RIALFrI

Amato di Montecassino, Ystoire de li Normant

Ystoire de li Normant, Édition du manuscrit BnF fr. 688 par Michèle Guéret-Laferté, Paris, Champion, 2011 («Les classiques français du Moyen Âge», 166).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena, marcatura digitale a cura di Serena Modena e di Luigi Tessarolo


 

Indice dell'opera    

 

Prologue


[1]  Ci se comence le proheme de la translatation laquel fait faire le seignor conte de Militree.

[2]  Secont ce que nouz dit et raconte le sage phylosofo, tout home naturalment desirre de savoir. [3]  Et la raison si est ceste car toute choze covoite et desirre sa perfection; mes il n’est nulle choze qui face l’ome plus parfait que science, quar par la science est homo fait semblable a Dieu. [4]  Adonc l’omo doit desirrer et covoitier come pour sa perfection la science. [5]  Et toutes voiez savoir et science sont aquestees et sceuez especialment par litterature. [6]  Et nonporcant toz les homes qui sont ne poent pas estre si grans maistres en letterature qu’il puissent entendre la sentence de la letre. [7]  Et pour ce, juste choze est que ceauz lesquelz ne poent prestement entendre la grammere par laquelle sont ordenez et faiz les livres qu’il facent translater la lettre en alcune vulgal langue, pour ce qu’il puissent savoir et entendre aucunes escritures desqueles il ont delectation et volenté de savoir. [8]  Et pour cest choze devant dite, plot et pensa monseignor conte de Militree qu’il feroit translater en vulgal la cronique de Ysidoire secont la lettre. [9]  Et pour ce qu’il set lire et entendre la lengue fransoize et s’en delitte, a fait translater par ordre secont la lettre en françois la devant ditte cronique, et especialment pour sa delectation et pour la delectation de ses amis. [10]  Mes pour la rayson de ce que aucune foiz plusors croniques parlent trop brief, je qui li livre escrive de lettre en vulgal, se je puiz, j’ajondrai aucunes bonnes paroles de verité.
Explicit prologus.



Préface


[1]  A lo molt reverent et saint missire Desidere, serve de li servicial toe.

[2]  Je voi en dui, c’est en Ricchart et en Robert, princes de Normendie, est complie la parole que Dieu dist à Cyre, roy de Persie :

[3]  «A lo criste mien Cyre» - c’est [fol. 126a] a lo roy mien Cyre, quar en molt d’Escripture li rois et ti prestre se clament criste pour ce qe sont onte de crisme -, et adont dist Dieu par Ysaïe prophete : «A lo roi mien Cyre, a loquel je ai prise la main droite a ce que devant la face soe soient subjecte la gent et li roy tornent l’espaule devant la soe face, je irai devant lui, et lo plus gloriouz de la terre humilierai et combatrai je contre la porte [de] rame. [4]  Et romprai les chaines de fer, devant lui ovrerai les portes et nulle non l’en sera cloze devant».

[5]  Et pour ce que je voi, lo pere mien abbé molt benigne, ceste parole et toutes autres qui la sequte[nt] estre aempliez en ces II principes, et pour ce ai je mise ma volenté et mon corage a escrivre l’ystoire lor. [6]  Et croi que non dirai je tant solement lo fait de li home, mes ce que fu concedut par dispensation de Dieu que fust fait par li home. [7]  Et pense que je me prendrai alli monachi de la parole de alcun liquel diront : «Non covient a un moinne escriv[r]e les batailles de li seculer». [8]  Mes a moi, pensant ceste choze, me recorda que Paul, dyacone et moinne de cest monastier dont je sui, escrist li Fait de li Longobart, coment il vindrent et demorent en Ytalie, et fu home cler de vie, de science et de doctrine. [9]  Et autresi me recorda que ces grans [fol. 126b] homes sont tant liberal et devot a nostre monastier, et por la merite que par aucun de lo monastier le fait lor par perpetuel mémoire soit escrit.

[10]  Et, toutes foiz, je non sui si hardi que je tochasse d’escrire se premere[me]nt la vostre volenté non oïsse et seusse s’il plaist a vouz. [11]  Et que je oï et sace qu’il non te desplaist, o la licence et benediction vostre et otout l’aide de la grace de Dieu, ai je comencié secont ce que je avoie en cuer.

[12]  Et li fait de li Normant liquel sont digne de mémoire ai je en VIII volume de livre distincté, et a ce que non soit fatigue de chercier a ceuz qui volissent alcune chose lire de l’ystoire, chascun volume ai je noté o cert capitule. En toute ceste choze plus voille estre a vostre jugement, pere, que de mon, escriptor.

[13]  Et pert a moi, pour clamer la grace de Dieu, sans laquelle nulle parfaite operation non puet estre faite, tout avant ferai alcuns vers pour clamer l’aide de Sa main destre. [14]  Et sache tout home que a null ne faudra de ce qu’il Le proie de bon cuer et de prierie juste, quar ensi lo dist Jesu Crist qui est vrité : «Ce que vouz deproierés en oration, croiez qu’il vouz sera donné sans faille».

[15]  Et adont dist cestui bon moinne :
O Dieu, pere eternel, concordable avec lo Fill et avec li Saint Esperit, et retient venerable equalité [fol. 126va] de siege, de splendor et de somme honor de deité, Tu sez la pensee des homes, Tu commandes a la fontainne de geter l’eaue et la terre stable de faire herbe florie, et a Toi obeist lo solloill et la soror de lo sol, c’est la lune, laquelle, secont lo dit de li poete, est soror de lo sol pour ce qu’elle est enluminee de lo sol.
 [16]  A Toi obeist la grandesce de lo ciel et toutes les chozes qui sont sur terre, et toutes les chozes qui volent par l’air, et toutes les chozes qui natent en l’aigue. [17]  Et autresi obeist a Toi infer, et a tout(e) home est manifeste que tuit li temporal T’obeissent. [18]  La premerevaire fait li flor dont s’engendre toute choze. [19]  L’esté commande que li home taillent li labor. [20]  Li autompne fait lo moust, et l’yver seminent li labor. [21]  Et ensi fait lo monde coment Ta main lo governe.

[22]  Tu, pitouz et saint, regarde nostre operation et que faisons choze dont soions amez et aions merite, dont par li aspre fait de li molt mal non doions aler en enfer. La Toe main sur tant grant poiz fai estre fort. [23]  Adont je, abatut en terre pour lo pechié, demande a Toi, soverainne vertu, quar, comme se dit en I’Evangile, li larron, c’est lo pechié, m’ont desrobé et levé la bone grace et avome ferute debilitant la vertu sensitive. [24]  Adont Tu me portez a l’estable, c’est a la merite de Sainte Eclize, et aies cure de moi que non muire, et me concede li don que je Te requier, et fai que je die cho-[fol. 126vb]-ze veraie, et fai que je escrive choze juste quar Tu, Roy, conservez et governes la rayson de li royalme et destrui li superbe et hausce li humile, quar sanz Toi nulle choz[e] est digne, nulle cose est benigne en cest monde.

[25]  Et adont, meintenant que est lo tens, a ce que je puisse faire ce que je ai commencié, Te pri que Tu me doies benedicere et me fai dire cose dont la grace Toe sempre remaingne avec moi. Amen.

[26]  Ci finissent li vers de la invocation et commen[cen]t li capitule de lo premier livre.