RIALFrI

Benedetto Zaccaria, Memoriale per Filippo IV di Francia (1294)

Antonio Musarra, Un progetto italiano di razzia del suolo inglese redatto per Filippo IV il Bello (1294 ca.), in «Francigena. Rivista sul franco-italiano e sulle scritture francesi nel Medioevo d’Italia», 2 (2016), pp. 249-273, alle pp. 261-265.

Testimone: Paris, Archives Nationales, Trésor des Chartes, J//456/36/4

Edizione digitale a cura di Antonio Musarra
Marcatura digitale a cura di Francesca Gambino

 

  TESTO APPARATO  

 

Apparato e criteri di edizione

a cura di Antonio Musarra

Nella presente edizione si sono conservate tutte quelle particolarità linguistiche, attribuibili probabilmente al copista, che presentino un carattere di regolarità (ad es. mes in luogo di mais); si sono sciolte tutte le abbreviazioni; si è distinta la u dalla v e la i dalla j, secondo le convenzioni abituali per i testi in antico francese; si è inserita la punteggiatura; si sono divise le parole secondo l’uso odierno (ad es. qu’elles in luogo di quelles); si sono utilizzate le lettere maiuscole per i toponimi e gli antroponimi; si è segnato l’accento acuto sulle parole ossitone terminanti in -e, -es, e la dieresi su ai in iato; si sono indicate tra parentesi quadre le integrazioni al testo; il testimone si limita a una tripartizione mediante l’utilizzo del segno “C”. Se ne è rispettato, a ogni modo, il respiro, andando “a capo” nei medesimi punti.

46 quar] in sopralinea con segno di richiamo
53 fesons] fesous
70 a vivre] in sopralinea con segno di richiamo

 

 

I

[1]  Je Beneet Zacharie, amiraus generaus du tres excellenti[ssi]me roy de France, et mes conseuls qui entendons a consellier le dit roy de son honneur et de sa hautece, [2]  et proprement comment avis nous est pour le mielz que il doie comander a faire la guerre de mer, a graigneur honneur et sauvement de son royaume, et a plus domager les anemis, [3]  si prions li tout poissanz Dieu que il nous preste grace de consellier a son plesir le dit roy, si que sainte yglise et la hautece de sa couronne en soit perpetuement essaucié.

[4]  [C] Nous entendons a consellier III principaus choses des quelles descendent toutes celles que nous avons a dire. [5]  De la premiere dison nous que il i a III branches. [6]  En la premiere branche nous dison que la melleur maniere de guerroier que nous sachon pourvoier en nostre avis, selon l’estat du dit nostre segneur le roy, [7]  et plus pour la presente condition des anemis a guerreer, non pas tant seulement par forche, mes par forche et par bonne pourvoiance, [8]  si est que nous armon certaine quantité d’ussiers et de galies qui porteroient certaine somme de chevaliers et de chevaus et de hommes a pié arbalestiers et a lances et a dars. [9]  Ces galies et ussiers useront la guerre en ceste guise, quar elles sigleront sus les anemis a l’aide de Dieu. [10]  Si entendons que on en doie offendre as anemis en IIII manieres. [11]  L’une est en mer, si comme autres galies feroient. [12]  La seconde est as porz des anemis, as nes ardoir et prendre mielz que galies ne feroient, pour ce que, se as diz porz ne fust trop efforcie ville, li chevalier et li gent d’armes istroient a terre, si toudroient as nes le secours de la terre; [13]  par quoi les nes, pour quantité que elles fussent, ne se porroient deffendre quelles ne fussent arses ou prises. [14]  La tierce est que li chevalier et li gent d’armes istroient a terre, [15]  la ou il quideroient les anemis plus domager si enteroient ou pais tant avant comme avis leur seroit a leur sauvement, gastant et essillant. [16]  Et menant le pais a feu et a flamme, destruiant les bestiaus, les bours et les villes que il porroient prendre et si convendroit estre la ville bien fort, que desporveuement se peust defendre de tant d’omes batailleours et porveus. [17]  Et quant il aroient celle contree a leur pover destruite et essilié, tant que li anemi seroient amassé pour venir sus eus, il se retraroient en leur ussiers sanz bataille prendre, si s’en partiroient et sigleroient en autre contré bien loing, [18]  et referoient autre tel et en ceste guise useroient leur guerre, une heure en une contree, et autre en une autre. [19]  Et parce que li anemi ne saroient en quel leu, il seroient assalli et il ne perroient pas garnir toutes leurs contrees, grant peour et grant esbahissement seroit entre eus. [20]  Et, se il avenoit que il prissent aucune ville en coste mer dont il peussent remonter aisiement en leur ussiers, il feroient semblant de faire clostures pour la ville defendre. [21]  Et quant cil du pais le saroient, il leur convendroit douter que ce ne fust pour autre entendement, [22]  pour ce vendroient il pour la ville recouvrer, et de pres et de loing, a grant coust et a grant traval. [23]  Et quant a noz seroit avis que li demorer ne fust pour eus, il bouteroient le feu en la ville et se remetroient en leur ussiers. [24]  Et la quarte offense est que li trainement, la despense et le travail que li anemi aroient a faire pour eus garder et sauver [25]  et la doutance que il aroient que cil d’Escoce ou de Gales ou d’autres de leur terre ne se tornassent encontre eus pour le traitement et pour le secours de nostre gent.

