RIALFrI

Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente

Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), Introduzione, testo critico, traduzione e note a cura di Silvio Melani, Napoli, Liguori, 1994 (“Biblioteca Nuovo Medioevo”, 46).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

  TESTO MODIFICHE ALL’EDIZIONE  

 

’edizione Melani 1994 segnala in corsivo i paragrafi che il Kohler 1913 considerava interpolati al racconto di Filippo dal compilatore delle Gestes, e in grassetto i paragrafi e le parti che un tardo rimaneggiatore delle Gestes ha interpolato dall’Estoire d’Eracles empereur.

Le integrazioni nel testo e quelle funzionali ad una più facile intelligenza della traduzione sono inserite tra parentesi quadre; il segno † delimita i luoghi irrimediabilmente corrotti.

 

 

1

(97) Ici commence l’estoire et le droit conte de la guerre qui fu entre de l’empereor Federic et messire Johan de Ybelin, seignor de Baruth. Et par quey l’on peusse meaus entendre [coment] mut et comensa et fu cele guerre, et coment avint que partie des Chiprois se tint vers l’empereor et la plus grant partie vers le seignor de Baruth, Phelipe de Nevaire, quy fu á tous les fais et les conseils, et qui mainte fois a esté amés des bons pour le voir dire et haïs des malvais, vous en dira la verité, aucy come en touchant les homes et les grans fais.

2

(98) Il avint, ensi come Nostre Seignor le consenty, que le bon roy Hugue de Chipre, quy fu mout vaillant, ala à Tortouse en p[e]lerinage, et puis vint á Triple; et ileuc amalady et trepassa de cest siecle, en l’an de .mcc et xviij., á .x. jors de jenvier, et fu enterré á l’Ospital de Saint Johan. La royne Aalis, sa feme, demoura moult jeune, et avoit .iij. enfans de luy, .j. fis et .ij. filles. Le fys n’avoit que .ix. mois et avoit nom Henry, qui fu, aprés son pere, roy de Chipre et fu apelé le roy Henry Gras. La dite reyne Aalis estoit niece de monseignor Johan, seigneur de Barut, et de messire Phelippe d’Ybelin, son frere. Tous home liges dou roy firent homage come de baill á la dite reyne, et tous les homes liges prierent et requistrent á messire Phelippe de Ybelin que il fust baill de Chipre por gouverner la terre et tenir la court et coumander sus les homes. Le roy Hugue meïsme l’avoit avant prié et comandé á la mort. Monseignor Phelippe ressut le baillage, si ot moult de travail et noise, et la reyne ot les rentes, que mout largement les despendy. Messire Phelippe d’Ybelin gouverna mout bien la terre et en pais, et mout i fist de bien et de hennor et de loyauté et de largesse; et monseignor de Baruth estoit tout le plus en Surie, et á tous les besoins metoit grant conseil et grant aye au fait de Chipre.

3

(99) En cele meïsme an ala l’ost de Surie par mer á Damiate, et la pristrent des Sarrazins; et adonc vint de Rome á Acre maistre Pelage, evesque d’Albane, legat et prince des Romains.

4

(100) En l’an de .mcc et xix. le prince Bemont d’Antioche toly Antioche á son nevou Rupin par l’atrait de Guillaume Farabel.

5

(101) Et en cel meïsme an moruth Lyvon, roy d’Ermenie.

6

(102) Et en cel an fu corouné á empereor de Rome Federic, roy de Sezile, en l’iglize de Saint Piere, de pape Honoire le tiers.  Cestuy Federic, en sa juventute, avant qu’il fust empereor, se mostroit mout bon, et puis qu’il fu empereor comensa á entendre angoissousement et á l’abaissement de Sainte Yglize et á la destrucion des nobles homes.  Il essaussoit les sers, et les vilains essausoit; et il defendoit les larecins et les homecides as autres, les quels choses il soul faisoit plus que ly autre á quy il les defendoit ne peüssent faire.  Il estoit cruel outre mesure, si que il n’avoit en luy nulle pitié.  Il fu desleaus et ort, et ne se pooit l’on fier en luy ne por sairement ne por promesse qu’il feïst, et ja soit ce que’il estoit paourous, nequedent á costreindre la reverence de la foy chatolique il estoit tres herdy.  Il, sans espareigner á dignité d’ome d’yglize et á sexe et as viels et as juenes, tormenta diversement, en maniere qu’onques mais ne fu oye, et veves et enfans et veillars et faibles, arcevesques et evesques, gens de religion; les despoilla de lor vies et de tous lor biens.  Au fait de luxure il trespassa la boune nature, si que en luxure il surmonta Noiron; sans nombre fist d’avoltires et de fornications, et ovec ce estoit sodomite.  Il enprisona son fis Henry, roys d’Alemaigne, dont il morut en prisson, si com vous le troveres sa ariere.  A la fin l’escomenia le devant dit pape Honoire, et le guerroya mout, si com vous oirés dire ci aprés.

7

(103) En l’an de .mccxxj. les Sarasins pristrent Damiate des Crestiens.  Et en cel an le baill d’Ermenie prist le devant [dit] Rupin á Tarso et le mist en prisson, ou il moruth.  Et en cel an moruth Costance, empereris d’Alemaigne.

8

(104) En l’an de .mccxxij. le devant dit legat Pelage retorna á Rome, et o luy alerent le roy Johan de Jerusalem et le patriarche Raoul -, et frere Garin de Montagu, maistre de l’Ospital.  Et le dit roy Johan parla au pape dou mariage de sa fille á l’empereor, par la dispensation de pape Honoire le tiers.

9

(105) Et en cel an Phelippe, fis de Bemont, prince d’Antioche, espouza la fille dou roy Livon d’Ermenie et ot tout le royaume dont le baill le prist et le mist en prisson, ou il morut.

10

(106) Et en cel an fu le grant crole en Chipre, quy abaty Bafe.

11

(107) En l’an de .mccxxiij. le patriarche Raoul de Jerusalem retorna de Rome á Acre.

12

(108) Et en cel an moruth Phelippe, roy de France, et Loïs, son fys, fu corouné á roy de France; et en cel a[n] prist La Rochele.

13

(109) En l’an de .mccxxiiij. vint á Acre l’evesque de Pacte et aporta l’anel á Yzabeau, fille dou roy Johan de Jerusalem, de par l’empereor Federic.  Et en cel an moruth le patriarche Raoul de Jerusalem.  Aprés luy fu esleü á patriarche de Jerusalem Gyrolt.

14

(110) Si tost come le le juene Henry, fys dou devant dit roy Hugue de Chipre, [fu] un poy grandet, ses oncles et ses autres homes le courounerent á moult tres grant feste. L’arcevesque Estorgue de Nicossie en fist ce qu’á l’iglyze en afferoit á faire á son corounement. L’emperere Federic se corroussa mout de ces .ij. choses quant il le sot, s’est á saver dou baillage et d[o]u corounement: por ce que le roy Henry devoit estre son home, il disoit que le baillage estoit suens et que il devoit, par les us d’Alemaigne, tenir le baillage de Chipre tant que le dit roy eüst .xxv. ans d’aage. Et aucune fois manda l’empereor á la reyne Alis de Chipre qu’il li laissast tenir le baillage de grace tant com il li plairoit, mais dou corounement se parcoroussa il trop, et disoit que le roy Henry ne devoit recevoir coroune que de luy. Et toutes voies mandoit il mout amiables letres tous jors as .ij. freres, monseignor de Baruth et le bail sire Phelippe; tout adés les apeloit oncles en ses letres, por ce que i l’estoient á la reyne Ysabeau de Surie, quy estoit sa feme.

15

(111) En celuy tens avoit aucuns juenes homes en Chipre: l’un ot nom messire Aymery Barlais; l’autre sire Amauri de Bethsan (cil duy estoient cousin d’un lignage); le tiers ot nom sire Gauvain; le quart sire Guillaume de Rivet (cil duy estoyent d’un lignage); le quint ot nom sire Hue de Gibeleth (celuy fu d’autre lignage, et apartenoit as enfans de monseignor de Baruth par lor mere). Ceaus .v. s’acorderent et jurerent encontre le lignage de Ybelin. Et si avoient esté mout bien d’eaus, et avoient resseü mout de biens et d’amors d’eaus, especiaument de monseignor de Baruth plus que de nul home. Mais folie et orgueil, quy souvent muet de richesce et de repos - et que il y a mout de gens quy ne puent souffrir l’aise! - les mena à ce que il firent et que il dirent, et toutes voies y ot achaisons. Et si les oirés ci aprés maintenant.

16

(112) Il avint que monseignor de Baruth fist ses .ij. fils aihnés chevaliers en Chipre. L’un fu messire Balian, quy puis fu conestable de Chipre et seignor de Baruth; l’autre fu messire Bauduyn, quy fu ceneschal de Chipre. A cele chevalerie fu la plus grant feste et la plus longue qui fust onques desa mer que l’on sache. Mout i ot douné et despendu, et bouhordé, et contrefait les aventures de Bretaigne et de la Table Reonde, et moult de manieres de jeus.

17

(113) Un jour, aprés la chevalerie, juoient á un jeu que l’on apelle barbadaye; sy avint que .i. chevalier touscan, quy avoit nom Tor[inguel] et estoit de la maihnee de messire Phelippe, le baill, et fery messire Heimery Barlais, si come l’on fiert á seluy jeu. Le dit sire Heimery se coroussa et dist que il l’avoit felonessement feru et trop fort; á tant s’en parti dou jeu. L’endemain il gaita le chevalier entre luy et sa force, et le laidirent malement, si que cil fu mahaignyé et en peril de mort. Messire Phelippe, le baill, s’en aïra moult, et ly vost corre sus. Tous ceaus de sa jure se tindrent á messire Reymery, mais riens ne montoit contre le pooir de messire Phelippe le baill. Monseignor de Barut et son frere se mist entre .ij. et les tint á force, et manda son fys, messire Balian, qu’y condeusist messire Heimery Barlais lá ou il vosyst aler.

18

(114) Aprés ce ne demora gaires que messire Heimery Barlais se party de Chipre et ala á Triple, et lá fu tout iver. Monseignor de Barut passa de Chipre à Baruth, et manda querre sire Heimery Barlais, au Pascour, et le mena en Chipre devant soun frere si soudainement que il ne sot mot, et dist á son frere que il voloit en toutes manieres et en toutes guises que il pardonast á sire Heimery, et se il ne fasoit, ja mais á luy ne parleroit ni ne le verroit, et que il feroit autel fin come sire Heimery. Le baill, dolent, fist la volonté de son frere, et le chevalier mahanié forspassa, quy ne vost faire pais. Sire Heimery savoit mout d’avenant, si fu ariere tout sire, et mout ot grant compaignie et grant amour á messire Balian. En cel an, ou poi aprés, avint que la reyne Alis de Chipre se corroussa á ses oncles et á ses autres homes, et sans lor gré et lor otroy s’en ala á Triple, et espousa Bemont, fys dou prince d’Antioche. Tous ceaus de Chipre, et sire Heimery Barlais meïsme, crierent á une vois que [se] le prince fust baill en Chipre et que il eüst pooir, que ce seroit la mort et la destrucion de leur petit seignor.

19

(115) Aprés ne demora gaires que le devant dit sire Phelippe d’Ybelin laissa le baillage, mau gré tous ceaus dou païs. Et la reyne Alis, quy estoit à Triple, manda que messire Heimery Barlais fust baill tant qu’elle peüst venir en Chipre. Messire Heimery l’otroya maintenant, sans ce que il eüst otroy de nul home de Chipre, ains le tindrent á grant despit, et s’asemblerent à la court, et dist messire Phelippe Ybelin que il tenoit á grant orgueil et á grant superbe ce que sire Heimeri s’estoit offert et avoit otroié d’estre cheveteine sur luy et sur les autres bonnes gens de Chipre, et que il n’estoit mie home que il deüst ce faire, et que c’estoit bien encontre ce que il meïsme avoit dit, quant la reyne Alis espousa le prince. Sire Anceau de Bries se leva et dist que de tant come messire Heymery Barlais en avoit fait et dit avoit il fait que desloyal, et se il fust en my la place, plus l’en direit, et le provereit. Celuy messire Anceau de Bries fu fis d’un cousin germain de monseignor de Baruth et de son frere; si estoit juenes hom et fort et durs, membrus et ossus, vigourous et penibles, et entreprenans et faiseour, amy et enemy cortois, et large de quanque il pooit tenir, blans et blondes et vayrs et camus, á une chiere grefaigne semblant au leupart. Les .ij. freres l’avoient mout cher et il le descervoit bien, et sachés que de ceste guerre fu il le plus prisié á dreit aprés les .ij. freres et leur enfans et le bon jeune seignor de Cezaire, qui estoit lor nevou. Si comme sire Heimery Barlais ot oï ce retraire, ce que l’on avoit dit de luy en mal, il s’en party de Chipre et ala á Triple et enprist que la atendroit la venue de l’empereor, que mout estoit criee de jour en jour; et son entendement estoit que, par l’aye de l’empereor, il porroit sousmetre le lignage de ceaus d’Ybelin.

20

(116) En l’an de .m[c]cxxv. Ysabeau, la fille dou roy Johan de Jerusalem, fu coroné á Sur, et puis passa outre mer pour estre mariee á l’empereor Federic; et alerent ovec elle l’archevesque Symon de Sur, et Balian, seignour de Saete.

21

(117) Il avint, grant tems aveit, que messire Gauvayn ot contens á .i. chevalier qui avoit nom messire Guillaume de la Tour. Le dit Guillaume fut naffré de nuit entre luy et .i. suen cousin, et disoit l’on que ce avoit fait sire Gauvain et son lignage. Le chevalier gary de ses plaies et vint á la court devant le bail, et apela sire Gauvain de traïson, et il se defendy, et furent lor gages dounés et receüs, et la bataille fu ferue, et pais en fu faite au champ. La pais fu grevouse et vilaine á sire Gauvain, et li sembla que il ne l’osa[st] avoir apelé se il n’eüst le maintenement de ceaus de Ybelin; et sans tout ce n’estoit il mie si cler d’eaus come il avoit esté devant, et en aucune achaison i avoit [...]. Tout avant, por la grant leauté que il savoit en eaus, osa il bien entrer en champ et se y combatre. Au partir dou champ dist que il n’avoit mie seü le covenant de la pais tant com il fu au champ, et que il ne tendroit ja ce que son lignage avoit convenancié. Tantost s’en ala au Temple, et de lá á Acre, et d’Acre outre mer á l’empereor, et servy l’empereor .i. tens; et savoit moult d’oizeaus, et si fu mout honoré á cele court. L’empereor estoit sur son venir, car l’iglyze le destreignoit de tenir le covenant de pascer en Surie que lor avoit fait. Il vint au port, les galees furent arrivees et le passage tout apresté. L’empereor respita sa venue jusque á l’autre passage, si com li plot, et manda partie de ses gens desa mer et de ses galees.

22

(118) En l’an de .mcc et xxvj. vint d’outre mer le conte Thomas de par l’empereor Federic, et fu fait baill d’Acre.

23

(119) Et en cel an fu comencié á fermer le chasteau de Monfort par les freres des Alemans, le quel chasteau est [en] Surie, au royaume de Jerusalem.  Et en cel an morut le roi Loïs de France.  Aprés luy fu corouné á roy Loys, son [fils, qui] saintement et en boune pais tint son royaume toute sa vie.

24

(120) En l’an de .mcc et xxvij. morut le devant dit pape Honoire le tiers, qui avoit tenu le siege de Rome .x. ans et.  vj.  mois et .xxiij. jors.

25

(121) Aprés luy fu pape Gregoire le novime, nés de Champaignie et de la cité de Anaigne, et fu esleü á Septem Solium, á l’huyteime jor dou moys de mars aprés la feste de saint Gregoire.  Il canonisa saint Francés et saint Antoine des freres Menors, e sainte Yzabel d’Alemaigne, qui fu feme de l’andegrave.  Il abreja diverses co[m]pilations de decretales, et ajousta ses establissemens, par lesqueles plusors choses quy estoient doutouses es premiers decretales sont esclarsies.  Il escomenia l’empereor Federic par .ij. fois, et l’empereor le guerroya moult longuement.  Il tint le siege de Rome .xiiij. ans et .vj. mois et .iij. jors.  En celuy meisme an vinrent de Rome en Acre le patriarche Gerolt de Jerusalem et legat general, et le duc de Lamborc, et l’evesque de Voincestre, et l’evesque de Exestre.  Et sire Gauvain, quy avoit servy l’empereor .i. tens, si com il est dit devant, revint lors desa mer en Chipre.

26

(122) En cele chaude novelle que l’on crioit, que l’empereor venoit maintenant, ains que l’on seüst que il avoit respité son passage, sire Heimery Barlais, quy estoit á Triple, se porpensa que il venroit en Chipre á la court, et s’aleautereit de ce que sire Anceau de Bries avoit dit de luy; et pensa que dedens les .xl. jors que il avroit de respit au fait des batailles aprés les cages dounees, venoit l’empereor et son fait prendroit bien. Le dit sire Heimery s’en vint tant tost en Chipre et fu en la court et desmenty sire Anceau de ce qu’il avoit dit de luy, et s’en offri á defendre, et tendy son cage. Le roy ressut les gages; le jour de la bataille fu douné, et ordené, par esgart de court, á eaus .ij. [jusque à quaranteine; et dedens] cele quaranteine le[s] galees de l’empereor vindrent, si com vous av[é]s oï, et sot l’on que il ne devoit mie venir. Lors le patriarche Gerolt de Jerusalem et moult d’autres gens se travaillerent de faire pais de cele bataille, mais ne pot estre faite, car sire Anceau ne vost otroyer en nulle guise. La bataille fu ferue. Sire Heimery ot le piour, car il avint, á la premiere jouste, que sire Anceau brisa sa lance, et sire Heimery, quy moult estoit vesiés, espareigna la soue, quy avoit .i. des meillors fers dou monde, et la prist par my leuc et fery en dardant .iij. cos en la visiere dou heaume de sire Anceau, et tous jors feroit la visiere, et le poygnoit en la chiere. Au tiers cop, sire Anceau lansa la main á toute l’espee que il tenoit, dont il avoit feru grans cos dessus le heaume de sire Heimeri, et prist la lance dever le fer, á tout ce que il [tenoit] l’espee, et il avoit mout forte main, si aracha la lance par force del poyn de sire Heimery; et sire Anceau fu fort, et tira si durement que sire Heimery perdy la lance que il avoit pris dou travers. Sire Anceau tira tant qu’il l’abaty; et il fu pesantement armés, si fery grant cop á terre et fu mout blecié; toutes voies se leva si com il pot, et foy vers la lice tout droit á l’encontre dou leu ou estoit monseignor de Baruth par dehors la lice. Il avoit moult bien afaitié son cheval, si qu’il corroit aprés [lui] par tout, et il meïsme coroit aprés luy. Il traist s’espee et se mist entre la lyce et le cheval. Sire Anceau redressa moult hastivement son heaume et prist sa lance en dardant si come sire Heimery lansoit et travailloit luy meïsme, et dou monter estoit neent, car il estoit pesantement armés et petit chevalier, et le cheval estoit grant et haut et fier. Adonc sembla á monseignor de Barut et á tous ceaus quy lá estoient que sire Heymeri ne pooit durer; et sire Anceau le hastoit moult, et s’on ne ly eüst desloé, il fust descendy á pié, car il le cuidoit legierement ocirre. Monseignor de Baruth entra au champ, entre lui et le seignor de Cezaire, qui estoit conestable de Chipre, et ne vostrent plus soufrir; si firent tenir as chevaliers sire Anceau á force par le frein et firent tenir le cheval de sire Heymery qu’yl avoit ja si lassié qu’y ne pooit plus. Il parlerent de pais. A celuy jour, messire Phelipe de Ybelin, qui estoit frere de monseignor de Baruth gisoit malade dou mal de la mort. Son frere, le seignor de Baruth, li fist savoir l’estat des .ij. champions, et il, quy ja sentoit la mort, vost en toutes guises que pais fust; et tant manda, pryant et conjurant, á sire Anceau, ovec la force que monseignor de Baruth ly fist, que la pais fu faite. Et sachiés que la pais fu vileine à sire Heimery, car il y ot raenson moitie et autres convenances griés et fors; mais toutes voies il en sauva sa vie. Sire Heymeri s’en parti dou champ entre luy et sire Gauvain et les autres des .v., s’est à saver sire Amaury de Bethsan et sire Guillaume de Rivet et sire Hue de Gibelet; si manderent moult plaignant à l’empereor dou lignage de Ybelin, disant mout de maus et de mensonges sur eaus.

27

(123) En celui meïsme an de .mcc et xxvij. messire Phelippe de Ybelin, le bon preudome, quy estoit frere de monseignor de Baruth, morut en Chipre de cele maladie qu’il avoit. Mout en fist l’on grant duel, et mout fu grant damage á tous ses amis et á tout le païs; moult [fu] pleint, et mout le dut bien estre.

28

(124) En cel an morut frere Garin de Montagu, maistre de l’Ospital de Saint Johan.

29

(125) Et en cel an furent fermés le chasteau de Cezaire et celuy de Saete; et adonc morut Coreidin, soldan de Domas.

30

(126) En l’an de .mcc et xxix. l’emperere Federic passa la mer pour venir en Surie par le coumandement dou pape Greguoyre; et ariva premierament en l’isle de Chipre, en la cité de Lymesson; et mena o luy .lxx. entre gualees et tarydes et autre navie, mais grant partie de son host et de sa mahnee et son mareschau et ses chevaus estoient devant arivé á Acre. Messire Heymeri et messire Gauvain et grant partie de lor amis et de lor suite entrerent o vasseaus armés et alerent contre l’empereor jusques a[s] parties de Romanie, et si tost com il le virent il acuserent monseignor de Baruth,· qui ne l’avet deservy vers eaus, porchaserent le pis qu’il porent á luy et á ses heirs et á tout son lignage; et firent entendant á l’empereor, selonc ce que l’on retraist, se il prenoit Chipre, que de Chipre poroit fornir Surie de quanque bezoin seroit en son hostel, et outre tout ce en poroit avoir et tenir mil chevaliers. L’emperere lor fist grant feste et grant proumesse, et dist que il les creroit mout, et il en furent moult liés, et ariverent o luy en Chipre. Toutevoies l’empereres manda mout cortoises letres á monseignor de Baruth, qui estoit á Nicossie, preant et requerant, come á son cher oncle, que il venist á luy parler et ly amenast le jeune roy et ses .iij. anfans et tous ses amis. Et ly manda .i. autre mot, quy fu prophetie par la grace de Nostre Seignor, car il ly manda que il et ses amis et ses anfans seroient riches et honorés de sa venue, et si furent il, la Deu mercy, mais ce ne fu mie par son gré. Le message de l’empereor fu mout honoré á Nicossie, et mout en fist l’on grant feste de sa venue. Monseignor de Baruth assembla ses amis et lor requist conseil por le jeune roy Henry et por luy meïsme. Tous, á une vois, crierent que il ne ses enfans ne se meïssent au poier de l’empereor, ne menassent le roy lor seignor, car les males euvres de l’empereor estoient trop aparans, et maintes fois avoit dit beles paroles et mandees que les fais estoient oribles et pezans; par coy il ly loyent que il s’esoignast en aucune maniere, disant que il et tous ses amis et tout le poier de Chipre s’apareilloyent hastivement et le siveroient en Surie au service Deu, et le serviroient en Surie come seignor, «et tout ensy l’avoit empris dou faire monseignor Phelippe, nostre frere, quant il viveit.» Celuy [estoit] bon conseil, car en Surie estoit le Temple et l’Ospitau et autres bones gens quy vosiscent et bien et pais, et l’empereor ne peüst mie si faire son gré dou tout. Monseignor de Barut respondy á cest conseill, et dist que loyalment et amiablement conseilloyent, mais il voloit meaus estre pris ou mort, et soufrir ce que Deu en avoit porveü, que consentir que l’on peüst dire que par luy ne par son lignage ne par les gens desa mer fust remés ne destornés le servize Deu ne le conquest dou reyaume de Jerusalem et de Chipre, car il ne voloit pas mesfaire á Nostre Seignor, ne que l’on peüst dire par le siecle: «L’empereor de Rome ala outre mer á grant esfors, et eüst tout conquis; mais le sire de Baruth et les autres desloyaus d’Outremer aiment plus les Sarasins que les Crestiens, et por ce se revelerent á l’empereor et ne vostrent que la Terre Sainte fust recovree!»

