RIALFrI

'Amaestramens' di Aristotele a Alessandro

Anna Maria Babbi, Il testo franco-italiano degli “Amaestramens” di Aristotele a Alessandro (Parigi, B.N., ms. 821 del fondo francese), “Quaderni di lingue e letterature”, 9 (1984), pp. 201-269.

Edizione digitalizzata a cura di Daniele Mineri e Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

[I]

[1] Filz gloriousisme, empereor, confirme toi dieus en la voie de conoistre les sentiers de veritez et de vertuz et constringe les bestiels desiriers et confirme ton reigne et alume ton enging au suen servise et honor et cetera.

[2] Primierement de necesitez convient a cascun roi avoir dous aides qe sousteigne son reigne, li uns des qiels est fortece d’omes, por les qiels se defent et conforte son reigne. [3] Et ne aura ce, se qant il governe sa gent droitement non, et seignoreie si come seignoregeors entre ses sougiez; et ceaus sougiez engalment obeissent au seignor, si come por enobedience des sougiez s’afoublist et se sozmet la puissance dou seignor et de celui qe governe les autres: et les sougiet seignoreient. [4] Et ge te moustrerai la ochaoson por qoi les sougiet se enduissent au obeir au seignor. [5] Et la ocheison est de dous manieres: l’une est entrinseche, ce est a dire dedens; l’autre extrinseche, ce est a dire dehors. [6] Et la extrinseche si est q’il despent a ses sougiez sa richece sagement et vers lor us largece retribuant as merites de cascuns; et aprés ce, convient qe li roi aie une autre cautele de qoi ge te ferai mencion ci aprés, el capitre des richeces et des profitemenz. [7] Le segont si est endouire les cuers des sougiez a ovrement: et cest veit por davant et est ou primier gré. [8] Et ceste segont a dous ocheisons: l’une est extrinsece, l’autre est entrinsece; la ocheison extrinsece si est qe li rois us iustise es pousessions et es pecuines aqises por ses sougiet, perdonant et aiant misericorde. [9] Mes la ocheison entrinsece si est el secrez des anciens filosophes et des iustes, les qiex le glorious dieus eslist et a eus comanda sa science. [10] Et ie recomant a toi cestui secrez ou maint autres qe tu troveras en cest livres, entres qiels tu troveiras grandisme filosophye et doctrine. [11] Et entre l’entrinsece se contient l’entencion finel: et iluec est ton principel propousement et finel.

[12] Et qant tu auras entandu les significacions des diz et des esamples, lors tu auras ploinement ton desirez propousement. [13] Donques diex sapientisme et glorious alume ta raison et esclarisse / ton entendiment a rechoivre le seiremant de ceste science a ce qe en ceste tu merite d’estre mes oires et fels succesors, donant aide a toi celui qe esparge sa science abundablement en armes des sages et a ceaus qi student done grace de conoistre; a qiels auchune couse n’est escure, sanz li qieus n’est puissible qe aucune couse puisse estre posehue.

[II]

[1] Rois sunt de qatre manieres: rois larges a soi et a ses sougiez et rois avers a soi et avers a ses sougiez; et rois avers a soi et larges a ses sugiez; et rois larges a soi et avers a ses sougiez. [2] Li sages Ytaliens distrent q’il n’est vices au roi se il est avers a soi et larges a ses sougiez. [3] Ceaus distrent d’Inde qe celui roi est boen qi est avers a soi et a ses sougiez. [4] Ceaus de Perse distrent le contraire de ceaus d’Inde: ce est q’il ne vaut riens celui rois qi n’est larges a soi et a ses sougiez. [5] Mes entres toz les autres, selonc mon ioise, est pires de toz et doit estre reprovez qi a soi est larges et avers aus sougiez, por ce qe le reigne de celui tost sera destruit. [6] Donqes vos convient soutilment cerqier et enqerre de ceste vertu ou vices et moustrer qoi soit largece et avarice, et ou est le error de largece. [7] Et manifeste chose est qe les estremités sont d’estre reprovees qant mout elles de descordent de son mi. [8] Et nos savons que le servement de largece est grief et son trespasament est legier, qe a cascuns est legiere couse a user avarice et prodigalitez, et tenir largece est grief. [9] Et por ce, se tu viaus aqire la vertuz de largece, consire ta puissance, les tens de necessitez et les merites des persones. [10] Donqes, selonc ta puissance, done ou mesure as homes besoignos et dignes. [11] Et qi autrement done, il trespasa la regle de largece, por ce qe celui qi done ses dons as non beisoignous ne n’i aqiert / aucun los. [12] Et ce qe est donez as non dignes est perduz; et qi outre mesure done ses richeces tost veindra as rivages de grant povertez et est scemblables a celui qi done victoire a ses anemis sovra les suens. [13] Donqes, celui qi done de ses biens as homes besoignous et dignes en tens de necesitez, tiel rois <est> larges a soi et a ses sougiez, et son reigne se prosperera et son comandament serra observez: tiel roi ont loés les anciens, tiel est apellez vertuous et larges et atenprez. [14] Mes celui qi esparge les biens de son reigne non ordeneement as non dignes et as non besoignous, tiel si est gastiers de la couse comune et destruers dou reigne et non soufisans au governement, por qoi il est apellez prodiges por ce qe loing de lui est providence. [15] Et le nome d’avarice est molt deshonorable au roi et est desconvenable a sa maiestez. [16] Donqes, se aucuns rois, leqiels aie li uns ou l’autre de ces vices, avarice ou prodigalitez, se viaut conseilier de ce, il se doit ou grant diligence porveoir d’un discrez home feels et eslit de pluisors, au qiel il doit cometre les couses publices qe sont a despendre et les richeces dou roiaume de estre governees.

