RIALFrI

Roman de Guiron (ms. Marciano), 2a branche del ciclo di Guiron

Marta Materni, Roman de Guiron, edizione della versione inedita del Manoscritto Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, Fr. Z. 9 (=227), Padova, RIALFrI, 2016.

Edizione e marcatura digitale a cura di Marta Materni

 

  TESTO APPARATO  

 

Note e apparato

a cura di Marta Materni


[I], 2 a cui] au cui
[I], 8 e ererent] 7 eererent
[IV], 1 s'amie] mamie
[VI], 1 e a se qu'il] lezione dubbia che necessita di un controllo diretto sul ms.
[VI], 2 maineres] mainerres
[VI], 5 envers soi] enuers le rois
[IX], 3 esperons] esporons; el] si segnala l'utilizzo della forma el per nel
[X], 1 il puet] il puer
[X], 2 sest autre] sestraute; n'espargnent] nespangnent
[X], 4 au cuel] au cuer
[XIII], 1 iniziale minata con decoro fitomorfo
[XVI], 4 villain] uilllain
[XVI], 6 repentirois] repentirois je
[XVII], 3 dementres] dementrets
[XVII], 7 je vos] je l vos con l espunto
[XIX], 1 li home] li aggiunto in interlinea
[XIX], 2 Guron estoit] Guron l estoit con l espunto
[XIX], 3 ne sai] ne se sai con se espunto
[XX], 7 tant de] tant co de con co espunto
[XXI], 4 je metroie] je me metroie; que [de] ceste cortoisie ne venist doumaje a aucun preudome] propongo l'integrazione con de data la successiva presenza del dativo, nonostante la forma più diffusa sia venir a doumaje cfr. DFM
[XXI], 5 se Cortoisie ne me delivra de mort là u je ne feissoie a Cortoisie se villanie non] la frase resta in sospeso
[XXI], 8 vos ait] vos aut; regardissiés] ragardissies
[XXI], 9 ceste desloial] ceste desloial ceste desloial
[XXII], 2 biau] le livres biau con le livres barrato
[XXII], 6 delivrer] deslivrer con s espunto
[XXIII], 7 le cuit] le quit, correggo la grafia per evitare ambiguità
[XXIV], 2 metons] metrons con r espunto
[XXIV], 4 estoient] corretto dal copista su estaient
[XXV], 10 cuidéz] cuidex; Dan chevalier - dist le vallet] dan chr dan chr
[XXV], 13 autre] auoitre con oi espunto
[XXVI], 1 fustes] uo fustes con uo espunto
[XXVII], 10 je ai] je ai l con l barrato
[XXVIII], 4 longuemant] longaiemant
[XXVIII], 5 Dieu] Dieu f con f espunto
[XXVIII], 6 Sire chevalier, or sachiés de voir que se je cuidasse trouver en vos si dure conpaingnie] la frase resta in sospeso
[XXVIII], 7 aprés] apres so con so espunto
[XXIX], 2 lance] liance; aloit] aoit con l aggiunto in interlinea
[XXX], 5 conpaingnon] conpaingnieon con ie espunto
[XXXI], 1 hunnis] humis
[XXXI], 5 voit qu'il] uoit sil quil con sil espunto
[XXXIII], 1 rire] riere
[XXXVI], 2 descendent] descendint
[XXXVI], 4 que vos] apert que uos
[XXXVII], 7 com il] com il l con l espunto
[XXXVIII], 2 baiser e] baiser 7 por con por espunto
[XXXIX], 3 sa mort] ma mort
[XXXIX], 6 enteremant] entreemnt
[XL], 6 fetes] festes
[XLII], 3 dedens] dedens ce con ce espunto
[XLII], 10 sachisiés] sachasies
[XLII], 11 sui] sui sui
[XLIII], 1 il se fu] il so fu
[XLIII], 3 probabile lacuna fra i due incisi del dialogo
[XLIV], 1 je vos] ie uos uos; je ne sui] ie ie ne sui; tout] tuot
[XLIV], 5 jaunes] iames
[XLIV], 7 puis] pl
[XLV], 2 point] a point; convient] u convient con u espunto
[XLV], 6 a l'escu] a m lescu con m espunto
[XLVI], 1 parti] parmi
[XLVIII], 1 les lermes] ler lermes
[XLVIII], 6 sol chevalier] sol chevalier peust
[XLIX], 3 me content] ne conutent con il secondo tratto della u espunto
[XLIX], 6 feistes] feistes c con c espunto
[XLIX], 7 ceste] teste
[L], 1 jujemant] iuuiemant
[L], 2 atendre jujemant] atendoroie con o espunto iuuiemant con il primo tratto della seconda u espunto
[L], 6 fust ce] fust l ce con l espunto
[L], 9 a mie] a mie s con s barrata
[L], 10 Maloaut] Molaaut
[LI], 2 qui Danain] que la Danain con la espunto
[LII], 1 mie] mie q con q espunto
[LII], 2 je vi] ie b ui con b espunto
[LII], 7 esleissier] esleississier
[LII], 8 desoremais] deseromais
[LII], 9 sa] a sa
[LII], 10 certainemant] certaimamant con il primo tratto della m espunto
[LIII], 5 veut] veut la con la espunto
[LIV], 8 en moi] ennoi con il primo tratto della prima n espunto
[LV], 4 novelle] nouelle qui portoit con qui portoit espunto
[LVII], 1 se que] se uos que con uos espunto
[LVII], 7 serés] sesres con s espunto
[LVII], 8 serai] seuai
[LVII], 11 a vilté] a ote uilte con ote espunto
[LVIII], 3 ne remaint] re remaint
[LIX], 2 escu] escui con i espunto; pis] pies con e espunto; pies] pis
[LX], 2 quele] quoele con o espunto
[LX], 5 fis] fie
[LXI], 4 je trouvai] ie trouuai ceste trouuai con trouuai ceste
[LXII], 1 crier] a crier; cortoisie] cortorsie; ensint] e ensint con e espunto
[LXIII], 5 sera] sera ce con ce espunto
[LXIII], 9 revengent] reuenger
[LXV], 4 quar] quant con nt espunto
[LXV], 6 parole] palrole con l espunto; orendroit] orenditroit con dit espunto
[LXVI], 5 selonc] selonc a la
[LXVII], 4 de li] de li grai con grai espunto; vos ne] uos ne cuid con cuid espunto
[LXVIII], 2 a fet] a fet toutes uoies il ne puet estre en nulle guise
[LXX], 7 que vos] que uos uos
[LXXII], 1 iniziale miniata con motivi fitomorfi
[LXXII], 7 ele] ele la con la espunto
[LXXIII], 3 point] pount con il primo tratto della u espunto; garder] garder li con li espunto
[LXXIV], 2 meseanche] mestreanche con tr espunto; puis] pluis con l espunto
[LXXV], 2 ne vos] ne uos l con l espunto
[LXXVI], 4 fet] fellt con ll espunto
[LXXVII], 4 fetes] fetes ll con ll espunto; mie] une
[LXXVII], 5 vos dites] uos uos dites
[LXXVII], 7 ne me] ne de me con de espunto
[LXXVIII], 4 ici] cc ici con cc espunto; vos le] uos ne le con ne espunto
[LXXVIII], 10 autresint] auentresint con en espunto; defendre] desfendre; avoir e] auoir s e con s espunto
[LXXX], 3 je vos] ie fos
[LXXX], 10 savoir si] sauoir de si con de espunto
[LXXXI], 8 fere cortoisie] fere ne cortoisie
[LXXXII], 1 jujemant] iuiiemant
[LXXXII], 4 qe vos] que uos que uos; atendu] entendu
[LXXXII], 8 soiés] breusoies con breu espunto
[LXXXIII], 6 pooir] peor; nulle] nulle c con c espunto
[LXXXIII], 11 joians] ia ioians con ia espunto
[LXXXIII], 12 sire] sire a con a espunto
[LXXXIII], 17 que je] que no ie con no espunto
[LXXXIV], 5 coment] sesoment con se espunto
[LXXXV], 1 s'apaie] sapieaie con ie espunto
[LXXXVI], 3 trover] en trouer con en espunto
[LXXXVIII], 4 il dit] ell il dit con ell espunto
[LXXXIX], 5 petit] 7 petit
[XC], 1 iniziale miniata con motivi fitomorfi
[XC], 2 toutes] toutes toutes
[XC], 3 que en] que e en con e espunto
[XCI], 1 se met] samet
[XCI], 2 fui fors] fui tote fors con tote espunto; moins] moise
[XCI], 3 chose] chase
[XCII], 3 eraumant] ereemnt; chanbre] chanbre estoit
[XCII], 4 a chascun] a ch a chascun; selonc] solonc corretto in selonc dal copista
[XCIII], 1 chevels] chevols; veoir] vooir
[XCIII], 4 eüst veüe] eust l ueue con l espunto
[XCIV], 4 entelui] entrelui con r espunto; de plor] de lor plor con lor espunto
[XCV], 2 le lit] le brief lit con brief espunto
[XCV], 4 orendroit] orendroit es con es espunto
[XCVI], 5 moins] mains
[XCVII], 3 une grant] j grant; avant] avant une con une espunto
[XCVII], 4 sus] dus
[XCVII], 6 les lis] les les lis
[XCVIII], 4 veoir ne] veoir l ne; ne li estoit] ne li ostoit; s'en] sen sen
[XCIX], 1 parlerom] parlerom i con i espunto
[XCIX], 2 oroie] oroie u con u espunto
[XCIX], 8 fils] fils s con s espunto
[XCIX], 9 en un] en l un con l espunto
[XCIX], 10 bon] bono conpain con conpain espunto
[C], 1 si] q si con q espunto
[C], 9 li cor fet] li cuer fet
[C], 10 li cor puet] li cuer puet
[C], 11 tendroit] trendroit
[CI], 2 feisiés] feusies; nos estons] nos estre; de mon] de mon e con e espunto
[CI], 12 parfit] porfit
[CI], 14 des chevalier] dex chevalier
[CII], 5 de rois] de l rois con l espunto
[CII], 8 ensint] en ensint
[CIV], 3 dire] a dire; biaus] beaus; quant] qi tant
[CIV], 4 elle devoit] elle devoist con s espunto
[CV], 5 entendirent] endtendirent con d espunto
[CVI], 1 adonc] adont; molt bele] mlt bele mlt
[CVI], 9 peuple] pouple
[CVII], 2 il ne] il se ne con se espunto; il soient] il se soient con se espunto
[CVII], 5 vins pas] uins par
[CVII], 7 escuiers] esaners
[CVII], 8 a cestui point que je conois] a cestui point que ie conois a cestui point
[CVIII], 1 me salt] mes salt
[CVIII], 2 cui je] ie cui
[CVIII], 4 chevalier qui autre] autre chr qui autre
[CIX], 2 conpaignon] conpaiggnon
[CIX], 6 iluec] il iluec; primiere] b primiere con b espunto
[CX], 5 iluec] ilues
[CX], 7 mal conpaignon] mal conpaingnon fu il honis; coardie meistes] coardie meestes
[CXI], 3 demande] demadame
[CXII], 4 entendi] entendi li con li espunto
[CXII], 8 deu] dou
[CXIII], 3 treis] trers
[CXIII], 8 je ai] ie i ai con i espunto
[CXIV], 2 se nos] se uos
[CXIV], 3 nos a esté] nos a estre
[CXIV], 4 voit] doit
[CXVI], 1 por parler] por por parler
[CXVI], 4 fetes] fetes e uos me con e uos me espunto con sottolineatura
[CXVII], 6 de la vostre] de la moie uostre con moie espunto
[CXVII], 8 veisse] uoisse; que je vos] 7 me uos
[CXVIII], 1 dites] dities
[CXVIII], 2 sire] serre; e que vos] 7 que nos
[CXVIII], 5 sachiés] seachies
[CXVIII], 6 a bien] ai d bien con d espunto
[CXX], 2 mes por] mes es por con es espunto
[CXXI], 1 certes] se ie certes con se ie espunto
[CXXI], 5 i veut] iuueut
[CXXI], 9 plot] ploit
[CXXII], 3 le cri comence maintenant e la meslee] le cri comencent maintenant e la meslee maintenant; fo[fa]ndrent] è necessario un controllo diretto sul ms.
[CXXIII], 4 maintenant] maintenanant
[CXXIV], 5 Norbellande] Norballande
[CXXIV], 8 fet] fet b con b espunto
[CXXIV], 13 volés] voles l con l espunto; nos] uos
[CXXIV], 18 verité] uerite uerite
[CXXIV], 24 fet] fet b con b espunto
[CXXV], 4 jor] ior ior; la grant] la gr la grant; roiaume] roisaume con s espunto
[CXXV], 8 quel] quant
[CXXVI], 2 de celle] de celle tonbe avo con tonbe avo espunto; selle] selle es con es espunto
[CXXVII], 3 je vois ai mené en tel mainiere a la mort] ie uos ai mene en tel mainiere mene a la mort; sainiemant] a sainiemnt
[CXXXI], 2 ne le] ne ne le
[CXXXI], 3 ta] st ta con st espunto
[CXXXII], 3 la lame] la la lame
[CXXXII], 6 li] lu con il primo tratto della e espunto
[CXXXIII], 5 corrament] corrairent
[CXXXIV], 5 feroit] feroit en con en espunto
[CXXXV], 7 je veisse] ie di ueisse con di espunto
[CXXXV], 10 en un fou] en un for con u corretta sopra la r este con este espunto
[CXXXVI], 6 noir] noir del cuer dolente
[CXXXVI], 7 de sa fille] de sa roiaume fille
[CXXXVII], 3 si belle] li belle
[CXXXVIII], 6 ceste rente] ceste rende; comunemant] comunemnt doner
[CXXXVIII], 7 quant] quar; jaiant] iaiaiant
[CXXXVIII], 3 alés] alons
[CXXXIX], 1 se Dex vos salt] se Des te salt se Dex uos salt
[CXXXIX], 8 oblierai] oblirerai con r espunto
[CXXXIX], 9 de ceste contree] de ceste contraire; vos fist] me fist
[CXL], 1 e li uns] i e li uns con i espunto
[CXLI], 3 avant] hauant
[CXLI], 4 ceste esprove] cestre esproue con r espunto
[CXLII], 4 jaiant] ia ianiant con n espunto; mortel] mortel bataille con bataille espunto
[CXLIII], 10 la] a la con a espunto
[CXLIII], 14 li jaiant] li iaiaiant
[CXLV], 1 qu'au dereain] quar dereain
[CXLVII], 7 ot] ot ot
[CXLVII], 8 quant Breus] quant Guron
[CXLLIX], 3 estrangie force] estrangie q force con q espunto e barrato
[CL], 1 au cuer] acucuer
[CL], 6 grant] coi grant con coi espunto
[CLI], 1 dont] dont s con s espunto
[CLII], 1 que elle] que il elle con il espunto
[CLII], 3 meillor home] meillor d home con d espunto
[CLIII], 4 ne li fis] ne li fis ne li fis
[CLIV], 2 pere] e se pere con e se espunto
[CLIV], 7 n'i] nii con i espunto
[CLV], 2 sans] sans se con se espunto
[CLV], 6 ovree] auree
[CLVI], 1 or] s or con s espunto
[CLVI], 6 se seingne] se seingne Febus con Febus espunto
[CLVI], 7 avis] auis ch con ch espunto
[CLVI], 11 grant] uo grant con uo espunto
[CLVII], 1 quant] quant le con le espunto; belle] belle praerie con praerie barrato
[CLVIII], 1 iniziale miniata con motivi fitomorfi
[CLIX], 4 adonc que je trouvai] adonc que ie trouuai adonc
[CLIX], 9 grant] grant de si
[CLXI], 6 vos] uos d con d espunto


 

 

I

[1]  (1ra) En ceste partie dit li contes que, puis que li roi Meliadus se fu aconpaingnés au chevalier qui amoit a fille sain, ensint con li contes a ja devisés sa ariere, cil furent anbendui venus a la maison de religion dont je vos ai [j]a parlé. Il furent leens recheü si onoreemant con li sire le porent recevore; e quant il fu ore de couchier, il se coucherent par eus reposer. [2]  Mes li chevalier qui s’estoit au roi aconpaingnés, quant il ot auques regardé son grant cors e sa bone faissons, dit a ssoi meïmes qu’il ne poroit estre que li chevalier au cui il est aconpaingnés ne soit home de valor, car trop resemble bien preudome, selonc le corsaje qu’il a. Quant il ot celle nuit pensé grant piecce a le perillouse aventure ou il s’estoit mis, il s’endormi (1rb) en tel mainiere qu’il ne s’esveilloit dusqu’a l’endemain. [3]  E quant il fu bien por maitin, li roi Meliadus – qui estoit en penser de ce qu’il devoit metre son cors por amor de li chevalier a cui il s’estoit aconpaingnés – se vest e s’apparoilla aprés son conpaingnon, e li dist: «Or sus, sire conpains, che m’est avis que vos soiés oblié de ce que vos avés a fere». [4]  Si se levent tuit e s’apparoillerent de ses armes; quant il sont anbendui armés, il montent: li roi Meliadus fet monter la damoiselle qu’il menoit en sa conpaingnie e son escuiers ausint. Si se partent de la maison de religion e ererent tant qu’il sont venus dusqu’a la crois ou li roi Meliadus avoit le jor devant trové son conpaingnon pensant si duremant con li contes a ja devisés ça en arieres.

II

[1]  Quant li roi est venus dusqu’a le crois, il dit a son conpaingnons: «Sire, vos plest il que nos atendons le nevoi li roi d’Escose, celui qui la damoiselle que vos tant amés doit amener por seste voie?». [2]  «Sire – se dit li chevalier –, ici nos estuet demorer sans faille se nos le volons avoir.» [3]  «Donc descendom – ce dit li rois –, si feré paxar nos chevaux dusqu’a tant (1va) que sil vendront.» Lors descent devant la crois molt prés dou chemin entre les arbres, e pendent lor escus as arbres e drescent lor glaives. [4]  «Sire conpains – se dit li rois Meliadus –, coment avés vos non? Dites le moi.» [5]  «Sire, je ai non Hetor dou chastel Ygerne, selui qui grant doutanse a e grant paor de ceste enprise car je n’en porai escanper sans rechevoir onte e laidure; e au dereain, je me troverai hors dou fet e la damoiselle i remandra, e li doumaje en tornera sor moi.»

III

[1]  A ceste parole respont li rois: «Sire chevalier, or vait enpirant vostre afere: ar soir vi je que vos estiés de meillor volonté. Por coi estes vos ore si canjés?». [2]  «Or sachiés sire – fet li [chevalier] – que je n’en sui plus ne moins, car toutes voies vo dis je que je mi metoie en fol enprise car, encontre si grant jent con il vint avec la damoiselle, coment poroie je durer?» [3]  Lors respont li roi Meliadus e dit: «Or ne vos desconfortés, car je vos promet loiaumant, come chevalier, que je ne vos faudrai au besoing. E si me dit le cuer que vos vendrois au dessus de cestui fet». [4]  «Dex le devoit fere – fet li chevalier –, ma grant chose seroit car nos somes .IJ. e il sont bien .XL.» [5]  «Or ne vos esmaiés», fet li roi. [6]  «Non fai je – fet li chevalier –, tout mes esmai (1vb) sont torné a une soule hore. Viengne la mort quant elle voudra: por amor sui je apparoillié de morir, forse d’amor me partra la vie dou cors a ceste fois, se voi je bien.»

IV

[1]  Quant li rois entent ceste parole, il devient tos pensis e dist a ssoi meïmes qu’il ne poroit estre que cest chevalier ne morust a ceste enprise puis que li cuers li vait sa mort devinant; si le confortent e aseürent quanqu’il poent. Ensint parlant demorent tant qu’il voient devant els passer gent a cheval, e ce estoient escuier e vallés e viels home qui amenoient levriers e brachés en lor conpaingnie, e un vallet portoit le brachet de s’amie. [2]  «Sire conpains – fet li chevalier au roi –, veoir poés le brachet de m’amie, ce est celui que sil escuier porte.» Lors vient a selle part e monte sor son cheval et voloit celle part corre, le glaive baissiés, por escovré le brachet. [3]  Mes li rois ne le sofre mie, si li dist: «Or vos sofrés tant que la damoiselle viegne; se nos poons la damoiselle gaagner, ben aurom puis le brachet. El plus fort leu e el plus greu devons nos bien metre nos cors au primerains e non pas entregardons». [4]  «Sire – se dit li chevalier –, vos dites bien, si m’aït Dex.»

V

[1]  (2ra) A celui point qu’il parloient ensi, li roi garde avant e voit venir chevalier e dame e damoiselle: li chevalier venoient armés de toutes armes, li niés au roi d’Escose venoit au dereains e avoit en sa conpaingnie .V. autre chevaliers. [2]  Li chevalier qui li rois Meliadus avoit recheü en sa conpaingnie, quant il voit le chevalier qui la damoiselle conduisoit, il le conoist maintenant; si dit: «Sire conpains, or poés veoir ceus par cui nos venimes en ceste placce: il conduient ma damoiselle e je la voi de ci». [3]  Quant li roi vit ce, il monte sor son cheval, si demande liquels est li niés li rois d’Escose. [4]  «Sire – fet li chevalier –, veés vos ses sis chevaliers qui là vienent au dereain?» [5]  «Oïl, voremant le voi je bien.» [6]  «Or sachiés que li uns de ses .VJ. est li niés au roi d’Escose: il est entr’aus e, se ne fusse qu’il sont armé d’une arme, je le coneüsse bien, mes se le me fet desconoistrer le.» [7]  «Or vos dirai que nos ferom – se dit li rois –: leissom aller tuit sil que vont devant e laiso[m] corre sor ses sis; ce nos por aventure peüssom abatre a ceste primier envaïe le seingnor de ceste jent, lejeremant le porons puis mener a desconfiture. Or tost sivés moi, sire conpains, e gardé vos que li cuer ne vos faille, car sestui fet nos porra estre trop legiers (2rb) se nos le comensom bien; e se nos i faillom au primerain, tost seron puis mis au desous.»

VI

[1]  Quant li roi Melyadus a dit ceste parole, il n’i fait autre demoranse ains prent son glaive e son escu e puis hurte chevaux des esperons e s’adresse celle part tout primieremant ou il voit qui estoit li niés le roi d’Escose – e a se qu’il ne li voloit nul bien por li roi d’Escose son oncle, qui atant li avoit fet de contraires con li contes a ja devisés sa arieres –, e il lor crie tant con il puet a aute vois: «Certes, tuit estes mors». E fiere le primier qu’il encontre si rodemant qu’il li met le fer de son glaive en mi le pis. Il l’enpient bien, si le porte dou cheval a terre; e il trait a llui son glaive e fiert de celui poindre meïmes un des autres chevalier qui trouve en cele conpaingnie e le porte autresint a terre con il avoit l’autre porté, mes de cil ne vient bien a celui qu’il ne fu mie mors de celui coup. [2]  Si conpains, qui aprés lui vint e qui vuelt en toutes maineres, s’il onques puet, recovrer la damoiselle, quant il vit que li rois avoit encomencié le fet si fieremant, il le mantient de sa partie tant con il (2va) puet. E bien s’en esforce de tout son pooir e il mostre bien a celui point tout apertemant que voiremant estoit il chevalier garnis de haute chevalerie car, puis qu’il s’est mis en celle bezoingne, il fiert le primier chevalier qu’il encontre si roïdemant que por l’escu ne por l’auberc ne remaint qu’il ne li mette le fer de son glaive parmi le cors. E qu’en diroie? Celui porte il mort a terre dou primier coup e, au perchevoir que sil fet, brisa son glaive au chevaliers qui sa damoiselle voloit recovrer par force d’armes. [3]  Quant il a son glaive brisé e il ot le chevalier abatu en tel guise con je vos cont, li autres chevalier – qui troi estoient e tuit armés de ces meïmes armes –, quant il voient que trois de lor conpaingnon son abatu si vistemant, por ce qu’il cuident bien de voir que sil .III. soient mort sans faille, il est bien de ceste aventure triste e corochiés duremant. [4]  E li niés au roi d’Escoce – qi de ces novelles est esbaïs si mervoilloizemant qu’il ne set qu’il doie dire –, quant il conoist que la choce est comencié devant (2vb) lui si autemant, se est une chose dont il est un poi desconfortés. E neporquant, por qu’il estoit bon chevaliers de sa main, vaillant de son cors, prent il reconfort en soi meïmes e leisse corre li glaive baissiés encontre li roi Meliadus; e sor celui primieremant leisse il corre tout avant por ce qu’il veoit bien qu’il avoit le fet encomencié plus roïdemant que si conpaingnons n’avoit. Por ce leisse il corre sor le roi tout avant car il li est bien avis que, se il selui avoit abatu, dell’autre poroit il legeremant estre delivré. [5]  Le rois – qui envers soi le voit venir, le glaive beissiés – le reçoit molt ardiemant car il n’estoit pas home que l’en peüst lejeremant esmaier, e il fiert sor lui, qui bien estoit au voir dir chevalier de grant force e de grant pooir: si escu ne garentist li roi, ne li auberc autresint, qu’il ne li face el costé tel plaie de celui poindre qu’a piecce més ne sera jors qu’il ne s’en sente. [6]  Sil s’esforse tant con il puet qu’il abat li rois a terre mes ce ne puet ore avenir: li roi, qui trop bien chevauchoit (3ra) et de son cors estoit si fors con .J. jaians, se tient en selle toutes voies. Ensi navrés con il estoit, giette il un grant cop de l’espee e fiert selui si roïdemant desus li aume qu’il est si estonés qu’il ne set s’il est jors ou nuit: il a si perdu le pooir de toutes les menbres qu’il ne se puet tenir en selle, ains vole maintenant a terre e gist iluec con s’il fust mort.

VII

[1]  Quant li autre chevalier – qui avant alloient e condusoient la damoiselle, e qui ja avoient veü coment li fet estoit encomencié e por ce estoit retornés: por metre a mort le .IJ. chevalier qui ceste follie avoient encomencié – voient lor seingnor a la terre qui semblant ne faissoit de soi redrescier, por ce qu’il n’orent doute e poor qu’il ne sot mors ou mortelmant navrés e il ont trop grant volonté de revenjer cestui fet, retornent il celle part, les freins abandonees tant con il puent dou chevaux trere, e crient au roi e a l’autre chevaliers: «Certes, mort estes anbendeus». [2]  «Venés avant – ce dit li rois –, venés avant, vos verois coment nos somes mort. Vostre parler ne vos vaut, hunis serois en cestui jor, se Dex me doint bone aventure.» [3]  Ensint recomencent le fet. Sil voloient le roi metre a mort s’il onques puent, mes li (3rb) rois, qui trop estoit preudome e puissant de son cors, lors mostre adonc toute cleremant qu’il ne’l doute se petit non: il tient l’espee toute nue dont il avoit ja mort maint chevalier – e elle estoit dure e trenchant e pesant molt –, e il estoit encontre se de trop grant force. [4]  E por se avient il que adonc, quant il mostre son pooir encontre cels qui no l’aiment mie e ch’a mort le voloient metre, il lor done si pesans cox qu’il lor mostre en pou d’ore que voiremant est il home de grant vertu e de merveillous pooir. E il s’esforse tant con il puet car il voit bien tout cleremant que li besoins en est venus, e tout ce adonc qu’il fait li est bie[n] a mistier e besoing car il a a fere a tel jent que en autres maintes besoing avoient ja leur cors bien apris de guerre e de sofrir un grant afere. Il conoissent en pou d’ore que li rois estoit outre missure bon chevalier, si fierent desus lui de ses espee e de glaives au plus aigremant qu’il puent; il ne le vont pas espargnant mes il ne puent fere pas ensint com il devisent.

VIII

[1]  Ensint se mantient la meslee fort e cruele: li rois, qui bon chevalier estoit en toutes guises, asaut si fort ses enemis con il le puet fere; li autre chevalier, por cui amor li roi Meliadus se (3va) conbatoit, li fet adonc tot le socors q’il puet e a la verité dire il s’esprove trop bien. A celui point bon sont andui e pres des armes e ardis: en tel guise se conbatoit li dui chevalier en mi le chemin encontre les autres chevalier, que a celui point estoient bien encontre .XXVJ. Tuit li autres estoient ja que mort que navrés tel atorné sans faille qu’il n’avoient adonc pooir de vivre a nul home dou monde. [2] Li niés au roi d’Escose, [qui] ot esté abatus en tel guise con je vos ai conté, se fu ja redrescés e remontés sor son cheval. Si ome l’orent relevé, que molt estoient reconfortés de ce qu’il voient qu’il n’estoit mie mort; car au comencemant, quant il le virent gesir a terre, il cuiderent bien tuit certainemant qu’il fust mort ou mortelmant navrés: por ce furent il trop fieremant reconfortés quant il le virent a cheval.

IX

[1]  Puis que li niés au roi d’Escose fu remontés en tel guise con je vos cont, tuit si home reprenent cuer e ardemant car molt se fioient en sa proesse. E il, qui a la verité dire estoit bien chevalier de pres, quant il se vit remontés [e] il est revenus en pooir e en force, il ne fet nulle autre demorance ancois met la main a s’espee e crie a ses homes or a els seingnors: «Chevalier, onis (3vb) somes, se Dex me salt, quant .IJ. chevalier soulemant ont si longuemant duré encontre nos tos». [2]  Quant il a dite ceste parole, il s’adresse tout erraumant envers son conpaingnon. Selui reconoist il trop bien, il set bien tout certainemant qu’il li a fet tout cestui asalt e por ce le rendroit il trop voluntiers le guererdon s’il le pooit fere; dont il li avint qu’il li done desus li aume si qu’il li fet dedens entrer le trenchant de l’espee dusqu’a [la] teste. Li chevalier est de celui cop estonés si duremant que l’espee que il tenoit li est cheoïte de la main e il s’encline sor l’arçon devant con sil qi ne set qu’il doie fere, car il est tout apparoillé de cheoïr. [3]  Atant és vos un autre chevalier venir selle part, le glaive baissiés; quant il voit celui qui sor l’arçon de la selle se fu acouchiés e qu’iluec lor avoit fet assés de doumajes, por ce qu’il le vuelt metre a la mort tout orendroit s’il onques puet li leisse il corre au ferir des esperons le glaive baissié, e le fiert si duremant el costé senestre qu’il li met tout le fer dou glaive dedens le cors e del fust apart grant partie. [4]  Li chevalier est si ferus que, por ce qu’il sent la mort de celui cop, gitte il un cri trop dolorous e maintenant chiet en mi le chemin e comence a debatre (4ra) a la terre d’anbendeus li pié. Li roi Meliadus, qui un chevalier avoit abatus, regarde selle part: quant il voit le chevalier trebucher, e quant il voit le mal semblant que il fessoit, il conoist bien tout cleremant qu’il est mort, dont il est molt corochié duremant.

XI

[1]  Li roi – qui de celle aventure est corochié estranjemant car il dit bien a ssoi meïmes que li chevalier sans faille est mort en son conduit – ne set ore qu’il doie dire fors qu’il a en volonté qu’il revenjera selle mort s’il onques puet. E por ce laisse il corre orendroit envers ses enemis plus cruelmant e plus abandoneemant d’assés qu’il ne fist au comencemant: orendroit n’est il departant destre e senestre si grant coux e si mervoillous con il puet amener de haut a la forse des bras. [2]  E greingnor d’assés le donast il encore se ne fust ce qu’il estoit duremant navrés de la primiere joste que li niés au roi d’Escose ot fet sor lui: ce li fet annui car elle saine toutes voies e le fet voider dou sanc tout autremant que il ne cuide. Il estoit chaus dolens, corochiés [e] aïriés de son conpaingnon que il voit mort, e por ce ne se sent il orendroit se trop petit non: il fiert adés grant coup de l’espee trenchant e sor sestui e sor (4rb) sest autre; il n’en vait un seul espargnant, ne ce n’est pas trop grant mervoille s’il ne les [es]pargne car il n’espargnent mie lui, il li font bien le pis qu’il poent e il a els tout autresint. Ensint se mantient la meslee des le maitin dusque prés ore de prime. [3]  Lors est trop fieremant corochiés li niés au roi d’Escose quant il voit qu’il sont [mort] tant chevalier de sa partie qu’il tenoit tous a preudome, ne ne pooit venir au desus d’un sol chevalier qui lor a fet si grant doumaje con il voit tout apertemant. Por le grant duel qu’il a au cuer de ceste chose, cries il a sses homes: «Aï sengnor, come se est grant vergoingne que je voi ici que nos somes tans chevaliers ne ne poons entre nos tous metre a desconfiture un tout soul chevalier qui un est. Or tost, seingnor, vengons nostre vergoingne e le doumaje qu’il nos a fet». [4]  Quant il a dite ceste parole il n’i fet autre demoranse, ancois se lance vers li roi molt roïdemant, l’espee en la main toute nue, e moine un grant coup de tant de force con il a: si fiert li roi mes ne’l pot mie molt grever. Quant sil voit que li rois ne se remue por le cop qu’il li ot doné, il remet s’espee en son froure del grant dolor qu’il a ou cuer, e se lanse vers li roi Meliadus (4va) e le prent au cuel as deus bras.

XI

[1]  A celui point que il tenoit li roi en tel mainiere con je vos cont, atant és vos dell’autre part [venir] un de lor conpaingnon qui feri de son glaive li chevaus au roi: si chiet a terre li rois delivreemant. Aprés se que il fu ferus, li roi Meliadus, qui de ce ne se prent garde, trebuche e de se li torne annui car il chiet sor la cuisse, li rois, e ne se puet relever. [2] Li niés au roi d’Escose, quant il vit li roi a la terre, il se lance a llui e ses conpaingnon ausint: si le tire a li aume e li arache fors de la teste, .II. autre chevalier li ostent l’espee de la main. [3]  Quant li roi a perdu s’espee e son hiaume e s’esforsoit de lever, un autre chevalier vient avant e li voloit doner de l’espee por metre le a mort, e li niés au roi d’Escose les crie ne l’ocïés mie car trop seroit trop grant doumaje: «Je vuoill qu’il veingne en ma prison: prenés le e le desarmés de toutes ses armes e le montés sor un roncin, e le cors des ocis fetes porter a une maison de religios».

XII

[1]  Puis que li niés au roi d’Escose ot fet cestui comandemant, tuit s’aillent erraumant au roi Meliadus e le prenent por force: il estoit travailliés, il avoit trop dou sanc perdu. E quant il l’ont tout desarmé, il li lïent le main andeu devant (4vb) les pis e le montent sor .J, roncin assés petit. [2]  Puis font bierre chevaucheresse e metent maintenant dedens les cors de cels qui avoient esté ocis; mes le cors de celui por cui la bataille avoit esté comencié ne remuerent il, ains le laissent gisant mort. Puis se metent au chemin triste e dolens por le grant doumaje qu’il avoient recheü de lor parens e de lor conpaingnons qui avoient esté en celle plasse ocis. Quant il s’en vont, con je cont, de lor duel fere, por sil de la contré, qui ne s’en aperceüssent, si s’en vont tout le chemin de la foreste. [3]  Mes atant laisse ore li contes a parler d’eus tos, car bien i savrai retorner quant il sera leu e tens, e dirai de Guron por dir partie de ses aventures.


XIII

[1]  En ceste partie dit li contes que, puis que Guron se fu partis dou Chevalier a l’Escu d’Argant avec cui il avoit demoré toute la nuit en tel guise con li contes a ja devisee sa arieres, il comence a chevaucher entre lui e l’autre chevalier qui portoit l’escu mi parti, e tant chevaucherent entr’els .II. celle maitinee qu’il tornerent (5ra) au grant chemin dont Guron s’estoit partis le jor devant. [2]  Quant il furent venus au grant chemin, li chevalier qui portoit l’escu mi parti dit a Guron: «Sire conpains, se Dex m’aït, sestui chemin, ou nos somes, perdi je ar soir, e sachiés que a ore de vespre i trovai .J. villain chevalier». [3]  «E quele arme porte le chevalier?», fet Guron. [4]  «Une arme mi parties – fet il –, mes non mie de celle mi partisure con est mon escu.» E li comence a deviser le arme qu’il portoit, e Guron conoist que ce est le chevalier que le soir devant l’avoit receü si villainemant en son pavillion e qui li avoit conté le conte del leu e del angnel. [5]  «Voiremant poés dire qu’il est villain chevalier – fet Guron –, mes or me dites qu’il vos fist.» E il le’l dist.

XIV

[1]  «Sire – fet il –, il m’avient ier, entre ore de none e vespre, que je chevauchoie cestui chemin ou nos somes orendroit, devers Maloaut; a celui point que je m’en venoie en tel guise con je vos cont, adonc m’avint que je encontrai celui chevalier dont nos avons parlé: il vint armé de toutes armes e je dell’autre part armé ausint. Il me crie, tout maintenant qu’il me voit aprocher de lui: “Gardés vos, sire chevalier, a joster vos estuet a moi”. [2]  Quant je vi que li chevalier m’apelloit de joster en tel mainiere, je dis a moi meïmes que, se je la joste refusoie, je feroie vergoingne de (5rb) moi; e por ce laissai corre au chevalier tant con je poï dou cheval trere, e il vers moi tout autresint. De celle joste m’avient adonc en tel mainiere que, a celui point tout droitemant que je feri le chevalier, li cheval sor coi je estoie trebuche e je desous lui cheï molt fellonosemant. [3] E li chevalier prist tant tost le cheval dont je estoit cheoït e s’en ala avant; e quant il fu un pou esloingnés, il oste au cheval le frain e la selle e puis le laissa aler por la foreste a tel eure que je ne le vi puis. En tel guise, con je vos cont, me laissa le chevalier en mi le chemin tout a ppié: ceste fu la grant villanie que il me fist. Or vos dirai que je li vi aprés se faire.

XV

[1]  Maintenant qu’il se fu delivrés dou cheval en tel mainiere con je vos ai conté, je, qui estoie remés en mi le chemin ensint a ppié, regardoie la villanie que il fessoit de mon cheval. [2]  Atant és vos vers lui venir, tout le chemin que je estoie devant venus, un chevalier qui menoit en sa conpaingnie .J. belle damoiselle. Quant li .IJ. chevalier se furent entrecontrees, li chevalier qui abatus m’avoit dist all’autre chevalier qui la damoiselle condusoit – e je m’estoie ja tant asté de venir a ppié aprés le villain chevalier que je l’avoie ataint, por ce oï je tout cleremant le (5va) parlemant que il orent ensanble li chevalier –, dist cil qui abatu m’avoit a l’autre chevalier: “Vos avés molt belle damoiselle: je vos voudroie prier que vos la me donissiés car ausint n’ai je point de damoiselle, ensint con vos poés veoir”. [3]  Li chevalier, a cui seste parole fu dite, cominse a rire quant il l’entendi, e respondi aprés tout en riant: “Certes, sire, voiremant est elle belle damoiselle; e por la grant biauté dont elle est garnie, ne la donroie je a vos ne a autre chevalier se la damoiselle ne me deïsse que je la donasse. Mes s’elle amast miels la conpaingnie d’un autre chevalier que de moi, adonc ne feroit je trop grant force en doner la”. [4]  Li chevalier villain se mist avant e dist a la damoiselle: “Damoiselle, je vos pri que vos me deüssiés recevoir por vostre ami e por vostre chevalier, e que vos leïssiés le chevalier en cui conpaingnie vos estes. Gardés que de ceste priere que je vos fas vos ne m’esscondisoit, car trop vos poroit torner a grant doumaje, greingnor que vos ne cuidés”.

XVI

[1]  Quant la damoiselle entendi cestui parlemant, elle comence a ssorire e respondi tout en soriant: “Sire chevalier, se Des vo doint bone aventure, dites vos a certes se que vos m’alés orendroit disant?”. [2]  “Oïl, a certes le vos di je. Gardés que vos (5vb) ne me refusois, car le refus vos poroit bien torner a doumaje.” [3]  “Sire chevalier – fet la damoiselle –, or sachiés que vos n’estes mie trop cortois qui en tel guise menacés une damoiselle. Or sachiés que por vos menaces je ne ferai ne plus ne moins; e certes, se [de] vos amer aüsse je bone volonté, si ne l’ai je perdue por vos villaines paroles.” [4]  “Coment – dit li villain chevalier –, me refussés vos donc?” [5]  “Certes oïl, vo refus je – fet elle –, ne ne vos vuoill.” [6]  “Certes damoiselle – fet il –, que de ceste parole que vos avés dit vos repentirois je sans faille, ou tost ou tart.” [7]  Aprés que li villain chevalier ot parlé en tel mainiere a la damoi[se]lle, il se retorne au chevalier qui la condusoit e li dit: “Sire chevalier, ou vos me donés vostre damoiselle ou vos la defendois encontre moi”. [8]  “E non Dieu – dist li chevalier –, a vos ne la donroie je, avant me conbatrai je contre vos.” [9]  “E non Dieu – dist li villain chevalier –, donc estes vos venus a la meslee, donc vos gardés vos de moi.”

XVII

[1]  En tel guise con je vos cont, sire conpains, encomence l’estrif des deus chevalier e por achaison de la damoiselle, e laissent li un contre l’autre corre au ferir des esperons; e avient ensint de celle jostre que li chevalier qui la damoiselle voloit defendre abati l’autre chevalier molt fellonousemant. [2]  Quant li villain (6ra) chevalier fu abatus en tel guise con je vos cont, il se relieve vistemant e preïst son cheval au frain, e dist a celui qui abatu l’avoit: “Sire chevalier, vos m’avés abatu, se voi je bien; mes por se ne m’avés vos pas mené dusqu’a autrance. E qu’en diroie? Or tost descendés a ppié e venés a moi conbatre: encore aiés vos eü le plus bel au joster des glaives, je [e]n aurai por aventure le plus bel a la meslee des brans”. [3]  Le chevalier qui condusoit la damoiselle, quant il entendi ceste parole, il n’i fet autre demoranse ains descent e atache son cheval a un arbre; e là u il l’avoit ataché – e il avoit en volonté qu’il se conbatist tot a ppié –, il ne se prist garde qu’il vit devant lui venir tout a cheval l’autre chevalier qui estoit remontés en dementres que sil avoit entendu atacher son chevaux a un arbre. [4]  Li chevalier villain, qui estoit remontés en tel guise con je vos ai conté, quant il fu revenus sor l’autre qui abatu l’avoit, il laisse corre maintenant sor lui tout ensint a cheval con il estoit, e le feri dou pis dou cheval qu’il le fet voler a terre tout envers. Quant il ot abatu le chevalier ensi con je vos ai conté, il ne s’en sofri pas atant ains retorne vers lui e li comence maintenant a aler desus le ventre tout ha cheval, tant (6rb) que li chevalier remest ilueques come mort; e certes je me mervoill qu’il ne fu mort iluec meïmes, tant fois lui foilla li villain chevalier le ventre as pié de son cheval. [5]  Quant il ot se fet dou chevalier, atant és vos entre nos venir .J. nain sor un grant roncin, toute la plus laide creature dou monde; quant il fu venus entre nos e je vi coment il estoit si lait, je mi mervoillai molt. Li nain vint e dist: “Des vos salt, sire chevalier”. [6]  “Nains – respondi il erraumant –, bien soies tu venus. Que vels tu dire?” [7]  “Je ne vos vuoill dire autre chose fors que vos me devés rendre un guererdon de si grant bonté con je vos fis n’a encor guere de tens.” [8]  “Nains – respondi le chevalier –, je m’en recort trop bien: tu me feïs si grant bonté que jamés ne l’obrierai jors que je vie; e sachiés tu de verité q’encore t’en rendrai je bon guererdon.” [9]  Lors se torne li villain chevalier envers la damoiselle e li dist: “Damoiselle, vos me preïssiés orendroit molt petit qui ensint me refusés villainemant, vos me feïstes onte e vergoingne tant que je ne trouvai piecce més damoiselle qui autant m’en feïst, e por ce v’en vuoill a cestui point rendre le guererdon. [10]  Or tost descendés maintenant. Il est mistier que je vos fasse aler a ppié desoremés en ma conpaingnie: en quelque leu que je irai (6va) vos venrés aprés moi e me porterés mon glaive en leu de garson troteor. E ceste poine vos ferai je sofrir en venjance de la onte que vos me feïstes jusque tant que je trouverai un plus cruel chevalier de moi, se est Breüs Sans Pitié; quant je selui aurai trouvé, si vos metrai entre ses mains e se qu’il voudra de vos fere si facce, e plus ne m’entremetrai qu’il vos aura en sa bailie”. [11]  Lors fist li villain chevalier descendre la damoiselle e, là u il li bailoit son glaive por ce qu’elle le portast, li nain li laide se traïst avant e dist au chevalier: “Sire chevalier, vos me devés doner un don, se savés vos certainemant”. [12]  “Certes – se dit li chevalier –, de se dis tu bien verité. Que vuels tu que je te doing? Demande moi seüremant que je soi tout apparoillé de doner le.” [13]  “Moltes mercis – se dit li nains –, or me donés ceste damoiselle que vos avés mis a tel honte e a tel vergoingne con je voi. Donés la moi, autre don je ne vos demant.” [14]  Quant li chevalier entendi la parole dou nain, il basse la teste vers terre e comence maintenant a penser, e puis li respondi e dist: “Nain – fet il –, je la te donrai por tel convant: que tu me creanterai loiaumant que tu la menrai toutes voies a ppié aprés toi ausint con tu voi que je la voloie mener; por sestui convenant la te donrai je bien, mes autremant non pas”. [15]  Li nain (6vb) respondi erraumant e dist: “Or sachiés que por tant ne la perdrai je mie: je vos creant loiaumant que, toutes les foies que je la voudroie mener avec moi, je la menrai en tel mainiere con vos l’avés ici devisees”. [16]  “Or la tien, donc”, se li respondi le chevalier; e li done en tel mainiere la damoiselle qui tant estoit belle sans faille que se estoit une mervoille que de regarder sa biauté. [17]  Li nain s’en ala d’une part e enmena la damoiselle tout a ppié en celle meïmes mainiere qu’il avoit acreanté au chevalier; li villain chevalier s’en ala dell’autre part a tel eure que je ne vi puis ne li nain, ne li chevalier, ne la damoiselle.

XVIII

[1]  Aprés se que il furent parti de la plasse en tel guise con je vos ai conté, je vins au chevalier qui le desloial avoit si villainement mené as pié de son cheval e trouvai qu’il n’estoit mie mort. Je li ostai li aume de la teste e il revint a chief de piecce de pasmison; e je li demandai adonc coment il se sentoit, e il me dist que molt avoit esté grevés e brechiés mes encore poroit il guerir por qe il venist a segior. [2]  E je li demandai autre fois: “Sire chevalier, que volés vos que je vos facce?”. [3]  E il me dist: “Ostés moi mes armes, car elle me grevoit trop duremant”; e je le fis erraumant tout ensint con il le me dist. [4]  E puis me demande (7ra) non ho questa carta né quella successiva se je avoie cheval, e je li dis que je avoie le mien perdu por tele aventure e li le contai. [5]  E il me dist: “Sire chevalier, or montés sor le mien e alés quere le vostre; e quant vos l’aurés trouvés, retornés ceste part a moi”. E je montai maintenant sor le cheval au chevalier e quant je cuidai trover mon cheval en ceste foreste de leu en leu que je vins là u je vos trovai. [6]  Si vos ai ore finé mon conte, car je vos ai bien devisé la villanie dou chevalier e la desloiauté; e quant je vos ai toute conté, je vos pri que vos me diois que il fist a vos.» [7]  «E non Dieu, sire conpains – dist Guron –, se vos dirai je voluntiers»; e quant il a dite ceste parole, il comence maintenant a conter tot ce que li chevalier li fist devant son pavillion e li recorde celui conte que il li dist a celui pont del [l]eu e de l’angnel, e coment il li done conjé au dereain. Ensint [vont] parlant e chevauchant tant qu’il sont venus a un arbre grant qui estoit [de]les le chemin. [8]  «Sire chevalier – fet [li chevalier] a Guron –, or sachiés tout veraiemant que en cestui leu propemant, desus ceste arbre, remest le chevalier de cui fu cestui cheval sor coi je sui orendroit montés, celui chevalier qui tant fu grevés e malmenés con je vos ai dit.» [9]  «Sire conpains – fet Guron –, quant vos le laissastes, ou pot estre alés?» [10]  «Si m’aït Dex, sire – fet li chevalier –, je ne sai, car puis que je mi parti de si je n’en oï (7rb) novelles; e il m’estoit bien avis que il estoit si duremant grevés qu’il n’eüst pooir de chevaucher a piece més.» [11]  «Je croi bien – fet Guron – que un chevalier errant vint ici qui pitié ont de lui e qui l’en fist porter avec lui.» [12]  «Sire – se dit li chevalier –, tout poroit estre sans faille.»

XIX

[1]  A celui point que il parloient entr’els de ceste aventure e il demoroient desus l’arbre ou il avoient le chevalier leissié, il regardoit avant e voit venir, tot le chemin qu’il estoient venus devant, un chevalier armés de toutes armes qui menoit en sa conpaingnie un escuier e un nain. Li escuiers portoit l’escu e le glaive au chevalier, e li nain chevauchoit un palefroin asés bel e menoit en coste de lui un home vestu de chemise e de braies, mes causiés [n’]estoit: li home avoit le main lïés devant le pis assés villainemant e il venoit ensint lïés con je vos di de coste le nain. [2]  Maintenant que le chevalier qui en la conpaingnie de Guron estoit le vit venir d’auques loing, il le reconoist que le cheval qu’il seoit estoit le chevalier qu’il avoit er soir perdu. Si le dist a Guron: «E si vos sai dire que li chevalier est celui propemant que ar soir sofri si grant poine, con je vos contai». [3]  «Je ne sai qu’il est – fet Guron –, mes il poroit bien estre preudome e certes je voudroie qu’il fust celui chevalier dont vos (7va) avés conté.» [4]  «Sire – se dit li chevalier qui portoit l’escu mi parti –, se Dex me salt, je croi trop bien que se soit sil meïmes dont nos avons tant parlé entre nos deus.» [5]  Ensint atendent desous l’arbre tant que li chevalier est molt aprochiés d’eus. Tout maintenant que Guron voit celui venir qui aprés venoit en coste dou nain, il se lance avant en mi le chemin tout ensint con il estoit apparoilliés de defendre soi ou d’assaillir un chevalier se mistier li fust; e il dist au chevalier qui venoit armés: «Sire chevalier, arestés vos s’il vos plest, tant que je aie parlé a vos». [6]  «Biau sire – fet li chevalier –, voluntiers», e lors s’areste. E aprés redist: «Sire chevalier, que volés vos? Que vos plest?». [7]  «Biau sire – fet Guron –, je voudroie que vos me deïssiés qui est cest home que vos menés si villainemant.» [8]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je le vos dirai quant vos savoir le volés: sachiés que se est un chevalier mes de sa chevalerie n’est trop honoree li chevalier errant, ains en sont trop desonoree.» [9]  «Coment – fet Guron –, puis que vos savés de voir qu’il est chevalier, dont vos avient que vos le menés si ontosemant e si villainemant?» [10]  «Or sachiés de voir que sil estoit sans faille le plus desloial home dou monde.» [11]  «Si ne li devriés vos faire onte, au moins por ce qu’il est chevalier: vos devrés regarder por raison que a ce (7vb) que il part autre honor puis qu’il est chevalier.»