31

(127) Pour ces choses devant dites s’en ala le seignor de Baruth á l’empereor, et ses enfans et tous ses amis et tout le pooir de Chipre des chevaliers et des sergens, et menerent le petit seignor le roy Henry á l’empereor et se mistrent del tout á sa manaie. Et il les resut á moult grant feste et mout grant semblant de joie, et sembloit que lor enemy fussent desjuglé. L’empereor lor requist tantost un don, et ce fu qu’il ostassent la noire robe que il avoyent encore vestue pour la mort de sire Philippe d’Ybelin, lor frere, et dist que plus grant bien lor devoit estre la joie de sa venue que le duel de lor amy, lor frere, qui estoit trespassé, ja fuce que il estoit moult preudome et vaillant. Il otroyerent mout volentiers son comandement et le mercierent moult volentiers et offrirent enterinement lor cors et lor cuers et lor avoirs á son comandement, et l’empereor les en mercya mout liement et dist que il les guerredonneroit largement et richement. Maintenant manda robes d’escarlate á ceaus qui vestoient noir, et autres juaus, et lor pria de bouche que il manjassent tous l’endemain o luy. Il fistrent lor robes hastivement, et l’endemain matin vindrent tous vestus d’escarlate devant l’empereor. Et en cele meïsme nuit devant il fist ovrir celeement une porte au mur d’une chambre qui feroit en .i. jardin; ce fu en .i. beau maner ou il estoit herbergié, que monseignor Phelipe avoit fait á Lymesson. Par cele fauce posteme fist [entrer] l’empereour de nuit privement .iij. mil homes armés ou plus, entre sergens et arbalestriers et gent de marine, tant que pres toute la garnison de sa navie y fu laens, et furent mis par les estables et par les chambres, les portes closes sur aus, tant que il fu hore de manger, les tables furent mises et l’aigue dounee. L’empereor fist aseïr delés luy le seignor de Baruth et le vieill seignor de Cezaire, qui estoit conestable de Chipre. A une autre longue table fist asseïr le roy de Chipre au premier chef et le roy de Salonique à [l’autre], et puis le marquis Lance et autres barons d’Alemaigne et dou regne. Et comanda que tous les chevaliers chiprois fucent en tele maniere asis que monseignor de Baruth et les autres que il peüssent luy veïr et oïr, quant il parlereit; et devissa que les .ij. fis dou seignor de Barut servicent devant luy, l’un de la coupe et l’autre de l’escuële, et le juene seignor de Cezaire et messire Anceau de Brie tranchereent devant luy, et que il fucient tous .iiij. en cors et seins par dessus lor secors, car il disoit que tels estoit l’usage et le dreit de l’empire. Et il le servirent mout volentiers et noblement, et mout y ot de mes et diverces viandes. Au derein mes issirent les gens armés de lá ou il estoient repost et porpristrent le palais et les chambres et toute la gran court, et lá mistrent portes, et á toutes les autres. Il estoient bien [...] armés au palais ou l’empereur estoit, et en ot assés devant luy, que tuit tenoient les mains as armes, les uns as poumeaus des espees, les autres as couteaus. Les Chiprois s’en aperceurent bien, mais il ne sounerent mot, ai[n]s s’esforcerent de faire biau semblant. L’empereor torna la chere devers le seignor de Baruth et li dist en haut: «Messire Johan, je vous requier .ij. choses: faites les amiablement et pour bien, si ferés que sage.» Et il respondy: «Sire, dites vostre plaisir, et je en faray volentiers ce que je entenderay que soit raison, ou que preudes homes en esgarderont.» - «L’une des .ij. choses, dist l’emperere, si est que vous me rendés la cité de Baruth, car vous ne l’avés ni tenés raisonablement. L’autre chose si est que vous me rendés tout ce que le baillage de Chipre a rendu et que la regale a valu et rendu puis la mort au roy Hugue, ce est la rente de .x. ans, car ce est mon dreit, selon l’usage d’Alemaigne.» Le seignor de Beiruth respondy: «Sire, je cuit que vous jués et gabés o mey; et bien pout estre aucunes males gens ont ce loé á requere, quy me bayent, et por ce vous en est souvenu; mais, se Deu plaist, vous estes tels et si bon seignor et sage que vous connoissés que nous vous poons tant servir, et volentiers le ferons, que vous ne les en croirés ja.» L’empereor mist la main sur sa teste et dist: «Par cest chef que mainte fois a couroune portee, je feray mon gre de[s] .ij. choses que j’ay demandé, ou vous estes pris.» Adonc se leva le seignor de Baruth et dist mout hautement, á mout beau semblant: «J’ay et tien Baruth come mon droit fié; et madame la reyne Yzabeau, qui fu ma seur de par ma mere et fille dou roy Amaury et droit heyr dou reyaume de Jerusalem, et son seignor le roy Amaury ensemblement o ly me dounerent Baruth en change de la conestablie, quant la crestienté l’ot recovree, toute abatue et tele que le [Temple] et l’Ospital et tous les barons de Surie la refuserent; et l’ay fermee et maintenue des amones de la crestianté et de mon travaill, et tous jors y ay mis et consumé quanque j’aïs de rente en Chipre et aillors. Et se vous entendés que je la tiens á tort, je vous en forniray raison et droit en la court dou reyaume de Jerusalem. Et de ce que vous me requerés les rentes dou baillage de Chipre et dou regal, je n’en [eü] onques nule, et mon frere n’en fu baill que de la noise et dou travaill et de governer le royaume; mais la reyne Alis, ma niece, ot les rentes et en fist son gre, come cele quy avoit droit au baillage selonc nostre usage; et se vous de ce me requerés, dont je vous en forniray raison par les us et par la court dou royaume de Chipre; et se vous soiés certains que pour doute de mort ou de prizon je ne feray plus, se jugement de boune court et de loyale ne le me faisoit faire.» L’emperere se coroussa mout et jura et menassa, et en la fin dist: e ay bien oï et entendu dela mer, grant tens a, que vos paroles sont mout belles et polies, et que vous estes mout sages et mout soutils de paroles, mais je vous mostrerai bien que vostre sens et vostre soutilece et vos paroles ne vaudront riens contre ma force.» Le seignor de Baruth respondy en tele maniere que tous ceaus quy lá estoient se merveillerent, et tous ses amis en douterent trop. Le respons fu tel: «Sire, vous avés piessa oï parler de mes paroles polies, et je ray bien oy parler souvent et lonc tens de vos euvres. Et quant je mui á venir sá, tout mon conseil me dist, á une vois, ce meïsme que vous me faites orres et pis, et je ne vos croire nuluy; et ce ne fu mie por ce que je bien ne doutace, mais j’oissy á droit essient, et enprés vous vueill encores plus volentiers recevoir prison ou mort que consentir que l’on peüst dire ne noter de mal, ne soufrir que la besoigne de Nostre Seignor et le conquest de la Terre Sainte et le vostre service fust mis ariere par mey ne par mon lignage, ne par ceaus de la terre ou je fuis, ne que novelles alassent par la crestienté et deïst l’on: «Ne savés? L’emperere de Rome ala outre mer, et eüst tout conquis se ne fussent ceaus d’Ybelin, les desleaus d’Outremer, qui plus aiment les Sarazins que les Crestiens; et se revelerent et ne vostrent sivre l’empereor, et por ce est tout perdu!» Tout ce meïsme, si com je vous ai retrait, dis je á mon conseil, quant je party au venir á vous de Nicossie; et vins tout apencés de soufrir quanque peüst avenir, proprement por amor de Nostre Seignor Jesu Crist, quy souffry pascion et mort pour nous, qui nous en delivrera se á luy plaist; et se il veaut et deigne soufrir que nous recevons mort ou prison, je l’en mercie, et á luy me tient dou tout.» A tant se taist, et s’asist.

32

(128) L’emperere fu mout corouscié et chanja souvent coulour, et les gens regarderent moult le seignor de Baruth, et mout y ot de paroles et de menaces. Et gens de religion et autres bones gens s’entremistrent de concorder les, mais onques ne postrent remuer le seignor de Baruth de qu’il avoit dit que il feroit. L’emperere faisoit de mout estranges requestes et perillouses. En la fin fu concordé á ce que le seignor de Baruth avoit devant offert, et neent plus; i ot de force que tant que il ly dounast, á l’empereor, .xx. vavassors de[s] plus aparans de Chipre, qui le plegereent sur leur cors et lor avoyrs et estages que le seignor de Baruth le siveroit et iroit en la court dou reyaume de Jerusalem et lá ly forniroit droit; et ensi tost con il vendroit en la court, les ostages devoient estre quites et delivres. L’emperere li demanda .ij. fis suens, messire Balian et l’autre, messire Bauduyn, et [quanque il] disoit ne valut riens, par force covint qu’il les eüst; et lors dist l’emperere au seignor de Baruth: «Je say bien que Balian est tout vostre cuer, et tant con j’avray luy, j’avray vous.» L’emperere le manda querre, et il vint droit á luy, et le pere le[s] livra, chascun d’eaus par le poin destre, á l’empereor, et dist: «Je les vous baill et livre en Deu foy et en la vostre, par tel covenant que ensi tost con je venderay en la court dou reyaume de Jerusalem apareillié de fournir dreit, il seront quites et delivres, et ensy [que] vous les tenrés et garderés ennore[e]ment, ne que vous ne lor feres ni soufrirés á faire mau ne vylenie ne outrage.» - «Et je ensi les receis en Deu foy et en la moie, dist l’empereor, et par moy seront il riches et honorés, se Deu plaist.» A tant s’en party [le pere, et] l’emperere les fist mestre en traversains grans et desmesurés; et avoient une cruis de fer á quoy il estoient atachié, si que il ne pooyent ploier ni bras ni jambes, et de nuit metoit les autres gens en fers ovec eaus.

33

(129) Si tost com le seignor de Baruth fu party de laens, ses enemis vindrent á l’empereor, et li distrent: «Sire, que avés vous fait? Le seignor de Baruth s’en ira ja et garnyra les chasteaus encontre vous et revelera toute la terre, ja pour ses enfans ne laira! Et le plus de gens l’aiment, tant que chascun le sivra. Mais faites bien: mandés le querre tantost, et mandés li amiables lettres, que il porra bien tant faire que vous li rendés ses enfans. Si tost con il vendra, prenés le: «Quy a le vilain, si a la proie.» Ensi porés estre seignor de Chipre, et non autrement!» L’emperere, qui mout faisoit maus volentiers par sei sans enortement, le manda querre. Le seignor de Baruth fu mout bien garry par tel quy bien en fust á croire et quy avoit esté au conseil; et il estoient herbergié hors de la ville á tentes, luy et ses amys, et tous avoient lor chevaus et lor armes; et l’emperere n’avoit nul cheval en la ville, mais dedens la ville estoit force soue, pour la grant pietaille que il avoit. Le seignor de Baruth ot conseil, et dist que il s’en voloit aler garnir les chasteaus et garder la terre as drois heirs dou roy Hugue, que qu’il avenist dou roy, que l’emperere avoit tenu del tout et pris. Adonques le jeune seignor de Cezaire, qui estoit nevou dou seignor de Baruth, et messire Anceau de Brie, ces .ij. qui mout estoient preus et vigourous, li distrent: «Sire, ne faites, mais alés á l’empereour, et menés nous ovec vous, et chascun de nous avera .i. couteau en sa chauce priveement. Si tost come nous serons devant luy, nous l’ocirons, et nos gens seront sur lor chevaus devant la porte, tous armés. Ja, puis que l’empereor sera mort, nul ne se movera, et si rescourons nos cousins!» Le seignor de Baruth se corroussa trop et les menassa á ferir et á tuer se il en parloient ja mais, et dist que ensi seroient honis à tous jors mais, et toute crestienté crieroit: «Li traïtour d’Outremer ont ocis lor seignor l’empereor: Et puis qu’il seroit mors, et nous vis et sains, nostre droit seroit tort et la verité n’en poroit estre crehue. Il est mon seignor: que que il face, nous garderons nos fais et nos henors.»

34

(130) A tant s’en party le seignor de Baruth, si tost come il fu anuitié. Le cry fu grant á la herberge au despartir. L’empereor oï le cry, si ot mout poour et s’en party dou manoir ou il estoit et se mist en la tour de l’Ospitau, quy estoit forte et plus prés de sa navie, et laens mist ses hostages en prison. Le seignor de Barut s’en ala droit de Limesson à Nicossie et la tint entre luy et ceaus qui le vostrent sivre. Il fist moult richement garnyr .i. chasteau quy a nom Deudamor, et lá envoya les femes et les enfans d’eaus et de lor amis. Il et toutes ses gens d’armes demorerent en la ville de Nicossie. L’emperere manda en Surie et fist venir en Chipre son ost et ses chevaus et mout de sodoiers. Et le vieill prince d’Antioche et le seignor de Gibleth et le seignor de Saete et mout d’autres gens vindrent á l’empereor a Lymesso[n]; et tant con il [i] fu, messire Aymeri Barlais et sa rote estoient herbergiés par dessus la maison ou estoient les ostages en prison. L’en disoit que il faisoyent mout grant vilenies sur eaus, tele[s] qu’ele[s] venoient jusques á eaus.

35

(131) Quant l’emperere Federic fu bien esforcé, il chevaucha droit á Nicossie; et le seignor de Baruth trova bien lor en son conseil que il se porroit bien combatte á luy, mais le preudome dist que ce ne feroit ja, se Deu plaist, ni á son seignor ne se combateroit, ni á lui ne voloit combatre tant con il le peüst eschiver. E[t] sa coustume fu tous jors tele que il metoit le droit envers luy volentiers, et enprenoit la besoigne á envis, et puis que il comensoit il parfaisoit; et Nostre Seignor ly douna plus de grace, de sens et de valour et d’ennor et plus li mostra s’amour qu’á nul home de son tens ne de sa richesse. Il guerpi Nicossie á l’empereor et s’en ala au Deudamor, que il avoit garni, et l’empereor n’osa aler aprés luy, si demora lonc tens á Nicossie o mout grant gent.

36

(132) L’iver aprocha et l’emperere avoit or novelle de son païs que le pape Gregoire et le roy de Jerusalem Johan le guerrioyent en Puille; si en douta mout, et se hastoit mout d’aler en Surie por faire aucunes trives as Sarrazins et retorner en son païs. Por ce avint que il fist tenir paroles de pais au seignor de Baruth hastivement, et tant fu la parole tenue par gens de religion et par autres que il s’acorderent. La fin fu tele que l’emperere et tous ses barons jurerent au seignor de Baruth que il li rendroit maintenant ses .ij. enfans, sains et saus de vie et de menbre, et que il li tenroit pa[i]s, et de rien ne li amermeroït luy ne le suens, se par esgart des .ij. cors ne le feïssent, ne mau guerredon ne lor rendroit pour chose qui eüst esté, et que il feroit recevoir les chasteaus et le royaume au roy Henry meïsme; et, si enfant con le roy estoit, que il y metroit de ses homes liges qui garderoient les fortereces et le royaume jusques á l’age le roy. Le seignor de Baruth et les suens jurerent que il rendroit le chasteau de Deudamor au comandement dou devant dit roy de Chipre, et que il venroyent o l’empereor et le serviroient tant com il seroit en Surie, á lor coust meïsme, et que il ne rendroit mau guerredon á luy ni á la soue partie de ce qu’il avoient esté. Et l’empereor lor requist mout que il li coneüssent que le baillage; et il li respondirent il ne li feroyent, por tant poroient perdre les testes, car dou baillage estoient il homes de la reyne Aalis. Mais, sans faille, il jureroient feauté á l’empereor, por ce que il estoit chef seignor de lor seignor le roy Henry; et ce meïsme jureroyent il par tel covenance: se il se contenist au prevelige des covenans qui furent entre le pere de l’empereor et le roy Amaury que les homes le roy deüssent faire la feauté, que il soyent tenus dou sairement; et se n’est au previlyge, que il en soyent quites. De cele pais tenir fu plege le Temple et l’Ospitau, et tous les barons et les riches homes de l’une part et de l’autre. Le chasteau de Deudamors et toutes les autres fortereces de Chipre rendy l’on au roy, et il par le comandement et par la doute de l’empereor les livra á ceaus de ses homes qui estoient de la partie de l’empereor.

37

(133) L’emperere Federic et sa gent alerent tantost á Famagouste pour passer. Lá vint sa navie de Lymesson et lá rendy il au seignor de Baruth ses .ij. enfans, qui mout avoient enduré prison en terre et sur mer as galees; et estoyent tel atorné qu’il estoyent grant pitié dou veïr. Toutes voies ressut il messire Balian de sa maisnie et ly offry et li douna assés, et celuy, qui estoit et plus vaillant bachelier et vigourous et larges et avenant et plaisant á toutes gens sur tous ceaus desa mer, le servy volentiers et amiablement, tant que l’emperere s’e[n] loet moult; et l’autre fis de monseignor de Baruth, qui estoit valet et avoit nom Johan, retint il puis que il furent en Surie, et dist que il ly donreit Foges, qui est en Puille, et por ce fu il apelés Johan de Foges.

38

(134) L’emperere o toute sa navie mut de Famagouste .i. soir á l’anuitier. Cele nuit meïsme le guerpi le viel prince d’Antioche, et s’en fuy en une galee, et arriva á .i. suen chastel quy a nom Nefin. Lá rendy graces á Deu que il estoit eschapé de l’empereor, car il estoit [a]venus, en Chipre, aprés que le seignor de Baruth ot fait sa pais, que l’empereor avoit requis au prince que il comandast á tous ses homes liges d’Antioche et de Triple que il feïssent feauté auci come avoient fait ceaus de Chipre. Le prince se tint á mort et dezerité, si contrefist le malade et le muet, et crioit trop durement: «A! a! a!»; et tant se tint ensi que il s’en party, ensi con vous avés oï; mais si tost come il fu á Nefin il fu gary.

39

(135) En l’an de .mcc et xxix. l’emperere vint en Surie o toute sa navie, et le roy et tous ses Chiprois o luy. Le seignor de Baruth ala á Baruth, et il y fu mout volentiers veü, car nul seignor ne fu onques plus tendrement amé de ses homes. Il ne demora que .i. jor, et maintenant suit l’empereor et l’atainst á Sur. L’emperere fu mout beau receü en Surie, et tous li firent homage [...] come á bail por ce que il avoit .i. fis petit, que l’on apela le roy Conrad, qui estoit droit heir dou reyaume de Jerusalem de par sa mere, qui estoit morte. L’emperere et ses gens et toutes les gens de Surie murent d’Acere por aler á Japhe; et maintenant tint paroles de trives au Quemel, qui estoit adonc soldan de Babiloyne et de Domas, et tenoit Jerusalem et toute la terre; et lors fu rendue Jerusalem et Nazareau et Lydde á l’empereor.

40

(136) En celui meïsme an, entre ces faites, l’empereor manda le comte Estiene de Gotron en Chipre, et autres Longuebars assés, et fist saisir toutes les fortereces et toute la regale á son eus, et dist que il estoit bail, et que c’estoit son droit. Les Chiprois se douterent mout, et lor femes et lor enfans, si se mistrent en les religions á receit lá ou il porent. Partie s’en fuïrent hors de Chipre; nomeement messire Johan d’Ybelin, quy puis fu conte de Japhe et qui au jour estoit enfant, et sa suer et autres gentils gens s’en fuïrent au cuer d’yver, et orent si mau tens qu’á poi qu’il ne noyerent, et si con Deu plot il ariverent á Tortouse. L’emperere tint Chipre. Les Chiprois quy estoient lá en l’ost furent mout á mal aise, et se le seignor de Baruth le vosist consentir il eüssent emblé et fortrait le juene roy Henry et s’en fussent party de l’empereour.

41

(137) L’empereor fu maintenant mau de toute la gent d’Acre. Especiaument dou Temple fu trop mau. Et au jor avoit mout vaillans freres au Temple, frere Piere de Montagu, quy mout estoit vaillant et noble [...] estoit aucy le maistre des Alemans; et ceaus de vau la terre n’estoient mie bien de l’empereour. L’empereor fist mout de lais semblans, et avoit tous jors galees armés, rimes á fernel, en l’iver meïsmes. Et mout de gens disoyent que il voloit prendre le seignor de Baruth et ses enfans et sire Anceau de Bries et autres de ses amis et le maistre dou Temple et autres gens, et les voloit mander en Puille. Et autre [fois] disoit l’on que il les voloit faire ocirre á .i. conseil ou il les avoit mandés et semons; et il s’en apersurent et il y alerent si esforceement que il ne l’osa faire. Toutes voyes fist il sa trive as Sarasins tel com il vostrent, et ala en Jerusalem, puis vint á Acre. Le seignor de Baruth ne le guerpi onques, et ly avoit l’on loé moult souvent que il s’en partist, mais il n’en vost.

42

(138) A Accre assembla l’empereor sa gent, et y fist venir tout le peuple de la ville, et il y avoit mout [de Pisans, qui estoient mout] bien de luy. Il lor sarmona et dist ce que il vost, et en son sarmon se compleinst mout dou Temple [...] se trova mout desgarnie, car le couvent estoit tout dehors, mais tantost joindrent, que par [mer] que par terre, tant de gens: ne sai quans jors dura le siege, mais vileinement s’en party. L’empereor apareilla son passage priveement, et le premier jors de may enson l’aube, sans faire assavoir á nuluy, il se recuille en une galee devant la boucherie. Dont il avint que le[s] bouchers et le[s] vieilles de cele rue, quy mout sont enouiouses, l’esconvoyerent et l’arocherent de tripes et de froissures mout vileinement. Le seignor de Baruth et messire Eude de Mo[n]beliart l’oïrent dire, si corurent lá, si chacerent et laidirent ceaus et celes quy l’avoient aroché et á luy crierent de terre lá ou il estoit, en la galee, que il le comandoyent á Deu. Et l’empereor lor respondy mout bas, ne sai bjen ou mau, et lor dist que il laissoit en son leu baill le seignor de Saete et messire Garnier l’Aleman. Et l’empereor avoit mout bien garny le chasteau de Sur; si le livra au seignor de Saete et comanda, et faisoit semblant que il se fioit mout en luy. Mais le roy Henry de Chipre en mena il o luy.

43

(139) Ensi party d’Accre l’empereor heïs et maudys et vileynis, et ariva en Chipre á Lymessson, et lá mist il le devant dit roy Henry, et ly douna á feme une soue cousine, fille dou marquis de Monferar. Lá fina il á les .v. baus que vous avés oï nomer, qui estoient de la soue partie, et lor vendy le baillage de Chipre et la terre por .x. mille mars jusque á l’age dou dit roy de Chipre, et lor fist jurer que il ne soufriroient que le seignor de Baruth et les suens entrassent en Chipre, et comanda que il les deseritassent. Et eaus l’otroyerent volentiers á l’empereor; et lor bailla sodoyers alemans et flamens et longuebars, á lor deniers meïsme, et il quistrent et porchascerent á Acre et partout sodoyers. Et aucuns homes le roy, en achaison de ce que il avoyent le roy Henry o eaus et pour talant de retorner á lor hostel, se tindrent á eaus et furent á lor commandement; mais les chasteaus ne lor furent mie lyvrés jusque á tant que il eüssent l’argent paié. L’empereor Federic s’en ala outre mer et laissa en son leu gens por recevoir l’argent et livrer lor les chasteaux.

44

(140) Phelippe de Nevaire estoit adonc en Chipre por une soue besoigne privee. Le[s] .v. baus priveement le manderent querre de nuit et li prierent et requistrent á mout beau semblant que il traitast pais entre aus et le seignor de Baruth, et distrent que la fin que il avoient fait á l’empereor n’estoit que por delivrer de ses mains le roy et la terre, et si tost come il avroient les chasteaus, que il feroyent quanque le seignor de Baruth vodra. Et Phelippe de Nevaire, qui conoissoit son seignor á sage et pitous, otroya a[s] .v. baus que il s’e[n] travailleroit volentiers, par si que tous .v. ly jurereent sur sains evangiles se la pais ne pooit estre que il conduyroient luy et sa maisnee et toute la soue chose saine et sauve á Baruth ou á Acre. Phelipes de Nevaire se travaila mout de la pais et trova á son seignor ce que il vost. Les .v. baus taillerent et roberent les povres gens de Chipre tant que il paierent l’argent et orent les chasteaus. Adonc se troverent tant de gent et cuiderent estre mout fort, mais pechié et folie les mena á ce que il s’enorguillirent et cuiderent la terre tenir et defendre et vencre monseignor de Baruth et les suens; et toutes voyes tenoyent paroles de pais á Phelippe pryveement. Maintenant fist assemb[l]er tous les gens dou païs á la court dou roy. Un d’eaus meïsme ala querre Phelippe, et si li mist le bras au col, et li proya que il venist chés le roy, car il voloyent conseillier á luy priveement. Il y ala volontiers, car il se tenoit mout á ceür por le sairement qu’il ly avoyent fait. Quant Phelippe de Nevaire entra en la court le roy, il vit que les portes estoyent mout durement gardés de gens armés de la maisnee as .v. baus, qui gardoient les portes mout fierement que nul issist. Phelippe douta, et ne fist nul semblant. Quant tous furent assemblés, .i. des .v. baus se leva, qui estoit mout bien parlant et avoit nom messire Guillaume de Rivet, et dist mout, o beles paroles. Entre les autres dist que le seignor de Baruth avoit folement perdu le roy et la terre, et il avoient sagement recovré l’un et l’autre, et avoyent acheté le baillage, et por ce requeroyent á tous les gens de laens que il juracent d’eaus sauver et garder et tenir á bail jusque á l’age le roy; et dist que il avoient bien decervy au roy. Et le roy, [que] estoit á lor poer, et que mout estoit doutis, et parla, le roy, mout bais, et regarda mout vers Phelippe. Si tost com ce fu fait; l’evangile fu aportee en la place, et messire Heimery Barlais dist à Phelippe de Nevaire: «Tout premier alés avant, si jurés, car nous volons otroyement que vous soiés le premier» Phelippe se leva et dist: «Sire, parlés á moy á une part, vos et vos .iiij. compaignons.» Et il respondirent et crierent tous .v.: «si maidés, ne ferons, car trop avriens á faire, se nous voliens conseiller á tous ceaus qui jureront; et ensi ne seroit ja mais fait! mais jurés, et nous vous ferons plus de bien que n’ont fait ceaus qu’avés tous servy; et lequel que vous volés de nous tous vous donra fié á vous et á vos heirs; et paierons toutes vos dettes.» phelippe respondy: «je sui mout liés que, en audience de tant de gens, m’offrés á faire tant de bien et vous me faites tant d’ennor qu’ansi me proisiés, et je vous en mercy mout. Mais je ne pues faire ce que vous me querés, car je sui home de la reyne Aalis del baillage, et se je otroyasse et jurasse vous á tenir á baills, donc mentiroy je ma foi.» Et il crierent maintenant: «Por ce ne laissés vous mie, mais por ce que vous ne volés estre contre le seignor de Baruth!» Et Phelippe dist que «encontre le seignor de Baruth ne seroie je ja mais, se Deu plaist, car j’ains plus luy et ses enfans que nule gens dou monde!» Adonques dit messire Hue de Gibeleth: «Avés oy qu’il a dit? Je los que l’on le pende!» Phelippe ly respondy que il ne se tenoit pas á la parole de messire Hue, et que son pere messire Betran avoit mainte fois parlé plus sagement. Lors s’escrierent tuit. L’un dist: «Prenés le!» L’autre dist: «Muire adés!» Phelippe s’aira et fu auci come desesperé de sa vie, et s’agenoila devant le roy, et retraist en audience le covenant et le sairement que les .v. baus li avoyent fait, et tendy son cage et offry á prover, tout ensi com la court esgardereit, de son cors encontre le cors d’un d’eaus .v. qu’ensi estoit. Mout de leur maisnee, chevaliers, tendirent leur gages contre Phelippe, et il les refusa tous par raison de parole; et tout adés se paroffry contre .i. d’eaus .v., et disoit que il estoit bien lor pareil, et que ce provereit il bien par bons garens de son païs qui estoient en chipre et en surie; et chascun d’eaus le desmenty, mais nul d’eaus ne tendy son cage. A tant l’aresterent et le firent garder en .i. ca[n]ton dou palais as chevaliers, qui tenoi[en]t les espees nues es mains. Les gens se merveillerent mout de ce que Phelippe osa dire et faire. Il firent aporter .i. grant traversains et commanderent que il fust mis dedens et amené au chasteau de Deudamors. Au p[a]lais le garderent jusques á grant piece de nuit, et toutes les autres gens jurerent. Les .v. baus orent conseil á une part et distrent: «Cest home a requis esgart de court et se nous sur ce le prenons, il sera lait. Mais requerons luy que il doint pieges de .m. mars d’argent que il venra demain á la court, en tel point come il est ores; et disons li que se il jure, il sera mené par esgart; et quant il sera party de saens, faisons le occirre come ennemi mortel.» En cele nuit, ensi come il orent porparlé, il li requistrent les pieges. Phelipe de Nevaire respondy que il n’avoit nul plege, et c’ome lige ne devoit douner nul piege, car [sa] foy et son fié le plegeit; et il ly distrent que il ly troveroyent bien pleges, que par ceaus meïsmes s’oufryrent á luy pleger.

