RIALFrI

Bonaventura da Demena, La complainte de Boece, seconda metà XIII sec.

Bonaventura da Demena, “La complainte de Boece et la consolation de la Phylosophye”. Volgarizzamento franco-italiano della «Consolatio Philosophiae» (Paris, BNF, ms. fr. 821), edizione critica, introduzione, note e glossario a cura di Gianfelice Peron, edizione curata per il RIALFrI, 2014.

Edizione digitale a cura di Gianfelice Peron
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 


La complainte de la tribulation del mirable phylosophe qui fu appelez Boeces et de la consolation de la phylosophye que·l confortoit en scemblance d’une dame.
 

L’umaine generacions et les genz de cist monde desirent molt naturalment a oir noves choses et a entendre noves manieres et novelles contes et nen est mie chose reprensibles se la novitez est de choses utiles et bones et se elle est sobriement et utielement ordenée, por ce que la nature se delite en la utiel et bone et sobrie novité. Et apert molt ententivement et delitosement la utilice de aucune escriture quant elle est novement ordenée. Et por ce ge, considerant a ce, si ai pensé de doner novelle maniere de conte a une mout utiele escriture, laquele estoit por letrés et en latin, en les phylosophyce livres de Bo[ece], soutilment et oscurement descrite, au meinz a cil qui ne sieinent letrés. Et por ce l’ai ge translaté en vulgar françois, si come a autre fois l’ai mis en vulgar latin, car utiel chose me semble que a toutes genz soit clars dou douzor. Et si sache chascun que ceste complainte et ceste oevre est coment Boeces se complaingnoit et dementoit de ses mesaventures et aversitez qi sorvenue li estoient, et coment la verais phylosophye le confortoit en semblance d’une dame. Or veons coment.



[INCIPIT LIBER PRIMUS]


[CAP. I]


Ici comence le premier livre de Boeces selonc ce q’il se complaingnoit de l’aventure qi mout li estoit contraire sorvenue.
 

Le bons phiylosophes, qi Boeces fu clamez, si comence sa complainte de ses mesaventures en tiel maniere et disoit a soi meisme teus paroules: «Ie Boece, leqel estoie usez de fere vers et livres et doctrines et scritures de grant confort et de grant ioie et de grant delit, si pois dir dolorousement que or vait tout autrement mon afere. Car il me convient ore fere, por destroite de mes desaventures adverses, et scriptures dolorouses et ploines de dolors et de plors et de lermes. Et si ne mancha mie diteors a mon complai<n>t, car le mondans savoir le quiel mon dolors a mis en mon cuer, si m’a dité mes tormenz et mon mal et moi met sovient devant l’abondance de mes adversitez, si che ie desiroie trop voluntiers la mort et celle soule pensoie qe me seroit ioie et confort. Mais mon pensament me vient dou tout failli et la mort ne me deigne soulement esgarder, selonc q’elle est usée a desdeigner chascuns qi est en miserie et en adversité et por cui seroit miels morir qe vivre. Et encor pensoie et si voi une autre chose, ce est qe mes amis, qi disoient qe ie estoie bées et felices en l’abondance de mes prosperitez trespassées, me donoient bien un lous vains et menzoigniers car cellui qi si legerement est trebuchiez de prosperitez en adversitez, come ie sui, ne se puet dire q’il fust en firme ne en estable estat de bontez ne de habundance».


[CAP. II]


Coment Phylosophye en semblance de une belle dame vient a conforter Boeces.
 

Endementiers qe Boeces se lementoit ensint, com vos avez escouté, et une mout tresbelle dame et mout tresmesureement deletable a regarder si vint devant lui, laqielle estoit de grandor comunals d’autre dame, mes, qant elle se comença a lever en son estant et a dreicier son chief, elle sembloit q’elle trespasast, com son chief, trestoz les ciels. Et entor ceste dame si estoient grant genz lesqiels prendoient des filz et des poilz de ses riches vestimens, lesqieles estoient si tres belles et riches et soutilesment ouvrés et ornées, que tot resplandoit li leus entor li. Et si avoit ceste dame en sa main destre une grant table toute scrite de letres dourées et la main sinistre avoit une virge regals. Et qant la dame esgarda et voit que Boeces se raisnoit com les sciences mondaines et q’il com elles contoit et dolosoit de ses aversitez, elle comenza a esgarder mout seignorielment et fierement, si qe tuit s’esbaïrent cil qi la esgarderent, et, apres ce, si comence elle, en semblance de reprension, a dire: «Qi fu cil qi leisa cha enz entrer ces vils femes, ce est ces sciences menchognieres et mondaines, leqeus font languir l’ome, qi elles sentent, sainz point de garison?». Et lors qant elles oirent la dame ensi parler, elles non ouserent plus la enz demorer, ançois ensirent hors de la maison mout vergoignées et ontouses. Et se aucuns venist avant qui moi demandast qi estoit ceste dame et qi estoient ces femes et ces choses, ie diroie qe la maisons si estoit le cuer de Boeces et les femes si estoient les mondaines sciences que conturboient Bo[ece] dedanz son cuer des aversitez qe sorvenues li estoient; la dame si estoit la verais phylosophye qi dedenz son cuer estoit; com il feroit com une gentil dame et l’alture q’elle sembloit avoir, qant elle levoit son chief, est qant la phylosophye adauce sa soutilece en desputer des choses celestials, car en celle oevre trespasse la phylosophie trestoz les ciels; les vestiments de li, qi estoient si riches, si sont les riches sentences et la doctrine de la phylosophie; les genz qi entor li estoient et qi prenoient des fils et des poils de ses vestimenz, si estoient cels qi un poi de science de phylosophye aprenent soulement et cuident estre sages; la table si senefioit livres phylosophyces; la virge regals si senefioit la seignorie et les regimenz dou monde, qui ne se puet droitement ne seürement avoir sanz la verais phylosophye. Et ensint oimés la ou tu veras qe Bo[eces] se lamentera et conturbera, cil seira l’ameistramenz del mondains savoir, qi vait en tot son cuer et q’il contriste inrasonablement de sa parte. Et la ou tu oiras qe la dame conforta B[oece], celle sera la verais phylosophie qe rasonablement le voirdra retorner al cognosiment de la veritez.


[CAP. III]


Coment la Phylosophye comença a confortier Boeces.
 

La dame comence mout noblement et segnorilment a confortier Bo[eces] et parla si hautement qe bien fu entendue par toz cil de la enz, et dist: «Ha, seignor Deus, qel dolor et qel mescheance est, qant la ment humaine soi desvoie de la verité et, esgardant soulement a cels vils choses terreines, soi met voie de tenebres et d’error et se deslonge de la verité. Et ce avint a l’home qi pense trop a ces choses transitories, lesqels trespassent et tornent a nient et lesqels metent les cuer des homes en grandisme errance. Et ensint est de Bo[eces] avenu, leqel estoit usez de cerchier les andemens des estoilles et por qoi la mer vient torbé des venz, et por qoi et coment aprent la flors en le tens novel et por qoi et coment en l’autumne est habundance d’uve et d’autres fruz, et encors estoit usez de disputier de nature et des choses naturals. Et ore est envolupez de fallace chaeine d’error, le qel si ’l meine a la preisons des tenebres chacun home qi met trop amor en cist fraile et miser monde. Et si est» dit la dame «plus doumage de Bo[eces] ou de un autre sage home qant il erre de la verité qe n’en seroit d’un fols, qi erre selonc ce q’il est acoustumez. Mais il est» dist la dame «tans de medeciner ceste enfermitez de Bo[ece] laqele enfermitez, si com ie voi, soulement ot il de la paor de ses aversitez». Et qant la dame ot ce dit, elle esgardoit et atendoit qe B[oeces] se confortast et q’il respondist a ce q’elle avoit dit. Mes qant elle voit q’il nen faisoit auchuns scemblant et q’il demoroit encor auqes dur et corrociez, elle se fist plus de lui et li mist soevement sa main sor le piz en senefiance qe, qant il avient que l’ome turbez ne se reconforte por l’amaistrement d’aucun saie, le home bien saie li vait tan entor et d’apres com bons diz, qe il le recovre et le reconforte en aucune maniere. Et ensint fist la Phylosophye a Bo[ece], car elle le prist a confortier mout doucement et saivement, diant: «Il a un poi turbée la ment de legiere enfermitez et de petite turbacions de noient. Mais il se recordera legiere ment de son bien et grant savoir leqel el soloit avoir en soi, car de petit error retorne l’en legierement a la <droite> [petite] voie, mais a cil qi trop desviast de la verité, seroit plus grief a retorner a le droit chemins. Mais B[oeces] estoit si sages, q’il tornera a sa conoisance legierement. Qar l’ome sage, qant il desvoie, si torne legierement a la droite voie». Et qant elle ot ce dit, si prist sa riche vestimente et la ploia en sa main et com celle si esuga le vis et les oilz a Boeces en senefiance de ce qe a l’ome conturbez si asuge l’ome sage les oilz del cuer et de la ment qant il lui compille et raconte sentences bones et phylosophyces et droites. Et ensint asuga la Phylosophye les oilz de la ment et l’entendiment de Boeces com les bones sentences de son bon dir et de son douce et confortative savoir.


[CAP. IV]


Coment Bo[eces] respondit a la Phylosophie et coment elle le domanda de qoi il estoit conturbez.
 

Lors retorna B[oeces] auqant en son veoir et departi soi auqant de son lamentier, car l’ome conturbez, se il fait bon cuer et entent a aucune bone doctrine si se retorne sovient en sa conoisance, selonc q’il adevient il tans, qant il est conturbez et ascurés des nubles. Car se li bien et le soef vent qe l’en appelle Boreas conspire, il resclaire tot l’air et deschace totes les nues et alume le tens. Et ensint a les bons diz de la Phylosophye auqant reclairez le cuer de Bo[eces]. Et qant Boeces ovri les oilz et conuit que la dame estoit Phylosophie, il dist: «Ha, Dieus, gentil dame et soveraine meistre de moralitez, ou estes venue en cest leu et en ceste preisons tenebrose ou ge sui! Certes ie me doute fortement qe a vos ne soit honte et desenor a demorer com moi, por le mauvés accuses qe de moi sont faites. Car bien savez qe qant un sages chiet en mauvases novelles (novelles) chascuns s’esforce de dir vilanies des autres † saches †. Et ie ne voudroie mie qe auchuns deïst vil chose de vos por demorance qe vos feisiez ou moi».


[CAP. V]


Coment la Phylosophie respondit a Boeces, a ses belles paroles desovre dites.
 

«Douce mon alumpne» dist la dame, «vos nen devez avoir susperos de ce que ie vos laise et que ie ne vos abandonasse en auchune maniere, car ie nen abandons iamés le mes amis por fauses novelles qui lor fuissent mises sus, en senefiance que les verais amis ne se bandonent iamés au meins a raisons. Et ancor le savoir que l’ome a en soi, iamais ne l’abandone. Et ensinc ne vos abandonerai ie en tiel point, car bien savez que ie ne abandonai onques Socrates et maint autres sages anciens qui furent morz en afflicions des mauveises genz, a les quels despleisoient lor sermons et lor meistremenz, si com avient sovient que maintes sages sont représ daus felons. Mais l’ome sages» dist la dame «Si se tient por bien apaié quant son afaire despleist au fol et nen cure l’ome sage iamés de plaisir a l’home qui est fols et mauveis». Et encore dist la dame: «Soit ce qe les fols soient en mout grant nombre et poi demeins innumerables, non demeins l’ome sage les a por noient porce qe les fols nen ont en soi raisons ne stabilitez, et nen puet durer longement lor vanitez. Et avieigne que les fols se leivent auchune foiz contre le saies a eniquité, l’ome sage que a ces fols veut escamper, se doit fermer au verais savoir et, apres ce, doit laisier corre les fous entor quant il vuoilent, car il † nel ni porront nen en le poreit † de riens domaugier puis qu’il est circundez del verais savoir». Et quant la dame ot ensi parlé, elle comence autre fois a parler et dist: «Ha, Deus, come beé est celle menz qui est segure et la quele se puet fermer a stabilitez et en bone constance, car elle nen doute uniement de venture ne peril de traire ne de mener, ne poine ne dolors ne maus ne auchune autre chose ne la puent espoentier, ne iamais nen la poent movoir de son bon preposement aucun torment qui soit. Mais l’ome, qui nen a stabilité en soi, se lia a un mauveis liame, dont il vient mené a la morte». Toutes ces paraules que vos avez entandues, dist la dame, esgardant que Boeces se confortast et qu’il respondist aucune chose que de confort eüst semblance, mais il ne faisoit riens, ançois demoroit tout anublé. Et por ce comence encore la dame autre foiz a parler et dist: «Mon douz ami, por quoi demores tu si amortiz? Il moi semble que tu voiles avoir semblance de cil animal qui le comun de genz clament asnel, le quel ne cure de douzor de instrumenz, car il ne scemble que tu cures ore del douçor des amaistramenz phylosophices, quant est endurez et conturbez. Mais, por Deu, dit moi au meins qel maladie et qel mecheance est ceste que tu as heüe et de la quel tu seembles si turbez. Certes se ta ment doit estre medicinée, il convient que tu descouvres ta maladie. Et por ce, di moi que tu as et de quoi tu es ensi conturbez».


[CAP. VI]


Coment Boeces respondi a la Phylosophye, contant le dont il estoit conturbez et lamentant soi de sa mescheance.
 

Boeces, lamentant soi totes voies, si respondi a sa dame et dist: «De qoi, douce dame, me demandez vos? Certes ie me mervoil coment vos me demandez de ce qe se seit por toz. Or me dites, por Deu, ma dame: semble vos ceste preisons, ou ie sui, le riche palais ou ie demoroie qant ie estoie en la segnorie de ma prosperitez? Et rescemble vos cest oscur leu a la deletable table en laqiel ie soloie disputer com vos de strologie et de la nature des planetes? Por Deu, douce dame, ne vos conturbez a veoir cist leu penos ou ie sui en prisons. Certes moi conturbe il mout, car bien savez que plus grieve le maus a l’home qui est acostummez d’avoir grant plenece [...] de bien. Et encor vos di ge, ma dame, qe vos savez bien qe Socrates dist en une de ses nobles doctrines qe celle comunance estoit beé laqele estoit guiee da l’home sages, et qelles comunances seroient beés se les sages les regissent, ou se cels qui les riegent eüsent studié, si que il füssent devenus sage. Et por ce me sui ie sovent fois mis avant por defendre la comunité et le raisons et l’engualence et me sui opponuz contre les mauveis au tens des yniches trebut et oevres. Et por ce se sont raünés ensemble les canes palatines et les cans, mauveis genz qui m’ont faite une fause accuse en la quel il dirent que ie me sui fait defenseor del peuple. Et de ce dirent il voir et ie le confesse. Et aprés dirent que ie avoie †ambriié† un message qui devoit venir all’empeires de Rome d’un traïment qu’estoit ordenez. De cest dirent il fause menzogne et por ce me la convient noier. Car bien savez que Socrates dist que l’home, qui vout seguir iustice, ne doit iamés user menzoignes ne noier la veritez. Et por ce vos di ie que ceste chose que ie vos ai dite est la veritez la quele ne puet se remuer por dir des menzogniers ne de mauveises genz, Mais se ie fusse en present» dist Boeces» quant il me mistrent sus cestes fauses accuse, ie eüse usé en me defense une tiel paroule, com dist ia un sage d’une chose, dont il a tort estoit achasomez, car il dist al acuseors: «Se ie l’eüsse seü, tu ne l’eüses senti, por ce que l’ome discrez fait ses conseil en tiel guise que les fols ne les mauveis n’en sevient riens. Mes que vaut por bien fere, douce dame, soivent vient maus et contraire al home. Et por ce me mervoil ie coment ce poent avenir les maus. Mes a moi semble qu’il soit sorvenuz les maus por l’engualance que ie me sui esforcé a mantenir et por la droiture que ie ai mantenue et defendue contre les mauveis. Et si conois bien qu’il ne convient a moi amembrer ce, car il ne convient al home sage contier le lox de soi meisme et ie iamais n’el contai en autre leu. Et a vos le di ie come a consoil primeement. Mes totes voies, ne puis ie demorer qu’il ne me lament de mal que me vient por bien fere, quand il m’ont condepnez sans confessions et sans prueve, et, estant ie en absence, contre ordre de raisons et de iustice. Car se il cuidast que ie eüsse bruisé a la flamme de feu les eglises et que ie eüsse fait patri[ci]de et toz les granz maus dou monde, si devroie ie estre conuit et confés avant que ie fusse condepnez. Or donques, por ochaison que ie voi qu’el mal et l’aversitez vient mout sovient as bons et le bien et la prosperitez as mauvais, et encor, por ochaisons et por ire de ce qe ie voi que le bien que vient aus mauveis cuident la gent que il l’aient por sa bonté et le maus que vient as bons cuident la gent qu’il l’aient merité. Por cest ochaisons ne puis ie demorer que ie ne me conturbe et n’en die vers le seignor Deu: «Hai seigner Deus, quel mervoille est celle de l’home, car tu as doné a le ciel et as estoilles son ordre, le quel il nen trepassent, car la lune se oscure quant elle s’aprosme trop aprés au soleil et, quant elle s’eslonge dau soleil, elle est plus vigorouse, selonc ce que tu l’ais comandé. Et encore tens novel done les flors et la esté renovelle et l’enviern fait sechier, selonc ta ordenance, si que da un droit et cors , le quels tu i as establi, ne se part auchune autre chose fors l’ome qui devroit, por la discrecions que il a soz les autres choses, plus observar ton establiment que les autres choses inraisonables. Et il l’oserve asez piz. Hay Deus, esgarde envers la terre, si che li mauveis ne aient toz tens prosperitez et les bons aversitez. Conserve, seignor Deus, l’ome en cest monde en son droit ordre, si com tu aies feit le ciel et aies cure de ceste siegle chaitis, si que il nen se reige soulement a venture».


[CAP. VII]


Coment la Phylosophie respondi a Boeces qu’il s’estoit conturbez il meisme et coment li voust doner premierement une medecine legiere au turbamenz de sa ment. Coment elle fist trois questions.
 

A ces paraoules auprutes qe dist Bo[eces], demonstrant l’ordre de cist monde leqiel lui scembloit annuier, respondi la dame mout humelment, sanz turber soi dou dir de Boeces, en senefiance que l’ome saie s’adotrine miels, por suavitez de dir que por asprece de paroules; et por ce parla la dame vers Boeces molt doucement et dist: «Mon douz ami, quant ie toi esgardai au comencement de ma venue, ie conui tantost que tu estoies conturbez et desvoiez de ta patrie, mes ie ne savoie coment tu un fusses loing forvoiez. Mes ce paroles le m’ont demonstré. Et saches que tu es forvoiez ors de ta patrie, ce est de la raisons la quele doit estre et est patrie de chascuns sages. Et se tu moi demandasses qui a deschacez de ta patrie de la raisons, en laqele tu fus norriz, ie te diroie que tu soulement, por ta spontaine volunté t’es departiz, car celle ta patrie de ta raisons si est tiele et si seüre patrie que home, qu’il li soit, nen puet estre dechacez, se il por sa spontaine volunté ne s’en depart. Et si te di, mon douce filz» dist la dame »qe il ne i vien tolt mie de la perte de tes riches et deletables chambres, mais soulement de la perte de ta ment noble en la quiele ie avoie governé les mirables sentences de phylosophie que valoient sor toutes terrienes richés. Et si ai bien escoutéz tes pertes, que tu as racontez, et le dolors et la turbacion qe tu fais et por ce a ceste turbacion de ta noble intelligence, la quiele est enfermitez de ment, bee ia a donner medecine non desconvenable mais convenable, car, si com seroit fol qui en l’invern alast querir les verdoianz flors ou qui vousist fermer la terre demie estée, quant le soleil est en grand vampor, et si seroit fols qui, au tens que l’enfermitez vout legiere et soeve medecine, li donast forte et aspre cure, car chascune medecine et chascune chose vout estre traité en son leu et en son mou et en son tens. Et por ce bée ie premieremente a donner soeve et legiere medecine, car elle se convient tiele a l’enfermitez de ta ment. Et ceste medicine si sera d’amaistrement et de doctrines. Et sache que ie te voie fere trois questionscelle et si te pri que tu moi respondes, selonc que tu por le miels cuideras que se conveingne. Et primierement ie te demant se tu cuides que le monde se riege por aventure ou se tu cuides que Dieus, qui fist le monde, le riege?» «Certes» dist Boeces «ie cuit que Dieus qui fit le monde, le rege». Et la dame dist: «Droitement as respondu. Mai ie demant encore com quiel chose et com quel regimentz il le riege. «Certes» dist Boeces “ceste questions ne entendoie mie bien». Et la dame dist autre foiz: «Or te demant ie quieile est la fins des toutes autres chose». «Certes» dist Boeces «ce soloie ie bien savoir, mais les dolors et les plurs de mes aversitez le m’ont fait oublier, car bien savez que le trop dolorousier fait oublier ce que l’en a dire ou feire». «Or me di» dist la dame «cuides tu estre home?» «Oil certes» dist Boeces, «home cuit ie estre ou bon ou mauveis que ie sois». «Or di moi encor, se Deus te sauf», dist la dame «en quele chose est l’ome». «Certes” dist Boeces «l’ome est chose raisonable et mortiel». Et la dame respondi: «Voirement adonques me mervoil ie, se tu es home et l’home est chose raisonable, coment est que raisons manche en toi, quant tu ne sais com queus regimenz Deus riege le mond et ne ses quel soit la fins de toutes autres choses. Et si est plus da merveillier de un saie, quant il ne sa raisons que ne seroit d’autres genz. Et ie voi bien que la turbance de ta intelligence, por le plurer de tes aversitez, si ot toi oscurée et turbée et enfermée auquant la ment. Mais por ce que tu conois et te remembres bien tant de raisons que tu ses, que Deus est cil que riege le monde, por ceste sintille de verité ai ie grant sperance de retorner ta ment en clarité et en bon estat. Car, si com petite faville de feu puet faire grant feus, le quiel rente grant clartez et ensinc petite faville de raison puet faire grant colors de verité, la quiele rente grant clartez de ment. Mais de une chose te pri ie, douz mon filz, que se tu as volunté de entendre ma doctrine, plaice toi de partir ton cuer de la desiance et de la ioie et d’au temors et dau dolors mondains, car l’ome qui ceste quatre chose veut seguir convient par force avoir anublez et atenebrez son cuer et la lux de sa intelligence».



PRIMUS LIBER BOECII EXPLICIT, INCIPIT <SECUNDUS>


Le segont livres de Bo[eces] monstre ensint com la dame veut huirmés conforté Boeces contre le lamenter q’il faisoit de la venture qi a lui estoit touchée et moustrans la dame raisons por quoi l’ome ne se doit turber de la muance de venture, car, se la venture se mue, elle fet ce qe est son us et sa nature.


