RIALFrI

Manuale di confessione, manoscritto di Catania

Édith Brayer, Un manuel de confession en ancien français conservé dans un manuscrit de Catania, in «Mélanges d’Archéologie et d’Histoire publiés par l’Ecole française de Rome», LXIX, 1947, pp. 155-198.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

 

La confession des péchés mortels

[I]

[1] La confession general des pechés mortieus, et tout premier d’orguel et des pechés mortieus quy issent de superbe d’orguel.

[2] Je me confesse a nostre Seignour Jhesu Crist et a sa benoite sainte mere, ma dame sainte Marie, virgene glorouse royne et dame de misericorde, et a tous sains et a tous saintes, et a vous, beau pere, que je ay por orguel peché mortelment et venielment, de vilainie envers nostre Seignour Jhesu Crist, et envers mon prosme de grant engratitudine.

[3] Et m’escounoy ge que je ay trespassé les .X. coumandemens de la loy, que je nen ay amé Dieu de tout mon sens et de tout mon cuer et de tout ma volenté et de toute m’arme et de toute ma forse et de toute ma pensee, et je ay souvent estaint en moy la chalour dou feuc dou saint Espryt, et je ay peché les .VII. euvres de mizericorde por defaute de charité.

[4] Et je ays fait vilainie envers Dieu et guerre souvent de mon cors, de toutes mes chozes, contre ses coumandemens et sa volenté, par grant desleauté qui a esté en mey, et tous jors je ay rendu mal por bien a nostre Seignour desleaument et vilainement, des biens de nature, de ma bouche, de ma santé, de ma forse, de mon cors, de mon engine, de mon sens naturel, de mes biens de richesses, de mon honor, de mes hautesses et de toutes manieres de vertus et de biens que Dieu m’a douné.

[5] Je ays huzé desleaument et fait envers Dieu et envers mon prosme, que je ais esté de tout forsenés et bestornés, les raizons de mon cors et de m’arme assient avé les .V. sens de mon cors, et mon tens, guasté en ussiouzités, en hotrage devant les zeaus, de nostre Seignour Jhesu Crist, desleaument hors de rayson et de sens.

[6] De mal faire, que je sus esté renoyé envers Dieu et envers mon prosme de se que je ays eu ou ais, des biens de mon cors et de m’arme et de mes vertus et de mes richesses et de mes grasses et de tous autres biens que je ays heu de nostre Seignour, lequel je devoie tenir de luy de tout, je l’ay renoié et n’ay | fait homage et servy por peché mortel et venial au diable et a monde et a ma char. [7] Et par dit je suis apelé crestien, et par euvre je ais renoié nostre Seignour Jhesu Crist en mout de manieres, espesialment porce que je nen ay creu se que je devoie, et que je ay trespassé et brizé la foy coum espargur, que je ay creu en devinalles, en songes, en seignals, en agouriers, en sorseries, en sternous et enchantemens, et en brief qui se fait par art dou deable; et en tous ces chozes je ay creu et mis ma sperance, reneant as coumandemens de Dieu et de sainte Yglize.

[8] Por despit, que je nen ay prize a Dieu ne a mon prosme, ne as coumandemens de sainte Yglize, ne a mon pere ne a ma mere, ne a mes perlas ne a nul autre prodoume, ains je les ais mesprizés par ma noblesse, par ma proesse, par ma richesse, par mon sens, et par toutes autres biens et grases que Dieu m’a douné; et ay prizé plus a mey que je nen devoie, de grant despit, et grant desproyzé envers Dieu et envers mon prosme, tant de fes que je ne saveroie dire le nombre.

[9] Et ay petit prize et honoré a Dieu et a tous ses sains et saintes, et a mes perlas et a mon prosme et a mon pere et a ma mere et as angeles dou paradis, qu’il nen est nulluy envers que je nen ay mesfait par inrevenrense, que je ay mauvaizement guardé les festes.

[10] Et n’en ays oy volentiers les servizes de Dieu ne ses eures, ne ses sarmons, ains me faizoie guab, et quant je estoit a l’iglize et devoit hoyr les servizes de Dieu, con reverense, je jugloie et bourdoie et pensoye a autre vaine gloire.

[11] Et portoit petit honor a Dieu et envers le cors de nostre Seignour Jhesu Crist, cant je le veoye, et cant je le resevoye, que je nen estoit pas netement aparaillé par repentance ne par confession ne par satisfaction ains estoit aucune fes recheu en peché mortel a mon essient.

[12] Encores je ais fait mout deshonors a mon angele qui me guardoit, que je faizoit les pechés mortels devant luy. [13] Je ne saveroye dire le nombre tant de fes | je ai peché par despit et par inreverense vers Dieu et envers mon prosme, de ma lengue felonouze, de ma bouche hotragous coumander et de ma vois de mavais crier et de mon reguart felon reguarder et de mes sorsilles ausier, et de mes mains cruelment ferir mon prosme et de tout mon cors par orguel mortelment et venielment.

[14] En grant sercudanse et en grant aroguanse et de grant prezension: que je ay cudé plus valoir que je nen vaut et plus pooir que je nen puys et plus savoir que je nen sais, et plus cuide valoir et savoir et pooir des autres.

[15] En singularité: que je nen deignoie faire les biens coume les autres, ains je sus esté singulier en mes heuvres a mal faire, tant de fes que je ne saveroie dire le nombre.

[16] En grant anbession: en fol enpris en grant dispenses et hotragouses, dou mien et de l’autruy, por ester loyés et tenus a plus large et a plus courtois.

[17] Et je ay fait foles acontes en grant vantanse de mey, con ma propre bouche, de mon sens, de mon parage, de mes heuvres, de mes proesses, de mes grases, de tout autre maniere de bien que je cudoie avoir en mey ou non aver en mey, je le voloie faire crere a les autres. [18] Encores je ais aimé lozengeries et lozengiers qui me loieent et ay lor douné dou mien porce qu’il me loieent et por dire bien de mey et por crier et respandre ma renomee.

[19] Encor je ay fait derizion, que je ay mesprizé en mon cuer Dieu et l’euvre de mizericorde, et les coumandemens de sainte Yglize, et tous les autres gens qui nen ont les grases que je cudoie aver, ains faizoit guab et derision, et me mocoit et chufloit des proudoumes et de seaus que je veoye bien faire; et a fait cavateries de femes mariees et de puceles et d’autres; et de ma mavaize lenge, et par mes mauvaizes essamples je ais destorné a mout de gent de bien faire.

