RIALFrI

Bovo d'Antona modenese

Simone Roggenbuck, Das franko-italienische Fragment des Bovo d'Antona im Archivio di Stato di Modena (Frammenti B.11, n° 2), in Italica-Raetica-Gallica. Studia linguarum litterarum artiumque in honorem Ricarda Liver, herausgegeben von Peter Wunderli, Iwar Werlen und Matthias Grünert, A. Fancke, Tübingen und Basel, 2011, pp. 697-715.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 
 
 «Et moi faist parmi la mer envoier
 Per dos gloton traitor pautoner.
 Non fust li cors de ma gentil moiler,
 Jamais n’aüst de nus avoir mester.
5Elle moi fist adober chevalier
 Et moi dona Arondel le liger,
 Quant conpré m’oit mon pesant d’or mer.
 De moi seguir pué fist volunter.
 Et si gerpi son segnor d’outre mer,
10Amer le doi quant tant ot mon cors cher,
 Et vos en doi destrire et esiler.
 Mais por celui que hon a roine requer,
 Se non en que doie avoir nuls reprozer,
 Et non en quida se vers Domediex forfer.
15Je vos feroie ardoir et esiler».
 «Filz», dist la mere, «je sunt a vos donger.
 Bien moi poez destruire et afoler,
 Ne moi verez par nilui respiter.
 Char moi laisez entrer an un moster
20O e(n) un cloitre per Domediex proier».
 Tot ce li loens ses baron chevaler.
 «Bairon», dist .B., «laisez ces proier,
 Mon pere fist oncire et detrenzer.
 Par cel apostre que requierent paumer,
25Je le ferai servir d’autre mester».
 Donc comance sa mere a regarder,
 Formant se prant invers li aïrer.
 «Dame», dist .B., «non moi pois acorder
 Que je vos face come nonaine ester,
30Ne in sante glise beneir ni sacrer.
 Por vos ai fait une tor maisoner.
 La vos ferai vos provande doner,
 Une doncele ferai avec entrer
 Por vos garnir et per vos honorer.
35Une zapele i a[i] fait estorer.
 La iert un preste per le mese zanter,
 De vos pechiez vos poez confeser
 Et le servise Domediex escouter».
 «Biax fils», dist elle, «je non pois refuxer».
40Enz la grant tors sa mere fist mener.
 Vousist o non, enz li convient entrer.
 lluec le fist de sa ovre asener,
 Pué fist les huis bien cloire et viroler.
 Une polie fist la enz masoner,
45Dont hon li poist sa viende doner.
 Dont comencha a soe mere a parler:
 «Dame», dist il, «or vos poez sauver».
 
 «[D]ame», dist il, «enzi vos starés.
 Pohoir n’aurez de nuls home enerbés.
50Pansez de l’arme, char li cors est finés.
 Jusque a cele hore que vos moi reverrés».
 Tuit li baron de sa tere ot mandés,
 Et vav(v)esor et princes et chasés,
 Tant qu’il en ot plus de .m. asenblés.
55«Baron», dist il, «a moi en atendés:
 Je sunt banis et de mon honor zités.
 Veez enzi la dame cui li dons est donés,
 Qui gardera de part li la cités.
 A vos pooir tuit li aiderés
60De part la dame que non li faudrés,
 Jusque a cele hore que vos mai reverés».
 Et cil respondent: «Si, con vos comandés».
 Les santuaire lors [ont a]portés;
 Tuit li borjois de Anto[nne] ot mandés,
65Et cescun tuit l’ont jurés.
 Pué le jure l’autre cumunités.
 De lé tresor a pris .B. les clés,
 Tot les ot errament deffermés,
 Le grant avoir en a molt tost zités.
70Pué ot trestuit sa g[i]ant apelés.
 «Baron», dist il, «vos qui serviz m’avés,
 N’est mie droit que vos servise perdés.
 Ainz vos seroit molt bien geherdonéz».
 Molt largement les ot .B. loéz,
75C’ains non s’en plaint sergent ni bazalers.
 Pué est au port droit de Antonne alés.
 Une zalee trueve garnie et aprestés,
 Lequel veult aler outre la mer salés.
 
 [A]u port de Antonne vient .B. au cler vis.
80Pelerin trueve aprestéz et garnis,
 Qu’autre-mer vait par l’amor Jesu Cris.
 De viande fu li vaxel enplis.
 Malt li fu biax que sunt de son pais.
 A son bernage ot .B. consoil pris.
85Enz la nef mist sa moiler au cler vis,
 Et avec li Tieri li damoisel de pris,
 Le filz Sorbaut, le preu et le(s) ardis,
 Et pué apres le buen destrer unis.
 Pormi Antonne est enforcé li cris,
90Plus d’une leue fu bien le duel oïs.
 
