RIALFrI

Filippo da Novara, Quatre âges de l'homme, frammento di Milano

Roberto Tagliani, Un nuovo frammento dei "Quatre âges de l’homme" di Philippe de Novare tra le carte dell’Archivio di Stato di Milano, «Critica del Testo», XVI.2 (2013), pp. 39-77.

Edizione digitalizzata a cura di Roberto Tagliani
Marcatura digitale a cura di Francesca Gambino

 

  TESTO APPARATO  

 

Note e apparato

a cura di Roberto Tagliani

[1] grace a ceaus: ms. a ceaus 7 a ceaus; la reduplicatio è un chiaro lapsus di copia, e va emendato per evidenti ragioni di senso.
[7] ne pooi[r]: Foro di filza, la lettera è restituita per congettura.
[8] C[ar]: Foro di filza e dileguo dell’inchiostro: lettura incerta.
[8] ne remandra, se: ms. remandrasse.
[16] par [son]: ms. autrui; chiaramente, si tratta di un lapsus per anticipazione; la forma va corretta per evidenti ragioni di senso: correggo secondo l’uso prevalente del ms.
[17] qui ont: ms. qui ont / i ont; la reduplicatio è un chiaro lapsus di copia, dovuto all’a capo (che probabilmente nel modello doveva essere qu / i ont), e va emendato per evidenti ragioni di senso.
[17] et pitos: ms. 7 7 pitos: si espunge una delle due note tironiane, evidentemente generate da un lapsus del copista.
[18] et l’autres: ms. 7 sautres, con la prima s alta che reca un tratto più marcato, e che dunque pare essere malamente ricorretta in l.
[19] au meian: La lettura della m iniziale è resa difficile da una macchia scura.
[19] atemperé: ms. ap atempe/re, con espunzione di ap mediante sottolineatura puntinata.
[19] de nature: Il testo è parzialmente coperto dalla miniatura del capolettera seguente.
[20] conoisans: ms. conoisansce, con ce espunto da sottolineatura puntinata e s finale aggiunto nell’interlinea superiore.
[24] depor[t]ira: ms. de porcira.
[25] desposé: ms. des // pose.
[27] savoir: ms. t sauoir, con t espunto da sottolineatura puntinata.
[28] oroison: Foro di filza, che non intacca il campo di scrittura ma si affianca all’on finale di parola.
[29] l’[on]: Lacerazione della pergamena: la lettura è restituita per congettura.
[30] a eus: Sfugge il valore sintattico di questa ridondanza pronominale, che forse nasconde un errore.
[30] en eis[i]l: ms. eisl, facilmente correggibile con la forma messa a testo, presente nel medesimo brano.
[31] [c]usencenous: ms. ousencenous; la correzione è necessaria per ragioni di senso.
[32] l’on [e]n: ms. o(n) on, per trascinamento della forma grafica; si correggere secondo l’usus scribendi.
[35] doit l’en: ms. d len, con d espunto da sottolineatura puntinata.
[37] il [li a] donée: ms. badonee; chiaro il fraintendimento paleografico del copista (b per li), da correggere per evidenti ragioni di senso.
[38] a lui: ms. aloui, con o espunto da sottolineatura puntinata.
[39] les sag[e]s: ms. sagus, probabile lapsus del copista.
[49] iamais: ms. iama // is.
[52] vienent: ms. e uienent, con e espunto da sottolineatura puntinata.
[54] verz et: ms. 7 7, con la prima nota tironiana espunta da sottolineatura puntinata.
[57] lor po[o]ir: ms. poir; il secondo grafema sembra essere caduto per un lapsus calami, dal momento che altrove, nel testo, è sempre attestata la forma pooir (§§ 6 due att., 7, 8, 17, 32) che restituiamo.
[58] Escripture: ms. esc / escripture, con il primo esc espunto da sottolineatura puntinata.
[59] chascuns: ms. cheaschuns, con e eliminato con un punto sottoscritto.
[59] fruit, [l]es: ms. des; la struttura iterativa dell’intero passaggio suggerisce la correzione.