[20] Encor je ais esté reveau a tous seaus que bien me voloient, de se qu’il me reprendoient; et par surcuydanse je me defendoit, et c’il me chastioient je me courousoye, et c’il me conselloient, je nen creoit a nulluy fors que a mon sens.

[21] Encores je ays heu mout de mauvaizes deziriers par haut monter.

[22] Et je ais fait de ligiere simulacion de | folement douner et de folement despendre por cuoy hom me tenist a plus prodoume que je nen estoie.

[23] Je ay volu mesdire d’autruy et mesprezier, et lor chozes guaster et lor maizon ardoir, por moy essaucier, et ai levé blahme as autres, et je ays deziré la mort de celuy qui tenoit ou avoit la choze que je deziroye, et par ambessions que je ays huzé trayzon et fait mauvais consentimes et conspirassion et contens. [24] Et mout d’autres pechés mortieus et veniels je ais fait par fol enpris de quei je nen saveree dire le nombre.

[25] Encor je ay peché par vaine gloire contre Dieu et contre mon prosme en fole plazanse et de vaine loenge, et de joye que je ays asenty en mon cuer, de se que je cudoie estre loiés d’aucune choze qui a esté en mey ou que je cudoie avoir, de quei Dieu ne devoit estre loiés.

[26] Et porse je ais enblé a Dieu se qui devoit estre sien, car de tous mes biens je le devoit henorer et gloire rendre, enssy com est les biens de nature et de fortune et de grase que je ays heu et ais de Dieu, de ma santé et beauté et proesse et fortesse, noblesse et boune lengue, et boune vois et cler, et bon sens por bien entendre, et sotil engine por bien trover, et boune memoire pour bien retenir, et large et debounaire et grasious et bien atempré et bien ordené. [27] Et de tous ces dons je devoie Dieu mercier et server car il me sont venus tous de luy, et je de tous ay servi au deable et a monde et a ma char par vaine gloire et fait guerre a Dieu de tous mes biens dont je le devoie mersier et servir.

[28] Je ay peché de vaine gloire de mes hautesses et honors et richesses et delis et prosperité en mout de manieres, de grant compaignies, de bele mahnee qui me serveent, de beles maizons, de beles chevauchures, de grant plantés de beles robes et de grant aparaillement de mon hostel en grant vaisselemens, en lis, en beles armeures, en autres mout de beles manieres de harnois biaus et nobles, en grant prezens, en grant manger, en grant festes, en bounes renoumees, en grans loenges, et mout de fes je me suy esjoy et glorifié en mon | cuer par vaine gloire.

[29] Et en mout de manieres de temptasions de vaine gloire je ay peché des biens que Dieu m’a douné de grases, de mes vertus, de mes bounes euvres. Je ais eu vaine gloire par dedens mon cuer des biens que je ays fait de mes heures, que je ay cudé estre plus amy de Dieu que je ne sus, et je ais heu fole alegresse de ma boune renoumee cant je sus loiés et tenus por proudome.

[30] Je ay deziré et porchassé los et pris et boune renoumee et non pas em bon entenssion por Dieu proprement, ains je l’ais fait par la vanité dou monde, tant de fes que je ne saveroie dire le nombre.

[31] Je ay peché en grant inpocressie envers Dieu et envers mon prosme, que je ay mostré les biens dehors que je nen avoie mie par dedens; je m’a fait prodoume la ou je ne l’estoie; je ay prochassé d’aver plus le nom dou prodoume que l’euvre de la verité ne de la saintité.

[32] Et je ais fait les ordures amuseement et les bounes heuvres devant la gent.

[33] Je ays volu par inpocressie sotilment en haut monter por enbler les dignités et les honors et les richesses, et messuy mostré et fait proudoume la ou je estoie plain dedens de vizes, lequel je avoie amusé en mon cuer, se est assaver d’orguel et de malises ensés mauvaizes par inpocressie, tant que je ne saveroie dire le nombre.

[34] Encores je ais peché en fole paour et par fole verguoigne envers Dieu et envers mon prosme que je ays laissé les biens a faire por verguoigne dou monde, por non estre tenu a inpocrite, en doutanse plus dou monde que de Dieu. [35] Et ceste verguoigne me venoit par mauvaize plaizance por plaire as mauvais et je ay mout de fes laissé a faire le bien por plaire mauvaizement au monde, tant de fes que je ne saveroie dire le nombre.

[36] Et si fenist le peché que je ais fait de superbe, de quei je suis dolerous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.
 
Dou peché mortel qui naist de envide.

[II]

[1] Encores je ay peché mortelment par envide envers Dieu et envers mon prosme porce que je suis resemblé au deable, que je ay hay autruy bien, et aymé autruy mal par envide. [2] Je nen poioye veoyr les biens autruy ensy je ay envenismé mon cuer et puys ma bouche et puis mes heuvres sont esté si bestorné que je nen pooit veoyr autruy bien qu’il ne m’en pezast dentre en mon cuer; et ay jugé mauvaizement se que je veoyt et se que je ooit et tant de fes je ais jugé par mes pensees venimuzes de faus jugement que je ne le poroye nombrer. [3] Et cant je veoit ou ooit mal d’autruy quel que se fust ou mal de cors ou mort ou maladie ou de povreté ou d’aversité ou mal esperituel d’acun que l’on tenoit au prodoume, et il estoit blasmé d’aucune vise, je m’en esjooit de mon cuer. [4] Et cant je veoit ou oit bien d’autruy, ou de nature ou de fortune ou de grase, lors me venoit une doulour et une tristece au cuer que je nen pooit faire belle chiere ne beau semblant. [5] Si que je ay peché par envide jeneralment en faus jugement, en maleoit aleesse et en peisme doulour veninouzement.

[6] Lequel venim messalloit par la bouche de malancounie, de mertume et de traizons que li maus d’autruy je le gregee et levee a mon pooir par malancounie, et de bien d’autruy je mesdizoie et apetizoie tant con je pooye; et canque je veoye ou oye, par trayzon je pervertoit a mon pooir en mal et en juger fausement.