 [Q]uant .B. fu enz la nef arestés,
 Ses grant bernage estoit en tot lés,
 Et i les a tuit a Dex comandés.
 Au congiez panre fu li grant cris levés,
95Le vielz Sorbaut chiet a tere pasmés.
 Sazent lor ancre, s’unt lor voiles levés.
 Or s’en vait .B. parmi la mer salés,
 N’oit que Tieris et dos garson menés,
 Et dos somer d’or et d’argent trosés
100Et de viande jusqu’un ans pasés.
 Ne r[entrera] en ses grant erités,
 Si ert de son cors coreços et irés.
 Tant ot le vasel et nagé et siglés,
 Un vant les prant qui tant les a gravés
105Qu’il virent d’Acre les murs et li palés.
 Mais ainz que .B. soit arivés,
 Les ot uns vant dou rivage botés.
 Per une force si les ot atornés,
 Plus de .c. liues sunt arer (le) retornés:
110Droit en Aufrique les ot le vant botés.
 Par un maitin, ainz que jor fust esclarés,
 Fu le vasel soz Monbrant arivés.
 Zetent lor ancre, ez le vos aëncrés.
 L’aube crieve, li solel est levés:
115De Monbrant vit les tors et les palés,
 Le grant torneles et les palais listés.
 .B. le voit si le conuit asés,
 Le cors li tranble, si fu espoantés -
 Non vousist estre per l’or de .x. cités.
120«Ai, Dex!», dist .B., «Biax pere, com hor me het!
 Dapué cele hore que de mere fui nés
 Ne que mes peres, li cont Gui, fu finés,
 N’ai si mals non et doloros endurés!
 Or quedoie estre de dolor eschanpés,
125Or sui plus pris que mai non fu asés!»
 De la roine fu .B. apelés:
 «Sire», dist elle, «or non vos dementés!
 Sor tot rien en Dex vos enfiés!
 Se Dex vos aime, ja non serez grevés!
130Tot mantenant l’or et l’argant trosés,
 Laisez la mer, par tere vos aprenés.
 Par seque tere au Saint Sepolcre alés.
 Se vos estiens Noire Conbes pasés,
 Pué non doterons homes de mere nés».
135«Dame», dist .B., «si con vos comandés!».
 L’ors et l’argant fait airemant trosés,
 Pué fait traire lor civals alosés.
 Il et la dame et Teris fu montés,
 Le cors la dame d’une chappe afublés.
140Arondel couvre, qu’il non fust ravisés.
 .B. et Tieris soi chaint lé brans letrés,
 Cescun fu bien de soz sa chape armés.
 Les dos garson ont avec eus menés.
 Estés le vos a Monbrant arivés,
145Et ont les rues et les merchié pasés,
 Qu’ainz non fu .B. ni nuls ravisés.
 Pasent les pont, les rivere et les prés,
 A le non Dex en sunt au bois entrés.
 Par Noires Conbes se sunt azaminés,
150Plus de .vi. leues sunt par li bois alés.
 La dame ot le cuer espoantés,
 Le sang li mue, de paor ot trenblés.
 Le termen aproce de l’enfant qu’ele ot portés,
 Tant a sofert qu’ele ot un cris zités.
155.B. l’entant, sa regne ot tirés,
 La dame esgart que le vis ot mués.
 Por la destrece dou mals c’oit durés
 Devient plus vert que foile en bois ramés.
 «Dame», dist .B., «or sai de verités:
160De notre afaire est vos cors engonbrés».
 «Sire», dist ele, «voir, j’ai trop endurés,
 Que je crien molt avoir l’enfant grevés».
 Estés le vos dedans le bois entrés,
 Le fons d’un vals sunt au chemin entrés.
165Enz un broil que fu au gaut ramés,
 Un peneant molt i ot conversés:
 Plus de .xxx. ans i ot son tans usés.
 Autre foié i ot .B. estés,
 Et maitin et nuit i ot mesais estés,
170Quant dan roi sa fame ot portés.
 
 [O]r est li dus .B. enz au gaut foilis,
 De sa moiller ot enforcer li cris.
 D’une folie s’est de faire entremis,
 Dedans la bove ot li cors de li mis,
175Que hon non entande par la foreste les cris.
 Por sa moiler est formant entrepris,
 N’ait nule fame avec li fors que li(s).
 Ne il non s’afait a home qui soit vis
 Que fame aproce qu’est en tels delis.
180Elle les apelle par angoise en aut cris:
 «Ai, .B., sire, gentilz hon, dolz amis,
 Bier, aide moi, aiés de moi mercis!»
 «Dame», dist .B., «le roi de paradis
 Vos aie, molt sunt entrepris».
 
