RIALFrI

Roman de Guiron (ms. Ashburnham)

Marta Materni, Antologia guironiana. Edizione della versione inedita del Manoscritto Ashburnham 123 (50) della Biblioteca Mediceo-Laurenziana di Firenze, Padova, RIALFrI, 2015.

Edizione digitale a cura di Marta Materni
Marcatura digitale a cura di Marta Materni e di Francesca Gambino

 

  TESTO APPARATO  

 

Apparato

a cura di Marta Materni

[I], 1: le plus] le le plus
[I], 3: qui preïst] qui preist qui preist
[IV], 1: le a] les a
[V], 1: au mastre paveillon] au mastre aggiunto in margine au paueillon; 4: veaut] uiaut; 8: unes armes] unes in interlinea; comme sanc] in interlinea
[VI], 4: poissain] poinssain; 9: estoient] estoient estoient
[VII], 1: pri qe vos] pri qe uos priuos; 2: jentil] in interlinea; a soi meesmez] a soi meesmez aggiunto in interlinea sopra qe elle espunto; 4: a l’entree] in interlinea
[VIII], 1: espee] aggiunto con richiamo a margine.
[IX], 2: in paveillon] aggiunto con richiamo a margine
[XII], 8: crioient aprés lui] crioient apres leu
[XIV], 5: des valéz] des in interlinea
[XV], 2: mainere] mainenere
[XVI], 1: Hervi de Rivel] herui de herui de con il primo hervi de espunto; Hervi brisse] Heruil brisse; autre glaive] autre in interlinea
[XVI], 4: le Chevalier] le in interlinea
[XVII], 5: l’eindemain] leindemain dit
[XVIII], 2: plus] plus adonc
[XIX], 1: voeil] voieil
[XIX], 5: Guron se] Gurun
[XXI], 1: le tesmoigne] les tesmoigne
[XXV], 1: mescheante] mescheance; 2: a que poine] a in interlinea; et a que martir] et a que martir et a que martir; a cestui point] in interlinea
[XXVII], 2: ja morir] ie morir
[XXVIII], 2: la coufie] da coufie
[XXIX], 5: au chastiaus] eu chastiaus
[XXXIII], 1: cestui hostel] cestui hoster; 3: a[u] col] aool
[XXXVIII], 3: de Guron] in interlinea
[XL], 1: reconnoiste il] reconnoiste il donc con donc espunto
[XLI], 7: ce n’estoit] n in interlinea
[XLII], 2: de vos] de ues
[XLIII], 6: paor et dotance] peor et dotance; 7: biasmant] brasmant
[XLV], 8: voudroie] voidroie
[XLVII], 1: ne i] ni i
[XLVIII], 4: qui ne le sunt nom] quille lesunt nom
[L], 1: finés] finer
[LI], 3: por quoi] par quoi
[LII], 1: de laenz] de laenz et dit
[LIII], 1: lor estoit] lor estoit lor estoit
[LV], 1: voit] voit le voi con le voi espunto; 3: cuit] cuir
[LVI], 1: com Escanor] com Escanor com Escanor; 3: n’en avoit] nen nauoit
[LVII], 1: n’ont] nant; 6: se met] sa met
[LVIII], 1: un boschet] on boschet
[LVIX], 3: fet] fet il a con il a espunto
[LXIV], 1: és vos vers aus venir] es uos uenir uers aus uenir
[LXXII], 3: ior] g ior con g espunto
[LXXV], 2: se esforce] se esforce se esforce
[LXXVIII], 2: els] elles; 6: por ce] por que
[LXXXIII], 7: les] las
[LXXXV], 3: en qerés] aggiunto in margine; 6: si] in interlinea
[XCII], 5: damoiselles uenist] damoiselles in interlinea
[XCIV], 2: que je soie] ie in interlinea
[XCV], 2: mistrent] in interlinea; prant] aggiunto in margine
[CI], 3: seten] in interlinea sopra VIJn espunto
[CVI], 3: avoit] auoient
[CVII], 2: seuremant] seuremant dire con dire espunto; buen chevalier] cheualier in interlinea
[CXI], 3: brochent] prochent
[CXIII], 6: le roi Meliadus] aggiunto a margine
[CXIV], 4: de grant force] de grant force et de grant force
[CXV], 2: Elianor] in interlinea
[CXVI], 1: sor de lui] soi de lui
[CXVII], 5: pris] corretto su pres
[CXXVII], 2: dois] dors; 6: a] in interlinea
[CXXVIII], 2: lors] leors
[CXXXIV], 4: son] in interlinea
[CXXXV], 4: et puiz] et et puiz; 5: un chevalier] in interlinea
[CXXXVI], 1: hot] in interlinea
[CXXXVII], 4: est] in interlinea; 6: tout] toot
[CXLIV], 2: ne jouste] ne in interlinea
[CXLVII], 2: force] force sor lescuz; 3: aprés] aprest
[CXLIX], 2: ne fusse] ne in interlinea; 4: ne doi] me doi, de vos] de l uos con l espunto; 5: laisai] laisain
[CL], 2: le Brun] in interlinea
[CLV], 5: voz] s uoz con s espunto
[CLVI], 4: danz] danz dont
[CLVIII], 5: ma] me; 8: grant] in interlinea
[CLXVI], 1: homez] hormez con r espunto; 4: escu] in interlinea; 5: et la demoiselle] et lautre damoiselle con utre espunto
[CLXVI], 1: il furent] li furent
[CLXVII], 2: je] in interlinea; 3: li cort] li cort maintenant
[CLXX], 1: et quant] et in interlinea; 4: tant que] tant que il uienent
[CLXXVII], 7: deu scu] in interlinea
[CLXXIX], 3: voelt] voeilt
[CLXXX], 5: tuit] tuit etrois con etrois espunto
[CLXXXIII], 3: en tel] en tel en tel
[CLXXXIV], 1: avri] aurri; 2: Guron] corretto su Galeot, vivre] in interlinea sopra enuie espunto



 

 

I

[1] (48ra)En ceste partie dit li contes, et la veraie estoire le tesmoigne, qe le roi Uterpandragons tenoit cort chascun an acostumeemant en la grant plaigne dou chiastaus de l’Onbre, por ce que il estoit le plus biau plain et le plus delitable et le plus envoisseus et le plus planteus qe l’en trovaste en tout le monde; et encomençoit cele feste a .XII. jors de mai et duroit plenieremant .IIII. jors. [2] Et sachiéz qe en tot le monde n’avoit chevalier erant qui de grant renomee fust qui a celle cort ne venist, aussi li povre comme li riche, qar tant amoient le roi Uterpandragon com se il fusse frere charnaus a chascun; et ne sse tenoit a preudome d’armes qui a celle cort ne venist, et por ce i avoit chascum an trop grant asenblee de buen chevalier qui tot i venoient honorablemant. [3] Et sachiés que en cellui tens estoit establie une costume tout novelemant entre le chevalier errans: qe nul chevalier ne fust si ardi qi preïst en conduit dame ne damoiselle se il ne la peüsse bien defendre encontre un autre chevalier. [4] Et por amor des boenz chevalier errans i avoit establis li bon rois Uterpandragons une costume: qe se aucuns chevalier i venoit a celle cort et il se aseïst au mangier avec les autres bons et il li fust par aventure tollue par force d’armes dame ne damoyselle par un autre chevalier seul, il devoit estre charatés devant tous li preudomes qi a celle feste fussent, et trainés le sue arme derieres la charete por [ce que i]l fust plus desonorés. Et quant il dessendoit jus de la charete, il estoit mestiers qe il juraste qe jamés ne prenroit en conduit dame ne damoiselle dusque tant qe il aüsse en .IIII. jor abatu .X. chevaliers par son cors. Et sachiés que a celle cort furent trovees primieremant charetes et celles mauvesse costume qe je vos ai ici devisee.

II

[1] Et monseignor Guron li Cortoiz – qui avoit esté en celui anz chevalier noviaus –, qar celle cort estoit ja duree .X. anz de renomee, qant il oï parler de celle grant cort et sot qe li termes aprouchoit des .XII. jors de may, il dit a ssoi meesmes qe il ira a cele cort por veoir la riche feste dou roi Uterpandragons, et s’aparoille de tout ce qe mestier lor estoit. [2] Et sachiés qe il estoit a celui point au chastiaux dou Bois Verdoiant là u il fu nés, et sachiés que, adonc que il estoit chevalier noviaus, estoit il apellés Guron do Bois Verdoiant; mes despois qe il encomence a porter armes, por la grant cortoisie qe l’en trovoit en lui fu il apellés Guron li Cortois. [3] Qant Guron fu bien appareilliés, une domenche bien por matin il prent sez armes et monte sor son chevaus, et se met au chemin en la conpagnie d’un escuier seulemant (48rb) qui portoit sun escu covert de unne ouce noire. Il chevauche touz jors vers le chastiaus de l’Unbre tant que il fu venus en une foreste qi prés dou chastel de l’Onbre estoit.

III

[1] Et quant Guron fu en celle foreste, il li avint que il trove deus chevaliers qui condussoient une damoiselle mult richemant acesmee; et quant il les hot ataint, il les salue bien et cortoissemant. M. Guron regarde la damoiselle et la voit tant belle et tant conré qe elle li pleïst mult, et lors se met avant et dit: «Seignor chevaliers, liquelz de vos deus condue ceste damoyselle?». [2] «Sire chevalier – fet li uns –, je la condui; por quoi le demandéz vos?» [3] «Por ce – fait m. Guron – qe je la voil avoir por le costume que li roiz Uterpandragons a establi par la vollonté de tous le chevaliers eranz.» [4] «Et comant sire chevalier? – fait cil – Avés vos donc vollonté de conbatre a moi por cest damoiselle gaagnier?» [5] «Sire oïl – fait Guron –, et se vos ne lla poroiz defandre encontre moi, elle sera moie.» [6] En tel mainere comence l’estrif des deus chevaliers: il s’aparoillent de la jouste et s’esloignent et baissent les glaives, et mistrent le chevaus as esperons et vient li un vers l’autre si grant aleüre qu’il senbloit foudre et tenpeste. Et quant il vienent au jondre des glaives, il s’entreffierent sor le scus de toute lor force: li chevalier brisse son glaive et m. Guron fiert lui si roidemant qui li perce l’escu et le ausberc, et li met le fer dou glaive parmi le cors mult en parfont et le porte mort a terre. [7] Quant la damoiselle voit son ami mort, elle comence a feire le greignor duel deo monde; et m. Guron, qui avoit forni son poindre, retorne là u la damoiselle demenoit son duel et, quant il la voit ensi plorer, il [l]i dit: «Damoiselle, ne plorés mie, car se vos avés perdu un chevalier, vos enn avés gagniés un autre por aventure ausi boen com il estoit». [8] Pour parole qe Guron die la damoiselle ne se voelt reconforter de rien, ains fet duel mult grant. M. Guron la prant au frain et li dit: «Damoiselle, venés avec moi car je vos ai gagniee par force d’armes». Et quant la damoiselle voit qe Guron la voelt mener o soi, elle se traist vers le autre chevalier et se consoille a lui une grant piece. [9] Aprés le chevalier prent son escu et son glaive et vait au devant de Guron et li dit: «Sire chevalier, vos avés gaagniés la damoiselle sor mon conpagnonz et je la gaignerai sor vos par ma proesce, car elle ne vos puet remanoir si quitemant com vos cuidiés». Lor se vienent ferir con les glaives baissiéz tant com il puent de lor chevaus traire; et quant vient as glaivez froissier, le chevalier brise son glaive et m. Guron fiert lui si roidement que il le porte a la terre mult fellonossemant.

IV

[1] Quant Guron voit qe il le a ensi abatus, il ne le regarde plus ainz prant la damoiselle et s’en vont oltre lor chemin. La damoiselle aloit faisant grant duel mes m. Guron la reconforte tant qe elle s’encomence a reconforter comme celle qi toute estoit pleine de deable. [2] M. Guron tint la damoiselle bien .IIIJ. jors et tant li fist de bien et de cortoisie com il plus poet, et la damoiselle l’encomence a moustrer qe elle ait a lui grant amor tant qe Guron croit tout certainemant q’elle l’aime de tout son cuer. Et a la verité dire elle li moustroit trop grant senblant d’amor si que Guron avoit mis tot son cuer en li amer. [3] Et qe vos en diroie? M. Guron et la damoiselle (48va) chevauchent tant que il furent venuz a celle grant feste le primier jor q’elle avoit encomenciés. Guron estoit encore si noviaus chevalier qe pou estoit enqore coneü en la maisson le roi Uterpandragon, mais Guron i fu trois bien receü car en celle noble cort ussoient tuit li bon chevalier deo monde et recevoient troy bien le chevalier estrange, et povre et riche. Et là u il ne ’l connoissoient de riens, reçoivent il Guron a grant honor: un cuenz les he[r]bergia en un suen paveillon. [4] Et le primier jor de la feste fu crié par tout le chanp, entor hore de prime, qe nul chevalier ne se aseïst as tables se il n’estoit chevalier qui encore ne fust trové en faute de chevalerie de conduire dame ou damoiselle; et se a table se metoit avec les autres chevalier et il aprés li fust prové de celui mesfait, aseür fust qe il seroit mis en la charete. [5] Aprés ce que li ban fu crié, comencent a brissier lances de desduit devant le riche roi Uterpandragon et de tuit li bon chevalier do munde.

V

[1] Celui matin qe celle grant cort fu comencee, grant plantes de dames et de damoiselles estoient venue au mastre paveillon por veoir les jostes des chevalier qi de greignor renomee estoient. Et cel paveillon estoit en mileu de la praerie et devant cel paveillon se fessoient toutes les joustes, et por ce hi estoient venus tuit li chevaliers qi armes ne portoient celui matin. [2] Et li rois i estoit si richemant vestu qe nulz hoelz mortelz ne virent honques roi ne enpereor vestu si richemant com cestui estoit, et tous les autres ausint, et rois et coens et dames et damoiseles au mieus apparoilliés qe chascun puet. Loges et betresches i estoit aséz là u li rois et le barons et les dames estoient por veoir les joustes, et la greignor partie des tendes estoient covertes de fin dras a or batus. [3] Et quant la feste fu encomenciee, atant és vos venir li rois Bohors de Gaunes et li roi Ban de Benoÿc son frere, et sanz faille il estoient deus des bon chevalier dou monde de toute chevaleries; mes bien estoit voir qe li roi Bohors estoit meillor de juste de son frere car il estoit des deus l’un meillor dou munde de joustes. [4] Li deus freres s’en vindrent devant le paveillon dou roi: il estoient si bien acesmee et si richemant qe nulz ne le peüst miaus estre, car il estoient montés suz riche destrier covert de riche cendal vert com erbe et tout lor armeüres autresint vert. Il s’arestent devant le roi Uterpandragons et lors encomence le ban a crier: «Qui veaut la jouste as .II. chevalier vert si viegne»; et li .II. frere n’en estoient coneüs de nului. [5] Atant és vos venir .II. chevalier armés des unes armes vermoilles comme sanc et appareilliés mult richemant; et se aucuns me demandoit qi li chevalier estoient, je diroie que li un estoit m. Lamorat de Listenois et li autre estoit m. Lac. Et sachiés veraiemant que m. Lamorat estoit des .IIJ. li un meillor chevalier do monde et m. Lac avoit pous paroil au munde. Il s’en vindrent en la place là u li .IJ. freres estoient qui la juste atendoient. [6] Et qe vos en diroie? Quant li .IIIJ. chevalier furent en mi la place tuit apareilliés, li .IJ. se traient d’unne part et li autre doi de l’autre: li roi Bohort se prant a m. Lac por ce qe il (48vb) estoit greignor chevalier qe son conpagnon, et le roi Ban se prent a m. Lamorat de Listenois. Et quant le chevalier se furent esloigniés, le roi Bohort et m. Lac mov[e]rent tout primieremant: il baisent le glaives et mistrent le chevaus as esperons et vienent li uns verz l’autre mult hardiemant. Et quant vienent au jondre des glaives, il s’entrefierent suz l’escu de tote lor force: m. Lac brise son glaive et le roi Bohort fiert lui si roidemant que il le porte a la terre mult desquaséz et s’en vait oltre par fornir son pondre. [7] Et quant ceste jouste fu complie, li roi Ban de Benuïc et m. Lamorat de Listenoiz ne demorent mie, ainz se mistrent les glaives baisee si grant aleüre qu’il senbloient vent: il s’entrefierent sor l’escu si roidemant qe andui brisent leur glaives dusque au poing, ne de selle ne se remuent ainz s’en vont holtre par fornir son pondre, et puis retornent li uns vers l’autre. [8] «Sire chevalier – fait li roi Ban a Lamorat –, encore ne peons veoir le meillor de nos deus; or prenons autre glaives et recomençons nostre afeire, et por aventure porons veoir lequelz se tendra mielz a chevals.» [9] «Sire – fait Lamorat –, ce voil je bien.»

VI

[1] Adonc se font baillier chascun glaive cort et gros et le fer trenchant, et lor se vienent ferir mult hardiemant au plus aspremant qe il poent: li roi Ban brisse son glaive et m. Lamorat fiert lui si roidemant qe il le porte a la terre lui et le cheval tot en un mont, et s’en pase holtre par fornir son pondre. [2] Atant se met avant le roi Meliaduz de Leonois armés mult richemant a guisse de roi, et ne change pas sez armes car elles estoient toutes vers a un lyun d’or ranpant. Le rire aloit criant: «Qi veaut la jouste dou roi Meliadus de Leonois, avoir la poet tot maintenant». Et quant le buon Chevalier sans Paor oï crier le roi Meliadus, il dit a soi meezmes qu’il [l]a voit avoir; et sachiés tot veraiemant qe entre le roi Meliadus et le Chevalier sans Paor avoit grant aïnne par chevalerie et in maint tornoiemant aloit l’un encontre l’autre por abaissier la renomea et la chevalerie li un de l’autre. Et por ce le roi d’Estrangor, quant il oï mentovoir le roi Meliadus, il se met avant et dit qe il la voelt avoir: il estoit armés [d’]armes mi d’arçur et mi d’or et mult richemant apparoilliés. [3] Li rois Uterpandragons et les autres chevalier, qui connossoient les .IJ. chevaliers qui volloient joster, dient: «Ensus, or pora l’en veoir belle jostes car ce sunt li roi Meliadus et le bon Chevalier sans Paor qi bien sunt dos des meillors chevaliers deo monde». [4] Li dos chevalier ne funt nulz deslaiemant ains mistrent le chevaus as esperonz: il ne se vont pas espargnant car il ne avoit nul d’auz qui ne vousisse avoir donés quant il avoit en ceste monde et il venquiste ceste jouste, por ce que il estoient a la veüe de tous li bons chevaliers dou munde. Li chevaus estoient fors et isniaus et li chevaliers preus et poissain: il venoient si grant aleüre (49ra) que il senblent ismerlion; et quant il vienent au jondre des glaives, il s’entrefierent sor l’escus si roidemant que anbedeus brissent lor glaives dusque au poing, et aprés se hurtent d’escu et de cors et de vissages qu’il s’entreporterent a la terre telz atorné qu’il ne muent pié ne main, ains gissoient a la terre ausi comme mort. [5] Et li rois et les barons qui ceste dure jouste virent, en furent si esbahis que il lievent cri et la noisse si grant qe l’en ne hoïst le Deu tonant, por ce que il hont dote que il ne soient mort. Et quant la criee estoit greignor, li .II. chevalier retornerent en lor memoire, mes il estoient si dequasiés que il ne se puent relever enn estant; mes lor escuier les pristrent tot maintenant et les porterent as loges en b[i]ere. [6] La quarte joste fu entre Nestor de Gaunes et Hervi de R[i]vel que mult estoient buen chevaliers; mes tel fu l’aventure qe Hervi fu abatu de celle joste. Adonc encomencent les jostes de toutes pars mult belles, et maint glaives se i brisse et maint chevalier i ch[e]oient; la criee lieve de totes pars, grant i estoit la feste et dura dusque hore de mie terce. [7] Et li ban comence a crier parmi le renz: «Alés mangier, seignor chevaliers, car les tables sont misez». Et maintenant remeste le jouste et li chevalier se vont desarmer et puis se vont seoir as tables roiaus; et les mauveis chevalier n’i aloient mie por paor de la charete. [8] Et Guron – qi a maint chevalier s’estoit ja esprovés ne encore n’avoit trové chevalier qu’il ne aüsse mis au desout par force d’armes – ot bien hardemant d’aler seoir a la table roiaus, et s’asist en le rent de trés boen chevalier; et devant lui se asist sa damoisele qe il avoit tolue as .IJ. chevalier. Et chascun chevalier qi fuste de renomee fasoit seoir devant lui sa damoiselle; et tuit li chevalier qi a celle table estoient, por ce que il conoisoient qe Guron estoit chevalier noviaus, li fessoient honor et cortoisie tant com il plus pooient. Et neporquant il n’i avoit chevalier qi ne eüse devant lui sa damoiselle en senefiance qe il estoient buen chevalier; et sachés qe a celle table reiaus ne seoit fors qe .XXXVII. chevaliers de grant pris et de grant valor, a les autres tables en avoient plus de .CC. chevalier. [9] Et quant il furent asiz au mangier, il furent servi mult honoreemant; et sachiés qe a cele table ou Guron estoit seoit le roi Uterpandragons si richemant com roi devoit seoir. Et a celui point estoit ordenés qe, aprés celui mangier, en la fin devoit conter chascun chevalier le greignor honor et la greignor honte de chevalerie qe onques lor fust avenue a jor de lor vie, et ja estoient aparoilliés les clergés qui les devoient scrivre. [10] Atant és vos venir unne damoiselle tot a pié qui portoit en sa main une teste d’une damoiselle qi celui matin avoit esté oucisse par une espee. Et quant elle fu venue devant le paveillon ou il menjoient, elle se mist (49rb) maintenant a jenoilz devant au riche roi Uterpandragon et li dit: «Sire roi, je vos aport cest present, et Dex le set qu’il m’en poise duremant qu’il me convient a vos tel present aporter. Car sachiés qe, quant je me parti de ma tere, je vos aportoie un pressent aséz plus riche qe cestu n’a esté, et por la richesce de lui me fu il tollu et ceste damoiselle ocisse. Et por ce, biau sire roy, qe je ne vos pooie aporter le cors, vos apportai je le chef por vos moustré le mien daumage et le vostre desenor».

VII

[1] De ceste chosse fu li rois mult corrouciés et li dit: «Damoiselle, se Des me saut, celui qi tel pressent vos fist aporter a ma cort ne aime pas l’ennor de moi. Et quant il est einsint avenus qe tel doumage vos est fait et a moi tel desenor, je vos pri qe vos me contés le fait mot a mot comant il vos est avenus, et je vos promet qe je i metrai despueis telz consoil qe nulz ne m’en devra blasmer por raisson». [2] Lor dist la damoiselle au roi: «Sire – fet elle –, or sachiés de voir qe dusque de Soreloiz fui je mandee, et celle damoiselle avec moi de cui vos veés la teste ici, et unne jentil dame qi fu feme d’un chevalier le meillor qi fust en ysle de mer. Et quant il trespassa de cest secle, il li remeste unne espee qi de son baron fu et estoit si bonne et si belle et si riche qe l’en ne savoit nulle si bonne. Et por la bontee de l’espee et qe sun baron l’amoit trop, dit elle a soi meesmez qe elle ne savoit home qi fust digne d’avoir si bonne espee comme vos; por le grant bien q’elle avoit oï dire de vos ve le voloit envoier et, por ce q’ele ne sse fioit tant en autre comme en moi de ceste espee, la nos bailla elle qe nos vos la aportisons. [3] Et nos se meïmes a la voie entre moi et l’autre damoiselle sans conduit de home, por ce qe non est acostumee chosse qe nul home feïst force a damoiselle; et sachiés qe en tout cestui voiage ne treuvames home qi nos feïste force. [4] Et prés de ci, a l’entree de unne foreste, nos trovames un chevalier qui estoit desenduz a une fontaine et, maintenant que il vit l’espee qe nos portions, dist qe il la volloit veoir; nos ne la peümes defendre qe fe[m]e estions; si l’en blasmames aséz. Et il, tout maintenant qe il hot l’espee regardee, il la remet dedans le freure et dit qe cele espee ne veirons jamés entre nos mainz.

VIII

[1] En tel guisse la nos toilli, et por ce qe ma conpaignie li dist qe il estoit fellon chevalier et mauveiz qi force nos fessoit si grant qe bien mostroit qe il n’estoit jentil ains villainz; et quant le chevalier entendi, il dist qe il estoit mestier q’elle en muire de celle meesme espee q’elle avoit aportee, et maintenant li trenche la teste et aprés s’en ala son chemin (49va) que onques puis ne lle vi. Et por ce, biau sire, qe je ne poie aporter la damoiselle, vos ai ge aporté la teste et veés le ci. Or […] prenés?, se il vos pleïst, conseil en vengier cest grant doumage». [2] Quant le roi ot oï celui conte, il en fu duremant esbahiz car onques ne vint a cort novelles qe dame ne damoiselle fust ocisse por telle ochoisson; et respondi mult corouciés: «Damoyselle – fait il –, se Des me sahut, je sui de ceste novelle que vos m’avés aportee trop vergondeus et m’en tieng trop a desonorés. Et quant ceste aventure si villeine m’est avenue com vos m’avés conté, je en sui plus desirans de vengier […] se ne eüsse perdu la meillor [...] qe je aie vos [...] por amor de moi qe vos alés veoir tez les chevalier des paveillons se vos […] poriés trover, car certes tuit li preudome dou munde [...] prandre ceste venjance sor lui».

IX

[1] «Certes sire – fait la damoiselle –, ce ferai je bien puis qe vos le comandés.» [2] Lor fist li roi prendre la teste de la damoisselle et lla fist enterer que puiz ne fu veüe; la damoiselle se parti devant li roi et s’en vait de paveillon in paveillon. Car a celui point i avoit plus de .CCCC. paveillons mult biaus qui bien se taignoient a riche barons, et maint biaus destriers et armes belles et riches et novelles et maintes belles damoiselles et dames. [3] Et quant la damoisselle fu alee en .IIIJ. paveillons querant cellui chevalier qi la damoiselle avoit ocisse, il avint adonc qe elle le trove dedens un paveillons qi prés estoit de cellui dou roi; et maintenant q’elle le vit, elle le conut. Si s’en torne erraumant au roi et li dit: «Sire roys, treuvés ai celui meesmes chevaliers qi la damoyselle ocist et est dedenz celui paveillon vermoil qi là est». [4] Li roiz comande tout maintenant qe li chevalier soit pris et levés de table que q’il soit; ensi com il le comande fu il fait maintenant, car le chevalier fu pris là u il estoit encore as tables, il fu menés devant le roy Uterpandragons et, tantost comme le roi le vit, il le conut car autre foiz l’avoit veü en sa cort. Li chevalier estoit aséz de haute chevalerie et ceaus qi le connoissoient l’apelloient Brun le Fellon, et de son nom estoit li roiz bien recordant. [5] Et maintenant qe la damoyselle le vit devant le roi, elle li dist: «Sire roy, veéz le desloiaus qui la damoiselle ocist por l’espee».

X

[1] Li roys li dist: «Certes sire chevalier, bien vos connoissoit droitemant cellui qi vos appella primieremant Brun le Fellun, et ja fellun ne vos eüsse apelléz se il ne vos eüsse conneü. Dans chevalier, se Des vos doint bonne aventure, comant vos puet entrer si grant fellonie au cuer ne si grant cruelté de metre a morte nulle damoyselle senz achoissonz? Danz chevaliers, se Dex me sahut, bien avés morte deservie en cestui fait et vos la recevrois prochainemant. Or toste, ou est la bonne espee qe la damoyselle aportoit?». [5] Brun le Fellun qui ne digire revoier la mort de (49vb) la damoyselle, dist au roi: «Sire, bien vos hert la spee rendue». [6] «Por la spee – fait le roi – connoisiés vos bien le mesfait, et je croi bien qe, quant vos avrois eü de cestui fait penitance, jamés autretel fellonie ne comencerés.» Et maintenant comenda qe il fust miz en bonne garde dusque atant qe le jugemant sera donés de celle fellonnie; et il fu fait tout maintenant car il fu menés dedens un paveillonz et fu bien gardés. [7] Et a celui point qe a la table reyaus estoit mult grant parlamant de ce qe Brun le Fellon avoit fait, et qe chascun chevalier s’acordoit bien qe il deüst morir, atant és vos venir celui meesmes chevalier que avoit jousté a Guron et a cui Guron avoit tollue la damoysselle qe il avoit encore devant lui a la table; et estoit celui chevalier conpains au chevalier qe Guron avoit ocis por achoisson de la damoyselle.

XI

[1] Et quant le chevalier entre dedenz le paveillons, m. Guron le conut maintenant; et quant il ot grant piece regardé Guron, Guron s’en fait grant mervoille de cellui qi ensint le vait regardant en tel mainere. [2] Le chevalier s’en vait tot droit devant le roy et li dit: «Sire roi, se Dex me sahut, la costume de vostre corte n’est si bien gardee com elle devroit, et meesmemant a vostre table ne devroit seoir nul chevalier qi por aucunne aventure aie perdue dame ou damoyselle qe il conduissoit par defaute de chevalerie, et se il este trouvé en ceste defaute, il doit estre mis en la charete». [3] Li roi respondi tantost qu’il oï ceste novelle: «Sire chevalier – fait le rois –, dites vos verités?» [4] «Sire roi – fait le chevalier –, je le vos dis et encore le vos di ge: a vostre table siet un chevalier a cui je toilli celle damoyselle qi siet devant lui – qui en ceste semainne l’avoit en sun conduit – et par force d’armes et l’ammenai avec moi. Et il fist puis tant par son engin qe il m’enbla la damoyselle et l’amoina avec lui; et ce poï [i]l lengieremant faire, sire roi, car nos estions en la foreste qi estoit grant et lees et je estoie oïnsi deo grant chemin par un cri qe je avoie oï, et avoie leissee la damoiselle en le chemin et cel chevalier la trouve toute seulle, si la prist par force, si l’ammoine a ceste feste. [5] Et je, qi la damoiselle avoit perdue, la quis en maintes leus, mais trover ne la poï; si sun ici venus et, Dex merci, hore m’est avis qe je l’aie trovee et le chevalier ausint sor cui je la gagnié par force d’armes. Or vos pri, sire, por cortoisie, que vos me façois rendre la damoyselle, et puis faites justice dou chevalier selonc la costume qe vostre cort comande.» [6] Et quant li roi Uterpandragon entent ceste parole, il en devient tous esbahiz: «Comant – fait il au chevalier –, est il donc ce verités qe vos [alés] or disant?». [7] «Sire oïl – fait li chevalier –, verité est il sans doute qe a vostre table siet cil meesmez chevalier qe je vos di.» [8] «E[n] nom Des – fait li rois –, ce est [...] trop grant et vilenie de aler encontre le nostre comendemant; or tost feites le moi connoistre car il […] desonorés.» [9] Li chevalier se met avant et moustre Guron et dit au roi: «Sire […] le chevalier et la damoisele que il conduisoit et que je conquistai par force d’armes sor lui».

XII

[1] (50ra)Quant Guron entendi qe le chevalier avoit menti sor lui si fieremant, il en fu esbahi si duremant que il n’en set qe il deüst dire, qar il ne avoit pas apris qe chevalier mentist si ardiemant com celui fessoit. [2] Et li roi Uterpandragons, qi voit qe Guron aloit muant color, cuide bien qe il soit coupablez de ce qe li chevalier li metoit desuz; et por ce qe Guron n’estoit grantmant coneüz en l’ostel le roi, le cuide li roys plus tost. Lors dist li roiz a Guron: «Comant, sire chevalier, est ce verités qe cestui vos met suz?». [3] Guron respondi maintenant: «Certes sire nenil, ne jamés ne avendra, se Dex plest; et se vos de ce ne me creéz, a ceste damoiselle qi ci est en poéz demander car elle le vos savra conter tot mot a mot si com il avint». Et ceste parole dissoit Guron sor la damoiselle mult seüremant car il cuidoit bien q’elle l’amast de tout son cuer; et se Guron seüst adonc son cuer, il ne diroit celle parole por gaagnier toute la tere li rois Uterpandragons. [4] Li roy dit a la damoyselle q’elle conte tout le fait comant avoit esté. [5] Celle, qui savoit tout le mal que onques fust et qi fille estoit de deables, quant elle voit qe li roiz l’en ne l’aloit ensi priant de conter celle chousse, elle comance a regarder Guron. Et Guron li dit: «Damoyselle, contés le fait seüremant, onques por moi ne laissiéz», car il ne cuidoit mie q’elle mentist si hardiemant. [6] Et quant la damoiselle devoit la verité dire et hoster m. Guron de celui blasme, elle lo mist enz deo tot et dit en tel mainere: «Roy – fait elle –, or sachiéz voiremant que ge fui primieremant de cestui chevalier cui je sui encore. Or avint qe cestui chevalier, qi ore est venus devant voz, nos trova dedens la foreste qi prés de ci est, et joustrerent ensenble anbedui si que cestui chevalier, a cui je estoie, perdi la joste; dont l’autre chevalier me gaagna par force d’armes et m’en moine avec lui. [7] Et aprés ce qe je estoie aléz avec le chevalier qi gaagniee m’avoit en celle meesme foreste, li chevalier estoit oïssi dou chemin par un cri que il avoit oï, et me laissa toute seulle. Cestui chevalier me trove et me prist et m’en moine avec lui dusque a ceste feste ou nos somes encore. Biaus sire roys – fet elle –, or vos ai conté la verité dou fait comant il avint». [8] Quant m. Guron ot entendu ce que la damoiselle avoit dit, il en devient si esbahiz que il ne set q’en doie feire. Et li roi, tout maintenant qe la damoiselle ot conté le fait, il fait prandre Guron, qe ne li vaut rien l’escondire, et le fait lever de table et li fait lïé le main en sun devant mult vilainement; et le fait metre suz la charete si desohonorés qe tot le monde le venoit veoir et tuit crioient aprés lui: «Veés le honiz»; et toute sez armez estoient lïees au derieres de la charete et le trainent toutes foiz aprés lui.

XIII

[1] En tel mainere fu menés trois foiz m. Guron par tout le champ devant tous les paveillons, et tous le chevaliers et les dames et damoyselles crioient aprés lui: «Veés le vergoigniés». Et quant il ont menés Guron tant com vos avés hoï et qe chascuns le pooit bien connoistre se il le veïsent en autre leu, (50rb) il le mistrent juz de la charete et le roy Uterpandragon le fist jurer de sairemant qe ceaus doivent faire qi en celle poine ch[e]oient; et sachiés qe encore n’i estoit cheü fors un hautre chevalier devant Guron, car Guron fu le segont chevalier que onques eüst receü celle honte. [2] Et quant Guron fu delivréz si honteusemant com je vos di, il se arme de toutes ses armes et monte sor son cheval et puiz dit au roi: «Sire – fait il –, vos m’avés fait grant honte a vostre feste et a grant tort, mes elle sera prochainnemant vengiee. Dan roy, dan roy, or vos soviegne de ce qe je vos ai dit». Lors se mist Guron au chemin si iriés et si corouciés qe nulz plus poroit estre corrouciés; il ne moine conpagnie fors un escuiers seulemant. [3] Mes hore se test li contes a parler de Guron, que bien i savra retorner, et parole de la riche cort dou roi Uterpandragons.

XIV

[1] Or dit li contes qe le primier jors de la fest venqui toutes les joustes le roi Bohors de Gaunes, la segonde jornee venqui Lamorat de Listenoiz, la tierce venqui le bon Chevalier sanz Paor. La dereanne jornee, ce fu la quarte, porta armes tuit li bons chevaliers et tuit baoient en avoir l’onor, et li rois Meliadus i estoit venus propemant por avoir l’onor de cele jornee, et ne voroit por tout le monde qe il ne la venquist por ce qe li buen Chevalier sanz Paor avoit vaincue la tierce. [2] Et là u tuit li buen chevalier estoient apparoilliés de jouster, lor lances au poing et montés suz lor destrier qi covers estoient dusque as ongles des piés – et li roy Uterpandragons et les autres rois et barons, dames et damoiselez estoient montees sor les loges, mult richemant acesmee, por veoir les joustes –, atant és vos venir par l’areinne un chevalier armés de toutes armes et muntéz sor un riche destrier et grant a mervoille, qui estoit covers d’un drap tout a or batus, et son escu et son hiaume estoient tuit a or. [3] Li chevalier estoit mult noblement acesméz et estoit si grant de son cors qe ce estoit mervoille de lui veoir. Et devant lui venoit .IIIJ. damoiselle qe il conduissoit mult richemant acesmeez, si qe iaus mortelz ne le poroit miaus deviser: elle estoient tant belles et tant conrés que onques méz ne furent veüez de plus belles ne de plus avenant. [4] Et devant les damoisellez venoient .X. valés qe chascuns avoit en sa main un glaive de desduit, et les .IIIJ. des valéz avoit chascun un destrier endestré mult biau et mult riche. Einsint vint li chevaliers devant le paveillons reiaus, là u li roi estoit, a tel conpagnie comme je vos ai contés.

XV

[1] Et quant toutes les jens virent venir le chevalier en tel mainere, il se font tuit grant mervoille et bien dient comunnemant tuit qe jamés ne virent venir chevalier si hautemant ne si hennorablemant a feste com cestui vint a ceste. [2] Et quant le chevalier vint devant le paveillon, il s’areste et ses damoiselles estoient dejoste lui, deus de chascunne partie: li chevalier avoit la lance au poing et l’escu au cuel et le hiaume en le chef; il estoit tot enparoilliéz de la jouste. Il demore auques en tel mainere et aprés fait crier au banier: «Seignors chevaliers, qi voelt gaagnier de belles damoiselles si viegne a jouster au Chevalier as Armes d’Or, (50va) et celui qi l’abatra avra gaagniés une de sez damoiselles». [3] Einsint crie li banier par toute la place maintes foiz, maiz il ne demore gramant de tenps qe li roiz Meliadus, qi mult estoit desiranz d’avoir la jouste au Chevalier as Armez d’Or, i vint bien aparoilliés. [4] Li chevalier andeus, ne font delaemant ainz se esloignent li un de l’autre devant le paveillon: il baisent lez glaivez et mistrent le chevaus as esperonz, et vienent li unz vers l’autre mult hardiemant car li chevaus estoient fors et isniaus. Et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: li rois Meliadus brisse son glaive et le Chevalier a l’Escu d’Or fiert lui si roidemant qu’il le porte a la terre, lui et le cheval tot en un mont, et s’en passe houtre par fornir son poindre. [5] Adonc lieve le cri de toutes pars: «A la terre est li buen roy de Lionoiz». Et quant tuit li autres chevaliers, qi illuec estoient apparoilliéz de la jouste, ont veü li rois Meliadus – qi si boen chevalier estoit – porter a la terre, il distrent qe voiremant est li Chevalier as Armes d’Or le meillor chevalier do monde, et que mult est fort et aspre josteor.

XVI

[1] Quant li roi Meliaduz ot esté abatus, il ne demore gramant de tens qe Hervi de Rivel se mist avant et dist que il veaut avoir la jouste au Chevalier as Armes d’Or. Il s’entrevienent ferir sor l’escuz de toute lor force: Hervi brisse son glaive jusque au poing, ne ne le remue plus ne mainz qe il feroit un piler de marbre; et li Chevalier a l’Escu d’Or fiert lui si rodemant q’il [l]e porte a la terre mult fellonoussemant et s’en passe outre par fornir son pondre. Et puiz retorne en la place et se fait baillier un autre glaive car l’autre avoit il brisiéz; et atendoit qe aucun chevalier venist jouster. [2] Et aprés ce, ne demore gramant, és vos venir m. Lamorat de Listenois; il baisent lor glaives et mistrent le chevaus as esperonz et s’entrefierent sor les escuz de toute lor force: m. Lamorat brisse son glaive et le Chevalier a l’Escu d’Or f[i]ert lui si roidemant q’il [l]e porte a la terre, la selle entre sez cuisez. [3] Le roi Uterpandragonz et les autres barons que o lui estoient, ont veü les Chevalier as Armez d’Or qi si hautemant hot encomenciés les jostes: il s’en font grant merveille que il puet estre, et dient qe voiremant est il le plus fors chevaliers que il veïssent onque més. Et le Chevalier as Armes d’Or, qi hot aconpli son poindre, retorne a son leu et prent un autre glaive cort et gros et li fer trenchant, et atent encore la joste. [4] Atant és voz venir li roiz Bohors muntés mult richemant a guisse de roy. Il se esloignent, le jent encomencent a crier: «Or pora l’en veoir belez joustes, car ce est li roiz Bohors de Gaunes qi vait jouster a Chevalier as Armes d’Or». Et quant li chevalier se furent esloignés, il se tornent le testez de lor chevaus, il brochent les destriers des esperons et vienent si bruiant qu’il (50vb) senbloit foudre et tenpeste. Que vos diroie? Li chevaus sunt fort et isniaus et li chevaliers qi desuz estoient sunt preus et puisant, il n’en est paz geu de lor venir. Et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force et si roidemant qe li roi Bohors cheï a la terre mult desquaséz, et le Chevalier a l’Escu d’Or fu feru si roidemant que la crope de son cheval toche en terre, mes por tout ce ne cheï [i]l pas, ainz broche le destrier des esperonz et le fait saillir avant a quelqe peine. [5] La criee lieve de toute pars et dient: «Hor est a la terre li bon roy de Gaunez, li trés buen josteor». Lor s’encomencent les joustes de toutes pars par toute la place qi mult estoit grant et lee, lor peüsiéz veoir maintes lances brissier et maint chevaliers verser a la terre, or peüsiéz veoir la joie et la feste mult grant de ceaus qui cheoient a la terre; onques ne fu veüs tantes belles joustez com en celle place fu celui jor. [6] Et quant li Chevalier a l’Escu d’Or voit qe son cheval li faut, il desmonte tantost et monte sor un autre cheval mult fort et isniaus de celz qe sez valés avoient endestré.

