RIALFrI

Tommaso di Saluzzo, Livre du Chevalier Errant, 1403-1405, Piemonte

Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante (BnF ms. fr. 12559), a cura di Marco Piccat, Boves, Araba Fenice, 2008.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

Permalink:

 

 

1

[C. 1r.] [1] Ci commence le Livre du Chevalier Errant, lequel est partis en trois branchez, dont la premiere branche traictera et dira des aventures qui lui avinrent, et comment il ala entre lui et s’amie en la court le Dieu d’Amours. [2] Si vous devisera du Dieu d’Amours et de la Deesse et des choses qu’il vit entretant qu’il fu la. [3] Et puis dira comment il li advint et comment il s’en parti par une grant mesaventure qui lui avint en la compaingnie le Dieu d’Amour, et lors s’en ala par maintes terres pour conseil et conffort trouver.

[4] La seconde branche vous devisera et dira les choses qu’il trouva en son chemin et les aventures qui lui advinrent, et comment il s’en ala a la court de une haulte dame, laquelle estoit de greigneur renom que dame ne que seigneur qui au monde feust. [5] Si vous dira les grans choses et fors et diverses qu’il trouva en sa court, et vous dira comment il parla a elle et la response que de elle ot; puis vous dira comment par paour il parti de son hostel et les choses diverses qu’il trouva en son chemin. [6] Et celle dame on nommoit Madame Fortune.

[7] La tierce branche vous devisera comment, entre lui et sa compaingnie, se mistrent en leur chemin pour trouver aventures, en especial pour trouver conseil de son couroux, et vous dira les diverses choses qu’il trouva en ce chemin. [8] Puis racontera comment il s’en vint herbergier chiez une dame moult noble et de hault / renom. [9] Celle fu tenue par ceulz qui la cognoissoient sage dame a merveilles, et que meilleur conseil savoit donner que autre. [10] Et se aucun savoir vouloit comment la dame avoit a nom, sachiés que on la nommoit Madame Congnoissance. [11] Puis vous dira comment la dame le receust a bonne chiere, en especial quant elle l’ot recongneu, car autrefois des s’enfance moult l’amoit. [12] Puis vous dira comment elle conseilla sagement et droictement le chevalier et le reconforta et l’amonnesta de bien faire et de bonnes oeuvres. [13] Et quant le chevalier apperceust la bonté celle dame, moult la loua et dist a sa compaingnie: «Bien est urez qui vient hebergier chiez ceste dame». //

 [C. 1v.] Ce fu en avril ou fust en may

 Que toutes choses sont si gay

 Par le plaisir du doulz temps,

 Et les oyseaulz si vont chantans

5Sur le boys en la verdour

 Dont naist la fueille et pert la flour,

 Et celle eaue, qui est si clere,

 Court aval par la graviere,

 Dont tout corps se resjouist

10Par le doulz temps que d’yver ist,

 Car l’yver s’en vait fuiant

 Et ly estés le va chaçant.

 Donc me levay un bien matin

 Que la nuit venoit au declin;

15Si vouloie aler chacier

 Et a mon arc bersoier,

 En tel maniere passer le temps

 Ainsi comme font jeunes gens;

 Et m’en entray en une praerie

20Qui belle fu, envoisie,

 Et de lez une forest estoit

 Qui la praerie aucques touchoit;

 La me vouloie ficher /

 Pour les cerfs bersier.

25Quant je entray la praerie,

 Je vis une dame jolie

 Qui chevauchoit un paleffroy

 Et a grant erre vient a moy,

 Donc fuz bien esmerveillé

30Car si matin la fu levé. Erraument me demanda

 Et dist: «Amis, que fais tu ça?

 Veulz tu tousdiz ton temps user

 A cest arc bersoier?

 Tu n’ez plus valeton,

35Ainz te vient barbe au menton.

 Cest office que vois faisant,

 Ce est office d’enfant,

 Et bien te vouldroie conseillier

 Que tu preisses autre mestier,

40Car aucuns de tes amis

 Je ay bien amés tousdis.

 Dont voulentiers te conseilleroye

 Et ma voulanté te diroye,

 Car bien dois croirre voirement

45A ceulz qui t’ayment loyaument». //

 [C. 2r.] Quant je oÿ la dame parler,

 Erraument li vois demander

 Qui elle estoit

 Et quelle part elle venoit.

50Adonc me respondy:

 «Congnoissance est le nom de my,

 Et bonnement te vueil consseillier

 Et bonne voye te vueil monstrer».

 A la dame je vois disant:

55«Or dites tout en present,

 Et vostre dit escouteray

 Et puis je me aviseray».

 La dame prist a parler

 Et son conte a commencier: /

60«Amis, autrefois te fuz disant

 Que les tiens je fuz amant,

 Et pour ce je te diray

 Quelle part je te menray,

 Car je t’ayme de bonne amour

65Et ainsi je ayme ton honnour.

 Tu fuz jusquez cy jeune valeton,

 Et or passes ta saison,

 Et meshuy pourroies armes porter

 Et pourroies estre chevalier,

70Et si yroies aventures querans

 Comme font chevaliers errans.

 Et se tu veulz, tout en present

 Je te menray vers orient

 A la court de ce noble roy

75Que, a mon escient, je n’en croy

 Que si noble soit vivant

 En tout le firmament.

 Et la je te feray adouber

 Et seras jeune chevalier.

80Adonc pourras honneur conquerre

 Et telz aventures enquerre,

 Car qui est de honneur desirant,

 Toutes paines met a neant».

 Quant la dame m’a contee

85Toute sa voulantee,

 A lui erraument je m’accorday

 Et diz que sa voulanté feray

 Et lui diz: «Metés vous avant,

 Car aprés vous voy seant,

90Car je voy en verité

 Que je suis bien conseillé

 Par vous, Dame Congnoissance,

 A qui je parle en presence». //

 [C. 2v.] Adonc preismes nostre chemin

95Elle et moy ce bien matin,

 Et si feusmes arrivant

 Ou trois chemins se vont prenant.

 A la dame demanday

 Quel chemin prendrons çay,

100Car nous entrons en trois chemin

 Qui peuent tirer a une fin.

 La dame me va disant:

 «Or entens que yras faisant,

 Car tu es jeune escuier

105Et mal te saroies encor guier.

 Vois tu le grant chemin ça,

 Et cestui cy, et l’autre la?

 De une chose soiez avisant:

 Le droit chemin ne le meant

110Nul jour tu ne dois laissier,

 Ne la bonne voye par le sentier».

 Et tant dura notre erree

 Matin, miedi et vespree

 Que feusmes la venuz

115En ce pays de par lassus,

 Et feusmes en celle cité

 Ou ce roy de grant poesté

 Aloit la sa court tenant,

 Ou toutes gens vont reppairant

120Qui a lui ayent amisté, /

 Ne qui ayent bonne voulanté.

 Congnoissance la dame me presenta

 Au roy, et doulcement lui pria

 Que chevalier il me feist

125Et que de sa court me retenist.

 Le roy me va demandant

 De mon estre en present

 Et de ma lignié et de mon affaire,

 Auquel je diz sanz contraire

130Tout mon affaire en present.

 Ainsi moy va retenant

 Que je feusse de sa court,

 Mais que a nul n’en feisse tort.

 Adonc moy firent conffesser

135Et toute la nuit veillier;

 La de blanc je fuz vestuz,

 Et puis m’en ont revestuz

 D’une robe qui fu embrasee

 Du plus bel rouge de la contree.

140La veillay celle nuitiee

 Tant que vint a l’ajournee;

 La me firent la messe oÿr

 Toute entiere sanz partir.

 La le roy si m’adouba

145Et la colee me donna

 Et dist: «Loyaulté et hardement

 Ne soit nul jour en toy faillant,

 Et tousdis ayes en memoire

 L’ordre de chevalerie et son œuvre, //

150[C. 3r.] Et ainsi auras assés honneurs

 Qui ne te fauldront nulz jours».

 Quant ce fu acompli

 Et le roy si s’en parti,

 Et fu dedens sa court menez,

155Et la je estoie adez

 Tant que la dame me vint disant:

 «Que vas tu tant sejournant?

 Il a pluseurs jours passés

 Que tu fuz cy adoubez.

160Cuides tu conquerre honnour

 Pour estre tousdis en sejour?

 Ja n’en pourras a honneur venir

 Se non sces paine souffrir.

 Pense de toy haster

165Et pensons de chevaucher,

 Car je voy tout en present

 Que non seroies de cy partant

 Par le pou scens qui est en toy,

 Et plus ne te souvient de moy,

170Ne de ce que te aloye disant

 Quant nous feusmes deppartant».

 «Congnoissance, amie, je vous mercy

 De ce que monstrés yci.

 Or feray vostre plaisir,

175Car del faire le desir». /

 La dame dist en present:

 «Ja n’en seray de toy partant

 Tant que t’auray dehors menez

 De toutes cestes contrees

180Et que te mectray en aucun chemin,

 Et ce soit le bel matin».

 Cel main primes nostre erree

 Et partimes de la contree,

 Et tant alames chevauchant

185Sanz aventures trouvant

 Que cy face a mentevoir,

 Car nullez furent, a dire voir,

 Tant que feusmes arrivés

 Par beaulz chemins assés ferrés.

190Quant la dame veu a

 Que feusmes arrivés la,

 Erraument m’a demandé

 Et a moy dist sa voulanté:

 «Amis» dist elle «je te diray:

195De toy me deppartiray,

 Et pense de bien errer

 Et a honneur ton fait mener,

 Car une chose te vois disant

 Pour ton bon avisement:

200Homme qui quiert avoir honneur

 Se doit bien garder touzjour //

 [C. 3v.] Qui non face tellement

 Que son temps soye perdant,

 Et perdre ce qu’il non pourroit recouvrer

205Pour nul avoir qu’il peust donner,

 Et estre honis a la fin

 Quant son aage vient au declin,

 Et quant il devroit estre honnourés

 Et il est honis et malbaillés;

210Se il ne se garde voirement,

 Il ait bien perdu son temps.

 Ce je te vois disant adés,

 Ce je te vois disant adés,

 Que tudis soies remembrés

215Que com grans poines et com grans labours

 Tu pourras et enquerre honnours,

 Et bien te fauldra souffrir

 Ains que tu y puisses avenir,

 Et en petite heure voirement

220Pourries tout estre perdant.

 Donc tu te doyes bien aviser

 De toy savoir tres bien garder

 De perdre si legierement

 Ce que tu vas tant endurant.

225Et se ton honour non tiens en toy,

 Riens non prez le fait de toy».

 Congnoissance celle dame merciay

 De ce qu’elle m’aprist lay;

 Dont de moy elle se parti /

230Et ainsi pris congié de lui.

 La dame prist sa erree

 Et se parti de la contree.

 En un chemin je m’en entray

 Prez de une forest lay;

235La je prins ma erree

 Tant que je fuz a la vespree,

 Car temps estoit de hebergier,

 Mais non savoie ou hosteller.

 Quant je fuz assés alés,

240A une croix fuz arrivés,

 Laquelle estoit sus un pilon;

 Celle fu de belle façon.

 Dedens le pilon un dit estoit

 Qui telles parolles disoit:

245«O vous, chevaliers errans

 Qui alés aventures querans,

 Je vous dis tout voirement

 Qu’en la part senestre ne soiés entrant,

 Car se la nulz enterra,

250Perilleuses aventures trouvera.

 Amis, tiegne de la part destre

 Et les trouvera de bon estre».

 Le peron qui ce devisoit

 Ou mieu des deux chemins estoit.

255Quant je vy ytel escript

 Et entendis bien ce qu’il dist,

 Adonc pris a penser //

 [C. 4r.] Quel chemin devoie entrer,

 Ou cellui de la part destre,

260Ou cellui de la senestre.

 Lors je pris a moy a dire

 Que a present sanz termine

 Je tireroye la senestre part,

 Et verroye quelle part

265Ce chemin me meneroit

 Et quelle aventure me monsterroit,

 Et que estoie nouvel chevalier

 Pour moy aux aventures esprouver,

 Et que moy esprouver aux greigneurs,

270Je conqueroye greigneurs honneurs.

 En moy paour n’en concepvoye

 De entrer en celle voye,

 Ainz avoie grant desir

 De celle part venir,

275Car plains estoie de grant bobance;

 Pour ce prist telle sentence.

 Adonc pris a chevauchier

 Et le senestre chemin entrer,

 Auquel aloie com grant desir

280Et me venoit a grant plaisir,

 Et tant je pris ma erree

 Que je fuz a une valee.

 Lors pris a regarder

 Ou pourroye herbergier,

285Car nuit estoit presque obscure /

 Et de plus aler n’avoye cure,

 Car j’estoie bien travailliés

 Et desir avoie d’estre hostellés.

 Devant moy je regarday

290En celle valee lay

 Et vy une grant maison

 Qui ressembloit religion;

 Et la erraument m’en alay

 Et la dedens me hostellay.

295Et ainsi avient il bien souvent

 Communement a toute gent,

 Que tel cuide bien estre hostellés

 Qui est mauvaisement herbergiés.

 Quant je fuz la venuz,

300Je y fuz bien receuz;

 Quant me orent demandé

 De mon affaire la verité,

 Le leur prieur s’en vient a moy

 Et ses subgiez avec soy,

305Qui furent .viij. en compaingnie,

 Mes lui les sept maistrie.

 A leur poil, a leur barbe et a leur semblant

 Assés semblent penoyant.

 A moy ilz sont venus

310Et m’ont a joye receux;

 Dedens leur abaye me menerent

 Et tres bien moy honnourerent.

 La je fuz tres bien servis

 De tous plaisirs et de delis

315Que nul homme peust avoir

 En ce monde, a dire voir,

 Et assés me vont priant

 Que je y feusse sejournant.

 Mes je fuz tout esmerveilliez

320Quant ils orent telz poestés

 De moy pouoir si bien servir

 Et a moy faire tant a plaisir.

 La fuz je auquant sejournant,

 Mais un matin me vois partant.

325Quant je vouloye deppartir, //

 [C. 4v.] Je vouloye la messe oïr,

 Mais me distrent que l’eure yert passee,

 Et que l’eglise estoit fermee.

 Atant je pris congié de leur,

330Premierement de leur prieur,

 Que leur beneiçon me donnerent

 Et leurs biens me presenterent.

 Atant je pris ma erree

 Et me parti de la contree

335Et aloye aventures querant

 Ainsi comme chevalier errant,

 Et pluseurs j’en achevoye

 A grant plaisir et a grant joye.

 Ainsi j’aloie mon temps usant

340A grant plaisir et a grant boubant;

 Telle voye je menay

 Assés long temps que ne finay.

 Il fu jadis une saison

 Que m’esbatoie par le mon

345Ainsi comme chevalier errans

 Qui vont aventures querans.

 Dont me vint par devocion,

 Ou fut par desperacion,

 Que je entray en hermitage;

350Longtemps y fuz en grant servage.

 La vindrent gens moy visiter, /

 Lesquelx je doy moult mercier,

 Et en celle compaingnie

 Fu la belle plus jolie

355Qui tant faisoit a louer,

 Qu’en maintes pars n’a point son per.

 Si vient a moy sans delay

 Beau Regart, a qui m’acostay

 Car il fu homme de grant pris,

360Bien acoustumé et bien jolis,

 Lequel m’amene Bel Acqueil,

 Auquel accorder je me vueil.

 Si me mistrent a raison,

 A moy distrent telle queson:

365«Nous sommes esmerveillié

 De ce que tu as enpensé,

 Car tu fuz ja chevalier errans

 Et aloies aventures querans

 Et si n’as assés achevees;

370Or as ainsi du tout laissiees,

 Si es entrés en ce hermitage

 De quoy tu fais cy ton dommage.

 Mais te prions, com chier amis,

 Que boutes bas cestui scelis,

375Et que faces, selon qu’as acoustumé,

 Toy deduisant par la contré».

 Adonc commença mon cuer a esbaudir

 Quant il me prist a souvenir

 De mes aventures passees

380Et que j’avoie achevees;

 Mon hermitage mis en oubli

 Et pensay que seroie joli.

 Adonc je fuz de leur volanté

 Et fuz a eulz tost accordé.

385Ainsi voit on souvent venir

 Que par doulçour ou par plaisir

 On laisse son courage aler

 Par le conseil son amy chier,

 Et la pert il bien voirement

390C’on ayme de cuer parfaictement. //

 [C. 5r.] Adonc pris a parler

 Et ma volante a eulz conter:

 «Regart, amis, et Bel Acqueil,

 Je vous mercy, et faire le vueil

395Vostre conseil qui est si bon,

 Car or l’aray ma religion.

 Or entendés cy mon advis:

 Je n’en fuz oncques en ce pays

 Ne ne saroye ou errer

400Ne par ou aventures trouver».

 Lors a moy respondirent

 Ceulz qui sçorent bien qui distrent:

 «Amis, ne t’aler esmaiant,

 Car bien te serons aidant

405Et mettrons en ta compaingnie

 Une damoiselle jolie

 Et un valeton pour toy aidier

 Quant de lui aras mestier.

 La damoiselle est de grant lignee,

410Esperance fu clamee;

 Travail fu le varlet appellé,

 Ainsi fu il d’aucun nommé».

 Quant j’oz pris celle compaingnie,

 Je m’en partis a chiere lye

415Et pris mon chemin errer

 Vers la part que vouloie aler,

 Et m’en entray une praerie

 Qui estoit belle et envoisie

 De rivieres, d’arbres et de flours, /

420D’oiseaulx chantans et de bons oudeurs.

 La fu couverte la praerie

 De nobles gens, cui Dieu aye,

 Et furent tous amouroux,

 Amis et Amies tout entours.

425La furent tous esbatemens,

 La ne failloit nulle riens;

 Et regardant tout cel affaire

 Ou il n’avoit ja nul contraire,

 De travers se vient a moy

430Beau Regart, a qui m’ottroy,

 Et menoit en sa compaingnie

 Bel Acqueil et Chiere Lye

 Qui moy vindrent visiter

 Et me pristrent a demander

435Comment m’estoie contenus

 Puis que l’ermitage avoie perdus.

 Je respondi erraument

 Que bien a leur commandement

 Et a l’aide de ma damoiselle

440Esperance, celle belle.

 Atant es vous un errant chevalier

 Qui fu de la part l’aversier

 Et sur nous vient regardant,

 Si fist tres mal semblant

445Et se feri en la praerie,

 Si enmena la plus jolie. //

 [C. 5v.] Adonc je fuz tous esperdus

 Quant ytel fait je ay veux.

 La je pris a regarder

450Amont, aval, et moy haster

 Se je trouveroye

 La belle doulce a qui m’ottroye;

 Et je y mis longuement

 Et ne la vy ne tant ne quant,

455Car le chevalier depputaire

 L’avoit mené et fait rettraire,

 Qui plains fu de jalousie,

 Dont il li mena male vie

 Et la tolli d’esbatemens

460Pour les amoureuses gens,

 Car il estoit plain de suspeçon

 Qui fait vivre ly homs en languisson.

 Quant je vis que trouver n’en pouoie

 La belle rien, qui tant amoye,

465Un bouton je n’en prisoie mie

 Toute celle compaingnie.

 Si me trais a une part

 Et ma compaingnie d’autre part,

 Et moy pris a conseillier

470Quelle part pourroye errer.

 La damoiselle se mist avant,

 Ce fu Esperance au cuer gent

 Qui dist: «Ne vous devez desconfforter;

 Bien vous cuideray mener

475A l’aide de cel valeton

 Qui Travail a par son nom». /

 En moy ne fu que confforter

 Et pris mon chemin errer.

 Travail se mist devant,

480Qui le chemin savoit auquant,

 Et entrames en une forest obscure

 Ou ne trouvasmes nulle aventure

 Que cy face a raconter,

 Car la n’ot que ayrier.

485Celle forest fu bien garnie

 De pou plaisir et de mellencolie:

 La fu le froit, la fu la gelee,

 La fu la pluye, la fu la ventee;

 Aucune fois le chault si desmesurés

490Que bien cuidames estre brullés.

 Si demourasmes tant

 Que assés y souffrismes torment;

 Quant j’estoie en celle obscurté,

 Mon conseil pris adoncques a demander:

495«Compaingnons, quelle part pourrons errer?

 Bien yert maintenant esprouvés

 Vostre bon sens et vostre bon conselz,

 Afin que passer puisson

 Toute ceste confusion».

500Et dist Esperance ma damoiselle,

 Celle gentil, courtoise et belle:

 «Que ta vas tu dementant?

 Voycy mon enseingnement:

 Fay ta priere au Dieu d’Amours

505Auquel tu serves nuit et jours.

 Il est si plain de debonnaireté,

 Et bien scet ta volanté,

 Et a toy qui es des siens

 Ilz ne te fauldront pour nulle riens,

510Car homme qui a bonne fiance

 A souvent part de son entente».

 Lors me mis en devocion

 Et fis telle oroison: //

 [C. 6r.] «A toy, sires Dieu d’Amours

515A qui servent les greigneurs,

 Car ta puissance est universaire

 Par tout le monde sans contraire,

 Va partout ta dominacion,

 Par plains pays et par dojon,

520Ne ja n’en sera pays

 Ou ne soit ta grant posteys,

 Car homme ne femme n’est de tel puissance

 Qui envers toy n’aye sperance.

 Tu es ce Dieu si amiables

525Qui conffortes folz et sages

 Qui en toy ont esperance,

 Esqueulx monstres des enfance

 Qu’ilz soient tes serviteurs,

 Pour ses plaisirs et doulceurs

530A ceulz qui te vont orant

 Vas tousdis administrant.

 Et pour ce, puissant seignour,

 Qui es plain de toute doulçour,

 Qui ne desistes en toy esperant

535Ne qui ayment loyaument,

 Vueillez moy yci aidier

 Et conseil a moy envoier

 Pour passer cest forest obscure

 Ou il y ait tante laidure».

540Quant j’oz finee m’oroison,

 Je me levay du genoullon; /

 Et ne demouray mie grandement

 Qui vient a moy tout maintenant

 Une tres grant clarté

545Qui la forest a enluminé,

 Et noz feusmes tous entrepris

 De veoir si grans delis.

 Et a la clarté apparut

 Un ange qui celle clarté conduit,

550Qui tantes avoit beautés

 Car, se toutes gens mortelz

 Feussent ja trestous parlant,

 Bien cuide, a mon esciant,

 Que ja n’en pourroient raconter

555La grant douçour et le beau parler

 Et la tres grant gracieuseté

 De quoy il fu enluminé.

 Mais telles façons avoit

 Que auques a dame ressembloit,

560Et bien paroit il sans demour

 Estre de Dieu l’embaixour,

 Car nul n’yert si courouciez

 Que de lui veoir ne soit apayés.

 Adonc prist a moy a parler

565Et moy commença a demander

 Comment de moy yert et j’estoye

 Et moy enlumina de toute joye,

 Et me dist: «Amis, ne t’aler esmaiant: //

 [C. 6v.] Bien te yray reconffortant;

570Nostre sires, le Dieu d’Amours,

 A qui serves nuit et jours,

 Si ne t’a mie oublié,

 Ains m’a a toy mandé

 Pour a toy dire et viseter

575Et a toy tel chemin monstrer

 Que bien y pourras yssir,

 Mais ce sera a grant loisir;

 Ceste confusion que tu as cy

 Est pour meffait que fiz a ly.

580Et cel Dieu que vas servant

 Si ne te va point oubliant,

 Car je t’apporte un tel don

 Que ne seras en confusion,

 Ou de moy te puisse souvenir

585Que tout ne passe a plaisir».

 Adonc il me monstra la voye

 Et par ou errer devoye

 Et, a l’aide de lui et de mon valeton

 Qui Travail a par son nom,

590Et de ma damoiselle

 Esperance, celle belle,

 Ainsi moy et ma compaingnie

 Passames celle male vie.

 Quant nous feusmes hors passés

595Assés laz et travailliés,

 Si entrames bel chemin

 Et le jour venoit au declin.

 Adonc pris a demander

 Ou pourrions herbergier.

600Esperance la damoiselle

 Me monstra une tour belle,

 La plus joyeuse et delictable

 Qui soit en trestout Ytale.

 La preismes a chevauchier,

605Si la preismes a aprouchier;

 Quant feusmes la venus,

 Tost feusmes recongneus

 Que la demouroit la belle /

 Qui tantes paines a mon cuer revelle;

610Adonc fuz bien embrasés

 De la estre hostellés.

 Mais le chevalier devant nommé

 Qui celle part l’avoit mené,

 En qui n’avoit courtoisie

615Ains fu plain de villenie,

 Si gardoit le dongion

 Et le tenoit en tel prison.

 Devant la porte je le vy,

 Adonc je m’en alay vers ly

620Et le pris humblement a saluer

 Et courtoisement a proyer

 Que je puisse herbergier leans.

 Et il dist qu’il n’en feroit riens,

 Lequel respondi cruelment:

625«Or vous en souffrés atant».

 Si lui pris a demander:

 «N’y ferés autre parler?»

 «Je le vous dy de tout mon scens

 Que non herbergerés ceans».

630Et ainsi voit on souvent venir

 Que nul rude homme ne fait plaisir.

 Il se prist de moy mocquer

 Et moy commença a gaber.

 Je regarday maintenant

635Et vy la belle dormant

 Par la porte du vergier,

 Car l’uys oÿ desverroullier,

 Dessoubz un pin a la fontaine,

 Laquelle fu belle et clere et saine.

640Adonc je fuz tout esjoy

 Quant vy la beaulté de ly.

 La me dist la damoiselle

 Sperance, qui tant fu belle:

 «Or, sire, n’en doubtés,

645Car cy serés bien hostellés;

 A l’aide de Travail, vostre valeton,

 Bien enterrons en ce dojon».

 Adonc dis au chevalier //

 [C. 7r.] Que contre lui vouloie mesler,

650Et que a la bataille yert venus

 Ou je enterroye la sus;

 Cil me respondi

 Que ja estoit trestout garni.

 La commença nostre bataille,

655Laquelle fu cruelle et male

 Et bien dura grant temps

 Tant que souffrismes assés tourmens;

 Et chascun se tira arriere

 Pour cerchier et pour enquerre

660Et de savoir qui est son compaingnon

 Et de savoir de voir son nom.

 Ce premier assault pris a finer

 Et nous preismes a repposer.

 Adonc je pris a parler

665Et au chevalier demander

 De son estre et qu’il estoit,

 Qui si rudement se contenoit.

 Et lors il me respondi;

 «Bien sçay qu’avés oÿ de my

670Et bien sui partout nommé.

 Je suis Brons Sanz Pitié,

 Que ja courtoisie de moy n’aurés

 Et dehors la tour bien remanrés».

 Et moy que bien me fioye

675En lez assaulz que fait avoye /

 Et de greigneur n’avoye forni,

 Cestui aroye je tost basti.

 Ainsi com recommençoye

 La bataille qu’enpris avoye,

680Atant es vous vers moy venir

 Un chevalier qui fu gentil;

 En tout le monde n’a son per,

 Foi l’oÿ je appeller.

 Moy requis par promission

685Que je laissasse celle tenson

 Et que n’entrasse ou dojon,

 Car par droit ne devoye faire

 La mon sejour ne mon reppaire.

 A l’un et a l’autre va, tant disant

690Que la bataille remest atant.

 La me requist le chevalier

 Que je deusse o lui aler

 Pour aquiter ma couvenance

 Que aillours fis com grant plaisance.

695Quant je oÿ trestous ses diz,

 Adonc je fuz tous entrepris

 Et commençay un pou a penser

 Et a mon cuer ymaginer

 Que aprés le chevalier yroie

700Pour ce faire que devoye

 Et pour ma promesse aquitier,

 Que fis jadis sanz proier.

 Et si dis au chevalier:

 «Partons d’icy sanz demourer,

705Et metés vous avant;

 Je vous suivray tout en present,

 Car moy et chascun est tenuz

 A faire ce qu’il a prometuz;

 Et cellui qui fait autrement,

710Son honnour vait oubliant».

 Adonc preismes a errer

 Et nostre chemin aler.

 En ce chemin feusmes longuement

 Qui n’y trouvasmes neant,

715N’aventure qui face a mentevoir, //

 [C. 7v.] Ainsi je le vous dy de voir.

 Atant nous feusmes hostellé

 En une jolie cité,

 Et quant je fuz la endormis,

720En dormant il me fu aviz

 Qu’en une chambre belle estoie,

 Et a la fenestre je pensoie

 Et vy par le chemin passer

 Ma belle dame au vis cler

725Qui aloit en son voyage,

 Ou feust en pelerinage;

 Si me vais vers lui encliner

 Et courtoisement la saluer,

 Et elle me rendoit mon salu

730Le visage tout yrascu.

 Et je me pris appercevoir

 Qu’elle yert courouciee vers moy;

 Lors je estoie si courouciés

 Que bien sembloye forsennés,

735Et si forment m’esmaiay

 Que erraument m’esveillay

 Et fuiz tristes et doulens

 De ce que vy en mon dormant.

 Puis celle nuit ne pouoye poser

740Tant que l’aloe oÿ chanter,

 Car le jour yert cler

 Et temps estoit de lever,

 Et diz a moy que bien n’aroye

 Tant que la verité saroye.

745Unez lettres fis de ma main;

 Si les manday cellui main

 Par mon valeton que demanday:

 «Travail, amis, trayés vous çay. /

 Prenés ceste lettre cy

750Et dites a ma dame ainsi

 Que je a li me recommand.

 Or vous en alés atant».

 Le valeton s’en vait au pays

 Ou la plus belle que fleurs de lis

755Demouroit voirement,

 Et la trouva aucques pensant;

 Lequel s’enclina a lui

 Et la lettre lui rendi,

 Et compta tout son message

760A la dame de parage.

 Et elle la prist tout maintenant

 Et voit le contenement:

 «A celle rose jolie clamee

 Qui tant est de moy amee.

765Tres honnouree dame puissant

 A qui mon cuer trestout appent,

 Bien sariez de verité

 Que longtemps je ay esté

 Sanz veoir vostre presence,

770De quoy mon cuer a grant pesance

 Quant il me doit souvenir

 De vous beauté et doulz plaisir

 Que ja fu entre nous deux,

 Au despit de tous jaleux,

775Quant nous alions desduisant

 Oÿr le rosseingnoul chantant,

 Et autres esbatemens assés

 Que cy ne seront nommés,

 Et j’estoie en vostre presence

780Et remiroye vostre semblance;

 Bien me pouoit asouvenir

 De ceulz qui ne doivent mourir,

 Qui sont en paradis fermés

 En leur grant aisievetés.

785Pour ce, tres honnouree belle,

 Celle qui luist plus que estelle,

 A vous humblement demande mercy

 Que a mal ne ayés de my //

 [C. 8r.] Se tant y ay demourés

790D’estre vers vous, dame, alez,

 Car ce ne fu par ma queson,

 Et par temps sarés la raison,

 Car je fui et sui en estrange pays;

 La demouray je bien enuiz,

795Mes une aventure contraire

 La me mena sanz nul rettraire.

 Dont, ma tres souveraine

 Dame puissant et debonnaire,

 Pour mon cuer aleigrir

800Et moy faire a plaisir,

 Me vueillés faire asavoir

 De vostre estat tout le voir;

 Icy voirement sanz delay

 Vostre responce attendray.

805Je sui en compaingnie de vostre chevalier

 Foy, qui me vient cerchier

 Et de par vous me vient querre

 Pour moy vers vous du tout rettraire.

 De par vostre humble servant,

810Cellui qui vous ayme tant».

 La dame pensoit adez

 Pourquoy je n’estoie alez

 Et que ça faisoie tant;

 Ma response fist erraument

815Et disoit en tel maniere

 Si comme pert ça arriere.

 Le valeton prist sa erree

 Et se parti de la contree

 Pour son message raconter

820Et la lettre a moy baillier.

 Et tant il prist sa erree

 Par plains, par mont et par valee,

 Qu’a moy il yert revenus

 De ce pays de par la sus.

825Et quant je vy le valeton,

 Mon cuer fu en grant fuzon

 Pour savoir la veritee /

 Se ma dame yert iree.

 Le valleton si m’enclina

830Et la lettre me bailla;

 Celle ay je regardee

 Et si l’ay trois foys baisiee

 Pour révérence de celle

 Qui la lettre avoit escripte.

835Et ainsi en tel semblant

 Disoit le contenement:

 «A toy qui si me mandes humblement,

 Bien en fais mal le semblant.

 Ta renommee va par le pays

840Que tu es si entrepris

 La bas en celle contree

 Ou il n’a nulle fermetee

 D’amours, ainsi com dient voirement

 Toute la commune gent.

845Et ce oÿ je d’une damoiselle

 Qui faisoit sa querelle

 Au Dieu d’Amours piteusement,

 Et ce fu d’un faulz amant

 Qui faulsement l’avoit laissee,

850Lequel estoit de celle contree.

 Et toy que j’ay tant amé

 Que seroit inpossibleté, //

 [C. 8v.] Se trestoute chrestienté

 Feust ensemble amassé

855Et tout l’amour fut unees

 Et dedens un cuer fermees

 te voulzist amer,

 Il ne se pourroit comparer

 A le mien qui tant t’ama

860Et encores auquant si fa;

 Mais je y met telle excepcion

 Pour aucune informacion

 Que contre toy je ay eu,

 Car tu te y es mal contenu

865Contre moy, et ne le deusses faire

 Pour nul plaisir ne nul contraire,

 Et malvaisement t’est souvenus

 De ce que m’avoies prometus.

 Et pren ton chemin haster

870Pour toy venir excuser,

 Car n’en croy mie du tout voirement

 Si n’ay autre enformement;

 Quant seras venus a moy,

 Je orray l’escuse de toy,

875Et la pourrés telle faire

 Que mon cuer aras debonnaire.

 De par celle dominacion

 Qui ton cuer tient en sa prison». /

 Quant vy le contenement

880Que ma dame se va irant,

 Adonc je fuz bien yrés

 Et mon cuer bien esmayés

 Pour le couroux de ma dame,

 Lequel n’estoit du tout sanz cause.

885Lors demanday le chevalier,

 Lequel Foy oÿ appeller:

 «Amis» dis je tout maintenant,

 «Trop alons ça sejournant,

 Et tost pensons d’aster

890Et nostre chemin exploitier,

 Car ceste lettre va devisant

 Que ma dame a maltalant

 Pour aucune informacion

 Dont elle ot auques raison».

895Dont je fiz tout mon devoir

 De la partir, a dire voir.

 Nostre chemin preismes a haster

 La part ou voulions aler.

 Or laisserons cy a compter

900Et penrons a retourner

 De ma bataille passee

 Et que advint celle journee.

 Quant nous feusmes combatus,

 Le chevalier fu yrascus

905Contre moy, a dire voir,

 Pour ce que par tel pouoir

 Je vouloie en la tour entrer

 Et a la dame festoier;

 Et adonc prist a Foy a dire

910Que bien pres et sanz termine

 Il saroit quel chemin

 Je feroye le matin,

 «Car meshui il est si tart

 Que je n’iray nulle part».

915Une espie me manda aprés,

 Qui par les escloz me suivoit adés

 Par le fond d’une valee,

 Laquelle Envie fu clamee; //

 [C. 9r.] En lui ne fu debonnaireté,

920Ains fu de male voulanté.

 Celle, par comment son seingnour,

 Me suivoit nuit et jour,

 Et tant elle nous vint suivant

 Que aucques nous vint attaingnant

925La ou feusmes hostellés

 Aucques en estranges contrees.

 La damoiselle depputaire

 La me fu du tout contraire;

 Si s’en va par la contree,

930Une fame y a levee

 Que un chevalier errans,

 Qui va aventures querans,

 Est ça venus hosteller

 Pour le pays espier.

935Que vous iroye je plus disant?

 La damoiselle va tant faisant

 Que la me fist remanoir,

 Car bien n’orent le pouoir,

 Car je estoie en celle contree

940Ou n’avoie nulle amistee.

 Ce pays ou fuz arrestés

 Fu de nobles gens pueplés,

 Et de nobles gens, a qui Dieux aÿe,

 Lesqueulz menoient joieuse vie, /

945Et d’autres gens assés

 Qui cy ne seront nommés.

 Et y avoit sauvages gens

 Et aussi y avoit des mescreans

 Qui n’estoient de nostre loy,

950Ainz oroient je ne sçay quoy.

 Celles gens je veoie souvent

 Car la yert leur demourement.

 Adonc je ay demandé

 Quelle yert celle contré

955Ou si pou de gens ma loy tenoient

 Et que nul pouoir n’y avoient;

 Lors me respondirent

 Celles gens, lesquelz distrent:

 «Tu es venus en paienie

960Ou ta loy n’a ja maistrie.

 Toutesfois nous te dison

 Qu’ilz sont ça en subgeccion».

 Adonc pris a moy a penser

 Qu’en leur n’yert que ayrer,

965Et que bien sont de grant follage

 D’estre tousdis en tel servage.

 La damoiselle de mal ayre

 Adonc soy prist a rettraire,

 Ce fu la damoiselle Envie

970Qui m’arresta en paienie.

 La fuz je longuement detenus

 Par celles gens mescognus

 Et par celle male damoiselle

 Qui me mena telle querelle.

975La damoiselle a tant chevauché

 Que elle vint en sa contré;

 A Breus Sanz Pité compté a

 Ce qu’elle exploitié a.

 «Amie, entendés ma pensé:»

980Ce dist Breus Sanz Pitié

 «Tournés vous en tout maintenant

 Et faites tout en present

 [C. 9v.] Que le chevalier qui est en payenie //

 De ce pays ne parte mie,

985Ne que nul homme de sa loy

 Ne lui die ne ce ne quoy».

 Elle le fist tout en present

 Par paour et par enchantement,

 Car Breus Sanz Pitié

990Ot une dame proyé,

 A qui il ert servitour,

 Et lui pria que par s’amour

 Elle voulzist le chevalier enchanter

 A ce que n’en s’en puisse aler;

995Laquelle fist sa priere

 Et a moy envoya derriere

 Celle male damoiselle

 Qui vers moy fu bien rebelle;

 Par paour et par enchantement

1000Me detindrent voirement.

 Et se aucun savoir vouloit

 Qui celle male dame estoit

 Qui la damoiselle enseingna

 Pour moy detenir la,

1005Ce fu la Fae Mourgain,

 A qui Breus ne sert en vain,

 Qui m’envoia Envie la damoiselle

 Pour moy mettre en tel querelle.

 Quant vy que ne pouoie autrement,

1010Foy le chevalier demant:

 «Amis Foy, ça entendés:

 Bien vees cy com adés

 Il nous est avenus

 Pour ce chevalier Breus

1015Qui envers nul n’a ja pitié,

 Ainsi dist on par la contré,

 Mais voirement est mal volus

 A la court le roy Artus.

 Prenez vostre chemin et vous en alés

1020Vers ma dame et li comptés

 De mon estre qu’est assus

 Et comment il nous est avenus. /

 Et savés appertement

 Mon vouloir et mon talent,

1025Et que en vostre compaingnie aloye

 Quant je fuz pris en ceste voye

 Pour ma promesse acquiter

 A ma dame au viz cler.

 Et je tenray en ma compaingnie

1030Ma damoiselle jolye,

 Esperance, celle belle

 Qui de moy aidier n’est rebelle,

 Et Travail mon valeton,

 Qui assés endure par mon nom.

1035Mes unes lettres vous donray,

 Lesquelles porterés lay

 A ma dame pour la reconfforter,

 Celle doulce au viz cler,

 Car trop seroit desconffortee

1040Par ma longue demouree».

 Le chevalier se prist aler

 Et son voyage a haster.

 Tant est alés par ses journees

 Qu’a ma dame fu arrivez,

1045Laquelle se desconfforte malement

 Quant elle ne me voit en present.

 Adonc prist a demander

 A cel noble chevalier

 Que ce est et ou j’estoie //

1050[C. 10r.] Et que en present a ly n’aloye.

 Le chevalier debonnaire

 Lui compta tout cel affaire,

 Et prent la lettre maintenant

 Et lui presente erraument.

1055La dame gette un grant souspir,

 La lettre prent a grant desir

 Pour savoir le contenemens

 Et que la lettre disoit dedens

 Et dist tout en present:

1060«Sire Dieu omnipotent,

 Quantes paines ay je a souffrir

 Pour cellui qui me fait mourir!

 Car bien croy pour veritee

 Que ja n’yert la journee

1065Que je puisse accoler

 Cellui que je doy tant amer.

 Ma rudesse et ma fellonie

 M’y feront perdre la vie,

 Car il m’avoit si doulcement mandé

1070Et je ly ay si rudement remandé,

 Dont il sera en desperacion

 Et moy aÿra par raison,

 Car par trop grant crudelité

 On pert souvent grant amisté.

1075Mais tant sçay de son affaire

 Que vers moy ne sera contraire».

 Ainsi disant, tout en plourant

 La va la lettre deffremant.

 Et disoit la surscripture:

1080«A la plus belle creature

 Qui soit au monde vivant

 Et passe tout le firmament.

 A vous, qui estes si plaisant dame

 Et de toute beauté souveraine,

1085Car vous estes la fleur et le lis

 Et illuminaire du pais,

 Et bien estes comparee /

 A celle noble rousee

 Qui vient du ciel pour arrouser

1090Et la terre reffreschier

 Pour la desmesuree chalour

 Qui telle est ensour le jour,

 Et celle est la medecine

 Qui attempre tel flamme,

1095Et se ne fut celle freschour

 Le monde perdroit sa vigour;

 Je vous oÿ comparer

 Au souleil qui est si cler,

 Qui sur toutes choses a clarour

1100Et le monde enlumine tout entour,

 Et pour li porte la terre fruit

 Pour quoy les gens prannent deduit,

 Et sans ces dons ne pourroient vivre

 Ains mourrions tous a martire;

1105Ains estes le luminament

 Qui enlumine toute gent,

 De sens, de beaulté et de valour

 Par le monde tout entour.

 Et vueilliés avoir de moy mercy

1110Et moy non mectre en oubli;

 Par mal rettrait ne par jalousie

 Ne vueillés avoir mellencolie.

 Et bien savés par raison

 Que a vous n’en feroie mesprison

1115Car Foy, vostre chevalier

 Qu’a moy tramist l’autrier,

 Vous dira ma entencion,

 La verité et l’achoison

 Pour quoy vers vous n’en suis alé

1120Et que tant ay demouré.

 Touteffois ma esperance

 Est en vous sanz doubtance,

 Et ne seray si yrascus

 Se de vous m’yert souvenus,

1125Que ne mecte en oubliance //

 [C. 10v.] En present toute grevance,

 Et moy vostre servitour

 Ayés recommandés touzjour.

 C’est de par telle personne

1130Qui vous ayme de bonne heure».

 Quant elle vit le contenement

 Que la lettre va disant,

 Elle fu toute esperdue

 Et si fu grant piece mue,

1135Car pouoir n’ot de parler

 Pour cel mortel encombrier

 Qui au cuer li va ferir,

 Dont elle cuide bien morir.

 Et dist tout en souspirant:

1140«Lasse moy! Com malement

 M’est il avenus

 De ce, amis, que t’ay perdus!»

 Et, en disant celle tenson,

 La cheÿ en paumezon;

1145Dont erraument fu levee

 Par les gens de sa contree,

 Qui la porterent en une chambre

 Laquelle reluit plus que l’ambre.

 La fu malade longuement

1150Et assés y souffri torment,

 Et dist que par longue demouree

 Pert on bien grant amistee. /

 Or laisserons a parler

 De la dame au vis cler

1155Et tournerons a la matere

 Du chevalier qui ça arriere

 Par Morgain fu enchantez,

 Ce fu par Breus Sans Pitiez;

 Et la il fu longuement,

1160Assés y demoura estroictement.

 Quant le chevalier se vit tel atourné,

 La damoiselle a demandé

 Et dist: «Esperance, amie,

 Quelle yert nostre vie?

1165Et vous, Travail, amis, que dirés?

 Comment me conseillerés?».

 «Sire» dist le valleton

 «Je vous diray m’entencion:

 Ja de moy ne serés dessevrés

1170Tant que serés en voz contrés».

 Dist Esperance la damoiselle:

 «Bien t’aideray en ta querelle,

 Et te diray que nous ferons

 Et comment nous contenrons.

1175Se tu n’en savoies auquant souffrir,

 Tu n’en pourroies a honneur venir.

 Je m’en yray a ton seingnour,

 Lequel est le Dieu d’Amour,

 Et li diray de ton affaire,

1180Qui ja ne te sera contraire

 Et bien te sera aidant

 Et a toy aidier reconffortant.

 Toy et Travail ton valleton

 En tant passerés la saison».

1185La damoiselle prist son chemin

 Et se partist le bien matin,

 Et se mist en celle voye

 Pour veoir le seigneur de joye:

 Ce fu le Dieu d’Amours

1190A qui obeissent les greigneurs;

 Et tant prist sa erree //

 [C. 11r.] Qu’elle fu en la contree,

 En ce païs si delictables

 Ou demourerent folz et sages,

1195Et vint en une praerie

 Ou on menoit bonne vie.

 La n’estoit que esbatemens

 A toutes communes gens

 De tous plaisirs et de deduit

1200Qui ne finoit et jour et nuit.

 Et la fu elle bien receue,

 Car aucques y estoit congneue

 Par toutes amoureuse gent

 Que son seigneur vont recongnoissant.

1205Au Dieu d’Amours le presenterent

 Et a li la recommanderent

 Pour l’amour de son seingneur,

 Lequel yert son serviteur.

 Devant lui s’agenoulla

1210Et humblement l’enclina;

 «Courtoisement m’a salué

 Et de mon maistre demandé,

 De son estre et que faisoit,

 Et comment se contenoit.

1215Adonc je lui comptay

 La cause pour quoy a li alay,

 Et com mon seigneur m’a ça envoiez

 Pour estre de vous aidiés,

 En qu’il a toute esperance,

1220Car son seigneur feustes de son enfance.

 Et le vueilliez conseillier

 La ou il a de vous mestier,

 Car il cuide vrayement

 Que ne lui fauldrés neant.

1225Et si vous prie com a seignour

 Que l’ayés recommandé touzjour,

 Car service est perdus

 Quant il n’est recognus». /

 Le Dieu d’Amours escouté a

1230Ce que la damoiselle dit ly a,

 Et demanda erraument

 Un sien joli sergent

 Qui Bontés fu appellez.

 A la damoiselle l’a baillez

1235Et li dist en telle maniere:

 «Amis, entens ma priere.

 Tu t’en yras com la damoiselle,

 C’est Esperance, celle belle;

 De ma part reconfforteras le chevalier

1240Qui en payenie est enchanté.

 Et fay de ceste lettre present

 A ceulz qui a moy sont obeissant».

 «Adonc pris congié de cel seignour,

 Lequel estoit le Dieu d’Amour».

1245Tant alerent par leur chemin

 Qu’ilz vindrent un bien matin

 En une praerie

 Qui fu pres de payenie.

 Ilz n’y firent autre demeure:

1250Ou pays ilz sont entré;

 La trouverent le chevalier

 Qui de conffort avoit mestier.

 «Quant le Chevalier Errant

 Nous deux voit en present,

1255Moy Esperance prist a acoler,

 Et moy commença a demander

 Qui estoit cel sergent» //

 [C. 11v.] Qui devant lui va conduisant.

 Adonc elle lui respondi:

1260«Le Dieu d’Amour le mande a ty

 Pour toy veoir et confforter,

 Car il te vuelt bien aidier».

 Le sergent se met avant,

 Au chevalier se va presentant

1265Et le salue de par le Dieu d’Amour

 Qui le claime servitour.

 Ce dist Bonté le sergent:

 «Ne t’aler neant esmaiant,

 Car monseigneur te prouverra

1270Par ses amis de par deça,

 Auxqueulz je suis venus jour et nuit

 Pour toy mettre en deduit».

 Et Esperance la damoiselle,

 Qui de moy aidier n’est rebelle,

1275Me va tousdis conffortant

 Disant «Non t’aler esmaiant,

 Car aprés ytel tourmens

 Meilleur te semblera le bon temps».

 Atant le sergent s’en est alés

1280Par toutes ycelles contrez;

 Il fist assavoir communement

 De Dieu le commandement,

 Et fist faire une unicion /

 Par toute celle region

1285Que chascun venist oïr

 Du Dieu d’Amour le plaisir

 Et veoir le mandement

 Qu’il fait a ses servant.

 Et la furent tous ensemble

1290Sanz parler et sans contendre.

 Lors se leva le sergent

 Du Dieu d’Amours, qui fu present,

 Et leur presenta unes lettres

 Que le Dieu d’Amour ot escriptes,

1295Et les bailla a celle compaingnie

 Que le Dieu d’Amour aoure et prie,

 Et les pristrent en grant reverence

 Et les ouvrirent en leur presence.

 Et disoit la surscripture:

1300«A vous, mes gens de bonne nature,

 Je, Dieu d’Amour, souverain

 Par tout le monde de certain.

 A vous, amis et amies et servitours

 Qui a moy obeissés touzjours,

1305Courtoisement je vous salus,

 Vous dou païs de par la jus,

 Car debonnairement doy faire

 Vostre volanté sans contraire

 Par la bonne renommee

1310Qui de vous va par la contree,

 Et voulentiers estes obeissans

 A tous mes commandemens.

 Ainsi voirement je vous dy

 Que vous n’ay point en oubli,

1315Ains sui en grant desir

 De vous faire a plaisir;

 Et pour ce, ma belle gent amee

 Qui estes en celle contree,

 Voir est il de certain

1320Qu’il avint l’autre main

 Que un mien serviteur fu detenus //

 [C. 12r.] En vostre pays de par la juz,

 Ou par force ou par enchantement

 Que li firent aucune gent.

1325Dont je vous fais assavoir

 Qu’il est mon serviteur de voir,

 Et ne fu meis recreant

 De moy estre obeissant.

 Pour ce, tres honnouree gent jolie

1330Auxquelz je promect bonne vie,

 Vueillez donner esbatement

 A un mien Chevalier Errant,

 Qui est en payenie, vostre contree,

 Ou il n’a gueres d’amistee,

1335Et le tiengnés en esbatement,

 Et si l’alés reconffortant;

 Et le plaisir que li ferés

 Je l’aray assés a grés,

 Car pour service faire en estxange contree

1340On gaingne souvent grant amistee».

 Quant la lettre fu leue,

 Elle fu bien entendue.

 Bonté le sergent fu appellés:

 «Amis, ça entendés:

1345Bien veons appertement

 Ce que la lettre va disant.

 Prennés vostre chemin a errer

 Et pourrez nostre seigneur conter

 Qui yert fait son commandement,

1350Car bien l’avons en talant.

 A li humblement nous recommanderez:

 Prests sommes a ses voulantez».

 Le varlet erraument s’en va,

 Autre demourance n’y fa.

1355Adonc pristrent a conseiller

 Comment pourroient esploitier,

 Car tous furent desirant

 Du Dieu d’Amours faire le command.

 Et distrent en tel maniere:

1360«Cy n’a aultre que enquerre /

 La ou le Chevalier Errant sera,

 Qui la damoiselle Envie enchanta.

 Quant nous saurons le voir,

 Nous ferons nostre devoir».

1365Un jour, cerchant la contree,

 Ce fu une matinee,

 Aucuns de ceuls virent un valeton

 Qui aloit de grant randon.

 Ainsi le vont encontrant,

1370Si lui vont demandant

 Qui il est et dont il venoit

 Et quelle part il aloit.

 Le valeton leur respondi:

 «Travail est le nom de my,

1375Et assés qui ont mon nom trouverés

 Par toutes ycestes contrees.

 Je sui a un Chevalier Errant

 Qui ça vait sejournant».

 Tant leur dist de l’affaire

1380Qu’ilz sçorent du chevalier le reppaire

 Et qu’ilz sçorent voirement

 Ou le Chevalier va sejournant.

 Adonc fut tost noncié

 A ceulz de bonne voulanté

1385Pour le command le seigneur acomplir

 Et pour faire son plaisir, //

 [C. 12v.] Lesquelz ordonnerent de voir

 Du Chevalier visiter et veoir;

 Ce fu une compaingnie

1390Qui fu belle et envoisie

 Que le Chevalier ont cerchié

 La ou estoit enchanté.

 Et tant pristrent leur erree

 Que vindrent une vespree

1395La ou n’avoit esbatement,

 Et demouroit estroictement

 Dedens une roche obscure,

 Toute plaine de laidure.

 Et n’y avoit aultre esbatement

1400Que un pou d’erbe verdoyant

 Sus laquelle s’esbatoit,

 Dont le rousseingnoul oïoit,

 Qui chantoit la bien souvent

 Sus celle roche en present.

1405La yert tout son deduit,

 Que autre n’avoit ne jour ne nuit;

 Ycelle estoit sa vie

 De lui et de sa compaingnie,

 Ce fu Esperance et le valeton

1410Qui Travail a par son nom;

 Ces deus ne l’abandonnoient,

 Ains tousdis o lui estoient.

 Au Chevalier vient celle riche compaingnie

 Qui de tous biens fu bien garnie;

1415Trois personnes la avoit

 Qui celle compaingnie menoit:

 Ce fu Beauté, Plaisir et Douçour

 Qui des autres estoient conduisour.

 Si distrent au Chevalier

1420Courtoisement: «Ne te esmaier»

 Et le vont reconffortant

 Du Dieu d’Amour si puissant

 «Et comment il nous a mandé

 Par sa grant debonnaireté

1425Et aussi par commandement, /

 Car a lui sommes obeissant,

 Et que nous venissions visiter

 Et aucun bon conffort donner,

 Car dist que estes son serviteur

1430Et lui obeissés touzjour.

 Et pour ce vous alons presentant

 De vous donner esbatement

 Et vous ferons bonne compaignie;

 Ainsi passerés vostre vie

1435Tant que l’enchantement soit finez

 Qui aucques fut aterminés.

 Et aussi, au plus que pourrons,

 Esbatement nous vous donrons,

 Car nous vous disons de voir

1440Que le Dieu d’Amour ça a grant pouoir

 Et sera bien fait son commandement,

 Car a lui sommes obeissant

 Et bien sommes entalentés

 D’avoir tousdis ses amistés,

1445Car on dist que par bon service

 On gaingne bien grant benefice».

 Adonc le Chevalier se humilia

 Et humblement les mercia

 De ce noble son seingnour,

1450Lequel il claime le Dieu d’Amour,

 Qu’il ne l’a point oublié,

 Ainz l’a tellement visité

 Com est de veoir tel compaingnie

 Qui de tante bonté est garnie

1455Et dist: «Je suis bien oubligiez

 A faire tous voz voulantez

 Par la tres grant debonnaireté

 Que j’ay en vous trouvé,

 Et que me monstrés tel amour

1460Et a moy faites tel honneur

 Dont ne sçay dire autrement.

 Mes cuer et corps je vous present

 Et, se autre meillour chose avoie,

 De bon cuer la vous donroye //

1465[C. 13r.] A faire trestout vostre plaisir

 Ainsi comme j’ay le desir».

 Lors pristrent moy esbaudir

 Et a moy faire a plaisir,

 Et faire tel esbatement

1470Que del veoir est bien jent,

 Et menoient tel deduit

 Que, a mon scient, je ne cuid

 Qu’ailleurs plus bel se puist trouver

 Et qu’en maintes pars n’a point son per.

1475En celle noble compaingnie,

 Qui de tantes beaultés fu garnie,

 Fu Regart li archier

 Qui de gens ferir scet le mestier;

 Et menoit o lui Bel Acqueil

1480Que de bien pres le vy de l’ueil;

 Et aussi fu en leur compaingnie

 La belle doulce Chiere Lie

 Qui moy vindrent mettre a raison

 Et me distrent telle question:

1485«Non t’est il asouvenus

 Que autrefoys t’ayons veus

 Quant estoies en l’ermitage

 Ou faisoies ton grant dommage?

 Car la te feusmes conseillant

1490D’aler l’ermitage laissant.

 Encor te disons ainsi,

 Que non obstant que soies cy

 En ceste roche enchantés,

 Que bien feras que senés

1495Se sceiz prendre esbatemens

 Par ainsi passer ton temps».

 Adonc a eulz je m’acostay

 Et humblement les merciay

 De leur bon enseingnement

1500Que a moy donnent au present:

 «Et autrefois me souliez conseillier,

 De quoy vous doye mercier,

 Dont je fuz tous accordés /

 A faire vos voulantés,

1505Car tant j’ay esprouvé

 Vostre bonne voulanté

 Que voz plaisirs tousdis feray

 Et a vo commandement seray,

 Et de ores en avant

1510Sur moy avés commandement».

 Pour le deduit de celle compaingnie

 Ainsi je passoie ma vie.

 Celle compaingnie je veoye

 Non si souvent com je vouloie,

1515Qui me venoient auquant visiter,

 De quoy les doye bien mercier.

 Si ne fut leur visitacion,

 Je feusse mort en languisson,

 Mes celle me enlumina

1520Et mon cuer resjouy a;

 Dont ainsi me failloit souffrir

 Pour mieulz avoir a bel laisir,

 Com dist ma damoiselle

 Esperance, celle belle:

1525«Qui tousdis plaisir auroit,

 Son bon temps ne congnoistroit».

