RIALFrI

Les Epistres des dames de Grèce

Le epistole delle dame di Grecia nel "Roman de Troie" in prosa. La prima traduzione francese delle "Eroidi" di Ovidio, Edizione critica a cura di Luca Barbieri, Tübingen-Bâle, A. Francke Verlag, 2005 («Romanica Helvetica», 123).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena, marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

  TESTO MODIFICHE ALL’EDIZIONE  

 

Nel testo dell’edizione Barbieri 2005 sono stati accolti gli emendamenti proposti da Anne Rochebouet, Recensione di Le «epistole delle dame di Grecia» nel Roman de Troie in prosa. La prima traduzione francese delle Eroidi di Ovidio>/i>. Edizione critica a cura di Luca Barbieri, Tübingen-Bâle, A. Francke Verlag, 2005, in «Romania», 505-506, 2009, pp. 237-251: 247-248.

Epistola ed. Barbieri 2005 Rochebouet 2009
I.1 haine haïne
I.10 traitres traïtres
II.3 e passim mult mout
IV.9 fis amans fins amans
V.3 perleüsses parleüsses

 

 

I. Penolopé a Ulixés

(Her. I: Penelope Ulixi)
 

[1] Ceste epistre manda Penolopé a Ulixés.

[2] A toy Ulixés, lens et de revenir tardis a ton ostel, Penolopé ta fame envoie ceste epistre, et si te mande que tu ne me mandes mie autres paroles par autres letres, mes revien t’en sans autre achoison devant metre. Ja est la cité de Troies destruite, que tant heent les puceles de Grece. Comment a esté Priamus de si grant pris, que il pout avoir esmeü si les puceles de Grece a haïne vers lui. Ha, l’eure soit maudite et honnie que li leres avoutrez de Troies passa nostre mer qu’il ne fu noiés. Je ne me jeüsse mie froide et seule en mon lit, ne si lonc jour ne me fussent mie ennuieus, ne je ne me travaillasse mie a filer ne a fere toilles.

[3] Quant je voi la douceur du printemps, que toute creature doit estre en joie, que je soloie estre a seür et en grant deduit, or sui en paine et en grant paour de ton cors. Pour la [f. 183b] grant paour que je ai de toi, or est ma penssee au cruel pueple de Troie. Et quant il me souvient de Hector le cruel de Troies, tout le sanc me fuioit du vis et devenoie pale et floible; et quant je ooie raconter comme Hector out vaincu Antilogum, j’avoie tel douleur que j e ne pooie durer. Si pourroie avoir paour de mesaventure et pleuroie. Et quant je ooie dire comme li fils au roy de Liche avoit occis Tritholomum, si me renouveloit ma douleur. Et a brief mos, toutes les fois que je ooie dire que aucun des Gregiois estoit occis, je avoie le piz plus froit que glace.

[4] Mes de ce m’ont li dieu bien secourue pour ce que je a loialment amé, quant li dieu ont otroié que Troie est prise et arse, et mes bons sires est sains et haliegres. Li prince de Grece sont retourné. Or fument les autels et si sont encensé; et les dames font belles offrendes pour leurs maris qui sont sain rapairié; et li autre chantent comme Troies estoit prise. Si se merveillent li vieil et li jone des merveilles qui en sont dites, et les dames et les damoiseles se pendent as bouches leur maris et de leur amis qui leur racontent les grans merveilles qui i furent faites. Et aucins sont [f. 183c] qui aprés les tables racontent leur batailles, et aucuns sont qui depaignent o leur dois les cruels fes et les forteresces de Troies, et pourtraient o leur dois sus la table: «Par ci cuert li fleuve qui est appellés Symois et ici est la terre de Sigee et ci siet la roiau meson du roi Priant; ci sont les tentes Achillés, ici sont les tentes de Ulixés».

[5] Nestor li viels et Doolum conterent trestot a ton fils que l’en i fesoit et il me raconta tout de mot a mot, et si nous fu dit et raconté comme Resus fu seurpris en dormant. O Ulixés, qui trop a mis en grant oubli ta fame et tes ami, bien nous a esté raconté comment tu as esté trop hardis contre les herberges as Troïens et comment tu osas tous seuls, fors l’aide d’un compagnon, faire si grant occision de gent par ton sens et par ton enging. Lors, quant estoies si preus, estoies tu remembrable de moi? Alas, tout li cuers me trembloit el ventre quant tu vainquerres chevauchoies parmi tes amis jusques a tes anemis.

[6] Lasse chetive, et que me vaut se vous per vos forces avés confondu Ylyon? Autele sui je comme je estoie quant Troies estoit en estant. Ausi sui je sans mari comme je estoie et si m’est avis [f. 183d] que je n’arai jamais mari. Les autres gens dient que Troie est destruite, mes a moi ne semble mie que la cité soit destruite, mes a moi ne semble mie que la cité soit destruite, quant l’en conchïe ore .j. chetif [buef]. Il a ja blé la ou fu Troies, et la terre est encraissïe du sanc des Troïens, et les charrues revolvent les os des mors, et la vert herbe cuevre les maisons trebuchïes. Et tu, vainquerres, ou es tu? Je ne puis savoir ou tu, qui as le cuer plus dur que fer, pues demorer.

[7] Je demans noveles de toi a toutes les nés qui arrivent a nostre port, et ausitost comme il i arrivent se partent, et ja nouveles ne m’en diront. Et cils qui te baille ceste epistre, se il te puet avoir en nul lieu, ce saches que il les a receties de mes mains et que <je> les escris. Lasse, nous avons envoié a Philo pour enquerre noveles de toi et es illes de Neley et a Esparte, et nulle novele n’oïsmes en quelle terre tu habites. Il me fust plus profitable chose, et ensi le vouldroie, que Troie et ses forteresces fussent en estant.

[8] Lasse, je pensse tant de diversses penssees que je me hé, quant je ne me puis tenir a une. Se tu fusses encore devant Troies, je seüsse bien que tu te combatisses, et je ne [f. 184a] redoutasse fors que les batailles, et toutes mes complaintes fussent en une. Je crains tout comme fame dervee, car je craing les perils de mer et de terre et la longue demoree, et quant je me pourpens comme folle de vostre grant lecherie; et par aventure aucune fame estrange vous retient et vous li ditis que vous avés vilaine fame qui ne sceit fere que laine carpir. Ha, que di je! ja ce n’aviegne! je ne cuit mie que, se vous peüssiés revenir, que vous plus targissiés.

[9] Hycarus, mes peres, me semont d’aller avec lui et de laisier mon lit dont je sui veuve, et si me blasme trop de demorer; il blasme et maudit moi et toi pour ce que je ne sui ta fame, car il me met seiire que tu as trouvé chose en moi par quoi tu hés ma compagnie et de ce ne m’en chaut: tousjours di je que je sui toe, et tousjours le dira. Toutesvoies, a il pitié de moi pour mes belles paroles et pour ma chast<e>é.

[10] Les princes et les barons de Diluce, de Sauni et de Jacincte ne me laissent en pais et me requerent vilennie, et si sont en tes sales et degastent tes biens et tes richesces; la quelle chose me fet grant mal au cuer. Pour quoi je te nommerai Pillandre, Pellopés et Medincta, fors larrons [f. 184b] et traïtres, et Herimachés et Antoinez qui tes biens te gastent que tu as conquis a grant paine? Et cil qui prennent mains de tes biens et de tes bestes c’est Yrus et Melancius, nos bouchier et nos cuisinier, et ce est mont grant honte que tels gens te font domage.

[11] Tu nous as laisiés .iij. qui ne poons bataillier ne ne nous poons deffendre: je qui sui ta fame, qui n’ai ne force ne vertu, et li viel Lahertés ton pere, et Thelemachus ton petit fils. Halas, par poi que il ne m’a esté emblés par trahison et par esgait, car il voult aler maugré moy et tous tes amis sus le chatel de Pylon. A Dieu proier que il peüst plus vivre de moy et de toi, et que il eüst bone vie et longue, et que il nous clöe les oils a moi et a toi; et aussi comme j’en prie, en prie nostre bouvier, nostre pourchier et la nourrice. Lahertés ne nous puet aidier ne deffendre contre nos ennemis; Thelemachus, se il vit par la grace as diex, il sera preus et hardis, mes ore, comme il est si joenes et si tendres, deüst il estre gardés et deffendus par son pere.

[12] Je n’ai force de quoi je puisse chascier nos ennemis lis hors de nostres maisons, dont est il mestier que tu t’en viegnes, qui es et dois estre gouvernerres des tiens. [f. 184c] Lasse, je ai un enfant, que <li> dieu me puissent garder, que tu deüsses entroduire es ars paternez et en tes sens et en tes engins; mes icis Lahertés, de cui il estoit destiné qu’il te clorroit les yex, il est ores, se les diex n’en ont pitié, a la fin de sa vie. Et si saches certainement que je que estoie belle et jone quant tu te partis de moi, jamais si tost ne savras revenir que tu me trouveras vielle et foible, pour la grant mesaise de cuer que je ai puis eue que tu te departis de moi. Et saches que ceste epistre fu escrite en l’isle de Yschiachy, el chastel de Laito, en pleurs eten lermes; et li diex te soient favorable.


II. Philis a Demofon

(Her. II: Phyllis Demophoonti)
 

[1] Ceste epystre envoia Philis a Demofon, son ami, a Troies. [f. 84d]

[2] Tu Demophon, je Philis, ta bonne ostesse, me complaing que tu demeures outre le temps que tu m’avoies promis. Je muse et reguarde assiduement toutes les fois que la lune est renouvelee a nostre port, pour savoir se je verroie ta nef arriver, mes je me desconforte que li quatre mois entier son ja passa que tu devoies revenir et si n’es mie revenus. Ha, las! Onques puis ne pou oïr noveles de toi, ne encore n’est pas retournee ta nef. Et se tu voloies bien conter les jours si com fins amans les doit conter, je ne me sui mie trop tost complainte.

[3] A tart m’est venue l’esperance qui ore me grieve, car je deüsse pieça avoir penssé ce que je pensse ores; c’est que tu ne revendras mie. mout ai fait en moi ymaginations de toi, car je me disoie en mon cuer une fois: «Or vient», autre fois: «Or venist si peüst, mes li vens li est contraires. Si vendra si tost com il pourra». Et maintes fois ai je maudit Teseüs, ton pere, pensant que il ne te laissast venir, mes je croi que il ne t’en destourba onques. Et aucune fois ai je eu paour, conme folle, lasse, quan tu allas vers le flun d’Ebri, que ta nef ne fust perie. Maintes prieres et maintes offrende ai je fet a<s> diex que il [f. 85a] te ramenassent tost. Et puis pensoi en moi meismes: «Il vient, se il n’a grief essoigne».

[4] Mes bone amour loiaus me fet souvent <pensser> toutes diversses causes d’essoigne qui te puissent empeechier a venir, et si ai esté bien soutive et engingneuse a diversses choses pourpensser, mes or puis je savoir, de verité, que riens ne te retient fors p[are]sce, ne les seremens que tu m’as fais ne te muevent a retourner, ne ne te recordes de la bone amour de moi. O Demofon, tu as mis tout au vent: tes veles et tes paroles.

[5] A lasse, di moi: que je ai fet, se non que j’ai folement amé? Certes sans plus par ma folie: te pelisse je avoir deservi! Je ne fis onques mauvestié ne folie fors une, c’est que je te reçu felon traitre, sans foi et sans loiaulté. Et iceste folie et ceste mauvestié deüst avoir tele resemblance que je t’eüsse deservi. Ou sont ore les seremens et les fiances et les plevines des diex des noces, que tu me donnas en plaige que tu m’espouseroies?

[6] Te membre il quant tu juras par la mer, par les vens, et par le<s> [voies] ou tu avoies souvent alé, et par ou devoies aler, que mau tourment te peüst prendre avant que tu fusses en ton païs, et par Neptonnum ton aiol, le dieu des eaux, et par Palas et [f. 85b] par Juno et par la sainte deese des noce et par Cerés que tu revendroies a moi? Et se chascun de ces diex et de ces deesses vousist prendre vengemens du parjure que tu as fet, ton seul cors ne pouroit mie soufire a souffrir tant de paines.

[7] A lasse chetive, je fis ta nef appareillier, qui estoit despecïe; et si te donnai garnemens a tes nés, par les quels tu t’en es fui de moi. A las, je sui plaié et navré de mes dars meismes! Mes je, comme fole, cru tes paroles et si me fïoie en ton lignage, que tu juroies, et a tes beles promesses et a tes lermes fauses que tu sceis faire par ton fort art; car quant tu veuls, tu pleures. Assés poi estre prise et deceüe par un seul de tes ars.

[8] Et si ne me poise mie, biau sire, de ce que je vos reçu a mon port et en mon ostel, car tant me devés vous greignor guerredon; mes de tant me poise que je vous reçu en mon lit, comme fole, pour ce que vous m’eüstes en couvenant que vous m’espouserié<s> et si ne le feïstes mie. Lasse, je amasse miels que je fusse morte la nuit devant que il me fust onques avenu; mes ce me fist ma bone esperance, car je te cuidai avoir deservi. Mes il m’en est mesavenu et si ne l’ai pas deservi.

[9] Et, certes, ce n’est pas mout grant proësce ne mout grant gloire [f. 85c] d’avoir deceüe une simple pucele, ne ce ne fu mie grant merveille se je te cru, et je, fame et amant, sui deceüe par tes paroles. Je prie as diex que tu n’aies ja glore ne loënge plus en cestui siecle. Et ton ymage soit mis en mi la cité d’Athaines, et l’ymage ton pere et de tes parens soit entour. Lors si avroit ton pere grant gioire et grant leesce de ta proësce et en seroit enneurés et seigneuris pour tes biaus fes. Et quant on liroit l’epitaphe Cyron et de Prochistes et de Seni et de Minotauri et comment Tebes fu conquise et du Centour vaincu et comment fu assaillis <enfers>, aprés iceuls qui ceste merveille firent, vousise je que ton ymage fust assise et li title escris: ’Ci est cils qui barata sa bonne hostesce, qui l’amoit de fine amour’.

