RIALFrI
Guerrehes ] Gaheriez
cist ] oist
quar si mes frere ] quar son frere
armes ] ermes
dequassez ] dequasser
travaillé ] travailse
aloit ] aboit
quar ] quar quar
l’avoit ] l’avoit l’avoit
cop ] cor
est ] est est
de ] do
en quelque leu qu’il fust ] en a quielque leu a qu’il fust
salt maintenant en piez molt ] salt maintenant en piez maintenant molt
ne ] en
car ] cor
aime ] anime
donc ] deno
jors ] lors
est ] ost
en son fuerre ] en son frer fuerre
haoient ] chaoient
souvengne] souveneggne
donc ] deno
tout là ] tout p roine là
com ] com com
aillient ] alllient
encomenciez] encomenciciez
avoec ] avoit
chevalier ] chevalier chevalier
a navré ] e navré
chemins ] chechemins
aucune ] oucune
il ] elle
belle en] belle tor en
cuart ] ccart
fu ] fui
croire ] troire
bien monté ] monte bien monte
chastel ] chistel
ainz einsint qu’il s’en ] ainz einsint qu’il einsint s’en
fait il, ne me convindra ] fait il, ne me convindra, fait il, ne me convidra
quar ] ornar
renomez ] reniomez
s’il ] sils
46que vos la damoiselle ] que vos a chevalier ne me teingnoit et que vos la damoiselle
pueple ] puepbe
li ] lir
aucun ] acum
ja ] iga
autres ] autres autres
le dis ] le dis le dis
qu’uns ] qu qu’uns
mengoit ] memoit
connu ] tonnu
s’il l’avisalt ] s’il s’en a l’avisalt
n’estoit ] n’estoit n’estoit
del paveillon ] del paveillon del paveillon
por lui ] por lui por lui
trouva ] trouva trova
ca ] co
comandé ] comamande
de ce faire chascum jor com ] de ce faire chascum jor faire com
cop ] cor
Et li avint en tel maniere quant il vint] Et li avint en tel maniere quant il vint et li avint en tel maniere quant il vint
des ] des des
ce puet estre qu’il a ardement de ce ] ce puet estre qu’il a ardement ce puet estre de ce
pitié ] petie
bien ] bibien
nices ] niees
lune ] lume
adonc ] andonc
puis fu à la cort ] fu puis fu feu fu a la cort
trop ] tropr
aporta à cele part de munseingnor] aporta cele part a cele part de munseingnor
convenoit ] comvenoit
passer ] passer passer
qu’à ] quar
tout enferré à la terre ] a la terre tout enferré a la terre
qui i venoit ] qui e venoit
droit à l’arbre por les escuz ] droit a l’arbre por a l’arbre por les escuz
molt liéz ] molt do liéz
diez ] doiz
quar ] quar quar
veu ] vru
devisé ] devsse
puis qu’il vint ] puis qui’il et puis qu’il vint
(sic)
viser ] visser
Et quant il se regarde] Et quant il se regarde et quant il se regarde
avez ] savez
en prist ] en en prist
de sun ] sun de sun
forsenerie ] forsenenerie
que ce fust dedenz Lancelot. Dedenz celui termine ] que ce fust Lancelot. Celui termine
ceste chose ] ceste ceste chose
que ce fust ] que que ce fust
el plus estrange leu et el plus esloingnié ] el plus estrange leu et el plus estrange et el plus esloingnié
jorz ] joez
et disoient en lor ] et disoient et disoient en lor
Lamorat ] Lamorant
cox ] cor
entor ] entror
por savoir ] por por savoir
por ce que ] par ce por ce que
aaisa ] acisa
par foi ceste voie ] par foi ceste foi voie
quex armes ] quex quex armes
toute la voie ] toute la la voie
estoient ] estoitnt
com ge sui, ne ia si alte ] com ge sui, ne sui, ne ia si alte
si munte] si si munte
freres ] fereres
vodroiz ] vedroiz
elle ] ellle
repera ] perera
où il ] ou il ou il
fol ] fel
où ] ont
qu’il ] quil il
halt ] chalt
mes ] ses
ton ] son
et ] at
fere ] frere
com li ] com il li
a soi ] a soi a soi
et il met ] Et il se forest que l’en apelloit Alodon met
s’en retorne tout erranment et s’en vait toute la voie ] s’en retorne tout erranment et s’en vait tout erranment et s’en vait toute la voie
un don ] un jor don
li ] si
li ] si
les ] ler
devisé poez ] devise et poez
confort la clarté ] confort et la clarté
faces ] races
toutes ] totutes
valoir ] raloir
se ] se se
ne ] en
et ] et et
il ] il il
la ] le la
dit ce ] ce dit ce
en ] est
Erec ] Hestor
tant ] tant tant
ou non ] ou non avez
orgueilleux ] ororgueilleux
autre part ] autre pautre part
en ] et
aproche ] aporche
ce n’est pas ] ce n’est pas n’est p
ausint ] autsint
Hardiz ] hardiz hardit
Lion ] Hestor Lion
force ] forne
se vos ne ] se vos ne vos
jamés ] armes
où ] out
le roi ] le roi le roi
meslée ] meslée mee
por ] por por
la mort ] lamorat
preuz ] peruz
nos avom ] nos avos avom
or ] oi
quar ] se quar
por ce ] por ce por ce
vos? fet il ] vos? dem fet il
ou en prison ] ou en prison ou en prison
et s’en isent ] et s’en isent et s’en isent
perte ] parte
à ] a a
quant ] quar
franche damoiselle ] franche chevalier damoiselle
orgueill ] orguiell
est ] est est
abaie ] ablaie
quant ] quant quant

La Folie de Lancelot

Sara Signorini, La follia di Lancillotto. La versione franco-italiana del manoscritto Paris, Bibliothèque Nationale de France, fr. 12599, Tesi magistrale in filologia moderna Classe LM-14, Padova, Università degli Studi di Padova, 2019.


Edizione a cura di Sara Signorini
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo, messa in linea a cura di Francesca Gambino

 

 

I PARTE


[1] [f. 221 d] En ceste partie dist li contes que, [f. 222 a] quant Guerrehes(1) vit que la cose estoit à ce venue que si frere ne baoient fors à la mort de Gariet, il en fu molt dolenz, si se pensa qu’il garniroit s’il pooit. Lors pris ses armes et monte en son cheval ne n’enmena avec lui de toute compeignie fors solement un escuier. Tant ala et loing et pres querent son frere, qu’il le trouva à l’entrée d’uns bois chiez un forestier où il gisoit malades molt durement, et ce estoit del grant duel qu’il avoit de ce qu’il avoit sa mere occise. Quant il vit son frere geisir au lit, il comenca à fere trop grant duel et à plorer trop parfundement. Et li dist tot en plorant:

[2] - Bel frere, por quoi donc vos vint li ovres que vos ma dame la reine mere occiestes por rien dou monde?

[3] Et il respont ensint malades come il estoit:

[4] Frere, ensint m’est mescheu. M’en sui honiz en cors et en ame, et tant en ai fet que ge n’arai jamés honor en leu où ge viengna. Et par ce vodroie ge bien que mescheance ou mesaventure m’avenist si grant que l’en feist autant de moi com ge fis de lui, si que mi frere fussent delivré de moi.

[5] Bel frere, fait Gerrees, nostre frere vos heent si mortelment de cestui fait qu’il vos vant querant por vos occirre et s’il vos trovent, que ja Dex ne doint, touz li siecles ne vos garentiroit qu’il ne vos occissent. Et por ce vos loeroie ge en nulle maniere que vos venissiez en leu où il fussent devant qu’il soient refroidie de cest mautalant qu’il ont orendroit sor vos.

[6] Et il respont:

[7] Certes, se il me detrenchoient par pieces, ce ne seroit trop grant merveille, quar ge sui tant mesfeit et vers Deu et vers els, que touz li siecles me devroit hair.

[8] Einsint disoit Gariez de soi meisme. Et Guerrehes, qui trop en estoit doulenz por la grant amor qu’il avoit à lui, le reconforte de quant [f. 222 b] qu’il puet et li dit:

[9] Frere, no prenez de ceste chose si tres grant duel sor vos que pis ne vos en viegna que avenu n’est, quar vos en serit tenuz à recreant. Ne ceste chose n’est pas si merveilleuse que ausint merveilleuse ne soit aucune chose foiz avenue et co est une chose qui auques vos doit conforter.

[10] Tant dist Guerrees à sun frere que il comenca à guerir et tant que il comenca à chevaucher. Quant il vit qu’il estoit tout revenuz de la maladie qu’il avoit aue, il demande à sen frere qu’il porroit faire, «quar à la cort mun uncle, fait il, sai ge bien que ge n’eseroie aler, quar trop me sui mesfaiz et à lui et à touz prodomes».

[11] Bel frere, dit Guerreez, vos domorret pres de ci chiez un chevalier qui molt m’aime de grant amor et g’irai à la cort mon oncle et ferai tant, se Deu plaist, que vos avroit vostre pes.

[12] Et lors se partent de cel ostel où il avoient sejo[r]né XV jorz et plus et funt tant que chiez le chevalier mesvent, donc Guerrez avoit parlé. Leinz remest Gaheriez avez le chevalier, si en fu cil trop liéz, quar il avoit atant oi parler de Guariet qu’il le prisoit molt durement. Guerrez s’en vait à cort por savoir se il porroit prochacier la pes de son frere. Et Guaheriet qui remest avez li chavalier et qui atendoit de jor en jor que l’en li aportast bones novelles de cort, s’aloit joiant et esbatant et pres et loing einsint com il voloit, une ore avant et autre arrieres. Un jor qu’il s’aloit esbatant, il encontra un vallet à pié qui venoit molt grant oirre et bien senbloit qu’il fust molt travailliéz. Guaheriez li vint devant et li demande où il vait à tel besong.

[13] Ge vois sire, fait il, au Chastel Cornoalois por prendre l’ostel à un chevalier à cui ge sui, qui là doit venir à un tornoiement qui i sera mardi feruz [f. 222 c] enz en la plaerie. Et i vendra grant gent de toz part et de cels de la Table Reonde sai ge veraiement où i avra assez.

[14] Et qui est le chavalier à cui tu es? ce dit Gaheriez.

[15] Ge sui, sire, fait il, à Hestor del Mares, le frere monseingnor Lancelot dou Lac.

[16] Et quant Guaheriet estent ceste nouvelles il en est trop liéz, si demande a u[n] vallet:

[17] Cuides tu que missire Estor viegne ceste part?

[18] Sire, oil. Il vindra orendroit par ci.

[19] Ah! Des, benoit soiez vos, fait il. Cist(2) il me conseillera en aucune maniere, quar ce est un des chevalier del monde qui m’a est[é] de meillior compeignie puis que ge primes le conui.

[20] Atant s’en part li vallet com cil qui n’avoit talant de demorer, et Guaheriet remaint en mi la place et atent tant qu’il vit venir Hestor tout seul sanz compaingnie, et fu arméz de totes armes, ne n’avoit escuier avez lui nul. Quant Hestor vit Guariet, il giette jus sun escuz et sa lance et hoste son heaume de sa teste, si cort à Gaheriet les braz tenduz. Et cil refait tout autel, si s’entrebeissent plus de cent foiz et se funt joie merveilleuse. Et quant il ont grant piecce demandé li uns l’autre de sun estre, Hestor dit à Gaheriet:

[21] Sire, molt m’est bel de ce que ge vos ai trouvé, quar or ne puet pas estre que vos ne veignoiz avez moi au tornoiement où ge voss, qui sera assez pres de ci.

[22] Sire, fet il, salve vostre graice, ge n’irai pas, quar [si] mes(3) frere i viennent par aventure, ge sai de voir qu’il me heent si mortelment por le mesfet que vos savez, que vos ne autres ne porroit garantir qu’il ne me occissent, s’il me pooient trouver.

[23] Ha! Sire, ce dit Gaheriez, onques de ce n’aiez doutance. Ge vos prieng en conduit encontre tous homes, fors seulement encontre monseingnor mon frere. Et de cellui vos [f. 222 d] asseur ge bien qu’il vos aime de bone amor et metroit demain son cors en aventure de morir por le vostre sauver, se il veoit qu’il le convenist à ffaire.

[24] Sire, ce dit Gaheriet, vos plaist il que ge aille?

[25] Oil, fait, ge le voill. Et sacheiz vos en vendra.

[26] Et il dit qu’il ira, puis qu’il li loe si durement.

[27] Mes or convient, fait il, que vos m’atendoiz tant que ge soie venuz de cel recet, là où mes armes sunt.

[28] Si li mostre le recet, et Hestor dit qu’il l’atendra bien tant. Et plus si s’areste desoz un arbre. Et Gariet s’en vat gran oirre por prendir s’armes(4) et ne demore guerres qu’il revint touz armez, si se metent en tiel maniere andui à la voie por estre à tens au tornoiement. Celui soir jurent à l’entrée d’une foreste chiez un hermite molt pordome. À l’endemain, si tost com il virent ajorner, il pristrent lor armes et monterent et se partirent de leienz quant il orent pris congié au preudome. Il n’orent pas grantment alé qu’il virent venir au travers de la foreste tout une sentele monseingnor Gauvain et Agravains et Mordret, qui aloient querant Gaheriet por lui occirre. Quant Gaheriet les vit de loing, il les coingnuit maintenant, si dit à Hestor:

[29] Ha! Sire, morz sui. Veez ci me freres qui me vont querant por ma mort. Or puis ge bien dire que vostre asseurrance m’a honiz, quar encontre els ne porroie ge pas durer.

[30] Or ne vos hesmaiez, fet Hestor. Si m’ait Dex, ge ne cuit pas qu’il nos assaillent hui tant con il sachent que li uns de nos deus voille aidier à l’autre. Et, si Dex me conselt, ge metroie ainceis l’arme de mon cors que i morussoiez.

[31] Et il l’en mercieor.

[32] Vos arestez ici, fet Hestor, et g’irai savoir si lui en vent ca por nostre bien ou por nostre mal, quar tel chose il porrai ge trouver que vos n’i seroiz [f. 223 a] ja atenduz au ferir.

[33] Gaheriet s’areste et se trait un pou fors del chemin et Hestor s’en vait celle part où il vit monseingnor Gauvain et ses freres. Et Agrevains, qui bien le conossoit, li crie:

[34] Coment, missire Hestor, avez vos pris Gaheriet en conduit?

[35] Oil, bel sire, fet Hestor. Mes por quoi le demandez vos?

[36] Por ce, fait il, que nos le voilem savoir. Et ence que nos le savom avez vos tant gaagnié que nos nos semes mortel enemis qui devant vos estiom ami et compaingnon.

[37] Et quant Hestor entent ceste parole, il en est trop doulenz, si respont par corroz:

[38] Agravains, or en faites quant que vos en porroiz, quar monseingnor Gaheriet garentirai ge encontre vos à mun pooir tant con ge avrai el cors la vie.

[39] Donc nos deffiom vos, ce dit Mordret, puis que vos garantir le volez.

[40] Et ge vos di autretel, fet Estor, quar certes, puis que tele desloiauté volez faire com de vostre frere, certe ge ne vos pris ne ne dut, se vos estés encor plus que vos n’estes.

[41] [L]ors s’en retorne grant oirre à Gaheriet et, quant il est venuz à llui, il li dit:

[42] Missire Gaheriet, or convient que vos m’aidiez à deffendre vostre vie, quar autrament non porriez vos escanper, quar bien sachiet que vostre frere vos deffient de mort et moi meemes por l’amor de vos.

[43] Et quant il entent [c]este parole, il ne se puet tenir que les lermes ne le viegnent as elz. Et quant il parole, il dit:

[44] Halas! Com ci a dure eee et malaventureuse quant il convient que ge me mete en aventure de metre à mort la char de mes freres en pres la char de ma mere!

[45] Et Hestor respont:

[46] Qu’est ce sire? Ne soiez pas malvés ne coarz. Mes deffendez vostre vie et vois porroit certes autrement seroit vos tenuz au plus mauvés chevalier et au plus recreant qui onques [f. 223 b] portast armes.

[47] Et il respont:

[48] Ge me defendrai voirement tant com ge avrai el cors la vie, mes molt sui doulens de ce que à faire le me convient.

[49] [E]ndementrers qu’il parloient ensint furent li troi frere descendu por veoir à lor armes qu’il n’i faulsist riens et por recengler les lor chevax. Et quant il furent remonté et il orent pris lor glaives et lor escuz, il s’adreccent cele part où il voirent Gaheriet. Et Agrevains tout primers, qui haoit Gaheriet de lonc tens, li leise corre tant com il puet de cheval treire et le fiert si durement del glaive agu et trenchant qu’il le perte l’escu et le haubert et li fait en mi le piz plaie grant et merveilleuse [et] tost le peust avoir navré à mort, mes li glaives vola à terre en piecces. Et Gariet, qui mult estoit bons chevaliers et forz, le fiert si merveilleusement qu’il le porte del cheval à terre, mes autretel mal no li fait, forz que cil fu mult dequassez(5) au cheoir qu’il ot fait. Et missire Gauvain, qui venoit grant oirre et qui sorprist Gaheriet à la traverse, li done de glaive si grant cop qu’il li fait el costé senestre une autre plaie, mes ne fu mie molt parfunde, quar Gariet vola tost à terre que molt se bleca au cheoir. Et quant Estor voit Gariet à terre, il est trop durement iriet, si dit que ja, se Deu plaist, ne lera plus devant lui si prodome com cist provillier ne malmener. Lors leisse corre à monseingnor Gauvains touz desvez d’ire et de maltalant et le fiert de toute sa force d’un glaive cort et gros, si durement qu’il porte à terre et lui [et] le chevax tout en un mont. Et sachiez que au verser missire Gauvain fist fu il molt emporriez, quar trop fu feleneussement cheoiz. Et quant il a fait cest cop, il ce lese corre à Mordret et li done au si grant cop qu’il n’avoit fait à monseingnor Gauvain si qu’il le porte à terre navré d’une [f. 223 c] grant plaie qu’il li ot faite el costé destre. Et neporquant il n’est mie si navrez qu’il ne se relat mult vistement com cil qui estoit assez de grant proesce, si met la main à l’espée. Et autretel fait misire Gauvain. Et quant Estor voit que la chose ne remandra pas atant, il descent quar il ne vodroit mie qu’il li occissent son cheval. Et d’autre part, l’en li tendroit à mavestié et à recreandisse cil les assaillioit à cheval quant il sunt à pié. Por ce disent il et atache son cheval à un cheine qui devant lui estoit. Et quant il a l’espée trate et il est revenuz à la meslée, il dit à monseingnor Gauvain:

[50] Vos avez esté mis amis dusqu’à ci, si vodroie, si Dex m’ait, vos ne bien et vostre honor. Por Deu, laisiez ceste chose atant com vos en avez fait, quar certes ce est la plus folle emprise que vos onques feissoiz.

[51] Et missire Gauvain dit que ja Dex ne l’ait se il atant le leisse, dusquant qu’il en ait fet ce qu’il en pense.

[52] Non? Fait Hestor, si n’en fariez rienz por ma proere?

[53] Et il dit que de ceste chose ne feroit il rienz ne por lui ne por autre, tant com il puisse plus faire:

[54] Et ge vos dit, fait Hestor, que vos n’en seroiz hui là où vos en cuidiez estre, quar certes, se Deu plaist, nos nos defendrom bien contre vos. Ne n’aiez pas esperance por ce, se vos estes plus de nos, que vos aiet le tout gaugnie, quar certes puis que la mort vient de uns de nos, se Dex plaist, nos defenderom nos vies en tel maniere que vos en morroit à duel et à honte, et nos en irom quite et à honor com cil à cui Dex et droiz aidera.

[55] [M]issire Gauvain ne respont rienz à chose que Hestor li die, ainz lese corre à Gaheriet l’espée traite et li dona par mi le haume si grant cop com il puet amener d’en halt, si que cil en tout chargiéz del cop sostinir. Mes ili heaume estoit si forz et si dur acier qu’il ne pot mie granment empirier. [f. 223 d] Quant Gaheriet voit que si freres ne bee fors al lui grever en totes manieres, il met son pooir et sa force en son cors defendre et à garantir. Et il trait l’espée nue qui assez estoit de grant bonté, si en done à monseingnor Gauvain de grant cox menus et souvent par là où il puet ataindre, si que mon sire Gauvain a toute doutance et toute pooir de perdre illec et cors et honor par la grant proesce qu’il troeve en Gaheriet. Et encor le trouvast il de molt greingnor pooir et de molt greingnor force qu’il n’estoit adonc, se ne fust ce qu’il estoit navréz de deus plaies grant parfundes qui molt li nuisoient durement. Et d’autre part se recombaiz Hestor as deus freres et se defent si merveilleusement envers els que cil en sunt tuit esbaiz, quar por pooir qu’il aient, il ne puent tant grever ne ferir sor lui des espées nues et trenchanz qu’il li puissent tollir place, ainz est ja à ce la chose venue, ainz que li premiers assalz remansist qu’il se tiennent à plus greve de la bataille que Hestor ne fait endroit soi, quar il estoit encor ausint com tout fres, com cil qui trop estoit vistes et legiers et avoit grant cuer et grant alaine. Et il estoient ja laissé et travaillé(6) durement et avoent plaies plusors, quar cil qui mortelment les haoit, ne les aloet pas espargnant. Et neporquant il n’estoit pas del tout si sains qu’il n’eust ja assez del sanc perdu. Et ce estoit une chose qui un pou l’avoit alenti, et non mie tant qui si ennemi s’en aparceussent de rienz. Ainz lor estoit bien avis qu’il fust plus proz et plus legiers qu’il n’avoit esté au comencament, por ce qu’il les aloit(7) touz dis assaillir et requerre. [E]t ensint se conbat Hestor encontre les deus freres et si bien l’en est avenu qu’il a le plus bel de la bataille et que assez les a plus grevés que il n’on fait lui. Mes à Gaheriet ne vait pas ensint de la soe quar(8) [f. 224 a] il estoit navréz durement si qu’il avoit perdu grant foison des sanc. Et ce estoit ce que le tenoit en si mauvés point que missire Gauvain s’aparcovoit bien qu’il alloit defaillant de sa grant force et alentissant durement. Et à mun seingnor Gauvain estoit si bien escheu qu’il n’avoit plaie ne bleceure dunt il eust grantment perdu de sanc. Et neporquant mult estoie las et travailliéz durement, et tant se douloit des cox qu’il avoit donéz et receuz que, s’il fust si navréz come estoit Gaheriet et il eust tant perdu del sanc, il l’eust piecce mené dusqu’à oltrance. Et quant Hestor voit que missire Gauvain a le plus bel de la bataille et Gaheriet l’encauz, il en est trop doulenz et a doutance grant que Gaheriet ne muirre. [L]ors leisse cels à cui il se conbattoit et cort sus à monseingnors Gauvains là où il le voit et li done par mi li heaume si grant cop com il puet amener des braz, si qu’il le fait tout embronchier contreval. Et il velt recroivrer autre foiz et drece l’espée contremont por ferir à descovert par mi le heaume. Et quant misire Gauvain voit le cop venir, il ne l’atent pas, quar il sentoit encore grevé de l’autre qu’il avoit receu, ainz resalt arriers. Et Hestor qui som cop ne puet retinir et qui l’amena de toute sa force quant misire Gauvain li failli. Il li avint qu’il encontre une roche dure qui estoit entre els deus. L’espée est bone et li cox g[r]ant. Mes quant elle encontre la roche dure, elle entra bien dedenz el parfont plus de um pié, si que ella brisa maintenant en plus de L piecces au retraire que Hestor fist. Et quant misire Gauvain voit l’espée brisée, il en est molt liéz si ne se puet tenir qu’il ne di à Hestor:

[56] Or se puet bien Gaheriet atendre à un autre secors que au vostre, quar à vostre aide a il failli à ceste foiée.

[57] Et Hestor, qui tant [f. 224 b] est doulenz de ceste aventure qu’il cuide bien morir de duel, ne set qu’il doie dire. Et lors li corrent sus li dui freres qui mult le heent mortelmente. Et il n’est pas hesbait quant il les voit vers lui venir com cil qui avoit esté en maint autre peril, ainz cort sus à Mordret là où il le voit et se fiert en lui del cors et del escu si merveilleusement que cil ne se puet tenir en estant, ainz vole à terre touz envers. Et Hestor giete les mains si li tolt erranment l’espée qu’il tenoit et resalt sus liéz et joianz, et dit à monseingnor Gauvain:

[58] Or laisserez vos atant ceste bataille se vos m’en creez, quar puis que nos somes per à per, vos n’en poez avoir les plus bel.

[59] Et lors li done par mi li heaume grandisme cop, si que misire Gauvain en est touz grevéz del recevoir et del sostenir. Et quant Gaheriet voit que si compaing est recouvrez, il a toute la joie que cuers d’ome porroit penser, si leissa monseingnor Gauvains et Estor ensemble et cort sus Agrevains, quar par celui savoit il bien que toute ceste haine estoit venue. Et il done amont el heaume si grant cop de l’espée trinchant qu’il li empire et malmet, et le fait tout enbronchier contreval, et est si entordit del cop qu’à pou qu’il ne feri à terre. Et quant Mordret voit que il a sa spée perdue par tiel maniere, il en est trop doulenz, quar vers Hestor, ce set il bien, ne la porra il pas liegerement conquester à ce qu’il voit Hestor si preuz et si v[i]ste et si legier qu’il mainne plus monseingnor Gauvain à sa volunté que missire Gauvain ne fait lui. Et qui à celle bataille fust qui adonc estoit entre monseingnors Gauvains et Hestor, et voxist bien regarder la vistice et la proece de Hestor, il ne li fust pas avis que l’en peust adunc trouver el monde moillor chevalier ne plus preuz que estoit Estor. Et ne por quant ce l’avoit(9) [f. 224 c] auques allenti de sa proece que missire Gauvain estoit saisiz de trop bone espée, et celle qui tenoit n’estoit pas trop de grant bontée. [E]t ensint se combat Hestor encontre monseingnor Gauvain et li est si bien avenu qu’il a le plus bel de sa bataille, quar il maine auques a sa volunté. Et quant Mordret, qui point n’avoit d’espée, quant il se fu grant grant piecce reposéz et regardéz qu’il porioit faire, il giette son escu à terre et cort à Gaheriet au brat, et il le sorprent in tiel maniere, ainz que cil se fust bien aperceut qu’il l’ot gité desouz lui à terre. Et lors dit à Agravainz:

[60] Oste li, frere, li heaume et li colpe le chief, quar se li desloiaux escape à ceste cop(10) nos ne serom jamés en si bon point de lui occire.

[61] Et quant Agrevains entent ce que Mordret li ensegne, li ahert Gaheriet au heaume et li arrache fors de la teste à fine force et s’apareilla de colper li chief. Mes Hestor ne li sofre mie, ainz dit:

[62] O! Las! Que beent fere cist mauvés chevalier, cist desloial qui volent metre à mort le plus prudome dou monde?

[63] Lors leisse monseingnor Gauvain et cort sus Agrevainz et li dit:

[64] Ha! desloial traite, cer[t]es ja, se Deu plaist, ce n’avindra que vos baez à fere.

[65] Et lors li done grandime cop par mi le heaume et de toute la force qu’il puet, si le greve si durement de celui cop qu’il le fait flatir à la terre de tout le cors. Et est si fort estordis qu’il ne set s’il est(11) jors ou nuit. Et il li ot de celui cop le heaume si durement enpoirié qu’il ot trenchié bien troi doie en parfant, si que Agravains en ot une plaie el chief grant et parfunde qui puis li dura maint jor ainz qu’il l’en peust estre gueriz. Et quant misire Gauvain voit cellui cop, il n’est pas hesbaiz, ainz giette les mains et aert Hestor au heaume et le tire si fort vers soi qu’il l’enbronche tout contre [f. 224 d] val, si s’eforce de(12) tout son pooir quant il voit qu’il a enbronchié, quar il li cuide toute voies les laz del heaume rompre et oster li del chief. Mes Estor qui se voit en tel perill ne li soefre pas, ainz ahert monseingnors Gauvains aprés ce qui’il ot s’espée gitée jus et le prent au brant et le giette à terre. Puis se lance à s’espée si tost com il fu escanpéz de monseingnor Gauvains et se trait vers s’espée, quar il la cuida prendre et corper le chief à monseingnor Gauvain puis qu’il le tient desouz lui, mes si tost com il heu hors de lui et il ot un petit lessié, misire Gauvain se lie sus. Et il tenoit encor s’espée en sa main, si retorn sus à Hestor, et autresint à llui, si recomence en tiel maniere entr’els deus la meslée si graint et si merveilleuse com ella avoit hui esté. Et de ce est molt bien avenu à monseingnor Gauvain qu’il a recouvré for[ce] et alainne ausi grant com il a hui eue, quar adonc estoit ore de midi venue, et celle hore droitement creissoit tout dis sa force et sum ardement en quelque(13) leu qu’il fust. Si li en avint si bien à cele bataille que là où il estoit com aucunz recouvra il sor Hestor si merveilleusement qu’il le comenca à mener à fine force là où il voloit, et à giter sor lui menu et sovent grandisme cox de l’espée trenchant, si que en devint touz hebaiz, si commenca à ssofferir et à endurer et à couvrir soi de son escuz au melz qu’il pooit. Et il savoit tant d’escrimie que ce n’estoit se merveille non. Et si se merveille trop durement donc ceste force est venue à monseingnor Gauvain, quar ce voit il bien apertement qu’il l’avoit mené dusqu’à oltrance et il est recouvrez si tost. Ce est une chose dunt il ne set que dire, fors qu’il en est auques esmaiez. Ne ce n’est grant mervelle, quar assez avoit soufert et celui jors et de lui et de deus freres. [f. 225 a] [E]t insint se conbat Hestor à monseingnor Gauvains à mult grant meschiet, quar il est laissiéz et travailléz durement assez plus que ne li convenist. Et misire Gauvains recouvre force et alainne ensint com il faissoit acostumeement à cele hore, si qu’il mainne orendroit Estor auques à sa volunté, une hore avant et autre arrieres. Et se Hestor seust tant d’escremie com il savoit, il eust piecca occis, mes il se covroit trop saggement et soffroit et enduroit, et ce estoit la chose qui le tenoit aunques en bon point. [À] cel point que li dui conpaingnon estoient à ce venu qu’il avoient del tout le peior de la bataille, quar missire Gauvain menoit ansi com à oltrance Hestor, et li frere voloient à Gaheriet colper, quar estoit tant las et tant travailliéz et tant avoit perdu del sanc qu’il ne se pooit, atant e vos venir celle part, et ensint come aventure l’i aporte, Lamorat, ne n’avoit en sa compeingnie chevalier n’escuier. Il comenca à regarder les chevalier qui se combatoient, si se merveille por quoi ce est. Et ence qu’il les regardoit en tel maniere sanz ce qu’il ne lor disoit molt, et li regarde l’escu Gaheriet, si le conoist maintenant. Et lors est trop desirans de savoir liquex ce est, si dit à monseingnor Gauvains, por ce qu’il vit que ce estoit d’els touz qui mie[l]z se contenoit:

[66] Ha! Sire chevalier, ge vos pri por la rienz que vos plus amez el monde que vos vos arrestoiz tant que vos m’aiez une parole, que ge vos demandrai.

[67] Et il s’areste maintenant et dit:

[68] Dites tost, sire chevalier, quar ge ai à entendre à autre chose.

[69] Ge vos pri, fet Lamorat, que vos me diez se Gaheriez est ici et, se il est, mostrez le moi.

[70] Ge vos di, fet missire Gauvain, qu’il i est et veez le vos la, celui meemes que cel chevalier tient [f. 225 b] desouz lui et cel autre li velt colper la teste.

[71] Et quant Lamorat voit ceste chose il est trop à maleise, si done un salt tresque Agravain, qui à Gaheriet voloit colper le chief, et il l’avoit ja abatu la coife à armer. Et Lamorat, qui estoit frés reposséz et qui fu descendu de son cheval, met maintenant la main à l’espée et done Agrevain si grant cop qu’il li fait le heaume voler de la teste. Et chiet adenz por le grant cop qu’il ot receu et est touz estonez. Et Lamorat li dit:

[72] He! chevalier malvés et desloial, por quoi voloies tu occire et metre à mort le plus preudome del monde et le plus loial?

[73] Lors haert Mordret au heaume et le tire à soi si fellenesement qu’il li en ront les laz et li aracche fors de la teste, si qu’il enverse touz arrie[re]s Mordret. Et quant il a Gaheriet delivré, il li dit:

[74] Or sus, sire, et vos venchiez de ces deus desloiaux qui vos voloient occire.

[75] Et Gaheriet salt maintenant en piez(14) molt liéz de ceste aventure que Dex li a envoié. Et quant il connoist Lamorat il li dit:

[76] Eh! Lamorat, conquist m’avez par vostre cortoise. Jamés ne cu[i]dasse que vos me sauvissiez là ù vos me peussiez metre à mort, quar ce savies vos verament que ge vos haoie plus mortelment que nul autre home.

[77] Et il ne respont à rienz qu’il li die, ainz:

[78] Sire, que atendez vos qui ne vos venchiez de ces deus qui occire vos voloient, puis que vos en estes au desus?

[79] Et il li respont atant:

[80] Non ferai, si Deu plaist, ja ne m’en antremetrai, quar il sunt mi frere germain, se seroit trop grant diable[rie] se ge mes frere occioie enprés ma mere, quar par celui mesfait me heent il si mortelment, com vos poez veoir.

[81] Et lors regarde Lamorat et conoist l’escu Hestor de Mares, mes il ne(15) cuide mie que ce soit Hestor.

[82] Coment, fet il, misire [f. 225c] Gaheriet, est ce la Hestor qui à cel chevalier se combat?

[83] Sire, fet il, oil, ce est li frere monseingnor Lancelot dou Lac.

[84] Par mon chief, fet Lamorat, il me fist ja un grant service donc ge li doi mult grant guerredon, car(16) se seroie ge molt mauvés se ge ne li rendoie, quar il m’est avis qu’il ait le peior de ceste bataille.

[85] Ha! Por Deu, fait Gaheriet, ne vos entremettoiz fors de metre pas entre els, quar li autres chevaliers est mi freres, ne ge ne vodroie en nulle maniere que vos li feissoiz mal.

[86] Et coment a il nom, sire? Dit Lamorat.

[87] Et il dit que ce est misire Gauvains, le chevalier del monde que il melz aime(17). Et Lamorat se rest atant et s’en vet grant pas à mun seingnor Gauvain et li done par mi le heaume si grant cop com il puet amener d’en haut. Et puis recouvre et l’en redone un aut[re] si grant et si pesant que misire Gauvain s’en vet à trop grevé, si ne se puet tenir qu’il ne li die:

[88] Coment, sire chevalier, que est ce? por quoi m’avés assailli? Ja ne vos demandoie ge rienz. Vos ne faites mie que cortois qui m’asailliéz ainceis que ge aie ma bataille oltree. Mes faites li bien, leissiez moi mener cest chevalier deusqu’à oltrance et quant ge l’avrai conquis et occis, se vos puis me venez assaillir et ge vos faill de la bataille, ge vol que l’en me tiegne à malvés et à decreant.

[89] Coment, fait Lamorat, le baez vos donc(18) à occiere?

[90] Oil certes, fait il, se ge puis venir au desus, ge ne leroie por l’or del monde que ge ne li colpasse le chief, quar il m’a tolu à prendre venchance del ome del monde qui plus m’a mesfait.

[91] Ha! missire Gauvain, fait Lamorat, ce n’est pas loialté que vos volez faire, ainz est desloiance trop grant de vostre frere por amor charnal et de mum seingnor Hestor, vostre conpaingnon por le serement de la Table Reonde, quar vos estes à lui et à touz les autres qui compeingnon [f. 225d] sunt de la Table Reonde en tel maniere que vos nes poez occire se sor vos defendent n’est, que vos ne soiez plus desloiaus et plus parjurés que nul autre. Et puis que vos ce volez faire, ge voi vostre desloiauté tout apertament. Et quan ge en desloiauté vos ai attoint, ja Deus ne m’ait, se ge ne faz mon pooir de vos metre à mort, quar de chevalier desloial et parjuré ne doit nul autre chevalier avoit merci, qu’il nel face morir à duel et à honte, s’il en puet venir au desus.

[92] Coment, fait misire Gauvain, me volez ensint occire? Ge onques rienz ne vos forfis.

[93] Si m’ait Dex, fait Lamorat, vos estes à la mort venuz se vos ne faites de ceste chose ce que ge vos loerai. Et sachoit que ge ne vos loerai chose où vostre preu ne soit et vostre honor.

[94] Et Hestor salt avant et dit à Lamorat:

[95] Sire chevalier, ge ne sai qui vos estes, mes tant vos vodroie ge proier par cortesie que vos ma bataille ne me toulliéz pas.

[96] Et respont:

[97] La bataille de vos deus n’est ni bone ni convenable, quar de tant folement com vos en avez fait estes vos andui pajuré. Pui que vos estes andox conpeingnon de la table reonde, si vos loeroe que vos atant la lessioiz.

[98] Et Hestor respont:

[99] Nos ne la comenca mes, ainz avom fait sor nos deffendant ce que nos en avom fait et encor le fessom, quar se nos ne nos fusom tant defenduz, il nos eussent pieca occis.

[100] Et lors dit Lamorat à monseingnor Gauvain:

[101] Misire Gauvain, ge vos ai dit que vos leississoit ceste bataille atant. Encor le vos di et vos en pri. Si vos par ma proere le faite, bel m’en sera et si vos savrai si bon gré que vos m’en avroit guaignié à touz les jors(19) de ma vie. Por Deu, fait es le ainceis que pis vos en viegne, quar, certes, se vos plus maintenez ceste felonie, il vos en mescherra.

[102] Et quant misire Gauvain entent que [f. 226 a] le tient si cort et qu’il li loe si en bone foi, il se refraint auques de sun maltalant, si se retrait un pou en sus d’Hestor et respont maintenant:

[103] Sire chevalier, si vos saviez com bone acheison nos avom de ceste bataille maintenir, vos me tendriet en droit moi au plus malvés et au plus recreant del monde se ge atant la leissoie.

[104] Mes ge vos en tendroie, fet Lamorat, au plus desloial chevalier del munde se vos plus en fesiez, quar por ce, si vostre frere occis par son pecchié et por sa mesaventure sa mere, ne l’en devez vos pas traire à mort, quar la venchance n’en est pas à vos à prendre mes à Deu. Et d’autre part, se vos l’aviez or ocis, vos oriez fet quarante tanz greignor domage qu’il ne fist, quar vos oriez ocis un des meillors chevalier del monde et tout le plus loial que ge onques trovasse, donc la mort feroit mult plus à plaindre que la mort d’une dame.

[105] [Q]uant misire Gauvains entent cele parole, il reconnoist que ne li dit se verité non et se pense que veroiement est(20) Gaheriet un des meilors chevaliers del munde, por quoi ce seroit trop grant domage se il moroit en cestui point por chose que il ait encor faite, quar encor porroit il bien faire ausi grant honor à son lignage par sa proesce com il a fait par sa mescheance. Ceste chose retrait monseingnor Gauvains de ce qu’il avoet encomencée et refrene som maltalant, si dit à Lamorat:

[106] Ore, sire chevalier, tant m’avez dit que ge lesserai par vostre conseill ceste bataille. Or doint Dex que Gaheriet, mi freres, face meilz une autre foiz.

[107] Lors met jus s’espée et sum escu, et dit à Hestor:

[108] Bel sire, or vos pri ge que vos me pardoignoiz ce que ge me sui à vos conbatuz et que vos ne m’en [sa]choiz mal gré de chose qui antre nos ait esté. Se vos me creanteiz com chevalier loial que gemés ne savroiz, ne rancune ne l’en porteroit et que vos [f. 226 b] ceste chose faroit acreanter à voz freres qui là sunt, que il einsint le ferunt com ge le vos ai devisé.

[109] Et misire Gauvains s’i acorde bien et dit que tout einsint le fera il. Lors remet Hestor s’espée en son(21) fuerre et Lamorat ausint. Et li autre frere se tenoient tuit en pes qu’il ne fesoent fors regarder l’un l’autre. Et missire Gauvains dit [à] Agravainz et à Mordret:

[110] Lesum ceste chose atant, quar il ne vos en puet venir fors honte et desenor. Honte, si vos venchiom et honte, se nos estiom veincu, quar se nos nostre frere metiom à mort en tel maniere, nos en feriom desloiauté et malvestié la greingnor del munde, quar coment il ait ovré malement, toutes voies est il nostre frere et uns del bons chevaliers del munde, si le nos a bien mostre et ci et allors. Et ce est la chose por quoi nos li devom bien pardoner icestui mesfait, quar certes de sa mort seriom nos malement empovrié.

[111] Et quant li autre frere oent que missire Gauvain le velt einsint et il voient qu’il s’i consent, il s’i acordent molt à enviz, quar il voxissent molt la mort Gaheriet que la vie, non mie por ce qu’il se fust de rienz mesfiet vers els si de celui mesfait n’estoit, mes il le haoent trop mortelment por le grant biens qu’il veont en lui et por la grant chevallerie et por ce qu’il veoent que greignor renomée corroit de lui et loing et pres que d’els ne fessoit. Por ceste chose le haoient(22) il plus mortelment que ge ne vos porroie dire. Et neporquant, quant il virent que missire Gauvains s’acordoit à la pes, il si acorderent molt corroccie et molt doulent de ce qu’il n’avoient Gaheriet occis, quar adonc n’amassent il autant nulle autre mort com la soe. Et Lamorat, qui molt est liéz de ceste acordance que Deus i a mes, lor dit qu’il se desarment tuit. Et il font. Et lors cort misire Gauvain à Gaheriet et Gaheriet à llui, si s’ent[re]baissent [f. 226 c] et plorent andui li uns sor l’autre, et Lamorat lor dit:

[112] Seingnor, vos estes tuit navré molt durement. Montez et venez aprés moi et ge vos meerai por sejorner assez pres de ci en tel leu où vos seroit et bel et bien et à voz aisez, dusqu’à tant que voz plaies et voz bleceures seront gueries et resanées.

[113] Et il s’i acordent bien por ce qu’il voient que à faire lor convenoit et dient qu’il sunt prest qu’il i aillent. Ne il n’i avoit encor nul qui coneust Lamorat fors solement Gaheriet. Et quant il sont munté et appareillé por aler, il se met devant por mostrer lor la voie, si se met en un sentiers qui s’en aloit au travers de la forest. Et missire Gauvain, qui dejoste lui chevauchoit, le prie qu’il li die son nom et qu’il se face connoistre à lui.

[114] Certes, sire, fait il, puis que vos de ce me requerez, ge ne m’en celeroie pas vers vos, quar ge vos conois à preudome et à bon chevalier. Sachiez que ge ai nom Lamorat de Gales et fu me pere li roi Pellinor, chevalier renomé de hautece proecce et compeingnon de la Table Reonde, mes par mesaventure et par meschance fu occis par ne sai quel chevalier, si i avom tant perdu que par la defaute de lui en est encor nostre roiaume en poverté et en essil. Mes de toute la poverté que la tera aiet receue por la mort de lui, ne me chausist se ge seusse veraiement qui fu qui à mort le mist, quar puis que ge eusse venchie sa mort, il ne me fust à rienz de chose qui aprés m’avenist, ou fust poverté ou fust richesce. Mes ge n’en puis savoir la verité, si en sui dolent et amati toutes les foiz qu’il m’en souvient.

[115] Quant misire Gauvains entent ceste novelle il n’est pas aise ne seur, quar se il avez cestui s’en vait qu’il connoist à tres bon chevalier et aseur et il puisse aprendre la [f. 226 d] verité de la mort som pere, tout li monz ne le garentiroit qu’il ne l’oceist. Et da l’a[u]tre part, se il s’en aloit sejorner avez le filz de celui qui som pere ocist, il ne se porroit jamés contenir lieement. Et por ce li dit il maintenant en semblant d’ome correcié:

[116] Missire Lamorat, ces nouvelles ont nostre conpeingnie departie. Alez vostre voie et ge irai la moie. Vostre pere occist lo m[i]en, por quoi ge ne vos porroie pas amer veraiment. Et certes, se ne fust ore ceste bonté que vos nos avez faite, ja sanz meslée ne vos en partissoiz.

[117] Ha! sire, merci, ce dit Lamorat, por Deu, ne ne vos en souvengne(23) meis de ceste chose. Li enfant ne dovient pas comparer les mesfait des peres, puis qu’il ne sunt present as oevre donc(24) les haines sordent.

[118] Ce n’a mestier, ce dit missire Gauvain, vos ne porrié aver ma pes ne ma bone volunté en nulle maniere, ainz vos asseur que, en quelque leu que ge vos trusse, ge vos menrai à mort et ferai de vos ce que vostre pere fist del mien.

[119] Bel dolz sire, dit Lamorat, porroie je trouver merci vers vos ne por Deu ne por autres chose faire, ainceis certes en vodroie ge de venir vostre home lige que ge eusse vostre haine si enterinement.

[120] Et il respont que vers lui ne porroit il trover pes en nulle maniere.

[121] Ne ge ne vodroie mia, fait il, que Dex ne home meist jamés pes ne concorde entre les enffanz le roi Pellinor et les enfanz le roi Loth.

[122] Et ne respont mot adonc, ainz est trop doulenz de ceste chose. Et quant il parole il respont:

[123] Misire Gauvains, puis que ma compeingnie ne vos plaist, ge m’en irai, quar ge ne vos vodroie pas anuier. Mes bien sachiez que coment que vos aiez en vers moi haine ne rancune, ge sui qui envers vos n’en avra point, se vos pis ni me fesiez que vos [f. 227 a] n’avez encor fait.

[124] Et lors s’en vet atant. Et Gaheriet s’en vait avec lui et Hestor, quar il avoient grant doutance que missire Gauvain ne li correust sus. Et missire Gauvain requel sa voie d’autre part entre lui et ses dous freres, et sunt tant chevauchiéz qu’à un hermitage vienent qui estoit asés pres de illec, si remainuent leienz tant qu’il furent gueri des plaies qu’il avoient receues en la bataille de Gaheriet et de Hestor. [Q]uant il furent revenuz à cort et il orent conté l’aventure de Gaheriet, si il lor convenoit à faire, li rois dist:

[125] Ce fu oltrage trop grant que vos feistes qui Gaheriet voliéz metre à mort. Il est tel chevalier que molt seroit ceste cort s’il estoit mortz demain. Ge vos comant à vos trois que vos l’ailloiz querre tant que trouvé l’aiez, ne gemés ne entrez ceienz se vos ne li amenez ou se vos ne savez de voir qu’il i soit. Et quant Dex donra qu’il li sera venuz, ge voil que vos li amendoiz ce que vos li ves mesfait si hautement com de ma cort le savroit deviser.