XVII

[1] Et quant il fu montés, il comance les joustes: le primier chevalier qui li vient devant fu Escanor le Grant, qi joune chevalier estoit mes de cors et de force estoit il jaiant; il se vienent ferir de toutes lor forces mes Escanor brisse sa lance, et le Chevalier a l’Escu d’Or fiert lui qi le porte a la terre mult fellonossemant. [2] Et sachiés que le buen Chevalier a l’Escu d’Or abati de nonne jusque a vespre .XVI. chevaliers tuit de grant pris et de grant renomee et le meillor chevalier qi fusent a celle grant cort, sans le roy Meliadus qi i fu abatus deus foiz par la main deo buen Chevalier a l’Escu d’Or et hot l’enneur de celle dereainne jornee. [3] Et quant le soleil tornoit au declin, le chevalier tornerent chascun a son paveillon et a son repaire et le roy Uterpandragons fait mult prier et requere le buen Chevalier a l’Escu d’Or, qe il vait hosteler ou lui en son paveillon ou il li mandast son nom; mes li buen chevalier ne le voelt faire, ne l’un ne l’autre, ainz se part de la place entre lui et sez damoysel[les] et sez escuier, et se met au chemin tot droit dont il estoit venus, ce est en la Val Brun. [4] A cestui point ne parole plus de lui nostre livre ne dou roy Uterpandragon fors tant qe li mestre nos dit qe l’eindemain se parti li roys Uterpandragon et tous sez barons, et chascuns s’en torne en sez païz. [5] Atant laisse li contez a parler dou roy Uterpandragon et de sa cort et torne a parler de Guron li Cortois, qui einsint s’en vait doulens et corrouciés.

XVIIII

[1] Or dit li contes qe, quant m. Guron fu delivrés de la honte de la charete, et il hot fait le sa[i]remant qe doivent faire ceaus qui cheoient en celle poine – et que il porteront tout autretel escu com (51ra) ffu cel qi fu trainés a la charete, et se il le perdist qu’il firoit feire un autre, ne en tot celui an ne porteroit escu de autre tinte –, et quant il hot fait celui sairemant, tut en plorant et devant tous le preudomes dou munde, il dit au roy: [2] «Dan roi, sachéz de voir qe je ai receüe ceste grant vergoigne en vostre cort a grant tort, mes ce vos soit en remenbrance: qe je la vengerai avant que je muire, se je unques porai». Adonc ne parole plus, ainz se met en son chemin, lui et sez escuierz, plorant et faissant si grant duel qe ce estoit une merveille car nul ne le veïsse qe poine et pitié n’enn eüsse. [3] Il chevauche tout celui jor jusque au soir, lors le aporta aventure chiés un vauvasor qi mult estoit cortoiz. Quant Guron fu laiens desenduz, li vavasor le fait desarmer et doner mantiaus par lui afiblier, et le honore de quanqu’il poet. [4] Il ne demora grantmant puis que il fu desarmés que il encomence a feire un duel si grant qe son hoste en fu tous esbahiz et le reconforte de quanqu’il poet et li dit: «Aï biaus sire, ne plorés car de plorer ne apartient pas a nul preudomes si com vos senbléz. Car se mesceance voz est venue a cestui point, vos devés croire et panser qe une autre foiz vos vendra bonne cheance et joie. Et por ce, biaus sire, vos devés reconforter et ne faire duel». [5] Et quant Guron voit le grant confort de son hoste et la grant debonnarité de lui, il se comence a reconforter a soi meesmez; et ce por quoi il plus se reconforte si est ce que il avoit celle vergoigne receüe a tort et por la traïsson de la damoyselle. [6] Cellui soir, quant Guron ot mangiés avec son hoste, atant és voz venir un chevalier qi venoit droitemant de la feste li roiz Uterpandragons et avoit veü celui jor Guron suz la charete, et tout mantenant comme il le vit, il se trait ensus de lui tantost que il l’ot conneü. Et dist au seignor de laiens: «Haï sire, com vos estes honiz et vergondés car il vos est avenu en cestui soir si grant honte que il ne m’est pas aviz que il vos peüst avenir tant d’onor, car vos estez honiz trop villainemant». [7] Quant li hostes entent ce, il fu touz esbahiz et tres pansiz duremant et li respont: «Biau sire, de quoi sui ge si honis et mon hostel aviléz? Dites le moi, se Dex vos doint bonne aventure». [8] «En nom Dex – fet cil –, ce vos dirai je tout adés. Or ne savéz voz qi est cestui chevalier que vos avéz he[r]bergiéz en vostre hostelz. Or sachiéz que il est le plus honiz chevalier et le plus vergognés qi soit en tout le monde, ce est celui qi fu hui trainéz suz la charete a la feste li roiz Uterpandragons; et de ce seulemant qe il est entrés en vostre hostiaus, est il tot aviléz. Haï sire, por Dex, chaciés le dehors car ce est la vilté de touz homez, ce est la vergoigne de tous hostelés le de ci, car toute ceste maison n’est toute conchiee.

019. XIXI

[1] (51rb)Quant Guron entent la vergoigne qe li chevalier dissoit de lui, il respondi tout erraumant, lermoiant dex iaus: «Dan chevalier, se Des me sahut, se je sui si vil chevalier com vos dites ce poïsse moi; mes, se Des plest, il sera seü prochainemant qe celle honte recevi je a grant tort et ne por ma coupe: Traïson, qe maint chevalier a ja mort, me fist feire celle vergoigne. Et quant vos dites que cist hostiaus est si avilléz de ma venue, je me ne irai tout maintenant car ge ne voeil qu’il soit plus ahontés par moi. Et vos, qui hontez m’avéz dite, vos fais je bien a savoir qe demain, avant hore de prime, vos moustrerai ge qe cestui hosteaux est plus avilés de vostre venue qe de la moie». [2] Le chevalier ne fait se gaber non de ce qe Guron dissoit. M. Guron se parti maintenant de l’ostiaus dou vavasor, si dolens et si corouciés qe pou s’en failloit qe li cuer ne li crevoit au ventre; mesire Guron demore tute la nuit en un boschet qui prés d’iluec estoit et moine si grant duel que onques ne le veïstes greignor: il plore toute la nuit.

XX

[1] Et quant vint a l’eindemain, monta Guron sor son cheval que toute la nuit estoit aléz paissant par le boiz; il chevauche tant qu’il vint devant l’ostel dont li chevalier l’avoit fait partir le soir par sez paroles. Et quant il fu là venus, il demande a ceaus de laenz se li chevalier estoit encore dedens et cil distrent qe voiremant i estoit il laiens. Adonc, dit Guron qe il ne se mouvra d’iluec devant qe il oïnsira hors, si s’areste maintenant. [2] Aprés ne demora gramant de tens qe li chevalier oïsi dehors, armés de toutes armes com cil qui voloit torner a la feste que li roy Uterpandragon tenoit encore. Et tout maintenant qe li chevalier fu oïssi hors, Guron li comance tantost a crier tant com il puet: «Sire chevaliers, gardés voz de moi car a jouster vos estuet, car je voil feire voir a cestui point se l’ostel de laienz estoit plus vergondeus par moi qe par vos». [3] Aprés ceste parole ne font li chevaliers nul delaiemant ainz se esloignent et baissent les glaivez, et mistrent lez chevaus as esperonz et vienent li unz vers l’autre mult hardiemant car le chevaliers avoit por niant m. Guron; et quant il vienent au joindre dex glaivez, li chevaliers s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: le chevalier brisse son glaive et m. Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la tere mult fellonossemant. [4] Et quant Guron l’ot abatu, il ne le regarde plus fors que il li dit: «Or gardés bien l’hostel huimés, sire chevalier, car il sera desormés mult honorés par voz car a un chevalier honiz vos avés laissiés abatre». Atant se met Guron en son chemin et ce fu la primiere belle aventure qui li avint puiz qu’il hot receüe la vergoigne a la grant feste dou roi Uterpandragons. [5] Il (51va) chevauche mult grant tens aventure querans et chevaleries et grant esprove d’armes, et li avint si bien que il ne vint en leu ne a nulle esprove si fort qe il ne venist au desous, et veinqui maintes fortez batailles et maint tornoiemant, et bien demoustroit en tous le leus ou il alloit que il estoit uns des meillor chevalier dou munde. Mes si vos di que Guron ne venoit en leu qu’il fust demandé de son estre qu’il deïst que il fust chevalier, mais dissoit que il estoit un home d’estrange païz. [6] Or avint que un jor se trove con Dinay le Rous, que mult buon chevalier estoit; il chevauchoient ensenble par unne foreste et aloient parlant ensenble de maintes belles aventures et de grant chevaleries, si que a chascun plest tant l’afeire li un de l’autre, qu’il se creanterent a tenir conpagnie d’armes tout celui ainz enterinemant. [7] Et por ce se taist li mastres de tous les hautres et torne a Guron li Cortois et a Danayn li Rous por conter d’elz aventures mult belles et grant.

XXI

[1] Or dit li contes, et la veraie estoire le tesmoigne, que quant Guron li Cortois et Danayn li Rous se furent aconpagniés en la Foreste Gastee, il se mistrent a la voie aventure querant por le roiaume de Soreloiz; et sachiés tout voiremant qu’il estoit d’iver et fessoit trop grant froit et mau tens et nevoit tous jor: il chevauchoient a la greignor ennuie deu monde. [2] A cel mau tens et a cel ennuie qu’il chevauchoient andeus, lor avint entor midi qu’il virent un chastiaus devant elz qui estoit fermés au pié d’unne montaigne et estoit cel chastiaus mult biaus et riches et fait estrangemant, et estoit encore loing d’elz bien deus liegues engleschez. [3] Tout maintenant qe Danay vit le chastiaux, il demande Guron: «Sire, fustes vos onques dedens ce chastiaus qui là devant noz est?». [4] «Oïl – fait Guron –, je i fui une nuit voiremant et laienz dormi, ne onques ne i demorai plus.» [5] «Or me dites – fait Dinay –, connoisiéz voz un chevalier qui sire enn est?” [6] «Nenil – fait Guron –, onques ne le vi que je le conneüsse mes aséz ai oï parler de lui. Mais l’en me dist qe le sire de cest chastel, qui ot a nom le chastel de l’Onbre, est li plus fort chevalier qui soit en tout le munde. Et je demandai celui qui le me dist se il estoit si fort comme estoit li roys Meliaduz de Leonoiz, car je cuidoie sanz faille qe li roiz Meliadus fust le plus fort chevalier dou munde. Et celui me dist, se Dex li donast bonne aventure, qe il cudoit que cestui eüsse le deus forces dou roy Meliadus. [7] Et je le demandai comant il le savoit, et il me dist: ‘Ne vos est il aviz qe je soie aséz fort chevalier?’. Et ge, qui savoie certainemant et par moi meesmes qui esprové l’avoie qu’il estoit aséz fort chevaliers. [8] Et il me dist: ‘Or sachiés tout voiremant que il ne avoit enquore un (51vb) mois’ que il voloit jouster a Escanor le Grant, qi sire est de cest chastel car, quant il hot depeciés sun glaive sor lui, il ne fist autre chosse fors que il giete la main et le prant os flaiz et le lieve desuz lez arçonz ausi com se il fust un enfant et le giete a la terre le pié droit contremont, si roidemant qe au cheoir qu’il fist pou se faille qu’il ne ot le cuel brissé. [9] Ceste forteressce que je vos ai conté, biaus sire, fiste il sour un chevalier aséz fort et por ce vos demandai je hore se vos le connoisiéz».

XXII

[1] Et là il aloient parlant en tel mainere de celui meesme chevalier qi Escanor le Grant estoit apellés – car il n’estoit mie moins grant de un jaiant et seinz faille ill estoit estrait de toutes pars de jaians, et parens prochain estoit il de Karadors le Grant le sire de la Dorourosse Tor –, et là u il parloient entr’aus deus de celui chevalier, il lor avint que celui chemin lez aporta sour unne riviere qi estoit apellee l’Onbres; et quant il furent venu sor celle riviere, il truevent adonc une meisson vie[i]lle dechooïte par force d’eive, et n’avoit bien [ja] a unne moitiee abatue. Et devant la maisson avoit un chevalier armés et montés sor un grant destrier, et aprés de lui estoient deus escuiers et droitemant devant l’escuiers, a la rive dou flun, avoit unne damoiselle toute nue hors de sa chemisse. [2] Elle n’estoit mie si axiee q’elle ne fuste en l’aigue dusque a la centure et estoit l’aigue toute engellee for ou la damoisselle estoit, dont ce estoit une grant merveille qe la damoyselle ne estoit morte de la grant froidure. La damoisselle dont je vos cont ploroit mult duremant et, se ne fust la grant froidure qui li tolloit le color, bien la peüst l’en tenir a trés belle damoyselle et avenant, car de toutes menbres estoit elle bien faite outre messure.

XXIII

[1] Quant les chevaliers virent la damoiselle en si destroite peine et ensi angoisseusse, il en furent touz esbahiz; il saluent le chevalier bien et cortoissemant et il lor rant le salu aséz s[...]emant. Il regardent le chevalier une grant piece, il dient entr’aus qe il estoit le greignor chevalier qe il onques veïssent car il estoit greignor aséz qe n’estoit li roiz Meliaduz, et estoit bien tailléz duremant; et bien dient entr’aus qe, se il n’estoit plus forte que autre chevalier, qe ce estoit per defaute de cuer. Et quant il hont bien regardés et le chevalier et la damoiselle qui entre l’aigue estoit, il s’entregardent ausi comme tous esbahiz: primieremant de la damoiselle qui soufroit si grant martire, et aprés dou chevalier qe il voient si desmesureemant grant. Car Guron, qui bien estoit uns des greignors chevalier dou munde, resenble un petit chevalier vers cestui et por ce vait regardant li un le autre. [2] Guron parole a Danay: «Sire – fait il –, se Dez me doint bonne aventure, je ne sai q’en doie dire fors que cestui chevalier est bien le greignor qe onques veïsse». [3] Et a ceste parole respont le chevalier et dist: «Seignor, et a voz que est de parler de moi? Et se je su grant, la moie grandesse qe vos gouste?». [4] M. Guron respont tout primieremant et dit: «Biau sire, certes elle ne noz (52ra) gouste rienz; et se noz en parlons, ne le devés paz tenir a merveille car il n’en est nul home qui autre foiz ne vos eüsse veü qui a mervoille ne vos regardasse, car vos estes si desmesureemant grant, car noiant est de tous le grant homes qe je honques veïse ver voz. Et por ce vos regardoie je a mervoille.

XXIV

[1] Et d’autre part regar je la damoiselle [car] ne est mie si aisse com elle voudroit». [2] «Seignor – fet ell chevalier grant –, ele est bien a tel aisse com elle avoie deservie car elle est de chaude nature estrangemant qe, se ne fust ceste grant froidure ou elle est misse, elle seroit piece toute briassee et arse; et por hoster le grant chalor que ele a au cors la faiz je ester en tel froidure com vos veés, et je sai de voir que ceste grant froit li fait trop grant bien.» [3] «Haï merci, sire chevalier – fet Guron –, se la damoiselle a mespris vers voz de aucunne chose, ne la feitez morir si villainemant; car certez cest mort est trop cruelz.» [4] «Haï merci – fet Escanor le Grant –, teïssiéz vos de cest parolle car sachiéz qe la damoiselle est pluz a aisse qe vos ne cuidés, car por le grant chaut q’elle a, se baigne elle trop a aisse; car onques méz en toute son hage ne hot baing qui tant li feïsse de bien com cestui fait, car il la defent de lle grant challor q’elle avoit devant. [5] Encor vos di je unne autre chosse de lli: que onquez a ce q’elle plore ne regardés, car je sai tout certainemant qe horeendroit li rit le cuer au ventre dou grant aisse que elle sent, mez elle a sez hiaus acostumé en tel mainere qu’il sevent plorer toutes les ffois que elle veaut; et quant elle plore, adonc sai je que elle est plus joiant.» [6] De ceste parolle se rit Danay trop duremant et aprés dit: «Dan chevalier, se Des me sahut, se il est verités ce que vos ditez, elle est la plus estrange damoiselle que je onques més veïsse; mes je sai bien que vos dites ce parolez por li gabez». [7] «Ne place Dex, biau sire – fait le chevalier grant – qe je ne di se verité non, car tout li est seulaz et joie et desduit et envoisseure quanqu’elle soefre a cestui point, car je conoiz tout sa mainere, q’elle seroit ja morte deu grant chalor q’elle avoit se ne fust cest petit baing qui sa chalor li refroide aucun petit.»

XXV

[1] Et quant la damoiselle ot oï cest plet, elle respondi tout en plorant et di: «Haï sire chevalier, merci, et por franchisse de vos, se vos honques eüstez merci de damoiselle maumenee a tort, aiéz merci de moi qi sun la plus mescheante damoisele dou munde et la plus male aventuree. Et sachiés, sire chevalier, qe se Dex regardast a jentillisse ne a hautesce de linage, je ne fusse si maumenee comme je sui. [2] Por Dex merci, franc chevaliers, ne me laisiéz morir si vilainemant, et despoiz qe aventure vos a aportéz sor moi a tel point com vos veéz et a qe poine et a que martir me fait cist chevalier morir. Et sachiéz tout voiremant que, se vos de cestui dolor ne me livrés a cestui point, vos ne vos devés tenir por chevalier, car por chevalier ne se doit tenir celui qui damoiselle trove (52rb) en tel martir com je sui, se il ne fait tout son poir de delivrer le. Et por ce vos pri je, franc chevalier, tant comme damoiselle poroit prier chevalier, qe voz me delivréz de cest dolor ou cest chevalier me tient».

XXVI

[1] «Damoiselle – dit Guron –, se Dex vos do[i]nt bonne aventure, or ne me le celés mie: ditez moy outreemant por quel fait et por quel achoisson cest chevalier voz tient en cest grant destroit.» [2] «Haï sire – fait la damoiselle –, le cuer me faut por le grant duel qe je suefre; mes por cortoissie et por franchisse de vos, delivrés moy primieremant de cestui torment et puiz vos dirai tout mot a mot ce qe vos me demandés.» [3] «Damoiselle – ffait Guron –, sachiés de voir qe, pour vostre priere aconplir, me voeil travallier par vostre delivrance metre avant, se je onques puis.» [4] Et quant il a dite ces paroles, il se torne vers le chevalier grant et li dit: «Biaus sire, je vos voldroie prier, tant comme chevalier poroit prier autre, qe vos, par cortoissie et par franchisse de vos et por amor de moy soufréz qe je hoste celle damoyselle de cel doleur ou elle est. Car certez el ne seroit honor a nos, qui somez chevalier errans, se elle ne fuste delivree por nostre venue». [5] A ceste parolle respont el grant chevalier et dit: «Or sachés que, se vos estes chevalier eranz, et je sui chevalier erant ausint, mez por ce ne voeil je mie qe elle soit delivree a cestui point car elle a bien deservi a avoir ce; et se elle [...] certez elle m’a fait si mau servisse et si vilain qe je vos promet leiaumant qu’il ne a hore endroit en ceste monde fors le cor d’un chevalier por cui je la delivrasse». [6] «Comant – fait Guron –, et se pour aventure aucun mellor chevalier de voz hi venist, ne quidiéz vos qe il la feïsse delivrer par force, ou vos vousisiéz ou non?» [7] «Certez vassal – fait Escanor –, ce sai je bien, se il se vousisse entremetre de cestui fait, que il poroit aconplir ce que vos ditez; mez je ne croi pas qe l’en peüst trover un tel chevalier com vos dites ne qui a force le peüst faire.» [8] «Maiz je vos pri, por amor de moy – fet Guron – et por amor de cest meu conpains, qe vos la delivrés.» [9] Et celui dit qe n’en fira rienz. [10] «Haÿ sire – ffait Danay –, de quoi le priéz vos? Or lassiéz sor moi cestui fait ne onques ne v’entrametés car, puiz qe je voi qe li chevalier n’en veahut rienz faire par vos, il est mestiers, se Dex me sahut, que il soit fait mau suen gré. Tantost – dist il a sez escuiers –, jetés la damoiselle hors de l’eive et la covrés de quelque dras; et je veirai se cest mauveis chevalier la vouldra contre moi defendre.» [11] «Gion Deu – fait Escanor –, encontre vos la defendrai je bien, que elle ne se movra d’iluec se vos fussiéz tes trois chevaliers com vos estes deus; et certez je vos mousterai hore endroit qe je ne sui mie si mauveiz chevalier com vos dites. Et de vostre venue sera de piz [a] la damoiselle car, tout maintenant qe je vos avrai abatus, ferai je a la damoiselle par despit de vos trincher la teste.»

XXVII

[1] «Et comant – fet Danay –, estes voz tel chevalier donc qe vos a cest damoiselle ni a autre feriéz trincher la teste par nulle aventure dou munde?» [2] «Por quoi ne lle feroie je – fet Escanor –, puiz que elle a morte deservie? Or sachéz qe je n’ai maint fait ja morir et encor farai, et ceste en mora tantost par despit de vos.» [3] «Certes – fait Danay –, devant noz avés vos conté si grant desliauté et (52va) si grant fellonie qe vos de la mort l’alés aseürant; je sui cil qi l’aseür de la vie et voz de mort ou de vergoigne au moins.» [4] Quant Escanor entent cestui fet, il encomence a rire et dit: «Dans chevalier, se Dex vos saut, gabés vos ou dites da certes que vos vollés conbatre a moi par cest moie damoyselle?». [5] «E[n] nom Dex – fait Danay –, ce veirés vos prochainemant», lors prant son glaive qe son escuier portoit et s’aparoille. [6] Quant Escanor voit que il est a la joste venu, il ne moustre mie a celui point qe il soit espoanté ne n’estoit il mie com celui qui estoit uns des meillors chevaliers dou munde et des plus seürs, et por la grant force qu’il sentoit en lui ne dotoit il nullui. Qe vos diroie? Andui sunt fors et puissant mes li unz plus de l’autre; il sunt ardiz de grant mainere, chascun se preisse endroit soi com se il fust seignor de tout le monde. [7] Apparoilliés sunt andeus de la jouste, il ne font pas grant parlamant ains s’esloignent et puis se laissent corre, le glaives bassiee; mez a celui point ne porent corre li chevaus si isnellemant comme en autre saisson car la noif estoit fieremant grant en celui leu. Il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: Danay, qi buen chevalier estoit, fiert Escanor si duremant qe pour l’escu ne pou[r] l’auberc ne remaint qe il ne li face plaie grant en mi le piz et mult en parfonde; et se le glaive ne fust brisiéz a celui point, bien li peüst avoir donés un couz mortiauz. Et Escanor, qui de merveillousse force estoit, fiert lui si roidement que il porte lui et le cheval tout en un munt desuz la noif et fu auques grevéz Danay de celui cheoir: il se gist desuz la noif et le cheval suz le cors, il ne se mue plus ne mainz com se il fusse mort. [8] Et quant Escanor ot abatu le chevalier en tel mainere, il s’en passe outre par fornir son poindre; si torne puiz la teste de son cheval vers Guron et li dist: «Sire chevalier, il m’est aviz que, por cel chevalier qui là se gist ne sera jamés la damoisselle delivree car de cellui est fait la pés auques lengieremant», et ce dissoit il por ce qu’il cuidoit que il fust mors.

XXVIII

[1] Quant m. Guron voit ceste aventure, il est trop duremant corrouciés car il ot paor que il ne soit mort; mez comant que il soit de Danay, soit mors ou soit vif, il le veaut vengier se il onques puet. Et por ce que il estoit unz des pluz fort chevalier deo monde et qui mielz savoit ferir d’espee, ne prant il son glaive ainz met main a l’espee et laisse corre a Escanor, la spee droite contremont; et cil li vient, lance baisiee, qui voiremant cuide feire de lui autretel com il avoit fait de Danay. [2] M. Escanor fiert Guron si roidemant qe il brisse son glaive mais de selle ne lle remue pou ne grant, ne autre mal ne li fist. Et quant Guron s’est bien afichiéz desuz l’estrief, il s’eslance avant et fiert Escanor de l’espee trenchant desuz lo hiahume si grant coux com il puet amener de ahut a la force (52vb) dou bras; et bien moustre adonc son poir merveilleussemant car il fiert cellui par si grant roidor qu’il [l]i fait lo ihaume voler dou chief si que la test remest toute desarmee for que la coufie dou fer. [3] De celui coux fu Escanor esbahiz si duremant qu’il ne sse puet tenir en selle, ains se inclinne tot sor les arçons devant; il ne voit goute, tuit sez oilz sunt orendroit troblés et tornéz en la teste, il ne sset horendroit se il est mors o vif. De ceste povre contenance s’aperçut bien Guron, or le voelt il metre au desuz et non paz a mort; lor s’eslance il avant et moine un grant coux del plat de l’espee et non paz deo trinchant, car si boen chevalier com il estoit ne voudroit il metre a mort. Il le fiert si roidemant parmi la teste qe Escanor est si estordiz qe il ne a tant de poir qe il se tiegne en selle, ainz chiet en la noif la teste desout et li piéz desuz; et nulz ne le veïsse adonc trebuchier en tel mainere qui ne cuidaste adonc veraiemant qe il fuste mors ou mortiausmant ferus. Il gist illuec si fieremant estordis desuz la noif que il ne a poir de soi relever. [4] Et quant Dinay, qui ja s’estoit relevés et montés, voit celui coux, il comance a sorire et dit: «Sire, se Dex me sahut, bien avéz moustré a cestui point comant vos savéz ferir d’espee. Or voi je bien qe la damoyselle est delivree de la main a cestui diables: or le laissonz a la terre et nos alonz nostre voie, qe ci ne avons noz pluz qe demorer». Lors font la damoisselle delivrer là u elle estoit ja prés de morir, il la ffont vestir et puiz la font monter sor un palefroi en quoi elle estoit venue.

XXIX

[1] Quant la damoiselle fu delivree en telz mainere comme je vos ai contés, et Danay dit a Guron: «Sire, or qe farons noz? Il est huiméz tenps de herbergier, qe en celui chastel que vuz là veéz, là u noz se cuidonz a nuit erbergier, avons nos failliz car cestui a cui vos avéz fait ceste vergoigne enn est sire. Et certes je croi qe vos l’aiéz ociz ou maagniéz, por ce ne seroit seüre chosse par nos a dormir laienz car, puiz qe il nos troveroient desarméz, il nos poroient feire grant annuie». [2] Qe vos en diroie? Il se mistrent au chemin entre Guron et Danay et la damoiselle et lor escuiers; et quant il hont auques chivauchiés, atant parole Guron a la damoiselle et dit: «Damoiselle – fet Guron –, di[t]es moi por quoi cil chevalier vos fassoit soufrir si grant poine». [3] «Monseignors – fait elle –, ce vos conterai ge tout maintenant», lors comance son conte en tel mainere: «Sire – fait elle –, or sachiés de voir qe mun pere et mon frere germain, qui boen chevalier estoient, et je avec elz, chivauchomes par unne foreste; adonc encontramez cel mauvaiz chevalier qui ensint me fassoit languir et de cui main (53ra) vos me delivrastez, et est apelléz Escanor de la Montaigne. [4] Il me prist au frain et me dist qe il me volloit avoir por la costume de Logres; mun pere et mon frere li distrent qu’il ne me poroit avoir, qe il me defendroient bien encontre lui. Lor encomencerent lez jostez et la meslee, et torna adonc la mescheance sor mon pere et sor mun frere car il furent anbedeus ociz; puiz prist moi et m’enmoine avec lui outre ma volenté. Et bien poéz penser adonc se je li devoie bien volloir puiz qe il m’avoit fet si grant daumage com de ocire mon pere et mon frere: certes il n’en est au munde home cui je aïsse si mortelmant com je fessoie lui. [5] Si me tenoit en son chastiaus et me fessoit aséz honor. Hor avint qe il avoit chivauchiés et un chevalier vint herbergier au chastiaus; et quant il set qe je estoie laiens, il dit qe il me voloit veoir et s’en vint a ma chanbre et demore avec moi une piece, et parla a moi et d’un et d’autre tant qe il me dist qe il m’en volloit l’eindemain mener. Et je, qui avoie grant vollunté de insir de la main a cel mauveiz home, li diz qe je le voloie voluntiers.

XXX

[1] A l’endemain, avant le jor, montamez a chevaus et noz meïmez a la voie; et quant nos fumes alés entor .IIIJ. lievez, por male aventure encontramez Escanor le Grant arméz de toutes armez. Et quant il me vit, il me conut et me dist erraumant, et au chevalier qi me conduissoit ausint, qe noz estions mort; lors encomencerent la jouste et la meslee, maiz Escanor l’emena tost a utrance et prist moi et le chevalier, et m’enmoine a son chastiaus. Li chevalier fist metre en prisson et dist que il ne n’ensira jameis, et a moi dist qe il me feroit morir angoisseussemant et me mena au lac et me fessoit languir là u vus me trovastez. Or vos ai conté ce qe vos me demandastez.» [2] «Bonne aventure aiéz voz», fet m. Guron. [3] Atant vienent a la mareschere ou la tor estoit fermee et troverent esclous de chevalz qi alore i estoient passés; il se metent aprés l’esclox et tant chivauchent le droit chemin de la mareschere que il sont a la tor venus, et troverent la porte clusse car ja estoit auques tart. [4] «Sire – fet Guron a Danayn –, savés vos encore la costume de cest tor?» [5] «Sire – fet Danayn – nenil; a il donc ceenz autre costume qe n’en a en autre leu?» [6] «Or sachiés – fet Guron –, qe çaiens est la plus estrange costume a mon esient qui soit en toute la Grant Bretaigne, fors en un autre leu ou elle est telle com ci est.» [7] «Aÿ sire, por Des – fet Danay –, or la me dites, se il vos plest.» [8] «Et je le vos dirai – fet Guron –. Or sachiés qe, se il a laens chevaliers qui estrange soit, maintenant qe nos demanderonz hostelz il prendront maintenant lor armes et s’en venront jouster a nos, et se nos les abaterons si porons herbergier et cil se porchaceront hostiaux en autre leu; mes se noz somes abatus qi dedans (53rb) vollonz entrer, il nos covendra porchacier hostelz en autre leu.» [9] «E[n] nom Dex – fet Danayn –, de cest costume ai ge maintes foiz oï parler, me se Dex me doint bonne aventure, je cuidoie qe tout ce fust a gabarie. E nonporquant, puis qe a ce somez venus, qe nos i poons herbergier fors por la costume de leenz; je endroit moi sui tous apparoilliés de mantenirla, mes se il avenist qe l’en ne aberjast laenz nul chevalier estranges, porions nos herbergier tout quitemant.» [10] «Oïl sire – ce dit Guron –, de ce ne doutés vos onques.»

XXXI

[1] Là u il parloient en tel mainere, atant és vos un vielz home qui fist ovrir la porte de la tor, et quant il fu dehors insuz il demande as chevaliers: «Segnors, que demandés vos?». [2] «Biau sire – fait Guron –, nos herbergerions volentiers laiens se noz i puissonz entrer.» [3] «Or me dites – fet li vielz home –, savés vos la costume de çaienz?» [4] «Oïl bien – fet Guron –, mes por qoi le demandés vos? A il ceiens nulz chevaliers herbergiés qui voeille maintenir encontre nos la costume de la tor?» [5] «Certes voiremant i est herbergiés .IJ. chevaliers estranges qui vindrent hore endroit un poi avant de vos, et si li feïmes a savoir la costume de ceiens et il distrent que de mantenir la costume estoient il bien aparoilliéz endroit elz.» [6] «Biauz sire – fet Guron –, la nuit aproche duremant, il est ja si tart com vos veés. Retornés tost et dites as chevaliers qi sont laenz que il vienent jouster a nos; et se il noz poent defendre l’ostiaux si lor remaïgne quite, et se nos les poons abatre nos volons laens herbergier et elz se porchaceront là dehors d’un autre hostiaux.» [7] «Or vos soufrés – fet li preudom – tant qe je aie dit ces novelles as chevaliers qui laens sunt.» [8] Atant s’en vait tout droit as chevaliers qui i estoient herbergiéz car petit avoit que il i estoient venus; et se aucuns me demandoit qui li chevaliers estoient, je diroie qe li unz estoit m. Lac et li autres Breüs sanz Pitié. Cil deus estoient laienz herbergiés car il avoient mult travailliéz le jor devant por aler plus tost, que il avoient oï dire que li buen Chevalier sanz Paor se devoit conbatre contre cielz de le Dororousse Garde por l’enor de Lovezerp mantenir, et por ce se astoient il por veoir cele bataille. Et m. Lac avoit dit a Breüs qe, se li bon Chevalier sanz Paor ne fust bien aïriés de ses menbres, a celui point qe il enprenderoit sor lui celle bataille encontre li chevalier qui ensiroit qui que il fust.

XXXII

[1] Là u il s’estoient ja desarmés et se voloient aseoir au feu qui laiens estoit, Breüs, qui ne se prenoit garde de cel agait, dissoit a messire Lac que bien lor estoit avenu de boen hostel avoir car laiens avoit bien la plus cortoisse jens dou munde, ce li estoit aviz. [2] Et m. Lac, qui bien savoit la costume qi de loncs tens avoit esté establie – maiz Breüs n’en savoit encore riens –, il oï qe Breüs looit ensi l’ostel, (53va) il li dit: «Sire conpainz, se Dex vos doint bone aventure, ne loés tant cest ostel, mes quant vera au departir lantor li feites le loux et le pris». [3] Et Breüs li dit: «Se Dex me doint bonne aventure, li comencemant est si boenz et si cortoiz qe je ne poroie croire qe la fin nos fust contreire, se je ne le veoie».

XXXIII

[1] A celui point que il tenoient tel parlament entre m. Lac et Breüs, atant és vos entr’elz venir cil qui là dehors venoit, et lor dit: «Seignors chevaliers, armé vos et sens demore, car là dehors sunt .IJ. chevaliers qui por la costume de çaiens vos voelent hoster de cestui hostel». [2] Quant m. Lac entent ceste novelle, il se comence formant a rire et se torne vers Breüs et li dit: «Sire conpains, par celle foi qe je vos doy, vos ne hostastes trop tost vos armes; hor le prenéz astivemant car le besoing enn est venus. Nos somez herbergiéz en un hostelz qe nos convient gaagnier l’ostage par force d’armez, ou autremant ni i demorerons ceste nuit». [3] Quant Breüs ot ceste novelle, por ce qe il cuide de verité qe messire Lac le gab, li dit il: «Sire, or prenéz vostrez armez se vos voléz car, por la foi qe je vos doi, il ne me pendra huimés escu a[u] col que je puisse, je l’ai tant hui porté qe il m’en poïsse. Et certes je ne tendroie pas por bien sagez chevalier cil qi de tal hostel et de tal aise comme noz somes horendroit se remueroit por aler là hors au vent; vos i poéz mult bien aler se vos voléz, mes por la foy qe je vos doi, je ne vos ferai conpagnie a ceste foiz».

XXXIV

[1] «Sire conpains, sire conpains – ce li dit m. Lac –, lez afeire vet tot autremant qe vos ne cuidés, car vos ne poés ceiens demorer ceste nuit se voz ne lle gaagniéz avant par cop de lance ou de espee: là dehors sunt dui chevaliers qi de ceiens noz voelent deserbergier se il onques poront.» [2] «Comant – fet Breüs –, sont il donc seignor de ceste tor qui hoster noz en voelent? Car certes, se il n’estoient droit seignors, je ne me moverai huimés de ceians que je puisse. Et se il s[e] voelent conbatre, veignent çaiens car je sui tous apparoilliés qe je me conbate a elz en mi ceste palaiz; et se il ne voelent ce, il dient ce que il voelent là dehors, mez de ceiens ne me poroit treire home vivant.» [3] M. Lac encomence a rire mult fort quant il entent ceste parole et li dit: «Por Deu, sire conpainz, autre chosse vos convient a dire: vos estes bien herbergiés a cestui point mes la costume est bien autretele qe vos ne cuidiés». [4] «Comant – fet Breüs –, a il ceiens autre costume que en autre hostel?» [5] «Oïl», fet m. Lac; et lors li comence a conter tot mot a mot au plus briefmant qu’il puet dire; aprés li dit qe là dehors sunt dui chevalier arméz et qui sunt apparoilliés d’aconplir la costume de cest hostel.

XXXV

[1] Quant Breüs entent ceste parole, il est si fieremant exbahis que il ne sset qe dire, et corouciés durement, et dit mult corouciés: «Certez m. Lac, de tele costume com este ceste n’oï ge onques més parler; et Diex li doigne grant male aventure qui la establi, car grant ennueg nos fira». (53vb) [2] «Ja, e[n] nom Dex – fet m. Lac –, a grant ennuie ne teing je de feire une jouste seulle; mes se il estoit en tel mainere que nos la joste perdissionz, qe porons nos feire?» [3] «Sire, sire, de ce n’ai ge nule paor tant com je soie en vostre conpagnie.» [4] «Breüs – ce li dit m. Lac –, par celle foy qe je vos doi, a force voz estuet qe vos soiez buen chevalier, car mon secors ne vos poroit ici valoir ne pou ne grant. O vos abatrés li uns de celz deus ou vos remandrés dehors, ne ja puiz ne i metrois les piez en tote ceste nuit, car je ne puiz pas jouster por vos ne voz por moy: cil qui chiete remaint dehors et telle est la costume de ceienz.» [5] «Dex le destruie – ce dit Breüz – qui ceste costume establi.»

XXXVI

[1] Lors ni a nulz delaiemant, a laiser lor estuet cel parlemant et de feire autre chossez car les armes sont aporteez en mi le paleiz. [2] Breüs n’estoit mie trop joiant quant il voit lez armes venir, il s’en soufrist volentiers a cestui point se il poist; et nonporquant, por ce que il voit qe a feire li estuet, se feit il armer au plus astivemant que il puet; ausint m. Lac a grant espresse car aséz tost s’en cuide delivrer de cele jouste. Et quant il sunt arméz et apparoilliés, il issent de la porte et encor estoit bien tant de jor que il poient toute cleremant veoir.

XXXVII

[1] Quant il sont là dehors issuz, cil qui estoient là dedans montoient as creniaus de la tor por veo[i]r les jostes des chevaliers estrangez. [2] Quant il furent a elz, Breüs parole tout primieremant et dit as deus chevaliers: «Biaus seignors, se Dex vos doint bonne aventure, estes vos chevaliers eranz?». [3] Et il dient qe chevalier erans sunt il veramant. [4] «Se m’aït Dex – ce dit Breüz –, je ai ja veü maint chevaliers eranz plus cortoiz qe vos n’estes.» [5] «Biaus sire – ce dit Guron –, et quel vilenie vos avons nos faites?» [6] «Vos ne noz poés greignor villeinie feire – ce dit Breüs – qe a travaillier voz de chacier nos deor [ce]ste hostelz ou nos estions herbergiés.» [7] «Sire chevalier – ce dit Guron –, et quel vilenie voz avons noz feites? Car le costumes de cest tor est einsint establie, ne ne poent remanoir por vos ne por autre ne por moi; il est mestier, si Dez me sahut, que meillor chevalier que nos ne somes le face remanoir por sa proesce. Nos ne avons huimés grant parlemant a feire: cil de nos qui cheïront remandront ci dehors et li autres entreront dedanz; ceste costume estrange qui hore sunt ceenz noz convient [...] ou nos voillonz ou non. [8] Et de ceste costume me soufrisse je asi voluntiers comme vos et comme vos vousisés, maiz il est tart et nos ne savons ou nos porions huimés herbergier fors ci dedens; et quant a ce somes venus qe par force noz convient gaagnier ceste auberge, or aile comant aler pora, car cil qui seront abatus remandront sanz auberge.»

