RIALFrI

Roman d'Alexandre, in versi (versione L)

The Medieval French Roman d'Alexadre, vol. I, Text of the Arsenal and Venice Versions, prepared with an introduction and a commentary by Milan S. La Du, Princeton, Princeton University Press, 1937; rist. New York, Kraus Reprint Corporation, 1965 («Elliott Monographs», 36), 390-412 [pagine a sinistra].

Edizione digitale a cura di Mirko Visentin

Versione del manoscritto Paris, Bibliothèque Nationale de France, français 789, cc. 8v-11r (versione L)

Edizione digitalizzata a cura di Mirko Visentin
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 
 
 50
 Mout fu riche la cors el palais a lambrus.
 Por l’amor Alixandre servi Antiocus,
 Tholomers et Dans Clins, Aristés et Caulus,
 Licanors et Filotes, li preus Antigonus,
5Perdicas et Liones, Androines li membrus;
 Devant le maistre dois servi Emenidus.
 A tant es vous un mes c’om claime Tebreüs,
 Le roi Phelippe apele devant contes et dus
 Se li dist en oiant, ne se contint pas mus:
10“Rois Nicholas te mande que li rendes treüs
 De toi et de ta terre, ne li demorer plus;
 Et se ce ne veus faire, une cose t’encus:
 En te terre metra et Hermines et Turs;
 Ne te garra castiaus ne cités ne fors murs,
15Que tant ne te gueroit que venra au desus,
 Si que par vive force te fera tout conclus
 Et si que la coroune t’abatra du cief jus.”
 Quant Alixandres l’ot, molt en fu irascus.
 
 51
 Dolans fu Alixandres, quant il vit le mesage
20Que li a aconté son duel et son damage,
 De mautalent noirci et mua son corage.
 Voiant toute le cort se drece en son estage,
 Sor l’espaulle s’apuie Emenidus d’Arcage,
 Le messagier apele se li dist son corage:
25“Tu diras ton singnor trop a fait grant outrage
 Qui del regne de Grece demande treüage;
 Il l’avra a cort terme, se je puis, si sauvage
 Qui mout li tornera a duel et a contraire;
 Ja por tant com je vive ne l’en donrai ostage,
30Ja n’avra, se jou vif, fermeté ne manage
 Quil puisse garantir, tant i ait fort passage.
 Or me convient prover sor lui mon vasselage;
 Ja n’arai mais grant joie en trestot mon aage
 Tant que m’ait ceste honte amendé par son gage,
35Si que le chief de lui en avrai en ostage;
 (Il) ne me remanroit mie por tout l’or de Cartage.”
 
 52
 Li mes ot la parole si se met el repaire;
 Ainc ne fina d’esrer tant qu’il vint en Cesaire.
 A Nicolas a bien devisé tout l’afaire,
40Et conte d’Alixandre com a fier le viaire
 Et le cuer plus hardi que lion c’om ot braire:
 “Ains (que) [ne] nasqui teus hom por bone gent atraire;
 A ciaus qui o lui sunt est frans et de bon aire
 Et vers ses anemis trop fel et de put aire.
45Ne vos cuide laissier ne castel ne repaire,
 Ains vos en cuide bien par fine force traire.”
 Quant Nicholes l’entent, mie ne s’en pot taire;
 Il en jura son chief, son cors et son viaire,
 S’a point le puet tenir, il li fera contraire.
50“Bien ottroi, dist Nicholes, li gars est de put aire;
 Jou li cuit destempre[r] un si fel laituaire
 N’en donroit son parent s’il li veoit l’eu1 traire.”
 Li mes dist en riant a Bruiant de Valcaire:
 “Bien manaice or de loins, cil ne le prise gaire.”
 
