RIALFrI

Aldobrandino da Siena, Régime du corps

Le régime du corps de maître Aldebrandin de Sienne. Texte français du XIIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, Champion, 1911.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

Indice dell'opera    

 


DE GARDER LE CORS
TOT AUSI LE BIEN SAIN
COM LE MAL SAIN GENERAUMENT





I. DE L’AIR


[1] Li airs est .i. des .iiij. elemens des quels totes coses sont faites et formees, si com nous avons dit. [2] Et ne vaut mie tant seulement li airs à fourmer le cors de l’oume, ains est cose especiaus à garder et maintenir le cors de l’oume en santé puis qu’il est formés, et sans le quel li ons ne puet vivre.

[3] Si vous dirai comment li airs puet aidier l’oume par .ij. coses, l’une si est k’il refroide les caleurs du cuer par .ij. manieres: l’une si est par || l’air qui li entre ou cors par le bouce, l’autre si est par les piertruis de le char ki sont par tot le cors [de l’homme, <li autre si est par le pous dou cors de l’homme.>

[4] Et devés savoir que li cuers de l’homme est li principaus menbres du cors, et del cuer covient que] toutes les vertus et tote li calors viegne à tous les menbres du cors [et] de l’oume, et por çou, li couvient plus avoir caleur ke se nature ne li aporte, si couvient donques qu’il soit refroidiés par aide d’air. [5] Car jasoit ce cose que li airs, de se nature, soit caus et moistes, il est mout frois et temprés à le caleur du cuer.

[6] Li seconde cose par coi li airs fait bien et aide à vivre au cors de l’oume si est tele qu’ele aide à espurgier les superfluités et les fumees qui se puent engerrer entour le cuer. [7] Donques, se c’est cose que sans l’air ne puet on vivre, si vous aprenderons à counoistre li quels airs est boins et li quels malvais, por eslire ce k’est boin por santé garder.

[8] Li airs clers si est li boins, là où il n’a meslee n<ul>e fumee et quant on puet veir le ciel apiertement et lonc, et li vens vente qui est meüs || legierement, et quant on le sent delitable en alenant, et quant li solaus se lieve k’i<l> escaufe legierement, c’est li boins airs et li naturex.

[9] Li malvais airs est contraires à cestui, car il est mellés de fumees ki se lievent des estans et de marès et des terres où croissent malvaises herbes et malvais arbres, si com sont chol, et cruce, et ceu<e>, et aultres malvaises herbes venimeuses, et malvais arbre venimel si com sont figuier, noier, et autre arbre malvais; et encore par fumees qui s’ellievent de cors mors et d’autres caroignes. [10] Et est encore malvais airs ki est repuns entre valees et dedens maisons, et entre maisons, et ke li vens ne puet remuer, et ki n’est mie delitables à alener, ains le sent on gros, et ne s’escaufe ne ne refroide legierement au lever ne au coucier del solel, et ciertes, pau de coses sont ki metent l’oume si au desous comme malvais airs.

[11] Et devés savoir que del malvais air comment on le doit amender por santé garder, nous le laiserons chi à dire, car nous || n’en dirons nient, car nous le dirons ou .xiiij. capiteles, là où il aprent comment on se doit garder de pestilence et de corruption d’air.



II. DE MANGIER


[1] Or couvient ke ciuls ki veut garder se santé par viandes, il li couvient .iij. coses savoir, les queles seront boines en mains capitiaus, que nous dirons cha avant.

[2] La premiere cose si est de savoir et connoistre le complexion et le nature de totes coses qu’il covient user por mangier, et de celui qui le reçoit.

[3] Li seconde si est de le quantité des viandes selonc çou ke on doit prendre pau ou assés. [4] La tierce si est de garder [le tans, c’est à dire garder] l’usage et tenir selonc çou que on a acoustumé à mengier. [5] Or dirons dont le premiere.

[6] Nous devons savoir que toutes coses sont caudes et moistes, <caudes> et seches, froides et moistes, froides et seches, et si devés savoir que teles sont les complexions des oumes qui les reçoivent, si com li sanguins, qui est caus et moistes; li colerikes, || caus et sès; li fleumatikes, frois et moistes, et li melancolieus, frois et sès.

[7] Donques, covient, par le commandement des aut[r]eurs de phisique, ki vieut garder le nature qui est bien saine selonc çou k’il le trueve, qu’il doinst sanlant cose à le nature de cascun, c’est à dire cose caude à <caude nature, et froide cose à> froide nature, et ensi des autres natures.

[8] Mais, les propres coses à garder le complexion de l’oume qui par nature est caus et moistes, si sont li pains ki est bien cuis et bien levés et fais d’un jor, et fais de boin forment pur et net, et char d’aigniel d’un an, et boin vin ki ait boine odeur et boine saveur et boine coleur tele com nous deviserons ça avant, et totes cases de boine complexion, de coi boins sans se puet engerrer.

[9] Che sont les propres coses à le nature de l’oume garder qui est bien sains, et totes autres coses qu’il couvient user à l’oume ne sont mie ausi propres, mais user les estuet, car tot fruit et tout chol sont malvais à user por ce k’il font malvais || sanc, et les humeurs qui de li sont engerrees se corrunpent legierement; et li plus samblant fruit et qui plus norissent le nature de l’oume si sont fighes et roisins bien meur.

[10] Des autres fruis mangue on bien plus maintes fois por les maladies removoir que por boin nourissement qu’il doignent, si com de mangier coins, poires et autres pesans fruis por les viandes avaler et si com de mengier cohordes, mielons, lomies, grisomoles, piesches, poumes en esté au vin, por le grant caut et por le forcele, ou por le fie caut refroidier.

[11] Ensi poés entendre de tous leuns, et de totes les chars, et de totes autres coses dont boins sans ne puet iestre engerrés; mais por l’usance sont maintes coses qui ne sont mie boines por boin sanc engerrer à mainte nature couvignable, et vallent miex que ne font iceles que nous avons premierement moustrees, car, si com dist Avicennes, se li cors de l’oume est sains, totes les coses ki li ont millor sa||vour à le bouche, miex le nourissent.

[12] Aviegne que à maintes gens et à maintes natures lor plaise de diverses viandes de diverses natures mangier, vous devés savoir que c’est li pire cose por santé garder c’on puist faire, et de çou vous mousterai raison par exemple, car qui meteroit en .i. pot cuire viandes de diverses natures, si com char de porch, car de boef, car de pouchins et d’autres cars qui ne se cuisent mie en .i. eure, tout ausi avient à l’estomach de l’oume où les viandes se cuisent premierement, car li une se cuist avant de l’autre, et li menbre ki tous jors aimment lor norissement, prendent ausi bien le mal cuit com le bien cuit, et de ce puent avenir maintes maladies.

[13] Encore devés savoir que totes les viandes c’on prent ne doivent mie estre boillans si c’on les lieve du fu, ne si froides com s’eles fusse<n>t engelees. [14] Mais en esté covient qu’eles soient froides, et en yver caudes, et ce que nous vous avons dit de || ceste premiere cose, si com de savoir le nature et le complelxion des viandes, nous l’avons dit brievement, por ce que nous le dirons plus apertement en le partie, quant nous parlerons des simples coses.

[15] Or, entendés de l’autre, ensi com de la quantité des viandes pau ou assés. Il couvient assés savoir le vertu de l’oume, s’il est fors ou febles, ki la prent, et l’usance, car chil ki est de forte nature en puet plus prendre ke cil ki est de foible nature. [16] Mais toutes vois, as fors et as foibles, si[l] couvient k’il manguent en tel maniere k’il ne se sente<nt> pesant apriès mangier et k’il ne sentent lor ventre enflé ne bruiant, qu’il ne puissent legierement alener; et ne covient mie tant mangier com li saveurs de le viande lor reviegne à le bouche, ains couvient ke cascuns laisse le mangier en tele eure k’il ait encore talent de mangier.

[17] Et sachiés que en yver et en printans puet on prendre greigneur quantité de viandes de grosses nouretures, || si com sont pois, feves, char de buef, et tous poissons, et autres grosses viandes, por ce que li ventrail des gens sont plus fort et plus caut en tel tans por cuire les viandes.

[18] Et en esté et en sietembre doit on prendre meneur quantité des viandes legieres, car les vertus sont lors plus foibles, et ne couvient mie que apriès chou que on a eu grant fain, c’on prenge grant plenté de viandes, pour ce ki li menbre en prendent plus que lor nature ne puet porter, por le grant covoitise qu’il ont, si en avienent trop de perilleuses maladies.

[19] Or, dirons de le tierce cose, si com du tans, c’est à dire l’usance k’on a tenue longement, car c’est .i. cose c’on doit garder sor totes autres coses por santé maintenir, car longe usance, quele k’ele soit, ou boine ou male, tourne à nature, et por ce, vous disons que se maintes gens ont acoustumé malvaises viandes à mangier, eles lor sont plus propres et miels lors valent que les boines, et por ce, dist Ypocras que ki ara longement .i. cose usee, aviegne qu’ele soit plus malvaise de celi qu’il n’aura mie || acoustumee, li vaut miels, et par ce, poés veoir que cascuns doit s’usance tenir. [20] Car ki a acoustumé à mengier .ij. fois ou .iij. le jor n’en doit pas mangier .i. tant seulement, ains doit tenir le nombre du mangier selonc çou qu’il a acoustemé et usé, et doit mangier quant li volentés li vient.

[21] Mais entendés ke ce soit appetis naturax, car maintes gens demandent les viandes qui ont appetit ki n’est mie naturax, si com par le maladie que li phisitiien apielent apetit de chien et por autres maladies; et ne doit onques nus ons targier de mengier quant il en a talent, ne [de] souffrir fain. [22] Car fains raemplist l’estomach de malvaises humeurs et de corrunpues, ki vienent de tout le cors, si com dist Avicennes, et li boins us et li drois si est de mengier legieres viandes avant, si com sont chol, laitues, porcelainne et autres herbes assés, et tous fruits, fors fruis pesans si com sont poires, coins, castaignes et autres que nous vous avons dit, et totes chars legieres si com de pouchins, de chiveros, || gelines et assés autre, et totes autres viandes grosses et legieres aprenderons nous à conoistre là où nous parlerons des simples coses.

[23] Encore se doit on garder k’on acoustume mie de metre l’une viande sor l’autre, devant ke li premiere soit cuite, et ke on sente le forciele legiere por ce qu’eles ne se puent mie cuire ensamble à point et de ce puent avenir maintes maladies et grans.

[24] Et entendés ce ke nous vous avons dit des<eure>, que les legieres viandes il couvient mangier avant, et les grosses apriès, mais cest usage ne doit mie tenir cascuns, car maintes gens sont ki ont l’estomach si caut, que ki lor donroit les coses legieres avant, eles arderoient anchois que les grosses fuissent moitié cuites; por ce [qu’]il couvient les grosses user selonc ce que li nature couvient, car lointains us vaint droit et raison partout.



III. CAPITELES DE BOIRE


[1] Puis que nous vous avons dit du mengier, or vous dirons du boire, et par ce que buverage sont de diverse || maniere si com de boire vin, et ewe, et ciervoise, et vin de poumes et autres assés, si vous laisserons de ces, et dirons de boire vin et ewe por ce qu’il est acoustumés, et des autres vous dirons çà avant; et de ces .ii. ne vous dirons nous autre cose fors de conoistre li quels vins et li quele ewe valt miex; et comment on les doit user.

[2] Or entendés premierement de l’ewe, et sachiés bien que li ewe n’uevre mie en cors de l’oume fors que en .ij. manieres. [3] L’une si est de porter le viande et amenuisier por aler par tous les menbres. [4] L’autre si est de metre à nient le malvaise caleur qui avient es cors des hommes par caudes viandes qu’il prendent ou autres coses assés, et autre cose ne fait mie li ewe qu’ele ne norist le cors point, si com dist li philosophes.

[5] Li ewe, donques, ki est boine à user si doit iestre clere, et qu’ele n’ait point de saveur, ne d’odeur, ne de coleur, car ces coses ne puet ele avoir sans mellure d’autre cose, fors qu’ele doit iestre clere en totes manieres et doit coure sor tiere qui est apelee sablons, et tant com ele i cort plus longement || vaut miex, et doit courre vers soleil levant, et, tant com ele i cort, plus s’espurge et laisse le malvaistié.

[6] Et sans ceste ewe que nous vous avons nommee, si dient li philosophe que li ewe de le pluie qui est netement gardee et recuellie et qui est ceü<e> des hautes nues est mieudre de totes autres por ce qu’ele est plus soutius, car par la subtilité veons nous qu’eles corrunpent trop plus legierement que les autres.

[7] Et poés conoistre la quele est plus legiere et plus soutiels en ceste maniere: prendés .ij. dras de coton ou de lin d’un pois, et les baigniés en diverses ewes, et les repesés ariere; qu’il soient ouni, et les metés au solel sechier, cil qui pesera mains, li ewe où il sera moillés vaura miex.

[8] Et encore vous di je que li ewe qui plus legierement [cort] par le solel escaufe et refroide, que cele vaut miex.

[9] Si vous dirai comment vous le devés user. [10] Sachiés que boire ewe quant on est jeun et on est travilliet est malvaise cose, ains covient que on manguce avant .i. pau, mais que cil qui est sanguins et a grant caleur ou ventral, et as gens qui sont yvre, quant || il ont soif, le puent plus hardiement boire, et ne mie trop ensamble, car trop boire ewe ensamble est trop male cose, car ele puet amortir le caleur natural, si com dist Avicennes; et qui a grant mestier de prendre grant quantité de ewe, si le prenge quant il aura assés mengié, et le doit prendre deliement ne mie trop engorgiement.

[11] Et encore devés savoir que li ewe <teve> donne talent de vomir, et oste le talent de mengier. [12] Li ewe qui est bien caude si fait mal à l’estomach et fait bien aler à cambre.

[13] Des autres manieres de ewe et comment on doit amender celes qui sont corrunpues, ne dirons nous mie chi, nous en dirons ça avant, en sen propre liu.

[14] Dit vous avons de l’ewe, or vous dirons du vin.



III.1. DU VIN


[1] Li vins est diviers en coleur, en sustance, en saveur et en odeur, nouviaus et viès, et selonc le diversité si oevre diversement en cors d’oume. [2] Mais li boins vins naturals si est ciuls qui est entre viès et nouviel ouniement, et que se sustance est clere et nete, et que se coleurs est blance, || et tient une partie ausi come rouge, et ki a flaireur boine, souef, et ki a saveur ne mie trop forte, ne trop foible, ains a .i. saveur entre douce et amere et vert: c’est li vins qu’il convient user à le nature de l’oume ki le veut sainement maintenir.

[3] Car qui boit tel vin tempreement selonc ce que se nature demande et puet porter, et l’usance, et li paiis, et li tans le requierent, il fait boin sanc, et boine coleur, et boine saveur, et totes les vertus de cors plus fors. [4] Et si fait l’omme liet et deboinare, et bien parlant; et ce savoient maint philosophe çà ariere, si com cil de le region de Pierse qui gouvernoient le pule et les cités, et buvoient boin vins ainçois qu’il vausissent consellier ou jugier ou metre à raison les gens, por ce qu’il savoient et veoient bien que vins les faisoit plus soutiels et plus porveans en coses qu’il avoient à faire.

[5] Et ensi que vous veés que li vins fait bien à celui qui le boit atempreement, ausi devés vous savoir qu’il fait mal à celui qui le prent selonc ce k’il ne doit. [6] Car qui le prent à jeun, sor totes coses engenre goutes, por || ce que li vins, quant il vient en le forcele, par subtilité ne demeure mie tant qu’il soit cuis, si s’en va par les menbres, tous crus, et fait venir goute et autres maladies assés; et apriès mangier, quant li viande cuist, si fait malvais boire, por ce que li viande ne se cuist mie à se nature.

[7] Mais boire tempreement quant on mangue, et souvent, c’est covenable cose, et ne doit on mie tant boire que on deviegne yvre, jasoit ce que mains philosophes die que <d’iestre> enivrés .ij. fois le mois est sains, por ce que li force de vin destruit les superfluités du cors, et les purge par sueur et par orine et par mains autres lius. [8] Mais ciertes, de devenir yvre avienent maintes maladies si com apopletike, paralitike, espame et autres assés, et li menbres qui plus est grevés par trop boire si est li cerviele, et por ce, se doivent garder cil qui n’ont point de cerviele, de trop boire.