[7] Encore par euvre je entendoie a tout mon poyer a destruire tous biens ou petit ou grant ou quel que se soit, et dizoit et controvoit mesonges et fausités sur autruy.

[8] Porquei je ay gueroié a saint Esprit qui est fontaygne de tous biens, que je ay par envie peché de ma propre mallise: par prezension, et en desperanse, et en obstinacion por durté dou cuer, et por despit de penitense de non repentir-me de mon peché, et je ay guerroié la grase dou saint Esprit en autruy, et je ay gue|royé a mon assient de la foy crestiene. [9] Et de tout je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, beau pere.
 
Dou peché mortel d’ire.

[III]

[1] Encor je ay peché mortelment par yre envers Dieu et envers mon prosme de grant felonie de cuer qui a tormenté a moy meismes que je pooit dormir ne repozer, et en perdoit le boire et le manger, de grant tristesse de cuer.

[2] Par felonie, por aucune aversité, ou par maladie, ou par mort de mes amys, ou par aucune autre meschanse que ma volenté n’estoit fait, porquei je murmuroie contre nostre Seignour et li avoit mal gre et a ses sains, et jure et blastime contre Dieu et contre ses sains.

[3] Je guerroye a ma feme et a ma mahnee et a tout autre maniere de gent et je feroit autruy et guastoit choze coume se je fusse hors dou sens. [4] Je guerroye a mes vizins et a mes prosmes qui estoient entor de mey por contens, por rancure qui me demouroyt au cuer avé male volenté, et en dezirier de vanjanse ou d’omeside ou de guerroyer autruy, de quei n’isoit mout de maus et de perils qu’il ne se poroyent amender, com est de gent mort qu’il nen ont colpe, mostier brizees, maizons arses et mout d’autres chozes destruites, homes et femes et anfans dezerités et egzilliés et leur destruis et trop d’autres maus qui sont esté fais por achaizon de se. [5] De quei je suy tenu amender et tous ses maus je ay fait et ays esté a faire por moy et por amour d’autres, mes parens et mes amys, lequel je ne poroye amender ne rendre. [6] Et se ay je fayt tant de fes que je nen poroie dire le nombre, de quei de tout je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.
 
Dou peché mortel de acside.

[IV]

[1] Encores je ay peché mortelment de grant acside devers Dieu et envers mon prosme, por peresse et por henuy de bien faire, de mauvaize coumensement et plus mauvaize amendement et puis | trop mal definement.

[2] Car je ay aimé petit et tedement nostre Seignour Jhesu Crist, lequel je devoie amer ardentement et feelment, et je sus esté vains et febles et teves a tous bien faire.

[3] Encor je sus esté peressous et moles de cuer en penser que je estoie trop souefment nouris, que je estoie de trop feble complexion, que je ne poioye faire grant penitanse, que je estoit trop tendres, si que je poyoye tost morir; porquei je me laissoit tentier au diauble a faire les delis de mon cors.

[4] Encor je estoye oussious a penser mal, et dezerier vylainies et ribaudies et lescheries, et mon tens perdre; et mout de bien que je poroye faire onde je poroye guaigner paradis, je ne faizoit par ussiouzité.

[5] Encores je sus esté pesant que je nen ay aimé fors que gezir et repozer et dormer, que je amoye miaus perdre .IIII. messes que .I. repozer ou .I. dormir.

[6] Encores je ais esté en mauvaizeté que je assent les temptasions au diable de ma char qui me saloit par fine mauvaizeté, que je ne pooit lever le chief a Dieu par contrissyon, ne crier mersy par confission, ne tendre les mains par satisfaction; enssy estoie mauvais et recreant.

[7] Encores je ais esté porsilanimes, que je n’ozoie coumenser bien a faire par paour que Dieu ne me falist, si coume seluy qu’a paour de songes; porquei je laissoit a faire tous bons coumencemens.

[8] Si estoit je oblious et peressous et laches et defaillant et recreant por mauvaizité. [9] Et cant je voloit bien faire ou dejuner les vigils coumandés, lors me venoit en penser que je estoie jeufnes et fors et que je vivroye longuement et poroit bien a se recouvrer; ensy me destournoit li deables de bien faire.

[10] Encores me venoit negligence quy ne me laissoit ester diligent a se que je estoie tenu a faire envers Dieu et envers mon prosme.

[11] Et aussy je estoie noncalans et si oblious que je ne me savoie mie confeser. [12] Et porse me oblie ge mes fais et mes pechés que se je eust bien reguardé mes defautes, je avroye trové assés a dire en ma conscience tous les jors. [13] Mais neglisense | et oblianse m’avogloit que je nen veoit goute en l’euvre de ma consience.

[14] Encores me venoit defaute de cuer par mauvaize acostumanse qui me lioit ensy que a paines m’adounoye ge a bien faire. [15] Encores je estoit si endiscret et si de fole fervor que je cheet en peché et en languor, que je nen pooit travailler a server Dieu, et por pereisse que je nen avoie savor ne devosion vers Dieu a bien faire, et por lescheté, je enpiroit de jor en jor tant que je de tout en tout estoit recreant et defaillant.

[16] Encor je estoit inobedient que je ne faizoit se que m’estoit enchargé en penitanse.

[17] Encor je estoit enpassient que je nen pooit riens soufrir, de quei nul ne m’ozoit parler de mon prou; et me courousoye et m’estoit avis que l’on me le dizoit por despit.

[18] De quei me surmontoit tristesse, sy que cant que l’on me dizoie et faizoie, et cant que je veoye et oyee, tout m’estoit a henuy de mey meymes.

[19] Et cheet en languor et desperes a tous mauvaizetés faire, ensy que je nen doutoyt a faire peché quel que il se fust.

[20] Encores je ay peché par acside et m’a fait meger a mege juif, la ou je pooit aver crestien mege.

[21] Et en tant de peché je sus escheu par acside que je nen saveree dire le nombre, porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.
 
Dou peché mortel d’avarise.

[V]

[1] Encor je ay peché mortelment et en grant avarise envers Dieu et envers mon prosme, de grant amor desordené d’avoir, et d’aquester trop ardantement, et retenir trop estretement, et despendre trop avarement. [2] Et por grant avarise, je ay fait ussures, et laresins, et rapines, et chalonges, et sacreleges, et simounie, et malignités de prendre et marturier et faire requater homes, et marchandizes, et mavaizes mestiers de cavateries de femes maries et puceles et autres femes, et mauvaize jeuc.