XX

[1]  «Sire – se dit li chevalier –, que dites vos? Ne vos est il sans faille avis que li chevalier ont la seingnorie dou monde par tel mainiere qu’il devoient metre a mort tuit sil qui maintenoient traïson e desloiauté, e qui font onte e villanie a dame e a damoiselle e a veves e a orfanins? N’est se raison de chevalier qui maintienent humilité encontre orgoill en tel guize que li orgoillous ne puissent fere trop grant forse as hunble e a sinples homes? E le chevalier qui s’ause a fere traïson e desloiauté, ne doit il rechevoir onte e por raison?» [2]  Quant Guron ot ceste parole, il respont tout erraumant au chevalier e dist: «Sire chevalier, vos parlés auques ras[o]nablemant». [3]  «E non Dieu – fet li chevalier –, por ceste costume maintenir fas je mener ensint ceste chevalier: il me fist onte si grant con je vos conterai, e fu en ceste plasse propemant ou nos somes orendroit.» E maintenant li comence a conter selui conte que Guron avoit devant oï, car se estoit sans faille selui meïmes chevalier qui le soir devant avoit esté tant defollés as piés des chevaus con le chevalier a l’escu mi parti avoit devisé; e le chevalier que le nain menoit estoit celui chevalier qui ne vuelt erberjer Guron en son pavillion. [4]  Quant Guron a oï le conte dou chevalier, il conoist bien en soi meïmes (8ra) que se sont li dui chevalier dont si conpains li avoit devisé. Lors se retorne envers le chevalier que l’en menoit a ppié e li dit: «Sire chevalier, me conoissiés vos?». [5]  E le chevalier, qui le regarde, reconoist maintenant l’escu; si li dist: «Sire, je ne vos conois grament fors que je sai que vos estes trop buon chevalier». [6]  «Sire chevalier – fet Guron –, vo sovient il de ce que vos me feïstes ar soir?» [7]  «Oïl certes, je sai que je ne vos fis tant de cortoisie con chevalier dovroit fere a autre.» [8]  «Sire chevalier – fet Guron –, or sachiés veraiemant que, se vos m’aüssiés fet autant d’onor con vos me feïstes d’onte, il vos en fust miel a cestui point, car certes je vos delivrasse tout orendroit.» [9]  «Sire – se dit li chevalier –, mauvestie vos doit il fere mauvés? Se je sui fols e villains, devés vos par itant perdre vostre cortoisie? Se je vos eüsse fet bonté e vos me feïssiés bonté aprés, qui vos en deüst gré savoir? Certes ne Des ne li monde. Je sai de voir que je vos fis onte e que de moi ne remest que je ne vos meïst a mort; e se vos me delivrés orendroit de ceste honte ou je demor, adonc devroit dire tout li mondes, e par raison, que Cortoisie voiremant doit bien seingnorir tout li siecle, car Cortoisie delivre de mort Villenie au grant besoing.»

XXI

[1]  Quant li chevalier a dite ceste parole, il se test, qu’il ne dist plus. Guron (8rb) se rit de ses paroles e puis respont: «Di moi chevalier, se Dex te salt, coment puet ore Fellonie parler de Cortoisie si autemant con tu en as parlé? Je t’apel fellon e par raison, car tu es le plus fellon chevalier sans faille que je onques veïsse a mon escient». [2]  Li chevalier respont atant e dist: «Amis – fet il –, besoing fet a moi ensint parler, e a celui qui a besoingne doit bien li riche home doner de sa richesse. Tu es riche e je sui povre, car je sui en autrui manaie: or me mostre a cestui point ta cortoisie e a ma fellonie mostre sa de bonarité, si feras adonc Cortoisie monter en celle prope honor ou elle doit monter. [3]  Certes, se je fusse cortois e tu encontre se me feïssiés cortoisie, qui bien regardast a raison, tu n’en deüssiés ja avoir ne pris ne lox. Mes por ce que je sui villain e cruels tout autremant que chevalier ne deüst estre, se tu es droitemant cortois tu me feras plus cortoisie que tu ne feïssiés a un autre chevalier cortois: e lors most[r]eras propemant que Cortoisie ne puet dechëoir Desonor ne abaissier por force ne por pooir que Villenie fist fere». [4]  Aprés ceste parole respont Guron e dist au chevalier: «Sire chevalier, qu’en diroie? Or sachiés tout veraiemant que je metroie voluntiers force e pooir en vos delivrer se (8va) ne fust se que je auroie poor e doutanse que [de] ceste cortoisie ne venist doumaje a aucun preudome». [5]  «Or sachiés – fet li chevalier – que se je fis villanie dusque a ore, je m’en chastierai d’ore en avant se vos de si me delivrés, car donc seroies je plus cruels que nul autre chevalier de cestui monde se je ne recordoie tout maintenant que, se Cortoisie ne me delivra de mort là u je ne feïssoie a cortoisie se villanie non.» [6]  Quant Guron entent ceste parole, il s’en torne vers le chevalier qui selui fesoit mener ensint a ppié e li dist: «Sire chevalier, je vos voudroie prier e requerre que vos ne regardés a la villanie de cest chevalier mes a la cortoisie qu’en vos doit estre». [7]  «Biau sire – fet li chevalier –, que volés vos que je facce?» [8]  «Certes – fet Guron –, je voudroie que vos eüssiés merci de cestui chevalier qui vos fetes mener devant vos si villainemant; e en tel guise n’eüssiés merci que, tout vos ait il mesfait, tant con je sai qu’il vos a mesfet, ne regardissiés ains le faïssiés delivrer a cestui point.» [9]  Li chevalier respont maintenant e dist a Guron: «Sire chevalier, or sachiés que, quant il sera tens e ore de faire cortoisie, je le ferai voluntiers. A cestui point (8vb) ne le feroie je car sachiés certainemant qu’il est mistier que je onisse ceste desloial traïtor: il ne puet en autre mainiere oïssir de mes mains».

XXII

[1]  «Sire chevalier – fet Guron –, encore vos voudroie je prier que, se vos por cortoisie ne por amor de lui ne’l volés delivrer, que vos le delivrés por amor de moi.» [2]  «Biau sire – fet li chevalier –, je n’en ferai riens.» [3]  «Or me dites – fet Guron – lequel amés vos miels: ou a delivré le por vostre volonté, ou qu’il soit delivrés encontre vostre volonté.» [4]  «E por force, biau sire – fet li chevalier –: or sachiés qu’il ne sera delivré par ma volonté.» [5]  «Et non Dieu – fet Guron –, donc le delivrai je se vos n’estes si bon chevalier que vos le peüssiés defandre encontre moi.» [6]  «Coment, biau sire – fet li chevalier –, avés vos donc volonté que vos vos conbatois encontre moi por delivrer si desloial traïtor con est cestui?» [7]  «Encore soit il plus mauveis qu’il ne deüst estre – se dist Guron –, si le vuoill je delivrer; or tost defendés vos de moi»; si leisse corre e le fiert si duremant en son venir qu’il fet trebucher lui e le cheval tout en un mont. [8]  E puis s’en vint au chevalier e le deslïe, e puis li (9ra) dist: «Avant que tu te part de moi, je vuoill que tu me creantes loiaumant come chevalier que jor de ta vie tu ne feras outraje ne villanie a chevalier errans. E por amor de ce que je sui chevalier errant t’ai je delivree de ceste peril aprés la villanie que tu me feïst er soir en ton pavillion». [9]  «E non Dieu, sire – fet li chevalier –, je vos creant loiaumant. E sachiés sire que, por la grant cortoisie que vos m’avés fet a cestui point aprés la grant villanie que je vos fis en mon pavillion, ne se poroit jamés mon cuer acorder a se que je feïsse se cortoisie non as chevalier errans por amor de vos. E si poés dire certainemant que vos avés fet la greingnor mervoille que vos feïssiés encore en toute vostre aaje, car vos avés fet, par ceste delivranse, d’un chevalier desloial e fellon si loial e si cortois que jamés a jor de ma vie ne ferai se cortoisie non e loiauté. Ensint avés vos dou tout por vostre cortoisie chanjé mon estre e remué: je n’avoie en volonté de faire riens en cestui monde fors que desloiauté e fellonie.» [10] «Certes sire chevalier – fet Guron –, de se sui je liés e joians se vos par remenbranse de moi leissié dou tot la villanie que vos mantenés. Je sera[i] trop le vostre ami.»

XXIII

[1]  A celui point qu’il tenoit entr’els tel parlemant, li chevalier qui ot esté abatus se fu redreciés e remontés en son cheval, mes il (9rb) est tant corochié de ceste aventure qu’a pou qu’il ne crieve de duel. E por ce qu’il se sentoit a preudome des armes, dist il a Guron: «Sire chevalier, vos m’avés fet vergoingne e onte de ce que vos m’avés abatus. Or sachiés tout veraiemant qu’il est mistier que je vengie ceste onte: or tost dessendé vos a la meslee des brans». [2]  «Sire chevalier – fet Guron –, sil qui rechovie un pou de vergoingne e aprés se travaille tant qu’il en reçoit plus, ne le doit l’en tenir por fol?» [3]  «Por coi le dites vos?», fet li chevalier. [4]  «Certes – fet Guron –, je le di por vos meïmes: je vos fis un pou de vergoingne quant je vos abati e orendroit vos travailliés que vos n’aiés plus. N’est se follie?» [5]  «Coment – dist li chevalier –, estes vos donc si a seür de metre moi au desus par force d’espee? E non Dieu, je le vuoill veoir e esprover par moi meïmes»; e lors se lance avant por core sus a Guron. [6]  «Sire chevalier – fet Guron –, avant que nos començom ceste meslee, vuoill je que vos quitroie ceste chevalier que je ai delivrés de toutes quereles.» [7]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je vos dirai coment je le cuit fere: se je puis venir au desous de vos par force d’armes, or sachiés tout veraiemant que je vos ferai honte e vergoingne e a llui autresint; mes se je voi apertemant que vos soiés meillor chevalier de moi, donc le quit je de toutes choses. E je por tel convent feroie.» [8]  Guron fet: (9va) «Me vuoill a vos conbatre». [9]  Quant il a dite ceste parole, il n’i fait autre demoranse ancois mette la main a l’espee e lesse corre au chevalier, l’espee droite contremont, e son glaive avoit il appoié a un arbre. E il li avint qu’il ataint le chevalier desus li aume: a celui dona il tel coup de si grant forse con il avoit que pou s’en faut qu’il ne l’ocist quar il li fist aler l’espee. Li chevalier, qui trop duremant fu cargiés de celui cop, ne puet pas le cop sostenir ains vole a terre estordis e estonés qu’il ne set s’il est nuit ou jor, e gist iluec tout autresint con s’il fust mort: il ne remue pié ne main se petit non. [10]  Quant Guron voit qu’il s’est delivrés dou chevalier en tel mainiere, il dist au chevalier qu’il avoit delivrés coment il avoit non. [11]  «Sire – fet sil –, je ai non Sers.» [12]  «E de quel lingnaje fustes?» [13]  «Sire – fetes sil –, je fui dou lingnaje Hettor le Brun qui tant fu preudome; Galot le Brun, son fils, fu mon parant prochain.» [14]  «Des aïe – fet Guron –, puis que vos fustes de si aut lingnajes con vos dites, coment est ce que vos estes si desloingnés dell’aute mainiere qu’il orent?» [15]  «Sire – fet il –, je croi que ce vient de ma noriture: je fui noris en la maison Brun li Fellon, por se ne me pooie tenir dusque cest point que je ne (9vb) feïsse mal toutes voies; mes desoremais m’en tendrai, se Dex plest.» [16]  «E je vos en pri – fet Guron – por amor de moi e por vostre honor maintenir; ormais vos comant je a Dieu car en ceste plasse ne vuoil je pas plus demorer.» [17]  «Aï sire – fet li chevalier –, por cortoisie, dites moi vostre non.» [18] «Or sachés – fet Guron – qu’a ceste fois ne poés vos autre chose savoir de mon estre»; e puis s’en vait outre, qu’il n’i fist autre demoranse. Li chevalier qui portoit l’escu mi parti li fet tout adés conpaingnie.

XXIV

[1]  Aprés se que Guron se fu partis de Sers, il chevauche toutes voies tant qu’il encontra les escuiers e le vallés qui venoit devant le neveu li rois d’Escose; e aprés els venoient le bierres chevaucheresses qui portoient le chevalier mors e les navrés que li roi Meliadus avoit si malmenés, ensint con li conte a devisé sa en ariere. Aprés le bierre chevaucheresse venoient li chevalier armés qui conpaingnon estoient au neveu au roi d’Escose. En celle conpaingnie venoit la belle damoiselle por cui amor li chevalier, qui tant l’amoit, avoit esté ocis celui maitin. [2]  Quant li chevalier comencent aprocher, Guron dist a sson conpaingnon: «Issom de ceste chemin e nos metons entre ses aubres: si verom tout cleremant cels qui ça vienent e il ne veront mie nos». [3]  «Sire – se (10ra) dit li chevalier –, se me plest molt»; ensint le font tout erraumant con il l’avoient devisé, car il se metent deriere les aubres qu’iluec estoient. [4]  Li vallet passerent avant – dont il avoit grant conpaingnie – mes il ne sont orendroit si liés ne si joiant com il estoient au maitin: li chevalier qui gisoient es bierre lor ont mis grant dolor as cuers. [5]  Quant le bierre sont passé par devant lui, il dist encontre ses conpaingnons: «Ceste gent ont trouvé encontre toute aut[r]e qu’il ne vousisent: il ont trouvé dure bataille e fellonouse il lor apart tot cleremant». [6]  Aprés se que les bierres furent passee en tel guise con je vos cont, ne demora gueres que li chevalier vindrent aprés, qi la damoiselle condusoient si noblemant e si richemant con je vos ai conté; e aprés eus tous venoit li rois Meliadus en la conpaingnie de quatre escuiers soulemant qui le gardoient. Li rois estoit montés sor un petit roncin, assés petit e assés povre, e avoit les mains anbendeus lïés devant les pis. Li rois s’estoit a celui point molt pensis duremant, e plus estoit dolens assés dou chevalier qui avoit esté ocis en sa conpaingnie que n’avoit esté de sa prison car, as paroles qu’il avoit oï dire de lui au neveu li rois d’Escose, savoit il bien certainemant qu’il n’avoit (10rb) gardé de morir. [7]  Quant Guron voit la damoiselle si noblemant e si richemant apparoillié, il dist a sson conpaingnon: «Cest est mariee novellemant, se voi je bien». [8]  «Sire chevalier, vos dites verités. Mes de ses chevalier qui la condusoit, qui plusor d’els portoit ses armes routes e enpiré, qu’en dites vos?» [9]  «E non Dieu – fet Guron –, je di qu’il ont eü assés a faire: il se sont conbatus sans doute, mes je ne sai encontre cui.»

XXV

[1]  A celui point que il tenoient parlemant ensint con je vos cont, e la damoiselle passoit ja outre a tel conpaingnie con elle avoit e Guron disoit a ssoi meïmes qu’il pooient bien estre en celle conpaingnie prés de .XXX. chevaliers. [2]  Il regardent e voient venir aprés li chevalier le roi Meliadus qui venoit sor le roncin, la teste enclinee vers terre, tant dolent e corochiés qu’il ne savoient qu’il deüst dire. Tout maintenant que Guron voit li roi venir en tel mainiere, il dit a sson conpaingnon: «Veés là un prisonier sans faille, e sachiés qu’il est chevaliers». [3]  «Sire – fet li autres –, e de se que volés vos fere?» [4]  «E non Dieu – fet Guron –, je le vuoill delivrer se je onques puis.» [5]  «Sire – se dit li chevalier –, en quel mainiere le volés vos delivrer?» [6]  «E non Dieu – fet Guron –, il est mistier, se je puis, qu’il soit delivrés en quelque mainiere.» (10va) E lors pent son escu a un arbre e son glaive dressa iluec meïmes, e hurte chevaux des esperons e s’en vient au roi Meliadus e li dist: «Sire, Dex vos salt». [7]  Li rois dresse la teste quant il entent ceste parole e respont: «Sire chevalier, bone aventure vos dont Dex». [8]  «Biau sire – fet Guron –, estes vos chevalier?» [9]  «Certes – fet li roi Meliadus –, chevalier sui je voiremant mes je ne sui si buon ne si fort con il mi seroit mistier, e ma mauvestie e ma faute ai je mostré si cleremant a cestui point que je en sui desonorés, con vos poés veoir.» [10]  «Dan chevalier – dist le vallet qui le conduisoit –, vos en preïstes trop grant follie qui a toute ceste jent vos voliés conbatre. Cuidéz vos donc estre Dex qui ceste chevalerie voliés metre a desconfiture?» [11]  «Coment vallet – ce dit Guron –, se conbati [i]l donc a tos ceus chevaliers qui sont ici e fist il tout cestui doumaje que je ai veü en ses bierres?» [12]  «Sire oïl», ce dit li vallet. [13]  De ceste novelle est Guron trop fieramant esbaï; si comence a regarder li roi e, por ce qu’il l’avoit autre fois veü, le vait il auques reconoissant. Dont il dist a ssoi meïmes entre ses dens: “E non Dieu, sist est li roi Meliadus de Leonois; honis sui e desonorés tos jors més se je ne’l delivre tantost”.

XXVI

[1]  Lors s’en retorne grant oire là u il avoit laissiés son conpaingnon e son escu; e quant il (10vb) est venus dusqu’a son conpaingnon, il li dist por oïr que sil li respondra: «Sire conpains, fustes vos onques buon chevalier a nul besoing qui vos venist?». [2]  «Certes – fet cil – nenil, car je ne fui onques bon chevalier.» [3]  «E non Dieu, sire conpains – se dit Guron –, se vos onques bon chevalier ne fustes, or est mistier que vos le soiés a cestui point car le besoing en est venus.» [4]  «Coment – se dit li chevalier –, que avés vos donc en pe[n]sé de fere?» [5]  «E non Dieu – fet Guron –, je ai en pensé de faire chose qui tornera grant honor a vos e a moi.» [6]  «E ce que est? – fet li chevalier – Dites le moi.» [7]  «Si m’aït Dex – fet Guron –, il est mistier que entre moi e vos metons a desconfiture toute ceste jent que vos veés, e que nos delivrons par nostre proesse sel gentil home qui l’en enmoine si villainemant con vos poés veoir.» [8]  Li chevalier est esbaïs trop fieremant quant il entent ceste novelle, car encor cuidoit il bien que Guron se gabast: «Coment – fet il –, sire conpains, dites vos seste chose a certes ou vos me gabés?». [9]  «E non Dieu – fet Guron –, je ne vos gab mie, ancois vos di je dou meillor sens que je ai.» [10]  «E non Dieu – fet li chevalier –, se vos n’avés meillor sens dont vos parlés donc estes vos le plus fol chevalier dou monde, car sestui ne seroit pas sens a enprendre ancois seroit ragie e follie.» [11]  «Sire conpains – fet Guron –, vos savés bien que vos vo meïstes en ma conpaingnie, (11ra) e qui en conpaingnie se met d’autrui il ne li doit faillir au besoin. Por ce di je que vos ne me devés faillir a ceste chose.» [12]  «Sire conpains – fet li autre chevalier –, nostre conpaingnie sans faille si doit durer sestui maitin soulemant: li maitin si est ja alés e nostre conpaignie ausint. Por Sainte Crois, je ne sui encore si fols que je por la vostre follie vousisse mon cors metre a mort si abandoneemant con je le metroie ici: vos m’amés mes se n’est mie trop, e por ce me vuoil je amer se je onques puis.»

XXVII

[1]  «Sire conpains – se deist Guron –, se Dex me salt, il est mistier que vos m’aïdés a cestui point, voilés ou non voillés.» [2]  «E coment – fet li chevalier – volés vos donc que je vos aït?» [3]  «E non Dieu – fet Guron –, je le vos dirai. Ci a bien .XXX. chevaliers ou petit moins: se moins en i a, vos conbatrois a la moitié e je a l’autre moitié. E certes, se vos dusqu’a .XIIIJ. chevalier ne poés mener a desconfiture puis que ce vendra au grant besoin, vos ne vo devés tenir por chevaliers.» [4]  «Je endroit moi vos fais je bien a ssavoir que li mien desconfirai je par force d’armes, se Aventure ne m’est trop duremant contraire. Mes je sai qu’elle me seroit contraire e a cestui point ausint con elle fu tos jors: por coi je [n’i] vuoill mon cors metre.» [5]  «Sire conpains – se dit Guron –, ne savés vos que je sui trop plus fort de vos e plus puissant en toutes guises? E se (11rb) vos ne’l savés, de voir je sui aparoillés que je le vos mostre tout apertemant.» [6]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je ne vuoill que vos le me mostrés autremant que je l’ai veü; je sai bien que vos estes trop meillor chevalier que je ne sui.» [7]  «E non Dieu – fet Guron –, donc est mistier que vos façois de ceste chose a ma volonté; outreemant, se Des me salt, je vos occirai»; maintenant si met la main a l’espee e fist adonc trop grant senblant que li vuoille couper le chief. [8]  Quant li chevalier entent ceste chose, il n’est pas trop aseür, con sil qui a poor de mort; e por ce dist il espoentés duremant: «Aï sire conpains, merci, je su[i] apparoillé que je face vostre volonté; dites que vos plest que je facce». [9]  «E non Dieu – fet Guron –, je vos part un gieu, prenés celui que vos miels amés: ou vos vos conbatois a la moitié de tos ses chevalier que vos là veois e je me conbatrai a l’autre moitié, ou vos vos conbatois tos seuls a els e je me reposerai endementiers que vos vo conbatrois. E quant je verrai qu’il vos auront mis au desus par vostre mauvestie e por vostre chaïtivité, adonc je laisserai corre le frein abandonee e le desconfirai sans faille, voillent ou non voillent, par ma proesse. Ceste fiance e ceste seürté ai je bien en moi e en Fortunes. Or prenés des .IJ. parties laquels que vos miaus voudrois, car il est mistier sans (11va) faille que vos en prenois l’une ou l’autre: vos estes venus a la meslé.» [10]  Li chevalier, quant il entent ceste geu parti, il respont a Guron e dist: «Chevalier, je ai apris mes se n’est pas en celle meïsme mainiere que vos mi parti[s]tes le jeu: je ne me vuoill puis conbatre, se je onques puis, ne a quinze chevalier ne a trente. Je le vos leis outreemant: vos vos conbatois a els. Tout ensint con vos deïstes que vos vos reposeriés e me regarderié quant je me conbatroie, tout autresint vos vuoil je fere par conpaingnie: vos vos conbatrois e je me reposerai. [12]  E quant vos vos serois tout conbatus que vos ne poriés en avant e que vos serois outreemant mis au desous, je vos promet que je ne lor corrai par sovre por revengier vostre vergoingne ne por dilivrer le chevalier prisonier, ains m’en irai dell’autre part au ferir des esperons tant con je porrai dou cheval trere, non pas vers eaus mes tos jors loing. Ce est la partie que je vuoill prendre a ceste fois».

XXVIII

[1]  Quant Guron entent sest plest, il dit au chevalier ausint com en soriant: «Coment, sire chevalier, somes nos si venus au gaber?». [2]  «Sire – se dit li chevalier – oïl, ce m’est avis: e vos començastes le gas car vos me deïstes, se sui je bien recordans, qu’il me convenoit conbatre a cestui point (11vb) encontre .XV. chevalier ou encontre .XXX., e je de conbatre encontre un seul chevalier seroie je tos enconbrés. Coment donc poriés vos dire que vos ne me gabissiés?» [3]  «Sire chevalier – fet Guron –, nos avons ici parlé trop longuemant.» [4]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je voudroie que nostre parlemant eüst duree si longuemant que sist fussent ja eslonjé dis lieve englese; adonc me tendriés vos en pés qui ore me metés en guerre.» [5]  «Sire chevalier – fet Guron –, quanque vos dites ne vos vaut; or tost encomenciés le fet, je ne vuoil pas que l’en vos voie a cestui point en leu d’un chevalier armé. Comenciés tout ardiemant e n’aiés doute que je ai bien fiance en Dieu que je finerai cestui fet honoreemant e a la delivranse dou chevalier que il enmeinent prisonier. E se vos se ne volés faire, je vos promet que je vos ferai tout orendroit morir.» [6]  Quant li chevalier ot ceste plet, s’il est dolent e corochés ne’l demandés pas, por ce qu’il soit veraiemant qu’il poroit bien recevoir mort a cestui point s’il refusoit le comandemant de Guron. Il dist a Guron: «Sire chevalier, or sachiés de voir que se je cuidasse trouver en vos si dure conpaingnie... Mes quant je voi que vos par force me volés fere ardis, e je me met enn aventure non mie de ma (12ra) volonté, se set bien Dex, mes por la forse que vos me fetes». [7]  E quant il a dite ceste parole, il prent son escu qui pendoit a un arbre e aprés prent son glaive qui estoit dreciés a un arbre, e lors se lance en mi le chemin e voit adonc que li chevalier estoit ja si esloingnés que a poine le veoit il. «Sire – fet il a Guron –, que volés vos que nos faççons? Ormais li chevalier sont esloingnés trop duremant, nos ne le poons mais veoir tant son eslongné.» [8]  «E non Dieu – fet Guron –, ja por ce ne remandra que nos ne le atengnons. Chevauchom avant, car ensint le convint a fere.» [9]  «Sire conpains – se li respont li chevalier –, que volés vos que je vos die? Vos me metrois a tele esprove a cestui point que certes je ne vos vaudrai grament plus d’un home mort, car li cuers mi vet ja faillant.» [10]  «Se ne vos vaut, si m’aït Dex – se dit Guron –: il est mistier que vos comenciés cestui fet.» [11]  «E je le ferai», ce dit li chevalier.

XXIX

[1]  Ensint parlant comensent a chevaucher entr’els deus assés esforsiemant, e tant font que il atengnent li roi Meliadus e sels qui la damoiselle condusoient. Li chevalier – qui si grant poor avoit de Guron qu’il ne’l dotoit mie moins de la mort – quant il vint aprochant dou roi, il ne le vet mie regardant se (12rb) trop pou non ains crie as autres chevalier qui la damoiselle conduisoient: «Gardés vos de moi, sire chevalier, car je vos desfi». [2]  E tout le primier qu’il vet atengnant fiert il si roïdemant en son venir qu’il le porte a terre e li fet une plaie mortel en mi le pis. Quant il a celui abatus, il se lance entre les autres ne ne fet adonc semblant qu’il soit de riens espoentés, car trop fieremant estoit asseür en soi meïmes par le bon semblant qu’il avoit veü de Guron: car li cuer li aloit bien disant que, se Guron ne se tenist por trop bien de soi, il n’en preïst en nulle guise si perillous fet con estoit cestui; e ce est une chose qui trop li done grant confort en ceste aventure. [3]  A celui point tout droitemant que li chevalier avoit celle besoingne si autemant encomencié – a voir conter que [t]ou li chevalier qui la damoiselle avoit en conduit estoient ja estormis e enfrés de la venue dou chevalier –, atant és vos entr’els venir Guron, mes il ne vient pas a celui point come home qui demande pés: a celui point il vient tout en tel mainiere con se l’en le cachast a mort, il vient con home de pooir, con chevalier de pris e de valor e come le meillor sans doutanse qui a celui tens fust au monde. [4]  E por se qu’il conoissoit bien en soi meïmes que sil estoient sans faille (12va) chevalier de valor qui la damoiselle conduisoient, encomence il celui fet plus aspremant qu’il ne feïst en un autre point car il les vuelt metre en poor en sa venue, se il onques puet. Por ce vient il lance baissié e ferant des esperons con se la mort le cassast: il senble bien en son venir que la terre crolle sous lui. Puis qu’il est venus en la presse, bien poés seüremant dire que sil est ferus que sil encontre: il fiert un chevalier qui parens estoit dou roi d’Escose si roïdemant qu’il le fet venir a terre si fellonousemant que sil se brise le bras destre au cheoïr qu’il fist adonc.

XXX

[1]  Quant il a celui abatu, il ne s’areste pas sor lui car molt petit s’en prent garde, ains hurte avant e encontre un autre chevalier e fet assés pis de celui que il n’avoit fet dou primier car il le feri si roïdemant qu’il li mist le glaive parmi le cors e, au trebucher que sil fist, brisa le glaive. E quant il a le glaive brisé, adonc comence sa proesse: si mostra sa valor e sa grant force e son grant pooir, adonques est il aparans entre ses enemis sans faille come li lion entre les bestes et les leus entre les angneus, e (12vb) il est raie e feu e tenpeste e droitemant peor de mort a tous ceus qui son fer regardent. [2]  E s’il en ont poor, adonc ce n’est mie mervoille car il veoient apertemant que il n’encontre chevalier, tant soit de grant pooir, qu’il se puisse tenir en selle par coi Guron l’ateingne desus li aume. Il fiert, mes se n’est pas a gas: selui qu’il reçoit un sol cop d’espee il n’en vuelt plus rechevoir un autre, trop sunt pesans, trop sont mortels le coux qu’il vet iluec donant. [3]  Quant li niés au roi d’Escose voit ceste chose, il se tret arriere un pou, si esbaïs estraingemant en soi meïmes qu’il ne set qu’il doie dire; car il voit bien tot apertemant que tuit li chevalier de sa conpaingnie – dont il avoit bien de cels qu’il tenoit a preudome – s’en vont fuiant devant Guron tot ausint con devant la morte. E il se feroit parmi els tot ausint con devant la mort ardiemant, con s’il fussent home mort. Quant il voit ceste aventure, il dist a ssoi meïmes tant corochiés estranjemant qu’a pou qu’il ne crieve de duel: «Haï sire Dex, qui puet estre sist chevalier? Or di je bien que voiremant est se la (13ra) greingnor mervoille que je encore veïsse en tout mon aaje». [4]  Un chevalier de sa conpaingnie qui ceste parole entendi li respondi adonc e dit: «E non sire, se n’est trop grant mervoille que vos veés car sist chevalier sans faille est si buon dou tot que certes, se nos estions encore autant chevalier con nos somes par desus els qui si sont, si nos metroit il tous a desconfiture par fine force. E se verés vos assés tost». [5]  E en ce que li chevalier disoit ceste parole, il regarde e voit adonc tout cleremant que tuit li conpaingnon estoient ja torné a desconfiture e s’en fuioient li un sa e li autre là come gent esbaïe e espoenté mortelmant.

XXXI

[1]  Quant li niés au roi d’Escose voit ceste chose, il dist a ses conpaingnons: «Hunnis somes, se voi je bien; ce aventure est bien la plus estrangement mervoille[use] que onques més avenist a mon escient entre chevalier errans». E quant il a dite ceste parole, il se lance avant l’espee en la main toute nue e s’adresse envers Guron, car sil dist a ssoi meïmes qu’il ne se tient por chevalier se il ne fet orendroit remanoir este caché. Il a Guron cor en son venir: «Tornés sa, sire chevalier, a moi vos venés esprover». [2]  Quant Guron entent la parole dou chevalier, il ne le vet pas refusant, ains li torne tout maintenant la teste de (13rb) son cheval. E quant il le vient ateingnant, il li mostre bien tout apertemant que voiremant estoit chevalier garnis de trop aute chevalerie e de trop aute forse: il li done desus li aume un cop si grant e si pesant que por li aume ne remaint – qui assés estoit bons – qu’il ne li fessoit le trenchant de l’espee sentir dusqu’a teste. [3]  Li chevalier est de celui coup si grevés duremant qu’il ne se puet tenir en selle: il chiet a terre si estordis e si estonés qu’il ne set s’il est nuit ou jors, il gist iluec con s’il fust mors, qu’il ne remüe ne pié ne main se trop petit non. Quant il a celui abatu, il ne’l vet mie regardant car il ne cuidoit mie que se fust le seingnor de celle conpaingnie, ains laisse corre as autres qui celui fet regardent. [4]  Quant il voient lor seingnor abatus a terre [e] il ne se remüe d’iluec con s’il fust mors, il sont adonc si fieremant desconfortés con sil qui bien cuident e croient que il soit mors, que il ne sevent que consoill prendre en selui fet. Puis s’en fuoient comunemant en tel mainiere que li uns n’atent l’autre. Espoenté sont mortelmant ne se n’est par trop grant mervoille, assés i a raison por coi il n’atendoient a celui point autre chose fors que a foir les tels estendus […] de ariers s’en font fuiant […] chemin (13va) de la foreste. Chascun a si grant poor de soi meïmes car assés petit lor sovient de lor seinor. [5]  Quant Guron voit qu’il a toute enteireinemant la plasse delivree en tel mainiere qu’il n’avoit remés, a celui point, fors que il soulemant e si conpains, e li roi Meliadus, e la damoiselle por cui amors le fet avoit esté encomenciés primieremant e deus autres damoiselle avec lui. En la plasse sans faille en avoit gisant a terre bien dusqu’a noef, dont les uns estoit mors e les autres si duremant navrés qu’il n’avoient pooir qu’il se remüassent de selui leu. [6]  Li escuiers e li vallés s’en estoient foïs dès l’or qu’il virent lor seinor trebuchié a terre, car bien cuidoient certainemant qu’il fust mors. De lor dame lor estoit il adonc molt petit: il vont entr’els maldisant l’ore qu’il la virent onques car por achaison de li, se dient il bien, ont il recheü si grant doumaje a ceste fois qu’il ne le porent jamés recovrer.

XXXII

[1]  Guron, quant il voit qu’il avoit dou tot la plasse delivré en tel mainiere qu’il n’avoit remés adonc fors si pou de gent, con je vos cont, il n’i fet autre demoranse ains s’en vient erraumant au roi Meliadus e li trenche la corde dont il avoit les mains lïés. (13vb) E quant il l’a dou tot delivrés, il saut a terre dou cheval sor qoi il estoit montés e dist au roi: «Sire, montés s’il vos plest. Or sachiés que je sui molt dolens e molt corochiés de ceste villanie que vos avés receü a cestui point, quar certes a si vaillant hom con vos estes e a si trés buon chevalier ne dovroit venir se toute honor non e bone aventure». [2]  Li roi descent dou roncin por fere la volonté de Guron e vient a son cheval e monte sus, e puis dist a Guron: «Sire, moltes merci de ceste grant bonté que vos m’avés fet a cestui point». [3]  «Sire, n’en sachois gré fors a Dieu e Fortune», fet Guron e puis monte sor le roncin. [4]  «Haï sire, merci – fet li roi Meliadus –, que est ce que vos fetes? Por Dieu, ne montés sor si chetif roncin.» [5]  «Si ferai por amor de vos que le chevauchastes.» [6]  E puis dist li chevalier mi parti: «Aï sire, con je vi hui vostre conpangnie mal a mieus». [7]  «Por coi?», fet Guron. [8] «Car je sui navrés a mort e vos en estes escanpés. Cest est trop male conpaingnie, se di je bien.»

XXXIII

[1]  Quant Guron ot ceste novelle, il se comence a rire: «Amis – fet il –, or ne vos esmaiés, une autre fois escanperés si sainiemant con je ai ore fet. E ore est toute ceste desconfiture fet por le vostre espé e por la vostre proesse, si que grant honor (14ra) n’est». [2]  «E non Dieu sire conpains – fet li chevalier mi parti –, encore vousisse je miels qu’il fussent a desconfire que je fusse si navrés con je sui.» [3]  «Mal nos fussent – fet Guron – s’il ne fussent desconfit, car la desconfiture seroit torné sor nos; e se se fust esté, que cuidés vos que il feïssent adonc de nos? Nos i laissions par aventure la teste engaie a cestui jeu. Des vos a hui miels fet qu’il ne deüst.» E quant li chevalier ot ce, il se test mes molt se duelt por le navrement qu’il avoit. [4]  E Guron demande au roi Meliadus: «Que devindrent de les armes?». [5]  «Certes sire – fet li roi Meliadus –, elle remestrent là ou je fui pris.» [6]  «Sire – fet Guron –, puis que vos armes n’avés, il seroit bon que vos armes preïssiés de ses chevalier qui si gisent», e il en gesoient iluec plusors, li un mors e li autre navrés.

XXXIV

[1]  Por ce que Guron ne disoit au roi Meliadus se cortoisie non des armes prendre – quar sans armes ne chevauchast il en nulle mainiere s’il vousist aler en guise de chevalier errant –, descent il dou cheval sor quoi il estoit montés e vient a un chevalier qui gisoit mort a la terre, e le desarme e prent les armes erraumant. Guron estoit ja descendus dou roncin por lui aidier a monter. E qu’en diroie? Li rois est armés en pou d’oure e revint au (14rb) cheval que Guron li ot doné e remonte sus. [2]  E puis li roi Meliadus vit a Guron un escu au cuel, si li dit: «Sire, jetés jus cel escu, qu’a si preudome qon vos estes n’apartient a porter escu de si vil chevalier con est de celui de Cornoaille». E il ne le vuelt pas jeter, mes tant li a dit li rois paroles e une e autre qu’il l’a jeté a terre e prent un autre escu en mi la plasse e le met a son col. E quant li rois est tout apparoillié, il s’en vient droit a l’escu de Cornoaille, si le prent e le met a son col. [3]  «Ha sire – fet Guron –, ne’l fetes vos, serois trop vergondeus e aviliés se vos le meïssiés a vostre col.» [4]  «E non Dieu – fet li roi –, je ne’l me tieng pas a vergoingne puis que vos a vostre col le meïstes.» [5]  «Vos porois miaus dire – fet Guron – que vos ne dites; mes or me dites quel part volés vos chevaucher.» [6]  «E non Dieu – fet li rois –, je retorneroie voluntiers ou je fui pris, quar je laissai iluec un chevalier navrés e cuit de voir qu’il soit mort.» [7]  «Sire – fet Guron –, coment fustes vos pris e por quele aventure?» [8]  «Sire – fet li rois –, de tout ce vos dirai je bien la verité, mes ore vos sofrés tant que je aie parlé a ceste damoiselle por cui achaison tout cestui fet comence.»

XXXV

[1]  Lors s’en vient li rois a la damoiselle e li dit: «Damoiselle, assés avons hui (14va) travailliés por vos. E por ce, que vos plest il que l’en facce de vos? Volés vos venir a celui leu ou nostre bataille fu hui maitin por savoir s’encor est vif celui chevalier qui tant vos amoit e que por achaison de vos encomence si perillous fet e si grant con fu cestui?». [2]  Quant la damoiselle entent ceste parole, elle respont tot en plorant: «Haï sire, se vos me feïssiés tant [de] cortoisie que vos là me menastes, je me tendroie a beneuré». [3]  «E non Dieu – fet li roi –, je sui apparoillé. Or nos metons au chemin»; si se metent li roi e Guron e li chevalier mi parti e la damoiselle au chemin, e Guron estoit descendus dou roncin e montés sor .J. destrier. [4]  Guron, qui estoit desirant de savoir la verité de celui fet, si dit au roi: «Sire, je vos pri que vos me diois la verité de cestui fet». [5]  «Sire – fet li roi –, voluntiers»; e lors, toutes voies chevauchant, li comence a conter e a deviser tout le fet, qu’il ne li vait un mot celant. [6]  E quant il li a finé tout celui conte, Guron dit: «Sire, cest fu une des plus belle aventure dont je oïsse piecce més parler, e molt seroie je joians que nos ore trovassem en vie celui chevalier qui la damoiselle tant amoit, car de grant cuer e de haut li vint a comencer si haut fet e si perillous». [7]  «E non Dieu – fet li rois –, vos dites verités. E si vos di qu’il (14vb) ne’l comence mie por seürté de moi mes por seürté de son cors tant soulemant.»

XXXVI

[1]  Ensint parlant, chevauchent tant qu’il vindrent en la plasse propemant ou la bataille avoit esté: si troverent en mi le chemin le chevalier dont il avoient tant parlé qui gisoit mort, e encore avoit son hiaume en sa teste e l’espee tenoit si estroitemant en main con il avoit le vie ou cors. [2]  E quant il voient qu’il est mort, se est une chose dont il sont trop fieremant corochiés, si descendint tuit e la damoiselle voit son amis ocis [qui] gisoit a terre mort. Se est une chose que un grant duel li vient au cuer, si se lance sor lui e li oste li aume de la teste e trouve qu’il avoit la boche plaine de sanc; e puis comence a plorer trop duremant e puis dist: «Haï biaus amis, con avés chier achaté les amor de moi: le greingnor bien e la greingnor joie que vos avés eü de moi si est la mort». [3]  Molt le plaint e molt se cordoille de sa proesse, de sa joventé, de sa biauté, de l’amor qu’il avoit a li: «Amis, amis, nos somes noris ensamble, je ne savoie qui estoit Amor quant je mis mon cuer en vos amer: vos seul amai je sans faille ne sans fausor ne onques autres fois que vos, e je sai tout certainemant que vos n’amastes fors (15ra) que moi. Amis, je ne sui onques lee se de vos soulemant ne me vient la leesse, je n’oi autre joie en ceste monde fors que vos: vos fustes ma joie e mon solas ensint con l’en puet avoir joie de veoir e de parler sans autre chose. [4]  Amis, tant con vos fustes vis fustes vos miens en volonté, e a la mort fustes vos miens apertemant en cor, que vos enportés de cestui fet enseingnes trop dolourous. Amis, la vostre mort sans faille e le martire dolorous que je voi que vos avés sofert por moi si est entrés dedens mon cuers si estranjemant que il n’en poroit jamés oïssir. Tant con je aüsse la vie el cors, se que je voi de vos m’ocist: la mort me tient dedens le cuer».

XXXVII

[1]  La damoiselle – qui tant est fieremant dolente qu’elle ne puet plus avoir en nulle mainiere qu’elle avoit – a celui point plore molt fort e regarde toutes voies le chevalier qu’elle soloit tant amer e orendroit gist mort por le soe amor. E quant elle l’a grant piecce regardé, elle dist au roi Meliadus: «Sire, vo dist sest chevalier ou l’en deüst metre son cors?». [2]  «Certes – fet li roi –, voiremant le me dist il»; e lors li conte mot a mot la priere qu’il li avoit fet avant qu’il començastes la bataille: si ne li en sele riens, tot li conte se que le chevalier li avoit dit. [3]  (15rb) Quant Guron entent ceste novelle, il respont au roi tout en plorant, car a la verité dire il avoit trop grant pitié dou chevalier mort: «Haï sire – fet il au roi Meliadus –, tant me poise chieremant de ceste aventure e de la mort de cestui chevalier. Ensint voiremant, m’aït Dex, con je voudroie avoir donee la moitié de quanque je tieng en cestui monde que je eüsse esté en ceste bataille de celui point que vos le començastes: je croi que encore fust en vie cestui bon chevalier qui mort en gist, car je tieng a trop grant doumaje que si preudome est ocis en ceste aventure». [4]  «Sire – fet li roi Meliadus –, or sachiés tout veraiemant que se vos eüssiés veü coment il se prove bien en cestui fet ensint con je le vi, vos en fussiés sans faille trop plus corochiés que vos n’estes.» [5]  «Si m’aït Dex – fet Guron –, con je en sui trop dolens.» [6]  «Sire – fet li roi Meliadus –, ne vos est il bien avis que voiremant estoit il chevalier de grant cuer quant il estoit en vie, qui encore tient ensint s’espee quant il est mort?» [7]  «Sire – fet Guron –, qu’en diriés vos? Je voi de vos si bon senblant en toutes guises que je ne poroit croire en nulle mainiere que il ne fust home de valor tant con il vesqui. Si m’aït Dex, com il m’est bien avis que se soit trop grant doumaje de cest mort de cestui chevalier.»

XXXVIII

[1]  (15va) Aprés cestui parlemant s’abesse Guron envers le chevalier e prent l’espee qu’il tenoit encore toute nue. [2]  La damoiselle, qui demenoit trop grant dolor, quant elle voit l’espee de son ami que Guron tenoit toute sanglant e encore la regarde, elle se tret avant e dit: «Aï sire, por Dieu, donés moi celle espee que vos tenés, je la reconois molt bien. S’il vos plest, je la vuoil baiser e tenir por amor de celui a cui elle fu, car je le la donai quant il fu primieremant chevalier: se fu le bien qu’il ot de moi, autres bien ne reçuit il onques fors la mort qu’il a hui receü». [3]  «Damoiselle – fet Guron –, quant vos volés avoir l’espee, e vos l’aiés.» Si li done l’espee tout erraumant e selle la prent, qui bee a fere de l’espee molt autre chose que sil ne cuident. [4]  E quant la damoiselle tient l’espee, elle la comince a regarder tout en plorant e a baiser le pom de l’espee, e le tient toutes voies a sa boche; e tant la tient en tel mainiere qu’il estoit tout molliés de lermes qui des els de la damoiselle cheoient sus le pom. [5]  «A bone espee – fet la damoiselle –, tant je oi celui jor grant joie en mon cuer quant je vos donai de mes main a cest mien chier ami qui si gist mort. Vos fustes le primiers drueries que je onques (15vb) donasse, vos fustes ma primiere joie que je deüsse joie appeler quar, puis que je vos oi donee, adonc fui je bien aseür que je avoie un mien prope chevalier entre les chevalier errans. Je sui lee toutes les fois que il me sovient de vos quar je savoie tout certainemant que mes amis m’avoit tot adés en remenbranse, toutes les fois que il vos aloit regardant. [6] Espee, je conois de voir que mes amis vos avoit si chier por amor de moi que il ne vos voloit laiser de sa volonté ne a la mort ne a la vie. Il murt e si vos tenoit, e je monrai e vos tendrai tout adés ensint con vos tient mes amis quant il morut: ensi vos aurai a ma mort e vos e lor en ma conpaingnie, qui me semble trop grant solas.»

XXXIX

[1]  En tel guise con je vos cont se dementoit la damoiselle a ssoi meïmes e ploroit si duremant que nul ne le veïst qui pitié n’en deüst avoir. Elle regarde son ami .J. fois e aprés regardoit l’espee; or besoit l’espee une fois, aprés basoit son ami ensint sanglant con il estoit. [2]  E quant elle a ce fet une grant piecce, elle dist au roi Meliadus: «Sire chevalier, je ai tant veü de vostre fet cestui jor e de vostre proesse que je conois tout certainemant que voiremant estes vos chevalier garni de trop haute proesse car, se se ne (16ra) fust, vos fuissiés hui mors plusor fois. [3]  Je ai entendu parler paroles que vos avés racordés a cest bon chevalier qui ci est: que mes amis, avant qu’il se meïst en la bataille, vos dites qu’il estoit bien certains qu’il moroit en cestui fet; e por ce vos pria, tant con il vos puet prier, que li feïssiés tant de cortoisie aprés sa mort que en celui leu propemant ou il moroit le feïssiés enterrer puis que il seroit desvïés, e meïsmemant en mi le chemin, e feïssiés metre sor lui lame escrete les letres con il vos dist en la lame meememans. Sire, por Dieu, ne vos dist il toutes ces paroles le mien amis avant que vos encomencissiés la bataille ou il moruit?». [4]  «Damoiselle – se dit li rois –, oïl sans faille, tot se me dist il voiremant avant sa mort.» [5]  «Sire – se dit la damoiselle –, e que avés vos en volonté de ceste chose?» [6]  «Damoiselle – se dit li rois –, or sachiés tot certainemant que je ne m’eslonjerai grament de cestui leu que je pousse devant que je aie tout enteremant aconpli ce qu’il me requist, quar certes je li promis a sa vie.» [7]  «Sire – se dit la damoiselle –, si m’aït Dex, con vos parlés en guise de chevalier cortois e saje. E je vos pri, sire, por la foi que vos donés a toute chevalerie, que vos me dongnois un autre don qui assés petit vos gostra.» [8]  «Certes damoiselle – fet li rois –, (16rb) voluntiers. Demandés seüremant que, s’il me devoit assés coster, si le vos doing je trop voluntiers.» [9]  «Sire – se dit la damoiselle –, moltes merci. E savés vos que vos m’avés doné que vos avec sestui mien ami metrois mon cors en terre.» [10]  «Dex aïe, damoiselle – se dit li rois –, coment poroie je se fere? Cist est mort e vos estes en vie, por aventure vos vivrois plus que je ne ferai.» [11]  «Sire – se dit la damoiselle –, se je vif plus longuemant de vos donc ne le poie je pas faire; mes se je muir en cestui jor je vos pri que vos le facciois.» [12]  «Dex aïe damoiselle – fet li roi –, coment poroit ce avenir que vos morissiés en cestui jor? Ja estes vos si saine e si belle sans doute que l’en vos puet bien conter ardiemant por une des plus belle damoiselle de tot li monde.» [13]  «Sire – se dit la damoiselle –, vos ne sentés mie se que je sent: autre dolor trop greingnor que vos ne cuidés me tient au cuer. Je vos pri que vos ne me failloit dou convenant que je vos ai demandé porqu’il haviengne en tel mainiere que je muire en cestui jor.» [14]  «Damoiselle – se dit li rois –, se Dex me salt, vos me fetes tout esbaïr des paroles que vos me dites, quar il ne m’est pas avis qu’il peüst avenir en nulle mainiere (16va) que vos morissois si soudainemant con vos me dites.»

XL

[1]  «Sire – se dit la damoiselle –, or sachiés tout certainemant que je monrai en cestui jor, je le vos di seüremant, e por ce vos pri je que vos ne me faillois de convant que je vos ai requis e que vos m’avés promis de vostre bone volonté: avec le cors de mon ami fet le mien metre, nulle autre de moi ne vos demant a cestui point quar je n’ai mistier de nul autre.» [2]  «Damoiselle – se dit li rois –, que vos diroie? Or sachiés que, s’il avint en tel guise con vos le dites, je ferai tout ensint con vos le requerés; mes, se Dex plest, il n’avendra.» [3]  E puis se torne envers Guron e li dit: «Sire, quel consoil me donés vos? Il est voir que je promis a cestui chevalier que je le metroie en terre ici propemant ou il morut.» [4]  E il respont Guron e dit: «Quant vos ceste promise feïstes, si le tenois car si buon chevalier con vos estes ne doit fauser de convenant.» [5]  «Sire – se dit li rois –, donc me convedra demorer a aucune maison de religion ou aucun chastel.» [6]  «E non Dex – fet Guron –, si i demorés e si le fetes.»

