignor li dus et li barons de France cudoient avoir li or et li argent, il en furent deceüs, que li Gres lor distrent que il ne les dotoient de nule riens.

[LI]

|| Quant li Franceis se virent enci engignés, il furent mult corociés et distrent a monseignor li dus:

- Sire, les Venisiens pristrent cele vile sans l’aide de nos: et nos la volons prendre sans l’aide d’iaus. -,

- Puisque il vos plest - ce dit li dus -, et je le veul. -

Lors montent Franceis desor les escheles et comencerent la meslee aveuc li Gres. Su fu la bataille dure et aspre, et l’ocision d’une part et d’autre. Si remest cele meslee sans nul gaaing, que Franceis n’estoient pas acostumés de monter eschieles des nes, enci con Venisiens estoient. Mes li jor aprés assenbla monseignor li dus trestuit li Venesiens et lor dist:

- Seignors, ne vos mervillés de ce que Franceis ont failli a prendre la vile, que, conbien que il sont prodomes et sachans de guerre a cheval et a pié, il ne sont pas acostumés de monter eschieles des nes enci con vos estes. Men||bre vos que firent vos ancestres a Sur et parmi la Surie et parmi Romanie et parmi Dalmace: ja ne lor peut durer nules forteresses: et avantier preïstes ceste vile meesme; et je sai bien que vos estes de tel lignage, que ja ceste vile ne vos peut estre defendue por nul esfors qui soit dedens. Et je vos promet sur la foi que je tien de Dieu que je partirai entre vos li grant tresor qui est dedens; et au premier qui metera l’enseigne de monseignor saint Marc desor li mur de la vile je li donrai .m. perpres; et au segont donrai je .dccc. perpres; et au tiers qui montera desor li mur donrai je .d. perpres; et au cart donrai je .ccc. perpres; et au quint en donrai je .cc.; et a tos ciaus qui monteront aprés desor li murs en donrai je por chascun .c. perpres. Or soiés prodomes - ce dit li dus -, que li sanc de vos ancestres dont vos estes nes se provera bien || en vos: que a l’aide de Jesu Crist et de monseignor saint Marc - qui ont governé et aidé vos besaiols et vos aiols et vos oncles et vos peres, et governe, vos aidera, et tos les Venisiens aveuc, a tosjors mes - et a la proece de vos cors vos serés a l’endemain en sasine de la vile et serés trestuit riches! -

Et quant monseignor li dus ot finé son parlement, les Venisiens comencierent a crier, et dient que ja la vile ne lor pora estre defendue qu’elle ne soit prise.

[LII]

Lors quant li parlement fu finés, monseignor li dus s’en ala as barons de France, qui mult estoient desconfortés, et lor dist:

- Seignors, ne soiés esbaïs de ce que la vile n’est prise; sachiés veraiement qu’ele sera a l’endemain prise; mes je vos promet sur quant que je tien de Dieu que ja la vile ne sera a l’endemain en saisine des Gres et ne sera si de||fendue qu’ele ne soit prise. -

Et quant Franceis oïrent ce, si se reconfortent mult et distrent a monseignor li dus que Damedés li en done la grace. Enci con je vos di fu aterminee la bataille a l’endemain; mes se la fussiés, seignor, a celui point, bien peüssiés avoir veü prodomes, que de tant con celui jor dura furent Venisiens en paine et en travail de redrecier les eschieles et de armer lor ancres et de penser de lor armes et de tot ce que mestier lor avoit a conbatre la vile.

[LIII]

A l’endemain auques partens li Gres de Costantinople avoient aparillé nes et mistrent li feus dedens et les envoierent sor la navie des Venisiens a force dou vent a ploines voiles; mes li Venisiens furent prodomes, si les firent aler en autre part. Et lors comande li noble dus a ferir el plus fort leu de la vile, ce fu a la tor del Virgiot. || Et lors li distrent les Venisiens:

- Sire, qu’est ce que vos nos faites aler ferir el plus fort leu de la vile? -

Et li dus lor respondi adonc et dist:

- Seignors - fait il -, la droitement alés ou je vos di, que, se li Gres voient prise cele tor, ja n’aura li autre leus duree: tuit s’enfuirunt li Gres; et la droitement auront il mis li plus foibles Gres de la vile, porce que li leus est plus defensable. -

Et lors s’adrecerent les Venisiens cele part et fu la bataille comenciee dure et aspre; et mult se defendoient bien li Gres et les Venisiens lor donoient acés que sostenir.

[LIV]

Lors prist un Venisien l’enseigne de monseignor saint Marc et sailli desor li murs de Costantinople; et li autres Venisiens sallirent aprés et pristrent la tor del Virgiot. Et quant li Gres virent la tor prise et virent l’enseigne de monseignor saint Marc || desus, il ne font autre delaiance fors que il se mistrent a la fuie. Et lors saillirent li Venisiens trestuit en seche terre, et li barons de France aveuc lor chevaliers vindrent et abatirent les portes de Costantinople a terre et se mistrent dedens a cheval et a pié, et fu erraument prise la vile tote. Et lors fu pris li Murfice et fu trabuché desor une colone a terre, dont il se debrisa tot: et ce fu celui Murfice que enpereor se fesoit apeler et celui qui avoit ocis l’enfant el baing et avoit fait tote la traison. Et monseignor li dus et li baron de France departirent l’or et l’argent et en donerent a chascun sa partie; et monseignor li dus s’aquita mout bien des perpres que il promist a ciaus qui monteroient desor li murs, tot enci con il lor avoit promis, de ce que il mistrent l’enseigne de monseignor saint Marc desor li murs et pristrent la tor, || enci con vos avés oï sa en ariere.

[LV]

Quant monseignor Henric Dandle, li dus de Venise, et li barons de France orent departi l’avoir, li barons distrent au dus:

- Sire, prenés l’enpire, que vos l’avés bien deservi. -

Et li dus dist que non feroit,

- mes un de vos en soit enpereor, et je garderai mult bien ma partie aveuc vos. -

Et lors fu esleüs li cuens de Flandre enpereor de Costantinople. Et a monseignor li dus en fu doné la carte part et la moitié de l’autre cartier de trestot l’enpire de Costantinople; et ot en sa partie li patriarchat et tot li port et la mer et en seche terre maint biaus leus; et fu apelé sire de sa partie et ensi fu establi de la boche de monseignor l’apostoile. Et li marquis de Monferal fu fait roi de Saluniq et as autres barons en fu donés a devise, que monseignor l’apostoile lor manda que, puisque l’enpire estoit sans hoir, que il le || departissent entr’iaus. Mult fu prodome mesire Henric Dandle, que par son sen prist si bele vile con fu Costantinople: et ce fist il au servise de sainte Yglise.

[LVI]

Mes une chose avoie je obliee a conter que il fist anceis que il s’en alast a Costantinople, et ce fu en l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mclxxxxvij. ans: et si vos dirai que ce fu. Pisans avoient esté mult orguilleus et reprochoient sovent et menu les Venisiens et tant que la guerre sordi entr’iaus. Et monseignor li dus Henric Dandle les fist desfier et puis fist eslire un noble chevetain prodome et sage et li dona .vj. nes et .x. galies, mult bien armees des prodomes de Venise. Li chevetain s’en issi de Venise a tel conpagnie con je vos ai conté et s’en ala tant parmi la mer que il furent venus a Nature, ou il troverent .ij. nes de Pisans: si les pristrent erraument a tos les homes; || et au retorner que il firent en pristrent il une tierce nef, a tos les homes, et conduistrent en Venise .cccc. Pisans; et aprés ce en fu faite la pes entre Venisiens et Pisans. Si me teirai atant d’iaus et vos conterai des barons de France que en Costantinople estoient.

[LVII]

Voirs fu que li cuens de Flandres fu coronés de l’enpire de Costantinople; et mesire Henric Dandle, li dus de Venise, estoit en saisine de sa partie; et ot en sa partie li patriarchat et la cité de Archidiople et Misini et Bolgarifico et les partinenses de Archidiople et les partinenses de Pucis et de Nicodimi et de la cité de Yracle et les partinenses de Chalchidos cum la cités de Roesto et Panedo con totes les soes partinenses et la cités de Andrionople con totes les soes partinenses et les partinenses de Gani et casaus de Cortho||copi et les casaus de Cotrichi et Kerasea et Miriofitu et les partinenses de Peristaf et les partinenses de Brachioli et aveuc ont les casaus de Raulatis et Examili, Enhorium, Sagudai et les partinenses de Gallipuli, Lazu et Lactu et les partinenses de Muntinianis et Sigopotamo con totes les soes partinenses.

[LVIII]

La segont partie de monseignor li dus ce est la provinse de Lakedemonie, ce est la petit et la grant partinense, Epikepsis, Kalobrita, Ostrovos, Oreos, Caristos, Antrus, Egina et Culuris, Gichintos et Kefalonia; et la provinse de Colonie, Conchilari, Canisia; et la partinense de Lopadi, Orium, Patron et Methonis con totes les soes partinenses, Debrana et les partinenses de Catagoçino et con les viles de Kire Herineis dou fié de l’enpereor Kiri Alexii et con les viles de Moliveti, de Pantocratora et de tos || les autres mostiers ou aucunes viles que sont en celes meesmes partinenses: ce est de Micra et de Megalli et de Episkepsi, ce est de la petit et de la grant partinense, Nicopala con les partinenses de Arta et de Achello et de Lesianis et de totes les archandries et mostiers, la provinse de Dirachi et Arbani con Cartolarato, con Glavinisa et de Bagenetia, et la provinse de Drinopoli et la provinse de Archidri, Leucas et Coripho.

[LIX]

Ce est la prime partie de mesire l’enpereor da Porta Aurea et Blachernals et Occidentals Steno jusque a la Mieçe et de Agathapolin simillaument et de cele meisme cité de Viçoi jusque a Çurlo et Teodropoli.

[LX]

La segont partie de mesire li enpereor ce est la provinse de Nicomidie et la provinse de Optimati et la provinse de Tharsie et Plusiade et Metavobis con Suochoriis et con totes ses partinenses et la provinse de Peflagonie et de Vucellarii et la provinse de Neasinopii et de Pabrei, Mitilini || et Delini con Skiro le quel est infra Avidum; les isles, ce est Priconiso et tota Yco, Istrovilla, Samos et Tinos con Samandrakio, et la provinse de Pilon et de Keramon et la provinse de Mallagini et la provinse de Achirai et la provinse de Atramicii et de Chliariis et de Pergamis et la provinse de Neocasti et la provinse de Milasi et de Melanudi et la provinse de Laudochie et Meandri con la partinense de Sanpson et Samakii con Contoste, Phenatis et con Camiçatis et totes et con Chio.

[LXI]

Ce est la prime partie des pelerins: la provinse de Macri et de Megalli Brissi et la partinense de Gehenna et la cité de Panfili con totes ses partinenses et Nidimochium con totes ses partinenses et la partinense de Kipsalis et la partinense de Garelli et la partinense de Lebucho et la partinense de Birra et la partinense de Macri et de Trianapoli con les casaus de Brachon et la partinense de Scifis et de Pagadi con totes ses partinenses et la partinense de Maditi con totes celes || que li sont sout, Icaloticas con totes celes que li sont sout, ce est Anafartis, Tuisaccos, Iplagia, Potamia et Aacros con totes celes que li sont sout et la partinense de Plithoto et la partinense de Galavaton et Molivoto et la partinense de Jalocastelli et la partinense de Siroleski et de Catepanikium et de Russa con totes ses partinenses que li sont sout et la partinense de Agriovivario.

[LXII]

La segont partie des pelerins, ce est la provinse de Vandarii et la provinse de Verie com cartularatis tant de Dobrochubisti quant de Sthlaniza et la partinense de Giromacomicra et la partinense de Platomonas et la provinse de Monliscu et de Meglenon et la provinse de Prilapi et de Pelagonie con stano et la provinse de Prespe et de Dodecanisos, Otinolarisse et la provinse de Blachie con personals et monasterials que li pertent et la provinse de Servion et la provinse de Castorie et la provinse de Avoleos. Que vos diroe je? Tant fu monseignor li dus en Costantinople, que li mau de la mort li vint et morut ileuc; et aprés la mort || de li fu esleü dus mesir Piere Zians.

[LXIII]

Aprés ce que Costantinople fu prise par monseignor Henric, li haut dus de Venise, et par Franceis, enci con nos vos avons conté en nostre conte, aprés la mort de mesire Henric, fu esleü dus de Venise mesir Piere Zians, qui fu estrait de haut lignage, que son aiol avoit esté dus de Venise: ce fu mesire Sabastien Zians, enci con nos vos avons conté en nostre conte.

[LXIV]

Lors quant monseignor Piere Zians fu esleü dus de Venise, enci con je vos ai conté, il n’estoit pas a celi tens en Venise, anceis estoit a Arbe; dont il estoit cuens. Mes quant la nobilité de Venise orent esleü dus mesire Piere Zians, si armerent erraument .xxx. galies et les covrirent de cendals et entrerent dedens les galies avec li peuple et se mistrent en mer et drecierent les voiles au vent et s’en alerent tant, que il furent venus a l’ysle que ren apelle Arbe: et la ou il troverent mesire Piere Zians, si le firent monter desor une galee et le conduistrent en || Venise et le firent dus.

[LXV]

Quant mesire Piere Zians fu dus de Venise, enci con je vos ai conté - et mesire Marin Gen estoit poesté de Costantinople - , avint, un an aprés que mesire Piere Zians fu dus, que il fist armer .xxxj. galies et furent esleüs por chevetains mesire Renier Dandle, li fis dou noble dus qui prist Costantinople, et monseignor Rogier Promarin. Andeus ces chevetains s’en issirent de Venise a tote lor conpagnie et s’en alerent tant parmi la mer, que il furent venus a Corfu. Ciaus de Corfu avoient a celui tens guere as Venisiens, porce que il donoient vitaille as robeors de mer; mes lors quant li nobles chevetains furent venus a Corfu a tote lor conpagnie, il pristrent lor armes et les Venisiens aveuc yaus. Mes se la fussiés, seignors, a celui point peüssiés avoir veü bataille sagement || encomencier. Les Venisiens saillirent en seche terre trestuit armés et ciaus de Corfu vindrent por defendre; et au voir conter, ja por lor defense ne remest que li Venisiens ne preissent le borc dou chastel; et d’ileuc s’en alerent au chastel. Si fu ileuc acés que sostenir, que ciaus dou chastel se defendoient mult bien et traioient javelos, paus agus et pieres poignais et eive chaude desor li Venisiens: et li Venisiens traioient vers yaus quarels et seetes. Si fu cele bataille dure et aspre, et neporquant por tote lor defense ne remest que li Venisiens ne dresasent lor eschieles au mur et ne botassent la porte dou chastel a terre; et monterent desur li mur et pristrent Corfu. Et d’ileuc s’en alerent envers Crit a tote lor conpagnie et oïrent novelles que .iiij. nes de Genoés estoient au port de Stinalonde: || il s’en alerent cele part.