[III]

[1] Alexandres, f[er]ermament ie di a toi qe cascuns rois qe trop continuelment use le doner plus qe son reigne ne puet soustenir, tiel sans faille sera destruit et destruira autrui. [2] Por ce di ge a toi uns de ces amaistramens qe onqes mes ne sui retreit de dire a ta clemence: ce est qe garder soi de prodigalitez et d’avarice et aqistemant de largece est gloire des rois et perpetualitez des roiaumes. [3] Et ce feit li rois qant il astient et retreit sa main des biens et des posessions des sou[a]gés. [4] Et ie ai trovez escrit entre les comandemenz dou grant douctor HERMOGINES: [5] «O come sou / vraine et veraie bontez, clarece d’entendiment, ploinece de loi et signes de perfeccion en le roi est l’astinence des pecunies et des possessions [et] des sougiez!» [6] Le contraire de la qiel cose fu ocaison de la destrucion dou reigne des Cangeus, por ce qe la superfluitez des espenses supercloit les rentes des citez.

[7] Et ensi, failant les rentes as espenses, le rois destisent ses mains as couses et as rentes des autres. [8] Mes les sougiez por tort feit se clamerent a diex gloreus, le qiels, mandant vant chaut, eslasa eus grantment et lieva le pueple contre lour, et oste de sor terre l’erme de lor. [9] Et, se diex glorious ne eüst souvenuz et mandez ce q’il manda a celui reigne, delivrament il estoit destruit. [10] Et por ce sachez qe les richeces sont occaison qe feit divenir l’arme raisnables animals, et est partie de celle, et ne puet durer le reigne se tiel paroule est destruite.

[11] Et por ce doit mout estre eschivez la superfluitez et la sovrabonda<n>ce des espenses. Donqes, a ce qe atemprance et largece soit aquise, la foule et la soupercle donaison doit estre eschivee. [12] Et [de] sustance de largece et de vertuz est laisier et ne avoir a memoire les donaisons et cerchier des secretes choses, ensi come est de generacion des bones. [13] Et [de] sustance de vertuz est remunerier les merites, remetre tort feit, honorier ceus qi doivent estre honorez, avoir en reverence ceus qi se convient, souvenir les simples, complir les defautes des ennoceins, a ceus qi saluent respondre, refrenier la lenge, dissimilier les tort feit a tens, enfaindre soi a egnorier la foulie dou foul. [14] Donqes ie t’ai amaistrez ces couses qe toz iors ie te soloie dir et semer en ton piz, por qoi ie ai ploine esperance qe celui meistrement ert en ta vie et ovre clarece toz iorz luisant a tes governemenz toz tens de ta vie. [15] Mes ie dirai a toi la sapience philos<of>ice abreviee. [16] Et, se auchuns tens ne eüse a toi dit autre meistrement, soufisanz devroit estre a toi, en toutes ces / ovres en ceste siegle et en l’autre qe doit avenir.

[IV]

QE ENTENDIMENT EST ET DESIRIER DE NOMINANCE OU BONE OU MAUVEISE ET DE VERITEZ ET DE BOSDIE ET DE SES RACINES.

[1] Saches qe l’entendiment est chief dou governement, saneitez d’aume, sauveor des vertuz, speculeour des vices; et certes, en celle nos esgardons les couses qe sont a fuir, por celle nos elisons les couses qe sont a eslire. [2] Celle est naiscement des vertuz et raicine de toz les biens qe sont a loer et a honorier. [3] Et le primier estrument de l’entendiment est le desirier de boene nomenance: por celle nomenance, qi veraiement la desire, il ert glorious et famous; et qi fausement la desire, ce est ou fause demoustrance, por enfamé est confonduz. [4] Donqes la nomenance boene est une couse qe principelment et por soi est desiree en le governement, por ce qe governement ne est desiriers por soi, mes por boene nomenance. [5] Por qoi le comencement de sapience si est l’entendiment et le desirier de boene nomenance, la qiele por governament et dominacion est aquise. [6] Et se, por autre occhaison, dominacion ou governament, est aqis, il ne ert pas aqistament de boene nomenance, mes d’enveie.

