RIALFrI

Passion di Parigi

Ystoire de la Passion, B.N. MS. fr. 821, edited by Edith Armstrong Wright, Baltimore-London-Paris, John Hopkins-Oxford University-Les Belles Lettres, 1944 («The Johns Hopkins Studies in Romance Literatures and Languages», XLV).

Edizione digitalizzata a cura di Chiara Martignano
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 
 CESTE EST LA YSTOIRE DOU NOSTRE SEIGNOR YHESU CRIST ET COMENT IL SOUFRI PASSION ET TORMENT ET MORT POR SAUVEMENT DE LA HUMAINE GENERACION, ET POR GIETER LE ARMES HORS DOU LIMBS D’ENFER QI ESTOIENT EN TENEBRES.
 
 Celi qe sa qe tot est nient
 Se no a servir au roi omnipotent,
 M’a fait garder en ma memoire,
 Dont ai eslit toutes les ystoire.
5La plus veraie et la meilor,
 Ce est celle dou nostre seignor
 Yhesu Crist, le douz fil Marie,
 Qi a dou tout la seignorie.
 Et je por li espanderoie
10Avant ce qe je sauroie,
 Por ce qe tuit poissent anprendre,
 Se il vuelent garder et entendre.
 Et se il ne vuelent, je n’en pois mais,
 Estier tant qe je prierais
15Le douz seignor por sa marcé,
 Leqiel est mais qe nuls hom ne cre
 Pleins de douçor et de fin amor,
 Et por qoi se maintient cascun jor
 En cest monde henor et bien.
20Car il n’est nuls, se il se sovien
 Tresbien a droit dou douz seignor,
 Por qoi il n’oblit cascun dolor
 Et pois revien en grant leëce.
 Dont je le pri qui l m’adrece
25A dir ce qe il deient viriers
 Ses cuers a sez dreiz sentiers.
 
 Or entendez tuit, freres et serors,
 Doucement por Deu senz errors
 Tiel romainz et tant espiritable
30Qe nuls soit onqes si veritable,
 Ne de si haut afere ne de si grant,
 Por ce qe il est dou fil Deu omnipotant.
 Aisi com l’ai apris en la scriture,
 L’ai mis en roman tout a droiture,
35Por la membrance d’une pucelle
 Qi est mout franche, cortoise et belle,
 Ce est ma dame, de cui hom sui,
 Canevois la sage, et por cui
 Auront le buens joie et confort
40De garentir ses armes da mort.
 
 De tot en primier il fist le angles,
 Ou le cherubins et le archangles,
 Por chanter la grant douçor
 Del Pere et dou fil cascun jor,
45Et pois creoit il tot le monde
 Itant com il veit a la reonde.
 Et de ce me voil je taisir,
 Qe il fist tot qant li fu a plaisir,
 Qe trop seroit longe matire
50A reconter tot et a dire;
 Mes tant vos pois dire brevmant,
 Qe senz lui est tout noiant,
 Car il est roi, pere et seignor
 De misericorde et de grant tendror.
55Et si voi dire de son martire
 Q’il receit por nos garentire
 Da la mort et da la bailie dou diable.
 Or antandez ce qe n’est fable,
 Et tot ce qe fist le douz seignor,
60Qe est Pere de toz et creator:
 Por ce qe nuls home se sauvoit,
 Son fil en tere il mandoit.
 Et ou? en la preciouse geme Marie,
 La belle pucelle et replenie.
65De qoi? De totes bones aibs est la gensor
 De nulle feme qe fust ancor,
 Et por ce Deu la vint a visitere
 De ciel en terre et aubergere.
 En li, por voir, joiousement
70Prist il ostel et aubergement.
 
 Et ce fu un mout grant peril
 Qi nos avomes por son eixil,
 Qe se bien ne atendomes son comant
 Nos en auromes torment plus grant,
75Qe il fist tiel chose qe nuls seignor
 Ne la fist onqes por nul amor
 Envers ami ne envers parent,
 Com fist le roi omnipotent
 Por nos pechieres tuit garentir
80Dau roi da la mort sanz nul faillir.
 Et qoi? q’il avint a droit de Paradis
 Tout por secorrer a ses amis
 Et por doner a nos enort
 Veirament tot por sa mort,
85Qe por sa mort fu acatee
 La sauvacion et est sauvee
 Cascune arme de ses amis
 Qi estoient en tenebror et tot defis.
 Des pechieres a grant foison
90Venirent por lui a confession.
 
 Qe pois qe il fu naissuz de mere,
 Le douz roi qi est fil et pere,
 En fut tot li monde resclari
 D’une tiel clarté qe bien vos di,
95Qe terre et airs et nuit et jor
 Ne avoient mie de tenebror.
 Ne por qoi? Ge vos le diroiz,
 Se vos antandre me voloiz.
 Par une stelle d’un tiel splendor,
100Leqiel estoit sor le sauveor
 Aute sor terre mout petit,
 Dont le Ymages venirent en Egipt
 Por conoistre itiel seignor,
 Et il si firent ou grant henor:
105Donerent li or, thus et mire,
 Cascuns por [soi] et sanz nulle ira.
 
 Mes pois qe il furent retornez
 A ses chevaus et furent montez,
 Dist Melchior tot premieremant:
110“Je ne vit mes plus beus enfant,
 Qe il scemble bien qe il soit gendrez
 De mout franc home et henorez,
 Et sa mere scemble bien reïne
 Por sa biauté et por sa gent destine.”
115Et Biudesar li dist tot en riant:
 “Se nel trouve mie de tiel scemblant,
 Anz est il bien de trente anz,
 Aissi com je croi sanz faillimanz.”
 Et Gaspar li dist: “He! seignors rois,
120E qe dit vos? Ge vos dirois
 Qe tuit ses pels a il si blans
 Com se il avés bien cent ans.”
 
 Parlent aissi de ceste mervoille,
 La mistrent il por la Deu escoile
125A conoistre Deu et ses grant vertues
 Et les trois persones qe il ont vehues
 Qi les aprendrent si com il sont merit.
 . . . . . . .
 A conoistre bien la droite vie
130De Yhesu Crist le fil Marie,
 Dont il et autre firent grant joie,
 Et les pastors tuit encornoie
 Por la grant leëce de Yhesu Crist.
 Se il est aissi com la scriture dist,
135Tuit menoient joie et grant freor
 Por la leëce dou creator.
 
 Meïsmement les auselit
 Sus en les airs, grans et petit,
 Cantoient vers mout doucemant
140Por la grant douçor del omnipotant,
 Et toutes les bestes petiz et grant
 Aloient toutes mout corrant,
 Gietent lor voises en grant douçor,
 Toutes a sa guise et por amor
145Del aute Deu, seignors et roi.
 Mes je vos dirai ancor por foi
 Q’entre la mer ne fu peison
 Petit ne grant qe a qest ton
 Ne s’en joïst mout a sa guise
150Por le douz roi et por sa franchise.
 Et neïs sor la mer Noceant
 I fu la joie demoustre grant,
 Et droit en Inde Superior.
 Et firent autre grant frebor
155Cascuns serpent petit et grant,
 Tot por amor del omnipotant.
 Et tot le mondes fu en tiel joie
 Qe mais dir ne le poroie,
 Trosqe Herodes fist decoller
160Les enfans petit a son berner.
 Et Yhesu Crist en fu portez
 De celle contree, tres bien sachez,
 Por Josep et por sa mere
 En tiel guise et en tiel maniere
165Qe il le tenirent mout celeement,
 Tresqe il fist le comencement
 De sa vertuz preciouse et chiere.
 Et ce fu por la douce pregiere
 De sa mere, la geme preciouse,
170Et ce fu quant Arteclin mena sa spouse,
 Qe il fist heue canger en vin,
 Et ce tot pleit au Pere divin.
 