[9] Et cil cui vins fait si legierement mal si doivent user apriès çou qu’il ont but: coins, pommes, olives au soucis, miees de pain en ewe froide et totes coses qui fumee ava||lent.

[10] Mais cil qui welent devenir yvre si prengent l’esdarnele que phisique apele lolium, et d’autres coses si com <se>mence de jusquiam, de fuere et de nois muscades, et escorces de madragore, et silaloies, et galia muscate et autres coses qui le fumee de vin aiuvent à monter en le tieste; et apriès, quant il est devenus yvres por ces coses mengier, qui se vieut desyvrer, si boive sovent vin aigre mellé en ewe froide et pau ensamble, et soi faire froter de ewe rose, et mete[s] ses piès en ewe froide, et mangue mies de pain au verjus. [11] Et qui veit assés boire sans enyvrer, si puet user ces coses que nous vous dirons, si com semence de coins, commin, amandes parees, mente au sel, aloisne, rue seche, ameos en l’ewe froide et ou vin.

[12] Et sachiés que cil qui ont le cervele foible se doivent garder de vin fort meslé en ewe boire, car vins fors meslé enyvre plus tost que li purs, si com dist Avicennes, et ausi meslés divers vins, por diverses fumees qui raemplisent le cerveille.

[13] Et tous ces enseigne||mens que nous vous dirons du vin doit on faire, mais qu’il gart se nature selonc ce qu’ele est usee et qu’ele requiert. [14] Car maintes natures sont qui aimment miex vin verdelet si com colerike, et autres qui aimment vin <douc> si com sanguin, et si a autres natures assés ki aimment miex vin cler, et autres qui aimment miex vin gros, et autres qui aimment miex vin nouvel, et autres qui aimment vin viés, et selonc ce c’on voit que li nature se delite plus à l’un que à l’autre, et miex li vaut, doit on user.



IV. CAPITELES DU DORMIR


[1] Vous devés savoir que li dormirs fu trouvés por vertus du cors douner repos et assouagement du travail qu’il suefrent ou vellier por le travail et por le besoignier qu’il convient faire, fors que as vertus qui cuisent le viande, qui enforçent et se travaillent plus en dormir por le caleur naturel qui dedens le cors revient. 

[2] Sachiés que li dormirs, s’il est fais selonc ce qu’il doit, il garde mont le santé du cors por ce qu’il fait bien le viande cuire, et boines humeurs engerrer; et si fait trespasser maintes maladies qui vienent par courous, et par trop gesir à femme, et par trop || penser, et par viandes c’on prent qui metent le cors à nient.

[3] Et li dormirs atempreement vaut miex as viex que as jovenes, por ce k’il garde les humeurs où li caleurs naturex se nourist, et por ce, dist Galiiens en se viellece, je mengue cascun jor, costes de laitues por ce qu’eles mi font dormir, et li dormirs me gaaigne et engenre l’umeur où me caleurs est nouries.

[4] Sachiés encore que li dormirs fermement est trop boins à qui le fait ordeneement selonc ce que nous deviserons. [5] Car qui velt dormir por le santé de sen cors garde<r>, il convient qu’il dorme apriès ce que li viande est avalee de l’estomach, et doit iestre plus lonc li dormirs de celui qui prent assés de viande que de celui qui en prent pau; et cis dormirs doit estre de nuit, ne mie de jor; et quant il commence à dormir, qu’il gise sor le destre costé, et puis se tourt sor le senestre, et soit li cavés du lit haus, et bien couvers de dras, car ce aide mout, avoec le dormir, à cuire le viande: c’est li drois dormirs et li naturex.

[6] Mais qui dort de jors, si en avienent maintes maladies, si com || malvaise coleur, maladie de rate, s’en devient on pesant et lens, si engenre apostumes et fievres et autres maladies assés. [7] Donques, por ces maladies eskiver, si doivent cil ki ont acoustumé à dormir le jor, de jor en jor entrelaissier et revenir au naturel dormir de le nuit, et se les nuis sont petites, si dorment anchois le matinee que sor jor.

[8] Encore devés savoir que dormirs adens est boins por ce qu’il retient et conforte le caleur naturel à bien cuire le viande, et li dormirs à envers est malvais por ce qu’il fait maintes maladies venir, si com apoplesie, frenesie, fantosme, que li phisitiien apelent incubus, c’est à dire en françois apesart, car les superfluités de le cervelle se traient par devers le haterel desriere et ne vont mie le droite voie par le nés et par le bouce, <si com eles deussent aler. [9] Et pot çou, la bouce tenir> ouverte en dormant n’est mie folie por les superfluités espurgier; et li dormirs apriès ce c’on a prins le viande est malvais por ce qu’il fait le ventre enfler et bruire.

[10] Encore li torne<r>s de l’.i. costé sor l’autre souvent est malvais et ne laisse mie cuire le viande à || point, et quant il avient ensi que li ons a mengié, et il li prent talent de dormir, il se doit aler .i. pau esbatre por le viande avaler.

[11] Du vellier ne vous estuet mie moult dire. [12] Car qui set le maniere de dormir il doit savoir le maniere du vellier. [13] Car li velliers ne fait autre cose quant il n’est fais naturelment ke d’escaufer et damagier et de metre totes les vertus du cors à nient.



V. COMMENT ON DOIT GARDER LE CORS


[1] Ki velt le santé garder por le cors [re]movoir et travellier il couvient qu’il saice l’eure à le quele il le doit faire et le quantité du travail, quant il sera pau ou assés.

[2] Mais por ce que li travail sont assés de maintes manieres les quels il covient a l’oume faire par besoig<ne> et por gaaignier, si com estre fevres, carpentiers, maçons, foulons et autres manieres assés de mestiers, de ces travals n’entendons nous mie à dire. [3] Car cascuns doit faire selonc ce qu’il a usé et se nature li aporte. [4] Mais nous vous dirons du traval qui est propres a le santé garder.

[5] L’eure que on doit garder por travellier si est devant mengier, et quant li viande est cuite || par tous les menbres et que la forchele commence à demander le viande; et ceste eure pues tu conoistre par orine, ke quant l’orine commence .i. pau à enpoissier et à avoir .i. pau de coleur, lors commencera li viande à cuire et poés travellier selonc le quantité que nous vous dirons, et quant ele est enflammee de coleur, lors fait malvais travellier, por ce qu’il sece le cors et met totes les vertus à nient.

[6] Car trop miex valt li travals si le couvient faire quant li forciele es .i. pau plainne que quant ele est tote wide, por ce que li travals quant la forciele est tote wide, fait le caleur croistre et enforcier, et en vienent fievres et autres maladies, et n’entendés mie que quant la forciele est wide, qu’il faice por chou malvais travellier, que por ce quant ele est bien plainne, qu’il soit bien boins, car sor totes coses est li travals malvais apriès mengier, por ce qu’il fait atraire as menbres le viande tote crue de l’estomach, dont maintes maladies se puent engenrer, et n’entendés mie que del tout soit malvais li travax apriès mengiet, fors que li travax fors. [7] Car .i. pau travellier et aler apriès mengier est boins || por le viande avaler.

[8] Puis que vous savés de l’eure, il convient savoir de le quantité. [9] A le quantité doit on savoir .iij. coses, si com de conoistre le caleur du cors.

[10] Que quant li caleurs escaufe tempreement les menbres por le travail et ne mie por ce qu’il face seur, lor soit boins li travals. [11] Li seconde cose si est li mouvoirs, que quant li cors se muet ligierement et ne se trove mie pesant, dont est boins li travax.

[12] Li tierce cose si est de garder les menbres quant il commencent par le travellier .i. pau à engroissier, et ne mie froide cose user dont est boins li travals.

[13] Et encore est boine cose que cascuns gart le travellier selonc se complexion, car qui est caus et sès de se nature et sue volentiers, li travals ne li est mie si boins com à celui qui est contraires à cestui.

[14] A chiaus qui sont foible et relievent de maladies, doit estre plus temprés li travals que à chiaus qui sont fort et viste; et por ce, est boine cose à garder que on fache toutes coses selonc ce que se nature puet porter. [15] Car, si com dist li philo<so>phes, totes les oevres c’on fait outre ce que nature ne puet porter, || convient qu’eles metent le cors à nient.

[16] Dou reposer ne vous dirons plus ore, fors tant ke cil qui se sentent pesant por le travail qu’il ont fait, li repos est leur medecine, si com dist Ypocras; et ki set le maniere du travalier il doit savoir le maniere du reposer.



VI. DU BAIGNIER


[1] Por che ke baingniers est divers selonc le diversité des ewes, si vous dirons premierement le diversité des ewes qui sont boines por baingnier et à coi eles font bien et mal; apriès vous dirons comment on doit user le baingnier. [2] Totes les ewes en coi on se baingne ou eles sont doces ou d’autre maniere, si com sont ewes qui <ont> nature de soufre, et autres ki ont nature d’alun, autres qui sont salees, autres qui sont ameres, autres ki ont nature de salnitre, autres ki sont gissees, autres ki ont nature de fer, autres ki ont nature d’arain; autres ewes sont de mer, et totes ces ewes, ki par leur nature sont douces premierement, prendent autre[s] nature par les conduis où eles passent, si com celes qui ont nature de soufre. [3] Car en lor conduit a soufre, et par le passer qu’ele fait enki, si cange se nature || et escaufe; et ensi poés entendre des autres.

[4] Et totes ces ewes ki sont teles naturelment, si les puet on faire par artefice, si com de faire boulir soufre en ewe douce, et ensi des autre.

[5] Mais, por ce que li baigniers en ces ewes n’est mie couvignables à celui qui veit santé garder et ki a le cors sain, mais, sans plus, por les maladies delivrer, si en parlerons nous briefment por ce que ce n’est mie de no entention.

[6] Saciés que totes ewes salees et soufrees et de mer valent à maladies froides et moistes si com sont goutes, as maladies des rains, et à ydropisie de froide et de moiste nature, à rougne de fleu||me ki rent moult d’ordure et toutes autres maladies de si faite nature. [7] Et de teles aighes se doivent garder cil ki sont magre et de seche et de caude nature, et ki ont roigne de cole k’il amagrissent et desechent, et leur escauffe li fies et leur done fievre et caude maladie, si com etike, causon, et autres maladies assés. [8] Aighes ki sunt d’alun, et de gis, et de fier, et d’arain, si refroident et desecent et sont bones à maintes maladies si com || à chiaus ki rakent sanc et le gietent fors, et as menisons, <et à privees maladies de femmes> quant il en abonde trop, et à trop vomir et autres maladies assés.

[9] Li baigniers en ewe douce fais en estuves et en cuves, et en ewe froide. [10] Cil ki velt se santé garder et sera sains et se fera baignier en estuves et en cuves, si se gart qu’il ne demort mie trop; fors tant qu’il puist sen cors laver et soi netiier de l’ordure que li nature cache fors par les pertruis de le char, car d’autre cose n’a il mestier.

[11] Ne ne covient que il se baigne apriès mengier, por ce que li caleurs du baing atrait fors le caleur naturel ki devroiet cuire le viande, et por ceste meisme raison, ne doit on mie mengier ou baing, fors seulement cil qui sont maigre et sec qui welent leur cors encraissier, mais tes craisse n’est mie boine; mais qui faire le veit et mestier en a, si le faice quant li viande commence à cuire ou fons de l’estomach, et puis boive .i. pau d’oximiel; se c’est cose qu’il soit de caude nature, si puet user de piaperon et || dyamentastrum, et autre caut laituaire sont boins à chiaus qui sont de foible nature. [12] Ches coses sont boines por les maladies eskiwer ki puent avenir por le boire et por le mangier ou baing.

[13] Encore se couvient il garder et atargier de mengier ou baing et apriès çou c’on est baigniés, por ce que li caleurs naturaus afoiblist du baignier; et ne se couvient mie baignier apriès grant travail, ne boire ewe froide devant le baignier ne ou baing. [14] Car por le baignier sont les voies aouvertes si que li ewe porroit aler es principaus menbres du cors et metre le vertu à nient; et encore boire ewe bien caude ou baing et devant mengier est malvaise cose, por ce qu’ele porroit faire l’oume devenir etike et tesike.

[15] Et à l’issir du baing, covient que on se gart de froit et que on se cuevre bien de reube, principalment en yver por le froidure de l’air; et quant il sera repossés, à l’isser du baing, si mengue atempreement tele viande que ses estomas puist soffrir et bien cuire le viande sans le vertu mout travillier.

[16] Et devés savoir que li baing||niers d’ewe caude [et de froide et de] douce, au coumencement, fait le cors devenir moiste et atempré, et por longement demorer, escaufe le cors et deseke.

[17] Ki se veut baignier en ewe froide si prenge garde au premierement à sa complexion, qu’il ne sente reume ne autre maladie qui li puist grever, et en esté ne mie en yver, et qu’il ne se baingne pas tant que li froidure li grieve ne que si menbre li refroident; et que ce soit quant il vaura se caleur naturaument conforter, car ki se baigne en ewe froide ordeneement et selonc ce qu’il doit, il fait le caleur dedens le cors remuer et enforcier.



VII. D’ABITER AVOEC FEMME


[1] Cascuns ki a sens et discretion doit metre sen entention et tout son pooir de savoir comment on doit habiter à feme, pour chou que c’est une principaus cose dou cors sainnement maintenir, et dou cors metre à nient, ki tempreement ne le fait et use. [2] Et pour chou, si vous en dirons le bien et le mal ke il puet faire, et l’eure à le quele on le doit faire pour le cors maintenir en santé, et les maladies ki en pueent venir, eskiver.

[3] Saciés dont ke la matere ki se part dou cors de l’home à user le feme si est superfluités de humeurs ke tout li membre norissent, et pour chou entendre, si vous couvient savoir ke toutes coses ki norissent le cors de l’home sis quisent premierement en l’estomac, et cest quisement apiele fisike premiere digestion; apriès, ou fie, et ceste apiele seconde digestion; apriès si quisent es vainnes ki vont par mi le cors, et çou est apielé tierce digestion.

[4] Et encore quant cil norissemens ist fors des vainnes || et retorne en sustance de char et d’os et d’autres menbres, lors dist phisike que c’est quarte digestions, si depart le matere ke nous vous avons nommee, à jugier que Ypocras dist qu’ele se part plus de le cervelle que des autres menbres; et cest prouve <par> esperiment, car il dist s’on colpoit .ij. vainnes qui sont desrier les orelles, cil à cui on les colperoit, n’aroit ponir d’engenrer ne de gesir à femme.

[5] Or vous dirons comment et queles maladies avienent par le trop user. Tous li cors en afloiblist, et tot[e] li veue, et tot li talent dé mengier, et fait malvaise alaine, et fait malvai||se couleur, et fait venir doleur de flans, et foiblece de niers, et souvent avenir mauvaise alaine, et trestout le cors refroide, et les viertus de cascun membre met à nient, et sour toutes coses fait enviellir. [6] Et fait plus, il fait pierdre l’engenrer et fait venir autres maladies asés ke nous ne vous contons mie pour plus briement parler. [7] Et pour les maladies eskiver ki en avienent, si vous aprendrons le tans et l’eure ke on le doit faire.

[8] Premierement se doit garder cascuns ke il ne le face quant il est plains de boire et de mengier, pour chou ke maladies en avienent, si comme pour traveillier apriès mengier, si comme nous avons dit cha ariere. [9] Et se cose avient c’on le face, si se doit on mouvoir et aler un pau pour le viande avaler, et puis apriès coucier, dormir. [10] Et encor se doit on garder ke on ne le face quant il est vuis et a grant faim, et ce chou est k’il soit magres et sès, pour chou k’il le fait etique et met le caleur naturel à nient.

[11] Mais la droite eure dou faire si est quant la viande est prieske quite en la tierce digestion, et c’on soit widiet d’orine et d’autre cose faire, et ceste poés savoir par les enseignemens ke nous vous disimes ou capitele dou traveillier. [12] Et ceste eure n’est pas ingaus à cascun, car la viande se cuist plus tos à l’un ke à l’autre; pour chou, cascuns se gart quant il cuidera ke sa viande soit quite, se le face, car saciés ke c’est bonne eure pour engenrer enfans, speciaument se la feme est delivre un jour devant de sa privee maladie.

