RIALFrI

Daniele Deloc da Cremona, Le livre de Moamin

Moamin e Ghatrif. Traités de fauconnerie et des chiens de chasse, édition princeps de la version franco-italienne avec 3 planches hors texte, par Håkan Tjerneld, Stockholm-Paris, Éditions C.E. Fritze-Librairie J. Thiébaud, 1945 («Studia Romanica Holmiensia», 1).

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

Indice dell'opera    

 


[1]  Livres de Moamyn fauconier, translatiez g’ebreu en latin par mestre Theodre, phylosophe au magne empereor Freiri, par le commandemant l’empereor meemes, son segnor, et puis coreit par l’empereor meemes aprés la cité de Faence, et aprés translatiez de latin en françois par Daniel de Cremone, servenz et hom lige au noble roi Henri de Sardaigne, et coreit par le roi meeme en la cité de Bologne.

[2]  Saichiez, segnor chevalier qi el deduit des oisseax et des bestes qui vivent de rapine vos delitez, qe cist livres qi de ce traites est divisés en deus volumes, dont li premiers traite et divise apertemant par chapitres de generations et des costumes et des natures et des mecines as oiseax qi vivent de rapine.

[3]  Li segonde volume traite et divise apertemant dou regimant et des nature des bestes qi vivent de rapine et maximemant des chiens, por ce qe lor nature est plus propre au cha[st]ïer et au domestier de la generation humene qe n’est celle des autres bestes. [4]  Ici comence li chapitre:
 