 Or laisserons le parlement

 De cel Chevalier Errant

 Que le Dieu d’Amour confforta

1530Par ses obeissans de par de la, //

 [C. 13v.] Que aucune fois le venoient visiter

 Et a lui grant conffort donner.

 Si tournerons a la matiere

 Que fu parlé ça derriere:

1535Ce est la dame jolie

 Laquelle maine male vie

 Pour amour de son amy

 Que longtemps a que ne le vy,

 Dont elle fu grant temps amalee

1540En son païs en la contree,

 Et pensoit que voirement

 L’envoieroit querre en present.

 Son chevalier a demandez:

 «Foy, amis, ça entendés:

1545Prennés vostre chemin a haster;

 Alés mon amy compter

 Comment je suis haitiee

 Et de ma personne bailliee

 Car, puis qu’a moy feustes revenus,

1550Mon cuer fu si yrascus

 Que en present cuidoit mourir

 Sans avoir autre loisir.

 Unes lectres je feray,

 A mon amy les donrés lay;

1555Et bien pourrés a lui tant contendre

 Qu’il vendra sans plus attendre».

 La gentil dame vait les lettres faisant,

 A son chevalier les vait baillant.

 Le chevalier prist son chemin

1560Et se partist le bien matin

 Pour faire de sa dame le commant

 Et pour son amy aler cerchant.

 Tant est alés par ses journees

 Que en payenie fu arrivés

1565Ou trouva le Chevalier Errant

 Qui aucques estoit perisant.

 Quant le Chevalier qui fu enchantés

 Voit pres de lui acostés /

 Ce vaillant chevalier,

1570Erraument le va acoler.

 De sa dame lui vait demandant

 Et comment il est en present,

 Et lui demande tout li affaire

 De ce pays debonnaire,

1575Lequel erraument li respondy

 Pourquoy il ert venus a lui,

 Et de sa dame la verité,

 Et la lettre lui ait baillé.

 En souspirant il la prist;

1580A soy mesmes bien il dist

 Que bien lui fut fortune contraire

 Quant sa dame debonnaire

 Il n’a pouoir de veir,

 Dont il lui fauldra mourir.

1585La lectre vait deffremant

 Et voit qu’elle vait disant.

 La premiere surscripcion

 Fu de telle fasson:

 «A vous, treschier et honnouré amis

1590Que j’ay tant amés tousdis.

 Treschier et honnouré amis et seigneur

 A qui je suis obeissant touzjour,

 Il me semble que de moy n’avés memoire,

 Puis que vous perdi en tel heure

1595Que vous nullement en puis veir,

 Dont a moy feistes le cuer partir

 Et moy vivre en grant langour

 Pour vous, amy, trestout le jour.

 Car vous devroit souvenir

1600De trestout cel plaisir

 Que fu ja au temps passés

 Par nostres grandes amistés,

 Et que ainsi loyaument je vous amoye,

 Amis plain de toute joye,

1605Car bien m’estoit il avis

 Que nul n’en feust de tel postis //

 Que nostre amour peust dessevrer,

 [C. 14r.] Ne que de amour eussons per,

 Ne ne comtoie du remanant

1610Et l’autre partie mectoie au neant.

 Et bien est il esprouvés:

 Se toutes gens qui sont adés,

 Et amont vraye congnoissance,

 Voulzissent donner sentence

1615Qui est la plus loial amie

 Qui soit maintenant en vie,

 Quant ilz l’aroient bien regardé

 Et ilz seroient bien enformé,

 Ilz diroient appertement

1620Que suis le plus loial amant

 Que puis le temps Alene fut,

 Que Paaris de Grece conduit

 Et la mena en sa contree,

 Ou fu noblement honnouree

1625Par la joïr et donner deduit

 Lequel duroit jour et nuit;

 Ainsi menoient leur esbatement

 Tant qu’ilz furent despartant

 Par la mort, qui tout despart

1630Quant que naise, quant qu’il tart.

 Ainsi avindra bien de moy

 Qui suis toute donnés a toy,

 Dont mon cuer vait languissant

 Et tousdis est en tourment

1635Pour vostre longue demouree,

 Amis, en celle contree.

 Et je m’y fais entendant

 Tout adés en present

 Que, se eussiés la centaine partie

1640D’amours vers vostre amie

 Que je ay envers vous voirement,

 Ja n’en demourissiés tant

 De moy veoir tout sanz delay

 Et partiriez de par de lay.

1645Et sçay bien en verité /

 Que, devant celle journé,

 M’arme sera du corps dessevree

 Par celle male destinee.

 Ainsi yert nostre amour partis

1650Sanz plus avoir ja nulz delis,

 Et ainsi deppartira nostre affaire

 Com de Helaine debonnaire,

 Qui de s’amour fu deppartie

 Pour la mort qui tout maistrie.

1655Et ainsi ma mort se vait apprestant,

 Car alés tant demourant,

 Amis, car n’avés pitié

 De celle qui vous a tant amé,

 Car je pren en garentie

1660Le Dieu d’Amours qui tout maistrie.

 Et se ne venés sans plus contendre,

 Ma vie fenist sans plus attendre.

 Et se ainsi me laissés mourir

 Sans avoir autre plaisir,

1665M’arme de vous se plaindra

 Au Dieu d’Amours de par de la.

 Et Foy, mon chier chevalier,

 De moy vous pourroit enformer,

 Auquel donnés creance

1670Si comme je feusse en vostre presence.

 Mais se me voulés la vie rendre,

 Amis, venés sans plus attendre.

 Et bien dist on partout

 Que ’Ce que œil ne voit, cuer ne duelt’.

1675De par vostre amie

 A qui faites perdre la vie».

 Quant pris appercevoir

 Celle lettre, a dire voir,

 Mon cuer fu drument marri

1680De ce que la lettre di.

 Donc je pris a souspirer

 Et en moy ne fu qu’airier,

 Et tousdis je pensoye

 Comment ma dame confforteroye //

1685[C. 14v.] Pour la oster de tel doulour

 Qui la fait vivre en grant langour.

 Foy le chevalier demanday:

 «Amis» dis je, «entendés çay:

 Ne fut par vous a ma dame compté

1690Mon affaire par verité?».

 Le chevalier dist en present

 Que oïl, sanz faille, voirement,

 Et que bien lui a compté

 Et tout li affaire devisé

1695Mais, par aucune informacion

 Que lui fut dicte par aucun,

 Elle dist que voirement

 Le fait s’en va autrement,

 Car dist que amés aillours

1700Et que avés oubliés ses amours.

 «Pour ce dist voirement

 Que ça alez tant sejournant,

 Dont elle est tant marrie

 Que bien en perdra la vie».

1705Adonc le Chevalier lui respondi:

 «Que mal yert de my

 Quant par ma dame j’estoie mescreus,

 Et en ce païs ça detenus !

 Dont bien voy appertement

1710Que mal m’y va en present,

 Quant pour les miens plus prouchains

 Suis mescreus et tenus en vain»

 Et a moy ne fut que ayrier,

 Si me savoie mal conseillier.

1715Et demanday ma damoiselle

 Esperance, celle belle,

 Qui moy venist conseillier,

 Car de lui ay grant mestier;

 Laquelle vient en present

1720Et moy dist tout maintenant:

 «Entens cy mon adviz

 Et escoute trestous mes diz: /

 Se ta dame est courouciee

 Et tu es en ceste contree

1725Dont au present ne pues partir

 Sans estre auques delivr,

 Et ce n’est pour ta quaison,

 Bien le scet on par le mond,

 Et ta dame ne croit neant

1730Pour ton rescripre ne mandement,

 Et puisque as fait ton devoir

 De lui aler a dire voir,

 Tu ne dois mectre en ton cuer

 Mellencolie ne nul tristour,

1735Car chose qui ne se puet remander,

 Sages homs la doit laissier.

 Et ainsi passeras ta saison,

 Toy et Travail, ton valeton;

 Et g’iray a la court le roy Artus

1740Ou tu y es bien congnuz,

 Et la diray de ton affaire.

 Je sçay bien que sans contraire

 A moy fera aucun baillier

 Pour toy ça venir aidier,

1745Car celle court est ainsi garnie

 De nobles gens, a qui Dieu aÿe,

 Que ja a toy ilz ne fauldront,

 Ainsi aucun me bailleront». //

 [C. 15r.] - Atant de mon maistre me parti

1750Et si pris congié de lui -.

 Or laisserons cy a compter

 De celle qui s’emprist aler

 A la court le roy Artus

 En ce païs de par la juz,

1755Et tourneron au Chevalier

 De quoy parlasmes ça derrier,

 En quelle maniere et comment

 Il va sa vie passant.

 Quant de sa dame lui souvenoit,

1760De grant cuer il souspiroit

 Pour son couroux et desplaisir.

 Et car ne la pouoit veir,

 Au plus hault de la roche montoit

 Et vers sa dame regardoit

1765Et sentoit le vent venter,

 Si le prenoit a acoler,

 Car venoit de ce pays

 Ou la plus belle que fleur de lis

 Va son corps sejournant,

1770Dont bien lui en est ensouvenant,

 Et pour celle cause il l’acoloit

 Car de sa dame il venoit.

 Et bien il se aloit plaingnant

 De ce Dieu omnipotent

1775Qui tantes choses fist parler

 De quoy ja ne feust mestier,

 Ce sont ceulz maldisant

 Qui ainsi a tort vont parlant;

 Et mieulz fut que le vent parlast,

1780Qui de sa dame lui comptast

 Ce que lui demanderoit,

 Car grant plaisir il auroit.

 Et quant le vent ventoit d’autre part,

 Il seurdoit de celle part

1785Et adviz lui estoit qu’il fut bien confforté

 Pour celle doulce ventee.

 Et ainsi passoit son temps /

 Pour entendre meilleur temps.

 Adonc li prist a recorder

1790De ce que lui souloit conseillier

 Esperance la damoiselle,

 Que vers lui n’en fu rebelle,

 Qui dist que par trop grant plaisance

 Ly homs a descongnoissance,

1795Dont legierement oublie

 Ce qu’il doit faire en sa vie,

 Et tourment est de tel puissance

 Que trait ly noms a congnoissance.

 Voirs fu sens delay

1800Que les serviteurs de par lay,

 Qui sont la en payenie

 Ou le Dieu d’Amours maistrie,

 Puis qu’ilz orent le commandement

 Du Dieu d’Amours par le sergent

1805Qui Bontés fu appellés,

 Qui a ceulz fu envoiés

 Pour le Chevalier esbaudir

 Et lui faire a plaisir,

 Aucune fois ces serviteurs venoient

1810Et le Chevalier prenoient

 Et le menoient en un reppaire

 Du Dieu d’Amour debonnaire,

 Lequel estoit si jolis

 Et de tout plaisir envoisis

1815Que la estoit assés deduit

 Que, a mon escient, je ne cuid

 Que a chascun ne puist souffire

 Pour bien passer assez martire,

 Car la chantoient,

1820La karoloient,

 La faisoient tout plaisir

 Et plaisans estoient en leur dir,

 estoient si plains d’esbatement

 Que passoie le jour pour neant.

1825Et quant au manoir ne me menoient,

 Autre chose le faisoient, //

 [C. 15v.] Car en la roche ou j’estoie

 Aucune fois je les veoye,

 Et tout adés grant esbatement faisoient,

1830Car bien aidier s’en savoient.

 Ainsi au partir m’aloient acolant

 Et tousdis reconffortant;

 Et aucune fois passoient .xv. jours

 Que ne veoye tel baudours,

1835Aucune fois plus tart, et aultre plus par temps,

 Ainsi je passoie mon temps

 Et, se ne fust celle compaignie,

 Je feusse languiz en mellencolie;

 Mais ly archier Regard,

1840Qui adés venoit celle part,

 Deux saietes traist a my;

 L’une dedens le visage me feri,

 L’autre le costé m’a passés

 Tant que au cuer m’est arrivez,

1845Dont je geu en paumeson

 Et grant temps fu en languisson.

 Ainsi je demouroie grant temps

 Tant que a moy vindrent celles gens

 Pour moy donner esbatemens

1850Et a moy faire passer le temps.

 Quant virent que estoie dehaitiez

 Et de ma personne tant cassés

 Et virent que avoie le visage

 Malbaillis et grant dommage,

1855Si l’avoie tout liés

 Et le costé trestout bandez,

 Adonc pristrent a moy dire:

 «Amis, qui t’a fait tel martire?

 Car tu es si mehaingniez,

1860Et bien pert a tes costés

 Et a ton visage, qui est si couvert

 Dont aucun mal bien y appert».

 A eulx au mieulx que poz je respondi; /

 «Je vous dy adés ainsi

1865Que ce pris en vostre compaingnie

 Quant menions bonne vie

 Car, ainsi com puis appercevoir,

 Et a vous dire tout le voir,

 Voir fu que l’autrier

1870Amenastes un archier

 Qui fiert les gens en traïson

 Et les fait vivre en languisson;

 Et voirement est il murtrier

 Quant il fait tel mestier».

1875Lors me distrent en present:

 «N’en soyés ja esmaiant,

 Car en nostre compaingnie trouveron

 Qui vous mectra en garison».

 Et en present se mist avant

1880Celle qui ot le cuer gent,

 Qui fu la tierce a conduire la compaingnie,

 Qui fu si belle et si envoisie;

 Douçour fu elle appellee

 Par les gens de sa contree.

1885Quant elle sçot voirement

 Le mal de quoy me vas sentant,

 Une medecine m’a bailliez

 De quoy je fuz tous assouagiez,

 Et moy vait reconffortant

1890De moy aler tost garissant.

 Quant humblement la merciay //

 [C. 16r.] Et a lui je me presentay

 Pour son garissement

 Qu’elle m’y va presentant,

1895Or cy entendre pourrés

 Tout adez la verités

 De un malvais encombrier

 Qui m’en advint un pou derrier

 Que commençoie a garir

1900Et de mes playes alegir.

 Car Doulçour mon phisicien,

 Qui de moy garir ne tenoit en van,

 Vint aucun encombrier

 Dont ne me pot visiter

1905Tant que un temps fu bien passés

 Et mes playes furent enflez.

 Ainsi fuz en grant langour

 Tant que vint a son retour

 Que celle male destinee

1910Fu aucques en part passee.

 Lors me vient visiter

 Et mes playes regarder

 Et si m’aloit garissant

 De mon mal que aloye sentant,

1915Et ainsi je me offri

 De estre toudiz a li.

 Tellement je passoie ma vie,

 Moy et ma compaingnie,

 De demain en demain

1920A l’aide de cel phisicien

 Et de l’autre compaingnie

 Que le Dieu d’Amour ore et prie.

 Mais quant mon phisicien souvent ne veoie,

 De mon mal je empiroye;

1925Lors faisoie ainsi com li homs sauvages

 Qui se confforte comme sages:

 Quant il pleut et fait mal temps

 Tousdis se vait resjouissans

 Adonc commence a chanter

1930Pour son mal temps aucques passer. /

 Or laisserons a compter

 Et penrons a retourner

 A Foy qui fu de tel vertus,

 Qui s’en ala au roy Artus

1935A sa court par mon delivrement;

 La me congnoissoient assés de gent.

 Foy le chevalier tant chevaucha

 Qu’il fu au païs de par de la;

 En celle noble court il fu arrivez,

1940Le roy en grant compaingnie a trouvés,

 Dont le chevalier li compta

 Pourquoy il est alés la

 Et du Chevalier la verité,

 Comment il estoit enchanté

1945Ou pays de payenie

 «Ou nostre loy n’ait ja maistrie,

 Et si le vont temptant

 De leur loy aler tenant,

 Et lui feroient assés plaisir

1950Si se vouloit convertir

 Et Mahommet leur dieu aourer

 Et sa loy du tout laissier;

 Pour quoy, roys puissant

 A qui appendent tant de gent,

1955Vueillez moy aucun baillier

 Pour mon maistre delivrer.

 Car quant la damoiselle Envie sçot

 La vie que le Chevalier menoit, //

 [C. 16v.] Et que le Dieu l’avoit conffortés

1960Par ses subgiez de ses contrés,

 Et qu’il montoit en la roche amont

 Pour sentir le doulz vent du mond

 Qui de sa dame venoit,

 Et celle part souvent miroit,

1965Et qui oïoit le rousseingnoul

 Qui la chantoit si de bon cuer

 Dessus le prael pour la verdour,

 La damoiselle ot tel doulour

 Que la verdour la fist sechier

1970Tant que puis n’oïst chanter

 Le chier rousseingnoul,

 De quoy au cuer il ot grant dueil;

 Et encor autre grant mal y fist,

 Car un enchantement y fist,

1975Que chascun qui a la roche approuchoit

 De ceulx que le Dieu d’Amour oroit,

 Ilz concevoient si grant paour

 Que arrieres tournoient sanz demour.

 Ainsi fu le Chevalier yrascu

1980Quant tel compaingnie ot perdu

 Qu’ainsi bonnement le conffortoit

 Et que mains esbatemens lui donnoit,

 Et par le rosseingnoul que puis n’oÿ

 Dont il en fu assés marri,

1985Car sa paine lui fu doublé.

 Et dens la roche fu si fermé

 Par force d’enchantement

 Qu’elle lui reffist en present,

 Dont puis en la cave obscure estoit

1990Et de la ja n’en partoit,

 Car Morgain, ta serour,

 Si l’a mis en tel langour,

 Qu’a Breus la damoiselle Envie presta

 Que tellement l’enchanta

1995En payenie, bien le sachiez,

 Ce fu par Breus Sanz Pitez

 Que plain fu de vilenie, /

 Et en lui n’a que fellonie».

 Quant le roy Artus entendi

2000Ce que le chevalier li dy,

 Il parla tout en oyant:

 «Or entendez cy mon talant.

 Voir est qu’il fu grant felonie

 De enchanter le chevalier en payenie

2005Et ma suer Morgain mal ouvra

 Quan par Breus l’enchanta.

 Mais cil Breus Sans Pitiez

 A tant ma court tribolez,

 Et tant n’y a a qui il ait mal servi

2010Que encores bien li ert meri,

 Car chascun sera payés sans contendre

 De tel mounoye com sueil despendre».

 Adonc Saphar se trait avant,

 Qui avoit bien le cuer grant.

2015«Sire roy, je vous proy

 Que a moy donnez li ottroy

 Que je puisse avec Foy aler

 Pour le Chevalier delivrer,

 Car je fuz jadis payen

2020Et le nom Jesus tenoie en van».

 Celi frere Palamides estoit,

 Mais a nostre loy creoit;

 Et fut nez en payenie,

 Mais non creoit plus telle vie.

2025Et dist: «La ay je grant amistee;

 Tost feray sa delivree».

 Dist le roy tout en present:

 «Sa delivree je vous command».

 Le Chevalier a delivré

2030Et la besoingne exploitié,

 Or penrons a retourner

 Et du Chevalier compter

 Comment il se complaingnoit

 De ses paines que il sentoit,

2035Car il fu la longuement

 Et assés il souffri tourment. //

 [C. 17r.] Et sa damoiselle lui vint disant,

 - Ce fu Esperance au cuer gent,

 Celle noble damoiselle

2040Qui du chevalier aidier n’en fu rebelle -

 Et dist: «Que te vas tu desmentant,

 Ne pourquoy te vaz turbant?

 Ja est il bien avenus

 A nobles roys et a grans ducs

2045Qui furent ja destourbés

 Et orent assés adversités,

 Et puis vindrent a grant honnour

 Et userent leur temps en baudour.

 Ainsi avendra il bien de ty,

2050Car je sçay voirement de fi

 Que pour nul deshonnour ne felonie

 Tu n’ez ja en telle vie.

 Mais un pou te fault souffrir,

 Et mieulz auras au temps avenir».

2055Lors dist il: «Esperance, amie,

 Le corps Dieu te beneye.

 Bien me scez reconfforter

 Et souvent bon conseil donner.

 Mais une chose te diray:

2060Toutes ces choses passeray

 A plaisir et a tourment,

 Mais se au deppartement

 La fin me sera debonnaire,

 Bien auray passé tel contraire;

2065Mais se il fut autrement,

 Mal auroye usé mon temp.

 Mais une chose te vueil requerre

 Que pour moy faces sans contraire,

 Que me vueillez une lettre porter

2070La part ou vueil envoier,

 Car je sçay bien voirement

 Que assés me puet estre aidant,

 Mais que ma lettre soit oÿe

 De celle dame qui a tel maistrie».

2075La lettre je fiz erraument,

 A ma damoiselle le vois baillant, /

 Laquelle me dist: «Or ayes en toy

 Que bien sera portés par moy,

 Car je ay tousdis desir

2080De toy faire a plaisir».

 Lors je lui vois disant:

 «Or entendes cy mon talant:

 Tu t’en yras au pays

 Ou la dame de tel postis

2085Et de telle dominacion

 Que n’a per en tout le mon

 Et fait la son reppaire

 Ou nul n’y puet estre contraire;

 C’est celle empereris sanz doubte

2090Qui ainsi tout le monde boute;

 Madame Fortune le vont appellant

 Par tout le monde universelment».

 La damoiselle fist sanz contredit

 Ce que lui avoie dit;

2095Donc se parti erraument

 Pour faire le mien commandement,

 Et se parti le bien matin,

 Et se mist en son chemin

 Tant qu’elle prist a arriver

2100La ou la grant Dame suelt ester,

 Et a dit a soy mesmes voirement:

 «C’est la greigneur dame du firmament.//

 [C. 17v.] Et qui pourroit ymaginer

 Ces grans seingneurs que cy voy ester?

2105Je ne cuidasse nullement

 Que ceste Dame fut si puissant».

 La damoiselle a presenté

 A la Dame de grant poosté

 Celle lettre que le Chevalier lui bailla

2110En ce pays de par de la.

 Celle ouvrist la lettre en present

 Et lut le contenement,

 Et disoit la surscripture:

 «A toy, empereris Dame Fortune.

2115Treschiere et redoubtee dame puissant,

 A qui tout le monde appent,

 Tres redoubtee empereris

 Qui es de tel posteis

 Que tout le monde environ

2120Est soubz ta subjeccion,

 Dont bien monstres ton pouoir

 Quant te plaist, a dire voir,

 Ainsi comme pert par experience,

 A ceulz de ta bienvueillance,

2125Car les fais au monde triumpher,

 Empereurs, roys, princes clamer;

 Et a ceulz que tu veulz haïr,

 Tu les fais tourmens souffrir

 Tant qu’ilz vivent en doulour

2130Et les fais estre en langour;

 Autres malement tresbuchier

 Et a hideuse mort livrer.

 Ainsi te crement toute gent

 Par le monde communement,

2135Et regardent le tien pouoir

 Qui est si grant, a dire voir.

 Chascun devroit avoir grant paour

 D’estre dessevrés de t’amour;

 Dont toudis me suis penez

2140D’estre a tes amistez

 Ne ne puis appercevoir /

 Qu’a toy meffeisse, a dire voir,

 Ains tousdis avoie desir

 De toy faire a plaisir,

2145Car je Savoie de verité

 Que tu estoies de tel poesté,

 Se je te feisse a plaisir,

 Bien le me saroies merir.

 Dont j’avoie mise m’entente

2150D’estre tousdis a ta obeissance

 Et prioye nuit et jour

 Que je feusse ton servitour.

 Dont me sembla ainsi

 Que a toy oncques ne meri

2155Que je feusse si longuement

 En tantes paines et tourment,

 Car longtemps j’ay estés

 Par pays et par contrees,

 Ainsi comme puis appercevoir,

2160Auquant me oubliez, a dire voir.

 Car tu estoies bien souffrant,

 Quant aloye aventures querant,

 Que avoye souvent desplaisir

 Et que mon cuer faisoies languir,

2165En especial quant tu as voulu

 Que feusse en payenie detenu

 La par ytel enchantement;

 Dont je sui estroictement

 Et, se ne feust ta volanté,

2170Ja Bruns n’eust tel poesté.

 Donc, tres redoubtee dame puissans

 Que as tout le monde en ton balans,

 Veuillies de moy avoir mercy

 Et moy non mettre en oubli;

2175Car je sçay bien voirement,

 Quant il te vendra a talant

 Et vouldras a moy estre debonnaire,

 Assés passeray cest affaire

 Et me feras a honnour venir

2180Mais que il te viengne a plaisir. //

 [C. 18r.] Et pour ce, tres redoubtee empereris

 A qui le monde est subgiz,

 Vueilliez briefment sanz rettraire

 A moy estre debonnaire;

2185Et se ainsi le fais voirement,

 Je ne pris le remanant.

 De par cel servitour

 Qui desire ton amour».

 Quant celle empereris entendy

2190Ce que la lettre di,

 Erraument respondu a

 A celle damoiselle la:

 «Bien te feray delivrer

 Et ta repposte apprester».

2195Sa resposte lui fu baillee

 Pour porter en sa contree,

 Laquelle s’en parti erraument;

 A son seigneur vint poingnant,

 Et la lettre lui presenta

2200Et li affaire lui compta,

 Comment elle avoit exploitié

 La bas en celle contré,

 Et dist bien que de voir

 Oncques ne fu dame de tel pouoir,

2205Car elle estoit toute esbaÿe

 De veoir si grant seingnorie.

 Le Chevalier la lettre prist

 Et lut le sobrescript;

 Et disoit la sobrescripture:

2210«A toy qui as de m’amour cure,

 Moy, empereris de grant puissance

 Qui ay le monde en ma balance.

 A toy qui es descongnoissant

 Des biens que te fuz monstrant,

2215Par ytelle descongnoissance

 Tu as eu telle sentence,

 Car souvent je t’ay donné

 De mes biens a grant plenté.

 Mes temps avenir on ne le puet jugier; /

2220Pour ce scet cil mal conseillier

 Qui se esbahist pour nul encontre,

 Car tout le monde descent et monte».

 Quant je vy le contenement

 Et que la lettre va disant,

2225Je fuz aucquez pensis

 De veoir trestous ces dis,

 Et longtemps je y pensay

 En celle resposte lay.

 Mais quant je ay assés pensés

2230Et en la repposte ymaginés,

 A moy bien ressembla

 Que celle grant dame

 A moy respondoit bonnement

 Et choses de grant avisement,

2235Dont me pouoye reconfforter

 Mais que pensasse de bien ouvrer

 Et que elle ne me vouloit descouvrir

 Le bien qui m’estoit a venir;

 Dont en moy ne fu que confforter,

2240Ainsi je pris mon temps a passer

 Or laisserons tout cest affaire,

 Et dirons du chevalier debonnaire,

 Comment il s’est partis

 Du roy Artus et du pays

2245Et qui conduit le frere Palamides //

 [C. 18v.] Pourquoy le chevalier soit delivrez.

 Quant le chevalier Foy

 Ot pris congié du roy,

 Leur chemin pristrent a errer,

2250Car n’y vouldrent plus demourer,

 Tant qu’ilz vindrent a une forest

 Ou Morgain demouroit pres,

 La dedens en un chastel

 Qui a merveillez estoit bel,

2255Et assés y avoit enchantemens

 De plaisir a toutes gens.

 La furent noblement receuz,

 Car ilz venoient du roy Artus.

 Saffar a Morgain compta

2260Ce que le roy dit li a,

 Et comment il estoit couroucié

 De li et de Bruns Sanz Pitié

 Par le Chevalier detenus

 En payenie la juz.

2265Que vous yroie plus disant?

 Saffar va tant faisant

 Que le Chevalier fu deschantés,

 Et de payenie relaschiez

 Car, quant en payenie il fu venus,

2270Il y estoit bien congneus,

 Si furent assés de ses vouloirs,

 Car bien l’amoient, a dire voirs.

 La Foy Saphar si amena

 Au Chevalier enchanté la;

2275Cil fu frere Palamidés

 Qui fu chevalier de grant postés;

 Cil crestien deveni,

 Et Mahommet du tout guerpi,

 Mais ce n’en fist Palamides son frere

2280Par nul plaisir ne nul contraire,

 De quoy il fu grant dommage,

 Car fort fu et de grant courage

 Et fut de la Table Ronde compaingnon,

 Se ne feust celle quaison, /

2285Et pou en y avoit de meillour,

 Ainsi comme dient li plusour.

 Quant Saphar voit le Chevaliers

 Qui ainsi estoit enchantés,

 Bien le vait recongnoissant,

2290Car autrefois le vit auquant.

 Grant feste li mena

 Et li affaire lui compta

 Comment le roy Artus l’a envoiés

 Pourquoy il soit delivrés,

2295Et comment il fu a Morgain

 Par mectre l’enchantement en vain,

 Et comment il estoit exlachiez

 Par toutes ycelles contrees.

 Le Chevalier lui respondy:

2300«Amis, je ay bien servi

 Quant je sers a tel seingnour

 Qui les siens n’oublie nul jour»

 Et courtoisement le mercia

 De sa venue par de la,

2305Et Foy, le chevalier,

 Cellui va il acoler.

 Ainsi Saphar de lui se parti

 Quant il ot acomply

 Ce pour quoy il est venus

2310En payenie la juz.

 En moy n’ot que esbaudir

 Quant il me prist a souvenir

 Que je yroie prouchainement

 Veoir la belle au cuer gent,

2315Mais tousdis paour avoye

 Qui ne moruz devant tel joye.

 Ma compaingnie demanday

 Et leur dis: «Entendés çay:

 Comment exploiterons

2320Et quel chemin nous penrons?».

 Foy le chevalier premier parla

 Et dist: «Freres, amis, entendés ça:

 Bien seroit de mercier //

 [C. 19r.] Celle compaingnie au vis cler

2325Qui tantes honneurs fait nous a

 Et telle compaingnie vous monstra,

 Dont bien estes entenus

 Que leur bienfait soit congnuz;

 Et ne mettés de neant en vain

2330Doulçour, vostre phisicien

 Qui voz playes a en cure,

 Dont il tu de bonne nature

 Quant ainsi vous prist a garir,

 Mais ce sera a grant laisir,

2335Car la sayte de quoy feustes ferus

 Au costé de par la sus

 Si fu tel apparaillee

 Que ta playe en aura meslee;

 Et Plaisir et Beauté

2340Qui tant t’a fait grant amisté.

 Ces trois les autres vont conduisant,

 Et sont a leur commandement.

 Et ainsi la belle Chiere Lie

 En qui n’a mellencolie,

2345Et toute l’autre commune gent

 Qui t’ont tenu esbatement,

 Car cellui qui est recongnoissant

 Ne va nul jour oubliant

 Nul plaisir ne nul honneur

2350C’on lui aye fait nul jour». /

 Adonc bien me vais accordant

 A ce que Foy me vait disant,

 Et maintenant je ordonnay

 Que celle compaingnie trouvay,

2355Laquelle fu ou manoir

 Du Dieu d’Amour, a dire voir,

 La ou me souloient mener

 Par deduire et festoier.

 Et lors commença le deduit

2360Que, a mon escient, je ne cuid

 Que plus bel ne se trouvera

 Ne en payenie par de la,

 Car la estoient tous esbatemens

 Que puissent faire nulles gens

2365Tant que vint a la vespree

 De celle telle journee.

 Dont voirement m’en alay

 A Doulçour, Plaisir, a Beauté de lay

 Et a toute l’autre compaingnie

2370Qui menoient telle vie;

 Humblement les enclinay

 Et doulcement les merciay

 De ycelle compaingnie

 Et de celle joieuse vie

2375Que a moy ont tousdis monstré

 Par leur grant debonnaireté.

 Dont a elles disoie ainsi:

 «Belles dames a qui m’ottri,

 Je suis bien oubligiez

2380A faire voz volantés,

 Car a vous n’en pourroye servir

 Ne en nulle maniere merir

 Les tres grans honnours

 Que a moy feistes tous les jours.

2385Et je vous dy voirement

 Que de moy vous fais present

 Et feroye voz voulantés,

 Car je en suis entalentés //

 [C. 19v.] Par le bien et par l’amour

2390Que en vous ay trouvé touzjour».

 Adonc Doulçour, Plaisir et Beauté,

 Qui des autres ont la poosté,

 Si se traistrent avant

 Et moy requistrent en present

2395Que je leur donnasse un don

 Sanz contredire et sanz tenson.

 Doulcement leur ottroiay

 Sans contredire et sanz delay,

 Et leur diz que «voirement

2400Je feray vostre talant».

 Adonc se mistrent avant

 Celle compaingnie en present

 Et les autres conduisour

 - Ce furent Beauté, Plaisir et Doulçour

2405Et moy vont requerir

 Que, par leur faire a plaisir

 Je deusse pardonner

 A Regart, le bon archier

 Qui si fort m’avoit mehaingnez

2410Au visage et aux costés,

 Et dient que ce est leur usance

 De ferir sanz deffiance

 En leur pays de payenie

 Ou on maine bonne vie.

2415Quant j’euz tout escouté

 Et entendu leur volanté,

 A celle compaingnie respondi:

 «Bien seroye je marri

 Et de petit avisement

2420Se ne feisse vostre talant.

 Et je de bon cuer lui pardon

 Toute ycelle ferison».

 Adonc ly archier se trait avant,

 Ce fu Regart le vaillant;

2425Devant moy l’ont presenté,

 Cellui ay je bien acolé;

 A cellui je vois pardonnant /

 De vray cuer et de talant;

 Ainsi fu faite nostre paes

2430A toutes leurs volantez.

 Adonc je pris congié de lour,

 Si demanday a Doulçour:

 «Treschier et honnourés amis

 Qui moy avés auques garis,

2435Comment yert il de my,

 Car ne suis du tout gari?».

 Lors dist mon phisicien,

 Qui de moy garir ne tient en vain:

 «Je te donray tel medecine

2440Que bien gariras en brief termine».

 Donc le phisicien je merciay:

 «Doulçour, amis, entendés çay:

 Je ne vous sçay dire autrement,

 Mais de mon cuer vous fais present

2445Et, se mieulz avoir pouoie,

 Je le vous presenteroie;

 Et se voulez riens mander,

 Ne vostre compaingnie au vis cler,

 Au Dieu d’Amour le tres bon sires,

2450Je leur feroye sanz nulles guillez;

 Voulentiers je leur feroie,

 Car me mettray en celle voye

 Au plus brief que pourray,

 Et a lui je compteray

2455Comment pour vous fuz receus

 En ce pays de par la juz,

 Et bien lui diray voirement

 Comment l’alés servant,

 Et que tousdis faites son plaisir

2460De grant cuer et de desir».

 Adonc Beauté, Plaisir et Doulçour,

 Qui des autres sont conduisour,

 A moy distrent en present:

 «Nous alés recommandant

2465A cel nostre seingnour

 Qui se claime le Dieu d’Amour, //

 [C. 20r.] Car tousdis sommes apparailliez

 A faire ses voulantés,

 Et la vostre et de ses servitours

2470Et de ceulz qui ayment par amours».

 Et toutes une a une les acolay

 Et doulcement les merciay.

 Atant me parti de leur

 Com grant souspir et grant baudour,

2475Moy et ma compaingnie

 Que ainsi passions nostre vie

 Et dist Esperance: «Bien t’aloye disant

 Que ne feusses esmaiant,

 Car en pou d’eure vient secours

2480Que Dieu envoye a plusours».

 Adonc preismes nostre erree

 Et parumes de celle contree.

 Quatre estions en compaignie:

 Moy et ma damoiselle jolie,

2485Ce est Esperance au cler vis

 Qui moy acompaingne tousdis,

 Et Foy nostre chevalier

 Qui moy vient cerchier,

 Et Travail mon valleton

2490Qui tousdis m’est au giron.

 Et aussi j’ay assés alees

 Et assés aventures trouvees;

 D’aucunes tres bien me delivroye, /

 Et aultres malement passoye:

2495Plus en y avoit des contraires

 Que de celles debonnaires.

 En ce chemin feusmes longuement

 Tant que assés y souffrimes torment,

 Et feusmes par maintes regions

2500Que long dire seroit leurs noms

 - Pour ma matiere abrevier

 Je ne pourroye tout compter -

 Car la ou aventure savoie,

 Celle part je m’enbatoie.

2505Atant passames nostre chemin,

 Que de legier ne fu a fin,

 Tant que feusmes en une contree

 Qui fu tres bien pueplee

 Et voirement estoit beau pays,

2510Et si avoit assés deliz,

 Et n’avoit c’une journee de long

 Et circa trois en son viron.

 Ce pays fu avironnés

 De montaignes a deux costés;

2515De l’autre part la plaine estoit

 Qui vers Lombardie tendoit.

 Trois cités en ce pays furent

 Qui jadis assés pouoir eurent,

 Mais maintenant n’ont pouoir,

2520Ce vous dy je bien de voir.

 Belles cités furent ou temps passés

 Et bien pert encore adez,

 Car jadis ce païs en part gouvernoient

 Et quasi tout le maistrioient,

2525Mais leur maledicion

 Leur fist perdre cel dominacion.

 Ce pays que vous deviz,

 Je croy bien, a mon aviz,

 Que au monde n’a meilleurs,

2530Ne qui soit plus plentureux

 Envers les parties de ponant,

 Ainsi comme dient mainte gent. //

 [C. 20v.] Tant preismes nostre erree

 Que feusmes une vespree

2535A une des trois cités, qui anciane fu

 En ce païs de par la su,

 moy sembla, a mon adviz,

 Qu’elle fut la tierce du païs

 Cité de quoy vous vais disant,

2540Ainsi le me distrent auquant.

 Quant je fuz la bostellez,

 Erraument je ay demandez

 De la cité tout le couvine

 Et du pays tout le domine,

2545Car a moy bien ressembla

 Que cellui bon pays la

 Feust trestout triboulé

 Et de male gent peuplé.

 Erraument me respondirent

2550Ceulz qui sçorent bien qu’ilz distrent:

 «Amis, bien te diron

 Et de la verité t’enformeron

 Pourquoy cestui pays

 Est ainsi malement bailliz.

2555Voirement je te dy

 Que cest pays yci

 Est bon et habondant

 Et de tous biens assés rendant;

 Mais nous avons une maledicion,

2600Que ne savons vivre sanz tençon,

 Et ne faisons que rioter

 Et nostre temps en guerre user,

 Et aucune fois aucun meschant acion faison.

 Mais l’un de l’autre ne se fion,

2565Et aussi chascun tousdis se garde

 Pour son voisin qui bien le gaite,

 Car mauvaisement puet dormir

 Cellui a qui il scet souvenir

 Que son voisin tousdis le gaite

2570Pour li mectre en grant souffraite. /

 De ceste cité, et des autres du païs,

 Je te diray bien mon advis.

 Voirs fu que bonnes cités furent

 Et assés renommee eurent,

2575Et assés pouoir eurent en la dominacion

 De cest pays environ.

 En elles fu grant orgueil,

 Et la verité dire te vueil

 Car, quant furent en leur bobant

2580Et aloient leur pays gouvernant,

 Les citoiens de ces cités

 Furent divis de voulantez,

 Car l’un estoit Guerf et l’autre Guibelin.

 Ainsi pristrent le malmatin,

2585Car le bien commun ont laissié

 Chascun pour faire sa voulanté;

 Et par despect de son voisin

 Car l’un estoit Guerf et l’autre Guibelin,

 Ainsi ne furent accordant,

2590Dont ilz pristrent malement

 Car a pluseurs firent desplaisir,

 Lesquelz orent grant desir

 De pouoir trouver chemin

 De eulz mectre au declin,

2595Aussi quant virent leur saison,

 Les mistrent a destruccion,

 Et tel remede y mistrent adez

 Que mal y seront recouvrez.

 Pour ce, amis debonnaire,

2600Tu ne feras a nul contraire,

 Car cellui qui le desplaisir penra

 Bien a tart le oubliera».

 Lors je ay respondus:

 «Je ay tres bien entendus

2605Des trois cités et du païs le couvine,

 Mais qui tient ytelz domine?».

 «Je ne le te sauroie compter,

 Mais bien te lles pourray monstrer».

 Adonc me monstra //

2610[C. 21r.] A une grant place la

 Ou fu noble compaingnie

 De seingneurs et de chevalerie,

 Et me monstra un chevalier

 De pers vestu, qui fu bien cler;

2615Trois fleurs d’or en son pis estoient

 Qui grant resplendeur donnoient.

 Et un autre me monstra

 Qui fu en celle place la:

 Cil fu vestus de my partis,

2620De rouge et de blanc, a mon advis;

 Le rouge fu dessus apparant

 Et le blanc si l’aloit soustenant.

 Un autre de costé cil estoit

 Qui sa robe rouge portoit,

2625Et l’arme de Dieu y pert dedent

 Mais que elle est toute de blanc.

 Un autre pres de cellui je vy

 Qui fu vestu dimi parti:

 Ce fu de pers et de blanc,

2630Autre coulour n’y va apparant;

 Le pers paroit au chief dessus

 Et le blanc au son de jus.

 Cil me monstra celle compaingnie

 Qui ce païs le plus maistrie,

2635Et dist que pour leur caison

 Est le païs en confusion,

 «Car l’un ne se puet de l’autre fier

 Et ainsi ne se puent amer;

 Ains sont tousdis desirant

2640De l’un l’autre aler robant;

 Ainsi le païs est affollez

 Par leurs males adversitez.

 Ceulz seingneurs se tiennent a honnour

 Mais qu’ilz puissent dire touzjour

2645’Je suis part des Guerfs et des Guibelins, /

 Ou robeur le sien a ses voisins’.

 Aucuns de ces citoiens les vont poingnant

 De celle part a leur tenant,

 Et ainsi ces seingneurs se laissent guier

2650A ceulz qui se sçorent mal conseillier.

 Et je vous dy tout aussi

 Que cellui qui mal consseille ly

 Ne pourroit nullement

 Bon conseil donner a autre gent,

2655Car n’y a nul de ces seingnour

 Que ne peust vivre a honnour

 S’il se voulzist au sien tenir

 Et ne faire autre desplaisir.

 Et tout ycelles tencions

2660Viennent par trop de dominacions».

 Tant sejournames en celle citee

 Qui est au bout d’une valee

 Quant on passe Morianne;

 Ce est a l’entree de toute Ytalie

2665Et a l’entree d’un pays

 Qui est plains de tous delis,

 Car le Dieu d’Amour y fait son reppaire

 Pour celles dames debonnaire

 Qui la vont sejournant

2670Et au Dieu d’Amour sont obeissant;

 Il est par aucuns nommés

 Le pays de Canavees. //

 [C. 21v.] Ce fu en may une matinee

 Que chiet celle noble rousee

2675Et que les ruisseaulx vont courant

 Et les oyseaulx font leur chant.

 Trestout le pays verdoye

 Et chascun y maine joye

 Pour le mal temps qui est passés

2680Et pour l’esté qui pert adés.

 Il advient en present

 Que, quant fuz la sejournant,

 Que un sires de celle contree

 Sçot bien la veritee

2685Que la estoit un chevalier errant

 Qui aloit aventures querant.

 Et moy il envoya querre

 Pour moy deduire par la terre,

 Et ainsi me mena esbatant,

2690Par rivieres, par boys verdoiant,

 Et me monstra assés amistié

 Selon mon estrangeté.

 Contre moy paroit debonnaire

 Selon le mien affaire;

2695Ainsi me mena deduisans

 Pour mieulz passer le temps,

 Mais de tout ytel plaisir

 Je n’avoye nul desir,

 Car nullement n’eusse vouluz

2700La estre congneuz,

 Car je aloie comme chevalier errant

 Qui va aventures querant,

 Et aussi se vont celant a chascun

 Et a toutes gens par commun.

2705Ainsi la je ne pouoie ouvrer

 Car a li me fausi presenter.

 Tant feusmes en cellui esbatement

 Que a son palais feusmes reppairant,

 Car temps estoit de disner

2710Et alasmes au mengier.

 [C]il sires assés me honnoura /

 Et de costé lui m’asseta,

 Et aussi ses gens moult me honnourerent

 Et pluseurs me presenterent.

2715Quant nous feusmes levez de table,

 Je ne tieng point a fable

 Ce que je oÿ en present

 Et que oÿ aler comptant,

 Car devant nous je vy venir

2720Gens que je doye bien haïr,

 Qui m’alerent ramposnant

 Et felonneusement parlant,

 Et me disoient par despit

 Ce dont je n’avoie delit;

2725Car veoient appertement

 Que le disoient seurement,

 Car j’estoie en estrange contree

 Ou n’avoye nulle amistee,

 Et la nul pouoir je n’eusse

2730De faire ce que deusse.

 Adonc je vois demandant

 A ceulz qui me vont servant:

 «Qui sont ces chevaliers failliz

 Que me dient ytelz dis?

2735L’un me semble Queuz le Seneschal

 Qui nul jour ne dist que mal,

 L’autre Agravain li Orgueilleux

 Qui est desamés de tous.

 Ja n’y a nul de leur compaingnie

2740Qui a eulz n’aye mellencolie».

 Adonc me respondi

 Cellui qui parloit a my:

 «Sire, ce sont ilz voirement,

 Mais non ceux que alez cuidant,

2745Car cuidés qu’ilz soient de la court le roy Artus,

 Mais ilz sont de ce pays ça sus.

 Il avient voirement

 Que cil Queuz et [A]grevant

 Furent jadis de ce pays;

2750Ensemble chevauchoient tousdis, //

 [C. 22r.] Et pristrent aucune amistee

 En yceste celle contree.

 Dont chascun le sien baptiza

 Et son nom lui donna

2755De ces deux que veez la,

 Et leur beneiçon a eulz donnerent;

 Et certes a leur perrin semblerent,

 Car toudis furent de tel affaire

 En leurs dis et en leur viaire».

2760Atant un pou je ay pensés

 Que «certes tres bien leur ressemblez»

 Et leur dis: «Je vous fais savoir

 Ma voulanté, a dire voir,

 Que bien petit je vois prisant

2765Ce que m’alez ya parlant

 Et, quant venra a lieu et en temps,

 Bien y seriés recongnoissans».

 Et je pensoye tout de vray

 Que adés sans nul delay,

2770Si feussent en place commune esté,

 Ja n’y eussent ainsi parlé,

 Pourtant comme voulzissent mourir

 Et leur vieil chieres tenir

 Et a eulz plus ne tensay,

2775Car mon regne ne fu lay,

 Car mieulz vault aucune fois taire

 Que trop parler pour puis rettraire.

 De la je me partoye

 Au plus brief que pouoie;

2780Nostre chemin preismes a errer

 La part ou voulions aler.

 Ja ne trouvasmes aventure

 De quoy dire je face cure,

 Car, a l’aide de ma compaingnie,

2785Esperance la jolie

 Et de Foy mon chevalier

 Qui moy vient cerchier

 Et de Travail mon valeton,

 Je passay celle saison.

2790Atant preismes nostre chemin, /

 Et si partimes ycel matin

 Vers la part ou vouloie errer

 Et que souloie tant desirer.

 Or laisserons ceste matiere

2795Et tournerons ça en arriere

 A la dame, qui tousdis se plaingnoit

 Que son amy tant demouroit,

 Dont pieça avoit oÿ dire

 Que son amy estoit delivre.

2800Tousjours sus une tour montoit

 Et toudis elle baioit

 A veoir son amy venir,

 Qui tantes paines lui fist souffrir.

 Et une fois elle se complaingnoit

2805Et tellement disoit:

 «O tu, amis tardiis

 De venir en ton pays

 Veoir ta doulce amie

 Laquelle est sur ta maistrie!

2810Ja est finez ton enchantement,

 Ainsi comme dient la gent.

 Comment a cil Breus si ardi estés

 Que il t’aye si enchantés?

 Car cellui doy je bien haïr

2815Pour les maulz qu’il me fait souffrir,

 Et maudite soit l’eure et honie

 Que cil Breus sans courtoisie

 Oncques sur toy ot pouoir, //

 [C. 22v.] Car a mon escient, a dire voir,

2820Je ne me jeusse mie seule, esgaree,

 En mon lit toute englacee,

 Ne les lons jours ne me feussent greveuz

 - Lasse! - que tant me durent adez,

 Ne je ne tendisse a gaster

2825Les longues nuiz a veiller,

 Ne je ne laissasse mon plaisir

 Quant je voy le doulz temps venir,

 Que toute creature doit avoir joye

 Pour le doulz temps qui renovoie,

2830Aussi comme je souloie ou temps passés

 Quant je te estoie de lez.

 Et maintenant je suis en paour,

 Pour ce que en toy ay grant amour,

 Pour la tres grant crudelité

2835Qui est en Breus Sanz Pitié

 Que bien je doy haïr a droit.

 Adonc tout le sang me fuioit

 Quant aucuns veoie de ta contree

 Qui estoit en extremité.

2840Lors je commençay a plourer

 Et mon dueil renouveller;

 Si devins plus froide que glace

 Et ce n’est ja sans cause,

 Mais de ce m’est il bien avenue,

2845Et le Dieu d’Amours m’a secourue

 Que tu y es sein en ton demour.

 Ce me mande le Dieu d’Amour

 Pour moy auques confforter

 Car ne me vouloit oublier,

2850Car je t’amoye loyaument,

 Le Dieu d’Amour si ne garent,

 Chier sires et amis,

 Que je ayme tant toudiz.

 Tous les chevaliers errans

2855Qui aloient aventures querans,

 Qui furent fors de ses contrees,

 Sont a leurs dames reppairez /

 Et sont ensemble a deduit,

 Lequel leur dure jour et nuit.

2860Et aucuns vont a leurs dames racontant

 Les aventures qui furent trouvant

 Quant souloient par le pays aler

 Et les aventures achever.

 O tu, amis qui ainsi as mis en oubliance

2865Moy qui ay en toy toute esperance,

 Donc quant aloies le monde sequant,

 T’estoit il de moy remembrant

 Que de fin cuer t’amoye,

 Amis plain de toute joye?

2870A lasse! Tout le cuer me trembloit

 Quant il me souvenoit

 Que tu aloies tellement

 Les aventures querant;

 Et lasse, plaine de tourment!

2875Que me vault ton delivrement,

 Puisque ne viens en tes contrees

 Se tu y es delivrez?

 Car ainsi suis je sanz amis

 Comme j’estoie l’autre diz,

2880Et pour ce ne puis appercevoir

 Que je ay riens gaaingnié voir.

 O tu, amis, que es tu devenus

 En ce pays de par la juz?

 Car je ne te puis veoir

2885Car ton cuer, a dire voir,

 Est plus dur voirement

 Vers moy que pointe de dyamant;

 Car tu y es si long a ton demour

 Que pou te remembre de m’amour,

2890Et mieulx feust, a mon escient,

 Que encore durast l’enchantement

 Qui te tenoit en payenie,

 Qui fu par la damoiselle Envie.

 Car se tu feusses la reppairant,

2895Mon cuer feust la pensant

 A une chose que cremeroye; //

 [C. 23r.] Mes heure que tu y es en voye,

 Je vois toutes choses doubtant

 Que ne te viengnent encontrant.

2900Et se tu feusses en payenie,

 Je ne doubtasse que la felonie

 De cel homme desvoié,

 Ce est de Breus Sanz Pitié;

 La toute ma complainte seroit,

2905Que aillours ne penseroit.

 Lasse! Comme je me hay malement

 De penser si diversement

 Choses que ne vouldroie en nulle maniere

 Que avenissent ça en arriere!

2910Celles font mon cuer grever

 Quant je pren a ymaginer

 Que vous avés vostre cuer aillours

 Et que oubliastes mes amours.

 Ainsi alés vous temps passant

2915Et vostre dame oubliant,

 Et vous mesmes poués cuidier

 Que a vous je ne feusse per,

 Aucune fois dites que ne suis debonnaire,

 Pour ce estes vers moy contraire.

2920He, lasse moy! Qu’est ce que vois disant?

 Car de ce n’aviengne neant,

 Car bien sçay, se pensés venir,

 Ja ne prenissies tel laisir.

 Donc, treschier et honnourez amis

2925Que je ay tant amés tousdiz,

 Delivre toy de a moy venir

 Pour moy non faire plus languir;

 Et se ainsi n’est prochainement,

 Ma vie fauldra briefment».

2930Quant la dame de bonne voulanté

 Ot ainsi son amy regretté,

 Elle dist voirement

 Que trop endure qui attent.

 Adonc chaÿ en paumoison;

2935Longtemps y fu en languisson. /

 Or prendrons a racompter

 Et dirons au retourner

 Que le Chevalier faisoit

 Quant vers sa dame il aloit.

2940En ce chemin il fu longuemens

 Et assés y dura le temps;

 Tant ala par ses journees

 Par mons, par plains et par valees

 Qu’il fu pres de ce pays

2945Ou la plus belle que fleurs de lis

 Aloit son corps sejournant

 Et son amy attendant.

 Quant le chevalier fut la venus,

 Bien y fu recongneus.

2950Quant la dame entendu a

 Celle grant joye la

 Que son amy estoit venus,

 Qui tant elle avoit attendus,

 Erraument la respondi:

2955«Dieu soit loué de my,

 Car meshui est il saison

 Que je aye garison

 A ma personne et a mon cuer,

 Lequel a souffert tel duel».

2960La dame se lieve en estant,

 A son amy vient en present.

 De grant joye qu’elle avoit //

 [C. 23v.] Aucques parler elle ne pouoit;

 Erraument son amy elle acole

2965Et doulcement le: baise,

 Et son amy fist le semblant

 Sanz autre delayement.

 Et la dame prist a dire:

 «Doulz amis, com grant martire

2970Par vos amours je souffri

 A l’eure que vous perdi!

 Mais ore vois oubliant

 Toutes paines et tourment;

 Puisque je vous ay si pres,

2975Mon cuer se resjouist adez».

 Je vous pourroye assés compter,

 Mais cel affaire vait bien durer

 Pluseurs jours sanz deppartir,

 Car bien en orent laisir.

2980Quant son varier a regardé

 Que il estoit la reppairé,

 Erraument s’en vient a lui

 Et dist: «Sires, je t’ay bien servi

 Tant com fuz hors de ta contree

2985Ou tu feis longue demouree;

 Et ore que tu te vas ça deduisant;

 Erraument a Dieu te commant,

 Car je feray ma reppairee

 Aucques pres de ceste contree:

2990Ce sera ou pays

 Ou tu sejournas aucques enuiz

 Et, se tu as de moy mestier,

 Je te yray tousdis aidier».

 Le sires lui respondi:

2995«Travail, amis, je dis a ty

 Que je te suis oubligiez

 De ce que o moy fuz adez

 Tant que je fuz reppairant

 La ou ma dame va sejournant;

3000Mais ja ne te quitteray

 Tant comme au monde vivray. /

 Je vueil prandre ma erree

 Aucques fors de la contree;

 La n’auray je de toy mestier,

3005Ainz te va esbanoier».

 Ainsi parti de mon valleton

 Qui Travail a par son nom.

 Dist Esperance, ma damoiselle,

 Celle courtoise, gentil et belle:

3010«Bien tousdis te aloie disant

 Que aprés la bise vient le vent,

 Et aprés le vent si vient bonace

 Et aussi la fortune passe».

 Atant ma dame demanday

3015Et a elle le fait comptay,

 Et comment m’estoie contenus,

 De ce que me fu avenus,

 Et comment le Dieu d’Amours

 Ne m’a oublié nulz jours.

3020«Aussi, pour faire nostre devoir,

 Vous et moy l’yrons veoir

 Et a lui yrons remerciant

 De ce que il nous servi tant».

 Ainsi preismes nostre voye

3025Pour veoir le sire de joye

 A ce pays si delictablez

 Ou demourent folz et sagez;

 Et tant preismes nostre erree //

 [C. 24r.] Que, au descendre d’une valee,

3030Venimes au pays

 Ou on treuve tant de deliz;

 Ce est le pays de joye

 Que le Dieu d’Amour maistroye,

 La ou sont trestuit deduit

3035Qui ne finent ne jour ne nuit.

 Adonc preismes a regarder

 Et assés a merveillier

 De veoir tantes de nobles gens

 Et de si hauls paremens,

3040Car trestout le remanant

 Qui est par tout le firmament

 Voirement ne peust estre comparé

 A la mendre dignité

 Qui ert en la court du Dieu d’Amours

3045La ou n’abite nulz jaloux;

 Ainsi allons regardant

 L’affaire et le contenement.

 Quant nous feusmes la venuz,

 Bien y feusmes recongnus

3050Par les gens de celle court

 Qui nous n’amoient ja a tort,

 Car bien savoient que estions servitours

 A leur sires, le Dieu d’Amours.

 Erraument vient le sergent

3055Qui en payenie me vient querant

 De par son maistre, le Dieu d’Amour,

 Pour moy mettre en baudour.

 Quant en celle court nous trouva,

 A son seingneur il compta

3060Comment le Chevalier Errant,

 Qu’il ala en payenie cerchant

 Et qui fu la enchantés,

 «Est en vostre court arrivez,

 Et si a amenés en sa compaingnie

3065Une dame plus jolie

 Qui soit d’orient jusques a ponent

 Ne en l’autre part du firmament. /

 Et en ta court en est tel baudour,

 Elle sera voirement la flour».

3070Le Dieu d’Amours fu desirant

 Qu’il les veist en son present

 Pour veoir celle rose

 Ou toute beauté est enclose,

 Car sa court toute parloit

3075Des beautés que la dame avoit

 Et de son beau contenement,

 Car si bien aloit chevauchant,

 Et de son paleffroy et de ses paremens,

 Qui tous estoient reluisans

3080De pierres precieuses et de fin or

 Qui la estoient, a dire voir.

 Le Dieu d’Amour si envoia

 De nobles gens de sa court la,

 Qui la dame et moy vindrent cerchier

3085Pour nous au Dieu presenter.