[CAP. I]


Ici laisse ester la solucions des trois questions que la dame fist a Boeces, car bien i savra retorner quant tans et leu en seira. Si vient ici la dame com raisonable dir de conforter Boeces de la turbance que l’a fait de la muance de sa venture. Et por ce dist elle: «Certes Boeces en ton dir apart clerement que tu toi lamentes de la venture la quele te soloit estre prospre et or t’est contraire et † cancée † en aversitez; mais si sage home, come tu es, ne se doit merveillier ne lamentier, quant sa venture se change legierement de prosperitez en aversitez, se il pense bien l’usance et le natural cors de la venture, li quiel toz tens fu vains et instable et commutable. Car se tu esgardes bien la nature, aventure ne demore iames, en un estant et por ce l’ome qui se done a voloir des biens de la venture, se convient soufrir la nature et son cor sage et son us, li quiel est de doner ores al uns et ores de toillir a l’autre et de doner ore a cist plors et ore a cil autre ioie. Et apertement se puent ce veoir seulement por ce que toz iors avient: que aprés prosperitez de aventure si vient l’aversitez. Et por ce l’ome sage ne met sa ment seulement a ce qu’il voit a present, mais panse ce que puet avenir et nen loe iamais aventure, quant lui done prosperitez, nen la blasime quant lui done aversitez, mais en li meisme estant et en l’autre demore d’un meisme semblant, por ochaison que il convient com poi de tens dure les vains cors de nature. Et voirement ont grant tort les genz qui se donent a venture et prenent de ses biens et aprés ce la blasment et se plaignent de ses maus. Certes il ont grant tort quant il vuillent changier a force la vaine nature et les vains us et cors de l’aventure, car l’ome, le quiel se met a la voie de la mer, convient soivent de decliner voile au vent en celle part ou le vent les moine, car tiele est la nature de la mer. Et ensinc doit il panser et savoir lors quant il se met en mer. Et encor” dist la dame “est en cist afere de venture autre raisons, car l’ome, le quiel a eü un bon anoels, si convient, se il veut saiement vivre, compenser celle abundance com le mauveis anoel, le quiel vient aprés. Et ensinc te convient compensier cist preferit maus com le bien que aventure t’a doné iusque ici. Cuides tu de tenir la roe de la venture quant elle gire? Certes fois est qui la cuide de venir, car il ne puet estre. Anchois est l’ome en une breve ore vis et mort et riche et pauvre et haut et bas. Cuides tu que venture mainteigne l’ome en un estaut? Certes ne nil, car elle ne seroit venture, se elle demorast en un manoir. Et verament venture est et fu toz tens muable, la quiele ne doute l’ome puisant et nen li chaut guerres del miser, quant il plure. Et sovient avint que en un sols moment se torne l’ome d’autece en baisece et cuide avoir songé le bien et le mal en un meisme ors. Hai miser home” dist la dame “le quiel fas lamentance por aventure. Tu ne panse que tu arivas au miser port de cist monde nuz et sanz riens terrienes de richeces, en cel que tu as en poist, qe tu füst en cest monde, n’est mie bien. Anchois l’ais en davantage et por dons d’aventure, por la volunté divine que riege la venture, com za avant parra. Or donc quiel tort ne blasme en a la venture, quant elle, a sa volunté, tolt le suen quant a li plest? Et qel tort ont les richeces qant elles sievient, com dame, la verité en quielque part qu’il s’en aile et quant elle se part de la ou elles ne voelent plus demorer. Car sache chascuns que le seignor Deus, selonc son plaisir droit et raisnable, com za avant aparira, si a doné a la venture cist office de doner a les genz la prosperitez et la aversitez de ces vils et transitoires et terrienes choses. Or donc nen a, com dit est, tort la venture, se elle, selonc sa nature, fait continue mutations. Ançois a greignor tort l’ome qui a la venture veut contraidir la raison et la usable nature, car veoir poons ce que le ciels, selonc la seignorie de la nature que Deus li a donée, si fait nublé et serens quant a lui plait, et l’au se riege a la seignorie de la nature quant il, selonc sa nature, fait ores verdoiant et ores siche et la mer, selonc sa seignorie de sa nature, si conduit les ondes quielle part ou elle veut, car or les tient quoies et quites et ors les conturbe et le covient. Et ensinc fait chascune autre chose, car chascune chose, selonc sa nature, guie sa seignorie a sa volunté. Or donc, por quoi doit estre venture blasmée se elle guie sa seignorie et de sa nature a sa volunté? Doit donc estre venture plus mesaventuré des autres choses, que elle ne ouse user sa seignorie de sa nature, la ou toz les autres choses l’eüssent bien user a sa volonté? Certes» dist la dame «grande mesaventure li seroit, mais autrement vait. Car tu, home qui veuls montrer sor la vois de la venture, escoute ce que ie te dirai. Or sachez novement et de lors et de ton montier, soies certais que ensinc com tu poies au mout ensinc toi convendra por force decliner a val et toi convendra rendre ce que tu as receüs. Et encor saches tu un’autre chose: que la verité est que la fame de la sciance de biens et de la venture est tiele que se un ome peüst prendre en avoir et en tresor trestoute la terre et trestoute la nue et la mer, encore seroit il afamez. Or donc, por quoi a l’ome donc si por tres grant desiance de ce vils biens terriens, quant ces vils choses terrienes ou tout ce que le monde a eü en sa bailie ne puet satisfier a un seul home ne emplir sa volunté? Et certes mauveis pains est cil que iames ne oste la faim”. Ensinc disoit la dame por doner a Boeces confort de ses dotrines. Et encor li dist elle une autre raisons por la quiele il ne se devoit complaindire de la venture, car elle dist: «Boeces, mon douz ami, se tu penses bien a ta venture, elle ne toi est tant aversaire, car encor as tu dos fiz qi sont en grant seignorie et as un socres molt gentil home et as une dame a feme et a moillier molt saie dame et maint autres choses le quieles, qui regardasse bien son valiment, il ne poroit dir que ta venture fust dou tot oscure. Mes ensinc avient de toi come avient de chascuns autre home que le biens de la venture siet, car tiele est la nature humaine, car ia tant nen a mie des biens de fortune l’ome qu’il plus nen desire et iames nen vint a fins celle insaciable desiance. Mes voirement une chose te di ie que l’ome le quiel cuide que cist monde estoit establitez ne enfermitez, se puet dir seurement qu’il a grandisme error serrez et ammassez en son cuer, quant nos venons apertement que l’ome meisme en un seul point torne a nient et nen demore en un estat et encore veons que (que) chascune autre chose de cest monde si est continue muance, car, quant le soleil riaist en son arors le iors est cler et resplendenz, la nuite noire. Et encor en enver est le tens en grand froidure et l’estat en grant calure et en l’autumne et en le tens noël si est le tens en plus temprance. Et ensinc la venture et toute sa usance et toute sa nature est in continue et in estable et invariable muance».


[CAP. II]


Coment Boeces respondi a la dame, lamentant soi de sa mesceance et coment elle li respondi et li randoit raison que il nen s’en devoit turber.
 

Ici respondi Bo[eces] a la dame et dist: «Ma douce dame, toz cels naturals et evidens raisons que vos avez recontées sont voir. Mais si est la mescreance de cil qi sont en miserie qe de tant, com il escoutent aucune vive raisons, il remedient de lor miserie. Il se confortent en celle ore. Mes si tost ia nen est feniz le contier de ces raisons, come le dolor de lor aversitez retorne a els qui les tormente et qui les fait plaindre et dolosier sa mesaventure, nen se depart la poine da els. Et ançois lor poine acroist quant il lor vient en memoire les biens que il soloient avoir». A ces paroules respondi la dame et dist: «Ce que tu dis est bien la verité, qu’il avint a toi et as autre sovent. Mais qant tu pense ce que toi tormente, tu devroies avant pensier ce qe t’aleviast de tes tormenz, car tu devroies pensier a ces biens de la venture que encor te sont remés. Et por ce devroies esgarder entor toi de chaschune parte dou monde, se en tot le monde a home qui aie complement sanz torment et defeit toz les biens de la venture. Car se tu esgardes bien la venture, elle ne se done mie toute ensemble a aucuns. Ançois avient que tiel home sera mout riche le quiel nen a filz, si que il, ne set por cui il conquiste et, se il avient que il aie filz, il sont sovent mauveis et que lui donent tribulation et dolors. Et aveigne que il aie bons filz, il a autre defeiz, car il n’est gentil home, ançois est oscure et de vil lignaie. Et se il est gentil, poi l’en cure car il est paubres et mesasiez. Et ensinc avient qu’a qui a uns des biens de la venture, il lui manche l’autre, si que nuls home est qui a sa volunté et sanz torment et defeit les biens de la venture. Car panse en toi meisme” dist la dame a Boeces “en cels tans que tu onques fust en greignor prosperitez, † si que il fu onques mes une soule ore en la quiel fust que home en ces biens nen fuissent de tes choses que tu vousisses avoir, † choses les quieus te manchoient et te tormentoient por ce que tu nen pooies avoir». «Certes» dist Boeces «ce est verité que iames en la habundance de ma prosperitez, nen fu une seule hore que ie nen eüsse de ce que ie nen vousisse avoir et que il ne moi manchast com tormentose desiance de ce que ie ardentement desideroie». «Or donc» dist la dame «puisque ensinc est chose provée que nus home est qui iamés poisse avoir entierement ses desiances, les meilor conseil est que l’ome de totes ses desiances se clame apaiez de cel que il avoir puet. Mais ie ne me mervoil mie» dist la dame «que vos genz humaine que desirez beatitudens, por quoi vos le demandez en ces biens estranges et transitoires quant en vos meismes la poez avoir, s’a raison vos fermez. Certes choses terrienes ne vos poent fere beés, car toz iors sont dubioses et deschaoir de son fraigil estat. Et en leu ou est temors ne puet estre baudance. Et por ce chascun qui veut hedifier l’estat de son cuer et de son voloir en trop alture, car la mer le trebucheroit legierement, si com trebuche le vent la maison de cels qui hedifie et altisme alpe, ni ne doit fermer son cuer ne son voloir en trop baisece de oscuritez avere, car sa vile esperance de la pecunie li vendroit legierement au meins, si com vient a meins le fondament de cil qui hedefice sa maison en la fangose paluz. Mais doit fermer son cuer et son voloir en suffience de sa necessitez, selonc son estat et son poir, et ensinc pora durer, si com dure la maison de cil qui edifice en comunal leu de saude planure».


[CAP. III]


Coment Phylosphie comence a doner plus fiere medecine a l’enfermitez de la turbance de la ment de Boeces et a conforter le de la turbance, la quiele il faisoit de ses richeces et de ses honors qu’il avoit perdu. Et la dame le confortoit moustrant li por naturel raison la fragilitez des choses terrienes que de cascune por soi.
 

A ceste partie dist la dame un tiel comencement et dist: «Puisque l’enferme comence a meiorer, il puet recevre medicine fort. Et puisque ie voie, mon filz Boeces, que ton cuer est auquant retorné a entendre raisons, ie voil huirmés fortifier mes raison por les quieles ie te moustrerai la grant fragilitez de la nature des terrienes choses, les quieus se tu les esgarderas droitement, la fragilitez n’est deigne de estre desirée de la nobiltez de la ment humaine. Car, fors tot ce que elles sont vils et corrutibles choses, si nen ont elles pormagnance, ançois sont transitoires et nen poent longement durer et ont autres inumerable defenses, si que elles nen poent fere l’ome noble quant l’ome est et doit estre trop plus noble que nen est la vile et la fraile nature des terrienes choses. De la quiele fauls nature ie te voi moustrer en cascunes generations des choses mondaines».


[CAP. IV]


Coment la dame moustre la fragilitez des diniers.
 

«Se tu veus dir» dist la dame «que por diniere l’en devient noble et seürs, certes ie te voi montrer de la fragilitez de sa nature. Car la verité est que, se tu la despendes largement, il s’en vont tost, si que de riche, por largece de dispendre, puet venir tost a paubretez. Si que cil meisme en cui tu les auras despenduz, te beferont quant tu seues fait paubres por grande despenses. Et de l’autre part se tu ne les despendes, tu seras tenuz et clamez oscur et avairs et vils. Et ensinc mal [est] se tu les retienne sains despendre, quant tu doutes d’estre tenuz por aver et por vils et por mauveis et maus [est] se tu dispendes largement, quant tu doutes de devenir paubres por ton tresor qui, por ton li despendre, se part da toi. Car tiele est la nature des diniers que il ne se puent doner as autres qu’il ne nos abandonent, ne ia, si tost nen avons doné a autre le tresor, come il nos abandone! Mes certes debilitez de nature ne a mie en soi la lune ne la lux d’une candoile, car puis aprendre .X. miliers des candoiles et doner aus autres homes por accendre les candoiles, et de ma lume, ce est la lux de ma chandoille, ne se menuisse riens. Certes, selonc ce, si a la lux d’une seule chandoille plus de vertuz et de valor en soi que toz le tesaurs dou monde, le quiel ne se lievre por doner. Ce ne fait la lux d’une candoille».


[CAP. V]


Coment la dame moustre les fragilitez des pieres precioses.
 

«Se tu dis» dist la dame «ie voudroie avoir iemes et pieres preciouses por les quieus ie moi adornasse richement por aucune vertuz d’elles user, certes grande vergoigne devoit avoir l’homme qui doit avoir si noble et seignoril cuer de metre sa desiance et la sperance de sa nobletez en une petite gemme, quand il devroit panser que l’anime d’un seul home doit estre por nature plus nobles que totes les pieres que la mer poroit tenir».


[CAP. VI]


Coment la dame moustre la fragilité des champs.
 

«Se la biautez des champs» dist la dame «veus loer et por elles cuides estre noble, certes lor biautez nen est da toi. Mes anques est por lor nature et a toi nen fait riens la lor biautez, quant tu ne seras ia por elles ni en bellor ni en nobletez, se naturalment est en toi ordure et mauvestrie. Et si nen te di mie que il nen te soies necesaires ou il ou ses fruiz en tant quant est mestier a ta necessitez, mes quant plus en demandes, ni veus cil sopercle ne te done autre que sopercle brie et rancure. Car de tot quant que tu poiroies posseoir si nen as tu ne pois avoir a ton ces fors ta necessitez. Et saches que la nature humaine puet estre conduite et revenie de poi, mes la desiance sopercle si gaste et empedimentis la nature et done a l’home continue afflicions sa insaciable et [desonesta p.114] concupiscence».


[CAP. VII]


Coment la dame moustre la fragilitez des vestimenz.
 

«Simelment te di ge» dist la dame «des vestimenz novelles. Se tu por elles cuide estre nobles, car se elles sont belles por lor nature ou por le soutil artifice del meistre qi les ovra, ie lauderai les vestimenz ou le meistre seulement. Mes toi, por quoi loeroie ie por elles? Car se tu es laiz et maiveis, les vestimenz remainent et lor biautez et tu remains en ta laidece et en ta mauvestrie. Car laidece de chaitis home mal se puet covrir por vestimenz. Ançois se parait l’en plus de la laidece d’aucuns quant il est bien vestuz que quant il ne fust, por ce que plus vient por ses vestimenz esgardez. Et plus vient de lui por els pailes, et quant plus vient esgardé les, chaitis homes plus vient blasfemez et reprise si che miels lui seroit que iamés nen fust venuz».


[CAP. VIII]


Coment la dame moustre la fragilitez des escuiers.
 

«Mais por aventure tu cuides estre noble por avoir grande terres des escuiers. Certes se il sont mauveis ou furons ou mechoigniers et de mauveis nature, come il sont la plus part, la nobletez qui da elle qu’en puet venir, si est guerre ou remors ou mauvoilance ou malchesons. Et se il avenist que els eüssent [mie] de bontez, que raires voies avint, la bonté se convient loer seulement en els, car la lor bontez ne sera ia loée en toi. Ançois te garde bien que, se tu es mauvés, ne m’ait Dex se ie tendrai por noble home cil qui soit preiés por son escuiers ou qe qe soit chaitis ou de malaire lausant son eschuier, est biens. Car chascuns doit estre loez de sa bonté et non por l’autrui, quant a la laidece et a la oscuritez del carbons noir et atuez, qi gist dedens la cinis, ne fait riens la clartez de l’aurs, s’el geste aprosmée, se ia tant ne li sera prosmaine que le charbons nen remaigne en sa obscuritez et l’aur en sa clartez. Et nus home puet computer en soi lox ce que autre de bien por sa bontez. Et por ce fols est li mauveis seignor qui la bontez de son escuier veut computer en son lox».


[CAP. IX]


Coment la Phylosophie montre la fragilitez de totes choses en somme.
 

«Hay Dex» dist la dame «qe peut estre la ocheison por la quel l’ome se tormente tant por conquire ces richeces mondaines? Cuide l’ome, por desirer toz tens lor habundance, avoir sufficence? Ne nil. Anzois li aviens le contraire, car toz tens avient qui plus a plus desire, me iamés ne vient a fin celle insaciable desiance, la quiele tormente et ne complis. Car maintes afflicions croissent continuement al home por conquirre et por mantenir sa richece et maint choses manche a qui maint conquire. Sor tot se l’ome nen a bontez de soi, coment la cuide il conquirre en la fragilitez des terrienes choses? Quant Dex done noblitez al home sor toutes autres riens terrienes, en tant que cascune autre chose terriene doit estre vils aprés l’ome, mais l’ome fait grant offensions a Deu quant il aba[nd]one le gentilece que Dex li a donée sozmetant soi et son cuiers a la viltece des richeces terrienes. Et sache bien l’ome que se il ne conoit, ce qu’est raisons, donc est il pis de beste, quant a la beste inrasonable nen est reprension de non savoir raisons por ce que ensinc est sa nature. Mes al home ne puet avenir le non savoir raison por autre que por vice, por ce que a sa nature, porce que afiert, se il ne la gaste d’estre raisonnable et entendant a raisons. Mais tot ce que dit avons» dist la dame «est ancor autre raisons que nous moustre la fragilitez et la mauvestrie de richeces. Car bien savons que celle convient estre mauveise chos al home la quelle lor done dolor et poine. Et, au voir dire, les richeces font ces plus sovent por demens d’autre chose, car cil n’est chose que l’un perde si sovente ou por guerre ou por plait ou por autre mescheance com l’en fait richeces. Et cil qui les sont usées avoir et qui avoient mis en ciles lor cuer et lor amoir et lor entencions et aprés les ont perdues, sevient trop bien quiel dolor est al home a perdre tieus biens et tieus richeces. Or donc nen puet estre autre que dolerouse chose que al home done mout sovent uns de greignors dolors que il en cest monde peüse avoir. Et sovient avint que l’om riches, qui por chemins port grant avoir, vient mort et deroubez et le basse home, qui chemine senz richeces, fait son chemin seürement, car ia nen trueve qui l’areste ne qui l’embrie. Certes ie voudroie miels, a cil point, sa libere venture que celle dou riche qui fust mort et deroubez. Ai Deus!” dist la dame “com fu beéz la primieraine cetez del monde, la quiele nen avoit cure de la brevi[tez], de la superfluitez ne de la fragilitez de tantes choses inutiles; car elle se clamoit contente et satisfasoit a sa necessitez de ce que les fideles, quant li donoient naturalment, ne nen demandoit la diversitez de tantes choses, car elle ne mesturoit vins con mel ne com espices ne nen faisoit dras de vanitez, ne nen les colouroit com graine ne com suge d’erbes, ne nen faisoit de fer fil, ne de fil armaüres, ne nen ioignoit ensemble legnes com pice por nager la mer, mes demoroit contente de ce que a nature abeisognoit. Hai Deus! qui fu cil primier nostre ami qu’il fu si soutil de nostre doumage trover et es si acegés que il primierament se mist a caver l’aur et les geimes, dont l’ome ne vient legerement iamés autre que sopercle afflicions de lors en avant que il [l’] ot en sa bailie? Certes bone bontez ne sera iamés, quant a verité apartient celle de sopercles riche[eces] qui ne moi satisfont et me donent mal et brie et afflicions assez».


[CAP. X]


Coment la dame moustre la fragilitez de dignitez.
 

Après le reprouver des richeces, repartie la dame les dignitez de cist monde en tiel maniere, car elle dist a Boeces: «Por aventure, tu diras, ie nen cure de richeces. Mes il me semble que, se ie eüsse auchune dignité, que ie avroie noble chose et que lors ne me falliroit que ie ne füsse noble. Legiere chose est a penser ensinc» dist la dame «mes autrement vait l’afere de la dignité veraie, car quant a verité, nulle dignité est por soi noble ne nen fait noble l’home. Et cel se prove ensinc: primierement de la dignité vient donné al home sol au mauveis ou a cheitis. Coment poirons nos ouser d’ovrir la boche por dir devant le vis de la verité et aprés fort se † varie † et aprés mauveis chaitivance demoure noblece. S’a Deu plest que ie nen ferai cel que ie die, car il me convient avant dire que dignité dou fol et dou mauveis home convient foudre et torner a noient, ne ia ne regnera loing tens la regiaime de fol, ançois avendra selonc que adevient des senators qui soloient estre de la grant cité de Rome et de tout le monde et or sont por lor orgoil et por lor outaine a noient. Ha, dirais tu, ia nen paroule ie de la dignitez de home fol, ne de home mauveis, mes de home saie et debonnaire. Certes a ce respont ie» dist la dame «que ce adevient rare foiz que l’ome droitement saies et virtués et debonaire pormaigne en alture de granz dignitez terrienes, si por ce en cui donés elle sont, si sont le plus voies negaites as bons et si les donent avant a ses paroil que as bons, si por ce que sovent les virtués home aiment les bons a conserver lor bontes en baisece de vie que gaster la, en la trimoute et l’autece de dignitez. Mes ponens que a quelque poine adeveigne que l’ome virtues et de bons mors provieigne a avoir dignité. Ancor te di ie que la noblitez ne la bontez de bien, que se fait en la ovrement de celle dignité, nen est mie en la dignité, ançois est por la bontez de l’home vertuos qui la guie droitement. Car ia nen sera si haute la dignité que elle avance por soi meisme en bontez aucune, se l’home vertuos ne la fait avancer por son bien fere. Or donc se la bontez et la vertuz et la noblece est soulement en l’home vertues, por quoi doneroie le lox a la dignité, la quiele nen avance riens por soi sequant l’ome saie la fait avancer. Certes le lox que l’ome vertuos doit avoir, ne sera ia por moi donez a la dignité qui, quant por aventure estoit mauveise et que iamés, com dit est, nen avança de bontez por soi fors tant com la fait avancer l’ome qui toz tens et ancor avant qu’il fust en la dignitez, estoit bons et loiaus. Or donc que vait l’ome demandant fors soi meisme quant il puet avoir la noblece en soi et fors soi ne la trovera iamés a son oés quant il ne la vout avoir dedens?»


[CAP. XI]


Coment la dame moustre la fragilitez de la puisance terreine.
 

«Mais» diroit aucuns «tu vais cerchant ce que l’en ne te demande. Or sache que il ne moi chaut gramment coment il soit a raison ou a tort, seulement que ie aie la puissance terreine. Certes» dist la dame «assez vais tu querant plus que ne est t’a mester et ce que bien est noient et a quoi tu ne poroies venir iamés. Car quielle puissance cuides tu que soit celle de cist monde? Es tu droitement acegez, quant tu ne penses coment sera ia posez al grant home ne cil haute le quiel une et chaitive feuvre si le feit trebucher de sor son cheval sor le lit et en un moviment de terre la ou vient clos et devint marches en quatre iors (l). Certes, se l’amarçumenz aura puissance, ce sera grant mervoille. Et se tu veus dir aumeins fin aitant qu’elle puissent, home, est vis, a il puissance. Certes, si a vils choses mes en grant choses, na il puissance aucune, car ,aviegne qu’il aie puissance en l’avoir ou en les cors des voisins, en l’arme del coraios home et del vertuos nen poroit il avoir iamés bailie, ne plus come oit ia uns tyrans qui tormenta un saie por que il confessast son voloir. Mes por tot ce, se † tranfella † au suens bon proposement. Certes riche puissance est celle de nient, laquielle nen a pooir fors seulement sor vilté de terrienes choses et non sor vertuz del arme. Car qui vanchist un vil home ou un ribaut et creïst que il eüst fait grant proece, il mentiroie. Et ensinc est de ces mauveis chaitis qui en la vilté des terrienes choses provient lor vigors, ... de sa misere puissance en la quiel il se delitent a mal fere. Encors te di ie» dist la dame «que povre puissance moi scemble celle del home qui ne puet fere as autres genz auchune qui ne soit pousible de sorvenir a lui. Car nos trovons que Boseride fu un mauveis hoste leqiel anegoit, por avoir le tesaur, cil qi herbergoitent en sa maison. Et avint une fois qu’il ala herberger aprés un hoster qui avoit nom Herculés et Herculés les noia por avoir le suen avoir et hernois. Et ancore uns, qui avoit nom Regols, si metoit maintenant en preisons chascus qui li offendoit et avint que uns le prist qui le mist en tiel preison dont il n’ensi mie quant il voust. Et por ce ne me seemble mie que graint posse[nce] soit cele del home qui nen puet fere as autres force la quele nen puisse legierement sorvenir a lui».


[CAP. XII]


Coment la dame moustre ci ensemble la fragilitez des dignitez et de puissance, moustrant ancores en ces noves raisons sor ces que dites sont.
 

