RIALFrI

Cronaca del templare di Tiro

Cronaca del Templare di Tiro (1243–1314). La caduta degli Stati Crociati nel racconto di un testimone oculare, a cura di Laura Minervini, Napoli, Liguori Editore, 2000.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

 

[1]

[1]  (237) [95] Depuis que vos avés oÿ retraire tous les erremens quy sont avenus desa la mer en Surie et en Chipre, quy apartient soulement de l’empereor a siaus de Chipre, si vos viaus retraire plussors autres chozes quy sont avenues en Surie et en Chipre et en aucuns leus as parties d’outremer, des chozes quy a conter font.

[2]

[1]  (238) Entre tant con seste guerre dura entre siaus de Chipre et la gent de l’empereor, si com vos avés oÿ, le dit empereor entendi coment les jenevés abondoneement aveent aydés les chiprois contre sa gent et aveent meismes esté contre luy, quant il fu a Acre en l’aye dou seignor de Baruth. [2]  Et pour ce il vost grant mal a jenevés et comanda par tous les leus de sa seignorie que jeneus ne demorast, en peine de la teste, a un terme quy lor mist, et defendy que forment ni autre vitaille ne deust aler de sa terre en Jeune, sous une grant peine. [3]  Et por ce devint le forment si cher en Jeune que la mine valut .c. sos de sele monee, et la cité de Jeune se peut bien soustenir de tout se que mestier ly est, sauf que de fourment.

[3]

[1]  (239) [D]edens se le pape Selestin de Milan avoit mandé a plusors perlas de venir a luy || [95v] a Rome, et pour ce que les perlas n’ozerent passer par la terre de l’empe[r]or ny por Pize, si vindrent en Jeune et firent armer plusors guallees pour passer en Rome. [2]  Dont le dit enperor entendy coment ses perlas devoient passer o sses guallies de Jeune, si fist armer en Pize .xl. guallees, et alerent ses gualees [aprés ces dites gualees] et ses perlas, et ce fu por mau que il voloit as jeneus et por descorde que il avoit a l’iglise. [3]  Et prirent les dites gualees et les damagerent et tuerent plussors, et menerent les perlas en Pize, dont aucuns eurent les courones de lor testes escorchees et autres furent mort en prison.

[4]

[1]  (240) Quant le pape entendy ceste chose escomenia le comun de Pize, dont il fu lontens escoumenié. [2]  Et quant les jeneus furent si damagés, si armerent guallies et autres leins et alerent en cours sur les pizans et sur la gent de l’empereor, et lor firent menuement damage.

[5]

[1]  (241) L’empereor tant tost si fist armer .lxv. guallees de Sezille et de Puille, et vint en Pize, et pisans armerent .xl. guallies, quy furent .cv. guallees, et fist son amirail .i. jeneus quy ot nom sire Ansaut Damar, le quel estoit || [96] amirail de l’empire. [2]  Et aussi ordena l’empereor .i. host de jens a chevau, qui manda en Jeune par terre, et gent a pié, et alerent ses .ii. host par terre et par mer aseger Jeune. [3]  Et siaus des guallees de l’empereor geterent plusors pilés et caryaus quy avoient lor fers d’argent, et se firent il aussy come par une gra[n]t noblece. [4]  Et l’autre host vint par terre en .i. leuc quy se nome Levant, quy est .i. leuc mout estroit et mout aspre de roches por gens a chevau, et si a .ii. bours as costieres des montaignes, et par mileuc de ses .ii. bours si a une valee mout estroite, qui vait ver la mer, ou il y a une esplage de sablon joinant a la mer. [5]  Et en celuy leuc les jenevés quy demorent la et autres que le comun manda desconfirent la gent de l’empereor malement, et en y ot asés mors de lanses longues et de caryaus. [6]  Et en seste maniere furent desconfis par terre la gent de l’empereor.

[6]

[1]  (242) En seluy meismes jour jenevés par mer nissirent a conbatre a guallees de l’empereor a .lxxxi. guallees mout bien armés, que chascun en persone i monta desus por defendre lor terre et lor henor. [2]  Et Dieu les ayda en lor droit, et vost que les perlas fusent vengés de siaus qui […], les .c. guallees de l’empereor furent desconfis devant la cité de Jene, et prirent les jenevés || [96v] .xxi. guallee, les .viii. de siaus de l’empereor et les .xiii. de siaus de pizans. [3]  Et fu ceste bataille faite en sel an que les chiprois prirent Sur des longuebars, quy fu l’an de l’incarnasion de nostre seignor Jhesu Crist .m.ii.c.xlii., le mois de jung.

[7]

[1]  (243) Cestu emperor, quy fu moult cruel home de cuer et sans pité, et fu mout contraire et persecutor de sainte yglise et por ce li meschut, ala a nient, luy et ces hairs. [2]  Et entre les cruautés que il fist [en est] une que je vos diray.

[8]

[1]  (244) Il avint que plusors des homes, chevaliers et borgois et autres gens, mesfirent envers luy, selonc le dit de seaus quy l’esgarderent. [2]  Le quel mesfait il atainst en veryté ou autrement, il les fist prendre, yaus et lor femes et lor anfans, grans et petis, qui estoient nes de .viii. jours, et fist crever les ziaus a plusours, et puis trestous ensemble les fist ardre en .i. feuc, et furent par tout bien .vc. persones.

[9]

[1]  (245) Quant vint l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m.iic.xliii., pape Selestin morut, et fu fait pape Inosent cart, quy fu né de Jene d’un grant lingnage quy s’apelet Dalsses. [2]  Et cestu pape amonesta moult l’empereor de || [97] venir a amendement de sainte iglize, et que il le resevreit volentiers, mais l’empereor ne vost onques riens oïr. [3]  Et pour ce le dit pape despoza l’empereor de l’empire, et asembla ost et ala contre luy, et se combaty a ly devant la cité de Baline, et fu desconfit malement le dit emperour et son host en tel point que onques puis il nen ot poier de grever sainte iglize, et vesquy aprés se que post et puis morut .vi. ans aprés ce que il fu desconfit. [4]  Et remest aprés luy son fis le roy Courat, quy fu fis de la rayne de Jerusalem, et sestu Courat espouza la fille dou duc d’Asteriche, qui est .i. grant menbre d’Alemaigne et mout riche, et si eut le dit Corrat de ceste dame sa feme .i. fis quy ot nom Coradin, dou quel vos orés encore a parler de luy en ce livre.

[10]

[1]  (246) Cestuy Courat dont je vos parle en son tens se porta asés pis contre sainte yglize que son pere l’empereor n’avoit fait, et morut ausi escomenié con fist son pere.

[11]

[1]  (247) Se dit emperour avoit encores .i. autre fis qui ot nom Manfrey, qui fu nes en avoltire, et vous dirais coment.

[12]

[1]  (248) Il avint que le dit emperor Federic si ama gentille dame de Lonbardie quy estoit || [97v] marquizane, mais quant a l’empereor elle n’i estoit mye pareille, et de ceste dame il eut sestuy sien fis Manfrey. [2]  Et avint que la dite dame fu malade prés de mort et l’emperor, qui estoit sans feme, si la vost espouzer por aliauter son fis Manfrey, que il amoit mout, et pour ce il enquist as mieges se elle poiet garir de seste maladie, et tous les mieges le sertefierent que elle ne poiet guarir en nule fin dou monde, et por ceste seurté l’empereor l’espouza. [3]  Et si come il plost a Nostre Seignor, la dite dame guary de selle maladie et vesqy .i. tens, et par selle maniere fu Manfrey aleauté. [4]  Dont il avint que, quant le roy Courat morut, sestuy Manfrey se mist en avant et prist et saisy la seignorie et les biens de l’empereor Federic, son pere avote, et diset que il estoit aleiauté et que il estoit plus droit hair, qui estoit fis de l’empereor, [que le] fis dou roy Courat, son frere dou dit Manfrey.

[13]

[1]  (249) Dont tous les barons dou reyaume de Sezile et de Principat et de Poulle si le resurent au seignor et le couronerent dou royaume de Sezile, et e[n] fu seignor.

[14]

[1]  (250) Quant la mere dou Coradin, fis dou roy Courat, oï dire que Manfrey s’estoit fait seignor et corouner, si li sembla bien qu’il avoit || [98] dezerité son fis Couradin, et douta moult que le dit Ma[n]frei nen feist enpoissoner son fis par aucun engin, por soi delivrer que ne le chalongast quant fust an aage. [2]  Et por ce la dite dame norry son fis, ensemble o luy .xii. anfans de son aage, et les vestoit tout d’une colour et mostroit aussi grant amour a l’un come a l’autre, et por se ne poiet nulle persoune conoistre bien serteinement le quel des anfans estoit son fis, et en tel guize garda seste dame ce sien fis.

[15]

[1]  (251) Cestu Manfrey, qui ce fist roy con vos avés oÿ, ce espouza une dame fille d’un haut home de Grece quy ot nom Micalichie, de la quele il eut enfans et fis [et filles]. [2]  Mais je laray a parler d’eaus jusques a un autre fes, et vos diray d’autre rayson, pour devizer les chozes quy sont avenues par les annees.

[16]

[1]  (252) Quant se fu en l’an de .m.iic. et .xliiii. de Crist, avint au reaume de Jerusalem que une lignee de sarazins quy sont apelés hoursemins se conbatirent as crestiens en .i. leuc quy s’apelle Forbie. [2]  Et avint par la soufrance de Dieu que les crestiens furent desconfis malement, et furent mors et pris frere Harmant de [Peri]guor, maistre dou Temple, et frere Guillaume dou Chastel Neuf, maistre de l’Ospital, et le conte Gautier de Jafe, et l’arsevesque de Sur, et Raoul vesque de Saint || [98v] Jorge, et les .ii. fis dou seignor dou Boutron, et le mareschau dou Temple, frere Hugue de Montagu, et plusors autres barons et chevaliers.

[17]

[1]  (253) En sel an Ballyan, noviau seignor de Baruth, fu feru au bras destre d’un hassisi si com il passet par le change d’Acre, et fu le cop d’un coutiau mais ne morut mie, ains fu mahanie.

[18]

[1]  (254) En sel an meismes Jofrey de Sardeine tint herbe[rge], et le Temple o luy, a Jafe. [2]  Et ly fu afermé la trive o le soudan de Domas, quy rendy as crestiens Jerusalem et la terre desa le flum, fors Naples et Jerico.

[19]

[1]  (255) L’an de .m.iic.xlv. le sus dit pape Ynosent tint conseil a Lion, et par le conseil despouza a Federic de l’empire, pour ce que l’on disoit que le pape l’avoit despozé avant par sa volenté et pour ce que il estoit jenevés, mais le conseil jeneral le despoza par ses males heuvres.

[20]

[1]  (256) En celuy conseil fu doné la crus au bon roy Loïs de France por le secours de la Terre Sainte, et se crusserent ses freres o luy et autres contes et barons chevaliers.

[21]

[1]  (257) [E]n l’an de .m.iic.xlvi. de l’incarnasion de || [99] Crist trespassa de se siecle la raine Aalis de Chipre, mere dou roy Henry Gras. [2]  Et remest tout le royaume de Chipre au dit roy Henry, et le seignor de Baruth fu baill dou royaume de Jerusalem, et Phelipe de Monfort, seignor dou Thoron, si ot Sur a ssa garde.

[22]

[1]  (258) Et en l’an de .m.iic.xlvii. de Crist le souldan de Babiloine si prist la cité de Thabarie, et la furent mors et pris mout de crestiens, et si fist aseger le souldan Escalone par terre et par mer de .xxi. gualee et une nave, que toutes bryserent par fortune de tens, et toute fois prist Escalone, quy fu grant damage a crestiens.

[23]

[1]  (259) En cel an morut le seignor de Baruth, baill dou royaume de Jerusalem, et fu baill aprés luy son frere Johan de Iblin, seignor d’Arsur.

[24]

[1]  (260) En cel an morut Gille, seignor de Sayete, quy fu fis de Balian, et remest de luy .i. fis quy ot nom Julien, quy vendi puis Sayete au Temple.

[25]

[1]  (261) Et en l’an de .m.iic.xlviii., a .xxvii. jours de setembre, ariva le roy de France Loïs en Chipre a Limesson, et amena moult grant || [99v] naville, entre la quele naville i ot .xv. guallees de jenevés et .iiii. naves grans a sos dou roy. [2]  Et mena la royne de France s’espouze et ces freres, monseignor Charle, conte d’Ango, et monseignor Anfois, conte de Poitiers, et le conte d’Artois, lor couzin jermain, et Guillaume, conte de Flandres, et si mena autres barons que je ne peus trestous nomer, et furent par tout chevaliers .viiic.

[26]

[1]  (262) Le roy Henry de Chipre et les autres seignors de Yblin le resurent a mout grant henour et a moult grant joie, et demoura en Chipre tout sel yver. [2]  Et vindrent d’Acre au leur les maistres dou Temple et de l’Ospitau, et chevaliers et autres gens, et en Chipre conseillierent et ordenerent de passer au primtens en Egipte. [3]  Et quant vint aprés pasques, que le roy manda la raine de France en Acre, et d’Acre elle ala au Chastiau Pelerin, quy est dou Temple et est sur mer prés d’Acre .vii. liues.

[27]

[1]  (263) Et en l’an de .m.ijc.xlix., a .xx. jours de may, se party le roy de France de Limesson de Chipre, et alerent o luy Temple et Ospital et grant chevalerie de Chipre et de Surie, et demora sur mer .xiiii. jours, prist terre par force, et a .vi. jours de jugnet prist la sité de Damiate sans cop ferir. [2]  Et ja soit se que il avoient novelles de la venue || [100] dou roy de France desa mer, toute fois il ne saveent mye bien ou il devoit ferir, et por ce il mirent poy de pourveance et furent surpris. [3]  Dont nostre gent mirent escheles as murs et y monterent sans defence, car en Damiate nen i avoit [que] menue gent, et si y avoit aucuns defendeors si y avoit mout poy.

[28]

[1]  (264) Quant la chose fu ensy avenue, le leguat et le patriarche de Jerusalem et le roy de France et les autres barons si rendirent graces a Nostre Seignor de ceste belle aventure que Dieu lor avoit fait en lor premiere venue, de se que nulle defence ne lor fu encontre au prendre de la terre, et sembla que ce fu volenté et euvre de Dieu.

[29]

[1]  (265) Les sarazins de Babiloine et d’Alixandre, quant il entendirent que les crestiens aveent prisse Damiate, il furent moult esfrees et a grant paour, et le souldan de Babiloine asembla tout se quy post aver de gens a chevau et a pié por defendre soy contre les crestiens. [2]  Et se Dieu eust volu consentir, le roy de France et son host eust pris toute Babiloine et la terre dela entor, mais Dieu ne vost plus consentir a crestiens, si con vos entend[er]és si avant. || [100v]

[30]

[1]  (266) Quant le roy de France entra en Damiate, com je vos ai dit, et quy ne trova nule defence, si troverent la terre toute plaine de biens acés, et especyaument de vitaille, dont la menue gent roberent et prirent tout, et s’en aisse[re]nt une piesse.

[31]

[1]  (267) Le roy de France et les autres barons furent au conseil par plussors fois coment devreent faire de porprendre les autres terres la entour, et sur ce ot plusors paroles dites entr’eaus que je ne peus tout retraire. [2]  Et fu la fin de lor conseil de chevaucher dehors par la terre et damager les sarazins quant que l’on poroit, si come il firent, ce Dieus eust consenty que lor fait fust alé en avant. [3]  Mais je vos layray a parler dou roy de France et de son host et de sa naville, quy sont en Damiate, et vos diray d’une guerre quy avint a Acre entre pizans et jenevés, et aprés retornerons a nostre matiere.

[32]

[1]  (268) […] Les venesiens manderent confermer ceste compagnie en Veneise par .i. bourgois d’Acre quy se noumoit sire Piere Brisse, quy revint de Venise, et vint sire Lorens Cape, capitaigne de .xiiii. gallees, et porterent sur gallees deus banieres de Pize et de Veneise, et les porterent puis sur lor naves longuement. || [101] [2]  Et avint que le prince Baimont, par le trait dou conte de Jaffe, Johan de Yblin, et par le maistre dou Temple, frere Thomas Berart, manda querre sa seur, la rayne Plaissance, quy estoit veuve de son espous, le roy Henry Gras, et avoit .i. fis quy ot nom Huguet, enfant dou roy Henry Gras et eir dou baillage dou royaume de Jerusalem, pour mener la a Acre contre les jenevés et [a l’aie] des pizans et venesiens.

[33]

[1]  (269) La guerre et l’aparaill de guerre se faizoit a grant force. [2]  Et au tens d’adons avoit un consle de Pize a Acre quy avoit nom messire Siguer de la Seete, quy fu moult vaillant home et savoit moult de guerre et fu moult artillous home, et si faizoit ordener de guarnir la tour le Pize. [3]  Et avint que .i. jour estoit sur la tour de Pize, et le conte de Jaffe o luy, qui ot nom messire Johan de Yblin, et estoit le conte tout a descovert, et sur la tour de Jene, qui estoit mout prés de la tour de Pize, avoit a sel houre .i. moult bon abalestrier quy tendy l’abalestre et vost ferir le conte de Jaffe, mais .i. des .ii. conseles de Jene se trova la, qui se nomoit Ansiaudin Seba, et defendy as sergens de non ferir pour ce que la trive duroit encores. [4]  Dont ceste bonté que se consele fist fu retraite au conte de Jaffe, que puis la guerre li rendy bon guerredon, car il le fist chevalier et ly douna fié || [101v] a Jafe .vc. bezans l’an toute sa vie. [5]  Mais il en ot grant charge dou coumun de Jeune, cuydant que le conte li eust se fait par aucune traïson que il l’eust fait contre le comun, mais quant il fu seu la verité siaus de Jene l’orent pour escuzé et lo[e]rent ce qu’il fist pour ce que il fist loyauté, et lors se repaira en Jene.

[34]

[1]  (270) Les jenevés aveent par usage de mander chascun an [a] Acre .ii. consles, si que au tens de ceste guerre furent consles messire Lion de Grimaut et messire Ansiaudin Seba, de que je vos ais parlé orendroit. [2]  Et quant les seignors d’Acre virent si grant aparaill faire, si se travaillerent seculiers et religious et les asemblerent en .i. grant hostel qui estoit dou seignor de Sur, messire Phelipe de Monfort. [3]  Et les alemans a Acre parlerent entre yaus de faire aucun acort, et avint entre plussours paroles que sire Lorens Cope Cape dist au consle de Jeune que il ne partiroit d’Acre tant que il porteroit en Veneize une piere dou fondement de la tour de Jene. [4]  Et sachés que ensi come il le dist tout enssi le fist, si con vos l’entenderés. [5]  Si tost come sire Lion de Grimaut, l’un des consles, oÿ seste parole, si mist main a l’espee et la traist et courut sus au dit sire Lorens Cope, et ce failly poy que il nen eut grant mortalité des uns as autres, mais les seignors d’Acre et Temple || [102] et Ospitau les departirent. [6]  Et adons comensa la guerre entr’iaus, quy fu moult mortal, et geterent les uns as autres de plusors manieres d’engins et grans et petis, et tel engin avet quy getet une piere si grant quy pezet .c. rotes, et avoient les engins chascun son nom. [7]  Les jenevés aveent .ii[i]. mout grans, que l’un s’apelet Boverel et l’autre se nomoit Vincheguerre et l’autre Peretin, et venesiens en aveent .i. moult grant quy se nomoit Marquemose. [8]  Et damagerent moult les uns a les autres, et abatirent plusors maisons, et dura seste guerre entour de .xiiii. mois.

[35]

[1]  (271) En cestuy mileuc li prince Baimont, prince d’Antioche et conte de Triple, avoit fait venir sa suer a Triple, quy se dizoit la rayne Plaissance de Chipre, et mena son fis Huguet, droit hair dou royaume de Jerusalem, et fu par l’atrait dou conte de Jafe et de frere Thomas Berart maistre dou Temple, et la mena le prince a Acre et son fis Huguet. [2]  Dont la dite raine, par le conseil de son frere le prince, fist reverser tos les homes de la seignorie en l’aie et as sodees des pizans et des venesiens contre les jenevés, defendant leur estroitement de non prendre sodees o les || [102v] jenevés. [3]  Mais aucuns gens furent quy ne se partirent nule fes des jenevés, quy esteent suriens de la ley de Grece, quy estoient de la flarie de Saint Jorge et de Belian et se teneent homs de l’Ospitau, et l’Ospitau meismes fu aidant a jenevés de sa four[ce]. [4]  Et vint le seignor de Giblet a Acre et amena en l’aye des jenevés .iic. archiers crestiens, vylains de la montaigne de Giblet, quy furent puis tous mors en selle guerre.

[36]

[1]  (272) Il avint un jour que les jenevés coururent par une rue [quy se dizoit] de la Raine, por ce que sele rue avoit une maison qui fut de la raine Aalis, et passerent en .i. autre rue quy se dizoit la Carcaisserie, et s’aresterent la. [2]  Et le cry se leva en celuy leuc, dont le prince vint la a chevau covert et chevaliers armés o luy, et entre les autres y fu messire Betran de Giblet, fis de messire Hue. [3]  Et le prince coumanda au dit messire Betran de poindre premier contre les jenevés, dont messire Betran li pria de luy esparagner, pour se qu’il estoit estrait d’iaus, mais le prince le fist aler, vozist il ou non. [4]  Et quant il y ala, si mist le fer de sa lance derier sa selle, disant a jenevés quant il lor fu prés: «Je suis Betran de Giblet». || [103] [5]  Et pour ce depuis le prince ly sot trop mavais gré et le mostra bien aprés au seignor de Giblet, con vos entenderés si aprés.

[37]

[1]  (273) [C]este haine que le prince aveit a jenevés nen estoit mye por mesfais quy ce furent fais de rien, mais le prince et son pere et son ayol lor tenoit la rayson, quy devoient aver a Triple, la quele il conquyrent, a prendre la cité de Triple, quant il furent en l’aie dou conte de Toulouze Raymont quy la prist, et les jenevés furent o lor guallees, si com il contient au Livre dou Conquest. [2]  Et pour ce le prince doutoit que les jenevés ne venissent au desus de la guerre, et le metreent plus tost en bregue et en carelle plus tost et plus hardiement, et pour ce si se travailloit d’eaus grever.

[38]

[1]  (274) Depuis que le prince fu venu a Acre, si con je vos ai dit, toute la gent lor fu encontre. [2]  Et lor failly la vitaille de venir en lor rue sauve que par l’Ospitau de Saint Johan, quy avoit .ii. portes, l’une porte ver le seignor et l’autre ver la rue de Jeune, et par l’Ospitau paset la vitaille quy lor veneit.

[39]

[1]  (275) Messire Phelipe de Monfort, seignor de Sur et dou Toron, si ayda moult les jenevés de || [103v] tout ce qui est, et de sa sité de Sur venet a Acre en la rue de Jeune et vitaille et sergenterie, quy lor pasoit par la maison de l’Ospitau de Saint Johan.

[40]

[1]  (276) En la rue de Jeune avoit de toutes lengues bien .viijc. homes d’armes, sans femes et anfans et villars et nafrés quy passerent asés de mezaizes.

[41]

[1]  (277) Les venessiens aveent .xx. guallees quy lor vindrent de Veneise, autre que les .xiiii. quy vindrent avant.

[42]

[1]  (278) Le prince et la rayne Plaissance sa seur et son fis heir de Chipre partirent d’Acre et retornerent a Triple, et la dite rayne et son fis alerent en Chipre.

[43]

[1]  (279) Quant vint a l’an de .miic. et .lviii. de Crist ariverent a Limesson .xlviii. guallees de jenevés et .iiii. naves, quy vindrent au secours de lor rue et des jenevés d’Acre, les quels guallees et naves ariverent a Sur et la ordenerent o le seignor de Sur ce quy deveent faire. [2]  Et fu cheveteine et amiraill Rous de la Turque.

[44]

[1]  (280) [T]out fois le seignor de Sur et les jenevés ordenerent que le seignor de Sur, a tout ce que il poroit aver de gent a chevau et a pié, iroit a Acre et se teroit en .i. leuc quy se || [104] dizoit la Vignie Neuve, et la averoit a luy le maistre de l’Ospitau et son poer, quy se teroit la ou luy, et quant il verrent que les guallees des jenevés eussent guaigné, quy deussent entrer a Acre et prendre les .ii. rues de pizans et venesiens. [2]  Et ensi com il ordenerent le firent, que le seignor de Sur vint a Acre et se tint en sel leuc et la vint a luy le maistre de l’Ospitau.

[45]

[1]  (281) Les guallees des jenevés partirent de Sur et alerent devant Acre, et furent .xlviii. guallees et .iiii. naves, et chascune nave avoit .i. engin, et s’il eussent feru tant tost il eussent tout guaigné, car les gualees des venessiens, quy furent .xl., nen estoient encores reculis. [2]  Et l’achaisson fu que pizans et venessiens douterent de monter et abandoner lor rue et que jenevés de terre ne le creissent, et s’il ne monteent sur les gualees et jenevés de mer desendereent en terre, il per[der]eent tout. [3]  Dont il firent en grant balanse de ce fait et en paour, et parlerent de ce fait au conte de Jafe, quy lor conseillya d’aler au maistre dou Temple frere Thomas Berart. [4]  Et le dit maistre dou Temple estoit alé demourer a la maison des chevaliers de Saint Landre pour estre loins de la bataille [et] des engins quy se lansoient, car la maison dou Temple estoit mout prés des pizans.

[46]

[1]  (282) Le conte de Jaffe et le consle de Pize et le baill de Veneise parlerent au dit maistre de lor afaire sur le fait que vos avés oÿ, et le dit maistre si lor proumist que il lor manderoit tant de freres et d’autre gent a cheval et a pié quy garderent lor rues et lor maisons tant que la bataille sera faite en mer. [2]  Et tout ensy com il dist ensi le fist, et piestant les freres monterent a chevau covers, et tricoples et autres, et alerent au confanon levé guarder les .ii. rues de pizans et de venesiens. [3]  Et en lor paser les jenevés de terre cuyderent qu’il venissent contr’iaus et saillierent au cry et garderent lor rue.

[47]

[1]  (283) Le seignor de Sur vint de Sur par terre a Acre et si ot o luy .lxxx. homes a chevau et .iijc. archers, vilains de sa terre dehors, et se herberga a la Vingne Neuve prés d’Acre. [2]  Et le maistre de l’Ospitau, frere Guillaume de Chastiau Neuf, si nissi hors d’Acre et mena o luy se qu’il post de ces freres et tricoples, et se tint aveuc le seignor de Sur la, et atendirent de veir se [que] les guallees fereent pour parfaire lor entendement.

[48]

[1]  (284) Les venesiens et les pizans, quant il eurent quy garda lor rues, si firent crier lor banc par la sité que quy voroit lor || [105] sodees a monter sur lor guallees pour suvresaillant, si le venist prendre, .x. bezans sarazins le jor et .ix. bezans pour la nuit. [2]  Et pour ce il eurent mout de gens et monterent sur lor guallees quy furent .xl., et si armerent autre barques et parescalmes et panfles, quy furent plus de .lxx., en que avoit en chascun abalestriers qui firent a jenevés trop de damages et d’enuis. [3]  Et quant l’ost des gualees et barques furent tous reculis et hissus hors contre les guallees des jenevés, tant tost les jenevés se mirent tout par eaus en rout et aucunes guallees atendirent quy se combatirent. [4]  Si furent prizes .xix. et mors et pris .m. et .vijc. persones, car aparailles i ot qui osterent lor lamieres et lor chapiaus de fer, et [aucunes] se recullirent as autres guallees que par force de rins eschaperent et alerent a Sur. [5]  Et autres .v. guallees furent des jenevés quy foïrent, les .iii. a Caifas et les .ii. a Chastiau Pelerin, quy estoit dou Temple, dont les venesiens manderent de lor guallees aprés et les prirent, c’est a saver les .v. guallees sans les homes. [6]  En ceste maniere prirent des guallees des jenevés .xxiiii. et homes entre mors et pris .m.viic., si com je vos ay avant dit, car au reconustre que jenevés furent de lor gent a Sur, tant en troverent mains. [7]  Et les .iiii. naves des jenevés, quant siaus des naves virent que lor gallees furent vencus et desbaratés, || [105v] si firent vele et alerent a Sur.

[49]

[1]  (285) Le seignor de Sur, quy estoit a la Vigne Nueve, com je vos ais dit, et sa gent o luy a cheval et a pié, et le maistre de l’Ospitau et aucuns des freres, qui estoient ausi venu cuydant que jenevés deussent guaigner por faire lor entendement, quant il virent se que jenevés furent desconfis, si furent moult dejuglés et corousés. [2]  Et se parti le seignor de Sur et retorna a Sur en sa terre, et le maistre de l’Ospitau se vint la, y demoura tant que .i. maladie le prist dont il morut. [3]  Et les freres firent .i. autre maistre prodome et sage, quy ot nom frere Hugue Revel, quy adons estoit grant comandor. [4]  En tel maniere con vos avés oÿ furent desconfites les guallees des jenevés, et ce lor avint porce que il armeent de gent a sos, lonbars quy ne saveent riens de mer, et perdirent depuis en autre leus gualees, con vos orés, mais il puis desconfirent pizans et venesiens, con vous entenderés en se livre, si con chascun set.

[50]

[1]  (286) Les jenevés, quy teneent lor rue et quy s’estoient si grant piece defendus et soufert grant travaill et pasé grant charestie que un euf se trovoit a envis por un nafré, quant il virent lor guallees [106] desconfites si guepirent lor rue et se mirent en l’Ospitau, et puis alerent demourer a Sur. [2]  Et les pisans et venesiens abatirent lor rue et la tour et toutes lor maisons sauve l’yglize, et sire Lorens Cope porta en Veneize.i. piere dou fondement de la tor de Jene, et des autres pieres les pisans et venesiens murerent lor rues.

[51]

[1]  (287) En ce dit an avint, par le plaizir de Dieu, que le seignor d’Arsur, baill d’Acre, Johan de Yblin morut.

[52]

[1]  (288) Quant vint l’autre isté aprés se fait, jenevés armerent .xx. guallees et firent .ii. amirails, et fu l’un sire Beneit Sacarie et l’autre ne vos sais nomer, et vindrent ses .xx. gualees a Sur. [2]  Et les venesiens armerent .xxiiii. guallees et vindrent a Acre et d’Acre a Sur, et par devant Sur nesirent les .xx. guallees des jenevés et se conbatirent as venesiens en tel maniere que sire Beneit Sacarie fery as .x. guallies et l’autre amiraill tourna en deriere sans ferir et entra dedens le port. [3]  Et sire Beneit Sacarie fu pris et si fu [me]né on Veneisse, la ou il fu en prison .i. tens, et li firent jurer les venesiens de non venir a nul tens contre venesiens et ly firent souffrir en prison mezaises asés. [4]  Et en ceste maniere les jenevés perdirent devant Sur ses .x. gualees. [106v]

[53]

[1]  (289) Depuis vous diray encores que il avint as jenevés de meschef. [2]  Il armerent .xxvi. guallees l’autre isté aprés et les manderent por damager les venesiens par la ou il les trovassent, et fu lor amirail .i. quy fu apelé Borborin, et sestu vint a Trappe et fu si poy curious, ou que il le feist de son gré por deniers que l’on veut dire que venesiens ly donerent, que sestu laissa desendre les [homes des] gualees en terre par les jardins de Trape, quy ne remest pas en chascune gualie [que] .lx. homes. [3]  Et survindrent .xxviii. guallees de venesiens quy les enclorent au port et prirent tous les .xxvi. guallees sans nul home car, si con vos avés oÿ, tous estoient en terre, et siaus que se troverent sur les guallees si se virent poy et se lanserent en terre, et meismes lor amiraill Borborin et son fis, qui se trouverent en terre, si fouyrent hors de la ville par terre. [4]  Et par tel maniere furent perdus siaus guallees.

[54]

[1]  (290) Encores armerent .i. autre fes les jenevés .xxviii. guallees et mirent desus .iiii. amirails que ses sont lor nons, l’un fu apelé Oric Duc, quy estoit de siaus d’Espine, et l’autre fu nomé Ote Vent, et l’autre si ot nom Simon de la Charité, et le cart ne vos sais nomer. [2]  Et vindrent ses .xxviii. guallees sus dites en .i. leuc qui s’apele Settepons, et la s’encontrerent as venesiens, [107] quy furent autre .xxviii. guallees, et se combatirent les uns as autres, et avint au derain que les jenevés furent desconfis, et perdirent .xiii. guallees et eschaperent les .xv. [3]  Et furent mors en la bataille moult de gent d’une part et d’autre, et morurent .ii. des .iiii. amiraus, s’est a saver sire Oric Duc et sire Othe Vent, et Simon de la Charité et l’autre eschaperent. [4]  Et quant les jenevés se virent enssi mesdit si se laisserent d’armer .i. grant tens, sauve tant que il armerent lains menuement et damagerent moult lor henemis par plusors leus. [5]  Et n’entendez mie que ses .ii. armees que jenevés furent et perdirent fucent faites en [.i.] an, ains furent faites en .iii. annees par .iii. istés. [6]  Et dedens ce moult de choses furent avenues outremer et en Surie, si con je vos devizerais si avant.

[55]

[1]  (291) Il avint chose que, depuis que ceste guerre des jenevés fu finee, que le prince d’Antioche et conte de Triple fu moult escur et de male volenté contre le seignor de Gibleth et contre sire Betran de Giblet et lor lingnage. [2]  Atant mostra le prince de senblant, et en fait et en dit, que le seignor de Giblet et sire Betran de Giblet et lor lingnage s’en apersurent bien, et ne mostrerent nul semblant. [3]  Et l’achaison si fu por ce, com vous avés oÿ, que le seignor || [107v] de Giblet manda secours as jenevés en Acre en .i. sien lein quy se disoit Poindor, quy voguet .c. rins, et de ce [que il] meismes en persone fu aucuns jours dedens la rue de Jene a Acre, et de se ausi, que sire Betran de Giblet ala contre les jenevés o le bot de sa lance et le fer deriere sa sele, con vos oÿstes. [4]  Et estant a sel estat le prince de volenté com je vous dis, avint que les chevaliers de Tryple eurent contens au prince pour chaison des romains.

[LVI]

[1]  (292) Dont il avint que le seignor de Giblet et le seignor dou Botron et les autres chevaliers se revelerent au prince et se partirent de Triple et firent chef sur yaus Betran de Giblet. [2]  Et sestu Betran si fu celuy qui parla en Damiate devant le roy de France pour henor de cestuy prince, con je le vos ai dit, et esteit chevalier preu et hardy et fort et bien menbrant. [3]  Dont il et la gent que il ot a chevau, o la favor de l’Ospitau de Saint Johan, chevaucha par la terre dehors et damagierent la terre dou prince, dont le prince fu moult corousé, et a nisir en champ contre iaus il nen avoit le poier, pourquei il nen avoit la gent. [4]  Et le Temple si estoit en l’aye dou prince si com l’Ospitau estoit en aye de siaus dehors, for tant que publycoment [108] il ne le mostreent pas.

[57]

[1]  (293) Il avint un jour que cestu messire Betran de Giblet si vint par devant la cité de Triple, et mena o luy moult de gens a chevau et a pié [contre le prince] car, si con je vos ai dit, tous les chevaliers, la plus grant partie si esteent tos dehors, revelés contre luy. [2]  Mais quant il se vy asegé, si en eut grant despit et asembla se qu’il post aver de gens, et nissi dehors, et se combaty a ciaus dehors, et en la fin le prince fu desconfit et se mist a aler tant come il post a Triple. [3]  Mais le dit Bertran l’apersut, si ly courut aprés et l’atainst a l’entrer de la porte de la sité, et le fer l’atainst a l’espaule et li fist une plaie, criant li: «Vil et mauvais, retornés ariere et ne foïés mie!».

[58]

[1]  (294) Le prince entra en la sité et pour sa plaie jut au lit grant piece, et puis qu’il vint a amendement il s’apensa moult de pourchaser priveement par vilains des cazaus coment il meist a mort le dit Bertran. [2]  Et tant fist et pourchasay que par ses vilains meimes dou dit Bertran il eut la teste, si con je vos diray.

[59]

[1]  (295) Il avint que le dit Bertran, luy et .i. chevalier jeune son compaignon, ala pour || [108v] veir .i. sien cazau et ses rentes, et quant il fu a la montee dou dit cazau et il fu sur .i. replait dur et esquyllant, prés d’un mur bais d’une vingne, et derere seluy mur saillirent vilains entour de .x. ou .xii., quy l’asaillirent as ars et li traistrent pilés. [2]  Dont il cuyda torner a yaus, et a torner le chevau ly chey dessus luy sur seluy replat esquillant, en tel maniere que le chevau ly jut sur la cusse, qui ne se post redreser. [3]  Et il avoit l’espee nue en la main, que autre arme il nen aveit, et se defendeyt que nul hom nen ozet aprocher a luy, mais tant ly traistrent de pilés qu’il le tuerent et taillerent sa teste. [4]  Et l’autre chevalier son compaignon fu feru, luy et son chevau, de plusors pilés, et s’estoit mis a aler et estoit ja venu a pié de la montaigne, mais les vilains li coururent aprés et li coperent la teste. [5]  Dont les vilains porterent la teste dou dit sire Bertran en .i. profiniau au prince, quy en ot grant joie et les paia moult bien.

[60]

[1]  (296) La novelle fu dite entre les chevaliers, qui furent moult doulouros et perdirent le cuer trop malement, que nul rien ne les pot conforter ny aseurer. [2]  Et messire Hue de Giblet, pere dou dit Bertran, || [109] si les reconfortoit et disoit que il lors seroit en leuc de son fis, et les amonestoit de maintenir la guerre et non abandoner le fait, quar il seroit pis pour yaus, mostrant leur pluzours raysons, mais il ne vostrent entendre, ains porchasserent lor pais au prince et tornerent a Triple, sauf le seignor de Giblet quy fu enconfiné a Giblet. [3]  Et le seignor dou Boutron ala en Acre et fu fait conestable dou reyaume de Jerusalem tant com il fu, et messire Johan de Giblet, frere de messire Hue, ala ausi a Acre, et fu fait mareschau dou royaume de Jerusalem et morut a Acre aprés .i. tens. [4]  Et messire Hue de Giblet, pere dou dit Betran, mena o luy les anfans de son fis a Acre et demoura a Acre, et toute sa vie porta barbe pour deul de son fis. [5]  Or vos laira d’eaus a parler et si vos parleray d’autre rayson.

[61]

[1]  (297) En celuy tens que ce fait avint .i. haut home de France, qui ot nom messire Jofrey de Sardeigne, fu fait baill dou royaume de Jerusalem a Acre. [2]  Et se fu aprés que messire Johan de Yblin, seignor d’Arsur, qui estoit bail, fu mort.

[62]

[1]  (298) Cestu messire Jofrey si fu moult fort justizier et en son tens pendy mout || [109v] de larons et de murtriés ni onques ne vost nul esparaigner pour lingnage ny por aver que l’on li peust doner ni por amisté ni por autre chose. [2]  Et entre les autres pendy .i. chevalier quy ot non sire Johan Renia, quy avoit tué .i. vesque de Famagouste, et le prist par force a gens d’armes de la rue de Pize ou il s’estoit reseté, et pisans le rendirent. [3]  Et si vos laira a parler de luy et vous diray d’un autre estoire.

[63]

[1]  (299) En l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m.iic.lx. [avint] que le plus grant seignor quy fut chef sur tous les tatars quy sont dever nos parties, qui ot nom Halaon, le quel avoit .iii. freres et il estoit le cart, et furent fis dou haut seignor des seignors des tatars, le quel quant il morut ses .iiii. fis, quy demorerent aprés luy, si furent en contens de partir la seignorie entre iaus, et en la fin s’acorderent quy partirent l’aver et la gent autel part a l’un comme a l’autre et lor abitacle fu geté a ssort, car ensemble il ne porent vivre si grant gent, et fu fait .iiii. pars, l’une ver levant et l’autre ver ponent et a tramontane et a demy jour, et avint chose que la part de cestu Halaon vint ver nos parties. [2]  Et les autres freres eurent lor parties, en la quele chascun ala demourer en sa partie, || [110] et conquist chascun endreit sei se qu’il post conquerre et acreistre de seignorie.

[64]

[1]  (300) Cestu Halaon dont je vos parle si fu moult vaillant home et plus prous entreprenant que nul de ses freres, et si conquist et fist plus de biaus fais que nul de ses freres ne firent. [2]  Et si ot a sa part la meillour gent d’armes qui demorerent de l’ost de son pere si com s’aventure fu a partir, quant les freres partirent l’aver et la gent quy demora de lor pere.

[65]

[1]  (301) Cestu Halaon si conquist Baudac et Toris et Perce, si con je le vos devizerai aprés en cestu livre. [2]  Et ores chevaucha vers la Surie et conquist et prist Halape et Harant et Haman et La Chamele, et vint a Doumas et la prist, quy est moult grant cité et mout abitee de gens et jardins. [3]  Et toutes ses cités estoient des sarazins, et les prist sans defence nule que il feissent car les tatars estoient bien .c.xxm. homes a chevau.

[66]

[1]  (302) Haiton, roy d’Ermenie, si ala a se puissant seignor Halaon et ala en sa terre avant se qu’il se mist a venir, et se fist son home et tant l’enorta et conseilla que il se mist a venir a si grant host con vos entendés. || [110v] [2]  Et ci fist et porchassa le bon roy d’Ermenie pour mau des sarazins et par pourchas dou prince Baimont, quy ce dizoit le Biau Prince et fu mout en la grace de ce haut seignor Halaon, car le dit prince estoit gendre dou roy d’Ermenie.

[67]

[1]  (303) [L]e roy d’Ermenie et le prince d’Antioche devant dis si alerent en l’ostel des tatars et furent a prendre Domas. [2]  Et quant Domas fu prise le prince, pour despit des sarazins et pour lor honte, si fist faire neteer et ensenser une mout bele iglise quy fu dou tens des gres des crestiens, au tens que Eracles fist labourer Domas, en la quele yglize aourerent par dedens les sarazins a Mahomet, quy fut ansienement des gres lor yglize, et fist laens chanter messe des frans et soner campane. [3]  Et en les autres mesquybes de Mahomet, la ou sarazins aouroient, si fist faire metre ronsins et ahnes, et espandre vin par les murs et oindre de char de porc freche et salee, et si comandoit a sa gent de faire .i. ordure il en faissoient .x. [4]  Et puis que le dit Halaon ot prises ces sités que je vos ais només, il fist son retor et se [re]paira et s’en ala en sa terre, et fist de biaus dons au prince assés et l’acuilly en s’amisté || [111] de la en avant. [5]  Et remest en la terre dou royaume de Jerusalem .i. grant seignor tatar, quy ot nom Coutbaha, et une grant gent de tatars, quy alerent a Seete et la prirent subitement. [6]  Et au prendre y ot aucune defence par le seignor de Seete messire Julien, quy estoit sur son chevau a l’entree de la porte et defendoit l’entree, [a] ausi poy de gens com il ot, si vigourousement et osist .ii. chevaus sos ly, et tant maintint a defendre l’entree que la menue gent eurent grant espase d’eaus recullir a .ii. chasteaus de terre et de mer. [7]  Et lor avint .i. autre aventure quy vient bien a la menue gent, que .ii. guallees des jenevés veneent de Sur et aleent en Ermenie et esteent de sire Fransesquin de Grymaut et se troverent seluy jour a Seete, quy recullirent mout de gens et les mirent en une ihle qui est devant Seete bien prés, dedans le chasteau de mer. [8]  Et en la fin le seignor de Seete ne post soufrir le charge des tatars, des ques il en osist et abaty asés sur le pont devant la porte, et s’en repaira et entra au chastiau de terre. [9]  Et les tatars entrerent adons et prirent la vile et taindrent aucunes menues gens qu’il tuerent et autres que il prirent, et tindrent tant Sayete que il abatirent les murs de la ville et dounerent aucun asaut au chastiau de terre , mais il ne || [111v] firent rien, et se partirent et alerent. [10]  Et en sel an messire Julyen si vendy Sayete au Temple, car il nen ot de que refaire la des murs quy furent abatus.

[68]

[1]  (304) Cestu Julien fu .i. chevalier prou et hardy et vygourous, moult estordy et legier de la teste, et de persone grant et menbru et [de] gros os et fournis, et estoit moult lussirious de ses chars et grant juour de hazart et y se mist por le jeuc a nient. [2]  Il fu fis dou nevou de messire Phelipe de Monfort, seignor de Sur et de Thoron, et par sa estotie fist guerre a cestu sien oncle et vint devant Sur a chevaliers et tricoples, et li fist damage a sa tere dehors, et s’en torna a Saiete. [3]  Mais je vos laira a parler de ceste rayson et dirais autre chose.

[69]

[1]  (305) En cest an avint que le Temple et le covent d’Acre et de Safet et de Chastiau Pelerin et de Biau Fort et messire Johan de Yblin, seignor de Barut, fis quy fu de Balian de Yblin, seignor de Barut, quy prist Sur des longuebars, et Johan de Giblet, maureschau dou royaume de Jerusalem, et chevalier plusors d’Acre se partirent et alerent brizer une grant herberge de turquemans ver Thabarie, et furent malement desconfis. [2]  Et furent pris messire Johan de Ybelin, seignor de Barut, et Johan de Giblet, || [112] mareschau dou royaume, et le coumandour dou Temple, frere Mahé Sauvage, et plusors autres chevaliers d’Acre, et moult de sergans a chevau et a pié furent mors et pris, et perdi le Temple tout son harnés. [3]  Et eschapa frere Estiene de Saisi, mareschau dou Temple, dou quel fu dit que il fist son poindre sur les turquemans mauvaisement et ne fery mie, ains torna, ou par faute dou cuer ou que il le fist volentiers, par male volenté que on disoit qu’il portoit au seignor de Barut, por envie d’une fole jelouzie d’une dame de se païs. [4]  Mais, ou qu’il fust ensi ou autrement, le maistre dou Temple le manda outremer et li leva l’abit, le quel demoura a la court de Rome tant que [fu] pape Gregoire plaisenty, que estoit a Acre quant il fu ehlit a pape. [5]  Et cestu frere Estient de Saisi vint por luy a Acre, et adons par ce pape recovra l’abit dou Temple et ala outremer o le dit pape.

[70]

[1]  (306) Le segnor de Barut fu pris des turquemans, co[m] vos avés oÿ, et furent pris frere Guillaume de Biaujeu, quy fu puis maistre dou Temple, et fu pris Tibaut Gaudin, et fu puis comandor de la terre dou Temple longuement, et aucun autre frere.

[71]

[1]  (307) [L]a raenson dou seignor de Baruth et d’aucuns autres o luy fu parlé, et fu racheté || [112v] por .xxm. bezans sarazinas, et furent delivrés luy et messire Johan de Giblet, mareschau dou royaume de Jerusalem, et Jaque Vidore et autres chevaliers. [2]  Et frere Guillaume de Biaujeu par ses amis fu delivré, et .i. sien conpaignon, et frere Tibaut Guaudin et autres .xiii. freres, car plus ne se troverent vis. [3]  Et ores vos laira a parler de ceste raison, que autre choze ne fu, et vos diray des sarazins de Babiloine.

