RIALFrI

Cronaca del templare di Tiro, 1343 (parte prima, lemmatizzata)

Cronaca del Templare di Tiro (1243–1314). La caduta degli Stati Crociati nel racconto di un testimone oculare, a cura di Laura Minervini, Napoli, Liguori Editore, 2000.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

Lemmatizzazione a cura di Ella Nagy

 

 

[1]

[1] (237) [95] Depuis que vos avés oÿ retraire tous les erremens quy sont avenus desa la mer en Surie et en Chipre, quy apartient soulement de l’empereor a siaus de Chipre, si vos viaus retraire plussors autres chozes quy sont avenues en Surie et en Chipre et en aucuns leus as parties d’outremer, des chozes quy a conter font.

[2]

[1] (238) Entre tant con seste guerre dura entre siaus de Chipre et la gent de l’empereor, si com vos avés oÿ, le dit empereor entendi coment les jenevés abondoneement aveent aydés les chiprois contre sa gent et aveent meismes esté contre luy, quant il fu a Acre en l’aye dou seignor de Baruth. [2]  Et pour ce il vost grant mal a jenevés et comanda par tous les leus de sa seignorie que jeneus ne demorast, en peine de la teste, a un terme quy lor mist, et defendy que forment ni autre vitaille ne deust aler de sa terre en Jeune, sous une grant peine. [3]  Et por ce devint le forment si cher en Jeune que la mine valut .c. sos de sele monee, et la cité de Jeune se peut bien soustenir de tout se que mestier ly est, sauf que de fourment.

[3]

[1] (239) Dedens se le pape Selestin de Milan avoit mandé a plusors perlas de venir a luy || [95v] a Rome, et pour ce que les perlas n’ozerent passer par la terre de l’emperor ny por Pize, si vindrent en Jeune et firent armer plusors guallees pour passer en Rome. [2]  Dont le dit enperor entendy coment ses perlas devoient passer o sses guallies de Jeune, si fist armer en Pize .xl. guallees, et alerent ses gualees aprés ces dites gualees et ses perlas, et ce fu por mau que il voloit as jeneus et por descorde que il avoit a l’iglise. [3]  Et prirent les dites gualees et les damagerent et tuerent plussors, et menerent les perlas en Pize, dont aucuns eurent les courones de lor testes escorchees et autres furent mort en prison.

[4]

[1] (240) Quant le pape entendy ceste chose escomenia le comun de Pize, dont il fu lontens escoumenié. [2]  Et quant les jeneus furent si damagés, si armerent guallies et autres leins et alerent en cours sur les pizans et sur la gent de l’empereor, et lor firent menuement damage.

[5]

[1] (241) L’empereor tant tost si fist armer .lxv. guallees de Sezille et de Puille, et vint en Pize, et pisans armerent .xl. guallies, quy furent .cv. guallees, et fist son amirail .i. jeneus quy ot nom sire Ansaut Damar, le quel estoit || [96] amirail de l’empire. [2]  Et aussi ordena l’empereor .i. host de jens a chevau, qui manda en Jeune par terre, et gent a pié, et alerent ses .ii. host par terre et par mer aseger Jeune. [3]  Et siaus des guallees de l’empereor geterent plusors pilés et caryaus quy avoient lor fers d’argent, et se firent il aussy come par une grant noblece. [4]  Et l’autre host vint par terre en .i. leuc quy se nome Levant, quy est .i. leuc mout estroit et mout aspre de roches por gens a chevau, et si a .ii. bours as costieres des montaignes, et par mileuc de ses .ii. bours si a une valee mout estroite, qui vait ver la mer, ou il y a une esplage de sablon joinant a la mer. [5]  Et en celuy leuc les jenevés quy demorent la et autres que le comun manda desconfirent la gent de l’empereor malement, et en y ot asés mors de lanses longues et de caryaus. [6]  Et en seste maniere furent desconfis par terre la gent de l’empereor.

