RIALFrI

Daniele Deloc da Cremona, Le livre de Moamin, 1249-1272

Moamin et Ghatrif. Traités de fauconnerie et des chiens de chasse, édition princeps de la version franco-italienne avec trois planches hors texte, par Håkan Tjerneld, Stockholm-Paris, Éditions C.E. Fritze-Librairie J. Thiébaud, 1945 («Studia Romanica Holmiensia», 1).

Manoscritto: Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, gall. app. 14, ff. 85r-107v (XIV sec.)

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

Indice dell'opera    

 

[1] Et comence li premiers volums de cestui livre qi traite de oissieax de rapine et est divisez en trois traitiez, dont chascuns par speciax chapitres.

[2] Or sachieç, seignor chevalier qi il deduit des oisseax de rapine vox delitez, qe en cest premier volume de nostre livre poez aprendre qatres manieres des oisseax qe vivent de rapine, et en celes qatres manieres se continent qatorze specialité d’eax, le qele maniere e le qele specialité sunt divisee chaschune par soi sout speciele rubrice. [3] Et aprez ce poroiz aprendre la noriture de petitez oisseax de rapine, qant l’en le prent es niuz e les tolt a les meres, e comant vos la devez chamgier pou e pou selonc ce q’il vont croissant et amendant en forçez, et est ce divisé en qatres manieres, dont chaschune est divisee apertemant par soi soutz sa speciele rubrice. [4] Et aprés ce poroiz aprendre a conoistre la bonté e la mauveistié des oisseax de rapine par certes et specieax enseignes, notees et esprovees en els par les notres sages ancieins qi en ce mistrent lor cure et lor delit, [5] et meememant par mon seignor, l’empereor Freiri, qi a emender ceste euvre se traivaila mout et i mist grande cure, cum cil qi plus en savoit et plus s’i delitoit qe nuils autres princes qe onqes eust enpire ni terre a governer, [6] et par mon seignor autresi, li roi Henri de Sardeigne, qi au meemes maine empereor Freiri fu filz e qi selonc la auteçe dou lignage, noble sor toz autres nobles lignages, dont il fu estreit et nez, fu entechiez parfitemant de totes nobles teches qi en haut et noble prince deüsent estre. [7] Et de ce li portent ferm garant tuit cil qi onqes le virent et tuit cil qi onqes oïrent parler de sa bonaireité, de sa franchise, de sa pleniere largeçe, de sa grant cortoisie, de sa noble valor e de sa mervelleuse proeçe, do[n]t il sout miauz valoir de chascune d’eles a suen leu et a suen tens qe nus autres princes qi onqes terre tenist, sauve l’ounor l’enpereo[r] suen pere soulemant. [8] Mes fortune envieuse, qe tot adés agrevoie et gueroie as meillors, li fu trop longemant marastres et enemie, dont ce fu doumages trop grans, kar chevalerie, pris et valor empirerent trop par sa mesceançe.

[9] Mes atant laisse a parler de lui, qar tros l’avroit longe oevre a achever qi a ce vousist bien entendre parfitemant, e retornerai a nostre matire des enseignes de la bonté e de la mauveistié des oisseax, le qele sunt mainte et diverse, si come vos les oiroiz ça avant, devisé chascune en suen propre leu par soi sut sa speciele rubrice. [10] Aprés ce poroiz oïr de la maniere de pestre les oisseax de rapine, et aprés ce de la maniere d’els estruire a voler. [11] Et aprés ce d’un merveilleus engin por ocire les aigles, por ce qe formant sunt nuisant et contraireuse as autres oisseax de rapine. [12] Et aprés ce de lor mues e de la maniere des meisons ou il doivent demorer en mue et dou mori[r] de lor past, et aprés ce de la maniere d’amegrir les qant il issent de mue. [13] Et aprés ce des enseignes de lor sainté, et aprés des enseignes de lor enfirmité, e aprés ce de la maniere d’els porter et tenir.

[14] Tot ce qe je vois ai conté desus devise apertemant li premier traitiez de cest premier volume. [15] Li segonz traitiez aprés devise les mecines rescosses es oisseax de rapine et chascune par soi souz suen propre capitre. [16] Li tierz traitiez, qi est li dereainz de cest premier volume, devise les mecines des oisseax et chascune par soi autresi souz suen propre capitre. [17] Et saichiez qe la greignor partie do touz les capitres de cest livre ont souz soi propres et specieax rubrices, si com vos ourez de chascun distinctemant par soi; e dou premier tout avant et puis des autres aprés.
 
 
 

LIVRE I


1.

[1] De generations et des costumes et de la ellection des oissieax de rapine et des rubrices qi se contienent sout cestui premier chapitre, qi sunt unze par comte.
 

[2] De cinc manieres d’ostors.

[3] De qatres manieres de faucons.

[4] De trois manieres de sagres.

[5] De deus manieres d’aigles.

[6] De la nature de tous les oissieax qi vivent de rapine e qi n’en vivent.

[7] D’une nature qi est speciele els ostor por qoi il sunt divise en lor bonté.

[8] Des enseignes por conoistre de qel contree sunt né li ostor e de qel contree il sunt meillor.

[9] Dou nombre des pennes qe li ostor ont en ses eles et en sa coue.

[10] Des enseignes de la bonté e de la mauveistié de l’ostor.

[11] Des enseignes de la bonté des terçols.

[12] De la nature dels oissieax de rapine qant l’en les prent petitez dedenz lor niz.


2.

[1] Des cinc manieres dels ostors.
 

[2] La premier maniere des ostors est appellee ostors propremant et est la plus vaillanz e la plus nobles et la plus ardie.

[3] La segonde maniere est appellee nymyn en la lange de Perse, ce est a dire en notre lange dimi ostor, et est cist ostors magres et pou prenanz.

[4] La terçe maniere est appellee terçols et a costumançe d’ostor et prent les perdiz, mes il ne prent mie les grues.

[5] La qarte maniere est appellee esparvers, et prent cist touz les oissiaus qi prenent li ostor, sanz les granz oissieax.

[6] La quinte maniere est appellee sabech, mes cil d’Egyte l’apellent bayda, et est menors d’esparver, mes mout est resemblant a lui, et a les euz celestes.


3.

[1] Des qatres manieres des faucons.
 

[2] La premiere maniere est appellee girfauch et est la plus nobles, qar il est oisel trop merveileus en sa oevre et sor toz autres oissieax qi de rapine vivent plus nobles et plus puissanz, et neist es parties froides, ensi com est en Dacie et en Norvege.

[3] La segonde maniere est appellee faucons propremant.

[4] Assez savez qele est ceste maniere, por qoi je ne vos en di plus.

[5] La tierçe maniere est appellee aynclen, et est cist un oissel magres qe l’en use en Grece et en Sirre, et prent menors oissieax qe ne prent li faucons.

[6] La qarte maniere est appellee cotayn et est gramant se[m]blant au propre faucon de disposition et de color, et molt tost volanz et pleins de grant ardimant.


4.

[1] De trois manieres des sagres.
 

[2] La premiere maniere est appellee sagres propremant et est la plus nobles de totes…


5.

[1] [De deus manieres d’aigles.]
 

[2] La sogonde maniere est appellee zumeg. [3] Ceste prent les grues et les autres oissieax qi sunt des grues menor.


6.

[1] De la nature des toutz oissieax qi de rapine vivent et qi n’en vivent.
 

[2] La nature des oissieax de rapine est formant diverse des totes autres natures d’omes, de bestes et de toutes autres oissieax, qar le feme sunt greignor qe li mascle et plus fort et plus noble et plus ardie, veziee et plus engigneuse. [3] Mes de ceax oissieax qi ne sunt de rapine sunt li mascle greignor et plus biax qe le feme et miaux valent en toutes manieres.


7.

[1] D’une nature qi est especiele els ostors, por qoi il sunt devis en lor bonté plus qe li autre oisel de rapine.
 

[2] Metres Theodres dist qe li sage ancien phylosophe distrent che, au tens qe li oissel se joingnent ensemble, ce est li mascle o les femes, por concevoir e por feer, qe des totes manieres d’oisseax de rapine se vienent aucun a joindre o les ostors. [3] Ce sunt terçol, faucon, sagre et autre oissel de rapine, e de chascun concevent et font oves li ostor, por qoi la costumançe de lor e la nature est diverse e divise en els en bonté, en ardimant et en forçe, selonc la diversitié des oissieax dont il sont feé. [4] E por ceste raixon avint qe li ostor prenent toz les oissieax qi sunt, da la passere jusq’a la grue. [5] E saichiez qe cil oissiel qi sunt né de l’ostor e doul terçol sunt mout leigier a fere privé et a enstruire.


8.

[1] Des enseignes por conoistre de [qe]l contree sunt né li ostor et de qel contré il sunt meillor.
 

[2] Or saichiez, seignor chevalier, qe l’en troeve ostors de plusors contrees, qi sunt aussi divers naturelement en lor bonté cum il sunt di diverses contrees nez, et toz ce vos divisera[i] je sout ceste rubrice, comant e par cheles enseignes vos les porrez conoistre apertemant. [3] E premieremant vos diviserai de qelles e de qantes contrees il sunt. [4] Et aprés vos mostrerai comant e par qeles enseignes vos poroiz conoistre de qele contree il serunt né, et aprés vos diviserai qe[l] sunt buen, qel meilor e qel rien ne valent.