[LXVI]

A celui tens avoit guerre entre Venisiens et Genoés, et lors quant li dui cheveteins, mesire Renier Dandle et mesire Rogier Promarin, a tote lor conpagnie, furent venus au port de Stinalonde et il virent les .iiij. nes de Genoés, il ne firent autre delaiance fors que il firent erraument prendre les .iiij. nes de lor enemis; ja lor defense ne lor valut riens. Que vos diroie je? Andeus les chevetains venesiens s’en aloient parmi la mer prenant lor enemis; con vont li faucons prenant les oisaus, enci le fesoient andeus les nobles chevetains de cui je vos ai fait mencion, que nul n’osoit entrer en mer, se il estoit enemis de Venise, que il ne fust erraument pris.

[LXVII]

Un an aprés que Corfu fu pris, enci con je vos ai conté sa en ariere, s’en ala mesire Re||nier Dandle, et aveuc lui mesire Rogier Promarin, a tote lor conpagnie, parmi la mer serchant sa et la, que il avoient oï consoner que un robeor de mer s’en aloit derobant li trepassant et avoit en sa conpagnie .viiij. galies mult bien garnies de robeors de mer. Mes li dui chevetains sercherent tant parmi la mer, que celui robeor fu cheüs en lor mains: si fu erraument pris a totes les .viiij. galies de robeors, et les conduistrent a Corfu. Et ce aucun venist avant qui me demandast qui fu celui robeor, je lor respondrai que l’en apeloit Leo Vetran.

[LXVIII]

Quant li dui chevetains de Venise orent conduit Leo Vetran a Corfu, si le firent erraument pendre, porce que robeor de mer estoit; et as autres donerent tel congiés con il avoient deservi. Et quant il orent ce fait, si s’en alerent a Moudon et pristrent la vile, || que ja la defense de ciaus dedens ne lor valut riens. Et quant il furent en saisine de la vile, si firent abatre a terre li murs et les forteresses, porce que robeor de mer avoient et sovent et menu derobé li Venisiens lors quant il trepassoient parmi la mer chargiés de marchandies, enci con il estoient acostumés. Quant andeus les chevetains orent abatu l’orgueil de ciaus de Moudon, il ne font autre delaiance fors que il s’en alerent a Corone, et la droitement estoient acostumés de maintenir robeors de mer. Et quant ciaus de Corone virent venir les galies des Venisiens, il armerent lor cors por le defendre; et lors quant li chevetains virent ce, il armerent lor cors, et li Venisiens saillirent a lor armes et pristrent lor eschieles et apuierent au mur. Mes se la fussiés, seignors, bien peüssiés avoir veü Venisiens sur li murs, et ja ne remest por nule || defense que Corone ne fust erraument prise, la vile et li chastiaus. Et quant li Venisiens furent en saisine de Corone, il establirent ileuc une costume, et ce fu, en leu ou li trepassans venoient derobés, et il done la vitaille a tos ciaus que a Corone vont, par un mois entiers; et tel costume maintient li chastelain que monseignor li dus de Venise mande ileuc et maintendra a tosjors mes.

[LXIX]

Quant mesire Renier Dandle et mesire Roger Permarin, li chevetains, orent pris Corone, il la mistrent en bone garde et se partirent d’ileuc a tote lor conpagnie et s’en alerent a Candie, c’est une vile de l’isle de Crit. Si fu erraument comenciee la bataille grant et mervilleuse, et bien se defendoient ciaus de Crit et les Venisiens lor donoient mult grant assaut. Mult font d’armes andeus les chevetains, et li Venisiens s’esforcerent tant, que ciaus de la vile ne les porent || endurer: si s’en tornent fuiant et Venisiens les enchaucent aprés. Si font tant par lor proesces que il pristrent Candie, c’est la maistre vile de Crit: et de lors en avant fu monseignor li dus Piere Zians sire de l’ysle de Crit, si la dona a maint Venisiens, que de lors en avant furent chevalier et tienent lor chevalerie por monseignor li dus de Venise.

[LXX]

A celui tens, enci con je vos ai conté, avoient Venisiens guerre a Jenoés, et monseignor li dus fist armer .vj. nes et .vj. galies - et ce fu .ij. ans aprés que Candie fu prise - et fu esleü par chevetain mesire Jaques Lonc. Il s’en issirent de Venise et se mistrent en haute mer et alerent tant parmi la mer, que il troverent .iij. nes de Jenoés: si les fist li chevetains erraument prendre; et les autres nes de Genoés que en mer estoient s’en alerent fuiant jusque a Gene, et li chevetains s’en retorna en Venise a totes || ses nes et ses galies.

[LXXI]

Que vos diroe je? Mult dura cele guerre entre Venisiens et Jenoés et domagerent sovent et menu les uns les autres; et tant, que novele, que tost cort, s’en ala en Costantinople que Genoés avoient pris une nef de Venisiens - et ce fu en l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxiiij. ans. Et quant la poesté de Costantinople sot la novelle, il fist erraument armer .ij. nes et .ij. galies de Venisiens, et fu esleü por chevetains mesire Johan Trevisans. Celui chevetain s’en issi de Costantinople a tel conpagnie con je vos ai conté, et se mistrent en mer et s’en alerent jusque a Cartagene, qui est en la Mer de Gene, et entrevoies pristrent .iiij. nes de Genoés; et au Garb et a Trapan et parmi la Sezile pristrent il .xxvij. nes de Jenoés. Et quant il orent ce fait, il s’en retornerent a || grant joie et a grant feste en Costantinople: si les ressut mesire la Poestés mult bel; et sachiés que il gaaignerent desor Jenoés grant avoir.

[LXXII]

Aprés ce, en l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxvij. ans, issirent de Costantinople .ij. nes de marcheans de Venise et vindrent a la Fraschea et orent ileuc novelles que li cuens Aleman estoit en une nef mult bien armee et avoit en sa conpagnie .ij. galies mult garnies. Lors vint la noble chevalerie de Crit as nes des Venisiens et monterent sor les nes, et maint prodomes de Crit i vindrent en .ij. galies. Il ne firent autre delaiance fors que, la ou il troverent li cuens Aleman en sa nef, si adrecierent a lui et ferirent la nef et les galies et les pristrent erraument, que ja lor defense ne lor valut riens. Et mesire Marc Jorgens, que chevetain || fu des Venisiens, fist prendre li cuens Aleman et le fist mult bien garder. Et troverent en cele nef .dccc. homes, trestuit bien armés: si les fist prendre monseignor li chevetains et metre en aniaus de fer. Et puis s’en alerent les nobles Venisiens en Venise et donerent a mesire Piere Zians, li haut dus de Venise, celu cuens Aleman et .dccc. homes avec: si furent .ccc. des millors de Bars. Et monseignor li dus fist faire une jaiole de fer et fist metre dedens li cuens Aleman; et li autres fist metre en prison.

[LXXIII]

Mesire Piere Zians, que dus estoit de Venise, avoit eü une guerre a ses voisins en l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxv. ans: ce fu a Pavens, dont monseignor li dus en ot la victoire, enci con je vos conterai sa en avant. Il est voir que li Venisiens avoient une tor, qui garde la voie que nul robeor ne face otrage as trepa||sans entrevoies: et cele tor est en Baibe, un mult redotable leu. Et la poesté de Pave envoia ses mesages a monseignor li dus, qui li distrent que, se il ne feïst oster la tor de la Baybe, que il la feroient abatre a terre. Et quant monseignor li dus oï ce, il dist as mesages:

- Seignors, alés ariere en vostre vile et dites a vostre poesté que la tor n’est pas faite por neeht et que jamés par home qui soit en vie ne qui doit naistre ne sera la tor abatue ne ostee d’ileuc ou elle est faite, que li leus est de Venise et nus n’en a que demander. -

Et quant li Pavens oïrent ce, si se corocierent et desfierent la tor et distrent:

- Or i para qui la vodra defendre encontre li esfors des Pavens! Si sera abatue anceis que soit .xv. jors passés. -

- Des aide - fait monseignor li dus -, vos estes trop orguilleus! Sachiés veraiement que vos troverés tels homes que bien la garentiront encontre li esfors des Pavens. -

[LXXIV]

|| Atant se departirent li mesages de Pave devant monseignor li dus et s’en retornerent a Pave et distrent a la poesté tot ce que monseignor li dus lor avoit dit. Et quant Pavens oïrent ce, il furent mult corociés, et il estoient plains de mauvaisté et d’orgueil; si ne font autre delaiance fors que il s’en vindrent a host bandie a la tor de Baybe: si furent par conte .lx. mil homes, que a pié que a cheval; et mistrent li siege et drecierent lor manganiaus et lor perieres. Mes monseignor li dus, lors quant il oï la novelle que li Pavens aloient a host bandie a la tor, il manda a une vile de Venisiens que auques pres de cele tor estoit et lor fist comander que il s’en alassent a la tor por defendre la encontre Pavens; et cil furent prodomes et sages, si s’en alerent cele part. Et se savoir volés la verité qui furent ciaus, je le vos diral: sachiés veraiement que l’en les apelle || Clogés, et sont Venisiens. Et monseignor li dus envoia a la tor mesire Marc Jorgens et maint sachans mariniers de Venise, et porterent aveuc yaus les cordes des nes et envoloperent si bien la tor des cordes, que il ne dotoient li cos des manganiaus ne des perieres. Et Venisiens s’en alerent cele part trestuit armés et porterent aubalestres grans et petites.

[LXXV]

Que vos diroie je? La bataille fu comenciee a pieres et as glaives et a cos de carels et de seetes, dont Pavens enportoient sovent et menu li carels dedens le cors; et li Clogés la fesoient si bien, que bien doit estre loee lor proesse. Et monseignor li dus les avoit mult proiés, et mult lor promist; et por lor proesse et por lor bien faire lor pardona monseignor li dus mesire Piere Zians li treusage que yaus et lor ancestres estoient acostumés de doner au dus, por chascune maison une || geline: et Clogés en furent a celui point delivrés et lor hoirs a tosjors mes, et ce fu a droit, que il se metoient trestuit en aventure et en peril de mort por domager li Pavens a tos besoins. Et dura cele meslee chascun jor de tant con li Pavens furent ileuc.

[LXXVI]

Et monseignor li dus s’en ala veoir la tor: et quant il vit que la tor estoit si bien apareillee et que elle ne dotoit cos de manganeaus et il vit que Pavens estoient logiés en tentes et en paveillons, lors fu a seür que Pavens s’en iront d’ileuc desconfis, a l’aide de moilseignor saint Marc; et s’en retorna monseignor li dus en Venise et leissa ileuc li chevetains en la conpagnie de .vij. mil homes, trestuit bien armés. Un poi aprés comensa li ciel a nerzir et la mer a soufler: et quant les Venisiens virent ce, il ne firent autre delaiance fors que il asaillirent li Pavens. Si fu tel l’aventure que la desconfitu||re torna desor li Pavens: si en furent pris ileuc .cccc. chevaliers des millors de Pave, a tos lor chevaus, et en furent pris homes a pié sans conte. Et li autre s’en alerent trestuit fuiant et leisserent ileuc tentes et paveillons et lor manganiaus et lor perieres et lor autres hernois et lor maistre confanon et tos lor engins: et fu liés celui qui s’en eschapa vis.

[LXXVII]

Quant monseignor Piere Zians, li dus de Venise, ot eü la victoire desor li Pavens, il en fu liés a mervoilles et dona ses dras que il avoit vestu a celui qui li aporta la novelle, et grant planté des mehailles d’argent. Et quant li Pavens li furent conduit en Venise, si les fist metre en aniaus de fer et geter en prison con homes de guerre. De l’autre part li Pavens qui s’enfuïrent desconfis encontrerent la poesté de Trevise a tote sa chevalerie et li peuple de Trevise, qui venoient en aide de Pavens; || et lors quant il oïrent la novelle que li Pavens estoient desconfis, il furent mult corociés et enbruncherent lor testes contreval et s’en retornerent a Trevise.

[LXXVIII]

Quant li Pavens qui furent desconfis devant la tor de Baibe furent retornés a Pave, il furent a consoil; et lors dist li un d’iaus:

- Seignors, nos avons fait otrage, que por cele tor avons pris guerre as Venisiens. Et sachiés que Venisiens sont si prodomes et si ploin d’engin, que ja lor tor n’eüst esté prise ne abatue a terre por trestuit cil de Lonbardie. Et si vos dirai porcoi. Premierement vindrent encontre nos li Clogés, que tote la tor enplirent de terre; et puis firent li fossés sa et la et les enplirent d’eive; et aprés yaus vindrent li mariners de Venise et condustrent lor cordes de lor nes et envoloperent la tor des cordes en tel maniere, que nule piere de manganiaus ne li fesoit autre chose fors qu’elle || resortoit arieres. Et monseignor li dus vint ileuc et regarda sa tor, et puis s’en retorna ariere et leissa sa tor en la garde dou chevetain; et quant il virent tens et hore, si nos asaillirent. Si fu tel l’aventure - que a lor proece, que a lor engin et que a l’aide de l’eive - ,que nos fumes desconfis. Et mult furent liés ciaus que les Venisiens dignerent prendre, que autrement fussent il noiés en eive; et nos somes eschapés a force de nos chevaus. -

[LXXIX]

Que vos diroie je? Il troverent en lor consoil de crier mersi a monseignor li dus et as nobles venisiens et au peuple aveuc. Et ensi le firent, que, aprés que il furent desconfis et pris, crierent mersi a monseignor li dus, que il lor pardonast l’otrage que il avoient fait. Et quant monseignor li dus voit que il crierent merci et que il se repentoient, si lor pardona dou tot; et il jurerent bone pes a monseignor li dus et a tos les Venisiens. || Et quant li Trevisans sorent la novelle que monseignor li dus avoit pardoné as Pavens l’otrage que il avoient fait, si crierent merci a monseignor li dus: et il lor pardona tote ire et tot mautalant.