 Que yroie plus disant?

 Menés feusmes a li en present,

 Dont humblement nous l’enclinames

 Et de bon cuer l’en merciames;

3090Et la dame le va merciant,

 Que bien s’en va remembrant

 De tous plaisirs et de deduit

 Que aucques ot jour et nuit

 Et de son amy qui ainsi lui fu recommandez

3095En payenie quant fu enchantés.

 «Dont, seingneur, te dy voirement

 Que sui a ton commandement,

 Car tel seingneur fait bon servir

 Qui les services scet merir».

3100Le chevalier prist a parler

 Et son seingnour a mercier:

 «Beau sire Dieu tout puissant,

 Aussi comme croy appertement

 Qui tant es plain de tout plaisir

3105A ceulz qui te scevent servir,

 Car en nul jour n’as en oubli //

 [C. 24v.] Ceulz qui te ont servi;

 Et a moy bien feis semblant

 La ou te aloye proyant

3110En la forest obscure

 Ou fu tant de laidure,

 Quant ton ange me tramis

 La juz bas en ce pays,

 Que forme de dame ressembloit

3115A l’abit qu’il portoit,

 Qui si doucement me confforta

 En celle obscurté la;

 Et toudis m’en as conffortés

 Pour tes debonnairetés,

3120Et nul jour n’euz de toy mestier

 Que a moy n’envolasses aidier,

 Specialement en payenie

 La ou faisoie dure vie.

 La fuz je liement veux

3125Par tes amis de par la juz

 Puis qu’ilz orent le commandement

 Par ta lettre en present,

 Car tousdis a leur pouoir

 Me venoient veoir

3130Et me faisoient tout plaisir

 Mes que ilz eussent laisir.

 Et [a] l’aide de toy et de ma dame lye

 Et de celle noble compaingnie

 Je passoie mon temps

3135Et oublioye tous tormens,

 Car souvent m’as confforté

 Par ta grant debonnaireté.

 Mais la sont trois dames de valour,

 Ce sont Beauté, Plaisir et Doulçour,

3140Qui les autres vont conduisant

 Et sont a eulz obeissant,

 Et toudis ont grant desir

 De toy faire a plaisir.

 A toy humblement se recommandent,

3145Leurs biens, leur cuer te presentent,

 Car toy, qui es Dieu d’Amour, /

 Elles te claiment leur seingneur.

 Aussi l’autre compaingnie

 Ne la doyes oublier mie,

3150Car a toy humblement se recommandent,

 Leurs biens elles te presentent,

 Car seingneur doit chier tenir

 Cellui qui de bon cuer le scet servir.

 Et toy humblement mercy

3155Des biens que j’ay eu par ty,

 Mais ne seroie bien puissant

 De vers toy aler merent

 Trestous les biens et les deliz

 Que par toy ay eu toudis.

3160Mais je suis cy en present

 Oubligiez a faire ton talant».

 Le Dieu d’Amour oÿ a

 Ce que la Dame et le Chevalier dist la,

 Dont courtoisement les a araisonné

3165Et de leur estre demandé,

 Aussi de ceulz de payenie

 Qui lui tindrent grant compaingnie.

 Que vous yroie je plus disant?

 De sa court les va retenant;

3170La furent noblement honnourez

 Et de toutes gens bien festoies.

 On va la dame mener

 La ou seult reppairer //

 [C. 25r.] La Deesse d’Amour

3175Et ses autres dames tout entour,

 Celles qui furent de grant parage

 Que la font leur estage.

 La furent roynes et empereriz

 Et autres dames de grant postiz,

3180Car celles qui amerent par amours

 La faisoient leurs sejours.

 La fu la dame bien recueillie,

 Mais aucuns li orent envie

 Pour la beauté qui fu en elle,

3185Car elle fu la sanz pareille

 Fors seullement la Deesse d’Amour,

 Que sur toutes fu la flour.

 Toutes maudissoient la journee

 Que elle vint celle contree,

3190Car dient que voirement

 Ne seront prisees tant.

 Ainsi souvent vient il d’envie

 Que mains cuers assés gremie.

 Or vous vouldray cy compter

3195Ce que fist le Chevalier,

 Car lui et sa dame vouldrent veoir

 Tout cel affaire, a dire voir,

 Et aussi vous vouldray compter

 Ce que leans porent trouver.

3200Voir fu que le Dieu d’Amours,

 Qui ce pays ot tout entours,

 Fut de l’aage de .xxx. ans

 Et fu de corps joly et gens,

 Et avoit le visage cler

3205Et le poil recercellé,

 Lequel estoit trestout blanc,

 Bien paroient fil d’argent,

 Les yeulz vers, gros, clers et fendans

 Pour mieulz regarder ses gens.

3210Sa couleur fu rouge cler

 Et plaisans a regarder,

 Le nez bien fait a mirer, /

 La bouche belle pour baisier,

 Un pou de barbete en son menton

3215Laquelle lui donnoit bonne façon.

 Grant fu, droit et bien tailliés

 Pour estre de chascun loés

 Et, touteffois que il rioit,

 Toutes gens resjouissoit,

3220Car nul, a voir dire,

 Ne lui pouoit trouver a dire,

 Et fu de celle auctorité;

 Qui le veoit estoit saoulé.

 En son chief un chappel de flour portoit

3225Et tousdis jolis estoit.

 Deux eles avoit, cleres et luisant,

 Que quant vouloit l’aloient portant.

 Sa robe fu de rouge coulouree,

 Laquelle fu bien illuminee

3230De pierres precieuses et de bel labour

 Qui la paroit tout entour;

 Celle fu toute ouvree

 D’oyseaulz chantans en leur volee,

 Qui la estoient tousdis chantant

3235Quant au Dieu venoit a talant.

 Et quant il estoit assis,

 Pour monstrer son grant postis,

 Sus trois lyons se aloit seant,

 Les deux dessoubz et l’autre devant,

3240Sus lequel ses piés tenoit

 Et tellement se repposoit.

 En sa main va tenant

 Un arc, de quoy fiert tellement,

 Car il est si fort archier

3245Que il passe plus dur que acier.

 Et quant il est en son mengier,

 A sa table n’ose approuchier

 Nul qui n’ayme loyaument

 Ne qui a sa dame feust faillant.

3250Les tables et les autres appartenement

 Dedens quoy la vont servant //

 [C. 25v.] Sont de pierres precieuses,

 Qui sont chieres et couvoiteusez,

 Et sont d’or esmerés

3255Qui rendent grans clartés.

 Ainsi comme la vont servant,

 Pucelles vont devant chantant

 Aux autres qui sa viande portent,

 Ainsi tousdis de joye s’ennortent.

3260Et aprés viennent tous instrumens

 De quoy usent toutes gens

 Et font le torn par toute la court

 Tant que la viande est tout entour

 Et que toutes gens sont servis

3265A leur plaisir et a telz deliz,

 Car entour lui a tant de seingneurs,

 Nobles sires et empereurs,

 Roys et autres barons assés

 Et grans seingneurs de toutes lignees,

3270Empereris, roynes sanz compte,

 Et d’autres dames, nul ne scet le nombre;

 Chevaliers, escuiers et sergens

 De toutes autres manieres sont la habitans;

 Damoiselles et pucelles de grant postis,

3275La furent de toutes lignees.

 Et tous se tenoient joliement

 Et tendoient a esbatement,

 Car le Dieu d’Amours a commandés

 Que la nul ne soit couroucés.

3280Ainsi vivent liement

 La toutes amoureuses gent;

 La ilz sont trestous servis

 De tous desirs a leurs plaisirs.

 Le Dieu d’Amour demoure aux champs

3285La greigneur partie de son temps,

 En ces boys et en ces praeries

 Pres de rivieres joliez.

 La fait ses paveillons tendre

 Pour mieulz son plaisir prendre:

3290Les uns sont rouges, ou blans, ou vers,

 Les autres pers, a fin or tous ouvrés, /

 Les autres d’or et d’argent barrés

 Et en y a d’eschaquatés,

 Et ot tant et si diversement ouvrez

3295Que nul n’en saroit la certainetez;

 Ainsi trestuit sont reluisant

 Pour l’or fin qui va la flamboiant.

 La travache du Dieu d’Amour

 Ou il mengue touzjour

3300Est verde, toute bourdee

 Et de papegays avironnee,

 Qui tousdis loyent les Amouroux

 Et maudient les Jaloux.

 Et ja n’est nul jour passés

3305Que leans n’ayent leurs voulantez,

 Et la on prent tel deduit

 Qui ne fault jour ne nuit,

 Car tousdis qui veult jouster,

 Ne qui veult tournoier

3310Ne faire nul autre esbatement,

 On le treuve en present;

 Ne qui veult aler chacier,

 Ne veoir faucons voler,

 Tousdis treuve tel plaisir

3315Mais que il aye le desir;

 Ne qui veult chanter ou dancier

 Et aux dames festoier,

 Si aille tout en present

 La ou la Deesse va sejournant,

3320Qui bien est du tout au Dieu d’Amour comparee

 Et tient ytelle majestee.

 Que vous yroie plus longant?

 La ne failloit esbatement.

 Quant je ay tout regardé

3325Et l’affaire tout escouté,

 Je n’y vy nulles gens

 Qui ne feissent esbatemens,

 Mes que une generacion

 Qui aloit tousdis bas le menton.

3330Et je y vy des nobles et des belles gens

 Qui toudis faisoient telz semblans,

 Et tousdis estoient yrés //

 [C. 26r.] Et avoient grandes ennequittez,

 Mais toudiz aloient plaingnant,

3335Et leur pis aloient batant.

 Et en vy d’autres de tel semblance

 Qui n’estoient de si haulte parance;

 Icelles gens tel office avoient

 Que tousdis palleffrois gardoient;

3340La ne prenoient autre deduit

 Ne nul jour ne nulle nuit.

 Lors fuz bien esmerveillé

 Quant tel fait ay regardé,

 Car a faire tel servage

3345Estoient gens de tel parage

 Qui furent de haute ligne estrait,

 Dont je ne cuidoye que a tel fait

 Deussent ja venir

 Comme de chevaulx servir.

3350Lors vers elles me tiray,

 Et si leur demanday

 Que leur prioye courtoisement

 Que ne m’alassent point celant

 Ce que leur vouldroye demander,

3355Et que a moy le voulzissent compter

 Pourquoy faisoient tel doulour,

 Et que vivoient en langour,

 Et que en celle court n’avoye veu

 Nulle personne yrascu

3360Fors que elles, qui semblent de parage

 Et vivoient en tel servage

 Comme de palleffroys froter

 Et aprés les autres les mener.

 Adonc se traist envers my

3365Une dame au corps joly,

 Qui paroit de grant postés

 Et estraite de noblez lignés,

 Et une autre damoiselle

 Qui aucques moins n’estoit belle,

3370Et moy distrent en present

 Ce que je vous iray contant. /

 «Car amy, nous te diron

 Nostre male destinacion.

 Voirs fu que, par nostre fellonie,

3375Quant estions en celle vie

 Nous feusmes dures et sanz pitié,

 Et ja n’eusmes amistié

 Pour prieres ne pour amour

 Que nul nous feist nul jour,

3380Ains faisions les gens languir,

 Ceulz qui ne souloient requerir

 Et de amours aler proyant;

 Donc feusmes si descognoissant

 Que de nul de ceulz n’avions mercy,

3385Ains les faisions vivre marri.

 Et quant nous avons nostre vie finee,

 Nous avons telle destinee

 Que cent ans sommes ça demourant

 Et yci sommes arrestant,

3390Et ne servons d’autre mestier

 Que des chevaulz apparaillier

 A ceulz qui ont toudis amés

 Et d’amours fait leurs voulantez,

 Et or, sire, vous ay comptee

3395Nostre male destinee;

 Mais chierement vous veueil proier

 Que par tous nous vueillés mander

 Unes lettres que vous donray

 A celles gens de par de lay,

3400Pour cause que leur puisse contredire

 Que ne viennent a tel martire,

 Car qui ne fait quant il en a loisir

 Il ne puet puis faire a son plaisir,

 Car par aucun contraire il a quaison

3405Pour quoy il pert son entencion».

 Le Chevalier lui respondy

 Que bien le feroit ainsi

 Et que par lui ne remandra

 Que les gens de par de la

3410Ne soient tousdis amoureux //

 [C. 26v.] Et que ne firent telz doulours.

 En moy n’ot que esmerveillier

 Quant oÿ ytel parler.

 Adonc en moy pensoie

3415Que de ytel tourment gariz estoie.

 La lettre fist erraument

 Et la bailla a un mien sergent

 Qui en celle contree aloit

 Et la dame congnoissoit

3420Et ses parens et ses amis

 Et les autres du pays.

 Le valeton prist sa erree

 Et se parti de la contree.

 Or laisserons a compter

3425Et prendrons a retourner

 D’une aventure qui fu la

 En celle court de par de la,

 Dont il avient voirement

 Quant j’estoie en present

3430Un jour que le Dieu d’Amour festoioit

 Et sa noble court tenoit.

 A celle je vy arriver

 Un estrange chevalier

 Devant la place la dehors,

3435Car ilz le tindrent bien de fors,

 Et nul aler ils n’y laissoient /

 Ceulx qui la place gardoient

 Se il ne feust Amouroux

 Et haïst tous les Jaloux.

3440Erraument lui ont demandé

 Qui il est et de quel contré,

 Et se il estoit Amouroux

 Ou il estoit de ces Jaloux.

 Le chevalier leur respondi:

3445«Je vous dy voirement ainsi

 Que je ne sui Amouroux,

 Ainz vien cerchier le Dieu d’Amours,

 Car un de sa court m’a malbailli

 Et ma femme m’a tolli».

3450Erraument le presenterent

 Et au Dieu d’Amours le menerent.

 Le chevalier devant le Dieu fu

 Tout marri et yrascu,

 Et trouva le Dieu en grant compaignie

3455De ycelle noble baronie

 Comme est d’empereurs et de roys

 Et de tous barons d’autre conrois

 Et de toute autre chevalerie,

 Dont sa court estoit bien garnie

3460Car, a mon escient,

 Nul ne scet le compte voirement.

 Le chevalier fu au Dieu presentez

 Devant ycelles majestez;

 Erraument s’agenoulla

3465Quatre fois devant qu’il fu la,

 Et li commença son conte

 Dont il lui disoit sa honte.

 Et tellement lui va disant:

 «Sire Dieu qui es si puissant,

3470Car ta puissance est universaire

 Et par tout le monde a pou contraire,

 Et ne me semblez droicturiers

 Quant par un de tes chevaliers

 Je sui si malement bailli,

3475Qui ma femme m’a tolli //

 [C. 27r.] Et l’a en ta court menee

 Par ma male destinee.

 Dont ne devroies souffrir

 Que j’eusse tel desplaisir

3480Ne avoir si pou de honnour,

 Qui me fait languir touzjour,

 Comme d’avoir nostre moulier perdue

 Par ton chevalier qui l’a en sa cure.

 Et voirement je te diray,

3485Et ja ne te mentiray:

 Voir fu que ton chevalier

 Si va ma femme trouver,

 Qui estoit jeunete

 Et aucques un pou nicete,

3490Et mauvaisement l’enchana

 Et contre sa voulanté l’enmena.

 Donc tu doyes estre droicturier:

 Fay moy raison du chevalier,

 Fay moy nostre moulier rendre.

3495Je lui pardon sanz plus attendre,

 Car je voy les greingnours

 Qui font tousdis les semblans tors».

 Le Dieu d’Amour escouté a

 Ce que le chevalier dit ly a.

3500Et le Dieu si lui respondi:

 «Chevalier, je te dy ainsi,

 Que le chevalier et ta femme et toy,

 Tous trois serés devant moy

 Et orray vostre raison.

3505Je n’y feray autre sermon,

 Et moy et les seingneurs qui sont en ta presence

 Donnerons ceste sentence».

 Et n’y firent autre delay:

 La dame et le chevalier fu lay

3510Et son mari, qui la va demandant

 Au Dieu d’Amour devant sa gent.

 La fu chascun qui ne parla

 Ne la nul n’oïssiez ja.

 Le Dieu d’Amour va commandant /

3515Que le chevalier soit parlant

 Et die premierement sa raison

 Dont il lui maine tel tenson.

 Le chevalier estranga parla

 Et sa femme demanda,

3520Et dist tellement

 Comme fist au commencement.

 Le Dieu d’Amours si dist

 Que la dame sa raison deist

 Et lors elle se leva

3525Et devant le Dieu compta

 Comment «voir fu et sanz mentir

 Que jeune estoie et avoie desir

 De tousdis chanter et festoier

 Et mon temps lyement user,

3530Et vous me donnerent pour mari,

 Dont mon cuer fu bien marri,

 Car jeune fillete estoie

 Et la char tendrete avoye,

 Et tu es vieulz et ainsi peloux

3535Que de costé moy semblés un ours.

 Et ja ne pouoies souffrir

 Que ie prenis[s]e mon desir

 Ains es chambres m’aloyes fermant

 Par ta jalousie, car es recreant.

3540Et quant je te estoie pres couchee,

 Tu rouffloies la nuitee

 Tout aprés en un tenant;

 De toy n’avoie autre esbatement.

 Mais mon amy qui cy est prés

3545Me conffortoit tout adés

 Et tout le desplaisir, que pour toy avoye,

 Je oublioye pour sa joie

 Et pour sa douceur et joliveté

 Que souvent ay remiré.

3550Et aussi je lui ay m’amour donnee,

 Et contre toy ay male volantee

 Car, aussi com par lui ay plaisir,

 Ainsi tu me faisoies languir. //

 [C. 27v.] Dont je dy que voirement

3555Je fuz a lui toute accordant

 A faire tout son plaisir,

 Car bien avoie le desir.

 Et benoite soit celle journee

 Que par lui de toy sui dessevree,

3560Et aussi je vais protestant

 A nostre seigneur le Dieu amant.

 Mais se celles de ma contré

 Feussent de ma voulanté

 Et creussent mon enseingnement,

3565Je leur diroye tout en present

 Que elles amassent par amours,

 Et que prenissent tel doulçour

 Au temps que peuent avoir tel plaisir

 Et tant com elles en ont laisir

3570Car, quant auront leurs temps usés

 Et leurs personnes toutes gastees,

 Tart leur sera le reppentir,

 Adonc n’y pourront avenir.

 Une autre chose te vais disant

3575A toy qui me vas cerchant:

 Tu bien dire pourras

 A tes amis que trouveras

 Que fort seroit a pouoir tenir

 Dame qui veult son plaisir

3580Car, quant bien y pensera,

 Sa voulanté esploitera.

 Autre chose ne te vais disant,

 Or m’en souffriray a tant».

 Son mari respondu a:

3585«Son amy que je voy la

 La vait ainsi administrant

 Pourquoy elle soit remanant.

 Mais, doulce moulier, se tu vouloiez,

 De bon cuer pardon auroies,

3590Et nul jour n’auray desplaisir

 Que tu prennez ton plaisir,

 Car je ta aym si doulcement /

 Que tu pourras faire a ton talant».

 Quant le Dieu d’Amour entendu a

3595Ce que la dame et le mari dit ly a,

 Erraument va commandant

 Que son chevalier soyt parlant.

 Adonc le chevalier si se leva

 Et son compte commença

3600Et dist: «Sire Dieu d’Amours,

 A qui je suis obeissant touzjours,

 Voir fu que je estoie jolis

 Et d’amours bien entrepris,

 Et touzjours me tenoie joliement

3605Et si aloie joyeuse vie menant,

 Dont j’avoie tousdis desir

 De ceste dame faire plaisir.

 Et elle me prist a amer,

 Et moy elle a honnourer,

3610Dont je vous dy vrayement

 Que nous feusmes accordant

 De venir en vostre hostel

 Et en vostre court festoier».

 Le Dieu d’Amour a demandez

3615Son conseil de ses privés

 Et des autres qui sont en present

 Pour donner le jugement,

 Lesqueulx furent tous d’un accort

 Que le mari avoit grant tort,

3620Et distrent communement

 Que son mari n’y avoit neant,

 «Car courtoisement et debonnaire

 A son amy vient sanz rettraire.

 Et se il l’eust ceans a force menee,

3625Nous jugerions que elle lui feust donnee».

 Le Dieu d’Amour se va accordant

 A la sentence que vont donnant;

 Ainsi la sentence fu donnee

 Et la dame fu delivree.

3630Le Dieu d’Amour lui va disant:

 «Chevalier qui es cy en present, //

 [C. 28r.] Une autre moulier te va cerchier,

 Mais que la sachiez mieulz garder;

 Et de ce que tu te vas esmaiant

3635De ce que te diront la gent,

 Bon conffort en toy prendras

 Quant les autres parler orras

 Qui par ytelles causes se complaindront,

 A toy bon conffort donneront».

3640Le chevalier lui respondi:

 «Sire, je me conffort ainsi,

 Car je sçay bien de vray

 Que assés compaingnie trouveray.

 Mais une chose te vueil requerre

3645Que a moy faces sans contraire

 Et, se ainsi ne le fais en present,

 De ta sentence vais appellant:

 Que tu vueillez que en ta presence

 Je en face ma vengence

3650De ce mauvais losengier

 Qui m’a osté nostre moulier.

 Et voirement fu autrement

 Que il ne dist en ton present,

 Dont li prouveray, a dire voir,

3655Que la dame ne doit avoir,

 Car tu et les tiens Amouroux

 Nous autres haÿent touzjours.

 Ainsi ma bataille present

 Contre li appertement,

3660Dont le feray recreans rendre:

 Vez cy mon gaige sans plus attendre.

 Et se toy et ta court avoies hardement

 De bataille aler enprenant,

 Je te meneray tel pouoir

3665Qui te combatront, a dire voir,

 Et auray tant de ma partie

 Que sur toy auront maistrie».

 L’autre chevalier se leva

 Et son gaige presenta,

3670Mais toute l’autre gent

 Leur seigneur vont priant

 Que ly plaise de vouloir faire /

 Que la bataille soit sanz rettraire

 De trestous les Amouroux

3675Contre les failliz Jeloux

 Et contre ceulz qui ont mellenconie

 Sus les gens de bonne vie.

 Le Dieu d’Amour ottroié a

 Celle grant bataille la;

3680Ainsi fu la bataille emprise

 Par cel qui avoit sa femme quise.

 Ainsi fu la ottroiee

 D’uy en un an en la contree.

 Le chevalier si s’en parti

3685Bien courouciés et bien marri,

 Mais toute son esperance

 Est de prendre bonne vengence

 Par le secours qu’il aura jadis

 Des grans seigneurs de tous pays.

3690Dont il s’en aloit murmurant,

 Un Jaloux va encontrant;

 Si lui a dit toute sa complainte

 Et sa honte et sa meschance.

 L’autre voirement le confforta,

3695Si lui dist: «Amis, ne t’esmayes ja,

 Car qui de tel doulour vouldroit mourir

 Trop en couvenroit le monde affoiblir.

 Mais je te vueil raconter

 Ce que a moy vint l’autrier.

3700Je estoie en un paveillon

 Si bel com il fut ou mon,

 Et j’avoie ma femme menee

 Pour moy deduire en la contree,

 Et elle me monstroit grant amour.

3705Moult me fioye en elle touzjour,

 Tant que un jour je m’en entray

 En la grant forest lay

 Pour aventures cerchier et querre,

 Car mains chevaliers de pluseurs terre

3710Estoient la passant,

 Auxqueulz m’estoie esprouvant,

 Et tout ce pour s’amour faisoie

 Car voirement trop l’amoye. //

 [C. 28v.] Dont il avint ce jour mesmez

3715Que un chevalier errant y vient adez;

 Si entra ou paveillon,

 La ne fu se ma femme non,

 Et il la prist et la baisa

 Par force, si comme elle compta,

3720Et ce ne m’eust elle mie dit,

 Mais un mien affiche sanz contredit

 Elle lui va donner,

 Lequel je lui faisoie porter.

 Et quant je arrivay la en present,

3725Bien me fuz appercevant

 Que la avoit esté chevalier,

 Mais ja ne l’avoie chier.

 Erraument lui demanday

 Que ja ne le mis en delay.

3730Puis me pris apercevoir

 Que l’afichet elle n’avoit,

 Et bien lui damanday,

 Si lui dis que le vray;

 Dont elle me va compter

3735Que un chevalier lui va oster.

 Assés lui demanday se autre lui fist.

 Lors elle en present me dist

 Que il l’avoit baisiee

 A force et oultre sa voulantee

3740Quant l’afiquet lui osta,

 Et que assés lui ennoya;

 Mais le seurplus ne me voult dire

 Se je l’eusse mise a martire.

 Ja par ce n’en croirray nulz

3745Qu’il la baisast sans faire plus,

 Car l’une chose l’autre atrait:

 Qui baise femme et plus n’en fait

 Des qu’ilz sont seul a seul anduy,

 Dont cuide je qu’il remaint par lui.

3750Femme qui sa bouche habandonne,

 Le seurplus de legier donne /

 Si est qui a certes y entende,

 Dont que la se deffende.

 Ce scet on bien sanz nul redoubt

3755Que femme veult vaincre tout,

 Fors celle meslee seulle;

 Et quant elle tint l’omme a la gueule

 Et exgratine et mort et tue,

 Si vouldroit elle estre vaincue,

3760Si se deffent et si le tarde

 Tant est de l’ottrier couarde;

 Ains veult que a force lui face,

 Puis si n’a ne gré ne grace.

 Ainsi elle me va honir voirement

3765Com je vous devis en present».

 Quant l’autre chevalier l’entendy,

 Qui estoit si dolent et marri

 De sa femme qu’ot perdue

 Qui de fine chalour tressue,

3770Si li dist: «Amis, voirement te dy

 Que moult ay le cuer marri

 Quant il me vint a souvenir

 De celle ou avoye mon plaisir.

 Et ta complainte me fait grant bien,

3775Car tu te plaingnes de celle rien

 Comme je foys voirement,

 Mais ne la fuz de tout perdant

 Ainsi comme je ay la moye,

 Et bien ay perdue toute joye.

3780Mais, se je l’eusse recouvree,

 Jamais n’y eust esté meslee,

 Car tout abandonneement

 Ly eusse laissié faire son talent;

 Et se veu l’eusse, si l’eusse je cachee

3785Que ja n’en fut semblant monstree,

 Si m’en feusse tourné d’autre part

 Sans plus a lui faire nul mal regart;

 Et se j’eusse sceu ce bien faire,

 Encor l’eusse sans contraire. //

3790[C. 29r.] Et tu encore la teue as:

 Garde bien que tu feras,

 Car, par la foy que je te doy,

 Mieulz te vault tenir la au toy

 Et li laissier faire son plaisir

3795Que aucun te la viengne tollir

 Car, se tout veulz appercevoir,

 Mains ennuys y pues avoir».

 Les chevaliers vont cheminant

 Et l’un a l’autre sa honte disant;

3800Si s’en va vers sa contree.

 Une fame y a levee

 De la bataille voirement

 Qui doit estre contre les Amant.

 En sa contree est alés,

3805Et si a tous mandés

 Par tous pays communement

 Lettres, qui vont devisant

 A tous les princes et baron

 Qui sont par le monde environ

3810Comment la bataille est emprise

 Tout adés a tel devise

 Que, de hui en un an,

 Ilz soient trestous certain

 Que la bataille sera,

3815En ces grans champs de par de la,

 De trestous les Jeloux

 Et des ennemis des Amoureux

 Et de ceulz qui sont marri

 Pour leurs femmes qui leur ont failli,

3820Contre le pouoir et dominacion

 Dieu d’Amours et de sa maison;

 «En laquelle a tel pouoir

 Qu’a mon escient, a dire voir,

 Je ne cuide nullement

3825Que veisse oncquez tante noble gent,

 Ne qu’eussent si le cuer gay,

 Car en eulz n’a nul esmay,

 Et voirement sont de gens assés /

 Et sont de grans poestés.

3830Mais je ay consideré

 La nostre grant poesté,

 Car tresgrant baronie

 Sera de nostre partie.

 La aura empereurs, roys et baron

3835Et des autres a foison,

 Et serons telz et tant sanz nombre

 Que nul n’en saura le conte,

 Et bien se pourront confforter

 Que de eulz se pourront vengier

3840Pour le tresgrant desplaisir

 Que ilz nous font a leur loisir,

 Car cellui qui autre va grevant

 Si l’oublie legierement,

 Et cellui qui a le desplaisir receuz

3845Nul jour en son cuer ne l’a perduz»,

 Ainsi les lettres va mandant

 Par tout le monde en present.

 Le Dieu d’Amours a commandé

 Que les heraulz soient apresté

3850Pour aler communement

 Faire son commandement;

 Lesqueulx erraument se partirent,

 Et par le monde denoncierent

 Comme le Dieu d’Amours mandoit

3855Que chascun qui le obeissoit

 Feust d’ui en un an aprestez

 En ces grans champs longs et lez,

 La ou sa personne seroit,

 Laquelle se combateroit

3860A toute sa poesté

 Contre la male lignee

 Et trestous les Jaloux

 Qui tant hayent les Amoureux,

 Et la prendre vengement

3865De celles devees gent.

 Or laisserons ester cestui compte

 Et tournerons a l’autre compte, //

 [C. 29v.] Comment il fu du valeton

 Qui se parti de la maison

3870Du Dieu d’Amours si vistement

 Pour ce Chevalier Errant

 Qui, par priere de la dame, le manda

 Es contrees de par de la

 Pour ses amis noncier

3875Trestout ycel encombrier.

 Une lettre lui bailla

 Que le valleton porta.

 Quant il ot compli ses journees

 Et il fu en celles contrees,

3880Adonc le valleton nonça

 A tous ceulz de par de la

 Comment unes lettres portoit

 Et de la court du Dieu venoit

 De par une dame, qui le manda

3885A ses parens de par deça

 Et aux autres communement

 Pour leur grant avisement;

 Lesqueulz la lettre vont ouvrir

 Et la defferment a desir

3890Pour veoir la maniere comment

 Disoit le contenement.

 Aussi dist la suscripcion:

 «A vous, amis, amies, tout par commun.

 Treschiers et honnourés amies et amis

3895Que je ay amés toudis,

 J’ay grant desir de savoir

 De vostre estre, a dire voir.

 Et se le mien savoir voulez,

 Je vous en escri la verités

3900Pour vostre grant avisement,

 Car mon cuer est en grant torment

 Pour ma cruauté et fellonie

 Que je usoie en celle vie,

 Car ja n’avoie pitié des gens,

3905Ainz les faisoie vivre a tourmens.

 Ceulz qui me venoient d’amour requerir,

 Je les faisoie adés languir,

 Et si orgueilleuse estoie /

 Que je perdy ycelle joye

3910Qui estoit si doulce et delictable

 Que on ne le doit tenir a fable,

 Car la je ne pris nul plaisir.

 Et en tant de la m’en failli partir

 Et quant je fuz ça venue,

3915Adonc fuz toute esperdue

 Par ycelles telles gens

 Qui la me furent accusans

 Par devant le Dieu d’Amours,

 Lequel ilz claiment leur seignours,

3920Que les faisoie aler penant

 Et leur menoie grant torment

 Quant me souloient requerir

 De ce dont devoye avoir plaisir.

 Mais - lasse moy et maleuree! -

3925Ce fu par male destinee,

 Car j’ay perdu de la mon temps

 Et ça je vif a grans tormens.

 Dont le Dieu d’Amour m’a demandé

 Se ce estoit verité

3930De quoy telz ça m’accusoient

 Et de moy ilz se plaingnoient.

 La verité ne puis escondire,

 Dont je fuz livré a martire,

 Et toudiz je voys plaingnant

3935Le bon temps que fuz perdant.

 Par ma rudece et fellonie

 Je perdi si doulce vie,

 Car cellui qui est d’amours requis

 Et il ne prent ytel deliz,

3940Est tout adez deça accusés

 Au Dieu d’Amours de grant postez

 Quant il leur fault de la partir

 Et les fait en sa court venir;

 Dont deça ilz vont servant

3945De aler paleffroy frotant

 Et touzdis les apparaillier,

 Aprés les Amoureux eulz mener,

 Et sommez en telz tourmens

 Que nous dure tous cent ans. //

3950[C. 30r.] Et ainsi avient il a trestous

 Ceulz qui n’ayment par amours,

 Car - lasse moy, desconffortee! -

 Mal vy celle male journee

 Que je perdy ytel deduit

3955Comme est ça et jour et nuit.

 Car se toutes fueilles feussent parlant,

 Qui naissent au bois verdoiant,

 Et toutes les estoilles qui sont ou ciel

 Sceussent toutes noncier,

3960Nullement ne pourroient dire,

 Ne tous clers ne sauroient escripre

 Le deduit et Testatement

 Que le Dieu d’Amours va menistrant

 A ceulz qui le scevent servir

3965Et qui d’amours prannent plaisir.

 Pour ce, treschieres amies et gens,

 Ce ayés pour avisemens

 Que ne veullez perdre tel douçour

 Comme de amer par amour;

3970Et se ainsi ne le faites, voirement

 Tous voz bons temps alez perdant,

 Et cellui qui aviez par de la,

 Et le greingneur qui est par deça.

 Et en tant comme avez chier plaisir,

3975Tieulz tourmens vueilliez fuir,

 Car dame de bonne nature

 Doit bien d’amour avoir cure.

 Et soies bien avisez

 Que ne vous reppentissez,

3980Car qui temps a et temps atent,

 Temps li va toudis faillant.

 De par ycelle dame

 Qui a perdue la joye souveraine».

 Quant virent le contenement

3985Que la lettre va disant,

 Pluseurs d’elles furent esmaiez

 Et distrent tout adés:

 «Assés devons mercier /

 La dame de tel mander

3990Et de tel avisement

 Comme elle nous envoie en present».

 Je ne sçay autre que dire,

 Mais la en tindrent grant concile;

 La greingneur part se va accordant

3995Que feront le mandement

 Pour telz deliz tousdis avoir

 Et tourmens fuir, a dire voir.

 Lors une sage dame parla,

 Qui moult fu honnouree la;

4000Celle fu assés bien oÿe

 Car elle fu de grant seingnorie;

 Celle avoit ja ses flours passés,

 Si avoit ja .xl. ans assés.

 Telles parolles elle compta

4005Comme vous orrés ja:

 «Bon est atant com un a loisir

 De prendre toudis plaisir,

 Et qui a un jour de bon temps

 N’en a ja tous temps tourmens,

4010Car tu, amis, tu bien le sceiz

 Que mieulz vault tart que jamais».

 Or laisserons cestui parler

 Et prendrons a retourner

 Au Dieu d’Amours et a l’autre gent

4015Qui ont fait leur mandement

 Pour leurs promesses acquiter

 Et leurs ennemis mater;

 Ainsi chascune partie a grant desir

 De faire a son ennemy desplaisir.

4020Voir fu que, de levant jusques a ponant,

 Fu fait partout le mandement,

 Et de midi jusques a cetentrion

 S’appareille trestout le mond,

 Donc se prannent a haster

4025Et leur chemin a aprester;

 Com grans deduiz et grant boubant

 Ainsi le monde se va amassent. //

 [C. 30v.] Ce sont empereurs, princes et roys,

 Et d’autres barons des milliers trois,

4030Chevaliers, escuiers et sergent,

 Qui avec eulz se vont aprestant

 Pour estre a celle noble journee

 Qui sera en la contree

 Pres de ce delictable pays

4035Du Dieu d’Amour, a mon aviz,

 Ou il a tanz boys, rivieres et champaingne

 Qui n’est si large de cy en Espaingne.

 Ce fu en may ou temps pascour

 Que toutes choses ont baudour

4040Et que l’erbe va verdoiant

 Et tous cuers resjoissant.

 Le Dieu d’Amour a commandé

 Que tout son ost soit appresté

 Pour faire leur honnour et devoir

4045Contre les Jaloux et leur pouoir.

 Ainsi chascun se va apprestant

 Et ses armes apparaillant;

 Cellui qui a bon destrier le met en sejour

 Pourquoy il aye plus valour.

4050Quant ilz furent bien apprestés

 De toutes leurs neccessités,

 Le Dieu ordonna de aler

 Sus les champs pour sejourner

 Et la attendre ses ennemis,

4055Lui et tous ses posteis.

 Et fist faire s’avantgarde,

 Que un noble roy gouverne et garde:

 Dix mille nobles bons combatans

 A li furent obeissans,

4060Que mieulz vouldroient mourir

 Que a nul deshonnour venir,

 Et avec eulz .x.m archier

 Qui bien scevent leur mestier.

 Et aprés venoit tout le fardage

4065Et tout l’autre cariage,

 Aussi com tantes et paveillons /

 Et autres garnemens a foisons,

 Et toute l’autre artillerie

 Qui leur besoingne pour leur vie,

4070Et toute l’autre garnison

 Laquelle estoit a grant foison,

 Car la avoit plus de .xx.m chariot

 Qui conduisoient ceulz de l’ost

 Sanz l’autre sommage, qui est si grant

4075Que ne sauroie dire quant.

 Cest cariage est en garde

 De tieulz gens qui bien le garde.

 Et aprés eulz veissiez aler

 La Deesse d’Amour au viz cler,

4080Qui tantes beautés avoit

 Qu’a paines dire se pouoit,

 Car en lui ne failloit bonté ne beauté

 Et estoit plaine de toute amisté.

 En li ne failloit nulle rien

4085Que puisse deviser homme terrien,

 Car nature payne y mist

 Et de toutes choses l’acomplist.

 Ainsi ne failloit nulle riens,

 Ains fu plaine de tous biens.

4090Quatre destriers blans la menoient

 Et son chariot tiroient,

 Lequel estoit trestout ouvrés

 Et de fin or tout entailliés,

 Et si estoit trestout couvert

4095D’un drap d’or, qui fu de vert

 A estoilles d’or toutes luisant,

 Et dedens charboucles resplendissant

 Pour lui faire son plaisir

 Pour la dame resjoïr;

4100Et dessus la charette aloient volant

 Papegaiz, qui aloient chantant

 Chançons nouvelles et virelay

 C’on disoit a sa court lay.

 Et en sa compaingnie menoit

4105Une dame qui la deduisoit, //

 [C. 31r.] A laquelle elle prenoit plaisir,

 Et l’amoit com grant desir

 De faire toute sa voulanté

 Pour celle grant graciosité

4110Que en la dame la savoit,

 Et pour la beauté que elle avoit,

 Car elle savoit chanter et arper

 Et tres gentement festoier;

 Dont elle estoit si bien parlant

4115Et si doucement araisonnant

 Que ne chaloit d’autre deduit

 Que d’elle mener en son conduit;

 Si estoit de noble lignié

 Des greingneurs de sa contree.

4120Celle dame oÿ je compter

 Qui fu amie au Chevalier

 Qui fu en payenie arresté,

 Ce fu par Bruns Sanz Pitié.

 Les quatre destriers que la menoient

4125Trestous couvers estoient

 De samit vert tout enseant,

 Jusques aux piez leur fu batant,

 Car elle et sa compaingnie

 Fu de vert toute vestie.

4130Cent pucelles entour lui estoient,

 Qui devant et derrier aloient

 Et a part destre et a senestre

 Pourquoy nul ne lui feist moleste;

 Celles touzdis chantoient

4135Et tous deduiz elles menoient.

 Et aprés venoient les autres charioz,

 Qui bien faisoient un grant ost

 D’empereris, de roynes, d’amies aux grans barons

 Et de baronnesses a grans foisons;

4140La estoient dames et damoiselles

 Qui d’amours n’estoient rebelles,

 Car je cuid, a mon escient,

 Nul ne sauroit dire quant, /

 Et furent tantes en compaingnie

4145Que en fu couverte la praierie;

 Ce sont celles qui sçorent prandre plaisir

 Quant elles en orent laisir.

 Ainsi advient il souvent

 De ceulz qui perdent leur temps,

4150Que puis vouldroient prendre plaisir

 Mais ilz n’y peuent avenir;

 Pour ce chascune devroit estre desirant

 Que en telle compaingnie fut reppairant.

 Quatre nobles roys la Deesse condusoient

4155Et toute sa compaingnie gardoient;

 Quarante mile combatans

 Aux quatre furent obeissans:

 Le premier en avoit .x.m

 Et l’autre derrier, autres .x.m,

4160Et .x.m a la part destre

 Et .x.m a la senestre,

 Que tous furent hommes de pris

 Que ja ne fauldront nul diz.

 En celle compaingnie la Deesse aloit,

4165Et son ost conduisoit

 Ces .iiij. roys qui sont entour,

 Qui ne la laissent nul jour.

 Le Dieu d’Amours s’en vient aprés

 Et son ost conduit adez.

4170Cellui fu de grant valour

 Et sur tous portoit la flour,

 Car o lui furent empereurs et roys

 De milliers plus de trois,

 Et chascun avoit grant dominacion

4175Et grans gens en sa subjeccion,

 Dont je dy, a mon entendement,

 Que furent cent mile combatant

 Qui le Dieu d’Amour tousdis gardoient

 Et son commandement faisoient.

4180A un noble roy bien prouvé

 Son estendart a commandé //

 [C. 31v.] Et o lui dix mile combatans

 Qui ja ne lui seront faillans.

 Le Dieu d’Amour si fu montés

4185Sur un bon destrier bien sejournez

 Qui fu nez en Arragon,

 N’ot plus bel en tout le mond,

 Et fu couvert d’une couverte belle

 D’un samit toute vermeille.

4190Et aussi de tel couleur fu parés

 Le Dieu d’Amours et ses postés,

 Que tout son ost voirement

 Aloit trestout reflamboiant

 De celle rouge coulour

4195Et des armes la clairour,

 Et tous furent en bonne ordonnance,

 Bien paroit a leur semblance.

 S’arriere garde, qui venoit aprés,

 Dire vous puis je bien adez

4200Que il la faisoit beau regarder;

 En nulle part ne fu son per,

 Car la furent vint mile combatans

 De barons et de nobles gens;

 Dix mile archiers menoient,

4205Ainsi les autres aprés suivoient

 Et bien vous dy appertement

 Que tout le monde ne furent doubtant.

 A l’ariere garde furent .iiij. roys,

 Mais l’un fu dessus les trois.

4210Ainsi en tel ordennement

 Aloient a leur logiment.

 Tant alerent par leurs journees

 Que ilz vindrent es contrees

 Ou leurs ennemis devoient trouver

4215Et la bataille a eulz donner.

 Et touteffois que s’aloient logant

 Ou que ilz s’aloient deslogant,

 Tant d’instrumens puissiés oïr,

 Trompes sonner et nacaires ferir

4220Et tous autres instrument

 Que n’oÿssiés pas Dieu tonnant. /

 Ce fu en juing que le Dieu arriva

 En celles contrees, ou son ost ferma

 Sus une riviere courant

4225Pres d’une forest verdoiant.

 Et des .ij. pars de la forest

 La riviere aloit si pres

 Que nullement y puist on passer

 Qui ne voulzist es barges entrer;

4230De l’autre part estoit la champaingne,

 Belle, plaine et bien large,

 Laquelle estoit bien souffisant

 Pour toutes ycelle gent

 Qui en cela se devoient mesler

4235Et leur fait a chief mener.

 Dedens ces frecheures se vont logant

 Et leurs tantes appareillant,

 Et tout adés en tel maniere

 Com vous ay dit ça en arriere,

4240Car l’avantgarde fu devant

 Et bien deux tens aux ij. flans;

 L’arriere garde derriere fu,

 Dont son ost fu bien cremu.

 Le Dieu d’Amour si se loga

4245Ou millieu de ces gens la;

 La Deesse firent logier

 Et ses tentes apprester

 Auques pres du Dieu d’Amour,

 Et ses dames tout entour,

4250Et les gens qui la menoient

 En ce champ si la gardoient;

 Ainsi furent bien logiez

 En leurs grans aisivetés.

 Et firent leurs charrois mener

4255Vers la part ou puist aler

 Nul qui a eulz voulzist venir

 Pour leur faire desplaisir;

 Ainsi se vont fortiffier

 Et leur ost enforcier

4260De bons fossés et de paliz

 Pour plus estre seur toudiz, //

 [C. 32r.] Car nul homme, a mon escient,

 Ne doit son ennemy aler desprisant,

 Et souvent advient il encombrier

4265A ceulz qui les seulent desprisier,

 Car qui son ennemy aucques va prisant,

 Il va son fait plus avisant.

 Je ne vous sauroye plus que dire,

 Car nul ne sauroit ja escripre

4270Le nombre de telle gent,

 Car tout va reflamboiant

 D’or et d’acier celle contree

 Quant fu a celle journee

 Que les paveillons furent tendus,

4275Qui furent couvert a or batus.

 Et nul ne vouldroit autres plaisirs

 Que de veoir telz beaulz logeiz

 Et celles nobles dames et seingnour

 Qui tousdis sont en baudour;

4280Les uns vont chacier,

 Les autres faire voler

 Par dedens la forest et la planure,

 Qui est longue et pou ne dure.

 Et quant il est temps de repposer

4285Et a l’ombre reppairier,

 Ces Amoureux se vont reppairant

 Avec leurs dames en present;

 En telle maniere prannent deduit

 Et ainsi vivent jour et nuit,

4290Car la nul n’est sejournant

 Qui n’aye amie voirement.

 De l’autre ost vous diray

 Et ja ne vous en mentiray,

 Et la maniere comment

4295Ilz vindrent a leur logement

 Et ordonne[nt] leur affaire

 A venir vers leur contraire,

 Car ilz furent gens senés

 Et furent de grans poostés. /

4300Dont je dy voirement

 Que en tout le firmament

 Ne fu de nulle contree

 Dont ne fut a celle assemblee;

 Car, a mon esciant,

4305Ne fu royaume au firmament

 Qui ne fut des roys adez

 A ces grans osts tous unez,

 Car la furent empereours,

 Roys, barons du monde entours,

4310Et chevaliers et escuiers adez

 Qui les autres sievoient aprés,

 Archiers, valletons et sergens

 Et tantes autres communes gens,

 Car la estoient sanz nombre

4315Dont nul ne sauroit dire le conte.

 Les uns se contenoient noblement,

 Les autres assés villainement;

 Ainsi voit on le monde aler

 A ceulz qui le scevent regarder,

4320Car un bon fait bonté

 Et le mauvais, la mauvaisté.

 Je diroye bien a mon adviz

 Que la furent .x.m esliz,

 Que empereours, que rois,

4325Qui menoient ytelz boubais

 En cel ost, sans les barons

 Dont ilz estoient a telz foisons

 Que nul ne savoit le compte,

 Ce vueil je bien dire sanz honte.

4330La premiere vangarde conduisoient

 Dix roys qui la menoient,

 Et dessus eulz un empereour,

 Qui des autres fu gouverneur,

 Et .xx.m combatans

4335Sanz les archiers traisans,

 Qui furent bien .xx. millier

 Pour leurs menistres garder. //

 [C. 32v.] Aprés eulz venoient les charroys

 Qui portoient leurs harnois

4340Et la vitaille voyrement,

 De quoy ilz vont vivant,

 Et leurs tentes et paveillons

 Dont ilz en ont a grant foisons.

 L’autre gent qui venoit aprés

4345Furent de tres grant poestés;

 La furent les greigneurs

 Et ceulz qui orent plus honneurs,

 Car la fu si grant baronie

 Qui fu en celle compaingnie,

4350Et bien furent cent milier

 Sanz rabatre nul denier,

 Sanz l’autre chevalerie,

 Escuiers et sergenterie.

 L’arriere garde, qui venoit aprés,

4355Furent .x. roys adés,

 Et un autre empereur

 Qui fu des autres gouverneur,

 Et trente mile combatans

 Sanz les archiers traisans

4360Qui furent .xxx.m par compte,

 Car je les comptay tous par nombre.

 Atant se pristrent a aroter

 Et leur chemin a exploitier

 Par mons, par plains et par valees

4365Tant qu’ilz vindrent es contrees

 La ou la bataille se devoit faire,

 Qui sera aucques contraire,

 Car au temps que vendra

 Gens sanz nombre y mourra.

4370Toutes contrees vont reluisant

 Des armes cleres appatant,

 Car la peussiés veoir

 Tantes targes bordees a or,

 Et tans heaumes reluisant,

4375Et confarons batans au vent

 Que nul ne scet ja le nombre /

 De celle grant multitude.

 Et n’oïssiés Dieu tonnant

 Pour les trompes qui vont sonnant:

4380Nacaires, tabours y avoit assés,

 Et instrumens de tous costés,

 Tant que y furent arrivé

 Pres aucquez demy journé

 De l’autre logement

4385Du Dieu d’Amour et de sa gent.

 La si vont leur ost fermer

 Et leurs tentes apparaillier,

 Qui furent de bel veoir,

 A mon esciant, a dire voir,

4390Sus celle riviere mesmement

 Que le Dieu d’Amour va sejournant,

 Sus et pres de une costiere

 Qui touchoit la riviere.

 De l’autre part vont fossalant

4395Et leur ost fortiffiant,

 Lequel tenoit bien de long,

 De travers et d’environ

 Quatre journees sanz contredit;

 Ainsi me fu il mis en escript.

4400La peussiés veoir

 Gens diverses, a dire voir,

 Car ou monde ne fu contree

 Qui ne fut a celle assemblee

 Pour prendre, se ilz peuent, vengement

4405Du Dieu d’Amour et de sa gent

 Pour tout ycel desplaisir

 Que leur font a leur loisir.

 Ainsi avient il souvent

 Que l’un marri va l’autre cerchant

4410Pour son dueil aucques passer;

 Quant il li vient a remembrer

 Du mal qui est en autrui,

 Ainsi son dueil auques li fui.

 La furent il bien logiez

4415En forces et en aisivetez, //

 [C. 33r.] Car nul homme pour pouoir

 Ne les grevast, a dire voir.

 Quant ilz furent bien logiez

 Et de forces enforciez,

4420Entre eulz pristrent a dire

 De faire un grant concile

 D’empereurs, de roys et de barons,

 Et des autres sages environs

 Pour savoir quellement

4425Ilz feront de cecy en avant.

 Quant le conscile fu unez

 Et ensemble amassés,

 Un hault empereur se leva

 Et aux autres tellement parla:

4430«Seingneurs, barons, or entendez:

 Je vous diray mes voulantez.

 Voirs est que pour telle caison,

 Comme tesmoingne tout le mond,

 Nous sommes tous assemblez

4435En cestes estranges contrees;

 Donc bien devons trestous penser

 Comment nous pourrons achever

 Cestui grant fait qui est enpris

 Contre les Amoureux jolis,

4440Car la sont tant de nobles gens

 Qui ont les cuers si grans

 Que ja de nul n’ont paour,

 Ainz vivent a grant baudour.

 Et ce que cy je vois disant,

4445Et qu’ainsi les vais prisant,

 Dy je pour nostre aviz

 Et que nostre fait soie mieulz bastis,

 Car je dy, a mon semblant,

 Que a nostre fait ce appartient

4450Que nous eslisons un empereur

 Qui soit sus nous autres gouverneur,

 Car cy a tant empereurs, roys et barons

 Qui sont de grans dominacions

 Que chascun vouldroit estre obeis

4455Et ordonner a ses deviz, /

 Dont j’oÿ dire en France

 Que ’tantes testes, tante sentence’».

 Adonc un hault princes se leva

 Et tellement parla:

4460«Seingneurs, je dy, a mon avis,

 Que a ce noble nostre posteis

 Fault avoir bon ordonnement

 Pour nostre fait mener avant,

 Car le fait que avons entrepris

4465N’est mie petit, a mon adviz,

 Et bien fault grans sens avoir

 Pour eulz grever, a dire voir.

 Et adez je m’en vois accordant

 Que soions un empereur eslisant

4470Qui sur tous ait la poesté

 Et obeissons sa voulanté,

 Car chascun vouldroit sa volanté faire,

 Dont nous pourroit venir contraire,

 Car cellui qui veult de sa teste ouvrer

4475Se suelt auquant mal guier».

 Un autre d’eulz se leva

 Et sa voulanté compté a,

 Et dist: «Seingneurs, amis, entendez:

 Veez cy que j’ay enpensés.

4480Vous vees bien comment

 Ces gens nous vont parsegant,

 Car se voulzissiez bien avoir memoire

 De la leur pesme male oeuvre

 Que contre nous ilz ont ouvrez

4485Et nous feusmes desrobés,

 Ja ne cy a roy ne baron

 Qui ne soit courouciez pour leur nom

 Car a l’un ilz ont leur femme osté,

 Et a l’autre quoyement emblé;

4490A l’autre vont sa femme remuant

 Et nous font jaloux auquant,

 Aussi nous font touzjours marris.

 Bien nous vengerons se valons le pris,

 Car sommes amassés

4495De toutes universes contrees //

 [C. 33v.] Et avons ça tel pouoir

 Que a mon escient, a dire voir,

 Je n’en croy nullement

 Que ilz puissent ne tant ne quant

4500Souffrir nostre effors;

 Pour nostre force a leurs cors,

 Don nous feusmes illuminé,

 Quant il leur vient en voulanté

 Contre nous de bata[i]lle emprendre,

4505Bien la perdront se ilz l’osent attendre.

 Mais je m’en tien au disement

 De ces seingneurs en present

 De eslire sur nous enpereur

 Qui soit nostre gouverneur

4510Et qui ordonne noz bataillez

 Et noz estors en ces champaingnes,

 Car noz batailles, a dire voir,

 Seront de tres grant pouoir,

 Car nous sommes entalentés

4515Et avons en voulantez

 De eulz occire et malmener

 Et leur orgueil en bas porter,

 Car a moy grant orgueil et tort firent

 Quant ma femme me tollirent,

4520Dont je sui enragiez;

 Et si ay oÿ dire adez

 Que Dieu aide a la saison

 Cellui qui a bonne raison».

 Je ne vous saroie autre que dire,

4525Mais tout ycel conscile

 Furent tous accordant

 De faire un empereur vaillant

 Pour eulz tous gouverner

 Et leurs grans fais tous ordonner.

4530Quant ilz orent assés debatus,

 Il en fu un esleuz

 Qui ja fut de grant pouoir,

 Et en tout le monde, a dire voir,

 N’ot roy de greingneur valour,

4535Et de sagece d’armes portoit la flour

 Et fu tres bon chevalier, /

 Et de guerre savoit le mestier.

 Cil fu ja en la Grant Bretaingne roy

 Et la tint en grant conroy,

4540Car devant lui ne puis aprés

 Ne fu roy de tel poestés.

 Cellui devoient ilz bien eslire,

 Car pour sa femme ot grant martire

 Et fu outragés de Amoureux

4545Ainsi comme scevent les pluseurs.

 Quant ilz orent esleu empereur

 Qui fu sur tous le gouverneur,

 Erraument vont ordonner

 D’eulz trestous auner

4550L’endemain a un parlement,

 Pour veoir quellement

 Ilz pourront leur fait ordonner

 Et la besoingne a chief mener.

 Celle nuit trespassa

4555Et l’endemain l’arbe leva;

 La furent tous assemblez

 Ceans de noble lignez

 Pour leur besoingne ordonner

 Et le fait encommencier.

4560L’empereur dist: «Seingneurs et amis

 Qui est de tel posteys,

 A vous pleust de moy faire tel honneur

 Comme de moy eslire vostre empereur,

 Dont je vous doy bien mercier

4565Et vous servir et honnourer,

 Et nul jour ne seray recreant

 De toute paine mectre avant

 Pourquoy nous puissions venir a honnour

 Et confondre le Dieu d’Amour.

4570Vous vees appertement

 Toute la maniere comment

 Tout le monde est partis

 Et en deux parties tout devis:

 L’une partie est com le Dieu d’Amour

4575Et nous avons l’autre greignour,

 Et sommez ça tous unez

 Assés de bonnes voulantez //

 [C. 34r.] Pour tous noz ennemis grever

 Et nos couroux a eulz monstrer.

4580Mais je seroye de tel accort,

 Pour mieulz a eulz donner le tort,

 Que nous leur feissions savoir

 De nostre voulanté le voir

 Et nostre grant puissance

4585Qui cy pert par esperance,

 Et pourroient prendre tel avisement

 Qu’ilz nous feroient amendement;

 Si nous pourroit bien souffire,

 Si passerions part de nostre yre,

4590Car on doit passer legierement

 Quant on treuve amendement».

 Un autre d’eulz si parla

 Et sa raison si commença:

 «Seingneurs, amis, or entendez:

4595Veez cy que je dy adez.

 Qui bien vouldra ymaginer,

 Et par nostre grant ost cerchier,

 Il n’y trouvera personne de affaire

 Qui ne soit des Amoureux contraire

4600Et par eulz ne soit malmené

 Et d’amour tout degasté

 Et tu, sires empereour

 Qui es nostre gouverneur,

 Tu sces bien quellement

4605Ilz te furent ta femme ostant;

 Dont j’ay merveille de toy

 Que tu prannes autre conroy

 Que de toy et nous bien haster

 Et a eulz la bataille donner,

4610Car ne pourront nullement

 Noz effors aler endurant

 Et je ne puis en moy trouver

 Qui, se se voulzissent accorder,

 Je leur pardonnasse de bon cuer

4615Ne a eulz avoir amour,

 Quant il me puet souvenir

 Du temps passé et du plaisir /

 Que j’avoie en ma moulier

 Quant la souloie festoier,

4620Car elle estoit si belle dame

 Et de beauté souveraine.