[6]

[1] (242) En seluy meismes jour jenevés par mer nissirent a conbatre a guallees de l’empereor a .lxxxi. guallees mout bien armés, que chascun en persone i monta desus por defendre lor terre et lor henor. [2]  Et Dieu les ayda en lor droit, et vost que les perlas fusent vengés de siaus qui …, les .c. guallees de l’empereor furent desconfis devant la cité de Jene, et prirent les jenevés || [96v] .xxi. guallee, les .viii. de siaus de l’empereor et les .xiii. de siaus de pizans. [3]  Et fu ceste bataille faite en sel an que les chiprois prirent Sur des longuebars, quy fu l’ an de l’incarnasion de nostre seignor Jhesu Crist .m. ii .c. xlii., le mois de jung.

[7]

[1] (243) Cestu emperor, quy fu moult cruel home de cuer et sans pité, et fu mout contraire et persecutor de sainte yglise et por ce li meschut, ala a nient, luy et ces hairs. [2]  Et entre les cruautés que il fist en est une que je vos diray.

[8]

[1] (244) Il avint que plusors des homes, chevaliers et borgois et autres gens, mesfirent envers luy, selonc le dit de seaus quy l’esgarderent. [2]  Le quel mesfait il atainst en veryté ou autrement, il les fist prendre, yaus et lor femes et lor anfans, grans et petis, qui estoient nes de .viii. jours, et fist crever les ziaus a plusours, et puis trestous ensemble les fist ardre en .i. feuc, et furent par tout bien .vc. persones.

[9]

[1] (245) Quant vint l’an de l’incarnasion de Nostre Seignor Jhesu Crist .m. iic .xliii., pape Selestin morut, et fu fait pape Inosent cart, quy fu né de Jene d’un grant lingnage quy s’apelet Dalsses. [2]  Et cestu pape amonesta moult l’empereor de || [97] venir a amendement de sainte iglize, et que il le resevreit volentiers, mais l’empereor ne vost onques riens oïr. [3]  Et pour ce le dit pape despoza l’empereor de l’empire, et asembla ost et ala contre luy, et se combaty a ly devant la cité de Baline, et fu desconfit malement le dit emperour et son host en tel point que onques puis il nen ot poier de grever sainte iglize, et vesquy aprés se que post et puis morut .vi. ans aprés ce que il fu desconfit. [4]  Et remest aprés luy son fis le roy Courat, quy fu fis de la rayne de Jerusalem, et sestu Courat espouza la fille dou duc d’Asteriche, qui est .i. grant menbre d’Alemaigne et mout riche, et si eut le dit Corrat de ceste dame sa feme .i. fis quy ot nom Coradin, dou quel vos orés encore a parler de luy en ce livre.

[10]

[1] (246) Cestuy Courat dont je vos parle en son tens se porta asés pis contre sainte yglize que son pere l’empereor n’avoit fait, et morut ausi escomenié con fist son pere.

[11]

[1] (247) Se dit emperour avoit encores .i. autre fis qui ot nom Manfrey, qui fu nes en avoltire, et vous dirais coment.

[12]

[1] (248) Il avint que le dit emperor Federic si ama gentille dame de Lonbardie quy estoit || [97v] marquizane, mais quant a l’empereor elle n’i estoit mye pareille, et de ceste dame il eut sestuy sien fis Manfrey. [2]  Et avint que la dite dame fu malade prés de mort et l’emperor, qui estoit sans feme, si la vost espouzer por aliauter son fis Manfrey, que il amoit mout, et pour ce il enquist as mieges se elle poiet garir de seste maladie, et tous les mieges le sertefierent que elle ne poiet guarir en nule fin dou monde, et por ceste seurté l’empereor l’espouza. [3]  Et si come il plost a Nostre Seignor, la dite dame guary de selle maladie et vesqy .i. tens, et par selle maniere fu Manfrey aleauté. [4]  Dont il avint que, quant le roy Courat morut, sestuy Manfrey se mist en avant et prist et saisy la seignorie et les biens de l’empereor Federic, son pere avote, et diset que il estoit aleiauté et que il estoit plus droit hair, qui estoit fis de l’empereor, que le fis dou roy Courat, son frere dou dit Manfrey.