XXXVIII

[1] «Seignor – ce dit Danayn –, tout cest parlamant n’i vaut riens puis qe a jouster nos estuet, (54ra) et de ce ne poés voz eschanper. Encomençomez huimés les joustes.» [2] «En nom Dex – ce dit Breüs –, encomençon lez entre nos deus qi somez petis chevaliers, et cestez autres .II. qui sunt grant comme jaians feront puiz la segonde jouste.» [3] A ce s’acorde Danayn trop voluntiers, et por ce dist Breüs ceste parolle: que il regardoit Guron comme a mervoille car il dissoit bien a soi meezmes de Guron qe il estoit bien le greignor chevalier qu’il onquez méz eüste veü, se jaianz ne fu; car il estoit greignor aséz qe n’estoit m. Lac que l’en tenoit a un des greignors chevaliers deu monde.

XXXIX

[1] Puiz que il sont venus au jouster entre Danayn et Breüs, ce est une enprisse qui lenjermant est afinee car le laz de Breüs fu feru si duremant que il fu portés a la terre, la teste deiuz et lez piés desus en contremunt. [2] Quant Danayn fu delivrés de celle jouste, il s’en torne vers Guron et li dist: «Sire, puiz qe je ai la primiere jouste aconplie a honor de nos deus, or voz pri ge qe vos me doigniéz cest autre jouste, car je m’en cuit bien delivrer a l’aide de Deu». [3] «Sire conpains – ce dit Guron –, grans merci de ceste cortoissie qe vos me volés feire a cestui point, mes bien sachiéz veraiemant que, se je meezmes n’abatoie ciste autre chevalier, je n’i metroie ceiens les piéz a nuit; por moy convient qe je hi e[r]berge ou autremant remandroie je dehors.»

XL

[1] Quant il a dit ceste parole, il n’i fet autre demorance ainz leisse core vers monseignor Lac et cil li revient de l’autre part, qui bien estoit unz des meillors chevalier deu monde et des pluz fort. Andeus sunt forte et preus estrangemant: il s’entrefierent si duremant que lez gleivez voellent en piecez mes li unz ne l’autre ne sse remue ne pou ne grant; a celui point, quant Guron voit qe il n’en a le chevalier abatu, adonc reconnoiste il que li chevalier estoit de grant force et de grant poir. [2] Puis que il hont lor glaive brisee, il metent la main a l’espee et s’entrefierent duremant, mais m. Guron fiert m. Lac desuz lo ihaume un si pesant coux qe, tout fust il bon chevalier, si li convient enbronchier desuz les arçonz devant. Quant Guron voit celui senblant, il estoit vistez et lengiers et s’eslance avant, et jete les bras et aherte monseignor Lac au col et le tire si roidemant et hurte apréz qui li fet lez arçonz voidier et le porte a la tere; et quant a ce fait, il n’i fet autre demorance ainz s’en vet oultre. [3] «Sire conpainz – fet il a Danayn –, noz avons gaagniéz l’ostel: entrons dedanz, car cist .IJ. seignor l’ont malemant defendu a cestui point et por ce remandront il dehors.» [4] Et dient a lor escuier: «Entrés dedenz», et cil i entrent maintenant car adonc fu la porte overte qui devant avoit esté clusse quant li autre n’estoient insuz. [5] Quant li chevalier furent dedens, cil clostrent la porte maintenant et dient, cil dedens la tor, qe se li autres chevaliers estoient grant et belz, cist .IJ. estoient encore plus biauz asséz.

XLI

[1] Einsint vont cil de laienz parlant dez deus chevaliers, mult (54rb) lez loent et mult lez prisent et dient entr’aus que il ne poroit estre en nulle guisse qu’il ne soient chevalier de trop grant afeire. [2] Il se solacent andeuz devant le feu: se il avoient eü froit et messaisse en celle jornee, hore se poent aasier, il hont a boivre et a mangier a lor voloir, il ne sunt pas en tel penser comme sunt li autre deuz là dehors. [3] Cil n’ont paz grant talent de rire: Breüz est de la soe part tant dolenz et tant corouciéz qu’il maudit Dex et li mondes et tous le chevaliers dou siegle. [4] Tant dit de parolez li enforsenéz qe m. Lac s’encomence a rire et si estoit si fieremant corouciés que il ne savoit que il deüst dire, car il n’en a hore hautre solaz avec soi que le folie de Breüz qui le vait auques reconfortant en cest grant ire. Car il voit que il negoit et fessoit trop grant froit et mau tenz trop duremant, car il estoit mervoille comant il le pooient soufrir et lor chevaux ausint; et tout ce ne lor seroient riens se il peüsent chivauchier por aler a un autre erberge, maiz il ne puoient car il estoient encloz de toutes pars de mareschere si malemant que il ne poroient chivauchier par nule rienz deho monde, car il poroient cheoir et afunder avec lor chevaus si que il moroient en pou d’ure. Et por ceste achoisson lor vint il demorer celle nuit devant la tor, et ce li fet grant ennuie que il ne poent aesier elz ne lor chevaus. [5] Breüs en est o[r]mé tous enragéz et pleins de forsenerie de ceste aventure, maiz de tant li est bien avenuz car lor escuiers li trenchent plusor aubres qui devant la tor estoient et puis alument un grant feu; et bien dient entr’aus qe, se il peüsent metre feu en la tor en nule guisse, il le li meïsent voluntiers por ardoir cil dedens qui hont en soi si pou de cortoisie. Ce lor est aviz, maiz despueis que li deoz chevalier sunt venus au feu – a cui la noif et le froit fassoit trop grant ennuig – il s’en vont auquéz reconfortant. [6] Breüs meezmez, qui enrajoit tout de duel, s’en vait auqués reconfortant et dit a monseignor Lac: «Sire, qe vos senble de ceste aventure?». [7] «E que me puet senbler – fet mesire Lac – fors qe noz avons trovéz mestre certez? Sire Breüs, se noz fusionz telz chevaliers com maintez jens vont dissant, noz serionz hore là dedans et cil qi hont gaagniéz lor hostiaus sor nos seriont ici dehors; meiz je vos di bien tout apertemant que cil qui hore m’abati est le meillor ferior d’espee, a mon escient, et le plus roide qe je trovasse ja a grans tens. Et certes, se il ne fuste si grant com il estoit, je diroie tout apertemant, por le grant couz que il me dona, que il fuste le bon Chevalier sanz Paor; mez cist est greignor de corsage de lui, por quoi je di que ce n’estoit il mie. Mez cil qi vos abati est unz des pluz biaus josteor qe je veïsse onques més.» [8] «Sire – ce dit Breüs – , et qu’en diroie je? En maleur, sont il trop bon chevalier et trop puissant et meillor qe je ne vousise, car lor bonté nos font trop grant ennuige en ceste nuit; et certes, je voudroie que il fussent les peiors deu munde por covant que ce ne nos fuste avenu.»

XLII

[1] (54va) Ensint vont parlant entr’aus li dui chevalier de ceste aventure: Breüs dit qu’il ne se tint pas por chevalier se il ne revenge sa honte sor celui meezmez qui l’abati. [2] «Breüs, Breüs – fet m. Lac –, se Dex me sahut, cil qui a receü vergoigne e puis s’entremete d’avoirne plus il n’est mie trop bien sage. Breüs, Breüs, ce ne puiz je mie desdire que vos ne soiés aséz buen chevalier, mes se il vos avint ensint qe vos asalloiz meillor chevalier de vos et plus fort asés, vos est il avis qe vos ne puissiéz partir sanz vergoigne? Breüs, ce ai ge dit por vos chastier en ceste aventure; et sachés qe, se vos a cest chevalier vos prenés, vos i avrois plus honte qe honor et por ce vos lou ge qe vos vos en sofrés a ceste foiz.»

XLIII

[1] «Sire – ce li a dit Breüs –, laissonz atant cest parlemant, cil vos pleste; et se il est meillor chevalier qe je ne sui, tant vaut mielz por lui. Mes de celui qi einsint vos abati, que dites vos? Voudrois voz vengier celle honte qu’il vos fist a ceste foiz?» [3] «Certe Breüz – fet m. Lac –, se je cuidase avoir le poir, sachiéz qe je me metroie enn aventure de moy vengier; mes se je voi et connoiz que il est meillor chevalier de moy, por quoi me metroie je enn aventure d’enprendre ce qe je ne poroie mener a fin? Et por ce vos di je tout certainemant qe a lui ne me prendroie je mie bien volentiers a force d’armez, car certez je i poroie plus toste perdre qe gaagnier.» [5] «Dex aïe, sire – ce fet Breüs –, e que ditez vos qui me feites entendant qe cil est meillor chevalier qe vos n’estes? Et se Dex me doint bonne aventure, encor n’a mie grant tens qe je entendi por verités qe li buen Chevalier sanz Paor dist de vos qu’il ne savoit en tout le monde le cors de un seulz chevaliers encontre cui il ne conbatiste plus volentiers que encontre vos, por quoi la bataille deüste aler jusque a utrance. E au dereain dist il qui li estoit ben aviz qe vos fussiéz le meillor chevalier dou munde; et se Dex me doint bonne aventure, se cil qui vos donne si grant louz et pris com je vos ai dit, eüste oï ceste parole qe vos avéz ici dit, il se teüst bien si com je croi de ce que il dit de vos. [6] Dahéz ai je sire se je ne vos di tout mun penser de ceste aventure. Paor et dotance et cremor hont pris hostel prés de vos: paor vos point dedanz le cuer, dotance vos chante en l’oroille, cremor si retint vostre frein. Sire, por Dex, gardés vos bien, car se vos moréz, iaméz chevaliers ne mora qui aït si grant daumage com voz avoiz en vostre morte: chaitif, dolent, mauvaiz, faillis. Or esgardés en vos meesmes quel paroles vos avéz dites a ceste fois: peüste nulz recreant avoir dite nulle pluz recreant parolle com ceste fu, qui estes si buens chevaliers com je sai et tout li monde connoiste et puiz as peur et dotance d’un seul chevalier». [7] (54vb)De ceste parolle s’encomence a rire m. Lac trop fieremant et quant il parole si dit a Breüs: «Sire Breüs, se Dex vos saut, por quoi m’alés vos einsint biasmant? Vos volés qe je me vant de chosse que je ne poroie a chef venir. Or vos dirai une autre chosse et aprés ce la porois conter a tous ceaus qe vos voudroiz: ge di bien tout hardiemant qe cil qui m’abati est bien de si desmesuree force et si bien ferant d’espee qe ij ne sai hore nul si boen chevalier qui ne fuste tous engonbrés de sustenir le suen esfors. Et se il ne vos est aviz qu’il soit si boen chevalier com je vos di, demain vos poroiz esprover a lui; si porois savoir adonc plus certainemant se il est si buen chevalier com je vos di». [8] «Si m’aït Dex – fet Breüs –, por ceste parolle qe vos avéz horendroit ditez me conbatra je demain a lui.» [9] «Breüs – ce dit m. Lac –, se vos vos metés en ceste haïnne, Dex vos en haït, car certes je croi bien qe vos avroiz mestiers de secors se vos l’encom[encés].»

XLIV

[1] Einsint vont entr’aus parlant li dui chevalier [qui] sont herbergiez dehors la tor [...] [ce]ste parole vont petit pensant; et cels deo qui dedens sunt herbe[r]giés il solacent et desduient et parolent entr’aus de plusehors chosez. [2] Et là u il tenoient entr’aus deuz lor parlemant, atant és vos entr’aus venir un mult biaux chevalier auqués da age. Et quant cil de laienz le voient venir, il se dricerent encontre lui et dient as deus chevaliers qui estoient asiz devant le feu: «Seignors, feites honor a ceste chevalier qui est sire de ceste tor et est jentil home duremant». [3] Li dui chevalier, quant il entendent ceste parole, il se drecent contre lui et le reçoivent au pluz bel qe il poent, et il lor diste qe il est mult liéz et joiant de lor venue; et puiz se asiste delez elz et comande a tous celz de leienz q’il se peïvent de servir le chevaliers eranz de tout lor poir.

XLV

[1] A chief de piece parole li sirez de laiens et dit a Guron: «Sire, se Dex vos doint bonne aventure, ne vos corouciéz a moy de ce qe je vos demandrai». [2] Et Guron li dit que il ne se coroucera, ja demande seüremant ce que il voudra. [3] «Se m’aït Dex, sire – fet il –, je voudroie mult volentiers savoir vostre nom.» [4] «Sire – fet Guron –, or sachiéz qe je sui un chevalier erant et autre chosse voz ne poéz hore savoir de mon nom ne de mon estre; et si voz en pri que il ne vos en poisse.» [5] «Sire – fet li chevalier –, quant vos plus ne me volés dire et je m’en soufrerai atant, mes toutes voiz m’en poisse que je plus n’en puiz savoir de vostre estre.» [6] Danayn, qui trop estoit desirant de savoir por quoi celle costume estoit si estrange laiens, se torne vers le chevaliers qui sire estoit de la tor et li dit: «Sire hoste, se Dex vos doint bonne aventure, or me feites certainz d’unne chosse que je vos demanderai». [7] (55ra)«Dites – fet li hoste –, qe je vos hen dirai tout ce qe je en sai.» [8] «Sire – fet Danayn –, il a çaienz une costume qe je ne trovai onques en nul hosteaux ou je unques venisse, et por ce vos voudroie je prier qe vos me deïsiés l’achoisson por quoi elle fu encomencé, car ce est une chosse qe je mult desir a hoïr et a savoir.» [9] «Biaus hostes – fet li sires de laienz –, et quant vos le volés savoir et je le vos dirai. Hor escoutés.

XLVI

[1] Verités este que li rois Uterpandragons, qui est si bon chevalier com tous li monde tesmoigne, et en cel tenz qe il fu novel chevalier avint qe il aime une dame por amor en ceste paÿs qui mult estoit belle; et je oï maintes foiz parler de sa biauté. Mez je me recort qe, por amor da la dame, repairoit il mult sovent en ceste païs et, quant il i venoit, si i venoit si priveemant qe poi s’en apercevoient de sa venue. [2] Un soir avint que il herbergia en cest hostel et vint adonc si priveemant qe il ne ameine en sa conpagnie ne escuier ne vallet; tout seul vint si que cil de laiens ne peüssent pas croire qe ce fuste il. [3] Il fesoit adonc si lait tens e si grant froit com il fait horendroit, et ceste tor n’estoit adonc si fort ne si riche que celle peüste erbergier deus chevaliers. Et là u li roiz Uterpandragons estoit herbergiés si priveemant com je vos cont, atant és vos venir là dehors un hautre chevalier et puis oï je conter qe cil estoit le plus petiz chevalier deu munde; et pour tout le mal tens qui ffessoit, ne remanoit il adonc que il ne menaste unne soe damoysselle.

XLVII

[1] Quant il fu venus a la porte de ceste tor, il apelle cil de laiens et il vindrent a lui et li demanderent qu’il volloit, et il li dist qu’il volloit ceienz herbergier. Et il li distrent qu’il ne i pooit herbergier car hautre chevalier i estoit hosteléz avec auz et li hostiaux estoit adonc si petis que ne i poit herbergier qe un seul chevalier. [2] ‘Comant – dit li petis chevalier –, si me convendra herbergier ça dehors ceste nuit? Ce ne poroit estre en nulle mainere dou munde’.

XLVIII

[1] Lors comence a penser li petis chevalier, et quant il hot auques penséz il dit a celz qui gardoient la porte de ceste tor: ‘Vos ne savés mie qui vos avéz herbergiés, que bien sachés qe il n’est mie chevalier; et por ce qe il n’est chevalier, vos ne le devéz mie herbergier me chacier le dehors’. [2] Quant il hot ceste parole dite, la porte fu maintenant close et li portiers s’en vint maintenant au segnor de ceste tor qui mon pere fu – et je estoie adonc chevalier joune – et li conta toutes les novelles qe cel dehors havoit contees. [3] Mon pere cuida adonc qe ce fuste verités, si vint adonc au roy Uterpandragons et li dist: ‘Comant – fet il –, sire vasal, quant vos venistes ça dedenz en guisse de chevalier eranz et deïsiés que chevalier eranz estiés, hore est venus là dehors un chevalier qui dit que vos n’estes mie chevalier. [4] Or tost prenés vos armes et isiés dehors; et se vos encontre celui qui dit que vos n’estez mie chevalier poés moustrer qe vos chevalier estiés, ceienz poés retorner, et nos vos feronz adonc honor tant com l’en doit feire (55rb) a chevalier. Mes se vos chevalier n’estes, je veil qe vos alés là hors et cil qui là este viegne ceenz: nos vollonz mielz ceenz honorer cil qui chevalier sunt et cil qui ne le sunt nom’.

XLIX

[1] Quant li roy Uterpandragon oï ceste novelle, il fu adonc un pou corrouciés et por ce demande il sez armes et dist qe il ne se tenoit a chevalier se il n’alloit moustrer a celui là dehors qe voiremant estoit il chevalier. Quant il fu arméz bien et bel et au mielz qe il puet feire et muntés sor son cheval, il n’i fiste autre demorance ainz insi là dehors maintenant; et quant il fu là dehors issuz, il dist au petis chevalier: ‘Comant, sire vassal, dites vos qe je ne sui mie chevalier?’. [2] Et li petit chevalier li respondi et dist: ‘Vasal, atant m’est se vos estes chevalier comme se voz ne l’estes; je ne dissoie ceste parolle por ce soullemant: qe je vos traësse ça dehors, qar je savoie bien qe, puiz qe vos ffussiéz issuz de leenz, qe vos ne i remetrois les piés devant qe je ne seüsse se vos estiés meillors chivallier qe je ne sui’. [3] ‘Comant vassal – fet li roiz Uterpandragon –, avéz vos donc grant volunté de conbatre a moy qe vos por bataille me feitez oïnssir de çaiens?’ [4] ‘Certes – ce dit li chevalier petis –, je n’ai mie vollunté de conbatre a vos ne a autre; et nonporquant, por ce qe il seroit bien reisson qe li meillor de nos deus heüste la haisse de ceste hostel en cestui soir et li autre peior remansise dehors et a tel aisse com il poroit avoir, et se Dex me doint bonne avanture, il est droit qe je me conbate a vos. Et se vos estez meillors chevalier qe je sui, entrés dedens seüremant qe adonc vos quit je l’ostel deu tot; et se ge sui meillor, bien est raisson, se Dex me ssahut, qe je remagne ceste nuit ceens et vos remagnés ça dehors.’ [5] ‘Certes – ce dit li rois Uterpandragons –, vos avéz bien dit, mes hor tost la nuit est oscure e noire: se noz encomençons la bataille, elle ne sse poroit si tost mener a fin por aventure.’

L

[1] A ceste parole respondi le petis chevalier et dist: ‘Or le feïsson bien, sire, se il vos pleïste; jostrons ensenble por tel convenant: qe se je vos puiz abatre, qe vos me tegnoiz por meillor chevalier de vos et que l’ostel me remagne; et se voz me poés abatre, je voz tendrai por meillor chevalier de moy et vos quiterai adonc l’ostel. En ceste mainere pora estre nostre estrif finés’.

LI

[1] Quant li roy Uterpandragonz oï la partie qe li petit chevalier li fessoit, il dit qe a ceste chosse s’acordoit il trop voluntiers et que il n’estoit tous aparoilliés; et maintenant lasserent corre li unz vers l’autre et avint adonc en tel mainere qe li roiz Uterpandragon fu abatus et li petit chevalier entra ceenz, entre lui et sa damoisselle, et demore tuite la nuit. [2] Li rois Uterpandragon demore tuite la nuit là dehors et passe la nuit a grant esfors et a grant messaise; a l’endemain se parti de ceenz li petit chevalier et s’en alla entre lui et sa damoyselle. [3] Li roiz Uterpandragonz se fiste çaienz connoistre qu’il estoit et diste qe de grant senz et de haute cuer estoit veus au petis chevalier qi telz (55va) costume avoit leenz misse. Et por ce qe il n’estoit primierement hostéz par proesce et par force de chevalerie, volloit il qe desormés durasce celle costume en tel mainere: qe nulz ne hentrasse ceenz heubergier tant fuste preudome qu’il ne li convenist oïssir dehors por quoi meillor chevalier de lui inveniste. Et maintenant fist a mon pere jurer qu’il mantendroit ceste costume et que il de tout son poir la feroit mantenir a sez hoirs. [4] En tel mainere com je vos cont fu mantenue ceste costume çaiens primieremant et encor i est; li roi Uterpandragons fu le primier chevalier qui par ceste costume fu chaciés de çaienz. Si vos ai hore finé mon cont». Et puis se teista.

LII

[1] Lors parole Danaïn le Rous et dit au seignor de laenz: «Se m’aït Dex, biaus hostez, ceste fu une mult belle aventure et voiremant moustre li petit chevalier qu’il estoit de grant cuer quant il, por sun cors et par sun eingin, fist hors hoïssir celui qui bien estoit tout le meillor home qui fuste entr’elz les crestiens. Et certes au roy meesmes vint de grant noblece et de grant fierté quant il comande qe celle costume fuste mantenue qui a lui avoit esté encomenciee primierement». [2] Quant il parloent en tel mainere com je vos cont, un des valléz de laienz vint devant le seignor et li dit: «Sire, quant vos plaira vos poés mangier, qar il est apparoilliés et il seroit bien saisson, se il voz pleïssoit». [3] «Aparoilliéz l’eive», fet li sire, et cil si font; et quant il horent lor main lavés, il se asistrent as tables et comencerent a mangier, et ce font il trop vollontiers car tallent enn avoient trop grant. La damoiselle qu’il avoient delivree de le main de Esclabor le Grant, ensint comme je vos ai contéz ça arierez, elle mange avec elz a la table. [4] Et quant il horent mangiés bien et envoiseemant, il se leverent des tables et parlerent en mi le paleis de maintes chossez et de maintez aventures; et quant il fu hore de dormir, li sire de leenz les fiste couchier en une mult belle chanbre en deuz biauz lis, et la damoyselle en une autre chanbre avec une autre damoiselle de leenz qui conpagnie li fist. [5] Mes atant laisse hore li contez a parler de Guron et de son conpagnon et retorne a pparler a cil dehors et a Escanor le Grant.

LIII

[1] En ceste partie dit li contez qe, pui qe li bon Guron li Cortoiz ot Escanor desconfit en tel mainere comme je vos ai contés ça arieres, Escanor remest en la place tous estordis einsint com je vos ai contés. Quant li escuier, qui avec lui estoient venus, virent que il ne remuoit piés ne mainz, il ne sorent qu’il deüssent dire, que il cudoient qu’il fust mort ou mortelmant ferus; de ceste chosse sunt il dolenz de tout lor cuer car Escanor lor (55vb) estoit parenz. [2] A chief de piece saut suz Hescanor le Grant mult iustemant com cil qui de grant force estoit et mult lengiers. Il demande son cheval et l’en li amoine maintenant. Il, quant il est montéz, il demande a sez escuiers quel part s’en vont li chevaliers qui ceste vergoigne li hont feitez. [3] Cil respondent: «Sire, et a voz qe chaut? Vaient il a male heure car, avec celui qui ce vos a fait, ne poriéz vos rien gaagnier par force d’armes, se aventures ne vos aïdast mult». [4] «Certes – ce dit Escanor –, ce ne puis je desdire qu’il ne ssoit trop bon chevalier, il le m’a auques moustré. Mes certes, por toute sa proesce, ne remandra que il ne ssoit vengiéz aséz tost.» [5] Lors esgarde Escanor et voit les excloz dez chevaus qui devant se n’estoient aléz; il est mult liéz de ceste chosse qar il cuide dedans son chastel trover Guron et Danayn, et ce est ce por quoi il se cuide d’elz vengier tout a sa volunté et a sa devisse. Lors dit a sez escuiers: «Chevauchiéz, qe je voudroie ja estre au chastel venus, qar navrés me ssent». [6] «Comant sire – dient li valés –, este vos donc ennavréz?» [7] «Oïl – fet il –, je sui ennavrés de la primiere iouste; encore poéz voz veoir le chemin onchi de mon sanc.» Cil regardent et voient que il dissoit veritéz et lor se metent a la voie.

LIV

[1] Quant il se sont miz a la voie, il chevauchent tous l’escloz des chevaux qui devant s’en aloient et tant qu’il vienent prés del chastel. Et lor se sunt mult corouciés del erré car il voient tout apertemant torner lez escloz d’autre part qe devers le chastel, ensint com cil devant avoient lassié la voie deu chastel. [2] Quant Escanor voit celle chosse, il fu duremant iriéz, il s’areste en mi le chemin tous enragéz de mal talent. «Ha – fet il a sez escuiers –, deceüz somez trop vilainemant a cestui point: les chevalier se sont aléz d’autre part qe la voie de mon chastel. Li unz de vos s’en aille apréz elz por savoir ou il dormiront a nuit; cil qui s’en iront apréz le chevalier s’en retornent a moy au plus tost que il pora, por conter moy novelles ou il dormiront a nuit.» [3] Einsint com Escanor le comande fu il fet: li unz des valléz se met aprés les chevalier qui devant s’en estoient alés et tant chevauche qu’il vint a la mareschere ou la tor estoit, que cil estoient herbergiéz. Et quant il trove lez escloz des chevaux qui devant lui s’en estoient aléz, il s’areste devant la ’ntree et dit a soy meesmez qe desormés s’en puet il bien retorner a son seigneur, qar dedans la tor sunt sans ffaille heubergiéz lez deuz chevaliers qe il alloit querant; car por autre leu ne poroient il oïssir, ce set il bien.

LV

[1]  Quant il a auques penséz a ceste chosse, il s’en retorne au chastel Escanor; et quant Escanor voit le vallet venir, il dit: «Di moy, ou dorment li chevalier a nuit?». [2] «Sire – fet il –, il dorment a la tor ça devant ou estoit la costume estrange que vos savés.» [3] «Puiz qu’il sunt leenz – fet Escanor –, je cuit bien metre tel consoil qe mon cors en sera bien vengiéz.» [4] A ce vait Escanor pensant et au dereain, quant il voit qu’il ne poro[i]t (56ra) armez porter a ceste besoing qar duremant se sont ennavrés, fait venir de sun hostelz jusque .XL. chevaliers et [...] tous le meillors et les plus hardiz que il [...] en sun hostel, et lor comande que il [...] mais [...] de la mareschee et que il [...] les dous chevaliers ou que il l’emeinent priz en le chastel suen et ne laissent por rien deo monde. Einsint comande Escanor qui tant estoit corrouciés de [...].

LVI

[1] Cele nuit sortent cil dou chastel armés et apparoilliés einsint com Escanor l’ot comandés [...] se il revengent la dessenor de lor seignor. En tel guisse com je vos cont sunt apparoilliéz por asallir Guron [...] lez menacent. [2] Mez Guron n’en set riens de lor menaces: il se dort en un lit avec Danayn le Rous et le cuer est bien en autre leu que n’est le cors, car Amors l’avoit miz en grant destroit ja a grant tens et en grant poïne et en grant dolor, car il li tient si pris le cuer Amor que adés le moine a sa volonté, car Amor le conduit, Amor le moine, Amor le fet rire et adés pensser. [3] Et q’en diroie ie? Amor le meine tout a son voloir et ce estoit la plus belle dame ieune deho monde, ce è la dame de Noahut qui n’en avoit enqore plus d’aage de .XVI. anz et estoit mariee n’avoit enqor .IIIJ. moys en Danayn le Rous, qui einsint avoit enzigne Guron; mez Guron ne ssavoit enqore q’elle fusse mariee ainz cuidoit de veritéz que elle fuste enqore pulcelle einsint com il l’avoit lasiee. Et bien avoit plus de mi ans que il ne l’avoit veüe mes por ce ne remanoit que il ne l’amaste tant com chevalier poroit amer nulle damoyselle, ne a celui tenz ne desiroit il tant nulle chosse comme de lui veoir seullement.

LVII

[1] Einsint sunt li dui chevalier conpagnonz aisé aprés le travail que il hont le jor soufert. Einsint ne poent mie dire lez deus conpagnons qui là dehors estoient a la noif et a la froidure devant la porte de la tor. Et se il avoient eü le jor devant froit et messaise, hore n’ont il plus car grant talent hont il de mangier et ne hont de quoi, ne llor chevaus autresint se non noif; mes tant hont il de bien que il hont feu ou il se puent escaufer. [2] En tel poine et in tel travail demorent tute le nuit devant la porte de la tor, et bien li senble celle nuit lunge et froide plus qe elle ne fiste [...]; maiz toutez foiz se dorment il devant le feu, si armés comme il estoient e tant dormirent en celui nuite que le jor vint et [...] il virent a jorné. Li dui chevalier, qui n’avoient pas estés tuit a aisse cele nuit, prendent consoil que il feroient. [3] M. Lac parole tout primiers et dit: «Breüs, meton noz a la voie, noz n’avonz ici qe demorer; vos savés bien que [...] devonz chevauchier vers la Dolorousse Garde. [...] estoie la riche bataille il [...] ici mauveisse [...] nostre [...] que nos seronz ici mort de froit et nos [...] autresint et de froit et de faim [...] alons [...] vers [...] demorer [...]». [4] «Comant (56rb) mauveis chevalier – fet Breüs – , si avéz donc volenté de partir vos de ci devant qe vos aiés vengee la honte et la vergoigne qe le chevalier vos fist er soir? Certez, se voz celle honte ne revengiés a vostre poir, je sui cellui qui jaméz ne vos tendrai por chevalier.» [5] «Breüz – ce dit m. Lac –, or sachéz qe se de laienz oïsisent li dui chevalier qui ier soir me tolirent l’ostel, je me meïsse volentiers enn aventure de revengier celle vergoigne. Mes quant je voi que n’onnist nulz de laienz, aïnz est encure la porte closse comme elle fu ier soir, voléz vos qe je i demore ancore? Or sachiés qe je i ai tant demorés que il m’en poisse, ne ne i voil hore plus demorer a ceste foiz; et por ce me nn’iré tout maintenant de ci, et vos remandroiz et sogarderoiz la porte de ceste tor, car ge ne la voil plus garder.» [6] «Puiz que je voi einsint – dit Breüs – que li chivauchier vos plest plus qe le remanoir et je l’otroi»; et quant il a dite ceste parole, il se met a la voie et l’escuier ausint dés lor, qe m. Lac lor le ot comandé.

LVIII

[1] Einsint s’en vont li .IJ. chevalier par mi la mareschiere, et tant chivaucherent que il paserent la mareschere si qu’il vindrent a celui point devant l’entree d’un boschet; et Breüs regarde devant soy et voit ciaus deu chastel Escanor qui au pas estoient venus por Guron asaillir. [2] A celui point portoient il lor escuz covert d’unne unce et por ce cuiderent bien cil deho chastel, quant il le virent, que ce fussent li dui chevalier qe il alloient querant, ce estoit Guron et Danayn li Rous. Cil se aparoillerent de prendre lez s’il poent.

LIX

[1] A celui point qe je vos coint, lieve la criee car cil de le chastel Escanor encomencerent a crier a une vois: «Mors estez seignors chevaliers, ou vos ve rendroiz a nos». [2] Quant Breüs voit si grant ient asenblee, qui estoient plus de .XL., tot fust il aséz ardiz si fu il esbahis a celui point. [3] «Sire – fet m. Lac –, e que firons noz? Cez novellez ne sunt mie bonne par vos, Breüs; et ci ne vaudroit coardie se vos ne poés hore vostre cors defendre, car pris estez comme mauveis et recreant. Or i para que vos i feroiz, car au besoing este venus, ce poés vos veoir.»

LX

[1] Quant il a dit ceste parolle, il prent son escu et son glaive que sez escuiers portoient; et Breüs, qui voit que il est au besoing venus, fist tout autretel car a cestui point ne faudroit il a monseignor Lac por nulle mainere dou monde. [2] «Breüs – fet m. Lac –, je me mervoil mult dont cest agait puet estre venus». Et lors [...] esperonz par desuz la noif, tant con il puet, et fiert si rodement le primier que il encontre, que por l’escu ne por l’auberc ne remaint que il ne li met le fer de son glaive parmi le cors. Et qu’en diroie ie? Li chevalier est cheoit a la terre mort. [3] Breüs, qui aprés monseignor Lac vient ferant des esperonz, fiert si un chevalier en son venir que il li met le fer de sun glaive parmi le piz si que il l’abat mort a la terre. Einsint hont encomenciéz lor batailles. [4] M. Lac – qui si bon chevalier estoit que a poïnez poroit l’en avoir trovés en tot le monde un meillor chevalier de lui – s’esprove si […] (56va) [...]pente que, avant que il eüste son glaive brissé, abate il quatre chevaliers. Et Breüs, qui bon chevalier estoit, n’abati deus avant qe son glaive brissast; il fiert mult mez encor ne fiert il tant qu’il ne ssoit encor pluz ferus et de pluseors glaivez. Mes devant lor avint il bien que il ne furent abatus ne ne reçoivent a celui encomencemant ne plaies ne bleceüres qui gramant lor facent ennuig.

LXI

[1] Quant il hont les glaives brisieez, il mistrent lez mainz a l’espeez dont il se savoient bien aidier, et se mistrent adonc entre lor hennemis là u il le voient et comencerent a doner grandisme coux a destre et a senestre. [2] Qui adonc fust en celle place ou la bataille fu encomencee a tel meschef comme de deus chevalier encontre .XL. homes arméz, bien puisiéz adonc veoir m. Lac esprover comme chevalier de valor et Breüs de la soe parte se esprove biem comme preus hom, mes il n’en vaut se petit non au resgarde monseignor Lac. Cil moustre bien a celle foiz que il estoit chevalier de haute pris qui a poinez poroit estre mis au desouz por force de jent; il vet donant parmi elz grandisme coux et pessans de l’espee, et si ne reçoit de tex qe bien s’en soufrist a celle foiz. [3] En tel guisse com je vos coint asaillirent cil del chastel li dui conpagnons mult fellonossemant de tout lor poir por elz ocire, car grant daumage hont receü de lor conpagnons; mes li dui conpagnons se defendirent si bien qe en pou d’ure ne ocistrent .X.; et li autres, qui bien estoient .XXX. se defendoit au mielz que il poent. [4] Mes hore se teste li contes de parler de cestui fet et les leisse en tel barat comm il estoient, et retorne a Guron et a Danayn le Rous qui encor estoient en la tor.

LXII

[1] Or dit li contes que tute la nuit se repouserent dedans la tor li dui conpagnons en tel guisse com je vos ai contés ça enn arieres. A l’eindemain se lieve Guron auques matin tout primieremant; a cestui point s’estoit endormiz Danayn li Rous et Guron l’esvoille et li dist: «Sire conpains, levés sus car tens n’est, se il vos pleïste». [2] Quant Danayn entent ceste parole, il se lieve et s’aparoille, et puis se arment; et quant il sunt arméz, il demandent conié au seignor de laiens et il lor [or]donne volontiers et lez comande mult a nostre Seignors; et lors montent et se metent a lor cheminz et retornent celle meesme voie qu’il avoient le soir tenu et troverent les [es]cloux del cheval monseignor Lac et de sa conpagnie. [3] «Sire – fet Danayn a Guron –, matin chevaucherent lez deuz conpagnons a cui nos tousimes ier soir l’ostel.» [4] «Sire, vos dites voir – fet Guron –, il n’en horent mie trop bon hostiaux ceste nuit et por ce se partirent il si matin. Et se Dex me doint bonne aventure, la costume de ceste tor n’est pas si cortoisse com sunt maintez dou reiaume de Logres; et se ele ne duraste fors l’esté aséz se porisont soufri cil qui remansisent dehors.» [5] «Certes (56vb) sire, vos dites voir», ce dit Danayn.

LXIII

[1] Ensi parlant chevauchent tant entr’aus qu’il hoïrent la noise et la criee qe cil fassoient qui se conbatoient a les deus chevaliers, car a celui point avoient il Bre[ü]s abatus car il li avoient ocis son cheval; mes m. Lac fiste tant par sa proesce que il le fiste remonter sor un boen destrier, et au remonter que il encomence la criee si grant que ce estoit une mervoille del veoir et de l’oïr.

LXIV

[1] «Sire Guron – fet Danain –, ça devant se conbatent chevalier, que oïr poés le coux tout de plain.» [2] «Vos ditez voir», fet Guron. [3] «Valléz – fet Danayn –, astéz vos de chivauchier»; et il si font. [4] Tant hont alé en tel mainere qu’il sunt de la mareschere, e lors fu comanciee la criee aséz greignor que devant, qar li chevaliers del chastel estoient tuit tornés a desconfiture par la proesce de monseignor Lac. Qar li uns fuioit a monz et li autres a val et crioient tuit: «Fuiéz, fuiés, car ciste n’este pas chevalier, avant est diables deschainés». [5] La noisse lieve si grant qe ce estoit mervoille de l’oïr, en place n’estoit remés aséz qui mors qui ennavrés, et de ciaux qui avoient parduz lor chevaus et qui s’en fuioient parmi la neif a piéz, car paor hont de avoir pis que il n’en hont eü.

LXV

[1] A celui point que la desconfiture estoit forte en tel guisse com je vos cont, et m. Lac – qui mult hestoit travalliés com cil qui mult avoit fet celle matinee – s’en retornoit en la place car, de lors qu’il vit que il estoient tuit desconfit, il ne lles vuelt plus enchaucier, se petit non, et Breüs meesmes en fessoit il retorner. [2] Quant il s’en retornoient de celle desconfiture en tel guisse com je vos cont, il estoient mult travalliés et ennavrés de pluseor plaies qe mestier ne li fust de plaies petites et grans. Et m. Lac endroit soi estoit plus travalliés qe n’estoit Breüs, car plus s’estoit abandonés qe n’estoit Breüs de coux doner et recevoir; et ce estoit ce por quoi il estoit plus ennavrés. [3] Et sachiés qe, quant il retornoient de la chace, qui adonc veïste lor escu et lor hiaume et lor espee, bien peüste leiermant croire qu’il n’avoient esté oisiaux celle matinee. Lor escus n’estoient adonc covers de honcez si com il estoient celle matinee en la presse de la bataille, et sor les escuz meesmes avont il tant de coux de lances et d’espeez que de lor escuz paroit aséz petit. Lor hiaumes estoient deronpus et enpirés de toutes pars; elz avoient lor espeez nueez en la main toutes sanglentes et vermoilles de sanc d’omes.

LXVI

[1] En tel guisse repairoient de la desconfiture li dui chevaliers estrangemant ennavréz. A tant és vos vers aus venir Guron et Danayn le Rous qui lors primiers estoient oïsuz de la mareschiere. Il encontrerent un chevalier qui s’en fuioit a pié por metre soi dedans (57ra) la mareschiere a garentisse. [2] Quant li dui chevaliers le voient fuir en tel mainere, il li vienent au devant et li dient: «Sire chevalier, por quoi fugiéz vos en tel mainere?». [3] «Por quoi sunt il por eschiver mort, se ge puis; et por non veoir si grant mervoille com je ai veü car je ai veü .XL. homes harmés a cheval estre desconfit par deus chevalier seulemant, et dex .XL. enn [est] ja mort gran partie. Et je qui m’en voï fuiant por nun estre ocis, par non reqoivre morte com hont fet mi autres conpagnons.»

LXVII

[1] Quant Guron entent ceste novelle, il devient com tous esbahiz, si dit a Danayn: «Sire, que dites vos? Ceste a esté bien proesce qe dit cist chevalier». [2] «Sire, vos ditez bien veritéz», ce fet Danayn. [3] Et lors s’en vont outre et voient tout apertemant m. Lac et Breüs sans Pitié qui venoient de la desconfiture si laz et si travaliés comme je vos ai contés: il estoient si tressuéz que encor portoent il sor le col de lor chevaus leur espeez, si vermoille de sanc comme je vos ai conté; en venir que il fassoient adonc et a lez armez si guastes senbloit bien qe il venissent da conbatre.

LXVIII

[1] Tout maintenant qe Breüs voit aprochier Guron de lui, il le moustre a monseignor Lac et li diste: «Sire, sire, connoisiéz vos cez deuz chevalier qui ça vienent? Or sachiéz veraiemant qe cez deus sunt celz qui ier soir iousterent a nos». [2] «Voz dites bien verités – ce dit m. Lac –, mez por quoi les dites vos?» [3] «Por quoi – dit Breüs –, se m’aït Dex, je le vos dirai. Or sachiés qe je ne me tendroie a cestui point por chevalier, puis qe je ai trové celui qui ier soir me fist desenor, qe je ne feïsse a cestui point mon poir de moi revengier. Je voi celui qui m’abati vilainemant: or est mestier que je abate lui si vilainemant com il fist moy, se je onques puis».