[LXXX]

Seignors, je vueil que vos sachés que de la guerre de mer mesire Piere Zians en porta l’enor et de cele des Pavens en orent Venisiens la victoire et aprés en orent la pes; et li dus dona congié as prisons de Pave quant la pes fu faite. Mult fu preudome et sage mesire Piere Zians et estrait de haut lignage, que il fu dus et son aiol mesire Sabastiens Zians avoit esté dus. Mes lors quant madame la duchoise morut, il prist a feme madame Costance, une roine de Apuille; si ot de lui monseignor Piere Zians, li haut dus de Venise, .ij. enfans, l’un masle et l’autre feme. Tant vesqui mesire Piere Zians, que li mau de la mort li vint; et aprés li lui fu esleü dus de Venise mesire Jaques Teuples. Mes li dui enfant de mesire Piere Zians qui vesquirent aprés sa mort fu li uns apelé mesire Marc Zians, et prist la fille dou marquis d’Este a feme; et la feme fu apelee madame Marquesine, et fu donee a feme a mesife Marc Badoers. Si me teirai atant d’iaus et vos conterai de mesire Jaques Teuples.

[LXXXI]

Or dit li contes que aprés la mort de mesire Piere Zians fu dus de Venise mesire Jaques Teuples. Et au tens de lui avoit un prodome - en Grece, que mult estoit prodome et vigoreus; et li Gres l’avoient fait enpereor de Grece. Celui prodome avoit a non Vatas; celui Vatas asailli Costantinople de guerre et prist Galiple et cele contree tote. Et quant mesire Jaques Teuples oï la novelle, si en fu mult || corociés; et sachiés certainement que il savoit cele contree tote, que il avoit esté poestés en Costantinople. Il fist erraument armer .xxv. galies, si les dona en garde a .ij. prodomes estrais de haut lignaje, et chevetains en furent andeus; li un estoit apelé mesire Leonart Courin et l’autre mesire Marc Gausons: andeus estoient prodomes et sages.

[LXXXII]

Andeus ses nobles chevetains issirent de Venise a tel conpagnie con de .xxv. galies, bien armees des preudomes de Venise. Tant najerent parmi la mer a l’aide dou vent, que il furent venus en Avide, droitement la ou il cuiderent trover les galies des Gres, qui estoient par conte .c. galies bien garnies. Que vos diroie je? Tant serchierent li dui chevetains et sa et la, que un jor virent venir les galies de Vatas, l’enpereor des Gres; et sachiés que mesire Vatas avoit a celui point la conpa||gnie de mesire Gavala, li sire de Rode: et il meesmes estoit a celui point desor une galie; si estoient meüs andeus a grandime host, que par mer que par terre, por prendre Costantinople. Mes lors quant li .ij. chevetains, mesire Leonart Courin et mesire Marc Gausons, virent venir parmi la mer si grant navie, il ne firent autre delaiance, fors que il firent adrecer lor galies envers yaus; et li chapelain que aveuc yaus estoit chanta l’evangile, que les Venisiens oïrent a grant devocion; et aprés mengerent et burent un petit; et quant il orent mangé et beü, se la fussiés, seignors, peüsiés avoir veü Venisiens grant joie demener, et crioient tuit ensenble:

- Or a yaus, or a yaus! -

[LXXXIII]

Enci con je vos di, s’adrecerent li nobles chevetains encontre les .c. galies des Gres enmi l’Avide; et quant li Gres les virent venir ver yaus enci hardiement, li cuer lor failli. Il ne porent pas || regarder les Venisiens, ains se metent a la fuie les .c. galies des Gres et n’oserent atendre les Venisiens: si s’en vont fuiant parmi la mer et adrecerent lor galies envers terre. Li enpereor que l’en apeloit Vatas, qui en seche terre estoit a tot son esfors, lors quant il vit la chasse des galies et que Venisiens aloient chassant ses galies, il se mist desor la marine a tot son esfors por yaus secorre. Que vos diroie je? Li Gres s’enfuoient et les Venisiens les chasoient; mes lors quant li Gres ne porent plus najer et que Venisiens les ateignoient, il se leisserent core envers terre la droitement ou mesire Vatas estoit a tot son esfors. Si ne remest pas por lui nepor l’aide de ses homes que la galie dou Gavala, que son amirail estoit, ne fust prise, et des autres galies .xxiiij.. Si avoient li Gres l’aide de .l. mil homes, que a pié que a cheval, que as arbalestres que as ars.

[LXXXIV]

A grant joie et a grant feste || s’en alerent les Venisiens en Costantinople, a tote la victoire que Damedés lor avoit donee. Si furent receü andeus li nobles chevetains con il avoient deservi; et mesire Bauduin, li noble enpereor de Costantinople, et monseignor Fiofilo Gen, li noble poestés, lor firent joie et passe joie. Et quant andeus li nobles chevetains orent sejorné a lor volenté, il s’en retornerent en Venise: et ce fu en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxxxv. ans. Mult furent bien receü andeus li nobles chevetains quant il vindrent en Venise; mesire Jaques Teuples, li noble dus, les ressut entre ses bras, et la nobilité de Venise lor firent joie et feste, et dou peuple furent mult henorés. Et il rendirent graces et mersi a nostre seignor Jesu Crist et a monseignor saint Marc de la victoire que Damedés lor avoit donee.

[LXXXV]

Un poi aprés avoit mesire || Jaques Teuples envoié monseignor Johans Michel por poestés en Costantinople. Et lors quant il fu en saisine de la noble cité avec li noble enpereor mesire Bauduin, faillirent les trives qui estoient entre mesire Vatas et ciaus de Costantinople: si fu la guerre comencee dure et aspre. Et mesire Vatas, li sire des Gres, que totesvoies gardoit coment il poroit avoir la saisine de Costantinople, fist un grant host, que par mer que par terre, et s’en vint a tot son esfors envers Costantinople. Et au voir conter monseignor Bauduin, li noble enperere, estoit a celui point si apovri de chevalerie, que il n’osoit issir en chanp encontre mesire Vatas, li seignor des Gres. Que vos diroie je? Lors quant mesire Johans Michel, li noble poestés de Costantinople, oï la novelle que li Gres venoient envers Costantinople a force de galies, il ne fist autre delaiance || fors que il arma .x. galies et il meesme entra dedens; et a force de najer encontrerent .clx. que galies que autre navie petites et grans, mult bien garnies des Gres, que totevoies venoient por prendre Costantinople. Mes, se la fussiés, seignors, peüssiés avoir veü noble poesté, et proesse que de lui que des autres Venisiens, aler envers Gres et ferir dedens auci con fait li leon entre les bestes. Si furent li Gres erraument desconfis et s’en alerent fuiant: mes non pas totes: anceis furent prises .x..

[LXXXVI]

A grant joie et a grant feste s’en retorna mesire Johans Michel, li noble poestés, en Costantinople, et conduist la victoire que Damedés li avoit donee, ou il trova l’enpereor, qui le ressut a grant joie et a grant feste. Sachiés, seignors, que celui noble enpereor fu si preus et si vigoreus, que mult fait a loer sa proesse et sa gentilesse: et au || voir conter, por maintenir son enpire il despendi tot son avoir et grant partie de l’avoir de ses amis. Maint chevaliers de France en furent mors por garentir son enpire; et quant li tresor de sa chanbre et celui de ses amis li fu faillis, il mist en gage son fis et prist avoir por garentir son enpire. Mes atant vos leisserai a conter de lui, que bien vos en conterai une autre fois, et tenrai ma droite voie por conter les proesses des Venisiens, qui furent faites au tens de monseignor Jaques Teuples, li noble dus de Venise.

[LXXXVII]

Seignors, je vueil que vos sachiés que, droitement a celu tens que mesire Jaques Teuples estoit dus de Venise, avint une discorde entre monseignor l’apostoile Gregoire et mesire Fedric, li enpereor de Rome: dont je vueil que vos sachiés que cele discorde ne fu pas petite, anceis fu si grant et si enieuse, que tote la Crestienté || en out que sostenir. Je vueil que vos sachiés que monseignor li dus se tint de la partie de l’apostoile; et por cele partie firent guerre a Venise une grant partie des Lonbars, que Cremonés que Veronés que Pavens et Ferarés et Trevisans; mes la guerre torna desor Ferarés, que monseignor l’apostoile envoia sa proiere a monseignor li dus que il envoiast aide a un sien alegat que l’en apeloit mesire Gregoire de Mont Lonc. Et lors fu esleü por chevetain tel home que bien fait a loer sa nobilité: ce fu mesire Estiene Badoer, prodome et sage et vigoreus et ploin de grant science.

[LXXXVIII]

Mesire Estiene Badoer, li noble chevetain des Venisiens, issi de Venise en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxl., a tel conpagnie de Venisiens que bien fait a Ioer lor proesses. Monseignor Jaques Teuples, li haut dus de Venise, li dona en garde .viij. galies bien garnies de prodo||mes et autre navie a grant planté. Il s’en alerent tant que il furent venus en les parties de Feraire, enci con monseignor l’apostoile en avoit fait la proiere a monseignor li dus. En cele vile de Feraire avoit un prodome, que l’en apeloit Saltenguerre: il avoit refusé li comandement de monseignor l’apostoile et avoit chacié hors de la vile li marquis d’Este, a tote sa conpagnie, et tenoit la vile encontre monseignor l’apostoile. Lors quant les Venisiens entrerent en Peu, il saillirent en seche terre por condure les galies et l’autre navie a Feraire a force des cordes, et par comandement de monseignor l’apostoile alerent prenant jusque au Chief de Ret. Et ileuc s’aresta mesire Estiene Badoer, li noble chevetain, et fist apariller ses eschieles desor la navie et desor les galies por combatte li pont que mesire Saltenguerre avoit desor li Peu || aparillés de bataille. Et lors vint mesire li marquis a tote sa conpagnie; et mesire Renier Gen, que lors estoit poestés de Boloigne, i vint a grant conpagnie de Boloignés.

[LXXXIX]

Quant la navie des Venisiens fu aparillee, mesire Estiene Badoer, li noble chevetain, s’en vint a tote sa conpagnie envers la cité et fist doner li assaut au pont; et fu la bataille comencee dure et aspre, que cil desor le pont se defendoient auques bel. Mes lors quant les galies des Venisiens furent venues au pont, il fu pris erraument et fu mis dedens li feu et mis a cenis; et la navie des Venisiens se mist de l’autre rive tres devant Feraire. Et aprés ce que li pont fu pris, vindrent une belle conpagnie de Mantoans et se mistrent de l’autre rive au chief de Feraire devers Mantoe, et fu ilec prise une tor et debrisee une chaene que Ferarés || avoient tendu parmi le Peu.

[XC]

Que vos diroe je? Un poi aprés vint mesire Gregoire, li alegat de monseignor l’apostoile, et avec lui .cc. chevaliers de Milan: si fu mis li siege a Feraire. Et lors fist monseignor Estiene Badoer faire un pont desor la navie: si passerent dela envers le chef de Feraire mesire Renier Gen, la poesté de Boloigne, et aveuc li li Boloignés, et mesire li marquis d’Este, a tote sa conpagnie, et une belle conpagnie des gens que mesire Estiene Badoer, li noble chevetain des Venisiens, avoit a governer: ce furent li Clogés, que mult fait a Ioer lor proesses: et sachés que il sont venisiens. Et mesire li chevetain comande apariller la navie et les eschieles por conbatre la vile. De l’autre part, mesire Saltenguerre fist apariller les bretresches desor la riviere et de totes pars, et fist ficher paus agus en l’eive, et tres desor la || rive ficher les liches, et apariller la vile de totes pars por defendre, et redrecier les manganiaus et les perieres de totes pars. Et sachiés, seignors, que mesire Saltenguere avoit dedens la vile .dccc. chevaliers que li enpereor avoit mandé en la vile au servise de lui; et maint sodeers de Lonbardie estoient dedens armés: si n’avoit il garde de tote Lonbardie, se la i fussent venu li homes a pié et a cheval sans la conpagnie des Venisiens: que lor navie les fesoient redoter: que Venisiens les fesoient estre a maleise sovent et menu, que il avoient envoié en Venise por greignors nes. Et quant li grant plat furent conduit, li noble chevetain fist faire les eschieles desus; et li Ferarés firent li murs dedens les liches et sormontoient les bertresches l’une desor l’autre et totes les nuis estoient en paine et en || travail de redrecier la vile encontre la navie des Venisiens. Et mesire li marquis avoit ileuc a un des chiés dreciee une periere que totevoies getoit les pieres en la vile: et cil dedens getoient vers cele periere; et les Venisiens avoient un manganiau desor .ij. vaissaus en eive, que totevoies getoit grandimes pieres en la vile, or sa or la.

[XCI]

Quant mesire Estiene Badoer, li noble chevetain des Venisiens, fu aparillé por la bataille comencer, il departi les Verusiens et lor proia et comanda que il fussent preudomes et ne se partissent de la ou il devoient conbatre. Et fist des Venisiens .vj. parties et dona a chascune partie un noble chevetain, et puis se mistrent a la bataille. Et mesire Renier Gen, la poesté de Boloine, a tos li Boloinés que avec li estoient, et monseignor li mar||quis a tote sa conpagnie, et li Clogés aveuc yaus, se mistrent a conbatre a un des chiés de la vile, et li Mantoans de l’autre chef, en la conpagnie des Venisiens. Et de totes pars estoient Venisiens et el mileu estoient Venisiens a planté; et mesire Gregoire de Mont Lonc, le legat de l’apostoile, estoit ileuc, et aveuc lui .cc. chevaliers, armés et montés desor lor chevaus; et mesire Felipe, li evesque de la vile, et mesire Albric de Roman, que a celui tens se tenoit de la partie de l’Iglise, estoit ileuc.