[5] Or saichiez q’il sunt ostor d’Armenie, de Perse, de Grece, d’Afriche, d’Inde e de Syre. [6] Cil d’Armenie ont les euz vertez, mes se l’en en trovast aucun qi les eust noir e qi eust noir les dos, saichiez che cil est buen parfitemant. [7] Cil de Perse sunt ostor molt gros et [ont] de penes grant planté, et sorcils ont qi li pendent fors, et ont celestes [et concaus] les euz et les narres larges et les paumes blanches. [8] Cil de Grece ont grant chief et gros col et pennes assez et piez citrins. [9] Cil d’Africe ont les euz et les dos noir tant com il sunt joune, mes qant il sunt mué, li oil li deviene[n]t vermoil. [10] Cil d’Inde et cil de Syre sunt ostor trop biax, gros et bien fet merveilleusemant, et sunt de color blanc et veirs, et sunt ysneax plus che ne sunt li autre ostor, et plus ligieremant vienent privé et s’enstruent. [11] Mes il sunt plus foible des autres, por qoi il ne poent prendre les grues; voiremant il prenent bien petitez oissieax. [12] De totes ces manieres d’ostors qe je vos ai contees sunt li meillor cil de Grece, et cil d’Armenie aprés. [13] Mes cil d’Africe et cil d’Inde et cil de Syrie ne se poent d’assez prendre a la bonté de ceaus de cele contree de Grece e d’Armenie. [14] Encore sunt autre ostor trop biax chi traent a estre noir e qi unt pennes a merveilleuse planté en la mouitié dou chief, qi li descendent a la front en guise de come, mes cist teax n’ont aucune valor. [15] De qel contree ni de qel partie u soient né ne vos sai ge pas dire rien, qar metres T[heodres] n’en dist rien de ce en son livre, e chouse ch’il ne deïst en son livre, rien voil j’en pas dire el mien, por qoi je m’en poisse garder.


9.

[1] Dou nombre des pennes qe li ostor ont en ses eles et en sa coue.
 

[2] Le pennes qe li ostor ont en ses eles sunt xx par conte et appellee ensi: qatre premierane, quatre superior, qatre defenderre, qatre oculte e qatre manifeste. [3] Celle q’il ont en la coue sunt doze. [4] Voiremant se trovent aucun ostor qi sunt plus nobles des autres e qi en i ont treçe.


10.

[1] Des enseignes de la bonté e de la mauvestié de l’ostor.
 

[2] Sachiez qe li buens ostors doit avoir petit chief, grant bech, gros col, euz lez, oreilles lees, boche lee, lonc piez, curte coue et curtes les pennes qe l’en appelle(e) occultes, dure car et lez entre l’une et l’autre des eles et desus la coue autresi, [3] ample gorçe et larçe le leu par ont le past descent, dures cuisses, denses et curtes et lés entre l’une et l’autre, humbles paumes et spacieuses, noir bech et grosses les mailles dou piz. [4] E dout estre pesant de cors, veziez et engigneuz, volenteïs et habundanz de maingier, et doit mordre sovant et fort enduire et esquiçer, [5] e doit avoir lee crupe et grosses ungles et doit loing esquiçer, et doit sembler q’il voille prendre et blanchier tote la main de celui qil porte. [6] E la maille de lla penne q’il a entor le cul se doit rescembler a la maille des pennes q’il a devant le piz. [7] Et sor chascune des pennes noires maillees q’il a sor sa coue doit avoire une censure, ensi com li gazeaz a en suen piez, et le derean de celes deus pennes q’il a en la coue, dont l’une est a destre et l’autre a senestre, doit estre tot noires. [8] Et doit estre celle nigreçe tant fine devers la partie des pennes mailliees q’elle passe tote autre fine color, et doit estre ros traiant vers nirece et vers celeste colors et doit avoir color crisse scemblable a blancheçe.

[9] Sachiez autresint qe mult sunt buen et molt sunt amé cil ostor qi ont les genoilz gros et aguz et les jontures del doiz autresi, e qui a la penne qi li est sor le genoil longe devers la coue.

[10] Mes mout si est a mal s’il a curt doiz et petite paume.

[11] Exprover poriez se li ostors est ardiz en ceste maniere: [12] lier le en une meison clere et aprés ce removoir en la clarté dou tot, e quant ensi sera tornee la meison en oscurté, tachiez le subitemant. [13] E s’il vos saut sor la main e la vos branche, adonc sachiez de voir q’il est ardiz e q’il prendra les granz oisseax. [14] Mes se il se constreingdra et estara tot qoi qant vos le tochierez, n’aiez mes esperançe q’il soit hardiz.

[15] Se li ostors est fort, en ceste maniere et par cist signe che je vos dirai le porez conoistre: [16] liez le en l’angle d’une meison, et aprez ce vos prenez garde cum aut sciçera. [17] [Cil qi sciçera plus aut] sera plus fortz et plus isneax sanz nulle faille.


11.

[1] Des enseignes de la bonté des terçols.
 

[2] Aprés ce qe vos avez oï comant vos devés conoistre les buens ostors, vos mostrerai breumant, selonc ce qe je le trovai divisé par mestre T[heodre], comant vos devés conoistre les buens terçols. [3] Les buens terçols dout avoir les euz cleres et lez et les circles des oreilles granz et la bouce autresi, et petit chief et lonc col et lonc doiz, et les pennes qe l’en appelle occultes curtes, et dure la carn et les piez vertz; les ongles lees et despoliees de char. [4] Et doit estre molt volenteïs de mangier, prest a enduire et doit avoir larc l’orifice dou cul et doit esquizer loing. [5] Et granz signes de bonté est avoir en la sumitié de suen bech un pou de nireçe. [6] Buens enseignes universaumant de chascune oissiel de rapine est avoir proportionalité des menbres. [7] Et sachiez qe granz difference est entre l’astor mascle e la feme, char le feme sunt plus ardie et sunt propremant appellee ostor, et li mascle sunt moins ardi assez et sunt appellé terçol, et sunt menor de cors. [8] Et sachiez qe celle enseigne qi sunt loee bone el ostors sunt contrere a celes qi sunt loee bone els terçols propremant.


12.

[1] De la noriture des oisseax petitz de rapine qant l’en les prent dedenz lor nius.
 

[2] Ceste noriture dels petitz oisseax de rapine divissa metres T[heodres] en qatres manieres. [3] La premiere est qant l’oissiel comence a metre les pennes, qe l’en le doit tenir et norir dedenz bambace et pestre le doit l’en dou ros des oves et de charn [d]e soriz et de char d’aronde et de fie de colum. [4] La segonde est qant il comence a fere les virges et le penne de suen chief vienent reonde, qe l’en le doit pestre adonc de char de tortre e de piz de colum. [5] La tierçe est qant il se vient a vestir des pennes novelles et a denuer des premieres, retenanz encore totes voies des premieres aucune sor son costé, qe l’en le doit pestre adonc des colums qi començent voler. [6] La qarte maniere est qant il a conplie sa penne e comence ja de voler, mes totes voies il n’a encore apetit chamin et a les eus ros ensi come carbon, char le doit pestre adonc d’un oissiel paien, ce est a dire d’un oissiel qe l’en pregne dedenz li ni soutz la noriture de sa mere. [7] Et saichiez qe l’oissiels en ceste qatre maniere est appeliez vent e se mue en deus anz, et a les eus ros mes non pas trop flambianz.


13.

[1] De la election del ostors, qel a qels oissieax prendre sunt buen, et des rubrices qi se contienent soutz cestui segont chapitre, li qele sunt cinc par conte.
 

[2] Des enseignes por conoistre l’astor qi prent les granz oisseax.

[3] Des enseignes por conoistre l’ostor qi prent les petitz oissieax.

[4] D’une costumance qe l’en mantint en la province de Sirre en achater les oissieax de rapine.

[5] Des enseignes por conoistre l’ostor qe l’en ne poit fere maniers.

[6] Des enseignes por conoistre l’ostor chi est mauvés e fuianz et rien ne vaut.


14.

[1] Des enseignes de l’ostor qi prent les granz oissieax.
 

[2] Dels ostors por prendre granz oissieax doit l’en eslire celui qi a longe face, ensi cum a li voltors, e qi est aqilins et a dur le nes et les sorcils ait et conchaus les euz, et i a dedenz une gucte noire, [3] et le nares a lees et les oreiles, et parfit le col, et est toz ros et a mole pennes et pou, et lés pit et anche granz, et long piez, et a grosse crope a mervoille et cuisses longes et grosses, et a entre l’une cusse e l’autre ampleçe grant, [4] et a autresi ambdeus les os de ses cuisses et curtez et blanc et les paumes molles et blanches et les genoils aguz et le dereain de suen bech noir, molt fort et ferm et royde, ensi come est li bech dou sagre.

[5] Et des eles au piz doit avoir une figure ensi com est une figure de piramz, et doit estre reontz et pessanz. [6] Et saichiez qe cist tex oisels qi a ces signes en soi qe je vos ai contez est dels ostors de Jorgie ou d’Armenie la grant. [7] Cist doit prendre naturelmant grant oissieax sanz nulle fallance.


15.

[1] Des enseignes por conoistre l’ostor qi prent petit oisel.
 

