RIALFrI

Filippo da Novara, Livre de Forme de Plait

hilip of Novara, Le Livre de Forme de Plait, edited by Peter W. Edbury, Nicosia, Cyprus Research Centre, Series: Texts and Studies in the History of Cyprus, 2009.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

[PROLOGUE]

Ici orrés le livre de forme de plait que sire Felippe de Novaire fist pour .i. sien ami aprendre et enseigner coument on doit plaidoier en la haute court.

Por ce de novelle et vieille tendriere amisté et longue priere de celui a cui je sui moult redevable, et la grant esperance que je ais en son soutil engin et sa discrecion et volenté de bien aprendre et meaus ovrer, si Dieu plaist, toutes voies ces raizons desus dites me font enprendre a enssenger a mon seignor et ami ce que je porai dou mestier dont je meismes sai moult poi. Et ce est le mestier de forme de plait dont il fait bon saver et mal usser, se bezoing de celui ou de son ami n’est tel qui l’en face ovrer par estoveir. Et por ce que c’est folie et grant outrage d’enseigner come maistre ce de quei l’on n’est mie moyen desciple, je vous pri que vous m’en celés, pour ce que je vous fais ce que je ne vos onques faire a seignor ni a ami. Dont je vous pri que vous ne mostrés ni enseignés cest escrit a nului. Car je ne trovai onques seignor ni ami qui ce me vozist faire; et tel porroit aprendre de moi que en aucun point me porroit abatre de mon tort meismes ou soi deffendre.

[1]

Ici orrés le coumencement des plais.

Au coumencement, quels que soient les paroles longues ou courtes, a moustre ou a plainte, puis que l’om vient a clamour, dites si brief come vous porrés: ’Sire, cist hom se plaint de celui’, et motissiés de quei, ’et en veut aver raizon par vous et par la cort’. Car en brief clamour si a .ii. profïs: l’un est que la cort retient meaus la brieve clamor et la brieve demande que la longue; l’autre si est, se l’aversaire veaut noier, l’om peut meaus prover la courte demande que la longue.

[2]

Ici orrés coment li clamans puet doner jour a celui dont il se claime.

Se il avient que celuy de cui l’om se claime demande jor, le clamant doit dire que il ne veaut que il ait point de jor se la cort ne l’esgarde. Et se il y a aucunes des assises en celui cas qui li tolent le jour, le clamant li doit metre avant; que les assises dont ores me souvient qui tolent le jour sont cestes: l’assise de murtre, et cele de traizon, et cele de force apparant, et cele de tolir feme, l’assise dou roy Baudoyn de cop apparant, et quant le seignour se claime de defaute de servize, et l’assise des bestes restives, et l’assise des plegeries, et quant le sodoier se claime de ses soudees. Et de force apparant dit l’om que elle ne peut estre apparant se celui de cui l’om se claime ne la conoist et otroie, ou se il ne la fait en cort ou se ele n’est provee sour lui par garens et il en peut bien lever et torner l’un des garens par bataille. Et qui est ataint de force, son cors et son aver est en la merci dou seignor.

Et se il n’i a nulle des assises qui tolent le jor, toutevois doit dire le clamant qu’il ne veaut que l’autre ait jour se la cort ne l’esgarde, et dire ensemble toutes les raizons que il porra a la defense dou jour et metre ssur esgart, pour ce que l’autre ait le jour par esgart.

Et se il ne vient au jour, et le clamant vient et garde son jour, ensi porra desresner sa querele. Mais quant l’esgart dou jour sera fait, le clamant doit faire dire au seignor: ’Ou coumandés vous qu’il gart son jour?’ Et pour ce qu’il a mestier d’ataindre, il doit prier ses acointés de la court qu’il leur soviengne des propres paroles de la clamour, et quant ce fu et ou ce fu et qui y fu, et a quans jours dou mois sera le jour de la .xv., et metre y aucune enseingne. Et quant le jour vendra, faite le dire priveement devant partie de ceaus qui la furent, et, se il ensi les avoie, il le savront meaus recorder, se mestier est.

[3]

Ici orrés coument l’om doit doner jour a celui de qui l’om se claime.

Celui de qui l’om se claime, selon Dieu, doit conoistre la verité. Et se la clamour est de chose de quei il puisse recevoir mort ou desseritement ou grant honte, ou se ce est choze de quei il veille fuir, soit a tort, soit a droit, dizant a son conseill que il a droit, si peut demander jour tout simplement par aucune foible raizon, et de ce requiert esgart et mete i retenail. Et se il pert celuy esgart, requiere jour par aucune autre huyssouze, et ce porra il faire pluizours fois. Aucune fois porra il dire qu’il veaut aver jour pour ce que de ceste clamor ne fu onques mais en cort; autre fois dira que ce est novelle clamour; autre fois dira que de toutes claimours doit l’om aver jour se assise ne le teaut. Et se le clamant li met devant aucune des assises, il respondra que non, plaize Dieu, que celle soit de celles assises qui tollent le jour et que, de tele claimor come celle est, a l’om jor en la court dou royaume de Jerusalem, et ce offre il a prover par celle meisme cort; et l’om est tenu en Chypre de tenir les us et les assises dou royaume de Jerusalem, et por tant veaut aver jour, se la cort l’esgarde; et tous jors y mete retenaill.

Autres .ii. manieres de fuite y a que je ne los pas. L’une est, quant le requerant requiert esgart d’aucune choze, respondés li en paroles, et, quant vient au poser sour esgart, ne vos prenés pas de droit a ce que le requerant a dit, mes costoiés le et vos metés en esgart d’autres paroles semblables a cele; et se la court l’entent bien, quant elle sera assise, elle dira qu’il n’i a point d’esgart. L’autre dira qu’il ne li veaut respondre devant qu’il ait son esgart premier requis, et de ce meisme requera esgart, et y metra retenail.

Toute voie la droite forme dou plait si est tele: que l’om doit respondre au requerant que l’om ne veaut faire sa requeste, se la court ne l’esgarde, et dire aucune raizon a l’encontre ou aucune parole qui se cuevre de semblant de raizon; et tous jors metre retenail, et venir d’un en autre, tant que l’om ait tout dit. Et en ce peut aver lonc espace: une fois pour seignor, autre fois por cort, autre por essoine; et dedens ce qui a tort si doit finer ou fuir.

[4]

Ici orrés coument le requerant ne se met en esgart qui puisse passer nuit.

Le meaus que puisse faire le requerant si est de soi garder que il ne se mete en esgart qui puisse passer nuit, et que que le fuiant die, le requerant die tous jors que, pour choze que l’autre ait dite, ne veaut il qu’il demuert en pais, ains veaut por tant com il a dit ores et autres feis aveir sa requeste, se la court l’esgarde, et metre il retenail. Et tous jors face ensi tant que il l’ait ataint.

[5]

Coument le clamant vient a son jour.

Se le jor est doné par esgart, le clamant vendra au jour et fera dire qu’il a gardé son jor de la clamor qu’il fist de tel, si com la cort l’entendi. Ensi la fera dire .ii. feis ou .iii., et qu’il soit venus toutes vois ains le souleil couchant, et y demuere tant que il ait estoile aparant o ciel. Et adonc die au seignor qu’il a gardé son jor si com il doit et tant com il doit, et requiere au seignor que il mant la hors veir se il a estoile aparant o ciel. Le seignor y doit mander .ii. de ceaus de la court, et, se ensi est et l’autre n’i est venu jusqu’a cele houre, le clamant a por tant desraignee sa querelle.

[6]

Ici orrés coment le clamant garde son jour.

Et se celui de cui l’om se claime vient au jor, il fera dire qu’il a gardé son jor vers celui de la clamor qu’il fist de lui, et, se il veaut riens requerre, il respondra ce que il devra; et de ce trait la cort a garent. Et ensi le face dire .ii. fois ou .iii. devant l’estele aparant, si com il est dit dessus; si avra desresnee sa querele, se la clamant n’i est venus.

Et se il sont andui en la presence de la cort, quant chascun avra fait dire que il garde son jor et en trait la cort a garent, le clamant doit faire dire que, tout ensi come il se clama de luy et la cort l’entendi quant le jor fu requis de quei il sont ajornés, encore se claime. Et l’autre peut respondire qu’il veaut qu’il li esclarisse et quei il se claime et clama de luy, se la cort l’esgarde. Se la cort n’esgarde que esclarzir le doie, il respondra tant que tort ne li enprendra.

[7]

Ici orrés que, se le clamant fait que sages, qu’il ne creisse riens a sa clamor.

Se le clamant fait que sage, ja seit ce que il die assez de tant com il dit dessus, toute voie por ataindre il recordera et esclarira sa clamor. Et bien se gart qu’il n’i creisse rien, car, se il y creist, l’autre ravra jor. Se il veaut dire que il a creu en sa clamor et por ce demande jor, le clamant dira que non, place Dieu. Et cil qui demande le jor porra dire qu’il y a cressance et de ce se met ou recort de la cort; car la premiere clamor fu dite et entendue en la cort et la cressance aussi; et par le recort de la cort sera provee la cressence, et pour tant veaut il qu’il soit recordé en la cort, se la cort l’esgarde, et metre y retenail; quar par la cort sera provee la croissance. Le clamant porra dire que trop avreit la cort a faire, se elle deust recorder tout ce que l’om dit en cort a la requeste de l’une partie et de l’autre, sans motir la cressance; ne pour tel eschampe ne doit mie son aversaire aver jor ne recort de cort, se il ne motist de quei il a creu en sa parole; et de ce se met bien en l’esgart de la cort, et y mete retenail. Se celui, qui le jor veaut aver, motist aucune parole de cressance, et le clamant la nee, adonc doit estre sur le recort de la cort.

Et se il vient au recort, l’un des .ii. profis dessus motis porra valeir. Car se les paroles de la clamor furent courtes, plus tost seront recordees. Et se il par escrit ou par dit ait tant fait qu’il y ait plusors de la cort qui en soient menbrant, bien li porra valoir; car par tout fait il bon aver amis, qui aver les puet, et tous jors en a l’on mestier por venir a sa raizon et por eschiver que l’om ne receive tort. Et qui a querele doit prier ses amis que il soient des le coumencement dou plait jusques a la fin en cort pour entendre et retenir et recorder et retraire et a droit jugier, jusques qu’il ait sa querelle desraignee. Car souvent avient que ceaus a cuy n’en chaut, n’entendent mie bien les paroles, et qui mal les entent, mal les set saver dire et recorder et retraire et jugier.

Et souvent avient, quant la querele est de gent qui ont poi d’amis, que la cort est si feble et si poi de gent y vienent que l’on respite moult legierement les clamors et les esgars por achaizon d’esforcier la cort. Et bien est ver que le seignor doit la court assembler et esforcier, mais parmi tout ce en avient moult souvent ce que om a dessus dit de la febleté de la cort. L’om a tous jors veu que les riches homes et les puissans, qui ont amis et pevent aver souvent et de legier grans assamblees d’omes liges en cort, delivrent plus tost et meaus lor quereles.

Et quant la riote dou jor est passee, qui viaut maligner assés y a d’autres eschampes.

[8]

Ici orrés quant la clamor est de deniers.

Selonc la maniere de la requeste, se la clamor est de deniers, l’on peut requerre que celui esclarzisse ou ce fu que celui dit qu’il li presta, et quant ce fu, et qui y fu, et assés d’autres poins et riotes que je n’use pas volentiers ne ne veil enseigner; car de chascune choze peut l’om requerre esgart et metre y retenail.

Et se la clamor est de terre ou de leu moti, l’om puet requerre mostre, et aprés la mostre jor. Et l’on a le jor en la cort de visconte, mais en la haute cort n’a l’on mie jor aprés la mostre. Ne la mostre meisme n’a l’om pas de pluizors chozes, et d’aucune l’a l’om. L’om n’a mie mostre d’un cassal nomé et coneu, ne d’un leu moti qui a apartenances et de quoi il n’a en la terre que .i.. Mais se il y a pluizors leus només d’un nom, l’om doit aver mostre. Et de maizons et de heritages, qui sont dedens ville, et de leus et de terres, qui sont dedens autrui apartenances, doit l’om bien aver mostre de toutes ces chozes. Et de chascune par soi peut requerre esgart celui qui viaut foir, venant d’un en autre par retenail. Et se le clamant veaut esploiter, il otroiera sans riote et sans esloingne tout ce que il entendra que l’autre avret par esgart. Et quan son aversaire ne porra plus foir, se il nee ce que il li demande, il doit dire que il est prest de prover tout ensi come la cort esgardera.

[9]

Ici orrés, quant la querelle est de deniers, coment l’om puet lever l’un des guarens.

Et quant a ce couvient que il soit garnis de .ii. loiaus guarens de la loy de Rome, et se la querelle est de deniers ou de autre choze qui ne soit de fié, il covient que les garens facent tant por l’amor de luy; qu’il portent garentie de lor gré sans requeste et sans coumandement dou seignor ne d’autre. Et se la querele monte plus d’un marc d’argent, son aversaire en peut lever et torner l’un, lequel qu’il vodra, et quant le clamant dira que il est prest de prover si come la cort esgardera. Et quant la cort doit dire et esgarder que se il se peut prover par .ii. loyaus garens de la loy de Roume, et l’autre partie souffrir le veulle, que ce est assés. Et se l’autre en veut lever l’un des garens, se la querele est de plus de .i. marc d’argent, faire le peut.

Et a ce que il a dit quant, le quant enporte le jor. Et por ce la cort li doit demander ou sont ces garens. S’il les avee et dit qu’il sont en Chypre, la cort li donra jor de quinzeine de prover; et se il dit qu’il sont en la Surie, et il est en esté, il avra .xl. jors de respit de prover; et se il est yver, .iii. mois. Et se il dit que il sont outre mer, il avra .i. an et un jor de respit de prover, et pour ce que l’om a souspit que se d’outre mer ne soit barat, il doit nomer priveement ces garens a .iii. de ceaus de la cort, et si le doivent celer jusques au chief de l’an et dou jor. Et tout ce est dit et entendu en la haute cort. Car en la cort des borgois li demande l’om bien se si guarent sont en la vile ou le plait est, et, se il dit oil, il n’i a que .viii. jors; et se il sont aillors, si est ensi come il est dit dessus.

Et quant les garens vienent avant en la haute cort, le conseill de celui qui doit prover, doit dire au seignor: ’Sire, veeis ci les garens dou tel; et il vous requierent conseill tel qui sache mostrer leur parole et leur garentie, si com il enchergerent.’ Et s’il de ce obliast rien que les garens peussent crestre et oster, se mestier est. Pour guarentir loyaument la pure verité, le seignor lor doit doner conseil. Et j’ai veu que lor conseil solet mostrer lor parole, et se il ne volet faire por ce que l’om dit que les homes liges ne doivent servize de moustrer parole, toutes voies doivent il aver conseil. Et il porchasent avant parler, ce avient en la haute cort; car en la cort dou vesconte dit chascun sa garentie.

Et se l’om ne peut aver .ii. garens, et l’on en a .i. qui die que il seit celui fait et que cel autre y fu qui mors est; ’et se il fust vis, il tesmoingneroit ce meisme, et je porte la garentie por moi et por le mort’, autant vaut com se il en eust .ii.. Et ce est en l’une cort et en l’autre; et le lever et le torner dou garent.

[10]

Ici orrés coment l’om puet lever l’un des guarens.

Se celui contre qui l’om porte guarentie veut lever et torner l’un des guarens, faire le peut dou quelqu’il vodra en tel maniere come vouz orrés. Quant li garent avront dit lor garantie en parole, l’on li demandes se il veullent jurer que ce qu’il ont dit seit voir; et il respondront que oyl. Et se celui qui en viaut l’un lever seufre tant qu’il aient andui juré, lor garentie sera ferme, et il avra sa querele perdue. Mais si tost com il le veit agenoillier celui que l’on veaut lever, il le doit saisir par le poing destre et dire: ’Lieve ssus, car je t’en lieve come faus et parjuré; car en toi ne remaint que tu ne te parjures, et je sui prest que je te mostre et preuve de mon cors encontre le tien tout ansi come la cort esguardera, et quant. Adonc se doit agenoillier devant le seignor et tendre son gage, et l’autre se deffende. Et adonc doit le seignor recevoir les gages et comander la cort a esgarder la maniere de la bataille et le jor.

Se celui qui lieve le garent est mahaingné de mahaing aparant, ou se il a passé aage de .lx. ans, il peut metre en leuc de lui champion; et ne covient pas qu’il le nomme, mes die que ce moustrera il bien par .i. home contre l’autre, por ce que il est mahaingié ou qu’il a passé age. Et en tel maniere meismes le peut faire celui qui se deffent, et dou mahaing et de l’age.

Se celui qui lieve le garent est chevalier et le garent serjant, le chevalier doit aler a pié a la bataille et combatre soi a lui a ley de sergent. Et se celui qui lieve le garent est sergent, et le garent chevalier, l’apellour se doit faire chevalier et se doit combatre a lui come chevalier. Et se le chevalier qui est garent veut dire qu’il ne se doit prendre a sergent, ne il ne veut respondre pour ce qu’il n’est son per, le sergent peut respondre au chevalier que ce ne li peut riens valoir en tel cas; car ensi seront mort et destruit tuit cil qui ne seroient chevalier, se li chevalier porreent garentir quanqu’il vaudroient sur eaus, et l’on ne les peust torner; et l’assise seroit fallie, qui dit que de toutes quereles de .i. marc d’argent en amont y a tornes de bataille contre les garens; et en l’assise n’est sauvé chevalier ne autre; et de toutes quereles de murtre ou de autre de que chevalier apele sergent ou sergent chevalier, l’apeleir se doit combatre a celui que il apele a la ley de bataille de celui qui est apelés.

Et bien se gart celui qui s’avoe por mahaigné ou pour avoir passé aage, qu’il soit garni de champion; car se il ne l’eust au jour, il seroit ataint, et se il meismes se vozist combatre, il ne porroit, se il avant n’eust moult maistreié au doner des gages. Et quant feme guage bataille, elle est en cest point meismes, et bien peut lever garens et apeler de murtre.

[11]

Ici orrés de heritage qui est dedens ville close ou desclose.

Se la querele est d’iritage clos qui est dedens vile desclose, ou desclos dedens vile cloze, celui de qui l’on se claime peut respondre que il a heu et tenu celuy heritage quitement et en pais come le sien an et jor et plus, et por tant en veaut demorer en pais par l’assise de la teneure, se la cort l’esgarde, et mete y retenail. Se le clamant dit que ce est de son fié, et que fié ne se peut vendre ne aliener que par l’assise des ventes ou pour partie de servize, s’il y a servize de pluizors, et de cestui heritage n’i ot onques vente faite par assise ne don pour servise, et por tant le veaut aver, se la court l’esgarde, et mete retenaill, l’autre respondra que chascun peut dire: ’Ce est de mon fié, et ce ne se peut vendre que par l’assise.’

Bien se gart qui l’alienera, vendra ou donra, et la court qui le souffrira; car l’assise est toute paree que dit que par teneure d’an et de jor quitement et en pais a l’on desresnee tel maniere d’iritage com il est dit devant, et ceaus a qui l’on vent ou done ou aliene heritage dedens vile ne pevent pas saver se il est de fié ou non, ou se il est en previlige ou non. Celui qui le vent si doit garder por la foi qu’il doit au seignor, car ce que est de fié ou de servize ne doit il pas vendre ne aliener franchement, ne la court ne le doit pas souffrir por que elle le sache. Et se il peut estre seu dedens an et jor, bien peut estre rapelé, et por ce porte l’on garentie d’an et de jour.

Bien est donc aparant, que se l’an et le jor passe que le heritage ne soit calengié, que l’assise de la teneure le delivre tout outre, se celui qui a tenu l’eritage n’est parent de celui qui le requiert. Mais la parentés brise l’assise par tout, fors en .ii. leus soulement: c’est assaver quant celui qui a tenu le iritage an et jor l’a de son pere ou de sa mere qui en soit mort saizi et tenant et qu’il l’ait tenu an et jor devant sa mort, veiant et oiant celui qui ores le requiert; aprés ce ne vaut rien le parentés contre l’assise. Tout autretel est l’autre point. Ce dient aucunes genz, mais je ne suis mie enci cler come l’autre. Car se celui qui tient l’eritage l’a tenu an et jor voiant et oiant le pere ou la mere de celui qui ores le requiert, se l’eritage meut de cele part dont le pere ou la mere dou requerant vint, et cil ou cele a qui il pot adonc escheir ne le requist, li fis n’i peut riens aver par parentés contre l’assise.

Se celui ou cele qui requiert l’iritage est merme d’age en tant come l’autre l’a tenu, et il dedens an et jour aprés ce que il fu en son dreit aage est venus a sa requeste, bien le peut faire et requerre, et de tant come il fu mermes d’aage la teneure de son aversaire ne li grieve.

Se aucuns est forpaisé et il revient et requiert aucun eritage que aucun autre ait tenu an et jor, aucune gent dient que l’assise de la teneure ne li grieve, por ce que il a esté forpaisé et que l’autre n’a tenu lui veiant et oiant; et pluizours autres dient que por ce fu establi si lonc espace come d’an et de jor, et que en tant de tens peut l’om bien venir d’outre mer qui veaut. Et je ai oie dire que ceste assise fu faite espessiaument por ceaus qui ont les heritages ou royaume de Jerusalem; car quant la terre estoit en mauvais point, il aloient outre mer, et l’on n’avoit qui defendist la terre, et quant il savoient bones novelles, si revenoient. Et pour ce fu establi l’an et le jour. Et l’en dit que aucune feis le faisoit l’on des fiés meimes; et aprés demora et torna l’assise as heritages. Et se celui qui forpaisa en viaut aver esgart, avoir l’en peut.

[12]

Ici orrés des batailles des champions.

Et por ce que je vous ai parlé dessus des batailles, si vous dirai ce de quoi il me souvient ores, a mon avis, de quei il y a bataille en la court par les us et les assises dou royaume de Jerusalem, ou par raizon, selon le dit des parties, se le seignor veaut recevoir les gages. La premiere si est de murtre aparant. Ceste si est selon l’assise, et ja soit ce qu’il y ait assise, moult y a soutil plait et grant bessoing de bon conseil. Home ou feme peut apeler por quoi le murtre soit aparant en la court, ou que il ait esté aparant et veu par homes de court par le coumandement de seignor. Et home et feme se peut deffendre. La feme doit avoir champion. Et se l’apelor ou le defendor est mahaigné ou a passé aage de .lx. ans, si doit estre ausi com vous avés oy dessus au fait des batailles.

A la bataille de murtre n’a que .iii. jors des respit. Se elle est de chevaliers, il se doivent combatre a pié et sera chascun vestu d’une cotte d’estanfort, les manches reoignees jusques as coutes, et en chauses de saie sans avantpiés; la teste descouverte de toutes armeures; et doit chascun avoir une targe et une lance et .ii. espees. Se chevalier apelle sergent, ou sergent chevalier, si doit estre si com il est dit dessus au fait des batailles.

Et de toutes autres quereles que de murtre tant soulement, se combat chevalier a cheval, armé de toutes armes come chevalier, se il n’apele sergent, com il est dit dessus.

[13]

Ici orrés coument l’om doit apeler de murtre champion.

A l’apel de murtre se doit mout garder l’apelor. La est la soutillance de plait, car l’assise est de murtre proprement. Et celui qui est tué en place ou devant gent ou a meslee n’est pas murtre, car murtre si est choze faite en repost ou a celé. Et por ce que l’om ne peut aver garens d’ome murtri fu faite l’assise. Et le cors murtri porte partie de la garentie. Et le champion preuve et mostre de son cors que celui qu’il apele l’a murtri. Et se celui n’est murtri, cil qui apelle donc faus gages. Et se il veaut dire que celui qu’il apele dona le cop dont celui qui la gist recut mort, se l’apellé se set deffendre, il dira tant soulement: ’Non place Dieu’, et qu’il est prest que il s’en deffende tout ausi come la court esgardera. Se l’apelor a dit murtre, l’apelé done son guage a droit. Et se il dit que il li dona le cop dont il ressut mort, et il le nee et se euffre a deffendre tout ensi come la court esgardera, se la court est bien entendant, elle esgardera que il n’ i a point de bataille, se l’apelor ne l’offre a prover par garens. Et se il euffre a prover par garens que celui li dona le cop dont il recut mort, il en peut bien lever lequel qu’il vodra, et de ce y peut bien aver bataille contre le garent.

Contre garent a il batailles de toutes chozes qui montent a plus d’un marc d’argent. Et quant l’om se claime de force, et celui de qui l’om se claime l’a nee, et l’apelor l’offre a prover par garens, le deffendor en peut bien lever l’un des garens, por ce que se il fust ataint, son cors et son avoir seroit en la merci dou seignor. Et ce est trop plus grant choze que d’un marc d’argent.

Et en nostre cort ne peut sergent ne borgois ne nul autre home des chevalier en aval apeler chevalier, se il s’en seit deffendre. Mais bien est veir que de murtre, se l’apelor est sergent et il se viaut faire chevalier et conbatre soi a la lei de bataille que chevaliers se conbatent, faire le peut. Et chevalier peut apeler sergent se il se viaut conbatre a lui come sergent, si com il est dit devant en chapistle de garens.

[14]

Ariere apel de traison.

L’autre maniere de bataille qui peut estre par us ou par costume ou par assise, si est de traizon aparant encontre son seignor. En ceste y a moult soutil plait, et pluizours feis est avenu que l’om si atache moult legierement, por ce que il semble grant honte se l’on ne s’en deffent largement et franchement.

Quant hom est apelé de traizon a son seignor mais que il n’a talent de combatre, il peut desmentir l’apellor mot a mot et neier et deffendre tout ce que celui li avra mis sus et dire qu’il est prest de noier et de deffendre tout ensi come la cort esgardera, que neier et deffendre le deie. Et adonc, se l’apelor ne motist coument la traizon est apparant, il n’i avra point de bataille. Et pluisors genz dient que traison n’est apparant se celui qui l’a fait ne la conoist, ou se elle n’est provee par garens ou par bataille. Et des garens peut il l’un lever. Et la bataille ne peut estre s’il ne euffre son cors. Et aucune gent dient que la traizon est bien apparant quant le seignor a esté trahi aparaument d’aucune choze, ou de fortrese qu’il a pardue, ou de conseill qui ait esté descouvert, ou de son cors qui a esté encombre alant et venant en ses besoingnes, ou assailli nuitancre, ou se il a receu aucune maniere de damage en quei il semble aparaument qu’il ait esté trahi. Et de ce ne oi je onques faire esgart, ne qu’il en fust fait, car le plus de ceaus qui sont apelé dient que il deffendront de lor cors contre celui de l’apelor; et le seignor receit volontiers les gages, et ensi vient avant la bataille legierement.