[126] n’osent le comandament le roi desdire, quar del refuser fust noient, si monterent à l’endemain, se remistrent à la voie et tant firent que Gaheriet troverent et Hestor qui estoient gari et venoient d’un tornoiement qui avoit esté ja feriz cella semainne à une jornée de Londres, et avoit Gaheriet vencuz cellui tornoiement. [Q]uant li frere s’entrevirent, il s’entrefirent grant joie et dist missire Gauvain à Gaheriet:

[127] Nos estiom entré en queste por vos en tel maniere que nos ne poiom revenir à cort sanz vos.

[128] Et lors conte ce que li rois avoit comandé et Hesstor comenca à rrire et Gaheriet, et en funt entre els joie grant. Et lors se metent à la voie por aler à cort, si vos di qu’il furent receu [f. 227 b] joiosement quant il i vindrent. Et sachient tuit qui cest conte escoutent que droitement aprés ceste venue envoie li rois Artus en Gaulle, por deseriter lo roi Claudas, mun seingnor Gauvain et Boort et Hestor [et] les compeingnons de la Table Reonde, et assidrent à celui termine la cité. Et neporquant ja ne l’eussent prise ne le roi Claudas destruit, si li rois Artus n’i fust venuz atout son host. Et par sa venue fu la terre des deus roiaumes conquise, de celui de Benoit et de celui de Gaunes, si com la grant estoire de Lancelot se doit deviser. [A]prés le desatement de Claudas et aprés ce que li rois Artus ot occis Frolle, le prince d’Alemagne, par quoi il gaagna France si quitement que nus n’i ose puis metre contredit, li rois s’en revint attouz Lancelot el roiaume de Logres, liéz et joianz de ce qu’il avoit si del tout sa terre recouvrée et Claudas son enemi confunduz. Et avint einsint qu’il vint tot droit à Camalot VIII jorz devant l’Ascension. Quant li rois fu à Camaalot venuz, il fist maintenant savoir par tout là où il puet, et loing et pres, as barons et as chevaliers, qu’il tendroit la plus belle fe[ste] et la plus envoissée qu’il tenist pieca mes au jor de Pentecoste à Camaalot. Bien si gardassent qu’il i fussent tuit, quar il le voloit. Et encor lor manda il qu’il i venissent au plus eforceement et au plus envoisieement qu’il porroient, et que chascuns amenast avec lui sa moillier ou s’amie, si la voloit. Et insint le mande li rois Artus come qui estoit li plus envoisiéz princes et li plus vaillanz qui à celui tens fust el monde, si fu celle novelle seue et recontée par toutes les illes de mer. Et saichiez que la veraie estoire devise que à celle feste qui tant fu grant vint la fille le rois Pelles, celle qui de Lancelot avoit eu Galaaz, et vint por Lancelot [f. 227 c] veoir et amene avez lui conpeingnie grant de chevaliers et de damoisselles et d’escuiers. Et por ce que la chose de Galaaz fust veraiment seue à cort, fist elle avez lui aporter Galaaz qui estoit li plus tres biaux enfens del munde. Li rois qui maint foiz avoit oi parler de la be[a]uté à la damoiselle, quant il oi dire que elle venoit à la cort, il en fu molt joianz, quar trop la desiroit à veoir, si li ala à l’encontre atout compeingnie des chevaliers et la recut en sun ostel molt bel et mult richement et se pena de lui honorer et servir en toutes les manieres qu’il sot, quar il cudoit veraiemenent que Lancelot l’amast por amor qu’il l’eust mandée à cort. À cele grant feste sanz faille, ainceis que elle fust del tout departie si com la grant estoire de Lancelot le doit deviser apertement, prist la reine Lancelot tout là où il s’estoit couchiéz el lit de la damoiselle et il cuidoit veiraiment gesir avez la reine, et li vea la cort, et il s’en fui tout nu fors de la sale et se mist el jardin le roi en tiel maniere qu’il n’avoit vestu, fors sa chemise et ses braies. Et quant il fu fors de [Ca]maalot et il comenca à rregarder la cité et il souvint des grant joies et de grant bien qu’il i avoit eu par tantes foiz, et or estoit à ce menéz que celle qu’i[l] amoit plus que soi meemes s’estoit del tout à lui corroccié en tel maniere qu’il [n]’en cuidoit jamés recouvrer, il en ot si grant duel qu’il en oissi fors del sens et [de]le memoire qu’il ne savoit onques qu’il feisoit, ne où il aloit, ne qu’il disoit. Et là meemes où il estoit en si grant desverie fist il mainte merveille que li contes del Saint Graal ramentoit. Mes avant conte une autre chose que nos n’en poem laissier que nostre estoire n’en fust corrumpue. Orendroit encomence l’autre istoire.


II PARTE


[1] [f. 227 d] Or li contes dit que, quant Lancelot se fu partiz de la cambre où il avoit esté sorpris avec la fille le roi Pelles, la damoiselle qui molt estoit doulente de ceste chose, qui bien pensoit que Lancelot s’en estoit fuit au matin, si tost com(25) ele ot pris congié del roi, et ele se fu partie de cort, ele dist Boort que Lancelot s’en estoit partiz de cort par mal de la reine et li conte en qual maniere. Il fu molt esmaiéz de ceste chose et se doute de sum seingnor, si se mist maintenant en queste por lui, et Hestor et Lionel et assez autres chevalier del parenté. Et quant li roi Artus vit que touz li parenté estoit en cele queste, ne ne le pooient trouver, il en fu doulenz et corrocciéz com qui amoit Lancelot de tres grant amor. Et misire Gauvain, à cui il en porse sor toz cels de la Table Reonde, demande ses armes et dit:

[2] Puis que Lancelot est perduz, li troi cousin ne sunt mie perdu. Ja Dex ne m’ait, se ge me vieng à cort devant que ge les aie trouvéz et que ge aie oi nouvelles de monseingnor Lancelot, si ce est chose que l’en en puist ren savoir ne por querre ne por travaillier.

[3] Insint dist misire Gauvain quant il fu armez. Et misire Ivains dit qu’il li fera compeingnie et Gaheriet et Guerrehes et Agrevains et Mordret et Erec, le filz au roi Lac, que li roi Artus avoit fait alors nouvellement chevalier. Et estoit molt biaus durement, mes de proesce qu’il aust adonc faite ne parloit mis, quar il ne s’en estoit encor de rienz entremis, ne unques n’avoit feru cop d’espée, puis qu’il ot receu ses armes. Et por ce se parti il voluntiers [f.228 a] de cort por entrer en queste de celui qui estoit renoméz de proesce sor touz autres chevaliers et por connoistre de soi meemes se il porroit ja riens valoir. Et il li sembloit bien que valoir devoit il aucune chose par droit à ce qu’il estoit estrait de rois et de princes, et hestoit geunes hom, et pro, et vistes et forz. Et avez celui se partirent tant des autres que au partir de la cort furent il contre à XXXII dum il avoit nul qui ne fust chevalier renomé, fors seulement Erec de celui voirement. Por ce que geunes hom estoit et qu’il n’avoit ren fait d’armes et l’en nulle parole. Et quant il orent la queste jurée d’un an et d’un jor, einsint com il estoit à lors costume et us, il se partirent de cort. Et quant il furent venu à la forest de Camaalot, il se mistrent dedez et se departirent maintenant et s’en alerent les uns ca [et] les autres là, quar se il allassent ensemble en une queste, l’en lor tornast à honte et à coardise. Si alerent ensint par divers chemins tant qu’il trouverent le trois cousins qui monseingnor Lancelot deu Lac aloient querant et estoient trop doulent et trop corrocciéz de ce qu’il n’en pooient aprendre nouvelles bones ne mauveses. Quant il les orent trovées et il les virent si desconfortez, il en furent tuit mult doulent, si distrent que por ce ne remandroit pas la queste qu’il ne la recomencassent et qu’il iroient ainceis cerchant par toute les illes de mer qu’il ne le trouvassent se il jamés devoit estre trouvez. [A] ceste s’acorderent li uns et l’autre[s]. Et lors dist Mordret:

[4] Nos somes plus qu’il ne convindroit, quar nos somes ci pres de XL, si i a de tex donc l’en se porroit bien soufrir por ce qu’il ne sunt chevalier esprouve.

[5] Et missire Gauvain dit:

[6] Mordret, vos [f. 228 b] cognoissiez bien touz cels qui ci sunt et savez le proesces d’els. Esliéz en vint tex com vos vodroit et tiegnent ceste queste, et li autre qui sunt laissé et travaillié s’en aillient(27) à cort.

[7] Et il le fait tout maintenant. En tel maniere retornerent li un de la queste qu’il avoient encomenciée, si en fu bel à tex i ot, quar assez estoient lasséz et travailléz et si n’avoient encor n’en fait. Et por ce lor plesoit auques le retorner meement por iver et por le mal tens qui [j]a estoit encomenciéz(28). Li autre qui estoient tenuz à estre meillor chevalier et de meillor renomée, se remistrent en la queste. Einsint furent li un esleuz et li autre refusé. Li esleu se mistrent en la queste et distrent as autres qui retorner s’en devoient:

[8] Quant vos vindroit à cort, saluez nos le roi et toute la conpeingnie de leienz et dites que nos les verom au plus toust que nos en avrom le pooir.

[9] De cels qui refuséz estoient et qui à la cort s’en devoient aler, fu li uns Eret, li filz Lac. Et quant il vit que li preudome se furent mis en lor queste et qui avoec(29) lui estoient s’en retornoient por revenir à Camaalot, il dist que ja dex ne li aidast, se il einsint s’en retornoit ne se il jamés revenoit à cort, se il aucune chose ne feissoit por quoi l’en devroit loer ou blasmer del tout, se blasméz devoit estre. Einsint li dist Eret, quar trop estoit doulenz et iriéz de ce qu’il avoit einsint estéz refuséz. Si s’en ala tout seuls sun chemins. Et quant si compeingnon, qui à la cort s’en aloient, le comencierent à rapeller et à demander li où il s’en aloit si sels, il lor respondi:

[10] Se ge cuidasse avoir honor de raler à cort, g’i allasse. Mes por ce que ge en parti mun escu tout sain et tout sain li reportroie, se ge m’en aloie orendroit, n’i voill ge pas aler, quar adonc porroit misire roi dire qu’il m’avroit por noient [f. 228 c] fait chevalier et mi parages i avroit honte, quar ge ai ja esté en ceste queste trois mois et plus, ni rien n’i ai encor fait, por quoi ge ne m’en iroie en tel point en nulle maniere.

[11] Por ceste chose n’osa Erec i aler à cort, po ce qu’il n’avoit onques rienz fait d’armes à celui tens, si s’endesprisoit tant en soi meemes que nus ne le peust autant desprisier. Et quant li autre virent qu’il avoit pris ceste chose si à certes et qu’il ne retorneroit pas, il s’en alarent à cort et conterent au roi cez nouvelles. Et li rois s’en sorrist assez et si firent tuit li autre, et distrent que de folie s’entremetoit qui en queste estoit mis tout sels et encontre iver. Mes or leisse li contes à parler d’els tout et retorne à conter de Eret por deviser partie des aventures qui à celui tens li avindrent.

III PARTE


[1] Or dit li contes que, quant Eret se fu partiz de ses compeingnon qui à la cort s’en retornoient, il chevauche dis jorz entiers, un jor avant et autre arrieres, einsint com aventure le portoit, sanz trover chose qui face à mentevoir en conte. Et lors fu iver encominciéz si merveilleusement par tout le pais et les nois si grant que vos ne veissiez ne montaingne ne plain qui ne fust tout couvert [de] noif. À celui tens li avint un jor qu’il chevauchoit tout sels sanz compeingnon et sanz escuier, qu’il entra en une foreste grant et parfunde et chevauche de bien matin dusqua à ore de none, et aloit molt durement pensant à ce qu’il ne trovoit aventure nulle, et si ne finoit de chevauchier. Lors encontre une damoiselle montée sor un palefroin neir come more et portoit [f. 228 d] en sun devant un chevalier arméz navré durement, dunt elle fessoit un duel trop grant et trop merveilleus, et disoit à chief de piecce:

[2] Ha! franc chevalier(30), tant fust ore melz que ge, qui rien ne vaill ne rienz ne puis, fusse occise à cest point et morte à ceste mesaventure que vos qui tant estiez preuz et vaillanz et loiax.

[3] Quant Erec entent que la damoiselle se pleignoit si durement, il en prent grant pité, si vient à llui et la salue et li dit:

[4] Deus vos envoit joie, damoiselle, quar il m’est avis que vos en avriet grant mestier.

[5] Certes, sire, fet elle, mestier en avroie ge bien, mes il ne m’est pas avis qu’il Li plaise que jamés aie joie, quant Il m’a tolu ce donc toute ma joie venoit.

[6] Ha! damoiselle, ce dit Erec, quant il vos est avis que vos a toute joie aiez failli, or vos vodroe ge prier par toute cortessie que vos me deissoiz qui cest chevalier a(31) navré, dunc ceste grant duel vos vient.

[7] Sire, fait elle, se vos le volez savoir, alez là donc ge vieng, quar autrement nel vos sevroie ge enseingner.

[8] Et de quel part, fet il, venet [v]os? tant me diroiz vos, s’il vos plaist.

[9] Certes, fet elle, ge vieng da la Fonteinne des Merveilles, dunc nus qui i viengne ne se part sanz corroz, soit chevaliers et damoiselles.

[10] Et est ce loing? fait il. Itant me poez vos bien dire, s’il vos plaist.

[11] Certes, fet elle, il n’i a pas plus de sis liues engleches. Et sachiez que cist chemins(32) où vos estes orendroit vos i merra droitement, si vos i volez aler.

[12] Et il dit qu’il ira voirement por voir celle mervoille.

[13] Si m’ait Dex, fet elle, vos faites follie qu’il de l’aler vos entremetez, quar bien saichiez qu’il vos i mescherra. Et s’il ne vos i mescheoit, donc i seriez vos le plus [mes]cheanz chevalier qui unques i fust, quar onques n’i vint chevalier va qui onques i fust, car à cui il ne mescheist d’aucune(33) [f. 229 a] chose. Et si n’est mie la voie si legiere tresque là que vos ne truissiez assez enconbremenz et mesaventures, puis que vos estes chevaliers errant.

[14] Et quant il(34) entent ceste parole, il s’en part atant et chevauche tout le chemin [où elle] estoit venue et bien connoist par les escloz del cheval qu’elle avoit venu celle voie. Et insint chevauche toute voies tant qu’il vint en une valée assez parfunde. El mi leu de celle valee avoit une torr(35) fort et aute et assez belle en une praerie qui toute estoit plaine de noif et covert de gelee [et] avoit tendu tresqu’à dis paveillons. Et devant chascun paveillons avoit un glaive, et un scu, et un destrier atachié à l’entrée, et estoit chascun destrier couvert de fer. Erec chevauche vers le paveillons au plus droit qu’il puet, et ence qu’il apreche d’ilec, antant e vos une damoiselle de molt grant beauté plainne montée sor un palafroin norois qui li vint à l’encontre, et li dist:

[15] Ha! chevalier, tu vais à ta mort et à ta honte se tu ne te met del tout en ma prison.

[16] Coment, damoiselle? Dites le moi, itant vos prie ge, s’il vos plaist.

[17] Par foi, fet elle, ce vos dirai ge bien. Ci a des paveillons, ce veez vos bien.

[18] Certes, fit il, vos dites voir.

[19] Or sachoit, fait elle, qu’à chascun[e] de ces paveillons a un chevalier esleu entre touz les meillors de cest pais. À chascun vos convindra joster et conbatre cors à cors, et se vos touz nes poez abatre et oltré en bataille en un seul jor, sachiez que il vos occiront ou il vos metront en tel prison dont vos n’eisiroiz jamés jor de vostre vie, se ne vos en giette qui metra à fin ceste aventure.

[20] Par foi, fait il, ma damoiselle, assez est ceste costume mauvese et anuuse, quant il convint que li cors d’un seul chevalier se conbate encontre dis.

[21] Et ensint est elle, fet [f. 229 b] ele, veraiement le sachiez vos. Maleoit soit qui la costume establi, quar ce est la plus anuieuse que ge sache en tout le roiaume de Logres. Et neporquant, fet elle, s’il vos plaist que vos en men conduit vos metoiz, ge vos pramet que ge vos conduirai oltre si sauvement que ja ne troveroiz qui vos i dit chosse qui vos i displase. Mes se vos en cest conduit vos metez, il convient que vos me creantoiz com chevalier que vos dou tout cest an n’escondiroiz damoiselle de chose qu’elle vos requiere.

[22] Et quant il estent ceste parole, il se retrait arrieres et pense qu’il porra faire de ces deus choses, quar se il à ses dis chevalier se conbat il connoist apertement qu’il est alez, quar encontre dis ne porroit il durer en nulle maniere, ce li est avis. Et se il creante à celle damoiselle ce que elle li requiert, il le porra bien mescheoir, quar tel damoiselle porra toust devant lui venir qu’il i requerra tel chose qu’il ne porroit faire en nulle maniere. Et einsint seroit il honiz plus que autre chevalier se il à damoiselle faillooit por rienz del monde de convenant qu’il li deust tenir. [E]t insint no set il lequel il li viengne melz prendre de ces deus choses. Et cele qui devant lui estoit, li dit:

[23] Li chevalier, dont n’es tu de l’ostol le roi Artus?

[24] Oil certes, fet il, ge sui voirement.

[25] Donc sai ge bien, fet elle, que tu prendras conduire les damoiselles, quar de celui ostol sostiennent en force et en pooir les damoiselles est[r]anges, povres et desconsseillées, toutes les foiz qu’il en sunt requis.

[26] Attant respont Arec et dit:

[27] Ma damoiselle, certes cestui passage me passeroie ge pas en tel maniere com vos me dovisez, quar g’en seroie tenuz malvés et à recreant et à cuart(36) de cels touz qui parler en voroient, ne il ne cuideroient [f. 229 c] mie que ge l’eusse tant fait por les damoiselles donc vos me requerés com por coardise. Et por ce vos di ge que m’esaierai à ppasser cest pas. Et se ge muir ou sui enprisonez, ge n’i avrai pas molt grant honte. Et se Dex me voloit otroier que ge par ma proesce m’en peuse aler avant, assez m’en seroit melz avenuz qu’il m’avint piecce à chevalier de povre proesce.

[28] Coment, ce dit la damoiselle, si n’en faroit vos pas à mon lox?

[29] Par Deu, fait il, ge n’en faroie autre chose, se g’en devoie morir.

[30] Certes, fait elle, et vos en morroit.

[31] Ne sai, fait il, que ge ferai, mes si au morir vient, se ge ne vent à mort si chierement com chevalier doit faire, donc ne sui ge filz de roi onques.

[32] Or vos en convegne bien, fait elle, quar des ci en avant ne m’en entremetroie ge. Et sachiez que ce que ge vos disoie, disoie ge par vostre bien.

[33] Et lors s’en vait et passe oultre le pavellons. Et Erec qui autrement ne voloit faire fors selonc s’onor, s’en vient droit as paveillons. Et si tost com il en fu pres, il voit un chevalier qui fors en issi et monte sor un tel chevaux, et prist un escu et une glaive, et là où il voit Arec venir il li escrie, et dist:

[34] Gardez vos de moi, sire chevalier, quar ge vos deffi.

[35] Si li vient le glaive et abeissié si grant oirre com il puet del cheval trere. Et quant Erec le voit venir, il ne le redoute pas grantement com qui se sentoit forz leigier et de grant vistice, ainz le adrecce la teste del destrier per mi la noif et li done si grant coup qu’il li pierce l’escu et le auberc, et li met par mi le cors et fer et fust, si abat lui et le cheval à terre, le chevalier navré à mort, quar il estoit ferruz par mi le piz trop angoissoisement. Et au parcheoir retret à llui Erec son glaive qui encor n’estoit pas pecoiez. Et li cheval, qui n’estoit [f. 229 d] pas navréz, mes delivrés et forz resaut sus molement et s’en torne fuiant par mi la noif. Et lors escoute Erec et ot une crie grant que de la cort orent faite. Et il estoient ja monté as querniaux de la tor por veoir le joste del chevalier errant et de cels del paveillons. Et il savoient ja bien que elle estoit encomenciée, et par ce encomencierent il à crier sor celui qui cheoit estoit por vilté de ce qu’il estoiet abatuz. Et aprés ce que li chevalier fu(37) cheoit ne demora pas grantment que uns autres oissi dou paveillons et crie à Erec si aut qu’il le puet bien oir:

[36] Joste sire, à moi ne faudrez vos mie.

[37] Et il ne li respont rienz, ainz li adrecce le cheval et li fiert si roidement de toute la force qu’il ot qu’il li met le glaive per mi li cors. Il l’impaint bien, si le porte des arcons à terre si navré qu’il n’a de mire mestier, quar il estoit à mort feruz. Et quant des querniaux veoient le chevalier à terre, il lievent le cri et la noise com ausi grant com s’il avoient fet autre foiez et dient que bien l’a fait le chevalier estranges. Et aprés ce ne domora guerres que uns autres chevalier oissi fors del paveillons, et fu arméz de toutes armes molt bel et molt cointement, et monta en son cheval, si lesse corre à Erec et le fiert si en mi le piz qu’il le fait le glaive voler en piecces, mes autre mal ne li fait. Et Erec, qui estoit de grant force, le porte à terre si fellenesement que se brise le braz destre au cheoir qu’il fist, et il s’en passa outre le glaive dreccée contremunt, qui encor n’estoit pas brisez. Et au cheoir que fist, recomenca la criée del chastel trop grant et trop merveilleuse, et dient que touz les veint li chevaliers estranges. [E]t insint comenca Erec la jostre devant les paveillons et li [f. 230 a] en avint si bien, ce dit la veraie estoire, qu’il les abatu touz dis d’un glaive, ne n’i recut plaie ne blecceure dunt il grantment se sentist. Et quant il s’en fu si bel delivréz que nus tant fust de haute proesce ne le peust melz avoir fait, et il s’en voloit atant aler qu’il cuidot par tant estre quités, attant e vos vers lui venir molt grant aleure une damoiselle montée sor un blanc palafroi, qui prist maintenant Erec au frem et li dist:

[38] Sire chevalier, ge vos preng. Vos ne me poez escamper se vos ne me donez un don tel con ge vos demandrai.

[39] Et il ne li ose escondire por ce qu’il veoit que damoiselle estoit, ainz li otroie sanz autre convenant qu’il i mete. Et ele l’en mercie molt et li dit:

[40] Or vos en poez aler quel part que vos vodroit, quar ge vos suirai dusque atant que ge voie ore et pount de demander mon don.

[41] Ce voill ge bien, fait il, or en poez venir, puis qu’il vos plaist.

[42] Atant acoillent lor chemin ensenble par devant les paveillons qu’il ne troevent qui rienz lor demand. Et ence qu’il se passoient droit par devant la porte de la tor, il escoute et ot une damoiselle desus la porte, qui li crie:

[43] Atendez un pou, sire, se vos volez connostre vostre p[ro]esce, quar por chose que vos aiez fait ne devez vos encor estre loez, se vos plus n’en faites.

[44] Et il s’arreste quant il entent ceste parolle, quar bien se velt del tout delivrer, s’il puet, ainz qu’il s’en aut. Et la damoiselle à cui il devoit le don, et li dit:

[45] Ha! sire chevaliers, venez vos en, ne ne demorez plus ici. Certes, il vos est bien avenu que onques à home n’i avint mes si bien. Et por ce vos loeroe ge que vos en alieseiez atant qu’il ne vos i mescheist.

[46] Il ne velt croire(38) la damoise[lle] por rienz que elle li die, ainz torge et atant toute vois. Et ne demore gueires [f. 230b] qu’il voit fors oissir de leienz un chevalier arméz d’unes armes noires, bien monté(39) sor un cheval fort et isnel, et vint molt cointement la lance dreccie, et crie à Erec là où il le voit:

[47] Bel sire, pardonez moi les mesfait de ceste joste, quar à faire le me convient, autrement seroie ge morz et malbaillit.

[48] Erec se reste à ceste parole, quar il pense bien erranment que ce soit d[es] chevalier de la meson le roi Artus, si li dit:

[49] Dites moi qui vos estes, ainz que nos plus en facom, quar autrement ne josteroie ge pas à vos.

[50] Et respont:

[51] Vos rien poez ore plus savoir à ceste foiz. Mes la joste ne ve poez vos defendre envers moi, quar ainceis vos oroie ge ferir sor vos defendant que vos ne jostisiez.

[52] Voire? Ce dit Erec. Ensint me convient il, ce me semble, joster à vos, ou ge voille ou non voille.

[53] Et respont qu’il est einsint:

[54] Or soit donc, fait il, la joste, puis qu’il convient que elle soit, que par moi ne remandra à ceste foiz.

[55] Tant lesse corre li uns à l’autre si grant oirre com il poent dex chevax traire et s’entrefierent en lor venir si durement que li escu ne li auberc nes garantissent qu’il ne se metent es chars nues les fers des glaives. Mes de tant vint il bien à l’un et à l’autre qu’il n’en i ot nul navré à mort. Et neporquant anbedui furent navré à mort duremont et en parfunt. Erec vole à la terre par desus la crope del cheval et touz debrisiez au cheoir qu’il fist, et li chevalier remest es arcons ausi d[r]oit com s’il ne sentist mal ne dolor. Et quant il voit Erec à la terre il li dit:

[56] Vos remandoit, sire chevalier, et seroiz sire de cest chastel et de tot cest pais environ, et ge m’en irai quités et delivrés, la merci Deu, et vos lerai ceste seingnorie. Et sachiez que ge ne vi unques segnorie qui tant feist à hair com elle fait.

[57] Et [f. 230c] quant il a dite ceste parole, il s’en vait grant oirre tout le chemin de la foreste. Et del chastel tout maintenant qu’il virent Erec abatuz et l’autre chevalier aler son, il connuirent bien qu’il n’avoit talent de retorner au chastel. Si s’en issent maintenant fors de leienz et s’en vient à Erec et le trovent molt navré et molt debrisé del cheoir qu’il ot fait, si le prennent et l’en mainnent el chastel. Mes unques ne veistes greignor joie ne greignor feste à chevalier estrange que tuit de lei[e]nz li firent si tost com il fu dedenz les murs. Et l’en menerent el mestre paleis dencant et quorolant et fesant joie si merveilleuse que il, que se regardoit, en estoit touz esbaluz. Et quant il l’orent mis en le mestre cambre de leienz que trop estoit bele et delitable à veoir, il le dessarment erranment et li firent regarder sa plaie, et troverent que elle estoit parfunde durement. Mes elle n’estoit pas si perilleuse qu’il i eust regart de mort. Il s’en entremetent tuit li plusor de loienz et i metent por guerison ce qu’il cuidoient qui melz i peust valoir. Et il soufre quant qu’il li funt, et se mervoille molt por quoi il s’en entremetent si curieusement, ne il ne lor demanda unques por [quoi] il le funt. Et quant il vint sa plaie bendée et aperiliée au melz qu’il savent, il le couchent molt richement por lui faire repouser en une chambre coie et loing de gent por ce que noise ne li fist mal par aucune aventure. Insint avint à Erec au commencement de sa chevallerie, que là meemes où il li estoit trop bien avenu li meschei il en tel maniere com ge vos ai devisé. À l’endemain, quant li jorz aparut bianz et cliers, de leienz vindrent à sun lit, là où il si gisoit, et li orent bon jors et bone aventure. Et il li respondi [f. 230d] tout autretel. Et il s’asieent devant lui et li comencent à demander coment il se sent.

[58] Bien, Deu merci, ge n’ai mal qui grantment toille à chevauchier.

[59] Et il en sunt molt lie. Et il se velt lever mes il ne li soufrent mie, ainz li dient:

[60] Ah! sire, por Deu, de lever ne vos chaille. Cist forz ne porroit encor rienz valoir, quar certes vos estes assez plus navréz que vos ne cuidez. Et por ce volom nos que vos gisoiz et repousez hui et demain, et tant que nos vos veiom gueri.

[61] Et il dit qu’il fera lor volunté, puis que entre els est. Mes molt se merveillet por quoi il s’entremetent si curieusement. Quant il se sunt d’ilec parti por la noisse, qu’il mal ne li feist, une damoiselle remest ilec por lui garder. Et quant il se voit tout seul avec lui, il li dit:

[62] Damoisselle, dites moi ce que ge vos requerrai, ne ne me mentez mie pa[r] la foi que vos dovez toute gent. Qui est cist chastiaux où ge [sui], et coment est il gouvernez, et por quoi est ce que de ce[i]enz s’entremetent de moi servir?

[63] Sire, fet elle, certes voluntiers vos dirai tout ce que vos me demandez. Sachiez que cest chastiaux a nom Le Chastel des Dis Chevalier, et a nom Chastel des dis Chevaliers por ce que nul estrange chevalier ne puet parti devant passer que à dis chevalier ne le conviengne conbatre. Et s’il bieneurez qu’il par sa proesce s’en puisse oltre aler, por ce ne s’en ira il pas quités que il au seingnor de ceienz ne li conviengne assaier. Et si l’avient qu’il le puisse conquerre, il i gaagne cest chastel(40). Et si li est conquis et au seingnor ne plaise cest ostage, ainz einsint(41) qu’il s’en aut prés la bataille del chevalier estrange, nos prenom le chevalier estrange et en fesom seingnor. Mes ja puis ne se partira de ceienz s’il ne se velt perjurer devant qu’il ait chevalier conquis et qu’il [f. 232 a] i aist un autre seingnor en leu de soi. Par ceste parole poez vos connoistre tout apertement que la seingnorie de cest chastel vos estes escheoite et que vos i estes remés en leu del seingnor qui devant i estoit, qui s’en ala si tost com il a vos josté, si n’en istroiz jamés par autre maniere que ge vos ai devisé.

[64] Et ceienz, damoiselle, fait il, que faroie ge se ge estoie orendroit si gueriz que ge peusse chevaucher?

[65] Ce vos dirai ge bien, fet elle, vos sejorneriez ceienz tout, ja ne vos conbatreiz se il ne n’avoit aucune aventure com arsoir fist qui seul chevalier en oustrast dis. Mes alors vos convendroit il sanz faille conbatre encontre celui aprés ce qu’il se seroit escapez de si fort con de dis chevaliers.

[66] Autrement, fait il, ne me convindra(42) ja conbatre?

[67] Se fariez, fet elle, se una aventure avenoit que ge vos dirai. Il est voirs que aprés a un autre chastel, en ceste forest meemes, et est nostre mortel enemi li sire que le tient, por une damoiselle qui ceienz est, qui à mari ne le velt prendre. Et sachiez certainement que celle damoiselle est la plus belle riens que ge unques veisse et que ge l’en sache en ceste terre. Et por la sa beuté sunt einsint arresté, com vos veez, tuit li chevaliers errant qui par ci passent et si vos dirai por quoi ce comenca, quar ce ne fu mie sanz reson. [V]oirs fu que ceste damoiselle fu fille à unes des plus belles dames del munde et à un des meillor chevalier que l’en seust ne pres ne loing. Quant ceste damoiselle vint en aage de donz eanz, si fu prisiée de beauté et loée de tout les chevaliers qui la vindrent voir sor toutes les damoiselles qui seussent adonc, si com il disoient tout comunement. Et por la grant beauté [f. 232b] que ele avoit la vindrent demander plusor chevalier à feme. Mes li peres, qui trop estoit bon chevalier de soi, dist ne la donroit qu’il ja à chevalier se il ne fesoit autant à loer por sa chevallerie com la damoiselle fasoit po sa beuté. Et insint le dist le peres, com qui trop merveilleusement amoit la damoiselle. Et quant de cest pais qui molt baoient à lui veoir oirent ceste novelle, i plusor s’en retrendent de lui demander quar(43) chascuns ne sentoit pas endroit se qu’il feist autant à loer de chevalerie com elle fesoit de bauté. Et en tel maniere, com ge vos devis, demora li mariages de la damoiselle, quar puis ne fu nus si ardiz qui l’avenist demander por le grant contredit qui estoit. Et tant deloial com chose que aventure nos aporta un chevalier assez povre par semblant, quar il n’avoit avec soi ne chevalier n’escuiers, et estoit as povre heniois que nus nel veist en tel maniere qui trop povre nel tenist. Quant [fu] ceienz descenduz et herbegiéz et il ot oi novelle de nostre damoiselle, il vint à som pere et li requist erranment en mariage. Il fu touz esbaiz quant il vit que si povre chevalier le requiroit la fille qu’il avoit contredite à tant riches homes et à tant chevaliers qui estoient renoméz de si grant proesce, si li dist: «Tu as bien oi de tuit le convenant que ge ai fait de ma fille avoir». Et respondi maintenant: «Se vos doutez que ne soie au si bon chevalier com elle est belle, à l’esproeve m’en metez et ge sui prest que ge i entre». Atant respondi le peres et dist: «Ge voi et connois que elle est tres belle. Coment porroie savoir que tu fusses tres bon chevalier?». Et il respondi atant: «Tres bons chevalier ne porroit je ge estre, ce m’est avis, en la age où ge sui encor, quar trop sui geunes hom à hestre tel com vos [f. 232 c] demandez. Et neporquant se vos por moi connoistre melz que vos ne faites, voilez faire une chose que ge vos deviseroie, ge seroie prist que ge en feisse itant que vos diriez que assez en avroie fait». «Or dites donc» Dit li pere. «Ge vos di, fist le chevalier, que nos preignoiz de vostre lingnage ou de vostre pais touz le dis meillorz chevalier que vos i sachoiz et les metez en une place au melz arméz qu’il porront estre, et vos aprés soiez en vostre paveillon ausint arméz com li autre. Se ge les dis chevalier ne puis mener en un seul jor dusqua à otrance par ma main, et vos aprés qui estes chevalier renomez(44) de aute proesce, ge ne voill pas que vos à chevalier me tegnoit. Mes, se ge ce faiz en un seul jor, donc vod[r]ai ge, s’il(45) vos est avis que vos le doié faire, que vos(46) la damoiselle me doignoiz, se vos cuidiez que ge en soie digne». [Q]uant li peres oi ceste parole, il fu tout esbait del grant ofre quel chevalier fesoit, et dist: «Ce vos ce poez faire que vos me prometez, ge vos donerai ma fille et toute ma terre et devendra vostre chevalier». Et respondra maintenant: «Or l’aperellez, quar ge le cuit faire, si Dex m’en velz aidier». Li peres, que ne creust en nulle maniere que ceste chose peust avenir, et insint com il disoit, manda les dis meillors chevaliers de son lignage et molt assembla grant pueple(47) à ceste chose veoir, quar il le tenoit à trop grant mervoille. Et quant il furent asemblé devant cest chastel, là meemes où vos veistes les paveillons tenduz, li dis chevalier s’armerent et li peres ausint, qui bien se fiot tant en soi qu’il cuidast le chevalier par sa proesce mener dusqu’à otrance assez leigerement. Que diroie? li(48) chevalier qui estoit tot sels qui baoit [f. 232 d] à avoir la damoi[se]lle fu d’autre part arméz et assembla en mi la plaere as dis chevalier voiant touz ces de cest pais, si si contint si merveileusement si bel qu’il les otra touz dis par sum cors, si que li quatre en furent mort et li autre navré. Aprés se conbati au seingnor et tant le tint cort qu’il l’en mena dusqu’à oltrance. Quant il ot fait ce que ge vos cont, il demanda au pere à la damoiselle: «Convient il greingnor provance que ceste n’a esté que ge ne soie au si bon chevalier com vostre fille est est belle?». Li peres respondi: «Vos en avez tant fait que ge connois que vos estes li meillors chevalier que ge onques veisse. Et por ce vos doin ge la fille et la terre que ge teinge, et sui prest que ge mete moi meemes en vostre merci del tot». Et insint avint del chevalier, com ge vos di, que la damoiselle li fu donée par sa proesce. Et s’il li estoit bien avenu de ceste chose, autant si li mesavint il aprés, quar li jor meemes qu’il l’ot esposée, qu’il devoient au soir gesir ensemble, vint cesta part un chevalier errant qui le haoit de mortel haine, ne savom por quoi, s’il le trouva là defors en la plaerie et l’ocist tot maintenant. Li peres à la damoiselle ot trop grant duel de ceste chese et tant le prist en grief qu’il en acoucha au lit et tant fu malades qu’il connut veraiment qu’il se moroit. Lors nos fist jurer sor sanz à nos qui ceienz estiom que ge mes sa fille ne seroit mariée n’autre, s’il n’estoit chevalier errant. «Et voill, fist il, que des ore en avant soient tojorz ci devant X chevaliers armez, si que nul chevalier errant n’i past qui ne si esprove. Et si aucuns les maine dusqu’à oltrance, ge voill que vos le reteignoit et qu’il ait ma fille et ma terre. et qu’il soit seingnor de vos. Et se il est tex qu’il ne la voille, retenet le ou [f. 233 a] il voille ou non, si sera sire de vos et li faites jurer qu’il vos garantira à son pooir encontra tout dusqu’à tant quis autres i reveigne qui les dis puist oltrer. Et en ceste maniere avroiz vos tot dis avez vos um proudome qui sera sire en leu de moi, dusqu’à tant que Dex vos amaint a[u]cun(49) où ma fille soit bien, quar se elle ne recouvroit mari par chevalier errant, ausint com elle le perdi par chevalier errant, donc li feroit il trop mal avenu». Par tel maniere, com ge vos cont, sire furent stabli devant cest chastel ces dis chevalier que vos i trovastes ier et tant i seront que ceste damoiselle soit mariée.

[68] Et durunt il tojorz? ce dit Erec.

[69] Oil sire, fet elle, quar ja(50) tant n’en i mora que l’en n’i remete autres tout noviaux en leu de cels que l’en ocit. Si vos di que maint proudome i unt esté occis qui à fforce i voloient passer chevalier, et maint otré.

[70] Et qui fu, fait il, cil chevaliers qui à moi vint joster aprés ce que ge cuidoie estre tout delivres?

[71] Ce fu, fet elle, un des chevalier de la meison le roi Artus qui a nom Estor des Mares.

[72] Coment, fait Erec, fu ce donc Hestor de Mares, le frere mun seingnor Lancelot dou Lac? Et quele aventure le porta ca?

[73] Il n’a mie grantment, fait elle, qui li vint et li aporta aventure ensi com vos estes ore venuz. Et li avint si bien qu’il oltre le dis chevaliers, ansi con vos avez ore fait. Aprés se combati à un chevalier que nos avom fet seingnor de nos, par l’aventure que ge vos cont, qui ravoit ausi passé à force les Pas des Dis Chevaliers. Icelle bataille de mun seingnor Hestor et de celui que nos aviom ceienz fu la plus merveilleuse qui unques fust en cest pais à mon escient. Mes toutes vois, au darien, l’ocist Hestor por ce que cil ne se voloit tenir à oltré. Nos preimes maintenant [f. 233 b] Hestor en feimes seingnor de nos ou il voixist ou, et li feimes faire les seremenz que ge vos ai devisé.

[74] Donc me sembla il, ce dit Erec, qu’il se perjura vers vos, quant il s’en ala sanz vos congiez.

[75] Non fist, sire, sauve vostre grace, puis qu’il ne voloit la damoiselle il s’en pooit bien aler quant il vos lessoit en son leu.

[76] Coment, ce dit Erec, me convendra il donc remanoir ceienz por lui?

[77] Sire, oil, vos en partiroiz mes devant q’uns autres i revendra qui remandra en vostre leu. Et por ce vos portent cils de ceiens si grant honor com vos veez, quar il vos tienent à lor seingnor. Si vos verroiz qu’il vos ferunt hui ou demain homage, et vos lor feroit le sement donc ge vos ai parlé.

[78] Et s’il avenoit orendroit, fait il, q’uns autres(51) chevaliers i revenist qui peust le dis(52) oltrer, ne convindroit il que ge me combatisse orendroit à lui?

[79] Nani voir, fait elle, por ce que vos estes navrez, aiez vos tel avantage que vos en porriez aler touz delivre, s’il vos plesoit, mes li autres qui sorvindroit en vostre leu remandroiz, quar sanz l’un ne seriom nos en nulle maniere.

[80] Or me dites, fait il, la damoiselle qui ce[i]enz est, me donroit l’em à moillier se ge la requeroie?

[81] Nanni, fet elle, quar cil qu’il s’en ala ot le plus bel de la bataille. Mes se vos l’eussiez oltré, à la damoiselle ne faullissiez vos pas, se vos le deingnissiez prendre.

[82] [E]n tel maniere, com ge vos devis, convient Erec à remaner et à lessier la queste une piecce del tens meement, tant com il demora leienz. Quant il fu gueriz, il convint qu’il feist le serement que il la Tor des Dis Chevalier garderoit à honor de lui et de cels de leienz et qu’il les mantendroit com ses homes dusqu’à tant [f. 233 c] q’uns(53) autres i reviendroit qui la seingnorie conquerroit. Et sachiez que tout fust apelé li manoirs la Tor des Dis Chevaliers, por ce que li dis chevalier gardoient le pas, si estoit cest chastiaux biaux et riches et forz. Et insint demora leienz Erec ou il voxist ou non, et fu sire del chastel et de la terre tot environ. Mes or leisse li contes à parler de lui et retorne à Lancelot por conter les merveilles qui la vindrent à celui tens en sa forcenerie.


IV PARTE


[1] Or dit li contes que, quant Lancelot fu à ce menéz qu’il ot si del tout perdu le sens et le memoire, qu’il ne savoit onques qu’il fesoit, ne il conoissot unques où il aloit, ne plus que s’il fust une bete mue, il er[r]a si nuz com il se departi de Camalot tout à pié mainte jornée, une ore avant et autre arrieres, et insint com aventure le portoit. Il fu en point d’ore tanz et nerciz del halle et del soulel qui le soprenoit si nu et si despoillié et si com il estoit, et fu molz enpiriénoz de ce qu’il travailloit assez et men[g]oit(54) petit. Si fu tex atornéz ainceis que li premiers ivers fu passéz qu’il n’estoit nul qui devant l’eust veu et connu(55) tres bien qui adonc l’encercast por Lancelot, s’il l’avisalt(56) molt longuement.

[2] [U]n jor qu’il fesoit froit trop grant et trop merveilleus, si anuieux qu’à pou que touz li monz n’estoit engelet de froit, li avint que aventure l’aporta si nuz com il estoit, en braies et en chemise sanz plus vesteure, et tout nuz piez, et encor estoit la chemise despecée en plus de quarante lex. Adonc vint il par aventure en un paveillons [f. 233 d] qui estoit tenduz en une praerie. Et sachiez que cil dedenz avoient si le paveilons garni encontre le froit qu’il n’estoit pas trop frieleux. Et dedenz gisoit un chevalier et une damoiselle, et devant un arbreisel pendoit un escu blanc, et dejoste avoit un glaive et un’espée. Il vient celle part et regarde l’espée et l’escu ausint com se ce fust un bien sage home. Et lors estoit si matin que li solez n’estoit(57) encore pas levez. Puis saisist l’espée et la trait fors del fuerre. Et quant il l’a trate fors, il comence à ferir en l’escu grandismes cox et amunt et aval et fait une noise si grant et si merveilleuse com ce dis chevalier se combatissent ensemble, si despiece l’escu et detrenche et amunt et aval et en abat grandisme chantiaux, com cil qui ne savoit qu’il feisoit. Et neporquant il cuidoit veraiement que ce fust molt grant proesce et molt grant chevalerie. À cel point et à cele tempeste qu’il fesoit oissi del paveillon(58) un nain. Et quant il voit celui qui depecoit l’escu en tel maniere, il conoist veraiement qu’il est droit foux et hors del senz. Si a bien tant de ardiment por ce qu’il levoit de si povre afeire qu’il li velt aler tolir l’espée. Si s’adrece vers lui et l’alert par le poing et le tire à soi de tout sun pooir, mes unques por pooir qu’il ait ne li puet de mains oster. Et cil, qui tout estoit forsenez, s’en corroce maintenant, si l’ahert par l’espaules et le trouva legier et petit ne rienz ne li greva. Et si le giete en sus de soi et le flatist à terre si fellenesement qu’à pou que cil n’ot le col rompu au cheoir qu’il fist. Et Lancelot le leisse atant que plus de mal ne li feist ainz revient à l’escu et comence à ferrir desus grandimes cox de l’espée ausint com il fesoit devant. [f. 234 a] [A]u point que li nains fu flatiz à terre, il ot si tres grant peor que cil ne le tuast de l’espée qu’il tenoit qu’il comenca à crier à haute vois:

[3] Aide!

[4] Et ne demora gueires que del paveillon oisse un chevalier, et fu vestuz molt richement et cauchiéz de [c]heuses com [en] ivers. Quant il voit le nain, il li demanda qu’il a.

[5] Que ge ai, sire, fait il? À pou que cist deables ne m’a occis.

[6] Si li mostre Lancelot qui encor se conbatoit à l’escu. Li chevalier regarde Lancelot qui si merveilleusement se tormente, si le voit grant de cors et forni de menbres, et si povrement vestu et apareillié qu’il set veraiement que se il fust en sun droit sens il n’alast pas en tel maniere por rienz del mund, quar el tens que touz li monz est ausint com touz engeléz de froit, vait cist nuz piez et sanz cheval. Lors l’est avis que molt feroit grant almosne que le porroit faire reposser et dormir por savoir se il jamés porroit revenir en sun memo[i]re et sun escient. Lors s’en vait vers lui por oster li l’espée des mains. Et Lancelot li crie:

[7] Sire chevalier, ne veez pas avant, mes lessiez moi ma bataille, si feroit cortosie. Et sachiez certainement que se vos sor cestui defens vos en entremetez, ge vos occirai.

