RIALFrI

Filippo da Novara, Quatre âges de l'homme, ante 1254, Mediterraneo orientale

Silvio Melani, Filippo da Novara, “Des .iiij. tenz d’aage d’ome”, un’edizione critica, Tesi di dottorato in Scienze Linguistiche e Letterarie – XXVII ciclo settore disciplinare L- FIL-LET/09 - Filologia e linguistica romanza, relatore Prof. Sergio Cappello, Udine, Università degli Studi di Udine, 2015.

Edizione digitalizzata a cura di Silvio Melani
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 


1

1.1 1

[1] Cil qui fist cest conte avoit .lxx. ans passez quant il l’amprint, [2] et en ce lonc espace de vie que Diex li ot don� avoit il essai� et us� le pooir et la meniere des .iiij. tenz d’aage d’ome, c’est anfance et jovant et moien aage et viellece, es quex il avoit sovant mespris et plusors foiz l’an estoit mesavenu; [3] et par soffrir et par servir avoit assez de bien e�, dont il devoit miax savoir ansaignier les autres et garnir. [4] Por ce voust parler et conter�des .iiij. tens d’aage devant diz. [5] Mais tout avant pria humblement la glorieuse Virge Marie que ele par sa douce misericorde priast son chier fil Nostre Seignor Jhesucrit que il de sa grace l’avoiast et ansaignast a ce mostrer et deviser resnablement. [6] Si comman�a a anfance et dist.

1.2 2

[1] Nostre Sires Diex, qui tout seit et tout puet et governe, dona de sa grace as petiz anfanz .iij. menieres de quenoissances et de naturel amor, [2] dont les .ij. sont en auz et la tierce est en cels qui les norrissent et si est a elz des anfanz me�smes. [3] La premiere est que l’anfes aimme et quenoist premiers la fame qui le norrit de son lait, soit mere ou norrice; [4] et sovant avient qu’il ne vuet panre autrui memele que de cele. [5] La seconde est qu’il connoist et fait samblant de joie et d’amor a cex qui joent a lui et le losangent�et portent d’un leu en autre. [6] La tierce si est en cex qui les anfanz norrissent et qui est por les anfanz me�smes, si est la grant amor que on a et que on�met en aus de nature et de piti� et de norreture.

1.3 3

[1] Et ceste lor a grant mestier; [2] car se ce ne fust, il sont si ort et si annieus en petitesce, et si mal et si divers quant il sont .j. po grandet, que a painnes en norriroit on nul. [3] Et l’amor qui est en cels qui les anfanz norrissent, especiaument en pere et en mere, en a�ol et en a�ole, croist et anforce toz jors; [4] et les .ij. amors devant dites qui sont es anfanz, apetissent et aneantissent quant il plus croissent. [5] Et toutes voies se doivent il moult garder qu’il ne meffacent a cex qui les ont norriz, 4 [6] car li mal anfant qui font les abominacions ont perdue la grace Nostre Seignor et sa benoite quenoissance par les pechiez qu’il ont ja faiz ou par �ax de lor ancestres. [7] Mal se donent garde a l’essample que Nostre Sires Jhesucriz lor dona quant il me�smes, [8] qui estoit verais Diex et sires et rois dou ciel et de la terre, por ce qu’il daigna veraiz hom devenir, [9] volt estre humbles�anfes et sougiez a sa glorieuse mere et a son mari Joseph; [10] et quant il plus croissoit, et il plus les honoroit et confortoit et estoit a lor commandement, [11] et puis qu’il fu auques granz les sivoit il et obeissoit.

1.4 5

[1] Tuit li anfant devroient panre example a lui et a sa grant humilit� d’anfance; [2] et bien est voirs que nus ne porroit ataindre a ses oevres, [3] mais chascuns se devroit efforcier a son pooir de siurre les, [4] et mirer soi as graces merveilleuses qu’il dona �a en arriers a plusors anfanz humbles et paciens, [5] et especiaument a sa glorieuse mere qui fu toz jors de s’anfance plainne de la tres plus grant humilit� et obedience, de dou�or et de piti� qui onques fust en anfant apr�s Nostre Seignor Jhesucrit, [6] et a plusors autres humbles et paciens et obediens et de bone creance en lor anfance et tel comme l’Escriture tesmoigne, [7] qui devise quel il furent et que Diex lor fist. [8] Et ainsis se devroient mirer li anfant a ce qui est avenu a trop grant quantit� d’anfanz maus et felons et de male creance, qui en meeignoient ou moroient subitement; [9] et plusour en aprenoient males costumes, si que il en aloient a honte.