(1) Des generations et des costumes et de la election des oiseax de rapine. I
(2) Des cinc manieres des ostor. II
(3) Des faucons. III
(4) Des sagres. IV
(5) Des aigles. V
(6) De la nature de tout oisseax qi vivent de rapine et qi n’en vivent. VI
(7) D’une nature qi est especiele els ostors. VII
(8) Des enseignes por conoistre de qel contré sunt li meillor ostors. VIII
(9) Dou nombre des pennes qi ont li ostors en ses eles et en sa coue. IX
(10) De la bonté et de la mauvestié dels ostor. X
(11) Des enseignes de la bonté des terçols. XI
(12) De la noriture des oiseax petiz de rapine. XII
(13) De la election des ostor, [qel] a qel oisel prendre sunt buens. XIII
(14) Des ostors qi prent les granz oisel. XIV
(15) De conoistre l’ostor qi prent petit oisel. XV
(16) De la costumance de Syre. XVI
(17) De l’ostor qe l’en ne puet fere manier. XVII
(18) De conoistre l’ostor qe rien ne vaut. XVIII
(19) Des faucons. XIX
(20) Des sagres. XX
(21) De aigles. XXI
(22) De zumech. XXII
(23) De la maniere de pestre l’oisel de rapine. XXIII
(24) De governer l’oisel. XXIV
(25) D’amegrir l’oisel. XXV
(26) Dou past. XXVI
(27) De conoistre l’oisel s’il est bien dispost. XXVII
(28) De gerir l’oisel de s’alaine. XXVIII
(29) De gerir l’oisel au cui ne profite aucune char. XXIX
(30) De conoistre se l’oisel est sains. XXX
(31) Qel garde l’en doit fere a l’oisel. XXXI
(32) Dou reclam. XXXII
(33) De la maniere dou reclamer. XXXIII
(34) De l’oisel qi retorne lentemant au reclam. XXXIV
(35) De mestroié ll’oisel a voler. XXXV
(36) En qel hore l’en doit fere voler le. XXXVI
(37) De fere l’oisel engigneus. XXXVII
(38) De fere l’oisel ardiz. XXXVIII
(39) Por qoi l’oisels sunt fuiant. XXXIX
(40) Por recovrer l’oisel quant il est perduz. XL
(41) De fere q’il ne demore es arbres. XLI
(42) De la fierté de aigles. XLII
(43) Por qoi les aigles prenent l’oisel de rapine. XLIII
(44) D’ocire les aigles. XLIV
(45) Des enseignes de perdre l’oisel ou non. XLV
(46) De fere qe l’oisel ne volt aut. XLVI
(47) De muer l’oisels. XLVII
(48) De la mue de cil de Parthe. XLVIII
(49) De la mue qe l’en doit user. XLIX
(50) D’amegrir l’oisel. L
(51) Des enseignes de la sainté des l’oisel. LI
(52) Des enseignes des enfermitez. LII
(53) La premiere. LIII
(54) La segonde. LIV
(55) La tierce. LV
(56) Des rubrices. LVI
(57) De la disposition de l’oisel malades et de la occasion des lermes. LVII
(58) Dou froidor. LVIII
(59) Dou chalor. LIX
(60) Dou gipse. LX
(61) De corosion ou d’arsure. LXI
(62) De l’asne. LXII
(63) De la ventosité dou chief. LXIII
(64) De la colusion. LXIV
(65) De la ventosité des eles. LXV
(66) De la ventosité de la gorge. LXVI
(67) De la ventosité dou dos. LXVII
(68) D’emoroïdes. LXVIII
(69) De rupture ou desjointure ou ventosité des palmes. LXIX
(70) De la podrage. LXXI
(71) De l’acroismant de la podrage. LXXII
(72) De lombrice dou ventre. LXXIII
(73) Dou chalor. LXXIIII
(74) De l’enfermité dou chief. LXXV
(75) De l’arsure. LXXVI
(76) De corosion et de l’arsure des palez de la boche. LXXVII
(77) De corosion dou bech. LXXVIII
(78) Dou chalor. LXXIX
(79) De travail. LXXX
(80) De male digestions. LXXXI
(81) De la dolor dou fie. LXXXII
(82) De la ventosité dou ventre. LXXXIII
(83) De la ventosité de paume ou de la cuisse. LXXXIV
(84) De la plumee. LXXXV
(85) De la stroiture dou cul. LXXXVI
(86) De peoil. LXXXVII
(87) D’aprosmemant d’enfermité. LXXXVIII
(88) De l’eve qi vient es euz. LXXXIX
(89) Des enseignes de mort. LXL
(90) Demonstrance en qel partie est l’enfermité. LXLI
(91) Qant l’oisel ne puet gerir. LXLII
(92) Des lermes et d’auchune chose qi soit cheoite es euz. LXLIII
(93) De l’eve qi ist des nares. LXLIV
(94) De la fleume. LXLV
(95) Des verms en la gorge. LXLVI
(96) De male digestion et de vomir. LXLVII
(97) Des lombrices dou ventre. LXLVIII
(98) Des pennes qi issent avant suen tens. LXLIX
(99) De trop magrece. C
(100) De astarem. CI
(101) D’avoir stroit le cul. CII
(102) Qant sorvint male digestion CIII.
(103) Enseignes d’enfermité ou magrece. CIV
(104) Enseigne d’enfermer. CV
(105) D’emoroïdes. CVI
(106) De putrede dou ventre. CVII
(107) De signe de mort. CVIII
(108) De porter et de tenir l’oisel de rapine. CIX
(109) Ici finist le premier traitiez et comence segonde:
(1) Des enfermitez rescoses. I
(2) Dou sanc engendré en lor cors. II
(3) Des mecine de la fleume. III
(4) De meciner la ventosité. IV
(5) De meciner le chatar. V
(6) Dou chatar seche. VI
(7) Dou gratier. VII
(8) De l’enfleüre dou chief. VIII
(9) Dou crier et de l’aneler. IX
(10) Dou tenir overte la boche. X
(11) D’ovrir la boche et trerre la lange fors. XI
(12) De l’enfleüre des euz et de nares. XII
(13) Dou chatar freis et humiz. XIII
(14) De l’enfleüre des euz et de nares. XIV
(15) De la spume qi vient es euz. XV
(16) De la cure de palperes. XVI
(17) De chatar humiz. XVII
