RIALFrI

Marco Polo, Il Milione

Il manoscritto della Bibliothèque nationale de France Fr. 1116, I. Testo, a cura di Mario Eusebi, Roma-Padova, Antenore, 2010 («Biblioteca veneta. Poliana. Documenti per l'edizione integrale di Marco Polo», 1).

Edizione digitalizzata a cura di Mario Eusebi
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

LE DEVISEMENT DOU MONDE
 
 

[1] Seingnors, enperaor et rois, dux et marquois, cuens, chevalers et borgiois, et toutes gens qe volés savoir les deverses jenerasions des homes et les deversités des deverses region dou monde, si prennés cestui livre et le feites lire; et chi troverés toutes les grandismes mervoilles et les grant diversités de la Grande Harminie et de Persie et des Tartars et Indie et des maintes autres provinces, si con notre livre voç contera por ordre apertemant, si come meisser March Pol, sajes et noble citaiens de Venece, raconte, por ce que a seç iaus meissme il le vit; mes auques hi ni a qu’il ne vit pas mes il l’entendi da homes citables et de verité. [2] Et por ce met{r}eron les chouses veue por veue et l’entendue por entendue, por ce que notre livre soit droit et vertables sanç nulle mensonge; et chascuns que cest livre liroie, ou hoiront, le doient croire, por ce que toutes sunt chouses vertables, car je voç fais savoir que, puis que notre Sire Dieu p<l>asmé de seç mainç Adam notre primer pere jusque a cestui point, ne fu cristienç ne paiens ne tartar ne yndien, ne nulç homes de nulle generasion, que tant seust ne cherchast de les deverses partie dou monde et de les grant mervoilles come cestui messire March en chercé et soi. [3] Et por ce dit il a soi meisme que trop{o} seroit grant maus se il ne feist metre en ecriture toutes les granç mervoilles qu’il vit et qu’il hoï por verités, por ce que les autres jens que ne le virent ne sevent le sachent por cest livre; et si voç di qu’il demora a ce savoir en celles deverses parties et provences bien .xxvi. anç. [4] Le quel puis, demorant en la charchre de Jene, fist retraire toutes cestes chouses a messire Rustaciaus de Pise, que en celle meissme chartre estoit, au tens qu’il avoit .mccxcviii. anç que Jeçucrit nesqui.


I

[1] Comant messire Nicolao et messire Mafeo se partirent de Gostantinople por chercher dou monde.
 

[2] Il fu voir que au tens qe Baudoin estoit enperaor de Gostantinople, ce fu a les .mccl. anç, mesire Nicolao Pol, que pere messire March estoit, et messiere Mafeu Pol, que frere mesere Nicolau estoit, cesti deus freres estoient en la cité de Gostantinople, qui i estoient alés de Venese con leur me<r>chandie; nobli et sajes et porveant estoient san faille: il ont consoil entr’aus et distrent qu’il vuelent aler en la Mer Greing<n>or por gaangner et por fer leur profit. [3] Et adont achaterent plusorç joiaus et se partirent de Gostantinople in une nes et s’en alent en Soldadie.


II

[1] Comant messire Nicolau e mesire Mafeu se partirent de Soldadie.
 

[2] Et quant il furent demo{i}ré en Soldadie auques, il distrent que il hiront encore plus avant. [3] Et que voç en diroie? Il se partirent de Soldadie et se mistrent au chemin et chevauchen tant, qu’il ne trevent aventure que a mentovoir face, qu’il ne furent venu a Barca Caan, que sire estoit d’une partie de Tartar, qui estoit a ccelui point a Bolgara et a Sara. [4] Cestui Barcha fist grant honore a messer Nicolau et a messer Mafeu et mout ot grant leesse de leur venue. [5] Les deus frers li dounent toutes les joiaus qu’il avoient aportés, et Barch<a> le prist mult volentiers et li pleient outre mesure et il en fait leur doner bien deus tant qe les joiaus ne valoient. [6] Il les envoia a parer en plosor parties e furent mout bien parés. [7] Et quant il furent demorés en la tere de Barca un an, adonch sordi une ghere entre Barca et Alau, le sire des Tartar dou Levant. [8] Il ala le un contre le autre con tout lor esfors; il se conbatirent ense<n>le et hi ot grant maus de gens et d’une parte et d’autre, mais au dereain la venqui Alau. [9] E por l’achaison de celle bataille et de celle ghere nuls home ne poit aler per chemin qui ne fust pris, et ce estoit deverç dont il estoient venu: mes avant pooient il bien aler. [10] Et adonc les deus frers distr{oi}ent entr’aus: «Puis que nos ne poons retorner a Gostantinople con nostre mercandie, or alon avant por la voie dou levant: si poron retorner a Venesse». [11] Il i s’aparoillent e se partirent de Barca e s’en alent a une cité qui avoit a nom Ouchacea, qui estoit la fin dou reingne dou sire dou Ponent; et da Oucaca si partirent et pasent le flum de Tigri et alerent por un deçert ki estoit lonc .xvii. jornee. [12] Il ne trovent villes ne castiaus, fors seulemant Tartars con lor tentes qui vivoent de lor bestes.


III

[1] Comant les .ii. freres passent un deçert et vindrent a la cité de Bucara.
 

[2] Et quant il ont passé cel deçert, adonc furent venu a une cité ki est apellé Boccara, mout noble et grant. La provence avoit ausi a nom Bucara e n’estoit roi un que avoit nom Barac. La cité estoit la melor que fust en toute Persie. [3] Les dous frers, quant il furent vinu a ceste cité, il ne postrent plus aler avant ne torner arere, et por ce hi demorent trois anç. [4] Et endementier qu’il hi demoroient, adonc hi vint un messajes d’Alau, le sire dou Levant, qui aloit au Grant Sire de tous les Tartars, ke avoit a nom C{r}oblai. [5] Et quant ces mesajes voit messer Nicolao et meser Mafeo, il n’a grant mervoille, por ce que jamés ne avoient veu nul latin en celle contree. Il dist as deus frers: «Seingnors, fet il, se voç me volés croir, voç en aurés grant profit et grant honnor». [6] Les deus frers li distrent que il le creeront volintier, por coi elle soit chouse que il le peusent fair. [7] Le mesajes lor dit: «Seingnor, je voç di que le Grant Sire de Tartars ne vit unques nul latin et a grant desider et volunté de veoire, et por ce, se voç volés venir avec moi jusque a lui, je voç di qu’il voç vera molt{o} volunter et voç fira grant honor et grant bien, et porés venir sauvemant avec moi sanç nul engonbrament».


IV

[1] Comant les .ii. freres sievent les mesages au Grant Kaan.
 

[2] Quant les deus frers ont entandu ce que cest mesajes lor avoit dit, il apresta elç et distrent que il vont volunter avech lui. Et atant se mestrent a la voie con cest mesajes et alerent un an por tramontaine et por grec avant que il fussent la venu; e trovent grant mervoilles et diverses coses, les quelç ne voç conteron ci por ce que messier March, fil de meser Nicolau, que toutes cestes choses vit ausint, le voç contera en ceste livre avant apertemant.


V

[1] Comant les .ii. frers vindrent au Grant Kaan.
 

[2] Et quant mesere Nicolau et mesere Mafeu furent venu au grant seingnor, il les recevi honorablemente et fait elç grant joie et grant feste. Il a mout grant leesse de lor venue; il les demande de maintes coses: primermant de les emperaors, comant il mantent lor segnorie et lor tere in justice et comant il vont a bataile et tous leur afer. Et aprés lor demande des rois et des princes et d’autres baron.


VI

[1] Comant le Grant Kaan demande as .ii. frers des affer des cristienç.
 

[2] Et aprés lor demande de meser l’apostoille et de tous les fais de l’Yglise romane et de tous les costumes des Latin. Et messere Nicolau e meser Mafeu lui distrent toute la verité de chascun por soi bie<n> et ordreemant et sajemant come sajes homes qu’il estoient ke bien savoient la lengue de Tartarç et la tartaresce.


VII

[1] Comant le Grant Kaan envoie les .ii. frers por sez messajes a l’apostoile de Rome.
 

[2] Et quant le Grant Sire que Cublai Kaan avoit a nom, qui estoit seingnor de tous les Tartars do monde et de toutes les provinces et rengnes et region de celle grandisme partie do secle, ot entendu tous les fais des Latin, si come les deus frers li avoient dit ben et apertamant, il li plet outre mesure. Il dit a soi meisme qu’il envoiera mesajes a l’apostoile. Et adonc prie les deus frers que il ailent en ceste mesajerie cun un de seç baron. [3] Il li respondirent que il firon tot son commandamant con de lor segnor lige. [4] Adunc le Gran Sire fait venir devant soi un de seç baron qui avait a nom Cogatal, et li dit qu’il vuelt qu’il aille avec les deus frers a l’apostoil. [5] Celui le dit: «Sire, jeo son votre home e sui por fair tot votre commandamant a mun poïr». [6] Aprés ce, le Grant Sire fait fair seç chartre en langue torqués por envoier a l’apostoil et les baille as deus freres et son baron, et a lor en charge ce ke il vuelt qu’il dient por sa part a l’apostoille; et sachiés que en le chartre se contenoit et en l’ambaxee qu’el li oit fes: [7] il mandoit desant a l’apostoile que il li deust mander jusque a cent sajes homes de la cristien loy, et que encore seusent les .vii. ars et qe bien se<u>sent despuer et mostrer apertament a les ydules et a les autres jenerasions de jens que tout lor †autrament† et toutes les ydres qu’il tient in lormaisson et adorent sunt coses de diables, e ke bien seusent moustre<r> clermant por raison qe la loi cristiene est meior ke la lor. [8] Encore encharge le Grant Sire as deus freres qu’il li deussent aporter de l’olio de la lampe que ard sor le sepoucre de deo en Jerusalem. [9] En tel mainere con vos aveç oï se contenoit en l’ambaxee ke le Grant Sire envoie a l’apostoile por les deus frers.


VIII

[1] Comant le Grant Kaan done as .ii. frers la table d’or des comandemens.
 

[2] Et quant le Grant Sire ot enchargés as deus frers et a son baron tot l’anbaxee k’el mande a l’apostoille, il fait lor doner une table d’or en la quel se contenoit ke les trois messajes en tous les pars que il alaissent lor deust estre donnee toutes les mession que lor beiçongnoit, et chevalç et homes por lor escordre de une terre ad autre. [3] Et quant meuser Nicolau et meser Mafeu et l’autre mesajes furent bien apareliés de toutes les chouses ke lor estoient beiso<n>, il pristrent conjé au tré Grant Sire. Puis montent a chevalç et se mistrent a la voie. [4] Et quant il furent chevauchiés auquant, adonc le baron tartar, que avec les deus frers aloit, cheï amalaides et no puet sevir la voie et remese a une cité. Et quant meser Nicolau et meser Mafeu virent que celui estoit amalaides, il le lai<se>rent et se mistrent a la voie, et voç di qe il estoient servi et honorés en totes les pars ou il aloient de toute ce qu’il savoient conmander. [5] Et que voç en diroie? Il che{u}va<u>cherent tant por lor jornee ke il furent venu a Laias, et voç di qu’il hi poinent aler trois anç, et ce avint por ce k’il ne pooient toutes foies chevaucher por le maus tens et por les nois et por les fluns qui estoient grans.


IX

[1] Comant les .ii. frers vindren a la cité de Acri.
 

[2] Et de Laias se partirent et s’en alent ad Acri et hi joingent dou mois d’avril a les .mcclx. anç de l’ancarnasion Jeçucrit, et trovant que meser l’apostoille estoit mort. [3] Et quant meser Nicolau et meser Mafeu ont trové ke l’apostoile estoit mort, que avoit a nom <Clement>, il alerent a un sajes clercs ki estoit legat por le yglise de Rome en tout le rengne d’Egipte. Il estoit home de grande autorité et avoit a nom Teald de Plajençe. [4] Il li distrent l’ambasee por coi le Grant Sire des Tartarç les envoie a l’apostoille. [5] Et quant le legat ot entendu ce ke les deus frers li avoient dit, si n’a grant mervoie, et li senble que ce soit grant bien et grant honor de la crestenté. [6] Il dit as deus frers: «Seignors, feit il, voç vees que l’apostoille est mort, et por ce vos convendra sofrir jusque tant ke apostoille sera. Et quant pape seroit, voç porois faire votre enbascee». [7] Les deus frers, que bien voient ke le legaut disoit verité, distrent que endementier ke apostoille sera apelé il vuelent aler a Venisse por veoir lor mesnie. [8] Et adonch s’en partirent d’Acri et s’en alent a Negreponte; et de Negrepont se partirent en une nes et najerent tant k’il furent venu. [9] Mesier Nicolau treuve que sa fame estoit morte et l’es<toit> remés un filç de .xv. anç que avoit a nom Marc, de cui cestui livre paroile. [10] Meser Nicolau et meser Mafeu demorerent a Venese encor deus anç por atendre ke apostoille fust.


X

[1] Comant les .ii. frers se partirent de Venese por retorner au Grant Kaan et moinent avec elz March le filz messire Nicolau.
 

[2] Et quant les deus freres ont tant atandu, con vos avés oï, et il voient que apostoille ne se fasoit, il distrent que desormés poroient il trop{o} demorer por retorner au Grant Kaan. [3] Adonch se partirent de Venese et moinent avech el{e}ç Marc son filz, et s’en alent tout droit ad Acri, et hi trovent le legat que desovre voç ai contéç. [4] Il parolent con elz de ceste coses assez et li demandent conjé d’aler en Jeruçalen por avoir de l’olio de la lanpe de Crist, de quoi le Grant Can avoit prié. [5] Le legaut done elz conjé qu’il doient aler. Adonc les deus freres se partirent d’Acri et alent en Jeruçalem, et ont de l’oleo de la lanpe dou sepolcre de Crist. [6] Il s’en retornent au legat en Acri et li distrent: «Sire, puis que nos veon que apostoille n’est, nos volun retornere au Grant Sire por ce que trop{o} avun demoré». [7] Et meser le legat, que des grengnor sire de toute la yglise de Rome estoit, dist elz: «Puis ke vos volés retorner au Grant Sire, il me plet bien». [8] Adonc fist sez lectres et sa embasee por envoier au Grant Kan, et tesmong<n>e comant mesiere Nicolao et meser Mafeu estoient venu por faire sez anbasee, mes, por ce ke apostoille n’estoit, ne l’avoient peu faire.


XI

[1] Comant les .ii. frers et Marc se partirent d’Acri.
 

[2] Quant les deus freres ont eu le letres dou legat, et il se partirent d’Acri et se mistrent a la voie por retorner au Grant Sire, il alent tant qu’il furent venu a Laias. [3] Et quant il furent la venu, il ne demore gueires que cestu<i> legat fu esleu apostoille et s’apeloit pape Gregor de Plajence. Les deus fre<r>s en ont grant leesse. [4] Et aprés ce, ne demore gueires ke un messajes vint a Laias por part do legat qui estoit esleu pape a meser Nicolau et a mesere Mafeu, et lor mande disant que se il n’estoient alés qe il devesent a lui torner. Les deus frers ont de ce grant joie et distrent que ce firont il volunter. [5] Et que voç en diroi? Le roi d’Armenie fist armer une galee as deus freres et les envoie ao legat honoreemant.


XII

[1] Comant les .ii. frers alent a l’apostoile de Rome.
 

[2] Et quant il furent venu ad Acri, il s’en alent a meser l’apostoille et se humilent mout ver lui. [3] Meser l’apostoille les recevi honoreemant et lor done sa bene<di>sion et fait lor joie et feste. Adonc l’apostoile donet a meser Nicolau et a meser Mafeu deus freres prechëors qe bien estoient les plus sajes que en tute celle provence fuissent: l’une avoit nome frer Nicolau de Vicense, l’autre avoit nome frere Guilielme de Tripule. [4] Il done elz brevilejes et carte et sa enbasee de ce qu’il voloit mander au Grant Kaan. [5] Et quant meser Nicolau et meser Mafeu et les deus freres prescëor ont recevu les brevile<j>es et le carte et l’anbaxae de mesere l’apostoille, il se font doner sa benedicion, puis se partirent tuit e quatre, e com elç March le fil mesere Nicolau; il s’enn’alent tot droit a Laias. [6] Et quant il furent la venus, adonc Bondocdaire, qe soldan estoit de Babeloine, vent en Arminie con grande hoste et fait grande domajes por la contree. Et ceste mesajes furent en aventure d’estre mors. [7] Et quant les deus frers prescäor virent ce, il ont grant dotance d’aler plus avant; adonc distrent que il ne iront mie: il donent a meser Nicolau et a meser Mafeu tous les brevile< je>s et carte k’il avoient et se partirent d’elz et s’en alent avec le mestre deu tens.


XIII

[1] Comant les .ii. frers et March vindrent a la cité de Clemeinfu, la u le Gran Kaan estoit.
 

[2] Et mesere Nicolau et meser Mafeu et March, le filz Nicolau, se mistrent a la voie et chevauchent tant, et de <y>ver et d’esté, k’el furent venus au Grant Kan que adonc estoit a une cité k’estoit apelé Clemeinfu, qe mout estoit riche et grant. [3] Et ce que il trovent en la voie ne voç firon mencion, et por ce qe noç le voç conteron en notre livre avant tout per ordre. [4] Et si sachiés que il poinent a aler bien trois anz et dimi, et ce fu por les noi{e}s et por le pluie et por les grant fluns, et por ce qe il ne poient chevaucher de yver come d’estié. [5] Et il vos di por verité que quant le Grant Can soit que mesere Nicolau et meser Mafeu venoient, il envoie seç mesajes contr’aus bien .xl. jornee, et mout furent servi et honorés de tuit.


XIV

[1] Comant le .ii. freres e March alent avant le Grant Kaan eu palais.
 

[2] Et que voç en diroie? Quant mesere Nicolau et meser Mafeu et Marc furent venus en celle grant cité, il s’en alent au mestre palais, la ou il treuvent le Grant Kaan a mout grant conpagnie de baron. Il s’enjenoilent devant lui et se humilient tant com il plus puent. [3] Le Grant Kaan les fait drecer en estant et les recevi honorablemant et lor fait grant joie et grant feste, et mout les demande de lor estre et comant il l’avoient puis fait. [4] Les deus frers li distrent ke il l’ont mout bien fait puis que il l’ont treuvé sain et haitiés. Adonc li preçentent les brevile< je>s e les letres qe l’apostoille le envoie, des quelz il ot grant leesse; puis li bailent le saint oleo, de cui il fist grant joie et le tient mout chier. [5] Le Grant Kaan, quant il voit March, qi estoit jeune bacheler, il demande ki est. «Sire, fait meser Nicolao, il est mon filz et vestre home». «Bien soit il venu», fait el Gran Can. [6] Et por coi voç firoie lonc cont? Sachiés tout voiremant qe mout fu grant la joie et la feste ke fait le Grant Kaan et toute sa cort de la venue de ceste mesajes. Et molt estoient servi et honorés de tuit. Il demorent en la cort et avoient honor sor les autres baronç.


XV

[1] Comant le Grant Kaan envoie March pour sez messajes.
 

[2] Or avint que March, le filz messer Nicolao, enprant si bien le costume de Tartars et lor langajes et lor let{e}res, car je voç di tout voiremant que, avant grament de tens puis qu’il vint en la cort dou grant segnor, il soit de langajes et de quatre letres et scriture. [3] Il estoit sajes et proveanç outre mesure, e molt li voloit gram bien le Gran Kaan por la bonté k’il veoit en lui e por le gran valor. [4] Et quant le Gran Kaan voit ke March estoit si sajes, il le envoie mesajes en une tere que bien hi poine aler .vi. mois. [5] Li jeune baçaler fait sa enbasee bien et sajemant, et por ce qu’el avoit veu et hoï plusors fois que le Grant Kan, quant les mesajes k’il mandoit por les diverses partes dou monde, quant il retornoient a lui et li disoient l’anba{n}see por coi il estoi<en>t alés et no li savoient dir autres noveles de les contrees ou il estoient alés, il disoit elz q’il estoient foux et non saichanç, et disoit que miaus ameroit hoïr les noveles et les costumes et les usajes de celle estra<n>jes contree qu’il ne fasoit oïr celç por coi il li avoit mandé. [6] Et Marc, ke bien savoit tout ce, quant il ala en cele mesajarie, toutes les nuvités et tutes les stranges chauses qu’il avoit, mettoit son entent por coi il le seust redire au Grant Kaan.


XVI

[1] Comant March torne de ssa mesajerie et renonse sa enbasee au Grant Kaan.
 

[2] Quant March fu retorné de sa mesajarie, el s’en vait devant le Grant Kan et li renunse toute le fait por coi il estoit alés et l’avoit achevee mout bien. Puis li dit toutes le novités et toutes le coses qu’il avoit veuç en cele voie, si bien et sajemant qe le Grant Kan et celç tuit qe l’oient en vint grant mervoie et distrent entr’aus: [3] «Se cest jeune vif por aajes, il ne puet falir qu’il ne soit home de grant senç et de grand valor!». [4] Et que voç en diroie? De cest messajarie en avant, fu appelé le jeune: mesere Marc Pol; et ensi le apelara desormés nostre livre, et ce est bien grant raison, car il estoit sajes et costumés. [5] Et por coi voç firoie je lonc conte? Sachiés tout voiremant ke messer March demore avec le Grant Kan bien .xvii. anç, et en tut cest terme ne fine d’aler en mesajerie, car le Grant Kaan, puis k’il voit que messier Marc li aportoie si noveles des tutes pars et que achevoit si bien toutes les biçong< n>es por coi il l’envoit, il, por cest raison, toutes les bones mesajerie et le longaines toutes donnoit a meser March, et il achevoit mout bien la beisongne et li savoit dir maintes novités et maintes estranges chouses; et le Grant Kan li plasoit tant l’afer de meser Marc qe il le vo<lo>it grant bien et li fasoit si grant onor et le tenoit si pres de soi qe les autres baron en av<oi>ent grant enoie. [6] Or ço fui la raison por coi meser March, qu’il cher<ch>e plus de celes estranges parties qe nulz autres home, seç plus de celes couses de celle contree ke nulz omes ke unqes nasquist, et encore qu’il hi mettoit plus son entent a ce savoir.


XVII

[1] Comant messere Nicolau et mesire Mafeu et messier March demandent conjé au Kaan.
 

[2] Et quant messere Nicolau et meser Mafeu et meser March furent demoréç avech le Grant Kan tant com voç avés oï, il distrent entr’aus q’il voloient retorner en lor contree. [3] Il domandent plusors fois parole au Grant Kaan et l’en prient mout doucemant: mes le Grant Kan les amoit tant et li tenoit si voluntieres entor lui q’il ne lor donoit paroile por ren dou monde. [4] Or avint que la raine Bolgara, que fame Argon estoit le sire dou Levant, se morut, et cele roine laisse por sien testamente ke nule dame ne peuse seoir en sa chaire ne estre fame d’Argon se ne fust de son legnas. [5] Adonc Argon prist trois sez baronç, li quelç avoient a non ensint: le primer Oulatai, le segont Apusca, le tierçe Coia. Il les envoie au Grant Kan con mout bielle conpagnie, por coi il devest envoiere une dame que fust dou lingnas de la roine Balgana sa fame que mort estoit. Et quant les trois baronç furent venu au Grant Kan, si li distrent lo por coi il estoient venu. [6] Le Grant Kan les recevi honorablemant: elç fist joie et fest. Puis mande por une dame ke avoit a non Cogatin, qe estoit dou legnaçe a celle roine Balgana, qui estoit geune de .xvii. anç, mout bien et avenant. [7] Il dist as trois baronç ke ceste dame estoit celle qu’il vont querant. Celç distrent que ce plet lor bien. [8] Et atant meser Marc torne de Ynde por mout deverses mer et conte maintes noveles de celle contree. Et les trois baronç, que unt veu meser Nicolau et mesere Mafeu et mesere Marc qui estoient latin et sajes, adonc distrent entr’aus qu’il vuelent k’il ailent con elz por mer. [9] Il alent au Grant Kaan et li demandent en grace que il li deust envoier por mer et qu’il mandest avec elç les trois latin. [10] Le Grant Kan, que tant amoit cesti trois come voç ai contés, a grant enuie fait elz celle grace et done conjé as trois latin qu’il alaisent avuec celz trois baronç avec cele dame.


XVIII

[1] Ci devise coment messire Nicolau e mesere Mafeu e messier March se partirent dau Grant Kaan.
 

[2] Et quant le Grant Kan voit que meisere Nicolau et mesere Mafeu et meser March se doient partir, il les fait venir tuit et trois devant soi et lor done deus tables con comandamant qu’il fuissent franc por toute sa tere et, laonques il ailarent, deusent avoir la despense por elç et por lor mesnee. [3] Et encharge elç <l>’enbasee a l’apostoille et au roi de Françe et au roi d’Espagne et aus autres roi de crestenté. [4] Puis fist aparoiller .xiiii. nes, les quelç avoit chascune quatre arbres et maintes foies aloient a .xii. voiles: et voç poroie conter bien conmant, mes, por ce que trop seroit longaine matere, ne le voç mentovrai a cestui po<i>nt. [5] Et quant les nes furent aparoillés, les trois baron et la dame et meser Nicolau et meser Mafeu et meser Marc pristent conjé au Grant Kan et se recogent en les nes a mout grant gent. Et le Chan fist elz doner la despence por .x. anç. [6] Et qe voç en diroi? Il se mistrent en la mer et najerent bien trois mois, tant k’il vindrent a une ysle, qui est ver midi, ki a non Java, en la quel ysle a maintes merveuses couses les quelç voç conteroi en ceste livre. [7] Puis se partirent de cel isle et voç di qu’il najerent por la mer de Indie bien .xviii. mois avant ke il fuissent venus la ou il volient aler et trovent mantes grant mervoiles qe encore le voç conteron en ce{l} livre. Et quant el furent la venu, il trovent qe Argon estoit mors, dont la dame fu doné a Caçan, le filz Argon. [8] Et voç di san fail que quant il entrarent es nes il furent bien .vic. persones sanç le mariners: tuit morurent for solemant .xviii. [9] Il treuvent ke la seingnorie d’Argon tenoie Chiato. I’les recomandent la dame et firent toute lor enbasee et lor mesajarie. [10] Et quant mesier Nicolao et meser Mafeu et mesere Marc ont faites toutes la biçong<n>e de la dame et les mesajerie ke le Grant Kan lor avoit enchargies, il pristrent conjé et se partirent et se mistrent a la voie. [11] Et si sachiés tout voiramant qe Achatu done a celz trois mesajes dou Grant Kan, ce furent meser Nicolau et meser Mafeu et meser Marc, .iiii. table d’or <dou> comandament: les deus de gerfauc et le une de lion et l’autre estoit plaine, ke disoient en lor letre qe cesti trois mesajes fuissent honorés et servi partout sa tere comme son cors meesme, et qe chevalz et toute despense et toute escorte fuisent lor doné. [12] Et certes ensi fu fait, car il ont por tot sa tere chevalç et despense et toutes couses biçognables, bien et largemant, car je voç di san faille qe mantes foies lor estoit donés .cc. homes a chevalz, et plus et moin selon que beiçongnoit por lor escordre et por aler seur de une tere ad autre, et ce estoit bien biçong por ce que Acatu n’estoit lige seingnor et por ce les jens ne s’estudient de ne fer maus ausi com il feistent se il aüsent seignor lige. [13] Et encore voç di un’autre chouse ke bien fait a mentovoir por le onor de cest trois mesajes, car je voç di tout voiramant qe meser Mafeu et meser Nicolao et meser Marc on<t> si grant segnorie con jeo vos dirai: car sachiés ke le Grant Kan se fioit tant d’elç et lor voloit si grant bien qu’il lor fie la roine Cocacin et, encor, fie la fille au roi dou Mangi, qu’il le deusent mener ad Argon, le sire de tous le Levant. [14] Et il ensi le font, car il le moinent por la mer ensi con je voç ai contés en ariers con tantes jens et con si grant despense. [15] Et si voç di qe cest .ii. grant dames estoient en la ma<s>naies de cesti .iii. mesajes, car il le fasoient sauver et guarder <com> ce ele feussent lor files; et les dames, que mout estoient jeune et belle, tenoient cesti trois por lor pere, et ensint les obeient. Et cesti trois les mestrent en les mainç de lor baron. [16] Et si voç di con toute verité que la roine Cocacin, que feme a Casan est que orendroit rengne, son baron Casan et elle vuelt si grant bien as trois mesajes qu’il n’est chouse que elle ne feisse por elç come sien peres meesme, car sachiés ke quant cesti trois mesajes se partirent de elle por retorner en lor païs, que ele lerme de pitié por lor departiment.

[17] Or voç ai contés une chouse ke bien fait a loer quant a cesti trois mesajes furent afiés tiel .ii. dames por mener a lor baron de si longaine parte. Or voç laieron de ce et voç conteron avant. [18] Et que voç en diroie? Quant les trois mesajes furent parti de Cocatu, il se mistrent a la voie et cavachent tant por lor jornee ke il furent venu a Trepisonde, et de Trepisonde s’en vindrent a Gostantinople; s’en vindrent a Negropont, et de Negropont a Venese, et ce fu as .m.cc.xcv. anz de l’ancarnasion de Crist.

[19] Or puis que je voç ai contéç tot le fa<i>t dou prolegue, ensi com vos avés oï, adonc comencerai le livre.


XIX

[1] Ci devise de la Petite Armenie.
 

[2] Il est voir qu’il sunt deus Harmenies: une grant et une pitete. [3] De la pitete en est sire un rois que mante<n>t bien la tere en justice et est soutpost au Tartar. [4] Il hi a mantes viles et mantes castiaus, et hi a de toutes chouses en grant abundançe. [5] Encore est tere de grant solaçe de tute caçes, et de bestes et d’osiaus. Mes si voç di k’ele n’est pas saine provence, mes enferme duramant: et ansienemant les jentilz homes estoient vailant et prodomes d’armes, mes horendroit sunt il cheitif et vile, et ne ont nulle bonté for qu’il sunt buen beveör. [6] Encore: hi a sor la mer une ville ki est apellé Laias, la qual est de gran merceaandie, car sachiés tout voiremant qe tutes le speti{ s}erie et les dras de fratere se portent a ceste ville, et toutes autres chier coses; et les mercans de Venese et de Jene et de toutes pars hi vinent et l’acatent. Et tous homes et mercans ke vuelent aler en fraterre prenent lor voie de ceste ville.

[7] Or voç avon conté de la Pitete Ermine, et aprés voç conteron de Turcomanie.


XX

[1] Ci devise de la provence de Turcomanie.
 

[2] En Turcomanie ha trois jenerasion de jens. [3] Cesunt Turcoman, que aürent Maomet et tenent sa loy et sunt sinple jens et ont brut lengajes. Il demorent en montagne et en landes, la ou il savent qui haie buen pasquor, por ce qe il vivent de bestiaus. [4] Et voç di qu’il hi naisent buen chavalz turcoman et bon mul de grant vailance. [5] Et les autres jens sunt Armin et Greçois que mesleemant demorent com aus en viles et en casteus, et vivent de mercaandie et d’ars: car sachiés que il hi se laborent le sovran tapis dou monde et li plus biaus; il i se laborent encore dras de soie cremosi et d’autres color mout biaus et riches, et de maintes autres causes ausint. [6] Les sien nomé cité est le Conio, Casserie, Sevasto; et encore hi a maintes autres cités et ca{u}steus, les qualz ne voç conterai por ce ke trop feroie longaine matiere a mentovoir. [7] Il sont <sot>post au Tartar dou Levant, et cil hi met sa segnorie.

[8] Or laison de cest provençe et parleron de le Grant Armenie.


XXI

[1] Ci devise de la Grant Armenie.
 

[2] La Grant Armenie est une grant provence. Elle comance da une cité ki est apelé Arçinga, en la quel se laborent les meilior bocaran ke sont au monde. Et hi a les plus biaus bangnes et les meiliors d’eive surgent qe soient au seicle. [3] Les jens sunt Armin et sunt homes do Tartar. [4] Il hi a mantes castaus et cités: la plus noble{s} cité{ s} est Arçingal, que <a> arcevesch<e>ve; l’autres sunt Argiron et Darçiçi. [5] El est mout grant provence. Et voç di ke le esté hi demorent toute le hoste dou Tartar dou Levant, por ce ke en ceste provence ha mout bon pasquor l’esté as bestes, et por ce qe demorent le Tartar et lor bestes l’estee, mes l’inver ne i demorent pas por la grant froidure de la nois, q’en i a outre mesure, dont les bestes n’en poroi vivere. Et por ce se partirent le Tartar l’inver et s’en vont es leu chaut, la o trovent grant erbes et buen pasquor por lor bestes. [6] Et encore voç di ke en cest Grant Arminie est l’arche de Noé sor une grant montaigne. [7] Elle confine dever midi enver levant con uns roiames qui est apelés Mosul, ke sunt jens cristienç: ce sunt jacopins et nestorins, des quelz voç en conterai enn’avant. [8] Dever tramontane confines con Jorgiens, des quelz voç en parlerai encore avant. Et a ceste confine dever Jorjens ha une fontane ke sorçe oleo en grant abundance, si que cent nes hi kargent a une foies: mes il n’est pas bon a manger, me il est bon a ardoir et a onger les giamiaus por la rogne et por le farbores; et vienent les homes de mout loingne por cest{o} olio; et tot la contree environ ne ardent autre olio ke cest.

[9] Or laison de la Grant Harmenie, et voç conteron de la provence de Jorjens.


XXII

[1] Ci devise dou rois des Giorgiens et de lor afere.
 

[2] En Jorgienie a un roi qi est apelés par tout tens Davit Melic, que tient a dir en fransois Davit roi, et est sotpost au Tartar; et ansienement tuit les rois de cele provence nasoient con un seingne d’aigle sor la spale destre. [3] Il sunt belle jens et vailant d’armes et bon archier et bon conbateör en bataie. Il sunt cristienç et tenent la loy greçois. Les chevoil portent a mainere de clerges. [4] Et c’est la provence ke Alexandre ne poit paser quant il vost aler au ponent, por ce qe la vie est estroit et dotose, car de l’un les est la mer, et de l’autre est gran montagne que ne se poent cavaucher: la vie est mout estroit entre la montagne et la mer, et dure cest estroit vie plus de quatre liegues, si ke pou homes tendront le pas a tout le monde. Et ce fo la caxon por coi Alexandre ne poet passere. [5] Et voç di ke Alexandre hi fist fermer une tore et hi fist une forteçe por coi celle jens ne poësent pasere por venir sor lui, et fu apellé la port dou fer, et ce est en le leu qe le livre Alexandre conte comant il enclouse les Tartarç dedenç deus montagnes; et ce ne fu pas voir qu’il fu{i}ssent Tartar, mes furent une jens qui estoient apellés Comain et autres jenerasion asseç, car Tartarç n’estoient a celui tens.

[6] Il hi a viles et ca{u}staus ases, et ont soie en grant abondançe, et hi se laborent dras de soie et dras dorés les plus biaus ke homes veise unques. [7] Il ha les meillor astor dou monde. Il ha de toutes couses habundançe, et vivent de mercandie et de labor. [8] La provence est tout plene de grant montagne et d’estroit pas et de fort, si ke je voç di qe les Tartar ne postrent unques avoir tout entermant la segnorie. [9] Encore hi a un monester de nonain ki est apelé sant Lionard, qui a une tel mervaie con je voç contera<i>. [10] Sachiés q’il hi a un grant lac d’eve qui vent d’une montagne dejoste le yglise de sant Lionard, et en cele eive ke vent de cele montagne en tout l’an ne se trove nul peson ne peitet ne grant, for seulmant ke lo primer jor{no} de quaresme conmencent a venir et venent cascun jor de caresme jusque a saba sant, ce est la vigille de Pasche, et en tout cest termene il se trevent peison aseç, mes en toutes autres tens de l’an ne s’en trovent mie. [11] Et encore voç di qe la mer que je voç ai conté, qui est juste la montagne, est apellé la mer de Glevechelan et çire environ .viic .m. et est longe de tous mer bien doçe jornee, et hi met dedenç le flu d’Eufrautes et mai<n>tes autres flus, et est tout environee de montagne et de terre; et novelemant les marchians de Jene najerent por cel mer, car il v’ont mis leingn ou il najerent. Et d’iluech vint la soie ke est apellet Gelle.

[12] Or voç avo<n>ç contés de les confin d’Armenie dever tramontane. Or voç volun conter de le autre confin qe sunt entre midi et levant.


XXIII

[1] Ci devise dou roiaume de Mosul.
 

[2] Mosul est un grant roiames qui l’habitent plusors jenerasions de jens les quelç voç deviserai orendroit. [3] Il <a> une jens, ki est apellé Arabi, que orent Maomet. [4] Encore hi a un’autre generation de jens ke tent la ley cristiane, mes non pas selo<n>c qe conmande l’eglise de Rome, car il failent en plusors couses: il sunt apelés nestorin et jacopit; il ont patriarche, ke l’apelent Iatolic, et cestui patriarche fait arcevescheve et vescheve et abés et tout prolés, et les envoie por toutes pars, en Yndie et au Catai et en Baudac, ausint con fait l’apostoille de Rome. [5] Et si voç di ke toit les cristians qe voç entrovrés en toutes cestes parties que je voç ai contés sunt nestorin et jacopit. [6] Et tout les dras de soie que sunt apellés mosulin se font iluec. [7] Et encore voç di qe les mercaanç, que sunt apellés mosulin, que aportent les grandisme quantités de toutes cheres espices, sunt de cestui roiaumes desovre. [8] Et en les montagnes de cest rengne demorent jens, ke sunt apelés Curd, que sunt cristiens nestorin et jacopit. [9] Le une partie sunt saraïn que aorent Maomet. Il sunt prodomes et mauveise jens; et robent voluntere les mercaant.

[10] Or laison dou roiame de Mosul, et voç parleron de la grant cité de Baudac.


XXIV

[1] Ci devise comant la grant cité de Baudach fu prise.
 

[2] Baudac est une grandissime cité, la u il est le calif de tous les saraïn dou monde, ausint come a Rome est le sciec de tous les cristiens dou monde. [3] Et por mi la cité passe un flum mout grant et por celu flum poit ben aler en la mer de Yndie, et hi alent et vienent les mercaant con lor mercandies. Et sachiés qe le flum est lonc de Baudac a la mer d’Endie bien .xviii. jornee, et les mercaans qe vuelent aler en Yndie vont por cel flum jusque a une cité qui a non Chisi, et d’iluec entrent en la mer de Yndie. [4] Et encore voç di ke sor cel flum entre Baudac et Chisi a une gran cité que a non Bascra, et tout environ la cité, por les bois, naisent les meior datal dou monde. [5] En Baudac se laborent de ma<n>tes faison de dras dorés et de soie: ce sunt nassit et nac et cremosi, et de deverses manieres laborés a bestes et ausiaus mout richemant. [6] Elle est la plus noble cité et la greingnor que soit en toit cele parties. [7] Et si sachiés voiramant qe au calif de Baudac se treuve le greingnor treçor d’or et d’argent et de peres presioses qe jamés se trevast, et vos dirai comant.

[8] Il fui voi<r> que entor .m.cc.lv. anç que Crist nasqui, le Grant Sire des Tartarç que Alau avoit a non, qe fu frere au Grant Sire que orendroit rengne, asenblé une grandisime host et vent sor Baudac et la prist a force: et ce fu bien gran cose, por ce que en Baudac avoit plus .cm. chevalers, senç les homes a pié. [9] Et quant il’oit prise, il trove au calif une tor toute plene d’or et d’argent e d’autre tesor, si que jamés non fu veue tant a une fois en un leu. [10] Quant il veoit cest grant teçor, il n’a grant mereveie e mande por le calif et fait il venir davant lui. [11] Puis li dit: «Calif, fait il, por coi avois tu amassé tant teçor? Que dovis tu fair? Or ne savois tu que je estoie ton nemi et que te{s} venoit sovre con si grant host por toi deserter? Quant tu ce savoie, por coi ne preïs tu ton tesor et l’aüst donés a chevalers et a soldaer por toi defendre et ta cité?». [12] Le calif ne li responde ren, por ce qu’il ne savoit qe deust dir. [13] Et adonc Alau li dist: «Calif, puis qe je voi qe tu ame tant le tesor, et je le te voi doner a mangere le tien meesme». [14] Adonc fist prendre le calif e fe lo metre en la tor dou tesor, et conmande que nulle couse li soit doné a manger ne a boir. [15] Et puis li dit: «Calif, or menue de tesor tant con tu voudras, puis qu’il te plait tant car jamés ne menuerai autre cose ke de cest tesor». [16] Aprés ce l’a laisé en la tore, la o il morut a chief de quatre jors. Et por ce seroit maus valut au calif qu’il aüsse doné son tesor a les homes por defendre sa tere et seç jens ke il fuse mors con toutes sez jens e deserités. [17] Et de cestui calif en avant ne oit puis calif.

[18] Or voç diron de Touris: et bien est il voir que je voç poroi ben avoir dit de lor fait et de lor costumes, mes, por ce ke seroit trop longaine matiere, voç ai abrivés mon dir; et por ce voç conteron autres couses grant et merveiose, si con voç pori oïr.


XXV

[1] De la grant mervaille, que avint en Baudach, de la montangne.
 

[2] Et encore voç volun conter une grant mervoie qe avint entre Baudac et Mosul. [3] Il fu voir ke a les .m.cc.lxxv. anç de l’incarnasion de Crist avoit un calif en Baudac qe, volent mout grant maus as cristians, et jor et noit pensoit comant il peuse tuit cristianç de sa tere fer retorner saraçin ou, se ne, que il les peust tuit fer metre a mort; et de ce se conseioit toç jorç cun seç regulés et cun seç cassés, car tuit ensenble voloient grant maus a cristienç: et ce est couse veritables que tuit les saracin dou monde volent grant maus a tuit les cristianç do munde. [4] Or avint que le calif con les sajes que entor lui estoient trevent un po<i>nt{e} tel com je voç dirai: il trevent qe en une evangelie dit qe se il fuse un cristienç que avese tant de foy quant il est un gran de seneve, que por sa priere ke il feise a son segnor dieu, il firoit jonger .ii. montagnes ensenble. [5] Et quant il ont ce trové, il ont grant leese, por ce que il distrent que ce estoit couse de fer torner les cristianç saraçinç ou de meter les a mort tuit ensenble. [6] Et adonc le calif mande por tuit les cristienz nestorin et jacopit que en sa tere estoient, que mout furent grant quantité. [7] Et quant il furent devant le calif venu, il lor mostre cel evangelie et le fait lor lire; et quant il l’ont leu, il demande se il estoit ensi verités. Les cristienç distrent que voiramant estoit il verité. [8] «Donc dites vos, fait le calif, que un cristienz que aüsse tant de foy quant est un graniaus de seneve, que, por seç prier qe il feisse a son dieu, il firoit jungere .ii. montagnes ensenble». [9] «Ce dison nos voirremente», feit les cristiens. [10] «Donc vos metrai je un parti davant, fait le calif: puis que voç estes tant cristians, bien en doit avoir entre vos que aie une pou de foy. Dont je voç di: ou voç ferés remuer celle montangne que voz la vees - et lor moustre un mont que pres estoit - ou je voz firai tuit morir a male mors car, se voz ne le faites movoir, adonc mostrereç voç ne aiés poi<n>t de foy: je vos firai tuit occire; o vos retornerés a la nostre bone loy, qe Maomet nostre profi<t>e nos doné, et au{t}rés foy et estré sauves; et a ce faire vos done respit de ci a .x. jors. Et se a celui terme ne l’aurés fait, voç farai tuit metre a mort». [11] Atant ne parole plus le calif et done conjé a cristians.


XXVI

[1] Comant les cristienz ont grant paor de ce que le calif lor avoit dit.
 

[2] Et quant les cristians ont ente<n>du ce qe le calif lor avoit dit, il ont mult grant ire et grant paor de morir; mes toites foies il avoient bone sperance en lor criator que les aidera de cest gran perilz. [3] Il furent a consoil tuit les sajes cristie<n>ç, qui estoient les prolés, car il avoit vesqueve et arcevescheve et preste aseç: il ne poient prendre cunseil for que prier lor segnor deu que por sa pieté et mercé conseie en cest fait et qu’il les escampe de si cruel mort come le calif lor faroit faire se il ne firont ce qe il lor demande. [4] Che vos en diroie? Sachiés tout voirmant que les cristienç estoient tout jor et tute noite en oracion et prient devotement le Savaor, Deu <do> cel et de la tere, qe il por sa pieté le devese aider de cest gran perilz la ou il sunt. [5] En cest grant oracion et en cest pregeres furent les cristianç .viii. jors et .viii. noites, mas<l>es et femes, pitet et grant. [6] Or avint, que endementier que il estoient en cest oracion, qe l’angel ven en vision pour mesajes de deu a un veschevo qe mout estoiet home de sante vite. [7] Il dit: «O veschevo, or te vais a tel chabatier que a un iaus, et a celu dirés ke la montagne se mue, et la se muara mantinant».

[8] Et de ceste chabatier vos dirai que home il estoie et sa vie. [9] Or sachiés voir qu’il estoit home molt{o} onest et mout cast; il deçiunoit et ne fasoit nul peca; il aloit toç jorç a la glise et a la messe; il donoit chascus jors du pan que il avoit por deu; il estoit home de si bone mainere et de si sante vite que le ne trovase un meior ne pres ne lonçe. [10] Et si voç dirai une couse que il fist, que bien dist qe il soit bon home de bone foy et de bone vie. [11] Il fu voir qe il avoit plusor foies oï lire en sant vangelie qe disoit qe, se le iaus te scandaliço<i>t a pechere, ke tu le doit traire de la teste ou avoucler le, si q’el no te face pechere. [12] Avint qe un jor{no} a la maison de cest çabater vent une belle{do}- feme{ne} por achater çabate. [13] Le mestre li vose veïr la janbe et le pe per veoir quelz çabate li fuissent bonez. [14] Et adonc se fait mostrere la janbe et li pe, et la feme{ne} li mostre mantinant: et san faille elle estoit si belle, la janbe, et le pe, ke de plus biaus ne demandés. [15] Et quant le mestre, qui estoit si bon conme jeo vos ai dit, a{i} veu la janbe et le pe a ceste feme, il en fu tot tenté, por ce qe les iaus le voient volunter. [16] Il lase alere la feme et ne li vost vendre le çuilant. [17] Et quant la feme en fu alés, le mestre dist a soi meesme: «Hai desloiaus et traites, a cui penses tu? Certe je en prenderai grant vingance de mes iaus ke me scandaliçent!». [18] Et adonc prent tout mantinant une pitete macque, et la fait mout ague, et se done por me le un des iaus en tel mainer q’il se le creve dedenç la teste si k’el non vi jamés. [19] En tal mainere, con voç avi oï, cest çabater se gaste le un des iaus de la teste, et certe il estoit bien santissme home et bon.

[20] Or retornerom donc a nostre matiere.


XXVII

[1] Comant la vision i vint a l’evesque que la proiere d’un ciabatter firoit movoir la montangne.
 

[2] Or sachiés: quant ceste avision fu venue plusor foies a cel vescheve ke il deust mander por cel çabater{o} et qe celui por sa prier fara mover la montagne, cestui veschevo le dist entre les autres cristians tout le fait de la vision que li estoit avenu por tantes foies. [3] Et les cristiens tuit loerent feissent venir davant elz cel çabatier: et adonc le firent venir; et quant il fu venu, il distrent qe il volent qe il doie prier le segnor deu q’el deust fair mover la montagne. [4] Et quant cest çabater oï ce qe le vescheve et les autres cristianç li disoient, il dit qu’il n’est pas si bon home ke Damenedeu feisse por so preier si grant fait. [5] Les cristiens le prient mout dolcemant ke dovese fair cele priere a Dieu. Et qe vos en diroie? Il le prient tant ke il dit qu’el fara lor volunté et fira celle priere a son criatore.


XXVIII

[1] Comant la proiere dou cristien fist movoir la montangne.
 

[2] E quant le jor dou termene fo venu, les cristienç se levent bien por maitin, et masles et femes, pitet et grant, il alent a lor eglise et cantent la sainte mese. [3] Et quant il ont canté et finit tout le servise dou nostre Sire Dieu, il, tuit ensenble, se mestrent a la voie a alere en plain de cele montagne, et portant la crois dou Sa<l>vator davant elz. [4] Et quant il furent tuit les cristienç venus en cest plain, qui estoient bien .cm., il se mistrent davant la crois de nostre sire. [5] Le calif hi estoit a si grant motitudine de saracin, qe ce estoit mervoie, qui estoient venu por occir les cristienç, car il ne croient mie ke la montagne se remuase; et les cristienç, tuit, pitet{i} et grant, avoient grant paür et grant doute, mes toutes foies avoient bone sperance en lor criator. [6] Et quant toutes cestes gens, cristienç et sarasin, estoient en cel plain, adonc le çabater s’enjenocle devant la crois et tent seç mainç ver le cel e prie mout son Salvator que cel montagne se doie movoir et que tant cristienç come iluec sunt ne morisoit a male morte. [7] Et quant il oit fait sa preier il ne demore mie guiers que la montagne conmenç’ a deruiner et a mover. [8] Et quant le calif et les saraçin v<o>ient ce, il n’ont grant mervoie et plusor s’en tornent cristienç. Et le calif mesme se fist cristienç, mes ce fu celeemant. [9] Mes, qe il morut, il se treuvé une crois a<u> cuil, dont les saracin ne le se volent es tonbe des autres calif, mes le mistrent en autre leu. [10] En cel mainere ala ceste mervoile come il avés oï.


XXIX

[1] Ci devise de la noble cite de Toris.
 

[2] Toris est une grant cité qui est en une provence qui est apelés Yrac, en la quel a encore maintes cités et mant ca{u}staus; mais, por ce ke Toris est la plus noble cité de celle provence, voç conterai de son afar. [3] Il est voir que les homes de Toris vivent de merca<n>die et d’ars, car il se laborent maintes dras a or et de soie et de grant vaillance. [4] La cité si <est> en si buen leu <que> de Yndie et de Baudac et de Mosul e de Cremosor et de maintes autres leus hi vient les mercandies et iluech vienent maint mercaant latin por acater de cheles mercandies que hi venent des estranges païs. Et encore hi se acatent de peres presioses qe in grant abundance i ci trove. [5] El est cité que mout hi font grant profit les mercant viandant. [6] Il sunt jens de poch afer et sunt mout meslee de maintes maineres: jens il ha armi<n>, nestori<n> et iacopit, et giorgian et persian; et hencore hi a homes que aorent Maomet, et ce sunt le pueple de la cité que sunt apelés tauriz. [7] La vile est tout environé entor des biaus jardinz et {de} deletable, plen de maint fruit et buens. [8] Les saraïn de Toris sunt mout mauveis et desloiaus, que la loi qe lor profete Maomet a lor doné comande que tout le maus qu’il puent faire a toutes jens qe ne soient de lor loy et tout cel qe il puent lor tolir ne n’unt nul pechiés, et por cest couse feroient il mout maus se no fuse por la segnorie. [9] Et tuites les autres saracin dou monde se mantinent en ceste maniere.

[10] Or laison de Tauris et conmenceron de Persie.


XXX

[1] Ci comance de la grant provence de Perse.
 

[2] Persie est une grandisime provence, la quale ansienamant fu mut nobles e de grant afer, mes orendroit la hont destruite et gasté les Tartarç. [3] En Persie est la cité, qui est apelé Sava, de la quel se partirent les trois mais quant il vindrent ahorer Jesucrit. [4] En ceste cité sunt soveliz les trois mais en trois sepouture mout grant et beles; et desor la sepouture a une maison quarés et desovre riont, mut et bien ovrés; et est le une juste l’autre. [5] Les cors sunt encore tuit entier et ont chevoilz et barbe. Le un avoit a nom Beltasar, le autre Gaspar, lo terço Melchior. [6] Mesere Marc demande plusor jens de cel cité de l’estre de ces trois mais, mes nul ne i ot qui l’en saüse dire rem, for qu’il disoient qu’il estoient trois rois que ansienamant i furent soveliz. Mes il en apristent ce que je vos dirai.

[7] Trois jornee plus avant trovent un ca{u}staus qui est appelés Cala Ataperistan, ce qe vaut a dir en fransois castiaus des les aoraor do feu, et ce est il bien verité, car les homes de cel castiaus aorent le fu, et vos dirai le porcoi il le{s} aorent. [8] Les homes de cel ca{u}staus dient qe jadis ansienemant lor trois rois de cele contree aloient aorer un profete qui estoit né et aportent trois ofert, or, encens et mire, por connoistre se celui profet estoit Dieu ou rois tereine ou mirre, car il dient: se il prant or, qu’il est roi tereine; et se il prient encens, il est Dieu; et se il prient mire, qu’il est mire. [9] Et quant furent venu la ou l’enfens estoie nés, les plus jeune de cesti trois rois s’en vait tot seul por veoir l’enfant, et adonc l’en treve qu’il estoit senblable a soi meesme, car il senbloit de son aages et de sa faison; adonc oisi hors mout mervillant. [10] Et aprés il ala le autre que estoit de meçen aages, et tout ausi le senble come a le autre de faison et de son aages, et encore oissi hors tout esbaïs. [11] Puis hi ala le tierce, que de grengnor aajes estoit, et tout ausint li avint come a les autres deus, et encore oissi hors mout pensif. [12] Et quant les trois rois furent tuit et trois ensenble, il dit le un a le autre ce qu’il avoient veu: et de ce se font il mout gran merveie, et distrent que il hiront tuit et trois a une fois. [13] Adonc s’en alent tuit ensenble devant l’enfant et treuvent de l’imaje et de le aajes qu’il estoit, car il ne avoit qe .xiii. jors. [14] Adonc le aorent et li ofrent le or et l’encens et la mire. L’enfant le prist toites et trois les ofertes. Adonc puis done lor l’enfant un busel clous. [15] Les trois rois se partirent por retorner en lor contree.


XXXI

[1] Ci devise de trois magis que vindrent a aorer dieu.
 

[2] Et quant il ont chevauchés auques jornee, il distrent qu’il voient veoir ce que l’infant avoit lor doné. Adonc avrent le busel et il trovent dedens une pieres: il se font grant meravoie qe ce puet estre. [3] L’enfant l’avoit lor doné en senifiance qu’il fuissent ferme come pieres en la foi qu’il avoient conmancé, car, quant les trois rois virent que l’enfant avoit prise toutes et trois les ofertes, il distrent qu’il estoit dieu et roi terestre et mire, et, por ce que l’enfant soit <que> questes trois rois unt cel foy, done elz la pere en sinifiance qu’il fuissent ferme et costant a cel que il croient. [4] Les trois rois pristrent cel peres et la getent in un puis, car il ne savoient pas por coi la piere fo lor doné. Et tant tost que la piere fo getee en puis, descendi dou ciel un feu ardant, et vient tout droit a<u> puis, la ou la piere avoit gitee. [5] Et quant les trois rois virent cest grant morvoille, il en devienent tuit esbaïs, et furent repantu de ce qu’il avoient la piere gitee, car bien voient que ce estoit grant senifiance et bone. [6] Il pristent maintinant de cel feu et le porterent en lor païs, et le mistrent en une lor gliese molt belle et riche, et toutes fois le font ardre et l’aorent come dieu. [7] Et tuit lor sacrifice et holocast qu’il font cuient con cel feu. [8] Et s’el avenist alcune fois qe le feu s’astutas, il vunt a les autres que cel meesme foy tienent et aorent le feu ausi, et se font doner de lor feu que ait en lor yglise et tornent a aprendre de lor feu, ne jamés ne l’aprennerent se no fost de cel feu qe je vos ai contés; et vont pour trever de cel feu mantes fois .x. jornees. [9] Por ces caison que je vos <ai> contés aorent le feu celz de celle contree; et vos di qu’il sunt mantes jens. [10] Et toute ceste chouse content et dist<r>ent celç dou chastel a mesiere Marc Pol, et tout ensint en verité. [11] Et encore vos di que le une des tros mais fu de Saba, et le autre de Ava, et le terç dou castel que je vos ai dit que adorent le feu.

[12] Or vos ai contéç cestui fait bien a conpimento, et aprés vos conterai de mai<n>tes autres cités de Persie, de lor fait et de lor coutumes.


XXXII

[1] Ci devise de .viii. roiaumes de Perse.
 

[2] Or sachiés que en Persie a .viii. roiames, por ce qu’el est grandisme provence, et si le voç contrai por lor nom tuit. [3] Le primer roiames, ce est dou conmencement, a nom Casum; le segond, ke <est> dever midi, est appelés Curdistan; le terç est apelés Lor; le quart Cielstan; le quint Istanit; le se<s>isme Ceraçi; le septisme Soncara; le oitisme Tunocain, qui est a l’esue de Persie. [4] Tuit cesti roiames sunt dever medi, for le un solemant: ceste e<st> Tunocain, qui est pres a l’A<r>bre Seul. [5] En cesti roiames a maint biaus destrer, et mant e<n> moinent en Yndie a vendre. Et sachiés qu’il sunt chevaus de grant vailance, car il vendent le un bien .cc. libre de tornis, et tous les plusors sunt de ceste vailance. [6] Encore hi a asne, li plus biaus du monde, que bien vaut le un trointe mars d’argent, car il sunt grande coreor et bien portant a l’anblaüre. [7] Les gens de cesti roiames moinent les cavaus qe je vos ai dit jusque a Chisi et a Curmosa, qe sunt deus cité que sunt sour la rive dou mer d’Endie, et iluec trovent les mercant que les acatent et les moinent en Yndie et la li vendent si cher cum je voç ai contés. [8] En cestes roiames a de maintes cruel jenç et homisidiaus, car il se ocient tout jor ensenble; et se ne fust por doutre de la segnorie, ce est del tartar do Levant, il faroient grant maus as mercaant{e} viandant. [9] Et por tout la segnorie ne laisent il mie qu’il ne facent elz domajes plusors fois, car, se les merchaant ne sunt bien aparoillés d’armes et d’arc, il les occient et maumenent malemant. [10] Et vos di san faille que il tinent tuit la loy Maomet lor profete. [11] En la cité a mercaans et homes d’ars aseç que vivent de mercandies et de labor, car il font dras doré et dras de soie de toute fassionç. [12] Il hi naist bambace aseç; il ont abundance de forment et d’ors et de milio et de pani et de toutes blait, et de vin et de toutes fruit.

[13] Or laison de cesti roiames et voç conteron de la grant cité de Iasdi tout son afer e son costumes.


XXXIII

[1] Ci devise de la cité de Yasdi.
 

[2] Iasdi est en Persie meisme, molt bone cité et noble et de grant marchandies. [3] Il se laborent maint dras de soie que s’apele{s}iasdi, que les merchant les portent en maintes pars por fer lor profit. [4] Il aorent Maomet. [5] Et quant l’en s’en part de ceste tiere por aler avant, il chevache .vii. jornee toute plaine, et n’i a for que {que} en trois leus habitasion la ou l’en peust herbergier. [6] Il hi a maint biaus boscet que se puent chavacher. [7] Il hi a maintes chachajon de bosces. Il ha pernis et quatornis aseç, et les merchant que por iluec chevauchent en prenent grant seulas. Il hi a encore asne savajes mout biaus. [8] Et a chief de ceste .vii. jornee, se treuve u<n> roiame que est apellé Crerman.


XXXIV

[1] Ci devise dou roiames de Crermain.
 

[2] Crerman est un rengne en Perse mesme et ansiene<ment> so seingnore l’oit por hereditajes; mes, puis que le Tartar le conquistrent, ne vait pas la segnorie por hereditajes, mes hi mande le Tartar celui sire qu’il vult. [3] En cest regne naisent les pieres que l’en apele torchoise, et hi ni a en grant habundance, car il les trevent en les montagnes, car il le escavent dedens la roche. [4] Et encore ont vene d’acier et d’ondanique assés. [5] Il se laborent de tuit harnois de chevaler mout bien: ce sunt frain et selle et speronç et espee et arc et tarcas et tous les armeure selonc lor uçances. [6] Et lor dames et damoiseles labourent mout noblemant de aguigle sor dras de soie de tous colors a bestes et a osiaus et a{u} moutes autres ymajes; elle laborent les cortines des barons et des granç homes si bien et si ricamant qe c’est une grant mervoille a veoir; et coltres et coisin et horeiler laborent ausi mout sotilment. [7] Et en les montagnes de cest païs naisent les meilor fauchonç et les miaus volant dou monde; et sunt menor qe faucon pellerin, et sunt rojes eu pis et desout la coe entre le cuisse; et si voç di q’il sunt si volant dismiçureemant qu’il ne est nul ausiaus qe devant li puise escamper por voler.

[8] Et quant l’en s’em part de la cité de Crerman, il chevauche .vii. jornee, toutes fois trovant castiaus et villes et habitassion assés; et hi a trop buen chevaucher et de grant soulas, car il hi a venesion assés et puis en abundance. [9] Et quant l’en ha chevauchés .vii. jornee por cest plan, adonc treuve une grandissime montangne et desendant, car ben chevauche deus jornee toutes foies au declin, et toutes foies treuvent de maintes faison de fruit en habundance. [10] Ansienement il havoit habitassion, mes orendroit ne n’i a il mie, mes il hi demorent jens con lor bestiaus paisant. [11] Et de la cité de Crerman jusque a cest descese ha si grant froit de yver que a poine eschanpe l’en portant aséç dras et aséç pannes.


XXXV

[1] Ci devise de la cité de Comadi.
 

[2] Et quant l’en ha descendu celle deus jorné que je voç ai dit, adonc treve une grandisme plaingne et ao començamant de cel plain a une cité, qe est apelés Camandi, que jadis fu grant cité et noble a mervoille, mes orendroit ne est pas si grant ne si bone, car Tartarç d’autre païs la ont domajés plusor foies. [3] Et voç di qu’il est <en> celle plaingne mout chaut. [4] Et la proense de coi nos comi<n>son hore est apellé Reobar. [5] Les sien fruit sunt datar et pome de paraïse et pistac et autres fruit les quelz ne sunt en nostre leu froit. [6] Et en ceste plaingn a une generasion d’osiaus que l’en apelle francolin, que sunt devissé a les autres francolin des autres païs, car il sunt noir et blance mesleemant, et les piés et les bechs ont rouges. [7] Les bestes sunt ausi divisee, et voç dirai des bué primeramant. [8] Les buef sunt grandismes et sunt tuit blance come nois; le poi<l> il ont peitet et plain, et ce avient por le caut leu; il ont les cornes cortes et groses et non agues; entre les spaules ont un çinb reont haut bien deus paumes: il sunt la plus belle chause a veoir. Et quant l’en le vuelt chargier, il se coucent ausint con font les giamiaus; et quant l’en le a chargés, il se levent et portent lor chargies mout bien, car il sunt forte outre meçure. [9] Il ha mouton grant com asne; et ont la coe si grosse et si large que bien poisse trente livres; il sunt mout biaus et gras et sunt buen a manger. [10] En ceste plaingne a plusor castiaus et viles que unt les mur de tere hautes et groses por defendre{s} elç des Caraunas, ce sunt beruierç que vont corant les païs. [11] Et por coi s’apellent Caraonas? Po<r> ce ke lor mere sunt esté indiene et lor pere tartarç. [12] Et cest gens quant il vuelent corer les païs et rober, il font por lor encantemant, pour evre diablotique, tout le jor devenir oscur, si que l’en ne voit loingne se pou non, e ceste oscurité font durer .vii. jornee a lonc. [13] Il sevent mout bien les païs. Il chevauchent, quant il ont faite la scurité, le un dejoste l’autre; et sunt bien .xm. tel fois, et tel fois plus, et tel foiz moin, si qu’il prennent tout le plan dont il vuelent rober, si que tuit celz que il trovent en les plennes ne poent excanper, ne homes ne bestes ne couses, qu’il n’estoient prises. [14] Et puis qu’il ont pris les homes, il occient tuit les velz, et les jeunes enmoinent et les vendent pour sers et pour esclaif. [15] Le{s} lor roi est apellés Nogodar. Et cestui Nogodar ala <a la> cort de Ciagati, qui estoit frere charnaus au Grant Can, bien cun .xm. homes de sa jens, et demoroit o lui por ce que sen oncle estoit et mout grant sire; et atant qu’il demoroit ho lui, Nogodar se pense et fist grant felonie, e voç dirai comant. [16] Il se parti da son uncle Ciagatai, ke en la Grant Arminie estoit, et s’enfui bien cun .xm. de se gens, qe mout estoient cruelz et fellonç, et s’en passe por Bardasian et por une provence que s’apelle Pasciai et por un’autre provence <que> a a nom Chesciemur, et el l’an perdi maintes des ses jens et de ses bestes, por ce ke les voies estoient estroites et mauveises. [17] Et quant il unt toutes cestes provences passé, il entrent en Yndie, en lo confin a une provence qui est apellés Dilivar; il pristent une noble cité que a a nom Dili Dilivar. [18] Et demore en cele cité et pri le regne qu’il colli a un roi, que avoit a nom Asidin Soldan, que mout estoit grant et riche. [19] Et iluec demore Nugodar cun seç jens, et no a doutre de nelui; il fait ghere a tous les autres Tartarç que environ son reingne demorent.

[20] Or voç ai contés de cestes plaingne et de les gens que font fer la scurité por rober. Et se voç di que messier March meesme fu {cel} come pris da celle gens en celle oscurité, mes il escampé a un castiaus qui est apellés Canosalmi; et de seç conpains furent pris aseç et furent vendus et de tielz mors.

[21] Or voç conteronç avant des autres chouses.


XXXVI

[1] Ci devise de la grande clinee.
 

[2] Il est voir que ceste plaingne dure dever midi cinq jornee, et a chief cinq jornee l’en trouve un autre clinee que convent que l’en aille por un declin .xx. miles, et est mout mauvés voie et hi vienent des mauvés homes que robent, et por ce est doteuse voie. [3] Et quant l’en a desendue ceste clinee, il treuve un autre plain molt bels, et est appellés le plain de Formose: il dure deus jornee de lonc. [4] Il hi a bielles riveres et datal aséç; hoisiaus hi a, francolin et papagaus et autres oisiaus que ne sunt senblable as nostres. [5] Et quant l’en a chevauchés deus jornee, il treuve la mer Osiane, et sour la rive ha une cité que est apelés Cormos, le quel a port, et voç di que les mercaant hi vienent de Yndie con leur nes, hi aportent de toutes especeries et pieres presieuses et perles et dras de soie et dorés et dens d’olifant et maintes autres mercandies, et en cel cité le vendent a les autres homes que puis l’aportent por tute universe monde, vendant a les autres gens. [6] Il est ville de mout grant merchandies; elle a sout soi cités et ca{u}stiaus asseç; elle est chief dou regne. [7] Le roi a a nom Ruemedan Acomat. [8] Il hi a grandisme chalor, car le solei<l> hi est mout chaut, et est enferme tere. [9] Et se aucun mercaant d’autre païs hi morent, le roi prent tout son avoir. [10] Et en ceste tere se fait le vin de datal et d’autres espices aseç, et est mout buen; et quant les homes le boivent, que ne soient costumés de boir, il le fait molt aler desout et purge tout, mes puis il fait bien et li done charn aseç. [11] Les homes ne uçent nostre viandes, por ce que c’il menjuent pain de forment et char il chaient amalaides. [12] Et por estre sains il menuent datal et peison salee, ce sunt toins; et encore menuent civoles; et por demorer sains uçent ceste viandes qe je voç ai dit.

[13] Lor nes sunt mout mauvés et ne perisent aseç, por ce qu’eles ne sunt clavee con agu de fer mes sunt cuisie de fil que se fait de la scorce de les nocces d’Indie, car il la font macerer et devient come sette de crine de chevas, puis en font fil et enci cusent les nes, et ne se gaste por l’eive sause de la mer mes hi dure aseç. [14] Les nes ont un arbres et une voilles et un timon, et ne unt cuverte, mes, quant il les ont chargés, il couvrent la mercandies con cuir, et desor la merchandie, puis qu’i l’ont coverte, hi metent les cavaus qui portent en Yndie a vendre. [15] Il ne ont fer por fer agus, et por ce font peron de ling et cuisieure de fil; et por ce est grant perilz a najere en cele nes; et voç di qu’il e’noient mai<n>tes por ce que la mer d’Endie fait grant tenpeste plusor foies.

[16] Les jens sunt noir et aorent Maomet. [17] Et d’esté demorent le gens pas en le cités, car il hi a si grant chalor qu’il hi morent tuit; mes vos di qu’il vont dehors a lor jardinç, la ou i il a riviere et ague asseç; et por tout ce ne eschanperont se ne fust ce que je voç dirai. [18] Il est voir qe plosors foies de la stee vent un vent d’enver le sabion, qui est environ cel plain, qui est si caut desmesuremant qu’il ociroit l’ome, se ne fust{e} ce qe les homes, tant tost qu’il voient que cel chaut vien{e}t, il entrent en l’eive, et en cest mainere eschampent de cel chaut vent.

[19] Et encore voç di qu’il seminent le forment et le orçe et les autres bles dou mois de novenbre, et le ont recoilli por tout mars; et ausint devient de tute les fruit, car il se finent et conplent dou mois de mars, ne ne troverés nul herbes for les datal, que durent jusqe au{n} mois de may, et ce avent por le grant calor que tout se<c>he.

[20] Et des les nes voç dirai qu’il ne sunt pas enpecee, mes l’oingnent d’une olio de peison.

[21] Et voç di qe quant les homes mou{ru}rent, ou femes, il en font grant duel, et si voç di qe les dames plangent lor mors bien quatre anç, puis k’il est mort, ongne jor au moin une fois, car il se racuglent con lor parens et lor voisinnes et font grant plorer et grant criere et grant regreter le mors.

[22] Or nos laison de ceste cité, et ne voç contaron de Endie a cestui point, car voç bien le conterai en nostre livre avant, quant tens et leu sera; mes mo retornerai por tramontaine por conter de celle provence, e retorneron por un autre voie a la cité de Creman qe je voç ai contés, por ce que en les contrés dont je voç voil conter ne se puet aler se no da ceste cité de Creman. [23] Et voç di qe le roi de Maimodi Acamat, dont nos partimes ore, est home de cest roi de Crerman. [24] Et en retorner da Cremosa a Crerman a mout biaus plain et abundance de viandes. [25] Il hi a maint baingn chaut; ill’i a pernis aseç et grant merchiés; fruit et datal hi a aseç; li pain de forment, qui est si amer que nul en puet mangier, se ne en est costumés, et ce avent por ce que l’eive hi est amer. [26] Les bagnes qe je vos ai dit desovre sunt d’eive surgent mout chaut, et sunt mout buens a mai<n>tes maladies et a rongnes.

[27] Or voç vueil comencer de les contree che je voç nomerai e<n> mon livre dever tramontaine; et horés comant.


XXXVII

[1] Comant l’en ala par{t} sauvaje contree et povre.
 

[2] Quant l’en s’en part de Crerman, il cheuvauche bien .vii. jornee de mout aneiuse vie, et voç dirai comant. [3] Il hi a trois jornee que l’en ne treuve river se pou non; et celle que l’en trouve est sause et verde come herbe de pre, et est si amer qe nule se poroit sofrir a boir et, se l’en en beust une gouse, il le firoit aler desout plus de .x. fois; et encore dou sal que celle eive fait, celui que en men<j>uast un petit graneus, il le firoit ausi mout descorer desout; et por ce, les homes qui por illuec vont, portent com elz eive por boir. [4] Les bestes en boivent a grant force et por grant soif, et si vos di qe l’eive les font descorer outre mesure. [5] Et en cest toute trois jornee ne a nulle habitasion, mes est tout deçert et grant seccetee. [6] Bestes ne i ont, por ce que il ne i troveront a manger. [7] A chief de trois jornee, trovon un autre leu que dure quatre jornee, que ausint est deçert toute seche et l’eive est ausi amer; et ne est arbres ne bestes, for che asne solemant. [8] Et a chief de cest .iiii. jornee, fine le reingne de Crerman et trovon la cité de Cobinan.


XXXVIII

[1] Ci devise de la grant cité et noble de Cobinan.
 

[2] Cobinan est une grant cité. [3] Les gens aore Maomet. [4] Il hi a fer et acer et ondanique aseç. [5] Et hi se font mireor d’accer mout biaus et grant. [6] Et iluec se fait la tutie, qui est mout bone as iaus; et encore hi se fait le spodio: et voç dirai comant il le font. [7] Il prenent une vene de tere que est boine a ce faire; il la metent en une fornace de feu ardan, et desus la fornace a graticule de fer; et le fum et le humidor qui oisse de celle terre que si prent a la graticule de{l} fer, ce est tutia; et cel que de celle terre remest el feu, est spodio.

[8] Et or laison de cest cité et alon avant.


XXXIX

[1] Comant l’en ala por un deçert.
 

[2] Et quant l’en se part{e} de cest cité de Cobian, l’en vait por un decer bien .viii. jornee, en quel a grant secchité et ne i a fruit ne arbres, et les eive hi sunt ausi amer et mauveises; et <l’en> aporte tout ce qe abisogne por mengier et pour boir, for l’eive qe les bestes bouvent a grant anvie. [3] Et a chief de ceste .viii. jornee, l’en trouve une provence qui est apelés Tonocain. Il hi a cité et cha{u}stiaus aseç, et est en le confines de Persie dever tramontane. [4] Et hi a une grandisime plaingne en la quel est l’Arbre Seul, que les cristiens appellent l’Arbre Seche, et voç dirai comant il est fait: il est mout grant et mout gros; se{n}ç foilles sunt de l’une part vers, e{s}t de l’autre blance; il fait ricci senbla<b>le as rici de castaingne, mes ne i a dedens rien; il est fort leing et est jaune come bus; et ne a nul arbres aprés a plus de .c. miles, for che d’une part que i a pres a .x. miles. [5] Et iluec dient celç de celle contree que fu la bataille entre Alixandre et Dayre. [6] Les viles et les ca{u}staus ont grande abundance de toutes chouses bones et beles, car le païs est trop bien conpasionés, ne trop caut ne trop froit. [7] Les jens aorent tuit Maomet. Il hi a belle jens: propremant les femes i sunt belles outre mesure.

[8] Et de ce nos partiron et voç conteron d’une contree que est apellé Mulect, la o le Viel{le} de la montagne soloit demorer.


XL

[1] Ci devise dou Viel de la montagne et de seç asciscinç.
 

[2] Mulecte est une contree la ou le Viel de la montagne soloit demorer ansienemant. [3] Mulecte vaut a dire de saraïn. [4] Or vos conterai tout son afer, solonc que je meser Ma<r>ch oï la conter a plusors homes.