[10] Entre toutes les choses et le proësces desus dites, me deüst bien estre sovenu de ton pere, de la trahison que il fist quant il amenoit Adrienne, que il avoit traite de son païs, car il la laissa comme faus desloiaus en une ysle de mer; et ce sans plus qui li povoit estre tourné en reprueche et en blasme, icele chose tiens tu [a] bone par semblant, quant tu fais autele trahison. Icele damoise Adriane, si com je ai oï dire, et je n’en ai nulle envie, si a orendroit meilleur mari [f. 85d] et si siet ores el haut curres as diex quel es tygres grans traient et mainent. Mes ore saches que cil de Trace se sont de moi departi pour ce que refusai leur mariage, et ore me repruechent que je amoie miels un estrange qui m’a baratee et deceüe et si en dient par gabois et par reproche: «Or aille, madame Philis, entre les sages d’Athenes et une autre bone dame sera dame de la chevalerie de Trace». A la fin connoist on le bon oevre. Ja Dieu ne ville que tous les maus que l’en en dit soient voirs! He Dieus, se tu revenoies, je diroie bien que je avroie sagement ovré sans consoil d’autri. A las, voirement ne m’en conseillai je onques.

[11] A las, encore m’est il avis que voie ta nef ausi comme elle se parti du port. Mes tu osses faire grans demorances, tu qui m’osoies baisier et acoler, et ploroies avec moi et m[e]lloies tes lermes o les moies, et tu ne demandoies en ton corage se non bon vent. Et comment m’osoies tu dire, quant tu te partis de moi, a clere vois: «O Philis, ma douce amie, atendés moy, Demofon, comme vostre que je sui»? Je atendrai! Lasse, tu t’en alas sans penser jamais de moi revooir. Ha, encore [f. 86a] atens je que tu reviegnes. Combien que tu aies esté tardif de revenir, et ja soit ce que tu soies ja parjures et foimentie, toutevoies voillent li dieu que tu reviegnes.

[12] Ha las, et que pri je? Ja te retient une autre fame, et par aventure as tu mis en une autre la fause amour desloiaus que tu m’avoies otroïe; mes itant sai je bien de voir que, puis lis que tu te departis de moi, que tu ne veïs nulle Philis, c’est a dire nulle ausint loial comme je sui, mes je croi bien que Philis ne te revint puis en remembrance et ne seis mais qui je sui.

[13] He las, je sui cele qui recui en mon ostel ta persone, aprés les grans paines que tu avoies souffertes en mer. Je sui cele qui t’aidai quant mestier t’en fu, et qui ses richesces te mist en ton bandon, et te donnai mout de biaus dons quant tu en estoies besoigneus et mout t’en donroie encore se tu voloies. Je sui cele qui mis en ton bandon le grant roiaume Ligurgus, mon pere, et en ta subjection; li quels regnes est si biaus et si grans que je, pour ce que je sui fame, ne sui pas digne de le governer, ne il n’est mie drois que si haut regne soit gouvernez par fame sans plus. Il dure de la montaigne d’Europe jusques a la montaigne d’Ebrun, la ou [f. 86b] Ebrun met les .iij. flueves. Je sui cele qui t’abandonnai ma virginité, que je avoie longuement gardee nete et pure. Si [vausist] miels que je l’eüsse abandonnee as osiaus du ciel a devorer.

[14] De maleure et de male fortune assemblasmes ensemble, Tesipolla ulla en nostre chambre et li hubos i chanta le triste chant au jour et a la nuit, et en icele heure droit que nous assemblasmes ensemble et si i fu Acletha o sa teste colo<v>rine et les mortels chandeles i ardirent, et non mie les brandons Ymenei, et li luminaires qui lors fu e<n> ma chambre ne senefia se mortalité non.

[15] Et si triste comme je sui, ne fine d’aler sus les roches et sus les montaignes et sus les rivages, et si regarde amont et aval et a tous les pors a toutes les heures du jour et de la nuit: au point du jour et endroit mienuit as estoiles regarde je continuelment et a toutes les autres heures du jour reguarde je quel vent vente. Et si tost comme je voi aucune voile tout li cuers me sautele. Et quant plus s’aprochent les nés de moi, de tant sui plus dolente. Et quant je voi que ce n’est ta nef je chié pasmé entre les bras de mes pucele.

[16] Et se tu, faus Demofon, [f. 86c] savoies coment je sui en grant tourment pour toi! Car je pensse souvent et pourpose que je me face metre en .i. grant tomble de fust et puis jeter moi en la haute mer, si que je puisse arriver a ton port pour ce que je m’aperçoif que tu m’as deceüe. Et se tu me veoies en tel maniere, ja soit ce que tu aies le cuer plus dur que fer, si te prendroit il aucune pitié de moi, mes non mie telle que tu vousisses estre ausi pour moi.

[17] Je pensse maintes fois de boire venin por moi fere mourir, et souvent pense que je m’occie. Souvent pensse de moi pendre, et si feroie par tens, et tu seras conneùs et mau renommés entre les barons de Grece, la ou tu es avec euls devant la cité de Troies, ou par ceste epistre ici ou par le titre qui sera mis sus mon tombel qui sera itels: ‘Ci gist Philis la bone ostesse, qui Demofon reçut en son ostel et tant l’ama que elle s’occist pour lui o ses mains’. Or prie je les diex que Hector te puist occire de ses mains comme je me sui occise per les miennes meismes.


III. Briseïs a Achillés

(Her. III: Briseis Achilli)
 

[1] Ceste epystre envoia Briseïs a Achillés.

[2] Tu, quiconques liras ou lis ceste presente letre, saches que elle ist de la main Briseïs la ravie; et pour ce que je sui barbarine, a paine les puis je avoir bien escrites en grec. Et [f. 118d] tu qui les lis, saches que toutes les conchieüres que tu y verras ont fet les lermes, et par droit elles devraient miels valoir que note de letre. Et se je m’osoie complaindre un petit de toi, mon seigneur et mon ami, je me complendroie: et si ferai je. Est ce ore ta coulpe et ton mesfet que je ai esté si tost baillïe san<s> contredit au roi qui me demandoit? Certes oïl, car ausi tost comme Ulibacés et Tatilibitis ses compains me requistrent, ausi tost leur fu je livree, et commença l’un de euls a regarder l’autre, et demandoient qui estoit mon ami.

[3] L’en me peüst bien avoir retargïe! Alas, mout m’eüst pleü se je fusse demoree. Halas, tantes fois te baisai je au departir et derompooie mes cheveuls. Halas, je te di que il m’est avis que je sui une autre fois ravie ausi comme tu me ravis. Certes je pensai maintes fois, quant il m’emmenoient, que je les baratasse et deceüsse et puis m’en retournasse a toi, mes une chose m’en a destorbee: c’est que aucun des fils au roi Priant, qui sont vostre ennemi, ne m’en portassent; ou se aucuns autres Troïens m’eüst prise et ne m’espousast, si fusse seur mon pois brus au rois de Troies. Mes je sui donnee car je estoie a donner. Halas, [f. 119a] tantes fois sui je sans toi, et tu ne me mandes ne ne me requiers ne ne t’en chaut; car tu as la remembrance de moi trespassee. Li roi Patroclus me dist en l’oreille, quant je me departi: «Brisaïda, ma suer, ne pleurés mie, car vous ne demourrés guares la ou vos alés».

[4] Et si n’est pas petite chose de moi ravoir? He, Achillés, ne te combatras tu pas pour moi ravoir? Fai si que tu aies le nom et la renommee de loial amant. He, Achillés, il n’i couvendroit mie grant paine; de legier me pourroies avoir, se tant t’en estoit. Ne t’amembre mais comme Thalamon Aïax et Fenix, des quels li uns estoit tes cousins germains et l’autre tes compains, et li rois Ulixés te prierent par douces paroles et par biaux dons que tu me rendisses a euls? Et t’en vouloient donner .xx. pailles tous a or batus et .xx. [peilles] d’argent dorés et .vij. trés de soie dorés, dont autant valoit l’or comme la soie, et .xx. mils besans d’or et .xij. chevaus de pris esprouvés. Et en voloient doner .iij. pucele, les queles furent amenee de l’isle de Lesbon quant elle fu destruite. Mes tu n’avoies mestier de fame, qui refusoies toz ces dons, et si m’as rendue a Agamenon pour une de ces .iij. Et se tu me vousisses avoir ren[f. 119b]due pour valeur et pur pris tu n’eüsses mie si mal fait; mes tu as refusé l’offre et la raençon que tu deüsses avoir fet pour moi. He, Achillés, pour quel coulpe me tiens tu ville? Ou est alé la grant amour et la douce compagnie d’entre moi et toi? Souvent constraint fortune les chetis, mes je sui tousjours en une meisme paine.

[5] Tu destruisis par ta force les murs de Lernes, et c’estoit la greigneur partie de ma terre, et estoie toute dame de cel païs. Je vi mes trois freres qui furent compagnon de lignage et de mort, car il furent ensemble occis; et vi mon mari qui se toouilloit en son sanc quant la mort le destrengnoit. Et de toutes ces aventures me reconfortooie je pour ton amour: tu estoies mes sires, mes freres et mes maris. Tu m’avoies juré par madame Thetis, la deesse de eaus, que de bone heure avoie je esté ravie, car c’estoit mon profit. Alas, est ce la bonne aventure que je en arai, quant tu me refuses? Et se aloie a toi, tu t’en iroies?

[6] Et encore ne te soufit mie que tu me refuses avoir en ta compagnie, et se tu appareilles tes nés sans moi pour t’en aler en ton païs. A lasse chetive, si tost comme la novele me vint que tu t’en voloies aler, a pou que je ne cha[f. 119c]ï pasmee. Ha, tu t’en iras et tu, fel et cruel, a cui me laisseras tu dolente et esgaree? Et que chose me pourra estre confort? Avant me puisse la terre engloutir ou devourer que [je] puisse veoir ne savoir que tu te partes sans moi. Et se il te plaist tant que tu vuilles aler en ton païs, sui je donc si pesant que tu ne me pues soffrir en .i. angle de ta nef?

[7] Sire, je te suirrai comme chetive, non mie comme dame son seigneur et son loial espous. Je sarai bien carpir et filer laine et gaagnier ma vie, et ta bele fame sera cointe et paree entre les autres dames d’Archade. Sire, je ne li puis deveer, car elle est bien digne d’estre brus Pelei et de estre fame a homme de si haute ligniee. Et je me maintendrai hublement et petitement, en pleurs et en lermes, et filerai la coloigne et carpirai la laine. Mes d’une chose vous pri je por Dieu: que vous ne souffrés que vostre fame me despise, car je sai bien que elle me harra. Et ne souffrés mie que elle me couppe mes cheveuls devant vos. Ha lasse, je redoute le dangier de vostre fame, mes l’amour que je ai a vous me fet toute vaincre la paour.

[8] E, biau sire, et que attendés vos que vous ne [f. 119d] me prenés or recevés? Agamenon se repent ja que je alai avec lui, car ne le puis servir a gré. Ne me laisse a recevoir pour nulle folle pensee, car je te jure par la foi que je ai a toi que li rois Agamenon ne toucha ma char par vilennie, ne n’oi puis compagnie d’omme que je me parti de vous. Mes autretel serement ne pooués vos pas sauvement fere, que vous n’aiés puis eüe compagnie a autre fame que a moi depuis que vous me laissastes.

[9] He, Achillés, chiers amis, reguarde comment Briseïs ta chiere amie est esmeüe pour toi, car tu la fais languir par longue demoree. Et se ensint est que tu n’aies plus que faire de m’amour, et que tu en soies ennoiés, fai so me morir a force de glaive ançois que tu me faces vivre sans toi. Ha lassa, il ne me couvient guares plus languir car je sui assés occise. Je n’ai ne sanc ne couleur, et toutesvoies l’amour que je ai en toi soustient en vie mon chetif cors; et se tu icelle me tolloies, je iroie aprés mes freres et mes parens et mon mari; et se tu la me tolloies, ce ne serait mie grant honneur a toi se une chetive fame foible moroit pour toi.

[10] Et si me ple[f. 120a]roit mout que morusse a ta volenté, de ton glaive. Biaus dous amis debonnaires, pour les diex occi moi! Et je vouroie que le glaive de quoi tu eüses tué Agamenon fu aprés bouté par mon cors. Et saches que ma vie et ma soustenance est en toi, et que je ne vif se par toi non; et te rens graces et mercis de ce que tu me sueffres a avoir, et que tu me donnes ce que tu donnas a Thelepho ton ennemi. Se il te plaist, ti ne me destruiras pas; tu as assés autre chose a destruire ou tu aras plus honneur. Ce sont li mur de Troie que tu destruiras, se Diex plaist. Et se tu veuls que je vive, si nen t’en va mie sans moi, ou autrement tu m’ociras et seras homicide de moi.


IV. Phedra a Ypolite

(Her. IV: Phaedra Hippolyto)
 

[1] Ceste epystre envoia Phedra a Ypolite son ami.

[2] Tu, Ypolite, la pucele de Crethe en ces letres te mande salu, la quelle ne le puet a[f. 103b]voir se tu ne li donnes. Lis les, se il te plaist, queles que elles soient. Que te pourra nuire se tu les lis? Par aventure i a aucune chose qui te porroit valoir. Tels mandemens si vont par mer et par terre: li uns anemis reçoit et lit les letres de l’autre.

[3] Je me sui .iij. [fois] e<n>vaïe de toi parler, et .iij. fois me failli la langue, et .iij. fois retrais ma vois. Et ja soit ce que honte me fust de dire ce que voloie dire, toutesvoies Amour me commande de le dire; que Amour me fet escrire ce que ma bouche n’ose dire. Il n’est pas seüre chose de contredire ce que amor commande: amour regne entre les seigneur et est seigneur des autre seigneurs et commande as damediex. Il me dist au commencement, quant redoutoie escrire: «Escrif escrif, car je le vuil. Se il estoit plus dur que fer, si ferai je tant qu’il t’aourera a mains jointes et fera toute ta volenté». Ensi<n>t puist estre, et ausint te puist Amor tourmenter comme il font moi. Je ne me mesferai ja tant comme je vive envers toi; je voudroie que tu seüsses comme je sui tormentee d’Amours. Amours me tourmente plus que se eusse apris a amer, mes je ne soi onques que fu li mau d’amour, et de tant queAmours m’a plus tart assaillie de tant me tourmente elle plus, [f. 103c] et trop m’est grief fais en mon corage. Ceuls qui ont autres fois amé ament artilleusement et sagement, mes qui ne connut onques amour il aime nicement.