[8] Si hauce l’espée por lui ferir et s’en vait vers lui le grant pas. Et quant cil veoit venir le cop, il aparcoit bien que ce seroit malvés ardement et fol s’il l’atendoit, à ce qu’il est desarmez. Et por ce se retrait arrieres et s’en entra en sun paveillon et prent ses armes, puis vient à Lancelot et li dit qu’il mete jus l’espée, et gite la main por lui(59) tollir. Et cil qui trop estoit corrocciéz de ceste chose hauce l’espée si tost com il le voit aprocher de lui et li fiert par mi li heaume si durement que l’espée depiece en deus. Et cil est del cop si [f. 234 b] entordit et estonéz qu’il ne se puet tenir en estant, ainz vole à terre tex atornéz qu’il ne cuide jamés avoir mestier. Et li sanz li saut par mi le nes. Et Lancelot qui plus ne li regarde, le lesse gessant et entre el paveillon, et troeve la damoisele qui alors primes s’estoit esveillie. Et quant elle le veoit venir, elle le conoist maintenant à homo fors del sens et el le resembloit trop merveilleusement. Et ele escrie trop durement efrée [et] poereuse et saut del lit tout en chemise si s’en fuit hors del paveillon au plus tost que ele puet, com cele que ne cuide ja estre fors à honor, quar il li est bien avis que cil la doie tuer. Et Lancelot s’en intre maintenant el lit, com cil qui assez avoit au froit et mesaise et mesaventure, si se couche tot erranment et se comenca à couvrir au melz qu’il puet, si s’aise au melz qu’il set, quar piece mes n’avoit en se dolor non. Et cele, qui fu hors saillie des paveillon, quant elle trouva(60) son ami gisant à terre, ele cuide bien veraiement qu’il soit morz. Si giete un cri molt dolereus et dit:

[9] Ha! lasse, morte sui.

[10] Si se lesse sor lui cheoir et lors comence à faire le greignor duel del siecle. [A] chief de piece revint cil de l’estordison et se drece en sun seant et oevre les elz. Et quant il voit cele que si merveilleusement se doulousoit, il le blasme molt durement. Et maintenant demande où cil est alez qui ensint l’a feru.

[11] Ha! sire, fait li nains, por quoi le demandez vos? Por Deu, ne li faites mal, que ce seroit pechié trop grant, quar certes il est li plus droit foux et li plus droit hors del sens que ge unques veisse.

[12] En [n]on Deu, fait li chevalier, ja, se Deu plaist, mal ne li ferai, ainz le retendrai avez mois se unques [f. 234 c] ge puis et le regarderai tant qu’il sera, si Deu plaist, gueriz et respassez. Et certes, se ge pooie faire, ge sai veraiement que g’en seroie encor servit et honoret de plusorz gens, quar se ge conu onques home por bien ferir, ge sai veraiement que cil a esté prodom et bon chevalier, por quoi ge n’avrai jamés joie se ge ne’l puis remetre en sum droit sens et en sun droit memoire, ainz qu’il se parte de moi.

[13] Par foi, sire, fait la damoiselle, il est leienz en cel paveillon.

[14] Et il se droice maintenant et s’en vait cele part. Et quant cil est venuz celle part, il voit que Lancelot s’estoit couchiéz el lit et se dormoit molt fermament, con cil qui tant estoit travailliéz que merveille estoit qu’il n’iert morz piece. Il est molt liéz de ceste aventure, si vient au lit et prent la robe à la damoiselle et li aporte fors et la fait vestir. Puis dist au nain qu’il mont sor un roncin et al[as]t au Blanc Recet et die à sum frere qu’il viengne à llui, ne n’el laist en nulle maniere cil mandement de son seingnor, et sa haste d’aler tant que au frere au chevalier vint et li dit som mesage. Cil chevalier qui voloit Lancelot retenir avoit nom Blian. Et li autres avoit nom Belinam. Et estoient andui frere germain et chevalier de grant proesce. Et Belinanz fu venuz à sun frere, cil li dist tout erranment:

[15] Bel frere, ge vos ai mandé por une des plus belles aventures del siecle qui hui m’est avenue. Si la vos voill conter, quar por autre chose ne vos ai ge mandé si hastivement.

[16] Et lors li conte coment uns homo tout hors del sens, nus et depris, et el plus povre habit où il veist onques home est ceste part venuz tout maintenant:

[17] Et est, fait il, si tres durement nices qu’il se combati grant piece à mon [f. 234 d] escu qui devant mon paveilon pendoit. Et quant ge li corru sus por tollir l’espée qu’il tenoit, il me dona si tres grant cop par mi le heaume que puis que ge sui premes chevaliers ne sui ge tant grevéz par le cop d’un seul home, ce vos creant ge loiaument, com ge sui adonc. Et par ce connois ge bien et sai veraiement qu’il ha esté d’aute lingnage et proesce et seroit encor, se Nostre Sires li voloit doner santé. Por ce vos mandai ge à venir ca(61) que vos me doness conseill de ceste chose et que ge porroie faire, quar ge le voloie tant tenir entor moi, s’il peust estre qu’il eust santé en aucune chose.

[18] Par foi, sire, fait cil, ge ne vos en sai pas tres bien conseillier selon ce que ge voicise, quar qui de sa santé s’en vodroit entremetre, il convindroit qu’il fust mis en un leu coi et repost et loing de gent où il n’eust lumere nulle.

[19] En [n]on Deu, fait Blianz, se nos poiom tant faire qu’il fust à ma fortaiesce, de ceste chose le porriom vos bien aasier. En en pensom qu’il i soit portéz s’il unques puez estre.

[20] [L]ors entrent el paveillon et voient Lancelot qui encor se dormoit molt seurement com cil qui piecca mes n’avoit en autant de repous. Et quant il voient ce, si dient qu’il le lierunt de cordes et de chaiennes el lit meemes là où il gist qu’il ne se puist remuer. [T]out ensint com il le distrent le firent, quar el lit meemes où il se dormoit le lierent il si fort, qu’adonc ne fust nus hom tant sains ne tant fors qui s’en peust deslier, se il bien voireist, se il ne fust de trop desmesurée force. Et quant il l’orent ce fait, il mandent escuiers et garcons et dient qu’il le ferunt porter à la fortaresce Bliant. Et cil le lievent maintenant atout le lit, qui estoit de fust et [f. 235 a] l’en portent là où il lor estoit comandé(62). Et Lancelot qui tant avoit eu de mal et de mesaise qui merveille ert qu’il n’estoit pieca mort et ert adonc au repos venuz, se dormi si fermement qu’il ne s’esveilla onques à cele foiée devant qu’il fu venuz au recet Bliant. Mes à ce qu’il fu à terre mis, il s’esveille et ovri lex elz et se volt deslier, mes ce ne puet estre. Il li deslierent les mains et li donerent à mengier. Et il mengia molt bien com cil qui piece, mes n’avoit eu fors mal et mesaise, si le tint Bliant avec lui en tel maniere tout le remenant de iver et tout l’esté qui aprés vint. Et molt se pena de sa guerison, s’il peust estre, mes unques par painne ne por travaill qu’il i peusent metre ne pot adonc torner à gerison, quar à Nostre Seingnor ne pleisot mie. Et neporquant il lor senbla tant pesibles et tant soef qu’il li quistrent robe belle et riche et le lessierent entre els aler et venir ausint com un autre home, en tel maniere qu’il n’estoit enprisonez, mes d’un petit aniaux qu’il li avoient mis por ce qu’il n’alast loing ne qu’il ne lor escapast. Si amenda molt dedenz celui termine et revint molt en sa beauté et en sa force, mes unques n’ot home leienz qui connoistre le peust. Et neporquant à la beauté de lui et au corsage et à l’estature disoient bien tuit cil qui le veoient qu’il n’eust estre à merveille preudom et bon chevalier, si en estoient molt dolent et molt corroccie tuit cil de l’ostel de ce qu’il ne li pooent trouver à lor volenté gerison de sa maladie. Einsint fu leiens Lancelot tout l’esté et autre saison dusqu’à Noel. Ne ja ne se fust partiz à celui termine se ne fust une aventure qui avint à Bliant et si vos dirai quele.

[21] [U]n ior qu’il fesoit froit grant [f. 235 b] et merveilleus, avint que Bliant se fu levéz auques matin, et ot prises ses armes et montéz et son cheval et se parti de son ostel et insint armez com il estoit, et bahoit aler en la foreste qui pres d’ilec estoit por querre joste, se il peust trouver chevalier privé n’estrange. Et il estoit acoustuméz de ce faire(63) chascum jor com cil qui estoit uns des bons chevalier del pais. Quant il se fou un pou esloingniéz de son hostel, il encontra deus freres chevalier néz del pais, qui le haoient de lonc tens et de mortel haine. Quant il le voient seul, il li escrient qu’il est morz, si li lessent corre tant com il cheval poont aler. Et Bliant, qui molt estoit preudom, ne fait pas semblant de coardise ne qu’il ait talent de fuir, ainz les atent. Et cil brisse ambedeus lor glaives sor lui, mes de la sele ne le remuent. Il l’en fiert l’un si durement qu’il li brisse son glaivée en mi le pit, mes autre mal ne li fait. Et puis s’en passe outre por parfaire son poindre. Il traient les espée et corent sus à Bliant por lui domagier de tout lor pooir. Et li se defent molt durement et se coevre de son escu, com cil qui bien le savoit, et lor done souvente foiz de grant cop(64) là où il les puet ataindre. Mes cil furent dui s’entr’amoient con frere estoient andui bon chevalier, si aida li uns à l’autre de si grant cuer et de si grant volunté qu’à force convint à Bliant guerpir place ou il voxist ou non ou à morir tout maintenant. Si ne fu mie grant mervelle, si lor trouva por ce le dos, quar il l’avoient ja navré en plus de set leux et tant ot ja perdu del sanc qu’il en estoit auques afebloiez. Quant cil virent qu’il se fu mis à la fuie, il li crient:

[22] Cuivert, ne la garroit ja vostre fuie ne vos garantira que vos n’i muiroiz!

[23] Si l’enchauchent tant com il puent, mes cil seoit en un cheval [f. 235 c] fort et isnel qui l’osta si en petit d’ore le lor mains, et li l’esloingne de ses enemis qu’il l’en prisa pou le dangnier. Si s’en vint en tel maniere corrent à son recet et trouve la porte defermée, si entre dedenz tout einsint à cheval com il estoit. En tel maniere quant il vint(65) leienz qu’il ne trouva ne serjant ne home qui aidier li peust. Et cil qui por lui occire le sivoient entrent aprés. Et quant il les voit venir, il descent de sou cheval et entre en une chambre où Lancelot se gisoit touz vestuz. Et li autre dui descendent ausint et leissent lor chevaux en mi la sale et se fierent en la chambre aprés celui qu’il sevoient. Et quant Bliant voit qu’il ne porra guerir à els, il met la main à l’espée et s’apareille de defendre sum cors com cil qui ne se leira pas ocirre tant com il se puist garantir. Et cil qui molt cuident estre asseur et de ce qu’il n’ont leienz home trové qui de rienz lor nuise, et se voient deus et celui seul, s’asaillent molt viguereusement. Et cil se defendoit au melz qu’il puet, mes tant avoit esté grevéz qui molt en ert afebloiéz de sa force. Por ce a il grant doutance qu’il n’i miure à ceste foiée. [Q]uant Lancelot voit davant lui la meslée encomencée si grant, encor fust nul fox et hors del sens, toute voies connut il Bliant qui maint bien li avoit fait, et soit que cil le voloient ocire. Et il n’est tant corrocciéz qu’il velt saillir cele part por lui aidier, quant il sent que li anel del fer es piez li estoient le bleccent durement. Lors s’areste del corroz qu’il a et prent les aniaux à deus mains et les tire de celle angoisse qu’il en delivra andeus ses piez, quar il les ronpi tot maintenant. Mes il en a andeus [f. 235 d] les mains sanglentes et le cuir des doit rompu au tirer qu’il avoit fait. Quant il est delivré dex ainaux, il n’avra tant de sens qu’il priegne espée ni escu dunt il se peust bien garnir à cele foie, quar en la chambre en avoit grant planté, ainz cort tot des(66) arméz à l’un des deus chevaliers et le prent à heaume et le tire si fort vers lui qu’il le fait flatir contre terre ou cil voille ou non voille. Puis l’ahert au poing et li tolt l’espée qu’il tenoit et lesse celui gisant à terre qui bien cuida avoir le col ronpu del dur cheoir qu’il ot pris. Et il leisse corre à l’autre et li dona si grant cop par mi le heaume que nulle armeure nel garantist qu’il ne li face plaie grant et parfunde merveilleusement. Et quant il se sent si mal, il se regarde et voit tout desarméz qui feru l’ot. Si se merveille tant coment ce puet estre qu’il a ardement(67) de ce faire qu’il en devint tout esbais. Et neporquant, por ce que bleccié l’ot et qu’il s’en velt venchier, drece il l’espée contremont por lui ferir par la teste, mes Bliant ne li soiffre mie, ainz auce la soe hespée et fiert celui si durement qu’il li colpe le braz par entre l’epaule et le coute. Et quant cil se sent meaigné, il s’en torne fuiant grant ore. Et quant li autres à cui Lancelot avoit l’espée tollue se fu relevéz et il vit que la desconfiture estoit torne sor els, il se fierent hors de la chambre et s’en torne fuiant et vient à sun cheval, si monte au plus melz qu’il puet. Et autresint refait li freres, quar grant poor a d’avoir encore pis, si s’en vont en tel maniere hors de leienz por garantir chascun sa vie. Et Lancelot remaint leienz et se recouche en sun lit. Et Bliant, qui molt est liéz de ceste bone aventure, se desarme quant il voit que cil s’en sunt alé et atent [f. 236 a] tant que si serjant vindrent de la [de]forz qui encor ne savoient rienz de ceste affere. Ne li ne lor en dit rienz ne unques n’en parla dusqu’à soir que si freres vint leienz. Celle nuit fist Bliant Lancelot mangier avec lui, et ence qu’il mengioient Belinanz regarde et voit la nape toute ensanglentée del sanc qui des mains Lancelot cheoit, com cil qui tout avoit ronpu le cuir des doiz et les mains despecciées. Il le mostre à Bliant et li dit:

[24] Esgardez, esgardez, bel frere, com nostre oste suinie durement. Certes grant pechié a fait cil qui est si l’a bleccié.

[25] En [n]on Deu, frere, fait Bliant, ge ne m’en merveill mie s’il est blecciez, mes ge sui plus hesbaiz que de rienz que ge unques veisse coment il pot faire ce qu’il a fait, quar ge ne vi unques à home dehaitié faire si grant merveille com il a fait en cest jor d’ui. Et si vos dirai quele.

[26] Lors conte coment li dui l’orent enchacié tresqu’en la chambre et l’eusent ocis sanz respit, se ne fust cil qui por lui secorre rompi ses aniaux à la force de ses mains et puis tollu à ll’un des deus chevaliers s’espée et les eust andeus occis se il ne ss’en fus[sent] foi:

[27] Et ensint me retoust il de la mort où ge estoie venuz se sa proesce ne m’eust aidié et valu.

[28] [Q]uant Belinant entent cest aventure il seigne de la merveille qu’il en a, si dit:

[29] Ha! Dex, quel domage de ce qu’il n’est en sun droit sens. Certes, ge ne crerai jamés riens s’il n’a esté uns des meillors del munde.

[30] Et insint parolent li dui frere de Lancelot, et molt lor poise durement de ce qu’il ne conoissent et qu’il ne sevent dum il est. Et li sires de leienz dit qu’il ne metra jamés en aniaux ne en buies, quar il [f. 236 b] se tient assez en pes. Sanz faille il estoit tout dis ausi coiz et ausint pesibles com s’il fust en son droit sens, ne ja ne deist mot se par aventure ne fust. Mes ce l’ociot del tout qu’il ne mengoit ne bevoit se trop petit non, et ce est la chose qui plus longement le tint en sa maladie. Deus anz fu Lancelot en tel maniere avec Bliant qu’il ot si del tout perdu les sens et la memoire que il ne savoit onques que il fesoit. Ne unques dedenz celui termine ne vint home leienz non, quar il meemes ne le savoit pas. Mes sor touz cels qui leienz estoient en avoit pitié(68) li nains por ce qu’il le veoit si bel et si bien, disoit tout dis:

[31] Ge ne crerai jamés riens que ja voie, se cist fox n’est gentis hom durement, quar trop le resemble bien.

[32] À l’entrée d’un iver avint que par devant la tor où il manoit trespassa un porc salvage et aprés lui venoient plusor cheins grant et merveillieus qu’il le voloient prendre, mes il s’aloit trop bien defendant et lor livroit souvent estal. Mes aprés le chiens ne venoit veneur ne serjant nul et ce estoit une chose qui assez les decoragoit de lor fuite. Lancelot estoit à querniaux de la tor et quant li vit que li pors s’en ala en tel maniere par devant lui, il li prent volunté d’aler aprés, si descent erranment et vient à la porte. Si troeve un cheval tout enselé et un glaive drecié as murs et une spée qui pendoit à l’arcoron de la sele. Il vient à cheval et saut en la sele trop legierent et s’en ist de leienz et s’en vait aprés le porc tant com il puet esperoner. Li nains ot veu toute ceste chose et coment il fu saillit sor li destrier et coment il se parti de leienz, si set bien que ce est aprés le porc. Il ne tient mie ceste chose à gas. Por ce dit il qu’il ira aprés [f. 236 c] por veoir que ce porra estre. Si vint à sum roucin et monte et s’en vait ferant des espons aprés Lancelot. Mes por pooir qu’il ait ne li puet ataindre com cil qui ja estoit bien eloingnez. Et Lancelot qui s’en vait en prés le porc tant com il puet del cheval treire, se fiert en la forest, et cil fu ja entréz là ù elle estoit plus esspesse. Et Lancelot le suit toute vois del plus pres qu’il puet ccriant et esmouvant les chiens à sum pooir, si atant el [a]lé en tel maniere qu’il vint en une valée. Et lors s’areste li porc et dona estal as chiens si qu’il en ocist plusors en pou d’ore. Et Lancelot qui venoit aprés s’en vient par le porc le glaive aloignié et le fiert si durement que li glaives vole en piecces, mes au porc ne fist il nul mal. Et cil qui fu aorcéz fiert li cheval par mi le flans si durement qu’il le porfent tout et l’abat en mi le chemin. Et Lancelot salt maintenant sus et a tant de sens qu’il met la main à l’espée et la trait del fuerre. Et li porc li acort et l’ataint en la cuisse si qu’il li fait plaie grant et merveilleuse. Et cil li fiert de l’espée si angoissoiement et merveilleusement qu’il li fait la teste voler, mes il se sent tel atorné de la plaie qu’il ot receue qu’il ne puet aler avant ne arrieres, ainz remaint ilec asez angoisseus et destroit. Il s’aset desouz un arbre, ne n’a mie tant de sens qu’il sache sa plaie estanchier qui ne cesse de sainnier à foison. Et quant vint à hore de none, il avint que par devant lui trepassa un hermite viell et a[n]cien et preudom durement. Quant il trouva le porc ocis et les chiens gisant tout en tor, dun il li avoit de morz et de navréz à grant planté, et il vit d’autre part Lancelot qui si gisoit desouz un arbre, si navré qu’il n’avoit pooir de soi remuer, il se torne [f. 236 d] maintenant vers lui et le salue molt humblement. Et cil qui à riens n’entent ne nul bien(69) ne savoit, ne li respont mot. Et li proudom li demande qu’il a.

[33] Ge sui, fait il, navrez.

[34] Et qui vos navra, bel sire, fait il?

[35] Et il est si nices(70) que il ne li set dire fors que li mostre la beste.

[36] Sire, fet li prodom, vos estes maubailliz, se vos n’avez secors preuchennement, quar vos avez trop del sanc perdu. Por ce vos loeroie ge, se vos le poez faire, que vos en veni[s]sie tresqu’à une nostre meison qui pres de ci est. Et illec porriez vos tost trouver qui de ceste plaie vos metoit à guerison.

[37] Fuiez vos de ci, fait il, que ge n’ai nul mal.

[38] Ha! sire, fait il, por Deu, que est ce que vos dites? se Dex me conselt, ge cuit que vos estes ocis.

[39] [Q]uant Lancelot entent que cil le tient si à parole, il li anuie trop durement. Il prent s’espée qui devant lui gisoit et la hance por ferir le preudome, mes cil s’en ait arrieres. Et quant il voit qu’il n’i puet avenir, il li giete et l’en cuide bien ferir, mes cil guenchoit. Et par ce se garantist. Lors s’aparcoit bien li ermites et connoist veraiement que cil est fors de sens qui ocire li velt, si li en prent greigno[r] pieté qu’il ne fesoit devant, por ce que bel home le veoit. À cel point que li preudome estoit en tel maniere devant Lancelot trop desconseillié com cil qui ne savoit qu’il peust faire de ceste chose, atant e vos venir le nain qui sivoit Lancelot. Et quant il li troeve navré il l’en est trop doulenz, si dit:

[40] Ha! sire, las! morz est par defaute de garde[r].

[41] Et li preudom li demande:

[42] Nains, qui est il, le connois tu?

[43] Si m’ait Dex, fait il, nanni. Ge ne sai qu’il est ni rienz ai fors tant qu’il uns hom fors de sens qui a demoré chiez munseingnor deus anz et plus, ne unques ne seumes verité [f. 237 a] de lui. Or m’en est ci avenu que si missires puez savoit qu’il soit navréz en tel maniere, il m’en onira, quar ge le devoie garder.

[44] Lors descent de sun roncin et demande à Lancelot s’il vodra monter, et il dit qu’il montera, si se drecce à molt grant angoisse. Et quant il l’est montéz à quel que painne, le preudome l’en mainne à sun hermitage, qui assez estoit pres d’illec, et li nains s’en vet avec els com cil qui n’osoit retorner à sum hostel por ce que Lancelot estoit navrez, qu’il devoit garder. Quant il fu la venuz grant joie en firent dui preudomes qui leienz manoient hermite, et avoient esté trop bon chevalier au siecle et estoient frere germain, et hestoient leienz entré en cel hermitage por une meschiance qui lor estoit avenue. Li uns savoit molt de plaies guerir, si s’en entremist molt por l’amor de Deu qu’il le gueri et molt en n’avoit grant pitié toutes les foit qu’[i]l les regardoit, por ce qu’il le veoit si bel home et fors del sens. [U]n jor le comenca à regarder molt viselment et tant l’avisa en tel maniere qu’il conut bien veraiemeent que ce estoit misire Lancelot dou Lac. Et il comenca maintenant à batre ses paumes et à faire le greignor duel del munde et à dire sa haut que tuit li autre l’entendoient bien:

[45] Ha! las! Quel duel et quel domage quant li plus preudom del munde est perduz per tel meschiance!

[46] Li autre s’asemblent illec et li demandent por quoi il mainne cest duel.

[47] Ge le maing por ce, fait il, que ge voi toute chevallerie et toute proesce pardue el cors d’un seul home, si est la greignor meschiance qui onques avenist à mun tens el roiaume de Logres.

[48] Et il s’aparcoivent erranme[n]t qu’il l’a reconnu l’ome forsene si sunt molt desirant de savoir qui il [f. 237 b] est. Et li demant et il lor respont:

[49] Ge vos di, fait il, qu’il a sté li mellor chevalier qui unques portast armes el roiaume de Logres et li chevalier dunc li roi Artus sera plus corrocciéz quant il savra ceste ce nouvelle. Et se vos ne savez son nom, ge le vos dirai. Sachiez que ce est misire Lancelot dou Lac, li meillors del munde.

[50] Et quant li autre entendent ceste parole, il comencent à praindre et à regreter, et dient:

[51] Ha! Dex, tant a ci grant dolor et grant domage! Sire Dex, por quoi soufristes vos à avenir si grant meschiance com cest est de si preudome com cist estoit qui fesoit toute li munde trembler avant soi par sa chevalerie?

[52] Assez le plaingnent et regretent com cil qui plus n’en pooent faire. Et li nains en plore molt temdrement. Et il regarde le nain et quant li le voit prorer, il li demande:

[53] Por quoi plores tu?

[54] Et cil li rispont tot en plorant:

[55] Ha! sire, ge plor por vos et se devroit faire touz li munz.

[56] Et il ne li chaut de rienz qui li die, com cil qui estoit la plus nice chose del munde. Tant demora leienz Lancelot avec le preudomes qu’il fu gueriz de la plaie que li porc li avoit fait. Un soir qui s’estoient couchié et qu’il se dormoient et li nains, s’en oissi avec lui Lancelot de leienz, et se mist en la foreste tout en une sentele qui aloit au travers de la forest. La lune(71) luisoit clere où il se reconfortoit molt. En tiel maniere erra toute la nuit à pié, qu’il ne savoit où il aloit ne qu’il feisoit, et lendemain ausint. Si li dure cel forcenerie d’aler trois mois entiers. Mes ce n’estoit mie droite voie qu’il alast, quar là où il estoit s’asenoit aucune foiz et il trovoit riens qu’il li pleust, il li reparoit bien diz iorz ou deure. Et memement à une fontaine qui estoit en mi la forest où pastors reproient por les betes de la foreste [f. 237 c] qu’il regardoient, i repera il bien deus mois entiers por ce qui li portoient chascun de lor pain et por ce que folle veoient. Si se contint en tel maniere deus mois avec le pastor, mes molt empira dedenz celui termine et taint et neira et amegroia. Et la chose que pis le fist adonc(72), si fit ce qu’il li tolirent sa robe et ses solers, si qu’il remest tout nu piez en braies et en chemise. Et por lui plus asoter le tondirent le brechier, si que nus qui le veist ne le peust pas adonc reconoistre. Un jor li demanda uns des pastors:

[57] Di moi, foux, coment as tu nom?

[58] Et il li dist et insint com a la bocche et li vint non mie par sens qu’il eust.

[59] Ge ai non, fist il, Lancelot del Lac.

[60] Et cil comencent à rire et dient:

[61] Certes bien le resemblez vos celui bon chevalier que l’en apelle munseingnor Lancelot del Lac.

[62] Se ge nel semble, se le sui ge.

[63] Ceste parole distrent li bergier par gas à un hermite qui pres d’ilec estoit herbergiez. Et gisoit Lancelot maint foiz devant son hostel, ne li preudom n’avoit pas tant d’ardement qu’il le feist nulle foiz entrer en sun hostel, quar il cuidast bien que cil le tuast s’il fust avec lui seul et seul, por ce qu’il le veoit si forcené. Tout fust il eusint que li berchier li eussant dit ceste chose, non mie por ce qu’il le creust mes par gabarie, li preudom ne li tui pas à gas, ainz le mist en escrit, et puis fu à la cort(73) le roi Artus, mes ce demore grant tens aprés. Por travaill que Lancelot soufri illec en sa forcenerie et fu puis apellée la fonteinne la Fonteinne Lancelot. Et li dura cist nom tant con crestiantez durra en Engleterre. [E]n tel povrece et en tel mesaise demora Lancelot devant l’ermitage de nuit et de jor devant la fonterane avec les bergiers [f. 237 d] demi an et plus. Il ot taint de mesaise de boiure et de mangier que quant il pooit prendre aucune beste par aventure, il l’occiot et en mangioit la char toute crue atout le cuir, et insint com sa forsenerie et la rage qu’il avoit fain li fesoit feire. Mes atant or lesse li contes à parler de lui et retorne à Erec por conter coment il s’en issi del Chastel as X Chevaliers.


V PARTE


[1] Or dit li contes que aprés ce que Erec fu gueriz de la plaie que Hestor li avoit fait, si com li contes a ca devisé, il demora leienz bien trois mois et plus, ne unques ne s’en pot partir ne la damoiselle ne puet veoir, cele por cui toutes ces choses qui plus li grevoit, quar par ce que l’en li prisot tant de beauté l’aveist il trop(74) voluntiers, s’il peust estre. Tant demora leienz en tel maniere sires et mestres de toutes les choses de leiens, fors solement de la damoiselle, à aise de boiure et de mangier et à malaise de ce qu’il ne pust passer la po[r]te qu’il ne se perjurast, s’il ne li convenist à force conbatre, que aventure aporta à cele part(75) de munseingnor Gauvain tout seul sanz conpeingnie, arméz de toutes armes et prest de bataille, se il trovast qui l’asaillist, si com il convenoit(76) que chevalier errant fust. Quant il vint pres del paveillons et il oi parler de la costume qui i estoit que à dis chevaliers le convindroit combatre s’il i voloit passer(77), il dist que assés estoit ceste costume malveise et anuieuse et perilleuse as chevaliers trespassanz, et demande se nus chevaliers hom i estoit encor passéz à force:

[2] Oil, ce li [f. 238 a] dist uns hom qui ce li contoit, dui chevalier solement i sunt passé à honor, mes tuit li autre que aventure i a portéz i unt i estre ou mort ou vencuz.

[3] Or avienge, fait il, com Dex vodra. Puis que autres i sunt passez, ge m’en metrai en aventure, quar se ge por tant retornoie, l’en le ma torneroit à malvestié et à coardise tout le jors de ma vie.

[4] [L]ors descendi misire Gauvain por garder qu’il ne fauxist rienz à ses armes ne à son cheval qu’il peust amender. Et quant il a som cheval restraingz et ses armes apparelliées au melz qu’il puet, il voit oissir des paveillons uns chevalier qui li crie molt aut:

[5] À joster vos convient, sire chevalier, gardez vos de moi!

[6] Si li adrece la teste del cheval et li done sus l’escu si grant cop qu’il fait sun glaive voler en pieces. Et missire Gauvain qui le feri de toutes sa force, le porta à terre tout envers navré durement d’une plaie qu’il li ot faite el costé senestre. Il trait son glaive à llui, qui encor estoit touz entierz, et lesse corre à un autre qui de la joste estoit ja auques aperillez, et le fiert si durement qu’il le porte del cheval à terre. Que vos diroie ge? Si bien avint à monseingnor Gauvain des dis chevaliers qu’il n’i ot nul n’abatist, l’un aprés l’autre sanz faillir, ne d’els touz n’i ot nul qui de rienz le grevast fors del noviemme et del disiemne. Cil dui sanz faille, qui darrien josterent à lui, le grevarent si qu’il n’i ot nul qui ne li feist plaie grant et parfonde. Et neporquant, il se contint si bien qu’il ne remuerent de cele, ainz les abati il assez vitement. Mes unques ne veistes si grant noise ne si grant huée faire com cil del chastel fesoient à chascun chevalier qu’il veoient cheoir, et de ce se merveilloit il molt durement. Et quant il les ot abatuz touz [f. 238 b] dis et il se cuidot aler touz quités einsint navréz com il estoit, lors vint Erec frés et repousez, sanz et delivrés et desirant de la joste, arméz de toutes armes, montéz sor un grant cheval fort et isnel. Et là où il voit munseingnor Gauvain qu’il ne conoissoit mie, et si li prisoit molt en sum cuer por la proesce qu’il li avoit venue faire. Il li c[ri]e si tost com il est fors de la porte:

[7] Gardez vos de moi, sire chevalier, que ge vos deffi!

[8] Et quant misire Gauvain voit qu’à(78) joster li convient, il n’en est pas molt liéz, quar a ce qu’il estoit molt durement navréz il eust greignor mestier de repos que de bataille. Et neporquant puis qu’il voit que à faire le convint ou il voille ou non voille, il s’eforce por peor de mort et leise corre à Erec si grant oirre com li chevax puet aler. Et cil qui fu dexirans de la joste ne n’estoit lasséz ne travailliéz, et le fiert de toute sa force si durement qu’il li perte l’escu et li haubert et li met par mi l’epaule senestre le fier de sum glaive. Il l’enpaint bien, si le porte tout enferré à la terre(79), et lui et le cheval. Et quant il le voit jus, il li dit:

[9] Or m’en irai ge, sire chevalier, Deu merci, et vos qui ca estes venuz, et vos remandroit en leu de moi et seroit sire de cest chasstel et de toute ceste terre. Et certes, la seingnorie ne m’en plaist mie tant que ne m’en voille melz aler que remandre.

[10] Et lors s’en vait si grant oirre com il puet del cheval traire. Ne unques ne regarde le chastel ne cels dedenz, ainz les comande touz à cenz mile maufez. Et quant cil de leienz voient qu’il n’a talant de retorner et qu’il s’en vait del tout, il viennent à monseingnor Gauvain qui encor si gisoit à terre navréz molt durement, si le prennent [f. 238 c] et il l’en portent el chastel et funt autant de lui com s’il fust pere de chascum, et li firent faire le serement que li autre fesoient que il els et le chastel et lor honor garderoit et mantendroit à son pooir. Et il fist cest serement quant il vit qu’il n’en pooit par els passer, mes molt fu deulenz et corrocciéz de ce qu’il veoit qu’à faire li convenoit. [E]n tel maniere com ge vos cont remest missire Gauvain el Chastel des X Chevaliers par tel maniere com li autre avoient fait. Et Erec, qui s’en estoit delivréz au plus bel qu’il pooit et qui ne cuidoit encore pas que fust missire Gauvains qu’il avoit abatu, et chevauche tant maintenant qu’il se fu de lui partiz qu’il vint à la Fontaine des Merveilles. Cele fontaine sordoit d’une rocche naive et cheoit en un vassel d’argent grant et merveilleus, et de cel vessel s’espandoit par la praerie. Et sachiez que la fonteinne estoit avironée d’arbres les plus biaux del munde. Et devant avoit un pin où vos peussiez tout dis trouver glaives gros et forz et escuz bien tresqu’à XL qui i estoient penduz par les guiges. Et se aucuns me demandoit de cui li escu servoient et les glaives, ge li respondroie selonc ce que la veraie estoire le devise. À cele fonteinne s’asembloient trop souvent li chevalier del pais por els prover encontre les errans. Et quant il avenoit qu’il en pooient aucuns de cels de l’ostel le roi Artus mener a oltrance, il li toloient son escu et le pendoient a l’arbre et le lor dejoste et il feisoient fiancier que jamés ne porteroit escu devant son vis qu’il avroit conquis aucun autre chevalier en la bataille. Et par ceste chese venoit il pou de chevalier qui n’i trouvasent aventure. Ne por ce que ge vos ai devisé n’estoit elle pas apelle la Fonteinne del Merveilles, mes por ce [f. 238 d] que ja nus n’i venist qui n’i fust corrocciéz et doulenz, ou de soi ou d’autrui. D’autrui estoit li corrociez, quar il n’i venist ja qu’il n’i trouvast morz ou navrez lo melz del munde que il plus amoit. Et liéz estoit il d’autra part, quar s’il ist aucun chevalier durement, il ne se pertist ja de la fontainne qu’il ne l’i trouvast. Einsint avoit ouvré aventure que chascuns qui i venoit(80) i estoit liéz et doulenz. Liéz de sun enemi qu’il i trovoit et doulenz de son ami qu’il i veoit si cil n’estoit emprisonéz ou malades. Et dure ceste merveille dusqu’a tant que Galaaz li tres bon chevalier i vint qui sot veraiement coment ceste merveille estoit premierement avenue. Quant Erec vint par mi à la fonteinne, il vit en mi la praerie bien dusqu’à vint paveillons tenduz que cil del pais i avoient fait tendre por ce que si venoient souvent deduire por els esprouver encontre les chevaliers erranz. Il ne retorne pas vers le paveillons, ainz vient droit à l’arbre por les escuz(81) qui i veoit pendre. Et quant il les a auques regardez, il l’en conoit bien tresqu’à dis que tuit estoient de l’ostel lo roi Artus, mes il n’i avoit nul de la Table Reonde fors un seul, et cil estoit l’escu son pere, ce conoist il veraiement. Lors est il trop corrocciez, si dit:

[11] Ha! las! Si ne sai ge que dire. Mi peres a ci esté, ce voi ge tout apertement. Or ne sai ge que cuider de lui, s’il i est mort ou oltréz de bataille tant seulement.

[12] Et ence qu’il disoit cele parole, il regarde d’altre part et voit venir l’ome del munde qu’il haoit plus, ce estoit Mordret li freres à monseingnor Gauvain. Et se aucuns me demandoit dunt estoit venue cele haine qu’il li portoit, ge respondroie si com ge truis escrit qu’il le haoit en tel maniere por un seu cousim germain qu’il avoit celui an ocis en traison. Et insint est Erec doulenz [f. 239 a] et liéz, doulenz de ce qu’il ne set que cuidier del roi Lac sun pere, et liéz de ce qu’il voit devant lui sun enemi que il tant het, quar or li est avis qu’il est bien venuz en point et en leu de soi venchier. Lors li crie:

[13] Mordret, vos me feistes oster de la queste monseingnor Lancelot et deistes que ge n’estoie pas tel chevaliers qui ge deusse estre. Or aparra prouchennement le meillor chevalier de nos deus, quar ge vos deffi.

[14] Quant Mordret estent Erec, il le connoist as sun escu. Il voit qu’à joster li convient, quar se il le refuse, il est honiz. Si li adrecce la teste del cheval et il vient li glaive alongnié. Et cil qui vint d’ire et de force le fiert si durement qu’il les porte dels arconz à terre. Et au parcoir brise le glaives, mes autre mal ne li fait. Et quant Mordret se voit à terre, il se relieve com cil assez estoit vites et preu, et en molt est doulenz de ceste aventure et met la main à l’espée et s’apareille de son cors, com cil qui bien voit qu’à faire li convient. Et quant Erec le voit adrecce, il descent qu’à honte ne li fust atorné d’assaillir celui à pié, por ce qu’il estoit à cheval. Et quant il a sun cheval estachié à un arbre, il s’en vait grant pas vers Mordret, l’espée treté et l’escu gietté contremont. Si li done par mi le heaume si grant cop com il puet ama[i]nne deu haut, et Mordret, qui assez estoit preuz, le recoit molt bien, ne ne mostre mie au cop qu’il li giete qu’il li rendout grantment. Ne non fessoit il. Et neporquant il n’estoit pas sanz faille de si grant proesce com estoit Erec. [E]t insint comenca la meslée de deus chevaliers, fellenesse et cruel, qui dura des hora de prime dusqu’à tierce. Et lors fu Mordret molt lasséz et molt alentiz et molt enpoinéz de la proece qu’il avoit à comencement, quar molt ot trouvé Erec preuz et viste en touz poinz. Si vodroit [f. 239 b] en orendroit avoir doné bien grant chose que il fust delivré de ceste bataille à honor, quar il n’ot unques mes poor de recevoir honte au si grant com il a orendroit. Et insint se contennent li dui chevaliers assez diversement, quar li uns est asseur de mener son ennemi duqu’à oltrance, se il ne li meschiet trop durement, et li autres est en doutance et en poor de perdre la teste, quar il set bien que cil à cui il se conbat le het mortelment. Ceste poor le fait enforcier et defendre son cors outre pooir, si met tout portout encontre celui qui conoist ore bien qu’il soit assez meillor chevalier de lui. Si se defent tant en tel maniere que s’espée brise devant le heut, l’en remest en la main et l’alamele vole sor l’erbe. Et quant cil voit ceste chose, il est si esbaiz qu’il ne set qu’il doie dire, si s’areste touz esperduz. Et Erec li dit maintenant:

[15] Mordret or es tu alé. Or convient il que tu à oltré te tiengnes, se tu ne ves morir.

[16] Et cil, qui molt savoit, respont maintenant:

[17] Se ge à oltré me tenoie, tu rien aquerroies ja de ceste bataille ne los ne pris, por que cil del ostel mon oncle en seussent la verité, quar puis que m’espée mest faillie par tele aventure com tu voit, et ge n’ai de quoi ge me puisse defendre, tu ne doit pas cuider que tu m’aies oltré, mes l’espée qui m’est faillie au beissoing, si valt autant quant que tu hui mes me feroies com feru assallioies hun home desarmé. Ore garde quele honor tu oroies conquis en ceste oltrance.

[18] [Q]uant Erec entent ceste parole, il dit trop corrociez:

[19] Ce posse moi que elle t’est faillie si tost, quar certes ge t’en colpasse la teste. Ausint en occis tu Drianz mon cousin, à cui mi peres l’avoit done l’espée. Or t’en va atant, s’il te plaist, que ci t’aseur ge de moi, mes en autre leu se ge te truis garni de ces armes, ge t’en asseur plus que ge fesoie orendroit.

[20] Et cil vient erranment a sun cheval, si munte. [f. 239 c] Et quant il s’en velt aller del tout, Erec li dit:

[21] Di moi, Mordret, as tu trouvé en ceste place ce que l’en dit que chascuns i troeve?

[22] Et il li dimande que ce est.

[23] Ce est, fait il, se tu i as esté liéz et doulenz.

[24] Oil, fait il, ge ne serai jamés plus liéz que ge ai esté ne plus doulenz. Doulenz ai ge trop esté et sui encor, quar ge voi à cel arbre pendre l’escu Agrevain mun frere, l’ome del munde que ge aim de greignor amor. Et par ce qu’il i pent, sai ge veraiement qu’il a i esté oltréz en cest place. Et d’autre chose i a ge esté si liéz que jamés ne poroie greignor leesse avoir.

[25] Quant il [a] dite ceste parole, il s’en torne ferant se d’esperons tex atornéz qu’il eust bien mestier de sejorner, quar il a tex sept plaier el cors donc la mendre estoit assez perilleusse. Et neporquant là m[e]emes où il estoit einsint navréz n’est il pas granment esmaiez, puis que escapéz s’en est, ainz dit qu’il venchera encor cest forfait molt bien et menace Erec molt durement et dit que jamés n’avra joie devant qu’il li ait le chief colpé. [E]n tel maniere s’en vait Mordret navré et malmené, com cil qui assez a re[ce]u honte et laidure. Et Erec qui fu remés devant la fontainne por savoir la verité de sun pere, regarde tute voies l’escu qui estoit penduz entre les autres, si en tant a malaise et tant esmaiez, qu’il ne set unques qu’il puisse faire, quar se si peres i a esté ocis, il n’avra jamés joie. Et si li a esté oltrez sanz plus faire, il ne sera jamés joianz devant qu’il ait colpé le chief à celui qui le mena dusqu’à oltrance, quar il pense bien que ce soit aucuns des chevaliers del pais qui cest domage li ait fet. Et insint pensa et ensint devine à soi meemes, quar il ne puet encore savoir la verité. Et ence qu’il estoit en tel maniere [f. 239 d] devant l’arbre pensif durement, atant e vos vers lui venir grant aleure tout contreval la pr[a]erie une damoiselle montée sor uns petit palefroi noriz. Et là où ele voit Erec si durement penser, elle s’areste devant lui et li dit:

[26] Ge sai bien à quoi tu penses, ne ja de ce que tu quiers ne de ceu à quoi tu penses ne savras nouvelles se par moi n’est, quar il a ore molt pou de gent el munde qui auxi bien en sa chevalerie com ge sai.

[27] Quant il entent ceste parole il en est molt(82) liéz, quar il cuide bien que cele li die maintenant non velt de chose, puis qu’il l’en requerra. Et lors li dit:

[28] Ha! damoiselle, puis que vos savez ce que ge quer et ce à quoi ge pens, donc vos requier ge par cortoisie et par honor de vos meemes et por ce que g’en soie vostre chevalier à touz les jorz de ma vie, que vos me facoiz certain où ge porrai celui trover que ge vois querant, et que vos me diez(83) la verité de mum pere où il est. Et ge vos creant que aprés ce que vos m’avroit assené de cez deus choses, vos ne me requerroit de chose que ge ne face, se ma mort i devoit gesir.

[29] Coment? vos en creroie ge? fait ele.

[30] Ja plus ne m’ait Dex, fait il, quant ge vos en mentira[i].

[31] Tel serement ont ja fait maint foiz, fait ele, com cist est, cil de la Table Reonde, dunt il mentoient deslioaument, si qu’il en decevoient assez villainnement les damoiselles.

[32] Certes, damoiselles, ce dit Erec, de ce qu’il mentent me poise il chierement, quar de bouchies de si bons chevalier com il funt ne droit oissir se verité non, quar Dex verité les maintent en la haute renomée où il sunt.

[33] Puis qu’il mentent, fet elle, ge sai bien que vos mentiriez assez legierement, quar a cce que vos n’estes pas si bon chevaliers com il sunt, vos ne seriez [f. 240 a] pas si curieux de verité tenir com il sunt.

[34] Et quant cil entent ceste parole il en est trop honteuz, si respont tout erranment:

[35] Damoiselle, s’il est einsint que ge aie de convenant menti que acreantasse, ge m’en garderai desormés, ne ne regarderai a ce que ge ne sui mie de grant proesce, mes a ce que chevalier doit faire.

[36] Et lors tient ses mains vers le cel et creante a Deu com chevalier loial que jamés de convenant ne mentira, si li devoit lessier la vie. Si s’en s’en repenti puis si chierement qu’il fui puis cele ore qu’il voxist melz avoir la teste pardue qu’il eust fait icest un vou, quar il en colpa puis le chief a sa seror qui estoit une des plus belles puceles del munde. Et dit la ver[a]ie estoire qu’il reconut puis a sa mort, quant misire Gauvain l’ocist en la queste del Sant Graal, qu’il unques n’avoit menti de parole qu’il dist puis le convenant qu’il avoit fet a la Damdeu. Einsint ot Erec une grace molt merveilleuse que li autre chevalier de la Table Reonde n’aveient pas, quar il ne voloit nulle foiz mentir, si en mesavint si durement qu’il en recut mort, quar le jor que il avoit navré a mort par mesconoisance Ivain as Blanches Mains, et misire Gauvain le sivoit por venchier Ivain, non mie por ce qu’il cuidast quant il le conut qu’il l’eust occis, quant il le demande la verité, Erec qui nule foiz ne mentoit de chose qu’il seust, li dist que voirement l’avoit il navré, mes ce estoit par mesconoisance. Et misire Gauvain qui trop amoit Ivain as Blanches Mains, quant il ot la verite il deffie maintenant Erec et l’asailli là où Erec estoit navréz de plus de set plaies et l’ocist en tel maniere, dunt il fist blasmer molt durement, quar(84) puis que [f. 240 b] Erec estoit conpeinz de la Table Reonde, ausint com misire Gauvain estoit, missire Gauvains ne deust en nulle maniere metre mains en lui. Et de cele chose qu’il en fist fu il puis claméz desloiaul et perjuré de la boche Hestor de Mares, veiant le cors le roi Artus, si com cist livres le devise apertemant del Saint Graal. [E]t ensint fist le plus merveilleux veu(85) que chevalier feist devant ne aprés. Et la damoisselle quant ele l’oi parler, et insint elle respont:

[37] Assez en avrez, sire chevalier. Or vos dirai ge verité de ces deus choses que vos ai promises. La premiere si doit estre de Lanchelot que vos alez querant, l’autre si est de vostre pere, donc vos estes molt pensif.

[38] Vos dites bien, fait il, or m’en asse[né]z, einsint com vos devez.

[39] Voluntiers, fait ele, ge vos di apertement de munseingnor Lancelot qu’il est ca pres a une jornée en une forest devant une hermitage, mes onques ne veistes home si perdu com il est.

[40] Et lors li conte tout einsint com li contes a ja dev[i]sé(86) et la povreté et la mesaise qu’il endure de jor en jor. Et quant elle li a tout conté, il respont trop doulenz:

[41] Ha! las! quel dol! ha! Dex! por quoi seufrez vos que ceste chose sent einsint avenue que li plus preudom del siecle est einsint perduz por meschiance et par mesaventure?