45

(141) A tant s’en party d’eaus Phelippe de Nevaire, et s’en ala á l’Ospital tout dreit, et porchassa tant en celuy nuit meïsme que il ot bien .c et l. homes d’armes, et trova laens les fames et les enfans de ceaus quy estoient en Surie ovec le seignor de Baruth. Et se Phelippe ne fust entré, les .v. baus y fussent entrés l’endemain, et l’eüssent pris. En cele nuit meïsme fu assailli et pris l’ostel ou Phelippe estoit devant herbergié, et troverent son lit tout fait, et l’esprevier dessus le lit fu passé de plusors lances et de dars. Et il y avoit .ij. suens homes qui gardoient l’ostel: l’un fu occis et decopé, et l’autre nafré malement.

46

(142) L’endemain saent les .v. baus tous les fiés de monseignor de Baruth et de ses amis. Phelippe fist faire une cisterne dedens la tour de l’Ospitau, et fist faire asséz de bescut, et mout garny et horda bien l’Ospital. Et quant les .v. baus sorent que Phelippe fu laens, si l’assegerent et firent mout durement garder de jour et de nuit qu’il n’en issist. Phelippe de Nevaire vost faire assaver cest fait tout premierement à monseignor Balian d’Ybelin et son compere, et puys qu’il ot comencié á escrire les lettres li prist talant de faire les en rime. Et por ce que sire Heimery Barlais estoit plus malvais que tous les autres, il le vorra contrefaire à Renart; et por ce que au romans de Renart Grimbert, le taisson, est son cousin germain, il appella messire Amaury de Betsan Grimbert; et por ce que sire Hue de Giblet avoit la bouche torte (il faisoit semblant que il feïst tous jors la moe) Phelippe l’apela Singe.

47

(143) Ceste est [la] letre rimee que sire Phelippe de Nevaire, qui estoit enclos á l’Ospital Saint Johan á Nicossie, manda á messire Balian d’Ybelin, quy estoit á Acre:
 

 Salus plus de cent mille, beau sire et beau compere

 vous mande ly hermite qui or est noveau frere.

 Ce ne fust la crois bianche, tant y eüst matiere

 qu[e] il ne chantast houres ouan ni messe entierre.

5Compere, vostre terre contrefait or Espaigne,

 car il y a .v. baus tres tous en une compaigne.

 Mout mostrerent amour por jurer lor enseignes;

 mais je le contredis, si orent tel engaigne,

 car sans esgart de court et sans autre bargaigne

10me quemanderent prendre et metre en la longaigne.

 Durement contrefirent [cele] nuit Alemaigne:

 portes firent garder, n’i ot nul qui se faigne;

 celui les establi á la chiere grifai[g]ne,

 qui de son cors meïsme mesura la champaigne.
 

15Je ne vi cele nuit nule si fiere beste

 come celui quy traist en mi le champ sa teste.

 Se Dieu plaist, en sa vie avra il tel tempeste,

 car à tous les grans sains fait on chascun an feste.
 

 Ency fui aresté en la court cele nuit;

20beau parler ne requerre esgart [n’orent] nul fruit;

 † et si lor dy je tant qu’il m’esgarderent, li traitor recuit. †

 Puis me vostrent occirre en traïson de nuit,

 mais je fui bien garny par tel, qui que il ennuit,

 quy me douna conseil bon et leal, ce cuit.
 

25Maintenant afublai la chape saint Johan,

 mais j’ai fiance en Deu que je en istray ouan,

 ce savoir de voir que venu soit Balïan

 et Anceau le camus: je criasse autre ban.
 

 Celuy qu’entre la lice se mist et le chevau

30m’a par force embatu et mis á l’Ospitau.

 Deu! s’eüssent laiss’er tuer le deslëau,

 ne fussent avenu en Chipre ytant de mau.
 

 Se on eüst laissé convenir au Camus

 quand dou cheval a terre fist le gran «flatimus»

35de la messe fust dite le «benedicamus»:

 Tout le mont eüst dit: «Deu graces dicamus»,
 

 se «benedicamus» fust dit de sa chanson!

 Balian, n’obliés les fers ne la dure prison!

 Volentiers la celace, mais par tout le sait l’on.

40Se l’on vous aresta, n’i avés nule honte

 car celui qui vous prist a prist et roy et conte;

 mais ce me fait crever: que chascun dit et conte

 que celuy le fist faire qui de[s] gens est la honte;

 et il se mostre bien qu’il a de vous grant doute.
 

45Balïan, ne souffrés qu’á vostre tens aveigne

 que racheté dou champ au dessus de vous veigne.

 De monseignor Phelippe de Naple vous souveigne

 et de vostre bon oncle, puis bien vous en coveigne.
 

 Par Deu! ly dui Phelippe de Naple et d’Ybelin,

50et l’oncle vostre pere, monseignor Bauduyn,

 n’orent onques pour nul fait les chés bas ni enclin;

 et se vous recreés pour .v. cheitis farrin,

 celuy Deu qui destruit et confondy Cayin

 vous destruit et confond se ne venés á fin.
 

55Por Deu, vos amors d’Acre metés á une part,

 et vous et dan Taissel, qui cuide estre leupart

 [. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Pour .i. chetif gopil, quy cheï dou liart

 qui par desa s’avance, neïs li Longuebart

60[. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Se vous aimés les femes, [qui] ont eü lor part,

 car les levés dou siege! Et Grimbert et Renart,

 qui devant l’Ospital ont mis lor estendars,

 toute nuit font gaiter o lances et o dars

65ceaus qui tienent la terre, et nous faillent d’esgart.

 Les dames sont dedens et .i. tout soul Lombart.

 Coment le soufrés vous, recreant et couart?

 De l’endemain de Pasque, se Damedeu me gart,

 me souvient quant jes voi, trestout le cuer m’en art,

70que chascun se fait rey, mais qu’il se truit soi quart;

 c’est le jeu des enfans, se Dé plaist, que qui tard:

 en .i. soul jour sont roy, l’endemain font lor art.
 

 Ne puis muër ne rie quant les voi au baillage:

 Hue á la torte bouche, qui renee parage;

75Guillaume de Rivet, qui tant cuide estre sage;

 quy de son mal sarmon trestout les assouage;

 et Renart, qui bien sait com l’on deste des gage[s];

 Amaury et Gauvain ne sont pas d’un lignage;

 bien les conoissés tous, n’i a nul si sauvage:

80se d’eaus chante ou rime, ce n’est pas grant otrage:

 je suy li rocignol, puis qu’il m’ont mis en cage.
 

 L’on ne me doit blasmer s’il n’i a boune rime,

 ne les vers ordenés car cest[e est]» la prime;

 s’en la cage sui gaires, je fineray ma rime:

85l’autre yert equivoque au meins ou leonnime.

48

(144) Ceste rime fu receüe á Acre á mout gran joie, et tous crierent: «Or tost á la rescouse des dames et dou Lombart!» Mout tost s’apareillerent et orent mout belle gent et belle navie, et le seignor de Barut fist toutes le messions de la navie et des sergens, et as chevaliers presta et douna tant que il orent ce que besoing fu. La mer passerent et arriverent á La Castrie. Les .v. baus mistrent grant defence au port prendre; toutevoies fu pris á force; les .v. baus se retraystrent et revindrent á Nicossie, ou il faisoient garder le roy. Le seignor de Baruth et les suens manderent mout douces paroles au roy et as .v. baus meïsme, disant que il venoient dou servize Deu et que il voloyent venir á lor hostel et en lor fiés, et estoient apareillé au droit faire et dou droit prendre; et les .v. baus ne degnerent oncques respondre.

49

(145) Le seignor de Baruth et les suens chevaucherent sagement et sereement et vindrent devant Nicossie. Les .v. baus issirent de la ville et firent issir le menu peuple de la ville á force, et orent tous les tricoples de la terre, et des sodoyers, qui furent trop plus que ceaus de monseignor de Baruth. Gens de religions se mistrent entre .ij. pour faire pais, mais ne pot estre. Les cheveteines des escheles se regarderent et conurent de l’une part et de l’autre. Chascun se mit endroit seluy que il plus hayoit, et lors assemblerent. La bataille fu la plus male et la plus peme que onques fust desa la mer; mout y ot chevaliers abatus et chevaus, et gens morte[s]. La bataille fu en .i. double gareth, et y ventoit .i. fort ponent. La poudre fu si grant que l’on n’i veoit goute. En celle bataille fu occis [...] messire Giraut de Montagu, qui fu nevou des .ij. maistres dou Temple et de l’Ospitau et de l’archevesque de Chipre Estorgue, car son chevau li gist grant piece sur le cors. En cele bataille firent merveilles d’armes les enfans de monseignor de Baruth, et sur tous i fist merveilles messire Balian. Les .v. baus avoient estably .xxv. chevaliers les plus vigourous que il eüssent de maignee, quy devoient entendre á ocirre [monseignor de Baruth].

Monseignor de Baruth fery parmy la bouche .i. d’eaus, car il n’avoit pas heaume á visiere, et de celuy cop le rua mort á terre. En cele jouste meïsme chey monseignor de Baruth en une fosse. Les .v. baus portoient grans mitres d’orpeau pour connaissance sur lor heaumes, et toutes voies furent il vencus et desconfis, si com Deu plot, et tout .v. eschaperent. Tout premier s’en fuy sire Hue de Giblet, qui faisoit l’ariere garde. Quant la desconfiture et la fuie ot ja duré une piece et la poudriere fu esclarsie, et sire Balian avoit ja chascié mout avant, monseignor de Baruth se trova soul au champ, ovec luy ne sai quans archiers á pié. Au champ se troverent des enemis jusque á .xv. chevaliers, les meillors, qui estoient passé outre au jouster, et quant la poudriere chey, il le conurent et il eaus. Et quant le sire de Baruth vit qu’il estoit si soul, si descendy et entra par une petite porte en une court ou il y avoit .i. petit moustier, et les sergens o luy; si se defendy au meaus qu’il pot, il et les sergens. Et il feroient de la lance ceaus qui venoient au mur dehors pour depecier et pour entrer laens. Si com Deu plot, messire Anceau de Bries i survint sur .i. chevau grant et fort, et covert de fer et de groces covertures par dessus, si se mehla á tous eaus et tant fist d’armes que tout brisa là, lance et espee, et neïs son couteau brisa il, et ressut tant de cos que il ne se pot mais aider des mains, si bouta ses .ij. bras dedens les .ij. renes et quant ceaus venoyent au mur pour abatte il feroit des esperons et les arestoit del mur abatte. Et tant fist que monseignor de Baruth fu son coural amy toute sa vie. Si com Deu vot, messire Balian, son fis, qui mout avoit grant suite de chevaliers, quant il vit que son pere n’estoit en la place, si retorna au champ, et si tost com ses enemis le virent et conurent ses enseignes, il se desconfirent et fuirent vers la ville de Nicossie. Et messire Balian, qui venoit devant tous les autres, les encontra mout asprement, et abaty le confanon si durement que il meïsme vola á terre; luy et le cheval cheyrent andui. Lá ot plusors pris et mors, et plusors eschaperent por la chaoite de messire Balyan. Sire Heimery Barlais et sire Amaury de Bethsan et sire Hue de Giblet s’e[n]chastelerent au Deudamors, et sire Gauvain et les soues gens alerent á La Candare. Phelippe de Nevaire, qui estoit issus de l’Ospital Saint Johan, et les soues gens o luy, lor firent mout de damages en la bataille, á ceaus meïsmes qui furent en la ville. Les .v. baus devant dis avoient mandé, ains que la bataille comensast, le juene roy Henry. Par force le mistrent au chasteau de Deudamors. Lá le tindrent et le garderent come en prison. Ceste bataille devant dite fu á .i. samady, á .xiiij. jors dou meis de juignet, devant Nicossie, l’an de .mcc et xxix.

50

(146) L’endemain de la bataille furent les chasteaus assis. Monseignor de Baruth asseja Cherines, et ses enfans, messire Balian [et messire Bauduyns] et messire Hue assegerent le chasteau de Deudamors. Messire Anceau de Bries asseja La Candare, et sire Gauvain estoit dedens entré. Monseignor de Baruth, qui avoit assegé Cherines, fina as Longuebars quy tenoient le dit chasteau en tel maniere que se il n’avoyent secors dedens .i. terme moty, que il ly rendroyent le chasteau et il lor paieroit quanque l’on lor devoit de sos, de viel et de nouveau, et les conduyroit hors de Chipre eaus et lor choses, sains et saus. Phelippe de Nevaire traita cele pais, et resut le chasteau au terme pour son seignor, et conduit les Longuebars hors de Chipre.

51

(147) Adonc Phelippe de Nevaire fist une chanson qui dit ensi, et fu mandee á Acre au counestable.
 

 A tout le mont vueill en chantan retraire

 le grant orgueil et la grant’estotie

 que oncques fust vehue ne oïe

4de nos .v. baus qui à droit [sont] contraire;

 car sans esgart de court et sans clamor

 desaisirent lor pers et lor seignor

 de lor drois fiés; puis lor vostrent defendre

8le revenir en Chipre et le descendre.
 

 Quant desaisi furent, sans riens mesfaire,

 cil qui erent pelerin en Surie,

 par mer vindrent d’Accrë en La Castrie.

12Lá pristrent port, qui qu’en deüst desplaire.

 Et puis manderent au roy par grant dousour

 que il venoient á luy par grant amour,

 prest et garni de droit fairë et prendre.

16Mais les .v. baus ne deignerent entendre.
 

 Cher lor cousta [...] ne targa gaire:

 le samedi, au plein de Nicossie,

 là conquestrerent, á l’espee forbie,

20nos gens honour, lor fiés et lor repaire;

 vencu furent li felon traïtor.

 Vers les chasteaux s’en fuirent plusours,

 meins en vit l’on desordener et prendre

24[. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .].
 

 Celuy qui dut l’aciere garde faire

 ot de fuïr prime la seignorie:

 tantost conut l’avant garde envaye

28fouïr [prist] tant com deu moreau pot traire.

 Parens, amis, autre terre et honour

 i perdy tout, le musart, en .i. jour.

 Fols et malvais c’est trové tout ensemble:

32bien se deüst de honte moine rendre.
 

 Cel jor vit l’on abaisser et desfaire

 lor grant orgueil et lor haute folie,

 qu’il s’en fuïrent à chiere froncie,

36et meint autre desleal deputaire;

 enchastelé se sont au Deudamor;

 laens tienent en prison lor seignor.

 Jugement cil ont decervy bien prendre:

40si court l’ont pris, et autre fois fait prendre.
 

 Les traïtors, que l’on devroit detraire,

 font entendant as fos, par tricherie,

 que mon seignor fait mout [grant] felonie,

44quant au siege le roy pour luy mal faire

 [. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Lous enragié sont devenu pastour.

 L’oncle le roy fust garde sans mesprendre,

48con ne tray del chastel pour revendre.
 

 Va, serventoys, con quarëau peut traire,

 si me portes noveles en Surie

 au counestable qui ne nous heit mie;

52si li diras qu’a droit vait nostre afaire,

 la mercy Deu, le nostre creatour

 [. . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Si rist autant quant vit Lengaire prendre:

56mant vous sa lengue et le nes faire fendre.

52

(148) Le seignor de Baruth ala au siege dou chasteau de Deudamors, et herberga á la fontaine dou Dragon, et ses enfans estoient amont devant le chasteau. Le chasteau si est en mout fier luec et en mout fieres montaignes, et mout y covient de gent quy bien le veaut asseger, car de mout de leus n’en y peut l’on issir que par la porte, et il y avoit dedens mout de garnison de gens á cheval et á pié. Tout le plus de ceaus qui estoient eschapé de la bataille s’en fuïrent laens; si ot mout fait d’armes devant le bourc, et á la porte mainte foys. Toute voies orent il de mout grant mesaise laens de fain, tant qu’il mangerent lor chevaus, et por ce s’aseürerent ceaus dehors, et aloient les chevaliers par la terre et venoient quant il voloient. Dont il avint que le seignor de Baruth fu alé á La Candare veïr .i. grant trabuc que sire Anceau de Brie faisoit faire. Ses .iij. fils desus noumés estoient espandus par le païs, si que au siege estoient demoré trop poy de chevaliers. Ceaus dedens s’en aparsurent et firent une issue si esforseement que il desconfirent ceaus dou siege et gaaignerent la herberge des chevaliers et les viandes. Et se ce ne fust il n’eüssent mie tant duré come il durerent.

53

(149) Messire Balian estoit á Nicossie á mout poy de chevaliers, car il estoit yver. Si estoyent les chevaliers en leur terres, ou il oyseloyent et se desduyoient. Messire Balian vint au cri et recovra la herberge, et fery des esperons jusque á la porte dou borc, et brisa sa lance au fer de la porte dou borc. Et á si trés poi de gent forni cele besoigne que merveille fu, et en toute la guerre ne fu il á si grant meschef come il fu á celuy jour. Mout y ot fait d’armes d’une part et d’autre. Son pere le seignor de Baruth, quy estoit alé veïr un trabuc que l’on faisoit devant La Candare, vint au cri, et ses freres de lá ou il estoient, et toutes les gens dou païs vindrent hastivement. Adonc establirent: messire Balian y seroit .i. mois, et .c. chevaliers o luy et grant planté de gens á pié, et l’autre mois i seroit messire Bauduyn son frere, á .c. chevaliers auci, quy mout estoit sages et vigourous, et le tiers mois y seroit messire Hues, quy estoit des plus beaus chevaliers et des plus fors et des avenans dou monde; et ensi com ly uns des freres y estoit, l’autre s’en aloit lá ou il voloit, et chascun i revenoit á son mois. Prés d’un an dura le siege, ensi, et tous jors y ot fait d’armes. Phelippe de Nevaire fu .i. jor naffré devant la porte dou borc, et ot plusors playes perillouses de lances et de careaus et de pieres. Il fu feru .i. jour en dardans d’une lance qui li fausa le bras tout outre, o toute la manche dou hauberc et la char, tant que sur le costé brisa la lance, le troson demora o tout le fer au bras. Ceaus dou chasteau crierent: «Mort est nostre chanteor, tué est!». Et le tenoient ja si hennemi par le frein. Mais son seignor le secorut, et le delivra mout vigourousement. Le soir aprés fist il .ij. coubles de chansons, et se fist porter devant le chasteau, á la roche, et les chanta en haut et dist. Adonc sorent il bien cil dou chasteau que il n’estoit mie mors.

54

(150) C’est la rime que sire Phelippe de Nevaire fist quant il fu nafré devant le chasteau de Deudamors, au siege:
 

 Nafré sui [je], mais encor ne puis taire

 de dan Renan et s’autre compaignie,

 qui pour luy est afamee et honie,

4dedens Maucrois, ou il maint et repaire.

 Mais se Renan a de son cors paour

 que ont mesfait li autre vavassour

 et ly sergent? Porquei se laissent vendre?

8Come bricons leur fait aucuns atendre.
 

 Renan [en] sait plus de traïson faire

 que Guenelon, dont France fu traïe.

 A son eus a la tainere farsie.

8Là seüs est pour maistrier la terre

 et de la pais les chufle chascun jor.

 Bien est honnis qui sen tel traïtor:

 pour luy fournir le fait l’on sa hors pendre,

16et il le fait lá dedens les saus prendre.

55

(151) Ceaus dou chasteau de Deudamour orent si grant famine que le jor de Pasques firent il gran feste d’un maigre ahnon que il gaaignerent. De cel ahnon fait mension Phelippe de Nevaire en la branche de Renart, et dist que il beneïrent l’aneau as grans oreilles et le mangerent á Pasques, si com vous le trouverés. Messire Anceau, quy estoit au siege de La Candare, tint si prés le chasteau que merveilles seroit á croire ce que il fist; et le trabuc quy lá fu abaty presque tous les murs, mais la roche estoit si fort que l’on ne pooit monter. Et ceaus dedens estoient á si grant mesaise et meschef come ceaus quy estoient desgarnis de robe et d’armes, et avoyent tout geté entre voyes quant il partirent de la bataille; et la bataille fu á .xv. groces liues loins dou chasteau. Une nuit avint que Phelippe de Nevaire ala oveque messire Anceau au gait; si entreoï paroles de ceaus qui estoient en une petite tour depecie, qui estoit demoree au dit chasteau, et sans tout ce savoit il leur covine. Tantost fist il une chanson qui dist ensy:
 

 L’autrier gaitay une nuit jusque au jour,

 bien prés des murs, tout soul, sans autres gent.

 S’oï pleindre la sus en une tour

 les Candariens, qui sont mas et dolent.

5Bacet dist l’un á l’autre compaignon:

 «Aylas! fait il, Seignors, las, que feron?

 Traï nous à Renart, que Deu maudie

 et la fauce charte de la Castrie

 que saens vint ains l’aube.»
 

10Lors respondy uns autres: «Grant doulour

 et grant peine souffrom, et grans tormens:

 la nuit veiller, matin estre au labour,

 poy á manger, et povres vestimens;

 á la periere esteut que nous tirons;

15tous les ennuis et tous les maus avons.

 Se longuement devons avoir tel vie,

 je pry la mort qu’anuit tous nous ocie,

 avant que veigne l’aube!»
 

 Aprés dist .i.: «En lermes et en plours

20seron pour nous et amis et parens;

 tous y morons, car leur trebucheour

 fait nos fours ens trabucher si dedens,

 murs et petreaus et creneaus et maisons.

 S’on nous assaut, coment nous defenrons?

25Car nostre gent est d’armes desgarnie.

 Li mur ne nous garentiroit or mie:

 fuions nous ent ains l’aube!
 

 «Abatu est le molin et le four;

 d’atendre plus ne seroit pas grans sens.

30Traï nous ont les baus de Deudamor,

 et ont menti vers nous leur sairement.

 Toly nous ont le roy en traïson,

 et covenant fu que nous l’avrion.

 Puis nous firent combatre á Nicossie,

35pour eaus sauver et nous tolir la vie.

 Ja ne voient il l’aube!
 

 «Trop nous tarde le secors de Pascor;

 fait est de nous, si com je cuit et pens.

 Mal veïmes onques l’empereor;

40merci crier nous covendra par tens.»

 «Voire - dist il - se nous la trovions;

 mais je cuit bien que nous y faudrions;

 por ce veaut meaus le fuyr en Turquie.

 Mais cil dehors gaitent par establie

45toute nuit jusqu’á l’aube.»
 

 Quant Gauvain vit sa gent en tel error,

 mout li chanja son cuer et son porpens.

 En souspirant leur a dit: «Beau seignors,

 ne puis trover .i. message saens

50quy ose aler lá ou nous vodrions.

 [. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Encor est tel, en Chipre ou en Surie,

 qui en pensera se nous perdions la vie?»

 Et á tant parut l’aube.
 

55Quant ensi ors leur pleinte et leur clamour,

 si me revins au gait de nos sergens,

 et le contai á joie et baudour

 qu’en la Candare avoit duel et contens.

 Si me pria .i. de nos compaignons

60[. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .]

 Et je fis tel, la pleinte fu oye.

 Quant elle fu parfaite et acomplye,

 par tout esclarsi l’aube.

56

(152) En celuy siege avint que le jeune seignor de Cezaire, fis de seluy qui avoit esté ocis á la bataille des .v. baus devant Nicossie, il establi et heberja ses gens vers une roche agüe qui est mout prés dou chasteau, et faisoit traire laens de jour et de nuit. Il avoit un mout soutil aubalestier, quy mout bien conoissoit messire Gauvain quant il aloit par le chasteau. Tant le gaita qu’il le fery et l’ocist d’un careau. Et son cousin, messire Guillaume de Rivet, estoit alé en Hermenie pour secours, et lá moruth. Adonc fu cheveteine de La Candare Phelippe Chenart, quy estoit frere de sire Gauvain de par sa mere, et estoit juenes hom vistes et penibles. Ceaus dedens celerent la mort de sire Gauvain, et l’abalestrier dist bien qu’il l’avoit feru. Ceaus dou chasteau [...] par aucun leuc et mené en Puille. La fin fu tele que ceaus dedens livrerent le roy, quy estoit son nevou, et ses suers et les chasteaus au seignor de Baruth, et jurerent que ja mais encontre luy ni encontre ses enfans n’encontre ceaus de sa partie ne seroient. Et il et ses enfans pour toute lor partie lor jurerent qu’il lor tendroient boune pais; et fu ordené que le lignage de sire Gauvayn devoit issir hors de Chipre por ce qu’on disoit qu’il avoit ocis le conestable, mais il devoient avoir lor fiés et l’on les devoit conduyre sains et saus hors de la terre. Cele pais traita .i. vaillant frere de l’Ospital, qui avoit nom frere Guillaume de Tineres, et estoit mout privé de monseignor de Baruth. Et quant le roy issi dou chasteau, mout y ot grant feste et grant joye faite et grans dons. Messire Anceau et Phelippe de Nevaire et le chevalier quy fu laidy, quy avoit nom Toringuel, ne vostrent estre present á la pais, ne onques puis ne parlerent á leur enemis dessus noumés, mais il se mistrent en pais pour faire le gré de leur seignor. Et devant que l’on traitoit la pais, l’on manda querre Phelippe, et il estoit á Lymesson á une nave, ou il devoit aler message outre mer au pape et au roy de France et au roy d’Engleterre et as .v. roys d’Espaigne pour conter et retraire et faire plainte des grans maus et otrages que l’empereor Federic et [les gens] en sa suite avoyent fait en Chipre et en Surie. Si tost come la pais fu faite, Phelippe en vost faire chanson á rime, mais le seignor de Baruth ne le vost soufrir; á quelque peine soufri qu’on feïst une branche de Renart en quei il nouma bestes plusors. Et afigura le seignor de Baruth á Yzengrin, et ses enfans á ses louveaus et sire Anceau de Bries á l’ours, et soy meïsme á Chantecler le coc, et sire Toringuel á Tinbert le chat: toutes ces bestes sont de la partie d’Yzengrin au romans de Renart. Et sire Heimery afigura il á Renart, et sire Aumaury á Grinbert le taisson, et sire Hue au Singe; et autre fois les avoit il ensi apelés, si com vous avés oï: et celes bestes sont de la partie de Renart au roumans meïsmes. La branche dit ensy:

57

(153) C’est la rime de Renart, come Yzengrin le desconfist.
 

