RIALFrI

Daniele Deloc da Cremona, Le livre de Ghatrif

Moamin e Ghatrif. Traités de fauconnerie et des chiens de chasse, édition princeps de la version franco-italienne avec 3 planches hors texte, par Håkan Tjerneld, Stockholm-Paris, Éditions C.E. Fritze-Librairie J. Thiébaud, 1945 («Studia Romanica Holmiensia», 1).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 


[1]  Ici comence li livres qi fist mestre Tarif de Perse, par latin, et puis le translata en franchoins metre Daniel de Cremone.

[2]  Aprés ce qe je ai, la merci nostre seignor, finé le livre de Monayn fauchonier, ploit a mon segnor le noble roi qe je m’entremeïsse de translatier un autre livre encore de latin en franchois, li qels traite de la drotrine de oisseax de rapine et des mecine de lor enfermitez, et dou qel mestres Tariph de Perse fu compilleres premieremant, come cil qi le translata de persie[n] en latin. [3]  Est devisez par lxxv capitres ensi come je le vos diviserai par ordre l’un aprés l’autre distinctemant.
 
(1) D’un petit prologe qi fist mestre Tarif de Perse sor ceste ovre. I
(2) [D]es enseignes de la bonté des oisseax de rapine. II
(3) De fere maniers les oisseax de rapine. III
(4) [D]e reclamer les oiseax de rapine. IV
(5) [D]e la qantité dou past des oisseax de rapine. V
(6) [D]e les egestions desoure et desoutz. VI
(7) [D]e cog[n]oistre la purgaüre des oiseax et les enseignes de la sainté de la gorge. VII
(8) [D]e la bone garde de l’oisel. VIII
(9) [D]e la bonté et dou solaz des qatre manieres principaus des oisseax de rapine. XIX
(10) [D]e l’ostor. X
(11) [D]ou faucon. XI
(12) [D]ou faucon pelegrin. XII
(13) [D]ou premier past des esparviers. XIII
(14) [D]e la nature de la char des colums. XIV
(15) [D]e la nature de la char des moutons. XV
(16) [D]e la nature de la char des polastres et des autres oiseax. XVI
(17) [D]ou past des oiseax de rapine. XVII
(18) [D]ou maveis past. XVIII
(19) [D]e cure[r] l’oisel qant il ne puet esquizer. XIX
(20) [Q]es chars l’en doit veer as oisseax de rapine. XX
(21) [D]’engrasser les oisseax de rapine. XXI
(22) [D]e conoistre qant past puet soufir a pestre l’oisel. XXII
(23) [D]e la debilité de l’apetit. XXIII
(24) [Q]e l’en ne doit pestre l’oisel maintenant q’il a prise la proie. XXIV
(25) [D]e pestre l’oisel sauvage. XXV
(26) [D]e metre l’oisel en mue. XXVI
(27) [D]e la egestion. XXVII
(28) [D]e la murmuracion dou ventre. XXVIII
(29) [D]e chars bones a engraissier. XXIX
(30) [D]e conoistre qant li oisseax a bien enduit suen past. XXX
(31) [D]e curer l’enfermité qi est calice appellee. XXXI
(32) [D]e curer l’oisel des lombrices qi lor naissent el ventre. XXXII
(33) [D]’amender l’oisel qi ne vient velentiers au reclam. XXXIII
(34) [D]e curer le vomir. XXXIV
(35) [D]e curer la fleme et la colore par vomir. XXXV
(36) [D]e fere l’oisel tost muer. XXXVI
(37) [D]ou past qi fet issir bones les novelles pennes. XXXVII
(38) [D]ou leu de la mue. XXXVIII
(39) [D]’amegrir l’oisel qant l’en le tret de mue. XXXIX
(40) [D]e cure de la depennason de l’oisel. XL
(41) [D]e curer l’oisel de peoils. XLI
(42) [D]e curer la podrage. XLII
(43) [C]omant l’en doit fere la chave qe l’en fet trere por metre dedens l’oisel. XLIII
(44) [D]e l’ardant appetit de l’oisel. XLIV
(45) [D]e la cure dou dolor dou dos. XLV
(46) [D]e la cure de la corosion. XLVI
(47) [D]e la cure d’une autre maniere de corosion. XLVII
(48) [D]es enseignes por savoir en qel partie a l’oiseax sa enfermité. XLVIII
(49) [D]e conoistre la sainté et l’enfermité de l’oisel. XLVIV
(50) Por fere qe l’oisel preinge granz oiseax. L
(51) Por fere qe l’en ne perde l’oisel de vern. LI
(52) D’un engin por prendre l’oisel qant il est fuiz et ne veit retorner au reclam. LII
(53) [D]’adomastier le grant oisel. LIII
(54) [D]e chacier les lombrices. LIV
(55) [D]e la cure de l’aneler. LV
(56) [D]e la cure des plaies et des feries qe l’oisel sostient par autre oisel. LVI
(57) [D]e la cure de l’enfleüre dou chief. LVII
(58) [D]e le cure de la reume qi descent en la gole a l’oisel. LVIII
(59) [D]e la cure de l’enfermité de l’asme. LIX
(60) [D]e la cure de la fleme qi vient en la gole. LX
(61) [D]e la cure de la blanchor des euz de l’oisel. LXI
(62) [D]e la cure de l’enfermité des oreilles. LXII
(63) [D]e la cure de l’enfermité de la pree. LXIII
(64) [D]e curer l’oisel qant il est timoreus. LXIV
(65) [D]e restaurer les pennes rotes et tortes. LXV
(66) [D]e curer l’oisel gras et pereceus en chacier. LXVI



1.

[1] Mestres Tariph de Perse dist, selonc ce qe je trovai escrit en son livre dou latin, qe maint sage home de Persse et de Grece en l’art des oisseax de rapine escristrent maint livres sor ce, el qel il comprehendirent mainte chose inutels et non besoigneuse confusemant. Mes transcurrans lor livres et lor dit, el present volume compilla et met tot ce qi’l trova dispers en eax breumant, utel et neccessaire a ceste matire, et dist en ceste maniere.


2.

[1] Des einseignes de la bonté de oissieax de rapine.
 

[2] Savoir et noter doit l’en certainemant qe del oisseax qi vivent de rapine sunt li meillor cil qi ont gros bec et a la bouche large et a la voiz grosse et la lange et le palé noir et les nares targes et les euz amples et concaus et les sorcils vertz, mes non trop espois ni covert de plumes, et la face grosse et le col gros et la gole large et ample la gorge et ample le pit et curtes les pennes des eles. [3] Mes li coutel doivent estre lonc et l’ele, lai ou elle se conjoint au cors, doit estre grosse, et doivent estre el dos arufez et noirs, et la coue doivent avoir [un pou torte et] dure la char et les cuisses curtes et amdeus les piez retortes et loncs et vert et les plantes amples et l’erre grant et large et le voler lonc. [4] Et doivent estre fauve de color ou ferant, traiant ensi com a janece ou a rosece, mes li meillors de tout sunt li fauve.

[5] Et sachient tuit qe tuit li oisel qi sunt mellé et de diverse color sunt buen.

[6] Dels ostors dist Caycans, un rois de Parthe, qe li miaudres ostors est cil qi est blanc, qar ce est esprovez sor toutez autres oissieax de rapine par ardimant et par proeche et par biauté et est de cortoise nature, mes pou en trova. [7] Mes d’autres oissieax de rapine sunt maint qi sunt engalmant buen, et la miaudres venason q’il font est d’oches et d’oiseax d’eve, mes il ne prenent pas les arons. [8] Mes li ostor prenent les ayrons et toutez autres oissieax, ausi les grans come les petitz.


3.

[1] De fere manieres les oissieax de rapine.
 

[2] Qant vos venez a aucune fonteine d’eve, aspergez li la bouche et le chief de l’eve de cele fonteine. [3] Et aprés ce qe li soleax est tornez a declin, tenez tot adés l’oisel en vetre main, et la nuit meeme le tenez assez longemant a la luor de la lucerne, et ensi le fetes veilier longemant. [4] Et avant q’il soit jorz, prenez encore l’oisel en vestre main et l’aloseingiez, selonc ce q’a vos semblera estre besoign et selonc ce q’a l’oisel vos semblera blaisir.

[5] Et s’il se debat et ne veit seoir sor le poing, ne le leissiez por tot ce, mé benignement l’estruez, et le retornez sor le poing doucemant et soevemant, ensi q’il conoise et sache vostre volenté, et [l’estruez a] estruter de la perche sor la main ou de la main sor la perche et a retorner a vostre main autresi pou et pou. [6] Et ensi s’adoucira et s’apriveera et viendra au clamer volentiers et volentiers maingiera.


4.

[1] De la maniere de reclamer les oisel de rapine.
 

[2] Premieremant doit l’en clamer l’oisel par un espace loing da soi ensi com est par un braz, et aprés ce par deus, et ensi pou et pou plus loing toute voies. [3] Et chascune foee q’il vient a main, l’en le doit leissier becher de la char un petit, por ce q’il s’aüse a venir volentiers et q’il conoisse q’il place a celui qil clame.

[4] Et aprés ce, qant l’en l’avra fet venir a sa volunté, adonc li doit complir suen past et sachier le a tout suen voloir, et ce fetes par auqant jor. [5] L’en doit puis issir o tot fors es champ.

[6] Mes bien se gart q’il nel leist es premiers amajestrimanz sanz creance, et qant il l’avra bien amajestrié et q’il viendra bien au reclam, adonc face puis de lui ce qe li plet et qe li semble avoir mestier.


5.

[1] De la qantité de past des oisseax de rapine.
 

[2] Mestiers est premieremant qe li syres de l’oisel sache bien la qantité dou [past] de suen oisel et qant il li doit acroistre ou minuoir, et q’il sache s’il est constipez ou trop laxe par vomir ou par esquizer. [3] Et se ce doint garde de conoistre bien manifestemant, qar s’il ne se feit bien porveoir de ce, suens oisseax puet encore maintes grans enfermitez.


6.

[1] Des egestions desoure et desoutez.
 

[2] Encore est meslier qe l’en osert l’egestion et voie s’ele est mout ou pou molle ou dure et autresi cil q’il gite par la boche, et se ce purgaüre sunt de buen ou de mauveis odor. [3] Et saichient tuit qe qant le purgaüre desout sunt molle et cele desoure sunt dure qe ce signifie qe li past soit corompuz dedenz l’estomac.

[4] Et qant il devint le contraire de ce, ce est qe le purgaüre desoutz sunt dure et celle desoure sunt molle, adonc saiche l’en qe ce signifie estre par male digestion et qe li stomaic ait tante debilité q’il ne puist coire par ochaison de mauveis past.

