RIALFrI
58 cenis: 'cenere'.
62 oblee: 'offerta'.
106 desevrance: 'separazione'.
125 aitain: 'alta'.
140 cheitis: 'misero'.
140 honiz: 'disonorato'.
149 aiol: 'avo', in questo caso il nonno.
153 galdine: boschetto ceduo.
182 tortiz: 'torcia'.
182 doplier: 'candelabro a due braccia'.
193 clavain: 'maglia di ferro' verifica.
194 acer: 'acciaio', metonimia per 'arma'.
194 bran: 'spada'.
204 brochons: 'rotelle degli speroni'.
212 avistre: 'ardito'.
262 strevëure: 'staffa'.
264 auferans: 'destriero'.
355 s'arontent: 'si girano'.
358 äie: 'aiuto'.
359 esmater: 'domare'.
368 chapiron: 'cappuccio'.
371 bier: 'valente'.
409 qarrez: 'quadrato, robusto'.
422 avist: 'ardito', cfr. avistre 212.
467 desduit: 'piacere'.
528 demanois: 'subito'.
530 autan: 'alto, grande'.
556 coroie: 'cintura'.
592 huimés: 'ora'.
608 sorpoie: 'sorpassa'.
646 rubestre: 'violento, rude', ma la forma è di solito rubeste (FEW X, 434b: robustus).
676 maufier: 'demone' diavolo'.
782 hoirs: 'erede, successore' (FEW IV, 412b: heres).
800 fräin: 'debole' (FEW III, 752b: frangere).
877 per: 'pari'.
924 abrivez: 'rapido'.
937 pis: 'petto'.
940 auferant: 'destriero'.
954 brisces: 'frammenti'.
981 esmal: 'smalto'.
1008 esmance: 'stima, calcolo'.
1027 auguille: 'aquila'.
1038 cremuz: 'temuto'.
1030 les: 'lato'.
1050 guenchir: 'schivare'.
1056 trebuchier: 'fare cadere'.
1077 abandon: 'esposizione'. Nella locuzione se metre en abandon 'esporsi al pericolo'.
1081 dociez: 'istruito'.
1095 jöise: 'prova, supplizio'.
1104 mire: 'medico'.
1115 esauchiez: 'esaltato, glorificato'.
1134 vent: 'vinto'.
1152 gesir: 'giacere'. proi: 'prode'.
1175 esfroi: 'fracasso, tumulto' (FEW XV-2, 91b: *exfridare).
1246 senez: 'saggio'.
1376 anging: 'temperamento, carattere' (FEW IV, 685b: ingenium). Erronea la glossa "angien (terme d'astronomie" del glossario di Palumbo 1972.
1409 nöisse: 'rumore'.
1491 parchuit: 'vide', perfetto di percevoir.
1534 spoire: 'spera'.
1577 chiere lie: 'volto lieto'.
1597 poutrel: 'puledro'.
1606 graille: 'tromba'.
1623 hernois: 'equipaggiamento'.
1626 absolus: part. pass. del verbo absoudre 'salvare'.
1681 ber: 'valente'.
1689 desist: 'discese'.
1752 manoire: 'rimanere'.
1764 scrimir: 'tirare di scherma'.
1831 baorder: 'sfidarsi con la lancia'.
1868 cendaus: 'stoffa di seta leggera'.
1894 araise: 'bagna'.
1978 saolïer: 'saziare'.
1986 frebor: 'rumore, confusione'.
2047 acui: 'garanzia'.

Le roman d'Hector et Hercule

Le roman d'Hector et Hercule, chant épique en octosyllabes italo-français édité d'après le manuscrit français 821 de la Bibliothèque nationale de Paris avec les variantes des autres manuscrits connus, par Joseph Palermo, Genève, Droz 1972 («Textes littéraires français», 190).

Edizione digitalizzata a cura di Mirko Visentin e di Ilaria dall'Est
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

  TESTO CRITERI DI EDIZIONE  

 

l manoscritto scelto come base dell'edizione è Paris, Bibliothèque Nationale de France, français 821, che è stato corretto dall'editore solo in caso di errori manifesti o di passi corrotti.

L'editore ha regolarizzato secondo la grafia moderna l'uso di i e u vocali, j e v consonanti, e ha introdotto la punteggiatura.

La dieresi è indicata sopra la prima delle due vocali in iato.








 

 
 I
 Nos trovons por escripture
 Qe Herculés outre nature
 Fu fiers, ardiz sor toz, et grans,
 Sage, legiers et sorpuisans.
5Ne combati jamés a nus
 Qe brïemant ne fust vanchus.
 De lui tesmonient petiz et granz
 Q’il sozmetoit trestoz jeianz,
 Et ocïoit ors et lïons,
10Serpans, centaures et dragons.
 Ne fu au suen tans en tot le mont
 Tant fiers com lui, noires ne blont,
 Fors soulemant Hector, le pros,
 Qi d’honor querre fu famos:
15Le fil Prians, le noble roi,
 Le miaudre home de nulle loi.
 Celui fu fils roi de pröece,
 De cortoisie et de largece,
 De sens, d’ardimant et de mesure.
20Fu voir parant et de droiture.
 En parlier fu sor toz plaisans;
 Vers nuls ne fu jamés villans.
 Voir q’en bataille fu apre et durs,
 Plus qe n’est perons en murs.
25Humble fu sor toz, et plain,
 Com dist l’autor en cist roman.
 Nen sai plus dir, ne nen savroie,
 Tant bien de lui, qe plus nen soie.
 Por ce m’en soufrirai atant;
30Si vos dirai d’un autre chant.
 Si vos dirai, se öir voudrés,
 Com le jeiant, dan Herculés,
 Le fort, le fiers; le sorpuissanz,
 A grant esfors de garnimanz,
35A force asigia Phyleminis
 Dedans les murs de son päis.
 Et est si grans le suen esfors,
 Qe nus n’ardist ansir dehors.
 Herculés aloit tot destruant,
40Maisons, chastiaus et casamant.
 Dehors la ville non remist
 Pros ne vil que nen füist.
 N’est pas mervoille s’il fu cremuz,
 Tant fort estoit, grant et membruz.
45Il sozmetoit cascune gant,
 Grans et petiz, tot ensamant.
 Nen mervoillez, ce dit l’auctor,
 Se a trestoz fesoit paor.
 La verité ci non desforce:
50De cent homes avoit la force.
 
 II
 Entor Termachi, la citez,
 La ou Phileminis fu nez,
 Estoit Herculés, le nobile.
 De chevalier avoit .xx. mille;
55Grant masse fu la gent menue;
 Toute en fu plens, chemins et rue.
 Ardant aloient tot le päis.
 De maint maisons firent cenis(1).
 Nen remest nulle entiere,
60- Sauf qe nen fust de cuite piere -
 Qe nen fust a feu cremee.
 Tiel fruit la guerre fait oblee(2).
 Les päisans fuiant s’en vont,
 Qi por val et qi por mont.
65Tost fust li rois Phileminis
 Dedanz sa ville mort ou pris.
 Ne se pooit de lonc defandre
 Ne sostenir le dur contandre.
 Perduz ëust toz ses honors,
70Se le plus valoros secors
 Qe mortaus lengue pëust eslire
 Ne fust venuz en son empire.
 Fame, qe cort tost et isnelle,
 Plus qe nen vole une arondelle,
75Se espandi par toute Troie,
 - Nen sai Coment, dir nel savroie -
 Com Herculés, le fier jeiant,
 Cum ses amis e ses parant,
 Avoit le roi Phileminis
80En Termachi enclus com pris.
 
 III
 En Troie fu sëu cist fait,
 Com le jeiant trestoz desfait,
 Et durement la gent flagelle,
 Confont, ocist qi lui revelle.
85Le rois Prians, qant ot sëu
 Que Herculés, au cors membru,
 Phileminis a asigé,
 Molt duremant en fu iré.
 Por grant iror fremist et tremble,
90Qant de son pere li remembre,
 Qe le jeiant ocist soz Troie,
 Pois enporta la riche proie.
 Por Exiona tiel duel demaine,
 Nel fist gregnor nul cors humaine.
95«Ha, las!» fist il. «Com sui dolant
 De ma seror, qe molt vilmant
 Tient Thelamon de Salamine,
 Par force prise, en sa saisine.»
 Lors nen s’en poit le roi tenir
100Q’il nen gemist cum dur sospir.
 Tant ot de duel le cuer enclus,
 Parler nen puet, resamble mus.
 Qant puet parler, cum plor escrie:
 «Mais n’avrai joie, tant sui honie,
105Quant je ne pois prandre vengiance
 De cil qi fist la desevrance(3)
 De moi a mon pere Laumedon,
 Qi mort me fu en träison!
 Ne serai liez jor de ma vie,
110Tant com sera celui en vie.»
 
 IV
 Quant Hector vit plorer son pere,
 Par pou de duel q’il non despere.
 De son cler vis, qui fu rïant,
 Empalli de mautalant.
115Le suen esgart devint felon,
 Trop plus assez d’irez leon.
 Ses oilz sembloient ardant fasselle,
 Tant fieremant amdos stanzelle.
 Tant fu orrible son esgart,
120Devant son vis chascun se part.
 Ne fu ardiz de lui vëoir
 Cil qi plus ot gregnor pooir.
 Le joune Hector, sor toz vailans,
 Qe non avoit passé .xx. ans,
125Penssa cose plus aitain(4)
 Qe mes fëist nus cors humain.
 Dist q’il ira a Tarmachi
 Por äider Philimeni,
 Q’est asigé en sa maison
130Por cil qi ocis roi Laumedon.
 Ne mais n’avra ni ben ne joie,
 Se Herculés vers lui ne ploie.
 «Qant le veray por mi le front,
 Ou lui ou moi briemant moront.
135Ne garderai ne a point ne a sort
 De enväir cil home fort,
 Qi n’a paor de nulle fiere,
 Tant est puissans, pros et legiere.
 Iluec li meudre se conoistra;
140Le plus cheitis(5) honiz(6) sera.
 Ainz voil morir a grant honor,
 Qe de vergoigne avoir paor.
 Se mort serai moi defendant,
 Ne pris la mort un cheitis gant.
145Ou mort ou vis qe je me soie,
 Au fier jeiant ferai annoie,
 Et tiel paor et tiel esmai
 Dont il traira sospirs com guai.
 Se de mon aiol(7) ne fai vengance,
150Ne pris noiant tot ma puissance.
 Jamés a Troie ne redirai,
 Se la vengance nen ferai.
 En mont, en bois ou en galdine(8)
 Ferai ma vie paubre tapine.»
 
 V
155Le joune Hector tot celui jor
 Nen fist scemblant fors qe de plor.
 Tant fu irez le pros ardis
 Q’il nen conuit iluec amis.
 Nel puet nus reconforter,
160Donzelles, dames, ne bacellier.
 Nëis Hecuba, q’est sa mere,
 Plus nel muit, con fust de piere.
 Tant avoit le cuer encluit
 Qe por proieres ne se muit.
165Atant le jor la nuit caza.
 Toz vont dormir, qi çha, qi la;
 En chambre ala le joune ardiz,
 Qant trestoz furent departiz.
 