[5] Le Viel estoit apellé en lor lengajes Alaodin. [6] Il avoit fait fer entres deus montagnes, en une valé, le plus grant jardin et le{s} plus biaus ke jamés fust veu: il hi a de tous buen fruit dou monde; et hi avoit fait fer les plus belles maisonç et les plus biaus palais que unques fuissent veu, car il estoient dorés et portrait de toutes les belles coses dou monde; et encore hi avoit fait faire conduit que por tel coroit vin et por tel lait et por tel mel et por tel eive. [7] Il hi avoit dame et damesseles les plus bielles dou monde, les quelz sevent soner de tuit enstrumenti, et chantent et carolent miaus que autres femes. [8] Et fasoit le Vielz entendre a seç homes que cel jardin estoit paraïs. [9] Et por ce l’avoit faite en tel mainere que Maomet ne fist entendre a les saraïn que celç que vont en paraïs hi aront belles femes tant quant il voudront a lor volunté et que hi treveront flum de vin et de lait et de mel et d’eive; et por ce avoit fait fer cel jardin senblable au paraïs que Maomet avoit dit a saraïn, et les saraïn de celle contree croient voiremant qe cel jardin soit paraïs. [10] Et en cest jardin ne introit nul homes jamés for solemant celz que il voloit fer asisin. [11] Il avoit un castiaus, a l’entree de cel jardin, si fort ne doutroit home dou monde; et por autre part ne se pooit entrer que por iluec. [12] Le{s} Vielz tenoit o lui en sa cort tuit les jouenes, de doç’ anç en vint, de la contree, ce estoient celz que senbleient estre homes d’armes, les quelz savoient bien por oïr dir, solonc que Maomet lor profete dist elç, que le paraïs estoit fait en tel maner<e> com je vos ai contés, et ensi croient il voiramant. [13] E que vos en diroie? Li Vielz en fasoit metre de cesti jeune en cel paraïs a quatre et a .x. et a .xx., selonc qe il voloit, en cest mainere, car il faisoit elz doner bevrajes por lo quel il s’adormoit mantinant, puis les faisoit prendre et metre en cel jardin et les faisoit desveiller.


XLI

[1] Comant le Viel de la montagne fait parfait et obeient se asciscinç.
 

[2] Et quant les jeunes estoient desvoillés et il se trovent laiens et il voient toutes cestes couses qe je voç ai dit, il croient estre en paraïs voiremant. [3] Et les dames et les dameseles demoroient tout jor con elz sonant et cantant et faisant grant soulas: et en fasoient a lor volu{ o}ntés, si que cisti jeune avoient tout ce que il voloient, et jamés por lor voluntés ne istront de laiens. [4] Et le Viel tient sa corte mout belle et grant, et demore mout noblemant et fait creere, a cel senple jens des montagnes que entor lui sunt, qu’il est profete. [5] Et ensi croient il voiramant. [6] Et quant le Vel en vult aucun por envoier en aucun leu e faire occire aucun home, il fait doner le be<v>raje a tant come il li plee, et, quant il sunt endormi{a}, il <les> fait prendre en son pala<i>s{io}. [7] Et quant cesti jeune sunt desveillés et il se trovent en cel ca{u}stiaus el palais, il s’en font grant meraveie et ne sunt pas liés, car del paraïs dont il venoient por lor voluntés nen s’en fuissent il jamés partis. [8] Il alent mantinant devant li Vieus et se humelent mout ver lui come celz que croient qe soit grant profete. [9] Le Vielz le demande dont il vienent: et celz dient qu’il vienent dou paraïs, et disoient qe voiramant en cel paraïs come Maomet dist a nostri ancesor; lor content toutes les couses qu’il hi trovent. [10] Et les autre, qe ce oent et ne avoient esté, avoient grant volunté d’aler el paraïs et avoient volunté de morir por coi il hi posent aller, et mout desiroient cel jor qu’il hi alent. [11] Et quant le Vielz vuelt faire occir un grant sire, il fait aprover de scien asciscin celç que meior estoient. [12] Il envoie plosors ne grantment longe environ soi por les contree, et lor comande{nt} qu’il ocient cel homes. [13] Celz vont mantinant et font le conmandamant lor segnor; puis retornent a cort celz que escanpent, car de telz hi a que sunt pris et morti, puis qu’il ont occis le home.


XLII

[1] Comant les asciscin se afaitent a mal fer.
 

[2] Et quant il sunt torné a lor seingnor, que escanpé sunt, il li dient que il avoient bien achevé la biçogne. [3] Li Vielz fait elz grande joie et grant feste; et bien savoit celui qe avoit fait greignor ardemant, car il avoi mandé darere chascun de seç homes por coi il li seusent dir le quel est plus ardi et meior a occir homes. [4] Et quant le Vielz voloit fair occir aucun segnor ou aucu<n> {a}otre home, il prennoit de cesti sien asciscin et les envoie la ou il voloit, et lor disoit qu’il les voloit mandere en paraïs, et qu’il alasent occire le tiel homes, et, se il morisen, qe tant tost{o} ira en paraïs. [5] Celz qe cest estoit lor conmandés por le Vielz, le fasoient mout volunter, plus qe couse qe il peussent faire, et aloient et fasoient tout ce que le Viel lor conmandoit. [6] Et en ceste mainere ne escanpoit nul home qe ne fust occis quant le Vielz de la montagne voüst. [7] Et si voç di tout voiramant qe plosors rois et plusors barons li fasoient treü et estoient bien con lui por dotance que il ne li feisse occire.

[8] Or vos ai contés de l’afer dou Vielz de la montagne et de seç asescin; or voç conterai comant il fu destruit, et por cui. [9] Et encor voç vuoil dir un’autre chouse que je avoi laissé de lui, car je voç di qe cest vielz . . . † . . . qui estoient sotopost a lui et tenoient toute sa mainere et sez costumes: et le un envoie e’les parties de Domas, et le autre envoie en Cordistan. [10] Or laison de ce et venion a sa destrucion.

[11] Il fu voir qe entor a les .m.cc.lxii. anç qe avoit qe Crist avoit nasqui, Alau, le ssire des Tartars dou Levant, qe soit toutes cestes mauveis chouse qe cest vielz faisoit, il dit a soi meesme qu’il le fara destruere. [12] Adonc prist de sez baro<n>ç et les envoie a cest ca{u}stiaus con grant gens; et asaient le ca{u}staus bien trois anç qe ne le postrent prendre; et ne l’aüsent jamés pris, tant con il aüssent en que mengier; mes a chief de trois anç il ne ont plus que mangier: adonc furent pris et fu ocis le Vielz, que avoit a nom Alaodin, con tute sez homes, et de cestui viel jusque a cestui point ne i ot viel ne nul asescin et en lui se fenist toute le segnorie et les maus que les vielz de la montagne avoient fait jadis ansi<e>nemant.

[13] Or voç laison de cest matiere et aleron avant.


XLIII

[1] Ci divise de la cité de Sapurgan.
 

[2] Et quant l’en se part de cest ca{u}stiaus, l’en chevauche por biaus plain et por bele vallee et por belle costeres, la ou il a biaus herbajes e bon pascor et fruit aseç, et de toutes coses en grant abundance; et les ost hi demorent voluntieres por le grant plantee qui hi estoient. [3] Et cest contree durent bien .vi. jornees, et hi a villes et ca{u}stiaus, et les homes aorent Maomet. [4] Et alcune foies trouve ben desert de .lx. miles et de .l., es quelz ne i se trove eive, mes convene qe les homes la portent avuec elz. <Les> bestes ne boivent jusqe a tant qu’il ne sunt enssi de cel desert et venus as leu ou il trovent eive. [5] Et quant l’en a chavauchés .vi. jornee, cel che je vos ai contés, adunc treuve l’en une cité qui est apellé Sopurgan. [6] Elle est ville de grant plantee de toutes couses, et vos di qui hi a les meior melon do monde en grandisme quantité qu’il les font secher en ceste mainere: car il les trincent tous environ si con coroies, puis les metent au soleil et li font secher, et devienent plus douce qe mel. [7] Et voç di qu’il en font mercandie et li vont vendant por la contree environ a grant plantee. [8] Et hi a veneison de bestes et de ausiaus otre mesure.

[9] Or noç lairon de ceste ville et voç conteron do un autre cité qe Balc a nom.


XLIV

[1] Ci devise de la noble et grant cité de Balc.
 

[2] Balc est une noble cité et grant; et jadis fu aseç plus nobles et plus grant, car les Tartarç et autres gens les ont gastés et domajés, car je voç di qu’il hi ot jadis maint biaus palais et maintes beilles mason de marbres, et encore hi sunt, destruite et gastee. [3] Et si voç di qe en ceste cité prist Alexandre a feme la file de Dayre, solonc qe lor disoit <celz> de celle cité. [4] Les gens aorent Maomet. [5] Et si sachiés qe jusque a ceste cité dure la tere dou sire des Tartars do Levant et a ceste ville sunt le confin de Persie, entre grec et levant.

[6] Or voç laison de ceste cité et enterron a conter d’un autre païs qe s’apelle Dogana.

[7] Quant l’en s’en part de ceste cité qe je voç ai contés, il chevauche bien .xii. jornee entre levant e grec que l’en ne treuve nulle abitasson, por ce que les jens sunt toutes fuïes as montagnes en fortresce por paor des males jens et des les hostes qe mout fasoient elz domajes. [8] Et voç di qu’il hi a aigue aseç, venesion aseç, et des leon hi a encore. [9] Viande ne i treuve l’en pas en tout ceste doçe jornee, mes convient qe celz que pour illuec vont portent la viande avec elç por lor chevaus et por lor meesme.


XLV

[1] Ci devise de la montaingne dou sal.
 

[2] Et quant l’en <a> alés ceste doçe jornee, il treuve un ca{u}stiaus qe est apellés Taican, la u il a grant merchés de bles. [3] Et est en mout belle contree, et les sien montagnes dever midi sunt mult grant et sunt toute sal, et tout la contree environ trointe jornee vienent por cel sal, ki est le meior do monde: il est si dur{o} qe ben n’en pout prendre se no con grant pigon de fer; et voç di qu’il est en si grant abundance qe tout lo monde enn’aurént aseç jusque a la fin dou secle.

[4] Et quant l’en s’en part{e} de ceste cité, il ala trois jornee entre grec et levant toites foies trouvant bielle contree, la ou l’en trove abitasson aseç et planteuse de fruit et de bles et de vignes. [5] Les <jens> orent Maomet; il sunt mauvés jens et morturiés; il demorent mult en bevorie, car il boivent volunter, car il ont mout bon vin cuit. [6] Il ne portent en lor chief rien for une corde lunge .x. paumes, et la s’environent en lor teste. [7] Il sunt mout buen chaçaor et prenent venesion assez; et ne ont autres vestimens for che le pelles des bestes qu’il prenent, et celles concent et s’en font vestimens et causemant, et caschun sevent concier les peles de bestes qu’il prenent.

[8] Et quant l’en a alés trois jornee, l’en treuve une cité qe est appelés Scasem, qui est au cuens; et les sien autres cités et ca{u}stiaus sunt es montagnes. [9] Et por mi ceste cité passe un flum auques grant. [10] Il <i> a maint porches spin, et quant les caçaors les velent prendre et il le mettent les chen souvre, les porches s’acoilent toutes ensenble, puis jete le spine qu’il a sor son dos et por le costé sor les kiens et les ennavre{ s} en plosor leus. [11] Ceste Scasen est une grant provences et a langajes por soi. [12] Et le vilan ke ont lor bestiames demorent ex montagnes, car il hi font belles abitasion et grant, car il li font cavernes, et le puent faire legermant por ce les montagnes sunt de tere.

[13] Et quant l’en s’en part de cest cité qe je voç ai dit desovre, l’en ala trois jornee que ne trove abitasion nulle, ne a mangier ne a boir, mes les viandant l’aportent cun elz. [14] Et a chief de trois jornee treuve l’en la provence de Balasian, et voç divisarai de son afer.


XLVI

[1] Ci devise de la grant provence de Balascian.
 

[2] Balascian est une provence que les gens aorent Maomet et ont langajes por elz. [3] Il est grant roiames et seroit por hereditajes, ce est que de un lingnajes sunt desendu dou roi Alexandre et de la file del roi Dayre le grant, sire de Persie, et encore s’apelent tuit celz rois Çulcarnein, en saraisin lor langajes, que vaut a dire en fransois Alixandre, por le amor dou grant Alixandre. [4] En ceste provence naisent le pieres presioses, que l’en appelle balasci, que sunt mout belles et de grant vailance, et naisent en le roces des montagnes. [5] Et voç di qu’il font grant cavernes es montagnes et vont mout sout, ausi cum funt celz que cavent la voine de l’argent, et ce est en une prope montangne qe est apellee Sighirian. [6] Et encore sachiés que le roi les fait caver por lui ne null’autre home ne i poroit aler a cele montangne por caver de celz balasci que ne fost mort mai<n>tinant. [7] Et encore il dit qu’il est poine la teste et l’avoir se nul en tra<ï>sse aucun de son roiames, car le roi les envoie por sez homes as autres rois et as autres princes et grant seingnorç, a cel por trëu et a cel por amor; et encore en fait vendre por <or> et por arjento. [8] Et ce fait le roi por ce que sez balaxi soient chier et de grant vailance come il sunt, car, ce il en laisast caver as autres homes et porter por le monde, il se ne traierént tant qu’il ne seroient si cher ne de si grant vailançe; et por ce hi a mis si grant paine le roi por coi nul n’en traie nul sanz sa paroulle. [9] Et encore sachiés de voir que en cest meisme contree, en une autres montagnes, se treuvent les pieres des quelz l’en fait le açur, et ce est le plu fin açur et le meior qui soit ou monde. [10] Et les pieres que je voç ai dit, de coi l’en fait l’açur, est voine qe naist en montagnes come autres voines. [11] Et encore voç di qu’il hi a montagnes de quoi l’en treuve voine des quelz traient argent a grant plantee. [12] Il est mout froide contree et provence. [13] Et encore sachiés qu’il hi naisent mout buen chavalz: et sunt grant coreor et ne portent fer en lor piés et si vont por montagnes toç jors. [14] Encore hi naisent en celle montagnes fauchons sacri que mout sunt buen et bien volant; et ausint hi naisent les faucons lanier. [15] Venesion et chach<a>jon de bestes et d’ausiaus hi a grant plantee. [16] Forment ont buen; orçe ont sancz escorçe; olio ne ont d’olive, mes il le font de susiman et de noce. [17] E<n> ceste roiame ha maint estroit pas et maint fort{i} leu, si qu’il ne ont doutee que nulles jens hi peusent entrer por lor daumages; et lor cités et lor ca{u}stiaus sunt en grande montagnes en fortisme leus. [18] Il sunt buen archier et bon caçaor; et la greignor partie vestent cuir des bestes, por ce qu’il ont grant charestie de dras. [19] Et les grant dames et les gentilz portent braies tel com je voç dirai. [20] Il hi a de telz dames que en une brae, ce sunt le muandes de janbe, metent bien .c. brace de toile bansin, et de tel hi a que i mette .lxxx., et de tel .lx.; et ce font elle por mostrer qe aient grose natge, por ce qe lor homes se deletent en groses femes.

[21] Or voç avun dit de cest roiame et en laiseron atant et voç conteron d’une deverse gens qe sunt ver midi, longe de ceste provençe .x. jornee.


XLVII

[1] Ci devise de la grant provence de Pasciai.
 

[2] Il est voir qe .x. jornee ver midi loingne de Balascian a une provence qe s’apelle Pasciai. [3] <Les> jens sunt ydules, que aorent le idres, et ont langajes por elz; il sunt brune jens; il savent mult de incantamant et des ars diabolitique. [4] Les homes portent a lor oreiles cerchiaus et bocles d’or et d’argent et de perles et de pieres presioses assez. [5] Il sunt molt malisieuse jens et sajes de lor costumes. [6] Ceste provence est molt caut leu. [7] Lor viandes est chars et ris.

[8] Or laison de ceste et voç conteron do un autre provence, qe est longe de ceste .vii. jornee ver isceloc, qe a nom Chesinmur.


XLVIII

[1] Ci devise de la provence de Kesimur.
 

[2] Kesimur est une provence que encore sunt ydoles et ont lingajes por soi. [3] Il sevent tant d’incantamant des diables que ce est mervoie, car il font parler as ydres; il font por incantamant canger les tens et font faire le grant oscurité. [4] Il font por l’incanter et por senç si grant chouses q’el ne est nulz que ne le vist qui le poust croire. [5] Et si vos di qe il sunt chief des autres ydoles et de lor desenderent les ydres. [6] Et de ceste l’en poroit l’en aler a la mer de Endie.

[7] Il sunt brun et maigre; les femes sunt mout belles, selonc fames brunes. [8] Lor viande est chars et ris. [9] Elle est tenpree terre, que ne i a trop chaut ne trop froit. [10] Il hi a cités et ca{u}stiaus asses. [11] Il ont boscajes et deçers et tant fortissimes pas qu’il no ont dotee de nelui. [12] Et <se> mantinent por elez mesmes, car il ont lor roi que mantienent la justisie. [13] Il ont hermites, solonc lor costumes, qe demorent en lor hermitajes et font grant astinence de mangier et de boir, et sunt mout cast de loxure et se gardent otre mesure de nun fer pechiés qe contre lor foi soit: il sunt tenu de lor jens mout saintes. [14] Et voç di qu’il vivent por grant aajes, et le grant astinence qu’il font de no pecher font il por l’amor de lor ydres. [15] Et encore ont abaïe et monester aseç de lor foi. [16] Et le coral que de nostre tere s’aporte <se> vende plus en cele contree qe en autre.

[17] Or voç lason de ceste provences et de cest parties, e ne iron avant, por ce qe, se nos alaisomes avant, nos entreronmes en Yndie, et je ne i voil entrer ore a cestui point, por ce que, au retorner de nostre voie, vos conteron toutes les couses d’Ynde por ordre; et por ce retorneron a nostres provence ver Baldasciam, por ce que d’autre partie ne poron aler.


XLIX

[1] Ci devise dou grandisme flum de Badascian.
 

[2] Et quant l’en se part de Badascian, l’en ala douçe jornee entre levant et grec sor por un flum qui est do frere au seingnor de Badasciam, la ou il a cha{u}stiaus et habitasion aseç. [3] Les gens sunt vailans et orent Maomet.

[4] Et a chief de doçe jornee treuve l’en une provence ne trop grant, car ell’est trois jornee por toutes pars, et est appellés Vocan. [5] Les gens aorent Maomet et ont langue por elç, et sont prodomes d’armes. [6] Non on<t> seingnor . . .†. . . , que vaut a dir en langue françois cuenz, et sunt sutpost au seingnor de Badausiam. [7] Il ont bestes sauvages asez et venejon et chachajon de toites faites.

[8] Et quant l’en se part de ce leu, <l’en> ala trois jornee por grec, toutes foies por montagnes; et monte l’en tant que l’en dit que cel est le plus aut leu do monde. [9] Et quant l’en est en cel haut leu, adonc treuve un plan entres deus montagnes, en quel a u<n> flum mout biaus, et hi a le meillor pascor dou monde, car une magre beste hi devent grasse en .x. jors. [10] Il hi a grant abondance de toutes sauvagines; il hi a grant moutitude de mouton sauvages qe sunt grandisme, car ont les cornes bien .vi. paumes et ao main .iiii. ou .iii.; et de cest cornes font le pastore grant escueles la o il mengiunt. [11] Et encore, les pastres, de ceste cornes encludent les leus ou il tienent lor bestes. [12] Et por cest plain ala l’en bien doçe jornee, et est apellee Pamier; ne en toutes cestes .xii. jornee ne <a> abitasion ne herbages, mes convent qe les viandant portent les viandes con elz. [13] Oisiaus volant ne i a nul por l’aut leu et froit qe est. [14] Et si voç di qe le feu por cel grant froit ne est si cler ne de cel color come en autre leu et ne se cuient bien les couses.

[15] Or laison de ce et vos conteron encore des autres couses avant, por grec et por levant.

[16] Et quant l’en est alés ces doçe jornees qe je vos ai dit, il convient qe l’en chavauchent bien .xl. jornee entre grec et levant, toutes foies por montagnes et por couste et por valee, et passent maintes fluns et maintes deçers leus, ne en toutes cestes jornee ne <a> habitasion ne erbages, mes les vian<d>ant convent qe portent les viandes. [17] Ceste contree est appellés Belor. [18] Les jens demorent es montagnes mout haut; il sunt ydres et mout sauvajes, et ne vivent for qe de chachagion de bestes. [19] Lor vestiment sunt de cuir de bestes, et sunt mauvés jens duremant.

[20] Or laison de cest contree et vos conteron de la provence de Cascar.


L

[1] Ci devise dou roiaume de Cascar.
 

[2] Cascar fu jadis roiames, mes orendroit est soutpost au Grant <Kaan>. [3] Les jens aorent Maomet; il hi a viles et cha{u}stiaus assez et la greignor cité et la plus noble est Cascar; et sunt ausi entre grec et levant. [4] Il vivent de mercandies et d’ars; il ont moult biaus jardins et vignes et belles posesion. [5] Il hi naist banbaxe aseç. [6] Et de ceste contree isent mant mercant que vunt por tout le monde faisant mercandies. [7] Il sunt mout escarse jens et miserables, car maus menjuent et maus boivent. [8] En ceste contree demorent auques cristiens nestorin qe unt lor yglise et lor loy. [9] Et les gens de la provence ont lengue por soi. [10] Ceste provence dure .v. jornee.

[11] Or voç laison de ceste contree et voç parleron de Sanmarcan.


LI

[1] Ci devise de la grant cité de Sanmarcan.
 

[2] Sanmarcan est une grandisme cité et noble. [3] Les jens sunt cristiens et saraçins; il sunt au neveu dou Grant Can, et ne est pas son ami mes plusors foies a nimisté cun lui. [4] Ele est ver maistre. [5] Et voç dirai une grant mervoie que avint en ceste cité.

[6] Il fu voir qu’il ne a encore grament de tens que Cigatai, le frere charnaus au Grant Chan, se fist cristiens, et estoit seingnors de ceste contree et de maintes autres. [7] Et les cristiens de la cité de Sanmarcan, quant il virent qe le seingnor estoit cristiens, il enn’ont grant leese et adonc firent en cité une grant gliese a le onor de saint Johan Batiste, et ansi s’apelloit celle yglise. Il pristrent une mout belle pieres, qe de saraisinz estoit, et la mistrent por pilier d’une colone que en mileu de le yglise estoit et sostenoit la covreure. [8] Or avint que Cigatai murut, et quant les saraçins virent qe celui estoit mort, et por ce qe il avoient eu, et avoient toutes foies, grant ire de celle pieres qe estoit en l’eglise des cristiens, il distrent entr’aus qu’il vuilent celle pieres por force: et ce pooient il bien fair car il estoi<e>nt .x. tant que les cristiens. [9] Et adonc auquans des meiors saracin alent a le yglise de sant Johan et distrent a cristiens qu’i estoient qu’il voloient celle pieres qe lor avoit esté. [10] Les cristiens distrent qu’il les en volent <doner> tout ce qu’il vodront, et laissast la piere por ce qe trop seroit grant domajes de le yglise se celle pieres s’en traïst{i} hors. [11] Les saraçin distrent qu’il n’en voloient or ne teçor mes voloient lor pieres en toutes maineres. [12] Et qe voç en diroie? La sengnorie estoit a cel neveu dou Grant Chan. [13] Il font faire conmandamant as cristiens que de celui jor a deus jors deussent rendre celle pieres as saraçinz. [14] Et quant les cristien ont eu cel conmandement, il unt grant ire et ne sevent qu’il deussent faire. [15] Or en avint tel miracle com je vos conterai. [16] Sachiés que quant le maitin dou jor que la pieres se dovoit rendre fu venu, la colonne qe estoit sor la pieres, por la voluntès dou nostre seingnor Jeçucrit, se hoste de la pieres et se fait en aut bien trois paumes et se sostenoit ausi bien con ce la pieres hi fust sout. [17] Et toutes foies de celui jor avant est ausi demoré celle collune et encore est elle ensint; et ce fu tenu et encore est tenue un des grant miracle que avenisse au monde.

[18] Or voç laison de ce et aleron avant et voç conteron d’une province que est appellés Yarcan.


LII

[1] Ci devise de la provence de Yarcan.
 

[2] Yarcan est une provence que dure de lonc cinq jornee. [3] Les gens sunt de la loy Maomet, et cristiens nestorinz hi a auques. [4] Il sunt a cel neveu meisme dou Grant Chan que je voç ai contés desovre. [5] Il ont grant habundance de toutes chouses; mes {por ce que} ne i a chouses que face a mentovoir en nostre livre; et por ce laison de ce et voç conteron de Cotan.


LIII

[1] Ci devise de la provence de Cotan.
 

[2] Cotan est une provence entre levant et grec et est longue .viii. jornee. [3] Il sunt au Grant Chan. [4] Les gens aorent tuit Maomet. [5] Il hi a cités et ca{u}stiaus asseç et la plus noble cité, et celle que est chief dou regne, est appellés Cotan, ce est le nom de la provence. [6] Il ha abundance de toutes couses: il hi naist banbace asseç; il ont vignes et possesion de jardinz assez. [7] Il vivent de marrchandies et d’ars. [8] Il ne sunt pas homes d’armes.

[9] Or nos partiron de ce et voç conteron de une autre provence que a a nom <Pem>.


LIV

[1] Ci devise de la provence de Pem.
 

[2] Pem est une provence qui est longe cinq jornee entre levant et grec. [3] Les jens aorent Maomet et sunt ao grant Chan. [4] Il hi a villes et cha{u}stiaus asseç, et la plus noble cité, qui est chief dou reingne, est appellés Pem. [5] Il hi a flum que i se treuvent pieres que l’en apelle diaspe et calcedoine asseç. [6] Il ont habundance des couses; il hi naist banbance asseç. [7] Il vivent de mercandies et d’ars.

[8] Et voç di qu’il ont un tel costumes com je voç dirai: car quant une feme a un mari, ce il se part d’elle por aler en voiajes et que doie demorer da .xx. jors en sus, la feme, tant tost que son mari est parti por aler en voiajes, elle prant mari, et ce puet elle bien faire por lor uçance. [9] Et les homes, la onques il aillent, prenent fames ausint.

[10] Et sachiés que toutes cestes provences que je voç ai contés, da Cascar jusque ci, et encore alara avant, est de la Grant Turchie.

[11] Or vos laison de ce et voç conteron d’une provence que est appellé Ciarcian.


LV

[1] Ci comance de la provence de Ciarcian.
 

[2] Ciarcian est une provence de la Grant Turchie, entre grec et levant. [3] Les jens aorent Maomet. [4] Il hi a viles et chastiaus aseç, et la mestre cité dou regne est Ciarcian. [5] Il hi a fluns qe moinent diaspes et calcedon, les qualz portent a vendre au Cata et n’ont grant profit car il en ont aseç et bones. [6] Et toute ceste provence est sablun, et de Cotan a Pen est ausi sablon, et da Pen ici est encore sablon; et hi a mantes aigues mauvés et ameres. [7] Et encore hi a en plosors leus aigues doces et bones. [8] Et quant il avint que hoste passe por la contree, que il soient enemis, il fuient con lor femes et con filz et con lor bestes entre le sablon deus jornee ou trois en leus ou il savent que aie aigue et qu’il peussent vivre con lor bestes; et si voç di qe nulz poit apercevoir la o il soient alés, por ce qe le vent covre les voies dont il sunt alés de sablon, si que ne apert dont il soient alés et ne senble qe por iluec alast unques home ne beste: en celle mainere escanpent de lor ennemis com je voç ai dit. [9] Et ce il avint qe por iluec passe host qui soient amisi, fuient le bestes seulement, por coi il ne vellent qu’eles soient elz tollues et mengiés, car les hostes ne paient chouses qu’il prendés.

[10] Et quant l’en s’en part de Ciarcian, il ala bien cinq jornee por sablon, la ou il a de mauveisse aigue et d’ameres; et en tel leu hi a des bones et douces: et ne i ha cosses que face a mentovoir en nostre livre. [11] Et chief de .v. jornee, treuve l’en une cité qe est au chef dou grant desert, la o les homes prenent les viandes por passer le deçert. [12] Et por ce laison de ce et voç conteron avant.


LVI

[1] Ci devise de la cité de Lop.
 

[2] Lop est une grant cité che est au chef dont l’en entre en le grant deçert qui est apellé le deçert de Lop, et est entre levant et grech. [3] Ceste cité est au Grant Chan. [4] Les jens aorent Maomet. [5] Et voç di que cel que vuelent pasere le desert se reposent en ceste ville une semaine por resfrecher elz et lor bestes. [6] A chief d’une semaine, il prennent viandes por un mois por elz et por lor bestes; et adont se part{e} l’en de ceste ville et entrent l’en en desert: et voç di qu’il est longe, selonc qe l’en dit, tant que en un an ne aleroit au chef, et la o il est moin large, se poine a passer un mois; il est toutes montagnes et sablon et valés, e ne i se trouverem a mangier. [7] Mes jeo vos di que quant l’en est alés un jors et une noit l’en trove eive de boir, mes mie aigue que peust avoir asez grant jens, mes cinquant ou cent homes con lor bestes. [8] Et por tout le deçert voç convent aler toutes foies un jor{no} et une nuit avant que vos trovés eaues. [9] Et si voç di qe en trois leus ou en quatre treuve l’en eive amer et sause, et toutes les autres sunt bones, qe sunt entor de .xxviii. eives. [10] Bestes ne oisiaus ne i a pas por ce que il ne i treuvent a mangier. [11] Me si voç di que l’en hi trouve une tel mervoie com je voç conterai.

[12] Il est voir que quant l’en chavauche de noit por cest deçert et il avent couse qe aucun reumangne et s’eçvoie de seç conpains por dormir ou por autre chouse et il vuelt puis aler por jungnire seç conpagnons, adonc oient parlere espiriti en mainiere qe senblent que soient sez conpagnons, car il les appellent tel fois por lor nom et plosors foies les font devoier en tel mainere qu’il ne se trevent jamés, et en ceste mainere en sunt ja mant mort{i} et perdu. [13] Et encore voç di que, jor meisme, hoient les homes ceste voices de espiriti, et voç semble maintes foies que voç oiés soner mant{i} instrument{i} et propemant tanbur. [14] Et des <ces> maineres se passe ceste deçert et a si grant hanuie com voç avés hoï.

[15] Desormés noç lairon dou desert, qe bien voç avun dit tout l’afer, et vos conteron des provences que l’en treuve quant <l’en> ist{i} do deçert.


LVII

[1] Ci devise de la provence de Tangut.
 

[2] Et quant l’en a chevauchés cest troint jornee dou deçert que je vos ai dit, adonc treuve l’en une cité que est apellés Sacion, qui est au Grant Kaan. [3] La provence s’apelle Tangut. [4] Il sunt tuit ydres; bien est il voir qu’il hi a auques cristienç nestorin, et encore hi a saracinç. [5] Les ydres ont langajes por elz. [6] La ville est entre grec et levant. [7] Il ne sunt jens que vivent de merchandies, mes vivent dou profit des bles qu’il recoient de la tere. [8] Il ont maintes abaÿe et mant moster, les quelz sunt tuit plen de ydres de mainte faision, as quelç font grant sacrificie et grant honor et grant reverence.

[9] Et sachiés que tout les homes que ont enfanz font norir un monton a honor de le ydres et, a chief de l’an ou a la feste de son idre, cil que ont nodri le mouton le moinent con seç enfanz devant le ydres et li font grant reverence, et elz et lor enfanz; et quant ont ce fait, il le font toit cuire, puis le portent devant l’idre con grant reverence et iluec le laissent tant qu’il ont dit lor ofice et lor preier qe le ydre sauvent lor filz; et dient qe le ydre menjuent la sostance de la cars. [10] Puis que il ont ce fait, il prenent celle cars que devant le ydre avoit esté et la portent a lor maison, ou en autre leu qu’il vollent, et mandent por lor parens et le menuent cum grant reverence et a grant feste. [11] Et quant il ont manjés la cars et il reculient les oses et le sauvent en arche mout sauvemant.

[12] Et sachiés que tuit les ydules dou monde, quant il mourent, les autres font ardoir les cors. [13] Et encore voç di que quant cesti ydres sunt portés de lor maison au leu o il doient estre ars, entre voies, en auquant leus, les parens dou mors ont fait emi la voie une maison de fust coverte de dras de soie et de dras doré; et quant le mort est porté devant ceste maison si aornés, il s’arestent et les homes gitent devant le mors vi<n> et viandes asseç, et ce font il por ce que il dient que a tiel honor sera il recevu en l’autre siecle. [14] Et quant il est aportés au leu ou il doit estre ars, ses parens font entallier homes de carte de papir, et chevaus et gamiaus et monete grant come biçans, et toutes cestes couses funt ardoir avech le cors et dient que en le autre monde le mors aura tant esclaif et tantes bestes et tantes monto<n>s com il font ardoir de charte. [15] Et encore voç di que quant le cors sunt porté a ardoir tuit les stormenç de la tere vont sonant avante le cors. [16] Et encore voç di do un autre chousse: que quant cesti ydres sunt mors il mandent por lor astrolique et dient elz la nasion dou mort, ce est quant il nasqui, de quel mois et de quel jor{no} et l’oire. [17] Et quant les astrolique le a entandu, il fait sez endevinaile por arç diabolique et dit, puis qu’il a fait sez ars, le jor que le cors se doit ardoir; et voç di que de tielz fait demorer que ne s’ard une semaine, et de tielz un mois, et de tielz .vi. mois: et adonc convient que les parens dou mort le{s} tegnent en lor maison tant com je voç ai dit, car il ne firoient jamés ardoir jusque a tant que les endevinz lor dient qu’il soit bien ardoir. [18] Endementier que le cors ne s’arde et demore en lor maison le tenent en tiel mainere: car je vos di qu’il ont une cassie de table grosses un paum et bien conjunte ensenble, tote enpointe noblemant, et hi metent le cors dedens et puis le covrent de tielz draç et si ordré et com canfara et con autre especes que le cors ne pouce point a celz de la maison. [19] Et encore voç di que les parens dou mors, ce sunt celz de la maison, ongne jor, tant que le cors hi demore, li font metre table et hi metent viande da mangier et da boir, ansi con c’il fust vif, et le metent davant la cascie ou le cors est et le laisent tant come l’en peusse avoir mengiés, et dient que s’arme menjue de cel viande. [20] En tel mainer le tenent jusque au jor que il se vient a ardoir. [21] Et encore voç di qu’il funt un autre chouse que plosors foies cesti endevi<n> dient as pare<n>s des mors: que il ne est bien que il traient por la porte de la maisson le cors mors, et trovent caison ou d’estaile ou d’autre chousse que soient encontree a celle porte; et adonc les parens dou mors le funt traire por autre porte, et maintes foies font ronpre les mur et d’iluec le funt traire. [22] Et tuit les ydules dou monde vont por la mainere que je voç ai dit.

[23] Or voç laison de ceste matiere et voç parleron d’autre cité que sunt ver maistre, joste le chief de cest decert.


LVIII

[1] Ci devise de la provence de Camul.
 

[2] Camul est une provence que jadis fu roiaumes. [3] Il hi a villes et castiaus asseç, et la mestre ville est appellé Camul. [4] La provence est emi de deus deçert, car de l’une part a le grant deçert et de l’autre a un petit deçert de trois jornee. [5] Les jens sunt tuit ydres et ont langajes por s<o>i. [6] ll vivent dou fruit de la tere, car il ont des chuses de mangier et da boir assez et en vendent as viandant que por illuec passent. [7] Il sunt homes de grant seullas, car il ne entendent a autre couse fer che a soner estromens et a chanter et a ballere et a prendre grant delit a lor cors. [8] Et voç di que se un forester li vient a sa maison por hebergier, il en est trop liés: il conmande a sa feme qu’elle face tout ce que le forestier vuelt et il se part de sa maison et vait a fer seç fait et demore deus jors ou trois; et le fo<re>ster demore avec sa feme en la maison et fait a sa volunté et jut con elle en un lit, ousi com ce elle fusse sa feme, et demorent en gran seulas. [9] Et tuit celz de ceste cité et provence sunt auni de lor feme: mes je voç di qu’il ne le se tienent a vergogne. [10] Et les femes sunt beles et gaudent et de soulas.

[11] Or avint que au tens que Mongu Chan sire des Tartarç regnoit, adonc li fu denunsiés comant celz de Camul fasoient ensi avoutrer lor femes as forastier, e cel Magu mande elç comandant sout grant poine que il ne deusent herberger les forestiers. [12] Et quand cel de Camul ont eu cest conmandemant, il en furent mout dole<n>s; et adonc furent a consoil et font ce que je voç dirai: car il pristent un grant present et l’aportent a Mongu et le prient que il le laisast fere les usanse de lor femes qe lor ancestre avoient elz laissés, et li dient come lor ancestre avoient dit que por le plaisir qu’il fasoient as forestieres de lor fames et de lor cosses qe lor ydres l’avoient a grant bien, et que lor blee et lor labor de tere en molteplio<ient> aseç. [13] Et quant Mongu Kaan entendi ce, il dit: «Puis qe vos volés votre honte, et voç l’aiés!». [14] Et adonc consent qu’il faichent lor volunté. [15] Et voç di que toutes foies ont il mantenu celle uçance et mantinent encore.

[16] Or laison de Camul et voç conteron des autres que sunt entre tramontane et maistre. Et saciés qe ceste provence est au Grant Chan.


LIX

[1] Ci devise de la provence de Chinchintalas.
 

[2] Ghinghintalas est une provence que encor est juste le deçert entre tramontane et maistre. [3] Elle est grant .xvi. jornee; elle est au Grant Chan. [4] Il hi a cités et castiaus assez. [5] Il hi a trois generasionz des jens: ce sunt ydres et celz c<h>e aorent Maomet et cristienz nestorin. [6] Et a le confin de ceste provence dever tramontane a une montagne en la quel a mout bone voine d’acer et d’ondan<i>que. [7] Et en ceste montagnes meisme se trouve une voine de la quel se fait la salamandre; et sachiés que salamandre ne est pas beste, come ve<n> dit, mes est tes choses con je dirai desout. [8] Il est verité que voç savés bien qe por nature nulle bestes ne nulz animaus ne pout vivre en feu, por ce qe chaschu<n> animaus est fait des quatre alimens. [9] Et por ce que les jens ne savoient la certance de la salamandre, le disoient en la mainere qu’il di encore: que salamandre soit beste: mes il ne est pas verité, mes je le voç dirai orendroit, car je voç di qe je oi un conpagnons que avoit a nom Çurficar, que mout estoit sajes, qui demoroit trois anz por le Grant Chan en celle provence por fair traire celle salamandre et cel undanique et cel acer. [10] Et toutes foies hi mande seignor le Grant Chan por trois anz por seingnorejer la provence et por fer la besogne de la salamandre. [11] Et mun conpains me dist le fait, et je meisme le vi, car je voç di que quant l’en a cavé des montagnes de celle voine que vos avés oï et l’en ront et despece, elle se tient ensemble et fait file come lane. [12] Et por ce, quant l’en a ceste lane, il la fait secher, puis la fait pistere en grant morter de covre, puis la fait lavere; et remaint celle fille que je voç ai dit, et la terre gete que ne vaut rien; puis ceste files, que est semblable a laine, la fait bien filere et puis en fait fer toaille; et quant les toailes sunt faites, je voç di qu’elles ne sunt mie bien blances, mes il la mettent en le feu et le hi laisent une p<i>eces, et la toaille devient blanche come noif. [13] Et toites foies qe cestes toaille de salamandre ont nulle sosure ou bruture, l’en la met en feu et la hi lasse une pieçe et devient blance noif. Et ce est la verité de la salamandre que je voç ai dit, et toites les autres chouses qe s’en dient sunt mensogne et fables. Et encore vos di que a Rome en a une toaille que le Gran Chan envoié a l’apostoille por grant present et por coi le saint suder de nostre seignor Jeçucrit hi fust mis dedens.

[14] Or noç laison ceste provence et voç conteron des autre provence entre grec et levant.


LX

[1] Ci devise de la provence de Suctiur.
 

[2] Quant l’en s’en part de cest provence que dit voç ai, il ala .x. jornee entre levant et grec, et en toute ceste voie ne a abitasion se pou non et ne i ha chouses que a mentovoir face en nostre livre. [3] Et a chief de .x. jornee l’en treuve une provence qe est apellés Suctiur en la quele a cité et castiaus asseç, et la mestre cité est apellés Suctiu. [4] Il hi a cristanz et ydres: il sunt au Grant Can. [5] Et la gran provence jeneraus ou ceste provence est, et ceste deus que je voç ai contés en arrieres, est apellés Tangut. [6] Et por toutes les sien montagnes il se treuve le ribarbar en grant abondance et iluec l’acatent les mercaant et le portent puis por le monde. [7] Il vivent dou frout qu’il traient de la terre, mes de mercandies ne se travailent il guieres.

[8] Or nos partiron de ci et vos conteron d’une cité que est apellés Ca<n>picion.


LXI

[1] Ci dit de la cité de Canpicion.
 

[2] Canpicion est une cité que est en Ta<n>gut meesme, que est mout grant cité et noble et est chief e seingnorie toute la provence de Tangut. [3] Les jens sunt ydres et hi a de celz qe aorent Maomet; et encore hi a cristienç, et ont en ceste ville trois eglise grant et belles. [4] Les ydres ont maint mostier et baïe selonc lor uçance. [5] Il ont grandisme quantités de ydre; et si voç di qu’il en ont de celle que sunt grant .x. pas: tel est de fust e tel de tere e tel de peres, et sunt toute coverte d’or et evré mout bien. [6] Ceste grant ydre gigent et plusor autres idres peitetes son environ celle grant et senble qu’il i faichent humilité e reverence. [7] Et por ce que je ne voç ai contés toites les fais des ydres, vos le voil conter ici. Or sachiés que les regulés de{s} les ydules vivent plus honestemant que les autres ydres. [8] Il se gardent de luxurie, mes ne l’ont pas por grant pechiés; mes si voç di que se il treuvent aucun home que aie jeu con feme contre nature, il condanent a mort. [9] Et voç di qu’il ont luner ausi con nos avum les mois; et ont alcun lunar qe tutes les ydules dou monde ne occirent bestes ne osiaus por cinq jors, ne ne menjuerént chars que fuse occise en celz cinq jors, et cesti cinq jors vivent plus honestemant que ne funt les jors autres. [10] Il prenent jusque en trente femes, et plus et moin selonc qu’il est riche et qu’il en puent tenoir. [11] Et les homes donent a lor femes por lor doaire bestiaus et esclaif et monoie, et selont son poir; mes si sachiés que la primere tent il por la meior. [12] Et encore voç di que se il voit qe aucune de sez femes ne soit bone e que ne li place, il la pout bien cacer e fer a sa volunté. [13] Il prenent le cousines por feme et prenent la feme sun pere; il ne tenent pecchiés mant greu pechiés qe nos avun, car il vivent come bestes. [14] Et por ce vos en laison atant et voç conteron des autres ver tramontaine. [15] Et si voç di que mesier Nicolau et mesier Mafeu et mesier March demorent un an en ceste cité por lor fait qe ne fa a mentovoir: et por ce nos partiron de ci et aleron seisante jornee ver tramontaine.


LXII

[1] Ci devise de la cité de Eçina.
 

[2] Quant l’en s’en part de ceste cité de Canpicion, il chevauche doçe jornee et treuve une cité qe est appellés Eçina, qui est au chief dou deçert do sablon ver tramontaine et est de la provence de Tangut. [3] Les gens sunt ydres. [4] Il ont gamaus et bestiames asseç. [5] Il hi{a} naisent fauchons lanier et sacri asseç, et sunt mout bones. [6] Et il vivent dou fruit de la terre et de bestiaus: ne sunt homes de mercandie.

[7] Et en ceste cité prant la viande por .xl. jornee, car sachiés que quant l’en s’em part de cest cité de Eçina, il chevauche par un deçert por tramontaine .xl. jornee qe ne i a habitasion ne erberges, ne ne i demorent jens for l’estee es valés et en montagnes. [8] Hi treuve l’en bien bestes sauvajes aseç, et asne sauvajes hi a aseç. [9] Hil hi a boscajes de pin asseç. [10] Et quant l’en a chevauchés .xl. jornee por ceste deçert, il treuve une provence ver tramontaine, et oirés quelz.


LXIII

[1] Ci devise de la cité de Caracoron.
 

[2] Caracoron est une cité que gire trois miles, le quel fu le primer sciec que les Tartar ont quant il oisent de lor contree. [3] Et voç conterai dou fait des Tartars et toutes les maineres; comant il ont seingnorie et comant il s’espandirent por le monde.

[4] Il fui voir que les Tartars demoroient en tramontaine entor Ciorcia. [5] Et en cel contree es grant plaingnes que ne avoit abitasion con de cités et de ca{u}stiaus, mes il hi avoit bon pascor et grant flumes et aigues asseç. [6] Il ne avoient seingnors, mes bien est il voir qu’il fasoient rente au Prester Johan, que estoit appellés en lor lengajes Une Can, qe vaut a dir en françois Grant Sire. [7] Et ce fu le Prestre Johan, de cui tout le monde en parolent de sa grant segnorie: les Tartars li donoient rente d’ongne .x. bestes le une. [8] Or avint que il multiplient mout. [9] Et quant Prestre Johan vit qu’il estoient si grant jent, il dit qu’il li poroient nuire et dit qu’il le partira por plosor contree: et adonc hi envoie de seç baron por ce faire. [9] Et quant les Tartars oïrent ce que Prestre Johan voloit lor faire, il en furent dulens: il se partirent tuit ensemble et alent por deçert leus ver tramontaine tant qe Prestre Johan ne poit lor nuire; et estoient revel a lui et ne li fasoient nulle rente. [10] Et ensi demorent auques de tens.


LXIV

[1] Comant Cinchin fu le primer Kaan des Tartars.
 

[2] Or avint que a les .m.c.lxxxvii. anz les Tartars font un lor roi que avoit a nom en lor lengajes Cinghis Can. [3] Cestui fui home de grant valor et de grant senz et de grant proesse; et si voç di que quant cestui fu esleu a rois, tuit les Tartars do monde que por celes estranges contree estoient espandu s’en vindrent a lui et le tenoient a singneur. [4] Et cestui Cinghis Can mantenoit la seingnorie bien et francement. [5] Et que voç en diroie? Il hi vindrent si grant moutitudene des Tartars que ce estoit mervoille. [6] Et quant Cinchis Can voit que il avoit si grant jens, il s’aparoille con arc et con autres lor armeure, et vait conquistant por cels autres parties. [7] Et voç di qu’il conquisterent bien .viii. provences; mes ne fasoit elz nulz maus ne ne tollit elz lor cosses, mes les menoit o lui por conquister des autres gens. [8] Et en ceste mainere conquisté ceste grant moutitude de jens que voç avés oï. [9] Et ceste jens, quant il voient i a bone seingnorie et la grant debonairté de cest segnor, il aloient trop volunter avec lui. [10] Et quant Cinghis Can ot amasé si grant moutitude de jens que tout le monde covrent, il dit qu’il vuelt conquister grant partie do munde. [11] Adonc envoie sez messajes au Prestre Johan, et ce fu a les .m.cc. anz que avoit que Crist avoit nascu: il li mande qu’il vol sa file prendre a feme. [12] Et quant le Prester Johan oï ce qe Cinghis Can li mande demandan{d}t sa file a feme, il le tint a grant despit, et dit: [13] «Conmant ne a grant vergoigne Cinchis Can de demander ma file a feme: or ne set il qe il est mes homes et mon sers? Or retornés a lui et li dites que je firoie ardoir ma file que je le la donast a feme. Et li dites por ma part que je li mant qu’il convient qe je le met a mort, si com traïtor et desliaus qu’il estoit contre son seingnor». [14] Puis dist as messajes qu’il se partissent mantinant devant lui et que jamés ne tornasent. [15] Et quant les mesajes oïrent ce, il se partirent mantinant; il alerent tant qu’il vindrent a lor seingnor, et li content tout ce que li mande le Prestre Johan, que ne i fallent rien, tout por ordre.


LXV

[1] Comant Cinchin Kaan aparoille sez jens por aler sor le Prestre Johan.
 

[2] Et quant Cinchins Chan oï la grant vilenie qe le Prestre Johan li mande, il en a si le cuer enflé qe pou qe ne li creve dedenz son ventre, car je voç di qu’il estoit home de trop grand seingnorie. [3] Il parole a chief de piece et dit si haut que tuit celz qe entor lui estoient <l’oïrent> qu’il ne vuelt jamés tinir la segnorie, se la grant vilanie que le Prest{r}er Joan li mande, se il ne le hi veint plus chieremant qe jamés fuisse vendue villanie a home, et dit qu’il convint qe porchainemant il li moustre se il est son sers. [4] Et adonc fait sesmondre toutes seç jens et fait le greingnor aparoillemant que jamés fust veu ne oï. Il fait bien savoir au Prestre Johan qu’il se defende tant com el poet, et commant il ala sour lui a tout soie fors. [5] Et quant le Prestre Johan soit certainemant que Cinchin Chan venoit sor lui a si grant jens, il en fait gas et la voit por noiant, car il disoit que il n’estoient homes d’armes; mes toutes foies il dit a soi meisme qu’il fira tout son poïr por ce que, se il vient, qu’il le velent prendre et metre a male mort. [6] Et adonc fait sesmundre et aparoiller toutes seç jens por mantes parties et estranges; il fait bien si grant esfors que de gringnor host ne aspicté mes parler. [7] En tel maineres com vos avés oï s’aparoillent les une gens et le autre. [8] Et por coi voç firoie je lonc conte? Sachiés tout voiremant qe Cinchins Chan con toutes sez jens s’en vint en un grandisime plain et biaus, que Tanduc estoit appellés, qe estoit au Prestre Johan, et iluec mist son canp; et voç di qu’il estoient si grant moutitudine de jens que nulz poroit savoir le no<n>bre. [9] Et iluec ot novelles conmant le Prestre Johan venoit il, et n’ot joie por ce que celle estoit belle plaingne et large por largemant fer bataille. [10] Et por ce atendoit il iluec et desiroit mout sa venue por mesler a lui.

[11] Mes atant laisse li contes a parlere de Cinchins Chan et de sez homes, et retorneron au Prestre Johan et a sseç homes.


LXVI

[1] Comant le Prestre Johan con sez jens ala a l’encontre de Cinchin Kaan.
 

[2] Or dit li contes qe quant le Prestre Johan soit que Cinchins Chan con toutes sez jens venoient sor lui, il ala con toutes sez jens contre lui, et alent tant qu’il furent venu en ceste plain de Tanduc, et iluech mistrent canp pres a cel de Cingins Chan a .xx. miles. [3] Et cascunes parties se repoussent por estre fresces et haitierç le jor de la meslee. [4] En tel mainer, com voç avés hoï, estoient le deus grandisme hostes en cel plain de Tanduc. [5] Et un jor Cinchins Chan fait venir devant soi astronique, qui estoient cristienz et saraçin, et conmande elz qu’il le seussent a dire qui doit vincre la bataille entre lui et le Prestre Johan. [6] Le stroliche le virent por lor ars: les saracin nen li en sevent dir verité, mes les cristiens le hi mostrent apertemant, car il ont devant lui une channe et la trenchent por mi por lonc et puis mistrent le une d’une part et l’autre d’autre, et ne la tenoit nelui; puis mistrent nom a une part de la canne Cinchins Can et a l’autre canne Prestre Johan, et distrent a Cingins Can: [7] «Sire, or regardés cestes cannes et veés que ceste est votre nom et l’autre est le nom dou Prestre Johan, et por ce, quant nos auron fait nostre encantemant, celui que sa canne vendra sor l’autre vencra la bataille». [8] Cinchins Can dit que cel vuelt il bien voir et dist a les astronique qu’il le li mostrent au plus tost que il porunt. Et adonc les astronique cristienç on le salterie et legent certes salmes et font lor enchantemant, et adonc la chane, la ou estoit le nom de Cinchins Can, san que nulle le tocchast, se jont a l’autre et monte sor cele dou Prestre Johan, et ce fui voiante tuit celz que illuec estoient. [9] Et quant Cingin Can voit ce, il en ha grant joie, et, por ce qu’il treuve les cristiens en verité, il fist puis toutes foies grant honor as cristiens et les out por homes de verité et veritables, et ont puis toites foies.


LXVII

[1] Ci devise de la gran bataille ke fu entre le Prestre Johan et Cinchin Kaan.
 

[2] Et aprés ce deus jors s’armerent andeus les parties et se conbatirent ensenble duremant, et fu la gragnor bataille que fust jamés veue. [3] Il hi oit gran maus et d’une part et d’autre, mes au dereant venqui la bataille Cinchins Can, et fu en celle bataille hocis le Prestre Johan, et de celui jor avant perde sa tere que Cinchin Can la ala conquistant tout jor. [4] Et si voç di que Cinchin Chan, puis celle bataille, regna .vi. anz et ala conquistant maint castiaus et mant provinces; mes a chief de .vi. anz ala a un chastiaus qe avoit a nom Caagiu et iluec fu feru d’une sagite en genoeilz et de celui coux morut: donc il fu grand domajes por ce qu’il estoit preudomes et sajes.

[5] Or vos ai divisé comant les Tartars ont premermant seingnor, ce fu Cinchins Can; et encore voç ai contés conmant il vinquirent premeremant le Prestre Johan. Or voç vueil conter de lor costumes et de lor uçance.


LXVIII

[1] Ci devise des can que regnent aprés la mort Cinchin Kaan.
 

[2] Sachié tuit voiramant qe aprés Cinchins Can fui seingnor Cui Can, le tierce Bacui Chan, le quart Alton Can, le quint Mongu Chaan, le sexme Cublai Can, qui est le greingnor et le plus poisant que ne i fu nul des autres, car, tuit les autres cinq fuissent ensemble, ne auront tant de poïr cum cestui Cublai. [3] Et encore voç di greingnor couse: que le je voç di que tuit les enperaor dou monde et tous les rois de cristiens et de saraçin ne ont tant poïr ne poroient il fair tant come cestui Cublai Grant Chan poroit il fair, et ce vos mostrerai en nostre livre tout apertemant. [4] Et sagiés de voir que tuit les grant seingnors que sunt estés descendue dou la lingnee de Cinchins Can sont portés a sovellir a une grant montaingne que est apellés Alcai, et launques les grant seingnors des Tartars muerent, se il murissent .c. jornee loinge de celle montagne, il convent que s’aportent illuec a sevellir. [5] Et si voç di un autre meravoie: que quant les cors de cesti grant cham sunt aportés a celle montagnes et il soient loingne .xl. jornee ou plus o moins, toutes les gens qu’il encontrerent por les voies dont les cors sunt portés sunt mis a le spee por celz que le cors conduient, et dient: «Alés servir vostre seingnor en l’autre munde!». Car il cuident voiramant que tuit celz qu’il ocient doient aler servir lo seingnor en l’atre monde. [6] Et ce meisme font il des chavauz car, quant le seingnor muert, il occient tuit les meillors chevaus qe le seingnor avoit: font ocire por coi le seingnor l’ait en l’autre monde. [7] Et sachiés que quant Mongu Chan morut, plus de .xxm. homes furent occis qe encontrent le cors quant il se portoit a sevelir.

[8] Et depuis que noç vos avuns conmenciés de Tartars, si voç en dirai mantes choses. [9] Les Tartars demorent l’enver es plain et en leus chaut ou il aie erbajes et bon pasquor por lor bestes; et la stee demorent en froit leus, en montagnes et en valés, la ou il treuvent eives et bos erbajes et pasquor <por> lor bestes. [10] Il ont maison de fust et le covrent de feutres; et sunt reont et le porten avec elç lau<n>ques il vont, car il ont lïés le verges des fust si bien et ordeneemant qu’il le puent porter li<j>erement. [11] Et toutes les foies que il tendent et drecent lor maison, la porte est toutes foies dever midi. [12] Il ont charrete coverte de feutre noir, si bien, qe se il p<l>oust toç jors eive, ne beingnoroit nulle chouse que fust en la charete. [13] Il la font mener et traire as buef et a camiaus; et desus cestes carrete portent il lor feme et lor enfanz. [14] Et voç di que les dames achatent et vendent et ovrent tout ce que a son baron et a sa mesnie beçongne, car les homes ne se brïent de nulle rienz for que de chacer et de fair des hostes et de hoiseller a fauchons. [15] Il vivent de cars et de lait et de chacheson, et encore men<j>uent des rat de faraon, que ni a en grant habundance par me les plaingne, desote et por totes pars. [16] Il menjuent ben chars de cavaus et de chien et boivent lait de jumentes. Il men<j>uent de toutes chars. [17] Il se gardent que por rien dou monde ne cocheroit le un a la feme de l’autre, car l’ont por mauveis chousse et vilaine. [18] Les dames sunt bones et loiaus ver lor baronz et font mult bien la beçongne de la masnee. [19] Les mariajes font en cest mainere: car chascun puet prandre tantes foies con li plet, jusque en cent, se ill a le pooir qu’il le puese mantenoir. [20] Et les homes donent le douere a la mer sa feme, ne la feme{ne} done rien a l’ome. [21] Mes si sachiés qu’il ont por plus verables et por meior la primer sa feme que ne a les autres gens, por ce qu’il ont toutes femes con je voç ai contés. [22] Il prennent lor cousine et, le pere muert, le sien greingnor fil prent a feme la feme son peire, puis qu’elle ne soit sa mer. [23] Il prant encore la feme de son frere charnaus, se il muert. [24] Quant il prenent feme font grant noses.


LXIX

[1] Ci devise dou dieu des Tartarç e de lor loy.
 

[2] Et sachiés que la lor loi est tiel: car il ont un lor diu que l’apelent Nacygai, et dient que celle est dieu tereine qe garde lor filz et lor bestes et lor blee. [3] Il li font grant reverence et grant honor, car cascun en tenent en lor maison, car il font cest deu de f{r}eutre et de dras et le tenent en lor maison; et encore font la moillier de cest dieu et seç filz: la moiere metent de la senestre partie et les filz devant, et le honorent asseç. [4] Et quant vienent a mangier, il prenent de la char grasse et n’oi<n>gent la bouche a cel dieu et a sa feme et a ssez filz. Et puis prenent dou brod e l’espannent dehors la porte de sa maison. [5] Et quant il o<n>t ce fait, il dient que lor dieu et sa masnee ont eu lor part. [6] Aprés ce, menjuent il et boivent, car sachiés qu’il boivent la<i>t de jumente, mes si voç di qu’il l’adobent en tel mainere ke le senble vin blance et est bone a boire, et l’apellent chemins.

[7] Lor vestime<n>s sont telz: car lez riches homes vestent dras dorés et dras de soie et riches pennes çebellines et ermines et vair et de voupes mout richamant. Et tout lor arnois sunt mout biaus et de gran vailance. [8] Lor armes sunt arç et espee et mases; mes des arç s’aident plus que d’autres couses, car il sunt trop buen archier. En lor dos portent armeure de cuir de bufal et de autres cuir coct que mout sunt fort.

[9] Il sunt buens homes en bataille et vailanç duremant et voç diron conmant il se puent travailer et plus que autres homes, car maintes foies, quant il abesçogne, il alara ou demora un mois sanz nulles viandes for que il vivra de lait d’une jumente et menjuera des cars de les chacheison qu’il prennent, et son chaval paisera des herbes qu’il treuvera, car il ne biçogne porter orç ne paille. [10] Il sunt mout hobïent a lor seingnor, et voç di que quant il beiçogne il demoure toute la noite a chaval cum ses armes, et le chaval alera toutes foies paisant les erbes. [11] Il sunt celles jens au monde que plus durent travaille et maus, et main velent de despence, et que miaus sunt por conquister terre et reingnes.

[12] Il sunt ordree en ceste mainere que je voç deviserai. [13] Sachiés que quant un seingnor des Tartar ala enn oste, el moine ho lui .cm. homes a chevalz; il ordre son afer ensi con voç hoirés. [14] Il fait un chief a ogne .c., a ogne .m. et a ogne .xm.: ne a que consilier que con .x. homes, et celz que est sire de .xm. homes ne ot que faire que con .x. homes, et celui que est seingnor de .m. homes ne ot que con .x., et ausint celui que est seingnor de .c. ne a que fer que cun .x. [15] Ensint com voç avés oï respont chascun a son chief; et quant le seingnor de .cm. en vuelt mander aucun in aucune parte, il conmande au chef de .xm. qui li doine .m. homes, et le chief de .xm. conmande au chef de .m. qu’il li done sa parte, et le chef de .m. conmande au chef de .c., et le chef des .c. conmande au chief de .x. qe chascu done parte de cel que les vienent des .m. homes: et chascuz sevent mantinant et les donent tant, car il est chascun hobedient a ce qu’il est lor comandé plus che jens dou monde. [16] Et sachiés que les .cm. est apellé un tut et les .xm. un toman, et les < . . .† . . > por milier et por centener et por desine. [17] Et quant les hostes alent por fer auchune cosse, il soient en plain ou en montagnes, il mandent dous jornee avant .cc. homes pour excaregaites, et ausint derieres et dejoste, ce est de quatre pars; et ce font il por ce que l’ost ne peust estre asali qu’il ne le seussent. [18] Et quant il vont en longe voie en ost, il ne portent noiant des arnois, car il portent deus botaces de cuir, la u il metent lor lait qu’il boivent, et portent une petite pignate, ce est baratere, la ou il cuirent lor carç; il portent une petite tende, la ou il demorent por la pluie. [19] Et si voç di un autre chouse: qe quant il ha mester il chevauchent bien .x. jornee sanç nulle viandes et sanz fer feu, mes vivent du sanc de lor cavaus, car chascuns poinge la voi<n>e a son cheval et boit du sanc. [20] Il ont encore lor lait secce, que est saude come paste; et de celle lait portent et en metent en l’aive et la moinent tant que celle laite se destruie et puis la boivent. [21] Et quant il vienent a baitaille con lor ennimis, il les vinquent en ceste maineres, car il ne s’en tornent ad honte de fuir, quant il voit arcaor la ou entor a lor ennimis: il ont si costumés lor cavalz qu’il se girent cha e la ausi tost com firoit un chien. [22] Et quant l’en li cace et il vunt fuiant, il conbatent ausi bien come quant il sunt vis a vis con les inimis, car, quant il sunt plus tost, adonc se gire ariere con sun arche et fait grant coux de saiete et occit des chevaç des ennemis et encore des homes. Et quant les inimis les creunt avoir desconfit et vencu, {et} il ont perdu, car lor chevaus sunt occis et elles meesme asseç. [23] Et quant les Tartarç veont q’il ont occis deus cavaus lor ennimis et des homes ausint, il se girent sor elz et s’esprovent si bien et si vaillanzment qu’il desconfisent lor ennimis et li vinquent. Et en ceste mainere ont ja vencue maintes batailles et mantes gens.

[24] Tout ce que je voç ai contés, sunt le u<sa>jes et les costumes des droit Tartars, mes je vos di que orendroit sunt mout enbatardi, car celz que usent au Cata<i> se mantienent a lles u<sa>jes et a la mainere et as costumes des ydres et ont laisé lor loy, et celz que usent en Levant se tienent a la mainere de saraçin.

[25] Il mantinent la justice en tel manere com je voç deviserai. [26] Il est voir qe quant un{o} home ha enblé aucune peitite chouse que n’en doie <perdre persone>, il li est doné .vii. bastonee ou .xvii. ou .xxvii. ou .xxxvii. ou .xlvii., et in ceste mainere vait jusque in .cvii., croisent toutes foies .x. selonc qe il ha enblé, et plusor en morent de ceste bastonee. [27] Et se le home enble un chevaus ou autre chouse qu’il doie perdre persone, il est trinchiés por mi com spee, si voiremant que se celui qe anble puet paier et vuelt doner .viiii. tant que cel que il a enblé, il escanpe. [28] Et cascun seingnor, ou les autres homes qe ont bestes asseç, il font boller de son seingne, ce sunt les chevaus et les jumentes et camiaus et bof et vaches et autres bestes groses, puis le laise aler paistre por les plaines et por les mons sanz garde d’ome, et s’ele se meslent le une con le autre, cascun rende la soe a celui de cui le segne est treuvé. [29] Les berbis et les montons et les bech font il ben gardere as homes. [30] Lor bestiames sunt toutes grandismes et grases et belles outre mesure.

[31] Et encore voç dirai un autre merveliose usançe qu’il ont, que je avoie dementiqué a scrivre. [32] Sachiés tout{i} voirmant que quant il sunt deus homes que le un ait eu un filz masle et soit mort de quatro anç, o quant il vuelt, et un autre home ait eu une file feme et soit encor morte, il font mariajes ensenble, car il donent la feme morte a l’enfans mors por moiler et en font faire carte: puis celle carte ardent, et le fume que vait en l’air si dient que vunt a lor filz en l’autre monde et qu’il le sevent et que se tenent a mari et a moier. [33] Il font grant noisse et n’espandent cha et la et dient que ce vont a lor enfanç en l’autre monde. [34] Et encore font un autre chouse, car il font e<n>pindre et portraire en carte homes a similitude de sers et chevaus et dras et biçanz et arnois; puis les font ardoir, et dient que toutes celles couses qu’il avoient fait portraire et ardre auront lor enfans en l’autre monde. [35] Et quant il ont ce fait, il se tenent por parens et mantienent lor parenté ausi bien com il fuissent vif.

[36] Or vos ai montré et devisé apertament les uçance et les costumes des Tartars, non pas qe je voç ai conté dou grandisme fait dou Grant Can, ce est le grant sire de{s} tous les Tartars, ne de sa grandisme enperiaus cort, mes je le voç conterai en cel livre quant tens et leu en sera, car bien sont merveiloses couses por metre enn escripture. [37] Mes desormés volun retorner a nostre conte, en la grant plaingne ou nos estion quant nos comechames des fais des Tartars.


LXX

[1] Ci devise dou plain de Bangu e des deverses costumes des jens.
 

[2] Et quant l’en s’en part de Caracoron e de Alcai, la ou il se metent les cors des Tartars ensi com je vos ai contés en arieres, il ala puis por une contrés ver tramontane que est apellé le plain de Baigu, et dure bien .xl. jornee. [3] Les jens sunt apellés Mecri et sunt sauvaje jens; il vivent des bestes, et les plusors sunt cerf, et voç di qu’il chavauchent les cerf. [4] Uçance et costumes ont come Tartars et il sunt au Grant Can. [5] Il ne ont bles ne vin. [6] L’esté ont venesion et chachajonz de bestes et d’ousiaus asseç, mes en yver ne i demore nulle beste ne osiaus por le grant froit.

[7] Et quant l’en <a> alee .xl. jornee, adonc treuve l’en la mer Osiane. [8] Et iluec il ont montagne, la o li fauchonz pelerin ont lor nid, car sachiés qu’il n’i a homes ne femes ne bestes ne osiaus for che une mainere d’osiaus qe sunt apelés bargherlac, des qeles les fauconz se passent: il sunt grant come perdis, il ont fait les piés come papagaus, la coe come rondiaus, il sunt mout volant. [9] Et quant le Grant Kaan vuelt des fauconz, ni de ces pellerin, il mande jusque la por elz. [10] Et en l’isle que sunt en cel mer environ naisent les jerfaucz. [11] Et si voç di voiramant qe ceste leu est tant ver tramontaine que la stoille de tramontaine remaint auques en deriere ver midi. [12] Et encore voç di que les jerfauc{he}z qe naisent en l’isle que je vos ai dit desovre sont en si grant habundance que le Grant Chan en ha tant quant il ne vuelt, et ne entendés que celz qe l’aportent de tere de cristiens as Tartars les portent au Grant Chan, mes les portent au levant ad Argon et a celz seingnors dou Levant.

[13] Or voç avon conté tout les fait des provences de tramontane apertement jusque a la mer Osiane, et desormés en avant vos conteron des autres provences et retorneron dusque au Grant Kaan, et retorneron a une provence, que nos avon escript en nostre livre, qui est apelés Canpitiu.


LXXI

[1] Ci devise dou grant roiaumes d’Ergivul.
 

[2] Et quant l’en se part de cest Canpiciu que je vos ai conté, l’en ala cinq jornee, es queles a maint espiriti, les quelz oit l’en parler la nuit le plosor foies. [3] Et a chief de cel cinq jornee ver levant, l’en treuve un roiames que est apelés Ergivul, et est au Grant Chan et est de la grant provence de Tengut, qe a plosors roiames. [4] Le jens sunt cristienz nestorin et ydres, et celz que aorent Maomet. [5] Il hi a cités assez et la mestre cité est Ergivul. [6] Et de cest cité ver iscieloc puet l’en aler es contrés dou Catai; et en ceste voie de seloc, ver le contree dou Catai, treuve une cité qui est apellés Singiu, et hi a villes et cités asseç, et est de Tangu mesme et est au Grant Can. [7] Les jens sunt ydres et jens que aorent Maomet; des cristienç il hi a auques.

[8] <Il hi a> buef sauvajes que sunt grant come olifans et sunt mout biaus a veoir, car il sunt tout pelous sor le dos et sunt blanc et noir; le poil est lonc trois paumes: il sunt si biaus que ce est une mervoie a voir. [9] Et de cesti buef mesme ont domescés asseç, car il pristrent des sauvajes et il sunt alingnés, si qu’il en ont grandisme quantité; et li charchent et laborent con elz: et voç di qu’il laborent deus tant et <deus tant> ont de force. [10] Et en cest contree naist{i} le meillor mosce et le plus finz que soit au monde. [11] Et sachiés ke le mosche se trouve en ceste mainere qe je voç dirai. [12] Sachiés tout voiramant que il est une peitete beste de le grant d’one gaçelle, mes sa faison est tel: elle a poil de cerf mol<t> gros, les piés come gacelle, corne ne a pas, coe a de gacelle, mes elle a quatre dens, deus de sot et de ssovre qe sunt lonc bien trois doies et sont soutil et vunt le deus en sus et les deus in jus. [13] Elle est belle beste. Le moscee se treuve en ceste mainere, car, quant l’en l’a prise, il li treuve eu belic enmi sout le ventre, entre le cuir et la char, une posteume de sanc le qel l’en la trince cum tout le cuir et l’an trait hors: et cel sanc est le moscee de coi vient si grant odor. [14] Et sachiés que en ceste contree en a grant quantité et si buen com je vos ai contés.

[15] Il vivent de mercandies et d’ars, et ont habundance des bles. [16] Et la provence est grant .xxv. jornee. [17] Il hi a faiçain grant deus tant que celle de nostre païs, car il sunt de la grandesse de paon, aucun pou moin. [18] Il ont la coe lo<n>ge au plus .x. paumes, et bienn i a de .viiii. et de .viii. et de .vii. au moin. [19] Il hi a encore des faiçain qui sunt de la grande<sse> et de faisonz des nostres païs. [20] Des autres hoisiaus hi a de maintes mainere de mout belles pennes et bien colorés.

[21] Les gens sunt ydres. [22] Et sunt gras et ont peitet nes, qevoilz noir; il ne ont barbe for q’oquant poil eu greingnon. [23] Les dames ne ont nul poil for que en chef, ne nulle autre part ne ont nul poil; elle <s>ont mout bien faites de toutes faisionç. [24] Et sachiés qe il se deletent mout en luxure et prennent femes asseç, por ce que lor loy ne lor uçançe ne lor contrarie, mes em puet prandre toutes com el vuelent et qu’il ont pooir de tenoir. [25] Et si voç di que se il a une belles femes et elle soie de vil leingnages, si la prent por sa biauté un grant baronç ou un grant home a fame, et en done a sa mier arjent asseç selonc qe il sunt en acorde.

[26] Or nos partiron de sa et voç diron d’une autre provence ver levant.


LXXII

[1] Ci devise dou roiaumes de la provence de Egrigaia.
 

[2] Et quant l’en s’en part de Ergivul et ala ver levant .viii. jornee, il treuve une provence que est apellés Egrigaia, ou il <a> cités et castiaus asseç, et <est> de Tengut. [3] La mestre cité est apellé Calacian. [4] Les jens sunt ydres et hi a trois yglise de cristienç nestorin. [5] Il sunt au Grant Tartar. [6] Et en ceste cité se font giambellot de poil de gamiaus, les plus biaus que soient au monde et les meillors; et encore en font de laine blance, et font de giambellot blance mout biaus et buens; et en font grant quantité, et d’iluech les aportent les mercant por maintes part, et au Catai <et> en autres leu por mi le monde.

[7] Or isiron de ceste provence <et vos conteron d’une autre provence> ver levant que l’en apelle Tenduc et enterromes e<n> les terres dou Prestre Johan.


LXXIII

[1] Ci devise de la grant provence de Tenduc.
 

[2] Tenduc est une provence ver levant, la ou il ha viles et castiaus asseç. [3] Il sunt au Grant Chan, car les desendent dou Prestre Johan sunt au Grant Chan. [4] La mestre cité est només Tenduc. [5] Et de cest provence en est rois un dou legnages au Prestre Johan, et encore est Prestre Johan. [6] Son nom est Giorgie; il tient la tere por lo Grant Chan, mes non pas tout celle que tenoit le Prestre Joan, mes aucune partie de celle. [7] Mes si vos di que les Grant Kaan toutes foies ont donee de lor files et de lor parens a les rois que reingnent qui sunt dou lingnajes au Prestre Johan.

[8] En ceste provence se trouve les pieres dont l’açur se fait, et hi ni a asez et bones. [9] Il hi a çam<b>ello{i}t de poil de gamaus mout buens. [10] Il vivent de bestiaumes et dou frout qu’il traient de la tere. [11] Et encore hi se fait auques mercandies et ars.

[12] La segnorie est a cristiens, ensi con je voç ai dit, mes il hi a ydres asez, et homes que adorent Maomet. [13] Il hi a une jenerasion de jens que sunt appellés Argon, qe vaut a dire en françois guasmul, ce est a dire qu’il sunt né de deus genersions: de la lingnee des celz de Tenduc et des celz que aorent Maomet. [14] Il sunt biaus homes plus que le autre dou païs et plus sajes et plus mercaant. [15] Et sachiés que en ceste provence estoit le mestre seje dou Prestre Johan quant il seingnorioit les Tartars et toute celles provences et reingnes environ; et encore hi demorent le sien descedens; et cestui Jorgie que je voç ai només est dou lingnages dou Prestre Johan, si con je vos ai en conte dit, et est le sesme sengnor depuis le Prestre Johan. [16] Et se est le leu qe nos apellon de sa, e<n> nostre païs, Gogo et Magogo, mes il l’apellent Ung et Mungul. [17] Et en cascune de ceste provence avoit une generasion de jens: en Ung estoient les Gog, et en Mungul demoroit les Tartars.