 Mais une chose vous vais disant:

 Puisque la chose est atant

 Que nostre empereur a voulanté

4625Que ilz sachent la certaineté

 Se vers nous ne sont merant

 Ce que nous furent offendant,

 Si nous voulrons a eulz esprouver

 Pour leur orgueil au bas bouter;

4630Mais pour nul fait ne nul plaisir

 Que ilz nous sceussent merir,

 Je n’accorderoye a la paix

 Se ma femme n’ay adez,

 Car nul homme n’est tenuz,

4635Quant on lui a le sien tolluz,

 Que il le doye ja quitter,

 Ainz le doit recouvrer».

 Il y auroit assés a dire,

 Mais en tout ycel conscile

4640Assés y furent debatant;

 A la fin sont accordant

 Au dit de leur seingnour;

 Ainsi eslirent deux embasour

 Qui furent de grans poostés,

4645Et furent au Dieu envoiés

 Pour a lui le fait compter

 Et leur volanté monstrer.

 Quant le parlement fut finez

 De ces seigneurs de grant postez,

4650Les ambasours se partirent

 Et a l’ost du Dieu venirent,

 Mais dedens ne porent entrer,

 Ne au Dieu d’Amour parler,

 Se ceulz qui les entrees gardoient

4655Et l’ost excaragaidoient

 Au Dieu d’Amour ne le faisoient savoir

 [C. 34v.] Et aux mareschaulz trestout le voir.

 Quant ilz furent la venuz,

 Il fu tost par l’ost sceuz

4660Comment venus estoient les ambasours

 Du pouoir de tous les Jaloux,

 Qui leans vouldroient entrer

 Et au Dieu d’Amour parler.

 Le Dieu d’Amour commandé a

4665Que devant lui venissent la;

 Dont ilz furent amenez

 Devant le sires de tel postés,

 Lesquelz se merveillierent,

 Quant ou grant ost entrerent,

4670De la noblece veoir

 Qui la fu, a dire voir,

 Car ja ne feussent cuidant

 Que la feussent tant de gent,

 Ne gent de si grant poestés,

4675Ne de si noblez parentez,

 Ne si jolie gent

 Comme avoit le Dieu amant.

 Quant ilz furent presentés

 Au Dieu d’Amour et a ses barnez,

4680Sagement l’araisonnerent

 Et leur message lui compterent.

 Premierement li un parla

 Et son compte commença;

 Assés lui dist hautement

4685Pour estre oÿ de toute gent:

 «O tu, Dieu d’Amour

 Qui te clames tel seingnour,

 Nostre empereur te fait savoir,

 Et ses barons, a dire voir,

4690Comment ilz sont la unez,

 Et eulz et leurs poestés,

 Ce est l’empereur de Jaloux

 Qui desayment Amouroux.

 Et bien te fais assavoir

4695Que de tout le monde, a dire voir, /

 Ilz sont la hors tous assemblez

 Les greingneurs de grans poestez.

 Si te mandent par nous yci

 Que, se ne prannes conseil en ty

4700De vers eulz tres bien merir

 Les maulz que leur fais souffrir,

 Ilz ne cuident nullement

 Que leurs effors soiez endurant,

 Car tous les haulz barons son la armés

4705Et cy pres bien apprestez

 Pour a toy voirement monstrer

 Comment tu les souloies couroucier,

 Toy et les tiens communement

 Que oncques n’en feustes recreant.

4710Et sont venuz de bien loing

 Pour confondre ton orgueil,

 Laquelle chose te vendra cy,

 Se bon conseil ne prens en ty

 Car, se tu les pues mouvoir a pitié

4715Et en eulz mectre bonne voulanté

 Pour satisfacion de mandement

 Et nous damez aler rendant,

 Et eulz qui ça les ont menez

 La les mandes les mains liez,

4720Et tu le fais tellement,

 Tu les pourroiez reffroidier auquant.

 Et ores bien y panra

 Le sens qui en toy sera,

 Car en grant aversité

4725Congnoit on ly homs sené».

 Quant le Dieu entendu a

 Ce que ceulz li dient la,

 Il dist; «Chevalier, alez vous aisier,

 Et je me vouldray conseillier

4730A mes barons qui sont en present,

 Ceulz qui doy amer tant».

 Erraument ilz furent menez

 A une tente qui fu prez;

 Noblement furent receuz //

4735[C. 35r.] Et aisiement tenus.

 Le Dieu d’Amour a commandé

 Son conseil grant et privé

 Pour savoir quellement

 Il respondroit a ceulz gent.

4740Quant ilz orent un pou parlé,

 Leur responce fu appresté.

 Le Dieu d’Amour si la conta

 Aux ambasours qui furent la,

 Dont il leur dist voirement

4745Ce dont n’estoient cuidant.

 Ilz pristrent a revenir

 Et du Dieu d’Amour partir

 Tant qu’ilz furent fors passés

 Et a leur empereur tournez.

4750Quant ilz furent arrivez,

 Leur concile fu assemblés

 Pour savoir quellement

 Leur message seroient disant.

 Lors li autre compaingnon a parlé

4755Et son message a conté:

 «Sire empereur, tu doyes entendre

 Que la alasmes sanz attendre

 Faire tout en present

 Ce que nous fuz commandant.

4760Mais bien te savons dire de voir

 Qu’en tout le monde je ne croix

 Que soit si grant poesté

 Comme a le Dieu assemblé,

 Car tous feusmes esbahis

4765De veoir si grans delis,

 Car tout va reluisant

 D’or et d’acier en cellui champ.

 Et le Dieu dist ainsi

 Que il a merveille de ty

4770Pourquoy tu le vas amonnestant

 D’estre a toy accordant,

 Car tu sces que il est ça venus

 Et a ses subgiez esmeuz /

 Pour toy aneantir

4775Et les tiens faire mourir.

 Mais il dist tellement,

 Car voit que tu es desirant

 D’avecquez li la paix avoir

 Et a tout le sien pouoir,

4780Se vouloyes une chose faire

 En present sanz contraire,

 Pourroiez les siens humilier

 Et leur courage reffroidier:

 Ce est que toy et les tiens barons

4785Soyés en chemises et a genoullons,

 Et nudz piez soiez alant

 Et la hart au col portant,

 Et que tu doyes les piez baisier

 A lui et ses chevalier;

4790Jointes mains aler plourant

 Et aux barons merci criant.

 Et se toy et les tiens avez belles damez

 Qui a eulz semblent couvenablez,

 Il veult tousdis a leur talant

4795Que soient a leur commandement,

 A ce qu’ilz ayent de toy pitié

 Toudiz a sa voulanté;

 Et ne scet que tu en feras

 Mais tu t’en aviseras.

4800Et ja n’est venus, selon qu’il dist,

 Pour toy admonnester de tel dit,

 Car plus bel lui est de monstrer

 Comment vers toy sauront ouvrer

 Et la leur grant fierté

4805Que avoir nulle autre amisté.

 Dont tu te doyes bien aviser

 Et toy sachiez consseillier

 En prendre l’aventure,

 Car courant vient et pou demoure

4810Car, quant tu auras prouvé leur valour,

 Tu seras en grant doulour.

 Et ce il te mande par nous .ij. //

 [C. 35v.] Qu’a lui feusmes tes ambaxeurs,

 Et se hui ne leur es respondant,

4815La bataille demain atend».

 Quant les Jaloux ont entendu

 Ce que on li a respondu,

 En eulz ne fu que ayrer

 Et pristrent a murmurer

4820Et distrent communement:

 «Bien nous vont ceulz gabant,

 Et de nous font petit compte

 Et nous font tousdis honte.

 Mais cy n’y ay je autre dit

4825En present sanz contredit:

 Chascun se face apprester

 Pour eulz la bataille donner,

 Et ce soit devant le jour

 Que chascun soit sanz sejour

4830Dehors des lices tous armez

 Pour a eulz monstrer noz voulantez».

 Et dist un autre sergent

 Qui parla bien hautement:

 «Ja de nous n’auroient mercy,

4835Ainz nous vouldroient faire marri.

 On puet bien l’asne poindre tant

 Qu’il va mordant et regibant».

 La nouvelle fut tost espendue

 Et au Dieu d’Amour venue

4840Comment le bien matin,

 Quant la nuit venra au declin,

 Que l’empereur des Jaloux

 Aura bataille aux Amoureux;

 Dont chascun se va aprestant

4845Pour la bataille aler prenant.

 Donc veissiez tel furour

 Et tout l’ost en grant baudour

 De celle noble journee

 Qui sera la matinee,

4850Pour avoir de son ennemy vengence

 Ou pour avoir male mescheance. /

 Devant mienuit le Dieu se leva

 Et ses conrois si ordonna,

 Et tous il les fist yssir

4855Hors des logez a bel loisir,

 Dont il fist vint conrois

 Que il commanda a .xx. roys

 Pour les conrois bien guier

 Et ses ennemis grever.

4860Le Dieu d’Amour ordonna

 En celle grant plaine la

 Que il feroit a eulz secours

 A cent milliers combatours,

 Qui furent empereurs, roys, ducs et marquiz

4865Et nobles gens de grant posteis,

 Qui devant vouldroient mourir

 Que a leur honneur faillir.

 Son estendart il a commandé

 A cellui qui la l’avoit porté

4870Tout en tel ordonnement

 Com quant il vint fermer le champ.

 Les Jaloux ont entenduz

 Par ses espiez la juz

 Que le Dieu a ordonné

4875Ses conrois tous appresté,

 Et que il a fait .xx, conrois

 Sanz le sien, qui est dehors,

 Lequel fist tout autretel

 De ses gens par communel;

4880Et fist tout en present

 Aussi comme on dist communement,

 Car qui est en estrange pays

 Ou il n’en fut ja a nul dis,

 Et la il ne se sceust contenir,

4885Ne ses besoingnez maintenir,

 Il doit prendre avisement

 Com ses voisins vont faisant.

 Voirs est que le Dieu d’Amours

 Se fist faire plusours

4890Eschaffaulz et grans berffrois //

 [C. 36r.] En la place des conrois,

 La juz bas en celle plaine,

 Pour regarder celle bataille

 Aux pucelles, aux dames et damoiselles

4895Pour veoir telles querellez.

 La fu la Deesse montee

 Et o lui sa majestee,

 Car sachiez voirement

 Que la ne fu nul amant

4900Qui sa dame n’y aye menee

 Pour veoir celle journee.

 Ainsi le Dieu le vouloit,

 Car vrayement il disoit

 Que «dy homs plus est hardis

4905Quant il volt sa dame au viz,

 Et les Jaloux perdront le cuer

 Et auront si grant duel

 Quant ilz verront voirement

 Leurs dames qui furent perdant

4910Sus ces eschaffaulz pour regarder

 Leurs amis que elles ont chier,

 Et sont hors de leur puissance

 Et vivent en nostre ordonnance;

 Car il est verité prouvee

4915Que l’yre est renouvellee

 De veoir en sa presence

 Chose dont on prent mescheance».

 Ce fu en juing ycelle matinee,

 Que l’aube leva et parti la nuee,

4920Que en celle plaigne grant

 Tout le pays va refflamboyant.

 La les hardis s’en vont resjouissant

 Et les couars en vont de paour tremblant.

 Meshuy je vueil en prose en part compter

4925Car il m’ennuye de tant versifier.

2

[1] Or dist li contes que, quant le .ij. osts furent en champ asssemblez et ilz orent ordonné leurs batailles et / leurs conrois, chascun estoit moult desirant de grever son ennemy, car voirement la estoit bien mortel haine. [2] Il fu vray, ainsi comme je vous ay dit ça arrieres, que le Dieu d’Amour ot fait faire les eschaffaulz sur quoy la Deesse d’Amour et toutes les autres dames devoient la grant bataille veoir. [3] Dont il advint que la Deesse fu sur un eschaffaut merveilleusement fait et trop bel a veoir, et elle avoit en sa compaingnie une dame, la plus belle et envoisiee qui feust en sa court. [4] Et se aucun me demandoit qui celle dame estoit, je diroye que ce estoit la dame que le Chevalier y amena quant il vint de son delivrement de payenie. [5] Et n’estoit mie merveilles se la Deesse l’amoit, car toute sa court reluisoit de la beauté de lui et de sa gracieuseté, et si y avoit des autres roynes et empereris a grant foison et d’autres dames aussi comme sans nombre, dont il me seroit grief savoir leur nom, mais de aucunes que je congnoissoie vous puis je bien dire leurs noms.

[6] Voirs fu que, aprés l’eschaffault la noble Deesse, estoit l’eschaffaut de la royne Genevre, belle dame a merveillez et puissant. [7] Celle fu royne au royaume de Logres, et moult fut courtoise et vaillant, et assés fu amee de ceux qui la congnoissoient, car moult amiable dame fu.

[8] Aprés cellui fu l’eschaffault de la royne de Cornuaille, Yseut la Blonde, celle pour laquelle amour morut Queadins, le filz au roy Aloel de la Petite Bretaingne, quant il vit qu’il ne pouoit joïr de s’amour. [9] Ce fu Yseut qui si parfaictement ama par amours Tristant // [C. 36v.] de Lyonoys, le bon chevalier; et auques Yseut et Genevre furent pareillz de toutes choses, et souvent fu debat de plusours a savoir laquelle estoit plus belle, mais bien tant se trouvoient qu’ilz maintenoient l’une des roynes comme l’autre.

[10] De l’autre part le beffroy la Deesse estoit cellui de Helaine la belle de Grece, pour quoy tantes batailles furent des Gregoys aux Troyens. [11] Celle voirement estoit la plus belle rien et delictable que on peust trouver, fors seullement la dame au Chevalier Errant, car a elle ne a sa beauté nulle dame ne se pouoit comparer.

[12] Aprés celle je y vy Cleopatra. [13] Celle fu royne d’Alixandre et de toute Egipte et fut suer Tholomé, qui estoit roy d’Egipte et qui fist copper la teste a Pompee, le noble prince conduiseur des batailles de Romme, et vouloit faire autel a Cesar, mes il s’en garda par son sens. [14] Et advint que le dit Tholomé en morut de male mort, dont Cesar fist royne sa suer Cleopatra, car celle il amoit de grant cuer pour sa beauté. [15] Et Cesar demoura en Alixandre et en Egipte depuis .ij. ans par sa compaingnie tant qu’il en fu blasmés par ses chevaliers. [16] Adonc s’en parti et, quant il ot pris l’empire de Romme, il la fist venir a Romme a grant honneur, car de elle ne se pouoit saouler.

[17] Aprés celle estoit l’eschaffaut la Dame de l’Ile Celee, qui tantes choses savoit, celle qui donna a Flourimont la bonne espee et l’annel qui tans biens lui fist et par quoy il fist maintes chevaleriez, et par l’annel fut tant creus.

[18] Encor plus pres de cellui estoit l’eschaffaut de Jusiane, la belle / fille au roy Hermin de Hermenie, celle qui nourrist Boves de Antonne, un jeune enfant qui fu filz au conte Guy de Antonne, qui sa mere manda vendre par exclef en Rosie, et le roy l’acheta, et le donna a sa fille Jusiane, que li faisoit garder Arondel, noble destrier.

[19] Aprés y fu Medee, la fille au roy de Colcors, qui savoit tant des ars, celle qui fist par ses ars l’Auron Vellus, c’est a dire la Toison d’Or, que nul ne pouoit avoir ne prendre oultre sa vollonté; dont il advint que tant de preudommes y morurent a tourment pour la avoir, mais a la fin y vint Jason, qui a merveilles estoit hardis et bon chevalier et bel. [20] Cil Tason vint de Grece et fut nepveu au fort roy Peleus, qui fu pere de Aquiles, le fort combatant qui tantes batailles fist et desconfist au siege de Troye. [21] Cil Jason s’en ala pour la Toison d’Or avoir, mais il lui advint bien, car Medee, la fille au roy de Colcors, quant elle le vit, si l’ama par amours et li monstra par son sort comment il ot l’Auron Vellus, et emmena la damoiselle atout, de quoy le roy son pere en fist desmesuré dueil.

[22] Aprés estoit la brethesche moult belle et bien ordonnee sus laquelle estoit une dame de grant beauté et de grant renom, par laquelle avint ja une aventure assés merveilleuse et telle que je ne la vueil oublier, car elle fu une des plus belles qui oncques avindrent au monde et des plus diverses, et fu la cause pour quoy l’empereur de Romme, qui souloit porter l’aigle d’or, le porte de sablez. [23] Dont je // [C. 37r.] vous diray celle aventure au plus brief que je pourray pour retourner a ma matiere.

3

[1] Vous devez savoir que ceste dame, de quoy je vous ay compté, fu fille a l’empereur de Romme, une des plus belles dames qui feust en son temps. [2]  Si avint que son pere l’empereur n’avoit autre enfant que celle fille, si l’amoit oultre mesure. [3]  Si vous dy que par tout le monde on faisoit grant compte de la beauté de ceste damoiselle. [4] Lors advint que le conte de Flandres avoit un filz, le plus bel chevalier que on sceust en nulles terres et le plus hardi et entreprenans. [5] Cil filz du conte de Flandres fu appellés Theseus. [6] Et quant il oÿ raconter la beaulté de celle damoiselle, il en fut tant espris qu’il n’en pouoit vivre, ainz pria son pere qu’il feist tant que l’empereur lui donnast sa fille a femme. [7] Que vous diroye? [8] Le conte de Flandres mena ses ambasours a Romme veoir l’empereur pour ceste cause, mais ce fu pour neant, car il dist qu’il la vouloit marier plus haultement.
[9] Quant Theseus entendi ce, assés li ennuya.
 [10]  Si prist congié a son pere et dist qu’il vouloit aler oultre mer. [11]  Son pere lui fist apparaillier or et argent a grant plenté et bonne compaingnie, et Theseus se mist en mer et vint a Venise, et illec desmonta et se mist en guise de marchant tout quoyement, et fist aler sa compaingnie oultre mer, et dist qu’ilz tournassent a Venise dedans un an et l’attendissent tout quoyement.

[12]  Lors advint que Theseus s’en vint vers Romme et la il demoura pour soy certiffier que la fille l’empereur faisoit et comment elle / se contenoit. [13] Quant il fu demourés a Romme par aucuns jours, il dist a un orfevre, qui servoit l’empereur et sa court de son office, qu’il vouloit aprendre a estre orfevre s’il lui plaisoit, et qu’il le payeroit moult hautement. [14]  L’orfevre, qui l’avoit veu reppairier souvent devant son ouvrouer et veoit sa contenance, si s’i accorda et le retint pour li apprendre son office. [15]  Theseus tousdis attendoit moult a servir son maistre et tant que l’orfevre le prist en grant amour.

[16]  Adonc avint que cil orfevre avoit une femme moult belle. [17]  Celle vit la beauté Theseus; si l’ama de tout son cuer et tant que un jour le maistre n’estoit pas a l’ostel, et la dame de l’ostel demanda Theseus et le mena dedans une chambre et le pria d’amours, mais Theseus lui escondi et lui dist qu’il ne se fausseroit vers son maistre. [18]  Quant la femme de l’orfevre vit que Theseus ne feroit riens pour li, elle dist que elle le diroit son mari et qu’il la vouloit honir et efforcier se sa voulanté ne feist. [19]  Assés il pot dire sa maistresse, mais ce fu pour neant qu’il se feust mespris.

[20]  Une petite fillete qui malade estoit, si estoit niepce a l’orfevre, et fu dedens un lit, qui veoit et oïoit toutes ces parollez, mais ilz ne s’en prenoient garde. [21]  Quant le maistre fut venus, sa femme li fist sa complainte et lui dist comment Theseus la vouloit honir. [22]  Theseus moult se excusoit. [23]  Le maistre orfevre lui courut sus et le vouloit tuer. [24]  Quant la fillette voit ce, elle dist: «Oncle, non faites, car voirement je ay tout veu et oÿ. [25]  Mais madame le pria premierement, si lui dist que se il ne faisoit sa voulanté, elle vous en feroit telle complainte que bien le saroit».

[26]  Quant // [C. 37v.] le maistre entendi sa niepce, il la crut, car moult amoit son aprentis. [27]  Lors lui courut et l’acola et le baisa et l’ama plus que devant et lui acqueilli si grant amour comme se il feust son filz. [28]  Ainsi furent mains jours tant que Theseus apperceust bien que son maistre l’amoit de tout son cuer.

[29]  Quant Theseus sçot bien que son maistre se fioit en lui, lors pensa qu’il estoit a point de lui descouvrir son talant. [30]  Si lui dist comment il amoit la fille l’empereur de tout son cuer, et qu’il estoit filz au conte de Flandrez, et a brief il lui descouvrist tout son cuer et son affaire. [31]  Quant son maistre l’entendi, assez en fu esmerveilliez et en fu en grant double et assés le honnoura, mais Theseus lui promist et donna tant du sien que l’orfevre s’accorda a faire sa voulanté. [32]  Lors porquoy Theseus la peust veoir, le maistre lui faisoit porter aucune foys les joiaulz qu’il aloit monstrer a l’empereur et a l’empereris comme varlet. [33]  A briefs moz, ilz ne porent trouver maniere comment il peust parler a la pucelle, fors que en une maniere que Theseus avisa, et ce estoit de faire une aigle d’or si grande que Theseus feust dedens; car l’aigle d’or estoit l’arme que l’empereur portoit, l’empereur la vouldroit avoir en present. [34]  Et le maistre dist: «Il ayme tant sa fille que je sçay qui en fera present et la lui donra, car quant il a aucun bel jouel, il lui donne».

[35]  Quant Theseus fu bien accordez avec son maistre, il en fu tant joyeux que nul plus. [36]  Adonc firent l’aigle d’or et telle que Theseus y pouoit dedens ester. [37]  Lors fut dit a l’empereur: «Sire, vostre orfevre a le plus bel joyel du monde». [38]  Que vous diroye? [39]  L’empereur le voult acheter et le fist venir / devant soy, et Theseus estoit dedens, et son maistre faisoit porter l’aigle a quatre hommes tant que devant l’empereur. [40]  Quant l’empereur la vit, assés lui pleut le joiel, si l’envoia a sa fille; donc elle la fist mettre en sa chambre de costé son lit. [41]  L’argent que le maistre en ot fu grant, car moult valoit, et Theseus tout lui avoit donné.

[42]  Cil jour passa, et la nuit, quant chascun fu endormis, Theseus ouvri une petite fenestre qui dessoubz l’ele de l’aigle estoit, si s’en yssi et vint au lit ou la pucelle dormoit. [43]  Quant la pucelle le senti, si commença a crier moul effrayeement. [44]  Theseus se tourna dedens l’aigle, et en present viennent dames et damoiselles savoir que ce estoit, mais riens n’en trouverent, si blasmerent la pucelle assez. [45]  Que vous diroie? [46]  Theseus fist autretel comme il ot fait premierement quant ilz furent tournes dormir. [47]  Adonc se levent tous, et proprement l’empereur et sa mere y vindrent la tierce foys, et lui dist son pere, qui moult se courouça, se elle estoit forsennee et se ce lui avenoit plus, que il l’occiroit. La mere moult la courouça. [48]  Atant s’en tourna l’empereur et l’empereris, et les dames. [49]  La pucelle remest moult espoentee. [50]  Quant Theseus vit que tous furent endormis, que assés estoient penés de tant lever, car trois foys levés s’estoient, et il ouoit que nul ne disoit plus mot, il ouvri l’uis de l’aigle et s’en vait tout bellement vers la pucelle et lui dist tout basset: «Belle, n’en doubtés mie, car je sui vostre amy Theseus, qui ja vous fiz demander a vostre pere l’empereur, ainsi comme vous bien poués savoir quant mon // [C. 38r.] pere le conte de Flandres y manda ses embasours, et que vostre pere n’y voult consentir. Moy, qui pour l’amour de vous languissoie et ne pouoie vivre sans vous, suis ceans venus en tel peril comme vous vees».

[51]  Quant la pucelle, qui moult avoit oÿ louer sa beauté et sa chevalerie et bien sçot que ce qu’il disoit fu verité, et a sa voulanté et a son gré son pere [ne] la li eust donnee, dont il advint que se furent moult bien accordant et tant que celle nuit elle gaingna le nom de dame et perdi son premier nom, mais je ne sçay se par paour ou par amour ce fu. [52]  La furent le remanant de la nuit a tel joye et a tel deduit comme scevent ceulz et celles qui a telles esprouvé sont. [53]  Et bien sachiez que assés court fu le remanant de la nuit a leur semblant. [54]  A l’ajourner Theseus tourna dedens l’aigle.

[55]  L’endemain l’empereur et l’empereris distrent a leur fille que ce vouloir dire que elle fist la nuit passee et que bien sembloit enragee, et elle leur dist que voirement elle songoit et ja plus ne l’orroient. [56]  Par aucuns jours fut Theseus en tel estat comme devisé vous ay. [57]  Mais la dame li tenoit bonne compaingnie et vouloit mengier dedens sa chambre le plus, et seule vouloit estre de ses dames et de ses pucelles, et touzjours vouloit dormir, dont ses dames lui disoient que moult estoit someilleuse de tant dormir.

[58]  Lors va Theseus ordonner avec la dame qu’il la menroit en son pays, et elle bien s’i accorda. [59]  Adonc vont rompre le bec / de l’aigle; si fist entendre a son pere que elle estoit tumbee et que le bec en fu roupt. [60]  Si fist venir l’empereur l’orfevre qu’il la feist porter en son ouvrouer et le maistre la devoit tant tenir a la repparaillier que Theseus feust revenus de ses besoingnez pourchacer. [61]  Que vous diroye? [62]  Theseus fist moult grant chiere a son maistre et le baisa plus de mile fois. [63]  Et puis s’en ala a Venise au terme qu’il avoit dit a un sien cousin, qui ja estoit venuz d’oultre mer et la l’attendoient. [64]  Lors partirent de Venise; si ordonna com sa compaignie que tel jour ilz deussent estre a Romme a tantes heurez de nuit dessoubz le palays l’empereur tout quoyement et la attendissent ce qu’il leur donroit. [65]  Adonc Theseus s’en ala par terre vers Romme et trouva son maistre. [66]  Lors fu l’aigle adoubee et Theseus se mist dedens et l’orfevre la fist porter a la fille l’empereur. [67]  Celle nuit mesme Theseus descendi la dame bas de une fenestre tout bellement a ceulz qui dessoubz en la galee estoient, qui la receurent bellement, et Theseus descendi aprés. [68]  Si amena la fille l’empereur s’amie et son maistre, qui tout le fait savoit, en son pays.

[69]  Quant vint a l’endemain, les damez et damoisellez qui gardoient la fille l’empereur apperçurent la fenestre et l’apparaillement par lequel la dame s’estoit descendue; si commencierent a crier et a faire le greingneur dueil du monde. [70]  Et quant l’empereur le sçot, si en fu tant dolent que nul plus. [71]  Adonc fist son mandement et par mer et par terre la fist sievir, mais la chace, qui fu forte, fu pour neant, car Theseuz // [C. 38v.] arriva sains et haitiez en Flandres, et lui et la dame.

[72]  Puis advint que l’empereur, quant il sçot la verité, atout son effort ala en Flandres sus le conte de Flandres et de Theseus son filz, qui cel honte et dommage lui avoit fait com de sa fille amener tellement, dont la fu commencé la guerre fort et fiere. [73]  Mais je vous sçay bien tant a dire que en mains grans estors Theseus grevoit l’empereur et ses gens, et tant que en la fin il y conquist tres grans loz pour la haute chevalerie qui en lui estoit. [74]  Longtemps dura la guerre, mais au derrain les barons qui estoient en la compaingnie l’empereur li consseillierent la paix, car ce estoit chose sanz nul remede, et distrent a l’empereur: «Sire, vous savez bien quel chevalier est Theseus, et savez bien que le conte de Flandres est un noble baron et si a moult honnouree vostre fille, car si tost comme elle fu en Flandrez, Theseus l’espousa et son pere moult l’onnoura; dont il nous semble qu’il soit vostre honnour et prouffit accorder ce». [75]  Que vous diroye? [76]  Ainsi fu fait, car Theseus vint a l’obedience l’empereur, qui lui pardonna et puis l’ama assez, et porta puis l’aigle d’or par enseingne, et l’empereur, pour cel ennuy et pour celle doulour, qui la souloit porter d’or, la porta de sablez en signe de doulour.

[77]  Dont ie vous dy que celle dame estoit la sus cel escafaut moult honnourablement acesmee. [78]  Mes elle estoit aucques pensive ainsi come les autres dames estoient pour la doubte que elle avoit de la pesme bataille et cruelle que la preste estoit a ferir, dont maintes dames en furent / sanz leurs premiers amis.

4

[1] Aprés y vi une dame sus un grant belfroy qui ne fault mie oublier; ainz vous vueil raconter aucunes de ses aventures, car assés estranges furent, car elle souffri mains travaulx et ennuys par amours, dont je vous en diray la verité selon que tesmoingnent ceulz qui de voir scevent l’estre. [2]  Et bien sachiez que le Dieu et la Deesse d’Amour assés l’honnouroient pour ce que tant avoit souffert par eulz et par estre de leur hostel, et autel faisoient a son amy, qui vaillant et hardi chevalier estoit oultre mesure. [3]  Dont, au plus brief que je pourray, je determineray mon compte pour retourner a ma matiere.

[4]  Il fu vray que, l’an du pardon de Romme, venoient a Romme de par toute crestienté les princes et ensement les autres gens de mains pays au pardon, ainsi comme a bonne devocion s’affiert; dont nous trouvons a certes que un prince d’Alemaigne, qui s’appelloit marchis en son tilre, venoit a Romme, entre lui et sa femme, atout noble compaingnie; dont il advint que la marquise sa femme estoit grosse d’enfant. [5]  Si vindrent a passer les mons la vers la riviere de Jeynez. [6]  Quant le dit marquis fut passés les mons, sa femme, qui grosse estoit, li dist que elle ne pouoit plus aler avant et ne pouoit endurer le travail, dont il fu de neccessité que sa femme remaint en un chastel de gentilzhommes qui sur leur chemin estoit, et cil chastel on nommoit Secer, qui en cellui temps estoit bon chastel et noble et a // [C. 39r.] cellui temps estoient nobles en grant pouoir en leurs contrees. [7] Que vous diroye ? [8]  Le marquis s’en ala son chemin et laissa sa femme avecques ces nobles en bonne compaingnie, et lui dist que, a l’aide de Dieu, il retourneroit tost de Romme vers elle.

[9]  Lors advint que la mortalité estoit moult enforciee par toute Ytalie et mouroient les gens que ce estoit terribleté; dont il advint que cil marquiz morut a Romme, et ceulz qui en sa compaingnie estoient morurent aussi tant que autres nouvelles ne s’en porent plus apprendre. [10]  La dame, qui demouree estoit a Secer, enffanta d’un bel filz; dont il advint que les gentilzhommes du chastel en firent grant feste et le tindrent a baptesme, et, par la feste que on faisoit ou chastel et par ce que ceulz estoient alez tous par commun, ilz distrent: «Nous le nommerons Alleram, car ’aler’ est un nom qui s’afiert selon l’italien a leece» et pour ce le nommerent Alleram. [11]  Ne demoura gueres aprés que la dame morut, dont ce filz demoura sanz pere et sans mere. [12]  Si vous dy que les gens, qui avec la marquise estoient demourez, morurent tous de mortalité. [13]  L’enfant crut et remest ou gouvernement de ceulz qui ses parrins estoient, qui l’amoient comme leurs enfanz, car oncques plus belle creature nature ne fourma, ne qui mieulz semblast estre estrait de hault linage. [14]  Le valleton estoit si vistes et si entremetant en toutes choses que nul plus.

[15]  Lors avint que l’empereur vint d’Alemaingne en Lombardie, car aucunes des cités de Lombardie s’estoient revelees contre lui, donc le dit empereur / fist son mandement par toute Ytalie pour venir a son ost. [16]  Si advint que ces noblez de Secer y alerent pour l’empereur servir et pour faire leur devoir. [17]  L’empereur estoit au siege devant la maistre cité de Lombardie que on appelle Milan, et les nobles, qui la estoient en son ost, aloient souvent veoir l’empereur.

[18]  Dont il advint que, quant l’empereur ot veu aucune fois reppairier devant lui ce valeton qui estoit en la compaingnie de ses parrains qui la l’avoient mené, car l’enfant desiroit moult a veoir grans choses et noblez, l’empereur le vit un jour devant lui, si le demanda et lui dist qu’il estoit. [19]  Alleram, le valleton, s’agenoulla et lui dist: «Tres redoubté seigneur, je suis de nacion de Lombardie, mais mon pere et mon linage fu et sont d’Alemaigne». [20]  Quant l’empereur entendi la responce au valleton, qui lui respondoit moult sagement et sanz nul effroy, assés lui pleust son estre. [21]  Si demanda a ces seigneurs de Secer comment il estoit en leur compaingnie. [22]  Ilz lui compterent tout le fait et comment son pere estoit marquiz, et comment il morut a Romme, et comment la dame enfanta et morut, qui remese estoit. [23]  Quant l’empereur entendi le fait, si en ot grant pitié, car il estoit ainsi remés seul, esgaré de ses parens et amis, qu’il congnoissoit a nobles et a grant linage. [24]  Adonc le fist venir et le retint de son hostel et commanda que Alleram le servist de couppe et lui donnast a boire. [25]  Alleram tousdis entendoit au service l’empereur moult ententivement et tellement que l’empereur moult l’amoit et se tenoit apayé de son service. //
[C. 39v.]
 [26]  Le valleton, qui assés jeunes estoit et moult bel et agreable a chascun, aloit par l’ostel l’empereur passant souvent devant l’empereris et des autres dames et pucellez, qui moult ententivement regardoient Alleram et moult louoient sa beauté et courtoisie, dont je vous dy de voir que maintes le couvoitoient a avoir a amy. [27]  Et devez savoir que l’empereur avoit une fille, la plus belle pucelle que on trouvast en maintez terres. [28]  La pucelle ne se pouoit saouler de regarder le valleton et lui faisoit moult bon semblant. [29]  Le valleton bien s’en apperceust, mais moult lui ennuyoit pour l’amour de son seingnour qui l’amoit de grant amour, vers lequel ne se vouloit meffaire; mais la damoiselle assés l’en festoioit tant que a la fin Alleran ne savoit que faire ne que dire, car l’amour et la beauté de celle qui ne le laissoit en paix l’emflamoit tout, et, d’autre part, la congnoissance qu’il l’en faisoit rettraire. [30]  Que vous feroye long plait? [31]  Celle qui est aveuglee et qui fait perdre le sens aux gens, les fist ainsi enflamer l’un l’autre qu’ilz ne pouoient durer. [32]  Quant la pucelle se vit tel atournee que elle ne faisoit que languir, elle dist un jour au valleton: «Je ne pourroye plus vivre se vous ne me menés quelque part ou nous soions sans dongier, car je ne pourroye sanz vous durer». [33]  Quant le valleton l’entendi, il dist: «Qu’est ce que vous dites? Ja ne pourrions aler nulle part sans estre en present mors et detrenchiez; de ma mort ne me chaulroit, mais de vostre honte et dommage / me chaulroit plus, et ja Dieux ne sueffre que ja vostre corps aye tant d’ennuy». [34]  Quant la pucelle l’entendi, si chaÿ pasmee, mais l’autre la relieve en present com grant doubte; les dames coururent et l’aident a drecier. [35]  Lors lui demandent que c’est, et elle dist que elle gengloit et truffoit com Alleran dont elle a eu ne sçay quelle vanité qui au cuer li feri.

[36]  Le valleton s’en vait tristes et pensis et ne scet que faire, car il voit sa desloiauté si se faulse vers son seingneur et le peril en quoy il se met. [37]  D’autre part, il voit la pucelle qui l’ayme plus qu’elle mesmes et qui se laisse mourir pour l’amour de li; et encore apperçoit il bien que la chose ne se pourra celer se ce durast un petit, car elle ne se savoit contenir, et bien voit que honiz pourroient estre; ainsi en lui mesmes ne se savoit consseiller.

[38]  Un jour, et ne demoura longtemps, advint que la pucelle lui dist: «Ou vous trouvés maniere de ce que autrefoys vous ay dit, ou je m’occiray, car sans vous ne pourroye vivre; ains veulz estre vostre femme et vous mon mari». [39]  Ainsi promistrent leur mariage et ordennerent leur partie com grant doubte. [40]  Dont il advint que une nuit il enmena la pucelle, et se vestirent estrangement pour non estre congneuz en divers habis et s’en aloient par forests et par lieux sauvages car, quant ilz veoient le lieu plus desvoié, la tenoient leur voye. [41]  A grant doubte passoient par mains lieux // [C. 40r.] assés divers. [42]  Aucune fois trouvoient ceulz qui les queroient, qui leur demandoient se ilz savoient nouvelles d’un tel homme qui estoit de telle façon et en tel habit et menoit une damoiselle, dont bien poués croirre quelle seurté en eulz estoit.

[43]  Lors s’avisa Alleram du pais ou il estoit nez, et ce estoit vers la riviere de Jeynez, et lui souvint de une aspre montaingne sur laquelle il aloit auncune fois chacier. [44]  Si dist a la pucelle: «Se Dieux nous veult consentir que je vous eusse sus une montaingne que je sçay, il est lieu si desvee de gens que ja ne serions ne trouvé ne congneu». [45]  La pucelle s’i accorda, et moult li tardoit la voye. [46]  Que vous diroye? [47]  Tant exploitierent qu’ilz vindrent sus celle montaingne qui est pres d’une cité que on appelle Arbenga, en la riviere de Jeynez, et dessoubz celle haulte montaingne avoit une petite ville que on appelloit Quaret. [48]  Quant ilz furent la, assés se tindrent bien appayés et seurs dedens une cave que en la haulte roche estoit.

[49]  L’empereur, quant vint l’endemain que la nouvelle de sa fille lui fut dicte, il fu, lui et l’empereris sa femme, tant dolens comme vous poués croirre, que autre enfant n’avoient. [50]  Lors manda ses chevaliers, escuiers et messages aprés et leur commanda que par toutes terres cerchent tant que sa fille soit trouvée et le valleton lui soit menez. [51]  Mes assés firent leur devoir de les cerchier et assés furent par les contreez / ou ilz estoient, mes ne les eussent trouvez et congneus les .ij. amans. [52]  Deux ans tous entiers ne finerent de cerchier; au derrain tournerent a leur seigneur, recreans, sanz rien trouver.

[53]  L’empereur, tant dolent que nul plus, passoit son dueil au mieulz qu’il pouoit et commanda que nul plus lui en remembrast, car bien cuidoit que voirement feussent mors. [54]  Alleram fu en la haute roche ou il n’avoit que mengier ne que boire fors de l’eaue clere. [55]  Ne me demandez mie la pitié qu’il avoit de sa damoiselle qui plouroit de fain; adonc maudisoit sa destinee. [56]  Lors dist a s’amie: «Je yray cerchant cy entour savoir se je pourroie trouver nulle victaille». [57]  Si erra sus le hault de la roche pour mieulz veoir entour, et vit une fumee et cuida bien que la seroient gens, et tint la sa voye et trouva la deux charboniers qui cuisoient charbon. [58]  Donc il les pria qu’ilz lui donnassent du pain et il leur aideroit tousdis a faire du charbon. [59]  Ceulz, qui avoient besoing d’aide, le firent et lui donnerent du pain et de ce qu’ilz orent. [60]  Quant Alleram ot la victaille, adonc s’en vint vers s’amie et dist aux autres qu’il tourneroit en present. [61]  Adonc donna assés a mengier de ce gros pain a la dame, qui estoit nourrie de meilleur viande, mais cil la confforte de tout son pouoir.

[62]  Assés y aroit a compter, mais je vous dy qu’il aprist a faire le charbon, et se acompaingna aux autres et le portoit vendre en la cité; puis achetoit or et soye et autres choses neccessaires a s’amie pour ouvrer de // brodeure, dont elle savoit moult bien aidier. [63]  La faisoit petites boursetes et autres chosetes que cil faisoit vendre en la cité, et en petit de temps ilz n’orent plus nulle souffraite, ainz estoient tous aisiez, ainsi comme il leur sembloit quant l’un pouoit estre avec l’autre sans encombrement, et bien oublioient tous les plaisirs et deliz de beaulz vestements et autres choses qu’ilz eussent oncques eu, et si estoient vestus a maniere que a charbonier appartient.

[64]  La furent tant qu’ilz orent .vij. enfans si tres beaulz que ce fu merveilles, et au derrain l’un de ses enfans demouroit avec li evesque de la cité d’Albenga, et la cause de celle congnoissance fu que son pere venoit tousdis en la cuisine cil evesque a vendre le charbon, de quoy on lui apprestoit sa viande. [65]  Au derrain Alleram estoit si entremettant de la cuisine qu’il aidoit assés aux queux et tant que moult l’amoient, et l’evesque le veoit souvent et moult lui plaisoit son estre, et disoit: «Quel dommage est que cel homme fait tel office, car trop est sages et entremettant!». [66]  Alleram avoit ja moult aisiés le lieu ou la dame demouroit selon l’estre, et passoient leur vie ainsi comme Dieux leur donnoit la grace.

[67]  Lors advint que l’empereur tourna en Lombardie par le mesme cas qui lui estoit ja venus autrefois; si fist son mandement et tous ceulz de Ytalie et de Lombardie y alerent. [68]  Si avint que l’evesque de Albenga y ala. [69]  Alleram, qui bien savoit ce, dist a s’amie qu’il yroit avec l’evesque pour savoir et veoir que on disoit a la court l’empereur, car il disoit qu’«il a ja tant de temps que nostre fait fu que ja n’en feront nul compte, / et j’estoie jeunes et sanz barbe, et maintenant suis noirs et tains et barbuz, ja n’y auray congnoissance». [70]  La dame com grant doubte lui ottroia. [71]  L’evesque s’en ala, et Alleram avec ses cuisiners y ala, que assés l’avoient en amour. [72]  L’empereur estoit au siege devant la cité de Bresse qui autrefois s’estoit revellee contre lui. [73]  La furent tous les barons de l’empire. [74]  L’evesque fu ve[r]s l’empereur et lui fist la reverence, puis fu en l’ost avec les autres, puis venoit aucune foys, pour ses besoingnez vers l’empereur. [75]  Que vous diroye? [76]  La avoit mains grans fais d’armes tousdis, car la cité estoit com grant garnison et souvent dommagoient ceulz de l’ost. [77]  Donc Alleram dist au maistre queux l’evesque: «Me voulez vous prester vostre cheval? [78]  Car le mien riens ne vault, et je yroye voulentiers aux escarmouchez et a ces beaulz fais d’armez qui se font toudis, et ce seroit honnour a monseigneur l’evesque que aucun de sa famille soit en l’estour». [79]  Cil, qui assés l’amoit, lui dist que oÿl, mais touteffois il s’en gaboit et ne creoit mie que charbonier se sceust tenir a cheval. [80]  Touteffois Alleram monta et fu armés. [81]  Quant vint au vespre que le chault fu aucques passés, si veissiez yssir ceulz de la cité, qui firent un fier assault en l’ost. [82]  Et, a brief, Alleram y fist tellement qu’il en ot moult grant loz et congnurent appertement que par son hardement et effort, il avoit le jour mains hommes sauvés et fist tant que, a l’aide des siens, ilz furent remis dedens la cité; dont chascun demandoit: «Qui est cil qui au jour d’uy a fait tant d’armes?». [83]  Au derrain ilz sçorent que ce ot // fait un des queux l’evesque d’Albenga. [84]  Quant l’evesque le sçot, assés le honnoura et commanda qu’il eust de ses meilleurs chevaulx et qu’il feust bien d’armes pourveuz. [85]  Lors avenoit que ceulz de la cité sailloient ainsi comme je vous ay dit devant, et cil Alleram faisoit tant d’armes que c’estoit merveillez, car la il prenoit prisoniers et mains en tuoit, et moult les dommagoit et tant que ceulz dedens un jour yssirent efforceement sus ceulz dehors, et tellement que un parent l’empereur fut pris, qui moult estoit bon chevalier, et le tirerent hors de la presse pour le mener en la cité. [86]  Quant Alleram l’entendi, il semont ses comparas de bien faire; lors se fiert en la presse et, a l’aide des siens, le nepveu l’empereur fu par lui rescoux et les mistrent a force dedens la ville.

[87]  La renommee cestui moult croissoit, et chascun le vouloit congnoistre et veoir. [88]  Et quant l’empereur sçot l’ardement de lui et qu’il avoit ainsi escoux son parent, il le demanda assez a l’evesque et le vouloit veoir. [89]  Et l’evesque le manda, mais l’autre estoit en la cuisine avec les autres queux et dist qu’il n’estoit digne d’aler devant l’empereur, car trop estoit ors et oint de la cuisine et, qui plus lui en parleroit, il s’enfuiroit car, ainsi comme il disoit, ilz se mocqueroient de lui, car charbonnier n’en doit aler en presence de tel prince. Grant doubte ot Alleram a celle foiz. [90]  Que vous diroye? [91]  Mains grans chevaleries fist Aleram en ce siege et tant que on ne parloit fors du queux l’evesque. / [92]  Et l’evesque moult bien pensa en son cuer, veant qu’il estoit si chevaleureux, que ce estoit aucun hault homme qui ne vouloit estre congneuz, car bien apperceust que cest art n’a il mie apris sus la montaingne a faire le charbon. [93]  Assés lui demanda de son estre, mais oncquez autre ne pot savoir a celle foys.

[94]  Assés vous pourroye dire, mais la cité estoit fort et bien garnie et ne doubtoit d’estre prinse par force. [95]  Un jour advint que les princes qui la estoient ordonnerent une grant jouste pour eulz esbaudir et pour donner leece a l’empereur, car il estoit, et lui et son ost, tout ennuyés de la demourer tant, car ceulz de la cité ne vouloient plus yssir, ains se tenoient en leur garde. [96]  La feste fut emprinse, ou furent mains haulz chevaliers et bons pour celle jouste faire. [97]  L’empereur et l’empereris si estoient pour le veoir, et toutes les autres grans dames qui en sa compaingnie estoient. [98]  Quant Alleram le sçot, si dist a son seingneur l’evesque: «Se j’eusse un de voz bons chevaulz, je jousteroye moult voulentiers». [99]  Cil, qui moult l’amoit, le fist de bon cuer. [100]  Lors prist le cheval et s’arma et ala a la jouste, dont les autrez queux le servoient, car il ne voult que autre lui aidast. [101]  Et quant il fut la venuz, si veissiez chevaliers verser et chevaulz abatre et, a brief parler, sa prouece et sa force fu assés tost congneue tant que assés le doubtoient. [102]  Assés vous pourroye dire, mais il emporta l’onneur de la jouste ont tant de bons chevaliers estoient, et quant il // [C. 41v.] vit que ja estoit tout presque fait, lors s’en ala en son logeiz et se mist en sa cuisine.

[103]  Quant l’empereur ot ce veu, si voult savoir qui cellui fu qui la jouste ot gaaingnié. [104]  Lors lui fu dit que ce estoit le queux l’evesque.

[105]  L’empereur commanda qu’il venist devant soy. [106]  L’evesque li dist: «Sire, il est si honteux que ja ne veult partir de sa cuisine et a l’autre foys il s’en vouloit fouir». [107]  L’empereur lui dist: «Alés, comment que ce soit, amenez le moy». [108]  L’evesque s’en vait en ses tentes et dist a Alleram comment l’empereur le vouloit veoir, comment que ce fut. [109]  L’autre se excusoit comme cil qui avoit tel doubte comme poués savoir. [110]  L’evesque assés l’ennortoit d’y aler, et quant il vit la doubte que cil avoit, si apperceust que ce n’estoit sanz cause. [111]  Si le mena a une part et lui dist: «Alleram, di moy hardiment ton vouloir, car tu sces qu’il y a pluseurs ans que tu reppaires en mon hostel et bien sces que je ne vouldroye ton mal; et di moy hardiment ton fait». [112]  Alleram, com grant promesse et doubte, lui descouvri tout son fait, et qu’il est cil qui en amena la fille l’empereur a l’autre siege qu’il tenoit devant Milan et, brief il lui dist la ou la dame estoit sus la haute montaingne ou il faisoit le charbon, et comment il en avoit .vj. beaulz enfans «sanz cellui qui demeure avec vous».

[113]  Quant l’evesque l’entendi, si ot grant pitié de lui et de la dame pour la vie qu’il savoit que avoient tenu par non estre congneuz. [114]  Adonc s’en va vers l’empereur et lui dist: «Sire, je vous diray qui est mon queux / mes que promectés que l’arez chier et que lui ferés bien». [115]  «Comment?» dist l’empereur «Il est si vaillant que assez me poise qu’il n’est un hault homme, car trop vault et puet de son corps, dont je vous promect: assés le honnoureray et lui feray du bien».

[116]  Quant l’evesque entendi la bonne voulanté l’empereur, il le trait a part et lui dist: «Sire, je vous veueil faire assavoir qui est cil qui si vaillant est, et qui tant a fait d’armes et chevaleries en vostre ost et a qui vous avés promis mains biens. [117]  Sachiez qu’il est Alleram, vostre escuier qui vostre fille en amena, et en a .vij. beaulz enfans. [118]  Et puisque la chose est atant que ne puet estre autrement, je diroye en bonne conscience et pour vostre honnour essaucier que vous le feissiez un grant seingnour, a ce qu’il est assés gentilhomme, ainsi come bien vous savez, a ce qu’il eust hautement a tenir vostre fille a grant honnour».

[119]  Quant l’empereur entendi ce, il est tant esbahiz qu’il ne scet que dire, car il cuidoit que sa fille feust morte a ce que oncquez n’en avoit oÿ nouvelles. [120]  Si demanda se sa fille est plus vive, et on lui dist que oïl. [121]  Adonc demanda tous ses barons et leur dist ces parolles. [122]  Tous a un accort se accorderent au dit l’evesque et dient qu’il ne se puet mieulz son ennuy couvrir que de le faire grant seingnour. [123]  Quant l’empereur sçot que sa fille fut vive, car autre enfant n’avoit, moult l’ot a plaisir; dont tuit li distrent a un accort: «Sire, fay venir Alleram le marquis, car [pa]reilles chevalier se pourroit // [C. 42r.] cerchier en maintes terres devant que on le trouvast». [124]  L’empereur le fist venir, et cil, tout honteux, lui crie mercy de son meffait. [125]  Lors commanda qu’il feist venir sa fille et qu’il amenast ses enfans. [126]  Alleram a grant joye receust le pardon l’empereur. [127]  L’evesque et les gentilzhommes de Secer, qui la estoient et ne congnoissoient mie Alleram, alerent querre la dame et ses enfans et les firent mettre en bonne ordonnance, et tant exploitierent qu’ilz revindrent a l’empereur. [128]  Et quant il vit devant soy sa fille et ses enfans a genoulx devant lui qui lui crioient mercy, et autretel a l’empereris, si prist a plourer de pitié, et autretel faisoit sa femme. [129]  L’empereur la prist entre ses bras et maintes fois la baisa. [130]  La fut puis une feste et une joye merveilleuse. [131]  L’empereur charga le gouvernement de son ost a Aleram, qui moult se portoit sagement et vaillaument. [132]  Que vous diroye? Au derrain la cité se rendi.

[133]  L’empereur sejourna par Lombardie et, un jour qu’il estoit a Ravene, une de plus vielles cités de ce pays, l’empereur fist venir tous ses barons et prelas qui avec lui estoient et fist espouser sa fille a Alleram, qui encor n’estoit espousee fors que par promesse entre eulz. [134]  Et la fu la feste grande et envoisiee; et en present revesti Alleram marquis de toute la terre gaste qui s’appelloit lors le terrain de Savone et le terrain de Albenga et le terrain que tiennent ceulz du Caret et de Ceva et toutes les Langhez et le revesti de tout Pyemont et le terrain que tient le marquis de Monferra, jusquez sus / Monceniz a un terme qui s’appelle Palbonizon, et le revesti et donna tout ce qu’il pourroit conquester sus l’eveschié de Vercel et de Novaire et autres choses qui se contiennent au previlege qu’il lui fist; et tout ce il lui donna cum meire et mist impeiri, et com toute haute seingnourie, car ainsi pouoit il, par la vigour du dit previlege, user en cel domine comme le dit empereur fait en toutes choses, et lui et ses successeurs a qui le previlege appartient. [135]  Et ce sont ses deux successeurs: le premier est le marquis de Monferra, le second, le marquis de Saluces; et fu fait le dit previlege a Ravene, ainsi comme dit vous ay, en l’an de grace [...] presens mains prelaz et barons, et sachiez que ce fu l’empereur.

[136]  Lors advint que Alleram fu grant seingnour et entendoit a servir l’empereur quant il estoit en Ytalie. [137]  Si advint aprés que Alleram ot guerre en Pymont, car maintes guerres ot par ses conquestes achever; dont il lui advint par male destinee qu’il chevauchoit une nuit pour trouver ses ennemis, et un sien filz d’autre part che//vauchoit [C. 42v.] ainsi pour la dicte cause, et l’un ne savoit de l’autre; dont il advint qu’ilz se coururent sus par mescognoissance, et tant que Alleram tua son filz, qui moult hardi chevalier estoit; dont Alleram marquis en ot tel dueil comme croirre pouez.

[138]  L’ainsné de ses enfans, qui estoit moult de grant cuer et fel, quant il vit son pere vieil, si lui dist: «Sire, vous estes meshui d’aage; il est bon que vous prennez reppoz; et je suis jeunes et fort pour endurer la paine, et pour quoy je vueil que vous me laissiés la paine du gouvernement, et seray seingneur». [139]  Son pere ne s’i accorda pas, ains dist que non feroit. [140]  L’autre, quant il vit la voulanté son pere, lui dist: «Et certes, vous ne sauldrés dehors le chastel d’Ancise» car la estoient ilz «tant que vous arés fait que je soye seingneur». [141]  Quant son pere apperçut sa fellonie, qui sages estoit, si dist: «Filz, je feray ta voulanté, mais avise la maniere». [142]  L’autre lui dist: «Mandez par voz gentilzhommes que tous viengnent a Ancise et leur commanderez qu’ilz me facent l’ommage». [143]  Que vous diroye? [144]  Ainsi fu fait, car tous y vindrent au mandement leur seingneur. [145]  Quant ilz furent la, le marquis Alleram dist a son filz: «Et bien, fay venir mes gentilzhommes et je leur commanderay ton plaisir». [146]  L’autre a grant joye fist ouvrir le chastel et les fist entrer dedens en une grant place qui y estoit, qui dessous une loge estoit. [147]  La fu le marquiz Alleram sus celle loge et dist a son filz: «Va la bas et je commanderay a mes nobles ce que bien orras». [148]  L’autre le fist, qui bien cuidoit qu’ilz lui feissent hommage. [149]  Et quant il fu ou millieu d’eulz, le marquiz, qui la sus / estoit, dist a ses noblez: «Mes subgiz et amis, veez la ou millieu de vous le mauvais et cruel mon filz, qui me tient cy pris» et leur dist la cause; «dont je vous command que en present le prennés et le me amenez».

[150]  Quant ses subgiez sçorent la cause de leur venue, moult en furent dolanz. [151]  Touteffois ilz firent le commandement leur seigneur, car l’autre fut pris et le marquiz delivrez. [152]  Touteffois, au derrain, son pere lui pardonna, mais tant y fu qu’il le desgrada de la seignorie qu’il devoit avoir aprés lui, mais il li donna Ancise et la terre d’Ancise et le maudist, et fist du second frere son hoir, cil fu marquiz de Monferra. [153]  Les tres orent la terre du marquisé de Ceva, du Caret et de Ponzon.

[154]  Dont il advint que en Pymont avoit une contesse, car son pere estoit mort et n’avoit autre hoir fors que celle fille a laquelle la conté estoit demouree. [155]  Celle fille ot une suer qui ot sa part en la terre. [156]  Dont il advint que la contesse fut donnee a femme a un filz d’un des filz Alleram, le marquis qui Tete avoit a nom; dont il advint que cil filz ot terre de la marquisé de Salucez, laquelle fut puis conffermee en titre de baronie sens deppartir, mais l’ainsné est touzjour seignour en maniere que cel de Monferra est. [157]  Mais la dame ne voult laissier son titre, ainz tousdis se appella contesse, et ensievant toutes les femmes a successeurs, qui marquis sont, se appellent contesses. [158]  Et lors fu changee l’arme, car il prist l’anseigne du conte. [159]  Ceulz du Caret et Ceva et Ponzon et Ancise, ilz deppartent // [C. 43r.] leur heritage, mais tous s’appellent marquis. [160]  La seconde suer a la contesse de Pymont fut donnee au conte de Savoie, par laquelle il ot la premiere terre qu’il tient en Pymont.

[161]  Mes hui je veueil retourner a ma matiere, car trop vous ay sermonné, mais je l’ay fait pour vous informer qui celle haute dame fu et son linage, et bien sachiez que elle estoit, a celle grant assemblee, une des plus belles dames qui la feussent ou le Dieu d’Amour avoit assemblé tous amans, ainsi comme autrefoys vous ay dit, et celle fu en grant estat et noble. [162]  Que vous yroie plus disant? [163]  Il ne me seroit possible, ne a moy ne a plusours, de pouoir raconter la quarte part des dames qui la furent, mais je vous ay dit d’aucunes que je congnoissoie. [164]  Et assés vous pourroye dire, mais la avoit tantes grandes dames et damoisellez et de hault estat et de bas, sanz les pucelles qui la estoient d’une part pour veoir le portement que feroient leurs amis, car chascune avoit donné a son amy aucune enseingne pour le congnoistre a l’estour et leur prioient de bien faire, dont je vous dy que elles estoient la ainsi comme sanz nombre.