 

 

[1ra] [1] [Et Dieus par sa misericor]de doint sa grace a ceaus qui les doivent governer. [2]  Vos avez oï parler des ioenes homes; aprés oires de iovens fames. [3]  En grant peril sont les ioenes fames en iovent, car eles n’ont mie si estable sens ne si bon proposement com ont les homes. [4]  Ia soit ce c’assez en y ait des bones par la grace de Nostre Signor, toutes voies ont eles grant mestier de la aïe de ceaus en cui guarde ele sont, soit pere ou parent, ou mari ou autre. [5]  Car se l’on les guarde bien que ele ne soient requieses ou trovée en fol leu et en aise de mesfaire, legiere chose est a savoir que por bone poent passer; car chesteau qui n’est assaili ne traï ne afamé, ne sera ia pris par raison. [6]  Et une autre grant aïe lor poent faire ceaus qui les ont en pooir, et plus especiaument les mariz: c’est que l’on lor doint honorablement et convenablement lor vivre et lor estovoir selonc lor pooir, si qu’elles n’aient ochaison de malfere por sofraite et que les mari les honorent et aiment par raison, por ce qu’eles ne truisent por despit ochaision de mal fere. [7]  Ne ne trop grant semblant d’amor ne pooi[r] non doivent eles avoir dou mari ne d’autre qui les ait en guarde per dote que orgueil ne s’i mette, et que baudor ne lor face mal faire. [8]  C[ar] aise et mesaise font larron aucune foiz, et quel que soit le contenement de ceaus en cui pooir eles sont, eles se doivent mout guarder de faire follie de lor cors; car ia por mesfait que l’on lor face ne remandra, se elles en sont criées ou ataintes, qu’eles ne soient onies a toz iorz. [9]  Et tiel est la maniere et l’usages de femes que font follie et vilanie de lor cors. [10]  Et autrement est des homes: car coment que il soit dou pechié, il ont un grant vaine gloire, quant l’om dit ou set que il ont bele amies ou ioenes ou riches. [11]  Le lignage des homes n’i a nul onte et les fames [1rb] honissent et avillisent eles meïsmes et toz lor lignage ensemble, quant eles sont blasmées adroit ou reprise de tel fait. [12]  Ausi se doivent iones fames guarder de fol semblant et de fole contenance; car de fol semblant vient enprés legierement l’oevre. [13]  Et se li fait n’i est, si le dit hom; par le dit est creü, et vaut pres autant come le fait. [14]  Mout sont femes avilenies quant elles sont blasmées, et plus quant eles mesfont. [15]  Grant honte doivent avoir, quant hom le mostre portot a doi; et quant eles vienent en asenblée de genz, as festes ou as noces ou ailor, et les gens rient ou conseillent adès doivent cuidier que ce soit por eles; et si est il souvent. [16]  Mal s’escusent quant eles dient: «Ie ai ce fait, por ce que l’en me fist tel chose», car par les autrui mesfaiz ne doit l’en mesfaire; car chascun est iugé par [son] mesfaiz et non par l’autrui. [17]  Les mariz et les autres amis, qui ont iones fames en lor pooir et en lor segnorie, ne les doivent mie sener de lor vivre ne de lor autres estevoirs a fauz ribaus bailiz ne a autres foles genz qui lor facent vilein danger, ne les tiegnent en vileine sugection; car maintes fois en est mal avenu et honte en puet avenir. [18]  Un grant confort y a esfait des femes que Dieu, qui est onipotent, misericordios et pitos , et veit et set qui ne lor a mie doné si forz estable proposement et senz qu’eles se sachent en iovent ne en autre tens si guarder et governer come les plus des homes, si lor a esté si large de la grace dou Saint Esperit que maintes en i a guardées et sauvées en virginité, et l’autres en contanence et en chastité, et plusor en loial mariage; si que maintes en sont saintefiées et seront, se Dieu plest, autres plusor; et assez en y a sauvée et avra, qui sont et seront en ripos pardurables. [19]  Or laise [1va] li contes a parler de iovent, et se prent au meian aage, qui est le plus atemperé et le meillor de toz le quatre tens d’aage, a ceaus et a celes que par la grace Nostre Signor en sevent et poent ovrer rasnablement selonc Dieu et selonc droit de nature .