[72]

[1]  (308) Q[u]ant les tatars eurent prize Halape et Harent et Hama et La Chamele des sarazins et puis Sayete des crestiens, con vos avés oÿ, le soudan de Babiloine fu moult corousé et asembla quant que il post aver de gens a chevau et a pié, et issy de Babiloine et avint au royaume de Jerusalem et manda mesages a Acre preant les crestiens qu’il les deussent soufrir a paser par lor terre a aler contre les tatars. [2]  Les crestiens lor otroierent volentiers, et ce fu por ce que les crestiens furent courousés as tatars por le mau que il firent a Seete. [3]  Et le soudan vint a tout son host devant a Acre et se herberga au plain bien prés de la sité d’Acre, et entrerent pour iaus dehdure, et entre les autres entra .i. grant amiral quy ot nom Bendocdar, quy fu puis soudan et fist mout de maus a la crestienté, con vos orés aprés. [4]  Et pour ce que il entrerent || [113] tant de sarazins que siaus d’Acre douterent d’estre traïs, et les bouterent hors par force et par amour.

[73]

[1]  (309) Les crestiens traiterent .i. marché as sarazins, que toutes les bestes chevalines quy guaignireent des tatars les deveent vendre as crestiens a .i. sertain pris quy fu dit entre iaus, dont il avint que sarazins, quant il heurent gaaigné, ne firent point.

[74]

[1]  (310) Ce dit soudan seut noveles par s’espies que tatars estoient moult espandus par celes contrees, si se parti dou plain d’Acre et ala a iaus, et fist cheveteine de l’izeq de son host, s’est a saver l’avant garde, cestu sien amirail Bendocdar, le quel avoit esté son memelouc, acheté de ses deniers, et portet l’arc de mot dou soudan, et pour ce fu il apelé Bendocdar, car arc de mote est apelé en sarazins “caus bondoc”. [2]  Et sestu Bendocdar fu moult hardy et moult prou, et afronta premier a tatars et les desconfist et desbarata malement, et en osist asés. [3]  Et tatars se ralierent, et en tant fu venu le soudan a son grant esfors, et fu la bataille entre yaus moult fort mais l’esfors des sarazins fu si grant que tatars ne le porent soufrir et se mirent a desconfiture, et fu mort en la bataille lor cheveteine Cotbaha, et siaus quy fouirent || [113v] de la desconfiture les vilains de la terre par les cazaus si les tuerent, et siaus quy se porent ralier alerent en Ermenie et la se sauverent. [4]  Et seste bataille fu a .iii. jours de setembre de ce dit an as plains de Thabarie.

[75]

[1]  (311) Depuis ceste bataille que vos avés oÿ, le soudan de Babiloine se mist a retorner en Babiloine a mout grant boubanse et a grant joie, que poy li dura car, entre vees si com il se tornoit, sestu amirail Bendocdar, par assent des autres amiraus quy furent la plus grant partie de son asent et de sa suite, si osist le soudan et s’en parti piestant, luy et aucun des amiraus de s’amisté, et ala en Babiloine et entra au chastiau dou Caire et trova seluy quy gardoit le chastiau, quy ot nom “tebec” et s’apelet Feres Cataie, sage home et mout ansien de la painime et quy savet moult bien dou siecle. [2]  Sestuy Bendocdar li fist entendant coment le soudan estoit mort entre vees et que il ne conusset nul autre en la painime plus sage ni plus digne a estre soudan que luy, et de ce il le revestoit, et a cest parole il traist s’espee et la vost metre en la main en maniere de luy revestir de la seignorie, mais seluy fu sage et ne vost prendre l’espee, et dist que la soudanie aferet miaus a luy que a nul autre que il couneust au monde, pour la grant || [114] prouesse et valour de luy. [3]  Et Bendocdar respondy: «Puis que il vos senble que je soie digne d’estre soudan et que vos avés .i. autre soudan fait quy a nom […] Melec el Vahar, quy vient a dire en francés ‘le roy aparant’, car les soudans ont par usage quy se font apeler quei non que il veullent autre que lor non propre, si com les papes font, et ensi fu fait soudan et fist crier le banc par la terre, con vos avés oÿ devizer. [4]  Et tous les autres sarazins de l’ost entrerent en biau troupiaus, les uns amiraus aprés les autres, et si com il entrerent aleent au soudan nouviau jurer a luy et a faire reverense.

[76]

[1]  (312) Et en l’an de l’incarnasion de Jhesu Crist .miic.lxi. morut pape Alixandre et aprés luy fu fait pape Urbain, qui fu patriarche de Jerusalem. [2]  Cestu rapela le don que pape Alixandre avoit doné Saint Lardre de Betaine et Monte Tabor a l’Ospitau de Saint Johan.

[77]

[1]  (313) Et en se dit an morut la raine Plassaince, quy fu feme de Henry, roy de Chipre, et mere de Huguet, heir de Chipre, la quele trespassa a .xxvii. jours de setembre.

[78]

[1]  (314) Et en se dit an meismes fu fait bail dou royaume de Chipre Huguet de Lezingniau, quy fu fis de Henry dou Princé et de madame Yzabiau, seur dou dit roy Henry de Chipre. [114v]

[79]

[1]  (315) Et en ce dit an meismes, a .xxv. [jours de jungnet, les gres] prirent Costantinople des latins, et Palilogue se fist emperor et ce fist nomer Costantin.

[80]

[1]  (316) Et en l’an de l’incarnasion .miic. et .lxii. le soudan de Babiloine Bendocdar, quy se fist nomer Melec el Vaher, ala aseger Antioche, mais le roy d’Ermenie si estoit alé a tatars et les fist ehmever de venir, et les sarazins laiserent le siege d’Antioche et s’en tornerent en Babiloine.

[81]

[1]  (317) Et en se meismes an, l’an de .miic. et .lxii. de l’incarnasion de Crist, Charle conte d’Ango, frere dou roy de France, si asega Marseille, dont sil dedens se rendirent a ly par force, et en fu seignor et mist justizier en la terre de par luy.

[82]

[1]  (318) Et en l’an de l’incarnasion de Crist .miic. et .lxiii. Bendocdar, quy estoit novyau soudan, manda mesages a Acre a la crestienté, que il voloit changer les esclas crestiens quy tenoit por les esclas sarazins que crestiens tenoient, et douner .ii. sarazins pour .i. crestien. [2]  Et sur seste chose furent au conseil crestiens et si lor sembla bien a faire et amohne, mais le Temple et Ospitau ne s’acorderent pas, dissent que lor esclas estoient lor grant proufit car il estoient tous gens de mestier, [115] et que trop lor cousteroit a tenir a sodees autres gens de mestier, et pour ce ne se vostrent acorder a se. [3]  Et ja soit se que il dissent verité, toute fois il le deussent avoir fait pour Dieu et pour la delyvranse des povres esclas crestiens.

[83]

[1]  (319) Le conte de Jaffe Johan de Yblin fist eschange de ses esclas au soudan, et le soudan ly fist trive, et tint sa terre en pais et a repos, et envers les autres crestiens fu il pour cestu fait moult courousé et le mostra bien aprés, car il vint devant Acre a .xiii. jours d’avril en dit an.

[84]

[1]  (320) Et a .xv. jours d’avril courut jusques as portes d’Acre, dont la sité fu en grant peril, et adons fu nafré de pilés le bail d’Acre, messire Jofrey de Sardeignes, et plusors autres chevaliers et sergans, de quei plusors en furent mors. [2]  Et en sel an vint a Acre Izabiau, feme de Henry dou Princé et seur dou roy Henry Gras, de Chipre et son espous requist le baillage dou royaume de Jerusalem et requist les homages des homes, quy ne li vostrent faire pour ce que le droit heir nen estoit en prezence, et toutes fois le resurent a baill. [3]  Et vint sel an a Acre, a .xxv. jours de setembre, leguat et patriarche de Jerusalem et menistre del vesque d’Acre Guillaume, quy avoit esté vesque d’Agent, et s’en torna a Rome l’aleguat Thomas de Lentin. [4]  Et ores vos lairay de ce a parler et vos diray [115v] d’un autre aventure.

[85]

[1]  (321) Et en l’an de Crist .miic. et .lxiiii. les jenevés en Jene armerent .xxi. guallee de la gent de la cité de Jene et de lor riviere, et fu amirail et cheveteine .i. grant home de Jeune, sage et counoissant et quy s[av]oit moult de guerre, quy fu nomé messire Simon Gril. [2]  Quant sestu party de Jeune si fu dit que siaus de sa contraire part de jenevés meymes firent a saver le fait des guallees a venessiens en Veneysse, et coment ses guallees des jenevés esteent issues. [3]  Et por ce armerent venessiens tant tost .l. guallés por aler aprés les guallees des jenevés, mais je vos diray l’engin que sestu Simon Gril fist en son viage.

[86]

[1]  (322) Il se party de Jene a ses .xxi. guallee et vint en Sezille, et jeta la vos que il aloit a Sur de Surie, et meismes avoit leuc en Gene marchans aucuns, cuydant ses marchans que il alast a la Surie, et de son corage nen vost dire a nulluy, et party de Sezille et ala a l’entree dou goulf, et tous les leins quy trovoit dissoit a la gent que il alet a Sur, et depuis que il ot bien pullyqué par tout que il aloit a Sur, si repaira et se mist a l’ihle de Maute, et mist a l’agait de l’issue dou goulf de Veneise .i. lein soutil pour descovrir. [2]  Et estant il a Maute, les venessiens, qui aveent || [116] armé .l. guallees, con je vos ay dit, nissirent de lor goulf [et troverent] pareil leins quy aveent trové les guallees des jenevés et lor distrent qu’il esteent alees a Sur, et pour ceste seurté ses venesiens de ses gualees manderent .i. lein a Veneisse faire a ssaver a la caravane des marchans venessiens quy devoient aler a lor veage, car il estoient sertains que les guallees des jenevés estoient alés a Sur et que il aleent aprés, et pour seste novele les marchans partirent a lor caravane de Veneise et se mirent en lor veage, et les .l. guallees des venessiens alerent dreit a Sur. [3]  Mais je retornerais a dire de Simon Gril et des guallees de Jene qui estoient a Maute: le lein quy avoit laissé por descovrir, quant il vy les guallees dou Veneise paser outre et nissir dou goulf, si vint en Maute et le fist a saver a Simon Gril, que tant tost se parti de luy a toutes ses gualees et entra entre le goulf de Veneise, et par .i. bien matin descovrirent la caravane des marchans venessiens, quy esteent .xxii. tarides et une grant nave quy se nomoit Roquaforte. [4]  Et sy tost con les venesiens virent les gualees, si se tindrent a enginiés et se recullirent trestous en la grant nave dou Roquaforte, lor persones et l’aver soutil, dont les jenevés prirent toutes les dites tarides et leverent ce que il lor || [116v] plost, et puys mirent le feuc a toutes les tarydes et cuyderent bouter une des tarides alumés de feuc par desus la nave de Roquaforte, mais le vent s’esforsa et la nave fist vele et entra en Veneyse. [5]  Et le dit Simon Gril se [re]paira en Jene, et la ou il avoit bien fait si fu il chargé por ce que il nen ala en Surie, si com il fu coumandé. [6]  Or vos laira de Simon Gril et vos diray des .l. gualees des venessiens quy aleent aprés Simon Gril, con vos avés oÿ: si vindrent par .i. bien matin a l’aube dou jour et s’enbatirent subitement devant la sité de Sur et se fayly poy, s’il se fucent avertis, que il l’eussent prise, car tout le plus de la gent dormeent encores et toute fois saillirent la gent et s’armerent. [7]  Et les jenevés quy demoureent a Sur aveent .i. consle, quy avoit nom sire Melian de Marin, quy savoit de guerre et fist en la defense asés de bien, car les venesiens prirent aucunes de lor tarides des plus grans et firent des .ii. pieses de l’antene de proe (et les lierent l’un a l’autre) un pont, et au chef dou pont avoit une guage rionde encuree, faite a la forme de cage de nave, et mirent .i. home dedens et colerent les antenes haut, et s’acosta la guallee a mur de la ville en .i. leuc qui est entre la Tor de la Cheene et la Tour || [117] de Sainte Cateline, et veneit sele cage et l’ome qui estoit dedens si haut sur le mur quy lanseit javelos et pieres sur siaus qui esteent sur le mur, si que nul nen ozeit estre sur les murs en seluy leuc, la quele chose poet estre a grant peril. [8]  Et avint chose que le consle des jenevés, sire Milian de Marin, si se trova cel endreit, et l’ome de la cage li lansa .i. javelot et le fery sur la teste, et li fausa .i. elme pizanés tout outre, et s’il nen eust eu desous une serveliere mort l’eust, et se cop fu veu de moult de gent. [9]  Et adons le consle et les jenevés prirent arbres de guallees et de grans vaussiaus et les claverent sur le mur, et firent cages come cage de nave encuree et les coulerent en siaus arbres, et veneent plus haut de guages des venessiens, dont les homes venessiens quy dedens estoient n’ozerent paristre ny ferir ni lansser, et se partirent dou mur et alerent o lor autres guallees. [10]  Et d’Acre lor avint autre .vii. guallees de venesiens, et le seignor de Sur fist venir a Sur sergans, archiers sarazins, vilains de sa terre, et d’Acre meismes ly vindrent gens en s’aye, ces amis, si que venesiens se partirent et alerent a Acre et la entendirent sertainement coment les guallees des jenevés de Simon Gril prirent la caravane des ma[r]chans venesiens entre le goulf. || [117v]

[87]

[1]  (323) Et en se dit an morut pape Urban cart et fu fait maistre Guy pape cardenal, quy [fu] vesque de Sabine et arsevesque de Ne[r]bone, et se fist apeler Climens cart.

[88]

[1]  (324) Et en se dit an de Crist .m.iic. et .lxiiii. morut Johan de Yblin, seignor de Baruth, et si laissa .ii. filles, et morut a Acre Huet, heir de Sezare.

[89]

[1]  (325) Et en se dit an le roy de Castel se combaty as sarazins de Grenate entre Corde et Sebille, et osist sarazins .iiiim. a chevau, sans siaus quy estoient a pié, que furent asés.

[90]

[1]  (326) Et en ce dit an passa en la Terre Sainte a Acre messire Oliver de Terme, quy fu .i. haut home d’Espaigne, prou et sage d’armes.

[91]

[1]  (327) En cestu an le pape fist sanatour de l’iglise Charle, le conte d’Angou et de Provence, frere dou roy de France Loÿs.

[92]

[1]  (328) En l’an de .m.iic.lxv. le soudan de Babiloine Bendocdar, et se faisoit dire Melec el Vaher, vint de Babiloine et prist Sessaire et Sur a .vii. jours de mars, et puis asega le chastiau d’Arsur, quy estoit de l’Ospitau de Saint Johan, || [118] de lor achet, quy l’acheterent de messire Balian de Yblin de que il estoit, le quel chasteau fu moult bien garny des gens d’armes et d’autres choses, mais le dit soudan le prist par force d’engins et de mines, de .xv. jours de mars jusques au derain jour d’avril que il le prist, et furent pris dedens chevaliers de religion et de siecle et sergans d’armes .m. et plus. [2]  Et fu veu en Acre .i. signe cler, come espee dou lonc d’une lanse et large d’un paume, et venoit devers orient et se fery par semblant dedens le campagnier de Sainte Crois d’Acre. [3]  Et messire Hugue de Lezingniau, quy estoit bail de Chipre, vint au secours d’Acre et amena belle navie de gualees et d’autre vaussiaus, et .c.xxx. chevaliers et sergans et valés a chevau plussors. [4]  Mais ores vos laira a parler de luy et vos diray .i. autre aventure quy avint outremer.

[93]

[1]  (329) En cestuy meismes an il avint que .i. haut home qui avoit nom Simon de Monfort, qui estoit en Engleterre et avoit pour feme la seur dou roy d’Engleterre, de quei il en avet plusors anfans, et estoit conte de Glosestre, et si ot grant guerre aveuc le roy d’Engleterre, si come je le vos mosteray.

[94]

[1]  (330) Il avint que cestu roy d’Engleterre ne laisoit rien quy ne dounast, et sovent venoit a luy || [118v] gens estranges de pluizors provinces, les quels il acuilloit et avansoit en toutes choses, et ja soit se que il poiet tout se faire com seignor, toute fois les chevaliers d’Engleterre la plus grant partie se courouserent mout de pareille fes, en parlerent de ce et en la fin vindrent au roy et li dirent debonairement que il ne deust plus acullir gens estranges au païs. [2]  Dont le roy, pour ce qu’il requistrent se amiablement et pour ce qui li mostreent par plusors raisons que ce estoit le profit de luy et de sa terre, si conpli lor proieres et lor promist en prezence des uns et des autres que il plus ne doit doner fieis ni terre a nul arme dou monde que par le gré de ses homes, et manda pour le conte Simon de Monfort et vost que il fust chef de ses homes en ce fait, dont il s’en escuza moult et ne vost estre et desconseila moult. [3]  Le roy tant l’esforsa que il li fist otroer et jurer sur sains, dont le conte Simon li dist bien que il se gardast, puis que il les faisoit jurer, que il poroit aler contre son sairement. [4]  Seste chose pasa un grant tens et, quant la chose fu enveillie, le roy failly de se fait contre les homes, dont avint choze que les chevaliers requistrent au conte Simon de Monfort qui fust chef de seste bezoigne por le sairement que il avoit fait, et pour le sairement maintenir se mist en l’aye des chevaliers d’Engleterre. || [119] [5]  Et quant le roy d’Engleterre entendy lor afaire, si se conseillerent luy et son frere le conte Richart, quy se nomoit roy d’Alemaigne, et .i. sien fis qui se noumoit Odoart, qui estoit ja parcreus et grant et biau chevalier, de prendre le conte de Monfort et aucuns autres contes et vavasours, et puis autres venreent bien a chef. [6]  Mais avant se qu’il eussent mis a euvre lor propres, le conte Simon de Monfort et les autres se partirent et yssirent hors de la sité ou li rois estoit et firent .i. host contre le roy, dont le roy, veant les venir contre luy, si lor vint a l’encontre a cel poy de gens qu’il post avoir, mais siaus dou conte furent asés grant gens et dura la bataille poy, et en la fin le roy et les siens furent desconfis. [7]  Et si ot plussors mors d’une part et d’autre, et fu le roy son cors pris et fu pris son fis, messire Odoart, et le frere dou roy, qui ot nom Richart et se disoit roy d’Alemaigne, et aucuns autres chevaliers, et plussors eschaperent de la bataille, quy soustindrent et maintindrent les chasteaus et les fortereces dou roy.

[95]

[1]  (331) Le roy d’Engleterre et son fis, messire Odoart, si furent en la prison dou conte Simon de Monfort de Glosestre, et pour ce qu’il estoient moult prochains a la contesse, sa feme dou conte Simon, si furent en large prizon et sans destrece. [2]  Et messire Odoart, quy estoit jeune chevalier, si chevauchet tous les jors aveuc le conte, et quant messire Odoart vi que le conte se tint a seur de luy, si manda || [119v] porchasser .i. chevau fort et ihnel et bien courant, et seluy qui li porchassa li en fist present, et quant il eut le dit chevau et l’eut chevauché et esprové por bon, il manda a ses homes, chevaliers de sa partie, quy deussent venir en .i. leuc qui lor manda devizer, qui est prés de sel chasteau ou il estoit, et quant il sereent venus la, qu’il li feissent a saver piestant et que il se meisent la de nut tous. [3]  Enssi com il lor manda ensi le firent, et furent .iiiic. chevaliers armés et bien montés sur lor chevaus, sans nul autre maihnee, et se mirent de nut en celuy leuc, et piestant le firent a saver a messire Odoart par .i. garson et entreseignes.

[96]

[1]  (332) Quant vint a l’aube dou jour, le conte Simon de Monfort si chevaucha si com il estoit uzé, et messire Odoart o luy, quy fu monté sur celuy sien chevau, si se mist a gualoper a destre et a senestre, soi aloignant tout jour de la route dou conte, et quant il fu bien aloignés si se mist a courre dissant: «Adieu, conte de Monfort!», et s’en ala ver ly leus ou ly chevaliers de l’enbuchement estoient, quy saillirent tantost hors et le resuerent. [2]  Le conte et sa gent li aleent aprés et ne le porent ataindre, et quant il virent les chevaliers yssir de l’enbuchement si repairerent arier, et siaus en menerent messire Odoart quy fu delivré, con vos entendés. || [120]

[97]

[1]  (333) Messire Odoart si asembla gent, tout ce qu’il post aver a chevau et a pié, et vint encontre Simon de Monfort, et quant il fu prés si manday avant en poy de gens a chevau, quy porteent banieres as armes de Monfort.

[98]

[1]  (334) Le conte Simon avoit mandé a ces .ii. fis quy estoient en .i. autre chasteau, coment messire Odoart estoit eschapé de sa prison et coment il asembleit moult de gens pour venir ly encontre et que iaus le venissent secourre, et por ce quant le conte Simon vy la gent de messire Odoart venir, quy porteent banieres de Monfort, si yssi encontre pour iaus resevoir, et toute fois nissi il armé, luy et sa gent, mais sans nul ordenement, con sil qui ne prenoit guarde de sest aguait, et s’il fust yssu ordeneement ne li fust pas mezavenu, car il estoit prou chevalier et hardy et de grant cuer. [2]  Dont il avint que, quant il fu hors o partie de sa gent et de son poer, si se trova deseu, con vos avés oÿ, car la gent de messire Odoart quy veneent premier jeterent a terre les banieres de Monfort et leverent les armes de messire Odoart et corurent sus au conte Simon de Monfort et a sa gent, et fu la bataille entr’eaus, et messire Odoart survint aprés, quy lor corut sus tous fres, et fu la bataille moult aspre et morut gens asés || [120v] d’une part et d’autre, et en la fin le conte Simon de Monfort si fu desconfit, luy et sa gent, et le conte son cors si fu pris en persone vif. [3]  Et quant il vint meismes de la bataille, messire Odoart demanda conseil a .i. sien couzin jermain, qui ot nom messire Henry d’Alemaigne, le quel estoit ausy couzin jermain des anfans dou dit conte Simon, enfans de .ii. seurs, se que il feroit dou conte Simon. [4]  Le dit messire Henry li conseilla et li dist que, [s’]il voloit aver repos et metre fin a la guerre, que il feist tailler la teste dou conte Simon, et fereit dire que il fu mort en la bataille, por se que l’on ne le tenist a laidure d’aver le tué puis que il fu pris. [5]  Dont messire Odoart, par le conseil dou dit messire Henry d’Alemaigne, fist sele nut coper la teste au dit conte Simon de Monfort, et si le fist jeter au champ entre les autres mors. [6]  Sachés que en selle bataille furent mors mout de chevaliers et autres gens, dont aucunes y ot contes et barons, de quey le païs en fu mout amermé.

[99]

[1]  (335) Aprés cest mortel bataille tous siaus de la partie dou conte Simon de Monfort furent mout desconfortés et esmaiés, sans plus d’esperance, et delyvrerent le roy d’Engleterre et son frere, le roy d’Alemaigne, || [121] et les autres quy estoient en prisson.

[100]

[1]  (336) Ly roy, quant il fu en Salibiere, il mist main sur ses aversaires et fist morir aucuns et plusors autres tint en prisson, la ou il moroient de fain et de mesaise et par destrece.

[101]

[1]  (337) Or vous diray [que], depuis qu’il avint ceste guerre, cestuy haut home, messire Henry d’Alemaigne, vint en une vile qui a nom Viterbe et aleit a Rome por estre empereor d’Alemaigne, et est[eit] la a Viterbe, dedens une yglise ou il oyet messe. [2]  Guy de Monfort, fis qui fu dou conte Simon de Monfort, dont je vos ay parlé (et le dit Henry conseila a messire Odoart de talyer la teste au dit conte Simon de Monfort), si vint la a Viterbe et entra en la chapele et fery d’un bourdon parmi le cors dou dit Henry d’Alemaigne, en vangance de se qu’il conseilla de tallier la teste de son pere, con vos l’avés oÿ, et se party et ala en Toscane.

[102]

[1]  (338) Cestui Guy de Monfort si avoit a feme la fille dou conte Rous de Touscane, et amena o luy de la gent de son seugre, .l. chevaliers et autres gens a chevau, por se fait faire, dont le pape l’escomenia .i. tens, et puis fu asot. [2]  Et sachés que cestu Henry d’Alemaigne estoit couzin jermain, enfans de .ii. seurs, si con je vos ay dit || [121v] autre fois. [3]  Et ores vos lairai a parler de ce et vos diray .i. autre aventure.

[103]

[1]  (339) Il avint, en se dit an de .m. et .iic. et .lxv. de l’incarnasion de Crist, que .i. saint home des haus barons de France, quy fu conte de Neveres, et le conte de Nantuel et messire Alart de Valerie et .lx. chevaliers de France si vindrent en la terre sainte de Surie et au servise de Dieu. [2]  Et plost a Nostre Seignor que se prodome conte de [Ne]veres morut a Acre et fist son testament de tout ce quy se trova dou sien, de monoie et de harneis, douner tout pour Dieu as povres gens, et sachés que Nostre Seignor fist pour luy miracles, car tous malades quy atouchoi[en]t a son monyment estoient tant tost guaris de lor maladie. [3]  Or vos laira a parler de ce, et vos diray .i. autre grant fait quy avint en ce dit an, l’an de .m. et .iic. et .lxv. de Crist.

[104]

[1]  (340) Charle conte d’Ango et de Provence, frere dou roy Loÿs de France quy prist Damiate, si vint a Rome et mena o luy .m. chevaliers francés, et fu coroné dou royaume de Sezile par le comandement dou pape Climens. [2]  Et aprés ala contre Manfré, quy estoit conte de Sezille, de quei je vos [ai] autre fois parlé, dou fis de l’empereor Federic, ney avant dou mariage, et vos ais dit coment l’emperor espouza sa || [122] mere, quant elle vint a mort, pour luy aleauter.

[105]

[1]  (341) Cestuy Manfrey, quant il oÿ que Charle se fu encorouné de son royaume et li venoit encontre, si porchasa gens par deniers et par amisté, tant que il asembla .i. grant host a chevau et a pié, et especiaument aprocha a luy les sarazins de Nocheres et ce fia de tout a sa force, ni ne se vost de tout premier acorder a l’iglize, si ala en la bataille escomenié et en rebel contre l’iglise. [2]  Et sachés que gens quy regarderent a sors, a qu’il fist reguarder, et li aveent dit que il trovoient en lor sors et par lor reguart que il devoit morir en la bataille en .i. champ des flours, et por ceste paor il eschiva quant que il post d’encontrer soy au roy Charle. [3]  Et por ce eschiva tant quy ne post puis, car tant con le roy Charle entroit en sa terre, et Manfrey aloit droit de lonc par devant, et si come aventure done le roy Charle prist a torner en deriere, et non apenseement, et fist son tor par une autre vee contre Manfré, et Manfré, que riens ne savoit de se, si aloit tous jours de lonc, cuydant que le roy Charle li venist deriere, mais quant vint le matin, au l’aube dou jour, les .ii. ost se vont encontrer, et quant Manfré le vy ne vost retorner por non metre la gent en route, et arestant ensi Manfré demanda de seluy leuc le nom, l’on li dist que || [122v] ce estoit de Saint Jormain l’Aguillier et que ce champ ou l’ost estoit avoit a nom le Champ des Flours. [4]  Manfrey de seste parole fu mout desconforté et douta la devinaille, et toute fois se prist a conforter et atendy la bataille. [5]  Et le roy Charle fist armer sa gent et devizer ses batailles, et fist chanter mese al henor de Dieu, et ala vers la bataille de Manfrey, qui venoit escomeniés a la bataylle, y venoit perilliouzement, et por ce li meschut, et le roy Charle ot chevaliers francés .m. ehlis et adurés d’armes, et si ot sergans a chevau et vellés e mehnee, gens aydans autre .m. largement, et sergans a pié une grant cantité. [6]  Manfré en avoit de toutes gens .vm. a chevau et plus, et gens a pié une grant cantité, si que la bataille comensa moult prés et si ot de cos donés et pougneis fais les uns as autres, et en se mileuc nus ne se conussoit mye bien quy avoit le meillior, si que une aventure avint que Manfrey se tenoit d’une part sur .i. tertre et avoit .xl. chevaliers entour ly, si avint si come aventure doune que .i. cariau d’abalestre fery en la main de seluy quy tenoit le confanon de Manfré devant luy, et persa la main o tout la teste, si que le confanon chansela si bas quy sembla as chevaliers francés quy fu abatu par lor gens, et crierent mout || [123] haut: «Alons avant, que tout est nostre!». [7]  Et courut le roy Charle et le meillor de son host en sele place, si que l’ost de Manfrey ne post durer et se mist en desconfiture sans retour.

[106]

[1]  (342) En celle bataille si ot mort gent assés a cheval et a pié, entor .xm. persones, et fu trové mort le roy Manfrey, et si tost ciaus de Sezille et de Principaut et de Poylle et de Calabre se rendirent au roy Charle.

[107]

[1]  (343) Le roy Charle prist la feme dou roy Manfré et .i. sien fis et une soue fille damoisele, et les tint en prison en .i. chastiau.

[108]

[1]  (344) Cestu Manfrey si avoit .i. autre fille qui ot nom Costance, quy estoit mariee au roy Piere d’Aragon, quy avoit .i. fis ahné quy fu nomé Jame, que puis fu roy d’Aragon, et l’autre fu apelé Federic, des ques je vos parleray si avant quant tens sera.

[109]

[1]  (345) Et quant fu en l’an de Crist .m.iic.lxvi., Bondocdar, soudan de Babiloine et de tous les sarazins, car a son tens il nen avoit en nulle terre soudan nul des sarazins for ly, et toute la painime fu sous sa seignorie […] || [123v]

[110]

[1]  (346) Le soudan vint devant Acre et demoura .viii. jours au mois de gun, et puis ala aseger Safet, chastiau dou Temple mout biau et moult fort en la montaigne, loins d’Acre une jou[r]nee, et manda a siaus dou dit chastiau son present, a l’usage des sarazins, mais siaus dou chastiau li geterent son present as manganiaus, de quei le soudan fu moult courousé, et jura par son Mahomet qui les meteroit tous a l’espee. [2]  Et tantost fist dresier ses engins et saillirent le chastiau et li douna mout d’asaus, jusques a .xxii. jours de jungnet que il le prist. [3]  Et si vos diray la maniere coment il le prist.

[111]

[1]  (347) Q[u]ant la gent dou soudan prirent la barbacane dou chastel, il perdy moult de sa gent, car au chastel avet bones gens d’armes, freres et sergans, et douta le soudan de prendre le par force quy ne perdist de sa gent, et defendy l’asaillir, et fist crier son banc que tous les suriens, sergans, archiers, puissent nissir hors dou chasteau a sa fiance, et ce fist il por metre descorde entre les frans et les suriens, si que les frans distrent as suriens quy les aveent traïs, et firent d’aver bataille entre yaus. [2]  Et adons le soudan lor fist doner fort asaut et siaus dou chastel avoient perdu la barbacane, et [estoient] afeblis durement, et si estoient en grant descort les uns as autres et si nen atendeent secours de || [124] nule part, car le chastiau estoit avironé des sarazins de toutes pars, et se crierent as sarazins quy se tenisent de non conbatre, car yl voleent mander lor mesage. [3]  L’on dist au soudan, quy fist remai[n]dre le combatre, et siaus dou chastiau si furent au conseill et ordenerent de mander au soudan .i. frere sergant dou Temple, quy avoit nom frere Lion, cazelier des cazaus de Safet, et savoit moult bien la lengue sarazineze, et li enchargerent a demander au soudan fiance pour les frans, si com il avoit doné as suriens par le banc quy fist crier. [4]  Cestu frere Lion nissi hors et ala au soudan et li dist sa mesagerie, et le soudan li fist en audiens si bon respons come il post, mais il aprés soul a soul parla au dir frere Lion et li dist que il estoit moult courousé vers siaus dou chasteau quy li lanserent son present et li aveent mort mout de ses gens, et que il les voloit tous faire morir, si que il lor voloit doner sa fiance par la main d’un amiraill quy avoit tout sa semblance, et puis le feroit metre tous a l’espee, et se il se voloit travailler a pourchascer sestu fait que il li feroit moult de biens, ou se non le chastiau quant il le perroit, il li feroit faire aspre mort. [5]  Quant frere Lion entendy le soudan, si ot grant paour que il li otrea de faire cant que il vost, et torna au chastel et lor dist que le soudan li avoit otroié fiance || [124v] a trestous, et que il en persone lor jurera lor veant. [6]  Se firent moult grant joie seaus dou chastiau, et quant vint le demain matin le soudan fist venir sel amyrail quy li resembloit et le fist aler par devant le chastel a tel henor con l’on faisoit a son cors, et quant siau dou chasteau le virent si cuyderent que se fust le soudan et se tindrent mout a seur, mais il furent traïs et deseus, et seluy amirail lor jura fiance de condure les a Acre sauf et seurs, et nyssirent dehors le chastiau a toute les mulases trosees de lor harneis, con pour aler piestant a Acre, car il non y a de chemin de Safet a Acre que mains d’une journee. [7]  Et le soudan lor fist dire que il se repozasent sele nut et le matin le feroit mener a Acre, et ensi lor covint faire, et au matin si les fist tous prendre et mener loins de Safet demi liue, sur un toron, et la les fist morir, les testes tallees, et depuis fist faire .i. serne d’un mur entour yaus, et encore perent lor os et lor testes. [8]  Et dit on, et fu sertaine chose, que luminaire dou siel vint sur lor cors plusors fois, et crestiens et sarazins aucuns le virent, et .ii. freres menors furent aveuc yaus quy les tindrent fermes en la foy pour lor prescher, qui lor fu grant profit || [125] a l’arme. [9]  Et frere Lion, le cazelier, que pour paour de mort fist seste traison, si se regnea et devint sarazin. [10]  Et ores vos diray autre chose que le soudan fist.

[112]

[1]  (348) Quant le soudan prist le chasteau de Safet, con vos avés oÿ, tant tost se party et ala au royaume d’Ermenie, quy a moult fort entree et moult estroite, mais il y entra par sa grant force, et courut toute et la guasta, et destrust moult de cazaus et prist menue gent. [2]  Et le roy d’Ermenie n’estoit pas, ains estoit alé a tatars, si que il avoit laissé ses .ii. fis, l’un avoit a nom Toros et l’autre Livon, et le soudan osist Toros et Livon prist vif et le mena en Babiloine, et mena moult de grant peuple de menue gent.

[113]

[1]  (349) Et quant vint au mois d’aoust, messire Hugue de Lezingniau, baill dou royaume de Chipre, vint a Acre et mena moult belle compaignie de gens d’armes, chevaliers et autres, et puis que il vint, luy et le Temple et l’Ospitau et les alemans et les chevaliers fransois et mout d’autre gent a pié et a chevau, et alerent en une chevauchee vers Tabarie, et en lor chemin damagerent mout de leus de sarazins. [2]  Donc le cry se leva par la terre, si que les turs dou Safet, de syaus leus entour, s’enbucherent au Caroublier, || [125v] et au plain d’Acre frirent sur l’avantgarde de nostre gent, que pour covoitize dou guaing estoient bien .iii. liues devant les autres, et les desconfirent laidement, s’est a saver l’Ospitau et les alemans et les chevaliers fransés de la compaignie de messire Jofrey de Sardeignes et plussors autres, et en morut bien .vc. homes ou plus, que a pié que a chevau, des ques mout en fussent eschapés, mais les vilains de la terre, quy sont tous sarazins, les tuerent la nut, trovant les amusés par les boissons, por lor armeures et por lor robe prendre. [3]  Et si avint en tel guize de cele chevauchee de la crestienté. [4]  Et en sel an, au mois de delier, morut .i. mout haut home quy ot nom monseignor Johan de Yblin, conte de Jaffe, de quey je vos ais autre fois parlé si ariere.

[114]

[1]  (350) Et quant vint en l’incarnasion de Crist .m.iic.lxvii., cestuy soudan de Babiloine vint devant [Acre], et tout son host, le segont jour de may, portant banieres dou Temple et de l’Ospitau e de Sur, et surprist la povre gent de menue au plain d’Acre, quy estoient nissus pour guainer, et courut jusques as portes de la ville, et ocist des menues gens qu’il ot pris .vc. et plus, dont il nen ot nul de que ne ly fu trait le fiel dou cors et rougnies les testes a tout les cheviaus d’entour par desus les oreilles, quy porterent au Safet et les || [126] passerent par une corde et les lyerent entour la grant tour dou Safet, et tant y demoura con la corde post durer. [2]  Et l’endemain retorna au Safet, et a .xvi. jour de may retourna devant Acre, et condut buhohan de prés le toron que l’on apele Toron Salah Din, et fist coure au plain d’Acre bien .iiim. homes a chevau, dont la gent d’Acre saillyrent as armes et sonerent la campane pour ce que tous gens yssisent dehors. [3]  A sel tens estoient venus a Acre .ii. haus seignors, freres andeus, mais il estoient de bas fis dou roy Jame d’Aragon le Veill. [4]  Ses issirent dehors, et le Temple et l’Ospitau furent sur .i. teron quy est devant Acre, si prés des murs come une abalestre traieret et poy plus, et virent les .iiim. sarazins par devant eaus, et dou soudan qui estoit enbuché au Toron Salah el Din, con je vos ay dit, ne savoit l’on novelles, si que [ses] .ii. seignors fis dou roy d’Aragon, que je vos ais només, si voleent ferir as sarazins et hasterent moult les templiers et les ospitaliers, et lor distrent de groses paroles, mais siaus ne lor vostrent croire de rien, car, s’il eussent feru, la sité fust esté perdue, si con je vos le diray aprés se. [126v]

[115]

[1]  (351) Estant ensi les sarazins con je vos dis bien matin, vos diray que meschance avint as crestiens. [2]  Nos aveemes desa la mer .i. haut home de France, quy se nomoit messire Robert de Crezeque , que selle nuit avoit, luy et messire Oliver de Terme et autres chevaliers et tricoples estoient issus hors pour brisser cazaus de sarazins, et furent bien .c.xxx. homes a chevau d’armes, sans les escuers, et chevaucherent as parties d’un chastiau quy a nom Monfort des Alemans. [3]  Et a selle houre que ses sarazins estoient au plain et le soudan enbuché, si com je le vos ays dit, messire Robert de Crezeque et messire Olivier de Terme retornoient de lor chevauchee, et en lor venir firent si grant poudriere que les sarazins se apersurent et chevaucherent encontre yaus, et s’aresterent entre nostre gent, quy estoient sur le touron, et siaus quy veneent, et quant les uns furent si prés des autres, si furent coneus. [4]  Messire Olivier dist a messire Robert que les sarazins estoient trop grant gent et que meillour si seroit d’eschiver la bataille, car messire Olivier counusset bien quy se pooient bien metre dedens la ville d’Acre savement par les jardins devers la Porte de Maupas, mais messire Robert li respondy que il estoit venu desa la mer pour morir pour Dieu en la Terre || [127] Sainte et que il yroit en toutes manieres en la bataille. [5]  Et toute fois .i. sien fis que messire Robert avoit o luy, por ce que il estoit enfant, manda il aveuc messire Olivier, et s’en party messire Olivier et entor de .vii. ou de .viii., et tint son chemin par les jardins et se mist dedens Acre. [6]  Entre tant se furent aprochés les uns as autres quy nen avoit que de ferir as sarazins, quy estoient entour de .iiim., a tout se nen ozerent premier envers nostre gent enbatre, quy n’estoient pas .iic., et messire Robert ne targa mie, ains fery luy et sa compaignie par les sarazins, quy lor ovrirent vee et les passerent outre, et tindrent le chemin ver a Acre. [7]  Et si com il repairoient et sarazins les courerent derieres, et saillirent .i. chevalier francés, messire Bauduin de Saint Jorge (frere fu de sire Henry de Guines), et li tuerent son chevau, si que messire Robert adons se fery dedens les sarazins [et en tua] pluissors, et se defendirent si longuement que sarazins ne les poient abatre, ains crierent les uns sarazins as autres que l’on deust ferir les greniers de l’orge, ce est a entendre de ferir as chevaus, et seste parole distrent covertement, que frans aucuns ne l’entendissent. [8]  Et si tost con les sarazins entendirent a ferir et a tuer les chevaus si fu la bataille plus tost delivre, car si tost come .i. des nos estoit a pié si estoit mort, et en la fin furent || [127v] desconfis et mors les nostre, quy furent plus de .iiii.c. persones, a conter o les escuers, de quey ot pris vif aucuns, et de ses que l’on prist vif, quy furent bien poy, si furent les .ii. nevos de messire Olivier de Treme, que puis furent mors en prison de Babiloine, et .i. autre chevalier catelan qui ot nom Cordate. [9]  Et cestu, puis qu’il fu pris, fu mis en une maison a .i. cazau desout Safet, quy avoit une fenestre o mileuc de la tarase, que avoit .i. baston de buche travers la fenestre , et le fest de la maison n’estoit mie si haut mais bais come maison de vilain. [10]  Et sestuy Cordate estoit chevalier moult ligier et bien aidant, et li valut, car ligierement sailly en haut a la fenestre, et se prist au baston de la tarasse, quy estoit de terre, et desendy de la tarasse et se mist en chemin vers Acre, [par] champ et travers, hors dou droit chemin, par seignau d’aucun estele, et fu a l’aube dou jour a Acre. [11]  Et fu devant le patriarche et les autres seignors que il conta tout sont errement, con vos avés oÿ, et dist tant que celle gens d’Acre, quy estoient sur le toron, s’il eusent feru, que la terre fust esté perdue, car le soudan son cors [estoit la] a .xvm. homes au chevau escheris, chascun sur sa beste, aparaillés, et atendant que ciaus d’Acre ferissent sur les sarazins dou plain, || [128] et le soudan [de] son enbuschement seroit tant tost sailly et feru vers la ville.

[116]

[1]  (352) Les gens d’Acre yssirent et manderent querre les cors des mors cretiens quy estoient sans teste, car les sarazins lor aveent levé les testes a tous syaus quy estoient mors a la bataille, que a peine poiet on conoiste son parent par aucun signiau que il y eust en sa char.

[117]

[1]  (353) Encores, aprés poy de jours revint le soudan de Safet a Acre et fist abatre les molins et les tors des jardins et tayllier les arbres et les vignes quy estoient hors d’Acre, et fist moult de maus. [2]  Mais tout en some vous viaus dire de ses afaires que fist en Surie, que il prist a son tens jusques a ce jour et le Crac de l’Ospitau et Gibelcar, et prist encore autre leuc aprés se que je vos ays dit. [3]  Mais je vyaus laisser a parler de luy ores, por dire vos aucunes autres choses quy avindrent en seste dite aunee.

[118]

[1]  (354) Il avint que les jenevés, quy aveent grant entendement de yaus vengier de lor henemis pisans et venesiens, si ce vostrent assaier encores d’eaus venger de lor henemis, et armerent en Gene .xxviii. guallees, et fu lor amiraill || [128v] Luquet de Grimaut, et si ot o luy en sa compaignie .ii. sages homes et artyllous de mer, messire Pasquot Mallon et Papon Mallon. [2]  Et vindrent a Acre subitement a .xvi. jours d’aoust de ce dit an de .m. et .iic. et .lxvii. de Crist, [en] le port d’Acre, et ardy[rent] .ii. naves de pizans dedens le port, et mirent lor enseigne desus la Tour des Mohches, et demourerent au port .xii. jors. [3]  Et dedens ce le dit Luquet de Grimaut se party et amena o luy .xv. guallies qui aveent bezoing d’adouber et ala a Sur, et si laissa au port d’Acre .xiii. gualees et [en] son leuc se mist Pasquet Malloun, quy ot o luy Papon Mallon. [4]  Et estant la a Sur l’amirail de [Gene], les venesiens vindrent a .xxviii. guallees [a] Acre, quy furent armés a Veneize, et surprirent ses .xiii. guallees des jenevés, mais quant les jenevés virent les venesiens si se partyrent et lor alerent encontre, et se firent il por aver plus large mer a eschaper, car s’il les eussent trovés au port, toutes les eussent prises, mais a la manyere que il firent ne perdirent mie tant, car il se mirent parmy les venesiens et paserent outre, si que les venesiens en retindrent .v. a toute la gent, quy furent mors. [5]  Et aprés les autres .viii. guallees alerent a Sur et fure[n]t o les autres guallees, quy s’adoubeent dedens le port de Sur, sauve .iii. guallees quy aleent || [129] vers Sayete pour parler au maistre dou Temple, et l’amirail Luquet de Grimaut dedens, a quy l’on manda la novele, et tantost il torna en deriere, car il n’estoit mie alé trop loins, et fu durement couresié. [6]  Et tant tost cele nuit meismes s’en partirent de Sur et repairerent en Jeune, mais les venesiens a lor .xxviii. guallees vindrent devant Sur et cuyderent trover les guallees des jenevés, et quant il ne les troverent si se repairerent a Acre [et de la] en Veneyse. [7]  Et firent trives entre Jene et Veneise a .iii. ans, et chascun .iii. ans renovelleent la trive, por se que les jenevés voleent corte trive, car lor entendement estoit de yaus vengier, si com il firent, et l’orés en ce livre.

[119]

[1]  (355) Il avint en se dit an que Huguet, hair dou royaume de Chipre (et fu fis dou roy Henry Gras et de la raine Plaissanse), si trespassa de se siecle au mois de novenbre, et fu fait roy aprés luy Hugue de Lezigniau, le jour dou Nouel, par le patriarche Guillaume, qui estoit alé pour viziter les yglises de Chipre. [2]  Et sestu Hugue fu cousin jermain de sestuy Huguet qui morut, car le dit Huguet fu fis dou frere, que fu roy Henry Gras, et Hugue de Lezigniau fu fis de la suer. [2]  Et .i. autre Hugue avoit, quy fu fis de une autre seur et dou conte || [129v] Gautier de Breine, que morut en prysson des sarazins, con je vos ay dit avant, dont sestu Hugue, conte de Brene, chalonga le royaume de Chipre mais il n’esploita nient, et se party dou païs et ala outremer, et remest le roy Hugue de Lezigniau roy saissi et tenant par esgart de court.

[120]

[1]  (356) En ce dit an se crusserent pour paser en Surie le roy Loïs de France et ses enfans, et le roy Charle et le roy de Navare et messire Odoart, fis dou roy d’Engleterre, et son frere et plusors autres barons d’Alemaigne et d’Engleterre et d’Espaigne, que depuis alerent a Tunes, con vos entenderés si avant.

[121]

[1]  (357) En l’an de .m.iic.lxviii. de Ciist morut pape Climens et fu fait pape Gregoire plaisenty, qui estoit arcediaque dou Liege, le quel estoit au jour quy fu ehlit en la sité d’Acre, et fu mené a Rome.

[122]

[1]  (358) En celuy meismes an avint que Corradin, qui fu fis dou roy Courrat et de la fille dou duc d’Osteriche d’Alemaigne, entendy coment le roy Charle avoit desconfit et mort le roy Manfré, son oncle, si fist un grant host de gens a chevau et a pié pour || [130] aler encontre le roy Charle, et tout ce fist il pour l’atissement des pizans. [2]  Et le conte Girart de Pize ala il meismes o luy en Alemaigne et vint o ly en la bataille, et si vint ausy .i. grant home de Jene, frere de Aubert Espine, quy fu capitaine de Jeune .i. tens. [3]  Et se party le dit Couradin d’Alemaigne et vint encontre le roy Charle et mena o luy son oncle, le duc d’Osteriche, et autres barons d’Alemaigne.