 Tant a esté Renart en guerre

 qu’arce et destruite en est la terre;

 mout fu diverce s’aventure

4à toute fois et aspre et dure.

 Mout fu Renart prés de sa fin,

 quant desconfit l’ot Yzengrin

 et assegé dedens Maucreus

8un chasteau qu’ot puis á son eus.

 N’i ot que manger ne que boivre;

 trop malement se dut desçoivre.

 Se ne fust Noble [’n] la bargaigne,

12mort fust Renart et sa compaigne;

 mais Deu, qui tous les biens parfait,

 a valu otroyer et fait

 tant que Renart a sa pais faite;

16mais ne fu mie bien parfaite

 la pais, ains fu .i. poi trop linge:

 Renart et Grimbert et le Singe

 i sont sans plus de cele part;

20ne sont que troy, o tout Renart;

 et toutes les soues ayes

 sont à la pais vilment faillies.

 Celuy peut on de traïsson

24apeler par droite raison;

 mais Renart n’ot onc qu’une fois:

 cele menty plus de .c. fois.

 et les .iij. que j’ay recordé

28ne sont pas á tous acordé,

 car il n’ont pais qu’á Yzengrin

 et o ses louveaus autrecy;

 et si vous dy que les louveaus

32n’orent pas bien tous leur aveaus,

 quant il lor convint faire pais.

 Renart n’ameront il ja mais,

 car dan Renart, quant il fu miege,

36et il l[es] ot fait prendre au piege,

 les conpissa en la louviere;

 pesera leur, s’il ne compere.

 Drois est s’il s’en pleignent et cla[i]ment,

40et Deu les heit se il les aiment!

 Mout est encor á grant contens,

 n’a mie pais á toutes gens.

 Messire l’ours, Timbert le chat,

44dient qu’il ly donroit .i. flat;

 messire Chantecler le coc,

 que de son esquicher est roc,

 ly passe en chantant par le siege;

48souvent retrait au loup le piege

 et en chansons et en fableaus,

 con l’on pissa sur les louveaus.

 Le coq refaite l’esperon

52et dit qu’il n’a si haut baron

 en la court, s’ill oze envaïr

 Renart, qu’á luy l’ira ferir.

 Atant es vous Renart à court,

56et si veut bien qu’on le hennort.

 Mout s’acost’á prés d’Yzengrin;

 par poi ne se fait son couzin;

 les louveaus racointe .i. á un,

60ses bras jet’au col de chascun;

 mout fait laens Renart [de] noise.

 Encontre cuer rit et envoise,

 et dit bien souvent en son conte

64mais de s’ennor et de sa honte:

 mout parole de la bataille,

 par my les fent, par my les taille.

 Quant l’ours l’esvoit si l’esrechigne,

68et dans Timbert le chat l’enguigne,

 «C’il comande qu’il le fera

 - fait Chantecler - or y parra

 se dans Renart nous tient pour chievre!»

72Renart l’entent, prent le la fievre;

 mout doute l’ours, car de bien haut

 le fist jadis prendre .i. mau saut.

 S’il le doute n’est pas merveille;

76á Grimbert, son cousin, conseille,

 et dit qu’il a grant mal au cuer:

 «Aylas! - fait il - couzin, je muer!»

 Le pous li bat, change coulour:

80angoussous mal a en paour.

 Renart s’en vait en sa maison;

 o luy vait Guinbert le taison.

 Et le singe dans Coint[e]reaus

84et dans Renar[diau]s, li mezeaus,

 et Percehaye et Malebranche,

 et dame Hennelline, la franche,

 i sont corus come desvés:

88«Sire, dites: que vous avés?

 «Alés - dist il - tost pour le prestre!

 Bien poés tuit veïr mon estre.

 Quant l’ont oï, cele frapaille,

92si ont cuidé de voir, sans faille,

 qu’il soit de mort en grant paour,

 et c’om perdoit mout bon seignor;

 mais tout ce est engin et art.

96Or a mestier que on se gart,

 qu’á envis pert l’on la coustume

 que l’on tient tant que le toup plume.

 Renart, le trechiere plumés,

100de trecherie acoustumés,

 c’est porpencés par lecherie

 d’une mout fiere trecherie,

 qu’en semblant de confession

104pardonra et querra pardon

 à toute gent en pril de mort

 (á meins de honte á autrui tort!):

 neïs á l’ours quy le foula,

108envers qu[i] il se rechata,

 à Chantecler et á Tinbert,

 qui son mal queroyent apert.

 Bien sait que s’á yaus ne s’apaise,

112il n’ert á sëur ni á aise,

 mais mout dezire leuc et tens

 qu’il puist recomencer par tens;

 volentiers atisast le feu,

116s’il en eüst horë et leu.

 Toutefois le prestre de y mande,

 le cors Nostre Seignor demande.

 Et vous venir le Sauveour.

120Et dans Renart, le trecheour,

 se fait de .ij. pars soustenir,

 et dist qu’il vost tout regehir:

 «Sire, en vostre sainte presence,

124de qui tous biens vient et comence,

 vueil regehir que Yzengrin

 n’amai ni n’ameray en fin;

 et quant je fis antan la jure,

128s’au desus venist m’aventure,

 ja n’en eüsse autre mercis

 que je os de ses autres amis.

 Je hais mout ses louveaus et dout,

132si fai je leur lignage tout,

 et je leur mostrai bien antan;

 mais ne me los pas de cest an.

 Houny suy et cheü en mal puis;

136si m’en repens, quant meaus ne puis.

 Or est Yzengrin mon seignor,

 ensemble en ai duel et paour.

 Nobles est fors ma seignorie:

140ci endroit faut ma tricherie.

 Ses louveaus regimbent o luy;

 sel semble c’onques nels conuy:

 je ne lor puis ores plus faire,

144pour Deu le[s] lais, quant nel puis faire;

 bon jeu par ai [je] d’une rien,

 car lor pais me tendront il bien,

 et se je avoye leuc ne aise,

148o eaus m’ardroye en la fornaise.

 Trop ai forfait á mout de gent,

 encor en ay mout bon talent.

 Mais Deu me puet tout pardoner,

152qui sait mon cuer et mon penser.

 Par Deu, sire, l’ours m’abaty,

 et de mes reins tout me houny.

 Se je fis faire á Tinbert lait,

156il si m’avoit mout bien mesfait.

 Pour Deu, Chantecler mandés querre,

 car mout chevau[che] par ma terre;

 je me vueil acorder o luy,

160et si m’a il mout fait d’ennuy.

 Se de cest mal pooye estordre

 maintenant entrerai en ordre.

 A tous pardoin et pardonray

164quant je de ci me leveray.

 Je lor pardoin, or me pardoignent

 par ces .ij. mayns qui yci joignent.

 S’avant n’avoye autre pooir,

168ne leur puis mais guerre movoir;

 mais se je les pooye avoir,

 de cuer lor feroye assavoir.»

 Au coc mandent de grant randon

172qu’il veigne courant au pardon.

 Le quoc respont: «Par Deu li dites

 que, se il muert, qu’il en soit quites;

 mais je sai que sa maladie

176est traïson et felonie.

 Se messire Yzengrin est sage,

 il maintendra vers luy l’usage

 que tient le fauconier grifon:

180s’il ne[l] fait paistre par raison,

 il devenra encor hautein:

 fasse le venir au reclain.

 Mout me poise qu’est eschapés

184de lá ou il fu atrapés.

 A Pasques fist faire merveilles,

 quant il l’aignel as grans oreilles

 oza beneïr ne manger.

188N’i avoit lors point de danger;

 mais quy or ne se gardera,

 encor[e] nous engignera.»

 Li message n’i pot plus prendre;

192á Renart vint sans plus atendre,

 et li conta outreement

 le respons et le mandament.

 Lors dist Renart au chapelain:

196«Je morray anuit ou demain.

 Se de cest mal pooye estordre,

 maintenant entreray en l’ordre:

 á tous pardoin et pardonray

200quant je de ci me leveray.

 Por Deu, sire, car m’assoillés,

 car j’ay fait tant d’autres pechiés,

 car je peüsse .c. ans vivre,

204ne seroye je pas delivre.»

 Le prestre l’asot maintenant;

 meis ce fu par tel covenant,

 s’il eschape, qu’il veigne à luy:

208«Oïl - fait il - et á autry,

 á quy il devra mout peser,

 Iray je maintenant parler.»

 Le prestre ly douna celuy

212quy ne devroit entrer á luy;

 et il l’esprent, en sa male houre!

 Jehsu s’en part, Renart demore,

 plein de barat et de mal art;

216diables ot en luy grant part:

 mout ot de luy mal en s’apeau.

 Desleal traïtour et feau

 est et sera tant come il vive,

220jusque parte l’arme cheitive.

58

(154) Aprés la pais, le bon seignor de Baruth et ses enfans firent grans biens et grans honors et grant reverence à leur enemy[s], et leur dounerent chevaus, robes et armes, et autres presens; et s’acompaignerent á ceaus, et se vestoyent d’une robe, et s’envoisoyent ensemble, et ne tenoyent rien au cuer qui eüst esté. Mais leur enemis garderent et retindrent leur foies volentés et bien le mostrerent si tost com il porent. Phelippe de Nevaire avoit bien deviné et devisé en la branche de Renart ce que il firent aprés. Messire Heymeri Barlais estoit mout haut et s’esforsoit mout de faire compagnie et feste au seignor de Baruth et à ses enfans, et l’apeloit son seignor et son pere, et messire Balian l’apeloit frere; et mout parloit souvent de la bataille quy avoit esté et dou siege, tant que l’on tenoit á mal, car mout recorder sa honte est malvaistié et malice.

59

(155) Un jour fu la court pleniere, et messire Heimery Barlais et toute sa route y furent. Au derein de tous entrerent á la court ensemble messire Anceau de Brie, Phelippe de Nevaire et Toringuel. Messire Heimery les esgarda mout et vit que il conseilleent ensemble, si douta moult et dist qu’il estoit si mal á que il moroit. A tant s’en party de la court, luy et les suens et sen hostel. Tantost se fist confesser et comenier, et dist qu’il parduneit á toutes gens et qui voleit crier mercis as .iij. desus només, car il les doutoit mout, por ce que il ne furent present á la pais ni ne jurerent. Il manda gens de religions quy les prierent qu’il venissent á luy, et il ne vostrent aler, mais il y respondirent que il moreit, qu’il en fust quite; et ce fu avant que la dite branche fust faite; et por ce fait Phelippe mencion en la branche.

60

(156) Messire Heymeri et sa partie manderent á l’empereour, si com il fu dit, ce que avenu estoit, et grans excusations de la pais qui fu faite, et ly manderent que il estoyent en leur fiés, et avoyent grant partie de la terre, et se il mandast .i. petit d’esfors encores en vendroyent il bien á chef de ceaus quy estoyent ses enemis et d’eaus meïsmes. Et plusours feis manderent, ce dit l’on, et en la fin troverent ce qu’il queroyent.

61

(157) En l’an de .mcc et xxx. le patriarche Gerolt de Jerusalem fist .ij. tours á Japhe devers Escalone, et l’yglize dou Sepulcre fu reconsiliee.  Et le patriarche d’Antioche vint en Accre [...] legat de la court de Rome, et aprés ly fu tolue la legation, au patriarche, par l’emperere Federic, qui l’avoit acusé au pape, dont il ala á Rome et ot ariere la legation en son patriarché perpetuaument.

62

(158) En l’an de .mcc xxxj., quant l’empereor federic ot fait pais á l’yglize et recovré tout quanque il avoit perdu en pouille, il avint que le devant dit emperere federic, quy mout hayoit chipre et surie, manda en chipre et en surie grant ost de ses barons de puille et de cezile, et tout ceaus qu’il hayoit plus et se doutoit. Et disoit l’on que il furent bien .vic. chevaliers et .c. vallés á chevaus covers et .viic. homes á pié, et bien .iijm. homes de marine armés, o mout grant navie et belle, de naves et de salandre[s] et .xxxij. galees. De cel ost fu cheveteine sire Richard Filanger, mareschal de l’empire. Monseignor de Baruth, qui estoit á Acre, quant il sot la venue de ces gens par les gens d’une nave de l’Ospital des Alemans qui vint á Acre, il retint tantost quanque il pot de gens et mena o luy grant partie de sa garnison, dont il se dut repentyr. Aprés il vint á Chipre, et tantost furent semons toutes les gens á armes, si alerent á Lymesson, et messire Balian, son fils, et sa eschele y vint tout premiers; et en l’oure qu’il vindrent, l’estoire des Longuebars ariva en Chipre, au Gavata, qui est prés de Limesson. Le juene roy Henry de Chipre et monseignor de Barut estoyent entre voyes, et quant il oïrent les novelles il se hasterent tant que il ot mout de chevaus recreüs. Toutes voyes vindrent il bien á tens, et quant il furent ensemble si ot mout bele gent á cheval et á pié, et firent une mout bele mostre, et se troverent tous armés entre amis et enemis entor .v. chevaliers, et mout y ot de valés á cheval et de tricoples. Les Longuebars les douterent et n’oserent descendre encore, et le rivage fu bien defendu, que cil ne porent avoir terre ne de l’aigue. Il envoyerent message en terre, et mout y ot de paroles dites d’une part et d’autre. Monseignor de Baruth metoit tous jors le droit vers luy et parloit si humblement que ses amis en estoyent courrousciés. Les Longuebars et sire Heimery Barlais parloyent mout souvent ensemble, et de nuit, et bien fu seü; et en [p]eüssent estre repris, se l’on vosist, mais le preudome ne le vost soufrir et disoit que aucy bien pooi[en]t il parler de bien come de mal, et se il voloi[en]t mal faire, que il soufriroyent tant que il seroit aparant et que il seroient parjur et que il auroyent brisé la pais, car se il comensoit en euvre por chose quy estoit en dit l’on poroit dire que il seroit parjur, car trop a grant comparison en dit et fait. Onques en autre nel pot l’on metre. Et si ly dist l’on verayement que l’on le devoit ocirre en sa tente, de nuit, en son lit. Le seignor de Baruth se douta, si ala gezir dedens une maison et se fist gaiter.

63

(159) Les Longuebars conurent que il ne poroyent descendre sauvement, si gaiterent .i. bon tens et murent de nuit et alerent droit á Barut de nuit, et pristrent la ville sur saut. L’evesque lor rendy, come prestre paourous. Il assegerent le chasteau et le tindrent mout prés et le troverent desgarny de gent car le seignor de Barut, que de ce ne se prenoit garde, en avoit tout le plus de la garnison portee en Chipre, et ce meïsme avoyent les Longubars bien seü quant il furent en Chipre; et de lá orent il conseil d’aler á Baruth. Le chasteau estoit bien garny de viandes et de vins et d’armeüres, mais poy i avoit de gens. Les Longuebars avoyent planté de gens de marine et d’engineors, et de marein et fer et plomb, et de ce que mestier lor estoit as engins faire; si en firent de grans et de petis et combatirent fortement le chasteau des engins. Et il avoyent ovec eaus .i. desleal, quy avoit nom Denises, et avoit esté seneschal dou seignor de Baruth et tout maistre dou chasteau et savoit toute la covine de la gent. Celuy enseignoit á geter des engins lá ou il faisoient greignor damage: en la fin il ot tel guerredon que il fu pendu par la goule come .i. traïtre. Le siege aprocha moult le chasteau, car il avoit poy de defendeors. Le focé dou chasteau fu pris, quy est .i. des beaus dou monde, et au fons dou fossé firent une rue coverte tout en tour de gros marain, et minerent le chasteau en plusors leus. Et par dehors le chasteau, en une place que l’on apeloit le Chaufor, firent les Longuebars un chasteau de pieres et de fust sur luy, qui surmontoit et descouvroit tout le chasteau, et faisoit trop grant damage á ceaus dedens. Ce meïsme lor fu mandé de Chipre, conseillant que il deüssent faire ensy car les desleaus quy manderent avoyent ce seü que le seignor de Baruth se doutoit mout de cele haute place.

64

(160) Les novelles vindrent en Chipre que en cel point estoit le chasteau de Baruth assegié, et l’iver estoit ja entré moult fort. Le seignor de Baruth vint en la court devant le juene roy Henry, son seignor et son nevou. La court estoit si pleniere que tous [i] estoyent, amis et enemis. Il se leva en estant, et il avoit une coustume, que il cruisoit ses jambes quant il demoroit en estant. Il le fist ensi com il sot bien, et parla mout haut et á trait et dist: «Sire, je ne reprochai onques le mien servise et de tout mon lignage á vostre pere ni á vous, mais or le m’esteut faire, si contreferay Guillaume d’Aurenje, ja soit ce que je ne le vaille, quant il ot mestier de secorre se[s] nevous á Candie. Il reprocha á son seignor le roy Loys tout le servise que il avoit fait. Et je pues bien dire, et assés en ai garentie, que par mey et par mon lignage fu vostre pere seignor et tint terre. Et se nous ne fussiens, il eüst esté deserité ou mort. Et quant Deu fist son comandement de luy, vous n’aviés que .ix. mois d’aage, et nous vous avons norry et gardé, vous et vostre terre; Deu mercy, jusques au jour de huy. Et se nous n’eüssiens mis grant conroy, le duc d’Osteriche vous eüst dezerité. Et .ij. fois avés esté en auci malvais point ou en piour; et se nous vosiciens guerpir vous et le royaume de Chipre et celuy de Surie, de legier nous eüst soufert l’emperere á tenir Baruth en pais. Or est ensi avenu que les Longuebars ont prise ma ville et assegé mon chasteau si prés que il est en peril de perdre, et nous et toutes les bones gens suriens dezerité. Dont je vous pri, pour Dieu, et pour vostre henour, et por nos grans servises, et por ce que nous soumes d’un sanc et d’une naïté norris, et estes ensemblé o nous, et pry ausy á tous les autres quy saens sont, come mes freres et mes chers amis, que vous venés en persone á tout vostre pooir o moy, secorre mon chasteau.» A tant se taist le seignor de Baruth et s’agenoilla devant le roy et devant les autres et fist semblant de baiser les piés dou roy. Le roy sailly en piés, et tous les autres et s’agenoillerent car il estoit encores à genoils, et distrent le roy et tous les autres que il s’acorderoyent volentiers et meteroyent lor cors et lor avoyrs à bandon. Le seignor de Baruth les en mercia mout. Adonc se leva, il et tous les autres, en piés.

65

(161) Come le seignor de Baruth et les Chiprois ly vindrent de Nicossie a Famagouste pour passer en Surie.

Le viage fu enpris mout vigourousement, et ce fu entor les festes de Noël. Tost vindrent au port de Famagouste. Le tens estoit si mal et si pesme qu’á peines porent passer par le plain de Famagouste, et mout i ot choses perdues entre voies. Lonc tens demorerent au port pour le mau tens, et en la fin murent au chef dou troublat et au tour de la lune, et ne laissa [on] en Chipre nul cheveteyne. Les gens en parlerent mout. Phelippe de Nevaire le fist assaver au seignor de Baruth que l’on en parleit, et il respondi et dist: «Se je ne meuve adés je sai bien que le chasteau sera perdu et tout le païs aprés, et se Deu me doint grace de passer avant tout sera rescous et sera honour grant. Et se Nostre Seignor consent que †je sache la perte, poisse [ja] estre entre voies†. Je ains meaus morir ains que je sache la perte que aprés; ne ja, se Deu pleist ne sera perdue la terre mon seignor en mon tens ne la moie. Et de ce que l’on me blame que je ne lais cheveteine en Chipre, je vous diray pour quei: je porrai tel laisser quy porroit tout gaaigner lá ou nous alons, et mainte fois est avenu que par .i. preudome est tout gaaigné et pour soufraite est tout perdu; et nous alons en tel maniere et en tel leu ou tout sera sur le tablier, et se nous vencons, Chipre n’a mestier de cheveteine; et se nous perdons, nous serons tuit quite, et le cheveteine qui seroit en Chipre ne feroit que languir .i. poi de tens, et aprés periroit, car je ne sai en crestianté ou il trovast receit. Et por ce ne vueil que nus de mon lignage qui ait surnom d’Ybelin demore. Se nous vencons, avra chascun sa part en l’ennor et au profit, et se nous perdons, si morrons tuit ensemble, de par Deu, en nostre dreit heritage, lá ou tout le plus de mes parens ont esté nes et mors.» Phelippe de Nevaire entendy bien et volentiers ceste raison: de luy s’en parti et retraist tout ce á tout le plus de gens quy lá hors l’atendoient, et chascun dist et cria: «Bien dist le preudome! Alons, de par Deu!» Les ennemis dessus noumés, qui estoyent ovec eaus en coverture de pais [et] d’amour, goupillerent mout de demorer, et se cuidoyent enchasteler á La Castrie, qui est dou Temple. Souvent fu retreit au seignor de Baruth, et ly loet l’on que l’on feïst prendre, et il ne le vost onques faire, et tous jors disoit que il atendroit tant que lor mesfait seroit coneü et aparant, et Nostre Seignor aidereit au dreit.

66

(162) Come les Chiprois passerent la mer sains et saus et ariverent au Puy dou Contestable de Triple.

La nuit murent tous ensemble, amis et enemis, et orent mout mau tens et grant pluyage. Ensi con Deu plot le tens les geta au puy dou Conestable de Triple, sains et saus, et pristrent port. De lá s’en fuyrent les enemis dessus noumés et lor suite, furent bien .lxxx. chevaliers, et alerent de l’autre part á Baruth o les Longuebars. Mout amerma l’ost, mout en furent esbaï; mainte gent en orent gran doute. Monseignor de Barut en fist grant feste, et mout en fu liés par semblant, et dist que ores estoit il á segur, et que sa gent yert delivre et netee des traïtors; et dist qu’il les amoit meaus encontrer en la bataille et trover les devant luy que derieres, car tant com il le siveient atendoit il adés que il le ferissent par les espaules, et puis qu’il estoyent foy mentie á lor seignor, et que’il l’avoient guerpi en champ, et parjur vers lui et vers les suens, il n’estoient pas gens qu’y les deüst douter. Et de ce fait se tenoit il amendé, et l’autre partie mout empiree. Maintenant le seignor de Baruth et ses gens murent par terre et lor navie par mer. Le premier jour vindrent par mi le Boutron. Lá resurent il mout gran damage de lor navie, car le port est malvais et le mau tens enforsa. Presque tous les vaisseaus briserent, et le remanant ala en perdecion. Toutes voies les gens murent de lá, et chevauchoient par pluie et par mau tens et par grans flumaires parfondes et desrivees, et par le pas Paien et par le pas dou Chien, quy est mout perillous á pascer. Et tant firent, que par force que par sens, vindrent au flum de Baruth. Ceaus dou chasteau de Baruth firent merveillouse joie et grant luminaire quant il les virent. Grant mestier avoient de secors, car le chasteau estoit si miné que il cheoit par pieces et les engins et le chasteau dou Chaufor le guerreoyent mout.

67

(163) Le novelles espandirent par toute Surie que le seignor de Baruth estoit venus secorre son chastel. Et si tost com son nevou, le juene seignor de Cezaire, l’oy dire, que en cel termine se trova en Surie, il proumist fiés et douna mout richement et assembla tant de gent come il pot. Vigourousement vint aider son oncle et ses cousins. Le patriarche de Jerusalem, les .ij. maistres dou Temple et de l’Ospital, le seignor de Saete, le counestable dou royaume, vindrent metre pais. Au passer devant Sur y ot besoigne dou seignor de Cezaire et de la garnison de la ville, car le seignor de Saete avoit ja rendu Sur as Longuebars par le comandement de l’empereor. Le seignor de Cezaire les enchassa jusques dedens la porte de la cité. Mout fu volentiers veü en l’ost, et mout fu profitable sa venue. Les .v. seignors dessus noumés parlerent de pais, mais ne pot estre. Le mau tens dura mout longuement; si avint grant cherestie en l’ost de viandes et d’orgee, si que pres tous les chevaus ne manjoyent que foilles de calemeles. Poy i avoit tentes, car toutes estoient perdues en la navie qui perdi devant le Boutron. Les Longuebars estoient á aise car il avoyent viandes á planté et bounes maisons et bien aisies en la ville.