[165]  Il advint en cellui point que en celle grant place la, qui estoit bien une des plus belles places du monde et n’y paroit fors seullement or et acier, car la estoient tant nobles empereurs et roys et autres barons de toute sors et autres manieres de noblez, et aussi de toutes autres manieres de gens qui avoient leurs enseingnes et congnoissances batues a or et argent, et noblez heaumes ouvrés a or et pierres precieusez, / et tantes targes listees et dedens tans lionz rampans, et tans bons destriers couvers si richement que ce estoit trop bel a veoir, dont n’estoit mie merveilles de la grant resplendeur qui la estoit. [166]  Mais il advint une chose assés diverse a cellui point, car on huyoit une huye au point que on devoit donner la grant bataille, et une voiz communement partout qui disoit: «Pour orgueil et pour desir couvient et couvendra aux gens maintes painez souffrir» dont il advint que tous en furent merveilleusement et durement esbaÿs. [167]  Lors advint que uns sages homs ancien, qui moult savoit des ars et des choses et par son sens on l’appelloit philosophe, si dist: «Seingneurs, bien pouez veoir que Dieux se courouce pour ceste pesme journee qui se doit faire, c’est ceste bataille cruelle, car vous vees bien que telz signez ne viennent sanz cause, et bien est demonstré que grant mal en avendra».

[168]  Il advint en cellui point que le Dieu d’Amour commanda le gouvernement de ses gens a monseingneur Tristan de Lyonnois, qui a merveillez fu preu et hardis de son corps, dont le Dieu lui donna l’espee et le fist son connestable, car moult sages chevalier estoit. [169]  Lors prist monseingneur Tristan bien .x.m bons chevaliers o lui, qui ja ne lui fauldront pour mourir. [170]  Et monseingneur Tristan mercia moult humblement le Dieu d’Amour de si grant honneur. //
[C. 43v.]
 [171]  En ceste partie dist li comptes que, quant le Dieu d’Amour ot bien ordonné ses conrois, ainsi comme je vous ay devisié, alors les bataillez estoient a front l’une devant l’autre toutes en en telles ordonnances comme vous poués savoir.

[172]  Monseigneur Palamidez, ly hardis et le bon chevalier qui payens estoit, vint devant tous les conrois bien le tret d’un arpent, et disoit a soy mesmes que, se il n’a le premier cop de la bataille ou tout le monde est assemblez, il ne se prise rienz, et aussi pour despit de Tristan qu’il voit en tante hautece, de quoy il muert de dueil. / [173]  Et aussi il voit la royne Yseut la hault, et bien congnoist que elle regarde comment on sara armes porter.

[174]  Lors advint que un noble chevalier de hault pris, qui estoit desirant de avoir honnour ainsi comme Palamides estoit, et car grant haine avoit contre les Amoureux, dont moult desiroit la premiere jouste et quant il vit Palamides devant les conrois apparaillié de la jouste et Palamidez voit li, li un se drece vers l’autre de toute leur force a la grant aleure des bons destriers. [175]  Si advint que le chevalier feri si durement Palamidez qu’il lui perce l’escu et l’auberc et aucques le navra, mes petit fu. [176]  Et Palamides le fiert si durement qu’il ne remest par escu // [C. 44r.] ne par hauberc qu’il ne le getast mort a la terre. [177]  Lors dist le sage philosophe, qui devant avoit parlé: «Or est entamés ly orgueilleux tournoyement et bataille, et la grant mortalité des gens et la plus pesme occision, et la plus mortel mescheance que onques commençast, que par petite cause commença et par grant hayne se maintendra, dont tanz grans hommes et baz auront couroux, et bien se puet ceste emprise pesme comparer au dit cellui qui dist que ’un fou gecta une pierre en un puis, que tous les sages de pluseurs pays ne sçorent trouver maniere de la tirer’».

[178]  Lors oïssiés cors et buisines sonner, tabours et nacairez ferir, / et commencier a ferir a destre et a senestre, et de toutes pars. [179]  La veissiez destriers abatre et verser et lances briser que, en mon escient, en celle premiere venue ilz furent occis telz .ij.m qui jamais n’en releveront. [180]  Adonc vint un roy de grant prouece, qui conduisoit un des conroiz des Jaloux; cil monstroit bien, a la contenance de son venir, que mal entalentez estoit contre ses ennemis, ce sont les Amoureux. [181]  Lors se fiert si durement en la grant presse, et lui et son conroy, que le premier qu’il encontre il le versa a la terre navrés a mort; puis en fiert un autre et en fist autel. [182]  Et quant sa lance fu brisee, il met la main a l’espee et fiert le premier qui lui vint devant si que, pour heaume ne pour bacinet, ne remaint // [C. 44v.] que ne lui mecte l’espee aucques en parfont en la teste. [183]  Adonc se escrie: «Ferés, nobles chevaliers et compaingnons, car adez les honirons». [184]  Quant les siens voyent comment leur seingneur se contient noblement, ilz pensent de ferir et de abatre atout leur pouoir, et moult dommagoient noz gens, se ne feust Palamidez, qui vint celle part et encontra le roy qui faisoit tel martire des Amoureux. [185]  Lors le feri si durement d’un autre glaive, qu’il ot recouvré, qu’il porte et lui et le destrier a terre, et mort l’ust quant les Jaloux le lui vindrent oster.

[186]  Atant se partirent deux noblez princes qui conduisoient deux des conrois des Amoureux. [187]  Ceulz voirement furent roys de grant prouece et de grant hardement et bien veulent vengier le dommage que ce roy leur a fait, car trop les avoit grevez; donc ilz se ferirent si durement en la bataille que on oïoit l’effroy des lances plus de demie lieue loing. [188]  Adonc fierent a destre et a senestre et font trop grant occision des Jaloux et les ruserent bien deux arpens. [189]  Atant viennent au secours bien quatre conrois des Jaloux et se ferirent tellement en l’estour que telz mile en verserent a terre qui a tart en releveront. [190]  Ceulz estoient sanz faille gens de grant pris et faisoient moult a redoubter pour le grant dommage qu’ilz faisoient aux Amoureux.

[191]  Quant monseingneur Lancelot du Lac, qui conduisoit le conroy de ceulz de Gaunez, voit les siens tellement dommagiez, il dist bien a soy mesmes que «ore aye trop demouré». [192]  Lors escrie s’enseingne et regarde la royne Genevre, qui lassus hault avec la Deesse d’Amour estoit en la maniere que / devisié vous ay autrefois. [193]  Adonc dist qu’il couvient bien a cestui point qu’il face tellement que son renom ne soit mie abaissiez, ains fera tant que on pourra bien faire compte de ses chevaleries. [194]  Il ne fist autre delayement, ainz s’adrece au plus fort de la bataille et fiert le premier qu’il encontre soudainement et si durement que pour escu ne pour hauberc ne remaint qu’il ne l’occie; autel fist il du second et du tiers qu’il porta a terre envers, lui et le destrier, et puis met la main a la bonne espee et fiert d’une part et d’autre tellement que c’estoit merveilles a veoir. [195]  Dez siens qui en sa compaingnie estoient, nul ne pourroit croirre quelle fiere contenance en eulz estoit, et comment ilz grevoient leurs ennemis, car en petit termine ilz furent remis en la place dont ilz avoient gecté les Amoureux.

[196]  Atant veissiés mouvoir quatre conroiz des Jaloux, qui se plungerent tellement dedens la bataille que ce n’estoit mie gieu, ainz estoit bien mortel haine. [197]  Ceulz grant dommage faisoient aux Amoureux. [198]  Atant se part le hardi Flourimont, conduiseur de ceulz d’Albanie et d’Esclavonie et de maintes autres terres, et se met en l’estour et tue et abat et confond tout ce qu’il encontre; aussy font ceulz qu’il conduise et bien veult estre veu de sa dame, c’est la Dame de l’Ile Celee. [199]  Lors veissiez enforcier la bataille, car trois conrois des Jaloux y vindrent, qui assés confforterent leurs amis et bien monstrerent leur haine aux Amoureux.

[200]  Quant Messire Tristan le connestable, qui toudis avisoit la bataille et la secouroit de ses conroys ainsi comme // [C. 45r.] il lui sembloit mieulz selon le besoing, et il voit le grant effort des Jaloux, il dist bien que «cy a grant mestier de grant sens et hardement a gouverner cel estour, car oncques ne fu son per». [201]  Lors vit bel Paaris de Troye moult entalentez d’y aler; si lui dist: «Sire Paaris, vous yrés la avec vostre conroy et je demourray encor, car il n’est mie temps que plus de conroys y aillent». [202]  Adonc veissiés bel Paaris tirer celle part comme homme qui bien a desir de honnour et a qui la bataille assés agree, et bien dist que, se il encontre le roy Menelaus, que mal il sera venus. [203]  Quant il ot regardé la belle Helaine, il semont s’enseingne et ceulz de Perse et de Turquie. [204]  La veissiés javoloz lancier et saiettes voler par l’air tellement que bien ressembloient une nue. [205]  Ne me demandés mie qu’il fist de sa lance, car oncques chevalier n’en fist plus d’une, et autel firent ses gens, qui voirement moult se faisoient doubter a leurs ennemi et nul ne les veoit qui moult ne prisast leur hardement, et mesmement bel Paaris, qui moult y acrut son loz.

[206]  Quant les Jaloux voyent l’occision de la bataille, lors se partent quatre conrois de noblez combatans qui moult faisoient a louer; ceulz fuient moult mal entalentés contre leurs ennemis et bien dient que, s’ilz n’en prannent maintenant la vengence, que honiz sont. [207]  Sans autre delayement ilz se adrescent ou plus espés de la bataille et tuent et confondent tout quanque leur vient devant, / non obstant que fort estoient contrestez par leurs ennemis. [208]  Ceulz escrient: «Ferés, barons! Ja seront malbailliz nos ennemis». [209]  En celle pointe furent trop dommagiez noz gens, car deux roys de hault pris y furent tuez, de quoy Amouroux auront assés a plaindre.

[210]  Monseingneur Tristan le connestable voit celle rage, il dist: «Aquiles, amis, il est temps de secourir noz gens, car la greingneur partie des conrois de noz ennemis sont ou champ». [211]  Lors veissiés grant semblant de hardement faire au fort Aquiles, car bien lui tardoit l’eure d’y aler; il lieve le visage en hault et regarde la belle Polixene, fille au roy Priant de Troie, qui estoit gouvernerresse des autres pucelles qui en la court le Dieu d’Amour demouroient et qui amoient par amours et baioient a amer. [212]  Cil escrie son enseingne et semont ses Mirmindonois, qui voirement estoient chevaliers de trop grant force; et la tous les Gregois estoient de son costé, fors seullement ceulz qui Flourimont conduisoit. [213]  Adonc se plunge dedens la bataille ainsi comme fait le faucon sur le malart. [214]  Le premier qu’il encontre n’a mestier de mire, ne le second. [215]  Quant il ot brisié sa lance, et autel firent ses chevaliers et compaingnons, ilz mistrent mains aux bonnes espees trenchanz et occient et abatent ce qu’ilz encontrent. [216]  Et bien peuent dire Jeloux que mal encontre ont le fort Aquilez, car il s’en va les rens cerchant; il porte en sa main la bonne espee: qui l’ataint un cop, n’en veult plus. [217]  Que vous yroye plus disant? [218]  En pou d’eure il fist tourner, la bataille arriere plus de quatre arpent. //
[C. 45v.]
 [219]  Lors dist l’empereur des Jaloux: «Il est temps de secourre nostre bataille». [220]  Si fist partir les autres conrois et ne retient que sa bataille pour secourre ses gens quant il en verroit le temps. [221]  La veissiés venir ces conrois qui estoient bien repposés, et se fierent si fellonneusement en la bataille que, au joindre des lances, on veist plus de .v.c destriers aler ça et la sans leur seingnour, car versez estoient en la bataille. [222]  La oïssiés gens braire que c’estoit une pitié a ce que les Amoureux s’estoient ja tant combatus que assés estoient lassez et moult y pristrent grant dommage, mais plus grant avoient fait a leurs ennemis. [223]  Lors couvint par force que les Jaloux reprenissent la place qu’ilz avoient guerpie.

[224]  Quant monseingneur Tristan le connestable voit la grant force de ses ennemis et il estoit ja auques passé midi, il s’en va au Dieu d’Amour et lui dist: «Sire, il est temps de secourir nostre bataille, car besoing ont noz gens. [225]  Et vous remaindrez atout vostre bataille, qui biens nous sarés aidier au besoing». [226]  Lors regarde la royne Yseud, qui voirement estoit si belle comme tesmoingne tout le monde, et semont ses chevaliers et amis et leur dist qu’il estoit temps de avoir honneur qui a honneur baioit. [227]  Si lui souvint de tant nobles princes et barons, et dez autres chevaliers de grant pris qui assés valent qui sont la, et de la grant honneur que le Dieu d’Amour lui a fait en ce qu’il l’a fait son connestable, dont il dist a soy mesmes qu’il mettra cuer et force pour faire parler de sa chevalerie. [228]  Adonc semont ceulz de Logres et / de Lionnois et de Irlande et ceulz de la Grant Bretaingne qui Amoureux estoient, et se adrece vers le plus fort de la bataille; son conroy le suit, entalentez de bien faire. [229]  Le premier qu’il encontre, il le fiert si angoisseusement qu’il le porte mort a la terre; autel fist il du second et du tiers. [230]  Si veissiés bien monstrer a ceulz de Logres et aux autres de sa compaingnie qui bien estoient apris en bataille et qui bien scevent armes porter. [231]  La veissiés le bon Tristan le brant ou poing, de quoy il se scet bien aidier: il fiert, abat et tue; s’il fait bien d’une part, ses gens le font bien de l’autre, et en petit termine est bien congneue sa prouesse et sa force et n’y a cellui qui le voye qui ne le doubt plus que le fouldre, et lui font voye, car trop le doubtent; et bien recognoit la grant honnour que le Dieu lui a fait tellement que le Dieu dira que voirement bon connestable a. [232]  Que vous yroie plus eslongnant? [233]  Par sa valeur et a l’aide de ces noblez roys et barons et chevaliers que nommé vous ay et autres que ne saroie nommer, il fist tant que, voulzissent ou non, il mist les conrois des Jaloux en la voye et ne pouoient plus endurer l’effort et la bonté des Amoureux. [234]  Quant le connestable voit que ses ennemis estoient telz atournez, il escrie: «Ferés, barons, car venue est l’eure!» et, quant les siens entendent sa parolle et voyent son bon portement, si prannent force et hardement et chascun s’efforce de bien faire, dont ilz faisoient si grant occision des Jaloux que a paine croirre se pourroit car desmesuree // perte y orent.

[235]  Quant l’empereur des Jaloux voit le contenement de sa bataille et que les siens avoient bien besoing de bonne aide, il semont ses princes et leur dist: «Seingneurs et amis, vous vees bien comment nous sommes ça assemblés tout le monde d’une part et d’autre et nous avons aucques droit, pour laquelle chose aurons la victoire selon bon droit. [236]  Et savés bien que il n’avint oncques heure de vengier nous de noz ennemis ainsi comme nous pouons en cestui point. [237]  Car je sçay bien qu’il n’est ja nul Amoureux ou monde qui ne soit au jour d’ui en ceste place, dont chascun de nous puet bien dire a certes que, puisqu’il est ainsi, il a devant ses yeulx ses ennemis. [238]  Et quant l’omme voit son ennemy en champ, il doit mectre cuer et force pour le grever et mectre au bas, en especial quant il a tel aide comme cy appert de tout le monde. [239]  Et ore est venue l’eure, se Dieu plaist, que nous serons asseurs de ceulz qui nous grevent tant, et par lesqueulx nous souffrons tantes painez; et chascun pense de bien faire». [240]  Lors escrie son enseingne et ceulz de sa bataille, qui voirement estoient hommes puissans et honnourés et de hault cuer et bien tendoient a la mortel haine qu’ilz portoient a leurs ennemis, lors dient tous a leur seingneur: «Or de bien ferir!»; ainsi s’en viennent poingnant vers la grant bataille.

[241]  En ce point advint que le Dieu d’Amour vit le contenement des Jaloux, et que leurs estendars et banieres mouvoient. [242]  Adoncques / dist aux siens: «Or de haster, car vees venir les enseingnez de noz ennemis qui tant devons haïr. [243]  Et bien poués savoir que ore sera la ajournee que nous les delivrerons pour tousdiz mais de noz ennemis, et qui ce puet faire, mains biens lui peuent suivre et jamais ne trouverons si bien le point, car je ne sçay cy personne en ma compaingnie qui ne tiengne s’amie en regart, non obstant que pou les prisent ces Jaloux failliz, dont il est bon de soy assurer de telle cause, et penson de bien faire». [244]  Lors dient tuit: «Sire Dieu, tu sces bien nostre fait et voulanté, car mieulz vouldrions mourir en champ que nostre grant valour ne leur soit monstree et leur orgueil abaissié du tout». [245]  La oïssiés tans instrumens sonner et tant confanons au vent croller et tans heaumez reluire et tans bons destriers mouvoir d’une part et d’autre qu’ilz faisoient tel tumulte que bien sembloit que la terre deust fondre dessoubz eulz, et ja n’est si dur cuer qui bien ne deust trembler, dont je vous dy que nul couart n’y avoit bonne place. [246]  La veissiés assembler a un coup le Dieu d’Amour d’une part et l’empereur des Jaloux d’autre en la grant bataille qui si pesme et cruelle estoit, car puis que Dieu le monde restora, ne fut fait tel occision des gens, ne telle bataille ne sera, car la moururent tans noblez princes et tans autres bons chevaliers et autres gens de toute sors que impossible seroit le raconter. [247]  Que vous diroye? [248]  Au ferir des deux bataillez derraines il y fu tel effroy des lances que n’en oïst pas Dieu tonnant car, a mon escient, il y fu rué a terre a celle empointe plus de .iiij.m chevaliers et escuiers, de quoy la greingneur partie morut, tant par les presses // [C. 46v] des chevaulx qui en la grant bataille estoient com des cops des lances et des espees.

[249]  Lors s’en vient le Dieu et fist de son glaive tant que fort seroit a raconter ne croirre. [250]  L’empereur, d’autre part, le fait si bien que en lui n’a que amender. [251]  Et se Jaloux fierent d’une part, ne me demandés mie que font Amoureux, car trop grievent leurs ennemis a leur pouoir. [252]  Au derrain, le Dieu d’Amour congnoist l’empereur des Jaloux, son ennemy mortel, cellui qu’il puet tant hair, et l’empereur recongnoist bien le Dieu d’Amour; si coururent l’un a l’autre, car lances orent bonnes qui ja leur furent donnees, car les autres furent brisees; si viennent a la plus grant aleure des bons destriers, qui bien furent les meillours de tout le monde et ja n’y avoit cellui des deux chevaulz qui bien ne vaulzist une cité. [253]  Et en leur venir menoient tel bruit que bien ressembloient tempeste ou fouldre et, au joindre des glaives, ilz se perçoirent escus et haubers et se fierent auques pres de la char nue, mais la bonté des haubers les garenti de mort. [254]  Et aprés le brisement des glaivez, ilz se heurtent de corps et de buz et de chevaulz tellement qu’ilz se portent a la terre si estourdis que merveillez fu que mors ne furent. [255]  Mais la grant force des deux seingneurs, qui voirement estoient les plus vaillans qui feussent en leur temps, leur faisoit porter ce que autre chevalier ne pourroit. [256]  Adonc sautent sus comme chevaliers et seingneurs de pris, et mettent leurs mains aux bonnes espees trenchans, et leurs grans targes devant eulz, et viennent l’un contre l’autre com font lyons mal entalentés, et tenoient leurs / espees en hault et bien font semblant de mortel haine, et l’un pense que, se il peust tant faire qu’il matast son ennemy, que bien lui seroit avenu et que fortune il seroit grandement debonnaire. [257]  A ce que pensoit l’un, voirement pensoit l’autre; donc se coururent sus comme lieppars. [258]  L’empereur des Jaloux fiert premierement le Dieu d’Amour sus le heaume un desmesuré coup et ne remaint ne par escu, ne par heaume, qu’il ne le fende jusques au bacinet et, se le cop ne feust estors, tout l’eust pourfendu. Helaz! En quel peril fu a cellui coup le fait de tous Amans! Helaz! Laz! Comment se peust tel dommage estre a nul jour restaurez, car tous Amans feussent esgarés et orfenins! Laz! Qui les eust amenistrés de doulz plaisirs et de deduiz et envoisurez que ce souverain seingneur les pourvoit? Laz! Maintes dames et pucellez et damoisellez piteusement encor en larmoient quant aucun en tient compte pour la grant doubte que elles ont que telle mescheance ne feust avenu. [259]  Et quant l’empereur des Jaloux ot fait le cop que oÿ avez, il dist en ramponant au Dieu d’Amours: «Mauvais seigneur des faulz qui ainsi honnissez de noz femmes, mal t’en yras gabant, tu et les tiens; en brief mourras de ceste espee».

[260]  Quant le Dieu d’Amour se voit tellement ramposner, il cuide bien perdre le sens. [261]  Lors li court sus, la bonne espee en hault, et le fiert de toute sa force, et li fent un grant quartier de l’escu et ne remaint ne par heaume, ne par bacinet, ne par coiffe qu’il // [C. 47r.] ne lui meist le trenchant de 1’espee jusquez au test, mais autre mal ne lui fist fors que d’estourdissement. [262]  Et quant l’empereur sent le desmesuré coup qui lui fut donné, il ne se pot tenir en estant, ainsi le couvient verser a la terre. [263]  La fut il voirement detenuz quant la bataille versa sur eulz, car chascun de sa partie faisoit son devoir de son seingneur aidier et monter. [264]  A celle rescousse y vindrent plus de cent mile combatans, que d’une part, que d’autre.

[265]  Boves, le conte de Antonne, un prince d’Angleterre, y fait merveillez de son corps. [266]  A celle rescourse vint Theseus, le bel conte de Flandrez, plus hardis que leopart, l’escu au col, la grosse lance ou Poing. [267]  La ou il apperçoit la greingneur presse, il baisse le glaive et voit ferir un conte de la compaingnie des Jaloux tellement qu’il le perce plus de demie aulne oultre et, mort, le tresbuche a terre. [268]  Quant sa lance fut brisiee, il escrie ses Flamans, qui bien haÿent les Jaloux; et on fist telle occision que ce seroit merveilles du croirre, car trop forment greverent Jaloux.

[269]  Theseus les vait requerant au brant, et ne me demandez mie se il est bien receuz, car ces Jaloux lui coururent sus a troppeaulz et moult le graverent, car trop grant yre ont du conte que Theseus leur ait mort, et nonpourtant il s’esvertue tant qu’il abati un des estendars qui en la grant bataille estoient et tua cellui qui le tenoit et le prist. [270]  Et lors un chevalier de hault pris lui escrie: «Certes Theseus, se vous en poués porter cel estendart un arpent loing, bien pourrés dire que vous estez / le meilleur chevalier du monde». [271]  Lors lui court sus, l’espee en hault entesee. [272]  Theseus ne l’espargne mie, ains s’entredonnent grans coups et puis s’entreprannent a bras, car l’un vouloit l’autre mettre sur le col de son destrier, et tant tirent ça et la que, par fin estonoir, les couvient tous deux verser a terre. [273]  Adonc sautent sus, les brans aprestés de grans coups donner. [274]  La commencent une bataille cruelle felonneuse que pitié estoit du veoir, car leurs espees estoient toutes taintes de leur sang. [275]  Et n’avoient plus ne heaume, ne escu qui grant deffence leur feist, et bien vous dy que ly un assés prisoit l’autre de bonne chevalerie et, se plus eussent enduré au chaple, il ne peust estre que en brief ou l’un, ou l’autre, ou par aventure tous deux ne feussent mors, car de trop grant force estoient tous deux.

[276]  Mez la vint un avenant secours et ce estoit le vieil Cassamus du Laris, et ot en sa compaingnie Porrus, le roy d’Inde, le filz Clarus l’Indoys, et fut cil que Alixandre, le fort roy, maria a la belle Phensonas, niepce Cassamus. [277]  Et si vint le Baudrain: cil fu cousin le dit Porrus, qui estoit Roy d’Auffrique, et Mercian, le bon roy de Perse qui oncles Pourrus estoit; et encores y vient Betiz et Gaudifer; ceulz furent hardis oultre mesure et nepveux estoient Cassamus, qui vint au secours atout ycelle compaingnie. [278]  Que vous diroye? [279]  Cassamus tua le chevalier qui tant donoit a faire a Theseus et le fist remonter. [280]  Lors fut la bataille renouvellee, car cil Cassamus, que on tenoit bien le plus vaillant viellart qui feust, faisoit forsenneries contre Jaloux. Et s’il // [C. 47v.] faisoit bien, ne me demandés mie que faisoient les cinq chevaliers que nommés vous ay, car voirement en eulz n’avoit que amender, et pou en y avoit en celle grant assemblee de meillours.

[281]  Quant le marquis Alleram vit le Dieu d’Amour en tel besoing come devisé vous ay, et il estoit en la grant presse a pié entre ses ennemis, que quant veoient que ne lui pouoient pis faire, ilz lui passoient sus atout leurs chevaulx, quant veoient que ne le pouoient avoir, tant le haïoient Jaloux, mez trop chier leur estoit venduz, car en present estoient detrenchiez par Amoureux, le marquis Alleram se haste pour venir aidier cellui par qui mains biens a eu et grant honnour car, ainsi comme il disoit a soy mesmes, «tous mes biens me sont venus par amours». [282]  Lors fiert et abat et tue pour rompre la grant presse et pour venir ou le Dieu d’Amour estoit. [283]  Adonc semont s’enseingne et ceux qu’il avoit en son conroy, c’estoient de Pymont et de Lombardie et de Ytalie. [284]  Sy leur dist: «Beaulz freres et amis, or du bien faire, car il est temps». [285]  Adonc, sanz autre delayement, se fiert en la grant presse et le premier qu’il encontre n’a mestier de mire, et brisa sa lance; autel firent ses compaingnons. [286]  Et se ainsi ne feust, ja ne se feussent plus aidiez de lancez par la desmesuree presse qui la estoit, car ilz estoient ainsi sarrés, et d’une part et d’autre ensemble, que qui versoit, neant estoit du relever se par desmesuree force non. [287]  La Alleram et sa compaingnie fierent, mehaingnent / et tuent sus ces Jaloux qu’ilz en font tel martire que pitié estoit a veoir a gens a qui l’affaire ne touchast, car ainsi les tuent comme bestes mues. [288]  Que vous diroye? [289]  Alleram fist tant en pou d’eure que sa grant force fut bien congneue, et plus le doubtent Jaloux que aloue esmerillon quant il la chace. [290]  Tant va Alleram rompant la presse qu’il vint la ou le Dieu faisoit l’aspre bataille avec l’empereur, qui moult estoient travailliez. [291]  Lors descendi de son destrier Alleram et dist au Dieu d’Amour; «Seingneur, toute la grant bataille verse sur vous. [292]  Montés, car trop estes cy perilleusement; et vostre grant bataille sera toute reconffortee de vous veoir, car grant temps a qu’ilz ne vous ont veu et assés ont grant doubte de vostre corps». [293]  Que vous diroye? [294]  Alleram, a l’aide des princez que devant vous ay nommés, fist remonter le Dieu d’Amours, mais ce fu a trop grant force; et d’autre part le Dieu ne vouloit, car il estoit si eschaufez de maltalant contre l’empereur des Jaloux auquel il se combatoit que de la ne se vouloit partir, ne par doubte de mort ne de prison, tant que sa bataille feust affinee, mais ce estoit impossible pour la grant multitude des Jaloux qui son seingnour venoient aidier au grant besoing.

[295]  Le Dieu monta sus le destrier Alleram et les autres barons faisoient leur devoir de Alleram remonter; mais ceulz qui avoient remonté l’empereur leur seingneur y estoient a si grant nombre et a tel effort que ne le laissoient plain // [C. 48r.] pié, ainz le grevoient malement, mais Alleram le marquis leur rendoit moult fier estour, et mains en occioit entour soy, mais du monter n’y avoit remede.

[296]  Quant le Dieu d’Amour voit son baron Alleram en tel besoing, il dist a ses subgis qui entour lui estoient, dont il en y avoit sanz nombre, car ja la meilleur partie des greingneurs estoient venus a ce secours, si dist: «Seingneurs, amis, or tost faitez que cellui qui a mis son corps pour le mien garentir soit rescoux». [297]  Lors escrie le Dieu son escri pour rebaudir ses hommes et dist hautement: «Amours, amours, amours!» [298]  Quant ses subgiez entendent leur seigneur, il n’y ot cellui a qui n’en doublast force et hardement. [299]  La veissiez a un coup venir Tristant, Lancelot, bel Paaris de Troye, Bovez de Antone, Florimont, Aquilez, Porrus l’Indoiz et autres princes, ainsi comme Theseus et autres, plus de cent barons qui menoient en leur compaingnie plus de .c.m telz chevaliers qui mieulx vouloient mourir que a honneur faillir. [300]  Sachiez de voir que la furent maintes ames dez corps dessevrees. [3011]  La vint le Baudrain, cellui qui voua au Paon d’oster l’espee au bon roy Alixandre en la forte bataille, et acompli son veu, dont je vous dy qu’il tua un hault baron des Jaloux qui Alleram tenoit par la ventaille; si lui tolli son destrier et le tendi a cellui qui en avoit tel besoing comme vous poués croirre. [302]  La fut remontés le marquis par la force de ceulz qui nommés vous ay. Mais voirement Bouves de Antonne y fist tant que a touzjours mais on puet faire compte de sa haute chevalerie; / dont je yous dy que a celle rescousse y morurent tant bons chevaliers et d’une part et d’autre que assés auront a plaindre Amoureux et Jaloux.

[303]  Les deux seingneurs furent montés sus haulz et nobles destriers et autres que sus les premiers, car ceux n’orent il mie a celle foys. [304]  Lors s’enfforce la bataille tellement que peussiés veoir le chapleys en cinq cens lieux des espeez a pié ça et la des gens qui estoient versez en la bataille, et tant se combatirent que la nuit obscure les depparti et qu’ilz ne savoient quelle part ferir; mais, a voir dire, l’effort que les Jaloux y avoient estoit greingneur que cellui des Amouroux, mais la grant bonté des barons que nommé vous ay et des autres Amouroux par commun faisoit tellement leur bataille maintenir que ce estoit merveillez, mais bien sachent tuit que cil Bovez, conte d’Antone, y fist tant par sa haulte chevalerie que mains Jaloux en furent mors et vaincus le jour, et bien ot emplé le Dieu d’Amour l’onneur qu’il faisoit a lui et a s’amie Juxiane, car il estoit de son conseil privé, et furent souvent jugiez, entre li et s’amie, les plus loyaulz amans que a la court le Dieu d’Amours reppairassent.

[305]  Quant la Deesse d’Amour et les autres dames qui tout le jour avoient regardé la cruelle bataille et felonneuse et le mortel chaple, et ne finoient de dueil faire pour la grant doubte de leurs amis, et quant la nuit fut venue, elles ne porent plus veoir leurs amis, bien cuident: de voir qu’ilz soient tous perduz. [306]  Lors pleurerent et regreterent le Dieu leur seingneur, // [C. 48v] et ensievant tous les autres, et ja n’est si dur cuer qui bien n’eust pitié de leurs complaintes. [307]  Entretant chascun se rettrait vers son logeiz, car plus ne pouoient faire et grant merveille estoit que tant avoient enduré. [308]  Quant les dames voient leurs amis reppairier de la bataille, chascune va contre le sien, mais trop grant nombre y failloit des Amoureux qui mors estoient, et celle qui pouoit le sien avoir, assés en gracioit Amours. [309]  Ainsi furent rettraites les deux grans bataillez chascune a son logeiz. [310]  Celle nuit trespassa assés angoisseuse; l’endemain chascun cerche son dueil et son plaisir. [311]  Et quant ilz apperceurent la grant perte des deux parties, si furent d’accort a faire treves par deux moys; en tant ilz feront garir les navrez et donront sepulture aux corps des mors. [312]  Ainsi fut fait, car la trieve fut prise. [313]  Lors chascun va cerchant ses amis pour leur faire honneur. [314]  Les roys et les barons de renom furent richement enterrés et plaint. [315]  Les autres furent ars ainsi comme il estoit acoustumé, car ce estoit la plus noble et necte sepulture que on peust donner a corps, ainsi comme scevent les pluseurs. [316]  Maint se accordent qu’en celle grant bataille la fu des occis bien .ij.c mile, que nobles chevaliers, escuiers et sergens sanz les princes, dont il y en morut bien cent; des empereurs et des roys de la partie des Amoureus en morut .x., et de la partie des Jaloux .xx. [317]  Les autres que nommé vous ay estoient des deux parties. [318]  Quant ce fut fait, chascune partie fist refforcier / son grant ost de bonnes brethesches et bons fossés, car bien voyent que trop est l’une partie et l’autre fort et que ce n’est mie legiere chose a vaincre en cellui point.

5

[1] Or dist li comptes que, quant vint le tiers jour aprés la grant bataille, et les navrés orent leurs playes bandees et apparaillees, et le champ fu aucques restorés, lors commanda le Dieu d’Amour sa grant court et royal a tenir, et commanda que tous ses princes y feussent, et la Deesse et ses dames. [2]  Ainsi fut fait; puis commanda que nul n’y feist dueil, ains feussent joyeux et liez; mais les damez qui avoient perdu leurs amis, il y avoit qui bien en monstroient assez couroux et autres qui n’en faisoient mie grant semblant et, par aventure, ce estoit pour leur sens, car ne vouloient mie monstrer leur couroux. [3]  La court fut grande et envoisie, car nulle ne fu, ne ja ne sera qui a celle se peust comparer. [4]  La furent servis au disner moult merveilleusement de maintes choses, car qui tout vouldroit rettraire, en especial // [C. 49r.] les envoisures c’on faisoit la aux entremez, trop y aroit a raconter. [5]  Et sachent tuit que la estoit un maistre d’ostel trop vaillant et de grant honnour tant en armes comme en honneurs et en amours. [6]  Cil fu esleu par le plus vaillant vieillart et plus gracieux en toutes choses qui feust la court le Dieu d’Amour; pour ce estoit il esleuz a tel office aux grans cours et festes que le Dieu d’Amour faisoit. [7] Dont sachiez que ce fut le vieil Cassamus du Laris, qui cousin germain fu Hector de Troye, et fu cellui par lequel fu fait le Veu du Paon a Epheson, dont tantes haultes chevaleriez furent acomplies; dont je vous dy que ce viellart savoit moult bien ce que a son office appartenoit. [8]  Tout le jour aprés disner entendirent a deduit, et quant vint sus le vespre, le Dieu commanda que la Deesse et ses dames donnassent le jugement lequel de ses subgiz avoit mieulz fait en la bataille et en avoit porté le pris.

[9]  Quant la Deesse et les dames entendent le commandement leur seigneur, assés en parlerent et debatirent, et mal s’en pouoient accorder, car chascune louoit son amy; mais au fort la Deesse et les autres par commun s’accordent que le connestable avoit eu le pris de la journee, car trop y endura paine et moult greva noz ennemis. [10]  Adonc viennent avant les heraulz et s’en vont par la court le Dieu criant communement: «Tout a vaincu le connestable!». [11]  Et en present il se met avant le roy des heraulz et monte sus un grant belfroy qui en la grant place estoit et commence sa crie en telle maniere: /
 

 «Il est voulanté et entencion

 De nostre Dieu de hault renom

 Que toute bonté de chevalerie

 Soit devant chascun publiee.

5C’est nostre sire puissant

 Qui n’a son per ou firmament

 Ne qui aye tel seingnourie,

 Et bien pert a cel compaingnie

 Et a son loz et a son honnour.

10C’est de toy, Dieu d’Amour,

 Et de la noble Deesse voirement

 Qui est conffort de tout amant.

 Icy pourray je raconter

 Du connestable au viz cler:

15C’est monseingneur Tristan de Lyonoiz,

 Qui s’est combatus tantes foiz.

 C’est Tristan, le noble, le beau et le bon

 Qui sejourna a la court du roy Pharamon:

 Ce fu le roy de Gaunez qui la estoit,

20Qui sa belle fille avoit

 Qui Gloriande fu nommee;

 Celle par force d’amour fut tuee,

 Car de Tristan s’enamoura

 Et d’une espee la se tua

25Quant elle vit que s’amour n’auroit

 Et que aussi son temps perdoit,

 Car Tristan ne se vouloit fausser

 Contre le roy qui le tenoit chier; //

 [C. 49v.] Par celle cause elle se tua

30Et son brachet lui envoya

 Quant Tristan en vit aler

 Pour fuir cel encombrer.

 C’est Tristan qui a conquis tans honnours

 Com scevent de voir plusours.

35Cist Cornuaille afranchy

 Par le fort Lamorat qu’il vainqui

 Quant il vint le treu querre

 De Irlande, celle vaillant terre.

 Mais en Irlande fu il en peril voirement,

40Quant il se baingnoit, par l’envenimement

 Et Yseud la Blonde lui fu garent

 Adonc du l’osche en l’espee trouvee

 Que fist Tristan en la meslee,

 La ou il va Lamorat tuer

45Et Cornuaille delivrer;

 Mais le roy Enghin par sa valour

 Le delivra de cel errour

 Et ne le voult la tuer

 Puis qu’en son hostel le voult mener.

50Cist en Yrlande le tournay vainqui

 Et Palamidez d’une espee desgarni,

 Qui se faisoit appeller

 Le Chevalier aux Deux Espees.

 Par le roy d’Yrlande enprist bataille

55Contre du roy Ban le linage,

 Et en vint a grant honnour,

 Ainsi comme scevent ly plusour,

 Par Blanor qu’il conquesta

 En celle bataille la

60A la court le roy Artus,

 Ou furent tant noblez roys et ducs,

 Mais oncques ne le voult tuer,

 Ainz fist Anguinz accorder

 De la traison c’on l’appelloit

65Et que Blanor sus lui mectoit.

 Cist conquist le Chastel de Plour

 Par sa force et par la beauté Ysoud, /

 Car par force Brunor il tua,

 Qui est sires du Chastel la,

70Et par la beauté Yseud il va tuer

 La Belle Geande, sa moulier;

 Ainsi le Chastel gaingna,

 Mais assés lui ennuya.

 Cist Brunot qu’ay nommé

75Fu pere du hault prince Galeot adés,

 Et la Geande fu sa mere voirement,

 Dont Galeot vint en present

 Pour son pere et sa mere vengier,

 Et se voult a Tristan mesler.

80Au derrain se furent accordant

 Et furent la male coustume ostant,

 Car cellui qui le Chastel gaingnoit,

 De la nul di il ne partoit

 Tant que un autre meillour chevalier

85Le peust par armes conquester,

 Et se il amenast une dame

 Qui fut de beauté souveraine

 A la dame du Chastel,

 Lors estoit morte la dame du Chastel

90Tristan vint une nuit tout quoy

 A sa dame sanz desroy,

 Dont Odret son cousin le gaita

 Pour le prendre voirement la;

 O lui ot .xx. chevalier

95Par ou roy Marc le mener.

 Quant Tristan en fu appercevant,

 Si les assailli tous en present,

 Dont maint il en tua

 Et les autres malmena;

100Ainsi il va eschapper

 Du Odret, fel chevalier.

 De devant le chastel Dinars

 Il rompi l’ost le roy Marc

 A l’aide de Dinars le Seneschal

105Et de monseigneur Bleobris, le bon vassal.

 De la la royne il enmena //

 [C. 50r.] De Cornuaille en Logrez la:

 Ce fu Yseud la Blonde

 En qui toute beauté habonde.

110A la Joyeuse Garde la fu menant

 Quant devant Artus il fu arivant;

 .Xij. de ses chevaliers meilleurs il abati la

 Quant il ne voult estre congneu la.

 Lors Lancelot vers lui voult jouster

115Pour ses compaingnons vengier,

 Mais quant Lancelot congneu l’a,

 A la Joieuse Garde l’enmena.

 Cist Tristan oÿ une fois rettraire

 Que bien .xl. chevalier deputaire

120Lancelot vouloient occire

 Et le mectre a grant martire.

 Adonc voirement la ala

 Entre lui et Dinadan, qui fu la,

 Dont eulz .ij. en vont mains tuer

125Et chacer et malmener;

 Ainsi les vont malbaillir

 Et tres malement honir,

 Car Tristan ne vouloit souffrir

 Que Lancelot deust mourir,

130Ainz vouloit prendre devant l’aventure

 Que Lancelot venist a cel laidure.

 C’est cil que le roy Aloel tant ama

 Et sa fille Yseud a femme li donna,

 Et Tristan, par sa tres grant valour,

135Le roy garenti de mainte grant doulour.

 Cil Aloel fu de la Petite Bretaingne roy

 Et la tint a grant conroy.

 Tristan va une fois arriver

 A une ysle sus la mer;

140La estoit un fort geant

 Qui la tenoit a grant tourment

 Car, quant aucun chevalier y arrivoit,

 En prison il le mectoit,

 Et Tristan y arriva

145Et adonc il l’emprisonna.

 Dont il advint a un jour /

 Que cil geant fu en baudour

 Pour son filz qu’il vouloit marier,

 Dont il voult faire excremier

150De une massue qu’il portoit

 Contre le prisons qu’il tenoit;

 Ainsi les fist tous venir

 Pour a soy excremoir.

 La mains bons chevaliers tenoit,

155Et en sa prison les malmenoit.

 Quant Tristan fut la venuz

 Et il tint le baston tortuz,

 Lors vont escremoir;

 Tristan le geant va ferir,

160Et un tel coup lui donna

 A descouvert de l’escu, la

 Sus la teste voirement

 Que a la terre la va ruant;

 Un autre coup lui donna,

165Adonc l’arme lui dessevra.

 Lors va l’isle donner

 A un sien compaing chevalier;

 Ainsi il va les chevaliers acquiter

 Et la terre delivrer.

170C’est le bon Tristan qui va tuer

 Les deux chevaliers qui deffendoient le passer

 Au pont que ilz gardoient,

 Et telle coustume maintenoient

 Que nul chevalier errant n’y pouoit passer

175Qui ne les couvenist jouster.

 Et se ces deux estoient abatuz,

 Un autre ses compains sailloit sus

 Qui la jouste commençoit

 Ainsi tant que a .x. duroit;

180Et se le chevalier errant estoit par nul abatuz,

 Il avoit ses armes et son cheval perduz

 Tant que trop fort estoit acomplir

 A .x. chevaliers desconffir;

 Dont Tristan les deux tua

185Et les .viij. deschevaucha.

 Puis heurta son destrier, //

 [C. 50v.] Si va vers les autres aler

 Qui le pas tousdis gardoient,

 Et bien .lx. la estoient

190Et, a l’aide de ses compaingnons,

 Les mist tous a destruccions,

 Ce fu le bon Chevalier a la Cote Mal Taillee,

 Qui fu si fier en meslee,

 Et monseingneur Guy de Lambelle et Yvain

195Qui furent de chevalerie plain,

 Cilz aloient en la compaingnie

 Du Chevalier a la Cote Mal Taillee,

 Lequel aloit pour faire bataille

 Contre Lancelot sanz faille

200Devant le duc d’Andeborg

 Par un sien frere qui a tort

 Un mectoit sus que voirement

 Il avoit occis un du linage le roy Bant,

 Et pour ceste telle quaison

205Estoit la telle tenson.

 Adonc il va a Tristan emprunter

 Ses armes pour soy conreer,

 Et quant Lancelot les armes vit,

 Il cuide a voirement e dist

210Que ce fut Tristan de Lionoiz

 Qu’il a honnourés tantes fois.

 La commença la hayne voirement

 Pour quoy se furent puis combatant

 A la Joieuse Garde sanz demourance,

215Quant Tristan n’en savoit nulle sentence.

 Quant Lancelot le vint trouver

 O ceulz qui moult ot chier,

 Ce furent Ector et Borse et Bleobliz

 Qui de chevalerie orent grant pris,

220Si se meslerent contre Tristan,

 Brunor le Noir et Dinadan

 Et Palamidez le puissant,

 Qui des armes pot tant.

 La furent ces .iiij. d’une part

225Et les autres .iiij. d’autre part; /

 La firent cruelle bataille.

 Quant le chevalier de la Joieuse Garde

 Congnut Ector a son contenement,

 Lors le fu a Tristan monstrant;

230Si lui dist que mal faisoit

 Quant contre li et son frere se combatoit.

 Quant Tristan l’entendi,

 Forment il en fu marri,

 Dont il va o Lancelot demander

235Pourquoy venoit tel encombrier,

 Car il estoit ainsi son amy

 Et ja ce ne lui avoit desservi.

 Et Lancelot li compte voirement

 Qu’il ot esté contre lui en champ

240Devant le duc de Audebourg

 Et de ce avoit eu grant tort,

 Mais Tristan s’en escusa

 Et la verité lui compta

 Comment il avoit ses armes presté

245A cil qu’il ot acompaingnié,

 Dont il estoit ygnorant

 Que Lancelot fut en present.

 Quant Lancelot ce entendi

 Bien lui pleut l’escuse de lui;

250Ainsi se furent accordant

 Et leur bataille lors laissant.

 A la Joieuse Garde s’en alerent,

 Et la un moys sejournerent

 A grant plaisir et a grant deduit

255Qui leur duroit jour et nuit.

 C’est le bon chevalier Tristant

 Qui fu aux armes cremus tant;

 Cil desconffist les .x. chevaliers au pons,

 Qui estoient mauvais et felons,

260Qui enprisonnoient les chevaliers errans

 Qui aloient aventures querans;

 Quant les pouoient mater

 En leur chastel les faisoient mener:

 La estoient mal venuz //

265[C. 51r.] Et cruellement receuz.

 Tristan tous deux les abati

 Devant Lancelot qui fu o lui;

 Lors il va de prison delivrer

 Ceulz qui faisoient moult a louer:

270Ce fu Yvain, filz au roy Huriens,

 Qui maintes chevaleriez fist en son temps,

 Et Sagremor le Derehez

 Qui ot en lui assez bontés;

 Le tiers fu Agrevains,

275Cil fu frere monseingneur Gauvainz.

 Lancelot et ceuz le vont mener

 A Chamalot pour festoier;

 La roy Artus moult l’onnoura

 Et Tristan de la Table Ronde ferma.

280C’est Tristan, le bon chevalier

 Qui fu aux armes si fier,

 Car un jour y chevauchoit

 Et par la Forest Perilleuse aloit;

 La il se va escontrer

285En bien .xxvj. chevalier

 Qui a la Fee Morgain estoient.

 Ces .ij. chevaliers de la Table Ronde menoient,

 Si les avoient pris et malbailliz

 Et les eussent en prison mis,

290Dont Tristan sus eulz heurta

 Et .vj. voirement en tua.

 Les autres mist a desconfiture,

 Dont il delivra ceulz de laidure;

 Et se aucun savoir vouloit

295Quellement ceulz on nommoit,

 L’un si fu Doudonnas le Sauvage

 Et Dinadans de bon vassellage.

 Cest Tristan moult puis ama,

 Car moult esbatant il estoit ja.

300Ne savez vous du bon Tristant

 Qu’a l’aide de Galat, le fort combatant,

 Et de Palamidez autressi,

 Qui fu chevalier moult hardi, /

 Il va desconfire voirement

305Helix le Roux, le combatant

 Qui tenoit en sa compaingnie

 Cent chevaliers soubz sa maistrie?

 Et si estoit en la forest

 Ou il avoit la son chastel;

310La enprisonnoit voirement

 Ceulz de la Table Reonde en present,

 Dont Tristan la meslee commença

 Et maintes en detrencha.

 Puis Galat le vint secourre

315Sanz aucune longue demeure,

 Et Palamidez voirement;

 La firent des armes tant

 Que tous cent furent mors et confonduz,

 Et Heliz y fu detenuz

320Par Palamidez, qui l’abati

 Et presque l’arme li tolli.

 Lors vont la male coustume oster:

 Si firent a Heliz jurer

 Que telle coustume la seroit

325Et que plus ne la tendroit.

 La vont de prison delivrer

 Lamorat de Gaunez, bon chevalier;

 Monseingnour Bliobliz y estoit aussi,

 Qui de chevalerie fut bien garni,

330Ces deux estoient enprisonnez

 Et par Heliz moult malmenez.

 Et bien sachent tuit voirement

 Que, se ceste coustume fut durant,

 Mout eust Heliz dommagiez

335Ceulz de la Table Ronde adez.

 Ceste coustume Heliz faisoit

 Pour un sien parent qui occis estoit

 Par ceulz de la Table Reonde voirement,

 Dont il en faisoit tel vengement.

340C’est le bon Tristan de Lionois,

 Qui se combati tantes fois;

 C’est cil qui va tuer et desconffire //

 [C. 51v.] Les chevaliers qui avoient tel yre

 A tous chevaliers errant

345Qui estoient reppairant:

 Ce furent les chevaliers Arpinauz,

 Un chastel moult fort et beaulz;

 La estoient bien .1. chevaliers

 Qui des armes estoient fiers,

350Dont Tristan les desconfi

 A l’aide qu’il ot en lui;

 Ce fu du bon Palamidez

 Et d’un autre chevalier adez;

 Cil fu de Lionois voirement

355Homme du bon Tristant.

 C’est le bon Tristant sanz faille

 Qui emprist la bataille

 Contre Lancelot, le puissant chevalier

 Qui fu des armes ainsi fier,

360Car Tristan voirement aidoit

 Le roy d’Yrlande, qui moult amoit;

 Cil fu pere Yseut la Blonde

 Qui n’ot plus belle en tout le monde.

 Lancelot aidoit le Roy de Norgalez

365Pour quoy furent les deux bataillez

 Ou se combatirent mains bons chevaliers

 Qui des armes estoient si fiers,

 Car ceulz du linage le roy Ban

 Y furent ou Lancelot aidant,

370Et mains autres chevaliers de pris

 Qui des armes furent si hardis.

 Ces Lancelot y mena,

 <>Meilleurs au monde n’avoit ja;

 Bien .xl. la en fu menant

375Et au roy de Norgalez estoient aidant,

 Que tous ses amis avoit aprestez

 Pour celle bataille adez.

 Le roy d’Irlande avoit

 Mains chevaliers qui assés prisoit,

380En especial le bon Tristan

 Qui en estour fu cremus tant,

 Et Palamidez ly hardi /

 Qui fu de chevalerie bien garni,

 Et ceulz de la Cote Mal Taillee

385Qui fu si dure meslee,

 Et son frere Dinadan,

 Le gracieux et hardi tant,

 Lamorat de Gaunes ensement

 En qui ot chevalerie tant

390Car, selon l’aage qu’il avoit,

 Meilleur chevalier en Bretaingne n’estoit,

 Et monseingneur Gariet, le frere Gauvain,

 Qui fu de chevalerie plain;

 Et Guy de Lambelle y estoit aussi,

395Et Herec le filz Lac aussi,

 Qui en son temps mains en mata

 Et mains honneurs y conquesta,

 Et bien d’autres, tant qu’ilz furent .l.,

 Mena Tristan a son aidance,

400Dont le roy d’Irlande moult s’esjoÿ

 Quant telle compaingnie vit en ly,

 Avec l’autre son mandement

 Qui la estoit en present,

 Et bien sachent tuit de voir

405Qu’en tout le monde, a dire voir,

 Ne fu meilleur chevalerie

 Que orent ces roys en leur partie.

 Lors la bataille commença,

 Qui fu cruelle et pesme la,

410Car ilz s’entreoccioient tellement

 Com bestez sanz avisement.

 Quant la bataille trespassa

 Par la nuit qui vint la,

 Lors orent mestier de repposer

415Plus que de combatre ne guerroier.

 Adonc le roy de Norgalez s’avisa

 Et au roy d’Irlande il manda

 Qu’il estoit trop grant dommage

 Quant tans chevaliers de vasselage

420S’estoient ainsi occiant

 Et que le monde estoit en empirant;

 Mais une chose lui mandoit:

 Que a lui combatre se vouloit

 Corps a corps tant seullement //

425Pour cel dommage estre ostant.

 Le roy d’Irlande a respondu

 Que trop estoit navré et feru

 Et ja n’en avoit pouoir

 De soy armer, a dire voir.

430Quant Tristan le roy entendi,

 Au roy dist adonques ainsi:

 «Sire roy, je vous diray

 Une chose que feray.

 Contre Lancelot me vueil mesler

435Et encontre lui en champ entrer

 Pour vostre querelle voirement,

 Mais que vous viengne a talent,

 Et ce soit en tel maniere:

 Se je le desconfiz au derriere,

440Que le roy de Norgales voirement

 Le chastel vous soit quictant,

 Et se je pers la bataille,

 Vous perdrés le chastel sanz faille».

 Le roy d’Irlande s’i accorda

445Et au roy de Norgales le manda.

 Quant Lancelot l’entendi,

 Assés grantment lui abeli;

 Dont le roy a Lancelot a ottroié

 Que la bataille et la meslé

450Soit en eulz deux sanz faille,

 Et bien plaist au deux la bataille,

 Ainsi se furent apprestant

 De leur bataille mener avant.

 Quant le roy Artus entendu a

455La male guerre qui fu la,

 Erraument y fist mander

 Un sien nepveu qu’il avoit chier,

 Ce fu monseingneur Gauvain, bon combatour

 Qui si bien feroit a l’estour;

460O lui bien deux cens chevaliers

 Pour les deux roys faire accorder.

 Cil de par Artus leur fu commandant /

 Que leur guerre remaingne atant

 Sur la poine d’avoir tolluz

465Les testes par dessus les buz;

 Si prist le chastel a la main du roy

 Et toute la cause mist sur soy.

 Cil fera raison a chascun

 Et fera droit par commun.

470Gauvain va moult Tristan et Lancelot blasmer

 Et moult laidengier et parler

 Pour ce qu’ainsi souloient estre amis

 Et que orent celle bataille entrepris.

 Celle bataille il rompy,

475Ainsi les deux chevaliers depparti;

 Et Tristan telle haine avoit

 Car il dire oÿ avoit

 Que Lancelot avoit parlé contre lui villainement

 Quant de la Joieuse Garde fu partant.

480Cil est le bon Tristant,

 Qui fist de chevalerie tant

 Ainsi souvent son corps assembler

 A Galat, fort chevalier,

 Et aux autres tous de la Table Ronde

485Dont je ne sçay ja le compte.

 De Loserp, le fort tournoiement,

 Les deux jours il fu vainquant

 Devant le fort roy Artus

 Qui la estoit fer vestuz,

490Et o lui tous les roys de son domine

 En celle place, en tel termine,

 Car une partie estoit d’une part

 Et l’autre de l’autre part,

 Dont il fu tout vainquant

495Et y malmena assés de gent.

 Assés autres bontés et chevaleries fist

 Que cy ne seront en escript

 Pour non ennnoier a la gent

 De si loingtain parlement.

500Mais de nostre bataille devant hyer

 Nul ne la doit ja oublier //

 [C. 52v.] Car ainsi comme scevent la gent,

 Il en ot le pris voirement;

 Et si y va tellement ouvrer

505Que le Dieu ne le doit oublier,

 Et la Deesse et les dames se vont accordant

 Qu’en la bataille fu le mieulz faisant».

6

[1] Quant le herault ot finé sa parolle et sa crie, si vindrent quatre des plus grans et nobles dames de la court, dont il en y avoit sans nombre et ont presenté a monseingneur Tristan le connestable un chappel de roses que la noble Deesse lui envoioit en signe de victoire et de honnour, et le pristrent par la main et le menerent seoir de costé la Deesse et ainsi fut fait de s’amie, la royne de Cornuaille. [2]  Dont il advint que la Deesse le baisa pour li plus honnourer, mais, a voir dire, Monseingneur Tristan estoit tant honteux des choses qu’il avoit oÿ que le heraut avoit dit que ce estoit merveillez. [3]  Et bien poués savoir la joie et la feste de Yseud quant elle voit son amy en si haute dignité, mais qui aye joye ne plaisir. Palamidez, le bon chevalier, muert de dueil de l’onneur / qu’il voit a monseigneur Tristan, et car il a oÿ parler de l’espee qu’il lui tolli, et qu’il a perdu le nom de Chevalier au Deux Espees par Tristan qui tant doit haïr, et voit Yseud, pour laquelle il muert, qui avoit oÿ toutes ces parolles, et lors lui en double son dueil, et maudist l’eure qu’il fut né. [4]  Que vous diroye? [5]  La feste et la rage commence par leanz que c’estoit merveillez, et dura tant pres du jour et mains jours aprés sanz nul deffinement.