Une autre maniere de bataille y a en laquele n’a us ne assise, mais de la volenté des .ii. parties et par l’otroi dou seignor. A plusors feis a esté tele bataille. Et puet bien estre quant aucuns a esté naffré ou assailli ou malmené ou damage d’aucune grant choze, il peut bien venir devant le seignor et clamer soi de celui cui il le met sus, et dire qu’il li a ce fait fausement et desloiaument en traizon, sans deffiance, et nuitancre, se ce fu de nuit, et se il veaut ce neier et deffendre, il est prest de moustrer li de son cors contre le sien, tout ensi com la court esgardera et quant. Se l’autre veaut respondre et desmentir le mot a mot, faire le peut, et dire que il nee et deffent tout ce qu’il li a mis sus, et qu’il est prest et appareilliez, de soi deffendre de son cors contre le sien tout ensi come la court esgardera et quant. Se le seignor veaut recevoir les gages, faire le peut; et peut coumander a la cort que il esgardent le si et le quant, c’est assaver la maniere de la bataille et le jor. La cort doit esgarder s’il sont chevalier il se doivent conbatre a cheval, armés de toutes armes comme chevaliers; et le jor si est au chief de .xl. jors.

Se celui n’a talent de conbatre que l’on apele, il peut desmentir l’apelor mot a mot et dire qu’il nee et deffent tout ce qu’il li a mis ssus et est prest de neier et deffendre tout ensi come la cort esgardera que neier et deffendre le doie. En ceste maniere n’a point de bataille, si come je entens, puis que il ne offre son cors. Et plusors feis ai veu que la cort le dizoit que point ne n’y avoit.

Et en la maniere meismes qui est devizee la ou chascun offre son cors, n’en a il point, se le seignor ne veaut; car le seignor peut bien dire: ’Je ai oi et entendu que chascun de vos offre son cors contre l’autre a bataille; ne nul de vous n’i a voé ne nomé assise ne usage ne esgart de court, que tant soulement a la maniere de la bataille et au jor. Et je ne veull que bataille soit faite en ma seignorie, se assise ou usage ou esgart de cort ne le done’. La cort dira tout de dreit que tel maniere de bataille ne doit estre, se le seignor ne le veaut.

[15]

Je vous ai dit que moult a grant soutilance en plait de murtre, et vous en ai esclarzi partie la ou je parlai coment on peut entrer en ley de bataille loiaument ou fausement au doner des gages. Ore vous esclarzirais ce que je en ai entendu et que a moi semble qui peut apeler et qui non, parent ou parente, prochain ou lontain.

Et la feme de murtri peut apeler se la feme qui apele est veve, mais, se elle a mari, elle ne peut apeler se son mari n’est en presence et l’otroie. Et se autrement fust, son mari l’en porroit oster et delivrer.

Nus qui n’apartient au murtri, s’il n’est de cest pais, ne peut apeler de murtre se celui qui l’om apele s’en seit deffendre; meis toutes voies covient il que il nee et deffende le murtre et die que il est prest que il se deffende tout ensi come la court esgardera, et que a celui qui rien n’apartient au murtri, ne se veaut il prendre, se la court ne l’esgarde. Et bien est aparant que ce est raison, car se ce ne fust, por nient apeleroit feme ou home qui ont passé aage, car les champions qu’il metent porroient apeler por eaus meismes por lor deniers, et les femes et cil qui ont passé aage seroient delivré de la justice que l’on fait d’eaus et des champions, se les champions sont vaincuz. Et autre peril y a moult grant, se chascun peust apeler. Car se .i. home grant et fort et delivre ou .i. champion qui seust d’escremie peut apeler de chascun murtre que l’om fait en la vile aucun grant riche home, feble de cors et non puissant, enssi le porroit raembre a son gré, et chascun porroit apeler son anemi plus feible de lui. Mais le seignor, qui a juré de tenir et maintenir et de faire justice, ne doit mie souffrir choze que ne seit juste, et especiaument des gens de cest pais que le seignor conoist par soi ou par autrui.

Mais ensi n’est il pas des pelerins et des gens d’outre mer qui n’ont point de linage en ce pais. Se aucun d’eaus est murtri, chascun de ciaus qui vindrent au passage ou il vint, et chascun de ceaus qui sont dou pais ou de la province dont il estoit, et chascun de ses compaingnons qui fu en aucun establissement de compaignie o lui peut apeler, se le murtre est aparant.

Toutes voies la consience dou seignor doit estre clere et nete por son serement qu’il a fait de faire justize. Et se il entent que ce soit barat, il ne doit soffrir l’apel, se l’apelor ou le murtri ne soient homes lieges; car si le fust, il couvendroit que il fornist l’assise par l’esgart de la court. Et se celui que l’on apele n’est son home liege, et se le seignor en peut estre certefié en maniere que sa consience ne l’en repreinge que celui ait fait le murtre, souvent ai veu bons seignors et sages qui en faizoient justize sans esgart et sans assise, pour ce qu’il avoient juré de faire en bone fei justize.

[16]

Autre grant soutilance a en plait de murtre.

Se aucuns apelast pluizours homes ensemble d’un murtre, il s’en iroient tous quites, car d’un murtre ne peut om apeler que un murtrier.

Et se un estrange ou parent lontain apelast un home de murtre aparant, et il respondist maintenant qu’il se deffendroit selonc l’assise et les gages fussent donez et receuz, et il avenist aprés que pais en fust faite sans ce que cos y eust donés en bataille, et il avenist que un plus prochain de lui venist avant et dist que l’apel de l’autre et la pais fu barat et que celui qui estoit estrange ou lointain fist l’apel et la pais por tricherie, por delivrer le murtrier et tolir le droit dou prochain a cui le murtre touche et taint plus que a celui, et, disant ce, se clamast par l’assise dou murtrier qui avret pais faite, aucunes gens dient que par estoveir couvendroit que il se prist a lui. A ce entens je que celui qui est apelé peut bien mestroier quant le premier apelor l’apele, car il peut neier le murtre et offrir qu’il s’en deffendra tout ausi come la cort esgardera, et dire que a celui qui s’apele ne se veaut il prendre, se la court ne l’esgarde, por ce que il est estrange et lointain dou murtri et que plus prochain de luy y a qui par aventure vendreit avant et l’apelleret. Et quant la court avra ce entendu et ce que le premier apelor dira, se la court esgarde qu’il se doie prendre a lui, coment qu’il seit aprés de pais ou d’autre choze que l’apelor en face - que plusors chozes en peut faire, car il peut dire que il ne savet pas la verité quant il l’apela et que il est ores certefié qu’il n’i a coulpe et est prest de paier la fause clamor; ou se il s’en peut fouir et ne vienge au jour de la bataille que la court avra doné - ja por choze que le premier appelor en face de pais ou d’autre choze, se la court avra esgardé que celui qui est apelés s’en doie prendre a lui por riens que li aveinge d’autre apelor, la court n’esgardera que cil, qui fu apelé et par esgart de court se prist a l’autre appelor, s’en doie prendre a autre, et ensi s’en ira quites dou seignor et de la court.

Se le seignor veaut bien faire, il doit tous jours aver champions et armes de bataille. Et se il avient que aucun ou aucune de ceaus ou de celes qui pevent apeler par champion veaut apeler, et il n’a poer de que il lui puist faire, le seignor pour son honor et pour ce que il est tenu de faire justize et de secorre les besoingnous, de ce qu’il a ou il peut recovrer lor doit doner. Et se aucun apelor qui ne soit home dou seignor veaut apeler aucun ou aucune souffraitous ou souffraitouse de ceaus ou de celes qui pevent metre champion, et le seignor entent que la persone apelee n’est coulpable, ausi bien doit il aider a l’apelé come a l’apelour.

[17]

Ici orrés de plais qui sont entre le seignor et houme.

Selonc ce que je ais entendu par plusors sages qui jadis furent, dont Dieu ait les armes par sa misericorde, et por ce que je ais veu et oi, et selonc mon avis meismes, par ces .iii. raizons ou par aucune d’elles, si come je sui membrant, et par mains vous dirai aucunes paroles de plais qui pevent estre entre le seignour et home, qui moult sont enuiouses et parillouses. Et tous jours dit l’om que entre seignor et home n’a que la fei, c’est a entendre que moult doit estre espeluchee et esclarzie et nete lor consience, si que la fei y soit bien sauvee ains qu’il entrent en querele. Et je los et conseill a bone fei a tous mes amis, aussi as seignors come as autres, que il ne soient querelous ne anguissous ne riotous ne volontous de plaidoier, et qu’il laissent avant partie de lor raizon ou toute, teil peut elle estre. Car de bien petit ochoizon avient grant mal en court et dehors as quereleors et as riotous. Et l’on dit tous jors que ’les souffrans vainquent’, se ce n’en est choze de quei om ait grant honte. Et celui qui plaidié en court de son cors ou de son heritage porte son chief en son geron et le héritage en la paume. Car maintes fois est l’on mal conseillé, et set l’om mal requerre et mal respondre, et aucune fois est mal entendu et mal jugié par non sachance ou autrement, et, coment que ce soit, de legier peut cheir ce que est ou geron et ce de la paume espandre. Et je fai bien acrere de cestui sermon, car je sui envieilli en plaidant por autrui, et par la grace de Nostre Seignor m’est avenu que je ne plaidiais onques de querele moie qui fust conduite jusques a esgart de court. Et Dieu par sa pitié me deffende que faire, ne le me covienge.

[18]

Ici orrés quant on est garni de previlige.

Celui qui requiert a son seignor choze qui seit de fié, il doit estre garni, s’il peut, de previlege ou de recort de cort. Le recort peut estre en .ii. manieres. L’une est dou don; l’autre se la court a veu et saisi et tenant de celui heritage et usant come de son fié celui qui le requiert ou son ancestre. Et se ce est de l’ancestre, et le seignor veut dire qu’il ne seit que celui fu son ancestre, il esteut que le requerant preuve le parentés. Et s’il le peut prover par .ii. loiaus garens, homes ou femes, de la loi de Rome bien baste: en garentie de parentés ne d’aage n’a nules tornes de bataille de querele qui soit de seignor a home et d’ome a seignor. Et les garens ne sont mie tenu de dire, ’Nous savons que teil fu fill de teil’ ; tant sans plus doivent dire, ’Nous veimes et oimes que teil tenoit por son fill loial tel, et il lui pour son pere’. Et ensi clamoient l’un l’autre. Et qui est garni de tout ce qui est dit dessus peut requerre seurement ce que est fié ou de fié. Et ja ne soit il garni de ce, se le seignor veaut errer a bone foi, il peut saver par gent ancienne ou par vois comune ou par aucune renomee que l’eritage ait esté dou lignage au requerant et que, par longe teneure de mescreans ou d’autres ennemis, en ait esté longement dessaisi le requeror ou ces ancestres, rendre li doit, s’il ne veaut maligner.

De teil endroit est avenu en la court un grant eschandle en Surie. Car il metent sus a mon seignor de Baruth le Veill qu’il fist un esgart en Surie, quant l’empereour y fu, dont toute la court se tint a luy, et dist par esgart que celui qui voloit requerre fié au seignor ne le porroit avoir se il n’avoit prevelige ou recort de court. Mais le preudoume s’en escondisoit mout et disoit bien que enci ne fu il mie. Mais il avint sans faille que la princesse, mere dou prince Rupin, requist l’eritage dou Touron, et dist que il fu de ces ancestres, et ce offri elle a prouver tout enci come la court esgarderoit, come celle qui estoit bien guarnie. Mon seignor de Baruth esgarda sans faille, et la court o luy, que se elle pooit prover le don ou la teneure par prevelige ou par recort de court et le parenteys par .ii. guarens, si come il est dit dessus, que ce estoit assés; et veir dist il que ce esteit assés, mais por ce ne dist il mie, se le seignour en poiet estre sertefié en autre maniere, que rendre ne le deust.

[19]

Ici orrés coument l’om requiert a son seignor son fié.

Quant l’ome requiert au seignor, se il doute qu’il ne soit eslongiés au chief de sa requeste, peut dire que ce qu’il li a requis veaut il qu’il li face pour tant com il li a dit ou fait dire, se la court l’esgarde, et y mete retenail. Et se il ensi le fait de la saisine, se il l’a requise faizant ce qu’il li a offert de preuve ou d’autre choze, son esgart premier requis ira avant par raizon.

Et se le seignor n’a ne tient ce que l’on li requiert, il peut respondre que il ne l’a ne tient. Mais se le requerour veaut requerre et demander a celui qui l’a et tient, il l’en fornira raizon par sa court, et, ce faissant, il en veaut demorer en pais, se la court l’esgarde, et mete retenaill. Mais s’il avenist que le seignor ou aucun de ces ancestres en ait mis en saissine en aucune maniere celui qui le tient ou son ancestre, en quelque maniere qu’il ait le fié enpeschié sans esgart et sans coinessance de court, le requeror peut dire au seignor, ’Sire, a voz qui estes mon seignor doi je requerre, et requier mon fié.’ Le seignor peut respondre plusors manieres de raizons, se elles sont en celui cas: se le requeror ou son ancestre a vendu ou doné le fié par l’assise ou l’a encombré en aucune maniere en la court, ou se il l’a recomandé au seignor an et jor et l’an et le jor n’est encore passé, ou s’il est defailli de servize et le seignor s’en est claimé et l’a eu par court et ne l’a encores tenu tant come l’amende porporte. Pour chascune de ces raizons se peut le seignor deffendre par esgart de court, s’il entent qu’il le puisse faire loiaument. Et se il a esté forjugié, lui ou son ancestre, ou que il fu né aprés se que son ancestre fu forjugié, deffendre se peut le seignor par esgart. Et se il fu nés avant que son ancestre fu forjugié, le seignor le peut metre ssur esgart et metre retenaill. Et se il est heir costier qui ne soit mie dessendu de celui qui fu forjugié, et il requiert le heritage come droit hair de celui qui fu seignor de fié avant que l’autre fust forjugié, de celui ne di je ores rien, ne oil ne non.

[20]

Ici orrés coment les heirs entrent en saizine de heriter fiés ou de luer yritages.

Quant Dieu fait son coumandement d’aucun ou d’aucune qui ait fié, s’il ait fil ou fille loial qui soif d’aage, il se peut bien saisir dou fié sans parler au seignor. Car l’on dit clairment que, de ce dont pere ou mere meurt saisi et tenant come de la soe choze, fis ou fille demeure en autel saisine come pere ou mere avoit quant il ala de vie a mort.

Et s’il avient que l’eir soit mermes d’aage, et aucuns ou aucune qui li apartienge de la dont le fié meut vient avant requerra le bailiage si com il doit, il a le fié; mais l’enfant ne doit mie estre en sa garde, se le fié li peut escheir. En cest endreit a une vielle assise rimeiet que l’om dit touz jours come proverbe:

Ne doit garder l’eignel qui veut aver la pel.

L’enfant doit estre en la garde dou plus prochain de ses parens ou amis a cui le fié ne peut eschair, et doit aver son vivre covenablement de son fié. Et se il est seignor, par acort del coumun de ses homes doit estre gardé son cors et ses fortereces, et doit avoir son vivre honereement et les fortereces garnies covenablement des rentes de la seignorie.

[21]

Ici orrés quant l’air est de .xv. ans, il doit requerre dou roy son fié, non mie dou baill.

Quant l’air dou vavasour est d’aage de .xv. ans complis, il ne doit mie requerre son fié a son bail mais au seignor doit offrir son homage et son servise. Et si doit dire, se le seignor ou le bail mescreeit que il ne soit d’aage: il l’offre a prover au seignor si come la court esgardera. Et la preuve doit estre teil come vous avés oi autrefeis dessus que l’om doit prover aage. Le seignor, qui est tenus as .ii., doit garder le bail en son bailliage jusques au parfait de .xv. ans, et doit metre l’eir en son heritage quant il ert d’aage; et de l’eir doit recever la preuve. Se il est mescreu dou seignor por son servize ou dou bail par son profit, l’eir le doit prouver ausi com il est dit dessus. Et se il n’est mescreu de l’aage, le seignor doit tantost recever son homage, et li doit comander que il voist en son heritage dont il est en saisine par son dreit, pour ce que son pere ou sa mere en morut saisi et tenant, et il doit aler en sa teneure puis que il est en son aage. Son bail ne peut rien dire contre l’eir qui vaille, car l’eir ne se doit partir dou seignor.

[22]

Bailliage ne doit nus aver, se le fié ne li peut escheir, fors que en une maniere: se l’eir a pere ou mere, lequeil qu’il ait des .ii., celui enporte le bailliage devant tous autres parens par l’assise. Et bien est aparant que ce est assise: car dreit ne donast mie que celui qui ne taint au conqueror dou fié eust le bailliage et le profit par devant ceaus qui li taingnent et a qui le fié peut escheir. Et le bailliage de pere ou de mere est enterin, car il a le fié et l’enfant en garde, pour ce que l’escheite dou fié ne peut venir a lui.

[23]

Ici orrés des requestes qui se font par recort de court.

S’il avenist que aucun requist au seignor choze qu’il acoillise a son fié, et dist qu’il ou son ancestre en fu saisi et tenant et usant come de son fié, et ce provera il bien par le recort de la court, et de ce se met il en recort de la court, et requiert au seignor qu’il li face recorder, et il avenist que le seignor ou autre en leu dou seignor dist que recort de court ne peut estre porté ne tenu a recort de cort d’autre choze ne autrement mais de ce qui se fait ou dit en la presence dou seignor ou de celui qui est en leu de lui, le requeror peut dire, et je meisme di, que en cestui endreit baste bien s’il y a pluisors homes lieges qui en aient veu lui ou son ancestre saissi et tenant et usant come de son fié, et que ce est bien recort de court et prove couvenable a avoir la saissine, se il ou son ancestre n’a choze fait ou dit par quei il ait perdu tout ce qu’il requiert par assise ou par usage ou par raizon.

Et je di pour quei ce est assés recort. Car cil qui recorderont et diront que il l’en ont veu saissi et tenant et usant come de son fié, covendra qu’il dient coment et s’il l’en ont veu usser com home de seignor, si come l’om fait en pluisours manieres: c’est assaver quant l’om fait homage si come raizon le done, ou quant l’om siet en court au jugement, ou quant l’om vait a conseill par comandement dou seignor, ou quant l’on receit comandement dou seignor d’aucun servize faire, si come de voir cos apparans ou murtre ou d’aler faire aucune devise, ou d’aler en servize dou seignor a armes ou sans armes - tout ce est fait en cort, et tout ce peut estre recordé qu’il le virent saissi et tenant de ce come de son fié et useit ausi come li autre home dou seignor.

Assés y a d’autres chozes que l’on use de son fié. Aucune feis requiert l’om devant le seignor en court vilains ou terre ou autre choze est qui aparteinet a son fié, et l’om requiert la choze que l’om requiert ores; et aucune feis requiert l’on devise, et motist l’en le leu que l’on requiert ores; et aucune feis requierent aucunes gens en court a lui aucunes des chozes qu’il requierent ores et il ou son ancestre les a deffendues en cort come son fié. Bien est donc apparant qu’il estoit saisi et tenant et en usoit come de son fié.

En autre maniere peut encore estre apelés recort de cort par droit ce que les homes lieges garentissent. Car couneue choze est que les homes lieges, quant le seignor y est ou non, portent tous jors la garentie et la recordent, et le seignor non. Et quant il sont au jugement et il font esgart, le seignor n’i est pas. Et quant il vienent devant le seignor, si dient il, ’La cort a esgardé teil choze’; bien est donc aparant que elle est court en aucun leu et en aucun endroit ou le seignor n’est pas. Et quant l’om vient devant le seignor, si dit l’on, ’Je sui venus en la presence de vous et de la cort’; ici motist l’en le seignor par sei et la court par sei. Autres raizons y a pluisors. L’une si est que toutes saisines et teneures d’autres chozes que de fié preuve l’on par .ii. loiaus garens de la loi de Rome, et de saissine de fié ne peut l’on prover que par les homes liges qui doivent foi au seignor et pour ce sont il creu contre le seignor; et, ce enten je, que ce soit assise ou usage. Et aucune feis dit celui qui veaut prover aucune choze, que ce provera il bien par le recort de partie des homes de la court, et souvent a esté dit et recordé enssi. Et aucune feis avient que aucun est ajorné par court en leu moti, et il vient la et garde son jor ou le contremande par un autre, et le seignor ne se treuve pas la ou le jor est moti; celui qui est ajorné garde son jour devant ceaus des homes lieges qu’il puet avoir et mener la, et celui qui le contremande fait dire devant les homes lieges ce que il diroit devant le seignor, se il y fust, et de ce traie la cort a garent; et quant il revient au plait, celui, qui a ce fait, dit que il garda son jour aussi com il dut, et de ce a il recort, dont il avient tos jours que le seignor coumande a ceaus qui y furent que il le recordent; et il si font et sont apelé ’cort’ et lor dit ’recort de court’, et vaut.

Et pour toutes les raizons dessus dites, di je que ce est assez se le requeror a pluisors homes lieges qui dient et recordent qu’il en virent li ou son ancestre saissi et tenant et usant come de son fié.

[24]

Ici orrés dou jugement des forsjugiés qui ont esté.

S’il avenist que i. home liege fust forjugié outreement que il n’i eust point de si, et il venist devant le seignor por requeste ou por autre choze, le seignor le peut justiser selonc le jugement que a esté. Et se il ot au jugement aucun si, le jugement doit estre pourseu.

Et se l’encestre dou requeror fu forjugié avant que celui qui ores requiert fust engendré ne nez, et s’il est dessendu de celui, le seignor peut dire qu’il meisme est forjugiés de l’iritage qu’il requiert, car au jor que son ancestre fu forjugié il estoit en lui et est de lui descendu aprés ce qu’il fu forjugié. Et por ceste raizon sont les .ii. une meisme choze et encoru et forjugié ensamble et le seignor requiert de ce esgart, ja soit ce que celui pora dire qu’il est eir dou conqueror de fié, et de part lui requiert. Je enten que tout ce ne li vaudra rien, car plusors manieres y a par lesquels celui qui tient le fié peut desiriter les eirs de celui qui conquist le fié et de lui meisme, et ce est bien l’une des manieres.

Mais se le requeror fust engendré et né avant que son ancestre fu forjugié, la peut aver grant plait. Car le seignor peut dire que toutevoie est il engendré et descendu de celui qui est forjugié, et que il entent que ce est assise ou usage que l’eir engendré et descendu de celui qui est forjugié est aussi bien deserité come est l’air de celui qui vent son fié par l’assise. Le requeror peut dire qu’il estoit engendré et né avant que celui jugement fu fait, de quei l’on dit que son ancestre fu forjugié, et il est heir dou conqueror dou fié et de part lui requiert; et avant que ce avenist que l’om dist dou forjugiement de son ancestre, estoit il heir. Mais por tant que celui qui fu son ancestre estoit par devant lui, il ne pooit ne devoit aver l’eritage en la vie de celui qui avoit eu la saissine par devant lui. Et ja soit ce que il soit apparant que il estoit heir de l’iritage avant que celui fust desirité qui a esté en l’iritage, mais la teneure ne peut l’om aver jusques aprés le decet de celui qui a esté par devant lui. Et que ce soit voir que l’om soit heir vivant son ancestre, les privileges le garentissent ou il se contient: ’Je doing et otroi a toi et a tes heirs que tu as et que avras.’ En cestui cas peut l’en aleger assés d’une part et d’autre. Mais je n’en vi onques esgart faire, ne faire ne l’en veull, tant vos puis je bien dire vraiement que devant cele gerre que l’emperour comensast en Chipre n’en Surie, avoie je oi dire a moult de gent tous jours que les heirs engendrés et nez avant que lor ancestre fust forjugié ne devroient pas estre deserités.

[25]

C’est de l’air costoier.

S’il avient que aucun heir costier, qui ne soit mie descendu de celui qui fu forjugié, requist au seignor l’eritage come droit heir de celui qui fu conqueror dou fié avant qu’il fust forjugié, le seignor peut dire que celui qui est forjugié de l’iritage deserite tous les heirs dou fié aussi bien come celui qui le vent, et qu’il entent que ce est assise ou usage ou raizon, et qu’il y a loy escrite en laqueil il contient que les apartenanz de celui qui est forjugiés de traison sont desserités en pluisours degrés. Le requeror peut dire que il est heir et estoit devant que l’autre fust forjugiés et aleger toutes les raizons que sont en l’autre chapistle devant. Assés y peut on dire d’une part et d’autre, ne je ne sai que esgart en fust onques fait. Mon entendement est que l’eir costier ne doit mie estee desirité, mais se je oisse meaus dire et le couneusse, je m’i acorderoie volentiers.

[26]

Ici orrés de ceaus qui sont ajornés a cort et ne pevent venir pour aucun essoing que il ont de leur cors.

Se aucuns est ajornés par cort et il a essoine de son cors por quei il ne peut venir a son jor, il peut faire saver son essoine et contremander son jor par .i. home de la loi de Rome, s’il y est; et s’il n’est la ou l’essoine li vient, il peut ce faire par autre home de quelque loi crestiene qu’il soit; et se il n’a crestien, l’on dit que par sarasin le peut faire. Et por quei?. Por ce que en teil leu li porroit venir l’essoine en chemin, venant au jor, ou aillors, que crestien ne se troveret la, et por ce dit l’om que par tout home le peut l’on faire.

Celui doit venir au jor devant le seignor en la cort et demander conseill et faire dire, ’Sire, tel home, qui est ajorné par court a huy de tel querele encontre teil, vos fait assaver qu’il est essoinié de son cors en teil maniere qu’il ne peut venir a son jour. Si contremande son jour par moi. Et se vous ou la cort mescreés qu’il ne soit essoiniés et que je ne soie son message proprement a contremander cestui jor, je sui apparaillié9 de faire en tout ce que la court conoistra que faire en doie.’ La court doit conoistre, selon mon avis, que le message le doit jurer de teil maniere de serement com sa loi porporte. Celui message doit saver en quel leu celui qui le mande est ajorné, et la doit venir.

Et se le seignor n’i est ne vient le jor, il doit porchacier pluisours homes lieges et faire tant qu’il viengent au leu ou cil est ajorné, et doit dire, ’Seignors, teil hom est ajornés a hui de teil querele contre teil, et se dut garder son jor. Je vous fais assaver que il est essoiné de son cors si qu’il ne peut venir et contremande son jor par moi. Et se le seignor fust en la court, je deisse ce devant lui, et se il ou la cort mescreist que il ne fust essoniés de son cors et que je ne soie son message roprement a contremander cestui jor, je en offrisse tout ce que la court coneust que faire le deusse. Et por ce que le seignor n’i est, je en trai voz a garent, qui estes court ou partie des homes de la court.’