68

(164) Un jour bien matin issirent les Longuebars de la ville de Barut et vindrent, as escheles faites, jusque sur le flum que trop estoit grant lors. S’il ne fust si grans, il ne fussent ja venus. Toute jour y furent en tele maniere, tant que la nuit les chassa. Le tens abounassa puis, et le flum apetissa. Maintenant l’ost dou roy Henry et dou seignor de Baruth passa et vint devant la ville de Baruth, as escheles faites, et ferirent des esperons jusques au fossé. Une povre issue firent ceaus dedens, mais vigourousement les rebouta l’on dedens la ville. Ceaus dedens se tindrent en la ville assegé, et partirent les defences de la ville: ceaus enemis quy estoyent parti dou roy et de monseignor de Baruth et estoyent alé de l’autre part, c’est devers les Longuebars, furent estably á .i. canton de la ville, ou avoit une grant tour, et pour ceaus fu elle puis apelee la tour des Traïtres souvent, selon la traïson de ce que il avoient guerpy lor seignor en champ. Les Longuebars faisoient garder mout estroytement par terre et par mer que l’on n’entrast au chasteau, et avoient arengié lor galees et liees á une grant chaene de fer et bien ormegees tout entour le chasteau en la mer, et n’avoyent laissié que une petite voie par ou il entroyent et issoient. Le seignor de Baruth mandoit chascune nuit á noe ce que il pooit mander de gens d’armes au chasteau. Tels y avoit qui plonjoyent desous les galees et venoient tous nus. Laens au chasteau trouveyent robes et armeüres et viandes á planté, car laens n’avoyent soufraite que de gens á armes et cheveteines. Ceaus qui passoyent á noe n’estoyent pas tels qu’il peüssent deffendre le chasteau, si porchassa le seignor de Baruth tant qu’il ot une nuit .i. vaisseau, et mist dedens .i. suen fis que l’on apele sire Johan de Foges, pour l’achaison que vous avés autre fois oï. Celui fu puis seignor de [Ar]sur et conestable dou royaume de Jerusalem et bail plusors feis, et sot et valu assés. Ovec celui Johan de Foges ot au vaisseau .c. homes armés, entre chevaliers et sergens et valés, qui tous furent de la maihnee et de la norreture dou lignage d’Ybelin. Messire Balian, l’ainsné des freres, se courroussa mout et tensa son pere, por ce que il ne [l’i] laissoit entrer, et disoit que il estoit heir, et greignor raison estoit que il alast que autre. Messire Bauduin et tous les autres se paroffrirent mout, et mout se corrousserent de ce que [il ne voloit que] il y entracent. Et lors respondy il que greignor besoing avoit il dehors que dedens, car il atendoyent la bataille de jour en jour, et ensi les apaysa. Et les autres vavassors de l’ost, si tost come il sorent, y acoururent qui meaus á meaus, et tant y entra que á poi le vaisseau ne noia. Tous ceaus as quels le seignor de Baruth otroyoit l’alee le mersierent mout, les privés et les estranges, et si [i] estoit le peril de passer les galees et d’entrer au chasteau et de poyer le defendre. Et parut lá et aillors que nus hom fu onques tant amé de sa gent, car le vaisseau estoit si chargié de gent que l’aigue estoit jusque au bort. Et quant il vint á l’entree de la voie estroite par ou les Longuebars aloyent alor galees, ceaus des galees s’en apersurent. Le cris fu mout hidous, et mout y ot lancié et trait. Par le plaisier de Deu, il passerent et eschaperent des galees et ariverent á la roche dessous le chasteau. [Et ceaus dou chasteau] ne savoient rien de lor venue: il lancerent et traistrent tant que moult souffrirent. En la fin les conurent et les recuillirent [á] grant joie et grant luminaire seaus dou chastel. Mais au cri qui fu au passer des galees le seignor de Barut s’estendy á terre en cruis, vers Orient, et cria mercy á Nostre Seignor. Et quant il vy le luminaire au chasteau et les entreseignes de l’entree, humblement rendy graces á Deu, et tous ceaus de l’ost aucy. Et puis que le fis dou seignor dou Baruth et tant de bounes gens furent entré dedens le chasteau, moult se defendirent vigourousement et minerent á l’encontre des mineors et ocistrent les mineors dehors et dedens la mine, et recovrirent les foscés á force et ardirent la rue coverte que les Longuebars avoient faite au focé. Puis firent ceaus dou chasteau maintes belles issues et gaignerent assés sur ceaus dehors et ardirent plusors engins.

69

(165) Adonc vit bien et conut le seignor de Baruth que son chasteau estoit en bon point de defence, mais lever le siege et vencre ses enemis, quy estoient pour .i. dis, ne pooit il mie par la gent que il avoit o luy lá. Mais la planté d’eaus ne doutoit il mie, car moult volentiers se combatist, mais il estoyent dedens la ville, qui estoit bien fermee de bons murs, et avoyent le poyer de la mer. Si pensa a son cuer qu’il iroit en Accre et porchasseroit grant pietaille et grant navie, dont il n’avoit pooir; et manderent son fis, sire Balian, á Triple: et le juene roy Henry et luy ly dounerent plein poier de finer et parfaire le mariage de la suer le roy au fis dou prince, et douner li grant fié en Chipre en mariage, par ensi que le prince lor aidast de chevaliers et de navie et de gens d’armes. La parole dou mariage estoit ja comencee grant tens avoit. Ensi come il le pensa ensi le fist, mais toutes voyes le fist il assaver á ceaus dou chasteau, que il ne s’esmayassent pas, car l’alee estoit por tost revenir á lor delivrance. Et il respondirent seürement alassent en nom de Deu car il se defenderoyent bien, á l’aye de Nostre Seignor et á la soue, et eaus si firent.

70

(166) Avant que monseignor de Baruth s’en partist dou siege, mut messire Balian, son fis, por aler á Triple: luy ala sire Guillaume Vesconte, quy estoit sages hom, dou privé conseil de monseignor de Baruth, et avoit comencié la parole de cest mariage et si estoit né de Triple. Phelippe de Nevaire y ala, quy de luy ne se parteit, et plusors autres. Moult passerent de maus passages, et par grans flums, et par devant Gyblet, qui estoit de l’autre partie, et le[s] mostres se faisoient toute nuit par my la montaigne. Toutes voies, si com Deu plot, passerent et vindrent á Triple et herbergerent dehors en une maison dou Temple qui a nom Montcoqu. Le prince et ses enfans l’ennorent mout au commencement, et traitoit on chascun jor les paroles et les covenances dou mariage, et de l’aye que le seignor de Baruth demandeit.

71

(167) Sur ce avint que l’on sot á Triple que l’ost de Chipre estoit party de Baruth. Si ot mainte gent qui cuiderent que tout fust perdu. Les paroles dou mariage refroydirent mout, et toutes voyes se tenoyent. Un jour ala messire Balian et sa compaignie chevauchant vers Montpelerin pour trover ceaus quy menoyent les paroles dou mariage. Au revenir la porte de Montcoqu lor fu close á l’encontre, et distrent ceaus de la maison que pour luy il ne voloyent estre mau de la gent de l’empereor. Messire Balian manda querre herberge á la maison de l’Ospitau et á ceaus de Beauleu aucy, qui sont moines de Cisteau, et á ceaus qui tenoyent Montpelerin, qui est de l’evesque de Bethleem: chascun li respondy come le Temple avoit fait. Un chevalier estoit á Triple au jour, quy estoit á Triple vicaire de l’evesque de Triple: celuy les heberja en une boverie dou dit evesque, de l’yglize que l’on apelle l’aire de l’evesque, et si est devant la porte de Triple. Messire Balian fist desorder et netoyer et garnir cele maison au meaus que il pot dedens. Si avint que le cheveteine des Longuebars, qui bien savoit que messire Balian estoit devant Triple, et fist faire unes letres fauces de par l’empereor, et furent faites á Sur en parchemin sarazinés, boulees d’une boule de l’empereor que il avoit. En ces lettres se contenoit, aprés mout grant salus, que il prioit le prince et ses enfans, coume ses chers cousins et ses feaus homes, que il ne recetassent ses enemis ne que il ne lor dounassent ni force ni aye. Le prince et ses enfans manderent ces letres á Phelippe de Nevaire, et en une autre remembrance escrite en quei il avoit plusors paroles et disoient ensi: «Bounes gens, né tenes á mau!» En la fin de la remenbrance estoit escrit que il prioyent Phelippe que il mostrast ces letres á messire Balian et á sa gent et les escusast. Et devant estoit avenu que le prince avoit douné fié au dit Phelippe, et de son avoir meïsme ly avoit il douné, que il ly faisoit volentiers á tous. Phelippe l’amoit et s’en loet mout, mais le fié ne vost il onque retenir ne decervir. Et de cestuy mandement li sot mau gré, et toutes voyes il lysit les letres á son seignor et li conta tout le fait, et puis fist, sans le seü de son seignor, une simple rime et la manda au prince:

Malvaises gens, failly de cuer

Je ne pues soufrir á nul fuer

Que l’on ne die que vous estes...

72

(168) En l’aire de l’evesque de Triple messire Balian et sa compaignie orent mout d’angoisses et de doulors et de despis, et ne pooit partir car la [voie] li estoit desfendue et par mer et par terre et bien gardee, dont il avint que il manda au soldan de Doumas que il ly dounast conduit et aye si que il peüst passer par la paenime et aler á Acre. Le soldan ly otroia moult volentiers, mais choses avindrent aprés por quoi il ne fu besoing. Sire Betran Porcelet, qui estoit parastre de sire Heimery, et sa compaignie, et les homes de sire Hue de Gibleth, qui estoient en la terre de Triple, tornerent mout souvent entor la herberge et mostroyent au doit par ou il monteroyent, car il atendoient de jour en jour galees des Longuebars, et bien cuidoient prendre et ocirre messire Balian et les suens en cele herberge; et longuement souffry ceste angoisse.

73

(169) Il avint, quant l’ost des Chiprois s’en party [de] devant Baruth, que les Longuebars disoient que l’ost de Chipre fuoyt. Si manderent [á Chipre] sire Heimery Barlais et sire Aumaury de Bethsan et sire Hue de Gibeleth et lor gent et le conte Richart, qui estoit longuebart. Ceaus pristrent toute la terre fors que le chasteau de Deudamour, ou les suers dou roy et les gens dou païs s’enchastelerent, et puis pristrent Cherines. Ains que Cherines fu prise, messire Balian d’Ybelin porchassa tant priveement que Jenevés qui estoient venus á Triple [en] .ij. sayties devindrent ses homes, et lor douna fiés et ly orent en covenant que il le porteroyent en Chipre, et il entendoyent bien, se il peüst venir, que il vendroit á chef de ceaus qui estoient en Chipre. Le prince s’en aparsut, si aresta á force les gens et les vaisseaus et li toly sa muete.

74

(170) Aprés orrés de monseignor de Baruth, qui estoit alé á Acre. Il porchassa et mostra tant de raisons á les gens dou païs qui doutoient la seignorie des Longuebars, qu’il estoient lor destrucion, que il le feroient maire de la commune d’Accre. Et les Jenevés s’acompaignerent mout volentiers o luy, que pour l’amour de luy, que porce que l’empereor Federic avoit mandé en Surie que l’on le[s] preïst en avoir et en persone. Tant fist le seignor de Baruth que il ot mout grant navie et grant planté de gent á pié et á cheval que legierement pooit lever le siege de Baruth. Les Longuebars l’oïrent dire, si ardirent lor engins, et guerpirent le siege de Baruth et á grant honte s’en fuyrent.

75

(171) Quant la novelle fu seüe devant Triple messire Balian trova plus d’amis et de conduit. Si s’en party et vint á Baruth, et trova le leu mout desgarochié, et mout ot grant pieté, et mout ly fist l’on grant joye, et là atendy le comandement de monseignor de Baruth, son pere.

76

(172) Le roy Henry et le seignor de Baruth et tout l’ost des Chiprois estoient issus d’Accre au Cazal Ymbert. Lá sorent la delivrance de Barut. Yqui se logierent et atendirent pour avoir conseil qu’i feroient. L’endemain vint á eaus .i. desleal patriarche d’Antioche, qui estoit lombart, et estoit passé par Sur et avoit mout parlé a[s] Longuebars. Il fist entendant au roy Henry et au seignor de Baruth que il avoit plein pooir de par les Longuebars de faire pais entr’aus, et que il feroit tant que la pais seroit á l’ennor et á la volenté le roy et dou seignor de Baruth et de tout ceaus de Chipre et de Surie. Le preudome, qui onques ne refusa pais covenable, et quy [la faisoit] plus volentiers quant il estoit au dessus, ala aprés le patriarche á Acre. O luy mena de son conseil, et dou plus beau et dou meillor de l’ost le suït. Et grant partie de l’ost demoura á Acre, qui n’estoit mie meü encores, et la navie encores estoit au port, pour les nouvelles qu’il avoit oï dire de Baruth.

77

(173) Le roy Henry fu au Cazal Ymbert en sa herberge mout eschierement. Toutes voies furent o luy les treis fys de monseignor de Baruth, s’est á saver sire Bauduyn et sire Hue et sire Guy, qui puis fu conestable de Chipre et preudome et vaillant, et si y fu messire Johan de Ybelin, qui puis fu conte de Jaffe, et estoit chevalier noveau, qui n’avoit que .xvij. ans d’age; et fu messire Anceau qui estoit cheveteine de l’ost en leuc de monseignor de Baruth. Malvaisement estoyent herbergié, l’un sa, l’autre lá; de rien se doutoyent, ains disoient que il yroient prendre Sur.

78

(174) Les Longuebars quy estoient á Sur espierent et sorent que il estoient malvaisement herbergié et poy de gent estoyent. Murent de Sur si tost come il fu anuityé. Il menerent ovec eaus la gent de Sur á force, et il estoit bounace, si vindrent les .xxij. galees á Cazal Ymbert et assaillirent l’ost des Chiprois de nuit, si les troverent endormis et desarmés. Aucunes gens avoyent dit á messire Anceau que les Longuebars venoient, mais il ne crut mie ni ne deigna faire asaver, dont il dut estre mout blahmés. Onques gens si sorpris meaus se defendyrent. Les .iij. fis de monseignor de Barut, messire Bauduyn et messire Hue et messire Guy y firent merveilles d’armes (messire Bauduyn y fu perillousement naffré), et son nevou messire Johan, quy estoit juene, y fist tant que toute sa vie fu plus prisié. Messire Anceau, pour la valour quy estoit en luy et por ce qu’il estoit cheveteine et se senty colpable de ce qu’il avoit oï et ne l’avoit noncié, il fist merveillouses prouesses. Le roy s’en eschapa presque tout nus. Il fu mis sus .i. cheval et s’en alerent á Acre. Et tant com la nuit dura ne perdirent les Chiprois la herberge. Tout nuit se combatirent. Les Chiprois estoient á pié, les uns sur les chevaus sans selle, les uns armés de lor haubers tous nus, les autres tous desarmés. Tel estoit á cheval quy n’avoit frein, qui n’avoit lance, n’avoit espee. Toutes voies abatirent il mout de Longuebars et ocistrent. «A l’aube dou jour descendirent ceaus de[s] galees et la clarté dou jour descovry la petite quantité des Chiprois, si fu prise la herberge de tout et robee, et furent perdues toutes les chevaucheüres, sans celes ou estoient montés cil quy eschaperent. .xxiiij. chevaliers pristrent et poy en ocistrent, plusors en nafrerent, et toute la herberge et le plus des armes gaaignerent. Les chevaliers chiprois, qui bien se defendirent, s’aresterent sur .i. petit touronet, á une aubalestee de la herberge. Les Longuebars les veoyent bien, mais n’aloyent pas á eaus.

79

(175) Le roy Henry vint á Acre. Le seignor de Baruth sailly au cri, et tous ceaus qui le vostrent sivre, mout doulourous et angoissous. Tout premierement encontra le roy, dont il rendy graces á Deu; aprés trova autres gens qui fuoyent. Quant il le virent si eschiverent le chemin. Un suen sergent s’esmut et dist que il ireit veïr se aucuns des enfans de son seignor fust en cele route. Il l’escria, et dist: «Ne faire! Aillors les troverons! Il n’osere[e]nt pas si loins fuïr ne venir lá ou je fuse.» Un poy avant il encontra .i. suen sergent vieill qui fuoit. Celuy ploura et li dist: «Tous vos beaus enfans avés perdus, et mors sont!» Le preudome respondy et dist: «Et qu’en est, sire vilain punais? Ensi doivent morir chevaliers, defendant lor cors et lor ennors!» Grant aleüre passa avant. Quant il aprocha dou Cazal Ymbert, il choisi ceaus qui estoyent sur le toron, et si tost come il le choisirent il feryrent chevaus des esperons aprés les Longuebars quy ja se partoient. Les Longuebars choisirent les venans d’Acre, si se mistrent á la fuye, et tout fuyant passerent les pas de Passe Poulain. Le seignor de Baruth trova les suens quy se melhoyent á l’ariere garde des Longuebars, et vit et conut que la mehlee ne la chasse ne valoit rien car ses enemis avoient ja pris le pas et avoient moult d’aubalestriers et d’archiers, si en remena les siens, mout merciant Nostre Seignor de ce qu’il les trova vis et qu’il s’estoient si bien porté. Lá trova tous ses coraus amis fors que son fis, sire Hue. Celuy trova il sus une vieille mayson crenelee, quy est au cazal. A celuy avoit l’on ocis son chevau prés de cele maison. Entre luy et .i. chevalier qui li fist compaignie monterent en cele maison et la defendirent á pieres tant qu’il conurent le secors. L’on cuidoit que il fust mort ou pris. Grant fu la joie quant il fu la trové.

80

(176) Aprés ce que Richars, li mareschaus de l’empereor Federic ot douné l’eschac as Chiprois á Cazal Ymbert, il s’en á Sur, á mout grant gaain, car entre ceaus de terre et ceaus des galees en porterent tout ce que il avoient gaaignié. Et por ce que il gaaignerent tant, et le plus dou hamois, des armeüres et des chevaucheüres as Chiprois, lor fu avis que il estoyent mout au dessus de lor guerre et que lor enemis ne porroyent pas recovrer en Chipre ne passer jusque á .i. lonc tens. Si ordenerent lor afaire et laisserent garnison á Sur, et tantost passerent en Chipre, á grant effors et á grant bonasse, pour prendre l’ihle. Et ce fu en l’an de .mcc et xxxij.

81

(177) Maintenant que les Longuebars furent en Chipre le chasteau de La Candare lor fu rendu. Avant avoit l’on rendu la tour dou port de Famagouste á sire Heimery Barlais et á sire Aumaury de Bethsan et á sire Hue de Gibeleth, et le chasteau de Cherines auci, si que toutes les forteresses de Chipre ne se tenoyent nule au seignor de Baruth ny au roy que tant soulement Deudamors. Laens s’estoient recuilly les .ij. suers le roy, dameisele Marie et Ysabeau, et sire Hernis de Gibeleth, qui estoit au jour bailly de la secrete, que le sire de Baruth avoit laissié cheveteine de la terre, quy mout poy i mist de conseil; et si avoit Phelippe de Caffran, qui adonc estoit chastelain. Laens se receterent .i. poy de chevaliers et de dames et de damoiseles, que mout se recuillirent sur saut, et d’autre gent, qui mout estoient mau garny de vitaille et de ce que mestier lor estoit, qu’á poi qu’il ne fu perdu par soufraite de viande; et á grant mesaise et á grant meschef se tindrent tant qu’il furent rescous. Et tout [le] plus des dames et des damoiseles et des enfans de Chipre furent si sorpris qu’il ne porent aler á Deudamors, si se receterent as yglizes et as religions, et plusors en y ot qui se receterent et musserent as monteignes et dedens caves. Les [dames se vestirent come les] bergeres et lor enfans come bergeron. Et ces femes aloyent glener les espis cheans qui estoyent, et de ce vivoyent entr’eles et leur enfans auci á si trés grant doulour que pitié seroit de retraire. Dame Eschive de Monbeliart, qui au jor estoit feme de sire Balyan d’Ybelin, fis de monseignor de Baruth, si estoit recetee á l’Ospitau et ses enfans ovec ly. Et quant elle oy que les Longuebars estoyent arivés, elle ot si grant paour qu’ele se vesty en abit de frere Menor et guerpi ses enfans et son fié et monta en une roche que l’on apele Bufevent. Lá sus la receta .i. viel chevalier qui avoit nom sire Guinart de Conches, qui lá sus estojt de par le roy, et elle s’aporvea tant qu’elle l’ot garny de vitaille, dont il n’i avoi[e]nt point.

82

(178) Les Longuebars vindrent hastivement á Nicossie, et maintenant firent toutes les abominations et les otrages et les vileinies que il sorent et porent. Il briserent les yglizes et les temples et la maison de l’Ospitau et toutes les religions, et traïnerent hors les dames et les enfans, quy se tenoyent as autiers et as prestres quy chantoyent les messes. Dont il avint, en aucun leu, que il espandirent de la main dou prestre le cors de Nostre Seignor et le sacrement á terre. Et chargerent les dames et les enfans sur charetes et sur ahnes mout vileinement et les menerent á Cherines en prison, et poignant d’aguillons celes qui ne voloyent tost aler. Les Longuebars gaïgnerent Cherines et mout y mistrent vitaille, car lor galees et lor vaisseaus y manderent tout quanque il troverent de par toutes les marines de Chipre.

83

(179) Les Longuebars et les autres traïtres alerent asseger Deudamors, et le tindrent mout prés, car il savoyent bien que ceaus dedens estoient mau garny de vitaille. Il mistrent au siege, pour plus destreindre le chasteau, le[s] plus mortels enemis que le roy et le seignor de Baruth eüssent, et si mistrent ne sai quantes maistries d’aubalestriers parjurs et traïtors quy s’en fuïrent de l’ost des Chiprois et s’en entrerent á Gibelet quant l’ost des Chiprois passeit par devant pour aler á la rescousse de Barut.

84

(180) A tant se taist le conte des Longuebars, quy sont en Chipre et cuident tout avoir gaigné et retorne au roy Henry et au seignor de Barut, qui sont á Acre, qui hastivement et vigourousement se contindrent selon le grant meschef en quey il se troverent.

85

(181) Le roy Henry de Chipre ot .xv. ans conplis, et pot douner et faire son plaisir come seignor d’age. Si proumist et douna plusors fiés á ceaus quy o luy alerent, et as Jenevés pour[mist] franchise et court au royaume de Chipre pour aler o luy tant soulement que il arivast en Chipre. Le seignor de Baruth, quy adonc estoit maire de la comune d’Acre, si come le conte a dit sa en ariere, vint devant le patriarche Girot de Jerusalem, en la pressence dou roy Henry et de mout de gens qui lá furent, et s’en plainst au patriarche, qui estoit legat, dou damage que les Longuebars avoyent fait au roy et á luy meïsmes des choses devant dites. Entre les autres choses devant dites se recorda et dist si come les Longuebars avoyent pris toute la navie le roy et quant le roy estoit venus de Chipre, car ce quy en eschapa au Botron avoit le roy mandé en Chipre, et avoyent pris cele navie, et tout le remanant avoient saisi et le royaume de Chipre, et assegés les suers dou roy en .i. chasteau. Et le roy les voloit aler rescorre, mais il n’avoit point de navie come besoing ly fust, et les ssalandres en quey les Longuebars estoient venus [estoient] au port d’Acre. Dont il requeroyent au patriarche, come legat, que il comandast que l’on preïst les salandres qu’il avoient au port, come ceaus quy estoyent escomenié et quy avoient abatu le chasteau de la crestieneté, et au roy avoyent tolu sa navie et son royaume. Le bon patriarche respondy qu’il ne s’entremetoit dou fait d’armes, mais il avoit veü aucune fois en son païs, quant li veneour venoyent á la proie et la beste estoit dedens, qu’il semenoient lor bersiers et s’escrioient et mostroient á la main et disoient: «Or pren lé!.» Lors corurent chevaliers et sergens et les Polains dou port as barches et as autres petis vaisseaus que il troverent au port, et vindrent as ssalandres, si en pristrent .xiij. par force si com Deu vost. Les autres naves et ssalandres fuïrent á Sur. Le roy Henry et le seignor de Baruth retindrent quanque il porent de gent, mais mout avoyent grant soufraite de moneye, dont il avint que le juene seignor de Cezaire vendy partie de sa terre de Cezaire, et monseignor Johan de Ybelin, qui puis fu conte de Jafe, vendy .i. suen grant maner qui estoit á Acre et presta les deniers au roy. Hastivement s’apareillerent et murent assés de Pouleins dou port, qui avoient ne say quans vaisseaus armés, et le roy lor douna fiés, faissant le servize de mer.

86

(182) Le roy Henry et li Chiprois qui o luy estoyent chargerent lor hernois es vaisseaus et monterent sus et passerent devant Sur oveque lor vaisseaus. Les galees des Longuebars quy estoyent venus de Chipre vindrent contre eaus et se mistrent sur vent, mais n’oserent assembler á l’ost, et tous jors venoyent sur vent, gaitant se il lor porroyent faire damage. L’ost des Chiprois ariva devant Saete. Lá vint messire Balian, qui estoit venus de Triple á Baruth, et sa compaignie dessus noumee, et si vint son frere messire Johan de Foges et sa compaignie dessus noumee qui avoit esté o luy en garnison á Baruth et [...] de Saete, et le roy Henry de Chipre lor douna plusors fiés.

87

(183) Dou port de Saete ce[ng]lerent les Chiprois et vindrent en Chipre et ariverent á la Gree, et les galees des Longuebars venoient adés o eaus sur vent. De nuit manderent en terre par une espie ou estoit l’ost des Longuebars, et sorent verayement que l’ost et tout le pooir estoit á Famagouste et lor galees au port.

88

(184) L’ost des Chiprois vint de[vant] Famagouste. Les Longuebars estoyent en la ville et avoient mout grant planté de gent á cheval et á pié, et mout avoient de chevaucheüres et d’armeüres car il avoyent gaaignés au Cazal Ymbert, et toutes celes qu’il avoyent trovees en Chipre. Avec eaus estoyent ceaus traïtres quy s’en partirent dou roy au puy dou Counestable, si com le conte l’a devisé devant, et autres gens qu’il avoyent eü de Triple et d’Ermenie, et tricoples qu’il avoyent en Chipre, tant que l’on les esmoit que bien avoient .ijm. chevaucheüres en lor ost. Le roy Henry et le seignor de Barut n’avoient que .cc et xxxiij. chevaucheüres.

89

(185) Quant l’ost dou roy Henry fu venu devant Famagouste, il aloient .i. poy loins de terre. Le seignor de Baruth regarda et vit que le rivage estoit mout garny de gent d’armes encontre luy, et grant peril y avoit au descendre en terre. Il regarda une isle devers terre; si a .i. gué que l’on puet bien descendre á terre et á chevau á la marine quant les aigues sont mermes que la terre gette et fait bounace. En cele isle descendy l’ost des Chiprois, á mout grant meschef por le roches qu’i sont, ne onques mais n’avoit l’on cuidé que ost peüst lá descendre. Maintenant corrurent au chef de l’isle devers la terre, lá ou estoit le gué, et lá establirent gent d’armes pour garder le pas tant que l’on fust descendu et bien apareillé. La gent de l’empereor se traistrent vers lá et y mistrent tout le debat que il porent trayant ovec les arbalestres. Lá ot mout lancié et trait d’une part et d’autre, toutes voyes y descendirent li Chiprois á loisir, grans et petis, eaus et lor chevaus. La nuit herbergerent en cele ysle et firent bien garder la nuit le chef devers le gué, par lá ou il devoyent passer á terre, et aprés mienuit mistrent barches et aucuns petis vaisseaus armés au port et coru[ren]t à .i. des leus de la ville. Le cry fu mout grant: maintenant les Longuebars mistrent feu en toute lor navie qui estoit dedens le port et guerpirent la ville et chevaucherent et s’en alerent à Nicossie; et les gens á pié de l’ost le roy y corurent et pristrent la ville de Famagouste de nuit.