[2] Se vos volez conoistro l’ostor qi prent les petitz oissieax, si vos prenez garde de l’ostor blanc, qar cil est trop buens por petitz oissieax et est buens autresi por voler en haut, qar, por ce q’il neist es parties froides, poit il sostenir la froidure de l’aire en haut miels de nul autre oissel. [3] Et est a doctriner plus legiers, mes il [est] plus floibles de nature.


16.

[1] D’une costumance qe l’en maintient en la province de Syre.
 

[2] En la province de Syre, selonc ce qe dist mestres T[heodres], s’acatent les oissiel de rapine a balançe, et cil qi est plus pesant vaut plus, si qe cil qi les acatent ne regardent pas a costumance ni a color.


17.

[1] Des enseignes por conoistre l’ostor qe l’en ne puet fere maniers.
 

[2] Sachiez che li ostors temereus ou malades est trop grief por doctriner, qar la temence fet q’il ne se sostient sor le poingn e q’il ne vient au reclam, et ce meemes li fet l’enfermitiez. [3] Encore est cil ostors mauveis et trop grief por te venir au reclam a cui les elles tendent sor les euz, e qi a la blanchor dels euz blanche desmesureemant, et i a color rous ou noir traiant vers rosece, et sunt cist signe de mauvese costumance. [4] Non fuianz et legiers a revenir, saichiez q’il seroit de trop grant bonté sanz nulle doute.


18.

[1] Des enseignes por conoistre l’ostor qi est mauveis et fuianz et qi rien ne vaut.
 

[2] Sachiez qe li mauveis ostors a grant chief e la penne dou col envolupee, et a grant plaintié des pennes e la char molle et les doitz curtz et les cuisses curtes et soitils et longes jambes et paumes citrines et aspres, et sa colors est traiant vers nirece.

[3] Dont gardez vos en de cestui tel oissel, qar sa mauveistié est trop granz. [4] Encor, se vos trovez l’astor gros qi ait molt des penes seches et qi ait curt col et aspres piez et longes cuisses et legieres et soutils jambes et paume disgregee, live ou citrine, et qi ait molt de carn et ait la penne ligniee, g[ar]dés vos de lui, qe mauveis est. [5] Et se l’en trove l’astor qi scemble issir de mue qant il ist de meison e qi a grosses pennes et a vermoilz les euz ensi come sanc et est formant sauvages e, qant siet sor la perche, sail envers la face de l’home autresi, cum s’il la vousist prendre, gardés vos de lui, qar il est trop de mauvese nature. [6] Qar s’il devint magres, sustenir ne se poit, e se devint gras, tantost se fuit, et ensi est mauveis en totes manieres. [7] Mes a la fiee avint qi l’en trovera aucun ostor qi a male costumance et a grant planté des pennes et longe coue, et toutes autres enseignes a en soi qi sunt contrere a bonté, et prendra cist tex les granz oissieax, ne jamés no sera lassez por travail, et sera, de voler, [isneax] molt merveilleusemant, mes molt se trovent cleremant cist tex oisseil, ce sachiez vos tot de voir.


19.

[1] Des faucons.
 

[2] En cestui tierz chapitre ne se contient autre rubrice fors qe ceste premiere.

[3] Aprés ce qe je vos ai conté dels ostors assez soffissemant ce qe j’en trovai escrit par mestre T[heodre], vos conterai dels faucons tot ce q’il en dit autresi. [4] Saichiez de voir qe, selonc ce qe distrent li sage qi anzienemant parlerent dels oissieax de rapine, li faucon sunt plus legier et plus prest a voler et plus ardi de totes autres qe vivent de rapine, alanz et retornanz, mes fuianz sunt aucune foee, et par lor molte avaricie avint sovant q’il se fierent a la terre et muirent. [5] Encore distrent li sage q’il ont lor piz envolupé de nerf et de char, et lor os sunt dur et lor nerf, mes lor cuisses sunt soutil, et por ce fierent il des piz et pui branchent o les ongles. [6] Et saichiez qe cil est meillors qe l’en prent davant la mue, et cil qi est rous est li plus nobles de toutes. [7] Et cil qi a grant chief et les euz lez et le bech parfit et lonc le col et [a]mple le pitz et les anches plenes et grosses cuisses et jambes c[ur]tes et longes eles et coue curte et paume verde et molle et circle gros et pou de pennes et les occultes pennes soef et parfites et la coue soutil, et tost volanz, et qi fet des eles desor sa coue la croiz et qi n’a trop de coue est sanz faille buens.

[8] Et prent les granz oissieax, les grues et les autres, si q’il n’escamperunt ja de ses ungles. [9] Cil d’Alexandre dient qe li faucon noir sunt noble et la nirece propremant est lor premiere colors, mes il se chamgient els desert. [10] Li ros trove l’en es leus plains et es palluz. [11] Li vers et li gris trove l’en es montz, mes li noir neissent es ysles de mer.


20.

[1] Des sagres.
 

[2] El chapitre de ces oissieax, qi est li qart, ne se contient nulle autre rubrice fors qe ceste premiere.

[3] [D]els sagres dit mestres T[heodres] qe li sage distrent q’il sunt appellé entre les oissieaux de rapine muls d’oissieax, por ce q’il poent souffrir plus travail qe ne poent li autre oissel de rapine, et por ce q’il sunt meillor por endure grosse pasture.

[4] Et sunt dolz et privé et gramant prennent granz oissieax, ensi come sunt grues et bistartz, et se ce avint q’il volent sor le gazelles, bien les prenent. [5] Mes lor propre nature est propremant disponue aprendre les oissieax qi usuent en eve e qi usent es bois, et les bestes del bois autresi. [6] Li plus noble de lor est cil qe l’en prent aprés la mue, et es[t] sa disposition scenblante gramant a celle dou faucon. [7] Et se l’en trovast aucun sagre qi soit de plaine paume, la qel chonse l’en trove cleremant, et qi ait les doiz gros traiant vers celeste color et lange noire et la color rose ou citrine ou veire ou grisse, rescemblante a la disposition dou faucon, saiche veraiemante q’il est a desmesure [isneax].


21.

[1] De la proprieté des aigles.
 

[2] Soutz cestui qint chapitre se contient deus rubrices:

[3] Des aigles.

[4] Des çumech.
 

[5] De aigles.
 

[6] Des aigles dist mestres T[heodres] qi li sage distrent qe, qant elle est de bone costumance, q’elle se tret a estre de rose color propremant et a les eus parfonz, et meememant s’elle est né es parties d’ocidant es montez. [7] E celle qi sunt blanche sor suen chief ou sor suen dos sunt meillor et plus fort et plus enprenantz et plus ardie qe ne sunt le autre, et ce sunt le feme.


22.

[1] De zumech.
 

[2] Zumech, ce dit mestres T[heodres], est nom hebreu, et en la lange grecoise est appellee phyladep et en la langre nostre est appeliez million et en celle lange de Sirrie est appellés meapam.

[3] Et sachiez, qant cist oissiels est ros, q’il est de merveilleuse bonté. [4] Mes mestré est qe cil qi le veit prendre le preigne qant il est petitz. [5] E saiche de voir qe sa nature est tele propremant qe li ardimanz e li engign li creist tot adés.


23.

[1] De la maniere de pestre les oissieax de rapine.
 

[2] Desoutz cestui sime chapitre se contienent unze rubrice:

[3] De governer l’oisel et tenir.

[4] De la maniere d’amegrir l’oisel.

[5] Dou past.

[6] De conoistre l’oissel s’il est de bone disposition et comant l’en le poit en ce mantenir.

[7] De guerir l’oisel qant aucune chonse li est cheoite dedenz le pertus par qoi il rent s’alaine et par ont l’aire li passe au poumon.

[8] Des oissieax a cui ne profite rien a mangier la char de geline ou de vache por lor froidure.

[9] De exprover se li oissel est sans ou non.

[10] De la garde dou faoconers ch’eli doit metre en li oisel et comant il le doit user et porte[r].

[11] Dou reclam.

[12] De la maniere dou reclamer.

[13] Qant li osels retorne lentemant au reclam ou par aventure ne li retorne mie, la qel chonse puet avenir par maintes diverses occaisons.


24.

[1] De governer l’oissel et tenir.
 

[2] Sachiez qe li oissel se doit governer e tenir, selonc ce qe distrent li sage, ensi com le divise li livres dou latin qe mestres T[heodres] fist, a la maniere et a la guise qe li preudom governe et tient son ceval qant il le velt metre au cors qe l’en establist en maintes citez de Lombardie por gaagnier le paile, ce est torner le de graisceçe en magreçe, selonc ce q’il a trop ou de l’un ou de l’autre aucune foee, en ceste maniere. [3] Quant vos volez a prendre l’oisel de venir au reclam, si le devez, s’il est trop gras, fere amagrir en ceste guise, ce est qe vos li devés doner moins a mangier qe vos ne soliez, por ce q’il s’apareil miels a voler et reviegne plus volentiers au reclam. [4] Me se vos le vou[s]issiez, qant il est magres, amegrir le encore plus et apeticier li adonc suen past, ce viendroit trop mal, et si nel poroit soufrir por la grant foiblece qe de ce li sorviendroit. [5] Et de ce se doit l’en doner garde soutilmant, selonc ce qe la qantitez de l’oissel est.