[4] Tu aras la premiere fleur de ma chasteé, que je ai lonc temps gardee, et si nous entrebaiserons au premier assemblement; mout est belle choses de cuillir pomes el pomier dont onques pome ne fu cuillie, ausi grant chose est de cuillir la premiere fleur de mon tendre cors. Mes ore sui je tout a temps seurprise de bien digne amor, car je aim bel home; il doit estre assés plus grant vergoigne quant elle a let ami, que de ce que elle aime. Se je savoie meismes que li dieu me vousissent amer par tel maniere que je laissasse Ypolite, je prendroie avant Ypolite que le cors dieu; et chose que a paine tu croiroies, pour ce que tu es veneeur, je sui devenue veneresse, l’une fois a pié et l’autre a cheval; et si me travaille volentiers a chascier, pour ce que quant je me repose tantost m’assaut Amour.

[5] Et si me merveille mout dont ce me puet venir, mes je cuit que il me vient de nature et de lignage, et que ma dame Venus requiert le treü de tout mon lignage. Europa, que Jupiter ama premierement, fu la racine de toute ma lignie, et il la deçut en fourme de torel; [f. 103d] et Pasiphés, qui conçut et enfanta le Minutaure, qui se coucha o le torel, estoit ma mere, et Adriana fu ma suer par qui Teseüs s’en issi de la maison Dedalus. Et por ce que on ne cuide que je isse fors de lignie, et que on ne cuide que je soie tout vraiement fille au roi Minos, je fais ausi comme fist ma lignie. Et ceste chose nous est destinee. Ta biauté m’a seurpris, de la biauté ton pere fu ma suer seurprise: forment plaisent a nos deuls le gens d’un meismes ostel. Li peres et li fils ont les .ij. suers seurprises.

[6] Par ma volenté je ne fusse ja issue de Crete! Car lors que je i estoie, je ne t’avoie onques amé. Quant je te vi vestu de blanche vesteüre, et tes chevex restrains d’un biau chapelet de fleurs, et ta belle fache vermeille que les fames disoient qui estoit dure et rude. Fij, je ne pris riens cels jouvenciaus qui sont pigniés et fardés comme fames: fourme de viguereus home ne doit estre cointiee. Quant je te voi huruppé et empoudré, a merveilles me plaist. Ha, dous amis, tu es li plus biaus que onques Diex formast ne nature. Je vouldroie que li emfant qui de mon cors propre seront né fussent detrenchié devant moi avant que il te peüssent de riens nuire. [f. 104a] Or va dont seürement avant en la besoigne et ne doute mie a aler, et entre el lit ton pere, qui mal a deservi que tu doies redouter de entrer en son lit, et qui m’a deguerpie et toi ausi; et si li fais contre tels fais tels guerredons, ne n’aies ja paour de ce faire.

[7] Por ce, se je sui dicte [ta] marrastre c’est .i. nom vain et faus et une vaine renommee, qui bien doit remaindre; ne ne fu mie cortoisie endroit Saturnus qui l’establi et qui tint le regne de ceuls, ains fu vilanie et outrage. Saturnus et se drois et ses lois sont toute peries et obliees, qui commanda ces lois, et li mondes est maintenant sous Jupiter a gouverner, qui est meilleur dieu que ne fu son pere Saturnus; et pour ce dois tu ensu<i>rre les lois et les oevres de Jupiter. Icis Jupiter, nostre bon dieus, dist et commanda que tout fust bon a faire a home et a feme ce qui leur plaisoit et qui bon leur sembleroit; et encore i pert quant de ce dona exemple, car il espousa ma dame Juno sa sereur. Toutes iceles choses sont bones et adroit, et par bone raison et o droituriere chaene conjointes ensemble, que ma dame Venus conjoint et assemble.

[8] Et si n’est mie grant [f. 104b] paine de cele<r> nos amour, et bien le poon[s] faire sous le nom de parentage: se aucuns nous voit baisier et acoler, nous en serons loé embedeus, et dira l’en que je sui vaillant et bone, qui si sui feal a mon fillastre. Il ne couvendra mie que tu viegnes par nuit et par temps obscur desfermer engigneusement les us et les fenestres paternels, et ne couvendra decevoir les portiers ne leur fere dons ne promesses. Aussi com nous soulions baissier et acoler, ausi ferons nous encore. Tu seras toudis seürement avec moi, et si seras loé de ce que tu me feras, car on cuidera que le faces pour bien; fai donques tost, si acomplis ma joie que je desir.

[9] Ausi voudroie que tu fusses destrois et angoisseus d’amours comme je sui, mes que ce fust de moi. Je ne me desdaigne pas de vos prier et requer<re> hublement: en moi n’a orgoil ne grosses paroles. Je me cuidai bien longuement deffendre d’Amors et garder moi de metre en sa justice, et bien en cuidai estre certaine, mes contre Amours n’est riens certain. Je te pri comme cele que Amour a vaincue, et si tens mes roiaus bras avec mes jenouls; et si ne t’en merveille mie, car fins [f. 104c] amans n’a honte de nulle chose, et pour ce ai je honte perdue.

[10] Que me vaut ne que me pourroit valoir mon pere Minos, qui est si grans sires en mer, et mon aiol Jupiter se il me venoient reconforter, ne misire Phebus li cler, qui enlumine les biaus jours? Toute ma noblece ne la force da ma ligniee ne me pourroit d’Amour deffendre. Sous amours sui je mise et sougiete, et se tu n’as pitié de moi, au mains te prengne pitié de la noble lignie dont je sui. Je tieng en douaire toute l’ille de Crete, de quoi je te ferai seigneur; or soies donques debonnares. Ma mere out tant de poesté que converti a faire sa volenté le fier corage d’un tourau, et se je ne te puis flechir a faire ma volenté, dont seras tu plus cruel que nulle autre beste ne que li fier toreau.

[11] Pour ma dame Venus, je te pri, aies pitié de moi par iceles amours qui angoiseusement destraingnent; puisse je prier a la haute deesse d’amours que se tu ne me veuls amer, que ne puisses amer fame qui te puisse despire. Et celles oroisons puisse je faire a madame Venus et tous les autres diex que il te soient debonnaires. Amis dous, je vous fais a savoir en la fin de ceste epistre, car [f. 104d] avec ceste proiere sont mes lermes habundantes et angoissoises, et ce poise moi que vous ne les veés, car ja si dur ne fussiés que vous n’en eüssiés grant pitié.


V. Cenona a Paris

(Her. V: Oenone Paridi)
 

[1] La novele s’espandi par toutes les terres et les païs de Troie que Paris out espousé dame Helaine; si que Cenona l’oï, si en fu mout dolente, si li en<v>oia ceste epistre.

[2] Ceste epistre envoia Cenona a Paris son ami. [f. 53d]

[3] Tu, amis, a cui ceste epistre presente est envoie, je sai bien que tu la parleüsses volentiers, se ta novele fame madame Helaine ne la te deveast a lire; mes hardiement la poes lire, car elle ne fu mie escrite de main greque. Je, Cenoine, me plaing de toi – mien, se tu le sueffres – de ce que sans moi estre grevee, dont tu m’as lassïe et guerpie es bois et es forés de Troie. Que<l> diex et quela fortune, quela diverse aventure s’est mise entre moi et toi pour nos .ij. cuers desevrer et pour nos amour departir? et quel pechié et quel blasme et quele malaventure me fist que je ne soie toe? Je doi bien souffrir en gré tous les maus que tu me fais, car je les ai bien deservis, et si me vienent de ma droite merite: l’en se doit plus doloir et plus a enuis recevoir, que l’en n’a mie deservi.

[4] Il ne te remembre mie que tu n’estoies mie si grant sires ne de si grant auctorité, quant je nymphe issi du flueve de Pegasi; et ne redouterai ja a dire la verité: tu qui es ore appelés fils de roi, estoies lors sers, et je nimphe me souffri marier a serf. Maintes fois nos reposames moi et toi sous .i. meisme arbre entre les brebis et les vaches et facions lit d’erbetes et de vertes foilles, et par maintes [f. 54a] matinees chaï la blanche rosee sus nostre petite logete dedens la quele nous gesions en .i. lit d’erbes vert et de foilles.

[5] Qui te moustroit lors et ensengnoit les tours et les voies de vener et de chascier? et qui t’ensengnoit ou les bestes sauvages avoient leur repaire es hautes roches? Je, qui lors estoie ta compaigne, t’ai maintes fois aidé a tendre les rois et les roisiax as passages des bestes, et maintes fois avec toi ai mené les chiens par les hautes bruieres, et encore i sont en pluseurs lieus defors du bois mon nom que tu cscrivoies o ton coutel, et sui iluec nommee Cenoine.

[6] Et si me souvient et remembre que il a .i. arbre qui est appelés pueplier sus le ruisel d’une fontaine qui est appellee Xan[t]a, et en cel arbre si a escript .i. charme et une carathe qui dit en tel maniere: ’O tu pueplier, li dieu si vuelent que tu dures et croisses lo<n>guement, et si soies tesmoig que Paris vuelt et otroie que il ne se puisse departir de Cenoine devant que cels cleres eax de cest missel de Xante retournent arriere par euls meismes en la fontaine dont il descendent’.

[7] Or puis crier et moi complaindre: o vous, eaus de Xande, arrestés [f. 54b] arrestés vous, et non mie sans plus arrestés vos, mes retournés, car Paris a laissié Cenoine». Icele journee me fu pesme et doulereuse, quant Juno et Pallas et Venus vindrent a toi au jugement pour la poume d’or. Onques, puis que tu le m’eüs dit, ne fui aise ne n’oi bon cuer, et ausi tost commençai a trembler, et a bon droit: ce ne fu mie pour noient, car grant mesaventure et longue m’estoit a avenir. Lors furent trenchié li sapin dont la nef fu faite a t’en aler, et lors ploras tu a la departie; iceste chose ne pues tu pas denier: c’est la chose de quoi tu devroies avoir grant duel, que tu pleuras et me veïs pleurer.

[8] Ha, par quantes fois tu me baisas et rebaisas a la departie, et a grant paine pout ta langue au departir dire adieu. Et quant tu fus montés en la mer, et li vens se fu mis en tes voilles, et ta nef fu acheminee, je fole maleuré suivoie o mes oilz la blancheur de tes voiles, et si moilloie tout le rivage de mes lermes, et prioie a jointes mains les diex et les deesces qui te feïssent a joie retourner.

[9] Ha lasse, issi com je le prié, ensint t’avint il, mes ce ne fu mie a mon preu. Lasse, il i a une montaigne grant [f. 54c] en mon païs qui est en longue veiie de la mer: la reguardoie je cescun jour pour oïr noveles et por veoir ta nef venant. Et si comme j’estoie illec, je vi la premiere veiie de ta voille, et par poi que je ne courroie dedens la mer de joie. Et tant comme je avoie les oils ver stoi, et vi resplendir pourpre en ta nef, si oi grant paour, car je soi bien que ce n’estoit pas tas vesteüre ne ton habit.

[10] Quant a pou si vint la nef plus pres, lors vin je o cuer tremblant le visage de la fame, alas! et puis i vin je, maleureuse qui mon duel esgardoie: cele que tu avoies a tort se gisoit en ton giron; lors despeçai je mes vesteüres, et rompi mes cheveuls, et esgratinai mon vis comme forsenee, et faisoie tout le bois retentir de mes cris.

[11] O itele douleur et o tels pleurs me parti d’iluec a cele male aventure, et aussi froide departie et aussi angoisseuse puisse estre dame Helaine de ses amours - ce prié je as damesdieus - comme je sui, et aussi froide et doulereuse angoisse li viegne au cuer comme elle a mis au mien. Or sont avec toi tels choses venues, dont la fort fiance te couvendra souffrir, qui fames d’autrui mari as amené par mer d’autrui regne.

[12] Mes quant [f. 54d] tu estoies povres pasteur qui gardoies les bestes les moi, tu povre chetif n’avoies fame fors la povre Cenona. Je ne sui mie esmeüe pour tes richesces ne pour tes sales, ne ne m’esbahis mie d’estre dite brus de Priant, et sai bien que Priamus ne le refuseroit mie, ne la roïne Ecuba. Je en sui bien dignes et grant volenté en ai d’estre la preude fame a .i. haut home et puissant: je ai bien mains beles et vaillans a porter .i. noble septre. Ne me despis pas pour ce, se je me soloie couchier avec toi en .i. lit d’erbetes sous la foille du fou: je sui plus convenable en lit de pourpre ou de soie, et la chose qui miels vaut si est que m’amour est bone et seüre, et bien seür me fait amer. Ja pour moi ne seront a mon ami guerres ne batailles esmeues, ne ne sivra l’en mie mon ami a navies et a armeüres par mi la mer: mes ma dame Helaine sera et est requise o navies et o force d’armes. Icele dame orgoilleuse, sire, sage home, avés vous mis en vostre chambre!

[13] Or demandés a Pollidamas et a Hector et a Deiphebus et as vos freres se il seroit sens et raison que elle fust rendue as grex. Guardés quel consoil li wiel Antenor et li fors rois Priant en prendront et que les antiens sortisseeurs en distrent de toi. Et si [f. 55a] est folie de fere une dame estrange mestresse de tout le païs, et de la metre devant les autres: la honte et le blasme en est tien et Menelaus son mari merra la guerre a bon droit contre vous. Or poues veoir et esgarder quele fiance tu pues avoir en cele dame que tu prises tant, que par si petite achoison a laisi<é> si haut home Menelaüs son mari, qui ore se tient a deceu des ses amors. Aussi t’en plaindras tu et ne le porras amender, ne ja n’en seras plains, car tu vois ja bien et sés sa fauseté et sa mauvese foi, et a ja sa loiauté et sa cha<s>teé faussee.

[14] Elle t’aime, orendroit; aussi ama elle jadis Menelaüs que elle a ore laissié froit et veuve courroucié en son lit. Mes je t’eusse esté fine et loiaus ausi comme Andromaca a esté a Hector ton frere, mes tu es ausi legier comme la foille du tremble que li vens demaine a sa guise; tu ne pues en .i. lieu estre ne en .i. point; en toi n’a nulle fermece. Il me souvient bien que Cassandra ta suer, la bonne devineresse, me soloit dire et preeschier, et disoit: «O tu, Cenoine, pour quoi semes tu et coutives ci en vain le rivage, que ja fruit n’en cuilliras? Ce fais tu en Paris amant: une pucele vendra de Grece qui destruira toi et nostre maisnie et tout nostre pais. A, diex, de icels desfent nous! Ha lasse doulereuse, tant du sanc et de la mort de [f. 55b] Troie icele nef porte!».