[3] Je ai fait uzure mauvaizement et je ne l’a volu rendre, et je ay presté et fait prester de mes deniers a huzures, et je ay pris gueredon; je ay vendu mes chozes plus qu’eles ne valoient | por le terme que je faizoie, et cant je veoye la gent a meschief, je lor vendoit ma choze plus qu’ele ne valoit; et je ay acheté autruy choze mains qu’ele ne valoit, porce que je ai douné ou presté les deniers avant et je ay deziré le chier tens por plus vendre mes chozes; je ay presté mes deniers por estre compaignon a guaain; je ay mis mes povres vezins a faire mes bezoignes porse que je les avoie fait aucune courtoizie, la ou je les veoye povres et soufraitous. [4] Je ay pris le servize de pluzors povres gens que je nen ay paié con je devroie. Je ay tenu le louage mout de fes de seaus qui m’ont servy.

[5] Je ay pris et retenu autruy choze a tort, sans seu et volenté de son seignour coume laron apert, et laron covert, et laron privés, et laron conpaignon; et laron coumun por barat ou par trayzon ou par sotilité, je ay conté plus en mises, en mains en dispenses. [6] Je ay douné des biens de mes seignours sans lor volenté et sans lor seu. [7] Je ay enblé et pain et vin et autres chozes a mes vezins et lor chapons et lor gelines et lor berbis et lor chievres et lor porsiaus et lor fruis de lor jardins et autres chozes asés. [8] Je ay retenu chozes que je ay trovés et seus de qui elles sont et ne les a volu rendre. [9] Je ais esté compaignon a laresin et compaignon a acheter chozes de larensin et je ais esté consentant a larensin et coumandé a faire. [10] Je ais sostenu laron et defendu en lor malisse et rechetee en mon hostel et en ma contree. [11] Je ays soufert a faire mauvaizes justizes par dons et par prieres ou par autres mout de mauvayzes raizons.

[12] Je sus esté mauvaiz esequitour de testamens. [13] Je sus esté mauvais seignour a escorchier povres houmes que je deusse guarder por mout de mauvaizes costumes et par menases ou par autre maniere que je querroye ou pensoye ou voloie, par aver de l’autruy. [14] Et je ays asenty a derober pelerine ou marchans ou autre gent trespassant. [15] Encores je nen ay volu paier si coume je devoie a seaus qu’il m’ont servy ou faites de mes bezoignes.

[16] Encor je a fait chalonge que je ay coru sus autruy a tort par barat et par | trescheries et par faussités de varises. [17] Encores je ays fait faus petessions, et ais sarché faus juges et les ay loyés, et faus tehmoignes et faus avoucas et faus escrivains, et fait faire fauses letres et escris por autruy grever et traivailler. [18] Encor je ais eschivé et defuy se que droit estoit, et je ay serché barat et delais por tolir de l’autruy. [19] Encores je sus esté faus tehmoigne. [20] Et tous ses chozes ay ge fait par ma grande couvoitise. [21] Encor je ais sotilment trové mauvais poins a mon assient, et les bons cas et la raizon je ay enpeché por loier ou par don ou par malisse ou par honoranse ou par negligence. [22] Et ais overs letres et douné mauvais li beaus, et mout d’autres desleautés. [23] Et suis esté faus juge ou par don ou par enpromesses ou par prieres ou par amour ou par hayne ou par paour; encores je ais desleé autruy chozes a tort et fait faire autruy grans dispenses; encore je ais pris don d’une part et d’autre et vendus les justizes que je ai laissé a faire a mout de gens, lequel je ne poroye amender. [24] Encor je ais douné mauvais conseills autruy par mout de chaizons et je ay heu de l’autruy par mout de mauvaizes raizons et por moy et por mon prochas.

[25] Encor je ay fait sacrileges, que je ay blessé et trenché vilainement les saintes chozes, et les personnes de sainte Yglise et les leus beneois qui sont establis au servize de Dieu et aproprié; et se je ay fait par mout de manieres. [26] Et ay brizé les saintuaires et autres saintes chozes et les ay enviolee. [27] Encor je ais dit mout de mauvaizes paroles et fait dire por peché de lengue au mostier, et de luxure. [28] Je ay mis main sur prestre et ay batu clers et par aventure houmes et femes de religion. [29] Encor je ay levé et guasté des biens de sainte Yglize et huzé en mauvaizes huzages, et je ay reselé et tolu les chozes qui sont aproprié as saintes yglizes, ou les ay paié mauvaizement, si coume rentes ou ofrandes ou dihmes et les autres droitures de sainte Yglize. [30] Encor je ay brizé le jor de dimenches et de toutes autres festes guardables.

[31] Encor je ais fait semounie que je ay pryé por autruy | por aver dignité de sainte Yglize; et aussy a fait semounie par don des mains et par don de prieres et par don de servizes deshonestes et par deshonesteté.

[32] Je ay fait malinités, que je nen ay pas redouté a fayre .I. grant peché mortel et orible, et de grant damage en autruy por poy de conquest ou par mon profit ou par paour de povreté ou par couvoytize de guaaigner. [33] Encor je ay renoyé Dieu et la foy crestiene, que je a fait apeler les diables et fait faire, et je a fait enchantemens por trover larensin ou par autres chozes, et fait faire charmes et sorseries et brief por faire amer, enhair autres persounes ensemble, et por faire-me amer a moy aussy folement, et por peché. [34] Et por avarisse, je ay murmuré et fait larensin et trayzons et porchassé autruy mort por espee et por venim ou por autres manieres pluzors. [35] Je ay brizé et fait tailler vignes et jardins d’autruy, et bles guaster et mout d’autres damages por loier et por mauvaizeté. [36] Je ais semé descordes et porchassé les plais et les guerres entre les houmes porce que je cudoie guaigner, et ay porté faus tehmoigne, por peché de malinité.