90

(186) Le bien matin le roy o ses Chiprois s’armerent et firent covrir lor chevaus et monterent á cheval et passerent par celuy gué en terre et as escheles faites et bien cuiderent avoir la bataille au passer dou gué, mais ne trouverent nul et alerent en la ville de Famagouste. Lá se herbergerent .ij. jors ou .iij. pour eaus aiser. Les Longuebars avoyent laissié la tour de mer garnie de gent. Le roy fina á eaus et douna fiés as cheveteines et li rendirent la tour dou port de Famagouste. La meïsme vindrent á eaus .iij. homes dou roy qui gardoyent La Candare par les Longuebars. Le roy lor douna ce que il requistrent et il ly rendirent La Candare. Et le seignor de Baruth et ses enfans pardounerent á l’un d’eaus, qui avoit nom Anfrey de Monaigre, que mout lor avoit mesfait. Le recovrier de La Candare et la tour de Famagouste ordena et porchassa Phelippe de Nevaire. Treis jors demora le roy de Chipre en la ville de Famagouste, et fina al chevetaine [des Genevois], quy avoit nom sire Guillaume de l’Ourt, qui estoit consele et home de bien. Le roy li fist quanque il requist: franchise et court douna a[s] Jeneves, par toute Chipre sauve la justize de .iij. choses, c’est assaver de murtre et de rapine et de traïson, et lor douna maison á Nicossie et la court dessus la mer et .i. cazal qui á nom Despoirel. Et lá fu tenu au rey de sairement et le rey á eaus d’aye et d’ounement á .i. terme moty. Le don que le roy Henry lor fist fu á tous jors, par son bon gré et de monseignor de Baruth. Les Jenevés remonterent en lor naves et alerent á Limesson. Lá furent tant que il sorent l’ennor que Nostre Seignor fist puis au roy de Chipre et as suens et quant il sorent ce si s’en alerent en Jene. Les galees des Longuebars le sorent adés tant com il furent as aigues de Chipre, mais onques n’oserent adezer as naves, quant les naves s’empalegerent. Les galees vindrent á Cherines, que les Longuebars tenoyent, et l’ost des Longuebars, quant il partirent de Famagouste, mistrent feu par my les aires, et par tout le plain; et [ce] fist grant damage, car tout le plus dou blé estoit ja as air[es]; et avoyent brisé tous les molins de la Queterie: neïs ceaus de mains firent il briser á Nicossie, quanque il porent. De ceste chose se confortoyent mout li Chiprois, et disoyent que bien estoit aparant que il ne s’apareilloient pas de tenir la terre, quant il ce faisoyent. Et Nostre Sires avoit douné une tele grace as Chiprois, o tout ce que il estoiyent si poi de gens, que il lor sembloit avis verayement que ensi tost come il troveroyent les Longuebars en champ, que il les desconfiroient.

91

(187) Le roy Henry et le seignor de Baruth et les suens murent de Famagouste et vindrent par lor jornees á Nicossie á grant meschef de hernois et à poi de gent. Si tost come Richart Philanger, qui estoit mareschal de l’empereor Federic, sot que les Chiprois aprochoient, il et toute sa gent guerpirent la ville de Nicossie et alerent herberger par les montaignes en une avalee d’un pas qui est en haut sur le chemin par ou l’en vait de Nicossie á Cherines, et yleuc se tindrent. Lor herberge estoit belle et fort, si que nulle gent ne pooit venir á eaus fors que par un petit chemin et par une grant montaigne, et lá estoit le pas bien garny; ne les Chiprois ne pooyent secorre le chasteau de Deudamor que par la meïsme. Et les Longuebars avoient quanque besoin lor estoit par devers Cherines, et au chasteau de Deudamors n’avoit viande qu’á .ij. jors soulement.

92

(188) Le roy Henry et le seignor de Baruth et lor gent entrerent á Nicossie. Poi y troverent de ce que besoing lor fu: grant soufraite y ot de pain. Le seignor [de Baruth] se douna garde qu’il estoit folement herbergié et esparpeillié par la ville, si douta la maisnee des Longuebars, qui volentiers assailloient la gent de nuit, et á hore de vespre fist crier as armes et dist que les Longuebars venoyent. Si se partirent tous hors de Nicossie celuy jour meïsmes que il vindrent. Si tost come le gens furent hors de la ville, as escheles faites, le seignor de Baruth fist dire que les Longuebars estoient retrais et aparu, mais si fist defendre de par le roy que nus n’entrast en la ville. Dehors la ville choisirent une place et .i. leu qui a nom le Trahona, ou il y avoit jardins d’une part et une petite fose. Lá se herbergerent cele nuit et mout bien se firent gaiter et á bounes entreseignes, car bien lor souvenoit de Cazal Ymbert.

93

(189) L’endemain matin, quy fu par .i. mardy, tout droit á .xv. jors de juing, se murent les Chiprois et chevaucherent pour aler vers lá ou leur enemis estoyent, et ce fu aprés .v. semaines que l’afaire de Cazal Ymbert avoit esté. Le roy et le seignor de Baruth et lor conseil orent porpensement que il vendroyent desous la herberge de lor enemis au plein, et se le[s] Longuebars descendoient á eaus, les Chiprois desiroient la bataille. Si alerent tant que il vindrent prés dou cazal que l’on nome La Gride, qui est prés d’iluec, el pié de la montaigne, et de lá manderoient par nuit aucun confort et secours de gent à pié à ceaus de Deudamors, par .i. sentier roiste et estreit qui monte par cele roche. En tel proposement vint l’ost des Chiprois contre l’ost des Longuebars á La Gride, si que une partie de leur hernois et de leur sergens á pié s’estoient ja mis au dit cazal et li autre venoyent aprés. Si tost come les Longuebars, qui estoyent en haut, virent les Chiprois en si poy de gens et á si povre hernois il eurent despit et honte d’eschiver la bataille, et crierent á une vois: «A eaus, á eaus! Allons les prendre!» Quant les Chiprois virent ceaus de Puille dessendre contreval le pas, les escheles devisees, chascune eschele a son cheveteine, tous aprestés á la bataille, le seignor de Baruth descendy lors á pié et mercia Nostre Seignor á genoils de ce que ses enemis venoient á la bataille, car bien savoit et disoit que ce estoit la delivrance et le meaus que lor peüst avenir. Tendrement requist et proya Nostre Seignor que il, en cest jour, dounast honour et victoire au roy et as suens. A cel houre dist l’on que il voa priveement ce que il fist aprés, de soi rendre en religion. Les escheles furent ordenees et devisees. Messire Balian d’Ybelin, son fis, avoit tous jors conduit en ceste guerre la premiere bataille. En cel point il le fist venir devant luy et li requist que il jurast le comandement de sainte yglize, car il estoit en centence pour son maryage. Celuy respondy que il ne pooit faire sa requeste. Le preudom li respondy et dist: «Balian, je m’en fi plus á0 Deu que á vostre chevalerie, et puisque vous ne volés faire ma requeste, laissés l’eschele, car, se Deu plaist, escoumenié ne sera ja conduisour de nostre bataille!» Ensi le dist et ensi le fist. Il establi cheveteine de la premiere bataille sire Hue son fis, et sire Anceau de Brie en la seconde, et sire Bauduyn d’Ybelin en la tierce, et le jeune seignor de Cezaire en la quarte, et fu en l’ariere garde car plus n’i ot. Et en cele fu le roy et le seignor de Baruth et son juene nevou, sire Johan, et autres plusors, qui mout vosissent estre en la premiere bataille. Le seignor de Baruth comanda á sire Balian, son fis, que il fust o luy á l’ariere garde, et il li dist: «De par Deu!» Mais il le fist autrement, que il s’en embla et s’en ala á la premiere eschele ou estoit son frere sire Hue et sire Anceau, si lor enorta et enseigna ce que il sot de bien, et puis s’en party d’eaus et se tint devant eaus encoste. Et avoit .i. poi de gent qui o luy estoient, car au jour n’avoit que .v. chevaliers quy o luy parlassent, car tous les autres avoyent juré le comandement de sainte yglize. De ceaus .v. l’un estoit Phelippe de Nevaire et l’autre Raimont de Flace; ces .ij. estoyent ses homes et tenoient de luy; Piere de Montholif estoyt li tiers, et estoit sodoyer et bien de luy, et les autres .ij. estoient Robert de Maunemi et Eude de la Fierte, qu’il avoit norry et fait chevalier.

94

(190) Si tost con li Chiprois conurent que la premiere eschele des Longuebars venoient por combatre o eaus, si s’apresterent et adrecierent vers eaus, et s’aprocherent tant que il hurterent ensemble. Messire Balian d’Ybelin fery des espérons par mout mau leu, par pieres et par roches, et ala assembler as autres amont en mi le pas, et tant les encombra et fist d’armes que l’on ne poeit entrer ne issir en celuy pas; et tant y soufry que tuit cil qui le virent garentissoyent et disoient que il ne porroyent cuider c’un soul home peüst ce faire. Et plusors fois fu apoié de tant de lances que chascun cuidoit que ja mais il peüst eschaper. Et ceaus quy estoient aval o le roy le veoyent et le connoyssoient bien as armes et cryoient aucuns d’eaus á monseignor de Barut: «A! sire, secorons messire Balyan, car nous veons que l’on l’ocist lá sus !» Et il lor dist: «Laissés ly faire! Nostre Sires ly aidera se il li plaist, et nous chevaucherons estroit lié grant pas, car se nous deroyons tost poriens perdre.» La bataille estoit ferue grant en cele houre d’une part et d’autre, et dura longuement, et en i ot assés d’abatus. Le conte Gautier de Mounepeau conduist la premiere bataille des Longuebars. Il assembla malvaisement, ala touchant toutes les escheles dou roy, á chef á font, court tout outre sans faire grant damage. Aucuns de l’eschele dou roy le vost gaiter, mais le seignor de Baruth defendy bien que nus d’eaus ne retornast ce devant deriere, mais chevaliers [fussent] chassant tout jors devant. Le conte Gautier et messire Joffrei de Mosie, fis dou Justizier, †toutes les escheles eschiver la bataille† et tornerent vers la quarte eschiele, et de lá s’en fuïrent jusque á la Quastrie sans plus faire. Le conte Berart de Manopé, qui menoit la seconde eschele, estoit moult preu de chevalerie et avoit bounes gens d’armes. Celuy assembla trop vigourousement et mout desconroia la premiere eschiele des Chiprois. Mais l’eschele de messire Bauduin les secorut vigourousement, et messire Bauduin se porta bien et mout y fist d’armes. Messire Anceau de Brie s’acosta dou conte Berart et le prist par le heaume et le torna á cenestre; et il estoit mout fort de bras et avoit bon cheval et aracha á force le conte de la cele, et abati le conte á terre et cria: «Tue! tue!» Et adonc estoyent venus ja en la place jusque á sinquante ou .lx. sergens á pié que les Chiprois avoyent devant mendés á la Gride pour prendre la herberge. Ceaus coperent la teste au conte Berart et á .xvij. chevaliers de sa maisnie que tous estoyent descendus pour luy monter. Celuy mot «Tue! tue!» corut par la bataille, que chascun crioit: «Tue! tue!» En cele bataille avoit .i. chevalier devers les Longuebars que l’on disoit qui estoit aleman, qui estoit covert, luy et son cheval, d’orpeau. Celuy assembla trop de feis, et mout fist d’armes, et estoit si fors et si vigourous que l’on ne le pooit abatte. En la fin fu ocis son cheval et les gens á pié s’asemblerent entour ly et l’ocistrent. Mout en pesa as Chiprois qui avoient veü sa prouesse. Mout y ot de gens vers les Longuebars quy asprement assemblerent et mout estoient grant gens. Et une chose i ot quy mout aida as Chiprois, de ce qu’il avoient sergens á pié, dont il avint que quant .i. de luer chevaliers estoit abatus, que ly sergens le relevoient et le remontoyent á cheval, et quant .i. des autres chevaliers longuebars estoit abatus pié stant l’ocyoient ou le menoyent pris.  Et par ce y ot mout ocis et pris de ceaus de Puille en cele bataille, et des Chiprois n’i ot ocis que .i. chevalier, qui avoit nom Serje et estoit né de Toscane et fu norri et adoubé á chevalier en Chipre. Et de ceaus de Puille y ot ocis plus de .lx. chevaliers et pris bien .xl..

95

(191) Quant la bataille ot grant piece duree ceaus de Puille ne porent plus soufrir le fais, car il recevoyent trop grant damage.  Si se partirent dou champ et se mistrent á desconfiture tout contremont le pas á aler vers Cherines; et les Chiprois les acuillirent á chascier et s’en aloyent o eaus ensemble, pehle et mehle, et ensi le menerent trusques as portes de Cherines, ou il [se] recuillirent à grant meschef.  Quant li Chiprois orent vencu la bataille et gaaigné le champ et chascié si con vos aves oï, il se retornerent en une place qui estoit en la costyere, au pié de la montaigne, et lá se herbergerent.

96

(192) Richart Philanger, le marechal de l’ost des Longuebars, vit que il estoit enclos, et qu’il avoit gens assés et poy de viande.  Il ot conseil et manda á Bafe pour ses galees qui lá estoient.  Et quant elles furent venues á luy il estably les gens que il vost qu’il demorassent á Chipre, et il et li autre se recuillirent es galees et s’en alerent en Hermenie et entrerent en la fois de Torsot, et lá les resut ly roys Haiton et son pere Constans et mout les honorerent.  Il demorerent grant piece au païs si que une enfermeté les y prist dont il en y ot mort mout d’eaus et tout le plus en furent malades.  Quant il virent que il ne porent durer en la terre si s’en partirent et s’en alerent á Sur.

97

(193) Si tost com ceaus que vous avés oy se furent partis de Cherines pour aler en Hermenie li roys Henris de Chipre et si home s’en alerent herberger delés [les] murs de Cherines, et lá se logierent, et si prés que nul ne pooit issir ni entrer.  Et par cele bataille qui ot esté demora le roy Henry en sa seignorie bien et en pais, luy et si home, ceaus qui o luy estoyent.  Ly siege fu devant Cherines trusque aprés la Pasque et lors fu faite fin que le roys rendi et delivra tous les prisoniers que il tenoit en sa prison, et il li rendirent Cherines et tous les prisoniers que il avoyent á Sur et quy avoient esté pris á Cazal Ymbert, et toutes les dames que il avoyent prises á Nicossie par les yglizes et es maisons des religions, en leur venir de la terre.  Ensi fu rendu le chasteau de Cherines au rey et au seignor de Baruth en l’an de .mcc et xxxiiij.

98

(194) Et tant com li sieges estoit devant Cherines la reyne Aalis, feme le roy Henry et fille le marquys de Monferat, qui s’apeloit Longuebarde por ce que l’empereor li avoit doune, elle s’estoit mise dedens Cherines o ceaus de Puille et au coumandement de l’empereor; et se coucha malade d’une maladie dont elle moruth.  Quant elle fu trespacee ceaus qui estoyent dedens Cherines l’atornerent si con l’on doit atorner reyne, puis firent demander fiance d’envoyer .i. home parler au rey.  Cil qui ot la fiance vint au roy et li dist que [sa] feme la reyne estoit trespassee de cest siecle et que ceaus quy estoyent dedens li mandoyent que, se il li plaisoit, que il la feïst prendre et enterrer si com il afiert á reyne et que il en feïst si come de sa feme.  Li roys s’i assenti et furent dounees trives que l’en ne traisist ni lansast, defors ni dedens, tant que la reyne fust portee á la herberge le roy.  Lors la mirent ceaus de Cherines fors dou chasteau, et ceaus de la herberge dou roy la resurent, et fu portee á Nicossie á grant compaignie par la main des chevaliers tout á pié, et fu enterré honoreement en la mere yglize de Sainte Soufie, et l’enterra l’arcevesque Estorgue.  Ci endroit lairons á parler de[s] Longuebars et des Chiprois tant que tens yert.

99

(195) Si grant honour et si grant grace fit Deu au roy Henry et au seignor de Baruth et as suens que en une hore dou jour desconfirent lor fors enemis et chaissierent, si con vous avés oy dire devant, et delivrerent Deudamors qui estoit assegé. Et assegerent Cherines ou les Longuebars estoyent receté. Et les sergens qui estoyent au siege de Deudamors de par les Longuebars s’en fuïrent, et n’oserent fuïr vers Cherines pour les Chiprois qui ja estoyent devant, si desruperent devers Plaissie et tornerent devers Nicossie, mais il n’i oserent entrer de jour, car de nuit cuiderent receter as maisons des religions. Dont il avint que Phelippe de Nevaire, qui estoit retorné á Nicossie pour aucunes besoignes par le commandement dou roy Henry et dou seignor de Baruth, il sot que les sergens devoient venir. Si assembla ce que il pot avoir de gent et les ala encontrer hors de la ville. .i. poi devant la mienuit vindrent. Phelippe de Nevaire et la soue gent lor corrurent sure et ocistrent que pristrent .iijc. sergens ou plus, et plusors en eschaperent pour la nuit, qui se garirent es yglizes et en maisons de religions. Phelippe fist venir devant luy les .iij. maistres des sergens quy avoyent guerpi le roy et le seignor de Baruth devant Gibelet, dont il estoyent parjurs et traïtors. Si les fist tous desmenbrer, et volentiers les [autres] eüst fait pendre, mais il n’en ot loisir, car il avoit poi de maisnee et trop de prisons.

100

(196) L’endemain sut l’on que le conte Gautier de Manepeau et le fis dou Justizier et lor eschiele estoyent foïes á La Castrie el focé dou chastel, car les Templiers ne les voloyent receter dedens, por ce qu’il avoyent brisé devant lor maison et traist les dames et les enfans, come les aves oï au conte devant. Dont il avint que le roy et le seignor de Baruth y manderent messire Johan le Jeune, qui puis fu conte de Jaffe, et une eschele de chevaliers o luy. Dedens le focé les troverent et lá les pristrent, et les amenerent á Nicossie. Lá furent mis en prison ovec les autres qui furent pris le jour de la bataille. Tous furent livrés á Phelippe de Nevaire, qui les faisoit garder. En cele prison avoit .c et xlv. prisoniers, [et plusors] y furent mort de nafres: sire Hue de Sorel, sire Ente de Cheligen, sire Gent de Cors; mais sire Phelippe Obuission gary de mout fieres playes.

101

(197) Le siege fu devant Cherines, et ceaus dedens estoyent mout grans gens, et avoyent toute lor navie en quoi il estoyent venus en Chipre, et les .xij. galees. Si avint qu’il establirent chevetaine á garder le chastel et le bourc Phelippe Chenart, quy estoit frere de sire Gauvain de par mere. Et si laisserent .i. chevaliers dont estoit cheveteine .i. gentil hom de Puille quy avoit nom Gautier de Eguevive. Et messire Richart Filanger, le bail, et grans gens o luy alerent en Hermenie quere secors, et manderent en Antioche et á Triple, et disoyent que il revendroient et se combateroient autre fois as Chiprois. En Hermenie ot assés de malades et de mors d’eaus; á Cherines revindrent sans nul esploit, et distrent que trop estoyent grant gent de terre et de mer, et trop gastoient de la viande dou chasteau. Sur cele achaison rentrerent alors galees et retornerent á Sur. Oveques Filanger, lor bail, s’en alerent sire Heimery Barlais et sire Amaury de Betshan son cousin; et sire Hue de Gibeleth demora baill á Sur; et ceaus .iij. alerent en Puille querre secors á l’empereor.

102

(198) Phelippe Chenart demora á Cherines cheveteine et .l. chevaliers o luy et entour .m. homes á pié entre abalestiers et gens de marine. Il y ot de mout bons faiseors d’engins: plusors en fist l’on faire trabus et perieres et mangueneaus. Et mout bien fist garder le chastel, et le bourc asprement fu gardé longuement.

103

(199) Le roy Henry fist assembler toute sa court et se clama á sa court de sire Heimery Barlais et de sire Amaury de Bethsan et de sire Hue de Gibeleth et de tous ses homes liges qui avoient esté contre luy á la bataille, puis qu’il fu en age. Par comun esgart de court furent tuit desherité et forjugié en cors et en avoir, et le roy douna lor fiés á ceaus qui l’avoi[ent] servy et aidié. Mout ennuyoit as Chiprois de ce qu’il n’avoient galees pour asseger le chasteau par mer. Les galees des Longuebars aloyent de Cherines á Sur et de Sur á Cherines. La volenté de Deu fu puis tele que .xiij. galees de Jenevois vindrent d’outre mer á Lymesson en .ij. carevanes, en l’une .iiij. et en une autre .ix. Le seignor de Baruth i ala grant aleüre á Lymesson et les retint as sos dou roy, et les mena devant Cherines. Adonc fu assegié le chasteau par mer et par terre, que d’eaus que de ceaus qu’on pot avoir de Chipre. Mout firent ceaus dehors engins, [de] perieres, de mangueneaus et de grant trabucs et .ij. grans chasteaus de fust et mout d’autres garides pour venir as murs. Assaus y ot plusors et de jour et de nuit. Mout y ot fait d’armes et dehors et dedens, mout en y ot de nafrés et d’une par et d’autre, car grant planté y avoit d’abalestiers. Les chasteau de fust furent trait sur le fossé. De ceaus dedens y avoit meillor pietaille que de ceaus dehors: par force y mistrent le feu et mout se tindrent vigourousement pour doute de prison et de mort. Les chevaliers dehors monterent et ferirent des esperons jusques au focé; lá descendirent et entrerent dedens le chasteau de fust qui ardoit et estainstrent le feu á force et les rescoustrent et les rati[re]rent arieres: mout y ot des chevaliers nafrés. Ceaus dedens parlerent de nuit au cheveteine des sergens de ceaus dehors, qui avoit nom Martin Rousseau, et tant ly dounerent et proumistrent que il lor otroya á trayr ceaus dehors, et il lor ot en covent que il lor feroit assavoir quant l’ost seroit plus eschery, si saudroyent ceaus dedens as armes et istroyent esforseement, et celuy Martin et ses sergens, quy seroyent dehors, et ociroyent tous ceaus que il poroyent. Et trop legierement pooyent ocirre messire Hue et messire Anceau de Brie, qui estoit herbergié plus prés dou chasteau que les autres, et aloient trop souvent eschargaitie[r] á l’agait des sergens, bien prés des murs. Celuy Martin Rousceau pooit mout de maus faire, car il estoit mout privé dou seignor de Baruth et de ses enfans, et il avoit esté le plus dou tens de la guerre ovec eaus, et il li avoient fait mout de bien et se fioyent mout en luy, et l’eschargaite dou chasteau estoit tout sur luy, si metoit et traoit dou chasteau ce qu’il voloit. Le plaisir de Nostre Seignor fu tel que cele traïson fu descoverte par .i. home qui issi dou chasteau. En cele hore avint que Martin Rousceau fu alé á Nicossie pour aubalestres et avoir garnison qu’il la voloit metre el chasteau. Le seignor de Baruth mena Phelippe de Nevaire, quy le prist, auci autres faiseors d’aubalestres quy estoyent homes liges le roy et conce[n]tent de ceste traïson et maintes arbalestres et autres armeüres lor avoit baillés en l’ost. Phelippe de Nevaire les mena en l’ost quy estoit devant Cherines et reconurent la traïson en pleine court. Lá furent jugié et treïgné et pendu, et Martin Rousceau fu geté au grant trabuc as murs dou dit chasteau. Adonc se hasterent mout cil dehors de mener lor engins au mur.

104

(200) Un jour lor avint, pour lor grant meschance, que messire Anceau de B[r]ies, quy faisoit mener .i. engin avant, et il meïsme boutoit et hastoit les autres, si fu nafré en la cuisse d’un careau d’aubalestre de .ij. piés. Il aracha la fleche et la geta et cuida avoir geté le fer, mais il remest dedens la cuisse par mesaventure. Il seigna mout de sanc, et ne vost souner mot tant com l’engin fu mené avant tant com il dut. Adonc s’en aparsurent ceaus quy estoyent prés de luy; si li aiderent tant qu’y vint en sa herberge. Tant ot seigné que il se pahma. Tout l’ost y corot, tres gran duel en orent tous ses amis et sur tous homes le seignor de Baruth, quy l’apeloit son rouge lyon, et il avoit droit car il se penoit plus et travailloit de l’afaire de l’ost que nus et mout valoit. Il l’emporterent á Nicossie á son hostel et bien jut demy an au lit et plus, que onc le fer ne pot estre trové jusque au tiers jor devant sa mort. Et Deu fist son comandement de luy. Grant duel en fist le roy et tous les bones gens de Chipre aucy. Mais au jor que il trespassa le seignor de Baruth estoit en Surie, car le chasteau de Cherines estoit ja rendu. Et adés orrés et coment ce fu.

105

(201) Si com vous aves oy, le roy et ses gens avoient fait mout d’engins et les menoyent avant et establirent lor assaut. Messire Balian d’Ybelin assaily devers le chasteau et sa gent o luy. Le seignor de Baruth et ses .iij. anfans assaillirent de toutes pars le bourc tout en tour, et bien le cuidirent prendre car les engins avoient mout empirié les murs. Ceaus dedens furent grans gens et douterent mort ou prison, et se defendirent vigourousement. Ceaus dedens s’embatirent estoutement, mout y ot de nafrés: des enfans dou seignor de Barut y ot plusors nafrés perillousement, et de ceaus dedens y ot mout de mors et de naffrés. A l’anuiter se retraistrent.