[18] Et quant l’en chevauche por cest provence .vii. jornee por levant ver le Catai, l’en treuve maintes cités et castiaus, la ou il ont jens que orent Maümet, et ydres et cristienç nestori<n> auques. [19] Il vivent de mercandies et d’ars, car se laborent dras dorés, que l’en apelle nascisi, fin, et nach et dras de soie de maintes maineres. [20] Ausint con nos avon les dras de laine de maintes maineres, ausint il ont dras dorés et de soie de maintes maineres. [21] Il sunt au Grant Kaan. Il est une cité que est apellés Sindatiu, et, en ceste ville, se fait maintes ars de toutes chauses et arnois que beinçogne ad hostes. [22] Et es montagnes de ceste provence ha un leu que est apellés Ydifu, en quelz a une mout bon- ne argentiere, en la quel se tra ar{i}gente aseç. [23] Il ont chachajon de bestes et d’osiaus asseç.

[24] Or nos partiron de ceste provence et cités et aleron .iii. jornee, et adonc treuveron une cité que s’apelle Ciagannuor, en la quel a un gran palais qui est dou Gran Kaan, car sachiés qe le Gran Kan demore a ceste cité, en cest palais, voluntieres, por ce qe il hi a lac et rivier asseç, la ou il demorent cesnes assés; et encore il hi a biaus plain es quelz ont grues asseç et faisanç et perdrices asseç, et de maintes autres faisons d’ousiaus. [25] Et por la bone oisiliagion que hi a, le Grant Kan hi demore voluntier et hi prent son solas, car il oiçelle a gerfauc et a fauchon et prant osiaus assez a grant joie et a grant feste.

[26] Il hi a cinq mainere de grues, les quelz voç diviserai. [27] L’une mainere est toutes noire come corbiaus et sunt mout grant. [28] Le autre mainere sunt toute blance; les eles ont mout belles, car por toutes les pennes ont plein des iaux reont con celz dou paon, mes sunt de color d’or mout resprendisant; le chief o<n>t vermoil et noir, et blançe au cou, et sunt greingnor que nulle de l’autres assez. [29] La tierçe mainere sunt de la fasionç des nostre. [30] Et la quarte mainere sunt peitete; el ont <a> les oreilles pennes lonc, vermoilles et noir mout belles. [31] La quinte maineres sunt toutes grige; les chief ont vermoiles et noires mout bien faites, et sunt grandismes.

[32] Et aprés cestes cité a une valee en la quel le Grant Kaan a fait fare plosor maisonnetes es queles il fait tenoir grandismes quantités de cators, qe nos apellon les grant perdris. [33] Il fait demorer a la garde de cesti osiaus plusors homes, et hi ni a si grant habundance que ceste est mervoie a veoir. [34] Et quant le Grant Kaan est et vient en cele contree, il a de cesti osiaus en grant habundance, tant quant il en vuelt.

[35] Et de ce nos partiron et aleron trois jornee entre tramontaine et grech.


LXXIV

[1] Ci devise de la cité de Ciandu et d’un mervellieus palais dou Grant Kaan.
 

[2] Et quant l’en est parti de la cité que je vos ai només desovre et l’en ala trois jornee, adonc treuve l’en une cité qui est appellé Ciandu, que le Grant Chan, que est et rengne et que a nom Cublai Kaan, la fist faire. [3] Et en ceste cité hi fist{i} faire Cublai Kan un grandismes palais de marbre et de pieres. [4] Les sales et canbres sunt toutes dorés. [5] Il est mout merveilosemant biaut et bien ovrés. [6] Et de ceste palais se mire un mur que environe bien .xvi. miles de tere, es queles a fontaines et flu<n>s et plateries asseç. [7] Et le Grant Can hi tent de toutes faites bestes, ce sunt cerf et dain et cavriul, por doner a mangier as gerfauc et as faucun que il tent en mue en cel leu, que sunt <plus> de .cc. gierfaus . . . † . . ., et il meisme les vait veoir en la mue ongne semaine une foies. [8] Et plusors foies le Grant Chan vait por cest praerie qui est enveronee de mur et moine ho soi un leopars sor la crope de son cheval, et, quant il velt, il le laise alere et prant un cerf ou dain ou cravriol et les fait doner as gerfaus qu’il tient en mue; et cel fait il por son delit et por solax.

[9] Et encore sagiés que en mileu de celle praerie environé de mur a fait le Grant Chan un gran palais qui est tout de channes, mes est endorés tout dedens a or verais, as bestes et a osiaus mout sotilmant evrés. [10] La covreure est ausi toute de cannes envernigés si bien et si fort que nules eive ne i poit nuire. [11] Et voç dirai come il est fait de channes. [12] Sachiés de voir que celle channes sunt groses plus de trois paumes et sunt lonc de .x. pas jusqe a .xv. [13] L’en le trence parmi de un nod a l’autre et adonc est fait un coup. [14] Et de cestes channes, que sunt groses et si grant, {que}l’en puet covrir maison et fer toute de chief! [15] Et cest palais que je vos ai dit desovre estoit tute de cannes. [16] Et si l’avoit fet si odree le Grant Kaa qu’il le fasoit lever quant unques il voloit, car il le sostenoit plus de .cc. cordes de soie. [17] Et voç di que le Grant Kaan demoret iluec trois mois de l’an, jung et jungnee et aost: et por ce il demore il de cest tens qu’il ne a chaut e por le grant delit. [18] Et cesti trois mois que vos avés <oï> tient le Grant Kaan le palais de channes fait, et tous les autres mois de l’an le tient il desfait; et le a si ordree que il le puet fer et desfer a sa volunté. [19] Et quant il vient a les .xxviii. jors d’aost, le Grant Kaan se part de cest cité et de cest palais, chas<c>un an en cestui jor, et voç dirai por coi: il est voir que il a un <a>raz de chevaus blance et de jumentes blances come noif, sanç nulz autres coleur, et sunt grandissmes quantité, ce est qu’il hi a plus de .xm. jomentes et le la<i>t de ceste jumente blance n’en oç boire nulz se ne celz que sunt dou lengnages de l’enperio, ce est de legnages de Grant Kaan. [20] Bien est il voir que un autre jenerasion de jens en puet bien boir, ce su<n>t appellés Horiat, et cest honor done elez Cinchins Can por une vitorie qu’il firent con lui jadis. [21] Et si voç di que quant ceste bestes vont pasant, l’en fait elz si grant reverence que, se un grant seingnor hi passast, ne paseroit por mi ceste beste, mes atendroit tant qu’eles fuissent passé ou il aleroit tant avant qu’il l’aroit passee. [22] Et les astronique et les ydres ont dit au Grant Chan que de ceste lait doie espandre chascun an a{s} les .xxviii. jors d’aost por l’air et por les terres, por coi les esprit en aient a boir: e les ydres espirt, por ce, que il li sa<u>vent toutes sez couses, homes et femes, bestes, osiaus, bles, et toutes autres chouses. [23] Et d’iluec se part le Gran Can e vait a un autre leu. [24] Mes voç dirai avant une mervoille que je avoie demantiqué.

[25] Or sachiés que quant le Grant Kaan demoroit en son palais, et il fust <p>luie ou niusles ou mau tens, il avoit sajes astronique et sajes enchanteor qui por lor senz et por lor enchantacion fasoient tous les nues et tous les maus tens hoster desus son palais, si qe desus le palais n’i a maus tens et de toutes autres pars vait le maus tens. [26] Cesti sajes homes que ce funt sunt apellés Tebet et Quesmur: il sunt deus generasions de jens que sunt ydres; il sevent d’ars diabolique e des encantemans plus qe toç homes, et ce qu’il font, il le font por ars de diable, et font croire a les autres jens qu’il les font por grant santité et por evre de dieu. [27] Et ceste jens meesme que je voç ai dit ont une tel uçance com je vos dira<i>, car je voç di que quant un home est jugiés a mor<t>, et soit mors por la seingnorie, il le prennent et le font cuire et le menjuent, mes, ce il morust de sa mort, il ne le mengient mie.

[28] Et sajés tout voirmant que cesti Bacsi que je voç die de sovre, que sevent tant des enchantemant, font si grant mervoille con je voç dirai. [29] Je voç di que quant le Grant Kaan siet en sa mestre sale a sa table, qui est aut plus des .viii. coues, et les coupes sunt emi le paviment de la sale, longe de la table bien .x. pas et sunt plene de vin et de lait ou d’autres buen bevrajes, et ceste sajes encanteors que je voç ai dit de sovre, qe Bacsi sunt només, il font tant por lor encantemant et por lor ars que celes coupes pleinnes por lor meesme se levent dou paviment ou elle estoient et s’en vont devant le Grant Kan sanç qe nulz ne les toucent, et ce font voiant .xm. homes. [30] Et ce est voir et vertables sanz nulle mensongne; et bien voç diron: les sajes homes de nigromansie dient que se puet bien faire.

[31] Encore voç di que cesti Bacsi, quant il vienent les festes de lor ydres, il s’en vont au Grant Kan et li dient: «Sire, la tel feste vient de tel nostre ydre», et nome le nom de cel ydre qu’il vuelt. [32] Et puis li dient: «Voç savés, biaus sire, qe ceste ydre suelt faire maus tens et domajes de nostre chouses et des bestes et de bles se elle ne ont ofert et holocast. [33] Et por ce vos preon, biaus sire, que vos nos faisoi{n}ç doner tant moutonz qe aient le chief noir et tant de encens et tant leingne aloe, et tant de tel cousse et tant de tel, por ce que nos peussion faire grant honor et grant sacrifice a nostre ydre, por ce qu’elles nos sa<u>vent et nos cors e nostre bestes et nostre bles». [34] Et ceste couses dient cesti Bacsi as barons que sunt entor le Grant Kaan et a celz qe ont bailie. [35] Et cesti li dient au Grant Chan, et adonc ont tout ce que il demandent por honorifier la feste de lor ydres. [36] Et quant cesti Bacsi ont eu totes celes chouses qui ont demandé, il en font a lor ydres grant honor et grant chant et grant feste, car il les encensent de buen odor de toutes celles bones chouses espicés, et font cuire la cars et la metent devant les ydres et espandent del brod sa et la, et dient qe les ydres en prenent tant q’eles vuelt. [37] En tel mainer font honor a lor ydres les jor de lor feste; char sachiés tout voiremant qe chascun ydres ont feste en lor nomes come ont les nos <saint>, car il ont grandisme mostier et abaïe. [38] Qe je voç di qe il hi a si grant mostier come une pitete cité, es qelz a plus de .iim. nonain, selonc lor costumes, qe vest{r}ent plus honestemant que ne font les autres homes. [39] Il portent le chief ras e la barbe rase. [40] Il font les greingnors festes a lor ydres con greingnors cant et con greingnors luminarie qe jamés fose veue. [41] Et encore voç di qe cesti Bacsi en i ont entr’aus de tiaus que selonc lor ordre puent prandre mollier, et il ensi font, car il en prennent et ont filz aséç.

[42] Et encore voç di qu’il est un autre mainere de religions, qe sunt appellés sensi<n>, qui sunt homes de grant astinence, selonc lor costumes, et moinent si apres vie com je voç conterai. [43] Sachiés touti voiremant que il ne menuent en toute lor vie for qe semule et canigle, c’est l’escorses qe remanent de la farine dou froment, car il prenent celle semule, ce est canigle, et la metent en eive chaude et la hi lassent demorer auquant, puis le menuent. [44] Il degiunent maintes foies l’an et ne mengient rien dou monde for qe cel canigle qe voç ai contés. [45] Il ont grant ydres et asez, et tel foies aorent le feu. [46] Et voç di que les autres regulés dient que cesti que vivent en si grant astinence sunt come paterin, por ce qe il ne aorent en tel mainere les ydres con il font; mes a grant deference entr’aus, ce est entre le une regule et le autre. [47] Cesti ne preneroient mollier por ren dou monde. [48] El portent le chief et le barbe raise; il portent vestimens noir et bloies de canave, et, se il fuissent de soie, il le porterént de tel coleur co<m> je voç ai dit. [49] Il dorment sor les estuies, ce sunt biodes. Il font la plus aspre vie qe homes dou monde. [50] Lor moistier et lor ydres sunt toutes femes, ce est a dire qu’il ont toutes nons de{s} femes.

[51] Or voç laison de ce et vos conteron des grandismes fais et des merveies dou grandisme seingnor des seingnors des tous les Tartars, ce est le tres noble Grant Chan que Cublai est apellés.


LXXV

[1] Ci devise tous les fais dou Grant Kaan qe orendroit rengne, que Cublai Kaan est apelés, et divise comant il tient cort et comant il mantent seç jens en grant justice; et encore dit de son conqist.
 

[2] Or vos vueil comencier a cont{i}er en nostre livre tous les grandismes fait e toutes les grandismes mervoies dou Grant Kaan que aorendroit regne, qe Cublai Kaan est apelés, qe vaut a dire en nostre lengaje le grant seingnors des seingnors. [3] Et certes il ha bien ceste nom a droit, por ce que cascun sache voiremant qe ceste Grant Kan est le plus poisant homes des jens et des teres et des treçor que unques fust au monde ne qe orendroit soit, da Adam notre primer pere jusque a cestui point. Et ce voç mostrerai je tout apertamant en nostre livre que ce est veritables chouse, si qe chaschaun sera content que il est le greingnor sire que unques fust au monde ne qe orendroit soie. [4] E vos most<re>rai raison comant.


LXXVI

[1] Ci devise de la grant bataille ke fu entre le Grant Kaan et le roi Nayan son uncle.
 

[2] Or sachiés tout{i} voirmant qu’il est de la dreite ligne enperiaus de Cinchins Kan que droitemant de cel lengnajes doit estre le sire de tous le Tartars. [3] Et cestui Cublai Kan est le seisme Grant Kan, ce vaut a dire qu’il est sesme grant seingnor des tous les Tartars. [4] Et sachiés qu’il ot la segnorie as .m.cc.lvi. anz que avoit qe Crist avoit nasqu, et en celui an comancé a reingner. [5] Et sachiés qu’il ot la segnorie por son valor et por sa proece et por son grant senz, car sez parenz et seç freres la le defendoient. [6] Mes il, por grant proesse, l’ot, et sachiés qe droitemant venoit a lui por raisonz la seingnorie. [7] Il a, qu’il comance a regner, .xlii. anç jusque a cestui point qe core .m.cc.lxxxxviii. [8] Il puet bien avoir d’aajes quatrevins et cinq anz. [9] Et avant q’el fust seingnor, il aloit en ost tout la plosors foies; il estoit prodomes des armes et buen chaveitains. [10] Mes, puis qu’il fu seingnor, ne ala en ost for che une foies, et ce fu a les .m.cc.lxxxvi. anz, et voç dirai por coi.

[11] Il fui voir que un que avoit a non Naian, qe uncle estoit de Cublai Kaan, remest jeune enfanz seingnor et sire de mantes terres et provences, si qu’il pooit bien faire .ccccm. homes a chevaus. [12] Seç ancestre ansienemant sunt esté sot le Grant Chan, mes, ensi con je voç ai contés, cestui estoit jeune enfans de trointe anz: il se vit si Grant Sire qu’il pooit bien metre au camp .ccccm. a cheva<u>z. [13] Il dit que ne voloit estre pl{i}us sout le Grant Kan, mes dit qu’il li toudra la seingnorie selun qu’el poit. [14] Adonc cestui Naian mande seç mesajes a Caidu, qui estoit un gran sire et poissant et estoit neveu au Grant Chan, mess il estoit revelés et li voloit grant maus. [15] Il li mande qu’il aille sor le Grant Kan de l’une part, et il vendra da l’autre por lui tollir la terre et la seingnorie. [16] Et cestui Caidu dit qu’il li plet bien et dit qu’il sera bien aparoillés con sa jens a cel terme qu’il avoient ordree et alera sor le Grant Kaan. [17] Et sachiés qe cestui avoit bien de pooir de faire et de metre au canp .cm. homes a chevaus. [18] Et qe voç en diroie? Cesti deus baronz, ce sunt Naian et Caidu, s’aparoillent et fasoient grant amasemant des chevalers et des homes a piés por aler sor le{s} Grant Kaan.


LXXVII

[1] Comant le Grant Kaan ala encontre Nayan.
 

[2] Et quant le Gran Chan soit ceste chose, il ne fu esbaï mie, mes, ensi come sajes homes et de grant vailançe, il s’aparoille con sez jens et dit qu’il ne vuelt jamés porter corone ne tenir terre se il ne met a male mort cesti dous traitres et desloiaus. [3] Et sachiés qe le Gran Kaan fist{i} tout son aparoillamant en .xxii. jors si priveemant que null en savoit rien for celz de son consoil. [4] Il oit asenblé bien .ccclxm. homes a chevauz et bien .cm. a piés. [5] Et por ce fist si poi de jens: por ce qe cesti furent de sez ost qui estoient pres de lui. [6] Les autres seç hostes, qe doce estoient, qe mout estoient grandisme quantité, estoient tant loingne en ost por conquister teres en plusors parties, qu’il ne li poroit avoir eu a tens et a leu, car, ce il aüse fait tout son enfors, il firoit tant de chevalers a chevaus com il voudroit, si grant moutitude qe ce seroit enposible chose a croire et a oïr. [7] Et cesti .<c>ccl<x>m. homes a chevaus qu’il fist, furent sez fauchoner et autres homes qui estoient entor lui. [8] Et quant le Grant Kan ot aparoillés ceste pou jens que je voç ai contés desovre, il foit voir a sez astronique ce il vincra ses enemis et ce{l} il en vendra a buen chief. [9] Et cel li distrent qu’il fira de ses enemis a sa volunté. [10] Adonc le Grant Can, con toutes sez jens, se mist a la vie, et ala tant que en .xx. jors vindrent en une grant plaingne, la ou Naian estoit con toutes sez jens que bien estoient .ccccm. homes a chevalz. [11] Il hi vindrent un jor mout maitin, et ce fu en tel mainere qe sez ennimis ne seurent rien, por ce que le Grant Kaan avoit fait prandre si toutes les voies qe nulz pooit aler ne venir que ne fust pris. [12] Et ce fu l’ach<a>ison por coi sez ennimis ne soustrent lor venu. [13] Et voç di qe quant cesti hi jungent, Naian estoit en sa tende con sa feme en lit et se solaiçoit avec li, car il le voloit grant bien.


LXXVIII

[1] Ci comance de la bataille dou Grant Kaan et de Nayan son oncle.
 

[2] Et que voç en diroie? Quant l’aube dou jor de la bataille fu venu, adonc aparut le Grant Chan sor un tertres qui estoit en la plaingne: la, Naian estoit atendés, qe demoroient mout seuramant com celz que ne creoent por ren dou monde qe illuec venist nulles jens por lor fer domajes, et ce estoit l’achaison qe il demoroient a si grant seurté et ne fasoient garder lor canp ne ne avoient nulle eschargaite ne avant ne areres. [3] Le Grant Kaan estoit sor le tertres que voç ai contés sor une bertresche ordree sor quatre leofans; il avoit sor lui s’a<n>seingne si haut qe bien pooit estre veue de toutes pars. [4] Sez jens estoient tuit eschieré a .xxxm. a .xxxm., et environnent tout le canp en un moment. [5] Et avech chascun home a cheval avoit un home a pié derere a la crope dou cheval, con lance en main. [6] En tel mainere com vos avés hoï estoit le Grant Kaan con sez jens atiré, con sez esceles environ le canp de Naian por conbatre con elz.

[7] Et quant Naian et sez homes on veu le Grant Kaan con sez jens environ lor canp, il en furent tuit esbaï: il corent as armes, il s’aparoilent tostainemant et font lor eschiele bien et ordreement. [8] Endementier qe andeus partes estoient aparoillés qe ne avoient que dou ferir, adonc peust l’en veoir et oïr soner maint estroment et maintes channes, et chanter a aute vois, car sachiés qe les uçance des Tartars sunt tielz: car, quant il sunt atiré et aschieré por conbatre, il ne seroient en la bataile jusque a tant qe les nacar ne sonent, ce sunt celz de lor chevetain. [9] Et endementier qe les naccar ne sonent, adonc tous les plosors des Tartars sonent lor enstrumens et chantent. [10] Et ce estoit le porcoi le soner e le chanter hi estoit si grant, e d’une part et d’autre. [11] Et quant toutes les jens furent bien aparoilliés d’andeus pars, atant comancent a soner les grant nacar dou Grant Chan. [12] Et tantost que les nachar conmancent a soner, atant ne font deleament, mes laisse corre les une jens vers le autre, con ars et con espee et con macque et pou de lances, mes les homes a piés aveient bien abalestre et autre armaüres asseç. [13] Et qe voç en diroie? Il conmancent la meslee mout cruele et felonese: or poit l’en veoir voler sagites, car toit l’air n’estoit plein come ce il fuist pluie; or poit bien veoir chevalers et chevaus mort caoir a la tere; il hi estoit si grant la grïé et remoute que l’en ne oïst le dieu tonant. [14] Et sachiés que Naian estoit cristienz et a ceste bataille avoit il la crois de Crist sor la enseingne. [15] Et por coi voç firoie je lonch conte? Sachiés tout voirement qe cele fu la plus perilieuse bataile et la plus dotouse qe jamés fust veue, ne a nostre tens ne furent tantes jens en un canp a bataille et propemant homes a chevaus. [16] Il hi morurent tant homes et d’une part et d’autre qe ce estoit mervoille a veoir. [17] Elle dure, ceste meslee, dou mai{n}tin jusque a midi, mes audereain venqui la bataille le Grant Kaan. [18] Quant Naian et sez homes virent qu’il ne pooient plus sofrir, il se mistrent en fuie, mes ce ne vaut lor rien, car Naian fu pris et tous sez baronz et ses homes se rendirent con lor armes au Grant Chan.


LXXIX

[1] Comant le Grant Kaan fist oncire Na<i>an.
 

[2] Et quant le Grant Kan soit que Naian estoit pris, il comande qu’il soit mis a mort. [3] Et adonc fu mort en tel mainere com je voç dirai: car il fu envolupé en un tapis et illuec fu tant moinés sa et la si estroitemant qu’il se morut. [4] Et por ce le fist morir en tel mainere: que il ne vuelen que le sanc dou leingnajes de l’enperer soit espandu sor la tere, ne que le soleil ne l’air le voie.

[5] Et quant le Grant Kaan ot vencu ceste bataille en tel mainere com voç avés hoï, tous les homes et lez baronz . . . † . . . nomerai ceste .iii. provences. [6] La primer fu Ciorcia, l’autre Cauli, la terce Barscol, la quarte Sichintingiu.

[7] Et aprés que le Grant Kaan ot ce fait et vencu cest bataille, les generasionz des jens qui hi estoient, saracinç, ydres et juif et maintes autres jens que ne creoent en Dieu, fasoient gas de la cruis que Naian avoit aportés sor sun gonfanonç et disoient contre les cristienz que i estoient: [8] «Veés comant la crois dou vostre dieu a aidiés Naian qui estoit cristienç!» [9] Il en fasoient si grant gas et si grant escherne qu’ele vindrent devant le Grant Chan. Et quant le Grant Chan oï ce, il dist maus a celz que gas en fasoient devant elz. [10] Puis apelle mant cristienz qe illuec estoient et il comance a conforter et dit: [11] «Se la crois dou vostre dieu ne a aidiés Naian, elle a fait grant raisonz: por ce qe elle est bone ne devoit faire se bien non et droit; et Naian estoit desliaus et traitres que venoit contre son seingnors, et por ce est grant droit de ce qe li est avenu. Et la crois dou vostre dieu fist bien se elle ne l’<a> aidé contre droit. Por ce q’ele est bone couse ne devoit faire autre qe bien». [12] Les cristiens responderent au Grant Kan: «Grandisme sire, font il, vos dites bien verités, car la crois ne vost faire maus ne desliautés come fasoit Naian, qe estoit traites et desloiaus contre son seingnors, et il a bien eu ce de qe elle estoit doingne». [13] Tel paroles furent entre le Grant Chan e les cristiens de la crois qe Naian avoie aportés sor s’ainsegne.


LXXX

[1] Comant le Grant Kan se torne a la cité de Canbalu.
 

[2] Et quant le Grant Kan ot vencu Naian en tel mainere com vos avés oï, adonc se torne a la mestre cité de Canbaluc et iluec demore a grant seulas et a grant feste. E le autre baronz qe rois estoit, que Caidu avoit a nom, quant il oï qe Naian avoit esté desconfit et mort, il n’ot grant ire, e ne fist ost mes, avent grant doute et grant paor d’estre asi menés come avoit esté Naian.

[3] Or avés entendu comant le Grant Kan ne ala qe ceste foies en oste, car en toute sez autres beçongnes et hostes mandoit seç filz et sez baronç, mes en ceste ne vost il que nulz hi alast for qe il seulemant, por ce qe trop li senbloit grant fait et mauvés la sorcuidance de celui. Or noç lairon de ceste matiere e retorneron a conter des grandismes fait del Grant Kaan.

[4] Nos avon conté de quel legnages il fu et son ajes. Or vos diron cel qu’il fist as baronz qe se portent bien en la bataille, et cel qu’il fist a celz qui furent vilz et coard. Je voç di qe a celz qe bien se provent, celui qui estoit seingnor de .c. homes le fait seingnor de .m. e li fait grant donemant de vaicelement d’argent et de table de comandemant de seingneurie: car, celui qe a seingnorie de .c. <a> table d’arjent, celui qe a seingnorie de .m., table d’or, ovoir d’arjent endoré; celui qe a seingnorie de .xm. a table d’or a teste de lion. [5] E vos dirai le poise de ceste table: celz que ont seingnorie de .c. et de .m. poisent saje .cxx., et celle a teste de lion poisse saje .ccxx. [6] Et en toutes cestes tables est escrit un comandemant, et dient: «Por la force dou grant dieu et dou la grant grace que a doné a nostre enperer, le nom dou Chan soit beneoit. Et tuit celz qe ne lo hobïeront soient mort et destruit». [7] Et encore voç di qe tuit celç qe ont cestes tables on encore brevilejes con escriture de tout ce qe il doient faire en lor seingnorie.

[8] Or voç avonz contés cesti fait; or nos conteron encore de ce mesme. Car je voç di qe celui qe a grant seingnorie de .cm., ou qu’il soit seingnor d’une grant host jeneraus, cesti ont une table d’or que poise saje .iiic. et hi a escrit letres que dient ensi com je vos ai dit desovre; et desout a la table est portrait le lion, et desovre hi est himaginés le soleil e la lune. [9] Et encore ont brevelejes de grant comandemans et de grant fait. Et cesti qe ont ceste noble table si ont por comandemant qe toutes foies qu’il chevauce doie porter sor son chief un paile en seingnificance de grande seingnorie. Et toutes les foies qe il siet, deit seoir en charere d’arjent. Et encore a cesti tielz done le Grant Sire une table de gerfaus, et ceste table done il a les tres grant baronz por <c>oi qe il aient pleine bailie come il meisme, car, quant il vuelt mander et messajes et autres homes, si puet prandre les chevaus d’un rois, se il vuelt. [10] Et por ce voç ai dit des chevaus des rois: por coi voç sachiés qu’il puet prandre de tous autres homes.

[11] Or nos laiseron de ceste matiere et voç conteron des fassionz dou Grant Kan et de sa contenanse.


LXXXI

[1] Ci devise le fassion dou Grant Kaan.
 

[2] Le grant seingnors des seingnors que Cublai Kan est apellés est de tel fasionz: il est de belle grandesse, ne petit ne grant, mes est de meçaine grandesse; il est carnu de bielle mainere; il est trop bien taliés de toutes menbres; il a son vis blance et vermoille come rose; les iaus noir et biaus; le nes bien fait et bien seant.

[3] Il a quatre femes, les quelz il tient toutes foies por sez moilier droite, et le grengnor filz que il aie de ceste quatre femes doit estre por raisonz seingnor de l’enpere quant il se morust le Grant Kaan. [4] Elle sunt apelé e<m>poraïces et chascune por son non. [5] Et chascune de ceste dame tient cort por soi: il n’i a nule que ne aie .iiic. damoiselles mout belles et avenant; elle ont maint vallez esculiés et maint autres homes et femes, si que bien a chascune de ceste dame en sa cort .xm. persones. [6] Et toutes foies qu’il vult jecir avec aucune de ces quatre femes, il la fait venir en sa chambre, et tel foies il vait a la canbre sa feme.

[7] Il ha encore maintes amie, et voç dirai en quel mainere. [8] Il est voir qu’il est une generasion de Tartarç, que sunt apellés Ungrac, que mout sont belles jens, et onnes anz sunt elleue .c. pucelles les plus belles qe soient en toutes celles jenerasion et sunt amenés au Grant Chan, et il le fait garder a les dames dou palais et le fait jezir con elles en un lit por savoir s’elle ha bone aleyne et por savoir s’ell’est pucelle et bien saine de toutes choses. [9] Sunt mises a servir le seingnor en tel maineres com je voç dirai. [10] Il est voir qe ogne trois et trois nuit .vi. de cestes dameiselles servent le seingnor et en chanbre et au lit et a tout ce qe beçogne. [11] Et le Grant Kaan en fait de celes ce k’el velt. [12] Et a chief de trois jors et de trois noit vienent les autres .vi. damoiselles, et ensi vait tout le anz: que ogne tros jors et trois nuit se müent de .vi. en .vi. dameselles.


LXXXII

[1] Ci devise des filz dou Grant Kan.
 

[2] Et encore sachiés qe le Gran Kaan a de seç quatre femes .xxii. filz masles. [3] Le greingnors avoit a non Cinchin, por le amor du buen Cinchin Kan; et cestui devoit estre Grant Kaan et seingnor de tout l’enpere. [4] Or avint qu’il se morut, mes il en remest un fil que a a non Temur; et cestui Temur doit estre grant kaan et seingnor, et ce est rason, por ce qu’il fu fil dou greingnor fil do Grant Kaan. [5] Et si voç di qe cest Temur est sajes et prodonmes, et maintes foies a ja mout bien prouvés en bataille.

[6] Et sachiés qe le Grant Kan a encore bien .xxv. autres filz de ses amies que sunt bones et vailanz d’armes et chascun est grant baron.

[7] Et encore voç di qe des filz qu’il a des seç quatre femes en sunt .vii. rois des grandismes provences et roiames, et tuit mantinent bien lor reingne, car il sunt sajes et prodonmes, et ce est bien raison, car je voç di qe lor pere le Grant Kan est le plus sajes homes et les plus proven de toutes chouses et le meior regeor des jens d’enpere et home de greingnor vailance qe unques fust en toutes les generasionz des Tartarç.

[8] Or vos ai deviséç dou Grant Chan et de seç filz, et adonc voç deviserai comant il tient cort et sa mainere.


LXXXIII

[1] Ci devise dou palais dou Grant Kan.
 

[2] Sachiés tout voiramant qe le Grant Chan demore en la maistre vile dou Catai, Cabaluc est appellés, trois mois de l’an, c’est dece< n>bre et jenner et fevrer. [3] En ceste ville a son grant palais, et voç diviserai sa faison. [4] El est tout avant un grant mur quarés qui est por chascun quaré un milier, ce est a dire qu’il est tout environ quatre miles. [5] Il est mout gros et d’autesse ont il bien .x. pas, et sunt toutes blances et merlés. [6] Et chascun cant de cest mur a un grant palais mout biaus et mout riches el quelz se tienent les hernois dou Grant Can: ce sunt arç et tarcasci et seles et fren de cavaus et cordes d’arç, et toutes chouses beçognables a oste. [7] Et encore un paleis senblable a çelç des cant, si qe sunt environ les murs .viii., et tuit . .viii. sunt plein des arnois dou Grant Sire. [8] Et saqiés qe en chascun ne a que d’une chouse: ce est qe en la une arç e ne autres; et le <autre> avoit seles et ne autres; et ensi vait qe en chaschun a toute une chouses. [9] Et cest mur a eu quaré dever midi .v. portes; eu mileu une grant porte que ne s’evre nulle fois for tant solemant quant le Grant <Kan> en hoisce et quant il hi entre. [10] Et jouste ceste grant porte en a deus petite, des caschune part une, et por celle entrent toutes les autres jens. [11] Et puis en a ver le chant un autre mout grant et dever l’autre chant un autre, por les queles entrent encore les autres jens. [12] Et dedens cest mur ha un autre mur que est auques plus lonc qe large. [13] Il a ausint .vii. palais sor cest mures tout en tel maineres con les autres, et encore hi se tinent dedens les hernois dou Grant Sire. [14] Il a ausi .v. portes eu quaré dever midi toutes senblables a les autres <dou> mur devant. [15] Et en chascun autres quarés a une sole porte, et ausint ont les autres murs que dit vos ai. [16] Et eu mileu de cestes mures est le palais dou Grant Sire, qui est fait en tel mainere com je voç dirai. [17] Il est le greingnor que jamés fust veu. [18] Il ne a pas soler, mes le paviment est plus aut que l’autre tere entor .x. paumes. [19] La couverture est mout autesme; les mur de les sales et de les canbres sunt toutes couvertes d’or et d’argent et hi a portraites dragons et bestes et osiaus et chevalers, et autres deverses jenerasion des bestes. [20] Et la couverture est ausi fa<i>te si que ne i se pert autre que hor et pointures. [21] La sale est si grant et si larges qe bien hi menjuerént plus de .vim. homes. Il ha tantes chanbres que ce est mervoilles a voir. [22] Il est si grant et si bien fait que ne a home au monde que le pooir en aüst qu’il le seust miaus ordrer ne faire. [23] Et la covreture desovre sunt toute vermoile et vers et bloies et jaunes et de tous colors; et sunt envernicé si bien et si soitilmant qu’il sunt resprendisant come crist{i}aus, si que mou loingne environ le palais luissent. [24] Et sachiés qe cele covreure est si fort et si fermeement faite qe dure maint anz. [25] Et entre le un mur et les autres de celz qe je voç ai contés, a praeries et biaus arbres es quelz ha plosors maineres des deverses bestes: ce sunt cerf blances, les bestes que funt le mouscre, cavriol, daynes et vair, et de plosors maineres des belles bestes. [26] Et toutes les terres dedens les murs sunt plainnes des cestes beles bestes for qe les voies dont les homes vont solament. [27] Et de l’un chant dever maistre a un lac mout grant eu quel a de plosors maineres de poisonç, car le Grant Sire hi a fait metre de maintes maineres peison, et toute le foies qe le Grant Sire velt de celz pesonz en a a sa volunté. [28] Et si vos di que un grant flun hi met et hoisse, mes si est si ordrés qe nul peisson non poit hoissir. Et ce est fait con rees de fer et de raim. [29] Et encore voç di que dever traimontane, loinge dou palais entor d’u<n>e balestree, a fait fair un tertre, ce est un mont, qe bien est haut .c. pas et environ est plus d’un mil, les quel mout est tout plein et covert d’arbres que de nul tens perdent foiles, mes toutes foies sunt vers. [30] Et voç di que le Grant Sire, que laünques l’en li content que fust un biaus arbres, il le fasoit prendre con toutes le raïces et co’ moute terre et le fasoit porter a cel mont con les leofant. [31] Et fust l’albre grant quant il vousist{i}, qu’il ne feist ce faire. Et en ceste mainere hi avoit les plus biaus arbres dou monde. [32] Et voç di que le Grant Sire hi fait covrir tout cel mont de roçe de l’açur, que est mout vers, si que les arbores sunt vers et le mont tout vers, e n’i apert fors que couse vers: et por ce est apellés le mont vers. [33] Et desus le mont, eu mileu dou coume, a un palais biaus et grant et tout vers. [34] Et voç di qe ceste mont et les arbres et les palais sunt si biaus a regarder que tout celz que le voient en ont leesse et joie; et por ce le a fait faire le Grant Sire: por avoir celle belle viste et por ce que li re<n>de confort et solas.


LXXXIV

[1] Ci devise dou palais dou filç dou Kan qe doit reigner aprés lui.
 

[2] Et encore voç di que dejouste ceste palais en a fait faire le Grant Sire un autre palais senblable au sien, que ne i faille rien. Et ce est fait por ce qe le aie son filz quant el{le} regnara et sera seingnor; et por ce est fait tout en tel mainiere et ausi grant et con tantes murs cum est cel dou Grant Kaan qe je voç ai contés desovre. [3] Le fil Cinchin, qe je vos nomai desovre, qe doit estre seingnor, et toutes celes maineres et celz costumes et celz fait que fait le Grant Kan maintenoit et fasoit, por ce q’el est esleu a sire tantost que le Grant Kan sera mort. Il ha bien bolle et seel d’e<n>pir, mes non pas conpliemant come a le Gran Sire tant quant il vit.

[4] Or voç ai contés et deviséç des palais. Or voç conterai de la grant vile dou Catai, la ou ceste palais sunt; por coi fui faite et comant.

[5] Il est voir que iluec avoit une ansiene cité grant et noble qe avoit a non Ganbalu, que {a}vaut a dir en nostre lengaje la cité dou seingnor; et le Grant Kaan treuvoit por seç astronique que ceste cité se devoit revelere et faire gran contraire contre l’enpi{e}r. [6] Et por ceste chaison le Grant Kaan fist faire ceste cité dejoste celle, qe ne i a qe un flum e’mi. Et fist traire les jens de celle cité et metre en la ville q’il avoit estoré, qui est apellé Taidu. [7] Elle est si grant com je voç conterai. Elle est environ .xxiiii. miles et est quarés, qe ne a plus de l’un quaré que de l’autre, <et> est murés des murs de teres que sunt grosses desout .x. pas et haut .xx., mes voç di qu’elle ne sunt pas si grosse desovre come desout, por ce qe toutes foies dou fundemant en sus venoient mermant, si que desovre sunt grosses entor trois pas. Elles sunt toutes merlés et blances. [8] Elle a .xxii. portes et sor chascune porte a un grandisme palais et biaus, si que en chascu<n> quarés des murs a trois portes et .v. palais, por qu’il hi a por chascun cant encore un palais. [9] Et cesti palais ont mout grant sale, la o les armes de celz que gardent la cité demorent. [10] Et si voç di que les rues de la ville sunt si droit et si large que l’en voit de l’une part a l’autra, et sunt ordree si que chascune porte se voit com les autres. [11] Hi a maint biaus palais et mant biaus herberges et maintes belles maisonç. [12] Elle <a> en mileu de la cité un grandisme palais eu quel a une grant cloque, ce est canpane, qe sone la noit qe nulz ne aille por la ville depuis qu’ele aura soné trois fois, char, puis que celle canpane a soné tantes foies com il ont ordree, ne oçe aler nulz por la cité for qe por beiçogne de feme qu’enfantent et por beinçogne des homes malaides; et celz que por ce vont convient qe il portent lumere. [13] Et voç di qu’il est ordree qe chascune porte soit gardee por miles homes. Et ne entendés que il gardent por dutance qu’il aient de jens, mes le font por ennorance dou Grant Sire qe laiens demore, et encore qe il ne velent que les lairons feissent domajes en la ville.

[14] Or voç ai contés de la vile. Desormés vos conteron comant il tent cort et de seç autres fait, ce est dou Grant Sire.


LXXXV

[1] Comant le Grant Kaan se fait garder a .xiim. homes a chevalç.
 

[2] Or sachiés qe le Grant Kaan, por sa grandesse, se fait garder a .xiim. homes a chevalz: et s’apelent quesitam, que vaut a dire en fransois chevalers et feelz dou seingnor. E ne le fait pas por doutance qu’il aie de nul homes. [3] Cesti .xiim. homes ont quatre cheveitan, car chascu<n> est cheveitan de .iiim. et cesti .iiim. demorent eu palais dou Grant Sire por trois jors et por trois noit, et menuient et boivent laiens. [4] Et ensi qe quant il ont gardee cesti .iiim. trois jors et trois nuit, adonc s’en vont, et puis vienent les autres .iiim. et gardent autres trois jors et trois nuit, et ensi font jusque a tant qu’il ont tuit gardés, et puis conmancent de rinchief, et ensi vait tout l’an.

[5] Et quant le Grant Kaan tent sa table, por aucune cort qe il face, <il fait> en tel mainere: car la table au Grant Sire est mout aute plus qe les autres, il siet en tramontaine, si que que son vix garde ver midi, et sa primer feme siet dejoste lui de le senestre partie; et de la destre part, auque plus bas, sieent lez filz au seingnorç e sseç neveu et seç parenç qe sunt de l’enperiel lingnages, si que je voç di qe lor chief vienent as piés dou Grant Sire; et puis les autres baron sieent <a> autres tables encore plus bas. [6] Et ausint vait des femes, car toutes les femes as filz dou Grant Sire et de sez neveu et de ses parens seent de le senestre partie, ausi plus bas, et aprés seent toutes les femes des baronç et des chevalers, et seent ausi plus bas. [7] Et chascun sevent sun leu o il doit soir por le ordremant dou seingnor. [8] Et sunt les tables por tel mainer qe le Grant Sire puet veoir tuit, et ce sunt grandismes quantité. [9] Et deors de cest sale, e’ menuient plus de .xlm., car il hi vienent maintes homes co’ mant grant present, et ce sunt homes que vienent d’estranges pars con estranges choses, et de tiel hi a que ont eu seingnorie et encore en vuelent. [10] Et cesti tielz homes vienent en cesti tielz jors quant le Grant Kaan tient cort et fait noses. [11] Et eu mileu de ceste sale, ou le Grant Sire tient sa table, est une grant peitere d’or fin qe bien tient de vin come grant botet; et environ ceste peitere, ce est en chascun chant, e<n> a une plus peitete; et de cele grant vient le vin au bevrajes que sunt en celle mandre. [12] Se trait le vin, ou le chier bevrajes que hi soit, et s’en enplent grant vernique d’or qe bien sunt tiel qe tienent tant vin que .viii. homes ou .x. en av<r>oient assez, et se metent, entres deus homes que sieent a table, un; et chascun de cesti deus homes hont une coppe d’or a maneque, et con celle cope prennent dou vin de cel grant vernique d’or. [13] Et ausint en ont entre deus dame: un de celz grant et deus coupes, comant ont les homes. [14] Et sachiés qe cesti verniques et cestes chouses sunt de grant vailance, et voç di que le Grant Sire ha si grant vaiçellemant d’or et d’arjent que ne est homes que ne les veist qe les peust croire. [15] Et sachiés qe celz qe font la creense au Grant Kan des viandes et des bev<r>ajes sunt plosors baronz, et voç di qu’il ont fascee lor bouche et lor nes con belles toailles de soie et d’or, por ce que lor alaine ne lor fraor ne venissent en les viandes et les bevrajes dou Grant Sire. [16] Et quant le Grant Sire doit boir, tous les estormens, que hi ni ha grandismes quantité de toutes faites, conmencent a soner; et quant le Grant Sire a sa coupe en main, tous les baronz et toutes les gens qe hi sont s’enjenoillent et font seingne de grant humilité: et adonc boit le Grant Sire; et toutes foies quant hil boit se fait ensi con voç avés hoï. [17] Des viandes ne voç di mie por ce qe cascun doit croire qu’il hi ni a en grant habundance. [18] Et si voç di qu’il ne i menuie nulz baronç ne nulz chevalers que ne moine sa feme et qe ne i menjue cun les autres dames.

[19] Et quant il hont mengiés et les tables sunt hostés, adonc hi vienent en celle salle davant le Grant Sire et devant toutes les autres jens grandismes moutitude des giuculer et de tregiteor, et maintes de plusors maineres des grant espirimens, et tuit font grant seulas et grant feste devant le Grant Sire et mout en font les gens joie et molt en rient et se solacent. [20] Et quant tout ce est fait, adonc se partent les gens et chascun se torne a son ostel et a sa maison.


LXXXVI

[1] Ci devise de la gran fest ke fait le Grant Kan de sa nativité.
 

[2] Et sachiés qe tuit les Tartarç font feste de lor nativité; et le Grant <Kan> fu nes a les .xxviii. jors de la lune dou mois de setenbre, et en celui jor fait le greingnor feste . . . † . . . qu’il font le chief de l’an, si co<m> je voç le conterai aprés ceste.

[3] Or sachiés que le jor de sa na<ti>vité le Grant Kaan se vest de noble dras a or batu. [4] Et bien .xiim. baronç et chevalers se vestent cum lui, dou color et d’une mainere semblable a cel dou Grant Sire; non pas qe il soient si chier, mes il sunt dou color, et dras de soie et dorés, et tuit ont grant çinture d’or: et {en} cestes vestime<n>s done elz le Grant Sire; et si voç di que il hi a de telz de cesti vestiment que, {valent}. . .†. . . les pieres presioses et les perles que sovre hi estoient, vailent plus de .xm. biçanç d’or; et de cesti tielz en hi a plusors. [5] Et sachiés qe le Grant Kan .xiii. foies le an done riches vestimens a celz .xiim. baronç et chevalers, et li vest tuit de une senblable vesteure com lui et de grant vailance. [6] Et ce poés veoir qe ce est grandisme chouse que ne est nulz autre seingnor au monde que ce peust faire ne mantenoir for che il seulemant.


LXXXVII

[1] Encore de la feste que le Kan fait de sa nativité meisme.
 

[2] Et sachiés que cest jor de sa nativité, tous les Tartarç dou monde, de toutes les provences et region, qe de lui tenent tere et seingneuries, li funt grant present, chascun com est convenable a celui que l’aporte et selonc qe est ordrés. [3] Et encore hi vienent maint autres homes con grant present, et ce sunt celz qe vuelent demander qe il lor donet aucune seingneurie. [4] Et le{s} Grant Sire a esleu .xii. baronz que donent le seingneurie a cesti tielz homes selonc qe a chascun s’afiert. [5] Et en cestui jor les ydres et toç les cristienç e toç les saraçin et toç les generasion des jens font grant orasion et grant progere a les ydres et a les lor dieu qu’il lor sauve lor seingnor et qui li donent longe vite et joie et santé. [6] En tel mainere com je voç ai contés dure celui jor la joie et la feste de sa nativité.

[7] Or voç laison de ceste, que bien la voç avon contés, et voç diron d’un autre grant feste qu’il fait en lor chief d’an, qui est appellé la blance feste.


LXXXVIII

[1] Ci divise de la grandisme feste ke fait le Grant Kan de lor chief de l’an.
 

[2] Il est voir qu’il font lor chief d’an le mois de fevrer; et le Grant Sire et tous celz que sunt sotopost a lui en font une tel feste com je voç conterai.

[3] Il est uçance que le Grant Kan con tout seç sojés se vestent de robbe blanche, et masles et femes, puis qu’il aient le pooir de fer lle. [4] Et ce font il por ce qe blance vesteure senble elz beneurose et bone, et por ce le vestent il le chief de lor an: por coi tout l’an prennent lor bien et aient joie. [5] Et en cestui jor, toutes les jens et toutes les provences et regionz, et reingnes qe de lui tenent teres et seingneuries, li aportent grandismes present d’or et d’argent et de perles et des pieres presieuses et de maint riches dras blances; et ce font il por ce qe tout le an ait lor seingnor treçors asseç et que ait joie et leese. [6] Et encore voç di qe les baronz et les chevalers et tous les pueples se presentent les uns a les autres couses blances, et s’acolent et se font joie et feste; et ce funt il por ce qe tout l’an prennent lor bien et que aient bone aventure. [7] Et encore sachiés tout voiremant qe en cestui jor <sont> presentés au Grant Kan {an}plus de .cm. {a}chevaus blances mout biaus et riches. [8] Et encore celui jor hi vienent les sien leofant, qe bien sunt .vm., tuit covers de biaus dras entailliés a testes et a osiaus; et chascun a sor son dos deus escring mout biaus et riches, et sunt plein de vacellament dou seingnor et des riches arnois por celle cort blance. [9] Et encore hi vienent grandissime quantité de gamiaus, ausi covert de dras, et sunt chargés des chouses beçugnables a scele feste, et tuit passent por devant le Grant Sire: et ce est la plus belle viste a veoir que fust jamés veue. [10] Et encore voç di qe le mai{n}tin de celle feste, avant qe les tables soient mises, tous les dux et marchois et cuenz, baronç, chevalers, astronique, mires, fauchoner, et maintes autres oficiaus et regior de jens et de terres et des host vienent en la grant sale devant le seingnor; et celz que ne hi chevent demorent dehors le palais en tel leu que le Grant Sires les puet bien veoir. [11] Et voç di q’il sunt ordree en tel mainere: tout premierement sunt seç filz et seç neveu et celz de son legnages enperiaus, aprés sunt les rois, et aprés lex dux, et puis toutes les ordres le une aprés le autre, ensi com il estoit convenable. [12] Et quant il sunt tuit asetés, chascun en son leu, adonc se leve un grant prolés et dit a haute vos: «Enclinés et adorés!». Et tant tost qe celui a ensi dit, il s’enclinent maintinant et metent lor front en tere et font lor orassion ver le seingnor et l’aorent ausi com il fust dieu; et en tel mainere l’aorent por quatre foies. [13] Il vont a un autel que mout est bien aornés; et sus cel autel a une table vermoille en la quel est ecrit le non dou Grant Kaan; et encore hi a un biaus encensier, et encensent celle table et l’a<u>tel con grant reverence. [14] Puis <chascun> s’en torne a son leu. [15] Et quant il ont tuit ce fait, adonc se font les preçent qe je vos ai contés, qe sont de si grandissme vailance et si riches. [16] Et quant les present sunt tuit fait e le{s} Grant Sire a veue toutes cestes chouses, adonc se metent les tables. [17] Et quant les tables sunt mises, adonc s’asient les jens si ordreemant com je vos ai contés autres foies, car le Grant Sire siet a sa aute table et avec lui, da la senestre part, sa primier feme, et nul autre ne i siet pas; puis seent tous les autres en tel maineres et si ordreemant com je vos ai contés, et toutes les dames meisme sient da la partie de l’anperaïces, ensi com je vos ai contés. Il tient table tout en tel mainere com je voç ai devisé l’autre foies. [18] Et quant il ont mengiés, les joculer viene<n>t et seulaçent la cort ensi con vos hoïstes l’autre foie. [19] Aprés qu’il ont tout ce fait, chascun se torne a son ostiaus et a sa maison.

[20] Or voç ai divisé de la blance feste dou chief de l’an. Or voç conterai de une noblisime chouse que le Grant Sire a fait: que a ordree certes vestimens a certes baronç por venir a seç ordree festes.


LXXXIX

[1] Ci devise des .xiim. baronç que vient a les festes.
 

[2] Or sachiés tuit voiremant que le Gran Sire a ordree sien .xiim. baronz, que Quecitain sunt apellés, que vaut a dire les prosimen feoilz dou seingnor. [3] Il a doné a chascun .xiii. robes, chascune de color devisé l’une de l’autre, et sunt aornès des perles et de pieres et d’autres riches chouses mout noblemant, et sunt de mut grandisime vailance. [4] Il a encore doné a chascuns des cesti .xiim. baronç une ceinture d’or mout belle et de grant vailance; et enchore doné a chascun chausemant de camu laboré de fil d’arjent mout sotilmant qui sunt mout biaus et chieres. [5] Il ont tuit aornemant si noble et si biaus que bien senble, quant il les ont vestu, que chascun soit un rois. [6] Et a chascune feste de les .xiii. est ordree le quelz de cesti vestimenz se doit vestir. [7] Et aisi le Grant Sire en a .xiii. senblable a seç baronç, ce est de coleur, mes il sunt plus nobles et de greingnor vaillance et mielz aornés, et toutes foies se vest d’un senblable com sez baronç.

[8] Or voç ai devisè des .xiii. vestimens que ont les .xiim. baronç da lor seingnor, qe sunt entre tuit .clvim. vestiment, si chier et de grant vailançe com je voç ai contés, que vailent si grant moutitude de treçor qe a poine se poroie conter les nunbres, sanz le centures et les causement qe ausint vailent treçor asseç. [9] Et tout ce a fait le Grant Sire por ce qe sez festes soient plus honorables et plus grant. [10] Et encore voç dirai une chouse, qui semble mervoille, que auques fait a conter en nostre livre: char sachiés qe un grant lion est moiné devant le Gran Sire, et le lion, tantost{o} qu’il le voit, se jete a jecir devant lui et fait seing de grant humilité et senble qu’il le conoisse por seingnor; il demore devant lui sanç nulle chaene, et ce est bien une couse que fait a mervoille.

[11] Or voç laison de ceste couse et voç conteron de la grant chace qe fait faire le Grant Sire, ensi con voç oirés.


XC

[1] Comant le Grant Kaan a ordree qe seç jens li ap †.
 

[2] Or sachiés de voir qe endementiers qe le Grant Sire demore en la cité dou Catai ces trois mois, ce sunt decenbre et jener et fevrer, il ha establi qe .lx. jornee, environ la ou il est, toutes jens doient chacer et oiseler, et est establi et ordree ce: qe chascun seingnor de jens et de terres qe toutes grant bestes, come sunt sengler sauvajes et cerf et daines et cavriolz et horses et autres bestes, li doient aporter, ce est a dire la greignor partie de celles grant bestes. [3] Et en tel mainere chachoient toutes les jens qe je voç ai dit. [4] Et celles bestes qu’il vuelent mander au Grant Sire, il font traire toutes l’entrailles dedent le ventre, puis le mettent sus les charrettes et l’envoient au seingnors. Et ce font celz de .xxx. jornee, et ce sunt grandisme quantité. [5] Et celz que sunt loin .lx. jornee no li envoient la charç, por ce qe trop est longue voie, mes il li envoient toutes les cuires afaités et concés, por ce que le seingnor en fait faire toutes sez beiçognes de fait d’armes et des hostes.

[6] Or voç ai devisés dou fait de la cace, et adonc voç deviseron de feres bestes qe le Grant Sire tient.


XCI

[1] Ci devise des lionç et des liopars et de leus cervier qui sunt afaités a prendre bestes. Et encore dit de gerfaus et de fauconç et d’autres oisiaus.
 

[2] Enchore sachiés qe le Grant Sire a bien leopars aseç, qe tuit sunt bon da chacer et da prendre bestes. [3] Il ha encore bien grant quantité de leus cerver que tuit sunt afaités a bestes prandre et mout sunt bien a chacher. [4] Il ha plosors lyons grandisme, greingnors aseç qe celz de Babilonie: il sunt de mout biaus poil et de mout biaus coleor, car il sunt tout vergés por lonc noir et vermoil et blance; il sunt afaités a prandre sengler sauvajes et les buef sauvajes et orses et asnes sauvajes et cerf et cavriolz et autres bestes. [5] Et si voç di qu’il est mout bielle chouse a regarder les feres bestes qe les lions . . . † . . . qu’il les portent sus le charethe en une cuble et ho lui a un chien petit. [6] Il a encore grant moutitude <de> aiglies qe sunt afaités a prandre leus et voupes et dain et chavriou, et en prennent asseç. [7] Mes celles que sunt afaités a prendre leus, sunt mout grandiss<i>mes et de grant poisance, car sachiés qu’il ne est si grant leus qe escanpe devant celle aigle qu’il ne soit pris.

[8] Or voç ai devisé de ce que voç aveç oï. Or voç vueil deviser comant le Grant Sire fait tenir grandissime quantité des buen chienz.


XCII

[1] Ci dit des .ii. frers qe sunt sor les chienç de la chace.
 

[2] Il est voir que le Grant Sire a deus baronç que sunt freres charnaus, qe le u<n> a a non Baian et le autre Mingan. [3] Il sunt apellés cuiuci, qe vaut a dire celz qe tienent le chien mastin. [4] Chascun de cest freres a .xm . homes sout elz et tuit les .xm . sont vestu do un coleur et les autres .xm. sunt do un autre, ce est vermoil et bloie. [5] Et, toutes les foies qu’il vont con le Grant Sire en chace, il portent celles vestimens que je voç ai contés. [6] Et en ceste .xm. en a deus miles que chascun a un grant chien mastin ou deus ou plus, si que il sunt grandisme moutitudes. [7] Et quant le Grant Sire vait a chace, adonc le un de cesti deus freres, con seç .xm. et con bien .vm. chienz, li vait delé une part, et le autre frer, con les sien .xm. et con lor chienz, li vait de l’autre. [8] Il vont tuit jouste le un le autre, auque loingne, si qu’il tienent plus d’une jornee: il ne treuvent nulles bestes sauvajes que ne soit prese. [9] Il est trop bielle couse a voire la chace et la mainere de celle chienz et de celz chacheors, car je voç di que quant le Grant Sire chevache con seç baronz por mi le landes oiselant, adonc vees venir de cesti chienz chachant orses et cerf et autres bestes, et d’une part et d’autre, si qe mout est bi<e>lle viste a veoir.

[10] Et adonc voç ai contés de celles qe tienent les chienz de chace. Or voç diron conmant le Grant Sire vait les autres trois mois.


XCIII

[1] Ci devise comant le Grant Kan vait en chace por prandre bestes et oisiaus.
 

[2] Et quant le Grant Sire ha demoré trois mois en la cité que je voç ai nomé desovre, et ce fu decembre et jenner et fevrer, adonc se part de cest cité dou mois de mars et ala ver midi dusque a la mer Hosiane, qui hi a deus jornee. [3] Il moine avech lui bien .xm. fauchoner et porte bien .vc. gerfauç e fauchon pelerin et fauchon sagri en grant habundance; et encore portent en grant quantité des hostor por oiçeler en rivier. [4] Mes ne entendés qu’il le teingne tuit ho soi en un leu, mes il les part sa et la, a .c. et a .cc. et a plus. [4] Et cesti oselent et les greingnors parties des osiaus qu’il prennent aportent au Grant Sire. [5] Et voç di que quant le Grant Sire vait oiselant cum sez jerfaus et con autre osiaus il ha bien .xm. homes que sunt ordinés as .ii. as .ii. et s’apellent toscaor, qe vient a dire en nostre lengue home qe demorent a garde, et il si font, car a .ii. .ii. demorent sa et la si qe bien tienent de tere asez, et chascun a un reclan et un capiaus por ce qe il peussent clamer les osiaus et tenir. [6] Et quant le Grant Sire fait geter seç osiaus, il ne est mester qe celz qe les getent aillent elz derieres, por ce qe les homes que je voç ai dit desovre, qe sunt sa et la, le gardent si bien qu’il ne poit aler nulle part qe cesti homes ne ailent; et, se les osiaus ont mester de secors, il le secorent maintinant. [7] Et tous les osiaus dou Grant Sire, et encore celz des autres baronç, ont une petite table d’arjent as piés en la quel est ecrit les nom de cui il est et qui lle tient, e por ceste mainere est le osiaus coneu tant tost qu’il est pris, et est rendu a celui de cui il est. [8] Et se l’en ne set de cui il est, <est> aporté a un baron qe est apellés bularguei, qe vaut a dir le gardiens des couses qe ne treuvent seingnor, char je voç di qe se l’en trouve un chevaus o une espee ou un osiauus ou autre couse, et il ne treuve de cui il soit, . . . † . . . a ceste baronç, et cil la fait prendre et garder. Et celui qu’il la trove, se il ne la porte tant tost, il est tenu por lairon. [9] Et celz qe ont perdue les couses s’en vunt a ceste baronç et, ce lui le a, le la fait rendre tout mantinant. [10] Et cestui baron demoire toutes foies eu plus aut leus de tote l’ost con son confanon, por qe cele qe o<n>t perdues les chouses les voient erament. [11] Et en ceste mainere ne se poent perdre nulle chouse qe ne soient trouvee et rendues.

[12] Et quant le Grant Sire ala ceste voies qe je voç ai contés propes a la mer Osiane, en celes voies poet l’en veoir maintes belles vistes de prendre bestes et osiaus: el ne a seulas au monde qe ce vaile. [13] Et le Grant Sire vait toutes foies sor quatre leofant, la o il a une mout belle chanbre de fust, la quel est dedens toute couverte de dras a or batu, et dehors est de cuir de lion coverte. [14] Le Grant Sire il tient toutes foies .xii. gerfaus des meillorz q’il ait. [15] Et encore hi demorent plusors baronç por lui faire seulas et conpagnie. [16] Et si voç di que quant le Grant Sire alera en ceste canbre sus le leofant, et des autres baronz qe chavauchent environ lui li di<e>nt: «Sire, grues passent!» [17] Et le Grant Sire fait descovrir la chanbre desovre et adonc voit les grues; il fait prendre celz gerfaus qu’il vuel{en}t et le laisse aler, et celz gerfaus plusors foies prennent les grues. [18] Et ce voit toutes foies en son lit et ce li est bien grant soulas et grant delit. [19] Et toutes les autres baronz et chevalers chevauchent environ le seingnors. [20] Et sachiés qe unques ne fu, ne croi qe soit, nulz homes qe si grant seulas ne si grant delit poïst en cest monde con cestui fait, ne qe si en aüst le poïr de fer.

[21] Et quant il a tant alés qu’il est venu a un leu qe est apellés Cacciar Modun, adonc treuve illuec tandu sez pavilonz et de seç filz et de seç baronz et de sez amie, qe bien sunt plus de .xm. mult biaus et riches. [22] Et voç deviserai comant est fait son pavilon. Il est si grant qe hi demorent sout .m. chevalers; et cest tende a sa porte ver midi; et en cest sale demorent les baronz et autres jens. [23] Et une autre tende est, que se tient com ceste et enver ponent, et en ceste demore le seingnor. [24] Et quant el vuelt parler ad aucun, il le fait venir laiens. [25] Et derer a la grant sale est une grant canbre et belle ou dort le Grant Sire. [26] Et encore hi a autres canbres et autres tendes, mes ne se tient pas cun le grant tende. Car sachiés tout voiremant qe les deus sales qe je voç ai contés, et la cambre, sunt faites com je voç deviserai. [27] Chascune des sales ha trois collonnes de leing despeciés, mout bien evrés, puis sunt dehors toutes coverte de cuir de lionz mout biaus, car il sunt tuit vergiés de noir et de blanc et de vermoil. Il sunt si bien ordiné que vent ne pluie ne i poient nuire ne fer doumajes. [28] Et dedens sunt toutes d’armines et de jerbelin: ce sunt andeus les plus belles pennes et les plus riches et de greingnor vailance que pennes que soient, mes bien est il voir que la pelle de gebbeline, tant qe soit a une robe d’ome, vaut bien la fin .iim. beçant d’or, mes les comunel vaut .m. beçant; et l’apellent les Tartarz le{s} roi des pelames, et sunt de la grant d’une faÿne; et de cestes deus pelles sunt cestes deus grant sales dou Grant Sire ovrés et entaillés si sotilmant qe ce est une mervoille a voir. [29] Et la canbre, la ou le sire dort, qe se tient con les deus sales, est ausi dehors de coir de lyonz et dedens de pelles giebeline et armine, et est mout noblemant faite et ordené. [30] Et les cordes qe tienent les sales et la canbre sunt toutes de soie. [31] Et elles sunt de si grant vailance et tant costent, cestes trois tendes, qe un peitet rois ne le poroit pager.

[32] Et environ cestes tendes ha et sunt toutes les autres tendes, bien ordrés et bien asentés. Et les amies dou seingnor ont ausi riches pavilonz. [33] Et encore les gerfaus et les fauchon et les autres hosiaus et bestes ont toute en grandismes quantité. Et que voç en diroie? [34] Sachiés tuit voiremant qe il hi a si grant jens en cest canp qe ce estoit mervoie, car il senble bien qu’il soit en la meior cité qu’il aie, car de toutes pars hi sunt venus les jens, car ausi tient toute sa mesnee dehors ho lui, et mire et astronique et fauconierç et autres hofitiaus asseç sunt ausi avec lui. Il hi sunt toutes chouses ausi ordeneemant com il hi {hi} a emi sa mestre ville.

[35] Et sachiés qu’il demore en ceste leu jusque a primevoile, qe est en celui leu entor la pasque nostre de <re>suresion, et en tout cestui terme ne fine d’aler hoisellant a lac, a riviere; et prennoient grues et cesnes et autres osiaus asseç. [36] Et encore les seç jens que sunt expandut per plusors part environ lui, li apportent venesionz et osialasionz asseç. [37] Il hi demore cestui terme au greingnor seulas et au greignor delit dou monde, qe no est home au monde qe ne le veist qe le peust croire, por ce q’el est asez plus sa grandese et son afer et son delit qe je ne voç di.

[38] Et si vos di encore un a<u>tre chouse: qe nulz mercheans, ne nulz homes d’ars, ne nul villein ne osent tenir nul faucon ne osiaus da oslere ne chien da chacer, et ce avant .xx. jornee environ le leu ou le Grant Sire demore; mes en toutes autres provences et parties de sa tere puent bien chacer et fer a lor volunté des osiaus et de chiens. [39] Et encore sachiés voiremant qe por toutes les teres la o le Grant Sire a seingnorie nulz rois ne nulz baronz ne nul homes ne osent prendre ne cacer levre ne daine ne cavriolz ne cerf, ne de ceste tel mainere des bestes que moltiplient dou mois de mars jusqe ad otobre; et qi contre ce feist en seroit fait repentir durremant, por ce qe le seingnor le a ensi estabeli. [40] Et voç di qu’il est si hobeï son conmandamant qe les liure et les daine et les autres bestes qe je voç ai només vienent plusors foies jusque a le home, et ne le touce ne ne li fait nulz maus.

[41] En tel mainere com voç avés oï demore le Grant Sire en cestui leu jusque entor la Pasche de Resuresion. Et quant il hi est tant demorés com vos avés hoï, adonc se part de luec a toutes sez jens et s’en torne tout droitemant a la cité de Canbalu por celle voie meisme dont il estoiet venu, et toutes foies chaçant et hoicellant a grant seulas et a grant joie.


XCIV

[1] Comant le Grant Kaan tent grant cort et fait grant festes.
 

[2] Et quant il est venus a sa mestre vile de Cambalu, il demore en son maistre palais .iii. jors et ne plus. [3] Il tient grant cort et riche tables, il fait grant joie et grant feste avech seç femes, car je voç di qu’il est merveilose chouse a veoir la grant solenpnité qe le Grant Sire fait en cest .iii. jors. [4] Et si voç di que en ceste cité a si grant moutitude de maisonz et de jenz, entre dedenç la ville et dehors, que sachiés qu’il hi a tant burs come portes, ce sunt doçe, que sunt grandisme, que ne est homes que peust conter le no<n>bre car <a> assez plus jens en celle burs que en la ville. [5] Et en cesti burs demorent et herberjent les mercaant et tous autres homes qe hi vienent por lor beçogne, qe hi vienent en grandisme abundance, entre por le seignor et por ce qe la ville est en si boine marché qe les mercaans e les autres homes hi vienent por lor beçoingne. [6] Et si voç di qe es les burs a ausi belles maisonz et ausi biaus palais come en la ville, hors celz dou Grant Sire. [7] Et sachiés qe en la ville no sevoillent nulz homes que se more, mes, se el est ydres, si se porte au leu ou doit estre ars le cors, qui est dehors tous les burs; et ausi avint des autres mors qe se sevoillent encore dehors tous les bu{e}rç. [8] Et encore voç di un autre chouse: qe dedenz la ville ne ossent demorer nulle feme pecherise, ce sunt feme dou monde qe funt servis a les honmes por monoi<e>, mes voç di qu’eles demorent es burs, et sachiés q’il hi ni a si grant moutitude que nuls homes le poust croir, car je voç di q’ele sunt bien .xxm. que toutes servent les homes por monoi<e>; et si voç di qe toutes hi sunt beinçognes por la grandisme quantitès des mercaant et des forestier qe hi vienent et alent tout jors. [9] Adonc poés veoir se il ha grant habundance de jens en Canbalu, puis qe les femes mondanes hi sunt tantes com je hai contés.

[10] Et sachiés tuit voiremant qe en ceste ville de Canbalu vienent plus chieres chouses et de greingnor vailance qe en nule cité dou monde, et voç dirai quelz. [11] Tout avant voç <di> qe toutes les chieres chouses qe vienent de Y<n>die, ce sunt pieres presiouses et perles et toutes autres chieres chouses, sunt aportés a cestes villes. [12] Et encore, toutes les belles chouses et toutes les chieres qe sunt en le provence dou Catay et de toutes autres provences, hi sunt aportés ausint. [13] Et ce avint por le seingnor qui hi demore, et por les dames et por les baronz et por la grant habundance de la moutitude de les jens, de{s} les hostes et d’autres jens qe hi vienent por achaison de la cort qe le Grant Sire hi tien{en}t. [14] Et por ce qe je voç ai contés, a ceste ville vienent plus chieres chouses et de greingnor vailance, et les greignor quantités que en nulle ville dou munde; et plus merchandies hi se vendent et achatent, car sachiés de voir qe chascun jor hi entre en ceste ville plus de .m. charete chargiés de soie, car il se laborent maint dras d’ors et de soie. [15] Et encore ceste cité a environ soi plus de{s} .iic. . . .†. . . , et loingn et pres, les quelz. . .†. . .; vienent les jens de cestes villes a achater maintes chouses a ceste cité, et de luec hont les chouses qe a lor sunt bei{n}çognables. [16] Et por ce ne est grant chouse se en ceste cité de Canbalu vienent tantes chouses com je vos ai dit.

[17] Et depuis que je voç ai dit ce, mostré bien et apertamant, or voç devisera<i> dou fait de la secqe et de la monoi<e> qe se fait en ceste cité de Canbalu, et voç mostreron cleremant comant le Grant Sire puet aseç plus faire et plus despendre que je ne voç ai dit ne ne voç dirai en ce livre. <Et voç mostreron> raison comant.


XCV

[1] Coment le Grant Kaan fait despendre chartre por monoie.
 

[2] Il est voir que en ceste ville de Canbalu est la secque dou Grant Sire et est establi en tel mainere qe l’en poet bien dir que le Grant <Sire> ait l’arquimie parfetement, et le voç mostrerai orendroit.

[3] Or sachiés qu’il fait faire une tel monoie cum je voç <dirai>. Il fait prendre escorses d’arbres, ce est des morieres que les vermes que font la soie menuient lor frondes, et les bouces soutil qui est entre l’escorses et les fust de l’albre; et de celes sotil buces fait fer chartre come celle de papir, et sunt toutes noires. [4] Et quant ceste chartre sunt faites, il le fait tri<n>chier en tel mainer: car il en fait une petite que vaut une merule de tornesel petit, et l’autre est de un tornesel encor petit, et l’autre est d’un mi gros d’arjent, et l’autre d’un gros d’arjent que vaut un gros de Venese, et l’autre est de .ii. gros, et l’autre de .m. gros, et l’autre de .x. gros, et l’autre d’un beçant, et l’autre de .iii., et ensi vait jusque en .x. beçant. [5] Et toutes cestes charte sunt seellés dou seel dou Grant Sire. [6] Et en fait faire si grant quantité que tuit le treçor dou monde en paieroit. [7] Et quant cestes chartre sunt fait en la mainiere qe je vos ai contés, il en fait faire tous les paiemant et les fait despendre por toutes les provences et regnes et teres la ou il seingnorie, et nulz ne le ose refuser a poine de perdre sa vie. [8] Et si voç di que toutes les jens et regionz d’omes que sunt sout sa seingnorie prennent voluntier cestes chartre en paiemant, por ce que, laonques il vont, en font tous lor paiemant, et de merchandies et de perles et de pieres presiouses et d’or et d’arjent; toutes chouses en puent achater, et font le paiement de le cartre ke je voç ai dit. [9] Et si voç di qe la cartre qe se met por .x. biçant ne poisse pas un. [10] Et si voç di que plusors foies l’an vienent les merchaant a plusors ensenbles con perles et pieres presieuses, et com or et con arjent et con autres couses, ce sunt dras d’ors et de soie; et cesti mercant toutes de cestes chouses present<ent> au Grant Kaan sire, et le Grant Sire fait apeller doçe sajes homes qe sor celes chouses sunt exleu et que mout sunt sajes en ce fare: il lor conmande qu’il regardent celes chouses qe les merchant ont aportés, et qu’il le faicent paier de ce qe lor senble qe valent. [11] Et celz doçe sajes homes regardent celes chouses, et ce qe lor semble qu’ele vailent les font paier de celes charte qe je voç ai contés, et les merchaant le prennent mout voluntieres, por ce qe il le metent puis en toutes les chouses qu’il achatent por toutes les teres do Grant Sire. [12] Et si voç di sanç nulle faile qe, plosors foies l’an, les merchaant aportent tantes chouses que bien vaillent quatre çent miles biçant, et le Grant Sire les fait toutes paier de celes charte. [13] Et encore voç di que, plusors foies l’an, vait <son> conmandemant por le vile qe tuit celz qe ont pieres et perles et or et argent le doient porter a la secqe dou Grant Sire. [14] Et il le font et hi n’aportent ensi grant habundance qe ce est sanç nonbre; et tuit sunt paiés de charte: et en ceste mainere a le Grant Sire tout l’or et l’arjent et les perles et les pieres presieuses de toutes sez teres. [15] Et encore voç di une autre cousse qe bien fait a dire: car, quant l’en a tenue ceste carte tant q’ele s’en ronpent et qe se gastent, et il le porte a la secque et il sunt cangiés as noves et fresches, si voiremant qu’il en lase trois por .c. [16] Et encore voç dirai une bielle raison qe bie<n> fait a conter en notre livre: car, se une home vuelt acather or ou arjent por fare son vaicelament ou seç centures et seç autres evres, il s’en vait a la secque dou Grant Sire et porte de celles charte et les done por paiemant de l’or et de l’arjent qui achate dou seingnor de la secque.

[17] Or voç ai contés la mainere et la raison por coi le Grant Sire doit avoir, et ha, plus tresor que nuls homes de ceste monde. Et si voç dirai une greingnor chouse: qe tuit les seingnor del siecle ne ont si grant richese come le Grant Sire a solemant.

[18] Or vos ai contés et devisé tout le fait comant le Grant Sire <fait> faire monoie de charte; or voç deviserai de les grant seingnorie qe de ceste cité de Canbalu oissent por le Grant Sire.


XCVI

[1] Ci devise des .xii. baronç que sunt sor tous les fais dou Gran Kan.
 

[2] Or sachiés voiremant qe le Grant Sire a esleu .xii. grandisme baronz, as quelz hi a comeü qu’il soient sor tutes les chouses beçognables qe abesognent en .xxxiiii. provences; et vos dirai lor mainiere et lor establiment.

[3] Je voç di tout primeremant qe cesti .xii. baronz demorent en un palais dedens la ville de Canbalu, qe est mout grant et biaus, et hi a plosors sales et maisonz; et chascune provence <a> un jugie et maint escrivein, qe demorent en cest palais, çascun en sa maison por soi. [4] Et cest jugie et cest escrivain font toutes les chouses qe abeçogne a la provence a cui il sunt deputé; et ce font por la volunté et por le conmandamant des .xii. baronz qe je voç ai dit. [5] Et si sachiés tout voiremant qe cesti .xii. baronz ont si grant seingnorie com je voç dirai, car il eslisent les seingnors de toutes celes provences qe je voç ai dit desovre. [6] Et quant il les ont esleu tielz com lor senble qe il soient bien et sofisable, il le font savoir au Grant Sire; et le Grant Sire le conferme et li fait doner table d’or tel come a sa seingnorie est convenable. [7] Et encore sunt cesti baronz por porveoir ou convie{ ne}nt que les hostes ailent, et les envoient la o il lor senble et cele quantité qu’il vuelent, mes toutes foies est a la seüe dou Grant Sire. [8] Et ensi com je {i}vos ai dites de ces deus chouses, font il de toutes les autres chouses qe sunt besognables a{s} tou<te>s les provences qe je voç ai contés. [9] Et cesti sunt appelés scieng, que vaut a dire la cort greingnor, qe ne ont sor elz que le Grant Sire. [10] Le palais ou el demorent est ausi apellés scien, et ce est bien la greingnor seingneurie que soit en toute la cort dou Grant Sire, car il ont bien le pooir de fair grant bien a cui·l vuelent.