 Et pois aloit il tot or prichant
 La sante foi dou Pere omnipotant,
175Faichant mervoiles nuit et jor,
 [Por] porter les homes hors d’error
 Et por mener ou sei en la sauvacion.
 Et de ce sont tuit en suspecion
 Les diables davant son sires,
180Qe il puet estre qe martires
 Les livrent tuit davant soi.
 Et Lucifer, qi est son roi,
 Li distrent lores premierement:
 “Se nel conois a mon escient,
185Donc vos comant qe vos alez
 Tuit au mondes et si sachez
 Qe il est et dont il vint
 Et qiel seignor a pere tint
 Et qiel ordre et qiele foi.”
190Et lorres li dist un: “Ge croi
 Qe il comande le batisme
 En nom del aute roi autisme.
 Mes je ne pois trover mie
 Nul peché en le fil Marie,
 
195Ne qi fust son pere ne dont il venist,
 Se no tant qe il est nomé Yhesu Crist.
 Mes se il vos plest je aleroie
 Tot ore a lui et si sauroie
 Qe il est et dont il vient
200Et qiel roiaume por soi il tient.”
 “Va,” fait il, “ou tote ma grace,
 Tot ore a lui et si te porchace,
 Qe tu es le meudre de mon païs,
 Dont je t’aim mout de cuer fis.
205Tant membre qe en premiere
 En Paradis feïs pechiere
 Eve en prime et pois Adam,
 Dont je te vuel bien et plus te am
 Qe nul des autres, por ma foi.
210Or va, ami, qe je t’en proi,
 A Yhesu Crist, si le fai pechier,
 Dont je t’aurai toz tens plus chier.”
 
 Et en celle ore est il venu
 Au douz Yhesu. Oil, l’a veü,
215Et si li dist une grant folie,
 Aissi com pleist au douz fil Marie
 Recevre por lui temptacion
 Por qoi il grandeist sa dampnacion,
 Qe il li dist: “Se tu es le grant roi,
220E aqeste piere qe pein soi.”
 Et il li dist, le douz seignor:
 “Va, ne atenter ton creaor.”
 Et pois se laisoit il tencier
 De sor la penne del temple vier.
225Et ce fu une mout grant franchise,
 Qe il li dist tot en tiel guise:
 “Se tu es,” fist il, “roi celestial,
 Saut qi jus trosqe aval.”
 Et il li dist ou grant douçor:
230“Va, ne atenter ton droit seignor.”
 Et pois se laissoit il mener amont,
 A haut desor un haut mont,
 Et por covoitise se lessoit temptier,
 Le douz roi, et fil et pier,
235Qe il li dist: “Tot cest avoir,
 Se tu me vois orrer, pois tu avoir.”
 “Satanas,” fist il, “mauvés diable,
 Va mout tost en le feu eternable,
 Et li auras tu tot ton guierdon,
240Qe tu as ovrez contre la sauvacion.”
 Et lors cent diables l’orent pris
 Et si li lient col et braz et pis,
 Et pois li portent a son seignor,
 Tresbien sachez, ou mout dolor,
245Et il li fist un tiel present,
 Tot por le voloir del omnipotent,
 Qe en un poz haut et parfont
 Le fist il gieter trosqe au font,
 O il sera mout mal baili
250En sempiterne, tres bien vos di.
 
 Et d’il leissomes ore ester,
 Qe il a mout bien son logier
 Ou tuit les autres de cil lieu,
 Aissi qe il ne li paire mie grieu.
255At retornomes la nostre memoire
 A le douz piere, le roi de gloire.
 Qe il nos face ancor joïr
 Avec ses angles sens plus* failir,
 Qe il est au monde ou sa vertu
260Veraiament por estre escu
 De sainte eglise et de sa foi
 Contre ses traitors. Et il de qoi?
 De lui? Non, ainz de il meïsmes,
 Dont il sont senz nuls termines
265Mout tormentez ou grant dolors
 Entre l’enferne et nuit et jors,
 Et seront ensi sanz nulle fin.
 He! douz roi, par ton chemin
 Nos fa erers joiousement
270Vers la cité dou sauvement!
 Car nostres anemis sont engignous
 Por nos fere estre tuit angoisous
 En cest mondes et plus en l’autre,
 Dont il ne finent nos de combatre
275Nuit et jor et celëement,
 Por nos traire a son torment.
 Mes nos avomes tiel gardeor
 Qe de mort nulle apaor
 Ne devomes avoir en nulle guise,
280Se garder volomes a sa franchise,
 Et seguir lui a bone foi.
 Ainz guagneromes tiel reignoi
 Qi est tot plen de grant douçor
 Et de clartez ou mout grant splendor,
285D’amor et de joie et de tot bien.
 Et bien sachez q’il ne convien
 A nul mauvés la herbergier,
 Mes de buens se doit tot planter.
 
 Or entendez dou douz seignor,
290Qe pois q’il ot mandé en tenebror
 Cil diable c’avez entenduz,
 Les angles dau ciele sont descenduz
 Iluec aprés lui par toz joïr
 Et veraiment por lui servir,
295Cantant la gloire mout doucement
 Dou pere et dou fil tout ensament,
 Qe de ce estoient tuit repleni
 Les disciples et sa mere autresi.
 Et de qoi? Del amor dou douz seignor omnipotent
300Por les noisses de cil douce chant.
 
 Mes les vertuz furent tantes qe il fist,
 Le douz rois, ensi com dist
 La sainte scriture, mere et vie,
 Qe en sauvacion toz tans nos guie.
305Er por qoi les diables furent abatuz
 Des ses forces et furent retenuz
 En geoles de feu mout ardent?
 Qe il usassent la son grant torment,
 De tot ce qe il ont forfeit
310Encontre le roi qe maintient dreit,
 Et qe nos eussems conoissance
 Por lui de nos et grant membrance,
 Por qoi il ne fist en cest monde
 Et de qoi il nos creoit et donde,
315Aizo qe nos degnams merir
 La grant douçor qe il nos fait sentir
 De les grans gloires perpetuals
 Qi sont en le reigne celestials,
 Et tote ore sa douce merci
320Mantient le monde, tresbien vos di.
 Donqes devomes bien servir
 Itiel seignor qi fa redoleir
 Tot ore bien en meillor,
 Por ce qe il est semence et flor
325De ce qe veut honor et biens,
 Qe il est fator de totes riens
 Et fin meistre de tote cortesie
 Et plein de largece et de vie,
 Qe en son chemin ne en son sentier
330Ne puet nul home mal erier,
 Ainz le grie il a tiel leëce
 Ou il ne sent mie de tristece.
 
 Mes ses gloires me plet tant
 Qe je m’en vei tot obliant
335Dolor et mal poine et tristor,
 Membrant moi dou douz seignor;
 Qe il va por le nostre garant
 Por le mondes tot or cheminant,
 Avec lui sa mere la preciouse
340Amie de Deu, fille et spouse,
 Et le disciples tuit ensament
 Aprés lui et glorificent
 Lui et sa ovre preciouse,
 Qe fait le fil de la gloriouse,
345Tros a un jor qe il fu vendu
 Por un qi estoit mout son dru.
 Ce fu Judas, un felon,
 Celui qe enprist la reençon
 Dou nostre seignor Yhesu Crist.
350Ha, las! com mal ovre il fist
 Qant il parla la traïçon
 Ou Chaifas, un grant baron,
 De celui qi l’avoit formez
 A sa ymage et pois donez
355Tiel grace q’il estoit ou lui
 En cest monde, et pois anc plui
 Auroit il eu en Paradis,
 La ou Deu claime ses amis.
 