 VI
 Tant riche chambre nus hom mortal
170Ne vit jamés amont ni aval.
 La plus vil chose q’est dedanz
 Fu or finez ou pur arganz.
 Ovree est a riche esmal.
 Ne li fu pas dedanz metal,
175Mais nobles pieres de vertu
 Furent plusors el ciel desu.
 Zaffir, rubins, topaz, smeraut
 Furent desus el ciel plus haut.
 Ne fu jamés une tant belle
180Ne tant riche com estoit celle.
 En celle zambre n’a mestier
 Tortiz(9), candoile ne doplïer(10),
 Qar dedanz est une pïere,
 Qe de nuit relüist plus clere
185Qe non fait ardant tortis,
 Qant de feu estoit apris.
 
 VII
 Le pros enfanz, sor toz eslit,
 N’ala pas dormir en lit.
 Ainz pareila ses garnimanz,
190Qe furent forz, dur et tenanz.
 Primiers chauza soi les gamberes,
 Qe plus d’argent estoient cleres.
 L’auberc vesti, et son clavain(11),
 Qe ne dotent acer(12) ne bran(13);
195Tant avoit la maile dure,
 Ne prise rien d’acer ponture.
 Desor tot mist la soranseigne,
 Qe flamboier fait mons et plaigne.
 Le chans d’azur a lïon d’or.
200Mout estoit riche l’autre labor.
 A perles grosses estoit ovree;
 Le labor vaut une contree.
 Em piez se mist dos esperons;
 D’or fu le fust et les brochons(14).
205Sa bone espee ne oblia;
 Le pros enfans mout la garda:
 «Duranda», fist il, «q’ensi as non,
 Ferais venjance de Laumedon.
 J’espoir as Diex qe si feras,
210S’il ne me faut mon destre bras.»
 Lors la cint au lez sinistre,
 Com un semblant fier et avistre(15).
 Son hyaume prist l’enfant ardis,
 Qe buen estoit et de grant pris.
215Les riches pieres qe fu d’entor
 Bien valoient un grant tresor.
 Desor l’aguz estoit asis
 Un leoncel, tot d’or massis,
 Qi tenoit en le destre branche
220Un petit brant, qi mout bien tranche.
 Ce senefie haute pröece,
 E ardimant et gentilece,
 Qe auberge et nuit et jor
 Avec Hector, le pugneor,
225Le meilor home de nulle loi,
 Ne qe mais fust, si com je croi.
 Li haume se mist le pros an teste.
 Ne doute fiers arc ne balestre.
 Tant estoit fort et tenant,
230Rien ne prise coup de brant.
 A quatre laz l’ot athachiés,
 D’or et de soie bien ouvrés.
 Son escu prist, jus devalla;
 La grosse lance ou soi porta.
235Vient a la stable sanz escüer;
 Le buen cheval prist coreer.
 Le frain li mist et puis la selle;
 Nen fu jamés une tant belle.
 D’evoire est l’archons, plus blans
240Qe n’est farine de formans.
 En le arçon, en cil de riere,
 Est entaillé un dragon fiere,
 Qi gitoit feu de totes pars;
 Mout est orible son esgars.
245En cil d’avant estoit assis
 Un lioncel fiers et ardis,
 Qi com sa boche devoroit
 Un joune dayne q’il tenoit.
 Dou cheval les covertures
250Furent de plastres fort et dures.
 En suen escu, un lïon d’or;
 Le chans, d’azur fu le color.
 Ce est l’enseigne de sa maison,
 Qe porta Ylus et Laumedon.
255Tiele arme ot en sa bainiere.
 Lïon nen doit porter trichere,
 Ne nus hom qi ait paor
 Del orgoil de sa uxor.
 Qant pareillé ot le cheval,
260Le pros ardiz, au cuer loial,
 Desor saili, li sans päure,
 Sans metre piez en strevëure(16).
 
 VIII
 Qant fu montez l’ardiz enfans,
 Des esperons fiert l’auferans(17).
265Plus tost s’en veit le buen cheval
 Qe, de haut, fauchon ne vient aval.
 Vai s’en le pros sanz congié querre;
 Nel savoit pas le roi, son pere.
 Qant le savra Prianz, li roi,
270Qi plus l’amoit assez qe soi,
 Ne sai coment li remandra
 L’arme el cors, tiel duel avra.
 Hai! Com Ecuba, la röine,
 Ferra grant duel sanz avoir fine!
275Por lui lerront la gent de Troie
 Tot leur solaz et la lor joie,
 Se cil ne torne, q’il ont perdus.
 Le plus ardiz se croit confus.
 Plus l’amoient petiz et grans
280Qe ne fait mere son enfans.
 Or retornons a nos matire.
 Vai s’en Hector plen de grant ire.
 Vers Tarmachi suen chemin prist,
 Liez, sanz paor, ardiz, et vist.
285Por chaut, por froit, li pros non reste
 Tant q’il riva les la foreste,
 Pres la cité ou est reclus
 Phileminis et toz ses drus.
 Mais il n’ala si tost ne mie,
290Cum la ystorie senefie.
 L’auctor, qil set, le nos tesmonie
 Voiremant, senz faire menzogne,
 Q’il demora trois mois et dis
 Ainz qu’il vëist Phyleminis,
295En cui secors estoit venuz,
 Solet, armez sor son crenuz.
 Pres Tarmachi, la fort citez,
 Ou fu les ost grant assemblez,
 Riva l’enfans un jor matine.
300Nublé fesoit, non pas serine.
 Por mi l’ost passe l’enfans,
 Qi tant estoit plenier et grans.
 Ne li fu dit ne fait moleste;
 Outre passa, leon sor teste.
305Une rïen mout li vali:
 Q’armez estoit et bien garni.
 Et por voire il cuidoient
 Qe li enfanz fust de sa gent.
 
 IX
 L’ardiz Hector l’ost trepassa;
310Vient a la porte; dedanz entra,
 Por ce q’il dist a le porter
 Q’il voloit au roi parler.
 Qant fu dedanz la riche ville,
 Et trepassez ot le perille,
315Pöez savoir, mout fu ardiz,
 Qant, par mi l’ost ses anemis,
 Se mist aler ensi armés,
 Petit prisa danz Herculés.
 Ne fu Fortune vers lui contraire
320A celui point, mais droite maire.
 Hai! Com sovant fait Aventure
 Changer a l’en sa vestëure!
 L’um fait de bais poier amont,
 Et l’autre de haut cheoir au font;
325L’un fait jöir, l’autre plorier;
 L’un fiert d’avant, l’autre d’arier.
 Ne fu jamais hom tant puissant,
 Rois, amperier ne amirant,
 Qi pëust complie joie
330Un jor avoir, qu’il n’ëust noye.
 Plus tost fait changer mantel
 Qe esparviers ne fait oxel.
 Tiel est le cors de sa nature,
 Q’elle nen a de nus päure.
335Por ce se gart chascun tiran
 De non faire angombreman
 A nus homs mendre de soi
 Contre raison, ne faire ennoi.
 Sovantes foiz je ai vëu
340Le plein d’avoir remanoir nu,
 Et le puisans perdre puissance.
 Dont est le mont tot en ballance.
 Por ce doit l’en toz jors bien faire,
 Et eschiver maus et contraire.
345Qi ce ferra ne puet spaurir
 Qe jamés puisse dou tot perir.
 De Fortune plus nen dirai;
 Dou pros ardiz vos conterai.
 
 X
 Hector s’en vait por mi les rues.
350Dames, donzelles, jounes, chanues,
 Enfans, veilars et baceliers,
 Ne se porent bien saolers
 De regardier le damoisel,
 Qi vait armez; mout samble bel.
355Tuit s’arotent(18), rier lui s’an vont,
 Petiz et grans et noirs et blont.
 Si disoient la plus partie:
 «Cestui ci vient an nos äie(19).
 Por esmater(20) le fier jeiant
360Est il venu ci voiremant.»
 Bien les antant le pros honeste,
 Mais por ice pas non s’areste.
 Ainz s’en vait tot plaint de joie;
 Vers le paleis acuelt sa voie.
365Atant ec vos sor la grant place
 River le pros. Suen heume delace;
 Rier ses espaules le rua.
 Suen chapiron(21) an chief ferma.
 Puis desist de l’auferant,
370Qi tant estoit fiers et corant.
 Un damoisel cortois e bier(22)
 Por le frain prist le buen destrier
 Et dist Hector: «Sire, ne doutez!
 Por moi ert bien serviz et gardez
375Vostre cheval, et bien tenuz.
 Qant le voudrez, il v’ert randuz.»
 Hector li dist: «Cent mil mercis.
 Nen refu pas le ton servis.»
 Alors monta por le degrés
380Sor la gran sale dou palés.
 Iluec trova Phileminis
 A grant plantee de ses amis.
 Qant cil virent le joune armé,
 Mout merveilent; si l’ont gardé.
385Ne savoient q’il voudra dire.
 Por ce chascun l’enfanz remire.
 
 XI
 Hector, le pros, le roi conuit
 A sa corone, qe mout reluit.
 Avent se fist. Le roi salue,
390Mout lïemant, non irascue,
 Et puis li dist: «Li Dex desus
 Vos dont victorie com salus,
 Et confonde vos anemis
 Qi vos a cha enz assis.
395De lonc part sui mis en voie
 Por vos et moi garir d’ennoie.
 En vos aider metrai puisance
 Contre celui que tuit sentanze.
 Nel defandra ni art ni sort.
400Ocis sera, puisq’il a tort.
 Qi vait au pleit et n’a raison
 Raisnablement pert la tenchon.
 Tot ce je di por le jeiant,
 Qi vuelt a tort vos chasemant.
405Ne vos en sai, ne vuoil, plus dir.
 Ci sui venuz por vos servir.»
 
 XII
 Qant le rois öi l’enfant
 Parlier ansi raisnablement,
 Et le vit grant et si qarrez(23),
410Et de membres bien tailez,
 Adonc pensa en suen corage
 Qe li enfanz ert pros et sage,
 Et sor toz fiers et ardiz.
 Dont por lui se croit gariz.
415«Enfanz», fist il, «bien soies tu
 En ma cité enchui venu!
 Se definir tu pues ma guerre,
 Grant tresors avrais en terre.
 Plus t’amerai qe pere fil,
420Se moi garisses dou peril».
 Qant a ce dit, avant se mist
 Por embracier le pros avist(24).
 Mais le cortois an genoilon
 Se mist davant sor le doion.
425Le rois le prist por destre main.
 «Levez», fist il, «gentils enfan».
 Hector, armez, tost sailli sus,
 Ensi legiers cum s’il fust nus.
 Lors escria Phyleminis:
430«Venez avant, granz et petis,
 Et desarmez cist valent’on,
 Qi de nos ert defansïon.»
 Au desarmer coruit barons,
 Chevaliers et valent’ons.
435Cortoisemant l’ont desarmé;
 Bien fu serviz et honoré.
 