[15] Ha lasse, elle me fu trop bonne devineresse: icele mescheance que elle me sortissoit est ja venue. Et ja soit chose que elle soit belle de visage, si est elle avoutre et desloiaus; elle a laissié tous ses bons amis pour Paris qui estoit estranges; et si sceit on bien que Thesëus la ravi autrefois, et si dient aucun que il la rendi pucele, mes il fet ore bien a croire que joene jouvencel et chaut rendist bele damoisele pucele, quant il la tenist en sa poesté? Ice ne croirai je ja, car je sai que amour montent quant les .ij. partie sont d’un acort, et sai bien que puet monter.

[16] Et se tu dis: elle n’en pout mes se l’en li fist force, je te respont: une se contregarde d’estre ravie; et ceste est sovent ravie, pour quoi nos poons savoir que elle se fet ravir de sa volenté. Mes Cenoine est bone et chaste dame, et ses maris est faus trichierres et avoutres, et si te deiist aussi trahir et decevoir corne tu as faite lié.

[17] mout de fois [m’ont] chasciee et demenee li satiraus, et si ne <me> pout onques nuls avoir; et Phebus meismes, li grant dieu qui guarnist Troie, si m’ama par amours, et si me despucela, et si me deffendi je bien contre lui et li derompi les cheveuls et li visage o les ongles, ne ne li en demandai [f. 55c] onques ne or ne pierres pretieuses ne li demandai, comme font les autres fausses fames. Il me donna bon guerredon: il m’aprist l’art de medecine et me bailla les bones herbes et me dist leur poesté, si qu’il n’a bonne herbe el monde que je ne connoisse et que je ne sache sa vertu. Ha lasse chetive! Je connois toutes les herbes et si ne connois nulle qui me puisse valoir a ce que je me puisse tenir de toi amer et que je puisse faire que tu m’amasses. Lasse, a ce ne me puet valoir herbe ne force de racine.

[18] Icil qui trouva la science fu pastors, et si savoit a soi et as autres donner consoil de toutes maladies; et si fu malades de nostre maladie, onques consoil ne se pout donner ne reconfort. Ha, biaus amis, tu seuls me pues donner ce que Phebus li diex ne herbe ne medecine ne me pourraient donner, ce est santé et aide et confort; et tu le pues faire et je l’ai deservi. Aies pitié de moi, se j’en sui digne! Je ne port mie sanglantes armeüres ovec les Gregiois contre toi, mes je sui certes toute toue, et ai esté tous les jours de ma vie dés enfance; si te pri que je soie toe tant comme i a a vivre, pour ce que je ai esté toe tousjour tant comme je ai vescu.


VI. Références à l’épître d’Hypsipyle à Jason

(Her. VI: Hypsipyle à Iasoni)
 

[1] [f. 30d] Atant entrerent en mer et siglerent, car il orent bon vent. Mes quant il furent en haute mer, une fortune les prist qui mout les greva; car li oragez et la tempeste lor descousi la nef si que par force de temps arriverent en l’ille de Lepnes. Et là trouva il la roïne Ysiphylés, qui maintes fois avoit oï parler de sa biauté et de sa valeur, si le reçut a grant honnor. Et quant elle le vit, si s’entrefirent grant joie ense<m>ble, et la dame s’enamora forment de lui, et li dist l’achoison pour quoi il estoit parti de son païs; et demora tant avec la roïne que il out de lui .ij. enfans. Et l’iver fu passez et li printemps fu revenus, et la nef fu rappareilliee. Jason et si compagnon se vouldrent partir pour aler a Colcos, et au partir jura et plevi a la dame que il retourneroit par lui et l’espouseroit, et l’amenroit en son pais.

[2] [f. 34a] Puis nagierent tant que il vindrent en Grece; et quant il furent a rive si furent receü a grant honneur. Et tost fu la novele espandue par tot [f. 34b] le païs que Jason estoit retournez, et que il avoit conquise la toison et avoit amenee la fille au roi du païs qui estoit Medea appellee, et qui estoit mout sage en l’art de nigromance. Peleüs meismes le reçut mout honorablement, combien que il en fust au cuer dolent. Isifilés meismes en oï la novele que Jason estoit en son païs retournés et avoit la toison conquestee, et avoit espousee Medea, la fille au roi Oetes. Lors li manda la roïne Isifilés une epistre qui contenoit que mout se merveilloit pourquoi il l’avoit ensint sa foi menue envers lié, et l’avoit ensint laissïe, lui et ses .ij. enfans que il avoit engendré de sa char. Puis le maudist et pria les diex que il li mandassent tel maladie en la char que home vivant ne l’en peüst aidier. Puis maudist Medea que ausint peüst elle estre veuve de Jason, et ses enfans peiissent morir de male mort, et elle meïsmes alast sus terre vagabunda et furtive. Et en tel maniere leur en avint il en la fin.

VII. Herminé a Horesté

(Her. VIII: Hermione Oresti)
 

[1] Ceste epistre envoia Herminé a Horesté.

[2] Tu, Horestés, saches que je sui enclose et prise par force; et saches que li fils Achillés, fors et hardis resemblant a son pere, me tient outre ma volenté. Je me deffendi contre lui tant comme je poi, ne ne me pourent retenir toutes les fames et toutes les matrones qui avec lui es[f. 187c]toient. Si crioie a haute vois: «Orestés Horestés»; mes tu ne me pooies pas oïr; et li disoie que je avoie bon deffendeeur qui avoit nom Horestés. Et quant je fu en sa maison, je m’esraçoi tous mes cheveuls.

[3] Tres douls amis chier et maris, si com tu m’as chiere met la mains as armes et me rescous. Il n’est nul si vil a cui l’en tollist buef ou vache de son estable, qui ne se combatist pour le ravoir; et tu seras plus lens et tardis quant ta fame te sera ravie? Certes tu devroies appareillier .m. nés a voille pour moi, et autant gent comment ont onques Dardanus, et mouvoir forte bataille. Ce n’est pas vergoigne de fer forte guerre pour sa fame: ne te membre que Pelopeüs est ton besaol? Et se tu ne vels dire que tu soies mon mari, si ne pues tu dire que tu ne soies mon mari, si ne pues tu dire que tu ne soies mon parent bien pres; et si ne pues tu noier ne l’un ne l’autre. Et puis que tu es mon parent et mon mari, me dois tu requerre et deffendre par double raison.

[4] Mon pere me voult donner a fame a Eachidé, mes il ne savoit pas que tu me vousisses avoir. Certes quant tu me preïs a fame, tu ne feïs nuisance [f. 187d] a nullui; mes se je sui a Pyrrus laissiee, je sui certaine que tu en seras dolent et courrouciés. Et que dira Menelaüs mon pere quant il sara ceste novele, qui sceit l’amour qui est entre moy et toi? Bien pourra dire que li dieu sont courroucié vers son linage. Je sai bien que il prendra ses armes et me delivrera, et sera grant exemple a toute dames qui ont leur maris.

[5] Et tu, qui es de grant lignage, ne fu Pelopeüs ton besaol? Et encore se tu savoies bien conter, es tu en la quinte lignie du dieu Jupiter; et si es fort et viguereus, et si as armes bones et noble qui furent de ton pere. Certes je vouldroie que elles fussent meilleur que elles ne sont, et si devraient il ore estre. Et vois et sceis certainement que Pirrus a mors tes parens et ravie ta fame; certes Eacidés l’en blasma forment, mes il n’en laissa riens a fere pour lui.

[6] Or sui je enclose et desire ma char et mon visage, et le cuer et le corage m’enfle si fort dedens le cors que il me semble que toutes mes entrailles me doivent ardoir en ma poitrine de la grant ardeur de l’ire que je ai pour toi. Car se je eüsse espee ou coutel autre chose de quoi je me pourroie occire, je m’occiroie. Je pleure [f. 188a] et ai bien achoison de pleurer, et espandant l’ire de mon cuer espans mes lermes par mon sain. Tousjours pleure et tousjours cuerent mes lermes par mon visage, que il taingnent mes joës. Et je croi que ceste destinee est a nostre lignage. Je ne te vuil pas raconter les ystoires de Cinus, qui fu mué en oisel de lac et d’estan; ne cele de Castor ne de Polus; que je ne soie muee en diversse semblance, et que je n’ensuie autre nature que la mie. Mes je ensui les destinees des dames de Grece qui ont esté ravies; mes la doulor qui me tient ne m’en laisse ramembrer.

[7] Il n’a persone en l’oste<l> qui pour moi ne soit courroucié: la vielle ploroit, sa suer ploroit, les .ij. petis enfans pleuroient quant il me virent taillier mes cheveuls, et je criooie: «Laise moi, laise moi». Sa mere n’i estoit pas, ne sa fame, ne Pelopia; se sa mere i eüst esté, elle eüst bien reprise l’iniquité de son fils. Et si sai je bien que se Achillés i eüst esté, il n’eüst pas soffert ceste injure; ne pour l’outrage de son fils eüst pleuré le mari pour sa fame qui li eüst ostee par force outre sa volenté, ne que les yres des dieus fussent esmeües. Pour ce te pri je, aies merci de moi ou je me puis [f. 188b] plaindre de la vertu des planetes.

[8] Je estoie petite et jonete quant je n’avoie ne pere ne mere; et combien que il fussent tous deuls vif, si estoie je veuve de l’un et de l’autre. Quant je estoie petite et jonete pucele, je ne te prioie pas d’amer par amours, ne ne metoie pas mes bras a ton col, ne ne me seoie pas en ton giron, ne ne penssoie de riens a toi prendre pour mari quant je entrai es chambres. Certes quant je te vi premierement, je ne te connoissoie, mes tu cuidoies que fusse Heleine et deïs: «Je croi que ceste est la plus belle fame du monde». Je te fu livree et fui avec toi; et ores m’a Pyrrus ravie, et dit que ceste part veult pour soi. Ceste avons nous pour la destruction de Troies.

[9] Mes encore me semble que nulle roïne n’est si doulereuse com je sui; car quant vient la nuit, que il me couvient couchier en cel lit triste et doulereus, je i pleure quant je i doi dormir, et fui celui aussi comme ennemi mortel. Aucune fois est que il ne me recorde la ou je sui ne en quel lit, et je estens mes bras et le touche, et sens sa char et ses bras, et tantost je me trais arriere; et me semble que mes mains en sont toutes conciliees.

[10] Je pri, qui sui malaventureuse, tous mes parens et les tiens, ou [f. 188c] que il soient, en mer ou en terre, en leur roiaumes ou en autrui. Et pri et requier les os de mes parens, de mon oncle et de mon aiol, que forment sont enfermé en leur sepulture, ou que il me doingnent la mort, ou que il me delivrent de la ou je sui.


VIII. Adriane a Theseo

(Her. X: Ariadne Theseo)
 

[1] Ceste epistre manda Adriane a Theseo.

[2] A toi, Theseu, mande je en priant que tu lises ceste letre, et saches que il me semble que je t’ai trové plus sauvage et plus estrange que nule maniere de beste qui soit au bois, et si me merveil mout comment ta nef t’en pout emporter sans moi: par toi est perdu le dormir et le reposer, et par ta cruaulté le repos.

[3] Je vi le temps que les arbres estoient foillu et li oisillon chantoient sus par desous les umbres des foilles, et nous jesions desous et tu si me touchoies de tes mains au resveillier. Or sui je en mon lit la nuit toute seule, et tourne et estens mes bras de ça et de la, et ne trueve riens, adont me retourne et ai paour; et lors me lieve de mon lit sans compagnie comme veuve, puis bat et fier ma poitrine de mes mains et esrache les chevels de ma teste.

[4] Et quant la lune raie et li temps est cler, je ne fais autre se non reguarder en la mer, [f. 81a] mes ce que me vaut? car autre chose ne voi se non l’eau. Puis quant li jours est venus, je cour et racor de ça et de la par le sablon de la mer, qui m’empeeche les piés, et crie a haute vois «Theseu Theseu», et tant de fois com je te clame tante fois te appellent la concavité des valees, et me semble qu’il ont pitié de moi chetive, car il me vuellent aidier a toi clamer. Puis monte sus les montaignes et crie a vois lasse et enröee, mes les eaus ne me respondent riens. Puis me complains as vens de leur cruauté, et cuide que je doie tousjours veoir nés venans; et tant demeure la que je sui toute engelee, mes le desir de toi seurmonte la douleur. Aprés m’escrie: «Ou fuis tu Theseu? pour quoi t’en fuis tu Theseu? retorne ta nef en ça, car elle n’a pas son droit vent». Tout ce ne me vaut riens, lors pleure et crie et bat ma poitrine. Au mains se tu ne me pues oïr et tu me pues veoir si me fai signe de tes mains.

[5] Puis met une bianche couverture devant mes oils pour veoir plus loins, et j’avoie ja perdue la veüe de toi, lors commencai a bagnier mes joies de mes lermes. Et quel autre chose pooient fere mes oils se non pleurer, quant je avoie perdu la veüe de tes voilles? Lors couru comme dervee, et [f . 81b] ne savoie ou je estoie, et montai sus une pierre pour regarder plus loins en la mer, et ausi froide et ausi müe estoit la soiant comme le siege.

[6] Lasse, quant je me tourne en mon lit, ou nous soulions estre tous deuls ensemble, et je m’i truis toute seule, et je sercne pour toi pour moi eschaufer et soulacier avec toi, et je ne sai la ou tu es, tout mon lit baigne de lermes et di: «Lasse, pour quoi est ce lit departi? nous venismes ci tous .ij. ensemble, pour quoi ne nous partismes nous tous deuls ensemble? or est la greigneur partie de ce lit toute vuide». Lasse, ou irai je toute seule? En ceste ysle me semble que je ne voi autre se non labour de bués. Ce païs est tout avironné de mer, ne nulle nef n’i puet arriver; ne n’est marinier si hardi qui se osse metre a venir pour la voie douteuse. O Ëolus, abaise les vens et assouage le temps, que je puisse suirre les estraches desireuses. Mes a moi semble que la terre paternel le contredit.

[7] Je te pri que tu me mandes nef et compagni<e> par quoi je puisse aler la ou je desire. Et ensint sera enguenné mon lignage par moi et par mon fet, quant je passerai cent cités en Crete pour toi. Et ne te recorde que tu me disoies, quant nos estions nous .ij. sous une couver[f. 81c]ture? Tu me disoies et juroies par tous les perils qui pueent avenir que je seroie toue et que je iroie avec toi, se je le te voloie prometre. Or es de la et je sui de ça, ne tu n’es mien ne je ne sui tue, et si croi que je mourrai pour ta fausse promesse; miels me fust avenu se mon frere m’eüst tuee que tu eüsses rompue ta foi envers mi.