 Et en celle hore furent ascemblez
360Tuti les barons de cel regnez
 Droit en la maison de Chayfas,
 Et parlerent ce qe fu ses las,
 Et qoi? la traison de Yhesu Crist.
 Mais tot primier Chayfas dist,
365Por q’il estoit evesqes de lors,
 Fist il ad haut: “Antandez, seignors,
 Se Yhesu Crist vif longement,
 Je croi qe il fera mout mal grant,
 qe il se fait clamer saveor,
370Cil fol truant et enganeor
 Des armes des nostres amis,
 Por ce q’il est ensi apris
 Qe nul home ne puet contrester
 A son sen ne a son parler,
375Ou soit a droit ou soit a tort,
 Il est bon trover sa mort,
 Et pois avomes droite ocheison,
 Qe il a dit en son sermon
 Qe il est rois des Juïs.
380Donqes avomes droites leïs
 Soure lui davant Pilat.”
 Et de tot cela il [l’]encusat,
 Et tuit otroient son voloir,
 Por ce qe il sont de fol espoir.
 
385Et aitant est iluec venu
 Un des disciples [dou] douz Yhesu,
 Et ce fu Judas le Scariot,
 Celui qi fist un tiel stribot
 Qe ciel et terre s’en croloit
390Et soleil et lune s’en oscuroit
 Por la traison dou douz seignor,
 Qe il ot afermee, cil faus traitor,
 Qant il parla a Chayfas et dist:
 “Je vos voi trahir Yhesu Crist.
395Si vos me volez doner avoir,
 Je vos l’ai trahir tot por voir.”
 Et il respondirent comunement:
 “Nos te donrons trente diners d’argent.”
 Et il s’en fist mout liez et joious,
400Cil fols traite et maleurous,
 Et si ot afermé le convenent
 Iluec ou Chayfas et ou sa gent.
 Et coment? Qe il alera a son seignor,
 Moustrant li mout douce amor.
405Et ce fu en une carentaine
 Trois jors ainz qe fust la ceine,
 Qe Yhesus dist a ses amis:
 “Poist trois jors sera le dis
 Qe vos devez mout celebrer,
410De la sante pasqe tot antier,
 Qe le filz Deu sera trahi
 Et crucifié, trasbien vos di.”
 
 Et en celle hore com le dou Yhesu
 Estoit en Betaine aprés son dru,
415Droit en la maison d’un leprous
 (Ce fu Symon benaorous),
 Marie Magdalane vint a lui,
 Aient un boiste, ensi com je cui,
 Plein d’aromat mout oderous,
420Ce est un ungement mout degnitous,
 Et si l’espande sor le sauveor
 Mout doucement ou grant tendror.
 Mes qant li disciple oirent veüz
 L’onguement qi estoit espanduz,
425Il en comencerent a murmurers
 Et pois a dire et a parlers.
 Porqoi? Qe l’onguement est esperduz.
 “Ne seroit mielz qe il fust venduz?
 Qe il valoit un grant avoir,
430Et maintes povres en pooient avoir
 Secors et aide a sa besoigne.”
 Mes il ne savoient ce qe il tesmoigne.
 Et qoi? la mort dou douz seignor.
 Et por ce qe il vit son error,
435Li fist il mout humblemant:
 “Et por qoi estes vos cascuns dolant
 Vers ceste fame por sa foi
 Qe elle a ovré an moi?
 Qe vos aurez sempres ou vos
440Les povres, les nuz et le besoignos,
 Et moi non plus carnelment.
 Et ce qe elle fist del unguement
 Fist elle por moi enfoer,
 Dont ce voi vos dire et anfermer
445Qe en cascun leu ou il sera conté,
 Cest afere droit por verité,
 Sera dist q’elle le fist por moi
 Et toute hore en remembre de soi.”
 
 Mes des jejunes le primier jor
450Alerent le disciples a son seignor.
 “Mesires,” font il, “ou volez vos
 Qe atornomes la pasqe mangier a vos?”
 “Alez,” fist il, “en la cité.
 Direz a celui por verité
455Qi davant vos econtrerez
 Ou une boire, tresbien sachez,
 De eue douce sor son col,
 Tout ensi a cil qe ne est fol:
 ‘Le meistre dist qe atornomes
460La pasqe ou toi; si mangeromes
 En ta maison ou lui et sa gent’.”
 Et il firent son comandement.
 
 Mes pois qe la pasqe fu atornée,
 Et lores del vespre su retornée,
465Mange Yhesu ou les douze compaignons,
 Si li fist il de tiel raisons:
 “Ge di a vos et sanz faillir
 Qe un de vos me deit trahir.”
 Cascun se prist a contrister
470Mout fort at pois a parler
 Et dient: “Biau sire, ge ne sui cil.”
 Et redist ores a toz il:
 “Cil qi met ou moi sa main
 En la scuelle e traira certain,
475Et le filz Deu tot veraiement
 Alera ensi com dist longement
 De lui la sante scripture.
 Et cil sera en tiel torture
 (Por qoi? Le filz deu sera vendu)
480Qe mielz li fust q’il ne fust nasqu.”
 Et lors dist Judas le traitor:
 “Rabbi, je ne sui cil, beu seignor.”
 Et il li dist: “Tu l’as dit.”
 Et lors, ensi com dit l’escrit,
485Mange Yhesu ou ses amis,
 Prist il un pain, a mon avis,
 Si le or seigne et beneoit,
 Et pois a ses disciples disoit:
 “Prenez ce, qe il est mon cors,
490Et si le mangez, qe de mors
 Vos sera il tout garant.”
 Et il firent tout son comant.
 Et pois prist le douz seignor
 Une coupe de grant honor,
495Pleine de vin mout precios,
 Mes qant l’ot seigné le glorios,
 A ses disciples il le donoit,
 Et si li dist et comandoit:
 “Or bevez vos, biaus douz amis,
500Ce est mon sanc tot de fis,
 Del Nuef Testament veraiement,
 Qe ancor s’espandera il avent
 En la remision des pecheors,
 Por lor giter hors de tenebros.
505Et ge mais”, fist il, “en bevra plus,
 Trosqe aicel jor qe serons lasus
 En Jerusalin davant mon Pere
 Et avec nos ma douce mere.”
 
 Qe qant ce ot dit, ensi le roi
510Hors en le Mont Olivet, si com je croi,
 Ou ses disciples et compaignons,
 Et pois li dist itiels sermons:
 “Vos sostandrez scandal por moi
 En ceste nuit, qe ge le soi
515Qe il dist, la sainte scripture:
 ‘Ge ferirai le pastor et paüre
 Auront les barbiz de sa mort,
 Dont elles escamperont senz nul henort.’
 Ge por elles i serai pris
520Et crucifié et pois ocis.
 Mes qant je ai resuscitier,
 En Galilee vos ai ascembler,
 Et ce sera au tierz jor
 Qant je ferai mon retor,
525A droit dou reigne de mon Pere.”
 
 Et li dist le baron Saint Piere:
 “Se tuit scandal i geist en vos,
 Ge morirai,” fist il, “ainz ou vos,
 Qe je soie de vos traitor.”
530“Piere,” fist le douz seignor,
 “Ge di a toi por veritez
 Qe tu me negieras trois fiez
 Stanuit ainz qe le gal chante.”
 “He! sires,” fist il mout dolante,
535“Ge me leiroie ainz ocire
 Qe ge vos negast, biaus douz sire.”
 Et cascuns li disoit tout autresi
 A haute vois, tres bien vos afi.
 