 XIII
 Quant desarmé fu cil de Troie,
 En un gambois remist, de soie.
 Hector fu sor toz gregnor.
440Ha! Com il semble pugneor!
 Le rois cortois astivemant
 Le fist vestir mout noblemant.
 De dras de soie, a or tesuz,
 Furent ses dras, et de velluz.
445Le rois por lui fasoit grant feste,
 Car por lui cuide fuir moleste.
 Or leisomes de Hector auqant,
 Del roi ausi et del jeiant,
 Car bien savomes sanz fallance
450Retorner a la sentance.
 Si noz diromes del roi Prians,
 Coment remist morne et dolans,
 Por la partie de suen chier fil,
 Q’alez estoit cum in exil.
455Si vos dirai de la röine,
 Qe de duel faire non refine.
 N’est pas mervoille s’il font dolor,
 Quant perduz ont d’els le meilor.
 Por lui plurent petiz et grans,
460Dehors la ville et dedans.
 En celle nuit, nos dit l’auctor,
 Q’il s’en alla, del bruel la flor,
 Dormoit Prianz en sa cortine,
 En autre chambre la röine.
465Avis fu au roi en suen dormir
 Q’il perdoit tot son pleisir,
 Et trestoit le suen desduit(25)
 Avoit perdu en celle nuit.
 De la paor le rois sveilla.
470Sor ce q’il vit forment pensa.
 Dormir nen poit; ainz leva sus.
 Qant fu chaucié et revestus,
 La premier chouse qe fist le roi,
 Qi por le songe fu en effroi,
475Fo qu’il ala astivement
 Ou fu ses diex d’or et d’argent.
 Au temple Jovis est venuz;
 Davant un diex s’est destenduz;
 Plorant, le prie mout tendremant
480Qe il le gart d’emgombremant,
 Et sor tot le suen tresor:
 Ce est suen fil, le pros Hector.
 
 XIV
 Quant il ot assez priez
 Ses diex trestoz, et aorez,
485Plus tost q’il puet torna arier,
 Morne et pensis, cum paile chier,
 Car le cuer lui manifeste
 Qe Hector est alez an qeste
 Por le jeiant del tot confondre,
490Qe a Laumedon fist le chief tondre.
 Arier revint plus qe le pas.
 En haut monta sor suen palais;
 Dedanz la chambre ou dormir suele
 Hector, son filz, sa voie acolt.
495La chambre trova e l’huis overt.
 Dedanz antra. Conut por cert
 Qe suen filz, qant nel trova,
 Estoit partiz. Grant duel mena.
 Alors s’en veit, com hom despers,
500Or cha or la, qerant aubers.
 Qant nel trouve, prist moult a braire.
 «Hai, las!» fist il. «Com dolanz paire
 Sui et serai, et jor et nuit,
 Tant qe n’avrai le mon chier fruit,
505Qe voiremant s’en est alés
 Por abasier danz Herculés,
 Le fiers, le pros, le sorpuisant,
 Qe rien nen prise hom vivant.
 Tant est fort sa grant puisance,
510Q’il confont vielz et jovance.
 Filz, vous n’avez ancor .xx. ans,
 Et vos allez, j’en sui certans,
 Por Herculés le proz ocire,
 Qi de mon pere fist martire.
515Les diex soient vos guïeor!
 Qel part alez, vos gart de plor!
 
 XV
 Fils, vos alez trestot soulet
 Por combatre le pros eslet,
 Qi tiel vertuz et tiel bailie
520Ot sor toz, et seignorie.
 Ne nasqi mais home de mere,
 Qant vëist troble sa chïere,
 Qe fust ardiz de regardier
 Le fort jeiant, qe tant est fier.
525Je vos conois d’un tiel afaire;
 Ne doutez mort ne nul contraire.
 A lui irez, s’il fussent trois,
 Com le lïon feit demanois(26)
 Irëemant au venëor.
530Tant est autan(27) vostre valor,
 Ne savez pas qe soit päure.
 Tant an vos est gentils nature,
 En vos alberge hombleté,
 Cortoisïe et zarité,
535Pröece, valor et ardimant,
 Sens et mesure meslëement.
 Fontaine estes de vertuz;
 De cil de Troye, estendart et luz.»
 Lors, qil vëist crier et braire,
540Batre ses paumes, ses cheveux traire,
 Bien avoit il le cuer plus durs
 Qe n’est metal ou fer ou murs,
 Se tendror ne li venist,
 Et pïeté de ce q’il dist.
 
 XVI
545Qant la röine senti le plor,
 Le criz, la noise de suen segnor,
 Et ot sëu por verité
 Comant Hector s’en est alé,
 Ensi remest com forsenee.
550Tant fu dolente et tant iree,
 Q’elle perdi sens et mesure,
 Raisons, puissance, et droiture.
 Hautemant comence a dir:
 «Morir m’estuet de desplaisir.
555De vivre plus pas non donroie
 Le valiment d’une coroie(28),
 Qant ai perduz ma clere luz,
 Ma puissance et ma vertuz.
 A qi ses oilz nen fist päure,
560Croi qe filz fust de nature.
 Filz, vos alez nen sai qelle part.
 Fendu m’avez le cuer en qart.
 De tiele plaie m’avez ferue,
 Nen vaudra mires une sambue,
565Fors qe vos, se retornez.
 En autre guise le mont je les.»
 Lors chëi en pasmeison
 Sor la sale dou doion.
 Ausi com morte li remaint,
570Tant avoit crïez et plaint.
 Ses demoiselles l’ont aportee
 En une chambre penturee.
 Si la mistrent sor un biaus lit,
 Qi tot fu d’un rice samit.
575A perles fu le covertor,
 Trestot ovré d’entor entor.
 Rubin, topaces por desus,
 Et autres pieres de vertus,
 En furent plus de troi cent,
580Se la scripture ci ne ment.
 
 XVII
 Leisons huimés del roi Prians
 Et de sa dame, au cuer vailans,
 Car qi dëust conter et dir
 De lor döus le grant martir,
585Les plors, les criz et la dolor,
 Q’il firent et nuit et jor,
 De ses freres et de ses amis,
 Qe cuidoient estre peris,
 Trop seroit long parlament.
590Laisons ester; ailons avant.
 Droit est huimés(29) qe je retor
 A reconter dou grant estor
 Qe fist Hector vers Herculés
 Sor les chevaus, et puis a pes.
595Nen dirai plus dou grant lament
 Qe cil de Troie faisoient.
 
 XVIII
 L’auctor tesmoine, nen vuel pas taire,
 Q’il ne fu mes en nuls afaire,
 Dous campions tant pros ne fiers,
600Ardiz, puisans ne tant legiers,
 Ensamble mis, cum öirez,
 Com fu Hector et Herculez.
 Un jor estoit Phileminis
 En une chambre de grant pris.
605Ou lui avoit an compagnie
 Le miaudre home qi fust an vie.
 Ce fu Hector, le pros, de Troie,
 Qi de pröece toz sorpoie(30).
 L’ardiz enfanz dist: «Sire, roi,
610A vos mon cors bail et otroi.
 Por ce vos pri por cortoisie
 Qe nel tenez a vilanie.
 A vos demant et faiz anqueste.
 Le voir me dites sanz areste.
615Ot le jeiant si grant puissance
 Com l’en de lui dist et sentance?»
 Phileminis dist: «Por ma foi,
 Tant est puissans, dir nel savroi.
 Mais nen treuva qil contradie,
620Tant ot puissance et grant bailie.
 Tant est orible et sorpuisant
 Qe toz ocist qant q’il atant.
 Se Golïas el fort Sanson
 Fuissent ou lui a la tenchon,
625Tant le croi isnaus et fort,
 Qe il ambdos metroit a mort.»
 
 XIX
 L’enfans sorrit, puis dist au roi:
 «Mout le löez, ne sai porquoi,
 Et por ice voil assaier
630S’il est tant fort et tant legier
 Com vos dïez et tuit dïent;
 Et ce serra sotainement,
 Ou vuelt, a pié ou a cheval.
 Me combatrai ou lui engal.
635Antandu ai por veritez
 Q’il vos a plusors citez
 Por force prises et ravies,
 Dont il en a les seignories.
 Laisiez m’aler por vos defendre;
640Ce q’il v’a tolt, voz ferai rendre.
 Et se je meur, n’avez perdus
 Fors moi; soulet serai confus.»
 Lors respondi Phyleminis:
 «Garde, enfans, ce qe tu dis,
645Car sanz ta mort ne poroit estre
 Pris le jeiant, tant est rubestre(31).
 Tant est la force de ses brais,
 Tenir nel puet ne frein ne lais.
 Il feit sans armes des lïons
650Com fait le louf de vils moutons.»
 
 XX
 Hector, le pros, adonc parla.
 «Sire», fist il, «se cil de la
 Vos ont reclus, ne m’en merveil,
 Qant ne cuidez qe son pareil
655De Herculés pëust nus estre.
 Se Dex me saut cest mon braz destre,
 Ainz demain soir, ou lui ou moi,
 Croi, i avra maus et annoi.
 Je vos pri, sire, se rien m’amés,
660Qe vos mandez dir Herculés
 Qe je me vueil combatre a lui.
 Dolant sui je q’il ne sont dui.
 Vëoir poront tuit cleremant
 Le qeil sera le plus puissant».
 
 XXI
665Phyleminis garde l’enfans,
 Coment estoit de membres grans,
 Coment au parler resemble ardis,
 Pros et vaillans plus d’home vis.
 Lors dist le roi, tot en rïant:
670«Dirais a moi, gentils anfant,
 Com as a nom, et dont es nes,
 Qi fu ton pere, et dont tu es.
 Je ai dotance qel tuen estre
 Dou paradis ne soit terrestre.
675Di moi dont viens, nel moi celer.
 Trop estes joune vers le maufier(32).
 Sais tu qi est celui dehors?
 Sa main a ja doné la mors
 A plus de .x. mil chevaliers.
680Plus cort a piez que nuls levriers;
 Ne fu mais nuls de tant ardir
 Qi contre lui ousast venir.
 Dont je te pri, franc chevalier,
 Qe de combatre laisés ester.
685Ne voil soufrir ton desenor.
 Avant perdroie mes honor.»
 
 XXII
 Hector, le pros, au cuer ardis,
 Mout mercea Phyleminis:
 «Sire, merci de tant de bien.
690Soul por le dir, sanz faire rien,
 A vos m’oufris, et arme et cors.
 Ne vos faudrai jusq’a la mors,
 Aviegne qe en doit venir.
 Se certain fosse de morir,
695Si combatrai por honor qerre.
 Mort ne se dot a pris conqerre.
 De mort ne doit doter prodom;
 Douter se doit de vil renon.
 Grant renomee ne poit avoir
700Qi de sa char suit le voloir.
 Delit de chars est un momens;
 Honor fait hom vivre toz tens.
 Al sage mort est delitose,
 Qant la sa vie est plus joiouse.
705Conqerre se doit en joventuz;
 Tart se feroit qant est chenuz.»
 