[7] Et enveie engendre bousie, la qiele est racine de toutes les couses qe doivent estre reprovees, et matire des vices. [8] Et bousie angendre [de] traicon et de traicon engendre haine, haine angendre tort feit, tort feit angendre pertinace, pertinace engendre iraconde, iraconde engendre contrastement, contrastement engendre enemistez, enemistez engendre bataille: et la bataille oste la loi et destruit les citez. [9] Et ce est contre raison naturel. [10] Et celle couse qe contraste destruit toute l’ovre: et por ce estuide d’amer le desirier de boene renomee por ce qe la raison, por le desirier de boene renomee, aparturist veritez. [11] Veritez est racine de toutes les couses qe doivent estre loees, est matire de toutes biens por ce q’elle est contraire a la bousie et si engendre desirier de iustise.

[12] Et iustise engendre confiance, confiance largece; largece / feit familiaritez, familiaritez amistez, amistez engendre consoil et aide. [13] Et certes por ces couses fu ordenez le monde et les lois constituees as homes: et ces couses sont convenables a raison et a nature. [14] Donqes manifeste chouse est qe le desirier dou governement por boene renomee est durable bien et doit estre loez.

[V]

COMENT LES CARNIELS DESIRIERS ENGENDRENT DESIRIER DE RICHECE ET NON VERGOINGNE ET AUTRES SES RACINES.

[1] Alexandres, desevre toi das efforcemens des bestiels desideries, por ce qe les carniels desirieres sont coruptibles et enclinent les corages as corruptibles delitances ou bestiel voluntez non ou aucune porpensee discrecion, et meesmement le cors corruptible se eslesce et se contriste por l’ente<nde>ment non corruptible. [2] Donqes tu dois savoir qe l’efforcement des carniels desiriers engendre desiriers de richece; et desirier de richece engendre non vergoigne; et non vergoigne engendre presoncion, non feelitez; et non feelitez engendre lairecin et laidece, de qoi naist cheitivitez, la qiel moine l’ome a destruicion de loi et de familiaritez por ce qe en toutes ovres elle est contraire a la nature.

[VI]

[1] En primierement et principelment convient au roi, qant a soi meismes, qe la nominance de son nome soit renomee en loable sapience et q’il raison ou les siens saiement por ce q’il est de ce loez, honorez et cremuz da chascun qant il le voient en son parler sages et en toutes <choses> feire sagement.

[2] En veritez legierment se puet por certes signes comprandre et savoir se en le roi sapience ou foulie reigne, por ce qe chascuns rois qe son reingne soutmet a la divine loi deignes est de reigner et honorable/ment seignoregier. [3] Mes celui qe en servaie met sa loi, soutponant celle a son reigne et comandament, est trespaseor de veritez et despriseor de sa loi. [4] Et celui qe desprise sa loi da chascuns est desprisez, por ce q’il est condempnez en la loi. [5] Ancore di ge ce qe li sages filosofes enspirez de diex parlant distrent: ce est qe en primierement a la maiestez dou roi est honorable couse atemprer soi as comandamens de la loi non pas por enganable aparence, mes por esperience de feit, a ce qe chascuns conoisce q’il criem dex grant et q’il est sougiet a sa divine poisance. [6] Lors les veut les homes avoir en reverence et criembre qant il voient q’il a en reverence et criem diex.

[VII]

[1] Et se seulement en aparence il se moustre religious et en ovre maufactor, por ce qe a poine puet estre celee la couse maufaite et non estre sehue por le pueple, <por> deu est reprovez et por les homes desprisez.

[2] Et son feit est desafermez et son enp<er>ier s’amerie et la corone de sa gloire ne aura honor. [3] Qe di ge plus? Il n’est tresor qe li puisse reambre la bone nomenance. Ancore mout se convient au roi honorer ceaus qi portent nance. [4] Ancore mout se convient au roi honorer ceaus qi portent la loi et avoir en reverence les religious et exaucier les sages, disputier ou ceaus en mouvoir doutouses qestions, honestement demandier, ou discrecion respondre, les plus sages et noubles gregnourment honorier selonc qe se convient au grez de chascun.

[VIII]

[1] Encore convient au roi gardier ce qi est a avenir et sagement contrastier as avenimens desaventurous, a ce qe il poise legierement contrastier as couses contraires. [2] / Ancore est honorable <chose> a lui avoir pitiez, et retenir l’ire et le movement dou corrage a ce qe le movement non proveuz ne veigne a compliment sens deliberaison, et son error raisnablement reconoistre et sagement revochier, por ce qe sovraine sapience est en le roi governier soi meismes. [3] Et, qant il aura vehu auchun bien ou utilitez de estre faite, si la face ou discrecion non trop pereceusement non trop toust, a ce qe il ne demoustre soi estre oblierés ne subitaines.