[42] N’est einsint, fet elle, com ge le vos di. Se vos m’en creez ge le vos mostrerai ainz trois jorz, quar ausint vai ge cele part non mie por lui veoir, mes por autre chose. Or vos dirai de vostre pere. Saichiez qu’il vint ici n’a mie plus d’un mois. Et quant il i fu venuz einsint com aventure li aportoit, il trova en ceste praerie un chevalier à cui il se conbati. Et estoit cel chevalier de cest pais et de si grant proesce qu’il mana vostre pere dusqu’a oltrance a [f. 240 c] force et li fist plaies grant et parfunde bien dusqu’a VII, si qu’il lessa vostre pere ausint com mort en ceste place. Et lors li tolli son escu et le pendi a cel arbre einsint com vos poez veoir. Quant li frere d’une abaie qui est ci devant oirent que en ceste place avoit en bataille, il i vindrent et quant il troverent vostre pere navré, il l’enporterent dusqu’a lor recet et se pristrent garde de ses plaies. Si li poez encor veoir, se il vos plest, com cil qui ja demoré dusqu’a ore, quar n’estoit mie gariz de ses plaies ne estoit encor, mes il en sera preucheinnement guerit, quar molt se sunt li frere de leienz entremis de ses plaies et de ses blecceures. Or vos ai dit ce que ge dui, si m’en irai quant il vos plaera, quar de plus demorer ici n’ai ge volunté ne talent puis que ge ai fait ce que ge queroie.

[43] Ha! damoiselle, ainz me diroiz que, si vos plaist, qui fu li chevalier qui oltra mum pere et m’enseigneroit coment ge le porrai trouver, quar mi cuers ne porroit jamés avoir joie devant que mi pere fust venchiez.

[44] Del venchier ne, fet elle, ne vos entremetez ja, quar vos n’en porriet pas tant faire com l’en en fist le jor meemes.

[45] Coment? fait il. Dites le moi, se il vos plaist.

[46] Volunties, fait elle. Sachiez que quant li chevalier qui vostre pere oltra se fu de ci partiz aprés ce que la batail ot esté, il ne pooit estre esloingnié deus archées que Hestor de Mares vint ici. Et quant il connut vostre pere, il en fu trop doulenz, si dist qu’il le vencheroit. Se s’en ala grant oirre aprés le chevalier et s’en conbati tant a lui qu’il l’ocist, et li colpa le chief si qu’il le presenta a vostre pere meemes.

[47] [Q]uant Erec entent ceste nouvelle, il n’est trop liéz. Si dit:

[48] Beneoit soit misire Hestor com uns [f. 240 d] des meillors chevaliers del munde, quar ceste honte et mainte autre a il venchiée. Et puis qu’il(87) vint si a chief de ceste chose que ge voloie enprendre. Et vos me dites qui mi peres est guerit des plaies de celle bataille, ge me sofrerai a ceste foiz de lui veoir et m’en irai avec vos, s’il vos plaist, dusqu’a tant que vos m’aiez mostré l’estre et le conteneement de munseignor Lancelot. Se ge puis metre conseill, ge li metrai.

[49] Et ele respont:

[50] Co me plaist molt que vos cele part veigniez, quar il me plaeroit molt que vos conseill il meissez, s’il pooit estre que consel i voxist.

[51] Et il li dit qu’il ne lairoit en nulle maniere qu’il n’i alast. Tant acoillent lor chemin ensemble et chevauchent tout le chemin entier. Et sachiez que fu la premiere senmaine da Quaresme. La nuit virent en une valée chiez une veuve dame qui estoit parente a la damoiselle, qui les fist en sun ostel servir et aisier de touz les biens qui leienz furent. Et lors dit la damoiselle a Erec:

[52] Erec, combien dites poez vos avoir esté en ceste queste, si com vos cuidet?

[53] Et il respont:

[54] Proucheinnement avra quatre anz que ge entrai et que ge ne finai de monseingnor Lancelot querre et pres et loing, ne mie puis que ge m’i sui ul(88) n’oi de lui nouvelles bones ni maleveises, fors tant seulement et ge ai apris de vos. Si en ai cerchié mainte terre et soufert maint painne et mainte grant travals.

[55] Ha! Dex, fait elle, com cil a eu longe queste!

[56] A lendemain, si tost et il fu ajorné, il s’en alerent et monterent et se mistrent en lor voie, si chevauchierent tant et en tel maniere qu’il vindrent a l’ermitage où Lancelot reperoit. Elle descent et Erec ausint, et le demande au preudome:

[57] Savez vos est [f. 241 a] li hom forsenez qui ci solt reperir?

[58] Alez, fait il, a une fonteinne que ci est et illec le porroit trouver, si com ge cuit que ca dedenz ne n’entre il nulle foiz, que s’il i estoit orendroit, il si forsenez que ge cuideroie veraiement qu’il m’eust erranment ocis. Et por ce ne li ose ge nulle foiz acoillir.

[59] M’en alom a la fonteinne, ce dit la damoiselle, quar ge sai bien elle est.

[60] Lors remontent et tant funt qua a la fonteinne viennent. Et avint a cele foiz qu’il vindrent qu’il trouverent Lancelot dormant tres delez l’euie et dormoit molt fermement com cil qui d’autre chose n’avoit aise. Mes il l’estoit si povres et si nuz et si depris qu’a painne le prist l’en reconoistre.

[61] Sire, ce dit la damoiselle, or desom por veoir se ce est il que nos alom querant, quar ge cuit bien que ce est il.

[62] Et il descent et atache les chevaux a un arbre et vient cele part où cil se dormoit. Et quant la damoiselle l’a bien regardé e li dit a Erec:

[63] Savez qui cist est qui ci se dort?

[64] Nanni voir, fait il, quar ge ne le vi unque mais que ge saiche.

[65] Et ge le vos dirai, fait ele. Saichiez que ce est missire Lancelot de Lac qui fu filz au roi Ban de Benoic, ce lui que vos alez querant. Or esgardez com grant dolor!

[66] Et lors li comencent li ocil a larmer si que les larmes l’en roelent tout contreval la face. Et Erec le comence a regarderer a aviser durement, mes unques ne le puet reconnoistre, quar trop estoit tainx et nerciz et enpiriéz malement. Et quant il l’a grant piecce regardé trop doulenz de ce qu’il ne le puet de rienz connoistre, il dit ausint com touz desesperez:

[67] Ja Dex ne m’ait, fet il, se ge ja creras, se Deu plaist, [que] Dex ait soufert à avenir au meillor chevalier de li munde si grant mescheance com ceste me semble, ne Il ne sera ja si villains qui l’ait consenti, quar ce seroit la greignor dolor que ge unques veisse avenir. [f. 241 b]

[68] Coment? ce dit la damoiselle, ne creez vos donc pas que ce soit li filz le rois Ban?

[69] Ge le creroie? fet il. Que est ce que vos dites? Se vos le me juriez sor sainz et vos et toutes les damoiselles del mundes, mes porroit un cuers acorder à ce qu’il creust que cil en cui toute la proesce del munde s’estoit herbergiéz et qui estoit flors de toute chevallerie fust tornéz à si grant duel et à si grant honte, com est cist que vos me mostrez. Ja Dex ne m’ait, se ge jamés baoie à honor avoir se si grant deshonor estoit avenue à celui qu’il de toutes honors deust estre sires.

[70] Vos m’en creroit, fet elle, se vos volez, et se vos volez vos ne m’en creroiz mie, mes ge vos di veraiement que ce est il.

[71] Et il oste adonc sun heaume de sun chief por ce qu’il le voie melz, mes unques ne l’avisse tant qu’il le puisse connoistre por Lancelot. [E]ndementrers qu’il le regardoit en tel maniere et qu’il ne pooit reconoistre que ce ne fust il, atant e vos Hestor venir celle part, einsint com aventure l’aporte. Et quant il vit Erec et la damoiselle sor la fonteinne, il se torne celle part por aprendre novelles de ce qu’il aloit querant. Ne il ne cuidoit encore pas que ce fust Erec. Et quant Erec le vit venir, il le reconnut assez de loing, si dit à la damoiselle:

[72] Or en veez ci un venir qui bien le reconnoistra, se ce est il.

[73] Qui est il, fait ele?

[74] Ce est, fait il, missire Hestor de Mares.

[75] Missire Hestor, fait ele, or viengne donc seurement, que par mun chief il veira ja sa grant dolor.

[76] Et Erec li respont donc:

[77] Ce est, fait il, domage et dolor grant.

[78] Si vait à Hestor à l’encontre et li dit:

[79] Sire, bien viegniez.

[80] Et cil tout maintenant qu’il le connoist, il oste sum heaume de la teste et le vait acoller et beisier, et li ore joie et bone aventure et li dit tout erranment:

[81] Misire Erec, ge vos pri que vos mi pardoingniez le meffet de la joste del Chastel as Dis Chevalier, quar certes ce que ge en fis me convenoit il à faire où ge [f. 241c] voisse ou non.

[82] Et il li pardone tout erranment et dit qu’il ne li en set nul mal gré.

[83] Et coment, ce dit Hestot, vos en oxissees vos? Ja remansistes vos chastelani en leu de moi.

[84] Sire, ge remés voirement, ce dit Erec, et i demora plus ge ne voisse, mes darrienz ja mena Dex et aventure un chevalier da nostre ostel par cui ge sui delivrés, ausint com vos fustes par moi. Et tout ausint com il vos avint de moi m’avint del lui, quar atrement i fusse ge encor, ce cuit, se Dex ne l’i eust amené.

[85] Et qui fu il, ce dit Hestor, celui par cui vos fustes delivrés?

[86] Ge ne le soi mie, fait il, adonc premierement quant il cox fu fait, mes ge le soi puis par cels qui bien le savoient que fu missire Gauvain.

[87] Et Hestor se comenca à sorrire et dit:

[88] Or savra missire Gauvain que nos avom enduré entre moi [et vos].

[89] Endementrers qu’il parloient de ceste chose, la damoiselle apelle Hestor et li dit:

[90] Sire, venez ca et regardez cest home à cui nos avom grant piece misé.

[91] Et il vient celle part et le coumenca à viser(89), et maintenant qu’il le connoist il a si grant duel que il chiet arrieres tot envers et vole del cheval à terre et gist grant piecce en paumeson. Et quant Erec connoist que toute vois est ce Lancelot, il a trop grant duel, si dit tout lermoiant des els:

[92] Ha! las! comme ci a grant dolor et grant domage!

[93] Si prent Hestor et le met encontre son piez et le tint en tel maniere tant qu’il revint de paumoison. Et quant Hestor fu revenuz à chief de piecce et il pot parler, il dit trop grant dolor:

[94] Ha! las! cheuf, qu’est ce que ge vos? Las! Quel dolor et quel mescheance!

[95] Et lors se drecce et s’en vait corant à sum frere et l’enbrace par mi le flanz et le commence à beisier molt trendrement et dit tout lermoiant d’els:

[96] Dolz frere, dolz sire, que estes vos devenuz?

[97] Et lors s’esveille Lancelot et est [f. 241 d] touz esbaiz de ce qu’il le tient si estroiz, et si oevre les elz et le commence à regarder, mes il ne le connoist mie plus qu’il feist le plus estrange home del monde. Si a poor qu’il nel voille mal faire, et proesce et force tant qu’il s’estoit des mains Hestor le avoit aler, et s’en torne fuiant grant oirre. Et quant Hestor l’en voit aler, il a si grant duel qu’il chiet arrieres touz envers et gist en paumoison trop grant piecce. Et quant il revient en sum pooir il dit:

[98] Ha! mors, quar vien et si me pren astivement, quar certes de vivre plus n’a ge cure, puis que ge voi munseingnor mun frere honi par si grant mescheance.

[99] Et quant il se regarde et il ne veoit devant lui son frere, il recomence adonc sum duel et sa dolor li encroist et engreigne et enforce, si se fiert des poinz en nulle vis si grant cop que li sans li saut et del nes et de la boche, et maldit l’ore qui fu néz quant il a tant viscu qu’il voit aler à honte et ha dolor par mescheance et par mesaventure celui qui de toutes honors recevoir estoit melz dignes que nus autres mortes hom. Et Erec qui cest duel le voit mener est tant iri[é]t [et] doulenz qu’il voldroit bien estre morz. Et quant Hestor à grant piece cest duel mené, il regarde la damoiselle et li dit:

[100] Ha! franche damoiselle, por cortoisie donèz moi un don.

[101] Et elle ploroit adonc trop durement meementent por ce que ele veoit mener si tres grant duel à tel home com estoit misire Hestor, si respont:

[102] Dites sire, demandez et ge le vos donrai, se ge devoie metre ma joie en aventure.

[103] Granz merciz, fet il.

[104] Lors redit à Erec qu’il li doint un don. Et cil li otroie tout en plorant. Et il l’en mercie, et lors lor dit:

[105] Vos m’avez doné que ceste mescheance que vos [f. 242 a] avez veu de mumseingnor mon frere ne parleroit jamés jor de vostre vie devant que vos en oiez parler à autrui que à nos, quar ge ne vodroie, fet il, en nulle maniere que ceste grant dolor que vos avez veue fust descouverte en l’ostel lo roi Artus.

[106] Et il li creantent loiaument que jamés nes descouverunt devant qu’il en aient oi parler à autrui qu’à cis.

[107] [L]ors dit Hestor à Erec tout en plorant:

[108] Sire, vos avez(91) veu la chaison de mun grant duel, si que nos somes compeingnon del veoir. Or vos vodroie ge proier que vos venissiez avec moi dusqu’à tant que nos eusom retenu monseingnor mun frere et mis en tel leu où il se peust reposer.

[109] Et il dit que ce fera il ausint voluntiers com il vodra. Lors remuntent sour lor chevaux tant doulent andui qu’il ne sevent qu’il doient faire de ceste chose. Et se fierent en la foreste là où il cuident plus le legierement trover ce qu’il vont querant, mes il ne sevent tant querre que il ne poissent avoir nul avoiement ne trover home qui rien lor en sache dire. Et insint le quierent celui jor et l’endemain et le tierz jors et le quart en tel maniere qu’il ne boivent ne ne men[g]uent se trop petit non. Et quant il orent einsint dusqu’à cinc jorz chevauchié, Hestor qui tant estoit doulenz qu’il cuidoit bien del sens issir del grant duel qu’il avoit, dit à Erec (la damoiselle sanz faille s’en estoit partie des le premiers jors et avoit lessiee lor conpeingnie):

[110] Sire, ce dit Hestor à Erec, ge cuit que nos nos travaillom por noiant. Alom à la fonteinne là où le trovames, illec orrom nos aucunes nouvelles, se Deu plest.

[111] Et cil l’otroie. [Q]uant retornerent et tant firent qu’à la fontainne vindrent un [f. 241 b] jor à hore de tierce et troverent le pastors qui souvent i veoient et lor demanderent nouvelles d’un tel home qui là souloit reparier. Et il distrent qu’il ne l’avoient pieca veu ne qu’il ne savoient rienz. Quant Hestor vit qu’il ne trouveroit nul qui de rienz le seust asener de ce qu’il queroit, il en prist un si grant duel à ssun cuer, com cil qui trop tendrement amoit som frere, qu’il encomenca à rendre sanz sanc par mi le nés et par mi la boche et chei del cheval pasmez à terre. Et Erec descendi adonc por lui tenir encontre sum piz, com cil qui trop amoit Estor et trop le prisoit. Et à chief de piecce quant Hestor fu revenuz de paumoison, il dit à Erec:

[112] Missire Erec, por Deu, se vos savez pres de ci nul leu où ge me puisse reposser, si m’i menez, quar ge sent qu’il m’est molt malement.

[113] Sire, fet il tout em plorant, montez et ge vos metrai à un hermitage qui est ci devant où vostre repera lonc tens.

[114] Ilec, fait il, voill ge aler et demorer et se à fere le me convient.

[115] Lors monte tant dolereux et tant angosseux que unques ne veistes plus dolereus et chevalier de lui. Et quant il vint à l’ermitage venuz, il descendent et se desarment. Et quant li ermites ot conté à Hestor ce qu’il avoit veu de sun frere, il en prist(92) si grant duel sor lui qu’il en acoucha malades. Et de cele maladie jut il leienz quatre anz touz entiers en tel maniere qu’il ne monta sor cheval ne de leienz ne se remua et fu eisint que Erec li tint touz dis compeingnie et le garde touz sez mois com celui qui amoit de trop grant amor. Et insint remestrent li dui compeingnon en l’ermitage et lesierent afaire toutes chevalleries, li uns por maladie et l’autre por l’amor de sum compeingnon qu’il ne voloit lessier en tel point. Et sanz faille en cele langor où Estor demora tant fust il morz foit, si plusors foiz peust morir, [f. 242 c] se ne fust li reconforz Erec qui toz dis le semonoit à joie de quan qu’il pooit et li prometot que ancor avroit il joie et leesce de celui dum si d’els li venoit. Et insint remestrent lonc tens li dui compeingnons en l’ermitage que nouvelle ne fus seue d’els ni pres ni loing. Et par ce cuida veraiement li roi Artus et cil de sum hostel qu’il fussent morz, si en furent molt doulent tuit li preudome de leienz. Et li rois meemes, quant il vit que Lancelot einsint perduz et si long tens, en dist:

[116] Or puez vos bien dire nux ostex quant li dui frere en sunt fors qu’il ne sera jamés honoréz dedenz si preudome com il estoient. Et la Table Reonde endroit soit s’en doit malemant plaindre, quant ele est desvest ne apavroiée des deus meillors chevaliers qui unques i seissent. Et certes se cil qui compeingnon et insint connoissoient bien la grant perte qui lor en puet venir, il n’avroient jamés joie devant qu’il les eusent trouvéz ou morz ou vis.

[117] Lors dit un des chevaliers de leienz, un de ceis qui metoient en escrit les proesces des chevaliers erranz:

[118] Sire, fait il, si misire Lancelot demore et li autre dei parenté le roi Ban, si grant tens con vos poez veoir, por ce ne vos en dovez vos pas esmaier si tres durement, quar coment qu’il demorent fors, toutes voes sunt il en vie, ce poom nos veoir por les letres de lor sieges, qui encor durent. Et s’il fussent morz, les letres fusent ore failliés et efaciées, ce savez vos bien par la boche Merlin.

[119] Et li roi Artus se recorde adonc que cil li dit verité et ausint sunt tuit li autre de leienz, si s’en reconfortent auques. Mes or leisse li contes à parler d’els tout et retorne à Lancelot por conter coment il fu delivrés de cele forsenerie. Et sachiez que misire Roberz de Borron fait savoir por verité à touz cels qui cest conte liront que de ceste forsenerie qui à Lancelot avint par tel maniere comme [f. 242 d] vos avez oi, conte la droite estoire del latin assez greingnors merveiles que li franceis ne devise, quar il ne puet mie tant demorer sor ceste chose com il voixist, por ce que trop a à conter de la Queste del Saint Graal. Mes qui parfitement vodra oir les merveilles de ceste forsenerie, si voie l’estoire de Brait, quar il ce porra il trover apertement toutes le choses que misire Roberz lesse conter en sun livre por ce que li troi livre soient tuit d’un grant, quar por autre chose ne fu translatée d’autre part l’estoire del Brait, fors por ce que l’enn i meist les choses qui en ceste livre seroient obliées à metre.


VI PARTE


[1] Or dit li contes que, quant Lancelot se fu estors et fait de sun(93) frere et insint con li contes a ja devisé, il s’en ala molt grant oirre tant com il pot foir et se mist en la forest là où il la vit plus espesse. Et in tel maniere erra nuz et despris par mainte terre, si forsenez qu’a poit qu’il ne tuoit la gent, et a si povre hernois que nus qui le veist ne le trenchast por Lancelot, si molt ne l’eust bien coneu devant. Tant erra en tel maniere par unes terre et par autres qu’il vint à Corbenic et à la ville d’une feste Saint Iohan en esté. Et sachiez que alors avoit ja cinc anz passéz que sa forsenerie li avoit duré, si ne pooit estre qu’il ne fust trop malement cangiéz dedent tant de terme. Adonc fesoit molt grant chaut el pais, si com le doit li tens encor cele seson. Et celle grant chelor estoit une chose qui trop nusoit à Lancelot et qui le metoit en trop grant forsenerie que ne fesoit la froide saison. Dum il avint à celui jor por la grant chalt qu’il fesoit [f. 243 a] qu’il fu si echauféz de forsenerie(94) et de rage qu’il comenca à giter pieres et bastons à touz cels qu’il encontroit tout maintenant qu’il encontre en Corbenic. Et quant cil de chastel virent le grant forsenarie qu’il fesoit, il conurent erranment qu’il estoit fors del sens, si le comencierent à ferir et à batre entre geus et ris, et tant l’en donerent que por le cox dum il se doloit et qu’il ne pooit plus souferir le convint à torner en fuie. Et quant li garcon et li enfant le virent foir, adonc le comencierent il à batre et à ferir assez qu’il plus qu’il ne fessoient devant. Et cil torne adonc del del tout en fuie et tant qu’il vint à un grant paleis où li rois Pelles estoit atout grant gent et se deduisoit, et voloient asseoir as tables. Quant il virent Lancelot venir entr’els si nu et si despris, assez fu qu’il l’apella por ce que fol et hors del sens le veoient, si s’en comencierent entre els aider, non pas en tel maniere qu’il li feissent mal. Et quant il vit qu’il ne touchoient ne no feroient, il demora plus volentiers avec els que dehors. [Q]uant es tables furent mises et li chevalier li un et li autre se furent par leienz assis, et il fa chose que la damoiselle vint el paleis, cele qui aportoit li Sant Veisel par devant les tables, si tost com Lancelot le vit venir, il ne pout souferir sa venue, quar li enemis qui el cors li estoit entrez et qui en cele rage le tenoit ne pooit demorer en leu où sainte chose venist ores entemer a com estoit li Sanz Graalz. Par ceste chose leienz demoret Lancelot, ainz s’en ala si tost com li Saint Graal i vint et s’en foi si tres grant oirre com se la foudre le chacast. Et quant cil de leienz le virent aler, il se comencierent tant à rrire à faire trop grant joie et distrent [f. 243 b] entre els que voirement estoit li bien chose pleinne d’enemi quant il n’osoit ataindre la venue de si saintime chose com estoit li Saint Graalz. Et tuit li sage home de leienz s’i acorderent bien. Et maintenant que la damoiselle se fu ralée o tout li Santisme Vessel, Lancelot se remist el paleis entre lor autres. Et quant il le virent revenir chascum le comenca à apeler et à demander li por quoi il se n’estoit partiz, mes cil ne lor savoit à dire. Einsint demora leienz Lancelot tout l’esté et tout hyver que nus ne li conut, que nus que le veist ne peust jamés cuidier que ce fust Lancelot. Dedenz(95) celui termine amenda molt de sa force, quar tant avoit à boiure et à mangier com il voloit. Et en sa beauté fust il auques revenuz en tant de terme si qu’il fust tout reconeuz, se ne fust ce que li garcon de leienz li teignoient toute jor les faces et noircisoient, et il soufroit tout com cil qui ne savoit qu’il li faseient. Et neporquant quant il se corrocoit, il n’eust pas leienz si ardi home que l’osast atandre, quar il estoit assez plus fors que home qui el chastel. E[n] lo roiaume le roi Pelles avoit une ille où il n’avoit se jaianz non, et estoit cele ille et si delitable que ce estoit merveille. Et in mi leu de celle ille avoit une tor molt belle et molt fort où li gaiant manoient. Et sachiez que de celle ille avoit li roi Pelles de treu chescum an un jaiant. Et venoit à cort au jor d’en cel part tel maniere que s’il pooit abatre ensemble les deus plus fors homes del roiaume le roi Artus, il estoit quites, et s’il nel pooit faire, il remanoit adonc en servage à tout les jorz de sa vie et en feisoit li rois ce qu’il voloit. Un jor de Noel tint li rois Corbenic sa feste grant et merveilleusse et s’i asemblerent tuit li preudome del pais et les bones dames. Et ence qu’il [f. 243 c] estoient ja servi de la grace del Saint Vassel, atant e vos le jaiant qui se presenta au roi por acuiter le trauage des jaianz et dist qu’il estoit apareilliéz de faire ceu qui li droit de la rente demandoit, ce estoit de metre sun cors encontre deus homes à force. Li rois li respondi adonc:

[2] Atent tresqu’aprés mengier, et lors te feron ce que li droit de la feste requiert.

[3] Et cil se test adonc et se soefre en tel maniere. Aprés mangiéz quant les tables furent ostées comencierent à parler li chevalier, cil qui plus envoisé estoient:

[4] Sire, faites veoir la force del jaiant.

[5] Ne sai, ce dit li roie, coment nos puissom veoir, mes ge vodroie qu’il fust ja là dunt il revint, quar s’il fait honte auccuns des preudomes de ceienz il me pesera.

[6] Et lors salt avant un geune chevalier del parenté le roi, qui dit oient touz:

[7] Lessiez moi aler, et se ge ne l’abat, ge ne cuit qu’il fort jamés abatuz.

[8] Atant respont Lamorat dont li contes parle en arrieres et dit :

[9] Vos n’i avriez ja durée, quar il est de trop grant force, et li roi meemes lo tesmoingne bien.

[10] Et lors dit Eliézer, li filz le roi Pelles:

[11] Sire, fessom le bien. Ceienz a un home fors del sens le plus merveilleux et de la greingnor force que ge unques veisse. Me home metom les ensenble si verrom que ce fera.

[12] Ce ne seroit riens, ce dit li rois, quar cil est si tres nice chose et si tres foux, que s’il estoit bien plus fort del jaiant, si ne se savroit il tenir à ce que li jaiant set assez et cil ne set plus que une beste mue.

[13] Que vos diroie? Tant firent cil de leienz que li jaiant comenca à ferir Lancelot por lui esmouvoir à corroz. Et il ne se pot adonc plus tenir, por ce qu’il veoit que cil fesoit froiterie, ainz le prist de toute sa force deus braz et l’encomenca à portel par mi la sale ou cil voxist ou non. Et quant il l’ot porte [f. 243d] au fenestres qui molt estoient autes, il le giete à terre de si haut com eles estoient, si que cil ot brisé le col et les menbres si tost com il vint à terre. Cestui fait fist Lancelot en sa forsenerie, si com tesmongne la veraie estoire qui de rien ne ment. Et quant Lamorat vit cestui cop, il en devint tout esbaiz et dis que ce estoit une des greingnors merveilles qu’il unques eust veue. [L]ors comenca à regarder Lancelot et tant regarda com cil qui estoit gages aparcevanz et avisé qu’il conuit veraiement que ce estoit Lancelot, dont tout li si[e]cle parloit et que touz li munz tenoit à perdu. Quant il a tant avisé qu’il set de voir que ce est il, il est trop amanz et trop doulenz, si ne se puist tenir que le lermes ne li viegnent as elz. Et li rois Pelles, qui tant amoit Lamorat qu’il n’avoit e[n] son lignage chevalier qu’il prisast plus de chevalerie qui fesoit lui, le regarde par aventure. Et quant il vint faire de chevalerie faire si laide chiere et si malveise, il pensa bien que ce n’estoit pas sanz cheson. Et lors li dit si haut que tuit cil del paleis le poent oir:

[14] Lamorat, ce dit li rois, vos estes de mun lignage et des chevalier de mun hostel. Ge vos requier por la rien que vos plus améz el monde que vos me dioiz por quoi vos estes si pensif, quar ge ne sui mie si nices que ge ne connoisse bien qui vos estes à malaise, ne sai de quoi.

[15] Cil qui trop estoit corrociéz et qui ne puet si son corage celer qu’il ne descoevre aucune chose respont:

[16] Sire, si ge sui doulenz, ce n’est mie marveille, quar ge voi devant de moi la greignor dolor del monde et la greignor mescheance, et si tres grant qu’il n’a bon chevalier el munde, s’il le savoit ausint veraiement com ge le sai, qu’il nel tenist à trop [f.244 a] deleureus domage.

[17] Quant li rois entent ceste parole, il ne tient pas à gas. Non funt li autre, si sunt tres desiranz de savoir que ce puet estre. Et li rois li dit avant:

[18] Fetes moi entendant que dolor ce est, quar ge le voill savoir.

[19] Sire, fait il, molt voluntiers le vos dirai, mes ce sera à conseil que nus nel savra fors moi et vos.

[20] Li roi prent Lamorat par la main et l’en meinne en une des chanbres de leienz, et puis li dit:

[21] Dites moi ce que ge vos requier.

[22] Voluntiers, sire, fait cil. Sire, ce dit Lamorat, savez vos qui est li forsenez qui orendroit ocist le jaiant?

[23] Nani, veoir, ce dit li rois. Qui est il donc?

[24] Ja est ce missire Lancelot del Lac, que vos tant amiez, que cil de l’ostel le roi Artus tienent à mort por ce que ja bien cinc ans passéz qu’il ne fu à la cort venuz ne que l’en sot nulles nouvelles.

[25] Non est, ce dit li rois. Ce ne porroie ge croire que ce fust il.

[26] Sire, si est se vo[s] di ge veraiement. Et se vos bien le regardez, vos le poroit connoistre.

[27] Quant il entent ceste nouvelles, il en est molt liéz, si dit à Lamorat:

[28] Ce voill que vos me creantoit loiaument come chevalier que vos ceste chose ne descouverroit à home ne à feme, se vos ne veez avant à autrui parler.

[29] Et il li creante molt volentiers. Et lors s’en ist li rois de la chambre et dit à Lamorat qu’il ne face ja ne senblant ne chiere de ceste chose, quar il ne vodroit en nulle maniere que li autre s’en aperceussent. Et cil dit que non fera il. [L]i rois s’en revient en sun paleis et s’assiet entre ses chevaliers et fet molt greignor senblant de joie que si cuers ne li aporte et regarde Lancelot qui aloit corant par mi le palés ca et la, les uns ferrant, les autres boutant. Et cil referoient molt soventes fois tant que [f. 244 b] souvein en estoit las. Et quant li rois l’a bien avisé et reconneu à Lancelot, et il set veraiement que ce est il, il dit :

[30] A! Dex, tant a ci grant dolor!

[31] Et lors se part d’antre ses chevaliers et vient en la chanbre sa fille, la belle damoiselle, et en fait departir toutes le damoiselles qui leienz estoient. Et quant la chambre estoit voidie, il li dit les nouvelles de Lancelot si malveses com eles estoient.

[32] Ha! sire, fet elle, est ce verité?

[33] Oil, fet il, sanz faille.

[34] A! la[s]! ce fet ele, com ci a grant duel et grant domage!

[35] Or ne vos caille, fait il, quar se Deu plast, nos en penserom si bien qu’il guerira touz de ceste enfermité qui tant l’a teniz.

[36] Et cele l’en chiez sa piez et li dit tout en plorant:

[37] Ha! sire, por Deu, pensez en en tel maniere que vos i aiez honor et que Galaaz mi filz ne soit aviliéz de si bon pere com Dex li otroia.

[38] Et il dit que elle ne s’en esmait ja, qu’il en pensera bien.

[39] Mes gardez, fait il, que vos n’en facoiz ja senblant.

[40] Atant se part li rois de sa fille et vient el paleis et fu puis tout le jor assor plus pensif qu’il n’avoit devant esté. Au soir, quant il fu anuitié, il apelle de ses escuiers tresqu’à dis et lor dit:

[41] Prenet moi ce fol et liéz fort et puis le portez el paleis aventureux. Et illec remaigne toute nuit, si verom si porra oissir de ceste forsenerie où il a tant demouré.

[42] Tout einsint com li rois li dist le firent cil, quar il le pristent et li lierent les piez et les mains et le porterent el paleis aventureux où li angre repoient acostumeement por la hautesce et por l’onor del Saint Vessel qui leienz esstoit. Et quant vint entor mie nuit que li Saint Vesselaux dut el paleis venir, assez se combati li ennemis qui dedenz Lancelot estoit qu’il demorast. Mes à la parfin n’i pot il arester, ainz le convint aler ou il voxist ou non, quar si vis chose et si malveise com est li pardurables agaitieres n’avoit mie pooit de remanoir [f. 244 c] e le Ssaint Vessel ensemble en un ostel. Quant il s’en ala, sachiez qu’il emporta de la couverture del paleis un grant pan. Par tel maniere com ge vos cont poez vos entendre que Lancelot fu delivrés de la grant forsenerie où il estoit en la venue del Saint Graals. Et quant li enemis l’ot lessié, il remest en mi le paleis ausi com morz. A lendemain bien matin, quant li rois vint leienz, il le trova si lassé et si travaillé qu’il ne pooit seulement la teste lever, tant se douloit durement. Li rois le fait deslier et porter en une des chambres de leienz, molt liéz de ceste aventure, quar il l’est bien avis qu’il est guerit de la forsenerie. Trois jorz fu Lancelot qu’il ne but ne menga, ne mot ne dist, ne rienz ne fist fors que dormir. Au quart jorz un pou devant prime estoit li rois devant lui, et il ouvri les elz adonc, et parla et dist:

[43] Ha! Dex! où sui ge?

[44] Et li rois respont:

[45] Sire, vos estes el chastel de Corbenic en un leu où l’en vos desiroit molt a veoir.

[46] Et il en est trop esbait, com cil qui encor cuidot bien estre a Camalot là meemes où la reine se correcha a lui, ne li cuidoit pas qu’il eust plus d’un jor ou plus de deus que li corroz avoit esté. Et por ce se merveilloit il trop coment il pooit ja ca estre si tost venuz, si dit au roi:

[47] Sire, en quel maniere vins ge ca? le savez vos?

[48] Sire, ce dit li rois, vos le savroit bien tout à tens.

[49] Et Lancelot connoissoit ja bien que ce estoit li rois Pelles qui à llui parloit, et lors redit:

[50] Ha! Dex! fet il, tant ge me doill! Donc m’est ceste grant dolor venue?

[51] Et li rois li respont:

[52] Sire, ge ne me merveill pas se vos vos doulez, mes ge me mervill coment vos n’esté pieca morz à la peinne et au travaill que vos avéz soufert.

[53] Et Lancelot est trop esbait de ceste parole, si li prie por Deu qu’il li die la verité de sun estre et coment et en quel maniere il vint [f. 244 d] leienz. Et li rois li prie qu’il laist ceste(96) chose à enquerre:

[54] Quar nul bien, sire, fait il, ne vos en puet venir fors anui et corroz.

[55] Et il est adonc plus esbait que devant et plus desirant del savoir qu’il n’estoit ainceis, si li prie por Deu qu’il li die la verité de ceste chose.

[56] Ce ne vos dirai ge mie orendroit, ce dit li rois, mes guerrissez et enforcez vos durement, et se ge voi que vos soiez guerit, ge vos creant que ge vos dirai la verité dedenz X jorz.

[57] Cil est molt liéz de ceste promesse ne melz ne li demande, si se force au plus qu’il puet et tant que dedenz les X jorz fu il ausi sains et ausi aissiéz com il unques avoit esté. Ne dedenz celui terme ne vit il onques de touz cels de leienz fors le roi et la fille, et Liézer et Lamorat. Et encor estoient cil quatre par creant qu’il ne descouverroient à home del siecle que(97) ce fust Lancelot. Au disiemme jorz, dist Lancelot au roi Pelles:

[58] Sire, ge vos apel del convenant donc vos estes tenuz à moi cestui jorz. Et sachiez se vos ne me dites orendroit, ge ne demorrai plus avec vos, ainz m’en irai tout maintenant.

[59] Et quant li rois le voit si angoisseux de savoir ceste chose, il n’est molt doulenz, quar ja ne queist qu’il la seust, por ce qu’il sentoit Lancelot de gros cuer et d’orgueilleux. Lors li dit:

[60] Ge ne vos en dirai rienz se vos ne me creantez que vos n’en enprendroiz duel ne corroz sor vos.

[61] Et il creante loiaument. Et lors li comence li rois à conter la verité de sun estre de ce qu’il en ot leienz veu, tout einsint com li contes a ja devisé, et coment il gueri de cele grant forsenerie par la venue del Saint Graal, et quant il fu mis el paleis aventureux. Et quant il li fu atout conté, Lancelot qui tant estoit doulenz de ceste aventure qu’il n’en puet mie mostrer le semblant, demande au roi: [f. 245 a]

[62] Sire, en ceste grant mescheance où ge estoie me conurent cil des vostre ostel?

[63] Nani veoir, ce dit li rois. Il n’en i ot qui seul qui vos coneust et cil est apelléz Lamorat. Ne encor n’a il ceienz nul qui vos enconoisse fors seulement quatre.

[64] Et li devise lesquex.

[65] Et encor, ce dit li rois, sui ge asseur d’els qu’il ne vos decouverrunt de ceste chose jor de lor vie.

[66] Ce m’est, fait il, molt biel.

[67] Et insint demora Lancelot à Corbenic avec le rois Pelles deus mois et plus. Et lors dit au roi qu’il s’en voloit aler. Et li rois qui molt aloit avoit grant poor de lui, le conjure par la foi qu’il det à la riens qu’il plus aime el munde qu’il li die qu’il hee à faire quant il sera d’ilec partiz.

[68] Vos m’avez, fait il, tant conjuré que ge le vos dirai, quar aprés ceste chose ne vos mentiroie ge de riens. Sachiez que quant ge me serai de vos partiz, ge m’en irai el plus estrange leu et el plus estrange(98) et el plus esloingnié de gent que ge porrai ttrouver ne loing ni pres. Et illec userai le remanent de ma vie en plors et en lermes et en dolors, si que jamés n’en vindrai parole de moi et as autres, ne chevalerie n’avra honte ne desonor par moi, si com elle a eu à ceste foiz.

[69] Li rois est molt irriéz de ceste nouvelle, quar trop amoit Lancelot de graint amor et ence qu’il parloient einsint ensemble, li il avint que Galaaz, li filz Lancelot, qui estoit li plus biaux enfes del siecle et de l’aage de sis anz, vint en la chambre où il tenoient lor conseill. Et quant li rois le voit venir, il ne se puet tenir quel es lermes ne li chieent des els de grant duel qu’il a de la pitié qu’il a del enfant, si l’apelle. Et cil vient à lui, et li rois li mostre à Lancelot et li dit:

[70] Sire, ge avoie en esperance desqu’à ci que ceste bele creature eust encor honor de vos. Mes il semble par vos paroles qu’il en puet mes atendre fors honte et desenor la greignor [f. 245 b] recreantise donc ge unques oisse parler assi bon chevalier com vos estes, qui fussiez digne par vostre proesce de tenir touz le roiaumes del munde desouz vostre main. Certes unques à si preudome com vos estes n’oi parlez de si grant mavesté et de si grant noienté com vos avez ci porparlée.

[71] [A] ceste parole ne set Lancelot que dire, quar il connoist que li preudom li dit verité et reson, si se tient tout quoi qu’il ne dit rienz.

[72] Se vos volez estre en leu que nus del munde ne vos i sachie fors cels donc ge vos ai parlé, ge le sai bel et conveneble a vostre oef. Une tor fort et merveileuse et une ille la plus belle et la plus envoisiée que vos unques veissiez, et est avirenée d’eue grant et parfunde de touz parz. Illec iroit vos, s’il vos plaist, et i demorroit, s’il vos plaist, tout les jorz(99) de vostre vie. Et par vos esbanoier et reconforter metrom nos avec vos dames et damoiselles qui vos i furent compeingnie, ne ja ne savront vostre nom ne qui vos estes s’il ne vos plaist molt bien. Et sachiez que se vos estes illec, jamés de la cort, se vos bien ne volez, ne savront plus de vos nouvelles qu’il savroient se vos estiez enbatuz souz terre.

[73] Et il respont que de là aler est il touz apareilliéz. Et li rois en est adonc molt liéz. Insint com li rois li dist le fist il, quar il enchaca les jaianz des l’ile où il estoient et mist leienz Lancelot en la tor, qui trop estoit belle et riche, et Galaaz et sa mere et bien quarante que dames que damoiselles, mes escuier ne vallet n’i ot nul. Et Lancelot, qui tant amoit de grant amor et de grant cuer que par devers lui à ssun eiscient ne peust avoir ne signe ne aparevance de trincherie, quant il sot qu’il avoit esté si loing terme fors de cort com le terme de sis anz entiers quant il fu venuz au sejorner, por ce si l’estoit loing de sa dame la reine, et s’il ne l’avoit piecca veue ne l’amoit [f. 245 c] mie mes qu’il solt fere, ainz i pensoit et nuit et jor si enterinement qu’il n’avoit ouques sun cuer allors. Et por ce n’avoit il joie ne reconfort nulle foiz, ainz estoit toutes dis en duel et in ire, fors tant com il veoit Galaaz. Mes la beauté de celui sanz faille le reconfortoit moltes foiz, que il estoit sanz doute la plus belle creature qui à celui tens fust el roiaume de Logres, si se delitoit molt en lui veoir Lancelot. [Q]uant il l’ot leienz demoré entor trois mois, il fist feire un escu à Corbenic assez merveilleux, quar li chans de l’escu estoit touz noirs et le mi leu avoit peinte une roine molt belle et molt acesmée, vestue d’une roube d’argent, et devant lui avoit à genolz un chevalier armé de toutes armes qui li gioignoit les mains encontre lui ausint com por crier merci. Quant li escu fu fait en tel maniere com ge vos devis, il fist amener en l’isle un cheval des meillors que li rois avoit et unes armes belles et bones et unes couvertures toutes noires à lui et à sun cheval. Et quant il fu saisiez de tout ceu, il vint à un pin qui molt estoit biaux et grant à merveille et estoit en mi l’isle, si i pendi sun escu por ce que toutes lessoiz qu’il passeroit par mi l’isle reconeust ce qu’il s’estoit mesfait vers sa dame la reine. Einsint le fist, et estoit acoustuméz si tost com il estoit levéz chascun jorz qu’il venoit à l’escu, et si tost com il veoit la remenbrance de sa dame la reine, et comencoit son duel, por ce qu’il la cuidoit del tout avoir perdue. Et le feissoit si grant que nus le veist qui à merveille nel tenist. Et sachiez qu’il n’avoit home el pais qui seust qu’il fust leienz fors seulement li rois Pelles et sa fille. Et les damoiselles meemes qui estoient en la tor nel connoissoient mie ne ne savoient nomer. Quant une damoiselle li dist un jor:

[74] Sire, ge [f. 245 d] vos pri que vos me dioiz comment vos avez nom.

[75] Et il respondi adonc molt pensif:

[76] Damoiselle, se vos me volez à droit nomer, vos m’apelleroit le Chevalier Mesfait, quar autrement ne doi ge est[r]e noméz.

[77] La damoiselle le poploia par leienz et cil de leienz le redistrent entre autre leu et tant que aucuns des chevaliers del pais le sorent. Et les damoiselles qui leienz manoient que molt estoient desiranz de voir aucune chose de l’estre Lancelot, puis que sun nom ne pooient savoir, demanderent un jor à lor dame:

[78] Dame, dame, por Deu, dites nos s’il vos plaist qui est cist sires qui ceienz est, quar nos nos merveillon trop grantment de ce qu’il ne nos velt rien deescouvrir de sun estre.

[79] Et ge en vos dirai aucune chose, fist la damoiselle. Sachiez que ce est li meillor chevalier de touz cels qui orendroit portent armes.

[80] Celes furent toutes esbaiés de ceste parole, quar elle ne peussent pas aissiement croire que ce fust voirs, si en parlerent assez et en apert et en repost. Et quant la damoisele vit que celes la mescreoient de ce que elle en avoit dit, ele lor dist:

[81] Esprouves le, si vos plaist, quar vos m’en tendroiz à voir disant.

[82] Et une d’eles respondi:

[83] Dame, puis que vos le volez, nos verrom preuchennement coment il porte armes. Si vos sera un granz deduiz.

[84] Lors manda l’une priveement un chevalier del pais, qui estoit ses amis et uns des bons chevaliers del roiaume, qu’il venist en l’isle et qu’il ne lessast en nulle maniere, se il de rienz l’amoit, qu’il ne combatist à un chevalier arméz de l’isle. Li chevalier à cui cest message fu mandé avoit nom Alban, et estoit geunes home et molt preuz. Il amoit tant la damoiselle qu’il ne l’osa refuser si vint à l’euie et se mist enz touz à cheval arméz de toutes armes. Et si estoit l’euie grant et noire et parfund merveilleusement, si li en avint [f. 246 a] molt bien quant il ne peri entre lui et son cheval. Quant il fu arrivéz par devers l’isle, une damoiselle vint à Lancelot et li dist:

[85] Ha! sire chevalier, un chevalier est arrivéz en ceste ille arméz de toutes armes. Ge cuit qu’il i soit venuz por vos faire anui, por ce qu’il set bien qu’il n’a ceienz si femes non ne mes vos.

[86] De ceste chose fu Lancelot ausint com touz esbaiz, quar il ne cuidast pas adonc que l’en peust passer en l’isle sanz morir, meemement por les fes armes et por l’euie qui trop estoit roide et parfunde. Lors cort à ses armes et dit qu’il savra qui est li chevaliers qui à force estoit passéz en l’isle, ci tient cestui ardiment à un des plus estragos qu’il veist pieca mes fare. Et quant il s’est arméz à l’aide dis damoiselles, donc chascune d’e[les] i mist la main à lui apareillier et atorner, il vient à sun cheval et i met la selle et monte et prent un glaive gros et forz à un panontel plus noir que meure, mes d’escu ne porta il point, quar li suens pendoit et de jor et de nuit à l’arbre. Et quant il fu venuz au pin, il trouva que li chevalier estoit descenduz por soi apparoillier, quar il avoit esté en l’auie touz desarméz. Mes il n’i demora pas grantment, ainz remonta et crie à Lancelot:

[87] Sire chevalier, gardez vos de moi, à joster vos convient.

[88] Et quant il voit qu’à fere li convient et il prent l’escu et à ssun col le pent et dit:

[89] Ha! Dex, or port ge l’eseingne de mon mesfait.

[90] Lors s’adre[cce] au chevalier si merveilleusement qu’il semble bien que toutes l’isle doie fondre desouz lui, et le fiert si angoisseusement qu’il porte à terre et lui et le cheval si felleneusement qu’à pou que li chevalier n’a brisé le col au dur cheoir qu’il prist à terre, si se pasme de l’angoisse qu’il sent et gist grant piece en tel maniere qu’il ne dit mot. Et quant Lancelot le voit à terre, il ne regarde plus, ainz vient à l’arbre et i met sun escu [f. 246 b] ausint com il estoit devant, puis revient à la tor et se desarme. Et quant les damoiselles orent veu la joste, eles viennent à l’escu et li enclinent toutes et puis comencent à queroler entor et à chanter et disoient(100) en lor chancon:

[91] Voirement est ce li escu au meillor chevalier del munde.