 53
55Merveille ot Alixandres, quant oï de le guere,
 Que li rois Nicolas veut treü de sa terre.
 Par les lointains païs fait les bacelers quere,
 Les gentius chevaliers que povretés enserre:
 Or viegnent tout a lui cil qui veulent conquere.
60Li noviaus rois de Grece les grans tresors deserre,
 C’uns n’en puet demourer sous clavé ne sos tere;
 A ciaus le fait doner cui li povretés merre
 Qui vauroit avec lui les grans paines sosferre.
 
 54
 De ce fist Alixandres que gentius et que fiers,
65Que frans rois deboineres, que nobles chevaliers;
 Quant ot par les contrees mandés les soudoiers,
 Par le conseil son pere a pris les useriers,
 Les sers de put afaire, les felons pautoniers,
 Qui les tresors avoient et les mons de deniers
70Qu’il laisoient musir a mons et a miliers;
 Tous les a departis as povres saudoiers,
 As gentius bacelers cui il estoit mestiers;
 Il les a atornés d’armes et de destriers,
 De riches vesteüres et de garnemens ciers;
75N’en i a nul si povre qui n’ait trois escuiers,
 Set serjans a ceval et boins arbalestiers.
 Alixandres fu larges, pour ce fu costumiers
 De conquere les teres et les païs pleniers,
 De tous ses anemis vaut estre justiciers;
80Quant vint a la bataille, il i vint tous premiers.
 Quant ses gens assamblerent vers le porte d’Alier,
 Plus en ot en sa route de quarante milliers;
 Emenidus d’Arcade en fu gonfanouniers.
 
 55
 Onques n’issi de Grece tel gent por Phelippon
85Com Alixandres ot es plaines de Vaubon.
 En le tere d’Alier, dont il ot le sornon
 L[a] veïssiés tendu maint riche paveillon.
 Aristotes se jut sour un paile esclavon,
 Alixandre apela si l’a mis a raison:
90“Sire, ce dist li maistres, öés que vos dirons:
 Eslisiés douze pers qui soient compaignon,
 Qui menront vos batailles a grant devotion,
 Si amés vos prodomes et lor faites bel don.
 Vous savés qui bien done volentiers le sert on,
95Par doner puet on bien amolïer felon;
 Qui tout veut trestot pert, des auquans le voit on.
 Se volés estre la[r]ges, plus en serés prodom
 Si conquerés les terres et le mont environ;
 Ja n’ara rois ne dus vers vous de(n)ffencion,
100Autre gent en bataille vers le vostre fuïson.”
 Quant l’entent Alixandres, si drecha le menton
 Et dist a Aristote coiement a bas ton:
 “Maistre, molt grans mercis, ci a molt bel sermon.
 Eslisiés vos meïsmes de cui nos le[s] ferons.”
105“Certes, dist Aristotes, bien vos conseillerons.
 Premerains i metés Tholomer et Cliçon,
 Licanor et Philote et dant Emenidon,
 Perdicas et Lioine avoec Antigonon,
 Et le conte Aristé, Aridés et Caulon,
110Anthiocum ausi, es les vos tous par non;
 Icist sunt tout prodome et chevalier molt bon.
 Emenidus d’ Arcage po[r]t vostre gonfanon.”
 Alixandres respont: “A Diu beneïchon.”
 