1.5 6

[1] Mais por ce que aucunes genz porroient dire que anfanz n’ont mie droite quenoissance et ne sevent que est bien ne mal, [2] et que tuit li bien qui sont en elz d’umilit� et de debonairet� et de bone anfance sont tuit grace et don de Dieu, [3] et que autretel seroient li mal com li bon s’il e�ssent autel grace: ainsi n’est il pas! [4] Bien est voirs que tuit li bien et les graces viennent de Dieu, [5] mais il ne vuet mie que li anfant soient paroil as faons des bestes ne as pijons des oisiax, [6] qui sont sanz loquance et sanz raison et vivent naturelment sanz plus. [7] Et li enfant, en cui Diex a mise loquance et raison et qui ont san et entendement et quenoissance de trier le bien dou mal en plusors choses, [8] et au moins despuis qu’il ont pass� .x. anz, il ont franc arbitre de faire bien ou mal. [9] Et qui bien vodroit conter les graces et les benefices que Nostre Sires a don� as bons, [10] et commant li mal sont puni, trop avroit a faire. [11] Et por ce se taist ores li contes des anfans et de lor maniere, [12] et retorne a cex qui les norrissent, quel qu’il soient, pere ou mere, ou parent ou mestre, priv� ou estrange.

1.6 7

[1] Vous avez o� �a en arrieres ou conte que l’amours de cax qui norrissent les anfans croist et efforce quant il plus croissent, [2] et bien est voirs; mais en toutes choses commanda Diex raison et mesure, [3] et amor dont max et domage pueent avenir aus .ij. parties ne doit on apeler amor mais ha�ne mortel. [4] Et se nature contraint le pere ou la mere de faire la volant� de son anfant, il doivent avant porve�ir se raisons le done ou non, [5] car volantez ne doit mie chevauchier raison, ainz doit raisons estre dame, et volantez desouz ses piez. [6] Et moult fait bien qui chastoie son anfant destroitement tendis com il est petiz. [7] Et toz jors dit on que l’an doit ploier la verge tandis com ele est graille et tendre, [8] car puis que ele est grosse et dure, se on la vuet ploier, ele brise. [9] Et se li anfes plore por chastier ne puet chaloir, [10] car mialz vaut qu’il plort por son bien que ne feroit se li peres plorast por son mal.

1.7 8

[1] Ne l’an ne doit pas mostrer a anfant grant samblant d’amor, car il s’an orguillit et en prant baudor de mal faire; [2] et quant on voit que il commance a mal faire l’an le doit asprement chastier et reprandre de langue; [3] et se il por tant ne se retrait, li chastiz doit estre de verge, et se ce ne vaut si soit en prison: [4] po d’anfant perissent por chastier, et trop por soffrir les males anfances. [5] Assez en i a qui jurent et mesdient de Nostre Seignor et de Nostre Dame et des sainz: [6] ce ne lor doit on soffrir en nule guise, car mescreant en pueent devenir et a male fin venir. [7] Et li anfant qui deviennent meslif en anfance sont en grant peril d’estre murtri ou de murtrir autrui et estre pendu. [8] Et cil qui deviennent larron de petite chose viennent a plus grant, [9] et tant que en la fin sont ataint de grant larrecin et jugi� et jostisi�. [10] Cil qui les devroient chastier en sont moult corpable, et aucune foiz le comperent chierement.