[8] Je ne pensse mie tant seulement a ce que je doi souffrir, ains pensse a tout ce que puet soff<r>ir fame qui a son mari perdu. .M. ymaginations et .m. penssees me vienent le jour, qui m’amainent volenté de perir, et pis me fet la 70 demoree de la mort que la mort meismes. Et je, qui fu fille du roy Minos et fille de Phebus, pensse que mils me seroit que les leus me devorassent; et par aventure en cel païs a tygres et lyon, ou en la mer balaines et grans poissons. Et qui me contredit que je ne me face devorer as bestes ou as poissons? ou qui me tient que je ne me bote .i. glaive par mi le cors? Mendre paine me seroit d’estre liee en une chaene en une obscure prison, ou que je russe menee serve: toutes ces choses me seroient plus legieres a souffrir que recorder les couvenances que tu m’eüs en convenant.

[9] La [f. 81d] mer et la terra me donnent achoison de paour; le ciel meismes me menace et les diex qui sont desus; et les homes qui habitent en ce pais ne sont pas par aventure de bone foi, et si redoute mout la seignorie des gens d’estrange contree. Pleüst a Dieu que Androgeüs mon frere, qui estoit demi honme et demi buef, que tu ne l’eüsses pas tué, ne que je ne t’eüsse donné le fil que je avoie filé de mes mains, qui te moustra ta retournee. Je ne me merveille pas se victoire te suit, quant les comes de Androgeüs ne te firent mal.

[10] Or es alés a Troies combatre pour estranges amour. Quant il me recorde del bon dormir et del douls repos, bien puis ore dire que il me sont cruel, qui m’ont donné perpetuels tourmens. Tu me juras par la foi tue et par les diex des vens que tu me tendroies foi et loiauté, mes je sui certaine que je serai enguennee par toi; car je ne verrai ja la mort de ma mere, ne ne sera persone a ma mort qui bien me vuille <clore les oils>, quant mon esperit istra foleable par diversses regions de l’air; ne ne serai ensevelie par main de ami ne de parent, et remaindra ma char sus terre viande as oisiaus, et mes os seront souster[f. 82a]rés en la rive de la mer dedens le sablon par le deboutement de eaus, et de tel sepulture sont mes os dignes.

[11] Tu iras par aventure par les pors de Troie et tu raconteras tes fes en la compagnie des haus et des nobles homes, et raconteras la mort du Minotaure mon frere; et la mort de moi pour quoi celeras tu, qui m’as laissïe seule sans esperance? Se les diex vousissent que tu me veïsses ains que la mort, et que je doulereuse et triste eusse veü ta figure ançois que je morisse, tout mon esperit en serait reconforté. Mes combien que je ne la puisse veoir des oils de mon chief, si est elle tousdis devant les oils de ma pensee.

[12] Quant je vais sus la rive de la mer et je regarde les eaus que le vent deboute, et je regarde mon chief, de quoi je ai mes chevels esrachiés, et ma robe pesant et honnie de mes termes, lors ne t’aoure je, ne ne te desire pour ton bienfet, ne ne vuil que tu me saches gré de ta promesse, mes je saroie volentiers pour quoi tu es cause de ma mort. Et ceste epistte t’envoie je en plorant, requerant que tu vuilles tost retourner avant que je m’ocie pour ta longue demoree. [f. 82b]


IX. Ciriaché a Machareo

(Her. XI: Canace Macareo)
 

[1] Ceste epistre envoia Ciriaché a son frere Machareo. [f. 142d]

[2] Tu frere, qui liras ceste epistre, regarde la des oils de ton cuer, et si ne te merveille pas se tu ne la pues bien liere; car quant je l’escrivoie, je tenoie en la destre main la penne et en l’autre le quenivet, et estoit le s parchemin en mon geron sus mes genouls, et couroient les lermes par mes joës et chaoient jus si comme tu vois.

[3] Quant je regarde ton ymage, il me semble que il est bien semblant a la semblance de nostre cruel pere. Je voudroie volentiers que il eüst occis et moi et toi, et que il, par nostre mort, eüst effacié la vergoigne qui est devant nos eyex. Et qui est cil qui pourroit regarder nostre grant douleur sans pleurer? et que me proufiteroit de celer nostre honte, ne appeller les diex en nostre aide? Certes je croi que ma douleur ne pourrait estre plus doulereuse que elle est: mes douleurs sont devant moi si grandes que je ne le te saroie pronuncier.

[4] Ha, Machairé, pour quoi vint celle heure si tost en la quelle tu etis volenté de venir a mon lit? Halas, pour quoi t’amai je plus que suer? pour quoi te cru je plus que frere? pour quoi te fis je onques autre chose que suer ne doit fere a frere? pour quoi m’eschaufa amour avec toi et obliai les diex? Bien en doi avoir au cuer douleur! La couleur s’est partie de [f. 143a] mon visage; je sui amaigrie et ne puis mengier se non pou de viande, et encore outre ma volenté. Je ai perdu le somme et ne puis dormir, et me pert la nuit si longue comme .i. an; et me plaignoie sans douleur que je eüsse, et ne savoie que je avoie. Ma norrice s’en aperçut premierement et me dist: «Certes, belle fille, tu aimes par amours»; adont ou je grant honte, et me commença le vis a rougir et ne li osai respondre.

[5] Tost aprés me commença le ventre a enfler et a devenir le cors pesant et grief. Ma nourrice me fist despouillier toute nue et me mist la main sus le ventre, et senti bien l’uevre comme elle estoit, et me dist vraiment que je estoie grosse.

[6] Quant li novisme mois fu acomplis, si m’assaillirent les douleurs et ne savoie que je deüsse faire. Je ne me poi tenir de crier, et ma norrice me deffendoit que je ne criasse et que je ne manifestasse mon pechié par ma noise ne par mon cri, mes je ne poi tenir que je ne criasse pour la grant douleur que je sentoie. Et la vieille si m’estoupoit la bouche, et avoie si grant paine que il n’estoit nuls qui le peüst croire; ne n’osoie crier, car la honte et la norrice le me deffendoient; ne ne pooie autre faire se non que pour la grant doleur je bevoie les lermes de mes [f. 143b] yex.

[7] La mort estoit devant moi, ne nulle voisine ne me voloit aidier; mes ma norrice me confortoit et me disoit: «Belle fille, conforte toi, et ne laisse perdre .ij. cors par ta deffaute. Soies certaine que tes freres t’espousera. Aies bonne esperance en ton enfant, en ton baron et ton frere». Et je meismes pensoie que grant blasme me serait se je me laissoie perir par ma defaute, et que tu venisses rompre tes cheveus et ta robe sus mon sepulcre; lors pris vigour et esfantai, et mis hors la charge de mon ventre. Et cuides que je fusse lïe quant je veooie ton vitupere et le mien el milieu de la sale? Et si l’esmouchasse as branches d’olivier, et la vielle nourrice li chantoit ses chançons pour endormir.

[8] Lors que ces choses se faisoient ensint, le jour que je avoie enfanté vint Eloüs mon pere et entra en la sale, et commença fort a crier ma vergoigne a haute vois devant toutes gens. Puis prist .i. baston et me bati tant la char que il la fist toute noire, et me laissa pour morte en mi la maison; et la vielle li crioit merci que il ne creüst pas as mauvaises paroles. Adont prist il l’enfant et le fist porter au bois pour devorer as bestes sauvages; et si tost com il fu parti de la chambre si i entra mon oncle, et m’aporta une espee, et me [f. 143c] dist que mon pere la me mandoit et que je n’aroie autre douare de lui; et je lui respondi que je ne vuil combatre contre ma poitrine. Et si entendi bien que ce senefioit, et me commanda que je ississe hors de la maison mon pere ou il me geteroit en .i. feu.

[9] Et pour ce vous prie je toutes, sorelles et amies, que vous aiés exemple de moy, et que vous praigniés mari avant que vous faciés semblable folie comme je ai fete, et que il ne vous en aviegne comme il est fait a moi, qui ai perdu mon enfant et l’a son aol geté as lous et as bestes sauvages, qui n’estoit pas encore bien nez. Et comment pout avoir mort deservie qui jamais ne fist ne ne penssa iniquité? Ha fils, quel douleur es tu a ta mere triste et dolente. Pour quoi es devoré des bestes sauvages? Comme triste aliance d’amour sera demoree par toi. Ce jour t’est premier et derrenier.

[10] Ha lasse, quel cruauté est ceste que li dieu n’ont pas voulu que je pleurasse sus ton sepulcre, ne que je m’eschevelasse sus ton cors. Les bestes ont devoré tes entrailles; certes aussi devor<er>ont elles les mies. Je m’en irai tant par le bois que je trouverai les os de mon enfant et sercherai tant que je les trouverai; et les bestes meismes qui l’ont [f. 143d] devoré, qui me devoreront avec lui; car veuve ne mere doulereuse ne vul je estre clamee.

[11] Or te pri je hublement que tu vuilles recuillir les membres de ton fils et de ta suer et metre ensemble en .i. sepulcre, et si te ramembre de nous. Et misericordieuse et piteuse chose est quant l’amant reçoit les membres de s’amie et leur donne sepulture. Et soit ma fin et ma douleur exemple a toutes autres fames a tous temps a venir.


X. Laodania a Protheselao

(Her. XIII: Laodamia Protesilao)
 

[1] Tandis que li prince estoient ensint, envoia Laodania ceste epistre a Troies a Protheselao son mari.

[2] Ausint com vraie amour requiert, a toi Protheselao je Leodonia salus et toute [ma] pensee. Mon chier amé, je pense chascun jour quel vent et quel contraire puet estre cause de ta demoree. Je penssoie, quant tu te partis de [f. 64c] moi, que tu deüsses tost retourner. Pleüst a Dieu que li vens t’eüst esté contraire et que il ne t’eüst laissié esloignier de moi; mout fist a celle heure Neptunus de moi et de toi dure departie. Quantes fois me baisas tu a la departie et je toi, et quantes choses t’eüsse je dites que je te diroie volentiers. Certes, li nautonnier qui t’emmenerent n’orent mie tel vent comme je desiroie; il fu bon pour euls, mes il fu cruel et angoisseus pour moi. Et quant tu te partis de moi, tu me laissas si courroucie que a paine te pou je dire adieu.

[3] Tant te reguardai et tu moi comme nous nous peusmes entreveoir; et quant je ne te pou plus veoir, si reguardai je les velles si longuement que je ne vi riens fors la mer. Et quant je fu retournee a l’ostel, si me pasmoi que a paine Phidius mon suegre me pout a paine faire retourner en ma memoire avec eau benoiete.

[4] Mes ce que me valut? Quant le sens et la memoire me furent retournés et ma doleur, onques puis ne pignai mes cheveus, ne ne vesti robe precieuse, ne ne fu ma poitrine paree; mes tousdis puis ai portee ma teste couverte de un gros drap depeuls de unicorne. Et ne vest autre robe se non cele qui est toute abevré et destainte des lermes de mes oils; et vais ça et la comme [f. 64d] forsenee, la ou fureur et ire me conduient. Les dames et les voisines s’assemblent entour moi pour moi reconforter; l’une me dit: «Bele fille, ostes ceste robe soillié de lermes et de pieurs et vestes autre robe precieuse et alons a la feste». Et je, lasse, comment vestirai je robe precieuse et mon ami ara vestu hauberc gros et pesant? et comment aournerai je ma teste et mon ami avra le heaume grief et pesant entour la teste? et comment pourroie je estre en joie ne em baudor n’en repos quant je sai que tu es en paine? Certes, tout ensint vuil je ma vie mener en tristece et en pleur, comme je sai que tu uses la toue en paine et en travail.

[5] Ha, Priant, comme la biauté de ton fils Paris m’est cause de grant douleur et a toi de grant domage. Pour quoi doit estre Protheselaus vengeeur d’ autrui mesfet? Et ensint prie les diex que, ausint comme il te donnerent volenté d’aler, que il te doi<n>sent achoison de retourner. Certes je ai grant paour que maintes lermes n’en soient encore pleurees d’autres que de moi; et encore en seront veuves maintes dames pour ceste achoison.

[6] Chiers amis, se tu vas en bataille je te pri que tu te gardes d’encontrer a Ector ne a Paris. Dous amis, si com tu m’as chiere, garde toi de [f. 65a] euls; se tu te guardes de euls .ij., tu seras seür de tous; et se tu ne le fais, avec toi me convendra a grant douleur mourir. Ha, quantes dames en remaindront dolentes, mes je croi que nulle ne sera pareil a moi [en ire] et en douleur. Chier ami, remembre toi de ma priere: garde toi! car se tu te gardes, tu me gardes, et mon sauvement est el tien.

[7] Laisse combatte Menelaüs contre ses ennemis. Et que apartient a toi se Paris li a fait tort et injure? Laise requerre le mari sa fame; ta cause et la sue ne sont pas per, car a toi n’apartient de combatre pour autrui amie, car tu l’as bone. Et encore, te pri je, entre tous les Dardaniens garde toi de un que de un que je t’ai nommé, car se il espant ton sanc il gaste ma vie. Quel raison ou quel forsenerie te muet de fere metre fer agu encontre ta poitrine ou de metre [lai] a autrui pour la fame Menelaüs? Laisse combatre les amans pour leur amies, car plus viguereusement se combat qui pour amors se combat. Je vuil que li autre se combatent pour leur amors, mes je desire que Protheselaus aint.

[8] Quant tu issis de ta cité pour aler a Troie, tu te blechas au pié a l’issue de la porte de ta cité. [f. 65b] Certes, quant je le vi, je en fu mout dolente au cuer; mes je pri les diex que ce fust signe de tost retourner. Mes li auscupices et li sortisseeur me distrent que ce estoit mauvés signe et perilleus, et pour ce te recorde je que tu te gardes, car je ne sai a quel chief cel signe te pourra venir; et se tu fais ce que je prie, tu seras hors de tous perils. Je pri les diex que tes voilles soient derrenieres au port, et si te pri que de mil nés la toue soit la derreniere et que tu isses le derrenier, car celle terre ou tu vas n’est pas de tes parens, ains est de tes ennemis. Tien toi derrieres, et n’aies pas hastes de descendre.