[123]

[1]  (359) [L]e roy Charle asembla sa gent et ly ala a l’encontre, et quant il se furent entre vees si ordenerent lor batailles et lor escheles si come il deveent, dont la gent de Corradin ferirent premier, et chargerent si fort la gent dou roy Charle que il les bouterent dedens lor paveillons. [2]  Et tant con la gent dou roy Charle se defendoyent dedens lor paveillons, le roy Charle si fu sur .i. tertre haut, et avoit une grant eschele des chevaliers des meillours qu’il avoit, et si fu o luy .i. chevalier de France quy fu nomé messire Alart de Valerie, chevalier prou et hardy et de grant renomee, et savoit moult de guerre. [3]  Et a sele oure que le roy Charle vi sa gent si rebutés entre les tentes, si fu moult esmaiés et demanda a messire Alart de Valery s’il y avoit aucun chastiau ou il se peussent reseter se bezoigne fust, et || [130v] messire Alart li respondy que il y avoit Paris, ni autre il ne savoit, et que il pensast d’autre chose faire. [4]  Et adons vint a luy .i. valet quy ly dist: «Sire, pensés de secoure vostre gent, quy sont trop maumenés», et le roy Charle li respondy: «Laissés faire, car les bons et les fors et hardis nos remaindront, car la paille vait au vent et le forment demoure». [5]  Sur ces paroles messire Alart de Valerie vy nissir des herberges de la gent de Couradin chargés de robe qu’il enporteent, et dist au roy Charle: «Alons, sire, secoure nos gens et vaincrons nos henemis!».

[124]

[1]  (360) Le roy Charle desendy au plein fres et reposés, et chevaliers des meillours qu’il avoit, et s’enbati sur la gent de Couradin, et les troverent las et travaillés, et autres estoient chargés des robes et harnés que il aveent guaigné de la herberge, et esparpoulliés les uns des autres, si les foulerent premier de cos de lanses et aprés de bordons, si que la bataille fu mout mortal et y morurent mout de gens. [2]  Et en la fin Corradin et son oncle, duc d’Osteriche, et le conte Girart de Pise et .i. home de Jene de grant lingnage, quy avoit nom Thomas Espine, quy estoit capitaine de Jene, ses .iiii. foïrent de la bataille et alerent prés de la mer et se mirent en une grote. [3]  La il furent || [131] .ii. jours sans manger, et sur ce vint la une barque pour pehcher, et sestu Thomas Espine nissi et parla a yaus, coment seaus vosissent lever luy et autres .iii. chevaliers eschapés de la bataille et mener les a ssavement, et les paierent moult bien. [4]  S’oïrent parler de tel rayson, si lor otroerent et lor vendirent pain, de quey il mangerent, et entre tant .i. de siaus de la barque ala a Naple et le fist a saver a court, quy manderent gens quy les prirent et les menerent a Naples, et quant il furent la le roy Charle les fist juger (et par juges furent jugés) et taillier lor testes.

[125]

[1]  (361) Corradin si ot taillé sa teste premier et puis le duc d’Osteriche, son oncle, et distrent que il ne se vost confecer, ains se despera disant tous les maus qu’il poiet de desperasions, et aprés fu taillee la teste dou conte Girart de Pise, et sire Thoumas Espine si ot crevé les ziaus et taillé le nes et les .ii. mains, et le laisserent aler.

[126]

[1]  (362) [C]estu Couradin que je dis si fu fis dou roy Courat, son pere de cestu Couradin, si fu fis de l’empereor Federic et de la raine de Jerusalem, de quy je vos ais devisé et parlé coment l’empereor l’espoza, et a cestuy veneit le royaume de Jerusalem de par la mere de son pere, et puis || [131v] quy fu mort, si com vos avés oÿ, et n’en aveit nul heir, le royaume de Jerusalem retourna au ligniage de la mere de son pere.

[127]

[1]  (363) La novelle de sa mort vint a Acre, et coment le roy Charle avoit guaigné la bataille, si que la gent d’Acre firent grant feste et grant luminaire quy dura aucuns jours, et fu feste de la mort de celuy quy [de]voit estre lor seignor. [2]  Mais la feste ne fu faite pour mavaisté nulle mais pour apaisser sainte yglise, pour le roy Charle, quy estoit defendeor de sainte yglize et sanatour, et l’autre [raison fu] que Dieu le vost ensi consentir pour desheriter les heirs de l’empereor et ses fis, le roy Courat et Manfré, quy furent parsecutour de sainte yglize tous tens de lor vie et morurent escomeniés. [3]  Et je vos ves ores laiser de seste raison, et vos dirais de la terre de Surie se qui avint en se dit an.

[128]

[1]  (364) Cestu soudan que je vos ais autre fois parlé, qui se disoit Melec el Vaher mais son nom plusors fes si estoit dit, Bendocdar, se yssi de Babiloine et junst a Jafe, a terre des crestiens, et la prist a .viii. jours de mars par traïson et dedens trive, et osist moult de menues gens et les autres laisa aler en Acre || [132] o toute lor choses et lor douna condut, et prist la teste de saint Jorge et l’enporta, et fist ardre le cors de sainte Crestiene, que le vesque Johan de Troies avoit laissé a Jaffe.

[129]

[1]  (365) De la se party le soudan et [a]la a Biau Fort, qui estoit dou Temple, et le prist par force a .xv. jours d’avril, et aprés ala en Antioche et l’asega et la prist sans nule defence a .xx. jours de may, et furent osist dedens la sité, puis que ele fu prise, .xviim. persones et plus, et furent pris homes et femes et enfans, que de religion que d’autres, plus de .cm. persones. [2]  Et le Temple abandonerent .ii. chastiaus quy sont la de prés, Guaston et Roche de Roissel, et la terre de Porbonel a l’entree d’Ermenie.

[130]

[1]  (366) Et dedens [ce] le dit soudan pourchassa la delivranse d’un haut home sarazin, qui avoit nom Zencor el Escar, que tatars teneent, le quel fu delivré et vint en Babiloine pour change de Livon, fis dou roy d’Ermenie.

[131]

[1]  (367) Et en ce dit an fu fait baill dou royaume de Jerusalem Balian de Yblin, seignor d’Arsur || [132v].

[132]

[1]  (368) Et l’an de .m.iic. et .lxix. fu .i. grant crole en Ermenie, quy fondy .v. chastiaus et .iii. abaïes d’ermins et .xii. cazaus. [2]  Et morut messire Jofrey de Sardeignes a .xi. jours d’avril, quy fu seneschau dou reyaume de Jerusalem et cheveteine des gens dou roy de France. [3]  Or veus mostrer .i. autre rayson quy avint en se dit an.

[133]

[1]  (369) Il avint que le roy Hugue de Chipre, quy fu fis de Henry dou Princé et se faisoit dire Huguet de Lezingniau de par sa mere, par quey le royaume li vint de Chipre, quant il vy que Couradin fu mort (le quel fu, luy et le dit roy Hugue, enfans de couzin et de couzine jermaine, car Corrat, quy fu fis de l’empereor Federic et fu pere de Couradin, et la mere dou roy de Chipre Hugue de Lezegniau furent jermains de .ii. seurs, de la ou le royaume de Jerusalem meut, et por ce le dit roy Hugue se fist courouner dou royaume de Jerusalem, et fu courouné a Sur), or avint chose que le roy Hugue, de quey je vos parle, si avoit une siene ante, seur de son pere de par mere, et si estoit la dame apelee damoiselle Marie, pour ce que elle nen ot onques baron, et avoit a se jour plus de .xl. ans d’aage. [2]  Ceste damoisele || [133] Marie chalonga au roy Hugue le royaume de Jerusalem et disoit que elle estoit plus prochaine d’un degré a aver le royaume que le roy Hugue de Chipre nen estoit. [3]  Et avint que Phelipe de Monfort et Temple et Ospitau et autres gens de religion si se mistrent a adreser les et ne porent, et que ceste damoisele s’aprocha a la maison dou Temple et ala outremer requerre son droit devant le pape. [4]  Et quant avint le jour que le roy se courona dou royaume de Jerusalem, vint dedens l’iglize .i. clerc, et un notaire o luy, et cria a haute vois en la prezence de la gent qu’il con[tre]diessoient le couronement dou roy, si com il fu comandé de contredire, et s’en fouy tant tost par la prezence de la gent, que l’on ne sot que il devint. [5]  Et de damoisele Marie ne vos diray plus orendroit que autre fes, car je viaus si dire d’autre chose.

[134]

[1]  (370) Phelipe de Monfort, quy tenoit Sur de don dou roy Henry de Chipre, le quel don n’estoit mie ferme pour ce que Couradin vivoit, si douta que le roy Hugue ne li vosist requere Sur, et por ce il porchassa et fist tant que le roy Hugue dona sa suer a Johan de Monfort, fis dou dit Phelipe de Monfort. [2]  Et le roy Hugue conferma le don de la sité de Sur a cestu Johan || [133v] de Monfort en telle maniere que, ce la dite feme eust enfant, que la sité de Sur lor demourast a iaus et a lor heirs, et s’il mesavenist de Johan de Monfort et la dame n’en eust enfant nul, que la cité de Sur [deust] retorner au roy Hugue ou a ses heirs, donant le roy Hugue ou ses heirs as heirs dou dit Johan de Monfort .c.lm. bezans sarazinas pour les grans despenses que messire Phelipe de Monfort aveit fait en esforcier la ville et amender la. [3]  Et ensi fu le mariage confermé, et ala Johan de Monfort en Chipre et conferma et espouza la dite seur dou roy, et fu fait moult grant feste, come il se deveit faire pour si haut noses, et la mena Johan de Monfort a Sur, et le roy l’aconpaigna jusques a Famagouste et ly fist armer .ii. gualees quy la condurent aveuc une guallee de Sur, quy s’apeloit Panfle, et ariverent a Sur, la ou fu faite grant feste.

[135]

[1]  (371) Ceste dame, quant elle fu mariee, si estoit grant damoisele de .xxiiii. ans et fu la plus belle dame ni damoisele quy fust desa mer a son tens, et especiaument de visage, et si le peus bien dire serteinement car je la vis moult sovent, con sil quy fus .i. des .iiii. vallés quy la servimes le premier an, et si fu moult bone dame et moult sage et moult amohniere, et s’aimerent mout elle et monseignor son espous, et depuis elle [134] engrassa trop hors de raison et sembla a son pere, quy [fu] mout gras, et monseignor de Sur si fu si travaillé de goute a piés et a mains qu’il en fu tout desfait, car il fu moult biau chevalier et mout plaissant et prodome et sage et bien aidant chevalier. [2]  Et si avoit .i. frere quy ot nom Anfré de Monfort, biau chevalier et grant, quy nen avoit per a luy a son tens, le quel avoit por espoze la fille quy fu de Johan de Yblin, seignor de Barut, qui avoit une seur aheiné d’elle, quy fu madame de Barut. [3]  Mais je laira ores d’eaus a parler et vos diray d’autre raysson quy avint a l’incarnasion de ce dit an, por sivre a dreit ma matiere.

[136]

[1]  (372) Vous savés coment je vos ay retrait que le roy de France et le roy de Navaire et les anfans dou roy de France et le roy Charle et messire Odoart, fis dou roy d’Engleterre, et son frere, et autres contes et barons d’Engleterre et d’Alemaigne et d’Espaigne, s’estoient crusés pour passer en la terre sainte de Surie. [2]  Il s’asemblerent tous et fu lor conseil d’aler prendre Tunes, quy est une grant sité des sarazins, et asemblerent mout de navillie et alerent a Tunes, si com il eurent ordené, et prirent terre sans nul contredit, et se troverent de toutes gens a chevau || [134v] entor de .xixm., et de gens a pié eurent trop grant cantité, et de gens de mer si ot grant naville et grant gent, et entre les autres si ot .xviim. jenevés o tout lor naville, car lor entendement estoit quy peussent recouvrer lor droit d’Acre.

[137]

[1]  (373) Estant ensy l’ost devant Tunes, les sarazins lor firent moult d’enuy et de contraires, que il chevauchoient, les sarazins, quant il faizoit grant vent et la poudriere venoit si fort sur nos gens que l’un ne veet l’autre, et avoient fait une foce entre nostre gent et aus, que l’on [ne] poiet aler a yaus, et se nos gens a pié lor lanceent javelos d’aubalestres, de quey l’on osioit pareills, sachés [que] il estoient si grant gent que l’on ne les poroit par tel chose consumer. [2]  Et pour ce que Dieu, quy conut et quy seit tout, vy que nostre gent aveent destorné le sien servize de sa terre sainte et estoient alés ou n’estoit mie si grant bezoin, si ne le vost guaires conseillier, pour coy une grant enfermeté vint en l’ost, de tel maniere qu’il morut moult de gens, et entre les autres morut le bon roy de France Loïs, et le roy de Navare, et Johan Tristan, fis dou roy de France sus dit, et plussors barons et autres chevaliers que je ne peus trestous nomer, || [135] et autres quy remestrent en vye conurent bien que lor bezoin estoit toute desfaite. [3]  Et estant ensy les crestiens con je vos dis, si com il plost a Dieu, le soudan de Tunes manda traiter au roy Charle aucun acort, et pour ce que autre ne se poiet faire si s’acorderent a luy pour une cantité d’aver que il promist a doner tous les ans au roy Charle, et de ce lor fist tel seurté com il s’acorderent, et dona en .i. cop de monee qui fu de ce que l’ost avoit cousté, et se partirent et repaira chascun en sa terre. [4]  Et si aprés vous viaus retraire aucun autre aventure quy avint en Surie.

[138]

[1]  (374) En l’an de .m.iic. et .lxx. de Crist Bendocdar, soudan de Babiloine, que volentiers pourchasoit et faisoit maus as crestiens, si savet bien que messire Phelipe de Monfort, seignor de Sur, esteit mout sage seignor, et que riens ne se faisoit entre les crestiens de Surie que par son sens, et saveit meismes coment il mandeit letres et mesages as rois et seignors d’outremer por faire les meuvre a venir desa, dont le dit soudan si le vost ocirre. [2]  Et pour ce il prist des sarazins que l’on apele hassissés, et les vesty en abit d’ome d’armes et les manda a Sur, et lor comanda de tuer le dit seignor de Sur et le seignor de Sayete, celuy qui la vendy au Temple et quy estoit nevou dou seignor de || [135v] Sur, car sestu seignor de Sayete, ja soit ce que il estet home de volenté et avoit mau fait ses afaires, toute fois en conseill de fait d’armes il estoit bien asagé et bien conussant et prou et hardy et grant et fort, et por ce vost aussi le soudan quy fust mort. [3]  Ses .ii. hassissés vindrent a Sur a chevau, saint d’armes turquezes et de sainture d’argent a la maniere de gens d’armes sarazins, et vindrent droit au seignor de Sur et li requistrent batehme. [4]  Le seignor de Sur, que de se ne se gardoit, si les fist batier et a l’un mist son nom et l’apela Phelipe, et a l’autre le seignor de Sayete le fist batier et fu son parain et li mist son nom, Julien, et le seignor de Sur retint tous les .ii. en son servize come tricoples, et ce fia le seignor de Sur moult a yaus. [5]  Et toute fois fu dit au seignor de Sur que il se deust garder, car le soudan pourchassoit sa mort et ly avoit mandé hassissés pour tuer, dont le seignor de Sur si respondy que il nen estoit plus seignor de Sur et que son fis en estoit seignor, si que le soudan nen avendroit ryen de luy ocirre, et toute fois faissoit il a son visconte sercher et conoistre les estranges gens quy veneent a Sur, mais il ne se garda mie de ces .ii. dis, que il tenoit en son hostel. [6]  Or avint .i. jour que ses .ii. hassissés aveent pris une grant || [136] acointance a un surien dou Levant quy servet le seignor de Sur [com] faraiss, c’est a saver de escover et neteer et arozer d’aigue le palais et la court et asuré tentes, quant il est bezoing. [7]  Et cestuy farass ala un jour a manger aveuc ses .ii. hassissins et, quant il fu en lor hostel et l’un d’iaus fu alé acheter pain en la plase et fu l’autre alé a la couzine, cestuy farais tira .i. pillet de lor tarquais, et avet au tarquais .i. coutyau oint de venim enveloupé d’un drap, et par ce counut il que il estoient hassisins. [8]  Et quant il furent ensemble en la table et mangerent, cestuy faraiss lor voloit descovrir tout l’afaire, coment il avoit trové le dit coutiau, et quant siaus virent quy furent descovers, si le gehirent lor fait et li distrent que il devoient tuer de par le soudan le seignor de Sur et le seignor de Sayete, et li promirent a doner .c. bezans veills dedens dimenche, et seste chose fu le jeusdy. [9]  Et quant vint aprés ses .ii. hassissins se penserent que s’il ne douneeent les .c. bezans au dit faraiss le dimenche, que il les descovreret, et por ce penserent de heter lor fait se dimenche venant. [10]  Et en [ce] mileuc le seignor de Sayete estoit alé sejourner a Barut, dont l’un des .ii. hassissins, celuy qui fu filleul dou seignor de Sayete, s’en ala a || [136v] Baruth por tuer le seignor de Sayete, et l’autre remest a Sur, et ordenerent que se dimenche venant l’un feret son servize a Sur et l’autre a Barut, tout en .i. jour. [11]  Cestuy dehleau faraiss si tint l’afaire secré atendant a aver les .c. bezans que yaus ly aveent promis, et ne le fist a saver ny a seignor ni a baill, come desleau. [12]  Et quant vint le jour dou dimenche le hassisi vint bien matin a court et ala ver la chapele dou seignor et trova messire Phelipe de Monfort a l’avant de sa chapele, quy estoit en pié et parloit avé .i. sien borgois, et se hassisi vint ver luy et le salua, dont le seignor li dist qu’il estoit bon crestien et faizoit bien de venir a la messe, et li douna denier por ofrir, car un autre messe estoit comensee au seignor jeune son fis, messire Johan de Monfort, et a sel oure estoit l’ofrande. [13]  Et le hassisi prist le denier et ala ofrir, et adons il vy que il nen avoit en la chapele que le jeune seignor et .i. chevalier soulement, quy se nomoit Guillaume de Pinquegny, si li sembla quy poiet son mau faire, et au nissir que il fist il s’acosta de grant segnor messire Phelipe de Monfort et le fery dou coutiau par la tetine, et por ce que a cel oure le dit seignor maniet .i. aniau sien dedens son deit en l’autre main, si ly persa au ferir la main quy tenoit son pis, et ly laissa le coutiau et mist main a sa espee et entra a la chapele || [137] pour tuer l’autre seignor. [14]  Mais quant il fery le grant seignor, le cop sona si fort que le jeune seignor, quy estoit en la chapele [et] lisseit son livre, torna sa chere saver que ce esteit, et adons vy venir le hassissi, l’espee en la main nue, si que il se bouta dedens l’autier, qui avoit une table enpainte de sains par devant, et estoit entré dedens, et au bouter que le seignor jeune fist dedens l’autier le hassissi lansa l’espee pour luy ferir sur la table de l’autier, et se tint si fort quy ne la post aracher. [15]  Et sire Guillaume de Pinquegni vint et enbrasa derier le hassissi si fort can qu’il post, et dist au seignor que il ysist hors, et le seignor yssi et le prist par les cheviaus de l’une main et [de] l’autre main li vost oster l’espee et se trencha .ii. deis de sa main. [16]  Et en se mileuc le grant seignor de Monfort issi de l’avant de sa chapele et ala bellement sur ses piés, et s’asist sur .i. banc de piere devant l’entree de sa chambre, et seluy qui parleit a luy si se leva et jeta le cry a sergens, que tantost monterent la mont et alerent vers le grant seignor, quy lor dist: «Alés ayder mon fis en la chapele, que le sarazin le tue!». [17]  Et tous coururent a la chapele, et tant tost tuerent le hassisi et delivrerent le jeune seignor de Sur, quy vint vers son pere, et le pere ovry les ziaus et le vy sain et sauf, || [137v] si leva ses .ii. mains ver le siel mersiant Dieu, sans parler plus, et l’arme li party et fu mort, et le hassissi fu mort come il fu, si fu trainé et pendu. [18]  Et tantost fu mandé a Baruth une barque par mer, et par terre .i. tricople, faire a saver au seignor de Sayete quy se guardast dou hassissi et prendre le, mais si tost com le hassisi oÿ parole de ce, si monta sur sa beste et se foÿ as sarrazins et fu sauf, car il nen aveent guete a aler des crestiens as sarazins. [19]  Et le dehleau dou farais, quant il vy le fait si avenir, si se destorna la ou nul arme ne savoit rien de son fait, et pour ce fu aperceu quant il fu demandé, si que il fu quis et apris et fu mis en gehine et confesa ce qu’il en saveit, dont la lengue li fu traite desous le monton et la main destre taillee, et [fu] trayné et pendu. [20]  Le seignor de Sur fu enteré a la mere yglise de Sur, quy a nom Sainte Crus, dont la crestienté en resut grant damage. [21]  Or lairons a parler de luy, que Dieu en ait l’arme, et vous diray un autre rayson.

[139]

[1]  (375) Et en sestu meymes an damoisele Marie, ante dou roy Hugue de Lezigniau, quant elle vit que son nevou le roy Hugue ce fu fait roy et encourouné dou royaume de Jerusalem, || [138] si con je vos ay dit, et que le fist metre debat par [.i.] clerc et .i. notaire, si con je le vos ay devisé si avant, elle se parti d’Acre et ala a la court de Rome, et se plainst au pape dou dit roy Hugue, et fu pape Gregoire, dont le pape et sa court entendyrent sa raizon. [2]  Mais en ce mileuc que sa requeste duroit, la dite damoisele Marie s’acosta au roy Charle et trayta et pourchassa o luy que elle ly fist don de son droit et de sa raizon, et le roy Charle adons ly fu en aye quant que il post. [3]  Et quant la question fu condute a se qu’ele dut, et que sentence se dut doner, elle se douna par le pape et par sa court coment la dite damoyssele Marie estoit plus droit heir dou royaume de Jerusalem que le roy Hugue n’estoit, et fu confermé par le pape et par sa court le don que la dite damoisele Marie avoit fait au roy Charle de son droit qu’ele requeroit dou royaume de Jerusalem, et le roy Charle douna a la dite damoisele une cantité de monoie chascun an, asenee sur sa terre en Franse, mais aprés .i. tens il asena en sa terre en Poille.

[140]

[1]  (376) [E]n l’an de .m. et .iic. et .lxxi. de l’incarnasion de Crist, a .xviii. jours dou mois de fevrier, Bendocdar, soudan de Babiloine, asega || [138v] le chasteau dou Crac, quy fu de l’Ospitau de Saint Johan de Jerusalem, et le prist a fiance a .viii. jors d’avril, sauve lor vies. [2]  Et en sel an meymes, a .ix. jours de may, ariva a Acre monseignor Odoart, fis dou roy d’Engleterre, que en son veage ot moult de tempeste de mer, que .i. sifon fery en sa nave que poy ne la nea, et amena sa feme o luy, et vint le conte de Bretaine, et au mes de setembre vint a Acre messire Arniot, frere de messire Odoart. [3]  Et en se dit an asega Bendocdar, soudan de Babiloine, Gebelacar, quy estoit dou prince d’Antioche, et le prist a fiance.

[141]

[1]  (377) En ce dit an vos diray une autre aventure, que le soudan fist armer .xi. guallees de sarazins et les manda pour damage faire en Chipre, et quant il vindrent as aigues de Limesson elles estraquerent et brizerent toutes pour faute de pedot, par la volenté de Dieu et non par autre rayson, car il estoit grant bounase et de vent et de mer, et furent tous pris esclas, et .ii. guallees eschaperent et alerent e[n] Alixandre, et s’ensi ne fust avenu il eussent destrut Limeson et autres leus de Chipre.

[142]

[1]  (378) En cel an asega le soudan Monfort des Alemans, .i. chastyau bien prés d’Acre, et le prist a .xii. jours dou mois de jun a fiance, sauve lor vies. [2]  Et a .xvi. jours de gunet mena les || [139] gens devant Acre et les laissa aler, et seluy jour la gent d’Acre si furent tous as armes pour defendre la terre, et adons messire Odoart vy l’ost dou soudan et son grant poier, et conut bien que il nen avoit pas gens de combatre au soudan, et por ce nen oza nul des crestiens yssir a luy, et l’endemain se parti le soudan et ala en Babiloine.

[143]

[1]  (379) Et depuis messire Odoart fist une chevauchee et ala briser une riche cauzau quy a nom Saint Jorge, qui est prés d’Acre a .iii. liues, et furent o luy Temple et Ospitau et l’autre gent d’Acre, et ce fu a l’issue de gunet, quy faiset moult grant chaut, et brizerent le dit cazau et tuerent moult de sarazins et firent grant guain, mais de nostre gent y morut acés par chaison dou miel d’abeille et d’autre choses qui mangerent, si con ge[n]s a pié son uzés de faire, si que il moreent par le chemin et pour le chaut et pour le travaill et pour les viandes chaudes qu’il aveent mangé.

[144]

[1]  (380) Le roy Hugue de Jerusalem et de Chipre pasa de Chipre a Acre et fist grant henor a messire Odoart et orent grant amor ensemble, et ausi meymes i vint Baymont, prince d’Antioche et conte de Triple, quy estoit couzin germain || [139v] dou roy Hugue de Lezigniau, nes de .ii. freres, mais le prince demoura poy a Acre, et se party et ala a Triple, en son païs.

[145]

[1]  (381) A .xxiiii. jours dou mois de novenbre dou dit an monseignor Odoart et le roy Hugue et la chevalerie de Chipre et d’Acre et le Temple et Ospitau alerent brizer .i. cazau quy a non Cacon, qui est en la terre de Sezaire, loins d’Acre .xii. liues et plus. [2]  Et firent grant damage a sarazins et guaignerent .ii. herberges de turquemans, et tuerent sarazins asés et prirent bestiail gros et menu .xiim., et asegerent aucuns sarazins dedens une tour quy est a Caco moult fort, environee de focés plains d’aigue, et bien l’eussent prise, mais nos gens douterent de trop demorer pour le cry quy estoit par la terre, et [l]a sarazins estoient ja asemblés de toutes pars, dont nostre gent se partirent et vindrent a Acre a tout lor guain sain et sauf.

[146]

[1]  (382) Or vos diray se quy avint a monseignor Odoart. [2]  Il avint que .i. sarazin, home d’arme, se vint batier a Acre, et messire Odoart le fist faire crestien et le tint de son hostel. [3]  Cestu si fist entendant a messire Odoart que il iroit espier les sarazins la ou l’on lor paroit mau faire, et avoit ja fait ce servize aucune fes, et par || [140] luy alerent nos gens a Saint Jorge et a Caco, dont messire Odouart se fia tant en luy que il comanda que il ne fust defendu de parler a ly ni de jour ni de nut. [4]  Si que il avint une nut que il vint a la chambre ou monseignor Odoart ce dormoit o la raine, et mena o luy le durgeman, et fist entendant que il venoit d’espier et voloit parler a monseignor Odoart, si que monseignor ly ovry sa chambre il meismes, vestu soulement en chemise et braie, et le sarazin s’acosta a luy et le fery d’un coutiau sur la hanche, quy ly fist un parfonde plaie et perelyouse. [5]  Et messire Odoart se senty feru et le fery .i. cop dou poin parmi le temple, quy l’abaty estordi a terre une piesse, et puis prist .i. coutiau de table quy estoit en la chambre et le fery en la teste et l’ocist. [6]  Le cri se leva entre la mahnee et virent lor seignor feru et jeterent le cry par la ville d’Acre, dont les seignors s’asemblerent la et firent venir tous les mieges, et esclas quy li suserent sa plaie et en traistrent le venim, dont il fu bien guary, la mercy Dieu, et se party a .xxii. jors de setembre et ala outremer en sa terre.

[147]

[1]  (383) Et quant vint l’an de l’incarnasion de Crist .m.iic. et .lxxiii., frere Thomas Berart, maistre || [140v] dou Temple, si morut et fu fait maistre frere Guillaume de Biaujeu, quy fu mout gentil home, parent dou roy de France, et si fu mout large et lyberal en moult de raysons et mout amonier, dont il fu moult renomé, et fu le Temple a son tens mout honoré et redouté. [2]  Et quant il fu fait maistre il estoit en Poille comandour, et demoura outremer .ii. ans, visita toutes les maysons dou Temple au royaume de France et d’Engleterre et d’Espaigne, et amasa grant trezor, et vint a Acre.

[148]

[1]  (384) En l’an de .m.iic. et .lxxiiii., au mois de may, si fu le conseil dou pape a Lion sur le Rosne, et furent adons despozés les freres do sac et les freres apostles et autres relegious.

[149]

[1]  (385) Et en l’an de .m. et .iic. et .lxxv. de Crist le prince Beymont, que l’on disoit le Biau Prince, morut, et fu fait prince son fis, quy fu ausi nomé Baymont, et ce fu cestuy le fin de tous les princes d’Antioche et contes de Triple, mais il avoit une seur quy estoit en Poille, mariee a messire Narguo de Tousi, amiraill de Poille, et sy avoit sa mere quy estoit seur dou roy d’Ermenie. [2]  Cestu dit Beymont, pour ce que il estoit moult jeune, sa mere fist venir a Triple .i. parlat quy estoit || [141] vesque de Tourtouze et vicaire dou patriarche d’Antioche, quy avoit nom Berthelemé et fu nes d’Antioche, moult grant clerc. [3]  A sestu dona la princesse, mere dou prince, tout son poier et le fist governeor de Triple, si que les chevaliers eurent a grant desdain d’estre gouvernés par clerc, et toute fois le soufryrent et ne firent semblant. [4]  Et quant ores je ne vos diray plus de lor fait, ains vous diray d’autre rayson.

[150]

[1]  (386) Et en l’an de .m. ijc. et .lxxvi., a .xxvi. jours dou mois de mars, Bendocdar, soudan de Babiloine, nissy o tout son host de Babiloine et ala en Ermenie, et la corut et destrust, et mist a l’espee a tous siaus que’l atainst.

[151]

[1]  (387) Et en se dit an messire Gullaume de Rozelon vint a Acre au mois de huytovre, et amena gens a chevau et a pié de par le roy de France, et fu lor cheveteine.

[152]

[1]  (388) Et en ce dit an morut pape Gregoire et fu fait pape Clymens quint. [2]  Et en se dit an, a .xxviii. jors de gun, fu neé devant Sur messire Henry dou Princé, qui fu pere dou roy Hugue, roy de Jerusalem et de Chipre, si come il venoit en une nave des alemans et aloit || [141v] a Triple, et la nave fery en une roche et briza, et le dit messire Henry fu trait de la mer et porté dedens Sur a sa fille, quy estoit dame de Sur, feme de Johan de Monfort, seignor de Sur et dou Toron, qui le firent enterrer a l’Ospitau de Saint Johan.

[153]

[1]  (389) Et en ce dit an meismes morut pape Clemens quint et fu fait pape Andrian, quy morut l’an meymes. [2]  Mais je vous veul devizer une grant riote quy avint en Surie en se dit an meismes.

[154]

[1]  (390) Vous avés oÿ coument la princesse, mere dou prinse l’enfant, fist venir le vesque de Tourtouse et le fist gouverneor de Triple. [2]  Or aveit en son tens un seignor de Giblet, quy avoit nom Guy et estoit fis de la seur dou seignor de Baruth, Johan de Yblin le jeune, que mort estoit, si se faizoit apeler se seignor de Giblet Guy de Yblin, mais il fu estrait de la sité de Jeune, dou ligniage quy se dit Enbriac, et de Guillaume l’Enbriac, quy fu sire de Giblet, et de la seur dou prinse fu son comensement. [3]  Et por ce que seluy prince, et ceste soue seur, fu estrait de siaus des Baus quy o[n]t lor armes a estele, tous les seignors de Giblet et lor linnyage portent lor armes a estele.

[155]

[1]  (391) [C]estu seignor de Giblet avoit grant amor a se novyau prinse son seignor, et avoit pour espouze sa couzine jermaine dou prince, quy || [142] estoit fille dou seignor de Seete que mors estoit, Julien, et fu ce seignor de Giblet moult bel home, de grant maniere, car il fu grant et bien menbru et blanc et blond et vair, et couloury d’une vive coulour, et prou et hardy, mais il fu un poy estout et de volenté, et avoit .ii. freres, .i. chevalier qui ot nom sire Johan, quy fu ausi moult biau chevalier, et l’autre fu vallet, qui ot nom Baudinet. [2]  Dont il avint que se seignor de Giblet prya le prince de otroer a son frere le mariage d’une damoisele quy avoit .i. grant fié de par son pere, messire Hugue Salamon, et le ly otrea, dont le vesque de Tortouse, qui avoit .ii. siens nevous, vost aver la dite damoysele pour .i. sien nevou, et converty tant le prince quy li otroia. [3]  Et quant le seignor de Giblet senty le fait, si ala tant tost et ferma le mariage de la dite damoysele a son frere, de quey le prince et le vesque furent mout courosés vers luy, et se partirent de Triple le seignor de Giblet et son frere et alerent a Giblet, [et le seignor de Giblet] ala a Acre et se fist confrere dou Temple et eut grant amisté au maistre, frere Guillaume de Biaujeu, quy ly promist de luy aider de quant que il porra, et tourna le seignor de Giblet a Giblet et se mist a user dou fié et des rentes que son frere avoit pris en mariage, dont le prinse ne le vost soufrir. [4]  Et se mut || [142v] ensi le contens entr’iaus, ja soit se que il avoit autre achayson par ansienes haynes.

[156]

[1]  (392) [I]l avint que le seignor de Giblet ala esforceement et prist par force de la terre de son frere se que il en post aver, dont le prinse fu moult courousé et le fist semondre par court, si que le seignor de Giblet ala a Acre et parla au maistre dou Temple, qui li dona .xxx. freres qui mena o luy a Giblet. [2]  Et adons guerroia le prince en aparant et ly fist plusors damages en sa terre, dont le prinse fist abatre la maisson dou Temple de Triple et le bois dou Temple quy a nom Moncucu. [3]  Et quant le maistre dou Temple l’e[n]tendy, si arma guallees et autres vausiaus, et ala a Giblet et mena o luy .i. grant covent de freres, et vint de Giblet a Triple et l’asega pluzors jours, dont ne fu nul quy nisist contre luy, ni a chevau ni a pié, ains garderent les murs de la ville, dont le maistre et sa gent partirent et retornerent a Giblet, et en lor chemin fist le maistre abatre .i. grant maner quy estoit a Boutron, que l’on l’apelet Le Chastiau, et alerent les templiers aseger Nefin, un chastiau dou prinse sur mer moult fort. [4]  Et avint chose que .i. jour .xii. freres et .i. chevalier seculier, qui ot nom Pol de la Teffaha, s’enbatirent a cors de chevaus dedens Nefin parmy la || [143] porte, mais les sergans furent sur la porte en haut et valerent la porte close, et furent ensi pris, ja soit se que dedens le chastiau meismes il ne se vostrent rendre que a fiance, sauve lor vies, dont il furent pris et mis en prison et puis furent mandés a Triple, le prince les tint en sa prison dedens sa court.

[157]

[1]  (393) Le maistre parti de Giblet et vint a Acre, et laissa .xxx. freres au seignor de Giblet et lor chevetaine, qui ot nom frere Masé Goulart. [2]  Et depuis que le maistre party, le prince fist .i. host de gens a chevau et a pié, et vint pour aseger Giblet, mais quant il fu entre le Boutron et le Pui dou Conestable, novelles ly vindrent que siaus de Giblet estoient nysus, si que le prince ot conseill que son cors ne deust aler, et de seluy leuc torna a Triple et manda sa gent encontre siaus de Giblet. [3]  Et siaus de Giblet estoyent yssus a .xxx. freres et chevaliers et valés et tricoples, tant qu’il furent bien .c. a chevau, sans les escuers et la gent a pié, de Triple furent plus de .iic. a chevau et grant gent a pié, et lor escuer, et s’enbatirent les uns as autres. [4]  Et en la fin siaus de Triple furent desconfis malement, et fu pris Raimont, frere dou prince de bas, et sire Mansel, nevou dou vesque de Tourtouze, qui ot .ii. cos d’espee || [143v] en sa chere, et si ot taillé la teste sire Rogier de la Colee, chevalier, et ot taillé la teste sire Guillaume Trabuc, fis dou mareschau de Triple, et autres y ot mors et pris que je ne say nomer. [5]  Et fu mort messire Balian, seignor de Sayete, fis de sire Julien, frere de la feme dou seignor de Giblet et cousin jermain dou prince, et morut estaint, si come il estoit a pié et se desarmet et l’overture se trova close sur la chere de sa curace, et fu trové la teste dedens la curasse, et morut, et le sanc li nissoit dou nes. [6]  Et aprés seste bataille fu fait trive entre le prince et le seignor de Giblet a .i. an.

[158]

[1]  (394) [En] l’incarnasion de nostre seignor Jhesu Crist .m. et .iic. et .lxxvii. fu fait pape Johan. [2]  A .xii. jours dou mois de may dou dit an morut le dit pape [et fu fait pape] Nicole en novenbre, le jour de la feste de sainte Cateline.

[159]

[1]  (395) En ce dit an avint que Bendocdar, soudan de Babiloine, ala a tatars et se combaty a yaus, et fu desconfit malement et perdy moult de sa gent et repaira en Babiloine.

[160]

[1]  (396) Et en l’an de Crist .m.iic.lxxviii., au mois de gunet, le roy Hugue de Jerusalem et de Chipre se parti d’Acre et abandouna la || [144] seignorie et ne vost que de luy jeust nul gouvernement, et manda letres au pape, coment il ne poiet plus gouverner la terre por le Temple et l’Ospitau, et s’en ala en Chipre. [2]  Et ce fist il par coverture, pour ce qu’il avoit entendu que s’ante, damoisele Marie, quy li chalongoit le royaume de Jerusalem, [ala] a la court dou pape, et que celle avoit fait don au roy Charle de sa raison, et que le roy Charle mandoit le conte Rogier de Saint Sevrin a Acre de par luy pour saissir le royaume, et le roy ne se vost trover a Acre.

[161]

[1]  (397) Et depuis que le roy fu en Chipre, il manda en son leuc baill messire Balian, seignor d’Arsur.

[162]

[1]  (398) En ce dit an, au mois de setembre, vint a Acre le conte de Saint Sevry, conte de Marseille, de par le roy Charle, en .vi. guallees, et porta letres dou pape et dou roy Charle et damoisele Marie, coment damoisele Marie avoit guagnié le royaume de Jerusalem par la sentense de la court de Rome, et avoit doné son droit au roy Charle, et que l’on l’eust pour roy de Jerusalem et seignor. [2]  Il furent leuues les letres, oyant tout le peuple, et se party dou chastiau Balian de Yblin, seignor d’Arsur et guerpy le baillage, et le conte Rogier s’asist o chastiau et se herberga dedens. [3]  Le dit conte || [144v] || [145] fist grant semblant d’aler a Sur, mais le comun de Veneyse vost ausi aler pour lor rayson aver, dont il furent en riote, mais messire Johan de Monfort, seignor de Sur et dou Toron, pourchassa que le baill de Veneize, Aubert Morisin, vint au Cazal Inbert et s’acorda a ly, et rendy a venesiens se qu’il aveent de dreit a Sur.

[163]

[1]  (399) A .m. et .iic. et .lxxix. de l’incarnasion de Crist le maistre dou Temple, quant la trive failly de luy au prinse, il fist armer .xiii. guallees et les manda a Giblet, et plusors freres alerent dedens, et furent a un fort cazau dou prince, quy a nom Dome, et se combatirent as chevaliers dou prince et les desconfirent et en ot aucuns mors. [2]  Et alerent les guallees dou Temple devant Triple, et avint que mau tens se mist quy fist ferir a terre .v. gualees vers Nefin, mais la gent dou Temple et de Giblet, quy avoient asegé Nefin, guare[n]tirent les homes des gualees.

[164]

[1]  (400) Aprés se le prince fist armer .xv. gualees et les manda a Sayete, quy est sité dou Temple, et roberent et damagerent une yhle quy est la devant, et prirent aucuns freres et lor mehnee, et retornerent a Triple a tout lor guaing. [145v]

[165]

[1]  (401) En cel an vint a Sur le roy Hugue de Jerusalem et de Chipre, et amena o luy grant gent a chevau et a pié, cuydant recovrer Acre, mais ne post riens faire pour ce que le maistre dou Temple li fu contraire, et s’en torna en Chipre et fist abatre la mayson dou Temple a Limesson, et aresta tous lor biens en Chipre.

[166]

[1]  (402) Et en ce dit an le maistre de l’Ospitau, frere Hugue Revel, morut et fu fait maistre frere Nicole le Lorgne, quy ala a Triple et fist pais entre le prince et le Temple a .xvi. jours de jungnet. [2]  Mais je vos diray une belle aventure quy avint a la crestienté.

[167]

[1]  (403) Et en se dit an, l’ysue d’eutoubre, freres de l’Ospitau dou Marguat firent une chevauchee sur sarazins dehors et lor firent grant damage, car il troverent la terre guarnie et firent grant guain de bestial e d’autre. [2]  Et si come il retornerent a Marguat, pacerent par Chastiau Blanc, si que .ii. herberges de turquemans et plusors turs de Babiloine s’asemblerent, et firent bien .vm. homes a chevau et plusors a pié, et vindrent aprés l’ospitailliers jusques a Mareclee et les hasterent mout, dont les ospitalliers si tornerent a yaus, quy ne furent que .iic. homes a chevau, et desconfirent les sarazins et tuerent grant cantité, et firent grant guain et retornerent a Marguat. [3]  Et la, Dieu mercy, il ne perdirent que .i. soul || [146] frere sergant.

[168]

[1]  (404) Il avint en se dit an meimes que Bendocdar, soudan de Babiloine, a moult grant host ala contre tatars jusques as Aigues Froydes, et passa l’aigue en ceste maniere, que il dist a ses amiraus: «Qui m’a[i]nt si me soie!», et s’en lansa, lor veant, a toute sa beste au flum et passa a noe de l’autre part, et les amiraus et tout les autres, veant ce, si se lanserent aprés et passerent outre, et si ot tant neés homes et bestes que les uns passent sur les mors. [2]  Et trova les pons tous labourés que tatars avee[n]t fais pour lor paser et n’estoient pas mis, mais le soudan les fist metre et passerent tout son host, et chevaucha .ii. journees et au tiers jor surprist une herberge des tatars, quy furent bien .xxm. et ne se preneent guarde, et lor corut dessus et en ocist la plus grant partie, et guaigna toute selle herberge, et se repaira et passa les pons et puis les fist desfaire. [3]  Et se vint a Domas et la le prist une maladie subitement dont il morut, et dient qu’il fu enpoissoné, et fu fait son fis soudan aprés luy, fu noumé Melec el Sahit.

[169]

[1]  (405) En la painime avoit .i. grant [a]miraill qui se nomoit Lelsi. [2]  Cestu si fu sage et de [son] sen uza moult le soudan quy morut, Bendocdar, et cestu ot une fille, la quele il douna pour feme || [146v] a cestu novyau soudan Melec el Sahit, mais il avint que dedens poy de jours sestu novyau soudan Melec el Sahit morut en Babiloine, et fu porté a Domas et enteré prés dou moniment de son pere Bendocdar. [3]  Et cestu grant amiraill Lelsi se fist soudan, et prist .i. garson, frere de sestu Melec el Sahit et fis de Bendocdar, quy avoit nom Haure, et le manda en Costantinople en essil. [4]  Sestu dit Melec el Sahit .i. sien oncle, frere de sa mere, l’ocist, quy avoit nom Beidera, qu’il cuyda estre soudan.

[170]

[1]  (406) Et en se dit an de l’incarnasion de Crist avint une belle aventure a crestiens, quy avint au chastiau de Marguat, quy estoit de l’Ospitau de Saint Johan de Jerusalem, s’est a saver que les sarazins de seles contrees s’asemblerent de toutes pars, quy furent entor de .viim. homes a chevau et pluissors gens a pié, et vindrent apenseement ausi com pour aseger le chastiau de Marguat, et dounerent asaus au dit chastiau et gasterent la terre d’entor et firent tous les maus que il porent faire, dont il avint que les freres de l’Ospitau quy estoient dedens le dit chastiau de Margat nisirent a yaus et frirent dedens l’ost des sarazins, et tant firent d’armes que o l’aye de Dieu desconfirent les sarazins, et en tuerent asés et guaignerent moult de bestes || [147] chevalines et d’autre harneis et autres choses. [2]  Et sachés que en sest host avoit moult de turs gens d’avantage et bien adurés d’armes, quy estoient venus des chastiaus, et les autres estoient turquemans et autres sarazins, et les ospitaliers ne furent que .vic. a chevau et ne perdirent que .xii. sergans et .i. frere, la mercy de Dieu.

[171]

[1]  (407) En l’an de .m. et .iic. et .lxxxi. de l’incarnasion de Crist les tatars nyssirent de lor terres et passerent les Aygues Froides a mout grant host et coururent la terre de Halape et de Haman et de La Chemele et la s’aresterent, et firent grant damage as sarazins et en tuerent asés, et fu le roy d’Ermenie aveuc yaus et aucuns chevaliers frans de Surie.

[172]

[1]  (408) [Qu]ant le soudan Melec el Monsour entendy seste novelle, si asembla tout se que il post aver de gens a chevau et a pié, tant qu’il furent .lxxxm. homes a chevau et entor de .cm. perssones a pié, et yssi de Babiloine et vint a La Chemele et trova les tatars et se combaty a yaus a .xv. jours de setembre, devant La Chemele. [6]  Le chevetaine des tatars si ot nom Manguo Damor et estoit frere d’Aboha, le grant seignor des tatars, dont il avint || [147v] que sarazins resurent moult grant damage et perdirent moult de gens et furent si reuzés et esparpouliés que Mango Damour cuyda qu’il fusent desconfis sans retour, et cuyda aver tout guaigné et si se retraist en derier. [3]  Mais sarazins si se ralierent et coururent sus as tatars et les desconfirent, dont Mango Damor fu si esperdu quy se mist a desconfiture et guerpi le champ, et le roy d’Ermenie si mist ausi a aler, et a l’entree qui fist en Ermenie turquemans l’asaillierent et li tuerent de sa gent tant que il [n’]entra en Ermenie o luy que .xxx. homes a cheval.

[173]

[1]  (409) Et en l’an de nostre seinor Jhesu Crist .m.iic. et .lxxxii. Guy de Yblin, seignor de Giblet, une gualee arma et .ii. saities, et retint a sos sergenterie que tout le plus furent jenevés, pour ce que il estoit de yaus, si s’en fioit plus, et se party de Giblet a .xii. jours [de] jenvier, de nut, et mena o luy ses .ii. freres et .i. sien cousin, Guillaume de Giblet Pourcelet, et autres chevaliers et sergans a chevau .xxv. et gens a pié bien .iiiic. [2]  Et vint a Triple et ariva entre la mayson dou Temple et les freres pechours, et desendy entre luy et sa gent et les chevaus, et puis fist esfondrer la guallee et la grant saitie et laissa la petite entiere, et s’en ala au Temple et demanda le || [148] coumandour, frere Renddecuer, et il n’y estoit pas, dont il fu moult mescoragés, et s’en party et ala vers l’ostel dou prince, et manda .i. chevalier, Pol Teffaha, querre le bezoing de la gualee, et seluy Pol se mist au colonbet et .iiii. banieres, et s’en fuy a Barut. [3]  Le seignor de Giblet fu a l’ostel dou prince et vit que le bezoing de la gualee ne venoit, et que la gent l’avoient sentu et estoient ysus armés et venoi[en]t au cry, et de siaus de s’amisté ne vy nul venir, si fu de tout mescouragé et se party et ala dedens l’Ospitau de Saint Johan, qui est juignant dou mur de la ville, et avoit une porte par la quele il s’en poiet yssir, mais il fu si esperdu qui se mist dedens la tour, et sa gent o luy.