[37] Je ay peché en marchandize: je ay vendu la choze plus chiere qu’ele ne valoit ne que je ne devoit, et ay cheté plus vil que je ne devoit et que la choze ne valoit, et je mesprizoit les autruy chozes por men acheter-les. [38] Et ay menty et juré et esparjuré por plus vendre mes chozes et por meins acheter les autruy chozes. [39] Je ay peché en mezures, en prendre com grant mezures et douner com petites et ay proumys autruy de douner bon forment et net, et puis je li ay douné mauvais et mehlé avé orga et autres ordures, tout assient et par avarisse. [40] Encor je ai fait malisse a se que mes marchandies fussent de plus grant pes ou de plus grans aparens que je ne les achetay. [41] Je ay vendu et douné pyour chozes que je nen ay promis ne mostré. [42] Je ais sellé la verité et les mahanes de les chozes que je ay vendu et des chevaus e d’autres | chozes. [43] Je ay prochassé et fait faire que la choze que je vendoie parisse plus belle et meilloure qu’ele nen estoie por vendre-la plus, et mout d’autres manieres ay je peché de marchandizes.

[44] Je ay fait mout de mauvaizes pechés et deshonestes et par nature et contre nature, d’avoitiere en femes et en houmes por avarisse por deniers ou por autres temporels biens, et de mon cors et en autruy cors par nature et contre nature et de mes chozes et de mes membres et d’autruy membres, et ausy les ais soustenues et soufertes et asenties en mey et en autruy gent.

[45] Je a fait par avarisse mauvayze jeuc des dis a tables et d’autres geus en mout de manieres que je ay jué por deniers ou por autre guaain temporell mauvaizement et fausement avé mout de manieres de faus dis, por grant avarisse. [46] Je ay presté au jeuc des dis .XI. por .XII. [47] Je ay multiplié mesonges et vaines paroles et ousiouzes par jeuc, et jurer et esparjurer et blastimer et a moy et a autruy et a tout le monde et fait blastimer autruy par grant avarise et ardour de jeuc. [48] Et je ais fait mout de meslee et fait faire a autres, par jeuc des dis et d’autres jeus. [49] Et je ai douné mout mal essamples autruy par mon juer o hazart et a les dis; et je ay enblé et derobé et baraté et engegné a autruy par jeuc. [50] Porse je ay perdu mon tens et guasté, que je devoye enplier par bounes heuvres; et je ay peché en tant de manieres par jeuc des dis et d’autres que je ne saveroye dire le nombre des grans pechés que je ais fait par mon juer. [51] Et de tout se je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vos, pere.
 
Dou peché mortel de luxure.

[VI]

[1] Encores je ay peché mortelment en grant luxure envers Dieu et envers mon prosme en delit de char, et en fol reguart, et en fol atouchement et en fol baizer, et d’euvre en grant. En luxure de cuer et de cors: je enbraize mon cuer en feuc de luxure et en penser et en figurer les ymaginasions de peché. [2] Et je ay tenu mon cuer en longues pensees de luxure et en grant delit sans faire l’euvre. [3] En|cor je ay consent a luxure de mon cuer, de ma raizon et de toute ma volenté. [4] Et je ay dezirier en grant ardour de pecher charnelment; et je ay fait plus de .XX. pechés mortels le jor par luxure envers dames et damoizelles, en veir, en parler, en penser, en oyr, en toucher et en muzer a elles.

[5] Je ay peché en luxure de mon cors, de mes ziaus, de ma bouche, de mes mains, de mes orailles, de tous les sains dou cors, espesiaument de l’euvre vilaine, par hotrage de boire et de manger, et de souef lit et delisious, et por toutes autres manieres d’aizes de cors outre nesecité.

[6] Je ay peché charnelment en espuceler damoizelles, et en femes eschanples et en femes mariees et en femes coumunes, que a la fois estoient mariees ou de religion, lequeles ne refuzoient nuluy, ne frere ne cousin ne fis ne pere, tant de fes que je ne saveroie dire le nombre, tant ay je peché en mout de manieres et de cas par luxure envers Dieu et envers mon prosme. [7] Je ay peché en femes veves, et tout se peché je l’ai fait en mon marriage et hors de marriage et ay trespassé la foy que je devoye porter a ma spouse, porquei je ay peché en sacrilege, car je ay brizé les sacremens de mon mariage. [8] En mout de manieres je ays peché par luxure, que je ays huzé ma spouse et autres femes en choze defendue et desordenee contre nature d’ome et d’ordre de mariage, que de ma propre espee je m’ay tué. [9] Porquei je ay peché mortelment avé ma spouse, que je nen ay tenu netement et avé grant reverense les sacremens de la sainte Yglize. [10] Je ay peché de luxure avé ma coumere, avé ma filiole, ou avé ma marestre, ou avé mes parentes, ou avé parentes de ma spouze, que je nen poioye asembler por mariage. [11] Encores je ay peché avé femes de religion. [12] Encores je ay peché dou plus vil peché charnel et dou plus ort que noumer se peust, se est contre nature qui ne fait a noumer, qui est trop abominables. [13] Porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.
 
Dou peché mortel de la goule.

[VII]

[1] Encores je ay peché mortelment dou goule contre Dieu et contre mon prosme, de la bouche de boire ou de manger par gloutonie, et par male lengue en folement parler.

[2] Je ay peché en tant manger que je crevoie, en tant boire que je aneoye. [3] Porquei je me faizoit trop grant honte a Dieu, ce est que je amoit miaus mon ventre que je creoit et servoit, que Dieu et la sainte Yglize qui me coumande de jugner; et mon ventre dist: «Non feras, ains mangerais longuement». [4] Et cant je devoie lever et je avoit trop mangié et dormoit; et cant je me levoie, je demandee: «Que mangerons huy? Trovés aucune boune choze; trovés bon vin et faites bounes viandes». [5] Par gloutounie, je devenoie tavernier et puis juoit as dis et devenoie ribad et laron.

[6] Je mangoie et bevoie devant oure, et sans mezure, et trop ardantement, et trop plantiouzement, et trop delisiouzement.

[7] Je ay brizé mes dejunes et fait brizer autruy et retrait de bien faire. [8] Je ay guasté le tens par ussiouzités de goule, por tart manger, por tart coucher, por tart lever, et mout d’autres manieres. [9] Je ay guasté et bestorné le tens, que je ay fait de la nuit jor et de jor nuit, cant je devoie lever et mon servize faire et Dieu loier, et je dormoye et repozoie et la nuit et le jor, et juee as chas et as tables et dizoie mout de guas et de folies, et enssy je guastoye mon tens et mon sens et mes dispenses, et courousoye a Dieu et grevoie et ofendoie a mon cors et a m’arme plus.