[26]  En la seconde branche dison nous que nous entendons a armer XX ussiers et IIII galies et XXIIII batiaus, donc nous trouvion que nous en avon XIII au dit roy, li VII sont a Rouen, li V a la Rochelle et a la Riolle et li XIIIme est a Kalays, [27]  si en avon qui sont nostres, si a en la Rochelle I grant ussier de marcheanz que on porroit avoir a convenable fuer, [28]  si poons IIII des plus granz galies du dit roy haucer et eslargir, et ouvrir les par deriere a guisse d’ussiers, einsi aurion nous XX ussiers. [29]  En ces XX ussiers entendon nous a porter aisiement, si comme a la besoigne sa fiert, XX chevaliers et XX chevaus par chascun. [30]  Ce seroient IIII cent chevaliers et IIII cent chevaus. [31]  Li chevalier aroient IIII cent hommes d’armes a pié ou plus pour eus servir et leur chevaus. [32]  Einsi aroit es diz ussiers, galies et battiaus, IIII mille et VIII cens mariners d’armes a pié, et einsi seroient il V mille et II cent hommes a pié. [33]  Si entendon que des IIII galies que les II siuroient ades les ussiers, si seroient en garde quant li chevalier istroient a terre, [34]  et les autres II galies ne fineroient d’aler et de venir en cest pais pout aporte choses a vivre as hommes et as chevaus, a ce que la dite armée ne conveinst a torner en cest pais, ne lessier a faire les dites offenses. [35]  Et quant nous pourvoions le dit effors de chevaliers et de peons, asses nous est avis que il seroit soufisanz a acomplir sanz grant peril ce que dit avons ou encore plus avant.

[36]  En la tierce branche dison nous que cil qui devra estre conduiseours des chevaliers si doit estre hons qui port grant amour et grant foi au dit roy et que il soit de haut afaire et que ait en ceste guerre bonne volenté et que il puisse et veulle endurer paine et travail. [37]  De sa sagesce ne de sa provece, ne des autres bonnes vertuz qui a tel homme fierent, n’entendon nous pas a parler. [38]  Des chevaliers dison nous que il ne veullent pas estre dangerous, ne amis a avoir delit ne repos, [39]  ancheis veullent estre obeissant et acoustumé d’armes et de traval, quar ceste maniere de guerre est toute es soufrir traval. [40]  Pour ce doivent il estre quis et esleu d’entre les autres, non pas a armour, ne a prieres, mes si comme la necessité du fait le requiert. [41]  Des autres mariners dison nous que il abesoignent a estre des melleurs que nous pourrons avoir, quar les soudées des bonnes genz sont gaengniés et celles as chetis sont perdues. [42]  Et pour ce nous est avis que la dite maniere de guerre se doie mener, si comme dit est, a ce que nostre force et nostre bonne pourvoiance puisse mielz adrecer a bonne fin.

[43]  [C] Puis que nous avon dit de la premiere principal chose et de ses branches nostre avis, nous dirons apres de la seconde en la quelle nous entendons a deviser la somme du coust qui a ce s’afiert, [44]  mes il nous convient dire a combien de mois il nous est avis que li chevalier et li autre doivent estre poiez. [45]  Nous disons que il nous semble pour le mielz de ce que dit avons pour III resons a IIII mois au meins. [46]  L’une reson est quar pour ces soudées nous aurions melleurs hommes d’armes et de mer et graigneur quantité et melleur marchié. [47]  La seconde est quar nous nous leur ferions acheter de leur soudées aucunes armeures, si que nous aurions meins a faire et a acheter. [48]  Et la tierce reson est et la plus necessaire, que il ne nous abesoigneroit de venire querre soudées [49]  si que ades serions en l’offense des anemis, quar a venir pour les soudées, et a l’atendre et au retourner, se gaste grant temps, qui couste grant argent, et l’offense qui se feroit ne se fait. [50]  Si que pour le mielz nous semble donner le soudées a IIII mois. [51]  Et puis que nous avon dit a combien de mois nous est avis a donner les soudées, nous ensivrons a dire de la forme di coust. [52]  Nous trouvons que nous avons a faire de V manieres coust sanz celui des chevaliers, du quel nous n’entendons pas a parller. [53]  Li premiers coust est les gages as mariners que seroient si comme dit est environ IIII mille et VIII cent mariners ou plus, en XXIIII ussiers et galies, et en XXIIII batiaus, que nous fesons coute qui cousteront le mois, l’un par l’autre, XL sols tornois. [54]  Et bien qui dons que nous les pourrions avoir pour XXXV sols, mes nous leur entendons a donner tant par II resons. [55]  L’une est que nous les armeron de melleur gent et l’autre est que nous n’entendons a doner a patrons, ne a nochiers ne a autres mariners pour leur vivre, fors tant seulement pain et egue, feves et pois, [56]  si que il s’achateroient de leur gages le vin, le char et les autres choses necessaires pour vivre, [57]  si que ce ne seroit grant esparnement d’argent et grant escuse de travail, si que ce que nous leur dorrion plus en soudee nous cousteroient meins les choses a vivre et si serion hors de la murmuration et du groignissement as mariners. [58]  Cist coust trouvon nous que monte le mois IX mille, VI cens livres tornois. Somme pour IIII mois XXXVIII mille, IIII cens livres tornois.