[6]  L’endemain a l’eure de midi, quant la court estoit en tel deduit, la advint un plait assés pour petite cause, ainsi comme disoient maintes dames, dont toute la court entendi a oïr que ce seroit, car Paaris de Troye s’aloit deduisant par devers les dames, si vit un roy de Grece qui estoit assis de costé une damoiselle. [7] Cil estoit appellés Dyomedez, qui a merveillez estoit bon chevalier et hardi et qui fist tantes batailles devant Troye. [8]  Cellui fut filz Thideus, par qui Thebes, la cité noble et bonne, fut destruite et mains regnes gastés tant qu’il s’en parlera jusques a la fin du monde. [9]  Cil Dyomedes estoit un des greingneurs princes de Grece qui furent au grant siege de Troye la grant, qui .x. ans dura; et fu cellui qui secouru tantes fois les siens au grant besoing; et fu cellui qui tua aux Troyens mains haulz hommez et chevaliers de grant pris, et tua le Segetaire qui estoit en Troye et yssoit aux grans batailles; si estoit demy homme et demy cheval, et dommagoit et faisoit terrible martire des Gregoys. [10]  Cil Segetaire une foiz desconffist tout l’ost de Grece a l’aide des // [C. 53r.] siens; dont, ainsi comme je vous ay dit, Dyomedez le tua. [11]  Et tua Serpendon, le bon roy de Perse qui tant pouoit d’armes et tant ot de hardement. [12]  Dont je vous dy que Dyomedes estoit assis de costé s’amie, ce estoit Brexis de Troye, la fille au vieil Carcas qui evesque de la loy estoit. [13]  Cellui Carcas fu cellui a qui les dieux commanderent que il ne retournast dedens Troie, car elle seroit destruite dedens .x. ans; si s’en ala veoir les Gregoys en leur ost et guerpi sa cité et ne retourna point a Priam le roy de Troye faire sa responce.

[14]  Quant Paaris vit celle dame en la court le Dieu, il ne fist autre delayement, ainz s’en va vers le Dieu et s’agenoulle devant sa majesté et commence son compte tellement: «Seingneur tres redoubté, je sui de ton hostel ainsi comme il te plaist que je en soye; je ayme l’onnour de toy ainsi comme subgiz doit amer l’onneur son seingneur; et pour quoy je ne pourroye souffrir nullement ta honte ne de ton hostel, car je ay trouvé une chose ceanz pour quoy ton hostel est trop empiriez, et te vueil noncier pour ton honneur, car je suis tenus de le faire». [15]  Quant le Dieu l’entend, il est tous esmerveillé; si lui dist: «Amis, dites en present vostre vouloir». [16]  Quant Paaris entent le commandement son seingneur le Dieu, il dist telles parollez comme orrés en present, et la chascun entendoit a oïr le debat des deux princez. [17]  «Tres redoubté sires, il est vray que je ay trouvé une damoiselle qui est rebelle d’amours, donc, si te plaist, fay la venir en present / et je diray devant toy et la Deesse et devant tout ton bernage toute la verité». [18]  Que vous diroye? [19]  Ainsi fut fait. [20]  Et maintenant la damoiselle fut mandee et fut devant le Dieu et la Deesse toute esperdue, car encore n’estoit elle venue aussi avant que le Dieu lui eust riens demandé. [21]  Et quant Dyomedes voit s’amie aler celle part, si li chiet au cuer aucune male pensee par le semblant qu’il vit a Paaris faire, et lors s’en vait celle part pour savoir que ce seroit. [22]  Dont il advint que le Dieu commanda que Paaris parlast. [23]  Lors commença Paaris sa raison et dist: «Seingneur, que je tant aym, il est ainsi que ceste damoiselle, qui cy est, fut nee en ma terre et nourrie, c’est Troye la Grant, et fut fille a l’evesque de nostre loy. [24]  Ceste ama par amours mon frere Trolus, et il de tout son cuer. [25]  Cil Trolus fu si bon chevalier et fist tantes chevaleries comme tout le monde scet, et fu des plus beaulz et acomplis de toutes graces que nul chevalier qui au monde feust. [26]  Dont il advint que ceste male qui cy est, la nuit que elle avoit geu a joye o lui et qu’elle se devoit partir de Troye le bien matin, elle lui jura et promist de estre sa loyale amie et de non jamais avoir autre amy, et mon frere lui promist autel et plus. [27]  Dont ilz se partirent a grans pleurs et souspirs l’un de l’autre, ainsi comme gens qui font semblant de soy amer assés merveilleusement. [28]  Lors mon frere lui donna ses joyaulz, qu’elle prist tout en plourant. [29]  Sur ce, elle l’acola et baisa; lors se deppartirent d’ensemble. [30]  Dont il advint en present que la se parti de Troye et, devant qu’elle // [C. 53v.] feust a l’ost des Gregoys, elle fist un autre amy, lequel est Dyomedes que je voy cy, et luy donna un annellet que mon fre[re] lui ot donné cellui main. [31]  Dont je dy que elle est rebelle d’amours et piz, car elle fist perdre tel chevalier comme estoit Trolus mon frere, qui voirement te seroit aussi bien seant en ta court et en ta bataille comme chevalier qui cy soit habitant. [32]  Et pour ce desperance que mon frere ot quant ceste l’ot ainsi trichié, il renoya toy et toutes amours, pour quoi je dy que tu l’as perdu, et que ceste menterresse n’est digne de estre en ta court».

[33]  Quant le Dieu entent qu’il a perdu tel chevalier comme Trolus estoit qui ot si grant renom, il est trop yrés, car en cellui point en aroit il bien besoing, et ne dist plus; mais il voit que la dame est tant esperdue que elle ne scet que dire. [34]  Lors dist le Dieu se elle avoit nullui qui por lui parlast; et quant Dyomedes entent ce, il saute avant et dist: Seingneur redoubté, je ne sçay que Paaris dist ne dira, mais se il veult dire que Brexis m’amie ne soit digne de estre en ton hostel et que elle soit rebelle d’amour, je dy que, sauve l’onnour de ta haulte majesté et de ta noble compaingnie, il ment, et lui prouveram en ta presence, et le feray recreant». [35]  Lors giette sus gage. [36]  Quant bel Paaris voit comment Dyomedes parolle, il prent le gaige hardiement et de bon cuer et gette sus le sien. [37]  Tous les haulz princes et ensievant tous les oÿoient tel plait, mais nul n’osoit mot parler pour la vie perdre, non obstant que grant partie feust en la court le Dieu, car assez y estoient enparentés et assés amis y eussent trouvé l’une / partie et l’autre.

[38]  Quant le Dieu voit lez deux barons ainsi entalentez de bataille, si dist: «Souffrez vous, car je vueil la damoiselle oïr parler». [39]  Si lui fu commandé de par la Deesse que elle dist sa raison sanz point mentir; adonqez Brexis parolle en telle maniere: «Seingneur puissant et sans et vous, ma redoubtee dame, il est vray que devant tel seingneur on ne doit point mentir. [40]  Il advint par male destinee que mon pere Calcas estoit evesque de la loy, dont nostre roy Priam l’envoia en l’isle de Bellidez pour savoir quelle response aroient Gregoys de leur emprise contre Troye, et quelle response lui feroient les dieux de nostre fait. [41]  Si advint que les dieux lui distrent la destruccion de Troye et lui deffendirent qu’il n’en entrast en Troye, mes demourast avec les Gregois, de quoy mon pere fu malement yrés et assés en ot dolours, mais touteffois il fist les commandemens les dieux. [42]  Si advint que //[C. 54r.] les seingneurs de Grece manderent a Priam, le roy de Troye, a la requeste de mon pere, que je feusse avec mon pere, qui n’avoit autre enfant que moy. [43]  Priam s’i accorda et me commanda que je alasse a mon pere; ce faisoie je trop enviz, car je partoie de mes amis et de ma nature, mais bel m’estoit pour mon pere, car je savoie la haine que chascun lui portoit. [44]  Ainsi me ordonnay de partir l’endemain en compaignie des barons de Grece, qui a grant honneur me menerent. [45]  Et voir fu que je avoie un amy qui moult faisoit a louer car, a mon escient, je ne vis oncques raconter de plus hardi ne de plus fort chevalier de lui, ne qui plus feust cremus en estour, et bien le monstroit aux fortes batailles qu’il fist, et voirement il ne valoit moins de riens que son frere Hector le fort, et plus bel estoit il. [46]  Cellui amoye je de tout mon cuer entretant que je fuz a Troie, et fut vray qu’il me promist s’amour au deppartir, et jura, et je lui fiz autretel, et que ja ne lui seroie faussee. [47]  Lors me parti de lui tant doutante que nulle plus; dont il advint que Dyomedes, qui cy est, me conduisoit entre lui et Blixes le Sage, et en alant cilz Diomedez me requist premierement d’amours, dont je lui ottroiay m’amour et lui donnay l’annel que Trolus m’ot donné celle matinee, dont il me vint au cuer que je meffaisoie vers Trolus, mais je disoie en mon cuer que, puisque je ne le pouoie plus veoir, mieulz m’estoit avoir aucun qui me conffortast en estrange terre que estre seule et esgaree sanz amy, et souvent aroye a desplaisir que Trolus ne me confforteroit mie, dont, se je faisoie tel amy comme est Dyomedes, que je vy jolis, pour moy deduire et passer le temps, nul ne le devroit tenir a mal».

[48]  Quant le Dieu et la Deesse ont entendu le dit Brexis, la fille Calcaz, le Dieu prist le fait de Paaris et de Dyomedes de leur bataille sur soy et dist qu’il ara son adviz comme ses barons et subgiez et sages, dont je vous dy que sa court en estoit tres bien garnie, car bon conseil de haulte clergie avoit il voirement, tant de canon comme de civil; et sçay bien que ou monde n’avoit point de meilleur, car je oÿ parler et rettraire une grant partie des plus sages hommes qui au monde feussent, furent Amouroux, sens le conseil de ses barons, dont il en y avoit tant et si sages que impossible seroit de le dire. [49]  Pluseurs jours en tindrent grant parlement et en debatirent d’une maniere et d’autre; au derrain ilz s’accorderent que la il n’y avoit point de gage pour pluseurs causes. [50]  Du fait de Brexis assés en fu debatu diversement, mais au derrain le Dieu le remist a la Deesse, car de ses femmes estoit. [51]  Dont le Dieu fu en son pontifical et la Deesse, et devant toute sa court la Deesse donna la sentence contre Brexis, car le Dieu ne s’en feust entremis comme dit vous ay, ne la Deesse des hommes; dont elle dist tellement:
 

 «O tu, Brexis de Troye, qui fuz amee des t’enfance

 De Trolus, bon chevalier et de haute renommance,

 T’amour tu lui juras a vostre despartance //

4[C. 54v.] Et il la seue te promist sans nulle desleance;

 Ce main tu l’oubliaz sanz nulle remembrance,

 L’annel Trolus lui donnaz, que ja ne mis tardance;

 Dont mes dames honiz par ta male mescheance:

8Dehors ma court te baniz sanz nulle arrestance».
 

[1a] Quant la sentence fut donnee, la dame fut prise et chacee hors la court le Dieu d’Amour assez villainement pour sa grant desloiauté.

[2a] Que vous diroye? [3a] Dyomedes en fut tant doulent que presqu’il n’en morut de dueil, car trop grant pitié avoit de s’amie qui estoit tel atournee comme devisié vous ay, et maintenant dist; «Brexis, que bien est – hela! – esageree!». [4a] Mais Dyomedes n’en ose plus faire semblant. [5a] Entretant que les trieves durerent, la greingneur partie des malades d’une partie et d’autre garirent; ainsi passerent celles trieves a joye et a desplaisir.

7

[1] Ci endroit dist li comptes que, quant les treves furent failliez, chascun pense pour sa partie de bien faire a l’endemain, car chascun fauldra a l’estour pour grever son ennemy a son pouoir. / [2]  Il advint que le Dieu commanda a monseingneur Lancelot du Lac l’espee et lui commanda la charge de la bataille et le fist son connestable, ainsi comme il avoit monseingneur Tristan a l’autre bataille, car il veult que chascun aye part en l’onneur. [3]  L’endemain, devant l’ajournement, le Dieu d’Amour et ses conrois furent ou champ, mais il n’y ordonna que .x. conrois. [4]  Et l’empereur des Jaloux en ordonna de sa partie autant ou plus. [5]  Et quant vint que le jour fut bel et cler, lors oïssiés instrumens en tantes manieres sonner et tel tumulte faire que on n’oïst pas Dieu tonnant. [6]  Adonc se courent .iiij. conrois sus, deux de chascune partie, et au joindre des glevez se fierent si durement que plus de mile lances y furent brisees. [7] Lors veissiés chevaliers tresbuchier, car Florimont conduisoit l’un des conroys et Jeson, de quoy je vous ay parlé, cellui qui conquist l’Aurum Veluz, conduisoit l’autre conroy des Amoureux. [8]  Cilz faisoient rage; ilz tuent et confondent et abatent tout ce que leur vient de devant. [9]  Adonc dist un roy des Jaloux a un autre sien compaignon qui roy estoit aussi; «Se ces .ij. vivent plus, honiz sommez. Ferez l’un, et je ferray l’autre». [10]  En present lassent encore ceulz qui bien les apperceurent venir sur eulz, et ne les reffusent; ainz vont vers eulz, et bien semblent vent. [11]  Si advint que Florimont cheÿ, et lui et son destrier, car desmesuré coup lui donna ce Jaloux. [12]  Et Jeson fiert si durement l’autre qu’il le porte a la terre assés de Florimont. [13]  Si veissiez la ba//taille [C. 55r.] enforcier, car vouloit secourir Flourimont, et l’autre roy vouloit secourir compaingnon que Jason avoit abatu. [14]  Lors vint Tristan et Paaris o ceulz de Logrez, de Perse et de Turquie, et si fierent si au plus fort de la bataille que ce estoit merveillez. [15]  La font rages de leurs corps, et ensement font leurs gens. [16]  La veissiez mortel estour. [17]  Adonc avint que Flourimont tua le roy que Jason lui avoit rué a terre prez, mais maintes colees receust devant. [18]  La presse estoit la telle que ja ne puoit remonter Florimont; ainz y souffroit grant paine, mais, a la pointe que firent Paaris et Tristan, fu rescoux et remonté Florimont; et voirement l’eussent mort se a cel point ces .ij. barons n’y feussent si tost venus. [19]  Lors veissiez venir quatre conrois des Jaloux qui conduisoient .iiij. roys de grant pris, et se fierent tellement en l’estour c’on peust oïr la noise des lances de demie lieue loing, et bien monstrent que ce sont baronz de hault pris, et pert bien la grant haine qu’ilz ont vers Amoureux, et tant font que, par fin estovoir, ilz font ressortir les Amoureux plus de un arpent, car trop grant occision en firent.

[20]  Quant Aquilez voit les siens tellement mener, il dist au connestable: «Sire, je n’attendray plus». [21]  Monseingneur Lancelot dist: «Alez, car il n’est mie temps que je y aille encor tant que la bataille soit plus enfforcee». Lors semont ses Mirmindonoiz et ceulz de Grece et crie son enseingne et vait come / baron de hault cuer; le premier qu’il encontre n’a besoing de mire; autel fist il du second et du tiers. [22]  S’il fait bien, ne me demandés mie de ses gens, car trop vigueureusement se contenoient. [23]  Quant Aquilez ot brisié sa lance, il met la main a la bonne espee et fiert et occist et detranche hommes et chevaulx, quanqu’il consuet est tout alés. [24]  Que vous diroye? [25]  Il est plus cremuz que fouldre. [26]  Adonc commencent a guerpir place Jaloux, car trop fait a redoubter Aquilez.

[27]  Quant l’empereur des Jaloux voit que on apportoit le roy sur son escu, que Florimont ot occis, et autres deux, que l’un ot occis Tristan et l’autre Paaris, et voit ses gens tel atournez, il cuide bien perdre le sens. [28]  Lors semont s’enseingne et se muet, et lui et tous ses conrois. [29]  Quant monseingneur Lancelot le connestable voit le fait, il le monstre le Dieu et lui dist: «Sire, vees venir l’empereur et ses conroys. Je iray, car il est temps, et vous nous secourrés quant il est besoing». Lors heurta et s’en va. [30]  Le Dieu dist a ses gens: «Je voy tel effors de gens qui viennent sus nostre bataille qui ne le pourroient endurer, car trop sont travaillez». [31]  Lors semont ses barons et s’enseingne et s’en vient le bel pas par devers la grant bataille pour ses subgiz aidier. [32]  Le connestable, qui estoit devant atout ceulz de Gaunes et avoit en son conroy tous les oultremontains que encor nommés ne sont, dont je vous dy que ceuz de Gaunez, qui ores est appellé France, que c’estoient gens plains de grans jolivetez et de grant buffois et mieulz vouldroient mourir que a honneur et a amour faillir, dont le connestable les admonnestoit de bien faire, la ne firent autre delayement, ainz se fierent tellement en la bataille que // [C. 55v.] a plus de mile firent perdre la vie, et bien pouoient dire Jaloux que malencontre ont en ceulz de Gaunez. [33]  Le Dieu d’Amour ne fist autre delayement, ainz se fiert en la grant bataille, qui si fiere estoit, et l’empereur d’autre part moult dommagoit noz gens tant que c’estoit terribleté; ainsi furent tous les conrois en un. [34]  La oïssiés tel rumour et tel tempeste que on n’oïst pas Dieu tonnant car, au joindre des deux barons, ilz furent occis telz .iij.m que jamais releveront. [35]  A ce point veissiés si dure bataille que oncques ne sera sa pareille.

[36]  Le Dieu avoit ordonné deux conrois qui ne gardoient fors seullement a l’empereur et a son estendart et moult mettoient paine de le honnir. [37]  Si advint que, quant l’estour fu si plenier, comme je vous devis, que monseingneur Lancelot dist a soy mesmes que, s’il ne fait tellement c’on parle de sa haute chevalerie, qu’il ne quiert plus vivre, car trop l’a honnouré le Dieu d’Amour a ce qu’il l’a fait son connestable et l’a mis gouverneur aussi comme de tout le monde. [38]  Lors semont ceulz de Gaunes et s’en vait rompant la presse tellement comme fait le loup les brebis, car il va tuant et abatant Jaloux comme se ce feussent bestes mues. [39]  Ne me demandez mie s’il est doubtez, car il rue chevaulz a terre et arrache heaumes de testes, et en pou d’eure fu congnue sa prouece, et fait tant qu’il vint a l’estendart de ses ennemiz et a force tua cellui qui le tenoit et prist l’estendart; mais un hault chevalier, qui desmesuree force avoit et n’estoit ja mendres que jayant, li vint a l’encontre et le fiert si durement qu’il le porte a la terre, et lui et son destrier. [40]  Cil sault sus comme vassal aduré, la bonne espee / ou poing et se deffent en guise de lyon. [41]  La veissiez la bataille enforcier, car a sa rescousse y vint le Dieu, Tristan, Paris, Florimont, Aquilez, Bovez de Antone et Porrus et le Baudrain, et plus de cent mile chevaliers fer vestuz qui vindrent la. [42]  Si vint Theseus o les Allemanz qui estoient de son conroy aussi comme les Flamens estoient. [43]  Et bien sachiez que en celle grant place n’avoit ja gens plus jolis ne plus amoureux que ces Allemans estoient, et voirement bien monstroient la grant hayne qu’ilz portoient aux Jaloux, car nul n’en eussent pris a merci; ains les decoppoient sanz pitié.

[44]  De l’autre part vint l’empereur des Jaloux o tout son effort et, a voir dire, ilz estoient trop plus sans comparaison que noz gens n’estoient. [45]  Adonc veissiés rustes coups donner, car ces barons que je vous ay nommez faisoient tant de leurs corps que ce seroit impossible de le croirre. [46]  Le vieil Cassamus y fist merveilles d’armez, car il rescoy un conte des Amoureux que ces Jaloux tenoient hors de la presse et hony l’eussent. [47]  Bovez de Antone y fist merveillez, car pou se pouoient tenir a son grant effors. [48]  Alleram vy je, qui avoit tué un roy des Jaloux, dont il en ot moult a souffrir, car maintes grans colees y receust et maintes foys fu en peril de mort. [49]  Ainsi estoit la bataille pleniere et si cruelle que pitié estoit de la veoir. [50]  Et tant font Amoureux par fine force qu’ilz vindrent au lieu ou le connestable se combatoit, qui avoit occis plus de .xx., que chevaliers, que sergens. [51]  La estoit a // [C. 56r.] pié et monstroit trop fiere contenance, car il faisoit des corps des mors paliz. [52]  Ceulz de Gaules qui de son conroy estoient, c’estoient François, voient leur connestable a tel besoing; si dient que mieux ayment mourir que leur connestable ne soit rescoux et remontés. [53]  Lors heurtent et se habandonnent et font tellement que, voulzissent ou non Jaloux, monseingneur Lancelot fut remontés, mais ce fu a trop grant paine, car a mains Françoys y couvint perdre la vie; touteffois les Jaloux repristrent l’estendart que le connestable avoit abatu. [54]  Et lors enfforce la bataille, car les Amoureux a leur pouoir deffendoient qu’ilz ne le peussent ravoir.

[55]  Lors disoit le Dieu d’Amour: «Seigneurs, barons et amis, or du bien faire car, se nous nous voulons efforcier un pou, nous les mettrons assés legierement en la voye a ce que nous leur avons occis tant de leurs roys et autres hommes de pris». [56]  Adonc fait sonner un corn d’oliffant pour ses subgis esbaudir. [57]  Quant les Amoureux entendent le corn leur seigneur et le bon admonnestement de lui, car le Dieu leur disoit que l’eure estoit venue de soy afranchir de tantes jalousiez «comme ces failliz nous monstrent tous les jours, et en pou d’eure les arons honiz», adonc s’efforcent et esvertuent Amoureux, et fierent et tuent et font tant que en pou d’eure ilz les ruserent hors du champ plus de cinq arpent; donc les Jaloux orent desmesuree perte qui ja ne sera restauree. /

[58]  La veissiés l’empereur des Jaloux qui aloit toudiz adés ou front de la bataille, adez ou millieu, adés ça, adez la, et cerchoit les rengs; cest voirement faisoit rage de son corps, car a mains Amoureux osta la vie ce jour et a bon droit le doivent bien hair Amoureux. [59]  Cil aloit les siens, reconffortant et les admonnestoit de bien faire en disant: «Seingneurs, freres et amis, que pensés vous a faire? A nom Dieu, se nous ne prenons autre conseil que de tourner les doz a noz ennemis, mal nous vendront leur hayne et trop chiere, car bien savez que a nous ne chault esperer en reançon ne en piegez, mais tout nostre reconffort soit en noz proeces et en noz bonnes espees. [60]  Ja voy je cy tans bons chevaliers et haulz hommes assemblez, qui de si grant cuer sont, et sont en ceste place venuz de si loingtain pays pour monstrer leur couroux a noz ennemis; et maintenant qui est le temps et l’eure que jamais si belle ne fu, que ne faites vous le semblant?». [61]  Adonc escrie s’enseingne. [62]  Ses barons pristrent cuer et force et le firent trop bien, et a cellui point rescouirent .vj. des meilleurs capitains qui feussent en leur compaingnie, que les Amoureux traynoient hors des presses et les eussent voirement livrés a grant martire, car nul ne pourroit dire la desmesuree hayne qui estoit de l’une partie a l’autre, et encor dure.

[63]  La nuit vint qui les depparti. [64]  L’endemain a l’ajourner oïssiez trompes, cors festeaux, buisines, tabours et autres divers instrumens sonner et tant c’on ne pouoit autre oïr. // [C. 56v.] [65]  Lors veissiés Amoureux d’une part et Jalous d’autre courre aux armes et venir au champs sanz ordonnance aussi comme gens sans mesure, et bien paroient enragiez. [66]  La maintenoient le chaple tout le jour. [67]  La veissiés la mortel hayne croistre et multiplier car, devant la fin de celle mortel bataille ne que trievez y feussent prisez, y morurent plus d’un million de chevaliers, escuiers et sergens, sanz les seingneurs, dont il en y ot tant qui morurent par leurs amours et furent navrés que je ne saroie dire le conte. [68]  Et avint que en celle maniere se combatirent deux moys tous entiers sanz finer. [69]  Et au derrain, la puantise y estoit telle c’on n’y puoit plus durer ne assembler fors que sus les corps des hommes mors et des chevaulz, dont nulle des partiez ne pot oncques estre desconffite ne gettee de la place. [70]  Lors couvint par force faire trieves a l’une partie et a l’autre.

[71]  Quant les trieves furent prises, chascune partie cercha ses amis ou champ; ses princes furent enterrés et regrettés haultement, les autres furent tous ars et les corps des chevaulz ensement pour la place nectoier; mais le Dieu y perdi grandement de ses subgiez et a mains perilz fu de son corps, mais Boves de Antonne, qui a la garde de son corps estoit, moult y valut; des meilleurs de ses subgiz et de ses barons y furent forment navrez, mesmement Lancelot et Aquilez, qui furent tel atournez qu’ilz ne porterent armes de deux moys, et tant durerent les trievez. [72]  Palamides le paain, puis qu’il oÿ l’onneur que on fist a monseingneur Tristan a l’autre fois, / il en ot tel yre qu’il ne voult puis prendre armes, de quoy il fut bien blasmez, mais plus n’en fist a celle foys.

[73]  Entrementiers que les trieves duroient, chascun pense de soy faire aaisier et garir, car grant besoing a homme qui est malaisié de estre en recreacion de cuer. [74]  Ainsi passoient leur temps l’une partie et l’autre, que a plaisir, que a couroux.

[75]  Ci endroit dist ly comptes que, aprés la grant bataille qui si mortel et si cruelle fu, quant les Amoureux furent aucquez assouagiez de leurs playes et les dames orent fait aucun semblant de leurs amis qui estoient perduz, le Dieu ordonna sa noble court royale a tenir et fut en sa majesté, et lui et la Deesse ensement. [76]  Tous les Amans y furent semons, et fut commandé par le Dieu que nul ne feust dueil faisant ainz voult que Amoureux soient en leece. [77]  Et a l’eure de disner se assistrent aux tablez en leur hault majesté, et ensievant tous les haulz princes et tous les autres, chascun en son droit; // [C. 57r.] dont devant la table le Dieu et la Desse vindrent deux envoisiees pucellez qui bien baioient amours et commencent a chanter le Veu du Paon, car tousdis aux grans festes la avoit telle coustume, car le Dieu le ouoit trop voulentiers pour donner admonnestement d’amours et de bonne chevalerie a ses subgiz et ensement pour honnourer les barons qui en sa court reppairoient, qui les veux avoient vouez et acomplis.

[78]  Et ne vous merveillez se je n’en fais maintenant compte de ce que les pucelles chantoient devant les tables, car il ne seroit si bel a oïr pour ce que elles ne chantoient mie tout le Veu a un coup, car trop long leur feust, mez elles en chantoient une partie a une foys, a l’autre fois chantoient l’autre partie aprés, et ainsi ensievant par maintes foys tant qu’il estoit acompli, et pour ce qu’il ne seroit si bel a oïr en tantes partiez, je le mettray tout a part ensemble; et a chascun entremais l’en disoit une partie. [79]  Et se aucun me demandoit pourquoy je n’ay fait compte de Alixandre, le bon roy, sachiez qu’il estoit bien a celle assemblee; il ne pouoit armes porter et la cause estoit que un de ses barons, qui Antipater avoit nom, l’avoit empoisonné, dont il estoit en mal estat de son corps. [80]  S’amie, la royne Candace, y estoit bien en sa compaingnie. [81]  Celle maladie fu la cause qu’il n’est nommés es bataillez devant dictez, mais quant on vous dira la chançon que les pucelles chantoient, assés orrés et sarez qui Alixandre fu.

[82]  Assés honnourable/ment furent serviz a ce disner; aprés disner fut commandé par le Dieu d’Amour que la Deesse et ses damez donnassent le jugement qui mieulz avoit fait le premier jour de la bataille, ensievant les autres jours aprés; dont, a abrevier l’istoire, il fu jugié que monseingneur Lancelot du Lac en ot l’onneur de la premiere journee et trop bon connestable avoit le Dieu eu. [83]  Le second emporta le pris Aquilez le cruel, qui si fort estoit. [84]  Le tiers, Florimont d’Albanie, qui assés y souffri et endura. [85]  Le quart emporta le pris bel Paaris de Troye; cil monstra bien aux Geloux que trop les haïoit. [86]  Les autres jours furent sanz nulle ordonnance, car la bataille commençoit des le point du jour tant que la nuit les deppartoit, si estoient tous ainsi communement meslés ensemble au chapleys, Amoureux et Jaloux, qui, ainsi conduisoient la Deesse et les dames, nul n’en saroit donner sentence. [87]  Et quant le Dieu entendi le jugement, il ordonna de publier l’onneur monseingneur Lancelot qui connestable fu le premier jour de la seconde bataille. [88]  Et en present il commanda que le herault, qui donnoit les honneurs aprés le jugement des dames, montast au lieu acoustumé pour ce faire; et ordonna a chascune grant court qu’il tenroit feust crié et donné l’onneur a ses connestablez ainsi comme ilz l’avoient conquiz, car mieulz seroit de faire en ceste maniere que de les publier a une fois. [89]  Et aussi il avoit a publier tans honneurs que ce ne se pouoit mie tout faire en un jour, ainz le couvenoit faire en maintes fois. [90]  Adonc monta le herault sus l’eschaffaut // [C. 57v.] ou on donnoit les honneurs aux princez et aux chevaliers, et commença sa crie en telle maniere:
 

 «Pour ce que on dist communement

 Que la vertu laudee va croissant,

 Et nostre seingneur le Dieu ne veult oublier

 Ceulz qui le scevent meriter,

5Ainz veult que on sache communement

 Les bienfais de son servant,

 Car nul bienfait n’est sanz merit,

 Ainsi le treuve on en escript,

 Dont a l’onneur de la noble majesté

10Du Dieu, de la Deesse et de sa poosté

 Et de la compaingnie qui est cy en present,

 De monseingneur le connestable vous vois disant

 Et de ses biensfais une partie

 Qu’il fist ja par sa chevalerie.

15C’est Lancelot qui tantes ot beautez,

 Qui fu de son pere et mere esgarez

 Quant son pere aloit querre secours

 Au roy Artus pour ce que a tors

 Claudas, le roy de la Deserte,

20Le deschaçoit et ostoit sa terre.

 Dont le roy Ban laissa son chastel garni

 A un sien chevalier qui le trahy,

 Et quant le roy vit son chastel perduz

 Et le vit ardre et confonduz,

25En present morut de dueil,

 Ne puis ne dist mot a nul fuer.

 Quant la royne de Bennic veu a

 Que son seingneur ne venoit ja

 Et que trop demouroit en la voye,

30Elle se mist en celle voye

 Et laissa Lancelot, le bel enfant,

 Par son seingnour estre trouvant,

 Qui sur un mont avoit regardé

 De son chastel la verité.

35La royne son seingneur trouva

 Qui fut mort sus le mont la;

 Celle cuide bien mourir /

 Quant vit son seingneur gesir

 Qui en present estoit mors,

40Dont elle ot tel desconfors.

 Celle vers son enfant tourna

 Auquel elle se conffortera,

 Et quant elle fu la venue,

 Une dame y a la trouvee

45Qui l’enfant en ses bras tenoit

 Et avec lui se jouoit.

 La royne son enfant demanda,

 Et celle en un lac le porta.

 Celle dame fut perdue,

50Car la royne ne sçot qu’elle fut devenue;

 Dont la royne moult s’esmaia

 Quant son filz tellement perdu a.

 Ainsi elle ot perdu son seingneur

 Qu’elle amoit de grant amour,

55Puis aprés perdi l’enfant

 Qui fut portés en enchantement

 Que un lac ressembloit,

 Mais moult bel manoir y avoit

 Que fist celle dame voirement

60Qui Lancelot y fu nourrissant;

 Pour ce la gent l’appelloient

 Et Dame du Lac la nommoient;

 Et Lancelot fu aussi nommés,

 Par cel lac, du Lac adés.

65La fu il voirement

 Tant que elle Artus le fu menant,

 Qui le fist chevalier

 Pour ses aventures cerchier.

 Mais le roy se oublia

70Que point d’espee ne lui donna,

 Dont la royne Genevre voirement,

 Qu’en Lancelot vit de beautés tant,

 Si lui cint lors une espee

 Qui puis lui fu moult bien emplee

75Pour la hault chevalerie qui en lui fu

 Que par tout le monde congnu fu;

 Et par ceste telle caison //

 [C. 58r.] Lancelot sanz nulle tenson

 Disoit partout communement

80Qu’il estoit chevalier de la royne voirement,

 Quant il fu nouvel chevalier,

 Il oy de la Douloureuse Garde parler

 Et les fors choses qui la estoient

 Et les chevaliers qui la gardoient,

85Qui estoit desmesuré chose a complir

 Devant c’on la peust conquerir,

 Car la il failloit combatre un seul chevalier

 Contre maint autre bacheler

 A une fort entree qui la estoit

90Et la Douloureuse Garde introit;

 Et quant ceulz peust conquester,

 A une autre fort li failloit mesler

 Qui estoit a une autre entree

 De celle telle fermetee:

95Cilz estoient le double plus

 Que a un coup lui couroient sus

 Et, se ceulz pouoit desconfire,

 Le double plus sanz nul termine

 Lui couroient sus voirement

100Que la tierce entree estoient gardant.

 Lors avoit tout conquesté

 Mais que ce eust il en un jour achevé;

 Et se en un jour ne le feust achevant,

 L’endemain on trouvoit autant.

105Dont cilz noble chevalier,

 Nostre connestable au viz cler,

 Fu la Douloureuse Garde gaingnant,

 A grant paine et a grant tourment,

 A l’aide de la dame qui l’ot nourri,

110Car trois escus la lui tendi

 Car, quant l’avoit li premier usez

 Et les premiers chevaliers matez,

 Lors prenoit l’autre escu

 Et lors sa force double fu;

115Ainsi fist il du tiers voirement,

 Car sa force lui triplia en present. /

 Cil Lancelot puis tantes chevaleriez faisoit

 Que tout le monde en parloit;

 C’est le bon Lancelot sanz faille

120Qui fu si cremus en bataille.

 C’est cil qui, par sa force et valour,

 Mist l’aut prince Galeot en amour

 Com Artus que Galeot vouloit subgiguer,

 Qui lui courut sus pour li grever,

125Car l’autre prince fu conquerant

 .Xxix. royaumes voirement,

 Dont il ne se vouloit couronner

 Tant que le .xxx.c peust subgier

 Et ce estoit le roy Artus,

130Qui fu au monde esleuz

 Par le plus noble roy,

 Et qui tient greingneur boffoy

 De jolivetez et d’envoisures

 Et de bons chevaliers de toutes mesurez.

135Dont la guerre commença

 Des grans bataillez qui furent la.

 Quant Artus va assembler

 Tous ses princes et chevalier

 Pour faire ces grans bataillez,

140Fieres, cruelles et malez,

 Si y va la royne Genevre mener

 Et bien mile clames pour regarder,

 Pour quoy ses chevaliers usent plus valorz

 Quant ilz verroient leurs amours.

145Si avint en cellui temps

 Qu’aux grans compaingniez furent logans;

 La bataille fu emprise

 Des deux grans princes a petit termine.

 Dont je vous dy que en celle saison

150Lancelot estoit en prison

 De une dame, qui le tenoit

 Et ses amours moult convoitoit

 Par sa joliveté et sa beauté

 Que assés elle avoit miré.

155Et quant Lancelot va entendre //

 [C. 58v.] Et en son cuer va comprendre

 Que la bataille seroit la prez,

 La Dame de Mirnant pria il tant adez

 Que elle comme promesse lui ottroia

160Et bien lui encouvenança

 Qu’il peust Artus aler aidier

 Et au vespre retourner

 En son chastel dont il partoit,

 Et que a ce ne fauldroit.

165Quant Lancelot a la bataille fu,

 Il a les dames apperceu

 Qui estoient en hault sus les belfrois

 Pour veoir les grans conrois;

 Devant le belfroy la dame s’arresta

170Et de sa beauté il s’embrasa

 Et ne pouoit ses yeulz oster

 De la royne regarder,

 Ainz y estoit la devant si fremez

 Comme s’il y feust enchantez,

175Et tout son cuer et son espris

 Estoit a la royne fuiz.

 Lors lui vint une damoiselle

 Gentil, courtoise et belle

 Qui lui dist: «Sire chevalier,

180Que ne vous alez vous mesler

 Et faire com chevaliers qui ont desir

 De a tres grant honneur venir?»,

 Mais cilz n’en faisoit semblant

 Que la damoiselle oït neant;

185Mais une autre se leva

 Qui de par la royne lui pria

 Qu’il deust en la bataille entrer

 Et pour l’amour de li son corps esprouver.

 Quant Lancelot entendu a

190Ce que la royne mandé ly a,

 Il n’y fist autre delayement,

 Ainz en l’estour se va ferant,

 Dont en celle empointe il abati

 Douze chevaliers devant lui. /

195Et quant sa lance fu brisiee,

 Il mist main a la bonne espee;

 Lors fiert a destre et a senestre

 Et bien sembloit la tempeste.

 Que vous yroie je plus disant?

200Il fu a l’aide des siens trestout vainquant

 Et, se il n’y eust esté,

 La hault prince l’eust gaaingnié.

 Ainsi la nuit les a deppartis

 Que du tout ne furent desconffis,

205Et Lancelot s’en ala

 A Mimant en la prison la

 Pour sa foy acquiter

 Que la Dame ne le peust blasmer.

 Assés vous pourroye dire

210Et alongier ceste matiere,

 Mais l’autre jour qui fu sievant

 Il fist tout autretel voirement,

 Dont li hault prince ainsi disoit

 Que par un chevalier desconfit estoit;

215Mais il y pourveust tellement

 Que, quant Lancelot s’estoit partant,

 Il lui ala tousdis aprés,

 Et quant il le joinct adés,

 Par amour et courtoisie il l’a prié

220Qu’il voulzist estre son privé

 Et qu’il voulzist estre de sa part,

 Car de lui aroit tel esgart

 Que tout ce qu’il vouldroit commander,

 Il seroit prest de l’observer;

225Dont, sus tel foy et tel creance,

 Lancelot se mist en s’aidance.

 Le tiers jour de la bataille

 Que Lancelot sanz faille

 Estoit contre le roy Artus,

230Artus fu en champ vaincuz,

 Et lui et toute sa gent

 Trestous guerpirent le champ,

 Et ce estoit par l’effors //

 [C. 59r.] De Lancelot et de son corps

235Car, quant il estoit d’une part,

 Tantost gaaingnoit la sue part.

 Quant Artus ainsi finoit

 Et du champ s’en aloit,

 Adonc Lancelot commanda

240Le hault prince qui fu la;

 Si lui dist tellement:

 «Sire, vous m’avez couvenant

 Que a moy donrez un don

 Quant le voulray pour guerredon;

245Ainsi je vous vois priant

 Qu’envers moy vous soyés acquitant».

 Lors va au hault prince demander

 Qu’il feist ses gens arrester,

 Et qu’il rendist s’espee en present

250Au roy Artus devant sa gent,

 Et qu’il lui creantast hommage

 La devant tout le barnage.

 Quant Galeot l’entendi,

 Durement en fu esbahi

255Mais, pour sa foy acquiter,

 Ja ne le voult deveer;

 La sa promesse acquita

 Et fist hommage a Artus la.

 Lors fu la feste commencee

260Quant aux dames fu nonciee,

 Qui estoient en paour et cremour

 De perdre leur estat et honnour.

 Que vous yroie plus disant?

 La furent assés sejournant

265Le hault prince et Artus

 Quant furent amis devenuz,

 Et assés vont a Mirnant sejourner

 Et la Dame les va honnourer.

 La royne Genevre y estoit

270Qui Lancelot tant amoit,

 Et la Dame de Mirnant ensement

 Qui le hault prince fu amant /

 Car, quant il vit la grant amour

 De Lancelot et de la royne d’onnour,

275Il leur dist la en present

 Qu’amour de deux ne valoit neant,

 «Mais celle de .iiij. vous dy bien

 Qui est aise sur toute rien,

 Car en mains manieres .iiij. se peuent aidier

280Que deux ne se peuent consseillier»,

 La royne bien l’entendi

 Et Lancelot voirement aussi;

 Lors firent Galeot accorder

 A la Dame de Mimant au viz cler,

285Qui puis se amerent de grant amour

 Ainsi comme sçorent les plusour,

 Et li hault prince fist que Lancelot

 Ot de sa dame ce qu’il baioit;

 Ainsi fu Lancelot la royne accordant

290A l’aide du hault prince vaillant.

 La commencierent leurs drueriez

 Assés joyeuses et envoisiez,

 Et l’amour de Lancelot puis tant dura

 Que mains maulz en souffri ja.

295Ainsi fu Lancelot le vaillant

 Les deux haulz princes accordant.

 Cil oÿ racompter

 Et de un fort jayant parler

 Que une coustume maintenoit,

300Pour la force qu’en lui sentoit,

 De combatre a tous chevaliers errant

 Qui celle part estoient passant,

 Et de telle force il estoit

 Que a ses braz il les prenoit

305Et sur le col de son destrier

 Il les faisoit tous abucher;

 Cil les portoit en son chastel

 Emprisonner en cel tombel

 Que jamais n’en pouoient yssir,

310Mais la les couvenoit mourir.

 Et quant Lancelot l’oÿ compter, //

 [C. 59v.] Celle part il va aler;

 Au fort Carados se combati

 Et par force le vainqui

315Et delivra ses compaingnons

 Qui la estoient en prisons.

 La estoit monseingneur Gauvain pris

 Et bien .iiij.xx chevaliers de pris;

 La greingneur partie de la Table Ronde

320Estoient ceulz de cellui nombre,

 Et les meillours voirement,

 Ainsi comme scevent la gent.

 Lancelot par force eschappa

 De la prison Morgain, qui le tenoit la

325Deux ans trestous entiers,

 Que oncquez ne pot eschapper

 Tant que une rose y choisi

 En un jardin bien pres de li

 Que a sa dame de la coulour ressembloit

330Ainsi comme semblant lui estoit,

 Et quant il vit que la rose avoir ne pouoit

 Pour les fors fers qui le tenoit,

 Ceulz a la main y va debeller

 Et la fort fenestre exhirer.

335Quant de sa dame lui prist a souvenir

 Qu’il amoit de tel desir,

 En celle prison pinta tot leur affaire

 De lui et de la royne debonnaire,

 Dont Morgain si le monstra

340A Artus quant il fu la;

 Lors s’apperceust voirement

 Comment leur fait estoit alant.

 La fu la haine commencee

 Pour quoy mains en orent male soudee.

345Cil sa dame delivra

 De la traison c’on appelloit la;

 Ce fu Mador de la Porte, bon chevalier,

 Qui va la royne de traison appeller,

 Lequel disoit sanz demourer

350Que la royne voirement

 Fu son frere tuant /

 En une pomme envenimé

 Que la royne lui ot donné,

 Et bien lui fu la royne donnant,

355Mais ne savoit de l’envenimement.

 Ainsi nul n’osa emprandre la bataille

 Pour la royne de parage,

 Mais Lancelot y vint au derrier,

 Qui en champ va entrer,

360Et Mador il conquesta

 Et sa dame delivra

 Que on eust arse voirement

 Se ainsi ne la feust delivrant.

 C’est Lancelot, qui tans tournoiz fu vainquant

365A Camalot devant la gent,

 Et en autres terres assez

 Ainsi comme scevent tout adez.

 Cist fut cil voirement

 Par qui fina l’enchantement

370Que ja ne devoit finer

 Tant que le meilleur chevalier

 Qui feust adonc vivant

 Venist celle part en present.

 Dont je vous dy tout de vray

375Que un tel enchantement fut lay,

 Car on trouvoit en une praerie

 Une tres noble compaingnie

 De dames et de chevaliers

 Qui ne finoient de dancier,

380Et quant aucun ou aucune les veoit

 Et celle dance regardoit,

 Adonc il avoit grant desir

 D’avoir de la dance le plaisir;

 Ainsi en la dance entroient

385Et de la nul temps ne partoient.

 La trouva il mains bons chevaliers

 Qui estoient ainsi encombrez,

 Et mains de ceulz de la Table Reonde

 Qui de la estre n’avoient honte,

390Ainz se tenoient bien apayés

 Et tout avoient oubliez. //

 [C. 60r.] Et quant Lancelot si fu la,

 En la dance il entra;

 Lors reconurent en present

395Que ce estoit enchantement,

 Et en present fu despeciez,

 Aussi chascun s’en est alez.

 C’est Lancelot sanz faille

 Qui vint en celle plaine

400Ou il trouva l’essequier

 Que, quant aucun vouloit jouer,

 La moitié des escheiz se dreçoient

 Et contre l’autre si jouoient;

 Chascun matoient voirement

405Si ne feust le meilleur chevalier vivant.

 Quant Lancelot la joua,

 Assés tost il le gaingna;

 Cil exequier y va mander

 A la royne au viz cler.

410C’est cil qui fu en l’Ile de Joye

 Ou ilz mainent telle voye,

 Car la il fist un escu painter

 Pour sa dame remembrer,

 Laquelle estoit painte dedens;

415Si ot un chevalier devant

 Paint, qui lui crioit merci

 Et moult sembloit estre marri;

 Dont une fois chascun jour

 Venoient dames et damoiselles entour

420L’escu, qui menoient grant joye;

 Pour ce l’appelloient les gens l’Isle de Joye.

 Ceste telle chose faisoit

 Car sa dame courouciee estoit

 Vers lui, ce sachiez bien,

425Sanz nul meffait de certain;

 Si fist partout crier

 S’aucun vouloit son corps esprouver

 Et nullez armes achever,

 Que en celle isle deust aler.

430La vindrent tanz chevaliers /

 Qui aux armes estoient si fiers;

 Trestous les fist recreant

 Et a sa dame les fu mandant,

 Et a tous leur commandoit

435Que de par le chevalier meffait

 A la royne se deussent rendre

 Et a elle aler sanz plus attendre,

 «Et lui direz com vous est avenuz

 En ceste ysle par ça sus».

440Cil Palamidez, le bon chevalier, delivra

 De .xij. chevaliers qui le menoient la,

 Qui l’eussent a mort livré

 S’ilz l’eussent un pou plus mené,

 Dont trestous les va malbaillir

445Et une partie faire mourir.

 Son royaume il va recouvrer

 De Claudaz, le roy au viz fier:

 Ce fu Claudaz de la Desserte

 Qui le tenoit hors de sa terre,

450Mais cestui l’en deschaça

 Au secours de la Table Reonde qui l’aida.

 Cil s’en vint une nuit a sa dame

 Qui de beauté fu souveraine,

 Et Gueires et Mordret le gaitoient

455Et la prendre le vouloient,

 Et en leur compaingnie furent mains chevaliers

 Trestous bien apparailliez;

 Et quant Lancelot si l’apperceust,

 Moult yrés et dolent en fut;

460Lors va l’uys de la chambre ouvrir

 Pour ses ennemis envahir;

 La l’en va un tuer

 Et en la chambre le va tirer

 Tant qu’il fu de celles armes armez;

465Lors contre les autres sailli adez

 Et les tua et desconfit

 Et leur fist maint despit,

 Mais Lancelot s’en ala

 Contre le vouloir de .xx. qui furent la. //

470[C. 60v.] L’endemain ilz vouloient la royne ardoir;

 Cil la secourut, a dire voir,

 Et de tel peril la delivra

 Et maint chevalier y tua.

 La fu mort Agravain li Orgueilloux

475Et Gares, mal amistouz,

 Et Gariet leur frere, bon chevalier

 Que Lancelot moult avoit chier;

 Ces .iij. furent freres monseingneur Gauvain

 Et nepveu Artus tout de certain,

480Et mains autres bons chevaliers

 Furent la tous detrenchiés

 Au secours de ceulz de son linage

 Qui lui aidoient a tel ouvrage.

 Lors la royne il enmena

485A la Douleureuse Garde qu’il gaingna

 Et son nom lui fu changans

 Pour le deduit qu’il fist leans:

 Joyeuse Garde lui mist nom,

 Ce scet de voir trestout le mond.

490La Artus si l’assega

 Et son effort il li mena,

 Dont en la bataille voirement

 Artus y perdi moult de sa gent.

 La fut il par Lionel abatuz

495Et bien y fut retenuz

 Quant monseingneur Lancelot le remonta

 Et tout quitte le laissa.

 La a Artus la royne rendi

 Debonnairement, bien le vous dy,

500Et le roy lui fist bonne chiere,

 Plus que devant l’ot chiere,

 Mais de sa terre Lancelot bani a,

 Car Gauvain le voult, qui fu la.

 Dont Lancelot vint en sa terre,

505Et Artus le vint querre

 A trestout son grant effors

 Qui grant fu, a dire voirs.

 Lancelot fu en Gaunes bien prouveuz; /

 Pou a il Artus cremus,

510Car touzjour se combatoit

 Et moult ceulz de Logrez dommagoit.

 Au derrain tous estoient ennuyés

 D’estre en Gaunez ainsi alez,

 Dont maint estoient murmurant

515Et contre monseingneur Gauvain parlant.

 Lors dist Gauvain au roy:

 «Sire oncle, escoutés moy

 Une chose que feray,

 Car bataille enprendray

520Corps a corps contre Lancelot

 Pour garentir a mains la mort».

 La bataille fut la emprise

 Des deux barons en ytel guise:

 Que se Gauvain le fu vainquant,

525Lancelot estoit a son commant,

 Et se Lancelot venoit au dessus,

 La guerre ne durroit plus;

 Lors Artus leur ottroya

 Et le champ leur donna.

530Assés vous pourroye compter:

 Le roy les fist ou champ entrer;

 La ot une bataille dure

 Et felonneuse oultre mesure,

 Car monseingneur Gauvain de tel maniere estoit

535Que tout temps a midi sa force lui doubloit;

 Mais ce fu pour neant,

 Car Lancelot le fu vainquant

 Voyant Artus et son barnage,

 Qui la estoit a grant parage.

540Cellui ne le voult tuer,

 Mais pria Artus de le quitter

 Et lui dist: «Va moy quictant

 Et nostre bataille remaigne atant»;

 Dont Artus l’en mercia

545De son nepveu qu’il respita

 De lui faire villainie,

 Et bien en avoit la maistrie. //

 [C. 61r.] Ainsi sa terre l’aquitta

 De Artus, le fort roy la,

550Pour la bataille qu’il fu vainquant

 De Gauvain le combatant.

 Cil mains males coustumes osta

 Par mains pays ou il passa.

 C’est cil qui par sa bonté et beauté

555Fu de la Pucelle d’Escalot prié

 Qu’il voulzist estre ses amis;

 Cil dist qu’il ne se faulseroit nulz diz

 Vers sa dame qu’il amoit tant,

 Et que mieulz vouldroit mourir en present;

560Dont la Pucelle ot tel doulour

 Qu’elle morut pour son amour

 Et se fist a Camelot porter

 Pour au roy Artus noncier

 Comment elle fut morte voirement

565Pour amour Lancelot le vaillant,

 Et sur lui un brief portoit

 Qui telles parollez devisoit:

 ’C’est la Damoiselle d’Escalot

 Qui est morte pour amour Lancelot’.

570Cil maintes chevaleriez fist

 Ainsi comme tout le monde dist;

 Mais nostre journee devant hyer

 Je ne la doy point oublier,

 Car tantes chevaleriez y fist

575Ainsi comme le Dieu d’Amour vist,

 Et noz ennemis le vont sentir,

 Dont ilz n’orent nul plaisir;

 Pour ce la Deesse et les dames voirement

 Dient qu’il fu la seconde bataille gaingnant

580Et ot l’onneur de celle journee

 Et de tous ceulz de l’assemblee».

8

[1] Quant le heraut ot finé sa crie en telle maniere comme vous avez oÿ, il fu pris, lui et la royne Genevre, et assis de costé la Deesse qui le baisa en signe de victoire et de honnour, mais la royne Genevre en tu courou/cee, car elle n’avoit point accoustumé que Lancelot deust baisier dame ne damoiselle fors que elle seullement; mais quant elle voit que ce estoit pour l’onneur et non pour autre chose, elle s’en passa. [2]  Lors commence la joie et la feste que ce fu merveilles a veoir.

[3]  Quant ilz demouroient en tel deduit et en tel soulaz, il advint une chose la de quoy assés de gens en parlerent, car un escuier jolis et envoisiez amoit une damoiselle assés jolie et festoiant. [4]  Cil l’amoit de tout son cuer, et bien lui estoit adviz que elle l’amoit autant ou plus que fu un autre, qui avoit ja reppairé es contreez l’escuier et la damoiselle et si estoit auquez leur voisin; et ja au temps passé s’estoit apperceu et pris garde que un chappellain d’une cité dont la damoiselle estoit l’amoit par amours. [5]  Quant cel escuier voit celle amie du chappellain reppairier en si noble lieu comme estoit la court le Dieu d’Amours, il dist que ce ne pourroit il souffrir. [6]  Lors s’en va au Dieu et lui compta tout l’affaire. [7] Le Dieu et la Deesse, quant ilz entendent la nouvelle, et que en leur court est une prestresse, ilz cuident bien enragier, et dient: «Tost viengne avant celle qui si malement a honi nostre court». [8]  Que vous diroye plus? [9]  En presence de tout le bernage, la damoiselle fu demandee de voir dire; et fu que elle dist tellement: «Seingneur Dieu si puissant et Deesse, a qui riens ne vauldroit l’escondire, je te diray que quant je fuz en aage de .xviij. ans que mon amy qui cy est me requist d’amours, et il me sembla assez courtois et joliz, dont je me accorday // [C. 61v.] a faire sa voulanté, et ainsi feusmes bien accordant entre lui et moy; dont il advint que il s’en ala a un tournoy c’on faisoit au royaume de Logres, et au deppartir il me dist que pour l’amour de moy il feroit tantes armes que je orroye bien parler de sa prouece et bonté; aussi se parti de moy et je l’amoye tant que, quant le vy parti de moy, bien cuiday mourir. [10]  Si advint l’endemain que nostre prevost vit que mon amy s’estoit partis; cil me vint priant et tant me semont et promist or et argent, et me faisoit convier a une comere qu’il avoit, qui ma voisine estoit, que je ne me pouoie deffendre d’aler en son hostel. [11]  Cil me dist qu’il vouloit estre mon compere, dont tant me mena a gouter et a souper chiez sa comere et la me tenoit si ayse de bons lopins que nulle plus. [12]  Lors me disoit: «Comere, vees ceste ceinturete et cest affiquet que je, qui seray vostre compere, vous don. [13]  Je vous pri que vous la preniez et n’ayés a mal s’il n’est si joliz comme a vous appartenroit». [14]  Je, qui estoie untuose, ne vouloye prendre ses dons. [15]  Lors me disoit sa comere: «Belle fille, ne reffusés mie le don de vostre honnourable compere, car il n’a ja femme si haulte en ceste ville qui ne se tenist bien apayé d’avoir tel compere, et qui voulentiers ne prenist son don». [16]  Et quant je oÿoie le dit sa comere, que je tenoie pour m’amie, je prenoye ses dons; ainsi me fist souvent. [17]  Au derrain il m’enchana, dont je fiz puis sa voulanté, et il disoit a mon amy qu’il estoit mon compere. [18]  Ainsi m’avint par le / conseil sa comere». Un herault qui la estoit dist: «Folz est qui fait du prestre son compere, car le cul sa femme le comperere», dont mains haulz hommes, qui la estoient et entendoient a oïr, moult firent grant gogue de ce que ly herault avoit dit.

[19]  Quant le Dieu et la Deesse ont entendu le dit la damoiselle, qui ainsi villainement avoit honi son hostel et trichié son amy et avoit eu hardement d’entrer en son hostel et en sa court, bien cuident forsenner. [20]  Adonc la Deesse demande son conseil, car a li appartenoit car damoiselle estoit. [21]  Et quant le conseil ot assés debatuz, chascune dame qui en parloit la jugoient a trop grant tourment, et au derrain la fut jugiee tellement par la bouche la Deesse:
 

 «Oyés, seigneurs et dames, le jugement,

 Pour y prendre avisement:

 C’est de ceste femme maleuree

 Que, quant son amy parti de la contree

5Pour bien et pour honnour acquerre //

 [C. 62r.] Et pour s’amour du tout acquerre,

 Son noble amy la va oublier

 Pour un prestre losengier,

 Qui par dons et gormandisez l’engingna

10Et a son amy aucquez l’osta

 Par les prieres qu’a elle faisoit

 Et disoit que son compere seroit;

 Dont ce advint tousdis

 A ceulz qui ont petit adviz,

15Que losengerie et donnement

 Et gloutonie de gorge ensement

 Attraient pluseurs a estre marriz

 Et les pluseurs en sont honiz,

 Ainsi com scevent les pluseurs

20Qui ont en eulz aucuns bons meurs;

 Et par ta fellonie et mauvaisté,

 Et car tu as ma court si enpulenté,

 Je te juge en present

 D’estre arse et la pouldre au vent».