 56
 Alixandres se dr[e]ce quant ses maistres fina,
115Les noviaus chevaliers d’une part apela,
 Cliçon et Tholomé que tous jors honera;
 De ce qu’ot en pensé son talent dit lor a.
 “Signor, dist Alixandres, des or ne targera;
 Qui veut avoir pris d’armes ançois le mostra[r]a,
120Viegne o moi en Cesaire, illuec s’esprovera.
 Me quintaine veuil faire drecier sor ciaus de la,
 Nicholas veul veoir qui ainc ne nous ama,
 Mon pere a gueroié, a tort le conmencha.
 Or est tans du vengier qui le roi amera,
125Trestout somes jone home et adobé nous a,
 Or doit bien esprover cascuns que il vaura.”
 Et cil li respondirent: “Mal ait qui vous faura
 Por nule riens en tere que il avoir porra.”
 Alixandres l’entent si les en mercia,
130Les sodoiers requist et les barons proia.
 Sages fu et cortois, que si se pourcaça
 Que dedens les uit jors trente mile en josta
 Qui tout iront o lui la ou il les menra;
 Puis est venus au roi, congié li demanda.
135Mais li rois, quant l’oï, a premiers li vea,
 Dist que trop estoit jones, ja ne s’en pensera.
 Et Alixandres jure c’o lui ne remanra;
 Se congié ne li done, ains s’en departira.
 Et quant li rois l’entent, que Alixandres s’en v(aur)a,
140Vint mile chevaliers a armes li livra
 Et grant avoir li carge dont il les paiera.
 Maistres et counestables i mist et ordena,
 Del vallet bien garder tos ses homes proia.
 Cil furent apresté qu’Alixandres menra,
145Li somier sunt cargié et li baniers cria:
 Or se meche au cemin cil qui esrer vaura.
 Et quant vit la roïne qu’Alixandres s’en va,
 Molt remest corouchie, quant de li desevra.
 Ne fu mie petis l’avoirs que li dona,
150D’or et d’argent, de soie dis somiers li carcha;
 Il prent congié a li, docement le baisa.
 
 57
 Quant Alixandres mut, ne sambla pas f[r]arin;
 Quarante mile furent ensamble li mescin,
 Tout chevalier a armes estre l’autre frapin
155Que ja ne li fauront ou qu’il tort son chemin.
 Tant chevaucent ensamble qu’es pres sor Montaurin
 Se herberge Alixandres el regne au Sarazin;
 Ains mais n’ot Nicholas un si felon vois(o)in.
 Grant gent ot [a]samblee de lui et de son lin,
160Par la ou li os passe font dolerous traïn.
 La nuit fist l’esquargaite Festions li meschin
 Tant que l’ost sente nuit et l’esclair du matin;
 Au torner des herberges ot dolerous hustin.
 Alixandres chevauce et tint le cief enclin,
165De le besoigne pense que il veut traire a fin;
 Tholomé apela si li dist en latin:
 “Faites cest ost errer, que il n’i ait traïn,
 A cel roi Nicholas vaurai estre voisin.
 Se corchier ne le puis, ne vail un romoisin;
170Ains n’acointa encore nul si felon voisin.”
 Lors garda devant lui les un bois de sapin,
 Vit venir un danseil qui sambloit pelerin;
 Desor son cief avoit un capel sebelin,
 Une jupe afublee d’un paile alixandrin,
175Et si ot par desous un peliçon hermin
 Qui tous estoit covers d’un blïaut ostorin,
 Hueses de cordouan et esperons d’or fin;
 Et ot entre ses cuises un destrier a bians crins,
 Ne donast en Bretaigne por un castel perin.
 