[IX]

[1] Mout se convient a la roial maiestez et dignitez honorablement vestir et toz iors ou belle voluntez et apareilement aparer et trespasser les autres en biautez, por qoi il doit user belles et chieres et variables vestimenz. [2] Encore honorables couses est au roi soupercler les autres toz en aucun meilorament a ce qe por ce la dignitez soit ornee, la puisance ne soit damnee, et la debite reverence a lui soit faite. [3] Meismement honorable couse est au roi estre biaus parliers et gracios et avoir claire voiz, la qiele est mout profitable et specielment an tans des batailles.

[X]

[1] ALEXANDRES, qant belle couse est au roi astenir soi de trop parlier se necessitez nel reqiert, por ce q’il est mieus qe les oreiles des homes soient volunteuses d’oïr ses paroules qe q’il l’en soient seules por ce qe por la seuleté des oreiles li cuers se seulent, ne mout voluntiers voit li rois. [2] Encore est honorable chouse au roi astenir soi ne user mout la compaingnie des sougiez et gregnorment des vils persones, por ce qe trop familiaritez des vils persones aparturist desprisiemant d’honor. [3] Et por ce biau usage est cel de ceaus d’Inde en la disposicion de son regne et la ordinacion dou roi, por ce q’il ont ordenez qe seulemant une foiz en l’an le rois apparer davant toz, ou appareilement de roi et ou armés / host, seant noblismement sor son destrer ornez de biaus ornamenz d’armes. [4] Et feit estier le pueple auchune chose loing desevrez da soi et ses noubles barons entor soi. [5] Et lors est usez defenir ses grieus afaire es divers et trespassez feit retraire et moustrer l’o<v>re la qiele il a fe<rm>ement menee entor la couse comune. [6] Et meismement est usez en cel iors doner dou sien et les prisons leisier de prison, et relevier les grief carges et maintes pietouses ovres faire. [7] Et, finez son sermon, le rois s’aseite; et enconti[e]nent lieve sus uns des barons qi li est dau lez qe plus saie et plus biaus parler est tenuz et arenge au honor et a comendeison dou roi referant grace au glorious diex, le qiels ensi <a> ordenez le reigne d’Inde et de ensi sage rois a ornez le païs qe le loauble pueple de ceaus d’Inde obeisant et dou corrage a confermez. [8] Et pois le lous devins et comendaison dou roi, il se vire as lous dou pueple, recordans les bones costons, aqirant benevoilence, enduisant aus por esamples et por raison a humilitez, hobedience, reverence et dileccion dou roi. [9] Et feit ce, le pueple se studeira d’esaucier le laus dou roi et comender ses boenes ovres, et proier diex por la magestez dou roi et por les citez et por les maisnees, narrer la sapience et les ovres dou roi. [10] Et por ce amaistrerent les enfans iusqe il sont petiz et les enduisent a maior honor, hobedience et temor du roi. [11] Et en ceste guise est publiee et croist la bone renomee dou roi en repoust et en pailiz. Et en cest tans est usez punir les maufactors, a ceus qi presoument de maufaire soit la voie seree de nuire et les autres s’en chastient. [12] Encore sont usé de alesier les treisages et despensier ou les mercheans et partie leisier de ses rantes et l’or ou ses mercheandies defandre et gardier. [13] Ceste est la ochaison por la qiele est mout pueplee Inde, por ce qe de toutes parties vont les mercheans voluntiers la ou il sont bien receuz, et gaagnent riches et povres, / citeins et forestiers et de ce s’acroist les treusages et les rantes dou roi; et por ce sont a gardarse des tort feit et des offensions des m<er>ceains. [14] Et il sont a loer q’il dient la nomenance d’aus por tout le monde. [15] Et por ce doit estre donez a cascun ce qe suen est por ce qe ausi se garnist les citez et moutiplie les rantes et acroist au roi honor et gloire. [16] Et ensi les criemt les enemis et viv le roi en pais et segur et ensi a li desiriers de sa voluntez.

[XI]

[1] O Alexandres, ne desirier ce qi est corruptibles et transitoires et qe convient toust leisier. [2] Doumande richeces non coruptibles, vie non muable, reigne eterniels, durabletez gloriouse. [3] Adreiche donqes tes pensiers en bien, rant toi virils et glorious, eschive les voies des leons et des autres bestes et ses inmondises. [4] Ne voloir estre cruels et tieuls qe ne puisse ploier a ceus des qiels tu as eu victoire. [5] Pense de ce <qe> puet avenir por ce qe tu as, ne sas qe doie aparturir le iors qe doit avenir. [6] Ne voloir seguir tes desiriers en mangier et en boire et <en> cotidiens dormir et en luxuire.

[XII]

[1] O clement empereor, ne t’ancliner au coniungement des femes, por ce q’il est une proprietez des pors. [2] Donqes, coment gloire sera a toi se tu uses les vices <des> nonraisnables animals? [3] Croi a moi sans doute, qe le coniungement est destrucion dou cors, abreviement de vie, corrupcion de vertuz, trespasament de loi et angendre costuns feminils et finelment enduit ces maus qe ge t’ai dit.