 XXIII
 Phyleminis dist a l’enfans:
 «Or voie bien, e sui certains,
 Qe, se tu passes ta jovente,
710Qe tant est haute, noble et gente,
 Proece sera honoree por toi.
 Ce qe vois, fais! Qe je l’otroi.»
 Lors dist l’enfans: «Sire, amperier,
 Por cortoisie un don vos qier:
715Qe al jeiant mandez message:
 - Qe soie proz, ardiz et sage,
 Et n’aie paor de son esgart;
 Ainz lui dïe de vostre part
 Qe vos volez combatre a lui;
720Ou soit por vos ou por autrui,
 Ce soit demain au point del jor;
 Bien soit armez de son ator;
 Qi doit avoir la grace, l’ait!
 Le plus cohars perdra le plait. -
725Se il s’esdegne de ce oïr,
 Da moie part lui faites dir
 Qe, s’il ne veut combatre armez,
 En une barre soions serez.
 Ou veut a glaive, ou veut a brant,
730Ou veit toz nus? Ce li demant.
 Soit de ce a son pleisir.
 Ou lui ou moi convient morir.»
 Le messagiers au fier jeiant
 Fu anvoiez isnelemant.
735Qant fu a lui, il s’angenoille
 Davant ses piez; ne fist qe folle.
 «Segnor», fist il, «de part mon sire,
 A vos je vieng parlier et dire
 Qe un enfans pros et ardis,
740- Ne sai qi’l soit, ne suen päis -
 De bataille vos fait reqier.
 Rien ne vos prise; tant se fait fier.
 A cors a cors, com vos voudrez,
 Soit a cheval ou soit a piez,
745De vos defandre prenez pooir.
 Por moi vos mande ce a savoir».
 
 XXIV
 Dist le jeiant vers le message:
 «L’enfans me samble de haut corage.
 Ce poise moi, s’il velt morir.
750A cheval armez s’en doit venir
 Au point de l’aube. Soions ambdui.
 Lors moustrerai qi qe je sui.»
 Le messagier arier retorne.
 Ne vuelt iluec plus far sejorne.
755Qant Phyleminis le voit venir,
 «Di moi,» fist il, «qe deis tu dir».
 Dist li message: «Voluntiers.
 Por moi vos mande l’ome fiers
 Qe l’endemain, anz qel sol spande,
760Soit la bataille. Ensi vos mande:
 A celui point soit le enfans
 Aparoillez anmi le chans.»
 «Et ensi soit,» ce dit le roi,
 Demain a l’aube le tornoi.»
765«Por ma foi», ce dist Hector,
 «De autre chouse nen ai volor!»
 
 XXV
 Toute la nuit, a le voir dir,
 Ne puet l’enfant au lit dormir.
 De la joie qe il avoit,
770Le cuer li saute el piz et croit.
 Tot suen corage an honor pouse;
 Le suen delit, en haute chouse.
 Anz le jor cler l’enfanz leva.
 Ses armes qist et demanda.
775Celles portees tantost li sont.
 Cil s’adoba com lïe front.
 A lui armer ne fu borjois;
 Ses mains mistrent maint filz de rois.
 Qant fu armez le bachelier,
780Il dist, oiant tot le berner:
 «Se sui vanchuz, si soie mors
 Ainz qe de moi soit filz ne hoirs(33),
 Qe mais soie reprochiez
 Qe suen pere soit por nus otriez.»
 
 XXVI
785Qant est armé le joune fier,
 Et est montez sor son destrer,
 Tant est orible veoir l’armez,
 Garder nuls l’ouse, tant samble irez.
 Qant il est vestuz des dras,
790Tot samble jeu, ris, et soulas;
 Mais or q’il est vestu de fer,
 Samble la furie de Lucifer.
 Escu avoit a lïon d’or.
 A soi mëisme clama Hector:
795«Fa che tuen brais soit le corage.
 Savoir morir est grant vantage.
 Qi seit morir, si bien q’il vive,
 Depuis la mort, l’honor revive.»
 
 XXVII
 Hector se mist a suen chemin.
800Ne samble pas home fräin(34),
 Mais plus ardiz de fier lïon,
 Samble le niez roi Laumedon.
 Ne doute mort une mëaille,
 Ne rien ne prise la bataille.
805A petit pas s’en vait avant.
 Ce qe il samble nus nel demant.
 Chevaliers et dames qe l’ont gardés,
 Antr’aus distrent q’il samble .i. dex.
 A chascun samble qe le suen cors
810Metra en füe toz cil dehors.
 La haute dame nomee Orchïe,
 Qe mere fu Pantasilie,
 Qe est röine de Mazoine,
 Venue estoit en Panfagoine,
815Por secorier Phyleminis,
 Ou dous mille dames de grant pris.
 Lune et soleil est sa antrasaigne;
 Armees erent a une anseigne.
 Herculés sorpris avoit
820Tot le päis q’elle tenoit,
 Et de sa terre i fasoit contens,
 Jusq’au paradis terrens;
 Voloit princes et rois conqerre;
 Seignor voloit estre sor terre.
825La seignorie adonc estoit
 Plus por force qe por droit.
 Herculés nasqi por voir
 Por sotmetre vilain pooir.
 Ou fust por mal ou fust por bien,
830Nature i mist un mortel fren.
 Rois, princes, dames et barons,
 Envers les diex font oraisons
 Qe l’enfans ne soit sorpris,
 Qe si grant ovre a entrepris.
835Jamais ne fu si haute faite,
 Ne nen sera por nus retraite.
 Cascum crie au departir:
 «Cist ert le mire por nos garir!
 Suen ardimant, sa grant valor,
840Defandra hui le nos honor,
 Et abatra a cil dehors.
 Suen orgoil ne vaudra sors.»
 
 XXVIII
 Quant Hector est el chans antrez,
 Qi fu d’entor trestot serez,
845- La nuit firent d’entor la fosse,
 Por qe l’enfanz fuir ne posse, -
 Qant il se vit reclus d’entor,
 Au cuer li prist un tiel iror,
 Ainz q’il tornast spalles ne front,
850Combatroit il a qant q’il sont.
 Sanz demorer, petit après,
 Sor un destrer vint Herculés.
 Tant grant, tant fort, tant plein d’iror,
 Ne sambloit home nasqu d’uxor.
855Qi lui regarde mout est ardis,
 Se por peor ne change vis.
 Ardiz estoit s’il n’a paor,
 Qant voit irez tiel pugneor.
 Le hennir, le braire de son cheval,
860Samble bien furie enfernal.
 Ne se tenist a lui livrier,
 Tant fu corant, tant fu legier.
 Plus est noir qe nul carbon.
 Tra les oreilles ot un griffon,
865Qe tot estoit smeraut color.
 Zaffir, rubins avoit d’entor.
 Dis jontures d’os d’olifant
 Furent les armes del jeiant.
 Desor suen hyaume un confanon,
870Ou sont basalisqes et dragon;
 Le reflambor de leur ales
 Sembloit soleil desor les palles.
 Sor son escu avoit un diés,
 Qi de fortece est coroniés,
875Q’estoit clamé en arabis
 Alchimander, ce m’est avis,
 En nostre langue, le diex d’anfer.
 Tuit cuidoient qe cil n’ait per(35)
 De vertuz ne de puissance,
880Tant avoient fause creance.
 En ebrëus de l’autre part
 Estoient letres por esgart,
 Qe disoient: «Nature el fist
 Le miaudre home qe mais nasqist.»
885Desor le chief un septre avoit,
 Ou est Jupiter, qi tenoit
 En main une palle d’or reonde,
 Por demonstrance qe tot le monde
 Le doit honorer por nature,
890Puisq’il forma tiel creature.
 En les archons qe estoit deriere
 Furent dos estoilles de grant lumiere.
 Entaillez estoit en cil d’avant
 Antheus, le fort et le puissant,
895Coment Herculés le conqis,
 Qant le tua desor son pis.
 Les covertures del cheval
 Furent de cuir, semblant metal.
 Desor sont ydres et grant serpans.
900Ce est l’enseigne del jeians.
 
 XXIX
 Por tiel frambor se mist avant,
 Samble montaigne derumpant.
 Ses oilz semblent charbon apris.
 .Lx. rois il a conqis,
905Et, al voir dir, plusors jeianz
 Ja morirent tuit de ses manz.
 Un eslais prist de tiel randon,
 Samble q’il fust ou foudre ou thon.
 Ne fu pas hom iluec d’entor
910Qe ne tremblast de grant paor.
 
 XXX
 Le pros enfans ne tarde plus
 La grosse lance de sibanus,
 Qe nen est pas de nos aubor;
 Il naist en Ynde Superior,
915Et est un leng plus fort et durs
 Qe la piere dedanz le murs.
 Qant Hector vit son anemis,
 Vers lui dricha et chief et pis.
 Le cheval urte des esperons;
920Nen alla mais plus tost bouçons
 Qe fust gitté de forte baliste,
 Com il s’en vait isneus et viste.
 Le grant jeiant contre lui vient,
 Tant abrivez(36) q’il samble vent.
925A grant mervoille furent amdous
 Fiers et puissans, ardiz et preus.
 Qant se furent de pres venuç,
 Ne se firent antr’aus saluz.
 La terre fist ne mais ne mens,
930Com s’il crolast le firmamens.
 Tant fu le tron de le lour jondre,
 Sambloit la tarre dëust tot fondre,
 Chascuns s’efforce qant q’il poit,
 Les cox sona un terremoit.
935Froissent les lances; nus vit le leu.
 Fer et fust art com paille en feu.
 Il se hurtent de cors et pis(37),
 Mes le jeiant cline son vis
 Del dur cous de l’enfant.
940A poine se tient en auferant(38).
 Ire et vergoigne au cuer li prent;
 Doute ne soit enchantement.
 Chascuns d’aus en son leu torne;
 Ne l’un ne l’autre ne sejorne.
945Il pristrent lances del dur diabor,
 A fers tranchans plus qe rasor.
 Puis broçerent le lor chevaus;
 Nen volla mais si fort osiaus,
 Por fam, sa proie retenir,
950Com l’un faisoit por l’autre ocir.
 Et suen venir fu si abrivez,
 Si tost nen va soleil d’estez.
 Il se ferirent por tiel haïr
 Les lances font brisces(39) chëoir.
955Puis se hurtent a cors;
 Grant mervoille est q’il ne sont mors.
 Tant fu la force de ses cous,
 Le lor chevaus chëirent amdous;
 Le dur hurter si grant estoit
960Qe lor chevaus soufrir nel poit;
 Mort chëirent toz en un mont.
 Les chevaliers a front a front
 Se mistrent tost de randon
 Por comencier l’aspre tenchon.
965As brant mistrent amdos les mains;
 Ne sembloient homes humains.
 Foudre, tempeste, schurier le mont,
 Samble serens, a ce q’il font.
 L’un vient sor l’autre ou le nuz brans;
970Se l’um est forz, l’autre puissans.
 Firent trembler qi les vëoient;
 Et de ce toz s’esmerveiloient.
 Nen fu si franc qi le gardast
 Qe de paor tot ne tremblast.
 
 XXXI
975Le primier cox moine l’enfant,
 Por tiel vertu et tant pesant,
 Desor le hyaume d’acer tant fors,
 Feu et flambe nansi dehors.
 Le jeianz sor lui s’eslance;
980Le joune fiert de tiel puissance
 L’escu ferrez, covert a esmal(40),
 La moitié tranche contreval:
 Hector ot ire sanz peor.
 Le jeiant fiert de tiel ardor
985Qe de suen hyaume rompi les laz.
 Por force el prist antre ses braz.
 Ne fu tant fort le pros jeians,
 Q’il ne ruast standuz au chans.
 Mais cil fu tant legiers et fort,
990Des piez, des mains fu si acort,
 - Sa ligierece chascuns vit -
 Plus de .L. piez salit.
 