[11] Les provences ne voç conterai ore por lor non, por ce qe je le voç conterai en nostre livre apertemant; et laiseron de ce et voç conteron conmant le{s} Grant Sire mande seç mesajes e comant il ont chevaus aparoilés por aler.


XCVII

[1] Comant de la cité de Canbalu se partent plosors voie que vont por mantes provinces.
 

[2] Or sachiés por verité qe de ceste vile de Canbalu se partent moutes voies, lesquel vont por maintes provences, ce est a dire qe le une vait a tel province{s}, et ceste a tel; et toutes les voies sunt devisés la ou elle vont, et ce est mout saje chouse. [3] Et sachiés qe quant l’en se{n} part de Canbalu, por toutes les voies qe je voç ai contés, et il est alés .xxv. miles, adonc le mesajes dou Grant Sire, qe ceste .xxv. miles ont alés, il trovent une poste, que s’apelent ianb en lor langue et en nostre langue vaut a dir poste de chevaus; et de chascune poste treuvent les mesajes un mout grant paleis et biaus, la ou les mesajes dou Grant Sire herbergient. [4] Et cest erbergies ont mout riches lit, fornis des rich{i}es dras de soie, et ont toutes les couses que as autes mesajes convient; et, se un rois hi venist, si seroit bien herbergiés. [5] Et encore voç di que a ceste poste treuvent les mesajes bien .iiiic. chevaus, que le Grant Sire a stabli qe toutes foies hi demorent et soient aparoillés por sez mesajes quant il les envoie en aucune part. [6] Et encore sachiés que en toutes .xxv. miles, ou ongnes .xxx., sunt ceste poste qe je voç ai dit, ce est en toutes les principaus voie que vunt a les provences qe je voç ai contés desovre. [7] Et, <en> chascune de ceste poste, treuvent les mesajes da .iiic. chevaus a .iiiic., tuit aparoillés a lor comandemant. Et encore hi treuvent si biaus palais com je voç ai contés, la ou les mesajes herberjent si richemant si com je voç ai devisé desovre. [8] Et en ceste mainere vait por toutes les provences et reingnes dou Grant Sire. [9] Et quant les mesajes vont por desviables leus que ne i trouve le maison ne herberges, si hi a fait faire le Grant Sire, en chascun leu des<v>oiable, et palais et toutes les chouses come ont les autres postes, et des chevaus et de arnois, mes ce sunt plus grant jornee, car il sunt faites les postes a .xxxv. miles, et tiel hi a a plus de .xl. [10] Et en ceste mainere qe voç avés hoï vunt por toutes pars les mesajes dou Grant Sire et hont herbergies et chevaus aparoilés a ogne jornee; et ce est bien la grengnor autesse et la greingnor grandese qe aie ne haüst onques nul enperaors ne nulç rois ne nulz autre homes teroine, car sachiés tout voiremant que plus de .ccm. chevaus demorent a cestes postes propemant por les seç mesajes. [11] Et encore voç di que les paleis sunt plus de .xm. qe sunt ensi forni de riches arnois com je voç ai contés, et ce est chouse si merveilose et de si grant vailance qe a poine se poroit bien conter ne scrivre.

[12] Et encore voç conterai une cause qe je avoie dementiqué, qe fait a nostre matiere qe je vos ai ore contés. Il est voir qe entre le une poste et l’autre sunt ord<r>ee ogne trois miles: ha un chasaus qe hi poit avoir entor .xl. maison es quelz demorent homes a piés qe encore font ceste mesajerie dou Grant Sire, et voç dirai comant: il portent une grant centure toute pleine environ de sonaille, por ce qe quant il vont qe il soient oï de bien longe. [13] Et cesti vont toutes foies au grant gallop et ne vont for qe trois milles; et le autre qe est a chief de{s} les trois miles, qe bien de longe le oie venir, demore tout aparoillés et, tant tost qu’il est celui venu, il prant la chouse qu’il aporte et prant une carte petite qe li done l’escrivain, et se met corant, et vait jusque a le autre trois miles, et fait ausi come avoit fait le autre. [14] Et si voç di qe en ceste mainere ha le Grant Sire, de cesti homes a pié, noveles des .x. jornee en un jor{no} et en une noit, car sachiés qu’il vont, cesti homes a piés, en un jor et en une noit .m. jornee, et en deus jors et deus noit aportent noveles de.xx. jornee, et ausi auroit noveles en .x. jors et en .x. nuit de .c. jornee. [15] Et si voç di qe cesti tielç homes aportent au sengnors plusors foies fruit de .x. jornee en un jor. Et le Grant Sire a cesti tielz homes ne prant nul treü, mes fait lor doner dou sien.

[16] Et des chevaus qe je voç ai dit, qe sunt tant por les postes por les mesajes porter, voç di tout voiremant qe le Grant Sire les <a> ensi establi, car il dit: «Qui est pres a la tel poste, la tiel cité». [17] Et il fait veoir quant chevalz puet tenoir por les mesajes: et l’en li dit .c., et il li en comande qe il mettent a la tel poste .c. chevaus; puis fait veoir toutes les autres viles et chastiaus quant chevaus puent tenir, et celz qu’il puent tenir et elz comande qu’il tienent a la poste. [18] Et en tel maineres sunt ordenee toutes les postes si qe rien ne i met le Grant Sire, for tant seulemant qe les postes des leu desvoiables fait il fornir de seç chevaus propes. [19] Et si voç di qe quant il est bei{n}çonz qe mesajes de chevaus aille tostainemant por conter au Grant Sire d’oucune tere qe soit revellés ou d’aucun baron ou des chouses qe soient beiçognables au seingnor, il chevauchent bien .iic. miles en un jor, ou voir .ccl., et voç mostrerai raison comant. [20] Qua<n>t les mesajes vuelent aller si tostainemant, et tantes miles en un jor, com je voç ai contés, il a la table dou gerfaus en senifi{c}ance qe il vuelt aler tostainemant. [21] Se il sunt deus, il se muent dou leu ou il sunt sor .ii. buens chavaus fors et corant; il se bindent tout lor ventre et lient lor chief, et se metent le grant cors tant com il plus puent, et corent tant qu’il sunt venus a l’autre poste de .xxv. miles; et adonc treuvent autre deus chevaus aparoilés, fres et repousés; et corant il montent tant tost{o}, qu’il ne se repousent ne pou ne grant. [22] Et quant il sunt montés, il se metent maintenant, tant com il puent dou cheval traire, et ne restent de corer tant qu’il sunt venus a l’autre poste; et iluec treuvent les autres chevaus aparoillés, et il montent ausi erament et se metent <a> la voie, et ensi font dusqu’au soir. [23] Et en ceste mainere qe je voç ai contés vont cesti tiel mesajes bien .xl. miles por aporter novelles au Grant Sire. [24] Et encore, quant il beiçogne, vont bien .iiic. Et cesti tielz mesajes sunt mout preciés.

[25] Or voç laison de ceste raison des mesajes, que bien la voç avon moustré apertemant. Mes desormés voç conterai do une grant bonté que fait le Grant Sire a seç homes par deus foies l’an.


XCVIII

[1] Comant le Grant Kaan fait aidier seç gens quant il ont sofraite des bles et des bestes.
 

[2] Or sachiés encore por verité qe le Grant Sire envoie seç mesajes por toutes ses terres et reingnes et provences por savoir de seç homes se il ont eu domajes de lor bles, ou por defaute de tens ou por grillis ou por autre pestilence. [3] Et se il treuvent que auchune jens aient eu domajes et que ne ont blees, il ne lor fait tollir le treü qe il doient doner celui an, mes i fait doner de sien bles por coi il en aient a semener et a mengier: et ce est bien grant bontés dou seingnor. [4] Ceste fait faire l’estee; et de yver fait faire tout autretel a celz des bestiames, car ce il treuvent un homes que sez bestes soient mortes por mortalités qe soient lor venues, il li fait doner de sez bestes et le fait aidier et ne li fait tolir treü en cel an. [5] En tel mainere com voç avés oï aide et sostent le Grant Sire seç homes.

[6] Or vos ai divisé de ceste raison et adonc voç deviserai d’une autre maitiere.


XCIX

[1] Comant le Grant Kaan fait planter arbres por les voies.
 

[2] Or sachiés tout voiremant qe le Grant Sire ha ordree celle mestres voies por dont les mesajes et les merchant et les autres jens vont: il hi a fait planter arbres joste les voies deus pas loingn le un de l’autre; et voç di qu’il su<n>t si grant qe bien se poet veoir de longe. [3] Et ce a fait faire le Grant Kaan por ce que chascun voie les voies et qu’il ne desvoient, car vos troverés cesti arbres por desers voies, qui sunt grant confort as mercant et as viandant, et ce sunt por toutes provences et por tous reingnes.

[4] Or voç ai contés des arbres de les voies. Adonc voç dirai encore d’autre.


C

[1] Ci devise dou vin que les jens dou Kaan boivent.
 

[2] Et encore sachiés que la greingnor partie des jens de la provence dou Catay boivent un tel vin con je voç divisera<i>. [3] Il font poison de ris, et co’ maintes autres boines espices, et il la laborent en tel mainere et si bien qu’il vaut miaus a boir qe nul autre vin. [4] Il est mout cler et biaus; il fait devenir le home evre plus tost qe autre vin, por ce qu’il est mult chaut.

[5] Or laiseron de ce et voç conteron conmant les pieres s’ardent come buces.


CI

[1] Ci devise d’une maniere des pieres que s’ardent come buces.
 

[2] Il est voir que por toute la provence do Catai a une mainere de pieres noire, qe se cavent des montaingnes come voines, que ardent come buces. [3] Il mantienent les feu miaus que ne funt les leingnes; et si voç di qe se vos le metréç en feu le soir et les faites bien aprendre, je voç di qe toute la nuit tienent feu, si que l’en treuve le maitin. [4] Et sachiés qe por toute la provence dou Catai s’ardent celes pieres. Bien est il voir qu’il ont leingnes aseç, ce sunt buces, mes il ardent de cestes pieres asez por ce qe gostent main et sunt grant espargnamant de lengnes.

[5] Or vos ai contés de ceste capitre, et desormés vos conteron do un autre capitre: comant le Grant Sire se porvoit qe les blees ne soient trop chiere.


CII

[1] Comant le Grant Kaan fait amasser et repondre grant quantité des bles por secorrer seç jens.
 

[2] Or sachiés qu’il est verité qe le Grant Sire, quant il voit qe de les bles soient en grant abundance et qu’il en est grant marchiés, il en fait amasser grandisme quantité et le fait metre en grant maison et le fait si bien estudier qu’il ne se gastent por trois anz ne por quatre. [3] Et entendés qu’il fait cavane de toutes bles, ce est forment et orce et mil et ris et panis et autres bles, et de cestes bles fait amaser en grandisme moutitude. [4] Et quant il avint qe de les bles ne soient et qe la charestie soit grant, adonc le Grant Sire fait traire hors de seç bles, qe en a tant com je voç ai contés. [5] Et se la mesure se vendent un beçant, ce voç di forment, il ne fait doner .iiii., et en trait tant hors qe tous en puet avoir, si qe chascun a devise et abundance des bles. [6] Et en ceste maniere se porvoit si le Grant Sire que sez homes ne puent avoir carestie, et ce fait faire por toutes les terres la ou il a singnorie.

[7] Or voç ai contés de ce, et adonc voç conteron d’un autre chapitre: comant le Grant Sire fait carité.


CIII

[1] Comant le Grant Kaan fait grant charité a sez jens povres.
 

[2] Puis que je voç ai dit comant le Grant Sire fait faire devise a son pueples de toutes <bles>, or voç conterai commant il fait grant charité as povres gens qe en la vile de Canbalu sunt. [3] Il est voir qe il fait eslire maintes mesnie de <la> ville de Canbalu qe soient povres et qe ne aient qe mengier; et tiel mesnie sera .vi. et tiel .viii. et tiel .x., et tiel plus et tiel moin: le Grant Sire fait lor doner forment et autre bles por coi il aient que menuier; et ce fait faire a grandisme quantité. [4] Et encore voç di que tout celz qe velent aler por le pain du segnor, el ne est denié a nulz, mes en est doné a tuit celç qe vont. [5] Et sachiés qe il en i alent chascun jor plus de .xxxm., et ce fait faire tout le an; et ce est bien grant bonté dou seingnor, que a pietet de seç povres pueples, et le pueple le a a si grant bien qu’il le orent come dieu.

[6] Or voç ai dit de ce, et adonc vos diron d’autre, et nos partiron de la cité de Canbalu et entreron dedenz le Catai por conter des grant chouse et riches que hi sunt.


CIV

[1] Ci comance de la grant provençe dou Catay et conteron dou flun de Pulisanghin.
 

[2] Or sachiés que mesier March meisme le Grant Sire le mande por mesajes ver ponent: et se parti de Canbalu et ala bien quatre mois de jornee ver ponent. Et por ce voç conteron tout ce qu’il vit en cele voie, alant et vignant.

[3] Quant l’en s’en part de la ville et il est alés .x. miles, adonc trove un grant flum qui est apellés Pulisanghinz, le quel flu<m>s ala dusque a la mer Osiane, et chi alent mant merchanz con mercandies. [4] Et desus cest flum a u’ mout biaus pont de pieres, car sachiés qe pont n’a en tout lo monde de si biaus ne son paroil, et <voç mostrerai> raison conmant. Je voç di qu’il est lonc bien .ccc. pas et large .viii., car bien hi puet aler .x. chevalers le un juste l’autre; il ha .xxiiii. arch et .xxiiii. moreles en l’eive, et est tout de marbre bis mout bien ovrés et bien asetés; il a de chascunz lés dou pont un mur de tables de marbres et de colones si fait con je voç dirai: il est fichés en chief dou pont une colone de marbre et desor la colone a un lion de marbre et desus la colone en a un autre mout biaus et grant et bien fait, et longe de cest colone un pas et mi en a un autre toute ausi fait con deus lions, et de le une colone a l’autre est clous de table de marbre bis por ce que les jens ne peussent cheoir en l’aive, et ensint vait de lonc a llonc si qe bien est bielle chouse a veoir.

[5] Or voç avon dit de cest biaus pont et voç conteron de noves chouses.


CV

[1] Ci devise de la grant cité de Giugiu.
 

[2] Et quant l’en s’en part de cest pont et il est alés trointe miles por ponent trouvant toutes foies bieles erberges et vignes et chans, adonc treuve une cité qui est apelés Giogiu, grant et biele. [3] Hi a maintes abaïe de ydres; il vivent de merchandie et des ars; il hi se laborent dras de soie et doré et biaus sendail; et il hi a maintes herbergieries qe erbergient les viandanç.

[4] Et quant l’en est parti de ceste ville et alés un mil, adonc treuve l’en deus voies, que le une ala a ponent et le autre a sciloc. [5] Celle dou ponent est dou Catai et celle de siloc vait ver la grant provence dou Mangi. [6] Et sachiés tout voiremant qe l’en chevauche por ponent por la provence dou Catai bien .x. jornees, et toutes foies treuve l’en maintes belles cités et maint biaus chastiaus, de grant mercandies et de grant ars, et biaus chans et bielles vingnes et domesces jens. [7] N’i a chouses qe a mentovoir face: por ce ne voç en diron rien.

[8] Et adonc laiseron de ceste matiere et voç conteron de un roiame que Taianfu est appellés.


CVI

[1] Ci devise dou roiaume de Taianfu.
 

[2] Quant l’en a chava<u>ché .x. jornee puis qu’il est parti de Giungiu, adon treuve un roiames qui est appellés Taianfu. [3] Et chief de la provence <est> ceste cité ou nos somes venus, qui est apelés Taianfu, que est mout grant et biele, en la quel si fait grant mercandies et grant ars, car en ceste cité se fait grandismes quantités de arnois que beçognent a les hostes dou Grant Sire. [4] Ele a maintes belles vignes, des quelz ont vin en grant abondançe. [5] Et en toute la provence do Catai ne naist vin for que en ceste seulemant, et de ceste ville en vait por toute la provence. [6] Il hi a encore grandisme quantité de soie, car il ont moriaus et vermes qe funt la soie en grant abundance.

[7] Et quant l’en s’en part de Taianfu, il chevauche bien .vii. jornee por ponent de mout belle contree, la u il l’en treuve villes et castiaus aseç, la ou il hi se fait merca<n>dies et ars asseç et hi a maint merchant qe par moutes pars <vont> faisant lor profit. [8] Et quant il a alés .vii. jornee, adonc treuve une cité, qe est apellés Pianfu, qe mout est grandissime et de grant vailance, en la quel a mercaanç asez. Il vivent de merchandie et d’ars; il hi se fait soie en grant quantité.

[9] Or noç lairon de ce et voç conteron d’une grandisme cité qe est apelés Cacianfu. Mes, tou avant, voç diron d’un noble chastiaus qui est apellés Caiciu.


CVII

[1] Ci devise d’un chastel de Tayanfu.
 

[2] Et quant l’en se part de Pianfu et il ala por ponent deus jornee, adonc treuve l’en un biaus castel, qui est apellés Caiciu, le quel fist faire jadis un rois qe fu apellés le roi d’Or. [3] Et en ceste chastiaus ha un mout biaus paleis, en quel a une grandisme sale, la ou il sunt portrait a mout belles pointures tot les rois de celes provences que furent ansienemant, et ce est mout belle viste a voir; et tout ce avoient fait fer les rois qe en cel roiames avoient reingnés. [4] Et de cest roi d’Or voç conterai une bielle novelle que fu entre lui et le Prestre Johan, selon ce que les jens de celles contree dient.

[5] Il fu voir, selonc qe celles jens dient, qe ceste roi d’Or avoit ghere con le Prestre Joan et estoit en si forte leu qe le Prestre Johan ne le pooit aler sovre ne nuire. [6] Il en avoit grant ire: et .vii. valés do Prestre Johan li distrent qe il aporteront tout vif le roi d’Or. [7] Et le Prestre Joan dist elz qu’il le velt voluntier et qu’il en saura lor buen gree se il ce font. [8] Et quant le .vii. vale<e>z ont eu le conjé dou Prestre Johan, il se partirent tuit ensenble, conpagnié d’escuiers; et s’en alent a cest roi d’Or et li distrent qu’il estoient venu por lui servir. [9] Le roi dist elz qu’il soient li tres bien venus et qu’il fira elz honor et plaisir. [10] En tiel mainere com voç avés hoï se mistrent les .vii. valeç dou Prestre Johan a servir le roi d’Or. [11] Et quant il hi furent demorés entor deus anz, il estoient mout amés dou roi por lor bien servir. [12] Et que vos en diroie? Le roi se fioit d’elz ausint con ce il tuit et .vii{i}. fuissent seç filz.

[13] Or horrés qe cesti maveis vallés font: et ce avint por ce qe nulz se puet garder dou traïtor et desloiaus. [14] Il fui voir qe ceste roi d’Or s’ala desduiant con pou de jens, et hi estoient cesti maveis .vii. vallés. [15] Et quant il ont pasés un flum qe est longn do palais que je vos ai contés un mil, les .vii. valés, que virent que le rois ne avoit conpagnie qe contr’aus le peussent defendre, adonc distrent q’il pooient faire ce por coi il estoient venus. [16] Adonc mistrent main a le spee et distrent au rois ou il alera avech elz ou il le metront a mort. [17] Le roi, quant il voit ce, il en a grant mervoille et dist elz: «Et conmant, biaus filç, et qe est ce que voç dites, et ou volés voç que je veingne?» «Voç vendrés, font il, dusqe a nostre seingnor le Prestre Johan».


CVIII

[1] Comant le Prestre Johan fist prandre le roi d’Or.
 

[2] Et quant le roi entent ce, il a si grant ire que poi se faut q’il ne muert de duel; et dit elz: «Ai mercé, biaus filz! Or ne voç ai je honoreç aseç e’ mon ostiaus? Et voç me{s} volés metre en les mains de mes ennemis! Certes, se voç ce faites, vos firés grant maus et grant desloiautés». [3] Celz distrent qe il convent qe ensi soit; et adonc le moinent au Prestre Johan. [4] Et quant le Prestre Johan le vit, il en a grant joie; il li dit qu’il soit le maus venu. [5] Celui ne respont ne ne set que doie dire. [6] Adonc conmande le Prestre Johan qe cest roi d’Or soit mené dehors et qu’il le feisent garder bestes. [7] Et adonc fu mis le roi d’Or a garder bestes, et celi fasoit faire le Prestre Johan por despit lui et por desprisier et moustrer qu’il estoit noiant. [8] Et quant il ot gardé les bestes deus anz, il le se fait venir devant, le Prestre Johan, et li fait doner riches vestimens et li fait honor. [9] Et puis li di: «Sire roi, or pues tu bien veoir que tu ne estoies homes de pooir gueroier con moi!». [10] «Certes, biaus sire, respont le roi, ce conois je bien, et qenoisoie toutes voies, qe n’estoit home qe peust contraster a voç». [11] «Et quant tu ce as dit, dit le Prestre Johan, je ne te demant plus: rois, desormés te ferai servis et honor». [12] Adonc le Prestre Johan fait doner chevaus et arnois au rois d’Or, et li done mout belle conpagnie et le laise aler. [13] Et cestui se part et torne a son rengne, et de cel, hore en avant, fu ses amis et son servior.

[14] Or laison de ceste matiere et voç conteron d’autre matiere.


CIX

[1] Ci devise dou grandisme flum de Caracoron.
 

[2] Et quant l’en se{n} part de ceste chastiaus et il ala por ponent entor .xx. miles, adonc treuve un flum, qe est apellés Caramoran, que est si grant qe ne se puet passer por pont, car il est si large et profunt, et ala jusque a la mer Osiane. [3] Et sor cest flum a maintes cités et chastiaus, la ou il ha maint merchanz et hi se fait grant merchandies. [4] Entor cest flum, por la contree, naist gengibre et soie en grant abundance. [5] Il hi a si grant moutitude d’osiaus qe ce est mervoille, car l’en hi auroit trois façan por <un> venesian gros, ce est un aspre, que vaut pou plus.

[6] Et quant l’en a passé ceste flum et ala .ii. jornee por ponent, adonc treuve l’en une noble cité que est apellés Cacianfu. [7] Les jens sunt tuit ydres. [8] Et encore sachiés qe tuit celz de la provence do Catay sunt ydres. [9] Il est ville de grant mercandie et de{s} grant ars. [10] Il ont soie en grant habundance. [11] Il hi font maint dras d’or et de soie de tous fasionz. Il ni a chouse que a mentovoir face. [12] Et por ce nos partiron de ci et aleron avant et voç conteron d’une noble cité, que est chief de reingne, que est appellés Quengianfu.


CX

[1] Ci dit de la grant cité de Quengianfu.
 

[2] Et quant l’en se part de la cité de Cacianfu, qe dit vos ai desovre, il chevache .viii. jornee por ponent, toutes foies trovant maintes chastiaus et mantes cités de grant mercandies et de grant ars et maint biaus jardi<n>s et biaus chans. [3] Et encore voç di qe toute la contree et la tere est pla<i>ne de moriaus, ce sunt les arbres de coi les vermines qe funt la soie vivent de lor foies. [4] Les jens sunt toutes idres. [5] Il hi a chacejons aseç de bestes et venesionç de maintes faisonç d’osiaus.

[6] Et <quant> l’en a chevauché .viii. jornee, com je vos ai dit, adonc treuve l’en ceste grant cité et noble de Quengianfu, qui mout est grant et biele, et est le chief do reiames de Que<n>gianfu, que ansienemant fu nobles roiames et riches et poisanz; et jadis hi ot mant buens rois et vailanz, et orendroit en est sire et rois le fil au Grant Sire, que Mangalai est apelés, car son per li a doné cel roigne et ne le a coronés roi.

[7] Ele est ville de grant merchandies et de grant arç. Il ont çoie en grant quantité. Il hi se laborent dras d’or et de soie de toutes mainere. Il hi se laborent de tous arnois que beiçoig<n>ent a les hostes. Il ont des toutes chouses qe as cors d’omes beiçoingne pour vivre en grant abondance et grant merchiés. [8] La ville est a ponent et sunt ydres.

[9] Et dehors la ville est <le> palais de Mangalai roi, qi est si biaus com je voç dirai. Il est en une grant plaingne, la ou il a flunç et lac et palu et fontaines aseç. Il a tout avant un mur mout gros et haut, qe gire environ .v. miles, tout merlés et bien fait. Et en le mileu de cest mur est le palais, si grant et si biaus qe nulz le poroit miaus deviser. Il a maintes belles canbres toute portreite et paintes a or batu.

[10] Ceste Mangalai maintient bien son roiame en grant justice et en grant droit, et <est> mout amés de sez jens. [11] Les hostes demorent environ le palais et hi ont grant seulas de venejonz.

[12] Et atant noç partiron de ceste roiames, que ne vos en conteron plus, et voç conteron d’une provence que est mout en montaingnes qe est apellés Cuncun.


CXI

[1] Ci dit des confines que sont entre le Catay et le Mangi.
 

[2] Quant l’en s’en part de ceste palais de Mangalai, il ala troi jornee por ponent de mout biaus plain, toutes foies trovant villes et ca{u}stiaus aseç, ou sunt homes qe vivent de mercandies aseç et d’ars, et ont soie en grant habundance. [3] Et a chief de trois jors, adonc treuve l’en grant montaignes et grant vallés qe sunt de la provence de Cuncun. [4] Il ha por les mons et por les vaus cité et castiaus. [5] Il sunt ydres et vivent de labor de tere et de boscajes et de venesion, car sachiés qu’il hi a maintes bosces, la ou il a plusors bestes sauvajes, ce sunt lyonz et ors et leus cerver et dain et cavriolz et cers et autres bestes asez, si que mout en prennent les jens de le contree et mout en ont grant profit. [6] Et en ceste mainere chevauche l’en .xx. jornee, ce est por mons et por vaus et por bosces, toutes foies trovant villes et ca{u}stiaus et buen erbergies, la ou les vian<d>anz sunt herbergiés aaisemant.

[7] Or nos partiron de ceste contree et voç conteron d’une autre provence, ensi com voç porés oïr desout.


CXII

[1] Ci devise de la provence de Acbalac Mangi.
 

[2] Et quant l’en a chevauché les .xx. jornee des montaignes de Cuncun qe je voç ai dit desovre, adonc treuve l’en une provence que est apelés Acbalec Mangi, qe est toute plaingne. [3] Il hi a cités et chastiaus asez. [4] Il sunt a ponent; les jens sunt ydres; il vivent de mercandies et d’ars. [5] Et si vos di qe en ceste provence naist si grant quantité de çengibre qe por toute la grant provence dou Catai s’espant et en ont les homes de la provence grant profit et grant bien. [6] Il ont forment et ris et autres bles a grant plantee, et grant merchés, et mout est planteusse tere de tous bienç. [7] La mestre cité est apelés Acbalec Mangi, qe vaut a dire le une de le confin dou Mangi. [8] Ceste plaingne dure dos jornee, si biaus con je voç ai dit et con tantes viles et castiaus; et a chief de .ii. jornee, adonc treuve l’en grant mons et grant vaus et grant boschajes aseç. <Il> ala bien .xx. jornee por ponent treuvant villes et castiaus aseç. [9] Les homes sunt ydres. Il vivent dou fruit de la tere et de venaison et de bestiames. [10] Il hi a lionz et ors et leus cerver, dain, cavriolz et cerf; et si hi a grant quantité de cel bestiuole qe font le moustre.

[11] Or nos partiron de ce contree et vos conteron des autres, bien et ordeemant si com voç porés oïr.


CXIII

[1] Ci devise de la grant provence de Sindinfu.
 

[2] Quant l’en a alés les .xx. jornee de montagnes qe je voç a<i> dit desovre, et por ponent, adonc treuve une plaingne et une provence, qe est encore de le confin dou Mangi, qe est apellé Sindinfu, et la mestre cité a a non Sindinfu, qe mout fu jadis grand et nobles e mout hi a ja eu grant et riches rois. [3] Elle gire environ bien .xx. miles, mes orendroit est devisé en tel mainere com je voç deviserai. [4] Il fui voir qe le roi de ceste provence, quant il vint a mort, il laise trois filz et adonc parti ceste grant ville en trois pars; et chascune de ces trois pars est muré por soi, mes toutes e trois sunt dedens le murs de la grant cité. [5] Et vos di que tuit e trois cesti filz a celui roi furent roi et chascun avoit grans terres et d’espendre aseç, car lor pere estoit mout poissant et riches. [6] Et le Grant Kan prist cest roiame et deserite cesti trois rois et tient le roingne por soi.

[7] Et sachiez qe por mi ceste grant ville vait une grandisime flum d’aive douce es quelz se preinent poisonz asez: il est large bien dimi mil; il est bien parfont; il est> si lon qe vait jusque a la mer Hosiane, qe hi a plus de .lxxx. jornee jusque en .c., et est apellé Qiansui. [8] Il h<i> a sor ceste flum grandismes quantités de cité et de castiaus. [9] Il hi a si grant naives, ce est si grant moutitude, qe ne est cor d’omes ne iaus qe ne le veises qe peust croire. [10] Il est si grant la moutitude et la grant abundance de les grant mercandie que les mercaant portent sus et jus por cest flum qe ne est homes au monde qe ne le veisse qe le peust croir. [11] Il ne senble flu<m> mes mer, tant est large. [12] Et vos dirai d’un grant pont qe est dedens la ville desus cest grant flum.

[13] Le pont est tout de pieres et est large bien .viii. pas et lonc dimi mil, si com je vos ai dit que le flum est large. [14] De lonc a lonc dou pont, de chascun les, a colunne de marbres, les quelz colones sostienent la covreures dou pont, car voç di qe le pont est covert de trop bielle covreure de leingne tout portrait et pinte a riche pinture; et encore ha sus ceste pont maintes maiçonnet, es quelz se font mercandies et ars asez. [15] Mes si voç di q’ele sunt de fust, que se moinent la maitine et se lievent le soir. [16] Et encore hi est le comerqe dou Grant Sire, ce est celz qe recevent la rente dou seingnor, ce est le droit de la mercandie qe desus le pont se vendoient. [17] Et voç di qe le droit de cel pont vaut bien .m. beçanz d’or.

[18] Les jens sunt toutes idres.

[19] Et de ceste cité se part l’en et chevauche .v. jornee por plain et por valee, et treve l’en castiaus et casaus asseç. [20] Les homes vivent dou profit qu’il traient de la terre. [21] Il hi a bestes sauvajes asseç: lions et orses et autres bestes. [22] Il vivent d’ars, car il hi se laborent biaus sendail et autres dras. [23] Il sunt de Sindu meisme.

[24] Et quant l’en est alés .v. jornee que je voç ai contés desovre, adonc treuve l’en une provence mout gaste qe s’apelle Tebet, et noç en trateron ci desout.


CXIV

[1] Ci dit de la provence de Tebet.
 

[2] Aprés le cinq jornee qe je voç ai dit, adonc entre l’en en une provence qe est molt gaste, car Mongut Kaan la destruit por ghere. Il i a maintes villes et maint castiaus et casaus tuit derochee et gastee.

[3] Il hi a channe groses et grant merveliosemant, et voç deviserai comant elles sunt groses, qe volvent environ bien trois paumes et sunt louinges bien .xv. pas; elle ont de le un nod a l’autre bien trois paumes. [4] Et si voç di qe les merchanz et autres viandanz qe vont por tel contree, la nuit, prenent de celes chanes et en font feu, por ce qe quant elles sunt en feu elle font si grant escroair et si grant escopier qe les lion et les orses et les autres fieres bestes en ont si grant paür qu’il fuient tant com il plus puent et ne s’acosterént au feu por rien do monde. [5] Et cest tiel feu font les homes por garantir lor bestes de<s> fieres bestes sauvajes, qe asez hi ni a por celle contree et por celz païs. [6] Et si voç dirai, por ce qe bien fait a dir, comant l’escopier de ceste canne sonent a lonc et comant font grant temance et qe n’avint. [7] Or sachiés qe l’en prent de ceste channes toutes vers et les metent en feu des buces, et ce sunt plusors. [8] Et quant cestes channes sunt demorés auques en ceste grant feu, adonc se tort et se fent por mi et adonc fait un si grant escopié qe bien se hoie .x. miles lunc, de noit. [9] Et sachiés qe celui qe ne est costumé hoïr il en devient tout exbaïes, si orible chouse est a oïr; et voç di qe les chavaus qui ce ne ont onques hoï, quant il l’oie<nt>, il s’espaventent si duremant qu’il ronpent cavestres e toutes cordes de coi il sunt liees et s’en fuient. Et ce avint a plosors. [10] Mes quant il ont chavaus qe sevent qe ce n’avoient onques hoï, il li fait bender les iaus et li fait encavestrer toit les quatres piés en tel mainere qe quant il hoi le grant escopier de chanes, puis qu’il vuoille, ne puet. [11] Et encore, si con je voç ai dit, les homes escanpent la noit, et il et lor bestes, des lions et des lonces et d’autres mauvaises bestes, qe hi ni a en grant habundance.

[12] Et quant l’en a alés por ceste contree bien .xx. jornee, ne treuve l’en erbergies ne viandes, mes convient que il porte viandes por lui et por seç bestes.

[13] <Et a chief de> toutes cestes .xx. jornee, toutes foies trovant mout fieres et pesmes bestes sauvajes que sunt mout periliuse et da doter, adonc treuve l’en chastiaus et casaus asseç.

[14] Et hi a un tiel costumes de marier femes com je voç dirai.

[15] Il est voir qe nul homes prenneroit une pucelle a feme por rien dou monde, et dient q’ele ne i vaillent rien se elle ne sunt usés et costumés co’maint homes. [16] Et por ce s’en esproitent in tiel mainere: car je voç di que quant les jens d’autres estranjes païs passent por cele contree et il ont tandu lor tendes por herbergier, adonc les vielles femes des chastiaus et des casaus menent lor fi<l>les jusque a cestes tendes, et ce sunt a .xx. et a .xl. et a plus et a moin, et le donent a les homes por ce qu’il en faicent lor voluntés et qu’il gigent con elles. [17] Adonc les homes le prenent et se gaudent cun elles et le tienent tant com il velent iluec, mes avant ne arieres ne les puent moiner. [18] Et puis, quant les homes ont fait a lor volunté d’eles et il se velent partir, adonc convient que done a celle femes con cui il a jeu aucune joie ou aucun seingn por ce que le puisse moustrer, quant elle se vient a marier, q’ele a eu amant. [19] Et en tel mainere cascune pucelle conv<i>ent que aie plus de{s} .xx. signaus a son cuel por mostrer que aseç amant et aseç homes sunt jeu cun li; et celle qe plus ont signaus et plus puent mostrer qe ont eu amant e qe plus homes sunt jeu cun elle, celle est tenue meior et la prenent plus voluntier et dient q’ele est plus grasieuse que les autres. [20] Et quant il ont prises ceste tel femes, il le tienent chieres, et ont por trop grant maus se le un tochast la feme a l’autre, et se gardent tuit de ceste couse mout.

[21] Or voç ai contés de ceste mariajes qe bien fait a dir. Et en celle contree auront bien aler les jeune de .xvi. anz en .xxiiii.

[22] Les jens sunt ydres et maveisez duremant, car il tienent por nul pechés le rouber et le fer maus, et sunt les greingnor escaran et les greingnors robeor dou monde. [23] Il vivent de chace et de venesionz et des bestiaus, et de son frut q’il traient de la tere. [24] Et voç di tout voiremant qe en celle contree a maintes bestes qe faisent le moustre et s’apellent en lor langajes guidderi. [25] Et cesti maveis homes ont maint buen chiens qe en prenent en grant abundance, et por ce ont dou mostre en grant quantité. [26] Il ne ont monoie de carte de cele dou Grant Kan, mes de sel font il monoie. [27] Il vestent mout povremant, car lor vestemens sunt de pelles de bestes et de canevace et de bocorain. Et ont langajes por elz et s’apellent Tebet. [28] Et ceste Tebet est une grandisime provence, et voç en dirai brefment, com voç porés oïr.


CXV

[1] Encore de la provence de Tebet meisme.
 

[2] Tebet est une grandisime provence qe lengajes ont por elles; et sunt ydres et confines con les Mangi et co’maintes autres provences; il <hi>sunt maint grant laironç. [3] Il est grandisimes provence, qu’il hi a .viii. roiames et grandisme quantitité de cités et de castiaus. [4] Il hi a, in plosors leus, et fluns et lac et mons, la ou il se treuvent les or de paliolle en grant quantité. Il hi nast canele en grant abondance. Et en ceste provence s’espent le coraus et hi est mout chier, ca’ le metent au cuel de lor femes et de lor ydres por grant joie. [5] Encore voç di qe en ceste provence a gianbelot asseç et autres dras d’or et de soie. [6] Et hi naist maintes especes qe unques ne furent veue en notre païs. [7] Et encore voç di qu’il ont les plus sajes encanteor et les meior astroniqe, selonc lor usanç, qe soient en toutes celles provences qe entor euç sunt, car il font les plus fere encantemant et les greingnor mervoiles a oïr et a veoir, por ars de diables, qe ne est pas buen a contere en nostre livre, por ce qe trop se merveileroient les jens. [8] Il sunt maucustumés. [9] Il ont grandismes chenz mastin qe sunt grant come asnes et sunt mout buen a prendre bestes sauvajes. Il ont encore de plusors maineres de chiens de cace. [10] Il ont encore que hi naisent mout buen fauchon lainier, qe sunt volant et mout hoiselent bien.

[11] Or noç lairon de cest provence de Tebet, qe bien voç avon contés sommeemant le fait, et voç parleron d’une autre provence, qe est apellé Gandir; mes de ceste Tebet entendés qu’il est au Grant Kan, e toutes autres reingnes et provences et regionç, qe en ceste livres sunt escrites, sunt ausi au Grant Kan, for seulemant celles provences, qe sunt au començamant de nostre livre, qe sunt au fil d’Argo<n>, ensi com je voç ai escrit. Et por ce, da cele provences en for, toutes les autres que sunt escriptes en ceste livre sunt au Grant Chan, et por coi voç ne le trovez escrit: si l’entendés en tel mainere com je voç ai dit.

[12] Or laison desormés de cest matiere et voç conteron de la provence de Gaindu.


CXVI

[1] Ci devise de la provence de Gaindu.
 

[2] Gaindu est une provence ver ponent. Ne a que un roi. Il sunt ydres et sunt au Grant Sire. Il hi a cité et castiaus aseç. [3] Il ont un lac, la ou se treuvent maintes perles; mes le Grant Kan ne velt qe nul l’en traie, por ce qe, se il ne feist trare tant quant l’en en i troveroit, il ne trarient tantes q’eles seroient molt viles et ne vaudroient noiant. Mes si voç di qe, quant le Grant Sire en velt, il en fait bien traire por lui tant solamant, mes nul autre en poroit traire qe non fust destruit dou cor. [4] Et encore voç di qe il hi a encore une montagne en la quel troveroit l’en d’une maineres de peres, qe l’en appelles turquiés, qe sunt mout bielles pieres, en grandisime quantités; mes le Grant Sire ne laise traire se non per son commandemant.

[5] Et voç di que en ceste provence a un tel costumes de lor femes con je vos dirai: car il ne ont a vilanie se un forestier ou autre home l’aunis de sa feme ou de sa file ou de sa seror ou d’aucune feme qu’il aie en sa maison, mes l’ont a bien quant l’en jut con eles, et dient qe por ce faite le lor dieu et les lor ydres font miaus elz et donent eles de les couses temporaus en grant abondance, et por ce en font si grant largité de lor femes as forestier com je vos dirai. [6] Car sachiés qe quant un home de ceste contree voit qe un forestier li veigne a sa maison por erberjer, ou qe il ne i vuoille erbergier et entrer en sa maison, tantost se oisse hors et comande a sa feme qe au forestier soit fait toute sa volunté conpliemant, et adonc se vait sa voie ou a son cans ou a sez vignes, et ne i torne dusque a tant qe le forestier demore en sa maison. [7] Et vos di que maintes foies hi demore trois jors et se jut ou lit cun la feme de celui çaitif. Et le forestier qui est en la maison fait cestui seingn por montrer qu’il soit{e} laie<n>s: car il fait pe<n>dre son capiaus ou aucuns autre seingneaus, et ce est significance qu’il soite laie<n>s. Et le cheitif, tant com il voit celui son sengnaus a sa maison, ne i torne mie. Et ce font por toute ceste provence.

[8] Et voç di qu’il ont monoie en tel mainere com je vos dirai. [9] Sachiés qu’il a or en verge, et le poisent a sajes et, selonc qe poise, vaut. Mes ne ont monoie cungné cun estanpe. [10] Et la petite monoie voç deviserai qe est. Il prennent la sel e la font cuire et puis la gitent en forme, et est de le grant qu’il puet poiser entor de dimi livre, et le quatrevint de ceste tiel sel qe je voç ai devisé vaut un sajes d’or fin, et ce est la petit monoi<e> qu’il despendent.

[11] Il ont des bestes qe font le moustre grandisime quantité, et les chaceor les prenent et en traient le mousce en grant quantité. Il ont peisonz asez et buens, et les traient dou lac qe je voç <ai> di<t>, la ou se treve les perles. Lyonç et leus cerver et orses et dain et cavriolz ont aseç; et osiaus de toites faisonz ont en grant abundance. [12] Vin de vigne ne ont, mes font vin de forment et de ris co’ maintes espices, et est mout buen poiçon. [13] Et en ceste provence naisent garofol aseç, car il est un arbre petit qe il fait, que a fronde come orbeque, aucune chouse plus longue et plus estroit; le flor fait blanc, petit come le garoufle. [14] Il ont encore gengibre en abundance et cannelle ausint, et d’autres espices aseç qe ne vienent unques en nostre contree, et por ce ne fait a mentovoir.

[15] Or noç lairon de ceste cité, qe bien n’avon contés ce que beçogne, et voç conteron de la contree meisme en avant.

[16] Et quant l’en se part de ceste Gheindu, il en chavaucha bien .x. jornee, il treuve chastiaus et casaus aseç. Les jens sunt des celes meisme mainere et de ciaus meisme costume qe ceaus qe je voç ai contés. Il ont venision d’ousiaus et de bestes asez.

[17] Et quant l’en est alés ceste .x. jornee, adonc treuve l’en un grant flun, qe est apelé Brius, auquel se fenist la provence de Gheindu. Et en cest flun se treuve grant quantité d’or de paliole. Il hi a cannelle aseç. Il vait en la mer Osiane.

[18] Or voç laison de cest flun, que n’i a couse que a conter face, et voç conteron d’une autre provence, qui est apellés Caragian, ensi com voç oirés.


CXVII

[1] Ci devise de la grant provence de Carajan.
 

[2] Quant l’en a pasé cest flum, adonc treuve l’en et entre en la provence de Carajan, qui est si grant qe bien hi a .vii. roiames. Il est ver ponent, et sunt ydres et sunt au Grant Kan; mes roi en est son fil, qe a a non Esentemur, que mout est grant rois et riche et poisant: il mantient bien sa tere en grant justice, car il est sajes et pr{e}odonmes.

[3] L’en ala por ponent, quant il se part dou flun que je voç ai dit desovre, .v. jornee, trovant cités et castiaus asez, la o il naisent mult buen chavaus. [4] Il vivent de bestiames et do profit q’il traient de la tere. Il on lengajes por elz, et est mout gref a entendre. [5] A chief de ceste cinq jornee, adonc treuve l’en la mestre cité et celle qe est chief dou reingne, que est apellés Iaci, que mout est grant et noble. [6] Il hi a mercheanz et homes d’ars aseç. [7] Les <jens> sunt des plosors maineres, car il hi a jens qe aorent Maomet, et ydres, et pou cristienz qe sunt nestorin. Il hi a forment et ris aseç, mes il ne manuient pain de forment, por ce qe il est en cele provence enferme, mes menuient ris et font poison de ris con especes que molt est biaus et cler et fait devenir le home evre ausi com fait le vin. [8] Il ont monoie en tel mainere com je voç dirai: car il espendent porcelaine blance, celle qe se trovent en la mer et que se metent au cuel des chienç; et vailent les .lxxx. porcelaines un saje d’arjent, qe sunt deus venesians gros; et sachiés que les .viii. sajes d’arjent fin vailent un sajes d’or fin. [9] Il ont puis salmace, des quel il font sal et de cest sal vivent tuit celç de la contree, et voç di qe le roi en a grant profit de cest sal. [10] Et si voç di q’eles ne curent ren se le un touce la feme de l’autre, puis qu’il soit volunté de la feme.

[11] Or nos avon conté de cest reingne et voç conteron dou reingne de Carajan. Mes avant voç conterai une cousse que je avoie dementiqué.

[12] Je voç di q’il ont un lac qe gire environ bien .c. miles, en quel a grandisime quantité de peison des meior dou monde: il sunt mout grant de toute faison. [13] Encore voç di qe il men<j>uent la char crue de galine et de monton et de buef et des bufal: car les povres homes se vont a la becarie et prenent le feie crue, tant tost com se trai hors de la bestes, et le trence menu, puis le met en la sause de l’aigle et le menuie mantenant. Et ausi font de toutes les autres chars. [14] Et les gentilz homes menuient encore la cars crue, mes il la font menussier menuemant, puis la metent en la sause de l’aigle meslee con bone espece, puis la menuient, ausi bien com nos faison la coite.

[15] Adonc voç conteron de la provence de Carajan que je voç ai dit desovre.


CXVIII

[1] Encore devise de la provence de Carajan.
 

[2] Quant l’en se part de la cité de Iaci et ala .x. jornee por ponent, adonc treuve l’en la provence de Carajan. [3] Il sunt ydres et sunt au Grant Chan, et en est{e} roi Cogacin, qe filz est au Grant Kan. [4] En ceste provence se treuve le or de paliole, ce est en flum; et encore i se treuve en lac et es montagnes or plus gros qe paliuole: il ont tant or qe je voç di q’il donent un saje d’or por sex d’arjent. [5] Et encore en ceste provence s’espendent les porcelaine qe je voç contai desovre por monoie; et voç di qe en celle provence ne se treuvent celles porcelaines, mes hi vienent de Yndie. [6] Et en ceste provence naisent les grant colunbres et celes grant serpanz que sunt si desmesuréç que tous homes en doient avoir mervoille, et sunt mout ydeuse chouse a veoir et a regarder; et voç dirai comant elles sunt grant et groses.

[7] Or sachiés por verité qe hi a de longues .x. pas, que sunt groses, car elle girent environ .x. paumes, et ceste sunt les greingnor; elle ont .ii. janbes devant, pres au chef, qe ne ont piés for une ongle faite come de faucon ou come de lion; le{s} chief ha mout grant et les iaus tielz que sunt greingnor que un pain; la boce si grant que bien engloiteroit un home a une foies; les dens a grandisme: ele est si desmesuremant grandismes et fieres que ne est ne homes ne bestes qe ne les dotent et que n’en aient paor. [8] Et encore en sunt de mendres, ce est de .viii. pas, et de .v<i>. et de .v.

[9] La mainere comant elle se prenent est ceste. [10] Sachiés qu’eles demorent sout tere le jor, por le grant chaut; et la noit oisse hors por paschorer, et men<j>ue et pren{en}t toute les bestes qe puet atendre. [11] Ele vait a boire es fluns et en lac et a fontaines. [12] Elle est si grant et si peisant et si grose qe quant elle vai{n}t par le sablon, ou per mengier ou por boir, et ce est de nuit, ele fait si grant fousee en sablon qu’il senble qe soit voutee une bote de vin plene. [13] Et les chaceor, qe propemant vont por celles prendre, metent un engingn e’ lles voies qu’il voient dont le coulubres sunt alés: car il fichent in tere, ce est en les voies de celes colubres, u<n> pal de leigne mout gros et fort, en quel pal a fichés un fer d’achier fait come un rasor ou come un fer de lance, et porte entor dou paume sovre le pal, et le covre dou sablon si que la colubres ne le voit mie; et de tielz palz et de tielz ferç hi metent le caceor aseç. [14] Et quant la colubre, ou voir le sarpans, s’en vient par mi cele voies ou sunt celz ferç, adonc hi fiert por si grant randon que les fers li entre por les pis et la fent dusque au beli, si que la colubre muert mantinant. Et en ceste mainere la prennent le caceor. [15] Et quant il le ont prise, il le t<r>aient le fel dou ventre et le vendent mout chier, car sachiés qu’il s’en fait grant mecine, car, se une home est mordu de chien arabieu, l’en le done a boir un pou, le pois do’n petit diner: il est guer<i>s mantinant. [16] Et encore, quant une dame ne puet enfanter et a poine et crie formant, adon li donent de cel fel del serpens un pou, et adonc la dame, tantost qe le a beu, enfant mantenant. [17] La terce est qe quant l’en a aucune nasence, et l’en hi met sus un pou de cest fel, et adonc est gueri en pou des jors. [18] Et por cest achai<s>ons qe je voç ai dit cest fel de cest grant serpent est tenu mout chier en cel provences. [19] Et encore voç di qu’il vendent la cars de cest serpent mult chier, por ce q’ele est mult bone a mangier, et la men<j>uent voluntieres. [20] Et si voç di qe cest serpant se vait a les leu ou les lions et les orses et les autres fieres bestes sauvajes font lor filz, et men<j>ue les grant et les petit, se elle les puet ajoindre.

[21] Et encore voç di qe en cest provence naisent grant chavaus, et les portent en Endie a vendre. [22] Et si sachiés qe il traient .ii. nod ou .iii. de l’os de la coe, por ce que le qeval ne puesse mener la coe por doner a celz qui est sus ou quant il cort, car trop senble lor vilaine chouse quant le cheval cor et moine la coe. [23] Et encore sachiés qe cestes gens chevauchent lonc come franchois. [24] Et ont lances et scuz, et ont balestres, et attussient tous les quariaus. [25] Et si voç di un autre cousse qu’il fasoient avant que le Grant Kan les conquist: car se il avenisse que un biaus homes, et un gentilz ou autre qe fust, aüsse bone onbre, venist{i} herbergier en la maison de un de cesti de ceste provence, il l’ocioie de nuit, ou por tousce ou por autre chouse si qe celui se moroit. [26] Et ne entendés qe il le feissent por lor tollir monoie, mes le fasoient por ce qe il disoient qe la bone unbre et la bone grace qe celui avoit, et le{n} sien senz et la soe arme remanoit en sa maison. [27] Et por ceste caison en occioient asseç avant qe le Grant Kan les conquistast. [28] Mes, puis qe le Grant Kaan les conquisté, qe est entor .xxxv. anz, ne font celle malle aventure por la doutance dou Grant Sire qe ne le laisse faire mie.

[29] Or voç avun contés de{s} ceste provence, et voç conteron d’une autre contree ensi com voç porés oïr.


CXIX

[1] Ci devise de la grant provence de Çardandan.
 

[2] Quant l’en s’en part de Carajan, il ala por ponent .v. jornee, adonch treuve l’en une provence qe s’apelle Çardandan, qe sunt ydres et sunt au Grant Chan. [3] La mestre cité de ceste provence est apellé Vocian.

[4] Les jens ont tous les dens d’or, ce est qe chascun dens est covert d’or, car il font une forme d’or faite a la mainere de seç dens et couvrent les dens desout come celz desovre; et ce font les homes et nen les dames. [5] Et les homes sunt tuit chevalers, selonc lor usance, et ne font rien for qe aler en host et aler chaçant et oselant. [6] Les dames font toutes chouses, et les autres honmes, qu’il ont pris et conquisté, qu’il tienent por esclaif; et cesti funt toutes lor beinçoingnes con lor femes. [7] Et quant les dames ont enfantés et ont fait fil, il li lavent et envolupent en dras, et le baron a la dame entre eu lit et tient l’enfant aveqes lui, et jut eu lit .xl. jors, qe ne s’en lieve for por necesite beiçoigne. [8] Et tous les amis et parens le vienent veoir et demorent con lui et li font joie et seulas. [9] Et ce font il por ce qu’il dient qe sa feme a duré grant fatie en porter l’enfant en son ventre, et por ce dien il qu’il ne velent qe endure plus en cel terme de. xl. jor. [10] Et sa feme, tant tost qe a enfanté son fil, elle lieve do lit et fait tute la beçogne de la maison et serve son baron eu lit.

[11] El men<j>uent ris cot con chars et cum autre cousse selonc lor usance. Il boivent vin, qu’il font de ris et con bones espices, qe mout est buen.

[12] Lor monoie est or, et encore hi se espenent les porcelaines; et si voç di por verité qe il donent un saje d’or por .v. d’arjent; et ce avint por ce qe il ne ont argentier propes a .v. mois de jornee, et por ce hi vienent les mercaant con mult arjent et le cangient con celles jens et en donent .v. sajes d’arjent por un d’or, et de ce font les mercaant grant profit et grant gaangne.

[13] Cest gens ne ont idres ne eglise, mes orent le greingnor de la maison et dient: «De cestui somes nos öissi». [14] Il ne ont letre ne font scripture, et ce ne est mervoille car il sunt nes en mout desvoiables leus et grant bosces, et en grant montaignes, qe ne i se puet aler d’esté por ren dou monde por ce qe l’aire est, la stee, si corote et mauvaise qe nul forestier ne i scanperoit qe ne morust. [15] Mes je voç di qe, quant il ont a fer le un con le autre, il prenent un pou de leingne, ou quaré ou reont, et le fendent por mi, et tient le un l’une moitié, et l’autre l’autre moitié; mes bien est il voir qe il hi font avant deus tacqe ou trois ou tantes com il vuelent. [16] Et quant il vient a paier le un le autre, adonc celui <qe> doit doner la monoie ou autre chouse, se fait doner la moitié dou leign qe celui avoit.

[17] Et si voç di qe toutes cestes provences qe je voç ai contés ne ont mire, ce sunt Cajan et Vocian et Iacin, mes, quant il sunt malaides, il se font venir lor magis, ce sunt les enchantaor des diables et celz qe tient les ydres. [18] Et quant cesti magis sunt venus et les malaides dient lor les maus qu’il ont, et les magis conmencent maintinant a soner estrumens et carolent e bailent tant qe aucun de cesti magis caie tout enverses sor la tere ou sor le paviment, et <a> a la bouche grant escume et senble mort: et ce est qe le diables hi est dedens le cor de celui. [19] Il demore{nt} en tiel maineres qu’il senble mors. [20] Et quant les autres magis, que iluec estoient plusors, voient qe le un d’elz est cheu en tel mainere com voç avés oï, adonc le comencent a dir e le demandent qel maladie a cestui malaides. [21] E cel respont: «Le tielz espiriti le a toucé por ce qe il li fist aucun desplair». [22] E les magis li dient: «Nos te{s} prion qe tu li perdoni et qe tu en prenne por restorament de son sanc celes couses ke tu vuois». [23] Et quant cesti magis ont dites maintes paroilles et ont mult priés, les spiriti qui est dedens le{s} cors au magi qui est cheü, respont, et, se le malaide doit morir, si respont en tel mainere et dit: «Cest amalaide a tant mesfait a tel espiriti et est si mauveis homes qe les spiriti ne le vuele pardoner pour couse dou monde». [24] Ceste respond ont celç que doient mourir. [25] Et se le malaide doit garir, adonc respont le spiriti qui est en cors dou magis et dit: ce le malaide vuelt garir, si prennent .ii. mouton ou trois; et encore: qe il fasoient .x. bevragies ou plus, mult chier et buen; et dient qe les munton aient le chief noir, ou les divisent in autre mainere; et dit qu’il en face sacrefice a tiel ydre et a tel espiriti, et qe ensi vent tant magis e tantes dames, de celz qe ont les espiriti et que ont les ydres, et qu’il faicent grant laudes et grant feste a la tiel ydre et a tiel espiriti. [26] Et quant cesti ont eu ceste respont{e}, les amis au malaides tout mantinant font ensi come les magis lor devisent: car il prenent les monton ensi devisé com il lor dit et font les bevrajes tel et si buen et tant come il lor est devisé; il ocient les montonç et espanent le sanc en celz leus ou il est lor dit a henor et a sacrefice de tiel espiriti; et puis font cu<i>re les montons en la maison do malaides; et hi vient tant de cesti magis et tantes de celes dames con il lor estoit dit. [27] Et quant il hi sunt tuit venus, et les montons et les bevrajes sunt aparoillés, adonc comencent a soner et a baler et a canter lor loemant des espiriti. [28] Il espanent dou brod de la char et de cele bevrajes, et encore ont ence<n>s et le lengn aloé, et vont encensant ça et la, et font grant luminarie. [29] Et quant el a ensint fait une peçe, adonc en chiet le un, et les autres le demandent se il est pardoné au malaide et s’il doit garir: celui respont cele foies, e dit qu’il ne li est encor pardoné e q’il faicent encore la tiel couse, et adonc li sera pardoné. E celi la font maintinant. [30] Et l’espiriti respont pois qe le sacrifice et tous les couses sunt faite qu’il est pardoné et qu’il guerra prochainemant. [31] Et quant il ont eu ceste respo<n>se et ont espandue et dou brod et des bevrajes, et ont fait grant luminaire et grant encensee, il dient qe l’espiriti est bien en lor part, et adonc les magis et les dames qi ont encore celz espiriti menuient le montonz et boivent les bevrajes a grant seulace et a grant feste. [32] Puis s’en torne chascun a sa maison et, puis qe tout ce est fait, le amalaides gueiris mantinant.

[33] Or voç ai contés la mainere et les usance de ceste jens et comant cesti magis sevent encanter les spiriti. Or vos laieron de ceste jens et de ceste provences et vos conteron des autres, ensi com voç porés hoïr.


CXX

[1] Comant le Grant Kaan conquisté le roiaume de Mien et de Bangala.
 

[2] Or sachiés que nos avavames dementiqué une mout belle bataille, qe fu eu roiame de Vocian, qe bien fait a mentovoir en ceste livre; et por ce la voç conteron tout apertamant comant el avent et en quel mainere.

[3] Il fu voir qe a les .mcclxxii. anz de l’a<n>carnasion de Crist, le Grant Kaan envoie grant host en le roiame de Vocian et de Carajan por cui il fuissent gardé et sauvé qe autres jens ne feisent lor domajes, car le Grant Kaan ne i avoit encure mandé nulz de sez filz, come el fist puis, car el en fist roi Sentemur, qe estoit filz a son filz qe mort avoie esté. [4] Or avint qe le roi de Mien et de Bangale, ke molt estoit poisant rois et de teres e de tesor e de jens, e cestui rois ne estoit sout le Grant Kaan, mes puis, ne ala grament de tens qe le Grant Kan le conquisté et li toli andeus les roiames qe je voç ai només desovre, et, ceste roi de Mien et de Bangala, quant il soit qe le ost dou Grant Kan estoit a Vocian, il dist a soi meisme qu’il est mester qe il hi a<i>lle lor sovre a si grant jens qu’il les metra tuit a mort, en tel mainere qe le Grant Chan ne aura jamés volunté d’envoier illuec autre oste. [5] Et adonc cest roi fait mout grant aparoilemant, et voç deviserai quelz. [6] Or sachiés tuit voiremant qe il ot .iim. leofant mout grant, et fist faire sovre chascun de cesti leufanti un chastiaus de fust mult fort et molt bien fait et ordree por conbatre; et sor chascun chastiaus avoit au moin .xii. homes por conbatre, et en tiel hi avoit .xvi., et en tiel plus. [7] Et encore ot bien .lxm. homes entre a chevaus et auquanz hi ni avoit a piés: il fait bien aparoil de poisant roi et de grant com el estoit, car sachiés q’ele fu bien host de faire un grant esfors. [8] Et qe voç en diroie? Ceste rois, quant il ot fait si grant aparoil comme je voç ai contés, il ne fait demorance, mes tout mantinant se met a la voie con toutes ses jens por aler sor les host dou Grant Kaan qe estoit a Vocian. [9] Il allent tant, qu’il ne treuvent aventure qe a mentovoir face, qe il furent venus a .iii. jornés pres a les ost des Tartarç, et iluec mist son canp por sojorner et por repouser seç jens.


CXXi

[1] Ci devise de la bataile que fu entre le host dou Grant Kan et le roi de Mien.
 

[2] Et quant le ssire des ost de Tartarç soit certainemant qe cest roi li venoit sovre a si grant jens, il hi a bien doutee, por ce qe il ne avoit qe .xiim. homes a chevaus; mes san faille il estoit mout vailanz homes de son cors et buen chevaitanç; et avoit a non Nescradin. [3] Il ordre et amoneste sez jens mout bien; il porcace, tant com il plus poit, de defendre le païs et sez jens. [4] Et por coi vos firoie je lonc conte{re}? Sachiés tuit voiremant qe les Tartarç s’en vindrent tuit et .xiim. homes a chevaus en le plain de Vocian, et iluec atendoient les ennimis qe venissent a la bataille. [5] Et ce font por grant senç et por bone chevaiteine, car sachiés que dejoste cel plain avoit un bois mout grant et plen d’arbres. [6] En tel mainere com voç avés hoï atendoient les Tartarç les ennimis en cel plain.

[7] Or laison un pou a parler des Tartarç, qe bien en retorneron porchainemant, et parleron de les ennimis. [8] Or sachiés tuit voirmant qe quant le roi de Mien fo sejorné auques con toute sez host, il se partirent de luec e se mestrent a la voie, et alent tant qe il furent venus eu plain de Vocian, la o les Tartarç estoient tuit aparoilés. [9] Et quant il furent venus en cel plain, pres a les ennemis a un milier, il asete seç leofans e les castiaus et les homes desus bien armés por conbatre. [10] Il ordre seç homes a chevalz et a piés molt bien et sajemant come saje rois qu’il estoit. [11] Et quant il ot ordree et asetté tout son afer, il se mist a aler con tuit sa ost ver les ennimis. [12] Et quant les Tartarç les virent vinir, il ne font senblant qe il soient de rien esbaïs, mes mostrent qe il sunt preuç et ardis duremant, car sachiés senç nulle faille qe il se mistrent a la voie tuit ensenble bien et ordremant et sajemant vers les ennimis. [13] E quant il furent pres a elz et qe il ne avoit for que dou comencer la bataile, adonc les chevaus des Tartars, quant il ont veu les leofans, il espaontent en tel mainere qe les Tartarç ne les poient mener avant ver les ennimis, mes se tornoient toutes foies arieres. [14] Et le roi et sa jens con les leofans aloient toutes foies avant.


CXXII

[1] Ci dit encore de la bataille meisme.
 

[2] Quant les Tartarç ont ce veu, il en ont grant ire et ne savoient que il deussent faire, car il voient clerement, se il ne puent mener lor chevaus avant, qe il ont dou tot perdu. Mes il se esproitent mout sajemant, et voç dirai q’il firent.

[3] Or sachiés qe les Tartarç, quant il voit qe lor chevaus estoient si espaontés, il desmontent tuit de lor chevaus et les mistrent dedens le bois et les atachent a les arbres; puis mistrent les mains a les ars et encouquent les saietes et laisent aler a les leofans: il traient lor tantes sagites q’e<st> mervoille, et furent les leofans ennavrés duremant. [4] Et les jens dou roi traioent encore a les Tartarç mout espesemant et done a elz mout dur asaut. [5] Mes les Tartars, qe d’aseç estoient meillor homes d’armes qe lor ennimis n’estoient, se defendoient mut ardiemant. [6] Et qe voç aleroie disant? Sachiés qe quant les leofans furent ensi ennavrés, com je voç ai contés, tuit les plusors je voç di qe il se tornent en fuie vers les jens dou roi, de si grant fraite qe il senbloit qe tout le monde se deust fendre: il ne s’arestent jamés a les bois et hi se mestrent dedens et ronpent les cha{u}stiaus et gastent et destruent toutes couses, car il aloient or ça or la por le bois, faisant trop grant fraite et temoute. [7] Et quant les Tartarç ont veu qe les leofans s’estoient torné en fuie en tel mainere com vos avés oï, il ne font demorance, mes tout mantinant montent a chevalz et alent sor le roi et sus sa jens; il conmencent la bataille a sajectes mult cruele et pesme, car le roi et seç jens se defendoient ardiemant. [8] Et <quant> il ont toutes les saïtes jetés et traites, mistrent les mainz a<s> spee et a les maques, et se corent sors mout aspremant. [9] Il se donoient grandisme coux: or peust l’en veoir doner et recevoir de spee et de maqes; or poit l’en veoir occire chevalers et chevalz; or poit l’en veoir couper main et bras, bus et test<e>s, car sachiés qe maint en cheoient a la tere mors et navrés a mort. [10] La crié et la nose hi estoit si grant qe l’en ne oïst le dieu tonant. [11] L’estors e la bataille estoit de toutes pars mot grant et pesme, mes si sachiés sanç nulle faille qe les Tartars en avoient la meior partie, car de male hore fo comencé por le roi et por seç jens: tant en furent occis celui jor en cel bataile! [12] Et quant la bataille fu duree jusque a midi passé, adonc le roi et sez jens estoient si maumenés et tant en estoient occis, que il ne poient plus sofrir, car il voient bien, qe se il demorent plus, que hi sunt tuit mors. [13] Et por ce ne i vousistrent plus demore<r> mes se mistrent a la fuie com il plus puent. [14] Et quant les Tartars virent qe celz s’estoient tornee en fuie, il li vont abatant et chaçant et ociant si malamant qe ce estoit une pitié a veoir. [15] Et quant il ont chaciés une pieces, il ne li vont plus caçant, mes alent por les bois por prendre de les leofans. [16] Et si vos di qe il trinchoient les grant arbres por metre devant a les leofant, por coi il ne peusent aler avant. Mes tout ce ne valoit noiant qe peussent prendre. [17] Me je voç di qe les homes meisme dou roi, qui estoient pris, le prenoient, por ce qe les leofans a greingnor entendimant qe nul autres animaus qe soit. Et por ce en pristrent plus de .cc. leofans. [18] Et de cest bataille conmance le Kan avoir des leofans aseç.

[19] En tel mainere ala ceste bataille com voç avés oï.


CXXIII

[1] Comant l’en descent une grant descendue.
 

[2] Quant l’en s’en part de ceste provence qe je voç ai conté de sovre, adonc comance l’en a desendre por une grant desendue, car sachiés tuit voiremant qe l’en vait bien deus jornee et dimi au diclin, et en toute ceste deus jornee et demi ne a couse qe a mentovoir face, for seulemant qe je voç di qe il hi a une grant place la ou il se fait grant merchié, car tuit les homes de cele contree vienent a cel plaice auquant jors nomé, ce est trois jors la semaine. [3] Il chançoient or con arjent e donent un saje d’or por .v. d’arjent; et chi vienent les merchaant de mout longe partie et canjent lor arjent con les or de ceste jens, et voç di q’il en font grant profit e grant gaagne. [4] Et les jens de celle contree qe aportent lo or, nul ne poit aler a lor maison, la o il demorent, por lor fer maus, tant demorent en for leu e des<v>oiable: nul hi ala for qu’elz.

[5] Et quant l’en a desendue cest.ii. jornee et demi, adonc treuve l’en une provence qe est ver midi et est a les confin de Yndie: Mien est apelés. [6] L’en ala .xv. jornee por mout desviable leu et por grant boscajes, la ou il ha leofans asez, et unicorn aseç, et autres diverses bestes sauvajes. [7] H<o>mes ne habitasion n’i a: et por ce voç laison de ce boscajes et voç conteron d’une estoire, si con vos la pori oïr.


CXXIV

[1] Ci devise de la cité de Mien.
 

[2] Or sachiés qe quant l’en est chevauchés les .xv. jornee, qe je vos ai contee de sovre, de si desvoiable leu, adonc treuve l’en cité, qui est apellés Mien, qui mout est grant et noble, et est chief dou regne. [3] Les jens sunt ydres et ont langajes por eles. Il sunt au Grant Kan.

[4] Et en ceste cité a une si noble couse qe je vos dirai. Car il fu voir qe jadis ot en cest cité un riche rois et poisant; et quant il vint a mort, il comandé qe sor sa tonbe, ce est sus son monument, fuissent faites .ii. tor, une d’or et une d’arjent, en tel mainere com je voç dirai. [5] Car le une tor estoit de belle pieres, puis estoit cuvert: estoit le or gros bien un dois e n’estoit si toute la tor cuverte qe ne senbloit qu’ele fust for d’or soulemant; elle estoit aute bien .x. pas et grosse bien tant com elle convenoit a l’autese dont elle estoit; desore estoit reonde et tut environ le reondemant estoit ploine de campanelle endorés qe sonoient toutes les foies qe le vent feroit entr’aus. [6] Et l’autre tor, qe desovre estoit d’arjent, estoit tute senblable et en tel mainere fait come come celle dou l’or, et de celle grant et de celle faison. [7] Et ce f{a}ist faire cel roi por sa grandese et por sa arme. [8] Et voç di q’eles estoient les plus bielles tors a veoir dou monde et si estoient de mout grandisme vailance.

[9] Et si vos di qe ceste provence conquisté le Grant Kan en tel mainere com je vos dirai.

[10] Il fui voir qe a la cort dou grant Kaan avoit une grant quantité de joculer e des tregiteor, e le Grant Kan dist que il vuelt qe il ailent conquister la provence de Mien: dona elç cheveitain et aide. [11] Le giogoler distrent qu’il le velt volunter. Et adonc se mistrent a la voie con celz cheveintain et con tel aide qe le Grant Kaan doné elz. [12] Et qe voç en diroie? Saquiés qe cesti giogoler, con celes jens qe alerent con eles, conquistent cele provence de Mien. [13] Et quant il l’ont conquisté et il furent venu a ceste noble cité, et il treuvent cestes deus tors si belle et si riche, il en furent tuit merveliés, et mandent a dir au Grant Kan, la o il estoit, le convinance de cestes tors et comant elle estoient belles e de grandissime vailance, et qe, se il velt, qu’il les desfiront, et li manderont le or e l’arjent. [14] Et le Grant Kan, qe savoit qe cel roi l’avoit fait fer por sa arme e por coi l’en aüsse remenbrance de lui depuis sa mort, il dist qe il ne voloit q’ele fuissent desfait mie, mes dit qu’il vuelt qe demorent en tal mainere come celui roi qe l’avoit fait faire le avoit ordree et establi. [15] Et ce ne fu pas mervoille, por ce qe je voç di qe nul Tartarç ne touche mie cousse d’aucun mort.

[16] Il ont leofans aseç, et buef sauvajes grant et biaus; cerf, dain, cavriol, et de toutes faisonç des bestes, ont il en abunda<n>ce.

[17] Or voç ai contés de cest provences de Mien. Or noç lairon adonc et voç conteron d’une provence qe est apellé Bangala, ensi com voç oirés.


CXXV

[1] Ci devise de la grant provence de Bangala.
 

[2] Bangala est une provence ver midi qe, as .m.cc.xc. anz de la nativité de Crist, quant je, March, estoie a la cort dou G<r>ant Kan, encore ne l’avoit pas conquisté, mes toutes foies les hostes et seç jens hi estoient por conquister. [3] Mes je voç di qe ceste provence ont rois e lengajes por elz. Il sunt pesimes ydres, ce entendés ydules. Il sunt a les confin de Ynde. Il hi a maint escuilés, et d’iluec les ont tuit les baronç et seingnors qe entor celes provences sunt. [4] Li buef <sunt> si aut con leofant, mes ne pas si gros. Il vivent de chars e de lait e de ris. [5] Il ont banbance aseç. [6] Il font grant merchandie, car il ont espi e galanga et gengiber et succare et de maintes autres chieres espices. [7] Il hi vi<e>nent les Yndien et hi achatent de les escuilliés qe je voç ai dit, et esclaus hi achatent ausi aseç, car sachiés qe les merchant achatent en cest provence esculiés et esclaus aseç et puis les moinent a vendre por maintes autres pars.

[8] Or en ceste provence ne a autre couse qe a mentovoir face, et por ce noç en partiron et voç conteron d’une provence qui est ver levant et est apelé Caugigu.


CXXVI

[1] Ci devise de la grant provençe de Caugigu.
 

[2] Caugigu est une provence ver levant. Il hi a rois. Les jens <sunt> ydules et ont langajes por elz. Il se renderent au Grant <Kan> et li font chascunz anz treü. Et si voç di qe cest roi est si luxuros qu’il a bien .iiic. feme, car, quant il ont aucune belle feme en la contré, la prant a feme. [3] Il se treuve en cest provence or aseç. Il ont chieres espiceries de maintes faites en grant habundance. Mes il sunt molt loinge dou mer, e por ce ne vailent gueire lor mercaandie, mes i ni a grant merchiés. [4] Il ont leofant asez et autres bestes de maintes faisonz. Il ont venesionz asez. [5] Il vivent de char et de la<i>t et de ris. [6] Il ne ont vin de vigne mes le font de ris et de espices molt bien. [7] Les jens toutes comunemant, masles et femes, {s}unt toutes lor charç pintes en tel mainere con je voç dirai: car il se font por toutes lor chars pintures con aguiles, a lions et a drag et ausiaus et a maintes ymajes, et sunt fait con les a{n}guiles en tiel mainere qe jamés ne s’en vont. [8] Ce ausi se font au vix et <a>u cuel et au ventre et a les manz et a les janbes et por tout les cors. [9] Et ce funt por grant gentilise; e celui qui plus n’ot de ceste pointure s’en ti{n}ent a graingnor et a plus biaus.

[10] Or nos lairon adonc de cest provence et voç conteron do un autre provence, qe a a non Aniu, qui est ver levant.


CXXVII

[1] Ci devise de la provençe de Aniu.
 

[2] Aniu est une provence ver levant qe est au Grant Kaan. [3] Il sunt ydules; il vivent de bestiames et dou profit de la tere; il ont langajes por elz. [4] Les dames portent as jambes et es braces braciaus d’or et d’arjent de grandisme vailance, et les homes les portent ausi et meilorç qe les dames et plus. [5] Il ont chevaus aseç et buens, et le vendent grandisme quantité a les yndiens que en font grant merchandie. [6] Il ont encore trop grant habondance de bufal e des buef e des vaches, por ce che trop est buen leus e de bone pasture. Il ont grant abundance de toutes couses de vivre. [7] Et sachiés qe de ceste Aniu jusque a Caugigu, qe derer est, a .xv. jornee, et <de> Caugigu a Bangala, qui est tierce provence en deriere, a .xxx. jornee.