 Et en celle hore prist il a erier,
540Le douz rois, por mi un sentier,
 Et ou lui ses disciples mout dolant
 Por ce q’il li ot dit ça davant,
 Droitement en une contrée
 Qe Getheseman estoit nomée.
545(Ce est une mout bone.)
 Et lors dist la Dieu persone
 A ses disciples: “Sedez ore ici
 Trosqe ge pri la Dieu merci.”
 Et Piere ou les deux filz de Zebedu
550Se pristrent a contrister por Deu.
 Et le douz rois li dist ailor:
 “Ma arme a mout grant tristor
 Et aura por voir trosq’a la mort.
 Or, amis,” fait il, “je vos conort
555Qe vos sostenez tot en pais.
 Veilez ou moi, ne soiez lais.”
 Lors entra il en la maison
 Et si dist a un bas ton:
 “He! douz Pere de tot celestre,
560Se ceste mort puet estre,
 Qe ge ne l’aie, je t’en proi-
 Non com ge voil, mais si com te ploi.”
 Et pois revint il a ses disciples
 Por ce qe il erent mout tristes.
565Li trovoit il tuit en dormire,
 Et Yhesu Crist li prist a dire:
 “He!” fist, “une soule hore
 Ne poez vos veilier ancore?
 Veiliez er orez qe vos ne entrez
570En tentacion, et tresbien sachez
 Qe mon esperit est mout joent,
 (Ce n’est la carne, ainz est dolent)
 Qe il alera droit la su
 Davant mon Pere ou grant vertu,
575Et la char sera pasionee
 Por le Juïs et marturiee.”
 Et qant il ot ce dit, sanz demore
 Torna il en la maison, et ore,
 Et dist ensi: “He! Pere, sire de douçor,
580Pois qe il ne puet estre, beus seignor,
 Qe ce ne aie ceste mort,
 Soit ton voloir et ton deport.”
 Et derechief il est repairez
 A ses disciples et si li rovez,
585Por voir, ensi tuit en dormant
 Come il fist il comencemant,
 Por ses oelz qi erent agravez.
 Et lors entre est il retornez,
 Et si oroit il la mercé huie,
590Mout doucement, le douz filz Marie,
 Et coment? en ceste meme mou.
 Et pois retornoit il en cel leu
 En leqiel dormoient ses amis,
 Et si li dist il mout pensis:
595“Adormez vos et repousez!
 Hee! Le terme qi est aprosmez
 Qe le filz deu sera trahi
 En les mains des pecheors, toz vos afi.
 Levez vos sus, si nos alons,
600Qe il aprosment, les felons.”
 
 Et tant com Yhesu a ce dit,
 Et Judas cort plus d’un rabit,
 Qi estoit un des douze compaignons,
 Ou lui grant gent tuit environs
605Ou lances et spees mout tranchant,
 Fustes ensament, petiz et grant.
 Mes cil Judas, mauveis traitor,
 Donoit tiel signe a cil lecheor
 Qe celui qe il beseira
610Sera celui de cui il parla
 A Chayfas, le haut barons,
 Qant il afirma la traisons.
 Mes qant il vint a Yhesu Crist,
 Si le salue a haut et dist:
615“Avé, rabbi, rois et seignor!”
 Et aprés le baise, cil fous traitor,
 Et il li dist mout humblement:
 “He! ami, a qoi venist con tante gent?”
 Et en celle hore si fu pris
620Le douz rois et pere de Paradis
 Por les Juïs ensi laidement,
 Qe ne fu lairon mais plus vilement
 Onqes mes pris a nul forfeiz
 Com fu Yhesu, tresbien sacheiz.
 
625Mes uns disciple qi ert ou lui,
 Ce fu Piere, ensi com je cui,
 Si ot tailé ou son coutel
 Une des oreieles a un servencel,
 A un des princes dels Judeis,
630Et en celle hore dist le douz reis:
 “Met ton glaive en son leu,
 Por ce qe il n’est mie jeu,
 Car celui qi a glaive ferra,
 Tot en son il le recevra,
635Et membre toi qe ge prier
 Ne pois mon Pere, le douz et chier,
 Por cel qi vuelent toute or
 Pechier encontre son sauveor,
 Leqiel me mandera ici adés,
640Plus de douze compaignes a moi aprés,
 De ses angles tot por moi amplir
 La sainte scripture et por complir
 Tout ce q’est dit por toz les sans.”
 Et pois dist il vers l’autre jans:
645“Et vos estes venus tuit ensi
 A prendre moi, tresbien vos di,
 Ou glaives et fustes mout pesans,
 Si com fusse lairon ou truans,
 Et cascuns jor estoie ou vos
650Entre le temple, non mie a rescos,
 Por vos aprendre en la scripture,
 Et vos ne me preistes a droiture.
 Mes ce avez fait por bien ovrir
 Toutes les prophetes et acevir
655La sainte scripture et ce qi est dit
 Por toz les prophetes en lor respit.”
 
 Et en celle hore le abandonerent
 Toz le disciples et alerent.
 Escampent tuit a grant aleure,
660Mes celle gent outre mesure
 Mainent Yhesu mout vilement
 Droit a Chayfas et a sa gent,
 La ou il erent toz ascemblez.
 Et Piere li vait tot aprés
665Trosqe a la maison de Chayfan,
 Qi estoit mout faus, fels et truan.
 Et Peire or segui son douz sire
 Por veoir a dreit son grant martire,
 A droit en la maison de celui,
670Et vit q’il estoient environ lui,
 Et il sce asetoit tot ore entre il
 Por mielz veoir la fin de il.
 Mes le princes ou l’autre gent
 Cercoient entre lui mout fausement
675Et queroient qi deussent tesmonier
 Soure Yhesu, cil faus pautronier,
 Por ce q’il les peusent ocire
 A laide mort et au martire,
 Mes il ne porent nul trover
680Ce ce vousissent tesmonier.
 Et sterent ensi en pensament,
 Por ce q’il ne trovoient encusament.
 I vint dous homes faus et mauveis.
 “Seignors,” font il, “por nostres leis,
685Il dist l’autrier qe il destruroit
 Le temple Dieu et pois le redriceroit
 Pois trois jors et davant vos.”
 Et de ce furent mout joios
 Toz le princes et l’autre gent,
690De ce qe distrent cil recreenz,
 Et leveront toz droit en estant
 Et distrent au roi omnipotent:
 “Et qoi dis tu de ce qe il dient?”
 Et Yhesu ne li dist nient.
 
695Et lors un prince mout sacerdoit
 Li fist il: “Ge te conjur a droit
 Qe tu me die tout le voir,
 se tu es filz de Dieu por voir.”
 “Ami,” fist il, “et tu l’as dit.
700Ancor veras tu en un respit
 Le fil de Dieu ou grant splendor
 Venir da la destre dou sauveor,
 Ou toute la vertu del haut Deu,
 Desor les noules, cant a feu
705Ardera li mondes a grant calor.
 Et il staira ou mout grant douçor,
 Ou lui ses angles et sa vertu,
 Qi reprocheront la mort Yhesu.”
 De ce qe il dist ensi droitement
710Se corrocherent il mout fortement.
 Dont il pristrent ses garnimenz
 Desor lui mout vileinement,
 Faiçant toz joie et grant deport,
 Et crient ad haut toz mout fort
715Li un vers l’autre: “Il n’a blastemez!
 Tresbien le savomes nos assez.
 Adonqes ne feit mie mestier
 A trover plus autre tesmonier.”
 Et pois disoient: “Qe vos scemble?
720Ne est il de mort tresbien deigne?”
 “Oil, oil!” cascuns disoit,
 Et por sa face pois li spuoit.
 Et li ferirent mout grant colee,
 Celle fause gent malahuree,
725Et por mi son cors et por mi son vis.
 Cil pautroniers lais et chaitis
 Dient ad haut toz a un cri:
 “He! Crist prophetizoi qi t’a feri!”
 Et pois li lierent mout stroitement
730Iluec a une coloine et vilement,
 Toz nu estiers de sa braie,
 Et les ferirent a tiel raie
 Por mi son cors a tiel randon
 Qe le sanc a mout grant foison
735En avaloit dou douz seignor
 Trosq’ a la terre. He! qiel tendror
 Qe il soustien por ses amis!
 Et por ce auromes Paradis.
 