[174]

[1]  (410) Le prince, quy se dormoit, s’esvilla et s’arma, et vint a l’Ospitau et sa gent, et asega la tour, le signor de Giblet et ses chevaliers, dont le comandour de l’Ospitau fu maneier, et si fist un acort entre yaus, que le seignor de Giblet seroit .v. ans en prison dou prince, et ses .ii. freres et toute sa gent, et aprés les .v. ans le devoit delivrer et rendre ly sa terre, et ly jura le prince sur la sainte Evangile de Dieu. [2]  Mais le prince, puis que || [148v] il les ot en son poier, si fist crever les ziaus a tous siaus quy estoient jenevés et estrangiers, mais ces que firent de Giblet n’en orent mau, por ce que il estoient ses homes et lor covint venir par force. [3]  Et le seignor de Giblet et ses .ii. freres et lor couzin Guillaume de Giblet et Andrey de Clapiere, le prince les manda a Nefin et les fist metre en une foce et masouner et clore les dedens, et morurent la de fain.

[175]

[1]  (411) Ceste novele fu seue par tout, dont monseignor Johan de Monfort, seignor de Sur et dou Toron, piestant chevaucha et sa gent o luy, et ala a Baruth et manda une guallee quy estoit a Sur, de jenevés, de sire Papon Mallon, a Giblet. [2]  Mais si tost con monseignor de Sur fu a Barut et cuyda metre conseill de defendre Giblet, sele nuit fu veu sur les murs de Giblet le feuc dou luminaire quy faisseent de la ville, quy estoit rendue a la gent dou prince, et fu la dite guallee si prés que il oyrent crier le los dou prinse, et retourna a Sur, et monseignor de Sur s’en torna a Sur.

[176]

[1]  (412) Les pisans d’Acre si firent moult grant feste de la prise dou seignor de Giblet, et firent || [149] grant lumynaire par lor rue et sur lor maisons, et tronbes et chalemiaus et nacares et mout d’estrument, et firent danses et beveries et autres festes de pluisors manieres. [2]  Et vestirent .i. home richement de belle robe, sainture d’argent et espee argentee, et l’acistrent en une chayere et le contrefirent au prince, et avoit sergans devant, et prirent un home grant de persone et le vestirent d’unes espaulieres et .i. mantiau forré de bone forrure de vair sur ly, et le contrefirent au seignor de Giblet, et le fayssoient prendre as sergans et mener devant le prince, et s’agenoilla par devant luy et le prince ly disoit: «Guy de Yblin, me counus tu? Ne suy je le prince ton seignor ?», et seluy respondy: «Oïl, sire », et puis li disoit: «Je te feray morir come traitre», et enssi le firent celle nuit .iii. fois ou .iiii.

[177]

[1]  (413) La nuit que pisans faysoient ceste feste sire Thomas Espine, quy estoit de la cité de Jeune, .i. grant home et de grant lignage, si estoit a Acre pour aucune bezoigne, et estoit herbergé a l’Ospitau de Saint Johan, et vy le luminaire et la feste que pisans faisoient pour le seignor de Giblet, dont il l’ot grant despit et proumist et jura || [149v] que, se il aloit en Jene, quy lor feroit damage en quanque il poiet. [2]  Et sachés que ensi le fist il, car il fu seluy que plus atissa et conseilla encontre Pise, de quei les pissans resurent grant damage, com il fu seu aprés, et il fu celuy quy premier lor fist damage, si com vos l’entederés si aprés en se livre. [3]  Mais je larais ores a parler de ce et vos dirais aucuns aventures quy vindrent en se dit an de .m. et .iic. et .lxxxii. de l’incarnasion de Crist.

[178]

[1]  (414) Il avint que le roy d’Aragon fist armer .xxx. guallees et .iiii. saities, et fu son entendement d’aler en Grese faire aucun aquest, et se meismes entedement il avoit d’aler sur le grant roy Charle, mais nen avoit encores nul semblant mostré.

[179]

[1]  (415) L’enperour de Costantinople Palilogue, quy avoit tous jours souspite et paour que frans ne ly venissent sus, si avoit porté les oreilles la, et quant il entendi l’armement dou roy d’Aragone (si eut espié son entendement) si manda de par luy .i. mesage au roy d’Aragon. [2]  Et fu le mesage au roy d’Aragon .i. bourgois de Jene quy ot nom sire Benet Zaquerie, et traita et pourchasa l’acort entr’iaus pour une cantité d’aver que le dit empereor manda au roy d’Aragon, et sire Benet Zaquerye li porta || [150] aprés, et se retint d’aler en Grese. [3]  Et quant le roy d’Aragon eut l’aver et les guallees toutes aparailliés, si enprist d’aler en Sezille et manda en Palerme porchasser de reveler la terre, dont il avint que l’endemain de pasques se revela Palerme contre le roy Charle, et au mes de may fu revelé Mesine, et tuerent moult de gent d’outre les mons.

[180]

[1]  (416) Le roy Charle sur se fist une grant armee et mena chevaliers et autres gens a chevau et a pié o luy, et ala devant Mesine et l’asega, et siaus de Mesine yssirent et depeserent et taillerent les vignes et les jardins veant le roy Charle. [2]  Et quant il vy que siaus de Mesine meymes destrueent tout si s’en party, pour ce qu’il ne voloit pas le destruement dou païs, car il avoit entendement de recovrer la sainement.

[181]

[1]  (417) Et quant vint au mois d’aoust, le roy d’Aragon vint en Palerme et amena .xxiiii. gualees et saities, et siaus de Palerme le resurent volentiers, et puis vint a Mesine, siaus de Mesine le resurent a grant henor et le tindrent au roy et au seignor. [2]  En aprés il manda querre sa feme, quy ot nom Costance, qui fu fille dou roy Manfré, de par elle se tenoit droit heir dou royaume de Sezille. [3]  Mais je vos lairay a parler de se et si vos || [150v] diray d’autre rayson.

[182

[1]  (418) Vous savés coment je vos ay dit que le roy Charle avoit la seignorie dou royaume de Jerusalem de par damoisele Marie et s’apeloit roy de Jerusalem, dont il fist sire Heude Pelechien seneschau dou royaume de Jerusalem et le manda en Acre en leuc de luy baill, et retorna outremer le conte Rogier de Saint Severin, et fist .i. chevalier de France maureschau dou royaume, qui vint a Acre aveuc sire Heude Pelechien, dedens le chasteau d’Acre.

[183]

[1]  (419) Et quant vint l’an de .m. et .iic. et .lxxxiii., le premier jor d’aoust, aryva a Barut le roy Hugue de Jerusalem et de Chipre, et mena o luy .ii. de ses enfans, que l’un fu nomé Baymont, segont fis, et l’autre, aihné de tous, ot nom Johan, quy estoit remés en Chipre, et l’autre fu nomé Henry, qui fu aprés roy, si con vos orés, et mena o luy bele gent d’armes, chevaliers et autres. [2]  Et a .vi. jours dou dit mes se party de Barut et ala a Sur, et le jour que il ariva a Sur un soue baniere as armes de Lezingniau chaÿ en la mer. [3]  Et a l’entree de la ville fu dessendu en terre, la Tore des juis ly fu porté a l’encontre, si com est usage que l’on fait as roys, et judé || [151] quy avoit nom Samouel le Miege, au passer que il fist aprés la Tore, coty le clerc quy portoit la crus devant la presesion, que la crois, qui fu sy haut, chaÿ sur ce judé et li brisa la teste, et tout fois fu li roys a l’iglise et puis monta a chevau et ala herberger a l’ostel de monseignor de Sur. [4]  Et ses bestes, qui demourerent a Barut, et partie de sa gent de mehnee, qui veneent par terre a Sur, et quant il furent a Sur, entre Chastelet et le Damor, en .i. mauvais pas, les sarazins les assailierent, et fu tué .i. chevalier et plusors autres menues gens, et aucuns furent pris vif.

[184]

[1]  (420) En ce dit an, ensi com il plost a nostre seignor, a .xxvii. jors de novenbre, trespassa le bon seignor et debonaire, monseignor Johan de Monfort, noble seignor de Sur et dou Toron, qu’il a esté moult grant damage, et fu enterés a la mere yglise de Sur, dedens le moniment de son pere, et se fu la vegile de sainte Cateline. [2]  Ce seignor fu mout prodome en toutes raysons, et a Dieu et a la gent, et pour ce fu il aymé de toutes manieres de gens, especiaument sa mehnee l’aymeent moult et le plourerent mout. [3]  Et il avoit a feme la seur dou roy Hugue, si con je vos ay dit devant, quy ot nom Marguerite, moult bone dame et sage et de grant biauté, la quele nen ot de luy nul enfant. [4]  Monseignor || [151v] Anfrey, son frere, quy tenoit Barut de par s’espouze, madame Eschive, qui fu fille de monseignor de Barut, Johan de Yblin, quant l’on le manda querre, il vint (son aihné frere, monseignor de Sur, sus celle nut morut) et fu [a] son enterer.

[185]

[1]  Le roy Hugue de Lezingniau fist asem[bler] sa court et les jenevés et pisans et venesiens, et en prezence de tous revesty et saizi le dit monseignor Anfrey de Monfort de la terre dou Toron, et messire Anfrey li en fist homage, et de la sité de Sur si le saisi par condision dedens terme, c’est a saver pour tout may prochain venant, et se dedens se dit terme le roy li eust doné .c.lm. bezans sarazinas, que Sur deust revenir au roy, et se le sus dit terme estoit passé et que le roy ne li eust doné .c.lm. bezans sarazinas, que Sur demourast au dit monseignor Anfrey. [2]  Mais se fait que je vous dis si ala pus autrement, con vous en porés oïr.

[186]

[1]  (422) Et avint a siaus jours que le bon enfant et le debonaire et large et courtois Beymont, fis dou roy Hugue, coucha malade et ly monta au col une leveure moult laide, et furent mandés querre .ii. myeges d’Acre, qui le flemerent, si que pour l’enfleure et pour autre dehait trespassa de se siecle a l’autre a .iiii. jors || [152] dou mois de novenbre dou dit an, quy fu moult grant damage, car il fu biau et bon et cortois.

[187]

[1]  (423) Et quant vint a .xii. jours dou mois de fevrier dou dit an, trespassa monseignor Anfrey, frere de monseignor Johan de Monfort, seignor de Sur, et fu enterey a la mere yglise de Sur, en un moniment d’un sien frere, quy fu apelé Johan, quy fu fis d’un autre dame que son pere avoit eu outremer, couzine jermaine dou roy de France, le quel estoit venu desa mer valet veir son pere, et morut. [2]  Sestuy monseignor Anfrey fu mout biau chevalier de grant maniere, que quant il vy, le roy de France li douna tesmoin que il estoit le plus biau chevalier que il ot onques vit jusques a sel jour. [3]  Se seignor messire Anfrey si laissa .v. fis et une fille quy furent moult biau enfans, et l’aihné ot nom Johanin et l’autre Phelipe et l’autre Guyotin et l’autre Aumaury et l’autre Rupin et la fille Alison, les queles morurent anfans, les .iii. fis, et la fille en .i. poy de tens morut, [et Aumaury] chevalier jeune, et Rupin morut ausi chevalier mout jeune et laissa .iii. anfans, .i. fis quy ot nom Anfrion et .ii. filles, Johanete et Heluis.

[188]

[1]  (424) Et quant vint a .xxiiii. jours dou mes de mars, que define en l’an de .m. et .iic. et .lxxxiii. et comense a .m. et .iic. et .lxxxiiii., trespassa le tres || [152v] noble roy Hugue de Lezingniau, et fu grant damage a la crestienté pour le grant sens et bonté de luy, et si fu roy de Jerusalem et de Chipre, et si fu biau et si noble que s’il fust entre .m. chevaliers l’eust l’on coneu pour roy, le quel fu mis en .iii. tabous, l’un dedens l’autre, bien calafatés et bien enpeeschés. [2]  Et vint a Sur le conestable Simon de Montholif et enporterent en Chipre le cors dou roy et seluy de son fis et le cors de son pere dou roy Hugue, quy morut neé, et furent portés en Chipre et mis a la mere yglise, quy a nom Sainte Sofie. [3]  Mort furent a Sur ses .iii. seignors, le roy et les autres, morurent en .iiii. mes, con vos avés oÿ.

[189]

[1]  (425) Et aprés, en mois dou may dou dit an, fu courouné en Chipre a roy monseignor Johan, ahné fis dou devant dit roy Hugue, et fu fait moult grant feste, mais il ne vesquy guaires, si con vous orés dire.

[190]

[1]  (426) [E]t se dit an de .m. et .iic.lxxxiiii., a .v. jours de gunet, siaus de Mesine aveent armé .xxiiii. guallees et vindrent devant Naples, quy est dou roy Charle, et le fis dou roy Charle, quy avoit nom Charle et estoit a sel jour prince de Salerne, arma .xxx. guallees et il monta son cors sur les guallees et ala ferir as guallees de Mesine, dont les gualees || [153] dou prince furent desconfites et il fu pris en persone, et autres bones gens, chevaliers et autres, [et] menés a Messine en pryson.

[191]

[1]  (427) En cestuy an meismes, a .vii. jours de jenvier, trespassa le roy Charle le Grant en .i. chastiau quy a nom Foges.

[192]

[1]  (428) Et a .xii. jours de mars dou dit an, trespassa frere Nicole le Lorgne, maistre de l’Ospitau de Saint Johan, et fu fait maistre frere Johan de Villier.

[193]

[1]  (429) Et en se dit an de .m. et .iic. et .lxxxiiii. vint le soudan Melec el Monsour a Domas et fist son atir et ala aseger Marguat, chastiau de l’Ospitau de Saint Johan, et le tint siegé de .xvii. jours d’avril en jusques a .xxvii. jours dou mois de may, qu’il le prist a fiance, car il estoit minés devers la Tour de l’Esperan, quy estoit cheue, et le soudan manda toute sa gent a sauveté a Triple et a Tertouse.

[194]

[1]  (430) [E]n l’an de .m. et .iic. et .lxxxv. de Crist fu delivré de la prison de Mesine le roy Charle, fis dou grant Charle, et les autres quy furent pris o luy. [153v]

[195]

[1]  (431) En ce dit an, a .x. jours de may, morut le roy Johan de Chipre, fis dou roy Hugue, et ne fu roy que .i. an.

[196]

[1]  (432) Et en se dit an meismes fu courouné aprés luy dou royaume de Chipre Henry, son frere, quy destrust les jenevés.

[197]

[1]  (433) Et en se dit an le roy de France Phelipe, fis de Loïs, qui estoit alé a Gironde en Aragon et l’avoit prise par force d’espee, si morut la, et fu son cors porté a Paris. [2]  Et trespassa Loïs de Biaujeu, counestable dou royaume de France, a Gironde, et autres vavasors, et cestu counestable estoit frere dou maistre dou Temple, frere Guillaume de Biaujeu.

[198]

[1]  (434) Et a .xx. jours depuis la mort dou roy de France morut le roy Piere d’Aragon, et s’en party l’ost des francés et retourna en France. [2]  Et ores laira de ce et vous diray autre aventure.

[199]

[1]  (435) [E]t en se dit an de .m. et .iic. et .lxxxv. le roy Henry de Chipre vost venir a Acre, et pour ce que il estoit mau dou Temple, li sembla que il ne poroit venir sans guerre, si manda .i. chevalier, sire Julien le Jaune, mesage au maistre || [154] dou Temple, frere Guillaume de Biaujeu, et fu herbergé dedens l’Ospitau de Saint Johan de Jerusalem a Acre, le quel parla par plusors fes au dit maistre dou Temple en maniere que la bezoine fu mize en acort, le quel acort fu premier escrit par ma main, et pour ce que il seroit trop lonc a metre par escrit, pour ce ne l’ay je pas mis en se livre.

[200]

[1]  (436) En ce dit an de .m. et .iic. et .lxxxv., a .v. jours de gunet, […]

[201]

[1]  (437) Et quant vint en l’an de l’incarnasion de Crist .m. et .iic. et .lxxxvi., le roy Henry de Chipre ariva a Acre le jour de la feste de saint Johan Batiste, au mes de gunet, et vint o luy messire Bauduyn d’Iblin, son oncle, counestable dou royaume de Chipre, et mena moult belle chevalerie et autres gens a chevau et a pié, et belle naville de guallees et d’autres vaussiaus. [2]  Et fu reseu de toute gens a trop grant henor et a grant joie, et li vint a l’encontre la presesion et tout le peuple, et le menerent a la mere yglise, quy a nom Sainte Crus, et quant il fu la il dist qu’il ne herbergeroit que au chastiau. [3]  Et sire Heude Pelechien, quy tenoit le chastiau pour le roy Charle, avoit mis aucuns jours || [154v] avant la gent dou roy de France et autres gens d’armes dedens le chastiau, et fist atirer engins et mist le chastiau en defence contre le roy Henry.

[202]

[1]  (438) Sur ce le maistre dou Temple et le maistre de l’Ospitau et le maistre des alemans estoient tous .iii. au Temple, et ne vindrent mye a l’encontre dou roy a luy acullir, et se firent il pour la rayson de ce que il estoient gens de religion, ne se voleent travailler de ce fait por non aver le maugré d’aucunes des parties. [2]  Et toute fois, quant il l’oÿrent la riote quy conmensoit et que il y ot trait carryaus et pilés d’une part et d’autre, et que siaus dou chastiau avoient trait des engins et que grant peril poiet estre, si se vindrent tous les .iii. maistres devant només la ou le roy estoit, a l’iglise, et li firent grant joie et parlerent a luy, et alerent au chastiau et parlerent a sire Heude Pelechien, et menerent la chose a ce que messire Heude Pelechien proumist de rendre le chastiau a .iii. religions et le roy s’en ala herberger a l’ostel quy fu dou seignor de Sur, de la dou Sepulcre, et .iiii. jours aprés fu rendu le chastiau et il ala herberger dedens.

[203]

[1]  (439) En se dit an meimes, a la feste de Nostre Dame || [155] d’aoust, le dit roy Henry fu encouroné a Sur dou royaume de Jerusalem, et le courona frere Bonacours, arsevesque de Sur, et fu fait moult grant feste a Sur, et puis que le roy vint a Acre, il tint feste .xv. jours dedens .i. leuc a Acre quy se dit a la Herberge de l’Ospitau de Saint Johan, la ou il y avoit .i. moult grant palais. [2]  Et fu la feste la plus belle que l’on sache, .c. ans a, d’envissures et de behors, et contrefirent la table reonde et la raine de Femenie, c’est a saver chevaliers vestus come dames, et josteent ensemble, puis firent nounains quy estoient avé moines et bendoient les uns as autres, et contrefirent Lancelot et Tristan et Pilamedes et moult d’autres jeus biaus et delitables et plaissans. [3]  Et puis laissa en Acre baill en son leuc son oncle, monseignor Bauduyn de Yblin, counestable dou royaume de Chipre, et passa le roy en Chipre. [4]  Et ores vos lairay a parler dou roy et vous diray d’autre raison.

[204]

[1]  (440) En se dit an de .m. et .iic. et .lxxxvi. de Crist avint que .i. grant seignor quy se dizoit juge de Chinere, seignor d’une ihle quy a nom Corre, si estoit home dou comun de Jene et se vost faire home dou comun de Pize. [2]  Et les || [155v] jenevés si ont en sele ihle .i. moult fort chastiau quy a nom Boniface, et autres leus ausi ont les jenevés la, et, sachés, le comun de Jene fait doner a tous les enfans mahles quy naissent en se chastiau de Bonyface .xii. deniers le jour pour son vivre, tant que il soit de .xx. ans, et la fille quy i naist si doune .vi. deniers le jour, tant que elle ait .xv. ans d’aage, et se fait le comun de Jene pour maintenir en abitasion le dit chastiau.

[205]

[1]  (441) Or avint que le coumun de Jene entendirent coment le juge de Chinere se voloit faire home dou coumun de Pize, dont le jenevés le tindrent a mau et manderent en Pise mesage tel home, quy ne deussent cestu lor home resever, si com il ne voreent que jenevés feyssent a yaus dou tel cas, et les pizans ne vostrent oïr ceste chose et s’en firent moult eschif, paeant toute fois en biau respons sans euvre. [2]  Et l’enemy d’infer, quy volentiers pourchasse discort et guerre entre la gent, si condust la chose a ce que une nave vint de Surie en Jene et porta novelles des otrages et des maus que pissans faysseent a jenevés a Acre, et fu si grant remour en Gene que chascun cria: «Guerre a Pize!». [3]  En seluy jour estoit un lain armé de pizans en Jene, quy avoit porté .i. mesage || [156] de Pise a faire le respons as jenevés sur le fait de juge de Cheniere, quy se party et tourna en Pise sans rien faire.

[206]

[1]  (442) Le comun de Jene arma .xx. guallees et fu lor chevetaine le dit amiraill sire Thomas Espine, qui [a]la [a] .ii. ihles qui sont des pizans et prés de Pise, et les prist, et depesa et destrust l’un ihle, celle quy a nom Planoge, et l’autre, quy ot nom l’Elbe, si prirent les abitans de sele ihle et donerent lor femes et lor anfans en hostage as jenevés, et promirent qui se terent pour le coumun de Jene, mais dedens poy de tens tournerent au comun de Pize et laisserent lor ostages.

[207]

[1]  (443) Sire Thomas Espine demoura en siaus ihles et li sembla quy ne faisoit rien entre .ii., de partir ou de demourer, et sa gent meismes le hasteent mout de partir, mais tel fu l’aventure qu’il promist de tendre .i. jour la et nient plus. [2]  Et quant vint l’endemain, il virent paristre .ii. coulonbés armés et alerent encontre yaus, et si tost come les coulonbés virent les guallees, si se myrent a fouir et geterent .i. barill en l’aigue, mais les guallees les chasserent tant que les prirent et prirent || [156v] le baril au quel il troverent dedens moult de letres, par les queles furent seus coment .v. naves et .v. guallees de pizans veneent et porteent argent, qu’il aveent amasé de l’argentiere de le[u]r chastiau quy a nom Castel de Castre, dont Pize resut grant damage.

[208]

[1]  (444) Et en l’autre an aprés les jenevés armerent .xv. guallees et fu lor amiraill sire Origue Damar, et ala en cours sur pisans sestu Oric Damar, si prist une petite nave por la quele il ot novelles, par les gens quy estoient dedens, coment en Pize s’armet .xxv. guallees quy deveent condure .iii. naves quy porteent gens d’armes en Sardeine, a Castel de Castre. [2]  Et sur seste chose que je vos dy, .v. guallees de marchans jenevés qui aleent et veneent de Romanie passerent par ses guallees d’Oriyc Damar et le dit sire Oric si les retint par force o luy, et se fist a estre plus fort si se trovasent aveuc siaus de pizans, quy furent .xxv. [3]  Et estant ensi atendant, les .xxv. guallees de pizans et les .iii. naves nissirent et les trova .i. si fort tens quy les desparty des naves, car les naves velegierent toute la nut et le matin eurent grant bonase, et les guallees de Jene les aveent veu passer de la nut avant et les trasseent toute la nut a petit velles de chanavas, a grant || [157] travail et a grant doulour, et le matin se troverent a la viste des naves, esfondrerent l’une, la ou il esteent les chevaus, et les conbatirent une fes moult fort, et a la segonde les pizans ne porrent plus et se rendirent, et les menerent en Jene, et fu pris entre les autres [des] naves .i. grant conte de Pize, quy fu nomé conte Face. [4]  Mais le jour que il furent pris si con je vos ay dit, les .xxv. guallees de pissans quy les conduyssoient jongnierent la a my jour et virent lor naves prises, et les jenevés les envaïrent et les envestirent et fu la bataille entr’eaus, mais pissans aveent toute nut soufert grant paine de la fortune, et nen ont pas si usé ni apris le travaill de la mer con les jenevés, et si furent de mau corage de lor naves, quy les virent prises, si furent vencus, et prirent les jenevés .xii. ou .xiii. guallees, et les autres furent d’autre part en une flote. [5]  Les jenevés esteent las et travaillés et le soulaill estoit couché, si laisserent le combatre et firent de lor guallees un serne entour seles des pisans pour prendre les le matin, mais il avint autrement, que a mi nuit escure siaus gualees des pizans, .xii. ou .xiii. que il furent, se partirent si coyement que il ne furent sentis, et s’en alerent sauvement, sauve le || [157v] damage quy resurent a la bataille.

[209]

[1]  (445) Q[u]ant le comun de Pize ot resseu si grant damage con vos avés oÿ, san plussors vassiaus menus et naves que jenevés lor aveent pris, si eurent conseil de metre tout pour tout, et armerent .xxxv. guallees. [2]  Et a sel tens avoient siaus de Pize .i. apostau en Pize, quy estoit un grant home de Veneyse, quy avoit nom messire Aubert Morizin, et fist venir de Veneyse plusours gens a sos dou coumun de Pise, et les mirent devant la sité sur lor guallees, et se partirent et vindrent devant la sité de Jene, et fu lor capitan sestu dit Aubert Morizin, et y demourerent .ii. jours.

[210]

[1]  (446) Les jenevés tantost armerent .lxx. gualees, et dedens se un mau tens se mist et pizans douterent le mau tens, pour ce que seluy leuc est aspre et mauvais et leuc de leur enemis, si s’en partirent et tournerent en Pise. [2]  Et les jenevés, quy furent aparaillés, si tost con le tens abonasa, si se mirent aler aprés les pisans et aloient par lor trasse, celon les choses qui troveent en la mer, quy chaye[en]t des gallees, et alant enssi il encontrerent .xx. guallees de Jene d’un lor chevetain, quy a nom messire Benoit Zacarie, au quel il mostrerent le signal quy || [158] est usé entr’eaus, et s’asemblerent tous ensemble, et fu lor conseil de non mostrer tout lor guallees, mais mostrer .lx. ou .lxx., par ce que pisans nissent plus volentiers, et le firent ensi, qu’il mostrerent .lx. alant a vele et les autres .xxx. esteent derieres sans veles. [3]  Et quant siaus de Pise virent si poy de gualees, si remonterent sur lor guallees, et furent .lxxxiiii., et armerent pluzours barquetes et saities, en quei avoit aubalestriers dedens.

[211]

[1]  (447) [Qu]ant les guallees de Pize furent hors, messire Aubert Morysin fu desus, et seluy les mist a ceste enprize, et si furent .ii. estendars, l’un estoit toute vermeille et avoit la fugure de Nostre Dame, quy estoit toute blanche, tenant Jhesu Crist en ses bras. [2]  Et quant pizans furent yssus et virent que jenevés aveent asés plus de guallees quy ne pareent, si furent repentis de lor yssue, mais riens ne lor valut, que partir ne poeent ains estoient a la veryté. [3]  Et se fu a un jor d’une feste que jenevés apelent saint Isist, quy vient a .vi. jours d’aoust, et nous faizons en Surie celuy jour la feste de saint Sauvor. [158v]

[212]

[1]  (448) Estant les uns devant les autres dou matin jusques au vespres, et pizans furent mout chargés d’armes, et faysoit grant chaut, si que il suerent si fort que il devindrent tout aigue, et les jenevés tout le jour furent sans armes, fres et repos. [2]  Et se vos volés dire coment pisans ne les aleent enoïer, sachés que il eusent bien fait, mais les jenevés n’eusent pas atendu con sil quy guayteent lor point, si come vos orés, ni partir pizans n’i poeent, qu’il ne lor fust esté honte et damage. [3]  Pizans avoient lor guallees groces et chargees par les bandes des escus [plus] grans que en prendre [poeent], por ce que il mostreent et fait avoient, car pluyssours guallees avoient par engin fait a lor proe se arganel que, quant il tourneent, avoient espees longues de .ii. paumes chascune et large d’un paume de cane, quy tourneent come un molin, et ausi avoient flayaus quy tornoyent ausi come je vos devise.

[213]

[1]  (449) Quant les jenevés virent que pissans furent bien esté a soulail armés et le soulail fu deriere les espaules, firent douner pain et vin a lor gens et puis s’armerent et alerent || [159] envestir les gualees des pizans. [2]  Et fu la bataille mout mortau, dont il avint que sire Beneit Sacarie fist arbourer .ii. de ses gualees et se fist lier une longue corde et forte de l’arbre de l’une guallee a l’arbre de l’autre, et ensy que ses .ii. guallees, quy aveent ceste dite corde a travers de l’un arbre a l’autre, si prirent une voge de bien lyés et alerent envestir la gualee de l’amirail des pizans, la ou estoit l’estendar vermeil, dont la corde vint a travers la perche, dont le dit estendar en l’une gualee fu d’une part et l’autre fu de l’autre bande, et brizerent la perche de l’estendar et chaÿ, dont les jenevés prirent baudour et hasterent les pisans et jeterent cry: «Sus, sus as pizans!», qui se desconfirent et perdirent a selle fois .xlviii. gualees, et fu pris lor capitaine, sire Aubert Moryssin, qui fu [fe]ru en la chiere .ii. fes aparans.

[214]

[1]  (450) Les jenevés alerent en Jene et menerent mout de pizans pris, et rendirent grace a Nostre Seignor de celle victoire.

[215]

[1]  (451) Depuis seste grant perte que pizans resurent, il furent de tout rous et ne orent plus de poer armer, et les jenevés manderent sire Beneit Zacarie et gualees au || [159v] port des pizans, et abatirent .ii. tours dou port, et coingnia monee et se party et laissa .vi. gualees pour garder le port, que nul n’y entrast n’en issist, et furent pizans moult destroit. [2]  Et sachés que pizans perdirent, a cele fois et par pluzors autres fois, homes d’armes .xxiim., des ques se trova en Jene .xviim. en prisson, et perdirent guallees .lxviii. et autres leins .l. et plus, et en tel point estoit Pisse con je vos dis, et tous siaus quy faizeent escale par Pize la firent par Jene pour naveger en mer.

[216]

[1]  (452) Siaus de Jene armerent autre fois et vindrent a Plonbin, dou coutei de Pize, et desendirent en terre, et pizans saillirent d’un agait et tuerent pluzours jenevés et prirent aucuns, entre les ques fu pris .i. des gentils homes de Jene, quy ot nom Nicoloze Damar, et pizans a seluy tallierent la teste veant les jenevés des guallees, et les jenevés taille[re]nt les pour seluy a .iiic. pizans, quy aveent pris.

[217]

[1]  (453) Syaus de Plonbin armerent aprés se .ii. guallees et .i. lain, quy furent mout bons et ligiers, pour corsegier, et se partirent dou Plonbin et se mirent a aler en cours sur jenevés, et firent damage a la rivyere de Jene par || [160] les viletes, et cy tost come il furent descovers si se partirent et alerent en autres aigues. [2]  Et avint en se que le comun de Jene armerent .v. gualees quy lor alerent aprés, et les troverent as aigues de Tunes et lor dounerent chasse si prés que il furent asaillis desus, et fu chassant a vele, mais la vele chaÿ jus de la gallee de Jene par l’arbre quy brisa, et ensi eschaperent les plonbinés. [3]  Et ceste gualee quy eschapa ensi con vous oyés, si fu d’un vaillant bachelier de Plonbin, quy avoit [nom] Maillyant, a quy je oÿ se retraire au maistre, et le chevetaine des .v. guallees des jenevés si fu .i. vaillant home et ansien, mais il [ne] savait assés de guerre de mer.

[218]

[1]  (454) Les lains de Plonbin alerent en Surie et a Acre, sestu sire Rolant Dasser estoit tourné en Jene et fu ordené sire Thomas Espine pour aler mesage au prince Baymont de Triple, et ly fu armé une gualee, et ses .v. gualees de Rolant le deveent acompaigner, pour ce que l’on savet que les leins de Plonbin estoient venus en Surie et aveent fait aucun damage as jenevés. [2]  Il se vindrent de Jene et ariverent a Bafe, et sire Thomas Espine se party de Rolant Dasser || [160v] et ala en sa gualee soule en Alixandre mesage au soudan, et Rolant Dasser s’en vint droit au port d’Acre de nut, subitement. [3]  Et dehors le port troverent pluissors barques de pesqours, poulains pizans, et pernans les furent sentis, si que les .ii. leins des plonbinés estoient yssus hors des esquel de la Tour des Moches, ne say ou il devoient aler, et s’en fouirent dedens le port, et les gualees des jenevés les chasserent jusques devant le Port de Cheene, et l’une gualee adura, et saillirent des guallees a l’aigue, et tirerent hors la gualee. [4]  Le matin, au jour fait, quy fu le samedy, la vegile de Paintecouste, ardirent au port d’Acre une grant nave de pizans, quy estoit de sire Raymont Drapier, chargee de nouzilles et d’autres biens, et le comandour dou Temple, frere Tibaut Gaudin, requist en grasse les povres pesqours que il avoient pris, et il les manda, et party seluy jour et ala faire la Pentecoste a Sur. [5]  Le maistre dou Temple estoit au Chastiau Pelerin, et Mayllant de Plonbin a son lein estoit la pour parler au maistre dou Temple et prendre congé de luy por aler outremer, mais avet autre entendement, car luy et les autres .ii. leins de sa conserve deveent || [161] aler ver Alixandre, pour encontrer sire Thomas Espine, qu’il sauveent qu’il estoit la, et quant il sot que les gualees de jenevés estoient venus a Acre, si tira sa gualee des sous le murs dou chastiau et mist la gent en terre, et l’endemain eut novelles que monseignor le maistre qu’il estoit alés a Sur, et Maillan a son lein ala a Acre.

[219]

[1]  (455) Monseignor le maistre vint a Acre, et pizans et venesiens si armerent plusors leins tant qu’il furent .xi. leins de tire, c’est a ssaver .iii. de Plonbin et .ii. de venessiens et .vi. tarides, mais il n’avoit as tarides que .i. home par banc quy voguet et conbators assés, et panfles barboutés plus de .xl. en quei avet abalestriers, et les tarides estoient barboutés tout entour de tables et de escus quy estoient grevees, et mirent .i. grant estendar de Saint Marc et fu lor amiraill .i. venessien que je ne vos sais nomer.

[220]

[1]  (456) Et quant vint le samedy, les huytaimes de la Pentecouste, les gualees de Jene vindrent a la Cale dou Marquis, et furent .v. et une || [161v] grose saitie de .lxxx. rins et .ii. coulonbiaus, et monseignor le maistre issi parler a yaus et lor pria de tourner a Sur, et sire Rolant Dassier promy de torner par enssi que ses henemis n’en yssisent, car aprés luy seroit honte de partir. [2]  Et le maistre li dist que pizans et venesiens ly aveent promis de non yssir hors dou port tant que lor seroit respons, et sur ses paroles l’armement des pizans yssi et sire Rolant Dasser ala encontre a biass en poy pour tirer les hors, a se que le vent l’esparpeilliast, et sur le biasser cuyderont pizans que il fouyssent et les hulerent fort, et siaus alerent et prirent le port si tost que il furent armés a grant aysse avant ce que pizans furent retornés, mais quant il furent prés jenevés les asaillirent de lanses longues et de pieres et de cariaus que il en tuerent aucuns et nafrerent pluisours, dont les pisans s’en alerent vers le pont de Veneyse, quy miaus a miaus. [3]  Siaus des tarides se lanserent a l’aigue, et jeterent les jenevés .i. rampagour sur la taride la ou estoyt l’estendar de Veneyse, pour tirer la, mais Maillia[n]te ly fist sourgre .i. ancre de proue, et quant les jenevés la sentirent dure a tirer, si taillerent le caf dou rampagour et laisserent sur la taride a tout la chaene, le quel fu veu devant la loge || [162] de Veneyse. [4]  Sire Rolant Dasser si fu au port .iii. jors, que onques pour rien que l’on seust faire nul ne vost monter sur l’aigue, et les jenevés se partirent et alerent a Sur et revindrent au port d’Acre, et atendy luy et si se party et ala a Sur.

[221]

[1]  (457) Sire Thomas Espine fist son mesage au soudan et s’en party et vint droit a Triple, et dist sa mesagerie au prince, et puis si s’en vint, et puis qu’il fu party dou prince, ordena que, quant le dit sire Thomas tornereit a ly pour aver respons, il le devet prendre et metre en prison, mes un chevalier dou conseil dou prince fist a saver au maistre. [2]  Monseignor le maistre me douna selle letre que le chevalier li manda, mais il osta le nom a force, et je sans le noms la mandais a sire Thoumas Espine, por la quel letre il se garda d’aler au prince.

[222]

[1]  (458) Encores autre fois vindrent les gualees de sire Rolant Daesser, et sire Thomas o luy, et furent .vi. guallees et asegerent le port, si que pissans ny venessiens nul n’en yssi a yaus, et prirent .i. grant leing de pissans quy venoit de Damiate, quy estraca la spelage, et eschaperent les persones. [2]  Et sire Thomas Espine parla au maistre au Cazal Ynbert, et || [162v] puis se party et ala a Sur.

[223]

[1]  (459) Encores vint un autre fois sire Rolant Daesser au port et demoura .iiii. jours, et dist qui ne se partiroit dou port d’Acre se l’on ny chasast les plonbinés.

[224]

[1]  (460) Les seignors d’Acre virent que ceste chose qu’il faizoit estoit layde a la crestienté et pereliouse, que sarazins poreent prendre sample de ce faire, si li manderent mesages .ii. freres menors, priant ly de partir dou port. [2]  Son respons fu qu’il se partiroit a lor priere, par enssi que tous les seignors d’Acre ly feissent une chartre, coment a lor priere estoit il party dou port, et li firent de ce une chartre, see[lees] dou seau dou baill, quy tenoit leuc dou roy, et dou Temple et de l’Ospitau, et en tel maniere se party que depuis ne revint. [3]  Et autrement ne le porent chasser, car il avoit ligieres gualees et atendoit quent il voloit et aleit quent il voloit, et pizans ne fu nul quy vozist plus monter as gualees por combatre. [4]  Et ores ne vous dirais plus de seste raysson, car il nen y a plus a dire, et vos diray autre chose. [163]

[225]

[1]  (461) En se dit an de .m. et .iic. et .lxxxvi[i]. avint que le soudan de Babiloine si ot grant riote et contens a .i. grant amiraill quy avoit nom Sencor Lesquar, seluy qui fu delivré des tatars pour change dou fis dou roy d’Ermenie, con je le vos ais dit si arier. [2]  Cestu dit amiraill se party de Babiloine a grant cantité de gens et vint a Domas, et la cuyda susmetre a son poyer mais il ne post, et se parti et ala a .i. chastiau que sarazins tenoient et a nom Sahone, et fu avant dou prince, et le prist et se mist dedens.

[226]

[1]  (462) Le soudan, quant il entendy que cestu li eut pris son chastiau, manda .i. grant host de Babiloine et .i. sien amiraill chevetaine, Turentay, quy vint a tout cest host a seluy chastiau de Saoune et l’asege[a], et Sencor Lescar, quy nen avoit pas tant de gent quy peust yssir contre luy, si rendy le chastiau, et sestu Turentay s’en party et vint en une ville dou prince, quy anom La Liche, et la prist.

[227]

[1]  (463) Et ore vous veul dire ce qu’il avint a Naples au conte d’Artois en se dit an. [2]  A .xxiiii. jours dou mes de gun, la vegile de saint Johan Batiste, de Mesine vindrent a Naples .xliiii. guallees, et le conte d’Artois, quy || [163v] estoit en leuc dou roy, si fist armer et nyssi encontre et se combaty a siaus de Mesine, et dura la bataille de tyerse jusques a vespres, et en la fin furent desconfis siaus de Naples, et si eut que pris que mors de frans homes de la lengue de France, et y fu pris le conte de Bretaine et messire Johan de Monfort, conte d’Esquilac et de Montecaius, et messire Guy de Monfort, quy morut la en prizon, et se fu seluy quy tailla la teste a Henry d’Elemaigne, et plusours autre que je ne sais nomer, dont le damage fu grant.

[228]

[1]  (464) Et en se meymes an de .m. et .iic. et .lxxxvii., a .xix. jours dou mois de huitovre, le prince Beymont, prince d’Antioche et conte de Triple, trespassa de se siecle et morut, et depuis luy nen eut autre prinse, car il nen eut nul enfant, et eschut le prinsee a une soue seur, feme de messire Marguo de Tocy, quy estoit amiraill dou roy Charle en Poille au jour.

[229]

[1]  (465) Et en l’an de .m. et .iic. et .lxxxviii. de Crist vos diray une grant meschanse quy avint a la crestienté de Surie.

[230]

[1]  (466) Il avint chose que le prince devant dit fu mort, que les chevaliers s’asemblerent et alerent a la princesse, mere de ce dit || [164] prince, et ly distrent que il voreent volentiers que li pleust de metre aucune persone quy gouvernast la sité, car elle n’i poiet entendre pour son deul que elle demenoit, et elle lor respondy que elle manderoit querre tel persone que bien governeroit eaus et la terre, et yaus li respondirent que bien lor plaisseit.

[231]

[1]  (467) Q[u]ant vint aucuns jours aprrés il entendirent que elle devoit faire venir le vesque de Tourtouse, pour le quel il avoient eu contens et ryote et grant escandele entr’iaus, et troverent letres coument la princesse [fist] por luy faire venir, si distrent entre iaus quy ne le souferoient et alerent a la princese et ly mostrerent les letres, et li distrent que ce vesque estoit lor henemy et quy ne seroit ja lor governeor, et se partirent et alerent a conseill. [2]  Et adons ordenerent une coumune al henor de la beate Virge Marye, mere de Dieu, et ordenerent chevetaines et prevost et se qu’il lor sembla a faire, et se maintindrent par yaus. [3]  Et a ce que il fucent plus fors, si manderent .i. mesage en Jene, quy ot nom Pierre Dauberguamo, notaire, et qu’il mandassent a Triple et eaus mandereent toutes lor raysons, dont le coumun si lor manda messire Beneit Zacarie || [164v] [et] .v. gualees, et vint a Triple. [4]  Le resurent a grant henour et a grant joie, et quant il ariva a Triple il trova le maistre dou Temple et le maistre de l’Ospitau et des alemans et le baill de Veneyse, quy estoi[en]t dehors les portes de Triple en tentes et pavelions herbergés, et estoient venus por metre acort entre la seur dou prince, dame Lusie, et les gens de Triple.

[232]

[1]  (468) Et ores vous diray coment seste dame Lucie de Puille, quant le prince morut, la novelle ala outremer, et messire Marguo de Toucy, amirail dou roy Charle, manda seste dame, quy estoit sa espouze et seur dou prince, a Acre, et la manda recomander a l’Ospitau de Saint Johan. [2]  Dont les ospitalliers la prirent a maintenir et la menerent a .i. chastiau, quy a nom Nefin, qui est prés de Triple a .iiii. liues, et se tenoi[en]t por la dite dame come selle quy estoit dame et heir dou prince, et pareill fois les ospitaliers aveent eu bataille a siaus de Triple, de quey aucuns freres et autres furent mors. [3]  Et manderent siaus de Triple une letre a la dame desus dit, par la quelle yaus li faissoient saver que a elle n’estoit mye chose selee, coment elle devoit bien saver, les outrages que son frere le || [165] prince lor avoit fait, et encores ly faiseent saver que son pere le prince et son ayol lor aveent tous jours fait moult de maus et d’outrages et de force a chevaliers et as bourgois et as autres gens, que il ne voleent plus soufrir a ce que yaus et lor ansestres, qui furent au conquest de la terre de Triple, aveent soufert et pacé. [4]  Et pour non venir plus a celle condecion aveent ordené et fait .i. coumun entr’iaus a l’enor de Dieu et de Nostre Dame, a quy nom lor comun est noumé, et que il ne l’on fait pour dezeriter nul arme ny contre sainte yglise, ains estoit fait pour maintenir chascun en son droit et en sa raison, et que il sont aparaillés de resever la come dame, par enssi que elle jurast a la coumune de soustenir et maintenir la dite coumune, et se elle ne vyaut jurer, bien ly faiseent a saver que il ne la souferoient d’entrer a Triple a nul tens, si deussent enguager ou vendre tout se que il ont jusques a la chemise de lor femes et de lor enfans. [5]  Et sur ce que il li f[i]rent ce, manderent les dites gualees venir des jenevés, dont il en furent plus eschif de l’acorder, et se partirent ses seignors, le maistre dou Temple et de l’Ospitau et des alemans et le baill || [165v] de Veneyse, quy estoient la venus pour metre aucun acort, et s’en vindrent a Acre sans rien faire.

[233]

[1]  (469) Le dit sire Beneit et la coumune de Triple firent compaignie au coumun de Jene et lor proumyrent de rendre et douner tout se quy estoit de lor raison, mais au coumensement lor donerent par dedens la ville de Triple une devise de rues qui dee[nt] estre de lor apartenanses. [2]  Et madame Lusie s’en vint a Acre et sir Beneit Zacarie ala en Ermenie.

[234]

[1]  (470) L’entedement de messire Berthelemé de Giblet si fu d’aver la fille dou seignor de Giblet a son fis, et sa fille deust estre feme dou seignor de Giblet, quy estoit anfant, et plusors autres franchises fusent otrees a chevaliers et a bourgés que trop seroit lonc a metre par escrit, et de ceste choze manderent une letres, que ce elle vossist, madame Lucie, otreer ceste lor requeste et otroer as jenevés se que lor aveent douné soulement, sans douner lor plus, que yaus la reseverent pour dame et ne doureent as jenevés nul autre choze.

[235]

[1]  (471) La dame resut ceste letre et se conseilla || [166] sur la forme de la letre, si que ceste letre ala par aucune mains, tant quy fu une persone quy la encontre escrist et la manda a sire Beneit Zacarie en Ermenie.

[236]

[1]  (472) Le dit sire Beneit resut sele dite letre entre vees, venant vers Triple, et quant sire Beneit resut la letre et [on li] rendy la tenor, il ne fist nul semblant, et entra a Triple et fu .i. jour et s’en party et ala a Sur, et la manda a Acre a madame Lucie que, se elle vosist venir en adresement o luy des raizons dou coumune, qu’ele venist a Sur et amenast son conseill, et se elle ne vozist venir, seust elle bien qu’il feret venir de Jene .l. gualees a Triple, et aprés elle ny en seroit jamais dame. [2]  Et quant la dame oÿ ce mandement, se que le dit Benoit Zacarie avoit mandé, si se conseilla a son conseil l’Ospitau, quy li armerent une saitie et la menerent a Sur, dont frere Bonyface de Calamandrane de l’Ospitau, .i. grant seignor, vint a la dite dame et parlerent ensemble au dit sire Beneit, et tant y ot dit et debaty d’une || [166v] part et d’autre quy s’acorderent au gré des .ii. parties et alerent a Triple. [3]  Mais je vos laira de lor fait et vos diray un autre rayson quy touche a yaus.