[8] Or noç partiron de Aniu et aleron a une autre provence qe a a non Toloman, qui est longe de ceste bien .viii. jornee ver levant.


CXXVIII

[1] Ci devise de la provence de Toloman.
 

[2] Toloman est une provence ver levant. Les jens sunt ydules et ont langajes por elz, et sunt au grant Chan. Il sunt mult belles jens et ne sunt mie bien blances, mes brunz. Il sunt bien homes d’armes. [3] Il ont cités asseç; mes chastiaus ont il grant quantité en grandismes montagnes et fortreses. [4] Et quant il morent, il font ardoir les cors, et les oses que remanent, qe ne se poent ardoir, il le prennent e le metent en archete peitete, puis les portent en grant montagnes et autes et le metent en grant cavernes pendue en tel mainere qe homes ne bestes les poit tocher. [5] Il hi se treuve or asez. [6] La monoie qu’il espendent a menue est de porcelaine, en tel mainere com je voç ai contés. Et ausint toutes cestes provences, ce est Bangala et Caugigu et Aniu, espendent or et porcelaine. [7] Il hi a mercheanz auques, mes, celz qe i sunt, <sunt> mout riches et portent mout en mercandies. [8] Il vivent de chars et de lait et de ris. <Il ne ont vin de vigne, mes le font de ris> e d’espieces moult buen.

[9] Or noç lairon de ceste provence, qe n’i a autre couse qe a mentovoir face, et vos conteron d’une provence qui est apellé Ciugiu, ver levant.


CXXIX

[1] Ci dit de la provence de Ciugiu.
 

[2] Ciugiu est une provence ver levant qe, quant l’en se part de Tolomai<n>, il ala .xii. jornee sor por un flumz, la ou il trouve viles et chastiaus asseç; mes il n’i a couses que a mentovoir face. Et quant l’en est alés .xii. jornés sor por cest flum, adonc treuve l’en la cité de Ciugiu, qe mout est grant et noble. [3] Il sunt idules et sunt au Grant Kaan. Il vivent de mercandie et d’ars. [4] Et si voç di qu’il font dras d’escorses d’arbres, et sunt mout biau, et vestent celz dras d’estee. Il sunt homes d’armes. [5] Il ne ont monoie for qe le charte dou Grant Kaan qe je voç ai dit, car je voç di qe desormés somes en les teres qe espendent les cartre dou Grant Kaan.

[6] Il hi a tant lyonç qe nulz homes ne puet dormir la nuit deors de maison, car le lionz le mengi<e>roit mantinant. [7] Et si voç di un autre chouse: qe quant les homes vont por cest flun et la nuit demorent aucun leu, se il ne dorme{re}nt bien longe de tere, les lionz vont a elz jusqe a la barche et en prant un home et s’en vait sa voie et les men<j>ue. [8] Mes je voç di ke les homes s’en sevent bien garder, et voç di car il sunt grandissmes lionz et perilieus; mes si sachiés qe je voç dira<i> une mervoie, car je voç di qe en ceste contree a chiens qe ont d’ardimant qe vont asalir le lion, mes si vuelent estre deus, car sachiés qe un home et .ii. chienz occient un grant lyonz, et voç dirai comant. [9] Quant une home chevauche por chamin con ar<c> e con saiete et con deus chiens grandismes, et il avint que il treuve un grant lyonz, les quiens, que sunt ardis et fors, tantost qe il voient le lyon, il corent sor lui mout ardiemant. [10] Le{s} lionz se gire ver les chien, mes les chien se sevent bien garder. Les chiens, tantost qu’il voient qe le lion s’en vait, il le corent derieres et le mordent a les cuisses ou a le coe; et le lionz se gire mout fieramant mes ne les puet atandre por ce qe les chienz se sevent bien garder. [11] Et qe voç en diroie? Le lion doute mout por le grant remor qe font les quienz et adonc se met a la voie por trover aucun arbre ou il se poisse apoier por moustre<r> le vix a les chien. Et, en ce qe le lion s’en vait, les chiens les vont toutes foies mordant derieres; et le lionz se gire or ça or la. [12] Et quant l’en veit ce, il met main a son arc et li done des saiete, et une et deus et plus et tantes qe le lion chiet mort. [13] Et en ceste maineres en occient maint, car ne se puent defendre a un home de cheval che aie .ii. buen chien.

[14] Il ont soie aseç e mercandies de toutes faites en grant abundance, le queles se portent por ceste flum en maintes païs.

[15] Et sachiés tout voi<r>emant qe sus por cest flunz alonz, et encore .xii. jornee, et treuve l’en toutes foies cités et castiaus en grant habundance. Les jens sunt ydoles et sunt au Grant Chan. Lor monoie sunt de charte, ce est la monoie dou seingnor. Il vivent de mercandies et d’ars.

[16] Et a chief de .xii. jornee adonc treuve l’en a Sindinfu, de coi ceste livre en parole en arieres. Et de Sindinfu se part l’en et chevauche bien .lxx. jornee por provences e por teres <en> les quelz nos somes esté et l’avon escript e<n> nostre livre en arieres.

[17] A chief de .lxx. jornee trouve l’en Giugiu, la o nos sommes esté. Et da Giugiu se part l’en et ala quatre jornee trovant cités et castiaus aseç. Les jens sunt de grant merchandies e de grant ars. Il sunt idules et ont monoie dou Grant Kan, lor seingnor, ce est cartre.

[18] A chief de .iiii. jornee treuve l’en la cité de Cacanfu, qui est ver midi et est de la provence dou Chatai, et voç en conteron, de ceste Cacanfu, sa convenance, ensi com voç porés oïr.


CXXX

[1] Ci devise de la cité de Cacianfu.
 

[2] Cacianfu est une grant cité et noble dou Catai et est ver midi. Les jens sunt ydules et font ardoir lor mors. Il sunt au Grant Chan et ont la monoie de carte. Il vivent de mercandies et d’ars car il ont soie aseç; il font dras dorés et de soie et sendal en grant abondance. Ceste cité a cité et chastiaus aseç sout sa seingnorie.

[3] Or nos partiron de ci et aleron avant por midi .iii. jornee et voç conteron do une autre cité qe a non Cianglu.


CXXXI

[1] Ci devise de la cité de Cianglu.
 

[2] Cianglu est encore une mout grant cité ver midi; est au Grant Kan et de la provence dou Catai. Lor monoie est de carte. Il sunt ydres et font ardoir les cors mors. Et sachiés qe en ceste ville se fait la sal en grandissme quantité, et voç dirai comant.

[3] Il est voir qu’il prenent une mainere de tere qui est molt saumastre, et de ceste terre font grant mons, e desus cest mont gitent aigues aseç tant qe l’eive <†> et la metent en grant pot et en grant chaudere de fer et la font boïr asez, et adonc est le sal fait mout biaus e blance et menu. Et si voç di qe de cest sal se porte por maintes contrés environ et si en ont grant avoir.

[4] Or noç partiron de ceste cité, qe ne i a autre chouse qe a mentovoir face, et vos conteron d’une autre cité, qe est apellé Ciangli, qui est ver midi, et voç conteron de sez fais.


CXXXII

[1] Ci devise de la cité de Ciangli.
 

[2] Ciangli est une cité dou Catai ver midi; est au Grant Chan. Il sunt ydres et ont monoie de carte. Il est longe de Cianglu .v. jornee, et en cest .v. jornee se treuve viles et castiaus asez qe toutes sunt au Grant Kan et sunt teres de grant mercandies et sunt mout profitable au Grant Sire. [3] Et sachiés qe por mi la cités de Ciangli vait un grant flum et large por le quel se portent en sus et en jus grandissmes quantité des mercandies de soies et d’especeries e de autres chieres couses.

[4] Or nos partiron de Ciangli, que ne voç en conteron plus, et voç diron d’une autre cité qe est loinge de ci .vi. jornee ver midi et est apellés Tundinfu.


CXXXIII

[1] Ci devise de la cité de Tundinfu.
 

[2] Quan l’en s’en part de Ciangli, il ala .vi. jornee ver midi, et toutes foies trouvant cités et castiaus aseç et de grant vailance et de grant nobilité. [3] Il sunt idules et ardent les cors mors; et il sunt au Grant Chan et ont monoie de carte. Il vivent de mercandies et d’ars; il ont de toutes couses de vivre en grant abundance; mes n’i a couses que a mentovoir face. [4] Et por ce vos diron de Tondinfu: est une grandisme cité, et, jadis avant, est grant roiames, mes le{s} grant Kaan le conquisté por force d’armes. Mes toutes foies voç di q’ele est la plus noble cité que soit <en> toutes celles contree. [5] Il a grandisme <quantité de> mercheant qe font grand mercandies. Il ont si grant abundance de soie qe ce est mervoie, mant biaus jardinz et deletable, plein de toutes buens fruit. [6] Et sacqiés tout voiremant qe ceste cité de Tondinfu a sout sa segnorie .xi. cité imperiaus, ce est a dire qe sunt noble et <de> grant vailance car il sunt cité de grant mercandie et de grant profit, car elle ont soie outre mesure.

[7] Et voç di que as .mcclxxii. anz de l’a<n>carnasion de Crist le Grant Kan avoit mandé un sien baronz, qe avoit a non Liitam Sangon, a ceste cité et a ceste provence <por> coi il la deust garder et sauver. E si done a cestui Liitan .lxxxm. homes a chevaus a ceste garde faire. [8] Et quant cestui Liitan fu demoré con cestes jens en ceste provences, ensi come trait<r>es panse de fer une grandissne deslaiauté, et hoirés quelz. [9] Il fu con tuit les sajes homes de toutes cestes cités et consoille con elles qu’il se revelerent au Grant Kan. Et le font con la volunté de tout{i} les pueples de la provence, car il se revelent au Grant Kaan e ne le obïent de rienz. [10] Et quant le Grant Chan soit ce, il hi mande .ii. sez baronz qe avoit a non Aguil et Mongatai, et con eles envoie bien .cm. homes a chevaus. [11] E por coi voç firoie lonc cont? Sachiés tout voiremant que ceste .ii. baronz con lor jens conbatirent con Litam, qe revelés s’estoit, et con toutes les jens qu’il puet asenbler, qe furent bien entor .cm. homes a chevaus et grandisme quantité des homes a piés. [12] Mes tel fu l’aventure qe Liitan perdi la bataille et hi fu ocis{i} con maint autres. [13] Et aprés qe Liitan fu desconfit et mors, le Grant Kan fist{e} puis envestïer de tuit celz qe avoient esté coupable a tiel traïment faire, e tuit celz qe hi se trovent coupable furent mis a mort cruelmant; e a tous les autres jens pardone e n<e> fist elz nulz maus, et il furent puis buen feoilz toutes foies.

[14] Or nos partiron de ceste matiere, puis que nos le voç avon contee ordeneemant, et voç conteron d’une autre contree qe est <ver> midi et a non Singiu.


CXXXIV

[1] Ci devise de la noble cité de Singiu.
 

[2] Quant l’en s’en part de Tondinfu, el ala trois jornee por midi, toutes foies treuvant cités et castiaus nobles et buens et de grant mercandies et de grant arz; et hi a caceisonz et veneiçonç aseç de toutes maineres; il ont des toutes couses a grant plantee.

[3] Et quant l’en est alés ceste trois jornee, adonc treuve l’en la noble cité de Singiu Matu, qe mout est grant et riche et de grant mercandie e de granz arç. Il sunt ydres et sunt au Grant Kan. Lor monoie ont de carte. Et si voç di qu’il ont un fluns dou quel il ont grant <profit>, et voç dirai comant.

[4] Il est voir qe ceste grant flunz vient de ver midi jusque a ceste cité de Singiu Matu, et les homes de la ville <de> cest grant fluns en ont fait .ii., car il font l’une moitié aler ver levant et l’autre moitié aler ver ponent, ce est qe le un vait au Mangi et le autre por le Catai. [5] Et si voç di por verité qe ceste ville a si grant navile, ce est si grant quantité, qe ne est nul qe ne veisse qe peust croire. Ne entendés qe soient grant nes, mes eles sunt tel come besogne au grant fluns; et si voç di qe ceste naville portent au Mangi e por le Catai si grant abondance de mercandies qe ce est mervoille; et puis, quant elles revienent, si tornent encore cargies: et por ce est merveieliosse couse a veoir la mercandie qe por celle fluns se porte sus et jus.

[6] Or nos partiron de ceste Singiu Matu et voç conteron d’autre contree, et est ver midi, et ce sera d’une grant provence qe est apellé Lingiu.


CXXXV

[1] Ci devise de la la grant cité de Lingiu.
 

[2] Quant l’en se part de ceste ville de Singiu, il ala por midi .viii. jornee, qe toutes voies treuve l’en cités et castiaus asez qe mout sunt nobles et grant et riches e de grant mercandies et de grant arç. Il sunt ydres et font ardoir lor cors mors; et sunt au Grant Can; lor monoie est de carte.

[3] Et a chief de .viii. jornee treuve l’en une cité qe est apellés Li<n>giu, ausi come la provence, et est chief dou reigne. Elle est mout noble cité et riches. Il sunt homes d’armes. Bien est il voir qu’il hi se fait grant mercandies et grant <ars>. Il ont venesionz de bestes e de osiaus en grant habundance; il ont de toutes couses da mangier a grant p<l>antee. Il est encore sus le fluns qe je voç nomai desovre. Il ont navies greingnors qe les autres qe je voç contai, en le quel se portent maintes mercandies et chieres.

[4] Or voç laieron de ceste provence et cité e vos conteron encore de autre novité. Avant traicteron d’une citè, qe est apellé Pingiu, qe mout est grant et riche.


CXXXVI

[1] Ci devise de la cité de Pingiu.
 

[2] Quant l’en s’en part de la cité de Lingiu, il ala trois jornee por midi, et toutes foies trove cités et castiaus asez et buens. Il sunt dou Catai, et ydres et font ausi ardoir lor cors; et sunt au Grant Kaan; et ausint sunt les autres qe je voç ai contés en ariere. Lor monoie est de carte. Il hi a encore la meilor venesion, et de bestes et de osiaus, qe soient en tout le monde. Il ont grant habondance de toutes les couses da vivre.

[3] A chief de cest trois jornee, treuve l’en une cité, qe est apellé Pingiu, qe mout est grant et noble et de grant mercandies et de grant arz. Il ont soie en grandisme abundance. Ceste cité est a l’entree de la grant provence do Mangi et a ceste ville{s} les mercant chargient les carretes de maintes merchandies et les portent eu Mangi par plosors cités et castiaus. Il est cité que rent grant profit au Grant Kan.

[4] Il n’i a autre cousse qe a mentovoir face, et por ce noç en partiron et voç conteron de un autre cité, qe est apellé Cingiu, qe est encore a midi.


CXXXVII

[1] Ci devise de la cité de Cingiu.
 

[2] Et quant l’en se part de la cité de Pingiu, il ala .ii. jornee por midi por mout belles contree e devicioses des tous bienz, la ou il a venesionz aseç des toutes maineres de bestes et de osiaus. [3] Et a chief de .ii. jornee treuve l’en la cité de Cingiu qe mout est grant et riche, e de mercandies et d’ars. Les jens sunt ydres et font lor cors mors ardoir en feu. Lor monoie est de carte et sunt au Grant Kaan. Elle a trop biaus plainz et beus chans, et ont grant abondance de forment e de toutes blees. [4] Mes autres couses qe a mentovoir face n’i a, et por ce nos en partiron et vos conteron des autres teres avant.

[5] Et quant l’en s’en part de ceste ville de Cingiu, il ala bien trois jornee por midi, la o l’en treuve bieles contrees et biaus castiaus et casaus et bielles gaagnaries de teres et de cans, venesionz et chacejons aseç, et abondance de forment e de toutes bles. Il sunt ydres et sunt au Grant Chan. Lor monoie ont de carte.

[6] Et a chief de ceste .ii. jornee, treuve l’en le grant flunz de Caramoran, chi vient de la terre dou Preste Joan, qe mout est grant et large, car sachiés qe l’en est large un mil; il est mout profund, si que bien hi poient aler grant naves; il hi a peisonz aseç et grant; il hi a en ceste flunz bien .xvm. nes qe toutes sunt dou Grant Chan por porter seç hostes a l’isle de la mer, car je vos di qe la mer hi est pres a cest leu une jornee. E voç di qe ceste nes velent chascune .xx. marineres et portent entor .xv. chevaus cum les homes et con lor viandes. Et a une cité de ça et une de la, ce est encontre le une a l’autre. La une a non Coigangiu e l’autre a non Caigiu, qe le une est grant cité et le autre est pitete.

[7] Et desormés, quant l’en passe ceste flun, adonc entre en la grant provence do Mangi, et voç conterai comant ceste provence dou Mangi le conquisté le Grant Chan.


CXXXVIII

[1] Comant le Grant Kan conquisté la grant provence dou Mangi.
 

[2] Il fu voir qe <de>la grant provence do Mangi en estoit seingnor et sire Facfur, qe mout estoit grant roi e poisant des treçor e des jens et des terres, si que pou ’n avoit au monde greingnor, et certes n’en estoit nul plus riche e plus poisant, se n’estoit le Gran Chan. Mes si sachiés qu’il n’estoit homes vailanz d’armes, mes sun delit estoit de fenmes, et fasoit bien a povres jens. [3] Et en sa provence ne avoit chevauz ne n’estoient costumé de bataille ne d’armes ne des hostes, por ce che ceste provence dou Mangi est mout fortissme leu, car t<r>e<s>toutes les cités sunt environee d’eive large et porfonde, si que ne i ha nulle cité qe ne aie environ eive large plus d’une balestree mout profunde, si que je voç di qe se les jens fuïssent esté homes d’armes ne l’aüsent perdue, mes, por ce qe il n’estoient vailans ne costumés d’armes, la perderent il: car je voç di qe en toutes les cités s’entre por pont.

[4] Or avent qe a les .m.cc.lxviii. de l’ancarnasion de Crist le Grant Chan que orendroit reingne, ce est Cublai, hi mandé un sien baron qe avoit a non Baian Cinqsan, qe vaut a dire Baian .c. oilz; et si voç di qe <le> roi dou Mangi trovoit por sa astreunomie qu’il ne poit perdre son regne for qe por un home qe aüse .c. oilz. [5] Cestui Baian, con grandisme jens qe le Grant Kan li done, a qevaus et a piés, s’en vint au Mangi; puis ot grant quantité des nes qu’il portoient les homes a chevaus et a piés quant il abeçongnoit. [6] Et quant Baian fo venu con toutes seç jens a l’entré dou Mangi, ce est a ceste cité de Coigangiu, la ou nos sonmes ore e de la quel voç conteron tout avant, il dist elz qe il se rendesent au Grant Kaan. Celz respondent qu’il n’en firoit ren. Et quant Baian voit ce, il ala avant et treuve encore un autre cité, et encore ne se voit rendre. Et il se met a la voie encore avant: et ce fasoit il por ce q’el savoit qe le Gran Kaan mandoit deriere lui encore grant host. [7] Et qe vos en diroie? Il ala a .v. cités, ne nule ne poit prendre ne nulle ne <se> vost rendre. [8] Or avint qe la seisme cité Baian la prist a force, e puis en prist un autre et aprés la tierce, si qe je vos di qe avint en tel mainere qu’il prist .xii. cités le une aprés l’autre. [9] Et por coi voç firoie je lunc cont? Sachiés tuit voiremant qe Baianz, quant il oit prist tantes cités com je voç ai contés, il s’en ala tout droit a la mestre cité dou regne, qe Quinsai est apellés, la ou le roi e la raine estoient. [10] Le roi, quant il vit Baian et sa host, il ha grant doutance: il se parti de cel cité con maintes jens et entre bien .m. nes, et s’en fui en la mer Osiane entres les ysles. [11] Et la raine, qe remés estoit en la cité con grant jens, se porchachoit de defendre au miaus qu’il puet. [12] Or avint qe la raine demande comant avoit a non. Et adonc li dit l’en qu’il estoit apellé Baian .c. oilz. Et quant la raine oï qe cestui avoit a non .c. oilz, tantost li foi aremenbré de l’astrolomie que disoit que un ome qe avesse .c. oilz dovoit elz tolir lo reingne. [13] Adonc la raine se rendi a Baian. Et aprés qe la roine <se>fu rendue, toutes les autres cités et tout le reingne se renderent, qe ja ne font nulle defensse. Et ce fu bien grant conquest, qe en toute le monde ne avoit nul roiame qe la moitié n’avist de cest, car le roi avoit tant a despendre qe ce estoit merveliosse couse; et si voç dirai aucune des noblité qu’il fasoit.

[14] Sachiés qe chascun an fasoit norir bien .xxm. enfanz peitet, et voç dirai comant. En celes provences se getent l’enfanz tantost qu’il en nes. Et ce font les povres femes qe ne le poent norir. Et le roi les fasoit tuit prendre et fasoit iscrivre en quel sengnaus et en quel planete il estoit nes; puis le fasoit nourir por maintes pars et por maintes leus, car il a norise en grant abondance. [15] Et quant un riche home ne avoit filz, il aloit au roi et s’en fasoit doner tan co<m> il voloit et celes que plus li plasoient. [16] Et encore le roi, quant l’enfanz e la pocele fuissent en ajes de mariere, il donoit la poucelle a l’enfanz a feme et lor donoit tant q’el pooient bien vivre. Et en ceste mainere ongne an en alevoit bien .xxm. entre masles et femes. [17] Et encore fasoit cestui roi un autre couse: qe, quant il chevauche por aucune voies et il avenist qu’il trovast .ii. bieles maison . . .†. . . en aüst une pitete, adonc le roi demande por coi cele maison est si peitet e qe ne est si grant con celles autres. Et l’en li disoit qe celle petite maison est a un povre home qe ne a le poïr qui le peuse faire: adonc conmande le roi qe celle maison peitete soit fate si belle et si aute come estoient celles .ii. que delés estoient. [18] Et encore voç di qe cest roi se fasoit tutes foies servir a plus de .m. entre damoisaus et damoisielles. Il mantenoit son reingne en si grant justice qe nulz hi faisoit nul maus et la nuit demoroient les maisonz de les mercandies overte et ne i se trovoit nulle rien moin, car ausi pooit aler de nuit come de jor. [19] Il ne se poroit dir la grant riqesse qe en ceste reingne est.

[20] Or voç ai conté dou reingne. Or voç conterai de la raine: fu moinés au Grant Kaan, e quant le Gran Sire la vit il la fist honorer et servir chieremant come grant dame. [21] Mes do roi son baron en avint que ne oisi jamés de l’isle dou mer Osiane: si se morut. [22] Et por ce noç lairon de lui et de sa feme e de ceste matiere et en torneron a contier de <la> provence dou Mangi, et diron de toutes lor maineres et de lor costumes et lor faites, bie<n> et ordeemant, ensi con vos porrés oïr apertemant. Et nos comenceron dou conmençamant, ce est de la cité de Coigangiu.


CXXXIX

[1] Ci devise de la cité de Coycangiu.
 

[2] Coygangiu est une mult grant cité e noble et riche qe est a l’entree de la provence dou Mangi, et est ver yseloc. [3] Les jens sun ydules et funt ardoir lor cors mors; il sunt au Grant Kan. [4] Il hi a grandismes quantités des navies, car voç savés, si com je voç ai dit, q’ele est sus le grant flum qe est apellés Caramoran. [5] Et si voç di qe en ceste cité vient en grandisme abondance de mercandies, por ce qe est les chief dou reingne de cel part, car maintes cités hi font aporter lor mercandies por ce que les respandent por cel flum a maintes autres cités. [6] Et encore voç di que en ceste cité se fait le sal et en done bien a .xl. cités. Dont le Grant Kaan en a de ceste cité grandisime rende, entre dou sal et dou droit de la gran mercandies qe hi se font.

[7] Or voç avun conté de ceste cité; adonc nos en partiron et vos conteron d’une autre cité qe est apellés Pauchin.


CXL

[1] Ci dit de la cité de Pauchin.
 

[2] Quant l’en se part de Coigangiu, il ala ver yseloc une jornee por une chaucie qe est a l’entree dou Mangi; et ceste caucie est faite de mout belles pieres, et, dejouste la chaucie, et de le un les et de l’autre, ha eive; et en la provence ne se puet entrer for qe por ceste chaucie. [3] A chief de ceste jornee, treuve l’en une cité, qe est apelés Pauchin, qe mout est bielle cité et grant. Il sunt ydules et font ardoir les cors mors. Il sunt au Grant Kan. Lor monoie ont de carte. Il vivent de mercandies et d’ars; soie ont en grant abundance, dras de soie et dorés de maintes faisonz hi se font asez. Des chouses de vivre ont a grant plantee. [4] Mes autres couse ne i ha qe face a mentovoir, et por ce lairon de ceste et voç parleron d’une autre cité qe est apellés Caiu.


CXLI

[1] Ci dit de la cité de Cayu.
 

[2] Quant l’en se part de Pauchin, l’en ala por yseloc une jornee: adonc treuve l’en une cité, qe est apellés Caiu, qe mout est grant et noble. [3] Il sunt encore ydres et ont monoie de carte et sunt au Grant Kan. Il vivent de mercandies et d’ars. Il ont grant abondance des couses de vivre. Peisonz ont il ultre mesure; chachejonç et venesionz de bestes et de osiaus ont il grandismes quantités, car je voç di qe l’en hi auroit por un venesian gros d’arjent .iii. faisanz.

[4] Adonc noç partiron de ceste cité et voç conteron de un autre cité qe est apellés Tigiu.


CXLII

[1] Ci devise de la cité de Tigiu.
 

[2] Or sachiés qe quant l’en se part de la cité de Cayu il ala une jornee trovant toutes foies casiaus asez et chans et gaaingneries. [3] Et adonc treuve une cité, qe est apelés Tigiu, qe ne est mie trop grant mes planteuse et a assé de tous bien tereine. Les jens sunt ydres et ont monoie de carte, et sunt au Grant Can. Il vivent de mercandies et d’ars, car il se fait grant profit et grant gaagne de plosors merchandies. Et est ver yseloc. Il ont naives aseç; et venesionz de bestes et d’osiaus asez. [4] Et encore sachiés qe a le senestre partie ver levant, loinge de ci trois jornee, est la mer Hosiane, et dou mer Ociane jusque ci en tous les leus se fait le ssal <en> grandismes quantité, et hi a une cité qe est apellés Cingui, que mout est grant et riche et noble; et a cest cité se fait tout le sal, qe toute la provence en <a> asez; et si voç di tout voiremant qe le Grant Kaan en a grant rente et si merveliose qe a poine le poroit croire se ne le veist. [5] Il sunt ydres et ont monoie de carte, et sunt au Grant Kan.

[6] Et adonc nos partiron de ce et retorneron a Tigiu. Et encore noç partiron de Tigiu, qe bien voç en avon contés, et conteron d’une autre cité qe est apellés Yangiu.


CXLIII

[1] Ci devise de la cité de Yangiu.
 

[2] Quant l’en se part de Tigiu, il ala por yseloc une jornee por mout belle contree, la ou il a chastiaus et casaus aseç, et adonc treuve une noble cité et grant qe est apellés Yangiu. Et sachiés q’ele est si grant et si poisant qe bien a sout sa seingnorie .xxvii. cités grant et boines et de grant mercandies. En ceste cité siet un des .xii. baronz dou Grant Kaan, car elle est esleue por un des .xii. sejes. Il sunt ydres; lor monoie ont de carte et sunt au Grant Chan. [3] Et meser Marc Pol meisme, celui de cui trate ceste livre, seingneurie ceste cité por trois anz. [4] Il vivent de mercandies et d’ars, car il i se font arnois de chevalers et d’omes d’armes en grandisime quantité, car je voç di tout voirmant qe en ceste cité et environ por sa pertinence demorent maintes homes d’armes.

[5] Il ne a autre couse qe a mentovoir face. Nos partiron de ci et vos conteron des deus grant provence qe do Catai meisme sunt. Elle sunt ver ponent; et por ce qe il hi a bien couse da conter, voç en conteron de elles tous lor costumes et lor usance, et conteron de le une avant, qe est apellé Nanghin.


CXLIV

[1] Ci devise de la provence de Nanghin.
 

[2] Nanghin est une provence ver ponent, et est dou Mangi meisme, que mout est noble provence et riches. [3] Il sunt ydres et ont monoie de carte, et sunt au Grant Kan. Il vivent de mercandies et d’ars. [4] Il ont soie en abundance; il font dras dorés et de soie de toutes faisonz. Il ont grant plantee de toutes bles et de{s} toutes couses de vivre, car mout est planteuse provence; il ont venesionz et chaceisson asseç. Il font ardoir lor cors mors. Il ont lionz aseç. Il hi a maintes riches mercant, qe mout en a grans trëu et grant rende le Gran Sire.

[5] Or nos partiron de ci, car ne a autre chouse qe a mentovoir face. Et adonc voç conteron de la tres noble cité de Saianfu, que bien fait a conter en nostre livre por ce que trop est grant fait son afer.


CXLV

[1] Ci dit de la cité de Saianfu.
 

[2] Saianfu est une cité <grant> et noble que bien a sout sa seingnorie .xii. cité et grant et riches. Il hi se fait grant mercandies et grant ars. Il sunt ydres et ont monoie de carte, et funt ardoir lor cors mors. Il sunt au Grant Kan. Il ont soie asez e font dras doré et de maintes faisonz. Il ont venejonz et chaçajonç asez. Elle a toutes les nobles couses qe a noble cité convent. [3] Et si voç di tout voiremant qe ceste cité se tient .iii. anz depuis qe tout le Mangi fu rendu. Et toutes foies li estoit grant host dou Grant Chan souvre, mes ne i poit demorer for qe de un les, et ce estoit ver traimontaine, car de toutes les autres parties hi estoit grant lac e porfond. Et le host dou Grant Kan ne la poit asejer qe de celle part de traimontaine. Et il avoient por toutes les autres pars viandes asez, et ce avoient por l’eive. Et si vos di qe jamés ne l’aüse eue se ne fust une cousse qe je vos dirai.

[4] Or sachiés que quant les host dou Grant Kaan fu demorés a le seje de cest cité .iii. anz, et il ne la pooient avoir, il en avoient grant ire. [5] Et adonc mesier Nicolau et meser Mafeu et mesier Marc distrent: «Nos vos troveron voie por coi la ville se rendra maintenant». Et celz de l’ost distrent que ce volent il voluntier. Et toutes cestes paroules furent devant le Grant Kan, car les mesajes de celz de l’ost estoient venus por dir au Grant Sire comant il ne poient avoir la cité por aseje, et qe la viande avoient por tel pars qu’il ne la poent tenir. [6] Le grant Sire dist: «Il convient qe il se face en tel mainere qe cel cité soit prise». Adonc distrent les .ii. freres et lor filz meser Marc. «Grant Sire, nos avon avech nos en nostre mesnie homes qe firont tielz mangan qe giteront si grant peres qe celes de la cité ne poront sofrir mes se renderont maintenant, puis qe le mangan, ce est trebuche, aura laiens gitee». [7] Le Grant Sire dit a meser Nicolau et son frere et a so{i}n filz qe ce voloit il mout voluntier, et dist qe il feissent fere cel mangan au plus tost{o} qu’il poront. [8] Adonc mesere Nicolao e seç freres e son filz, qe avoient en lor masnee un alamanz et un cristien nestorin qe bon mestre estoient de ce faire, lor distrent qe il feissent .ii. mangan ou trois qe gitassent pieres de .ccc. livres. E cesti .ii. en firent .iii. biaus mangan. [9] Et quant il furent fait, le Grant Sire les fait aporter dusqe a seç host qe a l’asié de la cité de Saianfu estoient e que ne la poient avoir. [10] Et quant les trabuc furent venus a l’ost, il les font driçer: et as Tartarç senbloit la greingnor mervoille dou monde. E qe voç en diroie? Quant les trabuc furent drecés e tandu, adonc jete le un une pieres dedenz la ville: la pieres feri es maisonz e ronpi e gasté toutes couses, e fist grant remor et grant temoute. [11] Et quant les homes de la cité virent ceste male aventure qe jamés ne l’avoient vüe, il en furent si esbaïs et si espuentés qe il ne sevent qe il deusent dir ne fer. [12] Il furent a consoil ensenble e ne sevent prendre consoil comant il de ceste tr<a>buc poisent escanper. Il distrent qu’il sunt touit mors se il ne se rendent: et adonc pristrent consoil qu’il se renderont en toutes maineres. [13] Et atant mandent au seingnor de l’oste qu’il se volent rendre en la maineres qe avoient faiti les autres cités de la provence, e qu’il voloient estre sout la seignorie dou Grant Kan. Et le sire de l’oste dist qe ce voloit il bien. [14] Et adonc les recevi e cele de la cité se renderent, e cel avent por la bonté de mesere Nicolao e meser Mafeo e mesere Marc. E ce ne foi pas peitete cousse, car sachiés qe ceste cité e sa provence est bien une des meior qe aie le Grant Kan, car il en a grant rende e grant profit.

[15] Or vos ai contés de ceste cité, comant elle se rendi por les trebuche qe fist faire meser Nicolau e meser Mafeu et meser Marc. Or noç en lairon de ceste matiere et nos conteron d’une cité qe est apellé Singiu.


CXLVI

[1] Ci devise de la cité de Singiu.
 

[2] Or sachiés qe quant l’en se part de la cité de <Y>angiu et il ala por yseloc .xv. miles, adonc treuve une cité qe est apelés Singiu: ne est mie trop grant, mes ele est de grant naives e de grant mercandies. Il sunt ydres et sunt au Grant Kaan; lor monoie est de carte. [3] Et sachiés qe elle est sus le greingnor flum qe soit au monde, qe est apellés Quian: il est large, en tel leu hi a .x. miles et en tel .viii. et en tel .vi., et long est plus de .c. jornee. [4] Et por achaison de cest flum cest cité a mout grandisme quantités des naves qui portent por ceste flun maintes couses et maintes mercandies, et por ce est ville de coi le Grant Chan en a grant rende et grant treü. [5] Et si voç di qe ceste flun vait tant longe et por tantes pars, et tantes cités hi sunt sovre, qe je voç di voiremant qe por ceste flun ala plus naives, e con plus chieres couses et de greignor valance, qe ne vont por tus les flu<n>s de cristiens ne por tout lor mer, car je voç di qe je hi vi a cest cité bien . . .†. . . nes a une foies, qe toutes najent por ceste flum. [6] Or donc poés vos bien penser, puis que ceste cité qe ne est mie trop grant a tantes nes, quant sunt le autres, car je voç di qe cest flun ala por plus de .xvi. provences, et si hi a sor lui plus de .iic. cités grant qe toutes ont plus naives de ceste.

[7] Les nes sunt coverte et ont un arbre, mes elle sunt de grant porter, car je voç di q’eles portent da .iiiim. cantar jusque en .xiim. de peis au conte de notre contré.

[8] Or nos partiron adonc de ci, qe bien nos en avon conté le fait; et aprés vos conteron d’une autre cité qui est apelé Caiciu. Mes avant vos voil conter une couse, que je avoie dementiqué, que por ce qe bien fait a nostre livre.

[9] Or sachiés qe tutes les nes ne ont sarce de caneve, for que il en ont bien forni les arbres e les voiles. Mes je vos di qu’ele ont le pelorce de canne, con le quele se tirent les nes sor por cest flum. Et entendés qe cest sunt de les cannes groses et longes, qe je voç ai dit en ereres, qe bien sunt longes .xv. pas: il le fendent e ligent le une con l’autre et le font long bien .iiic. pas, et est plus fort qe ne seroit de chanave.

[10] Or noç lairon de ce e retorneron a Caiciu.


CXLVII

[1] Ci devise de la cité de Caygiu.
 

[2] Caigiu est une pitete cité et est ver yseloc. Et sunt ydres et au Grant Kaan; et ont monoie de carte. Elle est sus le flun. Et a ceste cité se recuile grandisme quantités des bles e des ris. [3] Et de ceste cité se porte jusque a la grant cité de Cambalu a la cort dou Grant Kan por eive: ne entendés por mer, mes por flu<n>s et por lac. Et sachiés qe de les bles, che en ceste cité vient, en vif grant partie de la cort dou Grant Kan. [4] Et si voç di qe le Grant Kaan a fait ordree celles voies de l’eive da ceste cité ci jusque a Canbalu, car il a fait grandisme fosee et large et porfund da le un flum a l’autre e da le un lac <a l’>autre, et fait aler l’eive si qe senblent gran flun, et hi vont bien grant nes: et en ceste mainere se vait dou Mangi jusque a la cité de Canbalu. [5] Et encore vos di que ausint se puent aler por tere, car jouste celles voies de l’eive vait la chaucie por tere. Et en ceste mainere se poit aler e por eive e por tere, come vos avés entandu. [6] Et eu mileu de ceste flun, encontre ceste cité, ha une yseles de roches en la quel a un mostier de idres que hi a .iic. freres. Et en ceste grant mostier a grandismes quantités de ydules. Et sachiés que cest mostier est chief de maint autres mostier de ydules, qe est ausi come un arcevesquevé.

[7] Or nos partiron de ce et paseron le flum, et voç conteron d’une cité qe est apellés Cinghianfu.


CXLVIII

[1] Ci devise de la cité de Cinghianfu.
 

[2] Cinghianfu est une cité dou Mangi. [3] Les jens sunt ydules et sunt au Grant Kaan, et ont monoie de carte. Il vivent de merchandie et d’ars. Il ont soie aseç. Il font dras dorés et de soies de maintes faisonz. Il hi a riches mercant et grant. Il ont venejonç et chaceison de bestes et de osiaus aseç. Il ont grant plantee des bles et des chouses de vivre. [4] Il hi a deus e{n}glise de cristienz nestorin, et ce avint des .m.cc.lxxviii. anz de l’ancarnasionz de Crist en ça, e voç dirai comant il avint.

[5] Il fui voir qe unques ne i avoit eu moistier de cristienz, ne neis † en dieu† cristienç, jusque a .m.cc.lxxviii. anç <qe> hi fu seingnor por le Grant Kaan trois anz Marsarchis, qui estoit cristienz nestorin. Et cestui Marsarchis hi fist faire celles .ii. eglise, et, de celes tens en cha, hi a e{n}glise, que devant ne i avoit eglise ne cristiens.

[6] Or nos partiron de ceste matiere et voç conteron d’une autre cité mout grant qe est apellés Tinghingui.


CXLIX

[1] Ci devise de la cité de Tinghingui.
 

[2] Quant l’en se part de la cité de Cinghianfu, il ala trois jornee ver yseloc, toutes foies trovant cités et castiaus aseç de grant mercandies e de grant ars. [3] Il sunt tuit ydres e sunt au Grant Kan, et ont monoie de carte. [4] Et a chief de trois jornee, adonc treuve l’en la cité de Tinghingui, que mout est grant et noble. [5] Et les jens sunt ydres et sunt au Grant Kaan; lor monoie est de carte; il vivent de mercandie e d’ars. Il hi a soie asez: il funt dras dorés et de soie e de maintes faite. Il ont chacejonz et venejonz aseç, e des bestes e de osiaus; il ont grant abondance de toutes couses de vivre, car mout est planteuse tere. [6] Et si vos dirai une mauvese chouse qe celz de celz cité firent e comant il l’acat<er>ent chieremant.

[7] Il foi voir qe quant la provence dou Mangi se pris por les homes dou Grant Kan et qe Baian en estoit chief, il avint qe ceste Baian envoié une partie de sez jens, qe Alani estoient, qe estoient cristienz, a ceste cité por prandre. [8] Or avint qe cesti Alani la pristent et entrerent dedens la cité et hi treuvent si buen vin qe il en bevent tant qu’il furent tuit evries, si qe se dormirent en tel mainere qe hil ne sentoient ne bien ne maus. [9] Et quant les homes de la cité virent qe celz qe l’avoient pris estoient tiel atornés qe il senbloient homes mors, il ne font deleament, mes tout maintenant en celle nuit les occirent tuit qe ja un seul n’en escanpe. [10] Et quant Baian, le sire de la grant host, soit qe celz de ceste cité avoient ocis sez homes si desloiaument, il hi mande de sez jens aseç, e la pristent a force. Et si vos di toit voiremant qe, puis qu’il l’ont prise, qu’il li ocistrent a le spee. [11] Et en tiel mainere, com vos avés oï, furent tant homes mors a ceste cité.

[12] Or noç partiron de ci et aleron avant et voç conteron d’une cité qe est apellé Sugiu.


CL

[1] Ci devise de la cité de Sugiu.
 

[2] Sugiu est une tre noble cité et grant. [3] Il sunt ydules et au Gran Chan, et ont monoie de carte. Il ont soie <en> grandisme quantités. Il vivent de mercandies et d’ars. Il font maint dras de soie por lor vestiment. [4] Il hi a grant mercant et riches. Il est si grant q’ele gire environ .xl. miles. Il ha si grandisme quantités des jens que nulz en poroit savoir le nu<n>bre. [5] Et si voç di qe se il fuissent homes d’armes, cel de la provence dou Mangin, il conquistrént tout l’autre munde: mes il ne sunt pas homes d’armes. Mes je voç di qe il sunt sajes mercant et sotil homes de toutes ars. Et si a grant filosofe et grant mire naturel qe mout sevent bien nature. [6] Et si voç di tout voirmant qe en ceste cité a bien .vim. pont de pieres qe bien hi paseroit por desout une galee et .ii. [7] Et encore voç di que en celes montagnes de ceste ville naist le ribarbar et gengibre en grant abondance, car je voç di qe por un venesian gros aurést bien .xl. livre de gengibre fres, que mout est buen. [8] Et sachiés qe elle a sot sa seingnorie .xvi. cité mou grant et de gran mercandies e de grant ars. [9] Et sachiés qe le non de ceste cité, qui est apellé Sugiu, vaut a dir en françois la tere; et un autre cité, que est pres de ci, est apellés le ciel: et cesti non ont elles por lor grant nobilité. [10] Et voç conteron de l’autre noble cité, qe le ciel est apellés.

[11] Or nos partiron de Sugiu et aleron a une cité qe est apellé Vugiu. Et sachiés qe ceste Vugiu est longe de Sugiu une jornee. Elle est mout grant cité et boine et de grant mercandie e de grant ars; e por ce que ne i a couse de novité qe a mentovoir face, nos partiron d’elle et voç conteron d’une autre cité qi est appellé Vughin.

[12] Et ceste Vughin est encore une mout grant cité et noble. Il sunt ydres et au Grant Kaan, et ont monoie de carte. Il i a grant quantité de soie et de mantes autres chieres mercandies. Il sunt sajes merchaant et sajes d’ars. [13] Or nos partiron de ceste cité et voç conteron de la ville de Ciangan.

[14] Or sachiés qe ceste citè de Ciangan est mout grant et riqe. [15] Il sunt ydres et sunt au Grant Kaan, et ont monoie de carte. Il vivent de mercandies et d’ars. Il hi se font sendal de maintes faisonz en grandisme quantité. Il ont venejonz et chaceisonz aseç. [16] N’i a autre chouse qe a mentovoir fa<ce>; et por ce nos partiron de ce et aleron avant, et voç conteron des autres cités, et ce sera de la noble cité de Quinsai, qe est la mestre ville dou roi de Mangi.


CLI

[1] Ci devise de la noble cité de Quinsai.
 

[2] Quant l’en se part de la cité de Ciangan, il ala trois jornee la o il a maintes cités et maint chastiaus de grant nobilité et de grant richece que vivent de mercandies e d’ars. [3] Il sunt ydules et sunt au Grant Chan; il ont monoie de carte; il ont habundance de toutes couses da vi<v>re au cors d’oumes. [4] Et quant l’en est alés tres jornee, adonc treuve l’en la tre nobilisime cité qui est apellé Quinsai, que vaut a dire en franchoit la cité dou ciel. [5] Et depuis qe nos sonmes la venu, si voç conteron toute sa grant nobilité, por ce que bien fait a conter, qe ce est san faille la plus noble cité e la meilor qe soie au monde. [6] Et adonc voç conteron de seç nobilité, selonc qe la roine de ceste reingne mande por escript a Baian, qe conquisté ceste provence, qe le deus mander au Grant Kan, por ce qe il seuse le grant nobilité de ceste cité, por quoi ne la feist{e} destruere ne gaster. Et selonc que en celle escripture se contenoit, fu verité, selonc ce qe je, Marc Pol, vit puis apertemant a mes iaux.

[7] Il se contenoit tuit primermant <que>la cité de Quinsai gir’environ .c. miles et ha .xiim. pont de pieres, et por chascun de cesti pont, ou por la greingnor partie, poroit bien passer une <grant> nes por desout sun arche, et por les autres porroient passer me<n>dre nes. Et nulz se face mervoille se il ha tant de pont, por ce qe je vos di qe ceste ville est toute en eve et est environ<é> de eve, et por ce convient qe maint pont hi aie por aler por toute la ville.

[8] Et encore hi se contenoit qe ceste cité avoit .xii. arç de chascun mestier: une chascune ars avoit .xiim. estasion, ce est a dire .xiiim. maison, et en chascune estasion avoit au moin .x. homes et tiel .xv. et tiel .xx. et tiel .xl.; et ne entendés pas tous mestre, mes homes qe font ce qe conmandent le mestre. Et tout ce beinçogne por ce qe de ceste cité se fornisent maintes autres cités de la provence. Il hi a tant merchaans et si riches qe font si grant mercandies qe ne est homes qe peust dir la verité, si desmesuree couse sunt.

[9] Et encore voç di que les grant homes et lor femes, et encore tous les chief de les estasion des ars qe je vos ai contés, ne font nulle rien de lor main, mes demorent ausi deliemant et ausi netemant com se il fuissent rois. Et lor dames sunt ausi mout deliés et angelique chouse. Et si voç di qu’il estoit establi por lor roi qe cascun doie faire les ars de son pere; et, se il avesse .cm. besanç, ne poroit fair autre ars qe sun pere avoit fait.

[10] Et encore voç di qe dever midi a un lac qe gire environ bien .xxx. miles et tout environ a maint biaus palleis et maintes bielles maison si merveillosemant faites qe ne poroient estre miaus devisee ne faites ne plus richemant, qui sunt de gentilz homes e de grant. [11] Et encore hi avoit maintes abbaïes et maint moustier des ydres, que mout sunt en grandisme quantité. [12] Et encore vos di qe en mileu dou lac a deus isles, en les quelz a en cascuns un mout mervelios palais et riches, fait si bien et si aornees qe bien senblent palais d’enperaors. Et quant l’en vuelt faire noses ou convit, il vunt a ceste palais et la font lor noses et lor feste, et iluec treuvent toutes les aparoillement qe beçongne au convive, ce est de vaicellemant et de tailleor et d’escueles.

[13] Il hi a maintes bieles maisonz en la ville, et por toute la cité a, et, ca et la, grant tore de pieres, la ou les jens portent toutes lor couses quant por la cité s’aprent feu. Et sachiés qe mout sovent s’aprent le feu en la ville, por ce qe il hi a plosors maisonz de leingn.

[14] Et si vos di qe les jens sunt ydres et sunt au Grant Kan, et ont monoie de carte. Il menjuent tutes cars, et de chiens e de toutes autres brutes bestes et autres animaus que por ren dou munde nul cristienç de sa ne menjuerént.

[15] Et encore voç di qe en chascune des .xiim. pont gardent .x. homes por cascune nuit et cascun jors, e cesti sunt por garder la cité qe nul hi feist{i} mauvés couse, ne qe nul fuisse ardis de reveler sa ville. [16] Et encore voç di un autre cousse: qe dedens la ville a un mont, eu quel a desus une tor, e sus celle tor a une table de lengn en la quel un home la tient en main et hi done dedens d’un maillet, si qe bien se oie mout longe, et a ceste table sone toutes le foies qe le feu s’aprent en la ville ou se il avenist qe aucune brie se foist en la cité; et, tantost qe ce avient, cele table sonent maintinant. [17] Le Grant Kan fait mout bien garder ceste ville et a grandisme jens, por ce qu’ele est chief et seje de toute la provence dou Mangi, e por ce que en ceste cité a grant teçor, et grant rente n’a le Grant Kan, si grant qe qui l’oïst dir a poine le poroit croire. Et encore la fait garder le Grant Sire si bien et a tantes jens por doute que il ne se revelent.

[18] E saquiés tuit voiremant qe en ceste ville toutes les voies <sunt> enastraqé de pieres e de maton cuit, et ausint sunt toutes les voies et les caucie de toite la provence dou Mangi enastraqé, si que l’en la puet chavaucher toute netemant et a chevalz et a piés.

[19] Et encore voç di qe en cest ville a bien .iiim. bagni, ce sunt estuves, la o les homes se prennent grant delit; et hi vont plusors foies le mois, car il vivent mout netemant de lor cors. E si vos di qu’il sunt les plus biaus bagni e les meior et les greingnor qe soient au monde, car je vos di qe il sunt si grant qe bien hi se poient baingner a une foies .c. homes ou .c. femes.

[20] Et encore vos fais savoir qe, .xxv. miles loinge de ceste cité, est la mere Osiane, entre grec et levant, et iluec a une cité qe est apellé Ganfu, et illuec a mout buen port et hi vient grandismes naives con grandismes mercandies e de grand vailance de Yndie e d’autres pars, e da ceste cité au port a un grant flun dont les nes poent venir dusqe a la cité, et encore vait ceste flun por autres pars plus longe qe a ceste cité.

[21] Et encore voç di qe la provence dou Mangi le a le Grant Kan partie en .viiii. pars, ce est a dir qu’il en a fait .viiii. grandismes rois, si qe cascun est grant roiame; mes toutes foies entendés qe tuit cesti rois hi sunt por le Grant Kan, et en ceste mainere qe il font chascun an la raison de chascun reingne por soi as fators dou Grant Sire des le rende e de toutes couses. Et en ceste cité demore le un de cesti .viiii. rois et seingnorie plus de .c.xl. cités grant e riches.

[22] Et si voç dirai encore une couse de coi voç serés mout merveiant, car je vos di qe en la provence dou Mangi a bien .m.cc. cités, et en cascune a garde por le Grant Kan si grant com je vos dirai. [23] Sachiés tuit voiramant qe en chascune cité, celle qe moi<n> en a, sont .m. homes, et de tielz hi a qe est gardee de .xm. et telz de .xxm. e tiel de .xxxm., si qe bien sunt si grant en no<n>bre qe a poine se poroit conter. Mes ne entendés qe cesti homes soient tuit Tartars, mes sunt dou Catai. E cesti homes qe ceste cités gardent ne sunt tuit a chevaus, mes une grant parties a piés, car tuit sunt homes dou Grant Kan. [24] Et sommeemant vos di con tute verité qe l’afer de la provence dou Mangi est si tres grant couse, et de richese e de rende e de profit qe n’a le Grant Kan, qe ne est home qe l’oïsse conter e ne le veïsse qe le peust croire. Et a poine se poroit escrivre la grant nobilité de ceste provence, e por ce m’en tarai atant, qe ne vos en dirai grantment desormés. Me si voç en dirai aucune couse encore, e puis nos en partiron.

[25] Or sachiés qe toutes les jens dou Mangi ont tel uxance com je voç dirai. Il est voir qe, tantost qe l’enfant est nes, le pere ou la mere font scrivre le jor et le point e l’ore qu’il fo nes et en quel seingne et en quel planet, si qe chascun set sa nativité. Et quant aucun velt aler en autre part por fer son viages, el s’en vait a les astroniqe e li dit sa nativité, e cel lor dit se il est bouen l’aler en cel viages ou non, e maintes foies li destorbent de lor viajes: car sachiés qe lor astroniqe sunt sajes de lor ars e de encantemant diabolice, si qe bien dient a les homes maintes couses as quelz il donent mout foies.

[26] Et encore voç di qe quant les cors mors sunt porté a ardoir, tuite les parentes, femes et homes, se vestent de caneva por dolor e vont con le cors qe est portés, e moinent con lor estormens e vont cantant orasion de idules. E quant il sunt venu o le cors doit estre ars, il s’arestent et font fa<i>re chevaus et esclaus, masles et femes, et camiaus et dras dorés en grant abundance: e toutes cestes couses font de carte. [27] Et quant il ont tout ce fait, il font le grant feu et ardent le cors con ceste couses, et dient qe celui mors aura toutes celles chouses en l’autre monde, vif de carne e d’oses, et la monoie d’or. E dient que tout le onor que il li font quant il s’arde, tout altertel le sera fait en l’autre monde por les lor diex e por le ydules.

[28] Et en ceste cité est le palais dou roi qe se fuï, qe seingnor estoit dou Mangi, qui est le plus biaus e le plus noble qe soit au monde; e vos en diviserai aucune cousse. [29] Or sachiés qe le palais gire environ .x. miles et est murés cun autes mures, toutes as querriaus, et dedens as mures sunt maint biaus jardis con tuit les buens fruit qe home seust deviser. Il hi a maintes fontaines et plusors lac, la o il <a> maint buen peison. [30] Et, eu mileu, est le palais mout grandissme et biaus. Il a une si gran sale et si belle, qe grandisme quantité des jens hi poroient demorer et menjuere a table. La sale est toute portraite et pointe a penture d’or, et hi a maintes estoires et maintes bestes et hosiaus et chevalers et dames, et a maintes mervoilles. Il est mout bielle viste a garder, car en toutes les murs et en toutes covreoure ne poroit l’en veoir che pintures a or. Et que voç en diroie? Sachiés qe je ne vos poroie deviser la gran nobelité de cesti palais, mes je voç en dirai brefmant et sommeemant tout la verité. [31] <Sachiés> de voir qe cest palais a .xx. sales, toutes d’une grant et d’un paroil; et sunt bien si grant qe .xm. homes hi poroient menuier a table aaisemant; et sunt toute pointe a ouvre d’or mout noblemant. Et si voç di qe ceste palais ha bien .m. canbres, ce sunt maison bielles et grant, e de dormir et de mengier. Les frut et les pesciere vos ai contés.

[32] Et encore sachiés tout voiremant qe en ceste cité a .c.lx. tomain de feu, ce est a dir .c.lx. tomain des maisonz, et vos di qe le tomain est .xm., et adonc devés savoir que sunt en sumes .mdcm. de maison, entre lez quelz ha grant quantité de riche palais. Il hi a une gliese de cristienz nestorin solement.

[33] Et depuis qe je voç ai devissé de la cité, si voç dirai une chouse qe bien fait a conter. Or sachiés qe tous les borçois de ceste cité, et encore de toutes les autres, ont un tiel costume et usance, car chascun a, sor la porte de sa maison, escript son non et de sa feme et de seç filz et des femes seç filz et de seç esclaus et de tous celz de sa maisonz; et encore hi est escrit quant qevaus il tient. Et se il avint qe aucun en more, il font hoster son non; et se aucun hi naist, si hi est ausi joint sez nons. Et en ceste mainere le seingnor de chascune cité sevent toutes les jens que il ont en lor villes. Et ausi se fait por toute la provence dou Mangi et de cele dou Chatai. [34] Et encore voç dirai une autre bielle mainere qe il ha: car sacchiés qe tuit celz qe tienent herbergies e que herbergient les viandans, tuit celz qe en lor erbergies erbergent, escrivent por lor non, et quel jor de quel mois hi erbergie, si qe, por tout l’an, poit savoir le Grant Kan qui vait e qui vient por toute sa tere, et ce est bien couse que afiert a sajes homes.

[35] Or voç ai dit de cestes une partie, e desormés voç voil conter la grant rende qe <le Grant Kan a de> ceste cité con sa pertinence, qui est de les .viiii. part le une dou Mangi.


CLII

[1] Ci devise de la grant rende que le Gran Kaan a de Qinsay.
 

[2] Or vos vueil conter la grandissme rente que le grant Kaan a de ceste cité de Qi<n>sai, <qe je vos ai dit> desovre, e de les teres qui sunt sout sa segnorie, qui est de .viiii. part une de la provence dou Mangi.

[3] Or voç conterai primeremant de la sal, por ce qe plus vaut a rente. Or sachiés tuit voiremant qe le sal de ceste ville rente chascun an conseetudemant .lxxx. tomain d’or, e chascun tomain est .lxxm. sajes d’or, que montent, les .lxxx. tomain, .mmmmmm. et .dcm. de sajes d’or, que chascun sajes vaut plus de un florin d’or ou de un duchato d’or; e ce est bien une merveiosse couse et grandismes e’ nonbre de monoie.

[4] E depuis che je vos ai dit de la sel, or vos dirai de les autres chouses e mercandies. [5] Je voç di que en ceste provences naist e se fait plus sucar qe ne fait en tout le autre monde, e ce est encore grandissme rende. [6] Mes je ne voç dirai de cascune couse por soi, mes vos dirai de toutes especerie ensenble, car sachiés que toutes especeries rendent .iii. et ters por cent, et de toutes mercandies rendent ausi .iii. et ters por cent. [7] Et dou vin qu’il font de ris ont il ausi grant rente, et des charbonz e des toutes les .xii. ars qe je voç di desovre que ont chascune arç .xiim. estasion. De cestes arç ont il grandissmes rentes, car paient de toutes couses droit; e de la soie, que ont si grant habundance, est mout grandisme le droit. [8] Et por coi nos firon lonc conte? Sachiés que de la soie se done .x. por cent, e ce monte desmesuré monoie. [9] Et mantes autres chouses hi a qe paient encore .x. por cent, si qe jeo, March Pol, qe plusor foies hoï faire le conte de la rende de tous cestes couses, <vos di que>, senç le sal, conseetademant, por chascun an, vaut .cc.x. tomain d’or, que vailent .xvm. miaia et .dccm., et ce est bien des plus desmesuree no<n>bre de rente de monoie qe se hoïst unque conter, et ce est de les .viiii. part de le une de la provence.

[10] Or nos partiron de ceste cité de Quinsai, qe bie’ nos en avon conté grant partie de touç seç fais, et aleron avant et voç conteron d’une cité que est apellé Tanpigiu.


CLIII

[1] Ci devise de la grant cité de Tanpigiu.
 

[2] Quant l’en se part de Qi<n>sai, il ala une jornee ver yseloc, toutes foies trovant maisonz et jardinz mout deletable, la ou l’en treuve des toutes couses de vivre en grant abundance. [3] Et, a chief de la jornee, treuve l’en la cité que je voç ai només desovre, qe est apellés Tanpigiu, qe mout est grant et bielle, et est sout Quinsai. [4] Il sunt au Grant Kaan et ont monoie de charte. Il sunt ydres et font ardoir lor cors por la mainiere qe je voç ai dit desovre. Il vivent de mercandies et d’ars; il ont grant habondance de toutes chouses de vivre. [5] Il n’i a couse qe a mentovoir face, et por ce nos partiron de ça e conteron de Vugiu.

[6] Et quant l’en se part de ceste cité de Tanpigiu, il ala .iii. jornee ver yseloc treuvant toutes foies cités e chastiaus asseç mout biaus et grant, la u l’en treuve de tous bienç a grant plantee et grant merchiés. Il sunt les jens idules et au Grant Kaan, et sunt de la seingnorie de Qinsai. [7] Il ni a novité qe face a mentovoir.

[8] A chief de trois jornee, l’en treuve une cité qe est apellé Vugiu. Ceste Vugiu est grant cité; et sunt idules et sunt au Grant Kan, e vivent de mercandies et d’ars, e sunt encore de la seingnorie de Qinsai. [9] Ne i ha couse qe nos volion metre en nostre livre, e por ce aleron avant et voç conteron de la cité de Ghingiu.

[10] Or sachiés, qe quant l’en se part de Vugiu, il ala .ii. jornee por yseloc, e toutes foies treuve villes et castiaus aseç qe vos senble aler por une cité. Abondance ont de toutes couses. [11] Il hi a les plus groses channes et les plus longes qe soient en tout cel païs, car sachiés qe hi a de channes que girent .iiii. paumes environ et lunc sunt bien .xv. passes. [12] Autre couse ne i a ha qe fait a mentovoir.

[13] Et a chief de .ii. jornee, treuve l’en une cité, que est apellé Ghengiu, qe mout est grant et belle. Il sunt au Grant Kan et sunt ydres, et encore de la seingnorie de Qi<n>sai. Il ont soie aseç; il vivent de mercandies e d’ars; il ont grant habunda<n>ce de toutes couses de vivre. [14] Et encore ne i ha chouse qe face a mentovoir, et por ce partiron et aleron avan.

[15] Et quant l’en se part de la cité de Chengiu, l’en ala .iiii. jornee ver yseloc, et toutes foies treuvant l’en cités et chastiaus et casaus asez, et de toutes chouses de vivre en grant abondance. [16] Et tuit sunt ydules et au Grant Kan, et encore sunt de la seingnorie de Qi<n>sai. Il vivent de mercandies et d’ars; il ont venejonz et chacejonz asseç, et de bestes et de osiaus. [17] Il hi a lionz asez et grandismes et fieres. Il ne ont moutonz ne berbis por tout le Mangi, mes il ont buef e vaces et bec e cavre e porques aseç. [18] Et autre couse ne i ha que face a mentovoir, e por ce nos partiron de ci et aleron avant e vos contaron d’autre couse.

[19] Et a chief de quatre jornee, adonc treuve l’en la cité de Cianscian, qe mout est grant e biel et est sus un mont que parte le flum, que le une moitié ala en sus, e l’autre moitié en jus. Elle est encore de la seingnorie de Qi<n>sai; e sunt au Grant Kaan e sunt ydules; et vivent de mercandies e d’ars. [20] Mes n’i a couse qe a mentovoir face: por ce nos partiron de ci et aleron avant.

[21] Car sachiés tout de voir, qe puis qe l’en se part de Ciansan, il ala trois jors por mout belle contree, la o il a cités et castiaus e chasaus asseç, la o il a mercaanz et homes d’ars assez. Il sunt ydres et au Grant Chan, et encore sunt de la seingnorie de Qi<n>sai. [22] Des couses de vivre ont il en grant abundance; chacejonz e venejonz ont il de bestes et de osiaus a grant plantee. [23] Autre cousse qe a mentovoir face ne i ha, e por ce aleron avant.

[24] Et sachiés qe a chief de ceste .iii. jornee trouve l’e<n> la cité de Cugiu, qui mout est grant et bielle. E sunt au Grant Kan et sunt ydres. Et est la deraine cité de la seingnorie de Qi<n>sai, car de ce avant ne a que fere Qi<n>sai, mes comance le autre roiame, ce est, de les .viiii. part, une do Mangi que est apellé Fugiu.


CLIV

[1] Ci devise dou roiame de Fugiu.
 

[2] Quant l’en se part de la deraine cité dou roiaume de Qui<n>sai, qe Cugiu est apellés, adonc entre l’en eu roiaume de Fugiu, et ici comance, et ala .vi. jornee por yseloc por montangnes e por valés, la ou l’en treuve cité e castiaus et casaus aseç. [3] Il sunt ydres et au Grant Kan, e sunt sout la segnorie de Fugiu, de cui nos avun conmencés. Il vivent de mercadies et d’ars; il ont de toutes couses da vivre en grant abondance; il ont venejonz e chacejonz aseç de bestes e de osiaus. [4] Il i a lionz aseç, e grant e fieres. [5] Il ont ge<n>gibre et galanga outre mesure, car por un venesian gros aurest tant ge<n>gibre qe bien seroit quatre vint livres. Et unt un frut qe senble çafaran, mes ne est mie, mes bien vaut autant come çafran por ovré. Autres couses hi a encore. [6] Sachiés qe il menuient de toutes brutes couses, e menuient ausi cars d’ome mout voluntieres, puis qe il ne soit mors de sa mort, mes celes que sunt ocis de fer il le menuient tuit e le ont por mout bone cars. [7] E les homes qe vont en les host, e que sunt d’a<r>mes, si se font atorner en tel mainere: car je vos di qe il se font reonder les chevelz et enmi le vix se font enpindre d’açur come un fer de glaives. [8] Il vunt tuit a piés, for qe lor chevaitan; il portent lances et espee; e sunt les plus cruelz homes dou monde, car je voç di q’il vont tout jors occiant homes et boivent le sang, puis le menuient tuit. E ce porcacent tout jor d’aler occir homes por boire le sang e por mangier le cars.

[9] Or vos laieron de ce e vos conteron d’autre couse, car sachiés qe, a le .iiii. jornee de le .vi. qe je voç ai dit desoure, treuve l’en la cité <de> Qenlifu, qe mout est grant cité e noble, e sunt au Grant Kan. [10] Ceste cité a .iii. pont, des plus biaus e des meiors dou monde, car il sunt lonc bien un milier e large bien .viiii. pas, e sunt tuit de pieres e de colonnes de marbre: il sunt si biaus e si mervelios qe grant tesor voudrént a fer le un. [11] Il vivent de mercandies et d’ars; il ont soie asez. [12] Il hi nasent gengibre et galenga aseç. [13] Il ont belles dames. [14] Et encore hi a une estrange cousse qe bien fait a mentovoir: car je voç di qe il hi a galine qe ne ont pennes mes ont peaus come gate e sunt toute noire; elle font ausi oves, come celle de nostre païs, et sunt mout bones a manger. [15] Ne i a autre couse que face a mentovoir, e por ce nos partiron et aleron avant.

[16] Et si voç di qe en l’autre trois jornee, ce est de le .vi. jornee <qe je voç ai dit> desoure, trouve l’en encore maintes cités e maintes castiaus, la ou il <i a> merchaanz e mercandies asez et homes d’ars. [17] Il ont soie aseç et sunt ydules et au Grant Kan. Il ont cacejonz e venejonz asez; il hi a lionz grant e fieres qe bien font domajes a les vian<d>ans. [18] Et au d<e>rean de ceste trois jornee, a .xv. miles, treuve l’en une cité qui est apelé Vuqen, qe hi se fait grandisme quantité de succar, e de ceste cité a le Grant Kan tot le succar qe il fait ovrer en sa cort, qe bien est tant qe vaut treçor aseç. Autre chouse n’i a qe a mentovoir face, e por ce aleron avant.

[19] Et quant l’en se part de ceste cité de Vuqen, il ala .xv. miles, et adonc treuve l’en la noble cité de Fugiu, qui est le chief dou reingne: e por ce voç conteron de celles ce qe nos en savon.


CLV

[1] Ci devise de la cité de Fugiu.
 

[2] Or sachiés qe ceste cité de Fugiu est le chief dou reigne que est apellé Choncha, qe est de le une part des .viiii. de la provence dou Mangi. Et sachiés qe en ceste cité se fait grant mercandies et hi a maint mercaant et homes d’ars. [3] Il sunt ydules et au Gran Kan. Il hi demorent grandisme quantité d’omes d’armes, car sachiés que hil hi demorent plusor hostes dou Grant Chan, por ce qe por le païs maintes foies se revelent cité e chastiaus, e celz de l’ost qe demorent a ceste cité hi vont mantinant qu’il se revelent e la prenent et destruent; e por cest achaisons hi demorent plusors hostes dou Grant Kan en ceste cité. [4] Et sachiés che por le mi de ceste cité vait un grant flun qe bien est large un mil. Et en ceste cité se font maintes nes, les quelz najent por cel flum. [5] Il font çuchar en si grant abondance qe nulz le poroit conter. Il hi se fait grant mercandies de perles e d’autres peres presiose, e ce est por ce qe les nes de Yndie hi vienent maintes con maint merchaant qe usent en les ysles de Endie. [6] Et encore voç di que ceste ville est pres au port de Çaiton, en la mer Osiane, et illuec vienent maintes nes de Indie con maintes mercandies; e puis de cest port vienent les nes por le gran flum qe je voç ai dit desoure jusque a la cité de Fugiu: et en ceste mainere hi vienent maintes chieres cousses de Indie. [7] Il ont grant abondance de toutes cousses qe a cors d’omes beiçogne por vivre. Il ont biaus jardinz et deletables, con maint buenç fruit. [8] Elle est si bone cité et si bien ordree de toutes couses qe ce est mervoille.

[9] <Il n’i a autre couse que a mentovoir face>, et por ce ne voç en conteron plus, mes aleron avant et voç conteron d’autres couses.


CLVI

[1] Ci devise de la cité de çaiton.
 

[2] Or sachiés que quant l’en se part de Fugiu, il pase le{n} flun et ala .v. jornee por yseloc, toutes foies trovant cités et castiaus et casaus asez qe mout sunt noble et buenz, la o il a de toutes couses grant devisce. [3] Il hi a mons et valés et plainz. Il ont grandismes boscajes, la ou il a maintes arbres de cel qe font la canfre. Il hi a venejonz et chacejonz aseç, de bestes e de osiaus. [4] Il vivent de mercandies e d’ars; il sunt au Grant Chan et sunt de la seingnorie de Fugiu, ce est dou sien reingne. [5] Et quant l’en est alés ceste .v. jornee, adonc treuve l’en une cité, que est apellé Çaiton, qe mout est grant e noble. [6] A ceste cité est le port la ou toutes les nes de Yndie vienent con maintes mercandies e chieres, e con maintes pieres presieuses de grant vailance, e con maintes perles e groses e bonnes; e ce est le port dont les mercanz dou Mangi, ce est tout environ, c’est port: a cest port vient et vait si grant abondance de mercandies e de pieres qe ce est merveliose couse a veoir. Et de cest cité, de cest port, vont por toute la provence dou Mangi. [7] Et si vos di qe por une nes de pevre que aile ad Alexandre, o un autre leu, por estre portee en ter de cristienz, en vient a cest port de Çaiton .c.: car sacchiés qe cestui est le un des .ii. port au monde qe plus mercandies vient.

[8] Et si voç di qe le Grant Kan reçoit en cest port et en ceste ville grandisme droit, por ce qe vos fais savoir que toutes les nes qe vienent de Inde, de tutes mercandies e de toutes pieres et perles, donent .x. por cent, ce est la desme part de toutes chouses. [9] Les nes tolent por lor loier, ce est le nol, de mercandies soptil .xxx. por cent, e del pevre tollent .xliiii. por cent, e dou leingn aloé et de sandoint e de autre mercandie grose tolent .xl. por cent, si qe bien donent le mercant, entre le nol et droit dou Grant Kan, la monoie de tout ce qe il aportent. Et por ce doit cascun croire qe le Grant Kan a a ceste ville grandisime quantité de tesor.

[10] Il sunt ydules et sunt au Grant Kan. Elle est terre de grant habundance de toutes couses qe a cors d’omes beçognes.

[11] Et encore voç di qe en ceste provence, en une cité qe est apellé Tinugiu, se font escuelle de porcellaine, grant e pitet, les plus belles qe l’en peust deviser. [12] Et en une autre part nen s’en font, se ne en cest cité, et d’iluec se portent por mi le monde, et hi ni a aseç et grant merchiés, si grant qe bien en avrést por un venesian gros .iii. escueles si belles qe miaus ne le seusent nul deviser. [13] Et encore vos di qe cele de ceste cité ont lengajes por eles.

[14] Or voç ai contés de ceste roiaume de Fugiu, qui est le une partie de les .viiii., et si vos di qe le Grant Kan en a ausi grant droit et ausi grant rente et greingnor qe ne a dou reingne de Qui<n>sai.

[15] Nos ne voç avon contés des .ix. roiames dou Mangi mes qe .iii.: ce sunt Yangiu et Qui<n>sai et Fugiu, e de ce avés voç bien entendu. [16] Des les autres .vi. voç en sauronmes encore bien conter mes, por ce qe trop seroit longaine matiere a mentovoir, nos en taieron atant, car bien voç avon contés dou Mangi et dou Catai e de maintes autres provences, et des jens e des bestes et de osiaus, e d’or et d’arjent e de pieres e de perles, e des mercandies e de maintes autres couses, ensi com vos avés oï. [17] Et por ce qe nostre livre n’estoit encore conpli de ce qe nos hi volun iscriure, car il hi faloit toutes les faits de les Yndienz, qe sunt bien couses de faire savoir a celz qe ne le savent, car il ni a maintes merveliosses couses le quelz ne sunt en tout les autres mondes, e por ce fait bien, et est mout buen et profitable a metre enscrit en nostre livre. E le mestre le y metra tout apertamant, ensin come mesier Marc Pol le devise et dit. [18] Et si voç di toit voirmant qe mesire Marc y demore tant en Indie, e tant en soit de lor afer e de lor costumes e de lor mercandies qe a piece mes ne fu homes que miaus en seuse dir la verité. [19] E bien est il voir qe il hi a de si merveliose couse que bien estront merveillant les jens qe les oiront. [20] Mes toutes foies nos les metteron en escrip<t> le une aprés le autre, ensint come meser Marc le disoit por verité. E conmenceron tout maintinant, ensi con voç porés oïr en ceste livre avant.


CLVII

[1] Ci comance le livre de Indie e devisera toutes les mervoilles que i sunt et les maineres des jens.
 

[2] Or, puis que nos voç avun contés de tantes provences tereine, com vos avés oï, adonc nos lairon de tout celle matiere e comenceron a entrer in Y<n>die por contere toutes les merveios couses que hi sunt, e noç conmenceron tot primermant de les nes es queles les mercaant vont et vienent en Endie.

[3] Or sachiés que celes nes sunt faites en tel mainere com je vos deviserai. [4] Je voç di q’eles sunt dou leingne qe est apellé abbee et de çapin. [5] Elle ont une coverte e, sus ceste coverte, i a ben en toutes les plusors .lx. chanbre qe en cascune poet demorer un mercaant aaiçemant. [6] Elle unt un timon et .iiii. arbres; et maintes foies hi gungent encores .ii. arbres qe se levent e metent toutes les foies qu’il vuelent. [7] Elle sunt clavee en tel mainere: car toutes sunt dobles, ce est deus tables le une soure l’autre, e tout environ est doble de une table soure l’autre, et sunt calquee dehors e dedens, et sunt clavés d’agu de fer. [8] Elles ne sunt pas enpecé de pece, por ce qe il n’en ont, mes les ungent en tel mainere com je voç dirai, por ce qu’il ont autre couse que lor senble que soit miaus que peces: car je voç di que il prenent la calcine e la caneve trincé menuemant, et le poistent meslee con un oleo d’arbres e, depuis qe il le ont poisté bien ceste trois couses ensenble, je vos di qu’el se tient come veces. E de ceste couse ongent le lor nes, e cest vaut bien autant come peces. [9] E si vos di que cestes nes vuelent .cc. marineres; mes elle sunt si grant q’elle portent bien .vm. esportes de pevre e de tel .vim.; et si vos di qe elle allent con aviron, ce est cun remes, et vuolent a cascun remes .iiii. mariner. [10] Et ont cestes nes si grant barches, qe bien portent .m. esportes de pevre; mes si vos di qu’elle moinent .xl. mariner, e cestes vont armés; et ancore plusors foies aydent a traire la grant nes. Moinent deus <de> cestes grant barches, mes le une est greignor qe le autre. Et encore moinent de batiaus petit bien .x., por ancre<r> e por prendre des peison et por fer les servise de la grant nes. [11] Et tuit cesti batiaus porte la nes liés dehors a sa couste. Et encore vos di qe les deus grant barches portent encore batiaus. [12] Et si vos di encore que quant le grant nes se vuelent adober, ce est concer, e que aie najés un anz, il la concent en tel mainere: car il clavent encore un autre table sour les deus tout environ la nes, e adonc il ni a .iii.; et encore la calque et ongent; et ce est la conce qe il font. Et a l’autre counce, il clave encore un autre table. Et, en ceste mainere, vunt jusque a .vi. tables.