 Tout nos devomes soufrir por lui
740En aqest monde paine et ennui
 Por la grace avoir et gahagnier,
 Trosqe il se leisa martorier
 Por nostres ames garentir
 Et por nos fere toz joïr
745Ou lui en la perpetuel gloire.
 Mes qant me vint en memoire
 Tot ce qe fist le douz seignor
 Veraiement por nostre amor,
 J’en ai paüre et grant tristece,
750Et mout grant joie et grant leëce.
 Mais je ne vos pois tot conter
 Por ce qe je vuel retorner
 Au baron Saint Peire, qi est ensu
 Hors de la maison qant il a veu
755Les granz peines de son seignor
 Dont il est trist et plein de dolor.
 Iluec aprés il s’aseré
 Hors de la maison graim et iré.
 
 Et une ancille d’un de cil baron
760Ala a lui ou un tiel sermon,
 Et dist a lui: “Tu estoit com Crist.”
 Et il le negoit a elle et dist:
 “Amie belle, ne sai ce qe tu dis.”
 Et pois d’iluec se part mout pensis.
765Et por qoi? Por la peure qe il oit.
 Et une autre feme le regardoit,
 Et dist a cil qi iluec estoient:
 “Et anc cestui ou Yhesu aloient.”
 Et derechief il juroit et dist
770Qe il ne conoisoit Yhesu Crist.
 Et aprés cil qi iluec estoient
 Venirent a lui et si disoient:
 “Veraiement tu es de cellor
 Qi estoient ouanc ou le prophetecçor.”
775Et il li dist lors ou serement
 Q’il nel conoisoit veraiement.
 Et en celle hore le gal chantoit,
 Et le baron se recordoit
 De ce qe Yhesu li avoit conté,
780Dont il est dorent et iré.
 
 Et lors en fu il mout penseros
 Hors de la maison et mout doleros,
 Plurant en soi et lamentant,
 Por ce q’il negeit le omnipotent
785Por la paure dou grant martire.
 De celui ne vos voil je plus dire,
 Ainz vos redirai del autre gent,
 Qe il furent toz mout joent
 Toute celle nuit trosqe al autre jors,
790Qe il porparlerent, cil traitors,
 La mort de Yhesu, et si le menerent
 Lié a Pilat mout stroitement.
 
 Mes pois qe il fu jujé a mort,
 N’en ot Judas nul deport,
795Ainz est il penti de son forfeit
 Et de la feünie qe il ot feit
 De Yhesu Crist, son douz seignor.
 Et lors prist il ou grant dolor
 Toz les diners de son peché
800Et est venuz graim et iré
 La ou il rovoit les barons.
 “Seignors,” fist il, “pechiez avons
 Dou douz seignor Yhesu Crist.
 Je en sui pentiz et mout trist.”
805Et il dient: “Ce ne chaut a nos,
 Qe se tu as mespris en rescos
 Tu le sauras sanz falliment,
 Ce qe tu as ovrez veraiement.”
 Et il lors senz plus arester
810Les gietent jus devant le berner
 Iluec aprés ses piez a la terre.
 Et pois aloit il a conqerre
 Sa mort por voir sens mercei,
 Qe il s’apandoit, si com je crei,
815Por son forfeit droit a un laz,
 Dont il perdi joie et solaz.
 Et qant les princes ensi virent,
 De cel avoir ansi dirent:
 “Nos nel devomes mie sauvers
820Tiel avoir ne tiels diners,
 Por ce qe il sont de feünie
 Qe fist Judas del fil Marie,
 Et prez de sanc et paëment.”
 Dont il s’acordent toz ensament
825Et achaterent un saint chanpt
 De terre de cel maisme argant,
 Leqiel est por voir ansi apellé
 Le Champt Acaldemac por verité,
 Por enfoir toz les penitans
830Meïsmement en aicel champt.
 Et en celle hore li fu ampli
 Tot ce q’est dit por Yeremi,
 Car il dist por trente diners
 Se doit un champt ancor achater
835(Tot por le fil Israel)
 Leqiel sera de mortel flagel,
 Et leqiel sera en latin nomé
 Le Champt Saint por verité.
 
 Mes ensi com le douz seignor
840Li fu mené a tiel dolor,
 Davant Pilat, le grant baron,
 Li fist il une tiel raison.
 Et qiel? “Tu es le rois des Judeis?”
 Et lors dist le douz reis:
845“Tu l’as dit et il est voir.”
 Et qant les princes de fol espoir
 Le acusoient davant Pilat
 De mout grant tort et de forfait
 Et il taisoit mout hublement,
850Qe il ne disoit ne tant ne qant,
 Et Pilat li dist: “He! Yhesu Crist,
 Le fil de Dieu, leqiel nasqist
 De la preciouse Virgen Marie,
 Nen oïs tu qiel tricherie
855Qe cil dient tot hore de toi
 Por toi ocire ou nostre loi?
 Mes qoi en dis tu de lor plait?”
 Et le douz roi tout entresait
 Encontre d’els plus ne parloit.
860De ce Pilat mout se merveiloit
 Por ce q’il creoit veraiement
 Qe il fust le roi omnipotent.
 Mes il cremoit por l’emperer
 Qi estoit a Rome ou grant berner,
865Ce fu Cesar, un grant seignor,
 A laisier por voir le sauveor.
 Et por qoi? Por ce qe il ne li tolist sa terre,
 Et qe il ne li feist fere guerre.
 
 Et por ce fist il tot ascembler
870Le grant pueple de son berner.
 Ce fu le jor de une lor feste
 Qe Deu fu mort, le pere celeste.
 Qe il avoient en sa usance
 A leisier un sens demorance
875De ses prisons, leqiel voloit
 Son pueple, el qiel mielz amoit.
 Et en celle hore si estoit pris
 Un fel lairon, a mon avis,
 Le qiel estoit Barabas nomez,
880Et il lor dist: “Or escoutez!
 Qiel vollez vos qe leise alere,
 Ou Yhesu Crist ou Baraban laire?”
 Q’il savoit bien a son escient
 Qe il le ocioient toz ensement,
885Veraiement por envie.
 Ce fu mout grant feünie
 Qe il distrent toz por son talan:
 “Nos volomes ainz Baraban.”
 Et tot derechief Pilat redist:
890“Et qe feromes de Yhesu Crist?”
 Et il distrent toz de fis:
 “Nos voilons qe il soit crucifis!”
 “Et por qiel forfeit?” ce dit Pilat.
 Et lors le pueple tot entresait
895Comenceit a crier et dire:
 “Nos volomes qe a martire
 Desor la crois il soit mort.”
 Et Pilat redist. “Ice est tort,
 Mes ge ne vos voil contrester.”
900Et lors se fist il eue aporter
 Et davant toz il se lavoit
 Ses blances mains et si disoit:
 “Davant vos toz je sui lavé,
 Por ce qe je n’en voil peché
905Et vos aurez selonc raison.”
 Il respondirent toz a un ton:
 “Le sanc de lui soit soure nos
 Et sor toz cil qu’issiront de nos.”
 Et lors leisoit Barabas aler
910Et Yhesu donoit a martirier.
 