[XCII]

La bataille fu comenciee de totes pars, grant et mervilleuse et dure et aspre, que a merveilles estoient prodomes ciaus de la vile et mult bien la defendoient de totes pars; et dura celui assaut une grant partie dou jor. Mes lors quant les eschieles des Venisiens et lor engins furent arivés a la || vile, ne lor valut a ciaus dedens lor defense, que maintenant furent chaciés Ferarés desor les bertresches et fu erraument pertuisés li murs de totes pars et les liches abatues a terre et maint preudomes entrerent dedens la vile. Et se ne fust une aventure qui avint a celui point, prise fust la vile sans nul delaiement, maugré tos ciaus de la vile. Et si veul je que vos sachés que dedens la vile estoient maint bons chevaliers et maint prodomes, que a lor pooir defendoient la vile. Mes se la fussiés, seignors, bien peüssiés avoir veü prodomes asaillir la vile: Venisiens salloient sur les eschieles et jetoient javelos et pieres poignals dedens la vile, si chacerent les Ferarés de totes forteresses. Mes l’aventure qui avint a celu point que la bataille esioit n’est pas a oblier, anceis la doit l’en bien mantevoir en conte.

[XCIII]

|| Endementiers que les Venisiens et les autres gens se voloient metre dedens la vile, avint que li ciel comensa a nerzir et les nues a corre parmi les airs, or sa, or la. Si vint une si grant tenpeste et si mervilleuse, que au tens de cil que ileuc estoient ne fu veüe une si grant: celui fu liés que sa teste avoit bien armee. Quant cele tenpeste et celui mautens fu aquoisiés, la bataille ne fu plus comenciee. Celui jor anceis partirent les Venisiens la navie de la vile; et ciaus dedens, que a merveilles estoient prodomes, ne firent autre delaiance fors que il estoperent les pertuis des murs et redrecierent les liches que abatues estoient et furent en grant paine de joindre les bertresches por sormonter les eschieles des Venisiens. Mes tot ce ne lor valut riens, que un autre jor aprés fu la bataille comencee et abatues bertresches || et liches a la terre et pertuisiés li murs de totes pars, assés plus que devant. Si firent Venisiens si grant merveilles d’armes, que se la fussiés, seignors, bien peüsiés avoir veü preudomes sallir et sa et la. Mes je ne sai par quel achaison il remest que les chevaliers se departirent de la bataille et se reüserent arieres. Et quant les Venisiens virent ce, il departirent la navie de la vile; et lors corent Ferarés, et estoperent li pertuis des murs et drecierent les lices que abatues estoient a terre et doblerent les bertresches de totes pars.

[XCIV]

Quant la novelle fu venue en Venise a mesire Jaques Teuples, li noble dus, que la vile n’estoit pas prise, et li fu conté porcoi il estoit remés, sachiés, seignors, que il en fu mult corociés. Il manda erraument au chevetain que il ne conbatist plus la vile et que il son cors || meesme la voloit conbatre: et que bien sachent trestuit, et ciaus dedens et ciaus dehors, que il s’en vient cele part, et aveuc lui si grant esfors de Venisiens et de greignor nes et d’engins, que se cele vile fust a cent dobles plus fort qu’ele n’estoit, il fait mestier qu’ele soit prise, et que jamés ne se partira d’ileuc jusque a tant que il l’aura en saisine. Et quant mesire Estiene Badoer, li noble chevetain, oï ce, il fu liés a mervoille, que bien savoit que monseignor li dus estoit si preudome et si sage et si gradeus et si ploin de victoire, que ja la vile ne pora estre defendue qu’ele ne soit prise. Et lors atendi la venue de monseignor li dus et fist faire manganeaus desor la navie, que chascun jor getoient les pieres desor la vile; et avoit comandé as galies que chascune nuit gardassent bien son host.

[XCV]

Que vos diroie je? Tot enci con monseignor <li dus> manda au che||vetain, le fist, que il s’en ala cele part au plus hastivement que il onques post, et aveuc lui une grant conpagnie des preudomes de Venise; et fist monseignor li dus conduire cele part grandimes nes por conbatre la vile. Et quant mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise, fu venus en l’ost, il fu receüs a grant joie et a grant feste, et tuit corent encontre sa venue. Et quant monseignor li dus ot un poi regardee la vile, il dist a l’alegat et a ciaus que environ lui estoient:

- Seignors, ceste vile prendrai je de ligier. -

Et lors vindrent avant trestuit li barons que ileuc estoient et jurerent li comandement de monseignor li dus et de sivre le de tant con il vodra estre environ la vile et de doner la bataille selonc son comandement. Seignors, je veul que vos sachiés que celui noble dus de cui je vos ai fait mencion avoit esté si preudome et si vigoreus en tos leus et si ploin de victoire, que il avoit || vencu trestos ses enemis: que lors quant il fu duc en Crit par li comandement de mesire Piere Zians, que a celui tens estoit dus de Venise, il fu asailli de guerre: il mist a desconfiture trestos ses enemis et mist a desconfiture li Gres par maintes fois et prist lor chastiaus et lor forteresses. Il avoit esté, par li comandement de monseignor li dus Piere Zians, poesté de Costantinople, et avoit par maintes fois desconfit Liascars, que a celui tens estoit enpereor des Gres, et l’avoit desconfit par mer et par terre. Il avoit esté poesté de Tervise et avoit desconfit li enemis de cele vile, que mauvés voisins lor avoient esté: de sa proece et son sen ne vos poroie je trop conter. Lors fist monseignor li dus drecier les eschieles desor les grans nes, et desor les petites fist drecier manganeaus, et geter les pieres dedens la vile: si la fist pertuser en plus de .vc. leus. Et lors || quant ciaus dedens virent que la chose aloit enci, il distrent a mesire Saltenguerre:

- Sire, ceste vile ne peut pas estre defendue encontre li esfors de mesire li dus de Venise, et se vos ne rendés la vile nos somes trestuit mors. -

Et quant mesire Saltenguere oï ce - et il estoit aperceüs que, puisque monseignor li dus estoit venu cele part, que il ne poroit vers lui avoir duree -, si lor dist que il se tenra a lor consoil. Et lors envoia ses mesages a mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise: et il lor dona fiance que ja nul ne nule n’auront domage de lor cors ne de lor avoir: et li mesages s’en retornerent ariere.

[XCVI]

Il ne demora granment que mesire Saltenguere issi de la cité et s’en vint droitement el pavillon de monseignor li dus et jura li comandement de sainte Yglise en main de l’alegat, et puis dist a monseignor li dus que il li || voloit doner la vile; et monseignor li dus li respondi erraument que il estoit venu cele part au servise de sainte Yglise et que il rendist son cors et la vile a l’alegat: et mesire Saltenguere le fist tot ensi. Et monseignor li dus s’en entra en Feraire et fu en saisine por sainte Yglise; et lors manda la novele en Venise a mesire Johans Teuples son fis, que en leu de lui governoit li haut ducat, que de cele novele en fu liés a mervoilles; et tos les autres en furent liés et joians et rendirent graces et mercis a Jesu Crist et a monseignor saint Marc.

[XCVII]

Tant demora monseignor li dus en Feraire con a lui plot, et au retorner en Venise conduist il aveuc soi mesire Saltenguere, que monseignor l’alegat li avoit comandé a garder. A grant joie et a grant feste fu receü monseignor li dus en Venise, et mesire Estiene Badoer remest po||estés de Feraire. Que vos diroie je? Tant fu mesire Saltenguere en Venise, par li comandement de monseignor l’alegat, et un an et maint autres aprés, que li maus de la mort li vint, et fu enseveli au mostier de monseignor saint Nicolau, que est desor le lis de Venise. Cele vile que l’en apele Feraire, dont je vos ai fait mencion, si est en Lonbardie en seche terre et est loins de Venise .l. ligues; et les Venisiens ne poojent aler a cele vile fors solement par un flum que l’en apele li Peu, et est estroit moins d’une arbalestree.

[XCVIII]

Un poi aprés que mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise, fu retorné de Feraire en Venise, et avec lui la nobilité de Venise, et que il ot mis Feraire en la subjecion de sainte Yglise, avint que li enpereor vint a host bandie desor une vile que l’en apele Faence. Et lors quant il vit que il ne la pooit avoir par bataille, si mist || li siege de totes pars. Et sachiés, seignors, que il avoit dedens por poestés tel home que bien fait a Ioer sa proece, ce fu mesire Michel Morisin, preudome et sage et estrait de haut lignage des Venisiens. Celui defendi si bien la terre que ja li enpereor a tot son esfors ne la pot prendre par force, que sovent et menu la fist essaier. Mes mesire Michel Moresin, la poesté, la defendi mult bien a l’aide de ciaus dedens et des preudomes de Venise - que aveuc lui en estoient alés .cc. -: et neporquant li siege i fu mis.

[XCIX]

Endementiers que li siege estoit environ Faence, envoia monseignor l’apostoile ses letres, proiant a monseignor li dus come son fis que il pensast a son pooir desor celui siege que li enpereor avoit mis environ Faence. Endementiers que monseignor li dus pensoit sor cele chose, li vindrent novelles que .xij. galies de l’enpereor. venoi||ent a Ravene; et lors ne firent li gentils homes de Venise autre delaiance fors que il monterent desor .xxv. galies, et li preudomes de Venise aveuc yaus: sf fu esleü a chevetain mesire Johan Teuples, li fis de monseignor li dus. Lors issirent de Venise la noble conpagnie, en la garde de monseignor Johans Teuples, li noble chevetain, et s’en alerent serchant la mer or sa or la, et onques ne troverent les galies de l’enpereor. Mais lors quant il virent que les galies s’en estoient fuïes, si s’en alerent en Apuille por trover les: onques ne les porent tant serchier que il les peüssent trover.

[C]

Quant mesire Johans Teuples voit que trover ne les peut, il adrece sa galie envers terre, et la nobilité de Venise adrecerent lor galies: si ferirent en terre et descendirent en seche, trestuit armés de totes armes. Et lors quant ciaus de la vile ou il estoi||ent arivés virent venir les Venisiens envers la vile, il monterent desor li murs de la vile et desor les forteresses, por le defendre. Mes lor defense ne lor valut riens, que maintenant monterent li Venisiens desor li murs de la vile, que il avoient aporté avec yaus les eschieles, que il drecierent as murs. Et lors quant il furent montés desor li murs, il trabucherent ciaus de la vile a terre et les mistrent a desconfiture, et puis entrerent dedens la vile et mistrent li feu dedens. Et se aucun me demandoit coment cele vile estoit apelee, je lor respondrai qu’ele estoit apelee Termole.

[CI]

Quant mesire Johans Teuples, li noble chevetain, ot mis cele vile a destrucion, il se mistrent trestuit en lor galies et s’en alerent parmi la mer jusque a un chastel que l’en apele Chastelmarin. Lors descendirent les Venisiens trestuit armés de lor armes || et asaillerent li chastiau en tel maniere, que lor defense ne lor valut nule riens, ains fu pris li chastiau erraument et fu mis li feu dedens et le firent ardoir; et pristrent les homes, aucl con il firent ciaus de Termols, et les mistrent dedens les galies. Et quant il orent ce fait, il entrerent en lor galies et s’en alerent tant parmi la mer, que la nuit fu venue.

[CII]

A l’endemain auques par tens mesire Johans Teuples, li chevetains, et avec lui la nobilité des Venisiens, adrecerent lor galies envers une vile de Apulie que l’en apele Rodes. Et lors quant il furent venus a terre, se la fussiés, seignors, peüssiés avoir veü Venisiens asaillir la vile et metre les eschieles as murs et monter sur li murs de totes pars et debriser les portes et entrer dedens la vile maugré tos ciaus qui la defendoient: si fu prise la vile erraument. Il osterent dedens tot ce que lor plost, || et aprés mistrent li feu et firent ardoir li remanant, que des maisons que des autres choses. Et puis se parti d’ileuc et s’en alerent a une vile que desor li somet d’une montaigne estoit: et cele vile estoit a mervoilles bele et mult defensable. Et lors saillirent les Venisiens en seche terre et la pristrent a fine force: ja la defense de ciaus dedens ne lor valut; et sachiés, seignors, que cele vile estoit apelee Bestie. Venisiens i mistrent li feu dedens et la firent ardoir, et en celui jor mesme se departirent d’ileuc et s’en alerent a un’autre vile que l’en apele Bestice. Il la pristrent a fine force, maugré tos ciaus qui la defendoient, et mistrent li feu dedens et la firent ardoir.

[CIII]

Que vos diroie je? Au departir que li Venisiens firent, il donerent congié a tos ciaus que il avoient retenus, et puis se mistrent en mer; et aloient serchant || les .xiiij. galies que l’en lor avoit dit qui deroboient la mer, mes onques ne les porent trover. Et lors lor avint quant il voloient entrer dedens le port de Brandis por prendre la vile, il regarderent enmi la mer et virent venir une grant nef. Et lors atendirent la venue de cele nef et mesire Johans Teuples, li chevetains, lor fist dire que il se rendissent a lui por garentir lor vies: mes il furent si orguilleus que il n’en firent riens. Si vos di veraiement que cele nef estoit si grant et si mervilleuse, que ce estoit une merveille dou veoir, et si estoit la greignor nef que a celui tens alast par mer et avoit dedens .m. homes, trestuit bien armés de bones armes. Mes lors quant mesire Johans Teuples voit que il ne se voloient a lui rendre et sauver lor vies, il les fist desfier; et quant il furent des||fiés, lors fu la bataille comencee: si fu erraument la nef asallie de totes pars. Ciaus de la nef se defendoient auques bel a javelos et a pieres poignals et traioient carels et seetes, mes ciaus des galies covrirent en petit d’oure tote la nef de carels que il geterent de lor aubalestres: si fu la bataille entr’iaus dure et aspre, que d’une part que d’autre. La nef estoit mult haute et mult defensable, si ne pooient les Venisiens entrer ens. Et lors leissa core monseignor li chevetain la soe galie et feri premierement a la nef, et les autres ferirent aprés; si fu la bataille dure et aspre a l’asenbler, mes ce fu paine gastee a l’asenbler, que il seroit grant mervoille de prendre la nef puis que il avoient de coi defendre lor cors. Mes lors quant li Venisiens virent que il ne la prendroient, si mistrent li feu en la nef et la firent ardoir: et fu cele || nef arse, et li homes que dedens estoient aveuc. Et quant il orent ce fait, il s’en alerent serchant parmi la mer les .xiiij. galies: mes il oïrent novelles que il s’en estoient fuïs de la mer. Enci con je vos ai conté firent les Venisiens parmi Apuille, lors quant il avoient guerre a l’enpereor Fedric; et aprés s’en retorna mesire Johans Teuples en Venise, et sa conpagnie avec, que mult furent bien receüs que por lor gentilesse que por lor proesse que por lor bien faire. Et se savoir volés la verité tot enci con je la vos ai contee, demandés a ciaus des viles que je vos ai fait mencion; qui la vos poront conter tot apertement. Si me teirai atant d’iaus et vos conterai de Jadre, qui se revela a Venise.