[13] Or vos ai devisé les nes es quelz les merchant vont et vienent en Yndie, et adonc partiron de cest mainere des nes e vos conteron de Yndie. [14] Mes tout avant vos voil conter de maintes ysles que sunt en cest mer Osiane, la ou nos sumes ore. E sunt ceste ysles a levant; et nos conmenceron primeremant d’une isle que est apellé Çip<i>ngu.


CLVIII

[1] Ci devise de l’isle de Cipingu.
 

[2] Cyp<i>ngu est une isle a levant qui est longe de tere en aut mer .m.d. miles. Elle est mout grandismes ysles. [3] Les jens sunt blances, de beles maineres e biaus; il sunt ydules e se tienent por elz et ne ont seignorie de nul autres homes for que d’eles meisme. [4] Et si voç di qu’il ont or en grandismes abondance, por ce qe le or hi se trovent outre mesure. [5] Et si voç di qe nulz home ne trait <or> hor de celle ysle, por ce que nulz merchant ne autre home hi ala de la tere ferme. Et por ce voç di qu’il ont tant or con jeo voç ai dit. [6] Et si voç conterai une grant mervoie d’un palais dou seingnor de ceste ville.

[7] Je vos di tout voiramant qe il ha un grandisme palais, le quel est tout covert{o} d’or fin, tout en tel mainer come nos covron nostre maison de plo<n>be, e nostre yglise; tout en tel mainere est cest palais covert d’or fin, qe ce vaut tant ch’a poine se poroit conter. [8] Et encore vos di qe tout le pavimant de seç canbres, qe aseç hi ni a, sunt ausint d’or fin bien gros plus de .ii. doies; et toutes les autres pars dou palais, e la sale e les fenestre, sunt ausint aornés d’or: je voç di que cest palais est de si desmesuree richesse qe trop seroit grandisme meraveie qui peusse dir sa vailance.

[9] Et il ont perles en abondance, et sunt rojes, mout bielle e reonde e groses: elle sunt de si grant vailance com les blances e plus. [10] Il ont encore maintes autres pieres presioses aseç. [11] Elle est riche isle que nulz poroit conter sa richesse. [12] Et si voç di qe por la grant richesse qe l’en contoit au Grant Chan, ce fu cestui Cublai, qe ore reingne, qe en cest isle avoit il dit qu’il la voloit faire prendre. [13] E adonc hi mande .ii. seç baronz cun grandismes quantité de nes con homes a chevalz et a piés. Le un de cesti baronz avoit a no<m> Abatan e l’autre Vonsanicin. Cestui .ii. barons estoient sajes e vailans. [14] Et que voç en diroie? Il najerent da Çaiton e da Qui<n>sai e se mistrent en la mer et alent jusque a ceste isle. E desenderent en tere e prestrent des plain e des casaus asez; mes nulle cité ne chastiaus ne avoient encore pris quant il avint lor une male aventure tel com je voç deviserai.

[15] Or sachiés que entre cesti .ii. baronz avoit grant envie, e ne faisoit le un por l’autre. [16] Or avent un jor que le vent a tramontaine vent si fort qe celz de l’ost distrent, qe se il ne se partent, qe toutes lor nes se ronperont. Et adonc montent tuit en lor nes e se partire<nt> de celle isle e se mistrent en la mer. [17] Et voç di, qe quant il furent alés entor .iiii. miles, adonc treuvent une autre ysle ne trop grant, e celz qe postrent monter celle isle escanpent, mes celz qe ne postrent monter ronperent a cel isle. [18] E ce furent bien .xxxm. homes qe sus ceste isle escanpent. E cesti se tenoient tuit mors et avoient grand doulor por ce qu’il voient qu’il ne poient escanper, e ve{d}ent qe les autres nes qe escanpés estoient s’en aloient ver leur contree: et elle ensi font qe je vos di q’ele najent tant qu’il s’en tornent en lor païs.

[19] Or laison de cesti qe s’en sunt alés e nos retorneron a celz de l’isle que mort se tenoient.


CLIX

[1] Comant les gens dou Grant Kan eschampoie de la tenpeste de la mer et pristrent puis la cité de lor enimis.
 

[2] Or sachiés que quant celz .xxxm. homes escanpés estoient sus l’isle, il se tenoient a plus que mort, por ce q’il ne voient en nulle mainere comant il peusent esca<n>per. Il avoient grant ire e grant doleur, e ne savoient qe il douessent faire. En tel mainere com je voç di demoroient celz sus l’isle.

[3] Et quant le sire e les jens de la grant isle virent qe l’ost estoit si desbaraté et rote, e seurent de celz que escampés estoient sus l’isle, il en ont grant joie e grant leese, e, tantost que la mer fo abonacé et coie, il entrent en maintes nes qu’il avoient por l’isle e s’en alent tuit droit a l’isle, e desmontent maintenant tuit en tere por prandre celz qui estoient sus l’isle. [4] Et quant celz .xxxm. virent qe tuit lor ennimis estoient desendu a terre, e voient qe sus les nes ne estoient remés nulle jens por garder, il, si come sajes jens, quant lor enemis venoient por elz prendre, il se tornent de l’autre part de l’isle e s’esproitent tant qe il vindrent a les nes de lor enimis et hi montent sus tout maintinant: e ce postrent il bien faire legiermant por ce qu’il ne treuvent qui lor le defendist. [5] Et qe voç en diroie? Puis qu’il furent sus le nes, il se partirent de cele isle et s’en alent a l’autre ysele. Il desenderent en tere e, con les confalonz e con l’enseingnes do sire de l’isle, s’en alent a la mestre cité. [6] Et celz que virent lor confalonz cuident voiremant que cesti fuissent lor jens: il les laissent entrer dedens la vile; et celz, que ne i treuvent homes se vielz non, la pristent et en chacent toutes jens hors, fors seulemant auquantes beles femes qu’il hi tienent por lor servir. En tel mainere com voç avés oï pristrent celle cité les homes au Gran Kan.

[7] Et quant le sire et les jens de l{e}’ isle virent qe il avoient perdu lor cité e qe l’afer estoit alés en tel mainere, il volent morir de dolor. Il se tornent cun autres nes a lor ysle et firent asejer la cité tout environ si qe nul hi poroit entrer ne ensir sanç lor volunté. [8] Et que voç en diroie? Les jens au Gran Kaan tindrent celle cité .vii. mois, et mult prochachoient et jor et nuit comant il peussent fair savoir au grant Kaan ceste afere: mes tout ce ne vaut rien qe il le peussent faire. [9] E quant il voient qe il non poient ce faire, il font pat con celz de hors e se re<n>dirent sauve lor persone, en tel mainere qe il hi doient demorer tout lor vie. [10] Et ce fu a les .m.cc.lxviiii. anz de l’ancarnasion de Crist. Ensi ala l’afer, com voç avés oï.

[11] E le Grant Kaan fist trencer la teste a l’un des baronç qe chaveitan estoit de cel ost, e le autre mande a l’isle ou il fait destruer maintes jens e iluec le fist morir. E ce fist il por ce qe il avoit seu qu’il <s’>estoient esprociés mauveismant en cel afer.

[12] Et encore vos di une mout grant mervoie: qe cel deus baronz pristrent en cel isle plusors homes en un castiaus e, por ce qe il ne s’avoient volu rendre, les deus baronç comande<n>t qe il fuissent tuit mors e que il fuissent a tuit tronché la teste. Et il ensi fui fait, car a tuit furent tronchés le teste, for que .viii. homes seulamant. [13] Et a ceste ne poient fer truncher la teste: e ce avenoit por vertu de pieres qu’il avoient, car il avoient chascun une pieres en son braç, dedens entre la cars e la pelle si qe ne paroit dehors; e {de} ceste pieres estoit si encanté et avoit tel vertu qe, tant come l’en l’aüst soure, ne poroit morir por fer. [14] Et les baronz, que fu lor dit l’achaison que cel ne poient morir por fer, il les font amaçer con maque, e celz morirent mantinant. Puis font il traire de les brace cel pieres e le tienent mout chier.

[15] Or ensint avint, {ceste estoire et ceste matiere} com je vos ai divissé, ceste estoire de la desconfiture de les jens dou Grant Kaan. Si en lairon atant et retorneron a nostre matiere por aler avant de nostre livre.


CLX

[1] Ci devise des maineres des ydres.
 

[2] Or sachiés qe les ydres dou Catai e dou Mangi, e celz de ceste ysles, sunt tuit d’une mainere. E voç di que celz isles, e encore les autres ydres, hont ydres qe ont chief de buef e tel chief de porques e tiel de chien e tel de monton e tel de maintes autres faisonz: et de tielz hi a que ont un chief de quatre vix, e tiel ont trois chief, ce est le un come il doit e les autres deus un de chascune espaule; e tiel hi a que ont quatre main, e tiel qu’en ont .x., et de tiel que en unt .m., mes cestes sunt les meior et ou il ont greingnor reverence. [3] Et le cristie< n>s disoient elz por coi il fasoient lor ydres si deviseement. Il respongent: «Nostres ancestres les nos laiserent et furent telz, et nos les lairon a nostre filz et a celz que vindront aprés nos». [4] Les fais de cestes ydules sunt de tantes deversités et de tantes evres de diables qu’il ne fait pas a mentovoir en nostre livre, por ce qe trop seroit mauvés chouse a oïr por les cristienz: et por ce en laieron de cestes ydres e voç conteron d’autres couses. [5] Mes tant vos en dirai seulamant qe je vuoil qe voç sachiés que cesti ydres de cestes ysles, quant il prennent aucun homes que ne soit lor amis, se il ne se puet rachater por monoie, . . . † . . . il convoie tuit sez parens e seç amis e dit: «Je vuoil qe voç veingnés mengier ho moi a mon ostiaus». [6] Et adonc fait occire le home qu’il a pris et le menuie con seç parenç. Et entendés qu’il le fait cuire: et ceste chars d’ome ont il por la meilor viande qu’il peusent avoir.

[7] Or noç lairon de ce e retorneron a nostre matiere.

[8] Or sachiés que ceste mer, la ou est ceste isle, s’apelle le mer de Cin, qe vaut a dir le mer qui est encontre le Mangi, car je voç di qe en langajes de celz de cest ysles vaut a dire Mangi quant il dient Cin, qe est a levant et a, selonc que les sajes pedot dient, e le sajes mariner qe hi najent et que bien sevent la verité, .viim. et .iiiic. et .xlviii. ysles, les quelz s’abitent les plusors. [9] E si voç di que in tutes celles ysles ne naist nul arbres que ne en veingne grant odor et que ne soit de grant utilité, bien ausi grant come le leingn aloé e greingnor. [10] Il hi a encore maintes chieres espices de plusors faites. Et encore vos di que en cestes ysles naist le pevre blance come nois, et encore dou noir, en grant abundance. [11] Il est mout merveiloses couses la grant vailance de le or et de les autres chieres chouses qe en cestes ysles sunt. [12] Mes je voç di qu’elles sunt si longnes qe a grant anuie i se puet aler. [13] Et quant les nes de Çaiton ou de Qui<n>sai hi vont, il hi font grant profit e grant gaain. E si vos di qu’il poinent a aler un an, car il vont le yver e tornent l’estee, car les vent ne i ventent for que de deus faites, le un que les porte et le autre que les retorne: e ce vente le une d’estee e l’autre de yver. [14] Et sachiés que ceste contree est loinge de Indie grandisme quantité de voie. [15] Et encore vos di que, por qe je voç ai dit que ceste mer est apellé le mer de Cin, si voil je que voç sachiés qe ce est le mer Osiane, mes l’en dit come diroit le mer d’Engletere e lle mer de Rocelle: ausi dit l’en en celle contree le mer de Cin et le mer de Indie e le tel mer, mes toutes foies tuit cesti non ce sunt dou mer Osiane.

[16] Or desormés ne voç conterai plus de ceste contree ne de cestes ysles, por ce qe trop des<v>oiables, et encore qe nos ne i somes estés. Et encore vos di que le Grant Kaan ne i ha que fer, ne ne li rendent trëu ne riem. E por ce nos retorneron a Çaiton e d’iluec recomenceron encore nostre livre.


CLXI

[1] Ci devise de la contree de Cianba.
 

[2] Or sachiés qe quant l’en s’en part dou port de Çaiton et naje por ponent, aucune couse ver garbin, .m.d. miles, adonc vient a une contree qe est apellé Cianba, qe mout est riche terre e grant. [3] Il ont roi por elz e lor prope lengajes e sunt ydres. Et fait trëu au Gran Kaan de leofans chascun <an>, e ne le rendoit autre couse che leofans aseç. E vos dirai come cestui roi fait ceste trëu au Grant Chan.

[4] Il fui voir qe, a les .m.cc.lxxviii. anz de l’ancarnasion de Crist, le Grant Kan envoie un son baron, qe avoit a non Sogat, con maintes jens et a chevaus et a piés, sor cest roi a Cianban, e conmance a fer grant ghere au reingne. [5] Et le roi, qe mout estoit de grant aajes et encore ne avoit si grant poïr de gens d’armes com estoient celz dou Grant Kan, ne se poit defendre en bataille champiaus, mes se defendoit es cités et en castiaus que mout estoient fort, si qu’il n’i avoient doutance de nelui: mes tous les plaingnes e les casaus estoient toutes gastee e destruites. [6] Et quant ceste roi voit que cestui li aloit ensi gastant e destruant son roigne, il en a grant doleur: il prant mantinant seç mesajes e les mande au Grant Kan con tel mesajarie com vos oirés. [7] Les mesajes s’esproitent tant qu’il furent venu au Grant Kan e li distrent: «Sire, li roi de Cianba vos salue come a son seingnor lige, e vos mande qu’il est home de grant aajes e qe lonc tens a tenu sun regne en pais, e vos mande qu’il vuelt estre votre home et voç velt rendre por trëu chascun an leofanz asez, e vos prie doucemant e vos crie merci que voç votre baron et vestre jens qe destruient son reingne faites partir de sa tere». E <a>tant se taient le mesajes, que ne dit plus. [8] Et quant le Grant Kan ot oï ce qe ceste viel roi li mande, il ni a pitié: il mande tant tost a son baron et a sez jens qu’il se partissent de cel reigne e qu’il alaisent en autre part por conquister tere; e celz font le conmandamant lor seingnor, car il se partirent erament et alent en autre partie. [9] E cestui roi rent chascus anz au Grant Kan por trëu vins leofanz, les plus biaus e les greignor qu’il poit treuver en sa tere. En tel mainere, com voç avés oï, devint cestui roi home dou Grant <Kan> e li fait trëu de leofant selonc qe voç avés oï.

[10] Or nos lairon de ce e voç conteron de l’afer dou roi e de sa tere.

[11] Or sachiés que en ceste roigne ne se poet marier nulle belle dameselle qu’il ne la voie avant. E, se il li plet, si la prent a feme, et, se ne li plet, il li done monoie por coi elle puesse prandre autre baron. E si vos di qe a les .m.cc.lxxxv. hi fui je, Marc Pol, et a celui tens avoit cestui roi .ccc.xxvi. filz entre masles e femes, qe bien en avoit plus de .c.l. homes qui poient porter armes.

[12] En cel reingne a leofans en grandisime quantité. Il ont leingne aloé en grant abondance. Il ont maint bosches dou leingne que est apellés bonus, qe est mout noir, dou quel se font les escace e les calamauç.

[13] Autres couses qe face a mentovoir en nostre livre ne i hai: e por ce noç partiron de ci e aleron avant, e vos conteron d’une grant ysle qe est apellé Java.


CLXII

[1] Ci devise de la grant isle de Java.
 

[2] Or sachiés que, quant l’en se part de Cianba et ala entre midi et sceloc .m.d. miles, et adonc vient a une grandisime isle, qe est apellé Java, qe, selonc que les buen mariner dient, qe bien le sevent, ceste est la greingnor isle qe soit au monde, qe bien gire environ plus de troi milia miles. [3] Elle est a un grant roi, e sunt ydres, et ne font trëu a home dou monde. [4] Ceste ysle est de mout grant richece. Il ont pevre e noces moscee et espi e galanga e cubebe e garofali, et de toutes cheres espicerie qe l’en peust trover au monde. E a ceste isle vienent grant quantité de nes e de mercaanz qe hi acatent de maintes mercandies et hi font grant profit e grant gaagne. En ceste isle ha si grant treçor qe ne est home au monde qe le peust contere ne dire. [5] E si vos di qe le Grant Kan ne la pot unques avoir por la longe voie e por la doutosse qui hi estoit a najer. [6] E de ceste ysle les mercant de Çaiton e dou Mangi ont ja mout grandisme tresor trait, e traient encore tout jor.

[7] Or voç ai contés de cest ysle e ne voç en dirai plus, mes vos conteron avant.


CLXII

[1] Ci devise de l’isle de Sondur et de celle de Condur.
 

[2] Et quant l’en se part de ceste ysle de Java et il naje entre midi et garbin .dcc. miles, adonc treve l’en deus ysles, une grant et une mendre, qe s’apellent Sondur e l’autre Condur. [3] E de cestes ysles se part l’en et ala por sceloc encore de .d. miles, et adonc treuve l’en une provence, qe est apellé Lochac, qe mout est grant e riches. [4] Il hi a un grant roi, et sunt ydres et ont langajes por elz. Il ne font trëu a nelui, por ce qe il sunt en tel leu qe nul puet aler sor lor tere por mau fer, car, se il se peust aler, le Grant Kan le soumeteroit tost sot sa segnorie. [5] En ceste provence naist le be<r>çi domesce en grandisime quantité. [6] Il ont or en grant abondance, si grant qe nulz le peust croir qui ne le veist. Il ont leofant e chacejonz e venajonz aseç. [7] Et de ceste reigne vont toutes les porcelaine qe s’espenent en toutes provences, com jeo vos ai contés. [8] Autre couse no i a qe a mentovoir face, for qe je vos di qu’il est si sauvajes leu qe pou jens hi vont, et le roi mesme ne velt qe aucun hi aille ne nul saiche son treçor ne sa condision.

[9] Or adonc nos partiron de ci et voç conteron avant d’autre couse.


CLXIV

[1] Ci devise de l’isle de Pentan.
 

[2] Or sachiés qe quant l’en se part de Locac et il ala .d. miles por midi, adonc treuve l’en une isle, qe est apellé Pentain, que mout est sauvajes leu. Il ont tuit lor bois tuit de leingn de grant odor e de grant utilité.

[3] Or noç partiron de ci et aleron por mi cest .ii. isles entor .lx. miles. [4] E ne i a qe quatre pas d’eive, e convient qe les grant nes <qe> hi pasent ausent le timon, por ce qe il tirent d’eive propes a .iiii. pas. [5] E quant l’en a alés ceste .lx. miles, encore avant ver is<e>loc entor .xxx. miles, adonc treuve l’en une isle qe est roiame et s’apelle Malaiur, la citè e l’isle. [6] Il ont roi et ont langajes por elz. [7] La cité est mout grant e noble et hi se fait grandisme mercandies de toutes couses et speices, car il hi ni a en grant abondance.

[8] Autre couse ne i a c’a mentovoir face, e por ce nos partiron de ci et aleron avant et voç conteron de la pitete Java, ensi con vos porés oïr.


CLXV

[1] Ci devise de l’isle de Java la menor.
 

[2] Quant l’en se part de l’isle de Pentain e l’en ala por yseloc entor .c. miles, adonc treuve l’en l’ysle de Java la menor. Mes si sachiés q’ele ne est pas si peitite: q’ele gire environ plus de .iim. miles. E de ceste ysles voç conteron toute la verité.

[3] Or sachiés qe sor ceste ysle ha .viii. roiames et .viii. rois coronés en ceste ysle. E sunt tuit ydres et ont langajes por elles, car sachiés che chascun des roiames ont langajes por eles. En ceste ysle a mout grandismes habundance de treçor e de toutes chieres especes, e leingn aloé et espi e de maintes autres especes que unques n’en vienent en nostri païs.

[4] Or vos voil conter la maineres de toutes cestes jens, cascune por soi, e vos dirai primiermant une cousse qe bien senblera a cascun merveilliose cousse. Or sachiés tout voirmant qe ceste ysle est tant a midi qe la stoille de tramontaine ne apert ne pou ne grant.

[5] Or noç retorneron a la mainere des homes e voç conteron tout avant dou roiaume de Ferlec.

[6] Or sachiés qe en ceste reingne de Ferlec, a chajons de mercaant saracins qe hi usent con lor nes, le ont converti a la loi de Maomet: e cesti sunt celles de la cité solamant. [7] Mes celes des montagnes sunt tiel come bestes, car je voç di tout voiramant qu’il menuient cars d’oumes e toutes autres cars, e boune e mauvase. Il aorent diverses couses car, quant l’en se lieve le maitin, la primere couse qe il voient, celle aorent.

[8] Or voç ai contés de Ferlec, et aprés vos conterai do roiame de Basman.

[9] Et quant l’en se part de ceste roiame de Ferlec, il entre eu roiame de Basma. Ceste Basma est roiames por soi et ont lor langajes, mes il sunt jens qe ne ont nulle loi, se ne come bestes. [10] Il se apellent por le Grant Chan, mes ne li font trëu por ce qe il sunt tant longe qe les jens dou Grant Kan ne i porunt aler; mes il s’apellent tuit celz de l’isle por lui et aucune foies li font present de couses estranges. Il ont leofans sauvajes. [11] Et ont unicornes aseç, qe ne sunt mie guieres moin qe un leofans. Il sunt dou poil dou bufal; les piés a fait come leofant; il a un cor en mi la front mout gros et noir, et voç di qe il ne fait maus <con cel cor mes> con sa langue, car il a sus sa langue l’espine mout longues, si qe le maus qe il fait, <le fait> con <la> langue; il a le chief fait come sengler sauvajes et toutes foies porte sa teste encline ver tere e demore mout voluntieres entre le bue et entre le fang: elle est mout laide beste a veoir. [12] Il ne sunt pas ensi come nos de ça dion et deviçon, qe dient q’ele se laise prendre a la pucelle; mes vos di qu’il est tout le contraire de celz qe nos qui dion qe il fust. [13] Il ont singes en grandisme abundance e de maintes faiçon deversemant faites. Il ont hostor tuit noir come corbiaus: il sunt mout grand{i} et oselent mout bien.

[14] Et si vos vuoil dir et faire conoistre qe celz <qe dient> qe aportent les petit homes de Yndie, est grande mensoingne e grant deceverie, car je voç di qe celz qe cil dient, qe sunt homes, se font en ceste ysle, e voç dirai comant. [15] Il est voir que en ceste ysle a une mainere de singes qe sunt mout pitetes et ont les vix que senblent homes. [16] Or les homes prennent celz tiel singes e le pellent toute et le laisent les poilz en la barbe et au peterin; puis les font secher e le metent en forme e l’adobent con canfara e con autre couse, en tiel mainere q’ele senblent qe soient est<r>e home, e ce est une grant deceverie car il sunt fait en tel mainere com voç avés oï, car en toute Yndie, ne en autre pars plus sauvajes, ne furent onques veu nul si peitet homes come celz senblent.

[17] Or ne voç conteron plus de ceste roiame, qe ne i ha autre couse que a mentovoir face: e por ce laieron de ce e voç conteron do autre roiame que est apellé Samatra.


CLXVI

[1] Ci devise dou roiaume de Samatra.
 

[2] Or sachiés qe quant se part de Basma il treuve le roiame de Samatra, qe est en ceste isle mesme, en quel je meisme Marc Pol hi demorai por .v. mois por le tens qe ne nos lasoit aler nostre voie. [3] Et encore vos di qe la tramontaine ne pert. Et encore vos di qe le stoilles dou meistre ne aparent ne pou ne grant. [4] Il sunt ydres sauvajes et ont roi riches et grant. Il s’apellent encore por le Grant Kan.

[5] Or ensi demorames nos .v. mois. Nos desendimes des nes et feimes en terre chastiaus de fust et de busches, et en celz castia{a}us demoravames por doutance de celz mauvais homes bestiaus qe menuient les homes.

[6] Il hi a peisons les meior dou monde. Il ne ont forment, mes vivent de ris. Il ne ont vin for tel com je vos devisarai. [7] Sachiés tuit voiremant qu’il ont une mainere d’arbres, des quel trencent les rames, de cel arbres, e met l’en un pot bien grant au tronchon qui est remés a l’arbre. E voç di qe en un jor e en une noite s’enple: et est molt buen vin da boir. [8] Les arbres sunt senblables a petit datal et funt .iiii. raimes: trince l’en et ont tant vins, com je voç ai dit, qui est mout buen. E si voç di une autre couse: qe quant celz brece ne getent plus vin, ele prant de l’eive et en getent as piés de l’arbres, et aprés ne demore gramant qe les breces gitent le vins; e voç di qu’il en i a de blance e de vermoille. [9] Il ont grandismes quantité des noces de Inde mout groses e bonnes. Il menuient de toutes chars, e bones e mauvesses.

[10] Or vos avon conté de ceste roiaumes. Or nos en lairon e voç conteron de Dagroian.


CLXVII

[1] Ci devise dou roiame de Dagroyan.
 

[2] Dagroian est roiame por soi, et encore ont lor langajes. Il sunt de ceste ysle et ont roi. Les jens sunt mout sauvajes et s’apellent por le Grant Kaan. Il sunt ydres: e vos conterai tout avant un mout mauvés costumes, come je voç dirai.

[3] Car sachiés tout voiremant qe quant aucun d’elz, ou masles ou femes, chiet amalaides, et adonc mandent lor parens por les maguis et font veoir se le malaides doit guarir. [4] Et cesti maguis, por lor encantament et por lor ydres, sevent se il doit guerir ou morir. . . . †. . . adonc les parens dou malaides mandent por. . . †. . . . Ceste homes vienent e prenent lo malaide e li metent aucune chouse sor la boche si qe il le font sofoger. [5] E quant il est mort, il le font cuire. E puis tuit les parens dou mors vienent et le menuient tout. E si voç di qu’il menuient encore les meroles que sunt dedens les osse. [6] E ce font il por ce qe il ne velent qe en remagne aucune sustance, car il dient, se il hi remansist aucune sostance, qe cel sostance feroit vermes, les <vermes> moroient por defaute de mangier, e de la mort de cesti vermes dient que l’arme dou mort en auroit grande daumajes e peciés: e por ce le menuient il tout. [7] Et aprés ce le ont mangiés, il prenent les hoses e le metent en une belle archete et puis le portent et l’apennent en grant cavernes des montagnes, en tel leu qe nulle beste ne autre mauvese chouse le peusse t{h}ochere.

[8] Et encore voç di, se il puet prendre des autres homes qe ne soient de lor contree, il le prenent, e, se celui ne se poit rachater, il les occient e le menuient tot maintenant. Or ce est mult mavese mainere et male uçanse.

[9] Or noç lairon de ceste et voç conteron de Lanbri.


CLXVIII

[1] Ci devise dou roiame de Lanbri.
 

[2] Lanbri est un roiame qe a roi por soi e se reclaume por le Grant Kaan. Il sunt ydres. [3] Il hi a berçi en grant habondance. Il ont encore canfora et autres chieres especes en grant quantité. [4] Et de berci voç di qe il le seminent; e quant il est nes en petite verge, il le cavent e le plantent en autre leu, et iluec le laisent por trois anz, et puis les cavent con toutes les raïs. [5] Et si voç di tout voiremant qe nos en aportames de celle seme<n>se a Venese et le seminames sor la terre: si voç di qu’il n’i nasqui noiant, e ce avint por <le> leu froit. [6] Et encore voç conteron une cousse qe bien fait a mervoilier: car je voç di tout voiremant qe en ceste roiame a homes qe ont coe grant plus de un paum’ et ne sunt pileuse; et cesti sunt tuit le plos<o>r. E celz tiel homes demorent dehors as montaignes e ne pas en cité. Le coe sunt grose come de un chien. [7] Il ont unicornes aseç. Il ont venesionz et chacejonz d’ousiaus e de bestes aseç.

[8] Or voç avon contés de Lanbri; si nos en partiron et voç <conteron> de Fansur.


CLXIX

[1] Ci devise dou roiame de Fansur.
 

[2] Fansur est roiame por soi; e ont roi et sunt ydres, et s’apellent por le Gran Chan. Il sunt de ceste isle meisme que dit voç avon de sovre. [3] En ceste roiame naist la meilor canfara . . .† . . . fansuri, et vaut miel qe ne vaut le autre, car je voç di qe se vent atretant or a pois. [4] Il ne ont forment ne autre bles, mes manuient ris et la<i>t; il ont vin des arbres, de celz qe je voç contai de sovre. [5] E si voç di un autre cousse que bien fait a conter por mervoille. Sachiés qe en ceste provence ont farine d’arbres, e voç dirai comant i<l> l’ont. [6] Sachiés qe il ont une mainere d’arbres qe mout sont groses e grant. E cesti arbres sunt tuit plein dedans de farine; qe sachiés qe cesti arbres ont mout soutil escorces, e tuit dedens est farine, et ne font meint mengier de paste qe mout sunt buen a mangier, car je voç di qe nos meesme les provammes aseç, car nos en menuiames plusors foies.

[7] Or vos avonç contee de cesti roiames que sunt de ceste partie de ceste ysle, e des autres roiames de l’autre partie ne voç conteron noç rien, por ce que noç ne i fumes mie: et por ce noç en lairon atant e vos contero<n> d’une ysle molt pitete qe est apellé Gavenispola.


CLXX

[1] Ci devise de l’isle de Necuveran.
 

[2] Quant l’en se part de Java e dou roiame de Lanbri e il vait por t<r>amontana entor .cl. miles, adonc treve l’en .ii. ysles, qe le une est apellé Necuveran; et, en ceste isle, ne ont roi e sunt come bestes. E voç di qu’il vunt tuit nu, e masles e femes, e ne se covrent de nulle rien dou monde. Il sunt ydres. [3] E si voç di qe tuit lor boscajes sunt de nobles arbres e de grant vailance: il sunt sandal vermoil e noces d’Inde e garofal et berçi e maintes autres bonnes arbres.

[4] N’i a autre qe <a> mentovoir face; e por ce partiron et voç conteron de l’autre ysle qe est apelé Angaman.


CLXXI

[1] Ci devise de Agaman.
 

[2] Angaman est une ysle bien grant. Il ne ont roi; il sunt ydres e sunt come bestes sauvajes. Et si voç dirai d’une mainere de jens qe bien fait a conter <en> nostre livre.

[3] Or sachiés tout voiremant qe tuit les homes de ceste ysle ont chief come chien, e dens et iaux come chiens, car je voç di qu’il sunt tuit senblable a chief de grant chienz mastin. Il ont . . . † . . . aseç. [4] Il sunt mout cruel jens. Il menuient les omes, tuit cil qe il puent prandre, puis qu’il ne soient de lor jens. [5] Il ont grant habondance de toutes maineres d’especeries. Lor viandes est <ris> e lait et cars des toutes maineres. Il ont encore fruit devisee a les nostres.

[6] Or vos avon contés de cestes deverses jens, et adonc noç en partiron e vos conteron avant des autres couses, e vos diron d’une ysle qe est apellé Seilan.


CLXXII

[1] Ci devise de l’isle de Seilan.
 

[2] Quant l’en se part de l’isle de Angaman et il ala entor .m. miles por ponent, aucune couse moin ver garbin, adonc treuve l’en l’isle de Seilan, qi est tout voiremant la meior isle qe soit au monde de sa grandese, e vos diray comant. [3] Elle gire environ .iim. e .iiiic. milles; et si voç di qe ansienemant estoit greignor, car elle giroit environ .iiim. e .vic. miles, selonc que se treuve en la mapemondi des mariner de cel mer. Mes le vent a tramontaine hi vient et vente si fort qe une grant partie de ceste isle a fait aler sout l’eive, e ce est la caison por coi elle <ne> est si grant come elle fu jadis.

[4] Or voç conteron des fait de ceste ysle. Ceste isle ont roi, qi est apellés Sendemain. Il sunt idules; il ne font trëu a nulz; il vont tuit nus, for qe il se cu<v>rent lor nature. Il ne ont bles for qe ris; et ont sosimain, de coi il font le olio. Il vivent de la<i>t e de cars e de ris. Et en ceste ysle ont vin de celz arbres qe je voç ai dit desovre. Il ont berçi en grant habondance, do meillor dou monde.

[5] Or noç laieron de ceste couse . . .†. . . qe soient au monde, car je voç di qe en ceste isle naisent les nobles et buen robin, ne en nul{a} autre part dou monde non naisent. Et encore hi naisent les çafinç et les topas et les amatist, et encore maintes autres bones pieres. [6] Et si voç di qe le roi de cest provence a le plus biaus rubin qe soit en tout le monde ne que unques fust veu ne qe se doit veoir, e vos deviserai comant il est fait. Or sachiés qu’il est lonc entor un paum e gros bien tant come le bras de l’ome. Il est le{s} plus espiendent cousse dou monde a veoir: il ne a tecce nulle; il est vermoile come feu; il est de si grant vaillance qe a poine se poroit accater por monoie. [7] E si voç di por verité qe le Grant Kaan mandé sez mesajes a cest roi e le mandé qe il voloit acater cestui robin, et qe, se il le li vousist doner, qu’il en li faroit douner la vailance d’une cité. Cestui roi dist qe il ne le donoroit por rien dou mo<n>de por ce qe il dit qe fu de seç ancestre. E por ceste achaison ne le pot avoir por couse dou monde.

[8] Les homes ne sunt pas d’armes, mes sunt chetif et vil. Mes se il avint qe il lor beiçogne homes d’armes, si ont d’autre contree, et propemant saracins.

[9] Il n’i a autre couse qe a mentovoir face, e por ce noç en partiron et aleron en avant e vos conteron de Maabar.


CLXXIII

[1] Ci devise de la grant provence de Maabar.
 

[2] Quant l’en se part de l’isle de Silan et ala ver ponent entor .lx. miles, adonc treuve la grant provence de Maabar, que est apellé l’Inde greignor, e ce est la meillor Indie qe soit, et est de la tere ferme. [3] Et sachiés qe en ceste provence a .v. rois, que sunt freres carnaus, et voç en diviseron de cascun por soi. Et si sachiés tuit voiremant qe ceste provence est la plus noble e la plus riches qe soit au monde, e si voç en dirai la verité comant.

[4] Or sachiés qe de ceste chief de la provence reingne un de cesti freres, que a non Sender Bandi Devar, et en le sien rengne se treuvent les perles mout groses e bones e belles. Et voç dirai comant les perles se treuvent e se prennent.

[5] Or sachiés qe il ha en ceste mer un gouf, qui est entre l’isle e la terre ferme, et en tout ceste gouf ne a d’eive plus de .x. pas ou de .xii. et en tel leu hi a qe ne est plus de .ii. pas; et en ceste gouf se prenent les perles, e voç dirai comant. [6] Celz qe ce font il prenent les nes, e grant e petite, e vont en ceste gouf, ce est dou mois d’avril jusque a dimi may, en un leu qe s’apelle Bettalar, e vont en la mer .lx. miles et iluec gitent lor ancres; et il entrent puis en celes barches petites: e cesti le pes<c>ent com je voç dirai.

[7] Il est voir qe il sunt maint mercant et font plusors conpagnies, et acatent maintes homes a loier, ce est que il lor donent aitant por le mois d’avril jusque a dimi may, outant come la peisciere dure. [8] E les mercant en donent tel droit com je vos dirai. Il donent tot avant au roi la disme part. Encore en donent a celui que encante les peisonç qe ne faicent maus a les homes qe vont sout eive por trover les perles: a cestui en donent des .xx. le un; e ce sunt abraiamam qe encantent les peison, le jor solemant, car la noi{u}t ronpent il les encantam<en>t si qe les peison en puent faire d’elz a lor vo<l>unté. Et encore voç di qe cesti abraiamam encantent encore toutes bestes e tous osiaus e tous animaus. [9] Et quant les homes qe sunt en les petites barches, e qe ont les loiés des mercaant, isent de barches e vont sout l’eives, tel .iiii. pas et tel .v. jusque in .xii., e demorent soute come il plus puent, e quant il sunt au font de la mer, il treuvent laiens capere qe le ome apellent hostrige de mer, e en ceste ostrice se treuvent les perles groses e menues e de toutes faisonç, car les perles se treuvent en la charç de celz cappes. [10] Et en ceste mainere se pescent les perles, et ce sunt si grandismes quantités qe ce ne fait a conter, car sachiés qe de les perles che en ceste mer se treuvent s’espandent por tute lo monde, e si vos di qe le roi de ceste reigne en a grandisme droit e grandisme treçor.

[11] Or voç avon conté comant se treuvent les perles. E si vos di tout voiremant qe tantost qui est dimi mai ne i se trovent plus de cestes cappares, ce sunt celç la ou i se trovent les perles. E bien est il verité que loingn de ci entor de .iiic. miles se trouvent, e ce est de setembre jusque a dimi ottubre.

[12] E si vos di qe en toute ceste provence de Mabar ne a mester por taillier ne cuire dras por ce qe il <v>ont tuit nus de tous les tens de l’an, car je vos di qu’il ont tout tens tenpree, ce est qu’il ne ont ne frois ne chaut, e por ce vont toutes foies nus, for qe il se cuvrent lor nature do u<n> pou de drap tant solamant. Et ausi vaut le roi come les autres, for qu’il a autres couses, tel com je vos devisarai.

[13] Or sachiés por verité qe le roi vaut tout nu, sauve qe il covre sa nature do u<n> biaus dras et au cuel a tout environ un frejel les quel est tout plen de pieres presioses, ce sunt robin e çafin et esmaraut et autres qieres pieres, si qe ceste coler vaut bien un grandisme treçor. [14] Et encore li pent au col dou roi une corde de soie sotil que il dure tout devant un pas, et en ceste cordon a .ciiii. entre grosisme perles e belles e de rubinz qe mout sunt de grant vaillance. [15] Le porcoi hi a .ciiii. pieres en tel cordon, je vos dirai. Sachiés de voir qe celle .ciiii. pieres porte el por ce qe il convent qe chascun jor, le maitin et le soir, die .ciiii. orasion a le onor de seç ydres. Et ausi comande lor foi e lor mainere, et ensi le font les autres rois sien ancestres e laisent a cestui qe le deust faire. E ce est le porcoi le roi porte celles .ciiii. pieres a cuel. [16] Et encore voç di qe le roi porte encore en trois leus eu bras braciaus d’or tout{i} plenç de cherismes pieres et perles mout grouses e de grant vailance. Et encore sachiés qe ceste roi porte en les jambes, en trois leus ausint, braciaus d’or tout covert de tre chieres perles et pieres. Et aprés voç di encore qe ceste roi porte. . . † . . . belles perles et autres pieres, si qe mervoie est au veoir. [17] E qe voç en diroi? Sachiés tuit voiremant qe ceste rois porte tantes pieres e tantes perles qe bien vailent plus d’une bone cité, et ne est nul qui peust dir ne conter le grant e’ nonbre qe celz qe porte le roi vaillent. Et ce ne est pas mervoie se il en a tant qe je vos ai contés, por ce qe je vos di qe cels chieres pieres et perles se treuvent en son regne. [18] E si vos di un autre couse: qe nul omes ne puet traire de son reingne nulle pieres grosse et chiere ne nulle perles qe poise da dimi sajes en sus. Et bien est il voir qe le roi mande l’an por tout son reingne qe tuit celz qe ont belles perles et bones pieres le doient porter a la cort, e qu’il li fara doner deus tant qe il ni le coste. [19] E ce est le uxance dou reingne de doner lo double de ce qe costent toutes les bones pieres; e les mercaans e toutesles autres jens, quant il ont de celles bones pieres, le portent volunter a la cort por ce qe il sunt bien paiés. Or ce est la raison por coi ceste roi a tantes richesse et tantes chieres pieres.

[20] Or voç ai contés de ce; si voç conterai encore d’autres merveioses chouses.

[21] Or sachiés tuit voiremant qe ceste roi a bien .vc. femes, ce sunt muier, car je voç di qe tant tost{o} qe il voit une bielle dame o dameselle, si la vuelt por soi. Et si en fist une tel couse com je vos dirai. Sachiés qe ceste roi vit une mouto bielle. . . †. . . moilier . . . †. . .: si le la tolt et la tint por soi. E son frer, qe sajes estoit, le sofri e ne fist brie con elz.

[22] Et encore vos dirai de ceste roi une autre cousse qe bien fait a mervoiller. Je vos di qe ceste roi a sez feoilz aseç, et sunt en ceste mainer, car il sunt feoilz dou seingnor en ceste monde e le autre, selonc ce qe il dient; et vos en dirois de cest grant merveie en avant. [23] Cest feoilz servent le seingnors en la cort e chavauchent con le roi et ont grant segnorie entor lui e, launques vait le roi, cesti baronç li font conpagnie et ont mout grant segnorie en toute le reigne. [24] Et sachiés qe quant le roi se muert et son cors se art en grant feu, adonc tuit cesti baronç qe seç feoilz estoient, si com je vos ai dit de sovre, se getent in feu e s’ardent avec le roi por lor fer conpagnie en l’autre monde. [25] E encore voç di que en ceste regne ha une tel usançe, car, quant le roi se mort et i’ lase grant treçor, e le filz qe remaint ne en tocheroit por ren dou monde, car il dient: «Je ai tout le reingne de mon pere e toutes les jens, donc bien m’en puis je prochacer ausi com fist mon per». Et en ceste mainere ne tochent mie lor treçor les rois de ceste regne, mes les laisse le u<n> a l’autre, e chascun fait treçor, e por ceste achaison a mout grandisimes quantités de treçor ceste reingne.

[26] Et encore vos di qe en ceste reingne ne naisent chavalz, et por ce tout le treçor de la rende qu’il ont çascunç anç, ou la greingnor partie, se consume en achater chavalz, et voç dirai comant. [27] Sachiés tuit voirmant qe les merchant de Curmos e de Qisci et de Dufar et d’Escer e de Adan, ceste provence ont mout chavaus et destrer e d’autres chavaus, e les mercaant de ceste provences, ensi com je voç ai dit, achatent les bonç chavalz e les cargent es nes et les aportent a ceste roi et encore a sez freres, qe .iiii. rois sunt encore. Il vendent le un bien .vc. saje d’or, que vailent plus de .c. mars d’arjent. [28] E si vos di qe cesti roi en achate bien .iim. et plus cascun anz, e ses freres en acatent autretant; et a chief de l’an n’en ot nul .c.: tuit muorent elz, por ce qe il ne ont mareschaus ne ne li sevent costoir, mes se morent por male garde. E si voç di qe les merchaant, qe portent cesti chevaus a vendre, ne hi laisent aler ne ne i moinent nul marescaus, por ce q’il vuelt qe les chavaus se morent aseç a cesti rois.

[29] Et encore vos di qe en ceste roiame a encore un autre costume qe je vos dirai. Car, quant un ome a fait malefice qu’il doie morir e que le seingnor le {li} vole fare occire, adonc die celui qe doit estre ocis qu’il se vuelt occire il mesme por le onor e por l’amor de tiel ydules. [30] Le roi le dit, que ce vuel il bien, et adonc tous les parens e les amis de cestui qe se doit ocire le prenent et le metent sus une caiere et li donent bien .xii. coutiaus e le portent por toute la cité, e vont disant: «Ceste vailanç homes se vait occire il meesme por le amor de tel ydules!». [31] En tiel mainere com je voç di le portent por tute la cité. E quant il sunt venu en leu la o il se fait la justice, adonc celui qe doit morir prent un cortiaus et crie a aute vox: «Je m’ocie por le amor de tel ydules!». [32] Aprés qu’il a dit ceste parole, il se fiert dou coutiaus por mi le bras; puis prent un autre coutiaus e se fert en le autre bras; puis prent autre coutel e se fert por mi le ventre. [33] E che voç en diroie? El se done tant de cesti coutiaus qu’il s’ocit il meisme. E quant i se est ocis, seç parens ardent le cors a grant joie.

[34] Et encore voç di qe en cest roiames ha encore un autre costume: que quant un home est mors et son cors se fait ardo<i>r, sa feme se gette en feu mesme et se laise ardre avec son baron. Et ceste dame qe ce font sunt mout loés des je<n>s; e si voç di tout voiremant qe maintes dames font ce que je vos ai contés.

[35] Et encore vos di qe celes de cestes roiames aorent les ydres, et les plosors aorent le buef, por ce qe il dient qe le buef est mout bone chouse, ne nul n’en mengieroit dou bouef por rien dou monde ne nulz ne l’ociroit en nulle mainere. [36] Mes si vos di que i a une generasion d’omes que sunt apellé gavi: cesti menjuent bien cars de buef, mes non mie que il l’oiçent ocire, mes, quant aucu<n> buef se mort de sa mort{e} ou d’autre mort, adonc cesti que je voç ai contés les menuient. Et encore voç di qe il ongent toutes lor maisonz de l’osci dou buef.

[37] Et si vos di qu’il ont encore un autre costume, tel com je vos dirai. Car sachiés que le roi e les baronç e les autres jens seent sor la tere; et quant l’en le demandoit porcoi il ne sedent plus enhorablement, e cel distrent qe «seoir sus la terre est aseç honorable chouse por ce qe nos sumes de tere e a la tere dovon torner: et por ce ne poroit l’en trop honorer la tere ne nul ne la doit despresier».

[38] Et encore voç di qe cesti gavi, ce est tout lor generasion qe menuient la cars dou buef quant el se morut, sunt celz que lor ancest{e}re ocistrent meser sant Tomas le apostre jadis. [39] Et si vos di encore un autre couse: qe tout cest lengnajes, qe gavi sunt apellés, nulz ne poroit entrer eu leu la ou le cors de meser saint Tomas est, car sachiés qe .x. homes ne poroient tenir un de cesti gavi la ou le saint cors est ne; encore voç di, qe .xx. homes ou plus ne porént metre un de cesti gavi eu leu la ou le cors mesier saint Tomas est por ce qe le leu ne les reçoie por la vertu dou saint cors.

[40] En ceste reingne ne naist nulle bles for che ris solemant. Et encore voç di une greignor couse qe bien fait a conter. Car sachiés, se un grant destrier covrisse un grant destrier, il e<n> naist un petit cavaus qe a les piés tuit estors: il ne vailent rien ne ne se puet cavaucher.

[41] Encore vos di qe ceste jens vont en bataille cun lance et escu, e vont tuit nu, e ne sunt mie vailanz ne prodonmes, mes sunt vi{e}l jens e caitivi. Il ne occient nulle bestes ne nul animaus, mes, quant il vuelent mengier chars de monton ou d’aucune autre bestes ou oisiaus, il le font occir a saracin et autres jens qe ne sunt de lor loi ne de lor uçançe. [42] Et encore voç di qe il ont encore un tel costume: qe tuit, et masles et femes, se lavent chascun jors .ii. foies en eive tout lor cors, ce est le maitin et le soir, ne autremant ne mengierént ne boiverént jusque a tant qu’il ne fuissent lavés. E celui qe ne se lavest .ii. foies le jor est tenu come noç tenon les patarim. [43] E si voç di qe en ceste reingne se fait trop grant justicie de celz qe font homecidie et de celz qe enblent e de tous autres malefice. [44] E si vos di encore qe les plosors d’elç se gardent de boir vin, ne ne est receu a tesmongnie ne a nulle guarentise celui qe boit vin, ne celui qui vait por mer najant, car il dient que celui qui vait por mer est desperés e por ce ne le recevent ne ne vaut sa tesmognie. [45] Mes si sachiés qe il ne tienent a pechiés nule luxurie.

[46] Il hi est si grant calor qe ce est mervoie, et por ce vont nu. Il n’i a pluie for qe de jungn et de jungnet et d’aost, et, ce ne fust l’eive qe vient celz trois mois qe renfrescent les air, il hi seroit si grant chaut que nul i poroit escanper; mes por celle pluie ne ont si grant calor.

[47] Et encore voç di qe entr’aus a maint sajes d’une art qe s’apelle fiçonomie, ce est de conostre les homes e les femes, lor qualités, e ce sunt buen ou mauvés. E ce connoisent <com> il veent l’ome ou la feme. Il sevent mout qe senifie d’encontrer oisiaus ou bestes. Il gardent a agure plus qe homes dou monde et mout sevent quelz est buen ou mauvés, car je voç di qe quand un home ala en son chamin por aucune voie et il avint qe il oie qe aucun autre face estornu, se lui senbre que il soit buen por lui si vait avant sa voie, et se lui senble que ne soit buen por lui il se met tant tost a seoir e maintes foies s’en torne arieres. [48] Et encore voç di qe en ceste rengne, tantost qe l’enfant est nes, ou masles ou femes, qu’il soit le pere ou la mer, fait metre en script sa nativité, ce est qel jor est nes e de quel mois e de quel lune e quel ore. [49] E ce font por ce que il sont tuit foies con astroniqe et con endivins qe sevent mout de encantemant e d’art magiche et de jomansie. Et de tiel hi a, ensi com je voç ai dit, <que> sevent d’astronomie. [50] Et encore sachiés qe ceste rengne, et por tout Indie, ont toutes bestes et osiaus deviséç des nostres, for solemant un oisiaus, e ce est la quaie: ceste oisiaus san faile est senblable as nostres, mes toutes autres couses s<o>nt mout deversemant deviséç des nostres, car je voç di tout voiremant qe il ont le qief soris, ce sunt les oisiaus qe volent la nuit e qe ne ont poines ne plume: cesti tiel oisiaus <s>ont grant come un hostor. [51] Il ont hostor tuit noir come corbiaus et sunt d’aseç greingnor des nostres, et sunt bien volant e bien oselant. [52] Et si voç dirai un autre couse qe bien fait a conter: car sachiés qe il donent a lor chavaus a mangier chars cuite con ris et maintes autres couses cuites. [53] Et encore voç di qe il ont maint ydules en lor moister, masles et femes; a lles qelz ydules sunt maintes damoiseles ofertes en ceste mainere: car lor mer et lor pere le oferent a les ydules, a celz qe plus lor prestre. Et puis qe il les ont ofert, toues les foies qe li nonain do mostier de l’idres requirent celes damoiselles, qe sunt estés ofert a l’idres, q’elle veingnent au moistier por fer seulas a l’idres, tantost hi vie<ne>nt et carolent e font grant feste, e ce sunt grant quantités de damoiselles. [54] Et encore plusors foies la semaine et le moi celles damoiselles portent a mengier a lor ydres ou elle sunt oufertes; et vos di en quel mainere hi portent a mengiere e dient qe l’idre a mangié. [55] Je voç di qe ceste pucelles qe je vos ai dit, plusors aparoillirent bien da mangier, e cars et autre bones couses, e s’en vont a mostier a lor ydules et li mettent la table davant con tutes les viandes q’eles ont aportés et le hi laissent une grant pieces qe un grant baron poroit ave<i>r mangiés; adonc dient le dameselles qe le spirit de le ydres a menjué la sustance de la viande, e lor la preinent e le menjuent toute ensenble e <a> grant feste et a grant joie. Puis se torne chascus a sa maison. [56] Et ensi{e}nt font cestes dameseles jusque atant q’elle prenent baron. Et cestes tielz pucelles en hi a aseç por ceste reingne qe font toutes les couses qe je vos ai contés.

[57] Or nos avon contés de ceste reingne, grant partie de lor costumes e de lor usançe e de lor afer. Adonc nos en partiron et voç conteron avant dou autre roiames qui est apellés Mutifili.


CLXXIV

[1] Ci devise dou roiaume de Mutifili.
 

[2] Mut<i>fili est un roiame qe l’en treuve quant l’en se part de Maabar et ala por tramontaine entor de .m. mi<l>es. [3] Cestui reigne est a une roine qe mout est saje dame, car je vos di q’il avoit bien .xl. an qe le roi son baron morut, e celle, qe a son baron voloit grant bien e li portoit grant <amor>, dist qe ja Diu ne vuelt q’ele prenne autre baron, puis qe celui q’elle amait plus qe soi meisme est mort. [4] Or ceste fu l’achaison por coi elle ne vost prendre baron. E si vos di tout voirmant qe ceste raine tout ceste terme des .xl. anz a bien mantenu son reingne a grant justice et a grant droit ausi bien com fasoit son baron. E si vos di q’ele est plus amé da celz de son reingne qe unques fust dame ou seingnors de lor jens.

[5] Il sunt ydres et ne font trëu a nelui. Il vivent de ris et de cars e de lait.

[6] Et en ceste roiame se treuvent les diamant, e voç diron comant. Sachiés qe en ceste roiame a plosors montaingnes en les quelz se treuvent les diamant ensi con voç oirés. [7] Car sachiés que quant pluit, l’eve cort jus por ceste montagnes mout deruinant por grant riot e por grant cavernes. E quant la pluie est remese et l’eve est partie, les homes vont alor cercant por cesti riot dont l’eive est venue et en treuvent asez. E l’estee, qe ne i se troveroit une gote d’aive, adonc en treuvent asez por celes montaignes, mes si hi a si grant calor qe a poine hi poit l’on sofrir. [8] E si voç di qe en celles montagnie a si grant moutitude de serpant, e grant e groses, qe les homes ne poent aler se ne con grant dotance. Mes toutes foies il hi vont come il puent et en trovent des mult buens et groses. E si voç di qe cesti serpans sunt mout veneouses et mout mauvés, si qe les homes ne ont ardemant d’aler a les cavernes la ou les mauveis serpant sunt. [9] Et encore voç di qe les homes en ont, des diamant, a une autre mainere. Car sachiés qe il hi a grant valee et profonde, si desrote environ les roces, que nulz hi puet aler; mes les homes font ensi com je voç dirai. Car il prenent cars, plusors peces, e le gittent en celle profonde valee, e celle chars, quant ele est geté, treuve les diamans en grant abondance; adonc se fichent en la cars. [10] Or est voir qe en cele montangne demorent maintes aguiles blances por prendre celz serpens. E quant cestes aguilles voient la cars en le profonde de la valee, elle s’en vont et prennent celle cars et la portent <en> autre leu. [11] Et les homes, qe ententivemant ont gardé la ou les aigles vont, tant tost qu’il voient qe le aigle est pousés et qe becche la cars, il hi vont au plus tost qu’il puent. Les aigle s’en vont en autre parte e ne porte pas la cars por la dotance q’il ont de les homes qe lor s’en vi<ene>nt soute soudainemant. E quant l’en est venut a la cars, et la prant et hi trouve diamant fichés aseç. [12] Et encore en ont les homes des diamant en ceste mainere, car, quant les aigles mengient de celle cars qe je voç ai dit elle mengient, ce est q’ele beche des diamant, puis, la nuit, la ou l’aigle fait son retom, si gette celle diamant q’el a becchés con son oisi, e les homes hi vont et cargient celle oisi de le aigle et en treuvent encore diamant asez.

[13] Or avés entendu comant, en trois maineres, se treuvent les diamans. E sachiés qe en tout le monde ne se treuvent diamant for qe en ceste roiame solamant, mes iluec se trevent en grant quantité et buens. E ne creés qe les buens diamant ne vient en nostre contrees de cristienz, mes vont et sunt portés au Grant Kaan et a les rois e baronz de celz diverses regionz et regnes, car celz ont le grant treçor et achatent toutes les cheres pieres.

[14] Or voç ai contés des diamant, et adonc voç conteron des autres cousses. Car sachiés qe en ceste reiame se font les meior bocoranç e les plus biaus et le p<l>us sotil qe soient au monde et celz qe sunt de greingnor vailance, car je voç di qe il senblent teles de lin da Rens: il n’i a roi au monde, ne roine, que por grandese e por belesse ne les vestisse. Il ont bestes aseç e lles greingnor moutonz dou monde. Il ont grant abondançe et grant device de toutes couses de coi il vivent.

[15] Autre cousse n’i a qe a mentovoir face, e por ce noç en partiron de ceste roiames et voç conteron dou leu la ou est le cors mesiere saint Tomaus le apostles.


CLXXV

[1] Ci devise de la u est le cors de meser saint Thomeu l’apostre.
 

[2] Le cors meisser saint Thomeu le apostres est en la provence de Maabar, en une petite ville, car ne i a gueires homes ne mercaant: ne i vienent por ce qe n’i a merchandies qe bien en peust traire; et encore qe le leu est mout desviables. [3] Bien est il voir qe maint cristiens et mant saraçin hi vienent en perlinajes, car je voç di qe le saraçin de celle contree hi ont grant foi et dient qu’il fui saraçin e dient q’el est profete grant et l’apellent avarian, qe vaut a dire saint home. E si sachiés qe il hi a tel mervoie com je vos conterai.

[4] Or saquiés qe les cristienç que vont la en pelegrinajes prennent de la tere dou leu, la ou le saint cors fou mort, e celle terre aportent en le lor contree e donent de ceste une pou a boir au malaide quant aüsse fevre quartaine ou tersaine ou ceste tiel fevre, et, tant tost qe lle malaide la be<i>ve, el en guaris. Et ce avint a tuit celz amalaides qe celle terre boivent. E sachiés q’elle est terre roge.

[5] Et encore vos dirai d’une biaus miracle qe hi avint entor .m.cc.lxxxviii. an de l’ancarnasion de Crist. Il fu voir que un baron de celle contree avoit mout grant qua<n>tité d’une bles qe s’apelle ris, e de cesti enpli toutes les maisonz qe environ le yglise estoient. [6] Celz cristiens que gardent l’eglise et le saint cors, quant il virent qe cel baronz ydre{e}s fasoit ensi enplir celz mai{n}sonz e que les peligrinç ne auront ou erbergier, il en avoient grant ire, et mout le prient qe il ne le deuse faire. Mes celui, qe mout estoit cruelz et fieres, ne entendi a nulle lor pr<i>ere mes enpli toutes celles maisonz selonc a sa volunté et encontre la volunté des cristienz qui gardent l’eglise. [7] Et quant ceste baron ot fait enplir de son ris toutes les maisonz de saint Tomas, de coi le freres en avoient si grant ire, il avint si grant miracle com je voç dirai. [8] Car sachiés qe la noit aprés qe cel baronz avoit fait enplenir celz maisonz li aparoit mesier sant Tomas l’apostre con une forche en main, et la mist a la gorge dou baron, e li dist: «O tel, {o}se tu ne fais vuider tantost{o} mes maisonz, il convient qe soies mort de mauveis mort!». [9] Et, en ce qe il disoit ce, li strant molt la gorge con celle forqe, si qe il senbloit a baron qe il aüse grant poine, et pou s’en falait qu’il ne creoit morir. [10] Et quant meser saint Tomeo oit fait ce, il se parti; et celui baron bien maintin se leve et fait toutes celes maisonz vuidier, e tout ce qe li estoit avenu de mesier sant Tomeu dit, qe bien fo tenu a grant miracle. E les cristiens en ont grant joie et grant leese e moult rendent grant grasse et grant honor a mesier sant Tomeu, et molt benedient son nom.

[11] Et si voç di qe autres miracles hi avint asseç tout l’an, qe bien seroient tenu a grant meraveies, qui les oise conter, et propemant de guerir cristiens qi sunt estorpiés e gasté de lor cors.

[12] Or voç avun contés de ce; si voç volum contere encore comant il fu{ren}t ocis. [13] Il fu voir qe mesier sant Tomeu estoit dehors son erem<i>tajes en le bois et fasoit seç orasionz a son Seingnor Dieu. Et entor lui avoit maint paonç, car sachiés qe en celz contree en ont plus que part dou monde. [14] Et en ce que mesier sant Tomeu fasoit ensint sa orisonz, adonc un ydres, qe dou lignages et jenerasionz des gavies estoit, laisse aler une saiette de son arch por voloir ocire un de celz paonz qe environ le saint estoit. Ne cestui ne le vi{ren}t mie, et, a ce que il croit avoir donee au paon, adonc done a mesier saint Tomeu l’apostre emi le destre costee. [15] Et quant il ot receu celui coux, il aore mout doucemant sun creator; e voç di qe de celui coux se morut. [16] Mes bien fu il voir qe avant qe il venist a cest leu o il morut, converti il maintes jens en Nubie: comant et en quel mainer fu, le vos conteron en ceste livre bien et ordreemant quant tens et leu ne sera.

[17] Or vos avon conté de saint Tomeu, et adonc voç conteron avant des autres couses. [18] Il est voir que quant les enfanz est nes, il l’ongnent ogne semaine une foies con oleo de sosiman, et celes font devenir plus noir que il ne naiscent d’aseç, car je voç di qe celui qui est plus noir est plus precious de le autres et est tenu meior qe les autres que ne i sunt si noir.

[19] Et encore voç di un autre couse, car je voç di tout voiremant qe celes jens font portraire et inpindre tous lor deu e lor idres noir, e les diables blance come nois, car il dient qe deu e tuit li santi sont noir, e dient il de lor deu et de lor santi; et les diables dient que sunt blances; e por ce les font portraire et inpoindre in tel mainere com vos avés oï. Et encore voç di que il font ymagines de ydres tout noir.

[20] Et sachiés qe les homes de ceste contree, quant il vont en hoste, por ce que il ont grant foy es buef e le unt por sainte couse, il prene< n>t de cel poil des buef sauvajes qe je voç ai contés autres <foies>, et, se il est home de cavalz, il fait <lier> celz poil deu buef au cuel de son chavaus; e, se il estoit home de pié, il metoit de cel poil de buef a son escu; e tiel le fait lier a sien cevailz. Et cel font il por ce qu’il creont qe por cel poil de buef soient miaus sauvés et hostés de tut engonbrement. E ce funt tuit celz qe en l’ost vont. Et sachiés qe por ceste chaison cel poil dou buef sauvajes hi vaut aseç, car il ne se tient a seur qui ne en a.

[21] Or voç avon conté ceste matiere, et adonc noç en partiron e vos conteron d’une provence des abraemain, ensi con voç porés oïr.


CLXXVI

[1] Ci devise de la provence de Lar dont les abraiamain sunt nasqu.
 

[2] Lar est une provence qe est ver ponent, quant l’en se part dou leu ou sant Tomeu l’apostre est, e de cest provence sunt nes tuit les abraiemant dou monde, e de luec vindrent primermant. [3] E si voç di qe de cesti abraiamain sunt des meilor merchaant dou monde, e des plus verables, car il ne diroient nulle mensogne por ren dou monde, ne ne dient for qe cousse de verité. [4] Il ne menjue<nt> char ne boivent vin. Il font mout honeste vie selonc lor uxance; il ne font luxure for qe con lor femes. Il ne tollirént a nelui nulle couse; il ne ocirént nulle animaus ne feroient couse qe il en creusent avoir pechiés. [5] E si voç di que tuit les abraiamain sunt conneu por un segnaus qu’il portent, car sachiés que tuit les abraiamain dou monde portent un fil de banbace sor son espalle, et se le lient sour le autre bras, si que li vient, le fil de la banbace, devant le pis e por d{i}er<i>ere. E por ceste signaus sunt coneus por tout les leu la u il vont. [6] E si voç di qu’il ont roi riche e poisant de tresors. E cestui rois acchatte mout voluntieres perles et toutes autres pieres presioses; e si a establi con tuit les mercaant de sa tere qe toutes les perles qe il li aportent dou roiames de Mabar qe s’apele{nt} Soli, e ce est la meior provence e la plus jentilç qe soit en Yndie e la ou le meior perles hi se trovent, qu’il en d<o>ra lor deus tant que il ne l’acatent. [7] Abraiamain vont eu roiame de Mabar et acchatent toutes les bonnes perles qe il treuvent, e puis l’aportent a lor roi et dient por lor verité ce que gostent. Et le roi en fait mantinant lor doner deus tant de cel qe gostent, ne ne en vint onques lor moin. E por cest acaison ne li ont aporté en grandisme quantité de mout bones et grosses.

[8] Cesti abraiamain sunt ydules et vont plus a augure et a fait de bestes et de osiaus que homes dou monde: et si vos en dirai une partie de celz qu’il en font. [9] Je voç di qu’el ont entr’aus un tel costume, car a tous les jors de la semaine ont mis un segnaus tel con je vos dirai. [10] Se il avint qe il faicent aucun merchiés d’aucune mercandies, celui qui la velt achater se leve en estant e regarde sa onbre au soleil et dit: «Qe jor hui?» «Le tel». Lor fait mesurer l’onbre soe, e, se sa onbre est tant longe come el doit estre en celui jor, il conple le merchiés, e, se la onbre ne est si longe come le doit estre, il ne conple mie le merchiés mes atent tant qe l’onbre soit a cel point qe el ont ordree en lor loy. [11] Et tout ausint com je vos ai devisé de cestui jor, ausi ont il establi de toutes le jors de la semaine quant doit estre longue sa onbre; et, jusque a tant qe le onbre ne fust tant longe com ela doit estre, ne{l} firoient nul merchiés ne nul lor fait. Mes, quant l’onbre est tant longe com el doit estre chascun jor, adonc font tuit lor merchiés e lor fait. [12] Et encore vos dirai une greignor cousse: qe quant il font aucun merchiés, ou en maison ou en autre leu, et il ve<ï>ssent venir une tarantule, qe ni a en grant abondance, se il voient q’elle vegne de celle part que lui senble qe soit buen por lui, il acate la mercandie tout mantinant, e se la tarantole ne vient de leu que lor senble bon, il laisse le merchiés e ne l’acate mie. [13] Et encore voç di qe quant il oisent de lor maison et il oissent estornoïr aucun home, se il ne le senble bien, il s’areste e ne vont plus avant. [14] Et encore vos di qe quant cesti abraiamain vont lor chemin et il voient que aucun rondel venise sor elle ou davant ou da la senestre part ou da la destre, se lor senble selonc lor costumes que le rondel il soit venue de bon lés e de bone part, il vait plus avant, e, se lui senble qe ne soit venue de bone part, il ne vait plus avant mes se torne ariere. [15] Et cesti abraiamain vivent plus qe jens do monde, e ce avient por pou mangier e por grant astinence qu’il font. E lor dens ont mout boune por une erbe qu’il usent a mangier que mout fait bien païr e molt est sa{n}in au cors de l’ome. [16] E sachiés qe cesti abraiamain ne <se> seingnent, ne de voines ne d’autres leu ne se traient sainc. [17] E si ont entr’aus regulés, qe sunt apellés Ciugui, le <quelz> vivent da .cl. an en .cc., e si se puent bien de lor cors si que il puent bien aler e venir launques il vuelent e font bien tout le servisse qe abesongne a lor moistier et a lor idres, et li rent aussi bien com se il fuisent plus jeune; e ce avint por le grant hastinence q’il font dou mengier pou e boines viandes, car il uçent a mangier ris et lait plus qe autre couse. [18] Et encore vos di que cesti Ciugui, qe vivent si lonc tens com je voç ai dit, si menjuent ce qe je vos dirai, car voç ben senblara grant couse. Car je voç di qe il prennent arjent vif et soufre, et les mesient ensenble et en font bevrajes; puis le bevent e dient que ce li croiste la vie: et en vivent d’aseç plus. Et voç di qe il le font por cascun mois .ii. foies; e sachiés qe ceste jens uçent ceste bevrajes de lor enfance por plus vivre. Et san faille celz qe vivent tant com je voç ai dit uxent ceste bevrajes de sofre e d’arjent vif.

[19] Et encore, en ceste reingne de Mabar, a une religion, qe s’apelent encement Ciugui, qe sunt de si grant astinence, com je voç dirai, e de si forte et aspre vie, car sachiés de voir qe il vont tuit nu, qe il ne portent cousse nulle sovre, si qe il ne se cov{i}rent lor nature ne nul venbre. [20] Il aorent li buef, e tuit le plusors d’elz si portent un buef petit, de covre ou de brons endoré, emi son front: si intendés que il hi se font lier. [21] Encore vos di que il ardent le oisi dou buef et en font poudre, puis s’en ongent en plusors leu dou cors con grant reverence, bien con ausi grant com font le cristiens de l’eive beneete. [22] Il ne menjuent en scuelle ne in talieor, mes menjuent lor viandes ensus fueiles de pome de paraïs ou en autre foilles grant, mes non pas q’el soient vers, me seche, car les vers, dient il, qu’elles ont arme, et por ce seroit pechiés, car je voç di que il se gardent sor tutes les criatures dou monde de non fer couse dont il creesent qe fuissent pechés, car avant se lairont il morir que il fesse couse que il creoist pechere. [23] E quant les autres homes les demandent por coi il vont nus, e que il ne ont vergogne de mostrer lor venbre, et il dient: «Nos alon nus por ce qe nos ne ne volun nulle couse de cest monde, por ce qe noç venimes en cest monde sanç nulle vestimente et nus: de ce qe nos ne avon vergogne de mostrer nostre vinbre si est ce qe nos ne faison nul pechiés con elz, e por ce ne avons nos plus vergogne qe avés vos quant voç moustrés vostre main o le vix ou autres vostre venbre, de coi voç ne aurés a pechier de luxurie. Mes por coi voç aurés vostre venbre en pechiés et en luxurie, por ce le porté vos coverte et n’avés vergogne: mes nos ne avon plus qe de mostrer le dois, por ce qe nos ne faison nul pechiés con elz». [24] Or tiel raison rendent a les homes qe li demandent por coi il ne avoient vergogne de mostrer lor venbre. [25] Et encore vos di qe il ne ocierunt nule creature ne nul animaus dou monde, ne mouches ne pulces ne peoques ne nul vermes, por ce qe il dient qu’il ont arme, e por ce dient qu’il ne le menjuerént por le pechiés qe il en aurént. [26] Et encore vos di qe il ne menjuerént nule cousse vers, ne erbes ne raïs jusque a tant q’eles ne fuissent seches, por ce qe il dient qe les couses vert ont arme. Et encore vos di qe il dorment sus tere tuit nus, sanç nulle ren dou monde tenir ne sout ne sovre, et ce est bien gran mervoie comant il ne morent e comant il vivent si longemant com je voç ai conté desovre. Il font encore grant astinence de mengier, car degeunent tout les anz et boivent eive et ne autre rien. [27] Et encore voç en dirai un autre cousse: car il ont lor regulés qe demorent en les <glises> por servir les ydres; il les provent en tel mainere com je vos dirai. Car il font venir les puceles qe sunt ofertes a l’idres et a cestes pucelles font toucher a celes homes qe gardent les ydres. Elle touchent, et ça et la, par maintes pars dou cors. Elle l’acollent et mettent en greignor seulas dou monde. [28] Et celui home qe est touchés en tel mainere des puceles qe je vos ai dit, se son venbre ne se mue de rien se no come il estoit avant qe les pucelles les touchent, cestui est buen et le retienent avec elz. Et se autres a chui les poucelles tochasent, se son venbre se mue et se drice, cestui ne retient mie{n} mes les chachent tout maintinant et dient qe il ne vuelent tenir avec {h}elz home de luxure. [29] E cesti sunt si crueli et perfidi ydres qe je vos di. Il dient qe por ce font il ardoir lor cors mors: por coi il dient que se il ne ardisent les cors mors, qe il feroient vermes, et puis qe les vermes auroient mengiés cel cors dont il sont criés, il ne auroient puis qe mengier e adonc convendrént qe il murisent; et dient qe quant les vermes seroient mors l’arme de celui cors en auront grant pecés; e ce est la raison por coi il dient qe ardent le cors mors e dient qe les vermes unt arme.

[30] Or voç avon contee des costumes de cesti ydres; e adonc nos en partiron et voç conteron d’une bielle novelles, qe noç avon dementiqué en l’isle de Sei<l>an, tel com voç la porés entendre, qe bien vos semblara grant chouse.


CLXXVII

[1] Encore devise de l’isle de Seilan.
 

[2] Seilan est une grant ysle, ensi com je voç ai devisé en ceste livre en arieres. [3] Or est voir qe en ceste ysle a une montagnie mout aut, si desrote en les grote e les roches qe nul hi puent monter sus se ne en ceste mainere qe je voç dirai. Car a ceste montangnes pendent maintes chaennes de fer ordree en tel mainer qe les homes hi puent monter sus por cel chaene jusque sus les montangnes. [4] Or voç di qe il dient qe sus cel mont est le monument de Adan nostre primer pere. E les saraïn dient qe celui sepoucre est de Adam, e les idres dient qu’il est le monument de Sergamoni Borcam. [5] E cestui Sergamuni fui le primer homes a cui non fui fait primermant ydres, car, selonc lor uxance, cestui fui le meior homes que unques fust entr’aus, e ce fu le primer cu’il aüssent por sa{n}int et a cui nome il faïssent ydres. E ce fu un filz a u<n> grant roi e riche et poisant. E cestui son filz fo de si bone vie qu’il ne vost entendre a nulle chouse mondaine, ne ne vost estre rois. [6] Et son pere, quant il voit qe son filz ne voloit estre rois ne qu’il ne voloit entendre a nulles cousse do monde, il en a grant ire. Il li ofre mout grant oferte, car il li dit qu’il le voloit coroner roi do reingne et qe en fust sire a sa volonté. Et encore il voloit lasser la corone ne ne comandaroit nulle rien, mes il seulemant en fust mestre. [7] Son filz disoit qe il ne voloit rien. E quant son pere voit qe cestui ne voloit la segnorie en nulle mainere dou monde, il ha si grant ire car pou qu’il ne morut de dol: et ce n’estoit mervoille por ce qu’il ne avoit plus filz de cestui ne ne avoit a cu’il lasast le roiame. [8] Et adonc s’en espraite le roi en tel mainere: car il dit a soi meesme qu’il li fira couse qe son filz se rendra voluntier a cosses mondaines e que il prendra la corone e le roiame. Et adonc le fait torner en un mout biaus palais et li done .xxxm. pouceles mout belles et avenant por lui servire, car il ne i oçoit estre nulz masles, mes for que celles pucelles, car pucelles le metoient ao lit et le servoient a table et li fesoient toç jorç conpagnie: elle canteient et carolent devant lui, e li fasoient tout le seulas qu’ele poient ensi come le roi lor avoit conmandé. [9] E si voç di qe toutes celes poucelles ne postrent tant faire qe le filz au roi se meust a nule luxurie, mes demore plus fermemant et plus castemant qu’il ne fasoit devant, et fasoit mout bone vie selonc lor uxance. [10] E si voç di q’il estoit si delivre damoisiaus qe il ne estoit unques osi dou palais ne ne avoit unques veu home mort ne nul autres qe ne fust sain de sez menbres, car le paire ne laisoit aler nul viaus e{n}| nul desert homes devant lui. [11] Or avint qe cestui damesiaus chevauchoit un jor por mi la vie, et adonc vit un home mort: il en devint tout esbaïs com celui que jamés n’en avoit veu nul{u}s. Il demande maintenant a celes que avec lui estoient qe couse ce estoit. Et celz le distrent que ce estoit un ome mort. «Comant, feit le filz au roi, donc morent tuit les homes?». «Oïl, voiremant», font celz. Adonc ne dit ren le damoisiaus e quevauche avant mout pensif. [12] Et aprés ce ne ot chavauchés grament q’il ot trové un mout vielz ome qe ne pooit aler et ne avoit dens en boche mes les avoit tuit perdu por grant veillesse. Et quant le{s} filz au roi vit cellui viel, il demande qe chouse ecelui estoit et por coi il ne puet aler. Et celz qe o lui estoient li distrent qe por veillesse ne se poit aler, e per veillesse a perdu les dens. [13] Et quant le filz au roi ot bien entandu dou mort e dou vielz, il se torne a son palais e dit a soi meesme qe il ne demoreroit plus en ceste mauveis seicle, mes dit qu’il ira chercier celui qe ne muert jamés et celui que le ot fait. [14] Et adonc se parti dou palais et de son pere. Il s’en ala es montagnes mout grand e desviables, et illuec demore toute sa vie mout onestamant et castemant, et molt fait grant astinence, car certes, se il fuisse{nt} esté cristiens, il seroit estés un grant sant avec Nostre Seingnor Jesucrist. [15] E quant cestui filz au roi se morut, il fo porté au roi son pere. E quant il le vit mort, celui que il amoit plus que soi meesme, se il a ire et corus ce ne fa pas a demander. Il fist grant duel; puis fist faire une yma<g>ine a sa semelitudine tout d’or et de pieres presioses, et fai onore<r> por tuit celz dou païs, et aorer come dieu. [16] Et disoient qe il estoit mors por .lxxxiiii. foies, car dient que quant il morut la primer foies qu’il devint buef, et puis morut autres foies e devent cavaus: et ensi dient qe il morut .lxxxiiii. foies, e tutes foies dient qe il devenoit un nimaus, ou chien ou autres couses. Mes, a les .lxxxiiii. foies, dient qu’il morut e devint dieu. Et cestui ont les ydres por le meior dieu e por le plus grant qu’il aient. [17] Et sachiés que ceste fu le primer ydres qe les ydres ont, e de cestui sunt desendue tutes les ydres. E ce fu en l’isle de Seilan en Yndie.