25.

[1] De la maniere d’amegrir l’oissel.
 

[2] La maniere d’amegrir l’oissel doit estre tele qe l’en le doit apeticier son past de trois jors le qart d’une once, et aprés ce le doit encore apeticier d’autres trois jorns le qint autresi d’une autre once, et le doit l’en porter assiduemant en puign tot le jor.

[3] E qant il a squizé, l’en le doit metre jus un petit et aprés le doit retolir, e qant il avra encore squizé une autre foee et comenciera d’enduire et d’abeisser sa gorge, metre le doit encore jos.

[4] Et tant doit fere ensi q’il voide tot sa gorge, si q’il ne li remaigne rien dedenz, et encore le doit metre jus une autre foee.

[5] E qant vos conoistriez q’i[l] se responsera en ce fer e q’il li profitera, adonc li stuidiez a fere. [6] E tant li fetes e si sovant qe vos le voiez amegrir, mes non pas si fort ne soit totes voies ferm et roides.


26.

[1] Dou past.
 

[2] Li past doit estre tex q’il ne doit avoir en soi nerf ne graisceçe ni aucune voine au tens qi vos volez ensi apriveer cum je ai dit desus. [3] E tant le devés mener par cele maniere qe dite avom q’il ait apetit chamins, et adonc le devez porter nuit et jor sanz reponser.


27.

[1] De conoistre l’oissel s’il est de bone disposition et comant l’en l’i puet mantenir.
 

[2] Sachiez qe li oissiels est de bone disposition qant il fet sa plumee devant le jor ou els aurors dou jor, mes totes voies miels est s’il la fet devant le jor. [3] Et saichiez qe, qant vos le peissiez, vos li devez ascondre le past par plusor foee avant q’il soit saciez, e qant vos li avez toloit le past et rescos, vos devez ensi demorer un pou, et toché li la gorge. [4] E s’il vos sera avis q’il ne soit assez peüz, devez l’en doner encore un pou et non pas trop. [5] Et sachiez qe, qant vos oisseillez et il prent, vos ne le devés pas pestre tant tost, ainz devez atendre tant q’il soit un pou reponsez e q’il ait recovree s’alaine, qar, se vos le peisissez maintenant, saichiez q’il en poroit nestre une grant enfirmitez.

[6] Mes se vos le leissez reponser tant q’il ait recovree s’alaine e q’il soit auches revenuz dou travail q’i[l] a eu et puis li peissiez, il se pestra adonc soevemant, et si ne li fera le past nul mal.

[7] Mes por ce ne li en leissiez pas prendre au suen voloir, mes leissiez li deplumer les petites plumes, ensi com il feissoit qant il estoit el desert sauvages.


28.

[1] De gerir l’oisel qant aucune chonse li est cheoite dedenz le pertus par ont il rent s’alaine et par ont le aire li passe au poumons.
 

[2] Quant ceste chonse avint, qi est molt perileuse, ce ssachiez vos, prenez une pene d’oche ou une de metal qi soit fete majestremant por ce d’argent ou d’autre molle metal, et soit soutils et bien polie, por ce q’elle ne encombre en aucun leu a l’oisel qant vos la voudriez user. [3] Et fetes la passer par li pertus par ont celle chose sera cheoite, et sugiez tant qe vos la traez fors.


29.

[1] De oisseax a cui ne profite rien a mangier char de geline ou de vache por lo[r] froidure.
 

[2] Or sachiez q’il sunt aucun oisel as qels ne profite rien la char de la geline, s’i[l] la mangient, por lor froidure, qar s’il la maingient, ele si change lor ventre et li fet laxer, et tot ce meemes li fet la char de la vache autresi qant i[l] la maingient. [3] Mes qant vos apercevroiz ce veraiemant, gardés le de doner le ces char a maingier et donez li char de petitz oissieax et de cupates et de columbeax qi ja comencent voler, et de petites arundes. [4] Et gardez vos qe vos ne li donez char de vieles columbes ne de piche, qar elle sunt amere. [5] Et sachiez qe auchun furent qi distrent qe la char de la vache est laxative, mes il ne distrent pas voir.

[6] Voiremant, ele fet male digestion por la grevece q’ele a en soi et ensi laxe. [7] Encore sachiez che buen li est por mangier aucun pou des cuisses et des cols de gelines, qar li col engraissent lor boels por la meolle qi d’eax ist, et la plumee li alarge li buel et li desicce la trop humidité q’il a en soi, qi rien poit issir avec sa egestion.


30.

[1] Do esprove[r] se li oisseax est sains ou non.
 

[2] Se vos volez savoir se vostre oissel est sainz ou non, lavez le assiduemant par trois jorz, et dedenz ces trois jor li donés a maingier char de petitz colum. [3] Et au tres jor metez dedenz son past auqant de triaqe et en ses nares autresi metez auqant de triaqe o zucre blanc, et ensi se manifestera mantenant sa sainté ou sa maledie.


31.

[1] De la garde qe li fauconiers doit metre en l’oisel et comant il le doit user et tenir.
 

[2] As rois apertient et as barons q’il se donent garde de livrer lor oissieax a tex fauconiers qi en ce soient bien exprové e qi aient en ce bien disponue lor nature et qi aiment lor oissieax.

[3] Et lor doivent fere comandemant q’il les gardent de trop froit et de trop chaut et de male digestion, e q’il le delivrent soevemant les ongles de la proie qant il les i ont encharnees dedenz, encore q’i[1] les tiengnent soevemant et doucemant qant il lor cuissent li euz e qant il li lient le sonail. [4] E qant li oissel se debait et sail jos de la main dou fauconier, si le doit savoir [metre] sus sainemant. [5] E qant l’en li a decuissi les euz, l’en ne li doit garder en la façe, por ce q’il ne pregne ce a costumance, car trop est mauveise costumance. [6] Encore le doit l’en garder dau fum e de la poudre et des portes et des murs et de feme menstruee, especiaumant en la seison de lor mue, et encore le doit l’en garder do home ebrieus et des galines, et le doit l’en porter assiduemant de jor et de nuit au temp d’yver. [7] Et doit l’en tenir devant lui espessemant autres oissieax, por ce q’il s’aüse o els, e le doint sovant muer en diverses mains. [8] Et le doit l’en fere oir soventemant la sonor de feratres et la sonor de la corde des archs et le movemant dou frein, por ce q’il viegne familiers a tote ces chonses, qar totes ces teles chonses li conveint veoir et oir. [9] Encore est mestiers qe li fauconers se doint garde, qant il passe parmi aucune entree ou ensue de porte, qe li oisel ne se desbahise, e q’il passe tost et soutzmete la main sor la qele il porte li oissel en mileu de la porte, si q’il ne la decline a une part ne a autre.


32.

[1] Dou reclam.
 

[2] Dou reclam dist mestres T[heodres] qe n’est pas buen user char de geline, qar en toutes leus trove l’en gelines, et lor char est tant douç e tan delitable qe a douter feroit, qant l’en li giteroit por prendre, s’il veïst gelines, q’il ne laissast la proie por aler as gelines, et s’il ne les veïst, adonc q’il ne retornast au leu ou il les eust devant veües.


33.

[1] De la maniere dou reclamer.
 

[2] Qant vos volez user a reclamer l’oissel, reclamez le o char par trois jorns et aprés ce le reclamez o un grant oissel.

[3] Et le doit l’en premieremant reclamer sus la terre, por ce q’il apreigne e s’aüse a cheoir desus. [4] Aprés ce le doit l’en premieremant reclamer sus sa main et user le et sacier le ensi en ceste maniere par un et par plusors jorz, si q’il no oblie li reclam. [5] E qant il atarde trop de venir au reclam, gietiez li [l]’oissiel qe vos tenez. [6] Et saiciez qe nuls oissiels ne li est tant delitable ne tant ne li agree come la columbe blanche, por qoi çascuns fauconiers doit avoir totes voies la columbe blanche en sa charniere ou a tot le moinz l’ele d’un autre oisel blanc.


34.

[1] Qant l’oissel retorne lentemant au reclam ou par avanture ne retorne mie, la qel chose puet avenir par maintes diverses ochaisons.
 

[2] S’il avint qe li oissels retorne lentemant au reclam ou par aventure ne li retort par aucune maniere, sachiez qe ce poit avenir por estre portez et tenuz raremant ou par petite usance ou por petite cure qe li fauconiers a de lui ou por aucun dolor qi le detint, et chaschune de ces chonses se doit curer par suen contraire. [3] Et s’il avint q’il ne retort pro enobediençe ou por orgoil, prenez de la graisse de lombil dou cheval e[n] qantité d’un gran de cisre et ongiez li en le bech de nuit. [4] Et ce le fera estre vers le fauconier tant amiables et tant privés et tant debonaires q’a poi ne se voudra il mes partir de sa main, et s’il avint q’ill en parte, il li retornera maintenant. [5] Encore vault molt a fere le privé une herbe qi est appellee badurug, ce est a dire entre nos basiliche d’ort ou de fluive lés. [6] Ceste herbe se doit prendre et secher et aprés se doit bien poudrier, et puis se doit doner a l’oisel de celle poudre en morsieax de char a maingier. [7] Encore doit l’en prendre accharon ou achore et de sal ros en la qantité d’un gran de cisre, et tot ce meller en son past et pois doner li a maingier. [8] Et sachiez qe ce le fera fort et li fera gitier fors tote la superfluité q’il a en soi. [9] Encore doit l’en prendre liquirice poudree et metre la en un pan nou de lin, et puis metre le pan o tote en un vaissel en eve et leissier le ensi dedenz par une nuit. [10] A l’e[n]demain doit l’en coler cele eve et metre dedenz une lame de char de vache, et puis en doit l’en pestre l’oissel par trois jorz. [11] Et sachiez qe la char de la vache se done ici por mecine et non pas por past.


