RIALFrI

Eudes Richart de Normandie

Giovanna Delcorno, Il volgarizzamento antico-francese del “De balneis puteolanis” di Eudes Richart de Normandie, in Lingua, rima, codici per una nuova edizione della poesia della Scuola siciliana. Atti della Giornata di studio (Bologna, 24 giugno 1997). Con altri contributi di Filologia romanza, a cura di Andrea Fassò e Luciano Formisano, Bologna, «Quaderni di Filologia Romanza della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Bologna», 12-13 (1999), pp. 183-287.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena

Marcatura digitale e messa in linea a cura di Francesca Gambino

 

 
 
 I
 Entre les richeces des choses
 est Dieu a loer en ycelles
 qui sont aus ars humains forcloses
 et aident; telz vertus sont belles.
5Chose est moult merveilleuse a dire
 et moult horrible a regarder
 que d’enfer, de tous lieux le pire,
 vient aide aus corps humains garder,
 l’eau boullant qui pugnist les mors
10aval en enfer, en abysme,
 je vous di que celle meisme
 malades vifz rent sains et fors.
 Terre de Labour a les bains
 qui senz syrops ne medicines
15garissent gens de tous mehains
 par leurs vertuz qui tant sont fines.
 Vous qui n’avez denier ne maille
 et qui voulez estre garis,
 garis serés aus bains senz faille,
20senz y paier loyer ne pris.
 Des baings les noms et les vertuz,
 du grant Cesar a la loange,
 sont en cest livre contenuz,
 bien est que chascun les aprenge.
25L’istore est vraye comme evvangile,
 maiz pour miex entendre genz lays,
 Loÿs Second, roy de Sicile,
 l’a fait translater en francois.
 Tous ces baings sont jouxte Pussol,
30prez Naples, la noble cité,
 et n’en doubte nul, s’il n’est fol,
 car c’est la pure verité.
 
 II
 Le premier a nom Sudatour
 car le malade pacïent
35sue en la maison senz liquour
 si non de l’ayr tant seulement.
 Un lac a devant la maison
 plain de couluevres et de raynes;
 n’y trouveras autre poisson
40tant bien de le peschier te paynes.
 De cest baing te di le conseil:
 quiconque en la cave se boute,
 tout son corps de sueur degoute,
 comme la noif fait au soleil.
45Il vuyde les maises humours,
 revenir fait le corps legier;
 l’eau chaufee chace les langours
 des entrailles et fait sechier
 playes pourries qui sont soubz le cuir.
 
 III
50Un baing y a d’autre maniere
 que l’en appelle la Soulfriere.
 Les nerfs roides fait remolir
 et si seult la rooigne tolir;
 ors membres fait renouveler,
55les brehaignes fait engrosser,
 garist l’estomac et la teste,
 et les lermes des yeux abesse.
 Il garist les genz du vomite,
 les yeux rent clers, le fleume gitte,
60la fievre avec le froit chace.
 Maiz qu’ains le baing purger se face,
 qui entre sains dedenz ceste eau,
 aprez est sain, fraiz et nouveau.
 Cest baing pour nulle riens ne blasme,
65ains loe sa vertu plus que basme,
 car nous veons souventes foiz
 qu’il rent les genz et sains et froiz;
 que nuls ne veult au nes sentir,
 tous leur fait leurs maulz departir.
 
 IV
70Un baing y a, qui Bulle a nom,
 qui boust tousjours a grant boullon;
 moult espouvente qui la regarde:
 feu y a qui semble qu’elle arde
 des pierres entre ens par crevances.
75Les cuers effree par telz menaces
 qu’a grant paour puet estre hanté
 le lieu qui est si enflambé,
 et tant qu’il est pluz effreyé,
 pluz est proffitable essayé,
80mais qu’il puist descendre en la cave
 et que souvent son chief y lave;
 et s’eaue n’y treuve a soy laver, (†1)
 autre eau doit en ce lieu chaufer.
 Telle eau garist du mal des yex,
85la teste malade en vault miex,
 et purge la matrix et seyne
 la foye et la ratele seyne.
 