«Ancor te moustre ie ce» dist la dame «que les puissance et les dignités terrienes si sont fallaces choses et vil et misers, car nos veons continuement avenir, selons le cors de lor usance, que plus ont d’elles les mauveis que les bons. Et natural chose et verité est que le bien et le mal, qui sont droitement contraires ne poent demorer concordablement enscemble, car dos contraires choses ne poent por raisons durer enseemble. Et por ce apart que les puissances et les dignitez de cist monde ne sont mie bones, quant elles sa sont et si convient legierement as mauveis homes com elle son continuement. Car ia, se celles füssent bones, ne convendroient si ben a la mals genz, com’elle sont. Et ce puissons nos dir non seulement des dignites et des puissance, mes generalment des totes le habundances de ces terrienes choses, le quielles se afiert plus as mauveis que as bons. Et ancor te di ie que, se les dignitez et les puissances fussent ensinc bones, com aucune genz dient, elles seroient bons cels qui les riegent et cil avec cui elles conversent. Mais nos veons les plus voies totes les contraires, que cil qui est mauveis, se il parvient au dignité ou a grant puisance, il devient assez peiors que devant. La gramaire si fait bons latineors cil qi bien la stuide et la musiche si fait bons chanteors et la phisice si fait les bons mires et la rethorice les bons parleors, et ensinc de caschune science et de caschune chose se meilore l’ome en bontez, se la chose a cui il converse est bons. Mes as les puisances né les dignitez ne sont donques bones, quant elles font les mauveis, a cui elles sont donées, ancor peior que il nen estoient davant. Selonc que nous veons qui fu Nerons qui estoit bien davant mauveis, mes, quant il fu seignors de Rome, lors fu il si tresmauveis que nul plus. Car il por grant mauvestré dist qu’il avoit talent de veoir coment ardoient les citez et por ce fist il metre le feus entor dedens la cité, en maint leus, et domoroit en haut en la tor et s’en rioit, la ou cil de qui maisons ardoient s’en ploroient. Et encor fist il ocir son frere por ce qu’il disoit que il ne poroit [savoir] quiel dolor de la mort de frere [füst] si grant com l’en disoit. Et ancor fist elle greignor cruautez que il dist que il voloit veoir comment l’enfant demoroit dedens le cors de sa mere, et si prist la soe mere meisme, que estoit en cors de enfantier, et la fist porfendre por mi le cors et gardoit coment la creature demoroit dedens le cors. Or esgardez donques la bontez que cestui aprist en le pooir de sa dignité et endementiere si fu il sire dou monde de oriant iusque en occidant et da midi iusque au sethentrion. Certes molt bone chose devient la dignité et la puissance qui com tiel genz puet demorer. Ha Dex, com grieus dolors quant a un mauveis coutel de ferir se conioins venins, por ce qu’il soit encor peiiors. Et ausinc est grant dolors quant a un mauveis home se conions le venins de la puissance terriene por laqiel il puet plus ovrer sa mauvestie qe devant».


[CAP. XIII]


Coment Boeces responde a la dame, diant que aucuns des saies estoient qui nen desirent a avoir dignité por autre chose fors que por ovrer vertuz et bontez et coment la dame li respondi monstrant la fragilitez de la fame et de la nomenance.
 

En ceste partie respondi Boeces a la damne et dist: «Tot ce que dit avez, ma douce dame, est voir. Mes il avient sovent que maintes saies homes desirent a avoir dignitez, ne ia por autre chose fors que por volunté de ovrer vertuz et demonstrer sa bonté et por desirer d’avoir nonenance et bone fame. Del quel euvrement de bontez en bone part, por ce que a lor seemble que la vertuz, qui ne s’alumme por bon exsercice, non pense alumer autrui plus que une doupliers, qui tout teus demorast extincte. Et scemble lor une chose morte ia non demonstrer la bontez, pois qu’elle est en l’ome». «Certes» dist la dame «non ne poons autrement noier la verité et la verité est bien que la bone fame des bones ovres si a auchuns savoir de noblece et si repousa auquant sor la noblezes de [re]nomée. Et est bien voir que por avoir bonté et por monstrer sa bontez desirent maint sages homes ouvrier sa bontez en le exercice d’aucune verité et dignité. Mais nondemeins te voie ie monstrer coment la fame et nomenance mondaine, ou soit voir ou soit mençogniere, est brieve et ville et fauls chose. Car li sages qui parlerent de ce que trestoute la terre dou monde si estoit noient a comparacions dou ciel, si com’est un petit granel de sablon vers toute la terre dou monde, si que la terre a comparacions si est un seul granel de sablon. Et de cist granel, ce est de ceste terre dou monde, si tient la mer et le eves la moitié desoz soi et del autre moitié si tient a soi la moitié les bestes savages si que les hommes nen remantent seulement que la quarte part. Et en ceste quarte partie seulement de cist granel de terre se puet estandre la nomenance mandaines, mes non mie legierement ne por tout, car le monde est devisé en diverses naciones et en lengages et les granz eves et les granz bras de mer et les grandismes Aupes et les perilos passages font d’entor generacions et l’autre de genz, si que cil que ta nomenance vient a portier por le monde non puent soviant ce fere, por les perilos passages. Et encor vient il en maint leus ou il poent conter novelles a la bardelle de sa selle, car autant nen tient elle, com fait, nacions ou il puet aler. Et por si avient que il puet venir en maintes nacíons la novelle de ces ovres a le quelles ne seront mie ce oevres plaisant, com elles sont en ta terre et en ta contrée, car sovient avint que laus en une terre et en autre avint blasme. Et se tu dis “Ne moi chaut de spendre deniers en messages car ie sui content d’estre nomez en ma cité, ancor te di ie que poi sont qui soient en sa cité exauté de bone fame, car nus est profete en sa terre, del quiel nus die bien que un autre nen die autretant ou plus de mal. Et encore dure mout por cist delit de nomenance, car la vie de l’home est breve et, aprés sa mort, ses paroules plus des ovres que l’en voit que des passés. Et encore le sorveniment des noves choses et la granz longitudens des tens fait oblier maintes ovres de maint prudomes, puis qu’il sont passez de cist siegle dont les paroule poirent grandes voies. Et bien que l’en en parlast toz ior, quiel utilitez a l’ome, pois que il est morz, de la nomenance de cist monde? Certes, pou vaut ore a Catons, ne a Fabricion, se nos parlons de ces granz ovres, car le bien se il firent, lor puet valoir, mes le parler d’els lor torne a utilité de noient. Et ensinc apart manifestement que la nomenance mondaine et toutes choses transitoires ne sont dignes d’estre tant desirées, come les genz les desirent, quant elle sont de maintes afflicions et de poine et de bien confort a cels qui demandent lor superfluitez, outre sa nature et convenable et sobrie necessitez.


[CAP. XIV]


Coment Phylosophie monstre a Boeces quant a la verité apartient, si est a l’home meilors la averse venture qe la prospere.
 

«Por ce que ie dit» dist la dame a Boe[ces] «poiroies tu dubiter que en la venture ne fust aucune utilitez, pensanz le reprouver que ie ai fait iusque ici de cil bien de la venture que les genz desirent? Mes ie te dirai: ia une chose, dont le comun des genz merveilerent, ce est que ie te die apertement l’averse et contraire venture si est al home veraise et bons, et la prospere si est mauveise et lors a l’home verais utilitez de la venture, quant a lui vient averse et contraire. Et ce prove ensinc car primierement la prospere aventure, si come fause et mençognere, si te sozrit et boce et te veut monstrer que le confort de cist monde soit grant chose et quiel estat de cist siegle soit stable et permanant, la ou il est tout le contraire quant a la verité. Car bien veons apertement que, quant a la verité apartient, la ioie et le confort terriens est biens et aprestez de chaoir legierement, et tot l’estat de cist monde est instable et variable et discor legierement. Et ceste verité nous monstre apertement la venture contraire et averse come leials et veritere, car elles nos denunce que cist monde et son estat est lable et plens de maint peril et nos est grant utilitez. Car nos poons meils proveoir aus perils mondains quant nos lis conois sons que quant nos nen savons que ce soit et quant nos nen pensons de lor sorvenue noient. Mais la lor sengiere et mençognere venture, que nos apelons prospere, nos devoie del cognosciment de ceste verité, car elle monstre nos, com dit est, que la ioie terriene soit permanant et seüre et soit aseürez soz la falace deletance, tant que des avezment et ses proveances nos trabuchent sovent en le peril mondains mortelment la u nos, com bon prove, en ce les porrions avoir proveuz et mitigez et temprez, si che nos les porriomes avoir trespassiez sanz mortel sozvenus. Et si advient ensinc a l’home de la prospere venture et de l’averse, com fait a l’home de guerre qui passe aprés le chemins ou sont en agait se anemis et .I. de ses escuires traités et mauveis l’aseure del chaminier et li dit que le chemin est trop bon et trop seürs et que il ni est rien de douter, e l’autre escuiers qui est bons et veritiers et loians si rebate arieres son seignor et li dit et denunce que il aile sagement et com proveance, car ses anemis sont en l’aguait aprés le chemins. Certes se le seignor vient avant desaveument et sanz auchune proveance, bien puet legierement cheoir en peril mortel. Mes se il vait sagement et con bone proveance, il porra si proveoir et trespasser cil peril, que ie nen sera mortel. Et toute autre tielment avient de l’home mondains, car se il passe aprés le chemin de cist mond sanz bon proveanche a la scürté des menchoignes de la venture prospere, legierement puet trebucheir en peril mortiel et d’arme et de cors, mes se il vait saiement et com bons esproveance selons l’amonestement de l’averse venture, il poie, com le devins ad victoire, si trespaser les perils, qui sovent se trovent aprés le cheminer de cist monde, que ia nen seront mortals. Et si est encore” dist la dame “autre raisons que monstre la bontez del averse venture et la mauvestré de la prospere, ce est que la prospere nos fait sovent ovrier por ses delecions et sopercle deletance, maint vices, mais l’averse fait nos souvent amen[d]er des vices passez et esquiver cil qui sont a avenir, la quiele utilité nen est mie petite, quant plus vaut al home l’amender de son meisme que l’amender de toutes ses autres choses. Et ancore est la tierce raisons que monstre ce meisme: ce est que monstre la bontez de l’averse venture et la mauvestré de la prospere, ce est que la prospere venture te monstre que tiel soit ton ami qui est ton anemi, ou il t’est poi ou noient ami. Mes l’averse venture te monstre droitement le droit et le loiaus amis et le dicerne das fictices amis et daus anemis; car, quant tu estoies en ta prosperitez, les fictices amis s’ascembloient plus voiz entor ta maison, tant en scembloies avoir. Mes ore que te voient en aversitez, il toi eschivent come raibe trestoz tes amis, fors les loiaus, les verais et les bon amis, les quieus ne t’abandonent por aversitez, car as cuires et as bosoing se conoisent les amis. Or donc est grant utilitez en la averse venture la quiele, se elle te tolt le berbiz et les moutons, elle desclare et t’acerte et t’aprove les droit et verais amis, a les quiels nul thesaur se puet asimiler».
 

EXPLICIT LIBER SECUNDUS BOECI



INCIPIT TERTIUS


[CAP. I]


Coment Boeces, auquant reconfortez respondi a la dame, et coment elle le veut hormés demostrer la fause beatitudens primierement et pois aprés a la verais por ce que il puisse eschiver la fause et sicure la verais.
 

Qant la dame ot feni son conte, lor comence Boeces a parlier et dist: «Ma douce dame, ie suis auquant reconfortez del vostre bon parler, si que maint point m’estoie iusque ici grieve qui ore moi seemblent clare et legiers». Et la dame reprist paroule et dist: «Mon douz fils, de ce moi est mout bel, mais ie te voi dire une chose, car la verité est que, se tu penses presumier, ne penser ce que ie te bee ancor a dir, tu ne te poroies tenir d’avoir grant ioie en ton cuer». «Ha douce ma dame» dist Bo[eces] «or vos pri ie que vos me diez ce que est». «Certes douz fils» dist la dame «ce ferai ie mout voluntiers. Or voie ie que tu saches que ce que ie te bee a dir si est que ie te voi monstrer quiel chose est la verais beatitudens. Car tu ses bien que l’en tient a beés cil qui [font] son plaisir et tot ce que ailors a mestier et que a lui est bons a compliment sanz manchamenz auchuns et por ce chaschuns desire d’estre loez. Por ce te voil ie monstrer la verais beatituden, car la fause beatitudens des choses falaces, la quiele seulement est coms une umbre de beatituden, celle esgardes tu sovient as oilz de la teste. Mais la verais beatitudens que a en soi toutes les bones choses sanz auchun defeit, n’en puis tu veoir a euls de la teste ensinc legierement. Aveingne que tu tiex foies, la sonies et voluntier la veroies, mais l’error desvoie et por ce te la bée montrer clerment et cuit si monstrer que tu la verais apertement” Lors dist Bo[eces]: «Ma dame, ie vos pri que vos ceste verais beatitudens me monstrer sanz tarder, car tart moi scemble que ie puisse oïr ou puet demorer si grant chose en la quiel soient toutes bones choses au compliment sanz aucun defeit”. “Voirement te la cuit ie monstrer, dist la dame, mais ie te voil tout avant monstrer quiel chose est la falaces beatitudens et, aprés ce, te mostrerai quiel chose est la verais, si que tu aies conoisance de cascune d’elles droitement, ensi que tu puisses avant esciver la beatituden fallace et puis, aprés, puises ordeneement la verais. Car bien ses que quant l’ome vient semer aucuns camps de bones bles, il convient tot avant com le ronchons ronchierle des espins et des mauveises herbes et puis, aprés, convient ordeneement semener le desbons blés. Et encore ses tu bien que l’ome qui aura avant gusté aucune fruiz amere et mauveis, se il, aprés ce, gustera aucune douce et bon fruiz, lui scemblera assez meilor por les amars que il aura avant gusté. Et ensint t’avendra ici, car se tu esgarderas tot avant la fallace beatitudens, et apreès esgarderas la droite et la verais beatitudens, tu esgarderas et verra ceste verais beatitudens en si grant hautece et com tante delitance, que ton cuer la desirera soz toutes autres choses». Quant la dame ot ce dit, elle laise la paroule et comence un poi a penser. Et aprés ce, ne demora gaires qu’elle reprist son conte et comença tieles paroules ci. Elle dist: «Toz les homes dou monde ont desiance, mes lor cuers ne vont toz por uns chemins, ançois desirent sovent li uns nomenance et l’autre richeces et l’autre puisance et l’autre grant nombre d’amis, l’autre dignitez et l’autre delite corporals. Mes, totes voies totes les homes de cist monde si ont entencions et une soule fins: ce est avoir beatitudens et apaiement en stat beés. Ce est ce que caschuns desire finalment, tot foiz ce que l’error desvoie les plusors, qant il por lor folie et por lor error vont por les chemins, qui les moinent a fins d’engain et de fallace et non a finis de verais beatitudens. Laqiele il cuident trover en ces transitoires choses en le quieus iamés nen poroient trover verais beatitudens, si com en la vere docrine de lor grant defeiz. Ie te monstrerai huirmés tost ci aprés. Mes se aucuns venist avant que me demandast: “Nen est aucuns utilitez en ces terrienes choses, sont elles totes choses depresiées et enutiles” ie repondroie que en elle est auchune utilitez mout defective, si que por son grant defeit apoines sont deignes d’estre nomez por utiels et l’utilité d’elles si est tiels que aucune foiz les richeces terrienes toilent la fame et l’ansietez al cor del home. Et encor aucune foiz la ioie terriene si conforte les cors humain et l’onors terriens, aucune foiz monstre l’ome honorez, si que les biens terrens sont necessaires a la sustentacions naturel del cors humain. Et en ce est lor utilitez, se sobriement et senz superfluitez fusent. Mes qui superfluitez requiert, si quiert sopercle aversitez et si gaste celle meisme defective utilitez, la quiele est en l’usance de la natural necessitez des choses transitoires. Laqiele utilités est defective et enflée de tant damnages et afflicions que apoine se puet computer en le nom de utilitez, por ce que invaines et inestabiles et defectives et ploines de afflicions, com dit est, sont ces choses terrienes. Mes ce se puet bien dir seürement que ia les choses terrienes ne poent doner al home verais beatitudens, mes por ce que en elles est aucune ombre et demonstrance come de beatitudens, por ce ne est l’home desiros de conquister et d’avoir les. Car la humaine generacions si ont originance de la verais beatitudens et fu aprés de ci, en son nasciment et por les mesfeit de nos primeraines parens, s’esloigna la humaine generacions de la beatitudens verais, da cui elle ot sa originance et sa creacions. Et por ce desire elle de retourner a son comencement, com font toutes autres choses que toutes retournent voluntiers a son comencement. Car nen est aucuns oisels si maniere que ne tornast voluntiers as boiz ou fu nez, se il peüst, ne aucuns leons si demestréez qui ne tornast a son pooìr en la grant foreste ou il fu noriz, et le soleil toz tans retorne de occident a son orient. Et por ce desire l’ome simelment de retourner a la verais beatitudens, de la quiele il ot son, comencement. Mais, com dist est, il quiert beatitudens en ces choses terrienes, de les quele choses il s’en trueve gabez, quant iames nen puet trover beatitudens, se il nen retourne a son comencement. Car lors est chascune chose en son droit ordre quant la fins se retorne et convient a son principe.


[CAP. II]


Coment la dame comence huimés a monstrer la fallace beatitudens que scemble estre as terrienes choses, monstrant coment elles ne poent fere l’ome bées et monstrant ancor la fragilitez de cascune generacions des choses terrienes et aiungant en ce raison noves que demonstrant ancors, sor ce que dit est, la auzdite fragilitez mondaine et qui ancois monstrerent coment en le dites terrienes choses nen puet estre ne mie le verais beatitudens.
 

«Si come plusors fois a esté dit, la dame veut tot avant monstrer la falace beatitudens et aprés monstrera la verais. Et por ce veut elle monstrer ancore por noves raisons la fragilitez des terrienes choses et coment elles non poent fere l’ome beés. Et si veut ceste monstrance fere ordeneement, monstrant cascune generacions des terrienes choses por soi. Et quant ce sera bien monstré et si nos monstrera aprés la verais beatitudens.


[CAP. III]


Coment la dame monstre que les richeces terrienes ne nos poent doner veraise beatitudens, demonstrant ancore de lor fragilitez nor noves raisons.
 

«Les richeces terrienes» dist la dame «voil ie que tu saches, mon filz Boeces, que iamés nen poent doner a l’home verais beatitudens, que verais beatitudens si est uns compliment et uns estat si pleins de toz les biens sanz defet, que en lui nen manqe riens et en lui <nen manche et> sont toz les biens sanz auchun defet. Mes en richeces terrienes nen avient ce, quant elles sont defectives, car qui plus en conquiert plus en desire et plus li croist lor soif et plus li scemble que a lui en mancha et là ou est beatitudens la quiele a en soi compliment de bien sanz auchuns defeit de richeces, com dit est. Et esgarde encore la fragilitez el defeit des richeces que elles nen ont tant de pooir ne de valoir en soi, que cil qui aura plus puissance de toi ne les te poisse tollir d’antre tes mains, si que por elles defandre toi convient querir l’aiuctoire des rectors. Donc nen ont elles en soi verais beatitudens, la quiele, si com dit est , si est complie de bien et sanz defet et des iuges et de teus amis. Or donc se les richeces sont si defectives, qu’elles ont mestier fors que de soi de victoire, si que elle nen abesoigne fors soi d’aucune iuctoire ne d’autre riens. Ne ancore nen ont richeces terrienes tant de pooir en soi que elles puissent remanoir en toz les afflicions et ses defez a cil qui les poseent. Car mainz riches homes sont bien vestuz et ont grant feu, et por tot ce si sentent il le stridor dou grant giels et ancor ont il de grant viandes et nendemens, les conturbent il aucune foiz la fame corporals. Certes richeces terrienes ne poent auchune foiz doner auchun confort, mes pur tot, toz pooir elles ne te poent satisfer ne remoir en toz tes defreiz. Donc est certaine chose que elle nen est verais beatitudens en la quiele est satisfacions sanz defeit ne ce ne se trueve iamais en richeces terrienes. Mes qui est cil home si beés des richeces a les quielles ne manchent maintes choses? Anzois sont maintes riches homes qui ont toz tens maintes rancures et poines et afflicions et defez. Donqes nen ont il verais beatitudens, la quiele, nos avons dit, est compliment de bien sanz afflicions et sanz aucuns defeiz».


[CAP. IV]


Coment la dame monstre que les dignitez terrienes nen puet estre verais beatitudens, demonstrant ancore de lor fragilitez por novelles raisons.
 

«Et encore en les dignitez terrienes» dist la dame «ne se puet trover verais beatitudens, car primierement, se elles sont aprés home mauveis, ia ne se puet dire que com mauvestrie demoire verais beatitudens, la quele nen est autre que bontez sanz melenienz de mauvestrie né de defeiz. Et encor seroit bien noient a dir que mauveis home [a] verais beatitudens ne verais honors por dignitez. Et encore serait bien plus abontez qu’il ne seroit, se il nen fust en dignité, por ce que plus vient a esgarder et plus feit cascuns et aprés et loing sa mauvestré, que l’en ne sairoit d’aucune basse home. Et si doit l’en ancore plus blasmer et plus mauveis clamer raisonablement l’ome qui est en dignité, se il est mauveis, que cil qui est d’en basse vie [...] nen a se a rieger soi non. Mes l’ome qui est en dignité, si a riegere et goiverne maintes gens les quieles empirent de tot de son maufet et ancore plus requiert a cil a cui plus est donez. Et por ce se demande plus de bontez a cil a cui maior dignitéz est donez. Et por ce se demande plus de bontez a cil a cui maior dignitez est donée. Donqes por ceste raisons se il est mauveis, il ne se puet dire que il soit honoréz ne beéz, ançois est desonréz et maleuréz plus des autres, com dit est, por son maufere. Mais, de l’autre part, se il a dignité, est aprés l’ome bons et vertues. Certes ancore nen est la beatitudens en la dignité, ançois est, come autre fois fu dit, tout en la bontez del home le quiel est et estoit bons tout avant qu’il fust en la dignité. Car legierement nen devient l’ome bons en la dignité, se il devant nen estoit bons. Ançois adevient sovient que aucuns est bons avant sa dignité, la quiele devint maveis si tost com il est en la dignité. Et maintes vices aprent l’ome en la dignité, des quieus il nen siet riens devant, por ce que les ordres et le regimenz des dignitez si sont mout forviez de sa voie des vertuz por la spésitudens des mauveis genz, qui en lor dignitez se troevent ou por seignor ou por ministres. Car, aveigne que les seignors soient bons, si est grant brie a demorer en bontez com les ministres, qui la plus fois sont mauveis, car grant chose seroit. Et autre foiz adevint que en dignitez se truevent et les seignors et les ministres, toz bons, et qe, se il est uns bons, que li quatre † ne † soient mauveis, les quieus mauveis trovent les regimenz des dignitez aus vices et les desvoient da [l’]ordre des vertuz, si que, quant aucuns bon home vient esleuz, il trueve si rompuz l’ordre et les regimenz de la dignité que le plus foiz le trait miels et plus tost la corruptions des mauveis ministres et de le mauveis error de la dignité a son us des vices que il nen a tant la dignité ne le mauveis ministres a son ordre de vertuz. Et ensinc adevient sovent, com dit est, que de bon devient mauveis a la dignité. Ordonc coment porriomes nos dir que verais beatitudens soit en la quele le bien et la bontez se desvoient? Certes en la dignité en la quele se trueve sovent puissance et corrupcions mauveis, ne demoure verais beatitudens, la quiele est pleine de bien sans corrupcions ne defeit.


[CAP. V]


Coment la dame monstre que en la puissance terriene ne se puet trover verais beatitudens, mostrant ancore la fragilitez de la terriene puissance por raisons novelles.
 

«Or veons» dist la dame «se la terriene puissance puet doner al home verais beatitudens. Et voirement nos veons, cootidianement a cil qi seiguent lor puissance, user armez et genz fereors et fier et mescliers et outres mauveis usances et cruautés, lesqieus il usent por temors que il ont de perdre lor puissance. Car cil qui nen a contraire et qui nen a de cui douter et qui nen a con cui tençoner nen a iames mestier de user por ce ne force ne armés ne autre terriene puissance. Car ancore veons nos quel home, quant il est plus haut et puissant au monde, de tante chiet il sovient plus subitement et plus perilousement, car maior convient que seit la chaoite de tant quant il chiet plus de haut leu. Or donc la ou nen est poirdemens que contin[u]e temors et la ou est sospicions de deschaimens et la ou est usance d’armés et de cruautez et autre mauveis usances nen se puet dir qi soit verais beatitudens en la quiele nos dions qi est toz les biens sanz temors et sanz mauvestie et sanz aucuns defeit.