35.

[1] De la maniere de mestroier l’oisel a voler.
 

[2] Et est cist li septimes chapitres qi contient soutz lui sis rubrices:

[3] [C]omant et en qel hore l’en doit fere voler l’oisels et a qels oissieax l’en le doit gitier premieremant.

[4] De fere l’oissel engigneus et prest a prendre sa proie.

[5] De fere l’oissel ardiz, si q’il volt as granz oissieax.

[6] Des occaisions por qoi li oisel vienent fuiant et errant.

[7] Por savoir en qel contree est vostre oissiels qant vos doutz q’il soit perduz.

[8] De fere perdre l’usance a l’oissel de demorer sor les arbres.


36.

[1] Comant et en qel hore l’en doit fere voler l’oisels et a qels oissieax l’en le doit gitier premieremant.
 

[2] Li sage distrent qe, qant l’en velt mestroier l’oisel a voler, qe l’en le doit fere voler entor hore de vespre por ce q’il ne s’aleive, et li premiers oissel a cui l’en li giete doit estre perdis ou frinquilins. [3] Et aprés ce le devez gitier as levres, por ce q’il s’aüse a cheoir sor la terre, et aprés ce le devez fere voler sor les granz oissieax et sacier le sor eax et non pas sor le petitz.


37.

[1] De fere l’oissel engigneus et prest a prendre la proie.
 

[2] Quant vos veirrez l’oissel estre lent et pereceus de vole[r] [et] de prendre la proie, por fere le engigneus et volenteïs de prendre e de voler, le devez sacier de la proie qant il l’a prise.

[3] E qant vos le gitez a la perdiz, si le devez gitier ascosemant, e qant il l’a prise, devez le sacier de sa char sanz point de penne et sanz os.


38.

[1] De fere l’oisel estre ardiz, si q’il volt as granz oiseax.
 

[2] Quant vos volez doner hardimant a l’oisel de voler as granz oissieax, prenez un petit columbeax et ovrez li le bec par force et li gitez dedenz aissitz, et puis le leissiez aler debatant ça et la, si qe l’aissitz li passe parmi le voines. [3] Et puis en peissiez vostre oisel, et aprés ce ne demorez. [4] Qant vos irrez oissilier, prenez trois morsieax de char et les beingniez en v[i]n pur, et qant serez en leu de l’oissielier, donez l’en a maingier, qar ce l’en donra ardimant et bone volunté, si q’il ne doutera de prendre ardiemant a asailir chascun oissel. [5] Et se ce est ostor dont vos volez oissillier, donez li, qant vos irré oissillier, un morsel de char moilliee en fort aissitz e[n] qantité d’une [amigdale]. [6] E qant vos aprosmerez dou leu ou vos le voudriez gitier por la proie, donez li adonc trois morsieax de char moilliee en vin.


39.

[1] Des ochoisons por qoi li oissel vienent fuiant et errant.
 

[2] Les occaisons por qoi li oissiels se depart et vient fuitis et errans et ensi se pert sunt multes, de les qels occaisons est ceste l’une: ce est gitier le pres de flum ou pres de mer ou pres d’autre leu ou l’en ne puisse aler.


40.

[1] Por savoir en qel partie est vetre oissel qant vos doutz q’il soit perduz.
 

[2] Qant vostre oissels sera tant volé qe vos ne li puissiez veoir et douteroiz q’il soit perduz, adonc devez monter un haut col et metre vestre oreile sus la terre et escouter se vos porrez oïr en aucune part les voiz des corbs ou des cornilles ou se vos en peussiez veoir aucune grant ascemblee, qar sachiez sanz doutance qe li oissiels sera en cele partie. [3] Qar l’enging dels oissieax de rapine est tant qe, qant il ont lor proie prisse, il se fierent o tote es cavernes et se metent dedenz. [4] Et a la foee avint q’il se metent en mi les lac, et a la foee avint q’il demorent en eve o tote la proie, por ce che l’en ne oë le sonail soner. [5] Encore i a une autre majestrie por aprendre en qel part li oissels est, qant vos doutz q’il soit perduz et veoir ne le poez, ce est monter sor une aute rive ou sor un aut dos et prendre soi garde devers qele partie vienent li oissel qi volent par l’aire, et sachiez qe vostre oissels sera en celle part[i]e dont vos veirrez venir li oissel.

[6] Encore en i a une autre des mestries por cestui meeme fet, ce est qe vos devez demorer tout seuls en un leu spacieus et large, et devez metre vostre front en terre ensi come por orer et escouter devers oriant et devers occidant, devers aquilons e devers midie.

[7] E qant vos oirés la vois des oissieax, mes la partie ou il soient ne porrez aprendre manifestemant, adonc vos devez cloire l’oreille dextre et volvre la senestre avant et arrieres, et se vos oés la vois des oissieax, sachiez qe vostre oissels sera devant vos ou devers senestre partie. [8] E s’il avint chonse qe o l’oreille senestre ne puissiez oir rien de la vois des oissieax, adonc la serez et ovrez la dextre, et se vos oez la voiz des oissieax, sachiez qe vostre oissiels vos sera derere ou devers dextre partie. [9] Et aiez ceste çonse por regle general qe li veçiemant et li enjan et le malice ne se trovent fors seulemant es oissieax qe l’en prent aprés la mue, qar cil sevent l’ussance et la soutilance de l’enging de la rapine.

[10] Mes cil qi l’en prent es nius sunt simple et dolz et privé et de bone costumance, ne en aucun temps ne sunt mes fuitis.


41.

[1] De fere perdre l’usance a l’oisel de demorer sor les arbres.
 

[2] Se vostre oissels demore trop sor les arbres, por fere q’il perde ceste male costumance, laissiez le sor un arbre par trois foees qant li aires est pluieus et qant la rosee est desus, qar s’il avint q’il i see par plusors foees et sa rapine li faile dou tot, jamés par aucune maniere seeir ne voudra.


42.

[1] De la fierté des aigeles et comant et par qele maniere l’en les puet toutes tuer.
 

[2] Cist uintimes chapitres contient qatres rubrices:

[3] De l’achoison por qoi le aigle prenent les oissieax de rapine maniers et comant li fauconers se doit de ce porveoir.

[4] De la maniere d’ocire les aigles.

[5] Des signes qi demonstrent le perdre de l’oissel ou le non perdre.

[6] De la cure qe l’en doit user pro defendre qe li oissels ne vole en haut.


43.

[1] De l’occaison por [qoi] le aigle prenent les oissieax de rapine maniers et comant li fauconiers se doit de ce porveoir.
 

[2] Le aigle prenent les ostors et totes autres oissieax maniers qi vivent de rapine, et ce devint por les laz q’il ont es piez, qar elle cuident qe ce soit proie q’il portent, et por ce volent sor els qant elle les voient por lor tolloir ce q’il cuident qi soit proie.

[3] Nulle autre raixon nos n’i savons fors qe ceste, qar, qant il sunt sauvage, elle ne volent onqes sor eax, ne mal ne lor font, se ce ne fust autresi por occaison de proie q’il eussent prise.

[4] Dont li sages fauconiers ne doit a son oissiel lier la cou’en aucune maniere qant il en velt oissillier, qar s’il a la coue lié et avint par mescheance qe l’aigle le truist, il ne se pora en aucune maniere virer ni fuir ni eschamper de li.


44.

[1] De la maniere d’ocire les aigles.
 

[2] Quant des aigles sunt assez et vos les volez ocire, prenez en une vive et cuissiez li les euz, fors tant seulemant q’il remaigne un pertus et dont elle puisse veoir aucun pou de l’aire. [3] Et metez li en l’orifice de son cul auqant de asse fetide et le cuissiez ensi q’elle ne s’en puisse partir. [4] Et aprés ce le liez une ele d’aucun oissel ou une peçe de char ou de pan vermoil o pennes, por ce qe le autre aigle qe la veirrunt cuident qe ce soit proie q’elle port, et aprés ce la leissiez ensi aler. [5] Adonc qant elle volera et les autres aigle la veirrunt, elle voleront totes sor li por toloir li la proie qi lor sera avis q’elle por, et adonc la premiere qi vendra a li, ele la branchera o tante ire et o tante dolor q’ele ne la leira jamés, et cele branchera l’autres et cele autre l’autre, [6] et ensi com elles veindrunt totes l’une aprés l’autre, se brancheront et se brancheront et se prendrunt totes enscemble, et ensi cheirunt totes a terre en un mont et adonc le porrez totes occire.

[7] Et sachiez qe celle aigle qe avra les euz cuissi n’avra si grant irror por nulle chonse cum por ce q’elle sentira del grant dolor qi li fera l’asse fetide.


45.

[1] Des enseignes qi demonstrent le perdre l’oisel ou li non perdre.
 