[20]  En meyan aage deit l’on estre conoisans et amesuré, resnable et sotil, afermé et stable en la verage creance Nostre Signor Gesu Crist, sages et prueant a l’enor et au profit del cors et des armes de lui et de siens, et de toz ciaus que il a a governer et a servir et a conoseillier en fei, se il creire le vuelent. [21]  Et riche doit l’en estre qui puet, ainz que l’en vige en veillece; et qui les choses desus nomées non conquiert ou prochace ou a en aucune mainiere ou tens devant dit, a paine les avra iamés, se il ne les a de speciau grace de Nostre Signor. [22]  Premierement doit l’en conoistre soi meïsmes et se doit l’en amesurer et retraire des follies que l’en a faites en iovent, et doit l’en raisnablement et volentier amender ses mesfaiz a Dieu et au siegle, et porsivre et parseverer en amendement, sanz recheir au mesfait. [23]  Et aferme estable en la veraie creance est l’om, quant l’en fait les euvres qui afierent a ciaus qui bien creient. [24]  Et l’on les doit fere qui n’est fol ou desesperé; car chascun et chascune que tant a vesqu qu’il est eschapé de l’escalufrement de iovent, se doit conoistre et repantir veraiement, et estre dreit confés et faire peneance, oroisons et aumones, et mander son tresor avant en l’isle; si le trovera a son besoing, quant il depor[t]ira dou regne terrien. [25]  L’om doit qu’il avint iadis en un roiaume que l’en i faisoit chascun an un rei, et, a chief de l’an estoit desposé [1vb] et perdoit tot, et le mandoit hom astivement en une isle salvage en eisil, où il n’avoit rien née qui bone fust; la moroit a honte. [26]  Une foiz firent un roi qui fu sages; si enquist et demanda et sor tot le ver de l’an et des isle; si porvi sagement, et manda dedenz l’an son tresor en l’isle et tant de bones choses que il i fu a grant henor et a grant aise, quant il i fu mandé; et la vesqui perdurablement a trop grant henor plus que il n’avoit en an premier regne. [27]  L’en doit savoir que li premier regne si est ce siegle, et l’isle sauvage si est l’autre et les fos rei qui folement se partent dou siegle au chief de l’an, et n’ont rien mandé de lor tresor avant en l’isle, sont ceaus qui ont folement vesqui en pechié san oroisons, sanz amendement et sanz aumones; et quant il muerent, il ne lor semble que lor vie ia si longe n’avra esté, seit de la longer d’un an, ne d’un iorneis. [28]  Li sage rei qui manda son tresor avant en l’isle, et vesqui pardurablement a henor, si est chascun et chascune qui se porveit sagement en ieünes, en oroison , en aumoines doner a povres, as pres ce qui il est verai repentanz et confés. [29]  Ces trei choses sont le tresor que l’en deit mander avant, car tot ce vient devant Dieu en paradis; quant l’[on] i parveint, si i vit l’en pardurablement en ioie pardurable por le tresor qui est venus avant. [30]  Et tot ce qui est demoré en terre est aussi perdu a eus des armes de ceaus qui ne mandent lor tresor avant, com le fos reis perdoient tot ce que il laissoient, quant il estoient desposé et mandé en eis[i]l . [31]  Porvenant et sages est qui tot avant se porveit en tel maniere en ce siegle qui est noiant et cort, et mauvais travaillant, [c]usencenous et angoissos de toutes manieres de travaus et d’aingoses. [32]  Et as pres la corte vie, convient por estevoir que l’on en parte [2ra] et que l’on muire, que par raison l’on doit avoir vie pardurable en l’autre siegle, si con il est dit devant; et a ce pooir parfaire, doit l’on [e]n grant devocion, et sovent requerre la grace Damedieu. [33]  Aprés ce, se deit l’on porvoit et travaillier et parchacier que l’on ait des biens temporaus heritages et richeces qui