[CAP. VI]


Coment la dame monstre que en fame terriene ne ne en vanagloire nen se puet trover verais beatitudens, moustrant ancore de ses fragilitez por noves raisons.
 

«La fame terriene ne la vanagloire nen puet» dist la dame «doner al home verais beatitudens. Car quant vains nomenance et terriene fame ne vient de bontez, ançois aime miels l’ome saie et bon tenir son bien faire aprés soi et en sa coscience que spandre son lox por terriene vanitez de mondaine fame. Car se la nomenance que l’en spande de lox de soi meisme est fause, la verité qui nen se puet escondre, se trueve. Et cil qui a seminez son fause lox vient reprovée das bons plus que devant. Et d’autre part ponons que le lox et la fame terriene qui cort de ta bontez soit voire, si doies tu savoir que voiz de fame terriene est une des plus vaines choses qui soit. Car si com le feu de la paille fait grant moustrance et que tost torne a noient et come les flors novelles mostrent grant ioie, mais tost passe sa vanitez quant elles croent ius de sa rame, soivent d’au maintins avant qe soit none, ensinc definent et passe toz la moustrance vaine de la terriene fame et de la voiz mondaine, laqiele est si defective que aumeins come autre foiz fu conté et dit, nen est d’aucune utilitez a cil por cui elle est corrue, pois que il est mort. Et ancore en terriene fame se trueve sovient grant doumage des bons mors, si por le descoriment de sopercle qui por terriene fame discort legierement en cil qui vient loez si que, por le descoriment de sopercle que en descort en l’autre genz. Or donc en tiel nomenance terriene la quiele est vaine et de poi utilitez et defective et maintes fois damnose, nen se puet dire que elle soit verais beatitudens, en la que­le est toz biens sanz vanitez et des utilitez ne doumage ne defeit auchuns.

[CAP. VII]


Coment la dame moustre que en deliz carnel ne se puet trover verais beatitudens, moustrant la miserie et la fragilitez et la laidece del carnel delit.
 

«A dire laqelle laidece del carnel delit» dist la dame «puisse doner a l’home beatitudens verais, si est droitement fable et voiz de derisions. Car en tot cist monde nen se trueve auchune chose qui plus toille a l’hom e et l’armes et el cors et son avoir et son honors et totes ses autres choses com fait le delit de luxuire et de forestier aus deliz carnels, qui sont si laiz que cil, qui en ce se delitent laidement, sont clamé fors et pis de bestes! Et non seulement les deliz carnels mais eciandex les delit des matrimoines eschivent maint perfeit homes, por eschiver la lordece dou carnel delit. Et ia nen laissent de schiver la matrimoine, por ce que l’en puisse dir sanz matrimoine por ce que l’en ne poirent avoir le profiz, qui est en le matrimoine, d’avoir filz. Car tout a estre sanz fils soit aucune fois defeit. Si adevint soivent qu’il est doumaie avoir fils a cil qui n’ont des mauveis, li quiens li donent dolors et afflicions assez. Or donc en delit carnel, en le quiel se troueve mainte laidece et doumage et dolors, nen se puet dir que soit verais beatitudens, en la quiele sont touz les biens sanz laidece ne doumage ne defeit.


[CAP. VIII]


Coment la dame monstre ancora ici en somme tout enseble que en le monde es en toz les sorditez biens de la venture et en ces choses terrienes ne se puet trover verais beatitudens, moustrant ancore de la lor fragilitez et dedefeiz por noves raisons.
 

«Ne t’ai monstré et encore te voi monstrer en somme» dist la dame «que le richeces et les puissances nen poent doner al home verais beatitudens. Car l’ome qui veut avoir richeces terrienes convient soufrir maintes afflicions et poines por conquirre et por observer ses richeces. Et convient estre, com dient les saies, serf d’elles et l’ome, qui veut avoir dignitez terrienes, les convient querir vergognousement et temoureusement da ceus qui ont bailie de doner les. Et l’ome qui veut pui­sance terrienes, les convient soufrir les mauveis mors des ministres et des serviors et des simel genz , qui lor convient tenir por sa garde et por le maintenement de sa puissance et les convient sovient doutier et † sorasoiz †. Et l’ome qui veut delit carnel, convient converser en laidece et soz toz si est tenuz por vils et por chaitis et laide. Et ensinc apert que les biens terrienes ne poent doner al home verais beatitudens por les sordites raisons et ancore por ce que les bestes avancent l’ome en maint de ces biens terrienes, car l’olifans avance l’ome de grandece de cors et les tiegres de legierece et le lions de force. Ordonc com puet avoir l’ome verais beatitudens en ces choses vils en les quieus il est avanciés des brutes animals; et en ces choses terrienes, les quiels ont en soi instabilitez et vanitez et afflicions? Et soz toz ce durent poi apres l’ome, car a homeinz outre les terrienes chouses et les termines de sa vie qui est mout breus nen poent elles durer apres lui. Et por ce l’ome qui en les terrienes de ceste vie quiert verais beatitudens, si est come forsenez qui a tant de enor et si poi de conoisance en soi que il quiert et cuide trouver margarites et pierres precioses soz les rames des figiers et d’autre arbres, et qui pesche et cuide trouver les quailles et les torz et les autres oisiels en les ondes de la mer, et qui cuide oiseler et fauconer com faucon et com sparvier et prendre les cerves et les cabriols et les autre simels bestes por l’aire vers le ciels, et qui cuide chacier com levrier et com bracheiz les grans peisons por les bois et les forestes. Certes cascune chose convient estre qui seit en son propre manoir et, por ce qui veut verais beatitudens ailors la guerre en non l’exterieres choses, car en elles ne la trovera iamés quant en elles habite et demoure et se trueve falace beatitudens et non verais. Et por ce sont cil qui verais beatitudens quierent et choses terrienes en sinc fols come cil qui quirent dedenz la terre celle chose qui est serée en le soverains.


[CAP. IX]


Coment la dame, voiant monstrer huirmés la verais beatitudens, moustrant avant auquant autres raisons por quoi le monde en son estat, en ses biens, ne puet doner al home verais beatitudens et nen puet complir cil dont il font maustrance.
 

«Ie te bee huimés tost» dist la dame «a monstrer la verais beatitudens et en quiel chose elle demore. Mais tout avant te voil ie conter auquantes autres raisons por quoi le monde et ses biens nen poent doner al home verais beatituidens et nen poent complir ce dont il font moustrance et por qui l’ome en remaint gabez, car ce nen doit avenir sanz ocheison. Or sache donques sor celles raisons que dites sont, si est ancore ceste por quoi il avient: ce est por ce que l’ome s’esforce d’avoir partie deseurer cil qui se deseurer nen se puet et qui et naturament consolidés en une chose que il ne se puet partire, si com est la verais beatitudens en la quiele sont sanz defeit toz les biens qui panser ne cuider se peüsent, car en li est sufficience des richeces, splendor d’onorance et de dignitez, fortece de puissance et ioie terriene et toz les autres biens enterrienement et sanz auchuns defeit. Et si doies tu savoir sor ce que tous les sordites, ce est richeces, dignitez et puissances, ioie et toutes autres bien qui sont une meisme chose et un sol bien et ce qui est l’uns si est l’autre, si que l’ome qui veut avoir les biens del uns des dites nomez si convient avoir les biens de toz les autres. Et ia nen puet avoir en partie li uns sanz l’autre, dont il avient que l’ome, qui veut avoir en partie li uns sanz l’autre, si pert le tot por que il a laisez et perde la partie por que il nen la poent avoir et est raisons coment ce adevient. Car esgarde auchune home le quiele s’esforce a avoir sa beatitudens et son asiement seulement por richeces. Certes tu trouverais que il se convient astenir del asiement de la persone meisme a soufrir pansier et brie et bontez por conquiere et server sa richece, si que l’asiement que il cuidoit trover en richeces li vient tot a outrais, se il ses richeces ne veut fragagner et desiper. Et de l’autre parte esgarde l’ome leqiel s’esforce a avoir sa beatitudens seulement en puissance terriene: tu troverais que il convient finir et despendre et sovient desirer ses richeces por mantenir sa grandece et sa puissance. Et si li avient souvient quant il a desipez le suen que il vient gabez de caschuns et non demens ia vient que il ne puet iamés venir legierement a tante puissance que il nen soi sopercles d’aucune part, por ce que la plus partie vient a ester l’ome qui s’efforce de montier ad haut que un autre home de basse vie. Et ensint i avient qe il abandone le repos de l’humaine vie por montier en hautece de puissance et il pert le repous qe il a refusé et l’hautece de puissance, laqiele toz tens la vient contradite et molesté. Mais est escherniniment si ia vient seulement, por ce que il aloist et cuidoit aler vers la raisons de la verais beatitudens por mauveis chemins et si queroit ce que il desiroit en celle part ou il ne devoit, car bien est desvoiez dal droite chemins cil qui da cist monde quiert ce que il ne li puet doner en ce que nen est en sa balié. Et por ce cist tiels home” dist la dame “si convient si come homes desvoiez torner arieres de son mauveis et desloiauble chemins et si convient esgarder et seguir la droit voie d’aler a la verais beatitudens et, se il veut, ie lor monstrerai la verais beatitudens et la ou elle est et le compliment de toz les biens sanz aucuns defeit et, se il voudra, si la pora il bien conquerre et a voir com le divins adiutoire».


[CAP. X]


Coment la dame, voilant huimés monstrer en quoi repouse la verais beatitudens, si veut en tot avant envochier lor nome del nostre seignor Deus en son adiutoire, qui li doine sa grace de conoistre el demonstrer droitement en quoi repouse et demoure et cuit la verais beatitudens.
 

«Da ceste partie» dist la dame a Boeces «mon filz ie t’ai promis de monstrer et monstrer te voi quiel chose est verais beatitudens. Et si t’ai dit et ancore le te di que elle est moltitude et compliment de toz les biens sanz manchamenz ne defeit. Car en li est tot altitudens et tante puissance et toute richece et toute sufficence et toute honors et toute dignitez et toute ioie et toz biens sanz defeit aucuns, si que toz les autres choses nos eschernissent et beffent fors ceste verais beatitudens en la quiele, com dit [est], se trueve les compliments de toz les biens sanz manchamens aucune. Mais ie pense bien en moi meisme» dist la dame «que tu as desiance de savoir en quoi repouse et demoure ceste si grant chose». «Certes», dist Boeces «ce nen avais iamés a merveille ne mie s’en doit mervoillier, se ie sui desiros de savoir ou puet demorer si grant chose, com dit est». Lors parla la dame et dist: «Platons dist en son tens une paroule que bien en doit estre loé, car il dist: ou bien ou longe sermons que l’ome voille fere ou conter, sempres doit son comencement fere en Dieus. Or donques que scemble toi que, ie qui voil de si grant chouse conter, ai a fere?» «Certes» dist Boeces «il moi seemble convenable chose que nos en ce envoichier le nom dou nostre signer Deus, sanz le quiel nul droit exordre se puet iames comencier» «Droit parles» dist la dame «car deigne chouse est que en cist mon comencement clame le nome dou nostre seigner Deus. Et por ce le clame et ie te di: he! douz seigner Deus qui trestoz le monde gouvernes de raison, et qui as la mesure de la terre et dou ciel et qui permains in eterne et gouvernes droitement toutes les choses, quant tu fais concorder la esté com l’enver et atempres le froid com le calor et lievres la liegerece de la flame en haute et la grevece de la terre deprimes a basse et, en mi le cors, governes l’armes, la quiele riege l’autre triplice nature et les autres choses declines et les fas tenir a basse et ancore, quant il te seemble, le fas torner a haut en sa raisons, por quoi tu decernes les armes humains et por qoi l’une dure meins en le cors que l’autre? Pere de grant puissance et de toute pieté, ie me torn a toi et toi pri que tu com moi doies estre et doner moi a conoistre et a demonstrer le verais lux et la verais beatitudens, en laqiele est tonz biens sanz aucuns defeit, tu qui es comencement et mez et fins de toutes choses».


[CAP. XI]


Coment la dame monstre quiel chose est la verais beatitudens et en quiel chouse elle repouse et demoure. Et sache chascunz que, se Boece est desormés en ce que est plus grief a dir et de plus poderouses choses et sentences de cielles que iusque ici a esté dit et a translatier au plus clerement que ie onques mes porai, selonc que la ponder[os] tez de ses sentences porra soufrir.
 

«A monstrer toi» dist la dame «la ou est et la ou demore la verais beatitudens, si te convient tout avant estre content et confessier la verité. Ce est que pois que le monde com toz ses biens est chose defecti ve il est mestier que il soit un compliment, le quiel soit come fontaine vive, comencement et nasciment de ces autres defectives choses et dal quiel aient comencement et nasciment toutes ces choses defectives et da quieles ces autres menoires choses de derivent, com da son principe. Mais la ou habite ces meilorament de cist compliment de bien et comencement des autres choses? Cil est cil que tu desires a savoir. Et ie le te dirai: tu sais bien que ie t’ai ia dit que la verais beatituden si est et a son soi toz biens sanz defeit et apres ce sais tu bien toz les saies et toutes les generacions des genz s’acordent que Deus le soverains est bien sanz defeit. Or donques se conclure et apart que en Deus repouse et est le verais beatitudens. Car le soveirains bien est la verais beatitudens et Deus est le soverains biens; donques est la verais beatitudens en Deus, si que Deus est le souverain bien et la verais beatitudens soz une meisme sostance. Et ces trois nome sont une meisme chose, car plusors choses diverses ne sont mie une chouse meisme. Mais en Deus et en la verais beatitudens et les soverain bien nen se trueve aucun diversitez. Donc sont il si une meisme chose que en Deus repouse le souverains biens et la verais beatitudens. Et sache canscuns que la dame toche ici une raison mout soutile, en la quielle elle seemblait touchier que cascuns que droitement estoit beez de verais beatitudens, si avoit dedenz soi Deus enformnez; ce se porroit bien prover por verais argumenz. Mes ie ne voil ore, entre genz laiqe, perseguir ceste matire, ançois me clame contens de ce que dit en ai».


[CAP. XII]


Coment la dame monstre ancore ici que honors et dignitez et puissances et ioie et gloire et reverence et richeces et sufficience et delit sont une meisme chose et tot ensemble si sont en la verais beatitudens, et coment l’ome qui veut avoir l’u[n]s de ces no mes, sanz toz les autres, ne puet avoir verais beatitudens. Coment tot ce qui l’ome desire, si desire il por desirance de pervenir a la verais beatitudens, c’aveigne qe l’error desvoie da la verais beatitudens, nondemeins chascune home la desire molt voluntier.
 

«Autre foiz l’ai ie touché et ancore ie te di» dist la dame «que honors et dignitez et puissance et richeces et sufficience et ioie et reverence et gloire et delit si sont une meisme chose, si que, por nulle maniere, se puet partir. Mais come indivisible concordance sont toz fermées en la verais beatitudens, si qe qui veut avoir l’un de ces nomes sanz l’autre, nen poent iamés venir en la verais beatitudens. Et si voil» dist la dame «que tu saches un autre chose: que tot ce que les genz de cist monde porchacent ou il est bons ou il est a seemblance de bien, si que en tot que l’ome fait et porchace et desire, si est son cuer en avoir bien. Et tot soit que sovent l’error desvoie l’ome por sa folie del biens, non demeins, com dit est, si est le cuider d’avoir le biens, la final ochaison por laqiele l’ome fait tot ce que il fait en cest monde. Et avi<ent> ensinc en l’afer des homes com avient de l’home qui a volunté de chevauchier, por ce qu’il cuide que la chevaucer li soit sains et en le chevaucier cuide trover santez. Car voirement il cuirent le chevaucer, mes plus cuiert sanitez, car, soulement por ochaison de porvenir a la santez, cuiert il le chevaucer. Et aveigne que il erre en tant que le chevaucier, leqiel il cuide qu’a lui soit sains, li soit tot le contraire. Ne demeins si est son cuer desiros d’avoir la sanitez, si que ie nen desire plus n’el chevaucier que il fait ne autre chose come il fait la sanitez, por la quiele il chevauce. Et ensint est del home qui porchace aucune chose por la quiele il cuide venir a viens. Ordonc» dist la dame «est grant chose le biens por lequiel porchaces l’ome toutes autres choses, cuidans por elles a bien porvenir. Ançois soit que il souvient aveigne que il chemine por tiel voie por la quiele il s’aslonge dal bien la ou il cuide les biens trover. Et ensinc adevint droitement al home qui cuide por le monde et por le porchace et por la desirance des choses terrienes porvenir au biens de la verais beatitudens, car il erre trop fort, car iamés, por tiel chemins, ne poira trover verais beatitudens. Car ben soit ce que son cuer soit de pervenir a la verais beatitudens, nen demeins, si s’en desvoie son desvoiable chemins et son error et sa folie que il feit en l’amor et en le porchace et en la desiance terriene. Et por ce est” donc dist la dame “bon a fermer son cuer et envoier son porchace et son chemins laou bien ne puet iamés errer de porvenir a la verais beatitudens, si com avient quant l’en ferme son cuer, ie noie son porchace et son chemins en la voie de Deus et en la observance de ses comandamenz et de ses conseilz”. Et sache cascuns que la dame dist ici que en Dex et en ses comandamenz se trueve le chemins d’aler a la verais beatitudens. Mais ne por quant la dame nen raconte elle en le livre de Boece les comandamenz et les conseils divins, por ce qu’il sont en maint leus racontez en la divine scriture. Mais ie translateirre de Bo[ece], si le voil raconter ici en somme au plus briement que ie porai, por ce que ciste oevre, au meins as laics, soit plus vive et plus profitable.


[CAP. XIII]


Coment l’auctors de ceste translacions veut ici monstrer le X comandamenz de la loi divine et les generals comandamenz de la dileccions de Deu et del Prosme, qui se truevent en le vielz testament et aucuns doctrine des conseilz et de la profeccions del Novel Testament. Et coment la dame ne les raconte elle a Bo[ece] por ce que il sont clerement racontez en la Divine Escriture. Mes l’auctor de ceste translacions en cist leus, en la quiele il se convient assez bien, les veut raconter por acheison que ceste oevre soit au meins es genz les quieus 1 plus vive et plus belle et plus profitable.
 

Selonc ce que dit ai, la dame ne raconte en le Boe[ce] les comandamenz ne les consoils divins, ou por la ocheisons que dite est ou por autre. Mais ie por la utilité que ie t’ai dite, les voie raconter ici. Or saches donc qe dominedex dona sor le mont Synay ces dis comandamenz leqeus sont les principaus comandamenz de la loi divine:

Les premier est que tu ne doies aorer né soleil né lune né ydoles nè autres choses fors le vive et le verais nostre Seigner Deus.

Le segont est que tu en periure ne en autre guise ne dois avoer le nome del nostre Seignors envains.

Le tiers est que tu doies laborier sis iors, mes le setiens ior, leqiel tient hui la eglise la diemange, et les autres festes comandées doies tu santifier et nen aovrires tes ars corporeles.

Le quert est que tu doie honorer ton pere et amer ta mere.

Le quint est que tu ne doies faire homecide.

Le sest est que tu ne doies faire furt.

Le setiens est que tu nen doies faire fornicacions.

Le otiens est que tu nen doies rendre faulz testimoine contre ton prosme.

Le noviens est que tu nen desire la moilier de ton prosme.

Le desiens est que tu nen desire les autres choses de ton prosme.

Les generals conandamenz.

Les generals comandamenz que Deus comande apres ces dis, si fu que tu aime Deus de tot ton cuer et de toute ta arme et ton prosme si come toi meisme. Et en cist generals comandamenz si est la carité de Deu et del prosme. Et encore i sont compris totes les lois et toutes les profecies, si com dit la divine escriture. Car, selonc les Apostres, la plenece de la loi si est la dileccions: et aveigne que l’en doit a son pooir sostenir et amer son prosme besoignos quant as terrienes choses. Sor toutes biens le doit l’en amer et desirer et prochacier, a son pooir que il aie, la saluz de sa arme, car celle est la some vertuz de caritez a desirer la saluz del arme de cascune selonc que dient les sainz. Et beéz l’ome soulers qui a grace de Deus en ouserver ce dis comandamenz, et, apres ce, d’avoir droite entiligence et observance de les generals comandamenz de la dileccions de Deu et del prosme. Car l’ome seulers qui com l’aiuctoire de mens l’oserve droitement, si viv a cist siegle selonc iustise et ancore sent de celle perfections en la quiele puet sentire home seulers. Mes l’ome qui plus perfetement veut seguir les conseilz et l’arme de Crist a son et ouserver les conseilz de la perfecions, les quieus sont maint, mes les auquanz des plus principaus raconterai ie ici.

Le premier est que tu doies leisier le siegle et toutes tes richeces et tot propre et seguir le voie de Crist. Los conseils de la eglise tient hui en l’intré de la licite et approvée religion et en ouservance de mout caritative perfeccions, metaut l’ome religios en Deus tot son entendiment et toute ses oeuvres continuement et sivant povertez, hobedience et castitez.

L’autre est qee dois volure l’autre gaute ou mausille a cil qui toi fiert sor l’une.

L’autre est que doies lausier ton pere et ta mere et ta moilier et tes freres et tes parenz et tes amis por seguir la voie de Crist.

L’autre est que tu doies rendre bien por mal.

L’autre est que tu doies laisier en la place la cape a cil qi toi demande la cotte.

L’autre est que tu doies orrer por tes anemis et por tes persecutors.

L’autre est que tu nen doies avoir solicitudens de ce que tu doies mangier au boire au vestir, car le pere celestial si sa mout bien que tu as besoignes de toutes ces chouses.

L’autre est que tu doies ratifier ta char com tes vices.

L’autre est que tu doies laisier tes venciances a Deu leqiel est cil qui retribuera.

L’autre est que tu doies orer continuement sanz entermissions.

L’autre est que tu soies simples come la columbe por innocence et por no valor et soutilece ne mal, car en­sinc est simple et sanz felz amere, et que tu soies tu saie come le serpente en esporre tot ton cors por saovré ton chief, ce est la foi de Crist le quiel est le chief de ta sauvacions, car ensinc est saie le serpens qui esponre et doute tous son cors por sauver son chief.

L’autre est que saies que qui veut sauver sa aime de tribulacions temporals si la perdra meins.

L’autre est que tu saches que lors est bées l’ome perfez quant les genz les blasfement et le tient a fol et a forsenez se il soufre pacientement.

L’autre est que tu saches que un puet servir a Deus et a cist monde, car s’il aime le uns il convient que il aie haïne al autre.

L’autre est que tu saches que uns puet avoir greignor ca­rité com cil qui met sa aime por son ami.

L’autre est que, si come est imposible que le gramel entre por milieu de le pertuis d’une aguile, ensinc est imposible chose que le riche home entre el reigne des cels, sauve ce que nulle chose est impossible apres Deu.

L’autre est que non cil qui a comencé mais cil qui persevre en biens iusque en sa fins cil sera sauvez.

L’autre us et maint autres consoilz de meme se truevent en le novel testament.

Et saches ancore soz ce que ceste vie de perfeccions sie mout plus seure vie que celle des seulers et est de grant soavité en Deus et de grant profiz et delit spirituel al home qui a bon desponuz son cuer. Et ancore voil ie que tu noutes ici un amaestrement del apostre que dit: ferais le bien et esquiveras le mal, ce vient a dir que l’ome, por esquivier l’one et le mal, doit toz tens oevrer ou dir ou panser discretement aucuns biens.