Et se il trove ou ne trove le seignor, il doit dire en la fin que se le seignor et la court l’en croient ou mescreient, toute voie il offre a faire tout ce que la court coneistra que faire en doie.

Et encores il peut tant dire ce lesseignour y est prezent, ’Sire, jessuy message de tel’, et le doit noumer, ’que devait huy estre devant vous por oyr ce que le tel devoit dire’, et noumer le, ’et por dire a l’encontre, se l’ensoigniés ne ly fust. Sire, il vous mande par moy qu ’il est ensoigniés desson cors et a tel mal as rains qu’il ne peut soustenir ne lever desson lit; et c’il fust sain il venist volontiers a court; et il vendra si tost come il pora por dire a l’encontre de ce que le tel avra dit; et de ce suy je prest et aparaillié de faire en sairement ou autre choze, tout ensy come la court comendera ou counoistra que faire en doie, come celuy que suis son propre messagier.

[27]

Ici aprés orrés l’assise des ventes des fiés: come elle se fait.

Quant il avient que l’om se claime de dete de celui qui a fié, se il reconoist la dete en court, ou se il la nee et l’on peut prover qu’il la doit, l’on li doit comander qu’il ait cele dete paié dedens .vii. jors. Et se il ce ne fait et ceaus a qui il doit la dete ne s’en veullent soffrir, le seignor le doit gager de tout ce qu’il a, meuble et estable, sans son fié. Et se il n’a de quei il puisse paier que de fié, il doit livrer son fié au seignor en la court a vendre par l’assise. Le seignor le doit recever et le doit faire crier en .iii. cités par .iii. quarentenes qui sont .xlii. jours. Celui qui crie le fié doit dire, ’Le fié de teil qui doit teil servize: qui y vaudra metre vienge avant d’hui en .xl. jours ou de demain en .xl. jours ou d’aprés demain en .xl. jors. Et que dedens ces .iii. quarantaines n’i vendra, ja puis n’i ataindra.’ Et si dedens les .iii. quarantaines ne fait celui qui doit la dete le gré de ceaus a qui il doit, au chief de .iii. quaranteines, ou puis que elles son passees, le seignor doit livrer le fié a celui qui plus y a mis.

Et se il y a parent ou parente, d’aage ou merme d’aage, qui apartienge a celui qui vent le fié de cele part dont le fié meut, avoir le peut devant tous les estrainges, pour autant come le fié monte. Et s’il y a pluisors parens qui aver le veullent, le plus prochain le doit aver.

Celui qui acheite le fié doit estre teil qu’il puisse faire ce que le fié doit d’omage et de servize. Se le seignor dou fié doit servize de son cors come chevalier, l’achetor doit estre chevalier, fis de chevalier et de dame, et né de loial mariage, et qu’il n’ait fait choze qui ssur lui soit provee et coneue, par quei le seignor et la court le puissent reffuser par raizon. Et aucunes gens dient que enfans mermes d’aage, fis de chevalier et de dame, et feme, qui est sans mari et est aussi fille de chevalier et de dame, peut acheter, se le seignor a cui le fié doit le servize le veut. Car le seignor peut tenir, ce dient, le fié ou fuir dou servise au valet, tant que il soit chevalier, et a la feme tant qu’elle soit mariee par le seignor. Mais endreit moi ne sai je pas ne l’ai entendu vraiement que valet ne feme puist achater par l’assise, se il n’est parent ou parente dou vendor. Meis bien peut estre que ceaus qui le dient le seivent meaus de moi. Et fait a esté aucune feis, mes je ne fui onques en leu ou la court coneust que l’assise fust fornie de teil maniere d’achat.

Et quant vient au fié livrer, avant que le seignor le livre a l’acheter, il doit estre certefié par le criour de la vile ou le seignor est et par lettres des baillis des autres .ii. cités ou par autre garentie, qu’il ait esté criés as .iii. cités et que les .iii. quarentenes, qui montent .xlii. jors, soient complies. Et en l’ore que le fié se doit livrer, il doit estre crié par la vile as leus ou plus a de gens et ou plus en repaire et doit estre crié en la court. Le criour doit tenir .i. baston en sa main et doit dire les deuz mouz derains. Et quant il ne peut plus motir, il doit livrer le baston en la main dou seignor, et celui qui seignor estoit dou fié doit jurer sor la sainte evangile qu’il ne autre por lui n’en a meuble ne estable a covert ne a descovert, ne autre choze de quoi il puist paier cele dete que de son fié qui est crié a vendre par l’assise. Et quant il a ce juré, se le seignor, qui a juré de tenir et faire tenir les assises, veaut faire que sage, il peut comander a la court que elle li coneisse se l’assise est fornie de cele vente et de celui achat selon les erremens que ont esté. Et se il ne le veaut faire, l’acheter le doit faire ou faire le faire, s’il est sages le seignor le peut segurement livrer et l’acheteur recever. Et maintes fois est avenu que l’on n’en faisoit riens et que le seignor le livret si tost come le vendor aveit juré. Le seignor le doit livrer et en doit saizir l’achator par le baston dou criour et doit recever son homage et en doit faire previlige a l’achetor. Et se le vendour a previlige, il le doit livrer a l’achetour. Ensi se peut vendre fié par l’assise devant bail come devant seignor. Et s’il y a plus en l’assise, je ne sai ou ne m’en menbre.

[28]

Ici orrés quels pevent porter garentie en court et quels l’on puet oster dou jugement par cort.

Les gens qui ne pevent porter garentie en nostre court encontre Frans si sont toutes les gens qui ne sont de la ley de Rome, et tous forjugiés, et tous parjures, et tous ceaus qui sont fei mentie, et tous chanpions vencus, et tous ceaus qui ont Dieu reneié et devindrent d’autre lei, et tous ceaus qui ont servi sarasins et autres gens mescreans contre crestiens a armes plus d’un an et .i. jour. Et aucunes gens dient que ensi est il des Latins qui servent les Gres contre les Frans, mais ce ne sai je mie de veir. Et tous ceaus qui ne sont nés de loiau mariage aussi, et tous sers de quelque lei qu’il soient, et tous ceaus qui ont esté de religion et sont venu au siecle, se il n’ont laissé lor religion par le jugement de sainte yglize.

Mais encontre Gres et Suriens et tous autres crestiens qui ne sont de la ley de Rome pevent porter garentie les gens de leur lei, s’il ne sont entechié des vices dessus motis, et tous ceaus qui en sont entechié perdent vois en cort, se l’om les en viaut oster.

Et .iii. manieres de gent les en pevent oster de la court, se il s’aseient au jugement. L’un des .iii. si est le seignor, se il ou son ancestre ne l’a mis en cort; l’autre si est la court meisme qui peut dire a celui se elle veaut: ’Ostés vous de ci, car vous n’estes mie nostre per’; le tiers si est celui de qui est la querele: celui peut venir en la court et dire: ’Ostés vous de ci, car vous n’estes mie mon per, ains estes teil, et por ce ne me devés jugier; et je pri et requier a mes pers, qui ci sont, que il ne seuffrent ne consentent que vous ensenble avec ceaus me jugiés’.

Et ce que est dit dessus peut avenir quant la court est a esgart, mais en plaidant s’en peut cil delivrer de cui la querele est, se il veaut, et de tous ceaus qui sont entechiés des vices dessus motis. Mais il couvient qu’il motisse le vice a point, et que il l’euffre a prover. Et bien peut estre qu’il a plus ou mains en ce que est desus escrit, mais de plus ne me souvient or por mains: et ce est ce que je en ai entendu et que je en cuit.

[29]

Se le fié escheit a aucun hair qui ne soit fis ou fille de celui et de cele qui est mort saisi et tenant de celui fié, tiel heir doit venir devant le seignor et requerre au seignor la saisine, disant: ’Sire, je sui venus devant vous come devant seignor, et vos fai assaver que Dieu a fait son coumandement de teil qui m’apartenoit en tel degré de cele part dont le fié muet. Celui fié qui fu sien m’est escheu, pour ce que je sui descendu de celui qui le fié conquist.’ Et se il avient que ce seit trop anciene choze dou conquest dou fié, il porra dire que il est descenduz de celui qui fu seignor dou fié et l’ot et tint. Et doit dire que, se le seignor l’en mescreist, il est prest dou prover tout aussi come la court esgardera que l’on doit prouver parenté, et, ce faizant, il requiert et veaut aver la saisine, se la court l’esgarde.

Et se la court n’esgardast que por tant le deust aver, il iroit a son conseill et diroit tant que sa raizon avroit. Et s’il avenist que le seignor vausist maligner et tenir le fié - ce que ne sera ja, se a Dieu plaist, ne je ensseigner ne veull - moult y peut aver d’eschampes et de fuites. Mais ce que le seignor peut dire se il entent par raizon ou par semblant de raizon: die qu’il n’entendoit que celui fust onques heir de celui que le requeror a vee a son ancestre, et, se il avient en aucune maniere que il l’ot et tint, il ne l’ot de seignor en maniere qu’il peust ne deust venir ne escheir a celui qui le requiert; et a ce qu’il offre a prover le parentés, le seignor peut dire que il n’a mie ores grant talent de saver le linage de celui. Mais s’il fust prové que le fié eust esté doné a celui qui le requeror a nomé en maniere que il deust escheir au requeror, et se il fust prové qu’il fust descendu de lui si com il dit, adonc, quant leus et tens seroit, le seignor respondroit au parentés si com il devret. De toutes chozes dessus dites et de chascune par sei, l’une aprés l’autre, peut le seignor requerre esgart et dire que por tant veaut demorer en pais, se la cort l’esgarde, et tous jors metre retenail.

S’il avient que le requeror set garni de previlige ou de recort de court dou don qui fu fait a son ancestre, ou de recort que l’on ait veu son ancestre saisi et tenant et usant come de son fié, c’est assés. Car le recort de court vaut par les raizons qui sont dites la ou l’on me fist les questions.

Et se il avient que le requeror ne soit garni de previlege ne de recort dou don ne de recort de la teneure dou conqueror dou fié, por ce se il ot previlege que il ait perdu, ou est ou pooir de tel dont il ne le puet avoir a son besoing, ou se il n’out onques privilege fait de celui fié, si com il avint au conquest ou l’en dona mains fiés sans previlege, et aprés est avenu ce meisme souvent, ou se le don n’est si ancien que les homes lieges de celui tens soient tous mors, ou se la teneure dou derain des ancestres dou requeror soit si anciene que il n’en peust aver recort de court, il peut dire au seignor, ’Sire, celui ou cele qui tenoit et aveit cestui fié, de qui Dieu a fait son coumandement, si m’apartient en tel degré de cele part dont le fié muet, et je sui prest de prover les parentés si come il est dessus dit. Et il est us ou assise ou raizon que le plus prochain heir aparant de celui qui a eu la desraine saissine dou fié doit aver cele meisme saissine, selon l’usage dou reaume de Jerusalem. Et bien est veir que les dons de Chypre sont as heirs de feme espouze de celui a qui l’on done le fié; et ce est le cours des dons des fiés de Chypre. Dont je, provant les parentés dou darain qui morut saisi et tenant de cestui fié, veull aver la saisine, se la court l’esgarde.’ Et se la court esgardast que pour tant ne la deust avoir come il a dit, il iroit a son conseill et diroit tant que sa raison avroit, et metre i retenail.

Se teil fait avenist au royaume de Jerusalem, je entens que riens ne vaudroit au seignor tout ce qui est dit dessus: se le requeror peust prover, si com il est dit devant, par previlege ou par recort de cort, le don dou conqueror ou la teneure dou desrain qui morut saisi et tenant, provant les parentés, si com il est dessus devizé que l’on doit prover parentés, aver devroit la saisine, se celui, qui devant tient le fié et la saisine, ne fist choze dont li fiés soit perdus par assise ou par usage, ou se le seignor ne peust prover par recort de cort que celui qui en morut et saisi et tenant avoit eu le don en sa vie sans plus.

Et se le seignor veaut dire, ausi com il est dit dessus, que non place Dieu, que cestui fié fust doné en teile maniere que il doie venir ne escher au requeror, cil qui requiert peut dire, ’Sire, coneue choze est que le cours de la coumunauté des dons des fiés de Chypre sont as conquereors et a lor heirs de feme espouze, et je qui sui prest dou prover que je sui de ceaus heirs, si com l’on doit prover parentés, veull por tant aver la saisine, se la court l’esgarde; et metre retenaill. Et se vous volés dire que cestui don fust doné autrement que selon les cours de la coumunauté des dons de Chypre, je di, sauve soit vostre honor, que non place Dieu.’ En cest endreit entens je par le cors et par l’usage que le dit dou seignor ne vaut rien, se il ne preuve par le recort de cort, si com il est dessus dit, ou par previlege qui soit au poeir et en la garde de l’home, et qu’il en use ou ait usé en cort a son bezoing. Car veir est que le previlege de l’home porte garentie contre le seignor pour son seel qui y pent, mes contre l’ome ne porte il nule garentie de choze qui seit toute encontre l’ome. Mais se previlege est de dons ou de covenans, et le previlege est o poeir et en la seignorie de l’home, et il en ait usé a son besoing, s’il y a aucune choze queseit au profit dou seignor et au damage de l’ome, aussi bien doit estre estable contre l’oume, comme le don et le profit de l’ome doit estre encontre le seignor, por ce que il est en la garde de l’ome.

S’il avenist que aucun houme eust cele maniere de saisine com il est dit dessus, et il eust prové que il fust le plus prochain et le plus dreit heir aparant que en la cort fust, ou s’il avenist que le seignor sans plait l’eust mis en telle maniere de saisine come le plus dreit heit aparant, et uns autres plus dreit heir aparant de celui i venist devant le seignor en la cort et requesist au seignor meismes la saissine de son fié, et le seignor vauzist eschamper, dizant qu’il n’a ne tient celui fié et qu’il li fornira dreit de celui qui le tient, ja por tant celui qui requiert come plus dreit heir aparant de l’autre ne se partira dou seignor, se il veaut, par raizon; mais bien doit aver le seignor un curt respit de faire venir en la court celui qui le tient por oir qu’il dira. Et se le seignor le vausist autrement faire, le requeror, offrant a prover les parentés come le plus dreit heir aparant, peut dire que il ne se veaut partir dou seignor, se la court ne l’esgarde, et mete retenaill. Je entens que la court esgardera que il ne se doit partir dou seignor.

Et s’il avenoit puis que aucun seret saisi de teil maniere de saisine si com il est dit dessus, ou com le plus dreit heir, et que la saisine fust faite par esgart de court, et un autre venist aprés devant le seignor et dist, ’Sire, teil home que vous avés mis en saisine de teil fié n’i a dreit, et les garens qu’il amena devant vous porterent fausse garentie, eseurté de ce que l’om dit en garentie des parentés n’a nules tornes de bataille. Et ce peut estre entre seignor et home, mais d’un home a autre n’est il mie ensi. Mes je sui le dreit heir, ou le plus dreit aparant, et de ce sui je prest a prover tout enssi come la court esgardera. Et se je fusse esté present quant les faus garens distrent lor dit, je en eusse l’un levé. Et s’il veulent maintenir leur faus dit, encores sui je tout prest de lever l’un d’eaus et de monstrer li par bataille que il est faus et parjure.’ Por tant doit bien faire venir le seignor l’autre partie fornir li droit par cort, se il recever le veaut, et se cil dit qu’il ne se veaut partir dou seignor. Le seignor peut respondre que tout ce que il en a fait a l’autre fu par esgart de cort, ne a cestui ne veaut il respondre autre choze que de lui fornir dreit de l’autre qui en est son home et saisi par esgart, se la court ne l’esgarde. Cestui esgart cui je bien que le seignor desrenera. Et se le requerant se claime de celui qui est en la saisine, le saisi peut respondre que il prova les parentés si come la court esgarda, et que sa garentie fu fornie et parfaite quant ses garens orent juré enterinement, et que, aprés ce que garens ont juré, dou tout n’en peut l’on nul lever ne torner par bataille, et que il desrena sa querele par esgart de court sans retenaill. Le requeror peut moult de chozes dire, et moult peut aver fort plait selon la soutillance des conseillers et des juges.

Et le seignor se doit moult garder au coumencement qu’il ne receve l’omage de nul requerant que sans ses dreis et les autruis, et que il ne receve garentie des parentés, se les garens ne sont coneus et de loial renon, ou se ce n’est de choze coneue et manifeste, ou se esgart de court ne le constreint.

Mais s’il aveneit quant le premier requeror fait sa requeste de la saisine et offre a prover les parentés, que .i. autres venist avant et dist au seignor, ’Sire, ne place Dieu que cestui qui requiert ceste saisine apartienge a celui qui fu seignor dou fié, mais je sui le dreit heir aparant dou fié, et ce sui je prest de prover tout ensi come la cort esgardera’, le premier peut dire que il offri sa preuve avant, et por ce veut qu’elle voist avant, se la court l’esgarde. Queque l’autre die, je cuit bien que la premiere preuve ira avant.

Et quant les garens vendront avant por jurer, si tost come il s’agenoilleront por jurer, celui qui dit que le premier requerant n’i a dreit peut venir avant et saisir par le poing destre le garent qu’il en veaut lever et torner par bataille, et dire, ’Je t’en leve come faus et parjure, car en toi ne demeure que tu ne t’esparjures.’ Le garent le peut desmentir et dire que en garentie de parentés n’a nule torne de bataille, et pour ce ne s’en veaut prendre a lui, se la court ne l’esgarde, et metre retenail. Et cil meismes de qui est la querele doit bien dire que il ment de ce que il dit que il n’a dreit en la querele et que il apele son garent faus, mes son fié et s’eschete ne deit il requerre que a son seignor, ne le parentés prover; que au seignor ne prove de parentés ne d’aage n’a nules tornes de bataille. L’autre peut dire, ’Sire, je dis voir, et il ment, et ses garens sont faus, et je sui prest de prover le mien parentés par .ii. loaus garens de la loi de Rome et teis qui bien se deffendront et conbateront, se il ne autres lor met sus fauceté.’

Et forte choze sereit se une grande eschete escheist a .i. home, et un autre plus fort et plus riche de lui par malice pourchasast faus garens por loer ou por amistie, disant lour et assegurant que garens de parentés ne peut l’om lever ne conduire a bataille, et l’autre, que sereit dreit heir aparant et averet loiaus garens qui vaudroient fornir garentie et eaus deffendre, se l’om lor mist fauseté ssus, que celui perdist sa querele por ce que celui se seroit hasté d’offrir ses faus garens avant qu’il peust offrir les siens, ou, par aventure, avant qu’il seust que l’autre fesist sa fause requeste et por tant veaut lever le garent et conduire a bataille, se la court l’esgarde, disant et moustrant au seignor et requerant qu’il les garens ne receve de la querele qui est soe et non dou seignor. Car ce n’est mie de choze que l’on die, ’Je ai gregnor droit que tu ne as’ ; ce est choze que l’om dit, ’Je ai dreit tout outre et l’autre neent’. Le premier requerant peut dire que il ne se veaut partir dou seignor, et tout ce qui est dit devant et autres plusors chozes peut dire l’un et l’autre. Et selonc ce que chascun sera plus soutillement conseillé, se poent pozer ssur esgart et metre i retenaill.

Et je vous di que je ne oi onques esgart de teil choze, mes moult me semble fort, et grant perill y a se teil querele fust et il avenist que les .ii. fussent requerant en la presence de la court, disant les paroles devant dites, que le seignor peust recever les garens en maniere que il n’i eust tornes de bataille, puis que la querele et le profit et le damage n’est mie dou seignor, se ce est fait avant que court ait fait esgart que garentie seit fornie ne saissine faite.

[30]

Se il avenist que Dieu feist son coumandement d’aucun home qui eust fié, et le seignor saisist le fié et le tenist un tens sans ce que nus le requist, et aprés, par tens ou tart, le donast a aucun ou l’encombras en aucune maniere, si que autre l’eust et tenist en fié ou autrement, et il avenist par tens ou tart que aucun apartenant de celui de qui fu le fié venist devant le seignor et le requis: au seignor, et le seignor vozist dire que il n’a ne tient le fié, ne a lui ne veaut respondre pour ce que il ne l’a ne tient, que tant soulement qu’il li fornira dreit de celui qui le tient, le requeror peut respondre qu’il ne veaut ne deit requerre son fié que au seignor, car il y a son fié enpechié, et li deit delivrer. Se il de ce se posent ssur court, je cuit bien que la court esgardera que le seignor li doit respondre.

[31]

Se il aveneit que aucun home dou seignor, qui ait fié heu et tenu longement, il ou ces ancestres, et son fié a esté coneu et usé, et aprés avenist que il eust terre ou autre choze de noveau et en usast come de la soie choze, et de cele novele choze n’eust previlege ne recort de court de don de seignor, et il avenist que le seignor li requist celle choze et dist qu’il n’entent que ce soit de son fié, et son fié est bien coneu lonc tens a, l’ome peut respondre au seignor, ’Sire, sauve soit vostre henor, ce est de mon fié, et je l’acueil et atrai a mon fié et sui prest de prover ausi come home doit prover vers son seignor, tout aussi come la court esgardera que prover le doie. Et a ce que vos dites que mon fié est coneu lonc tens a, sovent est avenu que l’on creist le fié, et que les seignors donent plusors chozes et acroissent par parties sans previlege et sans recort de court por les chozes qui sont petites, et aucune feis a l’on previlege ou recort de cort, et l’on pert le previlege et le recort faut par obli ou par mort, mais bien fait a croire que l’ome qui deit fei au seignor ne tient pas ce que fu dou seignor, se il ne l’a dou seignor resnablement’. Le seignor peut dire que il de cele choze ne fist onques don ne vente, ne son ancestre que il sache. Assés peut dire l’un et l’autre, mais selonc formel de plait, que qu’il dient, se ce est posé ssur esgart, je cuit que la cort esgardera, se l’oume veaut jurer sor sains de son poing destre, que ce est de son fié, por tant li remendra si com il l’a et tient, sauf ce que les homes lieges dou seignor, qui seront present au serement, en pevent dire ou faire par assise ou par usage.

Mais bien se gart l’oume d’une choze, se il a en la court, quant il fera le serement, aucuns des homes lieges dou seignor qui sache ou veulle dire qu’il seit bien que ce n’est mie dou fié de celui, ains li fu preste ou apauté ou baillie en aucune maniere, non mie en fié, se celui qui se vaudra dire vient avant, si tost come l’autre sera agenoillié por jurer, et il l’en lieve par le poing destre, et die, ’Je t’en lieve come fei mentie vers mon seignor, et te tien come parjuré, car en toi ne demore que tu ne te parjures. Et ce sui je prest de prover et mostrer de mon cors contre le tien, tout ausi com la court esgardera, et au jor que la court esgardera et nos donra.’ Se enssi est fait, je entent que la court esgardera que la bataille sera des .ii. ou de champion, se aucun d’eaus est mahaingié ou a passé aage de .lx. ans.

[32]

Ici orrés de ceaus qui requierent a leur seignor l’amermement de luer fiés.

Se aucun des homes dou rei ou d’autre seignor est mermé de son fié, de sa paie ou d’autre choze que le seignor ait et tienge sans esgart de court, ou sans usage ou sans assise ou sanz conoissance de court, il doit requerre a son seignor ce de quei il est mermés de son fié amiablement, et s’il por tant nel peut aver, il doit venir en la court et requerre conseill et faire dire par son conseil ce que vous orrés aprés. Car trop fait grant folie cil qui dit en court de sa bouche et especiaument contre le seignor. Car ce que l’om dit ne peut l’on amender, mais a ce que conseill dit peut l’on amender devant jugement, se l’on n’a otreé ce que le conseill a dit. Le conseill deit dire, ’Sire, tel qui ci est vous requiert, et je pour lui, que vous le faciés paier de teil quantité qu’il entent que vous li devés, ou de teil choze que vous aveis qu’il entent qui soit de son fié, et de tant entent il que il est mermé de son fié. Et se vous ensi ne l’entendés, il vous prie et requiert come a son seignor, que voz le facés enquerre et esclazir et delivrer son fié.’ Se le seignor dit qu’il l’enquera, le conseill dou requeror doit dire, ’Sire, quant coumandés vous qu’il revienge devant vos?’ Le seignor sans faille doit dire, ’A teill jor.’ Et se le jor est couvenable, l’ome le doit souffrir.

Et quant le jor sera venu ou passé, il doit revenir devant le seignor, s’il n’est paié, et doit faire requerre sa paie, dizant que le jor est passé. Se le seignor veaut dire qu’il l’avoit oblié ou que il ne le peut aver encores esclarzi, et il ssur ce en demande .i. court respit, aver le peut. Et se le terme passe, et l’ome vient avant en la court, il peut faire dire, ’Sire, je vos ai faire requerre ma paie en teil choze que est de mon fié amiablement, premierement hors de court et aprés en court, par pluisours feis. Sire, vos en avés heu plusors respis, et de ce en trais je bien la court a garent.

De ci en avant il peut conjurer et semondre son seignor aussi com voz orrés aprés. Et ce covient il qu’il die de sa bouche, et son conseil li peut dire belement en l’oreille mot a mot, car nus ne peut conjurer son seignor par autrui que par soi meismes. Le requerour doit dire, ’Sire, je vos ai requis teil choze que est de mon fié, et vous en ai deporté tant com je dui, et plus selon mon entendement; des ores ne vous en veull plus deporter, dont je vous pri et requier et semon et conjur, come mon seignor en quanque je puis et dei, que vous de huy en .xv. jours ou de demain en .xv. jours ou d’aprés demain en .xv. jours m’aiés paié et delivré de ce que je vous ais requis. Et de ce trai je la cort a garent.’ Les .iii. quinsaines sont .xvii. jours.

Se les .xvii. jours passent sans delivrance, il deit revenir en la court; et bezoing y est que il y ait plusours de ceaus de la court qui y furent au comencement, et que il sachent que les quinzaines soient passees. Adonc doit dire, ’Sire, je vous semons et conjurai et requis, si com la cort l’entendi, que vous m’eussiés delivré ce dont je sui mermé de mon fié par les .iii. quinzaines qui sont passees, et vous ne l’avés fait. Dont je vous pri et requier et semons et conjur, come mon seignor en quanque je puis et doi, que vous de hui en .xl. jours ou de demain en .xl. jours ou d’aprés demain en .xl. jours m’aiés paié ou delivré ce que est de mon fié, et de ce trai je la court a garent.’