[5] Et a ce doit l’en user tel cure: l’en doit prendre un columbel et gitier le devant l’oisel tout vif et leisser li assez deplumer, et ce fet, trove l’en une columbelle et peisse l’oisel de li et li doint de l’eve a sa volenté, qar ce refroidera et recreera suen cors.


7.

[1] De conoistre la purgeüre et la sainté de lor gorge.
 

[2] Mes qant le purgeüre de l’oisel, desoure come desouz, sunt dure, adonc sachient tuit qe l’oisels est sainz, et adonc doit estre mout studieus et curieus li fauconiers a enqere et a conoistre les enseignes de la gorge, ensi come li mires conoist cele de l’home par le pulse.


8.

[1] De la garde qe li fauconiers doit fer de l’oissel.
 

[2] Encore est mestier tot premieremant qe li fauchoniers aint l’oiselet q’il le tiegne et governe hu[m]blemant et benignemant et li honore de qant q’il puet, allosenjant le et serviant le bien et debonairemant a tot suen pooir, et q’il le pesse de bone et de fresche char. [3] Et s’il avint a la foee q’il ne volt bien ou q’il fault a prendre, ja por ce ne li doit l’en espuer en la face, ne irer soi envers lui, qar li oisel de rapine sunt entendant miauz de tot autres oiseax et sunt de plus desdeigneuse nature et cil qi plus ont afasti tout despit et qi plus le fuient, [4] ni ne le doit l’en touchier trop sovant o la main, qar saichent tuit qe l’oisés n’aime l’en fors por le bien qe l’en li fet. [5] Dont tuit l’oisel de rapin[e] se doivent studieusemant honorer et tenir chier, alosenjant les et serviant les tot adés debonairemant, ensi come dit est desus, et meememant l’esparver, qar il est sor toutz autres oiseax de desdeigneuse nature et cil qi moinz soufre despit. [6] Dont saichent tuit qe cil qi bien et saigemant et amiablemant ne le garde, le pert tost. [7] Adonc aim le cil et honort et serve do tot suen cor qi de lui vel bien avoir et joïr.


9.

[1] De la bonté et dou solaz des qatres manieres des oissieax de rapine.
 

[2] Semblable diligence, cure et garde doit l’en metre es ostors et es faucons et es sagres com el esparvier, qar ce qatre maniere d’oisseax de rapine sunt meillor des autres et de greignor soulaz.

[3] Mes de toutz est plus soufranz et enduranz de mal li ostors et cil qi sert ausi en yver com en esté et prent ausi la proie de l’esparvier come cele dou faucon, por qoi li ostors fet mout a loer come cil qi prent les perdiz et les faissanz havondeusemant.

[4] Ausi fet assez a loer li faucons qi prent les oisseax qi usent en eve. [5] Mes li esparviers fet a loer sor toutz, qar il vaut a totes les predites choses et sor tot ce prent les columblés. [6] Est encore un autre oisels li qex est appellez en la lange de Perse yuyu, qe, qant il vole, tuit autre oisel s’en fuient devant lui, et est ausi buens por oissiler com est li sagres. [7] Et uns autres en est ausi en Perse, qi est appellé en cele lange gutuy et uns autres ausi qe est appellee cursue et uns autres ausi qi est appeliez golot. [8] Tuit cist oisel qe je vos ai nomez sunt fort a mervoille. [9] Mes li miaudres de tuit ces est cil qi est appeliez yuyu, qar se vos le veïssiez - qar il prent les faissans et les perdiz - et comant il les prent par naturel enging, vos reputarez por noiant les solaz de l’esparvier.

[10] Et si tot je vos ai mout loé l’esparvier et le yuyu, ja por ce ne leissierai qe je aucune chose ne retraia dou faucon sagre, com cil qi a une especiele proprieté en oissielier qe l’en ne troveroit pas es autres oissieax de rapine, la qele fet bien a meintevoir et a retrere et est ceste, qar je di veraiemant qe li sagres prendra tant de proie a suen segnor q’il en avra assez o toute sa mesniee et en pora servir a ses amis gramant, qar il ne doute de prendre les granz et les fortz oissieax, mes ardiemant et ardentemant se fiert entr’es sanz nulle doutance.


10.

[1] De l’ostor.
 

[2] Li ostors est a mervoile biax oisseax et fort et viaz et ardiz estrangemant et a mout buen odor et est entendanz merveileusemant et de parfite venasson.


11.

[1] Dou faucon.
 

[2] Dou faucon di je qe ce est uns oisseax plains de grant perece, et est mout perileus et grief a garder et non est biax, et raremant, a poine entre mil, en puet l’en trover un buen, et si n’est de mout plaisant odor. [3] Et cil qil garde a maint peril en sa garde et pou d’utilité et mout li convient travaillier a crier, et saichent tuit qe ce est uns oissieax mout ochaisonables. [4] Et mainte foee avint qe vos veirez maint biax faucons qi ne sunt d’aucune utilité.


12.

[1] Dou faucon pellerin.
 

[2] Se vos vos volez eslire la meillor maniere des faucons, eslissiez le faucon pellegrin de mareme qi soit noir de color traiant vers rosece ou vers janece clere, et qi ait les piez soutver[t]ez et la face grosse et les sorcils soutils et les pennes des eles longes et la coue curte et le bec noir et les ungles noires. [3] Et des ces aitex sunt li meillor cil qi volent o greignor velocité a l’aire et qi bien prenent suen past et qi volentiers vienent et demorent pres de suen segnor. [4] Et qant vos troverés les predites enseignes el faucon pellerin, saichiez qe cil aitex est nobles faucons, et l’en le doit avoir chier, qar li soulaz et la venason de lui est sor tuitz solaz et sor totez venason d’ostor et de sagre et de toutz autres oisseax de rapine. [5] Et se aucun vousist demander por qoi la venason dou faucon pelerin fet a loer sor totes autres, je li respondroie ensi, qar je di qe li faucons pelerins oissele es champs et prent les chevrols et les levres et le grues, les dammes, les airons et les voltors, et s’il les trove deus et deus, si ne les doute il envahir. [6] Et sor tot ce prent les corbs noirs et les cors de color entremellé et les hoches roseres et les carbonieres, et les perdiz et les columbes et les bubons et les qaternis, oisseax d’eve et faissans. [7] Et por ce di je q’il fet a loer sor toutz autres oisseax de rapine com celui la cui bonté est exprovee et coneüe manifestemant par exprove experte et certaine et come cil qi est plus fort et plus ardanz en sa venason de tuit autres oissieax de rapine, et por ce qe sa bonté et ses vertu soient manifeste as saichians et as non saichanz, les ai je ici escrites et denotees.

[8] Mes maint home sunt, chevalier et autres, qi en ont aucun ou plusors en lor garde [et], certes, de lor enfermité ni de lor nature ne sevent point, et se aucuns lor deman[da]st por qoi le egestion des faucons sunt belle, il n’en sevent rendre reison, et se l’en lor deman[da]st ausi se ses faucons esquize bien ou non, il ne sevent qoi respondre. [9] Dont il est domages et desnature trop grant qe tant chier oisseax doie remanoir en tel garde, qar le garde de tant precieuse rien et de tant prisiee doit estre par raison mout sage et mout curieuse et mout entente de li en totes manieres.


13.

[1] Dou premier past des esparviers.
 

[2] Li past de l’esparvier doit estre premieremant d’oissieax qe l’en appelle en la lange de Perse sache chayste et guchardus, oissel de trop buen past qant il trovent les semences es chams.

[3] Mes qant il peissent les herbez, il ne sunt pas buen, qar il corompent l’estomac de l’oissel et le gastent. [4] Mes li guchartz pontic est chascune seison buens a doner por past a l’oisel. [5] Et qant li guchartz ne se troivent, doint l’en a l’oissel petitz oissieletz, si tout il non engraissent et restreignent les egestions. [6] Et doit l’en user de cest past des le commencemant de l’autome dusqe par toute la seison de ver. [7] Mes por ce gardez, vos en de cest oissieax doner por past qant il sunt en amor, qar il sunt adonc magre et ont dure la char, por qoi l’en doit attendre tant q’il aient fetes les oves. [8] Mes se l’en trovast adonc es nius d’oisseax aucun petit oissielet et tiendre ou pipions de columbs qi adonc premieremant se commençassent de movoir saiche q’il sunt buen parfitemant. [9] Et saichent tuit qe cestui past puet l’en doner seüremant a chascun oisel de rapine. [10] Encore sunt mout bone le char de tortres et d’un oisel qi est appellez guarsan, meememant qant le semence se trovent es champ. [11] Mes de char d’asne en aucun temp ne peissiez ja vetre oisel, se vos poez trover d’autres meillors. [12] Mes se vos n’en poez avoir d’autres, prenez de celles et lavez les bien en eve et puis les leissiez ester tant dedenz l’eve qe tout le sanc o tote la putrefacion en isse et remanent pure et netoiee, et ensi serunt puis legiere et bone.


14.

[1] De la nature de la chars des colums.
 

[2] Les chars de colums tiendres, qant il se comencent premieremant a movoir, dist mestres Tariph q’i[l] sunt meillor por past de toutes autres chars, et lor cuisse et lor col sunt trop meillor qe li pitz.


15.

[1] De la nature de la char dou mouton.
 

[2] Le chars des moutons sunt gramant a loer, qar elle sunt a mervoille legiere et sunt buen past et engraissent l’oisel de rapine a cui l’en les done a maingier. [3] Voiremant l’en les doit appareillier selonc la maniere qe je vos deviserai desoutz, qi veit q’ele soient sane, mes qi autremant les vousist doner a l’oisel, saiche de voir q’ele ne sunt pas ensi saine.

[4] Adonc prenez les chars des moutons bones et non magres et tele qi ne soient moritive et lavez bien en eve tepe ensi qe tout le sanc et tote la putrefaction en issent et q’elle deviegne blanche, et aprés les mundez bien des voines et des ners et puis les lavez encore bien en eve tepe. [5] Et qant vos les tondrez puis fors de cele eve, donez les erramant sanz nulle delaiance a maingier a l’oisel. [6] Et saichent tuit qe cist past purge et mundifie l’estomac de l’oisel et tout les cors li humifie et trop merveilleusemant valt a fere metre les pennes. [7] Encore saichent tuit qe cist past qe je vos ai desus nomez ne sunt pas past tant seulemant as oisseax de rapine, ançois lor sunt bien ensi come mecine, et de ces past puet l’en seüremant ausi en yver com en esté user. [8] Et saichent tuit encore certainemant qe le meillor char et plus legiere a past d’oiseax de rapine sunt le cuisse des perdiz et des faissans, tant com il maingient les semences. [9] Et saichiez qe tuit li oissel sunt meillor et plus gras qant il maingient les semences q’il ne sunt qant il maingient les herbes.


16.

[1] De la char des pollastres et des autres oissieax.
 