[XIII]

[1] Convenable couse est a l’empereor avoir de ses privez feels en le qiels il se delite ou diner <ou> ses estrumenz ou generacions d’organes qant il est ennoious, por ce qe l’arme de l’home en tieus choses se delite na/turalment. [2] Li sens se repousent, la curiousitez et la solicitudens se envanist, tout le cors se avigourist. [3] Mes se tu viaus deliter en tieles couses, persevere au plus an tiel vie III iors ou qatre, ce qe tu verras estre convenable et toz iors valoit miaus a faire tiex couses priveement. [4] Et qant tu seras en tiel soulaz, astien toi de boire, et laise boire les autres a sa voluntiez; enfeing toi estre chaut dou vin, por ce qe tu porras iluec maintes secretes couses entendre et oïr. [5] Et ne fais <ce> espoisement, mes II foiz ou trois en l’an.

[XIV]

[1] Tu dois avoir aprés de toi de ta maisnee <aucuns loyaux> et speciaus les qieus te reportent ces couses qe se font et dient por le reigne. [2] Qant tu serras entre tes barons, honore les sages et ceaus qe tu verras dignes d’estre honorez. [3] Et tien cascun an son grés: come hui le uns, et demain l’autre; tu dois vestir hui li uns, et l’autre demain; selonc qe se convient au grés de cascuns les honore. [4] Ne soit auchuns de tes noubles qe ne sante ta largece, a ce q’il li place la clemente de ta maiestez et la noublece dou cuer liberaus.

[XV]

[1] En veritez au roi est honorable couse entre les autres avoir continance et discrecion et astener soi de mout dire, por ce qe le spois rire hoste reverence et engendre veilece. [2] Ancore dient li sages qe li rois est plus tenuz d’onorier les homes en sa cort et en son concestoires qe autre por ce q’il apertient a lui. [3] Et, se aucuns feit aucun forfeit, ponir le doit selonc la qalité de sa persone a ce qe les autres se ne spaventent et aprendre de astener soi des forfeit: en autre guise doit estre puniz un grant et nouble qe uns de pueple et vil persone. [4] Et bien est server le rigor et continence a ce q’il soit difference de persones entre le roi et ses sougiet. [5] Et il est escrit en le livre de ASCOLAPES qe cil rois feit a loer et a amer qi est / semblables a l’aigle qe seignoreie entre ses oisiaus, non pas celui qi est scemblables a uns des autres oisiaus qi li sont sougiet. [6] Et se aucuns en la court ou en la presence de la maiestez dou roi ouse traitier ou faire aucuns tort feit, ou doit estre considerez ou qe il <por> corrage il a ce feit ou por iluec, a ce q’il te place et q’il enduge li cuer des autres a l’esce, ou en desprisement et non en devocion de ta dignitez. [7] Se a la primiere guise il a feit ce, legierement soit castiez; se il l’a feit a la seconde, soit conduit a mort.

[XVI]

[1] Alexandres, l’obedience de seignorie si pormaint en qatres chouses: ce est en reliositez, dileccion, cortesie et reverence. [2] O Alexandres, tu dois convertir a toi les cuers de tes sougiez. [3] Hoste les tort feit et les noniustices d’eaus, ne doner matire as homes de parlier contre toi, por ce qe, qant le pueple puet dire legierement il puet faire; por ce governe toi en tiel maniere qe aucune couse ne se puisse dire contre toi, et por ce eschiveras le asie feire. [4] Ancore saches qe discrecion de mathureces est gloire de dignitez, reverence de seignorie et execucion de roiaume et certes sovraine prudence est qe ta reverence abite plus as cuers des homes qe dilection: et meisment il se leiz qe li rois en son roiaume est ausi come la pluige en terre, la qiele est grace de diex dou ciel. [5] Celle benedicion <est> vie de la terre, nuirement des couses qe vivent por ce qe por la pluige s’apareile les sentiers as mercheains, aide a ceaus qe defient. [6] Mes por la pluige se feit troins, cient les foudres, les aigues qi ne sont, croisent, et la mer enfle et maint maus en avint, por les qiels maintes couses vivainz p<er>ierent. [7] Mes por ce les accidentiels maus ne enpechent qe les homes ne loent le glorious diex en sa magestez, considerant les signes de sa grace et les dons de misericorde, por ce qe por la pluige / se vivifie les couses qe naiscent: les arbres flourissent et toutes les couses verdes se enfondent de la benedicion de dieu. [8] Et por ce referissent les homes lox a dieu qe oblient les maus trespassez qi sont sor lor avenuz.