Se les .iii. quarantenes passent sans delivrance, que sont .xlii. jors, le requerant peut venir en la court et dire ou faire dire que, pour tant com il a requis et semons et conjuré son seignor de ce de qu’il est mermés de son fié, le seignor, si com il entent, est tenu de lui delivrer, et veaut que por tant le face, se la court l’esgarde ou conoist. Et se le seignor ne peut dire ou moustrer par raizon a l’encontre de ce por quei il demeure, la cort peut bien esgarder et conoistre que assés en a fait le requerant, et que sa paie ou la delivrance de ce de quei il est mermés de son fié doit aver sans delai.

[33]

Quant la cort a ce esgardé ou coneu, le requerant sera a chois de .ii. chozes. L’une si est qu’il peut dire ou faire dire en la court, ’Coneue choze est par les erremens qui ont esté, que la cort a esgardé que je par usage ou par assise ai mon seignor mené a ce que je doi de ce que je sui mermés de mon fié, et que il me doit paier et delivrer sans delai. Laquel choze il n’a encores faite. Dont je par l’assise, se elle y est, ou par l’usage dou servize que je li doi de cestui fié guage mon seignor, et de ce trai je la cort a garent.’ Et enssi peut on gaiger renablement son seignor de son servize, et jusqu’à l’oure que il li ait ce delivré, il ne li fera servize de son cors ne de compaingnon, se il le deit, de celui fié, ne hernés ne doit tenir, se il ne veaut. Et quant le seignor li rendra ce que il li deit de son fié, il covendra que il li rende la quantité dou tens qu’il n’a servi puis qu’il le guaga, com il fera la quantité dou tens que il servet, se il peut aver recort de court de ce qui est dessus dit.

Mes por ce que tens esloingne et court si oblie plus tost pluisours chozes que une soule, se il fait que sage, quant les .iii. quinzaines et les .iii. quarantenes seront passees et il veaut guager son seignor dou servize, il dira ou fera dire que, por tant com est avenu, il veaut guager son seignor de servize, se la court l’esgarde ou conoist que faire le puisse ou deie. Et se la cort fait esgart ou conisance de ce, legierement sera recordé, se besoing est, et l’ome sera hors de perill. Et se le seignor seuffre .i. an et .i. jor aprés ce que l’ome l’avra guagié si resnablement, com il est dit dessus, qu’il ne l’ait delivré enterinement de ce de quei il est mermés de son fié, il peut s’il veaut forpaiser, ou servir s’il veaut autre seignor en la terre ou il est ou en autre sans mesfaire au seignor. Et couvendra que il seit en la fin paié aussi bien dou tens qu’il n’a mie servi come dou tens qu’il avra servi le seignor ains que il le guagast dou servize.

[34]

En ce peut aver grant damage le seignor et l’ome profit, se il tient grant partie de son fié et est mermés de poi.

Et se il est mermés dou plus, et l’ome ne veaut sivre ceste maniere dessus dite, il se doit et peut prendre a l’autre qui est desous devizee. Tantost come l’esgart est fait que le seignor le doit delivrer son fié et de ce dont il est mermés sans delai, se le seignor ne li fait, il peut prier et requerre et semondre et conjurer ses pers, que il constraingnent le seignor que il li tiegne ce qu’il ont esgardé, et que il face a celui qui est lor per ce que faire li deit par lor esgart. Et se le seignor ne le fait, il le devent guager de lor servise jusques a l’oure qu’il ait parfaitement forni lor esgart.

Et par la foi qui est entre seignor et home, l’ome ne doit riens faire de tout ce que est dessus dit, se il n’entent certainement qu’il le puisse faire leiaument. Et se le seignor entent que son home li requiert raizon et il a pooir de l’amender, il ne deit nient souffrir ne atendre ce que est dessus escrit, ains le deit delivrer tantost por sa fei aquiter. Et s’il n’a poeir dou delivrer, il nel deit encombrer par point de plait, ains deit souffrir que l’ome parveigne a sa raizon et a son profit par les assises et par les us, ou il deit requerre fin, s’il la peut trover.

Mais au comencement de la requeste, ains que il soit semons ne conjuré, il se deit travailler de saver la quantité certainement; et se l’ome requiert outrage, il le peut faire esclarzir en la court, et le seignor y avra honor, et honte l’ome. Et se il avenist que l’ome se hastast de conjurer son seignor avant qu’il l’eust requis, si com il est dit devant, ou avant que la quantité fust esclarzie, se il veaut, il se peut tantost clamer de l’ome a lui et a sa cort et dire que il entent que l’ome le semont et conjure autrement qu’il ne deit, come celui qui devant ne l’avoit requis si come il deust, et qu’il l’a conjuré de ce qui n’est conue ne esclarziee, ne par lui n’est demoré que ele ne le seit mise sus; dont il veaut aver tel raizon come la court esgardera que aver l’en doie. L’ome peut respondre que il l’a fait a boune fei, come celui qui entent estre certain que l’on li deit, et peut dire que la dete de lui qui est fievé est tous jors provee.

Et se le seignor veaut dire que il entent que l’ome est paié par bailli ou par apautor, il le deit prover par apodixe ou par garens covenables. Et se la paie est faite devant le grant bailli et devant les escrivains en la secrete, se est assés.

[35]

Quant le seignor et l’ome avront dit tout ce que est dessus escrit, se il se metent sur cort en esgart ou en coneissance, se il est ensi que l’ome ait semons et conjuré son seignor avant que il l’ait requis en court son seignor par plusors foiz de ce de quei il est mermés de son fié, si com ils dit au coumencement, je entens que la cort dira que son conjurement est nul, et que de ce ne feront il ja recort ni esgart ne coneissance encontre le seignor, jusques a l’ore qu’il l’ait amendé au seignor, et qu’il l’ait requis tout avant sans semondre et conjurer si com il deit. Et l’amende que le seignor en deit aver, si come je entent, si est tele que l’ome se deit agenoillier devant le seignor en la cort, aveuc tans de ses amis com il porra aveir ileuc, et li deit crier merci, et dire par la fei que il li deit qu’il l’entendeit qu’il le peust faire resnablement, et por ce que il entendoit estre certain de la dete, et qu’il nel fist a son ensient por l’amermement dou seignor. Et adonc doit prier tous ses pers que il deient prier le seignor qu’il li pardoinst. Et il l’en doivent prier, et il li deit pardoner ce que il le conjura avant qu’il li eust requis en cort sa dete plusors feis sans semonse et sans conjurement.

Et se il avient qu’il peust estre prové, si com il est dit dessus, que l’ome ait esté paie de la quantité, dont il ‘a conjuré son seignor, ou de partie, il perdra l’une partie pour l’autre, se le seignor veaut.

Et pis y a encore. Que se il a en la court aucun des homes dou seignor qui vozist celui grever, il li peut metre sus et dire que il est foi mentie vers son seignor et que il li volet tolir le sien, come celui qui li a requis en court ce qu’il ne li deveit et l’en a semons et conjuré autrement qu’il ne deust, et en lui n’est demoré que il n’ait le seignor disfamé, car il n’est pas henour au seignor quant il ne paie ses homes sans conjurement. Et se il veaut dire que il ne saveit ne entendeit qu’il fust paié, et que celui ment mot a mot de tout ce que il li met sus, l’autre peut dire qu’il dit voir et celui ment, et que il est prest de moustrer li de son cors contre le sien tout ensi come la court esgardera, et quant ce. Se l’autre se veaut deffendre franchement et il offre son cors si come l’autre, et il tendent andeus lor guages, le seignor peut bien recever les guages, se il veaut, et la court peut bien esgarder la maniere de la bataille et le jor.

Mais se le seignor veaut, il peut bien resnablement desfaire celle bataille et cortoisement peut paier les .ii.; car il peut dire a l’apelour, ’je enten bien que tu, por ta fei aquiter vers moi et por mon profit, as ce dit et offre come celui qui cuide bien que ce soit veir. Et je entens bien que celui qui me demanda ce de que il est mermés de son fié le fist a bone fei, por ce que il entendeit enssi, et je vous tiens andeus a preudes homes et loiaus. Et coument que ce soit, la querele est moie, et le profit et le damage, se il y est. Et nus ne se deit combatte d’autrui querele, se le segnor de la choze ne veaut.’ Ensi peut li sires desfaire la bataille avant les guages dounés, ou aprés, se a lui plaist. Et ensi le doit bon seignor faire, ce me semble se il n’entent certainement que son home soit vers lui mesfait. Et au coumencement de l’apel peut bien celui qui est apelez eschiver la bataille, se il veaut; s’il ne laisse por doute de honte, il peut dire que il ne requist a son escient que ce que son seignor li deveit, et peut desmentir l’apelor mot a mot de quanqui li a mis sus, et neier et deffendre, et dire que il est prest de neier et deffendre tout enssi come la court esgardera que neier et deffendre le doie. Et se il enssi le fait, la cort n’esgardera ja que bataille y ait, selonc mon escient.

[36]

Ici orrés autre maniere de conjurer son seignour.

Autre maniere de conjurement y a que plusors homes ont fait maintes fois as seignors: ’Sire, vous me devés tant ou teil choze qui est de mon fié’, ou ’vous me faites teil outrage de teil choze’, ou ’vous ou vos gens; et de tant sui mermés de mon fié.’ Aucun l’ont dit enssi. Et aucuns disoit, si com j’entens, ’Dont je vos pri et requier et semons et conjur come mon seignor, par la fei que vous me devés, que vos, ains que vos mangiés ne beveis’, ou ’ains que vous parteis de caens’, (et teil y a qui dit, ’ains que vous remués vos piés’, ou ’ains que vous partiés de cest palais ou de cest pais’), se le seignor est sur muete, ’me facés delivrer, ou paier, ou amender, ou rendre ce que est de mon fié.’ Teil conjurement est moult chaitif et outrageus; mais toute voie le seignor, par sa fei garder, se sa conscience li done que l’ome le requiere dreit, il ne deit regarder a l’otrage del home, ains li deit amender et faire sa requeste maintenant, se il peut, et, se il ne peut maintenant, il le deit requerre respit covenable, et l’ome li doit doner.

Et se le seignor n’est cleir de la requeste, il li peut demander respit covenable d’enquerre et esclarzir le fait. Et il deit aver respit. Et se le seignor entent vraiement que son home li requiert tort, il se peut clamer de lui, si come il est dit en l’autre chapistre dessus, et avra l’amende motie, se l’ome ne li aveit faite la requeste de cele meisme choze en cort, si com il est dit devant, ainceis que il le conjurast. Et de teil maniere de conjurement ou il n’a quinsaines ne quaranteines, ne peut l’ome guager son seignor de servize, ne conjurer ses pers qu’il le guagent.

[37]

Un autre maniere de conjurement y a que l’ome peut faire au seignor. Quant .i. home est menacé ou en perill d’aucun content que il a a aucun autre riche home ou povre, il peut venir devant le seignor et dire li, ’Sire, teil home me menace’, ou ’je sui en teil peril; et je entent que je ai dreit et celui tort, et sui prest que par vous qui estes mon seignor, ou par vostre court, ou par vostre comandement, ou par mise de bone gent, en soie a dreit tout enssi com vous comanderés. Et ce faisant, je vous pri et requier et conjur come mon seignor, par la fei que vous me deveis, que vous de ce me faites asseurer et me maintenés a dreit selonc vostre poer.’

Je enten que le seignor li deit respondre qu’il enquerra celui fait, et que il l’adrecera, s’il peut, ou par paiz ou par aucunes des manieres qu’il li a offertes. Et se l’ome veaut ce faire qui li a offert, et l’autre home est dou seignor, il deit bien requerre l’autre que il l’asseure et en receive dreit par aucunes des manieres desus dites, et li deit faire grant deffense que il outre ce rien ne face. Et se rien en avenist ssur ce, il en deit faire curiousement quanque il porra par sa court. Et s’il n’est son home, il deit maintenir celui qui est son home et deffendre le en bone fei, se il ne defaut de ce qu’il a offert au comencement, ou s’il n’est plus tenu a celui a qui il a plus a faire.

[38]

Des conjuremens que les homes font as seignours.

Tout ce que est desus escrit des conjuremens que les homes font as seignors dou fait de lour fiés, et la force de toutes les paroles dessus dites, devisa et dist le preudome mon seignor de Baruth le vieill .ii. feis, l’une aprés l’autre en la plaine court devant le rei Henri ou grant palais et bas, et la out plusors plaideours qui tous s’acorderent et distrent qu’il entendeient que tout ensi esteit veir com il le retraist. Ce sont les tesmoins que y furent: messire Guillaume Visconte, messire Herneis, messire Renaut Forsson, messire Pol de Naples, sire Phelippe le Beau, sire Raymon de Conches, qui estoit moult sages borgeis, et qui veneit et plaidoit moult souvent en la haute court. Et je y fu qui l’oi et entendi tout enssi. Et pluisours feis mis je puis mon seignor a raizon d’aucun de ces poins, et il, qui Dieu face veraie merci, dist et enseingna volontiers son avis, et me souvient bien por que ce avint. Car le rei et li home liege avoient juré a tenir les us et les assises dou royaume de Jerusalem, et le rei esteit povre et avet moult despendu au siege de Cherines et devoit a ses homes, qui ont les assises, et a ceaus, qui ont les esteveirs, et l’om li requeroit moult de detes dou tens de sa mere. Et pluizors gens, qui avoient entendu que l’oume peut conjurer son seignor, selon l’usage dou royaume de Jerusalem, de ce dont il est mermés de son fié, veneient en court et le conjurerent et ne saveent coment. A cele feis avint que sire Guillaume Raimont vint devant le rei en la court et une grant amassce de gent o lui, dont aucuns furent chevaliers et le plus sergens, qui avoient estovers a court. Sire Guillaume, qui cuida bien faire, conjura le rei et le semont por lui et pour les autres. Adonc se leva mon seignor de Barut et dist, ’Messire Guillaume, le rei se peut moult loer de vos et de tous les autres, et especiaument de vous, qui l’avés aussi come norri, pour quoi il n’a talent de vos prendre a point ne de vos grever. Mais, sauve soit vostre henor, il senble que vos ne savés mie bien les us ne les assises dou royaume de Jerusalem, et je, qui moult me lo a Dieu et a tout le siecle de vos et des autres homes le rei, vous retraira volontiers en cest endret ce que je entens et ce que je ai oi et seu par le re Aymeri, qui moult en savet, et par messire Rau de Tabarie et par autres sages gens plusors. Et se je y faill ou ai riens oblié, il y a saens pluisors sages homes qui y amenderont et en diront ce qu’il entendront.’ Quant il ot ce dit, sire Guillaume Raimont et toute la court l’en mercierent moult, et sire Guillaume s’agenoilla devant lui, et il l’en leva moult cortoizement. Adonc avint en la plaine court, et par .ii. feis, l’une aprés l’autre, dist tout ce que est dessus devizé.

[39]

Ici orrés coment l’on doit conjurer ses pers.

Vous avés oi les semonces et les conjuremens que l’om peut faire au seignor quant il est mermés de son fié. Aprés orrés coment et de quei home liege peut requerre et conjurer ses pers. S’il avient que l’ome requiert au seignor escheite qui escheue li seit ou aucune autre requeste et en la fin de sa parole en requerre esgart, et le seignor le delaie en aucune maniere et ne se prent a l’esgart de l’home que il a premier requis, et l’ome li requiere par pluisors feis, se le seignor sur ce par aucun point le defuit, l’ome peut bien requerre et conjurer ses pers qui sont en la court, que il deivent prier et requerre le seignor si destretement com il pevent et deivent, qu’il li face aver son esgart premier requis, et que il le maint raisonablement par sa court com son home et leur per. Et li home liege en deivent requerre le seignor tout enssi come lor per les en a requis.

Et s’il a en la cort poi d’omes lieges, celui qui requiert peut aler hors de la court et assembler ses pers la ou il porra. Et se il ne les peut assembler, il peut aler a chascun la ou il le trovera, et requerre et conjurer les come ses pers que il veignent en la court prier et requerre au seignor qu’il entende et escoute sa requeste et le maint a dreit par esgart de sa court, et, s’il li a requis esgart, qu’il li face aver son esgart premier requis ou li fornisse dreit par l’esgart de sa court. Et ses peirs le deivent faire tout enssi sans faille. Et s’il avenist que le seignor ne l’escoutast et par lor esgart et par lor coneissance ne vausist fornir dreit a lor peir, ou li fauzist d’esgart, il pevent et doivent aussi bien guagier leur seignor de lor servizes por ce com il fereient par aucun esgart, se il l’ont fait et le seignor ne le tient et fornist, se lor per les requiert qu’il enssi le facent, et que il, de tout ce qu’il en avront veu et seu, se contiegent vers lui come vers lor per.

[40]

Ici orrés de celui qui li sires dessaisist ou fait dessaizir de son fié sans esgart de court.

Se il avient que aucun seignor dessaizist son home de son fié, de tout ou de partie, sans esguart de court, et le seignor fust present en cest pais, ou s’il avenist que le seignor fust hors dou pais et mandast comandant a son bailli que il dessaisist son home sans esgart de court, celui qui est dessaisi peut requerre et conjurer ses pers que il viengent devant le seignor, et, s’il l’a fait, ou devant son bailli, se le seignor n’est ou pais, et li requierent destroitement que il remete lor per en la saissine et en teneure de ce que il l’a dessaisi sans esgart de court. Et se il ce ne fait, le dessaisi peut requerre et conjurer ses pers par l’assise qui fu faite au roiaume de Jerusalem quant l’om fist les ligeces au chief seignor des vavassours et des riches homes por le content qui fu entre le rei Amauri et messire Girart seignor de Saiete, que ses pers voisent avec lui et le aident et donent force et pooir que il puisse entrer en sa saissine. Et sans faille ensi le deivent il faire. Et ensi fu il fait a Acre, quant l’emperour manda que mon seignor de Baruth et ses nevons et ses autres amis fussent dessaisi de lor fiés d’Acre. Et la fu recordee et retraite l’assise si come vos l’orrés entre les autres.

[41]

Ici orrés se aucun des homes liges fust mis en la prison dou seignor sans esguart ou conoissance de court.

Se il avenist que aucun home liege fust mis en prison dou seignor sans esgart de cort, et la feme ou les anfans ou aucun de ses amis le feist assaver as homes lieges et lor requist de par lui qui est lor per, que il ce ne souffrissent, il doivent requerre au seignor que il le delivre. Et se il nel veaut faire, il doivent aler aveuques celui qui est message de lor peir et li doivent doner force et poier que il le gietent de la prison, se le cors dou seignor ne le deffent. Et se il le deffent, il le deivent gagier de lor servizes tant que il l’ait delivré. Et se aucun bailli l’eust mis en prison et le seignor ne fust au pais, ou s’il avenist que aucun autre riche home ou povre l’eust mis en prison quant le seignor sereit hors dou pais, ses pers meismes le deivent delivrer si tost come il en seront requis; et se le seignor est present, a lui deivent requerre que il le delivre.

[42]

Se le seignor se corouce a son home et entent et dit que l’ome li a mesfait ou fait mesfaire, et sur ce, sans esgart de cort, le congee et le veaut geter de toute sa seignorie, l’ome peut venir a ses pers, la ou il les trovera, en court et hors de court, et dire lor que de ce que son seignor li met sus il n’i a coulpes et qu’il est prest de soi aloiauter et de fornir en dreit par lor esgart; et, ce faizant, il lor prie et requiert et conjure, come ses pers, que il de ce se portent vers lui si come il deivent. Si peir deivent venir devant le seignor et prier le et requerre que il maint son home a dreit par sa court. Et se il ne le veut faire, il deivent dire que il ne feront riens pour lui tant que il ait fait ce ou laissié son home en pais. Et tant plus deivent il dire au seignor, que il garderont et meintendront lor per fornissant dreit, si com il a offert, contre tous homes, sauve le cors dou seignor ou d’autre seignor, s’il l’ont, ou d’autre persone a qui il soient plus tenu que a lui ou avant que il fussent tenu a lui.

Tout ce meismes avint dou rei Heymeri et de messire Rau de Tabarie, quant il le geta dou reaume de Jerusalem. Car messire Rau conjura ses pers, et il le conduistrent devant le rei, et il dist au rei ce meismes que il aveit offert a ses pers, et tant plus que il se deffrendreit de ce que le rei li metet dessus contre tous homes, dou coitron de la cuisine jusques au cors dou roi. Et le rei se corsa et n’en vost riens faire. Les homes l’en requistrent aigrement, et li distrent tout ce que il durent, si com il est dit dessus et devisé que l’om doit dire por son per. Et messire Rau les en mercia moult et fu moult liés de ce que il se contindrent si bien, et dist qu’il ne covet mie qu’il fussent en cusençon de lui garder et meintenir, car s’il teneit dou rei Heymeri .xxx. reaumes, si les guerpiret il tous, ne jamais ne le serviret. Et tout ce qui est en cest endreit si est une des branches de l’assise qui fu faite por le contens dou rei Amauri et de messire Gerart de Saiete. Et adonc retraist messire Rau celle assise, et vous orrés l’assise toute enterine entre les autres.

[43]

Vous avés oi comment et de quei les homes pevent conjurer lor seignor et coent il pevent conjurer lor pers. Aprés orrés coment et de quei le seignor peut conjurer ses homes, selon ce que j’ai entendu et que il me semble et que il me remembre ores. Se le seignor entent que son home ait et tienge aucune choze dou seignor si come vilains ou bestes ou aucun autre meuble, et le seignor li ait requis ou fait requerre, et l’ome a dit que il ne seit que ce seit en sa terre ne en son poeir, et se il peut cele choze aver, que il la rendra volentiers, et enssi s’en passe, le seignor l’en peut bien conjurer par la fei qu’il li deit, se il l’a ou peut aver en son pooir, ores ou autre feis, la choze qu’il li requiert, qu’il la li rende.

Et se le seignor requiert a son home terre ou villains ou aucune quantité de besanz ou aucune autre choze que l’ome tienge aparaument, et l’ome s’en passe legierement, disant qu’il entent que ce est sien et de sa raizon, le seignor le peut bien conjurer de ce meismes de sa fei, et de ce il peut doner jor que il li ait rendu ou l’en ait forni dreit. Et s’il laisse passer le jour sans plus dire ou faire dire, le seignor a cele choze desresnee. Et pis y a, que aucun des homes dou seignor le peut de sa fei apeler.

Mais se l’ome dit que ce que le seignor requiert est de son fié et que il l’aqueist a son fié et est prest de prover come home vers son seignor, tout enssi come la court esgardera, sil doit estre ensi come il est dessus devizé en .i. chapistre qui est proprement de ce fait.

Et se le seignor entent que son home li defaut en aucune choze de service que il li deit, et qu’il seit mermés de servize de chevalier ou de sergent ou de cheval ou d’autre herneis, le seignor le peut dire, ’Je t’ai vertis comme mon home et por ta fei garder; l’om m’a dit que tu es mermés de teil choze que est de mon servize, dont je te conjur par la fei que tu me deis que tu me conoisses la verité, et, se defaute y a, que tu le me amendes.’ L’ome le deit faire tout enssi come le seignor le requiert.

Mais se l’ome seit ou entent qu’il n’est pas enssi, il peut respondre au seignor, ’Sire, je sui vostre home et ai gardé et garderai bien ma fei vers vous si com je doi, et chascun peut dire sa volenté, ja ne seit il veir. Quant il vous plaira de moi semondre de mon servise, se je de riens vous deffailloie la paine dou defaut est establie et coneue.’ Se celui qui a ce dit au seignor est present, paroles y peut aver et plait teil com il est devisé es autres chapistres. Mais de l’ome au seignor demeure tout ssur la fei, et le seignor n’en peut aver amende se il ne l’a semous.

[44]

Ici orrés de l’ome qui recomande son fié au seignour.

Se aucun des homes dou seignor vient devant lui et li recomande son fié, ou se le seignor entent que aucun veaut estraire ou laisser son fié et partir de son servize en teil maniere, et le seignor est en celle houre en perill aparant de son cors ou de sa seignorie, ou se il est en champ encontre ses ennemis, le seignor li peut dire que il li requiert et deffent et conjure come son home, par la fei qu’il li deit, qu’il ne le guerpist en celui point, et de ce trait la cort a garent. Et s’il avient que l’ome s’en parte sur ce et le seignor aprés en veaut aver dreit par conoissance de la court, se la cort coneist que le peril fust teil, bien peut coneistre que celui a pardu son fié toute sa vie.

[45]

Ici orrés quant le seignor semont aucun de ses homes par ses lettres ou par banier.

Se le seignor semont aucun de ses homes par ses lettres ou par son banier ou par .iii. de ses homes, si com il est usé, et il i creist tant qu’il le conjure par la fei qu’il li deit que il au jor moti soit en son servize, et il li mostist le peril en quel le seignor est por quei il le conjure, se l’ome ne fait ce por quei il est semons, ou ne contremande, ou dit ou fait tant qu’il s’en delivre par la cort, se le seignor en veaut aver dreit par la cort, l’ome pardra son fié toute sa vie, se la court conoist que le peril que le seignor moti fust teil qu’il por ce porte teil amende. Et se il le conjura, disant que il a grant besoing de lui sans motir de quei, le seignor n’en peut aver nule amende que celle qui est establie por le defaut de servize d’un an et d’un jor. Ne le seignor ne deit conjurer son hom, se il n’i a bien le porquei. Et quant il dient ou font dire en la semonse et au conjurement, ’Sor quanque vous tenés dou seignor, venés a teil jour’, tout ce ne monte rien, se le perill n’est moti et aparant. Et de toutes les semonces que le seignor fait par lettres ou par banier, l’ome s’en peut delivrer par son serement, se il veaut jurer qu’il ne fu semons. Mais bien se gart que la fei y seit sauvé, et le seignor et l’ome a semousse et sans semousse, a requeste est sans requeste, et en dit et en fait.

[46]

Ici orrés coument le seignor semont son home ou fait semondre de son servise.