9

[1] Quant la Deesse ot ainsi sa sentence donnee, lors fut prise la damoiselle et fait assés cruellement et hydeusement l’execucion de la sentence; dont je vous dy que chascune femme, de quel estat qu’elle soit, se devroit bien garder de venir a tel atourment et de perdre telle joie comme est de perdre l’ostel le souverain seingneur, c’est le Dieu d’Amour ou sont touz les deliz et envoisurez que cuer puisse deviser. [2]  Ainsi passerent ce jour aprés le jugement assés a grant deduit. [3]  Le vespre, advint que le Dieu ordonna l’endemain a tenir sa grant court pour faire honnourer et publier les chevaleriez et bontés de ses barons; dont il advint l’endemain aprés disner que le Dieu et la Deesse ensement tous / Amoureux issirent hors des tentes pour veoir brisier lances a jeunes Amoureux qui n’estoient mie encores trop usés d’armes porter, et autres ne s’en mesloient fors eulz seullement; dont la veissiés tantes diverses congnoissances porter a ces jeunes Amans que leurs dames et amiez leur avoient donnez pour remembrance de bien faire et pour leur amour; dont je vous dy que ce estoit trop bel a veoir, car tout reflamboioit le champ de ces joyeux et congnoissances qu’ilz portoient, que sus les heaumes, que sus sa lance, que sus son escu, et aucuns sus les couvertures de leurs chevaulz. [5]  La veissiés chevaliers jeunes a terre cheoir et autres se noblement contenir, dont le Dieu et la Deesse et les autres tous par commun louoient trop merveilleusement leur bon commencement. [6]  En tel deduit furent tant que a heure a vespres. [7] Lors fina leur feste et se retraistrent en la grant place des tentez ou on souloit donner lez loz et honneurs aux sehigneurs et chevaliers. [8]  Si advint que un herault monta sus l’eschaffaut des honnours et commença sa crie en tele maniere: //
 

 [C. 62v.] «Or sachent tuit voirement

 Ceste noble compaignie en present

 Que on doit le bienfait publier

 Pour bon exemple a tous donner

5Par ce a l’onneur voirement

 Du Dieu d’Amours qui est en present

 Et de la Deesse jolie

 Et de l’autre compaingnie.

 Je vueil mon compte commencier,

10Dont pourray ainsi parler

 De ce noble roy puissant

 Qui fu aux armes cremus tant.

 C’est Aquilez, le cruel combateur

 Qui vainqui mains fors estour

15En maintes terres qu’il fu cerchant

 Et ses chevaleries esprouvant;

 De tous lieux partoit a honnour

 Par sa force et grant valour.

 C’est cil qui tant se combati

20Et qui tanz fors tournoiz vainqui

 Au siege de Troye la grant

 Ou demouroient Gregois tant.

 Cil tant de haulz hommes d’eulz tua

 Et assés les malmena,

25Car, ainsi com nous avons oÿ racompter,

 Il va en un jour .iiij. roys tuer,

 Sanz autres barons et chevaliers

 De quoy tua mains bacheliers.

 Et au fort Hector de Troye souvent joustoit

30Et o le brant le semonoit.

 Cil Acquilez, noble combatant,

 Estoit moult desirant

 Qu’il peust Hector veoir,

 Car oncquez n’y pot dire son vouloir,

35Car oncques ne l’avoit veu

 Fors que aux estors tout fer vestu

 La ou il malmenoit Gregois

 Et leur occioit tant ducs et roys.

 Car, ainsi com dist l’escripture

40Que Daris fist a si grant cure, /

 Car Daire fu ly hautours

 Qui mist en escript tous ces estours,

 Si dist que en un jour voirement

 Occist Hector .vij. roys de sa main,

45Qui tous estoient chevaliers de hault renom

 Et moult enduroient au besong,

 Sanz les autres ducs et contes

 Dont il tuoit a moult grans nombrez.

 Des autres chevaliers et sergens

50Il tuoit a .m. et a cens;

 Dont Gregois furent en grans effrois,

 Car leur occioit tant de leurs roys

 Et pou nul ne l’osoit attendre

 S’il ne vouloit la mort prendre.

55Un jour y fu en l’estour abatuz;

 Les Gregoys lui courerent sus,

 Mais a pié il se deffendi tant

 Qu’il en tua bien plus de cent,

 Et le noble roy Filemenis le secouru

60O bien .iij.m fer vestu.

 De Hector vous pourroye assés compter,

 Mais il fu le plus vaillant chevalier

 Qui oncques au monde nasquist;

 Ainsi se treuve en escript

65Et, se il eust longuement vesquz,

 Gregois feussent confonduz.

 Dont cil noble guerroier,

 C’est Aquilez au viz fier,

 Si l’ala veoir a noble compaingnie

70Et le trouva a grant chevalerie;

 Dont l’un l’autre le va moult honnourer

 Quant vint a l’acointer,

 Car Aquilez estoit moult desirant

 De veoir Hector en son present

75Pour sa tres grant fierté

 Et que de leurs roys ot tant tué,

 Car nous trouvons tout de certain

 Qu’il leur occist .xviij. roys de sa main,

 Sanz les ducs, et comtez et capitain

80Qui des Gregois estoient souverain; //

 [C 63r.] De ceulz va il bien tuer

 Sens en mentir un millier.

 Lors Aquilez l’araisonna

 Et son compte commença:

85«Beau sire Hector» dist Aquilez,

 «Oncques de mes yeulz ne vous vy mez

 Que n’eussiez la teste armee,

 Moult truiz en vous dure meslee.

 Se vous m’amés, c’est de loing,

90Il y pert bien au besoing,

 Et aux estours et aux bataillez

 Plus m’avez ja de cent maillez

 De mon hauberc fait desmentir

 Et vostre espee en char sentir;

95Trop me monstrés cruel amour

 Quant me trouvés enmy l’estour.

 En mon escu n’a pas .iiij. doye

 Qui ne soit fraict et oultroié;

 Mon heaume est si enbarrez

100Et par vostre brant detrenchez

 Que ja par moy n’yert lacez,

 Souvent me desrompent mes laz;

 Se de la force de mes bras

 Ne me puis garder et deffendre,

105Sens recouvrer bien puis attendre /

 La mort prouchaine, ce m’est adviz;

 Plus de cinq foys, voire de .vj.,

 M’avés ja en champ essayé

 Et au corps navré et playé.

110Trop avés le cuer felon,

 Dont ne hayés vous se moy non

 De tous voz mortelz ennemis.

 Grant dueil avez en mon cuer mis

 De Patroclus qu’avés mort,

115Nul ne m’en puet donner conffort;

 Le riens estoit que plus amoye,

 Sa compaingnie et la moye

 Avez or faite despartir,

 Tart en vendrés au reppentir.

120Se je ay un an santé et vie,

 De nulle chose n’ay envie

 Fors nullement de lui vengier;

 Pour tout mon corps a detrenchier

 Ne lairoye ne soit vengiez.

125Une chose de voir sachiez:

 Se souvent vous treuve en l’estour,

 Je vous feray prendre tel tour;

 L’arme du corps vous estuet rendre

 Se retenir vous puis ou prendre.

130N’ayés ja en moy fiance:

 Tel yre me fait vostre lance

 Que dire vous puis bien sanz faille

 Que le chief par dessus la ventraille

 Me lairoies en gage au moins;

135Vostre mort port en mes .ij. mains,

 Bien vous puis dire sanz mentir:

 Ne vous pourroit pas garentir

 Trestout l’avoir qui est ou monde

 Que vostre force ne confonde;

140Certes, se je puis prouchainement,

 N’y feras autre afaitement»,

 Hector respondi comme affaitez,

 Et sur tous fu enseingnés

 Tout en riant: «Sire Acquilez,

145«Se je vous hey, je n’en puis mez; //

 [C 63v.] Si m’ait Dieux, grant tort avez.

 N’est mie droit, bien le savez,

 Que je nul homme amer doye

 Puisqu’il me grieve et me guerroye.

150Amours pas de guerre ne vient;

 Ne cuidez mie, quant me souvient

 Que me voulez desheriter

 Et de mon regne hors giter,

 Et qu’a vostre pouoir si m’exiliez,

155Que je n’en soye moult yrés?

 Foy que je doy le Roy cellestre,

 Ce ne pourroit a nul jour estre

 Que feusse vostre bien vueillant,

 Tant sui d’yre tant chault et boullant

160Toutes les heures qu’il me membre

 Que tout le corps et tuit li membre

 Me fremissent d’angoisse et d’yre,

 Nel pourroye compter ne dire

 L’angoisse que mon cuer sent;

165Mais, se Dieux tant me consent

 Que deux ans puisse espee ceindre,

 Assés raront, ce cuit, a plaindre

 Les plus fiers de mes ennemis.

 En folle euvre vous estes mis,

170Qui me voulez si exillier

 Et de parolles esmaier.

 Se Dieux me gart cest poing destre,

 Mes ennemis feray irestre.

 Pourtant, si ay je dit villenie,

175De vanter soy est follie;

 J’ay oÿ dire et racompter

 Que nul franc homs ne puet monter

 En grant pris de trop menacer;

 Ne devez mie a moy tencer:

180Villainie est, bien le savez.

 Mais se vous tant de prouece avés

 Com faites cy le semblant,

 Ja sera bien apparissant,

 Se talent avez de vengier

185Patrocluz qui aviez si chier; /

 Tant amies sa compaingnie

 Que moult cruelle villainie

 En disoient la folle gent;

 Endroit moy, pour .m. mars d’argent,

190Ne vouldroie, ce sachiez bien,

 Que rettrait en feusse de rien.

 Mais or soyés preu et courtoys:

 Combatez pour vous Gregois

 A moy corps a corps seullement,

195Et je vous dy vrayement:

 Se me poués en champ conquerre,

 La cité et toute la terre

 Vous guerpira tous mes linagez,

 De ce vous donray bons hostagez;

200Et se je vous puis mater,

 Si me faites quictez clamer

 Mon regne et quanqu’il appent.

 Si vous dy bien que maintenant

 Pourrons a maint sauver la vie;

205Ce ne devez reffuser mie,

 Car ainsi doit frans homs vengier

 Son bon amy quant on l’a chier.

 Se en champ m’avés conquis,

 Doublez en sera vostre pris».

210Ire et vergoingne ot Acquilez;

 «Je ne vivray» fist il «jamais

 Jour au siecle sanz deshonnour

 Qui ne me tiengne soudeour

 Se ja ce en moy deffault;

215Querés qui vous ostagez vaut,

 Et je feray les miens livrer.

 A ce ne quier plus demourer,

 Tout prest sui, ne m’en guenchiz;

 Ne soit ja jour ne terme pris,

220Mais faites voz armes venir,

 Si soions au couvenir,

 Depparton soy pour assembler».

 La veissez gens ahuner:

 Entour Hector vont Troyain //

225[C 64r.] Et a Aquiles viennent ly sien.

 Pour la bataille qu’ilz on emprise

 Huy ont parlé en mainte guise,

 La ont estroictement parlé

 Et maint conseil pris et donné;

230Agamenon, ne ly hault homme,

 Ne vouldrent pas, cest la somme,

 Qu’Aquilez fist la bataille.

 Mais je vous dy pour voir sanz faille

 Que par Aquilez ne remaint:

235D’eulz se claime, d’eulz se plaint.

 Quant si le vuelent abaissier

 Que par le corps d’un chevalier

 Ne le laissent mectre en aventure,

 Moult s’en yre et moult en jure

240Que ja de lui mez en sa vie

 N’auront Gregoys force ne aÿe,

 Mais la ont les barons tellement ordonnez

 Que l’onneur des deux y fu sauvez.

 A celle foys se deppartirent,

245Que autre meslee n’y firent.

 Ce est Aquilez li gentilz,

 Ly plus preux, vaillant et hardis;

 Par lui sont mors li filz Priam,

 Les preux, les fors, les combatan,

250Car au derrain Hector tua

 Par un fort coup qu’il lui donna

 A la faulte de l’escu

 Que l’autre n’en fu apperceu;

 A la terre le rua mort

255Et fist aux Troyens grant desconffort.

 Cellui jour mesmement

 Que Hector prist deffinement,

 Acquilez en va tuer

 Bien .vij. cens a l’enchacier.

260Cil le bon Trolus tua,

 Qui freres estoit Hector la.

 Cil Trolus fut bien comparé,

 De chevalerie de grant posté, /

 A son frere Hector le combatant

265Qui tua des Gregoys tant,

 Car Trolus tantes chevaleriez fist

 Et tans grans honnours conquist,

 Par le petit terme qu’il vesqui

 Et selonc l’aage de lui,

270Com fist Hector voirement

 Qui fu aux armes cremus tant.

 Dont Aquilez Trolus tua

 En le ffort estour de la

 Ou il estoit sus ses .ij. piez,

275Car son destrier lui fu tuez.

 Cil mains des bastars tua

 Qui furent freres Hector la;

 Ja Gregois n’eussent durez

 Se ne feust cilz noblez Aquilez;

280Ja un seul n’en eschappast

 Que mort ne fut si ne l’ostast.

 Par lui fu Lesbion assis,

 Roubé, ars et fract et pris;

 Par lui furent les grans citees,

285Les chasteaulz, les fermetés

 Conquis de par tout ce pays

 Et tuit ly no[i]sseoux occis;

 Par lui fut mort roiz Forbama

 Que l’ost de Grece moult greva.

290Sa fille Dyomedeam,

 Dont Polidez trait maint an,

 En amena gente pucelle,

 Encor n’a il suz ciel plus belle.

 Il prist Sire et Gerapolin

295Ou il laissa maint orphelin

 Ses peres qu’il livra a mort,

 Mais ne fu pas petit le port

 Qu’il en fist en l’ost venir

 Pour eulz saouler et reamplir;

300Oncquez homme ne vit si grant plenté

 Com Gregoys orent perduz esté.

 Il destruit tous les malfaisant //

 [C 64v.] Et les nuiseurs et les guerroiant

 Qui a l’ost des Grigois

305Nuissoient par maintes fois.

 Il conquist les grans treuz

 Qui a l’ost erent renduz.

 Il conquist le roy de Cytaire,

 Dont il ot de besanz .iij. charete

310Et de telz dons aux plus eschars

 Qui valoient .x. mile mars;

 En Ciliças conduit sa gent,

 De Linerse et l’or et l’argent.

 Le roy occist Armoné

315Qui moult estoit de grant fierté,

 Richez et preuz et orgueilleux,

 Moult estoit chevaleureux.

 Du grant avoir qui lui tolli

 Charga ses nefs, si les empli

320Que a grant paine s’en pot venir

 Sanz tourmenter et sanz perir.

 Sa femme, qui moult yert prise,

 Belle et saige et affaité,

 Astrimonain, fille Frisez,

325En amena danz Aquilez.

 Cil qui est des preux la fleur,

 Qui tant ot de valeur,

 Prist et conquist Pedason

 Et la cité de Lorion

330Dont Brisez estoit roy et sires

 A qui en apendoit l’empires,

 Qui s’estrangla par sa follie

 Et par son mesfait et pechié

 Pour ce que tout veoit conquis,

335Et sa terre et son pays;

 De Aquilez ne se pouoit deffendre

 Ne a lui ne se vouloit rendre;

 Sur ce fu si de yre plains

 Qu’il se pendi a ses .ij. mains.

340Ses regnez fu robés et pris,

 N’y remest or, ne vair, ne griz, /

 Ne vin, ne blé, ne autre avoir,

 En l’ost en orent grant estovoir:

 La le devisa et depparti

345Et largement le reprevi,

 Et la fille, qui de gens corps

 Estoit beautés et miroirs,

 La tres belle Ypodana,

 La conduist et amena.

350Par ce grant conquerement

 Lui firent Grieux communement

 Si grant honnour que de loriers

 Et de fleurs tres chez d’eglantiers

 Le couronnerent, veant tous,

355A tel joye et a tel baudours;

 N’y fu ja homs nul a qui ce fut fait,

 Ne jamais n’en fu rettrait.

 Cil Aquilez, a dire briefment,

 Par son effors et hardement

360Mist Priam et Troye en doulour,

 Par lui Gregoys furent vainquour.

 Mais nostre journee devant ier,

 Ou fu l’estour si fier,

 Cil maintes chevaleries fist

365Com tout le monde vit;

 Dont la Deesse et les dames vont jugant

 Que la tierce bataille fu vainquant

 Et qu’il ot cel jour l’onnour

 Et sur tous autres porta la flour;

370Dont le Dieu puet bien dire de certain

 Que en lui ot bon connestable et capitain».

10

[1] Quant le herault ot finé sa crie, la veissiez la feste si envoisiee que ce estoit trop bel a veoir; ainsi furent tout le jour jusques a la nuit. [2]  Si advint que, quant chascun se fu rettrait a ses tentes, le Dieu ot son conseil et grant et privé pour ses besoignes ordenner, car il dist que on ne doit mie tant attendre a esbatement que on ne doye pourveance mectre en // [C. 65r.] ses besoingnez. [3]  Adonc fist demander priveement par un sien chambrier le Chevalier qui a lui estoit venus de payenie et qui en sa court reppairoit et lui et s’amie, celle rose belle de laquelle je vous ay autrefois parlé. [4]  Si lui dist: «Amis, je sçay la bonne voulanté de toy et, car je sçay que tu as reppairié par maintes terres et as acoustumés les gens de divers lieux, je vueil que tu te partez ceste nuit et que tu faces ton devoir d’estre en l’ost des Jaloux, et fay ton devoir de sentir et veoir le contenement de leur empereur et de sa court, et demeure tant que tu pourras par l’espace de .vj. ou de .viij. jours, si cause ne fut qui t’apportast raison de toy en venir plus brief».

[5]  Le Chevalier entendi le commandement son seingneur et ja n’y avisa ne peril, ne autre cause, ainsi comme homs bien entalentés de faire l’onnneur et plaisir son seingneur. [6]  Lors dist le Chevalier: «Sire, je sui et fuz tousdis desirant a faire vostre commandement et plaisir, et je feray mon pouoir en present de vostre voulanté acomplir». [7] Atant se parti et s’en ala a sa dame et lui dist: «Se vous ne me vees d’aucuns jours, n’en ayés melencolie, car il me couvient ouvrer pour nostre seingneur le Dieu; et ce ne soiez nullui disant, ainz soyés liee et joeuse». [8]  La dame en fist mate chiere et morne.

[9]  Atant se parti quant la nuit fu serree, et se pourpensa comment il oit exploitier et s’en ala cerchant en mains lieux entour les logeiz des Jaloux. [10]  Lors s’apperceust bien qu’il n’estoit autre remede que de passer la grant riviere, qui estoit parfonde et desmesuree, / en noant, car ces Jaloux tousdis estoyent en suspecçon et faisoient le meilleur gait qu’ilz savoient. [11]  Quant le Chevalier apperceust le peril ouquel il estoit, il fu aucquez entrepris, veant la nuit obscure et l’eaue parfonde et courant et ce qu’il entroit en ses ennemis, et le plus car il savoit que Breus Sanz Pitié est la, qui grant hayne lui portoit. [12]  Quant il ot auquez pensé, il dist a soy mesmes qu’il ne vouldroit nullement que personne sceust son vil pensé, car bien dist que home qui quiert honneur avoir ne doit en son cuer concepvoir paour telle qu’il ne face l’onneur son seigneur et le sien. [13]  Et maintenant qu’il ot ce pensé, il se raille, et se desvesti une heugue qu’il portoit en guise de pellerin non estre congneuz et la lia entour sa teste, et ainsi fist il des autres draps, et passa a grant peril de mort. [14]  Quant il fu oultre la riviere, il fu en l’ost que ja ne fut apperceuz, car nul ne gaitoit celle part; et mes qu’il y feust entrez, il lui estoit adviz, pour la multitude de gens, que par aventure n’en seroit apperceuz.

11

[1] Ci laissera le compte a parler du Chevalier, qui grant desir avoit d’acomplir le commandement son seingneur, et tournera a parler de Dieu et de sa noble compaingnie, car l’endemain le Dieu tint une trop envoisie court pour faire chevaliers mains jouvenceaulz qui de hault cuer et prouece estoient et qui trop bien l’avoient fait le jour devant, et a brisier lances, et a faire autres effors qui bien seant estoient a gens qui se voulzissent entendre a armes user et a honnour avoir.

[2]  Cellui jour bien matin le Dieu fist ses chevaliers // [C. 65v.] assembler en moult grant nombre. [3]  Lors commença la feste et la rage par les tentes et partout l’ost que ce fu merveillez de veoir, et bien le poués croirre, car la ou estoient tans amis et amies assemblez ne pouoit estre se esbatement non. [4]  Et bien sachiés que feste ne puet estre ne jolie ne envoisie se amours n’y est participant et, quant plus y participe, plus envoisiee est la joye. [5]  Tous les jours firent assés esbatemens que long seroit le racompter. [6]  Quant vint a heure de vespres, en la grant place ou tans nobles princes et autres gens de toutes sors estoient et ensievant leurs amies et damez, advint que un herault monta au lieu acoustumé des honneurs donner et commença sa crie en telle maniere:
 

 «Or sachent tuit, noblez joliz Amans,

 Princes, chevaliers, escuiers et sergens,

 Qu’il est venue l’eure

 De publier la noble euvre

5De ces haulz barons de pris,

 Qui par leurs proeces sont esliz

 Au monde voirement,

 Ainsi comme scevent mainte gent.

 Dont il fault leurs proeces publier

10Et leurs chevaleries raconter

 A l’onnour du Dieu amant

 Et de la Deesse ensement

 Et de toute l’autre compaingnie

 Qui est subgecte a leur maistrie;

15Dont je vous diray en present

 Du noble duc le combatant:

 C’est Florimont d’Arbanie,

 Qui mainte bataille a gaingnee

 Par sens, par force et hardement

20Et maint honnour fu conquerant,

 Dont touzdiz sera sa renommee /

 Tant que le monde aura duree.

 C’est cil qui a la monstre se combati

 Qui le pays dommagoit ainsi,

25Car tout le pays gastoit

 Pour les gens qu’il devouroit.

 Quant le duc entendu l’a,

 Si dist qu’il nel soufferroit ja,

 Mais voult aler combatte a lui

30De ses armes bien garni,

 Qui furent couvertes de rasours

 Ainsi comme scevent les plusours,

 Car li serpent meynere avoit

 Que, quant assez combatuz s’estoit,

35A ses onglez aloit prenant

 Cil a qui s’estoit combatant

 Et a soy mesmes le tiroit

 Et on ses braz il l’emportoit

 Dedens la mer pour l’y noier

40Et pour li aprés tout devourer;

 Mais le duc bien s’en pourvey,

 Car ses armes de rasours couvri.

 Quant Florimont ot o lui assés combatuz

 Et lui ot mains grans cops renduz,

45Il le grappa tout maintenant

 Le duc pour lui porter en la mer grant

 Mais, quant il senti les rasours

 Qui le trenchoient a tel doulours,

 Si le laissa tout en present,

50Car ne lez pot estre endurant.

 Adonc prenoit sa volee

 Et se partoit de la meslee

 Et s’en aloit en son reppaire

 Dont il revenoit sain sanz contraire;

55Lors recommençoit sa bataille

 Forte, cruelle, fiere et male.

 Quant le duc vit tel affaire,

 Si dist: «Moult voy cy contraire,

 Et bien y pourverray tellement

60Que le fait yra autrement».

 Leur bataille remest adonc //

 [C. 66r.] Et plus n’y firent a cel escontr.

 Une autre foys y retourna

 Et sa bataille commença

65Et, quant le monstre s’en voult voler,

 Il lui va l’ele copper

 De une fauz que il porté avoit

 Pour ce que a l’autre foys fait lui avoit;

 La le fu Florimont tuant

70A grant paine et a grant tourment;

 Ainsi le pays il delivra

 De cella male beste la.

 Lors vint la Dame de l’Isle Cellee li,

 Qui dist a Florimont ainsi:

75«Prennez la graisse de cel serpent,

 Si en ferés tel oingnement

 Qui encor moult vous pourra valoir

 A maint estour, ce sçay de voir»;

 Dont Florimont la Dame creu a

80Et fist ce qu’elle dist la.

 Puis la Dame lui va donner

 La bonne espee qu’oÿ nommer,

 Qui fu si fiere en son trenchant

 Qui mains hommes greva tant,

85En especial Garganus de Cartage

 Qui fu si fier en son courage

 Et qui ot de force tant

 Et fu si cremus geant;

 Mais Floremont le combati

90Et mains grans cops cil lui tendi,

 Mais au derrain ce fu pour neant,

 Car Floremont le fu vainquant

 Et la teste lui a ostee

 De celle bonne espee.

95Aussi la Dame lui donna,

 Quant il le serpent tua,

 Le bon annel voirement

 Pour quoy il fu creuz tant,

 Et puis s’amour lui donna

100Et son corps lui presenta.

 La fist il voirement amie /

 La Dame de l’Isle Cellee jolie

 Et si la fu longtemps amant

 Que nul n’en fu appercevant;

105Mais au derrenier il fu decelé,

 De quoy il fu si ayré

 Qu’il se fist nommer Povres Perduz

 Et toutes chevaleriez mist juz;

 Au derrain nul ne le congnoissoit,

110Ainz tous disoient que mors estoit.

 En tel estat fu longuement

 Et moult y souffri paine et torment;

 Au derrain se mist pour souldoier

 Et voult o le prince Risus aler,

115Lequel aloit sanz faille

 Prendre du roy de Macedoine gage;

 Cil roy fut nommez le roy Feliz,

 Qui moult fu de grant posteiz.

 En celle guerre fut moult honnourez

120Ly Povres Perduz adez

 Par sa haute chevalerie

 Et car moult fist au roy aÿe;

 Et quant roy Feliz l’ot congneuz,

 Moult fut de joye esmeuz

125Et si en fist moult grant semblance

 Et moult honnoura Florimont sanz faillance

 Et le fist de sa guerre gouverneur

 Et sur tous ses aidans le greigneur.

 Dont il avoit la avec li

130Trois roys qui estoient o li,

 Et moult avoit belle chevalerie

 A cellui point en son aÿe;

 La fu le roy de Barbarie

 Et le roy de Crete en son aÿe,

135Si y fu le roy de Cipre ensement

 Et moult d’autre bonne gent.

 Le roy Felix une feste faisoit

 D’un de ses dieux que moult aouroit;

 Lors lui vindrent deux chevalier

140Qui au roy vindrent noncier

 Comment le roy de Ungarie //

 [C 66v.] Ot sa terre arse et brullee;

 Li uns ot nom Elomatanz:

 Chevalier fu preux et vaillans;

145L’autre fu un jouvencel chevaliers,

 Des armes fu bien prisiez;

 Au duc d’Andrenople fut filz,

 Elanamoz fut nommez cilz.

 Ceulz furent es corps moult navrez

150Et bien batuz et deffroissiez

 Devant qu’ilz voulzissent tel message fere

 Pour leurs ennemis de mal ayre.

 Cilz vont au roy compter

 Comment Candebraz vint assegier

155Le duc d’Andrenople voirement

 A moult grant effort de gent,

 «Lequel vous demande secours

 Comme vostre subgit et serviteurs».

 Le roy Felix ses gens assembla

160Pour la cause c’on lui dist la;

 A Andrenople vont aler

 Pour le duc reconfforter.

 Ainsi se fu arroutant

 Lui et son ost sanz delayement;

165Donc Florimont les gouvernoit

 Et tout l’ost l’obeissoit.

 D’une chose Florimont s’avisa

 Pour quoy ses ennemis greva,

 Car il fist l’ost logier

170De ceulz qu’il ot a gouverner

 Que bien les veoient leurs ennemis;

 Pour ce le fist il faire a deviz

 Qu’ilz les venissent trouver,

 Mais mal s’en sont consseilliez

175Candebras l’orgueilleux roy d’Ongarie,

 Qui fu fors et plain de haute chevalerie,

 Quant le roy sçot de verité

 Que tenduz estoient li tré

 Et logez erent pres de li,

180Faire leur cuide grant ennuy; /

 Trestous les cuide desconfire

 Et aux tres prendre et occire.

 Quant le souleil prist a couchier,

 Quarante mile chevalier

185Furent au siege eslit.

 Le roy de Ungarie leur a dit:

 «Ne faites pas noise ne jeu,

 Quoyement soyés en un lieu;

 Assés y pourrons gaaingnier».

190Armez se sont ly chevalier,

 Montés sont a la nuit obscure

 Et, pour celle aventure,

 Cilz du siege li plusour

 Ne virent ainz puis leur seignour.

195Le duc Florimont leur gent

 Fait armer ysnellement;

 Les tentes font toutes vuidier

 Si que garçon ny escuier

 N’y soit remés, ne neant qui soit;

200Puis chevauchierent a desploit.

 Elenamoz les guia

 Et Elomatans qu’il ama;

 Une lieue tournerent arriere

 Par celle mesme carriere

205- Le duc Florimont le vouloit -

 Par ou ilz furent venu droit;

 Faire le fist par grant savoir

 Pour ceulz de la mieulz decevoir.

 Elanamoz, qui les guya,

210Parmy un val les enmena;

 N’y ot trouvé sentier ne voye,

 La gent de l’ost fut toute quoye;

 Parmy les champs vont a esploit,

 Au siege sont venuz si droit

215Que oncquez n’y furent congneuz

 Me par nesun homme sceuz.

 Ceulz qui gardoient les harnoiz

 Cuident que ce soit li roys

 Qu’en si tost s’en fut reppairé, //

220[C 67r.] Pour ce sont ilz mieulz engigné.

 Tous les trouverent desarmez,

 Oncquez nul n’en est eschappez.

 Ceulz de la ville sont yssuz

 Qui orent le secours veuz;

225Ceulz qu’ilz trouvent navrez et pris

 Ont tous detrenchiez et occis.

 Oncquez un seul n’en eschappa

 Pour tant qu’ilz feussent de ceulz de la,

 Ilz ne pristrent or, ne argent,

230Ne vair, ne griz, ne vestement,

 Mais le feu ilz ont mis par l’ost

 Et herberges, si vont tost

 La droicte voye vers leurs trez.

 Atant est le souleil levez;

235Candiebras, le roy de Hongrie,

 Fu a leurs trez: ne trouve mie

 Ceulz pour quoy il estoit venuz,

 Lui et les siens esmeuz.

 «Le roy je cuid qu’il s’enfouist,

240Mais ne fuira guerez, ce cuid.

 Moult est musars quant il sez trefz

 Nous a cy laissés et donnés.

 Seingneurs» fait il «alons aprez».

 Le roy fu du chacier en grez

245Tant qu’ilz virent le jour levé

 Qu’ilz ont l’escloz esgardé,

 Et quant ilz ont les esclouz veu,

 Adonc se sont apperceu

 Qu’ilz n’ont mie bien alé;

250Si esgardent vers la cité,

 Si virent leurs logez ardoir.

 Ce dist le roy: «Par non savoir

 Ay je les coulpes et le tort

 Et mes hommes navrez a mort

255Tous yceulz qui au siege sont:

 Ce est par le conseil Florimont.

 L’eure qu’il fu engendrez

 Soit maudite, et qu’il fut nez. /

 Bien m’en a dit la verité

260Cil qui deux fois m’en a compté,

 Car nul n’a force encontre lui.

 Or me fera un grant ennuy:

 Mes hommes mors, pris mon harnoiz.

 Mieulz vouldroie qu’il fut roys

265De celle de l’Isle Cellee

 Qu’il m’eust ma gent affollee».

 Le jour fut ja bien esclariz;

 Le roy vit les branz bruniz

 De la gent au roy Phelippon.

270«Or tost» fait il «seingnour baron:

 Or pourrons bien savoir sanz faille

 Que pres sommez de la bataille.

 Grans sera li tournoiemens;

 Vous pouez bien veoir leurs gens:

275D’ambedeux pars a grant bernage,

 Ne puet remanoir sanz dommage.

 Perdu avons nostre reppaire,

 Pour ce le devons nous mieulz faire;

 Cil qui a joye de s’amie

280Or doit faire chevalerie;

 Qui honteusement sera pris,

 Mieulz lui vault qu’il soit mors que viz.

 Chascun pourroit .ij. foys mourir:

 De l’une foys puet on garir,

285Mais de la derraine mort

 Voy je bien que nulz ne n’estort;

 De l’autre se puet on garder

 Qui de blasme se veult giter;

 Bien est mort qui a honte vit

290Et puis est mort jusqu’au petit;

 Qui l’une mort ayme sentir,

 Tout ly mons le doit haïr.

 En est doncquez celle mort pire:

 Qui vit a honte que de vivre

295Oïl, par foy, pire est assez

 Car, se un homme est enterrez,

 Lui ne chault quoy que on die. //

 [C 67v.] Cil qui a honte en sa vie

 Sera touzjours monstrés au doy,

300Et si vous vueil dire pourquoy:

 Car c’est la plus honteuse vie

 Escharceté et couardie

 Que nulz homs puisse maintenir,

 Mieulz lui vauldroit du tout morir».

305«Sire» ce dist le roy de Coine

 - Cist sont moult pres de Macedoine

 «Laissés ester ceste parolle,

 Icy n’a mestier plus escolle,

 Que cilz viennent tout droit a noz;

310Je croy qu’encor seront rescors

 Li trefz que nous avons gaingniez,

 Le roy s’en est ja reppairez.

 Tost vient le dommage cellui

 Qui trop couvoite l’autrui;

315A mainte gent est avenu,

 Or le ravons bien congneu.

 Vostre bataille ordonnez,

 Se vous combatre vous voulez.

 Cilz ont les leur bien atournez

320Et sont ja cy vers nous passez».

 Le roy respont: «Vous ditez voir;

 Faire l’estuet par grant savoir.

 Chascun des roys en face une,

 Dix mile soient en chascune

325Et vous arés celle devant

 Et» dist le roy «jel vous creant».

 Cil Dyobras, le roy de Hongrie,

 Ot moult belle chevalerie;

 Chascun dez roys ainsi le fist

330Comme il le commande et dist:

 «Quatre bataillez, .iiij. roy,

 Chascun ot .x.m o soy;

 Premier sera le roy de Coine

 Et puis ala cil de Collone;

335Le tiers fu le roy de Rosie,

 Le .iiij.e fu le roy de Hongrie». /

 Quarante mile sont armé

 Et li plain sont larg et lé;

 Leur bataille ont arengié,

340Si ont vers les autres chevauchié.

 Le roy Feliz ot bonne gent,

 Chevauchierent fierement

 Soubz les heaumes tuit enbuisié,

 Moult bellement apparaillié.

345Le duc Floremont va devant

 Qui les autres va cailant;

 Moult les moyne bellement,

 .Vj. bataillez fist de sa gent

 Quant ilz partirent de la ville:

350En la premiere sont .iij.m;

 Il commanda de sa baniere

 Que touzjours feust en la premiere

 A la .ij.e commanda,

 Quatre mile en y ordonna

355De moult bonne chevalerie:

 Ceulz caele le duc de Sie.

 Puis a la .iij.e commande,

 Au duc de Cipre la donne:

 Cinq mile en y a tous armez,

360Le duc le ait bien cailez.

 La .iiij.e tu donnee par droit

 Au roy de Crete et dist qu’il soit

 .V.m furent ensement;

 Pour ce le fist il sagement

365Qu’il n’y mist ne mains ne mais

 Que ses ennemis avoient fais.

 Les .ij. batailles furent une,

 .V.m furent en chascune.

 Et puis la quinte est ottroiee

370Au riche roy de Tabarie:

 .Vj.m furent tous armé;

 Au roy Phelippon a donné

 .Vij.m de tous les meillours.

 «Sire» fait il «vostre secours

375Nous doit valoir et aidier; //

 [C 68r.] Se vees qu’il nous ait mestier,

 Secourés nous hastivement,

 Qu’a ja bel commencement

 Sanz bonne fin n’yert bon loz.

380En vostre terre sont encloz,

 Grant dommage ont retenu,

 Legierement seront vaincu

 Quant nous serons laz et navré

 Et vous, qui serés repposé,

385Commencés le tournoiement

 Et si ne venez mie lent;

 Se un pou les poués aflire,

 Vous lez verrés tost desconfire».

 Le roy respont: «Je vous ottroy.

390Je le feray bien endroit moy».

 Le duc Floremont s’en retourne,

 Ses bataillez bien aatourne.

 Leodis porta sa baniere

 Ou front devant, toute premiere.

395Les bataillez sont bien venuez:

 Quant se furent entrecongnuez,

 Nulz homs ne les pot plus tenir,

 D’ambedeux pars se vont ferir.

 Li .iiij.m fierent es lour,

400Abbatuz furent li plusour.

 Cilz ne leur tornent pas les doz,

 Ainz les ont si entr’eulz encloz.

 Mort feussent tuit et retenu

 Si ne feussent tuit secouru.

405La bataille au duc de Sye

 Leur a donné moult grant aÿe,

 Par fine force les derronpt

 Tant qu’ilz sont au duc Florimont.

 Le duc de Cypre et li roix

410De Crete ne sont mie quoys;

 Au duc Florimont vont aidier,

 Si sont dix mile chevalier.

 Une bataille font au d’uy,

 A ceulz de la font grant ennuy; /

415Par pou ilz ne les ont vaincuz

 Quant Dyobraz y est venuz.

 S’enseingne hardiement escrie,

 Le roy y vient de Tabarie

 Atout .x.m chevalier;

420Adonc fu l’estour plenier.

 Li estour fu fiers et grans

 Et la bataille si pesanz,

 Par dessus les heaumes bruniz

 Fu des deux roys le chapleys.

425Moult y est venuz de leurs gens,

 Moult en y ot des sanglanz.

 Tant fierent cil de Macedoine:

 Le duc et le roy de Coloine

 Ont bien navré, si les ont pris

430Et des autres assés occis.

 Le roy de Hongrie ot grant yre

 Quant il voit sa gent desconffire.

 Ilz les sievent ysnellement,

 Les uns occist, les autres prent,

435Vers Candebraz ne trouvent mercy.

 Les Grieus sont moult affoibly,

 Le duc Florimont les confforte,

 S’espee toute nue porte;

 Ou corps fut navré durement,

440Mais il ot son bon oingnement

 Dont il se fera bien garir,

 Pour ce pouoit il mieulz souffrir.

 Qui voit ses cops, forment le doubte,

 Chascun se gardoit de sa route.

445Il trenche teste, poins et piez,

 Fierement les a esmaiez.

 L’eure maudient qu’il fu nez,

 Trop durement les a grevez.

 Li estours fut bien maintenuz;

450Le roy Feliz y est venuz

 Et ot .vij.m chevaliers

 Armés sur les courans destriers;

 Tous furent frez et repposez //

 [C 68v.] Et ly autres laz et navrez.

455En l’estour fierent a grant bruit

 Par pou que ne s’enfuient tuit

 Les chevaliers au roy de Hongrie

 Quant il mesmes leur escrie:

 «Chevalier qui fault de besoingne

460Devroit avoir moult grant vergoingne;

 Puisqu’il a laissiez son seingneur,

 Comment aura il puis honneur?

 Souffrez un pou, tous sont vaincuz!».

 Atant sont au champ venuz

465Et lors y ot grans joustez faitez

 D’aubers faussez et de lancez fraitez.

 Un chevalier y ot chanu,

 Vieulz fu, si ot son filz perdu;

 Nator ot nom, ne el bernage

470Le roy d’Ongrie n’ot plus sage.

 Sez filz estoit preux et beaulz

 Et si yert chevaliers nouveaulz

 Et, pour faire chevalerie,

 Estoit venuz au roy d’Ongrie

475Et Lamonaulz l’avoit occis.

 Son pere disoit: «Laz, chetifz!

 Moult ay grant doulour en mon cuer,

 Grant merveille ay que je ne muir.

 Puisque j’ay perdu mon fil

480Or me mettray en tel peril

 Que orendroit perdray la vie,

 Si lui porteray compaingnie.

 Et qui me voit sains et delivre,

 Assés me puet tenir pour yvre

485Que je ne voiz ysnellement

 Mourir en cel tournoiement».

 Ly preudoms a pris le congié

 De son filz; cent foys l’a baisié,

 Au Createur l’a commandé

490Et puis a son chief desarmé.

 Son chief vouloit tant descouvrir

 Pour ce que tost vouloit mourir /

 Et, quant il ot la teste nue,

 Qui fu vielle et chanue,

495Puis est en son cheval montez,

 Si a tous les rens esgardez

 Tant qu’il vit le duc Florimont

 Entre les autres qui y sont.

 Le destrier point, si l’a feru

500Pour pou qui ne l’a abatu.

 Le duc ne s’en estoit gardez,

 Vers le chevalier est tournez

 Et, quant il ot la teste veue

 Qui desheaumés est et chanue

505Et qui heaume ne portoit,

 Plourer le vit, grant pitié en ot.

 «Vassal» fait il «feru m’avez:

 Jel vous pardon, si en alez.

 Doulour avez, ne sçay de quoy;

510Cy ne mourrés vous huy pour moy».

 Cil respondi: «Tort n’avez

 Quant vous de moy pitié avez,

 Et ce faites, que je vous pri:

 Or vous gardez, je vous deffy».

515Quant le duc voit que mes ne puet

 Et que a lui jouster l’estuet,

 D’une espee l’a si feru

 Que du cheval l’a abatu.

 Le gentil duc le fist lever

520Et sus son cheval le fist monter.

 Bien voit que pou amoit sa vie;

 Garder le fait qu’il ne s’occie.

 Damiens en son destrier monte

 Et va ferir a Naroc le conte,

525Li quenx le reffiert en l’escu

 Et Damiens l’a si feru,

 L’escu lui roumpt, l’auberc esmaille,

 Le fer lui met en la coraille,

 Mort le tresbuche du destrier,

530Ainz puis de mire n’ot mestier.

 Au roy de Hongrie poise fort //

 [C. 69r.] Quant voit Naroc le conte mort;

 Toute sa gent est effrayee,

 Mais le roy l’a bien conffortee.

535Les Griez prent, adez les occist,

 Tant comme il puet, les desconfit.

 Quant ce voit li roys de Rosie

 Que le conte ot perdu la vie,

 Moult se paine de li vengier

540Et prent et broche li destrier

 Et si s’en va par grant vertu,

 Et Meaton a feru;

 Meatus feri bien lui,

 Leurs lances brisent ambeduy

545Et le roy a traicte l’espee,

 Si l’en donne grant colee;

 L’espee traicte le requiert,

 Sus le hault du heaume le fiert;

 Tout le pourfendi jusquez aux dens,

550A terre chaÿ mors sanglanz.

 Risus le prince ot veu

 Son chevalier qu’il ot tollu;

 Le roy mort le voit devant lui,

 Faire lui cuide grant ennuy.

555En sa main un espiey il portoit,

 Voit le roy qui mie n’amoit;

 Il le vait ferir sur l’escu

 Si que a terre l’a abatu.

 Le roy saute sus ysnellement,

560S’enseingne escrie, et sa gent

 Venus y sont de toutes pars;

 Le roy ne fait mie le couars,

 Ainz tint l’espee toute nue,

 Mainte teste en a tollue.

565Le duc Florimont est venuz,

 Moult les a bien secouruz;

 Assés en y ot d’affollez,

 Le roy ont pris, qui fu navrez;

 La ou fu le roy de Coloine

570Le mainent ceulz de Catelloine;

 Garder les firent sagement, /

 Puis vont au tournoiement.

 Les Ongres sont moult affoibliz,

 Par pou qu’ilz ne crient merciz;

575Flocars avoit l’estour veu

 Et qui avoit pris et perdu;

 Poise lui se il si s’en vaint

 Qu’il quelque chose n’y faint.

 Ou cheval Tetor est montez

580L’escu au col, tout fu armez.

 En l’estour vit un chevalier

 Qui fu sus un courant destrier;

 Son escu estoit enfumez,

 Mauvaisement fu atournez;

585Il ne sçot mie bien son estre,

 Mais cellui vait ferir le maistre.

 Le chevalier savoit de guerre,

 Du cheval le mist a terre,

 Par pou qui ne l’a pris ou mort.

590Risus le prince l’en estort,

 Tant l’a gardé qu’il fu levez

 Et que il fu ou cheval montez.

 Risus lui dist: «Maistre, par foy

 Vous voulez faire grant desroy

595Quant vous mectés cy a bandon

 Ou de mourir en prison;

 Se vous estiez ne pris, ne mors,

 Sur vous en tourneroit le tors;

 Mourir feriez monseigneur

600Le duc Florimont de doulour.

 Bien voy que riche cuer avez,

 Plus que Heter d’armes valez,

 Mais alez garder les prisons

 Avec ces autres compaingnons

605Et nous laissiez cy tournoier,

 Qui avons apris du mestier».

 Le prince tout oultre son gré

 En a le maistre ramené;

 Si revient au tournoiement,

610Puis escrie chascun sa gent,

 Le roy Feliz moult les escrie. //

 [C. 69v.] Quant Dyebras, le roy d’Ongrie,

 Voit que le pis a de la guerre,

 Moult voulzist mieulz estre en sa terre.

615Le riche roy de Barbarie

 Josta par chevalerie

 Au roy de Coine, si le prist

 Et Gelfuz le duc desconfist.

 Et le roy Feliz ot assés

620De mors, de pris et d’affollés.

 Par ce furent mors et vaincus

 Qui au siege furent venuz;

 Leurs compaingnons et leurs harnoiz

 Oncques n’eschapperent trois,

625Et ce leur fist leur cuer douloir

 Leurs logez qu’ilz virent ardoir.

 Si li consaulz ne fut donnez,

 Le roy feust affollez;

 Par le conseil les desconfit

630Que le duc Florimont lui dist.

 Li estour fu grans et fors,

 Moult y ot de chevaliers mors;

 Ne puis pas tous ceulz compter

 Qui furent mors a l’ajouster.

635De deux pars ot assés occis

 Et le roy d’Ongrie ot le pis.

 Nepourquant il vait reconffortant

 Ses gens et tous les rencs cerchant;

 Les hommes prant, tous les occist

640Et en son cuer pense et dist

 Que Florimont vouldroit trouver

 Et moult vouldroit o lui jouster.

 Florimont le hait en son courage

 Pour sa gent dont lui fait dommage;

645Le mieulz de sa gent lui a morte.

 Il voit le duc, un espy porte,

 Congneu l’a entre sa gent;

 Le roy un fort espy reprent

 Bien le congnut au cheval sor

650Et a Tescu au lyon d’or. /

 Le duc a le roy congneu

 Quant se furent entreveu;

 Fors furent et bons les destriers

 Et les seingneurs bons chevaliers

655Au d’uy poingnent par grant ayr,

 De plain eslaiz se vont ferir.

 Le roy l’a feru durement

 Que l’escu lui perce et fent

 Et l’auberc desronpt et desmaille

660Au fer de la lance qui bien taille.

 A moult le duc navré ou corps,

 Le sang vermeil en raye fors;

 Oncq maiz si fier cop ne receust

 Ne oncq du destrier ne se meust,

665Ainz a le roy moult bien feru

 En moy le piz sur son escu;

 Le fer de l’espee fu trenchanz,

 Ly escu ne valut .ij. ganz.

 L’auberc trouva fort et aceré,

670Plus de cent maillez en a froissié;

 L’aste fu roide et le duc fors,

 Par pou le roy ne fu mors.

 A terre l’abat du destrier,

 Ainz mais pour cop de chevalier

675Ne se meut le roy de la selle.

 Le duc, pour amour de sa dame,

 A s’enseingne .ij. foys crié;

 Le roy saute sus, tint l’espee,

 S’enseingne escrie et sa gent,

680Mors y furent plus de cent.

 D’ambedeux pars y sont venuz,

 Les Grieuz orent mains de vertuz;

 Le roy s’est entre eulz embatus:

 Haubercs, heaumes et escuz

685Et braz et piez leur a trenchiez,

 Assés y ot de mehaingniez.

 Le roy est moult hardis et fort,

 Moult y vit de ses nommez mort; //

 [C. 70r.] A rendre lui estuet ou mourir,

690Ne il ne le puet plus souffrir:

 Sa gent lui est toute faillie.

 Au duc se rent le roy d’Ongrie:

 Quant voit que li champ est vaincuz,

 Au duc Florimont s’est renduz.

695La ou v[i]ent le duc et sa gent,

 S’espee et son corps lui rent;

 Le duc tent ses mains, si l’a pris

 Et gardé de ses ennemis

 Qu’il ne receupt cop ne collee

700Puis que le duc ot pris s’espee.

 Sur un paleffroy le monta

 Et au roy Feliz le mena;

 Par la main destre le prent:

 «Sire» fait il «par tel couvent

705Vous vueil rendre le roy d’Ongrie:

 Que vous n’y faciés villenie».

 Vees comment le noble duc

 Le roy Feliz voirement a crut,

 Car en champ il mata ses ennemis

710Qui destruisoient son pays,

 Et par ceste bonté et autres assez

 Il fut la roy couronnez

 Et ot telles dominacions

 Qui lui donna Feliz et ses barons;

715Et tous ceulz roys qui furent la pris

 Et les roys qui furent avec Feliz,

 Par sa haulte liberalité et chevalerie,

 De quoy sa personne fu complie,

 La tous lui ont hommage juré

720Et mains princes mains cassé.

 Lors luy vindrent briefment

 Nouvelles de grant ennoyement,

 Et ce estoit que l’amirail de Cartage

 Ot sa terre arse et son pere en servage

725Et l’ot en prison mis

 Ens ou chastel de Clafgriz,

 Et ce pour despit de Florimont /

 Qui occist Garganus au pié du mont;

 Cil niez l’amirail de Cartage estoit

730Et moult forment il l’amoit.

 Dont le roy Florimont assembla

 Tous ces roys qui furent la

 Et son navire a apresté,

 A Clafgris s’en est alé.

735Cil ot o lui moult grant baronie

 Et moult grant chevalerie.

 Qui vous vouldroit raconter

 De Clafgris la verité nommer

 Et de sa force voirement,

740Assés y aroit parlement,

 Car trois forteresses y avoit

 Et estrangement on les gardoit;

 En celles estoit ponz leviz

 Fait par ytel deviz

745Que fors un homme n’y pouoit aler

 Que le pont ne couvenist lever,

 Senz les portes de metal

 Qui couroient contreval

 Et tel tumulte faisoient

750Que la mer trembler faisoient.

 Et a l’autre forteresse estoient

 Deux fiers lyons, qui gardoient

 La porte de la voirement

 Que nul n’y peust estre entrant

755Fors ceulz qui estoient congnoissant

 Et, se nul autre y fut entré,

 Par eulz estoit il devouré.

 Mais le noble roy y entra

 Par le conseil son maistre la:

760Ce fu Flocars ly senez

 Et le chanuz et le barbez

 Et, par l’effort le roy puissant,

 Clafgriz y fu vainquant.

 La royne de Cartage trouvé y a,

765Au roy d’Ongrie espousee l’a; //

 [C. 70v.] De ce chastel il va giter

 Son pere le duc au viz fier.

 Ce fu le duc d’Albanie

 Qui la souffri maulz a grant hachie

770Quant il ot la conquiz

 Le chastel de Clafgriz.

 Lors s’en va a Cartage aler

 Et l’amirail va assegier;

 La il demoura tant

775Que Cartage prist aisement.

 Quant l’amirail se vit tel atourné,

 Le cuer lui est ou ventre crevé.

 C’est le noble roy Florimont

 La flour de chevalerie du mond;

780Cil ot un filz adez

 Qui Phelippon fu appellez;

 Cil fu pere Alixandre, le bon roy

 Qui ot tout le monde soubz soy.

 Cil roy Florimont tantes chevaleries fist

785Que cy ne seront en escript,

 Mais nostre journee passee,

 Qui fu de tante renommee,

 Ot il voirement le pris

 Le quart jour tout a deviz

790De la Deesse voirement

 Et de ses dames ensement».

12

[1] Quant le herault ot ainsi finé sa crie, lors veissiés la joye et la feste la, et d’une part et d’autre, que ce estoit trop bel a veoir.

[2]  Si dist le compte que, quant les dames et damoisellez qui en la court le Dieu estoient et leurs amis perdus avoient si veoient le deduit que les autres Amans faisoient, et en elles n’estoit que couroux, et bien avoient memoire de leur bon esbatement passé, lors ordonnerent un grant parlement par commun toutes celles qui estoient sanz ami et que elles avoient perdu es grans bataillez que devisé vous ay, ou les avoient perduz en aucune autre maniere, car moult faisoient semblant de estre esgarees.

[3]  Lors advint que leur concile fu assemblé et il fut commandé que nulle personne n’y feust parlant, mez chascune entende et escoute afin que on puisse ordonner ce que bel e bon leur sera. [4]  Ainsi fu fait. [5]  Adonc se leva une dame de hault cuer, et bien sembloit dame de sa voulanté, et dist: «Treschieres dames, suers et amies, vous vees bien nostre perte grande et desmesuree par noz amis que perduz avons en la bataille, et bien pert nostre tritresse a veoir le marriment en quoy nous sommes ja aucuns jours, quant nous veons ces amis et amiez estre en tel deduit comment ilz sont tousdis en diverses manieres. [6]  Dont je voy qu’il n’y a qui de nous aye pitié se petit non, et chascun entend a son deduit et nous laissent faire nostre dueil, que pou leur en chault; mes que chascun puisse estre en deduit, // [C. 71r.] l’amy avec s’amie, et l’amie avec son amy, de nous n’ont ilz cure. [7] Dont il me semble qu’il est sages qui scet pourveoir es desplaisirs et adversités qui lui adviennent. [8]  Pour ce je diroye et dy que nous prenons tel conseil qui nous puisse passer telle mellencolie, car pour moy, je le sçay, se je usoie encor un pou ma vie en tel souffraite comme estre sanz amy, je di bien que mon fait tourneroit a declin et que morte seroie, dont y aions bon aviz et brief, car nostre seingneur le Dieu d’Amour et la Deesse sont piteux et legierement nous en reconfforteront».

[9]  Quant ce fu dit, assés en y avoit qui commencent a respondre tant que l’une destourboit l’autre, mez, au derrain, l’une retient la parolle et parla hault pour mieulz estre oÿe et dist: «Noblez amies et compaingnessez, vous avez bien entendu le dit celle vaillant dame qui ainsi bien vous a declairié son cuer et noz neccessités. [10]  Dont je dy qu’elle dist verité, car griefve chose est et impossible a dame qui ait usé a estre amoureuse quant elle se treuve sanz amy. [11]  Dont je dy que ces dames qui n’ont riens perdu s’en passent assés legierement, mais nous, qui sommes seules et esgarees et qui n’avons a qui deduire ne esbatre ne jour, ne nuit, et ne faisons que muser, ne pourrions mie endurer tel paine et doulour de cuer. [12]  Et je sui qui le dy que, se autre remede n’y est mis, je y prouverray a ma voulanté, mais touteffois bastons nous de veoir quel remede y mettra le Dieu et la Deesse».

[13]  Lors advint que une dame / et une damoiselle belles et joliez qui n’estoient mie de leur compaignie, ainz avoient leurs beaulz amis et jolis, celles entendoient bien le parlement et les parollez qui la estoient dictez et ne se porent tenir de parler, car c’est leur coustume; si distrent: «Belles dames, il nous semble, sauve vostre grace, que, selon le bon renom et la bonté de voz amis, qui mors sont n’a mie encore .xv. jours, que trop vous hastés de vous complaindre tellement, et ainsi tost ne le deveriez faire pour leur amour et pour vostre honnour. [14]  Et bien me semble» ce dist la damoiselle «que vous ne voulez mie faire ainsi comme fist Gloriande de Tristant de Lyonois, qui en l’ostel son pere reppairoit, mais cil ne se voult faulser vers le roy Pharamont, qui moult l’amoit et, pour celle cause, il prist congiédu roy et s’en ala. [15]  Quant la pucelle vit qu’il s’en aloit ainsi et que elle perdoit son amy, elle ne se voult mie reconfforter en prendre autre amy, ne tart ne par temps, ainz prist une espee et se tua pour la grant doulour que elle en ot. [16]  Dont je dy que vous oubliez plus legierement voz amis que Gloriande ne faisoit».

[17]  Lors respondirent maintes toutes a coup: «Se Gloriande fut folle et coquarde dame et si parfaictement et forcennee et sanz avisement, bien monstra son sens en la fin et en prist telle paye comme tu dis. [18]  Mais, se Dieu plaist, ce n’avendra ja de nous; et bien sachiez que, puis sa mort, la greingneur partie dez dames et autres qui par amour ayment apperceurent bien le sens d’elle, et si orent et ont et aront tel adviz que jamais ne // [C. 71v.] leur avendra la pareille, car on dist que sages est cil qui scet passer sa perte et la restorer en la meilleure maniere qu’il puet».

[19]  Lors se leva une autre comme forsennee et dist telles parolles a celle damoiselle qui si bien avoit parlé: «Dy, va, tu qui parlez si largement, fuz tu oncquez saoulé d’amours, et perdis tu oncquez tez amours?». [20]  Et l’autre dist: «Nennil». [21]  Adonc l’autre respondi: «Or n’en parles plus, car d’autrui paine, pou en chaut a qui n’en cuit».

