RIALFrI

Privilegi ai veneziani del Sultano di Aleppo

Marco Pozza, I trattati con Aleppo, 1207-1254, a cura di Marco Pozza, Venezia, Il Cardo, 1990 («Pacta Veneta», 2), pp. 60-63.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

 

I


 
1254 (settembre 1 – dicembre 31)
 
Il sultano di Aleppo, al-Nāșir Yūsuf, conferma a Giovanni Sagredo, rappresentante di Venezia, i privilegi concessi ai Veneziani dai suoi predecessori.
 
Hoc est pactum factum per soldanum Adalapi ad peticionem nobilis viri Iohannis Secreto, currente anno Domini MCCLIIII, indicione XIIIa.

[1] A comandé par le haut comandement seignori le soltan - Dex acreisse sa hautece et doble les sostenances de ses mandemens -, de mener les marcheans de Venise sur lor durable usance et lor ferme costume de venir et d’aler en nostre terre, ne que l’on doie changier nule costume, ne renoveler sur els nul jugement; mais que il soient ferme sur lor usance coneue et lor privée costume, segnot ce qui est és privileges honorés que il ont de nos en lor mains; o l’acreissement que il partiront d’els honorer en nostre terre et d’els pusièr en toç noç reaumes et bonté perdurable et otrei ferme; la quele chose seit clere et ne se deit trobler ne ne se deit changier a la longuesse des jors. [2] Et le chemin de toç cels qui cest present escrit verront, des amirails et des bailliç et de cels qui sunt ea leut d’els generalment de receveir cest comandement et de faire ce qui i concient, et trestoç cels qui venront de par els, honorer et pusièr et aidier à lor vente et à lor achat, et de prendre ce que il deivent de la dreiture, si come l’usance est corue, sanç nul creissement de nule chose terrene; et toç jors seit le regart des billiç de salver ce que il auront ***. [3] Com il serunt en nostre terre au venir et al aler, par que i il puissent entrer et issir salvement o quant que il auront. [4] Por ce que cels qui veront de cele partie puissent estre sauf et segurs; et por ce que il sachent ceste chose, fu ce confermé del confermement del haut seignal.

II


 
1254 (settembre 1 – dicembre 31)
 
al-Nāșir Yūsuf, sultano di Aleppo, in risposta alle lettere del doge di Venezia, Ranieri Zeno, ribadisce i suoi sentimenti di amicizia nei confronti dei Veneziani.
 

[1] Le soltan le melec el Nasser, salech el dume cueldin, reçut les letres qui vindrent de par le duc, le noble, le grant, le vigoros, le pros, le hardi, le sosteneor des leis de Jhesu Christ, la gloire del peuple de nostre Seignor, l’avanceor des generacions de la crois, le honor de partie des Frans, l’apoieor des enfans del baptesme, le victorien des enfans de Crestienté – Dex alonge le terme de sa vie, et asemble les cuers sur s’amistance, et parolent les lengues de son los et de son gré, et toç tens seit s’amistance honoree et sa grace multepliee –, et l’entendimens loant s’amor, remembrant s’amistié, maintenant s’acointance, delitant delivrement des dettes que nos avons en s’amor. [2] Et seumes ce que il manda disant en eles de son pendement envers nos, et de la fiance que il a en nos; et le mercions de cest revisitement que nos receumes et de l’amistié, que il a en nos la quale nos tenons à grant repos. Si vint son message, le chier, le gentil, le prisié sire Johan Secret – Dex le face durable –, et se presenta en noç mains, et nos retraist par boche son enchargement, et seumes les entreseignes de l’amor qui i conteneit et la reconoissance de sa clere amistié; si que nostre los dobla en sa clere amor et nostre volenté en s’amistié; dont nos li avons retrait le respons en fait sa besoigne. [3] Et le duc – Dex le face durable –, nos revisite de ses lettres, et nos esioisse de ses besoignes et de ses servises; et Dex le haut le face durable de sa longue vie, et son fait seit loe en totes choses.