[13]

[1] (249) Dont tous les barons dou reyaume de Sezile et de Principat et de Poulle si le resurent au seignor et le couronerent dou royaume de Sezile, et en fu seignor.

[14]

[1] (250) Quant la mere dou Coradin, fis dou roy Courat, oï dire que Manfrey s’estoit fait seignor et corouner, si li sembla bien qu’il avoit || [98] dezerité son fis Couradin, et douta moult que le dit Manfrei nen feist enpoissoner son fis par aucun engin, por soi delivrer que ne le chalongast quant fust an aage. [2]  Et por ce la dite dame norry son fis, ensemble o luy .xii. anfans de son aage, et les vestoit tout d’une colour et mostroit aussi grant amour a l’un come a l’autre, et por se ne poiet nulle persoune conoistre bien serteinement le quel des anfans estoit son fis, et en tel guize garda seste dame ce sien fis.

[15]

[1] (251) Cestu Manfrey, qui ce fist roy con vos avés oÿ, ce espouza une dame fille d’un haut home de Grece quy ot nom Micalichie, de la quele il eut enfans et fis et filles. [2]  Mais je laray a parler d’eaus jusques a un autre fes, et vos diray d’autre rayson, pour devizer les chozes quy sont avenues par les annees.

[16]

[1] (252) Quant se fu en l’an de .m. iic .et. xliiii. de Crist, avint au reaume de Jerusalem que une lignee de sarazins quy sont apelés hoursemins se conbatirent as crestiens en .i. leuc quy s’apelle Forbie. [2]  Et avint par la soufrance de Dieu que les crestiens furent desconfis malement, et furent mors et pris frere Harmant de Periguor, maistre dou Temple, et frere Guillaume dou Chastel Neuf, maistre de l’Ospital, et le conte Gautier de Jafe, et l’arsevesque de Sur, et Raoul vesque de Saint || [98v] Jorge, et les .ii. fis dou seignor dou Boutron, et le mareschau dou Temple, frere Hugue de Montagu, et plusors autres barons et chevaliers.

[17]

[1] (253) En sel an Ballyan, noviau seignor de Baruth, fu feru au bras destre d’un hassisi si com il passet par le change d’Acre, et fu le cop d’un coutiau mais ne morut mie, ains fu mahanie.

[18]

[1] (254) En sel an meismes Jofrey de Sardeine tint herberge, et le Temple o luy, a Jafe. [2]  Et ly fu afermé la trive o le soudan de Domas, quy rendy as crestiens Jerusalem et la terre desa le flum, fors Naples et Jerico.

[19]

[1] (255) L’an de .m. iic .xlv. le sus dit pape Ynosent tint conseil a Lion, et par le conseil despouza a Federic de l’empire, pour ce que l’ on disoit que le pape l’avoit despozé avant par sa volenté et pour ce que il estoit jenevés, mais le conseil jeneral le despoza par ses males heuvres.

[20]

[1] (256) En celuy conseil fu doné la crus au bon roy Loïs de France por le secours de la Terre Sainte, et se crusserent ses freres o luy et autres contes et barons chevaliers.

[21]

[1] (257) En l’an de .m. iic .xlvi. de l’incarnasion de || [99] Crist trespassa de se siecle la raine Aalis de Chipre, mere dou roy Henry Gras. [2]  Et remest tout le royaume de Chipre au dit roy Henry, et le seignor de Baruth fu baill dou royaume de Jerusalem, et Phelipe de Monfort, seignor dou Thoron, si ot Sur a ssa garde.