[2] Mes les char de polastres sunt past d’esté trop buen, por ce q’elle sunt froide et remoillifient les egestions. [3] Les char de les qaternix sunt legiere et meememant le cuisse, et saichent tuit qe toutes les char des bois sunt savoreuse et legiere plus de totes autres, mes les char des oissieax d’eve sunt de diverse sabor, selonc ce qe je le vos descriverai maintenant. [4] Premieremant sunt oisel qi sunt appellé tadac, qi usent en eve, la char de qels est miaudres et plus digestibles de totes autres chars de oiseax d’eve, qar ceste chace le fime dur de l’oisel et li engraisse et li elarge le fundemant por ce q’ele est humide, et semblable char de ceste en tot sunt les chars de arundes de mareme. [5] Mes la chars des tyches est encore plus profitable de ces autres et a pou de graisse et sa complexion est miaudrez de totz les predites chars. [6] La char des oches charbonieres est mout bone et meememant el temp qe elle se commencent de soi movoir. [7] Et saichiez qe tuit li pul qi sunt nori de verms, ce sunt li oisel petit, sunt plus convenable a la seison de la mue qe nulle autre char d’oisel ni d’autre.


17.

[1] Dou past de oissieax de rapine.
 

[2] Savoir doivent cil qi ont a garder oissieax de rapine qe l’en les doit pestre selonc les diverses seisons de l’an diversemant, qar el mois de dissembre et de jenier doit l’en acroistre le past a l’oisel un pou plus qe l’en ne soloit devant, por ce qe li temps est froit et le nuit sunt mout grant. [3] Mes qant cil dui mois sunt passé et febriers est entrés, adonc doit l’en sutrere de cele qantité qe l’en avoit acreüe au past et retorner le a cele devant qe l’en li soloit acustumeemant doner. [4] Et en cele seisson doit l’en porter [suen oisel] volentiers sor le poing por ce q’il enduit miauz et plus en devint privez, et ensi doit l’en fere de l’esparvier et de l’ostor. [5] Et en ceste seison ne doit pestre l’en suen oisel de char de mouton, por ce q’elle est magre en celle seisson et non pas convenable a past. [6] En ceste seisson sunt li columbel buen a l’esparvier et tuit oissel qi herbe ne maingent. [7] Et gardez vos bien qe vos en nulle maniere ne donez a votre oissel ossez sanz meolle, costes ou extremité d’eles ou celles osses qi sunt devant le pit, qe l’en appelle forcele.


18.

[1] Dou mauveis past.
 

[2] Encore se doit l’en garder de doner a l’ostor de sanc d’oissel et de cerebre de geline, faisane d’eve et dou poumon de chascun oisel d’eve et de cerebre de corb. [3] Et saichent tuit qe mestres Tariph dist toutez les chars de toutz oisels qi noent en eve et qe se submergent dedenz, generaumant estre mauveisses a l’esparvier, et meememant lor cols. [4] Mes s’il avenist par avanture qe l’en li donast et li chief de l’oissel ou li col se gravast por ce, cuissiez li adonc o une virge de mirte l’os qi est entre amdeus les euz sor les nares. [5] Et puis fetes buillir auqant d’oile et prenez une vergelle soutil et envolupez de l’un de chief un pou de bambaz, et puis la moilliez da celui chief ou est le bambaz envolupez et en oingiez le palé a l’oisel. [6] Et saichiez qe ceste enfermitez est trop pericleuse.


19.

[1] De curer l’oissel qant il ne pue[t] esquiçer.
 

[2] S’il avint qe vetre oisseax ne puisse egerir por ochaisons qe la egestions li soit enduree el ventre, adonc le devez curer en tel maniere: [3] prenez d’aleopatic en tante qantitate apessé com est uns grans de cisre et tridez le bien, et puis le distenprez avec auqant de lait bel et freis et metez i dedenz autresi pilulas de zucre ros ou de miel et de zucre une drame et mellez les bien ensemble, puis lez donez boivre a l’oissel. [4] Encore a le egestion enduree el ventre valt li butre mellez avec miel.

[5] Encore est a ce bone ceste autre cure: prenez dou fiel des bous et autretant de miel et liquifiez les en eve chaude, et de ce fetes un cristier a l’oisel constipé. [6] Ou prenez fiel de chavre en tante qantité com vos semble soufir, et mellez la avec tant de borac com est uns grans de pevre et usez de ce par cristier.

[7] Encore a ce meeme est buens cist autres cristiers: prenez des piez de bestes ensi come sunt berbiz et moutons, et fetes les buillir en eve et de cele eve fetes le cristier. [8] Encore valt ceste mecine: prenez de l’esscorze des piez de cele bestes qe je vos nomai orendroit desus, ce est qant le pié serunt bien cuit en eve, et de ces escorçes poez doner auqant morseax a l’oisel a maingier.

[9] Et saichent [tuit] qe ce ne se doit pas doner por past mes por mecine de cestre enfermité, et ce fet, leissiez puis l’oisel dusq’atant q’il gerisse. [10] Et saichent tuit qe ceste eve qi est dite desus est bone mout et mout valt encontre la pree et encontre l’egestion dure et autresi encontre la constroiture des boelles et dou fundemant. [11] Encore donez li a maingier de la lye fresche et belle, et est ceste lie graisse, la qelle est sout la coue dou mouton en la partie defors de la coue, qar ce sunt le plus grasse char et le plus legiere dou monde, et de ce donez tant a l’oisel en tote la semaine come sunt dui tarin en pesser, et ce fetes en yver et en esté.

[12] Mes se ceste enfermitez sorvenist a l’oisel par ochaison de trop past, sachiez adonc q’elle est trop grief a curer; dont vos vos devez bien prendre garde de non doner le past en supercle qantité. [13] Mes se le mecine qi sunt dite desus ne valent par avanture a lasser le ventre de l’oissel et a mollifier l’egestion qi est dedenz enduree, prenez de predite lie encore, ce est de la predicte graisse de la cou dou mouton, et pistez la bien. [14] Et qant elle sera bien pistee, donez en en morsieax une oinze a l’oisel, et aprés ce descovrez le fundemant de l’oisel et oingiez l’i bien o la predicte graisse, et puis li en metez dedenz tant com pessent troi aurei, se ce est ostors qi soit de ce malades, mes se ce est esparviers, metez le en seulemant tant come pesse uns grans, et dusq’atant l’i leissiez qe la graisse se liquefie es boeles de l’oisel.

[15] Et aprés ce levez l’oissel sor vestre poing, et il egerira atant aucun pou, et puis le metez jos et metez un bacin plein d’eve devant lui, et saichiez qe ensi se purgera et enduira bien.

[16] Mes s’il ne se purge bien por les predites mecines, prenez la predite graisse et liqefié bien la dedenz un cauderel mundee et net et aprés ce la collez bien, et puiz metez auqant de cere avec. [17] La metez sor le feu encore en aucun veisel bel et net, et les leissiez ensi tant eschaufer q’elle se mellent ensemble dou tot et puis le collez en un petit chanel, et qant elle serunt coagulee et refroidiee bien dedenz le chanel, rompez le chanel ensi qe la forme de la graisse qi sera dedenz ne se gaste mes remaigne toute entiere et toute sane selonc ce q’elle estoit dedenz le chanel.

[18] Et de la graisse ensi saine fetes en a l’oisel, ce est a l’ostor ou a l’esparvier, un suppositoire, mes oingiez le premieremant, avant qe vos li metez ce suppositoire, le fundemant de la predicte graisse, et aprés ce fetes de cele meeme graisse un cristier a l’oisel.

[19] Et saichiez qe li chaneus doit estre gros selonc ce qe l’oisaeaus est, ensi come vos semblera estre mestiers, et le cristier doit estre a mesure d’un doiz. [20] Encore de cele meeme graisse doit l’en pestre l’oisel, qar elle remole l’egestion et purge bien. [21] Mes saichiez qe el temp d’esté i doit l’en metre plus de la cere qe en celui d’iver, por ce qe li suppositoires vigne plus durs et plus fort. [22] Et qant vos avrez mise la predite mecine o le cristier el ventre de l’oisel, vos le devez voivre ça et la ensi qe la mecine corre par tout le ventre, et ce fet, devez metre devant lui eve en un bacin, por ce q’il boive s’il vel.

[23] Encore avom a ce un’autre mecine bone et veraie, et saichent tuit veraiemant q’ele a esté par mainte fois exprovee et est trovee bone et veraie et parfitemant: [24] prenez d’oile de susamin et d’oile de mirasol et d’oile lentiscin, une oince de chascun, et mellez les ensemble, et prenez deus terces d’une drame de sarcocole bien tridee et de sal montenier une oince et d’aloepat une autre oince et la sexte part de turbit et de butre de vache fresche et de miel depumé, de chascun une oince. [25] Totes ces choses tridez et mellez ensemble et en donez a l’esparvier a maingier tant come pesse dimi aureo ou tant come pesse la tierce partie d’un aureu. [26] Et ce doit est[r]e le matin avant tot autre past. [27] Et ensi par ces mecines porez gerir vestre oisel de ceste enfermité et autremant non.


20.

[1] Qel char l’en doit veher a l’oiseux de rapine.
 

[2] Char froide ne se doivent doner a l’ostor en aucune maniere, qar elle sunt ochaisons de chascune enfermité. [3] Encore ne li doit l’en doner char de geline, mes se besoigne vos mene a ce qe vos li conveigne doner por ce qe vos n’en aiés d’autre, donez li d’une geline noire qi soit bien grasse. [4] Encore li doit l’en veher totes chars d’oisseax qi usent en eve, por ce q’elle sunt trop froide et por ce q’elle endurent mout l’egestion el ventre de l’oisel. [5] Encore le doit l’en garder des chars de chascun animau magre et de chars des moutons autresi, meememant tant q’elle sunt chaude et freschemant occisse, mes se vos en avez mestier de pestre qe autre n’en puissiez fere, leissiez le refroidier qant elle sunt occisse. [6] Et encore devez garder vetre oisel de doner li char qi soit reservee d’un jor au autre et meememant au temp d’esté, mes el temp d’iver li puet l’en doner chaude en eve tepe.

[7] Encore gardez vos de doner li char mordue ou adentee par chien ou par autre beste, se vos ne l’avés lavé bien et netoiee tot avant, qar se vos li donisiez sanz laver la, il vendroit a l’oisel une infermité dedenz la boche, la qelle appellent cil de Perse goffrinech, et en ceste enfermité apperent en la boche de l’oisel ensi come granellez petitz. [8] Encore se doivent veher a l’oisel tuit li cerebre de chascun oisel, meememant el temp d’esté, por ce q’il sunt mauveis et grief et si ne se poent enduire. [9] Encore autresi est mauveis past por l’oisel chascuns fie qant il est froit, qar il est trop grief et fet mauveis et turpez humors a l’oisel, mes qant il est chaut, il n’est pas mauveis, ançois le puet bien l’en doner.