Se il avient que le seignor semont son home de son servize, et l’ome respont, ’Je n’acueil pas ceste semousse, car le seignor me doit de mon fié,’ ou ’je sui mermés de mon fié,’ ou ’de teil choze qui est de mon fié’, le seignor peut bien respondre, se ce est devant lui, et dire qu’il l’a semons ains qu’il li ait ce demandé, et dit que il de ce ne d’autre ne li est defaili de dreit, et, se il li fait son servize, il le recevra, et, s’il ne le fait, si en sera ce que estre en devra. Se l’ome s’en passe atant il ne fait mie que sage, car ja soit ce que il soit mermés de son fié, si com il dit, se il devant ne l’a requis, le seignor l’en porra mener moult estreit, et moult li covendra aver fort conseil, s’il s’en seit delivrer. Mais s’il veaut estre hors de peril, il respondra a la semonse, ’Mon seignor me det tant: face moi paier, et je ferai volontiers son servize. Et se il ce ne fait, je n’aqueil pas la semonse, ne acuillir ne la veull, se la cort ne l’esgarde. Et se, por tant com j’ai dit, n’esgardast la cort que je deusse demourer en pais, je yreie a mon conseil et direie et fereie tant que tort ne m’en prendret.

[47]

Je vous ais fait mencion des assises en plusors leus, si com il se contient dessus, et aucunes vous en ai retraites enterinement, selon mon entendement. Aprés voz en deviserai plusors a bone fei, et a grant doute le fai, car le seignor et nos avons jurees les assises et les bons us et les bones costumes dou royaume de Jerusalem, et nous les savons asseis povrement. Car les assises ne seit om mais que par oir dire et par usage. Et nous tenons pour assise ce que nous avons veu usser com assise, dissant que l’on entent que teil est celle assise, et aucune feis, a la vente des fiés ou en aucun autre endreit, dit on que l’assise est fornie, que nous ne le savons mie bien; mais qui le dit a nete consience, selon son entendement, il ne peut autre faire.

Moult en pevent meaus user et ouvrer plus seurement au royaume de Jerusalem, ains que la terre fust perdue. Car toutes les assises et bons us et bones costumes, c’est assaver aucuns us de grant auctorité, estoient en escrit et en garde au Sepulcre, et les apeloit om ’Les Letres dou Sepulcre’, por ce que chascune assise et us et costume estoit escrite par sei en .i. grant parchemin franchios. Et si y estoient aussi bien les us et les assises de la cort des borgois come de la haute court. Et en chascune chartre aveit le seau et le signau dou roi et dou patriarche aussi, et dou vesconte de Jerusalem aussi. Et toutes les lettres estoient grans lettres tornees, et la premiere lettre dou comencement estoit une grant lettre enluminee d’or, et toutes les rebriques estoient vermeilles. Les us et les costumes, qui la estoient en escrites, furent faites par grant conseill et par grant esgart et par grant estude et par grant ordenement. Car aprés ce que les premieres assises furent faites au conquist de la terre, avint il par maintes feis quant les grans passages venoient ou il avoient grant plenté des sages homes, que, par le rei et le patriache et par les preudomes dou passage et par les homes de la seignorie, fasseit om asseis et us et costumes noveilles, et teils que en aucun cas quasset om aucunes des premieres, selonc ce que l’on estendist que profit et amendement estoit. Et se aucune assise avoit esté faite a bone entencion et aucunes gens soutils de malice avoient trové aucun barat por quei l’assise fust enpirié, om y osteit le barat et y meteit l’on l’amendement a l’encontre.

Il y aveit plusors cas qui touchoient a la juridicion de l’iglize, dont l’iglize de Jerusalem avoit fait otroi que se teil cas venoit devant eaus, que il n’i alegeroient decrés ne decretale ne lei, ains jugeroient selon l’ussage et l’assise de la terre. Et le rei et ses homes estoient tenu de plusors cas a l’iglize, qui bien valoient autant.

Et quant il aveneit aucunes feis que aucun debat estoit en la cort d’aucune assise ou ussage, par quei il covenist que l’om veist l’escrit, l’en enovroit la huce ou estoient les lettres a mains de .ix. persones. Par estoveir coveneit que le rei ou aucun de ses haus homes y fust en leu de lui, et .ii. de ses homes lieges, et le patriarche ou le priour dou Sepulcre en leu de lui, et .ii. de ses chanoines, et le visconte de Jerusalem, et .ii. jurés de la court des borgeis.

Et tout ce ais je oi retraire a plusours qui ce virent et sorent ains que la terre fust perdue, et as plusors autres qui bien le savoient par aucuns de ceaus qui les lettres garderent en aucun tens. Et tout ce fu perdu quant Salahadin prist Jerusalem. Ne onques puis n’i ot escrite assise ne us ne costume par acort, ne en garde. Ce ai je oi conter et retraire meintes feis que le rei Aymeri pria moult messire Rau de Tabarie, ains qu’il fust mal de lui, qu’il vausist que entre eaus .ii. et autres .ii. vavassors feissent escrire et renouveller les us et les costumes et les assises. Et le rei disoit qu’il entendeit que il recorderoient bien tout, et moult poi en faudreit. Messire Rau respondi que de ce que il savoit ne feroit il ja son pareil Remont Anciaume ne autre soutil borgeis ou bas home letré. Et sans faille l’on dizoit que le rei Aymeri savet et avoit plus en memoire les us et les assises que nul home. Mais messire Rau estoit plus soutil de lui, et por ce ne se vost entremetre le rei sans lui. Et quant ce que l’on faizoit si seurement, ains que la terre fust perdue, et ores y a si grant doute, si com il est dessus dit, ne voz en merveillés se je m’en doute. Mais tant y a de confort, com vous orrés enprés.

[48]

Il avint que je fui au premier siege de Damiete o messire Piere Chape, et messire Rau de Tabarie menga un jor o lui. Aprés mengier messire Piere me fist lire devant lui en .i. romans. Messire Rau dist que je lisoie moult bien. Aprés fu messire Rau malade, et messire Piere Chape, a la requeste de messire Rau, me manda lirre devant lui. Issi avint que .iii. mois et plus y fui, et moult me desplaisoit ce que moult me deust pleire. Messire Rau dormet poi et malvaisement, et quant je avoie leu tant com il voleit, il meismes me conteit moult de chozes dou royaume de Jerusalem et des us et des assises, et disoit que je les retenisse. Et je, qui moult doutai sa maniere, otreai tout.

Aprés usai entour mon seignor de Baruth le vieil jusqu’à sa mort, qui moult de chozes m’aprist la soie merci a ma requeste; car de se ne diseit il mie si volontiers come messire Rau faisoit. Aprés fui moult acointé de mon seignor de Saeste a Baruth et a Acre et en Chypre, et moult de chozes m’aprist la soie merci volentiers. Et aprés tous ces grans seignors et sages usai moult en cort entor messire Guillaume Vesconte et messire Harneis de Giblet et messire Guillaume de Rivet le joune, qui moult estoient grans plaideors. Et au reaume de Jerusalem fui je moult acointé de messire Nicole Anteaume et de sire Phelippe de Baudoin, qui estoient grans plaideors en cort et hors court.

Et a fiance et de ceaus que je ais ores dessus nomees, et de ce que j’ai aucunes feis veu et oi, et de ce que j’entens selon ma consience par la force dou comandement et de la priere de celui a qui je ne puis ne ne doit esconduire vous en deviserai ce que voz oreis ci aprés, et comencerai a une assise qui est moult sovent motie et n’est mie sovent devisee, et fu faite moult ordeneement a grant pourveance au sauvement dou seignor et des homes.

[49]

Ceste assise fu faite pour une grant guere qui fu entre le rei Amauri et messire Girart, le seignor de Saeste. A la pais faire fu faite l’assise, et par l’assise fu retraite la pais. Ce est l’assise por que les houmes des barons et des riches homes et des autres homes dou seignor, qui ont homes, font liegece au chief seignor des fiés, que il tienent de ces homes. Et tous jors dit l’on au faire que il li fait ligese ’selon l’assise’. Et teil la mosist qu’il ne la seit mie bien. L’assise est teile:

Se il avient que guerre ou content sourde entre le chief seignor et son home, qui ait homes qu’il tienent de lui, et le chief seignor semont ceaus qui li ont fait liegece par l’assise, que il li viengent aidier ou conseiller ou servir a armes se il en a bessoing, cels qui sont semons deivent venir a celui de qui il tienent et dire li, ’Sire, nos vos prions et requerons por vostre henor et por vostre fei et por les voz, que vous vous adreceis vers le chief seignor a qui nous avons fait liegece et qui nos a requis; dont nos vous loons, que vous li faciés dreit et prendés dreit de lui par sa haute cort, se vos li avés riens a requerre. Et se vos ce volés faire, nous irons o vous devant lui en la court et li requerons ensemblement o vous que il vous maint par l’esgart de sa court; et requerons a tous ces homes lieges, qui sont nos peirs par l’establissement de l’assise, que il ce meisme requerent au chief seignor por nos et por vos; et vous meismes lor requereis enssi. Et se vous doutés d’aler devant li, nous irons pour vous et pour nos meismes, et li requerons pour vous et por nous ce qui est dessus dit. Et se vous ce voleis faire, nous ne vous guerpirons ja, ains vous conseillerons et aiderons et servirons come nostre seignor. Et nos vous requerons que vous aiés ce parfait dedens .xl. jours prochains venant ou plus tost, se vous poeis. Et se ce vous ne faites, saches que nous le conseillerons et aiderons et servirons come nostre seignor liege encontre vous. Et s’il avenist, que dedens les .xl. jors feissiés ou porchassiés choze qui tornast a damage ou a peril au chief seignor encontre dreit, si tost com nos le porrons aperchever, nous serons et irons contre vous.

Ce que est dessus escrit est ce que l’om deit faire a la requeste et a la semonse dou chief seignor. Et plus y a.

S’il avenist que le seignor, de qui tienent ceaus qui ont faite la ligece, porchace ou fait choze de quei il se mesface vers le chief seignor, et ceaus qui ont faite la ligece s’en pevent apercevre, ja soit ce que le chief seignor le sache ou non encores ne les en ait requis ne semons de rien, por ce que il se contient en la fei que il deivent le seignor garder et sauver contre toute rien qui puisse vivre ou morir, il doivent dire et faire tout ce qui est dessus escrit, aussi bien come se le chief seignor les en eust requis et semons, et le doivent garnir au plus tost qu’il porront. Et se le seignor de qui il tienent ne veaut faire la semonsse de ses homes dessus escrite, il deivent aler au chief seignor et servir le enterinement contre celui de qui il tienent, et il lor deit restorer bien et largement tout ce qu’il avront perdu por venir a lui, et lor deit faire aver lor fiés enterinement, se il sont en leu ou il ait pooir. Et se le seignor de qui il tienent a forterece ou pooir teil que il peust arester les fiés, le chief seignor lor deit restorer dedens .xl. jors. Et se il ce ne fait, les homes pevent retorner au seignor de qui il tienent sans mesfaire, et servir le contre le chief seignor tant que il lor ait restoré lor fiés et lor pertes.

Et s’il avenist que le chief seignor se doute d’aucuns de ses riches homes qui ait chasteau ou cité ou vile en quei il ait peuple d’armes, le seignor dou leu est tenu par l’assise de faire tant que le peuple jure fiauté au chief seignor par cele meisme condition de restor et de requeste et de tout ce que est dessus devisé de ceaus qui ont faite la ligece. Et quant ceste assise fu faite, ceaus de Saeste et de Beaufort jurerent touz au rei Amauri, selon ce que j’ai entendu, quant il ot guere a messire Girart de Saeste, et par l’assise fu le traitement de la pais.

Vos aveis oi les avantages que le chief seignor a en la ligece de ses homes. Aprés orreis l’eschange et l’avantage que les homes lieges ont a rencontre de ce.

Le rei otroia en l’establissement de l’assise, que tous ses homes liges qui tenoient de li ou de ses homes, queis qu’il fussent, grans ou petis, fussent tenu de fei l’un a l’autre de ce que est dessus escrit, et que chascun d’eaus en peust requerre les autres come ses peirs en teil endreit. Et les homes en sont tenu l’un a l’autre, aussi au plus petit come au plus grant, por quei il ne seit enthecié d’aucun des vices por quei l’on pert vois en cort.

[50]

La devise de ce par quei les homes liges sont tenu l’un a l’autre est desus escrite et devisee par chapitres.

S’il avenist que aucun des homes liges venist devant le chief seignor en la haute cort, et il feist aucune requeste et le seignor le delaiast, et l’ome li requist esgart de cort et le seignor ne li feist aver ou ne s’en delivrast par esgart de cort meisme, ou s’il avenist que l’on ne le laissast entrer devant le seignor et enssi le deloiast de venir a son dreit, l’ome peut venir a ses pers la ou il les porra trover, et requerre lor par la fei qu’il li doivent come a lor peir, qu’il viengent devant le seignor o lui et requerent au seignor qu’il le maint par sa cort come son home, et se il li a requis esgart, qu’il li face aver. Il y deivent aler et faire ce que l’ome lor a requis.

Et s’il avenist que le seignor ne vosist otroier ne faire lor requeste, il deivent et pevent dire au seignor qu’il ne feront riens por lui tant qu’il ait fait lor requeste. Par .iii. feis li doivent ce dire, et, s’il por tant ne le fait outreement, li pevent guagier de lor servises tant qu’il ait acomplié lor requeste. Et s’il avenet que la cort aiet fait aucun esgart et le seignor ne le veut tenir, aussi le doivent guagier de lor servises tant qu’il ait acompli lor esgart.

Et se il aveneit que le seignor, ou autre por lui en aichoison de li, dessaissist sans esgart de cort aucun de ses homes de tout ou de partie de son fié, celui qui est dessaisi peut requerre ses pers qu’il li aident a recovrer sa saisine, fornissant dreit se le seignor ou autre por lui li seit que demander. Les homes en deivent requerre le seignor, se il est ou pais, ou le bailli, se le seignor n’i est. Et se il ne fait lor requeste, il pevent et doivent aler a lor per et doner li force et pooir de recovrer sa saisine et les rentes dou tens passe, c’est assaver despuis qu’il fu dessaisi sans esgart de court.

Et ce meisme vi ge avenir de mon seignor de Baruth a Acre, quant le seignor de Saeste dessaisi li et ses nevous et ses amis par le comandement de l’emperour de lor fiés qu’il avoient a Acre. Et adonc fu recordee et retraite l’assise enterinement, et toute la court dist et otroia que il entendoient que teil estoit l’assise. Et la ot pluisors homes liges qui l’avoient oi retraire autrefeis en cort por le content que fu entre le rei Aimeri et messire Rau de Tabarie.

[51]

S’il avenoit que le seignor congiast aucun de ses homes sans esgart de cort, et il li comandast qu’il vudast toute sa seignorie, et l’ome li requist qu’il le menast par l’esgart de sa cort, et le seignor nel vausist faire, celui peut requerre ses pers que il le conduissent devant le seignor et li requerent qu’il le maint par sa cort, dissant et offrant a ses pers qu’il se conduira par lor esgart enterinement. Ses peirs devient faire sa requeste.

Et se le seignor ne veaut ce otroier ne faire, aussi li deivent il dire que il ne feront rien pour lui tant qu’il ait ce fait. Et plus y a que il deivent dire au seignor, fornissant ce que lor per a offert et eaus por li; que il sauveront et garderont et maintendront lor per et ses raizons et ses droitures contre tous homes, sauf le cors dou chief seignor ou d’autre seignor, s’il l’ont, ou d’autre persone a qui il soient plus tenu que a lui ou avant que a lui. Et tout ce avint dou rei Aimeri et de messire Rau de Tabarie, si com il est dit dessus.

[52]

Se il ja avenist, que ja Dieu ne consente, que aucun mal seignor, ou fel ou joune ou mal conseillié, prist aucun de ses homes sans esgart de cort, la feme de celui ou ses enfans ou aucun de ses amis peut venir as pers de celui, se il les treuvent ensemble ou chascun par sei, la ou il les troveront, et requere lor de par celui qu’il ne soffrent que lor per soit en prison, come celui qui offre a faire dreit par lor esgart et qui a esté pris sans esgart. Les homes en deivent requerre le seignor. Et se il ne fait lor requeste, il le deivent delivrer a force, sauvant et gardant le cors dou seignor, si con il est dit devant, fornissant dreit par la court se le seignor ne autre li seit rien que demander.

Et se aucun bailli ou aucun autre riche home prist aucun des homes liges, si tost com il le savront il deivent requere le seignor, se il est au pais, qu’il le delivre, fornissant dreit s’il li seit que demander. Et se le seignor n’i est, il le deivent delivrer a lor poeir.

[53]

Aprés orrés l’assise des devises des terres.

Quant aucuns vient devant le seignor et requere devise de son voizin selon l’usage ou l’assise dou royaume de Jerusalem, l’autre deit dire que il la requiert aussi. Et se ele a esté faite, qu’ele soit porchauchee, et s’ele n’a esté faite, qu’ele seit, sauf son previlege et le pris de son fié. Et cil deit motir les leus de que il la requiert et a qui il la requiert. Et se celui a qui l’on la requiert entent que il marchisse au requeror des leus motis, il deit otroier la devise, et deit autresi dire et sauver por sei meisme ce que l’autre a dit et sauvé por sei. Mais se il n’entent qu’il marchisse a lui des leus motis, il peut requere et aver respit resnable por aler en sa terre enquere et saver de que il marchist a lui. Et la devise deit estre des leus habités et de lor apartenances. Et le seignor ne deit souffrir que devise requise seit deloiee, se cort ne la respitast en aucune maniere. Ne bailliage ne douaire ne deivent devisé.

Le seignor i deit establir .iiii. de ses homes liges. Cil .iiii. deivent jurer sur la sainte evangile qu’il, selon leur consience, a bone fei feront cele devise selon l’assise ou l’ussage dou royaume de Jerusalem. Le sairement doit estre fait en la presence dou seignor et de la court et des parties. Et se aucune des parties fust requise de venir en la cort au serement et n’i venist, toutes voies doivent jurer les devisors, et se deivent acorder d’estre sur la devise au jor moti, et deivent aver parfaite la devise dedens .xl. jors dou jor qu’il l’ont juré. Et le seignor lor deit doner escrivain et sergens por assembler les gens de la contree. Et les parties deivent jurer devant les devisors qu’il n’ont doné loier ne donront, ne choze faite ne ferront, ne porchasié ne porchasseront par eaus ne par autrui de lor aver, ne de l’autrui ne consentiront, ne consenteront choze por quei la devise ne peut estre faite bien et loiaument sans aucune maniere d’engien ne de tort.

Les devisors deivent venir en la marche de la devize, et la deivent assembler les plus ansiens de la contree et toutes manieres de gens par qui il cuident estre assené. Et lor deivent faire jurer qu’il diront et moustreront verité, et se contendront loiaument au fait de cele devise, se il rien en seivent. Quant il avront ce juré, les devisors doivent chascun apeler a une part, et deivent oir son dit, se il rien en seit, et faire le dit escrire, et enquere li estroitement coment il seit ce que il dit.

Et se il treuvent home de la loi de Rome qui die qu’il seit la devise et fu au faire, se il est teil que les devisors li doigent fei, et lor semble par son dit et par les leus qu’il a moustré qu’il face acreire, il le deivent sivre et porchaucher la devise et borner la. Et s’il ne treuvent Franc de la lei de Rome, et il treuvent Surien a qui il doingnent fei, si come il est dit dessus, il le deivent sivre. Et s’il ne treuvent Surien et il treuvent Grec aussi. Et se il ne treuvent Grec et il treuvent aucun autre crestien de queilque generation q’il seit, ainsement. Et se il ne treuvent crestien et il treuvent sarasin qui jure selon sa lei et il li doingent fei, si com il est dit dessus, sivre le deivent et pourchaucher et bonner la devise.

Et se il ne treuvent que devise ait esté faite, les devisours la deivent faire a bone fei, selon lor consience, toute novele. Et la maniere de la novele devise est teile: ce me semble qu’il deivent regarder les tenures des .ii. parties et enquere des leus habités qui les parties tienent, ques il furent ancienement et que il soleient tenir, et s’il sont translaté et remué d’une place en autre, et se le leu de quei il sont remué estoit petit ou grant et quels pertenances il semble qu’il peust et deust aver, et se en la teneure que les leus habités ont orendreit resnablement a gastines et murailles abatues, qui par semblant deussent aver grans apartenances ou petites quant les leus estoient habités. Et quant les devisors avront ce enquis, et il avront veu et regardé les leus et les places, il deivent parler a l’une partie et a l’autre, et se il por assentement les pevent acorder, il deivent marcher la devise la ou il sont assenti et bonner la come devize novelle, et ce il ne treuvent assentement, il la deivent faire selonc leur semblant tote novelle et bonner la. Et a ce faire doit l’om apeler tant de jone gent com l’en peut aver en la contree por aver longue remembrance et garentie. Mais tout avant deivent estre les devisors certefiés que les parties marchissent ensemble, car s’il y a leu gaste ou terre que l’on apele vaselico, qui est dou seignor, l’on la deit sauver au seignor tout premier. Et s’il y a leu d’autre persone entre .ii., et que les parties ne marchissent ensemble, de riens de ce ne peut estre devise.

Et se il avenist que il eust descort entre les devisors au porchauchier ou au faire de la devise, en teil maniere que les .ii. s’acordassent a une choze et les autres .ii. a autre, le seignor y doit establir le quint, et des le comencement li peut il metre, s’il vausist. Et s’il avenist que aucunes des parties demonstrast son privilege ou le pris de son fié as devisors au faire de la devise ou avant, sauver li deivent en fait, se il l’a sauvé en dit, quant il se mist en la devise. Et se l’autre partie die qu’il n’a pas son privilige ou le pris de son fié aparaillié, et il en demant aucun cort respit, aver le deit si cort que la devise puist estre delivree dedens les .xl. jors dessus motis.

Or vos ai devisé l’assise et tout ce que je enten que le seignor et les parties et les devisors deivent dire et faire.

[54]

C’est l’assise ci aprés qui fu faite por les homes liges qui ont fié dont il doivent servize de lor cors, et aprés lor eschet autre fié qui deit aussi servize de cors. Au comencement oreis les ochoisons et les raizons por quei elle fu faite. Aprés oreis l’assise meisme qui est asseis contee; et plusors l’ont entendue en une maniere, et autres en autre, de ce est avenu aucune feis que entre le seignor de Baruth et ses homes en a esté querele et descort. Aprés vous retrarai ce qu’en disoient les sages homes, dont Dieu ait lor armes, qui pas ne s’acordoient a une choze. Et je meismes vous en dirai aprés mon avis regardant a tout ce que je en ai veu et oi.

L’assise fu faite por ce que aucune feis aveneit que le fié qui escheiet a celui qui deveit servise de son cors et il avoit autre por quei il ne le poeit deservir; le fié veneit en la main dou seignor, et le seignor le teneit longement, car celui a qui il estoit escheu vivoit longement et ne le poeit deservir; et quant Dieu faisoit son comandement de li, se il n’aveit que .i. enfant, celi meisme estoit en auteil point; car en l’age de .ii. ou de .iii. seignor poeit estre si lonc espace de tens, que l’eir qui venroit aprés seroit desirité a tous jors; car de ligier porreit falir a trover garens vis dou parenteis et a recort de cort de la teneure de celui qui fu mort saissi et tenant dou fié; et se il eust previlige dou don, et il faillist a la preuve dou parenteis, ce ne li vaudreit rien. Et autres perils y avoit assés.

Et aucune feis aveneit que aucun heir costier et lontain, quant il veroit que le dreit heir a qui le fié estoit escheu ne le requereit nel ne poeit aver, celui venoit devant le seignor et requeroit come le plus dreit heir aparant en court et offreit a faire tout ce que le fié devoit d’omage et de servize. Et pour ce que les fiés dou reaume sont a tous heirs, se il poeit prover les parentés et faire le servize que le fié deit, il en aveit la saisine. Et se il ou son heir aprés lui tenissent le fié longement, aussi en porreit avenir com il est dit dessus de la teneure dou seignor et dou desiritement dou dreit heir.

Por ce que est dit desus et por aucune autre raizon s’asenblerent tous les riches homes liges et autres dou roiaume de Jherusalem, et tant preerent et requistrent le rei et tant firent vers lui qu’il otreia l’assise au profit et au sauvement des dreis heirs, et le rei meisme i fu sauvé en aucune choze.

[55]

Quant fié eschet a home ou a feme qui deit servize de cors, et il a et tient autre fié dont il fait servize de cors, le fié de l’escheite peut et deit aver, faisant le servize dou compaingnon por son cors en teil maniere que s’il avenoit que le fié dont il faisoit le servize de son cors se partist de lui, qu’il feist queique le fié de l’escheite deit, se il le vausist aver; et se Dieu feist son comandement de lui, et il eust plusors heirs que l’einé choisist le queil qu’il vaudreit de .ii. fiés, et l’autre heir eust l’autre fié, et chascun feist ce que le fié deit d’omage et de servize de cors. Et tous jors, tant come l’eir est un sol, il peut aver et tenir l’escheite qui deit servize de cors por le servize d’un compaingnon, et, si tost com il y a pluisors heirs, le seignor deit aver et recovrer tout ce que le fié deit d’omage et de servize. Ne je n’ai entendu qu’il y ait plus en l’assise, se les .ii. fiés sunt en une seignorie.

Aucune feis est avenu quant Dieu faisoit son comandement d’aucun qui aveit eu et tenu l’eschoiete toute sa vie por le servize d’un compaingnon, si com l’assise porporte, et aveit .i. fis et une fille ou plusors, que le seignor diseit que il voloit recovrer sa ligece et son servize de cors sur la fille, selon l’assise, et pour ce que le mort aveit pluisors heirs, car fille est heir; et l’air masle diseit, sauvé l’enour dou seignor, que fille n’est pas heir la ou il y a heir mahle; mainte feis est avenu entre le frere et la seur teil plait, et aucune feis a esté entre le seignor et l’eir mahle.

Et au reaume de Jerusalem avint que messire Daniau de Malenbec avoit .ii. fiés qui andeus devoient servise de cors; et son pere avoit heu l’un d’escheite par l’assise, dont il avint que sa seur, qui fu feme de messire Thomas de Saint Bertin, requist et vost aver .i. des fiés, et messire Daniau le deffendi, tant que en la fin remeist le plait et dona a sa seur .cccc. sarazinas de fié por ne sai queil servize. Et dist l’on que ce fu en mariage et a terme, dont il avint aprés la mort de messire Thomas de Saint Bertin que messire Daniau recovra les .cccc. besanz de fié. Et messire Gautier, le fis de messire Thomas, en ala plaidier en Acre avec son oncle, messire Daniau, et a ce monta le plait, que par poi l’oncle et le nevon ne s’en combatirent.

Et de teil endreit oi je parler a mon seignor de Baruth le vieil maintes feis, et disoit que, se il n’i eust qu’un fis d’un jor et il eust .xl. filles, n’i avreient elles dreit, car fille ne peut estre dreit heir devant fis; et l’assise fu faite por l’avantage de dreit heir. Et mon seignor de Saeste diseit qu’en l’assise se conteneit si tost com y avreit pluisors heirs, que le seignor devoit recovrer l’omage et le servize de cors; et l’assise ne deviseit pas ’pluisors heirs mahles’, mais ’pluisors heirs’ diseit tant soulement, et feme est bien heir la ou elle peut faire quanque le fié deit et l’eir mahle ne le peut faire.