[22]  Quant les autres entendent par commun le dit celle vaillant damoiselle qui ainsi bien les admonnestoit a leur honnour faire, elles lui commencent a dire par commun; «Tres orde, vil losengiere, que nous vaz tu sermonnant?». [23]  Lors lui courent sus comme femmes desvees et la traynent et la batent tant que ce estoit une pitié a veoir, et ja ne se pouoient saouler de lui faire ennuy, ainz lui arrachoient tous les cheveulz en lui disant: «Mauvaise losengiere qui nous vaz remembrant les malez coustumez qui ja ne furent remembrees longtemps y a, ainz les avons aneantiez ! Mal les fuz remembrant». [24]  Ainsi traynoient la povre damoiselle que la remest presque morte. [25]  La dame qui en sa compaingnie estoit, estoit plus vieille et savoit plus du renart et ne fist mie tantes parollez, ainz s’enfuit. [26]  La oïssiez tel rumeur et tel bruit ou millieu d’elles que bien sembloit la Foire du Landit, car l’une se plaingnoit d’une part et l’autre d’autre, et toutes ensemble disoient que, se remede n’y feust mis en present, bien autrement que par temps en seroient pourveuez. / [27]  Que vous yroie plus alongnant? [28]  Il fu la ordonné de envoier une dame et une damoiselle au Dieu d’Amours et a la Deesse pour faire leur complainte et pour demander a eulz aucun bon conffort.

[29]  Si advint que l’endemain le Dieu et la Deesse tenoient leur grant court et entendoient a deduit et a resjoir ses subgiz et, quant les tables furent levees, ces .ij. embaxariz furent devant le Dieu et la Deesse. [30]  Si commencierent leur embasserie en telle maniere, dont la dame parla premierement, car dame estoit et devoit premierement toutes choses faire: «A vous, noblez puissans seingnours et dames qui estez sanz per et auxquelz tous biens et doulçours habondent, a vous nous envoient, ceste damoiselle et moy, a la presence de vostre digne majesté, les vostres dames et damoisellez de vostre grant ost, qui aucques sont tribouleez et desconffortees, pour a vostre magesté donner a entendre la paine et la souffraite d’elles, ainsi comme il est drois que subgis notiffie son plaisir et desplaisir a son seingneur, auquel il doit avoir son regrez. [31]  Dont voir est que, pour ton honnour et service, les nostres dames et damoiselles vindrent en la compaingnie de leurs amis a ta grant assemblee ainsi comme subgiz et subgectez qui tousdis ont desir de l’onneur leur seingneur aacomplir. [32]  Si advint que a ces grans bataillez nous perdismes noz amis // [C. 72r.] et ores sommes saoulés sanz deduit, car bien pouez savoir quel deduit puet estre en femme sanz amy. [33]  Dont nous vous mectons en memoire en quel doulçour et plaisir vous nous avez nourriez, et bien savez le torment que puet avoir dame qui est telle atournee, et qu’il pert tel doctrine come tu nous as amenistré; dont il est ainsi qu’il en y a qui perdirent leurs amis bien .xv. jour y a, et autres plus tart, dont il n’y a celle a qui le jour n’ayt duré une annee des celle perte; dont, par vostre pitié et doulçour et congnoissance, vueillez avoir, vous et nostre dame la Deesse, tel aviz et y remediez brief a ce que vostre subjectez ne soient en desesperacion, ainz soient aucquez conffortees. [34]  Et bien sache vostre noble magesté que ellez ont tant enduré que trop leur est long, mais nostre conffort est en vostre grace et liberalité, consideré que seingneur doit avoir memoire des biensfais de ses subgiz».

[35]  Quant le Dieu ot entendu le rapport des deux ambaxeris, ilz en tindrent grant parlement, mais au derrain il remist tout a la voulanté de la noble Deesse, car a ses damez appartenoit la grace. [36]  Lors advint que la Deesse ot son adviz sus ceste querelle et complainte, et aprés la Deesse fist venir les ambaxeris et leur donna aucuns previlegez et aucunes graces pour porter a ses damez et damoiselles pour elles reconfforter. [37]  Ainsi pristrent congié les deux ambaxaris de leur seingneur et de leur dame et s’en alerent en leur grant concile et presenterent leurs lettres et previleges. [38]  La trouverent assés grant murmu/rement et en y avoit qui disoient que, se la responce ne feust bonne, que bien savoient comment ouvrer. [39]  Aucunes, mais petit, estoyent qui les autres repprenoient de telles parollez. [40]  Quant les lettres furent presentees, lors n’oïssiés la personne parler pour le desir qu’elles avoient de savoir la responce que les embaxeris avoient apporté. [41]  Une damoiselle, par commandement des autres, prist les privilegez a grant reverence et l’ouvri et le prist a declarier et lire bien hault pour estre entendue, et disoit en telle maniere:
 

 «Moy, noble Deesse et tant puissant

 Partout le monde universelment,

 A vous, qui a moy servez tousdiz,

 Auxquelles j’ay mes biens promis.

5J’ai oÿ vostre reancune

 Par de voz damez aucune,

 Que a moy distrent en present

 Vostre rancune et le tourment

 Qu’avez tant endurez

10Sanz voz amis en ces contrees,

 Et en noz bataillez les feustes perdant

 Pour nostre honnour aler tenant,

 Et voir de vous oz grant pitié

 Quant il me fu noncié.

15Et, recongnoissant vostre service

 Qu’a moy feistes d’enfantise,

 Je ne seroie bien congnoissant

 Se vostre service ne feusse merant

 Par les bonnes voulantez

20Que d’amer monstrez adez;

 Et car tousdis estes desirant

 De sanz amis non ester neant,

 Pour ce, tres noblez gens amee,

 Vers lesquellez ay bonne pensee,

25En vous ayés tres bon conffort

 Car vous aideray, a droit et a tort, //

 [C. 72v.] Car nullement ne vueil oublier

 Ceulz qui me seulent tant amer

 Et, chieres servienz joliez

30Qui estes doulces envoisiez,

 En moy grant rudece aroit

 Se a vous ma pitié n’aloit.

 Donc je vous don grace en present

 Que autres amis soiez faisant

35Puisque les vostres avez perduz

 En ces contrees de par ça juz.

 Encore fais je ordonnance

 Que a qui vendra mescheance

 De perdre son amis,

40Ou se elle feust ennoiez au siz,

 Que vous les puissiez changier

 Sanz autre congié demander.

 Et se par aucun despit ou par rancune

 Qu’aucuns vous font oultre mesure,

45Ceste grace vous vay donant

 Pour le meffait de faulz amant».

13

[1] Quant la lettre fut leue, la veissiés la joye et la feste merveilleuse. [2]  Lors pristrent toutes a dire par commun que bonne dame avoient voirement et qu’il n’estoit autre service que de servir au Dieu et la Deesse d’Amours et leurs commandemens, et dient que en brief bien seront pourveues. [3]  Lors fu trouvé un proverbe par elles qui disoit: ’pour un perdu, .ij. recouvrez’. [4]  Ainsi pristrent les dames et damoisellez qui sans amis estoient conffort comme devisié vous ay.

[5]  L’endemain advint que le Dieu d’Amour et la Deesse tindrent leur grant court royale ainsi comme acoustumés estoient pour esbaudir leurs dames et damoisellez auxquelles la Deesse avoit tantes graces fait. [6]  Dont il advint que, quant le Dieu sçot aucunes larges graces et ordonnances que la Deesse avoit donné a ses subgiectes, il fu aucques / yrés, mais la Deesse lui en parla aucquez rigueureusement pour ce que a ses damez appartenoit la grace. Mais le Dieu, quant il vit la voulanté la Deesse, n’en osa puis parler, combien que lui desplaisoit. [7] Ainsi advint il touzdiz que les seigneurs et autres gens par commun font voulentiers le vouloir leurs belles femmes, ou a droit, ou a tort. [8]  Et quant la court fut tout le jour esté en feste et en deduit, il advint sus le vespre que un herault monta ou l’on a acoustumé de donner les honneurs et commença sa crie en telle maniere:
 

 «Or oyés tous la droicture

 Que apporte bonne aventure,

 Car elle vuelt par raison

 Que chascun homme du mond

5Soit de ses biensfaiz louez

 Et de ses maulzfais blasmez,

 Le bienfait pour le honnourer

 Et le malfait pour soy amender.

 Dont je vous vueil dire en present

10Les chevaleries du ber vaillant

 Paris de Troye de grant renom,

 A qui la deesse Venuz fist le don

 Et de madame Juno l’eust il eus,

 Qui les vertuz du ciel savoit la suz;

15Celle lui eust son sens donné

 Si lui eust le pom ottroié,

 Et madame Pallaz ensement

 Lui fu son sens presentant:

 Ce estoit science et savoir

20Contre toutes gens, a dire voir;

 Celle lui eust fait tout sen sient

 S’il lui voulzist le pom estre donnant.

 A madame Venus le presenta,

 Car si li donnoit le pom la,

25Elle estoit dame de toute seingnourie

 Et avoit sur amours maistrie; //

 [C. 73r.] Dont, quant Paris la seroit requerant

 D’aucune dame estre amant,

 Elle dist que lui en donroit li ottroy

30Et que ja n’y fauldroit de voir.

 Quant Paris entendi

 Ce que les deesses dient a ly,

 Adonc se prist a penser

 Qu’il vouloit le pom donner

35A madame Venuz souveraine

 Pour estre amé de dame Helayne,

 Celle noble creature

 Qui fu si belle oultre mesure.

 Lors donna le jugement

40Et a dame Venuz le fu donnant,

 De quoy les autres furent indignez,

 Si lui en sçorent assez maugrez.

 Cella pomme d’or leur vient d’aventure

 A une fontaine clere et pure

45Suz laquelle les deesses s’esbatoient

 Et sus la fontaine regardoient.

 Lors le pom dedens tumba

 Et sus le pom un escript y parut ja

 Qui disoit tout en present:

50’A la plus belle soye je donnant’.

 Paris d’aventure survint la

 Et fist cel jugement la

 Comme je vous ay nommé,

 Et fu a madame Venus donné

55Pourquoy il fu si gracieux

 Et des dames si amoureux.

 C’est cil qui en Grece Helaine prist

 Quant au temple la deesse la requist

 Pour sa foy vers lui acquiter

60Quant il lui fist le pom donner.

 Lors de Grece grant avoir emporta

 En Troye, la noble cité la,

 Dont la guerre fu si cruelle

 Au temps venir ça en arriere.

65Mais il fist pour soy vengier

 De ces Gregois, mal bacheler, /

 Qui Lemedon lui avoient tué

 Et Troie destruite et malmené.

 Ce roy Leomedon

70Fu roy de Troye et son avon;

 Adonc il voult sa tente enmener

 En Grece sanz retourner;

 Celle estoit de Priamus serour,

 Ysona la nommoient li plusour.

75Pour ce cil Paris en Grece ala

 Pour soy vengier de celle honte la,

 Et lors il va arriver

 A un temple noble et chier

 De madame Dyane qui la estoit

80Et la feste on faisoit;

 La se souloient assembler

 Gens de par tout païs pour festoier.

 Quant Paris vint au temple,

 Il trouva la royne dentre,

85Qui la estoit pour orer

 Et la deesse honnourer.

 Mais quant Paris vit sa beauté,

 Il en fu tout enflamé;

 Lors lui vint en ymaginacion

90Qu’il demanderoit le don

 A madame Venus voirement,

 Qu’elle lui ot promis en present

 Quant le pom lui fu donnant,

 Et elle le receust en present.

95Lors fist son oroison

 Et demanda yllec le don,

 Et ce estoit qu’il l’eust pour amie

 Helayne, la royne jolie;

 La la prist, si l’enmena

100De Grece a Troye la grande la.

 Et roys Menelaux, qui fu son mari,

 En fu doulant et marri;

 Si fist tous les princes de Grece assembler

 Pour soy de tel honte vengier,

105Dont tout le monde si assembla

 Devant Troye la grant la: //

 [C. 73v.] L’une partie estoient les Gregoys aidant

 L’autre Troye deffendant.

 La fu emprise tel bataille

110Qui dura .x. ans sanz faille,

 Seulement pour soy vengier

 De la belle royne au viz cler.

 C’est Paris, qui tantes chevaleriez fist

 Et qui le roy de Frise occist

115Au millieu de gregoise gent

 Ou estoit l’estour doubtant.

 Cil roy cousin Ulixes estoit,

 Le bel parleur et qui sages estoit,

 Car par son sens et son adviz

120Troyens furent malbailliz,

 Et par ce roy de Frise voirement

 Furent Gregoys moult dolent.

 Ce est Paris, le bel chevaliers

 Hautement garniz de toutes bontez;

125C’est cil qui tantes bataillez faisoit

 Contre Gregois et les malmenoit.

 Cil souvent assembla

 Aux fors roys de Grece la

 Ou il tua leur empereur

130Palamidez a grant doulour.

 Cil Palamidez fu moult fier

 Et voirement hardi chevalier

 Et, par sa force et sa vigour,

 Il se fist eslire empereur.

135Mais quant Paris l’ot tué,

 Gregois furent si desconfforté

 Que tous les mistrent a desconfiture

 Villainement et sanz mesure;

 Et ala Paris a leur navire

140Et en fist tel martir

 Que plus de .vij.c en fist ardoir,

 Ainsi le sachez vous de voir.

 C’est cil qui fu a l’estour bien cremuz

 Et tua le roy Aias le corsuz,

145Qui estoit prezque jayant,

 Cil qui grevoit Turquoys tant. /

 Ayas roys de Logres estoit

 Et Gregois lors il aidoit,

 Lui et trestous ses Bretons

150Qui aux Turquoys estoient felons.

 Au derrain Paris le tua

 En la fort bataille la,

 Dont Gregois furent moult dolens

 De perdre tel seingnour vaillans

155Et qui si fier estoit en estour

 Et qui moult valoit a plusour,

 Mais Paris moult le compara

 Celle mesmes journee la.

 C’est Paris, qui tellement venga

160Ses freres qui morurent la

 A ces grans assemblemens

 Ou morurent tant de gens.

 Ce fu devant Troye, la grant cité

 Qui fu de telle nobilité:

165Car en l’ost avoit un Gregoys

 Qui malmenoit mains Turquoys;

 Cil va Hector et Trolus tuer

 Et maint autre bon chevalier,

 Qui freres bastars Paris estoient

170Et leurs guerres maintenoient.

 Et au derrain Paris se venga,

 Car cil Gregoys il detrencha

 Dedens le temple madame Dyane,

 Et mist son amy au derraine

175Par le command Ecuba sa mere,

 Qui lui fist celle œuvre faire

 Car cil Gregoys lui avoit failliz

 A ce que la royne ot promis,

 Car il devoit Polixena espouser,

180Sa belle fille au viz cler,

 Et, pour tel, faire l’ost de Troye deppartir

 Ne jamais contre le roy Priam venir.

 Dont contre Priam il se faulsa

 Car Trolus, filz Priam, tua

185Et par ceste telle quaison

 Paris le detrencha a pur tronçon, //

 [C. 74r.] De quoy Gregoys orent grant desconfort

 Dont ilz se tindrent presque mort.

 Ainsi fu Paris vengié

190De cellui qui l’ot si grevé.

 Paris tantes chevaleriez fist

 Que assés seroient long li dit,

 Mais de la quarte journee passee,

 Qui fu par bonne destinee

195Et par male de noz ennemis,

 Car bien le sçorent tout ycel diz,

 Il fu ce jour vainquant,

 Ce dient la Deesse et les dames en present.

 Et a l’onneur et reverence

200Du Dieu et de sa presence

 Et de la noble Deesse jolie

 Et de toute l’autre compaingnie,

 Mon compte je fineray

 Et atant m’en soufferray».
 

[1a] Quant il ot son compte dit en tel maniere comme vous avez oÿ, nus bel Paris et madame Helayne et furent moult honnourés, car chascun parloit de leur beauté et disoient que nature les avoit fait par mirer. [2a] Adonc commencierent la joye et la feste par leanz que ce estoit veillez, et dura jusquez pres de la mienuit.

14

[1] Cy endroit dit li comptez que, quant les trieves duroient, le Dieu entendoit a ordonner ses besoingnez, puis entendoit a deduit et feste et moult avoit grant plaisir de honnourer ses subgiz. [2]  Et quant il oïoit les heraulz qui donnoient le loz aux princez et a ses aultres subgiz, moult lui agreoit en oïr raconter leurs bontés et chevaleries. [3]  Dont il advint un jour, aprés ce que on ot donnés les loz a aucuns barons, que le Dieu et la Deesse d’Amours ordon/nerent de aler en la grant forest d’eulz estoit pour veoir le deduit des chiens, car bien sachiez que celle forest estoit une des plus grandez et plus diverses et plantureuses de toutes diverses bestes que on sceust en tout le monde. [4]  Dont le Dieu dist a une partie de ses princes qu’ilz alassent veoir le deduit de la forest en sa compaingnie et que la Deesse y seroit ensement et y meneroit une grant partie des plus haultez dames qui en sa compaingnie estoient en celle assemblee ou il y avoit ainsi comme sanz nombre. [5]  Que vous diroye? [6]  Ainsi fu fait, car moult voulentiers le firent et voulentiers y alerent tant pour le deduit veoir de la forest comme pour la compaingnie des dames qui y aloient.
[7] Lors se partirent devant le jour les veneurs et alerent en la forest tendre les cordes et les filez aux lieux qui se appartenoit et pour veoir la part ou on devoit mettre les relaiz des leuvriers par ou les cerfs et les dains et autres bestez devoient passer.

[8]  Quant vint a l’eure que le souleil fu levez, le Dieu et la Deesse d’Amours, atout la plus noble compaignie envoisie que oncquez oeil veist de haulz princes, de chevaliers, d’escuiers, de grans dames et damoisellez et pucellez de mainte sorte, se partirent de leur logement et se mistrent en la forest pour leur chace faire. [9]  Les veneurs, qui ce s’entremettoient, descoublerent leurs chiens et les laissent aler par la forest. [10]  La ilz trouvoient les bestes et la forest retentissoit tant par les chiens comme par la voix de ceulz qui la chace faisoient aprés // [C. 74v.] les bestes. [11]  Et les chiens d’autre part, qui estoient la ainsi comme sanz nombre, glatissoient ça et la, dont trop delictables estoit a ouïr et a veoir les bestez ça et la partir et ferir dedens les cordez, et d’autre part veoir courre les levriers aprés ces cerfs et dams. [12]  Dont il advint que, devant heure de nonne, le Dieu d’Amour prinst bien .x. charretees de cengliers, cerfs et dains.

[13]  Lors fu appresté le mengier, car temps en estoit. [14]  Si s’assistrent a cellez belles frescheures le Dieu et la Deesse d’Amours et tous empereurs, roys, princes, chevaliers, pucelles, dames et damoiselles. [15]  La estoient a tel deduit comme croire poués, et tenoient grant compte du bel deduit en quoy ilz avoient esté tout le jour. [16]  Et ne me demandés mie se ceulz Amans se faisoient a preer de servir leurs dames et amies. [17]  Aprés mengier, moult grant compte tenoient de celle chace, et l’un disoit que oncquez n’en avoit veu plus fiere beste que cil cenglier qui avoit tué trois hommes et six chiens et .iiij. chevaulz, et l’autre disoit: «N’as tu veu la grande deffense que fist le cerf qui tua le chevalier quant il le feri de son corn par le ventre, et le getta derriere se espaulez dont puis ne se pot relever?». [18]  Que vous diroye? [19]  Assés debatoient et faisoient moult grant noise. [20]  L’un disoit: «Telle beste est plus fiere et plus perilleuse», l’autre disoit: «Mais telle»; qui disoit du lion, qui disoit d’un ours, tant que grant noise faisoient.

[21]  Le Dieu demande que ce estoit, et de quoy cez barons tenoient tel plaist, et on lui compta. [22]  Lors fist venir devant lui ceulz qui tel debat / faisoient pour oïr que ce seroit, car il veoit que ce estoit acertés, car ilz en debatoient ainsi comme par couroux, et la avoit mains chevaliers qui avoient ja promis l’un a l’autre que, ou cas qu’il n’eust; droit de ce qu’il maintenoit et que la beste qu’il maintenoit ne fut la plus fiere et la plus fort, ilz vouoient a Amours que, aprés ces grans batailles et que le Dieu feust deslogiez de la, que de un an ne finerroient de aventures querre sanz nul reppoz fors que de une nuit, se ce ne feust par force ou par maladie, et promistrent de non reffuser aventure, ou fut bonne ou mauvaise. [23]  Que vous diroye? [24]  Ilz ne se pouoient accorder, ainz mistrent leur debat sus le Dieu d’Amours et distrent qu’il est si sages et a si bon conseil que assés tost ara donné la sentence. [25]  Quant ilz furent devant le Dieu et orent assez debatus laquelle beste estoit plus fiere et faisoit plus a doubter, et l’un maintenoit l’un et l’autre, l’autre, le Dieu d’Amour en donna telle sentence par le conseil des philosophes:
 

 «Seingneurs qui ainsi vous debatez

 Des animaulz et de leurs fiertez,

 Je vous vueil faire savoir //

 [C. 75r.] Adés le voir sanz decepvoir.

5L’un de vous dist que li lyon est plus fier

 Et que plus fait a redoubter;

 L’autre si maintient un ours

 Et dist que trop est perilloux;

 Les aucuns maintiennent un cerfz

10Et maintes bestes moult divers.

 Mais une chose bien sachiez,

 Que bien n’en avez avisez

 Laquelle est plus fiere et plus doubteuse

 Et de toutes plus perilleuse,

15Et qui est plus male et fellonneuse

 Et au monde plus dommageuse,

 Ne n’y a qui a lui se puisse comparer,

 Car animal n’y a son per.

 Ce est cil que vous diray,

20Car plus n’y attendray.

 Ne savez vous d’un grant seingnour

 Ce qu’il puet par sa ferour,

 Par son domine et sa puissance,

 Car a mains puet faire grevance?

25Dont le seingnour qui n’a en lui

 Justice et misericorde aussi,

 Et qui soy mesmes ne veult justifier,

 En lui n’a nul bien a trouver;

 Mais malheurez sont ses subgiz

30Qu’il a a justicier tousdis

 Par les adversités et grans faillancez

 Que souvent leur font par leurs meschancez,

 Car les uns ilz font mourir,

 Aux autres vuelent le leur tollir,

35Les autres vont injuriant

 En tans manieres, je ne sçay quant,

 Aux autres vueulent leurs femmes tollir

 Qui ne le vont oncques merir.

 Dont cil qui a tel seingnour

40Use son temps en grant langour,

 Et bonnement n’y puet remédier

 Ne contre son seingneur reveler,

 Car, si le fait tellement, /

 Son linage a honte grant,

45Et s’il est adesez,

 Tost la vie y a laissez,

 Ou soit a droit ou soit a tort,

 Il y gaingne ja la mort.

 Et tous ceulz qui en orront parler

50Ne le pourront mie escuser,

 Ains ly aucun sanz faulte diront

 Que ce ne fut mie sanz raison.

 Dont il se treuve en escript

 Qu’il sont .ij. dons a homme eslit:

55L’une est d’avoir raisonnable seingnour

 Qui se justifie lui mesmes touzjour,

 L’autre d’avoir bonne moullier

 Sanz tricherie et sanz bourder.

 Et cil qui telle maladie aura en lui,

60Ce est de mal seingneur et de mal moullier aussi,

 Tous les mires pourra cerchier

 Qui de tel mal nel pourront curer.

 Dont je tourneray a ma matiere

 Que commençay ça en arriere

65Pour vostre debat et vostre tençon

 Dont a moy vint la declaracion.

 Je dy que cil tel seingnour

 Qui est garniz de si mal meur

 Comme dessus vous ay devisez,

70Il est trop plus fier et plus mauvez

 Que ne sont les bestes voirement

 De quoy m’alez cy tant parlant.

 Et se aucun vouloit dire

 Que la droicture est en dire

75Que un homme soit comparez

 A ces animaulz desveez,

 Je diroye que homme doit estre animal raisonnablez

 Et les bestez inraisonnablez

 Tant que tous sont animalz;

80Dont est bien le seingneur mauvais

 Qui n’a en lui raison ne droicture,

 Et de la difference Dieu n’a cure:

 C’est quant Dieu lui consenti //

 [C. 75v.] Que animal raisonnable fut il.

85Dont je dy par bonne raison

 Que c’est le plus fier animal du mond

 Par la puissance et grant malice

 Qu’en telz gens voirement habite».

15

[1] Quant le Dieu ot dicte sa declaracion, assés en furent mains hommes merveillez, mais ceulz qui avoient entendement en eulz bien s’i accorderent. [2]  Dont ceulz qui faisoient tel debat n’en parlerent plus car bien congnoissoient que la sentence est bonne.

[3]  Quant vint que leur debat fut passé et le souleil fu auques baz et le Dieu se vouloit reppairier vers ses tentes, lors se leva une si grant huee dedens la forest que fu bien adviz que tout deust fondre. [4]  Le Dieu et la Deesse, qui ja s’en vouloient revenir, dient: «Veons que ce sera». [5]  Lors viennent poingnant deux barons vers le Dieu et lui distrent: «Seingneur, hastez vous et venez veoir la plus belle aventure que trouvé avons que oncques fut trouvee». [6]  Le Dieu et la Deesse se hastent et s’en vont tous et toutes par commun poingnant celle part. [7]  Quant ilz furent la / arrivez, ilz trouverent tous les les chienz et une partie des gens qui estoient entour une cave, et la nul ne s’osoit fichier que en present ne fut ou mort ou navrez malement. [8]  Et des chiens en y estoit ja mors plus de cinquante, et la estoit la greigneur rumeur que oncques nul oïst, car veissiés chevaliers et escuiers prendre et abatre contre terre, les autres deffroissier et affoller et chiens tel atourner qu’ilz n’en osoient plus approuchier la cave. [9]  Quant le Dieu fut la venuz et il voit le martire de ses gens et voit tuer aucuns de ses chiens que fort amoit, il fu ainsi comme forsennez, et dist: «Haro! Benedicité! Qu’est ce que je voy? Est ce enchantement?» [10]  Adonc se met avant atout son espy et veult veoir que c’est, mais ses barons le pristrent et ne le laissierent aler vers celle rage. [11]  Pluseurs descendirent et vont vers la cave; lors un chevalier de hault cuer se met avant devant la cave, son espy en sa main. [12]  De celle veissiez yssir un homme sauvage tout velluz comme mouton, plus noir que meure, atout un desmesuré baston, et prent cil chevalier et le tret a soy aussi legierement comme ce fut un pigon. [13]  Cil chevalier ne fu si tost dedens la cave qu’il fu estranglez par ceulz qui dedens estoyent. [14]  Que vous diroye plus? [15]  Cil homz sauvages et ceulz qui en sa compaingnie estoient furent plus cremus en petit d’eure que fouldre. [16]  Le Dieu cuide bien enragier quant il voit tel affaire. [17]  Lors dient que autre conseil n’y a fors que de faire venir de fossoyeurs a planté [qui c]averont celle cave // [C. 76r.] par derriere, et les en feront yssir, vueilles ou non. [18]  Ainsi fu fait, car le Dieu manda en présent en son grant ost et fist venir plus de cinq cens hommes a forsours qui la cave pe[r]zoient derriere et de travers. [19]  Cil homme, qui presque jaiant estoit, faisoit martire de ceulz qui sa maison cavoient, et des autres qu’il pouoit attaindre ne le me demandez mie, et autel faisoient ceulz qui en sa compaingnie estoient.

[20]  Quant cilz homs sauvagez voit sa cave roupte devant et derriere et de travers, il saute ou millieu de ceuz qui la gaitoient et autel firent sa femme et .iiij. enfans qu’il avoit jeunes en semblant d’aage de .xviij. ans. [21]  Sachiez que la femme et les enfans estoient tous ainsi velluz comme leur pere estoit et aussi noir. [22]  Le pere et la mere tiennent chascun desmesuré baston et les .iiij. enfans tenoient pierres et occioient et feroient et faisoient trop grant martire de gens. [23]  Adonc s’escrie le Dieu qu’ilz feussent pris, et les barons et autres se traient avant pour prendre telle proye comme je vous deviz. [24]  Ceulz se deffendoient que ce estoit merveillez, mais quant il vit que plus ne pouoient endurer, il saute par une partie de ceulz preudommez qui lui avoient sa cave route, et se met devant sa femme et ses enfans et commence a monter un grant tertre moult hault pour soy garentir. [25]  Lors advint que la furent retenuz .iij. de ses enfans, desquelz les .ij. furent maslez, et le tiers fu fumelle. [26]  Assés firent leur devoir de prendre / les tous, mais puis qu’ilz furent aucquez montez sus la roche, ilz ruoient telz carignons contre ceulz qui les suivoient que ce estoit merveillez. [27]  Dont au derrain le Dieu s’en tourna et ceulz qui ainsi les chaçoient, et bien dist le Dieu que «oncquez si belle aventure n’avint a homme en chace comme a nous est avenue au jour d’uy». [28]  Ainsi s’en reppaire le Dieu et la Deesse et leur compaignie liez et joyeux de telle aventure, et estoit si liez qu’il disoit que mieulz amoit celle chace que .x. cités. [29]  La Deesse dist au Dieu: «Sire, vous m’y donrez, s’il vous plaist, part de vostre chace, et ce sera que vous aurés les enfanz et je auray la femme». [30]  Le Dieu d’Amour moult s’en resjoÿ et lui abely et dist que ce estoit moult: avenant et que bien le vouloit.

[31]  L’endemain voult le Dieu tenir sa grant court pour festoier ses princes et dames et toute sa compaingnie, et les semont a mengier de la chace que fait avoit ainsi comme devisé vous ay, car plus de .xx. charetees en apporterent. [32]  Quant la court estoit plaine et les tablez furent leveez, le Dieu, pour resjouir ses barons, fist venir les .iij. enfans sauvages devant tous, car mains princes ne les avoient veuz, car ilz n’estoient en la chace. [33]  Ceulz qui les .iij. enffans gardoient les avoient liez, car de grant force estoient; ilz mordoient et exgratinoient que ce estoit terribleté et voirement, se ilz eussent esté de greingneur aage, assez y eust eu a faire. [34]  Que vous diroie? [35]  Assez furent regardez. [36]  Le Dieu com//mande [C. 76v.] que a chascun feust donné deux bonz maistres pour les siens aprendre et chastier, car ilz disoit que jeunes enfans estoient et que assés tost aroient apris.

[37]  La Deesse fist autretel et plus, car elle prist trois femmes, une vieille, qui trop male femme estoit, et une autre de moyen aage, et une fillete jeune pour sa sauvage endoctriner, ou par une maniere ou par autre, car bien sachiez que celle jeune femme sauvage estoit si male et plus fiere trop que n’estoient ses deux frerez tous ensemble.

[38]  Les barons qui regardoient le fait distrent au Dieu: «Sire, fait batre ces sauvages quant ilz feront aucun mal, et ainsi ilz apprendre par doubte, et nature les avisera». [39]  Le Dieu commanda a faire comme ceulz li devisoient. [40]  Lors advint que un chevalier ala touchier un de ces .ij. sauvages; cil l’arappe et le mordi forment, et l’autre sauvage le prent de l’autre part, et exgratinoient moult fort le chevalier.

[41]  Quant leurs maistres ce voient, qui bien avoient entendu qui les deussent batre, en present prannent bonz foez et les commencent a moult fourment. [42]  L’un des sauvages, quant il se senti batre, court sus a cellui qui le batoit, et pou se failli qu’il ne le gasta, et quant plus le gastoit, pis faisoit. [43]  Quant l’autre sauvage se senti batre, il fist un petit le mauvais, mais en present se revint et fut si humain qu’il se laissoit toucher a chascun en la maniere que on vouloit, et en present fu privez que merveillez fu. [44]  Lors dist le Dieu: «Batez encor l’autre, et verrons si se vouldra ainsi aprivoisier comme son frere». [45]  Adonc commencent a battre le et a ferir / et a lui faire mains ennuys, mais cilz sauvagez, quant on le batoit plus, de tant estoit il plus fier et pis faisoit. [46]  Adonc dist un ancien chevalier qui moult savoit des choses mondainez par son sens et par son aage: «Seingneurs, on dist communement que ’telz naissent d’un ventre qui n’ont une entente’. Faites a ma guise. Faites amourouser paisiblement ce sauvage et bellement le faites tenir». [47]  Lors dist a ceuz qui les gardoient: «Boutés baz ces verges et ces foez et donnés le moy un petit a gouverner et a tenir, et verrez que je feray». [48]  Que vous diroye? [49]  Le chevalier le prist et le commence a amourouser et le galoit et le planioit. [50]  Le sauvage regarde cellui qui bien lui faisoit et que ainsi l’amouroisoit. [51]  Lors se trait pres de lui et vouloit courir sus a ceulz qui le vouloient maistrier. [52]  Le chevalier ne le lassoit mie aler, ainz le tenoit bellement, puis faisoit semblant de lui deffendre de ceulz qui batuz l’avoient; cil chevalier le prent et le touche et puis demandoit les autres barons qui ce regardoient et les faisoit venir pres du sauvage. [53]  Adonc le touchoient par doulz semblant et en faisoient leur voulanté par debonnaireté et sanz rigour.

[54]  Ainsi furent les deux sauvagez aprivoisez: l’un par debonnaireté, et se tret vers les gentilzhommez ne par couroux, ne par menace, ne par estre batuz, ne voult oncquez fere se piz non, et par debonnaireté se laissa gouverner, car de tel nature estoit; l’autre fu tousdis avec les meschanz varlez des estables qui // [C. 77r.] tousdis le batoient et par tel en faisoient leur voulanté, et autrement n’en eussent joÿ. [55]  Quant le Dieu d’Amour voit tel affaire, moult prisa le sens au chevalier et asés fu liez de ce que ses sauvages furent tellement aprivoisiez; dont le Dieu souffroit toudiz que l’un alast par tout son hostel et a ses chambres et salez et tousdis demouroit avec les noblez, car de tel nature estoit; l’autre tousdiz fu es establez et es cuisines ou il faisoit ce que on lui commandoit, et ja ne vouloit habiter avec les noblez, ains par force et par doubte de estre batuz, servoit aux lieux devisé vous ay.

[56]  Quant la Deesse voit ce, elle dist pourquoy les .iij. maistressez que elle avoit donné a sa femme sauvage n’en faisoient tellement aprivoisier sa sauvage que le Dieu lui avoit donné. [57]  Ces trois maistresses lui distrent: «Madame, moult y avons a faire, car trop male est». [58]  La Deesse dist: «Faites tout en telle maniere comme on a fait a ses freres». [59]  Lors vint la vieille qui de ce se prenoit garde et prent ceste sauvage et la bat moult asprement; ceste femme tousdis faisoit piz et plus fiere estoit que devant. [60]  Lors dist le Deesse a l’autre damoiselle: «Faites tout ainsi comme on a fait des autres. Prennés la par debonnaireté». [61]  Ceste damoiselle, qui moult estoit sage, le fist ainsi et la prent debonnairement et la cuide bien vaincre par debonnaireté.

[62]  Quant la sauvage vit celle qui la cuidoit aprivoisier par bon semblant, adonc lui court / sus et l’arappe a ses .ij. mains que elle avoit aucquez liez et puis la prent aux dens dedens l’espaule et estraint tellement; qu’elle emporte une piece de sa robe et grant mal y fist. [63]  Ceste bonnes damoiselle n’en fist semblant, ainz l’amourosoit autre fois et la cuidoit vaincre par debonnaireté. [64]  Que vous diroye? [65]  Quant plus la planioit, pis faisoit. [66]  Lors dist la Deesse: «Veons se ceste fillete jeune la pourra resjouir par soulaz et par esbatemens. Je croy que ja n’y fera mal, car bien apperçoit que ceste fillete est simple; je croy que toute l’appaisera». [67]  Ainsi fut fait, car la pucelle li vait entour et chantoit et venoit petit a petit vers la sauvage; celle fu la si yree comme serpent et plaine de maltalant, et quant elle voit la fillete pres d’elle, elle fu ennuyee de ses jeux. [68]  Adonc l’arappe a ses .ij. mains et la met en sa bouche et toute la mort et exgratine devant que nul la lui peust oster, et presque morte fu la fillete; donc tous lui courent sus et la batent moult fellonneusement. [69]  Que vous diroye? [70]  Moult se courouça la Deesse qu’elle n’avoit peu aprivoisier sa sauvage. [71]  Dont je vous fais savoir que, selon qu’il me fut puis dit, oncques ne par batre, ne par debonnaireté, ne par deduit; que nul peust faire a celle femme ne la porent aprivoisier; ainz se recreurent mains et maintes a ce faire. [72]  Dont au derrain elle demoura tousdis en sa fellonnie tant que elle morut par son aage. [73]  Adonc pensay: «Harou, que veult ce dire? J’ay veu lyons, ours, lieppars, cengliers, loups, renars, lievrez et maintes autres bestes qui de nacion sont // [C. 77v.] sauvages et n’ont entendement raisonnable et sont privees et se trayent au plaisir de l’omme. [74]  Et ceste femme qui doit avoir entendement raisonnable, on n’a peu pour neant aprivoisier».

[75]  Adonc me souvint d’un proverbe qui disoit que ’toute chose puet li homs aprivoisier fors seullement une male femme’.

[76]  Quant ce fut fait, il ne demeure mie granment qu’il vint devant le Dieu et la Deesse, qui encor regardoient le fait que dessuz vous ay nommé et grant feste en faisoient tous; lors advint que trois femme moult yreez par semblant, car elles estoient toutes eschevelleez, don l’une estoit une dame, l’autre une damoiselle et la tierce fu une pucelle, et toutes troiz furent assez bellez, mais toutes passoit la pucelle de beauté, car, a voir dire, elle estoit moult envoisiee; lors vint un de ceulz qui se prenoient garde suz ceulz qui faisoient les rioz; si presenta ces .iij. femmes devant le Dieu et la Deesse en presence de tout le bernage en disant: «Seingneur Dieu et Deesse, je vous present ces gens qui ont fait riote / en vostre ost».

[77]  Quant le Dieu et la Deesse entendent tel dit, adonc demandent que ce est, et font venir en leur presence ces femmes pour savoir la cause de tel riot. [78]  Lors commanda le Dieu que la dame parlast, et aprés parlassent les autres .ij. [79]  Ainsi fut fait, car la dame dist sa raison en telle maniere: «A vous, tres redoubtés seingneurs Dieu et Deesse, fais savoir comment nous .iij. qui cy sommez en vostre presence estions hui devers matin auques en esbatement devant noz tentez, dont il advint que nous passa ce jeune escuier que je voy la devant vous reppairier. [80]  Si diz a ceste damoiselle: «Veez ça venir mon amy, qui est si joliz et si beaulz». [81]  Ceste damoiselle me dist: «Mal dites dame, car mien est et nulle part n’y avez». [82]  Quant la pucelle qui ci est entendi noz diz, elle dist: «Par m’ame, a tort en parlez, car il a ja bien plus d’un an que je l’aim par amours, et il m’ayme ainsi comme je croy». [83]  Lors commença le debat entre nous trois, et multipliames tantes parolles ainsi que assez nous debatimenz».

[84]  Quant le Dieu entend tel dit, il demande le jouvencel pour savoir la verité de telle querelle. [85]  Le jouvencel se trait avant, tous honteuz de telles parollez, et ne disoit mot, ains escoutoit. [86]  Et la Deesse dist: «Laquelle de vous l’a premier acointé?». [87]  La dame qui premier avoit parlé dist: «Tres redoublee dame, bien sachiez que devant que mon amy feust mort en la bataille, assés l’avoie couvoitié et ja avoye mon amy oubliez pour lui, // [C. 78r.] et bien desiroye s’amour a avoir pour la joliveté de lui». [88]  Adonc dist la damoiselle: «Tres redoubtee dame, vostre dominacion n’est point ygnorant des graces que devant hier nous feistez quant noz amis furent mors en voz grans bataillez; donc mon amy ne fu si tost mors, je voy requerir cestui d’amours que assez me sembloit bien tailliez a tous plaisirs. [89]  Et je, qui estoie sanz amis, assés me feusse passé de ma perte pour l’onneur de toy se j’eusse tel amis et bien m’en feusse tenue heureuse». [90]  Le Dieu commanda que la pucelle parlast, mais elle estoit tant honteuse, le visage aucques bas, et bien voulzist estre autre part, mais force la tenoit la, dont elle avoit tel honte que ja n’osoit sa raison dire; mais quant la Deesse l’apperçoit, elle lui dist: «Belle fille, dictes hardiment vostre voulanté, car bien le vueil et bien ameray tant vostre droit comme cellui a ces autres deux». [91]  Quant la pucelle entent le dit de sa dame a laquelle elle avoit servi toute sa vie des qu’elle ot nulle congnoissance, si prist hardement et dist: «Tres honnouree dame, puisqu’il est de ton plaisir, je diray. Voir est qu’il a bien passé un an que je, qui jeune pucelle sui, avoie desir de estre tousdis en ta court et de estre acointé de ton hostel. Dont je viz ce joliz valeton qui aucques estoit de mon aage et bien me plaisoit; si m’y entra si fort au cuer que touzdis pensoye en lui. [92]  Et je estoie si honteuse que ne lui osoie dire ma / voulanté, mais tousdis le regardoie moult voulentiers, et tant en fiz qu’il me fu adviz qu’il me regardoit ainsi voulentiers comme je faisoie lui et, par cel esgart, je croy que l’un congnoissoit la voulanté de l’autre. [93]  Mais quant devant lui j’estoie, je n’avoye hardement de lui dire ma voulanté, ainz estoie toute esperdue. [94]  Et quant il s’estoit partis, adonc me maudissoie de ce que ma voulanté ne lui avoie dicte, et trop doulante estoie et souvent en plouroye la nuit quant ne pouoie dormir ne repposer et lors me clamoie de vil cuer. [95]  Et bien sachiez, tres redoubtee dame, que pitié sera de moy qui suis encores simple pucelle laisés plus y sans amy, car devant que je feusse de un autre tant cointé comme je sui de cesti, a ce que je suis honteuse, trop perdroie mon temps». [96]  Et lors commence a plourer moult tendrement de la pitié que elle avoit de soy mesmez, dont je vous dy que mains en avoient grant pitié.

[97]  Quant le Dieu entent le dit a la pucelle, il dist au valleton qui jeunes estoit de .xviij. ans et n’avoit nulle barbe, et bien sachiez qu’il n’estoit mie merveillez se debat estoit entre celles pour lui, car trop bel estoit et bien taillez a tous deduiz et autres choses, lors li dist le Dieu: «Di, va! Amis, que responderas tu a ces trois femmes? Bien as oÿ leur debat». [98]  Le valleton, moult honteux, respondi: «Tres reverent seingneur auquel je me suis vouez toute ma vie, voir est que de la voulanté ceste dame je ne sçay riens fors ce // [C. 78v.] qu’elle en a dit maintenant car, se elle couvoitoit m’amour grant temps y a, de ce estoie je ygnorans. [99]  Mais il est bien vray que ceste damoiselle, le jour mesmes que elle ot son amy perdu, me requist d’amours assés piteusement, mais elle scet bien que je n’y attendi mie». [100]  Lors s’escrie la damoiselle et dist: «Sauve vostre grace, car ne m’en dites mie le contraire, dont je y pris bonne esperance». [101]  La Deesse d’Amours dist: «Belle suer, sueffre toy. Laisse parler le valleton». [102]  Lors respondi le valleton: «Bien que je n’aye dit le contraire, pour ce ne la vous avoye je mie ottroyé m’amour». [103]  Et l’autre respondi: «Nennil qui t’est si ottroié». [104]  Le valleton dist: «Je le fis pour tel, car ne seroit mie courtoisie a gentilhomme respondre villaines parollez ne desplaisanz a dames, a damoiselles, ne a pucelles, en especial quant elles presentent leurs amours. [105]  Mais bien sache le Dieu et la Deesse que tout mon cuer baioit a l’amour de ceste pucelle. [106]  Et tout ainsi comme elle a devisé de son regart et du mien va il voirement, par la foy que je suis tenuz a mon seingneur liege, a laquelle presence je parle, et a la soue majesté. [107]  Et tout ainsi m’avenoit il quant je lui estoie alez devant pour li dire ma voulanté comment elle dist que elle avenoit, et souvent me plaingnoie; a moy mesmes».

[108]  Quant la pucelle entent le dit son amy, elle estoit jeune et moult amoit de grant cuer son amy, et maintenant que elle entent la voulanté cellui par lequel mains nuiz son cuer a souffert paine, elle ne se pot tenir de plourer moult tendrement, et se mist a genoullon devant le Dieu et la Deesse, joinctes mains, mes n’en pouoit riens dire, mais chascun / entendoit bien sa voulanté. [109]  Adonc s’escrient les barons qui, en la place estoient et grant pitié avoient de la pucelle et dient: «Seigneur, fai grace a ceste pucelle et lui donne le valleton, car bien sera; et vous ma redoubtee dame, priez li que ainsi soit». [110]  Quant le Dieu ot entendu ainsi le dit des .iij. femmez et le dit le valleton, et il voit ce que ses barons lui prient, il fist tel jugement, car a homme appartenoit, et se il fut appartenus aux dames, la Deesse eust donné le jugement, ainsi comme autrefois vous ay dit. Lors dist ainsi:
 

 «Or entendés, les miens subgiz

 Que je doy tant amer tousdiz:

 Vous avés bien oÿ comment

 Ces trois se furent plaingnant

5Toutes trois pour un amy avoir;

 Ce n’est mie digne, a dire voir,

 Car un homme voirement

 Ne doit avoir c’une amant,

 Et celle il doit honnourer

10Et resjouir et tenir chier

 Et plus il n’en doit tenir;

 Assés y a a faire a lui servir

 Par les envoisures et jolivetez

 Que leur ay donné de voulantez.

15Dont mes dames sont si de bonne nature

 Que tout le monde devroit avoir cure

 De les honnourer et servi[r].

 Or vées com un homme par li

 Pourroit tellement faire

20Com doit tout le monde sanz contraire:

 Et di a toy, dame, premierement

 Que ainsi t’estoiez hastant

 Du jouvencel couvoitier

 Pour ton amy ainsi oublier, //

25$[C. 79r.] Tu contre moy te meffaisoiez

 Et tes amours du tout faussoiez.

 Et tu, aultre damoiselle

 Qui as fait telle querelle

 Et ainsi vas demandant

30Ce ou tu n’en as neant,

 Car le jour que ton amy oz perduz

 Tu meis tost ton dueil juz,

 Si vas le valleton requerre

 Que ja ne le devoiez faire,

35Car encor n’en estoit mie ottroyé

 Par la Deesse l’auctorité

 Ne les previlegez voirement

 Que vous fu si large donnant,

 Mais bien t’en savoies pourveoir

40Sanz les previlegez de voir.

 Donc tres bien tous entendez

 Ce que je vous diray adez:

 Trois choses sont ou firmament

 Qui sont sanz nul ordennement

45Et sont plus desolutez

 Et de tous biens sont ja vuidez.

 C’est la nef qui va par la mer

 Qui n’a timon pour la guier,

 Dont legierement la heurtera,

50Par tel tout parfondera.

 L’autre si est li destrier

 Qui va par l’estour plenier

 Et enporte son seingnour ça et la

 Car il n’a frain qui le detiengna

55Dont son maistre sera detrenchez

 Et il mesmes affollez.

 La tierce si est la greingnour:

 C’est de femme qui n’a cremour

 De faire ses malez voulantez

60Quant elle n’est entalentez;

 Pour vous, malez, je le dy,

 Qui ainsi avez mis en oubli

 Voz amis tout en present /

 A voz plaisirs sanz nul attent.

65Et a toy, jeune fillette,

 Qui es fresche et nicete

 Et qui amez loyaument,

 Et le valleton toy ensement,

 Que oncquez n’en os amis

70Fors cestui cy qui seult est[re] joliz,

 Ne il oncques autre amie

 Fors toy, pucelle jolie,

 Par droit et a la requeste de ma gent

 Je te livre le bel enfant.

75Et a toy, valleton, je dy

 Que lui soiez loial amy,

 Et que tu l’aymes loyaument

 Et elle toy tout ensement,

 Et la pense de bien servir

80Et de lui faire a plaisir

 Et, se tu le fais tellement,

 Assés t’en seray merant».

16

[1] Quant le Dieu ot ainsi donné sa sentence, la pucelle ot tel joye que se savoit contenir, ains tousdis regardoit son amy. [2]  Lors ne se pot plus tenir, ainz se vire vers lui, car toudis estoient a genoullons devant le Dieu, et le commence a acoler en plourant // [C. 79v.] de la joye que elle avoit, et adez s’en rioit et puis larmoioit. [3]  Le valeton moult se humilia vers le Dieu et moult le mercia, et lui et la Deesse, de telle bonté; autel fist il faire a la pucelle. [4]  Donc la Deesse commanda que, par signe de bonne amour, se deussent baisier l’un l’autre, et ainsi fut fait sanz grant requeste. [5]  Adonc s’en alerent les autres .ij. qui tel plaist avoient fait moult honteuses, et assés s’en vont murmurant et disoient l’une a l’autre: «Tost en seray pourveue, car je l’ay ja en pensé» et ce que disoit l’une, disoit l’autre.

[6]  Que vous diroye? [7]  Le Dieu estoit tout ennuyés de tant parler et oïr, car il vouloit entendre a esbaudir ses princes et ceulz de sa court pour la belle chace qu’il avoit faite le jour devant. [8]  Lors commencent les menestres sonner et la veissiez karolles et dances en plus de cent pars, que ça, que la. [9]  La estoit la feste plus envoisiee que nul cuer d’omme peust penser. [10]  La veist on mains beaux semblans d’amours, et tanz doulz regars de dames et de chevaliers, de damoiselles et d’escuiers et de pucellez qui tous par commun estoient enflamés d’amours. [11]  Et assés en y avoit que, pour joliveté que en eulz regnoit, ne se savoient mie si bien contenir comme ilz deussent. [12]  Que vous diroye? [13]  En l’estour que les Amans faisoient en ces abeances veisés tout bellement tout bellement l’amy contre l’amie, et l’amie contre l’amy, et la baisoient moult doulcement. [14]  Et l’un gectoit un regart contre l’autre. [15]  La oïssiez souspirer tendrement, autres chantoient envoisiement, et aucune foys oïssiez et veissiez entre ces A/moureux, tant les Amies comme les Amans, qui faisoient aucune fois les despiteux, et ce estoit par aucune petite jalousie de fine amour qui aucune fois venoit, ainsi contre raison comme a raison. [16]  La oïssiez et veissiez tanz doulz parlemens tout bassettement et tanz gracieux respons. [17]  A l’autre fois veissiez changier a celles dames et damoisellez et pucelles les couleurs en parlant que ce estoit merveilliez a veoir a ceulz qui ne l’avoient acoustumé, ne qui ne savoient encor bien la force d’amour, car bien sachiez que a la fois veissiez une de celles, qui plus fresche et nouvelle et vermeille estoit plus que une rose de may, changier la couleur en parlant et plus devenoit pale que marbre, puis retournoit noire, et puis plus rouge que charbon alumez, et ce veissiez vous en celles carollez a toutes heures. [18]  Dont je vous dy bien qu’il n’est homme qui ja voulzist veoir egreingneur deduit que la avoit, car en plus de cent lieux veissiez jouer aux eschaz et aux tablez et autres jeux partis divers qui tous traioient a deduit; la oïssiez donner tans divers partis d’amours, les dames aux chevaliers et chevaliers aux damez. [19]  Et se aucun disoit que je fois plus compte souvent des dames que je ne fais des damoisellez ne des pucellez, sachiés que en celle court damoiselles et pucelles se peuent appeller damez, et la cause est que, puisqu’elles trayent leur cuer a amour, elles se peuent appeller dames en amour, aussi tou//tes [C. 80r.] celles qui en amour bayent sont dames en amour.

[20]  En tel joye et tel deduit furent tout le jour; ainsi entendoit le Dieu a festoier ses subgiz. [21]  Que vous diroye? [22]  Plus [de] .iiij. jours tient le Dieu d’Amour sa grant feste, et si estoit si liez de celle chace que devisé vous ay que nul plus, et moult lui plaisoit quant il veoit ses subgiz estre en feste et en deduit. [23]  Et bien sachiez que en ces .iiij. jours furent assez divers esbatemens, et touzdis y avoit choses nouvellez et plaisanz; mais qui tout vouldroit raconter ce que les Amans faisoient, trop y auroit a faire, car tantes diversitez faisoient que fort seroit a raconter. [24]  Et tous ceulz qui la reppairoient estoient de telle auctorité que tous ces Amans, et hommes et femmes, que trop faisoient estrangez chosez et desmesurees a gens qui ne feussent de leur compaingnie, et tout ce qu’ilz faisoient leur sembloit moult bon et bel, et par tel tout passoient a joye et deduit. [25]  La n’estoit mellencolie se par force d’amer non. [26]  Lors me souvint, quant je me pris garde de maintes choses diverses que la veoie, d’un dit qui dist que ’amours n’y voit goute’, et que ’elle est aveugle’. [27]  Ainsi passerent les trois jours de la feste, et le .iiij.e, a heure de vesprez, le herault monte sus ou lieu acoustumé deshonneurs donner, et commença sa crie en telle maniere:
 

 «Or escoutés, seigneurs et dames ensement,

 Du noble conte le combatant

 Qui fu aux armes tant cremuz, /

 Par les terres en fu congnuz,

5Car bien se puet en lui trouver

 Toute chevalerie sanz menuser:

 C’est en Bove d’Anptone le guerroyour

 Qui ainsi fu cremuz en estour.

 A l’aide de lui mesmes voirement

10Il fist tanz fiers fais et hardement.

 C’est cil qui la belle Jusiane nourri

 Et puis se enamoura de li:

 Ce fu la fille au roy d’Armenie

 Qui fu roy de grant seingnorie.

15Bovez un destrier a la pucelle gardoit

 Et Arondel on le nommoit,

 Destrier fier et de haulte valour

 Qui Bovez aida en maint estour.

 Ce damoisel vit un matin

20Que de Monbrant le roy Yvorin

 Vint Aubefort assegier

 Et la son ost fermer.

 Aubefort fu la maistre cité d’Armenie,

 Qui fu de toutes bontés garnie.

25Roy Yvorin vouloit avoir

 La belle Jusiane, a dire voir,

 Mais son pere ne la lui voult donner

 Pour chose qu’il puist trouver,

 Car roy Yvorin estoit payen

30Et le roy Hermin crestien.

 Par tel commença la guerre

 Felonneuse, cruelle et male;

 Lors le conte Bovez se va armer

 Et l’estour va commencer

35Et a brief tantes chevaleriez fist

 Que mains payans y desconfist,

 Et en cel estour il delivra

 Son seingneur le roy qui fu pris la.

 Je vous pourroye assez compter,

40Mais il en va mains tuer

 Ou temps que le siege y esta,

 Car moult fors estours y furent la; //

 [C. 80v.] Dont il les va malmener

 Et moult en fist descopper

45De celle payenne gent

 Qui tous les mist a tourment,

 Et aucuns roys d’eulz il tua

 Et ainsi il les deschaça.

 Dont il ot puis male soudé

50Par envie que li fu trouvé,

 Car contre Hermiz il fu accusez

 Qu’il estoit de sa fille privez

 Et qu’il l’amoit de folle amour,

 Et distrent au roy douz hault seingnour,

55Dont ilz mentoient faulsement

 Que ja n’y fu fol acointement.

 Lors le roy Bovez envoia,

 Pour le faire mourir la,

 A Damas vers l’amirail Braidemont

60Pour le faire mourir laidement,

 Car Bovez avoit son frere occis,

 - Ce fu Excrofart au fier viz -

 Quant Bovez Armenie delivra

 De la fort guerre qui fu la.

65Bovez tout simpletement

 Vers Damas fu reppairant

 Par le command le roy son seingneur

 Qui la le mandoit par ambaxour,

 Et une lettre y portoit

70Ou sa mort escripte estoit.

 Quant il fu a Damas venuz,

 A tourment y fu retenuz,

 Car Braidemont en sa prison le fist getter

 Pour sa paine plus endurer;

75De celle prison il va yssir

 Quant mains payans fist mourir;

 La .vij. ans il demoura

 En celle hideuse prison la.

 Vers Jherusalem tint son chemin

80Tout le droit ycel matin,

 Car le Sepulcre voult visiter

 Et le lieu ou Dieu se laissa pener. /

 En alant son chemin voirement,

 Il encontra un fort jeant:

85Exmere l’oÿ je nommer;

 Cil vouloit Bovez tuer,

 Mais au derrain Bovez tant fist

 Que par sa force l’occist.

 Par ses journees vint en Jherusalem

90Et moult endura grant ahan.

 Lors va son erre tirer,

 Car en ponent vouloit aler;

 Fortune a Monbrant le porta,

 Car sa voye il tient la.

95La il fu Jussiane trouvant,

 Celle qu’il souloit amer tant,

 Car Yvorinz le roy l’avoit eue

 Et par force retenue,

 Car le roy Hermin lui va donner

100Pour sa guerre eschever

 Car, puisque Bovez ne fu la

 En Armenie la Grant la,

 Ja n’y fu qui puist contrester

 Roy Yvorin ly guerroier;

105Dont il fu de neccessité

 Que la pucelle lui fu donné,

 Mais la dame ainsi l’enchanta

 Que oncquez sa personne n’atesa.

 Quant Bovez a Monbrant fu

110Et sa dame ot apperceu,

 De la il la va embler,

 Et en son pays la va mener.

 Ains com il la menoit,

 Plus de .x.m chevaliers les sievoit

115Pour eulz prendre et retenir,

 Mais Dieu les en va garentir.

 Un fort geant les sievoit