le puet aveir leaument. [34]  Car de ce puet l’en faire aumones et bienfait, et mander sor tresor si com il est dit devant. [35]  Et en puet l’en vivre a henor en ce siegle et norrir et heriter ses enfanz et aidier, et bien faire a son lignage et a ceus qui mestier en ont et a ses autres amis et serviors; et toz li bien que l’en a d’escheoite et de conquest que l’on a fait en iovent ou en meian aage, les doit l’en acreistre et profiter et adefier por mielz valeir. [36]  Et se doit hom mout guarder que l’en ne les perde; car honte et mesaise en puet aveir en viellece. [37]  Haute chose est grace de sens et de soutil conoissance; Diex ne doune mie sens a un home tant solement por lui; ainz veaut bien que la grace que il [li a] donée et s’estende tot avant a lui et as siens, et aprés a ses voisins et a toz ceals qui a lui vendront per conseill; car se Diex vousist, il peust bien tel grace doner as autres qu’il n’eüssent mestier de celui. [38]  Et en ce que les autres vienent a lui par lor besong, il est honoré de la grace meïsmes que Diex li a donée. [39]  Sages doit toz premier metre correi en sei, que il soit de bone vie et de belle contenance, por doner bon example as autres; et doit estre cortois et humbles et as povres et as riches, et doit sufrir les fus, et contenir sei sagement o les sag[e]s ; et ne doit mie faire grant semblant de sages entre les fos, et por rien ne doit aster fos de querelle, de parole ne de fait; car tost lui poreit mesavenir en dit et en euvre, et sovent est avenu. [40]  Granz sens est et bon de metre bon correi en l’ordenement de son ostel et de sa terre, qui l’a. [2rb] [41]  Et ceaus qui ont tant a faire de Signor ou d’autre besoigne qu’il rien poent aisiement entendre en lor fait il doivent establir, en leu d’aus, les meilor sergent qu’il puent avoir; et toutes voies i devent entendre aucune foiz. [42]  Car l’en dit que li oil dou Segnor vaut fumier a la terre, et bien est veir; et plus y a encor, car, par la veüe dou Signor puet l’en comander et faire fumier a la terre, et miaus guaagnier et coillir les fruiz que l’en ne fereit se il ne la veïst. [43]  Sage qui a esté enfant et ione, doit bien saveir norir et ensegnier ses enfanz ou autre se il sont en sa guarde et en sa mastrie; et deit bien saveir conseillier et garnir ses iones amis, et chastier trop et reprendre les, et mostrer lor les granz perilz de iovent. [44]  Et raison est que ceaus qui sevent le bien ensegnent, et cil qui les croient font que sages. [45]  Les voies poralées où l’om est alé sovent et longement et en est hom revenu, doit l’en bien savoir. [46]  Ceaus qui ont esté enfanz et puis iones, et sont venu au meian aage, deivent bien saveir se il furent bien nouri et ensignié et aspris en enfance ou non; car, se il le furent bien, ne puet estre qu’il n’aient bien apris, et que il ne lor en soit bien avenu; et se il le furent mauvaisement, il lor en deit estre mecheü en dit et en fait; et asez tost en l’un et en l’autre. [47]  Et en iovent, se Dieu lor dona grace d’eaus saveir guarder et cheveir encontre le perilz de iovent, bien lor en est avenu; et se il furent tormenté et maumené par les perilz et les cheaus de iovent, bien lor en deit sovenir. [48]  Et por toutes ces raisons se deivent ententivement travaillier de bien norir les enfanz et chastier et reprendre et guarnir les ioenes, et en totes choses esploitier sagement, si que lor sen seit aparant. [49]  Le tres granz sens verai et parfait est la bone souche que iamais [2va] ne seiche ne faut et a mout de bones branches. [50]  L’arbre de sens est et sera toz iorz verz et flori, et portant fruit bon et meillor