Autre maniere de content ai veu qui est de ceste assise: quant il y a pluisors seurs qui sont en .i. degré, et l’ainee a fié qui deit servise de cors, et aprés li eschet autre fié qui deit servize de cors, et l’ainee et les autres sont mermes d’age; et quant elles furent mariees, l’ainee vost aver le fié qui premier li esteit escheu de par son pere pour le servize de son cors; aprés vost aver celui qui li estoit escheu de par sa mere por le servize d’un compaingnon par l’assise; l’autre des seurs diseit qu’ele esteit aussi bien heir de son pere et de sa mere come s’ainee seur, sauf ce que l’ainsnee seur peut choisir l’un des .ii. fiés qui deit servize de cors, et ele, qui peut faire tout ce que le fié deit d’omage et de servize, deit aver l’autre. Et le seignor requiert ce meisme, disant et alegant qu’eles estoient pluisors seurs en .i. degré, et por ce voleit sa ligece et son servize recovrer selon l’assise.

Et tout ce meisme avint de messire Gautier de Saint Bertin et de messire Jehan Provata qui avoient .ii. seurs germaines, et les .ii. fiés estoient l’un de par lor pere et l’autre de par lor mere, et le rei et les .ii. seurs faisoient dire tout ce que est dit desus et moult d’autres alegacions, et a la fin se mistrent sor le seneschau et sur le conte et sur mei. Et nous en eumes conseil au roiaume de Jerusalem et au roiaume de Chypre, et dimes que l’ainnee esteit aussi bien dreit heir de son pere come de sa mere, et que le fié dou Pistac li esteit escheu des quant son pere morut, et, ja soit ce que elle fust adonc merme d’aage, son baill l’avoit heu et tenu por lui, et le fié de sa mere li eschei aprés, quant Dieu fist son comandement de lui, et por ce que celui de sa meire estoit de sei tiers, et eles estoient .iii. seurs, eles dévoient partir par conoille, selon l’autre assise, et l’einnee deveit aver le chief pour le servise d’un compaingon par ceste assise, et les autres .ii. deivent tenir de li, selon l’assise des seurs qui partent par conoille.

Et dou contienz desus moti dou frere et de la seur, je m’acort jusque ci a ce que mon seignor de Baruth en diseit, se je ne oisse meaus dire et je le coneusse.

[56]

Une autre maniere de content y a en ceste assise meisme dont maint descort ont esté et porroient encore estre. Car li uns notent les mouz de l’assise en une maniere, et les autres en autre.

En l’assise contient se les .ii. fiés sont en une seignorie, que enssi doit estre com il est dessus devisé. Mais les riches homes, qui sont homes dou rei et qui ont homes qui lor deivent servise de lor cors, dient que de l’un a l’autre ne s’estent pas cele assise. Car chascun a sa seignorie par sei, et especiaument ceaus qui ont seignorie motie et court et justize et coinz. Et autre meisme qui ont homes qui lor deivent servize de cors, dient qu’il sont seignor de lor fiez et veullent aver lor servize si com il deivent. Et quant il avient que aucun fié qui deit servize de cors est en la seignorie d’un des riches homes, et il eschet a aucun autre, qui a et tient en la seignorie d’un des autres riches homes fié dont il fait servize de son cors, et celui a qui il eschet requiert s’eschoite et offre le servize selonc l’assise, le seignor a qui l’on effre le servize, respont que selon l’assise n’a il rien, car les .ii. fiés ne sont pas en une seignorie. Le requeror dit que si sunt, car tous les fiés dou reame sunt en la seignorie le rei, qui est une, et de comun acort de tous cels dou reame fu faite l’assise et benignement entendue. Le riche home respont que bien peut estre qu’ele fu entendue communal dou rei a ses homes et des homes au rei, car se celui a qui eschet .i. fié deit servize de son cors a .i. des homes le rei, et le fié qui li eschet est en la main dou rei, et le rei en avra la ligece selon l’assise des ligeces et le servize de son cors avra il, quant il vaudra semondre son seignor de teil servize come il li deit; et dou seignor a l’home est il bien raizon ausi; car se celui a qui eschet le fié est home lige dou rei, faisant servize de son cors, et le fié qui li eschet deit servize a .i. des homes, le rei n’i a pas grant perte, car les ligeces et les servizes sont tous dou rei en chief, ne le rei ne guerroiera pas son home; mais ensi n’est il pas de .ii. riches homes, car bien porreit avenir que l’un des riches homes guerroieret l’autre, et couvendroit que cil, qui deit servize de son cors a l’un, fust encontre l’autre de qui il tendreit le fié par eschoiete por ochoison de l’assise. Cesti peril et autres pluisors ont il alegué mainte feis, et porroient aleguer ceaus a qui l’on deit servize de cors. Et trop y a grant avantages de pluisors manieres de servises que le vavasor peut faire autrement que le sodoier. De cesti content ai je oi parler maintes feis plusours sages homes en pluisours manieres, mais il n’en voloient pas dire lor avis tout outre, ne jugement n’en fu onques fait que je sache. Et je meismes m’en tais ores a tant.

[57]

Aprés orrés coment les seurs partent, et quel fu l’assise que en fu faite au coumencement.

Quant les premieres assises furent faites lonc tens aprés aussi estoit usé de seurs com des freres, car lainee seur avoit le fié tout enterinement. Aprés avint que .i. moult sage home dou roiaume de France, le comte Estienne de Blois, vint o reiaume de Jerusalem, et y fu moult grant piece, et le rei et les autres preudomes dou pais usserent moult de son conseill et il amenda moult pluisors des us et des assises dou reaume, par le rei et par ses homes, qui moult s’acorderent a son sens et a sa parole. Aprés avint que Dieu fist son coumandement dou riche home qui avoit a nom messire Henri le Buffle; celui avoit .iii. filles et estoit seignor de Saint Jorge de Labana et de tout le plus de la montain d’Acre; et quant celui fu mort, le conte Estienne de Blois dist que les .iii. seurs deivent partir par conoile, ce est a dire que autant en deveit aver l’une come l’autre, et dist que aussi le faisoit on en son pais, et que ce estoit droit et raizon puis qu’il i avoit pluisours chevaleries. Car une soule ne part se ce n’est par doaire. Le dit dou conte sembla moult fort as gens dou pais. Pour ce que onques n’aveit esté teil partison, toute voies s’asemblerent, et par coumun acort en fu faite assise. L’assise est teil:

Quant Dieu fait son coumandement d’aucun chevalier ou d’aucun sergent qui deive servize de pluisours chevalier ou sergens, se il n’a heir mahle et il y a plusors filles, elles partent toutes, se tant y a de servizes come de filles; et se mains y a de servizes, les ainnees en ont chascune .i., et se plus y a de servizes que de seurs, le fié est parti enterinement autant a l’une come l’autre. Et s’il y a chevallerie ou sergenterie non per, chascune seur fait le servize de chevalier ou de sergent et tant de mois come a lui monte a soie partie. L’ainnee doit faire l’omage et le servize de cors au chief seignor, et les autres tiengent de l’ainnee, et li doivent faire homage, sauve la ligece dou seignor selon l’autre assise, et le servize de tant de chevaliers ou de sergens come le fié monte deivent eles a l’ainnee seur; et l’einnee le doit au chief seignor de tout. Et l’avantage que l’einnee seur a si est que elle a l’omage et le servize et le mariage et l’eschoite des seurs, se elles meurent sans heirs.

Et je ai entendu vraiement que les .iii. filles de messire Henri le Bufle furent les premieres qui partirent, si come il est dit dessus, et le fié estoit de .x. chevaliers. L’ainnee espousa messire Ade, l’ainné fis dou seignor de Becen, et l’autre espousa le conte Joscelin, et la tierce espouza le seignor de Giblet, le Clopin. De l’einnee descendi messire Gremon de Becen, et de la feme le conte Jocelin descendi la mere de messire Jaque de la Mandelee, et de la feme au seignor de Giblet descendi messire Gui de Giblet et la feme de messire Garner l’Aleman, qui ot l’une des .iii. parties. Et celui qui est descendu de l’ainnee fait le servize en chief, et chascune des parties encores hui le jour, ou autre pour eaus, fait le servize de .iii. chevaliers et tiers, car chascune partie tient .iiii. mois .i. chevalier sodoier. Et pour toutes les chozes dessus moties est il bien aparant que l’assise est teile come elle est dessus devisee.

[58]

Ci orrés des fiés que les seignours donent et que cil meisme a qui il les donent les rendent et quitent as seignors.

Nous avons tous jours oi dire et veu l’avons de pluisours, que le conquerour dou fié le peut bien rendre et quiter au douneor en tel maniere que jamais il ne ses heirs ne recoverront celui fié. Et ensi avint de messire Rau de Tabarie qui rendi et quita au prince .i. fié que il li aveit douné a Triple, et dist que il voloit que chascun seust que il ne ses heirs n’avroient dreit en celui fié aprés ce que il, qui esteit le conqueror, l’aveit rendu et quité au doneour. Et dit l’on que le prince recut le fié et aprés dist a messire Rau, ’Puis que vous m’aveis quité le fié, quiteis mei la foi dont je vous sui tenu.’ Et messire Rau respondi, ’Je vous quite par ensi que vous quiteis moi.’ Et le prince dist, ’Ore vous ai je engingnié. Car celui qui avant quite se mesfait.’ Et messire Raou respondi, ’La promesse de la fei est au contenement et en la devise de l’omage, et l’omage est pour le fié. Et puisque l’on quite le fié, l’on peut bien quiter la fei qui est pour le fié, et toutes detes peut l’on quiter. Et se mesfait y a, il est de vous, car vous aveis reconeu que vous m’avés engingné. Et si tost come hom qui deit fei a autre li bee a engigner, il se mesfait en l’oure.’ Le prince respondi paroles que je ne sai mie bien.

Aprés ce est avenu pluisours feis, por les paroles devant dites et por autres, que moult de gent se gardent de quiter avant. Et en Chipre meisme vi je avenir auteil fait de plusours, et nomeement d’un chevalier d’outre mer qui avoit nom messire Manassier, a cui le rei dona Limniate. Et il li rendi et quita puis au rei en plaine court et s’en ala hors de la terre. Aprés revint et en plaidoia au rei, et fu posé sur court a recorder ce que en aveit esté et esgarder ce que en devoit estre. La court recorda que messire Manassier avoit rendu et quité le fié au rei, et esgarda que lui et ses heirs l’avoient perdu a tous jours. Mon seignor de Barut le viel fu a cel esgart et dist que ce avoit il oi et seu dou rei Aimeri et de messire Raou de Tabarie, qui moult sevrent d’us et d’assises et de raizons et moult furent soutil et sages de naturels sens, et a lui meisme senbleit il bien raison que chascun poeit rendre ce que l’on li aveit doné, et donc la saissine n’estoit onques partie de lui.

Et sans faille la maniere des dons des fiés est teil, que le seignor done a lui et a ses heirs aprés li, et ensi est il en mout de previliges, et se il n’est escrit si est entendu. Car en la vie dou conquerour n’i a rien l’air, mais, puis qu’il est venu a aucun des heirs, celui nel peut mie rendre. Car aussi bien sont heir les autres qui vienent aprés lui com il est, sauf ce qu’il deit tenir pour ce que il est premier. Et puis que la saissine est translatee a l’heir, les autres heirs ne pevent estre dessirités, se par autre assise ne le sont. Mais dou conquerour au douneor est il ensi jugié come il est dit dessus. Et ensi avint de maistre Ogier, qui rendi et quita son fié au rei, et aprés y ot moult de proieres de recovrer le. Et moult s’en entremist le conte de Jaffe, pour ce que maistre Ogier aveit moult servi li et sa mere au tens des Longuebars, et parmi tout ce ne vost souffrir mon seignor de Baruth que le rei rendist le fié, ains li redona tout de noveau por la proiere dou conte.

Et mon seignor de Baruth disoit que le conqueror le peust aussi bien rendre et aquiter a l’heir dou doneor come au doneor meisme, puis que la premiere saisine n’esteit translatee ne partie dou conqueror. Et je meisme enten que mon seignor de Baruth diseit raizon, mais je ne le vis onques avenir.

Une autre maniere de ce meisme y a qui est maintes feis avenue, et je l’ai veu et souvent oi avenir. Quant home qui a un fié de son conquest dont il a fait lige homage et servize de son cors et il treuve autre seignor qui li veulle doner fié qu’il plus ame, ou se il treuve fié qui se vent par l’assise que meaus vaut que le sien et il nel peut aver se il n’en fait ligece et servize de son cors, il se peut concorder aveuc son seignor en teil maniere devant le seignor et dire, ’Sire, je vous rens tel fié, que je ai de mon conquest, et le vous quit tout ce dont vous m’estes tenu pour le fié ou pour ochaizon dou fié de servize ou non de servize.’ Et le seignour peut respondre, ’Et je receif le fié et la quitance, et vous otroi et doing plain poeir de faire lige homage et servize de vostre cors a qui que vous volés. Et vous quit tout ce que je puis et doi, sauve men hennour et ma foi.’

Tout ce qui est dit et escrit dessus me semble la plus couvenable maniere, et aussi je enseingne et fait et fais faire as pluisours. Et se le seignour vausist faire bonté a l’oume, il li porreit bien faire. Car maintes feis est avenu que le seignor doneit a son home plain poer de faire ligece et servize de son cors a autre seignor par devant lui sans lui sauver, et le fié demoureit en la main dou seignor tant que l’oume ou son heir le recovrast, faisant ce que le fié deit. Et aucune feis est avenu que l’ome qui tient le fié et la fei que le seignor li deveit, et l’ome se teneit apaié que le seignor li otreiast et donast plain poeir de faire lige homage et servize de son cors a cui que il vozist, et le seignor ne li faiseit autre quitance, car teil esteit l’acort des .ii. parties.

[59]

Vous avés oi comment l’ome peut rendre le fié qu’il a de son conquest au seignor. Aprés orrés dou fié dou conquest meisme: une choze que j’ai tos jors oi, meis je ne la vi onques avenir, ne n’oi dire que jugement en fust fait. Car sens faille l’on dit que l’ome peut doner et laissier le fié qu’il a de son conquest, tout ou partie, auqueil qu’il vaudra de ses heirs, faisant aprés son decet tel homage et teil servize come le fié deit.

De ce avint que messier Renier de Giblet le viel, que l’on tint a moult sage et qui tous ses fiés aveit de son conquest, douna et laissa a messier Renier le jone le fié dou Pistac et a messire Josselin le fié d’Avegore. Et ces .ii. estoient les plus jovenes, et il en avoit autres .ii., messire amauri et messire hernois. Messire Amauri esteit l’ainné, et le pere li aveit fait aver en sa vie les .ii. pars de Piles, et il teneit la tierce, et aprés sa mort le li laissa. Et laissa les .ii. fiés dessus motis a ses .ii. jones fis desus noumés. Aprés tout ce vint messire Amauri, l’ainné fis, devant le rei Aimeri en la cort et requist, come ainsné et come dreit heir, tout l’iritage qui aveit esté de son pere et a ses heirs, et allega toutes les raizons que il sot et pot. Les autres .ii. tindrent les fiés et allegerent le don dou conquest de lor pere. Assés i ot plait, et en la fin i ot pais, tenant tout ce que le pere en aveit doné et devisé. Et dist l’om que le rei en aveit moult aidé as .ii. jones freres, et que lor meire en dona grant aveir au rei et li dona un bains que son baron, messire Renier, li aveit laissié, que encores sont apelés les bains de messire Renier de Giblet. Et les heirs des .ii. jones freres ont et tienent les fiés quitement en pais.

Et bien peut estre que d’autres pluisours est avenu ce meisme, mais jugement n’en fu onques fait que je sache, si come je dis dessus. Et je entens que le plus bel sereit et le meillor qui faire le porroit, que l’on porchasast vers le seignor au coumencement que le don fust par condecion en teil maniere que le conqueror le peust doner ou laissier auqueil qu’il vaudreit de ses heirs. Et aussi l’ont fait pluisours gens et porchasié. Et qui ce ne porreit porchassier, et il avenist que le conqueror tenant le fié de son conquest eust aucun heir que il amast plus que lainné, il porreit venir au seignor et rendre lui et quiter le fié de son conquest, tout ou partie, si com il est dit desus, s’il peut porchaser devant ver le seignor que il le donast de noveau don a celui qui l’ome vaudreit. Meis tant y avreit de peril se ce fust en Chipre, et celui qui avreit le noveau don morust sans heir de feme espouse, les heirs dou premier conqueror en seroient desirité. Et qui ce fereit qui est desus devisé par raizon ne porreit ne devreit aver plait ne content entre les heirs.

[60]

Au coumencement, quant les premieres assises furent faites, fu ordené et aprés usé, quant aucun se clamoit d’autre, disant que il l’aveit feru de main ou de pié ou de baston, se cil l’otroiet d’orgueil ou pour veir dire, il paiet .c. besanz au seignor et .c. sols au feru, se il esteit Franc, et, se il esteit Surian ou Grifon ou serf en aucune maniere, .l. besanz au seignor et .l. sols au feru; et se le clamor esteit de cop d’arme esmolue ou de mace de fer, il deveit perdre le poing. Et s’il voleit le cop neier, de que qu’ il fust, et le feru le peust prover par ii. leiaus garens de la lei dou feror, il esteit encoru de la paine dessus devisé, sauve d’arme esmolue ou de mace de fer, et y avreit tornes de bataille, por ce que la paine est si grant com de perdre membre. Et en la garentie dont l’amende est de deniers, si com la quantité est desus motie, disoient le plus de gens que il n’aveit nules tornes de bataille contre les garens; et aucuns disoient que si aveit, pour ce que il y a une assise qui dit que de toute querele d’un marc d’argent ou de plus y a tornes de bataille contre .i. des garens.

Adonc meisme fu ordené et assis que se aucun chevalier se clamoit d’autre chevalier, disant que il aveit batu, et l’autre en fust ataint par son otrei ou par garens, si com il est desus devisé, paier deveit mil besanz au seignor et douner herneis de chevalier au batu et teiles armeures coume l’on deit doner a celui qui l’on fait chevalier. Car cil qui le bat ne semble pas que il le tinge por chevalier; et, por ce que il le desfait, est bien raizon qu’il le reface.

Et se il avenist que aucun ou aucune se clamast d’autre de morsure de dens aparant et l’autre le neiast, et cil le peust prover si come il est dit desus, la paine establie de la quantité desus motie devreit paier; et qui qu’il fust, home ou feme, se il n’eust de quel paier, les .ii. maistres dens devant par dessus devreit perdre. Et se la morsure tornast a mahaing, n’i a point de paine de deniers, ains doit perdre tout outre les .iiii. maistres dens devant. Et se la morsure torne a mort, le fait doit estre conduit come murtre.

De toutes ces chozes desus escrites, ai je entendu qu’elles furent aussi assises et devisees et lonc tens usees, ne je n’entendi onques ne sos que de tout ce i ot rien cassé ne osté. Mais aprés avint, au tens dou rei Baudoin, que il li sembla et as preudoumes, qu’il aveit grant hennui et tribol et travaill es chozes desus escrites; car les povres homes et les estranges ne trovoient mie legierement garens qui de lor gré portassent la garentie, ne le seignor n’en peut nul destraindre, et les puissans trovoient plus legierement garens; et se il i aveit aucun faus, les povres et les estranges n’avoient poeir de lever en .i. garent. Et quant les pellerins se clamoient, et l’en lor faisoit maintenant droit, il s’en partoient tous laidis et se plangoient par tout la ou il aloient. Et por ce le rei Baudoin fist l’assise qui ore est la plus usee et la plus delivre, et encores l’apelle l’on ’l’assise dou rei Baudoin de cop aparant’. Et ce cil de la court qui veent le cop dient et guarantissent que y a cop aparant, tantost covient, sans jor et sans respit aver, que ce il fornisse l’assise de qui l’om se claime, c’est assaver se il nee le cop, il deit jurer sur sains que il ne li a fait celui cop que la court a veu et garenti pour cop aparant. Et se il ne veaut le cop neier, il deit paier pour le Franc .c. besanz au seignor et .c. sols au feru, et por l’autre .l. besanz et .l. sols. Et por la morsure apparant tout aussi. Et se chevalier se claime d’autre chevalier par cele meisme ’assise dou rei Baudoin de cop aparant’, se celui de qui l’on se claime le veaut neier par son serement, por tant en est quite. Et se il ne le veaut neier, il deit paier au seignor mil besanz et douner harneis de chevalier et armeures au chevalier batu, si come il est dit desus en la premiere assise. Se chevalier batu se claime par ceste assise meisme de cop aparant d’autre qui ne seit chevalier, aussi en sera quite celui qui que il seit, se il veaut neier le cop par son serement; et se il ne veaut jurer il deit perdre le puing, car en ce endreit n’i a il nule amende de deniers. Et la ou je parlai en la premiere assisse de chevalier batu, obliai je a dire que ce il avenist que se sergent ou vilain ou garzon batist chevalier, et il en fust ataint par son otroi ou par garens en la maniere que est la dite par garens, celui qui avreit le chevalier feru deit perdre le poing destre.

Et je entens que se il avenist que se aucune persone se clamast d’autre par ceste ’assise dou rei Baudoin de cop apparent’, et celui de qui l’on se clameroit fornist l’assise si com il est dit dessus, et il avenist aprés que le feru receust mort par celui cop dont l’assise fust fornie et aucun en vosist le feror apeler de murdre, il s’en deliverroit por tant que il en avroit fait de l’assise fornie, se il seust.

Tout ce qui est dit desus si est as clamors selon les assises et les ussages du roiaume de Jerusalem. Mais bien ai je veu et seu que bons seignors et sages a mostre ou a plainte de murdre et de chevalier laidi et de feme esforcee et d’autres forces faites as povres gens et de tous grans otrages faisoient enquestion de toutes autres persones, sens lor homes qu’il deivent mener par court, et s’il par l’enquestion poeient netoier lor consienses, il en faisoient bone justise par la raizon que seignor est tenu de faire justise.

[61]

Quant aucun est plege a un autre ou a son coumandement, se le terme passe que il ne seit paié ou son coumandement, et celui ou son coumandement li demande guage, tantost li deit doner. Et par quinzeine, se cil veaut, il peut retenir le guage, et, s’il veaut, il li peut recreire jusque la quinziene, et adonc il deit rendre. Et quant la quinzeine est passee, il deit faire crier le gaige .iii. jors, et au tiers jor livrer par lendemain toute jor, et se le detour ne rescout le guage, lendemain il est encoru. Et puis que le premier est encoru, le plege doit douner tant de guages, l’un aprés l’autre, a celui a qui il est tenu, se il l’en requiert, come la plegerie monte. Et celui les peut faire crier et vendre maintenant en teil maniere que guage ne seit ce ne vendu a jour de feste gardee et celebree. Se la plegerie est de bezans, chascun guage deit valeir au mains .i. bezan, et s’ele est de deniers ou de sols ou d’autre quantité, le guage doit valeir au mains .i. de cele quantité. Les guages deivent estre crié et livré, s’il sont en vile, en leu ou l’en ait usé generaument a crier et vendre les guages, et, se le fait de la plegerie et les .ii. parties sont d’autre leu que de vile, les guages deivent estre crié et vendu en leu couvenable et devant aucune assemblee de gent.

Toute la maniere desus devisee fu establie pour ce que le detour eust leisir de rescoure le guage. Et s’il avenist que le detour por ochoison de rescoure le guage ou d’eslongier le terme de sa dete, finast a celui a qui il deit en teil maniere que il li donast respit a autre terme moti, et le plege ne s’obligast a celui terme, por tant sereit quite de la plegerie, se il se peust prover.

Et s’il avenist que aucun se clamast de son plege, et le plege noiast la plegerie, et celui la provast, le detour sereit quite et le plege paieroit. Et por ce se il avient que aucun se clame de son plege, il ne deit pas neier la plegerie, mais il peut dire que il n’est pas remenbrant de la plegerie ne qu’il seit son plege. Mais se il l’en fait remembrant, si com il doit, il li fera volontiers que plege. Adonc se celui le peut prover par .ii. garens qui jurent, asseis est. En teles guarentie n’a nulles tornes de bataille contre le guarent, qu’il que soit la quantité. Ne a clamor de plegerie n’a nul jor selon l’assise.

Et s’il avient que aucun plege perde son guage, et il se claime dou detour, motissant la quantité de son guage outre ce qu’il a esté vendu, le detour peut respondre que non place Dieu que son guage vausist tant. Et ce est il prest de jurer, et en son serement en bone fei il motira la valor dou guage, s’il veaut faire le sairement, il est a lui. Et s’il veaut, il peut torner le sairement a celui qui esteit plege et de cui estoit le guage, disant, ’Je vous tieng por leial, et vous savés meaus que valoit vostre guage que je ne fais. Ce que vous jureis qu’il valut, je vous paierai et sans faille.’ Jadis soleit estre le seirement a celui qui esteit le guage, mais aprés fu renovellé l’assise et torné le seirement au detour, por ce que aucuns pleges en faisoient malice et prisoient, par lor seirement, lor guage si chier que il destruoient les detours. Et aucune feis covenancoient les detours, quant la plegerie se faisoit: se les pleges perdoient lor guages por cele plegerie, il devoient estre creu de lor perde par lor plaine parolle; et ce disoit on por ce qu’il devoient jurer se ce ne fust. Et en cest establissement qui ores court, le diton bien sovent. Mais por ce covendreit prover le covenant par recort de court ou par garens, se le detour le vausist neier, et le plege en deust estre creu par sa plaine parolle.

Et s’il avenist que il i eust descort del guage, que l’on dist que il eust esté vendu autrement qu’il ne deust, por plus ou por mains, ou a jor de teste, le crior en doit estre creu, se il est crior establi qui ait fait serement de loiauté. Et s’il avenist que aucun se clamast d’autre, disant que il l’eust mis en plegerie teil quantité de vers teil, et celui se vausist neier tout outre, il couvendroit que celui qui fu plege le provast tout aussi come d’autres quereles; mais pour grant desloiauté et malice devroit estre tenu a celui qui sereit ataint de teil mensonge.