[22]

[1] (258) Et en l’an de .m. iic .xlvii. de Crist le souldan de Babiloine si prist la cité de Thabarie, et la furent mors et pris mout de crestiens, et si fist aseger le souldan Escalone par terre et par mer de .xxi. gualee et une nave, que toutes bryserent par fortune de tens, et toute fois prist Escalone, quy fu grant damage a crestiens.

[23]

[1] (259) En cel an morut le seignor de Baruth, baill dou royaume de Jerusalem, et fu baill aprés luy son frere Johan de Iblin, seignor d’Arsur.

[24]

[1] (260) En cel an morut Gille, seignor de Sayete, quy fu fis de Balian, et remest de luy .i. fis quy ot nom Julien, quy vendi puis Sayete au Temple.

[25]

[1] (261) Et en l’an de .m. iic .xlviii., a .xxvii. jours de setembre, ariva le roy de France Loïs en Chipre a Limesson, et amena moult grant || [99v] naville, entre la quele naville i ot .xv. guallees de jenevés et .iiii. naves grans a sos dou roy. [2]  Et mena la royne de France s’espouze et ces freres, monseignor Charle, conte d’Ango, et monseignor Anfois, conte de Poitiers, et le conte d’Artois, lor couzin jermain, et Guillaume, conte de Flandres, et si mena autres barons que je ne peus trestous nomer, et furent par tout chevaliers .viiic.

[26]

[1] (262) Le roy Henry de Chipre et les autres seignors de Yblin le resurent a mout grant henour et a moult grant joie, et demoura en Chipre tout sel yver. [2]  Et vindrent d’Acre au leur les maistres dou Temple et de l’Ospitau, et chevaliers et autres gens, et en Chipre conseillierent et ordenerent de passer au primtens en Egipte. [3]  Et quant vint aprés pasques, que le roy manda la raine de France en Acre, et d’Acre elle ala au Chastiau Pelerin, quy est dou Temple et est sur mer prés d’Acre .vii. liues.

[27]

[1] (263) Et en l’an de .m. ijc .xlix., a .xx. jours de may, se party le roy de France de Limesson de Chipre, et alerent o luy Temple et Ospital et grant chevalerie de Chipre et de Surie, et demora sur mer .xiiii. jours, prist terre par force, et a .vi. jours de jugnet prist la sité de Damiate sans cop ferir. [2]  Et ja soit se que il avoient novelles de la venue || [100] dou roy de France desa mer, toute fois il ne saveent mye bien ou il devoit ferir, et por ce il mirent poy de pourveance et furent surpris. [3]  Dont nostre gent mirent escheles as murs et y monterent sans defence, car en Damiate nen i avoit que menue gent, et si y avoit aucuns defendeors si y avoit mout poy.

[28]

[1] (264) Quant la chose fu ensy avenue, le leguat et le patriarche de Jerusalem et le roy de France et les autres barons si rendirent graces a Nostre Seignor de ceste belle aventure que Dieu lor avoit fait en lor premiere venue, de se que nulle defence ne lor fu encontre au prendre de la terre, et sembla que ce fu volenté et euvre de Dieu.

[29]

[1] (265) Les sarazins de Babiloine et d’Alixandre, quant il entendirent que les crestiens aveent prisse Damiate, il furent moult esfrees et a grant paour, et le souldan de Babiloine asembla tout se quy post aver de gens a chevau et a pié por defendre soy contre les crestiens. [2]  Et se Dieu eust volu consentir, le roy de France et son host eust pris toute Babiloine et la terre dela entor, mais Dieu ne vost plus consentir a crestiens, si con vos entenderés si avant. || [100v]

[30]

[1] (266) Quant le roy de France entra en Damiate, com je vos ai dit, et quy ne trova nule defence, si troverent la terre toute plaine de biens acés, et especyaument de vitaille, dont la menue gent roberent et prirent tout, et s’en aisserent une piesse.