LXIX

[1] Lors s’areste et regarde derier lui et voit un des escuiers qui portoit un glaives qu’il avoit pris d’un dez chevaliers abatus; si li dist: «Donnés moy tost celui glaive que tu tienz». A celle parolle qu’il dissoit, essue il sez espee au mielz que il puet et la remiste au feure, e prent le glaive et moustre bien adonc que il aie talent de iouster encontre Danayn. [2] Quant m. Lac voit et connoiste la volonté de Breüs, tout fust il travalliés duremant, si ne se puet il tenir de dire: «Sire Breüs, que volés voz encomencier aprés ceste ennegeusse nuit que nos avons souferte, et aprés cest dur matin qe nos avons encontré? Vos est il le cuer si creïssus qe vos volés asaillir ces deus chevaliers et entreprendre par vostre follie ce que nos ne porions mener a fin se nos fussionz bien repouséz? [3] Sire Breüs, vos n’estez pas del tout sagez si com je cudoie, ainz estez bien le pluz fol deu monde, ce m’este aviz. Lasiéz cestui fet par le mien lous et alonz outre (57rb) nostre voie, et ne vos metés hore en autre enprise car je ne n’ai horendroit nulle menbre qui ne me duelle».

LXX

[1] Quant Breüz entent ceste parole, a ce qu’il chaut eirés n’estoit mie tant grevés de son cors comme estoit m. Lac car tant n’avoit receü coux ne soufert; il est dolenz et volentiers se venjast sse il osasent enpre[n]dre ceste iouste, mez il ne s’ose metre enn aventure por ce qe a m. Lac ne pleïste, et se test a tant. [2] Là u il s’estoient arestéz por esgarder les chevalier Escanor, qi s’en aloent fuiant vers la foreste, atant éx vos vers aus venir Guron le Cortoiz et Danayn le Rous, qui bien connoissoient qe ciste deus chevalier avoient feite la desconfiture des .XL. homez armés a cheval. [3] Guiron, qui voit les lor armez deroutés et maumisez, avoit ja dit a Danayn: «Certez, veéz ici venir deus preudomes. Sire, lor armez moustrent bien que il sont». [4] A tant sunt ensenble venus. «Seignor chevalier – ce dit Guron –, Dex vos condue bonne aventure». [5] «Aiés vos», fet m. Lac; et il l’aloit ja reconoissant en soi meezmez qe ce estoit celui chevalier meesmes qui le soir devant l’avoit abatu.

LXXI

[1] «Seignor chevalier – ce dit Guron –, il m’est aviz que vos vos estes conbatus et en vostre arme le demoustré bien.» [2] M. Lac respont adonc: «Sire chevalier, se noz se sumez conbatus, ce nos fist feire Force; et ensint noz est avenus, com plot a Deu, qe eschanpéz nos somez et vif, de quoi je me tieng a trop bien paiéz. Mez plus avons eü a feire qe je ne vousise, et se il fusent si cortois chevalier com il devoient estre, ja ne n’eüsent feit por .IJ. chevalier si grant asenblee com il firent». [3] «Hui sire – fet m. Guron –, quelque asenblee qe il feïssent par vos, delivréz n’estez, ce m’est aviz, a vostre honor. Mes hor me dites sire – fet m. Guron –, se Dex vos doint bonne aventure, quel part voudrois vos chevauchier?» [4] «Sire – fet m. Lac –, or sachiéz qe se ge eüsse eü si bon hostel a nuit com vos eüstez, je ne cuit por tout le travail qe je ai soufert qe je leisaste hui de tenir jornee entiere. Mes por ce qe je ne sui si aissé com je vousisse, me covendra sejorner au primier chastel qe je troverai.» [5] «Sire – fet m. Guron – itant me ditez quel part baés vos a aler.» [6] «Certez – ce li dit m. Lac –, por vostre honor ferai je tant de cortoisie qe je vos en dirai la verité. Or sachié qe je m’en voï quant qe je puiz vers la Dolourousse Garde por veoir une bataille qui doit estre novellemant.» [7] Là u il parloient entr’aus, atant és vos venir un escuier qui estoit del chastel Escanor: «Sire – fet il a monseignor Lac –, or sachiés qe toute la poine que vos avéz hui souferte et le trevail avés vos eü por acheisson de ces deus chevalier – si lor moustre Guron et Danayn –. Por elz fustez vos asailliz et non por autres chossez». [8] «Et por quoi fui je asailliz por elz? – fet m. Lac –. Itant me di, se Dex vos doint bonne aventure.» [9] «Et ce vos dirai je bien», fet li valet. Si lor encomence a conter comant Escanor avoit esté desconfit par Guron et comant il avoit perdu sa damoiselle. 10<11>\«Puis qe nos en somez eschanpés – fet m. Lac –, il ne m’en chaut gramant; et se nos por ces deus preudomes avonz esté engonbrés a ceste foiz, une autre foiz por aventure seronz delivréz por elz. Mez hor nos di, tu qui és de cest païz, ou porons noz prendre la droite voie vers la Dolorouse Garde?» [12] «Sire – fet cil –, je la vos mousterai»; lors fet tant qui les amoine a une grant voie qui estoit ausint comme un chemin ferré, et lor diste: «Sire, se vos tenés ceste voie droitemant elle ne vos faudra devant qe vos soiéz a le chastel de la Dorourose Garde. Et savéz voz por quoi je vos ai faite ceste bonté? Por ce qe vos avés hui miz a mort le peior ennemi et lez plus forte qe [...] eüsse en tout le monde». Atant s’en part et s’en vait vers le chastel, et li chevaliers s’en vont holtre tout le chemin qe cil lor avoit enseignés.

LXXII

[1] Einsint chevauchent celle matinee qe pou de paroles avoient dit entr’aus, il s’entreregardent volentiers einsint armés com il estoient. Quant m. Lac hot auquez regardéz Guron et son grant corsage et bien fait et si bien talliés de toutes menbrez qe a grant poinez peüste l’en trover en tout le monde un plus biaus chevalier de lui de toutes chosez, il dist qe ce ne fu pas trop grant mervoilles se il mist a desconfiture Escanor le Grant: ciste est biaus outre les autres et bien taliés de toutes choses, il devroit feire mervoille se cuer ne li faut. [2] Einsint chevauchent entr’aus regardant li unz les autres, chi[v]auchant une grant piece; mes Guron, qui voit qe le termen aprochoit qe li roiz Uterpandragon devoit tenir sa cort au chastiaux de l’Onbre, il dit que il ira au plus toste que il pora. Adonc se part de Danayn et dex hautres et se met au chemin por aler au chastiaux deu Boiz Verdoiant, dont il fu noris et nés, car d’iluec veaut il movoir por aler a la feste. Et quant Guron se fu mis a la voie, il chevauche maintes jornees sanz aventure trover qui a mentevoir face en conte. [3] Et un jor qe il chivauchoit par unne grant forest, atant hot encontrés un grant jaianz tout a pié, et avoit prisse une damoiselle et dos damoysiaus qui aloient feissant le greignor duel deu monde. Il aloent plorant mult tendremant et estoient tuit e trois frere germains; et quant Guron ot veü la damoiselle et les damoisiaus qui aloent faissant si grant duel, il n’a grant pitié, il voit bien qe cestui orible iaians les enmoine outre sa volunté. [4] Et quant il fu dusque au jaiant venus, il li dit: «[...] mauvaisse creature et cruel et orible, por quoi menés vos ciste damoisiaux einsint, qui vont faissant si grant duel? Armés vos [...] le feïstes se vos ne lez leisiéz».

LXXIII

[1] Et quant la damoiselle, qui [...]nee estoit de sez frerez, oï ensi parler Guron, elle parole (57vb): «Haï franc chevalier – fet elle –, pour la doce Mere Deu, merci, aidiés nos et nos hostés des main a ceste diable qui horendroit a nostre pere ocis». [2] M. Guron, quant il oï la damoyselle, il dist au jaiant que il est mort o il laisast li damoisel; celle orible creature ne a cure de ce que Guron li dissoit, il ne avoit armes fors un grant escu et unne grosse maçues debuchés. [3] Et que vos en diroie? Guron met main a l’espee mult ireemant et cort suz au jaiant, l’espee droite contremont, et le fiert parmi le chief si grant coux que il li met l’espee en parfont; et le jaiant cuide ferir Guron maiz il le faili, et feri le cheval Guron tel cous parmi la teste que le cheval cheït mort a la terre. [4] Guron sahut juz de son cheval et moustre bien que il soit ardis duremant car il se gieta l’escu devant et drece l’espee contremont et vait vers le jaiant ardiemant et le trove tout estordiz car li sanc li salloit parmi la face si que il ne veoit goute. Et quant Guron voit le jaiant tel atornés, il li donne un coux suz la janbe droite si fort que il la li trinche toute d’outre en autre, et por ce ne s’arest pas, ainz li en donne un autre par si grant force que li jaiant cheï a la terre tout ennavrés. M. Guron li cort suz tout maintenant et li trinche la teste; maiz avant que il la li poïsse trincher, li donne .IIIJ. coux de l’espee, si gros avoit le cuel. [5] Et quant Guron ot le iaiant ocis, tuit cil qui illuec estoient se giterent a jenoils devant Guron, et tendent lor mainz vers le ciel et beneïssoient Dex de ce que li jaiant estoit mors; et puis distrent a mesire Guron tuit a unne vois: «Sire chevalier, sor tous ceaus deo monde garde Dex le vostre cors car vos nos avés hostés de grant perill et de grant servages, là o nos fussions duré longuemant».

LXXIV

[1] Quant Guron voit que ciaus damoyssiaus se umilient si vers lui, il lor dit se il hont plus garde de nullui. [2] «Monseignor – font il –, voiremant avons noz garde et vos prion, por Deu et por sa Mere, que vos noz conduissiés dusque a un nostre chastiaux qui prés de ci est.» [3] M. Guron dit qe ce fera il bien; lor monte Guron sor un riche palefroi que celes jens les amoinoit et se met au chemin entre lui et les damoissiaux et sez escuiers. Il chevauchent tant que il venirent au chastel et troverent le plorer trop grant car lor mere et tout lor amis, qui eschanpés estoient des mainz au jaiant, quident que il fussent tuit mort. Et quant il virent lez troiz damoysiaus que Guron menoit, lor mere et lor amiz en furent plus liés que se dame Dex en portasse au ciel. Il desmonte au meistre paleis et, quant il hon seü comant Guron les avoit delivrés, il li font grant joie et grant feste et le honorent et le servirent de quanque il puent. [4] O l’eindemain bien por matin se lieve Guron et prist sez armes et monte sor sun cheval que la dame li avoit donné, et le comandent tuit a Deu et puiz se met au chemin entre lui et ses escuiers. Il chivauche tant par sez jorneez que il vindrent au chastel dou Boiz Verdoiant là u il fu receü (58ra) hennorablemant ensi com il devoient lor seignor lige que il estoit. Et quant m. Guron fu là venus, il ne fait autre demorance mes tout maintenant s’aparoille por aler a la feste dou roi Uterpandragon ou li termen aprochoit. [5] Et por ce se taist li conte de toutes autrez aventurez et torne a Guron li Cortois por conter comant il vait a la cort li rois Uterpandragon pour deviser les belles aventures qui li avindrent en celle voie.

LXXV

[1] Or dit li contes que, quant Guron fu bien aparoilliéz de buen chevaus et de bonnes armes freschez et novelles, il se met au chemin en la conpagnie d’un escuier seulemant et dit que il ne quiert jamais porter armes se il a ceste foiz ne vengie la grant dessenor que il rechoit a l’autre foiz. Il chevauchent tant por lor jornee sanz aventure trover qui a mentevoir face en conte, que il fu venus a deus jornee prés au chastiaus de l’Honbres, là u la feste se devoit tenir. [2] Et sachiés que li roys Uterpandragon ne tint unquez nulle si esforcee cort com il fira cestes, ne o tant de buen chevalier fust de pris et de valor, et por ce se esforce chascun de venir plus hautemant que il poent selonc son poir. [3] Et quant Guron fu venus a deus jornee en la foreste prés ou la cort se devoit tenir, adonc havint que il trove Hervi de Rivel en celle foreste et qui aloit a la feste et avoit en sa conpagnie deus chevalier de grant pris. M. Guron lez conut maintenant que chevalier erans estoit et sachiés que chascun d’elz conduissoit unne damoyselle mult richemant acesmee.

LXXVI

[1] Et quant Guron fu venus as trois chevaliers, il [l]es salue et cil li rendirent lor salu bien et cortoissemant. Guron prent une damoyselle au frain et dit que il la vuelt avoir por la costume dou reiaume de Logres et ce fu propremant celle de Hervis de Rivel. [2] Quant Hervi voit prandre a Guron sa damoisselle en tel mainere, il se mist maintenant avant et li dist: «Sire chevalier, laissiés la damoisse[lle] que bien troverés qui la vos defendera, et veés moy apparoilliés de jouster a vos et de moustrer vos que elle doit mielz estre moie que vostre». [3] Quant Guron voit que Hervi de Rivel parloit en tel mainere et si hardiemant, il respont et dit: «Certes, sire chevalier, se vos estes meillor chevalier de moy adonc est il bien raixon que elle vos remaigne; mes feïsson bien, por ce que a la bataille des branz poroit l’en trop tardier, soit entre moy et vos unne covenance en tel guisse com je vos dirai: noz josterons ensenble et se vos me poés porter a la terre por coux de glaive la damoyselle vos remandra toute quitemant, et se je abatrai vos q’elle soit moie, ne autre bataille n’en firons entre nos deus». [4] «Certes – fet Hervi de Rivel – ce me plest bien car ce est (58rb) mult convenable chosse.» [5] Puiz que cest convenancez fu feite, il n’i font nul delaiement, ainz se esloignent et baissent les glaives et mistrent li chevaus as esperons et s’en vienent, les glaives baissiés mult abandoneemant. Et li chevaux sunt fort et isniaux, li chevaliers qui desuz estoient sunt preus et poissant; il vienent si grant aleüre qu’il senbloent que la terre se deüst fondre desouz elz. Et quant vient au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: Hervi brisse son glaive et m. Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la terre mult desquasséz. [6] Et quant Guron voit que il a la damoyselle gaagnié, il dit a soi meezmes que tout ce ne vaut riens se il les autrez .II. damoysellez ne gaagne et tantost prist le autres deus damoyselles et dit que il les volloit avoir einsi com il avoit avue l’autre. [7] «Comant, biau sire – dient li chevalier qui la conduissoit –, et ne avés vos donc aséz d’unne damoyselle?» [8] «Sire – fet Guron – sachiéz de voir que je ne me tendroie apaiés d’unne damoyselle et por ce le voeil avoir toute et troys se je onques porai.» Lors se creantent que cil qui perderoit la jouste perderoit sa damoiselle, et se Guron fust abatu il perdroit cele que il avoit gaagniee. [9] Ataint se traient li unz ensuz de l’autre, il revienent au ferir des esperonz, le glaives baissieez mult ardiemant, et quant il vienent au joindre des glaives il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: li chevalier brisse son glaive et Guron fiert lui si roidemant que’l le porte a la terre mult fellonossemant, et lors prist la damoisselle et la moyne a l’autre, et puiz retorne et gaagne l’autre. En tel mainere gaagna Guron lez troiz damoyselles.

LXXVII

[1] Quant Guron les hot conquistee en tel mainere, il lor diste: «Damoyselles, vos estez a moy car je vos ai gaagniés, einsint com vos avés veü; et ce est por le costume dou reaumes de Logrez. Or vos en venéz avec moy et sachiés que je vos merai a la cort le roi Uterpandragon, car là aloiés vos, ce ssai je bien». [2] Celle, qui ne ossent escondire chosse que Guron li dïesse, li distrent que elle estoient apparoillieez de aler là u il comanderoit. [3] «Or alonz donc», dit Guron. Lors se mistrent maintenant a la voie et Hervi et sez conpagnons, qui lor damoyselle avoient perdues, remestrent en mi la place si dolenz et si corouciés que il ne savoient que il deüsent feire. [4] Mesire Guron chevauche a grant joie et a grant feste con sez damoysellez et con sez escuiers, mais il n’en hot gramant chivauchiés que il hot ataint li roys d’Orcanie; et il ne chivauchoit mie a celui point comme rois mes comme chevalier errant, et avoit avec lui un chevalier qui conpagnie li fessoit.

LXXVIII

[1] Et por ce que li rois Loth et sez conpainz savoient la costume qui estoit a la corte le roiz Uterpandragons – que nulz chevalier de pris n’i devoit venir se il ne amenaste dame ou damoyselle en conduit dusque a la feste, et se autremant i venoit l’en ne le tenoit por chevalier errant – et por ce le roy Loch ne voloit que endroit soy faillist la costume de cele [cort] (58va) ne fust bien mantenue, estoit dou tot chevalier erant comant que il fust de grant vallor: si menoit il unne damoyselle et ses conpains en menoit un autre; les damoyselles andue estoient de merveillousse biauté. [2] Li roy Loth et le chevalier ne menoient les damoyselle avec els por ce que il eüsent rien a faire a elles, mes le menoient seulemant avec els por moustrer qu’il estoient chevalier qui bien pooient defendre lor damoisselle encontre un autre chevalier par force d’armes. [3] Quant Guron voit l’escu le roy Loth d’Orcanie, il le conut maintenant, il se mist avant et lez salue et puis prist unne damoyselle au frain et dit: «Damoiselle, je vos preing par la costume des chevaliers errant, et se il y a nulz de vos deus qui l’osse defandre, viegne avant». [4] Le roy Loth, qui celle damoyselle conduissoit, voit que Guron l’avoit prisse, se met avant eramant et dit: «Sire chevalier, je conduis la damoiselle et ai bien ardimant de defender la contre vos, que m’en deüst avenir». [5] Guron respont: «Donc somes noz venus a la mesllee, car la damoiselle voeil je avoir». [6] De cest parolle s’encomence a rire li roi Loth et tout erramant respont: «Diex aïde – fait il –, sire chevalier, que est ce que vos dites? Ne avés vos aséz de trois damoyselles et enquore ne volés plus? Or sachiés, se Dex me doint bonne aventure, se je ne alasse a la cort le roi Uterpandragon a poi de priere vos donnasse la moie por quoi elle se i vousist acorder, car ce n’est pas petite poine de damoyselle conduire. Et il m’est aviz que voz estes celui que tout veahut avoir et rien ne veahut laisser as hautres. Por ce, biau sire, je vos di que lez vostres trois damoiselles vos tenés et la moie toute seulle me laissiés, ne agiés greignor envoie de la moie seulle que je ai de les vostres trois». [7] Toutez ces paroles li dissoit li roi Loth et non pas por dotance, car il n’en est chevalier qui cuidaste perdre sa damoisselle par le cors d’un seul chevalier. Mez que vaut? Guron voelt avoir la damoyselle en toutes guissez et guaagnier la sor le roy.

LXXIX

[1] Quant le roi Loth voit que il ne trove vers Guron autre fin, il dit: «Or soit la jouste car a bataille d’espee porrions nos trop demorer». Et m. Guron se i acorde trop volluntiers car en celui anz ne puet il trover chevalier qui abatre le peüst de joustre. [2] Quant il se sont entrecordés, il s’esloignent et baisent les glaives et mistrent les chevaux ax esperons et se vont ferir mult hardiemant, et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sor les escuz de toute lor force: li roi Loth brisse son glaive et m. Guron fiert lui si duremant que il le porte a la tere mult fellonossemant. En tel mainere gaagne Guron la damoyselle dou roi Loth.

LXXX

[1] Quant li conpainz au roi Loth voit ce, il a grant ire; il ne fait nul delaiemant ainz s’en vait tout droit vers Guron et li dit: «Sire chevalier, vos avés abatu mon (58vb) conpagnons mez je le vengerai tout maintenant se je onquez porai». [2] «Sire – fait Guron –, a l’esprove en seréz prochainemant.» [3] Lor ne font nul delaiemant ainz se esloignent et puis s’en vienent, les glaives baissieez, au ferir des esperonz mult hardiemant; et quant il vienent au joindre des glaives il s’entrefierent de toute lor force: le chevalier brisse sa lance et m. Guron fiert lui si aspremant que il le porte a la terre mult fellonossemant, et s’en passe holtre par fornir son pondre. Et puiz revint et prant la damoiselle et se met au chemin avec elle et les au[t]rez damoiselles et escuiers; et le roi Loth et sez conpains remistrent illuec dolenz et corouciés outre messure et plus por la vergoigne que por autre chosse. [4] Guron chevauche entre lui et sez damoiselles tant que il trove Uter de Kamallot qui avoit en sa conpagnie .IIIJ. chevaliers qui de grant renomee estoient. Chascun avoit en sun conduit unne damoiselle mult richemant acesmee et quant il virent venir Guron qui .V. damoiselle conduissoit, il s’en font grant mervoilles et distrent: «Sire chevalier, vos soiéz li trés bien venus; et bien alés a la cort li rois Uterpandragon honoreemant car les autres chevalier moinent unne damoiselle et vos en menés cinque. Bien vos covendra estre preudomes tel chosse avéz enprisse». [5] «Seignor chevalier – fet Guron –, je ai toutes damoysellez com vos veés et n’en ai encore aséz, ainz voeil les vostres .V., si n’avrai .X. et puis serai mielz aconpagnié.» [6] «Et comant le poroiz vos avoir – fait Uter de Kamalot – se nos ne le vos volionz doner?» [7] «Sire – fait Guron –, je ne voeil que vos le me dongnoiz pas car je les voeil conquister par force d’armez par la costume deo reiaume de Logres»; et lors prant unne damoisselle au frain et ce fu la damoisselle Sadoc de Norgales, qui mult estoit boen chevalier et vaillant.

LXXXI

[1] Quant Sadoc voit prandre sa damoiselle, il comance a rire car bien cuidoit sanz faille que Guron soit un fous mez por tout ce voelt il defendre sa damoiselle; lors prent son scu et son glaive et s’esloignent por tel convenant que cil qui sera abatus quitera sa damoiselle sanz meslee de brant. Et quant les deus chevalier se sont exloignés, il baisent les glaives et mistrent les chevaux as esperonz et se vienent ferir si grant aleüre qu’il senbloient vent. Et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: Sadoc brise son glaive et m. Guron fiert lui si duremant que il le porte a la terre mult fellonossemant, et quant l’ot abatu il prant la damoiselle et la met entre les autres que il avoit gaagniés. [2] Adonc vint atant un autre chevalier et dist a Guron: «Sire chevalier, vos avés abatus mon conpagnons mes je venjerai sa honte a mon poir et gagnerai unne des vostres damoyselles». [3] «Sire – fet Guron –, or i para que vos soiés et se vos serés preudomes, (59ra) car se vos m’abaterés vos avrés la segnorie de prandre celle qui miaus vos plaira.» [4] Lors s’esloignent et baissent le glaives et se vienent a ferir mult abandoneemant; et quant il vienent au jondre des glaives il s’entrefierent sor l’escu de toute lor forces: li chevalier brisse son glaive et m. Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la terre tout envers et puis s’en passe houtre par fornir son poindre; puis retorne et prant la damoiselle. [6] Et que vos aleroie je dissant? Aprés vient li tiers et li quart et tuit furent abatu mult cruelmant et perdirent lor damoiselles car Guron les prent et les met entres les autres.

LXXXII

[1] Quant Uter de Kamalot voit sez .IIIJ. conpagnonz abatu a la terre et voit ausint que il hont perdue lor damoiselles, il a si grant angoisse car a pou que il ne crieve de duel et puis s’en vait a Guron et li dit: «Sire chevalier, vos avéz bien moustré a mez conpagnons que vos estes meillor ferior de lance que il ne sunt; et por ce que mes conpagnonz sunt, voeil vengier lour honte a mon poir et por ce vos apel je a la jouste et a la mesllee tout maintenant». [2] «Comant – fet Guron –, ne volés vos feire einsint com hont feit vostre conpagnons, ce est de jouster seulemant?» [3] «Sire – fet Uter –, or sachiés tout voiremant que vos ne gagnerés ma damoiselle ne ge la vostre se li unz de nos deus n’en est menés a utrance par force d’armes, car maintes foiz avient que un bien mauveiz chevalier abat un bien preudomes et aséz meillors que il n’en est, et por ce voeil je la sprove de vos as brans et as glaives.» [4] «Biau sire – fait Guron –, quant vos en ceste mainere volés la sprove de moy et je por moi la voeil ausint, que ja de ma part ne remandra.» [5] Aprés ceste parolle chascun s’apareille de la iouste au miaux que il puent, et quant il furent bien apparoilliés, il s’esloignent li un de l’autre et puiz baissent les glaives et mistrent les chevaux as esperonz: il se vienent a ferir de si grant aleüre qu’il senbloit que la terre se deüst fondre desot eaus. Et quant il vienent au jondre des glaives, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: Uter brisse son glaive et Guron fiert lui si roidemant qui le porte a la terre lui et le cheval tout enn un mont et s’en passe outre par fornir son pondre.

LXXXIII

[1] Et quant Uter se voit a la terre, il a si grant ire que il voudroit estre mors, il se relieve mult vistemant com celui qui mult estoit fort et lengier car il ne avoit mal fors le cheoir seulemant. Et quant il s’est relevés, il regarde Guron et voit que il prant sa damoiselle; il mist main a l’espee et jete son escu devant et vait vers Guron et li dit: «Dan chevalier, ne menéz la (59rb) damoiselle plus avant car enqor ne l’avés voz gaagnees, car encor vos covendra doner et recevoir maint coux d’espee ainz que vos l’aiéz». [2] Et quant Guron voit que conbatre li convenoit as brand, il desmonte tantost de son cheval et le donna a garder a son escuier et puiz met main a l’espee et se jete l’escu devant; et quant les chevalier furent andeuz aparoilliés de la bataille, il ne fait autre delaiemant ainz cort le unz sor les autres ausint com se il fussent liunz ou liunzpart, et s’entredonnent li greignor coux que il poent. Il comencent une meslee mult dure et aspre: hor puet l’en veoir doner et recevoir grandisme coux, et si vos di tout veraiemant que Uter se mantenoit trois bien maiz ce estoit nient, car Guron le grevoit si que ce estoit une mervoille. [3] Quant Guron voit que Uter ne pooit enn avant, il se trait primieremant arere que par sa volenté il ne li feroit plus mau que fait li avoit. Il se repousent tant que il hont recouvré aleinne et force. Atant parole Guron et dit: «Sire, quités moi vostre damoiselle et ne vos mesleés pluz a moi. Si ferés que sage et le vostre meillors». [4] «Sire – fait Uter –, la damoiselle ne vos quiterai ge en nulle mainere tant com je la porai defendre.» [5] «Adonc recomençon nostre bataille», fait Guron. [6] «Ce me plest bien», fait Uter. [7] Lors recomencent les batailles dure et cruelz mais il ne demora gramant que Guron vint au desuz de Uter et ce n’estoit mervoille, qar Guron estoit le meillor ferior d’espee qui fuste en tout le monde.

LXXXIV

[1] Quant Guron voit que Uter ne poit plus enn avant, il li dit: «Sire chevalier, quitéz moi vostre damoiselle, si feroiz que sajes avant que nulz de nos receive pluz daumajes que receü avons». [2] Quant Uter entendi ensi parler Guron, il li dit: «Sire chevalier, et je la vos quit puis que a feire le me convient». [3] Lors prant Guron la damoiselle et la moine avec les hautres et li chevaliers qui les conduissoient remistrent illuec dolens et corrouciés duremant; il sunt si esbahiz que il ne seven que il deüsent feire et dient que voiremant est il le meillor chevalier deu monde. Et m. Guron, qui gaagniés avoit .X. damoyselles par force d’armez, se part d’iluec liéz et joianz et se met au chemin entre lui et ses .X. damoiselles et sez escuiers. [4] Il chevauchent tant qu’il vindrent a un mult biaus chestiaus qui a un vavasor estoit qui mult debonaires estoit et cortoiz. Guron s’en vait tot droit en la mastre forteresce, là u le vavasor le reçoit mult honorablemant; et tuit ceaus del chastel qui virent venir Guron en tel mainere, il s’en font grant merevoille et l’encomencent a apeller le Chevalier as Damoiselles. Que vos diroie? Le sire deu chastel le onore (59va) de quanqu’il puet. [5] Et quant l’eindemain fu venu, Guron se lieve bien por matin et prant sez armes et monte sur sun cheval et fait monter toutes les damoisselles bien apareilliees; il comanderent le sire deu chastiaux a Deu et puis se mistrent au chemin vers le chastiaux de l’Onbres là u li roy Uterpandragon estoit ja venus por feire apareiller toutes les bessognables choses qui a sa cort convenoit. [6] Et quant Guron ot chivauchiés jusque a hore de prime, adonc havint que il ataignent .IIIJ. chevaliers qui de Terre Forainne estoient, buen chevalier et fort de toutes esprovez. Et sachiés que entr’elz .IIIJ. estoit li deuz freres qui tant estoient renomés de toutes chevaleries, et chascuns des .IIIJ. chevalier conduissoit une damoisselle mult richemant acesmee. Et quant il virent venir Guron a tant de damoiselles et que il n’estoit que un seul chevalier, il se merveillerent mult et crient tuit .IIIJ. a unne vois: «Bien viegne le Chevalier as Damoyselles». [7] «Bonne aventure aiés vos», fait Guron.

LXXXV

[1] «Sire chevalier – fait li un des freres de Terre Foraine a Guron –, vos alés bien honorablemant a la cort le roy Uterpandragon plus que honques hy alast chevalier.» [2] «Sire – fait Guron –, hencore hi alerai je plus honoreemant quant je i merai les vostres .IIIJ., car je le voeil gagnier sor vos: si enn avrai .XIIIJ. avec moy.» [3] «Comant sire – fait li uns des freres –, ne vos baste les vostres dix que enqores en qerés plus? Certes, il seroit bien que aucuns chevaliers vos le tousisse toute diz et certes je serai cellui qui a vos le toldrai toutes a mon poir.» [4] «A l’esprove en serés – fait Guron –, car ge voeil gaagnier lez vostre tout primieremant.» [5] Adonc s’esloignent li uns de l’autre et puis baissent les glaivez et mistrent le chevaux as esperonz et se vienent ferir mult abandoneemant; et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: le chevalier brise son glaive et Guron fiert lui si roidemant qui le porte a la terre lui et le cheval tout en un mont. [6] Quant cil se senti a la terre, il a si grant duel c’a pou que il ne crieve de duel; il se relieve mult vistemant com celui qui mult estoit fort et lengiers, et met main a l’espee et son escu devant son pis et vait vers Guron qui ja voloit prandre sa damoiselle, et li dist: «Vasal, ne prenés ma damoisselle car je la defendrai bien a mon brand d’acier, que se vos m’avéz abatu ne m’avés mie mené a utrance». [7] E quant m. Guron voit que il ne puet partir sans bataille et il dit que ja por ce ne remandra; il desmonte tout maintenant et baille son cheval a un de sez escuiers, puiz se giete son escu devant et met main a l’espee et vait vers le frere de Terre Foraine. Et celui, qui mult estoit fort et poissant et qui mult savoit de la scremie, quant il voit venir Guron l’espee en la main et tout appareilliéz de la bataille, il ne moustre que il soit coart ains s’eslance vers lui mult hardiemant et se donnent grandisme coux de l’espee trenchant, et encomencent une meslee mult cruelz et pesmé: il le font de tel mainere que il ne senble pas proesce de home mes foudre et tenpestez.

LXXXVI

[1] Et que vos aleroie je dissant? Tout fust li chevalier de Terre (59vb) Foraine un dez buenz chevalier deu monde, si ne puet il soufrir la grant force et le grant poir de Guron car Guron l’emoine en pou d’ore en tel mainere que il ne puet gramant enn avant se il ne quita sa damoiselle. [2] Et quant Guron voit que il l’a a ce amené, il li dit: «Sire chevalier, je vos pri que vos me quités la damoiselle et que mesllee ne soit plus entre noz que este». [3] «Hia sire – fait cil –, et je la vos quit puis que autremant ne puet estre.» [4] Lors prant Guron la damoisselle et la met entre les autres; aprés monte a cheval et prant un buen glaive cort et gros, et li autre frere qui aparoilliés estoit li vient le glaive baissié mult ardiemant. Guron, qui bien le voit venir, li adrece la teste de son cheval et ne lle refusse pas ains vait contre lui bien comme preudomes; et quant il vienent au joindre des glaives il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: li chevalier brisse son glaive et Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la terre mult aspremant et vait outre par fornir son pondre, et puis prant la damoisselle et la met entre les autres. [5] Mais por quoi vos feroie je lonc conte? Car sachiés voiremant que Guron venqui tous les .IIIJ. chevalier et gaagna lez .IIIJ. damoiselles. Les deus freres de Terre Foraine et lors conpagnons remistrent illuec doulenz et corrouciés duremant. [7] Et m. Guron se met au chemin entre lui et sez .XIIIJ. damoisellez et ses escuiers et chevauchent tout celui jor dusque au soir que il ne trove chevalier qui damoiselle condue; et le soir l’aporte Aventure a un chastiaus mult fort et grant qui estoit apellé Biau Veoir. Guron entre laienz avec toutes sez damoysellez et vait hosteler chiéz le sire deu chastiaux qui lez requoit hennorablemant et le honore de tout son poir, car la renomee dou Chevalier as Damoyselles estoit espandue par toutez pars, que il estoit le meillor chevalier dou munde. [8] Mais atant laise li contez a parllé de m. Guron et retorne por deviser la grant cort que le roi Uterpandragon tenoit chascun anz en la plaigne del chastel de l’Onbres.





LXXXVII

[1] Or dit li contes, et la veraie estoire le tesmoigne, que li roy Uterpandragon voit que li termen aprochoit de li .XII. jors de mai que il devoit tenir sa riche cort en la grant plaigne de l’Onbre. Il se aparoille au plus hautemant que il puet car il savoit que chascun venoit autemant; et por ce que il estoit sire de tous celz de la contrea, i baoit il a venir plus honorablemant que il feïst honquez, car il moine bien avec lui .CCCC. chevaliers touz preudomes d’armez. [2] Et enqor i avoit il des meillors chevalier deu monde et vos conterai unne partie d’elz: que il i meine monseignor Galehot le Brun qui bien estoit le meillor chevalier deu monde, l’autre fu m. Lamorat de Listenois, le ters le bon Chevalier sanz Paor, le IIIJ li bon roys Meliadus (60ra) de Leonois que pés avoit fait au roi Uterpandragon; et encor hi estoit li roiz Ban de Benoÿc et li roiz Bohors de Gaunes sun ffrere et m. Lac et Danain le Rous et des hautres asés que je ne vos voeil conter, que trop me seroit longue matire a mentevoir. Ne des biaus armes et des richez destriers ne vos di ge mie car a mervoille hi n’i avoit, et la greignor partie des chevalier i menoit damoiselle et li roy Uterpandragon i moine sa feme la roïne mult honorablemant, car elle avoit en sa conpagnie bien .XII. roïnes acesmee mult richemant asi comme a roïnne convenoit. [3] Et quant le roi Uterpandragon fu aparoilliés mult hautemant et touz sez baronz et dames et damoiselles, il se partirent de la mastre ville de Kamallot sor lor chevaux et sor lor palefroiz et se mistrent au chemin, et chevauchent tant que il vindrent en la grant plaigne dou chastiaux de l’Onbres, là u il estoit acostuméz de tenir sa riche cort et feste. Et quant il furent là venus, il firent tendre tref et paveillons et feire loges et betreschez et ordener le chanps. [4] Quant li .XII. jors de mai fu venuz que la feste fu encomenciee, lors peüsiéz veoir aséz reïnes et dames et damoiselles mult belles suz le betresches et suz les loges acesmee mult noblemant et richemant que ce estoit mervoille de lui veoir; et bien peüsiés veoir tous le nobles chevaliers dou monde suz le riche destriers covers jusque as ongles des piés de dras de soie et de cendalz de divers colors, lor peüsiéz veoir maint escuz freschez et noviaus et maintes enseignez diversemant ovree.

LXXXVIII

[1] Que vos aleroie disant? Il n’estoit nulle lingue mortiaus au monde qui dire peüst le grans noblescez et lez grans hornemans qui a celle noble feste estoient. Et quant les noblez chevaliers furent arméz et montés sor lor riche destrier et le dames et les damoiselles estoient monteez sor lor betresches et sor lez logez qui estoient covert de dras de soie a hor batu, et li chevalier vindrent en la grant place devant le paveillon roiaus por encomencier les joustes et la ffeste.

LXXXIX

[1] Adonc se met avant li roy Lot d’Orcanie tot aparoilliés de la jouste; li banier encomence a crier: «Qui voelt la jouste au roi d’Orcanie veigne avant», et il ne demore gramant qu’il se met avant Eschanor le Grant. [2] Et que vos diroie? Il ne font autre deleance, ainz se esloignent anbedeus et baissent les glaives et mistrent lez chevaux as esperonz et vienent grant aleüre car li chevaux estoient fort et isniaux et li chevaliers qui desuz i estoient sunt preus et vaillant. Il venoient si brullant que il senbloit foudre, et quant il vienent au joindre dez glaives, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force si que les glaivez voelent en piecez; apréz se hurtent de cors et de visages si que il s’entreporterent a la terre mult desquaséz. Et bien fu dure joste car il gissoient a la terre telz atornés que il ne movoient ne pié ne main, mais les vallet li pristrent et les porterent a lor paveillons. (60rb) [3] Et aprés que ceste jouste fu faite, éz vos venir un vallet qui venoit criant parmi le chanp: «Venu est li Chevalier as Damoiselles»; et sachiéz veraiemant que la renomé de lui estoit si grant que tuit l’avoient por le meillor chevalier dou monde et tous les buenz chevalier qui illuec estoient avoient grant volunté de jouster a lui.

XC

[1] Quant le roi Uterpandragon entent que li bon Chevalier as Damoiselles venoit, il n’a grant joie et touz les hautres ausint, et atendoient tuit que il venist. Quant Guron fu venus avec sez damoiselles, qui .XVJ. estoient, il ne vient pas devant le roi Uterpandragon ainz s’areste da l’un chef dou chanp et sez .XVI. damoisellez d’entor lui, car il n’avoit gaagniés doe le matin mesme que il vient a la feste. [2] Guron li Cortois estoit montés sor un grant destrier fort et lengiers et arméz mult richemant, et avoit sun escu covert de unne unce vermoille, et ce estoit l’escu meezmes que fu trainés a la charete quant il recevi la grant vergoigne. Et quant m. Guron se voit au chanp si honorablemant comme de avoir conquisté .XVI. damoiselles par force d’armes, il a grant joie dedans son cuer; mes quant il se remenbre de la grant honte que il requit a l’autre fois, il a grant ire, si que tous li cuer li change dedans son ventre. [3] Il demore en tel mainere une grant piece et quant li rois Uterpandragon voit que le Chevalier as Damoyselles ne venoit, il demande ou il estoit allés et l’en li dit que il estoit arestéz da l’un chef dou chanp. Quant le roi Uterpandragon entent ce, il li envie maintenant sez mesages: et ce fu Hervis de Rivel, qui au roi Uterpandragon avoit contéz mot a mot comant le Chevalier as Damoyselles les avoit desconfiz et sez conpainz ausint, et tolue sez damoysellez; et le roi Loth d’Orcanie lor avoit dit cel meezmes, et touz les hautres a cui Guron avoit tollue lor damoiselles. Et por ceste achoison coroit si grant la renomee de lui a la feste.

XCI

[1] Quant li mesaje de pars le roy furent devant m. Guron venus, il troverent que il avoit en sa conpagnie .IIJ. chevaliers et .XVI. damoiselles. Les mesaje le saluerent cortoissemant et il lor rant lor sallu bien et sajemant. [2] Adonc parolle Hervi de Rivel et dit a Guron: «Sire chevalier, m. le roy Uterpandragon vos mande por moy mult pregant que vos le vegnoiz veoir se a vos pleïste, que mult desire que vos soiéz en son hostel por vos honorer de tout son poir». [3] «Sire – fet li Chevalier as Damoisellez –, sachiéz voirement que mult voluntiers l’alase veoir mais je sui si honis et si avilléz dou tot et si desonorés que je ne doi aller devant si preudomes com il estoit, car je sui si honiz que de moi veoir seulemant seroit il tous desonerés. Et por ce, biau sire, ne voeil je devant lui venir. Et enqore vos faiz je bien a savoir que je ne sui mie telz qui por chevalier me doie tener.» [4] Atant se partirent li mesajes et s’en tornerent devant li roi et hautres baronz qui illuec estoient por espeirer la venue deu Chevalier as Damoiselles. Adonc parolle Hervi de Rivel et dit: «Sire roys, sachiéz de voir que li Chevalier as Damoiselles (60va) est venus au chief de vostre chans et est arestés en mi le chemin, et a avec elz .XVI. damoiselles; et sachiés que nos le preïmes plusor foiz de par vos que il vos venisse veoir, et il nos respon que il estoit si honis chevalier et si vil et si vergondeus que il ne avoit ardemant de venir devant vos, et nos dist que il est si desonorés en toutes guisez que de sa venue en seroiz tous desonorés. Et vos mande par nos que por ceste achoisson ne veahut il venir devant vos por rien deu monde».