 V
 Autre baing Astrunis se nomme
 Dont l’eau est moult saine et moult bonne.
90Les denz, que le reume relasche,
 resserre et rafferme en leur tasche;
 la huvette qui chiet relieve,
 le reume oste aus joes qui les grieve; (†1)
 les yeux garit et le poumon,
95quant la tous lui fait lesïon.
 Le corps qui est trop moite eschaufe,
 meilleur appetit fait que sausse;
 tout reume garit et peresce,
 tous les mambres du piz adresce;
100la voix qui pour reume se pert
 garit cest baing tout en appert.
 
 VI
 Un autre baing a nom Ioncare
 qui au bort de la mer se pare;
 ceulz qui de ptisie sont sechiez (†1 )
105garit et les douleurs du piez.
 Leesce engendre et la norrit,
 tout triste pensee amaindrit (†1)
 qui senz cause trouble les ames.
 Aus hommes fait amer les fames,
110il fait les reins fors a luxure;
 l’estomac garde, les yex cure,
 fievres interposees termine, (†1)
 au foye est bonne medicine.
 Qui de ces eaux use, n’a doubte
115du mal qui la peau tenvit toute.
 
 VII
 Entre les eaues de la mer
 prez la rive au pié d’un rochier,
 est fontainne grant en effait,
 quant que petit et brief nom ait:
120Petit Baing se clame cellui,
 de si grant vertu est ami
 que les genz baignez en ce lieu
 sentent voyrement estre dieu,
 car de quel mal que tu te dueilles
125ou de caleur quelque tu vueilles,
 maiz que de celle eau soyes lavé, (†1)
 tost seraz gariz et sané.
 Car chief et estomac et rains
 et tous autres membres rent sains;
130conforte qui la renouvelle,
 la tiedist et se baigne en elle.
 El garit des yeux l’oscurté,
 les eptiques rent a seurté,
 et garit de fievre quartaine,
135fievre emphymerine a fin mayne.
 Et parthenopense ayme pluz
 ceste maniere que autre nulz.
 
 VIII
 L’eaue qui s’appelle Hors La Crite,
 qui au bort de la mer habite,
140garit l’estomac de feblece;
 aus ydropiques nuit et blece,
 car elle est de doulce savour:
 rien ne consume sa chalour,
 pour tant aus ydropiques nuit.
145Les membres eschaufez reduit
 a leur droite complexion,
 le foye garit et le poumon. (†1)
 A la poitrine remedie,
 aussi de la toux fait aÿe:
150les membres de fievre sechiez
 par ceste eaue sont alegiez.
 Hors de terre yst par long conduiz
 dont les malades sont gariz
 qui ont quelque mal en la peau.
155Les anciens dient que cest’eau,
 qui s’appelle Defore Cripte,
 vient de Bulle dessus escripte,
 
 IX
 Le baing qui La Pierre se clame
 est merveilleux et de grant fame;
160pour tant que par nom se cognoisse,
 est dit Pierre car pierre froisse.
 La teste cure et les oreilles,
 des yeux ront et oste les maelles,
 et du cuer et de la poitrine
165est excellente medicine.
 Cest baing oevre bien la vessie,
 les rains de gravelle netie.
 Le buvrage de ceste eaux
 lave et netye tous les boyaux; (†1)
170pluseurs perreleux ont beü
 ceste eau chaude, que j’ay veü
 puis faire urine perreleuse.
 Vous, qui cel maladie perilleuse (†2)
 avez que l’en nomme la pierre,
175devez de ceste aue secours querre,
 car, se vous en buvez souvent,
 gariz serez certainnement.
 
 X
 Le baing qui a nom Calature
 proffite au poumon par nature
180et de la mesme la toux chace
 que le grief reume lui pourchace.
 A l’estomac rent il sa force,
 de menger lui donne la force
 et est sa nature qu’il cuise
185la vïande trop souvent prise.
 La pensee afferme et netie
 la face et le cuer letifie.
 Les taches oste de la face;
 par toux causee ptisique efface (†1)
190mesmement au comencement,
 fors que l’en s’y baigne souvent;
 maiz, s’elle estoit trop envieillie,
 de legier ne le seroit mie
 senz grant labour de medicines:
195plus qu’on <ne> puet oster les racines
 d’un vieil arbre soudainement
 senz labour ou force de vent,
 senz grant labour viez maladie
 ne puet estre nul temps garie.
 