[CIV]

Ci endroit dit li contes que a l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxlij. ans, au tens de mesire || Jaques Teuples, li noble dus de Venise, avint que ciaus de Jadre furent si orguilleus que il pristrent guerre a lor seignor, se fu a mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise; et furent si otrageus, que il pristrent tos les Venisiens que a celui tens estoient en Jadre et manderent lor mesages a mesire Fedric, li enpereor de Rome, que a celui tens avoit guerre as Venisiens, et li distrent coment il avoient pris les Venisiens et revelee Jadre a monseignor li dus, et que desormés voloient tenir Jadre por lui et que il lor donast aide a maintenir la vile encontre Venisiens. Et li enpereor lor dist:

- Alés ariere en vostre vile, que je ai aillors a faire et ai mult grant besoing, si ne me vueil pas entremetre de ceste guerre. -

Et quant li mesages oïrent ce, il ne font autre delaiance fors que il s’en retornerent a Jadre.

[CV]

Quant li Jaratins oïrent ce, il furent mult corociés, que de l’enpereor cudoient il avoir secors et ai||de, que par son consoil avoient il revelee Jadre as Venisiens. Et lors envoierent lor mesages au roi d’Ongrie, qui li distrent que il voloient estre a lui; et il lor dist que, puisque a lui voloient estre, il lor donra secors et aide. Li roi d’Ongrie, enci con je vos di, resut Jadre en sa subjecion et eslut un chevetain et li qona .x. mil Ongrés, trestuit bien armés, que a pié que a cheval. Et quant la novelle fu seüe parmi Ongrie que li rois avoit pris en garde Jadre, si distrent li Ongrés que li rois avoit pris guerre as Venisiens, puisque il voloit secore Jadre; et lors vint devant li rois un veaus home, qui li dist:

- Sire, vos aves fait otrage. -

-Porcoi le dites vos? - ce dit li rois.

- Porce - fait celui home - que nos ne devons aler encontre les Venisiens; et si vos dirai porcoi.

[CVI]

Voir fu: au tens de l’incarnacion de .mcxv. ans, que il estoit un dus en Venise qui avoit non || mesire Ordelafe Falere. Li roi d’Ongrie que a celui tens estoit prist guerre au dus et il s’en vint a grant host, et aveuc lui les Venisiens, en Dalmace et la prist tote. Et aprés vint en seche terre a chevaus et a piés, et desconfist li bans en chanp, a tote grant chevalerie de Ongrie et homes a pié a grant planté, et prist Jadre, et une vile que l’en apele Belgrat et Bilicastro, et Sebenic, et abatirent li murs jusque a terre, et tint tote Dalmace en sa subjecion et pristrent maint cuens et maint chevaliers et homes et femes d’Ongrie et les menerent en Venise. Et se li rois d’Ongrie que a celui tens estoit ne se fust aquités au dus de Venise et ne li eüst aquité Dalmace en pes, il en seroit repenti a tosjors mes, que les Venisiens estoient si vigoreus, que li rois en eüst acés que sostenir. Que vos diroie je? La pes fu porchaciee et tant porparlee qu’ele fu faite: et jura li roi d’Ongrie que jamés ne s’en||tremeteroit de Dalmace, dont mesire Ordelafe Falere en estoit dus, et Jadre li leissa tote quite, et que jamés ne li aideroit encontre Venisiens. Et por ceste raison, mesire roi, vos di je que vos ne vos devés entremetre de aider Jadre encontre les Venisiens. -

Et lors respondi li roi d’Ongrie au veaus home et li dist:

- Se je eüsse seü ce que vos me dites, Jadre ne seroit par moi secorue; et neporquant, puisque je me sui entremis, ja por defaute d’aide d’Ongrie ne seront les Venisiens en saisine de Jadre. -

Et lors dist celui home au roi:

- Enci avendra a Jadre a cestui point con il li avint au tens de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mclxx. ans, que les Venisiens s’en vindrent a Jadre et la pristrent; si estoit chevetain mesire Domenche Moresin, preudome et sage et estrait de haut lignage. Et en l’incarnacion de .mccij. ans la prist li noble dus de Venise || mesire Henric Dandle, qui fist abatre tos li murs a terre: et ce fu a celui tens que celui noble dus, mesire Henric Dandle, prist Costantinople. -

Et lors se test celui preudome, que plus n’en dist a cele fois. Que vos diroie? En Jadre se mist li bans, a tot li Ongrés, qui furent .xm., que a pié que a cheval, et li cuens Marc d’Esclavonie, a grant conpagnie de ciaus d’Esclavonie.

[CVII]

Quant monseignor li dus Jaques Teuples sot la novelle que Jadre estoit revelee et avoient pris les Venisiens, si envoia ses mesages cele part et lor manda comandant que il li rendissent la vile; et Jaratins furent si orguilleus que il ne rendirent pas la vile: si s’en retornerent li mesages ariere; et monseignor li dus envoia de rechief autres mesages, et fu tant porchacié, que il rendirent les Venisiens que il avoient retenu, || mes la vile ne rendirent il pas. Et quant mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise, les ot fait desfier, si arma erraument .lxiij. galies et .iiij. nes; et fu esleüs a chevetain mesire Renier Gen, que puis fu dus de Venise.

[CVIII]

Mesire Renier Gen, li noble chevetain de Venise, a tot ce que monseignor li dus, mesire Jaques Teuples, il dona a garder, que de la nobilité de Venise que dou peuple que des nes que des galies que des autres vaissiaus; se mist en mer, et siglerent tant parmi la mer, que il furent venus a Jadre a sauveté. Et lors quant monseignor Renier Gen, li noble chevetain, fu venu a Jadre, la droitement ou monseignor li dus li avoit doné a guerroier les enemis de Venise, il s’en ala veoir les forteresses de Jadre. Si trova que il avoient fait tres desor li port || li haut murs, et ileuc estoit une nef que charpentiers fesoient en seche terre - et ce m’est avis que cele nef estoit des Freres dou Tenple. ll avoient partendu une chaiene de fer tres parmi le port, porce que les Venisiens ne peüsent entrer dedens a force de galies; et tres devant monseignor saint Nicolas, qui est a l’entree de la vile, avoient Jaratins parfait li haut murs mult defensable.

[CIX]

Quant monseignor Renier Gen, li noble chevetain des Venisiens, ot veü l’otrage des Jaratins, que il avoient aparillee Jadre por defendre encontre la nobilité de Venise que monseignor li dus li avoit doné a governer, si le tint a grant desdeing. E porce que il voloit proece et enging et sens por abatte li orgueul des Jaratins et por debriser la chaene qui estoit partendue parmi le port et por abatre li murs a terre et por || prendre la vile et metre monseignor li dus Jaques Teuples en saisine de Jadre, dont li Jaratins l’en avoient osté, s’en ala mesire Renier Geri, li noble chevetain, a tote sa conpagnie, a une ysle que Jaratins apelent Mauvés Consoil. Et quant monseignor li chevetain fu venus a l’isle, si fist venir devant lui ses charpentiers, et lor comande a faire manganeaus et eschieles desor les nes, et tel enging desor une nef que l’en apeloit «Saint André», que, maintenant que cele nef sordi ses ancres dejoste la chaene, pristrent ciaus de cele nef a lor enging la chaene et la detrencherent en mileu de la bataile, quant monseignor Renier Gen, li noble chevetain, la fist comencier, ensi con nos vos conterons sa en avant en nostre conte.

[CX]

Lors quant li noble chevetain ot porveü ce que mestier avoit a abatre l’orgueul des Jaratins et que les Venisiens que monseignor || li dus li avoit doné por gouverner estoient aparillés por doner assaut a Jadre, il se mut de l’isle a tote sa conpagnie et s’en ala a Jadre, et fu erraument comencee la meslee as pieres de manganeaus, que d’une part que d’autre: que je veul bien que vos sachiés que monseignor li chevetain avoit fait faire manganeaus et perieres desor la navie et Jaratins avoient fait a planté en la vile: et por ce fu comenciee la meslee premierement a pieres de manganeaus et de perieres.

[CXI]

Endementiers que la bataille fu comencee, ensi con je vos ai conté, s’en ala cele nef que l’en apeloit «Saint André» et sordi ses ancres dejoste la chaene que partendue estoit desor li port, ensi con nos vos avons conté sa en ariere. Et lors quant fu arestee dejoste la chaene, les Venisiens la pristrent et la detrenchierent erraument. Que vos diroie je? Monsei||gnor li chevetain avoit mult bien ordené son host, et comande li quel devoit ferir sa et li quel la. Mes lors quant la chaene fu trenchee, un gentil Venisien, que cuens estoit de Jadre, leissa core sa galie sans comandement de monseignor li chevetain et feri premierement en la vile. Si fu la bataille ileuc dure et aspre, que la droitement estoient li preudomes de Jadre, que il n’avoient dote que la chaene fust detrenchee: mes li noble chevetain la fist detrenchier. Et se savoir volés qui fu celui cuens qui feri premierement, je le vos dirai: sachiés que l’en l’apeloit mesire Johans Michel.

[CXII]

Lors quant la chaene fu trenchee, et les Venisiens entrerent dedens li port, tot ensi con monseignor li chevetain lor avoit comandé, et que il ferissent l’un aprés l’autre: si avoit fait .vj. eschieles, et en chascune || eschiele bon conduiseor. Mes li Jaratins estoient desor li murs por defendre lor vile, et li chevalier d’Ongrie et li cuens Marc d’Esclavonie et li chevaliers que aveuc lui estoient venu et li chevaliers de Jadre estoient trestuit montés et aparillés de lor armes por leisser core desor les Venisiens, se il issisent en seche terre. Et si estoient par conte .v. mil homes, trestuit montés en bons chevaus, et gardoient le rivage de la mer; et por yaus conduire estoient li bans d’Ongrie et li cuens Marc d’Esclavonie. Que vos diroie je? Por tote cele chevalerie et por tos ciaus que desor li murs estoient ne leisserent Venisiens que il ne ferissent con lor galies a terre. Mes se la fussiés, seignors, bien peüssiés avoir veü proece et passe proece que les Venisiens fesoient, que li un portoit l’eschiéle et la dresoit au mur, et l’autre montoit desor li murs et se conbatoit as Jaratins que desor || li murs estoient, et li autre dusoit la corde et li autre les ancres au mur, et tendoient les cordes tres parmi la voie jusque a lor galies, que li chevaliers ne venissent desor yaus.

[CXIII]

Endementiers que les Venisiens estoient descendus en seche terre et estoient li auquant ja montés desor li murs, s’escrierent li chevalier et lesserent core: et .iij. d’iaus furent si orguilleus que il passerent les cordes, dont il furent abatus et mors tres devant la nef. Lors, biaus seignors, se la fussiés, peüssiés avoir veü venir a la vile les nes ou monseignor li chevetain avoit fait faire les escheles par desus; et les Venisiens estoient desus et gitoient javelos et pieres poignal en la vile. Si fu a celui point debrisee une porte de Jadre que auques pres de la nef estoit; et lors se mistrent les Venisiens dedens la vile et pristrent li murs de totes pars || et chacierent les Jaratins et sa et la parmi les rues. -

[CXIV]

Mes lors quant li bans d’Ongrie et li cuens Marc d’Esclavonie virent la proece des Venisiens, il ne firent autre delaiance fors que il s’en alerent fuiant a tote lor chevalerie et s’en issirent de Jadre parmi Porte Ferie; et lors fu maintenant prise la vile de totes pars. Si envoia mesire Renier Gen, li noble chevetain, la novele a monseignor Jaques Teuples, li haut dus de Venise, que tant en fu liés et joiant, que il ne poroit plus éstre liés de nule autre novelle que a cel tens li fust mandee. Si vos avons conté tot en tel maniere con mesire Renier Gen, li noble chevetain, prist Jadre au tens de monseignor li dus Jaques Teuples: et vos conterai coment Jadre fu partie. Mesire Renier Gen s’en retorna en Venise, a tot le grant host que il avoit condut, et fait tels || euvres con nos vos avons conté sa en ariere; et fu receü mesire Renier Gen de monseignor li dus Jaques Teuples et des Venisiens con il avoit deservi; et Jadre remest en la garde de mesire Michel Moresin, que monseignor li dus li dona la segnorie, et cuens en fist. Et un poi aprés fu departie Jadre et donee a maint preudomes de Venise, que la s’en alerent herberger; mes il ne porent pas sofrir la despense d’estre ileuc et por ce s’en retornerent en Venise. Et li Jaratins crierent merci a monseignor li dus que il lor rendist Jadre et que il seront de lors en avant au comandement de monseignor li dus.

[CXV]

Mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise, fu piteus et debonaire, si dona la vile as Jaratins, et il promistrent au dus que jamés n’en iroient contre Venisiens et ne trepasseroient || li comandement de monseignor li dus. Si me teirai atant de conter des Jaratins, que bien vos en ai conté tote la verité, et vos conterai de la guerre qui fu au tens de monseignor li dus Jaques Teuples et mesire Fedric li enpereor.

[CXVIJ]

Ci endroit dit li contes que monseignor l’apostoile Inocence manda a monseignor li dos Jaques Teup<l>es que il envoiast ses mesages au consile que il voloit fere a Lion. Et monseignor li dus, que totevoies estoit acostumé d’estre au comandement de sainte Yglise, si envoia en mesages mesire Renier Gen et mesire Marin Morisin, et aveuc yaus mesire Johans da Canal. Ces trois mesages murent de Venise et s’en alerent tant que par mer que par terre, que il furent venus au concile. A celui concile estoit || monseignor l’apostoile et li patriarche de Costantinople et arcevesques et evesques et grant partie des perlas de sainte Yglise, mesages dou roi de France et dou roi d’Engleterre, et de maintes terres en estoient mesages. Et monseignor l’apostoile chanta la messe et trestuit li perlas de sainte Yglise estoient aparillés des armes de Jesu Crist.