Et ancore ne voil ie trespasser que tu sache une autre doctrine la quiele se trueve en la divine scriture, ce est que l’ome que vint a cist monde ou soit au siegle ou soit religions ne puet passer cist siegle sanz tribulacions et aversitez et al aime et au cors por le manches ou por la fragilitez humaine. Mes soz toutes biens est loé la pacience, la quiele en pes et benignement la prospere et la adverse venture et en ce se cuirent mout les vices del aume et s’en humilie mout le seignor Dex. Et ancore se refrigera plus l’ardor de la tribulacions, car qui apres la aversitez se done ancore dolors et afflicions, si acroist torment soz torment. Mais qui a son pooir quiert remedie et consolations a sa tribulations et a son pooir prent pacience en Dex si le soi troverai profit et al amue et al cor et por ce que nul bien se puet fair sanz la divine grace, si doit l’en cascun iors prier Deus que en ces choses ouservés done lui sa grace. Mais por ce que la nature humaine est si fraile chose que ne en vie seulers ne en vie religiose, nos ne savons garder sovent da desvoler le dreit chemin des comandamenz ou des conseilz divin, ne ne savons sovent gardier de pechier ve[r] Deus. Por ce nos convient et devons retorner a celle que est la segonde table, apres le naugragié ce est a la verais confessions et contricions et satisfacions, la quiele remende toz nos confessions.

Et ensinc as ormais veu le principaus comandamenz et conseilz divins, si tornerons ormés a nostre matire et a le proseguiment del Bo[eces] et conterons coment la dame comença a clamer ci qui ont forvoié le dro it chemins de la verais beatitudens. Et elle comence a clamer por ce que i doient torner a la droite voie de la verais beatitudens, laqiele, si com tu as escouté, se repouse seulement en Deus et en la ouservance de ses comandamenz et de ses conseilz.


[CAP. XIV]


Coment la dame comence ici a clamer cels lesqieus sont forvoiez dal droit chemins de la verais beatitudens et a conforter les qe il doient torner a la droite voie de la verais beatitudens.
 

En ceste partie comence la dame a clamer et dir: «Gardez en ceste part, gardez vers moi et a ce que ie vos di: Vos qui estes forvoiez de la verais beatitudens et vos qui estes pris de la tenebrie de cist monde, car en ci et en ce que ia vos di, troverez droit repous et chemins da aler au port de saluz, car toz ce que vos querez d’aur et de prieres precioses et d’autres biens terrienes ne vos puent tolir de la tenebre dau vostre cuer ne vos puet doner le biens ne la verais beatitudens que vos desirez, car le monde ne ses biens ne l’ont en bailie. Mais se vos desirez de porvenir a la verais lux de verité et au delit de la verais beatitudens, ce nos convient qerir et porchacier en Deus et en l’ouservance de ses comandamenz et conseilz. Or donc perseguez celle voie qui vos moine et conduit a celle lux, la quiele est fontaine de toz biens sans defeit, † ruines d’armes p. 153 † et aprés la quiele nus ne puet iamais errer. A la quiele lux, se vos demorez de aprés, vos poroiz dir que li soleil, a comparacions de li, soit tenebres”.


[CAP. XV]


Coment la Phylosophye monstre a Boeces qiel chose est le somme bien et coment le somme bien est en Deus et en veritez, et coment les biens ne la bontez ne puent durer en chose la quiele ne demoure en unitez, et coment Deus si est bontez et en la bontez si est et convient estre unitez, et coment toutes choses si desirent et s’èffòrcent de demourer en unitez et coment en ce elles desirent la bontez et por ce done desirent elles Deus, en cui est a la bontez et la unitez, et de ce se conclude que toutes les choses desirent la divine bontez.
 

Sor ce que ie vos ai dit iusque ici, si raisons ancore la dame vers Boeces por desclairer son cuer et amuevre elle d’entelligence de la veirité et por ce li dist elle: «Filz Bo[eces], quant l’en plus diversité en breu le parler de la verité plus le trueve l’en profetable et delectos. Et por ce te monstrerai ie, se tu veus, quiel chose est le summe biens dont, cha en arieres avons fait mencions. Car il me semble que l’en doit voluntier savoir quel chose est le some biens qui soit et qui iames poisse estre». «Certes, ma dame» dist Boeces «vos dites voir et por ce m’agrée mout que vos moi montrez ce que et por ce vos dites, car mout moi sera profitable delit l’oir, ie croi». «Et ie le te dirai donc» dist la dame «En sais» dist elle «que ie t’ai dit autre foiz et ancore le toi redi: que honors et puissances et delit et sufficience et toz les autres riens si demorent et durent en fermece et en bon estat, iusque tant que il sont en une meisme essence et une meisme unitez. Mes pois qu’il sont partis et deseurez et que il nen est en unitez, si se depart tantost le bien et la bontez da elles, car ia tant tost ne sont departiz et deseurez et a lor unitez come il se partent da bontez. Ne en le bien ne en la bontez ne poent durer se no[n] tant come il sont en unitez. Donc apert clerement, selonc ce que ie te di, que le bien nè la bontez nen demoure en chose laqiele soit divise et laqiele soit departie et laqiele ne soit en unitez. Mes en celles choses, qui est en unitez, ne puet faillir que ne soit bontez. Et ensinc est aperte chose que, se chose aucune doit estre bons, il convient que elle soit en unitez. Or donc demore la bontez en la unitez et la unitez ausinc en la bontez, si que celle, qui est en unitez, si est en bontez et cil qui est bontez si est unitez et en tant que, si come ia esté dit, nulle chose puet estre bone né demorer en bontez, se elle ne est et ne demore en unitez. Selonc ce por maintes raisons se puet aperte ment prover. Et primierement esgarde l’ome la quiele si permaint en nature humaine, iusque tant que l’arme pormaint el cors en unitez, mes ia si tost ne sera devisé l’arme dou cors, come la humaine nature est en lui desfaite et gastée, et encore le cors humaine est desfait et ne est plus cors, les membres sont devises et partiz li uns des autres. Et ensinc poons dir de chascune autre chose, car tant demore en sa bontez quant elle demore en unitez. Mais si tost come elle est devisez et desmuté si est failie sa bontez. Et si voil que tu saches» dist la dame «Que ceste unitez, que ie te di, si desirent toutes les choses qui sont com les bestes. Et trestouz les animals, si com tu pois veoir, cascuns iors si s’esforcent de vivre et demoure en unitez de lor vie et defendre lor saluz et eschiver le mort quant quilonques puent. Et ancore les herbes et les arbres si s’esforcent de maintenir lor unitez et d’eschivier lor destruiment. Et ce apert en ce que il declinent lor vertuz vers la terre et prendent le sug de la terre, par sus la lor radice la traent a soi nutrir et por mantenir lor unitez et por eschiver lor destruiment. Et encore s’eloient et nascent naturelment et plus voluntier chascune de ces herbes en cil leu qui mielz lor soit perdurer et por permanoir en lor unitez. Et ancore font elles ses semences por renaistre, quant elles deschaient, et por mantenir soi en unitez et eschiver son destruiment. Et encore veons que la flame del feu s’esforce a aler vers le feus por mantenir soi com lui et heve s’esforce de torner a la mer en la quiele elle cuide mielz estre conservée. Et ensinc apart que cascune chose creche ou soit sensible ou soit animée, voluntiers se torne a celle part ou elle puet plus durer et mantenir sa vertuz et sa unitez et eschivier son destruiement. Et ensinc pois tu bien huimés veoir que toutes les chouses desirent unitez et, se celle desirent unitez, donques desirent elles la bontez quant unitez nen est sanz bontez, selonc ce que dit est, et, se elles desirent la bontez, donques desirent elles Dex en le quiel est unitez et bontez toutes, si que les chouses desirent Dex en cui est sempre unitez et bontez.


[CAP. XVI]


Coment la dame redit a Boeces que toutes les choses desirent de durer et coment unitez est in bontez et unitez et bontez desirent Dex et toutes autres choses au sint; et coment Dexs est la fins et la final intencions de toutes chouses.
 

«A desclairer ce que ie te bee a desclairer» dist la dame «si convient que ie redie auquant de ce que dit est. Et por ce, selonc que dist, est que toutes les choses desirent de durer, et donc disirent elles unitez sanz laqiele elles ne poent durer, et ensint desirent donc ausi la bontez, qant en la unitez avons dit qi est la bontez, et qant sanz unitez ne demoure en aucune chouse bontez et donc por ceste voie desirent elle Deus, quant en Deus est toutes bontez. Si que, selonc ce que dit est, apert que toutes les choses desirent Deus en cui est unitez et bontez. Et ensint si est qe Deus est la fins et la finals entencions de totes les chouses. Or donc huimes le dubie, qui en toi estoit, t’est desclairez, quant tu avoies dubitez que il füst la fins te toutes choses. Mais or pois veoir apertement, car aveigne que ie me sois mise da luitans a voloir te moustrier quiel chose est Dex. A le porfins le t’aie moustré, quant ie t’aie moustré que Dex est la fins de toutes les choses, si que huimes te desclaire tiel chose en laqiele tu dubitoies. Et ensinc, por tien disputer, parvient l’en sovent al cognosciment de la verité».


[CAP. XVII]


Coment la dame lui desclaire de l’autre des trois questions, lesqieus elle lui propouse cha en arieres, quant elle demande com qieus regiment et con qieus chose Diex riege le monde et Boeces ne lui saup respondre. Elle i a dit qe Deus riege le monde seulement com soi meisme et sanz autre aiutoire et ensinc desclaire la dame cestes autre questions.
 

Ici paroule la dame vers Bo[eces] et dist: «Ma dame, se ie ne vos satisfis a la questions que par vos m’est orendroit demonstrée et desclairée, ne vos en merveillez, car ie estoie usée de savoir maintes choses les quieus, por le tormenter de mes aversitez, sont issue de memoire. Car ie ai esperance en vostre bon raisonament, leqiel ni est apartis remebrés que il ancore le sor plus moi remembrerai». «C’est bien verité» dist la dame «que maintes fois l’en oblie por dolouser ce que l’en savait d’avant. Et si me sovient bien que apres celle questions que ie t’ai orendroit desclairée, t’en fis une autre, a la quiele por le abundance de tes lermes tu ne moi seüst respondre. Mais [se] tu veus, ie te la pois desormés desclairer». «Certes» dit Boeces «ma douce dame, ie le voi mout voluntier et vos en pri come ma dame». «Ie te demandai» dist la dame «primierament se Diex regioit le monde, et tu me respondist que Diex, qui fist le monde, le regioit. Et en ce respondis tu droitement, car sanz rectorne poroit il durer et Dex est tant summe chose et buone, que legiere chose est a cuider qu’il soit cil por le quiel vient reguz le monde. Et cest point de ceste primiere de trois questions, que ie te fis, sais tu bien deviser, com dit est. Et ancore apres ceste pre­miere questions, si t’en fis ie une autre en la quiele, por la novelece de ton dolor, tu dubitas. Mais ici sus te l’ai ie orendroit desclairé. Et ancore, aprés les dites questions t’en fis ie une autre en la quiele ie te demandai com quiele chose Diex riege le monde. A laquiele, ainsi, por la spessitudens de tes larmes, te ne me seïst responsier. Mais por le grant amor que ie ai en toi, te la voie ie maintenant desclairer. Or te soveigne donc que ie t’ai dit que Dex est la summe bien et sanz lui nen est aucune bien. Or donc est de cuider, poisque en lui est le bien, qu’il riege le monde com autre que com bien. Donques ne le reige ie com autre que com soi meisme, quant il est le sovrains biens et quant sanz lui nen est bien. Et encore sais bien que tu ne moi contradi que Diex est onnipotanz et por soi seul puet faire totes choses. Or donc puet rieger et reg[e] por soi seul le mond sanz autre aiutoire fors le sien. Car se il vousist fors soi autre aiutoire a rieger le monde, donc ne serait il onnipotanz et toutes les genz, que la verité conoisent, si confessent de plains que Diex est onnipotanz et puet fere toutes les choses. Et ensinc t’ai ie ormés desclairez les question en les quiels tu dubitoies et si te di ancore ici une autre cose: quel nul puet contraster a Deu en son regimenz, ançois les guie il au son voloir selonc que a lui pleist».


[CAP. XVIII]


Coment la dame moustre ici a Bo[eces] une questions, ce est se le maus est auchune chose ou noient.
 

«Da pois que nos somes en traictier de questions» dist la dame «si est bon veoir ici breement d’une questions qui a ment m’est avenue, ce est se le maus est auchune chose ou se il est noient. Et en ce voie ie que tu sache que le maus s’est noient et de nul valiment. Car tu sais bien que nos avons dit queDiex puet faire toutes et ancore sai ie bien qe tu es certains que Dex ne puet faire le maus. Ordonc, poisque Dex puet faire toutes chouses et il ne puet faire le maus, donques le maus noient vaut. Car se li maus füst ou vausist auchune chose, donc le poroit faire Dex, que toutes choses et tot ce que riens vaut poit faire Dex».


[CAP. XIX]


Coment Bo [eces] respont a la dame de conforter soi por le granz argumenz et por la sotilité de son bien dire et coment la dame prest ancore a moustrer a Boeces autre raisons de Deu, et ancore que l’en ne doit metre sa entencions es terrienes choses et coment l’en doit refrener mautalant des vices. Et autres raisons dist la dame, si com vos oirez.
 

Ici dist Boeces a la dame: «Douce madame qui poroit estimer ne comprendre, se il nen eüst grant entendiment, le merveillox et le buen dir que vos avez ia conté cha arieres? Voirement moi avez vos si vancuz et trait a vos com vostre bien dire que il me scemble que vos moi trahez [et] envolvés quelque part que vos volez. Et si est si soutils et tornoiez de soutileces de sentences vostre conte et vostre raisonement que por demeins ne scemble il un mirable et tornoiable lamberint. Car vos entrez sovent en vostre dir por aucune entrée et apres, tornoiant por maintes soutilitez de raisons, si tornés et oisié raisonablement de celle meisme part por la quiele estoies entrez, que trop voudroit estre de grant entendiment celui qui nostre bien terriene peüst entieremnent comprendre. Car il moi scemble que vos m’avez convinte raisonablement et provez que verais beatitudens si est en Deus et ancore que Deus est somme bien et ancore que unitez si est Deus, et ancore que Deus est la fins de totes choses, et ancore que Deus est onnipotans et puet toutes choses, et ancore que nus le puet contraster son regimenz, et ancore que le maus est noient et de nul valiment, et ancore que Deux ne puet fere le maus. Certes se ie ne me voi enfendre, il me convient confesser que tout est voir ce que dit avez”. “Douze ami” dist la dame “ne vos doutez ia de ce que lamberint soit ce que vos ai dit. Ançois est claire verité a cil qui en oit le droit entendiment et si voi ancor que tu soies bien certains que Dex si est tout en totes choses et beés est cil home qui a sa lux puet venir et droitement atendre. Et ancore voil ie que tu saches une autre chose: ce est que les nomes por les quieus le[s] ai nomez cha arieres, le nostre seignor Dex, et sont droitement propre a sa bontez e a sa puissance. Et apres ce si vos redi ie que ce autrefois est dit cha en arieres: ce est que cil home riege et est droitement beés, le quiel puet son cuer si afrener que il n’en regarde ne atende ne aerde son cuer ne son amor ne son entendiment ne sa affeccions a cis miser munde et le quiele puet continuement tenir son cuer et son delit et sa affectuose entencions si fermement a Dieus, qu’il ne le retorne et nen l’aerde a la scremiouse miseirie de cist monde. Et ce vos voi moustrer por une maniere laquiele est asséz et licite et utiles en totes phylosopyes et bones doctrines: ce est por la similitudens d’une anciane et auctoreistre fable, la quiele fable est tiele. Or sache que il se comte que il fu ia dit home qui avoit nome Olfeus et cil Olfeus si avoit une moillier la quiele il nen amoit mie petit, car il l’amoit plus que son ne autrui, car ia ne cuidoit veoir riens quant il ne la veoit. Mes a lui avient ce que avient sovent a cil qui ont une chose qui soz toutes riens lui agite, car sovient la perdent avant que toutes ses autres choses. Et ansi avient a Olfeus de sa moillier, car elle morut. Mais se il en fist dolor et se il en ot torment ce n’est a demander, car le plors que il faisoit seembloit une tempeste. Il ne demoroit mie en sa chambre a plurer priveement, ançois demoroit soz le monument a brair et crier apertement. Mais, nos dirons, por aventure il rommoroit seulement le iorz et ie vos di que de noient parlez, car il demoroit et nuit et iors si che ia por paure des leons né de serpens né de sangliers ne de autre riens, ne le laisoit. Et iluec demoroit tiel pitié et tiel clamor et fesoit tiel complainte que, qui l’eüst eschouté et n’en est seü la ocheison, si n’eüst ehue grant pitié. Mais cil qui la ochaison savoient s’en rioient et ne avoient mie grant tort. Tant demora Olfeus sor le monument que une des aversiers de l’enfer vint une nuit a lui. Et quant Olfeus le vit, il ne s’en est esbahi de riens, ançois li demanda tantost se il savoit riens de sa mollier et le spirit li dit que «oil mout bien car ie l’ai mout bien governée dedanz mon enfer». «Hai Deus ami» dist Olfeus «or prent donc quanque ie ai et moi maine la ou elle est e le me laise seulement veoir». «Ce ferai ie mout voluntier» dist le ennemi «se tu auses venir apres moi». Quant Olfeus entendi ce, il ne fu mie espoentez de riens, ançois se mist a aler apres l’enemi qui s’en aloit grant aleure vers l’enfer. Et quant il furent vers l’enfer et dedenz, si comença por la enz la risea si tres grant que ia ni estoit diable si brusez qui se peüst tenir de rire de la forsenée ioie que fist Olfeus de sa moullier. Lors dist uns de cil de l’enfer primierement as autres. «Nos poons fere le plus bel soulaz dou monde de cestui feit. Donons a Olfeus sa moillier en tiel coraiant que il s’en aile come lui, ne ia por paure ne por autre chose qu’il voie ne que il oie ne qu’il sante, ne se doit volvre ne gardier ariere, vers l’enfer iusque tant que il sera en sa maison, et, se il se volve a gardier arieres, si perde sa moillier et s’en aile sanz lui. Et ie lui i cuit bien fere un si ysdos et spaventos sculas apres ses espaules, que il ne se savra tenir de volvre soi et esgardier vers l’enfer. Et ensinc poons veoir risea de la tempeste et de la forseneure que il feira quant il perdra sa moillier autre fois». A cist solaz fere s’acorderent tuit les autres de l’enfer. Et ensinc, come il orderent, le firent maintenant, car il laisse toute sa moillier a tiel convant, com dit vos ai, venir Olfeus qui ne fesoit mie petite ioie. Mais cil enemi qui bien le savoit fere, lui fist un si ysdos et spaventable ygrons d’arieres aprés ses espaules que ia nen fu Olfeus si seüre ne si ioisos que ne obliast tantost la ioie que il faisoit et sa mollier aufint et de la tres grant paor qu’il oit se volve arieres asgardier cel mortel espaviment que il sentait venir et aprés ses espaules et ensinc por son gardier arieres perdi ancore sa mollier. Et pois s’en vint et torna soz le momument forsenant et braiant, si fort come se le grant diable ce tenist.
 

EXPLICIT LIBER TERTIUS BOECII.



INCIPIT QUARTUS


[CAP. I]


«Et ensint avient» dist la dame «a cil qe s’en vont vers la maisons, ce est vers le paradis, com sa moillier, ce est com la verité (et com la verité) et com la carité et por une quelque paure, laquiele feit le stridor mondains, et apres il perdent lor cuer et son regart de la verité et volvent son cuer et son regart et tot son entendement vers la miseirie de cist monde. Et por ce est beez, com vos ai <dit>, cil qui est si costans que il tient ses euls et son cuer et son entendiment vers la verité divine ne ia por sibler ne por spaventer mondains ne por autre chose ne volve ne aerde sa ment ne sa affeccions vers l’error de cist monde! Et si vos di» dist la dame «que, poisque l’ome a conoisance de la verité, gratiouse chose i est se il a cele, se tient et da sa foilie vient, se il da celle se part».


[CAP. II]


Coment Boeces si mot ici a Phylosophye un dubie molt fort, le quiel le fait fortement merveillier, ce est coment puet estre qe le seignor Deus, le quiel est si droit seignor, et porte que les bons scemblent por demains a avoir toz tens soulement maus et les mauveis seulement biens. Et coment la Phylosophie lui repondi et dist que ce ne estoit mie voir, ançois estoit tot le contraire.
 

Toutes ces raisons, que vos avez oiées, dist la dame a Boeces, por doner a lui confort de ses dolors. Et to[s]t que Boeces fust auquant confortez, non demeins il avoit esté si grande et si nuove la abundance de ses aversitez et le turbament de sa ment, qu’il por celle ochaison avoit plusors grant dubies en son cuer. Et entres les autres n’avoit une, ce le faisoit si turber en soi meisme que ia ne lui scemble que il posse iamés estre consolez avant que cil dubie lui estoit esclargiez. Et por ochaisons de cil dubie comence il a garder vers la dame et a parler auquant conturbeement et dist teus paroules: «Hai Dieus» dist Boeces «com il moi scemble grant mervoille et come cil qui ament, iustice et qui desirent raisons et droit se puent merveiller de ce; il voient avenir por demeins continuement, car cascuns puet veoir que la follie et la mauvestrie des mauveis homes vient locé et aprisée et exautié et car nos veons avenir que ce lui vient plus redontez et prise et honorez et profitez et exautiez qui peiors engaus et peiors oevres seit fere, si que les eniques genz ont toz iors honors et biens et prosperitez et lor valoir et de l’autre part la vertuz et la bontez des bons nen a bien ne fins aucuns de biens ne de honors de son bien fere, i vient ançois tollue sa raison dax mauveis et vienent conculchés et maumenez et subiugez les bons toz tens da cil qui iamés ne font autre que mal. Dont il avaient que le regeherdons, le quiel recoillent la bontez des bons, si est da estre subiugez et maubaliz toz tens daus mauveis et ensint se truevent toz iors les bons ne avoir honors ne bien ne son valoir, ançois ont maus aversitez et deshonors. Et por ce moi scemble estre en ce non mie petite mervoille ancois moi scemble merveilouse et espoentable chose quant ie pens que le seigner Deus, qui est si bons et qui totes choses riez et governe, et porte ce que aviegne en l’ordre de son regimenz”. Quand Bo[eces] ot dit et finis ses paroules et la dame respondi et dist: “Voirement dist tu voir, Bo[eces] car il ne seroit mie da passer sanz grant merveille et sanz grant dolor et poine et paor, se il avenist ensinc come tu dis, ce est que le regiment de celui qui est sei­gnor dou monde se trovast tiel sovertisons et tiel mesaventure, come tu contes et come le comun des genz cuident. Et se il avenist que en son riegne et en sa gentil maison füst tiel de soz denancé, que les taides et vils et paubres vaiseliment demourassent en sa plus privee chambre et les vaiseliment dou pur aur demorassent vilment en la laide mestier de sa cosine. Mes il nen est mie voir ne nen est da croire por home, qui aie entendiment, que en si noble regimenz soit desordenance. Et si tu desclares tant ton cuer que tu poises droitement entendre la seignorie ordenée dou Seignor Deus, tu confesseras ce que ie te di en veritez et veras apertement que les mauves ont tans maus et les bons ont toz iors bien. Et por ce bee ie a moustrer la ordenance de la nouble et solemne regiame devins et le regimenz de la divine seignorie. Et a ce voir te cuit ie trover tiex elles, lequieus reporteront ton cuer si en haut que tu verais apertement que les bons ont toz tans bien et les mauveis ont toz tans maus. Car ie voi bien que tu sache» dist Phylosophie «que te ie ai benes et helles qui volent si ad haut que nulle biens le soit que le puet destenir que elle ne volent a haut sus en l’air q’elles moi portent sor toz les nubles et ancore trespas ie soz toz les terrienes choses et sormont ancore la grant masse des eves, qui est vers la partie dou ciel et ancore trespasse la grant aunance dou feu, qui en celle partie est estenduz, et ancore sor mont ie soz toute la lune et trespas ie soz tout le soleil et sor toz les autres planetes et ne define iusque tant que ma speculacions et ma contemplacione pervient iusque al soverain ciel, en le quiel reigne nostre soverains seignor Diex le quiel reigne, et nouble et delectable soz toutes autres riens creéz. Et de cil leu esgart ie et voi apertement que chascune bien si a en soi verité et si a toz tans bien et ioie et puissance et son desir et que chascuns tyrans et mauveis si est florde et engans et si a toz lors maus et tormenz et non a puissance ne son desir».


[CAP. III]


Coment la dame moustre por raison .VII. que le mauveis ont toz tans maus et nen ont puissance de lor desir et les bons ont toz tens biels et puissance et son desir.
 