[10] Encor je mangoie et bevoie sans mesure, coume gloton qui ne guarde mesure en mangier ne en boire, ne en santé, que je vivoie selonc la char et selonc ma volenté et selonc que le peché me requeroit. [11] Enssy je tuoye m’arme, que je faizoit de mon ventre Dieu, que je ne tenoit ne raizon ne mezure. [12] Encor je tenoit fole compaignie. [13] Et faizoit coume l’inpocrite, que je voloit mangier por estre plus beaus et plus gras, et devant la gent je mangoie a mezure, et de|rier la gent hors mezure. [14] Aucune fes, je mangoie bien et largement en autruy hostel et ou mien escharsement par avarise; enssy je servoit aucune fois a ma bourse et a mon ventre, que je estoie en autruy hostel larges et en mon hostel eschars. [15] Aucune fes je mangoie et bevoie por tenir mon cors delissious et por maintenir ma forse, pensant aucune fes que je vivroie plus sain et plus longuement por miaus servir a Dieu.

[16] Aucune fes, je couroie trop ardentement a la viande et mangee trop ardantement et trop desordeneement, sans la paour de nostre Seignour; et faizoit mout d’outrage cant je devoit loier et rendre grases a Dieu de ses dons, et pour la dousour de la viande, je oblioit la dousour de Dieu.

[17] Je volee vivre trop noblement et guastet et despendet le mien por ma goule enplir, de quei ne pooit mout de povres gens saouler et soustenir soufissaument. [18] Encor je pecheoit en grant dispenses et les ussoit en grant ardour et en grant delit. [19] Et aucune fes je en avoit grant vaine gloire por boubanse que je queroye, por riches viands et por mout de mes de viands, de quei mout de maus m’avenoit.

[20] Et aucune fes je estoie mout courious en gloutounie por mon cors deliter por delit de goule, en .III. manieres prinsipaument: en grant cure de prochaser et en grant cure d’aparailler bounes viandes et en grant delit que je avoye de recorder-me-le. [21] Je ne poroye reconter telle couriouzité lequel je avoie et metoye a se que mes viandes fussent bien atournee et aparaillees, a se que chascune viande eust sa boune et propre savour. [22] Encores je pensoye et travailloie coument je peusse faire viandes de diverses magnieres et desguizees por moy deliter. [23] Et cant je estoit au mangier, je chufloie et bourdoie avé les autres entre les tramesses de les viandes et enssy je perdoie le tens tout en peché et m’oblioit et ma raizon dormoit. [24] Et au|cune fes mon estomac crioit et je respondoie: «Se je devee crever, se morseau ne m’eschapera». [25] Et aprés, par lescherie me venoit vaine gloire a recorder-me souavité de viande que je voroye avoyr col de grue et estomac ou ventre de vache a se que le morseau demourase plus en ma goule longuement. [26] Porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[27] Dou peché de lengue que je ay fait en mout de manieres et tout premier en .X. manieres prinsipaument, de quei yssent et sordent toutes les autres pechés en mout de manieres et de leus, especiaument en la taverne qui s’apelle l’iglize dou deable, ou je a fait ses servizes. [28] Et aussy coume seroit forte choze a nombrer les feulles des arbres, ensy seroit fort a nombrer les pechés qui sont nes et ysseus de ma lengue espessiaument. [29] Je ay peché en uziouzité de lengue, en vantanse, en lozenge, en detrayzons, en mesonges, en parjures, en contens, en murmure, et en revelion, et en blahme. [30] Et de tout se je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[31] Dou peché que je ays fait par trop de paroles ouziouses, ou purchaser et enquerre grant damage que je ne m’apersevoie, ensy coume perdre mon tens pressious et perdre le bien que je avoie peu faire, et ay vudé mon cuer dou trezor dou sens et je l’a rempli de vanité. [32] Je les apelle parole uziouzes, mais elles me sont esté paroles demagiouzes, qu’il m’ont vudé le cuer de tous biens et raemply de vanité, dont il me covendra rendre raizon au jour dou jugement, enssy haute court coume les barounages dou siel. [33] Encor je ay peché vainement de parler avant et arieres coume le batiau dou molin qu’il ne se pooit taizir. [34] Je sus esté si curious aucune fes a conter novelles que souvent je metoit le cour a mezaize de seaus que la estoyent. [35] | Je faizoie souvent par mes contes determiné fol et bordour, et je le savoie ensy sotilement dire qu’il estoient mout de vaine gloire par les escouteours qui les oyoient. [36] Encores je savoie et dizoie bien de trufles et de bourdes plaines d’ordures et de mesonges, qui s’apelent paroles ousiouzes et enssy me sont elles esté mout puant et mout pereliouzes, que je faizoie guab et escharne sur les prodoumes qui beoyent a bien faire, porce que je les peusse a ma volenté atraire et dou bien qu’il ont retraire, que je retraioit a mon poier homes et enfans et femes, par ma lengue, de bien faire; que je estoie et faizoie aussy coume homecides. [37] De quei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[38] Dou peché que je ays fait par vantanse, qui est mout grant peché et mout faus; il est grant, que je estoie laron envers Dieu, que je le volee tolir sa gloire por fole peché: des biens que Dieu m’a doné je poroit conquerre le ciel et je le dounoie por .I. poy de vent, que le siecle meismes me tenoit por fol et por nisses et por vilain. [39] Je pechoie prinsipaument en .V. manieres: la premiere de les chozes pasees, que je voloie recorder mes euvres ou mes proesses que je cudee aver bien fait ou bien dit. [40] L’autre est de prezentement, que rien je ne faizoit alegrement ne me penoit de bien faire ne de bien dire, senon cant hom me veoit ou ooit, a se que eaus dient ou fassent conte ou parlement de mes vantes, et souvent je me vantoye de mes noblesses et de mes proesses. [41] L’autre est le peché de surcuydanse, que je dizoie: «Je ferais se et je vengerais se et je ferai les mons et les valees». [42] L’autre est peché plus soitive, que je ne m’ozoit loyer par honte, mais canque li autres dient | et font, trestout je blasmoit et desprizoit aussy coume se riens ne se preist a se que je saveree faire et dire. [43] L’autre peché est encore plus soitive, que je voloie dire apertement a revers, que je me faizoie mout de fes simples et humbles et dizoit que je estoit mauvais et pecheours et nient et nonsachant plus .III. tant que je nen estoit, porse que l’on me deust loier et que l’on me tenist por bien humble, et porse je me faizoit diables a se que l’on me tenist por angle; je me faizoie mauvaiz porse que l’on me tenist por bon, et mout m’avroit courousé qui m’eust dit: «Tu dis voir». [44] Je queroit avoucas por moy loier et por crier mes nobleses et mes vantanses. [45] De quei je suis doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[46] Dou peché mortel que je ais fait par loenges envers Dieu et envers mon prosme. [47] De flatteries, que cant je veoye seluy que je voloit loier qu’il avoit bien dit ou bien fait, tantost je li dizoit a luy meismes porse qu’il n’eust vaine gloire. [48] Et cant mon anfant qui latoit ou estoit petit et il a fait ou dit petit bien, je cressoit et adoubloit tant qu’il avoit plus de mesonges que de verité, de quei je estoit faus tehmoigne. [49] Encor je faizoie entendans as houmes et as femes que en eaus estoit mout de biens et de grases dont il nen avoit nulles, et porse je estoit eschanteour, que je enchantoit les houmes et les femes qui me creoient plus que a lor meismes se que je dizoie que se que il veoient et sentoyent. [50] Encor je pechoie en plaizanteries, que je dizoie: «Messires dit bien et messires fait bien», et je tournoit a bien canque l’on faizoit ou soit bien ou soit mal, et porce estoie je coume l’icou qui rebonbe d’une grant cave, ce est coume li son qui rebonbe et s’acorde en canque l’on dit soit bien ou soit mal, soit voir, soit faus. [51] Encores je defendoit et escuzoit et covroyt | les vises et les pechés de seaus que je volee flateer, que je covroie les ordures et les pechés des riches houmes ou d’autres por aucun bien temporal, lequel je comparoie par mon barat, par ma trescherie.