XCII

[1] Quant le roi Uterpandragon entendi ce que li chevalier li mande, il en fu touz esbahiz et ausi furent tuit lez autres qui illuec estoient. Et sachiés tout voiremant que illuec estoient tuit li parfet chevalier deo munde qui a celui tens portasent armes. [2] Et que vos diroie? Il avoient tant atendu la venue dou Chevalier as Damoisellez que hore de mangier estoit et ne i estoit fait que unne seulle jouste, por ce que chascun boen chevalier atendoit la venue dou Chevalier as Damoiselles pour jouster a lui. [3] Et quant il fu aparoilliéz de mangier, adonc vont li banier criant per tout le chanp: «Seignors chevalier, alés mangier car les tables sont missez». Lors alerent seoir a les tables selonc la costume de celle cort: que li roiz estoient asiz as roiaus tables et tous les bon chevaliers avoient lor damoiselle avec elz, et lez autres chevaliers estoient par le paveillons et manjoient envoissieemant. [4] Et quant le roy s’estoit asis si honorablemant comme je vos cont, atant és vos venir devant lui une damoiselle mult belle et acesmee mult richemant, et quant elle fu devant le roy venue elle parole mult sajemant et dit: «Rois, celui chevalier qui me conquiste cors a cors sor le roi Loth d’Orcanie vos mande por moi [que] tant com il estoit chevalier, hot il bien hardemant de venir devant vos; mes hore que il n’en est chevalier, ne vendroit il devant vos por rien dou munde car il est si honiz que de lui veoir seroiés vos tous desonorés. [5] Et nonporquant, tel com il est, vos mande il por moi que se i a nul chevalier si ardi en vostre hostel qui eüste ardimant de gaagnier unne de sez damoiselles, venist jouster a lui; et se il l’abatera, il conquera lous et pris. Mes sachent il de voir que il ne vuelt metre sez damoiselle en aventure por rien non gagnier, et por ce que il set de voir que a vostre table est aséz de preudomez et qui hont damoiselles aséz, moinent lor damoiselle avec elz et jostrent a lui: cil qui la [...] conquera primieremant loz et pris et aprés sera [...]re de peur quar damoiselle de totez mielz li plae[...], se il sera abatus quitte sa damoiselle sanz autre mesllee. Hor viegne avant qui contre elz se vehaut esprover car il est là dehors au chanp tous aparoillés de la iouste».

XCIII

[1] Et quant li roi Uterpandragon ot oï cest mesage, il comença a rire et dit: «Damoiselle, se Dex me sahut, comant que li chevalier se tiegne vil? Je di bien que il est tel home que l’en le devroit honorer et tenir chier as novelles (60vb) que l’en me vait contant de lui. Et qant sa volunté est telle que il ne voelt ici venir et je vendrai lui veoir prochainement». [2] Et quant li roi hot einsint parllé, maintenant se met avant un chevalier et vint devant lui, et estoit mult jounes chevalier et hardiz et vaillanz et estoit apelléz Uter de Kamalot por amor le roi Uterpandragon; et sachiés que il ne sehoit a la [ta]ble reiaus por sa damoyselle que Guron li avoit tollue. Il parole a lo roy et dit: «Sire, je vos pri que me dognois un dun que je vos demanderai». [3] Et li roiz, qui grant bien li voloit com a celui qui son prochain parens estoit, les li otroie debonnairemant. [4] «Sire – fet il –, je vos pri que aille por vostre congié jouster au chevalier et me faites bailler unne damoiselle, que je voudroie recovrer la moie.» [5] Li roi li dit que ce voelt il bien, lors li fait li roi bailler unne damoiselle mult belle et bien acesmee et Uter se fait armer au miaus que il puet et monte sor un biau destrier et la damoise[lle] sor un palefroi, et se mistrent a la voie et s’en vindrent là u Guron estoit avec sez damoisellez. [6] Uter le salue mult cortoisemant, Guron li dit que bien soit il venus. [7] «Sire chevalier – fait Uter –, je sui venus por gagnier une des vostres damoiselles ou ge vos lairai la moie par telle convenance comme vos noz enviastes.» [8] «Ce voeil je bien», fet Guron.

XCIV

[1] Atant ne font nul delaiemant ains s’esloignent et Guron descovre son escu que chascun connoisse bien, que c’este escu de autretel seignal com celui que il avoit quant il fu charatés. Et quant il furent esloigniéz, il brochent li destrier des esperons et se vienent les glaivez baisiees mult grant aleüre. Et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sour l’escu de toute lor force: Huter de Kamalot brise son glaive et m. Guron fiert lui si aspremant que il li feit une grant plage en mi le piz et le porte juz deo cheval a tere mult fellonossemant; et puiz s’en passe holtre par fornir son pondre, et puiz retorne et prist la damoiselle de Huter et la mist avec les hautres. [2] Aprés prent Guron li cheval de Huter et l’en li amoine et puis l’aide a monter et li dit: «Sire chevalier, je vos pri que vos au roi Uterpandragon dïés de par moi que il me mande tant de sez chevaliers que je soie delivrés de mes damoiselles ou que je n’aie plus que je n’en ai». [3] «Sire – fet Uter –, ce ferai je bien». Il se part et torne au roi; et quant il fu descendu il dist au roi ce que Guron li mandoit. [4] Li roi, qui voit que Uter avoit perdu sa damoiselle et qui preus estoit et hardiz et entent ce que Guron li mande, respondi oïant tous sez baronz qui a les tablez estoient: «Preudome est li chevalier: comant que il vait disant que il n’estoit chevalier? Il m’est bien aviz sanz faille que il doit estre tenu por chevalier car il l’a ja moustrés et ci et aillors, as novelles qui de lui me sont cointeez, que il est trés buen chevalier, et propemant quant il a enpris si fort afeire comme est cestui et en si haute corte comme est la moie. Et certez, il est mestier, se Dex me sahut, que je le voie en cest jor d’ui se il est deu tout si buen chevalier comme lez novelles les temoignent».

XCV

[1] (61ra)Apréz ceste parole, se met avant un chevalier qui avoit nom Marian et estoit bien jentil home et chevalier de grant renomee. Il prist sa damoiselle et la fist monter sor un palefroiz, et il monte sor un buen cheval et dit que il va veoir le chevalier qui si grant partie fait as chevaliers de la cort li roi Uterpandragon. Lors se met a la voie entre lui et sa damoiselle et s’en vait là u Guron estoit avec sez damoiselles. [2] Li chevalier s’entresaluerent bien et cortoissemant, aprés se traient ensus li uns de l’autre por lez covenances devant, et puiz mistrent les chevaux as esperons et se vienent ferir mult abandoneemant con les glaives baisieez. Et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sour l’escuz de toute lor force: Marian brisse son glaive et m. Guron fiert lui si roidemant que il li fait unne grant plaie en mi le pis et le porte a la terre mult fellonossemant, et puiz prant la damoiselle et la mist entre les hautres. [3] Li chevalier se relieve et monte sor son cheval a quelque poine et Guron li dit qu’il die au roi Uterpandragon que il li envie des hautres. Marian vient devant li roi et li dit comant li chevalier li mande et comant il avoit perdue sa damoiselle.

XCVI

[1] Quant li roiz voit Marian et entent ce que il dit, il a grant mervoille et dit que mult li tarde que il ait mangié et que il aille veoir le Chevalier as Damoisellez, et apréz ce ne demore gaaires que lez tablez furent leveez. Li roiz oïnsi dou paveillon por aler veoir le chevalier, mes li roi Bohors de Gaunez et li roi Ban de Benohic son frere se font armer et ausi font maint chevalier qui de grant renomee estoient. [2] Et li roiz Meliadus meesmes – qui acordés estoit au roi Uterpandragon de la haïnne que il avoit ho lui pour achoisson de le roi Feramont, que il aida en une soe besoigne encontre le roi Uterpandragon qui l’avoit asegié en un chastel, et que li roiz Meliadus les desconfist par sa proesce – il prist sez armes et sa damoiselle et dit que mult li pessera se il n’en a unne de celle damoiselle dou chevalier, por ce que si belle estoient et que si buen chevalier le conduisoit. [3] Et m. Galeot le Brun prist sez armez qui estoient a or, et Lamorat de Listenoiz et le bon Chevalier sanz Paor et maintes autres boen chevaliers qui de grant renomee estoient pristrent lor armez pour jouster a Guron, et de telz qui ne le deüsent feire. Et quant il furent tuit arméz et montés sor lor chevalz, il se mistrent au chemin avec le roi Uterpandragon qui montés estoit mult richemant.

XCVII

[1] Einsint vait le roi Uterpandragon veoir le Chevalier as Damoiselles a tel conpagnie comme je vos ai contés. Or aïde Dex Guron que bien n’a mestier, car tuit le meilor chevalier deo monde vont por jouster a lui. [2] Quant il furent prés Guron venus, qui estoit avironéz de tante belle damoiselles, li roi s’areste sor un petit tertres a tel conpagnie com je vos cont et voient Guron tot apertemant car il estoit au pié de celui tertres; et quant il hont aséz regardés, il dient que mult estoit biaux chevalier et bien resenble preudome. (61rb) Et quant il furent demorés une piece, atant se met avant li roi Bors de Gaunez et moine sa damoiselle ou lui, et s’en vait tout droit a Guron.

XCVIII

[1] Et quant li roi Bohors fu a Guron venu, il le salue cortoisemant. Guron, qui bien connossoit le roi Bors, li rant son salu bien et sajemant et dit a soi meesme que il ne voldroit por sa volonté que li roi Bohors i fust venu primieremant jouster a lui, car il ne doutoit la jouste de nul chevalier deo monde tant com il fassoit la soe; maiz toutez voies aille comant Aventure voldra. [2] «Sire – fet li roi Bohors a Guron –, se m’aït Dex, vos estez bien garnis de belles damoiselles et encore sui je venus por doner vos ceste moie ou, per aventure, por gagnier unne des vostres, por la covenance que vos nos mandastes au paveillon li roi Uterpandragon.» [3] «Ce me plet bien – fet Guron –, et ce sera bien grant honor a cel qui la gaagnera devant touz le buen chevalier deo monde.» [4] Adonc ne font nul delaiemant mes tout maintenant s’esloignent le cors d’un chevaux. Et li rois Uterpandragon et les hautres qui les voient esloigner dient entr’aus: «Or pora l’en veoir belle jostes car ce sunt deus buen chevalier et buen josteor». [4] Et quant li roi Bors et Guron furent exloigniés, il se tornerent les testez de lor chevaus, il se joignent l’escu au piz et baissent lez glaivez et mistrent les chevaux as esperons: il venoient bien comme preudomes. Que vos en diroie? Li chevaux estoient fort et corant et li chevalier qui desuz i estoient preus et poissant, il venoient comme foudre. Et quant il vienent au jondre des glaives, chascun [i] met cuer et force d’abatre li un l’autre; il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: li roi Bors brise sa lance dusque au poing ne de selle ne le remue ne pou ne grant, et m. Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la terre lui et le cheval tout en on mont et s’en passe houtre par fornir son pondre; puiz prant au frain la damoiselle au roi Bors, qui mult estoit belle et avenant, et la met entre lez hautres. [5] Et quant li roi Uterpandragon et m. Galeot le Bron et tous lez autrez qui iluec estoient qui virent aler le roi Bors a la terre, qui estoit si buen josteor, il en furent si esbahiz que il ne sevent que dire et dient que voiremant est li Chevalier as Damoiselez buen chevalier.

XCIX

[1] Li roi Ban de Benoÿc, qui mult estoit iriés de son frere li roi Bors, se met avant avec sa damoiselle et vait vers Guron, qui pris avoit un autre glaive. Quant il fo a lui venu il le salue hunblemant; Guron li rant son salu bien et cortoissemant. [2] «Sire chevalier – fait li roi Ban –, la covenance de nostre jouste sai je bien, je voldroie vengier la honte de mon conpagnon se je unquez porai.» [3] «A l’esprove en seréz prochainemant», fait Guron. [4] Aprés ceste parole ne i ot delaiemant ainz se vienent si grant aleüre que il senbloit vent; il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: li roi Ban brise son glaive, (61va) et m. Guron fiert lui si roidemant qui le porte a la tere mult fellonosemant et s’en passe houtre par fornir son pondre; et puis retorne liés et joiant de cele II joustes que il estoit si bien avenu, il prant la damoiselle au roi Ban et la met entre les autres. [5] Li roi Bors, qui remontéz estoit, s’en vait a son frere et l’aide a monter et li dit: «Sire, ne vos esmaiés que ensi vait des aventures des chevaliers erans; une autre foiz vos en avendra mielz, se Dex plest». [6] Et li roys Uterpandragon, qui illuec estoit, et les autres baronz sont aséz plus esbahiz que devant, hor dit chascun que preudom est li chevalier duremant.

C

[1] Quant Lamorat de Listenois, qui illuec estoit tout apareilléz de la jouste, voit li rois Bors et li roi Ban – de cui [i]l prisoit tant de chevalerie – a la terre, il n’a grant ire, il dit a soy meesmez que il lez ira vengier se il pora. Lor chevauche vers Guron entre lui et sa damoyselle, et quant il est a lui venu il li dit: «Sire chevalier, Dex vos sahut». [2] «Bonne aventure aiés vos», fait Guron. [3] «Sire – fet Lamorat –, vos avéz bien moustrés a mez conpaignons que voiremant estez vos bon ferier de lance, mes je vos di que voudroie mielz gaagnier a vos que il n’en hont. Et se vos me vousiséz doner unne de vos damoiseles, voluntiers me soufrisse de la joustre», et ce disoit Lamorat por gab, car il ne lairoit la jouste por rien deu monde. [4] Quant Guron entent ensi parler Lamorat, il cuide que ce soit a certes, si respont adonc et dit: «Biau sire, greignor don que ceste ne seroit vos donroie je, mes a cestui point me pardognois car nulles des moiez damoiselles ne poroie avoir nul chevalier deo munde sanz coux de lance». [5] Adonc ne i ot nul delaiemant ainz se traient li un ensuz de l’autre, aprés broichent les destrier et se vienent a l’encontre si grant aleüre qu’il senbloient vent. Et quant il vienent au jondre des glaives, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: m. Lamorat de Listenois brisse son glaives dusque au poing ne li chevalier ne mue de selle ne pou ne grant, et le buen chevalier de Guron fiert lui si roidemant que il le porte a la terre ennavrés par desuz la crope de son cheval, et s’en vait houtre par fornir son pondre. Aprés vient Guron et prant la damoiselle de Lamorat et la met entre lez autres. [6] Et li roi Uterpandragon et m. Galeot le Brun et lor conpagnons, qui hont veü Lamorat de Listenoiz porter a la terre, il n’ont grant mervoille.

CI

[1] Et quant le bon Chevalier sanz Paor voit trois le meillor chevalier deu monde a la terre en si pou d’oure, et bien dist que li chevalier est sanz faille le meillor dou munde mes, aille comant aler pora, que il se voelt esprover a lui. [2] Adonc chivauche vers Guron con la soe damoiselle tant que il vint a lui: l’un chevalier salue l’autre bien et cortoisemant, aprés ne font nul delaiemant ainz se esloignent par les convenances des autres et se tornerent les [s]cuz et baisent lez glaives, et urtent les chevaux des esperons et s’en vienent a l’encontre si grant aleüre que senbloit que la terre se deüst fondre desote eaus. Et quant il vienent au joindre des glaives, (61vb) il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: le bon Chevalier sanz Paor brisse sa lance et le vaillant Guron fiert lui si roidement qui le porte a la terre mult fellonosemant et s’en pase houtre par fornir son pondre, et puiz retorne et prant la damoiselle et la met entre les hautres. [3] Et que vos aleroie dissant? Le seten chevalier qui hi ala fu m. Lac et fu abatu et perdi sa damoiselle; et aprés i ala Danaÿn li Rous qui fu le uitems et i fu abatus; et le .VIIIJ. chevalier fu un chevalier parens au roi de Norgalles qui Namant avoit nom, boen chevalier et fort qui enqore i fu abatu et i perdi sa damoiselle.

CII

[1] Et quant m. Galeot le Brun voit tantez buen chevalier a la terre par un seul chevalier, il est si esbahis que il ne set que il doie dire et bien creoit que ce soit enchantemant; mais il ne se puet plus tenir que il ne aille jouster a lui et chivauche tout maintenant entre lui et sa damoiselle tant que il vint a Guron. Si s’entresaluent bien et cortoisemant. [2] M. Galeot ne li tient plus parlemant fors tant que il li dit: «Sire chevalier, vos avés abatus pluseors de mez conpagnons et devant moy, et por ce l’en me torneroit a coardie se je ne vengiasse lor honte a mon poir. Et si sai de voir que je ne fais cortoisie de le moie parte car la jouste n’en est mie paroille, car je sui tous fresc et repouséz et vos estes laz et travaillés». [3] «Sire – fet Guron –, et je, por amor de vos, prendrai cheval fres et fort»; lor monte sor un autre destrier fort et corant que son escuier li avoit amené et prant un boen glaive cort et gros. [4] Et puis s’esloignent li unz da l’autre et puis se tornent les testez de lor chevaux, et se joignent l’escu au pis et baisent les glaives, et mistrent les chevaus as esperons: les chevaux estoient fort et isniaux et les chevaliers qui desuz i estoient sunt preuz et poissant et sanz faille il sont anbedeus les meillors deo monde, et venoient si grant aleüre que il senbloit que la terre se deüst fondre desot eaus. Et quant il vienent au jondre des glaives, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: Guron le vaillant i met bien toute sa force et son poir car bien set que cest Chevalier a l’Escu d’or est bien le meillor chevalier deo monde et por ce s’esforce il encontre poir; mais ce que vaut? Car m. Galeot le fiert si duremant que il li perce l’escu et l’auberc et li met lo fer dou glaive bien en parfont. [5] Et bien l’eüse ennavrés a mort mez le glaives vole en pieces et le buen Guron fiert lui si roidemant que il li ronpi lez arçonz derierez et le porta a la terre par desuz la crope de son cheval mult desquasiéz et desbrisiés; et puiz s’en pase houtre par fornir son pondre et puis prant la damoiselle et l’amoine a les autrez. [6]  A chief de piece se lieve m. Galeot enn estant a quelque poine, mult vergondeuz car il n’en estoit acostumés de cheoir. Il dit bien que il a receü a ceste ffois la greignor encontre que il receüsse onques més.

CIII

[1] Et quant li roi Meliadus voit le bon Chevalier a l’Escu d’or a la terre et tant des hautres preudomes, il dist que bien est li chevalier da redoter, mez toutes vois se met il avant entre (62ra) lui et sa damoiselle et s’en vait tout droit a Guron, et le trove adonc que il s’avoit fait estanchier sa plaie que m. Galeot li avoit faite: il avoit l’escu au col, la lance au poing et estoit tous aparoilliés de la jouste. [2] Et quant li rois Meliadus fu a Guron venus, il dit a Guron: «Sire chevalier, vos avés bien moustrés a mez conpagnons vostre bonté et por ce sui je venus a vos, que vos encore le moustrés a moy». [3] Lors n’i ot plus parlemant ainz se traient li uns ensuz de l’autre bien un arpant et puis se vienent ferir le glaives baisee de toutez lor forcez. Li rois Meliadus, qui fort chevalier estoit, fiert Guron si roidemant que il li perce l’escu et l’auberc et li met li fer de son glaive parmi le costé senestre mult en parfonde, que pou s’en faut que il ne fu feru a mort; mes li glaives vola en piecez ne de selle ne lle remue ne pou ne grant. Et m. Guron fiert lui si duremant que il le porte a la terre mult fellonosemant et s’en passe oultre par fornir son pondre, et puis prant la damoiselle au roi et la met avec les hautres. [4] Et quant li rois Uterpandragon voit cest grant merevoille, il a si grant ire que il maudit l’ore que il fu néz car il reconoiste certainemant que l’escu au chevalier est celui escu meezme qui fu trainéz a la charete. Lors parole li roiz et dit a ses chevalier: «Or sachiéz, biau seignor, que ceste sont les greignor mervoille que je veïse en toute ma vie». [5] Les chevaliers qui avec lui estoient ne entendoient pas dou tot por quoi le roy dissoit ce, car le roi le dissoit por ce que il connoissoit que li chevalier est celui qui a l’autre foiz fu si desonorés; et de ce se fait li roi si grant mervoille comant il poet feire tant d’armez ne si grant proesces. [6] Quant Guron hot tant chevalier abatus com vos avés oï – que bien noz avoire li contez que il enn abati .XII., tous li meillors de la cort, et gagniés tantez bellez damoisellez –, tous les chevaliers qui illuec estoient distrent entr’aus que ce estoit mereveillouse chosse a veoir et que mauveisse chosse estoit de haster tant le chevalier de jouster. Et certes, qui horendroit l’abatisse n’en avroit loux ne pris, que trop doit estre las le chevalier qui tant preudomes a abatus; et por cest achossun n’i alla plus nullui por jouster. [7] Le roi Uterpandragon, qui avoit bien reconneü le Chevalier a l’Escu, dit a sez baronz: «Hor sachiéz, biaus seignors, que cist chevalier est celui meezmes qui a l’autre festa fu si desonoréz et miz sus la charete».

CIV

[1] Quant lez boenz chevaliers qui avoient esté abatu, et celz qui hoïrent ce furent si esbahiz que il ne ssorent que dire, et le buen Guron voit que nul chevalier ne vient plus jouster, il n’a grant joie dedans son cuer por ce que Fortunne l’avoit si bien adié et que ennavrés estoit, car il connoist bien que il a abatu deus le meillor chevaliers deu monde, ce est Lamorat de Listenoiz et le bon Chevalier a l’Escu d’or, qui bien est meillor de lui. [2] Guron s’en vait tout droit devant le roi Uterpandragon et li dit: «Sire rois, hor me puiz je bien tenir por chevalier por la costume de vostre ostiaux car je ai abatus de vostre chevaliers plus de .X. et devant vos; et hui a un an que je fui desonoréz einsi com il vos puet recorder, et cest mon escu est de autretel tinte com fu celui qui fu trainés a la charete. Et por le desenor que il hot a celui point et a si haute cort com estoit la vostre, ne le porterai jamés car il me seroit (62rb) toutez foiz remenbrance de ma vergoigne; et por ce jaméz a mon cuel ne pendra. [3] Car la desloiaux damoisselle que je avoie amenee a vostre cort me traï ensi com Dex le set; et se je la eüsse en ma baillie, il convendroit que de sa desliauté et traïzon fust fait venjance, car pour tel traïsson ne pour si vilaine ne fu onques chevalier si traï ne si desonoréz com je fui. Or voz laiz je les damoisellez toutez .XXVIIJ. de plain chanp, que je sai de voir que ci sunt lor chevalier a cui je les ai tolue par force d’armes. Or preigne chascun la soe que je la li rent debonairemant et de bonne volunté».

CV

[1] Quant Guron hot dit cest parole, il prist maintenant l’escu qui au col li pendoit et le jete a la terre, et puiz ne i demore plus ainz hurte le cheval des esperonz sanz congié prandre et s’en va vers unne forest entre lui et sez escuiers; et s’en alla tout droit a un recet là u il avoit la nuit herbergiéz, et illuec desmonte et se fait desarmer et bender sez plaiez car le sire de l’ostiaux s’en savoit trop bien entremetre. Car je vos faiz bien a savoir que il estoit ennavrés duremant si que il li convient sejorner bien troiz moiz avant que il peüse porter armes. [2] Et quant li rois Uterpandragon voit que Guron s’estoit partis en tel mainere, il en fu corouciés duremant et ausi furent tous les autres preudomez qui illuec estoient. Li roys mande aprés Guron maintez chevalier par lui feire retorner maiz il ne porent trover. [3] Et li rois, qui voit que il ne se puet trover, dit: «Seignors, hor que firon nos que nos avons perduz par nostre fellonie la conpagnie de le plus preudome qui soit au monde? Ne recovrer ne la poroiz jaméz lengieremant car, ensi com il meezme me recorde quant il se part de ci, nos li feïmez tant de vergoigne et de honte que je sai de voir que il ne avra jaméz volunté de venir entre nos.

CVI

[1] Et quant il est ensi avenu que por sa haute proesce s’est revengiéz de la vergoigne que noz li feïmez et noz ne li avom puis fait honor selonc le grant valor que il a, et por ce que lui ne poonz honorer que alé s’en est d’entre nos, voeil je que nos faissonz a son escu, qui remés nos est, honor et que nos portonz por le suen amor un escu de autretelle tinte tout cestui an, et aprés le anz face chascuns de nos hautretel com a lui plaira. Et je me n’encomencerai primieremant et porteray le suen escu que il gieta a la terre, et chascuns de vos autres en face faire un autretel». [2] Li roy prant l’escu de Guron qui a la terre estoit et le met a son col, et les autres firent einsint com le roi lor avoit comandé et le porterent tout celui anz autretel escu com fu celui qui fu trainiéz a la charete. Aprés se partirent et vindrent a lor paveillonz, et les damoiselles que Guron avoit randue a le roy Uterpandragon s’en alerent chascune au paveillon de son seignor. [3] Le joustez remestent celui jor dusque a l’eindeimain et les chevalier se alerent a desarmer, et quant il se furent desarméz il alerent tuit a le paveillon de le roi Uterpandragon et illuec tenoient grant parlemant del Chevalier as Damoisellez qui avoit fait si grant mervoille d’armes, et mult se mervoillent que il puet estre. [4] Adonc parolle li roi entre sez barons et dit: «Seignors, a il nul de vos qui sache qui li chevalier est, ne son estre?». Et tuit dient que il n’en savoient riens.

CVII

[1] (62va)Adonc se met avant m. Lamorat de Listenoiz et parolle en tel mainere et dit: «Sire roi, sachiéz voirement que nos avom veü en cestui jor la greignor mervoille que nos veïssionz onquez més, ce est de le Chevalier as Damoiselles qui a abatus tant de preudomes devant vos. Et dir poés seüremant, se il est si buen chevalier a l’espeez comme il est as glaives, seüremant puet dire que il ne a per au monde; et bien croi que il soit dou linaje a celz de Brun qui sunt in l’Isle Non Sachant, car nul autre chevalier fors ceaus de Brun ne poroit avoir fait ce que il fist». [2] «Certez – fait li rois –, ce puet bien estre.» [3] Adonc regarde li roiz et voit entor lui grant partie de ceaus qui avoient esté abatus por la main au boen Chevalier as Damoiselles; lors parolle li roiz au bon Chevalier sanz Paor et li dit: «Sire, comant vos sentéz vos de l’encontre deu Chevalier as Damoiselles? Gagnastez vos i rienz?». [4] Et li Chevalier sanz Paor, qui tout estoit vergogneus enqore de ce que il avoit esté abatus, respont au roi: «Biau sire, or ne demandés a Lamorat de Listenois, car il i gagna tant com je fiz. Mes puiz que demandés m’en avés et je vos dirai ce que je i guagnai, et si sai bien que vos le veïstes: or sachiés que, puis que je portai armes primieremant, je ne trovai chevalier qui si duremant m’encontrast com il fist. Mes je ne croi que il soit home mez aucun enchantemant». [5] De cest parole s’encomencerent a rire le uns et les autres et a solacier. «Sire – fet li roi Bors au Chevalier sanz Paor –, ne vos en chaile se li chevalier vos abati car vos ve ne vengeréz demain sor le roi Meliadus qui ci est.» [6] Que vos alleroie je dissant? Mult dure cel parlemant la nuit et le soir, et quant fu hore de couchier chascun s’en torne a son paveillon et se dormirent jusque au jor.

CVIII

[1] Et quant le jor fu venu et il fu hore de prime, il se dejeunerent despueis que il horent oïe mese et puiz se armerent li chevaliers et monterent en lor chevaux, et les dames et lez damoisellez monterent as logez, et li roiz et maint baronz estoient montéz sus le betreschez pour jugier les joustez. Et bien sachiéz que il estoit mervoille a vehoir les chevaliers armés suz le richez destriers, et les damez et les damoisellez qui si belle estoient et si richemant acesmee. [2] Et quant il furent tuit aparoilliés de encomencier la jouste, m. Lamorat de Listenois se met avant tout apareilliéz, adonc vait criant le banier: «Qui veaut la jouste au chevalier avoir la puet». Adonc se met avant Danaÿn le Rous montéz et acesméz mult richemant, et quant il s’entrevirent se vienent ferir lez glaivez bassieez mult hardiemant, et quant il vienent au joindre dez glaivez il s’entrefierent sour l’escu de toute lor force: Danaÿn le Rous brisse son glaive, et Lamorat fert lui si roidemant que il le porte a la terre lui et le cheval tout en on mont et s’en passe outre par fornir son pondre. [3] Aprés i ala le bon Chevalier sanz Paor et i fu abatu ausint com avoit esté Danaïn. Et lors encomencerent les joustez de toutes pars, lor encomence la joie et la fest si grant que l’en ne (62vb) hoïste le Deu tonant. Et que vos aleroie je dissant? L’onor de celle jornee hot m. Lamorat de Listenois, car sachiés que il abati tous lez chevaliers qui li vindrent au devant; et de l’autre jornee hot l’onor li roi Bors de Gaunes, car il vainqui maintez bellez joustes et maint buen chevalier abati en cele jornee. [4] La quarte jornee prist li roiz Uterpandragon sez armes et tous les buenz chevalier se apareillerent de avoir la dereaine jornee et mult i baoient; et les roïnes et dames et damoisellez estoient montees su lez logez por la feste et les joustez veoir. [5] Et quant il furent tuit en la place venus bien aparoilliéz, lors se met avant tout primierement le buen Chevalier sanz Paor por comencié lez joustez, et le banier encomence a crier: «Qui veaut la jouste au roi d’Estrangore, avoir la puet». Et quant li roi Meliadus oï crier la jouste au bon Chevalier sanz Paor, il se met avant tout aparoilliés et le bon Chevalier sanz Paor le conut bien que ce estoit le roi Meliadus qui contre lui se vehaut esprover. [7] Li chevalier s’esloignent, et quant il furent exloigniés il se vienent ferir mult ardiemant con lez glaivez baisieez. eEt quant il vienent au joindre des glaives, chascuns i met cuer et force comme celz qui avant voldroient chascuns endroit perdre tous le monde que estre abatus: il s’entrefierent sor l’escu si roidemant que anbedui brisent lor glaives dusque au poing ne de selle ne se remuent ne pou ne grant; il s’en vont outre par fornir son pondre mult corouciés, que chascun voudroit avoir abatu son conpagnon.

CIX

[1] Et m. Galeot le Brun se met avant armés desguiseemant et portoit unnez armes a or a unne bande d’azur, et ce fist il por non estre conneüs; et quant il fu venus en mi la place, li banier encomence a crier: «Qui veaut la jouste dou chevalier estrange avoir la poet». [2] Adonc se met avant li roy Bors de Gaunez; lor se vienent ferir les glaivez baisieez mult hardiemant et, quant il vienent au jondre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: li rois Bors brisse sa lance et m. Galeot fiert lui si roidemant que il [l]e porte a la terre lui et le cheval tout en un mont, et puiz s’en passe houtre par fornir son pondre. Le cri se lieve par le chanp mult grant et dient: «Abatu est a la terre le buen roi de Gaunez».

CX

[1] Et quant Lamorat de Listenois voit le roi Bors qui abatu estoit et que il tenoit au meillor jousteor de[o] monde, il n’a grant mervoille et toutez foiz dit il que il l’ira vengier. Lors se met avant arméz mult richemant et s’en vient en mi la place devant le paveillon dou roi. [2] Il ne se dient mot ainz s’esloignent, il baissent lez glaivez et mistrent lez chevaux as esperons et se vienent a ferir si grant aleüre que il senbloient vent. Et quant il vienent au jondre dez glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: Lamorat li fist unne grant plaie et brisse sa lance, ne de selle ne le remue ne pou ne grant; e m. Galeot fiert (63ra) lui si roidemant que il le porte a la terre ennavrés duremant. Lors comence la criee si grant que l’en ne oïst le Deu tonant, adonc encomencent les joustez par toutez pars granz et belles.

CXI

[1] Et le riche rois Uterpandragon – qui en mi la place estoit arméz et acesmés mult noblemant, bien comme rois de grant vallor – et quant il voit Galeot le Brun, qui aloit criant chevalier estrange et qui avoit abatu deuz des meillor chevalier de son hostiaux, il n’a grant ire et dit que il ira jouster au chevalier. Lor chevauche avant et vait vers Galeot qui en mi la place estoit et avoit en sa main un buen glaive cort et groz que il avoit pris, car l’autre avoit il brisséz. [2] Quant il voit venir li roy Uterpandragon il le conut bien et dit que por sa volunté il ne jousteroit a lui. Et quant li roi fu a lui venu, il li dit: «Sire chevalier, vos avés abatus a ceste foiz deus preudomez et bien vos di que Cheance vos a bien aidiés a cest foiz; mais je vengerai lor honte se je onquez puiz». [3] M. Galeot – qui voluntiers refusast la joust de le roiz se il peüst, maiz bien voit que joster li convient ho autremant il seroit honiz – se trait ariere ensi com fist le roy. Aprés brochent lez destriers dex esperonz, il vienent bruiant comme foudre; et quant il vienent au jondre, li roi Uterpandragon brise son glaive et m. Galeot le Brun, qui poissant estoit comme le monde tesmoigne, fiert le roi si duremant que il le porte a la tere tout desquaséz et feri del coing de lo hiaume en tere, et puiz s’en passe houtre par fornir son pondre. [4] Lors crient tuit: «A la tere est le nostre riche roi Uterpandragon». [4] Li rois se lieve mult vistemant com celui qui fort et lengier estoit, et pluseors chevalier l’aident monter qui puis li demandent comant il se sent et il dit bien, mais il fu plus duremant encontrés que il fust onquez. «Et bien voudroie voluntiers que cist chevalier se fuste esprovéz contre l’autre Chevalier as Damoiselle de cui fu cest escu que je port.» Mult se rit et se solace li rois entre sez barons de ce que i fu abatu en tel mainere, et mult se font grant mervoille qui il puet estre.

CXII

[1] Et quant il parloient ensenble, éx vos venir li roi Ban de Benoÿc tout aparoiléz de la jouste devant m. Galeot. «Sire – fait il –, vos avéz bien moustréz a cestui point que vos estez bon ferior de lance, et por ce voeil je que vos le moustrés a moi et vos apel a la jouste.» [2] Et Galeot li dit que ja de jouste ne li faudra, ne a lui ne a autre, tant com il le pora mantenir en celui jor. [3] Adonc n’i hot delaiemant ainz s’esloignent andui et puiz se vienent ferir, lez glaivez baissiéz, si grant aleüre com il puent de lor cheval traire. Et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: li roy Ban brisse son glaive et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le porte a la terre si estordiz que il ne set se il est nuit ou jors, et s’en passe houtre par fornir son pondre. [4] Aprés ala m. Lac et enqore fu abatus. Por quoi vos feroie je lonc cont? Sachiéz voiremant que il en abati XV chevaliers dex meillors de la cort, qui tuit briserent lor glaive sor lui et m. Galeot lez abati tous li unz aprés l’autre.

CXIII

[1] Et le buen Chevalier sanz Paor et le roi Meliadus – qui a[u] dereain estoient remés por jouster ensenble et ne avoient fait en tout celui jors d’armes fors la primiere jouste que il firent au matin –, quant il virent que m. Galeot avoit abatu tant de buen chevalier, il distrent a lor meezmes que il laiseront touz les autrez besoigne pour jouster au chevalier. [2] Le bon Chevalier sanz Paor chevauche tout maintenant en la grant place tout aparoilliéz de la jouste et, quant il fu au chevalier venu, il li dist: «Sire chevalier, tout la grant volunté que je avoie de jouster au roi Meliadus m’aveis hostee por jouster a vos». [3] «Sire – fait m. Galeot –, quant vos la jouste de moy alés querant, venus este a point que avoir la poés maintenant.» [4] «Ce me plet bien», fet le buen Chevalier sanz Paor. [5] Atant n’i hot delaiemant ainz baisent lez glaivez et mistrent lez chevaux as esperonz et vienent li unz vers l’autre mult abandoneemant, et s’entrefierent sor l’escuz au pluz roidement que il poent: le bon Chevalier brisse son glaive et li fist unne grant plaie en mi le piz mais de selle ne le remue ne pou ne grant; et m. Galeot fiert lui si aspremant que il le porte a la tere, telz atorné que il ne mue ne pié ne main com se il fust mort, et puiz s’en passe houtre par fornir son poindre. Puiz retorne en la place meezme et prant un glaive cort et gros car por tout ce ne viaut il lasier les ioustez. [6] Et quant le roi Meliadus voit le buen Chevalier sanz Paor abatu a la terre, il dist que bien est de redoter sa jouste mes toutez foiz il dist que il ne laira por rien deo munde que a lui ne jouste; lors s’en vient en la place tous aparoilliés. [7] Et quant le roi Uterpandragon voit venir le roy Meliadus pour jouster, il dit a sez baronz: «Seignors, veés viegnir le roi Meliadus qui nos vient faire conpagnie, ce est de cheoir».

CXIV

[1] Atant éx vos venir le roi Meliadus qui dist a m. Galeot: «Sire, je sui venus jouster a vos non mie por quoi je vos croie abatre, mes por feire conpagnie a mez conpagnonz». [2] «Sire – fait m. Galeot –, il alera comant Dex voldra.» [3] Adonc ne se tienent pluz parlemant ainz s’esloignent et baisent lez glaives, et mistrent lez chevaus as esperonz et se vienent si grant aleüre qu’il senbloient vent; et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent de toute lor force sor l’escu que andeus brissent lor glaives. Aprés se hurtent de cors et d’escuz si duremant que andui cheïrent a la tere maiz li unz plus estonéz que l’autre, car li roiz Meliadus reçoit unne grant plaie en mi le piz et gist a la tere en pasmeissonz une grant piece com se il fust mors: il ne remue ne pié ne main ne fait nul senblant que il soit en vie. [4] Et m. Galeot fu auquez estornéz maiz il se lieve mult vistemant comme celui qui de grant force et de grant lenjeresce estoit: il munte tantost sor un autre cheval que son escuiers li avoit aparoillés, car le suen estoit mort, et quant il fu muntéz il prant un buen glaivez et s’en vait là u il comencent lez joustez et atendoit (63va) que lez chevaliers venisent jouster. [5] Aprés ne demora gramant que [un] des freres de Tere Foraine, que buen chevalier estoit, vient joustier mes abatu fo ausi comme lez autres. Aprés cestui n’i alla [n]ullui, car le soleil tornoit au declin et por ce convient a fine force que de toutes pars remaignent les joustes. En tel mainere veinqui la dereaine jornee m. Galeot le Brun. [6] Quant la feste fu remesse, chascun s’en torne a son paveillon et a son repaire et se desarment et m. Galeot ausint, et le soir meezmes fu seü comant il avoit vainqué celle jornee. M. Galeot se firent laver sez plaies et bander, car il n’avoit unne mult grant et parfonde. Einsi se repouserent dusque au jor.

CXV

[1] Et quant l’endemain fu venu, tous lez baronz et les chevaliers s’en alerent au paveillon reiaus a veoir le roy Uterpandragon qui mult estoit joiant et qui mult lez requoit a belle chiere. Adonc parole li roiz entre sez baronz: «Seignors – fet il –, a cui loéz vos de doner la dereaine jornee?». [2] Adonc respont li roiz Bors de Gaunes: «Sire – fait il –, vos le devéz bien savoir car vos le provastez par vostre cors meezmes ausi com nos feïmes, et si le vos dirai que il fu m. Galeot le Brun qui chanja sez armez et nos deceüt si vilainemant». [3] «Ce me plest bien – fet li roiz Uterpandragon –, car je aim mielz que il soit de mon hostel que il fust un estrange chevalier; mes hou est il que je ne le voi?» [4] «Sire – fait Danaÿn le Rous –, il est en son paveillon que il est un pou ennavrés.» [5] «Ce poisse moi – fait le roi –, se il a pou de mal.» [6]  Adonc regarde li roiz et voit entor lui Lamorat de Listenois, lor pense li roiz de gaber avec Lamorat por savoir que il respondra et li dit adonc: «M. Lamorat – fet li roiz –, vos aloiéz disant, selonc ce que je ai entandu, que vos ne cuidiés trover en tout le monde chevalier qui de jouste vos peüse abatre, mais a ceste foiz avéz vos veü la verité». [7] M. Lamorat, qui bien connoist que li rois vait disant cez paroles por envoixeure et par gabs, respont mult jolivement: «Sire roi – fait il –, sachiés voiremant que je ne sui le primier de ceu et qui ne se croie valoir plus que il ne vaut. Et voz meesmez ne vausistez mie tant com vos cuidastes car vos cuidastes bien abatre Galeot le Brun mes il se defendi si bien que il ne ale pas a vos cuidier». [8] «Vos dites voir – fait li rois –, mais ne vos en chaille, car unne autre fois vos porés esprover a lui et fors le abatrés.» [9] «Dex m’en gart», fet Lamorat. De ceste parolle se rient tuit cil qui l’entendirent et mult se desduient ensenble.