[10] Et saichient tuit cil qi ont oisseax a garder qe l’en les dout mout bien garder dau froit et de la terre moble et dau fum, qi est pires encore qi ne sunt li dui autre qi sunt dit desus. [11] Encore se doit l’en garder q’il ne prende l’oisel o ire et o furor et q’il nel por autresi, et garder s’en doit ausi qant il est anxieus ou conturbez par aucune ochaison, et qant il est chargiez de vin, et qant il est dou feu de luxuire eschaufez et espris. [12] Et encore se doit l’en bien garder q’il ne toche o les mains dusq’a tant q’il les ait bien lavez, et meememant le matin qant il se leve de dormir ou qant il se leve de maingier.


21.

[1] Comant l’en doit engraisser suen oisel.
 

[2] Chaichanz, uns rois de Parte, nos done par doctrine qe qant l’en veit suen ostor engraissier q’il doit prendre une piece de char de mouton soutilmant tailliee et munder la bien de toute graisse, de ners et de voines; et metés la en eve chaude por ce q’elle se mundifie bien et se lave, et puis l’en trahez fors et la donez a l’oisel a maingier. [3] Et qant vos l’avrez ensi peü de cestui past deus jorz assiduemant, au tierz jor li donez a maingier de char de columbs. [4] Et saichiez qe se vos peissiez ensi vetre oisel par troiz jorz, il engraissera selonc vetre volenté.


22.

[1] Por conoistre qant l’oisels est assez peüz.
 

[2] Qant vos volez conoistre se vetre oissieax est soufissemant peüz de convenable past, gardez li as tuls q’il a sout les oreilles, et se vos les veés noirs, adonc saichiez q’il a assez dou past. [3] Et ausi gardez se les extremité dou palé est noire, qar ce signifie autresi q’il soit assez peüz. [4] Mes se vos veez, aprés ce qe vos avez peüz vetre oisel, q’il ait en sa gorge la char constroite et envolupee et q’ele ne li descende au ventre pou et pou, ensi com elle suelt et doit par reison, adonc saichiez q’il est molestez de male digestion ou d’aucune autre enfermité. [5] Et qant, peissanz l’oisel, vos poez apercevoir qe li past li descent pou et pou el ventre, adonc saichiez q’il est sainz et de bone disposicions. [6] Mes qant vos le volez bien pestre, gardez vos bien de doner li l’un bocon sor l’autre, mes donez l’en premieremant un bocon et leissiez li descendre en la gorge et puis li donez l’autre, et ensi porrez bien conoistre sanz faillir qant vetre oisseax avra assez de suen past et saciablemant. [7] Et saichiez qe se vos sorhavondant li donez un seul morsel, il l’ascondera deriere en suen col.


23.

[1] De la debilité de l’apetit.
 

[2] Qant vos veirez l’apetit de l’oisel debilité et q’il ne prendra suen cib ni nel demandera o tante avidité com il suelt, saichiez adonc q’il a esté feruz ou q’il est grevé d’aucune enfermité, ou il est sorpris de ventosité ou de vieille indigestion, le qele conse consument et destruient les vertuz et la force de suen cors.

[3] Mes qant vos veirez l’oisel movoir les eles et toutes ses autres menbres fors qe le chief et le col seulemant, et ceaus tient droiz entensez ensi com un fust sanz movoir les point, saichiez adonc q’il a aucune enfermité el chief et el col, por qoi vos le devez garder adonc de pestre de chars pleines de graisse, de ners ou de voines. [4] Dont l’en les doit garder de cuisses de toutez oisseaux et de totes autres menbres es qels sunt habondance de ners ou de voines, qar ce chars sunt mout grief a digerir et sunt trop perileuse s’ele ne sunt mundee et purgee des ners et des voines.

[5] La graisse autresi est mout nuissanz past as oisseaux de rapine, ensi come sunt nerf et le voine. [6] Et maint fauconier sunt qi paissient lor oisseaux des pitz de faissans et des perdiz et des qaterniz, de la qel chonse il ne funt mie qe sage, qar ce telle char s’envisclent a la gorge de l’oissel, dont il avint qe de ce li sorvint indigestion.


24.

[1] Qe vos ne peissiez l’oisel maintenant q’il a sa proie prise.
 

[2] Qant vos avrez gitié vetre oisel et il avra prise sa proie gardez vos adonc qe vos ne le peissiez maintenant, mes leissiez le un pou reposer et recovrer sa alaine, qar se vos le peissiez avant q’i[l] l’ait recovree, il puet bien avenir q’il en cheira en une grant enfermité. [3] Mes qant li oisseax sera bien reposez et avra bien recovree s’alaine, adonc le peissiez tot seüremant a sa volenté, et ceste usance tenés totes voies et ensi se fetes adés. [4] Et saichent tuit qe l’en ne doit tochier l’oisel o la main qant il mainge, qar se l’en le toche, il cuide qe l’en li voile tollir suen past; dont por celle doutançe avint q’il mainge et ce qe li est besoigne, et ce qe ne li est. [5] Mes qant l’en li leisse maingier a suen voloir sanz tochier le, saichiez de voir qe cil li est mout buens past profitables, qar oisseax se conoist si bien en ce qe, pois qe l’en li leisse maingier a suen voloir, il mainge ce qi li profite et qi buens li est, et ce qe li poroit nuire leisse ester.


25.

[1] Comant l’en doit pestre l’oisel sauvage.
 

[2] Qant vos volez pestre l’oissel qi n’est encore privez, attendre devez et garder qe deriere vos ne demort aucuns hom ni aucun autre animaus, qar qant l’oisseaux mainge, s’il avint q’il retorche suen col por soi garder arriere, il poit avenir par avanture q’il li cheira dou past aucune chose en aucun autre leu q’il ne devroit, et de ce se poroit engeindrier une maladie, dont il poroit morir legieremant. [3] Et estre puet par avanture qe li oissieaux cheira en ceste maladie qant il istra de mue, la qelle maladie vos porez par ces enseignes conoistre, qar vos veirez les maiselles de l’oisel enflees defors et dedenz, ensi come devint en celle especiali[t]é de maladie la qelle appellent li mire quinancie, et est une maladie qi neist en la gole par occaison de superfluité d’umors. [4] Dont vos veirez autresi l’oisel movoir li chief et la coue espessemant, et movant le chief veirez q’il ovrira la boche autresi.

[5] Dont la cure est telle: prenez un soutil chanelet d’argent ou d’oton qi soit parforez soutilmant et metez li dedenz la bouche et le fetes passer par mi la bouche dusq’a celui leu ou vos veirez estre li hochons qi contreire a l’oissel, et qant vos le locherez o le chanelet, trahés a vos li flaus. [6] Et ensi en viendra fors li bocons ou l’os, se ce est os qi i soit, ou qelqe autre chose qi i fust; et maintenant sera geriz li oissieax.


26.

[1] De metre l’oissel en mue.
 

[2] Qant vos volez metre l’ostor en mue, ussez le premieremant, avant qe vos l’i metez, a prendre granz oissieax au plus qe vos onqes poroiz en toute maniere, et peissiez le autresi de char de granz oisseax por ce qe de la venason des granz oissieax li remenbre le segont an aprés.


27.

[1] De la male digestion.
 

[2] Qant vos veirez l’egestion molle de l’ostor et incise et fisse, saichiez qe en suen ventre est l’egestion enduree. [3] Dont, vos le devez curer selonc ce qe se contient desus el capitre de la cure de l’oisel qant il ne puet egerir, li qels chapitres est li xviii[i]. [4] Mes qant vos veirez l’egestion de l’oisel molle, coloree de janece, et la nigror qi i est dedenz veirez trop entense, saichiez qe ce devint par male digestion.

[5] Dont, la cure de li doit estre tele: tenez l’oisel en une chambre oscure et illec le fetes tant jeüner qe la indigestion se cure et se remove da lui par soi meeme. [6] Et qant vos le voudrez pestre puis, tailliez trois soutils morseax de tiendre char et poudriez le de poudre de semence de mastrurce ou de poudre de ging[i]bre de Seine ou de brise, et pou a pou en peissiez l’oisel, acroissant li le past de jor en jor pou et pou. [7] Et qant ensi l’avez un petit peu adoné, le devez metre a seoir sor sa perche et laissier le enduire. [8] Et qant il a bien enduit, prenez de la terre dou fornel ou l’en cuit le pein et les autres choses de maingier et metez la dedenz l’eve et leissiez l’i estre bien longemant, et aprés ce trahez la terre de celle eve et collez l’eve bien. [9] Et qant elle sera bien collee, eschaufez la a feu en un veissel, et qant elle sera chaude, metez dedenz la char dont vos volez pestre vetre oisel, et de cele char ensi chaude dedenz celle eve le peissiez.

[10] Et saichiez qe de char sunt aucune bone et aucune contreire. [11] Le contrarieuse sunt ceste: ce est la chars des gelines, qar elle est froide et feit ventosité dedenz le ventre et ne se puet enduire. [12] Encore sunt autresi contrerieuse le char de la vache por ce q’ele sunt trop laxative, mes ne porqant je ne di pas q’ele soient laxative de sa propre nature, mes por ce q’elle sunt trop froide et de grant ponderosité, funt elle indigestion qant elle sunt descendue dedenz l’estomac. [13] Et de ce porvient puis laxacions granz, por qoi l’en ne doit la pestre suen oisel en aucune maniere. [14] Mes de char de guchartz et des puls de petit oissieaux et de pul d’arondes, qant l’en les trove es nius, puet l’en et doit pestre suen oisel seüremant, qar mout li est buen past. [15] Mes l’en nel [doit] pas pestre de char des columbes vielles, se ce n’est par neccessité, et ce doit estre a la foee.


28.

[1] De curer la murmuracion do ventre.
 

[2] Qant vos veirez ou sentirez dedenz le ventre de l’oisel sonor ou rugir ou murmuracion, devez le curer en tele maniere: donez li a maingier de semence de masturce et de gingibre blanc, et ce fetes dusq’a tant qe la ventosité soit cesee. [3] Et doit estre suen past par trois jorz de char d’oisseax. [4] Et s’il avint qe l’oisel ne garise par ces cures, fetes le bien engraissier, qar s’il sera bien gras, par avanture il se sanera par soï meeme, ou s’il ne se saine, puis q’il sera gras, il pora miauz soufrir et sera plus fort et plus roides a prendre les mecines qe l’en li voudra doner.


29.

[1] De char qi sunt bone por engrassier.
 