 58
180Quant cil a coisi l’ost, un poi est arestés;
 Aprés est descendus, ses cevaus est cenglés,
 Et quant il l’ot restraint, s’est par l’estrier montés.
 Alixandres le voit, cele part est alés,
 Et cil li va encontre, bel se sunt salüé.
185Li rois l’a araisnié, qui molt estoit privés,
 Si li dist belement: “Biaus amis, dont venés?
 Dites qui estes vous, gardés ne me celés.
 Comment estes ensi par cest regne esgarés?
 Se estes chevaliers, point ne le me celés.
190Vous estes jones hom, petis est vos aés,
 Car n’est encor de barbe vos grenons aornés.”
 “Sire, dist li vallés, un hom sui effreés
 Si vois querre signor, dont j’ai grans povretés,
 Que selonc mon serviche me tenist en certés.
195Li miens nons, biaus dous sire, ne vous sera celés;
 On m’apele Sanson en la tere ou fui nes,
 Riches hom fu mes peres de grant nobileté.
 Niés sui au roi Dairon si fui de lui privés,
 Mais par mesaventure me sui a lui meslés;
200Un sien dru li tuai si m’a cuelli en hé,
 Por ce sui jou cachiés et tous deshiretés;
 A prendre me manaiche, s’il en a poësté.
 Jehui matin a l’aube, quant li jors fu levés,
 M’esmui d’une cité, pensis et abosmés,
205Ou trovai Nicholas, qui molt est desreés;
 Ses parens devoie estre, de lui sui forjurés.
 Molt manaiche Alixandre, dist qu’il est faus provés,
 Le fil le roi Phelippe qui l’autr’ier fu armés,
 Car il a oï dire que icil s’est vantés
210Que ost venra sor lui si en est molt gabés,
 A fol garçon le tint, dist que il est enflés;
 Se il le pooit prendre, au vent seroit levés,
 Ne li avra garant ses rices parentés.
 Molt a grant ost jostee, que qu’en soit ses pensés;
215Se si home l’amoient et cil qu’il a mandés,
 Bien se poroit desfendre de grans estors mortés.
 Ne me vaut retenir, si l’en sai molt mal gré.
 Or querai Alixandre tant que l’arai trové;
 S’il me veut retenir, je servirai a gré.”
220Alixandres respont: “Assés estes alés,
 Car je sui Alixandres que vous tant demandés.
 S’o moi volés remaindre, bien estes arivés,
 Ja ne serai jor riches tant qu’aiés povreté.”
 Lors descent Alixandres et cist est desmontés,
225Si sunt l’uns contre l’autre brace levee alé;
 L’uns est baisiés de l’autre et forment acolés,
 Joie fait l’uns de l’autre quant furent desmonté.
 Ambedoi resambloient a estre d’un aé,
 Mais qu(e) Alixandres fu un petit mius formés.
230Quant furent conjoï, si se sunt remonté,
 En une angarde sunt sur un tertre aresté.
 L’ost li mostre Alixandres, qui est molt lons et les,
 Qui por lui est meüs por entrer u regné.
 Quant Sanses l’ot veü, bien sot, c’est verités,
235Que c’estoit Alixandres, qu’iert de lui desirés.
 
 59
 “Sanses, dist Alixandres, a Nicholas bien gent?
 Porrai m’i je combatre a ceus a savement?”
 Sanses li respont: “Sire, par le mien ensïent,
 Molt a gent plus de vous et si croisent forment,
240Mais il est molt haïs de tous communaument
 Por sa grant cruauté que il lor fait sovent.”
 Et respont Alixandres: “Mors est s’il nous atent.
 Amis Sanses, fait il, saciés certainement,
 Sires qui ses gens het et qui vers aus mesprent
245Et il par son orguel n’en fait adrecement,
 A grant besoing li falent; tart est s’il se repent;
 Tous en remaint hounis et muert soudainement,
 Et quant plus gent asamble, plus tost le font dolent.”
 
 60
 “[A]mis Sanses, fait il, a moi este[s] venus;
250Saciés molt m’en est bel, bien serés retenus.
 Jane vous faura mais ne aubers ne escus,
 Armes ne riches dras ne bons chevaus grenus;
 Por tant que soiés rices, ne soiés confondus.
 Tant estes rices hom et de franc lin venus
255Ja ne serés par moi doutés ne mescreüs,
 Mais armes vous convient, si serés plus cremus,
 Prisiés et honorés et de tous coneüs;
 Et je vous donrai armes, vos brans ert esmolus.”
 “Sire, vostre merchi, dist Sanses li menbrus,
260Mais je veul (hom) vos hom estre de vos mains rechevus.”
 Alixandres respont: “Ce me vient a salus.”
 Aprés li dona armes si est ses fiés creüs
 Del grant regne de Tir dont il estoit venus,
 Mais que de roi Phelippe soit li fius conneüs.
265Et Sanses l’em mercie, au pié li est venus;
 Alixandres le drece et dist c’or est ses drus.
 