[92] Et sachiez que tant com Lancelot demora en l’isle ne fu il meillor que eles ne venissent devant l’escu et que eles ni querolassent trois foiz le jor ausint en l’iver com en l’esté. Et por ce le grant joie que eles i menoient si assiduelment fu puis l’isle apellée de touz cels del pais l’Isle de Joie. Et li dura cis nons tant com Lancelot i demora. Mes aprés, quant il s’en fu partiz, gasta li leuz et anoieenti et secha l’isle, si que si nons li fu gangiéz et fu apellé l’Isle Seche. Et a encor cels nom et avra tant com li siecles durera. Ne puis ne fu tens que l’en n’i trouvast celui pin où li escuz pendi ou autre pin qui de celui pin fust descenduz. Et encor le troeve l’en et apelle l’en orendroit cele isle, l’Isle Seche del Pin Vert. [Q]uant Alban fu revenuz de paumoison, il saut sus com cil qui toute poor, mes quant il ne voit Lancelot, il set bien qu’il s’en est alet arrieres et qu’il ne deingna metre main por ce que abatuz l’avoit, si le prise tant tost en sun cuer de chevalerie qu’il ne porroit nul autre plus prisier. Lors vient à son cheval, si monte et rement à l’euie et passe oltres à greingnor doutance qu’il n’i estoit venuz à sum recet qui assez estoit pres de cel ille, il comenca à mander as chevaliers del pais, dunt il avoit assez de preudomes, que en l’isle avoit un tel chevalier. Or i porra s’il seroient hardi de lui aler veoir, quar il meemes istoit aléz, si li en estoit malvesement cheu. Et quant cil en oirent parler, si distrent qu’il iroient. Lors s’en esmut uns dels pais qui avoit nom Arion. Et fu armèz et apareilliéz de [f. 246 c] toutes armes, si com chevalier errant estoient à celui tens. Et quant il vient à l’euée, il la vit noere et parfunde, mes por ce ne la douta il mie, com cil qui estoit de tres grant ardement, ainz se mist enz, si li en mesavint si qu’il i fu periz et noiéz, quar si chevax n’estoit mie de si grant force qu’il peust oltre porter. Quant Lancelot vit que li chevalier estoit einsint mort, il en fu trop doulenz, si fist maintenant faire une nef et metre mariners dedenz, et les fist oster de l’autre part de la rive et lor comanda que de quele ore que chevalier errant venissent là, se il voxissent passer en l’isle por bataille, asseur le passassent un par soi et non mie plus, quar il ne voloit mie que dui chevalier ne troi plus i venissent ensemble. Einsint com il le dist le firent il. Et lors comencierent à venir de touz part chevalier privéz et estranges, mes nus sanz faille ni vint là qui oltréz ne s’en partist, si en vint li premiers an plus de cent qui tuit furent oltré, mes unques de touz les cent n’en i ot quatre ocis, quar il ne voloit en els metre main dusqu’à mort. Et quant il demandoient son nom au conmencement des jostes, ja plus ne peussent enporter fors qu’il lor dissoit qu’il avoit nom le Chevalier Mesfait. Si en ala tant la parole par le pais qu’il ne tenoient parole fors del Chevalier Mesfait et disoient tout plainnement, cil qui assaié l’avoient armes, qu’il n’avoient unques el munde trouvé si bon chevalier ne si preudom com il estoit. En tel maniere com ge vos cont demora Lancelot X anz et quatre jor en l’Isle de Joie, si perduz que nus ne savoit riens de lui fors seulement li rois et sa fille. Et sachiez que en tout celui termine ne fu hom ne feme que joie l’i veust faire, ainz estoit tout jors si pensif que ce n’estoit si merveille non. Ne nus sanz faille nel metoit à reconfort de nulle chose sors Galaaz se filz en cui biauté et en cui simplece il se delitoit trop de regarder. [f. 246 d] Et se cil seulement ne fust, il ne peust pas tant avoir duré en l’isle qu’il ne fust morz par la male vie qu’il i menoit. Mes ataint lesse ore li contes à parler de lui et retorne à monseingnor Gauvains por conter coment il oissi del Chastel as Dis Chevaliers.


VII PARTE


[1] Or dit li contes et la veraie estoire que sis anz et plus demora missire Gauvains en celui chastel a force, quar si s’en voxist partir, l’en ne l’i soufrist pas. Et d’autre part, s’il s’en partist, il lor feist tort et s’en perjurast, quar dedenz celui terme n’aporta aventure chevalier cele part qui de dis se peust delivrer, ainz i estoient oltré et vaincu tuit li estrange qui i venoient, quar parfet chevalier n’i venoit ne nus que fust de tres haute proesce. Mes aprés ce que Lancelot fu mis en l’Isle de Joie, e insint com li contes a ja devisé, avint que Lamorat(101) se parti de Corbenic et pensa qu’il voit à la cort le roi Artus por savoir se Lancelot i seroit aléz. Quant il se fu mis à la voie, il chevaucha tant, et insint com aventure le portoit, com cil qui n’aloit mie toute voies le droit chemin, que aventure l’aporte devant le Chastel as X Chevalier. Quant il oi dire que à X chevaliers le convindroit combatre et puis au seingnor del chastel, se il voloit oltre passer, il dist qu’il ne remandroit pas, ainz s’i essaieroit et metroit tout por tout, com cil qui estoit de trop aute proesce et de trop grant cuer, s’abandona as jostes. Et ce fu droit à l’entrée de mai et s’adrecce au premier des X chevaliers et l’abati navré durement, et puis le segunt et puis le tierz et puis li quart. Et li en avint si bien par le haute proesce dunt il estoit [f. 247 a] garniz qui les abati tout X ne n’i recut plaie ne blecceure dunt il se sentist grantment. Quant cil del chastel virent ceste aventure, il comencierent entre els à dire:

[2] Or poom nos bien dire que cist est li meillors chevaliers que aventure nos amenast unque, mes quar il fest trop bel et trop legierement delivréz de ces X cox(102). Parra qu’il en avendra à monseingnor Gauvain, quar sanz bataille ne se partira il pas, s’il ne s’en fuit, quar cist ne se ssent pas grantment de riens qu’il ait encore fait.

[3] [A] ceste paroles eissi missire Gauvains del chastel arméz de toutes armes, montéz sor un cheval fort et isnel. Et là où il voit Lamorat, il ne reconust mie, si li adrecce [la teste] del cheval. Il vindrent de loing et furent andui chevalier de grant proesce, si s’entreferent sor l’escuz si grant cox qu’il funt andeus les glaives voler en piecces, et s’entrehurtent des cors et de escuz si durement qu’il n’i a nus qui ne s’en doille. Missire Gauvains vole à terre par desus la crope del cheval et est molt blecciéz au cheoir qu’il fist. Et Lamorat nel regarde unques, ainz s’en velt oltre aler, quant cil del chastel saillent fors et le prenent au frain et l’en mainnent en lor chastel ou il voille ou non voille. Mes unques ne veistes greingnor joie ne greingnor feste faire en leu del siecle que tuit cil de leienz fessoient encontre lui, et crioient tuit à une voiz:

[4] Bien vegniez sire, bien veigniez!

[5] Et li autre redisoient:

[6] Ha! Dex, benoit soiez vos quant vos tel chevalier nos avez estrié à estre nostre sire et nostre mestre!

[7] Einsint aloient criant devant lui et aprés lui li un et li autre. Et il estoit touz esbahiz por quoi il li fesoient ceste honor trop s’en merveilloit. Et quant il fu venuz el mestre paleis et il li orent desarmié, un viel chevalier vint devant lui qui aportoit une cles en sa [f. 247 b] main. Et là où il voit Lamorat, il li dit:

[8] Sire, veez ci le cles de cest chastel, recevez les.

[9] Et il les recoit por ce qu’il se doutoit que l’en ne tornast à villane se il les refusast. Et lors recomence la joie assez greingnor qu’il ne la fesoient devant, quar il dient tuit:

[10] Ha! Dex, benoit soiez vos, qui de nouvel seignor et si bon chevalier con cist est nos avez enrichi!

[11] Quant il entent ceste parole et maintes autres que cil de leienz aloient disant, il prent celui qui le cles li avoit aportés et le trez à une part et li di:

[12] Ge voill que vos me facoiz entendant por quoi ces genz funt si grant joie de moi, quar il m’en sunt tout merveillier.

[13] Sire, fet cil, il se joissent de ce que vos avez vencuz ces X chevaliers de la fors et abatu celui qui gardoit et nos et le chastel, quar par ceste chose avez vos gagnié cest chastel et nos meemes, si que nos en somes vostre homes et vos en estes nostre sire liges. Et d’autre part il ont grant joie de la plus belle damoisele del munde qui ceienz est de cui li chastiaux muet et cui home liges nos somes, que vos avroit à dame et à moillier. Si en sunt mult joiant de ce que Dex l’a assenée à ssi preudome et à si bon chevalier com vos estes.

[14] Et quant il estent ceste parole, il li respont:

[15] Il funt grant joie de noient, quar ne cuit qu’il ait si belle dame el munde ne si belle damoiselle orendroit que ge pas vouxisse prendrer à moillier, quar por rien del munde ge ne laroie chavalerie encor.

[16] Ha! sire, ce dit li preudom, i ce n’est rienz que vos dites. Certes ce ne poez vos refuser. Et se vos la refussiez del tout, si grant mal vos en vendroit, que l’en vos metroit orendroit en tel prison donc vos n’escamperez jamés por pooir que vos eussiez.

[17] Et quant il estent ceste parole il ne set que respondre, ainz devient touz pensif. Et neporquant il dit:

[18] Vos faroit de moi ce que vos vodroit, quar la [f. 247 c] force en est ore vostre, mes la feme refuse ge et la segnorie del chastel.

[19] Et quant li preudom entent ceste parole, il le fait maintenant prendre et metre en prison en une chambre deléz un jardin. Et lors remaint la joie que cil avoient encomenciée. Et missire Gauvain, quant il se vit abatu et il vit que cil de le chastel en menoient Lamorat il vient à sun cheval, si monte, beneist l’ore que il a esté abatuz, quar il ne voit pas coment il peust jamés estre autrement delivré de la garde del chastel, se ceste aventure ne fust ensint avenue. Et neporquant il est assez doulenz de ce qu’il a einsint esté avilliéz par la main d’um seul chevalier qui tant avoit fait d’armes, et il estoit frés et reposéz. Et insint s’en vait missire Gauvain liéz et doulenz. Liéz de ce qu’il est delivréz del chastel où il avoit demoré si long tens, et corrociéz del chevalier qui honte li a fait voiant tant de preudomes, si s’en bee encor molt à revenchier, quar il ne puet estre qu’il ne sache dedenz brief terme le nom del chevalier. Et Lamorat qui fu remés en la prison, einsint com ge vos devis, il fu assez doulenz et corrociéz et quant il vit que la chose estoit à tant venue. Chascun jor venoient à lui cil de leienz et li requeroient qu’il preist l’onor del chastel, ou altrement il ne seroit jamés delivrés de la prison. Quant il vit que cil le tenoient si cort, il lor dist:

[20] Puis que ge vois qu’il ne puet estre autrement, faites, s’il vos plaist, que ge voie la damoiselle, quar tele puet elle estre que ge la prendrai, et tele la porroie ge veoir que ge vodroie melz morir en ceste prison que ge la preisse.

[21] [Q]uant il orent ceste parole, il en furent molt liéz, quar ce savoient il bien que por beauté ne remandroit il pas que il la damoiselle ne preist. Lors alerent por [f. 247 d] lui et la firent venir avant. Et maintenant que cil la regarde, il la vit tant belle et tant avenant de toutes choses qu’il dist qu’il ne la refusoit pas, ainz la voloit bien, si fu delivré tout erranment qu’il ot cele parole dites. En tel maniere com ge vos devis, fu delivrés Lamorat de la prison del Chastel as X Chevaliers et fu la damoiselle mariée, et fu ostéz li maux passages qui devant estoit. Mes por ce ne perdi mia le chastiaux sum nom, que il ne fust touz dis apelléz le Chastel as X Chevaliers, et encor est il einsint apelléz. Et au jor que les noces estoient premieres et cil de leienz faisoient feste et grant et merveilleuse, il avint que Agloval et Tor, li filz Arez, et Drianz s’entrecontrerent entor(103) hore de midi enz el mi leu del chastel, einsint com aventure le fist et estoient tuit troi arméz de toutes armes. Et maintenant qu’il s’entrevirent et il s’entreconnuirent, il gitent jus escuz et lances et heaumes des chief, si s’entrebeisent et acollent, quar piecca mes ne s’estoient entreveuz. Et ence que li uns demenoit à l’autre si grant joie, un chevalier de leienz qui devant els estoit et les aloie regardant por la joie que li uns fesoit de l’autre, lor demanda erranment qu’il i estoient.

[22] Nos somes, funt il, de l’ostel le roi Artus. Mes por quoi le demandez vos?

[23] Ge le vos disoie, fait il por ce que ceienz en aventure qui autresint est de celui ostel. Mes il est sanz faille, fait il, le meillor chevalier qui unques entrast en cest pais tout environ, et une damoiselle molt gentil feme qu’il ha ui prise moillier, et en la plus belle riens que ge unques veisse.

[24] Quant il entendent que ce est des chevalier le roi Artus por cui l’en fait tel joie et tel feste par le chastel, il demandont tout erranment:

[25] coment a nom, fet il, li [f. 248 a] chevaliers? Quar il ne puet estre, fait il, que nos nel connoissom, puis qu’il est del ostel le roi Artus.

[26] Et il lor respont:

[27] L’e[n] apella Lamorat.

[28] Et quant il entendent que ce est lor frere, il se merveillent trop durement, quar sanz lor conseill n’en deust il pas ceste chose avoir faite, ce lor est avis. Lors dient au chevalier:

[29] Ha! sire, por Deu, pensiez vos faire que nos à Lamorat pensom parler, quar voluntiers le veissom ainz que nos departissom de ceienz. Et nos savom de voir que ansi voluntiers nos revoiroit il.

[30] Qui estes vos? fait il. Et g’irai parler à lui et dir li que tel gent le demandent.

[31] Nos somes, font il, se conpeingnon et de l’ostel le roi Artus, itant li dites seulement que nos volom parler à lui.

[32] Et il dit que cest masage fera il bien. Lors s’en vient el paleis là où Lamorat estoit et li dit que li chevalier de là defors li mandent. Et il en est molt liéz non mie por ce qu’il cuide que ce soient si frere, ainz croit que ce soient des autres chevalier errant, si respont:

[33] Faites le venir, si verrai qu’il est.

[34] Et il i vennent tuit à pié et orent lor chevax lessié en mi la rue. Et quant Lamorat les vit venir et il les conuist, il est trop liéz de lor venue, quar molt les amoit de grant amor si les recoit à grant joie et à grant feste. Et quant li autre de leienz les conoissent, assez le servent et honorent de quant qu’il poent et les desarment maintenant. À lendemain li demanderent li troi frere:

[35] - Lamorat, por quoi avez vos ceste chose faite sanz nostre conseill?

[36] - Por ce, fait il, qu’à faire le me convenoit, ou ge vouxisse ou non, quar autrement n’oississe ge gemais de prison.

[37] Et lors li co[n]te en quel maniere il vint leienz et coment il non oissist jamés jor de sa vie sanz ce faire:

[38] Et por ce ne m’en devez vos mie tant blasmer.

[39] Et il en [f. 248 b] lessent atant la parole, por ce qu’il voient qu’il ne poet remanoir qu’il ne soit fait, et loent molt entre els la damoiselle de beauté. Dis jorz entiers demorerent leienz li frere qu’il unques n’en oissent por aler esbatre fors. Et quant il orent leienz tant demoré, il distrent qu’il s’en iroent à la cort por(104) savoir se nouvelle estoit encor venue à cort de Lancelot, quar por autre chose ne s’estoient mis en queste.

[40] Et venistes unques en leu, ce dit Lamorat, où vos en oissiez parler, puis que vos primes entrastes en la queste?

[41] Certes, funt il, nanni et si a il ja cinc ans passéz que nos i entrames. Et vos, en apreistes vos riens?

[42] Et il se rest atant de ceste chose, quar il ne lor voxist en nulle maniere descouvrir ce que il en avoit veu, mes il lor dist:

[43] Puis que vos à la cort volez aler, ge vos i ferai compeingne, quar ausint avoie ge molt grant volunté d’iler cele part. Et ge ferai bien tant vers cels de ceienz qu’il me donront congié.

[44] Et li frere einsint molt lié. Que vos direoie ge? Tant fist Lamorat vers cels de leienz qu’il li donorent congié d’aler à cort, et il lor creanta qu’il revendroit au plus tost qu’il en avroit loisir. En tel maniere se parti de leienz à tel eur qu’il n’i entra puis, si con devise la veraie estoire. Si ne demora por ce(105) que il ne fust volentiers, se il peust, mescheance et mesaventure qui li sorvint l’en destorba. Si fu domage, ce me senbla, por la bone chevalerie duit il estoit garnit et por ce que trop estoit cortois et bons. [Q]uant li trois frere se furent mis à la voie por aler à la cort le roi Artus, einsint com vos avez oi, il chevaucherent IIII jorz entierz sanz aventure trouver que l’en doie à mentovoir en conte. Et quant il virent qu’il ne trouvoient [f. 248 c] riens ensemble il distrent:

[45] Departom nos. Nos i avom ja chevauché emsenble IIII jorz, ne n’avon rien trouvé. Or i parra se nos chaschuns por soi porrom rienz trouver.

[46] Atant se departirent li frere et chevaucherent li uns ca et li autres là. Et Dr[i]anz qui se fu mis en un petit sentiers qui aloit au trevers de la forest, chevauche tout le joiz entiers et jut la nuit chiez une veuve dame qui l’aaisa(106) de quant qu’il li convint par reson, por ce que chevaliers errant estoit. À lendemain, si tost com il fu ajorné, il se remist à la voie ausint com il avoit fet le jor devant et ne demora mie grantment qu’il chie entor hore de prime el grant chemin de la forest. Et sachiez que cele forest estoit apellée Lacen. Quant vint entor hore de prime, il li avint einsint com aventure le feisoit qu’il encontre mun seingnor Gauvains et Mordret et Agravains, arméz de ttoutes armes, lasséz et travailléz, quar grant tens avoit passé qu’il n’avoient grantment reposé. Quant il le voient venir, il le connoissent bien à ses armeures, mes il il ne connoist pas els, por ce qu’il avoient lor armes changiées puis qu’il se partirent de la cort. Et si tost com Mordret le voit, il dit à munseingnor Gauvains:

[47] Sire, veez ci venir uns des freres Lamorat. Or poom auches venchier Lamorat de nostres mere, la reine d’Orcanie, quar en despit et en desdeing de Lamorat l’occist Gaheriet nostre frere.

[48] Or soit venchiée, ce dit Agravain. Dehez ait en cui il remandra!

[49] Et missire Gauvain qui trop haoit Lamorat, com cil qui ja avoit bien apris que ce estoit il qui abatu l’avoit devant le Chastel as X Chevaliers, si tost com il vit que ce estoit uns des freres Lamorat, i dit à Agravain que il sentoit à meillor chevalier que Mordret n’estoit:

[50] Or à lui Agravain! Or i parra se vos vencheroit la mort de nostre pere [f. 248 d] et de nostre mere. Li suens peres ocist le nostre et li suens freres fist nostre mere morir.

[51] Et quant Agravains voit missire Gauvains s’acorde à ceste chose, il escrie au Drian:

[52] Gardez vos de moi, sire chevalier, quar ge ne vos asseur fors de la mort!

[53] Et quant cil voit qu’à joster le convient, il li adrece la teste del cheval et li lesse corre si grant oirre com il puet del destrier trerre et le fiert si durement qu’il le porte del cheval à terre. Et est molt debrissiéz au cheoir que il fist, mes sanz faille il n’ot autre mal de cele pointe. Et Drianz, qui molt estoit bon chevalier et cuide veraiement por ceste joste estre delivrés des deus autres, ne regarde unques celui qui l’ot abatuz, ainz s’en vait oltre. Et quant Mordret vet cheoir sun frere à terre, il en est trop doulenz, si dit qu’il velt recevoir ici une honte qu’il nel venche de sun pooir. Lesse corre à Drian et li done sor sun escu si grant cop qu’il fait sun glaive voler en pecces. Et cil qui fu arriéz de ceste encontre en fiert si merveilleusement qu’il porte à terre et lui et sum cheval, et s’en vait oltre que unques nel regarde, ausint com il avoit fait à l’autre, com cil qui trop estoit de grant cuer. Quant missire Gauvains voit ses deus freres à terre, il est tant doulenz qu’il ne set qu’il en doie fere, fors qui dit que: unques li filz Pellinor ne furent néz fors por chevalerie mener, ausint com lor peres fesoit». Et neporquant, puis que ceste esmut por sum conseil, il en avra l’onor, s’il unques puet, si leisse corre à Drian à molt grant doute, por ce qu’il ne connoissoit bien à Drianz à bon chevalier et à preuz, et le fiert de toute sa force si merveilleusement qu’il li perce l’escu et le haubert et li met par mi li cors le fiert de sun glaive. Et il l’enpaint bien, s’il porte del cheval à la terre. Et au cheoir que cil fait, se pasme de la grant angoisse qu’il sent, com [f. 249 a] cil qui estoit à mort navréz. Et au retraire que missire Gauvain fist de sun glaive cil giete un plaint trop dolereux, et dit:

[54] Ha! morz sui!

[55] Et quant missire Gauvain entent ceste parole, il dit à ses freres:

[56] Alon nos en. De cestui somes nos bien venchié, quar il est morz.

[57] Et Mordret dit:

[58] Soufrez, sire, que ge li colpe la teste, si li vadra melz.

[59] Non feroit, fet il, lessiez le atant. Nos en avom tant fet que nos en serom blasmé si tost com les nouvelles en serunt seuéz.

[60] Et li autre frere responnent:

[61] Ne vos chaut que l’en en die, mes que nos nos soiom venchié des enfanz le roi Pellinor.

[62] Lors montent et se partent d’ilec et lessent Drianz à terre qui greingnor mestier eust de confession que d’autre chose. Si ne se furent pas grantment esloingnié que aventure aporta cele part, là où cil gisoit en tel maniere, Lamorat navré bien de cinc plaies grant et parfundes, com cil qui ttout maintenant s’estoit combatuz à Dodinel le Salvage et l’avoit oltré d’armes et l’avoit lessé gissant en une praerie ausint com morz. [Q]uant il fu venuz en la place où a Drianz gisoit navré à mort, il le connoist, il se leisse sor lui cheoir de si haut com il estoit et l’enbrace et fait sor lui trop grant duel. Et cil qui encor n’estoit pas morz, quant il sent celui qui si estoit l’avoit enbracé, il oevre les elz. Et quant il voit Lamorat, celui de ses freres que il molt amoit et que il tenoit à meillor chevalier, il a tant de poor qu’il li dit:

[63] Frere, ge sui morz. Venchiez moi, s’il vos plaist.

[64] Et cil li respont à trop grant dolor:

[65] Dites moi, frere, qui vos à mort et ge vos venchierai, se ge le puis faire. Et melz i vodroie metre la vie del cors.

[66] Cil qui traioit durement à mort, se force tant qu’il li dit:

[67] Par foi, ceste voie(107) s’en vont cil qui occis m’ant.

[68] Et li devise quex(108) [f. 249 b] armes portent il et quant il sunt, et quex armes cil a qui des mains l’ocist. Et quant il entent ceste parole, il respont trop corrocciéz:

[69] Frere se ge vos venchierai, se Dex me velt doner le pooir.

[70] Lors vient a son cheval, si munte. Et il avoit eu si grant dolor de ceste chose qu’il veoit que ses plaies il estoient escrevées à saignier tout maintenant, et si les avoit il devant estanchiées. Et quant il s’est mis à la voie tanz doulenz que les lermes li chieent des elz par desouz le heaume tout aval les faces, il chevauc[che] tant toute la(109) voie que si freres li avoit esseingnié qu’il ataing monseingnor Gauvain et ses freres al funz d’une valée. Et si tost com il les voit, il les connoist bien as armes, quar autresfoiz les avoit veoit il veuz en ces armeures meemes ou en autre de les. Lors crie à munseingnor Gauvain:

[71] Misire Gauvains, vos m’avez honiz sanz moi deffier, se de lonc tenps n’estoit. Or vos gardez de moi, quar ge vencherai, se ge puis, ce que vos m’avez mun frere ocis.

[72] [À] ceste parole se regarde missire Gauvains, et ausint funt li autre. Et quant il voient, il dient:

[73] Or somes nos bien venu en point de vos venchier, quar veez ci Lamorat venir tout seul par cui touz nos d[u]els nos sunt venu.

[74] Et missire Gauvains, qui trop prisoit sa chevalerie, respont:

[75] Por ce, s’il est seuls, n’avez vos mie tout gaagnié. Si m’ait Dex, il sels valt melz et plus puez que ne funt tex XX chevaliers, connos gie. Ne ge ne sai orendroit il munde le cors d’un sel il chevalier de sun aage que ge plus tost n’assaussisse de lui. Mes puis que ge voi qu’à deffendre me convient de lui, il n’i a fors que de lessier corre.

[76] Lors lesse le glaive qu’il tenoit et fiert à cheval des esperons. Et cil qui mortelment le haoit et por mainte acheson, le fiert si durement à l’ire et à la force qu’il avoit [f. 249 c] qu’il li perce l’escu et le haubert et li fait plaie parfunde et le porta del cheval à terre ou missire Gauvain voille ou non. Et quant li autre dui voient lor frere à terre, il lessent corre à Lamorat et le fierent andui sor sun escu. Il furent andui de grant force et trouverent celui navré et travaillé, si le portent à terre si mal atorné qu’il [n’à] pooir de soi relevier. Et quant missire Gauvain le voit cheoir, il a doutance grant qu’il ne se relet et qu’il ne desconfisse touz trois, si vait grant oirre cele part et l’ahert au heaume là ù cil gisoit en pamoison, si le tire si fort à soi qu’il le desront les lai et li arache fors de la teste et le giete en vole au plus loing de lui qu’il puet. Et quant il li [a] abatu la coife de fer, il li crie qu’il se tiegne à oltre ou il l’ocira. Et li done des pont de l’espée grandimes cox par mi le chief si qu’il en fait li sanc saillir par plus de X leux. Et cil vient de paimoisson et oevre les elz quant il se sent si malmener. Et missire Gauvains li dit:

[77] Si tu ne te tens à oltré, tu es morz. Ja Dex ne m’ait se ge ne fat autant de toi com ge fis de tom pere.

[78] Et lors s’aparcoit cil que missire Gauvain avoit son pere ocis, si respont et insint com il puet par trop grant duel:

[79] Ah! missire Gauvain, puis que vos mun pere me toxistes la où ge estoie encor petiz enfes et mun frere me ravés hui occis, ja Dex ne m’ait se ge ja vos cri merci. Mes ociez moi aprés les autres que ge le voill bien, et se Deu p[l]ast, encor viendra avant ou de mun lingnage ou d’autre que venchera ceste grant fellonie. Et certes, se ge nes vesquisse longuement, ge la venchasce, mes non ferai, ce m’est avis, quar il ne plaist pas à Deu que ceste chose soit por moi acomplie.

[80] Et si tost com ja dit ceste parole, il s’estent del grant duel qu’il a et se pasme. Et missire Gauvain, qui grant cruelté en fist et qui avoit grant doutance que cil ne [f. 249 d] l’ocist, auce l’espée et li colpe le chief et giete la teste en voie, et puis dit que or li semble il qu’il ait bien venchiée la mort de sum pere. [E]nce qu’il ot gitée la teste et qu’il voloit monter sor sun cheval, atant e vos par mi le bois tout à pié un home de religion et fu vestuz de robe blanche. Et quant il voit le chevalier ocis, il vient cele part molt pensif et molt doulenz de ceste aventure. Et là où il voit munseignor Gauvain, il li dit:

[81] Ha! missire, por Deu et por la foi que vos devez à touz chevaliers, dites mois qui est cest chevalier que vos avés ocis.

[82] Et il ne li deingne onques celer, ainz li dit:

[83] Sachiez que ce est Lamorat, li filz li roi Pellinor, le meillor chevalier de tout sun lignage.

[84] Et li prudome est trop iréz de ces nouvelle, si respont:

[85] - Certes, sire, c’est doulor et domage grant, quar ce estoit tout plainnement le meillor chevalier qui onques oissist de Gales. Or doint Dex qu’il ne ves en meschiée, quar se venchance n’estoit prise ou tost ou tart, ce seroit grant merveille.

[86] Missire Gauvain respont rienz à parole cil li die, ainz munte et s’en vait entre lui et ses freres. Et li preudom qui remes en la place fist tant que li cors fu porté en l’abeie de la Petite Asmosne, qui estoit assez pres d’ilec, puis prist la teste et s’en ala tant par ses jornées qu’il vint à la cort le rois Artus. Et estoit adonc li rois à Quenpercorentin grant gent avec lui. Et quant li preudom vint en la cort, il ala droit cele part où il vit li roi seoir devant une fenestres, se li presente tout maintenant la teste et li dit:

[87] Roi Artus, voiz ci la teste d’un des meillors chevaliers de le munde si la t’aport por ce que tu la faces à honor garder dusqu’à atant que cil viengne qui devra venchier les mesfait de ce qu’il est ocis.

[88] Li rois regarde le chief et le voit si bel et si vermeill com s’il fust enco[r]e el cors où il soloit estre si ne tient [f. 250 a] mie ceste chose à pou de merveille. Et par ce qu’il ne s’estoit encor de rienz cangiéz, com de la color et de la char, il connoist maintenant que ce est le chief de Lamorat, si en est trop doulenz, quar il le prisoit de bonté de chevallerie sor touz le geunes chevaliers qui reparassent en sun ostel. Et lors dit au preudome et dites:

[89] Ce est domage qu’il est encor mort, quar se il vesquist longement il passast de chevalerie touz cels de sun lignage. Et neporquant, se vos savez qui l’ocist dites le moi, quar ttrop le desir il savoir.

[90] Et cil li respont maintenant:

[91] Sire, quant cil revindront à cort qui e[n] la queste de munseingnor Lancelot sunt entré, adonc le savroit vos, s’il ne se parjurent, quar li uns des compeignons de la queste l’ocist.

[92] Molt a mal fait, ce dit li roi. Melz fust qu’il unques n’eust esté chevaliers, quar jamés par se chevalerie ne sera restaurée la perte de si preudome com cil estoit. Et combien a, ce dit li roi, qu’il fu ocis?

[93] Il a, fet cil, VIII jorz passéz.

[94] Et li rois se seingne de ceste merveille. Et ausi funt tuit li autre de leienz et dient communalment que par enchantement a il duré en ceste beauté. Et li preudom respont:

[95] S’il i a enchantement, ge ne sai rienz.

[96] Si la baille au roi et il le prent. Et maintenant qu’il la tint entre ses mains, et le devint si noire et si taingre com elle devoit estre. Et li roi li respont adonc:

[97] Rois, or puez connoistre et savoir que tu es del parenté à celui qui l’ocist, quant une damoiselle me dist un pou aprés ce qu’il fu morz qu’il ne changeroit ja color devant qu’il cherroit entre les mains d’aucuns de ses ennemis. Et por ce qu’il est si changiéz, connois ge de voir que tu le trehoies d’aucune chose.

[98] Et lors s’en vait atant et s’en ist fors des paleis qu’il n’i volt unques remanoir por parole que l’en li deist. Et li chevalier de leienz demandent au roi :

[99] Qui fu li chevalier dont [f. 250 b] est li chief que cist preudom a aporté à cort?

[100] Ce fu, fet il, Lamorat, le meillor chevalier de sun aage et les preuz que ge seusse en tout le roiaume de Logres. Et por ce me poise il de sa mort, se Dex m’ait. Et s’il doit il faire à touz les preudomes del munde.

[101] Et quant li autre entendent ceste nouvelle, il le preignent assez et regretent et dient que ce est domage tres grant. La teste de Lamorat remest leienz en la cort ne l’estoire ne devise pas que li rois en fist, ainz s’en taist atant [et] retorne à conter comen Perceval li virges vint à cort, quar de conter de ceste branche ne nos poom nos soufrir que nostre livre n’en fust corrunpuz.


VIII PARTE



[1] Or dit li contes que tant chevaucha Agloval, li filz Pellinor, qu’il tint la queste VI anz entiers et plus en tel maniere qu’il unques ne retorna à cort ne grantment ne sejorna en leu où il venist se maladie ne li feist faire ou se ce ne fust chose qu’il fust enprisonez. Et par tout là où il venoit il demandoit nouvelles de Lancelot. Mes en tel maniere li en avint qu’il ne trouva unques dedenz tout le terme qui nouvelles li en seust à dire bones ne malveises, fors tant qu’il ooit souvent dire de cels qui devers la cor vendrent que Lancelot n’estoit pas à cort, ainz le tenoient tuit à perdu. Et neporquant encor le queroient li compeingnon et duroit la queste, et por ce ne voloit il retorner. Tant erra en tel maniere si long tens com ge vos devis, que aventure l’aporta en une plaigne molt deserte qu’il estoit el mi leu dd’une forest. Et estoit cele plainne loing de touz chastiauz et de toute gent, fors tant que el mi leu avoit une tor fort et aute et riche assez où la [f. 250 c] feme le roi Pellinor, la reine, mannoit à pou de mesneiée. Et sachiez que del grant duel que elle avoit de Lamorat de ses deus filz, donc l’en li avoit aporté veraie nouvelle, esstoit si triste et si doulente de nuit que de jorz assiduelment que ele nulle foiz ne se reconfortoit. Et por la grant tristece qui e[n] sun cuer estoit erbergié en avoit elle lessiée toute sa terre et estoit venue maindre en cele tor qui assez estoit loing de gent et en sauvage leu et in divers. Et en touz ceu avoit el fet por ce que ele ne voloit pas que Perceval, se filz, veist ja chevaler bon ne malvés, quar elle ne queist ja qu’il portast armes ne qu’il fust chevalier, por ce que par chevalerie et par armes estoit sa porteure atornée à duel et à dolor. Ne elle ne creoit pas que Agloval fust vif, ainz cuidoit veraiement que l’en l’eust occis aprés les autres. Et quant elle estoit apovroiée et de seingnor et d’enfanz par tel mescheance, ele baoit à garder le remanant en tel maniere que il ja chevaler ne veist ne armeures ne que ja chevalier ne fust que se baoit à reconforter aucun pou de sa grant perte par le compeingnie de celui que Deu li avoit lessié. Et il estoi si tres bele creauture que toutes genz qui le veoient se delitoient en lui regarder et veoir, mes por ce que entre femes avoit esté noiriz, estoit il assez plus nice chose que mestier ne li fust. Ne la reine ne voxist mie qu’il fust sages, quar par ce le cuidast plus toust perder, quar ele savoit bien qu’il estoit estreiz de touz parz de si tres bons chevalier que elle avoit doutance que natture ne le trassist et menast à la maniere des autres. [A] celui jor que Agloval vint cele part où la reine sa mere manoit, il avint que Perseval, si freres, fu oissuz de la tor et aloit touz contreval la plaigne gitant et lancant javeloz qu’il avoit, une hore avant [f. 250 d] et autre arrieres. Il fesoit molt bel tens et clier. Et souleuz comenca à luire sor les armes Agloval qui molt estoient(110) beles, quar cele senmaine meemes li avoit un chevalier donées toutes fresches. Li heaumes fu biaux et li escuz, si comencierent à reluire et à reflamboier encontre le souleill, si que trop fust bele chose à home à veoir que autre foiz n’eust ce veu chevalier. Et quant Perceval, qui unques n’avoit veu chevalier armez, quant il vit sifaite chose, il cuida tout veirament que ce fust ou Dex ou angrex, si se leisse maintenant cheoir à terre et dit ses orations et ses proieres teles com il les savoit. Et quant Agloval le vit cheoir, il cuide bien que ce soit de poor, si s’areste, quar il est avis se il aloit plus pres de lui qu’à morir le convindroit de poor. Et quant Perceval ot grant piece esté à la terre, il se relieve et pense qu’il ira à celui qui s’est arestéz por savoir se ce est Dex ou se ce est angre. Et quant Agloval le voit venir, il li dit:

[2] Vallet, fait il, n’aiés poor.

[3] Et cil respont molt ardiement:

[4] Sire, non ai ge. Mes or me dites, se’l vos plaist, se vos estes Deu ou angre.

[5] Et Agloval comence adonc à sorrire et aparcoit la sotie del vallet, si li demande:

[6] Por quoi cuides tu que ge soie Deu?

[7] Sire, fait il, por ce que ma meres m’a dites molt foiz que Dex estoit la plus belle rens del munt. Et vos estes la plus belle chose que ge unques veisse, por quoi ge cuit veraiement que vos soiez Dex.

[8] A cest mot recomenca à rrire Agloval trop durement, et dit:

[9] Vallet, or sachez que ge ne sui pas Dex.

[10] Et estes vos donc, sire? ice me dites, s’il vos plaist.

[11] Ge sui, fait il, chevalier.

[12] Chevalier? fet Perceval. Ja Dex ne m’ait se ge unques mes vi chevalier ne se ge parler oi. Et puis que chevalier sunt si bel, s’il pooit avenir en nulle maniere que chevalier peusse estre, ge ne laroie por riens que ge chevalier ne fusse au plus toust que ge porroie, quar or est ce la plus belle [f. 251 a] del munde que chevalier.

[13] Et quant Agloval entent ceste parole, il comenca à rrire ausint com il fessoit devant. Et lors li redemande:

[14] De moi, vallez, qui maint en cele tor que ge voi là?

[15] Ssire chevalier, fet il, ma mere i maint, la feme le roi Pellinor.

[16] Et il devint touz esbahiz de ceste parole, si dit:

[17] Coment, fu dunc li rois Pellinor ti peres?

[18] Et cil respont que voirement fu il si peres.

[19] Et coment as tu nom?

[20] Ge ai nom, fait il, Perceval.

[21] Et il le comenca adonc à regarder et connoist que ce est si freres voirement, si est molt liéz de ce qu’il avoit si bel et si bien taillié et si grant de cors qu’il porra bien desormes estre chevalier et par age et par corsage. Lors li dit:

[22] Li vallet, se tu me voloies hui mes faire herbergier en cele tor, ge iroie avez toi.

[23] Et cil respont qu’il ne fu unques de rienz si liéz com il sera se il i deingne venir.

[24] Et ge sui donc prest, fait il, que gi alle. Or va avant et g’irai aprés.

[25] [L]ors s’en vait Perceval tout contreval la pleigne et tant qu’à la tor sa mere vient et fet Agloval descendre en l’entrée et vient corrant à sa mere qui se seoit en mi le paleis. Et là où il la voit, il li dit:

[26] Ma dame, soiez liée et joieuse, quar ge vos aport bones nouvelles.

[27] Filz, fait elle, queles sunt eles?

[28] Ce est, fait il, que vos avoit anuit à hoste un home qui chevalier se claime et est la plus belle à veoir chose que ge unques veisse.

[29] Quant la mere entent ceste nouvelles, elle respont tant doulente que ele vodroit bien morir.

[30] Ha! lasse! morte sui. Ge ai pardu mun enfant, la rienz del munde que ge plus amoie et tant com Dex m’avoit lessé de ma porteure, qui tant fui beneurée et de bon seingnor et bons filz, qui tuit sunt mort d’armes par dolor et par mescheance.

[31] A ces paroles entra leienz Agloval arméz de toutes armes fors de sun glaive qu’il l’avoit là defors lessié. Et quant la [f. 251 b] dame le voit venir elle li dit:

[32] Ha! sire chevalier, mal venissiez onques ceste part. Vostre venue me metra à mort, ce sage veraiement.

[33] Et il li respont adonc molt corrocciez de ce qu’il la vit si esmaée:

[34] Ha! dame, ne vos desconfortez si durement, mes soiez liée de ma venue, si com vos devez estre, quar grant tens a que ge me departiz de vos.

[35] Coment, fait ele, qui estes vos donc?

[36] Ce verroiz vos, fait il, preuchennement.

[37] Lors hoste sun heaume de sun chief et dit:

[38] Dame, veez ci Agloval, vostre ainzné filz. Se vos le mesconoissez ce sera merveille.

[39] Et elle regarde, si le connoist. Lors a si grant joie que ele li cort les braz tenduz. Et el beissier que ele fesoit, elle se pasme de la grant joie qui au cuer li estoit venue. Et quant ele revent de paumoison et ele puet parler, ele escrie:

[40] - Filz Agloval, que as tu fait de tun pere et de tes freres qui avez toi se departirent de ceienz? Rent les moi ou ge ne te tendrai pas à filz.

[41] Et quant ceste nouvelle, il ne set que respondre. Et cele qui trop est angoissose d’ire et de corroz por la grant domage qui avenu l’en estoit, le tient toutes voies estroit enbracié, et li dit ha aute vois:

[42] Filz, quar respon?

[43] Et il respont tout en plorant:

[44] Dame, ge nel puis faire, quar à Deu ne plaist. Et insint nos a esté fortune contraire et ennemie.

[45] Ha! sire, lasse! fet ele, comen ci a povre retor que de trois de mes enfanz qui estoient le meillor del munde chevaliers m’a Dex rendu si povre retor. Ha! Dex, si unques mes si maleuree dame ne si mescheant com ge sui? Ha! cort de roi Artus, quant tu as apovroiée et mise à mesaventure tant bone dame et tante bone damoiselle, puis que tu fuis encomenciée. Ha! Merlin, tu la comencas, et par toi fu elle enstablie. Maldite soit l’arme de toi, quar se elle ne fust, ge ne fusse ja tornée à si grant poverté ne à si grant dolor com ge sui(111), ne ja si alte porteure com Dex [f. 251 c] m’avoit otriée ne fust tornée à ssi grant dolor com ele est.

[46] [M]olt fet la reine grant duel et molt se demente de la perte de sun seingnor et de ses enfanz. Et neporquant por ce que elle voit devant lui celui que elle cuidoit del tout veoir perdu, se reconforte de tout sun pooir et dit:

[47] Filz, se les aventures del munde alassent à ma volunté, vos ne fussiez mie ceienz revenuz que vos n’eussiez avez vos la compeingnie de vos freres, mes puis qu’il nos est tant mescheoit ne nel poom amender, qu’à Deu ne plaist, vos me feroit desormes soulaz et reconforz entre vos et vostre petit freres, et me deliterai el remanant que Dex m’a soufort avoir.

[48] Et insint dit la dame tant doulente que nulle plus et fet Agloval desarmer, assez plus liée que elle n’esteoit devant, quar ele cuide bien tant faire qu’il remandra avec lui toute sa vie. Et se il einsint avenoit, ele les ainme tant andeus que ele vivroit desormes en joie et en leesce, ne ne porroit desormes estre doulente tant com ele veist ses enfanz devant lui. Et insint aporta aventure Agloval en la maison sa mere qu’il n’avoit mes veue bien avoit X ans passéz. Leienz demora X jorz et plus por reconforter la et por ce que ele se leesast de sa conpeingnie. Mes unques tant com il fu leienz ne pot nus entendre Perceval à rienz del siecle fors à regarder les armes sun frere. Et sachiez que il n’estoit nul jor qu’il ne vestist le haubert et qu’il ne preist l’escu et le heaume et le glaive por veoir coment il li seroit et se il porroit porter. Et il estoit si forz et si vistes que l’en ne peust pas trover en tout le pais vallet de sun aage de force, si li enbelirent tant les armes qu’il dist un soir à sun frere en un prael où il estoient qu’il n’avroit jamés joie ne bien dusqu’à cele hore qu’il seroit chevalier de la main le [f. 251 d] roi Artus. Et Agloval li avoit ja tant conté del roiaume de Logres qu’il savoit bien nouvelles del roi Artus et de la Table Reonde, ne il ne desiroit riens del munde autant com il faisoit là aler, s’il seust en qual maniere il le peust faire. Et quant il l’en ot parlé à sum frere, il li respondi:

[49] Frere, ge ne vos loeroie pas entrementre vos de chavalerie se vos ne baiez molt à estre preudom. Et d’autre part se vos chevalier estiés, ma dame en morroit de duel.

[50] Et il respont:

[51] Ge ne leroie por mort ne por vie que ge nel fuisse, quar mi cuers s’i acorde del tout et nature le coumande.

[52] [L]ors comence Agloval à penser et à regarder sun frere, si le voit si bel enfant et si forni qu’il dit à soi meemes que ce serai grant dduel et grant domage si si biaux enfanz com cist est use sa juvence et pert entor sa mere, quar s’il com il cuide il ne porroit estre, s’il estoit chevalier en tel aage com il est orendroit, q[u]e il ne venist encor à molt grant chose, se Dex i voloit metre conseill, à ce qu’il est de tout parz estrai de bonz chevaliers. Mes s’il venoit dusqu’à XXX anz et il n’avoit dedenz celui termine acostumé chevalerie, il ne porroit ja puis venir à grant bonté d’armes, por quoi ce seroit domage trop granz s’il n’estoit chevalier en tel point com il est orendroit. [L]ors li respont:

[53] Frere, fait il, puis qu’il vos plaist tant à estre chevalier, ge ne le vos desloasse ja, anz m’i acordasse molt bien, se ne fust que ge sai tout veraiement qu’ele morra de duel se vos vos departiz de lui en tel maniere. Et por ce ne vos en sai ge que dire.

[54] Sire, ce dit Perceval, ge ne leroie ne por mort ne por vie que ge à Camaalot, là où li rois Artus repaire si com vos meemes vos contez toute jorz.

[55] Ne sai, fait Agloval, que vos feroiz, mes por moi n’i iroiz vos mie ne por mun [f. 252 a] conseill, quar de porchacier la mort ma dame ne m’entremetroie ge mie volentiers.

[56] Et Perceval li respont adonc:

[57] Sire, puis que vos plus ne m’en aideriez, or i parra s’il remandra por defaute de vos, quar certes ge me metrai prouchennement à la voie.

[58] Einsint parlerent ensemble li dui frere à cele foiée, ne Agloval ne li dissoit mie por ce qu’il ne voxist bien qu’il fust chevalier, me si le fessoit por sa mere, qu’il savoit veraiement que elle morroit de duel si tost com il enfens seroit de lui partiz. À lendemain, si tost con il fu ajorné, Perceval se lieve et apareille ainceis qu’il eust home leienz esveillé et vient à un cheval, si(112) munte et s’en part en tel maniere de l’ostel sa mere que nus de leienz ne le sot adont. Et quant il s’em fu mis à la voie, sachiez qu’il s’en ala grant oirre com il pooit del cheval traire, quar il avoit trop grant doutance que si freres(113) ne venist aprés lui por lui faire retorner. Einsint s’en ala aperte tout sels sanz compeignie molt desirant durement qu’il viegne à la cort le roi Artus. Et quant cil de l’ostel sa mere se furent esveillié et il ne le trouverent, il viennent à lor dame et li content que Perceval s’en est aléz, se ne sevent il en quel part. Et quant la reine l’entent, ele en est toute esmarrié, si s’ecrie:

[59] Lasse! lasse! or eu ge le tout perdu!