[237]

[1]  (473) Il avint enssi que quant les jenevés furent venus a Triple, con vos avés oÿ, .ii. persones monterent d’Alisandre au soudan, que je poree dire que il sont se je voree, et parlerent au soudan et li mostrerent coument Triple par elle, sans les jenevés, armereit ligierement de .x. a .xv. leins, «et ores que jenevés l’ont a lor main il en armeront .xxx., car jeneveus de toutes pars veront a Triple, et s’il ont Triple il seront seignors de ses aigues et convera que siaus qui veront en Alyssandre seront a lor mercy, alant et venant et dedens le port, la quel choze tourne a grant peril des marchans quy huzent en vostre royaume».

[238]

[1]  (474) Quant le soudan l’oÿ si ly sembla que ceste estoit rayson quy sembloit bien que ensy deust estre, et le my en euvre si com il mostra aprés, et parmy tout se il avoit grant volenté contre Triple pour le prince, quy fu a Domas quant les tatars le prirent et fist mout de honte as sarrazins, dont le || [167] soudan eut conseil a ses amiraus et ordenerent d’aler a Triple. [2]  Et fist aparailler les gens d’armes et les camés par les chemins, mais il y avoit .i. amirail quy estoit ansien et .i. des .iiii. qui sostenoient la painime, si fist a saver a monseignor le maistre dou Temple seste novele, et avoit nom sestu amirail Hemir Salah, quy estoit husé d’avertir le maistre dou Temple dou proufit de la crestienté quant le soudan voloit grever la crestienté en aucune maniere, et costoit au maistre de biaus prezens chascun an, que il ly mandoit. [3]  Et quant le soudan fu hors a la Salahie, et tout son host, le maistre manda .i. home de sa mahnee a siaus de Triple, coment le soudan venoit sur yaus a Triple, dont il ne vostrent croire, et dyzeent quy venoient prendre Nefin, et autres diseent laides paroles dou maistre, que se faiseit il pour eaus esfreer, pour ce que il eussent bezoing de faire le meneier vers le soudan, et senblereit que il l’eust fait retorner, mais il ne venoit mie. [4]  Et quant le soudan fu venu plus avant le maistre manda .i. autre mesage de grant aparance, se fu frere Reddeceur, frere chevalier espaignol, et lor fist saver coument le soudan [venoit], et a tout se furent il entre .ii., dou creire ou non, || [167v] et toute fois ordenerent lor fait, et Reddeceur revint a Acre, et le soudan vint devant Triple. [5]  Et monseignor Aumaury de Lezingniau, frere dou roy Henry, roy de Jerusalem et de Chipre, quy s’apelet seignor de Sur et counestable dou royaume de Jerusalem, vint a Triple et mena belle gent d’armes, chevaliers et autres, et y vint le mareschau dou Temple, frere Jofrey de Vendac, et frere Piere de Montade, coumandour d’Acre, et free Reddeceur, et plussors freres de l’Ospitau, et plussors chevaliers et sergans dou roy de France, et avoit des jenevés .iiii. gualees et .ii. de venesiens, quy vindrent puisses, et pisans y vindrent assés, quy estoient henemis des jenevés et de siaus de Triple, de quey se failly poi que il nen y ot entre yaus .i. mavais haitin, et meismes ospitaliers avoient grose volenté a siaus de Triple, pour la guerre que il avoyent eu quant il teneent Nefin. [6]  Ensement y avoit .iii. grans dames, il avoit la feme dou prince [et la seur dou prince] et madame de Sur, la feme qui fu de monseignor Johan de Monfort, seignor dou Toron, quy avoit tenu le baillage de Triple come le plus prochain hair aparant tant que madame Lucie fu venue, et estoit meymes la terre moult puplee et plaine de mout || [168] bones gens, chevaliers et bourgeis et d’autres gens.

[239]

[1]  (475) Le soudan Melec el Mensour asega la cité de Triple le jour dou jeusdy, a .xvii. jours dou mois de mars dou dit an, et toute seste gent que je vos ais devant només si vindrent a secoure la, aucuns avant que elle fu asegee et autres aprés.

[240]

[1]  (476) Le soudan dresa ses engins, et grans et petis, et fist son bucher par devant la ville et ses carabohas, et sailly la terre et fist ses mines desous terre et vint dedens les premiers focés.

[241]

[1]  (477) La sité fu mout forte, et de fors murs masonés, mais le soudan si la fist asailir et charger par les plus feuble leuc quy fust en la ville, ce fu la Tour dou Vesque, qui estoit veille durement, et tant y ferirent les engins qu’elle fu toute depessee, et ensement la Tour de l’Ospitau, quy estoit forte et neuve, si fu meymes si fendue que chevau peust paser parmy. [2]  Le soudan avoit si grant gent que en chascune archere estoit ordené de traire .xx. archers sarazins, si que nul de nos abalestriers nen ozet mostrer l’eul pour traire d’arc || [168v] ni d’abalestre, et s’il aloit pour trayre si estoit tantost feru, si que la ville estoit en moult mal condicion. [3]  Et parmy tout se les marchans venesiens, quy avoient la les .ii. gualees, s’i recuillire[n]t pour aler en Ermenie, pour ce que il virent que la terre estoit sur prendre, et quant Beneit vi que venesiens estoient recuillis, si se douta quy ne le preyssent ses gualees et le layssasent en terre, luy et sa gent, si nen avereent ou recuillir au bezoing et poreent estre perdus, et pour ceste dout si se recully, luy et sa gent, sur ses gualees. [4]  Et adons s’apersurent sarazins que il avoit poy de defendeors et la hasterent tant que au derain la vylle fu si afeblie que a un asaut la prirent sarazins, a .xxvi. jours dou mois d’avril dou dit an, et fu par faute de defendeors, que l’un pour l’autre guerpi sa defence. [5]  Et eschaperent les .iii. dames que je vos nomay, la feme dou prince et la seur dou prince, madame Lusie, et la dame de Sur, feme qui fu de messire Johan de Monfort, et tous les grans seignors que je vos nomeray, messire Aumaury, frere dou roy Henry, quy s’apeloit seignor de Sur por ce que le roy, puis la mort de messire Johan de Monfort et de messire Anfrey son frere, le roy Henry douna Sur a sestu sien frere, messire Aumaury, et le fist counestable dou royaume de Jerusalem, et eschapa ausi le mareschau dou Temple || [169] et le comandour de l’Ospitau, frere Mahé de Clermont, et messire Johan de Grill, chevetaine des gens dou roy de France et seneschau dou royaume de Jerusalem. [6]  Tous ses que je vos ays només se recuillirent […] povre gent, et entre les quels fu mort messire Berthelemé de Giblet, maire et chevetaine, messire Henry de Giblet eschapa, et morut en la bataille frere Piere de Moncade, coumandour dou Temple, et Guilerme de Cardone, frere dou Temple, et fu pris vif frere Reddecuer, et frere Huguet, fis dou conte d’Enpures, frere dou Temple, et meymes furent mort et pris aucuns freres de l’Ospitau de Saint Johan.

[242]

[1]  (478) Et enssi avint seste grant mesaventure de la sité de Triple, con je vos ais dit, et le soudan la fist abatre toute a terre, que vos ne troverés une soule mayson entiere, et ce a esté pour achaisson d’une ville que sarazins ont labouré en un leuc quy a nom Mont Pelerin, qui est loins de la mer, en sus de Triple mains d’une liue, et s’apele la vile de Triple la Neuve.

[243]

[1]  (479) Depuis la perte de Triple le roy Henry party de Chipre et vint a Acre .iii. jors aprés, et ferma la trive de Surie et de Chipre au soudan, et le jura le roy au soudan et le soudan au roy, et le || [169v] soudan au mes d’aoust tourna en Babiloine et le roy Henry retorna en Chipre a .xxvi. jours de setembre dou dit an, et si laissa a Acre a son leuc messire Aumaury, seignor de Sur, son frere. [2]  Et ores vos diray la maniere et la rayson coment Acre fu prize de sarazins.

[244]

[1]  (480) Il avint enssi que, pour achaison de la perte de Triple, le pape manda .xx. gualees de secours a la sité d’Acre, le ques gualees furent armés en Veneyze et fu lor capitaine .i. grant home de Veneize quy se noumoit l’Escople, quy fu fis dou duc de Veneyse, sire Lorens Toupie, que mors estoit, et il vint .i. chevalier grant vavasour, quy ot nom le Rous de Souly, et se cruyserent et vindrent a Acre mout de menues gens d’Itaille. [2]  Et estant ceste gent a Acre, la trive que le roy avoit fait au soudan se maintenoit bien entre les .ii. parties, et les povres vilains sarazins entreent a Acre et porteent les biens a vendre, si com il avoient uzé a faire. [3]  Si avint .i. jour, par l’euvre de l’ennemy d’infer, que volentiers porchasse males heuvres entre bones gens, fist enssy que ses cruyssés, qui estoient venus pour bien faire et pour l’arme d’yaus au secours de la sité d’Acre, si vindrent a ssa destrussion, car il coururent .i. jor par la terre d’Acre et mirent a l’espee tous les povres vilains qui porteent les biens a Acre || [170] a vendre et forment et autres choses, quy estoient sarazins des cazaus dou pourpris d’Acre, et ausi meimes tuerent pluissors suriens qui porteent barbes et estoient de la ley de Gresse, que pour lor barbes les tuerent en change de sarazins, la quele chose fu trop mau faite, et ce fu la chose pour coy Acre fu prise de sarazins, con vos entenderés.

[245]

[1]  (481) Q[u]ant le vilains furent mors, si com vos avés oÿ, la novele fu dite au soudan en Babiloine, le quel en fu mout courousé et menassa moult la gent d’Acre, et meismes si ly fu porté les chemizes baniés de sanc de siaus quy furent mors, et ja soit se que le soudan eut eu propres de grever la sité d’Acre, toute fois il manda ses mesages as seignors d’Acre, coument il avoit trive as crestiens et que sur trive l’on li avoit fait et tué ses gens vilains sarazins, et requeroit l’amende et la justize de siaus qui avoient se fait. [2]  Les seignors d’Acre furent sur ce fait au conseil et, entre plusours paroles dites entre yaus, monseignor le maistre dou Temple consillya que l’on preist, de tout les prisoniers de la prison reau et dou Temple et de l’Ospitau et des pizans et venessiens, siaus quy devoient morir pour les malefaites, et dire que ses estoient siaus quy avoient route la trive et tué || [170v] les vilains sarazins, «et ensy se tera apayé le soudan, et le debouterons de nos grever par ceste justize que l’on fera de ses, puis que il deveent morir». [3]  De seste chose furent aucuns que s’i acorderent, mais pluisors autres ne s’en acorderent mye, et remest la chose que riens ne se fist, et firent respons au soudan si com il lor sembla a faire, mais, celon se que je peus entendre, il manderent dire au soudan que ses cruyssés qui avoient se fait estoient gens estrangiers d’outremer, et non pas de lor justize, as quels il ne lor pooient metre main desus. [4]  De quei le soudan se tint mal apayé, et atira son fait et ses engins, et acrut son host de gens d’armes assés, et fist aparellier les camés par la berrie pour son passer, c’est a saver les plasses et les viandes, et manda .i. sien amyraill, quy ot nom Tocso, as parties d’Acre, quy demoura .iiii. mes entre Chastiau Pelerin et Sezaire, et [avoit] faite tailyer buche de quey il deveent faire lor buhcher, ausi come guarides contre la sité d’Acre, et disoit que ceste buche devoit aler en Babiloine, pour se que crestiens ne s’aperseussent. [5]  Et dedens se Etmir Salah, amirail, quy estoit amy dou maistre dou Temple, fist a saver au dit maistre que le soudan en toutes manyeres devoit venir aseger Acre, dont le maistre dou Temple le fist a saver a tous les seignors || [171] d’Acre, et ne le vostrent croire.

[246]

[1]  (482) Et quant il vint en l’an de l’incarnassion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m. et .iic. et .xc., au mois de huitovre, le soudan parti de Babiloine, Melec el Mensour, et vint a tout son poier en .i. leuc qui se dit la Salahie, [et li prist un mau] de quei il morut, et l’achaison de sa mort je la vos devyzerais en ce livre.

[247]

[1]  (483) Cestu soudan si avet noury .i. garson qui estoit turc, et tant l’avansa que aprés le soudan nen avoit nul en painime quy fust plus puissant de luy, et avoit nom Turentay. [2]  Or fu dit que par sa grant puissance il monta a si grant orguell quy cuida estre soudan, se le soudan moreit, et pour ce il fist tant que il enpouzouna le soudan, en maniere que il en fu aperseu. [3]  Et quant le soudan vint a mort, il fist venir son aihné fis et li dist coment il moreit et que il ly enchargoit et prioit de parfaire l’enprize que il avoit enpris d’aler prendre Acre et vengier le sanc des sarazins qui furent tués. [4]  Le fis ly promist, et aprés ly pria de faire morir Turentay, pour se que il l’avoit mort par poissons. [5]  Le fis tint tout se que le pere li encharga, si come vos l’entendrés. [171v]

[248]

[1]  (484) Le soudan sur ce morut et fu enterés, et tant tost cele nuit [le fis] fist prendre sestu Turentay et le fist estrendre devant luy a revers, les mains fort liés, et li monta a genoulls sur le pis et de ses mains meymes ly aracha la barbe, et ly dist: «Dehliau, tu as tué mon pere et je te feray morir!», et puis le fist prendre et tuer et desmenbrer sans sepulture, dont aucuns distrent que il gehi coment que il enpoussouna le soudan, mais coument que ce fu il morut enssy. [2]  L’ost de Babiloine ne se mut de la ou il estoit, hors de Babiloine, et le soudan novyau, fis de cestu quy fu mort, qui se fist apeler Melec el Esseraf, vy l’ost aparaillié et les camés par les chemins, et se mist a venir a Acre a moult grant gent a chevau et a pié, et dit l’on que il furent plus de .lxxm. homes a chevau, et gens a pié plus de .c. et .lm. et plus. [3]  A Acre nen avoit de tout, entre femes et homes et enfans, que de .xxx. a .xlm., des quels estoient a chevau de .viic. a .viiic., et a pié a conter les cruissés avoit entour de .xiiim.

[249]

[1]  (485) Syaus d’Acre, quant il oïrent que le soudan Melec el Mensour [estoit mort], con vos avés oÿ, si erent grant joie et cuyderent estre delyvrés, mais ne penseent pas que cestu autre soudan Melec el Esseraf deust au premier an de sa seignorie si tost chevaucher en ost, || [172] et por se ce dounerent grant merveilles, et s’atirerent de sa venue d’engins et d’autres choses que mestier lor fu, et garnirent bien leur garides et y comencerent a faire lor guais, si come l’on doit faire quant l’on a henemy, et ordenerent un mesage tous siaus d’Acre, et present qui ly man[derent], et furent les mesages messire Phelipe Mainebeuf, chevalier d’Acre, quy savoit mout bien le lenguage saraziné, et .i. frere dou Temple, chevalier, quy ot nom frere Berthelemé Pizan et estoit nés de Chipre, et .i. frere de l’Ospitau et .i. escrivain, quy ot nom Jorge. [2]  Et furent devant le soudan, quy refuza les letres et le present, et retint les mesages en prison, con se soit chose que, avant se que les mesages furent mandés au soudan, le soudan manda letres au maistre dou Temple, qui furent encontre escrites de letres sarazinezes en letres fransezes, escrites de ma main, le quel contre escrit je portay et mostray a monseignor le maistre et a tous les seignors d’Acre, c’est a saver au patriarche et leguat, et au maistre de l’Ospitau, frere Johan de Villiers, et au coumandour des alemans, car lor maistre estoit partis, outre le gré des seignors d’Acre, et ala en Poille demourer, et le mostray au consle de Pize et au baill de Veneize, que nul ne vost asertefier que le || [172v] soudan venist tant que se fust bien aproché et que siaus d’Acre le manderent lor mesages, con vos l’avés oÿ.

[250]

[1]  (486) Or vous vyaus mostrer la tenour de la dite letre, que lou soudan manda au dit maistre dou Temple, si porés savoir en quel guyze est devizee le salus que le soudan manda en ses letres, quy devizeent ensy.

[251]

[1]  (487) «Le soudan des soudans, le roy des roys, le seignor des seignors, Melec el Esseraf, le puyssant, le redouté, le chasteours de rebels, le chasseour des frans et des tatars et des ermins, aracheour des chastiaus des mains des mescreans, seignor des .ii. mers, serveour de .ii. sains pelerinage, Calohon el Salahie, [a] vous le maistre, noble maistre dou Temple, le veritable et sage, salus et nostre boune volenté. [2]  Pour ce que vos avés estés home veritable si vous mandons letres et nostre volenté, et vos faisons a saver que nous venons en vos parties por amender les tors fais, pour quey nos ne volons que la comunauté d’Acre nous dee mander letres ny prezent, car nos ne le resevons point».

[252]

[1]  (488) Et tel fu le mandement et la tenour [173] de la dite letre dou soudan con vous avés oÿ, mais ja pour ce ne laisserent de mander leur mesages, si con je le vos ay dit, les quels fure[n]t arestés et mandés en prison en Babiloine, la ou il morurent depus a grant mesaize.

[253]

[1]  (489) Le soudan vint devant Acre et l’asega par .i. jeusdy, a .v. jours d’avril, en l’an de .m. et .iic. et .xc.i. de l’incarnasion de Crist, et la prist a .xviii. jours dou mois de may prochain venant dou dit an. [2]  Ores entenderés coument il avint.

[254]

[1]  (490) Le soudan si fist fermer ses tentes et ses pavellions moult prés l’un de l’autre, quy tenoient dou Toron alant jusques vers la Semerrie, que tout le plain fu couvert de tentes, et la tente dou soudan, quy s’apele “dehlis”, estoit sur .i. toron hautet, la ou ele avoit une bele tour et jardins et vignes dou Temple, le quel dehlis estoit tout vermeill et [avoit] une porte overte vers la sité d’Acre, et est ensy huzé des soudans, que vers la [ou la] porte dou dehlis est overte, chascun seit que le soudan doit aler par sel chemin. [2]  viii. jours demoura devant Acre sans riens faire, fors aucune fois avoit aucun hutin de nos gens a la leur, quy aucuns en moroit d’une part et d’autre, et a terme || [173v] de ses .viii. jours adreserent et aseirent au point lor engins, que la piere quy getoi[en]t pezoit un quintar. [3]  L’un de ses engins, quy avoit nom Haveben, quy vient a dire ‘Yrious’, si estoit devers la garde dou Temple, et l’autre engin, quy getet contre la garde des pizans, avoit nom le Mensour, c’est a dire ‘le Victoire’, et l’autre grant, que je ne vos le say nomer, getoit contre la garde de l’Ospitau, et le cart engin getoit contre une grant tour, quy a nom la Tour Maudite, qui est a segons murs, et est de la garde dou roy.

[255]

[1]  (491) Il mirent escus grans et escus fais de verges, la premiere nut, rengés contre nos murs, et la segonde nut les acosterent plus avant, et la tierse nut aussi les acosterent, et tant les acosterent que il vindrent sur la douve dou focé, et deriere les dis escus avoit les gens d’armes desendus de lor chevaus en terre et l’arc en la main. [2]  Et se l’on vozist dire coment l’on les laysoit aprocher tant avant, l’on ne les poiet defendre, et vos diray pour coy: seste gent avoient lor gent a chevau tous armés, a chevaus covers, de l’un chef de la sité jusques a l’autre, qui est a entendre de l’un mer jusques a l’autre, || [174] et estoient ses plus de .xvm., et changeent .iiii. changes le jour, si quy lor venoit poy poy de travaill, et se nul de nos gens fussent yssus a siaus quy estoient deriere les escus, ses quy lor estoi[en]t ariere dos il les eussent secourrus et defendus, con se soit chose que aucune fois nyssirent nos gens a yaus, dont ses a chevau les defendeent, si que en la fin vindrent sur la douve dou focé, con je vos ais dit. [3]  Et porteent siaus a chevau la buche, chascun sur le col de son chevau, a .iiii. et a .v. les busches, et les jeteent deriere les escus, que quant veneit la nuit si les meteent par devant lor escus et lyeent une corde par desus, et deveneit come .i. mur que .i. engin n’i eust riens fait, car aucuns de nos meens engins lanseent et fereent desus et ne faizeent riens a yaus, [mais] reboutoit la piere au focé. [4]  Et aprés dreserent lor carabouhas, quy sont engins petis turqueis quy se tirent as mains, et geteent mout souvent et faizoient plus de mau a la gent que les grans engins, que le leuc ou le carabouha lanset nul nen ozet acoster, et par devant lor carabouha avoient fait dehauchee bien fort et si haut que nul ni poiet ferir ni lanser a siaus quy || [174v] le tirent. [5]  Et ensy dura seste besoine tant come il mineent, car .i. grant amiraill, qui ot nom Etlesgay, si estoit ordené contre une tourete neuve as premiers murs devant la Tour Maudite, quy se disoit la Tor dou Roy, cestu Elesgay fist miner contre sele dite tor, et ausi minerent .i. baril qui se disoit le Baril dou Roy, et l’apuerent tout, dont nostre gent mirent le feu et le firent chaÿr tout en .i. mont. [6]  Et meymes firent un autre mine les sarazins contre la Tour de la Contesse de Blois, que elle fist faire quent elle vint desa mer por l’armé d’elle, et nos gens lor faisoient mynes encontre et se defendeent vigourouzement, mais sarazins veneent tous jours gens fres, por se que il estoient grant gent. [7]  Et quant vint .i. jour nostre gent furent au conseill de nissir de toutes pars, a chevau et a pié, et ardre le buscher, si avint que monseignor le maistre dou Temple et sa gent et messire Johan [de Grely et Ote] de Granson et autres chevaliers [vindrent] une nuit devers la partie dou Temple, qui estoit a l’[o]utremer de la Porte de Saint Ladre, et ordena le maistre .i. provensau, quy estoit visconte dou bort a Acre, de metre le feuc a buhcher dou grant engin dou soudan, et nissirent celle nuit et furent jusques au dit buhcher, et seluy qui dut geter le feuc, et le geta sur paour en tel maniere quy vint court, et chaÿ a terre et alumet sur || [175] terre. [8]  Tous siaus sarazins quy la se troverent furent tous mors, gens a chevau et a pié, et de nostre gent freres et chevaliers dou siecle alerent sy avant entre les paveillons, que lor chevaus s’enconbrerent as jambes des cordes des tentes et trabucheent, et adons les sarazins les tueent, et en tel maniere perdimes sele nuit .xviii. homes a chevau, frere dou Temple et chevaliers dou siecle, mais l’on prist pluzours escus et targes sarazinés et trombes et nacares, et retorna mon seignor et sa gent a Acre. [9]  Entre vees l’on trova pluisours sarazins enbuschés, que l’on les ocist tous, car la lune luyseit come jour et pour ce les vi l’on si bien, et tant vous dis qu’e[n] seluy leu si fu le seignor de Haman quy se ralia o sa gent et nos vint acostant par le sabelon as pilés, quy traioient a nostre gent, et nafrerent aucuns, et nen ozerent enveir nos gens, et sachés que il estoient un grant par semblant de .iim. persounes a chevau, mais nostre gent nen estoient de toutes gens, chevaliers et autres et freres et valés et tricoples, .iiic. [10]  Et en les autres leus quy fu ordené ensi a faire, ne fu rien fait, car sarazins s’en apersurent et s’en prirent garde, car il chargerent crestiens si fort que il tornerent sans riens faire.

[256]

[1]  (492) Encores fu ordené que tous les seignors et le || [175v] poier d’Acre a chevau [deussent] yssir a demy nut de la Porte Saint Antoine et ferir subitement sur les sarazins, et fu ce fait ordené priveement, que nul ne le sot tant que l’on coumanda: «Montés a chevau!». [2]  Et quant nos gens furent montés et yssus hors de la Porte de Saint Anthoine, et la lune a sel oure nen rayeit mie, ains esteit moult escur, et sarazins furent avertis et firent .i. si grant luminaire [de] fanons quy sembloit est[r]e jour entre yaus, et se vindrent sur nostre gent une si grant eschelle ou il y eut bien .xm., et chargerent nostre gent si durement de pilés traire qui sembloit que ce fust pleue, de quei nostre gent ne le porent endurer et repairerent dedens la sité, et si ot gens a chevau blesiés plussors. [3]  En tel doulour et en tel condession estoient nostre gent a la sité d’Acre, et ja se disoit noveles que le roy Henry devet venir de Chipre a bon secours qu’il amenoit, et l’on l’atendoit de jour en jour.

[257]

[1]  (493) Le roy avoit semons sa gent en Chipre et les asembla, et se party de Famagouste et ariva a Acre a .iiii. jours de may. [2]  La ville estoit en mauvais point car, si con je vos ais dit, le bail fu mené et estoit cheü, la tour estoit minee, mais toute fois fu grant confort a la gent || [176] sa venue, et sur ce que le roy vint, aprés poy de jors manderent mesages au soudan messire Guillaume de Villyer, chevalier, et .i. home de la maihnee dou maistre dou Temple, Guillaume de Cafrane, et le soudan vint de son dehlit par devant la porte de la ville, qui disoit l’on Porte dou Leguat, et fu defendu d’une part et d’autre de non traire. [3]  Les messages nyssirent desarmés et furent par devant le soudan, quy estoit dedens .i. petit pavillion et, tant tost con les mesages l’eurent salué a genoullons par .iii. fois, si les aprocha vers luy et lor dist: «M’avés vous porté le cles de la ville?», et les mesages respondirent que ce n’estoit mie sité que se doit rendre de ligier, et que il venoient a luy por ly requerre aucune manyere de pitié pour le povre peuple. [4]  Et adons le soudan lor dist: «Je vos feray tant de grace que vous me vudés les pieres soulement et enportés tout l’autre, et yssés et alés vos ent, et se vous fai ge pour vostre roy qui est venu et qui est enfant, si con je sus, et autre chosse je ne vos feray», et les mesages adons ly distrent que se ne poiet estre, «car la gent d’outremer nos tereent a traytours», et il dist: «Donc vos en alés, que je ne vos feray autre». [5]  Et sur ses paroles .i. engin estoit, que les crussés governerent a la Porte dou Leguat, || [176v] et ne say par quel aventure il traist, et vint la piere si prés dou paveillon ou le soudan estoit, et les messages, que le soudan par bachelerie, non volant mau faire, si se leva en piés et mist sa main sur s’espee et traist bien une paume et dist: «A pors punais, quy me tient que je ne vos taille les testes!», et Lesejay si ly dist: «Sire, Dieu nos en gart de soulier le fer de vostre espee au sanc des pors, car siaus quy ont trait si ont fait que traytours, mais vos les lairés aler com siaus quy sont vos remanans». [6]  Et s’en tournerent les mesages a Acre, et comensierent puis lor labour de traire les uns as autres de manguenyaus et de se qu’il avoient uzé au faire come henemis.

[258]

[1]  (494) La tour neuve, que l’on disoit la Tour dou Roy, si fu si menee que la frontiere devant chey en .i. mont par dedens le focé, si que par desus les pieres ne se poyeent passer, dont les sarazins firent saqués petis de chanevaus plains de sablon, et chascun home a chevau porta .i. sac sur le col de sa beste et le geta a sarazins dou buscher, quy estoient la en sel endroit, et quant vint la nut siaus prirent les saqués et les estendirent sur les pierres et planerent coum un pauvement. [2]  Et l’endemain, le mecredy, a vespres, passerent sur les sacs et prirent la dite tour, quy avoit encore la moytié de la || [177] vote entiere devers la ville tout en piés, et furent nostre gent main a defendre la tour, et ne valut rien la defence que il la prirent et myrent l’enseigne dou soudan, si que nos atorsames les engins et escandelyames a lanser a la tour, et lanserent et aucun tuerent, ny ja pour ce ne la guerpirent. [3]  Et nostre gent, quant il virent la dite tour prise, si labourerent un edifiement de marain encuré quy s’apelle chat, et mirent gens par dedens que siaus sarazins quy avoient pris la tour ne peussent passer avant.

[259]

[1]  (495) Cant la tour fu enssi prisse con je vos devisse, la gent furent moult esmaiés et tout le plus monterent lor femes et leur anfans sur mer, et quant vint l’endemain, le jeusdy, il fist un mout mau tens et fu la mer si grose que les femes et anfans, qui estoient montés au vaussiaus, ne le porent soufrir et desendirent en terre et tournerent en lor mayssons.

[260]

[1]  (496) Et quant vint le jour dou vendredy, avant le jour une nacare souna moult fort et a son de selle nacare, quy avoit moult oryble vois et moult grant, les sarazins asaillierent la cité || [177v] d’Acre de toutes pars, et le leuc dont il entrerent premier si fu par ceste maleite tour que il avoient prise. [2]  Et vos diray la maniere coument il veneent.

[261]

[1]  (497) Il vindrent tous a pié, quy furent tant sans nonbre, et par devant veneent seaus quy porteent grans targes hautes, et aprés veneent seaus quy jeteent le feuc gryzés, et aprés estoient siaus qui trayoient les pilés et seetes enpenés si espessement quy senbloit pleue quy venist dou siel, et nostre gent quy estoient dedens le chat, l’abandonerent. [2]  Sur se ses sarazins que je vos dis prirent .ii. vees, puis que il furent entre les .ii. murs de la vylle, c’est a entendre entre les premiers murs et focés, quy se dizoit la barbaquane, et entre les grans murs et les focés de la sité, dont les uns entrerent par une porte d’une grant tour, quy se disoit la Tor Maudite, et alerent vers Saint Romano, la ou les pizans avoient lor grant engins, les autres en tindrent lor chemin alant a la Porte de Saint Antoine.

[262]

[1]  (498) Le maistre dou Temple, quy estoit a ssa herberge, et son couvent qui estoit a lor defence, si com il senty la nacare souner, s’il sembla que sarazins douneent aucun asaut, et prist .x. ou .xii. freres et || [178] sa mehnee et vint vers la Porte de Saint Antoine tot par entre les .ii. murs, et passa par la garde de l’Ospitau et mena le maistre de l’Ospitau o luy, le quel mena aucuns de ses freres o luy, et vindrent a la Porte de Saint Antoine et troverent ses sarazins venant a pié, s’atirerent a yaus et riens ne valut, si con je vos ais devisé, et aucuns chevaliers de Chipre et de la terre et sergans a pié, car sarazins furent trop de gens. [2]  Et quant les .ii. maistres dou Temple et de l’Ospitau furent venus la si poindans sur eaus, si sembloit ferir sur .i. mur de piere, et siaus quy getoient le feuc grizés le getoient ensi souvent et si espés que la fumee estoit si grant que l’on ne veoit l’autre [que] a grant poine, et parmy la fumee les archiers trayeent espessement les pilés enpenees, qui bleseent nostre gent et nos bestes trop malement. [3]  Et avint que par le feuc qu’il getoient fu pris dou feuc .i. povre valét englés si malement que son suvreseigniau fu alumé, qui n’ot nul quy le secourust, que il ot ars la chere et puis tout son cors, et alumet ausi con se fust .i. chauderon de puis, et la morut, et quant se le avint il estoit a pié, que sa beste li fu tuee desous luy. [4]  Et quant sarazins avoient en poy demouré, si leveent lor escus et passerent .i. poy avant, et quant [on] lor pounoit desus, et il en caleent tant tost lor escus et aresteent, et tout jour le jeter dou feuc et des pilés ne sesoit de labourer, || [178v] et demoura seste ryote et sestu huitein jusques a tierce. [5]  Et en ce myleuc avint une grant mesaventure, par la quele ses sarazins que si entroyent, que je vos dis, entrerent plus legierement, et que toute la gent furent mescouragés. [6]  L’achaison si fu que .i. pilet vint vers le maistre dou Temple, et au lever que le maistre fist de sa main senestre, et n’en avoit point d’escu fors son dart a sa mayn destre a sel pilet, le fery sous l’aselle, et li entra une paume de canne dedens le cors, quant il vint au vent la ou les plates ne jonient point, car ses ne furent mye ses curasses fiables, ains furent curasse legiere d’armer ligierement a .i. cry. [7]  Et quant il se senty feru au mort, si se mist a aler, et l’on cuyda que il s’en alast volentiers pour soy sauver, et celuy dou confanon le vy aler, si se mist aler devant luy, et adons toute sa mehnee le seguyrent, et ensi come il s’en aloit bien .xx. des crussés do Val d’Espolite li vindrent au devant et ly distrent: «A pour Dieu, sire, ne vos partés, car la ville sera tant tost perdue!», et il lor respondy hautement, que chascun l’oÿ: «Seignors, je ne peus plus, car je suy mort, veés le cop», et adons veyme nos le pilet clavé en son cors. [8]  Et sur cele parole il jeta le dart en terre et torsa le col et vost chaïr de la beste, mais sa mehnee saillirent jus de lor bestes et le soustindrent et le || [179] deschevaucherent et le myrent sur .i. escu quy troverent la jeté, quy estoit pauvés grant et lonc, et le porterent a enterer par la Porte de Saint Antoigne, et la troverent cloze, et troverent une petite porte quy avoit .i. pont alant sur le focé en l’ostel de damoysele Marie, quy [fu] jadis de messire Jaque de l’Amandelee, et la le desarmerent sa mehnee et ly taillerent les curases sur les espaules, car autrement ne se post faire pour le cop que il avoit, et puis a tout ses espaulieres le mirent dedens un covertour et le porterent vers la marine, c’est a saver en la splage qui est entre la boucherie ou l’on tueit les bestes et la mayson quy fu dou seignor de Sur. [9]  Et la aucun cry vint dever la Tor dou Leguat que il esteent les sarazins, si que aucuns de sa mehnee se mirent en la mer pour avenir a .ii. barques quy estoient la, que plus nen y avoit, car la mer estoit si malement tempestouze et [a] si grant ondes que barche n’i poiet durer, et pour ce furent moult de gens perdus. [10]  Et aucuns autres de la maihnee dou maistre le porterent au Temple par l’aide d’autre gent, et le mirent par dedens la maizon non pas par la force, qui ne voloient ovrir, mais par un leuc le mirent d’une court ou il getoient le fumier. [11]  Et vesquy tout seluy jour sans parler, car puis que l’on le mist de son chevau jus il ne parla, fors une parole soule au Temple, || [179v] quy senty le brut de la gent quy foueent de la mort et demanda que se estoit, et l’on ly dist que gent se mehleyent, et coumanda que l’on le mist en pais, et depuis ne parla et rendy l’arme a Dieu et fu enteré par devant son tabernacle, quy estoit l’autier ou l’on chantoit messe, et Dieu ait l’arme de luy, que grant damage fu de sa mort.

[263]

[1]  (499) Or vous diray que avint puis quy fu feru: quant chascun sot de se quy fu feru et le vyrent porter, si se mirent abandoneement a fouir chascun, car sarazins quy pasoient, con je vos ai dit, par la Tour Maudite, et alerent droit par Saint Romano et mirent le feuc o grant engin des pizans et se mirent par la droite rue a aler as alemans, et prirent Saint Linart, et mirent a l’espee quanqu’il troverent devant siaus. [2]  Et autre sarazins conbatirent a la Tour dou Leguat, quy est sur mer, et leverent le sarazins dou fons de la mer au pié de la tour un trelis quy avoit clos, les pointes contre mont, pour se que chevaus n’i poïssent paser. [3]  Adons entrerent grant gent a chevau sarazins, se que messire Johan de Grill et messire Ote de Gualanson et la gent dou roy de France firent grant defence, de quey il y ot asés nafrés et mors, et messire Johan de Grely et messire Ote de Gualanson ne porent plus soufrir le charge des sarazins || [180] et se despartirent dou leuc et se sauverent, et fu messire Johan de Grelly nafré.

[264]

[1]  (500) Le roy Henry de Jerusalem et de Chipre quant il vy seste meschanse si vint au maistre de l’Ospitau, et vyrent bien que nul conseil ny secours ne valloit plus, si se saverent et monterent es gualees.

[265]

[1]  (501) Sachés que seluy jour fu oryble a veyr, car les dames et les bourgoizes et damoizelles rescondues et autre menue gens aloyent fouyant par les rues, lor enfans en lor bras, et estoient plouriuzes et esperdues, et fouyeent as marines pour yaus guarentir de mort. [2]  Et quant sarazins les encontreent, l’un pernoit la mere et l’autre l’anfant, et les portoient de leuc en leuc, et les departoient l’un de l’autre, et tel fes estoit que il estoient en tenson l’un sarazin a l’autre pour la feme, que elle estoit tuee par yaus, et aucunes [fois] estoit que la feme estoit enmenee et l’anfant alaitant en estoit geté a terre, que chevaus le fouloient, et ensy estoient mors, et de tel dames aveent [qui] estoi[en]t groses et estoient si d[est]roites en la presse quy moroient estaintes, et la creature qui estoit en son cors aussi, et teles avoit que son baron ou son enfant estoit || [180v] malade au trait a l’ostel ou nafré, quy le laisoient soul et s’en fouoient, et sarazins les osioent tout. [3]  Se sachés que sarazins mirent le feuc as engins et as guardes que toute la terre alumet de feuc. [4]  La plus grant partie de la gent, homes et femes et enfans, se mirent dedens le Temple, et furent plus de .xm. persounes, car le Temple estoit le plus fort leuc de la ville, et estoit sur mer en grant leuc, com .i. chastiau, car il aveent sur l’entree une haute tour et fort, que le mur estoit espés, massis .xxviii. piés. [5]  Et sur chascun canton de la tor avoit une tourete, et de sur chascune des touretes avoit .i. lion passant, grant come .i. ahne, doré, quy cousterent, les .iiii. lions et l’or et le labour, .m. et .vc. bezans sarazinas, et estoit une grant noblece a veir. [6]  Et l’autre canton [estoit] devers la rue de Pize et avoit une autre tour, et de prés sele tour sur la rue Sainte Anne avoit .i. moult noble palais qui estoit dou maistre, et en la avant, sur la maysson des nonains de Saint Anne, avoit une autre tour haute, ou estoi[en]t les canpanes, et moult noble yglise et haute, et si avoit une au[tre] tour sur la mer, mout ansiene, que Salah Din l’avoit faite .c. ans avoit, en quei le Temple tenoit son trezor, et estoit si sur la mer || [181] que les ondes y batoient. [7]  Et autres biaus maners avoit dedens le Temple mout nobles, de quey je ne fais mension ores.

[266]

[1]  (502) L’Ospitau de Saint Johan estoit bien herbergés des tours et de biau palais assés, mais il estoit au myleuc de la cité, et avoit .i. autre leuc, quy s’apeloit la Herberge, en quei avoit .i. mout noble palais mout lonc et mout biau, quy tenoit de longesse .c. et .l. canes et avoit mout grant propris de court, et la fu fait la feste dou courounement dou roy Henry, si con vos avés oÿ devizer, et y quei herbergoit le mareschau et le covent de l’Ospitau.

[267]

[1]  (503) Les alemans avoient ausi moult bel hostel et moult noble tour, quy estoit si groce et si belle come sele dou Temple, et les pizans et venesiens estoient mout bien herbergés de tours et de palaiss, et d’autre nobles maysons de chevaliers et de bourgois estoit la sité plaine et bien fournie, et verayement il avoit .i. chastiau grant et biau mais nen y avoit point de focés, si ne fust d’une part devers le bourc. [2]  Je ne vos viaus plus devizer, mais elle est[oit] des belles et des nobles || [181v] cités dou monde de son grant, et si estoit port et rivage de tous les gens quy veneent en Surie, et fu grant damage de sa perdecion, et ores viaus tourner a parfaire ma matiere. [3]  Toute la gent [qui] porent avenir au Temple si se mirent layens, et le roy et tous les autres quy estoient reculis as guallees et as vaussiaus sy se partirent et firent velle, et les tarides et naves de la caravane de Veneise se partirent ausi, et le bon proudome patriarche et leguat, frere Nicole, si se recully sur une nave de venessiens et .i. marenier le prist par la main et il eschapa et chaÿ en mer et fu neé. [4]  Or ne sait on pas se celuy qui le prist par la main le layssast aler pour ce que il avoit mis en sele nave son aver, ou se il ly eschapa de main pour ce que il ne le post tenir, mais en quel que maniere que ce fust, le predome morut neé, si con je vos dis. [5]  Et quant tous ses leins firent velles, tous en une fes ensemble, siaus dou Temple qui la s’estoient recullis geterent .i. mout haut cry, et se partirent les vasiaus et alerent en Chipre, et furent deguepis la boune gent quy dedens le Temple c’esteent mis, come vos avés oÿ. [6]  Et sachés que il y avoit .vi. leins armés de l’iglise et guallees dou roy, || [182] et .ii. guallees de jenevés quy firent mout de bien, com chascun le sait, car il recuyllirent les gens de la mer et les meteent sur les naves et sur les autres leins, et estoit sur ces .ii. guallees .i. jenevés quy avoit non André Peleau.

[268]

[1]  (504) Or vous diray de la sité de Sur, qui estoit une des fortes cité dou monde: il avoit .i. bail en leuc dou roy, qui avoit nom messire Adan de Cafran, que si tost come il vy les vassiaus a vele quy estoyent partis d’Acre, si vuda et abandona la sité de Sur et tous les autres chevaliers et riche gens, et les povres gens chaitis demourerent, homes et femes et anfans, que nen avoyent vaussiau ou recullir.

[269]

[1]  (505) Or vous dyrons des gens quy estoient dedens le Temple: il y avoit le mareschau, frere Piere de Sevry, et freres dou Temple aucuns, et aucuns autre freres quy gezoient layens nafrés, et chevaliers dou siecle aucuns, et dames et bourgoizes et autres gens asés. [2]  Celuy jour quy se recuillirent layens, vint au Temple frere Mahé de Clermont, mareschau de l’Ospitau de Saint Johan, et vy le maistre dou Temple quy estoit mort, con je vos ay [dit], || [182v] et retourna a la bataille et mena o luy tous ses freres, que nul ne le vost abandoner, et aucuns freres dou Temple y alerent, et vyndrent en la place de la rue quy fu des jenevés, quy estoit place vude de maysons, et la se combaty vigourouzement le dit frere Mahé, qui estoit maureschau au jour de l’Ospitau, et ocist, luy et ses compaignons, moult de sarazins, et en la fin il fu mort luy et les autres, come chevaliers prous et hardis, bons crestiens, et Dieus ait l’arme de yaus.

[270]

[1]  (506) Sachés, biau seignors, nul ne porroit dire ni conter le plour et la doulour quy fu seluy jour, et la pitié des petis esfondrés et esbouelés des chevaus, quy lor passent desus, ni n’est home au monde, que bien eust dur ceur, quy nen plourast a veir selle justize, et pour ce su ge sertain que tout gent crestiens ploureent sel jor quy se virent, car sarazins, si come l’on a seu, avoient eu depuis pité et ploureent.

[271]

[1]  (507) Le Temple se tint .x. jours, et le soudan fist parler a siaus quy estoient au Temple, s’il se voloyent rendre a fiance a yaus, et li manderent dire qu’il se renderoient || [183] par enssy quy les feyssent condure a sauveté la ou il voreent aler, et le soudan lor manda otroyer, et si manda layens au Temple .i. amirail quy mena o luy .iiiic. homes a chevau. [2]  Dedens le Temple il vyrent tant de gent et de peuple, et voleent prendre les femes quy plaiseent et ahontir les, si que les crestiens ne le porent soufrir et mirent main as armes et coururent sus as sarazins, et tous les tuerent et decoperent que nul n’en eschapa vif, et se mirent en volenté de defendre lor cors jusques a la mort. [3]  Mais le soudan, qui fu moult courousé de ce fait, si ne mostra nul semblant et lor manda une autre fes que il savoit bien que par la folie de ses homes furent il mors et par lor otrage, et que il ne lor savoit nul maugré, et poieent issir seurement a fiance. [4]  Le mareschau dou Temple, quy fu mout proudome bourgonon et avoit nom frere Piere de Sevry, et autre fois le vos ais nomé, si eut foy au dit soudan et nissi a luy, et demourerent a la tour aucuns freres quy estoient nafrés.

[272]

[1]  (508) Tant tost come le soudan tint le maureschau et les gens dou Temple, il fist taillier les testes a tous le freres et les homes trestous, et quant les freres quy estoient dedens la tour, quy n’estoient mye si malades quy ne se peussent bien ayder, oïrent dire || [183v] que le maureschau et les autres eurent les testes taillyés, si se mirent en defence, dont les sarazins se myrent a miner la tour et la mi[ne]rent et estancelerent. [2]  Et adons siaus dedens la tor se rendirent, et les sarazins entrerent tant de gens dedens la tour que les estansons quy la sousteneent faillirent et la dite tour chaÿ, et siaus freres dou Temple et les sarazins quy dedens estoyent furent mors, et meysmes au chaïr de la tour elle versa vers la rue et eschaha plus de .iim. turs a chevau. [3]  Et enssi fu prise et delivre la dite sité d’Acre, le jour dou ve[n]redy a .xviii. jours de may dou dit an, et la maison dou Temple .x. jours aprés, tout en la maniere que je vous ais devysé.

[273]

[1]  (509) Or vos diray de la ville de Seete, quy estoit dou Temple: le grant coumandour de la terre, quant il vy le maistre Guillaume de Biaujeu quy fu mort, et il y a[voit] aucuns freres qui estoient eschapés as vausiaus, qu’il alerent droit a Seete, et se mirent dedens le chastiau de mer, et troverent tout la gent quy estoient montés en un yhle, en quey a .i. molin, cestu coumandour de la terre se fist maistre dou Temple par l’ehlasion des freres que il avoit o luy. [2]  Et dedens se manda le soudan un sien amiraill, Lesegay, qui asega le dit chasteau de mer d’engins, et de se que il les post || [184] grever si les greva , et prist la ville de Sayete, quy les abitans avoient abandounee et estoient montés a l’ihle, et de l’ihle alerent en Chipre.

[274]

[1]  (510) Le maistre novyau si avoit nom frere Tibaut Gaudy, si se vy et pensa que a son coumensement il ne abandoneroit mye le chastiau, et eut conseil a ses freres, et par lor volenté proumetant leur quy lor manderoit secours, et s’en ala en Chipre, et quant il fu en Chipre se porta lahchement de mander lor secours, dont il avint que les freres dou Temple quy estoient en Chipre, amis des freres quy estoient a Sayete, si lor manderent dire quy pensasent de tout abandouner, car le maistre ne fayssoit nul semblant de mander lor secours nissun. [2]  Et quant siaus freres dou chastiau oÿrent se, si se furent moult mescoragés, et de l’autre part sarazins les aveent mout hastés et aveent geté frehches et par desus sablon, quy tenoit de terre, de la rive de mer jusques au mur dou chastiau, quy veneent par desus a piestant, et secha toute sele mer, dont les freres eurent conseill entre yaus d’abandoner et aler en Chipre, et meysmes il se douterent que sarazins ne mandassent de La Liche leins armés, et ne poreent puisses partir a lor volenté, et por se une nut se partirent si coyement que sarazins ne les sentirent point jusques a l’endemain au jour.