[2] Qant l’oissels volera sus en haut montant et feissant son vir, saichiez q’il poit apparoir en son virer signe de lui perdre.

[3] Li signes de non perdre est qant il ne se part desor le chief dou fauconier ou, s’il s’en part, ne s’en alaigne trop. [4] Mes signes de perdre est qant il ovre sa coue et vire entor et puis torne a une part montant, por qoi il est mestiers qe, qant li fauconiers veirra cest signe, q’il li giet le lorre e començe de clamer fort tant com il plus porra. [5] Et s’il ne descent por ce, cel sera signes q’il soit trop peüz ou trop gras, por qoi vos le devez garder de ces deus vices.


46.

[1] De la cure qe l’en doit user por defendre qe li oisels ne volt en haut.
 

[2] La cure de defendre qe li oissel ne volent en haut est tele: prenez un soitil filet, cuissiez li enscemble les pennes de la coue si q’il ne la puisse extendre ni alargier ni virer, et pellés li le leu qi est environ l’orifice dou cul, si qe l’orifices li apere tant seulemant. [3] Et ce le defendra a voler en haut, qar la froidure de l’aire li fera tant grant mal q’il ne la porra souffrir en aucune maniere. [4] Mes a douter fera molt, por la cosdeüre de la coue, des aigles, qar, s’il avint q’il les trove, il ne les porra esciver en aucune guise.

[5] Or sachiez aprés ce q’il avi[n]t en la seisson de ver qe li oissel tornent fuitis por le grant desirier q’il ont de choir, qar, quant il oent les oisseax sauvages verner qi font lor nius, adonc lor croist le dessirier, come cil qi se remenbrent adonc comant il soloient o eax voler. [6] Adonc se vos de ce doutz, metz li dedenz son past auqant d’orpigment, qar ce li mortifiera tote cele volenté e tot celui desirier. [7] Et s’il avint qe l’oissels volt, desor la main de celui qil porte, en terre ou q’il li volt environ sor la main, saiche tot de voir q’il est fuitis, et ce est signe de sa fuie.


47.

[1] De la mue des oissieax et des meisons ou il doivent demorer en mue.
 

[2] Cist novimes chapitres contient en soi trois rubrices:

[3] D’une maniere de mue qi usent cil de Parte.

[4] De la mue qe l’en doit user entre nos et de la meisson ou l’en doit tenir l’oisel en mue.

[5] Des pastures q’il doivent usser tant com il sunt en mue.


48.

[1] D’une maniere de mue qi usent cil de Parthe.
 

[2] En la fin de Parthe dit l’en q’il a bois granz et spacieus a mervoiles et habundanz de totes manieres d’oissieax de bois et d’eve. [3] Li ostor ausi usent molt en ceax bois. [4] Et li home de cele region i ussent autresi trop volentiers por chacier, et en la seison des mues leissent lor ostor en ceax bois dusq’a tant [q’]il sunt mué, et aprés ce les prenent o lax, et qel q’il preignent, suen o autrui, suen sunt puis q’il l’ont pris.


49.

[1] De la mue qe l’en doit user entre nos et de la meison ou l’en doit tenir l’oisels en mue.
 

[2] Quant vos volez metre vostre oisel en mue, aprestez li une meison baisse sanz poudre et sanz fumee et sanz rosee, et ne leissiez monter aucun sor la coverture et gardez qe l’en n’i face noisse ne clamor et q’ele ne soit overte devers la partie dont vente li venz qe l’en appelle(e) austre. [3] Et fetes doner garde qe le geline ne viegnent iluec, por ce [qe] li peoil ne cheissent sor l’oisel. [4] Et metez desouz a l’oissel salxes et herbe verd de yrin et de mirte, une foee le jor, et metez li devant un veissel plein d’eve. [5] Et avant qe vos le metez en la mue, acuez li le bec et les ongles et pellez le souz le cul et souz la coue, et peissiez li de char de columbeax petitz o tot le sanc et avec oile de noiz par set jorn, et aprés ce li donez char avec orine par trois jor. [6] Et se vos veez q’il soit de bone disposition e qe sa egestion soit seche, peissiez le par trois jor de char de mouton et aprés ce par dis jorz o lait d’asne et o zucre, et changiez li le past de char de divers oissieax.

[7] Et se vos volez q’il isse tost de mue, peissiez le de char de erice ou de erinace sanz nulle graizsece, et se vos ce fetes, minuez li le terz de son past, qar por ce deviendra gras et gietera mantenant les pennes. [8] Encore sachiez qi li est trop bone autresi char de mulirege ou de soriz babiloine, qe l’en trove es campaignez et es leus desertz, et char de taupe autresi. [9] Chascu[n]z de ces, qant vos li volez doner a maingier, moilliez en butre et li donez puis. [10] Encore li est buen por doner un oissel qe l’en appelle huhud, et le doit l’en doner vif desus la main, et est appeliez upupe autresi.

[11] Et se vos volez q’il se mue tost sanz domage des pennes, qant vos sentez q’il est pres de sa mue, engraissiez le formant, et aprés prenés de scrofles qi sunt es cols de moutons, ce sunt les nos de la char, et doniez le a maingier a sa volunté par troiz jorz.

[12] Ou prenez vespes et les sechés et aprez les poudriez et metez de cele poudre sor la char qe vos li volez doner a maingier et puis le peissiez. [13] Ou prenez dels verms qi sunt appellé polipedes, et sunt si fetes qe, qant l’en le toche, il vienent reont, et les trove l’en soutz le fundemant des murs et soutz les pierres grosses et soutz les granz tronchons des arbres qi gissent en terre, et sechez les et puis les poudrez, et metez de cele poudre sor la char dont vos le peissiez. [14] Aprez ce prenés une pieçe d’escorçe de serpant et trois petites ranetes et doniez le a maingier avec char.

[15] Et qant vos veirrés les pennes oissir molles et grasses, saichiez qe ce sera signes q’il ait bone mue, mes s’eles issent seches, ce seroit signes de mauvese mue, qar le penne, qant elle issent seche, se rumpent dedenz la char ou defors. [16] Dont, qant ce devint, souffrés vos de ces mecines, qar ce sera tot li miauz, qar ce mecine sunt contraire a lor nature. [17] Et savoir devez tot certainement qe, qant le penne issent seche et curte et non pas verde ni grasses, qe ce devint por ce qe lor issir est trop subitains, et por ce qe l’oissel n’est gras, si ne puet nuirir ses pennes. [18] La cure de ce doit estre tele, qar vos le devez pestre de columbeax et de passeres et de cupates et de petites aruindes et de char de mouton avec oille et de toute autre char qi est chaude naturelemant.


50.

[1] De amegrir les oissieax qant il issent de mue.
 

[2] Cist dimes capitres ne contient soutez lui nulle autre capitre.

[3] Prenez dou poumon dou mouton et taelliez le tot par morseax menuemant et lavez le bien tant q’il en isse tot le sanc et le vigor et peissiez en l’oissel, et saichiez qe ce le fera amegrir.

[4] Encore metez fanc sor la perche ou il dort et l’i liez si desus q’il ne chee, et saichiez qe ce li toudra le dormir et li fera abeissier sa graissece et le fera maniers et privez.


51.

[1] Des enseignes de la sainté des oisseax de rapine.
 

[2] Soutz cestui unzime chapitre ne se contienient nulle autre rubrice.

[3] Por ce mistrent li sage, selonc ce qe dist mestres T[heodres], cestui chapitre de la sainté des oissieax ici, qar inpossible chonse est qe l’en poisse conoistre l’enfirmité qi ne conoist la sainté avant. [4] Donc devez savoir premieremant qe signe de sainté est en l’oissel, selonc ce qe distrent li sage, qant l’en trove q’il move et crole soi et sa coue li matin et se ventile et a gitee sa plumee la nuit ou aprés les aurors dou jor, [5] et aprés leve ses eles ou suen bec, la destre et la senestre, et aprés prent dou leu q’il a soutz la crope un pou de grasse et s’en oint da la dextree da la senestre partie. [6] Et appelle(e) l’en cestui oindre oindre fiale, et s’il fet ce de chascune partie de ses eles, signes est de sainté voiremant. [7] Mes s’il le fet voiremant de l’une partie et leisse l’autre, sachiez veraiemant qe ce est signes q’il ait infirmité en cele partie q’il avra leissiee. [8] E s’il ne fet ce d’aucune partie, saichiez tot de voir q’il est destroit de infirmité grant.

[9] Encore est signes de sainté manifestemant qant l’oissel scemble estre vistes et liez et de clere et de belle façon e q’il prent egalmant da chascune maiselle la char, e la egestion est continuemant enduite, non pas abscisse, et formant blanche, et de noir i doit estre soutilmant, et suen ventre doit estre seches. [10] Et il doit scembler estre gras et de cler color et doivent luire ses pennes ausi com s’eles fussent ontes d’oile, et li dui os qi sunt pres de les cuisses doivent estre engal et non pas divers. [11] Et le deus voine qi sunt en la racine des eles doivent tot adés batre, mes non pas trop fort ni trop foiblemant autresi, qar ce seroit signes d’enfermité, et s’eles batent une foee et autre non, ce seroit [signes] d’enfirmité autresi. [12] Mes le batre des voines qi saincté signifie doit estre de mie maniere, ce est entre forteçe et foiblece, ensi q’il ne bate trop tost ni trop tart. [13] Autresi segnefie sainté li buens [apetis].