 Et les princes les ont pris
 Et si le moinent a mon avis
 En une chambre ou grant frebor,
 Faicent li toz grief desenor
915Q’il li desfluboient son mantel,
 Et pois li affluboient tout de novel
 D’une choche mout aspre et dure
 Et aprés i firent itiel laidure
 Q’il li mistrent une corone
920En son chief, qe nulle persone
 Nen vit mes une plus dolorouse,
 Q’elle est d’espines mout angosouse,
 Qe le fist sangnier por mi le vis.
 Aprés les pongoient plus de fis
925Da la destre part dou douz seignor
 Ou chanes agues ou grant ardor,
 Et se gaboient toz de lui,
 Q’il venoient davant lui
 Tuit enginoions ou grant boffois,
930Dient: “Avé, rois des Judeis!”
 Et aprés les feriroient por mi sa face
 Et por son chief, ou grant soulace
 Avoient toz dou douz seignor,
 Por q’il estoit en tiel effroi.
935Et qant cascuns ot ensi gabé
 Dou douz seignor et il l’ont afiblé
 De son mantel et de ses garnimanz,
 Si le menerent a ses tormanz.
 Gietent li soure por la figure,
940Fang et fumier at autre laidure,
 Et mainent ensi le douz roi.
 Encontrent il un Chirenoi,
 le qiel estoit Symon apellé,
 Qi venoit d’une ville, por verité.
945Et lors firent il porter a cellui
 La droite croiz dou douz Yhesu,
 Tot arier lui, vousist ou non,
 Por la paure qe il a dou baron.
 Et ariere lui aloient grant gent,
950Homes et fames toz lamentent
 Le douz roi et a baisses tons,
 Por ce q’il cremoient les barons,
 Lesqiels estoient toz amis
 Del aute roi de Paradis.
 
955Et il li dist mout hublemant:
 “Ne plurez vos ne tant ne qant,
 Filz de Jerusalin, ore por moi,
 Qe je alerai droit a mon regnoi.
 Ainz plurez vos,” fist il, “sor vos,
960Et sor toz cil qi ensiront de vos,
 Por ce qe il vient a droit cil tenz
 El qiel dira la sainte genz:
 ‘Cil cors sont beez et sanz
 Leqiels ne portent nuls enfans,
965Et celles mamelles qe ne lateront
 Joie et deport en meneront.’”
 Et il clamoient toz en plurant:
 “He! mont! por Deu omnipotant,
 Avalle sor nos et si n’auci,
970Qant nos perdomes itel ami,
 Ce est le nostre pere et seignor,
 Le fil Dieu, le verai sauveor.”
 Et mainent ensi toz grant duel,
 Venirent arier lui ou son vuel,
975Droit en un leu qi est apellé
 Golgotan veraiement en ebré,
 Et Calvaire lieu droit en latin.
 Et les barons de mal destin
 Le despoilerent de son garnimant.
980Pois les firent porter avant
 Sor son col la sainte croiz
 Et crient cascuns ad haute voiz,
 Et dient toz: “Si tu es li haut roi,
 Done secors tu meisme a toi.”
 
985Et la sainte croiz pois afermerent
 Tresbien a sa guise et isnelement
 Et desus mistrent le douz seignor
 As gloz de fer ou grant ardor.
 Et aprés letres desor lui escrist
990En tros lengues le nom de Crist.
 Pois partirent ses vestimens
 En qatres pars mout joiousamens;
 Si mistrent sortes entre lor
 Sor les roubes dou creator.
 
995Mes ge ne vai conté de sa mere,
 La preciouse geme et lumere,
 Q’elle maine une tiel dolor
 Qe il n’est nul n’en aie tendror.
 Qant elle vit son fil lever
1000Sus en la cruiz et claveier
 Ses piez et mains a tiel dolor,
 Adonques pluroit ou plaint et plor:
 “He!” fist elle, “fil, sires et ami,
 Creaor dou ciel, de la terre autresi,
1005Por vos ai ehue mout grant joie,
 Assez plus qe dir ne poroie,
 Por ce qe vos venistes de ciel
 Et pristes en moi vostre ostiel,
 Soulement,” fist elle, “por vostre valor.
1010He! biaus fil, pere et seignor,
 Et ore vos vei en tiel martire
 Qe nulle boche nel poroit dire,
 Dont je sent et ai tant tendror,
 Biaus douz fil, por vostre amor,
1015Qant je vos vei ensi stere
 Voirement por nos delivrere
 Da les granz poines dou diable.
 He! fil,” fist elle, “roi espiritable,
 Tu me done la mort ou toi!
1020Biaus douz fil, franc pere et roi,
 Por qoi las me tu vivre tant angosouse?
 He! fil,” fist elle, “ta mere et spouse,
 Je ne sent ore autre en moi
 Se poines non et dolor por toi,
1025Qant je vos vei en tiel mainiere.
 He! fil,” fist elle, “et ma pregiere,
 Se il vos pleist, entendez por moi,
 Qe tu me face morir ou toi.
 Ensi seras tu droit seignor,
1030Se de moi te prent tendror.”
 Et en celle ore sal elle ensu,
 La douce mere dou roi Yhesu,
 Por tochier son droit seignor,
 Et lors li dist le creator:
1035“He! mere,” fist il, “cest est ton fil.”
 Et a Saint Jehan pois fist il:
 “Ce est ta mere, biaus ami.”
 Et en celle ore, tout de fi,
 La prist le disciple en sa garde,
1040Et bien sachez qe il ne se tarde
 A fere a li henor et bien,
 Et tout ce qe a li se convien.
 Mais avec Yhesu dous lairons
 Firent crucifiers les bairons,
1045Li un a destre, l’autre a sinistre,
 Et cil clamoit le Pere celestre
 Merci humblement a sa seignorie.
 Et lors li dist li fil Marie:
 “Hui seras tu en Paradis
1050Avec mon Pere tout de fis.”
 Et les uns comunalment
 Les blasphemoient toz ensament,
 Si li movoient tout or son chief,
 Dient ad haut toz derechief:
1055“Ensi doit,” font il, “aler
 Cil fol gloton qi dist l’autrer
 Qe le temple Dieu destruroit
 Et pois trois jors le redifieroit.
 Mes si il est Dex le sauveors,
1060Ordun il maine a soi secors,
 Et se il ne puet son sauver
 Coment porroit il nos aider?”
 
 Aissi gaboient il entre lors
 Des poines, dou mal et des dolors
1065Qe il faisoient a Yhesu Crist,
 Trosqe a seste, selonc qe dist
 La test de la sainte Scripture,
 Qe toute gent ot paüre
 Por les tenebres qe furent grant
1070Tros dau chiel jusqe au fondamant,
 Et duroit da seste trosqe a none.
 Et lors clamoit il, la Dieu persone,
 Ou mout grant vois dient ensi:
 “Hely, Hely, le masabactani!”
1075Leqiels noms sont entrepretez:
 “He! mon Dieu, ne m’abandonez!”
 
 Mes un home qi est iluec aprés,
 “Helie,” fist il, “ot clamés.”
 Et un autre home prist adroit
1080Une sponge, si la bagnoit
 D’acet et de fel mout amere,
 Et pois li apors sens grant pregiere
 Sus en la boche dou douz seignor.
 Pois distrent entr’els cil lecheor:
1085“Or veremes se Helia venra
 Por lui delivrer, qe il l’apella.”
 