[CXVII]

Que vos diroie je? Maintes paroles i furent dites ileuc, et de secore la Sainte Terre dela la mer et de secore l’enpire de Costantinople et de aler chascun encontre les Tatars, porce que il manjuent la char humaine. Et aprés i fu dit desor monseignor Fedric li enpereor tantes paroles et d’un et d’autre, que ja la defense dou juge Tadeus, que mesage estoit de l’enpereor, que mult estoit sage home, ne peut si bel respondre ne si bien aponre ne d’une maniere ne d’autre, que || monseignor l’apostoile ne deponist li enpereor de l’enpire et dou regne. Por ce vos ai je retrait cestui fait avant, que je vos vueul conter ce que avint as mesages de Venise au retorner que il fesoient. Sachiés veraiement que il furent retenu en Savoie par li comandement dou cuens de Savoie. Li enpereor fu deponu en .mccxlv. ans.

[CXVIII]

Quant mesire li enpereor, que bien savoit que il estoit deponu de l’enpire et dou roiaume, oï conter que li mesages de Venise estoient pris, si envoia a monseignor li cuens de Savoie sa proiere que il lor donast congié: et li cuens les leissa aler. Et li trois mesages s’en alerent tant, que il furent venus devant li enpereor, si saluerent l’enpereor de par monseignor li dus, et il lor rendi lor salus. Et lors parla mesire Renier Gen et dist:

- Sire, par li comandement de monseignor || li dus nos fumes au concile, et somes mult corociés de ce que est fait, que nos veons apertement la mort et la destrucion de tote la Crestienté. Mes nostre seignor li dus, a cui nos somes, si ot volenté d’estre en pes avec vos et ne veut pas avoir guerre a vos; et se vos homes ont volenté de venir en Venise, il seront bien receüs, et li feront chascun Venesien honor et servise; et nos avons volenté d’avoir pes et bone volenté a vos et a vos homes. -

[CXIX]

- Seignors - ce dit li enpereor -, vos savés apertement, qui fustes au concile, qu’est fait de moi et coment monseignor l’apostoile le peut faire. Vos savés que je amoie mult Venise, et por ce me mervoil je coment il avint que il venirent desor moi et me domagerent si durement. Et je sai bien coment Venisiens ont eü grant bien et portent aveuc yaus grant gaaing de mon regne; || et encore sai ge tot apertement coment ciaus de mon regne ont eü grant gaaing de Venise. Et aprés ce que les Venisiens m’ont domagié, vindrent mercheans de Venise aveuc lor marchandies, si les ai ge bien receüs, et ont eü henor en mon regne. Si est avenu de moi con est de ciaus qui voient la meslee de .ij. chanpions, qui ameront de tote lor volenté que li un d’iaus enporte la victoire. Et ensi avés vos fait de moi: que je amoie Venise: et vos, que chascun jor gaaignés et avés gaaigné et poés gaaigner en mon regne, mult me merveil coment ce fu que vos, qui estes si sages homes, feïstes si grant outrage sans nule achaison desor moi: que je sai bien que vos n’avés rien dou mien, ne je n’ai vers vos nule rien mesfet, ne dou vostre n’ai je riens: et vos feïstes la guerre des Lonbars vostre guerre. Je ai bien entendu ce que || vos avés dit; et se vos me volés autre chose dire, je l’entendrai volentiers, se vos volés, priveement ou autrement; et se vos volés, je vos donrai tractators, qui tractent aveuc vos ce que soit a vostre utilités et a la moie. -

[CXX]

Lors parole mesire Marin Moresin et dist:

- Sire, vos avés bien entendu tot ce que vos a dit mesire Renier Gen, que monseignor li dus ot volenté de estre bien de vos et de avoir vostre grace: que l’en set que li sens acheté vaut plus et est millor que n’est li premier; et un sage home de nostre païs dist que la chose qui est alee si est grant exemple a ce que doit avenir. -

Et quant <a> ce dit, il n’en dist plus.

[CXXI]

Lors parole mesire Johans da Canal et dist:

- Sire, vos avés entendu ces preudomes qui sont devant vos; et je autresi vos di que monseignor li dus et les Venisiens ont volenté de avoir pes || aveuc vos et de avoir vostre grace, que il sont certains que il ont grant gaaing aveuc vos. -

Et dist maintes paroles aveuc celes, que je ne vos conterai pas: anceis veul tenir mon droit conte. Mes monseignor Renier Gen li streinst la main; et mesire li enpereor le vit et comensa a rire et dist:

- Je le savoie bien. -

Et mesire Renier Gen dist:

- Sire, soit vos en remenbrance que, lors quant vos esteés enfant, ciaus qui estoient a vos et devoient estre vos feels tolirent vostre regne, les viles et les chastiaus; et Venisiens qui avoient li pooir plus que nles gens, porce que il estoit vostre roiaume, ne vos firent nul domage. Et encore se garderent li Venisiens plus, que li enpereor Otes voloit doner partie dou regne as Venisiens, se il fussent alés aveuc lui el Regne: et il s’en garderent mult bien. Encore vos di je plus assés, que, || lors quant la guerre fu comenciee entre vos et l’Iglise, la Yglise nos fist proiere que nos aveuc Lonbars venissiens desor vos, et nos voloit doner la dignité dou Roiaume: et nule riens n’en fu faite par Venisiens, que de lors en avant que Henric, canceler de monseignor li dus, fu devant vos, Venisiens se garderent mult bien de plus offendre a vos ne a vostre roiaume. -

Et aprés li dist:

- Sire, je vos pri por Dieu que vos ne recordés jamais plus cele offension que vos firent les Venisiens; et, se il vos plest, soit pes entre nos et vos. -

Et lors dist li enperere:

- Soit de par Dieu! -

Que vos diroie je? Tant firent li nobles mesages, que il retornerent en Venise; si me teirai atant d’iaus, et de ce que il parlerent a Piere de la Vigne et as autres, et tenrai mon droit conte.

[CXXII]

Sachiés, seignors, que au tens || de monseignor li dus Jaques Teuples estoit la guerre de monseignor l’apostoile mult enracinee aveuc li enpereor; et de cele racine estoient les Venisiens si dou tot envolopés, que, conbien il se vosissent oster, si ne s’en poroient il oster: que monseignor li enpereor avoit doné la seignorie de la Marche Tervisane a mesire Ecelin de Roman, que sire estoit a celui tens de Verone et de Visence et de Pave et de Este et de Moncels et de Tervisane tote, fors solement la cité: et monseignor li dus la defendoit encontre li esfors de mesire Ecelins. Et sachiés que son frere charnel de pere et de mere, que l’en apeloit mesire Albric, en estoit sire; et por la proiere de monseignor l’apostoile l’aidoit monseignor li dus, que totevoies, quant mesire Ecelin venoit desor Trevise, li Venisiens s’en aloient en Tervise a mil et a .c., || trestuit armés, et quant mesire Ecelins fesoit fere li domage des bles, et monseignor li dus donoit as Tervisens les vitailles. Et sachiés que Venise en despendi tant de son avoir, que une bone cité n’a tant de moble: que cele guerre qui estoit a celui tens entre les .ij. freres dura grant tens, et chascun an venoit mesire Ecelin a grant host desor Trevise, et totevoies s’en aloient les Venisiens aider Trevise; et defendirent les Venisiens si bien cele vile, que mesire Ecelin de Roman, qui estoit a celui tens si puissant home que il avoit en s’aide tote la partie de l’enpire, ne fu si puissant que il peüst avoir la segnorie de Trevise. Encor veul je que vos sachiés que monseignor Jaques Teuples, li haut dus de Venise, aidoit a tot son pooir la partie de sainte Yglise, por la proiere de monseignor l’apostoile, et tant || fist, et il et tos les Venisiens avec lui, que monseignor l’apostoile fu bien de Venise; et totevoies, en tos leus ou sainte Yglise avoit besoing de Venise, monseignor li dus li donoit secors. Et sachiés que je ne veul pas oblier ce que monseignor li dus fist as Pavens: que monseignor li enperere, lors quant il comensa la guerre a l’apostoile, il conduist si grant planté de paiens en Lonbardie et en la Marche, que il en fist garnir totes les forteresses; et sachiés, seignors, que mesire Ecelins en avoit en la Marche Trevisane grant planté. Il avoit par maintes fois requis pes a monseignor li dus, mes il ne la peut avoir: et quant mesire Ecelins voit que en nule maniere ne peut avoir pes as Venisiens, si en fu mult corociés.

[CXXIII]

|| Tant porpensa mesire Ecelin desor Venise, que bien li fu avis que il la poroit mult domager; et lors envoia querre grant planté des Sarazins. Et il vindrent devant lui, et il eslut un crestien et li dist:

- Vos vos en irés jusque a Saint Ylar, et aveuc vos iront ces homes: et faites ileuc un chastel: et quant vos l’aurés fait fort et defensable, si donés domage as Venisiens. -

Lors s’en ala celui chevetein a Saint Ylar, et aveuc lui les paiens, et firent ileuc un chastiau desor l’iglise; et avoient un clocher mult grant et mult defensable, que il mistrent en lor porpris. Sachés, seignors, que celui chastel que Pavens firent fu fait desor une maison de religion: si chacerent d’ileuc li abés, a tos li moines. Et quant il furent a eise, il comencierent domager les Venisiens; et venoient come laron, et la ou il trovoient les pescheors de Venise, si pernoient et un et autre; et se li pescheors se voloient || raanbre, si lor fesoit mestier doner dou sal, que Pavens en avoient grant soufraite.

[CXXIV]

Quant monseignor li dus Jaques Teuples ot un poi sofert cel outrage que Pavens lor fessoient faire, si envoia son fis, mesire Johans Teuples, cele part, a petite conpagnie de Venisiens. Li chastel que Pavens avoient fait desor l’iglise de Saint Ylar estoit en un apantis et desor un flum, et en seche terre tenoit li chief devers Pave. Mes lors quant li Venisiens furent ileuc venus, si demanderent li chastel et que il se rendissent por lor vies sauver; et il furent si orguilleus, que il desfendirent li chastel encontre li esfors des Venisiens. Lors furent asaillis: si fu pris erraument li chastel; mes li Sarazins qui estoient montés desur li clocher apristrent a voler, que Venisiens mistrent li feu en la porte dou clochier et la firent ardoir, maugré || li Sarazins que desus estoient; et puis firent li Venisiens la fumee dedens li clocher, dont li paiens apristrent a voler: que il se geterent de li somet dou clochier a terre, si furent debrisés et maubaillis, que li clochier estoit mult haut et mult defensable.

[CXXV]

Ensi con je vos ai conté fist monseignor li dus Jaques Teuples abatre li orgueil de Pavens, qui avoient apris a derober les pescheors. Que vos diroie je? Se ne fust que monseignor li dus Jaques Teuples gardoit as rentes que avoient les Venisiens en Pavene, il auroit fait metre a cenis jusque a la cité, en tel maniere que ja n’en auroit chanté ne coc ne geline: mes il remest porce que je vos ai dit.

[CXXVI]

Au tens meesme de monseignor li dus Jaques Teuples, firent Pisans un poi d’outrage as Venisiens; et monseignor li dus, selonc sa costume, arma une || nef et .iij. galies, por garder la mer: et mesire Domenche Sanus en estoit chevetain. Il issi de Venise et s’en ala tant parmi la mer, que il fu venus a une ysle que l’en apele Stimpalee, a tote sa conpagnie. Et lors avint par aventure que les .iij. galies de Pisans que li outrage avoient fait as Venisiens trespassoient d’ileuc; et mesire Domenche Sanus se mist aprés. Lors fu la chace de .iij. galies parmi .iij.: Pisans fuient et Venisiens les chacent: mes il ne porent tant fuir que les Venisiens ne preissent .ij. a tos les homes; et la tierce s’en ala ferir en terre. Et lors furent conduit en Venise, et li consle d’Acre aveuc yaus; et furent en prison, selonc costume de guerre.

[CXXVII]

Mult fu preus et sage et vigoreus et ploin de victoire mesire Jaques Teuples, li haut dus de Venise, que en tos leus ou il || avoit esté devant que il fust dus avoit il eü la victoire desor ses enemis; et de lors en avant que il fu dus tint il si bien son ducat, conbien que il ot grant guerre, que il en ot la victoire en tos leus, ensi con je vos ai conté sa en ariere: que en tos leus ou il envoia ses chevetains, et les Venisiens aveuc, il enporterent la victoire. Et il meesme, qui s’en ala au servise de sainte Yglise a Feraire, enporta la victoire tot en tel maniere con je vos ai conté sa en ariere. Il acheva totes ses guerres, et fu tant en ducat que il vint mult veaus home: et porce que il estoit si veaus, refusa il le ducat au peuple de Venise. Si me teirai atant de lui et vos conterai de mesire Marin Moresin, qui fu esleüs dus de Venise.

[CXXVIII]

Or dit li contes, et la veraie estoire des Venisiens le tesmoi||gne, que mesire Marin Moresin fu esleüs dus de Venise aprés ce que mesire Jaques Teuples refusa le ducat. Et au voir conter, un poi aprés que mesire Marin Moresin fu dus, trepassa dou siecle mesire Jaques Teuples et fu enfoïs a Freres prescheors. Et li noble dus mesire Marin Moresin esprova si bien sa nobilité, que, de tant con il duca, fu Venise planteurose a doble de vitaille et de tos biens: de joie et de leece furent ploins les Venisiens: chascun home de Venise, auci li riche con li povre, aloient amendant de lor avoir. Mesire Marin Moresin fu si gracieus, que il usa sa vie sans guerre; nul ne l’osa asaillir de guerre: sa navie aloit dela la mer et en tos leus sans garde de galies: il avoit pes a tos. La mer estoit a son tens vuidee de robeors et les Venisiens condusoient les marchandies || en Venise et marchans de tos païs venoient en Venise, qui achetoient les marchandies de totes manieres et les condusoient en lor païs. Et sachiés que a maintenir Venise sans guerre au tens de monseignor li dus Marin Moresin fu la premiere achaison la victoire que mesire Jaques Teuples ot desor trestos ses enemis; et nus n’osa asaillir Venisiens de guerre au tens dou haut dus mesire Marin Moresin.

[CXXIX]

Or veul je que vos sachiés que mesire Marin More sin porchassa tant entor monseignor l’apostoile par ses proeces, que monseignor l’apostoile dona de sa grace au premecier de monseignor saint Marc - ce est au maistre chapelain de l’iglise - que au tens de monseignor Marin Moresin, li noble dus, le fist porter mitre premierement: et porteront a tos||jors mes tos ciaus qui seront maistres chapelains. Si me teirai atant de mesire Marin Moresin, que il morut en petit de tens, et vos conterai de mesire Renier Gen, qui fu eleüs dus de Venise aprés la mort de lui.