[13] Et saciés ke hons yvres, et hom ki l’use trop, et jovenes enfans, et hom de grant viellece, et ki se lievent de maladie ne pueent enfans engenrer. [14] Mais cil ki sunt de bonne complection forte, et ne sunt pas ne trop cras ne trop magre, et ont les vaines larghes, tel home <le> puent plus faire et enfans engenrer.

[15] Et pour l’atempreement faire, si comme nous avons devisé, fait le cors plus legier et fait demorer l’ome liet, et tot toutes pensees, et assouage les anguisses des amors dont maintes gens sont souspris, et fait eskiver maintes maladies ki pueent avenir ou cuer et en la cierviele par fumees ki sont detraites, ki par chou faire se puent vuidier.

[16] Et saciés ki a chou apris à faire nel doit pas del tout entrelaissier pour chou ke tel matere, quant on le retient, s’a nature de venin, si comme vous poés veoir en femes veves, et à homes et à femes de relegion, et à pucieles ki trespassent l’eure de marier, ki muerent maintes fois soudainement si com dist Hali; et en avienent maintes maladies ke nous ne vous conterons mie.

[17] Et ki ne puet dou tout tenir ces ensegnemens, il vaut mius ke on le face quant on est plain ke quant on est vuit, et vaut miels à faire quant li cors est caus ke quant il est frois, si comme Galiens commande et ensegne.



VIII. <POR COI> ON SE DOIT GARDER DE CORECHIER


[1] Il [ne] convient [pas] parler d’une cose que phisike apele accidens de l’arme, c’est à dire que ce sont plus propres coses de l’arme que du cors, aviegne que li arme ne puisse avoir bien ne mal sans le cors, [tant com il sont ensamble, et ces coses sont corrous, ire, liece, paour, honte, tristece, envie, angoise, pensee; et saciés certainement qui de ces choses] ne set garder, e les destruissent le santé del cors et soudainement le font venir à nient, et por ce, vous en dirons nous le bien et le mal que ele font, et coument eles sont engenrees.

[2] Saciés que ces coses ne puent avenir sans le mouvement de le || caleur naturel et des esperis qui vienent du cuer, et d’autres qui sont dedens as menbres, à ciaus defors, <et encore por [chou] l’esmouvoir de la caleur naturel et des esperis des membres defors à ciaus dedens, et cil mouvoirs des esperis et de la caleur par dedens a ciaus defors> ou il est atempreement ou il est soudainement.

[3] S’il est tempreement, lors a il leesce ki tient le cors sain et conforte le caleur naturel, et li aide en totes evres et li aide longement à vivre.

[4] Se c’est soudainement, c’est ire ki li escaufe le cors et deseche, et fait venir fievres et destruit le caleur naturel, et se li esperis et li caleurs se vienent des menbres de fors et reviegnent par dedens c’est ou soudainement ou tempreement. [5] Se c’est tempreement, c’est tristece et envie qui refroident le cors et descendent, et amortissent le caleur naturel qui doit en santé le cors maintenir. [6] Se c’est soudainement, c’est angoisse et paours qui font le cors soudainement morir qu’il amortissent le caleur naturel du cuer et des menbres, si com li vens fait de le candelle <et> ce devés entendre en grant pueur.

[7] Honte avient autrement que celes que nous avons noumees, car ele avient par les esperis et par le || caleur qui premierement revient dedens, et apriès que li nature le rechace as menbres dehors, si com vous veés aucunes gens qui d’aucune cose commencent à avoir honte, qui premierement palissent, et puis commencent à devenir rouge. [8] Et ceste si cange maintes fois le talent du cors en froidure, ne mie en tel maniere com les coses que nous vous avons dites.

[9] <Pensees ne sont en tel maniere com les choses ke nous avons di es>, car cascuns set que pensers et besoigniers à outrage destruit le cors et met à nient. [10] Mais por ce que sans be[ig]soignier et sans penser ne puet on vivre, si couvient que on le face tempreement por le cors sainnement maintenir.

[11] Et sans ce que nous vous avons dit, il est .i. autre maniere de cose, si com de melancolie, ki moult destruit le cors c’on puet removoir par purgier l’umeur et por user laituaires si com leticia Galieni, et avoir joie et lieche.

[12] Les autres, si com ire et courous, et celes ke nous vous avons noumees, n’i a autre cose de l’oublier et trespaser l’ocison de coi eles vienent.



IX. POR COI ON SE DOIT SAINIER


[1] Vous devés savoir que li sainniers wide les humeurs qui sont dedens || les vaines ki vont par tot le cors, si comme dist Avicennes, et tel widement n’estüet nul oume faire fors que par besoigne. [2] Li premiere si est quant li sans habonde trop, que on se puist maintenir en santé et le maladie eskiwer, qui par sanc puet avenir. [3] Li seconde est puis que li hom <est> malades, por les maladies remouvoir.

[4] Li premiere si est notre ententions, si vous en dirons selonc les enseignemens de phisike, et de le seconde vous dirons <briement>, por ce que de le premiere nous couvient aucune cose dire.

[5] Or, entendés donques premierement de chiaus à cui il affiert plus li sainniers por le cors sainnement maintenir: c’est à celui ki sera asaziés de boinnes viandes, si com de pain et de boin vin et de boine char, et ki iert demourés à repos, à celui qui sera ensi nouris et plains à outraige est boins li sainniers; et quant il est trop plains, si le puet counoistre en tel mainiere que s’orine soit rouge et espesse et obscure, et li pous li debatera plus tost qu’i<l> ne sieut, et sera li pous mous, et si ara dolour ou front devant, et plus ou destre ke ou seniestre; et li salive || de se bouce sera douce, et ara le visage et le blanc des iex rouge, en dormant songera tous jours de veir rouges coses, et ses cors sera velus, et ara les vainnes larges et plaines par tot le cors, et sera bien camus et bruns, et ara par tout le cors coleur entre noire et rouge; à cestui affiert li sainniers.

[6] Autres gens, si <com> sont jovene de .xiij. ans, et homme de grant aage, et hom <qui> de grant maladie se relieve, et femme ençainte, et hom yvres, ne cil ki a dur ventrail et plain si k’il ne puent aler à cambre, et ki a plain l’estomach et abomination, et ki a por besoigne le cors travillié, ne se doivent mie sainnier, se grant mestier n’en ont, car, qui se fait sainnier, et mestier n’en a il empire moult se nature et se complexion, et envieillist plus, et si fait venir ydropisie, et si taut l’appetit du mengier; il afoiblist le vertu du cuer, du foie, de l’estomach et de tot le cors, et fait devenir l’oume paralitike et apopletique. [7] Mais qui li fait quant il en a mestier, il garde le cors et remue les maladies si com fievres, apostumes, et vairoles et || maladies qui vienent par pestilence: eschinance, meselerie et autres assés que vous sarés çà avant.

[8] Donques, por les maladies eskiwer, et por le cors maintenir en santé, si vous aprenderons comment vous le devés faire.

[9] Sachiés premierement que ki se weut purgier par medecine et sainnier, si estuet qu’il le face en printans et à le sietembre, car ce sont li tans où les humeurs plus abundent, si com dist Ypocras.

[10] Et li jors ou quel on se doit sainnier doit iestre caus et moistes, et ne mie trop caus ne trop frois; et l’eure du jor doit iestre à prime, et que on soit widiés de superfluités du cors, si com d’orine et d’autres coses.

[11] En yvier, se doit on sainnier du bras seniestre, et en esté, du diestre, et apriès çou k’on est sainnié, n’estuet mie dormir, por ce ke au dormir, revient li caleurs dedens le cors qui fait le sanc escaufer et boulir, par coi li vainne reporroit ouvrir et sainnier, et en puent avenir fievres et maladies et brisemens de menbres, si com dist Avicennes.

[12] Et ne soit on mie baignié devant le sainnier, por ce ke on devient apriès || pesans, et engroissse le cuir de le char, fors seulement cil qui ara le sanc gros, por ce que li bains le fait devenir soutil, et n’estuet mie trop mengier apriès çou k’on a sainniés, ains estuet que le jor k’on est sainniés, k’on manguche pau, et ordeneement, et legieres viandes, et ce, doit on faire le secont jor et le tierc, et puis apriès doit on tenir à ce k’on a à usage, car grant garde couvient metre k’on ne mengut trop ne boive apriès le sainnier, por ce ke li caleurs naturaus est foible, si se portoit amortir ausi com petis fus de grant abundance de bouce.

[13] Et couvient c’on se prenge warde au sainnier, et que on en face tant traire com se nature puet porter, car miex vaut souvent sainnier que .i. fois trop grant sainnie faire; et couvient le sanc regarder, car s’il est ciers et tiegne .i. pau de blanc ausi com de coleur de rose, si l’estance, car c’est li sans ki nourist le caleur naturel.

[14] Mais se li sans est gros et noirs, si le laisse issir, et soit li plaie en esté estroit<e> et en yvier large, por ce ke li large espurge miex le sanc gros, et en yvier || est il plus gros qu’en esté, aviegne qu’ele faice plus tost afoiblir, por ce qu’ele wide plus des humeurs et des esperis, et fait miex à chiaus qui ont abundance de gros sanc et de malvais, s’il ne le font premierement par le baignier et par autres coses delier. [15] Car, si com dist Avicennes, à grant abundance de malvais sanc, li sainnie wiede premierement le melleur, et le plus gros laist, por ce que li boins est aparliés à l’[l]issir plus.

[16] Et couvient ke li sainniés soit en obscur liu et en froit, por ce que li nature se travaille plus à le clarté por le regarder. [17] Et encore couvient, ki sainnier se fait, que, se au premier cop ne puet avoir sanc, ne se faice plus ferir se moult grant mestier n’en a, por ce qu’il en porroit venir apostumes et porroit les niers ferir, dont maint peril avienent. [18] Et <pot> ce peril eskiwer, si vous aprenderons les vainnes ki ou cors sont c’on doit sainnier, et en quel liu ele sont, et les queles sont à niers mellees, et les queles font bien.

[19] Les vainnes qui sont usees de sainnier si est: li vainne ki siet enmi liu du front, les .ij. vainnes qui sont es temples et les .ij. || vainnes ki sont deriere les orelles, et .ij. vainnes qui sont as angles iex et .ij. vainnes desous le langue, et .iiij. vainnes ki sont es levres, .ij. deseure et .ij. deous; et .i. vainne qui est entre le levre et le menton.

[20] Et ou bras sont vainnes ki sainnent, si com celes du chief et cele enmi, c’est cele du cuer, et cele du foie, et cele de le rate.

[21] Et encore ou ventre si en a .ij., une ki est desous le fie et une ki est deseure le rate.

[22] Ou piet, sont .ij. vainnes desous les chevilles, par defors, que li phisike apiele siatike, et .ij. autres par dedens, desous les chevilles, que phisike apele saphene. [23] Encore i a .ij. vainnes ki sont seur le jointure du paus, et ces .ij. vainnes que je vous ai dites sont celes ki sont usees à sainnier. [24] Or, vous dirons à coi eles font bien.

[25] De ces vainnes que nous vous avons noumees, il en i a .i. partie que li phisique apiele artaires, ce sont les vainnes qui batent, les autres proprement qui ne batent sont vainnes. [26] Et de ces vainnes si est une, cele du front, ki est entre .ij. sourciels, car, ki en wieut sainnier, si couvient estraindre le gorge à .i. cuevrechief, || et ausi couvient faire toutes celes qui sont ou chief, por bien veir, et couvient qu’ele soit sainnie en traviers, et toutes les autres vainnes qui sont en le tieste, fors celes qui sont deriere les oreilles; [et li sainniers de ceste vain ne si fait bien as doleurs et as longes maladies qui sont en le teste, especiaument as doleurs et as maladies qui sont ou haterel deriere, et as longes maladies des ieux.

[27] Les deus vainnes des temples que li fisitien apelent] [apelent] artaires por ce qu’eles batent aucunes fois, les fait on sainnier et cuire apriès chou qu’eles sont trençies, por le trop larmier, et por reume, et por autres maladies assés qui as ieux avienent.

[28] Les vainnes qui sont artaires, ki sont derriere les oreilles, si les sainne on por l’alainne qui engrosse à chiaus qui doivent devenir mesiel, et por reume, et por apostumes et por autres maladies assés qui as ieux avi<e>nent; et ces vainnes fait <b>on garder à sainnier por ce qu’eles sont trop perilleuses, si com dist li auteurs de phisike.

[29] Les vainnes ki sont es angles des iex, quant eles sont sainnies, si font bien as dolours de le tieste, et as apostumes des iex, et as larmes et à totes || les maladies qui as iex puent avenir. [30] Mais gardés que li lancete ne voist trop dedens, por ce qu’il i a grant peril.

[31] Les vainnes qui sont desous la langue sont boines à sainnier por les maladies qui avienent à le langue par sanc, et ou visage, et en le bouce, et à toute le tieste; et couvient qu’ele soit sainnie par lonc, car c’est les vainnes qui miex valent as apostumes qui vienent à le gorge.

[32] Les vainnes qui sont es levres valent as escaufures ki vienent à le bouce, et as apostumes, et as enchives ki sont enflees et grosses et sainnent volentiers. [33] Li vainne ki est entre le menton et les levres est boine à sainnier à celui ki a malvaise alaine.

[34] Les vainnes qui sont ou bras, si com cele du chief k’on trueve à le jointure du keuste, ki est au desus du brac et vient par deseure l’espaule, wide le sanc des menbres ki sont par deseure le fourciele, et por ces maladies qui à ces menbres avienent les doit on faire sainnier. [35] Et à le sainnie de ceste vainne se doit on garder por ce ke s’<on> le fiert plus d’une fois et li plaie et li les sera || plus estrois et travillera le bras sans reposer; et se apostume avient si convera tantost sainnier de l’autre brac.

[36] Li vainne du fie wide le sanc ki est ou fie et es autres menbres dou ventrail. [37] Chele ki est enmi, por ce qu’ele ist de ces .ij. vainnes que nous vous avons nomees, si wide du sanc de l’une partie et de l’autre, et si couvient prendre garde au sainnier de ceste vainne por ce k’il i a niers par desous.

[38] Et cele ki ist du fie par desous si doit on garder au sainnier, por ce qu’il i a niers par desous et molille, que li lancete n’i a touché. [39] Quant il i a toucié, si couvient que li plaie demeurt ouverte: ki le recloroit, apostumes en porroit venir; et se doit on garder de l’artaire ki est priès de cest vainne, por ce que en l’artaire demeure li sans où li caleurs naturex se nourist; ançois le doit on bien destraindre maintenant, si com de sanc de dragon et paus de lievre.

[40] Et ailleurs, artaires ne doit on sainnier fors por maladies qui avi<e>nent as membres par sanc <cler> od le delié. [41] Et poés conoistre quant li artaire est sainnie || que li sans à l’issir sautiele.

[42] Li vainnes k’on sainne es mains <qui sont> brances de celes que nous vous avons nomees as bras, si couvient c’on loit le main à le jointure tot avant et mete le main en ewe caude, por ce que li vainne pert miex; et cele qui est en le main destre, entre le petit doit et l’autre, est boinne à sainnier por le maladie du fie. [43] Cele ki est entre le pauc et l’autre doit, si est boinne à sainnier por le maladie des iex et de le tieste. [44] Et li vainne qui est en le senestre main, entre le petit doit et l’autre, si est boinne à sainnier por les maladies de le tieste, et li grans vainne dont ceste se depart truve on au seniestre bras, par des[o]us les autres vaines, et vient par desous l’aissiele.

[45] Les vainnes ki sont en ventre, cele qui est desous le fie si en fait on sainnier por ydropisie. [46] Cele qui est deseure le rate, ou senestre, si en fait on sainnier por le maladie de le rate.