[9] Et l’asample dou roi se convient ou l’esample des vens, les qieus dieus excelentisme mande [et] destant dou tresor de sa misericorde. [10] Et por eaus moine les nues, croiscent les blees, les fruiz des arbres se maürent, les esperiz prandent force et l’eve desiree se recheit, la voie se ovre a ceaus qi naigent et mains autres biens si ensuivent. [11] Mes por elles se enduissent enpechemenz diverses e perils an mer et an terre, por lor sont angendrees les corruptions de l’aire et se nourissent les mortiels venins et maintes autres desconvenables couses en avient. [12] Et les creatures de terre si prient la clemence dou creaor qe da eus doie remouvoir ceus maus. [13] Et lui ne plus ne mains soustient les vens mener son cors et tenir l’ordre q’il a statuiz a eus; le qiels totes les couses por sa sapience a engal pis et a cert ordre a ordenees et statuies qi les a sez sers deiant servir et en fins de sa grande misericorde et bontez qi ne se porroit dire. [14] Et en veritez cest esample se puet metre en l’enver et en l’estez, les froides es calors des qiels ou grant providence il a ordenez a generacion et a amplifiement et a durabletez des couses naturieus, les qiels ne se puet eschiver ne estre muez. [15] Mes maintes couses desconvenables et mortiels perils avient por le froit d’inver et por le chaut de estez. [16] Et ausi devint dou roi qe en veritez maintes couses desconvenables suelt avenir les qiex despleisent a ses sougiet et griefment les portent: mes a eus et en celles est grandisme utilitez.

[XVII]

[1] O Alexandres, enqier de la povretez et necessitez / des misericordable et foibles persones; souvien as povres en sa necessitez de ta clemente; eslis aprés de toi un home qi sace sa lengue bien parlant, qi aime iustise, leqiel puise estre en ton leu et lor misericordablement governier et amer. [2] Et ce est ouservacion de loi, leece des homes, couse qe mout pleist au creaor.

[XVIII]

[1] O Alexandres, te souveigne toi mout des grains et des liemes proficables a user el tens de la faime; qe soit soufisans a ta gens el tens de necessitez a ce qe qant viendra, si come est usez auchune foiz, l’an de la famine et de la necessitez, de tex homes puisse sovenir ta providence, car en tens de necessitez il se doit souvenir as citez, et lors tu dois ouvrir tes graniers et pueblier por les citez et por le reigne le forment et les grains qe tu auras. [2] Et cest est grant escautriment et grant proveance dou garniment dou regne et seinitez dou pueple et garde des citez. [3] Lors ton comandement est servez, et ton feit est prosperez et de la belle proveance vivront toz, et lors seirvent tois qe tes oeilz voient loing. [4] Et por ces couses priseront mout ta clemence et eschiveront de offendre a ta maiestez.

[XIX]

[1] O Alexandres, espoisement ge t’ai amonis et ancore t’amonisse, qe tu dois server ma doctrine, la qiele, se tu la serveras, tu auras ton proposement et ton regne serra durable: ce est qe tu ne spandes le sanc de la humaine generacion, por ce qe ceste couse apertient a seul dex, le qiel choit les secretes des cuers et les privances des homes. [2] Por ce ne vouloir tolir a toi l’ofice de dex, por ce q’il n’est conceuz a toi savoir les proveances de deu. [3] Donqes eschive qant tu pueis de espandre le sanc humains por ce qe le grant doutor HERMOIENES / escrist disant ausi: [4] «Qant une creature ocist une autre qe est semblables a soi, las vertuz de celle claiment a la maiestez divine et dient: ’Mi sire, mi sire! ton serf viaut estre scemblables a toi!’ [5] Et se contre raison il l’a mort, lors respont le creaor: ’Laise estre lui por ce qi ocira sera mort. [6] A moi la vengance et ie la geredonerai’». [7] Et tantes fois les vertuz de cil en ses lous recordent la mort de celui qi mort est iusqe la veniance est faite de l’omecidiels, le qiels sera uns de ceus qe poisera les poines eternels.

[XX]