 XXXII
 Le joune le cort a envahir.
 Le jeiant fiert de tiel häir,
995Des piez, des mans, de cors, de teste,
 Sor le jeianz ferir non reste.
 Sa grant force sanz mesure
 Est de Herculés tant fort et dure,
 Fors les enfanz, ne fu mais vis,
1000S’il fust irez, gardast son vis,
 Tant fu la force de lor dous,
 Le retenir de ses grans cous.
 L’un fiert a droit, l’autre a senestre;
 Plus sunt legiers qe nulle bestre.
1005Sa legierece si grant estoit,
 Ne se puet croire qi ne la voit.
 Amdous furent de tiel puissance
 Qe nus i poroit faire esmance(41).
 Tant dure, orible, jamais bataille
1010Ne fu, jamés, sanz nulle faille.
 Tant rois et princes com iluec sont
 Cuidoient estre en l’autre mont,
 Car le plus pros, le plus ardis,
 Ne soit s’il est ou mort ou vis.
1015Tuit disoient dedens et dehors
 Qe l’enfans n’est pas humains cors.
 La stelle d’armes por sa persone
 Sor toz planetes porta corone.
 Herculés clerement voit
1020Q’au brant defendre ne se puoit,
 Car il se combat iluec a tieus
 Qe, entre toz les cors mortiaus,
 Nen fu trovez si ardiz ne fort.
 Por trop proece sera mort,
1025Et ce sera le gregnor mal
 Qe fust jamais d’ome mortal.
 Sovient avint qel main puissant
 Se fiert dariere com davant,
 Car le fauchon l’auguille(42) fiert
1030Por paor de soi; si la reqiert.
 
 XXXIII
 Herculés tot enaisi fait.
 Qe vos feroie plus long plait?
 De non combatre il fist semblant;
 Ariere torne plus d’un arpant.
1035Dedanz suen foire il mist sa spee.
 Or öirez belle meslee!
 Et ce fist il por qe l’enfant
 Fëist ausi del cremuz(43) brant.
 Remist l’enfans son brant au les(44),
1040Qant retorner voit Herculés.
 Le jeiant garde ce q’il fist.
 A grant mervoille li abelist.
 Qant ne li voit l’espee nue,
 Nel prise pas une latue.
1045Vers lui se muet de tiel randon
 Cum vers la daine feit lïon.
 Le chief baisés, les mains davant,
 Por hurter soi au pros enfant.
 
 XXXIV
 Qant les ardiz le voit venir,
1050Miaus aime mort qe lui guenchir(45).
 Contre lui vait por tiel esfors,
 Des mains le fiert por mi le cors.
 De chief, de piz, trestot ansamble
 Le grant jeians fremist et tramble.
1055Ne fu tant fort le pros jeiant
 Qe trebuchier(46) l’ardiz enfant
 Nel feïst, [et] cheoir anvers,
 Dont il devint paile et pers.
 Et se l’enfant, qi tant est pros,
1060Ne fust esté sor toz cortois,
 Mort ëust le fiers jeiant,
 Ainz q’il fust levé en estant.
 Mais ne se doit por mortel gerre
 Ferir nus hom qi soit a terre.
1065L’enfans regarde ce q’il fera,
 Se por combatre se levera,
 Car le droit pros mais non offent,
 Sel son contraire ne se defent.
 Le jeiant saute en estant
1070Davant son vis il mist le brant.
 Cent mille fois voudroit morir
 Qe vergognouse paroule dir.
 Ainz se laissas le cors tot fandre
 Qe a cors humain se vousist randre.
1075Non pensa mais qe chevalier
 Fair li pëust merci clamer.
 Lors se mist tot en abandon(47),
 A saut a saut come lïon;
 Pensié avoit le fier jeians
1080Chëoir armez sor les enfans.
 
 XXXV
 Nature avoit l’enfanz dociez(48);
 Sor toz d’armes est ansaignez.
 Bien moustra ces durs assaut
 Le qiel de l’or est et plus vaut.
1085L’enfanz hauce l’espee amont;
 Un cox mena de cuer parfont
 De tant de force por mi la teste!
 Tant est dur l’eume, le coup non reste.
 Bruant, terrible, le brant devalle
1090Mains et braz et la droite spalle;
 Convient por force cheoir al pres;
 Cil trebucha outre son gres.
 Vëoir se puet totes entrailles
 De cil q’a vaincuz .v.c. batailles.
1095Hai, las! dolant, le qeil jöise(49)
 Ou avoit tant Nature mise
 Force, vertuz et ardimant,
 Sor autres fu le plus corant.
 Sa grant fortece, sa haute valor
1100Li est failiz an cestui jor,
 Car celui qi toz sorpoie
 Chëoir le feit desor l’erboie.
 
 XXXVI
 L’enfanz ardiz mout le remire.
 Veit q’il n’a plus mestier de mire(50).
1105De lui ferir ne vuelt atendre,
 Por q’il ne moustre de soi defandre.
 L’enseigne Hercules fu un griffons,
 Dimi osiaus et dimi lions.
 Le lïon moustre sa grant fortece,
1110Et le osiaus sa legierece.
 Rien ne li vaut, legiers ne fors,
 Car il combat au plus proz cors
 Qe fu, ne sera, tra les vivens.
 Hai, las! s’il fust vesqi long tens,
1115Mars de bataille fust esauchiez(51),
 Et de nature humaine aorez,
 Car mais ne fu, ne croi n’istra
 D’Ector, pareil, ne non serra.
 De la grant plaie Herculés
1120Corut le sanc por mi le pres.
 Xx. chevaliers en fuissent mort,
 Se le lor sanc ansist si fort.
 Lors dist Herculés bellemant:
 «Ne fu jamés home vivant
1125Qe soul le nom de Herculés
 N’espäurist et long et pres.
 Or ai trouvé la grant mervoille:
 Qe Nature tot hor pareille.
 Ne sera mais nus tant puissant
1130Q’il ne trouve son combatant.
 Et ce fait elle por q’elle puet
 Faire et desfaire ce q’elle veult.»
 A Hector dist puis bellement:
 «Ne sai soment je soie vent(52)
 
 XXXVII
1135«Gharde ne soies filz de Nature,
 Qi m’ais ici morz sanz droiture!
 Je te conjur por cil amor,
 Qi est ochaison de ton labor,
 Qe me dies se tu es un diex
1140Ou de mortiel char angendriex
 Un de tes cous m’a fait sëoir;
 Dir nel dëusse, mais je di voir:
 Mais ne pensai por auchuns estre
 Qe foudre en pöist an terre metre.»
 
 XXXVIII
1145L’enfanz respont por grant noblece;
 Tiele est sa lengue com sa pröece.
 «Dieus et Nature m’a fait cis don
 Por la vengiance de Laumedon,
 Qe ocëistes a grant tort.
1150Au roi Prianz seroit confort,
 Se il vëist ce qe je voi,
 La main el braz gesir(53) au proi
 Q’a süen pere trancha la teste.
 Dardanidés n’avroit grant feste.
1155Ne sera mais sëu por moi;
 Pröece nen doit hom dir de soi.»
 
 XXXIX
 Herculés panse et puis respont;
 L’enfanz garde por mi le front.
 «Es tu adonc de la linee
1160- Tant noble nen fu jamais trovee -
 D’Illus, q’idiffia Ylïon?
 Nez an fu rois Laumedon,
 Qe je ocis por mesconoisance.
 Adoc n’ais prise sor moi vengiance,
1165Se la moie arme en bien s’afine.
 Roi Telamon de Salamine
 Antrepris estoit de Laumedon.
 Saisis l’avoit come franc hom.
 Il le tenoit por la ventaille,
1170La ou estoit gregnor bataille.
 Se je nen fusse si tost acort,
 Nen fust jamés scampié sanz mort.
 Qant je gardai en celle part,
 Por faim nen fu mais leopart
1175Che feist de beste tiel esfroi(54)
 Com de Telamon fesoit le roi.
 Si l’avoit a tiel metus,
 De soi defendre ne pooit plus.
 Si ne cuidoie q’en tot le mont
1180De Telamon fust le segont.
 Mais ne nasqi de fame et d’ om
 Qe fust plus pros de Laumedon,
 La fontaine des tes ancessors,
 Sorçi pröece et tot valors.
1185Se je sëusse dont tu es nez,
 De toi me fusse miaus gardez.»
 
 XL
 «Telamon de moi fu grant amis;
 Por lui defendre le roi ocis.
 Ne por Jason ne por message
1190Ëusse fait un tiel follage.
 Ne por paroulles ëusse fait
 Rien qe moi fust a mal retrait.
 Or moi escoute, flor de vertuz,
 Qe mon valor ais abatuz,
1195Et estes nez de celle ville
 Q’en tot le mont n’est sa pareille!
 Qant je fui dedanz le mur,
 Por verité vos assëur,
 Se mal voloir m’äust irez,
1200Toz les ëusse detranchez!
 Et si vos di, por verité,
 Qe, qant je fui en la cité,
 Por moi ne fu ne mort ne pris
 Home qi demandast mercis.
1205Exïona, la fille au roi,
 Qe Thelamon mena ou soi,
 Je la conqis sor mon destrier.
 Encontre trois mille chevalier,
 L’espees nues an lor main,
1210A lor maugrié la pris au frain.
 Prandre la voloient et retenir,
 Por l’avoir grant del roi tollir.
 Toz m’asailirent comunalment.
 De lor tuai plus de .v.C.
1215Ce n’ëussent il fait por voir
 Se seu ëussent le mon voloir.
 Miaus vousisse estre tuez,
 Qe por fame estre ontez.
 Et a Thelamon fu otroiee,
1220Por q’il n’avoit fame esposee.
 Et je seul fis cest mariage,
 Qe onté nen fust vostre linage.
 Et a Thelamon dis apertament
 Qe, d’ocident jusqa en orient,
1225Nen avoit prince ne amperaor
 Qe digne fust de tant honor.
 Ont je te sconjur, por l’aute foi
 Qe ochaison est de ta loi,
 Qe je saie com tu as non,
1230Se tu es Mars an forme d’hom.
 Qi ja me dist n’a fet fallance
 Q’il feroit de moi venjance,
 Et metroit ou moi en chanpt
 Plus pros de moi et plus vaillant.
1235Se d’humor terrens non es naschuz,
 Nen ai vergoigne, se m’ais vanchuz.
 Et se mortiaus chars t’a angendrez,
 Fais qe je sage qi tu es.»
 
 XLI
 L’enfant respont: «Le nom de moi
1240Nen voi a vos tenir secroi.
 Je ai nom Hector, niés Laumedon,
 Por la qiel mort ou vos tenchon.»
 «Adonc es filz le roi Priam?
 Por toi se doit croire d’Adam
1245Qe fu plus biaus et le plus fort,
 Le plus senez(55) el plus acort,
 Qe mais nasqist an cestui mont.
 Prés lui vos estes bien segont.
 Sor toz passez homes charnaus.
1250Pröece doit plaindre q’es mortaus.»
 Hector li dist: «Pardon vos qier.
 Je n’ai pas fait com se doit fier:
 De vos amer metre ma cure.
 Mes venjance est hors de Nature.
1255Ou soit a droit ou soit a tort,
 Plaindra Nature la vostre mort.»
 