[47] Les .ij. vainnes ki sont desous les chevilles par dehors, si en fait on sainnier por le doleur de le hanke ki vient au genoul et ou piet, et couvient qu’ele soit sainnie ou lonc, ne mie || en traviers, et por ce k’on voie bien, k’on tiegne le piet en caude ewe et k’on faice bender du genoul jusques à le cheville; et ce meisme poroit on trover par deseure les chevilles, deseure le talon.

[48] Les vainnes ki sont par dedens, desous le cheville, se fait on sainnier por fis, por amorredes, por apostumes, por autres maladies ki avienent ou fondement, et por faire <venir> les privees maladies de femmes qu’eles pierdent, et por autres caudes maladies ki leur avienent à le matris et cele part.

[49] Les vainnes qui sont desor le gros doit du piet valent as apostumes et as boces qui vienent es ainnes, et à ces meismes maladies que nous vous avons nomees.

[50] Et ne doit on mie, apriès le sainnier les vainnes, trop estroit loier le bras, por ce que apostumes en vienent; et se li sans abonde trop, si puet on metre .i. pau de sel et d’oile.

[51] Et quant on se fait sainnier, si puet on prendre garde au sanc; car, qui se fait sainnier por apostumes qui sont dedens le cors, li premiers sans ki en ist valt miex que chieus ki vient apriès, car li malvais ki vient apriès est où l’apostume a || esté engenree, et por ce, le doit on laissier issir tant com se nature puet porter.

[52] Mais ki a engaument le sanc ou cors, si ne doit mie tant atendre que li sans soit cangiés, car tant en porroit issir ke se nature iroit à nient. [53] Et doivent entendre cil qui por le sainnier afoiblissent legierement, et ki ont l’estomach foible, et ki vomissent legierement le cole et ont le bouce amere: cil doivent mangier devant le sainnier une mie de pain en vin de pou mes de gernates, ou en verjus. [54] On en mengue por le peril qui poroit avenir eskiwer. [55] Mals, à celui qui n’en a mestier, valt miex li sainniers devant mengier, que apriès, car, qui se fait sainnier apriès ce qu’il a mengié, si a grant peril, por ce que les vainnes atraient le viande crue por le sanc ki en est issus.

[56] Se foiblece avient par trop sainnier por le vainne ki escrieve en dormant où en autre maniere, se doivent reconforter de laituaires et d’autres boines viandes ke li auteur de phisique enseignent.



X. CAPITELES DE VENTOUSER


[1] Ventousers espurge de sanc delié ki est es vainnes petites || entre cuir et char, plus que ne fait li sainnie. [2] Et por ce, ne se doit mie ventouser cil ki a le sanc gros, s’il ne se baigne tot premerainement, et apriès ce qu’il sera baigniés une eure, si se face ventoser. [3] Chil ki ont le sanc delié ne couvient mie baignier et por ce ke venteuses oevrent diversement ou cors de l’homme selonc le diversité[s] des lius où eles sont asises, si vous dirons qu’eles font.

[4] Li tans, li lius de ventouser si est quant li lune est plainne et enmi le mois, car si com aucunes gens dient, li menbre sont lors plus plain des humeurs. [5] Li eure à coi on se doit ventouser si est à tierce, ou entre tierce et prime.

[6] Et sachiés que les venteuses ki sont mises ou soumeçon du chief, si com dient maint philosophe, valent à chiaus qui devienent fol par malvaise cierveille et auvertin, et garde avenir cainnes. [7] Mais à ce ventouser doit on bien prendre garde, car se li venteuse est mise desous le hateriel, Avicennes dist qu’eles destruisent l’entendement de l’hom, et aucunes gens font venir cainnes plus tost, et font l’omme || devenir oubliels à tous jors, males pensees et autres maladies assés. [8] Mais eles font bien à toutes les maladies ki vienent as ieux et à le doleur et à le pesance qui vient as sourciux.

[9] Les venteuses c’on met sor le caon de col si font bien à le doleur des espaules, et as doleurs de le gorge et à tous les menbres du visage; et font bien à chiaus cui li tieste crolle. [10] Les venteuses ki sont mises entre .ij. espaules font bien à chiaus ki racent le sanc par tous, et à totes les maladies du pis, mais eles afoiblissent l’estomach et font le cuer doloir.

[11] Les venteuses qui sont mises desous le menton espurgent les dens et les enchives ki sainnent volentiers, et tote le gorge, et le tieste, et les joues. [12] Les venteuses des keutes font bien as doleurs qui vienent ou gros du bras et traient les humeurs au keuste.

[13] Les venteuses qui sont mises par desous les rains valent as apostumes ki vienent es cuisses, et à roigne, et as doleurs des piès, et amorroides, et as fis, et à ventosité ki avient <ou> poinil || et au matris.

[14] Les venteuses c’on met as cuisses par dedens valent as apostumes ki vienent as couilles et as plaies des ganbes et des cuisses. [15] Les venteuses ki sont mises par dehors les cuisses valent as maladies du fondement, si com apostumes et autres maladies ki vienent as niers. [16] Les venteuses c’on met ou cras de le ganbe si wident moult et valent as doleurs de la matris, des rains, et de le vesie ki sont de lonc tans avenues, et font venir les privees maladies des femmes quant eles l’ont <perdues> et valent as apostumes qui puent venir cele part.

[17] Les venteuses c’on met deseure les ainnes wident le sanc de trestout le cors, et aliegent tot le cors, et valent as maladies des estatures ki sont dedens le cors et puent avenir.

[18] Les venteuses c’on met desous les chevilles valent as doleurs des genous et des piès, et des privees maladies des femmes.

[19] Ches venteuses ke nous vous avons noumees sans sainnier et à sainnier valent as maladies que nous vous avons dit desus, mais ces sainnies furent trovees por .iij. coses qu’eles font. [20] La premiere est por çou c’on puist cascun menbre widier || par lui, ki mestier en a; li seconde, qu’eles gardent les esperis et le caleur naturel ke il ne wident; li tierce si est qu’il n’<i> a pas peril à widier par venteuses quels menbres que ce soit, et tant ke li hom se vieut plus widier, tant couvient que les plaies soient plus parfondes.

[21] Les venteuses c’on met sans sainnier, on les met por .vi. coses ke nous vous dirons.

[22] Li premiere est quant on doit traire d’une part humeurs à une autre, si k’aucunes fois met on les venteuses desous les mamieles por restraindre <les privees maladies des femmes> qui trop lor abonde.

[23] Li seconde est de traire fors l’apostume ki sera trop repuse en parfont par le medecine c’on metera deseure.

[24] Li tierce est por retraire la matere de l’apostume, du menbre principal au plus vil.

[25] Li quarte est por escaufer les menbres por le sanc qu’eles atraient, et por le ventosité destruire.

[26] La quinte est por retraire les menbres à lor propre liu, si com de retraire les bouiaus qui à maintes gens avalent.

[27] Li siste si est por les doleurs de flans et du bonnent et du ventrail, et de la matris ki vient par ventosité, oster.

[28] Et sachiés k’il fait boin prendre garde ke li ventosités si tient || c’on le puist oster, por ce ke quant ele se tient trop, et por legierement oster, si prendés .i. drapiel ou une espurge, si les molliés en ewe tieve et molliés entor, et quant li lius sera oins où li ventosités sera, n’estuet mie targier à metre les venteuses sus, et à le premiere fois c’on le metra soit legiere, et li autre plus fors, et ensi apriès tant qu’ele soit bien espurgie.

[29] Et couvient à ciaus ki sont ventousé qu’il se reposent longement, et apriès manguent tel viande que lor nature amera miex. [30] Et convient ke jovene enfant s’il ont .[x]iij. ans passé ne soient mie ventousé se grans mestiers ne leur fait faire.



XI. DES SANSSUES ET A COI ELLES VALENT


[1] Vous devés savoir qu’il i a .i. maniere de sansues qui sont venimeuses si com dient li phisitiien, et por conoistre les queles sont boines et les queles sont venimeuses, si vous en dirons ce ke Avicennes en dist.

[2] Il dist ke celes ki ont grosses tieste, et qui ont coleur entre noir et vert, et qui sont glaireuses, et ki sont roiies d’inde, et ki demeurent en marès, de celes se doit on garder, car por le venim qu’eles || portent puent avenir fievres, apostumes, malvaises plaies, pasmers, foiblece de menbres.

[3] Celes ki sont boines sont celes ki demeurent en ewe courant et où raines sont, et ki ont coleur obscure et sont roiies de coleur rouge, et ont le tieste petite, et sont samblans à cheuwe de souris. [4] Mais celes qui miex valent sont celes ki ont le ventre rouge et sont verdes deseur le dos, mais qu’eles soient en ewe courant: ce sont les melleurs. [5] Et puis que vous savés les queles sont boines, or vous dirai à coi eles valent.

[6] < Eles valent > à ciaus ki sont lentilleus, et à chiaus qui ont goute rose, et à malvaise coleur rouge et boutonnee, et à plaies faites de lonc tans ki ne puent saner; mais c’on soit ançois sainniet de vainne, car, si com dist Avicennes, li sans qu’eles espurgent vient plus de parfont que ne fait cil des venteuses.

[7] Encore couvient ke nous vous aprendons ke devant ke vous metés les sansues, ke vous les wardés .i. jor puis qu’eles seront prises, et les metés en ewe froide et clere pour espurgier ce qu’eles aront || ou ventre, et seroit boin de les nourir de sanc d’aigniel ou d’autre cose devant chou c’on les mesist. [8] Et apriès, couvient que là où on les doit metre, c’on soit bien frotés et que on i mete .i. poi de sanc de buef por plus tost prendre; et quant ele seront plainnes et vous les volés oster, prendés .i. pau de cendre, ou .i. pau de sel ou verde soie arse, ou lin ars, ou esponge arse, ou laine arse et le degoutés sus, si kaïra maintenant.

[9] Et puis qu’eles seront cheues, si couvient c’on leve le liu de boinne ewe caude, et ke li remanans du sanc soit espurgiés par ventouser; et se li sans ist plus qu’il ne doit et vous le volés estancier, si metés par deseure .i. drapel mollié en vin aigre. [10] Se ce ne vaut, si ferés che ki plus fort estraint: prendés .i. piece de tille, et le faites ardoir, et en faite delie pourre, et le metés par desus. [11] Autant fait pourre de galles arses, et pourre de tiere arse rouge, et pourre de cendres bien delies, car merveilleusement totes ces pourres estraing||nent le sanc.



XII. POR COI ON SE DOIT PURGIER ET EN QUEL TANS


[1] Apriès che ke dit vous avons du sainnier, si vous dirons comment on doit le cors purgier. [2] Car c’est .i. cose especiaus qui le fait selonc ce k’il doit; si fait le cors sain maintenir et eskiwer les maladies, et por ce, si en parlerons selonc les enseignemens des auteurs de phisike, comment on doit faire devant c’on soit purgiet, et quant on se purgera, et apriès ce que on sera purgiet.

[3] Devant chou ke nous disons du purgier, si nous couvient savoir queles humeurs sont, les queles sont quatre.

[4] Li premiere si est sans ki est caus et moistes.

[5] Li seconde si est fleume qui est froide et moiste.

[6] Li tierce est cole rouge ki est caude et seche.

[7] Li quarte si est cole noire, c’est à dire melancolie, ki est froide et seche.

[8] Mais li fleumes se part encore en .v. manieres:

[9] Li premiere si est sause flume ki est plus caude et plus seche des autres manieres de flume, pour ce qu’ele est meslee de cole rouge.

[10] Li seconde maniere si est fleume douce ki est caude et moiste, por ce k’ele est meslee || en sanc.

[11] Li tierce maniere si est fleume acre ki est froide et seche, por ce qu’ele est meslee à le melancolie.

[12] Li quarte maniere si est cele ke phisike apele fleume vitreum ki vient de trop grant froidure, si com à gent de trop grant aage.

[13] Li quinte maniere <si est> le naturel fleume ki est de froide et de moiste nature, et n’a point de saveur.



XIII. DE COLE ROUGE


[1] De cole rouge si est encore de .v. manieres:

[2] Li premiere si est cole naturel rouge et cleire ki vient du fie, ki est caude et seche, si com nous vous avons dit.

[3] Li seconde maniere si est cole citrine ki a coleur d’un fruit ki a nom cetre, ki est faite de fleume, de cole rouge, et n’est mie si caude comme li premiere.

[4] Li tierce maniere si est cole viteline ki est samblans à mouiuex d’ues, ki est faite de fleume qui vient de grant froidure, et de cole[ur] rouge et cleire, et mains caude des autres.

[5] Li quarte maniere de cole si est verde ausi que jus d’ierbe ke phisike apele prasine, et ce naist especiaument en l’estomach.

[6] Li || quinte maniere de cole si est erugineuse ki est samblans à rouge d’arain ki vient de trop grant caleur et est nature de venim.



XIV. DE COLE NOIRE


[1] De le cole noirre sont .ij. manieres.

[2] Li premiere et li naturaus [.Li premiere] est loiee de sanc, et ceste est vraiement seche et froide.

[3] Li seconde est ki vient par grant arsure de caut, si est apelee cole noire et est plus caude de l’autre.

[4] Ce sont les .ij. manieres des humeurs ki ou cors de l’oume puent abonder et les queles il couvient estre purgies par medecine.

[5] Mais du premier, si com du sanc, nous vous avons dit comment on le doit purgier si com par sainnie et par medecine, si com de casse fistule, mauve, violat, fleurs de bourraces; mais li sainniers est plus propres, por ce que li lius où li sans demeure si est tous tans dedens les vainnes, et les autres humeurs si ont liu dehors les vainnes; et n’entendés mie que de ces humeurs ne puissent estre meslees au sanc dedens les vainnes, car tous jors [avoec le sanc] || de ces .iij. humors que nous vous avons noumees si sont avoec le sanc dedens les vainnes meslé, et ce se puent bien avoec le sanc par sainnie espurgier. [6] Mais quant eles sont dehors les vainnes, si couvient qu’eles soient purgies par medecines. [7] Et ançois que nous vous aprendons coument vous devés purgier quant eles abondent trop, si vous estuet savoir les signes coument vous connisterés li quel abondent trop.



XV. DEL SIGNE DE FLEUME.


[1] Li signes de fleume quant il abunde trop par tout le cors, si poés conoistre ke quant l’orine sera espesse et blance, lors abunde li naturex fleumes; et li autres est ki vient de grant froidure quant l’orine sera blance et se sustance sera entre es[s]pesse et coulouree; si sera li fleume douce et clere, lors sera habundance de fleume noire; et s’ele est coulouree en tel sustance si sera fleume sause; et s’ele est espesse et colouree si sera flume douce. [2] Awec çou, ki tele orine aura, il aura doleur en le tieste à le || seniestre part, de la tierce eure de le nuit en avant, et aura le visage pale et dormira serreement, et sompnira tous jours pluves et rivieres, et si habunderont tous <jours> cuiçons selonc le saveur de le maniere du fleume, et li bruira li ventres, et li cuira mal se viande, et sera pesans et lens, et aura usé viandes froides. [3] Vous devés savoir ke cist signe sont de fleume.



XVI. LI SIGNE DE LE COLE ROUGE.


[1] Li signes de le cole rouge ki abunde trop par tot le cors si est quant l’orine est rouge et clere, de soutil sustance, et aucune fois si puet estre de grosse sustance.

[2] Se li cole viteline et li cole citrine habunde, li pous va tost, et vient doleurs ou front, ausi com dedens les iex, et a le grigneur doleur à le tierce eure du jour douques au viespre, et li visages et li bians des iex se traira en gaune, et tous li cors, et ara le bouche amere et le langue aspre et seche, et petit appetit de mengier, et grant talent de boire tous jors, || et tous jours songera fu et rouges coses.



XVII. CAPITELES DE COLE NOIRE MELANCOLIEUSE.


[1] Li signes de cole noire est melancolie, et quant l’orine est blance et clere et aucunes fois gaune et est soutiex plainne d’escume; et aucune fois quant li cole espurge par orine si est l’orine espesse, et li pous sera tardius et pesans, et li visages et li bians des iex seront pale, et piers, et cacieus; et li saveurs dou router sera ausi com de vin aigre, et li songe seront estrainge et paoureus, et li doleurs de le tieste sera pesans et plus en cele part senestre et par deriere qu’en autre liu, et li doleurs sera plus entour vespre, et tous li cors sera pesans et lens et mal coulourés, et li ventres li bruira: ce sont signes des humeurs qui habundent parmi le cors.