CXVI

[1] Einsint com il se desduisoient, atant éx vos venir un chevalier arméz d’unnes armes verdes com erbe et estoit sor un grant destrier. Li chevalier estoit mult grant et ne gaire mainz d’un jaiant, et estoit apellés Helianor dou Boscage et estoit honcles Escanor le Grant, et estoit vielz hom et de grant hages et estoit de sa main trop bon chevalier. Et n’en voloit mie bien au roi Uterpandragons ne ne venoit jaméz a nulle de sez festes; ne a celle ne seroit il venu se ne fust que il queroit le roi Bors de Gaunes por vengier sor de lui de unne honte que il li avoit ja faite devant le roi Uterpandragon, et devant celui se voloit il vengier. Et quant il fu devant le paveillon au roi, il crie a haute voiz: «Rois Bors, rois Bors, prenés vostres armes et vos venés esprover a moy (63vb), car je vos apel a la bataille». [2] Et quant li roi Uterpandragon et lez autres qui iluec estoient, qui hoïrent ce, se font grant mervoille qu’il puet estre; et li roiz Bors, qui mult hestoit vaillanz des armes, quant il se oï einsi apeler de meslee, il ne fu pas esbahiz ainz respont mult ardiemant: «Sire chevalier, puis que a la meslee m’apelés et je ne vos en faudrai». Lors se fait aporter sez armes et se fait armer au miaus que il puet, et monte sor un chevaux fort et isniaux et prant son escu et son glaive. Et quant il fu muntés et aparoilliés, il s’en vait en la grant place là u li chevalier l’atendoit, et le roi Uterpandragon et les autres baronz et dame et damoisellez qui illuec/qu’illuec estoient monterent suz lez betreschez pour veoir la bataille dez deus chevaliers. [3] Et quant li roiz Bors fu au chevalier venus, il li dist: «Sire chevalier, et qui estez vos qui einsint mostrés de avoir grant volunté de meslier a moy?». [4] «Sire – fet il –, je ne le vos dirai hore mie, mais je le vos mousterai a mon glaive qui je sui, et a mon brand.» [5] «Biau sire – fait li roiz Bors –, ne m’espaenté par paroles mes a l’esprove seons.» [6] Aprés ceste parole ne i ot nul delaiemant ainz se traient li uns ensuz de l’autre; et quant il furent exloigniéz, il se tornerent les testes de lor chevaux, il brochent les destriers et se vienent ferir mult abandoneemant, ne ce ne senbloit pas jeu de lor venir ainz estoit bien ire et mau talent. Et quant il vienent au joindre des glaives, il s’entrefierent sor l’escu de tout lor force si roidemant que il font lez glaivez voler en piecez, et aprés se hurtent de cors et de visagez si aspremant que andui voelent a la tere mult estornés si que il ne remuent pié ne main ainz gissoient a la terre ausi com se il fusent mort; et ceaux qui ex logez estoient avoient dotance que il ne fusent desviéz.

CXVII

[1] Et quant les chevalier furent jeü a la tere une grant pieces, il se lievent andui au miaux que il puent: il aloient chancelant ausi com se la terre fremuast desout aus. Et quant il furent torné en force et en poir, il ne font nul senblant que il soient de rienz esbahiz: il se gietent l’escus devant et mistrent main a l’espee, il corent li un sor l’autre mult hardiemant, il comencent une mezlee mult cruel et felonose car il s’entredonoient lez greignor coux de monde. [2] Lors puent veoir grandisme coux doner et recevoir car il sunt andeuz des meillors chevalier deu munde, mais senz faille Elianor estoit plus fort aséz que n’estoit le roi Bors, mais li roiz savoit plus de l’escremie aséz. Einsi estoit partie la bataille com vos avéz oï: il mantienent le primier asahut mult aspremant et sachiéz que il ne avoit gramant de avantagez de le un a l’autre; il maintenent tant le primier asahut que il ne puent plus enn avant. [3] Adonc se traient li unz ensuz de l’autre, et li roi Uterpandragon et tuit lez hautres qui l’afeire de anbedeus gardoient disoient bien que il estoient deux des buen chevalier deu monde. Mult se font grant mervoille de Elianor qui se maintient si bien encontre li roi Bort, et li roi Ban de Benoïc, qui voit son frere (64ra) en si grant besoing, il a grant ire et grant doute que le peior ne tornase sor son frere. [4] Et quant lez dui chevalier se furent repouséz auques – si que il hont recovrés aleine et force –, il enbracent l’escuz et dricent l’espee contremont et se corent suz mult abandoneemant et s’entredonnent, là u il se ataignent, si grandisme coux qe mervoille estoit que il ne se metoient a la morte: car il se hastoient mult li un de mener a utrance l’autre, que il se baignent sovent et menu lor espee blanchez inter lor sanc vermoil si que touz celz qui les veoient avoient grant dotance que il ne se meïssent a la mort; et cil qui se conbatoient ne se voloient repouser, mais baoit li uns suz l’autre de mener le a otrance adonc que il estoient si laz que il ne poient plus enn avant ne soustenir enn estant. [5] Atant és vos venir une damoiselle mult bele muntee sor un biau palefroi qui venoit grant aleüre vers li chevalier qui se conbatoient, et qui se met entr’elz deus chevalier et dit a Elianor: «Sire, ge vos pri, por amor de moi, que vos leisiéz ceste bataille atant et que ne i ait plus coux doné, et vos pris que voz montés suz vostre cheval et alonz de ci tout maintenant. Et vos remenbre de la bataille que vos avéz enprise que doit estre de hui a .XII. jors, encontre le roi Faramont».

CXVIII

[1] «Et vos, biau sire – fet elle au roi Bort –, vos claim merci que vos quités le chevalier de la bataille.» [2] «Damoiselle – fet li roy Bors –, je le met en vostre chevalier: et de la pés et de la guere en soit a sa volenté.» [3] «Roy Bors – fait Helianor deo Boscaje –, je lairai bien la bataille a ceste foiz puiz que il plet a ma damoiselle, mes bien sachés que je sui Helianor deo Boscage qui te desfi et te assaudrai en le primier leu ou je te troverai, et me vengerai de la honte que tu me feïstes au Chastiaux deus Trepas.» [4] «Helianor – fet li roi Bors –, quant il te plaira je serai apparoilliés de la bataille.» Atant monterent anbedeus sor lor chevaux, Helianor se parti maintenant entre lui et sa damoiselle et sez escu[i]ers.

CXIX

[1] Et li roi Bohors s’en vait au mestre paveillon et se fait desarmer et se fait venir le mire car ennavré estoit duremant. Et quant les mires hont redéz et bendees ses plaies, il dient que il le rendront sain et haitiés dedans un moiz. [2] «Sire – dit li roi Uterpandragon au roi Bors –, savés vos qui li chevalier fu?» [3] «Oïl voir – fait il –, sachiés que il est Helianor deu Boscages, le oncle Hescanor le Grant.» [4] Et quant le roi Uterpandragon entent que ce fu Helianor, il se fait grant mervoille comant il hot tant de hardimant que il vint a sa feste; et neporquant bien le poit faire tant com la feste dure, car ausi i poent venir li ennemi comme li ami a toutes lez festez que le roi tenoit. Mult parloit li chevalier de la dure bataille qui entre Helianor et le roi Bors avoit esté, et bien dient que anbedeus estoient le meillors chevaliers deu monde. [5] Et que vos en diroie? .XII. jors demore li rois Uterpandragon en celui leu después de li .IIIJ. jors que dura la feste a grant joie et a grant solas; et despueiz de li .XII. jors se parti li rois et tous les autres de iluec et s’en tornerent a Kamalot, et les barons et les chevaliers retornerent a lor repaire. [6] Mes atant se taist li contes a parler deu roi Uterpandragon et de sa cort et torne a m. Guron li Cortois.

CXX

[1] (64rb)En ceste partie dit li conte que, quant m. Guron se fu partis de la cort au ro[i] Uterpandragon – que il i vint con .XVI. damoiselles que il avoit conquistee sor .XVI. chevalier, et que il hot conquistee le .XII. damoisellez sor les .XII. meillor chevalier deu monde –, il s’en ala a un recet qui estoit en la forest et illuec demora Guron bien .XII. jors. Et puis se fist armer a quelque peine et se met a la voie entre lui et sez escuiers et chevauchent tant que il furent venus a un chastiaux qui estoit a l’entree de Norbelande, qui estoit a un chevalier qui amoit Guron de tout son cuer ausi com nul home poroit plus amer l’autre. [2] Et quant Guron fu venu au chastiaux, il s’en vait tout droit desmonter chiés le sire; et quant le sire au chastiaux conut Guron, il li fait la greignor joie deu monde et li demande de son estre et Guron li dit que il venoit de la grant feste au roi Uterpandragonz. [3] Guron se fist desarmer, le sire deu chastel regarde Guron et voit que il estoit ennavrés: il li fait venir un mire tot maintenant et li fait bender sez plaies, et le mire dist que il li convenoit sejorner bien un mois. Ensi demore Guron avec le sire dou chastiaus qui tant de honor li fait com se ce fust le cors deou roi Uterpandragon. [4] Le seignor deu chastiaux avoit a feme unne des plus belles dame jeune feme deu monde. Ceste dame aime tant Guron de fol amor tant com nulle dame poroit plus amer chevalier; cel amor ne li estoit une hore venu primieremant mais l’avoit amé des le primier jor que elle le vit, car sachiés tout voirement que Guron estoit un des plus biaux chevalier deu monde et estoit jeune home comme cil qui n’en avoit enqore d’aage plus de .XXVIJ. anz. Et por la soe belesce et por la renomee qui coroit de lui par tout le monde l’amoit la dame sor toute rien deo monde. [5] Et m. Guron, au comencemant, amoit ausi la dame de tout son cuer et i baoit bien follemant: mes quant m. Guron voit la grant debonarité et le grant amor que le baron a la dame li portoit, il dit que il voloit avant morir que il baaste a feire mult mauveisse chosse qui a honte tornasse a son mari. Et por ce que villanie senbloit de amer la dame, ne hosta il son cuer et di bien a soi meesme qu’il voudroit avant morir que il [...] a nulle mauveisse chosse.

CXXI

[1] Et que vos en diroie? Guron demore en l’ostiaux senpre por sez plaies guarir et le sire deo chastiaux vait touz jor chacier en bois et en foreste et lasoit Guron tout seul en l’ostel avec sa feme. [2] Et quant Guron fu auquez guariz et tornéz en sa biauté, la dame, qui creoit que Guron l’amaste de fol amor ensi com il soloit au començamant, li comence a feire trop fouz senblant et propremant quant son baron ne i estoit. Et Guron, qui por [ri]en deu monde ne se i acorderoit de feire chosse qui a son baron tornasse a honte, ne mostroit a la dame nul senblant qui a ele pleüst, ains se gardoit au plus que il pooit de aler là u la dame fuste. [3] Quant la dame (64va) voit ce, elle n’a grant merevoille et s’aperquoit bien que Guron ne l’aime mie tant comm il soloit, selonc que il mostroit, dont elle n’a grant ire et grant coroux. Elle demore bien enqore .VIIJ. jors et li fait enqore de mult foux senblant et folemant, et Guron li moustre par senblant que il enn est trop iriéz duremant de ce que elle li fasoit. Et quant la dame voit ce, elle a si grant ire que elle se tient plus que morte et pense bien en son cuer de non demorer plus, ainz le dira tout le fait de sa bouche meesmez. [4] Et li avint einsint que un jor que son baron estoit aléz chacier, elle fist venir Guron en sa chanbre, et quant il furent en la chanbre seul a seul la dame voit que il estoient si seuls que n’i estoit nulz fors elz deus. Elle parole adonc et dit: «M. Guron – fait elle –, comant est ce que vos me soloiés amer selonc le senblant que vos me moustroiz et hore ne volés plus bien selonc le vostre senblant ne ne m’améz; et ne sai por quoi vos le faciés, car je croi que vos savéz bien que je vos aim sor toute rienz deu monde et de ce vos poéz apercevoir apertemant. [5] Et por ce que je vos aim de tout mon cuer, vos pri que vos façoiz ma voluntés et je ferai la vostre, et que vos ne me laiséz morir par vos despueiz que vos me poés valloir; et bien le devés faire, car le vostre douz senblant me mistrent le vostre amor si au cuer que bien m’est avis que je de vos ne me poroie consirier que au dereain ne muire, se de moy vos escondiés. Et se ce voléz feire, je serai toz tenps vostre, ne da le vostre amor ne me partirai a toute mien vivent et meron nostre vie ensenble si celeemant que nul n’en savra riens».

CXXII

[1] «Dame – fait Guron –, sachiéz tout voiremant que pour [r]ien deu monde je ne firoie chosse qui a honte tornasse a vostre baron; et vos en cri merci que vos ne m’en dïois plus rienz car je ne le voeil oïr ne entendre.» [2] «Ha sire Guron – fet la dame –, que est ce que voz dites? Por quoi me escondisséz vostre amor? Et certes, il ne a home au monde si grant ne si gentil que, se je le vousist amer, que il m’escondist de doner s’amor einsi com vos faites; et bien faroiz que saje et que cortois se vos fairés moie voluntés de ce que je vos requier.» [3] «Dame – fet Guron –, por Deu et por franchise de vos, ne dués que ce ne ferai ge por [r]ien deu munde, car je ameroie miaus estre ars en feu que je ce feïsse.» [4] Quant la dame voit que elle ne puet treire autre chosse de Guron, elle a si grant ire que a pou qu’elle ne muert de duel; a chiés de piece li dit autre foiz: «Amis dous, pros, sajez et cortois plus de touz autres, ne troverai je aucune pitié en toi d’amor qui bien poés apertemant veoir que je ai mis en vos tout mon cuer en vos amer, et que ma ame et mon esprit est tous en vos et tout mon confort et ma vie? Comant seroit ce que je ne trovasse en vos autre secors que dit m’avés?». [5] «Dame – fait Guron –, autre chosse ne poroiéz avoir de moy que dit vos ai.» [6] «Haï Guron – fet la dame –, je ne puis més, mais je vos di tout de voir que le vostre escondire convient que doïgne la mort a vos et a moy»; et atant se taist que elle ne dit plus. [7] A celui point Guron s’en part et torne a sa chanbre, et avoit grant ire de ce que la dame li avoit dit. [8] Le soir, quant le baron (64vb) a la dame fu venu da chacier, elle li fait une chiere mult triste et fessoit senblant de feme corouciees. Et quant son baron la voit, il n’a grant ire car il l’amoit de tout son cuer; il ne puet poser, ains vait en sa chanbre entre lui et sa feme et ne sofre que nulz i entrast fors qu’elz deuz. Et quant le sire fu seul a seu con sa feme en la chanbre, il li dist: «Dame, que avés vos?». [9] «Sire – fait elle –, je ne ai se bien nom»; et ceste response fassoit elle por ce que son baron le creïsse miaus ce que elle li voudra dire. [10] «Certes dame – fait il –, ce ne puet estre car vostre chiere le moustre bien que vos estez pleine de male vollunté. Et por ce vos pri que vos me dïés que vos avés et je metrai buen consoil en vostre corous apaier, se je onquez porai.»

CXXIII

[1] Et quant la dame voit que son baron est tant desirant de savoir sun corous, elle dit a soi meezmes que elle li dira tout maintenant ce que elle s’aporpanse de Guron, por lui feire metre a mort. Lor comance et dit en tel mainere: «Munseignor – feit elle –, je ne puis celler que je ne vos dïe la grant traïsson et la gran desleiauté que a vos prochace celui qui vos doit prochacier honor et leiauté». [2] «Et comant dame – fet il –, ditez le moi qui est celui qui honte me prochace: se Dex vos doïnt bonne aventure, ne me le celés.» [3] «Et je le vos dirai – fait elle –, por ce que vos ne preïgnois venjance. Hor sachiéz, sire – fait elle –, que Guron vos veaut honir mauveisemant car il me a requisse de fol amor pluseors foiz, si que il ne me laise vivre nuit ne jors. Et por ce en prenés venjance telz com il cunvient, si que vos le façois morir; et se vos ne le faites einsint, je vos di que je me ocirai a mes deus mainz», et ce dissoit la dame tout en lermoiant. [4] Quant le baron a la dame – qui Olizer estoit apellés – oï einsi parler sa feme, il a si grant ire que a pou que il n’enraje de duel, et dit a sa feme: «Dame – fait il –, hor ne vos esmaiéz car je en prendrai tel venjance que vos ve ne tendrois a bien paiee, et ce sera prochainemant». [5] «Or i penséz – fet la dame –, et façoiz si que il muere.» A tant ne i ot plus parlemant fors que Elizer pense comant il pora metre m. Guron a mort priveemant. [6] Guron se aperçoit bien de son hoste Elizer qui li moustroit male chiere, ausi com se il li vousist mau de mort. Guron ne fist autre chiere ne autre chosse, ainz se parti de l’ostel et prist congié a Elizer et s’en vait en la foreste a unne meison de religion qui mult estoit delitable a malaude, et i demora plusor jors.

CXXIV

[1] Et Elizer, qui savoit tout certainemant que m. Guron estoit un des plus cortoiz chevalier deu munde, il se fait grant mervoile comant il peüsse feire si grant traïson ne si grant villenie, et ne set comant il le peüsse metre a mort; mes sa feme l’enognoit tant nuit et jors et tant li disoit chosse creable et de grant decevance que il ne se puet plus tenir que il ne preigne une soir X chevalier et les fist armer, et puiz lor comande que il alasent a la meison ou Guron estoit et le preïssent et le [...]ïsent en mi la foreste. Ceaus qui hont oï le comandemant lor seignor distrent que ce feront il bien; lor (65ra) monterent en lor chevaux et alerent a la meison ou Guron estoit. [3] Il entrerent dedenz et troverent Guron qui se dormoit en un lit, il l’esveillent et Guron, qui toutez foiz avoit doutance de Elizer, maintenant que il [l]ez vit devant son lit, il se met sa chemisse et sez braies et prent sa spee qui dau chief deu lit estoit, et sahut suz. Maiz ce estoit neiant car il le pristrent avant que il se peüse moevre et le ennavrerent en pluseor leus, puis le mistrent sor un runcin et le menerent en la foreste et puiz dissoient entr’e[l]s: «Ocïonz le, puis que nostre sire l’a comandés». [4] Uns i estoit entr’elz qui bien connoissoit Guron car Guron l’avoit fait chevalier en celui anz meezmes de sa main.

CXXV

[1] Quant cil vit que tuit se acordoient a la mort de Guron, il lor dit: «Haï seignor, merci por Diex, ne metonz a mort le meillor chevalier deu monde ne ne façonz si grant crualtés, car il est si preudomes des armes que, se noz le meïssonz a mort, a poines poroit l’en trover en tout le monde un si preudome». [2] Tant pria cest chevalier lez autres que il ne l’ocistrent mie ainz le lïerent le main deriere le dos mult estroitemant et li benderent lez oeilz, et ausi lïés le lïerent a un aubre et le leiserent ensint ester por ce que les bestes sauvages le devorasent. [3] Que vos diroie? Guron demora toute celle nuit einsint lïéz a l’aubre dusque au jors; mes quant le jors fu venus einsi comme plet a nostre Sire, és vos venir un chevalier prés de lui por aboivrer son cheval. Li chevalier estoit apelléz Nessaux et estoit niés de un chevalier qui estoit sire des un chastiaux, et celle foreste estoit deo tenemant de cel chastiaux. Et quant Nesaus voit Guron lïéz a l’arbre en tel mainere, il n’a grant pitié et li demande: «Quex home es tu?». [4] «Sire – fet Guron –, chevalier sui et vos pri, por Deu, que se chevalier estes que vos me delivréz de ceste poine ou je sui.» [5] Cil desmonte tout maintenant et vient a Guron et le deslie, et li hoste la bende des iaux et le trove que il estoit ennavré duremant en le cors mes li chief avoit il tout sain. [6] Quant voit celui qui delivrés l’avoit, il li dit: «Haï sire chevalier, benoït soit Dex qui cest part vos a amenéz, car vos m’avéz hostés de la mort». [7] «Sire – fet cil a Guron –, comant vos sentez vos? Poroiz vos chivauchier?» [8] «Nenil – fait Guron –, car je sui si foïble deu sanc que je ai perdu que li coeur me faut dou tot.» [9] Lors fet feire a sez escuiers unne biere chevaucheressce et i fist Guron metre dedanz, et puiz se mistrent a la voie et s’en vindrent a son chastiaus, et firent desmonter Guron et le fist metre en unne chanbre et puiz li fist laver et bender sez plaies. [10] Guron i demora plusehors jors avant que il peüsse guerir de unne plaie que il avoit en le costé senestre. Le sire deu chastiaux et lez autrez chevaliers demanderent aséz Guron de son estre et de son nom mes rienz ne lor voelst dire, dont il ne furent mult dolenz por ce que preusdome li resenbloit et de grant valor. [11] Quant Guron fu si sain que il puet chivauchier, il lor demanda conjés por aler en son païs et cil le donerent voluntiers et le firent venir armes et chevaux et ce que bessoing li avoit; et Guron se parti d’aus. [12] Mais atant se taist li contez de Guron li Cortois et parole de m. Galeot (65rb) le Brun qui se parti de la cort le roi Uterpandragon por trover m. Guron li Cortoiz.

CXXVI

[1] Or dit li contes que quant la riche cort dou roi Uterpandragon fu partie dou chastiaus de l’Onbre et touz lez barons se furent retornéz en lor païs, m. Galeot le Brun s’en vait en la Vale Brun et illuec demore bien un moiz a grant aisse et a grant desduit: il guari mult bien de la plaie que Guron li avoit faite a la cort deu roi Uterpandragon. [2] Et quant il vit que il pooit bien porter armes axieemant, il dit a soi meezmez que il se metra en queste por savoir le nom deu bun Chevalier as Damoiselle et que il s’esprovera a lui de jouste et de meslee. Il prant sez armez et munte sor son chevaus et se met au chemin avec deus escuiers, car li unz li portoit sun escu coverte de unne unce vermoille et li autre son glaives. [3] Il chivaucherent tant par lor jornees que il furent venus en lo reiaume de Sorelois en unne foreste grant et lee. Il s’en vait tout droit a unne chapelle qui apellee estoit As .IIIJ. Voies, por ce que elle estoit sour unne croiz qui departoit .IIIJ. voies en quatre chemin. Et tuit cil qui aloient querant aventure passoient par illuequez le pluseors, et iluec demoroit .X. preudomez de freres et de sainte vie qui grant honor fassoient as chevalier errant qui por iluec passoient. [4] A cest chapelle dit m. Galeot que il demorera unne piece por trover celui que il vait querant, ce est Guron li Cortois. Et quant m. Galeot fu demuntés, lez frere de laienz, qui l’ont conneü que il estoit le bon Chevalier a l’Escu d’Or, il li fistrent si grant hennor com se ce fust le cors le roi Uterpandragon.

CXXVII

[1] En tel mainere demore a la chapelle plusor jors m. Galeot le Brun por trover Guron qui son parent prochain estoit, et toutes foiz fassoit garder la croiz As .IIIJ. voies que nul i peüsse paser que il ne veïssent. [2] Un jor li avint por aventure que deus chevalier i vindrent arméz de toutez armez et montés richemant, et devant elz venoient lor escuier qui li portoient lor escu et lor glaives; et estoient dois dez buen chevalier deo munde et estoient si grant que il senbloient jaianz, et estoit li unz apelléz Helianor dou Boscage et le autre Escanor le Grant, qui niés de Helianor estoit. [3] Quant m. Galeot lez voit venir, il monte sor son cheval touz arméz et prant un buen glaive cort et gros et se aparoille de la jouste. Les deus chevaliers le saluent mult cortoissemant et il li rent son salu. [4] «Sire chevalier – fet m. Galeot –, se vos paser voléz, il vos convient a dire vostre nom; et se ce ne voléz feire, a la meslee estez venuz.» [5] Quant Helianor entent ce, il le tint a gas por ce que il se tenoit au meillor chevalier deu monde; si respont: «Nostre nom ne poroiz vos savoir a cestui point se force ne ne lo fassoit feire, et miaus volonz la jouste de vos que dire nostre nom, ne a vos ne a autre». [6] «E a la jouste seoiz.»

CXXVIII

[1] Adonc n’i hot delaiemant, ainz se traient li un ensuz de l’autre, apréz se tornent lez testes de lor chevaus et baisent lez glaivez et mistrent lez chevaux as esperonz et se vienent ferir mult ardiemant; et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor (65va) force si roidemant que il font lor glaivez voler en pieces ne de selle ne se remuent ne pou ne grant, ainz passe chascun outre par fornir son pondre. [2] Lors retornerent li unz encontre l’autre et m. Galeot li dit: «Sire chevalier, enqore ne poonz noz veoir le meillor de nos deuz». [3] «Sire – fait Helianor –, et noz prenonz tantez des lancez que nos veonz li quelz se tendra miaus a cheval.» [4] «Ce me plet bien», fet m. Galeot. [5] Lors fist aporter deus glaives cort et grossez et d’un paroil, et quant il furent saisiz des glaives il s’esloignent et aprés hurtent lez chevaus des esperons et se vienent ferir de toute lor force: Helianor brisse son glaive et m. Galeot le Brun fiert lui si roidemant que il le porte a la terre lui et le cheval tot en un mont, et s’en pase outre par fornir sun pundre. A chief de piece se lieve Helianor mult hestordis.

CXXIX

[1] Quant Escanor le Grant voit son oncle abatu a la terre, il n’a grant ire et dit a soi meesmez que il vengera sa honte a son poir; adonc s’en vait a m. Galeot et li dit: «Dan chevalier, vos avés abatu mun honcle mes je le venjerai a mon poir». [2] «A l’esprove en serés prochainemant», fet m. Galeot. [3] Atant n’i ot nul delaiemant ainz se tornerent l’escu et se vienent ferir les glaivez baisiéz; et quant il vienent au joindre des glaives, Escanor le Grant, tout fust il fort et vaillanz, hot il trové a cestui point son mestre car il brisse son glaive et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le porte a la tere et puis s’en passe houtre par fornir son pondre. \4>\Et puis retorne a els deus et lor dist: «Seignors chevalier, vos savéz bien lez covenancez qui sont entre nos: que vos me dïois vostre nom, se il vos pleïst; et se conbatre vos volés a moi a l’espee, feire le poés». [5] Et Helianor et Escanor, qui alloient por conbatre au bon Chevalier sanz Paor et a Lamorat de Listenoiz distrent: «Sire chevalier, la bataille de vos ne volonz nos a cestui point car trop avonz a feire aillors, et por ce vos dirom nos nostre nom: or sachiéz que je ai nom Helianor deu Buscage et cestui, qui mon neveu est, a nom Escanor le Grant». [6] Quant Galeot entent ce, il lor dit: «Biau seignors, vos poés aler en quel part a vos plaira tot quitemant». [7] Adonc se mistrent a chemin senz hautre chosse faire et s’en vont dolenz et corouciéz de ce que il avoient esté abatuz, et m. Galeot s’en torne a la chapelle et se fait desarmer por ce que tart estoit.

CXXX

[1] Le soir, quant m. Galeot se seoit a la table et supoit, et le mestre as freres, qui devant lui estoit mes il ne manioit mie, parole adonc a m. Galeot et dit: «Sire chevalier, demain ne voeil je que vos pregnoiz vostre armes ainz voeil que vos demorois çaiens au plus celeemant que vos poés, car se cele diable vos trovaste il vos meteroit a mort». [2] «Comant biau sire? Dites les moi», fait m. Galeot. [3] «Se Dex vos doïnt bonne aventure, sire – fait le preudom –, et je le vos dirai.» Lor comance a parler et dit en tel mainere: «Biau sire – dit le preudom –, là sus en celle grant montaigne que veoir poés de ci maint le greignor jaiant qui unques a nostre tens fust veü: il est si poissant qu’il (65vb) ne a home qui encontre lui peoist duré a force; il vient chascun moiz en tel jor com est demain a ceste maison et demore a celle croiz As .IIIJ. Voies tant que chevalier ou dame ou damoiselle i pase, et le praint et les moine a son repaire. Et vos di tout de voir que il fait grant daumajes a maintez jenz». [4] «Et comant i vient il?», ffait m. Galeot. [5] «Sire – fait le preudome –, il vient tout a pié car il ne a cheval au monde qui le peüsse porter, ne armeüre ne porte il fors que unne grosse maçue debuchés et un escu; conpaigne ne moine il fors aucun home a cheval et a pié qui grant mal li voellent car il si vat de ceauz que il a pris, il i vient a hore de prime. Et por ce vos gardéz de lui, biau sire, que il ne vos preïse.» [6] «Or ne vos esmaiés, biau sire – fait m. Galeot –, laisiéz le venir car je en dorai venjance a tous celz a qui [i]l fist onquez maus ne daumages.» [7] «Asi plaïst a nostre seignor Jhesu Christe», fait li preudom. Lors ne se tienent plus parlemant mez, quant m. Galeot ot mangiéz, que il firent lever lez tablez et se alerent couchier car tenz estoit de dormir.

CXXXI

[1] Et quant le jor fu venus, m. Galeot se lieve et vait oïr la messe, et puiz se fait confés de tout ce que il se sentoit coupables vers son Creator; et puis se fait armer au miaus que il puet et atent la venue dou jaiant. [2] Il ne hot grament atendu que un des freres vient a lui et li dit: «Sire chevalier, le mauveis jaiant vient et est ja prés de ci». [3] Et quant m. Galeot entent ce, il ne moustre mie que il soit espoantés ains se fait le signe de la veraiz croiz en mi sun viz et monte sor son cheval, et prant son escu et son glaive et s’en vait vers le jaiant qui ja estoit venu en la place. Et quant il le vit, il dit bien a soi meesmes que bien estoit la plus hideusse chosse deu monde ne que il veïse onques més, et bien est chosse da redoter: le jaiant avoit un escu mult grant et unne maçue de buches bien si grant et si pesant que a poines la poroit porter un autre home. [4] Et m. Galeot le Brun, le meillor chevalier de tous les hautres, quant il vit le jaiant en mi la place, il ne fait demorance ains baise la lance et hurte le cheval des esperonz et vait vers le jaiant grant aleüre, criant a haute vois: «Creature horible et mauveise, defendés vos car vos estes mort se je unques puis». [5] Le jaiant, qui le voit venir, le atendoit mult hardiemant. M. Galeot fiert le jaiant de son glaive parmi la gorge si grant coux que il la li pase d’outre enn outre et brise sa lance; et le jaiant, qui par tous celui coux ne cheï mie, ainz ffiert le cheval Galeot si grant coux de la maçue que il le debrisse tout. [6] Li cheval cheoit mort a la tere et m. Galeot, qui lengier et fort estoit, sahut suz vistemant comme cellui qui vistez et legier estoit, et mist tantost main a l’espee et se jete l’escu devant, et vait a grant pas vers le orible jaiant qui ja aloit tout chancelant comme celui qui a mort estoit ferus; et m. Galeot, qui le voit einsint aléz chancelant, ne vait plus sor lui ainz atent por veoir que ne avendra. Et que vos diroie? Il ne demore grament que li jaiant cheï a la terre tout estendu.

CXXXII

[1] (66ra)Et quant m. Galeot voit ce, il li cort suz tout maintenant et li trenche le chief; mez avant que il le li peüsse trincher la teste, li donne il .V. coux de l’espee les greignor que il peüsse amener a la force dou bras. [2] Et quant il hot ociz le jaiant, tuit ceaus qui avec le jaiant estoient ne furent mult liés et s’encenoillerent tuit devant m. Galeot et li dient que il sont tuit lor home. Il le fist drecier et lor demande que homes il sont, et il [l]or dient que il estoient tuit chevalier et unz d’elz estoit frere jermain dou roy Loth d’Orcanie, qui parole et dit: «Sire, nos somes bien plus de cent entre damez et damoisellez qui sont en le chastiaus là desuz, qui seront ja mult liéz quant il le savront». [3] «Comant – fait m. Galeot –, encore hi a chevalier et dames?» [4] «Oïl – fait cil –, et vos prions sire que vos hi venoiz a delivrerl e.» [5] «Ce voeil je bien», fait m. Galeot; lors comande a sez escuiers que la teste au jaiant soit bien gardee. Lors monte sor un cheval de sez escuier et s’en vait au chastiaux, et i trove grant pueple de jent qui tuit crierent a unne vois: «Sire, Dex garde vostre cors de mau». [6] Lors se met avant un viaus home qui li dist: «Sire, je vos pri que vos me doignoiz ceste chastiaux, car il fu de mon pere et estoit mien et le mau[v]eis jaiant le m’avoit tollu». [7] Lor fist venir m. Galeot tout c[e]aus qui en le chastel solloient demorer anciennemant, et lor fist a tous creanter que il teroient desormaiz cil a seignor de cui le chastel estoit anciennemant. [8] Lor demande Galeot se entr’elz a nul chevalier qui deüste aler a la cort de le roi Uterpandragon, et cil qui chevalier estoient dient que il i voellent aler, et que mult li tarde que il i soient. [9] «Je vos pri – fet Galeot –, que vos portés le chief de celz jaiant et la presentent au roi Uterpandragon de part le Chevalier a l’Escu d’Or.» Et cil distrent que ce firont il voluntier. [10] Atant se part m. Galeot et s’en vient a la chapelle et fait baillier la test del jaiant au chevalier; et sachiés que elle estoit si grant et si pesanz que un buen roncin ne fu bien careez. Le chevalier enporte la test au jaiant et m. Galeot remeste en la chapelle As .IIIJ. Voiez. [11] Mais atant se taist li contes a parler de m. Galeot et retorne as chevalier qui porterent la teste au jaiant a la cort de le roi Uterpandragons.

CXXXIII

[1] Or dit li contes que tuit les chevalier et dame et damoiselles qui estoient en servajes, quant il furent delivrés, chascun se ne ailla en son païz; et le frere a le roi Loth d’Orcanie et bien XII chevalier s’en alerent a Kamalot et apresenterent au roi Uterpandragon la teste dou jaiant de par le Chevalier as Armes d’Or. «Et cil qui ce vos envoie le ocist devant moi, et noz delivra il d’el». [2] Le roi et tous les autrez qui virent la teste si grant furent tuit esbahis et li demanderent comant il l’avoit ocis, et cil li conterent tout le fait mot a mot. Lors dist li roiz que bien estoit m. Galeot le meillor chevalier deu monde, qui tel diable ocist. Li roiz fist apendre la teste dehors deu palais a unne fenestre devers la place, que chascuns le poïssent veoir; et vos di voiremant que tous le monde i venoit de jenz por veoirle et bien disoient que, celui qui mort l’avoit, pasoit de chevalerie tous le monde. [3] Mes atant se taist li contes de (66rb) parler de le roi Uterpandragon et retorne a m. Galeot por conter comant il se conbati a Guron le Cortoiz.

CXXXIV

[1] Ci endroit dit li contez que quant m. Galeot le Brun ot mort le grant jaiant, il demore a la chapelle bien .VIIJ. jors; et a chef de .VIII. jor i vint m. Guron li Cortoiz armés de toutes armez et avoit un escu mi parti de vert et de blanc, car il s’estoit partis da le chevalier qui l’avoit deliveré de l’a[r]bre et s’en aloit tout droit en la Val Brun a un suen chastel qui estoit apellés le Boiz Verdoiant. [2] Quant m. Galeot le voit venir, il munte sor sun cheval touz aparoilliéz et s’en vait vers Guron et le salue: «Sire chevalier – dit m. Galeot –, se vos voléz paser, il vos convient a dire vostre nom, ou se non vos estes venus a la meslee». [3] «Sire chevalier – ffait Guron –, mon nom ne poés vos savoir, car por dotance de bataille ne le dirai je a ceste fois.» Lor s’esloignent et puis baisent les glaives et mistrent les chevaus as esperonz et se vienent a ferir de toutes lor force: m. Guron brisse son glaive et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le porte a la terre. [4] M. Guron se lieve mult vistemant et tous honteux et m. Galeot, qui avoit forni son poindre, torne a Guron et li dit: «Comant, sire chevalier, volés vos conbatre a moi a l’espee avant que vos me diois vostre nom?». [5] «Hoïl – ce dit Guron –, si venjerai ma honte.» [6] «Donc, semo nos venus a la meslee», fait m. Galeot; lors desmonte et mete la main a l’espee et vait vers Guron. [7] Quant Guron le voit venir, il fu trop liés por ce que il savoit que en tout le monde ne avoit un meillor ferior d’espee ne plus fort de lui; il s’entrecorent sus comme liuns et s’entredonnent grandisme coux de lor espee trenchant: m. Galeot fiert a Guron desuz lo hiaume si grant coux que a poine se puet soustenir enn estant, et ce n’est pas merevoille car l’espee li trinche tout lo hiaume et le ennavra en le chef; et m. Guron, qui celui coux avoit receü, fiert Galeot desuz lo iahume si grant coux que il li met la spee dedenz la teste bien en parfont, dont m. Galeot en fu touz estordiz et bien dit a soi meezmez que, puis que porta armez primieremant, il ne requt un si pessant coux com cil fu. [8] Et que vos diroie? La bataille estoit cruelz et grant, or puet l’en veoir dos le meillors chevalier deo monde au chanp. Il n’en est pas jeu de lor afaire, ainz se despiecent lez escu et desmaillent les hauberc et se font sentir soventez foiz lor espee trinchant as charnes nue: il le font de tel mainire que tost se seroient ocis.

CXXXV

[1] Dementrez que il se conbatoient a tel meschief que chascun avoit aséz a feire, lez freres de la chapelle, qui .X. estoient, quant il virent lez deus chevalier qui a la mort se volloient metre, il distrent entr’aus que ce estoit grant pechiés et que il partiroient la meslee. Adonc se mistrent les frerez tuit ensenble entr’elz deus et li distrent: «Aï sire chevalier, por Dex, ne vos ociés, car certez il seroit trop grant daumages (66va) se nul de vos deus i moruste; ne il n’en est si grant haïnne entre vos deus que vos deüsiéz tant aler avant de la bataille. Et por ce vos prion nos, par l’amor de nostre Seignor Jhesu Christe, que vos lasiés la meslee». [2] A cestui point Guron, qui pour sa volenté ne aleroit plus avant por ce que il li senbloit que il fust bien vengiés de lui, respont as frerez: «Seignors, se li chevaliers me quite de savoir mon nom, je lairai la meslee atant». [3] Lors prierent li frere tant m. Galeot que il quite Guron de savoir sun num, et lor Guron munte sor sun cheval et s’en vait entre lui et sun escuier au chastiaux deu vauvasor là u le jaiant soloit demorer. Les freres le prierent aséz que il remansist herbergier avec elz, mais il ne voelt remanoir. [4] Et m. Galeot se fist desarmer et puiz bender sez plaies, dont il pugna a guerir bien un moiz; et aprés demora puis tant a la chapelle que il abati bien .XL. chevaliers des bon deu monde. [5] Et un jor li vient un valet qui dit a m. Galeot que en le reiaume de Logres estoit venus un chevalier novellemant qui vait chaçant un dragon, et est si buen chevalier que il met touz les chevaliers erant au desot. Quant m. Galeot entent ce, il se parti tout maintenant de illuec et se met au chemin por trover celui chevalier, et tant fait que il vient a un ponte et se met iluec por atendre le buen chevalier. [6] Mes atant se taist li contez a parler de m. Galeot et retorne a parler de m. Segurans le Brun, qui chaçoit le dragon et estoit filz au bon Hector le Brun.

CXXXVI

[1] Or li dit li contez que, quant m. Segurans hot demorés avec le roi de Tamerlide – qui li fassoit tant de unor com se il fust son seignor, tant com a li plot –, il se parti et prist sez armes et se fait bien armer, et prent congié au roi et a tous les autres de laiens, et cil le comanderent tuit a Dex. Et quant il se fu parti d’elz, il s’en vient a son cheval que son escuier li gardoit et monte. [2] Et puiz se met au chemin avec son escuier por aler au pont que m. Galeot guardoit einsint com je vos ai contés, car il avoit entendu que cist Chevalier au Dragons estoit le meillor chevalier deu monde; et por ce se mist il au pont por lui trover, car il ne cuidoit mie que nulz de son parenté fusse en celle contree mais fussent tuit en l’Isle Non Sachant avec Hector le Brun son cossin.