52.

[1] Des enseignes des enfirmitez dels oissieax de rapine, leqele se conoissent par trois manieres devisees en cestui dozime chapitre, dont la premiere contient dis et set rubrices. [2] La segonde en contient dis et huit. [3] La tierçe se devise par sis manieres et contient seze rubrices. [4] Le maniere sunt ceste:

[5] La premiere est de la disposition des oisels.

[6] La segonde est dou nuissemant de sa vertu.

[7] La tierçe est de ce qe li oissels ist de superfluité.


53.

[1] Des rubrices de la premiere maniere.
 

[2] De la occaison por qoi issent les lermes ou autre chonse humide des euz a l’oissel.

[3] Des enseignes dou froidor.

[4] Des enseignes dou chalor.

[5] Des enseignes dou gipse dou chief.

[6] Des enseignes de corrosion ou d’arsure.

[7] [D]es enseignes de l’asne.

[8] [D]es enseignes de la ventosité dou chief.

[9] [D]es enseignes de la colusion.

[10] [D] es enseignes de la ventosité des eles.

[11] [D]es enseignes de la ventosité de la gorge.

[12] [D]es enseignes de la ventosité dou dos.

[13] [D]es enseignes d’emoroïdes.

[14] [D]es enseignes de la rupture ou de la disjuncture ou de la ventosité des palmes.

[15] [D]es enseignes de la podrage.

[16] [D]es enseignes de l’acroissimant de la podrage.

[17] [D]es enseignes de lombrices dou ventre.

[18] [D]es enseignes dou calor.


54.

[1] Des rubrices de la segonde maniere.
 

[2] [D]es enseignes de l’enfermité dou chief.

[3] [D]es enseignes qe signefient arsure.

[4] [D]es enseignes de corosion e d’arsure qi vienent el palat.

[5] [D]es enseignes de corrosion ou d’arsure dou bec.

[6] Des enseignes che signifient calor.

[7] Des enseignes qe segnefient travail ou enfirmité.

[8] [D]es enseignes de male digestion.

[9] [D]es enseignes dou dolor dou fie.

[10] [D]es enseignes de la ventosité dou ventre.

[11] [D]es enseignes de la ventosité de la palme ou de la cuise.

[12] [D]es enseignes de la plumee.

[13] [D]es enseignes qe li oissels ait stroit l’orifice dou cul.

[14] [D]es enseignes q’il ait peoils.

[15] [D]es enseignes d’aprosmemant d’enfirmité.

[16] [D]es enseignes de l’eve qi vient es euz a l’oissel.

[17] [D]es enseignes che signifient mort.

[18] [D]es enseignes qi demonstrent en qel partie de son cors est l’enfermitez de l’oissel.

[19] [D]es enseignes qi demonstrent qe li oissels ne puet guerrir.


55.

[1] De manieres de la tierçe maniere, qi sunt des superfluitez.
 

[2] La premiere est de lermes.

[3] La segonde est l’eve de narres.

[4] La tierçe de ventosité.

[5] La qarte de vomir.

[6] La qinte des pennes qi issent avant suen droit tens ou aprés.

[7] [L]a sexte de sa egestion.


56.

[1] Des rubrices.
 

[2] Le enseignes qe aucune chose li soit cheoite es euz.

[3] Des enseignes q’il soit enfermez.

[4] [D]es enseignes de la fleume.

[5] [D]es enseignes q’il ait verms en la gorge.

[6] [D]es enseignes de male digestion.

[7] [D]es enseignes q’il ait lombrices dedens suen ventre.

[8] Des enseignes q’il ait corosion es pennes.

[9] [D]es enseignes q’il ait trop magrece.

[10] [D]es enseignes de astarem.

[11] [D]es enseignes d’avoir stroit le cul.

[12] [D]es enseignes qi demonstrent sorvenir male digestion.

[13] [D]es enseignes qi demonstrent enfermité ou magrece.

[14] [D]es enseignes d’enfermité.

[15] [D]es enseignes d’emoroïdes.

[16] [D]es enseignes de la putrede dou ventre.

[17] [D]es enseignes de la mort.


57.

[1] De la disposition de l’oisel malade et de l’ochaison des lermes ou d’autre chonse humide qi lli issent des euz.
 

[2] Qant l’oisels clot amdeus les euz ou l’un seulemant et de ce issent lerme ou d’autre chonse humide, sachiez adonc qe aucune chonse li est cheoite dedenz.


58.

[1] Des enseignes dou froidor.
 

[2] Qant vos veirrez qe l’oisel clot les deus parties de l’eus o le pan de l’euz et q’il leve li uns des piez et l’autre met jos et arufe ses pennes, sachiez q’il est refroidiez.


59.

[1] Des enseignes dou chalor.
 

[1] Qant vos veirrez l’oissels ovrir la boche el bec et anelle fort o la lange, et pres de la partie defors son euz li enfle, et constraint ses pennes et ses eles, adonc saichiez q’il a grandisme calor.

60.

[1] Des enseignes dou gipse do chief.
 

[2] Qant vos veirrez qe l’oissels clot suen euz et le tient o le lés de sa ele, et le voine qi sunt entre l’un euz et l’autre, el leu ou l’en feit la cuiture, batent, et il palperiçe sovant, saichiez q’il a gipse en suen chief.


61.

[1] Des enseignes de corosion ou d’arsure.
 

[2] Qant vos veirrez blanchoier le palé de la bouche a l’oissels aprés noirece, adonc saichiez q’il a corosion ou arsure.


62.

[1] Des enseignes de l’asne.
 

[2] Qant vos veirrez l’oissel ovrir la boche ou le bec et movre le chief et ferir dou piz et esbair soi qant l’en le porte, saichiez par verité q’il a l’asne.


63.

[1] Des enseignes de la ventosité dou chief.
 

[2] Qant vos veirrez qe l’oisel strenue assiduemant et palperize foiblemant, adonc saichiez q’il a ventosité en son chief.


64.

[1] Des enseignes de la colusion.
 

[2] [Q]ant vos veirrez l’oissel demorer tortz sor la perche, adonc saichiez q’il est colus.


65.

[1] Des enseignes de la ventosité des eles.
 

[2] Qant l’oisels a lasses les eles, saichiez adonc qe ce demonstre q’il i sorveigne ventosité.


66.

[1] Des enseignes de la ventosité de la gorge.
 

[2] Qant l’oisels a enflee la gorge sanz occaison de past, saichiez q’il a ventosité dedenz.


67.

[1] Des enseignes de la ventosité dou dos.
 

[2] Qant l’oissels a cur[v]é le dos et scemble estre irriez sor la perche, saichiez q’il a ventosité el dos.


68.

[1] Des enseignes d’emoroïdes.
 

[2] Qant l’oissels a fendedures es piez de cui issent eve citrine, saichiez qe segnefie q’il ait emoroïdes.


69.

[1] Des enseignes de la rupture ou de la desjointure ou de la ventosité des palmes.
 

[2] Qant l’oissels a enflees les palmes, saichiez qe ce signifie q’il i ait rupture ou desjointure ou ventosité.


70.

[1] Des enseignes de la podrage.
 

[2] [Q]ant aucuns vet de la partie deriere a l’oissel, et l’oisels se volt voivre encontre, ensi com il seult, et ne puet, ainz tremble en suen movoir et ne puet demorer sor la perche, saichiez adonc q’il a la podrage.


71.

[1] Des enseignes de l’acroismant de la podrage.
 

[2] Qant l’oisel a contricion el bec et session sor le piz et a le past afasti, saichiez q’il a acroisemant de podrage.


72.

[1] Des enseignes de lombrice dou ventre.
 

[2] Qant l’oissel a emfle sor la cavile dels piez et depille les pils, saichiez qe signifie q’il ait dedenz lo ventre lombrices, fet a mou des grans de çuches.


73.

[1] Des enseignes dou chalor.
 

[2] [Q]ant l’oissels a carminees les pennes q’il a sus le col et a la fin lasche des pennes qe l’en appelle coltelles qi sunt es eles, saichiez qe ce demonstre q’il ait chalor.


74.

[1] De la segonde maniere: dou nuissemant de lor vertu et des enseignes de l’enfermité dou chief.
 

[2] [Q]ant vos veirez l’oissel retrere et removoir et decroler ses pennes et decarminer les e q’il se constraint, ne ne muit le chief ne le col, saichiez adonc q’il est malades el chief.


75.

[1] Des enseignes qi signifient arsure.
 

[2] Qant l’oissel crie et clame fort, saichiez qe ce signifie q’il ait arsure veraiemant.


76.

[1] Des enseignes de la corrosion et de la arsure qi vienent es palez de la bouche a l’oisel.
 

[2] Qant vos veirés qe l’oissels, qant il menue, se grate le palés de sa boche o l’onge si fort q’il en fet saillir le sanc et a enfasti suen past, saichiez q’il a illec corosion et arsure.


77.

[1] Des enseignes de la corosion et de l’arsure dou bech.
 

[2] Qant vos veirrez qe l’oissels fiert formant l’une partie dou bec encontre l’autre, saichiez, q’il i a corosion et arsure.


78.

[1] Des enseignes qi signifient calor.
 