 XI
200Le dizisme baing Aide a Homme
 de son effect ainsi se nomme.
 Le poumon cure et la ratele,
 au foye enflé est grant medele;
 ceuls qui sont tristes pour froidure
205de leur poitrine tantost cure.
 Les humeurs du ventre hors porte,
 l’estomac foible reconforte.
 L’apetit perdu fait venir
 et si fait la voix esclarcir;
210toute maniere de doulour
 oste a qui l’ayme par amour.
 La podagre oste et vieille goute
 qui es mains et es piez se boute.
 
 XII
 Puis vient le baing Sainte Anastaise
215qui aus malades fait mainte aise;
 le corps ingrat, maigre et pesant,
 y prent sa force maintenant.
 Une chose est a merveiller:
 quiconques fait fosse ou gravier,
220emmi la fosse, tout de coure,
 trouvera l’eau moult chaude sourse,
 car elle est fresche en sa fontayne:
 ceuls qui d’eau ont grant soif tost sayne;
 el ne proffite nulle chose,
225maiz, se hors un peu se refrede,
 elle fait aus genz grant remede.
 Qui veult qu’a sa langour lui vaille,
 a refreschir pas ne la faille.
 
 XIII
 Entre les eaux de la mer a
230une eaue chaude qui sourt la,
 qui en la mer n’a point d’entree,
 car el est toute avironnee
 d’edifice tout a la ronde
 qui garde, quant la mer suronde,
235qu’el n’entre dedenz la fontayne;
 et quant la mer est grosse et playne,
 a pene entre homme en son canel:
 cest baing cy a nom Cantarel.
 Playes garit vieilles et nouvelles (†1)
240et playes de cuir qu’on nomme ulceres (†1)
 qui viennent de maises humours;
 les yeux rent clers et fait meillors,
 sang qui court de vaines estanche.
 Goute de piez, de mains, de hanche
245Garit et fievres o froydure;
 a mal de costé nuist sa cure.
 
 XIV
 Un baing y a qui L’eau du pré
 Est par le commum appellé,
 et croyent ceulx qui sont environ
250que soit euvre de Ciceron;
 fort est la voye qui a l’eau maine,
 car moult basse en est la fontaine.
 Es entrailles sainnes proffite,
 les maises humours du corps gite;
255membres nerveux durs ramolie,
 teste, espaules reconcilie;
 yeux qui sont chacïeux esclere,
 le corps netie de toute ulcere. (†1)
 Ensemble a tout le corps proffiete,
260fors quant il sue du froit se guiete (†1)
 et que riens ne boive, de ci,
 tant quë il soit tout refredi.
 
 XV
 Un lac est, Astrata a nom,
 par ou Dieu, puis sa passïon,
265les portes brisa et fendi
 d’enfer, quant il y descendi,
 et ses amis mors trahy de la.
 La est le baing Tripergula
 nommé par droit et par raison,
270car il y a double maison:
 les genz se despoillent en l’une,
 l’autre garde l’eaue et adune.
 Ceste eau est saine et moult loee
 et oste tout mal de pensee
275et mal des piez par sa suour;
 l’estomac garit de doulour,
 de tout le corps la pesantume
 oste. A qui a peu de pecune
 nous lui conseillons qu’il en use,
280afin que de tout mal l’excuse,
 car, qui de ceste eau usera,
 tousjurs et sain et lyez sera.
 
 XVI
 Le baing De l’arc est bon et douls
 et proffitable et gracioux,
285les membres consumez restore
 et l’estomac sec revigore;
 aus estremitez aide porte,
 tous les membres dessouls conforte.
 Aus ydropiques n’ayde rien,
290ne au foye, n’a la rate autant bien;
 je vous di chose que j’en vi,
 tesmoing le pueple: homme atenvi
 tant qu’il n’avoit pluz que la peau,
 en brief temps gary en ceste eau.
 