 Et lors prist Longin sa lance,
 Si le feri sanz nulle doutance
 Droit en le destre por tiel aïr
1090Q’il ne fist sanc et eue ensir.
 Ce fu une mout grant demonstrance
 Qe fist Dieu et sinefiance,
 Qe le sanc senefie la grant victoire
 Qe fist le rois por nostre memoire,
1095L’eue por voir, le baptisme sant,
 Por qoi nos somes hors de tormant,
 Si atendomes la sainte loi
 Qe nos a doné le douz roi.
 Et tot derechief Yhesu clama,
1100Et droit en celle hore s’en alla
 Son esperit en grant douçor.
 Mais le temple, sens nuls error,
 S’en est partiz an dos moutie,
 Tot por le criem le fil Marie,
1105Et teremoutes tot ensement
 Por les vertuz dou roi puissent,
 Et maintes tombes s’en ovroient
 Et maintes sains cors i dormoient,
 Ou mout grant leëce et a sejor
1110Si firent il lores retor
 Droit en la cité, ou ses amis
 En parle auqant, a mon avis.
 
 Mes Centurions ou toz ses piers,
 Qi erent iluec toz por gardiers,
1115Qant virent les vertuz de Yhesu Crist,
 Parloient ad haut cascuns et dist:
 “Yhesu Crist est il voirement,
 Le fil Dieu omnipotent.”
 Et maintes fames iluec estoient,
1120Lesqiels tote hore segui avoient
 Le douz roi, pere et seignor,
 Lesqiels estoient ou grant dolor,
 Marie Jacobe, Marie Magdalane
 Et la mere dou filz Zebede,
1125Toz por enfoir son droit seignor,
 Se ells porroit, en aicel jor.
 
 Et ensint starent trosqe a la soir,
 Qe un home de mout buen espoir,
 Ce fu Josep de Baramathie,
1130Uns mout gentil home, por foi vos die,
 Leqiel ert esté mout longement
 Disciple de Yhesu, roi omnipotent,
 Ala adroit a Pilat et si li qist
 Le santisme cors de Yhesu Crist,
1135Et il li outroit son voloir.
 Et ailors tant com fu la soir
 Vint Nicodemus a Josep et dist:
 “Toilons le cors de Yhesu Crist,
 Et si le ongeons del ongement
1140Qe ge ai aporté.” Et veraiement
 Ce fu mira et aloe a grant foison
 Qe li aportoit cil bon baron,
 Trosqe a cent livres, a mon avis.
 Tot ensi come estoit en aicel dis
1145Lor costumes et lor loi,
 L’a enfoïz selonc sa foi.
 Mais en tiel lieu ou Crist fu mort,
 Si ert seignors [d’]un mout bel ort
 Ou avoit une mout belle tombe
1150De marbre ros, aute et parfonde,
 En laqiele ne avoit nul home esté.
 Iluec ont Yhesu enfoé,
 Envolupé en un sydoine precios
 Ou tote la mirre et aloe oderos.
1155Qant il l’oirent bien enz seré
 D’un mout bel sac, por verité,
 Il s’en partirent et si s’ent aloient,
 Et iluec aprés si remanoient
 Marie Magdalane ou les autres Maries,
1160Tresbien sachez, mout esmaries.
 Esgardent elles la sepulture
 Dou fil Dieu, roi de droiture.
 
 Et l’autre jor venirent les barons
 A Pilat et distrent tiels raisons:
1165“Yhesu,” font il, “si dist l’autrier
 Qe pois sa mort ot il resuscitier
 Tot droitement en le tierz jors.
 Dont vos conseilons, biaus seignors
 Qe vos le fachez tresbien garder,
1170Qe de nuit ne venissent por emblier
 Ses disciples a droit et veraiement
 Diroient il, a nostre scemblent,
 Qe il seroit da mort resuscité,
 Et ce seroit,” font il, “por verité
1175Peior maus qe ne fu le primier.”
 “Et vos le faites tresbien gardier,”
 Li fist Pilat, “et com mielz le savez.”
 Et il li mistrent gardes assez
 Tout d’avirons de celle tombe,
1180Tresbien sachez, a la rëonde.
 
 De cels laisomes or estiere.
 Si torneromes au douce pere,
 Qe il est alé tot droitemant
 En l’enferne mout joiousemant.
1185Et por qoi? por secorre ses amis,
 Lesqiels sont en tenebror mis.
 Et ce fu la primier jornée
 Qe fist Yhesus por sa destinée,
 Pois qe il fu mort et crucifiez
1190Por les Juïs. Et tres bien sachez
 Qe Adam en fist mout grant feste
 Avec ses amis, a qi mout pleste
 Celle venue dont il disoit:
 “Et les mains qe me creoit!”
1195Et ensi dist cascuns por soi
 Toz le prophetes: “C’e le douz roi,
 Leqiel nos vint por delivrer
 De ces tenebror et ameiner
 Avec soi sus en Paradis.”
 
1200Dont il menoient, a mon avis,
 Une tiel joie et tant finable
 Qe entre l’enferne cascun diable
 En tremoient de la grant peüre
 Qe il orent del roi de droiture.
1205Si se clamerent toz la mort,
 Por ce q’il n’en ont plus enort
 Pois qe son castel est abatu,
 Et dient toz: “Petit vaut nostre vertu
 Encontre celle de Yhesu Crist,
1210Qe il est fil Dieu, et il le dist
 [Com la soa boche Yhesu Crist]
 Tresbien a nos l’autre jor,
 Qant il pricheit ou grant veror
 Les saintes paroules a la gent,
1215Dont nos somes en grant torment.”
 Mes il pluroient a tiel dolor,
 Toz les diables davant lor seignor,
 Sa paine et son mal et son forfeit.
 Et le douz rois ailors a dreit
1220En menoit ou lui toz ses amis
 Ou mout grant joie en Paradis.
 Ce fu a droit le segont jor
 Qe Yhesu Crist ou grant splendor
 Vint en Jerusalin davant son Pere,
1225Et avec lui tot son bernere,
 (Ce furent cil q’avez antanduz)
 Mais aloit davant ses druz
 Ensi sanglent droit a son Pere,
 En tiel guise et en tiel mainiere
1230Com il estoit droit sor la cros,
 Qant enavrez il fu por nos.
 De ce les angles se marveiloient
 Mout fort toz et pois disoient
 Au douz Pere: “Qi est cestui
1235Qi est tant bel et por chui
 Vient tantes armes en Paradis?”
 Et il li dist: “A mon avis,
 Il est celui cui aorier
 Vos devez,” fist il, “tot entier,
1240Ensi com moi, qe il est mon fil
 Leqiel mandé en grant exil
 Jus au monde por sauvacion
 De mes amis et de sa region,
 Mes les Juïs si l’a mort.”
1245Et en celle hore si n’orent henort
 Toz cil qi iluec estoient,
 Qant le fil Dieu conoisoient.
 Dont les angles et les cherubins,
 Avec les archangles et les seraphins,
1250Comencerent chanter doucement
 La gloire dou Fil et dou Pere omnipotent
 Et dire: “Sens, sens, sens, Deus Sabaoth,
 Plein sont les ciels et la terre tot
 De ta grant gloire et de ta douçor.
1255Beneoit soit cil qi el nom dou seignor
 Vint en la preciouse Virgen Marie,
 Dont la nostre joie est replenie
 De toute leëce et de tot baudor.
 Dont es beneoit, biaus douz seignor.”
 