[60] Et se pasme de la grant dolor que ele a. Et quant ele est revenue de paumoison, ele dit à Agloval:

[61] Li filz Agloval, ou tu me rendras Perceval ou ge m’ocirai a mes deus mains. Lors ses si serai perdue en cors et en aime.

[62] Si li chiet as piez et se fiert en mi le piz grant cop del poing et esgratine ses faces, si qu’ele en fait le sanc saillir de toutes part, et dit einsint com tout enragiée:

[63] Ha! reine, chaitive, doleurose et mal aventureuse, por quoi eus tu unques nul bien [f. 252 b] ne nule honor en terre por morir à si grant dolor, et por veoir ta portaure finer à tel dolor et à tel martire?

[64] Lors saut ausint com toute forcenée et s’en cort en une chambre de leienz eschevelee et toute malmenée et prent une espée que ele trouva desus un lit et la trait del fuerre toute nue, puis revent grant oirre en la sale et dit com feme enragiée et fors del sens:

[65] Filz Agloval, se tu ne me creantes que tu me ramerras Perceval mun filz, ge m’ocirai de ceste espée, si porras adonc veoir les outrailles où tu preis vie.

[66] Ha! dame, fet il, por Deu merci, leissiez l’espée, et ge vos creant que ge le vos ramerrai.

[67] Le me creantes tu loiaument? fet ele.

[68] Dame, fait il, oil.

[69] Et ele lasche maintenant sa main et lese l’espée, et dit:

[70] Filz, va donc tost et te haste de chevalerie et le me rameinne i[s]nelement, quar bien saches tu de voir que jamés jor ne mengerai devant que ge le revoie.

[71] Cil vient erranment à sun cheval et monte et s’en vait si grant oirre com li chevax puet aler. Et tant fait qu’il ataing sun frere à grant painne et à grant travaill. Et ce fu droitement en une vallée. La forest resonoit durement et retentissoit en la venue del cheval, quar cil fesoit en sun venir ausi grant noise com feissent X autres chevaliers. Et Perceval qu’il se merveille que ce puet estre, se regarde et el regarder qu’il fist il connoist que ce est Agloval si freres, si en est molt à aise, quar il cuide veraiement qu’il viegne aprés lui por conduire le dusqu’à cort le roi Artus. Si s’areste maintenant et atent tant que cil est venuz à lui. Et Agloval si tost com il l’a ataint, li dit:

[72] Frere, à retorner vos convient, ce me poisse, se Dex m’ait.

[73] Et lors li conte la grant dolor que lor dame fait et coment ele est à la mort venue s’il ne retorne, com cele que ne [f. 252 c] mengera jamés devant que ele le revoie. Et il respont:

[74] Ce me poise, se Dex m’ait, qu’il li en est atant, mes ge sui cil qui en nulle maniere ne retorneroie. Melz voldroie morir là où nos somes orendroit.

[75] À retorner, fet Agloval, vos estuet, ou voille ou non, quar ge ai creanté à ma dame que ge vos si merrai. Or en venez, et puis que vos i seroit venuz, bien conviegne à vos et à lui, quar certes ge ne m’entremetrai de lors en avant.

[76] Perceval dit qu’il ne retorneroit en nulle maniere del munde.

[77] Si feroit, fet Agloval, quar anceis vos i meroie ge à force que vos ne venissiez.

[78] Et quant cil entent que à faire li convient mal gré suen, il respont:

[79] Frere, vos estes chevalier, si ne doi mie metre main en vos por tel mesfait. Se vos oltrage me faites, ge l’amenderai quan ge porrai. Et bien sachiez qu’il n’a rienz el munde donc vos me peussiez autant correccier com de ce que vos me faites retorner. Et ge retornerai, mes sachiez que ge n’i demorerai en avant de deus jorz ne por mort ne por vie.

[80] Moi ne chalt, se Dex m’ait, fet il, quant vos retorneroiz, mes que tant faciez por moi que ge vos puisse entre ses mains metre.

[81] [A]tant retornent li dui frere et funt tant qu’il vindrent à hore de none chiez la reine lor mere. Et quant fu chose que ele vit Perceval en sa sale, ele se crie à haute voiz ausint com feme toute desesperée:

[82] Ha! morz, haste toi de venir! Ge ne quier mes plus vivre puis que ge voi enfant revenu.

[83] Lors li cort les braz tenduz et le beisse plus de cent foiz sanz dire mot. Et puis l’enbrace par mi le flans et l’estraint si durement encontre sun piz que le se deront toute et li cuers se depart el ventre, si chiet arrieres toute enverse. Et quant Perceval la voit cheoir, il ne cuide mie que elle soit morte, ainz croit que ele soit pasmée [f. 252 d] si la lesse gisant à terre et vient à sum cheval, si munte et s’en ist fors de leienz. Et autretel fist Agloval si tost com il ot ses armes prises. Ne il ne cuidoit de la reine sa mere autre chose que fessoit Perceval, si monte et se remet en la voie et tant fait qu’à sun frere vient. Et quant Perceval le voit venir, il li dit par corroz:

[84] Ore frere, vodroiz(114) vos que ge retor autre foiée là où vos me feistes ore retorner?

[85] Et cil respont qu’il ne velt mie qu’il retort jamés devant qu’il ait receu l’ordre de chevalerie. Et cil le mercie molt de ceste chose. Et insint se mistrent li dui frere à la voie por aler à la cort le roi Artus et lessierent morte sa mere, et si nel cuident pas. Et chevauchierent tant et in tel maniere qu’il vindrent à Cardoill en Gales où li roi Artus tenoit cort au jor de la Mazlainne. Et sachiez que tuit li autre compeingnon estoient revenu, fors seulement li troi cousin Boort et Hestor et Lyon[el]. Et estoient tuit mult doulenz et mult corrociéz de ce qu’il n’avoient riens trouvé, si avoient la queste si long tens tenue que ce estoit merveille qu’il n’estoient tuit mort de travaill qu’il avoient si long tens enduré. Erec sanz faille, qui n’estoit mie de cels qui avoient esté esleuz en la queste, n’estoit pas en cor revenuz, ainz maintenoit encor la queste. Et avoit ja tant fait par sa proesce qu’il estoit conneuz par toute le roiaume de Logres et en mainte autre roiaume et pres et loing à estre uns des meillor chevaliers del munde et uns des melz renoméz. Et se aucuns me demandoit où il demoroit si long tens qu’il n’estoit venuz à cort, ge li respondroie qu’il demoroit avec Hestor chiez l’ermite. Mes un pou devant Perceval venist à cort, estoit Hestor gueriz et s’estoient de l’ermite partiz entre lui et Erec por querre aventures. Et avoit alors Erec tant fait en un pou de terme que le ne paroloit se de lui non. [f. 253 a] Quant li conpeingnon de la queste virent revenir Agloval à cort, il le recurent à grant joie et à grant feste, et li rois dist qu’il devoit desormes bien venir, quar assez longement avoit demoré fors. Aprés digner apelle li rois les compeingnons qui en la queste avoient esté et dist que desormes vedroit il savoir les aventures qui avenue lor estoient en cinc ans et en plus de tens qu’il avoient demoré fors de cort. Et il s’asenblerent adonc tuit devant lui et comencierent à reconter les merveilles qu’il avoient trouvés. Et tout einsint com il contoient, metoient li clerc en escrit les aventures, mes tant vos di ge bien que missire Gauvain ne raconte mie coment il avoit ocis Lamorat, quar il avoit doutance qu’il n’en fust haiz et del roi et de touz les compeingnons de leienz, et por ce s’en teut. Mes quel que chose que chascuns recontast, il n’i ot nul qui’il de Lancelot aportast nouvelles bones ni malveis, si ne fu molt li rois doulenz et maint autre prodome de leienz. Mes sor touz cels et sor toutes celes qui ces nouvelles oirent en pensa à la reine, quar elle soit bien que touz cest mal est par lui avenu. Si en est tant doulente qu’ele ne set qu’ele doie dire ne faire, quar ele a mis par soi meemes à mort et à destrucion la rien del munde que le plus amoit. Si en a si grant duel et a si grant corroz toutes les foiz qui l’en souvient, que ele vodroit bien estre morte. Ne il n’est riens de siecle à cui ele ost descouvrir le grant duel que ele au cuer, ainz le cele toute voies et respont et ce est la chose par cui le cuide plus tost morir. Un jor aprés ce que Agloval fu revenuz à cort regarde li rois en un paleis et vit Perceval qui servoit leienz avez les autres jouvenciauz. Li rois demanda qu’il estoit à cels qui devant lui estoient et cil l’en distrent la verité. [f. 253 b]

[86] Or l’ament Dex, fet li rois, quar molt est biaux enfens. Et certes, se il fesoit autant à loer de chevalerie com fist li peres, molt l’avroit Dex fet gracieux.

[87] Tel parole dist li rois de Perceval la premiere foiz qu’il le vit. Aprés digner vint Agloval devant le roi et amene Perceval par la main, et dist au roi:

[88] Sire, veez ci mun frere que ge vos ai mené de mun pais por ce que vos le facoit chevalier.

[89] Certes, fet li rois, vos avez molt bien fait et molt vos en sai bon gré. Si le ferai chevalier toutes les foiz qu’il vodra, quar ge cuit que chevalerie i sera molt bien enploiée. Et Nostre Sires li otroit.

[90] Et Perceval respont adonc:

[91] Sire, moltes merciz. Et Dex vos ensache gré. Or vos requier ge por Deu que vos me facoit demain chevaler, quar ausint sera il jor de diemenche.

[92] Et li rois li otroie quant li voit qu’il le desire tant. Cele nuit veilla li vallez à la mestre esglise de Cardoill, et lendemain le fist li rois chevalier à hore de digner. Et sachiez que quant li baron de la cort qui sun pere avoient conneu et Lamorat, virent cestui si bel et si avenant com il estoit, il ne se porent tenir que li plusor ne plorassent por la pitié qu’il en avoient, quar il avoient tant prisié de toutes choses et sun frere et sun pere qu’il avoient duel grant de Lamorat toutes les foiz qu’il lor en sovient. Li chevalier de la Table Reonde qui leienz estoient, s’asistrent à lor table, et sachiez si com il devoient faire. Et li autre s’asistrent as autres tables plus bas que cil n’estoient. Et sachiez que leienz avoit trois manieres des tables. La premiere, Table Reonde. De cele estoit compeinz et sires li rois Artus. L’autre table estoit apellé la Table des Compeingnons Erranz, et ce estoient cil qui aloient aventures querant et atendoient à estre compeignon de la Table Reonde. Cil de la tierce table estoient pas es questes ne les aventures ne queroient ou por [f. 253 c] maladie ou por ce qu’il n’eussent mie tant de hardement. Et estoient cil chevaliers apelle li chevalier mains proisie. [À] cele table qui estoient apellée Table des Chevaliers Mains Proesce s’asist Perceval, com cil qui encor ne se prisoit de rienz. Et si freres Agloval si ala asseoir à la Reonde Table. Et endementrers que Perceval se seoit avez les chevaliers de moindre renomée, pensif durement et non mie si par ne si fiers com estoient maint chevaliers de leienz, atant e vos devant lui venir une des damoiselles la reine, molt belle et molt acesmée. Et sachiez que ce estoit la plus sostive ouvriere de soie qui fust en toute la Grant Bretaigne. Mes tant avoit en lui de mescheance que elle n’avoit unques parlé, ainz l’apelloient conmunemant tuit cil qui la coissoient la mue damoiselle. Et aucuns autres la rapeloient la damoisele qui unques ne menti, por ce qu’ele n’avoit unques dit ne voir ne mensonge. Quant ele ot grant piece regardé Perceval, ele comenca à plorer trop merveilleusement. Et lors en avint une merveille qui puis tenue à miracle, et si dut il bien estre, quar elle dist Perceval:

[93] Serjant Jhesu Crist, virge chevalier et nex, lesse cest siege où tou te siez et vien seoir delez leg Siege Perielleuz, quar celui t’a Dex otroié, quar tu es digne d’estre un des plus souverains chevaliers de la Queste del Saint Graal.

[94] Il est touz esbaiz, quar il la connoissoit bien par cels de leienz qui la verité l’en avoient dite. Et ele li prent par la main et li dist:

[95] Lieve sus.

[96] Et il se lieve, quant il veoit qu’à faire li convenoit. Et elle le mainne droit au siege delez le Siege Perilleuz et souzlie le drap de soie dum il estoit couverz, quar bien sachiez que tuit li siege de la Table Reonde estoient couvert de drap de soie et en iever et en esté. Et quant ele l’a souzlevé, ele apele cels qui de sieges s’entremetoient [f. 253 d] et leur dit:

[97] Venez ca et voiez se vos i trouveroiez escrit le nom de Perceval.

[98] Et cil qui tant se merveillent qu’il ne savent qu’il doient dire de ceste chose, viennent au siege et ele lor mostre le nom de Perceval. Et il dient:

[99] Le sieges est ses. Il est droit que qu’il si assiée, quar à Nostre Seignor plaist, ce nes est avis.

[100] Et ele dit erranment:

[101] Perceval, en ceste siege qu’il est apelléz li Sieges Perilleux, s’aserra li bonneureux qui metra à fin les aventures del roiaume de Logres, et vos seroiz à sa destre por ce que vos li resenblero de virginité. Et à ssenestre sera Boorz. Et bien savont encor cil de cest ostol le senefiance de ceste chose.

[102] Et il s’asiet là où ele li comande. Et quant il s’i fu assis, ele li dist tout en plorant:

[103] Esleu chevalier de Jhesu Crist, souveigne toi de moi quant tu seras devant le Semti[s]me Vessel et prie por moi, quar ge trespasserai preuchiennement.

[104] Ele se part de devant lui et vient en une des chambres la reine et se chouche tout maintenant en un lit, ne unque puis ne parla fors au quart jor que l’en li fist aporter Corpus Domini, quar il lor estoit bien avis que elle se moroit. Et quant elle(115) le vit venir, ele ot pooir de dire tant seulement:

[105] Sire, aiez merci de moi.

[106] Ne plus ne dist. Et trespassa quant ele ot receu sun Sauveor, si tindrent ceste chose à grant merveille et cil qui virent coment il estoit avenu. Il firent si grant honor au cors com l’en devoit faire de si haute lignage et la mistrent en la mestre eclise de Cardoill. Quant elle [fu] enterrée, il mistrent en escrit ceste aventure por ce que cil qui aprés els venissent, [trovassent] l’escrit [et] seussent la verité de ceste chose. Si retindrent avez els Perceval et molt firent grant honor por ce que par tel marveille avoit gaagnié le siege de la Table Reonde. Et en distrent aucun que Dex lor avoit envoié por metre [f. 254 a] les aventures à fin, si le revindrent avez el ou il voxist ou non, quar plus volentiers fust il alé querre Lancelot si tost com il oi parler de sa chevalerie et de questes que por lui avoient esté qu’il ne remansist à cort. Mes Agloval et li autre conpeingnon le retindrent avez els en tel maniere que li contes ne devise mie qu’il se fust à piecce de cort, ainz i fust demoréz tout l’iver se ne fust une parole qui li fu dite et si vos dirai quele. [U]n jor à l’entrée d’iver avint que li rois estoit à Caradigan, sun chastel, et estoit assis au digner. Celui jor servirent devant le roi chevaliers de trois aages, geunes homes de XVIII anz et autres d’entor XL anz. Et li autre estoient de l’aage de XXIIII anz ou de plus. Entre les geunes homes estoit Perceval et avoit la chiere molt sinple et molt dolce, si qu’il ne resembloit de rienz chevalier orgueilleux. Et Kex li seneschaux, qui l’avoit grant piecce regardé, le mostre à Mordret et li dit:

[107] Vos semble de Perceval?

[108] Il me senble de Perceval, il me semble, fait il, molt simple chevalier qui melz [aime] la pes que la g[u]erre.

[109] Certes, fet Kex, si est il à mun esiant. Et encor le mostre apertement sun escu où il n’ot unques cop feru.

[110] Ceste parole entent un fol de la cort, si le dist à Perceval et le coumence a gaber et dist qu’il ne devoit pas servir entre les chevaliers.

[111] Or me di, fol, fait Perceval, coment le sez tu?

[112] Il vont disant, fait il, qu’il n’ot unques cop en vostre escu.

[113] Il est trop honteux de ceste parole, si li demande liquel sunt quel ce qui ce dient.

[114] Il sunt, fait il, de la Table Reonde.

[115] Mes nomer ne li set fors qu’il li mostre Mordret et Kex. Et il connoist maintenant qu’il avoient ceste parole dite, si s’en taist et pense qu’à la cort ne demora il plus, ainz s’en ira au plus tost qu’il unques porra et se metra en la queste de Lancelot ne jamés ne repera(116) à [f. 254 b] cort por chose qui aviegne devant qu’il ait oi aucune certainenté ou de sa mort ou de sa vie. Et li en avis qu’il ovroit greignor honor s’il moroit en la queste de si preudome com cist a esté que s’il vivoit à aise avez le roi sanz fare chevalerie. [A] ceste chose pensa toute jor. Au soir, quant Agloval si freres fu cochiéz, Perceval apelle un suen escuier où il molt se fioit, et dist:

[116] Apareille moi mes armes et mun cheval tost et i[s]nalement, quar ge voill aler en celle forest où ge ai un pou à faire.

[117] Ha! sire, fait il, se ge remanoie aprés vos et vostre frere savoit que ge eusse ce fait, il m’ociroit. Mes soufrez, s’il vos pleist, que ge aille avez vos et que ge vos serve. Et ge vos di que ge avrai tout orendroit apareillié quant que vos demandez.

[118] Or va donc, et ne targe.

[119] Li vallet vient as armes son seignor, si les aporte. Et quant il a armé sun seingnor au melz qu’il puet, cil monte et se parte de leienz et s’en vet grant oirre et li escuier aprés, com cil qu’il nel vodra mie lessier tant com il puisse il le sivre. Quant il se sunt parti de Caradigan, il se metent el grant chemin qu’il aloit droit en la forest et de tant orent il bon avantage à cele foiée que la lune lusoit belle et clere qui lor donoit grant reconfort de lor voie, mes ce ne lor aidoit de riens, que li froit estoient ja encomencié. La nuit se reposserent en la meison d’une veuve qu’il manoit droit en l’entrée de la forest. Et au matin, si tost com il fu ajorné, et il ala oir mese chiez un hermite qui estoit herbergiéz en la forest assez pres d’ilec. Et lors remonte et se remist en sa voie por savoir s’il porroit aventure trouver par quoi il conneust se il porroit ja rienz valoir. Grant tens chevaucha en tel maniere sanz aventure trover qui à conter face, et ce estoit la chose qui plus li anuoit. [f. 254 c] [U]n jor li avint que aventure l’aporta en la Foreste Perilleuse, où il(117) avenoit plus de merveilles que ne fesoit en forest de la Grant Bretaingne. Quant il fu leienz venuz, il encontre tout le grant chemin une damoiselle qui chevauchoit sanz compeingnie. Il la salue maintenant qu’il vint pres de lui et [e]le li re[nde] sun salu, et s’arreste et li demande dunt il est.

[120] Ge sui, fait il, de l’ostel le roi Artus.

[121] Et coment avez vos nom, fait ele, de vos?

[122] Ge voi ge unques mes parler. Et por ce n’en quier ge plus oir, quar vos n’aloie ge pas querant.

[123] Et que queriez vos donc, fait il?

[124] Ge aloie querant, fait ele, un chevalier preuz et esleuz qui fust de si grant proesce et de si grant valor qu’il peust venir à chief d’une moi besoigne et giter d’une prison un des conpeingnons de la Table Reonde.

[125] Et qui est, fet il, cil chevaliers?

[126] Ja plus, fait ele, n’en savroiz par moi, quar ge sai bien que vos n’estes pas tel chevaliers que vos le peussiez deslivrer.

[127] Ha! damoiselle, fait il, ne m’aiez pas en despit por ce se vos ne me connoissiez.

[128] M’en, fet ele, atant aler, que ja plus n’en savroit par moi.

[129] Au meins, fet il, me diroiz vos, s’il vos plaist, où est li chevaliers enprisonnéz dunt vos me parlez.

[130] Non ferai, fet ele.

[131] Si feret, fet il, ge vos en pri.

[132] Ge nel vos diroie, fet ele, en nulle maniere.

[133] Si feroiz, fet il. Dites le moi par la rienz que vos plus amez el munde.

[134] Tant m’avez, fet ele, annuié que ge le vos dirai por vostre bien, mes por vostre mal, quar vos estes li plus enuieus chevalier que ge unques veisse. Or sachiez qu’il est en cest foreste, en une ille qui est avironée de touz parz d’eue grant et parfunde, en une tor où il soefre tant de mesaise que pou ja à boeure et à mengier. Et se vos cele part volez aler, sachie[z] que ceste voie où nos somes orendroit vos i merra assez droitement. Et neporquant vos vos travailliéz por noiant, quar se vos orendroit [f. 254 d] estiez venuz dusqu’à l’auie, si n’avriez vos ardement de passer oltre por gaagner le meillor chastel que li rois Artus ait.

[135] Or ne sai, fait il, coment il sera, mes se Dex cele part m’ameinne, molt i aura grant destorbier se ge ne puis oltre passer.

[136] [A]tant se part de la damoiselle et quant cele voit qu’il voudra cele part aler, ele retorne et dit à Perceval:

[137] Or m’acorderoie ge à vos, sire chevaliers, se il vos plesoit, et vos conduroie dusqu’à l’isle, se vos me voliéz doner le premier don que ge vos demandrai.

[138] Et il li otroie, si s’en repenti puis chierement. Quant il se sunt mis à la voie, il chevauchent tout le jor entier et jurent la nuit chiez un chevalier qui s’estoit herbergiéz en la forest. Avoit illec assez riche erberiage. À l’endemain, quant il furent monté, Perceval se remest à la voie entre lui et la damoiselle et l’escuier et chevaucherent tant qu’il vindrent à une eue grant et parfunde merveilleusement. Et ele s’areste quant ele est à la rive venue. Et dit:

[139] Veez vos la isle et la tor que ge vos oi en convenant à mostrer, sire chevalier. Et sachiez que leienz est enclos un des compeingnons de la Table Reonde. [D]e l’isle tout premierement vos doi ge deviser la verité de leienz et de quoi cil servoient que leienz estoient. Vos savez bien, et li contes l’a devisé, que missire Gauvain ocist de sa main le roi Pelmor et Lamorat et sun frere, et a ja li contes devisé que en la revenue de Perceval morut sa mere de la grant joie qu’ele ot quant ele le vit revenir, quar elle le cuidoit del tout avoir perdu. Quant Perceval s’en furent de leienz et Agloval, il n’i remest de touz les enfanz le roi Pellinor, fors seulement sa fille, la belle damoiselle. Quant ele vit sa mere morte en tel maniere, ele dist: «Ha! [f. 255 a] lasse! Or ai ge tout perdu, puis que ge ai perdu munseignor mun pere et ma dame ma mere et mes freres. À cels qui funt ocis ai ge del tout failli, et de cels qui de ci s’en vunt ne revera ja nul jamés, ce sai ge veraiement. Et tout c’est doloereus domage m’est avenu por la Table Reonde, quar Gauvain a ocis mun pere et me freres». Lors se porpensa la damoiselle que se Gauvain estoit ocis, ele avroit auques venchiee sun domage, quar cil li avoit tout fait. Si prist maintenant X des meillors chevaliers de sun parenté et fist fermer en mi l’isle qui avoit esté de ffié sun pere deus tors assez forz et assez autes. Et quant ele furent parfeites, ele fist desus l’une metre une baniere qui estoit sinfiance de chevalier, et en mi l’isle fist tendre un paveillon noir com moire. Et devant pendoit un escu et un glaive, et ce estoit senefiance que leienz peust l’en toute voies trouver j[o]steors. Quant ele ot ce fait, ele s’i fist passer dusqu’enz l’isle en une nef et se mist entre lui et sa conpeingnie en une des tors. L’autre lesse vuide et dist: «Or sera venchiéz mi peres, se il jamés toit estre venchiéz, quar nos somes en une forest où li chevalier errant et li compeingnons de la Table Reonde reperent plus volentiers qu’en nul autre leu. Si ne porra estre quant il verrunt le panoncel de la tor et l’escu del paveillon qu’il ne passent oltre, quar il sunt de si grant orgueill qu’il ne voent riens du nul ne no voillent savoir la verité, ne chevalier ne trouvent qu’il ne voillent metre au desouz, et sunt de si fol(118) ardement qu’il ne lerunt ja por l’euie qui tant est parfunde qu’il ne passent oltre. Cil qui passera à force et vendra oltre n’avra mie tout gaagnié, quar maintenant qu’il vindra, vos qui estes frois et repossié le prendroit à force ne n’en l’occirroiz pas, ainz en farez une [f. 255 b] autre chose que ge vos dirai. [T]out le premier qui ca vindra quant vos l’avroiz pris, se ce n’estoit avenus des mes freres, vos li partiroiz ou[n] geu: ou il jurera sor sanz que il se conbatra tant com il vivra à chascun chevalier que aventure aportera ca dusqu’à la mort sanz reaucon prendre, ou vos li colperoiz le chief maintenant que vos l’avroiz pris. Et ge sai bien que cil qui premier i vendra fera volentiers acestui serement, à ce qu’il n’est nus qui à ssun pooir ne voille sa mort reporter. Et par tel maniere occira li uns l’autre, si tost com aventure la portera ca, si ne pora estre à ce que Gauvain vait toz jorz cerchant aventures, et meesmement en ceste forest plus que en autre, ne viegne ca et qu’il ne past en ceste isle. Et ce il occioit celui qu’il i trouva, vos seriez aprestéz de lui ocire. Et einsint seriom venchiéz del grant domage qui par lui nos est avenuz». [P]ar tel maniere com ge vos ai devisé, estoient aresté en cele ille tuit li chevalier qui venoient por l’amor de munseignor Gauvain. Et se aventure li aportast, et il l’eussent occis. Ge puis cele costume n’i fust maintenue, anceis fust maintenant lessée. Si n’avoit encore pas tant duré qu’il li fust venu de la Table Reonde fors un seul chevalier. Et se aucuns me demandoit qui il estoit, ge li respondroie com verité que ce estoit Gaheriet, li frere de munseingnor Gauvain. Et sachiez qu’il avoit fait le serement tel com ge le vos ai devisé, dunt il avoit si grant dolor qu’il voxist bien que foudre ou tempeste venist leienz qui l’en fundroiast ou que aucuns chevaliers venist qui occirre le pust, quar ce veoit il bien qu’il ne pooit estre delivré de ceste chose se par mort non.

[140] Et quant ce fu chose que aventure aporte cele part Perceval, einsint com la damoiselle l’avoit amené, et il ne vit ne pont ne planche par [f. 255 c] où(119) il peust oltre passer et conut que l’euie estoit grant et parfunde desmesureement, il s’areste ausint com touz esbaiz, quar ne set qu’il en puisse faire. Et quant la damoiselle le voit douter, ele li dit:

[141] He! chevalier, voirement sui ge ca venue por noient. Ge voi bien que vos ne passeroiz pas oltre, ne ge nol vos lou pas, se Dex m’ait, quar ge sai tout veraiement que vos ja n’en escanperiez sanz mort.

[142] Et il la regarde, quar il cuide que ele li ait dit ceste chose par despit, si respont touz corrociéz:

[143] Damoiselle, certes ou ge morrai ou ge passerai.

[144] Quant li escuers voit qu’il velt ce faire, il li dit:

[145] Ha! sire, por Deu, que est ce que vos volez fere? Vos volez vos occirre tout à escient en tel leu donc vos n’avroiz ja ne lox ne pris?

[146] Tex tois, fet il, ge n’en leroie rienz por toi.

[147] Et quant Gaheriet qui [j]a estoit oissuz de la tor arméz de toutes armes voit qu’il velt l’eue passer, il li escrie si haut que Perceval l’entent bien:

[148] Chevalier, ne te met pas de ca. Ge le te defent bien. Se tu sor cest defens i passes, ge ne t’aseur fors de la mort.

[149] Et quant Perceval entent ceste parole, il ne respont riens, ainz fet le signe de la croiz en mi sun vis et fiert le cheval des esperons et se met en l’euie si bien arméz de toutes armes qu’il ne li faut riens que chevalier deust avoir qui combatre se voxist. Si vos di qu’il(120) fust noiéz et periz sanz faille, se ne fust li chevaux bons estoit et de grant force. Et par ce il avint il si bien qu’il vint par devers l’isle sanz et haitiéz, joianz de sa bone aventure. Quant il fu en l’isle venuz, il descent por essuier lui et sun cheval de ce qu’il porra. Et il veoit bien que Gaheriet ne se hastoit mie trop durement de lui assaillir. Et quant il furent montez et il ot pris sun escu et sun glaive, il lesse corre à Gaheriet que il ne connoissoit de rienz por ses armes qu’il avoit changiées. Ne Gaheriet ne [f. 255 d] reconnoissoit mie lui de riens, quar Perceval ne portoit encor nules entresoignes en ses armes por ce que chevaler noviaux estoit. Et li contes a ja bien devisé que nouvel chevalier ne portoit à celui tens nulle armeiure del munde de reconnoissance. Einsint s’entreviennent li dui compeignon, les lances bessies, tant com il poent del cheval trere, et s’entrefierent andui de si grant force à ce qu’il estoient tres bon chevalier, qu’il s’entreportent à la terre, les chevax sor le cors, navré chascun dun glaive. Mes de tant lor avint il bien que qu’il n’i ot nulle mortel plaie. Et li chevax qui sunt espoentéz del choeir se redrecent et s’en tornent fuiant par mi l’isle li uns ca, et li autres là. Et li chevalier, qui assez furent bleccié et dequarssé au cheoir qu’il orent fet et navré durement, se redrecient au plus tost qu’il poent, li uns por vergoingne de l’autre. Et metrent les mains à s’espées et s’entrevunt grant pas les escuz gitez desor le testes et s’entredonent si grant cox com il poent amener d’en halt(121), si qu’il despiecent les escuz et detrenchent et enpirent les heaumes quant il les puent ataindre, quar il n’i avoit celui qui ne fust garni d’espée bone et merveilleuse. Et ce fu la chose par quoi il s’entrenavrerent plus tost, quar il estoient viste et preuz et de grant cuer et de grant force. Si vos di que par la grant proesce que chascuns avoit en soi, avint il que li mains blecciéz et plus de cinc plaies grant et parfundes, ainz que li premiers assalz remainsist. Et quant ce fu chose que il les estu[e]t repouser por lor alaines reprendre, Perceval qui molt prise en sun cuer le chevalier de l’isle por la grant proesce qu’il i avoit trouvée, parole à lui premierement et li dit non mie por doutance qu’il en ait, mes por ce que trop vodroit estre ses acointés, s’il poit estre:

[150] Sire chevalier, [f. 256 a] ge vos requier que vos me dioit qui vos estes.

[151] Et cil respont tot erranment:

[152] Por quoi le demandez vos?

[153] Ge le demant, fet il, por ce que ge cuit avoir fet trop grant mesprison de ce que ge me sui conbatuz a vos, quar ge cuit que vos soiez des compeingnons de l’ostel le roi Artus.

[154] Et Gaheriet s’areste à ceste parole et se retrait un pou en sus et dit:

[155] Se g’en ai esté compeingnon, ge nel serai gemés, quar jamés n’enterrai dedenz celui ostel, ce sai ge tout veraiement. Et se vos en avez esté compeingnon, seurement poez dire que jamés n’en seroiz compeinz, quar jamés sanz faille n’i renterroiz.

[156] Et coment le savez vos, bel sire? fet Perceval. Ice m’ensoigneroiz vos, se il vos plaist.

[157] Ce savroiz vos tost, ce dit Gariet. Ne veez vos que nos avom cesta bataille encomenciée et maintenuée ja longement? Certes, ele ne puet estre leissié devant que li uns de nos deus en soit morz. Se vos moriez, à remaner vos convindra et à conbatre vos à touz cels que aventure aporterra ca dusqu’à tant que vos trouvoit meillor de vos qui à mort vos metra. Et tant durra ceste dolor que chevalier n’i vindra que morir n’i conveigne dusqu’à tant que cil i vindra qui le roi Pelinor ocist de sa main. Mes se cil i estoit venuz et ill i estoit ocist, adonc remandroit la malvese coustume et la doleureuse qui por lui est en ceste ille comenciée.

[158] [Q]uant Perceval entent ceste parole, il connoist maintenant que ceste merveille est encomenciée por venchier sun pere de celui qui occis l’avoit. Et set bien que tout cen a fait sa seror, mes(122) sanz faille il ne cuide mie que elle soit en l’isle. Lors redemande à Gariet:

[159] Dites moi coment vos avez nom, quar tel poez vos estre que vos lerai ceste bataille.

[160] Et cil respont:

[161] Ge [f. 256 b] ai nom Gahariet. Mes de la bataille lessier ne poez vos avoir puissance, quar se vos bien le volez faire, nel vos souferoie ge mie, quar la chose est à ce venue que vos m’ociroiz ou ge vos, autrement ne puet remanoir. Et neporquant, por ce que prende chevalier me resenblez et de grant afaire, vos requier ge que vos me dioiz vostre nom, si que ge sache orendroit qui ge occirai se ge vos oci, ou par cui ge main ge morai se vos m’ociez.

[162] Et il dit qu’il a nom Perceval. Dit Gaheriet:

[163] Par mun chief, puis que ge vos connois, se Dex me done venir au desus de vos, ge vencherai ma mort, quar par vos et par vos parenz est ceste dolor encomenciée.

[164] Et maintenant s’apareille de lui assaillir. Et quant Perceval le voit venir, il se retret en sus de lui et li dit:

[165] Soufrez nos à tant com nos en avom fait, misire Gaheriet, et souviegne vos de ce que nos somes andui compeingnon de la Table Reonde, quar puis que nos nos somes entreconeu, nos seriom parjuré et desloial, se nos plus en feisom.

[166] Et Gahiet dit que ce ne puet estre, si lesse corre à Perceval et li done par mi le heaume si grant cop com il puet amener d’en haut. Et cil qui estoit plains de grant proesce, le recort au melz que il puet. Et lors comence entr’els deus la meslée si grant et si perilleusse que nus veist à celui point la vistece et la proesce de l’un et de l’autre qui nes deust tenir à tres bons chevalier, quar il estoient andui de si grant asprece l’un encontre l’autre que vos ne pessiez legierement connoistre le meillor d’els. Que vos diroie ge? Tant dura cele bataille, à ce que li uns et li autres estoient de trop grant cuer, que Gaheriet comenca à llasser, com cil qui n’estoit pas de si grant cuer com estoit Perceval. Si soufre et enure le cox que cil gite sor lui menu et souvent sanz ce qu’il ne giete mie molt de cop quar trop [f. 256 c] estoit travailliéz durement et navréz en plusors leus. Et quant Perceval voit et connoist qui le porroit prouchiennement ocirre ou mener dusqu’à otrance, se il li plosoit, il se pens que ce seroit desloiauté se il ce fesoit. Et Gaheriet sanz faille avoit ja toute poor de morir, com cil qui bien connoissoit que Perceval avoit ja de trop le plus bel de la bataille:

[167] Quar de tant com ge n’ai fait oltre mun gré me sui forféz trop durement au siege de la Table Reonde et tu encore plus.

[168] Et cil respont:

[169] Se tu lassez, si ne la lerrai ge mie, ainz la maintendrai ge tant com ge porrai, quar autrement seroie ge perjuré del serament que ge fis à ces de cest ille.

[170] Et il li respont:

[171] Tu ne pooies faire serament qui fust encontre l’onor et encontre le droit de la Table Reonde, por quoi ce ne fu nul serement que tu feis. Et por ce te conseill ge por Deu et por la conpeingnie que ge te doi porter, que muntes sor tun cheval et ge monterai sor le mien, si nos en alom entre moi et toi et passom oltre l’euie. Et comande tout cels de l’isle à cent mille maufez, ne tu ne m’as fait chose que ge ne te pardoing de bon cuer et de bone volunté.

[172] Perceval, dit Gaheriet, tu m’as esseignié à ssauver mun cors et le tuen. Se n’est mie la premiere bonté que cil de tum parenté m’aient faite, quar autrefoiz fusse ge ja morz [si] ton(123) freres Lamorat ne fust qui me rescost par la proesce et por sa cortoisie, et tu meemes m’as ici doné conseill à ssauver mun cors, si le ferai tout einsint com tu le m’as dit, quar ge ne voi pas que l’en le peust melz faire à la salveté de nos deus.

[173] Lors s’en vait as deus chevax qui s’estoient arestéz devant le paveillon, si monte sor lui et Perceval sor l’autre, et se metent erranment en l’euie. Et lor avint si bien qu’il la passarent sauvement. Et quant cil des parente le roi Pellinor voient [f. 256 d] que li dui chevalier lors sunt en tel maniere escapié, il sunt tant dolent qu’il vodroient bien estre morz, si comencent lor duel à faire trop grant et trop merveilleux. Mes sor touz celz de leienz en est doulente la damoiselle, la seror Perceval, cele qui toute chose avoit porchacié por aveoir la venchiance de sun pere. Et neporquant ele vit qu’il s’en estoient en tel maniere alé et que ele avoit pardu l’un par l’autre, ele fist fere une croiz de fust toute noeve et metre de l’autre part de la rive. Et avoit en cele croiz enz el fust meemes letres entailliés qui disoient: «Qui voudra veoir le meillor chevalier del munde, si past en tel ille, ne autrement ne le porra veoir». Tex estoient les letres de la croiz. Et ele les avoit fait faire teles por ce que ele savoit bien que ja nul chevalier i vendroit qui ne voxist veoir la verité de ceste chose. Et ele avoit oi dire que missire estoit en la Forest Perilleuse, si le connossoit bien à home de si grant cuer que se aventure le portoit cele part, il passeroit oltre, s’il devoit en l’euie morir. Et se il en l’isle venoit, touz detrencher et de male mort morir. Et insint se seroit auques venchiée del grant domage qu’il li avoit fait de sun pere et(124) de ses freres. Mes or lesse atant li contes à parler de lui et de se compeingnie et retorne à Estor et à Erec por conter coment il se partirent de l’ermitage.


IX PARTE


[1] Or dit li contes que IIII ans et plus furent li dui conpeingnon en l’ermitage, li uns por maladie et li autres por l’amor de sun conpeignon que il ne voloit lessier, quar trop le prisoit de chevalerie et de toutes [f. 257 a] choses. Un jor fu Erec eissuz de l’ermitage tout à cheval por soi aler esbanoer pres d’ilec, et fu touz desarméz fors de s’espée. Si ne fu pas grantment alez loing qu’il encontra un chevalier arméz de toutes armes et menoit avec lui un[e] molt bele damoisele et un nain. Li nains seoit sor un roncin fort [et] isnel et aloit touz derrieres bien loing del cheval deus lances. Erec s’avance quant il veoit le chevalier pres de lui et li vient à l’encontre et le salue. Et cil ne respont nul mot et il le tient à grant orgueill. Si le lesse atant et vient à la damoiselle, si le salue, et cele li respont et dit:

[2] Bone aventure vos doint Dex, sire chevalier.

[3] Et quant li autres chevaliers qui devant aloit entent que sa damoiselle a au chevalier respondu, il retorne et dit à la damoiselle:

[4] À pou, fet il, que ge ne t’oci de ce que tu as mun comandement trepassé, quar ce sez tu bien que ge t’avoie defendu que tu à chevalier ne parlasses por rienz del munde, ne mes à moi.

[5] Lors tret l’espée et dit à Erec:

[6] Si tu fusses arméz, ja te colpasse ja le chief, si que tu ne meissés james en parole amie de chevalier ne corrocie ne le feisses.

[7] Erec regarde le chevalier qui est arméz, et fellon et orgueilleux, et il est desarméz, si n’en set que fere(125), quar se il se velt prendre à lui en tel maniere com il sunt, il n’i avra ja durée, ne n’i aquerra leux ne pris, se cist l’ocist. Et por ce si vient il melz à ceste foiée qu’il aut querre ses armes que puis le sive. Et se il se puet venchier de ceste honte, si s’en venche. Lors dit le chevalier:

[8] Bel sire, vos me dites velleinie et por noient. Sachiez que ge m’en vencherai quant ge porrai.

[9] Et quant il a ceste parole dite, li nain lance une corgiée qu’il tenoit et l’en fiert si par mi le vis que les neuz de la corgiée li perent en plus de VII leus el cors. Li dit:

[10] Alez de ci danz malvés chevalier. Certes vos n’estes mie dignes de parler à tel chevalier com est [f. 257 b] cist.

[11] Erec coevre sun vis de sun mantel tout maintenant que il se senti feru et dit:

[12] Tu as bien ce que tu deus, quar de fellon seingnor doit l’en veoir fellon serjant. Mes se Deu plest, cest[e] honte sera venchiée.

[13] Lors s’en vait atant sanz plus dire, molt corrociéz et molt doulenz, et dit qu’il n’avra jamés joie devant qu’il ait à cest chevalier fet une honte ausi grant ou greignor que cele n’est qu’il li a faite, quar il ne vit unques mes si villain ne si mesfassant com il est. Et quant il est venuz à l’ermitage où Hestor se gissoit malades et dormoit à cele hore, il vent à ses armes, si les prent. Et quant il s’est arméz à l’aide de sun escuier, il monte et s’en ist fors de leienz, puis se met à la voie cele part où il cuide le chevalier plus tost ataindre. [E]t insint chevauche tant com li(126) jorz li dura aprés les escloz del chevalier et set tout veraiement qu’il s’en vait aprés lui la droite voie que cil avoit devant alée par les escloz qu’il voit toute voies devant lui. Et quant ce fu chose que la nuit fu venue, adonc li encroist si d[u]els et enforce, quar puis qu’il pert la trace de celui qu’il sivoit, il est tant doulenz qu’il se cleime chevalier chetif et mescheant. Et dit qu’il ne fu unques beneureux quant il n’a aconseu celui qui este honte li a faite, quar il [l]a cuidast avoir venchiée en pou de tens. Einsint se dolouse et demente à soi(127) meemes et chevauchie toute voies ausint com touz enragiéz. Et lors vient à l’entrée d’une forest que l’en apelloit Aledon, et duroit bien deus jornées de lonc et une de lé. Et il met(128) erranment dedenz com cil qui rienz ne doutoit. Et si li avint assez bien de ce que la luna leva erranment belle et clere, qui li donout grant reconfort. En tel maniere il avint [qu’il] encontra le grant chemin de la foreste le Lait Hardi, qui en menoit [f. 257 c] avec lui la damoiselle. Mes de ce n’estoit ele pas molt liée. Et si tost com ele voit Erec, ele le salue et l’areste. Si li dit:

[14] Estes vos chevalier errant, bel sire?

[15] Et il li respont:

[16] Damoisele, por defaute d’errer ne remandroit pas que ge ne trouvasse aucune aventure que vois querrant.

[17] Se vos n’alez querant aventure, si l’avez vos trovéz assez merveilleuse, quar ge sui une damoiselle pouvre et desconseilliée qui vos requier vostre aide, por Deu et por pitié. Et certes, se vos estes chevalier errant, vos ne m’en fundroit pas, quar l’en dit communnement, et ge le croi bien, que nul chevalier errant ne faut d’aide à damoisselle qui l’en requier.

[18] Erec s’areste à ceste parole quant il voit que la damoise[lle] parole à lui si resunablement, si respont:

[19] Damoiselle, puis que vos m’aide requerez, por Deu, por cortoisie, ge ne vos en faudrai pas à ceste foiz.

[20] Grant merciz, fet ele, ge ne vos demant plus. Or vos requier ge donc com chevalier que vos m’ostrez des mains à ceste chevalier qui à force m’enmainne et à force me velt avoir, non mie por ce qu’il m’ait fet encor force fors de moi enmener.

[21] Et vos pleist il qu’il vos enmaint damoiselle? ce le dit Erec.

[22] Nani, fet ele, en nule maniere ge n’iroie avez lui, si force ne mel feisoit faire, quar ge ne vi unques home que ge tant peusse hair com ge faz lui.

[23] En nun Deu, ce dit Erec, donc vos prent ge en conduit encontre lui qu’il ne vos enmerra de ci enn avant, se vostre volenté ne vient, tant com ge vos puisse vers lui defendre.

[24] [L]ors la prent por la main. Et quant li Laiz Ardit, qui molt estoit preudom et bon chevalier, voit ceste chose, il est molt doulenz, si dit à Erec:

[25] Coment, bel sire, me volez vos donc ma damoisele tolir?

[26] Se ele fust vostre, ce dit Erec, adonc senb[l]ast il que ge la vos voxisse tolir, mes [f. 257 d] ele puis que vos n’i avés plus que ge ai, se par force n’est, se ge l’enmeing, ge ne la vos toill mie.

[27] Sachiez, ce dit li Laiz Hardiz, que ge m’en conbateroie ainceis à vos que vos l’enmenissoiz del tout si quitement.

[28] Et ge seroie mauvés, ce dit Erec, se ge ne la defendoie di mun pooir, puis que ge l’ai prise à conduit.