 XLII
 Herculés parla et dit:
 «O tu qi es sor toz eslit,
 A toi me sui je combatuz.
1260Nen ai vergoigne, se m’ais vanchuz.
 Dont je te pri, por honor de moi,
 Q’il se sache le nom de toi,
 A ce qe toz soient acort
 Qel pros Hector m’a mis a mort.
1265Et a vos di ge, por droite foi,
 Qe ai sozmis .lx. roi.
 Tot lor delit fu tyrampnie.
 Je desie droit toute ma vie;
 Tot mon corage fu desirans
1270De metre a mort toz les tyrans.
 Bestes, serpans, et les centaures,
 Qe a nos nature sont contraires,
 Nen pooient de moi füir;
 Et hor m’estuet la mort glotir.
1275La Nature moi dona force
 Pot abaisier vilaine chouse,
 Mais la vos force non est vilaine;
 Sor toutes autres est sovraine.
 Por ce n’ai cure de la mort,
1280Qant, sor toz autres le plus fort,
 M’as mis a outrance por bataille,
 Car il est grain, je sui la paille.»
 
 XLIII
 «Hector», fist il, «prochainement
 M’estuet morir; un don demant
1285A vos valor, a vos pröece,
 A vos bontez, a vos noblece:
 Qe desor ma sepulture
 Soit antaiglees tiel figure:
 Cum Jupiter, le dieu puissant,
1290Tenoit sa spee vers orïant,
 De l’autre part venoit armez
 Mars de bataille, - et coronez.
 Cascuns vuelt son honor defandre,
 Et a plus valor chascuns antandre.
1295Jupiter a force com puissance,
 Mars a corone com mesurance.
 Por qe ma force fu sanz mesure,
 Moi abaisser Mars i mist cure
 Sens et pröece, amdos ansamble.
1300Gloire et honor au sage samble,
 Et vos estes d’amdos vestuz.
 Ne m’est vergoigne, se m’ais vanchuz.
 Por nos dous se moustre le voir:
 La clere estoille a plus pooir
1305Ou Mars, com sen ou Jupiter,
 Car toz metals doma le fer.
 La vos force nom est force;
 Le suen droit non est pas force.
 Et ne prenez de ce arogance.
1310Je le dirai por ma sentance
 Qe la stoille d’armes por vos a honor.
 De pröece serez de toz meillor».
 
 XLIV
 Hector plure de cuer porfont.
 A ces paroles li respont:
1315«Lengue de vos nen savroit dire,
 Ne mortals mains poroit escrire,
 L’outre valors qe est en vos.
 Sor toute rien soi angoisos
 De la mal destinee sort
1320Qe fu caison de vostre mort.
 Le cors de vos tant soulement
 Jusqa au jor dou finiment
 Por les granz sages sera retrait.
 Nus fous de vos en terra plait,
1325Qant vos serrez an leu d’honor.
 A vos recomant cest mien labor,
 Q’en cestüi mortiel passage,
 Sieve pooir a le corrage.
 A vos dirai come a chier amis:
1330Le peril conois ont je sui mis.
 Besoing avroie de grant pooir
 A fornir ce qe mon voloir
 Va porpensant et nuit et jor.
 Fors de vergoigne nen ai paor;
1335De mort nen cure ne de prisons;
 Seul q’honoré soie des bons.
 Au mien avis le mont conqerre
 Me scembleroit un pou de terre.
 Secorerez a ces voloir;
1340La sus n’avrez bien le pooir.»
 
 XLV
 Herculés forment sospire.
 De buen cuer lui prist a dire:
 «La mort ne m’est si grant dolor
 Com la partence dou vostre amor.
1345Qant je vos vi dedanz le chans,
 Et je estoie de tiel samblans,
 Moi enväir de tiel maniere,
 Com liez ëusse les mains deriere,
 Et je pensai an mon corrage:
1350’ Cist passa proz, s’il est si sage.
 Hui serai mors, pris, et vanchus,
 Se secouruz non sui de sus. ’
 Mais secoruz seroie a tart.
 Perdonez vos soit de ma part
1355Le coup tant grant et si cruel;
 Tiel nen dona mais hom mortiel.
 Ma gent vos soit recomandie;
 Por Phileminis ne soit outroïe;
 Sëur passent dela la mer.
1360A vos voloir cist don reqier.
 De mon linage furent naschus
 Partinidés et Arastus,
 Qi furent des Thebans rois.
 Ancor voil je qe vos sachois
1365Qe tost verai la claritez
 Ou valeuros sont ospitez.
 Et li dirai sanz nul mentire
 Qe vos estes rois et sire
 De chevalerie et de valor.
1370Sor toz autres portez honor.
 Tra planetes serez plus haut.
 A qi q’en pois, a qi q’en chaut,
 Pröece, ardiment, vertuz, honoir,
 Por la vos mort perdront pooir.
1375Li sages savront de vos le voire.
 Le bas anging(56) nel poroit croire.
 La spiere qe suit et qe soustient
 Dota vos d’armes sor toute gent.
 Honor por vos sera honorez.
1380Honor vivra tant com vivrez,
 Et vos vivrez sans nulle fin.
 Donc est honor le don divin.»
 
 XLVI
 Qant a ce dit, chëi anvers,
 Anmi le chans, et paile et pers.
1385La mort li estoit antré dedanz,
 Qe ne criem rien qe soit vivanz.
 L’enfans garda de buen voloir
 De plus parler n’a il pooir.
 Sa fin s’aproche. Il nen peut plus.
1390De ce n’estoit pas irascus,
 Qant li sovient q’il est conqis
 Dou miaudre home qi fust mais vis.
 Puisqe morir toz devoient,
 N’est mort qi passe honreement.
1395La mort est fins de toutes riens.
 La mort demoustre la male gens,
 Mais valoros ne ame en vain.
 A Hector prist la droite main,
 Tochant sa boche et le menton,
1400En senifiance de pardon.
 Clina le chief, baisa ses piés,
 En reverence q’il fust un diés.
 Qant a ce fait, il nen puet plus;
 La mort et Hector l’ont vanchus.
1405Il ne se muit point, ne crolla.
 Amdos les oilz del chief trobla.
 Trons et saiege et spoentable vos,
 Pluvie et vent, air tenebros,
 Nen font nöisse(57) si grant ne fors,
1410Com s’arme fist a ensir del cors.
 
 XLVII
 Qant Hector vit le jeiant mort,
 Qi tant fu ardiz, vaillanz et fort,
 A grant mervoille fist dur lament.
 «Amis», fist il, «mout sui dolent
1415Qant je vos voi ici fenis.
 Mort vei pröece, honor et pris».
 Sor lui s’ancline le sorcortois.
 Ses oilz li a amdos anclois;
 Puis dit, plorant: «Sire Herculés,
1420De vos me poise, mout sui irés,
 Qant je vos voi gesir a terre.
 De vos a moi est feniz gherre;
 Qant estes mors, mort est pröece,
 Ardimanz, sens et lejerece.
1425Mort est le pros, non conois plus
 En tot le mont, vielz ne chanus.
 Ne sera mais vostre pareil
 Trové an ville ne an chastel.
 Plëust as diez qe Laumedon
1430N’ëusiez mort por chui ochaison.
 Vos ai ocis non pas a tort,
 Mais combatant: tiel fu la sort.
 Dolant an sui; je nen puis plus.
 Proiez por moi cil la desus
1435Q’il moi donent tant de valor
 Qe complir puisse mon volor.
 Ce est dou mont grant part conqerre,
 Se mort ma boche ne cloit ne serre.»
 Lors se lieva le pros an piés;
1440Au bel semblant resamble .j. diés.
 Le brant tranchant mist an vagine
 Qi de blanc fist le fer sanguine.
 A petiz pas s’an ensi hors
 De la grant barre qe tant est fors.
1445De les proieres Herculés
 S’est le loial bien remembrés.
 Ainz q’il fallist a l’home mors,
 Miaus se laisast tranchier le cors.
 Por ce s’en veit com chiere lie,
1450Trestot a pié, sanz compaignie.
 Tra les homes au fier jeiant,
 Qi or ne sant ne chaut ne vant,
 Ce est le cors, qi gist envers,
 Dedanz la barre, vilmant et pers.
1455L’ardiz enfanz adonc parla.
 Petiz et grans bien salua;
 Pois li a dit: «N’aiez paor.
 De vos voil estre pleçheor
 Qe Phyleminis ne nus dedans
1460Ne vos feront engombremans.
 Ainz redirez com tot l’avoir
 Qiel part voudrez, sanz mal avoir.
 N’aiez dotance d’home vis;
 Sëurs irez an vos päis.»
 
 XLVIII
1465Qant li barons, petiz et granz,
 Orent öiz les parlemanz
 Qe Hector dist et lor esclaire,
 - Q’il rediront an leur repaire -
 Chascuns d’aus mout le mercie
1470De ceste noble cortesie.
 Mout grans presens et grant avoir
 A lui voloient doner por voir;
 Mais le pros larg nel deigna prandre;
 Ainz se laisast por mi tot fandre.
1475Voir che le corps a le jeiant
 Leur demanda por suen present.
 Cels lui distrent: «A vos voloir
 Le cors et nos poez avoir.»
 Lors retorna l’ardiz enfant
1480Vers la cité astivemant.
 Ainz q’en la ville fust antré,
 Phileminis ot ancontré,
 Armez tres bien sor suen cheval.
 Ou lui chevauche buens et mal
1485Por envahir lor anemis.
 Furent venuz jounes et gris.
 Le rois se fait mener en destre
 Un buen cheval fiers et rubustre,
 Qe plus tost cort de val a mont
1490Qe rier a lievre lievriers ne font.
 Qant le rois parchuit(58) l’enfant
 Venir a pié sanz auferant,
 Lors descent de suen cheval
 Le noble rois au cuer loial.
1495Vers Hector s’en vait corant
 Nen puet parler, tant fu joiant.
 Qant s’aprosma au pros ardis
 Le gentils rois Phileminis,
 Devant l’enfant an genoilon
1500Le rois se fust mis a bandon;
 Mais le cortois le prist au brais,
 Amont le lieve. «Sire», dist, «qe fais?
 Gentils baron frans debonaire,
 Ne devez ce pas mie faire!
1505Ne se convient a emperer,
 Com vos estes, enjenoiller
 Davant auchuns meindre de soi.
 Ce vuelt raison, si com je croi
 Qi ce soufrist seroit de pendre,
1510Ou voiremant cremer an cendre.
 Se je ocis le nos contraire,
 Raison et droit le me fist faire;
 Por ce q’a tort vos faisoit gherre,
 Est le jeiant versez an terre.
1515Le mein puissant avient le fort,
 Confus, matez, honiz et mort.
 Bien est plus foul assez qe beste
 Qi a Droiture vuelt far moleste;
 Sovant se laisse maumener,
1520Mais tost se soit del tort vangier.
 De Joustise estoit germaine,
 Por ce se gart la gent humaine
 De non tollir contre raison
 Chastel ne ville ne maison,
1525De non robier le mein puissant,
 Car Justice plus est corant
 Qe n’est lievrer ne leopart;
 Por ce da li chascun se gart.
 An destre main tient une espee,
1530Por ferir mortiel collee
 A cil q’avra contre raison
 A suen voisin fait mesprison.
 Bien est plus fol q’Arabis, - chien! -
 Qi fet le mal et spoire(59) bien.
1535Selonc les ovres che l’en ferra,
 De tiel monoie paiez sera.
 Dou mal le mal, dou bien le bien;
 Ce ne le pu et puet venir a mien».
 