[9] Toutes les fois que il me souvient de toi, soit au matin ou au soir, si me renouvelent mes douleurs: de jour, que je ne te voi; de nuit, que je ne te trais delés moi. Et pis me fait et plus dolente sui la nuit que le jour, car de tant com li solas est plus pres est il plus delectables. Et quant je sui seule en mon lit et je dors, en dormant pensse je a toi, et me retourne et retourne, et me semble que je te tien embracié, et ensint me delitent les fauses joies, quant les vraies ne puis avoir. Je ne sai pour quoi [f. 65c] la representation de ton ymage me vienent si souvent devant les yex de mon cuer, et pour quoi tant de complaintes de toi me vienent en dormant.

[10] Certes por ce fais chascun jour sacrefices d’e<n>cens et de precieuses fumigations; et je meismes arrouse tout l’autel de mes lermes, et prie les diex devotement que il te vuillent tost ramener et me vuilles dire et raconter en ton lit bras a bras les fes de ta prouesce. He Diex, quant poura ce estre? Cil dous secours trop mi tarde a venir. Mes je ai la paour si grant que toute l’esperance s’en fuit; puis me semble que li vens et les eaus soient contraire a ta retornee ne ne te laissent retourner de ça.

[11] Alas, que je ai grant envie des dames de Troie novelement mariees, qui armeront leur maris et, au heaume metre, et si s’entrebaisent doucement. He Diex, com delecteus office est celui. Bien doit tels hons combatre viguereusement qui a les noveles prieres de s’amie et voit sa maison devant soi et se combat pour la deffendre, et au retourner se repose entre les dous bras s’amie. Mes je sui tousjours en doute, et me muet paour a penser toutes choses qui peuent avenir que tu pues faire. Et qui [f. 65d] te reçoit en estrange païs, quant tu es lassés? Puis reguarde l’ymage de ta figure que je ai fait et fourmé en cire; si l’embrace et le baise, et parle a lui ausi comme s’il fust mes vrais maris. A la derreniere proiere de m’epistre, te requier, ou en demorant la, ou en venant ça, que tu te guardes et aies cure de toi pour moi.


XI. Paris a Turidaridi

(Her. XVI: Paris Helenae)
 

[1] Ceste epistre envoia Paris a Turidaridi s’amie.

[2] A toi Ledea, je Paris, fils du noble roy Priant de Troie, salus tels comme desirent Solas et Joie. Je parlle et di mon salu par grant desir de cuer, mes dolent sui de ce que cele que je aime est si loins de moi. Mes li feus qui est cler ardant sus la mon[f. 91b]taigne ne se puet pas bien micier, et se tu n’entens ausi mon epistre com je meismes l’entens, mors sui et desconfit; mes biens la pues entendre par mes paroles, que tu as autrefois entendues. Je te pri que tu la parluises de bone volenté et ententifment, non mie selonc la duresce de ton cuef, mes selont ta debonnaireté et ta grant biauté; car ce que je te prie et requier m’as tu pieça promis et otroié, et ce que tu as promis doit estre ferme et certain.

[3] Et a ce demander m’amonneste la deesse Venus et m’en moustre la voie, et a ce fere m’amonnestent les diex. Certes je requier et demande grans dons et nobles, mes nonpourquant il me sont deü, car tu les me promeïs en mon lit. Helas, pour quoi fu li vens contraires qui me mena si loing? et pour quoi me detient l’iver? Je te pri et requier les convenances que tu me feïs en nostre lit, et de ce requier je en tesmoignage la deesse Venus. Je t’amai ançois que je te conneüsse; je te vi ançois des oils de ma penssee que des oils de ma teste. Le premier message que je oï de toi si fu la renommee de ta biauté; et tu pues bien savoir et pensser que ton delit n’est pas parfet ne vrai sans compagnie de vrai ami.

[4] Et si me semble que ta biauté est merveilleuse, car je trouvai en toi assés plus grant biauté que je [f. 91c] ne cuidoie trouver ne que la renommee disoit. Certes Teseüs fu meus justement quant il te ravi et mout fu de ce a loër; mes je ai grant merveille que il te voult rendre, car ce n’estoit pas proie de laissier. Et se t’eüsse eüe en ma poesté, ançois eüsse perdue la vie que je t’eüsse laïsie aler ne mener a autrui. Certes mes mains ne te pourroient laisier, ne ne voudroie que tu partisses d’entre mes bras. Et combien que la deesse Venus le me commandast, si ne te rendroie je jamais, sauve seulement se tu fusses virge; et encore vouldroie je avoir de toi quanque avoir s’en pourroit sauve la virginité. Si te pri que tu me tiegnes ce que tu m’as empromis.

[5] En la valee d’Ide vindrent a moi les deesses Juno, Venus et Palas, et sousmistrent leur cors a mon jugement; et je t’ai plus essaucïe et desiree que fame qui soit en nul roiaume. Se la deesse Palas m’otroiast tant par sa grace que je te peüsse metre mes bras au col, toute ma vertu en serait contente. Je ne me doi pas repentir se je t’ai esleüe devant toutes autres fames. Ma penssee est tousjour ferme en ceste volenté; plaise toi que ceste esperance ne soit sans effet. Je ne desir pas que li mariages de moi et toi soit ennormale ne vicieus, ne ne dois pas penser [f. 91d] que je te vuille maintenir autrement que dame honneste.

[6] Si te plaist a enquerre la noblece de nostre lignage, tu trouveras bien Jupiter el numbre de nos parens; des antiens pues tu bien pensser la dignité. Les confines de nostre païs sont si loins estendues que a paines le te saroie je dire, et avons cité adournees de palais et de temples et de hautes sales couvertes a or. Tu trouveras en la grant cité de Traies [le] noble palais de Ylyon, clos et avironé de haus murs et de noble toureles, et ouvré par art et par l’ensengnement des diex. Et que te pourroie je raconter du grant pueple qui est sougiet a nostre haute seignorie? Saches que il est si grant que a paine le puet la terre soustenir. Quant tu enterras en la noble cité, quantes dames nobles et ahornees te vendront a l’encontre; et verras en chascune maison grans avoirs et grans richesces.

[7] Ha, quantes fois diras tu que Achaie ton pais est povre et chetif au regart du nostre, et despiras quanque tu as laissié la ou tu es nee, et diras que tu es beneüree quant par l’ordenance des diex es digne d’abiter en si noble lieu. A la fourme de cestui n’est nul autre semblable de grandeur, de noblece et de richesce. Il a plus dedens de de[f. 92a]lices et de soulas que tes oils ne pourraient regarder. Quant tu verras les riches sacrefices et les assemblees de nobles hommes et les dames de haut parage obeissans a ton commandement, je croi que tu ne me refuseras mie, ne ne seras pas dolente de ce mariage.

[8] Quans parens verras tu dignes d’estre mis el nombre des diex; bien sai que Frigus fu le chief de nostre lignage, qui ore boit et mengiue ovec les diex souverains; Fris fu sa fille, que les diex ravirent de nuit. Ne n’aies pas paour que tu soies requise de mes mains ausi comme Menelaüs requert ore folement dame Helaine a force d’armes; de qui pues tu douter se tu es en la compagnie du fils Priant, qui est estrait de si noble lignie?

[9] Je ai grant duel, quant vilain home te metra ses bras a ton col, et je te desire forment. Certes quant je pensse tel chose grant douleur m’en vient a cuer, ne chose que je menjue ne me fet prou. Souvent souspire de cuer quant je ymagine ta grant biauté, et a paine me pourrait autre chose reconforter. Aucune fois m’en sui voulu retraire, et de tant comme je m’en penssoie esloignier, je m’en trouvoie plus pres; quant je voloie mon cuer donner a autre pensee, adont ai je ta forme et ta biauté plus ymaginee en mon [f. 92b] courage. Pleüst as diex que tu sentisses les douleurs que je sens et que tu seüsses le desir de mon courrage.

[10] Quant il me recorde de la belle compagnie que nous avons eü ensemble, tout mon sens et mon penser se muet a forsenerie; ne je ne te voudroie avoir par tel maniere comme out Cessus Eneida, que il out par force d’erbes, ne comme Synus out Ypodamia, qui fu mué en oisel. Nos forces et nos hardiesces se pourraient estendre a plus grans choses, mes par autre maniere ne te voudroie avoir, se non par hubles proieres et par ta debonnaireté; et si m’en voldroie encliner jusques a tes piés. Tu es honneur et gloire a tes freres, et seroies digne d’avoir Jupiter a mari, se tu ne fusses sa fille. Et se ta volenté est de moi refuser, je pri la terre que elle me vuille recoivre et couvrir. Les douleurs que je sens pour toi ne sont mie semblables a autres douleurs, ne douleur de plaie de glaive ne de saietes ne sont pas semblables a la moie; car ma douleur est en mon cuer, couverte de ma poitrine, et se par toi ne sont guaries les douleur que les diex celestiax m’ont mandee, je croi vraiement que ma suer est vraie devineresse.

[11] Je te pri que de Helaine n’aies cure ne penser, ne que<l> chose [f. 92c] les diex aient ordena pour sa biauté; mes pensse a toi, et regarde comment les diex te pourront estre favorable. Assés de choses te pourroie je requerre, mes je ne desir autre se non d’estre avec toi bras a bras, ma poitrine contre la toue, par nuit, en ton lit. Ou par aventure tu te vergoignes, ou par aventure tu ne voudroies pas courroucier Helaine, ne vituperer par ta coscience loial mariage. Certes, Helaine est simple et ydiote, ne de li ne dois tu fere raison ne cure, ne de lié ne te vuil je autre vilanie mander, et je pri les diex que il te vuillent muer ta biauté ou te facent favorable a mes prieres. [12] Ta biauté est si grant que toute l’ymagination de ma penssee est en toi. Certes entre biauté et chasteé a grant discorde. Jupiter et Venus s’esjoïssent de tels fes, comme je te pri et requier; et aux meismes ne pueent blasmer autrui, car il ont fait volentiers semillantement. Mes quant tu seras a Troies, je vuil que tout le blasme de ta che<ü>e soit seur moi. Regarde et pren exemple des autres dames qui ont refusé mari, conment les diex ont ordené leur destinees; et nos par raison devons croire par exemple des autres, ne plus dous chastiement ne puet nuls recevoir. Je ne te pri pas que tu que croies du tot [f. 92d] a mes prieres, ne que mon amor te mueve de vrai entendement: ou tu cuides folement, ou le temps que tu atens t’enguennera.

[13] Tu es toute seule la nuit en ton lit, et uses ton temps comme veuve chetive. Et je meismes puis bien dire semillantement, car je giés tout seuls ne autre compagnie ne m’atalente se non la toue, si que la compagnie devisee par cors est conjointe par corage; quant l’un et l’autre sunt ensemble, si est la joie parfete. Et la nuit que nous arons nos delis ensemble semblera a moi et a toi plus clere que jour. Et si te jure par les diex de l’enfer que je ne ferai jamais chose contre ta volenté, et te ferai roïne de quanque apartient a ma seignorie. Se tu te vergoignes ou as paour de venir a moi, je croi vraiement que ce n’est pas par ta coupe, mes par la moie; et en cel cas pourroie je estre semblable a Egypde ton selourge. Tes .ij. freres meismes ouvrerent autresint; et se je sui en cel numbre, je serai le quart en l’exemple des autres.

[14] N’aies paour de venir ça, car en tout le monde n’a cité si bien garnie d’ommes et d’armes comme est la noble cité de Troies. Homes et fames et vilains istront dehors de la porte Dardanidés pour toi venir a rencontre, et t’emmerront [f. 93a] en la cité qui est roine des autres roiaumes. Tout li pueples cuidera que tu soies une deesse et t’aporteront encens et autres sufumigations, et feront sacrefices pour ta venue. Mon pere te donra grans dons, mi frere te feront grant honeur, ma mere et mes suers te guarderont; tout li pueple de Troies te fera honneur et profit, et te seront obeissant a ton commandement.

[15] Tu ne dois pas avoir paour que soies ravie de mes mains. Croi moi, et n’aies pas paour; et soies certaine que tu seras vraiement plus grant dame et plus honoree que je ne te poroie escrire. Tu ne porroies pas savoir ma valeur ne ma force, ne ne porroies pensser quel homme tu avras a mari se je t’espouse. De moi ne pourras tu estre tolue par nulle force, et soies certaine que se je ne t’ai par amour, si t’avrai je par force, car a moi ne sera pas honte de muevre guerre pour toi. Se tout li monde estoit pour toi d’une part et nostre force de l’autre, si ne pourroit estre que par nous, que par la force des diex qui nous sont favorable, que tu ne fusses convertie a nostre volenté; ou autrement de toi seroit fet exemple a toutes celle qui, de ci en avant, refuseront mari plus digne d’elles. [f. 93b]


XII. Lacena a Paris

(Her. XVII: Helena Paridi)
 

[1] Ceste epistre envoia Lacena a Paris.

[2] Tu, Paris, saches et entendes que ton epistre a contaminé nostre veüe et nostre courage. Ne legiere chose ne brieve ne me semble pas de toi rescrire ne mander respons de ce que tu demandes; et me merveil par quel raison tu presumes violer legittime mariage. Et se tu veuls ça venir, tu troveras bien port qui te rechevra et cités fortes et puissans pour contrester a ta force; car autrement nous seroit grant honte et grant vergoigne de reçoivre ennemi por hoste. Et combien que il te paire que nostre cause soit vilane, toutesvoies elle est juste.

[3] Saches que je sui chaste, sans nulle concieure, et puis chascun regarder el visage seürement sans nulle paour de reproche. Voirs est, et publique fame, que je me joue volentiers avec les homes, mes jamais ribaut ne se pout vanter de moi vilainement; et me merveil quel cause puet estre qui te muet de voloir moi requerre pour fame, ne quel entention te miet a venir ça. Voirs est que je [f. 96b] fui une fois ravie, mes pour tant n’est ce pas juste chose que je soie ravie de rechief. Le blasme fu plus grant que li pechiés. Se je fu ravie, ce fu contre ma volenté, ne celui qui me ravi n’out onques fruit de son larrecin, ne je meismes n’i ou onques se non paour, fors tant seulement que il me besa par force, ne autre chose n’emporta il du mien. Il me rendi de sa bone volenté sans corruption, et puet bien estre son blasme effaciés par sa discretion; et pert bien que il se repenti de son pechié.