[2] Et qant voudriez engraisser vetre oissel de rapine, les meillor char et le plus puissant qe l’en [trovast], selonc ce qe dist mestre Tariph, q’il les avoit exprovees, sunt le char dou moutoncel petit, gras, mes non magre, et le char autresi des soriz petit avec lait de cavre. [3] Encore sunt bone char autresi a engraissier les chars des gelines et de qaternices et des cheels et des porceaus et de totes autres bestes petites, meememant qant il sunt de huit ou de dis jorz, au plus, [et] q’il se commencent premieremant movoir. [4] Mes saichiez qe l’en ne le doit pas doner chaudes mes froides, qar se l’en les donast chaudes, elle seroient trop nuissant. [5] Et saiche(e)nt tuit qe le ventosité venient as oisseax par male digestion ou par vent, et qe par la ventosité pert l’oissel la vertu digestive et en chiet en grief et en grant enfermité, dont il egerist adonc diverses et grosses egestions colorees de diverse color. [6] Et une part de la egestion s’endure et se desiche dedenz le ventre et devint ensi come preele, et de ce vient une enfermité a l’oisel resemblanz a une enfermité qi est appellee colliche, de la qele nos vos parleron desoutz sout suen chapitre.


30.

[1] De conoistre l’oisel s’il enduit bien.
 

[2] Se vos volez conoistre se li oisseax a bien enduit en suen past, esgardez et veez se sa egestion est bien cuite, et saichiez qe, s’elle est bien cuite et bien digeste, li blanc qi est dedenz sera si visceus et si tenanz qe, qant vos le tochierez, il se tiendra ensi ensemble com se ce fust viscles.


31.

[1] De la cure de l’enfermité qi est appellee coliche.
 

[2] Chaychanz, li rois de Parthe, dist qe ceste enfermité qi est appellee coliche porvient a l’ostor en tel maniere qe li gestions se desiche et en s’endure en suen ventre ensi q’il ne puet egerir.

[3] Et apperent en lui ce enseigne, ce est qe si euz et suen fundemanz se constreingent si q’il ne puet egerir, et qant il semble egerir, il sen mout grant dolor et fiert et grate suen fundemant ou suen bec, et li chief li enfle por la trop ardor q’il sent. [4] Et es maxelles li vient une enfermitez qi est appellee branchons, ensi come vint as enfanz petit; adonc est l’egestions de l’enfanz verde qant il a ceste enfermité, et tot ausi devint a l’ostor, qant il a ceste enfermité, qe sa egestion est verde autresi.

[5] Dont qant l’egestions de l’oissel apert tele, com je vos ai dit avant, q’ele s’endurt ou q’ele desice en suen ventre ou q’elle se convertisse ensi come preelles, si com il est dit desus, doit bien porveoir de curer la, por qoi l’en doit doner adonc a l’oisel de la semence dou masturce et dou gingibre et des oissieaux qi sunt appellé guchartz et de puls des arondes et des petitz soriz et des granz soriz ausi avec oile, et ne soient ja lor os ro[m]pu en aucune maniere, et de char de levre, qar ce resemble ensi com a char de soriz. [6] Ou prenez troiz morseax de char et metez le dedenz oile d’olive ou dedenz oile de noiz et puis en peissiez l’oisel, et saichiez qe l’oile est mecine a ceste enfermité et le char qe bien se digerent. [8] Ou prenez une columbe et fendez la parmi le ventre, et tant longemant la tenez en vetre main et la estreigniez qe tout le sanc isse de li, et adonc qant li sanc en sera bien toutez issuz, peissiez vetre oisel. [9] Mes [en ceste] enfermité veons nos dou ttot le chars des gelines, qar elle i sunt mout mauveisse et mout nuissant et commovent molte ventosité.

[10] Et qant vos veirez l’egestion chaingee et douter[e]z q’il n’ait autre enfermité qe ceste, donez li adonc a maingier de penidies blanc, qar il rompent la ventosité et laxent le ventre et sunt a ce trop profitable. [11] Et qant vos veirez en sa egestions ensi come preelles, peissiez le adonc par trois jor de petitiz soriz, et au qart jor le peissiez de char de gelines graisses noires. [12] Ou prenez une columbe vive et gitez la devant l’oisel et li leissiez prendre et deplumer, et qant li sanc en comenciera a issir et a aparoir, metez illec dont il ist le sanc de l’oile susimin et de poudre de zucre blanc pisté et leissiez le ensi maingier, et aprés ce le fetes maingier ensi par troiz jors. [13] Et aprés ce qe li troi jor serunt passé, prenez une soriz feme et escorciez la et reversez les pils de la pel dedenz, et puis la emplez d’oile de susimin et donez la ensi a maingier a l’oisel. [14] Encore prenez de semence d’anet et de chardons et de pevre et de semence de racine et fenocle et pistez toutez ces choses et mellez les ensemble avec oile de susimin, et de ce fetes un cristier a l’oisel. [15] Ou prenez de butre de vache et de pevre et de sal armoniac et tridez les ensemble et de ce fetes un cristier. [16] Ou prenez de semence de jusquiam et de semence d’anet et de semence de racine et de semence de chardons, de fenocle, de chascuns cinc granz, et tridez totes ces chosez ensemble et metez le dedenz une pel de soriz enversee et donez les ensi a maingier a l’oisel. [17] Ou prenez de zucre blanc et de mirabolains et metez lez dedenz une fiel de berbiz, et puis lez donez ensi a maingier a l’oisel. [18] Ou fetes li un cristier de butre de vache.

[19] Mes s’il avint qe toute ce chouse ne li vailent rien, metez en la char qe vos li donez a maingier oile de mirasol, se ce sera en seison d’iver, mes se ce sera en seison d’esté, enfondez la char dont vos le peissiez dedenz l’oile nomé. [20] Et s’il par avanture refu[s]ast par ochaison de cest oile suen past, gitiez en de cestui oile en sa bouche et en ses maiselles, et ceste mecine suffissent a l’enfermité nomee.


32.

[1] De la cure des verms nés dedenz le ventre.
 

[2] Li rois Chaichanz de Parthe dist qe, qant vos veirez vetre oisel deplumer soi ou avoir les plantes de ses piez enflees desoure, qe vos saichiez adonc veraiemant qe ce li devint par ochaison d’une enfermité la qelle vient de verms qe li naissent el ventre, li qel verm sunt fet en semblance de granz des zuches. [3] Et de ce le doit l’en curer en tel maniere: prenez de suc de pomes granees fortes et enfondez la char dont vos volez pestre l’oisel et puis l’en peissiez, et donez li autresi girofles a maingier avec la char. [4] Ou prenez une pel d’une soriz feme et lavez la bien en eve en la qele aient esté fic buili, et puis prenez dou brou de ceax fic et metez en dedenz cele pel, et metez avec autresi cinc granz de ris autresi, et par trois jorz peissiez de ce vetre oissel.

[5] Ou prenez auqant de cisre et poudriez le bien, et puis prenez trois morseaus de char et oingiez les de miel et puis poudriez desus de cele poudre des cisres et donez la a maingier a l’oisel.

[6] Et saichent tuit qe ceste mecine purge l’oisel de tout vers.


33.

[1] De fere amender l’oissel de venir a reclam qant il n’i vient volentiers.
 

[2] Qant l’ostors ne vient au reclam volentiers, sa cure est tele: prenez dou basilicon qi neist es lacs, et sechiez le bien et pois le poudriez, et de cele poudre metez sor le chars dont vos devez pestre l’oisel, et puis l’en peissiez. [3] Ou prenez d’une confeccion qi est appellee brise et donez la avec suen past a l’oisel. [4] Et se vos veirez vetre oisele comencer de venir bien au reclam, donez li aucune foee a maingier de char de chevaus bien grasse; et de ces chars devez tout adés avoir et aporter avec vos, qar por amor de celes chars l’oisel ne vos leissiera jamés tant com il les sente estre avec vos, ainçois vos viendra trop volentiers come cil qi vos amera de trop grant amor. [5] Encore vault mout a ce a prendre l’oisel la nuit sor suen poing mainte foee, et doit l’en oindre suen gant de les nomees chars dou cheval, por ce qe li oisseaux i seera plus volentiers desus. [6] Ou prenez dou lombil dou ceval en qantité d’un gran de cisre ou pou plus et mollifiez le bien entre vos maains, et qant vos l’avrez bien mollifiee, oingiez en le bec a l’oisel.

[7] Et saichient tui[t] qe li oissieaux devint ensi come fol d’amer formant suen segnor por ochaison de ceste ointure, dont il avint q’il vient puis tant volentiers au reclam qe ce est une grant mervoille.


34.

[1] De la cure dou vomir.
 

[2] Qant l’ostor vomist et gete le past, sa cure doit estre ceste: l’en le doit fere tant jeunier qe l’en puisse conoistre q’il ait bien vuidié l’estomac, et aprés ce doit l’en prendre trois pieces de char tiendre et poudrier desus gingibre de Seine et semence de masturce et doner le puis a maingier a l’oisel. [3] Et au segont jor aprés le main li doi[n]t l’en trois petitez pieces de char tiendre, et qant viendra puis a hore de midi, donez li le remanant de suen past, tailliez par morseaux et mis en eve chaude. [4] Et s’il avint q’il nel reteigne encore mes le vomisse et le giet, fetes ceste autre mecine: prenez de la terre dou fornel ou dou foolair arse et metez dedenz eve clere, et puis i tailliez dedenz la char dont vos volez peistre l’oisel par morseaux petit; de ceax morseax peissiez puis l’oisel. [5] Ou prenez char de mouton et eschaufez la en eve chaude et donez la a maingier a l’oisel.

[6] Et se aucune de ces mecines ne li valt, au dereain est ceste la sovreine: prenez une espiece qe l’en appelle phangar et metez la es chars en eve chaude, et qant elle i sera demoree bien longemant, donez a maingier a l’oisel cele char. [7] Et saichent tuit qe ceste mecine est bien esprovee et q’ele confort l’estomac et l’apetit et engraisse l’oisel. [8] Ussez ausi a doner a l’oisel a maingier dou pevre, qar mout li est profitable.


35.

[1] De la cure de la fleume et de la colere par vomir.
 

[2] Prenez de cele semence qi est appellee stafisagrie montenere vii grans, se ce est des greignors oisseax, mes se ce est por oisel de dimie maniere, prenez en seulement cinc, et se ce [est] por menor oisel, prenez en trois tant seulement. [3] Et escorciez les et tridez les bien qant il serunt escorcié, et puis metez ensi dedenz la char dont vos volez pestre l’oisel en tel maniere qe li oisseaux ne s’en puisse en nulle guise apercevoir, et puis l’en peissiez. [4] Et saichent tuit qe ce purgera maintenant la fleume et la colore. [5] Et aprés ce, qant vos le voudriez pestre, donez li d’un collumbel gras ou d’un pul ou d’une geline noire grasse ou de char de soriz ou de char d’oisseaux. [6] Et saichent tuit qe, ussant l’en ceste cure, se saine bien l’oisel et s’engraisse et avra buen apetit de maingier et vollentier oissielera.