 XVII
295Aprez vous di des baings Renier
 pluz precïeux que nul denier:
 ils garissent les corps pourris
 d’eaue, de fleume sale nourris; (†1)
 vieilles playes, dertres et mal saine main (†3?)
300et la rooigne garit tout sain.
 Tu, qui veulz ta peau netoyer,
 gariz seras au baing Renier;
 et si de rencheoir te doubtes,
 en Trituli fault que te boutes.
305Maint homme de cest baing s’ennuye
 s’il est gras, de gresse pourrie;
 l’eau de l’estanc el baing s’empaingt
 qu’on doit vuydier ains qu’en s’i baingt.
 
 XVIII
 Devant la maison du poete
310est le lac d’enfer ou est faite
 un vieil palaiz de grant maniere;
 l’eaue en semble estre de miniere.
 De Fer a nom cest baing d’enfer,
 car il semble a rooil de fer;
315umbreuse est dit par tel raison
 qu’il y a umbre senz maison.
 Mal de sourcil et emigraine,
 qui souvent s’i baigne, il le saine;
 mal d’ieux qui vient du chief netoye,
320des yeux oste la rouge toye
 et le siffle oste des oreilles.
 Qui du baing savroit les merveilles
 ja n’useroit d’autre collire,
 car toutes les toyes des yeux tire; (†1)
325les trois chambres de la cervelle
 conforte et l’oÿe renouvelle. (†1)
 
 XIX
 Espoir Silvïa, la deesse,
 fu de cest saint baing trouverresse
 et, de son nom, nom lui donna:
330pour ce est nommé Silvïana.
 Qui d’umours a plaine la matrice, (†1)
 c’est eau la purge de tout vice;
 les brehaignes fait engrossier,
 aus dames fait leurs fleurs tourner,
335venir les fait par ordonnance,
 a la matrix donne atrempence.
 Tous maulx de matrix oste aus femmes,
 pour ce conseille a toutes dames,
 qui ne pueent enfens porter,
340qu’a cest baing s’aillent deporter;
 et s’il peche par leurs maris,
 par cest baing cy seront gariz,
 car il leur oste la froidure
 par quoy ilz perdent l’engendrure.
 
 
 XX
345Une eau y a moult merveilleuse,
 mais l’entree en est moult perilleuse: (†1)
 Culma a nom, l’en y applique
 par une voye moult oblique.
 Qui y entre craint quë il s’arde,
350car la flambe l’entree en garde.
 L’eau dedens fait sueur venir,
 nerfs plains de fleume fait garir,
 aus avugles rent la lumiere,
 aus clos l’aleure, fors que n’yere
355la maladie trop envieillie. (†1)
 Aus sains nuit, aus malades aÿe; (†1)
 qui sain est, ja ceste eau ne queurge;
 s’il y entre, peu y demeurge.
 
 XXI
 Un lieu a illeuques dejouste
360dessoubz une ancïenne vouste;
 soubz une roche grant et lee
 est la cave au cisel taillee.
 La voute est plaine de figures
 qui des maulx signifient les cures: (†1)
365qui sont gariz par cellui baing
 tous monstrent aus mains leurs mehaing;
 ce baing ci a nom Trituli.
 Je vous tesmoigne que je vi
 l’eaue venir a prime de jour (†1)
370en la voulte senz grant sejour;
 vers l’eure que tierce s’appreche
 retorne et laist la voulte seche:
 l’une part entre en la marine,
 l’autre dont en vient s’achemine.
375Ceste eau plus souvent medicine
 que Bessaÿda, la piscine
 qui l’an ne garissoit qu’um homme;
 maiz ceste eau cy, que je vous nomme,
 puet chascun jour curer grant nombre
380du reume qui les genz encombre.
 L’estomac et le chief conforte,
 aus ydropiques salut porte,
 goutes garit et arthetiques
 et si proffite aus flegmatiques;
385la fievre garde de venir
 a qui si scet bien maintenir.
 