[2] Or vous estuet savoir, ançois ke nous vous aprenderons le cors à purgier, ces coses si com de conoistre le tans, le complexion et l’aage, le maniere du cors, le santé, le vertu, et s’il est hom ou femme, et le païs. [3] Car selonc le diversités des coses, cou || vient premierement <le> purgier diversifier si com vous orrés.

[4] Sachiés premierement ke li tans de purgier si est en .ij. manieres. [5] La premiere si est de savoir le tans du purgier, ki wieut sain garder le cors. [6] Li seconde est de garder le tans por le maladie removoir, et ceste n’est mie de no entention, si com de dire en le quele maladie on se doit purgier au commencement, et à le quele en la fin.

[7] Mais, de le premiere devés vous savoir ke ki wieut le cors purgier, et mestier en a, k’il s’espurge en printans et en sietembre selonc le commandement Ypocras, car ce sont les .ij. parties de l’an plus temprees. [8] Et s’il avient qu’il couviegne le cors purgier en esté ou en yver par besoigne, si couvient, en esté, ke li airs de le maison soit refroidiés de fuelles de myrte, de roses, de fuelles de vigne, et d’autres herbes; et en yver, couvient escaufer l’air de le maison de carbons sans fumee.

[9] Et ne mie seulement ces tans couvient garder, mais quant on || le doit faire ou de jor ou de nuit, <car se li prins tans tient la nature del yver si com d’iestre frois, vaut mius à donner de jours ke de nuit> por le froidure de le nuit, se ce n’est medecine de grosses sustances, si com sont piles. [10] Se li sietembres tient le nature de l’esté, si com de caleur, si vaut miex à done[i]r de nuit ke de jor, por le caleur du jor.

[11] Or vous dirai de le complexion. [12] Cil ki sera colorikes, caus, et sès, et magres, à chiaus couvient douner legiere medecine et ciaus puet on legierement purgier par vomir, mais qu’il aient le pis large. [13] A chiaus ki sont sanguin convient legiere medecine, mais il le sueffrent plus fort ke li colorike. Fleumatikes et melancolieus le suefre plus fort que li colorikes, et li melancolieus plus fort ke li fleumatikes, et les puet on legierement purgier par desous por ce ke les humeurs sont pesans.

[14] Encore doit on garder à l’age ki se vieut purgier, car li enfant et cil qui sont de grant aage ne suefrent mie fors medecine por le foiblece de lor complexion, mais cil ki sont de .xx. <ans> ou de .xl. suefrent plus fort me||decine por le nature ki est en aus plus forte.



XVIII. DOU CORS GARDER.


[1] Le maniere du cors doit on garder. [2] Cil ki sont fort et carnu suefrent les medecines fors; et cil ki sont maigre et alis, à chiaus couvient douner les legieres medecines.



XIX. DE LE VERTU GARDER.


[1] Le vertu doit on garder s’ele est fors ou foible, car selonc ce, doit on le medecine douner, car sour toutes coses doit li cors foibles redouter à prendre medecine.

[2] L’usance doit on conoistre. [3] S’il est usés de prendre medecine, douner li doit on selonc çou. [4] Et sour totes coses, se li ventraus se muet legierement ou envis, et s’il vomist <plus> volentiers k’i<l> ne va par desous, car selonc ces diversités couvient medecine douner.

[5] Encore convient garder se c’est hom ou femme ki se welle purgier, car li nature de le femme si est plus foible ke de l’hom, et por ce, leur couvient plus legierement medecine doner.



XX. DE CONOISTRE LE PAIIS.


[1] || Le paiis doit on conoistre par ce k’en caus paiis doit on douner plus legierement medecines, et si se purg<e> on plus legierement par deseure ke par desous.



XXI. CAPITELES DU FROIT PAÏS.


[1] En froit paiis doit on donner plus fors medecines por les humeurs ki sunt grosses et pesans, et les puet on <plus> legierement espurgier par desous ke par deseure. [2] Et apriès çou ke dit vous avons si convient garder se li matere est petite ou grans, ou s’ele est caude ou froide et en quel liu ele est. [3] Car s’ele est en grant quantité, si couvient plus fors medecine donner que s’ele est en petite.

[4] Et selonc le liu doit on le medecine diversifier, et regarder avant que les coses que nous vous avons noumees ne soient contraires, si com les vertus et autres coses, car sans ces coses garder ne puet nus droitement ouvrer fors qu’en taske, si com font aujordui li malvais phisitiien.



XXII. DE LE MATERE MEURE<R>.


[1] Or vous couvient savoir comment vous || devés le matere meurer, car selonc les commandemens Ypocras, il couvient le matere meurer ançois qu’i<l> le couviegne purgier, et por ce, qui counistra que li cole rouge abunde <par> les enseignemens que nous avons devisé, si se convient en tel maniere meurer, car premierement il convient qu’il se garde de mengier coses salees et toutes seches coses, et couvient ke on usece coses moles si com sont brouwet de poucins, d’uès mols, de joutes de bouraches, d’esraces et de bietes, car, si com dist Ypocras, ki vieut le cors purgier, si le couvient amolir avant.

[2] Et se gart bien boire vin fort et d’especes caudes, et couvient mengier pau, et couvient prendre cascun matin et cascun soir sirop acetous ou sesacre à ewe caude, et ce doit on faire tant ke matere soit meure, et s’en puet on <a>percevoir quant li ventres coumence à amollir et l’orine à espessier, et <apriès si> prendera ceste medecine.

[3] Tot avant, fera une decoction de violetes, de poumes, de semence || de cahordes, de melons, de citroles, d’ierbes froides si com de politricum, adyemptos, capilli veneris, et une rachine de fonoil, et de sebesten, et de jujubes, et quant totes ces coses seront cuites en ewe, si les coulera on, et apriès convient desolvre .i. once de casse fistule mondee, demie once d’oximel laxatif ouvrés de laituaires, de jus de roses ouvrés de silitikes, de frigido Cophonis, car tot cist laituaire purgent le cole et refroident le cors. [4] Et ne convient mie prendre ces laituaires en se medecine ki a fievres, ou ki a le fie escaufé, car eles sont aguisies de scamonie.

[5] Mais il puet prendre .v. drames de jumbarbe ovrés de mirabolans citrins et faire pourre, et metre en l’ewe des coses ke nous vous avons noumees, et soit froide, et le doit on laissier de le soir jusques à l’endemain, et puis le puet on prendre et douner à chiaus qui ont fievre et ki ont le fie escaufé. [6] Et encore puet on prendre le jumbarbe ou cler lait, ki à ewe ne le vieut prendre.



XXIII. DE FLEUME PURGIER.


[1] || Ki vieut le fleume purgier ki trop abunde, si le couvient meurer premierement, si com d’amolir le ventre de porees de bouraces, d’espinaces, d’erraces, de persin, de fenoul, et à boinnes especes si com de caniele, safran, gingembre, cardamon, brouet de gelines et d’uès à ces meismes especes. [2] Et apriès, buvera cascun jor ewe caude, au matin et au soir, ou oximel simple ou ovret, sirop fait de racines de fenoul, de persin, d’ache, d’esparge, de bruch.

[3] Se li fleume est plus grosse, apriès, quant ele sera meure, si le porra on conoistre par l’orine ki sera plus colouree et ne mie si espesse, et li ventres sera plus maux, si porra prendre ceste medecine: et fera premierement ceste decoction où ces coses seront cuites si com polipode, racine de fenoul et de persin, aloisne, anisi, caroi, dauci, et quant li decoctions sera faite et coulee, si destemperra on l’ewe dedens demie once de benoite ou .v. drames de laituaires, et s’il avoit fievres de fleume, si convient ke il prenge en le decoction mirabolans kebles || .v. drames, quant li ewe sera froide, et au matin sera coulee.



XXIV. CAPITELES DE LE MELANCOLIE PURGIER.


[1] Ki vieut le melancolie purgier, si convient user le diete ke nous vous avons dite en le fleume, et encore plus caude; et convient user oximel squilliticum ou oximel compost, et le main et le vespre, tant que li matere soit meure, et de ce se puet on apiercevoir quant l’orine sera plus colouree et plus espesse, et dont prendra tel medecine: il fera cuire en ewe polipode, senecune, et epithime, cuscute et <a>garico, racines de fenoul et de persin, et apriès, quant eles seront cuites, si convient destemprer demie once de cassee et demie once de dyasené laxatif, et prendre au matin. [2] Mais ki a fievre si doit prendre .v. drames de mirabolans indes ou lapis lassuli.

[3] Ensi doit on purgier les humeurs ke nous vous avons dit, mais que on garde que li laituaires soient aguisié de boine [n]escamonie, por cascun libre, une once, et qu’il soient bien fait et loyalment de boinnes coses.

[4] Et ne devés mie entendre ke nous vous doignons ces || medecines ke nous vous avons dit, sans garder à le vertu et à le complexion et as autres coses, car selonc ces coses, convient le medecine diversefier. [5] Ces medecines c’on donne en piles et en porre, et en autres manieres, si laisserons à dire, por ce que li matere seroit trop longe.

[6] Apriès ce que dit vous avons, [couvient savoir en quel maniere on doit prendre le medechine, car il couvient, ki prent medechine, k’il ne se travaille mie trop, mais k’il soit] à repos en maison ne mie trop caude, ne trop froide. [7] Et apriès, quant il l’ara prise, se ce sont piles, qu’il dorme sus; et se c’est en laituaires, si puet .i. pau dormir, et se c’est en coleur<e> et ele est forte, si fait boin dormir sus, et se il est foibles, si ne doit on mie dormir, si com dist Avicennes. [8] Et quant ele commencera à removoir le cors, si doit on se movoir por medecine <faire> ouvrer, si com dist Ypocras, et ne doit on mie dormir tant com ele oevre, car li medecine en piert se vertu.

[9] Ne ne couvient qu’il menguce ne boive tant ke li medecine ait ouvré, se ce n’est ewe caude por le medecine conforter, et quant ele aura || ouvré .iij. fois ou .iiij. on boive ewe froide à chiaus ki prendent jumbarbe ou mirabolans.

[10] Et quant il sara k’il sera purgiés et bien widiés, et k’il commencera à avoir .i. pau de soif, et qu’il veira as egestions venir autres humeurs que celes qu’il vaura purgier, et ne se widera plus, si porra mengier gelines, capons, et boire vin tempré en ewe caude, se ce n’est medecine de jumbarbe ou de mirabolan où il convient boire vin en ewe froide; et apriès si puet on dormir et reposer, et s’on don bien serrement, on doit [sa]savoir vraiement ke li medecine a esté boinne.

[11] Et le secont jor apriès, ou le tierc, se puet on baignier en ewe tieve où il ara roses, por le cors laver et por les superfluités espurgier que li medecine a cacié.

[12] Et por ce que maint peril avienent apriès ce que les medecines sont dounees, ou por le coupe du phisitiien, ou por le coupe de celui qui le prent qui ne se set garder, si vous aprenderons <comment on le puet amender. [13] Et si vous dirai> premierement de le menison k’il en avient, c’est c’on ne voise plus ke on ne doit; si se faice loier à .ij. || bendes le gros du bras bien et fort, et les mains et les gambes, et faire froter les mains et les piès, et faire cuire .i. geline vielle ou une tourterelle en ewe où il ara goume adragant, et somac, et goume arabiche, et bolarmenicum, et de ces ewes buvera. [14] Et convient faire .i. baing, por le force de le medecine afoiblir, d’ewe tieve, mais qu’il demeur<e> .i. pau dedens. [15] Et tele menison puet on conoistre quant cil qui prent medecine ara trop grant soif, et espurgeront les humeurs qui ne doient mie purgier.

[16] Se fievre li avient por le medecine ou por autre male garde, si boive de l’ewe d’orge assés, et faice faire .i. baing en ewe tieve por suer. [17] Ce couvient faire se c’est fievre efimere ki dure .i. jor ou .ij. ou iij. si com tierçainne, cotidiaine, ou autre fievre. [18] Et se c’est putrede, si convient derechief le matere espurgier, mais qu’il soit renforciés.

[19] Ke se estorsions li avienent por le medecine ou por froit, car por le medecine, avient qu’ele n’espurge mie l’umeur qu’ele doit purgier: si prendés dras de lin, et les metés en ewe caude, || et les espriendera on, et si caus c’on les porra soufrir, les metera on deseure le fourciele, ou une vesie d’arein plainne de vin ou de ewe caude, ou tiulles caudes envolepees en drap, ou millet mis en .i. sachet, ou entrer en baing de ewe caude.

[20] Et se pressions avienent ou par grosses humeurs, ou par froit, ou par fort medecine; se par grosses humeurs ou par froit avient, si convient faire une clistere d’ewe où retrais sera cuis et malves, mercurial, c’est por ces humeurs espurgier; se c’est por le medecine, si le convera demorer en ewe, jusque à le boutine, où seront cuites escorces de castainnes, de paumes guernates, d’aquacie, ipokistidos, escorce de pronniers, de nespliers, de çorbiers, de coigniers; ou on face autres esperimens ki moult sont boin, si com de prendre fumee de pois graillés par deseur les carbons.

[21] Et se vomir le convient par le medecine qui est atoucie, à le sustance de l’[estomach, si buvera ewe où sera cuis mastich, goume arabique et sirop rosat. [22] Se c’est par humeurs ki sont à l’estomach par l’estracion de le medicine ki est atocie, si se convient purgier par medichine vomica.

[23] Se c’est sang] || lous au commencemen du purgier ou en le fin, il couvient, se c’est au commencement, le forciele escaufer par froter, ou par esmovoir le cors, par metre tiules caudes sor le forciele, ou .i. vesie d’arain plaine d’ewe caude, car cis senglous avient por le medecine qui a les humeurs à la forciele atraites.

[24] Se c’est en le fin, por trop widier, si se couvient haster de lui aidier, por ce k’il i a peril du cors. [25] Si li doit on doner brouwet de gelines et soupes en vin bien tempré, et oindre l’estomach de bure, d’oile violat et de diauté.

[26] Et s’il avient cose que on ait trop grant soif por çou que on est trop widiés, si sera cuite en ewe gomme arabique, goume adragant, et psilium, et de ceste ewe buvera seürement; et pora boire syrop rosat avoec ewe tieve, ou avoec ewe cuite, ou avoec semence de coins, et tiegne sor le lange [semence de] candi, et leve se bouce souvent de froide ewe mais ne avale point.

[27] Et s’il avient menisons de sanc que les entrees soient escor||cies por le medecine qui est trop fors, ou por les humeurs ki sont trop aigres si com est cole pressime et rougeneuse, si boive brouwet de geline où sera cuite goume arabique, goume adragant, soumac, bolarmenique, sanc de dragon, et soit tout cuit en ewe de pluie, et puet boire de cest syrop qui soit fais de balaustes, d’escorce de poumes guernates, de cachie, de jus de plaintain, d’ewe de pluie et de citre. [28] Encore puet on user dyacodion et atanesie.

[29] Et s’il a vient à celui ki prent medecine, trop grant foiblece por les humeurs ki sont venues habundanment à le forciele, par force de le medecine, si convient le malad[i]e escaufer, et les piès et les mains froter, et faire par aucune medecine rendre par le bouce, si com catapocis, nois vomike et ewe tieve; et se li foiblece avient por ce qu’il est trop purgiés, si doit prendre jus de gelines, et faire soupes dedens à cardamonde et de caniele, et mangier .i. pau de geline et de piertris, et boire vin tempré en ewe caude, et doit flairier roses, mertilles, musc, ligno aloes.

[30] || Et s’il avient k’i<l> soit contrains par le medecine por trop wieder, si n’i a mestier ne painne, car si com dist Ypocras, ceste est mortex se li contraiture est par tot le cors. [31] Mais se li contraicions est en parties, si li estuet oindre l’eskine deriere par tot le dos de dyauté, de burre, d’oile violat, et faire baignier en ewe où seront cuites malves, violetes, retrais, persins, ke nous vous avons dit, et à l’issir du baing, oindre de lait de femme, et en tel maniere ke nous vous avons dit, poeés le peril de ces medecines eskiwer.