XLI

[1]  A celui point que li roi Meliadus parloit a Guron en ceste mainiere, il regardent que la damoiselle (16vb) s’abasse sor le chevalier ocis e mist sa boche sor la soe boche e elle traoit l’espee nue en sa main destre. [2]  E quant elle ot grant piecce demoré desus le chevalier ocis, Guron dist au roi Meliadus: «Sire, volés vos veoir toute la greingnor mervoille dou monde?». [3]  «Oïl», fet li roi Meliadus. [4]  «Or vos en alés a celle damoiselle et vos troverois sans faille qu’elle est morte de dolor.» [5]  «Sire – fet li roi –, se ne puet estre.» [6]  «Si m’aït Dex – fet Guron –, si est; e s’il n’est en ceste mainiere, ne me creés une autre fois.» [7]  Li rois, qui encore ne creoit pas que se peüst estre, s’en vient a la damoiselle e trouve tout cleremant qu’elle est morte e il se sengna de la mervoilla qu’il en a; e ausint fet li chevalier a l’escu mi parti qui estoit venus iluec por veoir se ce est verité ou non. E quant il voient certainemant que ensint estoit avenu de la damoiselle, il est tant fieremant esbaïs qu’il ne set qu’il doie dire de ceste aventure.

XLII

[1]  Quant Guron voit que ceste chose estoit ensint avenue, il dist au roi Meliadus, tout lermoiant dex els quar pitié sans faille avoit de la damoiselle: «Sire, ne vos disoie je verité de (17ra) la damoiselle que elle est morte? Se poés veoir, sire: vos en fustes plus aproché ans que je ne fui. Bien poom seüremant dire que voiremant l’amoit elle de grant amor quant elle est morte por amor de lui, se poom nos bien dire seüremant; e la damoiselle sans faille est por lui morte, se ne puet nuls hom contradire. A nostre tens ne morurent mais deus amant qui si loiaumant s’entramassent a lor vivant». [2]  «E non Dieu sire – fet Guron –, de ce dites vos verité, ce est bien des estranje mervoille dou roiaume de Logres: lai en ferai e chant novel qui encor sera racordés aprés nostre mort de maint estranje roiaume. [3]  Deshoremais vos avés bien bone achaison de demorer en ceste contree dusque tant que vos avés fet metre en terre ses deus cors que vos veés en ceste chemin droitemant. En cestui leu propemant ou il sont le ferés enterrer andeus, e dedens une sopolture toute la plus riche e la plus belle que vos porois trover en ceste contree. E sor la sopolture faissent entailler letre por qoi li trespassant qui la lame regardoient puissent savoir le non dou chevalier e le non de la damoiselle e coment il morurent andui por achaison d’amor.» [4]  «Sire – fet li rois Meliadus –, or sachiés que, tout ensint con vos l’avés ore devisee, le ferai je sans faille tout avant (17rb) que je me parte més de ceste contree.» [5]  «Or me dites – fet Guron –, savés vos coment le chevalier a non?» [6]  «Sire nanil, se Dex me salt – fet li rois –, il ne m’en sovient de son non.» [7]  «E coment porai je savoir le non?», se dit Guron. [8]  «Sire, je ne sai – fet li roi Meliadus – fors se vos n’andés a selui chastel ou il furent nés anbendeus, quar il furent anbenduis nés en un chastel e furent noris ensamble.» [9]  «E savés vos coment lo chastel a non?» [10]  «Oïl – fet li rois –, l’en l’apelle le chastel Igerne, e sachisiés, sire, qu’il est appellés en ceste mainiere por ce que la roïne Igerna le fonda.» [11]  «E non Dieu – fet Guron –, a celui chastel sui je bien aucune fois esté, si sai bien ou il est. E sachiés que je n’a[u]rai grament de repos devant que je soie là venus – e tost i porai venir car il est assés prés de si – e quant je ai veü la fin de ceste aventure qui bien est sans faille la plus estranje e la plus mervoillouse que je encore veïsse en tot mon aaje. Je vos comant a Dieu quar je ai tant a fere aillors que je ne puis ici demorer.»

XLIII

[1]  Quant li rois ot ceste parole, il n’en est mie trop joiant car encore ne se vousist il partir en [n]ulle mainiere de Guron puis que aventure l’avoit ensint aporté en sa conpaingnie: «Ha sire, merci – fet il a Guron –, por Dieu e por vostre gentilesse ne vos partés si tost de si puis que Dex me vuelt tant de bien que il se fu que (17va) je vos trouvai por tele aventure con vos veïstes. Ne me tolliés vostre conpaingnie si tost, que se seroit une chose qui me metroie au cuer dolor si grant que a piece més n’en istroit». [2]  «Sire, or saciés de verité – se dit Guron –, que se je peüsse demorer avec vos je demorasse ausi voluntiers con vos meïmes vousistes, quar certes de vostre conpaingnie avoir ne fusse je moins liés que vos fussiés de la moie. Mes ensi m’est ore avenu que partir mi convient de ci e chevaucher en autre leu; une autre fois, se Dex plest, serom ensamble e demorons adonc li un avec l’autre plus longuemant que nos ne poons ore faire.» [3]  «Sire – fet li rois –, mes savés vos qui je sui?» [4]  «Oïl bien – fet Guron –, vos estes sans faille li rois Meliadus de Leonois.» ... «E non Dieu, sire – fet Guron –, sil qui ne vos conoist puet bien dire qu’il ne conoist tos le bon chevalier.» [5]  «Bien est miels de vos – fet li roi –: vostre celer ne vos vaut riens que je sai bien de voir que vos estes Guron li Cortois, le meillor chevalier de tout li monde puis la mor Galeot le Brun fu, a cui vos fustes conpaingnons ensint con je sai. Ja a maint ans que je vos connui: certes, le primier chevalier qui onques me tolli hiaume de teste par forse d’espee fustes vos.»

XLIV

[1]  «Sire – fet Guron –, puis que je voi que envers vos ne me (17vb) poroie celer car trop me conoissiés, je vos pri que vos ne me façois avant a nullui conostre, car je ne sui grament encore coneü en ceste contree ne enn autre, car tout li monde cuide que je soie mors.» [2]  «Sire – fet li rois –, puis que je voi vostre volonté, sachiés que je vos celerai tant con je porrai; mes mon celer ne vos vaut quar ja vont de vos parlant totz li chevalier errant, e par ceste contré e par autre.» [3]  «Sire – fet Guron –, ferés vos ben se dont se que je vos pri?» [4]  «Certes sire – fet li rois –, e je ferai vostre priere.» [5]  Guron s’en vient a sson cheval e monte, e prent un escu que il trouve en mi le chemin e estoient li uns de ceus qui le maitin s’estoient conbatus: l’escu estoit tos jaunes sans autre tainte. Li chevalier s’en vient ou lui, cil qi portoit l’escu mi parti. Li rois le convoie une piecce e puis retorne, quar Guron l’en prie tant que li rois le fet; mes se fut molt a ennuis quar il ne se partoit mie voluntiers de si bon chevalier con estoit Guron. [6]  Quant il se furent departis en tel guise con je vos cont, Guron – qui trop est desirans de savoir coment li chevalier avoit non qui fu ocis, e le non de la damoiselle ausint – il chevauche tant que celui jors meïmes vint au chastel qui estoit appellés Igerne, e iluec aprist il sans faille que li chevalier avoit non Assalon e la damoiselle (18ra) estoit appellé Tesala. [7]  De cest aventure fist puis Guron un lay que l’en apelle le Lai des deus amans e encore est il ensint appellés e il en trouve le chant e le dit. A cestui conte retornerons nos bien quant il en sera leu e tens.

XLV

[1]  Selle nuit dormi Guron dedens le chastel; a l’endemain auques maitin se parti il. Quant il fu dou chastel oïssus, il dist a son conpaingnon: «Sire conpains, quel part volés vos chevaucher?». [2]  «E non Dieu sire – fet il –, je n’ai volonté a cestui point de chevaucher, quar tout primieremant me vuoill sejorner: je sui navrés de plusors plaies, e tant me doill fieremant de la jornee que nos eümes ier e del travaille que nos sofrimes que je n’ai menbre qui ne s’en sente tout autremant qu’il ne me fust mistier. Por ce m’en convient il remanoir a auqun chastel prés de ci e tant sojorner iluec que je soie recovrés aprés cest grant travaill.» [3]  «Sire conpains – se dit Guron –, donc vos comant je a nostre Seingnor, quar je n’ai ore volonté de sojorner: je ai tant a fere que je ne puis fere demor ici ne aillors a ceste fois.» [4]  «Coment sire – se dit li chevaliers a l’escu mi parti –, avés vos donc en volonté que vos façois nostre conpaingnie si tost departir?» [5]  «Ensint le convient a fere – ce dit Guron – puis que vos volés sejorner, quar je n’ai de sejor mestier. Mes or (18rb) me dites, avant que je me part de vos, en quel chastel volés vos sejorner.» [6]  «E non Dieu – fet li chevalier a l’escu mi parti –, quant vos ceste chose volés savoir e je vos en dirai orendroit toute la verité. Or sachiés que je irai sojorner a Malohaut; e se je vieng onques en point que je puisse a ma dame parler, or sachiés que je li conterai ceste mervoillouse aventure que vos menastes a fin par vostre proesse.» [7]  «Je vos pri – fet Guron – que vos me façois tant de cortoisie que vos ne diois mon non en leu ou vos veingnés.» [8]  «Certes sire – respont li chevalier –, se ferai je bien por l’amor de vos.» [9]  «Encore vos pri je – fet Guron – d’une autre chose: se vos poés parler a ma dame de Maloaut, salués la de part celui qui jadis fu conpains Danaïn li Roux.» [10]  «Sire – se dit li chevalier –, qi est celui?» [11]  «Je ne vos dirai autre chose – se dit Guron –, ma dame conoistra bien qui est selui tout maintenant que vos le comencerois a pparler.» [12]  «Sire – se dit li chevalier –, quant vos plus ne me volés dire, or sachiés que por amor de vos ferai gie trop bien ceste messaje, se je onques puis.» [13]  «Or vos comant je a Dieu», se dit Guron. [14]  «Sire – se dit li chevalier –, a Dieu soiés vos acomandé.» En tel guise se departent a celle fois.

XLVI

[1]  Li chevalier qui portoit l’escu mi parti s’en vait tout droit (18va) vers Malohaut; ja voudroit estre là venus por sojorner, quar bien en avoit mistier a celle fois. E Guron, quant il se fu de li partis, il chevauche celle maitinee le grant chemin de la foreste si seul qu’il n’a a celui point qui conpaingnie li facce, ne se n’estoit mie la voie qu’il avoit devant tenue, ains estoit une autre voie qui n’aloit mie vers Maloaut. [2]  Quant il ot en tel mainiere tenu celui chemin dusque prés hore de midi, adonc li avient sans faille que li chemin l’aporte devant une grant crois de pierre; devant celle crois avoit deus chevaux atachiés a deus arbres e deus escus pendoient iluec. Quant Guron vient aprochant des escus, il regarde e conoist que li un de ses escus estoit l’escu d’arjent que li chevalier portoit que si grant parlemant ot eü d’amor encontre lui l’autre nuit devant; l’autre escu estoit tous vers fors que li uns des quartiers desus estoit d’argant. [3]  Li dui chevalier dont je vos cont si estoient devant la crois: li uns des deus chevalier avoit la teste encliné vers terre e pensoit molt duremant, e estoit sanz hiaume mes de toutes ses autres armes estoit garni; li autre ne fessoit fors regarder le. Atant és vos vers els venir Guron si armés con il estoit et si montés; e quant il aproche des chevaliers il les salue. [4]  Li uns des (18vb) chevalier se dresse tantost e se estoit celui qui l’autre regardoit, e dit a Guron: «Sire, bien soiés vos venus. Por Dieu, descendés s’il vos plest e metés consoill – se vos fere le poés – en reconforter ceste chevalier, qui tant est fieremant desconfortés e esmaiés qu’il ne m’est pas avis que je veïsse encore chevalier plus desconfortés que est cestui».

XLVII

[1]  Guron, qui regarde le chevalier qui a llui parloit en tel mainiere, reconoist tantost en soi meïmes que se est sans faille le chevalier qui portoit l’escu d’argent, celui meïmes de cui il avoit abatu l’orguoill por un sol cop d’espee ensint con li contes a ja devisé sa arrieres tout apertemant. «Sire chevalier – fet Guron –, se je descent e je ne puis reconforter ceste chevalier, adonc sera ma poine perdue.» [2]  «Ha sire, por Dieu – fet li chevalier –, descendés e verom que vos poriés fere: je vins des bien matin ici e, quant je trouvai cest chevalier ensint con il est encore, je le cuidai reconforter en aucune mainiere mes ce ne puet estre.» [3]  Lors descent Guron qu’il n’i fet autre demoranse, e atache son cheval a un arbre e oste son glaive e son escu de son col e tout met a une part; e quant il a fet ce, il vient au chevalier, qui encore pensoit, e li dit si haut que bien l’entent li chevalier: «Sire chevalier, Dex vos salt». [4]  Li chevalier dresse la teste quant il entent sestui salu e regarde Guron e li dit: «Sire, bone (19ra) aventure vos dont Dex». [5]  «Sire chevalier – fet Guron –, por coi estes vos si pensis?» [6]  «Sire – fet il –, asés i a raison por coi: se je sui pensis e dolens ce n’est mervoille, quar certes je ne croi mie qu’il mescheïst a nostre tens si estranjemant a nul chevalier errant con mescheï ier a moi, quar je mis a mort de mes mains propemant le chevalier dou monde que je plus amoie, e aprés perdi ma moiller e tous mes conpaingnons qui bien estoient .LX., que chevalier que autre. E sor tout cestui grant doumaje, fu[i] je navrés si duremant q’a piecce més, si con je croi, n’aurai pooir de porter armes por cest trés grant mescheanse. [7]  Sire chevalier, que je vos ai conté? Sui je pensis e esmaiés si duremant con vos veés car se vos fais je bien a savoir que, dusqu’au jor de ier, avoie je esté si bien cheans en toutes aventure que onques, devant celui point, n’avoie je si fort chose enprise ne si perillouse que je n’en fusse venus au desous par forse de chevalerie. E orendroit, a ceste fois, quant je voïs recordant coment il m’est fieremant mescheoït a un sol cop – que dusque hore avoie esté trop miels cheans que nul autre chevalier –, se je sui dolens e iriés ce n’est mervoille; se je sui tristes e pensis nul home ne m’en doit blasmer car je sui desonorés e avilés outreemant qu’il ne m’est pas avis que jamés me peüst honor avenir aprés ceste grant (19rb) onte qui avenue m’est.»

XLVIII

[1]  Quant li chevalier a dite ceste parole, il besse la teste vers la terre e les lermes li vienent as els, e lors comence a plorer si tendremant que nuls ne le veïst a celui point qui pitié n’en deüst avoir. [2]  Guron, quant il a oï toute cestui conte, reconoist bien en soi meïmes tout certainemant que cist est sans faille li niés au roi d’Escose qui fu conpaingnon d’armes all’autre chevalier qui morut por amor e por cui la belle damoiselle morut. [3]  E le chevalier a l’escu d’argent dit autre fois a Guron: «Sire, por Dieu, demandés li qi fist toute ceste grant desconfiture: si orois ja trop belle gaberies». [4]  «E quel gabarie poroi je oïr [de] cestui fet?», ce dit Guron. [5]  «Sire – fet celui a l’escu d’argant –, se vos li demandés qui fist tote celle desconfiture, il vos respondra erraumant c’un sol chevalier la fist toute; si est ce gabarie trop grant c’un sol chevalier peüst fere si grant chose con il devise.» [6]  «Coment sire – se dit Guron –, cuidés vos c’un sol chevalier, qui bien fust preudome d’armes, ne peüst par son cors metre si grant jent a desconfiture con sist chevalier devise q’il ot iluec?» [7]  «Certes sire – fet celui a l’escu d’argiant –, je ne le croi pas. Trop seroit estranje chose a croire que le cors d’un sol chevalier peüst tant fere con sil devise.» [8]  «E non Dieu – fet Guron –, si poroit (19va) bien; e a ce que vos dites orendroit, m’es[t] il bien avis que voiremant ne veïstes vos encore nul bon chevalier a aucun grant besoing.» [9]  «E non Dieu sire – fet cil –, se fis: je vi le bon Chevalier Sans Poor que moltes jens tienent orendroit au meillor chevalier dou monde. Je le vi entre .XX. chevalier soulemant qu’il ne pot mie desconfire, ains i fu dou tout desconfit e deschevauchiés si vilment que il remest en mi la plasse tout a ppié ausint con s’il fust un garson.» [10]  «Sire chevalier – fet Guron –, or sachiés tout veraiemant que je vos otroi bien que li Chevalier Sans Poor est sans faille chevalier de grant afere e de haute chevalerie garnis, mes tant vos fais je bien a savoir qu’il n’est pas le meillor chevalier dou monde: l’en i poroit bien trover d’ausi bon ou de meillor. Por ce ne fu mie trop grant mervoille s’il fu aucune fois desconfit por vint chevalier, quar il n’estoit mie del tout chevalier parfit.» [11]  A ceste parole dresse la teste li chevalier, cil qui tant fieremant estoit dolens, e dit au chevalier a l’escu d’argiant: «Sire chevalier, or sachiés tout certainemant q’a fere toute ceste desconfiture que je vos ai conté orendroit n’ot fors l’espee d’un sol chevalier; se ne vos puis je mie dire qu’il n’i fussent dui voiremant, mes li segons n’i fist gueres plus que un home mort i eüst fet. Le cors d’un sol chevalier fist toute (19vb) ceste desconfiture e li autre n’i fist riens: un sol chevalier nos honi tous quanque nos estions».

XLIX

[1]  A ceste parole respont Guron e dist: «Sire chevalier, tenés vos ceste chevalier a trop grant mescheanse?». [2]  «Oïl certes – fet li chevalier –, voiremant la tieng je a la plus fiere mescheanse e a la plus grant que onques més avenist a chevalier». [3]  «Sire chevalier – fet Guron –, or sachiés tout de voir c’un chevalier qui savoit grant partie de vostre afere me content de vos molt grant bien e me dist que, selonc se que l’en li avoit dit en conte, n’a encore mie grament de tens que se fu que vos estiés le plus cortois chevalier sans faille, de toutes les cortoisies qui en bon chevalier doivent estre, que l’en peüst trover en nulle contree. Sire chevalier, tant con vos menastes cortoisies ne vos vient riens se honor non e joie e bone aventure, mes puis que vos laissastes cortoisie adonques vos vint onte e desonor tout maintenant.» [4]  «Biau sire – fait li chevalier –, quant je laissai cortoisie?» [5]  «E non Dieu – fet Guron –, je le vos dirai quant vos saver le volois. De celui point laissastes vos cortoisie ariere dos quant vos promeïst a vostre conpains que vos vos travaillerés de toute vostre pooir qu’il auroit la damoiselle qu’il amoit de tot son cuer, con vos savés quant vos (20ra) ceste promise li feïstes; e aprés meïstes vostre cors en amer la damoiselle, e puis vos travaillastes tant que vos l’aüstes por vos. [6]  Dès celui point ne feïstes vos con chevalier mes come desloial e mauvés, que nus ne puet, se m’est avis, faire greingnor desloiauté que de fere tele traïson a son conpaingnon con vos feïstes al vostre. Vos procasastes envers lui honte e traïson e fellonie, e vos meïmes l’oceïstes a vos deus mains: se fu la fin de la loial conpaingnie qu’il vos avoit portee ensint con vos meïmes savés. [7] Mes aprés celle fellonie que vos feïstes a celui qui vos amoit de tout son cuer, gardés qu’il vos en est puis avenu: vos en estes desonorés en toutes guizes quar vos en estes desconfit e toute vostre conpaingnie, e par un home soulemant. Enavrés en ceste vostre conpaingnie en sont mort e sor tout ce avés perdue vostre moiller. Avés vos bien vostre raison de la traïson e de la desloiauté e de la fellonie que vos procachastes avant a vostre conpaingnon.» [8]  «Oïl – ce dit li chevalier –, ma raison n’ai je voiremant bien e plus que ma raison, car je ne le servi tant de mal con je n’ai recheü.» [9]  «E non Dieu – fet Guron –, encore n’en avés vos mie tout vostre droit devant que vos en perdois la (20rb) teste, por cestui fet n’aurois vos bien vostre raison quar nul chevalier qui traïson porcache e envers son conpaingnon ne doit perdre moins de la teste.»

L

[1]  Li chevalier pense un petit quant il entent ceste parole e puis respont: «Coment donc, sire chevalier, donriés vos donc si fier jujemant encontre vostre conpains se il eüst ensint contre vos fet?». [2]  «Si m’aït Dex – se dit Guron –, con je le donroie de moi meïmes, e plus en feroie car, s’il me fust tant mescheoit que je eüsse si fieremant mesfet a un mien ami, je n’atendroie jujemant ains m’occiroie a mes deus mains.» [3]  «E se aucun vostre ami vos eüsse tant mesfet – se dit li chevalier –, qu’en ferés vos?» [4]  «E non Dieu – fet Guron –, je n’en feroie autre chose fors se soulemant que l’en doit fere de chevalier traïtor e desloial: je li couperoie le chief, que certes il ne m’est pas avis que je puisse avoir pitié ni merci por nulle aventure dou monde.» [5]  «E non Dieu, biau sire – fet li chevalier –, vos estes d’assés trop cruels e si vos fetes plus loial, selonc ce que je croie, que vos ne seriés se vos eüssiés tant mesfet a vostre ami con vos dites. Encor ne vi je nul chevalier qui se meïst a mort quant il me[s]feïssoit a sson conpaingnons (20va) de cel mesfet con est cestui.» [6]  «E non Dieu – fet Guron –, je sai un tel qui por mendre mesfet qu’il avoit fet au suen, ausi se fust bien mis a mort dou tot se ne fust ce qu’il en fu destornés.» [7]  «Biau sire – fet li chevalier –, trop fu loial [e] plus cortois en remanbrance que je ne poroie estre, mes je ne croi mie que li autre li peüst estre si cortois.» [8]  «Certes vos dites verités – ce dit Guron –, l’en li fist cortoisie e il a puis fet villanie.» [9]  Lors parole le chevalier, sil qui portoit l’escu d’argent, e dit a Guron: «Sire, sire, se Dex me salt, or sachiés bien que Danaïn le Rous, qui seingnor est de Maloalt, non a mie esté si cortois envers son conpaingnons, car si conpains – qui bien est a mon escient le meillor chevalier dou monde ensint con dient por voir ceus qui le conoissent – pria Dinaïn, en cui il se fioit sor tos les homes mortiaux, que il alast veoir une damoiselle qu’il amoit. Danaïn n’ala por priere de son conpaingnon aconplir. [10]  Quant il fu venus a la damoiselle [e] il la vit si belle riens de toutes chose que se estoit une mervoille de lui veoir, il l’ama si fieremant con chevalier poroit amer damoiselle. E quant il la doit mener a son conpaingnon, a cui la damoiselle meïmes voloit venir, il ne li amena pas ains l’amena autre part, quant il la devoit amener a Maloaut. (20vb) Or la tient par soi meïmes en tel mainiere sans faille que jamés ne la rendra a son conpaingnon tant con il la puisse tenir. [11]  Or, sire chevalier, que diriés vos de ceste chose? Vos est il avis que por achaison d’une damoiselle deüst morir en nulle mainiere si bon chevalier con est Danaïn, qui bien est au voir dire un des bons chevalier, voire un des meillor, qui orendroit soit en ceste monde?».

LI

[1]  Quant Guron entent cestui conte, il respont au chevalier ausint con s’il n’en seüst riens de ceste chose, e se dit il por savoir que respondra le chevalier: «Sire chevalier – fet il –, coment savés vos que Danaïn le Roux, qui tant est bon chevalier, ait fait envers son conpaingnon traïson si mervoillousemant con vos devisés? Or sachiés que je ne poroie croire que si bon chevalier con est celui enprist a fere si grant villanie, meïsmemant envers tel chevalier con est si conpains, que vos dites qui est li meillor chevalier dou monde. Se vos ne me contés la verité de celui fet, e je vos pri que vos le me contés, se vos le savés». [2]  «E non Dieu, biau sire – fet li chevalier a l’escu d’argiant –, selonc ce que je ai ja oï conter de celui a plusor homes, est ce voiremant li meillor chevalier dou monde; mes por ce n’est il remés que Danaïn le Rous ne l’ait fet de la damoiselle ceste vergoingne e ceste honte que je vos en ai dit. E por ce que vos m’avés dit e prié (21ra) que je vos cont coment je sai la verité de ceste chose, je sui apparoillé que je le vos die, si m’en orois miels adonc. [3]  Or vos seés, se il vos plest, devant cest chevalier: il oïra cestui conte que je vos vuoill dire, si s’en reconfortra por aventure e vos savrés la verité de ceste chose que vos encore ne savés, si con je croi. E lors m’en crerois miels e ne jujerois adonc si cruelmant par aventure en tel fet con sestui car, se se fust dou tot si grant villanie con vos contés, il ne m’est pas avis que Danaïn le Roux aüst fet a son conpaingnon»; e quant il a ce dit, li comense son conte en tel mainiere:

LII

[1]  «Sire – fet il –, encore n’a mie trois jors que je chevauchoit por une foreste qui est prés de ci a moins d’une jornee. Entre ore de midi avient que je oi talent de boire, e por ce que je savoie adonc une fontaine prés de celui leu ou je estoie, lessai je le chemin que je tenoie adonc e vins a la fontaine droitemant. [2]  Quant je fui a la fontaine venus si priveemant con je chevauchoie – qui ne menoie en ma conpaingnie home ne fame –, je trouvai devant la fontaine droitemant une damoiselle la plus belle sans faille que je veïsse encore en tout mon aaje; la damoiselle se dormoit sor la fontaine, s’esveilla en mon (21rb) venir por la france dou cheval sor quoi je estoie montés. Quant je vi la damoiselle si belle riens con elle estoit e si priveemant qu’elle n’avoit en sa conpaingnie fors que son petit nai[n]s qui n’avoit pas plus de douze aans d’aage, por se que je ne feïsse annui a la damoiselle se je alasse ensint a cheval con je estoie, descendi je. [3]  Quar a la verité dire je estoie trop fieremant esbaïs de la mervoillouse biauté que je veoie en lui: il m’estoit avis que se fust songne por ce qu’elle estoit si belle e l’avoie trouvé si priveemant sor selle fontaine. Dissoi je en moi meïmes que ce estoit fantosmie e pechiés qui s’estoit demostrés a moi en senblanse de damoiselle; e aprés redisoie je en mon cuer que ce n’estoit pas fantosme, qu’ancois estoit bien damoiselle, la plus belle sans faille que je eüsse veüe en mon aaje. [4]  Ensint pensant e ensint regardant la beauté de la damoiselle, aprés ce que je estoie descendus atachai mon cheval a un arbre e mis iluec mon glaive e mon escu. Quant je me fui ensint apparoilliés d’aler a la damoiselle, je me tres vers lui erraumant quar estoie fieremant desirant de savoir qui elle estoit e coment elle demoroit iluec si priveemant. [5]  Quant je fui dusque lui venus, je la saluai e elle se dresse encontre (21va) moi e bien mostre au semblant que elle fessoit que voiremant estoit elle corochiés e triste e dolens; por ce, toutes voies, ne remest il qu’elle ne me deïst: “Bien veignés, sire chevalier”. [6]  “Damoiselle – di je –, bone aventure vos dont Dex e joie”; e por ce li dis je celle parole que feïssoie bien reison en moi meïmes qu’elle estoit sans faille corochié trop duremant. [7]  La damoiselle se rasiet e je, qui adonc aperçoi tout de voir qu’elle estoit corochié non mie petit, li dis: “Chiere amie, il m’est avis que vos soiés corochiés. Se Dex vos doint bone aventure, dites moi dont ceste coros vos vient; e je vos promet loiaumant que, se je puis metre consoill en vos esleissier, que je le ferai”. [8]  La damoiselle besse la teste vers terre quant elle entent seste parole, e puis me dist ausint con tout en plorant: “Haï sire chevalier, con je sui plaine de corois e con je sai de verité que tout le confort dou monde est loing de moi. De confort ne me parlés, sire chevalier, quar de reconforter ne me poroie desoremais: Fortune si m’est trop duremant contraire, traïe m’a villainemant a cestui point. Ja a gran tens que une damoiselle ne fu traïe si desloiaumant con je ai esté traïe novellemant”. [9]  Je li demandai erraumant coment elle avoit esté traïe, e elle me conte adonc une soe (21vb) aventure toute la plus mervoillouse que je oïsse piecce». Lors comence li chevalier a conter a Guron meïsmes coment Guron avoit envoié Danaïn par la damoiselle, tot li devise mot a mot se que li contes a ja devisés sa arieres. [10]  E quant il a devisé celui conte, il dit a Guron: «Sire, en tel mainiere con je vos ai conté sai je certainemant que Danaïn li Rous traï son conpaignon de la damoiselle que il amoit tant». E quant il a dite ceste parole il se teste, e Guron le regarde e le met adonc en celui meïmes parlemant e dist:

LIII

[1]  «Sire, vos m’avés conté coment vos trovastes la belle damoiselle. Or me dites, se Dex vos doint bone aventure, coment vos vo partistes de lui e coment vos ne l’amenastes avec vos puis que vos le trovastes si priveemant; quar certes, si belle damoiselle con estoit selle que vos dites, ne deüssiés vos laiser en fore[s]te, por coi vos le peüssiés mener avec vos». [2]  Li chevalier qui portoit l’escu d’argent respont atant e dist a Guron: «Sire, se Dex me salt, or sachiés que vos avés fet a cestui point trop bone demande, e je vos promet que ariere moi ne l’eüsse je mie leissié mes je la lessai par force e encontre ma volonté». [3]  «E non D[i]eu – fet Guron –, cestui conte vuoill je bien que vos mi contois, s’il vos plest, quar certes il est plus bel a oïr que tout celui conte que vos encore (22ra) m’avés conté.» [4]  «Sire – se dit li chevalier –, or voi je bien que vos avés talant d’entendre ma onte e ma vergoingne, e je le vos conterai quant vos oïr le volés. E neporquant je vos promet que del conter me sofrisse je trop bien, a ceste fois; mes por ce que je vos contai le comencemant de cestui conte, vos contrai la fin.» [5]  «Sire chevalier – fet Guron –, or sachiés tout veraiemant que sil qui n’ose conter sa vergogne e veut ramentovoir sa honor ne se doit tenir por chevalier.» [6]  «Sire, si m’aït Dex – fet sil a l’escu d’argent –, vos avés bien dit verité, e por ce vos contrai je orendroit la vergoingne qui m’avient en ceste aventure que je vos ai orendroit comencié a conter»; e quant il a dite ceste parole, il comence maintenant son conte en tel mainiere.

LIV

[1]  «Sire – fet il a Guron –, a celle fois toute droitemant que la trés belle damoiselle m’avoit conté mot a mot coment Danaïn le Roux l’avoit villainemant traï, e plus m’avoit elle encore dit quar elle m’avoit conté que Danaïn n’osoit plus retorner a Maloalt por blasme de la jent e por la doutanse qu’il avoit de son conpaingnon, ains s’en voloit desoremais aler vers Sorelois tant que la parole de cestui blasme soit cheoïte e abaissié. [2]  A celui point que la damoiselle m’avoit conté (22rb) toute ceste chose, atant és vos entre nos venir Danaïn, armés d’une armes noires, l’escu al col, le glaive al poing; quant il me vit delés sa damoiselles asis en tel guize con je vos cont, il comence a crier: “Gardés vos de moi, sire chevalier, quar certes vos estes mors se vos ne poés vostre cors defendre encontre moi”. [3]  Je, qui auques me fioit en ma chevalerie, fui espoentés quar je cuidai que il me vousist maintenant venir sos tout ensint a cheval con il estoit; e por ce li dis je: “Sire chevalier, sofrés que je monte a cheval ausint con vos estes montés”. [4]  “Coment, sire chevalier – dist Danaïn –, cuidés vos donc que je vos asaille ensint con je sui a cheval là u vos estes a ppié? Je ne’l feroie en nulle mainiere car donc feroie je tout apertemant contre honor de chevalerie.” [5]  De ceste parole fui je sans faille toute reconfortés en moi meïmes quar devant ce n’avoie je eü grant poor; e por ce ving a mon cheval e montai e pris mon escu e mon glaive, e puis dis a Danaïn: “Qui estes vos, sire chevalier, qui orendroit m’aliés menachant?”. [6]  Il me respondi: “A vos que chaut que je soie? Je sui un chevalier, se poés veoir, e vos le savrois miels assés tost se je onques puis. Or vos gardés de moi se vos poés car, se je ne vos port a la terre, je ne mi tieng (22va) por chevalier”. [7]  Quant je vi que je ne me pooie autremant partir de Danaïn le Rous – e je endroit moi disoie bien que se estoit il sans faille –, por ce que je voi tot apertemant qu’il s’apparoilla de sa partie de joster encontre moi, li lessai je corre erraumant au ferir des esperons tant con je poï dou cheval traire. Mes mon deviser, que mi valt de celle joste? Il me mostre bien tout cleremant que voiremant me pooit il bien mestre de joster, quar il me feri si roïdemant en son venir qu’il me fist les archons voider anbendeu e me porte a terre si fellonousemant que, au trebucher que je fis, me fu bien avis adonques que je eüsse ronpue la canelle dou col e le bras destre. [8]  Je rimise a terre en tel guise ausint con se je fusse mors; ci demorai en tel mainere tant que l’en peüst avoir aaisiemant chevauchié prés de deus lieves englesces. Quant je retort e[n] moi meïmes, coment il m’abati fellonousemant, je me mervoill, si m’aït Dex, coment je ne fui tos debrisiés de celui cheoïr.

LV

[1]  Quant je oi demoré a la terre si longuemant con je vos cont e je oi pooir de moi redrescier, e je cuidai veoir encore devant moi Danaïn. Je n’i vi adonc ne Da[na]ïn ne la damoiselle ne riens dou monde, fors que mon cheval soulemant qui estoit iluec atachié (22vb) a un arbre. Ensint se parti Danaïn de moi que je ne le vi puis, mes voiremant je trouvai puis un autre chevalier qui me dist qu’il l’avoit encontré vers Sorelois ou il enmenoit avec lui la damoiselle. [2]  Si me puis bien desoremais taire de ceste raison, car je vos promis de conter e je le vos ai conté; e por se que je vos ai conté se que vos me demandastes, vos pri je que vos me diois se que je vos demanderai, se vos le savés». [3]  «Certes voluntiers – se dit Guron –, se se est chose que je deïsse a autre chevalier, or sachiés que je le vos dirai.» [4]  «Dites moi – fet li chevalier qui portoit l’escu d’argiant –, savés vos novelle d’un chevalier qui portoit un escu de Cornoaille?» [5]  «Por coi en demandés vos novelles?», se dit Guron. [6]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je le voudroie voluntiers trover: il n’a encore grament de jors qu’il me fist une vergoingne que je venjeroie voluntiers sor lui se je le trovasse.» [7]  «Or me dites – se dit Guron –, sire chevalier, quant il vos fist selle vergoingne dont vos parlés, por coi ne vos venjastes vos? S’en foï il si tost de vos que vos ne v’en poïst venjer?» [8]  «E non Dieu – fet li chevalier –, il ne s’en foï pas, ains s’en parti de moi auques por bone volonté. Voiremant je n’estoie adonc si bien asiés de moi venjer con je sui orendroit, e por ce demant je de lui novelles: quar se je orendroit le trovasse encore, cuideroie je bien a (23ra) cestui point venjer sor lui la vergoingne qu’il me fist.»

LVI

[1]  Quant li niés au roi d’Escose – qui avoit oï e entendu tot plainemant se qu’il avoient dit entr’els deus – entent la demande qui li faissoit le chevalier a l’escu d’argiant, il dresse la teste e respont: «Adonc certes, sire chevalier, je vos sai bien dire novelle de celui que vos demandés. Or saicés que, se vos le trovés en un chanp e vos le volés asaillir, mauvaisemant porois venger la vergoingne qu’il vos a fait: que si voiremant, m’aït Dex, il [ne] metroit a desconfiture tex .X. chevalier con vos estes, vos le conoissiés mauvaisemant quant il fu avec vos. Or sachiés que vos ne le conoissiés pas si bien con je le conois; je voudroie que je onques ne l’aüsse veü quar il m’a honis, il [m’a] destruit, il m’a mort e desonorés: toute le doumaje que je ai, ai je recheü por lui e non pas por autre». [2]  Li chevalier qui portoit l’escu d’argant, quant il entent ceste novelle, il est plus esbaïs qu’il n’est devant e il dist adonc: «Coment – fet il –, volés vos donc dire que sil dont je paroill vos mist a desconfiture e toute vostre conpaingnie autresint?». [3]  «Oïl certes – fet cil –, voiremant nos desconfist il quanque nos estions de chevalier: il seul m’a destruit e m’a mort, il seul m’a onis sans doutanse, (23rb) il seul m’a toilli ma moiller. Bien puis dire seüremant que de male oure vint por moi en ceste contree l’escu de Cornoaille: m’a onis e destruit e mort, il m’a mis le grant duel au cuer qui jamés a jor de ma vie n’en istra por nulle aventure. E qu’en diroie je? Il m’a mort.» [4]  Li chevalier, sil qui portoit l’escu d’argent, ne set que dire quant il entent ceste novelle, orendroit est il assés plus esbaïs qu’il n’estoit devant. [5]  E Guron li redist adonc par oïr qu’il respondra ore: «Sire chevalier, que volés vos dire? Estes vos orendroit si desirans de trover le chevalier qui porte l’escu de Cornoaille con vos estiés a celui point que vos començastes ceste parole?». [6]  «E non Dieu sire – fet li chevalier –, nanil; puis qu’il est tiels por verité con cist chevalier devize, je m’en defende que je ne’l truïsse jamés. Quar je sai tout veraiemant que, se je le trovoie e je voloie ma onte revenjer sor lui, mauvaisemant le poroie fere; por ce ne quier je jamés trover.»

LVII

[1]  Lors se torne Guron envers le chevalier qui neveu estoit au roi d’Escose e li dit: «Sire chevalier, se Des me salt, dire poés seüremant que vos avés fet une des plus grant villenie que chevalier feïst a piecce mais, car vos feïstes primieremant envers vostre conpaingnon se que vos savés e aprés le meïstes a mort. [2]  E aprés (23va) se, feïstes si grant villanie e si grant outraje que vos au noble rois Meliadus de Leonois – qui bien est orendroit sans faille un des plus gentil home de tout cestui monde e si bon chevalier de son cors con l’en set – feïstes les main lïer devant le pis si villainemant con je sai. De sestui fet sans faille avés vos bien deservi mort se il [i] fust qui la vos donast , quar a si preudoume con est li roi Meliadus de Leonois ne deüst l’en faire villanie por nulle aventure dou monde». [3]  Li chevalier, quant il entent ceste novelle, est il esbaïs si fieremant: «Coment – fet il –, fu ce donc li roi Meliadus qui primieremant encomence cestui fet avec mon conpains?». [4]  «Oïl certes – se dit Guron –, se fu il voiremant e vos en feïstes tant que, se vos en receïssiés mort, se ne seroit mie trop grant outraje.» [5]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je ne sai que vos en diriés. Mes se je cuidasse certainemant que se fust il, or sachiés de voir qu’il ne me fust escanpés si legieremant con il escanpe: je eüsse bien sor lui venjé une vergoingne a celui point qu’il fist ja encontre un home de mon lingnaje.» [6]  «Sire – fet Guron –, encor ne remandron pas vos fellonie devant que vos aurois trouvé qui aconplira tos vos fet.» [7]  «Se ne serés vos mie – fet li chevalier – qui mes fés puissiés aconplir.» [8]  «E non Dieu – fet Guron –, se ne (23vb) serai je peor chevalier que je ne sui por aventure les aconplira. Mes tant vos fais je bien a savoir que, se vos m’eüssiés autant mesfet con vos feïstes au roi Meliadus a ceste fois e je vos trovasse puis ensint bon point con je vos ai ici trouvé, vos ne m’escanperois pas si ligieremant con vos cuidés, por coi je n’eüsse vergoingne de metre a mort un si chetif chevalier con vos estes.» [9]  Li chevalier se coroche trop fieremant quant il entent ceste parole, respont adonc con por coros: «Coment – fet il –, sire chevalier, m’avés vos donc por cheitif home?». [10]  «Certes – fet Guron –, se je por preudome vos tenisse, donc seroie je le plus fol home dou monde quar, se vos fussiés home de valor, vos ne peüssiés par le cors d’un sol chevalier, meïmemant a selui point que vos aviés avec vos si grant conpaingnie de jent con je sai: bien mostrastes a selui point que voiremant estiés vos cheitif home. [11]  E encore mostrastes vos bien que voiremant avés vos fellonie e chaitivité, qui dites que, se vos aüssiés reconeü li rois Meliadus, vos vos fussiés vengiés de lui autremant que vos ne feïstes. Certes, por ceste parole soulemant vos feïssie je orendroit vergoingne e onte, s’il ne me fust tornés a vilté e a desenor de metre (24ra) main e a mort un si vil chevalier con vos estes. Mes se soulemant me retieng: que je seroie desonorés de metre main en si vil home.»

LVIII

[1]  A ceste parole est li chevalier tous desués de mal talent: dou grant duel qu’il a au cuer ne respont il riens, ains vient a son cheval e monte e prent son escu e son glaive. E quant il est apparoillés en tel mainiere, il dit a Guron: «Montés vistemant, sire chevalier, e vos defendés de moi se vos poés. Certes, je vos vuoill mostrer que je ne sui mie si vil ne si mauveis con vos dites, ancois son bien ausi bon chevalier con vos estes ou meillor; e vos ne deïstes piecce més villanie a nul chevalier dont le guererdon vos fust si tost rendus con cestui sera». [2]  «Sire chevalier – fet Guron –, miels vos vaudroit reposer que enprendre cestui estrif: n’avés vos aüe assés vergoingne e honte que plus en volés hore avoir? Or sachiés bien que vostre forse porra bien assés petit durer encontre moi: la vostre guerre sera legieremant finee.» [3]  Quant il a dite ceste parole, il n’i fait nulle autre demoranse ains vient a son cheval e monte e prent son escu e son glaive; e quant il est tos apparoillés de la jostre, il lesse corre vers le chevalier tant con il puet (24rb) dou cheval trere e le fiert si roïdemant en son venir que por l’escu ne por l’auberc ne remaint qu’il ne li facce une grant plaie en mi le pis. Cil est si duremant cargiés de celui coup qu’il ne se puet tenir en selle, ains vole a terre maintenant e, au trebucher qu’il fet, retret Guron li gleve a llui. «Sire chevalier, or vaut pis»; e quant il a dite ceste parole, il s’en vet outre qu’il ne’l regarde plus a celle fois, ne celui qui trebuchiés estoit ne ll’autre chevalier meemes qui portoit l’escu d’arjant. [4]  Puis qu’il se fu mis au chemin, il s’esforse de chevaucher car il ne vousist mie voluntiers que sil alassent aprés lui; e por le novelles qu’il a oï ceste fois de Danaïn, dist a ssoi meïmes qu’il n’aura jamés grament de repos devant qu’il soit venus vers le païs de Sorelois. Il ne puet estre en nulle guise, puis qu’il sera venus celle part, qu’il ne trovast Danaïn en aucune mainiere; por ce chevauche Guron selle part e dit qu’il n’aura grament de repos dusque qu’il ait trouvé Danaïn qui fet li a si grant vergoingne e si grant honte qu’il ne le poroit oblier devant qu’il l’ait venjé. [5]  Selui jor remest il a une maison de religion, ne il ne fust pas remés a selle fois se ne fust por se qu’il sent (24va) que son cheval estoit assés plus travailliés que mistier ne li fust; por ce demore Guron leens deus jors tout enterinemant, e puis se remist au chemin tout maintenant qu’il vit que son cheval estoit un pou recovré de forse.

LIX

[1]  Puis qu’il se fu mis au chemin, il chevauche celle maitinee pensis molt duremant e tout celui penser estoit de Danaïn toutes voies, car il ne pooit onques oblier la villenie que sil li avoit fet. [2]  Quant il ot celle maitinee bien encor .V. lieves chevauchiés, adonc li avint qu’il encontre .J. chevalier armé de toutes armes qi menoit en sa conpaingnie .IJ. escuiers: li un des escuier menoit un destrier en destre e portoit un glaive e un escu; li escuier qui aprés venoit si menoit .J. damoiselle a ppié e un chevalier a ppié autresint. Li chevalier estoit en gonelles e tout causiés e avoit les mains lïés devant les pis molt villainemant; la damoiselle estoit toute nu piés, en gonelle autresint, mes elle avoit le main derieres le dos lïé assés villainemant. Le chevalier venoit montés sor .J, destrier tos (24vb) armés a guise de chevalier qui bien vousist defendre sestui contre qui asaillir le vousist. [3]  Quant Guron vit celle gent venir, il s’areste en mi le chemin por savoir por quoi sist chevalier mena sestor ensint lïés; si salue le chevalier. [4]  «Bone aventure vos dont Dex», fet sil. [5]  «Biau sire – fet Guron –, qui sont ceste gent que vos fetes mener en tel mainiere?» [6]  «Se est une damoiselle e un chevalier: si reçoit seste villenie par sa follie, que aprés ceste onte que je li fais faire doit elle bien perdre la teste, mes ce n’a mie», fet li chevalier.

LX

[1]  Lors se torne Guron envers le chevalier e le comence a regarder, e tant le regarde qu’il conoist que sist est Sers – qu’il delivre a l’autre fois quant le chevalier le menoit en prison –, sest Sers qui tant soloit estre fellon e qui li promist loiaumant que jamés a jor de sa vie il ne feroit fellonie ne villanie a dame ne a damoiselle ne a chevalier. [2]  Por ce qu’il le fist ceste promise, vuelt il savoir por quele achaïson il est pris: s’il a fausé de convenant, s’il a mesfet, qu’il en doie perdre la vie, il ne li vuelt si aider ne socore le de riens; mes se il a celui convenant selonc la promise qu’il li fist, donc vuelt il (25ra) aider. Lors dist a Sers come s’il ne’l coneüst de riens: «Sire chevalier, qui estes?». [3]  «Sire – fet sil –, or sachés que je sui un chevalier le plus mescheant qui orendroit soit en ceste monde, car se je fas mal je n’ai bien, e se je fai bien je n’ai mal. [N’]en torna pas grament de tens que toute ma ‘ntencion si estoit de fere mal e villanie a tous ceus a cui je le pooie fere: toute mon delit e toute la moie pensee estoit aillors a fere mal. E sachiés sire de voir que, a celui tens que je ne feroie se mal non e fellonie e cruelté ne me venoit riens se bien non e joie e bone aventure: tant con je fis mal tout adés m’en venoit se bien non. [4]  E ore tout novellemant, encor n’a pas sis jors conplis, m’avint por mon pechiés sans faille que je trouvai un chevalier preudom des armes e vaillant, e sa proesse esprovai je par moi meïmes: por se en paroill je si ardiemant. Sil estoit si cortois en toutes choses que je ne croi pas que je trovasse encor un chevalier si cortois con il estoit. [5]  E sa cortoisie me fist il veoir si apertemant que, quant je li fis villanie toute la greingnor que je poï – je le cachai de mon pavillion e l’eüsse mis a mort se je peüsse mes je ne poï, car il estoit en toutes guises trop meillor chevalier que je n’estoie –, quant je oi fet a celui chevalier toute la villanie que je (25rb) poï en tel guise con je vos cont, adonc me mostra il sa cortoisie si apertemant qu’il me delivre de prison. E je li avoie fet villanie e il me fist cortoisie, e me fist adonc creanter loiaumant que jamés a jor de ma vie je ne feroie se cortoisie non a dame ne a damoiselle e as chevalier errans que je troveroie.

LXI

[1]  Sire chevalier, por la grant cortoisie que je avoie trouvé el chevalier aprés la grant villanie que je li avoit fet, vuoill je remüer mon costume por amor de lui; e por ce que creanté li avoie – car a si cortois chevalier con estoit celui e a si preudome ne fausse je mie dou convenant, por qoi je li puisse tenir –, por ce començai je maintenant a fere cortoisie; e se je avoie adonc esté devant cruels e fellons, je fui adonc cortois e de bonaires a toute jens. [2]  Mes regardés, sire chevalier, qui m’est ore avenus de ma cortoisie: je sui lïés si villainemant con vos poés veoir, je sui ensint desonorés con vos veés. Or sachiés de voir que, tant con je fis villanie en tous le leu ou je pooie, je ne reçui autant de onte: por quoi je di que, se je puis estre delivrés de cestui point jamés, por fere cortoisie je ne serai desonorés.» [3]  De ceste parole que dist li chevalier comence Guron a rire trop fieremant, e parole autre fois e dit: «Or me dites, sire chevalier: come (25va) fustes vos pris por achaison de ceste damoiselle?». [4]  «E non Dieu sire – fet li chevalier –, je le vos dirai quant vos savoir le volés. Or sachiés que je chevauchoie hui maitin por ceste foreste armés de toutes armes e tant que je trouvai cest chevalier que vos veés si armés con il est encore, e il faissoit ceste damoiselle mener devant lui si villainemant con vos poés encor veoir. Tantost con la damoiselle me vit, elle me comence a crier tout en plorant que je eüsse merci de li e que je la delivrasse en aucune mainiere, ou por priere ou por autre chose. [5]  Quant je entendi la priere de la damoiselle, je n’oi pitié; si dis adonc a moi meïmes que je feroie villenie trop grant se je ne fesoit tout mon pooir en delivrer la: je fauseroie adonc le convenant que je avoie promis au bon chevalier. Lors començai a prier lo chevalier qu’il delivrast la damoiselle por amor de moi, e il dit qu’il n’en feroit riens. Je li dis autre fois qu’il la delivrast par sa cortoisie, e il dit qu’il ne le dilivreroit ne por moi ne por autre s’il ne le fesoit por forse, qui trop fust encontre sa volonté. [6]  Je li dit adonc: “Sire chevalier, quant vos ne volés por ma priere ceste damoiselle delivrer, or vos apparoillés donc de conbatre encontre moy, car bien sachiés veraiemant (25vb) que vos estes a la meslee se vos ne la delivrés”. [7]  Orendroit li chevalier fu de ceste parole corochiés e por ce me respondi il: “Or sachiés, sire chevalier, que, se vos por achaison de ceste damoiselle vos conbatés encontre moi e je vieng au desous de vos, je vos promet que je ferai de vos tout autretant con je fais orendroit de la damoiselle, ne por itant ne sera pas la damoiselle delivree”. [8]  Je respondi au chevalier: “Coment qu’il m’en doie avenir, je me vuoill conbatre a vos, se vos la damoiselle ne volés delivrer avant la bataille”. [9]  E il dit que la damoiselle ne delivroit il en nulle mainiere, miels se vuelt conbatre a moi que delivrer la en tel mainiere.