[62]

Celui qui vent sa beste as us et as costumes de la terre: l’achetour le peut tenir tout le jor qu’il l’achate et doner li orge la nuit, et lendemain, ains que la beste soit abevree, chevauche la matinee, et se il ne la fait abevrer avant que midis seit au plus tart, il est ou chois de l’achator dou retenir por le pris qu’il l’ait acheté ou de rendre la au vendor, sauf ce, se le vendor veaut dire que l’achator li ait sa beste mahaingié ou surmenee jusqu’a grant empirement, l’achator se doit escondire par son seirement ou retenir la por le pris de l’achet. Se aucun achate beste restive, il la peut rendre dedens an et jor et recovrer sa monee, se la beste est restive aparaument ou s’il peut prover par .ii. loiaus garens que il la virent restive droitement; sauf ce que le vendor veaut dire que sa beste n’esteit mie restive et que l’achator l’a mal menee et faite restive a force, l’achatour se deit escondire par son seirement, s’il veaut recovrer sa monee.

Se celui qui vent sa beste est pelerin, et il la vent sor le passage, et il avient qu’il se repente et veulle demourer en la terre, il peut recovrer sa beste en tout le tens dou passage, rendant ce qu’il la vendi. Et s’il s’en vait a l’autre passage aprés et vent cele beste meisme, l’achator premier le peut aver par le pris de la premiere vente, s’il veaut.

Se aucun chevalier, ou home lige ou sodoier qui ait sols, vent son cheval et le hauberc de son dos qu’il n’ait autre, et il avient que le seignor le semont d’aler en ost banie dedens .xl. jors aprés la vente, le vendor peut recovrer son cheval et son hauberc, rendant ce que il le vendi. Mais d’aucune chevauchie ou le seignor n’alast et qui ne fust ost banie ne sereit pas enssi; car ceaus de la chevauchee pevent recovrir as chevaus de ciaus qui demorent et as haubers. Et toute voie, s’enssi avient, le vendor est en la merci dou seignor de ce qu’il a vendi son cheval et son hauberc et n’aveit autre. Et se il avient que chevalier, ou home lige ou sodoier qui ait sols, enguage son cheval ou les armeures de son cors, et son seignor ait mestier de son servise, le seignor peut faire tolir le cheval et les armeures au prestor et rendre a celui qu’il a semons en son servise tant come la semonse dura, par si que, si tost come la semonse faudra, le seignor deit faire paier le prestour dedens .vii. jors, come de dete coneue. Et s’il avient que aucun face vendre sa beste ou autre choze au criage com guage de plegerie ou com aver de mort ou guage a bandon, a livrer et paier adés, et le seignor peut saveir que ce seit barat et engien por vendre et aver la paie maintenant, le seignor deit aver la beste pour la justise dou barat ou l’autre choze queile qu’ele seit, et l’achator doit recovrer ce qu’il a paié, s’il veaut jurer qu’il ne saveit ne entendoit qu’il i eust engin ne barat. Et le crior qui en teil maniere crie et vent ne deit plus estre crior, ains deit forpaisser, s’il ne veaut jurer que il entendeit vraiement que ce fust guage a bandon ou aver de mort. Se l’on peust saver qu’il se parjurast, il devreit estre en prison .i. an et .i. jor et aprés forpaseir a tous jours.

[63]

Aprés vient l’assise qui dit que l’om ne peut demembrer fié des servise que por partie de servise.

Se le fié deit ensemble servize de pluisors persones, chevaliers ou autres, adonc peut doner le seignor partie de fié en teil maniere que le chief dou fié, c’est assaver que ce que li demore, remange et seit fort; et tout l’autre peut il doner ensemble ou par parties a tant de gent et a teils come le nombre dou servise porporte, faisant a lui et a ses heirs l’omage et le servize, sauve la ligece dou chief seignor dou pais selon l’assise des liegeces.

Et aucunes gens dient, se aucun ait doné .i. fié ou pluisours, et a lui est tant demoré qu’il en peut encores doner .i., et il le veaut doner, il covient qu’il le doint en teil maniere que ce que li demore por le chief seit plus fort que la plus fort partie qu’il avra doné, contant et faisant parelles toutes les parties donees a la plus fort. Et dient le porquei: car le plus foible partie peut escheir et revenir au doneour ou a ses heirs, et se ce avient, autant porra il doner a .i. com il a doné a l’autre. Et en toutes manieres doit le chief demorer fort.

Aucuns autres dient que ce que est doné ne deit mie estre conté ne acoilli, si com il est dit desus, mais ce que l’on done et ce que l’on peut aprés doner doit estre conté et prisié en teil maniere que le chief remainge fort. Et se ce avient que ce que est doné eschee et revienge au doneor, a sa volenté seit dou doner ou dou retenir ce meisme ou le vailliant. Et je m’acort au desreain dit.

Aucune feis avient que aucun a fié por sei autre, ou por autres pluisors, sens servise de son cors. Se l’on li done celui fié en cressement de l’autre que il aveit, il est essemble a l’autre et peut estre aussi come l’autre en la maniere dessus devisee. Et se il est donei par sei et il y a .i. soul servize d’une persone, celui ne peut estre demembré. Car servize d’un soul ne part mie a tous jours; mais par doiarres se part il. Ne tout ensemble ne le peut on deneir, se l’on ne le done a son dreit heir par l’autre assise que vos oreis aprés. Et s’il y a servize de pluisors, ja n’i ait il servize de cors, l’en le peut partir par parties pour le servize tot enssi come l’autre, sauf ce que l’on deit retenir l’un des servizes por le chief, pour ce que ce est .i. fié par sei, et le chief deit estre fort aussi come de l’autre. Ne tout ensemble nel peut on doner.

L’assise de la teneure d’un an et .i. jor des heritages qui sont dedens ville est contraire a ceste assise et la desfait en tant. Car par cele remaint le fié demenbré de l’iritage qui est dedens vile par les raisons qui sont escrites la ou je parlais de la teneure d’an et jour, comment celi qui tient cel heritage en peut respondre. Et je entens que l’assise de la tenure fu faite aprés ceste, et por cela casse elle. Et la meisme ou je parlai de l’assise de la teneure, devisai je coment et pour quei.

[64]

Dous manieres y a par assise cment l’en peut faire aveir en sa vie tout son fié enterinement a son dreit heir.

L’une si est quant on se rent aparaument en religion: le fié escheit a l’heir ausi dreitement com se le rendu fust mort.

L’autre est teil que l’on, par l’otroi dou seignor, peut doner son fié tout ensemble a son dreit freir et as heirs de son heir. Et s’il est ensi fait et le seignor en receit l’omage et le servise de l’eir, et il l’a et tint enterinement, ferm et estable est a tous jors. Mais sovent est avenu, et avenir peut, que l’en done son fié a son heir par barat, quant l’en le quide meaus marier ou par aucune maniere de profit, et il le rent ou coumande ou li l’ait aver et tenir si qu’il en est saissi et tenant et servise faisant toute sa vie. Quant Dieu fait son coumandement de lui, la saisine et la teneure dou fié vient par dreit au plus prochain dreit heir qu’il a en l’oure que il vient de vie a mort, ne ja, por choze que faite en seit, ne remendra que aussi n’avienge. Et se l’on rien li demande, il plaidera saisi et tenant. Et sovent est avenu que l’eir de celui a qui le fié estoit doné le perdeit, et l’eir, qui plus estoit prochain de celui qui moreit au jour de sa mort, aveit la saisine et le fié a tous jours. Mais se il avenist que plait en fust, l’en jugereit selon le dit des parties et selon les consiences des juges.

[65]

Aprés vient l’assise de l’avantage que le seignor a, se son home li defaut de servise, par quei il en seit ataint resnablement. Le seignor deit aver et tenir le fié .i. an. et .i. jour. Et ce est choze moult usee et resnable, se la semonse dou servize n’est de bezoing moult perillous au seignor ou a sa seigorie, ou se le perill dou bezoing n’est moti en la semonse. Mais se la semonse est por bezoing perillos moti en la semonse, et que le semons ait esté trové et semons en presence, et que il n’ait heu enssoine aparant et covenable, par teil defaut de servize, se la court conoist que le bezoing fust perillos, si com il est dit dessus, l’ome deit perdre son fié toute sa vie, et le seignor le deit aver d’amende. Mais se l’ome ne fust trové a la semonse, et il fu semons en son osteil, moti ou non moti le peril, et quant il vendra devant le seignor, et il li veaut dire que, par le fei qu’il li deit, qu’il ne saveit le peril dou seignor ne de sa seignorie, la paine n’est que de perdre le fié .i. an et .i. jor, ja si grant n’avra esté le peril.

Et quant il est avenu que le seignor a semons aucun de ses homes de son servise par homes liges, si com il est usé, et cil ne vient au jor et il veaut que la court le conoisse a quei il se peut prendre de celui qui est defailli de son servize, sovent est avenu et avient que le seignor fait venir en la court et les .iii. homes liges qui portent garentie de la semonse et dient que le jor est passé. Adonc coneist la court que le seignor se peut reconeistre au fié et faire s’en servir por ce que si tost com celi vendra devant le seignor, le seignor li deit faire ravoir sa saisine et sa teneure, et aprés core dreit entre le seignor et l’ome. En cestui mot est entendu que le seignor peut aprés dire ce qu’il veaut et aver le defaut dou servize a grant ou a petit; et l’ome peut dire toutes ces escussacions, et le jugement y ert sur la court. Et ceste maniere dessus devisee est la plus usee. Et le seignor entent que il est deschargié et que l’ome est ataint, puis que la semonse est garentie en cort par les .iii. homes liges qui la furent. Et bien est veir qu’il est deschergié de tant que il a prové la semonse. Mais ce qu’il dit que son home li est defailli de servize n’a il mie prové. Car cil qui le semonstrent ne pevent saver s’il, a jor qu’il li motirent, fist le servize ou non, ne la court qui fait la couneissance n’en seit rien que par le dit dou seignor. Mais por ce que la fei i est dou seignor, chascun deit entendre que le seignor a son ensient dit verité. Et por ce que aucun porreit estre semons de faire servize en leu ou le seignor ne sereit, et i vendreit a tens et a houre et fereit son servize et de ce avreit bone garentie, et sur ce le seignor, qui ne le savreit, direit que il sereit defailli et en requeroit la coneissance de l’amende, por ce dit la court que si tost com l’ome vendra devant le seignor qu’il deit raver sa saisine et aprés core dreit. Et je entens, se la court vausist, qu’elle poreit bien dire au seignor en la coneissance, si enssi est com il dit, qu’il se peut reconeistre ou fié et faire s’en servir. Et ce direit la court, pour ce qu’ elle ne seit rien dou defaut que par le dit dou seignor, mais l’on se seufre dou dire por l’enor dou seignor, et por ce que l’ome qui est semons n’i deit rien perdre, se il se peut escuser resnablement, quant il vendra en court devant le seignor.

Une autre maniere y a de conoissance de defaut de servize. Aucune feis est avenu et peut avenir que le seignor vient en court et dit qu’il a semons aucun de ses homes de son servize, si com il deit, et celui li est defailli, dont il en veaut aver teil raizon come la court conoistra qu’aver en doie. La court a coneu pluisors feis et peut coneistre resnablement, ce me semble, que, se enssi est come le seignor dit ou fait dire, il se peut reconeistre au fié tout aussi com il est devisé en l’autre maniere desus dite. De ceste deraine maniere a esté aucune feis la court en debat, por ce que la semonse n’est provee et que l’autre maniere est plus usee. Mais a mei semble que autre si bien peut l’on faire coneissance de la desraine come de la premiere. Car de l’un et de l’autre demore le defaut ou dit en la fei dou seignor. Mais en la premiere a le seignor tant d’avantage qu’il a prové la semonse.

L’assise porporte les .ii. manieres d’amende de defaut et de servise, qui sont devisees au coumencement, c’est assaver celle d’un an et .i. jor, et l’autre de toute la vie de celui qui deffaut. Aprés voz ai devisees les .ii. manieres de coneissance que l’on use et peut user, ce me semble, selon ce que j’ai oi et veu, et bien enten je que de teil fait porreit avenir plait en teil cas entre le seignor et l’ome, que mout y avreit a jugier.

[66]

Se aucun recomande son fié a son seignor en court, et le seignor le receit, il le peut tenir resnablement tant com celui qui l’a recomandé le laira. Et s’il le veaut aver, ne le peut recovrer tant que .i. an et .i. jor seit passé enterinement. Car teil est l’amende de fié recomandé. Mais aprés l’an et le jor le deit aver, s’il le requiert, et aprés n’i a nule amende.

Et s’il avient que l’ome recomande son fié a son seignor, et le seignor respont qu’il ne receit pas la recomandise et dit porquei, motissans aucunes raizons, et celui qui le veaut recomander li offre par .iii. feis, et en la fin li offre par .i. baston ou par .i. gaint ou par aucune autre choze que il tienge en sa main, et mete cele choze devant le seignor, disant que il li recomande son fié, et ’vaille que valeir devra’, se le seignor se taist atant, sens dire que il est en peril de son cors ou de sa seignorie et se il s’en part qu’il en vaudra aveir teil raison com la court coneistra: se le seignor ne dit ce, et l’ome s’en part autant, il s’en vait sens peril, et le seignor ne peut metre main en son fié, por ce que il a dit qu’il ne le receit pas, sauf ce, se le seignor veaut puis venir en la court et dire, ’Teil home m’offri son fié en recoumandise, et je nel vaus recevre, ains respondi ce que voz entendistes; et voz oistes mon dit et le sien. Se voz coneissiés que son dit fu resnable et mon respons ne sufist, je veull que vous me coneissiés, selon son dit et mon respons, que je en doie et faire puis par raison.’ Adonc se la court entent que le vavassor dist et fist ce qu’il dit et pot faire selon l’assise et que le respons dou seignor n’a leu, bien peut conoistre la court que le seignor deit et peut recevre le fié et tenir an et jor, si com il est dit dessus.

Mais se il avient que le seignor, au recomander dou fié, nel veaut recevre, disant et motissant le peril en quei il est, requerant esgart de ce, se il en est en leu covenable por esgart aver, ou se il fust en champ et il dist tant sans plus, se l’ome si part dou champ ou d’autre leu perillous, que il en vaudra aveir teil raison com la cort conistra que aver en doie. Et encore s’il avenist que le seignor ne deist plus que tant solement motir le peril, disant que por tant ne veaut recevre la comandisse, et sur ce l’ome s’en partisse, disant, ’Vaille que valeir devra,’ et aprés avenist que la court coneust que le peril fust teil que le seignor peust resnablement refuser la comandise, l’ome sereit desirité toute sa vie selon l’assise. Mes il covendreit, quant le seignor vaudret metre main au fié, que ce fust par coneissance de cort. Et se l’ome fust present, la coneissance devreit estre teil com de defaut de servise, c’est assaver que le seignor se peut reconeistre ou fié et faire s’en servir par si, quant l’ome vendra avant, qu’il recovre sa saisine, et aprés core dreit. Et se le seignor a recort de court dou respons et dou contredit qu’il fist a la comandise, et la court seit le peril, le dreit qu’il cora sera teil com l’assise porporte, c’est assaver que l’ome perdra son fié toute sa vie, et le seignor l’avra por l’amende dou mesfait.

[67]

Celui qui estraie son fié a tant d’avantage: se nus s’i remet, et il revient a son fié, il i peut entrer sens faire requeste au seignor ne a autre.

A l’encontre de cestui avantage a peril: car teils s’i poreit metre et tant le porroit tenir qu’il plaidoiereit saisi quant celi vendroit et le requeroit. Et moult est laide choze d’estraire son fié, car celi qui le fait il semble qu’il s’enfuie. Et se le seignor vient en la court et die, ’Teil houme a estreié son fié. Je veul que voz me coneissiés a quei je m’en puis prendre,’ la court conoistra et dira, ’Sire, se enssi est, vous poés reconoistre ou fié et faire vos en servir par si com si tost qu’il voz requera vous le deveis remetre en saisine, et aprés core dreiz entre vous et lui.’ Ceste maniere desus dite n’est pas si bone au seignor com est la semonse de servize, car, par la semonse, se l’ome defaut, a le seignor l’amende de .i. an et .i. jor aprés ce que l’ome est revenus en son fié, si com il est dit en pluisors leus desus. Et de fié estraié n’i a nulle amende establie puis que l’ome revient au fié, et peril y a au seignor se l’ome veaut neier qu’il n’a estraié son fié. Et l’ome rest en peril se il veaut neier ce que est choze coneue. Et en toutes guises vaut meaus au seignor qu’il face semondre son home de son servize par les .iii. conoissances en son osteil, se il l’a, ou en son fié.

[68]

Aprés vienent les assises des mariages des femes qui tienent dou seignor fié d’eritage ou de bailliage qui deit servize de cors.

Au coumencement et grant tens aprés que la terre fust conquise se marioient les femes a leur gré et a leur volonté, et souvent se marioient les femes liges en teil maniere que le seignor esteit mal servi des maris, et les amis et parens des femes meisme s’en tenoient a mal paié et se couroussoient, et tout le pais en valeit de pis. De ce avint que enssi fu establi que nule d’eles ne se peust marier sans le congié dou seignor et par le plus et le meaus des amis charneis de la feme. Aprés avint que le seignor prist si tout le poeir a sei, que il les marioit quant il voloit et a teis com il voloit. Aucunes feis en parloient aucuns de lor amis; aucune feis non. Tant corut ce que grant murmure en fu encontre le seignor. Adonc par comun acort dou seignor et des homes liges fu faite l’assise qui est desous devisee et est teille:

Le seignor ne peut nule veve esforcier de mari prendre tant que .i. an et .i. jor soit passé aprés la mort de son mari qui fu. Aprés la peut semondre d’esposer mari, et il en deit offrir .iii. qu’ele preinge lequeil qu’ele vaudra. Et tous les .iii. deivent estre pareil a la feme et au mari qui mors est, car la feme est a chois de dire lequeil elle vaudra, et metre avant le parage de li ou de son mari qui fu. Et le seignor ne la deit desparagier, se elle ne l’otroie.

Et quant le seignor la viaut semondre de mari prendre, il le peut faire par .iii. de ses homes, et cil la deivent semondre, se il la trevent. Et se il ne la trevent, il la deivent semondre a son hosteil ou en son fié, por ce que ce est maniere de servize. Car le fié qu’ele tient deit servize de cors, et le seignor ne veaut mie qu’ele le tienge, faisant le servise d’un soldoier. Et le jor que l’en li done d’espouseir mari n’est mie de .iii. quinsaines, si com d’autre servise, ains doit estre jor covenable et en tens et en saison que sainte yglise a establi de faire mariages.

Et se le seignor le fait si com il est dit dessus et devisé, et la feme passe le jor de la semonse sans faire le commandement dou seignor, le seignor peut requere que la cort li conoisse a quei il s’en peut prendre. La court conoistra ce meisme que l’en conoist d’autres servises. Et aprés se elle vient avant, si ravra sa saisine. Et se le seignor veaut aver dreit de li, et elle ne peut mostrer par esoigne qu’elle ait eu, ou par aucun des poins de l’assise que elle seit delivre de la semonse faite, le seignor porra par esguart de court ou par coneissance aver son fié tant que elle ait fait son comandement de mari prendre.

Et tout aussi peut le seignor semondre et mener une pucelle qui ait fié qui deit servize de cors, puis que elle a .xii. ans complis, sauve la difference dou parage dou baron que la feme veve avra eu.

Et s’il avenist que aucunes d’elles se mariast sans le congié dou seignor, et il en vausist aver dreit par sa court, aprés ce qu’ele vendreit en la presence de la court, de ce ai je oi et veu grant debat. Car les .iii. plus sages que je onques veisse desa meir, c’est assaver mon seignor Raou de Tabarie, mon seignor de Baruth le veil, et mon seignor de Saieste, en estoient en descort, si que nus d’eaus ne disoit ce que a l’autre en semblet. Et ce qu’il en disoient n’esteit mie en court.

Mais quant l’en lor enqueret, messire Raou diseit qu’il entendeit que l’amende de teil mesfait est auteil com de deffaut de servize, pour ce que ce est maniere de servize, mais que celui qui la feme avra espousee seit teil que il puisse deservir le fié covenablement, et qu’il puist seir en court et aver vois en court a tout ce que les autres frans houmes deivent aver, si que l’en ne le puist lever de court et osteir a honte dou seignor ne de la court ne de lui meisme, et qu’il ne seit mesfait au seignor de choze aparant, si que le seignor puist dire que il est son ennemi et que teil home ne deit mie estre en son servize et en son homage maugré sien; sauves les chozes desus moties, il diseit que le seignor ne poeit mener la feme ne le noveau mari a plus de paine ne d’amende que d’avoir et tenir le fié an et jor. Et diseit que se il fust en court, il direit ce meisme, se il n’oist meaus dire et qu’il le coneust.

Mon seignor de Baruth diseit que il entendeit que la feme sereit deseritee tant com le baron qu’ele avroit espousé sans congié dou seignor vivret; et s’il morust et elle venist devant le seignor, si com elle deust, de faire son comandement de mari prendre selon l’assise, adonc recovreroit son fié. Et ce direit en court, se il i fust, se il n’oist meaus dire et le coneust.

Et mon seignor de Saieste diseit qu’ele sereit desiritee toute sa vie.

Et por ce que la raison n’esteit clere ne coneue, ne jugement n’en avoit esté dont la court fust remembrant, les seignors n’en voloient entrer en plait ne en jugement, ains chassoient et congetoient dou pais ceaus qui enssi espousoient femes et les manecoient a laidir ou a pendre, et as femes ne respondoient les seignors de rien quant elles venoient sens lor avoé. Et se celui qui espousoit en teil maniere estoit home dou seignor d’autre choze, et il et la feme ne requeroient rien dou fié de la feme, atant s’en passeit le seignor. Car les franches femes ne sont mie serves por lor fiés, ains se pevent marier a lor greis se eles veulent le fié laissier. Mais celui qui est home dou seignor ne la devreit espouser ne entrer ou dreit dou seignor sans son otroi por aver le fié de la feme. Et se il le requist en court, le seignor le poroit moult greveir, se il le seust, et aucuns de ses pers l’en poroit apeler. Et queque l’on die des dis des .iii. sages homes dessus nomeis, je m’acort au dit de mon seignor de Baruth, et je ai entendu que ainssi a il esté jugié aucune feis en court, et n’a gaires que ce fu jugié en la haute court de Chipre.

Et les seignors ne pooient destraindre de mariage les femes qui ont douaire, ne celes qui ont fiés qui ne deivent servise de cors, ne elles ne se pevent marier sans le congié dou seignor, car n’est dreit ne raizon qu’elles puissent metre home en l’omage ne en servise dou seignor mau son gré. Et se elles le font, l’amende et la paine en est teile come des autres.

[69]

Aprés vient l’assise qui est contre tous ceaus qui osent dire que la court dou seignor, la grant ou la petite, seit fausse, ou qu’elle ait fait faus jugement. Ceste assise fu faite lonc tens aprés les autres por les outrages que aucunes gens disoient et faisoient en l’une court et en l’autre, et de ce aveneit que le seignor ne trovoit nul home qui vausist estre juré de la court dou visconte et des bourgois. L’assise est teile:

Se aucuns vient en la haute court et dit que la court est fausse ou qu’elle a fait faus jugement, tous ceaus de la court l’en doivent desmentir et tendre lor guages encontre lui devant le seignor. Et se il tent le sien, et le seignor le receit, aprés ce n’i peut aver fin ne merci. La bataille doit estre telle qu’il se deit combatte a tous ceaus de la court, l’un aprés l’autre, se il tant dure. Et la court peut a son chois avant et aprés metre en la bataille tous ceaus de la court qu’elle vosdra, l’un aprés l’autre. Et la bataille doit comencier dou jor que elle est guagee en avant, toutes les feis que la court vaudra, et deit estre parfaite dedens .xl. jors puis qu’elle fu guagié. Le seignor doit faire celui guarder en teil maniere qu’il ait ce que mestier li sera por son cors et por la bataille. Et se il est vencu, il deit aver copee la teste, et li deit l’on traire la lengue par deriere et doit estre atachee derrieres la teste, et sur une lance mise, et .i. home a cheval la deit porter tout le lonc de la ville ou le seignor sera, et le criour doit crier devant, ’Gardés vous de dire teil outrage com teil home dist, qui apella la haute court de mon seignor fause, qui est bone et leiale. Car teil est la justise de mon seignor.’

Et s’il avenist en aucune maniere que celui eschapast et fuist puis que les guages seroient doné et receu, il deit estre desirité toute sa vie et tous les heirs que il avreit engendreis aprés ce que il avreit apelee la court fause, et toute voies, se le seignor le peust prendre, il en doit prendre la justise desus motie.

Et se la court fust vencue toute, elle doit estre tenue pour fause a tous jors, ne nus ne tendra son jugement de qui i en avant, se il ne veaut, et le desrain de la court qui sera vencu deit aver copee la teste ou champ, et la lengue traite et decopee par menus morseaus devant tout le peuple por li et por tous les autres lengues de tous ceaus qui firent le faus jugement. Et teil est la justise quant la bataille est vencue parfaitement.

Mais se il avenist que aucun dist que la court est fausee, et il se repentist ains que les guages fussent doné et receus, et criast merci par .iii. feis au seignor et a chascun de tous ceaus de la court, par non disant tous jors qu’il a menti faussement et que la court est boune et loiale, se le seignor et tous ceaus de la court s’i acordent, il en peut aver merci et pardoner li en teil maniere que il deit forpaisier et perdre son fié .i. an et .i. jour, et ou pais ou il sera il doit venir en la plaine court dou pais et dire et reconoistre par .iii. feis tout ce que li est avenu.

Le fait de la court dou visconte et des borgois est assés plus perillos, car il n’i a point de bataille, et se le plus haut home dou pais venist en la court des borgois et dist que la court est fausse ou qu’elle a fait faus jugement, il deit aver la teste copee, et le gringor merci que le seignor en puist aver selon ceste assise si est de faire coper la lengue. Et qui que seit celui qui avra dit que la court est fause, haut ou bas, si tost come le seignor porra ce saver par oir dire, il deit mander quere le visconte et les jurés, et les conjurer destroitement, si com il sont tenu a lui, qu’il de ce dient verité, et ce il dient que ce est verité, le seignor deit faire la justise sens autre guarentie et sans autre preuve. Et s’il avient qu’il se repente et crie merci par .iii. feis au visconte et as jurés disant tous jors qu’il a menti fausement et que la court est bon et leial, et que ce seit ains que le seignor le sache, et le visconte et la court li pardone, atant peut passer. Mais il ne deit venir en cele court par besoing qu’il ait devant an et jor, se le visconte ou la court ne le font venir por autrui bessoing, et doit perdre outreement la querele pour quei il a desmenti la court. Et por ce que ce est trop fort choze que le visconte et la court sont creu sans autre preuve de l’otrage qui est dit et fait a eaus meisme, fu trové et mis en ceste assise que tous chevaliers qui ont a requere ou a respondre en la court dou visconte poent mette en lor leu et establir celui qu’il vaudront sergent ou autre, et la court en fera autant a celi com au chevalier de qui est la querele, solement que il l’ait establi en son leu devant la court. Et anssi se pevent garder les chevaliers de peril desus moti en quei il seroient encheu, se ire ou surcuidance lor fist dire que la court des bourgois est fause. Et por la seurté de ceste assise osent les bourgois estre juré de la court dou seignour, et dire et jugier seurement. Car la court dou visconte et des bourgois est bien dou seignor, puis que le seignor en fait le jugement, se il le seit.