«Ce que ie t’ai dit» dist la dame «ce est que les mauveis ont toz tans maus et nen ont puissance ne son desir et les bons ont bien et puissance et lor desir te voi ie moustriere. Car se ie ne le toi provasse por raisons, por aventure, tu ne le mie creroies. Et por ce te cuit ie fere ceste prove por VII raisonables raisons de quìeus est bon veoir ordenement de chascuns por soi.
 

La prime raisons por la quiele la Phylosophie moustre que les bons ont toz tans biens et puissance et lor desir et les mauveis ont maus et nen ont puissance ne lor desir.
 

La prime raisons que moustre que les bons ont tout tans biens et puissance et lor desir et les mauveis ont maus et nen ont piussance ne lor desir - dist la dame - si est tiele. Car tu sai bien que a pervenir cil effeit et au complir d’aucune chose, si veut et le voloir et la puissance del complir et del pervenir a l’effeit de la chose. Et apres ce, sas tu bien, selonc ce que nos avons la prove cha en arieres, que chascun home, et bons et mauveis, si a desiré et desire le bien. Mes la puissance nen ont fois les bons, car les bons seulement si pormanent a cist son desir de bien. Mes la puissance nen ont fors le bons, car por bien ovrer est aperte chose que il parvienent au bien. Mes li mauveis nen aparvienent iames, mentre que il sont mauveis, a cist son desir de bien, car por mal ovrer est manifeste chose que il ne se puet parvenir au bien. Et ensinc apert clerement que les bons, faisant les bien, ont puissance de pervenir a son desir, ce est au bien. Mais les mauveis, faisant les maus, nen ont puissance de pervenir au son desir, ce est au bien, le quiel desirent et bons et mauves, si com dist est.
 

La segonde raison por la quiele la Phylosophye moustre que les bons ont bien et puissance et lor desir et les mauveis ont maus et nen ont puissance ne lor desir.
 

La segonde raisons que prove celle meisme que dite avons, si est tiele: car bien savons quel home que naturelment est despouz a fere auchune chose, si la fait legierement, mais celui qui naturalment nen i est desponuz, ia de legier nene la pourra iamès faire, si come l’en puet veoir, por esemple, en l’ome le quiel a piez, le quiel si va a son chemin mout bien, por ce que nature si a doné aus piez l’office d’aler. Mais l’ome qui nen a point des piez se il se met a aler aus mainz, iamais de legiers nen porra bien aler a son chemin, por ce que nature non a doné as mains l’office de l’aler. Et ensinc adevient del home bon le quiel vait au bien legierement por bones ovres, por ce que nature si a doné as bones ovres l’office d’aler au bien. Mais, selonc mauveis seulement com mauveis ovres se met a aler au bien, mentre que il sera mauveis et que il sera mauveises ovre, ne porra pervenir ne aler au bien, por ce que nature ne a doné aus mauveises ovres l’office d’aler au bien. Et ensinc apert que les mauves home por les mauveises ovres ne ont naturelment puissance de bien et nen ont lor desir de bien.Ce si ont les bons homes por les bones ovres.
 

La tierce raisons por laqiele la dame moustre que les bons ont biens et puissance et lor desir, car nen ont les mauveis qui ont puissance de noient.
 

La tierce raisons de ce meisme que nos ici provons, si est tiele, car bien te doit membrer, selonc ce que cha en arieres fu prové, que le mal est noient et de nul valiment. Or donc les mauveis, qui ont puissance de fere le mal, ont puissance de noient, si que la ou les bons, qui ont puissance de fere le bien, si trovent puissance de pervenir as grant choses, ce est de pervenir au biens, si avient que les mauveis, qui ont puissance de fere les maus, si ont puissance de fere noient et de nuls valiment. Donc apert que cil qui ont puissance de mal fere, ont puissance de noient et de chose qui est del nul bien et de nul valiment.
 

La quarte raisons por la quiele moustre la dame que les bons ont bien et puissance et lor desir, ce nen ont les mauveis.
 

La quarte raisons que a ce meisme se fait, si est tiele la ou les bons, com dit est, ont puissance de pervenir au bien et sor tot, ont repos et pes en sa conscience. Si voil ie que tu me croies que cels mauveis, les quiex tu veis demourer en haut en grant seignories et dedenz ses granz choses cortes et leqiex se porchacent seulement com armes et com mal et les quex gardent les genz com fiertez et com torz sorcilz et com neis auciez et les quex scemblent menacéer a tout le monde et les quiex seemblent avoir toz lor plaisir, saches por voir que toute lor vie et lor estat est pleins de mar[i]tudens et de mal et d’affliccions et peior assez que tu ne cuides, car il ont dedenz en son cuers dolors et affliccions de mort: car continement les ard la luxure et les conturbe la ire et les destorce l’odie et le consumme l’envie et les debat la superbe et les afame l’avarice et les corode l’ocie et les delinquis la gule et sont toz tans souponuz a le seignorie des vices. Or donc celui qui est sozponus autant mauveise seignorie, coment puet nul dir qu’il soit en sa poesté ne qu’il aie puissance de fere son voloir? Certes il nen a puissance de soi meisme, né la moutitudens de ses mauveis voluntez ne puet il complir des .C. l’une, si que il se trueve sanz bien et sanz puissance et sanz son desir.
 

La quinte raisons por la quiele moustre la Phylosophie que les bons ont bien et puissance et lor desire, ce ne ont les mauveis.
 

La quinte raisons, por la quiele se fait la sordite prove, si est tiel; car nos veons que cil qui corent al paille si i corent a entencions et por desir d’avoir la paile et cil qui l’ont, si n’ont bien et ioie et feste, mais cil qui n’el ont, si n’ont et dolors et affliccions. Et ensinc avient ansi que le mauveis et les bons corrent por la ioie de ses ovres chascuns a entencions et por desir de parvenir a avoir le bien, selonc que ia esté dit, et les bons, les quiex permanent au bien si en ont et bien et ioie. Mais les mauveis, qui au bien ne permanent iamés, si en ont mal et dolors et affliccions, car certe chose est que il fuissent le mal ne s’aprossime[nt], ançois s’aloignent dal bien. Et cil qui ne s’aprosme au bien, convient qui il aie maus. Et ensinc apert que les bons pervien[en]t a lor voloir et nen ont le bien et les mauvés ne parvient a lor voloir et nen ont le bien..
 

La sieste raisons por la quiele moustre la dame que les bons ont bien et puissance et lor desir; ce nen ont les mauveis, ançois sont come noient et pis que bestes.
 

La siexte raisons por la quiele nos moustrons ce que sovent dit est, si est tiele: car selonc ce que nos avons prové, ça en arieres les maus si est noient et de nul valiment et les mauves ne sont autre que maus: donc sont il noient et en tant sont vil chose qe il sont por droite similance disprecez et similez as bestes et as bruts animals. Car cels qui tribute[n]t et deroubent l’autrui por la lor rapacitez, sont asimilez as lous, et cil qui ont sa lengue corrumpue as tençon et a mal dir por la lor lait[r]ament si sont assimilez as chiens et cels qui ont corrumpue la lor ment a frauder et a enganer autrui, por la lor fraudes et mauvès engign, si sont assimilez as voupes et ciel qui ont mauves ouvres de ire por la lor fierté, si sont assimiles as leons et cels qui se laisent rebutier d’au bien por la vaine paoure de cist monde por le lor frevol smarir si sont assimilez as leuvres et as capriols et cel qui sont toz tans pigres au bien fere por la lor piegrece si sont assimilez as asnes, et cels qui son encon stant et qui me ont constance en bien por la lor mutable et variable enconstance si sont assimilez as oiseus, et cils qui sont doné a luxuire tot que senz autre similitudens nos le poons laisier en lor † combutuire †, ne demeins, por la lor laide vie si se poent assimiler bien as porz. Et ensinc chascuns autre home mauveis, selonc qu’il est, ses vices puent estre assimilez as bestes, si que dir se poit droitement que, poisque humanitez est corrompue en les mauveis, que il sont come bestes et come noient.
 

La setiens raisons por la quiele moustre la dame que les bons ont bien puissances et lor voloir. Ce nen ont les mauveis quant en els ont tant defeit que ses vices lor emblent la vie et le cuier plus que ne fait le venins. Et ceste prove fait la dame por .I. esemple de une anciane fable.
 

La setiens raisons que moustre ce que nos avons dit si est tiele: car là ou les bons ont bien pooir de son anme et de son cuer, le mauveis nen ont auchun pooir, ançois lor emblent les vices le cuer et l’anims plus que non fait le venins. En ceste prouve por l’esemple d’une anciens auctoriste fable la quiele est tiele: Il fu iadis un home qui avoit nome Naracie. Ceste Naracie por aler en une soe besogne, se mist com sa maisnie au chemins de la mer. Mes la fortune et la tempeste et le grant vent de la mer le menerent outre son gré, en une isle de une dame qui estoit fée. La quiele fée lor abeuvra de une tiele poisons et de une si venenouse bevande qu’il deventerent trestoz bestes, si que li uns devente leons, li autre porc, li autre leons, et li autre ors, selonc que a lui fu agré. Et ensinc nuls d’els remest qui ne devenist ou une beste ou une autre et ensinc avint que les venins de celle bevande si comuta toz les cors et la figure humaine de Naracie et de sa maisnie. Mes le cuers et les annes d’els nen ont la poisons pooir de comutier, car chascuns d’els ensinc beste come il estoit deventez, si avoit le sens et l’entendiment qu’il avoit davant et conoisent le mal qu’il avoit, si que le venins tout qu’il eüst puissance de comuter le cors non [eüst puissance de comuter] les animes. Mais les vices des mauves homes est manifeste chose que il comutent bien les anmes et les cuers, car aveigne que les vices laissent as mauvés les cors et la figure corporeil. A lor convient † liuvrement † les cuers et les anmes com ce soit que les anmes soient assez plus digne chose que les cors, dont sont les vauveis homes et en peiors condicions, car cels qui ont beuz le venins, car cil qui le venins ont beüz sanz corupcions de la noblece del anme perdent seulement la fragilitez dou cors, mais les mauveis qui ont en soi les vices sanz la corrupcions de la fragilitez dou cors, perdent la noblece del anme, por la quiele chouse apert mout le mal, ce grant fet la miseirs dels mauves de cels qui sont pleins de vices.


[CAP. IV]


Coment Boeces respondit a la dame que mout li despleit de la puissance des mauveis ad oevrer les maus et coment la dame li dist que ce estoit por le peiors dans et coment Boeces dit qu’il estoit grant peril de sa puissance dou mal et que la dame est que la mort vient, si tols a lui la puissance et coment le mauves poroit estre liez se il mouroit tost.
 

«Certes» dist Boeces «assez apert por nostre raisonable dir que les mauves sont en peiors condicions que les bons, mais une chose ont il qui mout me despleit ce est la puissance qu’il ont au meinz de oevrer les mals» «A ce te respont» dist la dame «Or saches qe ce est por le peiors d’els, car se li est grant doumage seulement a desirer le maus, donc i est ancor plus doumage assez a pooir le complir». Dist Boeces «Cist est grant peril se il dovient toz tans avoir puissance et bailie de mal». «Certes» dist la dame «ce ne avendra ia mie, ançois nen est caschuns si mauveis que nen perde plus tost que il ne voudroit la puissance dou maufere. Car la mort, qui tost vient, si lui a toult la puissance d’ovrer le maus. Et si te di une autre chose: que se les mauveis homes eüsent droite conoisance de lor estat et de lor vie, il poroient estre mout liez quant plus tost moroient. Et por ce que se le maus ovres i est, come li est, grant doumage, donc est le vivre et le perseverer en le maus ancore plus doumaie d’assez. Ordonc pois tu veoir que la bailie de lor maufere lor failira tost et quant il plus vivent et perseverent en le mals si est le pis d’els.


[CAP. V]


Coment la dame dist ancor a Boeces que piz avient as mauves en demorer grant tens en ovrer les maus sanz poine que se il fuissent puniz et monstre raison por quoi.
 

«Ancore te di ie une autre chose» dist la dame «que plus est misere la vie des mauves quant il demorent grant tens en oevrier les maus sanz poine, que se il s de ce fuissent puniz. Et mielz vient ce cil qui sont puniz quea cil qui s’en passent sanz poine, por ce que la poine, por sa iustice, si a bien en soi et done et donc fraine les maus, car elle atemoris les autres mauves et ancore medicine elle et amende sovient le cuer qui est mauves de celui qui la sostient. Mais celui qui loing tans demoure en les mauveises oevres si s’avenines plus et plus s’emplis de vices et plus merite poine de son maufere, si que provée chose est (provée chose) est dou mauves que le peiors d’els est, com ia est dit, a demourer en le mal sanz poine, que nen seroit se de ce il fuissent punis.


[CAP. VI]


Coment Boeces demande la dame por quoi elle ne disoit des poines les quieus auront les mauves en l’autre siegle et coment la dame respondi a ce.
 

«Ie me mervoil» dist Boeces «de ce que vos ne dites a moi auchune chose de ces poine et de ces tormenz les quieus avront les mauves en l’autre monde, quant il seront trespassez de cist siegle». «Tu sais bien» dist la dame «que il avroient a cil tans poines, les quieles ne se porroient deviser por lengue d’ome et les quieles il sotendront †vienteras†. Mais ie te di que, eciandiex en cist monde ne est iamés l’ome mauvés sanz poine et sanz affliccions et sanz miserie et quant plus emperie en le maus tant demoure en peior estat et ancore ne puet durer la vils et mauves puissance que il a de mal.


[CAP. VII]


Coment Boeces dist a la dame que tot ce q’elle disoit estoit voir et rasnable, mais nen demeins si avenoit que les genz ne le cruent et apoine se soufrent il seulement a oirsi rescemble il grant mervoille seulement a dir le, et coment la dame si respondi a ce, moustrant raisons por quoi avenoit que les genz se mervoillent et coment ce qu’elle disoit estoit voire.
 

«La verité s’acorde bien» dist Boeces «a ce que vos dites. Mais nen demeins si avient une chose que les genz mervoillent tant que il ne croient riens. Et apoine poent il soufrir a oïrle conter por la mervoille qu’il en ont». «Certes» dist la dame «ce puet bien estre. Mais tieles genz si sont come est le laid oisiel le quiel a la nuit por son por et le quiel oevre ses oilz seulement vers la oscurité de la nuit. Et ensinc est de tiele genz, qui en oevrent seulement ses oilz vers les oscuritez des error, mais non vers la lux de la verité et qui ont por griexs chose a cuider et a fere le bien et por soef chose a fere et a cuider le maus et qui ont por vils chose le bien et por grant chose le maus et qui apellent le bien mal et le mal bien. Certes a tiele genz ne relue la lus de la verité, ançois sont come l’ome acegez le quiel a com soi les oilz et por tot ce ne veoit il riens. Mais lor cegitez nen puet muer qe il nen soit verité que plus misere en soit la vie des mauvés et de cil qi offendent as autres, que n’en est la vie de cil qui ont sostenue l’ofension. Car celui qui offent, merite et atent poine. Ce ne fait l’offenduz, et ancore te di ie une autre chose. Que le iuges qui defent que le maus ne ne soit puniz ou qui ne le punisse, si vait contre le droit et soz tout fait le pis del malfactor meisme quant il lui embrie la poine, laqiele lui medecine et laqiele vient tenue medecine daus sainz et tant que, se les mauves conoissent bien, il meisme vendroient spontaniement entres mains as iuges por que il prendissent veniance d’els. Et si te di que, se ie sui rectors ou iuges ou home qui donc aie poesté, ie faiz plus misericorde al home mauvés, se le punis et atemoris et amende et medicine de ses vices que se il le lais sanz poins et en son error, en le quiel demorant loing tans, il devient peiors et merite plus poine et quiert en maior confusions et en maior abominacions et desesperance”.


[CAP. VIII]


Coment B[oeces] muet ici et de ci en avant a la phylosophye un mout fort dubie, de le quiel dubie si naisceront pois aprés quatre fortisme questions: ce est que Boeces dist que il estoit contanz que les mauvés homes estoient en peiors estat que ne estoient les bons en ce que il guastoient ses armes et ec ce qu’il demoroient en temors et en amaritudens de conscience et en ce qu’il ne poroient pervenir a la verais bien, ançois meritoient et atendroient poine de son mausfere. Mais nen demeins se merveiloit Bo[eces] de ce que le Seignor Deux soufroitque le mauvés eüssent de la venture nè dou bien ne del honors temporels. Car ou desecrivie bien ou autre qu’il soit cist bien mondains, por les mauves n’ont grant partie et souvent n’ont assez plus que les bons. Et a lui sembloit que les bons a ce que il fesoient le bien deüssent a avoir toz les biens ou mondaine ou defective ou autre qu’il füssent et a ce les mauvés.
 

«En ceste partie» respondi Boeces a la dame et dist: «ma ame douce, ie doi bien veoir et bien le doit veoir chascune qui cist nostre raisonable raisons, que les mauvés homes sont plus miseres et en peior estat que les bons, quant il, por lor mal avres se gastent l’arme et demorent en temors et en amaritudens de coscience et ne poent pervenir al verais blen, ançois meritent et atendent poine. Mais nen demeins si voi ie que tost que les biens de la venture dou de cist monde soient flagels et defetif, si ont auchune utilitez en soi defective ou autre qu’elle soit, car aumeins il sont utels a la necessitez corporal et a la naturale substentacione et dont vient auchune foiz et en auchune moment auchune consolacions a cil qui les possent. Et ancore sont poi saies qui ne voussissent avant avoir richeces et honors que povertez né desonors, au meins por ce que son savooir fust mielz creuz. Car bien savons que les genz si vent et croient mielz le savoir de celui qui est en habundance de richeces et de honors que de Celui qui est en povertez et en desonors. Et s’il avient que ie soie saie et bons et ie soie en tiel estat et en tiele prosperitez que mon savoir vient creuz, si que por ce riege moi et consoil l’autre genz, a moi seemble que ce devroit estre biens et que bon esemple de bien porois doner as autres plus que se mon savoir fust avilez et non creuz por ma povertez et por la science de ma basse vie. Et de l’autre part me seemble que le les mauvés fussent en povertez et en desonor si que lor mal consoil ne fust creuz ne seguiz, que ce devroit estre bien et que mout mals remandroit que se fait. Et ancore seroit ce bien que ensinc alast, ancore por aure raison: car les bons, en ce que il oeuvrent les bien, devroient avoir tout le bien ou mondains ou defective nè autre qu’il soit. Et les mauvés en ce qe il oevrent les maus devroient avoir seulement maus et non bien ne mondains ne defective ne autre qe il soit. Et ensint me scemble que la chose devroit aler, mais elle vait tot autrement en cist perverse monde en leqiel vait toutes choses reversés. Car les bons ont le plus foiz povertez a aversitez et desonor et les maus de la venture et les mauvés ont la plus partie seignorie et richeces et prosperitez et honors et les biens dela venture. Et por ce sui ie en grant oscuritez et me mervoil mout coment ce, pois que le monde ne se riege a venture, ançois le riege le Seignor Dex. Coment donc avint qu’il soufre ce que aviegnee en son regimenz? Certes granz merveille me scemble et grant oscuritez n’a[i] en mon cuer». «Certes» dist la Phylosophye «ce n’est grant mervoille se la gent humaine creent sovient de ce que lor seemble mervoile, dont il ne sevient la raisons por quoi il avient. Mes chaschune discreiz home, tot que il auchuune foiz ne m’entende ne sache ne voie la raisons por quoi maintes choses avinent a cist monde autrement qu’il ne cuidast, ne demeins si doit panser il que le monde se riege por tiele et por si bon Seignor le quiel riege chascune chose a droit et selonc raisons et verité. Car se il autrement pensast, legierement porroit errer et erronéement porroit merveiller soi de ce dont il ne seüst la raisons por quoi il avenist. Car si com dit est, il avient legierement que l’on se mervoile de ce que avient merveiloisement quant l’en ne sa la raisons por quoi il avient, si come se puet monstrer por tiele esemple: nos veons que le s comuns des genz se merveilent por quoi Bo[otes] ce est l’estoille la quiele seüt guier le char, ne descent de soz la mer et ne gire si com font les autres estoilles, ançois demore toz tans en une meisme contrée dou ciel. Certes de ceste et des autres merveilles des planetes et des secreites choses se merveillent les comuns des genz, por ce qu’il ne sevient la raisons por quoi ce avient. Mais il ne se merveillent mie ne ne dubitent por quoi puisse avenir que le grant calor dou soleil desfait la glace, por ce que il sevient et veient apertement la raisons por quoi ce avient. Car il esprovent toz iors et les voient as eulz del cors que la grant calors dou feus a poir de linquir les eves aielés, qui sont raunés et amasez et congellés por la grant froidure. Et por ce que il voient apertement la raisons por quoi ce avient, ne se merveilent il de riens. Mais des plannets et des autres choses privées, des quieus il ne sevient la raison, se merveilent il sovient». «Ce que vos dites» dist Boeces «ma dame est verité car merveille<r> se doit d’une estrange et nove chose cil qui la raison ne sevent. Et por ce vos pri ge, come ma dame et come celle que de mon dubie saviez, la droite declarasons, que il ne vos annuit et qe il vos place declarer mon cuer dou dubie qe dit vos ai leqiel tient mon cuer anublez de oscuritez et d’error».


[CAP. IX]


Coment la dame, voiant desclarer a Bo[eces] le dubie, leqiel il a proponuz, si lui conte primierement coment cil dubie est mout fort et de grant difficultez de desclairer et da entendre. Por ce que dou prediz dubie si naiscent principalment quatre fortisme questions. Et lui conte la dame ici quieu questions ce sont.
 

De ce que Bo[eces] requist ici, la dame q’elle li esclairast de son dubie, com dit vos ai. Si comença la dame a sourire et apres ce, si comença a dir tiex paroules. «Certes» dist elle «a Boeces tu ne demandes mie legiere chose, ançois demandes bien chose la quiele est mout ponderouse et ploine de grant difficultez. Car les questione qui naiscent de ton dubie ne avroient legierement iames fins, mais principalment si en naiscent quatre fortisme questions, les quieus sont mie acostumées d’estre legiere a defenir et les quieus questions, poisque en ceste tresche mais meis, a toi me convient raconter. Or saches que la prime si est de la divine Providence, a la quiele avant les siegles sont manifestes toutes les choses sanz ce que auchuns lui soit escondite. La segonde est del Fade et de la proprietez et de la variance: et coment en fade et en venture est variament et comutance. La tierce est de la Libere Arbitre et coment nos avons libertez de fere le maus et le biens, selonc nostre spontaine voluntez. La quarte si est de la predestinacions divine et coment le seigner Diex ne vos predestine, ce que nos ne aions bien liber arbitre. Les quatre fortis me questions concordent principalment en ton dubie. Et por ce voil ie bien que tu saches que il ne est legiere a defenir. Mais por le grant amor qe ge ai en toi m’efforcerai ge de desclarerle por la plus plaine voie qe le porrai, selonc le pondre de sa difficultez.


[CAP. X]


Coment la dame desclaire ici a Bo[eces] la prime fortisme questions la quiele nait des on dubie, et la quiele prime question si est ce: la Divine Providence; et ancore coment elle lui desclaire au fint la segonde fortisme questions la quiele nait ainsi d’ou dubie prediz et la quiele segonde question si est dou fade et de la Venture.
 