(18) De le humidité grosse qi ist de nares a l’oisel. XVIII
(19) Dou chatar. XIX
(20) Dou palperier sovant. XX
(21) Dou chatar engeindré de fum ou de podre. XXI
(22) Dou trop dormir. XXII
(23) De strenuer et de l’eve qi ist de la boche. XXIII
(24) Dou crier sovant. XXIV
(25) De saddaam. XXV
(26) De ce meeme. XXVI
(27) De la dolor dou chief. XXVII
(28) Dou pasme. XXVIII
(29) La cure de ce. XXIX
(30) De ceste enfermité meeme. XXX
(31) Des enseigne de la ventosité. XXXI
(32) De la cure de ce. XXXII
(33) Des verms dou chief. XXXIII
(34) Des verms des euz. XXXIV
(35) De la siru[n]ge. XXV
(36) De la cure de ce. XXXVI
(37) [D]e ce meeme. XXXVII
(38) [D]e la dolor des oreilles. XXXVIII
(39) [D]e la surdité. XXXIX
(40) [D]e naiscences engendrees en la gorge. XL
(41) [D]e la fleume. XLI
(42) [D]e la cure de ce. XLII
(43) [D]es apostemes nees sor la lange. XLIII
(44) [D]ou chalor. XLIV
(45) [D]e la corosion et dou purit. XLV
(46) [D]e curer ce. XLVI
(47) [D]es mecines dou gipse. XLVII
(48) [D]es crister au gipse. XLVIII
(49) [D]e la corosion et dou purit. XLIX
(50) [D]e la raucité humide. L
(51) [D]e la raucité seche. LI
(52) [D]ou rufer. LII
(53) Des verms de la crope. LIII
(54) Dou fie. LIV
(55) [D]e l’ethice. LV
(56) [D]ou poumon. LVI
(57) [D]e l’asne. LVII
(58) [D]e la cure de ce. LVIII
(59) [D]e la viscosité des boeles. LIX
(60) [D]e la abscission. LX
(61) [D]ou sanc qi dedenz le ve[n]tre est. LXI
(62) [D]e la paralise. LXII
(63) [D]e la fevre. LXIII
(64) [D]e la cure de ce. LXIV
(65) [D]e la chalor et dou rufer et dou [batre dou] piz et de l’ovrir de la boche. LXV
(66) [D]e la sonor qant l’oisel esquiçe. LXVI
(67) [D]es signes de ce. LXVII
(68) [D]e la cure de ce. LXVIII
(69) Signes des verms. LXIX
(70) [D]e la cure de ce. LXX
(71) Qant l’oisel est grevez. LXXI
(72) De ce meeme. LXXII
(73) Des navraüres qe li oisseaux se funt ensemble. LXXIII
(74) La premier cure de ce. LXXIV
(75) La segonde. LXXV
(76) La tierce. LXXVI
(77) De astarem. LXXVII
(78) [D]e aposteme de dedenz. LXXVIII
(79) [D]e enfermité de soif. LXXIX
(80) [D]’enfermité de male digestion. LXXX
(81) [D]e la cure de ce. LXXXI
(82) [D]e exunag. LXXXII
(83) A fere nestre les pennes des eles. LXXXIII
(84) De damase. LXXXIV
(85) [D]e froidor. LXXXV
(86) [D]e moilece de ventre. LXXXVI
(87) [D]e la rupture des lés. LXXXVII
(88) [D]es plaies. LXXXVIII
(89) [D]es racines de eles. LXXXIX
(90) Dou sonor do ventre. LXL
(91) [D]e la piere. LXLI
(92) [D]e la toupe. LXLII
(93) [D]es peoils. LXLIII
(94) [D]es enfermitez de froit. LXLIV
(95) Dou corumpemant des complexions. LXLV
(96) Ici finissent les capitres dou segont traitié et commencient [d]o tierz traitié:
(1) De la blanchor des euz. I
(2) [D]e l’onge qi neist es euz. II
(3) [D]e l’eve qi abonde es euz. III
(4) [D]es euz qi lermoient. IV
(5) [D]es eus ausi. V
(6) [D]e l’enfleüre des euz. VI
(7) [D]’opilaxon des nares et desjongemant dou bec. VII
(8) [D]e corosion des eles et des pennes. VIII
(9) [D]e la rupture des pennes. IX
(10) [D]e rupture et desjonture des menbres. X
(11) [D]es emorosites. XI
(12) [D]e podrage et desjonture des ongles. XII
(13) [D]e veruche. XIII
(14) [D]e putrede des paumes. XIV
(15) D’une maladie qi vient par peoils. XV
(16) Ici finist li tierz et li dereain traitiez de oisseaus de rapine et commence des bestes de rapine.
(1) Dou nombre des bestes de rapine. I
(2) [D]e l’engeindrer et dou coïr. II
(3) [D]ou conjungemans des chiens. III
(4) Por fere engeindrer. IV
(5) De lor mauvestié et de lor bonté. V
(6) [D]e conoistre qele sunt meillor por concevoir. VI
(7) Qel sunt meillor por corre. VII
(8) Qelles lisses sunt plus veraies. VIII
(9) Comant se doivent pestre li chiens. IX
(10) Por engraisser les. X
(11) Por engraisser les leopart. XI
(12) Por maintenir les chiens en sainté. XII
(13) Des lit de chiens. XIII
(14) De mener les. XIV
(15) De qel aage. XV
(16) Des diversité de temps. XVI
(17) Des enseignes de chacier. XVII
(18) Por esta[n]chier la soif des chiens. XVIII
(19) Des mecines et des enfermitez de chiens. XIX
(20) De cha[n]ger la color as chiens. XX
(21) Por alonger le chien. XXI
(22) Por fe[re] qe li chien ne puise corre. XXII
(23) Prologe des mecines des chiens. XXIII
(24) Des mecines des signes qe li neisent dedenz les euz as chiens. XXIV
(25) De la palpere navree. XXV
(26) De la cure des oreiles. XXVI
(27) De la dolor de la gole. XXVII
(28) De la cure de bothor. XXVIII
(29) Des os qe s’afichent en la gole. XXIX
(30) De lombrices qi vienent es boeles. XXX
(31) De lo stosir. XXXII
(32) De la cure de la scrofe. XXXIII
(33) Qant li chiens urine sanc. XXXIV
(34) Por lasser le ventre au chiens. XXXV
(35) Des plaies et sisures. XXXVI
(36) De ce meeme. XXXVII
(37) De l’enfleüre. XXXVIII
(38) De ce meeme. XXXIX
(39) De ce meeme. XL
(40) Por meciner le veruce. XLI