[52] Par ma detrayzon, si coume lozengerie et mal dizant, ensy coume il dient qui font le serenes de la mer qui chantent si dousement que les mareniers s’adorment et puis elle les vont adevorer. [53] Et ensy je ay adormy les houmes en lor peché, que je les ay avenimé en trayzon, coume le serpent, en .III. manieres: a mey tout premier, et a seluy de quei je mesdizoie, et a seluy qui m’aescoutoit. [54] Por controver mesongens et mal por autruy alever blahame. [55] Et cant je oyee les maus d’autruy je les recontoit avant eaus et li ayjoignoit des miens. [56] Encores, je amortoit et metant a neant le bien que en faizoit et le faizoit tenir por mauvais por ma grant detrayzon. [57] Que je detraoit et despesoit tous jors aucunes piesses des biens que je oyee d’autruy, et cant je oyee que on me dizoit bien d’autruy, je controvoye et metoyt dou mien entre meslee dizant: «Il est prodoume, mais il y a tel et tel defaute en luy», de quei je faizoit ensy coume l’escorpion qui blandit de la fasse et venime de la coe. [58] Encor je tournoye tout a la puour partit canque je veoit ou oyt et canque l’on pooyt tourner en bien, je tournoit en mal coume faus juges et desleau. [59] De quei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[60] Dou peché mortel de mesonges que je ay fait envers Dieu et envers mon prosme coume fausouniere et mentieres, plains de mesonges, que je les ais enseignies et esforgiés tous jors que je ais en mout de forme trasfuguré et en mout de guize por la gent desavoir, et ensy coume fait le chameleon qui vit de l’air et nen a nient en ses entrailles fors que vent et a chascune coulour qu’il voit mue la soue coulour. [61] Ensy ay ge fait par mesonges | car je ais huzé de mesonges aidans et de mesonges nuians et de mesonges plaizans, por les gens soulasier au dire et escouter en peché. [62] Et encores je ais dites mesonges apenseement et assient por faire damage autruy. [63] Por toutes les faussetés et les falasses et les baras por autruy desevoir et damagier, ou en arme ou en cors, ou en avoir, ou en renoumee quel qu’ele se soit. [64] Et de tout je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[65] Dou peché mortel d’espargure que je ay fait envers Dieu et envers mon prosme: d’esparjurer pereillous et jurer ardentement et par despit et volentiers et com delit con lescherie et volenté de jurer.