185[L]e frans dus .B. ot sa fame crier,
 Molt par li voit grant angoise endurer.
 Non soit que faire, ainz li convient plorer.
 «Dame», dist .B., «je mon voi al(a)er.
 Je non poi mais vos dolor esgarder,
190Ne de mes main tocer ni adeser».
 «Sire», dist elle, «doiés vos oil bender.
 Recevez (je) moi que non poéz fauser.
 L’oure aproce, pres sui dou delivrer.
 Mais si sunt preste, ne pois sor piés ester».
195«Dame», dist .B., «ce non doie veer.
 Per cel segnor tot oit a bailer,
 Milz ameroie dedans un chans entrer
 Contre quatre homes per ma vie sauver,
 Que moi aissent de la teste trencer».
200Dont prant la dame ses grant criz a lever
 Et les angoise sofrir et endurer.
 Quant .B. l’ot si griément crier,
 Saint Marie formant reclamer,
 Tant angoissoise a paine poit parler,
205Que la doquoise pres estoit de pasmer,
 Lors non poit plus ses anus endurer.
 Comant qu’il praigne qu’il non voile aler,
 Si li secore cil que doit tant amer.
 D’une toaile fist le pans des[ch]irer,
210Ses oils en fist estroitemant binder.
 D’un dras de soie soi fist envoluper,
 En sa main tien de fin or un bocler.
 En la bove entre o la dame au vis cler.
 Quant il se aproce, si comance a plorer,
215Elle li vait ses bras au cols ziter.
 Non soit mot .B. si oit l’enfant crier,
 A ses dos main l’en cort relever.
 Tieris l’en done, si le comant a laver,
 Fors de la bove le fait Tieris porter.
220«Gardez, biax frere, que Dex me veult aider».
 Dist Tieris: «Sire, bien devez Dex amer!
 Un biax fils ais, bien dois Dex aorer!
 Car a l’espaile li veiz la crois porter».
 «Et Dex», dist .B., «toi doi mercier!»
225Quant li dus .B. que doit en pais ester,
 Et la roine eomanee a crier,
 Une autre angoise li covient endurer.
 
 [Q]uant li dus .B. ot criez sa moilers,
 Les dans est[r]aindre et les oil larmoier(s),
230«Ai, Dex», dist .B., «non m’en sai consiler(s).
 Glorious pere, aider ma moillers,
 De ces malaiges ge non le sai aider(s)».
 Molt en convient la dame travailer(s),
 Molt le conforte dans .B. le gerers,
235Et la vertuz au glorios dou ciels
 Que Dex renvoie a la dame un eriters,
 Biax et cortois ausi com fist le primers,
 La crois vermoile sor le destre spaile li sié.
 Ha Teris l’a fait et laver et torcher(s),
240Et cil le sot gentemant aisier(s).
 Et .B. vait un lit apariler(s).
 La dame i couce, que en ot grant mesters,
 Les dos enfant a delez lui couziés.
 Mais il n’ont cuve por la dame bagner(s).
245El duc .B. avoit molt bon arcers;
 Et prant son (t)ars, si est alez arcoier(s),
 Char dos oisiaus veult avoir au mangers.
 Et li garson vont de l’erbe soier(s)
 Por li civals enz la bove manger(s).
250Et Tieris garde la cortoise moillers.
 Le jors atendent de ci [j]usqu’a l’anoitiers,
 Au bois esprenent le feu et font tochers.
 Au mangier fait atorner sa moillers.
 Dex, con Tieris le sot bien aisier(s)!
 
255[D]enz la forest fu .B. le valans,
 Molt pauros et d’autre part joians
 De ce que nascuz sunt andos li enfans,
 Et crois roials, come rois aparans.
 Molt par redote Saracin et Persans
260Que non li tolent maleoite g[i]ans.
 D’androit son cors non li prise un g[i]ans.
 Tieris apele que molt par fu sachans:
 «Tieris», dist il, «entandez mon senblans:
 Escuer estes cortois et avinans
265Et latiners poi estes molt valans.
 Vos in irez a la citez de Monbrans.
 Si m’aportez de l’esche et de l’ensans,
 Vin et clarté, boguerase et pimans,
 Poivre et comin, si aportez pain blans».
270La nuit atendent tant que jors fu parans.
 
 [L]a nuit atandent tant que jor fu ajorné,
 Que Tieris ot un destrer ensellé,
 Troise sa baile, est le vos monté.
 Besant porte de fin or esmeré,
275Ch’atre monoies coroit enz la cité.
 Bovon les ait le fons d’un vals mené,
 Et ont les bois et ploié et noé,
 Tant Tieris vient au chemin feré.
 Le civals broce et fort esperone,
280Jusque Monbrant non regne tire.
 Quant querir veult ot Tieris azaté,
 De la vile ist que non s’est aresté,
 Jusqu’au vals ot son chemin toré,
 Si con il ot esploitié et noé.
285Vient a la bove si ot .B. atrové,
 Teris destroxe chant qu’il ot azaté.
 Or ot le duc molt bien aseuré.
 «Sire», dist il, «or sachez de verité.
 Pué que je sai la voie a la cité,
290Mais par nuls home mais non serez trové,
 Trop sumes bien en cel bois destorné.
 Formant moi poise de Arondel le mué,
 Quant il a tant de avaine jeuné,
 Je lui donrai demain a grant planté,
295Car je vourai raler enz la cité».
 «Amis», dist .B., «il moi vient malt a gré.
 D’or en avant ferez vostre volunté,
 Je et mes filz a vos sumes livré.»
 Cele nuit ont a grant joie sopé
300Jusque demain que il virent ajorné,
 Que Tieris est et li garçon monté.
 Jusqu’a Monbrant non i ot regne tiré,
 Avaine quierent, non veulent autre blé.
 Isnelement sunt arere torné.