[7] Et se vos volez bien purger vetre oisel de la fleume et des lombrices et de la colore, prenez de la graisse qe l’en trove sout la coue dou mouton es partiez d’Espaingne, qant li moutons sera ocis novelemant, et oingiez la de miel et la donez a l’oisel avec suen past. [8] Aprés ce liez l’oisel au soleauz tant q’il s’echaufe suen dos et metez devant un bacin d’eve munde et belle par ce q’il boive a sa volenté. [9] Et saichent tuit qe por ceste cure se purgera bien l’oisel dou tout. [10] Encore est mout buens li zucres ros por purger bien, et est el ventre de l’oisel froitez et munde li stomac et li done buen apetit de maingier et volenté d’oisilier.


36.

[1] De fere muer viaz l’oisel.
 

[2] Qant vos volez fere tost muer vetre oissel, prenez des glandes qe l’en trove el col dou mouton et seichiez les a l’ombre, puis qe vos en avrez fet lesches soutils. [3] Et qant voz voudrez pestre vostre oisel de mue, prenez de la nomee poudre o une pointe de coutel et la poudriez sor, la char dont vos volez pestre l’oisel, et ensi li donez a maingier. [4] Et ceste mecine li fetes dou setm’ en setem jor. [5] Encore donez li es set jor set puis d’arondes a maingier, et aucune foee li donez a maingier autresi de peissons. [6] Encore prenez autresi des vespes grans et seichiez les et poudriez les, et de cele poudre li donez o suen past a maingier.

[7] Encore prenez autresi l’espoile dou serpant et sechiez bien et tridez la et la li donez a maingier avec suen past. [8] Encore li est mout buen por doner a maingier char de trois ranez et char de nible et char de bisse escuere.

[9] Et qant vos veirez qe vestre oisseaux commenciera a gitier les pennes, aspergiez sor les chars qe vos li volez doner a maingier chascun jor assiduemant d’oile de susimin, qar ce est mout buen a humifier le cors de l’oisel et a fere qe le penne nove naissant molle et tiendre et no sseche et aspre. [10] Et saichiez qe totes pennes le qeles gite l’oisseaux de novel dures, seches et fragiles et sanz fortece, vienent trop foible aprés et sanz aucune vertu. [11] Et ce devient por le mauveises mecines qi lli sunt donee, le qelle l’ont fet muer trop subitemant et ont corumpue la vertu de suen stomac.


37.

[1] Dou past qi fet oissir les pennes novelles bones.
 

[2] La meillor mecine et la plus exprovee qe l’en puisse fere as bones pennes muer est doner a maingier a l’oisel pivions de columbez et puis de petitz oisseaux buens et tiendres, qant il se commencent premieremant a movoir ou a esprover soi s’il poent voler, et puis d’arondes autresi en lor seison et char de moutons ointes d’oile de noiz et d’oile d’olive melleemant, ou fondez [l]es dedenz amdeus cels oiles. [3] Ou prenez char de levre et seichiez les et poudriez les; de cele poudre poudrez les char qe vos a vetre oisel volez doner a maingier. [4] Et saichient qe ceste char sunt sain a l’oisel et le funt bien muer et l’engraissent. [5] Mes gardez vos de doner tantes mecines a l’oisel, qar mout li est perils.


38.

[1] Deu leu de la mue.
 

[2] A ce doit l’en savoir qe li leus ou l’en doit metre l’oisel en mue doit estre tels qar il doit estre lonteins et sevrez de trop clamor et de trop aler d’aucun et trop usance autresi, et nuls doit aler pres de la mue ni dormir, qar li rumors et le parler de chascun qi demorast pres de la mue est trop contra cuer a l’oisel et trop fort li anuie. [3]  Et la meisons de la mue ne doit estre overte devers cele partie dont vient li vent de midi, qi est appeliez austre. [4] Encore se doit l’en porveoir sor totes choses en toute maniere qe li leus de la mue ne soit fumeus ni poudreus et q’il ne soi[t] en leu ou ait esté devant acustumé de fere feu, qar le fumositez qi i avroit esté fete et qi avroit sorpris le leu de fumee nuiroit trop a l’oisel et l’empleroit de peoils, por qo[i] il se feroit magres et foibles. [5] Et s’il avint qe sa garde ne se porvoie de ce et rien n’en saiche, il se mervoilera de sa magrece, por qoi elle soit et dont elle viegne. [6] Et ensi mura l’oisel s’il n’est subitemant et tot secoruz et aidiez.


39.

[1] D’amegrir l’oisel qant l’en l’oste de mue.
 

[2] Qant vos trahez vostre oisel de mue et vos le volez amegrir, prenez dou poumon d’un oisel et tailliez le soutilmant, mes ne por qant en tiel maniere le tailliez qe li morsel remaingnent entier, et aprés ce le fetes bien laver en eve froide dusq’a tant q’il soient bien mundé et bien purgé dou sanc et de sa vertu, et donez les a maingier a l’oisel. [3] Et saichent tuit qe ceste mecine liquefie la graisse de l’oisel et le fet amegrir.

[4] Encore a ce une autre cure mout bone: prenez de sal blanc et de sal geme andranen en qantité d’une oinçe et fetes le trider et donez le a maingier a l’oisel en trois [morseax de char] et metez eve devant lui por ce q’il boive qant il velt, et la nuit metez fanc mout humide la ou il dort, mes premieremant metez vetre oisel iluec. [5] Et saichiez qe por ochaison de cestui fanc veilliera l’oisel toute nuit, et ensi liquifiera sa graisse et se purgera et deviendra humitez suen cors.


40.

[1] De curer la depenaxon de l’oisel.
 

[2] Qant l’oisseax se depenne, ceste est sa cure: prenez des pomes granees douces et en trahez le suc, et en celui suc tailliez menuemant morseax de char et puis le donez a maingier a l’oisel.

[3] Et se ce ne li val, prenez cinc granz de frument et cinc de ris et metez le en la pel d’une soriz baigniee et donez les puis a maingier a l’oisel. [4] Ou prenez de cisre blanc un pou et fetes le arostir et tridez le et puis prenez trois morseax de char et oingiez les de miel et poudrez desus de cele poudre qi est dite de cisre, et puis les [donez] a maingier a l’oisel. [5] Et saichiez qe ceste mecine chace toutz le lombrices qi li naissent dedenz le cors. [6] Mes s’il avenist qe vos conoissiez qe sa egestions fust en suen ventre et por ce fust cele depenason, fetes li un cristier de butre de vache viauz. [7] Mes se vos conoisiez cele depennason estre par corosion, prenez de sal armoniac blanc et de gingibre et de girofles et de sal comun, et toutes ces choses tridez bien et les crivelés et puis en soflez un pou en les nares de l’oisel et mout li vaudra.


41.

[1] De curer les peoils.
 

[2] Qant il avint qe vetre oisseax a peoils, a ces enseignes le porez conoistre, qar li peoil vienent a l’oisel tot adés vers le chief et vers les euz, por ce q’il boivent des euz, et sachiez qe s’il ne poent prosmer as euz, il murent de soi maintenant. [3] Et por ce sunt maint fauconier qi metent es plumes dou col de l’oisel orpigmant, por ce qe ce defent qe li peoil ne poent passer ais euz per boivre. [4] Mes nos ussons a ce mout plus legiere cure, qe est qe nos prenons l’oisel trois jorz, et chascun de ceax trois jorz deus foees ou trois l’envolvon en une pecie blanche et soutil de lin et le meton au soleauz, et ceste pecie suffomigon de surfre, et adonc le peoil se traient tuit. [5] Encore saiche qe se l’en li met liquirice verde tridee en la sumité des pennes, tuit li peoil muiront maintenant, et auqant sunt qi prenent de la liquirice verde li fust et les foilles et les gietent aprés le leu ou li oissieaux siet et demore, et por ochaison de l’odor de lor avint qe tuit li oisel maintenant se muirent. [6] Ou prenez auqant de bambaz et en fetes un anel et oingiez le de fece de vin et metez le el col de l’ostor, de nuit ou de jor, qant il siet sor vetre main, et saichiez qe maintenant viendront tuit li peoil a l’anel dou banbaz qe l’oisseaus avra el col, et qant vos veirez qe l’anel li sera assez esté el col, gitiez le aillors. [7] Ou prenez d’oile d’olive et oingiez les jambes ou le plantes et les doiz de l’oisel, et ensi veirez atant tuit li peoil venir a l’odor de l’oile, et voz le porrez adonc fere ocire tout plainemant.


42.

[1] De curer la podrage.
 

[2] Qant vos veirez qe vestre oisels ait la podrage, en ceste maniere le devez curer: premieremant li devez oster les champenellez et veoir se li laz li sunt trop estroit et non doner li a maingier fors qe puis d’oissieax qi encore n’aient comencié voler, ou buens pivions, et ce doit l’en fere dusq’atant q’il soit geriz. [3] Et le doit l’en [fere] premierement de soir et tenir le ensi en abstinence par deus jor, ce est doner li a maingier seulement de soir et pou, mes le tierz jor aprés le doit l’en pestre auqant plus.

[4] Et s’il avint qe les plaintes de ses piez li enflent, sa cure doit estre tele: prenez une piece de veire, et o cele piece de veire navrés li le plaintes soutilmant et leissiez li ensir le sanc et putrede. [5] Aprés ce prenez d’aloepat et de gumme et d’aubume d’ou et de gum arabic et de groc, et metez toutes ces choses en un veisel de fer et puis le metez sor le feu ensi dedenz le veisel et les leissiez tant ester q’ele se liquifient, et qant elle liquifie et melle ensemble, oingiez en les plaintes de l’oisel. [6] Et saichent tuit qe ceste mecine chace la dolor et constraint la reume. [7] Mes s’il ne saine por ce dou tot, prenez d’un fust de mirte et metez li uns des chiés dedenz [le feu] si q’il s’alume en la sumité de celui chief, et puis en cuissiez le leu de l’enfleüre. [8] Mes gardez qe vos ce fetes en tel maniere qe vos ne dampnez li nerf ni les plantes des piez de l’oisel.


43.

[1] Comant l’en doit fere la cave.
 

[2] Encore fetes une chave en terre, parfonde deus branz et [un] braz ample, et eschau[f]ez la dedenz o sermentes de vignes, et qant elle sera bien eschaufee, trahez en tout ce qi i sera dedenz de feu et de ceindre. [3] Et qant vos la avrez bien mundee, borfez la de vin, et puis envolupez l’oisel dedenz un pan de lin soutil, et desor la chave metez une lame soutil, et puis tenez l’oisel ensi envolupé desoure cele lame ensi qe la chalor et la vapor de la cave passent a lui. [4] Et vos veirez qant l’oisseax sera bien eschaufez q’il li istrunt gote liquide des nares, ensi come avint qe por refroidemant issent a aucun animau humidité des nares.