 61
 “Amis, dist Alixandres, or vous veul je proier
 Que pour l’amour de moi devenés mesaigiers,
 Alés a Nicholas mon mesaige noncier,
270Que je sui ça venus cest regne calengier
 Avec le roi Pelippe, qui le doit justicier,
 Car ses hom en doit estre; s’il le veut renoier
 Et a tort sans raison grever et gueroier,
 Or est venus li termes qu’il l’en compera cier.
275S’or ne le puet deffendre, n’en ara mais denier,
 Car traïtes ne doit corone d’or baillier
 Por metre sor son cief, car il ne doit caucier.
 Mais pour coi en moront serjant ne chevalier?
 Mais par moi et par lui (et par) le viegne desrainier;
280Soit faite la bataille, s’il l’ose commencier.
 Sa tere li remaigne s’il le puet gaainier,
 Et se jou le puis prendre, ja n’en convient pladier
 Que ne le faice pendre ou la teste trencier.
 O vous ira Dans Clins por mon mant tesmoignier.”
285“Sire, ce a dit Sanses, pres sui de l’otroiier.”
 Cascuns des deus mesaiges monta sor son destrier,
 Armés d’arbers et d’iaumes et d’espee d’acier,
 D’escu et de fort lance, si pensent d’esploitier;
 De lor mesaige faire ne se vauront targier.
290Tant cevauchent ensamble le cemin droiturier
 Que de la cité virent le grant palais plenier,
 Le tor et le donjon qui siet sor le roucier.
 Vi(n)rent l’ost Nicolas amplement herbregier,
 Loges et tres et tentes et paveillons drecier;
295De grant quatre loë[e]s contre val un sentier
 Ne virent tere vuide le trait a un archier
 Qu’il ne voient porprendre de tres et de lagier;
 Et il s’en passent outre, n’i orent destorbier.
 Dans Clins dist a Sanson: “Nicholas est molt fiers,
300Il asamble grant ost, car il en a mestier;
 A nous se combatra, s’il s’en puet aasier,
 Ains qu’il veule sa tere si quitement laisier.”
 “Voire, che respont Sanses, il en ait l’encombrier,
 Car de ses grans enseignes vous convenra gaitier.”
305A tant vinrent en l’ost sans autre destorbier
 Droit au tref ou il virent l’aigle d’or flamboiier.
 Nicholas s’en isoit por lui esbanoiier,
 A ses homes aloit sous un pin(t) conseillier.
 A tant es les mesaiges qui vienent le sentier,
310Droit a Nicholas vont lor mesaige noncier
 C’Alixandres cevauce, qui le veut corouchier,
 Et ses rices barnaiges, qui molt fait a prisier.
 Dius lor soit en aïe, qui tout a a baillier!
 
 62
 Li mesaige Alixandre en sunt a l’ost venu,
315Le roi Nicholas trovent fors de son tref issu
 Desous l’ombre d’un pin, environ lui si dru.
 Quant il a les mesaiges armés recouneü,
 Lors demande a ses gens, qui les ot perceü:
 “Qui sans le mien commant se sunt ci enbatu?
320Armé par devant moi sunt folement venu,
 Demain seront ocis et a forques pendu.”
 Primes parla Dans Clins, qui bien l’a entendu:
 “Nicholas, je te tieng forment a recreü,
 Orgueus et sorquidance si t’a le sens tolu.
325Nous sames mesaigier, qui que tort a salu,
 Au meillor chevalier qui ainc portast escu.
 Alixandres li preus, qui n’est pas esperdu,
 Est entrés en ta tere, por voir ce saces tu,
 Et sunt en sa compaigne soissante mil escu.
330Grius et Hermis amaine a force et a vertu,
 Ne s’en tornera mais si t’ara confundu.
 Hom es au roi Phelippe, si est assés seü,
 A tort l’as gueroié et son regne tolu
 Si t’en es com traïtes envers lui maintenu.
335Or aproce li termes qu’il te sera rendu,
 Mais droit li offeroies, se m’avoies creü,
 Et donroies ostages que il seroit tenu,
 Quant ta tere ert gastee et ti castel perdu
 Et tu meïsmes prins, ti home recreü;
340Et se tu veus bataille, tost t’en venras venqu.
 Va te dont aprester, n’i ait plus atendu,
 Fors demain au matin que mesire ait seü
 Se de vous et de lui seront li caup feru.
 Bataille cors a cors te quiert par son escu;
345Li venqueres soit sires, li autres soit pendu.”
 