[31]

[1] (267) Le roy de France et les autres barons furent au conseil par plussors fois coment devreent faire de porprendre les autres terres la entour, et sur ce ot plusors paroles dites entr’eaus que je ne peus tout retraire. [2]  Et fu la fin de lor conseil de chevaucher dehors par la terre et damager les sarazins quant que l’ on poroit, si come il firent, ce Dieus eust consenty que lor fait fust alé en avant. [3]  Mais je vos layray a parler dou roy de France et de son host et de sa naville, quy sont en Damiate, et vos diray d’une guerre quy avint a Acre entre pizans et jenevés, et aprés retornerons a nostre matiere.

[32]

[1] (268) … Les venesiens manderent confermer ceste compagnie en Veneise par .i. bourgois d’Acre quy se noumoit sire Piere Brisse, quy revint de Venise, et vint sire Lorens Cape, capitaigne de .xiiii. gallees, et porterent sur gallees deus banieres de Pize et de Veneise, et les porterent puis sur lor naves longuement. || [101] [2]  Et avint que le prince Baimont, par le trait dou conte de Jaffe, Johan de Yblin, et par le maistre dou Temple, frere Thomas Berart, manda querre sa seur, la rayne Plaissance, quy estoit veuve de son espous, le roy Henry Gras, et avoit .i. fis quy ot nom Huguet, enfant dou roy Henry Gras et eir dou baillage dou royaume de Jerusalem, pour mener la a Acre contre les jenevés et a l’aie des pizans et venesiens.

[33]

[1] (269) La guerre et l’aparaill de guerre se faizoit a grant force. [2]  Et au tens d’adons avoit un consle de Pize a Acre quy avoit nom messire Siguer de la Seete, quy fu moult vaillant home et savoit moult de guerre et fu moult artillous home, et si faizoit ordener de guarnir la tour le Pize. [3]  Et avint que .i. jour estoit sur la tour de Pize, et le conte de Jaffe o luy, qui ot nom messire Johan de Yblin, et estoit le conte tout a descovert, et sur la tour de Jene, qui estoit mout prés de la tour de Pize, avoit a sel houre .i. moult bon abalestrier quy tendy l’abalestre et vost ferir le conte de Jaffe, mais .i. des .ii. conseles de Jene se trova la, qui se nomoit Ansiaudin Seba, et defendy as sergens de non ferir pour ce que la trive duroit encores. [4]  Dont ceste bonté que se consele fist fu retraite au conte de Jaffe, que puis la guerre li rendy bon guerredon, car il le fist chevalier et ly douna fié || [101v] a Jafe .vc. bezans l’an toute sa vie. [5]  Mais il en ot grant charge dou coumun de Jeune, cuydant que le conte li eust se fait par aucune traïson que il l’eust fait contre le comun, mais quant il fu seu la verité siaus de Jene l’orent pour escuzé et loerent ce qu’il fist pour ce que il fist loyauté, et lors se repaira en Jene.

[34]