 XLIX
 Qant Phileminis ot escouté
1540Le dir dou joune, et bien noté,
 Il panse bien en suen corage
 Qe l’enfanz est et pros et sage.
 Lors ne se puet plus mantenir;
 L’enfant au cuel prist a saisir;
1545A soi l’estraint, sovant le baise
 Boche et menton, visaire et nase.
 Qant il l’ot a süen leisir
 Asez baisé, il prist a dir:
 «Joune vailanz, gariz m’avez,
1550Qant mon contraire, Herculés,
 Avez vanchuz an combatant.
 Vostre pareil ne croi vivant.
 Cent mil fois vos rant merci.
 De mort m’avés hui suresci.
1555Por vos sui je tornez an joie
 Qe je perdue tote avoie.
 Vostre secors et vostre aius
 De non vëoir m’a randu lus.
 De moi vos estes la lumiere;
1560Randuz m’avez ma joie antiere.
 Por ce nen vuel de grant mercis
 Qe vos soiez por moi meris.
 Ou moi serez le segont roi;
 Demi mon reigne je vos outroi.
1565Meilor de vos ne sera mie.
 Fors le honor voil en bailie.»
 
 L
 «O Phyleminis», respont l’enfant.
 «Sire», fist il, «je ne demant
 Vostre tresors ne vairs ne gris.
1570Un don vos qier, qe je promis
 Au fier jeiant q’est trepassez.
 Pri vos qel don moi soit donez».
 Le roi jura desor sa loi:
 «Ne savrais dir ne qerir qoi
1575Qe ne vos soit tot outroié
 Mout voluntiers et de bon gre.»
 Lors dist li enfes com chiere lie(60):
 «Cent mil mercis! Bien sui merie.
 Le don, biaus sire, qe je reqier
1580A vos, qi estes amperier,
 Est qe vos vos anemis
 Leissez tornier an suen päis,
 Ne lor feites engombremant.
 Ce est le don qe vos demant;
1585A le jeiant tot ce promis,
 Et vos m’avez le don plevis.
 Paroule de roi ne doit fallir,
 Ainz se doit ferme retenir.»
 
 LI
 Le rois respont tot en rïant:
1590«Ce qe vollez m’est a talant.
 Tot ce me plait qant qe volez.
 De vos servir sui aprestez.»
 Lor fist le roi tant tost mener
 Gallathee, le bon destrer.
1595A Hector la presenta;
 Qi vistemant desor monta.
 Qant asagié ot le poutrel(61),
 Nel donast pas por un chastel.
 Li gentils rois s’en vait avant.
1600Hector le suit ardïemant.
 Tra les homes Herculés
 Furent ambdos mis et rivés.
 Celor tramblent tuit de paor,
 Qant mort virent le suen seignor.
 
 LII
1605Le rois paroule au cuer joios.
 Si fist un graille(62) de sa vos;
 Bien l’öirent plus de dis mille,
 Qe por oïr tendrent oreille.
 «Seignor», fist il, «escoutez moi!
1610Por vos sui je esté mout qoi.
 La merci dieu et de cist enfant,
 Or pois parlier a mon talant,
 Car il ocist vostre seignor,
 Qi tant me fist durer paor.
1615Sor vos me fusse bien vangiez,
 Ne fust l’enfanz qi m’a prïez.
 Qe je vos laise an vos päis
 Toz retorner sains et haitis.
 Por son amor pardonez vos soit;
1620Aller poez puisq’a lui ploit.
 Non mautalant, mes granz iror,
 Vos pardon ci por suen amor.
 Sëuremant com vos hernois(63)
 Poez aller qant vos voudrois».
 
 LIII
1625Qant cil dehors ont entandus
 Qe dou peril sont absolus(64),
 Mout mercïent le noble roi,
 Et li enfanz qi est ou soi.
 Atant se part Phyleminis;
1630Ou lui enmoine l’enfant ardis.
 La gent dehors cargent vitaille;
 Ne laissent chouse qe rien vaille;
 Tot lor hernois anporteront.
 Vielz et jovenz partiz an sont.
1635Phyleminis, ou les enfanz,
 Vont a vëoir le mort jeianz.
 Qant furent sor lüi venu,
 Et le virent gesir standu,
 Le corps tant grant le rois remire,
1640Qi sovient fois le fist fremire,
 Coment il gist, et paille et pers,
 Enmi le chans, mort et anvers.
 Li rois le mort mout regarda;
 Pois au diable le comanda.
1645Lors ne se puet Hector tenire
 Q’au roi non die: «Gardez, mon sire,
 Comant le cors remaint tot nu.
 Qant l’arme s’est parti da lu,
 Da cestui est parti pröece,
1650Ardimant et legïerece.
 Le cors ne vaut une latue,
 Qant l’arme s’est da lui partue.
 Cestui passa petiz et grans
 De vertuz et d’ardimans.
1655Dont por ice vos pri, seignor,
 Tot soulemant por vostre honor,
 Qe le cors del sorpuissant
 Sevelir faites noblemant.
 Se vos honor grant lui ferez,
1660Por tot le mont ert renomez.
 Vostre valor et cortoisie
 Por toute gent sera contie,
 Car cil qi rant le bien por mal,
 Sor toz est buen et plus loial.
1665Meesmemant le diex desus
 A qi ce foit rend bon salus.
 Se vos ce faites, honor avrez,
 Et a cest mont sor toz l’öez.»
 
 LIV
 A l’enfant respont le roi:
1670«Ce qe vos dites je l’otroi.
 Ne remandra pas por avoir
 De complir tot vostre voloir.
 Le monumens, la sepulture
 De cel qi tant moi fist päure
1675Por vostre amor tot ferai faire.
 Ne croi qe mais nus filz de maire
 Vëist tant riche ne tant belle
 Sarcuel ne tombe com sera celle.»
 Hector li dist: «.C. mil mercis!
1680Mout noblement m’avez servis.»
 Phileminis, qi tant est ber(65),
 Une barre fist aporter;
 D’avoire fu assez plus blans
 Qe n’est farine de formans.
1685Dedans mistrent le cors ocis,
 Et por desor un riche samis;
 Tot fu de soie a or thesus;
 Ne fu jamés son per vëus.
 Por lui porter desist(66) l’enfans,
1690Et avec lui mainz castelans.
 Le roi ausi desist aval,
 Et toz les autres por engal.
 A grant honor portent le cors
 Dou pros jeians, qi tant fu fors.
1695Jusqement anmi la place
 L’orent porté, froit come glace.
 Dedanz la ville nen remist
 Vielz ne jovens qe ne venist
 Por vëoir le sorpuissanz,
1700Qe fu doutez come serpanz.
 Qant le cors ont reponuz,
 Qe outre nature fu membruz,
 Le roi fist faire enmi le leu
 De celle place un ardant feu.
1705Le cors ocis dedanz rüent
 Maint gentilz homes, vielz et jouvent.
 Qant dedanz l’orent rüez,
 Le rois et Hector s’ont despoillez;
 Sor le cors gietoient lor drais.
1710Lors ne fu joune ne frais,
 Por q’il fust de haut valor,
 Qi ne s’espoilast toz a un jor,
 Et por amor l’enfanz ardis,
 Ses dras rüent en la cenis.
1715Cire, baume, or et argiant,
 Encens et mirre ensemant,
 En gieterent en grant partie.
 Lors leva mout grant fumie,
 Q’a toz randi söef odor;
1720Le cors fu ars a tiel honor.
 Qant il fu ars et mis an cendre,
 Avant sailli et grans et meindre.
 La poudre pristrent et recoilli;
 An un vasiaus d’or la meti.
1725Au tample Jovis fu aportez
 Le riche vasiaus ou fu Herculez.
 Desor l’autel l’a reponuz
 Le pros Hector, au cors membruz.
 
 LV
 Une grant tombe le rois fist faire,
1730Qe a mervoille fu belle et claire.
 La piere samble de cristal;
 Nen vit tant belle nus oilz mortal.
 Rubins, topaces, esmeraut,
 A la tombe pas non faut.
1735De li vëoir samble mervoille;
 De sa biauté n’ert sa pareille.
 Dedanz mistrent le vasiaus d’or,
 Ou gist la poudre au pugneor.
 Le brant d’acer et ses sperons,
1740Les mistrent delez le galons.
 Mars coroné, trestot armez,
 Est en la tombe entailez.
 D’autre part, com le nuz brant,
 Fu Jupiter, le dieu puissant.
1745Ensi com Hector avoit promis
 Au fier jeiant, tot fu complis.
 Qant fu le cors a le jeians,
 Qi fu tant fort et fier et grans,
 Serrez et clus el monumens,
1750Toz le laissent en un momens.
 Il n’a amis, ne blans ne noire,
 Qe plus vousist com lui manoire(67).
 Or se gart bien li peccheor,
 Qe tart pentir ne vaut un flor.
1755Qi bien fera ert bien meriz,
 Et autremant, mort et periz.
 Hai! Com est fol le cors humain,
 Qe de mal far ne cloit sa main.
 La mort vient, qe nus [e]sparagne;
1760En un moment li fait compaigne,
 Et devore subitemant
 Riche et paubre, qant q’elle atant.
 Ne seit nus hom qant doit fenir.
 Noient li vaut savoir scrimir(68).
1765Por ce doit l’en estre avëu
 De faire les ovres de vertu,
 Car mout tost saute la mort;
 Ne garde pas a point ne a sort.
 
 LVI
 Phyleminis, l’empereor,
1770Avec lüi le pros Hector,
 Sor le palais furent monté.
 Le roi l’enfans a remiré,
 Pois li a dit mout bellemant:
 «Gentils anfanz, vers moi antant.
1775Je conois bien q’es debonaire.
 Por ce vos pri com filz fait paire,
 Et por l’amor et por la foi
 Q’est afermee en vos et moi,
 Et por les diex qi sont desus,
1780Qe le voir dir ne tenez mus.
 Dites moi apertemant
 Le nom de vos et vos parant.
 Le cuer dedans moi manifeste
 Qe estraiz estes de noble geste.
1785Vostre valoir, vostre ardimanz
 Moi fait de ce estre certanz.»
 Lors vit Hector et conuit bien
 Qe plus celer ne vaudroit rien;
 Et de celer plus ne se poit
1790Por le conjur, qi tant est droit,
 Qe fait li a le roi puissant.
 Or ne se puet celer noiant.
 