CXXXVII

[1] Einsint chevauche m. Seguranz vers le pont au plus droitemant que il pooit; et là u il chivauchooit einsint, atant és vos que il encontre un chevalier qui li dit: «Sire chevalier, je vos pri, por Deu et por franchisse de vos, que vos me conduisois jusque a un mon chastiaus qui prés est de ci, ou je ne puis aler por paor de mes ennemis qui me agaitent por oucire». [2] Cist chevalier conoisoit bien m. Segurans, que il estoit celui qui avoit fait le grant merevoille d’armez au Pas Berelais et qui avoit demoré en la cort de le roi de Tamerlide; et por ce avoit il grant esperance de s’aïde et que bien le defenderoit encontre ses (66vb) hennemiz. [3] Et quant m. Seguranz entent la priere dou chevalier, il li respont: «Certez sire, ce vos firai je voluntiers, mes que ce ne soit trop loing au pont que m. Galeot garde». [4] «Or sachiéz sire – fait le chevalier –, que il est prés de celui chemin.» [5] «Et puis que il est einsint – fait m. Segurans –, or vos metés avant que je vos seguirai.» [6] Adonc se met li chevalier avant et m. Seguranz apréz et chivauchent tant que il vienent a unne chapelle, et a celle chapelle avoit XL chevalier armés de toutez armez et tous aparoillés con l’escu au col et le glaivez au poing. Et quant il virent m. Seguranz avec le chevalier, il pensent bien que il soit miz en sa conpagnie por le chevalier aidier encontre elz; adonc se mistrent il en mi le chemin et li encomencerent a crier tout a unne vois: «Mal vegnant, sire chevalier, mal vegnant qui avec le traïtor vos estez miz. Et certez vos le conparés chieremant». [7] Quant m. Segurant voit les chevalier qui einsint les crient, il prant son escu et son glaive que son escuier li portoit et se met avant en mi le chemin touz aparoillés de la jouste. Et maintenant un de telz li laisse core la lance et m. Segurans vait vers lui bruiant comme foudre, et le fiert si duremant que il le porte a la terre tel atornés que il ne a mestier de mire; et puiz hurte le cheval avant et ne fiert un autre et l’abate mort a la terre, et puiz s’en passe outre con son glaive entier – par fornir son pondre. Aprés laise core et fiert le tiers si duremant que il le roge mort a la terre, et adonc brisse son glaive.

CXXXVIII

[1] Et quant il hot brisé son glaive, un dez chevalier de la chapelle laise core au chevalier que m. Segurans conduisoit, et cil, qui le voit venir, ne lle refusse pas ainz s’adrece vers lui au ferir des esperonz mult hardiemant; et quant il vienent au joindre, il se fierent si duremant que il s’entreporterent a la terre et les hautre chevalier pognierent maintenant tuit por ocire le chevalier. [2] Mais m. Seguranz, qui le voit, le vait secoré mult toste con l’espee en la main et fiert a destre et a senestre si grant coux que il ne a chevalier nul, que il ataigne a droit coup, que il ne porte a la terre; il li trinche mainz et buz et bras et testez, il li fist tant que en pou d’ure que il a voidee toute la place, si que il se mistrent en fuie. [3] Et quant le chevalier se voit einsint delivrés, il jete la main au frain d’un cheval et sahut suz et hurte aprés m. Segurans, qui chaçoit sez ennemiz qui fuioient et il lez aloit abatant et ociant tous ciaus que il atangnoit. Cil s’en fuierent au miaus que il porent dusque a unne foreste ou il se mistrent a garant. Mes sachiés que au chanp en remest .XV. que mors que ennavrés a mort. [4] Quant m. Segurans voit que il estoient en la foreste mis a garant, il miste la spee au foere et dit au chevalier que il conduissoit: «Sire, avés vos plus garde de nullui?». [5] «Sire – fait cil –, nenil, vostre merci; et neporquant je me tiegn bien a seür por que je soie en mun chastiaux.» [6] «Or chivauchonz donc», fait m. Seguranz.

CXXXIX

[1] Adonc se mistrent au chemin con lor escuiers et chivaucherent tant que il vindrent au soleil couchant au chastiaux dou chevalier que il conduisoit. Et sachiéz que celui chevalier estoit bien (67ra) gentil home et buen chevalier et riche et cortois, et avoit a nom Hedier. [2] Le pont estoit levéz et le portes fermees. Li chevalier apelle et cil, quant il le coneürent, le avrirent la porte et le firent la greignor joie deu munde car bien cuidoient que lor ennemis l’eüsent ocis; et a m. Seguranz font il grant honor.

XL

[1] Grant fu la joie et la feste que ciaus dou chastel firent de lor seignor, mes le sire ne le soefre pas ainz lor dit: «Ne la feitez a moi la feste, maiz la faitez a cest autre chevalier avec qui je sui venu, car bien sachiéz que il est le meillor chevalier deu monde. Et se ne fust ce que Des le me fiste hui trover quant je venoie, je estoie mort sanz faille». Et lors li conte l’aventure qui li estoit avenue tout mot a mot einsint com je le vos ai conté ça arierez. Et quant cil l’entendirent, il en devienent tuit esbahiz et le tienent a grant merevoille, dont encomencerent laienz a feire a m. Segurans la greignor feste deu monde et le firent aseter au mangier; et le chevalier le onore tant com se ce fust le cors deu roy. [2] Quant il hont mangiéz, m. Seguranz demande a Oderis por quoi les chevalier lez agaitoient por ocire. [3] «Sire – fait le chevalier –, ce vos dirai je bien puis que vos le voléz savoir. Or sachiéz, biau sire, que mun pere estoit sire de tout cestui païz environ jusque au flon qui est qa devant, qui est apelléz le paz Bertelaiz. Dont il avint, por ce que mon pere estoit vielz, il donne tout desuz le flun Bertelaiz a un chevalier de la contree qui mult estoit fort et ardis, et il li rendoit chascun anz cent marcs d’arjent et estoit ses home ligez; et tant com celui chevalier vesqui, rendi il bien le treuvage a mon pere et puis a moi. [4] Mes quant il morut, il remest la tere a un suen filz mult biau valet qui Gaïz estoit apellés, dont sez parenz vindrent a lui maintenant que son pere fu mort et li distrent: ‘Gaïz, ton pere rendoit treusage a Hoderis de celle tere qu’il tenoit de lui, et de ce fassoit il bien comme coart; me se tu noz voelz croire, tu ne li rendrai rien, et si ne te estuet douter de lui que nos te acheveironz bien de greignor fait que n’en est cestui’. [5] Le valet lor dist: ‘De ce vos creirai je bien dusque a tant que je serai chevalier, maiz despueiz ne feiroie je chosse qui a honte me tornaste ne a traïson’. ‘Or soit come il te plest’, font cil. Et quant je envoiai despueiz por le treuvage, il fu respondu au mesages que il ne me doivent rienz doner. [6] Avant ier avint que celui vallet qui est apellés Gaïz fu fait chevaliers, et le fiste m. Galeot le Brun meezmez; et quant il fu fait chevalier, il vint maintenant a moy et me refusse le fié et dit que je en deüse feire mon plaisir. [7] Adonc, por celle achoisson me hont asailli ceauz chevaliers de guerre comme cil qui tienent mon treuvage por orgoil encontre ma volenté, et je m’en estoie aléz a la cort le roi de Tamerlide por feire de ce ma reclamor. Dont avint que il m’espïerent et me agaiterent por ocire einsint com vos veïstez, et bien m’eüsent ociz se ne fust ce que je vos trovai adonc. Dont je vos di que tout le païz que je ai a governer voeil je que il soit a vostre (67rb) comandemant, et je tout avant, et quant a moi apartient et tuit mez homez.»

XLI

[1] «Biau sire – fait m. Seguranz –, granz merci, car sachiéz que de ce que vos estes en droite querelle sui je mult liéz, car huiméz n’en m’est a rienz que il soient ociz. Et certez, se je n’eüsse loisir, je vos aideroie tant que il fusent tuit mors ou vanquz, se Dex et Fortunne noz aidaste. Et vos pri que ne le tegnoiz a villanie se je ne demore mult avec vos, car je ai unne moie besoigne a feire qui mult me toche au cuer. Et gardés vos d’elz qar certez, si com je croi, il voz heent mortelmant.» [2] «Sire – fait le chevalier –, je m’en garderai au mielz que je porai, si com da mez hannemiz mortiaux.» [3] Einsint parlerent entr’elz et puiz se leverent da table et furent ensenble une piece; et puiz se alerent couchier et m. Segurans fu couchiéz en une chanbre pinte a beste et a ossiaux et as chevaliers et as damez mult mereveilloussemant, en un riche lit. Et sachiéz que celle nuit fu mult a haisse m. Seguranz. [4] A l’eindemain, bien por matin, se lieve Segurans et sez escuiers li avoient appareilliéz sez armez et son cheval. Oderiz le fait dejeuner un petit et sez escuier ausint; et quant m. Seguranz hot mangiés, il se fist armer hastivemant et monte sor son cheval. [5] Quant il hot pris congié de Oderis, il parti maintenant et se miste au chemin entre lui et son escuier et chivaucherent jusque a hore de nonne que il ne troverent nulle aventure qui a mentevoir face en conte. Adonc lor avint que il encontrerent .IIIJ.chevalier qui deu pont venoient que m. Galeot guardoit por esprover soi encontre le Chevalier au Dragon. Quant les .IIIJ. chevalier furent préz de m. Segurans, il le saluent et il li rent lor salus bien et cortoissemant. «Biau seignors – fait m. Segurans –, dont venéz vos?» [6] «Sire, noz venons – font il – de veoir la mervoille deu monde et la proesce dou siegle.»

XLII

[1] Mesire Seguranz encomence a rire et dit: «Certez, se il est telz com vos dite, je ne li faudrai ja d’unne joste». [2] «Or vos en sofrez – fet li un d’elz –, et ne parléz si hautemant car, por la foi que je doi a Deu, je vousise miaus avoir passé la cuisse d’un glaive que je aüsse jousté a lui, car il m’abati si felenoussemant que jaméz ne croi avoir poir de porter armez.» Autretel dient lez hautres: «Et sachiéz, sire, que la greignor partie de celz qui se conbatent a lui en sont portéz en leitere». [3] Dementre que il parloient einsint, atant és voz venir .V. leitiere dont en chascune avoit un chevalier ennavréz. «Sire – dient li chevalier –, veéz ci venir dez chevalier qui sont tart au repentir d’esprover soi encontre m. Galeot.» [4] Quant li chevaliers de la litiere furent venus là u li chevalier s’estoient arestéz en mi le chemin, quant li chevalier furent a lui venu, il li distrent: «Sire chevalier, par mon consoil voz ne aleréz plus avant ainz retorneroiz ariere et feréz que saje». [5] «Dez aïde – fet m. Seguranz –, por quoi doi je torné? Ja ne voi je por quoi, et certez, se je retornasse, je feroie comme recreant que je seroie vaincu sanz coup de lance recevoir. Et certez miaus me vaut cheoir (67va) a la tere par desuz la crope de mon cheval, se hautremant ne puis feire, que retorner si honteussemant com vos ditez. Mes retornés avec moy: si veirois que avendra de moy et je vos firai puis conpagnie au retorner por aventure.»

XLIII

[1] Quant lez chevalier de la leitere entendent ce, il dient: «Alés donc, que ja ne m’aït Dex se je ne retornerai avec vos, et si ne sai comant ces autrez mien conpagnonz le faront»; et tos lez autrez qui iluec estoient distrent que il retorneront avec elz. [2] Lor se metent a la voie et vienent droitemant au pont, et troverent a celui point que m. Galeot avoit abatu troiz chevalier de grant renomee; adonc se porpensa m. Seguranz de no jouster huimés a lui por ce que afonéz estoit de le IIJ chevalier que il avoit abatus, et que il lairoit la jouste jusque a l’eindemain que m. Galeot seroit reposés.

XLIV

[1] A ce s’acorde m. Segurans dou tot et, quant il est acordé, il se met a unne part et desent maintenant, et mande a m. Galeot que il ne i passera huimés que trop est tart de metre soi en chemin, maiz demain voudra il passer. [2] Et l’escuier Seguranz s’en vait a m. Galeot le Brun et li conte tout l’afaire, et m. Galeot li mande que il seroit plus convenable chosse de herbergier en le chastel que en la chanpaigne, «mez quant a le chevalier plet et a moi ausint; mes de quelque hore il viegne, il ne pasera se il ne jouste a moi.» [3] Atant se parte li valet et s’en vient a mesire Seguranz son seignor et li conte ce que m. Galeot li mande. M. Seguranz se comence a rire quant il entent ce que son oncle li mande et dit: «Certez, il ne set por quoi la jouste remaint dusque a demain». Et un dez chevalier qui avec Seguranz estoit fist tendre un paveillonz que il avoit fait aporter, si i [er]bergerent dedanz. [4] Et quant il furent descenduz et desarméz, lez chevalier encomencent a regarder m. Seguranz et le voient si grant et si bien talliéz de toutes menbrez; il dient que ce estoit le plus biaus chevalier que il veïsent onques et, se il n’estoit preudome des armes, ce seroit domages trop grant. Et un quens de Tamerlide, maintenant que il vit m. Segurans, il le conut et li fait la greignor joie deu munde; et maintenant fu seü que cist chevalier estoit celui qui avoit fait les merevoillez au Pas Bertelaiz. Lors li encomencierent a feire la greignor joie deu munde et ausi grant honor com se ce fust le cors dou roi Uterpandragon. [5] Quant la novelle fu seüe, un valet s’en vait tout droit a m. Galeot et li conte comment cist chevalier, a cui il se doit conbatre, est le chevalier qui fist les merevoillez au Pas Bertellais.

XLV

[1] Quant m. Galeot entent ce, il fu le pluz liéz home deo monde; il demande a valet: «Comant le sez tu?». [2] Et cil li dit comant il [l’]avoit entendu da le qoenz de Tamerlide, qui li fasoit la greignor feste deo munde. [3] Quant m. Galeot entent ce, il prent IIIJ chevalier qui avec lui estoient et s’en vait tout droit au paveillon ou m. Segurans estoit. Quant cil qui au paveillon estoient le virent, il le requrent mult honorablemant. [4] Quant m. Seguranz voit son oncle, il se lieve et li dit: «Sire, bien soiés vos venus». [5] «Bonne aventure aiéz vos», fait m. Galeot; apréz encomance a regarder Seguranz mult ententivemant, et quant il l’a auquéz regardéz, il li dit: «Sire chevalier, por la rien deu munde que vos plus améz, ditez moi qui vos estez». [6] «Sire – fet m. Seguranz –, (67vb) ce ne vos dirai je mie orendroit et voz pri que vos ne l’aiés a mal car je l’ai juréz sor le sainz. Maiz d’unne chosse vos faiz je bien certains: que unquez en la maison le roy Uterpandragon ne fui.» [7] «Sire – fait m. Galeot –, et je m’en souferai atant. Maiz se vos ne fussiéz si jeune com voz estes, je diroie que vos fussiéz un mon cosin que je aim sor toute rienz deu monde», et ce estoit m. Ector le Brun, pere de Seguranz de quoi il dissoit, et qui estoit son cossin jermain.

XLVI

[1] Quant m. Seguranz oï ceste novelle, maintenant li chiet au coer que m. Galeot l’ait reconeü au vissage son pere; dont il respondi et dist: «Sire, puiz que je resenble a celui vostre ami que vos ditez, je firoie maus se je voz fusse hennemiz, puis que je estorner le peüsse en aucune mainere. Et por amor de celui vostre amis, vos pri je que nostre jouste soient demain as lances de desduit, et soit tant mantenue que li unz de nos deus enn ait l’onor». [2] «Et ge l’otroi», fait m. Galeot. [3] Atant vient un valet qui li dit: «Sire, le mangier est prest et lez tablez sont misez». [4] Adonc parole Seguranz a m. Galeot et li dit: «Sire, je vos pri por cortoisie que vos seois ici a cener con nos, et noz tornera a grant honor et faroiz plaisir a tous cest chevalier et a moy». [5] «Sire – fait m. Galeot –, de feire vos plaissir et honor m’est mult bel et je remandrai, puiz que tant m’en priéz.» Aprés cest parlement, se alerent laver le mainz et se aseterent a le table, et furent mult bien serviz et richemant. [6] Quant il orent mangiéz, il se levierent et m. Galeot prist Seguranz por la main et hoïsi hors deu paveillonz, et alerent parlant entr’aus de maintez chosez. Et quant la nuit fu venue, m. Galeot prist conjé a m. Seguranz et a sez conpagnons et s’en retorne avec sez chevaliers a son chastel qui de l’autre part deu pont estoit; et m. Segurans remest au paveillon avec lez autrez chevaliers et se alerent dormir.

XLVII

[1] Et quant l’eindemain fu venu, m. Galeot, qui toutez fois vait pensant a m. Seguranz, se lieve bien por matin et ausi fist m. Seguranz, et se armerent et monterent en lor chevauz et pristrent lor escu et lor glaivez. Et m. Galeot chivauche jusque au pont et fist aporter un fass de lancez de desduit; atant chivauche m. Segurans da l’autre part deu pont et m. Galeot li fist baillier de celez glaives et m. Segurans i prant unne bonne, et m. Galeot n’avoit ja unne autre cort et grosse. [2] Et quant il furent aparoilliés de la jouste, il laisent corre li unz vers l’autre, le lancez baisieez, tant com il poent dez chevaus treire: il s’entref[i]erent sor l’escuz de toute lor force si que il brisent lor glaivez dusque au poing et s’en pasent houtre bruiant comme foudre; apréz retornent et prendent un autre glaives. [3] Quant m. Galeot hot le glaive, il pensse un poi, aprés hoste le suen escu deu col et en prant un autre por despit que il ne l’avoit abatu de la primiere jouste; et cel escu que il se avoit hosté deu col estoit un escu a or que l’enperaor de Rome li avoit doné en Rome devant cent millia homez, entre crestienz et paiens, por le meillor chevalier deu monde, einsi com la veraie estoire le tesmoigne; en cel escu avoit desuz la bocle un lion d’or coronés. [4] Et quant m. Seguranz voit ce que son oncle avoit fait de l’escu, (68ra) il panse tout maintenant que il l’avoit fait par despit que il ne l’avoit abatu; il s’encomance a rire a soi meezmes. Apréz pristrent glaivez cort et gros et se apareillerent de la jouste; et quant il sunt aparoilléz anbedeus, il laisent core li unz encontre l’autre et s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force et briserent lez glaives jusque au poing; et lez chevaux qui fors estoient lez portent houtre bruiant comme foudre.

XLVIII

[1] Aprés pristrent autrez glaivez et ce estoit bien devant .IIIIJ.c personnez qui volentiers lez gardoient. Et se il avoient onques prisié la chevalerie de m. Galeot, il ne prisent mie hore meinz la chevalerie de m. Seguranz; mez toutez voies dient il bien, se nuz d’elz doit estre abatuz, que m. Seguranz le sera sanz faille car bien croient que m. Galeot soit plus fort que m. Segurans. [2] Aprés se vienent ferir a la tierce jouste, et quant il vienent au joindre dez glaivez il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: m. Galeot brisa son glaive jusque au poing et m. Seguranz fiert lui si roidemant que il li perce l’escu et le ronpi l’ennarmez, si que il le porte en la pointe de sa lance, et s’en pasent outre bruiant comme foudre. Apréz tornent et prendent glaivez et puiz se laisent corre autre foiz; et quant il vienent au joindre des glaivez, m. Galeot failli Seguranz car le cheval le sorporte, et m. Seguranz fiert lui si roidemant que il le porte a la terre et s’en passe outre par fornir son pondre. [3] Apréz retorne et descent de son cheval, et hoste son hiaume et son escu et abat sa ventaille et desçaeint s’espee et la jete jus, et s’en vait a son oncle que ja s’estoit relevéz; et se met a jenoilz devant lui et li dist: «Biaus oncles, veéz ici Seguranz vostre niés, le filz Hector le Brum, qui vos crie merci que vos li pardonéz ceste mesfeit».

XLIX

[1] Quant m. Galeot entent que il est celui que il pensoit, il est tant liéz que nul pluz de lui; or ne se tient il a grevéz de ce que il avoit esté abatuz. Lor hosta son hiaume et lieve son neveu de cenoilz et le baisse plus de cent foiz sanz dire mot. [2] A chef de piece parole et dit: «Biaus niéz, ce ne m’est se bel nom se vos m’avéz abatus. Mes bien sachiéz veraiemant que, se un autre chevalier me eüsse abatu qui de mon linage ne fusse esté, se je ne peüse avoir vengiéz ma honte sor lui, jamés por moi ne fussent arme porteez. Mez por vos ne le lairai je mie». [3] Lor apelle li valet a cui [i]l avoit baillie l’escu que l’enperaor de Rome li avoit doné et li dit que il li l’aporte, et cil si fa. Lors le prist m. Galeot et le met au col de m. Seguranz et li dist: «Prenéz, biau niéz, et le portéz desoreméz car certes vos n’estes plus digne de porter le que je ne sui. Et sachiéz que l’enperaor de Rome le mist a mon cuel devant cent millia homez; mes horendroit a il trové son meistre einsint com cist chevalier, qui ci sont, hont veü apertemant». [4] «Haï biaux honcles – fait Siguranz –, por Dex, ne me faitez telz hontes car je n’en sui pas digne de porter teelz escu: car se Fortunne m’a aidé a cestui point, por ce ne doi je mie estre (68rb) esleü a meillor de vos ne a si buen, car je ne le sui mie.» [5] Et lors le prent por la main m. Galeot et li dit: «Biaus niéz, soufrés ce que ij voz fas». Lors alerent reposser desot unn arbrez et tous les chevaliers fassoient la greignor joie deu munde et la greignor feste. Lors li demande m. Galeot novellez de m. Hector son coxin et de sez autrez parenz, et Seguranz li dist: «Hor sachiéz, sire, que quant je me parti d’elz, je lez laisai tous sain et haitiex, la Deu merci; mes bien sachiés que il ne sorent rienz de mon departiment».

L

[1] Quant m. Galeot entent ceste novelle, il en fu iriéz duremant et por ce apelle il un suen valet qui avoit a nom Girart le Barbuz, et li dit: «Amiz Girart, il vos convient aler en la Val Brun et contéz de ma part a touz mon linage por verité que Seguranz le filz Hector le Brum est avec moy, et que il lez facent a savoir a celz de l’Isle Non Sachant». [2] Atant se part m. Girart le Barbuz de m. Galeot et de Seguranz et s’en vait a son hostel, et fait aparoillier son cheval et munte et se met au chemin. Et erra tant par sez jorneez que por mer que por tere que il vient en la Val Brun et trove un chevalier dou linage m. Galeot qui Hubaus le Brun estoit apeléz, et li conte tout maintenant ce que m. Galeot li avoit enchargiéz. [3] Quant Hubauz le Brun entent ceste novelle, il fist aparoillier un vaissiaux avec .X. marinier, et prie tant a Girart le Barbuz que il s’en vait a l’Isle Nom Sachant. Et quant il furent arivéz au port, il desendirent et Girart le Barbuz prie tant un valet que il le condue devant m. Ector le Brum que cil l’emoine devant. [4] Et quant m. Ector voit Girart le Barbuz, il le connoist tout maintenant car maintez foiz l’avoit ja veüs; lor li vient a l’encontre et li dit: «Amiz Girart, bien vegnant. Quelez novelles m’aportéz vos de mon chier cousin Galeot le Brum, le meillor chevalier deu munde?». [5] «Certez sire – fait Girart –, tellez comme de celui qui a perdu son honor qui li fo doné devant l’enpereor de Rome et bien cent millia homes.» [6] «Dex aïde – fet m. Ector –, qui poroit estre celui qui tel chevalier com est mon cosin eüste mis a tere?»

LI

[1] «Sire – ce dit Girart –, or n’en seoiz corouciéz que por ce ne enpirera vostre honor, ainz enn amendera largemant.» Et lors li conte comant Seguranz avoit jousté a m. Galeot et comant il l’avoit abatu, et comant m. Galeot li mist l’escu au cuel et comant il sunt ensenble au reiaume sauvage. [2] Quant m. Ector entent cest novellez, il cort a Girar con les bras tenduz et le baisse pluz de mille foiz. Et atant cort la novelle par toute l’Isle que a m. Ector est venu novellez de Seguranz. Lor corent tuit a m. Ector por savoir lez novellez et m. Ector lor conte tout mot a mot comant m. Galeot li avoit mandé; lor firent tuit la greignor joie deu munde.

LII

[1] Messire Ector, qui tant estoit liéz, donne tant dou suen a Girart le Barbus que il en fu puiz senpre richez en toute sa vie. [2] Et d’autre part entre m. Galeot le Brun et m. Seguranz son neveu s’en vont au Reiaume Sauvagez (68va) tout droit en sa mastre cité, por sojorner avec m. Seguranz pluseor jors. M. Galeot fait honorer son neveu de quant il puet et cil firent feste bien .XV. jors por amor de lor segnor m. Galeot et de son neveu m. Seguranz le Brun. [3] En celle saison que il demoroit avec Seguranz, li vient un message qui li dist: «Sire, sachiés de voir que li Chevalier as Damoisellez, cil qui abati les .XII. chevaliers devant le roi Uterpandragonz et que vos alloiéz querant, fu celui meezmez a cui vos ve conbatiste a la chapelle ou estoit la croiz As .IIIJ. Voiez, quant lez freres vos departirent. Et sachiéz que il a nome Guron li Cortoiz et est vostre parenz prochainz comme celui qui fu estrait de celz de Brun, et maint au Boiz Verdoiant et illuec est horendroit». [4] Quant m. Galeot entent ce, il fu mult liés et dist que il l’ira veoir. Lors fist venir tous le baronz de la citéz et lor dist que il feïssent ausint por son neveu Seguranz comme por le suen cors meezme, et que il l’obeïssent comme seignor. Lors se fist aparoillier sez armez et se fist armer au miauz que il puet, et puiz munte a cheval et prant congié a Segurans qui en la cité remaint, et il se met au chemin et chevauche tant que il vient au Boiz Verdoiant; et illuec trove Guron que il bien connoissoit, et s’entrefont la greignor joie deu munde, et demorerent illuec plusseors jors. [5] Aprés se partirent anbedeuz ensenble et se mistrent au chemin aventurez querant, et sachiéz que il estoit d’iver et fassoit grant froit. Il chivauchent maintez jorneez sanz aventure trover qui a mentovoir face en conte. [6] Un jor li avint que il estoient asiz sor unne fontaine et parloient d’aventures; et quant il i furent demoré unne grant piece, il se leverent et se firent lacier lor hiaumez et munterent a cheval. Atant éz vos venir celle part un chevalier armés de toutez armes et mult bien montéz; et se aucuns me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Lamorat de Listenoiz de cui tout le monde parloit de sa haute chevalerie. Et maintenant que il le vit, il encomence a crier: «Seignor chevalier, a il nul de vos qui jouster voeille?». [7] Guron respont et dit: «Oïl, sire, la jouste de vos voeil ge».

LIII

[1] Apréz ceste parolle hurtent lez chevaux des esperonz et se vienent ferir, lez glaivez baisiéz; il s’entrefierent desor l’escuz de toute lor force: m. Guron brisse son glaive et Lamorat fiert lui si roidemant que il le porte a la terre mult fellonossemant, et puiz s’en passe outre par fornir son poindre. [2] Quant m. Galeot voit ce il n’a grant ire, il prant le chival Guron et l’en li amoine et li dit: «Sire conpainz, hor montéz, que se Dex me sahut je ne vos pris mie tant com je fassoie hui matin». [3] Lor se parte et crie a m. Lamorat: «Sire chevalier, retornéz moi cel escuz, car je voeil vengier la honte de mon conpagnon». [4] Lor ne font autre demorance ainz baisent lez glaives et mistrent lez chevaux as esperonz et se vienent ferir (68vb) mult hardiemant; et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: m. Lamorat brisse son glaive dusque au poing et m. Galeot, qui de bonté trespassoit lez buenz, fiert lui si roidemant que il le porte a la tere mult cruelmant. Me de tant li avint bien que il ne hot autre mar que le cheoir, maiz il se relieve mult vistemant com celui qui mult estoit poissant. [5] Quant il fu dreciéz, il voit que m. Galeot et Guron s’en aloient d’autre parte; il en fu mult corouciés et comance a crier a haute voiz: «Danz chevaliers, arestéz vos, car je me voeil conbatre a voz a l’espee». [6] Et quant m. Galeot entent li chevalier, il conut tout maintenant que cil qui l’apelle est home de grant afeire, et por ce s’areste il et dit: «Sire chevalier, puiz que la bataille de moi demandéz et vos l’avroiz». [7] Lors desent de son cheval et puiz s’aparoille de la bataille; et quant il sunt aparoilliéz, il s’entrecorent suz, l’espee droite contremont, et s’entredonnent grandisme coux de lor espee trinchant, et encomencent la meslee mult cruel et fellonose: il ne se vont pas espargnant ainz se vont bien moustrant que il sont mortiaus hennemiz. [8] Et m. Guron, qui la bataille regardoit, dit bien a soi meezmez que bien est ceste bataille la plus cruelz que il onquez veïsse; et bien li resenbloit que il fusent deus dez meillors chevalier deu munde, mais il li senbloit bien que m. Galeot n’eüsse le meillor car il estoit auquéz plus lengiers.

LIV

[1] Là u il se conbatoient en tel mainere, atant éx vos venir le roy Meliadus de Leonois arméz de toutez armez en la conpagnie d’un escuier. Quant Guron le voit il le conut maintenant, maiz le roi ne conut mie Guron. [2] Quant le roi vit la bataille dez chevaliers, il les encomence a regarder; et quant il lez hot bien avissé, il descende et baille son cheval ad garder a son escuier et mist la main a l’espee, et dit a Lamorat: «Traiéz vos arierez, sire chevalier, et reposéz vos, car je voeil achever ceste bataille puiz que vos ne la poéz mener a fin, car je l’acheverai mielz que vos ne faroiz». [3] Et lor se mist plus avant et dist a m. Galeot: «Dan chevalier, gardéz vos de moi que je me voil vengier de unne vergoigne que vos me feïstez ne a gramant de tenz». [4] Quant Lamorat de Listenoiz voit que li roi Meliaduz li voloit tolir sa bataille, il [l]i dit: «Dan chevalier, se Dex me sahut, voz n’estez mie si sage com je cuidoie qui ditez que voz estes meillor chevalier de moi, et que vos cuidiés mener ceste bataille mielz a fin que je ne farai. Or traié vos ariere et lasiez moi ma bataille, que je la merai mielz a fin que vos ne faroiz. [5] Et neporquant ne vos ne moi ne somez tielz chevalier qui peüsionz venir au desuz de lui par force d’armes, et neporquant je doi avoir ceste bataille mielz que vos, car je sui meillor chevalier de vos en toutez guissez. Et si faiz villeinie de moi vanter car corous le me fait feire et l’outrage que vos me fessoiz de ma bataille tollir».

LV

[1] (69ra)Quant li roiz Meliaduz hot atendu Lamorat ce que il dissoit, il le tient a grant orgoil et dit com par corous: «Sire vasal, si Diez vos sahut, comant savés vos que vos estez meillor chevalier de moi?». [2] «E[n] nom Deu – fait Lamorat –, se vos de ce dotés, je le vos mosterai cors a cors.» [3] Par celle achosson volloient encomencier la bataille li un encontre l’autre, mais m. Galeot se mist entr’aus deus et dist a Lamorat de Listenoiz: «Sire chevalier, por quoi avéz voz la bataille lassiee encontre moi?». [4] Lamorat respondi adonc et dit: «Je l’ai lassiee en tel mainere com vos veés car cist chevalier la me voloit toulir, einsi com vos avéz veü». [5] Lors dit m. Galeot au roi Meliadus: «Sire chevalier, se Dex vos saut, soufréz voz en pou dusque atant que noz aionz cestui fait menés a fin». [6] «Comant, sire vasal, a gaiz me tenéz vos en parollez? Or s[a]chiéz de voir qu’il est mestier que vos a moi vos conbatoiz; et se ge ne veng a cestui point le desenor que vos me feïstez, ja ne me tenés por chevalier». [7] Quant Guron entent cestui pleit et conoissoit bien que ce estoit li roi Meliaduz, qui einsint estoit en talentez de conbatre encontre m. Galeot, il mist avant aparoilliéz de la bataille et por conbatre a le unz d’elz, et lor dist: «Sire chevalier, ce ne seroit mie bien ne cortoissie que vos deus ensenble voz conbatissiéz encontre ceste mien conpagnonz, mais soufréz que il moinent lor bataille a outrance; et se soufrir ne le volléz, viegne li unz de vos deus conbatre a moi tout maintenant, que je sai bien que a telz deus com vos estez ne poroit il durer».

LVI

[1] Quant m. Galeot entent lez parolez que Guron avoit ditez, il se tret un pou arieres et li dit com par corous: «Comant sire vasal, avéz voz donc trovéz en moi si grant defaute de chevalerie qu’il vos est aviz que je ne poroie durer encontre tiex deus chevaliers par force d’armes? Et certez je ne di pas que il ne soien bien preudomez, maiz por cest parole que vos avéz dit voil je la bataille encontre elz deuz; et ne sera desormés nostre querelle partie autremant». [2] Lors se torne vers les deuz chevaliers et lor dist: «Sire chevalier, puiz que il est einsint avenu que chascuns de voz deus demande la bataille de moi, or n’i haut autre demorance fors que vos deus veignoiz avant et vos conbatoiz ensenble a moi; car je ne croi que vos deus aiéz tant de poir que voz me poïssiéz mener a utrance par force d’armez». [3] Et quant il hot dit ce, il se torne vers Guron et li dit: «Sire conpains, traiéz vos arierez et gardéz que voz ne voz entramesiéz de chosse que vos veïssiéz». Et maintenant que il a dit ceste parolle il laisse corre au roi Meliaduz, l’espee droite contremont, et le fiert si duremant desuz lo ihaume que il le fait reüser ariere, vousisse il o non; et si estoit li roiz un des fort chevalier deu monde. [4] Et quant il hot feri le roi, il s’eslance sor Lamorat et le fiert si duremant que cil en fu si estordis que il chancelle tout, et por ce se trait il arierez tout esbahiz de celui fait et dit a m. Galeot a chief de piece: «Danz (69rb) chevalier, se Dex voz sahut, est ce a certez que vos avéz enpris bataille encontre nos deus?». [5] «Bien le poés veoir apertement, ne autre pés ne averés da moi fors celle que je vos ai encomenciéz».

LVII

[1] Quant il hot dit cez parollez, il s’eslance autre foiz vers li roiz Meliadus et le fiert si duremant desus lo hiaume que li roi n’a hot tant hardemant ne poir que il se tiegne enn estant, ainz feri de anbedeus le jenolz en terre. Et por le grant coup que m. Galeot feri de celle espee, brisse l’espee par mig car l’unne moitié li remest en la main et l’autre moitiee volle en mi le chanp. [2] Et quant m. Galeot voit que s’espee li estoit route, il s’eslance sor le roi Meliadus, qui enqore estoit touz estordiz, et le feri desuz le brace si duremant de l’escu que il li fist cheoir l’espee en mi le chanp; et tantoste s’ezlance et la prent, et quant il fu saisi de l’espee il cort suz a Lamorat et volloit recomencier la bataille.

LVIII

[1] Quant Lamorat voit ce, il parole et dist: «Sire chevalier, por quoi ne conbatéz vos a cel autre? Et quant voz l’avroiz menés a utrance, poroiz conbatre a moi». [2] «Sire – fait m. Galeot –, a celui chevalier ne me conbateroie je plus car il est desarméz de sa spee.» [3] «Et je vos quit – fait m. Lamorat – de la bataille, car se je vos eüsse conneü des l’encomençamant ausi com je faz hore, ja ne vos avroie requiz jouste ni bataille: que bien voi tout apertemant que vos estez le meillor chevalier deu monde.» [4] Quant m. Galeot voit que cil li refusse la bataille, il se torne vers le roi et li dit: «Sire chevalier, or vos faitez bailler a cestui chevalier sa spee et voz conbatés a moi; si meneronz nostre bataille a fin». [5] Quant le roy Meliaduz entent einsi parler le chevalier et il voit que Lamorat – que il ja reconnoissoit et qui estoit un dez meillors chevalier deu monde – qui li avoit refussee la bataille, il parole adonc et dit: «Sire chevalier, puiz que cil autre chevalier vos a quité la bataille, je sui celui qui plus ne me conbatrai a vos; ainz voz quit de toutes querelles et vos pri por franchisse de voz que vos me rendoiz ma espee». [6] «Ce me plest bien», fait m. Galeot. [7] Lor li rent s’espee; aprés li demanderent son nom, mais m. Galeot n’en li voelt dire. Et atant se partent li unz da l’autre: li roi Meliadus et Lamorat de Listenois s’en vont lor voie vers Norbelande, et m. Galeot et Guron s’en vont hosteller en un chastiaux qui prés de illuec estoit, là u il furent serviz et honoréz aséz. [8] Et que voz diroie? Illuec demorent bien .IIIJ. jor, maiz atant li avient une aventure mult ennoiosse car a m. Galeot vint une malodie mult grant qui le fist illuec mult sejorner. Et quant m. Guron voit que m. Galeot estoit si deshaitiéz, il li dit que il voudroit aler en le Reiaume Sauvage por feire a savoir a ciaus de Brun que m. Galeot estoit deshaitiéz; m. Galeot li dit que ce veahut il bien. Atant se parte m. Guron de m. Galeot.

LIX

[1] Or dit li contes que quant Guron li Cortoiz se fu partis de m. Galeot le Brun, et unne damoiselle, qui en le chastel estoit, prie tant m. Guron que il la deüste conduire dusque là por veoir un suen frere qui chevalier estoit. [2] «Damoiselle – fait Guron –, ce voz ferai je voluntiers.» [3] «Grant merci», fait la damoiselles, (69va) qui bien estoit unne dez plus belles damoisellez deu munde. Lors monte la damoiselle sor un mult biaux palefroiz acesmee mult richemant, et Guron se mist au chemin avec lui et deus escuiers; il chevauchent maintez jornees sanz aventure trover qui a mentevoir face en conte. [4] Un jor li avint que Aventure les aporte en le r[o]iaume de Soreloiz a un chastel que Hoidelan estoit apellés; et quant il fu auquez préz del chastel en une belle praerie, atant éx vos venir un chevalier mult bien montéz et armés de toutes armes et ce estoit le bon Chevalier sanz Paor. Et quant le bon Chevalier sanz Paor voit la damoiselle, il prant maintenant au frain et dit que il la voelt avoir par le coustume de Logrez. [5] Quant Guron voit ce, il li respont ausint com por gas: «Certez, ceste damoiselle ne poéz vos avoir si lengieremant com vos cuidiéz, car je la defenderai bien encontre vos».

LX

[1] Aprés ceste parlemant s’esloignent et puiz se vienent a ferir mult abandoneemant; et quant il vienent au froisier des glaivez, il s’entrefierent si roidemant que il s’entreportent a la terre, lez chevauz sor le cors: il furent ennavréz duremant mais le bon Chevalier sanz Paor fo plus ennavréz que Guron. [2] Il se relevierent maintenant et mistrent main a l’espee, et s’entrecorent suz mult ireemant et s’entredonnent le greignor coux que il puent: il se maumennent les a[u]bers et se font soventez foiz sentir l’espees ruléz en lor char. Et que vos en diroie? Le bon Chevalier sanz Paor avoit tant deu sanc perdu que ce estoit mervoille, car Guron feroit tout adés sor lui si espessemant que ce estoit mervoille de lui veoir.

LXI

[1] Quant il hont le primier asahut mantenu tant que tuit estoient las et trassuéz, m. Guron, qui auquez avoit le meillor de la bataille, se trait a unne parte et le bon Chevalier sanz Paor de l’autre part. [2] Et quant il se furent repoussé unne grant piece, m. Guron parole tout primieremant et dit en tel mainere: «Sire chevalier, tant se somez conbatuz ensenble et por tel querelle que je sai de voir que, se li unz de noz deus oceïst l’autre, que touz le monde ne s’en firoit se gaber nom. Je ai a cestui point tant esprové la haute chevalerie de voz, vos voudroie je prier et requere que vos me quitoiz ma damoyselle avant que nos se conbatonz plus, car il ne me seroit honor que je ne lla defendisse puiz que en condut l’ai prise». [3] A cest parolle respont le bon Chevalier sanz Paor et dit: «Certez bia[u] chevaliers, se voz me tenéz a bon chevalier voz avéz tort, et voz dirai raisson por quoi: car je ne doi estre tenu bon chevalier puiz que je ne puiz mener a fin ce que je enprant; et bien connois de voir que je ne vail un chevalier, ainz son bien chevalier mauveis que je ne doi quere ne ceste damoiselle ne autre. Et certez voz avéz bien moustré a cestui point que elle est mielz enploiee en vos que en moy, et certes se elle fust moie si la vos donroie ge car certez elle seroit mielz enploiee en vos que en moy».

LXII

[1] «Sire chevalier – fait m. Guron –, puiz que voz me quités de ceste bataille, or vos comant je a Dex, car ci ne puiz je pluz demorer»; atant se part et vait herbergier dedenz le chastel en la maisson d’un vavasor, ou il demore bien .XV. jors avant que il peüsse chivauchier. [2] Et le bon Chevalier sanz Paor i demora bien (69vb) un moiz avant que il peüst armez porter; et aséz fist enquerre qui estoit Guron encontre cui il s’estoit conbatuz, maiz autre chosse ne ne puet enprendre fors que chevaliers erant estoit. Guron i demora puis que il fu gariz bien .XV. jors por espeitier sa damoiselle qui estoit malade. [3] Un jor vient voir le sire dou chastel Guron et le Bon Chevalier sanz Paor et lor diste que il se deüssent partir deu chastiaux car, se lez jaianz les trovasent laienz il lez meteroient a mort; car le jaianz tenoient le chastel en treuvagez et lez ociroient maintenant.