[CXXX]

Or dit li contes que aprés la mort de mesire Marin Moresin, li noble dus, fu esleüs dus de Venise mesire Renier Gen. Et sachés que a celui tens que il fu esleü dus il n’estoit pas en Venise, anceis estoit en la Marche d’Ancone, poestés en une vile que l’en apelle Ferme. Mes lors quant il fu esleüs dus de Venise, les Venisiens eslurent .xij. gentils homes, estrais de haut lignages des Venisiens, por mesages, et lor donerent .iiij. galies mult bien garnies des preudomes de Venise, et fu chevetein desor tos mesire Marc Zians, li fis de mesi||re Piere Zians, qui fu dus de Venise. Il murent de Venise en lor nes mult richement aparillees et s’en alerent a l’encontre et firent si grant joie et si grant feste de sa venue, que ce seroit merveille dou conter. Mesire Renier Gen venoit totevoies que par mer que par terre et Venisiens aloient a l’encontre, et tant que il s’entrecontrerent: si fu la joie grant et la feste mervilleuse; et au mostier dou saint Esperit encontra il la maistre nef de Venisiens, ou dedens estoit la gentilesse de Venise. Et lors entra mesire Renier Gen en la maistre nef et a tel conpagnie, con de la gentilesse de Venise et con li peuple venisiens, s’en vint en Venise; et encontre sa venue vint li evesque de Venise, a tote la clergie; et tant, que il fu conduit en l’iglise de monseignor saint Marc: et tres devant l’autel fu il dus de Venise, aprés ce que il ot juré || li sairement, tot enci con il li fu devisé; et puis fu conduit el maistre palés.

[CXXXI]

Tot en tel maniere con je vos ai conté fu mesire Renier Gen fait dus de Venise, et tint le noble ducat a grant joie et a grant feste. Et un poi aprés que il fu fait dus de Venise firent li nobles Venisiens fere les loges enmi la place de monseignor saint Marc, qui est orendroit la plus bele place qui soit en tot li monde: que devers li soleil levant est la plus bele yglise qui soit el monde, c’est l’yglise de monseignor saint Marc, et delés cele yglise est li paleis de monseignor li dus, grant et biaus a mervoilles, et de l’autre les si sont les maistres chapelains et devers midi est li chief de la place desor l’eive; et delés cele place est li palés de monseignor li dus, et de l’autre les sont li pa||lés et biau recet por herberger menues gens; et tienent ciaus palés jusque au clocher de monseignor saint Marc, qui est si grant et si haut, que l’en ne poroit trover son pareil; et ileuc est un hospital que madame la duchoise fist faire por herbergier malades: et les herbergent chascun jor, et l’apele l’en li «Ospital de monseignor saint Marc».

[CXXXII]

Delés celui hospital sont li palés des nobles tresoriers que Venisiens apelent «procurators de monseignor saint Marc»; et delés lor meison sont li palés por herbergier gentils homes. Et tienent ciaus palés mult loing desus la place jusque a une yglise, et de l’autre les, devers tramontane, sont palés por herbergier haus barons et gentils homes: si durent ciaus palés jusque a l’iglise de monseignor saint Marc, tres desus la place, que mult est longue et lee. Enci || con je vos ai conté sa en ariere, les loges furent dreciees en cele place et furent totes covertes de dras de soie, et la place fu coverte autresi. Et lors monterent dames et damoiselles as loges, et par trestos il palés environ la place se mistrent dames et damoiselles as fenestres; et monseignor li dus i fu venus as poies de l’iglise de monseignor saint Marc, et aveuc lui la nobilités de Venise; et li peuple venesiens estoient en la place. Atant, evos venir .ij. fis de dus: mesire Laurens Teuples fu li un, et l’autre mesire Marc Zians. Mesire Laurens estoit maistre desor tos et ne portoit pas armes, mes mesire Marc Zians estoit armés de totes armes et avoit en sa conpagnie maint chevalier, trestuit bien montés et armés de totes armes. Et sachiés que aprés lui || vint un’autre conpagnie de chevaliers, trestuit bien montés et armés mult richement. Lors comencierent les jostes tres devant les dames; et se la fusiés, seignors, peüssiés avoir veü maint beaus cos de lance. Et mesire Marc Zians la fist si bien, que mult fait a Ioer: il ne refusa cos de Aleman ne de Lonbars ne de ciaus de Friul, que maint chevaliers i furent ileuc; et la chevalerie de Istre josterent mult bel. Ciaus se tindrent a une part, et Lonbars et Tervisens et ciaus de Friul a l’autre; et maint gentils homes de Venise josterent mult bel et mult i briserent lances a grant planté. Si tindrent cele cort et cele feste par maint jors, et chascun jor estoit mesire Marc Zians; mais mesire Laurens Teuples ne porta armes, anceis estoit maistre et sire desor tos, et s’en aloit parmi || la place totevoies chevauchant la ou li besoing estoit.

[CXXXIII]

Quant la feste fu faillie, si s’en alerent li chevalier chascun en son païs, mes tes i fu d’iaus qui senti se la terre estoit ou seche ou mole. Mult ama mesire Marc Zians l’ordre de chevalerie: et en celui an meesme que il devoit estre chevalier, il morut: que ce fu grant domage. Il avoit a feme la fille de monseignor li marquis d’Este; et sachiés que mesire Marc Zians morut sans hoir; et aprés ce que il dona une partie dou sien as Freres menors et as Precheors et as autres religions et as veves dames et as orfenins et as autres povres, il dona le remanant a sa seror, madame Marquesine, la feme de mesire Marc Badoers; et fu enfoïs dejoste la porte des Freres menors. Si me teirai atant de lui, et vos || conterai de monseignor l’apostoile.

[CXXXIV]

En ceste partie dit li contes que, en l’an de l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mcclvj.; ans, monseignor l’apostoile envoia en Venise a monseignor li dus Renier Gen un alegat, ce fu mesire Felipe, li arcevesque de Ravene. Et quant celui arcevesque fu venu devant li dus, si Ii dona la chartre de sa legacion et le salua de par monseignor l’apostoile: et mesire li dus la resut a grant devocion. Un dimenche chanta li arcevesque la messe desor l’autel de monseignor saint Marc, et a cele messe fu monseignor li dus, li patriarche d’Aulee, li evesque de Venise, li evesque de Feraire, li evesque de Tervise, li evesque de Caurel, li evesque de Exul, li evesque de Torcel, li evesque de Cités || Nove, li evesque de Cluge, et maint abés et maint prelas, trestuit li clers de Venise, aveuc lor peuple et aveuc les dames, et lor crois d’argent devant yaus, Freres menars et Freres precheors, et totes religions, lor crois devant yaus.

[CXXXV]

Aprés la messe s’en vindrent trestuit hors de l’iglise et monterent li prelas desor une bretresche, trestuit parés, lor mitres sor lor testes. Et monseignor li dus monta desor une bretresche; et lors comensa monseignor li arcevesque a prescher la crois et dist maint biaus essamples qui apartienent a la crois; et aprés dist que monseignor l’apostoile l’avoit envoié en Venise a monseignor li dus et au peuple venisiens, et lor mandoit la crois; et que se il fussent fis de sainte Yglise, que il la preïssent et fussent asolus, trestos ciaus que la crois prendront, de tos lor pe||chiés, se il s’en alassent ou mandassent del lor avoir desor Pave por oster la as mains de celui Ecelin, que monseignor l’apostoile avoit escomenjé, et l’avoit fait esprové que il n’estoit parfis en la loi de Damedieu et de sainte Yglise.

[CXXXVI]

Quant monseignor li arcevesque ot finé son dit, mesire Renier Gen, li noble dus de Venise, parole et dist a son peuple:

- Seignors, mesire l’apostoile nos a envoié sa grace et sa beneison et la sainte crois, et si la nos a aportee tel persone con l’en sait par tot, li quels est mesire li arcevesque de Ravene, que est un des grans menbres de sainte Yglise; et de l’autre part il est estrait de si haut lignage, que mult fait a Ioer sa gentilesse; et puis est si preudome de son cors et si sage, que en tos leus le peut l’en apariller a preudome et a sage. Il || nos a mostré li besoing de sainte Yglise et nos dit de par monseignor l’apostoile que li besoing est grant et que par nos peut estre amendés. Dont je vos pri que par vos soit secorue sainte Yglise, enci con vos estes acostumés de secore la; et soient faites tels euvres cori vos feïstes a Feraire au servise de sainte Yglise et con firent vos ancestres a Sur et par tote la Surie et con il firent a Costantinople au servise de sainte Yglise. Et je vos donrai la navie, les armes, les vitailles, les aubalestres et totes autres choses que mestier vos seront, a la despense de Venise; et vos donrai tel chevetain que bien vos saura conduire. -

[CXXXVII]

Lors quant monseignor ti dus ot finé son dit, pristrent la crois trestuit li haus homes de Venise, et aprés yaus trestot li peuple venisiens. Quant la || crois fu prise et mise avant, et li parlement fu finés, si descendi monseignor li dus de la bretresche et li prelas descendirent et s’en alerent chascun a son repaire. Et monseignor li dus fist apariller un grant host et lor dona por chevetain mesire Thomasin Justiniens, preudome et sage a mervoilles et estrait de haut lignage: et bien fu aparissant a ses euvres. A cel tens estoient fuïs hors de Pave une grant conpagnie d’omes: il eslurent por yaus governer mesire Marc Courin, preudome et sage et estrait de haut lignage. Et quant li Pavens eslurent mesire Marc Courin por yaus governer, si li promistrent la poesterie de Pave, se Damedés les meïst en saisine de la vile.

[CXXXVIII]

Que vos diroie je? Mesire li arcevesques entra en une nef, et aveuc lui mult grant peuple; et najerent tant, que il furent || venus en Pavene, et s’en issirent en seche terre, aparillés de lor armes. Trevisens i furent une belle conpagnie, Pavens i furent a bele conpagnie, Ferarés i furent assés, Visentins i furent petite conpagnie. Et lors quant il furent en seche terre, monseignor li arcevesques eslut mesire Marc Badoer sire et maistre desor tot l’ost; et monseignor li dus fist apariller en Venise trestos li peuple venisiens comunement por doner lor secors, se il en avoient mestier; et lor mandoit totevoies la vitaille et les armes et totes les choses que mestier lor estoit. Mesire Thomasin Justiniens fist apariller .m. aubalestres que monseignor li dus li avoit doné et li autres Venisiens que il avoit a governer, et pristrent un pont et une tor mult defensable; et ce fist il a l’ai||de des autres gens que aveuc les Venisiens estoient.

[CXXXIX]

A l’endemain, aprés li soleil levé, furent a consoil et s’acorderent de aler s’en a la vile. Il n’avoient ileuc chars ne charetes ne somiers por porter lor armes et lor hernois, et n’avoient pas en lor conpagnie .c. chevaliers; et neporquant il murent d’ileuc a totes lor armes et se mistrent el chemin, et errerent tant, armés de totes armes, que il furent venus un poi devant li vespre a Pave. Il ne firent autre delaiance fors que il asaillirent li borc de Pave; et fu tel l’aventure, que il pristrent li borc, et s’en alerent asaillir la vile. Si fu la bataille dure et aspre; ciaus dedens se defendirent mult bien, si ne la porent pas prendre, que la nuit vint oscure, et Venisiens estoient travaillés, et les autres gens || aveuc, que il avoient li jor erré .x. ligues engloiches, armés de lor armes.

[CXL]

Quant il orent doné li assaut a la vile et orent failli a prendre la, il envoierent la novele a monseignor li dus et se herbergerent dedens li borc de Pave. A l’endemain se leverent et un et autre, et mesire Marc Badoer, que sire et maistre governere estoit desor tos, comande que maintenant soit la vile asaillie. Lors, se la fussiés, seignors, peüssiés avoir veü preudomes asaillir la vile de totes pars: si fu la bataille comenciee dure et aspre; ciaus de la vile se defendoient mult bel, mes li aubalestriers de Venise getoient sovent et menu li quarels et si espessement, que ciaus dedens n’osoient metre lor visages as murs por defendre la vile. Et lor fu mis || li feu dedens la porte: et quant cil dedens virent ce, il abatirent l’einseigne desor li mur a la terre et se mistrent trestuit en fuie; et les Venisiens et l’autre gent monterent desor li murs et pristrent la vile de totes pars: si entrerent trestuit dedens parmi la porte. Fuiant s’en vet mesire Anceÿs, que Pave avoit a garder a tote sa conpagnie, et mesire Felipe li arcevesque se mist dedens; et lors fu mesire Marc Courin poestés de Pave, tot ensi con Pavens li avoient promis.

[CXLI]

Quant la novelle fu seüe en Venise, si fu la joie grant et mervilleuse; et ne fu pas .viiij. jors que trestuit li chastiaus de Pavene se rendirent a monseignor li arcevesque et as Venisiens, et il i mistrent bones gardes. Sachiés, seignors, que il ne fu || pas un mois passé que mesire Ecelins s’en retorna de la ou il estoit alés a host: que lors quant il oï la novelle que prise estoit Pave, il fu corociés a desmesure et leissa tos besoing et s’en vint en Verone. Il avoit en sa conpagnie .xj. mil Pavens, si les fist maintenant prendre et geter en chartre, dont il morurent ileuc les .vj. parties. Et quant il ot ce fait, il s’en vint a host bandie desor Pave, non pas come home esiliés, mes con prince terre tenant. || avoit en sa conpagnie .iiij. mil chevaliers, trestuit a chevaus covers, et .iij. mil chevaliers et plus, mult bien montés: sans les homes a pié. Il ne fist autre delaiance fors que il s’en vint a tote sa conpagnie jusque desor li fossés dou porpris de la vile, trestuit aparillés de bataille. Ileuc dedens cele vile s’estoit ja mis li patriarche d’Aulee, a mult belle conpagnie || de sa chevalerie, et monseignor li marquis de Este, a grant conpagnie de chevaliers, et mesire Biaquin da Camin, a belle conpagnie de ciaus de sa contree: Venisiens estoient en saisine de totes les forteresses de la vile, dedens et dehors.