106

(202) Le seignor de Baruth blahma mout et reprist soy meïsme et dist en haut, que bien fu entendu: «Hailas! come il m’est mesavenu á ceste fois, et de ce qu’il avint jadis pour .i. home de mon lignage! Et ce fu quant le roy Amaury entra en Babiloine. Si comanda á sire Hue d’Ybelin que il assaillist et feïst assailir la cité de Belbeis qu’il avoyent assegié, et il li respondy que il yroit á l’asaut. Et si tost com il vint sur le fossé, il fery des esperons et sailly ens luy et son cheval. Et le cheval brisa le col et mon oncle la jambe. Et tout l’ost corut á la rescousce, si resut mout grant damage car mout en y ot de mors et de nafrés. Messire Phelippe de Naples, le bon chevalier, quy estoit son oncle, sailly au fossé aprés son nevou, et fu tel conreé que par poy ne morut. Si con á Deu vost et plot la ville fu prise, et le roy Amaury et ses homes firent une assise que ja mais chevalier ne deüst ni feïst servise á afaire de ville ne de chasteau ni en leuc que cheval nel peüst porter, se il ne fust assegié ou sur son cors defendant. Et je, las, cheitif, qui bien sai l’assise quy fu faite pour mon lignage meïsme, j’ay huy en cest jour livré moy et mes enfans á mort et tous mes amis pour l’assaut d’un chetif chasteau quy .i. de ces jors se rendra de fain!» Tous ceaus quy lá estoyent le reconforterent et li distrent: «Sire, ne vous en chaut! Trop y ont plus perdu ceaus dedens que vous.» Le siege dura longuement, et mout y ot grans costenges faites et grans sodees dounees as sergens et as galees. Plus grans tailles fistrent faire, car il ne fussent jamais á seür s’il ne preyssent Cherines.

107

(203) En l’an de .mcc et xxxij. la reyne Aalis de Chipre ala en France pour recovrer le conté de Champaigne.

108

(204) Et le patriarche Gerolt de Jerusalem fu acusés á Rome par l’emperere Federic, et ly fu tolue la legation.  Dont il ala á Rome et ot ariere la legation en son patriarchié perpetuelment.

109

(205) L’emperere Federic oy les novelles de la Surie, et comment que ce fust, qu’il n’en eüst loisir ou qu’il ne vosist venir, [il n’i ala n’i manda], mais il manda l’evesque de Ciete en Surie et lettres mout amyables et lozengeresses disant que il ne lor savoit nul mau gré de ce qu’il avoyent fait, et qu’il lor pardonoit et lor rendoit sa grace, et que il se tenissent bien et loyaument á lui et á son fis, et que se il voloyent que son baill qui estoit á Sur fust lor baill il lor otroyeroit bien qu’un de ses homes de la terre fust lor bail á Acre, et Richart Philangier fust á Sur. Es letres fu dit et mout noumé qui devoit estre baill: c’estoit .i. chevalier qui estoit á Sur et avoit nom Phelippe Maugasteau. Poi estoit prisié et disoit l’on qu’il afatoit sa chiere come una feme, et mout estoit privé dou baill de Sur. En cele maniere cuydoit l’emperere atraire ceaus de Surie et tolyr l’aye au seignor de Baruth et as Chiprois, et puis, si tost com il eüst loisir, feïst dou pis que il poïst. Aprés ce que l’evesque de Sayete, quy estoit venus á Acre, ot tant porparlé et fait, le seignor de Sayete et le conestable furent acordé a ce fait et orent fait venir le peuple á Sainte Cruis et l’evangelier fu present. Et ensi come il durent jurer, le bon juene seignor de Sezaire, quy estoit nevou de monseignor de Baruth et quy estoit venu de Chipre á Cezaire pour son afaire, et entendy cest fait, si vint á Acre hastivement et en l’ore que le sairement devoit estre fait il entra dedens la mere yglize de Sainte Cruis et comanda á souner la canpane de la comune. Quant á la frairie de Saint André le sot il furent as armes et crierent tuit: «Muire! muire!» L’evesque de Sayete les vit, si s’en fuï en la maison de l’evesque d’Acre et fu enclos en la chapele, et se le seignor de Cezaire ne fust descendu l’evesque de Sayete eüst esté celuy jour ocis, et le seignor de Sayete et le connestable auci. Mais le seignor de Cezaire les fist estre en pais et en mena les .ij. hors de laens o luy, et il fist tantost savoir tout le fait á son oncle, le seignor de Baruth, qui estoit en Chipre au siege dou chasteau de Cherines. Tantost se party dou siege le seignor de Baruth et laissa en son leu sire Balian, son fis l’aisné, o le roy Henry, et vost mener o luy Phelippe de Nevaire, mais sire Balian ne le vost souffrir.

110

(206) Le seignor de Baruth ala á Acre et tant ordena et fist que les sairemens des poulains furent tous refreichis et qu’il fu maire de nouveau. L’evesque de Sayete manda au seignor de Baruth priant, pour Deu et por son honour et pour son profit, que il le feïst conduire devant luy, car il voloit á luy parler. Le seignor de Baruth respondy que de par Deu venist. Il manda pour luy et le fist conduire. Si tost com il fu en sa presence, il ly unes letres de par l’empereor, es queles il avoit salus et creance. L’evesque dist: «Sire, il s’en contient es letres que vous me devés croire. L’empereor vous mande que il se repente mout de ce quy a esté entre vous et luy, et il se portera de ci en avant en tel maniere vers vous que vous et tous les vostres en serés riches et manant. Mais il veaut que vous ly faites .i. poi d’ennor por ce que les gens ne puissent dire que vous l’avés vencu. L’enour qu’il vous requiert: que vous venés en aucun leu ou il semble que il ait poer et que vous dites ensi simplement, coment qu’il soit ne coment que non: «Je me met en la mercy de l’empereor come de mon seignor. [A ce respondi monseignor] de Baruth: «Sire evesque, á la fin de ma parole ferai respons á vostre requeste; mais tout avant vous diray .i. conte et une essample quy est escrite au livre des fableaus de Renart. Ce m’est avis qu’il afiert bien á ceste raison que vous m’avés dite.

111

(207) Il avint, en une forest plantive et pleine de toutes manieres de bestes, qu’il y avoit .i. mout grant lion et mout mal richignant, maladif et malenconious. Un jour se gisoit devant sa cave, si vit passer une grant route de sers grans et de saison. Le lion dist á sa privee maihnee: «Se je ne manjue de cel cerf gras quy vait devant les autres, le meiges m’ont dit que je suis mors.» Maintenant manda au serf, priant pour Deu que il venist á luy parler car il estoit si malades que il moroit. Le serf y ala volentiers come á son seignor. Si tost come il vint á l’entree de la cave le lion se hasta de luy prendre, si l’atainst de la paute á la chiere et ly avala la peau jusque sur le museau. Le serf fu fort et sain, et le lion foible et malade, si chey en ariere de son cop meïsme. Ly serf s’en ala la chiere sanglantee, et dist que ja mais en sa court nen entreroit. Toutevoies gary le serf de sa playe. Un grant tens aprés avint que le lion manda au serf et dist que, se Deu ly aidast, il ly cuida faire joie á l’entree de sa maison et luy acoler, et si avint par meschance que ses ongles s’acrocherent en sa chiere et il, de sa foibleté, au cheir le grafigna mau son gré, et, por Deu, il venist á luy. Tant y ot de preyeres qu’á luy rala. Le lion sailly á l’encontre et lansa pour prendre le. Ses pautes l’atainstrent jusque á sa coue de lonc en lonc de son dos, si en leva .ij. grans corroies. Le serf sailly esforseement come bleciés. Le lion estoit encores foibles, si chey de son cop meïsme. Le serf s’en fuy et fu longuement malades de celes nafres, presque tout .i. an. Au chef de l’an le lion remanda á luy de ses barons et tant le sarmonerent et proyerent que traï fu le serf et revint á court. Le lion fu amendé et estably sa privee mainhee; le serf prist et [o]cist et comenda que il fust escorchés et apareillés et overt et desfait, car il voloit ma[n]ger de luy. Les bestes quy manjuent char, si come Yzengrin et Renart, s’en entremistrent de l’apareiller. Renart bouta son groin et prist le cuer et le manga. Les autres bestes furent mout effrees. Le lion s’en prist garde et come desloal s’en vost escuser par sa parole, et dist: «Seignors, ne cuidés pas que pour felonie ne por lecherie j’ay ocis le serf, mais por ma garison l’ai fait, car tuit li miege mostrerent que je ne pooye garir se je ne manjoye del cuer dou serf.» Le cuer ne post estre trové, que Renart l’avoit ja mangié. Le lion jura que ce avoit fait Renart car il avoit la barbe sanglantee. Chascun le mostra au deit et tuit distrent et jugierent que Renart en devoit morir. Renart dist en audience que prest fu au comandement dou roy, et au jugement de la court se metoit: «Seignors, ce dit Renart, le serf vint antan á court, si s’en party la chiere sanglante. Une autre fois aprés revint et laissa .ij. corroyes de son dos. La tierse fois revint morir si nicement come cil qui n’avoit point de cuer, car se il eüst cuer il ne fust pas revenu la tierce fois. Et l’on dist .i. proverbe: «Ce que n’i est ne puet on trover.» Le serf n’avoit cuer, ne je ne l’ay mangié. Mon groin en est sanglant de l’escorcher et de l’ovrir. Je pry chascun en son endroit que por Deu et por s’arme me juge. Si distrent tuit á une vois que le serf n’avoit point de cuer et ensi Renart fu delivre.

112

(208) Et je vous di, sire evesque, fait le sire de Baruth, que je pues bien dire de l’empereor et de moy cest essample. Il est le lion et je suy le serf: .ij. fois m’a deceü: la premiere fois á Lymesson, dont je os bien sanglante chere; la seconde quant je party de Deudamor, le chasteau, et vins á luy; encontre les convenances il retint les fortereces et toute Chipre á son eus et puis vendy le roy et Chipre á mes enemis. Ce furent les .ij. corroyes de mon dos. Et se ores vieng en la tierce fois en sa mercy je otroy que je soye mort come fu le serf, que l’on juge seürement que je n’ai point de cuer. Dont je vous di, sire evesque, et vueill bien que il sache qu’en sa manaye ne me tenra il jamais; et se maugré mien, par meschance, [deüsse] estre devant luy, et il eüst tout son pooir et je ne eüsse pooir ni enfans, ni amis, ne pooir plus que dou petit doit de ma main, o celuy me defenderoie jusques á la mort.» A tant fina sa parole.

113

(209) Quant le sire de Baruth ot bien estably son fait en Surie, il laissa en Surie en son leuc son nevou le seignor de Cezaire et tantost revint en Chipre. Le siege dou chasteau de Cherines dura plus d’un an. Cil dedens avoyent soufraite de mout de choses et savoyent que nul secors ne lor pooit venir de l’empereor, et il avoient seü dou baill de Sur de finer. Il parlerent de pais. Sire Arneis de Gibeleth et Phelipphe de Nevaire traiterent cele pais. La fin fu tele que il rendirent le chasteau et le bourc, et tant d’armeüres et de garnison come il avoyent fait et dedens trové. Phelippe de Nevaire lor livra tant de galees et de vaisseaus come il orent mestier por aler dedens á Sur, saus et seürs, eaus et lor choses. Et tel fu le covenant que si tost come il seroyent á Sur le seignor de Baruth yroit á Acre et menroit o luy tous les prisoniers quy avoyent esté pris en la bataille quy vis estoyent et l’on li rendroit les suens, quy avoyent esté pris au Cazal Ymbert et quy estoyent á Sur. Si fu fait ensi com il le dist. Il mena a Acre les prisoniers. U fu porparlé qu’en my voye d’Acre et de Sur furent menés les prisoniers d’une part et d’autre, et lá furent delivrés les uns por les autres. Adonc demora Chipre en pais, mais en Surie demora .i. malvais ni, car sire Richart Filangier et ses freres et plusors [Longuebars] demorerent á Sur.

114

(210) Adonc, l’an de .mcc et xxxv., vint la reyne aalis de chipre, puis que ele [n’]ot recovert le conté de champaigne.  Elle revint d’outre mer á Acre, saine et sauve.

115

(211) En l’an de .mcc et xxxvi. le seignor de Baruth et son nevou Johan, seignor de Cezaire, et l’Ospital et le Temple alerent asseger Monferant.  Grant honour et grant servise firent l’Ospital [et le Temple]; aprés retornerent en Chipre á grant joie et furent en gran pais et en bon estat.

116

(212) En celuy an monseignor Johan d’Ybelin, le bon seignor de Baruth, quy bien reconoissoit les grans graces que Nostre Seignor ly avoit faites et les grans honors, en achaison d’une beste quy chey desous luy, il fist son testament si ordeneement que toutes le[s] gens se merveillerent de sa tres grant memoire. Ses torsfais amenda, de maintes choses fist amende que meinte gent ne tenissent pas á tortfais, ses detes paia, car il avoit au jour grant mueble et estable sans les fiés; et tout douna, por Deu et por l’arme de luy, de sa main, á boune memoire. Et plusors fiés douna il á ses enfans et comanda que il fussent homes et tenissent de lor aihné frere. Aprés se rendy il frere dou Temple, si come il avoit voué. Grant contredit mistrent ses enfans et grant duel en firent tous les gens dou pays, mais riens ne valut, ains se rendy maugré eaus et tout quite au Temple, et se fist porter á Acre. Poy dura frere, et si tres belle fin fist á sa mort qu’á merveille en creroyt l’on verité quy tout contast. Et quant il dut l’arme rendre requist il que l’on ly aportast le crusefis. Phelippe de Nevaire ly aporta devant luy, et il tendy ses mains et baisa les piés de Nostre Seignor Jesu Crist, et dist si come il pot: «En manus tuas, Domine, commendo spiritum meum». Et ensy rendy l’esperit á Deu. Le cors onques ne se remua á la mort, et se l’on croit que bone arme vait devant Deu l’on deit bien estre certein que la soue arme y ala, en Paradis. Maintenant messire Balian, son fis, demora seignor de Baruth en son luec, quy bien se contint et vigourousement, et il ot bons freres et cousins et bons amis qui mout bien ly aiderent.

117

(213) En cele saison, l’an de .mcc et xxxix. avint que une grant cruisee s’esmut dou royaume de France por passer en la Terre Sainte.  Dont ly plusors passerent par Marseille et li autre par Brandis.  En cele muete y furent Theobals, le roy de Navare, quy estoit cuens de Champagne, Hugues, li ducs de Borgoigne, Piere de Dreues, que l’en clamoit Piere Mauclerc, li cuens de Bretaigne, Johans de Dreues, cuens de Mascon, li cuens de Foroys, qui estoit cuens de Nevers [de par sa fame], Henris li cuens de Bar le Duc, Amaury li cuens de Montfort, et autres plusors riches homes; des quels ly cuens de Bar et li cuens de Montfort, á lor compaignie, passerent de Marseille.  Celuy passage fu apelé ly passage des barons, por ce qu’il y furent tant de grans barons comme vos avés oï nomer.  Quant cist barons furent venus et arivés á Acre le jour de Saint Gille, quy est le premier jor dou moys de setembre, bien se troverent entor de .m. chevaliers, et furent herbergiés par my la ville et dehors au sabelon.  Lá si orent conseil et, par acort, murent por aler fermer Escalone.  Et chevaucherent tant que il vindrent à Jaffe et orent les gens dou païs ovec eaus.  Quant il furent lá venus, une espie lor fist savoir que il avoit à Gadres mil Turs herbergiés, et leur cheveteine estoit .i. amirail que l’on nomoit le Roquene Hegeni.  Quant les Crestiens sorent ces novelles si s’acorderent qu’il iroyent á cele besoigne .iiijm. chevaliers.  Si y ala li cuens de Bar le Duc et li cuens Amauris de Monfort et Balyan, seignor de Saete, et Heude de Monbeliard et Johan d’Ybelin, seignor d’Arsuf.  Il murent de Jaffe á prime soir et chevaucherent si que il furent au jour prés de Gazere.  Lors s’armerent et chevaucherent les escheles rengees cele part ou li Turs estoyent.  Quant li Turs le[s] virent venir vers eaus si monterent et se retreissent en une tertre et ly Roch ot conseil á sa gent qu’il en feroit, et il ly loerent que il se partist d’enquy et s’en alast, car il n’avoit mie gent por combatre á eaus.  Li Roch respondy que au partir venroit il tout á tens, mais il enveyeroit son gros harneis et yroit assayer lor couvine.  Lors le fist ensi com il avoit dit, si que il envoya .ijc. Turs por hardoier.  Dont il avint que si tost com ly hardeour aprocherent as Crestiens, il se mistrent á corre, ly Crestien, et comencierent a ferboiller et bouter soy li .i. en l’autre.  Quant li chasceour virent ce si le comencierent plus á haster et á tenir prés.  Li Roch aparsut le malvais contenement des Crestiens si s’avala dou ter[t]re ou il estoit et se mist á aler grant aleüre vers la besoigne.  Si tost com il vint, il et sa gent ferirent des esperons et si estouteyment se ferirent en my les Crestiens, por le malvais semblant que il lor avoyent veü faire, que mout les menerent mal, dont les Crestiens sans metre nul conroy entr’eaus se mistrent á desconfiture, et quy s’en pot aler si s’en ala.  Lá fu pris Aumauris li cuens de Monfort et y fu ocis Henris le cuens de Bar le Duc; et y ot grant masse de chevaliers que pris que mors, et Templiers et Hospitaliers et d’autre gent á pié y furent tous perdus, et dou hernois tout le plus.  Ceaus quy eschaperent de la bataille s’en vindrent á Escalone, ou il troverent le roy de Nevaire et le conte de Bretaigne o tout lor ost.  Si tost com il furent lá venus si grant esfroy se mist en eaus tous que il lor sembloit que ly Sarazin les deüssent venir prendre tous.  Dont il avint que si tost com il fu anuitié chascun se mist á aler vers Jaffe, sans conroy et sans atendre l’un á l’autre, ains s’en aloyent aucy come desconfis, si que il laisserent grant planté de viandes et de hernois.  Quant il furent á Jaffe il y demorerent moult poy ains se partirent por aler vers Acre, et ne finerent tant que il furent venus; si se tindrent et y demorerent .i. lonc tens sans rien faire de profit.  De cele bataille eschaperent, entre les autres des gens dou païs, Ballan seignor de Sayete, et Phelippe de Monfort, et Johan d’Ybelin seignor d’Arsuf, et Eude de Monbeliart, et plusors autres des pelerins.

118

(214) Dedens cest fait .i. clerc de Triple, quy avoit nom Guillaume, Champenés en surnom, mais il estoit nés de Triple et estoit mout acointe dou seignor de Haman et usoit mout entor luy, vint en l’ost dou roy de Navare et dist as barons que le soldan de Haman lor mandoit que se il voloyent venir vers sa terre, par quoy il eüst la force et l’aye des Crestiens, il lor metroit en main ses forteresses et devendroit crestiens, et de ce lor mandoit il mout priant et requerant que il ne demorast en eaus que il ceste chose n’atainsissent.  Lors se party l’ost d’Acre et chevaucherent toute la marine tant que il furent á Triple.  Lá s’aresterent et herbergerent devant la cité, desous Montpelerin, et de lá envoyerent lor messages au soldan de Haman, en la compaignie dou devant dit Guillaume le clerc, por savoir se il vodroit porsivre et parfaire ce que il lor avoit mandé.  Celuy soldan fist semblant de demander covenances et les mena par paroles une piece et en la fin lor failly dou tout, come celuy quy ne le[s] faisoit fors que gaber.  Et cest semblant que il en fist ne fu que por paour de la dame de Halape, la mere dou soldan, quy avoit á luy guerre.  Icele dame tenoit la seignorie de Halappe por ce que son fis, le soldan de Halappe, estoit enfant et merme de aage.  Quant li Crestiens se furent aparceüs de la mensonge et dou barat dou soldan de Haman, aprés ce que il orent demoré une piece devant Triple, ou Beymons, ly princes d’Antioche, les ot mout honorés et fait á plaisir, il s’en partirent et retornerent á Acre.  Mais Johans, li cuens de Mascon, morut á Triple et fu enterrés au moustier [de l’Ospital de Saint Johan].

119

(215) Quant nos pelerins furent revenus á Acre ne targa gaire que il s’en alerent herbergier en la paumeree de Cayphas pour douner herbe á lor chevaus, et quant l’erbe fu faillie il s’en alerent herbergier á la fontaine de Saphorie; et en tant con il estoient lá lor vint .i. message de par le soldan de Damas por traiter de la trive.  Iceluy soldan avoit nom le Salah et avoit esté et estoit encores lor seignor de Maubec et si fu fis de Seif Edin le Heidel.  La chose ala tant d’une part et d’autre que la trive fu faite de luy as Crestiens et leur rendy par la trive le chasteau de Beaufort et le chasteau de Saphet au Temple et toute la terre de Jerusalem que ly Franc tindrent de la marine jusques au flum Jordein.  Et ly Crestien ly orent en covent que il ne feroyent trives ne fin au soldan de Babiloine sans luy et sans son acort, et que il seroyent en s’aye encontre celuy soldan, et que il s’en iroyent herbergier á Escalone ou á Jaffe, tout lor pooir por defendre que [le] soldan de Babiloine ne passast la terre et entrast en la terre de Surie; et le devant dit soldan se devoit herberger delés eaus lá ou le flum de Jaffe sourt.  Toutes ces covenances que vous oiés furent jure[e]s de tous les barons de l’ost et dou soldan et de ses amiraus, et, de com[en]saille lor rendy le devant dit chasteau de Beaufort et la terre de Sayete et cele de Thabarie.

120

(216) Quant la trive fu juree tele come vous avés oï ci ariere, les Crestiens s’en alerent herberger á Jaffe.  Et le Salah de Damas o luy et le sire de la Chamele, si se herbergerent au chef dou flum à tout lor host.  Iceste trive, dont vous avés oy, avoit esté porchascee et faite par l’atrait dou Temple et sans l’acort de l’Ospitau de Saint Johan, dont il avint que l’Ospitau reporchassa ensi que le soldan de Babiloine fist trives à partie des Crestiens et la jurerent le roy de Navare et le conte de Bretaigne et mout d’autres pelerins, ne onques ne regarderent au sairement que il avoient fait au soldan de Damase.  En ce que cele trive fu faite en la maniere que vous oiés ly rois de Navare et ly cuens de Bretaigne et li autre pelerin quy cele trive de Babiloyne avoient juree se partirent de Jaffe et alerent á Acre et louerent lor nés pour passer outre mer en lor païs.  Ly maistre de l’Ospitau, frere Piere de Vilebride, quy cele trive avoit juré et n’avoit riens juré au soldan de Damas, se party de Jaffe o tout son couvent et s’en ala á Acre et enquy se tint.  Les gens de la terre et ly Templier et le conte de Nevers et une partie des pelerins demorerent á Jaffe et ne se vostrent partir ne retraire des covenances qu’il avoyent eües au soldan de Damas.  Ensy fu le fait des Crestiens en debat et en discorde, que les uns se tindrent á une trive et les autres á l’autre trive.

121

(217) En cel an morut messire Balian seignor de Sayete.

122

(218) En cest point que li pelerin estoient á Acre, la royne Aalis de Chipre espousa .i. haut home de France, quy avoit nom messire Raul de Saisson et estoit frere dou conte de Saissons.

123

(219) Encore en l’an de .mcc et xl. vint á Acre le conte Richart de Cornoaille, frere dou roy Henry d’Engleterre, et mena belle conpaignie de chevaliers et porta grant avoir.  Et quant il fu venus á Acre il se herberga en la maison de l’Ospital de Saint Johan, et quant il ot esté une piece et il ot harneissié et atiré soi et ses gens il s’en ala á Jaffe et lá se herberja o les autres Crestiens quy là estoient.  Et en ce qu’il estoit lá, li Templiers le tindrent mout prés que il se tenist á la trive et as covenances dou soldan de Damas et que il le jurast.  Ly Hospitalier auci manderent á luy et le repreisserent mout que il se tenist á cele dou soldan de Babiloine, et á Acre meïsme en avoyent il assés parlé á luy.  Dont il ne vost faire ne l’une ne l’autre, ains dist que se li Crestiens quy estoyent á Jaffe vosisent aler herberger á Escalone, il estoit prest de fermer le chasteau.  Ly baron de l’ost et ly Temple et ly Hospital des Alemans orent conseil et virent que ce que il requeroit estoit porsivement des covenans que il avoyent au soldan de Damas et le profit de la crestienté, si s’acorderent et murent de Jaffe.  Quant il orent porchascié ovriers et ce que mestier fu au labour si s’en alerent á Escalone.  Quant il furent lá venus il establirent lor afaire et comencierent lor labour; et fu li chasteaus fermés en la maniere que ly roys Richart d’Engleterre, l’oncle de cestuy conte Richart quy ores le fermoit, l’avoit fermé.  Si le garny de ce que il pot et lors manda il en Jerusalem á .i. chevalier quy avoit nom Gauter Pennepié, quy en estoit baill de par l’empereor Federic et tenoit la cité de Jerusalem par la fiance et la trive dou soldan de Babiloine.  Si tost com seluy Gauter Penne[pié] fu venus á Escalone, ly cuens Richars ly rendy et livra le chasteau, que il deüst garder por l’empereor.  Quant le conte Richart de Cornoaille ot ce fait, il aferma la trive o le soldan de Babiloine et fist delivrer de prison le conte Amaury de Monfort et les autres chevaliers que le Roch avoit pris á la desconfiture que les Crestiens orent á Gazere.  Quant le conte Richart ot tout ce fait, il s’en retorna á Acre et loa sa nef et s’en ala en son païs en celuy an meïsme.  Et ou que l’ost des Crestiens aloit, le soldan de Domas o tout son ost estoit tous jors herbergiés prés d’eaus.  Quant il orent esté grant piece á Jaffe li peleryn quy estoient demoré aprés les autres s’en vodrent retorner en lor païs, si que il s’en alerent á Acre et enquy loerent lor nés et s’en passerent et tuit li autre Crestiens s’en retornerent lors á Acre.

124

(220) En l’an de .mccxlj. Johan d’Ybelin, fis dou seignor de Baruth, comensa á fermer le chasteau d’Arsuf.

125

(221) Ci endroit vous dirons aucunes choses des gens de l’empereor Federic qui estoyent á Sur, les Longuebars, qui estoient á Sur quoy et en pais une piece. Richart Philanger, ly mareschaus de l’empereor, porchassa tant et fist que il atraist á sa partie les freres de l’Ospital et .ij. grans borjois d’Accre quy mout avoyent grant pooir sur le peuple de la ville. L’un avoit nom Johan Vaalin et l’autre Guillaume de Conches. En cel tens estoit si avenus que en Acre n’estoit nus de ceaus de Ybelin que .i. tout soul, quy avoit nom messire Phelippe de Monfort. Celuy estoit d’outre mer venu quant le roy de Nevaire vint á Acre. Il avoit espousee une haute dame dou païs, quy se nomoit la dame dou Toron, et por elle fu il seignor dou Thoron apelé. De par sa mere et estoit cousin germain á messire Balian, le jeune seignor de Baruth, et de ses freres. Adonc estoit venu de l’ost le roy de Navare messire Balian d’Ybelin, seignor de Baruth, ou il avoit grant tens esté et grans messions faites. Si sejorneit á Baruth. Ses .ij. freres, messire Guy et messire Bauduyn, quy puis furent de mout grant afaire, estoient en Chipre. Messire Hue, lor frere, et le jeune seignor de Cezaire estoyent ja trespassés de cest siecle, dont mout estoit grant damage et grant perte á tous lor amis et á les .ij. royaumes. Messire Johan de Foges, lor frere, estoit á [Ar]sur, et Eude de Mo[n]beliart, le conestable, quy avoit lor cousine [espousee] et estoit en leu de baill á Acre estoit á celuy jor á Cezaire, entre luy et li Templier en ost, o partie des chevaliers de la terre. Et por ce Richart Philanger fist plus seürement cele emprise.