 XXII
 Le baing se clame Arculus
 a petit nom et grans vertuz;
 foye qui est trop chault raffreschit,
390la reume et l’estomac garit,
 le mal oste de la poitrine,
 de froide teste est medicine.
 Les yex garit de l’optalmie,
 ceulz qui ont beu † pauet † mie.
395De pluseurs maulx garit cestuy
 comme Culma et Trituly;
 non obstant que l’eaue trituline (†1)
 soit plus gracïeuse et plus fine
 que nul autre baing, loe ge l’us (†1)
400du baing qui a nom Arculus.
 
 XXIII
 Baing Palumbar puet avoir nom
 cest baing par double entencïon:
 ou pour ce que les palumbs l’ayment,
 ou que les reins baignez en saynent.
405Au chief, aus reins est medicine,
 restraint qui trop forment urine,
 des yeux oste nyebles et maelles
 et le vent qui siffle es oreilles:
 du cuer garit la cardiaque,
410par cest baing l’artetique vaque.
 Et fait plus grans choses que cestes,
 maiz qu’on grde bien ses dïetes.
 Garde toy, aprez ses remedes,
 de choses salees et froides
415et de boire eau froyde ensement:
 boy vin, eve attrempeement;
 saches que ceste eau pluz proffete
 que sirop a bonne dïetes.
 
 XXIV
 D’eaue n’a point Pugile en sa fosse (†1)
420quant la mer est enflee et grosse;
 pour son petit lieu la nomma
 Pugil, qui nom lui imposa.
 Il y a une voye torte
 qui les genz jusques au baing porte;
425de sept genz est la maison plaine.
 Le cul garit, la foyre sayne,
 les ydropiques agreslie,
 a la rate et au chief aÿe;
 la fievre et le froit chace hors,
430les foibles malades rent fors.
 Je vi un homme tout sechié,
 qui ne savoit ester sur pié,
 qui s’en ala, aprez ce baing,
 sain senz potences ne mehaing.
 
 XXV
435Qui veult du baing Saint George enquerre,
 il vient d’une vaine soubs terre;
 nul n’y savra ja tenir voye
 se la flambe ne les avoye.
 Pour tant, se l’entree est doubteuse,
440est l’eau saine et moult vertüeuse:
 la pierre froisse et fait l’orine
 venir aus genz a droit termine.
 El garit les genz d’arthetique,
 cuisses, piez, braz, front artetique
445sont gariz par ces saintes eaux.
 J’en vi un miracle moult beaux:
 un homme en pissant, bien m’en membre,
 mist hors deux pierres par le membre.
 
 XXVI
 Jouxte Culme de pierre naÿve (†1)
450naist liquour comme oele d’olive.
 Cest baing fait merveilles apertes,
 meseaux garit et toutes dertres.
 Par lui est le fleume salé
 de l’estomac tout devalé;
455la cole estaint et subtilie
 le fleume groz et letifie
 ceuls qui sont tristes et pensiz.
 Reschaufe les corps refroidiz,
 tout le corps de lui s’esjoït;
460couperose du vis garit,
 le vis arridelez desride.
 Sa vertu monstre nom d’Olive:
 de ceste pierre sault ruisseaux
 d’oele, comme des autres d’eaux.
 
 XXVII
465L’eaue Cesar est nommee l’une, (†1)
 que l’en nomme Soleil et Lune,
 qui vault miex que les autres eaux
 tant que le soleil est pluz beaux
 de toutes les autres planetes.
470Cest baing rent toutes goutes netes,
 du corps toute douleur anulle
 fors ceuls a qui vieille fistule
 a ja les oz trop vïolez.
 Les podagres sont consolez
475par ceste eau, se la maladie
 n’est trop malement envieillie.
 Mais nuls homs, ou peu, scevent ore
 le lieu ou ceste eaue demore:
 quelque chose est choite dessus
480pour quoy l’en ne la treuve plus.
 Vous d’Averse, qui tante vie
 avez vesquu qu’il vous ennuye,
 monstrez du baing la vieille place
 afin que aucun faire la face.
 