[275]

[1]  (511) Quant Sayete fu si abandonee con je vos || [184v] devyse et les sarazins prirent le chastiau, si l’abatirent en .i. mont, et estant Lesegay a Sayete, siaus de Barut ly manderent mesage, et ly manderent quy lor fist a saver ques estoit sa volenté ver yaus, et il lor manda qu’il aveent bone tryve au soudan et que il se tenissent a seur, mais que il deussent faire feste de la prisse de Sayete, et que quant il passeroit par yaus a l’aler ver Doumas, quy ly venissent a l’encontre. [2]  Et il le firent ensi, que quant le dit Segay se party de Sayete, il passa par Barut, et nissirent dou chastiau de Barut et ly vindrent a l’encontre pour luy henorer et pour ce qui lor avoit ensi mandé, con vous l’avés oÿ, et il come dehleau le fist tous prendre, et prist la ville et le chastiau, et fist abatre les murs de la ville et puis abatre tout le chastiau a terre.

[276]

[1]  (512) Or sachés que siaus dou Chasteau Pelerin, quant il virent que tout fu perdu, si virent bien que il nen aveent poier de defendre le chastiau, si l’abadonerent [et alerent] en l’ihle de Chipre, et sarazins depuis le firent abatre tout a terre.

[277]

[1]  (513) Ensi con vos poés entendre fu toute la Surie perdue, et la prirent et destrurent sarazins. [2]  Ja soit se que devant furent prizes pluzors leus que je vos ay devizés, ceste fois fu tout perdu, que trestous crestiens ne tindrent .i. paume de terre en Surie. [185]

[278]

[1]  (514) Prés de ceste Surie est une ihle qui a nom Chipre, mout riche et bone et bien plaintive de tous biens, et a plussors bounes villes en seste dite ihle que je vos noumeray. [2]  La sité ou demourerent les chevaliers, qui est chef des autres, a non Nicossie et est enfre terre, [et l’autre], qui est sur marine, a nom Famagouste, et l’autre sur marine a nom Limesson, et l’autre sur marine a nom Bafe, et l’autre sur marine est chastiau et borc clos de mur, si a nom Cherines, et en ferme terre a .iii. chastiaus, Dieudamour et Bufevent et la Candare.

[279]

[1]  (515) Ceste ihle si est reaume, et en estoit roy et seignor le roy Henry de Lezingniau, de quey je vos ay parlé, dou roy de Jerusalem.

[280]

[1]  (516) En ceste ihle de Chipre se recuillirent la gent quy eschaperent d’Acre et des autres leus de Surie, et la furent a grant povreté, et se aucun fu qui eust peu traire dou sien et aporté o luy, si valut mains la mité, por ce que les choses de vitaille encherirent mout, et meismes les maisons qui se lueent a .x. bezans l’an, le mes[ion] monta a .c. bezans l’an, et tous lor amis de Chipre le mesconurent ni fayzoient d’yaus me[n]sion de pité et d’amisté aucune. [2]  Mais le roy Henry consillia et se fist metre a sodees les povres chevaliers et sergans, dont il fist grant amone et grant bien, et || [185v] la rayne establirent et le roy amohnes ordenees a douner a povre gens.

[281]

[1]  (517) [O]r avés oÿ coment le reaume de Jerusalem a esté tout perdu, et m’a semblé de metre a mon livre les no[n]s des sités et chastiaus de la Surie, si con je les ay en .i. escrit, quy desus sont noumés.

[282]

[1]  (518) La premiere sité si se doit nomer Jerusalem, quy est chef de tous les autres, la terre de Naples vous dyray pour ce que elle est prés de Jerusalem, et la terre d’Acre, et la terre de Sur, et la terre dou Toron, et la terre de Jafe, et la terre d’Escalone, et la terre de Guadre, et la terre de Safet, et la terre de Sayete et Biau Fort, et la sité de Sezaire, et la terre de Bessan, et le Crac de Monreal, et la terre de Saint Abraham, et la terre de Beliem, et la terre de Gerycop, et la terre de la Blanchegarde, et la terre de Saint Jorge, et la terre dou Ledde, et la terre de Arsur, et la terre de Saint Jorge dou Sabast, et la terre dou Merle, et la terre de Chastiau Pelerin, et la terre de Cayfas, et la terre Caÿmon, et la terre de Nazarel, et la terre dou conte Joselin, et la terre dou Chastiau dou Roy, et Escandelion o s’apartenanse, et la terre de Belynas, et Chastiau Neuf, et la terre || [186] de Barut.

[283]

[1]  (519) Or avés oÿ les nons des terres, et ores vos diray les servyzes que chascune terre doit faire au reaume quant il est bezoing de chevaliers et de sergans.

[284]

[1]  (520) Si Jerusalem doit chevaliers .xli., et la barounie de la sité de Jaffe et Escalone et de Rames et de Mirabiau et Yblin sont .c. chevaliers, et la princee de Gualilee sont .c. chevaliers, et la seignorie dou Crac de Monreal .lx. chevaliers, et la seignorie dou conte Joselin doit .xxiiii. chevaliers, et la sité de Naples doit .lxxxv. chevaliers, et la seignorie d’Acre doit .lxxx. chevaliers, et la seignorie de Sur doit .lxxviii. chevaliers, que [sont] .v.c.lxviii.

[285]

[1]  (521) Et ores vous diray la cantité des sergans que chascun doit doner de servize: le patriarche de Jerusalem doit sergans .vc., et le chapitle dou Sepulcre doit sergans .vc., et le Safet doit sergans .c.l., et la Latine doit sergans .c., et le vesque de Thabarie doit sergans .l., et la sité de Jerusalem doit sur la gent de la ville sergans .vc., et la sité d’Acre doit sergans .vc., et la sité de Naples doit sergans .iiic., et la sité de Sezaire doit sergans .l., et le vesque de Beliem doit sergans .iic., et Yblin et Mirabel doit sergans .c.l., et le vesque de || [186v] Saint Jorge doit sergans .iic., et Arsur doit sergans .c., et le vesque de Saint Abraham doit sergans .l., et l’arsevesque de Sur doit sergans .c.l., et le vesque de Seete doit sergans .l., et l’arsevesque de Sezaire doit sergans .l., et Escalone doit sergans .c.l., et le Ligon doit .c. sergans, et le Gerin doit .xxv., Caifas doit sergans .l., et Thabarie doit sergans .l., que [sont] .iiim. vc. lxxx.

[286]

[1]  (522) Or vos ay retrait la doulourouze perte d’Acre et de toute la terre de Surie, et les nons des terres, et les servizes. [2]  Or nos vous retrayerons les aventures que depuis sont avenues.

[287]

[1]  (523) Quant la nouvelle ala outremer, le pape et toute la crestienté de la si en furent mout douloros de cuer, l’un des povres crestiens quy estoient perdus et l’autre pour honte de la crestienté.

[288]

[1]  (524) Le pape de Rome si fist tant tost armer .x. guallees en Ancone, et les manda en Chipre, pour garder l’ihle de Chipre et les povres crestiens quy ens esteent, et ausi manda autre .x. gualees quy furent armés en Jene, la quel chose fu grant confort contre l’orgueul que le soudan avoit, et son propos estoit de venir en Chipre. [187]

[289]

[1]  (525) Le roy Henry de Chipre, quant ses gualees furent venues, il fist armer .xv. guallees, et toutes ses gualees ensemble alerent a .i. chastiau de turs, quy a nom le Candelor, et prirent la tour qui est sur la mer et cuyderent prendre l’autre et ne la porent prendre, car les turs si sorent lor venue et se garderent et se garnirent bien, et ce par grant esfors d’armes ne fust l’on nen eust ja pris celle tour quy fu prize. [2]  Mais puis qu’il ne porent autre chose faire, si abandonerent la dite tour et se partirent et alerent en Alissandre, et firent aucuns jours la devant, et puis revindrent en Chipre.

[290]

[1]  (526) Et quant fu l’an de l’incarnasion de nostre seignor Jhesu Crist .m. et .iic. et .lxxx[x]i. de l’incarnasion, le soudan de Babiloine, quy avoit enssi destruite la crestienté de Surie, [vit] que les gualees vindrent aseger son port d’Alissandre, con je vos dis, si en eut moult grant despit, et douta et pensa que Chipre li poroit faire mal assés, et por ce il asembla ses amiraus et lor dist que il voloit sans faille prendre Chipre, et por ce il ordena .c. amiraus quy li deussent faire .c. gualees, chascun amirau selon son poier, dont les amiraus li otroierent, con siaus que mout le doutoient. [2]  Ensi con vos avés oÿ, voloit il destrure de tout la crestienté || [187v] et le povre peuple quy estoit reset[é] en Chipre, mais Dieu, quy est plain de mercy, atourna le fait autrement et en tel maniere con je le vos diray.

[291]

[1]  (527) [L]e soudan asembla .i. autre fes ses amiraus et lor dist: «Biau seignors, je me suy apencé que, aprés que je averay pris Chipre, me covient faire une grant euvre, pour quei je suy si et si veull que vous soiés aparaillés de sivre moy, car je veus aler prendre Baudac et seir au siege de la halife». [2]  Et quant les amiraus virent que il enprenoit si fors enprizes et si pereliouses, si parlerent entre yaus de luy ossire, car il ne pooient souffrir son orguell, et ensy come il le penserent ensi le firent, et se jurerent l’un a l’autre. [3]  Et avint, si come il estoient alés .i. jour a la chasse, il ly coururent sus et le tuerent, et seluy que premier le fery si fu Beidera, quy estoit son oncle, frere de sa mere, et le fery si lahchement qui ne li fist nul cop mortau, et adons le fery un amirau quy ot nom Lechin, quy dist a Beidera: «Tu nen a mye feru cop d’ome qui veulle estre soudan, mais je ly dourais cop de bras d’ome», et tant le fery qu’il le partua, et fu ensi vengé la crestienté des maus quy lor fist.

[292]

[1]  (528) Sur se fait furent sarazins en escandle, car || [188] chascun voloit estre soudan, et fu grant bataille entre yaus et en morut assés et en fu levé soudan Beidera, que l’endemayn luy et sa partie furent tués, et fu fait soudan Cotboha, et Lechin, de quey je vous parlay quy tua le soudan, si chassa cestu Cotboha et ly toly la seignorie et osist tous siaus de sa partie, et puis fu [mort] cestu Lechin et tous les siens, et meismes Lesegay, quy fu grant amirau de la painime, morut, tué de male mort.

[293]

[1]  (529) Ensi furent mors et destrus tous les amiraus persecutours de Jhesu Crist, et ja soit se que Dieu soufry que nos fumes punis par eaus pour nous males euvres, pour ce ne demeure que Dieu ne les puny dou mau quy nos firent, et meismes vost Dieu punir le peuple pour les hontes que il firent a la crestienté de batre les yglizes et trayner les ymages quy sont fais en remenbrance de Dieu et de Nostre Dame, si lor manda Dieu grant charestie et grant famine, quy n’en orent onques tant, et morut moult grant cantité de peuple, et de la mortalité nayssi si grant enfermeté entre yaus que les plus riches en morurent assés. [2]  Ensi prist Dieu vengansse des messcreans sarazins.

[294]

[1]  (530) Parmy tout ses erremens, vous veull || [188v] je mostrer une raison quy se doit bien retraire, et chascun je croy l’a aussi bien coneu si con je fay, c’est a saver que, depuis que Acre et la Surie fu perdue, la gent furent si malement changés de bon en mau, que nul ne voloit amer a l’autre ni servir ni secorre, et si vis la noble gent si abayssés et si avillés que mension ne se faizoit de yaus, et me fist si grant mau et pitié, que je me dollee tout, dont je meismes [me mist] a trover par rime sur l’estat dou siecle qui est ores, aprés que Acre et Surie fu perdue, la quelle rime que je ais trové l’ais mize dedens se livre si aprés, por ce que elle seit tous jours trovee et remembree, la quelle comense enssy:

 2
Pour ce que je voy treschanger
mout de choses de blanc en ner
a se tens d’ores ou je sus
selonc les biens que je ais veü,

 3
je suy par .i. talant tremis
d’escrire a rime aucuns dis
sur ce siecle et sur la saison
qui fait son cors par mesprizon.
 
 4
Tenir ne me peus a nul feur,
car trop me pese fort au cuer
dou tens que je voy si contraire
a la franche gent debounaire.
 
 5
Et se nul dit: «Que m’apartient?
D’oÿr tel chose que pro vient?»,
facent rayson, que .i. fabliau
ont oÿ quy est fait nouviau. [189]
 
 6
Et ne l’ayent pas a folie
que maint prodome s’estudie
aucune fois, et se tremet
en bones raysons a ryme metre.
 
 7
Quar en rimes et en chansons
peut on aprendre samples bons,
que maintes fois peut avenir
que aucun parfait peuent tenir.
 
 8
Sur se ciecle coumenseray
et aucune chose diray
que a chascun deuvra sembler
que [ce] que je diray est vers.
 
 9
Puis que Acre fu desheritee
et toute Surie gastee,
est le siecle entalant[é]
de bonté en grant mavaisté.
 
 10
Et s’il furent aucuns mauvais
or sont devenus plus punais,
quar, selon [ce] qui m’est avis,
l’un a l’autre n’est plus amis.
 
 11
Car rancure, descorde, haïne
entre la gent a fait rasine
et amour [est] d’iaus departie
et est cemé entre yaus envie.
 
 12
Par coy il sont en grant debat
por aver chascun meillor part
de se siecle et tant monter
que nul ne soit a luy per.
 
 13
Et que il soit plus hennoré
de son vizin et redouté,
et grant robes faire et vestir
et les grans orguels maintenir. [189v]
 
 14
Ma[is] pour marier orfenines
ou soustenir veves mesquynes
ne verrés ja nul amacer
deniers pour amohne douner.
 
 15
Tes sont tout le plus de la gent
treschangés sont trop malement,
et ja soit ce que sans mes dis
chascun en est bien avertys,
 
 16
toute fois me tremetray
et par rime vos mostreray
que sens, bonté et courtoissie
fait orendroit mout poi d’aÿe.
 
 17
Ni par biau dire ni valoir
a peine a nul bien ny henor,
mais de blandir et de flatir
peut on plus tost a bien venir.
 
 18
Par saver estre en beveries,
dire mottés de rybaudies
et lozenger et prezens faire
tel gens peuent lor voloir faire.
 
 19
Et qui se seit asoutillier
d’un barat et engin mostrer
et controver novel uzage,
seluy si est tenu a sage.
 
 20
Et quy se fera orgueillous,
et chascun dehue respons,
et sera baude et enbatant,
seluy si est tenu a vayllant.
 
 21
Mais .i. simple home debonaire,
sans malisse et de bon afaire,
d’un tel nen est fait mension,
mais est tenu pour un moton. [190]
 
 22
car nuluy pour humelité,
ni por dire sens ny bonté,
ny par uzer de bone vie,
a peine peut aver vye.
 
 23
Et pour ce vos puiss dire, en some,
que poy voit on nul prodome,
pour bonté qu’il ait ny saver,
en grant priss venir ni monter,
 
 24
mais siaus qui prestent a uzures
henorés sont n’i a mesure
et acullis et bien aymés
plus c’un leau prodome [assés]
 
 25
Et gent chaitis de vil nayssance
sont acuillis de bons en dance
et lor fait [on] henor et pris
et des nobles gens acuillis.
 
 26
Pour aucuns deniers que il ont,
maudahé soit enmy le front
que tel gent pour ce henorera,
for de tant c’on les conustra.
 
 27
Dont vait le siecle a reculons
quant l’on tient le mauvais por bons,
bien fu ce tens profetisé
par la sebille, en veryté.
 
 28
Mais que que je die, en la fin
je counus bien, par Saint Martin,
que sil que argent nen avra
ja bien acuilly nen sera.
 
 29
Et pour ce a chascun son pencer
d’or et d’argent bien amasser,
pour se qu’il n’ait d’autruy envye
ont lor consiense alargie. [190v]
 
 30
Et si ne soleent pas faire
les bones gens frans debonaire,
ains uzeent de verité,
de bonté et de leauté.
 
 31
Mais vil gens ne font nule force
se lor parole vait a l’orce,
pour amaser or et argent
et surmonter la bone gent.
 
 32
Tel gens le siecle [ont] corrompu,
grant perill est d’ahne cornu,
ces ont cornes d’or et d’argent,
hurter peu[en]t a toute gent.
 
 33
Et se tous somes creature
de Dieu, si n’est mie droiture
que tous somes en .i. degré.
Par la volenté de Dieu,
 
 34
Abraham si mist Ismael
sous les piés d’Izac jovensel,
que en la dame engendré fu.
Ismael pour serf fu tenu,
 
 35
quy bastard [fu], né de la serve.
Mais nul orendroit ne conserve,
fors qui quy soit, s’il a deniers,
pour ce sont les gens enpirés.
 
 36
Toute riens vait orres a rebours,
gens devienent en tout le cors
quy sont de vil estraiture,
si ont deniers hors de mesure.
 
 37
Se poize moy, ce Dieu m’aït.
Or vos ay de moy le voir dit,
car grant p[e]ché est et grant mau
quant ahne devient chevau. [191]
 
 38
Encores, por deniers aver
les uns vont les autres rober
et l’un a l’autre terre prendre
et cresti[enté] par tout vendre.
 
 39
Mout m’en poize de tel saison
qui fait son cors contre raison,
que siaus quy sont de bien estrais
sont abaysiés par si fais trais.
 
 40
Et par tout vois raison faillir
et verité de tout morir,
que se aucun a[vr]a carele
a home qui avra poier,
 
 41
de semonses ou prezens faire
de bons vins et laytuaire,
seluy sera bien escouté
et l’autre sera rebuté.
 
 42
Toute rien vait de mal en pis,
je ne say que autre vos dis,
mais Dieu feray son jugement,
soiés sertain, tout autrement.
 
 43
Or vous vyaus dire de clerzie,
que tous uzent de semonie,
que nul por bonté ny saver
n’avra provende sans douner.
 
 44
Ni benefisse de l’iglize
nen avra nul en nulle guize,
ny baitier ni enterer,
se il nen est par don denier.
 
 45
Et se nul ovre qui ert de faire,
se il counussent que l’afaire
soit pour aucun povre mesdit,
si se faygnent par aucun dit, [191v]
 
 46
mais pour [aucun] riche et manant
tost s’en vienent de maintenant
en chantant a presesion:
tel est orendroit la saisson.
 
 47
Saint Piere nen ordena mie
que ensi le f[e]ist clergie,
mais comunal a toute gent
sans demander or ny argent.
 
 48
Et quant aucun en sainte yglise
devient parlat ou ait ofice,
tant [tost] devient si orguillous
que d’un anel se fait .i. ours.
 
 49
Preschours et menors n’ont pas mains
d’orguel aucuns, seés ce sertains,
mais d’eaus se peut sestu bien dire:
le siecle seroit asés pire
 
 50
se il ne fussent, sertement,
que par lor amonestement,
qui sevent bien dire et retraire,
moult de gens trayent de mau faire.
 
 51
Des roys, des princes et barons,
de siaus ne fai ge mension,
car chascun voit apertement
coment il font leur gouvernement.
 
 52
Je suy sert que sans le mien dire
chascun voit con le siecle enpire,
et se l’on dit: «Que doit on faire?»,
l’on se doit de tous maus retraire,
 
 53
et des orgueuls dou siecle eissir
et Dieus henorer et servir,
car quant vera au jugement
tant varra fumier com argent. [192]
 
 54
De la saison ensi contraire
con vos m’avés oÿ retraire,
ne soloit point en Chipre aver,
car, bien le puis dire par ver,
 
 55
c’estoit le plus aize païs
c’on seust de si a Paris,
la ou n’avoit nule descorde,
mais pais et amour et concorde.
 
 56
Les uns les autres s’entramoient
leauté et foy se portoient,
nen avoient autre penser
que faire feste et soulasser.
 
 57
Frans estoient et debonaire
vers toute gens de bon afaire,
si avoient païs seur
nen avoient afaire a nul.
 
 58
Par envye furent en apart
en grant discort et en debat,
dont il se sont mout amermés
et damagés et enpirés.
 
 59
Et ce sont mout entrehaïs,
les uns as autres ont maumis,
si nen a mais entre yaus amor,
fors felenie et errour.
 
 60
Dont le païs est enpirés
grant damage est, bien le sachés,
grant perill est de lor discorde
se Dieu ne met entre yaus acorde.

[295]

[1]  (531) Or avés oÿ la rime que je trovay selonc le tens quy estoit adons, et croy que siaus qui ont veu seluy tens, si con je ais fait, direent que elle parle bien et adroit et veryté. [2]  Mais je laira ores ester ceste rayson et comenseray a dire se que je devray dire des aventures quy sont || [192v] avenues puis que Acre fu perdue, si con je vous ay retrait les autres choses avant.

[296]

[1]  (532) Aprés que Acre fu perdue avint, en l’an de l’incarnasion de Crist .m. et .iic. et .xci., [que] les sarazins d’Espaigne quy sont au destroit dou Maroc virent que le soudan de Babiloine avoit destruit la crestienté de Surie, si vorent ausi destrure lor vizins d’Espaigne crestiens, tout soit il chose que d’un grant tens avant avoyent ordené les sarazins de Surie aveuc siaus d’Espaigne d’ennuer les crestiens, les uns desa et les autres dela. [2]  Et quant siaus de la Surie eurent fait, siaus sarazins que je vos ais només si vostrent ausi faire, et armerent .xx. leins, guallees et saities, et passerent mout de gens d’armes par cel estroit dou Maroc en la terre dou roy d’Espaigne par plusors veages, et quant il furent passés si asegerent une boune sité de crestiens quy estoit dou roy de Castele.

[297]

[1]  (533) Quant le roy de Castelle le sot, si arma .xv. guallees, et fu amiraill messire Beneit Zacarie de Gene, qui estoit a sel tens amirail dou royaume de Castele. [2]  Le dit messire Beneit vint o ses .xv. gualees la ou les guallees des sarazins estoient et lor douna chasse, car il ne les post jondre, et puis retournerent les gualees des sarazins en lor leuc et passerent toute jour lor gent. || [193]

[298]

[1]  (534) Le roy de Castelle fist semondre sa gent a chevau d’armes et asembla son host, et en tant com il [asembloit] sa gent pour venir contre sarazins, le dit Beneit Zacarie avoit ja douné chase as guallees de sarazins et pris saities. [2]  Le leuc estoit stroit par la ou il passeent lor gens, mais sarazins virent que lor guallees estoient plus ligieres de selles des crestiens, si avoient grant baudour et passerent la gent d’autre part, non dounant cure de nos gualees.

[299]

[1]  (535) Le dit sire Beneit Zacarie, ja soit se que il fust .i. sage home de mer et soutil, toute fois avoit il en sa compagnie jenevés plusours, sages et soutils mareniers, quy avoient sodees dou roy de Castelle, et se conseilla a yaus de poer enginier le guallees des sarazins, et entre mout de paroles dites entre yaus lor conseil fu de faire les bans de lor guallees si loins que .iii. homes peussent seir desus, et les labourerent tost et hastivement, et mirent de lor suvresaillant a voguer .iii. par banc, quy se dit treseul. [2]  Et quant il eut mizes ses guallees a tel point co[n] l’on vos dit, il avint que .i. bien matin sire Beneit se mist a aler contre les guallees des sarazins, voguant mout lachement, et les guallees des sarazins, si come il aveent uzé, li vindrent a l’encontre seurement, et quant sire Beneit || [193v] vy que il esteent si prés quy traieent d’abalestres et se fyoient en lor ligerese, c’y troverent, la mercy de Dieu, enginés, car piestant les treuseul mirent main a voguer et lor dounerent chasse jusques a l’autre terre. [3]  Dont sarazins, qui se virent prés de terre, se lanserent en la mer pluysours et autre se defendirent, et prirent toutes les .xx. guallees, et de la gent [furent] tout mors et pris la plus grant partie, et lor gens meismes de terre lor coururent sus et les tuerent. [4]  Et lor gens d’arme quy avoient asegé la ville dou roy de Castele oÿrent que lor guallees furent prizes, si laisserent le siege et vindrent a la marine, pour saver aucun confort de trover aventure quy s’en peussent repairer, mais aucuns d’iaus alerent au roy de Castele et l’encontrerent a un grant host, et ses sarazins se reneerent et devindrent crestiens, et menerent le roy de Castele et sa gent la ou les sarazins estoient, que le roy de venue les desconfy et mist tous a l’espee sans mercy, car le roy de Castele le fist volentier por asouager la pezance de son cuer, qu’il aveit de la perte d’Acre et de la destrucion de povres crestiens de la Surie. [5]  Mais nous lairons la raison, de se que il nen y a plus que dire, et si vos dirons d’un autre aventure. [194]

[300]

[1]  (536) Vous savés coment je vos ais devisé la guerre des jenevés a Acre, et puis la guerre vos ais dit coment les jenevés eurent guerre as pizans et les desconfirent, con vos l’avés oÿ, et se fu la plus grant partie pour achaison de la guerre d’Acre devant dite. [2]  Et depuis de celle guerre d’Acre venesiens despriserent mout les homes de Jene et souvent lor faysoient gourdesses, et d’autre part jenevés dezireent mout d’aver guerre as homes de Veneyse, por vengier ou croistre lor honte, mais que le tort venist par les venessiens. [3]  Et l’enemi d’infer, quy bien savet que ne remaignet pour autre chose mais que .i. d’iaus le comensast, si pourchassa la maniere tost, si come je vos diray.

[301]

[1]  (537) Il avint en l’an de .m. et .iic. et .xcii. de Crist que .iiii. guallees de venessiens veneent de Veneyse en Chipre et avoit les gens d’armes [d’]autre .ii. gualyes en Chipre au servize de la maison dou Temple, et venoit dedens .i. frere dou Temple quy avoit a nom frere Guillaume de la Tour, et monseignor Phelipe de Yblin, oncle dou roy Henry de Jerusalem et de Chipre, veneit de [ou]tremer dedens ses .iiii. gualies et monta dessus en Veneisse. [2]  Or avint enssi que venant lor chemin il encontrerent .vii. gualies des jenevés, marchans quy aleent || [194v] de Romanie en Jene, et pour ce que il est usage sur mer […] des .iiii. guallees de veneissens ne les vorent eschiver, et assés lor pria messire Phelipe de Yblin d’eschiver les, mais il ne vostrent riens faire, et toute fois jenevés b[i]aisserent pour eschiver le mau, come gens marchans qui ne querrent pas la bregue, et estoient .vi. guallees, car l’autre aloit bien prés de terre pour descovrir qui n’y eust autre guallees. [3]  Et les venessiens, quy estoient gens a sos et deziroient la bregue et se fioient a se qui avoient la chourme de .vi. guallees sur ses .iiii., con je le vous ay dit, et virent les guallees yssir de lor vee et cuyderent que il le faissoient de paour, si peryrent baudour et mirent main a lor espees et les trairent nues criant contre les jenevés: «[A l]or!», c’est a dire ‘nos vos avons de guain’. [4]  Et quant les jenevés virent se faire a venesiens, et que il estoient armés, si armerent et alerent contr’eaus, et a l’asembler fu tué d’un carriau frere Guillaume de la Tour, frere dou Temple, quy amenet ses guallees des venessiens, con je vos ay dit, et quant il furent jointes les uns as autres, venesiens furent desbaratés et vencus et pris, et aucuns y ot mort. [5]  Le chevetaine des guallees de Jene si fu messire || [195] Johanin Marozel, et guarenty messire Phelipe d’Ibelin, oncle dou roy de Chipre, et ja soit si que la vaissele d’argent dou dit monseignor Phelipe li fu toute robee, et quant a sel oure l’on ne la post recovrer, toute fois l’amenderent tout a son gré. [6]  Et confecerent les venesiens sur une ihle lor tort [et] outrage, et en firent jenevés de ce chartre de notaire et les laysserent aler, et tout en ceste maniere le [re]traist monseignor Phelipe de Yblin.

[302]

[1]  (538) Le seigan[t an] aprés, quy fu l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m. et .iic. et .xc.iii., les venessiens armerent en Veneisse .xxv. gallees et vindrent en Chipre por damager genevés, non regardant a tort quy vint de lor gent, con vos m’avés oÿ dire, por la prezence de se franc home et grant seignor, messire Phelipe de Yblin, ni mandant mesage en Jene, mais [de] lor preupre volenté et par desprizance vindrent ses .xxv. guallees de venessiens en Chipre a Limeson, et fu lor capitaigne Marc Mazille. [2]  Et abatirent les crenyaus de la tour de Jene quy est a Limesson, et abatyrent la loge des jenevés, et prirent le baston paint as armes de Jene et le trainerent lié d’une corde par terre, et firent grant menases a jenevés, si que nul || [195v] jenevés a Lymesson ne s’oza mostrer, et se partirent de Limesson et vindrent a Salines, et troverent la le roy Henry de Jerusalem et de Chipre, et le capitaigne de ses guallees desendy tart de nut et parla au roy et li douna letres que le duc li mandeit. [3]  Et parlant de plusors paroles, le roy lor demanda coument se esteit qu’il esteent venus aveuc tant de guallees, et il distrent que il se voloient venger de pluzours menus otrages que jenevés lor avoi[en]t fait, et le roy lor dist quy se gardassent que jenevés nen armassent aprés yaus. [4]  Le capitaine respondy que il esteent armés de tel gent qui ne douterent .l. guallees de jenevés, les counusseent bien coument il sont les fis de siaus quy les desconfirent le tens passé, et ses paroles dist au roy en audiense de monseignor Phelipe de Yblin et de plusors chevaliers et maihnees quy furent la, et je, Dieu le seit, l’ai escrit se con je l’oïs, quy estee la.

[303]

[1]  (539) Cele nut partirent les dites guallee de Salines et alerent ver Famagouste. [2]  Le chastelain de Famagouste si estoit messire Phelipe de Brie, quy vint sele nut a la loge des jenevés et dist au consle et a genevés qui la se troverent que il pensasent d’eaus saver, que se les guallees des venesiens vereent a Famagouste et lor voloient mau faire, que il ne les poreent || [196] guarentir, et adons le consle amassa les jenevés, et par le conseill de tous se partirent de Famagouste et alerent a Nicossie et as autres leus. [3]  Et seste chose que le chastelain dist, sauve son henour, il ne deust aver enssi dit, car, selon la tenor dou provelige des jenevés, le roy les det sauver et guarder en son royaume a son poier, ne il ne promist mie d’eaus defendre a son poer, ains lor dist tout debout que bien lor en covenist.

[304]

[1]  (540) Toute fois se partirent les jenevés, si come est sus dit, et les guallees des venesiens passerent outre et alerent a Laÿas en Ermenie, et prirent une nave des jenevés et la firent rechater pour .m. et .vc. bezans blans, et leverent toutes les armes et trainerent les banieres de Jene par la mer criant: «Guere!», et demourrerent la achetant lor marchandies et chargant lor guallees, et les jenevés de Laïas s’en fouyrent par les cazaus et dedens Laïas lor fu fait aucune damage a lor chozes.

[305]

[1]  (541) Dedens se messire Gille Doire fu a Famagouste, le quel c’estoit conbatu au Caf a une gualee des venesiens, d’un quy avoit nom Polet Dalfin, et l’avoyt prize sur sey || [196v] defendre, et puis la laissa aler, et estoit revenu a Famagouste con vos oïés, et avoit oÿ et seu ce que les venesiens avoient fait as jenevés en Chipre et a Laïas, et devoit prochainement partir de Chipre pour aler en Jene, et portoit o luy frere Nicole et son conpaignon, freres menors quy aleent [en Jene]. [2]  Et se party et ala, et en son chemin encontra .xiiii. guallees de jenevés quy aleent de Jene en Romanie, et parla a yaus des gualees et lor conta les outrages que venesiens avoient fait et fayssoient as jenevés, dont il en firent mout courousés et dirent que il l’amendereent, et firent retorner le dit Gille Doire aveuc yaus et les .ii. freres menors que il meneit, et se vindrent en Costantinople et deschargerent lor bales et lor marchandie en terre, et la recoumanderent a l’emperour, et s’esforcerent et aparaillerent d’armes et de se quy lor sembla. [3]  Et le baill des venesiens de Costantinople s’en vint en Pere, a la ville quy est des jenevés devant Costantinople, et parla a ses seignors des gualees, priant quy le layssasent aler avant d’iaus en Ermenie a lor gent saver s’il poroit metre aucun bien, et les jenevés ne le vostrent soufrir, et encores lor pria le dit baill qu’il le laissasent venir aveuc yaus en lor guallees, pour metre aucun bien, et les jenevés en nulle guyse nen le vorent mener, et se party et tourna en || [197] Costantinople.

[306]

[1]  (542) Les jenevés se partirent de lor vylle de Pere, et furent .xv. guallees, a conter la guallee de sire Gile Doire, et menerent les .ii. freres menors, et en lor chemin venant ver Laïas si encontrerent .ii. guallees d’un leur jenevés quy avoit a nom André Pelau, que il le remenerent aveuc yaus, et furent .xvii. guallees, et ausi troverent .i. autre jenevés a un sien lein armé, quy estoit mains de guallee, et le menerent en lor conpaignie. [2]  Et quant il furent venus au Courc il troverent .i. guallee de Chipre armee de gens de Surie, pizans et venesiens, gens hainos a jenevés, en qui avoit aucun quy avoient ofendu a jenevés, en la quele estoit messire Ote de Gualanson. [3]  Et le dit messire Ote de Gualanson, quy est .i. chevalier d’outremer de grant renomee, si parla as jenevés et mout lor prea qui lor pleust qui peust aler aveque yaus pour metre aucun bien, mais le jenevés ne le vorent soufrir et li prierent que il deust alargir sa guallee loins des lor, qu’il ne peust par aucun fo[is] naistre aucun mau, que ses guallees estoient gens quy lor aveent ofendus par le tens passé, et pour s’amour ne les voleent grever. 4 Messire Othe s’en party d’eaus et vint en Chipre, car il venoit de veir et parler au roy || [197v] d’Ermenie.

[307]

[1]  (543) Les jenevés furent a Laïas, et furent a la viste les uns des autres aveque les guallees des venesiens, dont les jenevés lor manderent ses .ii. freres menors, et lor mandrent quy lor deussent rendre l’aver des jenevés qu’yl aveent pris. [2]  Dont il ne vostrent riens faire, et prirent les .ii. freres menors et les jeterent en terre aveque lor barque et ne les laisserent venir arieres a jenevés, et voguerent en lor gualees vers les guallees des jenevés pour asaillir les, et les jenevés les eschiverent alant vers la Montaigne Negre, quy est loins de Laïas alant vers demy jour .xxx. milles, et sorgirent lor ancres la, et les venesiens a lor gualees vindrent la et sourgirent et aresterent devant les guallees des jenevés, et furent les uns devant les autres tant con lor plost. [3]  Et se partirent les jenevés et alerent a Laïas et propozerent en lor conseil de sivre les venessiens jusques dedens lor goulf de Veneise, et distrent entre yaus que il esteent guallees chargees et pezantes, et se aucun vent les departist, il les per[der]eent toutes, et s’il voleent venir a la bataille, qui les atendereent, et s’aparaillierent et acrurent de gens de la terre et atendirent, et se lierent ensemble pour ce qu’il estoient mains || [199] asés des venessiens.

[308]

[1]  (544) Les venessiens si estoient a la Pointe de Maumistre et estoient .xxxii. leins, car il furent de Veneyse .xxv. gualees, et le comun lor manda une gualee faire lor saver coment sestes guallees de jenevés estoient partis de Jene et quy se deussent garder d’yaus, et de Romanie lor vindrent .iii. gualees et .iii. saities. [2]  Et eurent conseill les venessiens de combatre a jenevés, car s’il ne se conbateent et se delivreent d’eaus, il lor vereent aprés guaitant lor point de faire lor damage, et pour ce lor valoit meaus le conbatre, et propozerent de tenir lor antenes en poy hautes, pour ce que se les jenevés vozissent refuzer la bataille et se meissent a aler, deveent adons faire velle de lor gualees et ataindre les, et pour ce aveent il lor antenes hautes, qu’il n’y eust autre a faire que de tirer la poge, et ensi se mirent a venir vers le port de Laïas, la ou les jenevés atendeent.

[309]

[1]  (545) Quant les jenevés les vyrent venir, sy || [199v] s’armerent et crierent: «A lor! A lor!», et les guallees des venesiens les alerent envestir, et les jenevés esteent liés ensemble, quy ne s’ozerent esparpolier pour ce qu’il esteent mains des gualees de venesiens. [2]  Et fu la bataille grant et fort, de lanses et de pieres et de carryaus, quy dura grant piesse dou jour, et en la fin furent les venesiens desconfis. [3]  Et les jenevés quent il se virent le meyllour, si dehlierent lor gualees, et prirent des gualees des venesiens .xxv., et .iiii. gualees et .iii. saities eschaperent et alerent en Veneyse, et guaynerent adons les jenevés toute la marchandie que les venesiens avoient dedens lor gualees, quy valut plus de .vc. mille bezans sarazinas. [4]  Et en tel maniere avint a venesiens seste grant mesaventure, et ore je laray en poy a parler d’eaus et des jenevés, et si parlerons de se quy covient a parler, des choses quy avyenent, l’un an aprés l’autre.

[310]

[1]  (546) Quant vint en l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jehsu Crist .m. et .iic. et .xciiii. fu ehleu pape frere Piere de Moron, quy estoit reclus, fu apelé pape Celestin. [2]  Il fu home de grant sainteté, et plussours gens dient que Dieu fist moult de miracles pour luy en sa vye, et si ne vost onques chevaucher que ahne, pour dignité nulle que il eust, ains vesquy moult humblement, et si vesquy poy. [3]  Et vos diray que fu de luy estant || [200] il pape, si con je vos dis, et que il vy les gens escandelés et descordés entre la crestienté, et meismes en la court de Rome, et que il ne le poiet amender, si guerpy le siege apostolial et retourna a s’abaye, et furent les cardenaus en grant debat de faire pape. [4]  Or avoit .i. cardenal quy [estoit] sage et artellious et mout entrepernant, et aveit esté notaire en la court dou pape et mout avoit apris, par coy il savoit asés, et parla a pluzours des autres cardenaus, as quels .i. a un il promist de faire les pape si li vossissent doner lor vois, et l’un de l’autre ne savoit rien, dont chascun pour se li donerent lor vois, et ly firent grant promesses, et quant vint le jour de la ehlasion, il meymes se fist pape, et furent les autres tous deseus. [5]  Cestu estoit avant apelé Beneit Guaitan, et fu nes d’un païs quy a nom Iraigne.

[311]

[1]  (547) Quant cestu fu pape il manda et fist venir a luy pape Selestin, quy se fu degeté dou pape, et le fist tenir en garde, que enscandle coumensoit ja entre la gent, et dyseent qu’il y avoit .ii. papes et que ce estoit chose quy ne fu onques et ne fu mais que pape ce fust degeté. [2]  Cestu pape Selestin vesquy poi et morut.

[312]

[1]  (548) Cestu pape Boniface comensa mout a estiver et grever siaus de la Colone, || [200v] quy sont gent de grant lignage a Rome, et de se lingnage aveit .ii. cardenaus que l’un avoit nom messire Jaque et l’autre messire Piere, les ques meteent sus au pape de lais fais, et le pape meismes prehcha contre yaus et les dejeta jusques a la carte jenerasion de tous les benefices de sainte yglise. [2]  Et siaus de la Colone coururent sus a la gent dou pape et les deroberent de grant deniers, de la quel [chose] la guerre comensa mout fort, et le pape les asega en lor chastiau de la Colone, et asega puis le chastiau quy a nom Palestin et est de siaus de la Coulone, qui est mout fort, et prist l’un chastiau et puis l’autre, et les .ii. cardenaus se rendirent a sa mercy, dont il les fist metre en garde, mais depuis il s’en fouyrent en Gene et de la alerent en Sezile.

[313]

[1]  (549) Pape Boniface tranlanta pluzours perlas, entre les autres tranlanta l’arseverque [de Chipre] Johan Turc, frere menor, et fu né d’Ancone, et le fist arcevesque de Sardeigne.

[314]

[1]  (550) Et fist arsevesque de Chipre messire Gerart, le deen de Lengres, quy demoura en Chipre .ii. ans et puis s’en ala outremer.

[315]

[1]  (551) En l’an de sest incarnasion de .m. et .iic. et .xciiii. avint en Hermenie .i. grant escandle entre le roy Haiton et ses freres, et vos diray coment || [201] fu l’achaison.

[316]

[1]  (552) Le roy Haiton ala a tatars et laissa son frere Toros, queestoit segont de luy, en son leuc, et quant il revint des tatars il mist sus a son frere que il li voloit tolir son royaume et chaisona de se fait plusors barons de son païs. [2]  Aprés cestu roy Haiton s’en ala en Costantinople et mena Toros son frere aveuc luy, et Senbat, son tiers frere que il avoit layssé en son leuc, se fist tant tost corouner dou royaume d’Ermenie, car Haiton a son tens ne se vost onques encorouner, ains vesty l’abit des freres menors et se fist apeler frere Johan d’Ermenie.

[317]

[1]  (553) Quant le devant dit frere Johan entendy que Senbat son frere c’estoit fait roy de son royaume d’Ermenie, si arma .ii. guallees et mena o luy son frere Toros, et si vint en Ermenye, mais siaus d’Ermenie lor defendirent l’entree, et frere Johan demanda pour coy l’on le defendoit l’entree de son païs, et l’on li dist que son frere Senbat s’estoit encourouné et que il ne voloit qui deust entrer au païs. [2]  Et le dit frere Johan et son frere Toros vindrent en Chipre, et de la s’en alerent en Costantinople, et de la se mist a aler a tatars pour soy clamer de son frere Senbat, mais le dit Senbat fu avant || [201v] de luy a tatars, et avoit espouzé feme tatare pour avoir plus lor amisté, et ensi come il se revenoit des tatars en son païs d’Ermenie, il encontra en son chemin frere Johan et Toros son frere, quy aleent a tatars, si les prist et mena aveuc luy en Ermenie, et aprés poy de jours il fist estrangler Toros son frere et fist crever les ziaus a Haiton, quy estoit frere Johan, mais si come a Dieu plost l’un eull li remest, que il vy de luy aprés. [3]  Et quant il lor cart frere, quy ot nom Costans, vit que le roy Sembat avoit tué son frere Toros et l’autre aveuglé, si en fu mout dolent et pour ce parla a plusors des plus riches d’Ermenie et asembla gens et corut sus a Sembat, et le desconfy et le prist et le mist en prison, et delivra son frere Haiton, qui estoit frere Johan. [4]  Quant Haiton fu hors, il ne rendy pas bon gré a Costans quy le delivra, ains le prist et mist en prizon, et puis manda luy et Senbat a l’empereor de Costantinople. [5]  Et tint sestu Haiton son royaume, tout vestu de l’abit des freres menors, tant que .i. enfant fu grant quy fu fis de Toros, son frere segont, quy avoit esté estranglé, et la mere de sestu anfant fu suer dou roy Henry de Jerusalem et de Chipre. [6]  Cestu anfant le roy Haiton le fist encoroner dou royaume || [202] d’Ermenie a son vyvant. [7]  Et vos layrons a parler de luy et parlerons d’un autre fait, con vos orrés.

[318]

[1]  (554) A .m. et .iic. et .xcv. de l’incarnasion de Crist fu grant remuement en Jene et en Veneisse, car venessiens voleent faire grant armement pour eaus venger dou damage et de la honte que les jenevés lor aveent fait, et jenevés meismes s’atirerent de l’autre part pour eaus defendre.

[319]

[1]  (555) Le pape manda querre des plus sages de lor sités et se travailla mout de metre aucun acort entre yaus mais ne post, et pour se se tornerent chascun en sa sité, et comensa la guerre entre yaus, mout forte et mout cruel, si con vos entenderés.

[320]

[1]  (556) Les venessiens armerent .lxx. guallees et vindrent sodainement en Pere, quy est une ville des jenevés et est asise devant Costantinople, et mirent le feuc dedens et l’ardirent sans autre damage, que jenevés aveent oÿ noveles d’yaus et aveent trait tous lor biens et mis dedens Costantinople, et meismes lor tarides il les esfondrerent et les laisserent aler a fons, et puis dou partir des dites gualees si les leverent. || [202v]

[321]

[1]  (557) En l’autre isté aprés les jenevés armerent .lxxx. gualees et entrerent en le goulf de Veneisse, et avoit desus .ii. amirail, l’un fu sire Thomas Espine de .xxx. gualees, et l’autre fu messire Guoude Damar des .l. gualees. [2]  Et furent entre le goulf de Veneysse et y demourerent tant que le bescut lor comensa a faillir, et furent au conseil, si que sire Thoumas Espine si conseillet d’atendre, pour ce que honte lor seroit se venessiens nisseent et il fusent partis avant, et l’autre amirail, sire Guaude Damar, disoit que il se voloit partir en toute guyse et aler en Sardeigne, si que les .ii. amirails furent a vylaines paroles, et se party messire Guaude a .l. guallees et s’en ala en Sardeigne, et sire Thoumas Espine, qui n’en avoit que .xxx. gualees, nen oza demourer et se party et vint en Sezille, et se mist en .i. leuc quy a nom la Catune.

[322]

[1]  (558) Les venessiens aprés poy de jours nissirent de Veneize et vindrent au leuc ou les jenevés les aveent atendus, et troverent que il estoient partis, et prirent baudour et vindrent en Sezile, et troverent sire Thoumas Espine a ces .xxx. gualees et li dounerent chasse, mais Thoumas Espine i avoit ligieres gualees, et se partirent.

[323]

[1]  (559) Les gualees des venessiens firent le || [203] tour de la Sezile et en pareil leus prirent des jenevés naves, qui devoient charger de fourment, bien .xvii., et ensy ressut le comun se damage.

[324]

[1]  (560) [Q]uant vint l’autre ysté aprés, le comun de Jene arma .c. et .lxxvii. guallees et .xx. barques de parescalmes, et vindrent en Sezille et a Messine, et armerent .xxv. guallees que il laysserent a garder Jene, pour les pizans, et fu amirail de ses .xxv. guallees messire Manuel Zacarie, et dou grant armement fu amirail messire Aubert Doire, quy fu jadis capitaine de Jene. [2]  Et quant se grant host se party de Jene, manderent letres au comun de Veneysse, que il estoient partis de Jene .c. et .lxxvii. gualees et alerent a Mesine, et s’il avoient volenté de faire aucune raison, qu’il venyssent la et portassent lor cartulaire, car il l’avoient porté le leur aveuc yaus. [3]  Et puis quant il furent venus a Messine, si lor manderent par .i. courier quy ala de Poille a [Veneise] un autre si faite letre.

[325]

[1]  (561) Les venessiens lor firent le respons et lor manderent dire que il estoient venus esforse[m]ent volentiers, pour ce que Veneyse ne poroit entendre si tost a armer tant de gualees, et pour ce sembloit que il ne voleent mye la bataille, mais s’il fucent || [203v] venus ou vozissent venir coumunal, qu’il fussent nissus et nistreent bien a la bataille pour eaus. [2]  Dont les jenevés s’en tornerent en Gene a tout lor grant armement, quy fu mout noble et grant, si come siaus quy les virent le dient, que tous les grans homes de Jene a preuve les uns des autres armeent lor gualees, bien aornees de pluisors coulours, et trop em pais et repos alerent et tournerent.