XXV. POR COI IL FAIT BON USER LE VOMIR


[1] Vomirs, si com dist Avicennes, est espedaus medecine por purgier l’estomach des malvaises humeurs, et le tieste, et apriès tot le cors; et pour chou, qui <le> fait selonc ce k’il doit si garde le santé du cors et aide le vertu de l’estomach à cuire le viande, por ce k’il espurge les malvaises humeurs ki à l’estomach sont contraires, et aliegent le tieste, et fait boine veue, et rent le talent de mengier à chiaus qui ont abhomination, et est boine medecine || à meselerie et au mal saint Leu, se li racine du mal vient de le forciele, et au paralitike, et à chiaus ki tranblent, et à goutes de hankes, de genous et des piès, et d’ytropisie, et à totes longes maladies.

[2] Mais se li vomirs est fais outre mesure, il deseche le cors et fait mal au fie et au poumon, il afoiblist l’estomach, le veue, et fait mal au pis et les vainne créver ki sont ou poumon, et por ce, fait devenir l’oume tesike, et acroist totes les maladies de le tieste qui ne vienent des autres menbres, et autres maladies assés.

[3] Et por ce, vous dirai comment on le doit faire. Car, si com dist Rasis et Ypocras, por le santé garder, doit li hom <vomir> .ij. fois le mois l’un jor apriès l’autre, por espurgier le secont jor ce ki remanra du premier. [4] Et convient, ki faire le veut, qu’il mengue moult .ij. fois le jor et boinnes diverses viandes, car s’il n’en mengue ke une, li estomas le retient plus que les diverses, et convient qu’eles soient boinnes miex que malvaises.

[5] Et quant il doit vomir, si se doit mouvoir por ce que li mou||voirs fait plus tost rendre que li reposers. [6] Et convient qu’il ait coton sor les iex, et puis soit bendés jusk’à tant k’il ara vomi; et por bien vomir, si prenge .i. plume ointe d’oile d’olive; et doit prendre de ces coses devant le vomir, car c’est chou ki ligierement le fait, si com eruke, rafle, semence d’airaces; calamenton vert, oignons, porions, ewe d’orge à tot se lie, miel, vin dous, et nois mengier en miel, et melons et cocombres, et catapuce, et elebre.

[7] Et ki boit elebre, por ce k’il fait forment vomir, si le doit on boire à jeun, apriès ce que .ij. eures du jor sont passees, s’il n’i a cose ki soit contraire.

[8] Et s’il avient que li medecine oevre soudainnement et fort, lors se doit reposer, et flairir coses de boin flair, et froter les paumes et les piès, et boire .i. pau de vin aigre, et mengier coins à .i. pau de mastic por paour ke li vomirs ne deviegne trop fors, car s’il est trop fors, qu’il donne angousse, et k’i<l> fait les iex issir fors et les fait rougir, et || fait suer, et amortir le vois, en tel sueur a peril de mort.

[9] Mais li vomirs est boins dont on se sent plus legier et ki ne fait mie alener angoisseusement, et li drois tans c’on le doit faire si est en esté, et le doit on faire à miedi. [10] Apriès çou c’on a vomi, si doit on laver se bouce d’ewe et de vin aigre, et boire .i. pau de vin de puns de gemate à mastic, et convient qu’il ne manguce ne ne boive tant k’il soit reposés boinne eure.

[11] Et se puet baignier, mais qu’il ne demourt gaires, et quant mengier li convient, si mangut boines viandes et legieres et ki se cuisent legierement. [12] Et ne convient mie vomir apriès sainnier se .iij. jor ne sont passé.

[13] Et du vomir se doivent garder cil ki ont le pis estroit, et ki malvaisement alainnent, et ki legierement rachent le sanc, et qui ont le col graille, et ki ont l’estomach foible, et tot cil qui ne l’ont usé, et ki sont moult cras, car li purgiers par desous leur vaut miex, et les femmes ençaintes.

[14] Et se ce avient que li vomirs soit || outrageus et qu’il ait grant doleur ou ventrail, si vaut à metre deseure drapiaus molliés en ewe caude, et s’il a grand doleur en le forciele, si met on .i. venteuse sans sainnier, et oigne l’estomac par dehors d’o<i>le violat; et s’il a senglout, si doit estiernuer et boire .i. pau d’ewe caude por le vomir estankier, et se doit efforcier de dormir, et loiier les bras et les ganbes, et conforter l’estomach d’enplaistre, et boire jus de pourcelainne et bolarmenike, et faire autres cures que li auteur aprendent.



XXVI. COMMENT ON SE DOIT GARDER DE PESTILENCE ET DE CORRUPTION D’AIR.


[1] Ki garder se veut de pestilences, c’est à dire des maladies qui vienent par corruption d’air, si com sont fievres, apostumes, vairoles et autres maladies assés qui font les gens soudainnement mourir, si li convient <savoir> l’ocison <de la corruption> de l’air et les signes par lesquels il les porra conoistre et les maladies eskiver.

[2] Or doit cascuns savoir que pestilence avient par .ij. coses: par le cangement de l’air de se complexion, ou par le corruption || de se sustance, et cis cangement avient encore par <ij> okisons, si com les fumees pourries ou envenimees qui vienent de le terre où il ara caroignes d’oumes ou de bestes, si com il avient de marès et d’autres malvais lius ki corrunpent le nature et le sustance de l’air, car li airs ne corrunt mie se nature sans meslure d’autres coses.

[3] La seconde ocoisons por coi li airs se corrunt si est les chieus et les estoiles, si com sont les estoiles ki samblent qu’eles chieent, et les grants flammes qui aperent el ciel ausi com eloidier.

[4] Ces coses ke nous vous avons dites ne cangent mie seulement le sustance de l’air ains les cangent li qualités: c’est à dire quant li airs est caus et moistes de se nature au printans, et sera plus caus et moistes que nature n’aporte, lors seront les qualités cangies; et en esté, quant il doit estre caus et sès, et il est frois et moistes, lors sont les qualités cangies, et ensi entendés de autres saisons de l’an. [5] Et tel cangement fait venir pestilence ke li phisitiien apelent || ypidime, mais n’est mie si perilleuse ne si morteuse com est cele ki vient de corruption de l’air.

[6] Or vous dirons des signes comment vous les poés conoistre por les maladies eskiwer. Vous devés savoir que ces pestilences avienent plus en sietembre k’en autre saison de l’an. [7] Especialment, quant vous verrés que li vens enporte sovent par l’air le clarté des estoiles qui samblent qu’eles doient chaïr, et .i. grant flamme de fu ki samble estre ou ciel, et quant en l’esté devant ara eut moult de grans pluves, et li airs sera tous jors espès de nues, et ke li vent devers miedi venteront assés, ou ke li airs soit en repos, k’il ne se remue jamais, ke li vens devers miedi vente, et rainnes et boteriel aperent deseure tere à grant abundance, et ke souris, rat, et autres menues bestes issent des fosses, et oisel etrange volent par l’air: ce sont signe de pestilence ki doit avenir.

[8] Or vous dirons comment on se doit garder. [9] Premierement || devés l’air redefiier et metre à se nature, car si com dist Ysaac, pis fait li malvais airs ou cors de l’oume ke ne fait li boires ne li mangier, car li boires et li mangiers s’amende de se malice en l’estomach. [10] Mais li airs ki est venimeus s’en va tot droit au cuer, et en puet on mourir, et si met le nature à nient.

[11] Et por ce, si avient que li airs est moult caus, et moult sès, et moult halleus, si convient en tel maison demourer ki ait fenestres devers septemtrion, et qu’il ait en le maison cantepleures, et ke li pavemens soit arousés d’ewe froide, de fuelles de saus de vignes, de roses, de mirte et de vin aigre, et si soit enfumee de canfre et de sandles, et avironnee de dras de camvene et de lin moulliés en ewe froide.

[12] Che sont coses ki amendent l’air s’il est trop caus; et se ce est cose ke li airs soit trop frois et trop moistes, et par çou a vigne pestilence, si doit on l’air espurgier et secier de fumees de silaloeten, || d’anbre, d’encens, de musc, d’estorage, de girofles, de laudene, de mastic, de genoivre, de cyprès, d’eschinant, de savine, de galia muscata, asara et autres coses de boinnes odeurs.

[13] Or convient encore autre cose savoir ki se velt de pestilence garder. [14] K’il se haste de lui purgier et sainnier, et ne menguce nule viande faite de miel, ne nul douc fruit vert. [15] Ne ne se doit baignier en ewe caude en nule maniere, et menguce pau, et se travaille, et se garde de mengier char; et se mengier li estuet, si mengut piertris, cavrois, veel, mais ke ce soit au vert jus, ou en vin aigre, ou au vin de puns, ou à jus de somac, ou à jus de citrangles, ou de lommies, ou pour briement dire, toutes viandes doit on user à vin aigre tant c’on puet, et vaut moult à mengier assés cocombres, citroles, porcelaine, et letues, et froides coses, et doit boire le vin tempré en ewe froide et cascun || matin sirop acetous, si com sirop violat à ewe froide, et encore vaut miex vins à boire et laissier l’ewe.

[16] Et ki au commencement de le mortalité, si com dist Rasis, prendera .ij. parties d’aloes et .i. partie de safren oriental et de mirre, et en prendera cascun jor à jeun avoec le vin tempré ou pois de .xij. carubles, il trespassera le mortalité sans mal avoir; et Galiiens dist que, à prendre bolarmenike une drame en ewe et en vin aigre, si fait le mortalité trespasser. [17] Et s’il avient c’on devigne malades et c’on ne puist le pestilence trespasser, face soi delivrer si com li auteur de phisique aprendent, car le maladie delivrer n’est pas no entencions.



XXVII. COMMENT ON DOIT LE CORS GARDER EN CASCUNE SAISON


[1] Pour ce ke li tans se cange .iiij. fois l’an naturelment, en printans, en esté, en sietembre et en yver, si com nous veons, et li phisitiien et li astronomiien dient, convient ke nous aprendons comment on doit le cors garder en cascune saison de l’an, car, si com dist Ypocras, li cangemens du tans engenre maladies.

[2] Mais ançois que nous vous dions k’il convient faire, si vous deviserons de ces .iiij. saisons ens queles li tans se cange, selonc le doctrine de phisique et d’astrenomie. [3] Vous devés savoir que li solax fait sen naturel cours en .i. an, et en ce cours va li solax par .xij. signes, et c’est en cascun mois .i. et sont cil signe: aries, taurus, gemini, cancer, leo, virgo, libra, scorpio, sagittarius, <capricornus, aquarius>, pisces. [4] Che sont li signe par où li solax passe, et dient li astronomiien, qu’en cascune saison de l’an, passe li solax .iij. de ces signes.

[5] Or, dient li astronomiien que quant [quant] li solax entre <en> aries, c’est enmi mars; et passera gemini et taurus, c’est li printans; et quant li solax entrera en cancer, c’est le moiene de jung; et passera les autres trois, si com cancer, leo, virgo, lors est esté; et lors commence sietembres et dure tant qu’il passera libra, scorpio, sagittarius; et quant || li solaus entrera en capricorne, c’est enmi decembre, lors coumence yviers et dure tant que li solaus aura passé capricornus, aquarius, pisces.

[6] C’est li drois devisemens des .iiij. saisons de l’an selonc astrenomie. [7] Mais selonc les phisitiiens ki parolent plus grossement, li printans est quant li arbres commencent à flourir et à fuellir, et dure tant ke li solaus commence monter et escaufer, et cis tans est temprés et est caus et moistes. [8] Et quant li caleurs commence fors, lors commence estés, et dure tant que li froidure vient, et cis tans es<t> caus et sès. [9] Puis commence li sietembres que li airs refroide ne mie granment, et les fuelles des arbres commencent à chair, et dure tant qu’il refroide mout plus, et cis tans est frois et sès. [10] Après coumence li yviers quant li froidure [quant] croist bien et || li solaus ceurt bas qui ne le puet escaufer, et dure jusqu’en printans, et cis tans est frois et moistes.

[11] Apriès cest devisement vous aprenderons comment cascuns se doit garder. [12] Sachiés que ausi com il sont .iiij. saisons en l’an, .iiij. complexions a li hom samblans, si com sanguins ki est caus et moistes qui est samblans au printans; li colerikes est caus et sès qui est samblans à l’esté; li melancoliques est frois et sès ki est samblans à sietembre; et li fleumatikes est frois et moistes ki est samblans à yver. [13] Et à cascune de ces complexions, s’ele est bien sainne, si vit et se sent miex ou tans ki li est samblans. [14] Mais por ce c’on s <ne> puet <trouver le cors si complexioné à point, si vous dirons> generalment ke cascuns doit faire en ces .iiij. tans.

[15] En printans doit on estre viestu de reubes ki ne soient trop caudes ne trop froides, si com de tiretainnes, de dras de coton fourrés d’aigniaus. [16] Et se doit on purgier et sainnier, par les humeurs aster qui en yver sont engenrees, les queles porroient engenrer fievres || et autres maladies, par le caleur du tans de l’esté qui fait les humeurs esboulir, jacoice qu’en printans aviegnent maladies et ne viegnent mie par se nature, mais por yver en coi les humeurs sont engenrees, car c’est li tans le plus temprés. [17] Et ce doivent faire cil qui sont carnu et de grosses humeurs plain; et convient mengier legieres viandes, si com sont poucin, chievros au vert jus, et [char de moton au vert jus, et porrees] d’airaces, et de bietes, et de bouraces, et de brouwet de moieux d’uès au vert jus, et lus, et perches, et tous poissons à escaille; et boive vin tempré ki ne soit pas dous, pour ce qu’en ce tans se doit on garder de toutes douces coses. [18] Et si dorme à le matinee, et le jor ne dorme mie.

[19] En esté se doit on vestir de reubes froides, si com de dras de lin ki sor tous vestimens sont plus froit, et de dras de soie, si com de cendal, de samit, d’estainines. [20] Et doit mengier viandes legieres et froides, si com sont poucin au vert jus, laitues, porcelaine, melons, || citrons, cohourdes, pronnes, puns, les poissons ke nous vous avons noumés, mies de pain en ewe froide et toutes autres viandes ki refroident; et doit on mengier pau et souvent, et au matin ançois ke li solaux soit levés trop haut, et au soir quant il se couche. [21] Et se doit on garder des coses salees, de douces, de craisses, et user tant c’on puet totes ces viandes à coses aigres, et doit boire au matin syrop acetous aveuc cucre violat, ou syrop violat à ewe froide, ou cucre à ewe boulie refroidie, et ce doit il faire totes eures k’il vaura boire, fors que à l’eure du mengier c’on doit boire vin foible verdelet, meslé de ewe tant k’il sente plus le saveur de l’ewe ke du vin. [22] Et se doit baignier souvent en ewe froide por le caleur foible ki est dedens le cors enforcier, et se gart de gesir <à femme> et de travellier, car en ce tans est ce li cose ki plus afoiblist le cors et deseche.

[23] Au sietembre doit || on estre vestu à le maniere du printans, mais ke li drap soient .i. pau plus caut. [24] Et se doit on haster de purgier, et de sainnier, et de atempre<r> les humeurs, car c’est li saisons de l’an plus maladive et où plus de perilleuses maladies avienent. [25] Et por ce, estuet il mengier boinnes viandes si com capons, poules, jovenes paons ki commencent à voler, et car de porc, et boire vin boin, et ne s’estuet mie trop raemplir, et se doit on garder de tous fruis, car c’est li cose ki plus fait fievres engenrer, car si com dist Galiiens, k’il n’ot onques fievres por ce k’il ne menga onques de fruit. [26] Et s’estuet garder de ewe froide et de lui laver de ewe froide, mais on puet bien laver d’ewe caude.

[27] Et si gart se tieste du froit de le nuit et de le matinee; et k’il ne dorme mie au solel à miedi, ne ne se travaille, ne ne pense trop, ne sueffre faim ne soif, mais menguce et boive quant il en a ta||lent, et ne mie tant qu’il se sente pesans ne se fourciele enfler.