 LVII
 «Sire», fist il, «de voir sachez.
 Tenir nel pois ja plus celez.
1795Porpris m’avez en vostres laiz
 Por le conjur qe m’avez faiz.
 Öistes mais nomer Prians?»
 «Öil», fist il, «mout est puissans,
 Gentils et proz et debonaire,
1800Larg et cortois an toz afaire».
 «Je sui son filz, Hector clamez.
 Le voir ai dit; or le savez.
 Mon aiol fu roi Laumedon,
 Qe le jeiant, non com raison,
1805Ocis a Troie follemant;
 Por la cui mort mout sui dolant,
 Dont Herculés est en sepulture,
 Le plus fort hom qe mais Nature
 Fesist au mont, si com je croi,
1810Ne qe mais fust an nulle loi.»
 
 LVIII
 Qant ce öi Phyleminis,
 Vers les enfanz a fait un ris.
 «Es tu Hector, filz rois Prians,
 Dou miaudre roi qi soit vivans?
1815Se la scripture ne faut ici,
 Ta mere au roi pas ne failli.
 Voir tu es de la lignee
 Qe sor les autres est prisee.
 De Tros et de Yllus, com dist l’autors,
1820Furent estraiz tes ancessors.
 Mais vos sor toz avez valor;
 Portez pöez en main la flor
 De pröece et d’ardimant.
 N’est vos pareil home vivant.»
1825Qant a ce dit le gentils roi,
 Banir baors et grand tornoi
 Fist banir por mi sa ville,
 Por amors l’enfanz nobille,
 Qi garentis avoit sa terre
1830De mal, de brie, de mortiel gherre.
 A baorder(69) se furent mis
 Maint bachelier pros et ardis;
 Homes, fames, vielz et jovant,
 Por Hector font joie mout grant.
1835Un mois et plus dura la feste
 Qe cil firent sanz nulle reste.
 
 LIX
 Le pros Hector une demain
 Le rois porprist por destre main.
 «Sire», fist il, «la diex merci,
1840Devïez est nostre anemi.
 Paor n’avez huimés de nus.
 Retorner voi dont sui venus,
 Car ge croi bien certainement
 Qe dedanz Troie vielz et jovent
1845Ont por moi dolor et poine.
 Or m’en irai avant la noine
 A confortier Prianz, mon pere,
 Et Ecuba, ma chiere mere.
 Ne remandroie jusqe au soir,
1850Q’i moi donast tot le tresor
 Qe onqes fu en mer ne en terre.
 Ne vos grevés; n’avez plus gherre.
 Et, se plus adevenist
 Qe nus a vos gherre fëist,
1855Mandez a moi; a vos venrai;
 Por vos aider me combatrai».
 
 LX
 «Por ma foi», fait l’amperere,
 «Poisqe mon cors nasqi de mere,
 Nen fui tant duremant irez,
1860Com je serai, se vos alez.
 Mes poisqe vos nen puis tenir,
 Et qe volez dou tot partir,
 Dolant an sui. L’aler outroi,
 Puisque partir volés da moi,
1865Tot soulemant por vostre pere,
 A ce q’il ait sa joie antiere».
 Lors fist le rois muls et chevaus
 Chargier d’avoir et de cendaus(70).
 Au pros Hector, plain d’ardimant,
1870Maugré de lui, an fist presant.
 Puis fist tantost apareillier
 Por le joune convoitïer
 Plusors enfans de noble geste,
 Qi de l’aller menerent feste,
1875Et furent trestoz vestus
 De cendaus e de velus.
 Por honorer le pros Hector,
 Chascuns s’esforce outre poor.
 Ceaus alerent ou lui a Troie;
1880Mout voluntiers le pros convoie.
 A chevaus furent monté
 Vielz et jovans de la cité.
 Nacres, tubes et tambors
 Sonent tant fort li jugleors,
1885- Tiel fu la noisse dou son del chant, -
 Qe nus öist ja diex tonant.
 Hors de la ville chevaucherent;
 Presqe trois lieues le convoient.
 
 LXI
 Le pros enfanz le roi mout prie
1890Q’il retornast por cortesie,
 Mais cil ot tant le cuer anclus,
 Ne puet respondre, fors q’est corus
 Sor le cortois. Maint fois le baise;
 Ses oilz de lermes toz li araise(71).
1895Qant puet parlier, si dist: «Enfant,
 A toz les diex je vos comant.»
 Plurans puis est Phyleminis
 Embrons torné en son päis.
 Le pros Hector, tot plain de joie,
1900Le chemin prist droit envers Troie.
 Tant chevaucha le pros enfans
 De jor an jor sor l’auferans,
 Avec lüi ses compaignons,
 Qe de Troie les maisons,
1905Les tors virent, et les pallés
 Qe Ylïon fu appellés.
 Atant Hector, le pros loial,
 Vit venir sor un cheval
 Un damosiaus pros et ardiz,
1910Qi de la ville estoit partiz.
 De Troie fu l’enfant cortois;
 Bien conosoit Hector, le pros.
 Hector li dist: «Tornez au roi,
 Et lui diras, non pas secroi,
1915Qe Hector vient por la champaigne.
 Ou lui amoine grant compaigne
 De damoisiaus pros et ardis,
 Qi laisez ont le lor päis.
 Por honorier lui et son fil
1920Sont ci venuz, qi ne sont vil.»
 
 LXII
 Cil n’atent plus; corant s’en vait.
 Mout voluntiers tiel message fait.
 Son cheval hurte des esperons,
 Qe a mervoille fu fiers et bons.
1925Tant esploita l’enfans nobille
 Q’il antra dedanz la ville,
 Et a l’entrer q’il fist dedans,
 Il ancontra le roi Prians,
 Qi com grant gent aloit dehors
1930Por sbanoier auqant son cors.
 L’ardiz enfans au bon roi dist
 Com liez visaire, baut et avist:
 «Sire», fist il, «je vos aport
 Bones novelles! Soiez acort
1935Au bien rechoivre vostre fil.
 Ne moustrez visaire vil;
 Ci vient Hector, au cuer vaillant,
 La flor de lis de toutes jant».
 Qant ce öi le rois Prians,
1940Nen demandez s’il fu joians!
 Son destrer urte des esperons,
 Ainz q’il fëist autre respons.
 Le buen cheval fort et isnel
 Plus tost s’en vait qe rier oisel
1945Nen vait sparviers, qant faim l’argüe.
 Tost trespassa voies et rue.
 Li barons toz li sïevent.
 Le pere et filz pas nen atent!
 
 LXIII
 Quant fu dehors le roi de Troie,
1950Perchuit son fil, sa riche joie,
 Qi venoit ou sa compaigne,
 Esperonant por la champaigne.
 L’enfanz regarde, conuit Prians,
 Qi fu el chief, tot primierans.
1955A ses compains dist le pros fiere:
 «Ci vient Prians, le rois, mon pere.»
 Lors saili de son cheval,
 Et toz les autres por engal.
 Prians le vit, si desmonta;
1960Ne puet parler, tiel joie a.
 Hector se mist an genoilon
 Devant le roi, qerrant pardon
 De la folle desevrance
 Q’il fist de lui sanz demandance.
1965Le rois le prist entre ses braz;
 Amont le lieve, a soi le traiz.
 Plus de cent fois il a baisiez,
 Visaire, menton, oilz, boche et nez.
 «Douz filz,» fist il, «resurexi
1970M’avez de mort, qant vos vei ci.
 Por vos avrai joie complie,
 Tant com avrez an cors la vie.
 Or a cheval alons a Troie.
 Recovrez ai le perse proie.»
1975Lors a cival tuit monterent.
 Qi donc vëist vielz et jovent
 Rechoir Hector et lui tochier
 Ne s’en puet nus saolïer(72)
 Toz l’esgarde por mi le vis;
1980Qil puet tochier se tient garis.
 
 LXIV
 Qant cil de Troie sorent voiremant
 Qe l’enfanz au cuer vailant
 Retornoit, chascuns laissa
 Mestier, maisons; contre lui va.
1985Tiel fu la noisse et li tambor,
 Le cris tant grant et le frebor(73)
 Q’il fasoient de la grant joie,
 Qant virent Hector de Troie,
 Nen croit q’il soit nus hom vivant
1990Qi oïr peust ja deux tonant.
 Dedanz la ville nen remist
 Donzelles, dames, qe ne venist
 As baucons por cil vëoir,
 Qi trepasse blans et noir
1995De pröece, de cortoisie;
 De lui pareil non est an vie.
 Toz erent plains chemins et rue
 D’omes, de fames, de gent menue.
 Plus desirent vëoir l’enfanz
2000Qe damoisselle son amanz.
 En la cité entra le roi,
 Hector, son fil, ou ses conroi.
 Qant fu l’enfanz reconëuz
 Toz escrioient, granz et menuz:
2005«Diex, qe bien viegne la flor de Troie,
 Qi hui nos a recovré joie!
 Bien soit venue l’aute lumiere,
 Qi clarté rant a toz antiere!»
 
 LXV
 Hector le chief a toz ancline,
2010Si a vilains com a meschine.
 Droit au paleis s’en vait Prians,
 Son filz pres lui et mainte jans.
 Chascuns desist de son cheval;
 Sus au palleis montent in al.
2015Hecuba cort qant elle vit
 Venir son fil, q’est son delit.
 Au cuel le prist, pois le baisa;
 Plus de .c. fois l’enfans tocha.
 «Filz», fist la dame, «bien veignez vos!
2020Vostre venue a fet joios
 Le roi Prianz et vostre mere,
 Parans, cosins, serors et frere,
 E cil de Troie ensament,
 Qe toz lors filz vos amoïent».
 
 LXVI
2025Qant Prianz ot voirement sëu
 Comant son fil ot confondu
 Le fiers jeiant, mort et ocis,
 Qi Laumedon laissa mendis,
 Nen demandez se il fu joians!
2030Plus de cent fois baisa l’enfans.
 Cil de la ville ne s’arestent
 De baordier, vielz et jovent;
 Dames, donzelles et bacelier
 Nen cessent de carolïer.
2035Plus de dous mois dura la feste,
 Ainz qe nus fëisist areste.
 Qi vos dëusse tot retraire
 La joie grant, qe pere et maire,
 Freres, coisins et cil de Troie
2040Firent por lui seroit annoie,
 Car trop seroit long parlamant
 Qi dir dëust de toz le zant.
 Por ice ci m’en vuel soufrir;
 Ne dirai plus; ainz voil theisir.
 
 Explicit du manuscrit F
2045Por la Deu graçe e de mon sire,
 Est fenis le livre d’escrivre,
 Di Hector, li pros, al cors vailant.
 
 Explicit du manuscrit O
2045Por la Deu grace e de mun sire,
 Est finis le livre d’escrire,
 De Hector, au cor vaillant,
 De Herculés, le sorpuissant;
 Coment andeus furent en champs;
2050Hector tua le fier jeans.
 Senés l’escrit, scriptor només,
 Cui Diex doint vie e saintés.
 E planté de monoie,
 E d’amor complie joie.
 Deo gracias. Amen.
 
 Explicit du manuscrit V
 Deo gracias. Amen.
2045Da Portviel Guiaume sui.
 Buen servir est gardier acui(74).
 Des cauçes noires grand merci;
 De ce che ay escrit bien sui meri.