[1] Alexandres, en toutes les poines tu as ameistrement. [2] Maintes generacions de maus tu as apris por esperence: aies a memoire les feiz des gregnors, qe de ceaus tu poras treire mains biens, por ce qe li feit trespassez donent meistrement de ceaus qi doivent avenir. [3] Ne desprisier les petiz, por ce qe ausi come suelt avenir aucune foiz, uns bien petiz et vils puet toust montier en richece et en honor, et lors il est pois puissant a nuire. [4] Garde toi de rumpre la foi donee et les promissions confermees, por ce qe ceste couse est convenable seulement as non feels et as puitaines; conserve <fe>elment la foi prometue por ce qe honor en suit et se, en rompre les convencions, aucun bien da deu venist, celle espise est mauvese et esample reprovez et de generacion de mal. [5] Encore saches qe por la foi sont feites les congregacions des homes, habitees les citez, comunitez d’omes, dominacions des rois. [6] Por la foi se tient les chasteus, les citez sont servees, li rois seignoreient, et, se tu hostes la foi, toz les homes tornent au primierains grés, ce est a savoir engalance et similitude des bestes; por ce eschive, feelisme roi, de rompre la foi donee, / serve fermement les seiremenz et les promisions meismement se il sont a toi damnables. [7] Ne sas tu por le dit d’ERMOIENES qe dous sont les esperiz qe toi gardent, li uns des qiels ista dau les destre et l’autre dau sinistre esgardant et sachant tes ovres et qe les retreit au creaor? [8] Et en veritez seulement ceste couse devroit retreire toi et cascuns de cascune ovre desoneste qi constraint toi ausi espoisement yurier. [9] Certes, ce ne doit estre feit se por grant necesitez non: le roi, s’il n’est mout priez et spoisement requeruz ne doit iurier. [10] Ne sas tu q’il est desconvenables a sa dignitez et ammeine l’onor qant tu iures, por ce qe as sougiez et serf apertient le iurier? [11] Et se tu me demandes qiele fu la ochaison de la destrucion des roiaumes des Abaiols et de ceaus de Syrie, ie respondrai a toi qe ses rois usoient seirement frausement et a engains des homes et des prosemaines citez, derompant les convenances qe estoient statuies por le saluz et utilitez de la humaine generation. [12] Et teus oni et desfortunés ousoient sairemens a la destrucions des procheins, et por ce l’engalance dou iustisme iuges ne le puet plus soustenir.

[13] O sage filz, ne te pantir de la couse trespassee, por ce qe ce est une proprietez des foibles fames por manifeste prueve. [14] Serve cortoisie et ovre bontez et ce est gardament dou reigne et destrucion des enemis.

[XXI]

[1] Apareiles ces couses qe ont besoing au stuides. [2] Ordene as citez de ton reigne li estuides, comande a tes homes q’il ameistrent ses filz en la science des letres et faicent aus studier as noubles et liberaus ars et sciences: et ta providence doit a eus souvenir as necessaires couses. [3] Fai aucuns meilorement a ceus qi stuident et aprendent bien por ce qe tu dones matire et esamples as autres scoliers de veilier. [4] Mete en ovre les domandaisons d’aus, rechoive ses epistres, loe ceus qi sont a loer, geiredone ceus qi sont a geiredoner. [5] Et en ce tu reciteras les letres / a magnifier tes lox et a metre en escrit tes boenes ovres a eterniel memoire. [6] Cest ordre feit a comander, ceste prudence doit estre mout loee. [7] De ce est honoriez l’empire, ornez tout le regne, enluminee la cort et les roiaus feitmans sont comendez. [8] Mes qi exauta le reigne des Grecois, qi a feit renomer por perpetuelment por tout le monde ses feit? [9] Certes, la diligence des studeors et la prudence des sages les qiex sor mesure ont amés le sciences. [10] Et certes une fantine fu en cee d’un suen pere qi por grant estuide savoit les cours de l’an, les festes qi devoient avenir, les soulempnitez des mois, les cours des planetes, la ochaison de l’abreivement dou ior, les signes des estoilles, les ioisses <des choses> qe devoient avenir et autres choses sans fins qe s’epartient a l’art de sovre.

[XXII]

[1] O Alexandres, ne fier toi as servises et en les ovres des fames, ne te cometre a celles et, se necessitez le reqiert, comet toi a celle qe est feels et qe est creuz qe t’aime, por ce qe iusqe la fame traite ta persone, saches qe tu es qais com un deposite metuz aprés de celle por ce qe en ses mains est ta vie. [2] Eschive les venins mortiex, por ce qe novellement les homes ne comencent d’aveni<me>r et mani<fe>ste chose est qe maintes rois et seignors en sont mortes enanz terme et greuz por bevandes veninouses.

[XXIII]

[1] O Alexandres, ne te fier en un seul mire, por ce qe un mire est puissant a nuire et de legier ouse pansier feunie et mener a compliment. [2] Donqes, se estre puet, soit dis et non meins et faire lor estre ensamble en un luec. [3] Et, se tu dois prendre medicine, ne la rechoivre sanz le consoil des plusors. [4] Et qant les choses se / doivent trover, tu dois avoir un home conoisant les generacions et la qualitez des espices et feels, le qiels doit toutes les coses qe sont necessaires a la medicine conoistre por le consoil des mires ou certain pois et mesure, et comprendre ausi come se convient. [5] O Alexandres, aies a memoire les feiz de la roine d’Inde qant elle manda a toi por occaison d’amistez maint dons riches et biaus, entres qiels fu celle belisme pucelle, la qielle da enfance fu ploine et nurie de venins de serpent en tiel gise qe sa nature se vira en nature de serpent. [6] Et se en celle hore ne eusse esgardez vers elle et por art maiqe iugiez por ce qe ausi ousement et orible et ne finant sanz vergogne sa gardeure metoit envers les homes ta mort seroit por l’ardor de son coniungiment venue qe en veritez ie esgardai qe sa mordeure elle ocioit les homes, laqiel couse por esperience <se prove>. [7] O Alexandres, garde ta noblisme arme sovraine et angelice, laqiele est donee a toi en garde a ce q’elle ne soit deshonestee mes glorifiee, et ne soit de la condicion et de la generacion des enmondes, mes do<u> nombre des sages.