[28] En yver se doit on vestier de reube de lainne bien espesse et velue à boinne penne de houpius, car c’est li plus caude penne c’on puist trover, ou de cas, ou de counins, ou de lievres, et n’entendés mie ke ces pennes soient plus caude l’une de l’autre, mais quant eles sont escaufees, cele ki a grant poil et plus espès si tient plus le caleur. [29] Et doit on mengier char de buef, et de porc, et de cierf, et de petris, et de lievres, et d’oisiaus de riviere, et autre viande qu’il amera miex, ke c’est li tans en coi li nature sueffre plus grant plenté de viandes por le naturel caleur ki dedens le cors est fors. [30] Et doit boire vin boin et boinne sauge, et user boinnes espese en se viande car c’est li tans plus sains, car on n’i ara ja maladies, se n’est por les grans outrages c’on fait à se nature.



XXVIII. DES LIEUS LI QUEL SONT SAIN POR DEMOURER ET MALVAIS


[1] Apriès ce ke dit vous avons, si vous aprenderons à conoistre les viles es queles il fait bain et sain demourer.

[2] Sachiés que totes les viles où gens demeurent, petit et grant, sont sainnes et enfermes selonc le diversité des lius où eles sont asises. [3] Car li liu où eles sont asises sont vers orient, ou vers septentrion, ou vers occident, ou vers miedi; ou li lius sera bas ou haut, ou en pierres, ou sor tere seche, ou ele sera en marès où il a assés ewe, et selonc le diversité de ces lius, ont les viles diverses natures par demorer. [4] Or vous dirons premierement de celes ki sont assisses vers oriant qu’eles cangent lor natures selonc les vens ki ventent et selonc ce qu’eles sont priés de le mer ou lonc <et> de montaignes.

[5] Et ausi par ces .iij. cases se diversefient celes de miedi, et d’occident, et de septentrion. [6] Car vous devés savoir que les viles ki sont vers orient eles sont plus temprees ke ne sont les autres, mais qu’eles soient couvertes de montaignes, si ke li vent d’occident ne de miedi ne puissent venter, car li vent qui [ne] ventent || devers le mer sont plus atempré des autres, et li airs <i> est boins, por ce que à la jornee que li solax se lieve fait lever .i. douc vent delié ki espurge l’air, et por ce, cil ki demeurent en cele partie doivent iestre plus sain, et plus legier, et plus sage.

[7] Les viles ki sont vers occident, <ki> sont avironnees de montaignes k’il n’i puet venter ke[le] li vens ki vient d’occident, si a l’air gros, et por ce, cil ki i demeurent ne sont mie si sain ke cil d’oriant, car li solaus ne puet l’air por se purté desechier; por ce, avient à chiaus ki i demeurent longes maladies, si com ydropisie, mal de saint Leu, emorroides, et fievres quartainnes et autres maladies assés; et ne sont mie sage, por le gros air et por les fumees ki tous jors i demeurent, ki ne se puent espurgier, ki lor emplist le cerviele. [8] Mais il sont blanc, et de bel visage, et ont le char mole; mais il n’ont pooir de longement travellier.

[9] Et les viles qui sont en septentrion sont froides por le mer et pour les vens || ki ventent, mais k’ele soient avironnees de montaignes devers miedi et couvertes devers septentrion, [k]il converoit qu’ele eussent le nature caude por le vent de miedi; et ausi devés entendre des autres [vens]. [10] Et les gens ki demeurent en cès viles ki sont en septentrion sunt sain, et fort, et grant, et de boine coleur por le caleur naturel qui est fors.

[11] Les viles qui sont asises devers miedi sont plus maladives por le mer et por les caus vens ki i vienent, et cil qui i demeurent sont petit, et noir, et mal acoustumé et envillissent moult tost, et ne sont mie de grant savoir.

[12] Apriès ce, devés savoir que les viles qui sont asises en haut lieu sont sainnes, por ce ke li airs espurge bien quant li vent ventent, et cil ki i demeurent vivent longement, et sont fort, et puent souffrir assés travals, et ces viles sont froides.

[13] Cheles ki sont es valees, si sont contraires à celes ki sont haut, car eles sont enfermes; et celes ki sont es valees où il a boue et marès et ||grant plenté d’arbres et d’ewes, ne sont mie sainnes, car cil ki i demeurent doivent avoir malvaise tieste, et malvaise veue, torsions et autres maladies ki par malvaises humeurs avienent.

[14] Cheles ki sont asises en plain en pieres, et n’i a riens de ces coses que nous vous avons noumees, sont froides et seches et por chou, ont eles natures contraires à celes ke nous vous avons nommees.

[15] Pour plus briefment dire, ki vieut les sainnes viles conoistre, regart le capitre de l’air, qu’il le sace bien conoistre, car selonc le boin air et le malvais, sont les viles sainnes et maladives.



XXIX. COMMENT ON SE DOIT GARDER QUI CHEMINER VELT


[1] A tous chiaus qui cheminer welent, estuet purgier et sainnier devant qu’il commence lonc voiage à faire, especialment s’il a esté longement sans purgier et sans sainnier, car, si com dist Rasis, à moult grant painne pueent, sans çou faire, fievres, et apostumes, et autres ma||ladies eskiwer; et lor estuet leur usage entrelaissier de boire et de mangier, de dormir, de vellier et de travellier, et aprendre l’usage ke faire lor estuet el chemin.

[2] Chiaus ki cheminent convient mangier legieres viandes qu’eles se cuisent delivrement, et ne chevauche apriès ce k’il aura mengié, mais demort tant à mangier s’il puet k’il sera herbregiés, et s’il ne puet ke par besoigne le couviegne faire, si menguce legierement et pau, et demort tant que li viande soit avalee, jasoice qu’il li conviegne cheminer ou de jour ou de nuit.

[3] Et se c’est cose qu’il ait abhomination, ne mangust pas, ains si li estuet dormir et soffrir faim, tant ke li abhominations soit passee; et apriès ce, convient mengier pau et legieres viandes, et le convient garder de tous fruis et de totes viandes ki engenrent les humeurs crues et malvaises, se che n’est por maladies removoir.

[4] Et se c’est cose ke cheminer li || conviegne par grant caut, si convient garder le tieste et couvrir por le solel, et oindre le pïs d’oile rosat, et de mussilago psilii, et de jus de pourcelainne, et mengier .i. pau devant chou qu’il chevalce, et reposer tant ke li viande soit avalee; et porte syrop violat, et vin de poumes gernates, et oxisachar por boire ou cemin s’il ont soif; oile rosat et violat por oindre <l’eskine, pour> le resolution des esperis et de le caleur <naturel> ki le grant caleur du tans fait eskiwer.

[5] Et se doivent garder de trop boire ewe froide, mais il en puet les bouces laver, et .i. pau avaler; et por le soief eskiwer se doit on garder de mengier coses salees, et de trop parler et alener par le bouce. [6] Et s’il avient qu’il aient soif, si usecent poumes de gernate et tous fruis aigres, et vaut moult à porter en le bouce une pieche de cristal ou une pieche d’argent pur.

[7] Et devant qu’il se metent ou chemin, si faicent faire ces torques c’on fait de semences de|| cetrueil, de cohourdes, mondees oielment, et de semence de pourcelainne, et de semence de laitues, et de jus de ricolisse, à jus de pourcelainne, à mussilago psilii, et soit cascune de ces torques grans à maniere de lupins, et le tiegne en se bouce ou cemin, et laisse fondre en le bouce, car cho oste le soif et le caleur.

[8] Et s’il convient cheminer par grant froit, si convient grans sens avoir à tot le cors garder, especialment as piès, as mains et au visage, car por le grant froidure se destruisent. [9] Si estuet, premierement, à chiaus ki par grant froit cheminent, k’il mengucent et boivent boin vin meslé à .i. pau d’ewe tieve, et garder de toutes coses aigres, et user au mengier oignons, et aus, et porions, et se reposent avant qu’il cheminent. [10] Et si tost com il seront herbegié, ne se doivent mie à grant fu escaufer, mais tot belement le cors movoir, et lui belement au fu aprocier, et froter ses piès et ses mains.

[11] En chevalchant, || doit on movoir ses piès et ses mains et travillier, por chou que s’il estoient à repos, si les porroit li grans froidure amortir; et puet on conoistre quand li grans froidure commence à destruire ces menbres, ke se li froidure est grans et li menbre ne se sente, dont vienent li menbre à nient. [12] Et por ches perius eskiwer, vaut miex ke on ne porte mie caucemente estroite, mais large, por ce ke li menbre se puissent removoir.

[12] Pour garder le visage en caut et en froidure, si vaut moult prendre mussilago psilii, et semence de coins, et goume adragant, et goume arabique, et aubin d’uef, et mesler tot ensamble à maniere d’ongement, et oindre le visage, et lui laver, quant mestier li sera, d’ewe caude.

[13] Et encore por chou ke, à chiaus ki ceminent convient user par besoigne malvaises ewes, si leur aprenderons comment il les porront amender, si com de faire cui||re, car li cuires les fait plus clere et plus delie, ou de faire le couler parmi .i. drap espès, ou faire le degouter à maniere de ewe [caude] rose. [14] Qui le veut esclairier si le puet on faire en ceste maniere: prendés .ij. pos dont li .i. soit perchiés, et k’il i ait .i. pau de lainne ou de coton par coi il peust coler en l’autre pot.

[15] Et encore, qui faire le puet, vauroit moult à chiaus ki cheminent, porter nete boue de leur païs, et mesler en l’ewe ki est malvaise que boire li couvient, et faire boulir, et faire clere à le maniere ke nous vous avons dit, et user. [16] Et se de ces coses n’a loisir de faire, si puet user vin et vin aigre, et oignons, et laitues au vin aigre.

[17] Se c’est cose qu’ele soit amere si le boive aveuc cucre, et por plus briefment dire: oignons, et vins aigres, et poumes de gernate, et totes coses aigres destruisent le malvaistié de totes mauvaises ewes k’il convient user.

[18] Et s’il avient || cose k’il conviegne nagier par mer, devant qu’il entre en mer .iij. jors ou .iiij., si menguce mains k’il ne seut, et le premier jor qu’il entrera en le mer, ne doit mie regarder l’ewe; ainçois li convient flairir coses de boines flaireur et mengier fruit ki conforte le forciele, si comme coins et pumes de gernate et autres pumes aigres, et jasoit ce qu’il convigne vomir, n’est mie malvaise cose se ce n’est à outrage; et li trop vomirs et grans abhominations remouvoir si est de boire .i. pau de semence de apie en vin, et jus d’aloisne, et mengier rosins qui ne soient mie meur, et faire ce ke dit vous avons ou capitre du vomir.



XXX. COMMENT LE FEMME SE DOIT GARDER QUANT ELE EST ENÇAINTE


[1] Pour bien entendre ce ke nous vous dirons, si devés savoir ke li enfes ki est ou cors de le femme est ausi comme li fruis des arbres, car vous veés premierement ke li flors où li fruis vient qu’il se tient foiblement à l’abre, et par pau de vent ou de pluie chiet, et apriès, quant li fruis || engrosse, et il se tient fort, et ne chiet mie volentiers; et quant il voit qu’il est meurs, si chiet ausi comme li flors legierement.

[2] Tout ausi devés entendre de femme, ke ou premier mois, et ou secont, et ou tierc, puet on anientir se grosse, s’ele ne se set garder. [3] Ou quart ne ou ciumquime, n’i a mie si grant peril, et se puet on sainnier et purgier en ce tans et ouvrer en li, se mestiers est, si com dist Ypocras, por ce ke li enfes se tient fort, si com li fruis qui n’est mie meurs. [4] Mais el tans, k’ele est priès de delivrer, si a peril si com devant, et por le peril eskiwer, vous aprenderons comment cascune femme ençainte se doit garder.

[5] Premierement, l’estuet garder de toutes coses trop salees, car, si com dist li philosophes, por ces coses mengier, porroit li enfes sans ongles naistre et sans caviax; et de toutes coses ki facent bien oriner et ki leur privees maladies leur puist faire venir, si com cice, faseoli, rue, || ape, lupins; et n’est pas boin qu’ele menguce trop à une fois, ne diverses viandes, mais petit et sovent, et ke ce soient boines viandes, si com gelines, petris, mauvis, chieveros, castron, et toutes viandes qui volentiers se cuisent, et boivent boin vin tempré à .i. pau d’ewe. [6] Et leur estuet garder de courous, de travail, de pensees, de paour, de batures, et user totes coses de joie et soulas, et ce lor convient faire especiaument au premier et au daierain.

[7] Et ne les convient mie trop baignier, si com nous le deviserons, ne au solel trop demorer, et si flaire coses de boinnes odeurs, et portent reubes fresces et netes. [8] Et por l’apetit conforter si lor fait hom mengier poires, et puns de germite, et puns aigres; et faicent faire laituaires, ki faire le puet, et ki lor conforte l’estomach et tout le cors, c’on fait de pierles ki ne sont mie piertruisies et || de piretre, de cascun .i. drame; et de gingembre et de mastic, de cascun .iiij. drames; et citoual, et de cassia lignea, de cardamon, et de nois muscate, et de cinamomum, de cascun .ij. drames; et de beten rouge et de poivre lonc, de cascun .iij. drames, et faire poure de totes ces coses, et puis apriès, laituaires faire à cucre.

[9] Et encore puet user celes ki l’enfant ne puent porter à droit terme: usent pourre d’une herbe ke li phisitiien apelent bistorte, cascun jor, à .i. pau de vin meslé d’yawe, ou on en face laituaires.

[10] Et quant li tans vient de delivrer .xv. jours ou .iij. semainnes devant, si se doit baingnier, cascun jor, en ewe où soient cuites mauves, violetes, semence de lin, fiens grec, orge, camomilles, et se doit on faire oindre les gambes, les cuisses, le poinil, et entour le liu privé d’oile de camomille, de gras de geline, d’escume de burre, de dyauté. [11] Et à l’issir du baing, s’ele est || rice, si boive .ij. deniers pesant de basme en vin tieve, et s’ele est povre, si faiche cuire en vin racines de cost et d’armoise, et apriès, ou vin, boive .ij. deniers pesant de fiel de toriel, et se painne d’estiernuer et de retenir s’alainne par le bouce et par le nés, et s’efforce d’aler, et de monter et descendre degrés, et apriès se repose, et face froter ses piès et ses mains, et flairir coses de boinnes odeurs, et face parfumer soi par desous de racines de cast et de pinkenar.

[12] Et se mengier l’estuet par foiblece, si menguce coleïs et oès maus pau et sovent, et boive vin tempré à .i. pau d’ewe. [13] Et se c’est cose qu’il face froit, si facent l’air escaufer de carbon alumé, et en esté le refroident, et puent demourer en ewe tieve juskes au bouteril.

[14] Ches coses sont boinnes generaument as femmes ki delivrer se welent, mais se c’est cose ke li delivrers soit fors et perilleus, si com de l’enfant qui ne vient mie drotement si com il doit, les piès avant ou les bras, car vous devés savoir qu’il doit venir le || teste avant naturelment, les bras estendus sour les cuisses, et s’il vient ensi que nous vous avons dit avant, si n’i a d’autre consel fors ke d’avoir sage baile qui le mete à point por issir si com il doit.

[15] Et c’est cose ke li enfes soit mors, si se convient haster de le femme delivrer por ce k’il i a trop grant peril.

[16] Si li dounés à boire de l’ewe de fins grec où dates a seront cuites, et si li dounés .iij. fois, ou .iiij. fois, ou plus se metiers est, ou jus de rue, .ij. drames en vin tieve, ou jus de savinne, ou boire caniele et warance en vin.

[17] Et s’ele est crasse, si se couee adens, et traie ses genoux devers se tieste, et ait .i. cousin desus sen ventre, car si faitement demourer fait totes femmes delivrer plus legierement.

[18] Et apriès ce que sera delivree, se doit baignier et soi conforter de boinnes viandes, et se dolours et autres maladies lor avienent, si facent medecines ki as maladies afierent. ||



XXXI. COMMENT ON DOIT GARDER L’ENFANT QUANT IL EST NÉS


[1] Après ce ke li feme sera delivree de son enfant, si vous estuet savoir comment vous devés l’enfant garder.