[18] Or avés entendu coment li idre fu primermant. E si vos di toite voiremant qe les ydres de mout longaine parties hi vienent en pelegrinajes, ausi come les cristiens vont a meser saint Jaque en pelegrinajes. E cesti idres dient qe cel munument qe est sus celle montaigne est le filz au roi qe vos avés entendu, e qe les dens e les chevoilz et la scuele, que hi est, furent ausint dou filz au roi, qe avoit a non Sergomoni Borcan, qe vaut a dir Sergomon saint. [19] E les saracinz, qe en grandismes moutitude hi vient ausint en pelerinajes, dient qe ce est le munument de Adan nostre primer pere, et qe les dens e les chevoilz e la scuele fu ausi de Adan.

[20] Or avés entandu comant les ydres dient qu’il est le filz au roi, qe fu lor primer ydres e lor primiere dieu. E les saraçinz dient qu’il est Adam nostre primer p{i}ere: mes Dieu set qui est et quel fu, car nos ne creon pas que en celui leu est Adam, car nostre escriture de sainte eglise dit q’el est en autre partie dou monde.

[21] Or avint qe le Grant Kan oï comant sus celle montagne estoit le munument de Adam, et encore qui i estoient seç dens et seç chevoilz et la scuelle o il mengioit. I<l> dit a soi meisme qu’il convint qe il aie les dens e la scuele e les chevoilz. Adonc i envoie une grant mesajarie, e ce fu a les .m.cc.lxxxiiii. anz de l’ancarnasionz de Cristi. [22] E que voç en diroi? Sachiés tuit voiremant qe les mesajes au Grant Kan a mout grant conpagnie {e}se mettent a la voie et alent tant <por mer> qe por tere qe il furent venu a l’isle de Seilan et s’en alent au roi, e se porcacent tant que il ont les .ii. dens mesela{n}rin qe molt estoient gros et grans. Et encore ont des qevoilz et la scuelle. La scuele estoit d’un porfide vers mout biaus. [23] Et quant les mesajes au Grant Kan ont eu cestes couses qe je voç ai conté, il se mistrent a la voie e s’en tornet a lor seingnor. E quant il furent pres a la grant ville de Ganbalu, la o le Grant Kan estoit, il li font savoir comant il veneient et aporetoient le porcoi il l’avoit mandé. [24] Le G<r>ant Kaan adonc comande qe toutes les jens, et regulés et autres, aleisent encontre celles reliquies qe lor estoit fait entendant qe furent de Adan. E por coi voç firoie lonc conter? Sachiés tout voirmant qe toutes les jens de Ganbalu alent encontre{e}a ceste relique, e les regulés le recevent e les aportent au Grant Chan qe molt les recevi con grant joie e con grant feste e grant reverence. [25] E si vos di qe il treuvent por lor escriture que disoient qe cele escuelle avoit tel vertu qe qui hi meïst viande a un homes qu’il en auroit aseç .v. homes. E le Grant Kan dist k’il <l>’avoit fa<i>t prover e dist qe bien estoit ensi la verité. En tel mainere com voç avés oï ot le Grant Kan celes erliques, com vos avés oï, e li gostent bien si grant treçor aver les qe bien fon<t> grant quantité.

[26] Or voç avon conté toute ceste ystoire por ordre tout la verité, et desormés nos en partiron e vos conteron avant des autres cousses e vos diron tout avant de la cité de Cail.


CLXXVIII

[1] Ci devise de la noble cité de Cail.
 

[2] Cail est une noble cité e grant, et est de Asciar, le primer freres des .v. rois. [3] E sachiés tout veremant qe a ceste cité font port toutes les nes qe vient dever ponent, ce est de Carmosa e de Qisci et d’Aden e de toute l’Arabe, charchiés des mercandies e de chevaus, car les mercaant font a ceste ville <port> por ce q’elle est en bon <leu> e marché por fer mercandies. Et encore qe hi vienent mant mercaant de maintes parties por achater mercandies e chevaus et autres chouses. [4] Et ceste roi est molt riche de treçor et port sor soi maintes riches pieres presioses: el vait mout onorablemant. Il mantent bien son regne en grant justice e propemant. [5] Les mercant qe hi vienent d’outre part, ce sunt l’estranges mercans, cesti sustient il e mantient en grant droiture. E por ce vos di qe les mercant hi vont molt voluntier por ceste buen roi que si bien le mantient. E bien est il voir que il hi font grant profit et hi ont grant bien. [6] Et encore voç fais a savoir qe cest roi a bien .iiic. molier et plus, car il le se tient a grant honor celui qe plus molier tient. [7] Et encore vos di qe quant escorde vient entre cesti .v. rois qe freres carnaus sunt, do u<n> pere e d’une mere, et il se vuelent conbatre ensenble, adonc lor mer, que encore est en vie, se mete entr’aus e ne les laisse conbatre. [8] E plusors foies avint qe quant lor fi<l>ç nen s’en vuelent remanoir por sa proiere e qu’il se vuelent conbatre en toute mainere, adonc lor mere prant un coutaus e dit elz: «Se voç ne voç remandrés de ceste brie e qe voç ne fesois pes ensenble, je m’oncirai maintinant, e tout avant me tre<n>cherai le mamel de mon pis, celle con <cui> je voç donai mon la<i>t». [9] E quant les filz voient la grant picié qe lor mer fait et que l’en prie si doucement, et encore que il conosent qu’il est lor meilor, il s’acordent ensenble et font peis. E ce est avenu plosors foies. [10] Mes si voç di qe il ne puet fallir, quant lor mer sera morte, qu’il ne faicent grant brige ensenble e qe il ne destruent le un l’autre.

[11] Or voç avon contee de cest roi auquant e noç en partiron et voç conteron dou roiame de Coilon.


CLXXIX

[1] Ci devise dou roiame de Cailum.
 

[2] Coilum est une roiames qe l’en trouve ver garbi quant l’en se part de Mabar et l’en ala .vc. miles. Il sunt ydres, et encore hi a cristienz et juif. Il ont langajes por elz. Le roi ne fait trebu a nelui.

[3] Et or vos vuoel contere qe se treuve en ceste roiame e qe hi naist. Or sachiés q’il hi naist le berçi coilomin, que mout est buen. Hil hi naist encore pevre en grant abondance, e se recuile dou mois de may e de jugn et de juignet; e vos di qe les arbres que font le pevre se plantent e le enaiguent, et sunt arbres domesces. Il ont ynde en abondance mout buen; et voç di qu’il se fait d’erbre, car il prenent celle herbre e le metent dedens grant sif et i metent aigue et le laisent tant qe tout celz erbre se desfait; puis le laisent au soleil: est mout chaut e le fait boilir e prendre ensenble, e devient ausi come vos le veés. [4] E si voç di qe en ceste contree a si grant calor et le soleil hi est si caut que a poine hi poite l’en sofrir, car je voç di, que se voç meteus un ouf en aucun flum, il seroit coit avant qe voç fuissés alés gueires longe. [5] Et encore voç fais savoir qe a ceste regne vienent les mercant con lor nes dou Mangi et d’Arabie et dou Levant et hi font grandismes mercandies . . . † . . . qu’il aportent de lor contree, e qu’il enportent puis con lor nes des mercandies de ceste regne.

[6] Il hi a de maintes deverses bestes, devisees a toutes les autres dou monde, car je voç di qu’il hi a lion noir sanç null’autre colleur ne seingne. Il hi a papagaus des plusors maineres: car il hi ni ha tous blance come nois, et ont les piés et le bec vermoil; et encore il ni a vermoil e blance qe sunt la plus bielle couse dou monde a veoir; il hi ni a encore de mout petit qe mout sunt ausint mout biaus. Il hi a encore paonç mout plus biaus et greingnors et d’aut<r>e faison qe ne sunt les nostres. Il ont gelines devisee a les nostres. [7] Et qe voç en diroie? Il ont toutes couses devisee a{s} les nostres et sunt plus belles et melliors, car il ne ont nul frut senblable as nostres, ne nulle bestes ne nul oisiaus, et ce avint por le grant calor que la ha. Bles ne ont for qe ris. Senblemant il font vin de çucar, ce est poison mout buen e fait devenir le ome ivres plus tost qe ne firoit vin des rasines. [8] Des toutes couses qe beçogne a cors d’omes por vivre en ont en grant abondance e grant merchiés, for qe il ne ont bles, se ne ris solemant. Il ont astroliqe aseç et bons; il ont mire, qe bien sevent gardere les cors des homes en santé. [9] Il sunt tuit noir, masles et femes, et vont tuit nus for qe il se covrent lor nature co’ mout biaus dras. Il ne tienent a pechiés nul luxurie ne nul pechiés carnaus. Le mariajes font en ceste mainere qe je voç dirai: car il prenent la coisine germaine, il prenent la feme son pere, se il morust, e la feme son frere ausint; et cest costumes ont tuit celz de Yndes.

[10] Or voç avon contés une partie de ceste roigne, ne autres couses ne hi a que a mentovoir face. Et por ce noç en partiron atant et voç conteron de Comari, ensi com voç porés oïr.


CLXXX

[1] Ci devise de la cité de Comari.
 

[2] Comari est une contree de Ynde meisme, de la quel se poit veoir aucune couse la stoille de tramontaine, la quel noç ne avon veue de l’isle de Java jusque ci. E de ceste leu ala bien .xxx. miles en mer, et voit la tramontaine, et se part sor l’eive entor de un goves. E ceste leu ne est molt trop doumesche, mes est auques sauvajes. [3] Il hi a bestes des diverses faisonz, e propemant singes, car il ni a si deversemant faites qe voç dirois que ce soit home. Il hi a gat paul si deviséç qe ce estoit mervoille. Lions, liopars, lonces ont en abondance.

[4] Autre chouse que a mentovoir face n’i a. Et por ce nos en partiron et voç conteron avant dou roiame de Eli, si com vos porés oïr.


CLXXXI

[1] Ci devise dou roiaume de Eli.
 

[2] Eli est un roiame ver ponent lo<n>ge de Comari entor .iiic. miles. Il ont roi et sunt ydres, e ne font trëu a nelui et ont langajes por eles. Lor costumes e les couses qe hi naisent vos diron tout apertmant. E voç les porés entendre plus cleremant por ce qe nos venons aprochant a plus domesces leus. [3] A ceste provence e roiames n’i a port for qe il hi a un grant flum que molt ha bone foces. Il hi naisent pevere en grant habondance, et gengibre ausint. Autres especeries ont il encore aseç. [4] Le roi est mout riches de tresor, mes ne est poissant des jens. Mes son reingne a si fort entree que nulz hi poroit entrer con jens por lor mau feire; e por ce ne a doutee de nului. [5] Et si vos di un autre couse. Se il avenist qe aucune nes venist a cest foces et sorgist, se elle ne fust nes que propemant venist a elz, il les prenent et les tolent toutes couses, e dient: «Tu alaies en autre pars: et dieu t’a sa envoié a moi por coi je prenne toutes tes couses». Et adonc prenent toutes les couses de la nes et les tienent por sien et ne en croient avoir pechiés. [6] Et ausint avint en toutes les parties de cestes provences de Indie, car se aucune nes ala por mau tens en aucune partie qe il ne i vousist aler . .†. . en autre pars, cestes ytelç nes launques elles arivent en autre part ou en autre leu q’eles ne i vousist aler, eles sunt prises et robés tout lor avoir e lor mercandies, car il dient: «Vos volois aler en autre part, mes la moie bone aventure et la moie bone cense te{s} a ça mandé por coi je doie avoir ton avoir». [7] Et sachiés que les nes dou Mangi e d’autres parties hi vienent l’estee e cargent en .iiii. jors ou en .viii. et s’en vont au plus tost qe il puent, por ce que il n’i a port et qui est mout doutous le demorer, qe il hi a plajes et sablon et ne port. Bien est il voir qe les nes dou Mangi ne doutent de aler as plagies come font les autres, por ce q’ele portent si grant ancre de l<e>ingne qe a toutes grant fortunes tienent bien lor nes.

[8] Il ont lionç et autres fieres bestes. Venejons et chacejonz ont aseç.

[9] Or voç avon contés dou reingne de Eli, e voç conteron dou roiames de Melibar, ensi com voç en porés entendre.


CLXXXII

[1] Ci devise dou roiaume de Melibar.
 

[2] Melibar est un grandisme roiames ver ponent. Il ont roi por eles et langajes ausint; il sunt ydres et ne font trëu a nelui. E de cest roiames se part plus la stoille de tramontaine, qe senble que soit haute sor l’eive entor de .ii. goves. [3] E sachiés qe de cest Melibar e d’une autre provence, qe est propes d’elz, qui est apellés Gusurat, oissent chascuns anz plus de .c. nes en cors que vont prenent les autres nes et robant les mercant, car il sunt grant laron de la mer. [4] Et si vos di qe il moinent con eles lor femes et lor enfanz petit, et tute l’estee demorent en cors e molt font grant domajes as mercant. E si sachiés qe les plusors de cestes nes de cesti mauveis corsaus se partent or ça or la por atendre e trover les nes des mercant. [5] Et encore font autre mauvestié: car il font eschiele ’n la mer, ce est a dire qu’il s’esloingne <. . .> de le autre entor de .v. miles, et ensi se partent le une jouste l’autre .xx. nes si qe .c. miles tienent de mer e, tantost qe il voient aucune nes de mercaant, il font luminarie de feu le une a l’autre; et en ceste maineres ne poent aler nule nes por cel mer q’il ne la v<oi>ent. [6] Mes les mercant, que bien sevent la mainere de celz mauveis corsaus e qe bien sevent qu’il le doient trover, il von si bien forni et si bien aparoillés qe il ne ont doutance d’elz puis qe il <les> treuvent, car il se defendent ardiemant e font elz grant domajes. E bien est voir ne puest estre qe il n’en prennent aucune. [7] E quant cesti corsaus prenent aucune nes con merchaants, il lor tollent la nes con toutes les mercandies, et as homes ne font nul maus, mes lor dient: «Alés gaingner des autres avoir: si noç en doirés encore por aventure!»

[8] En ceste roiame a grandisme abondance de pevre e de gengibre ausint; et canelle hi a encore aseç, et autres especeries hi a encore grant quantité, et torbit et noces de Yndes. Il ont encore bocarans aseç, et des plus sotil et des plus biaus de tout cest monde. Il ont maintes chieres mercandies et asez.

[9] Et encore voç voil deviser celz qe le merchant d’autres parties aportent en ceste contree quant il vienent con lor nes a ceste contré por acater de lor mercandies. [10] Sachiés qe les mercant il portent en lor nes raim (de ceste raim savorent les nes); il portent dras d’or et dras de soie, sendal, or, argent, garofali, yspi, et de cestes tielz especeries que nen ont il. E ceste couses changi{n}ent con les mercandies de cestes contrés. [11] Et sachiés qe hi vienent les nes de maintes parties, ce est de la grant provence dou Mangi. E les merchans l’en portent por plosors parties. Mes celz qe vait a Aden est puis portés a Alexandrie.

[12] Or voç avon contés dou roiame de Melibar. Adonc noç en partiron et voç contaron dou roiame de Goçurat, ensi com voç porés oïr. Et sachiés que noç ne voç conton de{s} toutes les cités des roiames, por ce qe trop seroit longaine matiere a mentovoir, car sachiés qe chascuz roiames a cités et castiaus aseç.


CLXXXIII

[1] Ci dit dou roiaume de Guçurat.
 

[2] Goçurat est encore un grant roiame; et sunt ydres et ont roi et lengajes por eles. Il ne font trëu a nelui. Et est ver ponent. Et de cest regne se part encore plus la stoille de tramontaine, car elle senble estre haute bien .vi. goves. [3] Il sunt encore en ceste rengne les greingnor corsaus dou monde, et si voç di qu’il font une tel mauvesie com je voç dirai. Car sachiés qe quant cesti mauveis corsaus prennent les mercant, il donent elz a boir tamarendi et eive de mer, si qe les mercaant vont mout desout et gitent tout ce qe il ont en ventre. Les corsaus font toillir tout ce qe les mercaant gitent desout e le font cerchier se il hi a perles ou aucune autre pieres presioses, car les corsaus dient qe, quant les mercaant sunt pris, qe il menjuent les perles e les autres chieres pieres, por ce que les corçaus ne les trouvent. E por ce celz mauvés corsaus donent as mercaant celz bevraje por celz malesie che je voç ai contés.

[4] Il ont pevre grant moutitude; il ont encore ge<n>gibre asseç, et ynde ont en abondance. Il ont banbace aseç, car il ont les arbres qe font la banbace mou grant, qe sunt aut .vi. pas, e cesti ont bien .xx. anz; mes bien est il voir qe quant il sunt cesti arbres si vielz il ne font banbace que soie bone a filer, mes la ovrent a vanbés et a strapontes. E ce avent de ceste arbres, car, jusque a .xii. anz font bone banbace da filer, mes de .xii. anz jusque a .xx. font cesti arbres ne si bone banbace come quant il sunt jeune.

[5] En ceste rengne se conce mout grandisme quantité de coraumes, ce est a dire qe il adobent cuir de bec et de bufal e de buef sauvajes e de unicor e des maintes autres bestes. E voç di que il s’en adobent si grant quantité qe il s’en cargent plosorç nes le an e se partent pour Arabi e por maintes autres pars, car de ceste rengne s’en fornisent maintes reingnes et maintes provences. [6] Et encore voç di que en ceste regne se font maintes belles nattes de cu<i>re vermoil entaillés a oisiaus et a bestes, et sunt cuisie con fil d’or e d’arjent mout sotilment. Elle sunt si belles qe ce est mervoille a veoir le. [7] Et entendés que celle nates qe je voç di sunt cuir, la ou les saraçinz dorment sus, et hi a trop buen dormir. Et encore hi se font coisin si biaus, cuisi con or, que bien un vaut .vi. mars d’arjent. E de celes nates que je vos ai dit en font de tielz que bien valent .x. mars d’arjent. [8] E que voç en diroi? Sachiés tout voiremant qe en ceste reingne se labore miaus de cousse de cuir, et plus sotilment, que ne fait en tout lo monde, e celz qe sunt de greingnors vailance.

[9] Or voç avon contés de ceste roiames tout le fait ordreemant, et adonc nos en partiron e vos conteron avan des autres, e vos diron de un roiame qe est apellé Tana.


CLXXXIV

[1] Ci devise dou roiaume de Tana.
 

[2] Tana est un grant roiame ver ponent, mult grant et buen. Il ont roi e ne font trëu a nelui; il sunt ydres et ont langajes por elz. [3] La ne naist pevre ne autre speceries come sunt en celles provences qe noç vos avon contés en arieres. Encens hi naist aseç, mes ne est mie blance mes enbrumés. [4] Il hi se fait grant mercandies et hi vont nes et merchant asseç, car il s’en trait cu<i>res afaités de maintes faisonç mout bones et belles; et encore s’en traient bocaran aseç e buens, e banbace ausint. [5] E les mercant con lor nes menent et aportent plosors chouses, ce sunt or, arjent, raim et maintes autres mercandies qe abeçogne au roiames; et enportent de celle dou roiame des quelz il croient faire profit et gaagne.

[6] Et encore vos di un autre cousse, qe ne est pas bone, car je voç di qe de ceste reigne oissent maint corsaus qe vont par la mer faisant gran domajes a les mercaant. [7] E si voç di qe ce est por la volunté dou roi, car il a fait ceste convenance con celles qe vont en cors, car le corsaus li doient doner tout{i} les chavalz qu’il prennent. [8] E sachiés qe il en prenent plosors foies, car, ensi com je vos ai contés en arieres, des chevalz se fait grant mercandie por toute Endie, car les mercant hi en portent grant quantité por vendre, si qe pou nes vienent en Indie {†por cavaus en portent en grant quantité por vendre si qe pou en vienent en Indie†} qe <ne> aportent chevalz et, por ceste achaison qe voç avés entendu, a fait le rois convenance qe les corsaus qe illi demorent donent tuit les chevaus qe il prenerént. [9] Et toutes autres mercandies et or et arjent e pieres presioses sont des corsaus. Or ce est mauveise cousse e ne est enter.

[10] Or voç avon contés dou reingne de Tana, e nos en partiron e voç conteron dou reingne de Canbaet.


CLXXXV

[1] Ci devise dou roiaume de Canbaet.
 

[2] Canbaet est un grant reingne ver ponent. Il ont roi e lengajes por elles e ne funt treü a nelui. Il sunt ydres. E de cest reingne s’en voit plus la stoille de tramontaine, car sachiés qe, quant plus vos alés desormés ver ponent, tant veirés miaus la stoile de tremontaine. [3] En ceste reigne se fait grant mercandies; et hi a ynde mout bouen et en grant abondance; hil hi a bocaran e banbace en grant quantité, car de ceste reingne se portent por maintes provences et reingne. Et encore hi se fait grant mercandies de curiames afaités et adobés, e ce est en grant quantité por ce qe il le laborent ausi bien come en autre païs. [4] Et encore vos di qe il hi a encore maintes autres mercandies, des quelz ne firai memorie <en> nostre livre por ce qe trop seroit longaine matiere a mentovoir. [5] E les mercant hi vienent con mai<n>tes nes con lor mercandies, mes plus hi aportent or e arjent et rame; il hi aportent des couses de lor païs et n’aportent de celz de cest reingne, ce est de celles qe hi cuident faire greingnor profit e greingnor gaagne. [6] E saquiés que en cest roiame ne a corsaus, mes voç di qe il vivent de mercandies e d’ars, e sunt bones jens.

[7] Il n’i a autre couse que a mentovoir face: e por ce nos en partiron e voç contaron avant des autres, ce est dou reng<n>e de Semenat.


CLXXXVI

[1] Ci devise dou roiame de Semenat.
 

[2] Semenat est un grant regne ver ponent. Il sunt ydres et ont roi e langajes por elles, e ne font trëu a nelui. [3] Il n’i a corsaus, mes vivent des mercandies e d’ars, si come bone jens doient faire, car sachiés tot voiremant qu’il est rengne la ou il se fait grant mercandies et hi vienent les mercant des maintes pars con maintes mercandies, e d’une main<er>e e d’autre, e les vendent en ce rengne et enportent de celes dou reingne. Et encore voç di que il sunt mout cruelz e fieres ydres.

[4] Autres couses ne i a que a mentovoir face: e por ce nos en partiron e vos contaron avant do u<n> autre rengne qe est apellés Kesmacoran.


CLXXXVII

[1] Ci devise dou rengne de Kesmacoran.
 

[2] Kesmacoran est un rengne que a roi e lengajes por elz. Il sunt ydres. Il vivent de mercandies e d’ars. Il ont ris aseç, car sachiés qe il menuient ris, char et la<i>t. Il hi vienent mercant grant quantité, e por mer e por tere, con plosors mercandies, et en portent encore de celle de cest rengne. [3] Autres couses ne i a que face a mentovoir.

[4] E vos di qe cest reing<n>e est la dreaine provence de Endie alant entre ponent e meistre, car sachiés que da Mabar jusque a ceste provence, et tous les roiames e provences que je voç ai contés de Mabar jusque ci, est de la gregnor Ynde e la meior que soit au monde. [5] E si sachiés tout voiremant que nos voç avon conté de cest grant Ynde par de les provence e delz cité qe sunt sor la mer, car de celz que sunt en fraterres ne vos avonz pas contés por qe trop seroit longaine matiere a mentovoir. [6] E por ce nos partiron atant de ceste provence e vos conteron des auquans ysles que encore sunt de Indie; e conmenceron des deus isles que sunt appelés Masles e Femes.


CLXXXVIII

[1] Ci devise de l’isle Masles et Femes.
 

[2] Le ysle que est apellé Masle est en aut mer bien .vc. miles ver midi quant l’en se part de Kesmacoran. Il sunt cristiens batiçés e se mantient a la foy et as costumes dou Viel Testament. [3] Or je voç di que, quant sa feme est enceinte, il ne la touche plus dusque a tant q’elle ne a enfanté; . . .†. . . encore la laisse que ne la touche .xl. jors, mes de .xl. jors avant, la touqe a sa volunté. [4] Me si voç di qe en ceste ysle ne demorent lor femes ne nulles autres dames, mes demorent toutes a le autres ysle qe est apellé Femeles. E sachiés que les homes de ceste ysle s’en vont a cest ysle de femes et hi demorent por trois mois, ce sunt mars et avril et may. Cesti trois mois vont les homes a celle autre ysle a demorer con lor femes, et en cesti .iii. mois prenne< n>t seulas con elz. Et a chief de .iii. mois s’en tornent a cest ysle e font lor profit tous les autres .viiii. [5] Et si voç di qe en ceste ysle naist l’ambre mout fin et bone et biele. Il vivent de ris e de lait e de chars. Il sunt mout buen pescheor; car sachiés que il hi se prenent en cel mer de cest ysle maint buen peison. Et si en pren tant que il en font sequere grant quantité, si qe il en ont asez a mangier tot l’an, et encore en vendent a les autres jens. [6] Il ne ont segnor for que un eveschevo qe encore est sotpost a l’arcevesche{qe} de Scotra. Il ont langajes por elz. E sachiés que da cest ysle a celle ou demorent lor femes a entor de .xxx. miles. E por ce ne demorent il: ne poroient vivre se il demorasent tot l’an con eles. [7] E lor filz qe naisent norissent lor mer en lor ysle. Bien est il voir que, tant tost que l’enfant masles a .xiiii. anz, tant tost l’envoie sa mer a son per en lor ysle. E ce est le costume e le uçance de ceste .ii. ysles, come voç avés oï. Bien est il voir que lor femes ne font for norir lor filz et recuil aucun fruit que il ont en celle isle.

[8] Or voç avon contés tot l’afere de ceste matiere. Autre cousse que a mentovoir face ne i a: e por ce nos en partiron de ceste .ii. isles et vos conteron de l’isle de Scotra.


CLXXXIX

[1] Ci devise de l’isle de Scotra.
 

[2] Quant l’en s’en part de ceste .ii. ysles et ala entor {entor}.vc. miles ver midi, adonc treuve l’en l’isle de Scotra. [3] Et sachiés que celz de cest ysle sunt cristienz bateçés et ont arcevesque. Il hi naist l’anbre en grant quantité. Il ont dras banbasin mout biaus et autres mercandies aseç, e propemant grant quantité de peisonz salé granç et buenç. Il vivent de ris e de chars e de lait, car autres bles ne ont il mie. Il vont tuit nus, a la mainere et a l’uçance de les autres yndiens ydres. [4] Et si voç di qe a ceste ysle vienent maintes mercans, e con mantes mercandies, les quelz il vendent a ceste isle; et encore en portent des chouses que en l’isle sunt, de coi il font profit. E sa{c}|chiés que toutes les nes e les mercant que vellent aler en Aden viennent a ceste isle. [5] E ceste arcevesqe ne a que fer con le apostoille de Rome, mes vos di q’el est sotpost a un arcevesqe que demore a Baudac. E cestui arcevesqe de Baudac mande ceste arcevesqe de ceste ysle, et encore mande en plosors parties dou monde ausi com fait l’apostoile de Rome. E tui<t> cest clereges e prelais ne sunt obeisant a le yglise de Rome mes sunt tuit obeisant a celz grant prelais de Baudac qu’il ont por leu<r> pape. [6] Et encore voç di que a ceste isle vienent maint corsaus con lor nes, puis qu’il ont fait lor cors, et iluec font canp et vendent toutes les cousses qu’il ont robbés. Et si voç di qu’il hi le vendent mult bien, por ce qe les cristienz qe hi sunt sevent que toutes celes couses sunt robés a ydres et a saracinz e ne pas a cristienz, e por ceste achaison le achatent les cristienz. [7] Et encore sachiés qe, se l’arcevesqe de ceste ysle de Scotra se muert, il convient que de Baudach viegne le autre, ne autremant ne i auroit jamés arcevesqe. [8] E si voç di que les cristienz de ceste isle sunt les plus sajes encanteor que soient eu monde. Bien est il voir qe l’arcevesqe, que ne velt pas que celz faisent celz encantemant, et li en chastie et amonise; mes ce ne vaut rien, por ce que il dient que lor ancestre le fistrent ansienemant, e por ce dient que il le vuellent faire il encore. E le arcevesqe ne puet faire plus que celz velent: si s’en sofre autant, puis que il ne puet autre faire. Et ausi font les encantemant cisti cristienz de ceste ysle a lor voluntés. [9] E si voç en dirai, de les encantemant qe il font, aucune couse. Car sachiés tout voiremant que cesti encanteor font maintes diverses couses et grant partie de celz que il vuelent, car je voç di que se une nes alest a voille et aüse buen vent et aseç en sa voie, il li firont venir un autre vent contraire et la firont torner arere. Et encore voç di que il font venter celz vent que il velent, il font la mer coie quant il vuelent, il font grant tenpeste et grant vent en la mer. Il sevent faire mant autres encantemant mervuelios, les quelz ne fait buen raconter en ceste livre por ce que il sunt encantemant que avegnent chouse que, quant les homes le oïssent, s’en mervoillirént mout; e por ce les laieron atant et ne voç en conteron plus rien.

[10] Autre cousse n’i a en ceste ysle que a mentovoir faice: e por ce noç en partiron atant et voç conteron d’autre couse avant, et voç conteron de l’isle de Madeigascar.


CXC

[1] Ci devise de l’isle de Mogclasio.
 

[2] Madeigascar est une ysle que est ver midi et est longe de Scotra entor .m. mies. Il sunt saracinz; aorent Maomet. Il ont .iiii. esceqe, ce vaut a dire .iiii. vielz homes; e cesti .iiii. vielz ont la seingnorie de totes ceste ysle. E sachiés que ceste ysle est des plus noble ysle e de greignor que soient en ceste monde, car je voç di que l’en dit qu’elle gire environ entor .iiii. milles. [3] Il vivent de mercandie e d’ars. E si voç di tout voiremant que en ceste isle naisent leofant plus que en autre provence, e si sachiés que en tout l’autre monde ne se vendent ne acatent tant dens de leofant come fait en ceste ysle et celle de Çanchibar. [4] Et sachiés qe en ceste ysle ne se menuie for qe cars de gamiaus; e si vos di qe chascun jor s’en o{i}cient si grant quantité que nulz ne poroit croire a o<ï>r le se il ne le veïsse, et dient qe cest car de gamaus est meior et la plus saine que null’autre char; e por ce le ucent a mangier tout l’an. [5] Encore sachiés que en ceste ysle a arbres de sandal vermoille ausi grant come sunt les arbres de nostre contree; e ceste arbres vaudrént asez en autre païs, et il en {en} ont bois come nos avuns d’autres arbres sauvajes. Il ont anbre aseç, por ce qe en cel mer a balene en grant abondance. [6] Et encore hi a capdoille asez. Et por ce que il prene<n>t de cestes balene e de cesti capdol aseç, ont de l’anbre en grant quantité; e voç savés que la balenne fait l’anbre. [7] Il ont leopars e lonces, et lionz ont encore outre mesure; autres bestes, come sunt cerf, cavriolz, dain et autres senblables bestes ont il en abondance; venesionz de maintes deverses oisiaus ont il en moutitude. Il ont encore bestiaus asseç mout grant. [8] Il hi a diverses oisiaus, ce est devisés as nostres, que ce est mervoille. [9] Il ont maintes merca<n>dies et hi vienent maintes nes con maintes mercandies: e ce sunt dras doré e de soie de plosors maineres, et de maintes autres couses qe noç ne voç conteron ici. E toutes les vendent e cangent a les mercandies de l’isle. [10] Les mercans hi vienent con lor nes chargiés, e toutes {e toutes} le scargent e vendent; e puis les cargent de la mercandies de l’isle et, cargiés, s’en vont, car je vos di qe il hi font grant profit e grant gaagne, le mercant. [11] Et si voç di qe les nes ne puent aler plus ver midi a les autres ysle for qe a ceste ysle et a celle de Çanghibar, por ce qe la mer hi cort si ver midi qe a poine s’en poroient venir, e por ceste achaisonç ne i vent les nes. E si voç di qe les nes qui vienent de Mabar a ceste isle vienent en .xx. jors e, quant elle hi torne<n>t a Mabar, poinent aler trois mois: et ce avent por ce qe la corent vait toç jorç ver midi, e ce avint toutes foies que jamés ne core en autre mainere que ver midi. [12] Et encore sa{c}|chiés tout voiremant qe en celes autres ysle, qe sunt si grant quantité ver midi, la ou les nes ne alent mie voluntieres por la corent qe cort celle part, {et} dient les homes que la se treuve{s} des oisiaus grifon, e dient que celz oisiaus hi aparurent certes estaisonz de l’an. [13] Mes si sachiés que il ne sunt mie fait ensi come nostres jens de sa cuident e come nos les faison portraire: ce est que nos dion qu’il est mi hosiaus et mi lyonç; mes, selonc {qe} celz qe le ont veu content, ce ne est pas verité que il soient mi oisiaus et mi lyon. Mes voç di qe il dient, celz qe le ont veu, qe il est fait tout droitmant come l’aigle, mes il dient qu’il est demisoreemant grant; et voç en diviserai de ce que dient celz que les ont veu, que seç eles ovrent .xxx. pas e que sez pennes d’eles sunt longues .xii. pas; grosismes sunt come il est convenable a lor longesse. Et ce que je en vi vos dirai en autre leu, por ce que il convient ensi faire a nostre livre.

[15] Or voç ai contés de l’oisiaus grifonç ce que celz que l’ont veu le content. Et bien est il voir que le Grant Kan hi envoia seç mesajes por savo<i>r de celz ysles; et encore hi mande por fair laiser un seç mesajes qe avo<ie>nt pris. Et cesti mesajes, et celui que pris avoit, ceste content au Grant Kan mai<n>tes grant mervoilles de celes estranges ysles. [16] E si voç di tout voirmant que celz mesajes aportent au Grant Chan dens de senglier sauvajes, les quelz estoient desmesureemant granç. E si voç di qe le Grant Sire en fist poiser un que peisse libres .xiiii. Or poés savoir comant fu grant le sengler que tel dens avoit. Et si voç <di> que il dient que hi ni a bien des sengler qui sunt grant come un bufal. Il hi a giraffe aseç et asnes sauvajes ausint. Il ont si divissement bestes et oisiaus des nostres que ce seroit mervoille a oïr et greingnor a veoir.

[17] Et a le oisiaus grifon voç voil retorner. Celz de celles ysles l’apellent ruc, et ne l’apellent por autre nom e ne sevent que soit griffon. Mes noç quidion tot voiremant que por la grant grandesse que il content de cel oisiaus qu’il soit griffonz.

[18] Or voç avon contés de ceste ysle une grant partie de l’afer des costumes. Autres cousses n’i a que face a conter; et por ce noç en partiron et voç conteron de l’isle de Çanghibar, ensi com voç porés oïr.


CXCI

[1] Ci devise de l’isle de Çanghibar.
 

[2] Çanghibar est une ysle mout grandisme e noble; elle gire environ bien .mm. miles. Il sunt tuit ydres; il ont roi et lengajes por eles; il ne font trëu a nelui. [3] Les jens sunt grans e gros. Bien est il voir que il ne sunt pas si aut por raigon come il sunt gros, car je voç <di> que il sunt si gros e si menbru qu’il senblent jeiant, e si voç di que il sunt desmesuremant fort, car il portent carique por .iiii. autre homes, e ce ne est pas mervoille, que je vos di que il menuie bien viande a .v. omes. [4] Il sunt tuit noir et vont nus for que il se covrent lor nature. Il ont les cavoilz si crespi que a poine con l’eive se poroit faire estendre. Il ont si grant boche e les nes si rebufés e les levres e les iaus si gros que sunt a veoir mot orible cousse, car qui les veïse en autre contree l’en diroit qu’il fuissent diables.

[5] Il hi naist leofanç asez. Il font grant mercandies des dens. Il ont encore lionz d’autre faisonz que n’en sunt le autres. Il ont encore lonces asez; e leopars hi naisent encore. E que vos en diroie? Il ont toutes bestes devisés a toutes les autres dou monde. Et si voç di que il ont montonz et berbiç tuit de une faisonç et de un color, car il sunt tuit blance et ont le chief noir. Et en tout ceste ysle ne trevrés ne montonz ne berbiç que ne soit de ceste mainere que je voç ai de{s}visé. [6] Il hi naist encore giraffe aseç que molt sunt belles couses a veoir. Elle est fate en tel mainere com je voç deviserai. Or sachiés qu’ele a cort corsajes et est auques basse dereire, car les janbes derieres sunt petites e les janbes devant e le cuel a mot grant, si que la teste est bien aute da tere entor de .iii. pas. Elle a peitet teste et ne fait nul mal. Elle est de color toute roge e blance a roelles, e ce est mout belle couse a veoir. [7] Et encore voç di aucune cousse dou leofant que je avoit dementiqé. Or saqiés que quant le leofant vuelt çaçer a la lefantese il cave la tere tant que hi mete la lefantese reverse en mainere de feme, po<r> ce qu’ele a la nature mout ver le ventre, e le leofans le monte sus com c’il fust ome.

[8] Et encore voç di que les femes de ceste ysle sunt mout laide cousse a veoir, car elle ont grant boce e gros iaus et gros nes. Il ont les mamelles groses quatre tant que ne ont les autres femes: elle sunt mout laide cousse a veoir.

[9] Il vivent de{s} ris e de cars e de lait e de datal. Il ne ont vin de vignes, mes il font vin de ris e de çucar e d’especes, si que mut est buen poiçon. [10] Mercandies hi se fait molt grant, car maint mercant hi vienent con maintes nes que hi aportent plosors mercandies que toutes les nes vendent en cestes isles. Et encore en portent aseç des mercandies de l’isle, e propemant en portent grant quantité des dens de leofans, que aseç hi ni a. Et encore voç di qu’il ont anbre aseç, por ce que des balennes hi se prennent aseç.

[11] Et encore sachiés que cesti homes de cest ysle sunt mout buen conbateor e conbatent molt fort en bataille, car il sunt vailanz e ne d{e}otent gueires la mort. Il ne ont chevalz mes il conbatent sus les gamiaus e sus le leofanz; car je voç di qu’il font sus le leofant castiaus e le covrent molt bien; e puis hi montent sus da .xvi. homes jusque a .xx. con lances et spee e con pieres: et est molt fort bataille celle de sus le leofans. Il ne ont armes for que escu de cuir e lances e spee, e se ocient ben ensenble. [12] Et encore vos di un autre cousse: car sachiés que quant il velent mener les leofanç a la meslee, il li donent a boir de lor vin aseç, ço est lor poisonz, e ce font il por ce que, quant le leofant a bevou de cel poisonz, il en divient plus fieres e plus ergoios et en vaut asseç de miaus en la bataille.

[13] Or voç avon contés grant partie de toutes couses de ceste ysle, e des homes e des bestes e de mercandies; autres cause n’i a que face a mentovoir, e por ce nos en partiron e voç conteron de la grant provence de Abasce. Mes tout avant voç en diron aucune cousse de Endie.

[14] Sachiés tuit voiremant que nos ne voç avon contés de l’isle de Indie for qe de les plus nobles provences et roiames et ysles que hi soient, car il n’i a nul ome au monde que de toutes l’isles de Indie peust contere la verité. Mes je voç ai contés des toutes les meior e des toutes la flor d’Indie, car sachiés que grant partie de toutes les autres ysles d’Inde, des quelz je ne voç ai fait mension, sunt sout a cestes qe je voç ai contés. [15] E sachiés tout voiremant qe en ceste mer de Inde a .xiim.viic. ysles, que sunt abitee et ne abitee, selonc que monstre le conpas et la scriture de sajes mariner que uçent en cel mer de Yndie. [16] Or voç lairon atant de l’Endie gregnor, qe est da Mabar jusque a Kesmacora, que hi a .xiii. roiames grandismes, des quelz voç en avon contee des .x. La menor Yndie est da Çinaba jusque a Montifi, que hi a .viii. grant roiames. E toutes foies entendés †{qe je ne voç}† sanz celz de l’isle, que sunt grandismes quantitès des roiames. Or voç conteron de la meçane Yndie que se dit Abasce.


CXCII

[1] Ci comance de Abasie, qui est la mediane <Yndie>.
 

[2] Or sachiés que Abasce est un grandissme provence que est la meçaine Yndie. Or sachiés que le greingnor roi de toute ceste provence est cristiens, et tuit les autres rois de la provence sunt sotpost a lui, et sunt .vi., entres les quelz en a .iii. cristienz et .iii. saraçinz. [3] Les jens cristiene de ceste provence ont trois seingne en mi le vix, ce est le un dou front jusque a dimi le nes, et pois en ont, de chascune goe, un, e ce sunt fait con fer chaut, e ce est lor batesme car, puis qe il sunt batiçés en eive et il se font puis celz seingne que je voç ai dit, e ce est por gentilise e por conpliment dou batesmo. Et encore voç di que il hi a juif, et cesti juif ont .ii. seingne, ce est da cascune goe un. E les saracinz ont un seingne tant solamant, ce est dou front a demi le{s} nes.

[4] Le grant roi demore eu mileu de la provence. Les saraçin demorent ver Aden. Et en ceste provence prescé meser saint Thomeu l’apostre; e, depuis qu’il ot converti de ceste jens, il s’en ala a Mabar, la ou il fo mors et est le cors sien, ensi com nos voç avon contés en nostre livre en ariere. E sachiés qe en ceste provence de Abasce a mout bones jens d’armes e homes da chevalz asseç; et chevalz ont il encore aseç: et ce fait bien meister, car sachiés qe il ont ghere con le soudan de Aden et con celz de Nubie e con autres jens aseç. E si vos en dirai une bielle estoire qe avint a les .m.cc.lxxxviii. anz de l’a<n>carnasionz de Cristi.

[5] Il fu voir qe cestui roi qui est sire de toute la provence de Abasce, qui est cristiens, dist que il voloit alere en pellerinjes por aorer le sepolcre de Crist en Jerusalen. Les baronç li distrent qe trop seroit de grant perilz se il hi alast, et li loent que il li mandast un vesqeve ou qualqe autre grant prelas. Le rois s’acorde a ce que li baronç li loent. [6] Adonc mande le evesqe, qe mout estoit home de sainte vite, e li dist qu’il velt qe il aille en son leu jusque a Jerusalen por aorer le sepolcre dou Nostre Seingnor Jeçucrist. Celui li dit qu’il fira son conmandemant come de son seingnor lige. Le roi li dit que s’aparoille et q’il aille au plus tost qu’il puet. [7] E que voç en diroie? Le evesque se part e prist conjé au roi, e s’aparoille e se met a la voie a mainere de pelerin mout honoremant. Il ala tant e por mer e por tere q’el fou venu a Jerusalen et s’en ala tout droit au sepoucre e l’aore et li fait tel honor e tel reverence come cristiens doit fare, aussi aute cousse e si noble come cel sepolcre estoit. Il hi fait encore mout grant oferte por part de celui roi que le mandoit. [8] E quant le evesqe oit fait tout ce por coi il estoit venu, bien e sajemant come sajes homes qu’il estoit, adonc se met a la voie entre lui e sa conpagnie. Il ala tant qu’il fo venu en Aden. E sachiés que en ceste roiame sunt mout haynés les cristiens, car il n’en vellent voir nul, mes les heent come lor enimis mortiaus. [9] E quant le soudan de Aden soit qe ceste evesque estoit cristiens e que estoit messajes au gran roi de Abasce, il le fait prendre tout mantinant e le demande se il{e} est cristienç. E cel evesqe li . .†. . que veramant est il cristiens. E le soldam li dist que se il ne se velt <r>e|torner a la loy de Maomet, que il le fara fer onte e vergo<g>ne. Celui li dit que il se laierait avant occire que il ce feisse. [10] Quant le soudan oï la respo<n>se a celui evesqeve, il le tient a despit e comande que il soit retailés. Adonc fu pris l’evesque por ce por maint omes, e le retailent a la mainere des saraçinz. Et quant il li ont ce fait, le soudan li dit que celle vergo<g>ne le avoit fait fare por despit e por onte del roi son sengnor. Et aprés ceste paroille, il le laisse alere. [11] Et quant l’evesue ot receu celle vergongne, il a grant dol{o}; mes d’une cousse se conforte il, car il dit que ce avoit il receu por la cristiene loy, e dit que por ce le Seignor Deu li rendera bon merite a sa arme en l’altre secle. [12] E por coi voç firoie lonc conte? Sachiés tout voiremant que, quant l’evesqe fu gueris e que il poit chavaucher, il se met a la voie a tout sa conpagnie, et ala tant, e por mer e por terre, que il fo venu en Abase a son seignor le roi. [13] Et quant le roi le vit, il le fait joie e feste, e puis le demande novelle dou sepolcre. L’eveqe li en dit tout la verité e le roi le tient a santisme couse et hi a grant foy. Et aprés ce que il ot dit l’evesque dou sepolcre tout le fait, il li conte comant le soudan de Aden l’avoit fa<i>t retailer por sa onte e por son despit. [14] E quant le roi ot entendu ce qe son evesque estoit si aöntés por son despit, il a si grant ire que pou s’en falloit qe il ne morut de dol. Il dit si aut, que tuit celz que entor lui estoient l’entendirent bien, et dit q’il ne velt jamés porter corone ne tenir terre se il ne en prant grant veng{n}ance si que tout le monde en parlera. [15] E que voç en diroie? Sachiés tuit voirmant que le roi s’aparoille a mout grandisme gens, de chevalers e d’omes a pe; et encore moine grant quantité de leofans con castelle bien armés, qe i avoit bien .xx. homes sus chascuns. E quant il fo bien apparoillés, con toutes seç jens il se met a la voie, et il alerent tant qe il furent venu eu roiame de Aden. [16] E les rois de celle provence de Aden, con mout grant moutitude de saracinz a chevaus e a piés, vindrent a les fors pas por defendre lor tere e que lor enimis ne i peussent entrere. Or avint que le roi de Abasce con seç jens furent a cesti fors pas la o il treuvent lor ennimis en grant quantité. [17] Adonc conmancent la bataille mout cruelz et pesmes. Mes il avint en tel mainere que les rois des saracinz, que trois estoient, ne postrent durere a la grant force dou roi d’Abasce, por ce que il avoit grant jens et bones, car les cristienç vaillent d’aseç miaus qe ne vailent. . . †. . . | Les saracinz s’en tornent arieres, e le roi des cristienç con seç omes entre dedens le roiame d’Aden. [18] Mes bien sachiés qe a celz pas furent occis grandismes quantité des saracin. E qe voç aleroi disant? Sachiés tuit voiremant que le roi d’Abasce con seç jens, puis qu’il fui entrés eu roiame d’Aden bien en trois leus ou en .iiii., les saracinz li furent devant a fors pas: mes tout f{o}u noiant qu’il les peussent defendre, mes en furent ocis e mors en grant abondance. [19] Or voç di que quant le roi des cristienç fu demorés en le teres des ennimis bien entor do u’ mois e que les ont mout gasté e destrute e que ont mout grant motitude de saraçinz mis a mort, il dit que desormés est bien vengiés la onte son vesque e que il s’en puet bien tornar con honor en lor terre. [20] Et encore voç di q’il ne poit plus domajer les ennimis por ce que trop fors pas avoient a passere e que pou de jens il poroient faire grant domajes a celz mauveis pas. E por cest chaison s’en partirent de le roiame de Aden, et se mistrent a la voie et alent tant qu’il ne s’arestent que il furent venu ad Abasce, en lor païs.

[21] Or avés entandu comant l’evesque fu vengiés bien autemant sor celz chiens saracinz, car bien en furent mors tant et ocis qe a poine se poroit conter le no<n>bre, et encore maintes teres en furent gastés e destrute. E ce ne fu pas mervoie, car il ne est digne couse que les chiens saraçin doient sovrestere les cristiens.

[22] E, depuis que nos ce voç avon contés, il en lairon atant e voç conteron des autres couses avant de la provence de Abasce meesme. Or sachiés tuit voiremant que ceste provence est mout devisieuse des toutes couses de vivre. Il vivent de{s} ris e de cars e de lait et de sosimain. [23] Il ont leofant, mes ne pas que il i naisent, mes le ont de l’isle de l’altre Endie. Me le girafe i naisent bien, e n’ont en grant abondance. Lionz e leopars et lonces ont il aseç; et maintes autres bestes ont il encore moutitude, deviséç a celz de nostres contrés. Asnes savajes hi nais{i}ent encore aseç. Oisiaus ont il de maintes maineres devisés a tous les autres. Il ont gelines, les plus belles {en} a| veoir dou monde. Il ont grant estrus, negueires mendre que un asnes. [24] Il hi a encore d’aseç autres, les qelz ne voç en conteron ci por ce que trop seroit longaine matiere a mentovoir. Mes bien sachiés que venejonz et cacejonz des bestes et de oisiaus ont il en abondance. Il ont papagaus aseç et biaus; il ont sing{l}es de plosors maineres; il on gat paulz et autre gat maimon, si devisez qe pou s’en faut {de tiel hi a} qe ne senblent a vix d’omes.

[25] Or ne voç conteron plus de ceste matiere et noç partiron de ceste provence de Aden. Mes tot avant vos diron encore de ceste provence de Abasce mesme. Car sachiés tout voiremant que en ceste <provence> de Abasce a mantes cités et castiaus, et hi a maint mercaant que vivent de mercandies. Il hi se font maint biaus dras banbacin e bocaran. De autres couses hi a encore aseç, mes ne fait pas a contere en nostre libre. E por ce nos en partiron e voç conteron de Aden.


CXCIII

[1] Ci comance de la provence de Aden.
 

[2] Depuis qe nos avon contés de la provence de Abasce, si vos conteron encore de la provence de Aden, ensi com voç porois oïr. Or sachiés que en ceste provence de Aden a un seingnor que est apellé soudan de Aden. Il sunt tuit saracinz que aorent Maomet et velent trop grant maus a cristiens. Il hi a maintes cités et castiaus.

[3] En ceste Aden est le port la u toutes les nes de Indie hi vien{t}ent con toutes lor mercandies, et hi vienent grant quantités de mercant. Et de cest port li mercant metent le mercandies en autres nes petites que vont por un flum entor de .vii. jornee et, a chief de ceste .vii. jornee, il traient les mercandies de nes e les cargent sus gamiaus e le portent entor .xxx. jornee; a chief de .xxx. jornee, il treuvent le flum d’Alexandre e por cel flun se portent liçeramant jusque in Alexandre. [4] Et en tiel mainere et por ceste voie de ver Aden ont les saracin d’Alexandre les pevre e les especeries e les chieres mercandies: ne por autre voie ne i pout venir ad Alexandre. [5] Et de ceste port de Aden vont les nes con mant mercant e con plosors mercandies por le isle de Indie. Et encore voç di que encore portent les mercant de cest part en Endie maint biaus destrer arabien de grant vailance, dont les mercaant en font grant profit, car je voil que voç sachiés que les mercaant vendent un bon chevalz in Endie bien .c. marc d’arjent et plus. [6] Et si voç di que le sodan de Aden a mout grant rente e grant treçor dou grant droit qu’il prent des nes e des mercaans qe vont et vi<ene>nt en sa tere. Et si voç di tout voir<mant> que, por ceste acaison que je voç ai dit dou gran droit qu’il a des mercant que vienent en sa terre, il est un des plus riches rois dou monde. [7] E si voç dirai de ceste soldan que il fist une cousse que mout fu grant domajes a cristienz, car sachiés tout voiremant que quant le soudan de Babelonie ala sor la ville d’Acri, quant il {a}la prist{i}et fist si grant domajes de cristienz, cestui soldan de Aden doné de seç jenz en aide au soudan de Babelonie bien .xxxm. homes a chevaus e bien .xlm. gamiaus, si qe ce fu bien gran profit a saracinz e domajes a cristienz. E ce fist il plus por maus qe il vuelt as cristienz qe il ne fist por bien qu’il voil au soudan de Babelonie.

[8] Or vos lairon de cest soudan e voç conteron d’une grandisme cité, que est de Aden meisme et a un petit roi, qe est vers meistre et est apellé Escier.


CXCIV


[1] Escier est une grandisme cités qe est vers meistre et est longe .iiiic. miles dou port de Aden. Ceste cité a u<n> cuens que bien mantient sa tere en justicie. Il a encore plusors cités e castiaus de sot soi. Bien est il voir que cest cuens est sotpost au soudan de Aden. Il sunt saraçin qe aorent Maomet. [2] E cest cité a port mout buens, car je voç di tout voiremant qe maintes nes e mant mercant hi vienent de Yndie con mantes mercandies, e de ceste cité vont encore les nes e les mercant con mantes mercandies en Yndie. Et encore voç <di> voiremant que de ceste cité portent les mercant mant buens de<s>trier et mant{i} buens chavalz de .ii. selles en Endie, que molt sunt chier e de grant vailance, e molt en font grant profit e grant gaagne les mercant. [3] En ceste provence naist grant quantité d’encens blanc et buen. Et encore hi naist datal en grant abondance. Il ne ont bles for que ris seulament, e de cel ont pou, mes voç di que l’en hi porte des bles d’outre païs et en font grant profit. Il ont poison en grant abondance, e propemant ont tonnes aseç et grant, et hi ni a si grande devicie qe pro un venician gros en auresse .ii. granz. Il vivent de ris e de cars e de poisonz. Vin de racine ne ont, mes le font de succar e de ris e de datal. [4] Et si voç di encore un autre couse: car sachiés tuit voiremant que il ont montonz que ne ont orilles ne{s} les pertuis des oreilez, mes, la on les oreilz dovoit estre, a un peitet cornet; il sunt petites bestes et beles. E si voç di encore une cousse que bien voç senblera meravoille, car sachiés tout voiremant qe lor bestes, ce sunt montonz, buef et gamiaus et lor ronsinç petit, men<j>uent peisonz, e ce est lor viande por ce que en tout lor païs ne en tout celz contree ne a erbe, mes est le plus seche leu dou secle. [5] E sachiés que les peisonç que les bestes menuient sunt molt petit e se prennent de mars et d’avril e de may si grandismes quantités que ce est mervoille; e si voç di que il le seqent et les metent es maisonz, puis le donent tout l’an a mangier a lor bestes. Et encore vos di que les bestes les menjuent encore tuit vif, si com il se traient d’aive. [6] Et encore ont grant peison e buenz et en grant habondance e grant merchiés. Et voç di que il font beiscot de peisonz, car il le trencent a peitit bocconç, que puent estre entor une livre, et le font secher au soleil et puis le repoinent es maisonz e le mengient tout l’an come beiscot. [7] E de l’encens, qe je voç ai dit que bien hi naist si grant quantité, le{s} seingnor les achate por .x. beiçant d’or le canter, mes puis le seingnor le vent a les autres jens et a les mercant que hi vient por .xl. beçant le canter. E propes de cest ha mout grant profit e moltr grant rente le seignor de cest cité.

[8] Autres causses ne i ha en ceste cité qe a mentovoir face, e por ce noç nos en partiron et voç conteron do une autre cité que est appellés Dufar.


CXCV

[1] Ci devise de la cité de Daufar.
 

[2] Dufar est une belle cité et grant et noble que est longe de la cité de Escer .vc. miles ver maistre. Il sunt encore saracinç et aorent Maomet. Il ont a seingnor un cuens et sunt soutpost encore au soudam de Aden. Et encore entendés qe ceste cité est encore de la provence de Aden. [3] Elle est sovre <la mer> et a mout buen port, la ou il vienent et alent maintes nes con mant mercanz con trop grant quantité de mercandies. Et encore voç di tout voiremant que il hi portent maint buen destrer arabien ad autres contree, de coi les mercaant font grant gaaingn et grant profit. E sachiés que ceste cité a encore sont soi plusors cités et maint chastiaus. [4] Et encore voç di que il hi naisent encore encens asseç e buen, et vos deviserai comant il naist. Je voç di qu’il sunt arbres ne mie trop grant: il sunt come petit çapin. Il les entachent con coutiaus en plosors parties e por celle t{h}ache oise l’encens; et encore en oisse por l’arbre meisme sanç entacher, et ce est por le grant calor qe hi a. [5] Et encore voç di qe en ceste cité vienent mai<n>t biaus destrer de Arabe{n}, que puis les portent les mercant con lor nes in Endie et en font grant profit e grant ga<a>gne.

[6] Autre cousse que a mentovoir face n’i a; e por ce nos en partiron e voç conteron dou gouf de Calatu.


CXCVI

[1] Ci devise de la cité de Calatu.
 

[2] Calatu est une grant cité que est dedens le gouf qe encore est apellé Calatu et est loingne de Dufar miles .vc. ver maistre. Elle est une noble cité sor la mer. Il sunt saraçin que aorent Maomet. [3] Il sunt sont Cormos; e toutes les foies que le melic de Cormose a ghere con autre plus poisant de lui, il s’en vient a ceste cité por ce qe mout est fort et en fort leu, si qe il ne doute puis de null. Il ne ont nulle bles, mes les ont d’outre part, car les mercaant les le aportent con les nes a ceste cité.

[4] <Ceste cité> a mout buen port, et si voç di tout voiremant que il hi viene<n>t maintes nes con maintes mercandies de Indie. Et en ceste ville le vendent mout bien, por ce qe de ceste ville se portent les mercandies e le speceries en fraterre a mainte cité et castiaus. [5] Et encore voç di que de ceste cité se portent maint buen destrer en Ynde, de coi les mercaant en font grant profit, car sachiés qe de cest contree, e des autres que je voç ai contés en ariere, se portent grant quantité des biaus chevaus en Ynde, si grant qe a poine le poroit l’en contere. [6] Et si voç di qe ceste cité est sus la boche e a l’entrer dou gof de Calatu, si qe nulle nes ne i poit entrere ne osir sanz lor volunté. [7] E mantes foies en a le melic de ceste cité grant pat dou soudan de Creman, cui il est sontpost, car, quand cel soudan met aucu<n> dasio au melic de Curmos ou aucun autre de sez freres, et cesti ne le velent doner, e le soudan hi tramest host por elz esforcer, il se partent de Curmos et entrent es nes e s’en vienent a ceste cité de Calatu et iluec demorent et ne laissent passer nulle nes, dont le soldan de Cremain en a trop grant domajes e por ce convient que il face pes au melic dou Curmos e ne li tolt pas tant monoie com il li demandoit. Et encore voç di que ceste melic de Curmos a un castiaus que encore est plus fort que la cité et miaus destraint le gof e la mer.

[8] Et encore sachiés tout voiremant que cestes jens de ceste contré vivent de datres e de peisonç salee, car il en ont a grant planté. Mes bien il <est> voir que il hi ni a plosors jentilz homes e riches que bien menjuent des autres meior viandes e meior couses.

[9] Or vos avon contés de ceste cité de Calatu e dou gouf e de lor afer. Adonc nos en partiron e voç conteron de Curmos, car je voç di que quant l’en se part de la cité de Calatu et il ala .iiic. miles entre meistre e tramontaine, adonc treuve l’en la cité de Curmos. Et encore voç di qe, partent de Calatu et il ala entre meistre e ponent .vc. miles, il treuve Quis. Et atant laieron de Quis e vos parleron de Curmos.


CXCVII

[1] Ci devise de la cité de Curmos.
 

[2] Curmos est une grant cité et noble qui est sor la mer. Il ont melic et ont plusor cités e castiaus sout soi. Il sont saracinç que aorent Maomet. [3] Il hi a molt grant chalor, e, por le grant chalor q’il hi a, il ont ordree lor maison a ventier, por recoire le vent, car, de cel part dont le vent vente, et il li metent le ventier e font aler le vent en lor maison. E ce font il por ce que il ne poent sofrir le grant calor qui hi a. [4] Mes plus ne voç en conteron por ce qe noç vos en contames en nostre livre en arieres, e de cest e de Quis et de Cremain. Mes, por ce que nos alanmes por autres voies, il noç convient encore retorner ci; mes, ensi com je voç ai dit, por ce que noç voç avon contés tout l’afere de cest contree, noç en partiron et voç conteron de la Grant Torqie, ensi com vos porés auïr apertemant.


CXCVIII

[1] Ci devise de la Grant Turquie.
 

[2] En la Grant Torquie a un roi que est appellé Caidu, qe est nevo au Grant Kan car il fo filz au filz de Ciagatai que freres carnaus fu au Grant Can. Il hi a maintes cités et castiaus, et est mout grant sire. Il est tartar et seç jens sunt ausi tartar et sunt buen homes d’armes, e ce ne est pas merveie car il sunt tuit jens costumés de gere. [3] E si voç di que ceste Caidu ne oit unques pas au Grant Kan, mes grant gere toutes foies. [4] E saquiés qe ceste Grant Turquie est ver meistre, quant l’en se part de ceste voie de Curmos que noç voç avon contés. La Grant Turquie est outre le flun de Jon e dure dever tramontaine jusque a le terres dou Grant Kan. [5] Et si voç di qe ceste Caidu a ja faites maintes batailes con les jens au Grant Kan, et la descorde qe il a con lui voç dirai.

[6] Sa{c}|chiés tuit voiremant que Caidu demandoit tut jor au Grant Kan qu’il voloit sa part dou conquist qu’il ont fait, et propemant demande part de la provence dou Catai e de la provence dou Mangi. [7] E le Grant Can li disoit que il li voloit bien doner sa part comme a les autres sez filz, si voiremant com il alast a sa corte et a seç conseie toutes les foies que il le mandast quere. Et encore voloit le Grant Kan que il le fust obeïsant commes les autres sez filz et seç baronç. Et en ceste mainere disoit le Grant Chan qe il voloit doner part dou conquist qu’il out fait se il voloit faire ce qe voç avés oï. [8] E Caidu, qi non s’en fioit en son ungle le Grant Kan, disoit qe il ne voleit aler mie, mes il le voloit bien estre obeïsant la unques il demorast, mes il dit que ne iroit a sa cort por rien dou monde, por ce qe il doutoit que ne le feïsse occire. [9] E ce estoit la descordie que estoit entre le Grant Kan e Caidu. Et por cest <d>escorde en sordi mout grant gere et hi ot maintes grant batailles entr’aus. E si vos di que tout l’an hi <t>enoit sez hostes le Grant Kan tout environ la tere de Caidu, si que Caidu ne seç jens ne peussent faire domajes a sa terre ne a sez homes. [10] Mes le roi Caidu, por toutes les hostes au Grant Kan, ne laisse mie que il ne entre en la tere dou Grant Kan et a conbatu plosors foies con les hostes que contre lui venoient. E si voç di tout voiremant que le roi Caidu, a fer bien tout son esfors, meteroit au canp bien .cm. homes a chevaus, tut prodomes e bien costumés de gere e de bataille. [11] Et encore voç di que il a avec lui plosors baronç dou lingnages de l’enpere<r>, ce est de cel de Cinchins Kan, por ce qe cestui fu le començamant de l’emper e que primer ot segnorie e conquist une partie dou mon, e por ce ço dit de la leigné de Cinchins Kan qe est l’enperiaus lingnajes. [12] Et adonc vos laieron de ce et voç conteron d’auquantes bataies que le roi Caidu fist con les jens au Grant Kan, et si vos conteron avant come il {vont|} vont en bataile.

[13] Sachiés qu’il ont por conmandemant que chascun portes en bataille .lx. saietes: les .xxx. menor, qe sunt da paser, e les autres .xxx. sunt greingnor, qe ont les fer large, e ce gitent il de pres e fierent por mi le vix e por mi les bras e s’en trencent les cordes des arç e s’en font grant doumajes. Et encore voç di qe puis qu’il s’en ont gité toutes les saietes il metent les main a le spee e a le macque, e s’en donent grandismes coux. Or voç ai contés comant il vont en bataile, e desormés retorneron a nostre matiere.

[14] Il foi voir que, a les .m.cc.lxvi. anz de la incarnasion de Crist, ceste roi Caidu con seç coisiz, que le un avoit a non Jesudar, il asenblent bien une grandisme quantités de jens et alent sour .ii. baronz dou Grant Kan, que cuiçinz meisme estoient de Caidu roi, mes il tenoient tere dou Grant Kan: le un avoit a non Cibai ou Ciban: il furent filç de Ciagatai, qe fo cristiens bateçés e fu frere carnaus au Grant Kan Cublai. [15] Et qe voç en diroie? {Caidu|} Caidu con sez jens {e}se conbati con cesti .ii. sez cusinz qe ben avoient ausint grandissmes jens, si qe bien furent entre{e} le une partie e l’autre entor de .cm. homes a chevaus. Il se conbatent mult duremant ensemble et molt en furent mort{i}, e d’une part e d’autra, mes au derea<n>z la vinqui Caidu roi e fist molt grant domajes de celes jens. Mes si sachiés que les deus freres, qe coisinz del roi Caidu estoient, escanpoit, qu’il ne ont nul mal car il avoient buen chevalz que bien l’en {l}enportent ysnellemant. En tel mainere venqui la bataille le roi Caidu. Il en croist en bonbant et ’n orgoeil. [16] Et aprés ce, que il ot vencue ceste bataille en tel mainere com voç avés oï, il s’en torne en son païs e demore bien .ii. anz en peis, qe ne i fist host ne bataille. Ne le Grant Kan ne le fist en tot cel termene gerre ne host.

[17] Or avint que a chief de .ii. anz le roi Caidu asenble une grant host, si qe bien furent une grandissme jens d’omes a chevalz. Il savoit que a Caracoron estoit le filz au Grant Kan, que avoit a non Nomogan, et avec lui estoit Giorge, le filz au filz dou Prestre Joan. Cesti .ii. baronz avoient encore une grandismes jens d’omes a chevalz. [18] Et que voç en diroie? Le roi Caidu, quant il ot asenblé toutes sez jens, il se parti de son reingne con toute sa hoste e se mist a la vie, e chavauchent tant por lor jornee senz aucune venture trovere que a mentovoir face, encore qe il furent venus auques pres a Caracoron, la o les deus baronz estoient con grandisme jens. [19] E quant cesti .ii. baronz, ce est le filz au Gran Kan e le filz au filz dou Prestre Joan, ont seu conmant Caidu estoit venu en lor païs con si grant jens por conbatre a elz, il ne moustrent pas que il soient esta<n>s, mes moustrent qe il ont ardiment et valor. Il s’aparoilent molt bien con toutes lor jens que bien {con toutes lor jens que bien} estoient plus de .lxm. homes a chevalz. Et quant il furent bien aparoilés, il se mistrent a la voie, e alent contre lor enimis. [20] E que voç en diroie? Il alent tant que il furent venus pres au roi Caidu a .x. miles et ilu<e>c mistrent canp bien e ordenemant. E sachiés que le roi Caidu estoit con toutes celles jens atendés en cele plaingne meisme. Il se repousent, chascus des parties, e s’aparoillent au miaus qu’il puent por conbatre ensenble. [21] E por coi voç firoie lonc conte? Sachiés tout voiremant que au ters jors depuis que le filz au Grant Kan hi fu venu, e le filz au Prestre Joan, le bien maintin, chascune de parties s’armerent e s’aparoillent au miaus qe il puent. Il ne ot grament d’avantajes da les une jens a le autres, car il ne i avoit nulles des parties que ne aüse entor de .lxm. homes a chevauz bien armés d’ars e de sagites e de spee e de macques e de escuz. Il fait chascune part .vi. esciele, et en chascune esciele hi mistrent .xm. homes a chevalz e bien condusdor. [22] E quant les deus parties furent au ca<n>p atierés et aparoillés, e ne atendoient for que il oïsent sonere le nacar, car les Tartar ne osent conmençer bataille jusque a tant qe le nacar lor seingnor ne conmençent a soner, mes, tant tost q’ele sonent, e il començent la bataille. [23] E si ont encore un tel costumes les Tartars: que quant il sunt a tierre que il atendent bataille, endementier que le nacar come<n>çent a soner, adonc il cantent et sonent lor estrumens de .ii. cordes mout doucement, e cantent e sonent e font grant seulas, atendent toutes foies les batailles. E por {ce usan}ceste usançe voç di qe andeus ceste jens que estoient a tieres et atendoient la bataille et le soner des nacar, il cantoient et sone< n>t si bien qe ce estoit mervoie a oïr. E quant il furent demorés auques en tel mainere com je voç ai dit et atendoient que il {a}oïsent soner le nacar, a tant conmençent a soner le nacar d’andeus pars. [24] E qe voç en diroie? Quant les nacar començent a soner, les jens ne font plus deleament mes tout mantinant laissent correr les unes jens contre les autre. Il mistrent les mains as arç, il encocqent lor sagites. Or en peust veoir tote l’aier coverte de saietes com c’il fust pluie. Or puest veoir mant homes e mant chevaus estre feru mortaument. Or hi peust oïr l’en le crier et la remore si grant qe l’en ne oïst dieu tonant. Certes il senbloient bien que il estoient ennimis mortaus. [25] E por coi voç firoie lonc cont? Sachiés tout voirement qe tant come il ont sagite ne finere<n>t de traire celz que sain et aiciés estoient, car bien sachiés que il en avoit de mors e des enavrés a mort en grant quantité, si qe de mauveis ore fu conmencé celle bataille por andeus les part, tant en furent mors, e d’une e d’autre. E quant il ont toutes les sagites gités e traites, il mistrent les arç en les archas, puis {le} mistrent les mains a les spee et a les maqes, e corent les un sor les autres. Il se conmencerent a doner grandismes cous de spee e des macqes. [26] Il conmençent une bataille molt cruel e pesme. Alor poet l’en veoir doner et recevere grandime cous. Or poit l’en veoir trenchier main e bras; or poit l’en veoir mant homes trebucer mors a la tere, car sachiés tout voiremant que il ne demore grament, puis qe il comencent la bataille de brant qe tout la tere estoit coverte d’omes mors et navrés a mors. [27] E sen faille roi Caidu hi fist{i} grant proesce d’armes. E, se{n} son cors seulamant ne fust, † il avroient plusors foies guerpi le canp e seroit desconfit. Mes la fasoit si bien e donoit si gran confort a sa jens qe il se mantenoient mult ardiemant. [28] E de l’autre partie, le filz au Grant Kan e le filz au filz dou Preste Joan le fistrent ausint mout bien. [29] E que voç aleroie disant? Sachiés voirmant qe ceste fu une des plus cruelz bataille qe onques fust entre Tartars. De jens il hi estoit si grant la nose et le fereïs de le spee e de les macques que l’en ne oïst le dieu tonant. Encore voç di san faille qe andeus les parties se ensforcent de tout lor poïr de metre a desconfiture le une jens les autres, et por ce se esforchoit cascun outre meçure. Mes tout ce ne vaut rien que le une jens peust metre a desconfiture le autre. [30] Mes voç di tout voiremant qe la bataille dure jusque aprés vespre, ne le un ne poit chacer l’autre de canp. Mes en furent tant mors e d’une part e d’autre qe ce estoit un pecié a voir, car de male hore furent conmencés cele bataille por andeus pars, car maintes homes e’ morurent e mantes dames en furent veves e maint enfans en furent orfanes e mantes autres dames ne furent a toz jorç mes en plores et en lermes: ce furent les meres et les †araines† de homes qe hi morurent. [31] E quant la bataille fo tant dure come voç avés oï et que ja tornoit le soleil au decli et qe tant en i avoit de mors com je voç ai contés, adonc convient que la bataille remagne a fine force. Et adonc se departirent et chascunz s’en torne a son canp si las e si travailés q’el ne i avoit nul que ne aüsse meior maistier de repouser qe de conbatre. La nuit se repousent mout voluntier por le travaille que il avoient sofert celui jor en cel grant bataille e mortiaus. [32] E quant le maitin fu venu, le roi Caidu, que avoit eu novelle qe le Grant Kan mandoit une grant host con grandismes jens por lui prendre et asailir, il dit a soi mesme que il hi firoit desormés maus demorer e adonc, tant tost qe l’aube apert, il se arme con toutes sez jens et montent a chevaus et si mistrent a la voie por retorner en lor contree. [33] E quant le filz au Grant Kan et le nevo dou Prestre Joan virent que le roi Caidu a toutes sez jens s’en aloient, il ne li ailent deriere, mes le lairent aler quitemant, por ce que il estoient mout las e mout travailés. [34] . . . seç jens chavauchet tant por lor jornee qu’il ne s’arestent que il furent venus en lor reingne, ce est en la Grant Turquie, a Sarmarcan. Et iluec demore auques qe ne fait gere.


CXCIX

[1] Ce que le Grant Kaan dit dou domajes que Caydu li fait.
 

[2] Le Grant Kan en avoit bien grant ire de ceste Caidu que le damajoit tant tout jors sez jens e sa tere. Il dit bien a soi meisme que, se il ne fust que il est son nevou, ja ne poroi escanper que il ne le feisse metre a male mort. Mes la char le strengnoit que ne destruoit lu e sa tere. Et en tel mainere com je voç di escanpoit le roi Caidu de les mainz au Grant Kan.

[3] Or adonc voç laieron de ceste matiere e voç conteron avant une grant mervoie de la file au roi Caidu, si voç le porés entendre.