En ce partie comence la dame por demeins que un novel comencement et comença et dist tiex paroules: «Il est verité» dist la dame «et por ce convient que tu le saches, que chascune et le naisciment et le oevrement et le mouvement de chascune chose si a de la Providence ordre et forme el naisciment et comencement. Car il veut considerer la prime entencions dou Seignor, la quiele il oït soz toutes choses avant le siegle et avant qu’elles füssent crehées. Celle si est et vient appellé la Providence divine et en celle Providence si est la verité que Dex senti et connuit droitement de ce qe estoit a avenir iusqe a le diffiniment de toz les siegles. Mais qui veut esgarder la operacions et le proseguimenz del oevre la quiele il fait fere les planetes et as aultres similes choses, cil ci est et vient appelez le Fade et son variement. Car vos devez savoir que il est defference grant d’entre la Providence divin et le Fade, selonc que se puet demonstrer por tiel esemple. Vos savez bien que quant un maestre veut savoir comencier auchune oevre que il fait, tot avant son pensement sor la oevre, la quiele il veut fere, et porvoit en son cuer tote l’oevre, avant qu’il l’a comencé a fere. Et apres ce, quant il l’a bien porveue en son cuer, il coman de et dispoine la operacione de l’oevre et le comande et le fait por seguir a les disciples. Et ensinc fist la Nostre Seignor Dieus, leqiel avant les siegles et avant que les choses füssent creés proveist tuot avant et conuist en le proveance ce que a devenir devroit. Et apres ce comanda ad effet la operacions des choses et por operacion angelicas - ou por mouvement des planetas et des costellacions, lesquieus il crea por ce fere ou por esperit ou por autres similes ordenacions. Et por ce est la verité que le mondes et tuotes terrienes choses si ont son componiment et son disponiment et son espriviment et abeliment et en moement de la nature des planetas et de la constellacions dou ciel ou en les autres creatures terrienes. Mais eciandeus l’ome si n’a auchune comprimence et auchun empreviment de fere et les maus et les biens. Mais selonc que ça avant aparra, les planetes ne les spirit ne a por ce puissance de toulir al home l’aubitre, le quiel il a de fere le bien et le mal a son voloir. Car tout ce soit que li espirit ou les planetes puisse argumentier l’ome a fere le bien et le maus et tout que il puissent abellir et iustifier l’ome dou bien et dou mal, nen demeins si se puet l’ome soufrir se il veut da l’oevre de celle chose, de la quiele il vient semoniz et iustifiéz, si que nos ne avons auchune necessaire et constingimenz dax espiriz ne dax planenas ne dax autres choses de fere le maus ne le bien, tout que nos avions auchune instigament et abelliment et sermoniment et argu[me]ntament, com dit est. Mais quant est l’abundance des honors et des richeces et de povertez et de desenors et des autres biens et maus mondains et terriens, si nos donent bien les planetes desponiment, mais de ce conterons nos plus plenierement ça avant. Et por ce nen parsivons nos ici ceste matire. Mais sanz auchuns falliment il est la verité, selonc que dit est, que le seignor Dex previt avant le siegle tot ce que avenir estoit en cascuns mo ment de tans. Et apres ce, si despont et comanda le proseguiment de oevre por operacione angelice et por impresions des planetes et des autres desponimenz. Et si voil ie que tu saches que ces choses, les quieux sont longées plus prosimaines et plus prés de la pormainte divine et de la divinitez, si come sont les angles et les ordres dou ciel, si sont en plus fermece et en plus ferme contenence et en p1us soef et ferme deportament. Mais ces choses les quieus en sont delongé quant plus en sont delongés, si com en sont les planetas et ancore plus les terrienes choses de cist monde, tant sont en maior comoviment et en plus variable deportament. Et avient ici a la similitudens de la route la quiele gire et torne. Car il veoir poons que le cercle extrieme, lequiel est plus lontain de la dimi leus et da le dimiz point de la route, si se volve et gire plus fort et fait maior comoviment de toz les autres et plus variable deportement. Mais cil ciercle, qui est por dedenz et plus prés de toz les autres a le fermement et a le point qui est en mi leu de la route, si ne est d’assez en si grant comovement ne en si variable deportement, ançois est por demeins come en instabilitez. Et ensinc selonc que plusors fois a esté dit, si provit le Providence divine tout avant cel qui devoit avenir. Et apres ce, si desponi le moviment del oevre defors en les operacions des p1anetes et des espiriz et des autres similes creatures. Et ces moviment, le quiel son quant as autres oevres, por defors les planetes et les autres creatures, simils, si est et si vient appellez auchune foiz Aventure. Mais plus proprement est et vient appellez Fade. Et ensinc appelle la scripture, car tu dois savoir, selonc que ça avant en si conterons, que Venture propement si est une sorveniment leqiel nos sorvenit d’auchune chose la quiele nos parcuront en celle hore, ançois quant nos parcurons une chose, si nos en avient une autre. Mais fade si est proprement une sorveniment le quiel nos sorvient d’auchune chouse, laqiele nos parcurons, en celle hore et selonc que ça davant porras veoir por esemple. Mais tout qu’il soient dos diverses nommes, Fade et Venture, nos demeins si usons et ponons nos sovent li uns por l’autre. Et por ce avient que cel que les genz appellant sovient Aventure si est appellez ici Fade. Cist Fade si muet le soleil et la lune et les planetas et toutes les estoiles et tampre il en son ordre et en son cure et en sa mesure et nos renovelle les fruiz et toutes choses terrenes chascune por l’ordre et por le cure de sa nature et temporelment. Et quant est as terrienes et transitoires choses si done al home et ioie et plors et richeces et povertez, honors et desonors, properitez et aversitez et toute autre biens et maus terrienes et transitoires. Mais ie voil bien que tu saches que Fade nen a autre bailie de doner ces choses transitoires, por celle que lui a doné le Seignor Dieus, le quiel done a chascuns home droitement et raisnablement cel qui convient. Et si ont tort les genz que dient que tiel a ioie et prosperitez, qui devoit avoir plors et tiel ot plors, qui devroit avoir prosperitez et ioie. Certes cil qui ce dient, ne sevient quiel medecine soit besoigne a la enfermitez de chascun home, mais le Seignor Dieux, qui la soit, si done a chascun raisnablement ce que convient a sa contrarietez, selonc que ancore ça avant aparra.


[CAP. XI]


Coment la dame moustre ici que le Seigner Deus, quant est en temporels et transitoires choses et la richece et la richece et la povertez et l’onors et desonors et la ioie et le plors et l’aversitez et la prosperitez et toz autres biene et maus temporels et transitoires, le quiex il done, conciet et promet a chascune home ou bons ou mauves au iuste ou pecheors qu’il soit, si done il et conciet et promet a chascun raisnablement et selonc iuste et droite raison et ocheison, le dubie en le quiel dubite Boeces, quant il dubita et se merveilla por quoi les mauves avoient del bien temporal et por quoi les bons avoient del temporal maus.
 

Prosequant la dame ce que loor en comence, elle le desclaire ancore ici mielz et plus apertement et dist: «Or sache chascun home ce que le Seignor Diexs guie le Fade a sa volonté, donant a chascun home ce que mielz convient a chascuns. Et por ce se devroit chascun apaier et clarmer por paié, quant as temporeils choses et de son estat et del autruí porchacant de sa art, en bien a son pooir et p[r]enant en pes cel poi et cel assez dou bien temporal que il ordeneement puet et soufrant a ou plus en pes que il puet les aversitez sorvenimens. Mais cil qui de ce que Diex promet, quant as choses temporels murmurent, ont tort, car cuide il savoir raisnablement coment les choses de cist monde doient droitement aler. Certes il nel soient, ançois font failement quant il vuoilent iugier ce que Dex fait ou promet. Car se Dex est cil qui seit droitement cel que se convient a doner et prometre, quant as temporels choses, a chascuns et qui conois droitement qui est pecheors et qi est iuste et qui est bons et qui est mauves et cil qui quant as chouses temporals convient a cascune et cil qui est por le miels et por le mien maus de doner le ou da prometre, car ponons que uns home est leqiel est iust et bons et ne demeins lui sorvienent continuement ou mout sovent maint aversitez temporels, devons nos por ce merveiler? Certes non, car Dex qui ce contient et promet, ce seit bien la ocheisons por quoi cil qui a lui avient mielz, est de la saluz de cil iuste home et puet estre qu’elle est sa droite vie de maintenerle en sa bontez, car il est por aventure de tiele compleisons ou de tiele maniere, home qui, se il eüst prosperitez que il forvoieroit plus legierement dau bien et si s’avvieroit olus legierement a maufere. Et por ce laisons donc mener l’afele au nostre Seignor Deux a son plaisir, le quiel est verais mire et quiel conois droitement ce que mielz convient a cestui por mantenirle en bon estat et por mantenir en lui santez de son anemi. Car, selonc que adevient sovient que a un home, quant il a le cors et a mantenir la sanité dou cors, se convient auchune foiz viande et concluit que soit douz et qu’un autre concluit que soit agre. Et ensinc adevint quant a la ment, que aucune foiz, por mantenir la santez et la bontez del anemi, se convient a un home ioie et prosperitez temporels et a un atre plors et aversitez temporels. Et por ce le Seignor Dex, le quiel seit la complesione et la nature et la maniere de chascuns, si done ou promet a chaschuns temporelment ce que est droitement ou por le meine ou por le miens maus. Mais ponons ancore que aucune soit iust et bons le quiel si a richeces et prosperitez temporels. Certes, se il fust en povertez et en aversitez temporels por aventure comenceroit il et s’anvieroit de mal fere ocheisons de la povertez et de la aversitez temporels. Et por ce done Dieus lui abundance de biens temporals por maintenir le mielz en sa bontez. Et auchune foiz avient que auchune home, le quiel est iust et bons et demoure toz tans sains de son cors, por ce que le Seigner sa et a por le miels que aufint soit. Et ancore tiel home est le quiel est bons et iust et si est en dignitez et tient les autres genz por ce que por lui soit refrenée droitement la follie et guiée la iustice. Et ancore avient que aucuns est bons le quiel a et biens et maus temporelment, por demeins que en une meisme tans, por ce que cel lui est plus profitable a sa bontez. Et aucuns est lequiel est iust et si a dolor et enfermitez por ce que, se il demorast sains, il s’envieroit plus legierement au maus. Et ensinc ne desvoie de raisons et de rasonable ochaisons tot ce que Deus conceit et done as bons de prosperitez ou d’aversitez temporels. Et ensinc avient de l’autre part de mauvés. Car i ponons que aucuns soit mauvés, lequiel ait dolors et povertez et aversitez temporels, certes nos poons dire que il a ce que convient a tiel home et por aventure il est totes voies, ou por le mielz ou por le mieus maus, car maint mauveis sint qui sont ia remendez de ses vices por aversitez temporels, qui sorvenue lor sont, et ancore de ce temorissent et s’espaventent plus soivent les autres mauveis et ancore avient sovient qe aucuns mauvés est en aversitez et en bassece de vie. Lequiel, se il eüst puissance, seroit piz assez plus que il ne fait. Mais ponons que aucuns ma[u]vés soit le quiel soit riches et a bontez en prosperitéz temporels, certes por aventure que il est de tiel maniere, que se il füst paubres et mesasiez que il por celle ochaison seroit ancore assez piz. Car, por aventure, por doutance que il a de perdre ses richeces ou por cont[enas]ons ou por guerre ou por autre guise, il por ce s’esgarde de maint maus, les quies il autrement seroit se il füst paubres et ne doutast de perdre ses richeces. Et ancore aucuns est le quiel est mauvés et est en dignitez et en regimenz et en seignorie et riege et guie l’autre genz por ochaisons de tormentier, et les bons por le merite acroistre et les mauvés por la mauvestrie puniz. Et por ce te di ie et la verité est que le Seigner Dex et as bons et as mauves done et promet toz tains quant as temporels sozvencions cel que est ou por le mielz ou por le mieus maus. Et ensinc avient que cascuns, selonc le droit et raisonable voloir et desponiment dou nostre seignor Dieus, le quiel compone cascune cose, droitement et raisnablement et le quiel done et refrene le maus com grant subtiletez. Et por ce cascuns home le quiel veut conoistre coment le seignor Diex guie les choses por ordres raisnablement en bons esgart vers le soleil, le quiel demore selonc le demeins establement ou grant concorde et en grant pes com les estoiles et le quiel ne tout sa raison a la lune, ançois la sait il sovient vigoreuse et ancore l’une estoille ne se tout dal autre, ançois demorent en merveilouse concorde, et ancor l’enveir ne se blasme de la esté, ançois vont l’une aprés l’autre en mirable atemprance. Et ensinc avient que cascune chose, selonc la ordenacions divine, si vait ordeneement et en concordable ordre. Donc breement te pois dir que la bontez divine si est tant abondable et cupiose de bien et de pes et de concorde, que elle por droit cors et por raisnable ordre guie toutes choses et toz tens guiera l’ordre des choses raisnablement, por maintenirles en concordable pes et amor et done ansi et promet al home et la prospre et la averse venture raisnablement, selonc que dit est, et por punir et por meilorer et por faire meins maus l’arme de l’home, si que cascune aventure prospre ou averse que elle soit, se trove ou por meilor ou por la meins maus.


[CAP. XII]


Coment Boeces dist ici a la dame que a lui sembloit grant mervoille a croire et a dire que cascune chouse temporele et cascune venture, la quiele sorvenoit al home, füst ou por le meilor ou por le meins maus, por ce, por qu’il estoit voir que les genz dient comunelment que mauves aventure sorvenoit sovient as homes et coment la dame respondi ici.
 

«Ie vos pri» dist Boeces «ma dame qu’il nen vos amnuit se ie vos questione moutes foiz, car ie me voudroie desclairer de cascun dubie, le quiel peüst metre en error. Et ie vos di bien qu’il ne me seemble mie petite merveille celle que vos dites, quant vos provez que cascune aventure la quiele sovient al home, si est ou por le meilor ou por le meins maus. Et en ce me scemble que vos ditez autant come a dir que cascune aventure est bone. Certes mout seemble grant mervoille a oïr la ou tot les comun des genz dient comunalment que sovent sorvient as homes mauvés aventure. «La verité» dist la dame «com ie te l’ai dit et ancore le te redi, que cascune aventure ou prospere ou averse, que queille soit, si est bone ou por le meilors ou por le mieus maus, car ou elle nos punis del maus ou elle nos confirme en bien ou elle non amaistre ou bien ou elle eschive plus maus, com dit est. Et donc que dient comunelment les genz ne cure ie mie et ne demeins la verité et cascune saie s’acordent a ce que cascune aventure ou averse ou prospere, que que elle soit, si est ou por le meilors ou por les meins maus. Mais les genz errent † enee † sovient, car moi maintes [foiz] avient qu’il cuident et a lor seemble que auchune chose soit mauvese et de grant doumage, la quiele torne mout a doumage et seemble apartenir en la fins bone et de grant profit, si que la ou il cuident qu’elle füst avenue por lor maus et por lor doumage, a la porfins si la trouvent il estre sorvenue por lor bien et por lor profit. Et ensinc avient au fint de maintes choses les quieus il cuident que a lor soient avenues por lor biene et por lor profit, le quieus en la porfins elle trouvent estre avenue por le maus et por le doumage, selonc que se puet monstrer et de la sorveint et de l’autre por esample de dos ystoire ou fables autoriste et ancienes. La prime istoire dist que Atrides si ala con grandisme ost a conquiere et subiunger un grant roiaume et si demoura X ans et en les quiex il ot la victoire de ce por quoi il alla. Dont la nouvelle alla en son pais et por toutes autres contrées, que bien estoit Atrides graciox et aventurox et que grant bone a venture lui estoit sorvenue, quant il avoit conquis un si grant roiaume et gaagné tantes genz, come il avoit en cil roiaume. Et ensinc come en ceste gloire s’en tornoit Atrides en son pais, et quant il fu en la mer, la mer se turba si tres fortment que une seule fille, la quiele il avoit sanz aucune autre filz, li convient voer as Dex de la mer et ocierle et sacrifierle a Dex por escamper dou grant peril ou il estoit. Et ensinc torna en grant pes en son pais, la ou toz les genz les atendoient com grant triumphe et cuidoient et disoien qu’il avoit ehue molt prospere venture en cil viaie. Mais quant il chercherent bien la raison, il nen cuiderent riens, ançois disoient et cuidoient et apertement virent tout le contraire, car il troverent, que il avoit perdue une fille, qe il avoit seule et sortout por un home que il avoit conquis, il n’avoit perduz dos a les grant batailles qu’il avoit faites. Et ancore troverent il que, un seul frere qu’il avoit, i estoit mort si que por force convendrent a le prorfins dir que trop contraire et averse venture avoit il euhé en cil viaie. Et ensinc as venu l’example coment l’en ne s’en doit ensoperbir de celle aventure la quiele semble et vient cuidée de la gent prospere, quant a la porfins elle se trueve sovint et convient estre tenue averse et contraire. L’esemple qui moustre coment la venture, la quiele seemble et se cuidee averse por les genz et a la porfins se trueve prosper si est tiele: Hercules, dist la ystoire, qui ala por maint perilos leus en les quiex il soufri de grant travail et de grant poines, car il adormi le soperbe centaure et si despoilla le cruels leons de sa spoglie et si ra[...] le poume dorée a le dragons et si atraist aprés soi le cerbers, a trois chaeines. Et en ces choses dura il grant travail et grant peril et entre les grant perils la ou il fu, lui avint que une foiz que quant il combatoit com un, qui avoit nom Antheus, versa il en le flum, et por demeins que il ne noia, mais a la fins il vanqui la bataille. Et ensi, com dit est, fu il et passa en tanz perilz que chascuns disoit que mout contraire venture li estoit sorve[nue] quant il s’estoit mis en si perilouses contrées. Mais a la porfins por le bon effet et por le grant honors et ricors qui a lui souvint en la fins conviendrent il toz dis que trop prospere aventure et graciouse lui estoit sorvenue, quant en ces contrées se mist a aler. Et ensinc apert que maint aventures seemblent averses que sont a la fins prosperes et maint en seemblent prosperes que a le porfins sont et apparent averses et contraires. Et en ce errent sovent les genz et ensinc poent il bien errer et errent quant il dient que la averse venture est mauveise. Car, com dit est, il errent por ce que la verité est que chascune venture ou aversé ou prospere, que qu’elle scemble temporelment, nen demeins si est chascune bons, quant chascun est ou por meilors ou por meins maus, si com dit est et a esté provez».



[INCIPIT LIBER QUINTUS]


[CAP. I]


Coment Bo[eces] demande la dame se ce que les genz appeloient venture estoit noient ou se il estoiet auchune chose et quiel chose ce estoit et coment la dame respondi a ce et lui monstre quiel chose estoit aventure et por quoi se regioit et guioit la venture: laqiele ie, Bonaventure qui né sun de Demena, translateors dou Boece de letre en volgar fra[n]çois, pri Dieus qui nos doint bone et perfeite venture, selonc ce que il sa, qui n’a mester por la meilors de nos a bien vivre et en nostre saluz.
 

A le porsequiment de ce que dit est, demanda Bo[eces] ici a la dame d’une tiel questione, car il dist «Madame, ie voudroie que vos me dexisez se que les genz appellent venture est noient ou se il est aucune chose ou quiel chose ce est». A ce respondi la dame et dist: tieus paroules: «Se auchune dist et le cuide vanement et foillement que les choses temporels ailent et torment et ademenent sanz ochaisons et sanz raisons, chascuns, que ce cuide, si erre follement. Mais ie te moustre droitement que est aventure. Or sachez que aventure si est propriement quant l’ome se met a encerchier ou a fere auchune chose, la quiele il avoit pensée et voloit fere, endementiers que il ce fait, si lui sorvient de savezuement et subitement da son pensament autre chose que il ne cuidoit ne que il nen pensoit et que il en celle hore nen en queroit, nen porchacoit, selonc que se moustre en cist esample: un home si cavoit un bodrie ou un poiz seulement a entencions et por volunté que il avoit d’avoir de l’eve por soi et por sa maisné. Endementieres que il chavoit, il lui avint soidanement et de son pensament que il feri del vangons en uns cofans d’argenz pleines d’or fines, si que là ou il seulement en celle hore en queroit et cavoit por acater eve, il trova aventurousement grant plante d’argent et d’aur. Certes cestui trover del aur de sa pensez tendroit bíen celui cui il avenist, que il lui füst aventure. Et voirement seroit, elle aventure et aventurousemen fu cist aur trouvez. Mais nen demeins, si ne avient ce sanz occaisons, car occaisons done que l’aur füst trovez celui, qu’il sozterra et ancore celui qui le puis cava, non mie por che li uns ne li autre seüst que ensinc deüst avenir. Mais les occaisons por quoi l’aur fu trovez dispone le seignor Dieus, le quiel done aur et cascune autre chose a son leu et a son tans raisnablement et tiele raisons et occaisons et il seul est le quiel sa droitement raisnable et utiel occaisons por la quiel l’aur fu de cestui trovez. Et ensi[n]c est: s’apelle et se tient aventure por la genz ce que vient de son pensement. Mais non demeins si est fols cil qui ne cuide que Deus provoie ce que est avenir et qui ne cuide que il done et prometre, quant as temporels coses, les aventures, selonc que a lui est a plaisir et selonc que il iet la raisons et la occaisons utiels por quoi il la done ou prometre, por le meilors ou por le meins maus. Car si com autre foiz fu touché, il est deference entre aventure et fade, car aventure si est que ce que avient da son pensament, quant l’en enquier ou porchace autre chose, selonc que por l’esample de celui qui porchaçoit eve et il trouva aur, si com l’avez entandue. Mais Fade si est cist qui vos done selonc la volunté et la dispositions divine, celle chose que nos prochaçons en celle hore, si com seroit se celui qui porchaçoit l’eve, l’eüst trovée en celle hore selonc qu’il la porchaçoit. Mais nen demeins nos usons sovent mesturement ces dou nomes, metant sovent Fade por Aventure et Aventure por Fade. Mais ce que est aventure te voi ancore mostrer por un autre esample. Or sachez qe Tygres et Eufrates si sont dous granz fluvies, les eves des quieus issent ambedos hors de une fontaine et s’en vienent por lor communs lit une grant piece, ponons .XX. lieves. Puis se partent ces eves en dos parties et font cil dos fluves, de quieus l’uns s’apelle Tygres et l’autre Eufrates. Puisque ces dos fluevres et ses eves departiz sont, nen retornent plus ensemble, ançois s’en vait cascuns por soi et en son propre lit devisez et aloigniet l’un da l’autre iusque a la mer, car cil qui voiast por Tygres vers la mer ne torneroit mie en Eufrates iusque dedanz la mer. Mais ponons que il avenist un ior que ces dos fluves, travers le chemins qui s’en vait vers la mer, tornassent en un meisme lit, bien scembleroit mervoile a un et a autre de cil qui avant le dite congiungiment navesassent por cascuns de dites fluives. Certes bien diroient que celle füst aventure et si seroit, quant il cuideroit aler et ariver en diverses leus et or se troveroit estre alez et ariver en un meisme leus. Mais nen demeins qui cerchast et enquerist coment ce avient, si troveroit la ochaison por quoi ce seroit, car il trouveroit que les eves et de l’un flum et del autre avroit rompuz tant les terres, qui estoit d’entre l’un flum et l’autre, qui elles se seroient entre trovées et coniiuntes ensamble et avroient fait .I. seul lit de celle part dou chemins qui s’en vait a la mer et de celle part se seroient recompaignées et ensinc, recompaingnées, et coniuntes por le novel lit comuns que elles se avroient fait, s’en vont vers la mer. Mais cist mouvement de terres et cis raünement de eves si se seroit avenuz selonc la volunté divine et selonc sa utiele et raisnable disposicions, la quiele il despone et permet en totes aventures en toz sorvenimenz des temporels choses ou por le meilors ou por le meins maus, com sovient dit est.


[CAP. II]


Coment Bo[eces] demanda ici la Phylosophye de la terce fortisme qestions, née de son dubie, la qiele il vint ça en arrieres. Et si fu celle terce qestions dou libre arbitre et se l’home a libre arbitre ou non, de fere et de podir fere le bien et le maus ou se le fade ou la venture ou la estalacions des planetes ou les esperit en aucune autre chose constringe l’ome por necessitez a fere ce que il font de bien ou de maus. Et coment la Phylosophie le desclaire de ceste terce questions et en quiel guise elle respondi et dist que l’ome sanz constrengemenz d’aucune necessitez avoit liber arbitre de fere et le biens et le maus.
 