[59]  Le secons coust est des choses a vivre et nous faisons coute que li pain, les feves et li pois cousteront, pour la soufisance de I homme, pour I mois, XV sous tornois. [60]  Monte le mois II mille, III cens livres tornois. Somme XIIII mille, VI cens livres tornois. [61]  Li tiers coust est les armeures qui abesoignent qui anques faillent toutes, que celles de la Rochelle, de la Riolle et de Bordiaus sont toutes alées a mal. [62]  Et de ce faison nous conte que elles pourront couster ce que nous en faudra, III mille livres tornois. [63]  Li quart coust est li apparel et les choses besoignables as ussiers et a galies, si comme sont abres, anthenes, gouvernaux, voilles, cordes, remes et grant somme d’autres menues choses, charpenteries, callefateries et autres despenses a ce besoignables: [64]  de ce fairon nous conte que il pourront couster environ V mille livres tornois. [65]  Et li quint est pour amener le galies a Rouen qui sont en Petou et en Gascoigne, qui seront XIIII, quar nous n’en avons a Rouen que X et ce coust montera, [66]  poi ou asseis, selon ce quelles auroient de fret, mes nous faison conte quelles cousteroient III mille livres tornois. [67]  Somme toute LXIII mille et VIII cens livre tornois.

[68]  [C] Puis que nous avons dit de la premiere et de la seconde chose principal, nous diron de la tierce en laquelle nous entendons a toucher V choses. [69]  En la premiere dison que maintenant dont estre esleuz mout secretement cil qui sera conduiseours des chevaliers et sus li soient enchargiés toutes les besoignes qui a li et as chevaliers appendent si que riens ne leur faille au temps ordené. [70]  En la seconde dison nous que tout a present se voudroient commencier a ouvrer toutes les besoignes qui sont necessaires pour les ussiers et pour les galies et acheter les apparaus, les armeures et les choses a vivre. [71]  Et a ces choses faire convendroit presentement XX mille livres tornois et pour faire venire les galies a Rouen et pour commencier a prendre les hommes en abesoignement autre XX mille pour tout le mois de jenvier et le ramanant au commenchement de mars. [72]  En la tierce chose dison nous que toute cheste armée, o l’aide de Dieu, de tant comme il afiert a nous seroit achevée par tout le mois d’avril. [73]  En la quarte dison nous que li dit roys feist commander a touz ses hommes de mer par toute sa terre que nus ne doie ne i puisse entrer du mois de mars qui vient iusques par tout le mois de juignet [74]  si que pour ce que il n’oseroient entrer en mer il vendroient plus volontiers prendre les soudées; [75]  einsi aurion nous la quantité des hommes qui nous abesoigneroient et a plus convenable marchié et sanz ce faire il nous cousteroient plus et a paine en pourrion avoir ce que mestier nous seroit. [76]  Et en la quinte chose dison nous que nous feron tout nostre pover d’acomplir, o l’aide de Dieu, ce qui de ces choses apartient a nous, mes pour ce que ces choses conviennent a commencier et a fenir pour argent, [77]  si fait assavoir que nous entendons que li argent qui a ce besoigne ne doie targer a avoir outre le temps dessus nommé et s’il targoit plus pour necessité, convendroit que la dite armée targast meismement.

[78]  Nous avon dit, o l’aide de Dieu, tout ce que nous proposames a dire au commencement et tout en amendement et au commandement du dit nostre segneur le roy et de son consel, [79]  mes pour ce que nous n’avion dit fors ce qui apartient a nostre matiere sans dire aucune des resons qui se porroient proposer econtre ce que dit avons pour examiner et pour eslire le mielz, [80]  pour ce que trop i aroit lo[n]gue escriture, si li envoions Karlot de Nigre, nostre neveu, et Aubert Vonnart en leu de nous, [81]  a ce que, se au consel du dit roy plesoit de la dite chose faire aucune examination, que il, que nous avons de nostre entention enformez, en esclargissent vostre entendement, [82]  ja se ce que volentiers fusse venuz pour encliner et suppleer le dit nostre segneur le roy et pour la dite cause esclarir, mes ne ne puis en bonne guise par la grant fieblece de mon cors, donc je li cri merci que il le me veulle pardonner.