 XXVIII
485La fontaine l’Evesque y a:
 c’est baing d’evesque le nomm-a
 car il est prelat aus malades
 ou car les prelaz l’ont moult sades.
 Aus artetiques moult proffite
490et a ceuls ou podagre habite.
 Les prelaz l’ont moult esprouvé
 et moult proffitable trouvé;
 pour ce que repoz et peresce
 les prelaz souventes foiz blece,
495les piez de mal souvent leur faillent
 et quant mal a la selle saillent,
 le vent qui est en leurs boyaux,
 leur fait areichier leurs noyaux,
 car si fort le ventre leur lieve
500du vent, qu’a peu que ne leur crieve.
 Querez ceste eau, seigneurs prelaz,
 de la hanter ne soyez laz;
 ne prenez tel refectïon
 qui tourbe la digestïon,
505car, qui boute trop en sa pance,
 destruit son corps et sa chevance.
 
 XXIX
 Le baing qui Bracula a nom (†1)
 garit les joes d’inflacïon,
 la voix enrouee fait clere;
510la douleur devant et derriere
 du chief garit, et la ratelle
 et le faye enflé renouvelle.
 La veue troublee esclarcit,
 la fievre quartaine garit,
515et garit fievre amphimerine,
 et si est aussi medicine
 de toute fievre entreposee,
 qui “fievre esrant” est appellee
 des layz et des clers “planetique”.
520Qui tels maulx a, aus baings s’aplique
 nom pas une foiz seulement:
 qui pluz s’i baigne, miex s’en sent.
 
 XXX
 Une eau y a moult merveillouse,
 que l’en appelle Gymberouse,
525ou l’en descent par huit degrez;
 l’eau court dedenz par les costez.
 Les entrailles et la matrix
 sont par ces eaues icy gariz; (†1)
 les flours qui trop viennent, refraigne,
530et garit le nes qui trop saigne,
 et si garit semblablement
 le sang qui yst du fondement;
 a ceulx qui ne pueent faire urine, (†1)
 n’aux rains n’est meilleur medicine.
535Qui a pierre il fault qu’el s’en ysse
 ou que gravelle et les peux pisse.
 Ceste eau de tous maulx le corps saigne
 chascun malade qui s’i baigne.
 
 XXXI
 Du derrain baing le loz vous conte,
540cest baing cy est nommé Spelonque.
 Nul ceste eau user ne pourroit
 qui refroydiez ne la vourroit;
 quant atrempee est, qui s’i boute
 elle garit de toute goute;
545elle garit, n’en doubtez mie,
 vieille toux et ydropisie.
 Qui en boit chascun jour .V. dragmes,
 dessus dessouls la dÿafragmes
 garit soit de cole ou de fleume,
550et si garit genz de tout reume.
 N’est pas spelonque de larrons
 celle ou les baigns croissent si bons.
 
 XXXII
 Cesar, qui es soleil du monde
 tant comme il est grant a la ronde,
555pren cest livret que te presente,
 le tiers qu’as eu de moy de rente:
 le premier contient les memoires
 des batailles et des victoires
 civiles qu’en ton paÿs as faites; (†1)
560ou secont livre sont retraites
 les merveilleux faiz Fredery;
 des baings raconte ce tiers cy.
 Ces troiz livres ay composé
 au los de Cesar, l’alozé:
565parole qui est mise en terme
 par bouche de trois est pluz ferme.
 Cesar, liz les faiz ancïens
 des Sarrasins et Chrestïans;
 tu ne trouveras ja poete
570qui d’omme auster ne cruel trete.
 Cesar, je suis ta creature,
 ays de moy remembrance et cure
 afin que je puisse suffire
 aus grans fais de ton fils descripre.
 