[CXLII]

Que vos diroie je? Mesire Ecelin se mist environ, et atendoit que ciaus dedens issisent hors por la bataille comencier. Mes monseignor Renier Gen, li haut dus de Venise, manda a ciaus qui en saisine estoient de Pave que il la gardassent sans issir hors et lessasent aler mesire Ecelin dehors a sa volenté,

- que, puisque il verra que il ne pora riens gaaigner, il s’en retornera ariere. Gardés bien la vile que vos avés gaaignee et ne metés vos cors ne la vile en aventure, que il ne pora longuement demorer ileuc a tel conpagnie con il a amenee. -

Et quant cil qui || en saisine estoient de Pave oïrent ce que monseignor li dus lor mandoit, il distrent que tot ensi con monseignor li dus lor mandoit, le feront il; et ja ne sofrirent que nus ississent hors, ains garderent bien la vile que il avoient gaaignee. Et quant mesire Ecelins voit que il musoit ileuc por noiant, il s’en retorna ariere corociés et ploin de mautalant, et porpensa que il s’en vengeroit en autre leus; et lors s’en ala, por venger son mautalant, desor une vile que l’en apelle Brisse et comensa la guerre encontre les Brissans. Cde vile avoit estee jusque a celui tens de la partie de sainte Yglise et si en avoit receü si grant domage, que il seroit mult grevose chose le conter: que li enpereres meesme i mist son siege et li dona maintes batailles: et neporquant, quant il vit que il musoit environ Brisse por noiant, il fist li siege d’environ. || Que vos diroie je? Mult furent les Brissans a celui tens parfis au servise de sainte Yglise et furent preus et hardis por defendre lor vile; mes a celui tens que mesire Ecelin s’en ala desor Brisse a host aprés ce que il ot perdu Pave, il furent si avugles que il ne conurent li bien dou mal. Il avoient en lor conpagnie tote la chevalerie d’une vile que l’en apelle Mantoe, et li peuple aveuc; il avoient por yaus governer celui alegat meesme qui prist Pave en la conpagnie des Venisiens et avoit leissee Pave a garder as Venisiens.

[CXLIII]

Quant celui alegat, qui l’en apeloit mesire Felipe, que arcevesque estoit de Ravene, ot assenblé son host por encontrer mesire Ecelin qui venoit a host desor Brisse, il fu traïs et pris et doné a celui Ecelin que il avoit tant guerroié: et li fu donee Brisse, que il estoit venus por defendre la: || dont ciaus Brissans en firent tel marché, que il en perdirent a cent dobles. Et quant mesire Ecelin de Roman fu en saisine de Brisse, il comensa a faire si grant juise des Brissans con il avoit fait en la Marche Trevisane, et encore plus aspre venjance; et quant il fu en saisine dou cors meesme de l’alegat, il le fist mult bien garder come prison. Endementiers que mesire Ecelin estoit en saisine de cele vile, avint que son frere mesire Albric se tint a lui et li dona Trevise. Et sachiés que il avoit gardee por sainte Yglise .xvij. ans et plus, et avoit fait si felenesse justise en Trevise con de faire trenchier testes et piés et mains, et de trenchier mamelles et nes a femes et de abatre tors et maisons a terre: et disoit que ce fesoit il as traitors de sainte Yglise: et mesire Ecelin faisoit faire autretel, et disoit || que ce fesoit il as traitors de la corone.

[CXLIV]

Quant li .ij. freres furent acordés, il comencierent andeus la guerre encontre sainte Yglise; et mult furent esbaïs ciaus de la partie de sainte Yglise aprés ce que Brisse fu rendue a mesire Ecelin. Mes de Trevise ne furent il a maleise ne corociés, que il n’avoient onques eü ferme creance que mesire Albric fust de la partiè de sainte Yglise: entre deus le tenoient. Se mesire Albric avoit esté orguilleus et cruel devant, il fu aprés assés pis. Quant monseignor l’apostoile sot l’aventure que pris estoit li arcevesque de Ravene, il en fu mult dolent et mult corociés, et dist a ses clers.

- Sachiés que ce celui Ecelin vit longuement, il honira la Crestienté. -

Et lors eslut un arcevesque de Borgoigne et li dona la legacion || en leu de l’arcevesque de Ravene, et li dist:

- Alés vos ent en Venise et en Lonbardie, et donés la crois as Venisiens et as Lonbars, et que il facent tant por sainte Yglise, que li orgueil des .ij. freres soit abatus. -

Que vos diroie je? Celui arcevesque fist li comandement de monseignor l’apostoile et s’en vint en Venise et prescha la crois, et dist a mesire Renier Gen, li haut dus de Venise:

- Sire, monseignor l’apostoile vos salue et vos mande sa grace et sa beneison. Il vos prie, con celui que il tient por fil et defendeor de sainte Yglise, que par vos et par les Venisiens soit secorue sainte Yglise et que a ciaus escomunjés et renoiés soit abatu lor orgueil. Et sachent bien, tos ciaus qui iront ou manderont dou leur au servise de sainte Yglise, que il || sont beneois et asolus et lavés de tos lor pechiés. -

[CXLV]

Quant mesire li arcevesque de Borgoigne ot finé son parlement, monseignor Renier Gen, li noble dus, dist au peuple venisiens:

- Seignors, je vueil que vos sachés que monseignor l’apostoile nos a envoié tel persone con vos veés apartement: il est arcevesque de Borgoigne et est estrait de haut lignage et est preudome et sage et de sainte vie. Vos savés apertement les euvres de Ecelin et de Albric son frere con elles sont mauveses: que certes il ne se puet tenir por crestien celui qui ne met cuer et volenté et euvres por abatte li orgueil que il ont, que il ne sont pas homes, anceis sont henemis issus d’enfer. Dont je di devant vos tos que seürement se mette mesire li arcevesques avant || por abatre li orgueil de ciaus. .ij. henemis, que je li promet por moi et por vos tos que il nos trovera aparillés de totes armes au servise de sainte Yglise, ensi con nos somes acostumés; et en sera fait par nos tels euvres, que Ecelin et Albric son frere auront assés dou sostenir. Je vos pri que vos prenés la crois et en faites tes euvres au servise de sainte Yglise con vos ancestres firent dela la mer es parties de Jerusalem et en Romanie, et vos meesmes feïstes a Feraire et a Pave. Vos veés que vostre servise fait mestier a sainte Yglise por abatte li orgueil de ciaus .ij. freres, qui sont pis que Sarazins: et tot ce que je ai promis a sainte Yglise soit loé par vos! -

Et lors escrierent li peuple venisiens tuit a une vois et distrent:

- Ensi soit con vos le dites! -

[CXLVI]

|| Mult fu liés mesire li arcevesque de ce que li fu promis que de monseignor li dus que dou peuple venisiens, et mult s’en tint bien apaiés et dona sa beneison a tos ciaus que ileuc estoient venus. Et lors s’en alerent li clers de Venise et enporterent les crois: que tot en tel maniere estoient venus li peuple venisiens les crois devant yaus, con il vindrent lor quant mesire Felipe, li arcevesque de Ravene, vint en Venise, lors quant il pristrent Pave. A tant fu li Parlement departis, si s’en ala chascun en sa maison; et monseignor li arcevesque sejorna mult petit en Venise, anceis s’en ala en Lonbardie por assenbler grant conpagnie de chevaliers, por abatre li orgueil des .ij. freres.

[CXLVII]

Quant li arcevesque de Borgoigne que alegat estoit || de par monseignor l’apostoile fu en Lonbardie venus, mesire Ecelin se parti de Brisse en la conpagnie de ses amis. Et sachiés certainement que il ne mena aveuc lui nul home a pié, ains furent trestuit chevaliers; et s’en aloit vers Milan, que une partie de ciaus de Milan li avoient promis de doner Milan, et il s’en aloit por estre en saisine de la vile. Et lors quant li marquis d’Este et li marquis Pelevoisin et mesire Bois de Dovaire oïrent la novelle que il s’en aloit por avoir Milan, il ne furent pas a eise, ains furent corociés a desmesure et distrent que il ne li soufriront pas que il soit en saisine de Milan: et lors manderent lor amis. Cremonés i vindrent et Mantoans et Ferarés; et quant il furent assenblés, il se mistrent aprés mesire Ecelin; et quant Milanés orent || espié que il estoient traïs, il saillirent as armes et garderent mult bien la vile.

[CXLVIII]

Lors quant mesire Ecelin voit que il avoit failli a entrer dedens Milan et voit que ses enemis estoient auques pres de lui et que il ne pooit passer sans meslee, il fu esbaï durement et dist que il avoit trop coru; et lors se mist a la voie, entre lui et sa conpagnie, por passer tres devant ses enemis. Et se aucun venist avant qui me vosist demander en quel leu mesire Ecelin estoit quant il voloit passer, je lor respondrai que il estoit entre Bergam et Cassien. Ensi esbaï con je vos cont s’en aloit, et aveuc lui tote sa chevalerie, por passer et metre lor cors a sauveté; et neporquant li passage li fu aspre et enieus, que il fu feru d’un carel parmi la jambe. Et lors quant il se senti ferus, il demande a ciaus que aveuc lui || chevauchoient coment avoit non li leus ou il estoient; et il distrent:

- Sire, ce leu apelle l’en Cassien. -

Et lors cotnensa mesire Ecelin a dire:

- Bassien, Cassien; Bassien, Cassien. -

Et quant il ot par maintes fois dit «Bassien, Cassien», il dist:

- Petite diference est entre Cassien et Bassien. -

Et se aucun venist avant qui me demandast porcoi il disoit «Bassien, Cassien», je lor respondrai que un estrolomien li avoit dit que il devoit morir en Bassien; et por ce dist il que petite diference estoit entre Bassien et Cassien, que il veoit venir aprés lui ses henemis, Cremonés et Mantoans et Ferarés; et il et ses amis fuioient totevoies vers Brisse.

[CXLIX]

<E>ndementiers que la chace fu comenciee, chaï mesire Ecelin a terre a tot son cheval, et ileuc fu feru parmi la teste || et pris et conduit au pavillon de mesire Bois de Dovaire. Et quant andeus li marquis et mesire Bois oïrent la novele que pris estoit mesire Ecelin, il furent tant liés et tant joios, que a lor tens n’orent si grant joie; et lors fu la chace remese, puisque il orent pris celui que tot li mau fesoit. En tel maniere con je vos ai conté fu pris mesire Ecelin: que por lui et por sa mauvese seignorie furent ocis presque tos li haus homes de la Marche Trevisane. Si furent entre jugiés et ocis et mors plus de .xl. mille, que homes que femes que petis enfans, que gastés de lor menbres: si fu plus cruel que Faraon ne Herodes. Que vos diroie je? Mesire Ecelin fu pris, et estoit navrés a mort; mes anceis que il morust, fu il semons de prendre penitance, que por Freres menors que por Precheors || que por autres religions: et il dist que il n’avoit autre pechié que regehir fors solement ce, que il n’avoit pris venjance de ses henemis et que il n’avoit bien conduit sa gent, et de ce que il s’avoit leissé engigner, dont il estoit pris. Que vos diroie je? Mesire Ecelin morut en prison de monseignor li marquis d’Este et de mesire Ubert li marquis Poilevoisin et de mesire Bois de Dovaire, et fu enfoïs a un chastel que l’en apelle Soncin.

[CL]

Quant la novelle fu espandue parmi Lonbardie et par tote Ytaire que mort estoit mesire Ecelin, assés en fu faite grant joie et grant feste; mes Venisiens en firent si grant joie et si grant feste, que bien fait a mantevoir en conte. Les cloches sonerent par tote Venise ensi con il sont acostumés de soner as || festes des sains, et la nuit aprés monterent li clers desor li clochiers et alumerent cierges et tortis par tos li clochers et firent si grant luminaire et si grant soner des cloches, que ce fu une grant mervoile de veoir et de oïr. Et se Venisiens firent joie et feste de la mort de mesire Ecelin, ce fu a droit, que il avoit eü les rentes des religions de Venise et des Venisiens que il ont en Pavene, dou tens que mesire Fedric li enpereor li dona la seignorie de la Marche Trevisane et ce fu en l’incarnacion de nostre seignor Jesu Crist .mccxxxvj. jusque a sa mort.

[CLI]

Que vos diroie je? Maintenant que la novele fu venue en Venise, mesire Renier Gen, li noble dus, dona l’enseigne de monseignor saint Marc a mesire Marc Badoer et le fist chevetain. Et lors s’en ala mesire Marc Badoer a Trevise, et aveuc lui grant || conpagnie de Venisiens. Et lors quant il furent venus a la vile, ja s’en estoit mesire Albric fuïs hors, et aveuc lui sa feme et ses enfans, et s’estoient mis dedens un chastel mult fort et mult defensable, que l’en apeloit Saint Genon. Et lors demanda mesire Marc Badoer, li chevetain des Venisiens, la vile as Trevisens de par monseignor li dus, et que il n’avoient garde de nului; et rendirent Trevise erraument a mesire Marc Badoer et firent de lui lor poesté. Et quant il fu poesté de Trevise, il s’en ala a host au chastel ou mesire Albric estoit et li demanda li chastel: mes il fu si orguileus, que il ne li dona pas. Et lors mist mesire la poesté li siege environ, et fu tant ileuc, que la vitaille falli a ciaus dedens: et neporquant il defendirent si bien li leus a tos assaus que li Trevisens lor donoient, que ce estoit mervoilles. Que vos diroie je? Il avint que mesire Marc Courin, que a celui tens estoit poesté || de Pave, et mesire li marquis d’Este et ciaus de Viscence, a grant conpagnie, vindrent au chastel; et lors quant cil dedens virent ce, il porchacerent tant que cil dehors les afierent: et fu en tel maniere, que il s’en iront tos a sauveté, fors mesire Albric et sa feme et ses enfans et son juge. Et maintenant fu rendu li chastel; et mesire Albric et sa feme et ses enfans et son juge monterent desor la tor: et ce fu por noiant, que se mainee meesme les dona a ciaus dehors. Que vos diroe je? Quant il furent pris, ciaus a cui il avoient forfait n’atendirent pas jugement, ains mistrent main a lor espees et firent la justise: et fu mesire Albric detrenchié et ses enfans et son juge, et sa feme et sa fille fu arse, et une soe fille de hast ardirent Trevisens .ij. ans aprés. En tel maniere con je vos ai conté fu destrut <li> lignage de Ecelin aprés sa mort, que ja ne remest nului en vie; si me teirai atant d’iaus et vos conterai des Venisiens.