LXII

[1]  En ceste mainiere, sire chevalier, que je vos ai contee comence la bataille de nos deus, quar je voloie la damoiselle delivrer de tot mon pooir mes sist chevalier ne vuelt. Puis que nos eümes la bataille comencié tout ensint a cheval con [n]os estions, il avint que cist chevalier, que plus preus estoit des armes que je n’estoie, vint au desus de moi. Je l’incominciai crier a merci, quar je cuidoie toutes voies trover en li cortoisie e merci ensint con l’en devroit trouver en chascun chevalier par raison. Mes toute ma priere que me valt nulle chose: il me fist desarmer erraumant (26ra) e me fist metre a ppié, e lïer puis en tel mainiere con je sui lïés ore. [2]  Sire chevalier, toute ceste honte m’avient e toute seste desonor por ce que je voloie por ma cortoisie delivrer la damoiselle: ne me vausisse encore miels a estre fellons e cruels ensint con je soloie estre que rechevoir vergogne? Or sachiés que, se je puis estre delivrés a cestui point, jamés ne quier estre cortois.» [3]  De ceste parole se rit molt fort Guron, lors se torne vers le chevalier qui armés estoit e li dit: «Sire chevalier, or me dites, se Dex vos dont bone aventure: menés vos por autre chose que por ceste cist chevalier si villainemant con vos menés?». [4]  «Certes sire – fait il –, nanil, il vos en a dit tout droitemant la verité.» [5]  «E non Dieu, biau sire – fet Guron –, or sachiés de voir que vos avés fet trop grant outraje e trop grant villanie quant vos a ceste chevalier fetes si grant deshonor e a la damoiselle. Si m’aït Dex, con vos avés bien mostré a cestui point qu’il a en vos plus de mauvestie que de bonté, car certes a nul chevalier dou monde ne deüssiés vos fere ceste villenie par aventure qui avenist, se vos soulemant ne le trouvissiés en traïson. Or tost fete les deslïer tout orendroit, ou autremant, se Dex me salt, je vos ferai honte e villenie molt plus que vos ne voudriés (26rb) rechevoir.» [6]  Quant li chevalier entent ceste novelle, il regarde Guron de travers e respont molt orgoillousemant e dit: «Sire chevalier, un autre menachiés que a moi, quar bien sachiés veraiemant que je pris vos menaces asés moins que vos ne cuidiés. E je vos di une autre chose: or sachiés que le fet de cestui chevalier [que je] fais mener orendroit devant moi si villainemant con vos veés n’amendera pas de vostre venue, ains enpirera por vos». [7]  «Sire chevalier – fet Guron –, ensint le cuidés vos, se m’est avis; mes je vos promet que cestui fet irra tout autremant que vos ne cuidiés: il est mistier qu’il soit delivrés tout orendroit, voillés ou non voillés. Or tost apparoilliés vos de vostre cors defendre encontre moi, car vos estes venus a la meslee se vos ceste chevalier ne delivrés or tout maintenant.»

LXIII

[1]  «Coment sire chevalier – dit li autres –, avés vos si grant volonté de conbatre encontre moi con vos en fetes le senblant?» [2]  «Oïl certes – se dit Guron –, je vos vuoill mostrer que l’en ne doit mener chevalier si villainemant con vos menés cestui meïmemant por tele achaison con vos le menés.» [3]  «Sire chevalier – fet li autre –, je vos di que je n’ai ore volonté de conbatre encontre vos ne encontre autre.» (26va) [4]  «E non Dieu – fet Guron –, ou vos vos conbatés ou vos delivrés le chevalier.» [5]  «Sire chevalier – fet li autre –, puis que je voi que je ne poroie autres pés trover en vos fors que la bataille, e je me voil a vos conbatre. Mes se sera sans faille por un tel convenant con je vos dirai orendroit: or sachiés tout veraiemant que, se je puis venir au desus de vos par forse d’armes, je ferai de vos autant con je ai fet de cestui que vos si veés.» [6]  «Sire chevalier – fet Guron –, or sachiés que se ne diroie je de vos ne d’autre chevalier voiremant por ce que vos m’avés menaciés, avant le cop, de moi fere villanie; se vos fere le poés, vos di je tant. Or sachiés tout veraiemant que se je puis venir au desus de vos par force d’armes, je delivrai maintenant cest chevalier que vos menés si villainemant e vos metrai entre ses mains en tel mainiere qu’il poira adonc faire de vos ce q’a lui plara; tant i a voiremant que je ne soferoie pas qu’il vos meïst a mort, por qu’il n’eüst greingnor achaison que celle n’est que je ai encore entendue.» [7]  Quant il orent ensint parlé, il n’i font autre demoranse ains laissent corre (26vb) maintenant li un contre l’autre tant con il poent dou cheval trere, e quant ce vient as baisser des glaives, il s’entrefierent de toute la force qu’il ont. Le chevalier, qui n’estoit pas d’assés si fort con estoit Guron, ne puet pas sostenir le grant cop que Guron li done en mi le pis, ains vole maintenant a terre e est molt estordis de celui cheoir quar il fu abatus molt fellonousemant. E neporquant, por ce qu’il estoit garnis de grant force e de grant legiereté, resalt il sus molt vistemant; mes fieremant est esbaïs qui puet estre le chevalier qui abatu l’a, quar il se sentoit en toutes guises si bon josteor e si bien chevauchant qu’il ne pooit legieremant trover, en leu ou il venist, chevalier qui abatre le peüst, por ce est il auques esbaïs de ceste aventure. [8]  Quant il [est] venus en estant, Guron li dit: «Sire chevalier, que volés vos fere? Vos volés vos conbatre encontre moi a ppié ou a cheval, ou volés vos reconoistre que vos soiés outré?». [9]  «Dan chevalier – se dit li autres –, parlés plus sajemant, se Des vos salt. Coment, me cuidés vos si fieremant avoir (27ra) espoenté por ce que vos m’avés abatus? Or sachiés que maint chevalier sont abatu qui puis revengent lor vergoingne: si ferai je la moie sans faille se je onques puis. E je vos di une autre chose: or faites toute vostre pooir, e je vos promet que vos ne vendrois hui en cest jor au desus de moi se aventure ne m’est trop duremant contraire. Or descendés e atachés vostre cheval a un arbre, e vos venés conbatre a moi tout a ppié: si verom adonc le meillor de nos deus.» [10]  «E non Dieu – fet Guron –, vos dites bien la verité.»

LXIV

[1]  Aprés ceste parole descent Guron, qu’il n’i fist autre demoranse, e atache son cheval a un arbre e met son glaive ilueques meïmes; e quant il est apparoillé de la bataille, il laisse corre au chevalier l’espee en la main toute nue, e sil li revint autresint l’escu jeté sor sa teste, l’espee droite contre mont. Ensint comence l’estrif des deus chevaliers; mes se que valt la bataille est molt mal partie, quar li un estoit trop plus fort dell’autre en toutes mainieres e trop meillor chevalier, por ce la bataille ne puet grament durer. [2]  Li chevalier, qui longuemant ne puet sofrir le pesans coux que Guron li aloit gitant, qu’il comence a recoillir con sil qui ne puet sostenir les pesans coux e le cruels (27rb) que sil li done. Quant Guron voit celui semblant, il conoist bien tout erraumant en soi meïmes que li chevalier est alés e qu’il a poor de mort, e por ce li cort il sus orendroit plus aspremant qu’il ne fist au comencemant. [3]  A celui point que li chevalier aloit ensint guechissant encontre les coux de Guron con sil qui ne le vuelt atendre, il li avient que il cheï a terre tout envers. Guron, qui le voit trebucher a terre, li salt sus le cors e le prent por le iaume a deus mains e le tire si fort a ssoi qu’il li arache fors de la teste, e puis li abat la coife dou fer sor ses espaules e li comence a doner grandisme coux del pom de l’espee parmi la teste, si qu’il en fet le sanc saillir de plusors pars. [4]  Quant li chevalier se sent si malemant mener, por ce qu’il voit bien tout cleremant que il est mort se il ne cria “merci” – quar encontre celui qui l[e] crient ne se poroit il defendre en nulle mainiere dou monde –, il se crie a aute vois: «Ha sire chevalier, merci. Por Dieu e por cortoisie de vos, ne me metés a mort quar je sui apparoillié que je fasse toute outreemant vostre volonté». [5]  «Sire chevalier – fet Guron –, me creantés vos loiaumant que vos ferois ma volonté?» [6]  «Sire – fet sil –, je le vos creant loiaumant.» [7]  E Guron le laisse adonc e li dist: «Or tost alés (27va) delivrer cel chevalier e vos meïmes outreemant vos metés en son manaie: soit de vivre soit de morir en sa volonté sera». [8]  «Sire chevalier – fet cil –, a vostre comandemant, puis que je voi que je ne puis mon cors defendre encontre vos. Quar a la verité dire vos estes bien le meillor chevalier que je encore trovasse en mon aaje, il me convient fere vostre volonté.»

LXV

[1]  Puis qu’il a dite seste parole, il n’i atent plus ains s’en vient maintenant au chevalier prisonier e li chiet as piés, e li dit: «Sire chevalier, je me met en vostre merci: fetes de moi desoremés vostre voloir». [2]  «Sire chevalier – fet Guron –, puis que vos estes delivrés, or fetes toutes vostre volonté de ceste chevalier qui honte vos fist: prendrés de lui tel venjance con vos voudrois, il est ore del tot en vos.» [3]  Quant li chevalier est delivrés, il s’en vient tout droit a Guron e li dites: «Sire – fet il –, moltes merci de ce que vos m’avés delivrés a cestui point». [4]  «Or me dites – se dit Guron –, estes vos de celle meïmes volonté que vos estiés orendroit? Quar vos deïstes que, se vos escanpés de cestui point, jamés cortoisie ne feriés.» [5]  «Sire – respont li chevalier –, home qui reçust cortoisie, se il cortoisie ne rent, adonques est il trop vil e trop mauvés. (27vb) Quant vos oïstes que je dis selle parole, je [e]stoie adonc desesperee e creoie bien que jamés ne peüsse estre delivrés; mes orendroit, quant je voi que cortoisie m’a delivrés ensint con il fist autre fois, se je de ci en avant n’avoie greingnor volonté de fere cortoisie que je n’avoie encois, trop seroie de dure nature e de male. Or sachiés, sire, tout de voir, que jamés a jor de ma vie je ne ferai se cortoisie non tant con je la puisse fere.» [6]  «E non Deu, sire chevalier – fet Guron –, or sui je donc plus liés de ce que je vos ai delivré que je n’estoie devant; e certes, por esperanse de ceste bone parole que vos avés orendroit dit, vos delivrai je.» [7]  «Sire – se dit li chevalier –, moltes merci; cest est ore la segonde fois que chevalier errans m’ont delivrés de onte e de vergogne: jamés a chevalier errant ne ferai se cortoisie non de tout mon pooir tant con je avroie la vie e’l cors.» [8]  «Sire chevalier – fet Guron –, itant me dites, s’il vos plest, que voudriés vos fere de cest chevalier qu’ici est qui vos menoit orendroit si villainemant con je vi.» [9]  Li chevalier pense un petit quant il entent ceste parole, puis respont: «Sire chevalier, qu’en doie je fere puis que je voi que Dex m’a secorru si cortoisemant a ceste besoing e chevalier errant m’a delivrés (28ra) de mort villaine e une autre fois encore? Se je de chevalier n’avoie pitié e merci, adonc avroie je molt tost oblié celle cortoisie que vos m’avés fet orendroit. Je li pardoing tout orendroit ce qu’il m’a mesfet, por amor de vos e por amor de tos li chevalier errans: voiremant je vuoill qu’il me creant loiaumant, voiant vos come loial chevalier, que jamés a jor de sa vie il ne fera villanie a chevalier errant ne autre chose se cortoisie non».

LXVI

[1]  Quant Guron entent ceste novelle, il dit a ssoi meïmes que ore ne peüst il croire que nul si cruel chevalier ne si fellon con soloit estre cestui peüst devenir si cortois con il est devenus. Or ne voudroit il en nulle mainiere dou monde qu’il ne li eüst fet la primiere cortoisie e la segonde aprés, quar bien li est avis, par ceste chose qu’il voit orendroit de lui, que jamés en tout son aaje ne retornera a la villanie qu’il soloit avoir. [2]  Quant il ot ensint pensé a ceste chose, il respont a Sers: «Si m’aït Dex, sire chevalier, vos avés orendroit fet greingnor cortoisie que [***] je ne vos apris encore, e certes vos parlastes bien en guise de chevalier cortois e il feissoit a vos con chevalier outrajos e orgoilleus. Je m’acort bien a ce que (28rb) vos en avés dit, quar se est sans faille la meillor partie». [3]  Lors se torne Sers envers le chevalier outrés e li dit: «Sire chevalier, por ce que vos estes chevalier errant, vos pardoing je toute la villanie que vos m’avés faites; mes je vuoill bien que vos sachiés que ceste cortoisie ne vos fais je pas por amor de vos, encois le fas por amor des chevalier errans qui sont preudome». [4]  «Sire chevalier – se dit li chevalier –, de ceste cortoisie vos merci je molt.» [5]  «Or vuoill je – fet Sers – que vos me creantés orendroit con chevalier que jamés, a jor de vostre vie, vos ne ferés villenie a chevalier errant ne riens se cortoisie non. Voiremant, s’il avenoit que vos le trovaissiés en traïson, de ce le menés adonc por esgart e selonc la costume des chevaliers errans.» [6]  «Sire – se dit li chevalier –, se vos creant je loiaumant.» [7]  «Encor vuoill je – fet Sers – que vos me creantés loiaument que jamés a dame ne a damoiselle ne ferois se cortoisie non; e s’elle vos mesfont, vos n’en prennois venjanse ains le cacherois dentor vos.» [8]  «Certes – se dit li chevalier –, tot vos creant je loiaumant.»

LXVII

[1]  Lors parole Guron e dit au chevalier: «Sire chevalier, or seroit il bon, se m’est avis, que vos seste damoiselle delivrois: vos li avés assés fet de onte e de desonor assés plus que chevalier ne dovroit fere a damoiselle». [2]  (28va) «Biau sire – fet li chevalier –, vos plest il que je la delivre?» [3]  «E non Dieu – fet Guron –, voiremant vuoill je qu’elle soit delivree.» [4]  «Sire – se dit li chevalier –, puis que vos le volés, e elle sera delivré. Mes je vos fais a ssavoir, avant que je la delivre, que, se vos saviés la grant desloiauté de li e la grant traïson e la grant fellonie, je cuit que vos ne voudrés qu’elle fust delivree, ancois comanderois que l’en li trenchast la teste ains que l’en la delivrast. Que certes je ne croi qu’il ait orendroit en tout le monde nulle si desloial damoiselle. [5]  E por sa desloiauté la menoie je si villainemant con vos veés, e la voloie mener en tel mainiere dusqu’a la maison li roi Artus e li deïsse tout son fet: e se li rois la vousist adonc fere morir, si la feïst morir; e s’il la vousist fere qiter, si fust adonc dou tot quite. Sire, por ceste entencïon fassoie je mener avec moi ceste damoiselle; autre chose je n’avoie en volonté di ferli fors se soulemant que li rois Artus en comandast.» [6]  «Sire chevalier – fet Guron –, e coment vos avoit elle mesfet que vos la menissiés a si grant honte?» [7]  «Sire – se dit li chevalier –, volés vos oïr toute sa vie e volés vos savoir que il m’a fet?» [8]  «Oïl certes», se dit Guron. Si se s’aseoient tuit en troi e li conte a mot a mot (28vb) toute sa vie e toute sa desloiauté e se que li a fet.

LXVIII

[1]  Quant Guron ot tout escouté le fait de la damoiselle, il respont au chevalier e dit: «Si m’aït Dex, sire chevalier, ja a grant tens que je ne vi si folle damoiselle con est ceste ne si maliçouse. E sachiés que vos m’en avés tant conté que, se je seüsse autant de ses evres quant je l’encontrai con je sai orendroit, je vos promet loiaumant qu’elle ne fust por moi delivree, ancois m’acordasse bien a se que vos meïmes en estiés acordés, quar certes vos en aurés bien pris la meillor partie e la plus cortoise voiremant. [2]  Puis qu’il est ensint avenu que nos l’avom delivré, delivré soit ormais de nos, ormais aille quel part qu’elle voudra puis qu’elle est ensint acostumé de fere. Ma, toutes voies, il ne puet estre en nulle mainiere qu’elle ne truïst encore aucun qui li rendra le guererdon de toutes les maus qu’elle a fet a vos e a autre». [3]  Lors se torne Guron vers la damoiselle e li dit: «Damoiselle, ormai [***] v’en poés aler quel part que vos voudrois, quar a ceste fois estes vos bien delivree de la prison ou vos estiés; e se vos de ci en avant ne devés estre plus cortoise que vos n’avés (29ra) esté dusque si, Des voille que vos cachiés entre les mains de Breüs Sans Pitié, qui set doner as fellonouse dame e damoiselle lor raison». [4]  Quant la damoiselle entent la parole de Guron, elle se dresse en son estant e li dist: «Sire, moltes merci de la cortoisie que vos m’avés fet a cestui point. Or sachiés que, se je venoie en point e en leu, je vos en rendroie guererdon». [5]  «Damoiselle – ce dit Guron –, de vostre guererdon me gart Dex, je auroie desormés peor e doute que vos pis ne me feïstes que vos feïstes a cest chevalier que vos tant amastes.» [6] La damoiselle ne dist mot ancois se test; e Guron, qui la voit penser, li dit: «Adonc damoiselle, se Dex mi salt, li cuer me dit que je ai fet mal e pechié de ce que je vos ai delivree, je ai peor que vos ne fechois encor pis que vos ne feïstes devant». [7]  La damoiselle ne dit mot ains s’en vet tout outre a ppié con elle estoit e dit a ssoi meïmes que, par la onte que li chevalier li a fet, ne fera elle jamés a chevalier errant fors tout le pis qu’elle porra; or se gardent ormés de li tos le chevalier errant quar jamés ne lor voudra bien, se dit elle dedens son cors.

LXIX

[1]  Guron, qui estoit remés avec les .IJ. chevalier, tout maintenant qu’il voit que la (29rb) damoiselle s’est partie d’els, il dit as deus chevaliers: «Sire chevalier, puis qu’il est ensint avenu que je ai mis pés e acorde entre vos deus, je ne puis plus demorer quar je ai molt aillors a fere». [2]  «Ha sire – ce dit Sers –, avant que vos vos partois de moi en tel mainiere, je vos voudroie prier, por Dieu e por cortoisie, que vos me deïssiés qui vos estes. Quar certes, aprés la grant bonté que vos m’avés fet e aprés la grant cortoisie, se vos vos partois ensint de moi que je ne sache qui vos estes, il me sera avis que vos me preïssiés trop petit, e je en droit moi dirai bien qu’il n’a pas tant de cortoisie en vos con vos en mostrés le semblant. Quar se vos envers moi vos volés ensint dou tot celer, bien mostrés tout apertemant que se est semblant d’orgoill. [3]  Sire, por Dieu, ne fetes que je puisse por raison dire, a sels qui de vos me demanderont, que se fu un chevalier molt orgoillous qui me delivra. Or sachiés que, se vos vostre non ne me dites, je en ferai moins de cortoisie a tels a cui je devroie cortoisie fere.» [4]  Quant Guron entent ceste parole, il se comence a ssorire e respont en soriant: «E non Dieu, sire chevalier, se vos ne feïssés desoremais cortoisie a tous le chevalier errans que vos troverois, donc me faudriés vos de convenant, quar vos le m’avés promis, se sai je bien». [5]  (29va) «Sire – fet Sers –, quant vos, qui estes si vaillant home con je sai, fetes danjer de mostrer vostre cortoisie, je, qui ne vaill un garson au regart de vos, que doi je fere? Or sachiés tot de voir que, se vos seste cortoisie me fetes que je vos demant, je en vaudrai miels tout mon aaje en tel guise que jamés ne ferai se cortoisie non tant con je la puisse fere.» [6]  «Sire chevalier – fet Guron –, tant m’avés dites de vos paroles que vencus m’avés par annui: par le convenant que vos me fetes, vos dirai je encontre ma volonté meïmes se que vos me demandés»; e lors le tret a une part e li dit tou soef: «Sire chevalier, oïstes vos onques parler de Guron?».

LXX

[1]  Li chevalier besse la teste quant il entent ceste parole e comence a penser, e puis respont a chief de piecce e dit: «Sire, or sach[iés] que je n’oï onques parler fors a un chevalier qui Guron eüst non: sil fu bien un des meillor chevalier de tout le siecle e fu conpains Galeot le Brun, le trés bon chevalier». [2]  «Sire – fet Guron –, or sachiés tout certainemant que je sui selui Guron meïmes qui ja fu conpains Galeot le Brun, le trés buon chevalier; e je sui selui meïmes qui avant ier vos delivrai ensint con vos savés, aprés la grant villenie que vos mi feïstes devant vostre pavillion.» [3]  Quant li chevalier entent ceste parole, il se leisse cheoir (29vb) a terre de si aut con il estoit e vet baisier le piés de Guron, mes Guron ne le sofre mie ains le relieve maintenant e li dist: «Or sus sire chevalier, quar autremant me corochierés vos ja». [4]  «Sire chevalier, or sachiés veraiemant que je voudroie orendroit miels corochier tout li monde que vos seul. E certes, sire, de ce que je vos conois orendroit si certainemant sui je plus liés, se m’aït Dex, que je ne fusse d’un buon chastel se li rois Artus le me donast; quar certes, sire, je cuidoie que vos fussiés mors e tout le monde le cuide qui vos conoissoit.» [5]  «Je sui si mors con vos veés – se dit Guron –, e se je a ceste fois vos ai fet ce que vos volés, or vos pri je por cortoisie, ensint con vos desirés a avoir l’amor de moi, que vos a home dou monde ne diois mon non, quar encontre moi vos ne poriés fere chose qui tant me corousast.» [6]  «Sire – se dit Sers –, puis que je voi vostre volonté de ceste chose, or sachiés que sestui comandemant garderai je bien.» [7]  «Desoremais – ce dit Guron –, vos comant je a nostre Seingnor, je ne puis si plus demorer car je ai aillors a fere.» [8]  «Sire – fet Sers –, vos poroies je tant prier que vos me menissiés en vostre conpaingnie?» [9]  «Or sachiés, biaus dous amis – fet Guron –, que, se je la conpaingnie de nul chevalier vousisse je orendroit (30ra) avoir, je ne refusasse la vostre; mes Dex le set que je voï enn une moie bezoingne ou je voil estre si priveemant que je n’i vuoill avoir conpaingnie de vos ne d’autre chevalier. Por ce vos pri je, tant con je v’en puis prier, que vos ne m’en saché mau gré se je refus a ceste fois vostre conpaingnie.»

LXXI

[1]  «Sire – fet Sers –, or sachiés tot veraiemant que, s’il vos plest que vos me recheüssiés en vostre conpaingnie, je en fusse trop lié; mes quant je voi que vostre volonté est tele, e je m’en soferai atant e a fere le m’estuet ensint. Mes, toutes voies, avant que vos vos partois de moi, vos voudroie je prier que vos me diois quel part vos baés a aler quant vos vos partrois de ci.» [2]  «Certes biaus amis – fet Guron –, se vos dirai je bien: or sachiés que je m’en irai de ci vers Sorelois au plus droit que je le porai fere, quar l’en me dit por verité que selle part porai je trover celui que je voï querant.» [3]  «Sire – fet Sers –, je ai prés de ci un mien rechet molt bel e molt riches: se vos volés sojorner .II. jors ou trois, or sachiés que se seroit une chose dont je seroie trop liés e trop joians.» [4]  «Sers, biaus amis – fet Guron –, or sachiés tout veraiemant que, se je eüsse talent a cestui point de sojorner, con je sojornasse orendroit plus voluntiers (30rb) avec vos que avec nul autre chevalier que je sache orendroit en tout le roiaume de Logres. Mes je vos promet que je ne sojornerai en leu devant que je aie trouvé selui que je voï querant. Ormais vo comant je a nostre Seingnor car je ne puis demorer»; e maintenant vient a sson cheval e monte e se part [d’]iluec en tel guise. [5]  Mes atant laisse ore li conte a parler de Guron e de Sers e dell’autre chevalier e retorne a parler de la damoiselle qui estoit partie tantost d’iluec, por deviser se qu’elle fist de Breüs Sans Pitié. E dirom en tel mainiere.


LXXII

[1]  Quant la damoiselle, se dit li contes, se fu partis de Guron e dell’autre chevalier e de Sers en tel guise con je vos ai conté, elle s’en ala a ppié toute liés e joians de ce qu’elle estoit escanpee de si fort aventure con estoit celle ou elle avoit esté. Quant elle ot tant alé a ppié qu’elle estoit toute travaillié e laisse, elle s’asiet desous un arbre por soi reposer con selle qui ne pooit més en avant. [2]  A celui point qu’elle se reposoit desous l’arbre en tel guise con je vos cont, atant és vos vers (30va) lui venir Breüs Sans Pitié sor .J. buon destrier, armés de toutes armes, e il ne menoit en sa conpaignie fors un seul escuiers. Quant il aproche de la damoiselle, celle, qui le voit venir e qui doute avoit qu’il ne li feïst autant de mal con avoit fet li autre chevalier, se voloit repoindre derriere un arbre mes Breüs, qui s’en aperçuit, li crie: «Ne fuiés damoiselle, ne fuiés vos, n’avés garde, ne soiés espoentés». [3]  Quant la damoiselle voit que li chevalier l’a apercheüe, elle s’areste quar bien conoist desoremais que son foir ne li vaudroit riens. E Breüs vient a llui corant e dit autre fois: «Damoiselle, n’aiés poor». [4]  «Ha merci – fet elle –, sire chevalier, por Deu e por cortoisie ne me fetes chose qui me desplasse.» [5]  «Damoiselle – fet Breüs –, encor vos di je que vos n’avés peor.» La damoiselle est de ceste parole molt reconfortee e aseüree, e por ce remaint elle adonc molt seüremant e vient devant Breüs. [6]  Quant Breüs voit qu’elle est nu pié e en gonelle seulemant, il se mervoille que ce puet estre quar il n’avoit pas apris qu’il trovast damoiselle si povremant [vestue] con il a ceste trouvé. E por ce li dit il: «Damoiselle, por quoi alés vos si povremant vestue que je voi que vos alés?». [7]  «Sire – fet la damoiselle –, mon pechié le fet e ma mecheanse; e sachiés, sire, [que] se je alasse selonc se que je ai deservi e selonc la gentilesse de moi, je alasse plus onoreemant qe je ne voïs. Mes ensint (30vb) vet Fortune, qe elle fet en cestui monde les un plorer e les autres rire, elle fet a sa volonté de tout le siecle, elle m’a fet hore plorer, qui qu’elle facce rire»; e quant elle a dite ceste parole, ele besse la teste vers terre e fet semblant que elle plore trop duremant.

LXXIII

[1]  Quant Breüs voit le senblant de la damoiselle, il cuide certainement que selle ne li die se verité non; e por ce qu’a la verité dire elle senbloit bien gentil feme e si estoit belle fieremant, li entre dedens le cuer se que onque més ne li avoit entrés se trop petit non: ce est pitié e cortoisie. Onques més por nulle aventure il n’avoit esté cortois se trop petit non, e pitiés ne li estoit onques més entrés dedens son cuer dont gré li deüst l’en savoir; mes orendroit, je ne sai dont ce li avient, il est dedens le cuer entrés cortoisie e pitié. [2]  Il regarde la damoiselle, qui molt est belle, e por ce qu’elle plore en a il pitié en soi meïmes; il a pitié a celui point de celle propemant qui ore se vait gabant de lui e si ne le vit onques més. E bien se vet gabant sans faille quar elle fessoit semblant de plorer e si n’en avoit nul talant: quel que senblant li huoil li facent de plorer e d’estre dolente, li cuer si s’en rit là dedens, e en tel guize e mestreement set elle decevoir Breüs; e por ce que miels le deçuoie, tret elle ses els (31ra) a ses mains ausi con s’elle eüst ploré, dont je di bien que a cestui point a Breüs trouvé mastresse. [3]  Or i para que il fera: il met tout son estude en mal e toute son penser autresint, il ne pense onques fors a mal. Se il set mal, or li pora valoir ici quar ceste que il a trouvé a cestui point en set bien autant que, se il se puet garder de li que elle ne le met dedens le sac, bien le porra tenir a ssaje. E qu’en diroie je? Engin e Malice se sont orendroit entrecontree, or i parra qui i pora avenir e qui vendra au desous. Breüs set mal e ja en avoit fet assés, mes seste n’en set molt plus, dont ne se tient elle por feme.

LXXIV

[1]  Breüs, quant il voit la damoiselle qui fesoit si grant semblant d’estre dolente, por ce que il cuide tout de voir que elle ait bien dedens le cuer se que la boche li vet disant, est il comeüs en pitié, ne sai dont ce puet avenir car pitié ne soloit entrer dedens son cuer e orendroit si i est entrés: se est bien contre son costume. [2]  «Damoiselle – se dit Breüs –, se Dex me salt, or sachiés bien que je ai grant pitié de vos e por ce vos pri je que vos me diois qui vos estes e coment se vos est avenu que vos alés si povremant; dites moi vostre meseanche e je vos promet loiaumant que je i metrai consoill, se je le puis metre.» [3]  «Sire – se dit la damoiselle –, (31rb) que vos diroie? Ensint vet des chose dou monde, que là [u] Fortune vuelt bien il est mistier que bien li viengne, e là u Fortune vuelt mal il est mistier que mal i viengne. Se Fortune alast regardant la gentilesse dou monde, or sachiés que je eüsse bien, car por jentilesse ne remandroit: assés sui de jentil lingnaje. [4]  Mes que me vaut a recorder ma jentilesse? Fortune, qui m’est trop contraire en toutes chose, si me manda courois e ire de jor en jor; e Fortune, qui mal me velt e qui me veut metre a onte e a vergoingne, si fist que je amoie un chevalier non mie de si haut lingnaje ne de si noble con je estoie. E por ce que je savoie de voir que mi pere ne sofrit mie que je le preïsse por mari, car trop en fusse abaissié l’onor de mon lingnaje, me parti je de chiés mon pere sans le reves de mes parens, e m’en vins avec li chevalier. E ensint me fist trebucher Fortune e ronpir le col e laiser l’onor ou je estoie par venir a onte e a vergoingne. [5]  Je m’en vins avec le chevalier e me parti de ma contree, e je lessai ensint mon pere car li chevalier me fessoit entendant que il m’oroit por moi amors. Mes de tout ce me mentoit il, il ne m’amoit se trop petit non ains amoit une damoiselle qui demore en ceste (31va) contree e qui avoit plus de .XL. ans e est s’amie. Sire, en tel mainiere con je vos cont me deçuit le chevalier, car il me tret de ma contree par ses paroles e me mene en cest païs. [6]  Hui maitin avint qe, là ou li chevalier me menoit en sa conpaingnie si noblemant con il me devoit mener, nos encontrames là devant une damoiselle e ce estoit la damoiselle que il avoit si longuemant amee, e elle venoit encontre le chevalier por ce qu’elle le l’avoit bien oï dire qu’il venoit ceste part. Quant il vit la damoiselle, il descendi contre lui mes elle ne voloit contre lui descendre, ancois li dit tout outreemant qu’elle ne parleroit jamés a llui s’il ne fessoit de moi se que elle comandroit. [7]  Li chevalier – qui n’estoit pas a ssoi mes a la damoiselle sans faille car il l’amoit assés plus que soi meïmes – dist erraumant: “Ma chiere damoiselle, comandés, car je sui aparoillés de fere outreemant vostre volonté”. La damoiselle comande maintenant que je fusse despoilliés e batue e lïee a un arbre, e il fu fet erraumant ensint con elle le comandoit.

LXXV

[1]  Quant sil m’orent batue – a cui il fu comandé tant con la damoiselle plote qui le comandoit –, por ce que je ne remansisse adonc dou tote a nue con je estoie, me fu donee ceste povre gonelle que vos veés que je ai vestue orendroit, e ensint remés povremant (31vb) con il est encore apparant. Li chevalier s’en ala puis a sa damoiselle là u il voloit, que il ne m’ose regarder ains me laisse en ceste foreste si seule con vos veés e si povremant. [2]  Sire, or vos ai conté sans faille ensint com il m’est avenu, ne vos en ai menti de riens veraiemant, le sachiés vos. E quant je vos ai conté mon afere, sire chevalier, je vos pri por Dieu e por vostre gentilesse que vos aiés pitié de moi e que vos metés consoill en mon afere en tel mainiere con chevalier errant sont acostumés de conseiller les damoiselles desconsoilliés e malmenés.» La damoiselle, quant elle a dite ceste parole, elle besse la teste vers terre e fet semblant autre fois qu’elle plort. [3]  Breüs, qui onques més n’ot pitié, en a pitié trop mervoillouse e por ce li dit il: «Damoiselle, que volés vos que je vos fache? Or sachiés que je ai si grant pitié de vos que, se Dex me doint bone aventure, se li chevalier fust orendroit ici qui vos a fet cest vergoingne, je me conbatisse avant a llui cors a cors qu’il ne feïst toute vostre volonté. [4]  La cortoisie que je vos porrai fere je vos ferai; e savés vos quele? Je vos enmenrai avec moi a un mien rechet qui est auques prés de si, e quant vos serois là venue, se il vos plest que vos leens voillois demorer avec moi, vos i porois demorer adonc a toute vostre volonté. (32ra) E savés vos en quel mainiere? Or sachiés tout veraiemant que, tant con vos i demorois avec moi, je vos ferai tout l’onor e toute la cortoisie que je vos porai fere; e se‘l demorer ne vos plest, vos en porois aler quel part que vos voudrois, e je vos convoierai une jornee e plus se vos volés». [5]  «Sire – se dit la damoiselle –, de ceste cortoisie que vos m’ofrés vos merci je molt duremant. E por ce que je ne sai ou je aille, car estranje sui en ceste contree si duremant que je n’i conois home ni feme, sui je apparoillié que je me mete entre vos mains: Dex voille que vos facois bien selonc ma gentilesse.» [6]  Lors comande Breüs a son escuiers que il descende e sil descendi tout maintenant, e fet la damoiselle monter sor le cheval de l’escuier. E quant elle est monté, il li dit: «Damoiselle, or ne tenés a vergoingne se vos estes ore montés sor le roncin a l’escuier: se Dex me doint bone aventure e me done vie, je vos monterai molt plus richemant que vos n’estes orendroit». [7]  «Sire – se dit la damoiselle –, je me tieng bien paié dusque a tant que vos me fachois miels.»

LXXVI

[1]  Puis qu’il se furent mis a la voie, il chevaucherent en tel mainiere dusque vers ore de vespre; e lors encontrerent a l’entree d’une broche un chevalier armés de toutes armes qui menoit en sa (32rb) conpaingnie une damoiselle assés belle, montés sor un palefroin noire. Tout maintenant que la damoiselle voit venir l’autre damoiselle si noblemant apparoilliés de toutes choses, elle dit a ssoi meïmes que s’elle ne fet a cestui point deschevauchier Breüs elle ne se tient por feme; e elle savoit ja bien que se estoit Breüs Sans Pitié, qar elle avoit oï tout cleremant que li escuier l’avoit appellé mesire Breüs. [2]  Quant elle aprochie de la damoiselle qui venoit si noblemant montee con je vos cont, elle dit a Breüs: «Aï sire, tant este ceste damoiselle plus beneüree qui je ne sui, qui si noblemant vient ore chevauchant sor si cointé palefroin». [3] Breüs, qui ja estoit afollés de l’amor de la damoiselle, quar trop l’amoit estranjemant, respont, quant il l’oïrent: «Ma chiere damoiselle, le volés vos avoir le palefroin?». [4]  «Sire – fet elle –, e por coi vos en diroie je ma volonté? Se je bien le vousisse avoir, si ne l’auroie je pas por aventure, quar je sai bien que li chevalier ne feroit mie descendre sa damoiselle por doner le vos.» [5]  «E non Dieu damoiselle – fet Breüs –, or sachiés de verité qu’il est mistier que vos aiés le palefroin puis que vos avoir le volés.» Lors torne vers le chevalier e li dit: «Sire chevalier, bien vengnant». [6]  (32va) “Biau sire – fet li chevalier –, bone aventure vos dont Dex.» [7]  «Sire chevalier – fet Breüs –, je vos voudroie prier que vos me donissiés un don.» [8]  «Certes biau sire – fet li chevalier –, por ce que je voi que vos estes chevalier errant, e je vos donrai voluntiers se que vos me demandrés, tant soulemant me fetes de cortoisie que vos ma damoiselle ne me demandés, car certes selle ne donroie pas a vos ne a autre tant con je la pooie defendre.» [9]  «Sire chevalier – fet Breüs –, de ce que vos m’avés otroié vos merci je molt. Or sachiés bien que vostre damoiselle ne vos demandrai je mie, car je l’ai tele que je ne qier or canger ne por ceste ne por autre.» [10]  «E non Dieu – fet li chevalier –, donc poés vos demander seüremant car je ne vos esconderai de vostre demande, puis que vos ma damoizelle me quités.» [11]  «Or me donés donc – fet Breüs – cel palefroin que vostre damoiselle chevauche: je le voill por la moie damoiselle, elle est plus belle de la vostre e por ce doit elle estre par raison miels montee.» [12]  Quant li chevalier entent ceste demande, il est fieremant esbaïs qu’il ne set qu’il doie respondre, car sa damoiselle ne feïst il pas voluntiers descendre por autre monter; toutes voies, por ce qu’il l’a promis, vuelt il tenir le convenant quar, s’il de convenant falloit e de si pou de (32vb) chose con d’un palefroin, bien mostroit apertemant qu’il faudroit tost d’un convenant por qu’il fust grant. [13]  Lors se torne vers la damoiselle e li dist: «Damoiselle, or tost descendés e donés ceste palefroin a ceste chevalier qui demandé le m’a, por aventure: il est si cortois que, puis que vos li aurois doné, si le vos rendra il, quar se seroit bien trop grant villanie par soi s’il vos fessoit aler a ppié, car a damoiselle ne convient».

LXXVII

[1]  La damoiselle n’i fet autre demoranse, ains descent tout erramant quant elle entent le comandemant dou chevalier, con selle qui ne le dotoit mie petit; e quant elle est descendue, elle baile a Breüs le palefroin e sil le prent, qui grant volonté enn avoit. [2]  «Biau sire – fet li chevalier a Breüs –, me sui je bien aquités envers vos de ce que je vos ai promis.» [3]  «Certes oïl», ce dit Breus. [4]  «E non Dieu, biau sire – fet li chevalier –, por se sont les cortoisie fetes par le monde, qe par une cortoisie doit l’en une autre recevoir.» [5]  «Sire chevalier – fet Breüs –, vos dites verité, mes por qoi avés vos ce dit? Fetes le moi a ssavoir se vos volés.» [6]  «E non Dieu – fet li chevalier –, je le vos dirai maintenant ensint con vos volés. Vos me demandastes orendroit un don e je le vos donai; maintenant, ensint (33ra) con vos savés, or vos pri je que vos me doingnés un autre tel con je le vos demandrai.» [7]  «Certes voluntiers – fet Breüs –, demandés, que je sui apparoilliés de doner vos vostre demande; tant de cortoisie voiremant me fetes que vos ne me demandés le palefroin que vos me donastes.» [8]  «E non Dieu – fet sil –, je vos quit tout le palefroin, je nel vuoill desoremés; mes je voil que vos me donois ceste damoiselle que vos tant amés: elle fera conpaingnie a la moie, si en aurai adonc deus.» [9]  Quant Breüs ot ceste novelle, il est si fieremant esbaïs qu’il ne set qu’il doie dire, e le chevalier, qui penser le voit en tel mainiere, li dit: «Sire chevalier, que pensés vos? Vostre penser ne vos valt riens: il est mistier, se Dex me salt, que vos me doingnois la damoiselle car vos la m’avés promise. E sachiés que por amor de la moie damoiselle, que vos avés mis a ppié, la ferai je toute aler a ppié: si fera adonc conpaingnie a la moie e li palefroin vos remandra». [10]  «Sire chevalier – fet Breüs –, demandés une autre damoiselle que la moie, que bien sachiés que vos ne la pooie avoir. Je vos di une autre chose: or sachiés que vos ne la poriés avoir e vos n’estes mie trop saje qui ma damoiselle me demandés, car bien poés vos savoir que je ne la vos (33rb) donroie mie.»

LXXVIII

[1]  «Coment sire vasal – se dit li chevalier –, me volés vos donc faillir de convenant? Or sachiés de voir qu’il est mistier que vos la me doingnois de bone volonté se il vos plest, ou autremant sans faille vos vos conbatrois a moi.» [2]  «Sire chevalier – fet Breüs –, ja m’es avis que sest sont menaces que vos dites.» [3]  «Sire – fet il –, il est mistier que la damoiselle me remagne.» [4]  «Si fera – fet Breüs –, car qui tout velt tout pert; ici n’a fors .IJ. damoiselle: l’une est vostre, l’autre est moie, e andeus le volés avoir. Si m’aït Dex, se vos le perdissiés se ne seroit grant outraje. Vos demandés ma damoiselle?» [5]  «Voir», ce dit li chevalier. [6]  «E non Dieu – fet Breüs –, e je la vos doing: or la tenés.» [7]  «Grant merci», fet le chevalier. [8]  Quant il a les deus damoiselle, Breüs, qui trop est corochiés, li dit adonc: «Sire chevalier, avés vos deus damoiselle?». [9]  «Oïl – fet sil –, a la vostre merci que l’une me donastes.» [10]  «Sire chevalier – fet Breüs –, vos avés e si n’avés mie, il est de vos avenu tout ensint con de selui qui tient l’anguille por la coe: quant il la cuide tenir e avoir la, il ne l’a pas, elle li est ja escanpé. Sire chevalier, autresint avendra il de vos damoiselle tout orendroit, quar vos le perdrois ambendeus e par raison car, se vos a droit regardissiés, assés en aüssiés dell’une e je dell’autre; mes quant (33va) volés tout avoir, je sui sil qui tos vos toudrai. Or tost apparoilliés vos de defendre encontre moi car je le vuoill andeus avoir e certes, se elle ne me remaingnent, je ne me tieng por chevalier.» [11]  Li chevalier drecce la teste quant il entent seste parole e regarde Breüs de travers; e quant il parole, il dit: «Sire vassal, a cui cuidés vos fere peor?». [12]  «Je ne sai – fet Breüs –, mes je vuoill avoir les damoiselle andeus, se vos les osés defendre encontre moi; se non, quités le moi dou tot, si sera adonc fermé pais entre nos deus.»

LXXIX

[1]  Li chevalier, quant il entent ceste parole, il respont a Breüs: «Coment sire chevalier, est ce adonques a certes que vos volés conbatre encontre moi por gaaigner ses damoiselle?». [2]  «Oïl sans faille – fet Breüs –, il est mistier que vos le me quités andeus sans faille sans coup ferir, ou que vos vos conbatois a moi.» [3]  «E non Dieu – fet li chevalier –, puis que je l’ai andeus en ma bailie, se je ensint le vos quitoie por noient, a malvestie le me poroit l’en atorner e a coardie trop grant. Or aït con il porra aler, car je le voill andeus defendre puis que je les ai anbendui»; e quant il a dite ceste parole, il s’aparoille de joster, autresint fet Breüs de sa partie. [4]  Quant la chose est a ce venue que li dui chevalier (33vb) sont apparoilliés de joster li un encontre l’autre por achaison des damoiselles gaagner, il n’i font autre demoranse ains laisse corre li un encontre les autre tant con il puent dou cheval trere, e quant ce vint as glaives baiser il s’entrefierent de toute la force qu’il ont. Li chevalier fu ferus de celle joste si duremant qu’il n’a force ne pooir a telle fois qu’il se puisse tenir en selle, ains vole a terre maintenant e chiet a terre molt fellonousemant, car il fu bien hurtés de force. Car, a la verité dire, Breüs estoit bien fort chevalier e assés savoit des armes; e s’il n’en seüst tant des armes con il savoit, avec la grant force dont il estoit, il ne peüst pas avoir si longuemant duré con il dure. [5]  Puis qu’il ot abatus selui en tel guise con je vos cont, il fet adonc tant de cortoisie qu’il prent le cheval, qui foir s’en voloit, e l’amoine au chevalier qui ja se relevoit e li dit: «Tenés vostre cheval, sire chevalier, itant aurois vos de ma partie; mes le damoiselle sans faille me remandront e par raison, car je les ai bien gaagné». [6]  Li chevalier, qui trop est duremant iriés, prent son cheval e monte; e quant il est remontés, il dit a Breüs: «Sire chevalier, tant avés fet que je conois tout cleremant que vos estes meillor chevalier (34ra) que je ne sui; e por ce que vos estes meillor chevalier e plus fort que je ne sui, me devriés vos fere cortoisie plus que je n’ai deservi envers vos». [7]  «Sire chevalier – fet Breüs –, por qoi me parlés vos de cortoisie, se Dex me salt, con je onques ne fis cortoisie se je ne la fis ou por force ou por poor? E coment parlés vos donc de cortoisie quant je onques cortoisie n’amai?» [8]  «E non Dieu – fet le chevalier –, quant vos onques cortoisie n’amastes, donc di je bien que ce est doumaje trop grant quant vos estes si preus des armes; car se Raison coreüst por le monde, ja nuls devroit avoir en lui proesse de chevalerie por coi cortoisie n’i fust.»

LXXX

[1]  «Sire chevalier – fet Breüs –, or me dites, se Dex vos salt, quel cortoisie volés vos ore que je vos face?» [2]  «Quant vos meïmes reconoissiés – se dit li chevalier – que vos onques n’amastes cortoisie, por coi vos parleroie je donc de cortoisie? Se seroit bien poine perdue, je feroie tout droitemant con celui qui are le rivage.» [3]  «Toutes voies – fet Breüs –, me dites quel cortoisie volés que je vos face?» [4]  «Certes sire – fet li chevalier –, je le vos dirai puis que (34rb) vos savoir le volés: or sachiés que je vousisse molt, se vos le vousissiés, que vos ma damoiselle me rendrois que vos avés gaagné sor moi par force d’armes.» [5]  «Sire – fet Breüs –, or sachiés tot certainemant que je onques en tot mon aaje je n’i fis cortoisie a chevalier ni a damoiselle se par force ne fu.» [6]  «Dex aïe, biau sire – fet li chevalier –, qui estes vos donc qui estes si mortel enemis de cortoisie?» [7]  «E non Dieu – fet Breüs –, je le vos dirai, que je ne vos en menterai de riens a ceste fois: oïstes vos onques parler de Breüs Sans Pitié?» [8]  «E non Dieu – fet li chevalier –, oïll, de celui oï je ja parler par maintes fois: tous li monde dites mal de lui, chevalier d’armes [e] damoiselles, nuls n’i vient avant qui s’en loït, mes chascun s’en plaint toute voies.» [9]  «Sire chevalier – fet Breüs –, or sachiés tout veraiemant que sil est mi parens bien prochain de cui l’en conte tant de mal; e por amor de lui ai je forsjuree cortoisie.» [10]  «Biau sire – fet li chevalier –, or dont Dex grant male aventure e vergogne a Breüs por cui amor vos forjurastes cortoisie; ne fust se trop se il sol fust desloial, (34va) mes il a fet d’un si preudome con vos estes fellon e mauvés: l’erbe soit onie e destruite qi cuche tout le coraill. Sire chevalier, ceste parole vos ai je dit por Breüs; bien est Breüs trés mauvés erbe quant il a tant encouchié de son savoir si preudome con vos estes: qi tel erbe poroit destruire e desrachier de ceste monde, certes il feroit grant aumosne.»

LXXXI

[1]  «Adonc – li dit Breüs –, or me dites, se Dex vos salt, sire chevalier: se vos ore tenissiés Breüs ausint con vos tenés moi, e vos eüssiés pooir sor lui autresint con je ai sor vos, se Dex vos salt, qu’en feriés vos? Dites m’en vostre plaisir.» [2]  Li chevalier respont atant e dit adonc: «E qu’en devroie je fere de lui autre chose fors que je li trenchasse la teste? Si auroie adonc li monde delivree del plus desloial home dou monde.» [3]  «Sire chevalier – fet Breüs –, se Dex me salt vos ne dites mie trop mal.» [4]  «Biau sire – fet le chevalier –, encor vos voudroie je prier que vos, par vostre cortoisie, me rendois ma damoiselle que vos avés sor moi gaagnié por force d’armes.» [5]  «Sire chevalier – fet Breüs –, tant m’avés prié de vostre damoiselle que je la vos rendrai. E sachiés de voir que onques je ne fis autant de cortoisie a nul chevalier de cui je venisse au desous con je sui orendroit venus de vos.» [6]  «Sire – se dit le chevalier –, de ce que vos avés encomencié a fere cortoisie sor moi, (34vb) vos rent je grace e merci.» E Breüs li rent maintenant la damoiselle tout ensint a ppié con elle estoit, e le chevalier la reçuit, qui trop est joians duremant de ce qu’il l’a recovré en tel mainiere, car jamés n’en cuide venir atant con il en est orendroit venus. [7]  Quant li chevalier ot sa damoiselle recovree en tel guise con je vos ai conté, Breüs li dit: «Sire chevalier, vos est il avis que Breüs Sans Pitié vos peüst fere si grant cortoisie con je vos ai fet a cestui point, por nulle aventure dou monde?». [8]  Li chevalier regarde Breüs e li dit: «Dex aïe, sire chevalier, que est ce que vos avés dit? E coment poroit fere bien le diable? Ja savés vos sans faille que Breüs est diable propemant, e coment poroit il donc bien fere cortoisie a moi ne autrui? Sire, or sachiés que se ne poroit avenir qu’il feïst bien». [9]  «Or me dites – se dit Breüs –, se vos fuissiés orendroit devant lui ausint con vos estes devant moi, por conbien li diriés vos toutes ses paroles qe vos avés orendroit dit ici?» [10]  «Sire – ce dit li chevalier –, Des m’en gart que je ne li deïsse, se Dex me doint bone aventure, con je ne li diroie por gaagner le meillor chastel que li rois Artus ait orendroit, por quoi nos fussion si seul a seul, moi e lui, con nos somes orendroit entre moi e vos, quar je sai tot veraiemant qu’il me couperoit la teste por coi il peüst venir (35ra) au desus de moi par force d’armes.» [11]  «Sire chevalier – fet Breüs –, itant me dites, s’il vos plest: se vos eüssiés devant vos un vostre enemi qui eüst grant volonté de vos metre a mort e de trencher vos la teste, e vos eüssiés pooir sor lui, se Dex vo doint bone aventure qu’en ferés vos?» [12]  «E qu’en devroie je fere de mon mortel enemis – se dit le chevalier – fors que couperli la teste?» [13]  «Sire chevalier – fet Breüs –, e vostre mortel enemis que dovroit il fere de vos?» [14]  «E qu’en de[v]roie il fere autre chose fors se que je feroie de lui?» [15]  «Sire chevalier – fet Breüs –, que vos avés a cestui point doné le giujemant de vostre mort: vos m’estes mortel enemis.» [16]  «E non Dieu sire – fet le chevalier –, ains vos sui je bien amis en toutes le chose que je poroie estre car vos m’avés fet cortoisie si grant que, là u vos aviés la damoiselle gaagnié por raison, vos la m’avés rendue par vostre debonarité. Por ce vos sui je amis, ne ne cuidés vos pas que je vos vuoille mal por ce que vos m’avés abatus ne por ce que je vos demandai vostre damoiselle e je ne la poï avoir. Je vos pardoin tout celui fet de bone volonté.»