LXIII

[1] Quant lez deuz chevaliers entendirent ce, il demandent qui estoient li deus jaianz. [2] «Biaus sire – fait le sire au chastel –, il sunt deus frerez jaianz les plus poisanz deu monde, qui demorent en la grant montaigne qui est a l’einsue de Sorelloiz et qui vienent ci chascun anz, et qui font asenbler touz lez damoiselles et damoisiaux de ceste chastel qui sont da .XIIIJ. anz jusque .XVII. anz, et ne preinent jusque a .XX. et les enmoinent avec elz en lor terrez. Et de ce avonz si grant dolor que nos voudrionz estre tuit mors. Dont, biau seignor, vos di je tout apertemant que vos ve departoiz de ci, car il voellent grant mal a touz les chevaliers erant.» [3] Guron, qui estoit un des pluz hardiz chevaliers deu monde, quant il entent ceste parolle, il mande tout maintenant au bon Chevalier sanz Paor se il voelt enprandre a ocire li unz des jaiant, il ociroit l’autre. Le bon Chevalier sanz Paor li mande que ja por lui ne remandra. Ceste enprisse creanterent li un et l’autre. Les deus chevalier estoient chascun en son hostel et ne alloient por orgoil veoir le un l’autre. Ensi demorerent tuite celle nuite jusque au jor por espeitier la venue des deux jaianz. [4] Quant cil deu chastiaux, qui trop les prissoient, hont entedu lor enpromise – que il s’estoient enpromis de conbatre encontre lez deus jaianz – il dient bien que cest estoit folle enprisse et que il ne s’en partiront jamés sanz honte recevoir et sanz mort. Or sachiéz que la greignor partie de celz dou chastel ne se fassoient se gaber nom.

LXIV

[1] Quant vient au primier jor de mai que li jaiant estoient acostuméz de venir au chastel por le treu recevoir, il vindrent là dehors en la praerie avec grant plante de chevaliers et de valléz que il tenoient en servagez, et lez avoient amenés por aporter le treuvages que il devoient avoir da cel chastel. [2] Quant Guron sot certainemant que li dui jaiant estoient là dehors, il se fist maintenant armer car piece avoit ja que il estoit bien gariz et que il pooit seüremant porter armes. Quant il fu bien armés, il mande au bon Chevalier sanz Paor que il l’apeloit de convenance que il li avoit enpromis, car li tenz estoit venus et le besoigne. [3] Quant le bon Chevalier sanz Paor entent le mesage que Guron li mande, il se fait armer tout maintenant; et quant il fu bien armés, il munte sor sun cheval et s’en vait tout droitemant a la porte dou chastel, et trove Guron touz apparoilliés sor son cheval. Et ne baoit plus (70ra) atendre lle, ainz volloit envair les deus jaiant par son cors tant seullemant. [4] Et quant les deus boenz chevalier furent ensenble alla porte tuit einsint aparoillés comme je vos coint, il ne font nul delaiemant ainz hoïnsirent dou chastiaus et, là ou il voient les deus jaiant, il s’en alerent tout droit a elz car bien les connoissoient entres les hautres, car il estoien si grant et si orible chosse que ce estoit unne fierté d’elz veoir. Il mistrent lez mainz a l’espeez, car glaives ne pristrent il mie, et lor laisent corre chascunz a le suen. [5] Le bon Chevalier sanz Paor, qui primier estoit, fiert si duremant le jaiant a ce que il le trove desarmés fors de son escu et de unne maçue de buchez, car il ne dotoient nul home deu munde: il le fiert si duremant suz la teste que il la li fendy toute jusque as denz, et cil trebuche mort a la tere si que il ne poet feire defanse. Et quant m. Guron voit le grant coux que le bon Chevalier sanz Paor avoit fait au jaiant, il dist a soi meezmes que il este mestier que il met l’autre a mort: atant estraint l’espee par grant force et laisse corre a l’autre jaiant, et le fiert sus la teste si duremant que il la li fent jusque au col reint l’espales. [6] Et quant lez chevalier et valéz qui illuec estoient avec le jaiant virent ce, il se partirent maintenant liés et joiant por aler a conter a lez autrez jenz de la montaigne, et cil deu chastel furent delivrés dou servajez des jaians. Et quant ciaus deu chastel virent celle grant mervoille, il hoïsirent tout maintenant dou chastel et alerent aprés le deus chevalier qui s’en aloient criant mult fort: «Seignors chevaliers, arestéz vos tant que noz aionz a vos parlés». [7] Guron et le bon Chevalier sans Paor, quant il se oïrent einsin apeller, il retornerent maintenant; et quant il furent a eaus venuz, ceaus deu chastiaux se mistrent tuit a cenoilz et dient tuit a unne voiz que il sunt tuit lor homes lige: «Et vos prionz, par vostre hennor, que vos retornés au chastel, et si vos servirons et honorerons a nostre poir comme nostres seignors». [8] Lez deus preudomes lez mercierent aséz et dient que il ne poent plus demorer por rien deu munde. [9] Quant cil dou chastiaux virent que il ne voloient retorner, il n’orent grant ire et dient: «Sire chevalier, puiz que vos ne voléz remanoir avec nos, or nos faitez tant de bontéz que vos nos bailloiz vostre escu (70rb) et noz vos baillerons deus hautres». Le bon Chevalier sanz Paor li dona le suen et celz l’en donerent un autres, mais m. Guron, por priere que il li feïsent, no lor voelt leissier le suen escu ne remanoir ausint. Atant se partirent les deus chevalier de ciaus dou chastiaux et s’en alerent lor voie.

LXV

[1] En tel mainere fu delivréz le chastiaux des jaians qui si longuemant l’avoient tenus en servages. Li deus chevalier se partirent chascun sa voie et m. Guron avec sa damoiselle et sez escuiers. [2] Cil deo chastel dient que grant honte li avoit fait Guron aprés la grant bonté que il li fist; adonc parole le sire dou chastel et dit que il avra bien l’escu: il prant unne damoiselle et .II. valéz et lez envoie aprés Guron et lor en charge la besoigne. Et cil se partent maintenant et se metent a la voie, et tant chivauchent que il trovent Guron dejouste unne funtaine dormant et sez escuier ausint, por le chaut qui trop grant estoit, et la damoiselle ausint. [3] La damoiselle qui venue estoit fist maintenant prendre l’escu de Guron et le fist porter au chastiaux le soir meezmes. La damoiselle remest avec Guron tant que il fu esveillés; la damoiselle, qui mult estoit belle, salue Guron bien et cortoisement, Guron li respont que bien soit elle venue. Et quant il ne voit son escu, il li demande se elle en savoit rienz. [4] «Sire – fait la damoiselle –, vostre escu est en buen leu et vos pri que vos vegnoiz herbergier avec moy, car vos veéz bien que li tens n’est huiméz.» [5] Guron, qui bien croit que la damoiselle li ait pris son escu por ce que il aile herbergier avec lui, dit que ce li plest mult bien. Atant monterent a cheval et l’autre damoiselle ausint, et se mistrent a la voie et la damoiselle les moine a unne riche tor et fort qui de l’onor du chastiaux estoit.

LXVI

[1] Et quant il furent dedenz, la damoiselle le fist desarméz et quant il fu desarmé la damoiselle comande a .XL. homez arméz, qui laienz estoient aparoilléz, que il preïsent Guron et il si font et le mistrent en unne chanbre. Quant la damoisele voit que Guron estoit priz, elle s’en vient a la chanbre et li dit: «Sire chevalier, or sachiéz de voir que jamés a jor de vostre vie de çaienz n’en instrois devant ce que vos avrois dit vostre nom». [2] Quant Guron voit que cil l’avoient (70va) pris en tel mainere, il dit que miaus vaut que il die son nom que il le tenissent longuemant en prisson; lors li dit son nom et fu tantost delivréz. Quant se voit delivréz, il ne demore plus laienz ainz s’en parte tout maintenant que il fu armés et s’en vindrent entre lui et sa damoiselle et son escuier, et s’en vienent herbergier a un manoir de un vavasor hu il herbergierent asieemant. [3] Et l’autre damoiselle s’en torne a son chastiaux et dit au sire que li chevalier avoit nom Guron li Cortoiz, et li donne l’escu. Et quant cil hont lez deus escuz as deus chevaliers vaillant et lors nom ausint, il funt apendre andeus l’escuz en mi la place deu chastel a un mult biaus aubres, et tous cil deu chastel firent la greignor joie et feste deu monde et enclinoient l’escuz ausint com se il fussent deus cors sanz; et de celui jor enn avant, en celui jor firent chascun anz dui jors feste. [4] Maiz atant se teist li contes a parler de ciaux dou chastel et torne a m. Guron.

LXVII

[1] Li contez dit, einsint com la veraie estoire le tesmoigne, que puiz que Guron se fu partis dau manoir deu vavasor, il chevauche tant par sez jorneez con la damoiselle que il conduissoit que il vient en la Val Bron ou repairoient pluseors parenz Galeot le Bron, et lor fist a savoir comant il avoit leissiéz m. Galeot le Brun desaitiéx a un chastel. [2] Illuec demora Guron grant tens avant que il peüst porter armez, por unne achoisson de quoi je ne vos ferai pas menciun en ceste livre. [3] Or avint que aventure aporta en la Val Brun, ou estoit Guron, li roi Bors de Gaunes et s’en vient tout droitemant hosteller a un chastiaus hou m. Guron estoit. Quant Guron le voit il le conut maintenant et li cort, le bras tandus, et li fait la greignor joie deu munde; il le fet desarmer et honorer et hasier de quanque il puet. [4] Atant furent les tablez missez et li mangiers aparoilliez, il s’asietent as tablez et mangierent asieemant; et en ce que il seoient as tablez, m. Guron parole et dit: «Sire roiz, comant l’a fait li roiz Ban vostre frere, et li roi Meliadus de Leonois, et m. Lamorat de Listenoiz, et le bun Chevalier sanz Paor, et m. Lac et les hautrez nostres conpagnons d’armes?». [5] «Sire – fait li roi Bors –, mult bien, la Deu merci, car il sunt tuit sainz et hatiés et mult se mervellent de vos que vos avéz tant demoréz que voz ne avéz portés armes. Et voiremant cuidionz nos que vos fussiéz un chevaliers qui novellemant est venus en lo reiaume de Logrez et porte un escu d’or sanz entreseigne nulles, qui vait faissant la greignor mervoille deu monde d’armez.» [6] «Sire – fet Guron –, celui ne sui je mie car, puiz que je me parti deu bon Chevalier sanz Paor, ne me parti je de ceste valle unquez puiz.» [7] Quant il horent mangiéz, il se leverent et les tablez furent leveez, et il se alerent raxonnant d’unne chosse et d’autre. Et quant il fu hore de couchier, il se alerent dormir in richez lit et dormirent mult axieemant.

LXVIII

[1] (70vb)A l’eindemain bien por matin se levierent et li rois Bors prant sez armes et s’aparoille de chevauchier. Et quant Guron voit que li roiz Bors s’en vuelt aler, il le prie mult duremant dou remanoir, maiz ce ne vahut riens car le roi dit que il ne puet sejorner por rien deu munde car mult a ailors a feire. [2] Quant Guron voit que li roiz s’en voelt aler, il li dit: «Sire roy, puiz que aler volés, je vos firai conpagnie». [3] «Ce me plest bien», fait li roiz. [4] Lors se fet Guron armer au miaus que il puet, et puis que il fu bien armés il se met au chemin avec le roi Bors et con deus escuiers; il chevauchent maintes jorneez sanz aventure trover qui a mentevoir face en conte, atant que il entrerent en une foreste de Tamerlide qui apellee estoit la Foreste Gaste. Maiz il ne horent grament aléz que il encontrerent .IIIJ. chevaliers arméz de toutez armes; et se aucun me demandoit qui li chevalier estoient, je diroie que li unz estoit Escanor de la Montaigne qui bien estoit sanz faille le plus grant chevalier et le plus forte que l’en seüse en tout le monde, et li troiz estoient sez chevaliers. [5] Quant Escanor fu venu jusque as .II. chevaliers, il [l]or demande se il sunt chevalier erant, et Guron dit si. [6] «Ai nul de vos qui voille la jouste de moi?» [7] «Oïl – fait Guron –, je la voeil.» [8] Apréz ceste parolle s’esloignent li un de l’autre, il baisent lez glaives et mistrent lez chevaus as esperonz et se vienent a ferir de toutes lor forcez. Et quant il vienent au joindre des glaives, m. Escanor le Grant fiert Guron si roidemant que il li perce l’escu et l’aubercs et le fait unne grant plaie en le costé senestre, mez de selle ne le remue ne pou ne grant; et m. Guron fiert lui si duremant que il ne remaint por l’escu ne por l’auberc que il ne li met le fer dou glaive parmi le cors, et l’enpeint par tel vertu que il le porte deu cheval a terre telz atorné que il ne mue pié ne main, ain giste a la tere ausint com se il fust mort. [9] Et [c]e n’est pas merevoillez, car il fu ennavrés si duremant que il en gist au lit bien .IIIJ. moiz avant que il peüsse aler le pas ne porter armez, et Guron en sejorna bien deus mois que il ne puet chivauchier.

LXIX

[1] Et quant m. Guron hot forni sun poindre, il s’en vait au roi Bors qui demandoit as hautres chevaliers se il voloient jouster, mes il estoient si esbahiz de lor segnor que il veoient a la tere que il ne se en challerent jouster. [2] Quant li rois Bors et Guron virent que il ne voloient jouster, il se mistrent le grant chemin de la foreste; et li roi Bors, qui deriere Guron chivauchoit, garde et voit que tout le chemin coroit sanc qui de Guron insoit. Il croit bien que il soit ennavréz a mort, si dit adonc a Guron: «Sire, comant vos sentéz vos?». [3] «Sire – ce dit Guron –, je sui ennavrés duremant et sa[i] bien que je ne poroie chivauchier gramant avant, que trop ne me grevast.» [4] «Or chevauchon un petit avant – fait li roiz –, car il a prés de ci un moustier de nonainz ou vos poroiz sejorner et aisiemant.» [5] «Ce me plet bien», fait m. Guron. [6] Atant ne font plus parlemant ainz se mistrent a la voie; il ne horent (71ra) gramant alé que il vindrent au moustier là u il sejornent. Et les freres lez reçurent mult honoreemant et le mistrent en une chanbre, et desarment Guron et trovent que il estoit ennavrés duremant; et un des freres de laiens, qui de plaies se savoit entremetre, s’en prist garde et lave et bende sez plaies et dit au roi que mult estoit de grant perilz, et sejorne bien un moiz avant que il peüst guerir. [7] Mai li roiz, qui voit que Guron sojornoit, prist congié a lui et Guron le li donne mult voluntiers; li rois Bors prist sez armes et se met au chemin entre lui et sez escuiers.

LXX

[1] Quant li roi Bors se fu partis de Guron, il chevauche tant par sez jornees que il vient e Sorelloiz, et vait hosteler a un chastel et illuec trove li roy Ban son frere et Lamorat de Listenois, le roi Meliadus de Leonoiz et m. Lac; et quant cist preudom virent li roi Bors, il li firent grant joie et grant feste. Atant li mangiers estoit aparoilliés et lez tables misses, et il se asietent et mangierent mult enveeissiemant. [2] Adonc parole m. Lamorat et dit au roi Bors: «Sire don venés voz?». [3] Lor li conte li roi Bors comant il trova Guron et comant Guron se josta a Escanor le Grant de la Montaigne et comant Guron est remés a un moustier ennavréz; et tout li conte mot a mot et ceste novelle et autres. [4] Et quant il hont mangiés, les tables furent levee; aprés alerent dormir et dormirent jusque a l’eindemain, que li chevalier se levierent et se armerent et monterent sor lor chevalz et se mistrent a la voie. Et chivaucherent tant que entor hore de midi il venirent en une grant plaigne qui estoit apellee la Plaigne as Noif por ce que senpre i estoit noif en l’iver.

LXXI

[1] Atant que il chivauchoient par la plaigne, és vos venir un chevalier a l’escu d’or; et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Galeot le Brun le meillor chevalier deu munde, et conduissoit unne damoiselle. [2] Atant parole m. Lac a sez conpagnons et dit que il voelt gaagnier celle damoiselle par force d’armez; adonc s’en vait vers m. Galeot et prent la damoiselle au frain et dit que il la voelt avoir por la costume de Logres. [3] Et m. Galeot parole a touz les chevaliers, lor dist: «Seignors chevaliers, je voeil feire unne convenance con vos: car chascun de vos veigne jouster a moi, et celui qui m’abatera avra gagnee ma damoiselle; et se je abatrai voz ne me requerés plus de meslee»; et tuit se acordent bien. [4] Atant ne hot delaiemant: le chevalier fait descovrir son scu et le met a son col, puiz prant un glaive cort et gros et puis s’esloignent et baissent lor glaives et mistrent lez chevaus as esperonz, et se vienent ferir mult abandoneemant. Et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escu de toute lor force: m. Lac brisse son glaive et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le [porte] a la terre et s’en passe outre.

LXXII

[1] Aprés i vient m. Lamorat de Listenoiz et laisse core a le Chevalier a l’Escu d’Or et cil a lui; il hurtent lez chevaus des esperonz et baissent lor glaives et se vienent ferir mult abandoneemant: m. Lamorat brisse sa lance et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le porte a la tere et le cheval (71rb) tot en un mont, et s’en passe houtre par fornir son pondre. [2] Et quant lez autrez virent ce, il dient que il vengeront lor honte a lor poir. Aprés i ala jouster li roiz Meliadus et brisa sa lance, et m. Galeot l’abati a la tere. Li quart qui i ala fu li roiz Bors de Benohic et i fu abatuz, et touz de unne seulle glaive ne ancor ne estoit brisee.

LXXIII

[1] Quant li roi Bors, qui bien estoit unz dez meillors josteor deu munde, hot veü lez .IIIJ. conpagnonz a la terre, il dist: «Haï, Mere Deu, vos m’aidés car cist n’est pas home ainz est enchantemanz. Maiz aille coment il pora, car certez je vengerai la honte de mon conpagnon a mon poir». Lors s’en vait vers le Chevalier a l’Escu d’or et li dit: «Sire, je voil vengié la honte de mon conpagnon». [2] Cil ne li respont riens ainz s’esloignent, et puiz se vienent ferir si grant aleüre que il senbloient vent; et quant il vienent au joindre dez glaives, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: le roi Bors fiert m. Galeot si roidemant que il li hoste l’escu deu col car l’enarmez ronpirent toutez si que l’escu cheï a la tere; et le bon Chevalier a l’Escu d’or fiert lui si roidemant que il li perce l’escu et l’auberc, et li met lo fer dou glaive en le costé senestre et le porte a la terre, et s’en passe houtre par fornir son poindre.

LXXIV

[1] Quant m. Galeot se voit delivréz en tel mainere des V li meillors chevalier deu munde – car bien lez connoissoit tuit cinque –, il n’a mult grant joie; si ne i demore pluz ainz se met a la voie entre lui et la damoisselle et s’en vait tout droit vers la Val Brun. [2] Et quant lez V chevalier voient que li chevalier s’en vait en tel mainere et lez a abatu tuit cinque d’un seul glaive, il ne sevent que dire car il estoient tout quoi, maiz li roi Ban de Benoïc parolle et dit: «Seignor, a quoi penséz vos? Touz jors vait einsint des aventurez, mez de tant se poonz apaier que tuit somez paroill, ce est de cheoir. Unne autre foiz por aventurez vengeronz ceste honte sor lui ou sor un autre». [3] Apréz ceste parole monterent et se partirent, et chevaucherent tant que il vindrent a un chastiaux qui estoit a Lamorat de Listenoiz. Il se desarmerent et troverent que m. Lac et li roiz Bors estoient ennavrés mult duremant si que il pugnerent a guarir bien trois moiz avant que il peüssent porter armes; et le roi Ban lor fist conpaign[i]e toute foiz por amor le roi Bors son frere.

LXXV

[1] Einsint comme lez .V. preudome demoroient en le chastel, atant i vient une soir un vallet herbergier qui parenz estoit prochainz de m. Lamorat, qui lor dit que li rois Uterpandragon estoit a la Roche de Sesne a grant conpagnie de baronz et de chevaliers. [2] «Di moi – fait Lamorat –, vint a la cort le bon Chevalier a l’Escu d’or?» [3] «Nanil – fait le valet –, mais maint chevalier i sunt venu qui vont contant le grant mervoille que il vait faissant d’armez par le reiaume de Logrez.» [4] «Haï, sire Dez, comant le poroie je trover?» [5] «Sire – ce dist le valet –, je trovai er soir un valet qui me dist que bien a .VIIJ. jors que il vit celui bon chevalier en la Plaigne as Noif, ou il ocist un grant jaiant.» [6] Quant Lamorat (71va) entent ceste novelle, il enn a grant joie et dit que il se veahut metre en queste por lui trover. A l’endemain bien por matin se leverent, et le roi Meliadus et Lamorat se fist armer et monterent sor lor chevaux. Puiz que il horent lor conpagnonz comandés a Deu, et se mistrent au chemin avec deus escuiers. [7] Et chivaucherent tant par sez jorneez que il vindrent en la Plagne as Noif dont il troverent chivauchant un chevalier arméz de toutez armes en la conpagnie d’un escuier qui li portoit son escu covert d’unne honce vermoille. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Guron li Cortois qui aloit querant le bon Chevalier a l’Escu d’or, car tantost com il fu gueriz de la plaie que Escanor li avoit fait, il se mist en ceste queste. [8] Quant lez troiz chevalier furent ensenble, il se conurent et s’entrefirent la greignor joie deu munde. «Sire Guron – fait le roi Meliadus – que alé vos querant si seul par ceste païs?» [9] «Sire – fait Guron –, je voï querant le bon Chevalier a l’Escu d’or, que l’en me vait contant la greignor merevoille de llui deu munde, et por ce sui je desiranz de lui trover.» [10] «Haï sire – fait li roiz Meliadus –, celui alonz nos querant, et si ne a encore grament de tens que je ne le voudroie avoir trovés einsi com je le trovai, et mez conpaignonz ausint.» [11] «Haï sire – fait Guron –, ditez le moi que vos avint puiz que vos le trovastez.» [13] «Sire voluntiers», fait le rois.

LXXVI

[1] Atant li encomence a conter comant il et le roi Ban de Benoïc et le roi Bors de Gaunez et m. Lac et Lamorat de Listenoiz le troverent et coment il les abati d’un seul glaive tuit e cinque li unz aprés l’autre, que unquez nul n’en failli. [2] Quant Guron entent ce, il n’a grant merevoille; si se seigne plus de cent foiz et dist au roi: «Sire, ce est bien la greignor merevoille deu monde et bien est por veoir le meillor chevalier deu monde quant .V. le plus preudome deu monde mist a la tere et d’un seul glaive». [3] «Or chevauchon tuit e troiz ensenble – fait Guron –, et le queronz tant que noz le trovonz.» [4] «Ce noz pleist bien», font les hautrez. [5] Il chevauchent ensenble par celle Plaigne as Noif et lor avint que il troverent unne vielle maison, et dedenz i demoroit un chevalier auques ennavrés et devant lui avoit unne des plus belles damoisellez deu monde et des toutez biautéz: la damoiselle ploroit mult duremant por le chevalier qui ennavrés estoit; le chevalier estoit arméz de chausez et de aubers et les hautres armeüres estoient dejouste lui, et sun chevaus estoit atachiéz a un aubre. [6] Et quant li IIJ conpagnonz furent devant la porte, atant és vos venir un chevalier arméz de toutez armez; et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Lac. Il se coneürent et se firent la greignor joie deu monde; aprés regardent dedenz la meisson et virent le chevalier et la damoiselle, lor distrent que il iront veoir le chevalier et la damoiselle, et descendirent maintenant et entrerent dedanz.

LXXVII

[1] Quant la damoiselle voit que les chevaliers venoient sor elz en tel mainere, elle encomence a feire seigne de la main que il ne venissent plus avant por ce que il ne (71vb) esveillasent le chevalier. [2] M. Lac, qui plus estoit abandonéz a feire follie que li autre n’estoient, se mist un pou plus avant de lez autrez et tant que il vint prés dou chevalier qui dormoit; de ce se corouce la damoiselle et dist a m. Lac par corous: «Dan chevalier, vos n’estez mie trop cortoiz, ainz estez bien le plus villainz du monde qui voléz esveiller cest chevalier qui est plus travalléz de porter armes por aventure que vos n’estez, et bien fairéz grant villanie». [3] De ceste parolle que dit la damoiselle se corouce m. Lac et dit: «Certez damoiselles, maintez plus preudome de lui ai ge esveilliés dont li l’en ne fist tantez de parollez com vos avés fait de cestui». [4] «Certez, sire vasaus – fait la damoiselle –, maintez plus preudomes que vos n’estes avront paor de exveiller cestui chevalier.» [5] «Or ditez, damoiselle, qui est le chevalier?», fait m. Lac. [6] «Certes – feit elle –, il est telz com je sai, no hore ne savroiz plus de son estre car bien m’est aviz [que il] seroit avillés se voz le connoissiés.» [7] Quant m. Lac oï einsi parler la damoiselle encontre lui et qu’elle l’aloit einsint desprisant, il se trait prés deu scu deou chevalier; et por ce que l’escu dou chevalier estoit covert d’unne honce vermoille, le descovre il et voit que ce est l’escu d’un chevalier de Norbelande qui estoit apelléz Henor, qui bien estoit le plus coart chevalier et le plus vil deo monde.

LXXVIII

[1] Et quant m. Lac voit l’escu et il le connoist, il a si grant despit de ce que la damoiselle li dist por corous – que il seroit avilés por lui – que il li dit: «Damoiselle, e por male aventure si faitez hore si grant los de ceste mauveis chevalier devant cui vos estez, et certes en despit de lui et de vos ferai je chousse que chevalier ne devroit feire». Aprés cest parolle, il prist l’escu et l’encomance a trainer por laiens, et au dereain le jete enn unn fanc qui iluec estoit desout une fonteine. [2] Quant la damoiselle voit que m. Lac fassoit si grant villenie de l’escu, elle encomence a plorer mult duremant. Le chevalier s’esvoille par le duel que la damoiselle fessoit; et quant il fu esveillé et il la vit plorer, il se lieve enn estant et li dit: «Que est ce, ma damoiselle? Por quoi ploréz vos? Or tost dites le moi». [3] «Sire – fait elle –, ne veéz vos la grant villenie que cist mauveis chevalier a fait a vostre escu?» Et lor li encomence a conter mot a mot comant m. Lac l’avoit trainés et comant au dereain l’avoit jetéz en le fanc. Et le chevalier li demande quel chevalier il est celui qui ce a fait. [4] La damoiselle li moustre tout maintenant m. Lac; et quant le chevalier oï ce, il ne fait demorance ains dist a la damoiselle: «Hor muntés et laisiéz cestui fait sor moi, car il sera vengiés prochainemant se je onques puis». [5] La damoiselle munte sor son palefroi, qui mult estoit biaus; et quant elle fu muntee, le chevalier monte sor son cheval et relace son hiaume, et puiz vait vers m. Lac et li dist: «Dan chevalier, vos m’avéz fait villanie trop grant de gitier mon escu en le fanc, maiz gardés vos de moi car je vengerai la honte de mon escu». Lors le vait prendre et puis met la main (72ra) all’espee et laise corre a m. Lac; et cil, qui ne cuidoit mie qe cil peüsse feire chosse qui li despleüsse, se tient tout quoi et ne se doïgne de remuer. [6] Les chevaliers li vient l’espee droite contremont et l’ataint desuz le iaume, et li donne un tiex coux et si pesant que li aume ne li fu garant que il ne li met l’espee en la teste bien en parfont, si que il ne fait saillir le sanc de pluseors leus; et m. Lac en fu si estordiz que il s’enbronche tout sor le arçon devant et se prist au col dou cheval. Quant le chevalier voit ce, il ne lle laise mie atant ains s’eslance sor lui a ce que il le trove estordis, et le prist as flancs et le giete hors des arçonz et le porte dusque as fancs dont cil li avoit gitié son escu; et illuec le laise cheoir si estordiz cum il estoit.

LXXIX

[1] Quant il l’ot illuec leisé cheoir, il ne le doigne plus tochier ains li dist: «Gissiés, sire chevalier, et ga[r]dés bien mon escu car ja por moi ne sera remués, un autre escu avrai quant je porai». [2] Quant li roi Meliadus voit la grant honte et la grant vergoigne que li chevalier avoit fait a m. Lac, il se miste avant tout maintenant et dit que il venjera sa honte tout maintenant; lors s’en vait vers le chevalier et li dit: «Sire chevalier, gardéz vos de moi car a jouster voz estuet». [3] Le chevalier, qui tout maintenant conut le roi Meliadus, le dit: «Dan roi, dan roi, soiéz en pés, qar se je ai vengiés ma vergoigne a vos ne apartient de riens. Tenés vos quoi, si ferés que sages car je ne ai hore nulle volunté de jouster; et quant je ne ai volunté de jouster voz n’en me poéz feire force, selonc la costume dez chevaliers errant». Et por ce que li roiz Meliadus alloit en guisse de chevalier erant ne lli voelt il feire force de jouster.

LXXX

[1] Et m. Guron et lez hautrez chevalier, quant il virent la volunté dou chevalier qui ne volloit jouster et que il ne li poient feire force, il les laisent aler tout quitemant; et encore creoient il que il fust Henor de Norbelande. Et il avoient trové ce que il alloient querant et ne lle savoient connoistre, car cist chevalier qui avoit jetés m. Lac en le fanc estoit le bon Chevalier a l’Escu d’or qui m. Galeot le Brun avoit a nom. [2] Et quant il virent que li buen chevalier s’en aloit en tel mainere, il s’en vont a m. Lac qui encore gissoit en le fanc tous estordiz, il l’en traïst hors. Et quant m. Lac fu venu en sa memoire, il regarde tout environ soi; et quant il ne vit le chevalier qui celle honte li avoit faite, il dist tout maintenant: «Ou est aléz Henor qui tel honte m’a faite?». [3] «Sire – fait Guron –, il s’en vait celle part.» [4] M. Lac se fait hoster le fanc desuz lez armes, puis monte et voloit aler aprés le chevalier, mez ses conpagnons ne laiserent et li distrent que nulle venjance que il peüst prandre desor Henor, qui est si vil chevalier, ne li seroit ne los ne pris. Tant lor distrent que il le firent remanoir atant. [5] Et lors se mistrent a la voie tuit ensenble et chivaucherent jusque a la nuit, que Aventure lez (72rb) aporta a un mult biaux chastiaux et fort et bien seant qui estoit apellés le Chastel dou Fort Trespas por ce que il estoit sour un pas mereveillousemant fort. Les chevaliers alerent herbergier chiéz un riche vavasor qui mult lez honorerent de quant il puet. [6] La nuit se dormirent aisieemant et a l’eindemain se levierent bien por matin, et pristrent lor armez et monterent en lor chevaux, et comandent le vavasor a Dex et se mistrent au chemin et chevauchent dusque a hore de prime senz aventure trover qui a mentevoir face en conte. [7] Adonc lor avint que il troverent unne mult belle fonteine, il s’aresterent illuec toutes quatre les conpagnons por aboivrer lor chevaus; et là u il abevroient lor chevaus, atant és vos venir un chevaliers armés de toutez armez. Et se aucum me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Galeot le Brum et avoit encore avec lui la damoiselle que il solloit conduire et deus escuiers ausint, car li uns li portoit son escu qui touz fresc estoit et estoit covert d’un drap vermoil; et sachiés que m. Galeot avoit erbergiéz en cel chastel meesmes hou avoient herbergiés les .IIIJ. conpagnons.

LXXXI

[1] Quant m. Lac le voit venir, il le conut tout maintenant que ce estoit celui qui li avoit fait la grant honte le jor devant, lor dit il que il la vengera se il honques puet. Lors parole a sez conpagnonz et lor dist: «Seignors, veéz ci venir le chevalier mauvais qui ier me fist la honte; or li voeil je faire unne grant honte»; lors se fait bailler son escu et son glaive et l’atent iluec por ce que il i avoit une mult belle praerie. [2] Il ne hont demoré illuec gramant, [quant] és vos venir m. Galeot con la lance au poing et l’escu au col, tout aparoilléz de la jouste; car tantost comme il vit lez .IIIJ. chevaliers, il s’apareilla de la jouste, car il prist son escu et son glaive. Et quant il fu auques prés, m. Lac se met avant, les glaivez baisiees, et li vait a l’encontre et li dit: «Vasalz, a jouster vos estuet». [3] M. Galeot ne respont riens ainz hurte le chevalz des esperonz et li vient a l’encontre bruiant comme foudre; et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force: m. Lac brisse son glaive ne de selle ne lle remuee ne pou ne grant; et m. Galeot fiert lui si roidemant que il le porte a la terre mult fellonoussement et s’en passe houtre par fornir son pondre.

LXXXII

[1] (72va)Quant les hautres conpagnons hont veü mesire Lac qui estoit abatus a la terre et si roidemant, il distrent entr’aus que voiremant n’estoit cil mie Henor de Norbellande, ains dient bien que il est uns des plus poissant chevalier deu monde. [2] M. Guron prie tant lez hautres que il li hotroient la jouste, et il si font mult debonnairemant. Et quant m. Guron ot le congié de sez conpagnons, il ne fait nul delaiemant mes tout maintenant prist son escu et son glaive et vait ver m. Galeot le Brun que il ne conoisoit pas; et quant il fo a lui venu, il li dist: «Dan chevaliers, vos avéz abatuz mon conpagnonz: je voeil veingier sa honte se je onquez porai, car hautrement l’en me le poroit torner a coardie». [3] «Sire chevalier – fait m. Galeot –, quant voz avés voluntés de jouster a moi, et je sui celui qui de jouste ne vos faudrai a cestui point»; lor se fait baillier a son escuier un glaive cort et gros et li fer trenchant, car l’autre glaive avoit il brissiés sour m. Lac, et l’escu que avoit m. Galeot a celui point estoit mi parti d’or et d’arzur por travers. [4] Et quant les deus vaillanz chevalier se furent bien aparoilliéz de la jouste, il ne font nul delaiement mes tantost s’esloignent bien un arpant, et aprés baissent les glaives et mistrent lez chevaux as esperonz et se vienent a ferir mult hardiemant. Que vos diroie? Il n’est pas jeu de lor venir, car bien sachiés veraiement que ceste fu la plus perileose jouste et la plus doteusse que m. Galeot ne Guron eüsent onques fait a jor de lor vie. [5] Et que vos diroie? Li chevaus sont fors et poissant et isniaux, et les chevaliers, qui desuz estoient, estoient preus et vaillant: il venoient brullant comme foudre. Et quant il vienent au joindre des glaivez, il s’entrefierent sor l’escuz de toute lor force, car chascun i met cuer et force de abatre li unz le autres: m. Guron ffiert m. Galeot le Brun si duremant que il li perce l’escu et l’auberc et li fait une grant plaie en mi le piz, et les glaive volle en piece mais de selle ne lle remue ne pou ne grant; et ce fu unne grant mervoille, car il ne fu onques més nul chevalier feru ne onques fu que nul chevaliers receüst onques nul si grant coux de glaive que il ne fust (72vb) ennavrés si en parfont que il ne cheïsse alla terre.

LXXXIII

[1] Et m. Galeot, qui einsint fo ennavréz com voz avés oï, fiert Guron si angoisseusemant que il ne remaint ne por l’escu ne por l’auberc que il ne li met le fer dou glaive parmi la cuisse et l’ennavre mult en parfont; il l’enpainte por si grant vertu que il le porte alla tere tout estandu qu’il senbloit mort, car Guron ne remue ne pié ne main ausint com se il fust mort. [2] Quant li roi Meliadus et m. Lac et Lamorat de Listenoiz virent Guron jesir a la terre en tel mainere, il hont grant dotance que il ne soit desvoiés. Il desmontent maintenant et s’en vont a lui, et m. Lamorat descent et s’encenoille, et li deslace lo iahume et li ohoste dou chef; apréz li abatent la coufle dou fer et le trovent que de lui n’insoit ne flun ne aleine, ainz estoit si pasmés que il senbloit mort. [3] Et quant sez conpagnonz le virent en tel mainere, il creont veraiemant que il fust mort; il hont si grans dolor que il ne sorent que feire, lor encomencent a crier et a batre sez paumes et a feire le greignor duel dou monde: «Haï Dex, biaux Guron, cortois, vaillant et preus plus de touz les autres, que feron noz de vos qui vos avonz perdus, qui bien estoit le miaudre de touz lez bon? Biaux dous sire Guron, por qoi ne vient la mort a chascun de nos puiz que vos, qui estez la flors de tout le monde, estez mort? Car certes, puiz que vos estez mort, toute chevalerie en abaxera, car en tout le monde n’en estoit vostre paroill fors seulemant vostre cosin m. Galeot le Brun, qui grant doullor avra au coer quant il le savra. Biaus dous sire Guron, que maloite soit Fortunne qui vos env[...] doloreuse jouste, et maloite soit la lance qui vos feri, car bien fo lance malaeuree quant elle a mis le meillor chevalier dou monde a mort». Mult conplaignent lez trois conpagnons Guron et mult demenoient grant doleur. [5] Atant m. Galeot, qui avoit forni son poindre, retorne en la place u li chevalier fassoient si grant duel com je vos cont. Et quant m. Galeot entent que ce estoit Guron, qui son prochain parenz estoit, il a si grant ire que (73ra) a pou que il ne crieve de duel, et veahut desmonter maiz il ne puet car il estoit si malemant ennavrés que il ne se puet remuer. Il apelle sez escuiers et se fait aidier a desmonter a quelque poine, et s’en vait tout droit a Guron; car sachiéz voiremant que li sanc li salloit a grant foisson si que par tout ou il aloit estoit la terre toute vermoille. Il se fait hoster son hiaume et sa ventaille et puis s’acenoille, et puis baise Guron plusor foiz et comance a feire trop grant duel, et maudit l’ore que il fu néz quant telz desaventure li est avenue de metre a mort celui chevalier de son parenté que il plus amoit. Que vos diroie? La criee et le noige estoit si grant que ce estoit unne pitié.

LXXXIV

[1] Et quant Guron ot demoré en pasmoisson unne grant piece, il avri lez iaus et jete un souspir mult grant et dit: «Aï sire Dex, aïde moy». [2] [Quant] m. Galeot et lez hautrez qui illuec estoient hont veü que m. Guron estoit encore en vie, il furent mult liéz et tendent lor mainz vers le ciel et diserent: «Sire Dex, benoit soiés voz qui avés volu leisier encor vivre le meillor chevalier deu monde». [3] Adonc parole m. Galeot et dit: «Biaus douz amiz Guron, comant vos sentéz vos? Porois vos guerir?». [4] Guron, qui ne cuidoit mie que ce fust m. Galeot, respont: «Biau conpainz, je garai bien se je fusse en leu ou je peüsse avoir mon aise; mez bien sachiés que perileusemant sui feru ne onques a jor de ma vie ne trovai si dur encontre com je ai trové a cestui point.

LXXXV

[1] Mes hor me ditez ou est il alléz celui qui me encontra, car certez je croi que il soit m. Galeot le Brun». [2] Adonc [parole] m. Galeot et dit: «Biauz douz cossin, veéz le ci Galeot le Brun qui enn a grant dollor, car por mesconnoisance se somez miz a mort: car je voi que voz estez ennavrés duremant et […] je ausint, car tout le cuer me faut de le sanc que je ai perdu». [3] Quant m. Guron et lez autrez conpagnonz hont entendu que ce estoit m. Galeot le Brum, il furent mult liéz, et m. Guron se lieve maintenant enn estant et acolle m. Galeot et baisse plus de mille fois; il se font tui .V. le chevalier grant joie. Aprés desarment m. Galeot et m. Guron et lor estanchent lor plaiez au miauz que il poent; apréz firent unne biere chivalaresse et i [mi]strent m. Guron mult soef, et m. Galeot monte a quelque poine sor un palefroiz et deriere lui un escuier qui toutez foiz le sostenoit

LXXXVI

[1] Apréz monterent tuit lez autrez et se mistrent au chemin, et s’en vindrent a un chastiauz ou il avoient la nuit herbergiéz. Il desendirent et mistrent m. Galeot et Guron en unne chanbre et font regarder lor plaiez, et troverent que il estoient ennavréz duremant mes m. Guron estoit plus ennavrés (73rb) que n’estoit m. Galeot, si que il avoient bien doutance que il ne morussent. [2] Que voz diroie? Tuit li chevalier qui illuec estoient firent conpagnie a m. Galeot et a m. Guron dusque a lor garison; et sachiés que m. Galeot pugna a guarir de celle plaie bien deuz moiz avant que il peüste porter armez, et m. Guron i pugna a guarir .IIJ. moiz ou plus.