[66] Et encore legierement et sans raizon et par nient, lequel Dieu m’a defend en la loy. [67] Encor je ay juré acostumement a chascun mot par males costumes, que je ne savoye riens dire sans jurer, porquei je faizoit a Dieu trop grant despit, car tous jors por nient je le trayoit a tesmoigne de canque je dizoit et luy et sa mere et ses sains. [68] Encor je ay juré folement ou por yre soudainement que je messuy aprés repenty, ou je juroit choze que je nen pooit tenir sans peché et aucune fes, je juroie de la choze que je n’estoit mie sertains, encore fust la veraye; encore je juroye et proumetoye sertainement se que je ne savoye se je la poray acomplir; encore je ay juré par les creatures, par le soulaill qui fust, por le feuc qui art ou par mon chief, ou par m’arme, ou par l’arme de mon pere ou par autres semblables chozes que Dieu me defent en l’evangile, que je nen doie pas traire a tehmoigne fors la suvraine verité. [69] Ce est Dieu que tout fait, non mie les creatures qui ne sont fors vanité, que cant je le jure, je lor porte onor, lequel je dee porter a nostre Seignour soul. [70] Encores je ay juré vilainies a Dieu et a ses sains de quei je sus esté pis que Sarazin et plus cruel que les Juis qui le crusifierent, qu’il ne li brizerent nul des os, mays je l’ay depessé plus vilaine|ment et menuement que l’on ne fait un porseau de la boucherie. [71] Encor je ay juré fausement, car je ay porté faus tehmoigne et ay juré faus a mon essient, et covertement et apertement, et par art et par sofisme, que je ay juré se que je savoye bien qui nen est verité, et prometoyt choze que je ne voloit tenir, et enssy que se yl ne fust la debounareté de Dieu que li diables m’avroit estrangoulé porse que je dizoie: «Se Dieu me guart et se Dieu m’ait», et me metoit hors de l’ayde et de la guarde de Dieu, porquei je deusse tout maintenant perdre sens et raizons, et cors et arme et avoir, et canque je tenoye de Dieu. [72] Encor je ay trespassé ma foy de se que je avoye en couvenant ou par ma foy ou par mon seirement, et je ay fait mensonge et seirement trespassé, porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[73] Dou peché mortel dou tensier que je ay fait envers Dieu et envers mon prosme, d’estrivier ou de ledengier, ou maudire, ou reprocher ou reprovier, ou menacier, ou descorde soussiter. [74] Je ay strivé par feuc d’ire et de maltalant. [75] Ge sus esté enbraizé et a fayt noyze et tenson et contens por dire: «Ensy fu ou ne fu». [76] Por contens, que je ays esmenty autres et dites de grant vilainies coume lengue trenchant plus que razour et plus ysnel que sayete volant et plus prochant que alesnes, ensy coume le porcespin qui est plain de alesnes pougnans, que je sus esté mout fel et tost courousié, et por yre je ay lansé de mon cors et par ma lenge saetes pougnans a destre et a senestre; por felonie, je ay mordu coume le mastin en trayzon et en aybayer a tous seaus que je pooye. [77] Encores de mes maudissions, je maudizoit les autres et esbroufoit et eschasoit seaus qui estoient enverons moy. [78] Encor je reprochee as houmes ou de lor folies, ou de lor pechés, ou de lor povreté, ou de ses povres parentes, ou d’aucune faute que je savoie qui estoit en luy| ou que je le li metoyt desus. [79] Encores je menasoit et faizoit meslee et guerres. [80] Encores je susitoyt et metoyt descordes et maltalans en seaus qui estoient amis ensemble, et je destournoit les pais et les concordes. [81] Et de tout je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[82] Dou peché mortel de murmure que je ay fait contre Dieu et contre mon prosme, de grant murmurer entre mes dens et de mes grondes contre Dieu et contre houme, com est contre mes sergans et contre mes seignours et contre mon pere et contre ma mere, et contre les riches en vilainies et contre les chevaliers en laidesse, et contre les clers en clerzie, et contre mes offesseaus et contre mes perlas; ou de ynobedianse, porse qu’il me semble bien qu’il m’ont fait trop dur coumandement; o en axide porse qu’il me semble qu’il me sont trop peresseous; ou d’impassience, porse que l’on ne fait pas tout ma volenté; ou de envide ou de felonie, porse qu’il avansent plus autruy que moy, et en mout d’autres manieres mauvaizes. [83] Je ay peché por murmure com est encontre Dieu porse que je ay perdu grases et pasiense, je ay volu estre maistre sur Dieu, si que canque Dieu a fait en terre, se il ne l’a fait selonc ma volenté, je murmuroye contre Dieu, s’il nen est fait a mon gré, porquei je estoye fol et forsenés que je voloie que Dieu me rendisse raizon de canque il ayt fait, que se il me venoit aversité ou povreté ou maladie ou pleue ou chier tens ou secheresses, et qu’il tolist de l’un et dounast a l’autre, se tout nen estoit fait vers mon gre, tantost je me prenoit a Dieu et amurmuroie et le malgree coume seluy qui me courousoye, et murmuree envers Dieu et li voloye tolir et toloie sa seignourie et sa sapiense, porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[84] Dou peché mortel de rebellion que je ay fait envers Dieu et envers mon prosme, que je sus esté en mon cuer reveau as Dieus et riboours et divers et tous jors je voloit que ma volenté fust faite et ma senten|se tenue, et voloit que tous les autres s’enclinassent a moy et je ne me voloit encliner ne ploier a nulluy. [85] Aussy je estoit reveau contre Dieu et contre les houmes en mon cuer rebours et reveau, que je ne voloyt conseill croire ne les coumandemens de Dieu ne de la sainte Yglize faire, ne chastisement soufrir, ne doctrine reservoir. [86] Et se aucun de mes amis me voloit mostrer mon bien et mon prou conseiller, je ne le deignoie escouter, ains porse qu’il me l’avoient parlé, je volee tous jors faire le contraire; aussy au conseill nostre Seignour estoie je souvent reveau; se l’on me conseilloit choze qui fust au salu de m’arme, je ne voloit riens faire et me guaboit. [87] Aussy je estoie reveau as coumandemens nostre Seignour asquels je estoie tenus, et tant me metoit le deable devant de songes ou de feblese, ou de veillese, ou de henuesse, ou d’autres mauvaizes raizons que au derain je ne faizoie riens de bien. [88] Et cant l’on me chastioit ou reprenoit d’aucune choze, je me defendoit coume sengrier si que je ay mes folies mantenue et je ne les volee recounoistre, et com plus je m’en escuzoie, et je plus m’en engregnoie en mon peché; et aussy faizoie je cant Dieu me batoit ou chastioit maugré mien, et dizoit souvent maugré seluy ou seluy autre: «Qui me veut Dieu?». [89] Et enssy je faizoie coume fol que se qui me devoit estre triacle, elle me tournoit a venim. [90] Encor je avoye si diverse sens que nule boune doctrine ne resevoit mais tous jors defendoit je ma sentence queles elles se fussent, si que souvent je oye en arieres et en fauces openions, et inrezies et in mescreanse et de tout se je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.

[91] Dou peché mortel de blastime que je ay fait envers Dieu et envers mon prosme, car je dizoie envers Dieu choze que je ne devoit croire ne tenir, et aucune fes je nen creoit se que je devoit tenir, et je ai mesdit de Dieu et de ses sains et des sacremens de sainte Yglize. [92] Que je l’ai dit apenseement coume miscreant, ou por guaaigner | coume enchanteour, ou coume sorsiere. [93] Encore je ay peché de blastime por yre si coume sont les juours des dis au hazart, vilainement envers le cors de nostre Seignour Jhesu Crist, et vilainement je ay mesdit de Dieu et de sa benoite Mere, si que il seroit abominacion a oyr et a escouter, et je estoye aussy achaizon por jeuc des dis et por autres achaizons de faire pecher autruy en grant blastime, et je le soufroit et m’en esjoyoye la ou je le devoit et pooit destorber. [94] Encor je estoit por jeuc ou por autre achaizon enssy arage que je faizoit coume le chien vers Dieu qui morde et ne counoisse son seignour. [95] Porquei je sus doulourous et repenty et demande pardon a Dieu et a vous, pere.