[5] Et aprés ce ostés l’oisel d’iluec et peissiez le de char chaudes de grasse geline noire. [6] Et ce qe l’en remaindra a maingier li donez l’autre jor aprés, mes donez li chaut, et aprés ce le peissiez des bones chars et ce li vaudra sanz faille, qar exprovez est.


44.

[1] Dou ardant apetit.
 

[2] Qant vetre oisseaux a trop ardant apetit de maingier, donez li a boivre totes voies de butre vieauz et pou de char li donez a maingier. [3] Et saichiez qe cestui vices se cure par butre plus tost qe par char, et por ce qant l’en li done la char, l’en la doit efundre dedenz le butre.


45.

[1] De curer la dolor dou dos.
 

[2] Qant vos veirez a vetre oissel avoir dolor el dos ou en l’espine, sa cure est tele: prenez le et liez le sor un feis de fen ou d’erbe, et aprés ce prenez une zuche foree des petitz forainz el font, et li gitez eve dedenz si q’ille isse par les forains et chee sor les humres de l’oissel [et] entre les espales. [3] Et ce doit l’en fere mes non pas assiduemant, et li forain doivent tant petit estre qe l’eve en isse ensi plainemant q’ele n’en semble issir mes isse ensi come entremissivemant, ensi qe li oissieax ne repasse a la foee. [4] Et saichent tuit qe li past de l’oissel doit estre adonc de char baigniee en oile comun ou en oile de noiz. [5] Ou fetes buillir auqant de vin et enfundez dedenz une piece de feautre, et aprés ce colez le feautre et le prenez o les mains, et tant tost eschaufez l’oisel o celui feutre el dos ou en chascun autre leu ou vos poez conoistre q’il sente la dolor, et ce fetes savant.


46.

[1] De curer la corrosion.
 

[2] La corrosions, selonc ce qe dist Bulchanz d’Armarie, vint en deus manieres, et chascune commence es eles. [3] Et en l’une de ces deus manieres, qant vos veirez l’oisel o suen bec deplumer ses eles et aucune des pennes gitier, prenez cele penne gitiee et gardez se la corosion est da chief dusq’au chanul et s’ele passe dusq’a la char de l’oisel.

[4] Sa cure est tele: prenez bone galie, ce est une confections fete de bones espices, et parmi le chanul des pennes corroses en cele part ou vos veirrez li chanuls carros et overt, metez tant de la nomee confection qe vos puissiez cuidier q’ele parviegne au leu et au commençemant de la corrosion. [5] Et saichient tuit q’elle s’acurera mout s’il avint qe la mecine parviegne dusq’au commençemant de li, qar ceste enfermité prent naiscemant dedenz les chanuls.

[6] Mes ceste autre mecine est en li meillor, ensi come dist mestres [Tariph], qi dist q’il l’avoit exprovee. [7] Prenez aisit vieauz et fort et metez dedenz auqant d’ails pistez et d’orpigmant et de zenapre vert et un pou de sal et de borac armenic, et puis fendez et ovrés les chanuls des pennes coroses de l’oisel, et par celes sissures et overtures des chanuls mettés de ceste mecine, et saichient tuit q’ele est bien exprovée.


47.

[1] D’une maniere de corrosion et de la cure.
 

[2] L’autre maniere de ceste enfermité est mout diverse de ceste, qar elle n’est pas es chanuls mes es osses de l’oisel et neist et se cree ou par trop sanc ou par naturel prurit. [3] Sa cure est tele: fetes saignier l’oisel de les deus voines q’il a sout les eles et puis ussez de les nomees mecines. [4] Enseigne de ceste enfermité est qe vos veirez l’oisel gitier les plumes et non pas les pennes granz et les gietera des eles et non pas coroises, ançois serunt bien enterre et bien saine. [5] Et saichient tuit qe ceste enfermité est trop grief por cure[r], et s’ele n’est curee par aucun sage et esprové home en ce, li oisseaus en perira sanz nulle faille.


48.

[1] Des enseignes de la sainté ou de la maladie.
 

[2] Esgardez bien vetre oisel et veez s’il set droitemant sor la perche d’andeus les lez et s’il avra engal le mou de chascun lé et se sa chars sera dure et se andoui li os qi sunt en sa boche sunt engal, qar se ceste enseigne aperent en lui, saichent tuit q’il est sainz bien sanz nulle faille.

[3] Mes qant vos [le] veirez voler et tenir suen chief plus pleié vers une partie qe vers une autre et soi pleier tot plus sor un leu qe sor un autre, saichiez adonc qe sa enfermitez est en cele partie ou il incline le chief et ou il se plie tout et ou il se revoit volentiers. [4] Encore prenez vos garde se vetre oissieaux, qant il vole, se detort majormant en un lé qe en un autre ou par avanture se li oisseaux q’il chace torne vers cele part ou il ne se puet virer, et saichiez qe par ces enseignes et par ces manieres poroiz conoistre l’enfermité et la sainté de lui manifestemant. [5] Mes le principaus enseigne sunt ceste: encerchiés les osses qi sunt sor l’orifice dou cul et les voines autresi qi sunt en les extremitez des eles, qar, sentant li fauconiers ces leus, legieremant porra conoistre se sis oisseaux sera sains ou enfermez ou s’i[l] soistendra debilité ou dolor.


49.

[1] Comant l’en se doit contenir vers suen oisel.
 

[2] Qant li oisseaux de rapine vient a vos mains, fetes li doner suen past suffissemant et bien saichier, et qant ce viendra vers la nuit, metez le a jeisir pres de vos sor une lame ou sor une perche et fetes alumer une lampe devant lui. [3] Et levez vos la nuit trois ou qatre foees, et s’il drot, saichiez q’il enduit bien suen past et q’il est adonc bien sains, et s’il ne dort ou ne enduit suen past, il n’est sains.

[4] Et a ce doit estre sa cure tele: donez li a maingier un collumbel o un pul gras ou une geline noire grasse ou d’un mouton gras, mes qe ce soit avec oile d’olive ou avec butre vieauz. [5] Et par ceste usance mantenir, porrez conoistre se li oisseaux s’engraissiera ou non. [6] Et ceste semblance meeme troverez el home qant il n’est bien sains et maingüe aucune chose trop, q’il ne dort bien la nuit por la gravité q’il sent en suen stomac et por la male digestion. [7] Et en ces manieres et es autres desus nomees porez conoistre apertemant l’enfermité et la sainté de vetre oisel.


50.

[1] Por acostumer suen oissel de prendre oissieax granz.
 

[2] Se vos volez acostumer vetre oisel a prendre grans oisseaux, en ceste maniere le poez fere: prenez un columbel o un pul et donez li a boivre de bon et de fort aisit, et puis le leissiez aler ou voler auqant ensi qe li aisit li passe et aille par tot le cors, et aprés ce li donez a maingier a l’oisel. [3] Saichiez tuit qe cestui past amegrist l’oisel. [4] Et ce fetes: prenez trois petitez pieces de char, au plus en qantité d’une amigdale, et prenez un cornesel et metez i dedenz de buen aissitz et de for et puis baigniez dedenz celes pecietes de char, et un pou avant qe vos gietiez vetre oisel, donez li a maingier une pece ou deus. [5] Et saichent tuit qe ceste mecine fet estre plus ardiz l’oisel et de meillor volenté a qelqe oisel qe l’en li giete, et le fet voler a prendre selonc sa puissance, de bone volonté et d’ardant.


51.

[1] Qant l’en doute de perdre l’oissel.
 

[2] Se vos doutez par avanture de perdre vetre oisel en la seison de ver, por ce q’il ne se recort de suen niu et q’il n’i voile torner, a ce fetes ceste mecine: [3] prenez auqant d’orpigmant et le mellez en suen past et li donez a maingier, et saichez q’il obliera suen niu por ce et toutes choses passees, et si n’entendra fors seulement a chacier et meememant a prendre grant oissieaux.


52.

[1] Qant l’oissel s’en est fuiz, por fere le retorner.
 

[2] Se vostre oissieaux s’en sera fuiz et ne voudra retorner et jesira fors as arbres par une nuit ou par deus et retornera ensi comme sauvage de dure volenté, sa cure doit estre tele: [3] prenez deus columbeaux ou deus puls et liés lez ensemble o une cordelle ensi qe li uns ne se desevre de l’autre en aucune maniere. [4] Et qant vos avrez trové vetre oisel qi ne voile venir a vos, gitiez li le columbeaux ou les puls, et cil se melerunt ensemble et commencierunt de volitier, por qoi li oissieaux ne se pora tenir q’il ne descende sor eaux. [5] Et vos aiez adonc appareilliee une verge o une chane longe et en la sumitié d’un des chief aiez mis un anel o un laz. [6] Et qant l’oissieaux sera descenduz sor les puis et les avra o[cis] amdeus et les commenciera a deplumer, et vos adonc plainemant et ascosemant vos traiez vers lui tant qe vos li gitiez les laz, qi sera en la sumité de la chane, au col. [7] Et ce fetes qant il avra ja comencié de maingier, mes au plus ascosemant qe vos poez le fetes et ensi le poroiz reavoir. [8] Et se vos ensi ne le reavés, un autre soutil engingn vos convient trover, et certes cestui est assez soutils et biax.


53.

[1] Qant li oissieaux est de male disposicion.
 

[2] Se vos veez qe vetre oisseax soit de male volunté, prenez zuchre ros et groc et lache et tridez totes ces choses et mellez avec le past de l’oisel et li donez a maingier. [3] Ou prenez de pomes granees douce et de fortes autresi et premez en le suc fors, et puis metez dedenz cele suc sis ou set morseax de char et donez les a l’oisel a maingier. [4] Et saichent tuit qar ceste mecine est mout profitables et bone a ce et feit bien enduire et chace les lombrices dou ventre.


54.

[1] De la cure des lombrices dou ventre.
 

[2] Qant vos conostriés qe vetre oissieax ait lombrices en suen ventre, devez le en tel maniere curer: [3] prenez dou suc des pomes granees douces et metez dedenz tante char qe puisse soufir au past de l’oisel, et soit cele char talliees en morseax.

[4] Et leissez l’oisel jeuner par un jor et puis li donez suen past, et saichent tuit qe ceste mecine le sanera et le fera purger des lombrices. [5] Ou prenez des enteriors d’un oisel ensi come sunt le fie et le cuers ou des autres chars autresi, et aprés ce prenez des pils de la coue dou ceval ou des pils des chiés qi sunt gitié aillors et qe l’en a por noiant, et tailliez les o forges menuemant sor les chars qe vos volez doner a maingier a l’oisel et puis l’en peissiez. [6] Et saichent tuit qe li oissieaux se purgera adonc de toutz lombrices et de toutz verms q’il avra en suen ventre. [7] Et mout li vaut autresi aloepat, li qel l’en doit prendre en qantité d’un gran de cisre, et le doit l’en fichier en la char et doner le ensi a l’oisel a maingier. [8] Ou prenez d’erbez de frument qant il neist, tele qi soit tiendre et fresche et verde, et pistez la et prenez en le suc, et en celui suc baigniez auqant morseaux de char et donez les a maingier a l’oisel. [9] Et usez de ceste mecine deus ou trois jors, et ensi se curera. [10] Et saichent tuit qe ceste mecine est bien exprovee et est bone et veraie.