et parfait. [51]  Mout y a de gent qui ne poent cel arbre veeir ne conoistre, ne ia ne tasteront dou fruit. [52]  Et tex i a qui vienent a l’arbre, et le voient et sont entor la souche, et vivent et pasent assez bien lor tens, por ce que il sont en l’ombre de l’arbre et sentent odour dou fruit; autres y a plus gracios qui se prenent as branches et ont dou fruit, aucuns dou bon, autres dou millor, et les bien rompanz maniuent dou tres bon. [53]  Toz ceaus qui menuent dou fruit vivent a henor, les uns bien, et les autre miaus, et les autres tres bien. [54]  Cel arbre dont la souche ne seche ne faut et qui toz iorz est verz et flori et portant fruit, est Nostre Signor. [55]  Les bones braches sont les sains et les saintes et toz les doctors des Sainte Yglise, dont ele est enluminée par les Saintes Escriptures qui ensegnent la voie a Damedieu dont les armes sont sauvées et rendues au Criator qui tot cria et fist, et de cui eles doivent estre par raison. [56]  Cil qui ne poent l’arbre veoir ne coneistre ne ia ne tasteront dou fruit, sont ceaus qui ne sont de la lei Nostre Seignor Iesu Crist et ne la coineissent ne creient, et les faus crestiens et les desesperé dou tot. [57]  Cil qui sont a l’ombre et vivent et passent asés biens, sont les simples crestiens, qui vivent benignement en lor simple creance, et se guardent volantier a lor po[o]ir que il ne partent de l’ombre ne vont as cheaus, c’est as pechié mortel. [58]  Cil qui se prenent as branches et maniuent dou fruit, sont ceaus qui se prenent a sages oevres des sains et des saintes et de saint peres, et qui aprenent volantier et oient la Sainte Escripture por prenre examples as bons, et saveir lor armes sauver. [59]  Et ciaus qui aprenent sapience et science, selonc ce que [2vb] chascuns s’esforce et s’esploite au plus sagement ovrer et bien ver Dieu et ver le siegle si a dou fruit, [l]es bon dou bon, les meilors dou meillors, les tres bons dou parfait. [60]  A cel saint arbre de sens, qui est celestial, ne se puet apareillier nul arbre terrien ne sens natural; en ce n’a nule conparoison. [61]  Mes le plus sage terrein et les greignor maistre se deivent travaillier ententivement de sivre et sursembler a lor poeir, selonc raison, li saint arbre devant dit, tot soit il nonper. [62]  Et de la soue grace meïsmes la doivent loer et amer et aorer et servir et sagement ensigner les autres par l’assemples de lor bones oevres, et aprendre a lor desciple et a toz cels qui voudront user de lor conseil a faire bones oevres et sages et aveir sage contenement et leal ver Dieu et ver le siegle. [63]  Les fols et les malvais qui ne les vueulent aprochier ne conoistre ne creire et aucuns qui les ont coneüz et puis se partent d’aus et les renoient, sorsemblent bien ceaus qui mescroient la lei Nostre Signor et ceus qui furent de la lei et sont desesperé dou tout. [64]  Les simple genz qui sont entor les sages, et les voient et oient, et se chevissent entor eaus simplement et bonement par lor servise et ainsi ont lor vivre si que il passent bien et covenablement et sont overt et auques honoré dou sien et de la valor de lor sages signors, seursemblent ceaus qui vienent au saint arbre et vivont a l’ombre de lui et sentent l’odor de son bon fruit. [65]  Et les autres qui sont soutils et resnables et bons desciples, quiels que il soient, parenz ou autres, qui se travaillent et font tant que il aprenent dou sage et espleitent sagement premier a Deu servir et amer et douter, et aprés a sagement ovrer des fainz terrein sorsemblent bien ceaus qui se prenent as brances et ont et usent lo bon fuit dou saint [aubre, et vivent a honor].