[2] Sachiés que si tost ke li enfes est nés, il le convient envoleper en roses broié, mellees en sel delié, et li doit on faire trenchier le hautin au lonc de .iiij. paus, et metre par deseure pourre de sanc de dragon, et de sarcacol, et de coumin, de mirre, et .i. drapel de lin moullié en oile d’olive, et c’est li ensegnemens de maint philosophe.

[3] Mais il est plus seür cose de prendre .i. fil de lainne retors et loier sor le boutine, et apriès metre desus drapiaus molliés en aile, et laissier jusques à .iiij. jors, et lors cara, et quant il sera caüs, si vous devés haster de metre sus du sel de lié mellé à pourre delie de cast, ou de sornac, ou de fien grec, ou d’origano, et de ce poés saler tot le cors, fors le nés et le bouce, pour le boutine et pour tot le cors escaufer et endurcir, por ce que si tost que li enfes sera nés tous li cors sera || tenres et deliés, si sent legierement cases caudes et froides apriès, ki trop legierement li grievent et porroient amortir se naturel forme et cangier; et le puet on plus d’une fois saler se mestiers est, especiaument à chiaus qui assés aront de superfluités.

[4] Apriès, le doit on laver, et doit li nourrice ses oreilles et ses narines destouper, et garder qu’ele ait ses ongles rongies qu’ele ne puist l’enfant grever, et mete as iex .i. pau d’oile d’olive; apriès le doit laver, et le petit doit dedens le fondement metre tot belement et ouvrir, por miux les superfluités espurgier, et se vesie espraindre belement, por miex oriner; et tant coin on puet de froit garder.

[5] Et quant ce sara ke le vaura loier, si doit les menbres souef couder, [et estendre, et drecier] et metre à point à douner li bele fourme, car c’est legiere cose à faire à sage nourrice; car tot ausi comme li cire quant ele est mole prent tel forme c’on li veut douner, ensi li enfant prendent tel four||me ke leur norrice leur doune; et por ce, sachiés ke biautés et laidure à avoir tient à[a] grant partie as nourices.

[6] Et quant il ara loiiés les bras et les mains envers les genous, et le tieste legierement loié et couverte, si le laise dormir en biercuel, mais qu’il ne soit plains de coses dures et aspres, mais de soués ki le gardent du froit et ne li doignent mie trop grant caleur; et gardés ke li teste soit plus haute que li cors, et dorme droit, si que li cors ne penge de l’une part et li teste d’autre, ne nus des autres menbres. [7] Et li maisons où il dormira soit oscure et ne mie trop, car li grans clartés li porroit trop grever à le veue.

[8] Quant il ara asés dormi, si le doit on laver, car c’est se droite eure, et puet ce faire .ij. fois ou .iij. le jor, et se c’est en esté, qu’il face caut, si face l’ewe || .i. pau tieve, et se c’est en yver, si soit plus caude; et au baignier, le gart ke liewe ne li entre es orelles, et le doit prendre par le main diestre, et esten||dre par deseure sen pis à le senestre, et le senestre vers le destre, et les piès et les gambes ploiier legierement par deriere le teste, por les gointures des genous faire plus legieres et mouvoir, et ensi doit on faire des autres jointures et movoir por estre plus legieres. [9] Et quant il sera lavés, si le doit essuer de drapiaus sès et souès et remetre dormir, et faire gesir premierement sor sen ventre et puis seur le dos. [10] En ceste maniere doit on l’enfant garder quant li femme s’en delivre.

[11] Or vous dira<i> en quel maniere le devés aleter. [12] Sachiés que li lais que on li doit douner et cil ki miex li vaut si est cil de le mere, por ce ke de celi meisme dedens le ventre de le mere est nourris, car natureument puis qu’il est hors du ventre revient li lais as mamieles.

[13] Et doit avoir asé d’iestre alaitié[r] .ij. fois ou .iij. le jour, car c’est assés, et le doit on pau faire au commencement, et vauroit miex c’on li mesist devant l’alaitier .i. pau de miel en le bouce, et convient espraindre le mamele et laissier aler avant, et puis apriès le poés alaitier, et ne convient mie tant alaitier qu’il soit trop estendus, mais qu’il se repose tot belement apriès l’alaitier, tant que li lais soit avalés, et apriès doit on le biercuel doucement mener.

[14] Mais, por çou que les meires ne puent mie tous jors nourir leur enfans, ains leur convient avoir nourices, si vous aprenderons queles nourices eles doivent avoir. [15] Si estuet ces coses garder. [16] Il convient garder l’aage, se forme, se coustume, ses mameles, s’ele a boin lait, et le tans qu’ele a eu enfant, se c’est loing ou priès, et ki trovera ces coses boines selonc ce que nous vous dirons si les fait boin prendre.

[17] Premierement vous dirons de l’aage. [18] Li femme qui l’enfant norrist doit avoir aage de .xxv. ans, car c’est li ages où li caleurs naturex est plus fors por boinnes humeurs engenrer. [19] Vous devés regarder le femme qu’ele soit samblans || à le mere tant com ele puet plus, et k’ele ait boinne couleur meslee de rouge en blanc, et qu’ele ait le col gros et fort et le pis large et le car dure, et ne soit mie trop crasse ne trop magre, et soit sainne tant c’on porra plus trover, car les maladives norrices tuent ains droite eure les enfans.

[20] Des coustumes, doit on garder s’ele est bien entechie, ne ne convient qu’ele soit ireuse, ne triste, ne paoureuse, ne sote, car ces coses remuent les complexions as enfans, et les fait devenir sos et mal acoustumés, et por ce, li philosophe aprendent ancienement à lors seignours qu’il fesissent nourir lor enfans à sages nourices et bien acoustumees, por ce ke, par le malvaisté de lor nourrices ne peussent lor noble forme cangier.

[21] Le forme des mamieles doit on garder, et convient qu’eles soient duretes et ne mie trop moles, ne ne soient trop grans ne trop petites, car trop grans mamieles font les enfans camus devenir quant par deseur ||le nés le metent.

[22] Le quantité et le nature de lait doit on garder, car li lais doit estre bians, ne trop clers, ne trop espés, ne vers, ne rouges, ne noirs, et convient que li flaireurs ne soit mie trop forte et li saveurs ne soit trop grosse ne trop amere, ne salee, mais douce; et por conoistre s’il est trop gros ou trop deliés, si en prendés une goute et le metés sour l’ongle, et s’il chiet sans l’ongle removoir, il est trop clers; et s’il ne chiet por l’ongle tourner, il est trop espès. [23] Or, prendés dont qu’il ne soit trop espès ne trop clers.

[24] Le tans que li norrice a eut enfant doit on garder, car au mains convient qu’il ait .i. mois ou .ij. de l’eure qu’ele a eu enfant, et s’il est cose qu’il ait .i. an ou .ij. il ne vaut riens, et vaut miex cele ki a eu fil que file; si gardés qu’elle soit <acoucie à> droit terme, qu’ele n’ait perdu sen enfant devant ou par bature ou par autre cose.

[25] C’est li cose qu’il convient garder por boine norrice avoir, et quant on l’ara, si convient user à le norrice boines vian||des si com caudiaus, car d’aigniel, chaveros, de poules, de poissons à escailles, joutes de laitues et de bouraches, et li garder d’oignons, d’eruke, de senevé, d’apie, de mente, de basilicum et d’ail et de totes autres coses ki malvais sanc font; et se doit travellier temprement et ne mie tous jors reposer, et soi garder qu’ele ne gise à homme, car c’est li cose qui plus corrunt le lait, et por çou qu’ele ne deviegne ençainte, car femme ençainte quant ele alaite tue et destrait les enfans.

[26] Et quant li norrice alaite, si doit tot avant espraindre se mamele, et apriès alaitier, et douner pau et sovent, car trop donner à .i. fois fait le ventre bruire et enfler et par le bouce regieter. [27] Et quant elle l’ara alaitiet, si le met dormir, mais qu’il soit .i. pau reposés, tant ke li lais soit avalés, et mueve le bercuel belement, à l’endormir de l’enfant doit cançonnetes beles et douces canter.

[28] Et li nature de l’alaitier si est jusques à .ij. ans; et apriès removoir l’enfant ordeneement, especiaument || quant li dent devant li vienent, et les doit on garder de dures coses maschier, ançois li doit donner li norrice pain qu’ele ait en se bouce maschié et faire papin de mies de pain, et de miel, et de lait, et .i. pau de vin douner; et s’il waugoit ou rendoit par le bouce, si le doit on tot entrelaissier et alaitier tant que li mals talens soit passés, et li puet on douner couleïs de char; et quant il commence à maschier si li face tortieles de pain et de cucre à maniere de dades.

[29] Et quant il commencera à aler, si convient c’on ne li face pas tenir ses piès sor coses dures, mais en liu mol et souef, et ne soit pas li .i. gambe haute ne li autre basse, c[h]ar ce fait les enfans devenir boisteus, et ne doit pas faire l’enfant trop aler, ne sour gambes trop demorer se .vij. ans ne sont passés, por le tenreur des menbres ki volentiers se desrunpent et ploient.

[30] Et quant li dent li commence à venir, si est boin à froter le bouce et les gencives de miel et de sel et li || face on tenir en se main .i. rachinete paree de ricolice ki ne soit mie trop sés, et .i. pieche de rachine de fleurs de glai, car ces coses reconfortent les gencives et desechent les humeurs ki avienent as bouces des enfans.

[31] Et quant il commencent à parler si convient le norrice le bouce froter de salse gemmes, de miel, et puis laver le bouce d’ewe d’orge, especiaument à celui qui targe trop à parler; et commence à dire paroles où il n’a lettres ki face le langue trop movoir, si com à dire maman, papa. [32] Et por les dens faire legierement venir, si puet oindre les gencives de bure ou de cras de geline.

[33] Ches ensegnemens que dit vous avons doivent savoir cil ki font lor enfans norrir, et se à venir des dens lor vient maladie ou autre eure, si en ait on consel que boins soit, car cis dire n’est mie no ententions.



XXXII. COMMENT ON DOIT LE CORS GARDER EN CASCUN AAGE


[1] Entendu avés comment vous devés faire norrir vo enfant || ou premier aage et ou secont.

[2] Or vous dirons comment cascuns se doit garder es autres aages

[3] Premierement, vous devés savoir que li phisitiien dient qu’il sont .iiij. aege, si com adolescentia, juventus, senectus, senium. [4] De le premiere dient qu’ele est caude et moiste, et en cest aages croist li cors, et dure jusques à .xxv. ans ou à .xxx. [5] Li seconde est caude et seche, et dure li cors en se vigeur et en se force juskes à .xl. ans ou .xlv. [6] Le tierche est froide et seche et dure juskes à .lx. ans. [7] La quarte est froide et moiste, por habundance des froides humeurs qui habundent par defaute de caleur, et dure jusques à le mort; et en ces aages va tous jors li cors à nient.

[8] Mais, se nous volons parler .i. pau plus soutiument, si poons dire qu’il en i a .vij. aages, si com li premiers quant li enfes est nés, et dure jusques à tant ke li dent commencent à venir: est infantia. [9] L’autre, si est dentium plantatura, et c’est quant li dent sont venu, et dure jusques à .vij. ans. [10] La tierce est pueritia et dure jusques à .xiiij. ans; et sachiés que ces .iij. se contienent || sor le premiere que dite vous avons deseure, ki a nom adolescentia; et de ces .vij. aages vous avons dit les .ij. si com infantia et dentium plantatura. [11] Or vous dirons qu’il convient faire es autres.

[12] Vous devés savoir que si tost que li enfes ara .vij. ans, si devés aefforcier tant qu’il soit bien acoustumés, et qu’il ne li aviegne cose ki le couroust trop ne ki le face trop vellier; et ce qu’il demande li soit douné, et qu’il ne demeurt cose devant lui ki li dessieche; et ce doit on faire por ce que se nature soit bien compiexionnee et raemplie de boines costumes, car c’est li aages où li enfant detienent plus et aprendent les boines costumes et les malvaises costumes; et sachiés que boinnes costumes sont garde de le santé du çors et de l’ame.

[13] Et apriès chou, le doit on faire baignier le semainne .ij. fois ou .iij., especialment quant il se levera de dormir; et quant il est baigniés, si li doinst on à mengier et puis apriès, aler || jouwer et esbatre; et quant il revient, douner li encore à mengier, et ensi poés faire .iij. fois le jor; et douner li à boire vin tempré i ewe, et gardés k’il ne boive ewe froide deseure le viande, car ele le porroit trop agrever; et le devés garder de lait, de fruit et de fromage tant com vous poés, por le pierre qui en aus se puet engenrer. [14] Et en tel aage, qui veut, le fait bain envoier à l’escale et douner à maistre qui ordeneement le sa<che> aprendre sans batre, et qu’il ne le [f]force mie trop demourer outre sen gré en l’escole, et l’aprenge, et le castiche.

[15] Apriès, quant il ara passé .xiiij. ans, si convient prendre garde que les humeurs ne li habundent trop, por trop mengier et por trop boire qu’il font; et s’il habundent trop, si les doit on purgier par sainnies et par legieres medecines; et si se doivent garder les femmes de trop ongier, car à ce tans afoiblist trop li nature et li complexions, et por ce, converroit qu’il ne presissent femmes devant .xx. ans ou .xxv.

[16] Cil qui ont passé les .xxv. ans doiveit user || le travillier plus fort, selonc ce que nous avons dit, et lui garder de viandes ki engenrent cole rouge, si com sont a us et oignons, porions, totes autres coses seches, et use coses froides et moistes, si com poison sont, char de chievros, et boivent vin meslé à ewe, et se gardent de vin viès et fort, et se facent sainnier et purgier si com li tans et lor nature le demande, car c’est li aages en coi on le puet plus seürement faire.

[17] Quant li .xxxv. an sont passé, si se doit garder de sainnier tant c’on puet, se grans besoins ne le fait faire, et doit on user le medecine por les mauvaises humeurs espurgier, car en cel aage est ele plus propre ke li sainnier, et se doit garder li femme d’ongier, car en cest aage, est che li cose qui enviellist. [18] Et por lui maintenir jovene et por atargier, le viellece, se doit on garder de trop vellier, de courous, de pensees, et doit on demourer en joie et en solas, et user coses qui bien norrissent et qui facent le sanc cler, et boivent vin, et se baignent le mois .i. fois ou .ij., pour les superfluités du cors espurgier et netier.

[19] Et les especiaus viandes <por la vieileche targier si sont viandes frites, rosties, charbonees et toutes viandes <qui> sans iave se cuisent, et> si doivent user mirabolan condin, cascun matin .ij. drames, à jeun, ou il prendra de ces laituaires, cascun matin à jeun à .i. pau d’ewe caude, c’on fait de mirabolans noirs et de mirabolans kebles qui soient demouré en lait, et de mirabolans ambleci et escaille de fer ki chiet quant li fevres forge, en chucre ou en ree de miel, et de ces coses face le triphe ke dite vous avons.

[20] Et les laituaires boins et esprouvés por le viellece atargier si est cis laituaires c’on fait de mirabolans kiebles, .x. drames, [et d’escaille de feer, .ij. drames] et d’agaric, .ij. drames et en face on poure, et le mellera on en miel et en chucre, et fera on laituaire. [21] Et cel laituaires que nous avons dit, ki se weut jovene maintenir si les doit on user chascun jor de l’an, au matin, à enjun, et boire .i. pau de vin apriès, et se doit retenir de mengier jusques à miedi, car ce sont coses ki sor totes coses atar||gent le viellece, si com dist Avicennes.

[22] Mais s’il avient cose c’on passe .lxv. ans, si se doit on garder de purgier et de sainnier se grant besoigne ne le fait faire; et usent boinnes viandes qui legierement se cuisent, et boivent vin viès viermel, et se gardent de vin blanc et de nouvel, et qu’il ne soit dous, car totes coses douces li grievent. [23] Et se doit on garder de trop travellier, et se baingnent, et apriès le baignier se facent froter à le main ou à dras ki ne soient mie trop aspre, et se gardent de froit, et facent pourfumer leur lis et leur cambres où il demeurent de linaloes, de mirre, de ambre, d’estorac calamit et usent de ces laituaires, si com diacinamomi, dyatrion piperon, diegiengibreos, dyaireos, dianisi, diantos, et tous autres caus laituaires.