55.

[1] Qant li oisseaux covre ses euz o ses paupebres sovant.
 

[2] Qant vos veirez vetre oisel sovant et espesemant recovrir ses euz o ses pauperes ou esgarder tot adés as humres des ses eles et veirez de ses eus eve discore sor les pennes de ses eles, por la qele eve se prendront ensemble ses pennes ensi come par viscle, saichiez qe ce li devint ou par reume qe dau chief li descent as euz, ou par ochaison de corosion fetes en ses tuls ou par ochaison de cele enfermité qi est colyche appellee. [3] Et est signes de ce qe vos veirez la naturele noirece de ses tuls estre convertie en bla[n]chor et li veirez autresi sovant ses nares o ses ongles rasper.

[4] Sa cure doit estre tele: prenez un pivion gras et tiendre et enplez li la gole et la gorge de fort aisitz en tante qantité q’il chee par soi meeme, et adonc non autremant ocis le metez entre les piez de l’oisel et l’en leissiez pestre a sa volunté, et saichiez q’il se sanera en ceste maniere.


56.

[1] De la cure des plaies et de feries de l’oisel.
 

[2] Qant vostre oiseaux sera feris par aucun autre oisel, sa cure doit estre tiele: prenez une qantité d’une espice qi est appeliez challains artmatic et la moitié de cele qantité prenez de filice, ce est d’esule. [3] Encore la moitié de ceste autre qantité prenez de cost, et totes ces choses poudrez et emplez en la plaie, ou q’ele soit fisteleuse ou non. [4] Mes qant la ferie est viele, et ceste enfermitez ne suelt avenir a l’oisel fors qant il est dedenz le niu petitz avec ses autres freres, q’il se fierent ensemble adonc o ses piez, dont il avint qe cele ferie enveillee porist et la putrede remaint entre la char et la pel et desiche et porist tot entor li.

[5] Et qant li oissieaux se commence de movoir a voler a la proie, la putrede se commence a movoir autresi, et com il soit ensi q’ele ne puist issir par la pel, et il a vint a donc q’ele romp dedenz et passe dusqe as boelles et ensi ocit l’oisel. [6] Sa cure doit estre tele: donez li a maingier par trois jorz char de soriz avec lait de cavre, aprés li donez a boivre mumie avec oile de jasmin ou avec oile de lilles, et aprés le peissiez d’un pivion ou d’un pul et donez li a boivre et puis leissiez ensi ester.


57.

[1] De la cure de l’enfleüre dou chief.
 

[2] Ceste enfermitez avint a l’oissel en deus manieres, l’une par ochaison de la fumosité de l’egestion enduree en suen ventre, ce est qant il ne puet egerir, et ceste enfermité est appellee colyche, dont est la cure devisee desus. [3] L’autre ne sevent mie maint home bien curer, et ce devint par ochaison qe li oiseaux a tant lonc le bec a la foee qe, qant il mainge le chars, elle s’i envisclent dedenz et il masce fort, et por le fort mascer si enfle le chief.

[4] Et saichiez qe l’aposteme ne sorvint a l’oisel fors es manieres divisees desus, dont mestre Tariph vea expressemant qe l’en ne deüst curer l’oisel par ochaison de ceste enfermité.


58.

[1] De cure[r] la reume qi descent en la gorge.
 

[2] Qant la reume descent en la gole de l’oisel, ceste doit estre sa cure: se ce est d’esté, de zucre ros, mes se ce est d’iver, de zucre blanz, mes l’en les doit meller avec ces autres choses en tel maniere: [3] l’en doit prendre premieremant dou zucre blanc une qantité, et aprés doit l’en prendre autretant de suc de liquirice et puis autretant encore de la racine de la meeme liquirice et encore autretant de gom arabie et un pou de chamfore, et doit l’en toutes ches choses enpaster ensemble avec eve rosee.

[4] Et chascun main en doit l’en doner a l’oisel, se ce est ostors, la qantité d’une avelane a maingier, et se ce est esparviers, la tierce par ou la dimie d’une avelane. [5] Ou prenez dou sumac tridé et enpasté avec miel et donez l’en a maingier en qantité d’une mangdale.


59.

[1] De curer l’enfermité de l’asne.
 

[2] A curer l’enfermité de l’asne n’est aucune cure meillors com prendre dou sanc des ventoses et doner en a maingier a l’oisel. [3] Mes se l’asm’ avint par ochaison qe li oisseax ait maingié char chaude agües, sa cure doit estre ceste: [4] metez le en une chambre ventose et froide et donez li suen past e morseax de char moilliez dedenz eve rosee en la qelle soit un grans de champhore tridez et distemprez, et oingiez le li piez de sandal blanc poudrié et mellé avec champhore.


60.

[1] De curer le fleume de la gole.
 

[2] Enseigne de l’enfermité de le fleume qe vient en la gole a l’oisel est maximemant qant le humidité li sunt resolue en la gole, et vos veirez adonc q’il maingiera fort les chars et oirez une sonor en sa gole. [3] Sa cure doit adonc estre tele: prenez de la char qi est en la moitié de la [geline] et oingiez la d’oile et puis la li donez a maingier. [4] Aprés ce prenez de sal armoniac une drame et autretant de celidoine et fetes le trider et enpaster avec miel. [5] Et qant le troi hore dou jor sunt passee, prenez l’oisel et distemprez la mecine en eve tepe et friez en o les doiz la gole de l’oisel.


61.

[1] De curer l’aubume des euz.
 

[2] Qant vos veirez blanchor es euz de l’oisel, sa cure doit estre tele: prenez dimie daniche de miel et de lait de feme une daniche et de vertram tant come pese une lentiche, et mellez les ensemble et en fetes un colier. [3] Et passees les trois hores dou jor, metez a ses euz ceste mecine et remanant ensi. [4] Prenez de spice tant come pesse une daniche et madifiez la en eve froide et donez la a maingier a l’oisel de tierz en tierz jor. [5] Ensi se sanera.


62.

[1] De meciner les oreilles.
 

[2] Qant li oisseaus est infirmes en sa oreille, a ceste enseigne le poez conoistre, qar il frie suen chief pres de ses oreilles et le grate si fort a la foee q’il en fet issir sanc et putrede. [3] Sa cure doit estre tiele: prenez dou seu de l’ors une carathe et de petroleo blanc autretant et destemprez la avec eve et eschaufez le un pou, et qant elle sera tepe, metez en l’oreille de l’oisel par trois jors une gote. [4] Et ce doit l’en fere ento[r] la tierçe hore dou jors. [5] Et aprés doit l’en metre l’oisel en un leu chaut et oscur et suen past doit estre chars et sanc de geline noire dusq’atant q’il soit sanez.


63.

[1] De curer l’enfermité de la pree.
 

[2] Qant vos conoistriez qe vetre oissieaux ait la pree, sa cure est ceste: prenez dou sanc de la berbiz qant elle est freschemant ocise et leissiez le un pou refroidier, et puis en fetes maingier a l’oisel et usez l’i de ce par deus jorz. [3] Au tierz jor prenez un columbel gras et ociez le, et tant tost le metez en eve ensi q’il palpite encore et gemisse. [4] Et lavez bien de l’eve, et aprés le donez o toutez les plumes et les penes a maingier a l’oisel. [5] Et saichent tuit qe ceste mecine cure le ventre de l’oisel de toutes prees qi i fussent engeindree. [6] Ou prenez lait de berbiz et mellez avec miel et madefiez dedenz char tailliees menuemant par mor seaux et donez les a l’oisel a maingier. [7] Et saichent tuit qe ceste mecine romp les prees engeindrees el cors de l’oisel, et ceste mecine est exprovee.


64.

[1] De curer la timor de l’oisel.
 

[2] Qant vos veirez qe vetre oisseaus ait poor de vos et, qant elle vos esgarde, q’il ovre ses eles et se debat, sa cure doit estre tele, qar l’en doit alosengier l’oisel premieremant qant l’en poit, et doit taillier petitz morseaux de char et metre les en sa boche ensi q’il pendent de fors, et leissiez les prendre a l’oisel de sa boche. [3] Et ensi le doit l’en user mainte foee de soir et de main doucemant et benignemant. [4] Et saichiez tuit qe ce li fera perdre le temor et le fera merveilleusemant [a]mer celui qi ce li fera.


65.

[1] De ens[er]ir les pennes rompues.
 

[2] Qant les pennes des eles ou de la coue de l’oisel sunt rote ou torte ou corose ou deplumee et vos les volez restorer, tiele doit estre la cure: l’en doit taillier qi est rot ou tort ou devasté et fere un chanelet bien ordener et enviscler amdeus les chiés des pennez o chaude colle de peis. [3] Et celui leu covrez puis de ners et leissiez les ensi par trois jors, et aprés ce en removez les ners. [4] Ou prenez une agoille qaree de chascune part et tailliez les penes a vetre volenté et fichiez l’agoile dedenz et fetes les bien joindre et tenir ensemble. [5] Et se l’en baigne l’agoile en sanc, mieauz vaut et plus tient.


66.

[1] De curer l’oisel gras et pereceus en chacier.
 

[2] [Q]ant li oisseaux est gras et est pereceus a voler, sa cure doit estre tiele: prenez une daniche de sal d’Inde et poudriez sor trois morseaux de char et donez les a maingier a l’oisel et puis le fetes ester a l’ombre, et metez devant lui un veisielet mund et bel, plein d’eve munde et belle.

[3] Et saichent tuit qe se li oisseaux a l’enfermité de l’asme, ceste cure li [est] veraie et exprovee: [4] Prenez rachans petitz, se vos les poez avoir, et donez les a maingier a l’oisel, et il sera gariz mantenant, ensi com il a esté exprovez selonc ce qe dist mestres Tariph.


67.

[1] De la rompeüre dou pié ou de la cuisse.
 

[2] Se vetre ostors eu[st] rot le piez ou la cuisse, sa cure doit estre tielle, [com est] exprovee: prenez auqant de grasse et oingiez en la rompeüre et metez l’en desus et liez l’i o une piece, et eranmant sera geriz sanz aucune faille.

[3] Explicit liber.

[4] Deo gratias.

[5] Qui me scribebat, Angelus de Franch[o]nia nomen habebat.