 XXXIII
575Cest baing cy a nom Subcellete
 dont l’eau est clere et saine et nette.
 Le fes, l’ardeur de la vecie, (-1)
 prontement tantost deslie
 et fait aus genz bien faire urine.
580De pluseurs maulx est medicine;
 de cest baing netiz et garies
 sont dens et gencives pourries.
 Garit en esté la tierçaine
 et la fievre cotidïane,
585et si garit la fievre lente
 a tout homme qui la frequente;
 poumon, foye et rate garit
 et la toux, et rent l’apetit.
 Bonne digestion procure,
590lentilles et la rougne cure,
 les taches oste de la face,
 les cheveux longs et blons pourchace.
 Tout le corps rent lyé et joyant
 d’omme qui en ayme le hant.
 
 XXXIV
595Le baing de la Croix est moult bon,
 proffitable et de grant renom.
 Il garit podagre endurcie,
 les nerfs conforte et les netie
 moult bien des humeurs fleumatiques,
600et si proffite aus ydropiques
 qui ont le corps de fleume plain
 pour le mal faye et pour l’esplain.
 Et vous di qu’aussy garit il
 la douleur dessoubz le nombril;
605il garit de la goute froyde
 qui est ou nerf et le tient royde:
 mais que l’en s’i baigne souvent
 il la garit entierement.
 Je vy un homme s’i baigner
610qui, pour pestre soy ne saigner,
 ne peust sa main mettre a sa face,
 qui fu gari en brief espace:
 du baing se departi tout sain
 faisant son vouloir de sa main.
 
 XXXV
615Les grans vertuz et les merites
 des baings qui sont dessuz escriptes
 sont de moult long temps esprovees,
 par experiment vrayes trouvees;
 et croy qui plus y cercheroit,
620pluseurs vertuz y trouveroit
 et y trouveroit d’autres baings
 qui gariroient d’autres mehaings,
 car toute celle regïon
 est de minieres environ,
625et euvre chascune miniere
 es corps par diverse maniere,
 selon qu’il a complexïon
 ou corps ou disposicïon.
 Et pource que le bien commun
630plus proffite, jadiz chascun
 baing fu par nom intitulé
 et miz son nom sus, que celé
 ne fust a nul qui le voulsist:
 de quelque mal que se doulsist,
635peust trouver escript le remede
 ou d’eve chaude ou d’eve froide,
 pour santé ou pour maladie.
 Adonques par grant convoitie
 et envie qui nul n’esperne,
640les phisicïens de Salerne
 meuz de maise pensee et inique, (†1)
 considerans que leur pratique
 en yert forment amenuisee
 et leur scïence mains prisee,
645vindrent effacer tous les titres
 des baings et de tous leurs chapitres,
 afin que nul ne cogneüst
 quel vertu chascun baing eüst,
 ains tornassent les pacïens
650soy garir aus phisicïens.
 Maiz Dieu qui tous les malfaiz venge,
 ne voult soufrir telle laidange
 passer senz ce qu’el fust punie:
 au retorner de leur folie
655les fist, quant ilz furent au large,
 noyer en la mer, genz et barge.
 Ainsi perirent et noyerent
 et les noms des baings demorerent
 escrips en mains lieux, qui devant ce
660furent escrips par remembrance
 et pour perpetuel memoire
 ont duré et durent ancore.
 Et pluseurs qui sont environ
 cognoissent tous les baings par nom
665et y ont par experïence,
 aussi com le livre recence,
 veu mains homs gari et curé
 ainsi comme ils m’ont juré;
 et croy par mon entencïon
670vraye leur deposicïon.
 Et afin que plus clerement
 qui n’entendent latin ne lettre,
 ay je volu en françois mettre
 le livre qui est en latin
675des le premier jusqu’en la fin,
 et de mot a mot translaté
 a Naples, la noble cité,
 par moy phisicïen Richart
 Eudes, normant, qui ceste part
680vins servir Roy Loÿs Secont,
 a qui Dieu joye et honneur dont.
 Et fu ceste translacïon
 en l’an de l’incarnacïon
 mil trois cens et nonante deux,
685el douls meys de may gracïeux,
 en Chastel Nuef, present li Roys
 et ses bons serviteurs françois
 en grant nombre, de qui les noms
 quant a present ne vous dirons.