 63
 La raisons fu oïe, li mesaige ont parlé,
 Mais ce n’oblïent mie que doit estre amembré;
 C’est le mant Alixandre, qui les a effreés,
 Par les boins mesaigiers, qui n’ont riens oblïé.
350Li fel rois Nicholas en ot le cuer iré,
 Ne laira por nului ne die son pensé;
 Lors a dit as mesaiges: “N’en aiés ja douté
 Que j’aie le bataille cors a cors refusé.
 Bien otroi au vaincu qu’il ait le cief caupé,
355Donques seront a tart li gaige recovré.
 Je ne redout le vostre un denier moneé.
 Ne fu pas fius Phelippe, saciés de verité,
 Mais Natanabus l’ot en se mere engenré;
 Ne regnes ne doit estre par avoutre clamé.”
 
 64
360La ou Nicholas ot au mes parlé, Ousin,
 Li senescaus au roi, connut bien le mescin;
 Puis dist priveement au roi en son latin:
 “Nicholas, fait il, sire, vois tu cel pelerin?
 Il but essoir o moi a me coupe d’or fin,
365Je li donai assés et pain et car et vin;
 De mon ostel leva, bien le sai, hui matin.
 Je counois bien au paille c’a vestu costentin
 Et au poil reluisant dont sunt deugié li crin.
 Cangié a son bordon a cel hanste fraisnin;
370Que qu’il soit, bien resamble qu’il soit nes de haut lin.”
 
 65
 Li preus Sanses connut molt bien le senescal,
 Il li rent grans mercis et gres de son ostal,
 Puis dist devant le roi que Dius le gart de mal:
 “O toi menjai et bui ersoir tot par ingal
375Et si mui bien matin hui main de ton ostal.
 Outre cel bois la outre encontrai un vasal,
 Si com je m’en aloie le costiere d’un val;
 S’a a non Alixandre, dona moi cest cheval,
 Il n’a gaires meillor fors le sien Bucifal.
380Molt m’a fait grant honor, que vous en diroie al?
 Il m’a a vous tramis et moi et cest vasal;
 Il mande a Nicholas, s’il li tenra estal,
 Bataille en puet avoir et fort estor campal.”
 
 66
 Quant li rois Nicolas entendi la raison,
385“Amis, dist il, qui es? ne me celer ton non.”
 “Par foi, fait il, biaus sire, on m’apele Sanson
 Et si sui niés roi Daire, del mius de sa maison;
 Et ving l’autr’ier a vous pour querre garison,
 Mais je n’i peuc trover conseil mavais ne bon.
390Or me sui ajoustés a un rice baron,
 Alixandre le preu, fius le roi Phelippon,
 Car Daires m’a cacié par mauvaise raison,
 Por ce que je feri uri sien dru d’un baston,
 Un cuivert losengier, un encrieme felon,
395Si le feri el cief, n’ot de mort garison.
 Li rois a cui je sui a molt gente façon,
 Il vous mande par moi et par mon compaignon
 Qu’il soit de le bataille en vostre election,
 Se volés gent a gent ou vo cors vers le son.”
 