126

(222) Adonc avint que le bail de Sur, messire Richart Philanger, quy tant avoit espié et seü et avoit fait le porchas de ceaus .ij. borgés dessus moty[s], s’esmut et vint coyement de nuit á Acre et entra par une fauce posterne quy est au borc en .i. jardin de l’Hospital et de lá ala droit á l’Ospital de Saint Johan, et laens fu recuillis et demora .i. jour et une nuit. Encore est apelee cele posterne la Porte de Mau Pas. Les .ij. borgés dessus noumés alerent á l’Ospital et parlerent á lui. Il alerent aprés par la ville requerant ceaus de lor jure et faisoient jurer tous ceaus qui les voloyent croire d’estre au comandement dou baill qui estoit venu de Sur. Lor fait fu descovert par aucuns de ceaus de la jure, si que Phelippe de Monfort le sot et le cry fu en la ville. Il sailly as armes o tant de gent com il pot avoir. Li Jenevois et ly Venessien, quy n’amoyent point l’empereor ne sa gent, s’armerent tantost et soustindrent lor rue en l’ore. Messire Phelippe de Monfort fist tant que il prist les .ij. borgés et les mist en bons fers. Il manda tantost faire asaver la convine au seignor de Baruth. Il s’en vint hastivement et amena tout son esfors et grant plenté de sergens de la montaigne. Mout vint hastivement et passa devant les portes de Sur. Richart Philanger le baill, quy estoit á Acre, mussé á l’Ospital, sot bien la venue dou seignor de Baruth et la prise de ses .ij. amis. Tantost s’en fuy de nuit par la fauce posterne, et s’en revint á Sur. Mout poy failly qu’il n’e[n]contra le seignor de Baruth. [Quant le seignor de Baruth] entra á Acre, tantost fu toute la ville á son comendement. L’en luy dona á entendre que ly Hospitalier avoyent esté consentant á cestuy fait. Il assega l’Ospital tout environ et le tint mout prés et maumena, et le pot lors legierement faire, car ly maistre, frere Pierre de Villebride, et ly covens de l’Ospital estoyent adonc au chasteau de Margat, por une guerre que il avoyent au soldan de Halappe, por le fait des marches dou Margat et de la cité de Gibel. Le seignor de Baruth sot puis que Richars Filanger le bail s’en estoit fuy de l’Ospital et alé [á] Sur. Le conestable et les gens de la terre quy estoyent á Cezaire revindrent de l’ost á Acre et furent au commandement dou seignor de Baruth et demorerent .i. grant tens ensy á Acre.

127

(133) Le sire de Baruth tint la maison de l’Ospital Saint Johan d’Acre assegee entor de .vj. mois si que riens n’i laissoit entrer ne issir de la maison, sans ce que nul autre forfait y peussent faire car trop de bounes gens s’en estoyent mis en garnison dedens la maison, mais il y avoit poy de frere[s] por ce que ly maistre et li covens estoyent defors, ensi com vous aves oy dire devant. Sur ce, ly maistre et ly covent de l’Ospital acorderent le fait de lor besoigne et s’en vindrent vers Accre, et se herbergerent dehors la ville, en leur vigne nueve. Comuns amis s’entremistrent et mistrent acort entr’eaus et le seignor de Baruth, et ly siege de la maison en fu ostés. Dont le sire de Baruth se rendit mout colpable vers la maison de celuy fait et lor requist pardon et lor dist en apert que ce ly avoyent fait faire aucunes gens quy n’amoyent pas l’Ospitau, quy li dounerent á entendre que ce que Richars Filanger enprist de faire en la cité d’Accre et tout celuy remuement avoit esté par le porchas et l’atrait de la maison de l’Ospital, et que Richars Filanger estoit encores dedans la maison de l’Ospital, et que por ceste raison avoit il la maison assegee, de quoi li en pesoit tant com il pooit plus. Lor dist ly maistres de l’Ospital au seignor de Baruth: «Sire de Barut, vous ne deviés pas croire que la maison de l’Ospital feïst ou consentist á faire si grant emprise lá ou nous et nostre couvent estions hors d’Accre, et si loins et si embesoignés com nous estions lors au chasteau de Margat et aviens si poi de freres en la maison d’Acre, com chascun sait. Et se fust encores que aucuns de nos freres quy lors estoyent en la maison d’Acre se fussent en aucune maniere malement portés en celuy fait, por tant ne devoit toute la maison estre chargee de recevoir si vilain charge ne si grant honte con d’estre assegee por si faite raison. Neporquant, puisque les choses sont acordees au gré des .ij. parties, les choses quy sont passees font dou tout á obliver.»

128

(224) Come Richart Filanger parti de Sur pour aller outre mer.

En cest point estoit avenu que l’empereor Federic avoit mandé á sire Richart Filanger, son baill, quy estoit á Sur, que il alast á luy, car il voloit mander en Surie .i. autre en son luec. Le devant dit sire Richart se mist en une grant nef por passer en Puille, et o lui se mistrent Henry son frere, Johan de Sorent, se[s] nevou, et lor femes et lor enfans et toute lor maihnee. Et au partir laissa en son leu Lotier, son frere, et li livra la cité de Sur et le chasteau, car il estoit mareschal dou reyaume de Jerusalem par l’empereor. En ce que Richart Philanger fu partis les gens de Sur, quy mout hayoient les Longuebars, si vindrent .iiij. d’eaus au seignor de Baruth et ly offrirent que il ly renderoyent la cité de Sur et ly deviserent coment. Il en ot conseil á messire Phelippe de Monfort et seignor dou Touron, et á Phelippe de Nevaire, quy mout estoit privé de luy. Le conseil s’acorda á ce que il s’açordast á ses gens. Lors resut lor sairement, des .iiij. borgois de Sur.

129

(225) Sur ce Phelippe de Nevaire s’apensa une nuit et vint á son seignor, le sire de Baruth, et ly dist: «Sire, je ay pencé une chose quy vous gardera de blahme. Vous savés que vous et les autres dou reyaume de Jerusalem feïstes homage á l’empereor por le baillage de son fis le roy Conrat. Vous avés bien gardé vostre foy tous jors et il la soue, si come il pert. Je vos fais assaver que le roy Conrat est d’aage, et par raison estes vous mais quite á l’empereor. Mais bien seroit que chascun le sache ains que vous preignés Sur, ne que vous ly tolés son baillage, car encor crie l’on le ban de l’empereor á Sur come bail. Et vous poés tenir bone voye et honorable, s’il vous plaist. Il est coustume au reyaume de Jerusalem que le plus dreit heir et le plus aparant empone l’eritage par raison, tant que plus dreit heir de ly veigne; et vous avés en ceste ville madame la reyne Alis, mere dou roy Henry, quy est vostre cousine germaine, et elle est le plus dreit heir aparant dou royaume de Jerusalem come cele quy est fille de la reyne Yzabeau, quy fu dreit heir dou royaume de Jerusalem et fille dou roy Amaury. Bien est voir que le roy Corat est dessendu de l’ainhee suer, et s’il fust present il devroit avoir l’eritage, mais jusque á tant que il veigne, cele est le plus droit heir aparant. Por ce vous loe ge que vous fadés assembler tous ceaus dou royaume de Jerusalem, et que la reyne Alis veigne avant et requiere le royaume de Jerusalein por la raison devant dite et mostre comment vous estes quite á l’empereor. Et vous ferés tant que la reyne sera en sa seignorie, et quant elle requerra Sur et se l’on ne li rent, [á] elle ou á son commandement et ou á son service, et au consent que vous avés des gens de la ville, se Deu plaist, vous prendrés la ville de Sur mout bien et á grant hennor de vous, et delivrerés les Longuebars de toute la Surie.» Quant le seignor de Baruth ot oye ceste raison, mout en fu liés et bien s’acorda maintenant. Tantost manda por mon[seignor] Phelippe de Monfon, seignor dou Toron. Et Phelippe de Nevaire, par le comandement dou seignor de Baruth, son seignor, retraist au seignor dou Toron tout ce qui est dessus dit. Celuy s’acorda maintenant et mout loa l’emprise, et le crut, et mostra bounes raisons assés come celuy quy estoit mout sages et avisiés. Tantost manderent Phelippe de Nevaire á la reyne Aalis et á messire Raoul de Saissons, un haut baron de France, quy estoyt son mary. Phelippe de Nevaire li retrait la volenté des riches homes desus noumés, quy anduy estoyent cousin germain de la reyne Aalys. Moult en orent grant joie et distrent á Phelippe de Nevaire qu’il voloyent que il fust le couteau et eaus seroyent la piece de char, et poroit tailer et partir á son gré. Phelippe porparla et ala et vint tant que tout fu adrecé. Mout y ot de covenans: entre les autres choses fu ordené et juré que le seignor de Baruth et celui dou Toron devoyent tenir et garnir toutes les forteresses dou royaume por ce que, se le roy Conrat venist, qu’il ly peüssent faire ce qu’il devroyent. Entre Phelippe de Nevaire et .i. borgés, quy avoit nom Phelippe de Bauduyn, qui estoit sage et mout privé dou seignor dou Toron, ordenerent et escristrent toutes les covenances si priveement que parole ne fu seüe par le païs.

130

(226) Le seignor de Baruth et le seignor dou Toron firent assembler tous les homes liges de la seignorie d’Acre chés le patriarche de Jerusalem. Les Jenevés et les Veneciens et les Pisans y furent, et toutes frairies de la ville ausy. La reyne Alis et son mary, Raoul de Saissons, y vindrent. Phelippe de Nevaire fu á lor conseil, et mostra lor parole et dist mout hautement toutes les raisons et les paroles que vous avés devant oyes: que la reyne Alis estoit la plus droite heir aparant á avoir et á tenir la seignorie dou royaume de Jerusalem, pour quoy elle et son mary lor requeroient l’omage et le servyse dou royaume. Donc offrirent atenir les bons usages et les bons costumes dou royaume. Ceaus dou royaume se traistrent á une part et apelerent Phelippe de Nevaire á lor conseil et lor requistrent conseil et aveement de faire respons. Il lor mostra toutes les raisons que vous avés desus oyes, si come la reyne Alis est la plus dreit heir aparant et coment il estoyent quite á l’empereor Federic, puis que son fys Corrat estoit d’age, et bien lor loa et conseilla que il meïssent la reyne Alis en saizine dou reyaume de Jerusalem come le plus dreit heir aparant, et ly feïssent homage et service, par ensi que tantost come le roy Conrat venroit au royaume de Jerusalem que il fussent quite ala reyne Alis et á luy feïssent ce qu’il deüssent. Au conseil de Phelippe de Nevaire s’acorda toute la court, et le prierent que il meïsme feïst le respons á la reyne Alis et il le fist volentiers. Adonc ly avint ce que l’on ly so[lo]it dire á gas, que il meïsme [faisoit] le claim et le respons et l’esgart. Maintenant fu mise la reyne Alis en la saisine dou royaume de Jerusalem. Tout premier ly fist homage le seignor de Baruth, et puis le seignor dou Toron, et aprés tous les autres chevaliers d’Acre. Et ce fu en l’an de .mcc et xlij..

131

(227) Phelippe de Nevaire en fu honorés et riches, car la reyne li douna .m. sarazinas de fié et li fist payer sa dete, quy bien monta .m. mars d’argent. Phelippe fu baillys et tous sires, et tant assembla des rentes que dedens .iij. jors paya les sodoyers et les galees quy alerent au siege de Sur, car la reyne Alis avoit ja fait requerre Sur et les Longuebars ne ly vostrent rendre. Sire Raoul de Saisson, le baron de la dite reyne Alis, et monseignor de Baruth et le seignor dou Toron retindrent grant planté de sodoyers et armerent galees. Et Phelippe de Nevaire acheta une grant nef á ceaus de la seignorie, quy fu bien garnie de gens d’armes. Les Jenevés et Veneciens y alerent; mout ot grant gent. L’ost mut de nuit par terre et par mer, et alerent tant que il vindrent devant Sur. Le seignor de Baruth fist tant que il parla [á] aucun de ceaus quy devant ly avoient covenant de rendre la ville, si com vous avés oï. Si ne le porent faire en la maniere qu’il avoyent en couvenant de rendre la ville, mais ceaus quy estoyent de luer consent furent tous armés á la posterne devant la Boucherie, devers la mer, et firent enseignes á ceaus dehors de corre. Le seignor de Baruth fist crier as armes et comanda á ceaus des galees d’aler, et qu’il entrassent par my le port, se il deüssent tuit morir. Et il monta, entre luy et sa gent, et ferirent des esperons et s’en alerent par la mer rés á rés des murs de la ville delés l’Ospital des Alemans, ou ses amis l’atendoyent vers la posterne de la Boucherie. La mer estoit groce et les chevaus cheoyent por les pieres; plusors gens en y ot en peril de morir. Celuy chey en la mer quy portoit la baniere; un juene chevalier qui estoit fis de Phelippe de Nevaire, quy avoit nom Balian por le signor de Baruth quy estoit son parein: celuy s’abaissa et prist la baniere quy flutoit en la mer et la porta aprés [...] de la ville. Le seignor de Baruth et ses gens y entrerent, en la ville, par la posterne mout estoutement, que par poy ceaus des tours et des defences ne les ocistrent. Tous ceaus des galees y entrerent aucy mout estoutement. Quant les autres gens de l’ost, quy ne savoyent que ce estoit, virent ce, si corurent de toutes pars en la ville. Sire Raoul de Saissons y monta par les murs mout estoutement, et le seignor dou Toron suit le seignor de Barut par la posterne. Quant les gens de la ville les virent si abandouneement entrer si coururent sus as Longuebars. Quant Lotier Filanger senty et conut le fait et l’euvre, si s’arma et s’en party de l’ostel ou il estoit et s’en ala courant au chasteau, et tous ceaus de Puille quy en la ville estoyent corurent au chasteau quy meaus meaus. Plusors en ot que mors que pris, et perdirent quanqu’il avoyent en la ville. Ensi fu prise la cité de Sur, quy estoit une des plus fors dou monde. Cil quy orent la cité de Sur prise se mistrent á asegier le chasteau, et mout le tindrent prés car mout avoit de gens au siege et grant planté de pietaille. Mout y ot d’engins et de perieres, quy getoyent au chasteau et destreignoient ceaus dedens en quanque il pooyent. Sire Lotier Filanger, quy estoit sage et vigourous chevalier et estoit cheveteine dedens et avoit boune compaignie de gens d’armes o luy au chasteau defendre, le defendy mout vigourousement, que ceaus dehors n’i gaïgnoient rien sur eaus.

132

(228) Endementiers que ceaus dehors tenoyent le chasteau essegié une tele aventure lor avint com vous orrés dire, par la quele il orent lor entendement dou dit chasteau, dont Nostre Sires lor fist grant grace. Car sire Richart Philanger, quy s’en estoit party de Sur, luy et sa gent, en sa grant nave, pour aler en Puille, si com vous avés oy avant, quant il orent esté .ix. jors sur mer une fortune les prist quy les mena en Barbarie.  Lá troverent il lor nef en foible point, com cele quy faisoit aigue en plusors lués. Il et sa gent se recueillirent en la barque de cantier o grant avoir que il portoyent, et devant ce avoyent il pris .i. petit vaisseau des Sarazins, que le Sarazins apelent en lor lengage karaque. Si avoit mis dedens un suen grant amy quy estoit en sa compaignie, quy avoit nom Piere de Greil et estoit .i. grant gentil home de guerre. Mout ly aida á descendre de sa nave en la barche et en la quaraque et recuillir, et ses choses, et dounerent lor nef as Sarazins. Il ne s’osoient metre en pelagre por ce qu’il avoyent petit vaisseau, car volentiers fussent alé vers la Cezile, mais li tens lor fu mout contraire, si se retornerent toute la riviere en Surie, si com Deu plot. Et la volenté de Nostre Seignor fu tele que de Barbarie le tens les ramena jusques au port de Sur, qu’il ne sorent noveles. Il ariverent de nuit come ceaus quy cuidoient estre á sauveté et venir en lor hostels, com cil quy riens ne savoient des choses quy estoient avenues en la cité de Sur, car se il l’eüssent seü, alés s’en fussent vers Triple ou vers Hermenie. Il ariverent et calerent lor voiles droit encoste la grant nave que Phelippe de Nevaire avoit achetee et garnie por la seignorie quant l’on vint au siege. Il demanderent de quy estoit la nave. A tant vint le fait que ceaus de la nave les conurent et pristrent lor cors et lor avoir et recuillirent tout á la nave. La novelle vint au seignor de Baruth que Richart Philangier estoit joint au port. Il le fist asaver au seignor dou Toron et eaus .ij. alerent á mesire Raoul de Saissons. Le cry leva par toute la ville; toutes les gens corurent au port et plusors se mistrent en barches et en vaisseaus á la dite karaque. Messire Raoul de Saissons et le seignor de Baruth s’aresterent á la chaene et manderent le seignor dou Toron et Phelippe de Nevaire en la nave. Ceaus pristrent Richart Philanger o toute sa conpaignie et quanque il ot d’avoir et d’autres richesces, sans nule defence que il ne nul des suens y meïst, car il n’avoient pas le pooir, et mistrent á terre, et furent menés á la herberge de messire Raoul de Saissons. Les femes et les enfans les lapiderent de pierres si que par poy n’ocistrent luy et seaus qui le menoyent. Le seignor de Baruth les requist por avoir les en prison come ses enemis mortels quy li avoient abatu son chastel de Baruth et fait mout de damages. Sire Raoul de Saissons ne ly voloit livrer. Phelippe de Nevaire li dist: «Por Deu, sire, bailés ly, car il avra si grant paour de luy que maintenat vous fera rendre le chastel.» Et sur ce ly baillya et le livra, et le seignor de Barut li fist autels aneaus de fer come l’empereor li avoit fait quant il le tint en prison et en ostages á Limesson. Mout ot grant paour de luy et de sa compaignie. Dedens ce avint que messire Johan d’Ybelin, quy puys fu conte de Jaffe, vint au siege dou chasteau de Sur. Il orent conseil et firent dire á sire Richart Filanger [et á sa compaignie] que il feïssent tant que le chasteau fust rendu ou il le[s] feroient pendre par la goule devant ceaus dou chastiau. Sire Richart Philanger manda message á sire Litier son frere, quy estoit cheveteine dou chasteau, et ly fist asavoir son couvine. L’on ne sot de veir que il manda ne que il respondy par son message, mais ce sot l’on bien de voir que il respondy á ceaus dehors que il feïssent lor volenté de son frere et de son nevou car le chasteau ne rendroit il ja. Les forches furent drecees et mises sur une haute tour qui est á l’encontre dou chasteau bien prés. Sire Richart Philanger et son frere et son nevou furent menés lassus et orent les eius bendelés et la hart au col et furent tiré lamont as forches et as cordes quy lor estoient liés lamont as piés; et n’i avoit que de tirer les chiés de la corde, le las correüst et chascun demorast pendu par la goule. Messire Lotier les vit en tel point. Grant duel et grant pitié en ot, et cria. L’on manda Phelippe de Nevaire lá. La pais fu par luy traitee et faite en tele maniere que il rendirent le chasteau, et Phelippe de Nevaire les resut, et lor jura et fist jurer que l’on delivreroit sire Richart Philanger o toute sa compaignie, et toutes les choses quy avoient esté prises o luy li devoyent estre rendues, et delivreroit [on] les prisonniers sains et saus et conduiroit ceaus dou chasteau á sauveté o toutes lor choses, et .i. de ceaus d’Ybelin iroit ovec eaus et les conduiroit á sauveté en lor requeste là ou il vodroient aler. Et en celuy meïsme couvenant fu que l’on payeroit ce que l’on devroit as sodoyers dou chasteau et que l’on rendroit la pene qu’il avoient fait en la ville quant il se recuillirent sur saut au chasteau. Tant demora Phelippe de Nevaire au chasteau por establir ces covenances que ceaus dehors cuiderent que ceaus dedens l’eüssent tué, si que par poi messire Balian n’ocist sire Richart Filanger et toute sa conpaignie; et le seignor de Baruth meïsme comanda á Balian, fis dou dit Phelippe de Nevaire, et dist que «se l’on puet saver que l’on ait ocis ton pere, ocis les tous de ta main!»

133

(229) Quant Phelipe de Nevaire ot parfaitement ordenees et establies les covenances á ceaus dou chasteau il issi hors et retraist tout ce qu’il avoit fait, et tout fu otroyé et maintenu bien ent[e]rinement á grant joye et á bon gré et de grant volenté. Mout y ot plus douné que Phelippe ne covenensa. Le bien matin issirent dou chasteau et Phelippe de Nevaire livra la forteresse au seignor de Baruth et au seignor dou Thoron, qu’il devoient garder les forteresses, si com se contenoit as convenances quy furent faites á Acre entre la reyne Alis et eaus. Messire Johan d’Ybelin conduist les Longuebars lá ou il vostrent aler. Adonc fu desraciné et araché le pesme ni des Longuebars si qu’onques puis n’orent pooir en Surie ni en Chipre. Ensi fu prise la cité de Sur et le chasteau, en l’an de .mcc et xlij.

134

(230) Richart Filanger se mist en une nef o son avoir et sa gent, et le remanant de la gent l’empereor quy avoient esté au chasteau et s’en passa en Puille.  Et si tost come il fu arivés li emperere fist prendre luy et Henry et Johan de Sorent, son nevou, et les fist metre en prison ou il demorerent lonc tens, tant que il furent delivrés par la priere dou conte Reymont de Thoulouze ensi com vous oirés dire sa aprés.

135

(231) Lotier, frere dou devant dit Richart Filanger, s’en ala au prince d’Antioche, quy le ressut mout liement et ly douna .i. haut mariage en Antioche et riche, ou il se porta mout bien tant com il vesquy.

136

(232) Raoul de Saisson requist á messire Dalian, seignor de Baruth et á messire Phelippe de Monfort, seignor dou Thoron, la cité de Sur, por luy et pour la reyne Alis sa espouze, que il voloient avoir en la maniere que il avoyent les autres choses dou royaume de Jerusalem.  Ceaus ly respondirent que il ne l’en livreroient point ni ne bailleroyent, ains la garderoyent tant que il seüssent á quy il la devroyent rendre.  Messire Raoul vit lors que il n’avoit pooir ne comandement et qu’il estoit auci come .i. ombre.  Dou despit et de l’engaigne que il ot guerpi tout, laissa sa feme la reyne et s’en ala en son païs. Aucuns distrent que la dite requeste de sire Raoul de Saissons et de la reyne Aalis fu faite devant que li chasteaus de Sur fust pris; ou fust avant ou fust aprés, il n’orent mie lor entendement.

137

(233) Coment li cuens Reymont de Thoulouse s’en ala a Rome pour querre absolution du pape Gregoire.

En cele saison li cuens Reymont de Thoulouse, quy avoit esté blasmés et escomeniés por aucune raison d’heresie, s’en vint á Rome, au pape Gregoire, por soi purger et absolution querre.  Ly pape l’acuilly assés cortoisement et aprés mout de paroles ly pape comanda qu’il fust absos, et fu comise sa absolution á l’archevesque de Saint Nicolas de Bar, quy lors estoit á Rome.  Ly archevesque l’assost par l’actorité et le comandement dou pape.  Li archevesque estoit grant clerc et sages hom et gentil home dou regne, car il yert frere germains de sire Richart Filanger, de quy vous avés oï parler sa ariere.  Il s’acointa mout au conte de Thelouse, et li cuens se tint bien á payés de luy.

138

(234) Il avint que li cuens de Thelouse prist congié dou devant dit pape por aler veïr l’empereor, car il avoit, selonc son dit, grant volenté de soy travailler de metre aucun adre[ce]ment entre le pape et l’empereor.  Et quant ce vint qu’il dut partir de Rome, ly arcevesque de Bar ly preya mout et fist preyer par plusors de[s] cardenaus que il se travaillast de la delivrance de ses freres et de son nevou, quy estoient en la prison l’empereor.  Et li cuens otroya volentiers de faire ent son poeir.  Li cuens s’en ala en Puille et fu mout honoreement receü et traitié de l’empereor.  Il sejorna .i. tens, et parlerent assés ensemble d’un et d’autre, ly empereres et lui, ensi com á eaus plot.  De l’adrecement de l’empereor á l’yglize n’en pot il riens faire, si s’en laissa.  Lors se mist á requerre .i. don á l’empereor, et il ly otroia, si li requist Richart Filanger et son frere et son nevou, que il avoit en sa prision.  A l’empereor desplot mout la requeste que ly cuens avoit faite et mout eüst volu que li cuens s’en soufrist de cele requeste faire, et mout charja sire Richart Philanger et les suens de plusors fautes que il avoient faites vers son empire.  Et tout ce faisoit il á ce que li cuens s’en soufrist de cele requeste faire, mais ly cuens ne s’en laissa por tant, ains le tint si court que l’empereres le[s] fist traire de prison et lyvrer au conte, par ensy que il devoyent vuider tout son regne.  Li cuens l’en mercya et prist congié á l’empereor et s’en retorna en son païs, et mena o soy sire Richart Filanger et son frere et son nevou.  Lá luer douna il boune chevance et il demor[e]rent jusque á ce que ly empereres Federic fu deposé par pape Innocent le quart, et mort escomenié, ensi com vous oirés dire sa aprés.

139

(235) Cestuy livre fu conply le mercredy a .ix. jors d’avril, l’an de .mccc et xliij. de Crist.

140

(236) Et il l’a escrit Johan Le Miege, prizounier, a monseignor Heymery De Milmars, tenant leuc dou chastelain a Cherines.