[4] Or veuls tu, Paris, succeder au pechié de son ravisement? Jamais ne me courrouceroie ne ne me merveilleroie que amis succedast par amour a l’autre, mes par faus semblant ne doit nulz entrer a conquerre amour de juste fame. Et ne cuides que je soie sans fiance et sans ferme esperance; souvent sont dames et puceles enguennees par faus dis, et pour ce ai je pou de fiance et de foi en tes paroles. Les autres fames ont pechié en leur ravissement, mes je retournai chaste comme je estoie avant; et si ne puis pas estouper les bouches des mesdisans, mes ja a Diex ne place que l’uevre suive le nom en ma persone.

[5] Tu m’as raconté ton lignage et l’antique lig[f. 96c]nie dont tu issis. Jupiter fu mon pere, Tantalidés fu mon aiol, Pelopus et Tindareus furent de mon lignage: je sui estraite du plus noble commencement des homes. Tu es de Laomedon et de Priant, ce sceit chascun, et se je fusse toute seule si n’aroie paour de tout le pooir de Troie; et si ne di je mie que le nostre soit meneur du tien.

[6] Tu me promés grans dons et grans richesces par ton epistre, ne ja pour quanque tu me pourroies doner ne gasterai l’onneur de ma chasteé; ou je garderai perpetualment mon cors sans vergoigne ou je t’ensuirrai et ferai ta volenté plus pour toi que pour tes promesses. Et si ne les despi je pas, car tousjour sont convenables les promesses que prometeeur fet; mes plus grans choses sont celes que tu desires, combien que je soie cause de ta douleur. Et ja soit ce que je me moustre chiere, si n’ai je volenté d’esprover tes fausetés. A toutes tes promesses et a tos tes dons renonce je; se je me vousisse otroier a ta requeste, je me humilierai. Et par ce pourrions concorder ensemble.

[7] Ta presence est trop lointaine, et si peut bien estre que pucelle pourrait estre entre tes bras. Mes encore li serait miels de abstenir soi de blasme que estre en perpetuel blasme et vergoigne; car je vuil que tu saches que ce est grant ver[f. 96d]tu de se pooir abstenir des choses qui plaisent, et ensint le fais je, car je me sueffre de mainte belle chose combien que je la desire. Quans jouvenceaus cuides tu qui desirent et couvoitent ce que tu demandes? Et par aventure que tu i cuides estre toz seuls. Tu es le plus presumptieus de tous, et as mains el cuer que en la bouche. Je vouldroie bien que tu fusses le premier venu et je te eüsse le premier conneü. Je te promet que tu n’i vendras jamais a tens, car uns autres a ja ce que tu demandes. Je vouldroie bien estre ta loial moillier a Troies, mes je ne voudroie pas que ce fust ausi comme la fame Menelaüs.

[8] Laisses ester tes proieres et tes dissimulations de paroles, car tu te fains amer et cuevres ton courage par fausses oppinions. Je te pri que tu ne desires pas priver moi de ma chasteé. Bien est voir que Venus t’a otroié a avoir la plus belle dame du monde, et que les .iij. deesses se despoillerent devant toi pour jugier leur biauté: l’une te promist force, l’autre sens, mes la tierce ne te promist pas que tu deüsses estre mari de Turidaridis. Et a paine puis je croire que les diex aient commis a ton jugement d’eslire moy pour la plus belle des autres; et se il est voirs que je soie la plus belle, l’autre partie [f. 97a] est enguennee. Et si n’ai je pas fiance que en moi soit si grant biauté. Je sui contente de la biauté que les diex m’ont donnee, et li home meismes la löent assés; mes de ceste löenge ne sui je pas courroucïe.

[9] Et donques se ton premier delit est en moi, et les souveraines promesses des deesses sont en moi toutes acomplies. Et dont m’as tu avant eslevé sus la biauté et les honneurs que on dit de Heleine, ne que les promesses de Juno et de Pallas? Dont sui je vertus et force et noble regne? Bien seroie plus dure que fer s’ensint fust se je ne te daignoie amer. Certes, de fer ne sui je mie, mes je refuse celui que a paine puis je croire que il puisse estre mon mari. mout est fol celui qui are le rivage, la ou il ne puet cuidre fruit.

[10] Je sui [rude] a celer le larrecin de madame Venus, et si te promet que tu n’en troveras nulle loial, de ce me sont les diex en tesmoignance, et ensint enguennons nous les homes par nostre art. Et ensint ces paroles que te mande ores ont double entendement. Beneureuses se pueent tenir celles qui ont l’usance du fet, mes je sui ignorante de tels choses et mi semble la voie dure et aspre. Et cuide que, se je faisoie aucune chose dehonneste, que chascun me regarderoit et [f. 97b] sai bien que ce serait verités; car je voi bien que chose ne se puet faire qui ne sceit sceüe communement. Ethra meismes si m’a dit: «Faing toi se tu ne le veuls laissier. Mes pour quoi le lairas tu quant te pues faindre? Joe toi et si te soulace, mes toutesvoies celeement».

[11] Grant liberté nous est donnee, quant Menelaüs n’est ci presenti il est loing et si est deffaillant, et ce nous demostre voie de grant hardiesce. Quant je l’entendi, a paine me pou je tenir de rire et ne li pou respondre autre chose se non: «Ensint sera». Creten couvri son visage de son cuevrechief et aperçut bien que je me gaboie, et dist ausint: «N’est pas, mon mari?». En ce païs bien pourroie faire donques de moi a ma volenté. Plus grant chose est aucune fois le blasme que le fait; chose juste est avoir doutance de mal faire. Et bien dois savoir que li rois ont grant puissance. Et que me profite si je ai maintenant grace qui puis me tome a vergoigne et a damage? Et miels vaut la bone renommee. Et ne te merveille se il m’a laissïe ci avec toi, car il se fïe en ma loiauté: la bonté et la loiauté le fet seür, et la biauté le fet douter.

[12] Et pour ce di je que nos devons estre chascune contente d’un home, que nos ne perdons par nous le temps de nostre franchise. Je me doute et [f. 97c] ai raison, et si ai doutance que nos poitrines ne toucheront ja ensemble. Et je n’ai homme et tu n’as fame, et ta biauté et la moie seroit bien sous une couverture. Et les nuis sont longues et nos ne faisons autre se non parler. Ha lasse, je mourrai se toutes choses ne sont contraires au blasme. Je ne sai pour quoi je m’atarde, si non que je ai paour. Diex vousist que tu me peüsses constraindre a bien faire, aussint comme tu m’asmonnestes a mal faire, et que ma vilanie fust rebutee de moi. Aucune fois est l’injure profitable a ceuls qui la sueffrent, et seroie beneuré se je fusse pourforcïe a bien fere.

[13] Et quant l’amour est nouvele si s’i doit hon combatre; et quant li feus est petis si est il plus legierement estains. Il n’a vraie amor en hoste, car l’amour s’en fuit avec l’oste, car il s’en fuient quant on les cuide avoir plus certainement. Ce puis je bien prouver par Ysiphilés et par Minoia la pucele, qui ambedeuls furent enguennees de leur hostes. Et tu meismes amas Cenoine par pluseurs ans et puis l’as laissïe, ne tu meismes ne le nies pas. Et nous meismes avons mis grant paine a enquerre tous tes fais, je ne sai se tu le seis. Fai que tu soi[f. 97d]es fermes et constans en ce que tu aimes. Mes tes voilles ne le pourroient souffrir, et me larroies toute esbahie, et ensint s’en irait nos amours avec le vent.

[14] Ou se je te sive a Troie et que je soie parente du grant roi Laomedon? Mes je ne sui pas si movable que je vuille que le païs et diversses contrees soient raemplis de mes vituperes. Et que pourroient dire les dames d’Esparte et d’Achaïe? et que pourroient dire les dames de Troie? et que pourroient dire toute la gent de Grece? que pourroit dire de moi li rois Prians et sa fame? que pourraient dire tes freres, et les nieces Dardanus? et tu meismes, comme porroies tu pensser que je te fusse loiale, qui par tes exemples me moustres de fere desloiauté? Et quiconques entrerra el port de Troies sera cause de ta continuel paour. Quantes fois me clameroies tu ribaude se tu estoies courroucié, et adont seroies tu feseeur et repreneeur de ce meisme pechié. Ançois que je le face ne que je m’i consente, je pri la terre que el me puisse englotir, ne que je vuille avoir ne tenir richesce qui soit en Ylion.

[15] Plus noble choses me sont deüs et plus delitable qui me sont promises: je serai riche d’or et [f. 98a] d’argent, et serai vestue de pourpre. Je te pri que tu me doies pardonner, et je ne sai ore pour quoi ceste terre me retient. Et qui me pourroit secourra en la cité de Frigus se je i recevoie vilanie? Et ou pourroie requerra l’aide de mes parens? Quanque Jason promist a Medea fu deception et engennement. N’estoit pas Oethes son pere et Casiopé sa tante? Je ai paour que autel ne me viegne et mout le redoute. Mes Medea n’en out pas paour, et pour ce fu elle enguennee. mout d’exemples pourroie trouver, mout de choses m’espoantent: et les dis de ta suer, et les divinoisons des poëtes qui dient que le palais d’Ilyon sera ars et mis en cendre, et durra pou ta vie. De toutes ces choses ai je paour; et certes je n’ai pas paour ne ne doute pas que tu ne me deffendisses contre tous a ton povoir. Halas, doi je penser que nos amours se maintiegnent par armes et par bataille? Car elle est contrare a toute leesce, se victoire ne s’en suit.

[16] Encore me desconforte je de toi quant je te voi si lent et si pereceus contre Menelaum. Tu parles assés, mes tes fais n’en suient pas tes dis: parle mains, et fai miels. Et se tu l’eüsses apris et maintenu, [f. 98b] je eüsse ajousté plus grant foi en tes promesses. Ton cors et ta persone est plus convenable a Venus que a Mars: laisse combatre en champ les autres, et je te conseille que tu aimes. Prie Hector que il se combate pour toi, car li dieu l’ont fourmé a ce et les nommes l’en portent tesmoig. Tes fes ne sont pas digne de bataille et se je peüsse, par force ou par mon sens, je t’en osteroie du tout, et te donroie office de servir a puceles. Et par aventure, metrai je tote vergoigne arriere et me rendrai a toi vaincue et vaincrai les forces de tes mains et te donrai ententif office. Je sai bien que tu demandes et que voudroies parler avec moi pour acoumplir ton desir, mes tu te hastes trop; encore est ton blé en herbe, mes peril ne puet avoir en celle demoree.

[17] Jusques ici t’ai je mandé l’entention de ma couverte penssee et ai tant escrit que les dois de mes mains en sont tuit lassé; mes je te vuil mander a pau de paroles le consoil de mes loiaux compagnes, de Ethra et de Creten, qui m’ont donne consoil d’obbeir a ta volente, je croi que elles te sont favorables en toutes choses, et volentiers les creroie, se paour et vergoigne ne le me deveast.


XIII. Leandre a Hero

(Her. XVIII: Leander Heroni)
 

[1] Ceste epistre manda Leandre a Hero.

[2] A toi pucele de Sesta mande Leander de Abynde saluc. Mes plus volentiers les tes eüsse portés et dis de ma bouche, se l’ire de la mer et la fortune se fust appasiee; mes maugré mes oils qui volentiers te verroient, liras tu ceste epistre sans moi. Mes se li dieu me fussent debonnaire, je feroie mon desir; mes il ne laissent la mer reposer, ne ne veulent mander vent qui soit convenables. Ce pues tu bien veoir: regarde le ciel qui est plus noir que pois, chargié de gresil et de pluie; et bien pues veoir que nulle nef cruese et parfonde ne puet ester droite sus l’eau.

[3] Mes je ai trouvé .i. marinier fort et hardi qui voloit aler vers ta cité, et je entrai dedens sa nef, et regardai en la pope et vi que il i avoit grant foison de baudains de ma cité; si me vergoignai forment, car bien vi que en nule maniere ne peüsse avoir celé que il ne fust seü en l’ost et en mon païs que je me seroie partis et laissié la chevalerie fausement, ne ne peüst estre celee nostre amour que nos avons si longuement celees ne fus[f. 128d]sent descouvertes, et que nos parens ne le seüssent. Adont escris ceste epistre et la baillai au marinier, et si li dis: «Va, et si la baille a Hero en sa propre main». Certes, miels ameroie que tu venisses ca que tu me mandasses response par escript ausi con je te mande; et je meismes te diroie plus volentiers par boche que par escript.

[4] Chascune semaine me semble plus longue que .i. an. Je atens et me siés chascun jour sus les montaignes et reguarde tristez et penseus se aucune nef venist ça de ton païs; et tant demeure en regardant que je m’endors la, et la nuit ne fais autre chose que pensser a toi; et combien que je ne te soie present, si es tu tousdis presente devant les oils de ma pensee. Halas, quante fois me sui je repentus que je ne m’en alai avec le marinier; trois fois me sui puis jeté en la mer, et trois fois me sui despoillié tout nu pour savoir se je pourroie noër jusques a lui, et trois fois entra l’eau amere en ma bouche.

[5] Li vens et la gelee me sont tousjours contraire; se bise par sa grant froidure m’ocioit dedens la mer, si remaindroit tousjours entre moi et toi ferme amour et perdurable; mes nulle froidure ne fu jamais si gelee qui me peüst si refroidier que l’esperance de la chaleur de t’a[f. 129a]mour ne me reschaufast. Je pri les diex que cel vent de bise puisse tost cheoir et que Ypocadés retorne tost, mes je sai bien que je requier vaines choses, et pour ce requier je Jupiter et prie devotement que il me donnast elle ausi comme Dedalus. Certes, je seroie tost volés jusques a Ycharum, se il estoit encore plus loing que il n’est; mes puis que ensint est, je soufferrai quanque les dyex me vouldront mander. Mes puis que li vens et la mer me sont contraire, je penserai comment je pourrai faire au temps novel larrecin de moi meismes.

[6] Quant la nuit retourne, mon delit est a pensser quant issoie hors des portes de la maison mon pere, puis m’en aloie bagnier en la mer et jetoie ma robe sus la gravele, puis m’en retournoie a la lumiere de la lune tout seul sans paour, et aloie veoir m’amie en sa maison, et elle me recevoit doucement, et li disoie que elle retournast son dous viaire vers moi. Et certes se licite chose me soit dire la verité, quant je ymagine ton viaire cler et ta facon, il me semble que ta biauté ne vient pas de terre, ains te fu donnee des diex souverains; car ta fourme et ta semblance est digne de metre el numbre des vraies deesses, ne plus belle n’i a nul[f. 129b]le fors la deesse Venus. De ce ne vuil je pas que tu me croies, se tu ne veuls, car bien le pues veoir en une clere fontaine; car ausint cum li solaus resplent plus que les autres estoilles, tout ausint resplent plus ta biauté de la biauté des autre ni<m>phes.