 67
400Quant l’entent Nicolas, n’ot pas ciere clere.
 “Par diu, dist il, dans Sanses, molt es faus quidere.
 Par mi ceste (ceste) cité passas hui cbm[e] lere.
 Bien connois ton linnaige, suer Daire fu ta mere;
 Trente cités vaillans vi tenir a ton pere,
405Mes oncles fu sans faille, je fui fius de so[n] frere;
 Mes cousins es germains, n’en sui mie bordere.
 Et Alixandres fu fius d’un(e) fort enchanterre;
 Amis, guerpis le dont, o eus es en misere,
 Et je te ferai pais a Daire l’emperere.”
410Sanses li respont: “Rois, trop estes fors cornere.”
 
 68
 “Nicolas, ce dist Sanses, molt avés dit grant faille,
 Ton conseil ne t’aïe ne pris une maaille.
 Dehait ait qui commande que ja mon signor faille;
 Saces que por noient queras le desevraille.
415Mais fai tost traire en sus toute ceste ringaille,
 Que mes sires est pres que le tien cors asaille.”
 Rois Nicolas respont: “N’est pas drois que li faille;
 Je li tenrai estor, comment que li plais aille.”
 “Voire, ce [li] dist Sanses, n’est nus hom qui le vaille.”
420Dist Dans Clins: “Nos fuisons ja a le desevraile.”
 “Baron, ce dist li rois, n’est mie devinaille,
 Se Alixandres vient contre moi en bataille,
 Nel defendra escus ne cose qui le vaille
 Que tot ne le porfende desi en la coraille.”
 
 69
425“Alés, dist Nicolas, n’i faites demoree,
 Dites a Alixandre, qui a gent bien armee,
 Traie soi d’une part u fons d’une valee,
 La moie gent soit ci toute coie aünee,
 Sor cel pont en mi liu ferons une asamblee,
430Cors a cors, moi et lui, sans autre gent armee.
 La bataille creant ensi, se lui agree;
 Ja m’i verés aler, me ventaille fremee,
 Car trop maine Alixandres la outre grant posnee;
 Molt est jones issus ça fors de sa contree.
435S’a puins le puis tenir, fait a male jornee;
 Se il au premier caup escape de m’espee,
 Ne demo[r]er a gaires, sa bataille ert finee;
 Dire porra de voir ne vail une tostee
 Ne trestoute ma force une pume paree.”
440Et quant Sanses l’oï, a poi ne trait l’espee,
 Mais Dans Clins li a dit parole amesure[e],
 Que ja ceste bataille ne sera refusee.
 
 70
 “Dans rois, ce a dit Sanses, molt pöés manecier,
 Mais por voir vous puis dire si l’os bien aficier,
445Quant vous verés venir Alixandre au vis fier
 Armé de toutes armes, tant samble chevalier,
 Molt le douterés plus que aloe esprivier.
 Hui est venus li jors que il vaura vengier
 Le honte c’avés faite Phelippe, au roi d’Alier,
450Qu’il vous vaura tolir le courone d’or mier.”
 A icest mot saisist cascuns d’aus son destrier,
 Par lor estriers monterent li hardi chevalier
 Si ont tant cevauchié li nobile guerier
 Qu’il vinrent a lor gent le soir au herbregier.
455Molt furent desiré en l’ost li mesaigier.
 
 71
 Le soir que li mesaige sunt venu a lor gent,
 Sanses tout maintenant de son ceval descent
 Et Cliçons avec lui decendi ensement.
 A une part ont trait le roi a parlement
460Et si li ont conté assés priveement
 Que li os Nicolas vers Alixandre pent.
 Lors apele Dans Clins se li dist hautement:
 “Par Diu, sire Alixandres, Nicolas vous atent.
 Saciés que la baitaille n’escive il noient
465Et s’iert par vos deus cors faite, mien ensïent.”
 Quant Alixandres l’ot, tous li cuers li esprent,
 Onques mais n’ot tel joie, je sai tot vraiement;
 En lui vaura prover trestout son hardement.
 
 72
 Quant Alixandres vit les mesaiges venir ...