[29] En tel maniere comenca la meslée des II chevaliers qui estoient conpeingnons de la Table Reonde por la damoiselle et por ce qu’il ne s’entreconnuirent pas. Ce le donoit grant confort de l’asenbler que la lune luisoit belle et clere, si que assez se pooient entreveoir. Et quant li Laiz voit que Erec a prise la damoisele en conduit encontre lui, il le deffie tout maintenant et dit qu’il ne l’aseure fors de la mort. [À] ceste parole lesse corre li uns à l’autre au rai de la lune et s’entrefierent de toute lor force si durement qu’il s’entreportent andui à terre, les chevaux sor le cors, et de tant lor avint il bien qu’il ne s’entrenavrerent pas de celui. Il se relievent de terre au plus tost qu’il poent, chescun iré [et] doulent endroit soi de ce qu’il n’a son compeingnon abatuz. Si metent les mains à s’espées et gietent les escuz sor les testes et s’entrevont irié et chaut et doulent, et s’entrefierent si merveilleusement que chascun endroit soi est tout chargié de recevoir le cox que si conpeinz li done. Si maintenant en tel maniere le premier asalt si loingement qu’il n’i a celui qui assez ne soit las et travaillié et qui n’ait plus de sanc perdu que mestier ne li fust. Mes de tant est il avenu au Lait Hardi qu’il a le pis de la bataille et qu’il en est trop au desouz. Si se merveille, à ce qu’il s’estoit tantes foiz esprouvéz à cest mestier qu’il en est renoméz et conneuz par tout le munde, qui puet estre cil chevalier à cui il se conbat. Et a ce qu’il [f. 258 a] l’avoit esprouvé pres que touz les bons chevaliers, il ne li est pas avis que cist peust estre si tres bon chevalier com il est qu’il ne soit de la meson le roi Artus ou compeingnon de la Table Reonde. Et par ce le vodroit il connoistre, se il puet estre, ainceis qu’il enface plus, quar à plus faire porra il recouvrer aprés ce qu’il l’avra conneu s’il este tel home qu’il se d[o]ie al lui conbatre. [L]ors li dit:

[30] Sire chevalier, non nos somes tant conbatuz ensemble que assez a li uns esprouvé l’autre. Mes por la proesce que ge ai trouvée en vos, vos connoistroie ge molt volentiers ainceis que g’en feise plus, quar tex poez vos estre que ge la bataille vos quiterai, quar la querelle n’i est pas si grant que ge nel doie bien faire à un mien ami. Et tex poez vos estre que ge ne lerai pas devant que li uns de nos deus en sera menéz ou à mort ou à otrance.

[31] À ceste parole respont Erec et dit:

[32] Por amor ne me lessez ceste bataille se vos ne cuidez bien faire, quar ge nel vos requier mie. Mais por ce que vos à orgueill le tendriez se ge vos disoie mun nom puis que demandez le m’avez, ge le vos dirai. Sachiez que ge ai nom Erec, le filz Lac, et sui de la meson le roi Artus.

[33] Et quant li Laiz Ardiz entent ceste parole, il a trop grant joie, quar Erec estoit de sun lignage et si parenz assez preuchains, si giete maintenant sun escu à terre et [dit] à Erec:

[34] Missire Erec, tenez m’espée, que ge la vos rent et me tieng à oltré de ceste bataille.

[35] Et cil devient tout esbait de ceste parole, quar ce veoit il bien qu’il n’estoit mie encor menez à cen qu’il li convenist à faire, se de sa bone volunté ne venist. Lors li dit:

[36] Bel sire, l’espée refuse et getoit plainnement, quar conquis ne vos ai ge mie, ne de cele honor recevoir n’ai ge [f. 258 b] cure puis que ge ne l’ai deservié, ainz vos pri que vos me dioit qui vos estes.

[37] Et il se nome. Et quant il entent que ce est li Laiz Hardit, il giette sa spée et sun escu à terre, et s’agenoille et li dit:

[38] Ge me tieng à oltré de ceste bataille, bel sire, et me tieng forféz de ce que ge me sui à vos conbatuz et par mesconnoissance.

[39] Et cil le redit tout autretel, si s’acordent en tel maniere. Et quant la damoiselle voit que il se sunt entr’acordé par ce qu’il se funt entreconeu, ele dit à Erec:

[40] Sire chevaliers, vos ne m’avez pas convenant tenu, quar vos ne m’avez pas del tout delivrée de cest chevalier.

[41] Ge vos en delivrerai, fait il, del tout.

[42] Lors dit au Lait Hardiz:

[43] Sire, ge vos pri que vos ceste damoiselle quitoiz de toutes quereles, si que elle peust aler quite de vos quel part que ele vodra.

[44] Et cil la quite maintenant, puis qu’il voit que Erec l’en prie. Et cele s’en retorne tout erranment(129) et s’en vait toute la voie qu’il estoient devant venu entre lui et le Lait Hardi, et toute seule sanz conpeingnie. Et Erec demande au Lait Hardi où il pris cele damoiselle.

[45] Ge la toli, fet il, ceste vesprée à deus chevaliers qui la conduissoient. Et quant ge li oi rrequis que ele feist de moi sun ami, ele me dist que ele seroit m’amie, mes que ge li donasse un(130) don. Et ge li donai. Et quant ge li oi doné, elle me dist «Vos m’avez doné que vos ne tocherait à moi devant que vos aiez oltré les trois premiers chevaliers que nos en encontrerom». Ge li donai cestui don, si m’en est si avenu com vos poez veoir. Et par ce s’en vait elles si quitement. Mes, por Deu, or me dites où avez vos demoré si long tens que vos ne venistes à cort ne que l’en ne sot nulles nouvelles de vos ne plus que se vos fussiez morz?

[46] Certes, fait il, ge le vos dirai.

[47] Et lors li comence à conter coment il acompeigna à Hestor des Mares qui [f. 258 c] chei en une fermité por duel des sum frere qui li a duré IIII anz, si a toutevoies demoré avez lui por lui faire compeingnie, quar se il eust tout seul lessié et il fust pecca morz de duel et de corroz.

[48] Et où alez vos en tel maniere, ce dit li Laiz Ardiz, tout suls et à tel hore? Est li besoinz si grant qu’il vos estuet chevauchier de nuit?

[49] Oil, fait il, et se vos dirai que.

[50] Lors li(131) conte del chevalier qu’il ot encontré [et] l’outrage qu’il li [dist] et l’outrage que li(132) nains [li fist].

[51] Si n’avrai jamés, fet il, joie devant que g’en aie pris venchance tele qui à honor me tort.

[52] Et quex armes porroit il? Ce dit li Laiz Ardiz.

[53] Et il li devise quele.

[54] Ha! fet il, de celui vos dirai ge nouvelles. Sachiez que ce est un des plus orgueilleux del munde et a non Montenart de l’Isle Resposte. Ge l’encontrai anuit aprés ce que ge oi conqui ste damoiselle n’eusse avez moi, ge me fusse conbatuz à lui por lui tolir cele qui enmenoit en sa compeingnie.

[55] Ha! Dex , ce dit Erec, coment le porrai ge trouver? Ge ne trouvai ge unques si vilain chevalier ne si orgueilleux com il est, ne home qui tant m’anuiaste.

[56] Ce vos enseignerai ge bien, ce dit li Laiz Hardit. Pres de ci à une jornée tout droit sor la marine a un chastel que l’en apelle Roche Haute. Cel chastel est des fié le roi Artus et del roiaume de Logres, mes por le grant orgoill que cist a en soi et par la force de trois freres qu’il a en cest pais, il a tant guerroié cels del chastel qu’il se sunt torné vers lui et li unt juré feelté et homage encontre le roi Artus, quar li roi qui trop en est loing ne secort mie encontre le chevalier à une foiz qu’il li manderent secors. Et por ce se rendirent il à Muntenart. Or a bien un mois que aventure aporta en ceste pais Sagremor le Desree, qui est un des conpeingnons de la Table Reonde. Et quant il oi dire que por celle aventure avoit li roi Artus perdu cel chastel il en [f. 258 d] [fu] molt corrociéz, si vint leienz et dist à cels qui plus estoient seingnor del chastel qu’il ne se partiroit jamés del pais devant qu’il les(133) avroit fet destrure, com cil qui estoient parjuré et desloial et vers Deu et vers le roi Artus. Cil distrent qu’il ne devoient estre blasméz de chose qu’il eussent faite, quar puis que li rois lor estoit failliz de secors et il l’estoient en peril de mort, aucune fin convenoit il qu’il feissent por lor vie sauver. «Et neporquant, firent il, por ce que nos amoin le roi Artus com nostre seingnor lige, nos manderom au chevalier qu’il nos tiegne à droit encontre un mesage del roi Artus qui vos est sorvenu, qui est apareilliéz de prouver que li frez est del roi Artus et que malvesement et desloiaument s’i sunt conbatuz cil qui enbatu s’i sunt». Et insint lor conseilla à dire Sagreingnor. Et il le manderent maintenant à cestui chevalier et li firent asavoir qu’il ne tendroient plus maintenant de rienz del munde, s’il ne deresnoit le chastel et la droiture qu’il i afermoit et avoit encontre le cors dun seul chevalier. Et il lor mande encontre qu’il i seroit à jor determiné et s’en conbatroit envers le meillor chevalier del munde, por que ill de ceste querele se voxist entremetre encontre lui. [P]ar ceste chose que ge vos ai devisé poez(134) entendre que li chevalier donc vos vos plaignez si durement si vait conbatre Sagreinor le Desree. Et ge vos di que la bataille mardi et hui a esté diemenche. Or gardez que vos en feroiz, quar lis vos pleist, ge retornerai avez vos.

[57] Et cil dit qu’il ne velt la compeignie de nul home fors de Deu, quar il sels cuide molt bien venir à chief de ceste chose, se Sagreignor seulement le velt otroier la bataille:

[58] Mes por ce que ge ne sai pas tres bien, fait il, quant ge revindrai, vos pri ge que vos ailloit a ll’ermitage où [f. 259 a] misire Hestor demora et là li teignoiz compeingnie tant que ge reviegne et le reconfortoiz de quant que vos porroiz».

[59] Et lors li enseingne coment il porra l’ermitage trouver. Si se part atant li uns da l’autre. [L]i Laiz Ardit s’en vait droit cele part où il cuide Hestor trouver, et Erec aprés Montenert, com cil qu’il het tout sun cuer. Si lor done grant confort la clarté(135) de la lune. Et il estoient andui si bon chevalier et de si grant cuer qu’il ne regardent onques lor plaies, ne plus ne savoient lor en fust. Et quant Erec prent someil, il vait regardent pres et loing por savoir se il peust veoir recet où il peust reposser, quar volentiers le feist. Ence qu’il aloit pensant à ceste chese, il escoute et entent un cor que l’en sona par deus foiées assez préz de lui. Et il se retorne maintenant cele part molt liéz de ceste aventure, quar ce set il bien qu’il trouvera gent là donc cele voiz est venue. Il n’a mie grantment alé qu’il troeve en une [vallee] une tor fort et haute par semblant. Et quant i[l] la voit, il en est molt à aisse, si tourne cele part par la teste de sun cheval. Et quant il vient à la porte, il apele et ne demore gueires que serjant viennent avant dusqu’à IIII qu’il li oevrent et le recoivrent molt honoreement et dient que bien soit il venuz. Et quant i[l] li unt fait descendre en mi la cort et hosté li sun escu et sun glaive, il le mainnuent en la sale où il avoit assez grant lunminaire, si troevent leienz damoiselles et chevaliers qui tuit li vienent à l’encontre et li dient:

[60] Bien viegne li chevalier erranz!

[61] Et il lor rent lor saluz, et molt se merveille de ce qu’il veillent à tele ore, quar il cudoit bien qu’il fust bien ja tant de la nuit alee que li jorz apreuchast durement. Et si feissoit il sainz faille. Et cil de la sale, chevaliers, dames et damoiselles, le funt desarmer et l’aissient [f. 259 b] entre els et li aportent quant qu’il li faut com de boeure et da mangier et de vesteure. Et quant il ount grant piecce parlé à lui de plusors choses et demandé dunt ill estoit et où il aloit, et il li orent fait tant de cortoisie qu’il s’en merveilloit touz por quoi il le fessoient, il le mainnent couchier en une chambre molt bele [et] envoisiée. Et quant il est couchiéz, il li voident la chambre en tel maniere que nus n’i remaint. Et il fu remés touz cels. Et [quant] il fu chose qu’il se volt endormir, com cil qui assez estoit lasséz et travailléz, il voit leienz entrer par mi l’uis de la cambre une belle damoiselle, toute nue en sa chemisse, sa crine gitée par ses espaules. L’en veoit le gent mult crier, quar deus cierges i ardoient qui i donoient molt grant clarté. Et quant la damoisele qui venoit en tel maniere com ge vos devis, quant elle fu venue devant le lit Erec, ele s’engenoille et comenca à plorer trop durrement, et dit:

[62] Ha! franc chevalier, aiés merci de ceste povre damoiselle et met conseil e[n] sa chetivité et en sa doler en ttel guise que tu par ta cortoisie et par ta franchise faches(136) sun duel revertir à joie et à bone aventure. Et se tu sels n’i mez conseill, ge ne sai qui conseill i puisse metre, quar il n’est orendroit home el munde qui ausi bien me puisse eleestier com tu puet.

[63] [À] cel point que la damoiselle vint devant Erec à tel ator com ge vos devis, ill estoit einsint d’Erec qu’il ne dormoit ne ne veilloit, ainz semeillorz faille sanz. Et il s’esveilla adonc quant il oi qu’ele ploroit si merveilleussement et fu touz esbaiz, si oevre les elz. Quant il la voit devant lui et il l’avisée si bele com elle estoit, il la prent par la main et li dit:

[64] Or sus, damoisele. Ne demorez plus devant moi, quar ge nel sofroie por rienz del munde.

[65] Certes, sire, de lever est ce noient [f. 259 c] que ge ne vos aille toutes(137) voies criant merci, se vos ne me crantés que vos feroiz ma pes entre moi et munseignor Gauvain, vostre compeignons, qui m’a amée long tenps par amor et ge lui. Or est einsint qu’il est à moi corrociéz, ne sai por quel chose, si que ge ne puis ma pes trouver por parole que ge die, et ge sai bien que vos li trouveroiz et feroiz, s’il vos plaist. Et por ce vos en pri ge si estodement, quar ge ne sai orendroit en ceste pais nul qui autant m’i peust valor com vos porriez.

[66] Erec respont à ceste parole:

[67] Damoiselle, se vos avez esté amie de munseingnor Gauvain et il est corrocciéz à vos, il m’en poise. Et por ce que vos m’en avez tant prié, vos creant ge que g’en ferai mun pooir que vos avroiz sa pez ausi bien con vos unques eustes, se le pooir d’um tel chevalier com ge sui vos i puet valoir(138).

[68] Et ele l’en mercie molt dolcement, et dit:

[69] Or sachiez, fet elle, que el premier leu où aventure vos amerra avez munseignor Gauvains vos me trouveroit, et se(139) vos de convenant me failliéz que vos ma pes ne(140) facoiz envers lui, vos en repentiroiz.

[70] Et il respont:

[71] Ja tant com ge aie el cors la vie ne vos mentirai de couvenant tant com ge le puisse amener.

[72] Endementiers qu’il parloient en tel maniere entre la damoiselle et Erec, atant e vos leienz venir tout à pié un chevalier armé de toutes armes, et là où il voit Erec qui tenoit la damoiselle devant lui par la main, il li escrie:

[73] Danz chevalier, nos vos avom fait honor et cortoisie en nostre ostel et vos porchacciez nostre honte et nostre vilenie au plus tost que vos poez, qui ma fille m’avez soutraite et amenée dusqu’à vostre lit. Certes, mal le pensastes.

[74] Lors met la main à l’espée et fait semblant qui li voille corre sus. Et quant Erec voit ceste choise, il n’atent [f. 259 d] mie tant que cil soit pres de lui, ainz saut fors del lit tout en braies et giete la main à s’espée qui pendoit à ssun chevez, si la trait fors. Et quant li chevalier le voit vers lui venir, tout fust il armez, si ne le velt il pas atendre, quar il set bien que cil ne l’espergneroit de rienz, si se retret arrieres et dit:

[75] Coment, sire chevaliers, estes vos donc tex que vos en mum hostel meemes me volez ocire que vos avoie servi et honoré?

[76] Mes vos, ce dit Erec, estes vos donc tex que vos herbergiez les chevalier erranz et puis le volez murtir en vostre hostel par malvese acheson? Certes, se vos en mescheoit, nus ne vos en devroit plaingdre.

[77] Or soiez, fet li hostes, en pes et ne vos movez, quar vos n’avez hui mes garde. Mes à demain ne vos asseur ge mie. Et certes, se ge cuidasse grantment gaagnier en vos assaillir, vos n’en alessiez pas si quite.

[78] Lors prent la damoiselle par la main et li dit:

[79] Or vos en venez atant. Lessiez le chevalier dormir. Et certes, se il vos a aucun couvenant pramis et il ne le vos tient, il s’en repentira chierement.

[80] Et lors s’en vait la damoisselle, et Erec remaint en la chambre et s’endort. [A]u matin quant il s’eveilla et regarde tout entor se, il se merveilla plus de soi meemes que de chose qu’il eust onques mes veue, quar il se trouva en m[i] un grant lac enz el mi leu de la forest chouchié tout nu en une nacele. Et devant lui estoit toute sa robe si qu’il n’i failloit riens fors ses braies, qu’il n’avoit mie la nuit devestues. Et de autre part del lac, qui assez estoit grant et parfonz, vit il sun cheval et ses armes. Il se seingne de la merveille qu’il en a, et dit que or voit il apertement qu’il a esté enchantéz. Si prent sa robe et se vest et apareille au melz qu’il puet, et tant fet puis qu’il amainne la [f. 260 a] nacele qui assez estoit petite et(141) povre à la rive là où ses armes estoient et sun cheval. Et quant il est là venuz, il s’arive einsint com il puet. Et est tant esbait et tant merveillant qu’il ne set unques qu’il doie dire et se seingne plus de XL foiz et dit:

[81] Dex, en poent estre alé cil qui argoir me erbergierent et li chevalier qui occire me velt, et la damoiselle à cui ge creantai que ge feroie sa pes envers munseignor Gauvain? He! Dex, que est tout devenu quant ge vi?

[82] Endementrers qu’il se dementoit einsint et il estoit montéz sor cheval, arméz de toutes armes, et il regarde devant lui et voit venir au travers de la forest un chevalier armés de toutes armes, qu’il li escrie:

[83] Sire chevalier, vos me voxistes arsoir occire en mun ostel meemes. Or est mestier que ge me venche de la honte que vos me feistes.

[84] Lors lesse corre son glaive aloingnié tant com il puet del cheval traire. Et quant Erec regarde qu’à joster li convient, il li adrece la teste de cheval. Et cil i vint de grant ravine le fiert si durement qu’il abat lui [et] le cheval à terre. Il ne regarde unques, ainz se vait oltre tres par mi la forest de si grant ravine qu’il semble que toute la terre doie fondre desouz les piez de sun cheval. Et Erec, qui molt estoit bon chevalier, se redrece assez tost aprés ce qu’il fu abatuz et revient sun cheval [et] monte tant doulenz de ceste aventure que nus plus. Et quant il est montéz, il s’en vait grant oirre aprés le chevalier cele part où il e[s]t venu qu’il s’en aloit, et dit qu’il n’est mie coarz ne malvés, quar il li a le meillor cop done qu’il receust puis qu’il fu primes chevalier, si s’en venchera se il unques puet, se ce est home qui ne soit de l’ostel le roi Artus. [f. 260 b] Insint s’en vait Erec aprés le chevalier qui abatu l’ot. Mes cil se fu ja tant eloingniéz qu’il ne puet tant ferir ne brochier qu’il le peust veoir ne ataindre, si li ainue molt durement. Einsint chevauchie des bien matin dusqu’à hore de prime tout einsint com il trouve une petite sentele de la forest, et ne demuere que aventure l’aporte el grant chemin. Et quant il a bien le chiemin avisé, il li est bien avis que ce est de cele voie meemes qu’il aloit arsoir au rai de la lune, si a grant poor qu’il ne retort là meemes dum il estoit venuz. En tel maniere chevauche Erec doulenz et pensif, quar il ne set vet bien ou mal. Et d’autre part il cuide bien del tout avoir perdu celui qui abatu l’ot, qu’il [l’]essaieroit encor trop volentiers une autre foiz. Et se il ne le troeve, il n’avra jamés joie. Endementiers qu’il s’en aloit si doulenz com ge vos cont, il regar[d]e un pou en sus del chemin à la destre partie de la forest, et voit un paveillon molt riche et molt bel tendu desouz deus arbres. Et dejoste avoit une loge galesche. Il regarde devant le paveillon et voit le cheval de celui qui abatu l’avoit. Il est molt liéz quant il(142) le reconnoist, quar ce cuide il bien qu’il se puisse venchier de celui qui abatu l’avoit. Quant il est venuz dusque devant le paveillon, il vient à l’entrée tout einsint à cheval com il estoit et regarde leienz et voit seoir devant un lit avez deus autres chevalier touz desarméz le chevalier qui avec lui estoit, et estoit arméz tout einsint com il l’avoit veu, fors seulement d’escu et de glaive et d’espée. Et Erec li crie tout maintenant qu’il le voit:

[85] Issiez fors, sire chevalier, et venez à conbatre à moi à l’espée, quar por ce, se vos m’avez abatu, no vez vos mie tot gaagnié.

[86] Et li chevalier se regarde tout [f. 260 c] ensint com il avoit li heaume lacié, plus i respont en semblant d’ome corroccié:

[87] Ce est folie, sire chevalier, que nos plus en facom, quar vos me faite mesfaire. Et si ne cuit mie que vos i gaagniez grantment.

[88] Lors prent sa spée et sun escu et vient à sun cheval, si monte. Et quant il est montez, il dit à Erec:

[89] Encor me leriez vos atant ester, sire chevalier, et me quiteriez de ceste bataille, se vos estiez sage, que certes vos n’i gaaigneroiz ja rienz.

[90] Et cil respont que ja nel lera atant dusqu’il avra le meillor veu à l’espée. Et sor si lesse corre, et dit maintenant qu’il ot l’espée trete:

[91] Or sachiez, sire chevalier, qu’il a bien trois anz passez que ge ne trais mes espée del fuerre.

[92] Et lors le fiert tant com il puet amener del braz et li done si grant cop par mi le heaume, si que cil est si entordit qu’il n’a poor qu’il se tiegne en sele, ainz vole à terre des arcons. Et il le voit à terre, il descent et li trenche les laz de li heaume de li chief, et puis li abat la ventaille. Et Erec, qui tant avoit esté estordiz del cop qui uns autres home, ensint com touz mahaigniéz, ovre les elz à chief de piece. Et quant il voit sun chief touz desarméz et touz desgarniz, il resalt sus tant doulenz et tant honteux qu’il vodroit bien morir son veul. Et li chevaliers li dit atant:

[93] Or liroiz vos, sire chevalier, ceste bataille, se vos m’en creez apertement que en la fin n’i porrez vos pas grantment gaagnier. Et d’autre part, vos veez bien que ge vos eusse ja colpé la(143) teste, se ge bien voxisse. Por ce vos loeroie ge en droit conseill que vos me clamessiez quite atant com nos avom fait. Et ge endroit me sui touz apareilliéz que ge vos ai mesfait. Et sachiez que ge ne l’ai mie fait fors por ce que faire le me convenoit, ou ge voxisse ou non.

[94] Quant Erec entent ceste parole et il voit cele franchise [f. 260 d] que li chevaliers li fait, il ne set qu’il doie dire de ceste chose, ainz en est touz esbaiz. Et neporquant, por ce qu’il voit que ce est sun melz et qu’il pense veraiement que cist chevaliers soit de la meson le roi Artus à la bone chevalerie qu’il ja trouvée et à la cortoisie, li est il avis que melz valt il qu’il laist la chose atant qu’il enface plus. Et lors respont:

[95] Ge vos leroie ceste bataille atant à l’onor de vos et à tele com ge doi avoir, se vos melz voleiez creanter que vos vostre nom me diriez, et vos pardonroie debonairement de que vos m’avez fait.

[96] Et cil respont maintenant:

[97] Donc remandra ceste bataille, quar ausint ne me plaist ele mie. Et ge meterai vos dirai mun nom, puis que vos en estes si desiranz del savoir. Sachiez que ge ai nom Boort de Gaunes et fui ja conpeingnon de la Table Reonde. Mes tant a long tens passé que ge ne fui à l’ostel le roi Artus, que ge ne cuit mie qu’il n’aient ore mis aucun chevalier esleu où ge devoie seoir et por ce ne di ge ore mie que g’en soie.

[98] Et quant Erec, qui bien connoissoit Boort de Gaunes et qui bien savoit qu’il estoit prisiez de chevalerie sor touz cels del munde, fors sor Lancelot, entent que ce est il, il s’agenoille tout maintenant devant lui et li dit:

[99] Sire ge vos rent ma aspée et me tieng del tout à oltré et me met del tout en vostre merci. Et ge le doi bien faire, quar vos estes tenuz au meillor chevalier del munde et par reison, quar, se Dex me conselt, vos l’estes. Et certes, ge sui molt liéz de ce que ge vos ai trouvé, quar trop vos desiroie à veoir.

[100] Et cil respont:

[101] Ausint sui ge liéz de votre venue com vos estes de la moie, quar grant tens a que ge ne vi mes home de l’ostel le roi Artus, fors vos que ge ai ci trouvé. Mes, por Deu, dites moi quele aventure vos mainne et coment le [compeingnon] [f. 261 a] de la Table Reonde le funt, et se vos oistes pieca nouvelles de munseingnor mun cosin, si les me dites, quar se ge savoi qu’il fust venuz à cort, ge iroie. Mes devani lors n’ira gie, quar ge l’ai acreanté à Deu et à toute chevalerie.

[102] Certes, misire Boort, ce dit Erec, à cort n’en s’en ven il nulles nouvelles ne rien n’en apristrent puis qu’il se parti da cort. Mes encor en tiennent la queste li plusor chevalier, quar chascun endroit soi cuide aveoir la fortune et l’eur de lui trouver, com cil qui bien sevent de voir qu’il n’est encor mie venuz morz.

[103] Et qui sunt cist qui ceste queste tenent? fet Boorz. Le savez vos?

[104] Nanni certes, ce dit Erec, fors tant que ge ai nouvellement apris que misire Gauvain le tient encor et Gaheriez si freres, et ne sai quant autre chevalier.

[105] Et de munseingnor Hestor des Mares et de Lionel mun frere, savez vos nulles nouvelles?

[106] De munseingnor Lion, fait il, ne sai ge riens. Mes de munseingnor Hestor sai ge tant com ge vos dirai.

[107] Et lors li comence à conter tout ce que li contes a ja devisé. Mes de Lancelot sanz faille et li dist il riens, ainz li cela tout ce qu’il en avoit veu.

[108] Et coment, dit Boorz, porroie ge trouver munseingnor Hestor?

[109] Et il li devisse l’ermitage où il le porra trouver et en quel endroit li hermitages. Et quant il li a tot conté, il li dit:

[110] Or vos ai ge dit ce(144) que vos me requeistes. Or vos pri ge que vos me dioiz por quoi vos me voxistes arsoir ocire là où ge estoie touz nuz et vos estiez arméz.

[111] Ha! missire Erec, dit Boorz, oistes vos unques parler de Mabon l’enchanteor?

[112] Oil, sire, en mainz leus oi ge nouvelles de Mabon.

[113] Or sachiez, fet Boorz, que toutes les merveilles que vos veistes arsoir fist il. Ne il n’i ot grantment de chose que ne fust enchantement, fors seulement [f. 261 b] la damoiselle qui vint devant vos et il qui vos eust ocis s’il eust ardement, mes il n’esa. Et bien peustes hui veoir que tot avoit esté enchantement, quar vos vos trovastes en la nacele. Et por le ardement qu’il trova en vos arsoir quant il vos volt ocirre, me delivra il de là meemes où il me tenoit en sa prison, por ce que ge nos colpasse le chief ou que ge vos feisse une honte en venchance de ce qu’il ne pot à chief venir de vos, quar vos avez une grace, si com il meemes me dist, si grant que nul enchantament ne vos puet mener à mort ne enprisoner. Et de ce vos garni vostre mere, la reine Ocisea, qui plus sot d’enchantement de tes merveilles que ne sot dame qui à sun tens fust en(145) roiaume de Logres. Et de toutes ceste chose m’acointa arsoir Mabon, qui cuidait veraiement que ge vos devise ocire por s’amor et por ce qu’il m’avoit delivré de sa prison où il m’a tenu trois anz et plus. Mes, la Deu merci, or en sui delivré par vostre venue.

[114] Or me dites, sire, ce dit Erec, et d’un chevalier qui mainne avez soi une damoiselle et un nain, savez vos nulles nouvelles?

[115] Oil, certes, ce dit Boorz, il vit arsoir à un recet Mabon, la meemes où ge ai tant longement demoré, com cil qu’il est preuchien parent Mabon. Si apris tant de ses nouvelles que ge sai de voir qu’il se vait conbatre à un chastel ca devant por une soe querele encontra Sagreingnor le Desree. Et se cil chevalier ne fust, ge ne cuit pas que ge jamés fusse delivré, quar là où Mabon se plagnot de vos, li dist Montenarz: «Vos avez un home en vostre prison qui bien vos en venchera». Et par ce sui ge delivrés.

[116] Puis arsoir ai ge assez chevauchié por lui querre, ce dit Erec.

[117] Et lors li conte tout ce qu’il avoit veu del chevalier et qu’il li avoit dit et fait, et bien aferme qu’il n’avra jamés joie devant [f. 261 c] qu’il ait venchié ce qu’il li dist et abatu grant partie de sun orgoil.

[118] Or vos en doint Dex à bon chief venir, ce dit Boort, quar certes ge le vodroie bien.

[119] Si montent andui et se part maintenant li uns de l’autre. Boorz s’en vait droit à l’ermitage où il cuide Hestor trouver, quar molt le desire à veoir. Et Erec(146) s’en vait aprés le chevalier cele part où il le cuide plus tost trover, et tant(147) fait que il fu venuz au chastell où la bataille devoit estre ainz que li chevaliers i fust venuz. Quant il l’ot parlé à Segreingnor et cil ot conté por quoi il atendoit le chevaliers qui devoit venir, Erec li respondi:

[120] Or lessiez venir le chevalier. Il m’a tant forfait que, se Deu plaist, vos ne seroiz en pene de prendre armes encontre lui, quar certes ce est li plus orgueilleux et li plus villeins que ge unques trouvasse.

[121] Or ne vos chaille, fait Sagneingnor, puis qu’il est si orgueilleux, il ne puet estre qu’il ne li meschioz ou non aillors de sa folie et de sun orgueill.

[122] [C]ele nuit furent el chastel li dui compeingnons molt à aise et molt lié de ce qu’il s’estoient entretrouvé. Cele nuit pria par moltes foiées Erec à Sagreingnor qu’il li otroiast le don de ceste bataille qu’à l’endemain devoit estre, mes cil ne por priere ne por autre chose ne li volt otroier, ainz respondi tout plainnement que si li rois Artus meemes i venoit et il ne li fessoit force, il ne li otroiroit pas «Quar ge ai ge, fait il, en cest chastel demoré long tens et sejorné por seulement avoir l’onor de ceste bataille et por abatre l’ergueill de cest chevalier». Et quant Erec entent que priere n’i avroit mestier, il s’en test atant et pense molt autre chose que Sagreingnor ne cuide. Cele nuit demande moltes foiz quel voie [f. 261 d] le chevalier vendroit qui à l’endemain devoit faire la bataille. Et cil qui molt le savoient, li enseignierent. Ne il n’avoit home leienz qui osast pas cuider veraiement por quoi ce estoit qui li estoit si en grant del demander. [À] l’endemain, si tost com il fu ajorné, Erec vient à Sagreinor et li dit:

[123] Ge vos maintes foiz requis ceste bataille que vos avez hui à faire, ne otroier ne la me voxistes. Or vos en consel Dex, quar ge ceienz ne demorrai plus. Et sachiez que molt m’eusiez en gré servi se vos la m’eussoiz otroiée.

[124] Ha! sire, fet Sagreinor, ge ai mestier et besoing de vostre aide et de vostre secors, quar chascuns ge doit douter de traison. Si le di de moi por ce que ge sui sels en cest chastel.

[125] Erec respont atant:

[126] Se vos avez compeingnie ou non(148), à moi ne chalt, quar tant com ge vos requis vos ne voxistes rienz faire de chose donc ge vos priasse, por quoi ge vos comant à Deu, quar ge sui cil qui plus n’i demorai à ceste foiée.

[127] Lors vient à ses armes et se fait armer à cels de leienz. Et quant il ot ses armes prises, et il fu montéz en sun cheval, il se part de Sagreinor sanz lui comander à Deu, et fait senblant qu’il molt corrocciéz. Et quant il est oissuz del chastel, il s’en vet cele part que l’en li ot enseignié qu’il porroit trouver le chevalier qui leienz devoit venir. [Q]uant il fu partiz del chastel, n’ot mie grantment alé qu’il encontra Braudeliz, qui estoit ses parenz assez preuchains. Et quant il s’entretroverent adonc peussiez veoir joie grant et merveilleuse, quar grant tens avoit passé qu’il ne s’estoient mais entreveuz:

[128] Bel, dels sire, fet Erec, et quele aventure vos porte ceste part?

[129] Sire, fet Brandeliz, l’en m’a dit que Sagreinor li Desreez si doit conbatre por une querele munseingnor le roi [f. 261 bis a] Artus, si voil veoir la bataille que se l’en à Sagremor feisoit desreson, ge metroie conseil à mun pooir.

[130] Sire, ce dit Erec, ge vieng del chastel où la bataille doit estre. Et li chevalier qui la doit faire m’a tant me[s]fait que ge li vois à l’encontre, si n’en puet partir sanz bataille, quar ce est li plus vilains et li plus orgueilleux(149) que ge unques veisse. Et por ce vos pri ge que vos retornez por veoir la fin de nos deus que vos soiez tesmoig de ceste bataille en l’ostel le roi Artus, se g’en vieg au desus ou se ge sui oltréz.

[131] Et cil dit que del retorner est il trop liéz, puis que la chose est à tant venue. Atant se sunt mis à la voie et n’orent pas erré plus de deus liues englesches qu’il encontrerent tout le grant chemin qu’il aloient le chevalier et la damoiselle et le nain. Mes sachiez qu’il ne venoient pas a ssi pou de conpeignie qu’il ne fussent en cele suite plus de quatre cenz qu’à pié qu’à cheval. Et tuit venoient au chastel por veoir la bataille, ne n’estoient pas de sun parenté, ainz estoient cels del pais qu’il avoit somes avez lui por veoir la desresne de chastel. Et tout maintenant que Erec le vit venir entre les autres, il li escrie:

[132] Danz chevalier, ge vos deffi. Onques à autres bataille de moi ne vos estuez aler tant com ge soie si sainz et si hastiez com ge sui, quar vos m’avez forféz tant que ge vos asseur de mort.

[133] Li chevalier ne connoist mie qui est celui qui à lui parole en tel maniere. Mes por ce qu’il voit qu’à joster le convient, ou il voille ou non, ou altrement cil qui avez lui sunt qui de lui tiennent terre nel priseroient jamés, il s’adrecce à Erec, iriéz [et] doulenz de ce qu’à à faire li convenoit. Et cil qui fu iriéz et maltalantis qui venoit de si grant oirre qu’il fessoit les escarceles saillir de touz les quatre piez del cheval [f. 261 bis b] le fiert del glaive trenchant si angoissosement qu’il le perce l’escu et les haubert, ne riens nel garantist qu’il ne li mete par mi le cors et fer et fust, si que li fers en pert de l’autre part. Il l’enpaint bien, si le porte del cheval à terre, et au percheoir brise li glaives si que cil en remaint touz enferrez. Et cil s’en pasme qui estoit à mort feruz. Et quant li autres à cui n’en estoit rienz et melz voxissent la mort que sa vie veoient cestui cop, se traient arrieres, ne plus n’en fonnt. Et Erec qui trop mortelment le haoit descent à terre tout maintenant qu’il le voit jus. ne nel lesse mie por touz cels qui en la place estoient, quar il voit bien qu’il ne lor en cheloit. Et quant il est descenduz sor celui qui la mort hastoit, il li arrache le heaume de la teste et li colpe le chief, et le prent entre ses mains et vient à Brandelis et li dit:

[134] Or vos pri ge que vos me doingnez un don.

[135] Et cil li otroie, et si ne savoit il qu’il li voloit demander. Et Erec li dit erranment:

[136] Vos m’avez otroié que vos porteroiz cest chief à Sagremor le Desree et li presentreroiz de par moi et li diroiz que ge ai à sa bataille finée.

[137] Et cil dist que ce est mesage sera il bien. Et quant la damoiselle et li nains voient le chevalier ocis, il s’en tornent fuiant d’autre(150) part tant com il puent del cheval traire, quar il cuidoient veraiement que Erec les voxist ocirre en la place meemes. Li autre ne sen moevent onques, ainz funt molt liéz de ceste aventure. Et si tost com Brandelis ot prise la teste del chevalier ocis, et il se fu partiz de la place, Erec se remet en sum chemin et chevauche au plus droit qu’il puet cele part où il cuide trouver Hestor, et tant fait qu’à l’ermitage vient. Mes un pou ainceis qu’il i venist, li vint une damoiselle à l’encontre, molt bele et molt acesmée, qu’il li dist: [f. 261 bis c]

[138] Dites moi, sire chevaliers, me savriez vos à dire novelles d’um chevaliers que ge vos querant?

[139] Ne sai, damoisele, fait il, se vos le nom avant [ne me dites].

[140] Su non, fait elle, vos puis ge bien dire. Ce est misire Hestor de Mares.

[141] Munseingnor Hestor, damoiselle? fait il. Connois ge bien, mes por quoi le demandez vos?

[142] Ge le demant, fait elle, por sun bien et por lui confort, quar ge li aport teles nouvelles qu’il amera bien.

[143] Ha! damoiselle, fait il, se vos cez nouvelles me volez dire, sachiez que ge li diroie dedenz bref terme.

[144] Et qui estes vos? fet ele. Itant me dites, s’il vos plaist.

[145] Et se nome.

[146] En(151) non Deu, fet elle, de vos ai ge mainte foiz oi parler, et por ce vos dirai ge mes nouvelles. Dites à munseingnor Hestor que ma dame del Lac li mande qu’il se reconfort et qu’il soit liéz et joianz, quar misire Lancelot si frere est sanz faille gueriz de la forsenerie où il a si lonc tens demoré, et est sun sens revenuz, et est orendroit au si biaux com plus unques il fu, ne il ne fu plus à aige ne plus liéz qu’il fust orendroit, se il eust avez lui dedont toute sa joie felt venir, et insint com Estor meemes le set bien. Tant li diroiz de part ma damoisele dou Lac. Et se il aime ne soi ne sun frere, ge cuit que ce la reconfortera.

[147] Et Erec dit que cest mesage fera il bien et beneist la damoisele et l’ore qui l’encontra, quar ele l’a fait si lié de ceste nouvelle qu’il n’ot piece mes ausi grant joie com il a orendroit. [A]tant se part li uns de l’autre. La damoiselle s’en vait tout le chemin ferré là où il li plaist melz. Et Erec qui molt est liéz de ce qu’il l’avoit encontrée, se haste atant de chevauche[r] qu’il vint à l’ermitage où il avoit lessié Hestor. Si le trouva leanz et Boorz ausint et le Lait Hardi et l’escuier qui si long tens i ot esté et tuit fesoient conpeingnie [f. 261 bis d] à Hestor por lui conforter et metre à joie, se il peussent. Et cil se doulousoit trop durement et disoit que or avoit il le tout perdu, quant il avoit sun compeingnon [perdu], l’ome del munde qui plus avoit fait po[r] lui, et que il devoit melz amer, quar il fust pieca morz deviez se sun bon reconfort ne fust. Endementiers que Estor se dementoit einsint, tant doulenz por Erec qu’il ne savoit qu’il en deust dire, atant e vos Erec qui descendi devant l’ermitage. Et li autre li corent à l’estrier, qui molt sunt lié de sa venue. Et si tost com il fu leienz entréz et il fu desarméz, Hestor li comenca à rire et Erec li dit erranment:

[148] Par mun chief, misire Hestor, vos devez bien rire encontre ma venue, quar ge ai puis tex nouvelles aprises donc seroiz liéz et joianz, se vos amez munseignor Lancelot tant com vos en faites senblant.

[149] Or les me dites, donc, misire Erec, ce dit Hestor.

[150] Et il li conte tout erranment tout ce que la Dame del Lac li mande par une de ses damoiselles, mes il li roist en tel maniere que Boorz ne li Laiz Hardiz n’en orent rienz. De ceste novelles que Erec aporta à cele foiée à l’ermitage en prist dedenz soi Estor une si grant joie qu’il en gueri touz et touz resspassa et por aler et chevauchier. Et quant il se vit revenu en sa force, il dist qu’il ne sejorneroit jamés en une vile qui jor, ne ne fineroit d’erer dusqu’à atant que aventure l’aporteroit en leu où il trovoit sun frere. [L]ors prist ses armes et monte en sun cheval et se parti de l’ermitage en la compeignie de Boort des Mares, Gaunes, et d’Erec et del Laiz Ardiz, et chevaucherent en tel maniere VIII jorz ensemble sanz aventure trouver qui à conter feist tant que il vindrent à l’entrée d’un bois et trouverent trois voies. Hestor s’areste maintenant et dit:

[151] [f. 262 a] Missire Boorz, vos prendrez de ces trois voies laquele qui melz vos plaira, et li Laiz Hardit prendra aprés.

[152] Vos deus que feroiz? fet Boorz.

[153] Nos ddui tendrom toute une voie, ce dit Hestor, quar nos avom ja ensemble esté si lonc tens qu’il ne est mie droiz que nos nos departom encor devant que aventure nos face departir.

[154] Et li autre s’i acordent bien, si s’entre tout maintenant missire Boorz en l’une des voies et li Lait Hardiz en l’autre, et li dui conpeingnons se metent en la tierce. Si se departirent en tel maniere. Estors chevauche tout le jor à jornée entre lui et Erec et tant qu’il vindrent à hore de none hors del bois qui petiz estoit. Lors regardent devant els et voient un chastel assez grant et assez bel qui soit devant une mareschiere.

[155] Missire Erec, ce dit Hestor, or poez vos veoir un chastel où il a le plus felon seingnor que ge unques trouvasse et le plus villain et tel gent que vos ni troveroiz ja nul qui cortoisie vos i face, mes tuit cil qui dedenz sunt vos i feront honte et villenie de tout lor pooir, s’il est einsint que vos dedenz voilliéz entrer, por qu’il sachent que vos soiez erranz. Mes se vos errant n’estiez, cent foiz i pporriez le jor entrer, s’il vos plesoit, que ja ne trouveriez qui vos mesdeist.

[156] Et as chevaliers erranz, ce dit Erec, que demandent il? Que Des lors doint anui et malaventure!

[157] Ne sai certes, ce dit Hestor, mes tex est la costume que ja chevalier erranz n’i entrera qui assez n’i truist honte et lait. Si le sai par moi meemes, quar puis n’i fui ge mes que g’i oi toute hounte et toute laidure. Et si i oi toute poor.

[158] Et endementrers qu’il li contoit einsint cele aventure, il voient oissir del chastel une damoiselle montee sor un palafrom, qui ne voit vers els la grant ambleure.

[159] Or nos arrestom atant, ce dit Hestor, [f. 262 b] quar se puis ge ceste damoiselle me en contera, se ele le set, por quoi cil de leienz heent si mortelment les chevaliers erranz.

[160] Or le demandez, sire, ce dit Erec, quar ausint le savroit ge trop voluntiers.

[161] [A]tant e vos la damoisele venir vers els, einsint com sa voie li adonoit, si les salue maintenant que ele aproche(152) d’els, com cele qui assez estoit bien enseingniée. Et il li rendent sun salu. Et Hestor l’areste maintenant et li dit:

[162] Damoiselle, ge vos pri qu’il ne vos poist de ce que ge vos ai arestée.

[163] Sire, fait ele, non fait il. Que vos plaist?

[164] Ge vos vodroie, fait il, proier en guerendon de touz les servises que ge vos porroie faire, que vos me deissoiz coment cist chastiaux a nom et por quoi cil dedenz heent si mortelment les chevaliers erranz, s’il est einsint que vos en sachoiz la verité.

[165] Missire Hestor, fet ele, ge vos connois molt melz que vos ne cuidiez, et si n’a il mie grantment que ge ne cuidoie de voir que vos fuissiez morz. Et po[r] le bien que ge sai en vos, vos dirai ge ce que vos me demandez, si nel deissse ge mie à maint chevalier à en la cort le rois Artus. Mes ge le vos dirai par si que vos me creanteroiz orendroit com loial chevalier que vos nel descouverroiz à autre, ne vos ne cest autre preudome.

[166] Et il li creantent andui. Et ele lor dit erranment:

[167] Or sachiez que cil de cel chastel vos heent, ce n’est pas(153) merveille, quar il perdent tant en vostre venue chaschune foiz que chevalier erranz vient par leienz qu’il ne sera ja nule foiz qu’il ne muire tout erranment un de cels de chastel maintenant que li chevaliers erranz à la porte tresspassée. Et se il viennent dui chevaliers erranz ensenble, et deus de leienz muerent tantost. Et se plus en i vient, et plus en muerent. Ne il n’a encor nul leienz qui sache veraiement donc ceste merveille avient, fors [f. 262 c] qu’il dient que ce sunt des merveilles del roiaume de Logres. Et par ce qu’il perdent einsint de lor amis charnex toutes les foiz que chevalier erranz i vienent, heent il tant les chevalier errant com vos savez.

[168] Hestor se seingne de la merveille qu’il a de ceste parole et dit:

[169] Est ce voirs, damoiselle que vos me contez, qu’il aviegne einsint de nostre venue?

[170] Oil, se Dex me conselt, fet ele. Et se le poez veoir orendroit par vos deus, se il vos plaist, quar se vos deus i entrez, ja plus tost n’avroiz cele que deus de cels de leienz morunt tout erranment.

[171] Et Erec se comenca à sseignier et dit:

[172] Or ne m’ait ja Dex se ge unques mes oi parler de si grant merveille com ceste me semble.

[173] Or vos pri ge, ce dit la damoiselle, si com vos le m’avez acreanté, que vos ne descouveroiz ceste chose à rrienz del munde.

[174] Onques n’en aiez garde, funt il, que jamés n’en orroiz parler par devers de nos.

[175] [E]ndementrers qu’il parloient einsint entre els, il escoutent et oient dedenz le chastel une uhée et un cri si grant que il sembloit que toute la ville fust fundue. Il demande à la damoisele que ce puet estre.

[176] Ce vos dirai ge bien, fait ele. Sachiez que orendroit est leienz entréz aucun chevalier erranz, et orendroit est morz en sa venue aucuns de cels de leienz, si qu’il s’en sunt ja tout veraiement aperceu. Por ceste chose ont il ja levé le cri et le huée si grant com vos poez oir, quar cil de la ville vant ja enchaucant le chevalier par les rues por ce qu’il s’en isse, quar il ne voelent mie qu’il demort plus avez els por le domage qu’il lor a ja fait. Et certes, se vos demorez grantment ici, vos l’en verroiz oissir.

[177] [L]a damoiselle n’avoit pas bien sa parole finie quant il voient de leienz issir un chevalier qui venoit [f. 262 d] fors par mi la porte si grant oirre com il pooit del cheval traire. Et aprés lui venoient plus de troicent que homes que femes, qui tuit le huioient et escrioient ausint(154) com se ce fust le plus fort lerron del munde, et gitoient aprés lui pierres et caillox, et disoient tuit li plusor:

[178] Va t’en sanz revenir jamés, que deables te conduie, et toi et touz les erranz chevaliers del munde!