LXXXII

[1]  «Sire chevalier – fet Breüs –, tout ce que vos dites si ne vos vaut riens. Encore vos di je une autre chose: que vos avés doné le jujemant de vostre mort qar vos avés reconeü de vostre boche plusor fois que vos estes (35rb) mes mortel enemis e que, se vos fussiés au desus de moi con je sui de vos, que vos me trenchissiés la teste.» [2]  «Coment – se dit li chevalier –, ja n’estes vos Breüs Sans Pitié.» [3]  «E non Dieu, sire chevalier – fet Breüs –, ormai ne me vuoill je celer vers vos: dire poés seüremant que vos veés orendroit Breüs quant vos me veés, car je sui Breüs Sans Pitié, se vos di je bien por verité. E quant vos a Breüs volés si grant mal con vos meïmes avés reconeüs plusors fois, dire poés seüremant que vos estes mort. Car certes je vuoil de vos fere tout outreemant con vos deïssiés orendroit que vos ferissiés de moi se vos en venissiés au desus.» [4]  Li chevalier ne set que il doie dire: quant il entent ceste parole, or est il esbaïs si fieremant qu’il n’a pooir de respondre. Toutes voies, quant il parole, il dit: «Sire chevalier, encor diois vos qe vos Breüs [soiés], si ne le croie je, car Breüs n’eüst autant atendu con vos avés qu’il n’eüst vengié son coros meïsmemant de si grosses paroles con nos aviom dites ici. Por ce conois je que vos n’estes mie Breüs, mes vos le dites por moi fere poor e doute e por veoir mon contenemant de ceste aventure.» [5]  «Sire chevalier – fet Breüs –, se Dex vos aït, veïstes vos onques Breüs?» [6]  «Certes nenil – fet le chevalier –, que je sache, mes je n’ai oï (35va) conter tous le maus e toutes traïson a tous ceus qui le conoissent e qui parlemant en tenoient; car je sai bien que, se vos fussiés Breüs, vos n’eüssiés pas tant atendu a faire moi honte e laidure con vos avés fet as grosses paroles que je ai ci dites de lui.» [7]  «Sire chevalier – fet Breüs –, je vos di loiaumant, sor la foi que je doi a toute chevalerie, que je sui Breüs Sans Pitié.» [8]  «Dex aïe – fet li chevalier –, que dites vos? Je sai de voir, se vos estes Breüs, qe vos ne donés foi a Deu ne au monde ne a chevalerie ne a ome mortel e je ai ici veü en vos foi e cortoisie: foi, car vos m’abatistes e me peüssiés avoir ocis se vos vousissiés; cortoisie, que vos me rendistes ma damoiselle quant vos l’eüstes gaagnié par raison. Or donc, quant je ai trouvé en vos cortoisie e foi, volés vos dire que je doie croire que vos soiés Breüs Sans Pitié? Encor le diois vos adés, je ne’l croi pas ne le creerai, se Dex me salt.»

LXXXIII

[1]  Quant Breüs entent ceste novelle, il se comence a rire e dit: «Sire chevalier, se je vos fesoie aucune greingnor bonté a ceste fois que ceste ne fu que vos fis, a cui en sauriés vos gré?». [2]  «E non Dieu sire – fet li chevalier –, a vos.» [3]  «E a Breüs, n’en sariés vos gré?», se dit Breüs. [4]  «E de coi poroit l’en savoir gré a Breüs – se dit li chevalier –, que Breüs ne fist onques se mal non (35vb) e vergoingne a tous sels a cui il se puet fere? Por Dieu, se je grés e mercis rendissiés au deable des bien que Dex fet en ceste monde, se seroit bien contre raison; ausint di je de ceste part: se je seüsse gré a Breüs, qui diable est propemant, de la cortoisie que vos m’avés faite a cestui point, ce seroit bien contre raison.» [5]  «Sire chevalier – fet Breüs –, que vos diroie je? Je ne vos sai tant dire avant que vos ne diois toutes voies arieres.» [6]  «E non Dieu sire – fet le chevalier –, se vos estes Breüs donc n’estes vos pas celui Breüs doloreus dont tout li monde si vet plaignant, ains estes bien un autre: car se vos selui Breüs fussiés, vos eüssiés ja ces .IJ. damoiselle ocise, a ce que bien en avés eü le pooir d’ocirles puis que nos venimes ici. E sil Breüs dont nos parlons ne fet onques nulle autre chose fors que occire dame e damoiselle en tous le leu ou il les trove, porqu’il ait le pooir del fere.» [7]  «Sire chevalier – fet Breüs –, tant savés dire que je ne sai més que respondre, e por ce vos doing je conjé: or vos en alés ormais entre vos e vostre damoiselle quel part que vos voudrois, car je vos quit de toutes querelles.» [8]  «Sire – se dit le chevalier –, moltes merci, mes se vos avés ceste cortoisie que vos avés fet, m’en vousissiés fere une autre? Adonques auriés vos (36ra) aconpli toute ma volonté.» [9]  «Que volés vos que je vos face?» [10]  «Donés moi – fet le chevalier – celui roncin sor quoi vostre damoiselle chevauche orendroit quant je vos encontrai primieremant: si montera ma damoiselle sus car se seroit grant vergoingne de moi e a vos meïmes se elle s’en alast a ppié.» [11]  «Certes, sire chevalier – fet Breüs –, se vos ferai je molt voluntiers»; e maintenant li done le roncin e sil le prent, qui de ceste aventure est trop joians, e fist monter la damoiselle. [12]  E quant elle est montee e il autresint, il dit a Breüs: «Sire chevalier, avant que je me partisse de ci, vos voudroie je prier por cortoisie que vos me deïssiés vostre non si que je sache dire a a[u]cun de mes parens e amis qui fu cil chevalier qui ceste cortoisie m’a fet». [13]  «Sire chevalier – fet Breüs –, se je vos di mon non e vos ne me volés croire, donc ai je ma poine perdue.» [14]  «Sire – fet le chevalier –, de coi volés vos que je vo doie croire? Je sai bien que vos m’avés tous jors gabé de vostre non car vos n’estes pas Breüs.» [15]  «N’estes vos chevalier?», fet Breüs. [16]  «Sire, oïl – fet li chevalier –, chevalier sui je voiremant.» [17]  «Or sachiés – fet Breüs – que, tout ausint con vos estes chevalier, sui je selui meïmes Breüs Sans Pitié: el monde ne n’a autre Breüs, si con je croi, fors que je solemant.»

LXXXIV

[1]  «Sire chevalier, se Dex me doint bone aventure, (36rb) con vos me fetes tout esbaïr de ce que vos me dites. Coment est ce, e par quel pechié avient il primieremant que tos li mondes vet disant si grant mal de vos e je n’ai a cestui point trouvé en vos se cortoisie non?» [2]  «Sire chevalier – fet Breüs –, vostre aventure si est tele: or sachiés tout veraiemant que se je eüsse trouvé en vos que vos fussiés meillor chevalier de moi, je ne vos eüsse fet si grant cortoisie con je ai fet. Ce que je vos mis si tost au desous, si me fist cortois envers vos.» [3]  «Sire – se dit li chevalier –, que vos diroie je? Or sachiés tout veraiemant que je ai trouvé en vos tant de cortoisie a ceste fois que je ne troverais desoremés chevalier qui die villanie de vos que je m’en blasme. A cui que vos avés fet mal, vos m’avés ici fet cortoisie»; e quant il a dite ceste parole, il s’en vet outre entre llui e sa damoiselle. [4]  Breüs remaint avec la soe e avec son escuier e, quant il voit qu’il estoit passés ore de vespre, il se met au chemin. E tant chevauche qu’il vient bien tart a un suen rechet qui estoit enn une vallee entre roches, en un leu molt loing de chemin e si desvoiable que jamés n’i venoit home ne feme se il n’estoit home de sa maison; e il avoit iluec fet (36va) entre arbre une maison assés belle e assés cointé ou il repairoit sovente fois por coi il demorast en la contree. [5]  Quant il est a son repaire venus, il fet iluec descendre devant lui la damoiselle dont il se tient miels appaié que il ne fist de nulle autre qu’il eüst: il l’aime tant qu’il en est fol, e a fol se tient il bien dou tot en tout se il seüst bien tout certainemant coment la damoiselle avoit mis son cuer en lui haïr. [6]  Por ce qu’elle a toute voies poor e doute qu’il ne l’ocie, au dereain dit elle bien a ssoi meïmes que, s’elle puet onques trover engin e art coment elle le pot occire, il est mistier que elle le facce tost morir. Elle regarde molt petit a la grant honor que Breüs li fait, si est molt loing de son penser. Il cuide bien por voir que, por ce que la damoiselle li mostre si trés bel senblant, que elle l’aim de tout son cuer.

LXXXV

[1]  Ensint deçuit la damoiselle Breüs e engingne en toutes mainieres por semblant que elle li mostre; il l’aime tant que elle en est dou tot afollés. Tout maintenant qu’il est venus a son recet, il l’asist assés honorablemant, il se deduit e solaç avec li e s’apaie molt de li. Ensint demore la damoiselle bien un mois en la conpaingnie de Breüs. [2]  Un jor ensirent de lor rechet e (36vb) s’esloingnent bien trois jornee. Avient que aventure les aporte devant une fontaine en mi en la foreste: celle fontaine estoit el pié d’une grant roche. Quant il furent a la fontaine venus, il descendirent anbendeus e, là u la damoiselle estoit dejoste la fontaine, il orent un grant cri prés d’els. [3]  Quant Breüs entent le cri, il dist tantost si aut que la damoiselle l’entent bien: «Ce est vois d’ome». E maintenant salt sus car il estoit assis dejoste la damoiselle, e dist: «Je vuoill aller veoir qui fu cil qui ensint crie». Lors vient a sson cheval e monte e prent son escu e son glaive, e quant il est apparoillés il dist: «Atendés moi ci, ma chiere damoiselle, car je retornerai maintenant». [4]  «Sire – fet elle –, alés donc e retornés tost.» [5] Breüs se part de la damoiselle puis qu’il ot ensint parlé e s’en vient au plus droit qu’il puet celle part ou il avoit oï le cri.

LXXXVI

[1]  Tantost con il se fu partis de la fontaine, la damoiselle, qui toutes voies vet pensant a malise, se lieve d’iluec ou elle s’estoit asise e s’en vient desus la roche. E quant elle est montee là, elle comence a regarder environ li de toutes pars, e aler or a mont or a val or a destre or a senestre. [2]  Elle n’ot grament alé qu’elle trove, desus la roche, l’entré d’une chave bien grant: l’entree estoit molt petit (37ra) e estroit assés, mes la cave estoit là dedens grant e parfonde e avoit esté toute entaillié a oisiaus, e estoit auques clere là dedens quar il avoit sospiraus là desu par ou la clarté dou jor se pooit leens enbatre. Quant la damoiselle est venue a l’entree e comence a regarder là dedens, e voit que la cave estoit assés parfonde mes elle estoit tant belle fieremant que se estoit un deduit que de veoirla. [3]  Quant la damoiselle voit ceste chose, elle ne set qu’elle doie dire e molt pense qon celle qui toutes vois pensoit en quel guize e en quel mainiere elle peüst Breüs ocire, car se estoit bien la chose de tout li monde que elle desiroit plus adonc que la mort de Breüs. E puis comence a aler tout entor la cave por savoir s’elle peüst trover autre entré fors que selle là desous; e quant elle a alé plusor fois, elle aperçuit que n’i avoit autre entré. [4]  Quant elle a ceste chose regardee, elle s’en vient a la fontaine e se rasiet e comence a penser; quant elle pensoit ensint, atant és vos vers elle venir Breüs armés de toutes armes tout autresint con il s’estoit d’iluec partis.

LXXXVII

[1]  Quant la damoiselle le voit venir, elle se dresse encontre lui e sil li dit d’auqués loing: «Ma damoiselle, Dex vos salt». [2]  «Sire – fet elle –, bone aventure (37vb) vos dont Dex.» [3]  E il descent erraumant e oste son escu de son col e son glaive autresint, e pense de son cheval car il li oste la selle e le frain e puis le laisse aller pestre quel part qu’il vuelt; aprés oste son hiaume de sa teste e ses espee e abate sa coife de fer sor ses espaulle. [4]  Quant il ot tout ce fet que je vos di, la damoiselle, qui met toute sa pensee e son cuer en se que elle li peüst metre a mort se elle onques puet, li dit: «Sire, quele aventure trovastes vos là u vos fustes?». [5]  «Damoiselle – fet sil –, se Dex me salt, se vos dirai je bien. Or sachiés tout veraiemant que je trouvai devant une estans .IJ. damoiselle e .IJ. chevalier. E sachiés de voir que le damoiselle estoient belle assés e li dui chevalier, avant que je fusse a els alé, s’estoient grant piecce ensenble conbatus, car li uns d’els voloit sans faille avoir la damoiselle a sa part e li autre li refusoit ceste chose car il en voloit avoir l’une. [6]  E por se se conbatoient ensamble li .IJ. chevalier e, avant que je venisse là, avoit li un abatu l’autre e li voloit oster li aume de la teste mes sil se defendoit toutes voies; e quant je vins, li avoit il hostés li aume e li voloit couper le chief, mes sil crioit adés “merci”. En tel guise e en tel mainiere con je vos cont estoit le chevalier desous quant je vins en celle (37va) bezoingne; je fis tant que li chevalier qui estoit au desus de celle meslee pardone all’autre tout son mal talant e furent bon ami ensenble, e remest a chascun d’els sa damoiselle, e je m’en tornai puis a vos.»

LXXXVIII

[1]  «Sire – se dit la damoiselle –, or sachiés tout veraiemant que puis que vos vos partistes de cestui leu, trouvai je plus estranje aventure que ne fu celle que vos trovastes là ou vos fustes.» [2]  «Damoiselle – se dit Breüs –, e quele aventure fu celle que vos trouvastes?» [3]  «Sire – fet elle –, si m’aït Dex, con se est bien la plus estranje dont je oïsse parler ja a grant tens. Or venés e je le vos mostrerai trop prés de vos.» [4]  La damoiselle comence a monter en contremont la roche e Breüs ausint com il estoit, e quant il sont venus là desus elle li mostre maintenant l’entree de la cave qui estoit droitemant faite en estarie, e il comence a regarder. Quant il voit là desus li huis qui estoient entailliés dedens la pierre meïmes, il dit a la damoiselle: «Dex aït, damoiselle, ce qe puet estre? Je voi plusor huis là a val, il ne puet estre a mon escient qu’il n’i aït chanbre». [5]  «Sire – se dit la damoiselle –, chanbre i a il voiremant, e encor vos di je une hautre chose que vos tendrois ja a greingnor (37vb) mervoille, si con je croi: or sachiés tout de verité que, a la primiere fois que je i comenciai a regarder, que je vi là a val toute la plus belle damoiselle que je veïsse encore en mon aaje, e estoit vestue d’un vermoil samit. Je l’apellai quant je la vi, car je li voloie demander s’elle avoit nulle autre entree en ceste cave fors que ceste qui est ici, mes elle s’en ala tout maintenant qu’elle me vit e entre dedens l’un de ses huis a tel houre que je ne la poï veoir onques puis.» [6]  Quant Breüs entent ceste parole, il regarde la damoiselle e li dites: «Est ce verités que vos me dites?». [7]  «Sire – fet elle –, oïll sans faille; or sachiés que je ne vos deïsse pas se il ne fust verités.» [8]  «Dex – fet Breüs –, coment poroie je descendre là a val?» [9]  «Sire – fet elle –, je ne sai, il ne m’est pas avis que vos peüssiés descendre en nnulle mainiere dou monde.» [10]  «E non Dieu – fet Breüs –, il est mistier que je i descende en aucune guise: je me tendroie a mort e a vergongne trop malemant se je ne savoie certainemant quel gent il [i] a desous; il ne puet estre en nulle mainiere qu’il n’i ait chevalier puis qu’il i a damoiselle.»

LXXXIX

[1]  Lors s’en vient au grant arbre e trenche la branche, e oste son auberc e ses chauses de fer por estre plus legiers, e maintenant se prent a la branche e (38ra) entre dedens; e tantost con il est dedens, la damoiselle, qui molt vousist qu’il se ronpist le col au cheoïr laius, laisse aler la branche dell’arbre aprés lui e cil chiet erraumant là a val. E por se qu’il vi[n]t de haut e cheï desor pierre vaine, est il si duremant estovés e estordis au cheoïr qu’il fist qu’il ne set s’il est nuit ou jor, il gist iluec con s’il fust mort. [2]  Quant la damoiselle voit ceste chose, elle est trop duremant reconfortee car elle cuide tout de voir qu’il ait le cuer crevé el ventre au cheoir qu’il fist; toutes voies, por savoir la verité e por savoir s’il est mort ou non, atent elle encor iluec. [3]  A chief de piecce se relieve Breüs e la damoiselle – qui bien voit toute cleremant qu’elle est delivree car a mont ne poroit il retorner por nulle aventure dou monde se n’estoit por autrui – parole molt ardiemant e dit: «Sire Breüs, coment vos est il?». [4]  «Damoiselle, se Dex me salt, je ai esté un pou destordis del dur cheoïr que je pris ici, mes je sui or tous revenus.» [5]  «Sire Breüs – se dit la damoiselle –, assés petit me prisiés e assés petit m’avés chiere qui là a val descendistes por scover autre damoiselle (38rb) que moi. Sire Breüs, se il vos plest, or demorés là desous avec la damoiselle que vos alés querant; je, qui sui sa desus remise, me procacherai, se je onques puis, assés tost d’un autre chevalier cercover. Je vos comant ormais a Dieu car sa desus ne poés vos jamés revenir. Veraiemant, le sachiés vos, iluec vos estuet remanoir e je m’en irai dell’autre part: ormais sont de vos venjé tous le damoiselle dou monde»; puis s’en vient a son palefroin e monte molt lié e joians de ceste aventure, car elle cuide por voir qu’il i muire. [6]  Si laisse ore li contes a parler de la damoiselle e torne a deviser coment Breüs fu delivrés e por quele aventure.


XC

[1]  Aprés se que la damoiselle se fu partis de Breüs qui là desous estoit remés, quant il entendi les paroles de la damoiselle il reconuit adonc tout certainemant que toutes les paroles que la damoiselle li avoit fet entendre li avoit elle (38va) dit por lui metre a mort e non por autre chose. [2]  Quant il vit que elle s’en fu partie e qu’elle ne tenoit a llui més nul parlemant, adonc fu il molt desconfortés; mes toutes voies se reconforte il e vet avant e trouve adonc .J. belle chanbre auques petite, mes tant estoit belle sans faille que, s’elle fust dedens le palés de Kamaloth, si la peüst l’en bien tenir por belle. [3]  E e[l] mi leu de la chanbre havoit un lit auques grant covert de drap de soie; li lis estoit biaus, e el mi leu dou lit gisoit un chevalier mort e senbloit mort de grant tens, e neporquant il estoit encore tous entiers e avoit trop bel visaje e trop belle maine selonc que home mors poroit avoir. E il estoit encovré, cauchiés d’un soliers dorés e estoit vestus d’une robe de samit vermoill, cotte e mantel, e avoit a son col un trop riche fermaill; e encoste de lui estoit s’espee e son hiaume e son chevés e son auberc e ses chauses de fer dell’autre part, e son escu pendoit iluec e un glaive cort e gros. [4] E sachiés que l’espee estoit si estranjemant grant que, quant Breüs la voït regardant, il n’est tous esbaïs: il ne sse puet tenir qu’il ne dit a ssoi meïmes qu’il ne cuidoit pas que en tot li monde eüst si grant espee con estoit ceste. E il regarde asés prés le chevalier, si li par qu’il soit molt (38vb) grandisme; la grandesse de l’escu mostre bien que le chevalier fu de trop ancien tens e l’espé le tesmoingne ausint. Si est molt esbaïs e pensis coment le chevalier puet avoir tant duree.

XCI

[1]  Breüs – quant il ot regardé le chevalier une grant piece e il voit qu’il avoit le main destre ausint come cloïse ne bien averte –, Breüs se met adonc avant e le prent por la main au plus soef que lle puet fere: si trouve qu’il avoit en la main un brief e le oste de la main e l’ovre e trouve qu’il avoit letres qui disoient: [2]  “Ceste propeman mist ja a duel e a destrussion un sol jor toute le roiaume de Norgalles. Seste propeman fu douce come main d’ome. Je seul fui home, je seul fui fors, je seul poï fere les grans mervoilles que ne porent fere nul autres. Et fui bien le segont Senson au regart des autres dou monde. Je fui le segont Assalon. Cest main destre qu’ici gist mise a desconfiture en un jor le roiaume de Norgales e celui de Gales e celui de Norbellande, e furent por chascun roiaums .Vm. homes, je i feri douscent e centquante e quant je fui de tel pooir que li monde n’estoit pas moins espoenté de moi que de Deu propemant. [3]  E puis fu la mort si ardie que elle me vient envaïr, que je n’oi ne pooir ne forse (39ra) de defendre moi encontre lui, qui meïsse bien tout le monde a mort se il venist encontre moi. Tu, home, qui es si foible chose au regart de moi de ce que je fui, que feras tu contre la mort quant je meïmes ne me poï contre lui defendre? Por Deu ne m’en agés plus vil se je cheï en celle bataille, car certes je me conbati tant con je poï mes au dereain fui vencus. [4]  Febus ai non, e bien mi fu seste non donés por raison droite car, tout ausint con Febus done clarté a sestui monde, ausint fui je sans faille clarté e lumiere de toute mortel chevalerie. Tant con je poï porter espee de ces armes propemant que tu vois ici, mis je a desconfiture en un sol jors trois roiaumes e quinze milia home. [5]  E toute ceste mervoille fis je por achaison de la belle damoiselle de Norbellande, por cui amor je sui puis mort. Je fis por amor tels mervoilles que mortele home ne fera tele, e puis fist amor tel mervoilles de moi que elle me mist a morir. Amor, qui est seur de la mort, si m’asailli trop cruelmant e la mort si venge sa soror. Ensint fui mors”.

XCII

[1]  Tes paroles toutes que je vos ai ici conté estoient dedens celui brief; e quant il l’a veües deus fois ou trois e tant qu’il entent bien tout le dit, il replie le brief ensint con il (39rb) estoit devant e le remet en selle main dont il l’avoit osté, e recomence a regarder tot autresint con s’il ne l’eüst jamés veït. [2]  E quant il l’a molt regardee son grant corsaje e sa grant estature, il dit bien a ssoi meïmes: «Se sist chevalier fu fors tant con il vesqui se ne fu grant mervoille car, tout ensint con il gist mort e desechié e apetissiés en toutes guises, a il encore si gros os e si fornis que l’en ne troveroit orendroit en vie nul chevalier si bien fornis que sil n’estoit encore miels, au regart de la grosseses des os qu’il avoit encore”. [3]  Quant Breüs a tant regardé le chevalier qu’il en est ausint con tos enoios, il regarde avant e voit adonc une autre chanbre e il se tret celle part tout eraumant por veoir qu’il porra trover là dedens. Quant il voit selle chanbre, il se mervoil molt de la biauté de la chanbre car songe li semble: elle estoit toute reonde e ovré a or e a ppierre preciose si mervoillousemant que l’en n’en troveroit son paroill en tout li monde. [4]  El mi leu de la chambre avoit un lit asés plus riche e plus mervoillous que n’estoit le lis dell’autre chanbre: tant estoit fet por si grant mestire qe por chascun des qatre qepols de lit avoit un arbre de cuire tout crues. (39va) A chascun arbre avoit moltes branche; sor chascune brance avoit deus oisiaus ou trois, de cuire les uns, les autres d’argent, e estoient tuit fet por tel mervoille que, tantost con l’en menoit le lit, maintenant issoit de chascun oizel vois si que tuit li oizel chantoient adonc tuit ensamble; e selonc se qu’il estoient plus grant les uns des autres, si gitoient plus grosses vois si que se estoit un grant solas e un grant desduit que d’oïr le vois de celui lit.

XCIII

[1]  De si grant mestrie con je vos cont estoit fet li lis e il estoit covert d’un drap de soie a or trop richemant; dedens le lit gisoit une damoiselle toute vestue qi morte estoit: il avoit grant tens passé mes encore estoit toute entiere e si belle sains faille con damoiselle morte de grant tens poroit estre; encore avoit elle toutes ses menbres entieres e avoit encore si bel chevels en sa teste e si blons con se elle fust toute vie e con s’il eüssent esté pagniés celui jor meïmes. E qu’en diroie? Ce estoit ausint con unn deduit que de veoir ces chevels qui estoient si loins qu’il li venoient dusqu’as piés. [2]  Breüs vient au lit e regarde la damoiselle (39vb) e, tantost con il touche ou lit, il plot bien plus de ce vois d’oisel qui tuit chantoient chascun a sa guise, les un aut e les hautre bas, e fessoient adonc en tel mainiere une trop belle e dolce melodie. [3]  E quant il aperçuit dont la vois vient, il se comence a rire a ssoi meïmes e dit que, coment qu’il en doie avenir d’oïssiren fors, desoremés il ne voudroit qu’il ne fust venus e qu’il ne veïst ceste grant mervoille qi ci est, car il tient bien ceste chose a la greingnor mervoille qi veïst encore puis qu’il fu primieremant chevalier. Or ne se repent point de ce qu’il se mist en ceste aventure, car de veoir ceste chose e d’oïr le sons d’oisiaux viveroit il bien .X. jors entiers sans boire e sans manjer, e dedens .X. jor ne li est avis que Dex ne li envoie aucun consoil. [4]  Molt est Breüs reconfortés quant il regard le mervoille de celui leu: orendroit a il oblié se dont il estoit orendroit si duremant desconfortés au comencemant. Quant il li plest, il fet soner la melodie devant lui e puis regarde la damoiselle qui vestue estoit d’un drap riche de samit vermoill e en avoit coute e mantel, e avoit une centure dont elle estoit cente. E celle centure sans faille estoit bien (40ra) la plus riche e la plus noble que Breüs eüst onques més veüe en tot son aage, e il i pendoit une amosniere qui n’estoit mie la plus laide qu’il eüst veüe ancois estoit bien la plus belle qu’il eüst encore regardee.

XCIV

[1]  Ensint regarde Breüs e voit ceste chose, e quant il l’a bien regardee la damoiselle une grant piecce, il dit a ssoi meïmes que bien fu ceste damoiselle de haute biauté qui tant est encore là meemes belle ou elle gist mort. [2]  Lors met la main a l’amoisniere car bien li senble que dedens ait autre chose, e si avoit il. Quant il a l’amosniere overte, il trouve dedens un brief e il le tret fors e l’evre e le comince a lire, e trouve adonc qe les letres disoient teles paroles: [3]  “Adam fu nostre premier pere, pere fu de tous mortels home; e tout avant qu’il fust dingne de rechevoir morte, reçuit il mor por le consoill de nostre primier mere, ce fu Evam. Ausint avient de cel chevalier qui leens gist: Adam si fu peres des homes e cist chevalier sans faille si fu pere de toux chevalier, car devant lui ne aprés lui ne fu nul si buon chevalier; e si moruit por mon consoill e por achaison de moi dolente. Mi consoill faus e desloial le fist morir; ausint moruit Adam sans faille por le (40rb) consoill Avam la triste: por coi je di que bien fumes auques paroill, entre moi e Avam, car elle ocist le primier pere e je o ocis le primiere pere d’e[n]trestos le bons chevaliers. Car, a voir dire, que entrestous les bon chevalier cristiens ne fu nul si buon chevalier con fu cestui devant ce qu’il portast armes, ne a son tens meïmemant ne puis ne fu nul autre tel, ne jamés, voir si con je croi, ne sera nul autre si bon. [4]  Il moruit por amor de moi e je por soi amor fu morte; e por ce que a son vi[v]ant no li fis joie ne solas fors por autrui ne vient, si li vens fiert en selle chanbre li ozelet qui de mi orent entelui vont plorant la soe mort en tel chant con il poent dire. Je, lasse, ne la puis plorer la soe mort, je plorai tant con je poï, tant la plorai que je en sui morte; e quant je ne la puis plorer, mes evres si la vont plorant e regretant en lor chançon. Ses oiselles que je fis de mes prope mains vont regretant le bon Febus; e quant il ont por lui chanté une grant piecce, adonc plorent il comunemant la soe mort, le comencement de lor chant si est de plor e plus retorne en plor”. [5]  Ensint disoit les letres e se estoit la fin des paroles qui leens estoient esaites, il n’i avoit ne plus (40va) ne moins que je vos ai conté. Quant Breüs ot leü le brief, il le comence une autre fois a llire por miels savoir; e quant il l’a leü une autre fois de chief en chief, il crolle se lit por oïr certainemant se li comencemant dou chant que feissoient li osellet venoient de plor. E il entent adonc tout apertemant que tout ce que li brief disoit de la mainiere des oizels e de lor chant si estoit ensint, car il començoient en plor e puis maintenant un chant de joie e aprés fenissoit en plor. Et quant il a ceste chose escouté une grant piecce, il dit adonc a ssoi meïmes que sest est bien sans faille .J. des plus belle mervoille e une des plus estranje aventure dont il oïstes onques parler en tot son aaje. [7]  Or ne voudroit en nulle mainiere dou monde, se dit il, qu’il ne fust ici venus car, s’il puet enn aucune mainiere escanper de ceste aventure, encore fera il le monde mervoiller de seste aventure estranje, car il la voudra raconter a tous ses amis e a tous ceus qui devant lui vendront parler des grans mervoilles. Mes une chose qui molt li anuie, dont il est molt corochiés, si est ceste: qu’il ne voit en quel mainiere il peüst savoir le non de la damoiselle; trop voluntiers le seüst mes il ne (40vb) voit coment ce puet estre.

XCV

[1]  Febus li buon chevalier qui gist leens mors e les autres grans mervoilles qui son leens si font Breüs esbaïr e trespenser trop duremant. E quant il a grant piecce pensé e regardé le brief e la damoiselle aprés, e il a fet bien longuemant les oizels chanter tant qu’il conoist bien tout de voir que verité estoit se que disoit le brief des oizels – e il veoit leens molt clers par toute la chanbre car desus en la roche navie avoit pertuis plusors par tout: la charté dou jor rendoit là a val chascun jor molt largemant; por ce veoit l’en bien cler par en toutes le chanbres qui là desous estoient –, il remet le brief là u il l’avoit pris. [2]  Quant Breüs ot assés regardé le lit e la damoiselle e la chanbre – qui tant estoit belle au voir dire qu’il estoit si esbaïs coment si riche evre e si noble pooit avoir esté faite en tel leu con estoit celui –, il regarde avant e voit une autre chambre e il se met erraumant là avant por veoir qu’il a dedens. E quant il est entrés, il voit que la chambre estoit grant e large, assés plus grant que n’estoit nulle des autre deus, mes n’estoit pas si riche d’assés con selle estoient. [3]  Dedens celle chambre avoit qatre tonbe, trop riche duremant e tant (41ra) belles con tonbe poroit estre sans pierre preciouses; or i avoit assés sans faille e argent, mes autres richesses il n’i avoit es tonbes fors qu’en chascune tonbe avoit entailliés un chevalier armés, e [a]s piés de chascun chevalier estoit entailliés iluec le non dou chevalier. [4]  En une des tonbe estoit entailliés: “Si gist Laimors, le fils Febus le non pere de tos chevalier”. En l’autre avoit escrit: “Si gist Niatas, le fils Febus le non pere de tos chevaliers”. En l’autre tonbe avoit escrit: “Si gist Altan le Bel le-Fort, le fils Febus”. En l’autre tonbe avoit escrit: “Si gist Siraoc li Fors, le fils Febus le non pere de tos chevalier”. Se que je vos ai orendroit dit estoit escrit desus le lames e ensint devisoient: sor chascune estoit sa raison, e toutes le qatre lames estoient riches con je vos cont e chascune estoit delés l’autre. [5]  E as piés des qatre lames avoit une grant pierre de marbre vermoill polie e plainee trop bien; desus selle pierre avoit letres entailliés dedens la pierre meïmes e les letres qi là estoient entaillié disoient teles paroles:

XCVI

[1]  “Se te fais a savoir, home qi nos regarde, que aprés le pere vont le fils, e por se venimes nos sa, e soumes seens enterrés ensint con tu pues veoir: nostre pere, le buon Febus qui bien fu lumiere de totte (41rb) li monde, si gist leens dedens son lit e nos gisons si de fors dedens ces lames. [2]  Por ce qu’il fist tant en sa vie que nul ne’l fist autant, fist l’en a son cors tele honor con il apart: si cors fist mervoille el monde tant con il demore en vie, e por ce que en vivant fu plus mervoilleus que null’autre fist, l’en qu’il est aprés sa mort plus mervoillous que n’est nul autre hom mort. S’il demorast orendroit en vie, peüst il donc plus noblemant gezir q’il gist orendroit? Li autre mort ne sont pas a si grant honor ne ne mostrent pas si grant pooir. N’est il orendroit ausint belle, fors que de color seulemant, com un chevalier qi se dort? Por se qu’il fu en sa vie plus noble que nul autre home, est il plus noble aprés sa mort: que autre mort ne puet hom veoir puis qu’il est mors, mes cestui si voloit en sa vie que l’en le veïst e vif e mort. [3]  Nos, qui ne fumez del pooir ne de la grant force e valor qu’il ot en soi, somes ci tuit qatre en terre: tant con [n]os fumes chevaliers, nos ne feïmes tant el monde de proesse ne de valor que l’en nos deüst veoir aprés nostre morte; e por ce somes nos enclos desous sez lames, car nos evres ne furent si grant que l’en nos deüst veoir mort se petit non. [4]  E tu, qui nos vais regardant, si tu vuels vivre, garde toi d’amer: por [quoi]? (41va) amor ocist le mellor home qui onques fust, se fu ce Febus; e quant si preudome en fu mort, legieremant occiroit toi se tu i metoit ton cuer. Por ce te lou en droit consoill que tu t’ailles d’amor gardant”. [5]  Tout ensint disoient les letres con je vos cont, qu’il n’i avoit ne plus ne moins. E quant Breüs le a leües, il le coumença .J. autre fois a lire; si le lit e puis le relit e tant qu’il dit a ssoi meïmes que, tant con il vivra, sera il bien recordant de cestui brief. [6]  Quant il a la chambre regardé ou le qatre lame estoient tant con il li plest, il regarde avant e voit adonc l’e[n]tré d’une autre chambre; il se tret selle part e vient a l’entree, e entre dedens e trouve que la chambre estoit assés greingnor que nulle des autres chambres, e en celle chanbre avoit qatre lis. Dedens chascun lis avoit les armes d’un chevalier tout enteirinemant: hiaume, glaive, espee, escu, auberc, chauses; e toutes ses armes estoient si bone a devise q’a celui point peüst l’en a poine trover meillor en toute le monde, e tuit li quatre lit estoient riche mervoillousemant e tuit cov[e]rt de drap de soie. [7]  Quant il a les armes regardee une grant piecce, il comense a regarder la chanbre e voit qu’elle estoit grant e mervoillouse e toute faite en esqerie, e l’en i veoit molt cler.

XCVII

[1]  (41vb) «Ha sire Dex – fet Breüs –, tant a ci de belles chanbres e de cointés, tant est grant a mon avis que il ne repaire gens.» [2]  E sachiés que tuit li qatre escu estoient mi parti la moitié d’azur e la moitié d’argant, e selle mi partiure si aloit de lonc de l’escu; e il estoient si grant escu tuit qatre que Breüs dit bien a ssoi meïmes qu’il ne vit mais en tout son aaje si grant escu con est le plus petit de tous ses qatre. Bien furent cist escu des qatre chevalier sans faille qui leens gisent. [3]  Quant il ot regardé celle chanbre une grant piecce, il regarde avant e voit une autre chanbre, e il dit a ssoi meïmes qu’il ira avant por veoir s’il porra veoir ou trouver en aucune mainiere fin de ceste chose. [4]  Quant il est venus all’autre chanbre, il voit adonc que le chanbre estoit assés greingnor que nulles des autres, mes n’estoit pas de si belle ovre ne de si cointé, e neporquant belle estoit assés; el mi leu de la chanbre tout droit avoit un autel covert de drap de soie, trop biaus e trop riche, ne li autel n’estoit mie trop grant mes auques petit por raison, e sus l’autel arsoit dui cirge auqués gros. [5]  Quant Breüs voit ceste chose, adonques est il trop fieremant reconfortés car il dit a ssoi meïmes (42ra) qu’il ne puet estre qu’il n’ait leens jens puis qu’il i a chandoile ardant. Molt est Breüs reconfortés de ce qui là voit, molt est Breüs a aisie plus qu’il ne selt qar il dist a ssoi meïmes qu’il ne truist gent assés tost. E encor fist il dur chevalier e cruels de toutes choses, si vient il devant l’autel e s’agenoille e fet ses priere e ses orassion teles con il le savoit, e prie Dex qu’il ait merci des armes de cels don il trouve leens le cors. [6]  Quant il a tant demoré a orassion con il li plest, il se dresse e vet avant e trouve une autre chanbre: selle chanbre estoit assés granz mes il n’i avoit biauté nulle fors que la roche soulemant; e tant i avoit que bien estoit entaillié, mes n’estoient mie des plus riche dou monde car il n’i avoit dras ne covertures ne nulle chose de ceste monde fors que fauchier, e a chascune avoit une pierre achevés. Quant il a les lis regardés e il les voit si povres de toutes choses, il dit que leens poroit bien avoir ermites quar cist lit sont bien lit de jent qui demoroient en penitanse en celui leu.

XCVIII

[1]  Il avient que a celui point droitemant que Breüs regardoit en tel guise les trois lis povres e il estoit ja tous reconfortés en soi meïmes – qar bien dissoit a ssoi meïmes qu’il ne (42rb) poroit estre en [n]ulle mainiere qu’il ne trouvast leens jent qui li conteroient toute la verité de celle aventure e des mervoilles qu’il avoit leens trouvé –, atant és vos leens entrer un home molt viels qui avoit une mauveise coute blanche toute route e desoree: il avoit ja mains ans passé qu’elle n’avoit esté novelle. [2]  Li ome estoit si viels duremant qu’a poine pooit il aler plus qu’el pas, e il estoit tous blanc come une ermine e avoit le chevels loing dusque la centure qui li covroit toutes les espaulles, e la barbe li descendoit dusque as genols. Ne, por tout ce qu’il estoit si viels, ne remaint qu’il ne fust greingnor assés de cors e plus lonc de trop que n’estoit Breüs; e si estoit il si fieremant acorbis qu’il estoit orendroit assés plus cors que il ne fu en sa joenté. E il estoit si trés viel, a la verité dire, que de la grant viellesse qu’il avoit ne veoit il més se petit non: por se avient il a selle fois que il ne veoit mie Breüs mes Breüs voit lui tout apertemant. [3]  Quant Breüs voit de lui aprocher celui qui bien estoit sans faille le plus viel home qu’il eüst onques més veü, il dit: «Biau sire, Dex soit a vos». [4]  Li viel home dresse la teste quant il entent ceste parole e regarde vers Breüs, e quant (42va) il le voit si apertemant con il le pot veoir – car veoir ne le pooie il trop cleremant con sil qui petit veoit desoremés –, il est esbaïs si fieremant qu’il ne set qu’il doie dire; e pou s’en faut qu’il ne se cheoït de la grant poor que il ot, car il ot doute primieremant que celui qui a llui parloit en tel mainiere ne fust fantosmie, qar il ne li estoit pas avis que nus home mortel peüst leens venir fors par miels. Por se fu il espoenté trop fieremant quant il entendi que Breüs parloit a llui en tel mainiere; por le grant doutanse que il a, s’en fuit il trop voluntiers se il peüst, mes il ne puet car trop est foible duremant. [5]  E Breüs, qui bien aperçuit duremant orendroit que sil est espoentés de sa venue e reconoist en soi meïmes tout erraumant dont ceste poor li vient, parole adonc a llui e li dit: «Sire, n’aiés poor. Je sui un chevalier qui aventure a seens aporté. Or sachiés que je sui trop lié e trop joians de ce que je vos ai trouvé en cestui leu, car je avoie trop grant doute que je ne trovasse ceens home ne feme; e quant je vos ai trouvé, ce est une chose que trop fieremant me reconforte car vos estes home de Deu, ce voi je bien».

XCIX

[1]  Quant li bone home entent ceste parole, il se reconforte en soi meïmes trop duremant, (42vb) orendroit est il molt a seür quant il entent que sist est chevalier; e por ce s’areste il e dit: «Biaus sire, puis que vos me dites que vos estes chevalier, or sachiés que se est une chose dont je sui trop joians. Molt sui lié de vostre venue: ja a grant tens que je ne vi mais chevalier fors que deus qui ceens demoroient. Por Dieu, biau sire, or vos seés e je me seerai, ensint si parlerom ensenble: vos me dirois de vos novelles, se il vos plest, e coment le font orendroit le chevalier qui se deduient e solacent en la mortel chevalerie. [2]  Ja fu un tens que je estoie chevalier, mes molt a ore que ce ne fu, se Dex me doint bone aventure, ja plus de cent ans passés que je ne portai armes ne que je ne parlai a chevalier fors que a sels qui ceens repairent e a vos qui estes orendroit ici, e a poi d’autres que je trouvai a celle fois en telle foreste là de fore. Por ce oroie je voluntiers des novelle des chevaliers qui orendroit portent armes por le monde, car certes, a selui tens que je portoie armes, me delitoie je si duremant con chevalier se poroit plus deliter en aucune chose dou monde; e por ce oroie je voluntiers aucune verité de lor estre». [3]  «Sire – fet Breüs –, e je vos en dirai voluntiers quant vos estes si desirans de l’oïr. Or vos seés e je me seerai autresint.» [4]  «Certes voluntiers», fet li preudome; lors s’asiet a molt grant poine car trop (43ra) estoit duremant foible. [5]  E quant il s’est assis, Breüs li dit: «Sire, savés vos qui est orendroit sire dou roiaume de Logres?». [6]  «Nanil certes – fet li preudome –, je ne le sai pas.» [7]  «E je le vos dirai – fet Breüs –. Or sachiés tout veraiemant qu’un rois en est seingnor que l’en appelle Artus e fu fils dou roi Uterpandragon.» [8]  «E non Dieu – fet li preudome –, dou roi Uterpandragon oï je ja bien parler mes je ne’l vi onques; je oï dire molt grant bien de lui. Se li fils est ausint preu con fu li pere, selonc ce que l’en me conte, grant bien seroit par tout le roiaume de Logres.» [9]  «Sire – fet Breüs –, or sachiés tout veraiemant que li roi Uterpandragon n’ot en soi onques toute bonté ne tant valor que li rois Artus ses fils n’en ait asés plus dedens lui, car tout primieremant li rois Artus est bon chevalier de soi e ardis si duremant con chevalier poroit estre, e fors e grans e si large estranjemant qui l’oseroit doner en un sol jor tout li monde s’il estoit suen. E que vos en diroie, sire? Or sachiés qu’il a grant tens passés qu’il n’ot en la Grant Bretaingne nul si buon rois que li rois Artus ne soit trop meillor.» [10]  «Certes – fet li viels home –, se m’est trop bel puis qu’il a en la Grant Bretaingne si vaillant roi con vos me dites. Se il a sens e il a bon chevalier en sa conpaingnie, bien porra encor avoir en (43rb) sa subession la greingnor partie dou monde; mes se il n’a buon chevalier, tout le suen fet ne valt riens.»

C

[1]  Lors respont Breüs a ceste parole e dit: «Sire, or sachiés tout veraiemant qu’il a ja plus de .CC. ans, si con je croi, qu’il n’ot en la Grant Bretaingne autant des bons chevalier ensamble con l’en i poroit orendroit trouver». [2]  «Sire chevalier – fet li preudome –, lo creés vos en tel mainiere?» [3]  «Sire oïl», se dit Breüs. [4]  «E non Dieu – fet li preudome –, vos creés malvaisemant. Or sachiés que je vi ja tel tens que molt estoient de plus aut afere e de greingnor chevalerie li chevalier qui lor estoient que ne sont sil qui armes portent orendroit. Or me dites, se Dex vos salt, estes vos des greingnor chevalier ou des meinor ou des petis?» [5]  E Breüs, qui grant chevalier estoit duremant e de grant force, respont: «Sire, se Des me salt, or sachiés que je sui auques des greingnor chevalier qui armes portent entre le chevalier errant; se ne di je pas qu’il n’en ait aucun des greingnor mes, por la foi que je vos doi, entre les grans seroie je tenus por grant chevalier». [6]  «Donc, ne poroient valoir vos chevalier se petit non – fet li preudome –, car chevalier qui est si petit con vos estes ne poroient, m’est avis, faire trop grant fet puis que vendroit au grant bezoing.» [7]  «Coment, biaus sire – fet Breüs –, ne vos est il donc avis (43va) que petit chevalier ait sovent un si grant cuer con un grant chevalier?» [8]  «Oïl», fet li preudome. [9]  «Biau sire – fet Breüs –, e ne vos est il avis que li cuer face l’ome e non mie le cors? La grandesse dou cors ne fait l’ome monter en trop haute bonté mes la grandesse [dou cuer]; dou cuer vient le ardemant e non mie dou cors, e li cuers comande quanque li cor fet car li cuer est sire dou cors.» [10]  «Vos dites bien – fet li preudome –, mes or escoutés: quant li cuers est grans dedens l’ome e li cors en est petis e non pas molt fort, li cuer puet plus faire qu’il ne puet? Il puet ardiement mener a fin ce dont il a le pooir mes outre pooir ne puet fere puis qu’il est foibles; puet il fere plus que sa for[c]e est?» [11]  «Nanil, sire», fet Breüs. [12]  «E non Dieu – fet li preudome –, por ce di je bien qu’il ne poroient pas orendroit estre chevalier de haute valor, car il sont e petit e fobles: tout ce lor faut qui mantenir les devroit a grant bezoing. Mes je vi tens qu’il estoient chevalier de grant pooir e de grant afere, e certes, s’il ne fussent tele con il estoient, tous li monde le devroit tuer. Qar primieremant il estoient si fort estranjemant que, s’il en eüst orendroit en tout li monde un si fort, l’en le tendroit a la greingnor mervoille dou siecle; e sor ce il estoient si ardi c’un seul chevalier, puis qu’il (43vb) [se] sentoit parfit de chevalerie, ozast enprendre a desconfire tous li monde se il le trovast en un chanp.

CI

[1]  Molt devoient bien a celui tens estre preudome sil qui se tenoient por chevalier car riens ne llor falloit: il avoient bien en els don il pooient si grant chevalerie fere con il prenoient, car il estoient si estranjemant fort que lor force ne peüst pas estre legieremant mise au desous por nulle autre force. E qu’en diroie je? Puis que ce venoit au grant besoing, il pooient bien sostenir tous li fés dou monde por force; mes orendroit, selonc ce que je voi de vos, que poroit fere un chevalier de vostre afere? [2]  Nos somes saians trois veillart e soumes tuit troi chevalier: tant avom vescu e duré q’a poine nos poons nos mais sostenir, e neporquant encore n’i a nul de nos trois – qi tant somes e viels e foibles con vos veés – qui ne feïsse orendroit trop greingnor force que vos ne feïsiés. Por ce di je bien que, a cestui tens que nos portames armes de mon, nos estons en toutes guises trop meillor chevalier que vos n’estes orendroit.» [3]  De ceste parole que li viels home disoit se rit Breüs trop fieremant, car il li estoit bien avis que li bons home eüst parlé de force en ceste mainiere por follie e par trop viellecce. [4]  E li buon home, qui sorire (44ra) le voit, adonc li dit: «Vos cuidés que je me gabbe qui a vos ai parlé de force, mes, avant que vos vos partois de ceiens, vos ferai je veoir tout apertemant que je vos ai dit verité». [5]  Lors se comence Breüs a rire assés plus fieremant qu’il ne fessoit devant, e dit tout en riant: «Coment, sire, cuidés vos donc estre de la forse que je sui?». [6]  «E non Dieu – fet li preudome –, je le vos dirai: ne veés vos ore que je sui viel duremant?» [7]  «Oïl certes – fet Breüs –, voiremant voi je bien que vos estes si viel duremant que ja a grant tens que je ne vi nul si viel home.» [8]  «Encor sui je greingnor que vos n’estes, qui estes grant bachaliers», fet li preudomes. [9]  «E non Dieu – fet Breüs –, de ce dites vos bien verité: trop estes greingnor duremant que je ne sui.» [10]  «Or sachiés – fet li preudome – que encor feroie je trop greingnor forse que vos ne feriés, mes sans faille je ne sui moins si vistes ne si legiers con vos estes, ancois me tremble tot le cors de la grant viellece que je ai; e se que je vos ai dit de vostre force e de la moie vos ferai je veoir tout apertemant avant que vos vos partois mais de ceste repaire.» [11]  «Si m’aït Dex – fet Breüs –, se m’est trop bel car se vos fais je bien a savoir: que je seroie tenus por auques fort chevalier entre les fors chevalier (44rb) qui orendroit portent armes.» [12]  «Or laissiés – fet li preudome –, je croi que je vos ferai veoir aucune chose que vos tendrois a grant mervoille avant que vos vos partois de moi. Mes or me dites: avés vos entre le chevalier errans nul chevalier que vos tengnois por chevalier parfit d’armes?» [13]  E il respont molt pensis: «Certes, il i a des bon chevaliers e de ciaus qui bien sont de aute renomee e par raison, car il sont chevalier garnis de aute chevalerie e de haut valor. Mes, se Dex me salt, des chevalier parfit n’en sai je nus se se n’est un soulemant; mais de celui creroie je tost qu’il peüst estre chevalier parfit qar il est buon chevalier parfittemant, car je ne croi pas qu’il n’ait nul ausi buon en tot li monde: il a tant fet por le roiaume de Logres qu’il a mostré bien apertemant que la soe chevalerie ne se prendroit nulle autre. De celui croi je bien tost qu’il peüst estre parfit chevalier de chevalerie, qar il en a fait auques les evres.