[XXIV]

[1] Iustise est comendacion loable de la proprietez de l’altisme glorious, por qoi le governement doit estre de celui le qiels dex a esleuz et constituis sor ses sers, au qiel doit estre cometuz les afeires as governemens des sougiez, le qiel doit garder et defandre les possessions et l’avoir et le sanc des sougiez et ses ovres si come sont diex. [2] Donqes en ce doit il estre semblables a diex et convient qe li rois soit semblables et siegue a l’altisme en toutes ses ovres, mes diex est sages et [qe] set, et ses lous et ses nomes sont glorious en lui, et la grandece de sa seignorie est gran/disme sor toz les loux. [3] Donqes sapience est le contraire de tort feit et son contrestement si est iustise. [4] Et en iustise sont fermees les ciels et constituiz sor terre, et en iustise fu mandez les prophetes santismes, et en iustise est formé l’entendiment la qiel crea dex et conduist sa creature a cil. [5] Et por iustise est edifiee la terre et ordenez sont les rois es sougiez obeisant et [sont] adomestegiez. [6] Et por celle sont adomestegez les couses terribles et aprochees les couses lontaines et sauvees les armes et gardees de toz et aprés de ses roi de totes corruptions. [7] Et por ce ceus d’Inde dient: «La iustise de celui qi governe est plus profitable as sougiez qe abondance de tens». [8] Et ancore dient: «Segnoregeor iustes est meilor qe pluige de soire». [9] Et trovez fu escrit en une piere en lai<n>gue chaudee qe le rois et l’entendement sont freres, les uns aiant toz iors besoigne <de l’autre> ne ni est soufisans li uns sanz l’autre. [10] Et toutes couses universelment sont formees et naisent de iustise, et celle si est occaison de l’entendement, leqiel puet en son estre et la racine de celle est da entendiment et cil est ovrement qe moine celle a ce. [11] Et cil est puisance et ovre de celle, cil est entention et esgardement de science, cil est iuges qe ovre et qe rechoit ce qe avient por l’ovre: en ce q’il rechoit est celle iustise.

[XXV]

[1] Donqes apert il qe iustise est de dos manieres, manifeste et oculte. [2] Et manifeste est celle qe est manifeste por ovre ovrant sor les condicions et est droite iustise pesee et mesuree por cil entendement et la ioise por celle si aqiert nome. [3] Oculte si est la foi et la creence dou iuges feisans ses ovres et la creance et le confermement de ses dis. [4] / Donqes apert il, selonc ce qe est dit, qe li rois en la iustise est asimilez a l’altisme, et por ce besoigne q’il soit fermez en toutes ses ovres propries et comuniels, et celle couse qi se descuse de la propre ou de la comune ni est iustise, et qe la iustise de dex et la voluntez aient poise en ces couses et q’il croie en tout ce por ce qe por sa foi consuiet l’aqiert la loi, la qiel couse est perfection dou segnoregement. [5] Et, ausi come il aparra por ses ovres, elle abrace les cuers des sougiez, ce est ausi come aparra ses ovres, et le sentira les ovres des sougiez de lui, et si iugera les ovres de lui. [6] Et proprietez et comunitez sont en diverses grés et les transgresions de la iustise en lui si aporte. [7] Et iustise est nome relattives ad aucune couse dit et correction de tort feit et droiture de stadiere et forme de mesure, et est nome colectives esgardant a cortesie et as costuns de largece et as ovremens de bontez.

[8] Et iustise se devise en dous parties: il est une iustise la qiele guarda au ioise aprés au iuges; et est une iustise qi apertient a l’home en le raisonement de soi meismes en ces coses qe sont entre son creaor et soi. [9] Donqes dois tu ordener iustise en ces couses les qieles sont entre toi et ton pueple selonc la mesure des costuns et les seiges des reignes.

[XXVI]

[1] E ge certifie a toi forme loable sapience filosofice mout chiere, la qiele demoustrera <a> cascune qant est entre les homes, la qiele abrace le regne des sougiez et demoustre li grés d’aus et les caletés et les racines de li; la qiel couse se convient avoir en cascun grés. [2] Donqes se depart elle en dous cerculieres speriqes, cascune divi/sion est un grés. [3] Donqes comence da qiel division tu viaus et donra a toi celle couse de la qiele aucune couse n’est plus pretiouse. [4] Vois le cercle dou firmement et qantes foiz sera les ordinations ou soit les governamens iurez as cous<es> desout et as couses de sovre a la comunance de cest monde.

[5] Aparuz est a moi de comencier en tiel guise dau monde. [6] Et ceste est la utilitez de cest livre: et ceste est la figure de lui.