Ce que dit est, si done ochaisons a Bo[eces] de demander la desclaraisons de la terce fortisme questions, la quiele tou[che] de le liber arbitre et por ce dist Boeces ici a la dame: «Ma dame, ie voi bien qe desormés qiel chose est aventure et fade. Mais la bailie et la operacions que vous avez raconté, qui il sont por la disposicione divine le fade et la constellacions des estoilles me mene a un autre dubie de le quiel, quant a vos ne fust greus, ie voudroie estre esclarez et alumez, car ie dubite de la bailie et de la operacions des planetes et de la constellacions et des espiriz et del fado ou de la venture ou d’auchune autre chose crée a tant de posetéz sor l’ome qu’elle le poisse constrendre et amener por necessitez a complir le bien ou le maus que il fait. Et se l’ome a en soi liber arbitre sanz constrengimenz ne necesssitez d’aucune chose de fere ou de laisier le bien et le maus qu’il fait». «Certes» dist la dame, “ce n’est mie chose la quiele le lassasse, por gravece que füst, a desclairer dubiose en ton cuer. Et por ce te di ie for ce que cascun home si a liber arbitre de fere ou de laisier le bien et le maus a sa volunté, sanz ce que il de ce soit constreit por necessitez de chose crée. Et si te conterai coment. Or saches que la verité est que cascune creature raisnable si a da Diex, se il ne la guaste por folie, naturelment de pooir conoistre se la chose, la quiele il pense a fere, est bone ou mauveise et si a ausi l’arbitre et libertez de fere et le bien et le maus. Car ia nen est constreit necessairement por puisance qu’il avient de cele fade nè les planetes nè les espriz nè aucune autre chose creé. Ançois est liberement, sans constringimenz de necessitez, ponuz le fere ou le laisier del oevre boune ou mauveise en son liber arbitre, fors en tant que la verité qu’il est diversitez et deference entre les creatures raisnables, qui sont en ont sa conversacions en ciel perfetement qu’a cels qui sont et ont sa conversacions en tierre car les creatures angelices qi sont en ciel si sont en lor comparacions seulement del bien. Et ancore l’anme sainte de l’home, laquiele est donée a l’operacions de vertus et est contemplée perfetement en ciel, si a son desir plus a le bien que a le maus. Mais quant l’anme del home est deletouse en son cors, lors a elle plus enclinacions au mal. Mais quant elle est donée as delectacions des terrienes choses, lors est ansi elle plus desvoiable d’au bien et enclinée plus au mal. Mais soz tot ce, quant elle est sozmisée aus vices et as conversacions del mauves oevres, lors est elle spontainement alongée de la operacions dou bien. Mais, ancore, quant elle por presentacions des mauves oevres, si est faite serve des vices et s’est as vices aligée, lors sa elle doner por soi meisme la necessitez des mauves operacions si que l’arme si a toz tans l’arbitre de fere le maus et le biens, fors quant elle, por sa folie, se sozmnent au vices et se alige a la necessitez dou mal fere. Si come avient al home le quel se poine de noier ou de pandre, car finant il apres le flum, si a il liber arbitre de non gieter ou de gieter soi en le flum et de fere et de non fere homicide de soi meisme. Mais se il spontainement se giete envers le profont de l’eve ou il s’apent a un laice corsore, il est huimés, por sa folie, spontainement mie en le peril et se a donée la necesitez de fere homeicide de soi meisme, le quiele se d’autre ne vient secoruz, il ne puet huimés destorner de son arbitre por la necessitez en la quiele il s’est mis por son arbitre. Et ensinc est de cascuns biens et maus que fait l’ome, car tout est le fere et le laisier a l’aubitre de l’home. Mais se l’ome spontainement se met a la operacions des maveises oevres et masiemement se il en elles persevre, il meisme por la lunge usance, la quiele soit converté en nature, si se alige a la necesitez de mal fere et se alunge de sa puissance de bien fere, si que, por proieres de saint homes ou por divine grace ou por autre ioie simiels, ne vient relevez, il nen a pooire por sa propre vertuz sanz la divine aiutaire de relever de la fosse des vices, en la quiele il meisme s’est si ensforcé et agorgez et aprochée. Et se tu vousisses dir coment, ce est que l’ome aie liber arbitre de fere bien et mal, selonc que a lui ples, car ie voi que sovent avient que l’ome si sotmet a son chemins ou al viaie de la mer com son avoir por comprer merchandises ou por gaagnier iustement, se il poira, et il lui avint que il en son chemins vient deroubez daus la trons ou mort ou que la fortune de la mer les sorprent et le fait noier en l’eve. Coment donc poirons nos dire que cist maus, qui est sorvenuz a cestui, soit en son libre arbitre? Et quiel coupe a ceste eve quant il aloit por fere, se il peüst, licite gaaing et por aventure por tiel chemins, que bien venoit tenuz seüre ou a tiel tans s’estoit mis en la mer, le quiel seembloit molt seüre de naiver? «Certes» dist la dame «se tu ansi voussises dir, ie respondroie quant ensi füst la chose, nulle chosee en cestui ne ie ne se poroit dir qu’il feist de soi meisme mal quant il aloit a chose licite, et por leus et a tous qui bon seembloit a cascuns comunement. Et por ce ne est il da blasmer ne ne se poit dir que il se soit mie spontainement en peril mortel por son vice. Mais le sorveniment averse et contraire li est sorvenue por aveniment d’aventure, la quiele, com ça arrieres a esté dit, a bailie soz les cors humains et sor les richeces et sor les autres choses temporels et transitoires, tant que nen aie bailie ne livre puissance soz l’aneim et sor les armes des homes et tout que elle ne autre chose ne puisse por necessitez et contendre les homes de fere por sa coupe, rien ne fu en arbitre dou merchaant et le peril qui en son cors et en ses autres choses transitoires li sorvint por sorveniement d’averse venture. Mais en son libre arbitre il fu bien d’estre di desponuz en sa ment qu’il en tiel peril torna, come la divins aiutoire, son cuer a Diex et en soi et en esperance et en carité fu sauve sa anme. Et ancore fu bien en liber arbitre de les latrons qui l’ocirent et derouberent dou fere ou de laisier ces maus que il firent. Et se aucuns deist coment puet estre ce voir, que cascuns aie liber arbitre de fere le biens et le maus que il veut fere, car ie voi sovient avenir que aucun home veut derouber eglise, mais il vient sentuz da cil dedanz qui clament ou qui le prandent et que le lient bien. Et ensinc nen puet fere riens dou maus qu’il avoit porpansé et que il voloit fere. Et d’autre part si avient sovent que un home veut aler en un pelegrinaie, mais quant il est mis au chemins et il vient pris dos mauveis genz que le metent en tiel prisons que iames ne puet issir, et ensinc ne puet fere le pelerinaie n’el bien que il voloit fere. Donqes ne scemble mie que il soit en liber arbitre de l’ome de complir le bien ou le maus que il veut fere. Se ensinc deïst aucune» dist la dame «ie li respondroie que, quant l’ome veut fere aucune biens ou maus et il fait, quant en li est por complir por oevres, tot qu’il soit bien possible, que le compliment del oevre li poisse estre embigez, ia ne est possible que le compliment de la voluntez embrigez lui soit. Et por ce, quant est por voluntez en la quiele rumpons et le bien et le maus et por fere son pooir, quant en lui est et si a compliz et le bien et le maus, qu’il faire voloit, que ia por le manchament del embriement del oevre que embrié li est, ne remaint que il, quant est en la volonté, qui n’est embriée de cel pooir que en li est, nen aie fait et compliz le biens et le maus, que il fere voloit. Mais se il avient que li compliment del oevre ne li soit embriez, si que il complisse l’oevre, lors il non seulement por voluntez, mais eciandiex por oevre, fait et compliz les biens et les maus que il faire voloit. Mais nen demeins a le compliment dou mal ou dou bien ou soit compliz por seule voluntez de cel pooir, qui en l’ome est, ou soit complis por compliment d’ovre, qui ne gist embrié nen a costruite aventure ne chose l’ome, mais spontaine voluntez por son liber arbitre li fait complir et le maus et le bien que il a compliz. Et ensinc est aperte chose que en liber arbitre est quant a vice et vertuz d’anemi apertient, de fere ou de complir ou por oevre ou por voluntez et le bien et le maus. Et por ce la proveance divine, a la quiele ne l’oevre n’el cuer del home se puet ascondre, que elle ne voie por tout et en cascun leu, si esgarde nostres voluntéz et nostres oevres et les bones et les mauveises, et nos done pois cist monde al autrement de cascun bien et poine de cascun maus que nos faisons».

[CAP. III]


Coment Bo[eces] demande ici ala dame la desclarasons de la qarte raisons et de la fortisme qestions nee dau predite son dubie, laqiele fu proponue por Boeces, en tiel maniere; car il dist a la dame: «Se voir est que Dieus provoit droitement tot ce que doit avenir et se voir est ansi que l’ome liber arbitre en ces dos aie, voire scemble estre grant diversitez, car le demeins provoir nen est de arbitre qui soit failiz ici, qui autrement doit estre la chose fors com Dieus l’a provehue car autrement ne auroit il bien provehuz Et se ce est voir donc, ensint scemble que l’ome ne aie liber arbitre, car por necessitez scemble que a li soit imponue necessitez de fere fors come a lui pleut». Coment la dame respondi ici a desclairer le dubie de ceste questions.
 

«Quant ie cuit» dist Boeces «d’estre desclarez a l’une part et ie sui envolupez dal autre, car vos m’avez provez que voir est que Deus provoit cascune chose, qui doit avenir, avant que elle soit avenue. Et ancore m’avez ansi prové que voir est que l’ome a liber arbitre de faire le bien et le maus. Et se cascune de ces dos choses est voir, selonc que provez l’avez et selonc que la verité la prove, donques fui ie bien plus envolupez de dubie et anublez d’error que encore ne fui. Car pois que il est voir que Diex provoit nos oevres et les bones et les mauveses et toutes autres choses, avant que elle soient comencées. Il ne est da presumre ne da penser que la Providence divine soit failie ne que elle provoie la chose autrement come en celle maniere que elle doit etre, si que il me seemble que la chose doie por necessitez avenir selonc que Diex l’a tout avant provehée. Et selonc ce ne seemble mie quel home aie liber arbitre de fere le maus et le bien, quant por necessitez semble que il doie ensinc fere ou le bien ou le maus come Dex l’avait provehuz. Et se ensinc est que l’ome face le biens et le maus por necessitez, quel profit est donc en proier Dex ne en quant a lui merciz d’aucune chose, quant il seemble que ie ne doie estre autrement fors en celle ma niere que Diex l’a tout avant provehus et quant en cel1e seule maniere seemble qu’elle por necessitez doit avenir ou por la Providence divine que ne puet estre failie. Et ancore por quoi a donc l’ome merite dou bien ou poine dou mal que il fait, quant il semble que il le conviegne dou fere de necessitez, elonc que avant est provez por la divine Providence, la quiele ne p estre fallie? Or donc est ceste grant confusions, ne ne semble selonc ce quel home aie arbitre dou bien ne dou mal, et de l’autre part la verité est selonc que ia m’avez exprové, que cascuns home si a liber arbitre de fere le bien et le maus. Et ensinc avient de ces dous nos grant confusions et quant la verité est ansi que Diexs proveoit la chose avant que elle soit, si que seemble por necessitez et non por liber arbitre, conviegne fere l’ome la chose, selonc que provehus est da la Providence divine, la quiel ne puet est faillie ne proveoir la chose en autre guise come en celle qu’elle doit estre. Certes en ces dous choses si seemble et diversitez et veritez, ne dous choses voires raisnablement ne se devent ne poent iamés contrarier por aucune maniere. Or donc dont puet venir ceste oscuritez et ceste confusions, la quiele vont les menz humaines? Certes ie cuit que les membres dou cors, dou quiel elles sont engrombrées, lor embrient a veoir droitement la verité. lors font parer oscures les choses le quiex, quant a la conoisciment de la droite verité, sont claires. Car les meins humaines, se elles fussent demorées en celui leu elles furent loéz dedanz en le primiers paranz, les raisons da conoistre clerement la verité, ne lor fussent né seemblassent oscuritez. Mais ors qu’elles sont ailors et que elles sont circumdées da la tenebrie terreine et des ses membres, si lor avient que elles ne sont copiouses d’entendre et de randre raisons por la verité droitement resclairez. Et aviegne que elles por aventure sachent en some le voir et la verité, si ne ont elles por ce habundance ne sufficience cupie de raisons de la verité droitement desclairez. Car por ce desputent elles et cerchent sovent les raisons por savoir et por antandre droitement la verité, por ce que elles nen ont oblié ce que notres primiers parenz soient ou ousent droitement seü se pecé originals ne füst. Et ce me seemble estre la ochaisons por quoi les meins humaines ne sont bien cupioues de raisons et porquoi elles ces raisons enquirent, por les quelles puissent pervenir a entendre droitement la verité. “Ici” dist la dame a Bo[eces] “le dubie si est mout fort, car il est d’une anciene et forte questions, la quiele fu tout tans et est mout greus de defenir. La quiele questions si est coment la Providence divine ne tolt al home le liber arbitre dou bien et dou mal. La quiele questions, cil dit, si est molt foltisme et a sa gravité si done ochaisons que la fragilitez humaine ne a l’ardir ne la puissiblitez dou disputer ne dou querir ne d’entandre perfetement les raisons de si grant chose, com’est la Divine Proidence. Et por ce defenira ceste questions et te esclairerai de ton dubie, selonc que a la humaine fragilitez est posible d’entendre et de sentir. Car le sorplus le quiel nostre humanitez nen puet comprendre des divins iudicies, dient li saiees que nos convient avant humblement douter, que presumptuosement enquerir. Et por ce, selonc que ie t’ai dit, te dirai soz le diffinement de ceste questions, ce que nature humaine porra sentir et comprendre. Or saches donc la verité est que le Seigner Diex preveoit et a proveues toute nos oevres et bones et mauveises avant le siegles. Et nen demeins quant nos somes a pensir et a valoir fere l’oevre dou biens et dou maus, si est en nostre libre arbitre le fere ou le laiser de celle oevre, car ia le proveoir divins ne nos done necessitez. Et por ce se nos, en l’aprestement de ’oevre declinons spontainement a complir l’oevre et la complons por quoi ne fu bien possible et digne chouse que Diexs aie proveuz et avant veuz que nos, por spontaines voluntez et non por necessitez, declinons a complir l’oevre et le complons. Et nen demeins, avant le fait et le compliment de l’ovre, si estoit en nostre arbitre dou fere et dou laisier la oevre, ce que nulle autre chose nos done en ceste necessitez, fors nostre spontaisons et nostre proxpre voluntez, la quiele spontaisons et voluntez nos fait l’oevre complir. Et ce que nos complons non por necessitez mais por propre voluntez, si fu bien possible al Seignor Diex, de proveoir et de conoistre, oevre que nos non nessariement mais spontainement la voudrons complir et la complirons. Et se aucuns venist avant qe deist, que la proveoir de la chose si met auchune signe que celle chose doie avenir, ie respondroie que tout que le proveoir mete auchun signe de la chose provehue, il ne met por necessitez qu’elle doie por ce avenir. Car cil qui moustre coment tu vais, ne te fait por ce aler et se ie voi ou provoi ton partiment, mouveoir ne proveoir ne te fait por ce partir. Et se tu vousisses dir [que] la constelacions et la impressions des planetes en la instigacions des esperiz ou le fade ou autre simiels chose moi des esperiz ou le fade ou autre simiels chose moi done enviement et comuniment a la oevre mauveise. Et ie te di que bien te porent abellir l’oevre et iustifier et semonir que tu la complis, mais iamés ne te poent esforcer, car Deux t’a doné intelligence por la quiele te doies conoistre se ce que il t’abellissent et te metent davant et de quoi il s’amonent est bien ou maus et por la quiele, se il est maus, tu la doies refusier et por la quiele tu doies querir la victoire divine et les autres remedies utiles, por eschiver cel maus. Car au meins, se tu fais tout ce que en toit, est por eschiver les maus, se seroie tu per aventure eschivez. Mais se tu ne cures de ces remedies, ançois veus avant por spontaine volunté segu[i]re lor abelliment et lor semoniment en complir le maus, donc toi meisme as tu spontaine voluntez fait cel mus. Car se il füst un rois qui vousist esprovier et assaier et decernir le bons chevaliers daus mauveis, et est establi que cil chevalers qui fus vancuz da un campions, qu’il avoit mis au champs, füst mis en prisons ou viegne a mort et cil qui se defendist bien, si füst des chevalers de sa table, et tu, por aventure, fusses mis au champs contre le campions et le campions esgardent que tu fusses un poi enflez la main et te deist: “Ami, tu me scemble un prudome, si que ie ne voudroie que tu perisses. Ie voi que tu as grant mal en ta main, por le quiel tu poroies bien perdre ta bataille ou morir. Or fai come ie te dirai: si et toi de ta spe en ta mains, si n’ensira le puor et les mauveis seins et se saoulera la maladie que tu as en ta mains”. Se il avenist que tu au dir et al abeliment dou campions il te ferist en la main de ta spée et por ce ne peüses oevrer plus ta main en la bataille, si que por celle ochaisons füsses vancuz et mis en prisons ou mort, poroies tu dir que ta folle volunté ne füst celle qui te eüst malbailiz Certes ne nil et ancore ne poroies tu dir que les paroules et l’abelliment dou campions que ne baoit a autre que a decevoir toi por vaincre mielz sa bataile, te aient doné necessitez de ferir toi en la mains en la quiele tu toi ferist, non por nece[s]sitez, mais por ta folle voluntez. Et por ce ne poroies tu blasmer ne l’aventure ne autre cose fors toi; devroies conoistre le bien dau mal, les quieux te sont mis devant les oilz toz iorns, si com est le feus et l’eve qui te sont il a present que a quiel que tu veus dels plus meritoires. Et se tu por aventure dis “Le maus moi seeble plus legier a fere que les biens” tu doies penser que qui soit ordené bien, com la victoire divine au delit des vertuz, nulle chose est plus delitouse de celle. Et dal autre part la voie des vices est pleine de miserie et soz tout en atent poines grandisme. Et por ce soies bien certain que, selonc que dit, la Providence divine ne te done necesitez de fere ou de laisier le bien ou le maus, car il est bien voir que, quant nos considerons la providence divine, il ne puet faillir que il ne avieigne ensinc come la Providence divine, que ne puet estre failie en son proveoir, aura avant provehuz. En ce que elle aura provehuz si est [que] nos spontainement ensinc voudrons fere et ferons ceste oevre et celle autre. Mais ancore est il ansi voir que quant nos considerons nos oevres en le tans de lor operacions, elle ne ont auchune necesitez por la quiele nos soions costroit de fere les ançois le façon sanz auchune necesitez spontainement. Il quielle preveoir que Dieus fist avaint de nos oevres, ne nos enduz a necessitez de fere les. Car ponons que ie soie un prophete ou si saies ou por alcune autre maniere me soie embatuz a veoir que tu enclinoies a faire spontainement un grant maus et por ce aie ie provehuz et senz et coneuz ou propheticéz de grant tans avant le maus que tu fais ore spontainement. Dirons nos donques que non proveoir ou propheticez t’aie doné la necessitéz de faire cel maus? Certes ne nil, ançois fu fait sanz necessitez por ta propre volunté, la quiele fu bien avant l’oevre, por mon prové ou propheticé. Et se tu vousisses dir por quoi le Seigner Dieux ne se sait au meins au devant en ce nos voe a faire le maus et ne nos costringe a faire le bien. Certes, ie te respont, que il nos a doné l’Aubitre, le quiel il ne nos veut toillir, por ce que le maus ne avroit de raisons poine, nè le bien merit, se l’home ne eüst liber aubitre et se il por neces[s]itez füst et le bien et le maus. Mais ancore sor ce que dit est, coment le belliment des esperiz et des planetes ne nos done neces[s]itez d’ovrer le bien et le maus, coment la Providence ne nos tolt le liber arbitre te voi ie doner a tiel esample: ponons que un viandanz [...] en does voies: l’une est belle et pollie et plaine et ample. Se l’autre est estroite et aspre da aler, un ribaut, qui est aprés les .II. voiés, si dit au merchant que la voie ample estoit la seüre por aler a sauveté. Et un noble et bon seignor, le quiel est ansi aprés le dous voies, dit au mercheant que il ne aile por la ample voie, car il demorent les robeors, mais ai1e por la stroite voie, qui est seüre voie. Se il avient que cist mercheant aile por la ample vie que li scemble plus plaine, selonc le semoniment, et l’abelliment de celui ribaut et li est deroubez et mort, dirons nos (que) que l’abelliment de cil ribaut li aie doné necesitez por aler por la voie ample? Certes, nenil, ançois fu la volunté ploine de folie la quiele (est) folie fu ancore greignor et plus reprehensible en cist mencheant, se ceste voie ample ne voit comunement tenue et dite por male voie. Et ensinc se puet dir de l’ome qui a et vait selonc l’abelliment des esperit et de simiels choses por la ample voie des vices qui comunement et manifestement vient clamée mauveise et qui a l’entrée semblent soef en avant est mortifié, et laisse la voie des vertuz, la quiele tout que a l’entrée seemble aspre a estre por aler, si est elle bone) et seüre. La quiele, le nuble et le bon Seignor Dieus nos moustre tout que l’enemi la nos blasme. Et ancore au proseguiment de la nature, te di ie un autre argument, le quiel est tiel: car nos savons que il se dit en proverbe des genz que l’ome saies si est demi en devins: donc ponons que cist nouble et bon seignor, qui estoit apres les .II. voies et qui destornoit la ample voie au mercheant, füst si saies se il porveist ou por la follie que scembloit en el mercheant qe le mercheant se metroit en la voie ample ou por autre chose propheticast avant que le mencheant entrast en la voie ample, dirons nos donc que le proveoir ou le propheticer de cist saie et nouble seignor aie doné necessitez au mencheant d’aler al ample voie? Certes non ne le poons dir com verité, car sa folle spontaine volonté fu celle que a cellé voie 1e mist. Et ensinc le proveoir del Seignor Dieux ne nos done necessitez d’aler por la ample voie des vices, ançois est nostre propre folle volunté, que por l’abelliment de l’enemi, senz auchune necessitez, nos met en la viciouse voie de la quiele place au seignor Dieux que nos com le suen adiutoire sorons destornez et com perservance mis a la voie des vertuz.


[CAP. IV]


Ceste si est la conclusions de l’oevre tiele com la fist la Phylosophye a Bo[ece]. Voir est que le tranlateor de Bo[ece] avant la dite conclusions nos dit que en ci en plusors leus de cist vulgar non mutent la sentence dou B[oece]. Nos a dit aucune fois plus ou meins paroules que ne sont su le livre dou Bo[ece] et nos tait raisons por quoi il a ce fait. Ce est por fere plus alumenée sa translacions et l’entelligence de la philosophice doctrine de Boece. Et apres ce nos conte la conclusions.
 

Por aventure ie t’ai dit ici et en plusors leus de ceste translacions pluisors paroules les quieles ne sont en livre de Boeces et por aventure auchunees n’ai ie laisiez que sus le livres de Bo[eces] sont. Mais ce ai ie fait en poi leus et non mutant la sentence dou livre. Et ancore l’ai ie fait por ce que en ce m’est gieté plus aluminée et entellective ma translacions et l’entelligence de la doctrine phylosophyce de cil mirable phylosofe qi fist le livre leqiel, selonc qe il meisme estoit clamé, apella il Bo[ece], leqiel phylosophe por excelence doit bien estre clamez filosophe des phylosophes et a lequiel la phylosophye en la fin de son livre fist tiele conclusions corm ie te ferai ici, car elle comence sa conclusions et dist en ceste maniere:

«Pors que nos avons, dist elle, prové que la Providence divine ne nos done necessitez de faire le bien et le maus et pois que nos avons liber arbitre de faire ou de laisier le maus ou le bien, donc est iust le merit dou bien et la paine dou maus que nos faisons. Donc sont autresi utiles les preeures et les merciz querrir que nos faisons au Seignor Diex. Et est bone la sperance et le temors divins, car, se droitement nos tornons a Diex, il nos est utils et au l’armes et au cors. Or donc est por le mielz et por le meilors conseil que nos laisons la voie des vices et seivons la voie de vertuz et que nos humblement prions Diex que il en bien oevrer nos doint la soustance et porsevrance. Car bien poons veoir, se nos ne nos enfeignons, que grant mestier nos est d’avoir conoisiment de bien et de metre nostre entencions en fere le plaisir de Diex, certes bien nos est mestier que fere ce que dit est bien et regarder com nos ovrons, car ia ne faisons auchune chose que ne soit toust avant les oilz de cil haut iuge le quiel conoist et voit toutes les choses et il nos dont si bien ovrer que nos alons au suen beneoit regne, en lequiel est vie durable sanz nulle fin.
 

IN SECULA SECULORUM
 

AMEN