CII

[1]  Nul autre que je sache orendroit ne plus [***]or ne creeroie onques fuit chevalier parfit, se je n’en veoie autre chose que je n’en ai encore veü». [2]  «Or me dites – fet li preudome –, celui chevalier qui vos orendroit prisiés tant sor tous les autres chevalier: coment a il non? de quel lingnaje? est il petis ou est il grans?» [3]  (44va) «Sire – se li a dit Breüs –, se Dex me doint bone aventure, con je non sai son non ne je ne croi qu’il ait orendroit en tout le roiaume de Logres trois chevalier qui le sachent, car il se vet si duremant celant en tous le leus ou il vient que jamés, a ome dou monde, ne vuelt riens dire de son estre, e qui li demande son non jamés ne respont. [4]  En tel mainiere se vet celant e, se il est entre les chevaliers, il est si onbles e si cois e si mue e si teisant que jamés ne dit mot dou monde ne jamés, de nul fait qu’il facce, ne tendra parlemant. Se vos le veïssiés, adonc vos cuiderés legieremant qu’il ne fust ne ne peüst valoir un povre garçon, e quant il est armés e il vient a aucun grant fet, adonc veriés vos chevalier, adonc veriés vos mervoilles apertemant. [5]  Ensint, sire, se vet son fet qui encore ne savom son non, ne de son lingnaje ne savom nos nulle chose: nos ne savom s’il est de rois ou de conte ou de basse jent, il se tient si celeemant en tous le leu ou il demore que nul ne pooit savoir la droite verité de son estre. [6]  Mes de son corsaje, sire, vos di je que por defaitte de cors ne perdra il riens car, a la verité dire, ce est tos le miels fet chevalier de cors que je encore veïsse en tout mon aaje, e est toute le greingnor (44vb) chevalier que je sache orendroit entre le chevalier errans. E de sa force oï je dire a alcuns qui l’avoient veü en grant prove qu’il est si trés fort estranjemant qu’il ne cuidassent pas legieremant qu’il peüst avoir en tout li monde nul si fort home con il est. E sor tout ce, il est si trés bel chevalier qu’il n’a si bel en tout li monde, si con je croi. Sire, de celui vos di je qu’il est parfit chevalier, selonc le mien jujemant.» [7]  Quant il a sa raison finés, li preudome respont erraumant e dit: «Dex aïe, coment puet ce estre que l’en ne set le non de si bon chevalier con est celui dont vos parlés?». [8]  «Sire – fet Breüs –, ensint est: coment le poom nos savoir puis qu’il ne le vuelt dire?» [9]  «Or me dites – fet li preudome –, conbien a qu’il comence a porter armes?» [10]  «E non Dieu – fet Breüs –, je ai entendu por aucun que il puet bien avoir quinze ans qu’il porta armes.» [11]  «Dex aïe – fet li preudome –, coment poroit adonc estre que vos ne seüstes adonques son non?» [12]  «Sire – fet Breüs –, je le vos dirai: aucuns qui orendroit le vait auques reconoissant dient qu’il a bien esté en prison dis ans.» E plus quant li preudome ot parlé de dis ans, il dit a Breüs:

CIII

[1]  «Or me dites, sire chevalier, selui chevalier que vos tant alés loant a il une plaie petit en mi le front?» [2]  «E non Dieu sire – fet Breüs –, oïl.» [3]  «E non Dieu – fet li preudom (45ra) –, donc sai je bien qu’il est: je ne le vi puis qu’il n’avoit pas cinc ans, qu’il fu ceens aportés. Se il n’estoit bon chevalier, puis qu’il est vis, ce seroit bien trop grant mervoille car certes il fu bien de totes pars de trop buon chevaliers, e si peres, qui l’enjendre, fu bien de aute valor e de haute chevalerie garnis. Por quoi je di bien que se seroit trop grant mervoille se li fils ne fust trop buon chevalier au regart qui sont li autre chevalier qui orendroit portent armes.» [4]  «Sire – fet Breüs –, se Dex vos doint bone aventure, dites moi de quel lingnaje sil bon chevalier est de cui nos avom orendroit tenu parlemant; e sor tot ce, me dites son non, se vos en pri.» [5]  «E non Dieu – fet li preudome –, quant vos de ceste chose volés savoir la verité, e je vos en dirai partie. Or sachiés que seens gist le comencemant de son lingnaje, de cels, di je, que je connui e je oï parlé. Je sai bien que vos avés esté en toute ces chanbres par de sa, car vos entrastes çaians par devers l’autesse de ceste roche.» [6]  «E non Dieu sire – fet Breüs –, vos dites verités.» [7]  «Or sachiés – fet li bonhom – que vos avés veü sil bel aïol: ce fu le grant chevalier que vos trovastes dedens le riche lit, e je sui son aïol car je sui fils de celui que vos veïstes. E je ai seens un mien fils qui laisse tout li monde por tenir moi conpaingnie en cestui povre leu ou vos me veés (45rb) orendroit. E celui mien fils, que je vos mostrerai ceens avant que vos partois de moi, si est pere propemant de celui bon chevalier dont vos parlastes orendroit; e celui buon chevalier si est appellés Guron, ce ne sai je se vos onques més en oïstes parler.»

CIV

[1]  Puis que Breüs entent ceste novelle, por ce qu’il avoit ja aucune fois oï parler de Guron, dit il a preudoume: «Sire, ce Dex me salt, de Guron oï je ja parler mes sil qui en parloient ne disoient pas que Guron soit vis, ains disoient qu’il estoit mort; il en dissoit molt grant bien sans faille». [2]  «Or sachiés de voir – fet li preudome – que il n’est mie mors, ancois est bien celui meïmes que vos loés tant e a nom Guron.» [3]  «Si m’aït Dex sire – fet Breüs –, or sachiés de voir que je me tieng a trop bien paié de ceste aventure que vos m’avés aprise a cestui point, car certes je estoie trop desirans de savoir le non de celui bon chevalier, ne savoir ne le pooie en nulle guise car je si retrouvoie home qui m’en seüst dire verité ne mensoingne. Mes por Dieu, biaus sire, quant vos or m’avés tant dit de bonté que vos m’avés dit son non, or me dites s’il est molt gentil home.» [4]  «Si m’aït Dex – fet li preudome –, oïll. Li roïaume de Gaules si deüst estre nostre por raison car li sire qui leens gist si en deüst estre rois, s’il vousist. (45va) Mes il ne vuelt la seingnorie ains la done a un suen frere cuens de lui: il fu chevalier de si grant cuer e de si aut afere qu’il n’en voloit la corone rechevoir e elle devoit estre soe car il estoit li ains nés frere; il leisse la corone por entendre en chevalerie. Li rois Clodoveum fu le primiere rois cristiens de Gaules, fu comencemant de nostre lingnaje e de cels qui crestiens furent. [5]  E encore vos di je une autre chose: or sachiés que li roiaume de Gaules si deüst estre de Guron car, avant que li rois Feramons en fust coronés, en porte la corone le pere de Guron; e puis por dolor de moi se mist il seens en ceste abitasion que vos veés e done celui roiaume a un suen neveu. Li roi Ferramons, qui orendroit porte la corone de Gaules, si fu fils d’un nostre serf que je comandai a farchier. Quant sil morut a cui mi fil avoit doné li roiaume de Gaule, il moruit sans oirx; Feramons, qui assés savoit e bien e mal, entre adonc dedens ausint con je sai e il i entre desloiaumant. Guron ne set riens de tout ce, il [ne] set ne de cui il fu fils, il cuide bien que si pere soit mors piecce; e por ce ne savroit il ore qu’il deüst respondre de toute ceste chose qui l’en voudroit demander la verité. [6]  Guron est molt gentil home, il fu estrait de part sa mere dou (45vb) lingnaje Elain le Gros qui fu neveu Jozep de Marbatie. Certes, je ne croi pas qu’il ait encore en tout le monde nul plus fort home qui est le pere de Guron; mes se vos orendroit le veïssiés, vos creïssiés molt malemant ce que je vos en ai dit se vos ne veés sa force, car nos menjom si povremant en ceste leu ou vos me veés que a grant poine en poom nos sostenir nostre vie, ne nos n’issom onques de ceens toutes voies et demoron ensint con nos le poom fere.» [7]  «Sire – se li a dit Breüs –, qu’en diriés vos? Or sachiés tout veraiemant [que], se tout li monde mi deïst que Guron ne fust gentil home, trop duremant je ne’l creeroie, car certes il semble miels gentils home en toute choses que nul chevalier que je veïsse encors. [8] Mes, biaus sire, por Dieu, quant vos m’avés tant fet de cortoissie que vos m’avés dit de Guron se que je trop en desiroie a oïr, or me dites, se il vos plest, qui fu celui chevalier qui leens se gist, e me contés coment il morut e me dites toutes sa vie. Puis me dites de la damoiselle qui gist en l’autre chanble: aprés le brief que elle porte avec lui, si dit qu’elle morut por amor e morut virge e li chevalier autresint morut por amor. Aprés me dites, s’il vos plest, coment li quatre chevalier moruirent qui gisent en l’autre chanbre après (46ra) la damoiselle, e coment il furent aportés seens. Tout ce me dites, se il vos plest, car se est sans faille une chose que je trop desir a oïr.»

CV

[1]  Quant li preudome entent ceste parole, il respont et dit: «Dex aïe, biau sire, quant vos auroie je tout ce conté?». [2]  «Sire – fet Breüs –, vos veés bien qu’il n’est pas encore hore de none, e par cestui conte escouter e por estre en vostre conpaingnie aucun petit, ai je bien volonté de demorer avec vos cestui jor e toute ceste nuit e demain.» [3]  «Certes – fet li preudome –, e je vos en dirai partie. Or escoutés con il avient de cel chevalier qui leens gist»; et puis li comence son conte. [4]  «Sire chevalier, il fu voir sans faille que li grant chevalier qui leens gist dedens le lit que vos veïstes il fu fils au roi de Gaule que l’en appelle Crudeus. Sil roi ot IJ fils trop preudome e trop buon chevalier; li ans nés, qui roi devoit estre por raison, ot non Febus: ce fu celui qui leens gist. Il ne peüst trover qui encontre lui se peüst durer de force si que tut le monde se mervoilloit de sa proesse e de sa legeresse. E sil dit qu’il ne se tendroit pas a la terre que si pere tenoit, ains voït terre gaagner en estranje contree; e le fist tout ensint car il se parti de Gaule e quite la terre a son frere, qui estoit mains nés de lui, e s’en ala a tout XL conpaingnon e non plus e vint a la mer (46rb) e se [fu]st paser en roiaume de Logr[es]. [5]  A celui tens n’estoit en la Grant Bretaingne cristiens si espandus comunemant con elle i est orendroit, ains estoit encore la greingnor partie de paiens; a celui tens n’estoit pas cristiens sil de Norgalles ne sil de Gaules ne sil de Norbellande: tuit sil troi roiaume estoient de paien. Quant Febus fu venus en la Grant Bretaingne a si povre conpaingnie comme vos cont e li crestiens qi estoient entendirent qu’il estoient venus por terre conquerre a si pou de gent con il avoit, il se comencerent a gaber de lui e distrent entr’els qu’il n’estoit mie bien sennés quant il estoit venus por si grant chose a si pou de gent.

CVI

[1]  Un rois avoit adonc en la Grant Bretaingne qui le reçuit molt bele e li fist grant honor quant il sot qu’il estoit, qar de la sa valor coroit ja grant renomee por tout li monde. [2]  A celui tens estoient frere charnel d’un pere e d’une mere li rois de Gaules e sil de Norgalles e sil de Norbellande. Tout maintenant que Febus fu armés en la Grant Bretaingne, lor dist un lor mestre qui molt savoit de nogromancie e des choses qui estoient a venir: “Seingnor – dit il –, fetes grant ost e vos apparoilliés de defendre, que si doit (46va) venir un home de la cristiene loi qui est garnie de si estra[nge] force qu’il vos metra tous [a] mort e toute vostre ost tornera a desconfiture, se vos ne vos poés defendre. Sist est bien le segont Sanson au regart de grant force”. [3]  Quant li troi frere oïrent ceste novelle, il demanderent: “Adonc amenra il avec lui grant jent sil qui desconfire nos doit?”. [4]  Li mestre respondi tantost: “Il ne le est pas mistier que il amaint grant conpaingnie, car il est si estrangement forte de soi que de la force qu’il a n’est fin. Fetes gens tant con vos porois fere e vos garnissiés encontre lui, car il ne demora pas grament a venir en ceste part”. [5]  Li trois freres se comencerent a gaber quant il oïrent ceste novelle e distrent entr’els: “Se ne poroit avenir que sist hom nos vet disant; e neporquant, por ce que bon est toutes voies soiont garnis encontre ceste aventure, manderom nos por jent”. Lors assemblerent toute la gent qu’il porent avoir e tant firent qu’en pou de tens orent il bien qinze milia homes as armes, que chevalier que autres. E lors lor fu la novelle aportés que Febus estoit entrés ou roiaume de Norgalles mes il n’avoit en sa conpaingnie fors XL chevalier, e feïssent si grant mervoille qu’il ne trovoit nulle gent en chanp qu’il ne meïssent a desconfiture. [6]  Quant li (46vb) troi frere oïrent ceste novelle, il ne s’en firent se gaber non e distrent entr’els: “Voiremant somes nos fols qui si grant gent con est ceste avons asemblé por qarante chevalier soulemant”. [7]  Toutes voies, por le novelles qui lor venoient si estranje de la forse de Febus, se partirent il de Norbellande, ou li ost estoit asemblee, e s’en vindrent ou roiaume de Norgalles; e oïrent adonc conter que Febus avoit pris un chastel par forse qui estoit si fort estranjemant que l’en ne cuidoit mie que tos li monde le peüst por force prendre en nulle saison. Il furent tuit esbaïs de ceste novelle, e distrent entr’aus: “Li dex nos sont corochiés, autremant ne puet estre si grant mervoille se ne fust li coros de Dex”. [8]  Tant alerent ensemble por le roiaume de Norgalles qu’il vindrent là tout droitemant ou estoit Febus, e troverent qu’il estoit lojés entre lui e ses conpaignons devant une riviere grant e parfonde. Quant Febus entendi que sor lui venoient li trois rois a si grant ost con il amenoient e a si mervoillouse gent, il ne s’en fist se rire non e lor mande par un suen messaje qu’il s’en retornassent là dont il estoient venus, outreemant qu’il le metroit tous a mort ou a destrusion. [9]  Sil cuiderent bien qu’il fust espoentés dou grant peuple qu’il amenoient, e que por ce li avoit (47ra) comandé ceste parole. Si li manderent arieres qu’il ne s’en retornerent devant qu’il l’eüssent mort; il voloient avoir la bataille a l’endemain e il lor dist qu’il estoit apparoillié de conbatre puis qu’il voloient la meslee. [10] Selui soir parla Febus a ses conpaingnon e lor dit: “Or i parra que vos ferois demain car nos aurom demain la bataille”.

CVII

[1]  “Sire – font il –, conbien puet il avoir de gent encontre nos?” [2]  E il, qui bien en savoit la verité qar ja li estoit dit, respont e dit: “Il n’i a tant de jent c’un preudome ne peüst bien desconfire ardiemant. Il ne sont fors qui[n]ze milia: as primier coux que l’en fera sor els, seront il onis e desconfit por coi il soient bien ferus, car il ne sont pas home de grant valor ne de grant bonté”. [3]  Quant li conpaingnon Febus entendirent que quinze milia estoient cil encontre cui il se devoient conbatre ne il n’estoient fors .XL., il n’i ot adonc si ardis d’els tos qui trop ne fust espoentés, car il ne lor estoit pas avis que en nulle mainiere dou monde qarant chevalier peüssent durer encontre qinze milia. E por ce respondirent il a Febus: “Sire, por Dieu, s’il vos plest, ne vos metés en ceste aventure car trop seroit sans faille perillouse e doutable por nos. Vos veés bien que nos ne somes fors .XL. e sil sont (47rb) .XVm.: coment porons nos avoir duree encontre si grant jent? Por Dieu, sire, ne vos metés a mort si apertemant con vos meïmes veés en ceste guize, car la onte e le pechié en torneroit sor nos e le doumaje en seroit nostre”. [4]  Quant Febus vit que tuit si conpaingnon estoient si fieremant desconfortés, il lor dist en soriant: “Sire chevalier, or sachiés tout certainemant que dusque cestui point ai je esté deceus de vos, se Dex me doint bone aventure, con je cuidoie tout certainemant qu’il eüst tant bonté en vos e ardemant por ce que tout li monde ne vos peüst pas desconfire se il vos venist encontre en un chanp. Mes pui que je voi vostre defaute si apertemant con vos le mostrés ici, je refus dès ore en avant la vostre conpaingnie. [5]  Je ne vos vuoill desoremais por conpaingnon, car je n’i vuoil que Cohardie soit prés de moi. Or vos en alés orendroit e me leissiés en ceste plasse: je n’i vins pas de ma contree en ceste region estranje por ce que je deüsse refuser nulle bataille; je la vuoill por moi maintenir, e se je par moi ne puis metre toute ceste gient qui si vient a mort e a desconfiture, donc vuoill je bien que entre vos diois aprés que Febus n’est pas chevalier. Or vos en alés vostre voie, car je sui sil qui remandra en ceste plasse: (47va) de ce ne doutés onques”. [6]  Quant il oïrent ceste parole, il ne sorent qu’il deüssent dire car Febus – que il tenoient a lor seingnor e qui lor parent charnel estoit – ne voloient il dou tout laiser, ne en si grant aventure con estoit celle que de .XL. home metre encontre .XVm. ne savoient il que dire. Il ne savoient a laquel partie il se deüssent tenir: ou de remanoir avec Febus ou del partir els de lui. [7]  Quant Febus le voit si fieremant douter por le parlemant qu’il avoit tenu a els, il dit a deus de ces escuiers: “Or tost donés moi mes armes”; sil li donerent erraumant. [8]  Quant il fu apparoilliés de ses armes, il dit a sses conpaingnons: “Vos estes tuit mi parent charnel e certes, dusque ci, cuidoie je bien que je fusse onorés de vos e creoie que vos fussoie tuit preudome. Mes je ai tant veü ici de vos a cestui point que je conois que de tant sui je desonorés e avilés con vos m’apartenés, ce di je bien par voir. E por ce ai je bien en pensé de fere se que je vos dirai. Or escoutés.

CVIII

[1]  Verités est que je vos treïs dou païs ou nos fumes noris e je vos menai en estranje contree par conquister pris e honor; mes je voi que vos estes si mauveis dou tot e si faillis de cuer que je sai bien certainemant que vostre mauvestie ne vos laisseroit jamés partir (47vb) de la Grant Brettaingne que vos ne fussiés dout tot onnis. E por se, se Des me salt, je vuoill miels que je meïmes de mes mains vos mette a onte e a morte que autre vos i meïst; e vos estes tuit venus a vostre mort, car je vos occirai. [2]  Or vos defendés de moi se vos le poés fere, car je n’ai pris mes armes, con vos veés, fors por vos tos metre a mort: je vuoill miels que vos morois por mes mains e non mie por le mauvais chevalier contre cui je me doie conbatre demain; e si ai bien pooir e forse tos seuls de vos tos metre a mort e a desconfiture tos le .XVm. homes qui si sont asemblé por moi metre a mort”. [3]  Quant li qarante conpaingnon entendirent ceste parole, il furent assés plus esbaïs qu’il ne furent devant; e li uns d’els – qui estoit son cosin germain e qui bien estoit le meillor chevalier de son cors qui en la plasse fust fors Febus soulemant –, quant il oï celle aute parole que Febus avoit dit, il s’en torne vers Febus e li dit: “Sire, dites vos a certes se que vos avés orendroit dit ou vos l’avés dit por nos gaber?”. [4]  “E non Dieu, biau cosin – dist Febus –, je ne sui mie chevalier qui autre doie gaber: je l’ai dit tout a certes, e sachiés que je sui bien puissant de metre a fin se que je vos ai orendroit dit.” [5]  “E non Dieu – fet le chevalier –, (48ra) puis que vos si aut fet volés enprendre, je vuoill estre de la vostre partie, coment qu’il m’en doit avenir.” [6]  Tuit li autre s’acorderent maintenant a ceste chose, puis qu’il virent que sil estoit venus a la partie de Febus; e distrent qu’il voloient miels morir en mi le chanp, se morir devoient a celui tens, qu’il laissent Febus. En tel mainiere, sire chevalier, remest la prove que Febus voloit fere encontre ses parens: s’il ne se fussent si tost acordés a els con il firent, il l’eüssent tos mors car bien n’avoit le pooir e la volonté a ce qu’il estoit trop corochiés de ce qu’il avoit trouvé en els si grant defaute. [7]  E au besoin selui soir e toute la nuit demorerent li conpaingnon sor la riviere ensint logiés con il estoient iluec, e toute celle nuit furent armés car molt avoient grant doute que sil dell’autre part ne passassent sor els la nuit meïmes.

CIX

[1]  A l’endemain auques maitin s’apparoillerent li troi roi de passer la riviere. Li roi de Norgalles, qui voloit son roiaume defendre, passe adonc avant e ot en sa conpaingnie .XVm. home armés: pou i avoit de tous cels qui n’eüst cheval. [2]  Li qarante conpaignon, dè lor qu’il virent que sil avoient passé (48rb) la riviere, voloient ferir sor els mes Febus ne lor sofri pas ains lor dist: “Sofrés vos atant que tuit li autre soient venus car, se nos metons a desconfiture cels qui orendroit sont passés par devers nos, nos aurom adonc perdu cels qui sont de celle autre part, car il torneroient maintenant en fuie. Por ce vuoill je que vos le lessois tous paser de ceste part e puis i po[ro]m ferir sor els”. [3]  A ceste parole s’acorderent e li un e li autre car econtre le comandemant de Febus n’osassent il aler e[n] nulle mainiere a ce que trop le dotoient duremant, e por se sofriront il tant de ferir sor els que li trois rois furent passee. Febuss n’i fist autre demoranse ains laissent corre sor la primiere bataille, se fu sor le roi de Norgalles: e li avient que, de tout le premier coux qu’il feri, il ocist li roi de Norgalles de son glaive e le porte mort a la terre. [4]  Que feroie je lonc conte? Il fist tant come sil qui estoit la mervoille de tout li monde a celui tens, que il esconfist la primiere bataille enn une petite d’ore a l’aide des [s]es conpaingnons; e se il le mist tous a desconfiture se ne fu mie grant mervoille, car il donoit si estrange coux par le grant force dont il estoit plains qu’il ne ferot grament [***] qu’il ne le (48va) portast tout maintenant mort a la terre. Por ceste chose furent si esbaïs il de la primiere bataille qu’il tornerent en fuie en petit d’oure; e sachiés que a selle fois en i ot tant des mors de cels de Norgalles que li roiaume de Norgalles en remest povre de chevalier e en fu destruit de preudome une grant saison aprés. [5]  Puis qu’il orent la primiere bataille desconfit en tel guize con je vos cont, il laisserent corre sor la segonde qu’il n’i firent autre demoranse, e ce estoit de cel de Galles. A celle fois avient adonc que de tout le primier cop que li bon chevalier feri en la segonde bataille il ocist li roi de Gales, e puis mist la main a l’espee: e se il avoit fet en la primiere bataille si grant mervoille que tuit cil en estoient esbaïs que le fet avoient regardé, il en fist assés plus en la segonde. [6]  E qu’en diroie? Tant fist li bon chevalier a celle fois par la desmezuree force qu’il avoit que toute la segonde bataille torne a desconfiture, e tant i ot de mort de cels de celle bataille que ce estoit une pitié e une dolor de veoir la grant mortalité d’omes con iluec avoit. Cil de Gaules, qui toutes voies voloient venger lor doumaje, sofrirent tant qu’il porent sofrir; e quant il ne porent en avant, il greppirent le chanp [***] se fierent dedens l’eve en i ot [de]noiés (48vb) une grant partie. Ausint estoit il avenu de cels meïmes de la primiere bataille qui en i avoit molt denoiés.

CX

[1]  En tel guise con je vos ai conté furent torné a desconfiture le deus primier bataille. Pui que cels furent dout tot desconfit, Febus – qui de tout le travaill qu’il avoit le jor sofert ne s’en sentoit encore point con sil que por la trés grant forse dont il estoit garnis ne se puet pas sentir de nul travaill dou monde – quant il vit que les deus batailles estoient ensint desconfit, il n’i fist autre demorance ains laisse corre sor l’autre tout erraumant. E il estoit ensint avenus de ses conpaingnon qu’il n’en i avoit nul mort ne nul autre qui fust grament navrés. [2]  Puis qui l’orent feru sor la tierse bataille en tel guise con je vos cont, e dont mostre Febus plus apertemant qu’il n’avoit fet nulle autre bataille que voiremant estoit il bien la mervoille de tos le chevalier qui a celui tens fussent ou monde, car il dona tant de cous a l’espee trenchant que en petite d’ore furent torné a desconfiture tuit cil de Norbellande. [3]  Li roi meïmes s’en foï qui bien veoit apertemant q’il ne pooit le chanp tenir car de ses homes i avoit mort trop grant partie, les uns navrés e des (49ra) autres i ot noiés dedens le flum une grant partie. Li roi de Norbellande fu desconfis en ceste mainiere que ge vos ai conté, ne de toute la perte qu’il reçuit iluec ne li chaloit il guaires fors que de ses deus freres que il laissoit mort en mi le chanp: celle dolor ne li puet puis issir dou cor ains morut puis au dereain. [4]  Sire chevalier, en ceste mainiere que je vos ai conté desconfit Febus les trois rois a si grant conpaingnie con il avoient amené; e si en moruit tant celui jor que tuit li troi roiaume en furent desconfit e mis a destruission. [5]  Quant il ot celle bataille mené a fin con je vos ai conté, il ne s’aretient pas en la plasse ou la bataille avoit esté ains passe l’eve entre lui e ses conpaignons e trouve sor la riviere molt de chevalier noiés. E por ce ala il avant e tant ch’il vint a une grant foreste; e por ce qu’il trouverent a l’entree de la foreste une molt belle fontaine, descendi iluec Febus e toute sa conpaingnie ausint e se desarmerent e demorerent tout la nuit. E lors dist Febus a sses conpaingnon: “Seingnor, que vos est il avis de ceste aventure qui hui nos est avenue?”. [6]  E il respondirent: “Sire, nos avons conquisté si grant honor qe nostre lingnié ne conquiste encore si grant; mes l’onor n’est mie (49rb) nostre ancois est bien vostre dou tot car, se por doutanse de nos ne fust, nos eüssions voïdié le chanp avant le coup”. [7]  “Seingnor – dist il –, quant vos veés que Fortune vos vuelt tant de bien con elle vos a ci mostré, or ne pensés jamés nul jor a mauvestie ne a coardie. Li chevalier qi a poor por nulle aventure dou monde ne se dovroit tenir por raison a chevalier: poi s’en failli que vos ne fustes ier oni e desonorés dou tot por coardie mal conpaingnon meïstes en vostre conpaingnie quant vos Coardie meïstes. Gardés vos de tel conpaingnie toute nostre aaje car, se vos le tenés prés de vos, il vos metra a desonor.”

CXI

[1]  Ensint parla a selle fois Febus a ces conpaingnons con sil qui trop duremant estoit encore corochiés envers els de la grant faute qu’il avoient [tr]ouvé en els le jor devant. [2]  Celui jor li fu amené une damoiselle qui avoit esté fils au roi de Norgalles e elle demoroit en un chastel prés d’iluec; e por ce que l’en li avoit dit e conté por verité con si pere estoit remest mort el chanp, s’estoit elle mise en aventure de venir là a pou de conpaingnie car elle voloit decovré le cors son pere e de son oncle li roi de Gaule, e voloit metre le deus cors en unne tombe dedens le chastel ou elle demoroit. Elle (49va) ne voloit mie, se elle pooit, que li cors de si gentil home con estoit si pere demorast en mi le chanp e que le beste sauvaje de la foreste le manjassent. [3]  Por se s’estoit mise la damoiselle a la celee par un chemin estroit, e cuidoit bien venir el chanp en tel mainiere que elle ne fust encontré de nul home qui l’arestast. Mes il ne li avint pas ensint cun elle quidoit: elle fu prise en la foreste e amené devant Febus; e quant il l’ot regardé, por se que il vit qu’elle estoit belle a mervoilles demanda il, a cels qui entor lui estoient, qi elle estoit. [4]  Un chevalier de la contree qui estoit remés en la conpaingn[i]e Febus de celui point qu’il ot veü que la bataille estoit vencue, quant il entendi ce que Febus demandoit il se mist avant e respondi: “Sire, or sachiés que ceste damoiselle est molt jentil fame. Li roi de Norgalles, qui vos meïstes hui ha mort, fu si peres”. [5]  “A non Dieu – dist Febus –, de qui q’elle fust fille, elle est belle.” [6]  “Ha sire – fet sil –, se vos veïssiés une autre damoiselle qui est coisine de ceste que vos veés orendroit e est fille li roi de Norbellande, con vos tendrois a grant mervoille l’estrange biauté don elle est garnie! E sachiés, sire, que ceste damoiselle que vos ci veés e que vos tenés orendroit si belle si n’a (49vb) nulle biauté dou monde envers celi que je vos di.” [7]  Febus, que de la belle damoiselle de Norbellande avoit ja oï parler a plusor gens, e bien avoit oï tesmoingner por verité que ce estoit sans faille la plus belle damoiselle qui a celui tens fust en tout li monde; e por la grant biauté qu’il en avoit oï conter li voloit il trop grant bien e l’amoit de tout son cuer ne onques ne l’avoit veüe. E en celle bataille meïmes que il avoit le jor aconplie seroit il trop bien provés por ce primieremant qu’il veoit que a fere le convenoit, e aprés por l’amor de la damoiselle: quar bien savoit certainemant qu’il ne peüst estre en nulle mainiere que le novelles n’alassent a la damoiselle del grant fet qu’il feroit iluec. Por ce fu il trop fieremant joians en soi meïmes quant il entendi que li chevalier looit si duremant la damoiselle que il tant amoit ne encor ne l’avoit veüe. [8]  Don il dist: “Coment, sire chevalier, volés vos donc dire que la belle damoiselle que fille estoit dou roi de Norbellande soit plus belle damoiselle que n’este ceste? Ja este seste si belle que je ne cuidasse pas qu’en toute le monde peüst avoir une plus belle damoiselle de ceste”. [9]  Li chevalier respont e dist: “Se ne fu mie sens de cuider ceste (50ra) chose. Or sachiés que, tout autant que vos estes meillor chevalier de tos sels qui hui assemblerent encontre nos, autant est la fille dou roi de Norbellande plus belle damoiselle en toutes guises. Ceste qui ci est orendroit n’a nulle beauté envers selle, se sachiés vos”.

CXII

[1]  De ceste novelle fu trop joians Febus, don il dist au chevalier: “Sire chevalier, or sachiés que, por la grant mervoille que je ai oï conter de la biauté de celle damoiselle, la verroie je trop voluntiers. Dex me met en point e en leu que je tost la voie, car se est une chose que je trop dezir”. [2]  Lors se torne envers la damoiselle que fille estoit li roi de Norgalles e li dist: “Damoiselle, por coi venistes vos en ceste partie?”. [3]  La damoiselle respondi tout en plorant: “Sire, puis qu’il me fu contés que la desconfiture estoit tornés sor mon pere e sor mes parens, e il me fu dit por verité que mi pere estoit mort e un de mes oncles, il me vint en volonté de fere ceste chose”; e maintenant li comence a conter por coi elle s’en aloit ou chanp ou la bataille avoit esté. [4]  Quant Febus entendi la parole de la damoiselle, il le respondi tout erraumant e dist: “E non Dieu, damoiselle, vos voliés fere cortoisie e cure de pitié e de nature? E quant vos ceste part venistes por ceste (50rb) chose, je vuoill que vos soiés delivrés tout orendroit”; e maintenant la fist delivrer. [5]  En tel guise con je vos cont, sire chevalier, fu destruite en celle jorné tout li roiaume de Norgalles car tuit li preudoume dou roiaume furent en celle bataille les un mors, les autres navrés, les autres noiés, e li roi meïmes i fu ocis. Ce fu bien le greingnor doumaje qui avenist a celui point, car sil rois estoit bien home de valor e de cortoisie. [6]  Aprés ce ne demore gran tens que Febus vient ou roiaume de Norbelande a tant grant gent e non pas a si grant jent con il peüst amener s’il vousist, car tuit li buon chevalier qui oïent parler de sa mervoillouse proesse s’en venoient a llui tout droit por lui servir s’il vousist: il retenoit les uns e a les autres donoit conjé, qar il ne voloit onques avoir avec lui si trés grant jent con sil que mervoillousemant se fioit en sa aute proesse. [7]  Quant il fu entrés el roiaume de Norbellande, il demande a cels de la contree ou li rois demoroit; e sil, qui le savoient, li distrent: “Sire, il est entrés en un suen chastel por poor de vos, car il avoit bien oï dire que vos devriés venir ou roiaume de Norbellande. E celui chastel ou il est entrés (50va) a il garni tant con il puet de toutes les choses qu’il convient a garnir chastel. E sachiés sire que li chastel est si estranjemant fort que nos ne cuidom pas que nulle gens dou monde le peüst jamés prendre por force”. [8]  “E non Dieu – dist Febus –, tout ce que li rois de Norbellande a fet econtre moi ne le garentira, si con je croi. Or deu chevaucher vers la contree ou li rois est enchastellés.” [9]  Ensint con il le comande fu fet, car il se mistrent erraumant au chemin tout droit vers le chastel ou li roi de Norbellande estoit entrés; e tant chevaucherent de jor en jor qu’il vindrent là e trouverent adonques que li chastel estoit si fort en toutes guises que se estoit une mervoille que de regarder soulemant la grant force que il avoit. [10]  Quant Febus voit la trés grant force dou chastel, il ne sot donc qu’il deüst dire ne faire car se veoit il bien tout apertemant que li chastel estoit si estrangement fort de toutes chose que a poine peüst il jamés prendre por force d’arme. Il fist maintenant assegier le chastel, e assegier le pooit il trop legieremant e de poi de gent car li chastel estoit en une aute roche, si aute duremant qu’il sembloit bien que l’autesse tocast au ciel; ne il n’avoit fors une entree, si estroite duremant que dui home ne peüssent pas aler l’un encoste dell’autre. E por (50vb) selle meïmes montee descendoit l’en dou chastel qu’il n’i avoit fors que selle montee e selle descendue; por ce pot Febus lejeremant assejer le chastel e de pou de conpaingnie.

CXIII

[1]  Quant il ot le chastel assejés en tel guise con je vos cont, il demande priveemant a sels qui entor lui estoient se la belle damoiselle, la fille de roi de Norbellande, estoit lassus; e l’en li dist qu’elle i estoit voiremant. [2]  Il prist erraumant un messaje e le mande a mont, e li dit parole tele con il li plest que sil deüst dire au roi de Norbellande quant il fu a mont venus; cil estoit chevalier sans faille qui en celui messaje fu envoiés. E quant il fu venus dusqu’a la porte dou chastel, il dist a celui qui la porte gardoit qu’il hovrist la porte car il voloit parler au roi de Norbellande de la partie de Febus. Por ce que sil de leens virent qu’il estoit seuls, li ovrirent la porte e le laisserent laens entrer. [3]  Sil s’en ala droit au roi qui molt estoit espoenté de ce qu’il estoit ensint assejés, e li dit – oïant tos cels qui au roi feissoient adonc conpaingnie –: “Sire roi de Norbellande, a vos m’envoie sans faille le meillor chevalier qui orendroit soit en ceste monde, ce est Febus qui ceste chastel a asejé, ensint con vos poés veoir. E vos mande por moi que, se vos ceste (51ra) chastel ne li rendés hui ou demain, vos le perdrois hui en treis jors car il le vendra assaillir il tous sol: il n’i quiert autre conpaingnie. E sachiés bien certainemant qu’il n’est pas encor si fort qu’il peüst durer encontre lui di mi jor seulemant. [4]  Or gardés que vos voudrois fere: se vos li chastel li rendés hui ou demain, merci porois trover en lui; mes autremant estes vos mort, se sachiés vos bien, car encontre lui sans faille ne vos porois vos defendre en nulle mainiere dou monde. Or me respon[d]és maintenant que vos voudrois fere de cheste chose qu’il vos mande”. [5] Quant li roi entendi ceste parole, s’il estoit devant espoentés adonc ot il greingnor poor; toutes voies, por mi la grant poor qu’il avoit, respondi il en tel mainiere: “Sire chevalier, je ai bien entendu se que vostre sire me mande. Or vos en poés retorner a llui e je aurai consoill a mes homes hui en cest jor, e demain li ferai respondre e a ssavoir ma volonté”. Li chevalier s’en ala atant e retorne a son seingnor, e li dist tot mot a mot se que li roi de Norbellande li mande. [6]  Celui jor ot consoill li roi a sses homes e trouve adonc que tuit si home estoit si fieremant desconfortés qu’il n’i avoit d’els un tot sel qui s’acordast a autre chose fors se seulemant: (51rb) que li chastel fust rendus a Febus. Il avoient si grant poor de lui qu’il ne le dotoient mie guaire moins de la mort, car il l’avoient ja autre fois assajé. [7]  Quant li rois voit qu’il ne pooit en ses homes autre consoil trouver ne autre parole fors qu’il rendist a Febus, il se consoille a ssoi meïmes e dist adonc qu’il mandroit en cestui messaje sa belle fille: se il pooit jamés delivrer son cors des main Febus, il le delivroit por achaison de sa fille car bien li avoit l’en ja conté que Febus parloit toutes voies plus voluntiers de celle damoiselle que de nulle autre chose dou monde. [8] Por ce dist li rois a sa fille a l’endemain, auques maitin: “Belle fille, il vos estuet aler là a val dusqu’a l’ost; vos en irois dusqu’au pavillion Febus e li prieroit qu’il ait merci de vos en tel guise qu’il ne vos mette a morir; e li rendés cestui chastel. Je en dirot moi m’en alasse tout droit a llui, mes je ai poor e doutanse qu’il ne me feïst prendre e metre a mort; por se vuoill je, belle fille, que vos meïmes ailés en ceste messaje por delivrer vos e moi de ceste peril”.

CXIV

[1]  La damoiselle comence a plorer molt tendremant quant elle entendi la volonté de son pere, e dist adonc tout en plorant: “Sire, coment me trametés (51va) mon cors en la manaie e en la bailie de celui qui ocist mes deus oncles e qui m’a fet si grant doumaje de mon lingnaje, con vos savés?”. [2]  “Belle fille – fet li rois –, a metre vos estuet car autremant en porrai je morir e vos ausint: se nos, aprés li grant doumaje que sist nos a fet, nos convenoit morir por ses mains, malemant iroit nostre afere. Or tost, belle fille, alés a llui e si procachiés nostre pés au miels que vos le porois fere; aprés cestui point vos poroit Fortune aidier.” [3]  Quant la damoiselle entendi la volonté de son pere e elle vit que autremant ne pooit il estre e que aler le convenoit là u elle n’avoit nulle volonté d’aler, elle respondi adonc a son pere: “Haï sire, con nos devrom maudire Fortune qui tant nos a esté duremant contraire en pou de tens; a cestui point nos a atorné Fortune a onte e a destrussion, se ne sai je que nos fera de ci en avant”. [4]  “Belle fille – fet li roi –, a fere vos estuet cestui, voraie Dex voit qu’il nos en aviengne bien.” [5]  La damoiselle se parti atant de son pere qu’elle ne fist autre demorance, e mena en sa conpaingnie deus pulcelles e deus chevalier; e a la verité dire elle estoit si fieremant garnie de toutes les biautés que damoiselle poroit avoir en soi que nus ne la regardoit que de sa biauté n’en devenist tous esbaïs.

CXV

[1]  (51vb) Elle descendi en tel guize con je vos cont e a tel conpaingnie; e quant elle fu venue au pié de la roche, desous elle trouve iluec des homes Febus qui gardoient le pas que nus de lassus ne ss’en poïst foir. [2]  Le chevalier qui avec la damoiselle venoient distrent a ceus qui le pas gardoient: “Sengnor, veés si la fille li rois de Norbellande qui veudroit parler a vostre sire Febus, s’il li plesoit. Li rois ses peres la envoie sa a val. Or alés a llui e li dit liquels li plest miaus: ou qu’il viengne dusque sa por oïr que li roi li mande, ou que nos aliom jusque lui. Nos somes apparoillé de faire quel qu’il voudra a son comandemant”. [3]  Quant cil qui le pas gardoient entendirent ceste novelle, il s’en allerent eraumant a llor seingnor e li conterent se que li messaje dou chastel li feront a ssavoir; or comandast de ceste chose sa volonté.

CXVI

[1]  Febus – qui de la damoiselle veoir estoit trop fieremant desirans por la trés grant biauté dont chascun li donoit pris e los –, quant il entendi se que si home li disoient, il respondi: “E non Dieu, il est miells reison que je aille a la plus belle damoiselle dou monde que elle venist a moi, de tant con elle a travaillé de venir dusque sa a val por parler a moi, le me puis auques atorner a villanie e a (52ra) desonor”. Lors se lieve d’entre ses conpaingnons e prist troi chevaliers soulemant avec lui, por lui fere li conpaingnie a veoir la damoiselle e a oïr qu’elle voloit dire. [2]  Quant il furent venus là ou la damoiselle estoit, elle reconuit maintenant Febus; e si ne ll’avoit onques més veü mes, por ce qu’il avoit ja oï dire qu’il estoit le plus bel chevalier dou monde, quant elle le vit si bel dist elle a soi meïmes: “Sist est Febus sans faille”. E il voiremant dist: “Selle est la plus belle damoiselle dou monde”. [3]  La damoiselle, maintenant qu’elle vit venir Febus, elle se mist a genoills contre sa venue, e li autre autresint qui avec lui estoient venus. Febus, qui de ce fu molt dolens, sailli avant e dist tous enragiés de mal talant: “Haï merci, franc damoiselle, por Dieu ne me honissié si villainemant. Or sachiés que vos me fetes vergoigne de ce que vos estes a geneus”. E maintenant la dresse e puis li dist: “Por vostre grant biauté me tieng je onoré de vos veoir, por se vos fais a ssavoir que tout ardiemant me poés demander le don qe vos demander me voudrois: que certes ja ne me demanderois choses, dont je aie la seingnorie, que je ne vos doingne”. [4]  Quant la damoiselle entendi ceste chose, elle se comence adonc a reconforter (52rb) en soi meïmes trop fieremant. E por ce dist elle a Febus: “Sire, moltes merci de la promise que vos m’avés fete, e je vos demant un don: ce verai se vos le me donrois. Je vuoill que vos quitois ceste chastel de toutes querelles e mon pere ausint e moi, ne a ceste foi ne nos fetes ore plus de mal fors que selui que vos nos avés fet. Cestui don je vos demant, autre chose je ne vos requier a ceste fois”. [5]  Quant elle ot sa raison finee, Febus respondi maintenant e dit: “Certes damoiselle, cestui don vos otroi je trop voluntiers; e greingnor don que n’est cestui vos donasse je trop voluntiers, se greingnor le m’eüssiés demandé. Je le vos doing e otroi”. “Sire – se dit la damoiselle –, moltes merci.”

CXVII

[1]  Aprés ceste parole dist Febus a la damoiselle: “Damoiselle, ai je fet chose qui vos plaisse a ceste fois?”. [2]  “Sire – se dit la damoiselle –, oïl sans faille: bien avés fet ma volonté cleremant.” [3]  “Damoiselle – se dist Febus –, quant je ai fet vostre volonté ensint con vos meïmes reconoüstes, or vos pri je que en guererdon de ceste chose vos me faciois aucune partie de ma volonté.” [4]  “Sire – se dit la damoiselle –, or me dites vostre volonté: que certes, se vos me requerés chose que je puisse fere, a honor de moi je la (52va) ferai tout maintenant.” [5]  “Damoiselle – se dit Febus –, moltes merci. Or vos pri je que vos me doingnois vostre amor; e sachiés que, se vos le me doingnois, je en vaudrai miels en toutes guisses.” [6]  La damoiselle respondi erraumant e dist: “Sire, se Dex vos doint joie, m’amor que vos poroit elle valoir? Vos n’estes mie de ma loy ne je de la moie vostre, car vos estes cristiens e je sui paiense: coment donc se poroit li un de nos acorder a l’autre? E d’autre part, une chose i a entre nos deus dont orendroit ne vos sovient por aventure, mes a moi en sovient adés e sovendra toute ma vie: ne vos recordés que de vos main m’oceïstes le roi de Norgalles e selui de Gaules ausint, qui estoient adonc mon oncle andui? [7]  Vos m’avés destruite e morte, vos m’avés mis en poverté qui n’estoi, ce n’a [a]ncore gueres, a tel honor e a tel gloire que nulle pulcelle dou monde n’estoit de si trés grant afere si con je croi que je ne fusse de greingnor, e je sui ore dou tot torné a dolor e a poverté par vos deus mains. E quant vos m’avés tout ce fet, coment vos porroie je amer por nulle aventure?”. [8]  “Damoiselle – dist Febus –, por Dieu e por cortoisie, pardonés a moi tout celui fet ausint con je ai pardoné por amor de vos a vostre pere le grant mal que je li voloie. Je vos voloie trop grant mal avant que je vos veïsse (52vb) mes tantost que je vos vi li pardonai toutes ires, tous corois; ausint eüsie je pardonés a vos parens se je vos eüsse veü ancois. Damoiselle, se il vos plest, ne dites moi tele parole que certes selle grant biauté que vos avés en vaudroit miels en toutes guise s’il n’avoit en vos cortoisie si largemant con Des vos a doné biauté a grant largesse. Damoiselle, je vos pri que vos ne refusois ma priere, car certes je en vaudroie pis trop duremant e vos n’en vaudrois pas miaus.” [9]  “Biau sire – dist la damoiselle –, e se je m’amor vos donoie ausint con vos le requerés, quel amendemant vos en poroit avenir? Il m’est avis, se Dex me salt, que chevalier de si haute valor con vos estes ne poroit amender ne por damoiselles ne por autre chose, car vos estes tant amendés en toutes guise que vos ne poés puis valoir que vos valés. Vos estes tele, au voir dire, que tout li monde s’en mervoille qui ot parler de vostre afere: li siecles en est esbaïs; je meïmes, si m’aït Dex, quant je oï primieremant parler de vos e je entendi les grans mervoille que l’en en disoit, je fui de vos si esbaïe que je ne soi que dire. E quant vos par vostre bonté fetes tout li monde mervoiller, coment poriés vos amender de moi ne d’autre damoiselle? Sire, por Dieu, ne me gabés, (53ra) qu’il n’apartient a ome de si grant valor con vos estes”.

CXVIII

[1]  Febus respondi a ceste parole e dist, con sil qui ja amoit la damoiselle de si grant amor qu’il en estoit trop fieremant espris: “Damoiselle – dist il –, q’en dites vos? Or sachiés tot certainemant que, se je valoie tant orendroit que je ne peüsse plus valoir selonc mon jujemant, si vos promet je loiaumant que je amendrai tant de vostre amor, se vos le me doingnois, que je n’amendroit autant a mon avis se orendroit me fust donee la seingnorie de tous le regions terrene. Por ce vos pri je que vos me doingnois vostre amor, que je ne vaudrai miels a cent doblé”. [2]  “Sire – se dit la damoiselle –, e je le vos otroi par tel mainiere que vos en doiés amender e envers moi e envers mon lingnaje, e que vos desoremais ne me façois pis que fet m’avés.” [3]  “Certes damoiselle – dist il –, tout ce vos otroie je bien: jamés por moi n’aurés doumaje de qoi je me sache garder.” [4]  Sire chevalier, cestui fu le primiers acontemant que Febus ot avec la belle damoiselle. Selle s’en retorne maintenant au chastel son pere e li dist les novelles qu’elles aportoit de Febus. Sil fu molt liés de ceste chose e respondi: “Ma belle fille, or sachiés bien que de ceste aventure sui je trop (53rb) joians duremant car, se nos de cestui poons avoir la pés soulemant et l’amor qu’el contraire nos puet avenir dezoremés e qu’el corois, cist est la mervoille dou monde, sist est sans faille le meillor chevalier de tous mortiaus homes. Encore vos puet amender por aventure grant partie dou grant doumaje qu’il nos a fet. Por Dieu, belle fille, envoiés li de vos joians: il ne puet estre en [n]ulle guise qu’il n’en soit de miels e a vos e a moi”. [5]  “Pere – se dit la damoiselle –, a vostre comandemant. Puis qu’il vos plest, je le ferai.” E maintenant li envoie un suen fermaill e une sue centure; e sachiés que selui fermaill que li chevalier a ore a son col est selui que la damoiselle li envoie, e la centure dont il est ceint ausint li envoie la damoiselle au comencemant de lor amor. E en tel guize con je vos cont, apart encore d’el toutes le drueries que li bon chevalier reçoit primieremant de ses amors, encor le tient environ soi ensint con vos le poés veoir. E sachiés tout certainemant que por achaison de celle damoiselle meïmes moruit il, e se fu selle damoiselle qui en celle autre chanbre qui aprés lui gist encore. [6]  Si vos ai ore conté e finé mon conte, car je vos ai bien dit tout e conté le comencemant de son lingnaje e grant partie de sa haute chevalerie». E quant il a dite (53va) ceste parole, il se test adonc.