[1] (270) Les jenevés aveent par usage de mander chascun an a Acre .ii. consles, si que au tens de ceste guerre furent consles messire Lion de Grimaut et messire Ansiaudin Seba, de que je vos ais parlé orendroit. [2]  Et quant les seignors d’Acre virent si grant aparaill faire, si se travaillerent seculiers et religious et les asemblerent en .i. grant hostel qui estoit dou seignor de Sur, messire Phelipe de Monfort. [3]  Et les alemans a Acre parlerent entre yaus de faire aucun acort, et avint entre plussours paroles que sire Lorens Cope Cape dist au consle de Jeune que il ne partiroit d’Acre tant que il porteroit en Veneize une piere dou fondement de la tour de Jene. [4]  Et sachés que ensi come il le dist tout enssi le fist, si con vos l’entenderés. [5]  Si tost come sire Lion de Grimaut, l’un des consles, oÿ seste parole, si mist main a l’espee et la traist et courut sus au dit sire Lorens Cope, et ce failly poy que il nen eut grant mortalité des uns as autres, mais les seignors d’Acre et Temple || [102] et Ospitau les departirent. [6]  Et adons comensa la guerre entr’iaus, quy fu moult mortal, et geterent les uns as autres de plusors manieres d’engins et grans et petis, et tel engin avet quy getet une piere si grant quy pezet .c. rotes, et avoient les engins chascun son nom. [7]  Les jenevés aveent .iii. mout grans, que l’un s’apelet Boverel et l’autre se nomoit Vincheguerre et l’autre Peretin, et venesiens en aveent .i. moult grant quy se nomoit Marquemose. [8]  Et damagerent moult les uns a les autres, et abatirent plusors maisons, et dura seste guerre entour de .xiiii. mois.

[35]

[1] (271) En cestuy mileuc li prince Baimont, prince d’Antioche et conte de Triple, avoit fait venir sa suer a Triple, quy se dizoit la rayne Plaissance de Chipre, et mena son fis Huguet, droit hair dou royaume de Jerusalem, et fu par l’atrait dou conte de Jafe et de frere Thomas Berart maistre dou Temple, et la mena le prince a Acre et son fis Huguet. [2]  Dont la dite raine, par le conseil de son frere le prince, fist reverser tos les homes de la seignorie en l’aie et as sodees des pizans et des venesiens contre les jenevés, defendant leur estroitement de non prendre sodees o les || [102v] jenevés. [3]  Mais aucuns gens furent quy ne se partirent nule fes des jenevés, quy esteent suriens de la ley de Grece, quy estoient de la flarie de Saint Jorge et de Belian et se teneent homs de l’Ospitau, et l’Ospitau meismes fu aidant a jenevés de sa fource. [4]  Et vint le seignor de Giblet a Acre et amena en l’aye des jenevés .iic. archiers crestiens, vylains de la montaigne de Giblet, quy furent puis tous mors en selle guerre.

[36]

[1] (272) Il avint un jour que les jenevés coururent par une rue quy se dizoit de la Raine, por ce que sele rue avoit une maison qui fut de la raine Aalis, et passerent en .i. autre rue quy se dizoit la Carcaisserie, et s’aresterent la. [2]  Et le cry se leva en celuy leuc, dont le prince vint la a chevau covert et chevaliers armés o luy, et entre les autres y fu messire Betran de Giblet, fis de messire Hue. [3]  Et le prince coumanda au dit messire Betran de poindre premier contre les jenevés, dont messire Betran li pria de luy esparagner, pour se qu’il estoit estrait d’iaus, mais le prince le fist aler, vozist il ou non. [4]  Et quant il y ala, si mist le fer de sa lance derier sa selle, disant a jenevés quant il lor fu prés: «Je suis Betran de Giblet». || [103] [5]  Et pour ce depuis le prince ly sot trop mavais gré et le mostra bien aprés au seignor de Giblet, con vos entenderés si aprés.

[37]

[1] (273) Ceste haine que le prince aveit a jenevés nen estoit mye por mesfais quy ce furent fais de rien, mais le prince et son pere et son ayol lor tenoit la rayson, quy devoient aver a Triple, la quele il conquyrent, a prendre la cité de Triple, quant il furent en l’aie dou conte de Toulouze Raymont quy la prist, et les jenevés furent o lor guallees, si com il contient au Livre dou Conquest. [2]  Et pour ce le prince doutoit que les jenevés ne venissent au desus de la guerre, et le metreent plus tost en bregue et en carelle plus tost et plus hardiement, et pour ce si se travailloit d’eaus grever.

