RIALFrI

Barlaam et Josaphat, frammento di Cividale del Friuli


Jean Sonet, Le Roman de Barlaam et Josaphat, Vol. 1: Recherches sur la tradition latine et française, Namur, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres, 1949, pp. 295-306.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

  TESTO APPARATO  

 

Apparato

a cura di Serena Modena


1 proece ] prodece, con d espunta.
5 ne cuidoie jamais ] ne cuidoie e jamais
7 firent nestre ] firent mestre
9 a quel deu ] a quel teu
11 as renoiez ] as renoz
15 Qui ] Que
19 Que ] Qui
22 que c'est ] que ceste
23 sunt apertes ] sunt p apertes
30 e d'oscurté ] e d'escurité
36 A Deu ] E Deu
42 sire qui faite ] sire faite
51 crox livré ] crox e livré
53 on estion ] on estien
57 monté ] mondté, con d cancellata.
64 porroit ] puet
65 Ne boche ] Ne boch
67 croi ] crois, con s espunta.
68 luy n'a ] luy m n'a, con m espunta.
75 Par Balaam ] Que Balaam
76 E coneue ] A coneue
83 serveté ] sevité
98 Del convenent ] Del couent
131 Tot ce m'ai ] Tote m'ai
133 Qui] Que

 

 
 E la puisance e la proece.
 Per aus si somés et plaisiez
 Mes enemis de soz me piez;
 E ancor plus car, quant nul oir
5Ne cuidoie iamais avoir
 Qui apres moy roy deüst estre,
 Per m’oraison te firent nestre.
 Certes, bel fiz, mult as mespris
 Car ne say a quel deu t’es pris
10Qui fu mors et crucifiez
 E si bons deus as renoiez!
 Crie merci, a els t’acorde
 E requier lor misericorde.
 Apaie les par sacrefice:
15Que de bon cuer e sen feintise
 A aus pardon requerre vout,
 Legierement trover le pot.
 Entrés ere en bone esperance
 Que, par toy et par ta puisance,
20Fust me reaumes asauciés:
 Desesperez suy et iriez!»
 [J]osaphaz voit que c’est acertes
 E que le choses sunt apertes
 Ne del celer n’i a mais rien.
25Dont dist au roy que sache bien
 Que il par voir est crestians,
 Ronpu a toz mauvais lians:
 «Ja por moy, Sire, n’ert celé
 A quel bien Deu m’a apelé:
30De tenebres et d’oscurté
 M’a mis en joie et en clarté,
 De mort en vie susité
 E m’a mostré sa verité.
 Le diables ay renoiez
35E or suy reconciliez.
 E Deu qui fist le premier home
 A sa senblance et a sa forme.
 Apres, quant cil se fu somis
 Par son pechié a l’enemis
40De tote humaine creature,
 Pitié out grant de sa faiture
 Li sire fait l’avoit
 E a l’onor c’avoir devait
 Le vout remener e retraire
45E en tel guise le vout faire
 Que de cieus a la terre vint.
 Deu e home mortel devint;
 D’une sainte virgen nasqui
 E en terre meint ans vesqui.
50Apres, sen forfait, a grant tort,
 Fu mis en crox, livré a mort
 E par la sainte passïon,
 Del dampnement on estïon
 Cheüs par le premier pechiez,
55Fumes delivre et relaschiez.
 Apres, quant fu resusité,
 Voiant toz, e cieus est monté.
 Nature humaine qu’il ot prise
 El haut trone de gloire a sise.
60Icil Sires, a çaus qui l’aiment
 E qui volentier le reclaiment,
 Si grant bien done e si grant gloire
 Que nul sen ne nule memoire
 Nel porroit savoir ne esmer
65Ne boche dire ne nomer!
 Baptisié suy en son sain non
 E ne croi may Deu se luy non;
 Sen luy n’a rien el monde fait
 E tot par sa devise est fait.
70Se cest Segnor laisier voloie
 E diable Deu apelloie
 E aoroie les ymages,
 Ge ne feroie pas que sages;
 E tant ay apris de lor estre
75Par Balaam, le mien bon mestre,
 E coneüe lor malice
 Qu’il n’auront mais de moy service;
 E n’est hom po rien que deïst
 Qui mais amer le me feïst.
80E ja soit ce que ge en aie
 Molt grant leece e molt grant joie
 Por ce que Deu par sa pitié
 Que de la dure serveté
 Au diable m’as hors gité
85E en la joie ou suy entré,
 Ne m’est nequedent [que] demie
 Ceste chose, quant tu n’es mie
 De cest bien parconer ne frere
 Qui es me sires et me peres!
90Por ce a Deu proier ne fin
 Que il te meint a bone fin
 E qu’il te giet de cest peril
 E te rapeaut del loc essil
 En quel tu es, a droite voie,
95E, si te pri, ne te travalle
 De moy tenpter c’ariere alle
 Del convenent e de la foy
 Que ge ver cel segnor qui moy
 De son sanc precious raent!
100En foroies tu por noient!
 Plus poroies legierement
 Monter desor le firmament
 E a ta main le ciel tochier
 E la grande mer esechier
105Que, par mort ne par pasïon,
 Ceste bone confesïon
 Ne peüst nul hom giter puer
 Ne de ma boche ne del cuer.
 Mais or giete puer la folie
110E de tot ton cuer t’umelie;
 A Yhesu Crist la merci quier
 Si qu’il te face parconier
 De la joie qui toz ior dure;
 Si que nos duy qui, par nature
115E par no sanc entre tenon,
 Seions en la foy conpagnon!
 Se tu nel fait, saches de voir,
 Ver toy amor ne puis avoir
 Ne por pere ne te tendray
120Mais a Deu servir entendray
 Par cui amor doit estre amere.
 L’amor da pere et de la mere».
 [Q]uant Josaphaz se fu teüs
 Se peres fu molt conmeüs
125De desverie et de grant ire
 Par la rayson qu’il li ot dire:
 Le denz recigne e fier ensenble,
 De mautalent tresue e trenble
 E senble bien home enragié
130E si li dit: «Tot ce m’ai gié
 Porcachié qui m’est avenu
 Qui t’ay tojor si maintenu.
 Bien puis dire par verité
 Qu’en tel honor n’en tel chierté
135Ne tint son fil roys onques mais
 Come ge ay toy tot ades
 Si c’unques jor nul ne fausis
 A rien nule c’avoir vosis.
 E por ce que, en ceste guise,
140A ton voloir, a ta devise
 As tot ades esté menez,
 Es tu ore si dereisnez...