[2] [Q]ant vos veirrez qe l’oissel [ne] mançe engalimant ensi com il seult e q’il a lasches ses eles et est foibles de suen cors, saichiez qe ce signifie q’il ait calor.


79.

[1] Des enseignes qi signifient travail ou autre enfermité.
 

[2] [Q]ant vos veirez qe l’oissel rent sa ala[ine] par se narres et tient sa bouche close sanz estre changiez [de] disposition, saichiez qe ce signifie travail ou autre enfermité avoir.


80.

[1] Des enseignes de male digestion.
 

[2] [Q]ant vos veirrez qe l’oissels ne mort sovant la char et fort, saichiez qe ce est por male digestion. [3] Et se vos metés vostres narres en son bec [et movez son bec] o les mains et odorez, se vos en sentez issir puor, saichiez ce, qe est par male digestion.

[4] Encore qant vos veirrez qe l’oissel giete suen past de sa gorge ou q’il li remaint en sa gorge et n’en descent, saichiez autresi qe ce est par male digestion. [5] Encore qant vos veirrez q’il se tarde de egeroir sa plumee, saichiez autresi qe ce est par male digestion.


81.

[1] Des enseignes de la dolor dou fie.
 

[2] [Q]ant vos veirrez qe l’oissel se grate fort la dextre part dou bec, saichiez adonc q’il a dolor au fie.


82.

[1] Des enseignes de la ventosité dou ventre.
 

[2] [Q]ant vos veirrez l’oissel, seant sor la perche, fere ventosité en la partie desoutz, et maximemant qant il egerist, saciez qe ce segnefie q’il ait ventosité dedenz lo ventre.


83.

[1] Des enseignes de la ventosité de la paume ou de la cuisse.
 

[2] [Q]ant vos veirrez qe l’oissel branch la char et la feit pendre, saiciez qe ce signifie q’il ait en la paume ou en la cuisse ventosité.


84.

[1] Des enseignes de la plumee.
 

[2] [Q]ant vos veirrez l’oissels trembler sor la main de celui qil porte, saichiez q’il a plumee.


85.

[1] Des enseignes qe l’oissel ait estroit l’orifice de suen cul.
 

[2] Qant l’oissels tarde ad egeroir, saichiez q’il a estroit l’orifice de suen cul.


86.

[1] Des enseignes q’il ait peoils.
 

[2] [Q]ant l’oissel se peoille assiduemant, sachiez q’il a sanz faille peoils.


87.

[1] Des enseignes d’aprosmemant d’enfermité.
 

[2] [Q]ant vos troveroiz a l’oissel estre mol le past en son ventre, ensi com se ce fust eve, et en sa gorge dur, ensi com se ce fust une piere, saichiez qe ce est signes q’il s’aprosme d’avoir enfirmité.


88.

[1] Des enseignes de l’eve qi vient es euz a l’oissel.
 

[2] [Q]ant l’oissels a ciers les eus et a perdu le veoir, saichiez qe ce demostre q’il i ait eve dedenz.


89.

[1] Des enseignes qi segnifient mort.
 

[2] [Q]ant l’oissel descent ou chiet de la perche et aprés ne poit retroner sus, saichiez qe ce signifie sa mort.


90.

[1] Des enseignes qi demonstrent en qel partie dou cors est l’enfermité de l’oissel.
 

[2] [Q]ant vos veirrez qe l’oissels ne se puet volvre ni virer en suen voler devers la destre ou devers la senestre partie, saichiez q’il est malades en cele partie sor cui il ne se puet virer. [3] Encore, qant vos veirez q’il oint ses eles de la graisse q’il a sotz la crope et leisse aucun leu a oindre, saichiez q’il a dolor en celui leu.


91.

[1] Des enseignes qi demonstrent qe l’oisel ne puet gerir.
 

[2] [Q]ant l’oisels est magres et [a] l’asne, ne vos entremetez de curer les, qar ce seroit poine perdue.


92.

[1] Des manieres de la tierçe maniere, qi sunt des superfluitez, et de la premiere, qi est des lermes et des [enseignes] qe aucune chose li soit cheoite es euz.
 

[2] [Q]ant vos veirez oissir eve des euz a l’oissel ensi come larmes, saichiez qe aucune chonse li est cheoite dedenz.


93.

[1] De la segonde, qi est de l’eve qi ist des narres et des enseignes q’il soit enfermez.
 

[2] [Q]ant vos veirez a l’oissel ensir eve de ses narres, saichiez veraiemant q’il est enfermez.


94.

[1] De la tierce, qi est de ventosité et des enseignes de la fleume.
 

[2] [Q]ant vos veirez la plumee de l’oissel estre molle et puelante et scembela q’il crol le chief, aprés ce q’il avra gitee sa plumee, saichiez qe cest est signes de fleume.


95.

[1] Des enseignes q’il ait verms en la gorge.
 

[2] [Q]ant vos veirez en la plumee de l’oissel ensi come verms, sachiez qe ce est signes q’il ait [verms] en sa gorge.


96.

[3] Des enseignes de male digestion et de la qarte maniere, qi est de vomir.

[4] [Q]ant l’oissel vomist la char, ensi qe rien ne li remaint en sa gorge, saichiez qe ce est por male digestion.


97.

[1] Des enseignes q’il ait lombrices dedenz suen ventre.
 

[2] [Q]ant l’oissels depille suen ventre, saichiez de voir q’il i a lombrices dedenz, et autresit qant il depille ses cuisses.


98.

[1] De la qinte, qi est des pennes qi issent a l’oissel avant suen droit tens ou aprés et des enseignes q’il ait corroision es pennes.
 

[2] [Q]ant vos veirrez a l’oissel gitier ses pennes dedenz suen droit tens et q’il a verms manifestemant, saichiez tot de voir q’il a corosion es pennes.


99.

[1] Des enseignes qi ait l’oisel por trop magrece.
 

[2] [Q]ant vos veirez l’oissel depiller fort et savant les pennes de suen ventre, saichiez qe ce est por trop magrece et por pou regimant.


100.

[1] De la sime, qi est de sa egestions et de enseignes de astarem.
 

[2] [Q]ant l’egestion de l’oissel est citrine et reonde et q’i[l] leve la coue et n’atalante pas a voler as oisseax d’eve, saichiez q’il a l’enfermité qi est appellee astarem.


101.

[1] Des enseignes d’avoir stroit le cul.
 

[2] [Q]ant l’egestion de l’oissel scemble estre tailliee, saichiez q’il a stroit suen cul. [3] Encore, qant la egestion est verde et il la fet savant pou et pou et se grate la coue et boit eve volentiers, saichiez qe ce segnefie q’il ait stroit l’orifice dou cul.


102.

[1] Des enseignes qi demonstrent sorvenir male digestion.
 

[2] [Q]ant en la egestion de l’oissel est blanchece traiant ennvers citrinité et i est gramant de celui noir qi i seult estre, saichiez qe ce signifie q’il i sorveigne male digestion.


103.

[1] Des enseignes qi demonstrent [enfermité] ou magrece.
 

[2] [Q]ant en l’egestion de l’oissel a de noir autant come de blanc ou pou moinz, et li blanc est ensi com un pan sanz ointure, saichiez adonc qe ce demonstre enfermité ou magrece.


104.

[1] Des enseignes qe signifient enfermité.
 

[2] [Q]ant en la egestion est li noir humiz et li blanc seches, sachiez qe ce signifie enfermité.


105.

[1] Des enseignes d’emoroïdes.
 

[2] [Q]ant en l’egestion de l’oissel est sanc ou citrin[it]é, saichiez qe ce signifie q’il ait une enfermité qi est appellee emoroïdes.


106.

[1] Des enseignes de la putrede dou ventre.
 

[2] [Q]ant en l’egestion de l’oissel est et apert putrede, saichiez de verité q’il a putrede dedenz suen ventre.


107.

[1] Des enseignes qe signifient mort.
 

[2] Qant en l’egestion de l’oissel apert une verdeçe qe l’en appelle mu[r]tine, saichiez qe ce segnifie sa mort.


108.

[1] De la maniere de porter et de tenir les oissieax de rapine.
 

[2] En cestui trecime capitre ne se contient autre rubrice qe ceste seulemant.

[3] Aprés ce qe vos avez oï des enfermitez apparanz des oissieax de rapine, qele ele sunt et comant vos le porriez conoistre et par qelles enseignes, vos ferai a savoir breumant comant vos devez lez ossieax porter et tenir, selonc ce qe mestres T[heodres] le devisa en suen livre dou latin. [4] Li oissiel est trop miauz [por porter] et por gitier se l’en le porte sor la main destre qe se l’en le porte sor la senestre, qar tant com l’en le giete plu fermemant, tant est plus prest et plus viaz a voler et a prendre. [5] Et se li chevalier porte l’oissel sor la senestre main et il vel chevauchier, il ne porra ce fere aeisiemant ni sainemant por l’oissel, et espiciaumant au monter, s’il ne met la main senestre sor l’arçon de la sele devant. [6] Et adonc par aventure s’enspavira le chevax el monter dou chevalier, et l’oissel, qi sera soutz lui, morira ensi.

[7] Mes s’il le porte sor la dextre, il porra au monter metre la main sor le dereain arçon de la selle et lever l’en sainemant autresi qant il montera, et ensi sera li oissels sanz peril en ceste maniere.