[7] Et quant j’estoie avec toi en l’eau tous seuls, et nous regardions nos figures a la clarté de la lune, et puis batoie tant l’eau que mes bras en estoient tout lassé, et puis me relevoie sus mes piés et si ne me pooi[t] refroidier la froideur du parfont de l’eau, car la chaleur de l’amour que je avoie en la poitrine me reschaufoit tout; puis aloie noant par le rivage pour plaire toi plus; puis te prenoie par les bras et lutions ensemble. Ha, par quantes fois te deffendi ta norrice que tu ne descendisses jus, et je m’en aloie la pres et tu m’atendoies; ja ne te savoit ta norrice si bien garder que tu ne fusses la premiere au baing et la premiere despoillïe; puis nous entrebaisions et nous entrembrachions estroitement. Et qui pourroit plus pretieus baisiers avoir se il ne fussent des deesses? Et encore est cestui aussi precieus. Puis si t’embrachoie estroitement et tu baignoies tes cheveus en la rousee; puis nous en retournions celee[f. 129c]ment, quant l’estoille dÿane estoit levee, et encore no[s] sembloit celle nuit trop courte por nos deduis demener. Adont t’en retournoies tu si celeement que nuls ne s’en apercevoit, et de tant estoit nostre deduit meileur de quant il estoit plus celé.

[8] Et qui est celui qui porroit croire que je ne m’en retornasse volentiers? Certes ci ne demeure je pas de bon gré! ne en ma cité sans toi, ne tu en la toue sans moi. Une penssee nos tient nous .ij. ensemble tous jours en .i. lieu: ou Sextos ta cité me tendra avec toi, ou Abyindos la moie te tendra avec moi. Autant aime je toi et ta cité comme [tu] fais moi et la mie. Toutes les fois que la mer se corrouce, je sui corrouciés. E ! pour quoi me nuist le vent si forment? ou pour quoi ne puis je noër comme li poison? La mer de Jurgie ne fu jamais si perilleuse comme est ore la mer ou nous somes; a paine puet estre la nef seüre dentre le port. Je ai grant envie du fils Eson, qui ala seurement conquester la toison et sa nef descousi, et pour ce ne fu il pas peri. Je ne pri pas les vens ne la mer que il me portent sauvement pour le toison conquester, mes tant seulement pour passer outre. [f. 129d]

[9] Sueffre toi, car ore n’est pas temps de nagier par mer; mes si tost comme aucun bon temps et bon vent sera levé, je me metrai en mer et najerai plus forment que ne fist onques Anchon ne Argo, par nuit et par jour. Meilleur estoille ne pourroie je avoir pour moi conduire a bon port que celle de l’amour, car elle ne pourroit estre fausse demostreresse de droite voie; assés plus clere est elle et plus certaine que n’est Mars ne Jupiter. Tant najerai que mes bras seront tous lassés, mes quant me souvendra du guerredon et du delit, que je te metrai mes bras a ton col, je serai tout reposés. Je celle toi et nos amors, et est bien drois et raison, mes mout me duel que si pau de eau fet si longue desevree entre moi et toi, et pour ce te pri que tu pries les diex que il me demoustrent quel voie je doie tenir.

[10] Combien que je soie loins de toi, si est ton esperance prochaine de moi; et de tant comme tu es plus loins, m’eschauffe la chaleur d’amors de plus pres. Certes il me semble, quant je pensse a ce que je aime, que pou s’en faut que je te touche o la main; puis estens les bras et oevre la main, et te cuide prendre et ne trueve riens; lors pleu[f. 130a]re, mes je me reconforte que retournerai a toi briefment. Et quant je serai la, je te jure que jamais n’entrerai en mer se non ensi comme te plaira, ne jamais ne me tendra li vens en sa seignorie, ne ne fera departie de moi et de toi; bien me devra remembrer de ce que li vens et la mer m’ont fait et d’iver et d’esté, et comment je sai pau de gouvernement de nef.

[11] Ne encore ne te puis je prometre certain temps de retourner; mes certainement je te jure que je me metrai en mer briefment, et de .ij. choses me fera l’une: ou elle me sera favorable, ou elle me jetera en mer, et ensint sera venue la fin de nos amours. Et se ensint est, que ja a Dieu ne place, je pri les dieus de la mer que il me vuillent jeter mort a ton port, et que tu puisses touchier mes membres noiés en la mer; et diras en plourant: «Ha lasse chetive, je fu cause et achoison de la mort de cestui»; et courrouceras par ton pleur tes parens et les miens.

[12] Et je pri a Dieu que ceste epistre te viegne en tes mains, et que tu [la] lises et la guardes celeement; et si te pri que quant li temps sera assouagiez, que tu me mandes l’entention de ton cuer; et saches que si tost comme temps [f. 130b] convenable sera venu, il n’est nul riens qui me peüst ça tenir; et si te di que il n’a nef au port si bien appareillïe pour ale<r> comme est la nostre. Et se bon ve[nt] me puet a toi conduire, je te promet que je demourrai, ne ne retournerai jamais volentiers en mer; mes li vens et tes bras me tendront si forment, que je ne retournerai plus, et ensint arai double cause de demoree. Si te pri que ceste epistre soit bien gardee, et que tu le reguardes souvent; et je te promet que je la suirai tost et irai briement aprés.


XIV. Hero a Leandre

(Her. XIX: Hero Leandro)
 

[1] Ceste epistre envoia Hero a Leandre son ami.

[2] A toy, Leander, par tels meismes paroles que tu m’as mandees, te mande je salus, et si te di par cel meismes salus: vien, trop fais longue demouree. Je croi vraiement que tout vent [f. 136d] empeeche ton voiage. Aies pitié et compassion de moi, qui grant paine sueffre en toi atendant. Et sui ausi certaine que tu as grans pitié et grant douleur de moi pour ta demouree, mes la douleur n’est pas per entre moi et toi; car plus fort est la substance de vertu es malles que es femeles, et espetialment es puceles qui ont le cuer humble et la substance tendre et poi de vie. Ma vie deffaudra du tout se tu demeures longuement. [3] Ha, se tu fusses maintenant de ça nous irions aucune fois chascier au bois, aucune fois laborer es chans, aucune fois irions as festes et aucune fois as grans assemblees des gens; aucune fois irions oiseler et aucune fois irions peschier au fleuve nous deuls ensemble. De toutes ces chouses sui je privee et esloignïe, et tant plus en sui loing et de plus pres me reschaufe l’amour qui est entre moi et toi. Autre chose ne sai que je face, fors que continuelment aime, ne autre chose ne sai que faire. Et si t’aime ore de cuer plus parfetement que je ne petisse avant croire; certes plus te desire a veoir que ne fet ta vraie nourrice.

[4] Tousjours regarde la mer et pensse quel cause puet estre celle de ta demoree, et me [f. 137a] complains a lui et le maudis por ce que elle te detient, et pleure de cuer parfont, et essuie mon visage de mes mains tremblable. La escoute je la noise que la mer fet en la gravele, et cuide tousjours que aucun venist de la ou tu es a cui je peüsse demander de toi; ou se aucuns alast la ou tu es, qui te portast mes letres et te disist le desirier de mon cuer. Puis si pleure, et puis m’en retourne a l’ostel, et quant la nuit est venue je fais metre les lumieres en la tour pour signe, si comme je ai acoustumé que se tu venisses que tu le reconneüsses.

[5] Puis nos en entrons es chambres et filons grant partie de la nuit, esperant continuelment que tu doies venir; chascune parle, mes autre nom n’est en ma bouche se non Leandre. Ma norrice s’en ist de la chambre et cuide que je me doie aler couchier; je m’en retourne pour aler reguarder en la mer, esperant que tu doies tousjours venir, et elle m’atendoit que je filasse tousjours, et je ne feissoie autre que regarder en la mer, et prioie as diex que il te mandassent bon vent pour retourner. Et escoute, et cuide a chascune noise que ce soit ta venue, et ensi passe grant partie de la nuit dolente et enguennee. Puis m’assaut le sommeil et je m’en vais coiement dormir, mes [f. 137b] ma nourrice s’aperçoit bien au matin que je ai pau fillé la nuit.

[6] Et puis me semble en dormant que nos faisons ausi com nous solions faire, et que nos somes bras a bras, l’une poitrine nue encontre l’autre, et nous faisons maintes choses de quoi je me vergoigne du dire, mes mout me delite du fait quant il m’en souvient. Puis me resveille et ne trueve riens delés moi, adont prie je les diex que celle esperance puisse briement estre convertie en vrai delit et que tost puisses retourner. Et pensse en moi meismes pour quoi tu me laisses passer tantes froides nuis toute seule; car je voi bien que la mer n’est pas bone pour nagier, mes je croi, se tu te meïsses a la voie, que la mer se rappaiseroit; ou se tu veïsses bon tens tost pourroies estre ça, se tu t’esforçoies de nagier.

[7] Et quant tu seras ça avec moi et nous serons ensemble, mout serai lïe quant je orrai fortune et grant vent et perilleus pour nagier; et quant je orrai la mer tempester, je desirerai forment que ensint soit tosjours. Pour quoi crains tu plus la mer ores que tu ne soloies? Je voudroie ore que tu fusses hardi de en entrer en mer, mes quant tu seras deça je voldroie que tu n’en eüsses jamais talent; car se tu i entroies de rechief, plus grant seroit la do[f. 137c]leur dereine que ne fu la premiere. Et ausi ai je grant doute que ton peril ne fust plus grant que ne fu li premiers, et que le nostre amour ne fust telle comme elle a esté. Ne encore ne doute je pas tant les vens ne la mer comme je douteroie que nos amours ne fussent mises en oubliance et que tu ne m’oubliasses, et aroie perdue toute la paine que je ai mis en toi amer.

[8] Aucune fois ai je grant paour que je ne te perde du tout et que je ne remaigne seule sans ami, et que les dames ne me dient: «Dame, ore avés perdu vostre ami». Halas, et que feroie je se je savoie que autre fame meïst ses bras a ton col et noveles amours feïssent fin de nos vielles amours? Ançois puisse je morir que a mon cuer viegne tel douleur, ne que je m’en aperçoive, ne que nouvele m’en viegne. De toutes ces choses doit avoir paour cuer qui aime loiaument. De bonne heure est nee celle qui a tousjors son ami delez lié, mes je qui l’ai lointain pensse a toutes les choses contraires qui me peuent avenir.

[9] Or vousist Diex que tu venisses maintenant ou que il te mandassent vent pour tost venir; car se je savoie que fame te detenist, certa[f. 137d]inement je mouroie a douleur; mes je sui certaine que tu ne feras ja si grant pechié, car je sai bien que l’iver et le mau tens ne te laissent du port partir. Quantes fois ai je pleuré quant je veoie le temps obscur et noir, pour tout ce que penssoie bien que ton cuer n’estoit a aise. Par aventure est venue Hellés au rivage de la mer qui trouble le fons et ne te laisse passer. Onques amours ne furent si empeechiés par vent comment sont les nostres.

[10] Ha Neptonne, qui es diex des vens et sire de la mer, qui tant as esprové les fes d’amors, tu es cil de qui les poëtes parlent tant. Tu amas par amours Archincé, et si amas Aminonem et la belle Cercem et la fille Daneoen, et si amas tu la belle Meduse, et Laudicé au viaire cler qui fu ravie au ciel, et autres pluseurs. Et puis que tu as tantes fois senti les douceurs et les griés maus d’amours, pour quoi nous es tu si cruel? pour quoi nous clos tu la voie de nos amours? Je te pri, aies merci de nous, refraing ta cruauté vers nous, fai ta bataille el haut pelage de la mer et i met ta fureur. Certes, laide chose me semble au dieu de la mer de retenir .i. joene amant et em[f. 138a]peechier son voiage par mer. A toi apartient de faire grans choses et grans fais, et de geter les grans nés par la mer. Li miens amis Leandres est nobles hons. He, sire diex, garde le moi! Car toute ma vie et m’esperance est en lui; mon cuer et ma pensee sont toutes enserrees en la prison de son cuer.

[11] He, dous amis, vien seiirement; et n’aies paour, car la deesse Venus t’appareillera ta voie. Et se tu l’en pries, elle ne t’en escondira ja. Certes je iroie volentiers a toi, mes tu crains et doutes de venir et je doi encore plus redouter de l’aler, car tousjours est mer plus cruelle et plus contraire as fames que as malles; et ce pues tu bien veoir clerement par Frisus et par Ellés. Et se je me metoie en mer pour aler a toi, par aventure je te encontreroie en la mer et nous entrebaiserions tant seulement, et aroies double paine au retourner pour moi et pour toi. Certes, ce seroit pou de chose, mes encore seroit miels que noient: mes ce seroit vergoigne a moi et a toi et manifesterions la fureur et l’outrageuse ardeur de nostre amour. Et ensint est mon cuer en grant bataille, car ardeur se combat a vergoigne et ne sai auquel je [f. 138b] me tiegne; car li uns est raisonnables et honnestes, et li autres profitable et delicteus.

[12] Halas, un ribaut de Lacedemoine passa la mer et entra en Colcos, et tantost en retourna avec sa proie. Et tu, qui as si grant desir d’avoir ce que tu aimes, as paour d’entrer en ta nef? Aucunes nés sont peries par defaute d’aide, mes met itant d’avirons que tu puisses eschaper la fortune. Mes je t’amonneste a fere ce que je doute; tu seras toutevoies plus fors et plus ententis pour mes prieres, et quant tu seras retour<nés>, tu porras repose[r] tes bras avec les miens. Ha, se tu seüsses le grant froit que je ai en la poitrine; pour ce que quant je ai toute la nuit veillié pour regarder en la mer et le sommeil me prent a l’aube du jour, si met ma teste sus .i. coisin et je songe ce que je ai l’autre nuit songié, et ensint me semble plus voir. Certes ce est signe que tu tourneras tost.

[13] Je te pri, quant tu liras ceste epistre, que tu ne ries pas pour mes songes; et si te pri que se tu n’as pitié de toi, que tu aies merci de moi, qui onques ne cesse de toi desirer et veoir lié et joiant. En toi est tote m’esperance; et se cele esperance me faut, ceste vie sera finee en grant douleur. Et se tu ne pu[f. 138c]es venir en nulle guise, que Dieu ne place, remande moi par cel meisme marinier la certaineté de ton corage.