[1]  Ici comence li prologes sor le livre de Moamyn fauchonier.

[2]  Puis ke missire li nobles rois Henris de Sardeigne deigna voloir et a lui veint a plaisir de semondre moi, Daniel Deloc, qi fui de Cremone nez, qe le doie moi entremetre de translatier de latin en françois un suen livre qe traite des generations e des costumes, des natures e des mecines des ossieas qe vivent de rapine e des bestes autresint qe en vivent e majormant des chiens, [3]  lo qel livre metre Theodres, phylosophes granz au magn empereor Ffeiri, translata de hebreu en latin par le comandemant l’empereor meemes, suen seignor, et le empereres meemes lo emenda puis et correis par molt grant estude, si bien e si reisnablemant, com cil qe formant s’i delitoit e qi plus en savoit qe homs mortex qui fust deça mil ans en terre, q’il n’i remest chose a metre qi a ce convenist, [4]  je, qi sa semoinse preing et doi prendre par destroit comandemant, com cil qi sui sieus liges serf e qi a lui m’aten dou tot, ensi com se doit attendre liges homs et serf a naturel segnor, [5]  tot soie je de povre letreüre et de povre sciençe garniç e tot soit greveuse chose a ma lange profferre le droit françois por ce qe lombard sui, m’en entremetrai seüremant de buen cuer et volentiers a tot le miels qe je le savrai fere. [6]  E se je mespreign en aucune chose, je li pri hu[m]blemant com a mon lige segnor q’il le me perdoing par sa franchise, car ce nen avendra par foi ne pas por estude qe je n’i mete enterinemant, ainz avendra por la povre sciençe de moi, [7]  e q’il li mende e corrie en toç les leuz ou il en avra mestiers, com cil qi bien est tant sages e tant porvoianz en totes reisons et oeuvres qi a prince, estreit de tant noble sanc com il est, apertiegnent, q’il le savra bien fere e raisnablement sanz nulle defaute. [8]  Aprés pri a Dieu notre drouturer seignor, a cui nom sanctisme je le comenz, qe por sa pitié m’i doint grace et pooir de porsivre e de fenir le rasneblement sanz nulle defaute, a l’honour de lui e au loux et au plaisir mon segnor le noble Roi, et dirai en tel maniere. [9]  Ici finist li prologes.