[38]

[1] (274) Depuis que le prince fu venu a Acre, si con je vos ai dit, toute la gent lor fu encontre. [2]  Et lor failly la vitaille de venir en lor rue sauve que par l’Ospitau de Saint Johan, quy avoit .ii. portes, l’une porte ver le seignor et l’autre ver la rue de Jeune, et par l’Ospitau paset la vitaille quy lor veneit.

[39]

[1] (275) Messire Phelipe de Monfort, seignor de Sur et dou Toron, si ayda moult les jenevés de || [103v] tout ce qui est, et de sa sité de Sur venet a Acre en la rue de Jeune et vitaille et sergenterie, quy lor pasoit par la maison de l’Ospitau de Saint Johan.

[40]

[1] (276) En la rue de Jeune avoit de toutes lengues bien .viijc. homes d’armes, sans femes et anfans et villars et nafrés quy passerent asés de mezaizes.

[41]

[1] (277) Les venessiens aveent .xx. guallees quy lor vindrent de Veneise, autre que les .xiiii. quy vindrent avant.

[42]

[1] (278) Le prince et la rayne Plaissance sa seur et son fis heir de Chipre partirent d’Acre et retornerent a Triple, et la dite rayne et son fis alerent en Chipre.

[43]

[1] (279) Quant vint a l’an de .miic. et .lviii. de Crist ariverent a Limesson .xlviii. guallees de jenevés et .iiii. naves, quy vindrent au secours de lor rue et des jenevés d’Acre, les quels guallees et naves ariverent a Sur et la ordenerent o le seignor de Sur ce quy deveent faire. [2]  Et fu cheveteine et amiraill Rous de la Turque.

[44]

[1] (280) Tout fois le seignor de Sur et les jenevés ordenerent que le seignor de Sur, a tout ce que il poroit aver de gent a chevau et a pié, iroit a Acre et se teroit en .i. leuc quy se || [104] dizoit la Vignie Neuve, et la averoit a luy le maistre de l’Ospitau et son poer, quy se teroit la ou luy, et quant il verrent que les guallees des jenevés eussent guaigné, quy deussent entrer a Acre et prendre les .ii. rues de pizans et venesiens. [2]  Et ensi com il ordenerent le firent, que le seignor de Sur vint a Acre et se tint en sel leuc et la vint a luy le maistre de l’Ospitau.

[45]

[1] (281) Les guallees des jenevés partirent de Sur et alerent devant Acre, et furent .xlviii. guallees et .iiii. naves, et chascune nave avoit .i. engin, et s’il eussent feru tant tost il eussent tout guaigné, car les gualees des venessiens, quy furent .xl., nen estoient encores reculis. [2]  Et l’achaisson fu que pizans et venessiens douterent de monter et abandoner lor rue et que jenevés de terre ne le creissent, et s’il ne monteent sur les gualees et jenevés de mer desendereent en terre, il perdereent tout. [3]  Dont il firent en grant balanse de ce fait et en paour, et parlerent de ce fait au conte de Jafe, quy lor conseillya d’aler au maistre dou Temple frere Thomas Berart. [4]  Et le dit maistre dou Temple estoit alé demourer a la maison des chevaliers de Saint Landre pour estre loins de la bataille et des engins quy se lansoient, car la maison dou Temple estoit mout prés des pizans.

[46]

[1] (282) Le conte de Jaffe et le consle de Pize et le baill de Veneise parlerent au dit maistre de lor afaire sur le fait que vos avés oÿ, et le dit maistre si lor proumist que il lor manderoit tant de freres et d’autre gent a cheval et a pié quy garderent lor rues et lor maisons tant que la bataille sera faite en mer. [2]  Et tout ensy com il dist ensi le fist, et piestant les freres monterent a chevau covers, et tricoples et autres, et alerent au confanon levé guarder les .ii. rues de pizans et de venesiens. [3]  Et en lor paser les jenevés de terre cuyderent qu’il venissent contr’iaus et saillierent au cry et garderent lor rue.