1260Et onqes mes n’en aura fin
 Cel douz chant por nul cherubin
 Ne por l’autre gent qe sont lasu.
 Or redisomes de Yhesu,
 Q’il est retornez tot droitement,
1265Si com pleit au pere omnipotent,
 En cil lieu meisme o il fu enfoez.
 En celle hore est il resuscitez,
 Et hors de la tombe est il ensuz,
 Et alé por de mi cil esperduz
1270Qe eront iluec por lui garder.
 Tresbien sachez qe mot parler
 Ne puet nuls d’els qant il le virent;
 Ainz chierent toz qant il sentirent
 La grant douçor dou nostre seignor.
1275Et il s’en alla ou grant splendor
 Droit en Galilee, a mon scemblant,
 Et les gardes se partirent avant
 Et alerent toz a ses maisons.
 Comunement dient ad haut tons:
1280“Il est dou tot poësteïs,
 Dont nos creons toz de fis
 Q’il soit pere, rois et seignor,
 Plein de mervoilles et de splendor,
 Et qe il puisse fere ce qe il vuoit,
1285Et sens lui nulle chose pooit.”
 Et ce fu en le tierz jor
 Pois qe il fu mort a itiel dolor
 Desor la croiz por les Juïs,
 Lesqiels les oucist toz a ses leis.
 
1290Et celle hore les trois Maries
 Achateront aromat, tresbien sachies.
 Droit a la tombe elles alerent.
 En celle hore qant celle gent
 Estoient alées a ses maisons
1295Ou toz les princes et les barons.
 Et ce fu al hore dou matutins,
 Q’elles trovoient un des seraphins
 Desor la tombe tot en seant.
 Si chantoit il si doucemant
1300La resureccion dou douz pere
 Qe nulle d’elles ne puet parliere,
 Ainz li scembloit au son avis
 Qe cascune fust en Paradis.
 Et ailors li parloit et si li dist:
1305“Ja querrez vos,” fist il, “Yhesu Crist,
 Leqiel fu crucifié a mort
 Por les Juïs a mout grant tort?
 Por voir,” fist il, “est resuscité.
 Veez ci la tombe por verité!
1310Si vos comande toutes aler
 Droit en Galilee, com dist l’autrer.”
 
 Mes la leëce I fu tant grant
 Qe elles firent toutes ensemant;
 Ce fu sa mere primierement,
1315Et ses serors veraiement.
 De ce q’elles sa dou creator,
 En alerent sens nul sejor
 En Galilee isnelement.
 Et la fu mout grant ascemblement
1320Des amis dou douz pere et roi,
 Qe le disciples, si com je croi,
 I furent toz comunalment,
 Fors Thome qe, a mon scemblent,
 Estoit alez hors por visiter
1325Amis de Yhesu por prichier.
 Et estoient il en une maison
 Mout belle et gente toz d’aviron,
 Ou portes fermées, fenestres et hus,
 Por ce q’il ne fussent aperceus
1330Por Phariseis et por autre gent
 Qi les livroient a grant torment.
 La li est aparu Yhesu Crist
 Tot en de mi d’els et si li dist:
 “Pax vobis, biaus douz amis!”
1335Il estoient toz mout pensis
 De ce q’il estoient ensi enserez;
 Et dont estoit iluec entrez
 Ensi celeement entre lor,
 Dont il avoient toz grant error.
 
1340Et il li aprist la droite voie.
 Je ne sai por qoi vos longieroie
 Ce qe se puet dire brevment.
 Il les visitoit mout sovent,
 Trosqe a cel jor q’il monta en ciel,
1345Q’il ala droit a son ostiel
 En Jerusalin aprés son Pere.
 Et il remistrent en tiel maniere
 Qe les disciples furent flamez
 Dou Saint Esperit, tresbien sachez.
1350Pois se departirent por tot le monde,
 Tant com il vire a le rëonde.
 
 Et il laisomes ensi ester,
 Por ce qe je voil or afiner
 La riche matire tout droitement,
1355Qe il pleist au roi omnipotent
 Qi vos et je tot ensament
 Faiçomes sens failimant
 Qe nos soions dignes d’avoir
 Ce qe nul cuer poroit pansoir.
1360Mais ainz qe me voille arestier,
 Vos voil je dire et conter
 Une mout mortiel et grant paüre,
 Qe sera ancor tot a droiture.
 Et ce sera le jor dou judis,
1365Qe Dieu venra, ou lui ses amis,
 A jujer toz les pecheors
 En cest monde, dont grant peors
 Devroient avoir les faus pechieres,
 De ce qe Diex en tiels manieres
1370Mandera son fil au jugement,
 Tot ensi sens nul falliment
 Com il estoit qant il fu mis
 Sus en la croiz et por nos ocis.
 Et tot ce sera en icelle hore
1375Qant toute genz sanz demore
 Sera anscemble davant lui
 En Josephat, si com ge cui.
 
 Et en celle hore le douz seignor
 Moustrera davant cascun pecheor
1380Ses plaies toutes apertement
 Et tot son martire ensement,
 Et pois li dira ou grant douçor:
 “Biels fils,” fera il, “por vostre amor,
 Por ce q’estes toz en pais,
1385Veraiement por le grief fais
 Oster da vos ou grant martire.”
 Et en celle hore sa toz eslire
 Les bons da la destre part
 Ou grant leëce, qa il parent qart
1390Qe la sentence i soit donee
 De la chose q’il ont tant desiree
 Por la merci dou douz seignor.
 Mes ce n’est mie nul pecheor,
 Por ce qe il remeis da la senestre,
1395Et n’en ouse mie le roi celestre
 Gardier mie pormi sa face.
 He! douz roi, por ta douce grace
 Ne me leissiez estre doloros!
 Et pois meinent toz les pecheors
1400Grant dolor, claiment la mort toz ensement
 Por les martires qe il attendent,
 Les qiels n’auroient mes nulle fin.
 Et en celle hore le roi divin
 Dira encontre ses amis:
1405“Or venez, beneoit, en Paradis,
 La ou vos sera tot gierdonez
 Le grant martire qi soufert avez
 En cest monde por moi servir,
 Dont vos voil ore tot merir
1410Ce qe je vos ai promis.”
 Et pois dira, a mon avis,
 A l’autre gent ou mout grant ire:
 “Alez, maleoit, au grant martire
 Ou les diables en sa cité.”
1415Et ensi droit por verité,
 Toz les apostres ou grant iror
 Et toz le sanz dou nostre seignor
 Por afermer la sainte foi
 De la scripture et de la loi.
 
1420Et ensi sera cascuns paié
 De tot ce qe il aura ovré
 En cest monde senz failir,
 Dont nos devons tot mes servir
 Le roi poissant mout hublement,
1425Por ce qe il nos face joiousement
 Ester en aicel jor ou grant leëce.
 He! douz roi, hors de tristece
 Ostez nos enancet et brevment!
 Qe tiel roman vos aprent,
1430Del qiel auromes joie et henor,
 Plus qe dir ne se poroit a nul jor,
 Se nos tenomes le droit sentier
 En cest monde dou fil et dou per.
 Et il nos done ancor a joïr
1435Por sa merci et sanz failir
 Avec ses angles en la douçor,
 Qe est plus ploine de fin odor
 Qe nuls la poroit onqes contere.
 “Amen”, diez vos, cascune suer et frere. Amen.
1440Hic finiatur Passio nostri Salvatoris.
 Nostra est redemptio pena creatoris
 Ipsa resurectio lux existat roboris
 Per qua[m] justa concio vitat iter nemoris.
 Ci porfenist la grant ystoire
1445De Yhesu Crist le roi de gloire:
 Comant il fu pris et liez;
 Ses mans, ses piez fu encloez;
 Dau destre laht il fu feruz,
 Sus en la croiz dals mescreüz;
1450Et por nostre redemption
 Il soufri mort et passion,
 Com il est voir et je le croi.
 He! sire Diex, saintisme roi,
 Perdonez moi toz mes pechiez
1455Et me gardez d’aversitez!