CC

[1] Ci devise de la file au roi Caydu conment elle est fort et vailant.
 

[2] Or sachiés tout voiramant que le roi Caidu avoit une file que estoit apellé Aigiaruc en tartaresche, que vaut a dire en françois lucent lune. Ceste dameselle estoit si fort qe en tout le roiame ne avoit damesaus ne valet qe la peust veincre, mes voç di que elle les venchoit tuit. [3] E son pere le roi la voloit mariere et doner le{s} baron, mes elle ne i voloit et disoit que elle ne prenderoit jamés baron jusque a tant qu’ele ne i treuvast aucun gentilz homes qe la vinquist de toutes forces. E le roi son pere li avoit fait berveleis qu’ele se peust marier a sa volunté. [4] E quant la fille au roi ot eu de son pere l’otroie e le brevelejes q’elle se poit marier a sa volunté, elle en ot grant joie. Elle fait savoir par plusors parties dou monde qe se aucun jentilz dameseus voust venir a esprover con elle, et il la peust vinc{e}re de force, que elle le preneroit a baron. [5] E quant ceste novelle fo seue por maintes teres et rengnes, je voç di qe maint gentilz homes de mantes parties hi vindrent et se proverent con elle. [6] Et sachiés que l’esprove se fasoit en tel mainere com je voç dirai: car le roi, con maintes jens, masles e femes, estoit en la mestre sale dou palais; puis venoit la fille au roi en une cote de sendal molt{o} richemant acessmee emi la sale; puis venoit ausi le damoisiaus en cote de sendail. [7] La convenance estoit qe, se le dameseus la peust vencre, qe le meist por force a la tere, que i’l’ auroit a feme; et se la fille au roi venquisse le{s} valet, que il perdoit .c. chavaus, et estoient de la damesele. Et en ceste mainere en avoit gaagné la dameselle plus de .xm. chevauz, car elle ne pooit treuver nulz valet ne nulz damesiaus q’elle ne vinquist: e ce ne estoit pas mervoie, car elle estoit si bien taillés des toutes menbres et estoit si grant e si corsue que pou s’en falloit q’elle n’estoit jeantesse.

[8] Or avint qe entor a les .m.cc.lxxx. de l’ancarnasionz de Crist hi vint un filz a un riche roi, qe mout estoit biaus et jeune. Cestui s’en vint a mout belle conpagnie et moinent .m. chava<l>z mout biaus, por esprover a la dameselle. Et quant cestui filz au roi hi fo venu, il dist que il s’en voloit esprover a la dameselle. [9] Le roi Caidu hi fu mout liés, por ce que por sa volunté il voloit qe il aüsse sa fille a feme, car il conoisoit qe il estoit filz au roi de . . . E si vos di qe le roi Caidu fist dire a sa fille priveemant qu’elle se devesse laisser vinc{e}re. Mes sa fille dist qu’ele ne le firoit por rien dou monde. [10] E que vos en diroie? Sachiés que un jor fu asenblé le roi e la raine et maint homes e maint femes en la grant sale, et adonc vindrent la file au roi e le filz au roi, qui estoient si biaus et si avi<na>nt qe ce estoit mervoie a veoir. E si vos di qe cest damoisiaus estoit si fort et si poisant qe il ne trovoit nulz qe contre lui se poïst de force †. [11] Et quant la damoiselle e le damesiaus furent emi la sale, e qui estoient si grant jens com je vos ai dit, {e} la convenace fu faite que se le damesiaus fust vencu qu’il devoit perdre le .m. chavalz qe il avoit fait amoiner propemant por ceste esprovee; et, aprés cest convenance, la damoiselle e le damesiaus se pristrent ensenble, e toutes les jens qe les voient disoit entraus qu’il voloient qe le damesiaus venquist, por ce qe il fust baron a la file au roi, et ce meisme en voloit le roi et la roine. [12] Et por coi voç firoie je lonc cont? Sachiés tout voiremant qe, puis que les deus damesiaus se firent pris ensenble, l’un tire la e l’altro ça: me tel fo l’aventure qe la fille au roi le vinqui e le jete sus le pavimant dou palais. Et en tel mainere fu vencu{n} le filz au roi e perdi le .m. chavalz. E si voç di qe ne i ot nul en toute la salle qe dolens n’en fust.

[13] Et encore voç di qe le roi Caidu moina la fille, ceste qe a vencu{ n} le filz au roi, en mantes batailles: ne en toute la meslee ne avoit chevalers qe plus hi vailist d’ele. E si voç di qe maintes <foies> s’en aloit cest damoiselle entres les ennimis e prenoit un chevalers par force et l’enportoit a sez jens; e ce avint maintes foies.

[14] Or voç avon contés la istorie de ceste file au roi Caidu; e desormés voç en laieron de ce e vos conteron avant des autres couses, e vos conteron d’une grant bataille qe fu entre le roi Caidu et Argon, le filz Abaga le sire dou Levant, en tel mainere com voç le porés oïr.


CCI

[1] Comant Abaga envoie Argon son filz en ost.
 

[2] Or sachiés qe Abaga, le seingnor dou Levant, tenoit maintes provences e mantes teres. E seç teres confinoient con les teres dou roi Caidu, e ce estoit dever l’Arbre Sol, qe eu livre d’Alexandre est apellé l’Arbre{e} Seche. [3] Et Abaga, por ce qe le roi Caidu ne sez jens feissent domajes a seç homes ne a seç teres, mande son filz Argo<n> con grandisime quantité d’oumes a chavaus en la contree de l’Arbre Seche jusque au flum de Jon: et iluec demorent con sa hoste por gardere sa tere, qe les jens dou roi Caidu ne les doumajent. [4] En tel mainere, com voç avés oï, demoroit Argon con sez jens en celz plaingne de l’Arbre Seche, e gardoit bien maintes cités e maintes castiaus qe environ lui estoient.

[5] Or avint qe le roi Caidu asenblé{n}t grant quantité des homes a chavaz et en fist cheveitan un sien frere, que avoit a non Barac, que mout estoit sajes e prodoumes. Et Caidu li dist que il velt que il conbate a Argon. Barac dit qu’il fira son comandamant e porcacera a tut son poïr de domajere Argon e sez jens. [6] Et aprés ceste paroille, Barac con toutes seç jens, qe bien estoient grandisme quantités, se mist a la voie. E cavauchent maintes jornee, senç aventure trever que a me<n>tovoir face, qe il furent venus jusque au flum de Jon e furent pres a Argon a .x. miles. [7] E que vos en diroie? Quant Argon soit comant Barac estoit venu con grant jens, il s’aparoille mout bien con toutes sez jens. Il ne demorent mie plus de .iii. jors qe andeus furent au canp aparoillés et armés, ce est Argon con sez jens et Barac con le s<i>enz. [8] E qe voç en diroie? Quant il furent bien aparoillés et atiré, e les nacar començent a soner, adonc ne font demorance, mes tout mantinant laissent corere le un ver l’autre. Or peust veoir traire sagite e voler ça e la si qe l’aier en estoit si pleine qe il senbloit pluie. [9] E quant les unes parties e les autres ont gitté toute lor sagites e qe main<t> homes e maint chavaus hi furent occis, adonc mistrent main a le spee e a le macques, e se corent sus e conmencent la bataille mout cruelle e fellonesche. Il se trencent main et bras, il s’en ocient cavalz, il se maumenent molt villanement. Il estoit si grant la nosse e la crié qe l’e’ n’oïst le dieu tonant. E si voç di qe en pou d’ore la tere estoit toute coverte des homes mors e des navrés a mors. [10] E por coi voç aleroi disant maintes paroilles? Sachiés tout veramant qe Barac e sez homes ne postrent durer a la force d’Argon, et adonc se parti con seç jens e s’en torne outre le flum. Et Argon <con> seç homes le chacent auquant et n’ocistrent en grant quantité. En tel mainere ala ceste bataille, com voç avés oï: en ot la meior partie Argon.

[11] E depuis qe je voç ai conmencés d’Argon, je voç en dirai toute la verité: coment il fo pris e comant el fo seingnor depuis la mort de Abaga son pere.


CCII

[1] Comant Argon vait prendre la seigneurie.
 

[2] Or sachiés tuit voiremant que quant Argon ot vencue la bataille de Barac e de les jens dou roi Caidu, il ne demore grament qe il ot novelle comant Abaga son pere estoit mort. Il en oit grant ire, e s’aparoille con toute sa host e se mete a la voie por retorner a la cort dou pare, e por prendre la seingnorie. Mes si vos di qe il avoit aler bien .xl. jornee avant qe il fust la venu. [3] Or avint qe un frere Abaga, qe avoit a non Acomat Soldam, qui estoit devenu saraçinz, tantost qu’il oï comant son frere Abaga estoit mort, il dit a soi meisme qe il puet estre seingnor, puis qe Argon estoit tant longe. [4] Et adonc aparoille grandismes jens e s’en ala tot droit a la cort d{a}’Abaga son frere e prist la segnorie e se fist seingnor. E si voç di ke il hi trove si grandisime quantité de treçor qe a poine la peust bien croire se il hoïst contere le no<n>bre de la vailance. [5] Il en done si largemant as baronz et as chevalers qe ce fui mervoie. E baronç e chevalers, quant il virent Acoma{n}t Soldan avoit lor donee si largemant, il disoient qe cestui estoit buen seingnor, e chascun l’amoit et li voloit grant bien, e disoient que il ne voloient autre seingnor de lui. [6] Acoma{n}t Soldam fasoit mout bone seignorie et fasoit aplaçir a toutes jens. Mes si voç di qe il fist une vilaine couse, . . .†. . . de coi il fu mout repris da maintes gens. [7] E qe voç en diroie? Sachiés qu’il ne demore grament, puis qu’il ot la segnorie, qu’il ot novelle comant Argon venoit con grandismes jens. Il ne fait nule demorance ne moustre mie qu’il soit estaïs, mes mout ardiemant fait sesmondre seç baronz e sez jens. [8] E si voç di san faille que en une semaine asenble une grant quantité des homes a chevaz, les quelz aloient mout voluntieres contre Argon et disoient tuit comunemant qe il ne desiroient nulle cousse tant come d’occire Argon o de prendre e meterle a grant martire.


CCIII

[1] Comant Acomat vait con sa ost por conbater ad Argon.
 

[2] E quant Acoma{n}t Soldam <ot> aparoillé bien .lxm. homes a chevalz, il se mistrent a la voie por encontrerArgon e sez jens. Il chevauchent bien .x. jornee, qe il ne s’arestent de cavaucher; et a chief de .x. jornee il ot novelle comant Argon venoit et estoit pres .v. jornee <e> avoit bien autant de jens com il avoit. [3] Adonc Acomat fist metre son canp en une mout grant plaingne et bielle, et illuec dit qe atendra Argon tant qe il sera venu, por ce qe illuec est mout buen conbatre jens encontre jens. [4] Et quant il ot mis son camp bien et ordreement, il fist son parlemant et fait assenbler toutes seç jens, et paroille elz en tel mainere: [5] «Seingnor, feit el, voç savés bien conmant jeo do<ie> ester lige segnor de tout ce qe mon frer Abaga tenoit, por ce qe je fu filz de celui pere qu’il fu, e por ce qe je fui esté tout<es> foies a conquister toutes les teres e provences qe noç tenonç. [6] Bien est il voir qe Argon fu filz Abaga mon frere, e qe aucun voudroit que a lui vendroit la seingnorie. Mes, sauves la grace de celz que le vousisent dir, ce ne seroit raison ne do<i>ngne cousse, por ce qe puis que son per tient tant la seingnorie com voç savés bien, est doingne cousse que je la doie avoire depuis sa mort, qe a sa vie estoit raison qe je doësse avoir la moitié. Mes je, por ma debonarité li lasoit toute la seingnorie. [7] Or, puis qu’il est ensi com je voç ai dit, je vos pri que nos defendon nostre droit contre Argon, e qe le reingne et la segnorie remangne a nos tous, car je voç di qe je en voloie lo honore e la renomee tant soulamant, e voç en aiés le profit e l’avoir e les seingnories por toutes nostres teres e provences. Or ne vos voil plus dir, car je sai bien que voç estes sajes e qe amés droit e qe firés chouses qe a tous noç sera honor e bien». [8] Atant se taist, qu’il ne dit plus. Et quant les baronç e chevalers e les autres jens qe iluec estoient, e qe bien avoient entandu ce qe A{b}|baga avoit dit, il respondirent tuit comunemant qe il ne li vendront moin tant com il auront les vies en cors, e qu’il l’aideront contre tous homes dou monde e contre Argon propement; e distrent qe il ne aie doutance qu’il le prendront e le meteront en sez mains.

[9] En tel mainere com voç avés oï parole Acomat a seç jens, e soit lor voluntés: il ne desiroient nulle autre cousse tant conme Argon con sa jens venisent por conbatre a elz.

[10] Or voç lairon atant d’Acoma{n}t e de seç jens e retorneron ad Argon et a sez homes.


CCIV

[1] Comant Argon se consoille a sez baron por aler conbater con Acomat.
 

[2] Or sachiés tut voiremant que quant Argon soit certainema{ i}nt{e} qe Acoma{n}t l’a{n}tendoie au canp con si grant moutitude de jens, il en a grant ire. Mes toutes foies il dit a soi meisme qe se doner melanconie e moustrer qe il aie dotte e paor de seç enemis poroit trop nuire, car sez jens en vaudroient de pis. E por ce dit qe il convient qe il moustre valor et ardemant. [3] Il mande per tuit sez baronç et sajes homes. Et quant il en o{n}t asenblé grant quantité en son paveillonz, car il avoient mis canp en un mout biau leu, il parole adonc, e dit en tel mainere: [4] «Biaus freres et amis, fait il, voç savés certainemant comant mon p{i}ere vos <a> aimé tendrement. Tant come il vesqui voç tient por freres e por filz. e savés comant voç fust jadis en maintes grant bataille con lui, comant voç l’aidast conquister toute la tere qu’il tenoit, e savés comant fui filz celui qe tant voç <a> amé, e je mesme vos aime tant come mon cors. E donc, puis qe enci est la verité come je voç ai dit, bien <est>droit e raisonz que voç me aidés de cestui qe vient contre raisonz e contre droit e que noç vuelt faire si grant tort come noç deseriter de nostre tere. [5] Et encore savés tout voiremant comant il n’est de nostre loi, mes le a guerpi{r} et est devenu de saracinz et aore Maomet. Or veés coment seroie doingne cousse qe saracinz deust avoir sengnorie sor Tartars. Or, biaus freres et amis, puis che toutes cestes raisonz hi sunt, bien noç doit croistre cuer e volunté de faire ce qe convient qe ce ne avegne. Dont jeo prego chascun qu’il soit vailant home et que s’eforce outre poïr de conbatre si ardiemant qe nos veincon la bataille e qe la seingnorie remaingne a noç e ne a saraçinz. E certes chascun se doit conforter que noç veinquiron la bataille por ce qe nos avon droit e nostre ennimis ont le tor. Or ne voç diroi plus a cestui point, mes qe je pri chascuns qu’il pense de bien faire». Atant se taist, qu’il ne dit plus.


CCV

[1] Comant les baronç respondirent ad Argon.
 

[2] E quant baronz e chevalers qe illuec estoient ont entandu les paraules qe Argon avoit dit bien e sajemant, quascun disoit a soi meisme qu’il voloient avant morir que il ne i feissent tout lor poïr de vincre la bataille. [3] Et endementier qe chascun estoit coi et mu, atant se lieve en estant un grant baronç et paroille en tel mainere: [4] «Biau sire Argon, {biau sire Argon} fet il, noç connoisonz tout apertemant qe ensi com voç noç avés dit est il verité, e por ce voç responderai je por tous vestres homes, qe avec voç sunt pour faire cestes bataille, que noç voç diron apertemant qe nos ne vos faudronç tant com nos avonmes les vies en cors et voudromes avant tuit morir qe noç ne veinson au desus de la bataille, e de ce devon nos ester au seur qe nos la vinquiron por le grant droit qe noç avonç, et il ont grant tort. E por ce voç lou et consoil qe noç porcacion de l’aler au plus tost qe noç poron por trover nostre enemis, et pri a tous noç conpaingnons que nos esproitionz si a cestui po<i>nt en ceste bataille que nos faisonz parler de nos a tout le monde». [5] Atant se taist cestui preudome, qe ne dit plus. Et qe vos en diroie? Sachiés tout voirmant qe aprés cestui ne i ot nul qe vousist dire riem, mes tuit s’acorde a lui e ne desiroient autre for que estre a la bataille con lor enimis. [6] Et quant la deimain fo venu, Argon e sez jens se lievent bien por maitin e se mistrent a la voie mout entalenté de domajer les enimis. Il chevauchent tant qe il furent venu eu plain, la u les enimis estoient atendés. Il mistrent lor canp bien et ordreement pres a cel d’Acomat, a .x. miles. E quant il ont mis lor canp, Argon prent .ii. sez homes, en cui il mout se fioit, e l’envoie a son uncle e li mande tel paroles com voç auïrés.


CCVI

[1] Comant Argon envoie sez mesajes a Acoma{n}t.
 

[2] Quant cesti .ii. sajes homes, qe mout estoient de grant ajes, ont le conjé et l’encharchiement de lor seingnor, il ne font deleament, mes tout mantenant se mistrent a la voie sor .ii. chevaus. Il s’en alent tout droit au canp e desmontent au pavilon de Acomat, la ou il le trovent con grant conpagnie de baronç. [3] Il le conoisent mout bien et Acomat elz. Il le saluent cortoisemant. Et Acomat avec bielle chiere dit qu’il soient bien venus, e li fait seoir eu paveillion devan lui. [4] E quant il furent demorés auquant, e le un des .ii. mesajes se leve en estant et paroille en tel mainere: [5] «Biaus sire Acomat, fet il, vostre nevou Argon se mervoille mot de ce que voç fait avés: qe li avés tolue sa segnorie, et encore li venés contre por conbatre a lui en bataille mortiaus. Certes ce ne est mie buenz, ne ne avés fait conme buen oncle doit faire a son nevou. Dont il voç mande por noç qe il vos prie doucemant, si come a son oncle et a son per qe il vos tient, qe voç de cest cousse vos doiés romanoir e qe bataille ne maus ne soit entre voç. Et il voç dit que il vos vuelt tenir a gregnor et a pere e qe soiés sire e seignor de toute sa tere. Or ce est qe votre nevou voç mande e voç prie por noç». Atant se taist, que il ne dit plus.


CCVII

[1] Comant Acoma{n}t respondi as mesajes d’Argon.
 

[2] E quant Acomat Soldam ot entandu ce qe Argon son nevou li mande, il respondi en tiel maineres: [3] «Seignors mesajes, fait il, mon nevou dit noiant, car la tere est moie e ne pas soe, car je la conquistai ausi bien con son pere fist. E por ce dites a mon nevou qe, se il velt, jeo le firai gran sire et {i}li dorrai terre aseç et sera conme mes filz e le greignor baronç qe soit aprés moi. E se il ce ne velt, e seur soit qe je firai tot mon pooïr de lui metre a mort. Or ce est ce qe je vuoil fer a mon nevou, ne nulle autre cousse ne nule autre conve{n}ne<n>ce ne treuverés jamés en moi». [4] A ce mo{u}t se taist{e} Acomat, qe ne dist plus. Et quant les mesajes ont entendue ce que le Soudam avoit dit, il li distrent autre foies: [5] «E ne treuveron nos ne voç autre qe voç nos avés dit?» «Nenil, feit il, autre ne i treuverés a tout mon vivant». [6] Les mesajes, qe ont ce oï, ne i demorent plus, mes se mistrent a la voie e cavauchent tant que il furent venu au canp lor seingnor, e desmontent emi le pavelon e distrent ad Argon tout ce que il avoit treuvé en son oncle. [7] Quant Argon oï ce que son oncle li mande, il n’a grant ire e dit si haut que tuit celz que entor lui estoient . . .†. . .; [8] «Je ne vuoil jamés vivre ne tenir tere puis qe de mon oncle est venu si gran tort e si grant mauveisie se je ne en prengne si grant vengance qe tout le monde en parlera!» [9] Aprés cest paroilles, il dit a seç baronz et a sez chevalers: «Or ni a plus demor, mes . . .†. . .de l’alere au plus tost qe noç poron por metre a mort les traites e desleaus, et vuoil qe le maitin les asaudron et faichonç nostre poïr de lor destruere», [10] E qe voç en diroie? Toute celle nuit s’aparoillent de tout ce qe lor besongnoit a bataille canpiaus. Et Acomat Soldan, que avoit bien seu por se{n}z espies comant Argon dovoit le maitin venir a la bataille, s’aparoille{n}t ausi mout bien et amonest sez jens de bien faire e que il soient vailanz homes.


CCVIII

[1] Ci devise de la grant bataille que fu entre Argon et Acoma{n}t.
 

[2] E quant l’endemain fu venu, Argon se arme con toutes seç jens et ordre{e} et attire seç bataille mout bien e sajemant, et la amoneste mout docement de bien faire. E quant il ot ordré tout son afer, il se mistrent a la voie ver les ennimis. [3] E le Soudam Acomat avoit fait tout autretiel, ce est de atirier e de ordrer sez jenz; et ne atend mie qe Argon veigne jusque a son canp, mes se met a la voie a toç seç homes bien e sajemant. [4] E si voç di que il ne ont grament alé qu’il encontrerent Argon e sez host. E quant les .ii. grant host se virent ensenble, et a ce qe il avoient grant desirer d’estre a la bataille, il ne font demorance, mes tout mantinant laissent corere le un ver le autre. [5] Or peust veoir escocier sagites; or le peust veoir voler ça et la si spessemant qu’il senbloit qe pluie venist de cel. Il comencent bataille mout cruele e pesme. Or peust veoir cheoir e trebucher chevalers a la terre; or peust oïr la crié e la plante e le plorere mult grant de celz qe estoient cheü a la tere ennavrés a mort. [6] Et quant il ont toutes lor sagites gités, il mistrent main a le spee et a les macqes, e se corent sus mult aspremant; il se donent grandissmes coup de lor espees trençant: or peust veoir trenchier main et bras et teste; la crié e la nose hi estoit si grant qe l’en ne oïst le deu tonant, car sachiés qe ceste bataille fu de male hore conmencés, e por l’une partie et de l’autre, car sachiés que maint prodomes hi morurent e maintes dames en seront a toç jorç mes en plores et en lermes.

[7] E por coi voç firoie je lonc conte? Sachiés de voir qe Argon le fist mult bien celui jor et mult hi fait grant proesse et molt done exemple de bien faire a sez jens. Mes tout ce ne li vaut rien, car meceance et fortune li furent {li furent} si contraire qe le peior e la desconfite torne sor lui, que, quant sez homes ne postrent plus sofrir, il s’en tornent en fuie e s’en alent tant com il plus puent. [8] Et Acomat et sez homes les cacent et n’occistrent asez et en firent grant domajes. Et si voç di qe en celle chace fu pris Argo<n>. Il ne sivent plus la cace mes s’en tornent a lor canp et a lor tendes joiant et liés outre mesure. Acomat fait enferiere son nevou Argon et le fait mout bien garder. [9] Et Acomat que estoit home de mout grant luxurie dit a soi mesme qu’il se vuelt aler a cort por prandre seulas con tantes beles dames com il hi avoit. Il laisse seignor de toute l’oste un grant melic e li laisse en garde{r} Argon; et dit qu’il soit gardé si cher com il avoit son cors, et dit a sez melic qe il s’en veingne a cort a petite jornee por le sauvemant de sez jens. Le melic dit qe son comandemant sera bien fait. Adonc s’en part Acomat avec grant conpagnie e se mist a la voie por aler a cort.

[10] En tel mainere com je voç ai dit se parti Acomat de sa host et en a laissé seingnor celui melic qe je voç ai contés. Et Argon remest pris et enferiés: et demoroit si doilens qe il voudroit morir.


CCIX

[1] Comant Argon fu pris et delivrés.
 

[2] Or avint qe un grant baron tartar qe mout estoit de grant aaiges ot grant peciés d’Argon e dit a soi meissme qe il font grant maus e grant desloiauté de ce qu’il tienent lor seingnor pris. Il dit qu’il fira tout son pooïr por coi il soit delivré. [3] Adonc ne fait deleament, mes tout mantinant s’en ala a maint autres baronz e lor dit comant il fasoient grant maus de ce qe il tenoient lor lige seignor pris, e qu’il seroit grant bien se il le delivrassent et le feïssent lor segnor com il doit estre por raison. [4] Et quant les autres baronz qe ont entandu ce qe cestui avoit lor mis devant, et le savoient a un des plus sajes homes qe hi fust, et encore conoissent que il disoit verité, tuit a lui e li distrent qe ce voloient il voluntiere. [5] E quant les baronz furent a ce acordés, et Boga, ce est celui qe tout ce avoit mis davant - et avec lui furent cesti: Elcidai et Togan, Tegana, Tagatiar, Oulatai et Samagar - tui cesti qe voç avés oï nomer s’en alent au pavilon la ou Argon estoit pris. [6] Et quant il furent la venu, e Boga, qe estoit greignor e chief de ceste fa<i>t, apaurole avant e dit en tel mainere: «Biaus sire Argon, feit il, noç conoison tout apertemant qe noç avon fait maus de ce que noç voç avon pris, dont noç vos dison que noç volon torner a bien fair et au droit. Ce est qe noç voç volun delivrere et soiés nostre seingnor lige, si con voç estes droitmaint». Atant se taist Boga, qe ne dit plus.


CCX

[1] Comant Argo<n> fu delivrés.
 

[2] Quant Argon ot entandu ce que Boga avoit dit, il cuide tout voiremant qe ce soit gas, e respont mout coruchiés e doulens: «Biaus seingnors, feit el, voç faites mout grant pechiés de ce que voç faites gas de moi; e bien voç dourent baster de ce qe vos m’avés fait si grant tort qe, la ou vos me dorés tenir a seingnor, et voç m’avés pris e me tenés enferiés. Certes bien connoisés qe voç faites grant maus e grant pechiés. E por ce voç pri que vos alés vostre vie et ne faites gas de moi». [3] «Biau sire Argon, fait Boga, sagiés tout voiremant qe nos ne i faiçonz gas mie, mes est bien a certes, et le te juron sour nostre loy!» [4] Et adonc jurent tuit les baronz qu’il le tendront a seignor. Et Argon meisme jure elz qu’il ne rendra elz mal merite et mau guerdon de ce qe il l’avoient pris, e qu’il le’n tendra ausi bien et ausi chier come fasoit Abaga son per. [5] E quant cesti sacrement furent fait en tel mainere com voç avés oï, adonc fo desferiés Argon, e le tinent a seingnor. Et Argon dit qe l’en traiés des sagittes en cel pavillon «tant que le melic qe me tenoit pris e qe estoit seingnor de cest host soit mort». [6] Aprés ceste par{e}oles ne oit demorance, mes tout mantinant furent trait mantes saiettes en cel pavilonç, dont le melic fu occis. Et quant tout ce fui fait, Argon prist la seingnorie et comande ce que il vuelt come seignor, et est obeï de tuit.

[7] E sachiés qe celui qe noç voç avon només melic, qui a esté occis, avoit a non Soldam, qui estoit le greignor sire qe fust aprés Acomat.

[8] En tel mainere recovre Argon la seignorie com voç avés oï.


CCXI

[1] Comant Argon ot la seingnorie.
 

[2] E quant Argon voit qe il est bien segnor dou tout, il comande de l’aler ver cort. Atant ne fon demorance, mes se mistrent a la voie por retorner a cort.

[3] Or avint qe un jor qe Acomat estoit a cort eu mestre palais et fasoit grant feste, adonc li vint un mesajes qe li dit: «Sire, novelles voç aport no mie tel com je voussise, mes maveise duremant. Or sachiés qe les baronz ont delivré Argon e le tienent a seignor; et ont occis Soldan vostre quier ami. E voç <di> que il s’en vienent ça au plus tost qe il poront por voç prendre et occire. E por ce en feites ce qe voç croiés qe soit le vostre meilor». [4] Atant se taist cestui messajes, qe ne i dit plus. Et quant Acomat ot entandu ce que cestui avoit dit, et le conosoit a son ben feoil, il en devient esbaïs et ot si grant paor qe il ne soit qe doie faire ne dire. Mes toutes foyes, ensi come ardis home e come vailans qu’il estoit, paroille et dit a celui que li avoit aporté ceste novelle qui ne soit ardi qu’il en face paroille a home vivant. Celui dit qe il obeïra bien son conmandemant.

[5] Et Acomat tout mantinant monte a chevalz con celz que il plus se fioit et se met a la voie por aler au soudan de Babelonie, et illuec se creoit sauver sa vie. E nul ne savoit la ou il aloit for celz qe estoit a lui seulamant. [6] Et quant il fu alé .vi. jornee, adonc fu venu a un pas qe ne poit aler por autre leu qe por celui. E celui qe gardoit le{s} pas conuit bien qe cestui est <A>comat, e voit q’el fuit. Il dit a soi mesme qe il le prendra, e ce poet il bien faire por ce qe Acomat ne avoit gueres jens. [7] E sachiés qe tout ensint come cestui qe gardoit le pas le devise, le fist il, car il le prist tout mantinant. Et Acomat li crie merci, qu’il le laisse aler, e li ofre a doner grant tresor. [8] E cestui, qe amoit Argon de grant amor, dist qe tout ce ne le vaut rien e qu’il n’en prenneroit tout le tesor dou monde qu’il ne le meïst en les mainz d’Argon, son droit segnor. [9] E qe vos en diroie? Cestui qe gardoit le pas, quant il ot pris Acomat, il ne fait demorance, mes tout mantinant s’aparoille a mout bone conpagnie e se mist a la voie por aler a cort; et moine Acomat ho lui, e toutes foies le gardoit si bien qe il ne poit fuïr. [10] Il chevauchent tant qu’il ne s’arestent qe il furent venus a cor, la ou il treuvent Argon, qe hi estoit venu de .iii. jors seulamant, et avoit grant ire de ce qu’il cuidoit que Acomat fust escanpés.


CCXII

[1] Comant Argon fist occire Acoma{n}t son uncle.
 

[2] E quant cestui gardien dou pas fo venu devant lui et ot amené Acomat, il en a si grant joie qe greignor ne la poroit avoir. Il dit a son ungle qe il soit le mau venu, e dit q’el en fira ce que a raison voudra qu’en soit fait. Atant conmande que l’en le les hoste devant, e conma<n>de, sanç prendre consoil a nul autre, que il soit occis e destruit dou cors. [3] E celui a cui Argon conmande ceste ofice prist Acomat et l’en moine en tel leu qe il ne fu jamés veu, e ce ne fu pas mervoille, car il le fist occire et geter le cors en tel leu qe il ne fu jamés veu.

[4] En tel mainere com voç avés oï ala l’afere d’Argon e d’Acomat son ungle.


CCXIII

[1] Comant les baronz font omajes ad Argon.
 

[2] E quant Argon ot tuit ce fait qe vos avés oï, et il fu eu mestre palais, et ot toute la segnorie, e tuit les baronç de tutes pars, celz qe <a> Abaga son pere estoient soutpost, hi vindrent omajes <faire>, si con il doient faire a lor seignor, e tuit le obeient si com il doient faire. [3] Et aprés qe Argon ot bien eu la segnorie, il mande Casan son filz, bien con .xxxm. homes a chevaus, a l’Arbre Seche, ce est en celz contree, por gardere e por sauver sa tere et sez jens.

[4] Et en tel mainere com vos avés oï recovre Argo<n> sa seignorie, e sachiés qe ce fu, quant Argon entre en segnorie, a{s} les .m.cc.lxxxvi. anz de l’ancarnasion Jeçucrist. Et Acomat sol tient la seignorie .ii. anz; et Argon reigne .vi. anz. Et a chief de .vi. anz se morut Argon de sa maladie, e bien dist l’en qe il morut de bevrajes.


CCXIV

[1] Comant Qui<a>catu prist la seingnorie depois la mort d’Argon.
 

[2] E quant Argon fo mort, un son uncle, qe frer carnaus avoit esté de Abaga son pere, qe avoit a non Quiacatu, tantost qe Argon fu mort, il prist la seignorie; e ce poit il bien faire por ce qe Casan estoit si longne come a l’Arbre Seche. Est il voir qe Casan soit bien comant son pere estoit mort e comant Quiacatu avoit prise la seignorie: il ot grant ire de la mort son pere, et encore avoit greignor ire de ce qe le oncle al pere avoit prise la seingnorie. [3] Il ne se poit partir d’ilec por doutre de sez ennimis; mes il dit qu’il ira bien a tens et a leu en tel mainere qe il en pre<n>dra bien ausi gran vengiance come pris son pere de Acomat. [4] E qe voç en diroe? Quiacatu tien la segnorie, e tuit estoient obïent a lui, for seulement celz qe estoient con Casan. Il prist{e} la feme Argon son nevou e la tien por soi. Il prenoit con les dames mult grant seulas, car il estoit home de mult gran luxurie. E qe voç en diroie? Il tient, Quiacatu, la segnorie .ii. anz et, a chief de .ii. anz, se morut, car sachiés qu’il fu atoucés con bevrajes.


CCXV

[1] Comant Baidu prist la segnorie depuis la mort de Qui<a>catu.
 

[2] Quant Quiacatu fu mors, {et} Baidu, que son oncle estoit, et estoit cristiens, prist la segnorie, e ce fu a les .m.cc.lxxxxiiii. anz de l’ancarnasion de Crist. Baidu tient la seignorie et toutes les jens li estoient obeient a lui, for qe Casan e sa host seulamant. [3] Et quant Casan soit comant Quiacatu estoit mort e come Baidu avoit prise la segnorie, il a grant ire . . .†. . . Quiacatu, por ce qe il ne poit prendre vengiance, mes il dit bien qe de Baidu prendra il tel vengiance qe tout le monde en parlera, et dit a soi messme qe desormés ne vult il plus demorer, mes ira sor Baidu por meter l’ a mort. [4] Et adonc s’aparoille con toutes sez jens e se met a la vie por torner e por prandre la seignorie. Et quant Baidu soit certainemant comant Casan venoit sor lui, il asenble une grant quantité de jens et s’aparoille e li vait a{d} l’encontre bien .x. jornee; et iluec mist son canp et atendoit Casan et sez jens por conbatre a lui; e mout prie sez jens et amonist de bien faire. [5] E por coi voç firoie je lonc cont? Sachiés tout voiremant qe il ne demore mie .ii. jors, puis qe Baidu fu venu illuec, qe Cassan con toutes sez jens hi furent venus. Et si voç di tout de voir qe le jor mesme qe il hi vindrent comencent la bataille mot cruelz e pesmes. Mes ce ne vaut rien qe il peust durer longemant encontre Casan, e mesmemant por ce qe, puis que{l}| la bataille fu conmencé, maint de celz qui estoient con Baidu se tornent dever Cassan e conbatent contre Baidu. [6] E por ceste acaison fo Baidu occis et Casan venqui <la> bataille e fu sire e mestre de tous: car, quant il ot vencu la bataille et mis a mort Baidu, il s’en torne a cort et prist la seignorie e tout les baronç li font homajes e li obeient come seignor lige. E ce fu, que Casan conmence a reigner{e} et ot la seignorie, a les .m.cc.xciiii. anz de l’ancarnasion de Crist.

[7] En tel mainere com voç avés oï ala tout ceste afer, de Abaga jusque a Casan, come voç avés oï. Et encore sachiés qe Alau, qui conquist Baudac e qe fo frere a Cublai le Grant Kan, fu le chief de tuit cesti qe je voç ai només desovre, car il fo pere Abaga, et Abaga fo per Argon, et Argon fo per Casan qe orendroit reigne.

[8] Or puis qe noç voç avon contés de cest Tartar dou Levant, adonc noç en lairon e torneron encore a conter de la Grant Turchie, ensi con voç porois oïr apertemant. Mes il est verité qe nos vos avon conté de la Gran Turquie en arieres tut le fait e comant Caidu est rois. E por ce n’en avons plus que contere: si noç en partiron e voç conteron des provences e des jens qe sunt a tramontaine.


CCXVI

[1] Ci devise dou roi Conci qui est a tramontaine.
 

[2] Or sachiés qe a tramontaine a un roi qui est apellés Conci. Il est tartars e toutes sez jens tartars, e mantient la droite loy tartar, que est mout bestiaus, mes il la manti{n}ent come fist Cinchins Can et les autres {d}roi{t} tartarç; e si voç en dirae auques.

[3] Or sachiés que il font un lor dieu de feutre et l’apellent Nacigai. Et encore li font moiliere. Et cesti .ii. dieu, ce est Nacigai e sa moiere, dient qe il sunt les dieu de tere e qu’il lor gardent les bestes e les bles e toutes lor bien terenes. Il les orent; e quant il vienent qe il menuient aucune bone viandes, il en ongent la boche a lor deu; et funt bien vies come de bestes.

[4] Il n’est sotpost a nelui. Bien est il voir qu’il est de la lingnee de Cinchin Kan, ce est de l’anperiaus lignajes, et est p{o}rochain parenz dou Grant Can. Cestui roi ne a cité ne castiaus, mes demorent toutes foies en grant plaingne et en grant valees et en grant montagnes. [5] Il vivent des bestes e de lait. Il ne unt nulles bles. Il a mout grant gens, mes ne fait gere ne bataille con nulz, mes tient sez jens en grant pas. Il ont grandismes quantités de bestiames, ce sunt gamiaus, chevaus, buef et berbis et autres bestes. [6] Il ont grandismes ors toutes blances que sunt {que sunt} longues plus de .xx. paumes; il ont vulpes toutes noir et grant; il ont asines sauvajes; il ont des gibellines assez, ce sunt celle de coi se font les chieres pelles, que je voç ai contés, que vaut .m. besanz une pelle d’ome. Il ont vair en abundance; {il} rat de fareon ont il gran moutitude, et toute l’estee en vivent, car il sunt mout grant; il ont de toutes sauvagines assez por ce que il demorent en seuvajes leu et desvoiables.

[7] Et encore sachiés tout voiremant que cest roi ha de tel contree qe nul chevaus hi puet aler, por ce qui est païs la ou il a maint lac e maintes fontaines, et hi est si grant la glace et le fanc et la bue qe cheval ne i puet aler. [8] Et ceste contree si mauveise dure .xiii. jornee, et a chascune jornee a une poste la ou les mesajes qe vont por la contree herbergent. A chascune de ceste poste a bien .xl. chiens mout grant, pou moin do <u>n asnes, e ceste chienz portent les mesajes de le une poste a l’autre, ce est de le une jornee a l’autre, e voç dirai comant. [9] Or sachiés que por ce qe en toute celle jornee ne poent aler chavalz por la glace et por la boe, car cest .xiii. jornee sunt entre .ii. montagnes en une grant valee, e por ce hi est la glace e la boe tel com je voç ai conté. [10] Or, por ceste caisonz ensi com je voç ai dit, les chevaus ne i puet aler. E, por ce qe carette con roes ne i poroit alere, ont il fait faire une trejes qe ne a roies, {n}e sunt faites en tel mainere q’eles alent {sor} por la glace e por la boe e por le fanc, si qe ne i se fiche mie trop. E de ceste trejes en a maintes en nostri païs, car elle sunt celle ou l’en aporte sus le fen e la paie l’invern{o}, quant il est grant pluie e grant fanc. [11] E sus ceste trejes hi se mete sus un cuir d’ors, e puis hi monte sus un mesajes. E ceste trejes moinent .vi. chienz, de celz grant qe je voç ai contés, et cesti chienz ne les moine nulz, mes il vont tout droit jusque a l’autre poste et trainent la trejes mout bien, e por la glace e por fanc: et ensi vont de une poste a l’autre. E bien est il voir qe celui qe garde la poste monte ausi sor une trejes e se fait mener as chienz, e cest{u}i le{s} moine<nt> por la plus droit voie e por la meior. E quant il sunt venu a l’autre poste, il hi trouvent encore aparoilés les chie<n>s e les trejes qe les portent avant, et celz qe le ont portés se tornent arieres; et ensi vait toutes cestes jornees, car toutes foies les moinent les chienz. [12] Et si voç di tout voiremant que les homes qe demorent en celles viles et en celes montaignes, de celz .xiii. jornee, sunt grant chaceors, car il prenent maintes chieres bestioles de grant vailant de coi il ont grant profit e grant bien: ce sunt gibeline et ermin et vair et ercolin et volpes noires e mantes autres chieres bestes de coi il se font les chieres pelles e de grant vaillance. Il ont lor engingn, qe ne escape elz nulle devant. [13] Mes si voç di qe por la grant fredoure qe hi a toutes lor maisonz ont sout tere et sut tere demorent toutes foies.

[14] Autre couses ne i a qe face a mentovoir: e por ce nos en partiron e voç conteron do un leu la o il a totes foies oscurités.


CCXVII

[1] Ci devise de la provence de Oscurité.
 

[2] Il est voir que mout avant de ceste roingne, encore a tramontaine, a une provence qe est apellé la Oscurité, qe ne i par soleil ne lune ne estoille, mes hi est toutes foies ausi oscur come nos avon en la prime soir. Les jens ne ont seingnor; il vivent come bestes; ne sunt sout autres seingnor.

[3] Bien est il voir qe les Tartar hi entrent aucunes foies en ceste mainere qe je voç dirai. Il hi entrent, les Tartars, sor jumentes qe aient poler, e laisent les pouller dehors da l’entree, por ce qe les jumentes retornent a lor filz et sevent miaus les voyes qe ne sevent les homes. Et en ceste mainere hi entrent les Tartars, sor les jumentes qe je vos ai dit, et laissent les polieres dehors, e les robent tout ce qe il lor trovent. Et quant les Tartars les ont robé, il s’en tornent les jumentes a lor poleres e sevent mult bien les voyes.

[4] E ceste jens ont grandismes quantités de pellames, et moult chier, car il hont gebeline que sunt de si grant vailance come je voç ai dit. Il <ont> ermi<n>, il ont erculin et vair et voupes noires e de maintes autres chieres pelles. Il sunt tuit chacheor qe amasent tant de ceste pellames qe ce est mervoie. [5] E si voç di que gens qui confinent con elz, que sunt a la c<l>arté, les achatent d’elz tot celz {qe} pellames, car cestes jens les portent elz a la c<l>artés e les vendent elz; e si voç di qe cesti mercant qe acatent d’elz de cestes pellames en font trop grant profit e grant gaagne. [6] E si voç di qe cestes jens sunt mout granz e bien fait de toutes menbres, mes il sunt mout pales e ne ont color. Et si voç di qe la Grant Rosie confine de le un chief con ceste provence.

[7] Or autres couse ne hi a qe a mentovoir face: e por ce noç en partiron e voç conteron avant; e voç diron tout primermant de la provence de Rosie.


CCXVIII

[1] Ci devise de la grant provence de Rosie et de les jens.
 

[2] Rosie est une grandisme provence ver tramontaine. Il sunt cristiens et tienent la loy greçoys. Hil hi a plosors rois et ont langa{n}ges por elz. Il sunt molt sinple jens, mes il sunt mout biaus, e masles e femes, car il sunt tuit blances e blondes. Il hi a maintes fors entree e fors pas. Il ne donent trëu a nelui, for qe il donent auquans a un roi dou Ponent qui est tartars, qe a a non Toctai. A cestui donent il trëu, et ne gueres. Elle ne est teres de mercandies. Bien est il voir que il ont mout pelames chier e de grant vailance, car il ont gebellines assez et ermin et vair et ercolin et voupes en abondance, des meior dou monde et des plus belles. Et encor voç di qe il ont maintes arge{i}ntieres, la ou il font arjent asez.

[3] Autres couses ne i a que a mentovoir face; e por ce noç partiron de Rosie et voç conteron de la Mer Gregnor, tout environ, qel provences hi a e qel jens, si com voç porés oïr tout apertamant; e conmenceron tout primer<mant> de Constantinople. Mes si voç conteron tout avant do une provence que est entre tramontaine e maistre.

[4] Or sachiés que en celle contree que vos ai dit a une provence que est apellé Lac, que confine con Rosie, et ont roi e sunt cristienz et saracinz. Il ont pelames asseç et buens que por maintes autres pars s’en portent por les merchanz. Il vivent de mercandie et d’ars.

[5] Autres cousses ne hi a que face a mentovoir; et por ce noç en partiron e voç conteron des autres. Mes encore voç vuoil conter de Rosie aucune cousse que je avoit dementiqué.

[6] Or sachiés tout voiremant qe en Rosie ha le greignor froit qe sunt au monde, qe a grant poine hi escanpe l’en. Elle est si grant provence que dure jusque au mer Osiane, e si voç di que il hont en cel mer auquans isle, en les quelz isles naissent maint jerfaus e mant fauconz pelerin, si qe il en portent par plosors leu dou monde. Et si voç di qe de Rosie e’ Noroech ne a granment de voie e, se ne fust por le grant froit, l’en hi poroit mout tost aler, mes por le gran froit ne i se puet mie si bien aler.

[7] Or vos lairon de ce e vos conteron dou Mer Greignor, si com je vos ai dit desovre. Bien est il voir qe il sunt maint mercant e mantes jens qe le s{t}oit, mes encore en sunt asez plus de celz que ne le sevent: e por cest telz le fait l’en buen metre en escrit, e nos si firon et conmenceron tout primermant de la bouche et de l’estroit de Gonstantinople.


CCXIX

[1] Ci devise de la bouche dou Mer Greingnor.
 

[2] Çor la boche de l’entrez dou Mer Greingnor, dau les dou ponent, ha une montagne qui est apellé le Far.

[3] E depuis qe noç avavames conmenciés dou Mer Greignor, si nos en pentimes de me{n}tre le en scrit, por ce qe maintes jens le sevent apertement: e por ce en laron atant et comanceron des autres cousses, et vos diron des Tartars dou Ponent, des seingnor que reignent.


CCXX

[1] Ci devise des seingnorç des Tartars dou Ponent.
 

[2] Le primer seignors des Tartars dou Ponent fu Saïn, qe mout fu grant roi e poisant. Ceste roi Saïn conquisté Rosie et Comanie et Alanie et Lac et Mengiar et Çic et Gucia et Gaçaric. Toutes cestes provences conquisté le roi Saïn. Et, avant qe il le conquistés, estoient tuit . . .† Comainz; mes ne se tenoient tuit ensenble ne ne estoient a une unité, et por ce perdirent il lor terres e furent caciés por †diverse monde†; e celz que ne fuirent, e que i sunt encore, <sunt> tuit en servajes de cest roi Saïn. E depuis le roi Saïn rengne le roi Patu, et aprés Patu rengne le roi Berca, e depuis Berca reigne le roi Mungletemur, et depuis Mungetemur reigne le roi Totamongur; et aprés, Toctai, qe orendroit rengne.

[3] Or vos avon contés des rois des Tartars dou Po{u}nent; et aprés conteron d’une grant bataille que fu entre Alau, le seingnor dou Levant, et Barca, le seingnor dou Ponent; e l’acaison por coi la bataille sordi voç diron encore, e comant il avint et en quel mainere.


CCXXI

[1] Ci devise de la gherre que sordi entre Alau et Bercaet les batailes que furent entr’eus.
 

[2] Il fu voir qe a les .m.cc.lxi. anç de l’ancarnasion de Crist sordi une grant escorde entre le roi Alau, le seignors de Tartars dou Levant, et Bercha, roi des Tartars dou Ponent; e ce avint pour une provence que marcisoit a le un et a le autre, car cascun la voloit por soi ne nulz d’elz ne la voloit consentir a l’autre car cascunz se tenoit . .†. . grant e buenz. [3] Il s’esfient de guere, e chascunz dit q’i’l’hira a prendre et vaudra veoir qui ce contendra. E quant il se ont desfié de gerre, chascun fait sesmondre tuit celz que {soient} estoient a lui et font le greignor aparoillemant que a poine mes fust veu, qe saquiés que chascun se esforcent outre poïr por venir au desus de cest fait. [4] Et sachiés que, puis qe il se furent desfié, il ne ala .vi. mois que il ont chascun asenblé bien .cccm. homes a chevaus molt bien aparoillés de toutes couses de bataille selu<n>c lor uçance. E quant furent bien aparoillés, Alau, le sire dou Levant, se met a la voie con toutes sez jens. Il cavauchent maintes jornee sanz aventure trover que a mentovoir face. [5] Il alent tant qu’il furent venu en un gran plain qe est entre le Portes dou Fer e le mer de Sarai{n}. En cel plain mist son canp bien e ordreemant; e si voç <di> tout voiremant q’il hi avoit maint riches pavelonz e maintes riches tref: il senble bien canp de riches homes. Il dit qu’il atendra iluec por veoir se Berca e sez jenz vendront. Iluec demorent e atendoient lor ennimis. Et sachiés qe cest leu, la o il sunt acanp<é>, est bien es confines de les unes jens a les autres.

[6] Mes atant laieron de Alau e de sez jens e retorneron a Berca et a s<e>z jenz.


CCXXII

[1] Comant Barca et sa ost ala encontre Alau.
 

[2] Or sachiés tot voiremant qe quant le roi Berca ot fait tout son aparoil et ot asenblé toutes sez jens, e savoit comant Alau s’estoit parti con toutes sez hostes, il dit qe desormés poroit el trop demorer: et adonc ne fait nul deleament, mes se mistrent a la voie. [3] Il chevauchent tant por lor jornee que il furent venus eu grant plain, la ou les enimis estoient, e mist canp pres a celz d’Alau, a .x. miles, bien et ordreemant; e si voç di tout voiremant qe cest canp estoit bien ausi biaus com celz d’Alau et ausi riches, car je vos di de voir que qui avese veu le pavilonz de{s} dras d’or e riches tref bien peust dir qe a piece mes ne fo veu un plus biaus canp e plus riches. E si avoit bien plus jens qe Alau avoit, car sachiés sanz nul mensongne qe Berca avoit bien .ccclm. homes a chevauz. [4] E quant il furent atendés, il se reposent .ii. jors. Au ters jors, Berca fait parlemant entres sez homes et paroule en tel mainere: [5] «Biaus seignors, feit il, voç savés certainemant qe, puis qe je vigni a tenir tere, voç ai amé come freres e filz; e si savés qe maint de voç sunt ja esté en maintes grant bataies avec moi e qe grant partie de lez teres que nos tenion me{s} avés aidés conquister. E savés encore que tout ce que je ai est ausi vostre come moie. E puis que ensi est la verité, bien se doit chascun esforçer outre poïr de mantenir notre honor; et {e}jusque ci l’avon nos bien fait. Or savés comant <c>est grant homes e poisant Alau se velt conbatre a nos et a son tort. Et, puis que ensi est la verité, il a tort e nos avon droit, chascun se doit conforte< r> que nos vinquiron la bataile. Et encore vos dovés conforter que noç avon plus jens qe il ne ont, car noç savon certainemant que il ne ont qe .cccm. homes a chevauz, et noç avon .ccclm. d’ausi bones jens com il sunt, e meior. Or donc, biaus seingnors, por toutes cestes couses qe je voç ai dit vees voç tout clermant qe nos seron vinqor de la bataille. E por ce, puis que nos sonmes venus jusque de si longn por ceste bataille seulamant faire, vuoil je qe noç la faiçon de cia trois jors et hi alon si sajemant e si ord<r>eement qe nostre affer aille de bien en miaus, e pri chascun tant com je puis qe vos soiés vailans homes e que noç la faison si a cestui po<i>nt qe tout le monde noç redot. Or ne voç voil dir plus, for qe je pri chascunz que au jor nomé soit bien aparoillés e qu’il pense de bien faire e soit valans homes». Atant se tast Berca, qe ne dit plus a cele foies.

[6] Mes atant noç lairon de Berca e de sez homes, que bien vos avon devisee une partie de son affere; et adonc voç conteron de Alau e de sez jens comant il s’esproitent, puis que il soit qe Berca e sez homes estoient venus pres. . .†


CCXXIII

[1] Comant Alau parole a sez jens.
 

[2] Or dit le contes que quant Alau soit certainemant comant Berca estoit venus con si grandissmes jens, il asenble encore seç parlemant de grant quantités des buens homes. Et quant il voit que hi sunt tuit asenblé, il paroille e dit en tel mainere: [3] «Biaus freres et filz et amis, fet il, vos savés qe en toute ma vie m’avés valus et aidés; jusque a ceste jor m’avés aidés vincre maintes bataies, ne unques ne fustes en nulle bataies qe noç ne l’aion vencue. Et por ce nos somes venus jusque ci por conbatre a ceste grant home de Berca. E bien sai je, et est la verité, qe il a autant des jens com nos et plus; mes ne pris si bone, car je voç di tout voiremant qe se il fuissent des tant des jens que il ne sunt con celles bones jens qe nos avons, si les meteronmes a la voie et a desconfite. E por ce noç savons por nostre espie que il vendront a la bataie de ci a tres jors, de coi je ai gran leese, dont je pri chascun qu’il soit {q’il soit} bien aparoillés a celui jor et qu’il pense de bien faire, ensint com vos estes uçés de faire. Et une cose tant solamant voç voil recorder: car miaus vaut morir sor le canp {it} por so honor mantenir, se autremant ne poit estre que la desconfiture tornast sor nos. Por ce cascunz s’esproit en tel mainere que noystre honor soit sauve et nostre ennimis soient desconfit et mort». Atant se tast Alau a celui point.

[4] En tel mainere com voç avés oï font parlemant andeus cesti grant seingnors; et atendoient qe le jor nomee qe la bataille dovoit estre venist. E chascunes de partes s’aparoilent au miaus que il poet des toutes les couses qu’il savoient que lor estoit beçogne.


CCXXIV

[1] Ci dit de la grant bataille que fu entre Alau et Berca.
 

[2] E quant le jor nomé que la bataille dovoit estre fu venu, Alau se leve bien por maitin e fait aüner toutes seç jens. Il ordre{e} et aschire sez bataies au miaus qu’il set, bien sajemant, come sajes homes que il estoit. E si voç di tout voirmant que il fist .xxx. batailles. E<n> chascune mist .xm. hom{o}es a chevauz, car sachiés, ensi com je voç ai dit qu’il pooit avoir entor de .cccm. homes a chavauz; il mist en chascune buen conduisor e buen cavetain. [3] Et quant il ot atiré e ascirés bien e sajemant son afere, il comande a seç eschilez qu’il cavauchent avant ver le inimis. E sez jens firent son conmandemant, car il se mistrent maintinant a la voie le pian pas et alent jusque a dimi voie entre le un canp e le autre, et illuec se ferment, et atendoient les enimis que venissent a la bataille: en tel mainere atendoient, com voç avés oï.

[4] E de l’autre part, le roi Berca, le maitin mesme, se lieve con toutes sez jens, e se arment et paroillent mout bien; com sajes qe . . .†. . . attire et fait seç batailes bien e sajemant et fist .xxxv. bataies, car il mist, ausint come avoit fait Alau, en chascune .xm. homes a chevalz e buen cavoitainz et bons conduors. [5] Et quant Berca ot tout ce fait, il comande a sez eschielz qe il chavauchent avant; et il si font bien et sajemant e vont le pas tant qe il furent pres a les ennimis a dimi milier. Et quant il furent illuec venus, il s’arestent et hi demore<n>t auquans. Et aprés ce, se mistrent encore ver elz.

[6] E qe voç en diroie? Quant el furent propes a .ii. balastree, cascunes des parties s’arestent et s’atirent toutes les escheres . . .†. . . sunt resté. Le plain hi estoit le plus biaus e le plus large qe l’en seust ne pres ne longe, e la ou grandismes quantités des chevalers pooient conbatre. E certes il estoit bien beiçogne que le plain fust biaus et grant por ce qe a poine mes ne conbatirent tantes des jens en un canp com celz estoiet, car sachiés sanç nulle mensongne il estoient bien .dclm. homes a chevaus, e si estoient de plus poisant homes dou monde, et Alau et Berca. E si voç di qu’il estoient prochainç parens, car andeus estoient de l’anperiaus lingné de Cinchin Kan.


CCXXV

[1] Encore de la bataille d’Alauet de Berca.
 

[2] E quant les deus granç rois con toutes lor gens furent demoré si pres com je voç ai dit une pece, e ne atendoient for qe de començe< r> la bataille, e desiroient mout que il oïssent soner le nacar: et adonc ne demore gueres qe andeus pars le nacar comencent a soner. E tant tost que il oïrent soner le nacar, il ne demorent mie, mes tout mantinant laisent corer les une parties ver l<e>z autre; il mistrent main a les arç et encochent ses sagites e traient cascunz ver les ennimis. [3] Or poit l’en veoir voler, e d’une part e d’autre, les sagites, si qe en pou d’ore l’aire en estait si coverte qe l’en ne poit veoir le ciel. Or peust <l’on> veoir maintes homes cheoir mort a la tere e mant cavaus ausint: e ce dovés voç croire qe il ne pooit estre autremant, puis qe tantes sagites estoient traites a une foies.

[4] E por coi voç firoi je lonc cont? Sachiés tout voiremant qe il ne s’arestent de traire sagites jusque a tant qu’il en ont en turquas, si qe tute la tere estoit coverte des homes mors e navrés a mors. Et quant il ont traites totes les sagites, il mistrent mainç a le spee e a les macqes, e se corent sus e se donent grandisimes coux. [5] Il començent une bataille si cruelz e pesmes qe estoit un pecié a veoir. Or poit l’on veoir couper main e bras e teste; or poit l’on veoir trabucher homes e cavauz mort a la tere, car ill’i mururent tant, qe de male ore fo comancés ceste bataille, qe a piece mes n’en morurent tant en un canp come en celui en avoit des mors. La crié e la nose hi estoit si grant qe l’en ne oïst le deu tonant. [6] E si voç di sanz nulle faille qe l’en ne i poit aler for qe sus por cors d’omes mors, car la tere en estoit tute coverte e vermoille de sanc: car je voç di tout voiremant qe il avoit grant tens qe ne fu au monde une bataille ou si grant quantité d’omes . . .†. . . come il fist en ceste. Il hi estoit si grant le plorer e la crié de celz qe estoient cheü a la tere enavrés a mort e qe ne avoient pooir d’elz relever, qe ce estoit un pecé a veoir.

[7] Ceste bataille <de male> ore fo comenciés por l’une partie e por l’autre, car maintes dames en seront veves e mantes enfans orfanes. Il se mostrent bien a ceste point qu’il ne se volent nul bien, mes se mostrent qu’il sunt mortaus ennimis. [8] E le roi Alau, que molt estoit prodonmes e poissant d’armes, la fait si bien en celz bataille qu’il senble bien q’il est home de tenir terre e de porter corone. Il hi fait grant proesse d’armes por son cors; et encore conforte molt sez jens quant il voient lor seingnor qe la fasoit si bien e si franchmant. Il done a cascunz cor e ardimant de bien faire. Et san faille ce fu une couse qe molt fu grant mervoilles d’armes, qe tuit celz qe le veoient en estoient esbaïz, ausi amis come enimis, car il ne senble homes mes foudre e tenpeste. En tel mainere s’esproite Alau en la bataie, com voç avés oï.


CCXXVI

[1] Comant Berca s’esproite vailantment.
 

[2] E dou roi Berca voç dirai comant il s’esproite ausint. Or sachiés tuit voiremant qe il fait mout bien e s’esproite mout vailanzmant, car certes il l’a fait si bien qe il fait bien a loer por tot le monde. Mes ce est noiant qe sa proesse peust valoir rien en celz jor, por ce qe sez jenz estoient tout mort e tant{i} ennavrés et abatuz a la tere qe il ne poient plus sofrir. Et por ce, quant la bataille fo duré jusque al vespre, adonc le roi Berca e sez jenz ne postrent plus sofrir, mes convient a fine force qe il vuident le canp. E que voç en diroie? Quant il ne poent plus sofrir, il se tornent en fuie tant cum il puent de lor chevauz traire. E quant Alau e sez jenz virent qe lor enmis s’estoient torné en fuie, il les sivent e le chacent e les vont abatant et ociant. Il en font si grant maus qe ce fu un pecé a veoir. [3] Et quant il ont sivé la cace une piece, il ne le cacent plus, mes s’en tornent a lor pavillonz. Il se desarment, e celz qe estoient enavrés se funt lavere e binder. Il estoient si las e si abatu qe il ne i avoit nul qe ne avisse meior mester repouser qe de conbatere. Celle nuit si se repousent las e travailés. [4] Et quant la deman fo venu, Alau comande que tuit les cors mors fuissent ars, ausi le inimis com li amis: et el fo fait tantost son conmandemant. Et aprés qe tut ce fu fait, le roi Alau s’en torne en son païs con toutes sez jenz qe escanpés estoient de la bataille, car bien sachiés qe, por tout ce qe il venquirent, si en furent mant mort de lor gens. Mes san faille de son ennimis en morurent assez plus, car il fu si grant e’ nonbre celz que morurent a cele{s} bataille qe a poi ne la poroit l’en croire qui l’oïst dir.

[5] En tel mainere con vos avés oï ala l’afere de ceste bataille, e la vinqui le roi Alau. Or voç lairon d’Alau e de ceste matiere e voç conteron d’une bataille qe fu entres les Tartars dou Ponent, ensi com voç la porés entendre apertemant.


CCXXVII

[1] Comant Totamangu fu sire des Tartarç dou Ponent.
 

[2] Il fu voir qe eu Ponent †le{s} sire des Tartars, qe avoit a non Monguetemur †, e la seingnorie venoit a Tolubuga que jeune baçaler estoit. E Totamangu, que molt estoit poissant homes, occist Tolobuga con l’aide d’un autre roi des Tartars que avoit a non Nogai. En tel mainere, com voç avés oï, ot la seingnorie Totamangu por l’aide de Nogai. Il reingne auques, e ne grament: et adonques morut Totama<n>gu et ot la seingnorie et fu eleu a seingnor Toctai, qe molt estoit sajes e proudonmes. E cestui reingnoit et avoit la seingnorie de Totamangu.

[3] Or avint qe endementier .ii. filz de Tolobuga, qe occis avoit esté, furent creu, et estoient homes que bien pooient porter armes. Il estoient sajes e proveus. Cesti .ii. freres, ce furent les filz de Totamangu, s’aparoillent a mot belle conpagnie e se mistrent a la voie et alent a la cort de Toctai. Et quant il furent la venu, il s’en alent bien e sajemant. E toutes foies estoient andeus les freres a jenoilz, e Toctai lor dist qe il soient les tres bien venuz e les fait dreiçer en estant. E quant les .ii. damesiaus furent en estant, adonc le ainç nes paroule e dit en tel maineres: [4] «Biaus sire Toctai, le porcoi noç sonmes venus devant voç le voç dirai au miaus qe je saurai. Il est voir, si com voç savés, qe noç fumes filz de Tolobuga que ocistrent Totamangu e Nogai. Sor Totamangu ne peu dir noian por ce qe il est mors. Mes de Nogai faisonç noç reclamer e voç prion qe voç nos faichois raison de lui, si come droiturier seingnor qe voç estes, de ce que il ocist nostre pere. Et de ce voç prion: que voç le fachois venir devant voç e qe voç nos faisois raison de lui de la mort nostre pere. Or ce est lo porcoi noç sonmes venus a vostre cort e qe nos te preon que voç nos faciaus». Atant se taist le damesiaus, que ne dit plus.


CCXXVIII

[1] Comant Toctai mande por Nogai por la mort de Tolobuga.
 

[2] Quant Toctai ot entandu ce que l’enfans avoit dit, il savoit bien que ce estoit verité, il li responde e dit: «Biaus ami, feit il, de ce qe tu me demandes que jeo te face raison de Nogai, je la firai mult voluntier, et le firon vinire a nostre cort devant moi et en firon tout ce qe a rason esgardera». [3] Adonc Toctai envoie .ii. mesajes a Nogai e li mande qe il veigne a sa cort por fer raison a les filz de Tolobuga de la mort lor pere. Et quant les mesajes ont contés cestes novelles a Nogai, il en fait gas e dit as mesajes qe il ne ira mie. [4] E les mesajes, quant il ont eu la respo<n>se, ce <est> de Nogai, il se partirent e se mistrent a la voie et cavauchent tant qe il furent venus a la cort lor seingnor, e li content conmant Nogai li mande que il ne vendra en nulle mainere. [5] Quant Toctai ot entendu ce qe Nogai li mande, il li vient a grant despit e dit si aut que tuit celz qe entor lui estoient l’oï: «Se m’ait dex, feit el, ou Nogai vendra davant moi por fer raison alz filz de Tolobuga, ou je l’irai sovre con tute ma gens por lui destruere». Adonc ne targe mie, mes tout mantinant li envoie deus autres mesajes e telz paroules cun voç oirés.


CCXXIX

[1] Comant Toctai envoie seç messajes a Nogai.
 

[2] Les .ii. mesajes, a cui Toctai avoit encargés la beçog<n>e, se mistrent a la vie e chavauchent tant que il furent venus a la cort de Nogai. Il alent devant lui e li saluent bien e cortoismant. E Nogai lor dist que il soient li bien venu. [3] Aprés pauroulle le un des mesajes, e dit en tel mainere: «Biaus sire, feit il, Toctai voç mande que, se voç ne venés a sa cort por fer raison a lez filz de Tolobuga, que il vi<n>ra sor voç con toutes sez jenz e qu’il voç fira tot les domajes que il pora, et en avoir et en persone; e por ce esgardés ce que voç de ceste couse voudrés faire et li mandés por noç». [4] Quant Nogai ot entendu ce que Totai li mande, il li tient a grant despit et respond as mesajes en tel mainere: «Segnors mesajes, fet il, or retornés a vostre seingnor e li dites por ma part que je ai petite doutee de sa guere. Et encore li dites que se il vendra sor moi, que je ne atendra<i> tant que il entre en ma tere, car je li vendrai a l’incontre a dimi voie. Or ce est que je mant e que je respond a vostre sire». Atant se taist, qu’il non dit plus.

[5] E quant les mesajes ont entendu ce que Nogai lor avoit dit, il ne i demorent plus mes tout mantinant se mistrent a la voie e chavauchent tant que il furent venus a lor seingnor e li content tout ce qe Nogai li mande, et que il dit que ne li chaut de sa gere e que li vendra a l’e<n>contre plus avant que demi voie.

[6] E quant Toctai ot tout entendu e voit qe a la gere ne poet fallire, il ne fait demorance, mes tout mantinant mande sez mesajes por maintes pars a tuit celz que estoient sotpost a lui e li fait sesmo<n>dre que il soient tuit aparoilés por aler sor le roi Nogai. E que voç en diroie? Il fait le greignor aparoilamant dou monde.

[7] E de l’autre part, quant Nogai soit certainemant qe Toctai li velt venir sovre a si grant jenz, il fait ausint mult grant apareillemant, mes no mie si grant come Toctai, por ce que il ne avoit tant jens ne tant pooir, mes toutes foies il le fist bien, grant e poissant.


CCXXX

[1] Comant Toctai ala encontre Nogai.
 

[2] E quant le roi Toctai fu bien aparoillés, il se parti e se mist a la voie con toutes sez jenz. E sachiés tout voirement qe il moine bien .ccm. homes a chevaus. Il chevauchent tant por lor jornee, senz aventure treuver qe a mentovoir face, encore qe il furent vinus jusque au plan de Nerghi, que mout estoit grant e biaus; et illuec mist son canp por atendre Nogai, car il savoit qe il venoit tant com il plus poit a la bataille. [3] E si sachiés bien de verité qe les .ii. filz Tolobuga estoient con mult belle conpagnie des homes a cheva<u>z qui estoient venus por vengier la mort lor pere.

[4] Mes atant laieron de Toctai e torneron a Nogai et a sez homes. Or sachiés tuit voiremant qe quant Nogai ot seu qe Toctai estoit mou e qe li venoit sovre, il ne fait demorance, mes a toutes sez jens se mist a la voie. E sachiés qe il avoit bien .clm. homes a chevaus, trop bones jens e vailanz, asez meior homes d’armes qe n’estoient celz de Toctai. E que voç en diroie? Il ne demore mie .ii. jors, puis que Toctai fu venu en celz plain, qe il hi fu venu con tot sez jenz e mist son canp bien et ordreement pres a .x. miles a les ennimis. E quant le canp fu tandu, adonc puet l’en veoir maint biaus pavillonz de dras a or e maintes belles tref: il senble bien canp de riches rois.

[5] E celz de Toctai n’estoit mie moin biaus ne men riches, mes plus, car il hi avoit si riches paveilonz e si riches tref qe ce estoit une mervoille a veoir.

[6] E quant andui cesti rois furent venus en ceste plain de Nerghi, il sojornent por estre fres et repousés le jor de la bataille.


CCXXXI

[1] Comant Toctai paraule a seç jens.
 

[2] E le roi Toctai asenble sez jenz et fait grant parlemant et paroule entr’elz en tel mainere: «Seignors, feit il, nos sonmes venus jusque ci por conbatre con le roi Nogai e con sez homes, et de ce faire avon noç grant raisonz, car voç savés qe tout ceste haine e ceste rancure est avenue por ce qe Nogai ne vost venir por fair raisonz as filz de Tolobuga, e certes, puis qe el se part da raison, el convoient qe nos sion vinquior de cest bataille e qe il ne soit mort e destruit. E por ce chascun de voç se doit conforter et avoir boine esperance de vincre les enimis; mes toutes foies voç pri, quant jeo sai et puis, que chascune soit vailanç homes e qu’il s’esforce outre pooir si que nos metron les inimis a destrusion et a mort». E atant se taist{e}, que il ne dit plus.

[3] E de l{e}’autre parte le roi Nogai fait son parlemant et parolle ensi com voç oirés: «Biaus freres et amis, feit il, vos savés qe maintes grant batailes e mant grant estors avon ja venqus, et co’ maintes meilorz jenz avon ja eu afer de coi nos sumes venus a buen chief. Et donc, puis qe ensi est la verité, si com voç meissme savés, bien voç dovés conforter de vincre ceste bataille, et encore qe avon grant raison e il ont tort, car voç savés bien qu’il n’estoit mon seingnors, que mandoit que jeo fust devant lui en sa cort por fair rason as autres. Or ne voç voil plus dir for qe je pri chascun qu’il pense de bien faire e que noç esproition si en ceste bataille qe noç en faiçon parler a tout le monde e que noç e nostre oir en somes redotés a toç jorç mes». Atant se taist le roi Nogai, que ne dit plus.

[4] Et aprés que cesti dui rois ont fait lor parlemant, il ne demorent mie, mes le demain s’aparoillent et atirent molt bien. Le roi Toctai fist .xx. batailles, et en cascune mist buen conduiseor e bon chavitan. E le roi Nogai fist .xv. batailes, por ce qe chascun metoit .xm. homes a chevalz; il hi mist bon cavitan e bon conduor. [5] E qe voç en diroie? Quant les .ii. rois ont bien atirés et aparoillés sez jenz, il se mistrent andeus a la voie, e chevauchent le un ver l’autre tant qe il furent venus pres a une balestree, et iluec s’arestent andeus pars et i demorent auques. Puis ne demorent mie grantment qe le nacar comencent a soner. Et quant le nacar furent soné, adonc laisent corer les unz ver l’autre, con le saiettes encocqués: il laisent aler. [6] Or poet l’en veoir voler saietes e d’une part e d’autre: elle estoient si grant motitude . . .†. . . ce que estoit mervoie a veoir . . . †. . . cavalz e chevalers cheoir a la tere mors et inavrés a mors. Il hi estoit mout grant <la> crié et la remoute. Et quant il ont toutes les saietes traites, que ne avoient plus que traire, il mistrent main a les spee e a le macques, e se corent sus e se donent grandissmes coux. Il recomençent la meslee mout cruele e pesme: il se cupent main e bras et bus e testes. [7] Or puet l’en veoir cheoir a la tere chevalers mors e navrés. La crié e la nose e le fereïs de le spee hi estoit si grant que l’en ne oïst le deu tonant. Il hi ni a tant de mort que a piece mes ne morurent tant en nule bataille. Mes, san faille, des homes de Toctai e’ morurent aseç plus que ne fasoit de celz de Nogai, car celz de Nogai estoient d’aseç meior homes d’armes qe celz de Toctai ne estoient. [8] E si voç di tot voiremant qe les .ii. filz de Tolobuga la font molt bien en celz bataie e font gran proesse d’armes, car il s’esforcent de tout lor pooir de vengier la mort lor pere, mes ce estoit noiant que trop seroit estés grant cousse de metre a mort le roi Nogai. [9] E que voç en diroi? La bataille estoit si cruel e pesmes qe de male ore fu conmençés, car grandismes quantités estoient le matin sain et haïtiés qe en celz batailles furent occis, e mai<n>tes dames estoient mariés qe en celz bataille furent veves, e ce ne fu pas mervoie por ce qe trop estoit mauvés bataille. [10] E le roi Toctai s’esforce de tut son poïr por mantinoir seç jenz et so honor e molt hi fait grant proese d’armes, e certes il la fait si bien que bien fait a loer por tot le monde. Il s’abandone entre les enimis en tel mainere com se il ne li kausist rien de sa mort; il fert a destre e a senestre; il vait departant les rens et les prese; il la fait de tel mainere que a mant fu grant doumaje celui jor, et amis et enimis: a les ennimis fu domajes por ce que il en ocist plusors de sa main, et a les amis fu encore domajes por ce que, quant il voient le si bien faire, lor donoit cuer et ardimant de corer sus les enimis, e se metoient a faire chouse dont il estoient mort et occis.


CCXXXII

[1] Comant le roi Nogai s’esproitéç vailantment.
 

[2] E dou roi Nogai voç di tout autretelz, car sachiés tot voiremant que il la fist si bien por son cors que il ne i avoit nulz, ne de le une partie ne de l’autre, que si bien la fist, et san faille il en oit le pris e le los de toute celz batailes. Il se metoit entre les enimis ausi ardiemant com fait le lionz entres les bestes sauvajes: il li vait abatant et occiant. Il se metoit en les greignor prese qu’il veoit; il les vait departant or ça or la, ausi com c’il fuisent bestes menues. E sez homes, que veoent lor segnor qe la fasoit en tel mainere, il s’esforcent de tout lor pooir e coroient sus lor enimis mout aspremant et en fasoient trop grant maus. [3] E por coi voç firoie lonc cont? Sachiés tuit voiremant qe les jens de Toctai s’avoient tant esforcés con il plus puent por mantinir lor honor, mes ce estoit noiant, car trop avoient a faire a bone jenz et fors. Il avoient tuit tant sofert qe il voient apertmant qe, se il hi demorent plus, qu’il sunt tuit mors. E por ce, quant il virent qu’il ne pooient plus soufrir, il se mistrent a la fuie tant com il plus puent. E le roi Nogai et sez homes li vont chachant et occiant et en funt trop grant maus.

[4] En telz mainere com voç avés oï vinqui la bataille Nogai. E si voç di qe il en mu<ru>rent bien .lxm. homes. Mes le roi Toctai escampe, e les .ii. filz Tolobuga schanpoit ausint.