CXIX

[1]  Quant Breüs voit que li preudom avoit ensint laissié son conte, il est trop corochiés en soi meïmes: «A por Dieu, biaus sire, merci: quant vos ceste conte m’avés encomencié a conter, or le me finés». [2]  Quant li preudome entent ceste parole, il respondi: «E non Dieu, biaus chevalier, il sera ains nuit oscure que je vos aie conté se que vos me demandés, car trop i a a dire, car trop est ceste matire longue». [3]  «Sire – fet Breüs –, que vos diroie? Se Dex mi doint bone aventure, se je devois seens demorer trois jors entiers sans boire e sans manjer si est il mestier que je oïe toute cestui conte avant que je me parte.» [4]  «E non Dieu – fet li preudome –, quant vos tant en estes dezirans, dont serei je trop villain se je n’en feïsse vostre volonté. Or escoutés, si orois partie de ce que vos me demandés.» Et puis comense son conte ensint:

CXX

[1]  «Sire, puis que Febus ot recheü le druerie de la belle damoiselle ensint con je vos ai conté, il se parti devant le chastelh molt lié e joiant. Il manda puis a la damoiselle qu’elle voloit que il feïst por lui e celle, qui nul bien ne li voloit ains les aoit encor trop mortelmant por amor de ses oncles qu’il li avoit mort, li mande: “Dites (53vb) li que, se il vuelt avoir m’amor, qu’il me venje dou roi d’Orcanie car il ocist un mien frere n’a encore grament de tens; e se il se fa, ne me poroit fere chose qui tant mi pleüst. E sor toute se li dites qu’il facce por moi un ardemant si grant que l’en ne puisse dire que nul autre chevalier feïst encore a nostre tens si mervoillous. Ces .IJ. chose fache por moi”. Sestui mandemant si estranje fessoit la damoiselle en tel mainiere por ce qu’il le cuidoit metre a mort por achaude de cestui fet. [2]  Quant il ot receü le mandemant que li fesoit la damoiselle, e il fu trop liés e trop joians car il ne cuidoit que la damoiselle li eüst mandé celle chose por mauvestie mes por esprover sa valor e por veoir qu’il poroit fere. Lors se comence a aler a pou de conpaingnie vers le roiaume d’Orcanie e si n’avoit en cel roiaume a celui point se trop pou de cristien non, ains estoient paiens. Si conpaingnon remestrent a un suen chastel qu’il avoit conquis novellemant e estoit sil chastel fort de grant mainiere; il n’amoina avec lui fors sis conpaignons. [3]  Quant il furent entrees ou roiaume d’Orcanie si priveemant con je vos cont, Febus aprist que li roi devoit tenir cort grant e mervoillous (54ra) le primier jor de mai: e sil roi estoit appellés Orcan, bon chevalier e de grant mainiere e fort, e il avoit son jens tous sels de son roiaume qu’il venissent a selle cort car il la voloit tenir trop envoisiemant. Quant il entendi que li rois devoit tenir cort, il prist un suen vallet e li dist: “Vatten au roi d’Orcanie e si li di teles paroles de par moi”. [4]  E sil s’en ala maintenant au roi e si li dist, là u il le trouva dedens ses barons: “Roi Orcan, a toi m’envoia un chevalier de grant afere, qu’il n’a chevalier en tout li monde de si grant pooir que sil ne soit de trop greingnor; e il te mande que tu li as tant mesfet que il te vuel metre a mort, e por ce me mande a toi: que je te fianse de sa partie qu’il est tens qu’il ne tte metroit pas a mort devant qu’il t’eüsse desfie. E qu’en diroie je? Il ne t’asseüra fors que de la mort e sestu[i], quant il te veut occire, e[n] cestui jor tout propemant que tu doi cort tenir, vendra il a toi sans faille entre tes homes e iluec te metra a mort que ja por pooir que tu as ne portes homes ausint ne laissera. Or t’ai je dit le mien messaje, si m’en retornerai desoremais a mon seingnor. Garde toi de lui se tu le puis fere”.

CXXI

[1]  Quant li vallet ot parlé au roi d’Orcanie, en (54rb) tel guise con je vos cont, li roi, qui de ceste novelle ne feïssoit se rire non con sil que seür chevalier estoit, respondi erraumant e dist: “Di moi, vallet, qui est sil ton sire qui me mande si grant orgoill? Certes, je ne croi qu’il ait home au monde si ardi qu’il ozast enprendre de moi metre a mort a celle ore que tuit mes homes seront devant moi”. [2]  “Sire – fet li vallés –, or sachiés que selui qui a vos m’envoie l’osera bien enprendre e faire, puis qu’il le vos mande.” [3]  “E qui est sil? Dis le moi, se Dex te salt.” [4] “Or sachiés – fet li vallet – qu’il est celui propemant qui desconfist en battaille, n’a encor grant tens, li troi roiaumes: celui de Gaule e de Norgalles e de Norbellande; e n’avoit en selui tens fors .XL. chevalier en sa conpaingnie. Sil vos vendra veoir sans faille a selui jor que je vos ai dit. Gardés adonc vostre cors se vos poés.” [5]  E li rois respondi: “Amis, or dites a vostre seingnor que, tout soit il le meillor home dou monde, home por home, si ne m’est pas avis qu’il peüst avoir force ne pooir de faire se qu’il me mande. Bien sache il que por ses menaces ne laiserai pas a tenir ma cort ensint con je ai en volonté: se il avient, il porra avoir sans faille honor s’il le vuelt recevoir; e se il i veut miels avoir honte (54va) que honor, tost i porra ce trouver. Tout ce li dit de ma partie”. [6]  “Sire – respondi li vallet –, tout ce li dirai je bien que vos li mandés”; e maintenant s’en parti dou roi e s’en torne a son seingnor e li dist ce que li rois d’Orcanie li mandoit. [7]  Quant ce vint a la fine d’avril que li roi Orcan devoit tenir sa cort ensint con il l’avoit porpensé, tuit li baron d’Orcanie e tuit li chevalier ausint assemblerent a une cité ou li rois Orcan repairoit molt voluntiers; e estoit celle cité appellee Hesenon, molt riche cité e noble, e en selle cité devoit tenir ell roi sa cort. [8]  Quant vient au primier jor de mai, li roi – que bien estoit home de grant valor e de grant pooir, e estoit de son cors si buon chevalier e si puissant qu’il ne trovast pas ligieremant en tot son roiaume un chevalier de sa valor –, quant il vit que tuit li baron e si home estoient assemblee devant lui, il fu trop liés e joians e s’encomence a reconforter. [9]  E por ce que la feste fust plus pleniere e plus joians en toutes guises, porte corone celui maitin entor hore de prime e tenoit corone en ceste mainiere e en tel guise con li roi paiens portoient corone a celui tens. Il s’en ala de son palés dusque au tenple e ce estoit le tenple de Jupiter. E quant il ot dedens le tenple demoré tant con il li plot, il s’en torne dedens son paleis e trouve que les (54vb) tables estoient mises e apparoillié si noblemant e si richemant con s’il vousist celui jor doner a manjer a la moitié de tot li monde.

CXXII

[1]  A celui point tout droitemant que li rois voloit entrer dedens son paleis e il avoit en sa conpaingnie tant de chevalier que ce estoit une mervoille que de la grant jent qu’il avoit – e por doutance des paroles que Febus li avoit mandé avoit il fet armer dusqu’a .XX. chevaliers qui totes voies aloient encoste de lui por lui garder se aventure avenist de besoing –, a celui point que je vos di que li rois d’Orcanie voloit entrer en son paleis, atant és vos entr’els venir Febus qui menoit en sa conpaingnie sis de ses conpaingnons e non plus. [2]  Ses conpaingnon que je vos di estoient bien monté mes il n’estoient ne bien armés ne bien desarmés; e là u il vit li rois Orcan, il se lance avant e le prist a deus bras e li dist: “Roi d’Orcanie, or sachiés bien que, se tu fussiés armés, je t’oceïsse tout orendroit; mes por ce que je t’ai trouvé desarmé e onte me seroit trop grant d’occire home desarmé, ne t’ocirai je pas si tost”; il le lieve maintenant li roi de terre e le mist sor le col de son cheval. [3]  Le cri comence maintenant e la meslee, car sil qui estoient iluec asemblee voloient (55ra) rescovré li roi lor seingnor, e li chevalier armés comencerent maintenant la meslee encontre les conpaignon Febus; e cil, qui estoient preudome de grant afere e de grant pooir, aloient sostenant les fes de cels de la cité e de tout les autres qui venoient ferant sor els. Si fo[fa]ndrent tant la meslee en tel mainiere que sil furent fors de la cité. Quant il furent fors de la cité a plain chanp, adonc baile Febus le roi a un de ses conpaingnon a guarder, car il veoit qu’il estoient trop grevés e trop enpiré de cels de la cité qui ja estoient tuit armés, e estoient ja tuit issus fors de la cité por rescovré lor seingnor. [4]  Puis que Febus ot bailié a garder li roi a un de ses conpaingnons e il ot li aume el chief – car sans faille cant il estoit entrés en la cité n’avoit il l’aume –, e il dist a sses conpaingnons: “Or me leissiés toute ceste gent qui si vos vont enpressant: il n’auroit ja a moi duree e vos en estes trop grevés, ce voi je bien”. E maintenant lor laisse corre le frain abandonee, l’espee en la main toute nue: lor comence a doner coux si estranje e si pesans e mortiaux qu’il n’atengnoit chevalier qu’il ne portast mort a la terre. En ocist en poi d’ore .XVIIJ. en ceste mainiere.

CXXIII

[1]  Quant li chevalier d’Orcanie virent que Febus les aloit si malemant metant a mort cop a (55rb) cop, il n’i ot si ardi qui ne fust tout espoenté; ne ce n’estoit mie mervoille car il veoient alor els apertemant lor mort e lor destrussion. E Febus, qui bien reconuit tout maintenant que il avoient poor de mort, lor comence a crier: “Tuit estes mors, vos ne poés escanper que je ne vos fasse tuit morir en cestui jor”. E s’il ont paor devant, ore l’ont il greingnor e furent si esponté que li fils n’atendoit le pere; tuit ensenble se firent dedens la cité e distrent que se n’estoit pas home qui entr’els estoit venus, ains estoit mervoille de Deu. [2]  En tel guise con je vos ai conté, sire chevalier, prist Febus li roi d’Orcanie dedens sa cité meïmes e entre ses homes, qui bien estoient, a celui point qu’il fu pris, plus de .Xm.; e cestui fet li fu atorné a un des greingnor ardemant qu’il feïst en tot son aaje. Il prist li roi tout sainemant e se parti de la contree, e enmoine li roi avec soi. [3]  E quant il fu retornés ou roiaume de Norbellande e venus prés [d]ou chastel ou la damoiselle demoroit, il li mande li roi d’Orcanie si prés con il estoit: or en feïst la damoiselle dou tot sa volonté quar, por ce qu’il le trove desarmé, ne’l voloit il pas occire a celui point que il le mist. [4]  Quant la damoiselle vit que li rois d’Orcanie li estoit amenés en sa prison, elle demande (55va) maintenant coment sil fet estoit alés, e li roi meïmes en respondi a la damoiselle: “Damoiselle – fet il –, or sachiés de voir que a vostre tens ne fussent nul si grant ardemant con fu cestui por cui je fui pris”. E maintenant li conte tout mot a mot coment il avoit esté pris e coment li cors Febus avoit mis a desconfiture tous sels qui de la cité estoient fors issus por lui rescovré, e le doumaje qu’il lor avoit fet a l’espee. [5]  “E coment n’esca[n]pe il”, dist la damoiselle. [6]  “Damoiselle – fet li rois –, or sachiés tout veraiemant qu’il s’en escanpe ausint sainemant con je sui orendroit.”

CXXIV

[1]  La damoiselle fet semblant qu’elle sot de ses novelles liés e joians mes non estoit, ains en estoit dolens e triste dedens son cuer: elle est joians estranjemant de ce qu’elle tient li roi en sa prison mes elle estoit dolent que Febus estoit escanpés de selle aventure, qar il avoit poor qu’il ne li feïst vergoingne au dereain por ce qu’il n’estoit de sa loy. Si dist, puis qu’il est escanpés de si grant aventure: “Je ne sai coment le puisse fere morir, car trop li vuelt Fortune grant bien”. [2]  En celui mois tout droitemant que selui aventure li fu avenue que je vos ai contee, estoit costume que li paien fessoient une (55vb) feste de la deesse qu’il appelloient a celui tens Venus. En chascune region ou li paien abitoient estoit mistier que le fuste faite e que le deesse fusse honoree as hus e as costume que li paien tenoient. [3]  A celui tens, prés dou chastel ou la damoiselle demoroit avoit une montaingne grant e mervoillouse; celle montaingne n’estoit grament abitee. El pié de celle montaingne droitemant avoit un tenple dell’ancien tens que l’en appelloit le tenple Venus; en celui tenp estoit acostumé de venir chascun an a l’issue de mai tuit li paien de Norbellande por fere honor a la de[e]sse, e ausint venoient iluec li jentil home come li villain e li povre come li riche. [4]  A celui point que je vos di n’estoit pas Febus e Norbellande ancois estoit alés ou roiaume de Norgalles, quar l’en li avoit conté que là estoit un si fort home que ce estoit trop grant mervoille que de sa force. Febus, qui n’aloit riens querant fors mervoille e aventure e fés estrange ou il peüst mostrer sa forse, se n’estoit alés a Norgalles por veoir s’il peüst trover selui dont l’en disoit si grant mervoille. [5]  Quant li roi de Norbellande soit que Febus se n’estoit alés e[n] Norgalles, il mande adonc (56ra) por toute Norbellande que tuit venissent a la feste de la deesse si chier con il avoient sa vie; e bien i pooient venir seüremant car li cristien les avoient aseüree [que] il ne troveront home qui le corochast. Quant cil de Norbellande entendirent ceste novelle que lor seingnor lor mandoit, si se comencerent entr’els a reconforter e distrent que, puis que li rois voloit, il veront voluntiers au tenple por fere honor a la deesse; si se comencerent apparoiller, e li povre e li riche, de fere la feste de Venus e d’aler au tenple là u la feste se soloit fere. [6]  Ceste novelle fu contee a Febus, qui encore estoit a Norgalles e aloit querant le fort home dont l’en li avoit tant parlé, mes trouvé ne l’avoit encore. Quant il entendi seste novelle, il dist a celui qui ceste parole li avoit contee: “Cuides tu que la belle damoiselle viengne a ceste feste?”. [7]  “Sire oïl, sans faille – fet sil –, elle i vendra voiremant.” [8]  “Or teces donc de seste chose – fet Febus –, gardes que tu n’en parles a ome de ceste monde.” [9]  “Sire – dist sil –, voluntiers.” [10]  Selui soir parla Febus a ses conpaingnons e lor dist: “Sire, savés vos por cui je ne puis trover selui que je voï querant?”. [11]  “Sire – distrent il –, nanil.” [12]  “E non Dieu – dist il –, e je le vos dirai. Or sachiés que, por ce que je moing (56rb) avec moi si grant conpaingnie, se vet il adés reponant car il cuide bien que je me voille conbatre en l’aide de vos encontre lui. S’il veïst que je fusse seul ausint com il est, il se fust ja mostrés a moi.” [13]  “Sire – distrent li conpaingnon –, e que volés vos que nos en faccions de ceste chose?” [14]  “Je le vos dirai – dist il –: vos remandrois tuit en ceste chastel ou nos somes orendroit (e ce estoit un chastel qu’il avoient conquis novellemant) e je m’en irai de si tout seul sans conpaingnie nulle, e tant irai querant d’une part e d’autre que je troverai celui por cui nos venimes en ceste contree.” [15]  “Ha sire – distrent li conpaingnon –, por Dieu ne vos en alés si seul, menés en vostre conpaingnie aucun de nos.” [16]  “Je n’en vuoill un seul – dist il –. Demorés en cest chastel e ne vos en remués finque je tornerai, ou que je vos mant cercam messaje de venir a moi.” [17]  “Sire – distrent li conpaingnons –, puis qu’il vos plest, nos le ferom”; si remistrent en tel mainiere por cestui comandemant dedens le chastel. [18]  A l’endemain se parti Febus de ses conpaingnons e chevauche tout seul sans conpaingnie selle jornee; il chevauchoit molt legieremant armés por ce qu’il peüst fere grans jornee. Quant il fu entrés a l’entree (56va) de Norbellande, il demande a un paje qu’il trouve devant un chastel s’il estoit verité que la feste Venus se doit fere, e sil dist que oïl e il meïmes i voloit aler. [19]  “E estes vos chevalier?”, dist Febus. E sil dist que chevalier estoit il voiremant. [20]  “Donc vos pri je – fet Febus – que vos m’acoillissié en vostre conpaingnie en ceste voiaje.” [21]  “E coment vos acoilleroie je e e[n] nostre conpaingnie? Ja n’este vos de nostre loy ains estes cristiens, se m’est avis.” [22]  “Or, por ce que je ne sui de vostre loy – fet Febus –, ne remandra il que je ne vos fasse loial conpaingnie car je ai trop volonté e desir de veoir la feste que vos volés orendroit faire.” [23]  “Or sachiés – fet li paiens – que se ne sera mie trop sens por vos se avec nos vos metés car, se vos i estes reconeüs, l’en v’occira maintenant, a ce qu’il n’aura a celle feste nul autre cristiens fors vos. E se vos en ma conpaingnie fussiés occis trop m’en peseria duremant.” [24]  “Biau sire – fet Febus –, coment qu’il m’en doie avenir, ou de vivre ou de morir, je vos pri que vos me tenois en ceste voiaje a vostre conpaingnon.” [25] “E non Dieu – fet li paiens –, puis que vos estes si dezirans de veoir nostre feste, si vos recevrai je. Si vuoil que vos faççois a mon sens. Je ai .II. belle robbe e riche fete a la mainiere de nostre loi; je porterai l’une e vos l’autre; (56vb) puis que vos aurois la robbe de nostre loi, nos porom adonc chevaucher si contemant e si priveemant con nos voudrons. Aprés se, n’auroie je doutanse que vos soiés ocis en ma conpaingnie se Aventure ne m’est trop contraire.”

CXXV

[1]  Quant Febus entendi la bone volonté del paiens, il tient a trop grant bonté, dont il dist a ssoi meïmes qu’il ne poroit estre qu’il ne fust home da bien; si li respondi: “Je vuoil fere ceste chose dou tot a vostre volonté”. [2]  “Donc venés huimés ceens – dist li paiens – e demorés avec moi, e demai[n] maitin nos metrom a la voie entre moi e vos. E tant chevaucherom ensenble que nos serom au tenple ou la feste se doit fere assés tost, e lors poriés veoir auques a vostre volonté nostre feste que vos tant dezirés a veoir.” [3]  Ensint con je vos di remest Febus avec li paien qui estoit appellés Arsaan: il estoit bien jentil home de lor loi mes por duel qu’il avoit de deus ses freres chevalier qu’il avoit perdus, aloit il plus povremant que sa richesse ne vousist, que il estoit riche e gentil. [4]  Selui jor parla Febus avec li paiens de maintes choses, e por ce qu’il aperçuit que li paiens n’estoit mie bien sains ains estoit navrés de celui jor que fu (57ra) la grant bataille ou roiaume de Norgalles: “Quant li cristiens venquirent nos trois roiaume, de celui jor ne me poï je pas aider de mon cors come je fesoie devant, quar en celle bataille fui je navrés trop malemant”. [5]  “E qui vos enavra?”, dist Febus. [6]  “Je ne sai fors que li uns des cristiens. E vos, fustes vos en celle bataille?” [7]  “Oïl”, fet Febus. [8]  “E quel armes portastes vos?” [9]  “Je portai telle armes con li autre poterent. De mes armes ne vos puent chaloir, car je ne ssui d’assés si buon chevalier con sont mi autre conpaingnon: il sont tuit meillor de moi.” [10]  “E non Dieu – dist li paien –, il sont si buon comunemant que de lor bonté me poïse assés plus qu’il ne fait a vos; lor bonté si m’a fet doumaje trop grant e greingnor que je ne vousisse. E quant vos estes le peior de celle conpaingnie, je voudroie que chascun d’els fust autretel con vos estes.”

CXXVI

[1]  Einsint parlerent selui jor ensemble e tindrent parlemant de maintes choses. A l’endemain remue Febus ses vestimens e vesti la robe dou paien tout autretel con sil avoit por soi meïmes; voiremant il porte s’espee car sans selle ne voloit il pas aler. [2]  Puis qu’il se furent mis au chemin, il chevaucherent tant qu’il vindrent a l’entree d’une foreste e celle (57rb) foreste estoit grant e anciene duremant; e a l’entré de celle foreste havoit une tonbe en mi le chemin e selle tonbe estoit sans faille trop riche e trop belle. Quant il vindrent a la tombe, il troverent un jaiant iluec devant e avoit en sa conpaingnie dis homes armés mes se estoit petit. [3]  Quant Arsaan fu venus dusqu’a la tonbe, e il cuidoit bien certainemant que sil qui devant la tonbe estoit fussent home de pés e d’amor, e croit qu’il fussent de sil de Norbellande qi fussent a la feste venus e qui fussent iluec arestés por regarder la lame; por ce vint il plus seüremant dusqu’a la tonbe.

CXXVII

[1]  Quant il fu dusqu’a la lame venus e il aperçuit le jaians qui estoit entre les autres e il le reconoist, car autre fois l’avoit il ja veü en la maison li roi de Norbellande, il fu si esbaïs qu’il ne set qu’il doie dire: il s’en voloit retorner arriere e tenir un autre chemin por sauver sa vie s’il puet, car il se tenoit a mort de veoir le jaiant. [2]  Mes le jaiant, qui aperçuit l’ot tout cleremant, li comence a crier: “Arestés vos, ne alés avant, tu es mort se tu te remues”. [3]  Sil s’areste tout erraumant qu’il oï le jaiant parler, e dist a Febus: “Sire conpains, nos somes mort, je me (57va) tien certes a trahi, avillés trop duremant de ce que je vos ai mené en tel mainiere a la mort, que por ma volonté sans faille vos menasse je sainiemant dusque là u je vos voloie mener”.

CXXVIII

[1]  A celui point qu’il parloit en tel mainiere a Febus, atant és vos le jaiant devant el venir e il lor dist tantost: “Descendés, sire conpains”. [2]  “Descendon”, e il descendi maintenant e autresi fet li paien, e atacherent lor chevaux a deus arbres. [3]  Li jaiant se mist devant Aarsan e li dist: “Tu es pris”. [4]  “Sire – dist Arsaan –, voire se vos le volés, car encontre vos ne me poroie je defendre: en vos est ma mort e ma vie.” [5]  “Puis que je voi – fet li jaiant – que tu te metes en ma merci, je aurai merci de toi en tel mainiere que je ne te metrai a mort. Mes or me di, se tu le ses, qui fu celui qui gist en terre desous ceste lame.” [6]  E le paien, qui bien le savoit, li dist: “Sire, se fu li roi de Femore qui bien fu sans faille li plus fort home que nos seüssom encore de nostre loi en la Grant Bretaingne”. [7]  “E non Dieu – dist li jaiant –, cestui aloie je querant car il mist a mort mon pere. E quant ensint est avenu que sist est mort, qui ja me fist si grant doumaje, ne je ne puis sor lui venjer mon coros a ma volonté, je ferai (57vb) de son cors se que je porrai. Je sai que si cors est encore tout entiers car poi a de tens qu’il fu ici enterrés: je ferai trere le cors de so terre e le ferai porter dusqu’a la terre dont il fu rois, e iluec le ferai traier a la onte de tos cels dou roiaume. Tant con le os de lui poront durer ensenble, ceste honte lor ferai je de lor seingnor devant toute la meillor cité qu’il avoit orendroit.”

CXXIX

[1]  En tel mainiere parole li jaiant a Arsaan e puis comande a tos sels de sa conpaingnie: “Or tost levo[n]s ceste lame de là ou elle est asise, e puis feron del cors a mon comandemant”. E cil vindrent maintenant a la lame e la voloient lever por forse de son siege mes ne pooent, car entr’els dis n’avoient tant de pooir qu’il la peüssent remuer de son estant. [2]  Quant li jaians vit ceste chose, il dist trop corochiés: “Traiés vos arieres gecuie jent, or verai se je tot seul ai plus de force e de pooir que entre vos tos n’avés”. [3]  E lor s’en vient a la lame e la cuide tan tost lever de son leu mes il ne pot, e il se tret tout ariere molt dolens d’estraine mainiere, e dist: “Cest lame se tient assés plus que je ne cuidoie: il n’a orendroit un sol home en tout li monde qui por forse (58ra) de son cors la peüst removoir de son siege se ne fust por enchantemant”.

CXXX

[1]  Quant Febus entendi ceste parole, il respondi maintenant e dist: “Ses tu por coi tu ne puis seste lame remuer?”. [2]  “Certes nanil – dist li jaians –, je ne sai por coi je ne la puis remuer fors por ce qu’elle est trop pesant.” [3]  “A coi? Que tu n’es pas home de force ne de valor, car je te di bien que se tu fussiés home de forse legieremant le peüssiés remuer, a ce qu’elle n’est mie trop pesant ains est ligiere duremant.” [4]  Li jaiant comence a regarder Febus quant il entendi ceste response; e quant il le vit si grant com il estoit e si bien de cors fet, il dist: “Qui es tu là qui as parlé de force d’ome en tel mainiere? Tu as parlé tot ensint con s’il eüst en toi grant force. Se Dex te salt, or me raconte la verité de ton estre”.

CXXXI

[1]  A ceste parole respondi Febus e dist: “Vassal, je sui un chevalier con tu vois grans e non mie trop gros; mes de la grandesse que je ai ne trouvai encor sans faille nulh home qui me peüst veincre de forse. Je ne trovai nul plus fort home de moi en nulle terre ou je venisse”. [2]  “Sire vassal – dist li jaiant –, se vos encore (58rb) ne le trovastes, or l’avés trové a cestui point, se sachiés vos: je sui plus fort de vos sans faille e le vos mosterai tantost.” [3]  “E coment me voudrais tu mostrer ta force?”, dist Febus. [4]  “E non Dieu – dist li jaiant –, que je te metrai a la mort se tu ne pues ton cuer defendre encontre moi, e se te ferai je tantost veoir.” [5]  “Coment – dist Febus –, es tu tele que tu me metois a la mort là u je n’ai morte deservie?” [6]  “Oïl certes – dist li jaiant –, car je te vuoil mostrer, se je onques puis, que tu n’es pas si fort d’assés con je sui.” [7]  “Puis que tu as tel volonté – dist Febus – de metre moi a mort, or sofre toi un petit tant, s’il te plest, que je t’aie mostré partie de ma force e sans tocher toi.”

CXXXII

[1]  Lors s’en ala droit a la lame ou li jaiant estoit ja assajés. E quant il fu a la lame venus, il se torne envers le jaiant e li dist: “Ne vuels tu dire que je soie plus fort de toi se je puis ceste lame lever de son leu, que tu ne pues orendroit remuer ne poi ne grant?”. [2]  “Certes, se tu le pues fere je dirai adonc sans faille que voiremant es tu plus fort de moi en toutes guises.” [3]  E maintenant mist Febus la main la la lame e tant s’esforse qu’il le remue tout de son leu e la gite en mi le chemin; e lors dist au jaiant: “Or pues, se tu vuels, veoir tout apertemant (58va) celui qui mist ton pere a mort ensint con tu me diois orendroit”. [4]  E li jaiant se mist avant e vit adonc que sil que gisoit dedens la fosse estoit vestus de drap de soie trop richemant e avoit .J. corone d’or en sa teste, e dejoste lui estoit son auberc e ses cauches de fer, e s’espee estoit dejoste lui, e son hiaume estoit a son cheveux. [5]  E lor dist Febus au jaiant: “As tu assés regardé celui qui ton pere mist a mort?”. [6]  Sil dist li jant: “Dont metrai je la lame?”. [7]  “Ariere – dist Febus –, quar se seroit villanie de moi e de tous chevaliers se sist que fu rois remansist ensint descouvert au vent e a la pluie con il est orendroit”; e maintenant remist la lame en celui leu meïmes ou il l’avoit devant trouvé. [8]  E quant il ot ce fet, il dist au jaiant: “Ses tu que tu me voloies metre a mort, e celui meïmes jujemant que tu donastes de moi vuoil je fere sor toi: a morir te convient sans faille”. Lors mist la main a l’espee e la tret desous son mantel e la mostre au jaiant e dist: “Veïs tu onques si grant espee?”. [9]  “Nanil certes”, dist li jaiant. [10]  “Certes ne veïs tu onques si pesant ne si bone – dist Febus –, e sachiés qu’elle est miels enploié en moi que elle ne seroit a home qui avoir la peüst, car je en sai greingnor coux doner e puis pesant que nul autre ne poroit fere.” [11]  “Se Dex (58vb) te salt – fet li jaiant –, or te sofre que je voie coment elle poïse.” [12]  “Certes voluntiers – dist Febus –, tant i ferai je bien por toi”; e maintenant li baile l’espee e sil la reçuit a deus mains.

CXXXIII

[1]  Tantost con li jaiant tient l’espee, il se tret un poi arieres e dist: “Sire chevalier, se Dex me salt, bien est voiremant vostre espee la plus pesant a mon escient qui orendroit soit en ceste monde. Mes or me dites, se Des vos aït, l’amés vos molt l’espee?”. [2]  “Oïl, certes – se dit Febus –, l’aime je voiremant que je ne la donroie por la meillor cité qui orendroit soit en ceste monde.” [3]  “Sire vassal – dist li jaiant –, se Dex me salt, dire poés seüremant que vos amés la vostre mort quar de ceste espee vos convient morir orendroit: vos aportastes en ceste leu la vostre mort.” [4]  De ceste parole se comense Febus a rire e respondi en soriant: “Vassal vasal, vos estes mort, fols. Or sachiés bien que, devant se que vos deïssés ceste parole, n’avoie talant de vos occire mes orendroit si ai le sans faille”. [5]  E maintenant fist dusqu’au jaiant un grant assalt, si grant que li paiens qui le salt vit dist puis qu’il ne cuidoit pas que nuls mortel home eüstes onques més fet nul si grant salt ne en corraiment (59ra) ne en autre guize. [6]  En celui salt adonc qu’il fist, prist adonc le jaiant por la gorge e li tolli l’espee des mains e dist: “Se tu fussiés home de valor, je t’oceïsse de ceste espee; mes por ce que tu es vils home, m’est il avis que il seroit vilté de tocher si vil char com est la toe; por ce t’ocirai je autremant, que de m’espee je ne la vuoill olzire”. E maintenant auce la main tout ausint desarmé con elle estoit e plus la cloit e l’amoine de haut a la force des bras, e feri le jaiant si duremant en la teste, qu’il portoit desarmee, qu’il li escace toute la teste e le cervoill e li fist les els andeu voler de la teste. [7]  Quant cil qui avec le jaiant estoient venus en celle plasse virent ceste chose, il furent fort esbaïs; si tornerent en fuie e se firent dedens la foreste là u il la virent plus espesse. Il n’entendirent a lor chevaux fors a lor cors sauver quar il cuidoient que Febus vousist fere autretant d’els con il avoient dou jaiant fet. [8]  Quant Febus ot le jaiant mort, il remist l’espé en son froure e se retorne envers son conpaingnon e li dist: “Sire conpains, s’il vos plesoit, il seroit bien desoremais tens de chevauchier quar assés avom ici demoré e nos somes delivree dou jaiant, ensint con vos poés veoir”. [9]  Harsaan, (59rb) qui de ce qu’il avoit veü estoit encore si esbaïs qui ne savoit qu’il deüst dire, respondi: “Sire, voiremant poons nos chevaucher, la vostre merci, car vos nos avons bien demostré e delivree des plus perillouse passaje ou je entrasse onques més. E por la grant mervoille que je ai ja de vos a cestui point, vos di je bien que je sui trop desirans de vos conoistre que je ne fui primieremant quant je me mis en vostre conpaingnie; quar je ne cuidoie pas que vos fussiés de grant valor tant con je ai veü. Por Dieu, dites moi qui vos estes?”. [10]  Febus respondi e dist: “Sire conpains, or sachiés que vos ne poés a seste fois autre chose savoir de mon estre fors que je sui un chevalier estranje. E je vos pri que vos autre chose ne me demandés quar je ne vos en dirai riens, e del demander porois avoir mon coros”. [11]  Harsaan respondi e dist: “De corocher tel home con vos estes me gart Des. Or sachiés que jamés ne vos demanderai plus de vostre estre fors tant con je vos en ai dit”; lors vindrent a lor chevaux e monterent, e lesserent en mi le chemin le jaiant mort. [12]  E quant ce vient au chevauchier, Febus dist a son conpaingnon: “Je vos pri que vos ne diois a home dou monde nulle chose de tout ce que vos (59va) avés veü ici a venir. Or sachiés: se vos riens en deïssiés por nulle aventure dou monde, je me corocheroie a vos tout autremant que vos ne cuidés”. [13]  “Sire – fet Arsaan –, puis que vos le me defendés, or sachiés tout veraiemant que je n’en parlerai tant con je soie en vostre conpaingnie, quar vos ne voudroie je corocher en nulle mainiere dou monde.”

CXXXIV

[1]  Aprés se que Febus se fu partis de là ou li jant estoit remés en mi le chemin, il chevaucherent tant entre lui e ses conpaingnon qu’il vindrent dusque au tenple ou la feste se doit tenir; e si estoient ja venus grant gent de cels de la contree si grant que se estoit mervoille que de veoir si grant pueple con il avoit ilueques. Toute la plasse d’entor le tenple estoit coverte de trés e de pavillion e de logie de fust: li riche paien dou roiaume – que a selle feste devoient demorer quatre jors enterienemant, que tant devoit durer la feste – e avoient fet cel riche apparoill. Encore n’i estoit pas venue la noble damoiselle que fille estoit au roi de Norbellande, celle meïmes que Febus amoit si mervoillousemant. [2]  Quant Arsaan fu venus a la feste e il i fu reconeüs, assés i trova qui li feïst e feste e joie e honor, quar (59vb) bien savoient li plusors qu’il estoit de son cors asés bon chevaliers e assés gentil home de lingnaje; asés trova qui avec lui le voloient rechevoir a conpaingnie mes sil le refusoit tous, il disoit qu’il estoit erberjés en autre leu. E quant il l’aloien demandant qui estoit sil qui il menoit en sa conpaingnie, il responoit que se estoit un chevalier d’estranje contree qui li apartenoit charnelmant. [3]  En tel guise con je vos cont vint Febus entre le paiens, e si priveemant sans faille que tuit sil qui le regardoient cuidoient certainemant qu’il fust paiens; e neporquant assés tost les eüssent conneü se ne fust se qu’il se tenoit si covertemant come se se fust home qui ne vausist se petit non. [4]  Li roi de Norbellande vint a la feste le primier jor mes sa fille, la belle damoiselle, ni i vint mie. Li rois entre dedens li tenple e puis s’en issi ors e s’en ala au pavillion qu’il avoit fet tendre por soi en mi la praerie; e sil pavillion sans faille estoit grant assés e si biaus e si riche de toutes choses que en pavilion poroit avoir que ce estoit un grant deduit de veoirle. [5]  Li rois maine celui jors dedens son pavillion molt autemant e noblemant mes non mie si autemant com il soloit, quar (60ra) il mostre bien apertemant que encor avoit le cuer doloros e tristes de la bataille ou il avoit esté, ou il avoit recheü si grant doumaje con li contes a ja devisees sa arrieres; por ce estoit encore li rois tristes ne ne feroit en a ceste feste si grant solas ne si grant joie con il avoit fet autre fois. E quant il ot celui jor tant demoré entre ses homes con il li pleïst, il s’en parti e remonte a son chastel e dormi leens celle nuit.

CXXXV

[1]  Selui soir demande Febus a sson conpaingnons: “Dites moi, sire conpains, la belle damoiselle qui fille est li roi de Norbellande vendra elle a ceste feste?”. [2]  “Oïl – dist Arsaan –, voiremant i vendra elle; demain la porois veoir dedens le tenple e defors autresint. Elle ne veut pas hui venir entre nos, se ne sai je por coi quar por la raison de la feste i deüst estre venue; mes je croi qu’elle le lesse por le grant doumaje qu’elle reçuit n’a encor gueres de ses amis charnel en la grant bataille de Norgalles. Onques, puis que selle bataille fu, ne fu nus home qui la veïst joie demener; ce vont bien recordant tuit cil qui entor li repairent. Por achaison de celle male jornee, sire conpains, qui avint adonc as trois rois croi je bien tout certainemant (60rb) qu’elle ni i vint pas hui a la feste.” [3]  “E cuidiés vos – se dit Febus – qu’elle i viengne demain?” [4]  “Oïl sans faille – dist Arsalan –, elle i vendra, il ne poroit estre autremant. Mes por coi, biau sire, se Dex vos doint bone aventure, e por coi en demandés vos?” [5]  “Sire conpains, sire conpains – se dit Febus –, que je ai ja oï conter a plusor homes qui veüe l’ont que se estoit sans faille la plus belle damoiselle qui orendroit soit en cestui monde. Encor dient il plus de sa biauté, quar il dient que il ne cuident pas que, dex le comencemant dou siecle, fust veüe une si belle damoiselle que seste ne soit encore plus belle assés. E ce est ce por coi je la veroie voluntiers, qu’il n’a orendroit en tot li monde chose dont je soie plus desirant del veoir con je sui de li; e por ce vins ja ceste part e non por autre chose. [6]  Quar encor n’a mie grament de tens que un chevalier me mostre une damoiselle que je tenoie bien a la plus belle sans faille que je onques eüsse veüe; e quant je dis au chevalier que selle estoit sans faille la plus belle damoiselle de tout li monde, il me dist que je ne disoie riens, e plus me dist il encore quar il me dist que je ne poroie conoistre belle damoiselle devant que je eüsse veüe tout apertemant la belle damoiselle qui fille est au roi de Norbellande. [7]  Je (60va) li dis que je n’auroie jamés grament de repos devant que je veïsse se il disoit verité ou non. Por ce vins je en ceste contree: por veoir ceste damoiselle, nulle autre achaison sans faille ne mi amoine.” [8]  Quant Arsalan entendi cestui parlemant, il se comence a sorire e dist: “Certes, sire conpains, puis que vos estes si desirant de veoir nostre damoiselle, or sachiés qu’il est mistier que vos la veoit avant que vos vos partois de ceste contree. E certes, se elle remansist demain en cel chastel que elle ne venist sa a val entre nos, si feroie je en aucune mainiere que vos la verois”. [9]  “De ce vos merci je molt duremant”, dist Febus. [10]  En tel mainiere tindrent parlemant celui jor entre lui e ses conpaingnon de la damoiselle. Le soir dormirent a l’entree d’une foreste en un fou qu’il firent entr’e[l]s deus, e pensirent de lor chevaux au miels qu’il porent e de eus meïmes; a l’endemain se n’amontirent e revindrent devant le tenple, e firent tant que lor chevaux lor furent gardé. E là u il aloient regardant les dames e les damoiselle qui passoit por devant e repassoient, adonc vindrent novelle entr’els que la belle damoiselle descendoit dou chastel e venoit au tenple Venus.

CXXXVI

[1]  (60vb) Quant les novelles furent aportés entre sels qui dedens le tenple estoient e defors autresi, adonc veïssiés les uns e les autres regarder envers le chastel quant la belle damoiselle seroit descendue. Febus, qui devant le tenple estoit avec son conpaingnon, demoroit toutes voies; quant il entendi que la belle damoiselle venoit, il s’en torne adonc vers le chastel e regarde molt ententivemant con sil qui molt amoit de cuer e que i avoit mis cuer e cors e arme. [2]  E si conpains, qui regarder le voit selle part, li dist: “Sire conpains, se Dex me salt, tost porois veoir nostre belle damoiselle, maintenant sera entre nos”. [3]  Febus respondi en riant: “Ja voudroie qu’elle fust venue”. [4]  Aprés se ne demora gueres que la damoiselle vint monté sor un palefroin molt riche e molt cointé. Li rois venoit monté sor un destrier e sa belle fille venoit aprés e dui chevalier venoit en coste de li, l’un a destre l’autre a sinestre, qui condusoit la damoiselle; plus n’avoit en toute l’aroïne qui fust moiné a cheval fors que ses quatre soulemant, li roi e sa fille e les deus chevalier qui la damoiselle condusoient. [5]  La damoiselle estoit vestue vide a grant bande e molt la venoit duremant celle bastuire quar elle estoit (61ra) tant blanche estrangemant que se estoit une mervoille que de regarder sa blancheor; estoit sa fache enriché d’une color naturel vermoill qui ne li failloit nulle ore ne de jor ne de nuit. E la damoiselle dont je vos cont estoit tant belle riens sans faille que se estoit une fiere mervoille que de remirer sa biauté. [6]  Mes une chose qui li faissoit adonc un pou d’annui, devisement e de contraire si estoit se qu’elle ne venoit pas orendroit si liés ne si joians a ceste feste con elle i estoit venue ja autre fois: encor avoit elle sans faille le cuer doulente e corocié e triste e noir del grant doumaje qu’elle avoit receüe en la grant bataille de Norgalles, là u tuit ses parens estoient mort. [7]  Por achaison de celui domaje ne venoit pas la damoiselle si joiosemant a la feste con elle i estoit ja venue ains i venoit sans faille peusmé e mornes, e si avoit ploré celui matin ou pou ou grant quar, a la verité dire, encontre sa volonté meïmes l’avoit si pere fetes venir a la feste e elle n’avoit volonté que elle i venist. Mes si peres l’avoit fet venir toutes voies con sil qui trop se prisoit de li e de sa biauté, e il voloit aucun petit reconforter sels de son roiaume por la venue de sa fille; que il savoit (61rb) certainemant que tuit cil de Nor[bellande] avoient esté trop malemant desconfortés del grant doumaje qu’il avoient comunemant en la bataille de Norgalles.

CXXXVII

[1]  Quant la damoiselle dont je vos cont, qui tant estoit estranjemant belle, fu venue entre cels de Norbellande a tel conpaingnie con elle avoit, li un e li autre la comenserent a regarder fieremant: molt sont esbaïs de la grant biauté qu’il veoient o llui, qu’il ne savoient qu’il deüssent dire. [2]  Quant elle fu passee par devant Febus – qui ne l’avoit pas petit regardee e trop pou l’avoit il regardé selonc se qu’il la vousist veoir, quar de veoir la tous jors enterrinemant ne se tenist il pas appaiés ains li fust bien avis que il ne l’aüst pas veüe demi ore de jor; por ce di je qu’elle l’avoit assés regardee e trop petit –, quant elle fu passé par devant els e dessendue par devant le tenple, Harsaan se torna adonc vers Febus e dist: “Sire conpains, que vos senble de nostre damoiselle?”. [3]  “E qu’en m’en doit il senbler – dist Febus – fors se qu’elle est la plus belle damoiselle dou monde? E dire se poroit seüremant que si belle ne fu encore ne ne sera pas aprés ceste. L’en ne poroit pas dire por raison que elle soit (61va) belle soulemant, mes l’en puet seüremant dire que elle est belle e passe belle: onques si belle ne fu nee, ne aprés ceste ne vera l’en si belle; Nature ne poroit jamés fere autretel ne si belle ne si plaisant.” [4]  Ensint parla a celle fois Febus de la biauté de la damoselle con sil qui tant l’amoit estranjemant, que chevalier ne home mortel ne poroit plus dame ne damoiselle amer; e bien le mostre il au dereain coment il l’aime de grant amor, quar a la fin en morut il. Harsaan reconoist bien en soi meïmes, quant il entendi ceste parlemant, qu’il ne poroit estre en nulle guise que Febus n’amast la damoiselle car autremant ne li donast il pas si grant lox ne si grant pris de biauté con il donoit, se il ne l’amast. [5]  E por oïr miels son penser, li dist il autre fois: “Certes sire conpains, belle este elle voiremant. Mes se elle fust encore assés plus belle qu’elle n’est, si ne poroit estre en [n]ulle mainiere que l’en ne peüst aucune trover el monde autresi belle con elle est; il n’est el monde nul si buon chevalier que l’en ne peüst trover por aventure ausi bon, ne il veïst [***] si belle damoiselle que l’en ne trovast por aventure autre si belle en aucun leu, qui se voudroit travailler de querre la”. [6]  Febus respondi maintenant (61vb) e dist: “Coment, sire conpains, ne cuidés vos pas que Dame Dieu donast sa grace d’aucune chose si largemant a alcun home n’est si garnis de celle grace? Ne cuidiés vos qu’il ait orendroit por le monde aucun chevalier si parfit en toutes guises de chevalerie que l’en ne poroit trouver el monde nul autre si bon?”. [7]  Harsaan respondi maintenant e dist: “Oïll, san faille, il n’i a un si parfit que l’en ne poroit orendroit trover en tout li monde nul autre qui fust si buon chevalier d’assés con est celui, ce est Febus, qui venqui enconcore n’a gueres li trois roiaume a tout xl chevalier conpaingnon tant soulemant”. [8]  “Sire conpains – dist Febus –, ceste parole que vos avés ici dites est encontre selle sans faille que vos deïstes devant, quar vos deïst que l’en ne poroit trouver aucun si buon chevalier que l’en ne trovast ausint bon qui le queroit. E quant ensint est avenu que vos avés trouvé en chevalerie chevalier sans per, bien poés seüremant dire se meïmes de ceste damoiselle e assés plus certainemant que del chevalier: que ceste damoiselle n’a nulle paro[i]le en biauté, ne en ceste biauté dont elle est orendroit garnie ne sse porra jamés prendre nulle autre biauté. Or sachiés bien de voir que ceste damoiselle est plus parfite en biauté que Febus (62ra) en chevalerie. E qu’en diroie je? Ceste est Dex qui vuelt parler de mervoille [e] de biauté.”

CXXXVIII

[1]  Ensint tindrent entr’els deus a celle fois tel parlemant de la biauté de la damoiselle con je vos ai conté. E en tel parlemant demorerent tant que li rois issi hors dou tenple e sa fille vint aprés lui, e passerent autre fois por devant Febus e ss’en allerent droitemant au pavillion li roi qui estoit tendus droitemant el pié de la montaingne e troverent que les tables estoient ja mises; si s’asistrent maintenant. [2]  “Sire conpains – dist Arsaan –, alon manjer avec ceste gent estranje qui ne nos conoissent.” [3]  Febus respondi: “Je n’ai ore volonté de manjer, alons manjer se il vos plest”. [4]  “Se ne ferai je pas – dist Arsaan –: puis que je me sui mis en vostre conpaingnie, je ne vos laisserai tant con ma conpaingnie vos pleüst”; ensint remistrent entr’els deus desout un arbre en tel leu qu’il poorent veoir toutes voies li roi là u il mangioit e la damoiselle autresint. [5]  A selui point tout droitemant que li rois seoit a la table en tel guise con je vos cont, atant és vos de la montaingne deissendre .II. jaiant qui a la montaingne abitoient toutes voies (en la montaingne avoit une (62rb) forteresse faite del ancien tens) e il estoient de si grant force andeus que, por la grant force qu’il avoient, estoient il tant redoutés andeus que la greingnor partie de Norbellande li rendoient trevaje; li roi meïsmes li devoit rendre chascun an, e selui jor meïmes que la feste de la deesse si tenoit estoit celle rente rendue. [6]  E la rente que li rois rendoit as deus jaiant – qui frere estoient d’un pere e d’une mere – si estoit tele que, quant la feste si tenoit, il estoit mistier que li rois donast as deus jaiant dix robes de soie toute entieres, e estoit mistier que le robe fussent de samit vermoill; e sor tout ce convenoit il que li rois donast as deus jaians sis pulcelles e sis vallés. E ceste rente avoient ja conquisté li dui jaiant por proesse e por une grant bonté qu’il avoient ja fet au roi de Norbellande, e a ceste rende doner s’estoient mis comunemant sil de Norbellande quar, por la bonté que li jaiant avoit ja fet au roi – quar il l’avoient ja delivré de mort –, por ce s’estoient il acordé a selle rente, li povre e li riche de Norbellande. [7]  Quant li dui jaiant comencerent a descendere de la montaingne, sil qui estoient en la plaingne les un le comincerent a mostrer a l’autre. Un vallet qui estoit (62va) devant le pavillion le roi, quant il oï dire que li dui jaiant desendoient de la montaingne, il regarde celle part e les vit e il s’en ala maintenant au roi qui devant son pavillion manjoit molt richemant. Si li dit: “Sire, veés le jaiant qui descenderent de la montaingne”. [8]  “Bien soient il venus – dist li rois –, nos n’eümes fors d’els honor e cortoisie; e por ce est il bien raizon e droit que nos lor feïssom se meïmes. Encor n’a pas grament de tens que je vousisse voluntiers qu’il fussent en ceste contree: s’il en fussent, nos [n’]avom recheü tel perte e tel doumaje que nos n’eüssom recheü; li crestien qi assejerent le chastel qui est [s]a devant ne l’eüssent pas assejés.”

CXXXIX

[1]  Toutes ses paroles que dist li roi a celui point furent tantost avant contés, e tant que Febus les oï si se torne envers son conpaingnon e li dit: “Sire conpains, se Dex vos salt, fetes moi entendre por coi li roi de Norbellande dist orendroit”, e li recorde tout ce que li rois avoit dit ensint con l’en li avoit conté. [2]  Aarsan respondi tantost e dist: “Sire conpains, or sachiés que li rois se fie bien tant de la force des .IJ. homes qu’ici vienent qu’il li est bien avis sans faille que, se il fussent en ceste terre (62vb) quant la bataille mortel fu ou roiaume de Norgalles, que sist .IJ. soulemant eüssent mis por lor grant force a desconfiture tous vos cristiens qui firent la desconfiture de nos homes; e s’il veüssent ce fet, si eüssent il a tout le miens ostés le siege qui ja fu devant ceste chastel e por ce a il [dit] orendroit en ceste mainiere”. [3]  Aprés se qu’il ot sa raison finee en tel guise con je vos cont, Febus respondi erraumant: “Coment – dist il –, sire conpains, sont donc si fort sist .II. Jaiant?”. [4]  “Oïl – dist Arsaan –, or sachiés qu’il sont si fort que de lor force n’est mistier.” [5]  “Or me dites – fet Febus –, le jaiant que je ocis l’autr’ier, ausint con vos veïstes, n’estoit il pas si fort con chascun de sels .IJ. jaiant?” [6]  “Sire nanil, bien le sachiés, le plus foble des .II. homes est il plus fort assés que celui n’estoit.” [7]  A celui point que Febus parloit ensint a son conpaingnon en tel mainiere, atant és vos devant li roi venir li dui giaiant e, por ce que chascun d’els estoit chevalier, portoit chascun une espee si grant e si pesant que l’espee que portoit Febus n’estoit mie si grant d’assés con estoit la meindre de ses .IJ. Li rois, qui grant bien lor voloit e por raison, lor reçuit tant onoreemant con il puet e dist (63ra) que bien soient il venus; e sil li enclinent e puis s’asistrent devant lui e demandent au roi coment il li est. [8]  E il lor respont: “Seingnor, or sachiés que dusqu’a ceste point allerent il bien tuit li mien fet, la merci Dieu. Mes or tout novellemant m’est il tant mescheoït sans faille qu’il ne m’est pas avis que plus me peüst mesceoïr en nulle mainiere, quar mi dui frere sont ocis qui estoient roi coronés de grant pooir e de grant afere; e sor sestui grant doumaje ai je tant perdu de mes homes que jamés [a] jor de ma vie je n’en oblierai lo doumaje. [9]  E qu’en diroie je? A mort me tien e a destruit e a desonorés dou tot de ce que vos n’estiés en ceste contree, car je savoie que, se vos en ceste contree eüssiés esté, je n’eüsse point de se recheü de tout le doumaje qui avenu m’est, e mi frere fussent en vie qui or gisent desous terre. Fortune, qui mal me voloit e qui m’estoit trop contraire, vos fist partir de ceste contree a celui point por moi metre a destrussion e a dolor. E Fortune, selonc se que m’est avis, n’en est plus riches. [10]  De se, seingnor, que je vos voi sain e aitiés sui je trop liés, se Dex me salt, quar encor ai je bien esperanse en Deus e en vos que, tut soit il ensint avenus que je ne puis desoremés recovré (63rb) ceste mien doumaje, si sera ma onte venjé por vos deus en aucune guise e sor celui meïmes qui ceste grant doumaje m’a fet a ceste fois”.