[70]

Je vous ai ci dit et devisees les assises qui sont plus bezoingables a saver et user en la court selon ce que je ai entendu de pluisors sages dont Diex ait les armes, et ce que j’en ai veu et oi en partie, et que je meisme en cuit de ce que les parties en doivent dire et faire et coument le seignor et la court s’en doivent contenir. Et je deisse bien plus briefment de teil mesfait, selon teil assise teil amende, mais ce vausist poi, se je n’esclarisse coment les dis et les fais se deivent conduire.

[71]

Vous aveis oi parler de plais et d’us et d’assises et de moult de manieres de dis et de fais qui affierent a la haute court dou reaume de Jerusalem et de Chipre tout le plus, et aucune petite partie a la cort des bourgois. Et cil qui a dit et devisé tout ce qui est desus escrit bien peut estre, se il i vousist entendre et estuidier, que plus en eust fait. Mais il douta, si com il se contient ou prologue au coumencement de ce livre, que l’on ne le tenist a mal de parler come maistre de ce dont il conoist bien qu’il n’est mie neis meyain disciple, et douta que l’on ne notast en mal ce que il fist por bien, et que aucunes males gens n’en ovransent malement de ce qu’il, selon sa conscience, aprist et enseingnast pour ovreir bien et justement. Car a son gré vosist il que toz ceaus qui vodroient a bone fei et loiaument plaidoier et jugier seussent tout ce por qu’il en seit et assés plus de bien. Et ja soit ce qu’il douta les chozes devant dites, toute voie vost il deviser et motir comment il li sembloit que celui porroit estre soutil plaidour et soutil conduisor de fait de court et soutil serveour d’aucuns seignors teriens, qui avreit en lui les .v. manieres desous devisees.

La premier est qu’il eust naturel sens de soutil coneissance et agu engin. Ce est le fondement. Car qui chargeret .i. anhne d’or et de pieres preciouses, autant li vaudreit com s’il fust chargiés de roches et de souches, et riens que l’on deist ou moustrast a home qui n’entendist ne li porfiteroit guaires.

La segonde est qu’il ait volonté d’estre plaideour, et q’il l’usse. Car soutilance ne li vaudreit n’espleitereit granment quant il n’aimereit l’ovre ne useroit.

La tierce est que il soit fort et puissant de sei ou d’autrui. Mais la soue propre force est trop mellor que l’autrui. Car le poeir et le maintenement de l’estrange peut fallir en moult de manieres, et feble plaideor n’ose bien dire ne alleguer, et aucune feis n’ose dreit jugier contre l’aversaire, s’il est fort et puissant.

La quarte est la plus perillouse. Car par ceste met le plaideor l’arme deriere la porte en peril d’estre perdue, se Nostre Seignor en la fin ne li done grace de s’arme delivrer. Car sovent avient que plaideor, por estre tenu a soutil, ou pour doute ou por amor de seignor ou d’ami, ou por loier, ou por bobans, ou por haine, ou por aver grant leu, plaidoie ou juge ou porchace a juger fausement, et enssi pert l’arme.

La quinte est teil que le soutil plaideor covient qu’il ne face conte de mal que l’on die de lui, et face semblant aucune feis que il n’ait oi ce que l’on en dit ou qu’il nel tienge neent a honte, et laist dire a chascun ce que il vaudra et porsieve outreement a desreiner sa querele et parfaire son gré, quels qu’il soit. Ceste iest moult laide a tous plaideours et plus perillouse as povres que as riches et as puissans; car teil osera dire au feble que il est faus ou desloiaus ou trechiere ou loeiz, qui ne l’osereit dire a home de grant poeir. Et pis y a que le dire. Car au non puissant peut l’on faire honte et damage, a li ou as siens, et se l’on n’i fait mal aparaument por le plait et l’on li trove autre ochaizon, toute voie est ce por le plait meisme; et maintes feis est avenu que por doute des chozes devant dites ont laissié febles gens a espleiter soutilment; et ce peut avenir aucune feis de ce meisme que sereit dreit, se le plaidoior osast soutilement plaidoier et juger. A ces .ii. manieres ne se fait mie bon acorder.

[72]

Vous aveis oi les .v. manieres dou soutil plaidoior. Aprés oreis aucune autre en qu’il a plus de bien que de mal a la coneissance de celui qui le fist.

Se il avient que aucuns ait grace de soutil engin et que il sache aucune choze de plait, ja soit ce que il ne l’aime ne use volentiers, toute voie bien fait s’il volentiers conseille et loiaument povres et riches quant il vienent a lui. Et se il se treve par aucune aventure a court et que il seit doné a conseil, que il conseille bien et loiaument tant com il i sera. Et se il peut entendre ou espier que il i deive aver grant querele et de Port gent, et il n’ait poeir de sei ne de grant maintenement d’autrui, eschive et fuie la court tant com il porra. Et s’il covient par estoveir qu’il i seit au conseil d’une des parties, si plaidoie cortoisement et loiaument toute voie. Et se a la querele afiert a dire vilaines paroles, il deit eschiver a son poeir d’estre avantparlier. Et s’il peut passer enssi le premier jornau, bon est, et l’autre feis, se il s’en peut garder, n’i revienge. Et se il avient qu’il i revienge, continge soi leaument, que que l’en doie avenir. Et s’il avient que teil plaideor ait seignor ou ami fort qui de volenté ou de sa conscience veulle conduire a esploit par plait ou par conseill dou plaidor aucunes chozes a tort, il deit desloeir et blasmer priveement et pluisors feis le tort. Et s’il por tant ne peut faire que le mal remeinge, se il onques peut quiere aucun covenable essoine, eslongne le fort. Car se il demoure prés de lui et desdit et contralie sovent sa volenté en sa presence, tost porra cheir en sa haine. Et se il otroie son gré, il en porra premierement perdre l’ennour et aprés l’arme.

Ce est dit por celui qui est feble. Mais riche hom et puissant fait bien et amosne, se il vait et use volontiers a la court; et ja n’ait il volenté d’estre plaideor, il i peut faire moult de bien, se il a bone fei conseille et aide les desconseilliés et les foibles. Et se il siet au jugement, les autres y seent et sunt plus volontiers et jugent plus baudement o lui. Car teil osereit parler ou mesdire d’un jugement fait par febles gens qui n’osereit tentir un sol mot, se riches homes eussent esté au jugement. Et les quereles des povres et des riches se delivrent plus tost quant les grans juges et les puissans veullent entendre a la delivrance. Car les povres n’osent partir tant come les riches i sont. Et grant honor est au seignor et a la court et a tous ceaus qui ont poeir, quant la court se descherge et dreit est porseu et quereles sunt delivrees, et avec l’onor est ce grant amosne. Car sans faille par les grans riches homes et par les sages couvient que les grans fais de court et dehors court se delivrent. Et moult est beneure le pais et les gens grans et petis qui y habitent, quant le chief seignor et les grans membres de la segnorie ont grace des sens naturel et de soutil coneissance. Et ja seit ce que la grace est et meut toute de Nostre Seignor, toute voie se doit l’on pener et travailler por sivre la grace tous jors en amendement et aprendre pour meaus ovrer quanque l’on peut de bien. Car l’on dit en proverbe, ’Dieu done le beuf, mais non pas por la corne’, et en autre leu dit, ’Qui se remue, Dieu li aide.’

Entre les autres chozes affiert moult que les riches homes aprengent lettres. Et qui plus en savra, meaus en vaudra. Car il y a .ii. ars qui sont moult espessiaus asavoir ovrer des .ii.  plus gloriouses branches de soutil conoissance. La premiere est sapience, et la segonde est science. Et la grace de soutil coneissance est leur precious souche. L’art qui affiert a sapience si est devinité, car sapience laboure tous jors et ensenge a labourer esperituelment. Et l’art qui affiert a science si est logique, car logique enseigne a parler soutilment des fais terriens. Et es livres des actors meismes peut l’on moult aprendre des fais dou siecle. Et ceaus qui n’ont poeir ou volenté ou loisir de demourer longement en escole deivent aprendre au mains tant que il sachent lire et escrire. Car lor segré en devra estre meaus celé. Et ceaus qui poi en seivent se doivent reconforter en la parole que saint Pol dist, ’Nolite sapere plus quam oportet sapere, sed sapere ad sobrietatem’, ce est, ’Ne veulliés saver plus que il ne couvient, meis tant soulement ce que baste.’ Et moralité tesmoinge que assés seit d’escremie qui sait vencre. Et certes assés seit de sapience qui bien seit la creance de Nostre Seignor Jhesu Crist, et la tient et qui souvent est remembrant de sa gloriouse passion qu’il souffri por nostre redempcion et dou haut pardon que il establi as dreis repentans et vrais confés, faisant parfaite penitence en ce siecle ou en l’autre.

Et asseis seit de science qui ententivement regarde et reverce les fais terriens qui sont present et ce que semble que en peut avenir. Car l’on dit, ’Qui de loing se garde, de prés doit joir.’ Et toute voie doit l’om a bone fei trier et partir le bien dou mal et garde s’enor. Car profit hontous ne vient pas de bone science. Et sur toutes choses se doit garder science qu’ele ne s’entremete d’esfacer sapience. Car celui qui por les temporels chozes pert les esperitueles, et por ceste courte vie pert l’arme perdurable, il n’a en lui naturel sens ne soutil conissance. En boune eure furent né cil qui es euvres de sapience et de science, et especiaument es fais terriens que les grans seignors ont, en court et dehors court, seivent et pevent puissier en lor puis meismes l’aigue bone et douce et cleire a lor besoing; ce est que les grans seignors soient si sages d’eaus meismes que il puissent bien ovrer par eaus. Car trop de chozes lor covient a faire, par estover sans grant conseil. Et si est il moult grant sens de faire et ovrer par conseil, et le sage deit plus volontiers requere conseil que le fol ou nice. Car le sage, se il requiert conseil, et l’on li done, bon ou mauvais, il savra bien coier l’un de l’autre.s Et de plusors gens issent pluisours manieres de paroles, et teis est sage qui n’est mie tous jors averti par sei, quant il est soul, de choisir le mellour. Et aucune feis avient que de la bouche d’un simple ist aucune parole sage qui est profitable au conseil que l’on requiert. Et se celui qui la dit ne la conoist, le sage l’entent et la requeaust a son profit. Et ce n’est mie grant merveille. Car souvent est avenu que .i. asne ou .i. beuf marche en aventure si prés de la forme dou lievre ou dou leu ou sont les perdris que il les fait lever aussi tost que fereit i. brachet qui les sentist et querist.

Et par pluisors manieres de raizon fait bon aver conseil devant l’ovre, et que l’on se gart toute voies a cui l’on se conseille, se ce est choze qui fait a celer. Por toutes les raizons devant dites et par moult d’autres est grant joie et grant profit et henor que home de poeir seit sage et soutil, et tout a tant de mal et de honte et de peril est il quant il est fol ou nice. Car se il s’enbat en faire mal ou desloiauté, il ne s’en savra garder. Et se il est desleial, il ne sera pas soul. Car si tost com males et desloiaus gens conoissent riche home fol ou nice, il vienent a lui a cens et a milliers, et chascun y a son cop. Et se il trovent aucun preudom prés de lui, il l’en seivent bien oster, et le fol ne le seit retenir. Desleaus doute tous jors que prodome ne seit prés de son seignor, et por ce que il meisme ne perde leu. Et desloiaus ne peut loiaument amer seignor ne autre, et ne li chaut se le seignor pert les bons serveours. Et desloiaus losengiers aprochent volentiers et seurement riche hom fol ou nice. Deus manieres de losengiers y a. Le mains maustis sunt ceaus qui dient volontiers a plaisir as riches homes et s’acordent a ce qu’il dient et loent ce que il aiment et les tienent prés en toutes guizes. Sans faille neis les sages riches sont servi souvent de teils losengiers, et il aiment plus teils losengiers que rampoines. Mais les tres mauvais losengiers losengent les fos riches homes de trop perillouses losenges, et les enflent si que il devienent ydropiques, disant lor, ’Sire, vous estes si riches, si sages et si puissant et vaillant, que voz vencreis tout. Ne voz a mestier que voz sofreis celui ne cel autre.’ Deus manieres y a d’idropisie: l’une est a morir, et l’autre a languir une piece et morir toute voie. Celle dont le fol nice muert maintenant, si est quant il, par desloiaus losengiers, enprent hastivement si grant fait mauvais et perillos, de quei il est tantost destruit. Et cele de quei il languist une piece, si est quant il se travaille longement de creire les fos losenges, et enfle adés tant que en la fin crieve et perist de ce meisme. Et ce et pis peut avenir dou puissant se il est fol ou nice. Mais dou puissant soutil et conissant, s’il avenist qu’il fust malicious et vausist mal ovrer en aucune choze, toute voie il en avreit honte et s’en savreit garder; se il vausist et s’il mesfeist, il le savreit amender, et tous jors cuidereit que uns autres soutils s’en prist garde et coneist son mesfait.

Et par ce et par moult d’autres raizons doit l’on moult voloir que le puissant seit sage et sotil. Vous avés oi parler de naturel sens et de soutil conissance et des branches qui en meuvent, et dou bien qui peut avenir de ceaus qui sagement en euvrent et esploitent, et dou mal qui peut avenir des fos et des nices puissans, et des maus conseilliés et losengiez. Aprés oreis parler d’eur.

[73]

Il y a moult de gent qui dient et s’acordent a ce que le bon eur vaut meaus que naturel sens et soutil coneissance, car bon eur brise la porte par sei meisme. Et se le bon euerous seit ou ne seit, le bien et le profit vient avant toute vois, et sans faille de legier noe qui l’on soustient le menton, et celui a qui il prent bien semble sage, ja nel soit il. Et les astronomiens dient que a la naissance de l’ome et a la planete qui lors a son cours se prent la vie et les aventures qui li deivent avenir et que chascuns a une soie estele propre, et tout ce s’acorde aveuques l’eur. Et sans faille astronomie fu jadis en moult grant pris, et moult aveneit de ce que les astronomiens disoient. Et atant vint le fait que les philosofes et les grans astronomiens creoient tant en l’astronomie, que poi creoient en Dieu ou neent. Et encores en y a asseiz qui moult creient en l’astronomie; et l’on dit que les Suriens y croient plus que nulle autre generacion. Et bien semble que astronomie desplait a Nostre Seignor, car poi y trove l’on mains de verité, et forte choze seroit a creire que verai astronomie vausist plus et feist apreser que naturel sens ne soutil counoissance que vient proprement de la grace de Dieu. Car bon eur ne dure pas tous jours, ains vient sovent mal eur aprés qui esfait quanque le bon fist. Et en eur n’a point de raizon. Car l’on voit sovent que gent, qui sont come bestes et qui ne le desservent a Dieu ne au siecle, sont les uns coronés de grans corones d’or et les autres de grans mitres, dont les crenaus des corones et les cornes des mitres ataingent par samblant moult haut. Et por ce ne se remue dreit, car toute voie sont il coneu et tenu a teil come il sont, ja soit ce qu’il aient asseis de biens temporels. Et l’on dit qu’il avint en Babiloine que l’on fist kalife d’un grant vilain, sot et nice, et le peuple l’aouroit et creoit aussi com s’il fust Dieu meisme. Un jor li prist talent de sermoner. Si monta en haut devant toutes les gens et dist de moult grans nicetés et soties. En cel an estoit avenu que le lin esteit mout failli en Egipte, dont le peuple cria et dist, ’Sire saint kaliphe, que ferons? Que vestirons nous? Le lin est havan tout falli.’ Et il respondi tantost, ’Bones gens, por que ne semastes vous laine?’ Si le hueirent et arocherent et souillerent de tai et d’ordure, et le chasserent. A celui valust meaus qu’il ne eust esté en haut ne curous d’estre kaliphe. Son mal eur esfaza le bon.

Les grans gens sont en haut, et chascun les esgarde aussi come ceaus qui sunt el pilorin, qui sovent sunt aroché et soillié. Et en la fin esteut qu’il soient punis, s’il n’a en eaus sapience et science. Car par sapience sunt les armes sauvees, et par science est l’ome honoré et loé des fais terriens. Et se il fust veir ce que les mescreans dient qu’il n’i eust paradis et enffer, si seroient puni toute voies les mauvais ou siecle et les bons gueredonés. Car a la vie et aprés la mort est honeré et demore en bone memore le bon et le sage de soutil coneissance, qui bien a overt de sapience et de science. Et celui qui est fol et nice et mauvais est et sera honis en terre en sa vie, et aprés sa mort ja ne remaindra pour bou eur qu’il ait eu des biens temporeus. Et enssi est l’on paié dou bien et dou mal en ce siecle meismes, et, outre ce tout, doit chascuns atendre le jor de jugement ou l’on sera droitement et parfaitement paié.

Et pour ce que naturel sens et soutil coneissance ne peut estre que de la grace de Dieu, et au siecle meisme est il grant henor a celui qui en seit et peut ovrer, et en bon eur n’a mie grant henor qu’il a au jugement des sages, comment qu’il soit dou profit, il n’est mie comparison de l’un a l’autre. Mais bien est veir que Dieu Nostre Sire, qui tout seit et peut et est plus misericordious et pitous et plainturous et larges de maintes manieres de grace que cuers ne peut penser ne bouche dire, reguarde sovent en piteu aucunes simples gens ou puissans a cui il n’a mie doné grace de naturel sens et de soutil coneissance dont il se puissent chevir, si lor a doné de sa grace aucuns grans biens temporels ou poeir ou seignorie ou baillie, qui lor vient aussi com do plat de l’oreille, sans ce qu’il se donent garde. Et ce avient aussi bien as eglisses et as religious com au sciecle. Et se teils simples gens, quels qu’il soient, grans et petis, clers ou lais, coneissent que les biens qui lor vienent sunt tous de la grace Nostre Seignor, et il en font aucuns biens por Dieu et por le siecle et vivent passiblement et simplement en la lei et en l’usage de lors ancestres, et se travaillent a lor poeir de sivre et de resembler les meillors et les plus loez, et enssi finent, bien peut l’on dire que ceaus ont bon eur. Et cel bon eur est tout de la grace de Dieu, non pas d’astronomie ne de cheance, ne de choze ordenee ne devisee a sa naissance ne autre feiz, se Nostre Seignor meisme ne l’ordene ou devise. Et chascun qui rien seit peut et deit entendre que par sapience et science et par la tierce grace dessus devisee que Dieu done as simples se governent tous ceaus qui ont poeir au siecle et as yglizes et as religions, se il a dreit le font. Car les grans clers et les prechors espleitent et labourent de sapience par la devinité. Et les prelas et les seignors terriens et tous ceaus qui ont poeir ont grant mestier de sapience por lor armes sauver, et de science por les fais terriens, et les simples gens de la tierce grace devant dite, que l’on apelle le bon eur de par Dieu. Et quant il plaist a Nostre Seignor qu’il est si large de sa grace, qu’il done a aucune persone sapience et science et teil bon eur que grans biens et grant henor li vient soudainement sans porchas, celui a qui ce avint est chergié de moult grant dete, et s’il la rent bien, outreement est bon euerous et gracious de par Dieu. Et tous les gracious et les puissans deivent moult amer Nostre Seignor et douter, et se deivent garder d’orgueil et d’outrecuidance, et amer humilité et patience. Car Dieu meisme dit en l’evangile, ’Qui se humiliat exaltabitur, et qui se exaltat humiliabitur’, ce est a dire, ’Celui qui se humilie sera essauché, et qui se essauce sera humilié’. Car le comandement de Nostre Seignor et sa large misericorde et grace est pardessus tout, et nous somes des febles creatures, et il est nostre creatour et redemptor et sauveor. Et la haute gloire dou ciel et de la terre et des aigues et de tout est au Pere et au Fis et au Saint Esperit, si com il ere au coumencement et ores et toz jors et es ciecles des ciecles. Amen.

[74]

Et si s’en peut l’on bien taire atant, et raizon est que l’on retorne a ce dont ceste evre comensa et que l’on la traie a fin.

Asseiz avés oi parler desus des fais de la court et coment l’on peut plaidoier et coment les uns le pevent faire soutilment et les autres meienement. Et bien est veir que por saver dou fait de la court ont heu moult de gent, qui sont trespassé de ce siecle, grans biens et grans henors et richesses, qui encores sont a leurs heirs, et pluisors en y a et avra encores qui en ont heu et avront, se Diex plaist, assez de bien. Et grant memore et grant henor en est demoree a ceaus qui sont trespassé de ce siecle. Et ausi avendra, a l’aide de Dieu, a ceaus qui sont et seront, s’il en euvrent a bone fei et parvenent a bone fei. Et por ce deit l’en moult honorer et obeir et douter les sages et les soutils et especiaument les riches et les puissans, qui moult poent aider et valeir et nuire en court et dehors. Et les febles soutils ne doit l’en mie laidir ne gordeier ne avilenir, ains les doit l’on honerer et garder au bezoing, et comparer au mains a la pilote, qui est une petite choze ronde, et est la entre les piés des gens. Li un la fiert dou pié, et l’autre dou baston; l’autre la receit a la main, et aucuns la gete ou tai, uns autres l’en lieve. Et peut estre, s’ele chiet en la main d’aucun fort qui bien en sache juer, que il en fiert si durement celui qui la rua o tai ou autre, qu’il l’en soulle ou blece. Et se il l’en fiert en l’eul, bien peut estre borgne, et se il fiert en l’oie, morir en peut le feru. Et por ce et por moult d’autres chozes s’en deit l’on garder. Et quant il n’i eust raizon que ce que l’on deit douter Dieu et garder s’onor, si ne doit on mie faire mal as povres gens. Et le mestier des plaideurs si est de moult grant auctorité, car par soutil plaideor peut l’on aucune fois sauver et garder en court sen henor et son cors ou l’iritage de lui ou de aucun de ses amis. Et par faute de soutil plaideor, qui ne le peut aver a son bezoing, porreit l’on perdre enssi l’ennor ou le cors ou l’iritage. Et en moult de leus peut valeir et aidier celui qui a grace de soutil couneissance et a sei et a ses amis.

Et por ce que l’on deit volentiers retraire les biens et les hennors des bons, por ce que la bone memoire en seit plus longue, voz en recordera l’on pluisours de eaus et nomerai, qui asseis sorent et bien espleiterent par la grace de Dieu. Premierement orreis dou rei Amauri qui acheta le rei Aymeri de la prison de Damas, qui esteit povre valés et gentis hom. Puis ot il tous les offices dou reaume des la chamberlenie jusques la counestablie, et aprés fu il rei de .ii. reiames, premier de Chipre, et puis de Surie, et andeus les governa bien et sagement jusqu’à la mort. Et sot meaus les us et les assises dou reame que nul autre. Ce tesmoingent ceaus qui le virent et conurent. Et le vieil prince Bemont, qui premier fu conte de Triple aprés la mort dou conte Raimont et aprés fu prince d’Antioche, dont il fu moult travellie; aucune feiz la perdi et aprés la recovra et vigourousement tint puis les .ii. seignories jusqu’à la mort, et moult fu sages et soutil de science en court et dehors. Et messire Raou de Tabarie, qui fu le sovrain de soutilance de fait de court et de beau parler et hautement, et moult conquist de fiez en pluisors leus et bien pert encore a son heir. Et messire Johan d’Ybelin, le viel seignor de Baruth: celui ot naturel sens et soutilment ovra de sapience et de science en court et dehors, et delivra Surie et Chipre de la servitut de l’empereour. Et ses bons heirs et ses bons nevons y valurent et aidierent moult, et especiaument mon seignor Beleian, son ainsné fis, qui aprés la mort dou pere aracha et desrachina le malvi des Longuebars qui tenoient Sur, et moult fu cortois et amiables et gracious. Et le seignor de Saieste, qui moult fu sages et courtois et soutil de science en court et dehors et moult ama sapience et science et moult fu larges et vigerous.

Autres vavasours y ot avant et apres, qui moult furent sages et soutils et bons plaideours. L’un fu messire Ranier de Giblet le vieil et l’autre messire Rostain Aimar; et puis messire Gillaume Visconte, qui fu plus soutil pointor de plait que tous les autres vavasours de son tens. Et si y fu messire Hernois de Giblet, qui moult fu remembrant et esploitant et bon plaideor.

Tous les desus nomeiz sunt trespassé de ce siecle, et, bien entent l’on, tuit parvindrent a bone fin et sont demoré en bone memoire et longe, et les heritages que les heirs ont portent bone garentie de lor sens et de lor valor, et, Dieu merci! encore y a pluisours vis en Chipre et en Surie des riches homes et des vavasors, et especiaument des plus haus homes, qui sont sages et soutils, resnables et coneissans, et bons plaideors. Et Dieu, par sa misericorde, lor doint bone vie et longue et honorable et les conduie a bone fin, et aprés lor deset seront loeiz et remaindront en bone memoire et longue, se Diex plaist. Et qui ores les loereit ou lor vie par escrit sereit coneu por losengeor. Et s’il plaist a Nostre Seignor que celui qui ores a loé les autres vesquist tant en bon estat et en bone memoire, que il, aprés lor longe vie et lor bone fin, peust loer ceaus qui ores sunt et metre en haute memoire, volentiers et hautement les loereit et prisereit aprés lor decet. Et de ce fait il bien a crere, ja n’i eust il plus d’avantage que de vivre longuement et bien, et enssi avroit il passé Jehan Boutedieu.

Phelippe de Nevaire, qui tout ce a esclarzi et devizé a bone fei, prie tendrement a tous ceaus qui cest escrit veront et orront, qu’il prient a Nostre Seignor Jhesu Crist que il, par sa misericorde et de sa grace, conduie ses seignours et ses amis et lui meisme et tous crestiens a veraie repentance et a dreite confession, a parfaite penance et a honorable fin (et nomeiement Jehan le Petevin qui l’escrist). Amen.