[179] Et il ne lor resspondit, fors à sun cors delivrer de lor mains, com cil qui avoit en toute poor de morir el chastel. Et Hestor qui le regarde, le mostre à Erec et li dit:

[180] Connoissiez vos cestui qui ci vient?

[181] Nanni, voir, sire, qui est il?

[182] En nun Deu, fait il, ce est li Laiz Hardiz(155) qui s’en vient ca plus que le pas. Or ne puet il mie dire qu’il n’ait assaié ce que g’i essaié jadis, quar certes ge n’oi onques autant de honte en leu où ge venisse com ge oi leienz une foiz que aventure m’i aporta. Et par ce m’en suvient il ore si tost com ge vi le chastel.

[183] Et Hestor s’encomence à rrire à ces paroles qu’il disoient. La damoiselle s’en torne et s’en vet toute sa voie là où ele avoit afaire. Et maintenant vint li Laiz Hardiz cele part. Et si tost com il vit les deus compeingnons, il s’areste et lor dit:

[184] Avez vos veu la desloiauté et la fellonie de celz de leienz qui por seulement ce que ge tresspassoie par mi lor chastel sanz plus faire m’ont receu si vilenement qu’à pou m’ont entre els occis?

[185] Ne vos en chaille, sire, fait misire Hestor. Par Sainte Croiz, vos n’estes pas li premiers qui tel honte i ait receue. Autant m’en doi ge plaindre en plus, quar il me firent pis n’a pas trois anz.

[186] Et cil respont que ceste costume est la plus villainne et la plus annieusse qu’il trouvast unques mes:

[187] Et se cist chistiaux ne fust si loing del roi Artus com il est, ge nel servisse jamés [f. 263 a] jor s’il n’i venist et s’il ne destruxist, et le chastel et cels qui dedenz sunt herbergié, quar se Dex ne hom ne vit onques si melveise gent com il funt.

[188] Et Hestor s’encomence à rrire, et autresint fait Erec.

[189] [>M]isire li Laiz l’Ardiz, ce dit Hestor, puis que vos partistes de nos, oistes vos nules nouvelles de ce que nos alom querant?

[190] Certes, fait il, tant com ge quier plus, tant truis ge meins. Et por ce ne vos en sai ge que dire.

[191] Cestes parz donc vos venez, ce dit Hestor, ne trouveriom nos noient puis que n’i avez trouvé. Et por ce irom nos d’autre par[t] que cele voie que vos estes venu, quar retorner ne devom nos mie.

[192] Ge ne sai, fait cil, mes puis que aventure m’asemble à vos, ge n’en m’en partirai mes devant que aventure m’en departe.

[193] Et il l’otroient.

[194] Or alom ceste chemin de travers, ce dit Hestor, si que nos lerom ceste voie que vos venistes, et cele que nos somes alé.

[195] Et il s’i acordent bien, si s’en entrent en tel chemin que Hestor lor devise, et se loingnent le chastel au plus qu’il poent et le lessent à ssenestre. Et ence qu’il orent le chastel bien aloingné demie liue englesche, il escoutent et orent aprés els venir un chevalier armé de toutes armes, qui fessoit ausi grant noisse en sun venir com feissent quatre autre chevalier. Et il lor escrie si haut com il puet:

[196] Herec, chevalier mauves et coart, torne ce cel escu ou ge te ferrai par derrieres, si en sera la honte tue.

[197] Erec entent qu’à joster le convient, si non est grantment esmaiéz por ce qu’il voit que li chevalier est sels. Il retorne maintenant et li adrece la teste del cheval. Et li autres qui venoit par senblant ausi toust com foldre, le fiert de toute sa force si durement qu’il porte lui et le cheval à terre. Et quant il a fait cestui cop, il s’areste et dit: [f. 263 b]

[198] Or vos amenderai ce que ge vos ai fait, missire Erec, au lox de cex chevalier qui ci sunt. Et certes il me poise plus que bel ne m’en est, à faire le me convierroit ou ge vouxisse ou non.

[199] [À] cest mot vient Hestor avant et dit au chevalier:

[100] Qui estes vos, bel sire, qui de fere amende vos offrez?

[101] Ge sui, fait il, de l’ostel le roi Artus et ai non Lieoniaux.

[102] Lors comence la joie et la feste entre els assez greingnor que ge ne vos porroie conter, quar ja estoient bien passé VI anz que entre Estor et Lion ne s’estoient entreveuz. Il li demandent où il a esté, et cil lor respont qu’il les avront bien quant Dex les amerra à cort, mes devant là nel poent savoir.

[103] Et qui vos dit, fet Hestor, que nos estiom ca?

[104] De vos, ce dit Lion, ne savoie ge rienz, mes de munseignor Erec me dist l’en orendroit nouvelles. Et sachiez que sa venue m’a tant valu com vos savroiz à celui jor que les aventures seront contées à l’ostel le roi Artus.

[105] Lors remonte Erec, ne n’est pas molt doulenz de celui que abatu l’a. Et lors dit li Laiz Hardiz:

[106] Missire Hestor, nos somes quatre. À departir nos estuez à fine force, quar quatre chevalier ne devient pas ensemble aler.

[107] Vos dites voir, ce dit Hestor, si m’en poise, quar il tant que ne vi munseignor Lion(156) que le demoret avez lui ne m’enuiast pas. Mes se Deu pleist, nos nos entrouverom tost et demorron adonc ensenble.

[108] Lors hostent lors heaumes de lor testes et s’entrebaisent tuit quatre et se departent en tel maniere. Lionniaux s’en vait d’une part et li Laiz Hardiz d’autre, et Erec de la tierce et Hestor de l’autre. Mes atant lesse li contes à parler d’els et conte de munseignor Hestor de Mares.


X PARTE


[1] Or dit li contes [que] quant Hestor [f. 263 c] se fu partiz de Herec si com li contes a ja devisé, il erra tout le jor entier sanz aventure trouver qui à conter face et l’endemain ausint. Au tierz li avint que aventure li aporte devant l’isle où la seror Perceval estoit herbergiée, si com l’estoire l’a ja devisée. Quant il vit la croiz et les letres qui disoient que leienz estoit herbergiéz li meillors chevaliers del munde et qui veoir le vodroit si passast oltre, il cuide erranment que li escrit fust verais, et que missire Lancelot si freres fust leienz, quar ce savoit il bien qu’il estoit li meilor chevalier del munde. [L]ors se met erranment en l’euie tant liéz et tant joieux que nus plus, quar or cuide il tout certainement leienz touver sa grant joie. Et quant il s’est mis dedenz l’euie tant liéz com cil qui cuide erranment sun frere trouver, il li avint si bien que li chevaux, qui estoit de grant force, le porta en l’isle sain et haitié. Et maintenant que cil de la tor le virent arrivé por devers els, il s’arment et apareillent et vienent fors, et furent bien i tresqu’à quinze tuit à cheval, si lessent corre à Hestor. Et quant il voit qu’il est à la meslée venuz et qu’à defender le convient, il s’adrece à l’un d’els et le fiert si durement qu’il le [porte] à terre. Et li autre qui tuit li acorrent li ocient sun cheval et li corent sus si qui li tolent s’espée à fine force(157), ne il ne li chaut de tout cen, quar toute voies cuide il tout veraiement leienz veoir sun frere. Et cil le manuient en la tor où Gaheriez avoit ja esté, et leienz le metent en prison. Et il lor dit:

[2] Ha! Seingnor, por Deu, ainceis que vos en prison me metoiz, mostrez moi le meillors chevalier del munde, qui ceienz est.

[3] Et cil li responent:

[4] Nos ne vos mostrerom chose que ceienz soit se vos ne(158) jurez sor sainz que vos vencheroiz Lamorat et Drianz [f. 263 d] sum frere de celui qui les ocist si tost com aventure l’aportera ceienz.

[5] Coment, ce dist Hestor, est donc ocis Lamorat?

[6] Oil, funt il. Et sachiez veraiement que li plus deloiaux hom del munde l’ocist.

[7] Dunc vos jur ge, fait il, seur sainz veraiement que la venchance en prendrai, por quoi ce soit honte que ge puisse occire ne ne doie.

[8] Et il en prennent le serement au melz qu’il se sevent et i metent qu’il ne se partira de leienz devant qu’il ait ce fait qu’il lor pramet. Et il si acorde bien, quar il n’est rienz fust honor ou honte qu’il ne fist por sun frere veoir. Et quant il l’a fait cestui serement, il lor dit:

[9] Or ai ge fait toute vostre requeste. Or vos pri ge, por ce que g’en soie à touz jorz mes vostre chevalier, que vos me mostroiz celui donc ge vos demant.

[10] Vos nel verroiz ore mie, funt il, mes vos en oroiz assez prouchennemet nouvelles.

[11] Et il s’en test atant, quar il cuide bien toute voies que leienz soit sis freres, si remaint en la tor. Et quant cil de leienz sorent la verité de sun non et il connuirent qu’il estoit adonc touz ensenble liéz et joianz, quar il disoient tout plainnement que or avoient il en lor prison le meillor chevalier del munde, fors seulement Lancelot deu Lac. Or estoient tout asseur de la mort munseingnor Gauvain se aventure l’aportoit cele parz, si prioient molt escordement Nostres Seingnor que il le lassast venir en lor mains tant com il avoient en leur prison si bon chevalier com estoit misire Estor de Mares.

[12] [E]n tel maniere com ge vos cont fu Estor enprisonéz dedenz l’isle où la seror Perceval manoit. Par moltes foiz pria cels de leienz qu’il li lassasent veoir le bon chevalier qui leienz estoit. Et il li responoient:

[13] - Ce est noienz que [j]amés(159) le voiez por peinne del munde devant que vos aiez venchiée Lamorat et sun [f. 264 a] frere de celui qui les ocist.

[14] Puis que ge autrement, ce dit Hestor, ne m’en puis oissir, fors par cele reancon que vos m’i metez, ne ne puis veoir ce que ceste part m’amena, ge vos pri si com chevalier doit autre proier que vos me metoiz en leu et el point où ge puisse veoir celui chevalier que vos me devissez, quar ge vos di que ge en nulle maniere ne lairoie que ge n’en feisse ce que ge vos ai pramis, à ce que c’est la rienz que ge plus desir que à veoir celui por quoi ge vins entre vos.

[15] Cele parole responnent qui devant Hestor estoient, et dient:

[16] Onques ne vos hesmaiez, que vos ne voiez prouchennement celui qui tant vos a mesfait. Et bien vos en souviengne quant vos l’avroiz entre mains, que se vos nos en venchiez à nostre volenté, vos veseroiz adonc vostre grant desirrer.

[17] Et il dit que se Dex le metoit en tex point il en feroit assez plus qu’il n’eseroient penser. En tel maniere com ge vos cont demora bien leienz Hestor sis seumaines entieres atendant de jor en jor qu’il veist sun frere, com cil qui cuidoit tout veraiement qu’il fust leienz. Aprés ce ne demora mie grantment que aventure aporta cele part munseingnor Gauvain. Et quant il vit la cror et les letres qui disoient et afermoient que dedenz l’isle estoit le meillor chevalier del munde, il dist erranment:

[18] Par foi, donc i est missire Lancelot que ge vo[i]s querant? Quar ce est li meillor chevalier del munde.

[19] Il regarde à la rive por savoir s’il i veist ne pont ne planche par où(160) il peust passer. Et il n’i voit chose qui mester li peust avoir, il se comande à Deu et se met en l’euie tout einsint armé com il estoit, ne nel lesse mie por parfundesce ne por perill qu’il voie, com cil qui assez estoit hardiz et seurs en toutes les aventures [f. 264 b] qui li avenoient. Et quant il se fu mis en l’euie, il li avint si bien qu’il vint de l’autre part de l’euie par divers l’isle sains et delivrés. Mes ge vos di bien qu’il ot en tel poor au trespasser qu’il voxist bien tele hore fu qu’il unques ne s’en fust entremis del trespasser, quar ill i ot toute poor de morir ainz que il fust oltré. [Q]uant il fui arivéz en l’isle, tout maintenant vint devant lui une damoisselle de la tor, qui li dist:

[20] Sire chevalier, ge vos pri et vos conjur por foi que vos devez toute chevalerie que vos me dioiez vostre nom.

[21] Et il respont:

[22] Damoiselle, ge ne sai se vos le me demandez ou por mun bien ou por mun mal. Mes toute voies le vos dirai ge que qu’il m’en doie avenir, quar unques mun nom no celai à home que le me demandast. Et por ce le vos dirai ge. Sachiez que ge ai non Gauvains, le filz le roi Loth, et sui niés le roi(161) Artus.

[23] Et quant la damoiselle entent ceste parole ele respont plus. Et lors s’en vait grant aleure vers la tor où cil de la meslée(162) à la damoiselle reperoient. Et quant elle vint à eles, ele lor dit:

[24] Or i parra que vos feroiz, quar vos avez en vostre main quant que vos avez tout dis demandé. Sachiez que cil chevaliers là est misire Gauvain qui si grant domage nos a fait de nos amis.

[25] Et quant il entendent ceste parole, il sunt molt lié et trop joiant. Si vienent à Hestor et li dient:

[26] Or sachiez, sire chevalier, que s’il a tant de proesce en vos com nos cuidom, vos porroiz encor à nuit veoir celui bon chevalier que vos tant avez demandé, quar cil est venuz qui vos occist Lamorat. Et se vos nos en venchiez, aseur soiez que nos ferom et por(163) vos ce que nos nos avom pramis et plus encor.

[27] Estor est molt liéz de ceste [f. 264 c] nouvelles, quar il ne desira rienz del munde autant com il fesoit à veoir sun frere. Si dit erranment:

[28] Aportez moi mes armes. Se ge por la mort de un home par à veoir ce que ge tant desir et que ge tant ai atendu, ce sera merveille.

[29] Lors li aportent ses armes cil qui devant li estoient, et quant il l’ount bien arméz bien et bel au melz qu’il onques pooient, il li amainent sun cheval et il montent, et il s’en ist fors de la tor. Et il li mostrent erranment munseingnor Gauvain qui restoit muntéz et ravoit apareillié ses armes com cil qui bien veoit qu’il estoit venuz à la meslée et qu’il ne s’en pooit partir par el. Et quant Hestor levoit devant lui, à ce qu’il nel connoist mie, il dit que ja, se Deu plaist, por cestui ne remandra qu’il ne voie sun grant desirrer, si li crie de loing qu’il se gart de lui, quar il le deffie de mort. Et li lesse tout erranment corre tant com il puet del cheval traire. Et misire Gauvain refait tout autretel, quar il voit bien qu’à faire li convient. Et chascun d’eus avoit si ses armes changiées que li uns ne connoissoit l’autre. Et Hestor qui piece mes n’avoit les armes bailliées, ainz estoit desirrant de cel mestier, fiert munseignor Gauvain si merveilleusement à ce qu’il i met del tout et cuer et force, qu’il les porte des arcons à terre si durement que li coinz del ehaume en fiert en l’erbe, mes autre mal ne li fait, quar li hauberz fu forz et bien tenanz, que li glaives vola en pieces legierement à ce qu’il fu en painz de grant force. [Q]uant misire Gauvain se voit à terre, tout fust il assez dequasséz et debrissiéz de cheoir qu’il ot fait, si se relieve il assez vistement, quar honte et poor li fait faire. Et quant Hestor voit qu’il s’apareille de la bataille, il descent et lese sun cheval aler quel part qu’il vodra, si met la main à l’espée et cort sus à munseignor [f. 264 d] Gauvain voiant tout de la place et li done si grant cop par mi le heaume que cil en est touz esbaiz. Et lors comence entre els deus la meslée si cruele et si grant que nus ne la veist que à preudome ne tenist l’un et l’autre des deus chevaliers, il estoit ja ore de midi passée quant la meslée comenca. Si sachiez qu’ele dura dusqu’aprés none, si ot adonc misire Gauvain tant soufert et tant enduré qu’il avoit ja tantes plaies granz et petites et tant avoit pardu del sanc qu’il n’i avoit mes si la mort(164) non. Ne Hestor ne restoit pas del tout si sains qu’il n’eust greingnor mestier de reposer que de ferir d’espée, com cil qui ja assez avoit del sanc perdu. Et neporquant tuit cil de la place veoient apertement et connoissoient qu’il avoit de trop le plus bel de la bataille et qu’il menoit del tout munseingnor Gauvain à sa volunté. Si en estoient molt lié tuit cil qui la bataille regardoient, quar il ne haoient rienz del munde si mortelment com il fesoient munseingnor Gauvain, et prisoient Hestor leoient de bonté de chevalerie plus qu’il ne fesoient chevalier qu’il onques mes eussent veu, quar il le veoient si preuz(165) et si juste en touz assauz et touz poinz qu’il le tenoient à trop grant merveille. Et missire Gauvain qui a orendroit la greingnor poor de morir qu’il unque mes eust, com cil qui bien apercoit qu’il a del tout le peior de la bataille, ne set qu’il doie faire ne dire, quar il aportoit bien que longuement ne porra il mie durer envers celui encontre cui il se conbat, si se retrait maintenant un pou arrieres, et puis parole et dit:

[30] Sire chevaliers, ge me sui combatuz dusqu’à orendroit à vos en tel maniere que ge ne connui qui vos estes ni encor ne faz, forz de tant soulement que ge ne connois au meillor chevalier que ge unques veisse et au plus merveilleux. Et por ce vodroie, s’il vos plesoit, ainceis que [f. 265 a] ge en feisse plus, que vos me deissiez vostre nom, quar tel poez vos estre que vos lerai cesta bataille atant. Et tel poez vos estre que ge ne la vos lerai ja dusqu’à la mort la me face lessier.

[31] [À] ceste parole respont Hestor et dit molt cortoisement:

[32] Certes, sire, se vos de moi connoistre estes desirranz, ausint sui ge de vos et ge li doi bien estre, quar, se Dex me conselt, vos estes le meillor chevalier et le plus puissanz que ge trouvasse piece mes. Et por ce vos dirai ge mon nom, quar vers si preudome com vos estes ne me quier ge ja celer. Et neporquant ge vos acoint bien et vos en aseur que entre nos deus ne puet aveoir pes ne concorde devant que li uns en soit mort. À tant en est la chose venue.

[33] Toute voies, fet misire Gauvain, me diroiz vos vostre nom, s’il vos plaist. Et puis fera chaschuns de nos le melz qu’il onques porra.

[34] Et Hestor li dit:

[35] Sire, or sachiez que ge ai nom Hestor des Mares.

[36] Et quant misire Gauvain entent ceste parole, il est tant liéz qu’il li est bie[n] avis qu’il veigne Deu entre ses mains, quar or set il bien qu’il n’i a gardé de mort à ce qu’il connoisoit Hestor à un des plus cortois chevalier del munde. Si dit erranment de la grant joie qu’il a:

[37] Ha! missire Hestor, vos soiez li bien venuz. Tant vos ai quis et vos et munseingnor Lancelot vostre frere. Or poez de moi faire ce que vos plaira, quar ge me tieng a oltré de ceste bataille. Ne ja Dex ne m’ait se ge hui mes port armes en contre vos ne se ge nulles en eusse portées se ge vos conneusse autant com ge faiz orendroit.

[38] [D]e ceste parole devient Hestor touz esbaiz, quar il ne connoissoit encor mie que fust missire Gauvain. Et neporquant il set bien que ce est aucuns des compeingnons de la meson le roi Artus, si vodra savoir qui ce est. Lors li dit:

[39] Qui estes [f. 265 b] vos, bel sire, qui l’onor de ceste bataille me [o]troiez? Et si ne l’ai mie deservié, quar ge ne vos ai pas oltré.

[40] Ge sui, fet il, Gauvain, li vostre amis.

[41] Coment, fet Hestor, estes vos ce missire Gauvain?

[42] Et il dit que ce est il voirement. Et il s’areste maintenant touz hesbaiz com cil qui ne set qu’il doie faire, quar se il munseingnor Gauvain occist, il est parjurés et à deservi à perdre le siege de la Table Reonde. Et se il ne l’ocit, il ne verra pas sun frere, dunt il cuide verraiement qu’il soit leienz. Lors relasche sa main et dit:

[43] Missire Gauvain, vos estes mi compeinz de la Table Reonde, par foi et par serament. Et por ce me ddovez vos conseillier au melz que vos savroiz.

[44] Dites, fait il, et ge vos en conseillerai au melz que ge savrai, ce vos creant ge sor quant que ge tieng de Deu.

[45] Et Hestor dit tout erranment:

[46] Misire Gauvain, mi f[r]eres est ceienz en prison, ce me fait l’en entendant, ne il ne puet estre delivré devant que ge vos aie ocis. Et por ce ai ge ja demoré en ceste isle piece por atendre que vos venissiez, quar à vostre venue et à vostre mort est ma delivrance et la soe. Ne autrement n’en isterom, ce nos dient cil de ceste isle qui en prison nos tiennent.

[47] [M]isire Gauvain pense à ceste parole et respont maintenant non mie trop esbaiz:

[48] Missire Hestor, fait il, il est einsint que entre moi et vos somes conpeingnon de la Table Reonde et l’avom ja [e]sté long tens, et d[o]it estre cele compeingnie si ferme et si seure que li plus forz ne doit metre main el plus foible por aventure qui aviengne, ainz se doivent entraider en touz leux. Et d’autre part en ceste queste que nos avom(166) ja mantenue si lonc tens n’entrai ge unques forz por assaier se Dex me vodroit otroier l’onor de trouver munseingnor Lancelot, vostre frere. Et puis qu’il est einsint que Dex nos a doné que nos somes venu là où est, nos ne devom regarder [f. 265 c] à rien del munde, fors que nos delivrom mal gré cels qui en prison le tiennent. Et greingnor honor ja avron nos se nos le delivron à force que se nos l’avom par debonaireté. Et d’autre part vos le porroiz plus tost avoir o l’aide de moi que se ge ne vos i aidoie de rienz. Or(167) regardez que vos en feroiz sor ceste chose que ge vos ai dite, quar(168) se vos par mi la bataille vos en volez passer, qu’il vos plaise einsint. Ge defendrai ma vie tant com ge porrai. Et certes puis qu’à ce vendra, ge vos cuit tant livrer bataille que petiz sera vostre eforz puis que vos m’avroiz à la mort isi nel di ge mie por ce(169) que ge ne connoisse ore bien que vos estes assez meillor chevalier de moi.

[49] Quant Estor entent munseingnor Gauvain, il li est avis qu’il li a le melz conseillie qu’il i voie. Lors demande à mun[seignor] Gauvain:

[50] Coment vos sentez vos?

[51] Mes por quoi le demandez vos?(170) fet il.

[52] Ge le demant, fet Hestor, por ce qu’il conuient que nos nos combatom à toz cels que vos ci veez, quar autrement ne porriom nos jamés delivrer munseingnor mun frere.

[53] Et misire Gauvain dit qu’il en est tout prest.

[54] Ne ne vos en esmaiez mie, fet il, misire Hestor, quar bien sachiez vos que nos le desconfiron legierement.

[55] [A]prés ceste parole n’i atent plus Hestor, ainz vient à sun cheval, si monte. Ne cil de la tor qui tout ce regardoient ne cuidoient encore pas que li dui chevalier se fussent entrecordé. Et misire Gauvain refait tant qu’il est à sun cheval venuz et cil est montez. Et Hestor ne demore plus, ainz lesse corre à touz cels dele isle qui estoient bien tresqu’à XVIII, que chevaliers que serjanz, si povrement arméz com cil qui jamés ne se prissent qu’il en venissent à cen. Et Hestor qui tint l’espée nue toute tinte et toute vermeille del sanc munseingor Gauvain, lors adrece la teste del cheval et se fiert entre els et lors [f. 265 d] comence à doner grandimes cox par là où il les puet ataindre, si lor trenche braz et testes et spaules, et les afoule et meaigue et les fait voler à terre les uns navréz à mort et les autres mehaigniéz. Et de tant lor estoit il mal avenu qu’il ne pooient retorner à la tor, quar misire Gauvain s’estoit ja mis dedenz et gardoit l’entré tout einsint à cheval com il estoit, si que nus n’i peust entrer qui ne venist par ses mains. Et Hestor que mortelment les het, les tient si cort qu’il ne poent à l’autre tor reperier, si ne seuient qu’il doient faire, quar cil les vet ociant et abatant ausint com il feist bestes mues. Et quant il voient qu’il ne la garrunt ne por foir ca ne là ne por autre chose, il se fierent en l’euie. Mes ele estoit si rade et si parfunde que il n’en eschapa mie trois qui tuit n’i fussent mort et peri. Et einsint se delivra Hestor de cels del parente le roi Pellinor qui baoient à faire morir munseignor Gauvain. Et quant il vit qu’il n’avoit mes home en l’isle qui de rienz le peust contrester, il vient à la tor donc missire Gauvain gardoit l’entrée, si entre enz. Et quant il est venuz devant le mestre paleis de leienz, il descendent andui et lessent sun chevax touz coiz et entrent leienz et troevent bien dusqu’à vint damoiselles totes eschevellées qui fessoient si grant duel chaschune endroit soi qui lui avoit cele qui par senblant ne voxist bien maintenant morir. Et la plus belle d’eles et la plus dame, la seror meemes Perceval, qui adonc estoit une des plus belle pucelles del siecle et une des plus avenanz. Si tost com elle voit leienz entrer munseingnor Gauvain ele se prent as treices ausint com feme de sun sens marrié. Et comence à crier et à dire:

[56] Or ne faut mes for moi que vos n’aiez ocis tout mun parenté, quar ce ne poez pas noier que vos non oceissiez assez desloiaument [f. 266 a] mun pere, le roi Pellinor, qui fu li plus preudom de chevalerie que l’en saust à sun tens en tout le roiaume de Logres. Et aprés celui grant domage qui par vos me vint, por moi del tout honir et por moi fere povre et cheitive orfeline, m’oceistes vos à vox deus mains mes deus freres Drianz et Lamoraz, qui de bonté de chevalerie avoient passéz touz lor pers. Tout cest grant domage que l’en ne me porroit pas restorer de quant qu’il a el munde m’a fait vostre persone. Or le faites, se Dex vos asalt, si com desloial chevalier le doit faire, puis que vos tout ce que ge melz amoie m’avez toloit et à tort. Or me tolez la vie del cors à cele meemes spée donc vos feistes morir mun pere et mes freres, si m’avroiz mun dol finé, que ge ausint in evroie toute ma vie se ge de ci eschapriez, et certes la morz me sera molt dolce et molt reconfortable s’i est einsint que ge muire de cele meemes armes donc mi plus chier ami morurent.

[57] [T]ex paroles disoit la damoisele et tant doulente et tant esplorée que ses faces estoient toutes mollies de lermes. Et quant Hestor entent qu’ele est estraite de si haut lignage et que ele l’a tout perdu par mumseignor Gauvain, il en a trop grant pitié. Si s’areste et dit:

[58] Certes, damoiselle, bien vos en devez plaigdre, quar trop vos a mesfait et domagiée et enpovriée. Et neporquant puis qu’il est einsint avenu ne l’en nel puet amender, ce veez vos tout apertement, il convient que vos vos confortoiz selonc le pertes qui avenues vos sunt. Et se Dex me conselt, se ge endroit moi i peusse metre conseill, ge lli meisse volentiers, quar trop vos a domagiée et enpoivrée cil qui vos a toloit ces preudomes.

[59] La damoiselle respont erranment:

[60] Misire Hestor, si vos fussiez si lloiaux hom et vos deussiez estre, la venchance en fust ore prise, quar vos avez [f. 266 b] juré sor sainz que vos venchieriez mes amis de celui qui ocis les avoit. Et vos l’avez eu entre mains, ne n’en avez pas pris la venchance, por quoi ge voi apertement que vos en estes parjuré. Et par ce ne crerai ge jamés chevalier de paroles qu’il mi die, quar certes ge ne cuidasse pas que vos en nulle maniere del munde me mentissoiz de rienz que vos me deissoiz.

[61] Ha! damoiselle, fet il, por Deu, ne me blasmez de chose que ge en aie fait. Certes, ge n’en ai rien fait qu’il ne me convenist à faire ou ge vouxisse ou non, se ge ne vouxisse perdre le siege de la Table Reonde. Mes por Deu, coment que ge l’aie fait encontre vostre volunt, ge vos pri que vos me mostroiz munseingnor Lancelot mun frere, quar ceienz sai ge bien qu’il est ou en prison(171) ou en autre maniere.

[62] Se Dex me doint joie, fet ele, de la rienz del munde que ge plus aim, c’est Perceval mun frere, onques misire Lancelot del Lac n’entra en cest isle mun escient.

[63] Et coment, fait il, est ce donc quel es letres de la croiz dient que ceienz est le meillor chevalier del munde?

[64] Ce vos dirai ge bien, fet ele, coment ce fu fait et por quoi, quar autrement n’en creriez vos home del munde.

[65] Et lors li comence à conter coment toute ceste chose avoit esté aparailliée por la mor[t] de munseingnor Gauvain. Et quant ele li a tout apris, einsint com li contes l’a ja devisé, il dit à munseingnor Gauvain:

[66] Sire, molt avez mal fait qui avez destruit et mis à mort les chevaliers del munde qui plus se feoient à prisier et de chevalerie et de cortoissie. Certes, il ne puet estre que mal ne vos en viegne en la fin, si ne sera mie par moi, mes par aucun autre qui de touz ces preudomes prendra venchiance.

[67] [M]isire Gauvain ne set que respondre de ceste chose, quar il set veraiement qu’il est colpable de ce que la damoisele li met sus. Et por ce se taist et escoute quant que cil li dit. Et lors [f. 266 c] viennent avant toutes les damoiselles de leienz, qui dient à munseingnor Gauvain assez doulentes et esplorées:

[68] Ha! Misire Gauvain, vos nos avez mises à honte et à dolor et à poverté, qui toutes fussom riches damoiselles et puissanz se Dex nos eust sauvez cels que vos aveiz ocis à voz mains felenesses. Dex amaint prochennement celui qui de ceste desloiauté prendra venchiance, quar devant celui jor que nos savrom vostre mort et vostre mesaventure n’avrom nos joie ne leeste.

[69] Hestor, qui regarde le duel que les damoiselles funt, est tant hesbaiz et trespenséz qu’il ne set qu’il doie dire. Si en a si grant pitié que, se misire Gauvain ne fust si compeinz de la Table Reonde et il ne doutast le roi Artus, il ne lessast en nulle maniere qu’il ne li colpast le chief. Et por ce le regarde molt fellenessement et les damoiselles molt piteusement. Et lors salt avant une damoiselles et dit à Hestor:

[70] Molt nos devom plaindre douleureusement de cest desloial qui ci est, quar certes, se sa seule main ne fust vostre parentez, qui est orendroit tenuz au plus tosorz parentez del munde de part chevaliers, ne fust pas en greingnor pooir que fust la nostre, se Dex le vos eust sauvé et cist desloiaux ne nos en eust si mortelment domagiées. Mes il sels nos en a honi.

[71] Hestor a si grant pitié del grant duel qu’il voit as damoiselles mener qu’il ne set qu’il en doie faire, fors qu’il dit à la seror Perceval:

[72] Damoiselle, por Deu, mi freres est ceienz si le me mostrez.

[73] Si m’ait Dex, fet elle, missire Hestor, il n’i est pas ne unques n’i fu à mun escient. Et s’il i fust, se Dex me conselt, ge le vos rendisse au si volentiers com vos voxissez.

[74] Il respont:

[75] Puis qu’il n’i est, ge n’i demorai plus, quar ge n’i estoie venuz por autre chose fors por lui veoir.

[76] Si se part erranment de la sale et missire Gauvain ausint, et viennent [f. 266 d] à lor chevax, si monten et s’en isent(172) de leienz. Et quant il sunt fors de la tor, les damoiselles qui aprés i viennent pleignant et deleusant, s’escrient aprés munseignor Gauvain:

[77] Ha! Gauvain, va t’en, que gemés ne puisses tu revenir. Et Dex nos doint taint vivre que nos puissor encor oir nouvelles de toi que li granz d[u]el soit venchiéz et la grant perte(173) qui par vos nos est venue.

[78] Il ne respont à rienz que celes li dient, ainz virent à uie et se met enz et passe oltre, quar de grant force estoit li chevax sor quoi il seoit. Et ele s’en vont aprés escriant:

[79] He! eue parfunde et rade et anuieuse à trespasser, por quoi ne vos venches tu? Por quoi ne trangutis tu cest desloial à honte et à dolor nos a mises?

[80] [G]rant piece mainnent cest duel les dameiseles qui tant sunt doulentes que eles vodroient bien morir lor veul. Et li dui conpeingnons qui furent o[l]tre passé à quel que painne dient entre els:

[81] Quel part porron nos hui mes aler en leu où nos pussom reposser, quar il est si tart?

[82] Et sanz faille la nuiz estoit ja venue noire et oscure. Li uns ne set l’autre conseillier de ceste chose, si remainnent iles en une galesche loge qu’il i trouverent et penserent de lor cheval en tel maniere com il porront, quar ce ne fu mie cel tout à lor volentié, à ce qu’il n’avoient adonc rienz del munde qui à cors d’ome sostenir peust valoir. Cele nuit ne mangerent ne ne beurent li chevalier et au matin si eussent il bien mestier d’autre hostel avoir que celui ne lor fu, quar il estoient andui assez plaié et navré, et assez avoit perdu del sanc li pus sains. Mes toutes foies por ce qu’il virent que à faire lor convenoit, ou il vouxissent ou non, se soufrirent cele nuit einsint et reconforterent au melz qu’il porrent. À lendemain si tost [f. 267 a] com il fu ajorné, il reviennent à lor chevax, et metent lor seles, et montent et se metent au chemin. Et tant funt qu’il viennent à une abeie qui estoit pres d’ilec en une montaigne. Leienz remest misire Gauvain por les plaies qu’il avoit, dum il estoit trop grevéz, quar il ne peust pas adonc chevaucer sanz perill de mort. Et sachiez que par les plaies qu’il recut en la bataille de Hestor, demora il en cele abeie deus mois et plus ainceis qu’il fust bien gueriz et qu’il peust bien faire jornée. Hestor sanz faille n’i demora que deus jorz entiers, ainz se mist à la voie com cil qui trop estoit de grant cuer, ne n’avoit pas molt esté navréz en la bataille de munseingnor Gauvain. Et quant il se fu mis à(174) la voie einsint com chevalier errant devoit faire, il ne vint onques en leu où il ne demandast nouvelles de sun frere. Mes en tel maniere li en avint qu’il ne trouva en cele toute voie à cele foiz que de rienz l’en seust asener, si en fu assez maz i pensif. Mes or lesse atant li contes à parler de lui et retorne à Erec.


XI PARTE


[1] Or dit li contes que, quant(175) Erec se fu partiz de Hestor devant la Croiz Vermeille, si com il contes li a ja devisé, il chevauche mainte jornée sanz aventure trouver que à conter face. En touz les leuz où aventure l’aportoit, demandoit il nouvelles de Lancelot, mes il ne demandoit à home n’i à feme qui de rienz l’en seust assener. Un jor à hore de prime li avint qu’il vint devant un chastel qui seoit en une praerie trop bele et grant assez et [f. 267 b] fu li chastiaux si bien assis de toutes choses et si bel qu’il n’i failloit rienz del munde qui à bon chastel convenist, fors que vignes dum il n’i avoit nules. Et estoit cil chastiaux apelléz Augut, et est encor, et sera tant com il avra chastiaux el roiaume d’Engleterre. Et sachiez qu’il ot non Augut de Saint Augustin qui einsint l’apela. Erec chevauce vers le chastel, et quant il encomenca à aprouchier, il voit de leienz oissir par mi la porte gent à grant flote, or X, or XX, or XXX, or plus, or meins, et estoient tuit à pis et tuit s’arestoient en mi les prez et s’aseoient. Erec qui regarde cele asenblée, se merveille que ce puet estre, et ne demore gueres qu’il encontre sor un pulefroiz norrois une damoiselle qui venoit fassant le greignor duel del munde et disoit:

[2] Ha! lesse com ci a grant duel et dolereux domage! Ha! roi Artus, com tu seras tristes et doulent de ces nouvelles quant tu les savras!

[3] Erec entent la damoisele qui einsint se douleuse, si se merveille donc ce puet venir. Et por savoir la verité, il li vient à l’encontre, si la salue et l’areste. Et cele estoit si tres doulente qu’ele ne li puet respondre:

[4] Ha! franche(176) damoiselle, fait il, por Deu et por cortoisie dites moi, s’il vos plaist, donc cist d’els vos vient que vos menez si grant.

[5] Et ele respont maintenant:

[6] Il me vient de moltes resons, bel sire, et se vos le volez savoir, si alez là donc ge vieng, là meemes où vos poez veoir cel poeble asembler. Et certes, vos n’i avroiz pas grantment demoré que vos i porroiz veoir avenir la greignor dolor del munde.

[7] Et quel doulor, fait il, est ce? itant me dites, s’il vos plaist.

[8] Ce est, fait ele, que il i colperunt orendroit le chief au meillor chevalier del munde por ce qu’il occist arsoir par aventure et sor soi deffendant le filz au seingnor de cel chastel qui assailli [f. 267 c] l’avoit par sun orgueill(177). Et por veoir cele jostice s’i s’asemblent cil de leienz et insint com vos poez veoir, quar en cele place meemes doit l’en metre à mort le bon chevalier.

[9] Ha! damoisele, ce dit Erec, por Deu, se vos savez qui [est] li chevaliers, si le me dites.

[10] Par Deu, fet ele, volentiers. Sachiez que ce est missire Boorz de Gaunes, cil qui l’en tient orendroit au meillor chevalier del munde.

[11] Et maintenant que ele a dite ceste parole, ele s’en vait grat oirre, ausi grant duel mennant com elle fesoit devant, et se clame une lasse cheitive.

[12] [E]t Erec qui se fu partiz de la damoiselle si tost com il entenduz que cil del chastel s’asenbloient en tel maniere en la plaerie por veoir la mort de munseingnor Boorz, il dit à soi meemes que ja, se Deu plest, ce n’aviendra qu’il laist devant soi ocire en tel maniere le plus preudom del munde, melz i vodroit il estre morz. Lors s’en vait cele part où cil del chastel s’estoient asemblè entre els. Il dient:

[13] Or en veez un des chevaliers erranz. Il rescora ja malvesement sun conpeingnon que l’en li ocira devant lui.

[14] Il les entent bien, si ne respont à rrienz qu’il dient, ainz ceile et cest ce qu’il pense. Et aprés ce ne demora gueires que li sires del chastel oissi fors atout grant compeingnie de gent, mes sen faille il n’en i avoit nul armé. Et neporquant il pooient bien estre à cheval dusqu’à XX. Et entre cels qui estoient à cheval aloient quatre serjant à pié, granz et forz, qui amenoient munseignor Boorz assez vilauinement et tout à pié, les mains liees derieres le dos. Et li uns aportoit l’espée meemes munseignor Boorz, dunt il avoient esgarde qu’il li colperoient le chief. Quant Erec voit oissir del chastel cil qui venoient al chastel, il demande à un viell home qui devant lui estoit:

[15] Cuidiez vos que en ceste route de chevax viegne li sires del chastel et li chevaliers que l’en [f. 267 d] à mort jugée?

[16] Oil, ce dit li preudome, veez vos là le seingnor.

[17] Si li mostre sor un cheval blanc, et dejoste lui à pié viennent li serjant qui li chevalier amainnent. [Q]uant Erec entent ce que li preudom li dit, il n’i atent plus, ainz se comande à Deu et hurte sun cheval des esperons, si qu’il abat en sun venir tout cels qu’il ataint. Et là où il voit le seingnor, il li adrece la teste del cheval et le fiert si angoisseusement qu’il li passe par mi li cors et le fer del glaive et grant partie del fust. Il l’enpaint, si le porte mort à terre. Et au cheoir que cil fist brisa li glaives, quar cil estoit uns chevalier forz et pessanz. Et quant Erec le voit à terre, il nel regarde onques, ainz met la main à l’espée et cort sus à touz les autres. Et il estoit vites et forz, si les comence à acoire et à detrenchier et à fere si grant merveilles d’els qu’en petit d’ore en peusiez veoir gesir à terre plus de XXX, dont li p[l]us sains avoit plaie mortel. Et quant li autre voient qu’il les ocit en tel maniere et detrenche, ne que nus ne li puet durer, il le lessent la place, s’en fuient si plainnement el chastel qu’il ne remest home en toute la plaerie qui foir peuse, fors seulement les deus compeingnons. [Q]uant Erec voit qu’il li est si bien avenu à ceste foiée, il saut plus e jus del cheval et vient à munseingnor Boort, et li trenche les cordes dont l’en li avoit les mains liées. Et li baille un cheval qu’i trouva tout estraier en la plaerie et li dit:

[18] Montez, sire, et pensom de l’aler, quar se cil de leienz retornent sor nos armés et il nos poent entreprendre, il nos porront tost fere anui à ce que vos estes desarméz.

[19] Boorz prenz s’espée que li uns des pontoniers avoit lessiée cheoir de poor maintennant qu’il vit sun seingnor ocirre. Et quant il est montéz, il se metent andui à la voie et le chastel au plus qu’il poent, com cil qui n’estoient pas [f. 268 a] bien aseur por ce que desarméz estoient et avoient tant d’ennemis mortex com tost le poeple d’un chastel. Et quant il se sunt mis à la voie, il n’orent pas grantment alé qu’il trouverent Blioberis et Sagremor le Desree qui estoit descendu en une valée devant deus paveillons. Et maintenant qu’il les voient, il descendent, et cil tost com il les aparcoivent, il lor corrent a ll’encontre et lor crient:

[20] Bien vegnant, bien viegnant!

[21] Et lors veissiez grant joie et grant feste qui les uns feissoient des autres. Et quant Boorz lor ot conté de quel peril Erec l’avoit celui jor delivré, et coment il estoit à la mort venuz se Dex et aventure ne l’eust à celui point aportée, il l’en tent lor mains vers le ciel et dient que benoit soit Dex, quant il en tel maniere et si debonairement a ouvré de munseingnor Boort. [G]rant est(178) la joie et la feste que li compeingnons sun de ceste bone aventure que Dex [a] envoiée à monseingnor Boort, et dient que molt en sera li rois Artus liéz et joianz quant il orra conter l’aventure, einsint com ele est avenue. En ces paveillos demorent IIII jorz li conpeingnon et furent servi et aaisie de quant que li sires des paveillons pot avoir, qui estoit freres Blioberis et del parenté Lancelot et Boorz par devers lor meres. Et quant il orent leienz sejorné et tant com il lor plot, il fist querre à munseingnor Boort armes bones et beles, teles com il cuidoit qui bien fussent convenables à si bon chevalier com estoit misire Boort. [U]n jor qu’il se seoient leienz à tables entor ore de midi, et il avoient en lor premier atant e vos leienz venir sor une mule blanche une damoisele la plus lasée et la plus contrefaite qu’il unques eussent veue, si en avoient il veu mainte laide puis qu’il orent premierement porte armes. Mes ce estoit noienz de quant qu’il avoient veue lor [f. 268 b] vie avers ceste, quar ceste estoit si contrefaite en tote choses que ele ne resembloit mie feme mes deable, ne il ne fust à celui tens si sage home el munde qui peust en lui trouver ou il n’eust trop grant mefacon. Por ce ne que l’en ne dout que li contes ne die verité de lui, missire Robez de Borron aferme que il vit à Ossenfort el tresor de l’abaie(179) de Saint Vincent une figure d’argent que li roi Artus fist faire à sun vivant en la semblance de cele damoiselle, et la lessa à Sssenefort por ce que cil qui aprés lui vendroient l’i veissent. Et misire Roberz l’i vit et encor l’i puet l’en veoir. Et tient la damoisele en sa main une verge d’argent qui fu faite del lonc Erec, ne puis ne fu apetiecé. Et par cele verge poent connoistre, cil qui la voient, combien Erec fu lonc. [L]a damoisele qui tele estoit com ge vos devis, quant ele fu el paveillon entré, toute einsint montée com ele estoit, ele regarde les chevaliers qui mengoient et les salues tout, fors seulement Erec. Celui ne salue ele pas, ainz s’areste devant lui et le regarde grant piecce sanz mot dire. Et quant ele parole, ele li dit molt fellenessemet:

[22] He! Erec, fortune vil et mauvese, maleur et mal savoir, meschiance et mal’encontre, destorbier de toute joie, por quoi fus tu si lenz et si mauvés et si coarz que tu n’osas entrer el chastel donc tu veis le Lait Hardi oissir à si grant honte et à si grant laidure? Chetif chevalier et mauvés, qui ne doiz pas estre apeléz chevalier, mes le peior de touz cels de l’ostel le roi Artus, por quoi refusast tu ta bone aventure et la grant honor que Dex t’avoit illec apareillée, se tu i fusses entrés? Certes, se tu el chastel te meisses adonc, quant(180) tu venis devant, ja hom de leienz n’i fust morz en ta venue, ainz eusses mené afin l’aventure où tanz preudomes on ja failli. Si l’eusses plus conquesté honor que tu n’as encore fait en quant que tu unques feis, quar por seulement la grace que tu [f. 268 c] as en toi de ce que tu ne menz mie t’estoit apareillié ceste honor à avoir. Or t’en est si avenu que tu ne l’as pas achevée ne n’escheveras par aventure jamés. Si fui ca venue dire toi ceste parole, que ge vodroie ge bien que tu moreusses de duel. Et certes ce seroit à bon droit, quar puis que tu es e ton bon heur et sor ta bone cheance, et tu la refuses, il est bien droiz que mescheance te viengne, et se fere ele sanz faille qu’il ne demora mie.

[23] Quante ele a dite ceste parole, ele s’en ist fors del paveillon sanz prendre congié à cels qui leienz estoient. Ne unques ne volt remanoir por parole que l’en li die. Et quant ele les a si esloingniéz qu’il si est il remés com tuz esbaiz, misire Blioberis et Sagremor le Desree et Boorz le reconfort, et disoit que la damoisele laide estoit venue por lui gabber. Misire Blioberis voloit metre Erec en autre parlement et disoit que grant tornoiament devoit estre à Chamalot devant trois jors la Pentecoste, et disoit se il devroit venir au tornoiement que il voloit chevauchier à la maitin. Erec li respont:

[24] Par aventure poroit il avenir que je veroit que ge ai à conplir une mee besogne.

[25] Tuit cel jors tenoient parlement de Erec et de la damoiselle laide. Mes atant lesse ore li contes à parler de Erec et des chevalier des paveillons et retorne à parler del roi Artus si com il est venis à Chamalot.

[26]