[326]

[1]  (562) Et quant vint en l’an de .m. et .iic. et .xcvi[ii]. de Crist, les jenevés armerent .lxxxiiii. gualees et nyssirent de Jene et vindrent entre le goulf de Veneise, et leur amirail fu .i. vaillant home, artillious et de grant cuer, quy avoit nom messire Lanbe Doire. [2]  Et en lor veage les asailly .i. si mau tens que .viii. gualees se partirent de l’ost, et les geta le mau tens a ses .viii. gualees en Poylle, de quey lor mau vint pour lor profit, car il prirent plusors vausiaus de Veneyse qu’il n’eusent pas pris. [3]  Et les autres .lxxvi. gualees traverserent le goulf et alerent vers l’Esclavonie, en .i. ihle quy a nom Escursle, et la atendirent les venesiens.

[327]

[1]  (563) Le comun de Veneyse, quant il vyrent bien que jenevés estoient venus, si armerent lor guallees, quy furent .xcvi. gualees, || [204] et devoient avoir autre .xiiii. de Jarre, et fu lor amirail .i. grant home de Veneyse, quy avoit [nom] Calo Dandle, et se vindrent ses .xcvi. gualees a la viste des guallees de Jene. [2]  Et se fu par .i. samedy de setembre, a .vi. jours entrant, que fu la vegile de la feste de Nostre Dame, mais la feste si devoit estre le lundy, et pour achaison de la feste selle nuit dou samedy [avoient] les gualees de jenevés en chascun de lor escalme une chandele pour henor de la Virge Marie, si que les venesiens les virent bien. [3]  Et quant sire Lanbe Doire, amiraill de jenevés, vy que sa gent firent se leminaire, si demanda por quoy se estoit que il fayzoient se luminaire, si li fu dit que il le faizoient pour la feste de Nostre Dame, quy sera doumain, le dimenche, et il manda comandant de gualee en gualee qu’il deussent estaindre les chandeles, que la feste de Nostre Dame nen estet mye le dimenche, qui estoit demayn, mais la fera le lundy: «Averons la bataille demain a nos henemis et les ve[n]querons, et ferons feste de Nostre Dame et por la victoire que nos averons!», et son dit fu profecie, car enssi fu. [4]  Et adons furent estaintes les chandeles toutes, dont les venesiens si firent grant merveilles de se que il avoient veu si grant luminaire et puis estayndre si tost, si cuyderent par ce que les jenevés || [204v] fussent partis, et de lor fanon quy alumeit encores faizeent rayson venesiens que ce estoit une lanterne, qu’yl avoient layssé sur aucune barque pour sembler as venesiens que il fussent encores au leuc et avereent en tant espasse d’aler. [5]  Et pour saver de se aucune verité, si manderent .i. leur venesien, quy a nom Menegue Esclafon, en .i. colonbet, que s’acosta as gualees des jenevés et les vy de loins toutes rengees, et vint si prés que il l’oÿ que les uns dizeent as autres: «Ves tu acheter se que je guaineray doumain ?», et autres dize[en]t: «Quant sera jor pour faire seste bataille?». [6]  Et Menegue tourna et dist a lor amiraill coment les gualees sont encores en leur leuc, et as paroles qu’il avoit oÿ d’eaus il n’esteent mie gens de fouir, que il pensast d’aparailler ses batailles et ordener son fait.

[328]

[1]  (564) Quant vint l’endemain matin, le dimenche, il s’aprocherent les uns as autres et s’abalestrerent asés, et venesiens eurent conseil de ferir sur la mité des guallees des jenevés, et averont tost desconbré sele mité et l’autre mité aprés [n’]avra poier a yaus, si se meteront en desconfiture. [2]  Et tout ensi come il le deviza fist, que a tout lor gualees, quy furent .xcvi., feryrent sur la mité des gualees des jenevés, quy ne furent par tout que .lxxvi. gualees, que les autres .viii. se partirent d’yaus par mau tens, con vos l’a[vés] || [205] oÿ avant, et nen estoient encores. [3]  Et donerent les venesiens si grant charge sur la mité de l’ost de jenevés quy desconbrerent .viii. gualees de jenevés, et l’autre mité des jenevés, qui virent que lor gualees aveent si grant charge et que nul nen estoit venus conbatre a yaus, si tailerent lor goumes hastivement et laysserent lor ancres en mer, et vindrent ferir sus les venesiens et ne fouyrent mye, si com venesiens firent rayson, et en tel maniere furent les venesiens au myleuc des jenevés. [4]  Et fu la bataile mout mourtau, con chascun peut crere, bataille que quy chait si est mort, et ses morurent et arme[rent] encores, crestien l’un contre l’autre, et en la fin venesiens furent desconfis malement, et perdirent .lxxviii. gualees, et eschaperent les autres, quy furent .xviii., et s’en alerent en Veneyze.

[329]

[1]  (565) Adonc eut en Veneyze moult grant doulour et si ot ausi grant paour, car aucuns s’aparaillierent d’ordener lor defensses d’engins et d’autre qui lor covenoit, doutant que les gualees de jenevés ne vozissent venir la. [2]  Des jenevés vos diray quy firent [de] toutes les gualees de venesiens qu’il guainerent: il en traistrent se quei lor plost et puis les ardirent toutes. [3]  Et fu pris lor cappitaine, sire Calo Dandle, qu’il morut aprés alant || [205v] en Jene d’une contine, et furent pris plusours gentils homes de Veneise, et grant cantité de menues gens, qui furent bien .xvim. persones, sauve les mors et autres quy alerent en terre d’esclavons, qui ne sont pas bien des venesiens. [4]  Et sachés que jenevés [fussent] bien alés en Veneyse, mais il doutere[n]t pour la part contraire quy estet en Jene des Grimaus, quy esteent guelf, et pour ce vindrent en Jene tost.

[330]

[1]  (566) Il avint que les pizans, quy encores estoient en Jene en prizon, virent que l’on vost metre les venesiens aveuc yaus en lor prison, si ne les vorent aculir en nulle maniere, si covint que l’on les pou[r]veast d’aucune plase, et furent en prison poy de tens.

[331]

[1]  (567) Or vos diray si que .vi. gualees de jenevés firent, que le comun arma, et fu amirail sire Guavin Tartaro. [2]  Il ala en Veneize, en l’ihle de Saint Nicolas, qui est port de Veneize, et mist l’enseigne de Jene, et congnia monee, et y fu tant que les venesiens l’eurent a grant honte et a despit, et armerent .viii. gualees, et les .vi. gualees partirent et yssirent hors dou goulf, et les .viii. gualees des venesiens lor alerent aprés jusques hors dou goulf, et les .vi. gualees de jenevés retournerent aryeres a l’ihle de || [206] Saint Nicolas, et furent aucuns jors et se partirent et firent damage a plusors venesiens par la Poulle, et se tornerent en Jene. [3]  Et toute fois je ne vos sais mie bien dire se ses .vi. gualees, se que je vous ay devyzé, que il firent avant la desconfiture des venesiens ou aprés, mais bien firent que je vos ay dit, si con chascun bien le seit.

[332]

[1]  (568) Dieu par sa grant mizericorde, quy desfait le poier dou diable, en .i. moument les acorda ensemble en bone pais et en bon amor.

[333]

[1]  (569) Ceste pais fu faite et acordé, et doune[rent] seurté les uns as autres .ii. bones sités de Lonbardie, que je ne vos sais nomer, et fu sire Thoumas Espine pour le comun de Jene et sire Romé Corin de la Camaior por le coumun de Veneise, et Dieu par sa pitié les mainteigne en bon amor et bone pais.

[334]

[1]  (570) [D]e tout ensement parfist Dieu tous les biens ensemble, que pizans firent lor pais au comun de Jene, et lor donerent les pizans .cm. flourin d’or et relenquirent le juge de Chinere de Corse, le quel vint puis a la mercy dou coumun de Jene, quy le tienent en prison [avec] pizans et venesiens, et morut aprés le dit juge de Chinerc. [206v]

[335]

[1]  (571) Quant vint en cel an de Jehsu Crist .m. et .iic. et .xcv[ii]i. les jenevés se conbatirent dedens la sité de Jene les uns as autres, pour les pars que l’on dit guelf et guiblin, et furent de la part guelf les Grimaus et autres lingnages, et de la part guybelin furent seaus d’Espine et Doire et autres lingnages, et furent les uns desa et les autres dela. [2]  Et dura selle guerre plusors jours et se failly poy qui ne mirent lor sité a destrure, quy est une sité mout belle et mout ryche, et la ou se treut mout de sages homes, et en se fait si failly malement lor sens, que pour maintenir tel parties se veullent destrure, la quele choze me semble il estoit euvre dou diable, et tout ensi sont entachés de seste malete part toute Touscane et Lonbardie et Sezille et Poille et la terre dou Principaut et Calabre, et se coumence a estaindre entre la clerzie quent est par volenté, mais non pas as armes palezes. [3]  Pour quei de seste bataille quy avint en furent mors gens asés d’une part et d’autre, et en la fin les guelf furent vencus et se partirent de Jene une grant partie d’eaus, especiaument tous les Grimaus, quy se recuilirent dedens aucunes gualees, quy prirent dou port de Jene, et alerent en Provense, et prirent .i. chastiau quy a nom || [207] Mounegue, le quel est de ryviere de Jene et dou comun, et la tindrent lor siege les Grymaus et lor aydeours aucuns, quy furent de lor part, et roberent et prirent pluysors jenevés et lor vausiaus, se est a saver de lor contraire part, et traiterent et pourchasserent a lor amis quy deveent courre vers Gene par terre, et yaus courreent par mer a .vii. gualees armees. [4]  Et ordenerent se fait en .i. jour matin, et ensy come il l’ordenerent si le firent, mais il vindrent de nuit en la sité de Jene par mer et frirent dedens le port a demy nut.

[336]

[1]  (572) [L]es guiblins furent as armes et lor furent encontre, et la plus grant partie dou peuple lor fu en aye, et [de] siaus quy deveent ayder les Grimaus aucuns lor defaillirent, et pour ce de ligier chaison, et quy furent poy, si furent les Grimaus desconfis, et aucuns y ot mort d’une part et d’autre, et pris furent aucuns et mis en prison, et en la parfin fu fait pais entre yaus et furent delyvrés de pryson et rendirent le chastiau au coumun.

[337]

[1]  (573) En ce dit an de l’incarnasion de Crist .m. et .iic. et .xcv[ii]i. fu une guerre entre le roy de France Phelipe et le roy d’Engleterre Odouart, [et fu] en l’aye dou roy d’Engleterre, pour son pourchas, || [207v] le conte de Flandres, et par ses deniers quy li douna. [2]  Et le conte a tout son poier si fu en l’aye de messire Odoart, roy d’Engleterre, car le dit conte fu mau dou roy de France, a quy se dit mariage nen plaizoit mye, si [avoit] fortraite la fille dou conte de Flandres et la tenoit en son poer.

[338]

[1]  (574) [L]e conte de Flandres manda Robert, son fis, au roy de France, qui li deust rendre sa fille, dont le roy de France ne le vost faire, et pour ce mist le conte de Flandres pluisors contes en selle guerre, et furent pluysors barons de la terre de la partie et de l’aye dou roy d’Engleterre. [2]  Et par tel maniere comensa selle guerre de ses .ii. puissans et haus seignors, que depuis vindrent a bon acort [et] pais si tost par la volenté de Dieu nostre seignor. [3]  Et ores vos diray d’un autre guerre qui avint.

[339]

[1]  (575) A .m. et .iic. et .xc.ix. de l’incarnasion de Nostre Seignor Jehsu Crist Federic, quy tenoit le royaume de Sezille, si arma .xl. gualees et yl meysmes fu desus chevetaigne et seignor, et sire Courat Doire, citain de Jene, si en fu amirail. [2]  Et le roy Charle si fist armer autre .xl. gualees, et fu chevetaine le roy d’Aragone, frere de se devant dit Fedric, car il s’estoit acordé aveuc le pape et aveuc le roy Charle, et || [208] avoit juré maintenir la guerre contre son frere Federic et contre siaus de Sezile.

[340]

[1]  (576) Les anfans dou roy Charle furent a seste bataille, le duc et le prince, et Rogier de Lorin, quy avoit esté amiraill de Sezille, si fu amirail des gualees dou roy Charle. [2]  Dont fu l’asenblee de ses gualees qui fu entre yaus et fu grant la bataille, et furent mort de la gent assés d’une part [et d’autre], mais en la fin la gent dou roy Charle guaaignerent, et furent desconfis les gualees de Federic, et firent pris pluzours et fu pris sire Coran Doire, et prirent la gent dou roy Charle une ville quy a non Cataine et autres chastiaus.

[341]

[1]  (577) En se dit an aparut une estele quy levoit a l’aube dou jour et avoit une longue coue, et se levoit dou levant et aloit droit vers demy jour, et fu veue en seste maniere bien .viii. jours au mois de jenvier.

[342]

[1]  (578) Et en cest meismes an vos diray que le royaume d’Ermenie estoit en trop mal estat et a grant meschef par les sarazins quy avoient mout espressé, et ly avoient pris les sarazins aucuns chastiaus, c’est a saver la Roche Guillaume et un chastiau quy a nom Kalat el Rom, et Selvendegar, et une cave qui a nom le Pertuis, || [208v] quy est mout fort, et puis entrerent au plain d’Ermenie et prirent .i. chastiau [qui] a nom Betil, et manderent lor baylis a la vylle de Laÿas, qui est sur mer, ensi seignorierent presque toute la terre d’Ermenie.

[343]

[1]  (579) Haiton, le roy d’Ermenie, se tenoit as montaignes a grant doute et a grant meschef, ni nen ozet aprocher vers le plain, et en la fin les tatars, de quey il se tenoit home, ly firent aye, si come je le vos diray. [2]  Mais je vos viaus devizer des tatars aucune raison, pour ce que vos sachés lor comensement et coment il vindrent.

[344]

[1]  (580) Vous savés coument je vos ay devisé avant en se livre de Halaon, quy prist Doumas et Halape, Haman et La Chamele, et que .i. sien amiraill, quy ot nom Cotboha, prist Sayete de Surie, et coment sarazins les desconfirent devant Thabarie, en .i. leuc quy a nom Hamelielot.

[345]

[1]  (581) Les tatars sont gens qui sont meinhles, pour ce que il sont d’un païs quy a nom Mehlie, quy siet sur la Mer Ocseane, et lor païs est enclos de mout hautes montaignes dever mer et devers terre. [2]  Et dit on que Alyssandre le Grant estoupa .i. estroit pas, dont l’on poiet issir de lor païs et venir en autre terre, et pour ce les enclost Alyssandre que il ne puyssent issir, tant que .i. vaillant home de yaus, quy a nom Checan, quy fu de grant enprise, issi de lor leuc par sa vigour et par sa soutillanse. [3]  Et fu sur une haute || [209] montaigne et regarda les nobles sités quy estoient abitees entour lor terre, et avoit o luy acuns autres de sa gent menés la, as quels il parla et lor dist que ses terres qu’il veet ly sembleent plus belles et plus delitables a demorer que lor païs n’estoit. [4]  Meismes desendirent par desa jus de selle montaigne et vyrent passer la gent de selle contree, quy lor sembloit trop noble gent et richement vestus, les quels fouyrent de siaus quant il les virent si lais et au si petis ziaus, qu’il furent tous espaventés. [5]  Et aprés se si repairerent en lor leuc et conterent les autres tatars se qu’il avoyent veu, et fu creu de quant que il lor dist cestu Checan.

[346]

[1]  (582) Les tatars vivo[ie]nt sans pain, car de pain ne saveent que se estoit, et mangeent char, s’est a saver quant un chevau ou .i. ahne ou .i. chien moreit, il le mangeent, mais lor vie estoit de lait de faryze et de berbis, et d’erbe sauvage et de voletures. [2]  Or et argent et fer et autre metal nen aveent point.

[347]

[1]  (583) Quant seluy Checan vy se qu’il avoit veu, si con je vous ays retrait, si yssi hors et tous siaus quy le vostrent sivre, et furent si grans gens a chevau san seles que l’on ne les peust aver nonbrés, si se mirent a aler ver le levant en un païs quy s’apele le Hata. [2]  Et ses gens dou Hata, pour la grant multytude de si grant gent || [209v] come il vyrent se rendirent a yaus, et firent lor comandement, dont ses tatars se tindrent la, quy est un païs grant et large et bien delytable. [3]  Et en selu leuc aprirent les tatars a conoistre les robes a vestir et plussors vyandes a manger, et conoistre l’or et l’argent et les armes de fer et autres armeures, et de seles et de mases et de curasses a la maniere de selle terre, que orendroit se dient tatarezes.

[348]

[1]  (584) Les tatars troverent seles gens de seles terres alahchés et mole gens as armes et delitouzes a lor vivre, quy les prizerent poy, et pour ce plus seurement chevaucherent par la terre et conquyrent une sité quy a nom Hansa, qui est mout grant, a levant. [2]  Et si oïs que marchans conterent a monseignor le maistre dou Temple, quy l’aveent veue, que elle estoit grant .ii. jornees de lonc et de large. [3]  La tint son siege cestu Chequan et sa gent, et la morut il prés d’une fontaine, par une serpent ou par aigue qu’il but d’une fontaigne, car il fu trové mort prés de la fontaigne et de serpent. [4]  .iiii. fis demourerent, l’un ala ver le Mar Majour, quy ot a nom Bareque et conquist jusques en Hongrie, et les autres .ii[i]. conquirent autres provinces, et l’un d’iaus, quy ot a nom Halaon, sy vint vers nos parties. [5]  Et si laira des autres et vos diray de sestu Halaon, ce qui fist en son tens, a son || [210] coumensement.

[349]

[1]  (585) Cestu Halaon s’aprocha de Baudat, qui est chef de toutes les terres des sarazins et la ou lor halife tient son siege, quy est en leuc de Mahomet et son vycaire, entra vers les sarazins et le guerrea plusors ans, et guasteit et ardeit et abatet toutes les apartenanses de Baudac.

[350]

[1]  (586) La halife vy que les tatares l’aveent si espreissé, et damagé et guasté ses terres, si sodea plus de .cm. homes a chevau de seles contrees et les tint .i. grant tens, et tatars ne firent lors nul semblant de venir plus avant, dont la halife congea toute celes gens d’armes qu’il [tenoit] a sodees. [2]  Et quant il se furent partis de Baudac, Halaon a tout son host vint dreit devant la sité de Baudac et l’asega mout prés, et sele nut meismes firent les tatars une trenchee entour la dite sité de Baudac, et firent entrer dedens selle trenchee aigue d’um flum qui firent venir, quy avyrona tout entour la sité de Baudac, que nul ne post entré ny issir.

[351]

[1]  (587) Quant halife vit se, il nen ot adons poer de mander pourchaser gens d’armes ni autre secours, et fu mout espaventé, car il fu chaitif et feble de cuer et de povre valour, et sa gent meismes esteent chaitis en fait d’armes et couars, et gens quy aveent uzé les delis et les || [210v] ayzes, si ne porreent ayder par force d’armes. [2]  Dont le halife ot conseil a ses amiraus de se que il deveit faire, et siaus li conseillerent de mander mesages a Halaon, roy des tatars, pour traiter pais, et Halaon parla au mesages, et s’aparsut et conut que halife et siaus de Baudac esteent a grant mechef, et lor otrea tout se que le message requist de pais, que le halife yssist dehors parler a luy et que il aveit grant volenté de luy veyr, dont la halife li dona fey et issy a luy, et mena o luy pluissors de ses grans amiraus. [3]  Dont Halaon bouta de sa gent dedens Baudac, et quant il eut grant poier de sa gent dedens Baudac, Halaon adons prist la halife en persone et les amyraus quy vindrent o luy, et pry la sité et fist fondre l’or par dedens la goule dou halife, pour ce que il laissa l’or a despendre a sa defence de luy et de sa terre, et si avoit ores tout perdu et l’or et la terre et son cors.

[352]

[1]  (588) Cestu puyssant Halaon, roy des tatars, aprés que il ot conquis Baudac, il chevaucha et ala en Turquye et prist la sité dou Coine, et prist Sezaire la grant, que l’on apele Caiserie, et toute la terre de Turquie entrusques a la mer.

[353]

[1]  (589) Depuis s’en vint as Aigues Froydes et prist une sité quy a nom le Mausel, et s’aprocha depuis [d]e nos parties et prist Halape et Haman et || [211] La Chemele et Doumas, si con je vos ay retrait avant se dedens se livre, et coment les sarazins desconfirent les tatars a Tabarie que Halaon avoit laissé en son leuc, quant il tourna en sa terre. [2]  Et ores vous diray les heirs que de sestu Halaon nyssirent.

[354]

[1]  (590) Halaon, aprés se que il fu repairés en sa terre, ne demoura guaires que il morut, et fu fait seignor en son leuc Abouha, son fis, et aprés Abouha fu fait Arguon, fis dou dit Abouha.

[355]

[1]  (591) Cestu Argon ama moult les crestiens et plusors fois manda au pape et au roy de France trayter coment yaus et luy puissent de tout les sarazins destruire. [2]  Dont il avint que seluy Arguon manda .i. sien frere, qui ot [nom] Mango Damor, contre sarazins, et se conbaty a yaus au plain de La Chemele et desconfist la plus grant partie, et si se mist a retorner cuydant aver tout guaigné, mais les sarazins se ralierent aprés et desconfirent les tatars, tout ensi con je le vos ay retrait avant de se, et vos ais dit en quel an il vint.

[356]

[1]  (592) Cestu Manguo Damor, puis quy retorna, morut en brief terme, et aprés [poy] de jours morut Arguon, roy des tatars, et demoura son fis aprés luy, quy fu roy des tatars et si ot nom Cazan.

[357]

[1]  (593) Cestu Cazan au comensement de sa seignorie fist || [211v] moult de mau as crestiens dou Levant, et fist abatre les yglizes des crestiens et ama mout sarazins, et il meismes fu sarazin. [2]  Les tatars sont ydolastres, et depuis qu’il esteent [en terre] abitee de sarazins, tous les anfans quy naysseent depus deve[ne]ent sarazins.

[358]

[1]  (594) [C]estu Cazan ne layssa mye, pur ce que il estet sarazin, qui ne pensast tous jours de grever le soudan et les sarazins, et pour ce manda sovent mesages au roys crestiens, et les metet en boune esperanse de coure sus a soudan, et mout s’escuzet des yglises que sarazins aveent abatues des crestiens de sa seignorie, et dizoit que se avoient fait .ii. de ses grans amiraus, qui esteent sarazins et estoient freres et haieent mout les crestiens. [2]  Mais, si come a Dieu plost, ses .ii. amiraus mesfirent depus a Cazan, qui lor fist trencher lor testes, et ne post on saver pour coy il le fist, mais je croy que se fu euvre de Dieu, car, pus qui furent mors, les crestiens dou Levant furent plus a repos, et meymes Cazan lor fu plus debonaire et si coumanda as crestiens de faire lor yglizes.

[359]

[1]  (595) Or vos avons dit coment les tatars yssirent, et coment les freres se partirent, et coment seluy qui vint vers nos parties eut nom Halaon, et tous siaus quy de luy issirent, l’un aprés l’autre, || [212] jusques a cestu Cazan, de quy je vos parle, quy fu seignor depus que Surie fu perdue et que Ermenye fu aussy [en] mal estat con je vos ay dit. [2]  Et ores vos diray des homes [et] des heremens de se dit Cazan et de la bataille qu’il ot o les sarazins.

[360]

[1]  (596) Une chose avint adons, quy hasta moult la venue de Cazan: il avoit .i. sien amirail en Turquie, chevetaine de par luy, quy avoit nom Selemiche, le quel estoit monté a si grant orgueul quy ne voloit rien faire pour Cazan, son seignor, et Cazan l’avoit mandé querre pluzours fois et il nulle fois ne voloit aler, et por ce Cazan ly manda .i. grant host pour coure ly sus. [2]  Mais quant le dit Selemiche vit sel host venir contre luy, si en ot mout grant paour et s’en party, et ala a Domas et requist au soudan de Babiloine quy li aydast de gens d’armes pour conbatre encontre sele gent. [3]  Et le soudan le fist volentiers et ly dona .m. homes a chevau, quy furent de la terre de Halappe et passerent par Ermenye, et le roy d’Ermenie ne l’oza contredire, pour ce que il n’en avoit le poier.

[361]

[1]  (597) Ensi ala sel ost en Turquie. [2]  Quant les tatars, qui la estoient venus, virent que Selemiche avoit amené sarazins encontre yaus, si en furent mout courousés, et toute fois se conbatirent a yaus et les desconfirent de venue, ni les || [212v] sarazins ne les ozerent ataindre et se mirent a foïr par les hautes montaignes d’Ermenie esparpouliés. [3]  Et les abiteours des montaignes, quy sont tous crestiens ermins, virent sel host des sarazins ensi desconfit quy ne saveent tenir vee, si s’en apersurent et les asaillirent et corurent sur eaus, et les prirent et osistrent presque tous.

[362]

[1]  (598) Quant Cazan entendy que le soudan de Babiloine avoit [aydé] son enemy Selemiche et manda sa gent corre desur la soue, si en fu mout courousé, et pour ce fist semondre sa gent hastivement et se mist a venir as partyes de Halape.

[363]

[1]  (599) Et en l’an de l’incarnasion de Crist .m. et .iic. et .xcix. fist le soudan de Babiloine semondre sa gent hastivement, et les asenbla et se mist a paser par la berrie, c’est a entendre par le dezert, et vint a Guadres, quy est l’entree de la Surie a venir de Egipte, et la ot le soudan sertaines novelles que Cazan s’en venoit, et pour ce chevaucha avant et vint par ses jornees a Domas. [2]  Sestu soudan dont je vos parle si estoit mout jeune, de aage de .xxv. ans, et avoit nom Melec [el Nesir et fu fis dou soudan Melec] el Mensour, quy prist Triple, et fu frere de l’autre soudan quy prist Acre, quy avoit nom Melec el Essraf, et ja soit ce que en Babiloine furent fais pluzors soudans en poy de tens tant con sestu fu anfant, || [213] toute fois en la fin cestu fu fait soudan.

[364]

[1]  (600) [C]azan c’estoit ja venu as parties de Halape, et tant s’aprocherent les uns des autres sarazins et tatars que il s’entrevirent, et pensa chascun de lor bezoin faire, con sil quy estoient henemis.

[365]

[1]  (601) Cazan ausi ordena sa gent et deviza ses batailles, mais toute fois sa gent nen estoient mye encores joins a luy, ne il ne cuydoit avoir la bataille jusques a l’endemayn, et toute fois si se mist a aler vigourousement encontre sarazins a ce de gens come il avet, si que l’asemblee fu mout grant des .ii. parties. [2]  Et les sarazins, quy veneent armés sur chevaus covers a curases et a chapiaus de fer, et se flatirent lansés sur fautre sur les tatars, si les vos rozerent prés de .iiii. archees en deryeres, et en abatirent plussors par les cos des lanses.

[366]

[1]  (602) [Q]uant le roy des tatars vy sa gent ensi resortis dou champ et les turs si vigourouzement enbatre entre yaus, et myaus montés et myaus armés que sa gent, et douta que sa gent ne perdissent le cuer de combatre et se meyssent en fouye, si s’apenssa d’une grant enprize que gent a chevau ne soleent pas faire en bataille, car il mist pié a terre et coumanda a toute sa gent ausi au faire aussi lisses de lor bestes, si que les turs ne se || [213v] porent enbatre entre yaus. [2]  Et les tatars adons mirent main as ars, des quels il s’en aydent myaus que sarazins, et traistrent as turs mout espessement, et tant en nafrerent et osistrent de turs et de lor chevaus qu’il covint les turs resortir, et en tant furent venus la gent dou Cazan quy faizeent l’ariere guarde. [3]  Cazan vit sa gent aprocher et la gent sarazine resortir, si coumanda a monter sur lor bestes, et monterent tous et se flatirent vigourozement sur les batailles des sarazins, et a sel point furent desconfis les sarazins, que onques puis ne firent defence nulle. [4]  La chose dura trusques a la nuit et pluzours en tuerent, et, se la nut ne fust, plus en eussent tué.

[367]

[1]  (603) Quant le soudan fu desconfit en seste bataille, si fu a .xx. jours dou mois de delier dou dit an de .m. et .iic. et .xcix. de Crist. [2]  Il se mist a fouyr as parties de Domas et la se herberga a une partie de son host, mais la nen oza il demourer, car la paour li estoit si entré au cuer de luy et de sa gent, que il cuydent tous jours que les tatars lor fussent a lor espales.

[368]

[1]  (604) Le soudan s’en party de Doum[a]s a my nut, et se mist a fouir vers les parties de Guadres, sans tenir route ni conroy, mais qui miaus. [2]  En seluy chemin lor avint une grant meschanse, || [214] que il eurent tant de pleue et tant de froit, si come est au mois de delyer, que pluzours d’yaus morurent de mezaise et perdirent ausy mout de lor chevaucheures.

[369]

[1]  (605) On dit que le soudan entra en Babiloine a .xv. chevaucheors soulement, car de sa gent fu perdue en la bataille grant cantité de gens, et siaus quy eschaperent fouyrent pluissors par de chemins, les uns sa et les autres la, et de siaus quy vindrent aveuc le soudan si furent [pluissors] mors de froyt et de mezaise, con je le vos ais dit. [2]  Et aucuns fouyrent vers la maryne, des quels vos dirais ce que il lor avint: et il alerent au Crac vissin de Triple et puis a Giblet, et entre seste gent, qui estoyent .iiiim., avoit .iiii. amiraus, don l’un avoit nom Saindamor, quy aprés fu bailly et roy des amiraus, et l’autre ot nom le Hanimy, et le tiers si fu Douveydar, et l’autre ne vos sais nomer. [3]  Et quant les vilains de la terre de Triple et de Giblet, quy sont tous crestiens, virent venir ses amiraus et lor gent desconfis, si lor corurent sus, que de tous les .iiiim. n’en eschaperent que les .iiii. amiraus et entor de .iiic. ou .iiii. en lor compagnie, par force de chevaus, pour ce que il furent bien montés.

[370]

[1]  (606) [C]el grant ost estoit yssu de Babiloine a si grant || [214v] orgueull et a si grant boubans, si furent homes par sert .lxxm. a chevau, des ques la plus grant partie estoient sur chevaus covers et armés de curasses et de bons chapiaus de fer, des quels ont mors en la dite bataille entor de .xxvm., et le remanant fu mout bezillié et ala a nient, et par les marines et par autres leus ou il se myrent pour entrer en Babiloine. [2]  Et meismes de siaus quy entrerent en Babiloine puis que le soudan y entra, morut assés d’yaus pour les travaills que il eurent par les vees.

[371]

[1]  (607) On treut que pluissours ans avoit que sel host de Babiloine n’avoit esté desconfit, ains avoit esté victorious contre ses henemis, et pour ce estoit il monté a si grant orgueul qu’il ne prizeent nul gent dou monde.

[372]

[1]  (608) Or furent a tel effrey que neis en Babiloine nen estoient il pas a seur, car pluyssors de yaus s’en foïreent as vasiaus au flum, et autres s’en aleent a les plus parfons dezers, dont pluisors de nos gens, crestiens marchans quy estoient en Alixandre et en Damyate quant se vint, quy tehmonioient ceste choze, [cuideent qu’il] eust conquis toute Babiloine.

[373]

[1]  (609) Or vos diray de Cazan et des tatars, ses gens. [2]  Quant il eurent desconfit les sarazins, Cazan se || [215] herbega au champ de la bataille et l’endemain [se] mist a sivre les desconfis, non pas moult esforceement, car ses bestes estoient moult travaillés dou grant veage qu’il avoient fait et de la bataille et de la soufraite qu’il avoient eu d’erbage, et toute fois il chevaucha aprés les sarazins jusques a Guadres, et puis se mist vers Domas concuillant et destruyant les sarazins.

[374]

[1]  (610) [L]e roy d’Ermenie, quy fu Haiton et se dizoit frere Johan de freres menors, con je vos ais autre fois dit, si fu en ceste chevauchee, et par luy fu fait grant damage as sarazins en toutes menieres que il les post ennuire et damager.

[375]

[1]  (611) [C]azan, quant il eut desconfit les sarazins, se retorna en son païs et laissa a Domas .i. sien amiraill en son leuc, quy ot a nom Molay, qui ot o luy .xm. tatars. [2]  Or aveit .i. grant amirail de Babiloine quy ot a nom Capassac, et .iiii. autres amiraus o luy, si estoient fouys de Babiloine as tatars .i. an avoit, pour paour dou soudan quy les devoit prendre et tuer. [3]  Et ses aveent mout atissé le fait des tatars contre sarazins et estoient venus aveuc eaus, et por se fait si ce teneent a sertains que le soudan le haiet mout, et Cazan avoit laysé ses .[i]iiii. amiraus, Capassac et les autres .iiii., aveuc Molay a Domas, quant il tornay a son pays. [4]  Dont il avint que cestu Capassac et ses compaignons || [215v] demorant a Domas aveuc Molay, si eurent grant paour dou soudan pour les malefaites que il ont faites, si con je le vos ais devizés, et manderent a lor amis en Babiloine quy trayterent lor pais au soudan, dont le soudan lor pardona et si lor manda fianse, et adons se parti Capssac et les autres .iiii. amiraus, sans se que Molay seust riens, et alerent en Babiloine.

[376]

[1]  (612) Quant Molay vit que Capssac et les autres ses compaignons estoient fouys et alés en Babiloine, si douta mout [t]rayson, et pour ce il se party et sa gent, et s’en torna en son païs. [2]  Or vos ais tout retrait les erremens dou Cazan et coment il desconfist l’ost des sarazins.

[377]

[1]  (613) Sachés que de l’host de Cazan, quy fu .cm. homes a chevau, n’en y ot perdu en sele bataille que vos avés oÿ que tant soulement .c. homes tatars a chevau.

[378]

[1]  (614) Et aprés que Cazan fu partis, aucuns crestiens de Chipre estoient alés a Giblet et a Nefin et en seles terres de seles marines, les quels vous nomeray: Guy, conte de Jaffe, et messire Johan d’Antioche et lor chevaliers, et de la cuyderent aler en Ermenie, quy estoit a l’ost des tatars. [2]  Mais quant il sot que le roy des tatars Cazan s’en estoit retornés, il se mist a revenir, et ly || [216] avint bien au conte qu’il trova a Giblet une gualee de Jene d’un quy ot nom Jaque Davogaire, quy avoit pris et saizi Giblet et pour son coumun et pour luy. [3]  Mais [quant] Cazan se fu retornés, les sarazins de seles contrees se rasemblerent et vindrent envers Giblet, dont la guallee et les autres petis vaussiaus recuillirent le conte, messire Johan d’Antioche et les autres crestiens, et furent au recullir assailis des sarazins, que pluizors crestiens tuerent et nafrerent. [4]  Et se revint en Chipre le conte Guy de Jafe et messire Johan d’Antioche et la gualee des jenevés et les autres crestiens.

[379]

[1]  (615) En l’an de .m. et .iiic. de l’incarnasion de Nostre Seignor Jehsu Crist le roy Henry de Jerusalem et de Chipre, et le Temple et l’Ospitau, armerent .xvi. gualees et .vi. saities et aucuns panfles, et partirent de Famagouste a .xx. jours de jungnet et fu chevetaine de la gent d’armes messire Raimon Visconte, et amiraill des gualees fu messire Bauduyn de Pinquenin. [2]  Il alerent en la terre d’Egipte, en .i. leuc quy s’apelle le Resit, la ou est un des bouches dou flum quy s’apelle le Nil, le quel desent de Babiloine, et la troverent .v. gualees armees de sarazins, les quels .v. guallees se mirent a monter contre mont le flum si tost com il vyrent nostre armement. [3]  Et nos gens furent au || [216v] conseil de monter aprés yaus ou non, et lor conseill fu si lonc que aprés les cuyderent sivre et se fu nient, car il se furent moult aloignés, dont nostre gent mirent pope en terre et dehchargerent lor chevaus, quy furent .c., et chevaucherent et alerent une liue, et troverent .i. cazau qui a nom la Gidie et le roberent, et pryrent le leuc. [4]  Et estant nostre gent la, vindrent entor de .xl. homes a chevau sarazins, et n’ozerent aprocher a nostre gent, et nos gens se tornerent as gualees. [5]  Si virent .i. enseigne de Cazan sur nos gualees, et l’aveent mize les mesages de Cazan, les quels Cazan avoit mandé en Chipre au roy et monterent desus nos gualees, et pour selle enseigne de Cazan .iiii. tatars quy esteent aveuc les .xl. sarazins a chevau, que je vos ais dit, que l’on les avoit mis la aussi come en prisson, si vindrent ferant des esperons a nos gualees. 6 Nos gens les resurent tous et lor bestes, et sourent le grant meschef ou sarazins estoient par la grant perte que il resurent par la perte de Cazan.

[380]

[1]  (616) [L]es gens partirent dou Ressit et vindrent au port d’Alissandre, et entrerent par dedens le port des sarazins, car nul crestien nen y ozet entrer nulle fes, car les sarazins le || [217] gardeent mout, por ce que il ne voleent que les crestiens le coneussent. [2]  Nos gens la troverent mout bon port.

[381]

[1]  (617) [D]epuis s’en partirent nos gualees dou port d’Alissandre et s’en vindrent au port d’Acre et troverent entour de .xxx. homes a chevau et bien .iiic. sergans a pié. [2]  Nostre sergenterie desendirent et s’enconbatyrent as sarazins, ses que je vos ai dit, et les desconfirent et tuerent aucuns.

[382]

[1]  (618) [E]t depuis s’en partirent nos gualees dou port d’Acre et se vindrent toute la marine jusques a l’ihle de Tourtoze, et s’aprocherent a la vylle de Tourtoze, et la troverent .c. homes a chevau et dessendirent a yaus. [2]  Et les sarazins ne s’ozerent conbatre a nostre gent et nos [gens] ferirent sur yaus, et sarazins se mirent a fouir, dont nos gens ataindrent .vi., que il abatirent et tuerent, et de la s’en partirent et vindrent a Maraclee l’endemain.

[383]

[1]  (619) [L]es ospitaliers desendirent en .ii. panfles et plusours sergans en lor conpaignie, et entrerent au Mareclee, et les sergans entendirent a derober la ville et a manger et a bevre. [2]  Et quant les sarazins s’aparsurent, quy estoient hors de la vylle, que nos gens nen aveent mandé en terre que .ii. panfles et que les gualees estoient loins ancrees, || [217v] si se flatirent sur les ospitaliers et les chasserent trusques a lor panfles, et tuerent de nos gens bien .xx. sergans et .i. chevalier, et de Mareclee s’en partirent nos gens et corurent en Chipre.

[384]

[1]  (620) [E]n se dit an vint en Chipre .i. mesage de par Cazan, roy des tatars, quy dist que Cazan devet venir en sel yver et voloit que le roy et tous les frans alassent atendre sa venue en Ermenie, dont le roy et sa gent firent lor atir.

[385]

[1]  (621) [D]ont le seignor de Sur en sel meismes an, quy estoit frere dou roy Henry de Chipre segont, avoit nom messire Aumaury de Lezingniau et estoit conestable dou royaume de Jerusalem, si passa au mois de novenbre en .i. ihle quy est de Tourtoze et quy est prés de la ville de Tortouze, [a] aler au port bien demy liue, mais a aler de l’ihle droit a la terre si a mains de chemin, et mena gens a chevau o luy .iiic., et le Temple et l’Ospitau en eurent bien autant ou plus. [2]  Et puis que il desendirent en l’ihle, alerent en la vylle de Tourtoze et la desendyrent, et y furent pluissors jours, mais quant il virent que tatars demorerent trop a venir et que sarazins orent grant asemblee de gent pour courre lor sus, il retornerent en la dite ihle de Tortoze. [218]

[386]

[1]  (622) [E]t quant ce vint au mois de fevrier, .i. grant amyraill des tatars quy ot nom Cotlesse vint bien a .xlm. homes a chevau as parties d’Antioche, et la ou il vint manda querre Haiton, roy d’Ermenie, quy estoit frere Johan des freres menors, le quel ala a ly et mena o luy messire Guy de Yblin, conte de Jaffe, et Johan, seignor de Giblet. [2]  Et quant il furent devant Cotlesse, il lor dist coument Cazan s’en venoit, mais grant enfermeté l’avoit pris au chemin, de grans vens et de grans frois que il avoit eu par son chemin, et que pluyssors de lor bestes estoient mortes. [3]  Cestu Cotlesse courut toute la terre de Halape entrusques a La Chemele, et se torna en son païs sans plus faire.

[387]

[1]  (623) [E]t quant messire Aumaury, seignor de Sur, et Temple et Ospitau et les autres bones gens quy estoient en la dite ihle de Tortoze, si oïrent dire que les tatars estoyent retornés, si orent conseil de retorner en Chipre. [2]  Et se retornerent, con se soit choze que avant lor retor sarazins s’asemblerent et vindrent devant la ville de Tourtose pour mau faire, dont nostre gent hardeerent et abatirent et tuerent aucuns sarazins, et soufrirent nos gens de grant mezaizes.

[388]

[1]  (624) [A] .m. et .iiic. et .i. de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist, le pape Bonyface manda en France || [218v] ses mesages a messire Charle, frere dou roy de France Phelipe, quy fu biau roy, et ly manda pryant de venir a luy, et ly manda proumetre de faire moult de biens et henors. [2]  Dont messire Charle, quy avoit espouzé la fille de l’empereor de Costantinople, cuyda que le pape le vozist mout ayder a recovrer le dit enpire que gres tenoyent, et pour ce ala il a luy o .vic. chevaliers de haubers de France, par Lonbardie et par la Toscane. [3]  Et quant il fu venus a Rome, le pape et tous les cardenaus l’acuillirent mout henoreement, et le pape ly dona la seignorie d’Ancone et de Romargne.

[389]

[1]  (625) Le dit monseignor Charle, frere dou roy de France, ne se sejorna guaires o le pape, et s’en ala en Toscane en la sité de Flourence, ou il fu acuillis moult henoreement, et ly ofrirent .vic. homes a chevau, et les autres sités de Toscane ly ofry[rent] henors et servizes asés. [2]  Et le dit messire Charle party de Touscane et s’en vint a Naples de Principat, ou le roy Charle estoit, et la fist son acort de passer en Sezille, et aveuc luy pluzors barons de France, et passerent au mois d’avril. [3]  Et lairay a parler de yaus, car je vos vyaus dire .i. grant contens quy avint dou pape et dou roy de France. [219]

[390]

[1]  (626) Se fu en l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m. et .iiic. et .iii., pape Boniface fist siter le roy de France si fort qu’il venist ou qu’il mandast. [2]  Et si vos diray le comensement de l’achaison, quy fu que le roy de France se fist arester .i. perlat […] si que le roy n’i vost aler ni mander. [3]  Donc le pape fist rapeler tous les proveliges et dons que l’yglise de Rome avoit fait a ses ancesors, et encores fist pape Boniface siter tous les perlas et abés de France qu’il venyssent au jor moty a ly.

[391]

[1]  (627) Dont le roy de France fist defendre par tout sa terre que nul ne deust traire hors de sa terre ni or ni argent, sauve monoie.

[392]

[1]  (628) Quant les parlas oïrent seste defence, si virent bien que il ne poreent aler a Rome si grans come il soleent, et qu’il ne sereent pas si bien veus aler a mains vudes, et meysmes virent que le pape les travaillet d’aler a Rome sans grant nesisité, si ordenerent jour de parlement tous les bons clers et tous les nobles barons de France. [2]  Et firent entre yaus .i. parlement les clers et les barons, et par comune volenté ordenerent de mander .i. mesage au pape, pryant ly qu’il deust rapeler sa sentense, pour eschiver les grans escandeles quy porreent estre entre la court de Rome et la courone || [219v] de France.

[393]

[1]  (629) [Q]uant le pape entendy la mesagerie, il fu plus eng[a]iniés que devant, et fist citer le roy en persone, et dist au mesage, .i. vesque de France petit de persone et menu et chauve et sage et counussans, quy tranl[a]uteroit le roy de France de son royaume, et feroit autre roy en son leuc, quy gouverneroit le royaume de France myaus de luy, et obeyreit miaus sainte yglize que il ne faizeit, et que aimereit et douteret sainte yglize con ses ansestres avoient fait.

[394]

[1]  (630) Se dit evesque mesage respondy pour le roy de France, [e]t dist que il estoit bien si puyssant seignor de poier passer ausi bien et myaus ses menasses, con siaus ont passé legierement et passeent les menasses quy lor a faites et quy sont maindres dou roy de France. [2]  Sur ce le pape fu moult corousé ver le vesque, et li dist qu’il se tenist en pais, et ly fist lever l’anyau de son deit et le despoza de son evesché. [3]  Et le dit vesque respondy au pape qu’il ne fayzeit force de son evesché, car il estoit au roy de France, quy estoit si puyssant seignor que bien li porra satifaire le damage quy li faizoit a .cm. doubles. [4]  Dont le pape se courousa moult encontre luy et le fist arester en persone, mais aprés par || [220] la priere des cardenaus aucuns si fu delyvré, et pour ce meysmes qu’il estoit mesage, et s’en torna en France. [5]  Dont le roy de France ly fist uzer de son evesquee par force, et ly fist autres biens asés, et enssi fu a cel tens grant escandle entre le pape et le roy de France. [6]  Et si vos layra a parler de se et vos retrayray un autre grant malaventure quy avint as crestiens de Surie.

[395]

[1]  (631) [I]l avint en se dit an que le soudan de Babiloine manda au royaume d’Ermenie .iiiim. sarazins turs, quy coururent toute Ermenie jusques a la maistre sité, qui a non Sis, la quelle a moult fort chastiau, la ou le plus de la gent se recuillirent. [2]  Et se failly poy que le roy Haiton d’Ermenie ne fu pris, car il fu pris et eschery de gent, et Dieu l’aida qu’il eschappa, et se recuilly dedens le chastiau de Sis.

[396]

[1]  (632) Les sarazins mirent le feuc dedens la sité de Sis, quy est mout grant, et y demourerent .xii. jours, et virent bien que au chastiau il ne poreent mau faire, et s’en partirent et tornerent en une sité quy a nom Halape, loins d’Ermenie .iiii. journees.

[397]

[1]  (633) Le roy d’Ermenie, veant se damage que sarazins ly firent, si manda son frere as tatars, mostrant le damage que sarazins ly aveent || [220v] fait, car Cazan, roy des tatars, a tout un moult grant host estoit en siaus jours en Turquye, et avet entendement de venir sel yver en la Surie contre sarazins.

[398]

[1]  (634) [O]r vos vyaus dire ce quy avint d’une petite ihle quy est devant la sité quy a nom Tortouze, en Surye, que les freres dou Temple teneent.

[399]

[1]  (635) [L]e soudan persecutour des crestiens si fist armer entre gualees et sayties .xvi., et les manda a Triple de Surie a .i. sien amirail quy avoit nom Sandamour, [qui] avoit esté crestien, fis de crestiene et de crestien, et fu né a une terre quy avoit nom Corgie, et avet mandé au soudan quy ly mandast ces gualees. [2]  Et fist monter sus gens d’armes asés et s’en vint terre a terre a Tertoze, et fist son ordenement, et passa en la dite ihle, quy est prés de terre a mains d’une mille. [3]  Et quant les freres les virent venir, si les douterent mout, car il nen aveent nules gualees si ne fust tarides.