CXL

[1]  Quant li roi ot parlé en ceste mainiere, il se test; e li uns des jaiant respondi erraumant e dist: “Sire roi, or sachiés de voir que de vostre coros e de vostre duel somes nos corochiés e tristes assés plus que vos ne poroiés cuider. Le doumaje que vos avés recheü ne vos porom nos restorer en nulle mainiere dou monde, quar vos frere qui mort i furent ne porons nos pas fere revivre; mes la onte qui vos est fette cuidon nos auques venjer avant brief terme, e sor selui meïmes qui le vos fist. [2]  Por coi vos ferai je lonc conte? Or sachiés tout certainemant que, por l’amor de vos, feron nos tant que, se vos nos poés ensengner en tout le roiaume de Norbellande celui qui vos frere ocist, nos somes apparoillé que nos là aliom tout droitemant e que nos faççons de son cors se que vos demandés. Puis qu’il est ensint que nos ne vos poons vos frere rendre, il est mistier que nos vos rendrom le cors de celui qui vos fist le doumaje, por coi nos le peüssom trouver”. Quant il a dite seste parole, il si rasiet, li rois l’en (63va) mercie fort. Tel parlemant ot a celui point entre li jaians e li rois.

CXLI

[1]  Aprés manjer se comencerent a sprover li fort homes qui iluec estoient venus: les un esproverent encontre les autres, li legiers mostrerent lor legieresse e li fort mostrerent lor force. La damoiselle s’en estoit endormie a selui point dedens le pavillion. [2]  Quant Febus voit qu’elle estoit endormie, il dist a sson conpaingnons: “Por coi ne mostrés vos aucune chose de vostre pooir? Se vos estes legiers, mostrés aucune chose de vostre legieresse encontre ses autres qui sont legiers; se vos estes fors, fetes veoir vostre force [en] alcune chose”. [3]  Arsaan respondi maintenant e dist: “Sire conpains, or sachiés bien que je ai tant veü de vostre force, puis que je mi mis en vostre conpaingnie, que devant vos mi seroit vergoingne e onte di mostrer mon petit pooir que nature m’a [o]troié; que je sui si foble envers vos que je sai tout de voir que, puis que vos auriés veü tout mon afere, vos ne me priseriés autant con vos feriés orendroit. Sachiés que, avant que je me tenoie en vostre conpaingnie, je me tenoie por lejers, mes je ai tant veü en vos legieresse que je me tieng (63vb) por trop pesant au regart de vos: por ce ne me mostreroie je devant vos en nulle mainiere de nulle chose, quar vos me presirois moins. [4]  E encore vos di je une autre chose, sire: or sachiés que, se je eüsse molt grant volonté de mostrer ma lejerete e ma force, si lesseroie je por ceste parole, que vos ne l’avés dit fors por moi gaber. Mes vos, qui estes tele con je sai tout certainemant, vos devriés bien por raison metre en ceste esprove quar sans faille vos feriés ja tant mervoiller de vos tous cels qui en ceste plasse sont”.

CXLII

[1]  A celui point que il tenoient tel parlemant con je vos cont, il regardent e virent c’un paien, qui parens estoit li roi, se fu mis en la voie entr’els [e] comince a crier: “A il nul home si qui encontre moi se voille esprover de legieresse?”. E sil estoit en cause soulemant e en une legiere coute de sendal, e il portoit une palloit doree e la gitoit devant lui si loing con il pooit e disoit qu’il la jeteroit trois fois en tel mainiere e trois fois la prendroit a terre, e por tant ne remandroit il qu’il ne venist plus tost e la fin del cors que selui qui encontre lui se metroit e qui n’entendroit fors a corre. E sachiés que chascun an i estoit ceste esprove (64ra) des bachalliers e sil qui miels coroit si avoit la paloit doree: se estoit la raison de la feste. [2]  Li niés le roi de Norbellande, qui bien en cuidoit estre sans faille le plus legiers home de celle contree, prist la paloite tout primieremant e comence a crier en tel guise con je vos ai conté. E maintenant se mist avant un autre e comence a corre, mes de celui cors avient que li niés li rois le venqui por la grant legierté qu’il avoit. Aprés celui venqui il un autre e puis li tiers, e tant fist qu’il n’avoit iluec home qui corre ozast encontre lui ne que nulle autre legierté le peüst atendre. [3]  Quant li un des deus jaians, qui molt cuidoit estre legiers, vit ceste chose, il s’apparoille maintenant de corre e fere autre legerté se mistier fust; se mist avant e, maintenant qu’il se fu mis ou cors, il mostre adonc tout voiremant qu’il estoit legiers quar il passe selui tout erraumant e prist la palloite devant lui. E quant il l’ot prise si mervoillousemant que tuit sil de la plasse disoient bien que estranjemant estoit li jaiant legiers, il retorne au comencemant dou cors e comence adonc a crier ausint con li autre avoit crié. Mes il n’ot nul en tout la plasse qui adonc (64rb) se remuast, quar il ne lor estoit avis que nul chevaus coreüst autant con li jaiant, ne il n’i havoit nul qui de nulle autre legierté se vousist metre encontre lui. [4]  Quant li roi de Norbellande vit ceste chose, il comense a dire au jaiant qui fieremant estoient ligier: “Sire, reposer vos poés, que en seste place, se sai je bien, ne trouverois vos si legier home con vos estes, non feriés vos en tout li monde; si con je croi, se vos eüssiés esté en nostre conpaingnie en la bataille de Norgalles, nos n’eüssom pas recheü si mortel doumaje con nos recheümes. Vos n’i estes mie: se nos puet chieremant peser”.

CXLIII

[1]  Ceste parole entendi Febus tout cleremant quar il estoit molt prés dou roi; e por se qu’il en fu un pou corochiés, dist il a sson conpaingnons: “Metés vos en seste esprove, se Dex vos salt, por tel convenant: que se vos vos metés au desous, je me metrai puis por revenjer vostre coros”. [2]  Arsaan le fist adonc tout ensint con Febus li avoit comandé, mes por ce qu’il n’estoit d’assés legiers com estoit li jaiant, remist il en mi le cors. E lors comencerent a crier sor lui les un e les autres: “Aseés vos, sire chevalier, trop estes pesant”. [3]  Arsaan (64va) s’en revient a Febus trop onteus e trop vergondeus, e li dist: “Sire conpains, tant avés fet por vostre amonestemant que je ai hui onte e vergoingne en ceste plasse assés plus que je ne vousisse. Il m’en poise molt chieremant que je vos creï a ceste fois, quar je m’en tieng a deceü”. [4]  Quant Febus entent ceste parole, il comince a rire trop fieremant e respondi tout en soriant a son conpaingnon: “Sire conpains, or ne vos chaille: se je ne vos veing vostre onte tout orendroit ne me tenés por chevalier”. [5]  E maintenant se despoille si qu’il remest en gonelle tant soulemant e en chemise, e tantost se lanse avant en mi la plasse e dist au jaiant: “Di moi jaiant, se Dex ti salt, por coi ti vas tu tant prisant de legierece? Ja voi tout apertemant que tu es pesant a mervoilles. Encontre moi vien, si t’esprove: se tu viens au desus de moi de forse e de legierté, adonc pues tu dire seüremant que voiremant es tu legiers e fort”. [6]  “Qui es tu là – dist li jaiant – qui tant te vante?” [7]  “Un home sui – dist Febus –, tel con tu pues veoir.” [8]  Li jaiant, qui encor ne cuidoit mie que ce fust verité que Febus dissoit, prist la paloite maintenant e se mist devant el cors e dist a Febus: “Or i para se tu me porais atandre”. (64vb) Tantost comence le cors en tel guise com il poroit fere. [9]  Febus, qui bien estoit le plus legier home qui a celui tens fut ou monde, voit que li jaiant avoit le cors encomencié: se mist avant erraumant, de la trés grant legierité qu’il avoit fist il .J. salt el cors meïmes e feri adonc le jaiant el acerel par deriere si duremant des deus piés que il le fist le vizaje el front ferir en terre. Quant sil qui en la plasse estoient virent ceste grant lejerté, il furent trop esbaïs e distrent entr’els qu’il ne cuidassent pas en nulle guise qu’il peüst fere ne estre si legiers con il estoit. [10]  Febus prist la paloite a la fin dou cors e trouva adonc, quant il resgarde, que li jaiant estoit redrescié trop ontousemant. Quant il fu venus a llui, il dist: “Di moi, vasal, t’est il avis, se Dex te salt, que je soie plus legier de toi?”. [11]  “Oïl sans faille – dist li jaiant –, or est mistier que tu esprove de forse encontre moi, quar tu me deïs, au comencemant de nostre cors, que tu me passerois de force e de legierté.” [12]  Febus respondi e dist: “De tout ce que je te promis, troveras tu voir disant. Or sachiés bien que de force n’auras tu duree encontre moi ne plus que tu eüssiés de legerté. Or me prent de quel part que tu voudrois e vois se tu por ta force me (65ra) poras remuer de mon estant: se tu pues se fere de moi, je te tendrai bien a trop fort”. [13]  Quant li jaiant entendi ceste parole, il se mist avant e dist: “Certes vassal, tu vais disant trop grant mervoilles. Se je remuer ne te puis, donc sera se le greingnor enchantemant dou monde”. Lors prist Febus as deus mains parmi les flains e le cuide remuer de son estant, mes il ne puet quar trop est plains de grant force Febus. Quant sil qui en la plasse estoient virent ceste chose, il furent adonc plus assés esbaïs qu’il n’estoient devant e distrent adonc li plusor qu’il ne remanoit pas en estant por force qu’il eüst mes por aucun enchantemant. [14]  Quant Febus voit que sil ne le pooit remuer, il sailli erraumant arriere e aprés fist un grant salt sor le jaiant e le prist as deus mains por les deus bras, e le tire si fort a ssoi qu’il li fist hurter le vizaje a terre e puis le dresse contremont e li dist: “Ore vo poés aler seoir, sire vassal, quar vos veés apertemant que vos n’estes d’assés si fort con je sui”. Li jaiant, qui bien veoit que Febus ne disoit se verité non, alla seoir erraumant tant doulente e tant corochiés qu’a pou qu’il ne moroit de duel.

CXLIV

[1]  Quant li autre jaiant vit ceste chose, il ne puet estre tant amesuree qu’il ne se levast (65rb) en estant, e prist s’espee e cort erraumant sus a Febus por metre le a mort e por couper li la teste. Quant Febus le vit sor lui venir en tel mainiere, l’espee en la main toute nue, il mostre adonc apertemant que voiremant estoit il plain de trés grant ardemant quar, por ce que il tenoit l’espee en la main e il tenoit nulle chose dont il peüst son cors defendre, ne remest il que toute voies n’atendist il le jaiant qui sor lui venoit si ardeemant, l’espee droite contremont. [2]  E quant il vo[l]ut son cop geter, Febus auche adonc le poing e bien mostre tout cleremant que voiremant estoit il plus fort que l’autre home, quar il feri le jaiant deles la tenple si duremant dou poing qu’il l’abati mort a la terre del primier coup. E quant il ot ce fet, il prist erraumant l’espee que sil portoit e dist, oiant tous cels qui là estoient: “Por Dieu, sire de Norbellande, sist n’estoit pas assés ne de si grant force ne de si grant pooir con vos cuidés: veoir poés que je l’ai mort con s’il fust un garson petit”. [3]  Quant sil qui en la plasse estoient virent ceste mervoille, il furent tuit si esbaïs qu’il ne savent qu’il deüssent dire. Li jaiant sailli maintenant sus e, quant il vit que son frere estoit mort en ceste mainiere, e cuide celle mort venjer mes il ne puet quar sil qui trop (65va) avoit grant force e grant pooir si fist de celui tout autretel a celle fois con il avoit fet de son frere. E qu’en diroie je? Il les mist andeus a mort.

CXLV

[1]  Li roi de Norbellande, qui de ceste aventure estoit assés plus esbaïs que nul autre, quant il vit que li dui jaiant estoient mort d’un sol home, il dist adonc en son cuer que se estoit bien la plus estranje mervoille qui encore fust veüe a sson vivant en nulle contree. Aprés redist en soi meïmes que sist estoit sans faille Febus le Fort, celui meïmes qui desconfit les avoit tous trois ou roiaume de Norgalles. Or ne savoit il que il deüst fere, quar de sa volonté meïst il celui a mort se il le peüst fere e n’eüst le pooir, quar il avoit toute voies doute e paor qu’au dereain ne li feïst il pis qu’il ne li avoit fet encor. [2]  Quant li rois ot auques pensé a ceste chose, il se dresse en son estant e fist adonc senblant qu’il ne coneüst Febus de riens; mes toutes voies li dist il: “Sire, venés vos reposer. Tant avés mostré entre nos apertemant vostre legerté e vostre force que je vos fais a ssavoir qu’en toute ceste asenblee ne troverois vos a ceste fois nul home qui encontre vos se voille ormais esprover de nulle chose. Tant avés fet (65vb) estranje chose que je sui esbaïs de ce que je ai veü de vos. Se Dex vos salt, venés ormais reposer”. [3]  Aprés se que li rois ot parlé en ceste mainiere, Febus n’i fist autre demoranse ains s’en ala seoir prés dou roi; li roi le reçuit plus honoreemant e le plus noblemant qu’il le puet fere. Tuit sil qui en la plasse estoient, qui regardoient Febus, disoient entr’els comunemant que se estoit un dex novel: s’il ne fust dex, il ne peüst fere sans faille si grant mervoille con il avoit fet devant els. Li dui jaiant se furent pris e mis en terre en selui leu tout propemant ou il avoient esté mort. [4]  A celui point que Febus seoit deles li roi e tuit sil qui là estoient le regardoient a mervoilles, la damoiselle qui tant estoit belle vi[n]t entr’els. Febus se lieve encontre lui e li dit: “Damoiselle, tot se que je ai fet en ceste leu ai je fet por amor de vos: vostre biauté a tel force e si grant pooir que elle me fet fere mervoille; e se greingnor besoing venist, sachiés de voir que je feroie trop greingnor chose que ceste ne fu. Ormais vos comant je a Dieu, je n’ai plus que demorer. Je sui vostre en toutes guise”; e maintenant s’en parti de l’asenblee que il ne velt plus demorer a celle fois ne por le roi ne por autre qui l’en priast.

CXLVI

[1]  (66ra) Si grant mervoille e si estrange chose con je vos cont feïssoit tant con il fu en vie; il ne pooit nul home trover qui a llui se peüst prendre de legeresse. Por les grant mervoille que li roi de Norbellande veoit de lui, vousist il trop voluntiers que sa fille l’amast por amor mes selle ne voloit, ains disoit priveemant a son pere: “Or sachiés veraiemant que mi cuer ne se poroit acorder a se que amasse celui qui m’a fet si grant doumaje de mes amis con je reçoit e qui m’a mis en tel poerté con est celle don je sui tornee. Ce est noiant: je ne l’ameroie jor de ma vie, il me puet amer assés mes ja de moi ne sera amés”; ensint respont la damoiselle a son pere quant il la metoit en parole de Febus. [2]  Au roi en pesoit molt duremant car molt vousist, se il peüst, que la damoiselle l’amast; tant feïssoit voiremant qu’elle savoit trop bien rechevoir e trop cortoisemant les messaje que Febus li mandoit e lor savoit adés doner trop belles paroles e trop cortoise, mes del fet n’avoit riens. [3]  En celle saison droitemant avoit en ceste chave ou nos somes orendroit une meison de jaiant, e toutes ses chanbres si belle e si noble con vos le veés l’avoient il fetes voiremant. Aucune peinture (66rb) qui orendroit i sont n’estoient mie fet a celui point, puis furent fetes: sil de nostre lingnaje les firent fere aprés la mort de Febus. Le roiaume ou nos somes orendroit, se savés vos bien, si est appellés li roiaume d’Orcanie.» [4]  «Sire – fet Breüs –, vos dites bien verité: ou roiaume d’Orcanie somes nos orendroit voiremant. Ore tornés a vostre contes.» [5]  «Voluntiers», fet li preudome.

CXLVII

[1]  A celui point qu’il tenoient entr’els deus tel parlemant con je vos cont – e il avoit ja demoree a deviser celui conte tant que la nuit estoit ja molt aprochiés –, atant és vos entr’els venir .IJ. homes vestu molt povremant: lor robbe estoient blanche e vielle e desilee de toutes pars, elle ne valoient més se petit non, elle estoient dou tot si gaste qu’il ne pooient covrir lor char se mauvaisemant non. [2]  Quant Breüs les voit entr’e[l]s venir, il dist au preudome qui son conte voloit encomencer: «Sire, qui sont sist dui qui seens entrent?». [3]  E li preudom, qui tant estoit cruel duremant que de li grant viellesse qu’il avoit ne pooit il veoir se petit non e por ce ne le pooit il pas veoir, respont: «Je sai bien qu’il[s] sont: li un est pere de Guron, li autre est si cosin germain; li uns de ces deus fu rois de Gaule e li autre fu rois (66va) dou roiaume de Gaunes. Li rois Boort, qui rois en a esté longuemant ensint con l’en m’a ja contés plusor fois, si fu de nostre lingnaje, e li roi Ban meïmes». Quant il a dite ce parole, il se dresse en estant au plus ligieremant qu’il puet e dist: «Avant seingnor, se il vos plest, venés vos reposer avec nos». [4]  Quant sil vont regardant Breüs, por ce qu’il avoit ja grant tens passé qu’entr’els n’estoit mais venus home estranje, se mervoillent il trop duremant coment il vient leens; e lors dist: «Bien veingnés, sire». [5]  «Sire – font il –, bone aventure vos dont Dex. Coment venistes vos seens? Qui vos i a amené? Quel voie tenistes vos?» [6]  «Seingnor – fet il –, se il vos plest, or vos seés e je le vos conterai»; e adonc s’asiet maintenant e il lor comence a conter por quele aventure e por quele mescheance il estoit leens venus, e coment la damoiselle le fist leens entrer por engin e por dechevanche, quar bien le cuidoit tout metre a mort certainemant. [7]  Aprés que Breüs l’ot conté tot mot a mot coment il estoit venus leens, il demanderent novelles dou roi Artus e des autres chevaliers qui a selui tens portoient armes por le roiaume de Logres, e il lor en dit partie de ce qu’il en savoit. Si lor en (66vb) conte tant e si longuemant que la nuit estoit ja venue, si oscure e si noire que il ne veïssent gotte leens se ne fust se qu’il i avoit deus cirges ardant auques gros qui donoient grant clarté. [8]  Quant Breüs ot finé son conte sans se qu’il ne deïst riens de Guron, li preudom a cui Breüs avoit primieremant parlé se torne adonc envers le pere de Guron e li dist: «Bel chier fils, cist chevalier qui est ici me dist orendroit novelles de vostre fils que vos ne veïstes ja a grant tens». [9]  Quant cil entent ceste novelle, il besse la teste vers terre e dist a chief de piecce: «Sire, queles novelles vos en alés contant?». [10]  «E non Dieu, biau sire – fet li preudome –, je le vos dirai.» E maintenant li comence a conter ce que Breüs li avoit conté; e quant il ot finé son conte, il se test. [11]  A chief de piecce parole le pere de Guron e dist a Breüs: «Sire chevalier, conbien de tens puet il avoir que vos veïstes mon fils?». [12]  «Sire – fet Breüs –, or sachiés qu’il n’a pas encor deus mois entiers que je le vi, mes se vos di je bien seüremant: que se est sans faille le plus bel chevalier de toutes chose que je encor veïsse en tout mon aaje e le meillor qui soit ou monde de force de chevalerie.» [13]  «Certes – fetes li pere Guron –, s’il n’estoit bon chevalier de son cors, se seroit estranje (67ra) mervoille, quar des bon chevaliers sans faille est il estrait de toutes pars.»

CXLVIII

[1]  Quant il a sa raison finee, Breüs se torne envers le viel home qui conte li avoit encomencé de Febus e li dist: «Sire, vos encomenciastes, la vostre merci, un conte que vos n’avés encore mené a fin. E sachiés, sire, tout de voir que ce est une chose que je dezir trop duremant car je vos pri que vos enprenestes vostre conte là u vos le lassastes e diois avant tant que vos m’aiois tout conté se que vos mi promeïstes». [2]  «Certes, biau sire – fet li preudome –, se vos ferai je voluntiers puis que vos estes si dezirans de l’escouter.» Quant il a dite ceste parole, il recomince maintenant son conte en ceste mainiere.

CXLIX

[1]  «En celle saison droitemant – fet li preudome – que je vos ai conté, estoit ceste cave ou nos somes orendroit abitee de jaians: il estoient qatre frere e abitoient ici e toute lor massue autresint, e il estoient de grant pooir qu’il avoient toute ceste contree ou nos somes orendroit torné en lor subission. Il estoient redouté en ceste païs autant con la mort. [2]  La damoiselle que Febus amoit, e que tant estoit belle estranjemant, alloit toute voie pensant en (67rb) quel guise elle peüst celui metre a mort que si grans doumaje li avoit fet de ses parens; e elle li mandoit toutes voies bone paroles, mes elle avoit le cuer a autre chose qu’elle ne disoit. [3]  Molt pense longuemant coment elle peüst son duel venjer sor Febus e tant qu’elle oï parler e dire que en ceste cave abitoient quatre jaians, frere di pere e di mere, qui estoient de si estrangie force que de lor force estoit bien la greingnor mervoille dou monde. Lor s’apense e esme que en ceste part feroit elle venir Febus, quar bien li estoit avis que, se il jamés devoit morir por nulle aventure dou monde ne por nulle mervoille, il moroit en ceste esprove. Lors prist un suen messaje e li dist: “Tu t’en iras a Febus e le saluerai de ma partie e li dirai tiels parole”. [4]  Li messaje s’en vient a Febus là u il demoroit ou roiaume de Norgalles e li dist: “Sire, ma dame vo salue, la plus belle dame qui orendroit soit en ceste monde; e vos mande que vos alois a la cave des .IIIJ. jaians frere e vos esprovés a els se vos a mort le peüssiés metre por vostre proesse. Fete li adonc a ssavoir e l’atendois dedens la chave, que bien sachiés veraiemant que, quant vostre messaje sera venus a llui, elle n’avra jamais repos devant qu’elle sera a vos venue”.

CL

[1]  (67va) De ceste novelle fu si estranjemant lés que ne li poroit estre aporté nulle novelle dou monde que si grant joie li menast a cuer con selle li fist. Il demande ou li jaiant estoient e sil li ensengne; e dist: “Moltes merci de ceste mandemant que ma dame degne fere. Or li dites de ma partie que jamais n’aurai grament de repos devant que je aurai dou tot aconpli son comandemant”. E maintenant se mist a la voie e s’en vient ceste part, mes se fu plus priveemant qu’il puet; il ne mena en sa conpaingnie fors un chevalier e deus escuiers soulemant. [2]  Quant il fu en ceste part venus en ceste leu propemant, il trove les .iiij. jaians defors a l’entré de ceste chave; e il estoient armés quar il voloient adonc corre en la fin de ceste roiaume sor un chevalier qui a selui tens lor avoit ocis un lor parent. Quant il virent Febus qui sor els venoit a si pou de conpaingnie con il avoit, li uns se mist avant e dist a Febus: “Qui es tu qui tien seste chemin sans nostre conjé?”. [3]  “Je sui un chevalier – fet Febus –, qui sui venus ceste part por metre vos a mort. Il est mistier, se Dex me salt, que vos morois tos quatre por mes mains.” [4]  Quant li jaiant entendi ceste (67vb) parole, il se comence a ssorire, quar il cuidoit veraiemant que Febus avoit parlé en tel mainiere por follie de teste; e por ce dist il: “Sire chevalier, or sachiés que vos n’estes mie trop sagie: Follie vos a conduit entre nos”. [5]  “E non Dieu – fet Febus –, vos estes mors, seüremant le poés dire”; e maintenant descendi por ce que il vit que li .IIIJ. jaiant estoient a ppié, autresi descendirent li autre qui avec lui estoient venus. [6]  E le chevalier, quant il vit le iiij jaians si estranjemant grant con il estoient, se mist avant de Febus e li dist tout en plorant: “Aï sire, merci, aïés pitié de vos, ne vos metés a mort si abandoneemant. Se poés vos veoir tout cleremant q’encontre ses qatre jaians ne poriés vos durer en nulle mainiere dou monde. Por Dieu, sire, sofrés vos de ceste enprise, car elle est molt mortel por vostre cors”.

CLI

[1]  Febus comence a regarder le chevalier quant il entendi ceste parole, e dist: “Coment, sire co[n]pains, se Dex vos dont bone aventure, avés vos si grant poor et si grant doutanse con vos en fetes le senblant?”. [2]  “Sire – fet il –, or sachiés que je ai trop greingnor peor que je ne vos cont.” [3]  “E non Dieu – dist Febus –, puis que vos estes si duremant espoentés (68ra) e por noiant desoremais ne vos tieng je por chevalier. Or vos en alés erraumant, quar je ne vuoill de ci en avant vostre conpaingnie: gardés que jamés jor de vostre vie ne veingniés devant moi. Or tost tenés vostre chemin.” Quant il ot dite ceste parole, il n’i fet autre demoranse ains prent s’espee maintenant e la tret hors dou froure. [4]  Li uns des jaiant dist: “Sire chevalier, por coi tenés vos vostre espee? Ja veés vos tout cleremant que encor n’i mist nul de nos quatre main a la soe espee”. [5]  “Je l’ai ensint fet – dist Febus – por doner vos esenple de ce que vos devés fere: treés vos vostre espee tos qatre e vo defendés de moi, se vos le poés fere.” [6]  Quant il ot dite ceste parole, il n’i fist autre demoranse, ains se mist erraumant entr’els e feri si duremant le primier qu’il ataint qu’il le rue mort a la terre dou primier cop. Aprés le primier ocist il le segont e puis le tiers e puis li qart: en tel guize le mist tuit e qatre a la mort e delivre adonc ceste de tous cels qui trove ceens. Quant il ot aconpli ceste mervoille que je vos ai conté, adonc mande il a la damoiselle, qu’il tant amoit, qu’il avoit mis a mort li iiij jaiant: ensint con elle avoit comandé estoit apparoillié (68rb) de fere, plus se elle plus li comandoit. [7]  La damoiselle li mande qu’elle est trop lié e trop joiant de ceste aventure, or l’atentist iluec qu’elle vendroit a llui tot mantenant que elle poroit.

CLII

[1]  En tel guise con je vos cont remest Febus li buon chevalier e atendoit toutes voies la venue de la damoiselle; e del trés grant desir qu’il avoit que la damoiselle venist a llui, por ce qu’il vit que elle ne venoit, cheï il enn une maladie si grant que de selle maladie moruit il. [2]  Quant cil qui avec lui estoient virent qu’il estoit si estranjemant malades qu’il manderent maintenant la verité de la chose a la damoiselle e li firent a ssavoir tout l’estre de Febus, elle ne le croit pas; si mande adonc un suen messaje de son ostel ou elle molt se fioit. [3]  E quant fu venus a Febus e vit son contenemant, il s’en torne a la damoiselle e li dist molt dolent: “Damoiselle – fet il –, je vos aport novelles. Or sachiés que vos poés seüremant dire que vos avés mis a mort le meillor home dou monde. Il ne se vet molt fingnant, la mort li est molt prés: bien puet dire que maluit onques vostre biauté quar il en muert a grant dolor. Or sachiés que ja tant ne vos savrois aiter de chevaucher selle part que vos ne le trovois mort quant vos serois a lui venue. (68va) Onques més si trés grant doumaje n’avient por achaison de damoiselle con avendra a ceste fois por achaison de vos, quar le meillor chevalier dou monde e le meillor home de tout cestui monde en gira mort”.

CLIII

[1]  Quant la damoiselle entendi ceste novelle, adonc se comence a repentir de ce qu’elle n’avoit fet dou tot la volonté dou chevalier; si se mist a la voie a grant conpaingnie de gent e chevauche au plus hastivemant qu’elle puet. Si vint a ceste cave e trove que li buon chevalier estoit ja si conquis e prés de la mort qu’il ne pooit plus en avant. [2]  Quant fu venue e elle la vit, elle la conuit trop bien por mi la fort maladie dont il estoit; dont il dist molt foiblemant si con sil qui ja estoit prés de la fin: “Bien veigniés – dist il –, ma douce mort, la chose de ceste monde que je ai plus desiree. Or ne me chaut grament desormés quant la mort viengne, quar toute ma volonté elle est conplie quant je la voi”; lors comande a la damoiselle que elle l’enbrachast e celle le fist adonc tout ensint con elle le comandoit. E quant elle l’ot enbrachié, il ne demore puis grament qu’il moruit entre les bras de la damoiselle. [3]  En tel guise con je vos ai conté, sire chevalier, morut li trés buon chevalier e por amor: amor le fist morir (68vb) sans faille. Tuit cil de ceste païs s’asenblerent quant il oïrent parler de ceste mort, e tuit li rois autresi i vindrent ici e mistrent adonc son cors en celle chanbre e si honoreemant con il apart encore. [4]  Quant il oïrent ceste fet, il cuidoient tout veraiemant que la damoiselle s’en vousist partir de ceste leu e aler s’en avec son pere ou roiaume de Norbellande. Elle dist: “Ne plasse a Deu que je jamés me parte de cestui leu puis que la moie aventure a esté si fellonousse que por le moi amor a esté le meillor chevalier dou monde mort. Ne je, tant con il vesqui, ne li fis cortoisie ne bien, si le ferai aprés la mort si grant honor que jamés je ne me partirai de lui e aprés ma mort est mistier que prés de lui gist mon cors”.

CLIV

[1]  Quant li roi de Norbellande entendi ceste aventure, il en fu fort esbaïs, si dit: “Ce que vos dites ne vaut vostre demorer ne vaut rien: il est mistier que vos en veïngniés; e se venir n’en vorés, je vos en ferai venir por force”. [2]  “Pere, se vos se fetes, je m’ocirai a mes deus mains”. [3]  Quant li pere entendi si la volonté de la damoiselle, il en fu fort esbaïs e si ne cuidoit que elle deïst si a certe con elle fait; si li dit autre fois: “Fille, a venir vos estuet”. [4]  “Pere – dist elle –, or sachiés (69ra) que jamés a jor de ma vie ne me partirai de ci aprés selui qui por la moie amor morut.” [5]  Quant en tel mainiere remest la damoiselle en ceste cave – qu’elle ne s’en voloit plus partir ne por pere ne por parens –, a celui point que je vos di estoie je molt joune chevalier de l’aaje de .XVIIJ. ans, e avoie quatre frere chevalier preudome des armes: nos aviom esté tos cinc fils de cest bon chevalier. [6]  Grans piecce aprés se nos fu contés ou roiaume de Gaule, ou nos demorom adon, que en ceste mainiere avoit esté mort li bon chevalier. Nos en feïmes duel mervoillous e tantost nos partimes de la contré por veoir ou gisoit li buon chevalier. Tant alame de contré en contré que nos venimes en ceste part e seens droitemant, e nos trovames adonc que la damoiselle estoit morte e tout ensint gisoit dès lors ou elle gist encore. [7]  Mi .IIIJ. frere demorerent ceens dou tot, mes je me partis puis e fui au monde plus de .XX. ans enteirinemant; e puis, quant mi fu conté que tuit mi frere estoient mort e ceens gisoient, gie m’en retornai adonc ceens e trovai qu’il gisoient en celle chambre en tel guise con vos veïstes hui qu’il gisoient. Aprés se que je fui ceens venus a celle fois e je voi que (69rb) mi pere estoit ensint enterrés e mi frere autresint, si me propois de jamés partir de ceens e ensint remés je. [7]  E puis vint a grant tens ce[e]ns mi fils que vos ici veés, e remistrent ceens encontre ma volonté. Asés li dis qu’il retornasse au siecle mes il ne le vuelt fere, e autre chevalier de nostre lingnaje n’i remistrent que tuit morurent. Ensint con je vos ai conté morut li buon chevalier por amor, e la damoiselle autresint. Si vos ai ore finé mon conte e por ce vos tairai atant.” E puis se test qu’il ne dist plus a celle fois.

CLV

[1]  Quant il a dite e finé son conte en tel guise con je vos ai conté apertemant, Breüs, qui voluntiers l’avoit escouté, respont: «Molt est d’apriser li trés bon chevalier qui gist leens: trop fu gracieus de toutes choses que ne sont orendroit li autre chevalier». [2]  Assés parlerent de ceste chose sans tenir autre parlemant de nul autre afere fors de Guron, dont parloient aucune fois; quant il fu alé grant piecce de la nuit, il s’endormirent sans manjer ne boire. A l’endemain auques maitin se lieverent, si vient entr’els un prestes molt viels e de molt ancien tens, vestue d’une blanche robbe, qui lor chante messe e puis lor done pain e eve qu’il avoit leens (69va) aportés; e il manjerent ausi liement e d’ausi bone volonté con cil eüssent adonc tous les bones viandes dou monde. [3]  Aprés ce qu’il orent manjé si povremant con je vos cont, li prestres se parti maintenant de leens e Breüs se torne adonc envers l’aiol de Guron, e il dist: «Sire, vos sovient il d’une parole que vos me deïstes ar soir?». [4]  «Quele fu celle?», dist li preudome. [5]  «E non Dieu, sire – dist Breüs -, je le vos dirai que bien sachiés veraiemant que je ne ll’ai pas oblié. Vos me deïst que cist sire qui est ici, qui est pere de Guron, estoit encor si fort chevalier de son cors que je tendroie a grant mervoille la force que vos me ferois de lui veoir. E certes, sire, il me semble si megres e si fobles qu’il ne m’est pas avis qu’il peüst avoir force en nulle mainiere dou monde encontre un autre chevalier. Por coi, sire, je vos voudroie prier que vos me feïssiés veoir, s’il vos plest, aucune chose de sa force avant que je me parte de ci.» [6]  Li preudome comence a rire quant il entent ceste parole e puis dit: «Je vos en ferai aucune chose veoir». E puis s’en vont en une autre chanbre e troverent leens une maçune de cuire si grant e pesant que se estoit une mervoille, e sor tout ce elle estoit (69vb) trop belle e trop contemant apparoillié, ovree d’or e d’argent, e elle estoit couchié desus le peron.

CLVI

[1]  Puis qu’il furent venus au peron, li preudome dist: «Sire, que vos semble de ceste maçune? Vos est avis que vos la peüssiés porter? Or sachiés com elle poise». [2]  Breüs dist: «Sire, elle ne fu fete mie por moi, je conois que je ne sui de la force que je le peüsse remuer se trop petit non». [3]  «Toutes voies – fet li preudome –, vuoill je que vos i esprovois.» [4]  «Certes sire – fet Breüs –, se ferai je voluntiers por vostre priere aconplir, mes je sai bien que se est travaill por noient»; e lors prent la maçune a deus mains e la remue a grant poine molt petit e si la remet ariere. [5]  «Sire chevalier – fet li preudom –, se li autre chevalier qui ore portoit armes ne sont plus fort de vos, di je qu’il sont trop foible.» [6]  Lors torne vers son fils e li dist: «Fils, prenés la maçune, je sai bien que Menabin vos en cuide occire mes vos l’en meïstes a mort». E sil se met avant e prent la maçune a une main e la lieve trop legieremant desus le peron. De ceste chose se seingne Breüs. [7]  «Sire chevalier – fet li preudome –, vos est il avis ch que li chevalier qui orendroit portent armes sont de si grant afere con sont cist (70ra) chevalier?» [8]  «Nanil – fet Breüs –, vos m’avés mostré apertemant que bien estoient meillor chevalier a vostre tens qui ne sont orendroit, car trop estoient plus fort; e certes de ceste forse que sist a fet seroit engonbré de fere Guron, que je tieng au plus fort chevalier qui orendroit soit en ceste monde.» [9]  «E non Dieu – fet li preudome –, donc n’est il d’assés si fort con fu si peres, que je vos fais a ssavoir qu’il fu de trop greingnor forse qu’il n’est orendroit. E si vos di qu’il a plus de .XV. ans conpli que ceste maçune ne fu mais remué de cestui leu, e encor ne fust elle ore remué se ne fust por vos. Un fort home si l’a porté a celui tens ceste part: il nos cuidoit metre a mort mes il en moruit. E quant ensint est avenu que Aventure vos a porté entre nos e que vos avés partie veü de nos privanse, or vos voudroie je prier e requierre que vos m’otroiés un don.» [10]  «Sire – fetes Breüs –, dites que voluntiers.» [11]  «Grant merci – fet li preudome –, vos m’avés otroiés que a ome ne a feme vos ne dirois novelles de nos ne de chose que vos avés veü ceens si que por vos paroles viengne ceens ne home ne feme. A Guron voiremant, se vos le trovés, ne vos defent je mie que vos ne li diois tout pleinemant novelle de nos (70rb) e de tout ce que vos avés veü ceens.» [12]  «Sire – fet Breüs –, vostre priere ferai je bien a mon pooir. Vos m’avés entre vos tenu une grant piecce, or vos pri je que vos me gitois desoremais de ceens quar je ai molt aillors a fere.» [13]  «Certes – dient sil – voluntiers», e lors le menent tant tute une voie auques estroite e por desous terre qu’il vienent a une grant boche par onc l’en issoit de leens. La boche estoit en mi une roche long deient e molt desvoiable, e celle estoit molt large mes a l’entree droitemant estoit elle estroite.

CLVII

[1]  Quant Breüs vuelt issir de la cave, il comande molt a nostre sire Dex sil de leens. E quant il s’en est issus, il voit de toutes pars belle foreste dou monde. Il comance a regarder entor lui por veoir s’il veoit la roche ou la male damoiselle l’avoit fet entrer dedens mes il ne la puet veoir, e il avise que la vie qu’il avoit fet desous terre duroit assés. E la verité dire elle duroit bien une lieve englesces e plus por ce ne set il orendroit qu’il facce, il ne set quel part aler ou a destre ou a senestre. [2]  Quant il ot ensint une grant piecce pensé e regardé une eure ça e une autre là, il se met adonc a la voie tout a ppié (70va) ensint con Aventure l’amoine: quar a la verité dire il ne savoit quel part il aloit. Si li avient adonc si bien qu’il vet tout d’une part e d’autre qu’il voit tout apertemant la roche dont il estoit le jor devant entree dedens la cave. Breüs est molt reconfortés quant il puet la roche veoir, quar li cuer li vet disant que encore i trovera il son cheval e ses armes. [3]  Tant a alés en tel mainiere ensint a ppié con il estoit qu’il est venus a la roche e trouve iluec ses armes ou il les avoit laissiés, e son cheval autressi i trova il, pesant entre les arbres. Il prent ses armes, e quant il en est garnis, il pense plus de son cheval apparoiller e aprés monte. [4]  E quant il est montés, il dist a ssoi meïmes que por la traïson que la damoiselle li a fet a cestui point, il ne trovera piecce més damoiselle a cui il ne face honte ne vergongne por coi il en viengne au desus. Il ne cuidast en nulle guise que damoiselle peüst trouver si fiere traïson con fu cele que la damoiselle trouve a cestui point e econtre lui, e encor lor rendra Breüs seste traïson si l’en vient en point e en leu. Il le desfie desormés, jamés ne lor fera honor ne cortoisie. Ensint vet disant Breüs a ssoi meïmes e chevauche (70vb) toute sa jornee si corochié vers la damoiselle con je vos cont. [5]  Le soir entor hore de vespre vient il a une maizon de religion qui estoit en une vallee devant une grant riviere; leens descendi Breüs, celle nuit i dormi e i fu molt bien servi. Mes atant laisse ore li conte a parler de lui e retorne a Guron por conter partie de ses aventure.


CLVIII

[1]  Or dit li contes que puis que Guron se fu partis de Sers, a cui il avoit dit son non en cel guize con li contes a ja devisee sa arieres, il chevauche puis celle jorné entiere sans aventure trover qui face a mentovoir en conte. Selui soir l’aporte son chemin en la maison d’une veve dame qui molt honoreemant le reçuit en son ostel por ce qu’elle conoissoit bien qu’il estoit chevalier errant. Leens dormi celle nuit Guron tout laisse, e toute la cortoisie que la dame li pot fere elle li fet. Selui soir canja leens Guron ses armes e prist un escu mi parti de noir e de blanc. [2]  A l’endemain se parti de leens en la conpaingnie d’un seul escuier e tant chevauche puis (71ra) de jorné en jorné, sans aventure trover qui facce a mentovoir en conte, qu’il vient a l’entree de Sorelois. En tous le leu ou il venoit e a tos le chevalier qu’il encontroit demandoit novelles de Danaïn le Rous, e tel estoit adonc la fortune de lui qu’il ne pot onques trover ne un ne autre qui l’en seüst adonc dire verité ne mensoingne. [3]  En tel guize con je vos cont chevauche bien un mois entiers Guron qu’il ne pot oïr nulle novelles de celui qu’il aloit querant; e lors fu il si fieremant esbaïs qu’il ne savoit que dire quar, por ce qu’il l’avoit tant q’il ne trover nel pooit, li disoit le cuer qu’il s’en estoit tornés por aventure a Maloaut; e se estoit une chose qui en grant penser l’avoit mis. [4]  Un jor qu’il chevauchoit molt fieremant pensis de ceste chose, li avient qu’il s’aconpaingne a un chevalier qui s’en aloit en Sorelois; e estoit cil chevalier de la maison li rois Artus mes il n’estoit pas conpaingnon de la Table Reonde. Li chevalier estoit appellés Sibilan d’Estrangor e il estoit bon chevalier de son cors, e estoit cozin germain Gosonain d’Estrangor, e estoit ardis duremant e cortois a mervoilles. Quant il furent venus ensenble en mi le chemin, Guron comence maintenant a demander au (71rb) chevalier: «Biau sire, qui estes vos?». [5]  «Sire – se dit li chevalier –, je sui un chevalier errant qui voïs de contree en contré ensint con Aventure m’aporte.» [6]  «E que alés vos querant par ceste païs?», se dit Guron. [7]  «Sire – respont le chevalier –, se Dex me doint bone aventure, puis que vos de ceste chose volés savoir la verité e je vos en dirai partie, por ce que preudome me semblés. Or sachiés veraiemant que je voï querant un chevalier que je molt desir a trover: encor n’a mie grament de tens qu’il me fist honte e villanie que je venjeroie voluntiers; por ce le quier e por lui voï je chevauchant a cestui point por ceste païs.» [8]  «Or me dites – se dit Guron –, e qui est selui chevalier qui vos fist celle vergoingne?» [9]  «Sire – fet sil –, se Dex me salt, je ne’l sai mie trop bien. E neporquant un chevalier de ceste contree me fist entendre, encor n’a gueres, que se fu Danaïn li Rous sans faille qui celle vergoingne me fist. E por ce vos di je que se est Danaïn li Rous que je voï querant.»

CLIX

[1]  Quant Guron ot ceste novelle, il demande autre fois au chevalier: «Coment, biau sire – fet il –, il fu donc Danaïn le Rous en ceste contré?». [2]  «Sire – fet sil –, oïl sans faille: il i fu. Se me puet chieremant peser quar je en reçui onte e laidure e doumaje dou cors.» [3]  «Sire – fet Guron –, voudriés vos (71va) tant fere por moi que vos me deïssiés ou vos le trovastes e quel doumaje il vos fist e quele honte?» [4]  «Sire – se dit li chevalier –, se vos dirai je bien quant vos savoir le volés. Or sachiés bien qu’il a trois semaine e non plus que je chevauchoie vers un chastel sa devant que l’en appelle la Tigre. Quant je sui venus prés dou chastel, il m’avient adonc que je trouvai desous un arbre une damoiselle plorant. La damoiselle ploroit si fieremant qu’il ne m’est pas avis que je en tout mon aaje veïsse encore damoiselle plorer si duremant con elle faisoit. [5]  Mes bien sachiés, sire, de voir que elle estoit bien la plus belle damoiselle que je encore veïsse en mon tens. E que diroie? Dir puis tout ardiemant que elle est la plus belle dou monde: devant ce que je la veïsse, ne peüsse je pas legieremant croire qu’il eüst en toute le monde si belle damoiselle con est celle. Por la grant biauté que je vi en lui me trés je prés de la damoiselle e fui molt irïés e molt dolens quant je la vi si duremant plorer: molt m’en poise dedens mon cuer. [6]  Je descendi e atachai mon cheval a un arbre, e m’en viens droitemant a llui e li dis: “Chiere damoiselle, por coi plorés vos (71vb) si duremant? Dites moi l’achaison de vostre corois e je vos creant leialmant que je i metrai tout le consoill que je porrai”. [7]  Quant la damoiselle entendi ceste parole, elle comence adonc a plorer asés plus fieremant qu’elle ne fesoit devant e me respondi tout en plorant: “Aï sire, con je doi bien plorer e fere duel por raison, quar certes je ai esté trahïe si villainemant que il ne m’est pas avis que damoiselle fust onques si mescheant de toutes choses que je encor ne soie plus. Sire chevalier, que vos en diroie? Traïson e Desloialté si m’ont mis a grant deshonor, e ce me fet mener ceste duel qe vos veés”. [8]  Quant je entendi ceste parole adonc en oi je greingnor pitié que je n’avoie devant, si li dis autre fois: “Por Dieu, damoiselle, dites moi qui vos a fet ceste desloiauté e ceste traïson dont vos parlés”. [9]  “Sire – dist elle –, or sachiés bien que tel chevalier la me fet dont vos porois malemant venir au desus, quar trop est bon chevalier sans faille. De son cors il est si trés bon chevalier que je di bien que ce est doumaje trop grant que Traïson entre en cors de si bon chevalier con il est.”

CLX

[1]  A celui point que la damoiselle parloit a moi en tel guise (72ra) con je vos cont, atant és vos vers nos venir le chevalier don elle se plaingnoit si duremant. Tantost con la damoiselle le vit venir de loing, elle me dist: “Sire chevalier, montés e vos en alés tost vostre chemin. Que bien sachiés veraiemant que, se li chevalier que ci vient e don je me plaing si duremant vos trouve ci, vos estes mors: se sai je tout certainemant que encontre lui ne poriés vos vostre cors defendre. Or tost montés e vos en alés vostre chemin au ferir des esperons, je me remandrai ariere”. [2]  Quant je entendi ceste parole e vi adonc tout apertemant le chevalier venir vers nos armés de toutes armes e montés sor un grant destrier, l’escu au col, le glaive ou poing, la damoiselle me dist autre fois: “Haï sire chevalier, por Dieu, gardés vos quar autremant estes vos mort, veraiemant le sachiés vos”. [3]  Je respondi adonc e dist: “Damoiselle, se Dex me salt, or sachiés tout veraiemant que, se je moroie por vostre honor defendre, je me tendroie a bien païé”. E por se que je ne voloie toute voies que le chevalier me trovast a ppié prés de la [da]moiselle, vieng je corant a mon cheval e montai par sus au plus astivemant que je le poi fere. [4]  Li chevalier me comence a crier a aute vois: “Gardés (72rb) vos de moi, sire chevalier, se vos le poés fere; quar autremant vos estes mort, se Dex me salt”.

CLXI

[1]  Quant je entendi ces novelles, je m’apareillai a defendre au miaux que je le poï fere mes tout ce ne me vaut riens, quar le chevalier qui sor moi venoit au ferir des esperons me feri si roïdemant en son venir que por l’escu ne por l’auberc ne remaint qu’il ne me ferist en mi le pis, e me fist plaie grant e parfonde. De celui coup hurte il si duremant que je n’ai ne pooir ne force que je me tenisse en selle, ains volai maintenant a terre. E qu’en diroie? Je fui si fellonousemant abatus que je remés en mi le chemin come mort. [2]  Li chevalier s’en ala puis entre lui e sa damoiselle a tel heure que je ne vi puis ne lui ne ll’autre, mes puis me dist l’en sans faille que ce estoit Danaïn li Roux. Por telle honte qu’il me fist a celle fois de moi abatre e por le doumaje ausint le voïs je querant, quar en ceste contree fu il hore novellemant, ce m’a l’en dit, e la damoiselle avec lui. Sire chevalier, or vos ai je dit tot outreemant ce que je voïs querant. Or vos pri je que vos autresint me diois que vos querés e qui vos estes.» [3]  «Certes sire – fet Guron –, de ce vos dirai je partie e voluntiers. (72va) Or sachiés de voir que selui chevalier meïmes que vos querés voï je querant.» [4]  «Voire – se dit li chevalier –, si querés vos Danaïn le Roux?» [5]  «Oïl certes», se dit Guron. [6]  «E por quoi le querés vos?» [7]  «Se Dex vos doint bone aventure, se ne vos dirai je pas – se dit Guron –, fors que tant voiremant vos fais je bien a savoir qu’il m’a assés plus mesfet qu’il n’a a vos.» [8]  «E s’il vos a mesfet – ce dit le chevalier –, qu’en poriés vos fere? Il est si bon chevalier de son cors que, s’il vos avoit fet honte e vergoingne, vos ne la poriés sor lui venjer en nulle mainiere dou monde.» [9]  «Certes biau sire – fet Guron –, tout otroie je bien que Danaïn le Ros est si bon chevalier de son cors qu’a poine poroit l’en orendroit trover en tout li monde un autre si buon chevalier; mes certes, s’il estoit trop encore meillor chevalier qu’il n’est, si est il mistier, se Dex me salt, que je fache tout mon pooir, se je le truis, de revengier celle vergongne qu’il me fet.»
 
Finito libro, grasia n’abbia XRO