[47]

[1] (283) Le seignor de Sur vint de Sur par terre a Acre et si ot o luy .lxxx. homes a chevau et .iijc. archers, vilains de sa terre dehors, et se herberga a la Vingne Neuve prés d’Acre. [2]  Et le maistre de l’Ospitau, frere Guillaume de Chastiau Neuf, si nissi hors d’Acre et mena o luy se qu’il post de ces freres et tricoples, et se tint aveuc le seignor de Sur la, et atendirent de veir se que les guallees fereent pour parfaire lor entendement.

[48]

[1] (284) Les venesiens et les pizans, quant il eurent quy garda lor rues, si firent crier lor banc par la sité que quy voroit lor || [105] sodees a monter sur lor guallees pour suvresaillant, si le venist prendre, .x. bezans sarazins le jor et .ix. bezans pour la nuit. [2]  Et pour ce il eurent mout de gens et monterent sur lor guallees quy furent .xl., et si armerent autre barques et parescalmes et panfles, quy furent plus de .lxx., en que avoit en chascun abalestriers qui firent a jenevés trop de damages et d’enuis. [3]  Et quant l’ost des gualees et barques furent tous reculis et hissus hors contre les guallees des jenevés, tant tost les jenevés se mirent tout par eaus en rout et aucunes guallees atendirent quy se combatirent. [4]  Si furent prizes .xix. et mors et pris .m. et .vijc. persones, car aparailles i ot qui osterent lor lamieres et lor chapiaus de fer, et aucunes se recullirent as autres guallees que par force de rins eschaperent et alerent a Sur. [5]  Et autres .v. guallees furent des jenevés quy foïrent, les .iii. a Caifas et les .ii. a Chastiau Pelerin, quy estoit dou Temple, dont les venesiens manderent de lor guallees aprés et les prirent, c’est a saver les .v. guallees sans les homes. [6]  En ceste maniere prirent des guallees des jenevés .xxiiii. et homes entre mors et pris .m. viic., si com je vos ay avant dit, car au reconustre que jenevés furent de lor gent a Sur, tant en troverent mains. [7]  Et les .iiii. naves des jenevés, quant siaus des naves virent que lor gallees furent vencus et desbaratés, || [105v] si firent vele et alerent a Sur.

[49]

[1] (285) Le seignor de Sur, quy estoit a la Vigne Nueve, com je vos ais dit, et sa gent o luy a cheval et a pié, et le maistre de l’Ospitau et aucuns des freres, qui estoient ausi venu cuydant que jenevés deussent guaigner por faire lor entendement, quant il virent se que jenevés furent desconfis, si furent moult dejuglés et corousés. [2]  Et se parti le seignor de Sur et retorna a Sur en sa terre, et le maistre de l’Ospitau se vint la, y demoura tant que .i. maladie le prist dont il morut. [3]  Et les freres firent .i. autre maistre prodome et sage, quy ot nom frere Hugue Revel, quy adons estoit grant comandor. [4]  En tel maniere con vos avés oÿ furent desconfites les guallees des jenevés, et ce lor avint porce que il armeent de gent a sos, lonbars quy ne saveent riens de mer, et perdirent depuis en autre leus gualees, con vos orés, mais il puis desconfirent pizans et venesiens, con vous entenderés en se livre, si con chascun set.

[50]

[1] (286) Les jenevés, quy teneent lor rue et quy s’estoient si grant piece defendus et soufert grant travaill et pasé grant charestie que un euf se trovoit a envis por un nafré, quant il virent lor guallees [106] desconfites si guepirent lor rue et se mirent en l’Ospitau, et puis alerent demourer a Sur. [2]  Et les pisans et venesiens abatirent lor rue et la tour et toutes lor maisons sauve l’yglize, et sire Lorens Cope porta en Veneize .i. piere dou fondement de la tor de Jene, et des autres pieres les pisans et venesiens murerent lor rues.