[400]

[1]  (636) [D]ont il avint que les sarazins desendirent en l’ihle de .ii. pars, et aucuns des templiers poindrent a yaus et les reuzerent en la rue de mer, et fu la bataille mout aspre, et tant jeterent sarazins de pilés d’arc quy mahaignerent les chevaus et nafrerent pluysors freres, si que par vive force les freres si se mirent sur .i. toron qui est en l’ile. [2]  Et quant || [221] sarazins les virent si aloignés dou ryvage, si desendirent tous de lor gualees en terre, et se mirent dedens les edefisses quy esteent en l’ihle. [3]  Et les sergans archiers a pié suriens se defendirent mout vayllaument et tuerent mout de sarazins, mais se ne valut riens, que gens a chevau, freres et autres, nen ozerent plus venir avant et esteent mout ehlongnés.

[401]

[1]  (637) [L]es sarazins s’esforcerent moult et s’espandirent par tout l’ihle, et manderent mesages as freres dou Temple, quy se deussent rendre a fiance et quy les conduereent la ou il vorreent de la crestienté. [2]  Et les templiers dounerent fé a lor malice et se revindrent par l’atrait de frere Hugue d’Enpure, et e[n]ssi furent les templiers et l’ihle pryze, quy est devant Tertouze.

[402]

[1]  (638) [L]es sarazins firent trencher les testes a tous les sergans suryens, pour ce que il firent grant defense et grant damage as sarazins, et les freres dou Temple furent menés en Babiloine hontouzement. [2]  Ensi avint de l’ihle de Tertouze con vos avés oÿ, et ores tourneray a retraire vos les herremens dou pape au roy de France.

[403]

[1]  (639) Vous avés oÿ coment je vos ais retrait coument le pape sita le roy de France en persone, et coument il rapela tous les || [221v] preveliges et grases que l’iglise avoit doné a ses ansesours. [2]  Et ala lor fait tant avant que le roy de France l’acuza de .xii. articles moult vylains, et le pernoit a prover, et que par le plus petis de siaus articles il ne poiet ni devet estre pape.

[404]

[1]  (640) [D]edens ce avint que le pape ala en Arayne, et quant [fu] la le roy de France pourchassa tant que la gent d’Araigne le prirent en persone, et le roy de France manda sa gent la, quy eurent le pape en lor garde et le menerent a Rome, et fu si gardé que nul ne poiet parler a luy que par congé des gens dou roy de France. [2]  Et en tel estat si morut, et fu fait pape a son leuc frere Nicole, prechor, quy fu lonbart et nory en Veneyze, le quel vesquy poy de tens et morut. [3]  Et fu fait pape Climens cart, a l’incarnasion de Crist .m. et .iiic. et .vi.

[405]

[1]  (641) [E]n ce dit an avynt .i. grant contens entre le roy de France et le conte de Flandres, et l’achaison si fu que le conte de Flandres voloit doner sa fille au fis de messire Odouart, roy d’Engleterre, dont le roy de France ne le vost consentir, et fist le roy de France prendre la damoizele fille dou conte de Flandres et la tint en son poier.

[406]

[1]  (642) [D]edens se avint que le duc de Bourgoyne et le conte de Bar et le conte de Flandres se revelerent contre le roy de France, et || [222] mut une grant guerre, dont les flamens mirent a l’espee et tuerent tous les bayllis dou roy de France, et le roy de France ala aseger le conte de Bar, et sur ce le conte de Bar vint a sa mercy et le roy de France ly pardouna.

[407]

[1]  (643) [L]e roy de France manda sodeer sergenterie, pietaille a lanses longues et as aubalestres, et si manda le conte d’Artois et gens a chevau et contes et barons de Frances pluyssours, et vindrent en Flandres.

[408]

[1]  (644) [L]es flamens, quant il le virent venir, si firent .i. focé sec entour yaus, que les fransés ne porent passer vers flamens que par .i. estroit pas, dont il avint que la gent pietaille a lansses longues passerent outre et le conte d’Artois les fist retorner.

[409]

[1]  (645) [L]es flamens, quent il virent si grant gent contre yaus, si en eurent grant paour, et aveent fait chevetaine sur yaus le conte de Nemur, nevou dou conte de Flandres, et se dit conte et les flamens manderent .i. mesage au conte d’Artois, le quel ot nom Piere le Roy, qui fu mout sage et bien parlant, et ofryrent au conte d’Artois de venir a sa mercy et dou roy de France a son plaizir, sauve la vye d’eaus et de lor femes et de lor anfans. [2]  Et le conte d’Artois ne les vost resevoir que dou tout a la mercy et au gré dou roy de || [222v] France, et les flamens ne s’ozerent metre. [3]  Dont le conte d’Artois se mist, luy et sa gent a chevau, aler avant contre flamens, et flamens lor vindrent encontre et les reuzerent et espresserent tant que il firent flatir les franssés dedens sel focé sec, et en tuerent tant a lor gré quy furent desconfis de tout, et fu mort le conte d’Artois et moult de haut barons de France, de quei fu grant damage.

[410]

[1]  (646) En ciaus jours et a sel tens le conte de Flandres estoit en prizon dou roy de France, quy s’estoit mis a la mercy dou roy de France par la maanterie de monseignor Charle, frere dou roy de France, quy le mist en prison a Pontoyse, ou il morut. [2]  Et ausi meismes le duc de Bourgoine et le conte de Bar vindrent a la mercy dou roy de France, et lor pardouna.

[411]

[1]  (647) Quant selle mesaventure avint a la gent de France, il y ot mors gens a chevau .vim. des plus nobles et des meillors de France.

[412]

[1]  (648) La novelle ala au roy de France quy en fu mout dolens et courousé, et fist asembler .i. grant host de gens a chevau et a pié, et ala meismes son cors en Flandres. [2]  Et avoit le roy de France pencé de grever flamens ausi par mer, et pour ce il ordena par .i. home de Jeune quy ot nom Renier de Grimaut, vaillant et prou et entreprenant, quy li fist venir priveement || [223] menestraus de labourer guallees et mareniers, et en fist .vii. guallees, et les armerent ses jenevés a lor maniere, et fu lor amirail le dit Renier de Grimaut, et alerent damagant les coques des flamens, si come vos orés.

[413]

[1]  (649) [L]e roy de France, quant il fu en Flandres, il asega une sité quy a nom Lihle, et les flamens se defendirent vayllaument et fu la bataille moult mortal, car ly roy de France a l’asemblee fu abatu de son chevau et fu a pié entre ses enemis quy l’asaillirent, mais il se defendoit de tel maniere que il aveit une espee en la main, a qu’il feroit son cop estoit si fort et si grief que tant tost estoit mort estendu a terre, car le roy de France estoit grant de cors plus que .i. grant home n’estoit bien .i. paume, quy est plus d’un bras, et aveit les os plus gros que chervron, et estoit de cuer prous et hardy come lion, et si n’estoit cheval si haut ne si fort quy ne le feist pleer desous luy, et avoit si grant forcheure de cuysse et de janbes que ses piés estoient prés de terre a un paume quant il chevauchoit, et fu si biau de vysage et si blanc et si blont que a son tens ne fu au monde plus biau de luy, et siaus qui l’ont veu sevent bien que ensi est la veryté com je vous ay devisé. [2]  La bataille fu mout grieve et mout || [223v] perelyouze d’une part et d’autre, et fu le roy de France a pié par .ii. ou .iii. fois, que son chevau ly fu mort desous luy, et puis que il fu remontés avoit, si come le dit roy de Franse estoit en terre, .xxiiii. chevaliers pour son cors garder sur .i. leuc hautet. [3]  Si vint .i. haut home de la part de flamens, quy estoit seignor dou Cuc, et s’enbaty sur le roy de France et le fery d’un bordon parmy le cors, mais le roy fu si bien armés que le cop ne le fist nul mal, et tant tost fu le seignor dou Cuc mort et depessés par piesses. [4]  En la fin flamens ne porent souffrir ny durer la bataille et furent desconfis de tout, et le roy de France prist la sité le Lihle, dedens la quelle sité fist faire .i. moult biau chastiau et fort, et ordena de sa gent par dedens le dit chastiau pour luy garder et pout aver la gent de la sité plus a son coumandement. [5]  En tel maniere avint de selle bataille com vos avés oÿ par terre.

[414]

[1]  (650) [O]r vos viaus dire des guallees dou roy de France et de son amiraill Renier de Grimaut, coument il esplaiterent et se qu’il firent.

[415]

[1]  (651) [L]e dit amiraill se mist a ses gualees par siaus leus ou il cuyda onques devoient passer quy aleent et veneent en lor veages, et tant les atendy que il les encontra tout ensemble || [224] a caravane, car les flamens aveent oÿ de ses gualees et pour ce les flamens aleent ensemble con vous l’entendés. [2]  Et si tost com il virent les dites gualees tant tost s’armerent pour yaus defendre, et siaus des gualees, quy sont vausiaus, con set chascun, bien remuans, ligiers d’aler et venir a lor volenté, si vindrent [entour] les qouques, bien armees et enchastelees, en tel guyse qu’il furent prés ausy hautes con les coques, et se conbatirent ensenble mout asprement, et le coques, quy ne sont mye vaussiaus de rins ni ne poieent secourre l’une a l’autre, si furent a grant meschef. [3]  Et tant alerent ses guallees entour ses coques asaiant de bataille chascune, que il prirent .xxiiii. a tout lor charge, et entre tant con ses furent prisses, le vent se mist en tel signal quy fu moult boun pour les autres cuoques, et firent velle et s’en partirent moult damagés et nafrés.

[416]

[1]  (652) Dedens les .xxiiii. coques quy furent prizes avoit mout de grant richesse, que tout fu dou roy de France, et fu Renier de Grymaut pour seluy guain mout hennoré et fait chevalier, et ly douna le roy moult biau fié.

[417]

[1]  (653) [O]r vos diray dou conte de Flandres, quy estoit a la prizon dou roy de France, mais il chevauchoyt par tout la ou il ly playssoit. || [224v]

[418]

[1]  (654) Il avint .i. jour que il vint devant le roy de France et ly prya de luy laisser aler en Flandres, pour veyr sa terre et sa gent, dont il en avoit grant dezir, et le roy ly demanda quy seurté il avoit de luy qu’il deust revenir. [2]  Le conte respondy que il non avoit seurté que sa foy, et le roy laissa aler le conte sur se. [3]  Il ala a Flandres et vy sa terre et ses amys, quy li conseillerent de non retorner plus en prisson, mais il ne le vost croire et tint sa promesse et sa foy, et retorna a son seignor le roy de France, en la prisson de Pontoize, la ou il morut veil de .c. ans.

[419]

[1]  (655) La pais fu faite de Flandres quant la sité de Lihle fu prize, tout a la mercy dou roy de France et a son gré, et ja por ce que il avoit resseu si grant damage, il ne rendy a nul mau guerredon. [2]  Et or vous layrai de se et vos diray d’un autre aventure.

[420]

[1]  (656) Quant vint en ce dit an de .m. et .iiic. et .iii. de Crist, a .vii. jours dou mois d’aoust, avint en l’ihle de Chipre .i. crole moult grant et mout durable, tel que l’on ne le senty en nostre tens si grant. [2]  Et quant en Chipre, Dieu mercy, il ne fist nul damage, mais en Candie, quy est en Crit, || [225] et a Rodes fist mout grant damage, et morut moult grant gent, et fu sentu par tous les leus dou monde, con les marchans l’ont reconté. [3]  Ores vos lairay de se et vos diray que avint en Chipre.

[421]

[1]  (657) Le roy Henry de Jerusalem et de Chipre aprés la mort dou roy Johan, son frere, si avoit autres .iii. freres maisnés de luy, et a seluy quy fu aihnés des autres, quy ot nom Aumaury, a seluy fist il don d’une sité quy a nom Sur, quy est en Surie, et le fist aussi counestable dou royaume de Jerusalem. [2]  Et tout soit se que sarazins tenoyent prize au jour la terre de Surie, tou[te] fois il ly fist se don par ce que il est renomee de seignor. [3]  Et estoit maryé a la seur de Haiton, roy d’Ermenie, la quel dame eut nom Yzabiau, et l’ala espouzer en Ermenie.

[422]

[1]  (658) L’autre frere, quy ot nom Guy, fu marié a la dame de Baruth, quy avoit esté feme de Hanfré de Monfort, quy fu frere de monseignor Johan de Monfort, seignor de Sur et dou Toron. [2]  Et a cestu Guy le roy Henry dona la conestablie de reaume de Chipre, mais il ne vesquy guayres et morut, et laissa .i. fis et une fille, quy eut de seste dame de Barut, s’espouze, et le fis ot nom Huguet, et le roy son oncle le norry entour luy.

[423]

[1]  (659) Depuis la mort dou dit conestable, le roy Henry fist counestable messire Haimery, quy fu son frere, les maisnés de freres. [225v]

[424]

[1]  (660) Le roy avoit .ii. oncles de la rayne, sa mere, que l’un fu nomé messire Balian d’Yblin, quy estoit seneschau dou royaume de Chipre, et l’autre, qui fu mainés, si ot nom messire Ph[elip]e d’Iblin. [2]  Et avint, si come a Dieu plost, que le seneschau morut et fu fait seneschau dou royaume de Chipre le dit messire Phelipe, son frere. [3]  Ores vos ay devisé les freres et les oncles, par ce que vos puissés myaus entendre les herremens de lor afaire, que vos entenderés devizer si avant.

[425]

[1]  (661) Le roy Henry en seluy tens nen uzoit ny faizoit nul estroit conseil que par messire Phelipe d’Yblin, son oncle, le seneschau, et de tous les autres se tenoit eschif. [2]  Et tant uza le roy en tel maniere que, par le porchas de l’enemy d’infer, l’envie crut entre yaus si avant que messire Aumaury, seignor de Sur, enprist a estre gouvernor dou royaume de Chipre, et asenty la volenté des chevaliers et trova la plus grant partie de son assent.

[426]

[1]  (662) Et quant vint en l’an de l’incarnasion .m. et .iiic. et .vi. messire Aumaury, seignor de Sur, frere segont dou roy, si enprist tout tronc a estre gouverneour dou royaume de Chipre. [2]  Et avint que .i. chevalier, quy a nom Hue de Presterone, fist une semonce au seignor de Sur et a plusours de Chipre, et furent le matin as bains, et en la dite semonce si ordenerent de faire gouvernour le seignor de Sur. [3]  Et tout se que il fayssoient || [226] estoit retrait au roy, le quel ne le poiet crere, ains respondoit quy ne l’ozereent faire.

[427]

[1]  (663) [E]t quant vint l’endemayn de seste semonce, quy fu a .xxvii. jours d’avril, par .i. mardy, messire Aumaury, seignor de Sur, fist asembler en .i. sien hostel tous les vauvassors et chevaliers quy post avoir por soy ordener a gouverneour, et coumanda que la porte fust close et que puis que aucun chevalier entrast qu’il ne peust yssir, et fu le conseil entre yaus. [2]  Et enssi come il estoient au conseil, messire Phelipe d’Yblin, oncle dou roy, si estoit ché le roy, le quel avoit seu ceste choze quy se faizoit, si come l’on le fist a saver a son cazau Lamino, et quant il entendy que il estoient asemblés ché le seignor de Sur, si s’en party dou roy et entra ché la rayne, sa seur, et li retraist se fait, et la rayne tant tost chevaucha, et messire Phelipe la mena [en] destre a l’ostel dou sire de Sur. [3]  Et le seignor de Sur nyssi hors dou conseill et vint soul a la rayne, sa mere, donc la rayne le rampona et ly dist: «Aumaury, ques euvres sont sestes que vous faites contre le roy, qui est vostre frere et vostre seignor ?», et le seignor de Sur respondy a la rayne, sa mere, que se que il faizoit si estoit par les euvres de messire Phelipe d’Iblin. [4]  Quent il oÿ se charge, ly respondy que ses euvres aveent tous jours esté bones entre le roy et luy, et le seignor de Sur ly dist que il li mostreroit prochainement ses euvres. [5]  Et la rayne, quant elle les oÿ ramponer || [226v] l’un a l’autre, si fist partir messire Phelipe d’Yblin, son frere, car elle douta que les paroles nen engroissicent entr’yaus, et messire Phelipe se party soul, sans conpagnie, por ce que les sergans ne laysseent nul chevalier yssir pus que il fust entré, con vos avés oÿ. [6]  Et demoura la rayne soulle, dont le seignor de Sur la fist aconpaigner a ses chevaliers, quy estoient de sa partie, et encores le roy ne savoit rien de tout se fait, et quent messire Phelipe d’Iblin retorna ché le roy, il s’asist prés de luy et ne le vost riens dire [de] l’afaire.

[428]

[1]  (664) Le seignor de Sur retorna au conseill, et tant parlerent ensemble quy le firent governeor dou royaume de Chipre, et monta a chevau le dit gouverneor et toute la chevalerie o luy, et vindrent a l’ostel le roy, et par .i. escrit ly distrent ses paroles que vos orés. [2]  Et celuy quy dist ce si fu messire Hugue d’Iblin, quy fu frere dou conestable Phelipe d’Iblin, quy mort estoit, et fu la parole ensi dite.

[429]

[1]  (665) «Nous, sire, soumes venus par devant vos et vos faysons a saver que, pour ce que vous estes mezaise de vostre cors et ne poiés mye bien entendre a gouverner le royaume si come il covient, et meismes pour mout de riotes quy sont avenus a nostre tens de vos a pluzors gens, et espessiaument aveuc les jenevés, nos pour ce avons ordené et fait par court governeor vostre frere, || [227] monseignor Aumaury, seignor de Sur». [2]  [A] ce le roy respondy enssy.

[430]

[1]  (666) «Que vos volés dire, que par ma maladie vos avés fait gouverneour? Il eut a nos ansestres .i. roy quy fu mezel ni ja pour ce ne fu fait nul governeor a son leuc. [2]  Et se vous dites dou contens et de la riote des jenevés, je l’ais fait par le seignor de Sur, et se vos avés fait le seignor de Sur governeour, tous mes homes ne hont pas juré.

[431]

[1]  (667) Le seignor de Sur respondy et dist enssi: «Tres tous m’ont juré, et s’il y ait nul quy ne viaut juré il me jurera, et seluy qui ne vorra jurer je li meteray se bordon parmy le cors, a ly et toute sa generasion jusques au tiers degré». [2]  Et se party le dit governeor et nyssy dehors de la chambre dou roy, et fist crier le banc par la terre a son nom come de governeor, et par tel maniere fu il gouverneor. [3]  Et aucuns chevaliers ly jurerent que puis ly furent a l’encontre, coume vous orrés si aprés [en] se livre.

[432]

[1]  (668) Le dit governeor en son comensement si douna au coumun de Veneize franchise au royaume de Chipre par grase. [2]  Et si vous lairra a dire dou governeour jusques a un autre fois, et vous diray un autre aventure, por ce que elle avint au tens de cestes choses qui avindrent en Chipre.

[433]

[1]  (669) Il avint que, depuis la perte d’Acre, que le maistre de l’Ospitau de Saint Johan, || [227v] frere Johan de Viller, fu mort, et fu fait aprés luy maistre frere Eude dou Pin, quy vesquy mout poy et morut, et fu fait maistre aprés luy frere Guillaume de Vylieret, provensal, quy fu priour de Saint Gilles.

[434]

[1]  (670) Cestu maistre si eut .i. nevou, jeune frere de l’Ospitau, le quel il fist grant comandor. [2]  Cestu coumandour estoit nomé frere Fouque de Villeret, qui fu large et courtois et moult liberal, et fu de si bon portement en sa baillie quy ce fist moult amer et prizer des freres et d’autre gens. [3]  Et si come aventure avient, [avint] que le maistre son oncle si morut et les freres de la maizon firent maistre sestu frere Fouque, grant coumandour, a l’incarnasion de Crist .m. et .iiic. et .v.

[435]

[1]  (671) Et quant le maistre fu afermés, il enprist une prise com je vous dirais.

[436]

[1]  (672) Il y a un ihle quy s’apele Rodes, quy est de l’emperour de Costantinople, la quelle est en la crois de la mer, et voizin de la Turquie mout prés et prés de l’ihle de Chipre, et est au chemyn de siaus quy vont en la terre de Egipte. [2]  Et siaus de seste ihle de Rodes estoient consentans a passer par yaus les vaussiaus chargés de marain et de fer et de garsons grifons et femes, quy se porteent a vendre as sarazins de Babiloine, et meismes siaus de la dite ihle de Rodes porteent cestes meymes marchandies souvent as sarazins. [228]

[437]

[1]  (673) [F]rere Fouque de Villeret, maistre de l’Ospitau, au coumensement de sa maisterie vost avoir gré de Dieu et los et henor au siecle, si enprist d’aler prendre cest dite ihle de Rodes, et pourpensa que il defenderoit a passer les marchandies que je vos ay dites desus, quy aleent as sarazins, et poroit ausi meismes sousmetre ses vizins de la Turquie a la crestienté. [2]  Et pour coumenser l’enpryse qu’il vos dit manda querre de Famagouste .i. grant home de Jene quy a nom sire Bonyface de Grimaut, le quel vint au maystre au Colos, .i. cazau de l’Ospitau prés de Lymesson, et la parlerent et ordenerent lor afaire si come il lor sembla qui couvenoit a sel bezoin qu’il avoient enprise. [3]  Et entre pluyzors consiaus quy furent pris entr’yaus et pluyssors paroles meysmes dites, la chose fu a ce condute et fermee, qu’il firent lor armement, et monta le dit maistre et ses freres sur le dit armement, et alerent a Rodes, et en lor venue prirent terre par force et asegerent le chastiau de Rodes, et ly donerent grant bataille d’engins et d’autre chozes. [4]  Et estant au siege de se dit chastiau de Rodes avint chose, si come aventure avient, que un autre chastiau quy a nom Filerme, quy est loins de la mer, et grifons l’aveent garny de sergenterie et de vitaille, et avoit venu en lor aye turs de la Turquie, des quels il avoyent mis .iiic. dedens cestuy chastiau de Filerme, et avint ensy que le chastelain de se dit chastiau baty .i. sergant grifon, || [228v] quy eut honte et despit, et sur son cor[o]s vint as ospitauliers, en l’ost quy estoit devant Rodes, com vos avés oÿ, et lor fist entendants et promist de rendre le dit chastiau que je vos ays nomé de Filerme dever sele partie dont il guaitoit, se il les voleent prendre.

[438]

[1]  (674) [C]estu home nyssi de nut de sa plasse, que nul ne le senty, et fu si con je vos ais dit entre les ospitalliers, et estoit ja grant piesse de la nut, dont le maistre et les freres manderent gent d’armes a pié et lor dounerent fey, et alerent o luy. [2]  Et le dit home monta en sa plasse, la ou il guaytoit, et les ospitalliers et lor sergans monterent aprés luy de la ou il monta, et prirent le dit chastiau par seluy leuc, et myrent a l’espee les .iii[c]. turs sarazins qu’yl troverent layens, et les autres, homes et femes et enfans, se mirent as yglizes pour sauver lor vie.

[439]

[1]  (675) [C]este enprize de se chastiau si conforta moult les ospytaliers et acrut lor cuer en plus fort asaillir [le chastiau de Rodes] et metre en avant lor bezoigne, ja soit se qu’il demourerent plus de .ii. ans a prendre le, car le chastiau estoit moult fort et avoit bones gens d’armes dedens, selonc gens gryfons qu’il esteent, et meysmes l’Ospitau ne le voleent si fort grever quy se desfeyst, et meysmes pour ce que siaus de dedens esteent crestiens. [2]  Mais en covenable || [229] maniere firent lor poer de prendre le, et por ce dura tant le siege, et quant Dieu vost que la bezoigne fust delivre por le bien de la crestienté, par ce que les marchandies nen alassent as sarrazins, si com je vos ay devizé, si manda une aventure con je vos devizeray.

[440]

[1]  (676) Il avint que l’enpereor avoit reseu letres et .i. mesage que siaus de Rodes ly manderent, et ly aveent mandé quy les deust secourre de vytaille et d’armes, dont l’empereor lua une nave d’un jenevés et la charga de fourment et d’armes asés, et lor manda par se dit home que siaus de Rodes ly aveent mandé. [2]  Et quant la nave fu as aigues de Rodes, si ot si fort tens qu’ele ne post prendre [terre] a Rodes, et d’autre part il troverent .xii. galees armees, de provensas .iiii., et [de] Saido Doire une, La[n]franc Seba, quy se nemoit Lapennate, jenevés, si eut une, et de Vingueull, jenevés, .i. autre, et l’Ospitau avoit armé les autres, de Chipre par parties et d’autres leus, si que la dite nave se layssa courre en Chipre et vint au port de Famagouste. [3]  Et sur ce .i. chevalier de Chipre, quy eut nom sire Pierre le Jaune et avoit .i. lein armé de l’Ospitau, et vint de Rodes en Chipre, et estant au port prés de sele nave le marchant jenevés, seignor de la nave, douta que sele saitie ne preist l’ome devant nomé, quy estoit de Rodes et revenoit a Rodes. || [229v] [4]  En seste nave avoit asés de vitaille et armes que l’enpereor mandoit, si le vost metre en terre a Famagouste pour estre plus seur, et ensi come il estoit a la barque un des mareniers le conut, de siaus de la saitie de Piere le Jaune, et voguerent vers la dite barque ou il estoit et le prirent, et piestant sire Piere le Jaune le mena au maistre de l’Ospitau a Rodes. [5]  Dont pour paour de mort sestu pourchassa et trayta vers siaus de Rodes, dizant leur de par l’enpereor et par mout d’entreseignes quy lor dist, que siaus dou chastiau se rendirent a fiance d’yaus et de lor biens, et fu le dit chastiau en la main et au poier de l’Ospitau, portant les cles au maistre siaus dou chastiau, et par covenanses devizees que lor biens lor demourerent a la fiance de l’Ospitau, et estant lor homes, si come il esteent de l’emperour de Costantinople. [6]  Les ospitalliers lor tindrent bien lor covenanses, et adons aprés les resurent a lor homes, mais il les myrent a herberger hors de la forteresse dou chastiau, et se herbergerent au bourc, et se fu en l’an devant [dit] de l’incarnasion de Crist .m. et .iiic. et .vi., et quant il l’asegerent fu a .m. et .iiic.

[441]

[1]  (677) Le maistre et les prodes homes freres de l’Ospitau rendirent grases a Dieu et a la Virge Marie de se bien et hennor quy lor avint, et labourerent le dit chastiau et l’esforserent de toute pars, et acuillirent mout de bounes gens, quy veullent || [230] a Rodes venir pour anger le leuc et multeplier le. [2]  Et depuis ont sousmis de lor obediensse pluyzours leus de la Turquie quy lor dounerent truage, ni onques nen ozerent les mauvais marchans passer de la ny charger en Turquie ni marain ni me[me]lout ni autre chose pour porter en Babiloine, et se nul s’i met a aler l’Ospitau a ces gualees si les preignent et les rebont, la qué chose tourne a grant bien a la crestienté, et enssi le porvea Dieu pour le miaus.

[442]

[1]  (678) [E]n ceste maniere manda Dieu grace au noble maistre de l’Ospitau et au prodes homes de la maison que il fure[n]t par ce leuc en grant lyberté et grant franchise, et en lor seignorie par eaus et hors de la sugesion de autre seignorie, et Dieu par sa grant grace les y teigne en bounes euvres, amen. [2]  Or veus revenir au fait dou seignor de Sur quy se fist governeor.

[443]

[1]  (679) [I]l avint ensi que le dit governeor ne layssa nul chevalier user ni chevaucher o le roy, si ne fust messire seneschau, son oncle, et aucuns autres chevaliers que je vous noumeray: messire Johan de Giblet de la Surie, quy se dizet Arneb, et sire Loïs de Nores, et sire Rolant de la Baume, et sire Balian de Mongezar, et autres .ii. [2]  Estant se fait en ceste maniere, pluyssours chevaliers, de siaus meymes quy eurent juré au governeor, si furent en lor cuer mout || [230v] repentant de ce fait, et le governeor s’en apersut et les eut couneus et moult agaitoit de prendre les a point sur seste coulpe. [3]  Si avint en se mileuc que le gouverneor vost que le roy otreast par sa court que il estoit governeor par son gré, et en voloit de ce faire chartre pour soy escuzer as rois dela la mer de la force que il avoit fait au roy. [4]  Le roy en nulle fin dist quy ne le fereit et que il se laireit avant tout desmenbrer, et le gouverneor l’eut moult a grief, et monta atant seste regringne que le seignor de Sur, governeor, vost asaillir et prendre le roy par force en son hostel, et s’arma le seignor de Sur, governeor, et tous les siens, et vindrent au confanon levé et au chevaus covers entour l’ostel dou roy. [5]  Et si ot a sel tens .i. apostan des jenevés en Chipre quy estoit a Nicossie, quy vynt en persone, et tous les jenevés de Nicossie par son coumandement o luy a confanon levé, et estoit l’apostan sur .i. grant chevau que le gouverneor ly douna en don. [6]  Sestu aposte avoit nom Jaque Pansan, et au tens pacé par le roy avoit esté damagé, et pris en persone par le visconte de Famagouste et mené trop hontozement en la prizon des larons, et pour ce fist il se quy fist de venir as armes contre le roy, con se soit chose que il en fu blahmés et repris || [231] en Jene.

[444]

[1]  (680) [L]e roy, quant il vy que l’on le venoit asaillyr et prendre en son hostel, si fist asembler se quy post de gens en son hostel, et y fu monseignor Phelipe de Yblin, son oncle, seneschau dou royaume, quy fu armé, luy et les autres, et le roy meismes son cors fu armé, et dist que il voleit yssir pour saver quy li veroit encontre. [2]  Les gens dou gouverneor a pié et a chevau estoient rengés et armés par la rue de lonc en lonc par devant l’ostel dou roy, mais la rayne, qui avoit de tout se grant dolour, et freres pechours et menors et d’autres religions vindrent au roy et s’agenoullierent devant luy, et meysmes les damoyseles ses seurs li vindrent devant a faire li prieres de non yssir encontre le governeor, et firent tant que il repaira. [3]  Et fu fait l’acort en tel maniere, que messire Phelipe d’Iblin, seneschau dou royaume, qui estoit oncle dou roy et dou gouverneour, et tous les chevaliers et valés et sergans quy s’estoient mis dedens la court dou roy en s’aye, quant il fu asegés, deveent venir a pié en cors, san sai[n]ture, en l’ostel dou seignor de Sur, governeor, et cryer ly mercy, et le dit governeor lor devoit pardoner et saver vye et menbre, et non prison de pain et d’aigue, et quy lor devoit rendre lor fiés. [4]  Et ensy con ceste covenanse fu devizee, tout ensy || [231v] fu fait.

[445]

[1]  (681) [M]essire Phelipe de Yblin, le seneschau, ala a pié mais non pas en cors, et le vesque Guy de Famagouste ly aloit de prés, jusques a l’ostel dou gouverneor, et [a]prés luy d’une bone piesse dou jour alerent tous les autres chevaliers, vallés et tricoples et sergans, a pié et en cors, sans saintures, si com vos l’avés oÿ devizer.

[446]

[1]  (682) [E]t quant il furent venus en l’ostel dou governeor, en sa prezence, il lor pardona et delivra a qui il vost [et mist] en prizon siaus que il vost, et je vos noumerais acuns et vos dirais les chevaliers.

[447]

[1]  (683) [M]essire Haimery de Milmars, et messire Renaut de Saisson, et messire Jaque de Floury, chevalier d’Acre, et messire Johan Babin, et messire Anciau de Brie, et messire Johan Layze, et messire Hugue d’Agullier, et sire Simon d’Agulier, et sire Hugue Beduyn, et sire Gerar de Bries, et sire Thoumas de Bries, et autres chevaliers que ennu seroit de tout nomer. [2]  Et si furent aussi .ii. vallés arestés, Thoumasin d’Yblin et Berthelin Mahé. [3]  Or avés oÿ les nons de siaus quy furent pris et maumenés pour ayder le roy lor seignor.

[448]

[1]  (684) [E]t quant vint l’an aprés, quy fu de l’incarnasion de Crist .m. et .iiic. et .vii., messire Bauduyn d’Yblin, pour ce quy li sembla mau fait a aler tant avant contre le roy, si con le governeor mostroit, si ne se vost pl[us …] [233]

[449]

[1]  (685) […] acuylly par tout, si ly manda .i. sien mesage a tout le fermau, et quant le roy Hayton vy le fermau si le baiza et le mist sur sa teste et sur ses ziaus, et desendy fiablement et si mena o luy le petit roy son nevou, que je vos ai dit.

[450]

[1]  (686) [S]i tost con cestu grant seignor tatar le tint, et aucuns autres chevaliers o luy qui estoient d’Acre, l’un ot nom Gille Antiaume, il cuyda venir a son entendement et ly requist de par le grant Cazan le reyaume d’Ermenie. [2]  Haiton li respondy que il n’estoit mye sien, ains estoit de sel anfant, son nevou, quy avoit nom Livon. [3]  Se grant seignor tant tost sans nul respit coumanda a sa gent de luy ocirre, dont sa gent le depeserent as espees, et tous les chevaliers et autres quy estoient o luy. [4]  Et quant l’enfant Livon le petit vit que l’on tuoit son oncle et les autres, si fouy entre les tentes des femes des tatars, pour sauver sa vie, mais riens ne ly valut, que les tatars l’alerent prendre et le traistrent des femes et ly taillerent la teste, quy estoit enfant qui n’avoit pas .x. ans d’aage.

[451]

[1]  (687) [Q]uant seste chose avint, les freres dou roy Haiton, Hoissin et Alinah, se tindrent fort lor leuc et lor chastiau, et quant ses tatars virent quy ne poreent rien esploiter a lor entendement, si repairerent mout repentis et en grant paour que Cazan ne lor feist || [233v] mal, si come il lor fist, si con vos orrés.

[452]

[1]  (688) [Q]uant [a] Hoissin et Alinah, freres de Haiton, mais ses .ii. Hoissin et Linah furent nés d’une ventree, mais Hoissin nyssi premier, si vost Hoisson que Alinah fust roy et seignor, mais Alinah, quy regarda a liauté et a rayson, ly dist que la hautece venoit miaus a luy, pour se quy nissy premier dou ventre de lor mere avant de luy, et enssy tint Hoisson le royaume d’Ermenie en son poier, et aprés se fist encorouner.

[453]

[1]  (689) [E]t de la mort de lor seignor et frere, le roy Haiton, furent mout dolens, et de l’enfant, le petit roy lor nevou, et puis que il eurent plouré et fait lor doulor a lor usage, et enterer leur cors, le dit Hoisson, roy d’Ermenie, manda Alinah, son frere, a grant can Cazan des tatars, soy conplainant de la mort de lor frere et de l’enfant, que sa gent aveent mors sous sa fiance, venant a son comandement par la prezen[ta]sion de son fermau.

[454]

[1]  (690) [L]e roy Cazan, seignor des tatars, tint se fait moult a grief et a grant dehleauté, et fist venir seluy sien chevetaine de selle gent que il avoit mandé por la Turquie guarder et ala faire sel fait dou roy d’Ermenie, con vous l’avés oÿ, et si li fist tailler la teste et a tous les autres quy aveent feru de lor espee a tuer les .ii. devant només, Haiton, roy d’Ermenie, et || [234] l’enfant, le petit roy Livon. [2]  Et se revint Alinah en Ermenie.

[455]

[1]  (691) [B]aron Hoissin, quy estoit roy d’Ermenie, se tint le royaume saizi et tenant. [2]  Or avoit il encores .ii. freres en Costantinople, que l’un si ot nom Sembat, seluy quy s’estoit fait roy et avoit fait estrangler son frere Toros et asorber de ziaus Haiton, lor frere aihné, quy estoit roy, et l’autre frere avoit nom Dendin, le quel Dendin n’avoit guaire que il estoit mort. [3]  Et estoi[t] une [leu]r seur, feme de l’emperour de Costantinople, et estoit en vye encores.

[456]

[1]  (692) [D]ont sestu Sembat, quant il oÿ la mort de Haiton, se party de Costantinople et vint en Chipre, quy avoit sa seur feme dou seignor de Sur, governeor, et fu en Chipre aucun jour, et puis ala a une guallee en Ermenie, et manda son mesage a son frere Hoisson, quy li rendist le royaume, car il estoit aihné de luy et a luy venoit de raisson. [2]  Et Hoissin ly manda que il avoit crevé les ziaus au roy, quy estoit son frere et son seignor, et avoit fait estrangler l’autre frere, et que par ses heuvres estoit il traitre, et que traitre a nul leuc de droit ne doit tenir terre, et que a luy venoit le dit royaume le quel tenoit et teroit tous jours. [3]  Cestuy Sembat oÿ ses respons et vit bien que il ne poret ensy espleiter, et se party et tourna en Chipre. [234v]

[457]

[1]  (693) [L]e roy Hoissin le fist aguaiter et espier, et fist armer .i. lein, mains de gualee, et manda .i. sien feel genevés des grans homes de Jene, quy ot nom sir Baude Espine, desus le lein pour atendre ensi come il yreit en Costantinople. [2]  Sire Baude y ala et l’atendy grant piesse en selle mer, par la ou il saveit que il deust passer, mais le dit sire Baude si fu malade et vint a Rodes, et la si trova sire Sadon Doire, quy [estoit] un autre grant home de Jene, et parla a luy de se fait, et ordena o luy que le dit sire Sadon atendy sestu Sembat en vees.

[458]

[1]  (694) [D]ont il avint que le dit Sembat, puis que il retourna d’Ermenie en Chipre, si se mist dedens une gualee d’un jenevés quy a nom sire Joany de Guyzolfe, quy alet en Costantinople, et alant en lor vee si troverent sire Sadon Doire aveuc sa galee, et s’acosterent fiablement l’un gualee a l’autre, et se parlerent, et en la fin sire Sadon dist que il voloit aver la persone de Sembat en toute maniere, dont sire Jouanyn de Grizofle dist que il ne ly douroit en nule maniere. [2]  Et sire Sadon dist que il le prendereit par force [a] sire Joanyn de Guizofle, quy ne le post defendre, pour ce que sa gualee [estoit] mal armee et nen avoit mye tant de gens com selle de sire Sadon, si monta sur la dit gualee a gens d’armes, et prist le dit Sembat et le mist en sa gualee et l’enporta en Ermenye au roy d’Ermenye Hoissin, son frere. [3]  Et sire Baude Espine, quy estoit venu || [235] de Rodes en Chipre malade, resut une letre de sire Sadon par .i. sien enfant, par la quele letre ly fist a saver coment la bezoigne estoit parfaite et que Sembat estoit pris et le menoit au roy d’Ermenie. [4]  Et tant tost sire Baude, quy estoit a Famagouste, lua .i. panfle et l’arma et se mist dedens tout malade, et s’en ala a Laÿas en Ermenye, et aprés se qui fu party d’une liue, fu seu a Famagouste ce fait, et s’il fust en poy demouré il fust esté pris, et ensi avint de seste bezoigne. [5]  Et le roy Hoissin et son frere Alinah prirent cestu lor frere Sembat et le tindrent en prizon, et dedens se Alinah morut soudainement, car il estoit travayllié mout en chasser, et sur son travaill manga lait quy est[oit] moult froit, et subitement ly prist un mau dont il morut piestant, et de luy fist moult grant deul le roy Hoissin. [6]  Dont il avint, depuis la mort de ce sien frere, que gualees vindrent de marchans venesie[n]s, entre les quels gualees vint un grant home de Veneysse, quy eut nom sire Nicolet Morissin, mesage en Chipre et en Ermenie, au quel le roy Hoissin d’Ermenie livra sestu sien frere baron Sembat, quy le mist sur les gualees. [7]  Et alant les dites gualees en lor chemin, quant il furent en poy loins dela de Chipre, le dit Sembat morut sur mer de maladie, ensi remest au roy Hoissin le royaume d’Ermenie sans nul contredit. [8]  Or vos veus retraire un autre aventure quy avint si con vous entenderés. [235v]

[459]

[1]  (695) [I]l avint en se dit an de .m. et .iiic. et .vii. de Crist, si con je vos ais dit, que pape Nicole morut l’an passé, et fu fait pape en son leuc Climens quint, le quel se tint en Avingnon et a Bordiaus, et ne vint a Rome nule fes tant con il fu pape. [2]  Cestu pape avoit mandé querre a luy frere Jaque de Molay, maistre dou Temple, et fu fait aprés maistre Tibaut Gaudin, et tiers aprés frere Guillaume de Biaujeu, maistre quy morut tué a la prise d’Acre, si con vos l’avés oÿ si aryere en se livre.

[460]

[1]  (696) [C]estu frere Jaque de Molay, maistre dou Temple, quant il fu outremer se porta mout escharsement vers le pape et les cardenaus, car il s’estoit mout eschars hors de rayson, et toute fois le pape le resut a mout biau semblant. [2]  Et en se myleuc le maistre ala a Paris et en France, et requist dou trezorier dou Temple son aconte et trova que le trezorier avoit presté au roy de France une grant cantité d’avoir, que l’on dit .iiiic.m. flourins d’or, mais je ne say s’il furent mains, et se couressa le maistre mout fort contre se trezorier, et ly leva l’abit et le chassa de la religion. [3]  Dont il vint au roy de France, quy fu moult courousé de se que par s’achaison ly fu levé l’abit, et manda .i. haut home de France au maistre, priant luy [que] pour amor de luy ly deust rendre l’abit, et que ce que il devet a la mayson il le rendra volentiers, dont le dit maistre ne vost riens faire, et respondy autrement que il ne d[evo]it a la priere de || [236] tel home come est le roy de France. [4]  Et quant le roy vy que il ne vost riens faire pour sa priere, si manda priant au pape que il mandast de par luy au maistre dou Temple de rendre le mantiau de l’abit dou Temple au trezorier, et le dit trezorier en persone porta la dite letre dou pape au maistre dou Temple, quy ne fist riens pour le pape, ains dient que le maistre jeta la dite letre au feuc quy alumoyt en une cheminee.

[461]

[1]  (697) [L]e roy de France l’eut moult a grief, et quant vint dedens aucuns jours aprés, le pape requist le maistre et vint de Paris a luy, dont le pape ly requist que il ly donast la regle de sa religion dou Temple par escrit, et le maistre la ly douna, et la lut. [2]  Et depuis a esté parlé entre la gent de tantes manieres de la religion dou Temple que je ne say quy verité je puisse escrire, fors tant que les choses quy sont avenues publiquement puis je bien escrire, que aprés que l’on dit que il fu examiné par sages et par les relegions l’escrit de lor regle, furent despozés et desfait lor relegion et .xxxvii. furent ars a Paris. [3]  Et dient siaus quy les virent ardre que, tant com il ardoient, crieent a haute voys que le cors d’yaus estoit dou roy de France et l’arme estoit de Dieu. [236v]

[462]

[1]  (698) [E]t meysmes au derain le maistre et le comandour de Guascougne si furent menés a Paris par devant tout le peuple, la ou il y ot asemblés plus de .lm. persones, et y furent .ii. cardenaus de par le pape, quy firent lire .i. escrit de lor regle, par le quel escrit s’entendeit que il l’aveent coneu et gehi de lor bouche. [2]  Mais marchans quy se troverent la dient que le maistre si torna vers le peuple et dist bien haut que tout ce que sel escrit dizeit estoit faus, et que il tel chose nen avoit dit ni gehi, ains estoient bons crestiens. [3]  Et sur seste parole .i. sergant le fery de la paume sur la bouche, qu’il ne post plus dire, et fu trayné par les cheviaus en une chapele, et le tindrent tant la que il fu bien tart et que le peuple fu amermé et party de la la plus grant partie. [4]  Et adons le dit maistre et le coumandour de Guascoigne furent mis en une barque et pasés en l’ihle quy est dedens le flum, et la fu le feuc alumé, et le maistre lor pria qui ly soffrissent a dire ses oryssons, les ques il dist a Dieu, et puis se livra a faire de son cors lor volenté, et ensy seaus le pryrent et le mirent au feuc, et fu ars. [5]  Et le Dieu tout puissant quy seit et conut les choses secrees, s’il seit que il fust innocent de sel fait que l’on lor mist sus, luy et les autres quy furent ars sont martirs devant Dieu, et se il sont tes quy l’ayent deservy, il ont esté punis. [6]  Mais je puis bien || [237] dire, tant que a l’aparant, je les ay coneus pour bons crestiens et devos en lor messes et en lor vie, et especiaument le cors de monseignor le maistre, quy fu frere Guillaume de Biaujeu, en mout d’amohnes grans et larges que il faizeit a pluzours bounes gens priveement et a l’aparant, com chascun le seit quy l’ont veu. [7]  Mais je vos layray a parler de seste rayson et vos diray un autre aventure quy avint en Chipre trop male, pour la quele est creu et monté grant descort quy peut tourner a grant peril dou païs.

[463]

[1]  (699) [I]l avint en l’an de l’incarnasion de Jhesu Crist .m. et .iiic. et .ix. que le seignor de Sur, governeour, fist prendre son oncle, monseignor Phelipe de Yblin, seneschau dou royaume de Chipre, qui estoit a son cazau Lamino. [2]  Et le prist messire Haimery, counestable dou royaume de Chipre, quy estoit ausi son nevou, et le mena a la maryne dou dit cazau, et la le fist monter en une gualee armee, et fu mandé au roy d’Ermenie, qui le tint la en sa garde.

[464]

[1]  (700) [E]nsement le dit gouverneor fist prendre messire Bauduyn de Yblin et metre en une saitie armee, et le manda en Ermenie, luy et autres chevaliers quy sont si desous només: sire Heimery de Mimars, et sire Jaque de Flourin, et sire Hugue Beduyn, et si fu sire Estorgue Pedot, et sire Guillaume Rousel, et sire Nicole de Saint || [237v] Bertin, et sire Phelipe de Giblet, et sire Jaque d’Artusse, et sire Jaque Coste, et sire Thoumas de Biaufort. [2]  Tous ses chevaliers furent mandés en prizon en Ermenie, pour ce quy ne voleent obeir le coumandement dou dit gouverneor.

[465]

[1]  (701) [L]e seignor de Sur, gouverneor, quant il vy que le roy son frere ne ly vost otroer en nule maniere dou monde quy fu sire et gouverneor de par luy, pour ce quy se peust escuzer as seignors dela la mer, si vost mander mesage au pape et au roy de France, a soy escuzer de ce qu’il avoit fait, et que pour le myaus fu la chose ordenee, selonc l’estat en quei le roy estoit. [2]  Et manda a seste mesagerye sire Johan de Brye et .i. autre chevalier sodeer, quy ot nom Johan Lonbart, et furent au pape et troverent la le roy de France, et par devant le pape et le roy de France chargerent le roy Henry de laydes maladies et de laides countenanses, les quels il n’estoient pas en luy sans faille, mais ensi fu la parole entre la gent que ses mesages aveent dit. [3]  Et dit on que le pape et le roy de France ne donerent mye fei a lor dit ne lor firent pas bon respons, et pour se se partirent subitement de court et retornerent en Chipre.

[466]

[1]  (702) [E]t aprés le seignor de Sur, gouverneor, se mist de tout a faire dou pis que il post, et manda a la dame de Sur, sa espouze, au roy d’Ermenie a porchasser et trayter coment sil vozist tenir le roy Henry || [238] son frere […] dont l[… Er]menye et […] con la di[ …] gouver[…] [238v] […] de ses […] dist vi[…]esty et […] son lit et [… ]l veant [… ]en vint […]n et […]a