1.8 9

[1] Jadiz avint que uns petiz anfes comman�a a ambler po a po; [2] et plusors foiz portoit son larrecin devant son pere. [3] Et li peres s’an rioit et li consentoit, et disoit qu’il seroit soutis et engigneus, puisque il savoit tant faire, [4] et que d’ambler se garderoit il bien quant il seroit granz. [5] Mais autremant avint! Quar quant il fu granz il fist un tel larrecin de quoi il fu jugiez a pendre. [6] Et quant on le menoit au forches il pria la jostice et les gardes, que il soffrissent que il acolast et baisast son pere avant, [7] et puis iroit volentiers a son mortel jo�se. [8] Cil en orent piti�, et li sofrirent. [9] Et cil, en samblance de baisier son pere, le print as denz par le neis et li menja et afola toute la chiere. 10 [10] Li criz fu granz, et la justice li demanda por quoi il avoit ce fait, [11] et il li respondi que vangiez estoit de celui por cui on le menoit pandre; [12] et conta et retra�st comment ses peres li avoit consenti et soffert en s’anfance que il devint lerres, [13] et l’avoit lo� de ce dont il le de�st blasmer et reprandre. [14] Li jostisiers, qui estoit sages, demanda au pere se il disoit voir, et il dist que o�l. [15] Adonc dist li jostisiers: �Se li lerres fust anfes, je le delivrasse et pandisse son pere. [16] Mais il est hons et de�st estre sages et soi garder de mal faire. [17] Li viax proverbes dit que chascune chievre par son jarret pant. [18] Li lerres sera penduz par son meffet, puis que il est hons, [19] et li peres est a droit affolez de sa chiere et perdra son fil honteusement�. [20] La avint ce que est dit devant de la fole amor desvee qui devient h�ine mortel et torne a domage des .ij. parties.

1.9 11

[1] Qui norrit anfant ne doit consentir a son pooir ne soffrir que il face males oevres, [2] ne que il soit baux ne abandonez de paroles vilainnes ne de vilains jeus, [3] car anfant qui aprannent males teches a premiers les maintiennent longuement et sovant avient que a toz jors; [4] et quant il plus croissent et les males teches ausis. [5] Et de petite achoison et de vilain jeu ou de vilainne parole avient granz max et granz destructions maintes foiz; [6] et par douce parole passe l’an bien .j. mal pas, [7] et par felon dit ont est� maint home honi et mort, [8] car par raison ne doit estre feruz de la pierre ou front qui palle doucement.

1.10 12

[1] La premiere chose que l’an doit apanre a anfant puis qu’il commance a entendre si est la creance Damedieu: Credo in Deum, Pater Noster, Ave Maria. [2] De ce sont tenu et obligi� pere et mere et parant. [3] Et apr�s, quant li anfes porra miax antendre, li doit on ansaignier a tout le mains les .ij. premiers commandemanz de la loi; [4] car cil dui sont li plus haut et li plus digne, et a bien presque toute la lois i pent; [5] et si i a po de paroles, si les doit on miax retenir.

1.11 13

[1] Li premiers est li tres granz commandemanz et dit: [2] �Aimme ton Seignor ton Dieu de tout ton cuer et de toute ta pensee et de toute ta langue et de touz tes mambres et de toute t’ame�. [3] Et li secons dit: �Aimme ton pro�me si comme toi me�smes�. [4] Il n’i a plus, et ce est assez qui bien le fera. [5] Et chascuns crestiens le devroit bien faire, [6] car tout ce vient de Dieu, et tot ce qui vient de Dieu doit on amer et servir.

1.12 14

[1] Apr�s ce doit l’an as anfanz apanre tel mestier com l’an a porve�, a chascun androit soi. [2] Et doit on commancier au plus tost que on puet, [3] car cil qui est par tens et longuement deciples doit apr�s estre miaudres maitres de ce que l’an li avra apris. [4] Et grant folie est a dire ou a cuidier que nus puisse ou doie estre bons maistres se il n’a est� deciples et ve� et o� et apris assez, se ce n’est de la grace du Saint Esperit. [5] Et de touz mestiers don il covient plus haster le commancement en anfance ce sont li dui plus haut et li plus honorable a Dieu et au siegle, ce est a savoir clergie et chevalerie; [6] car a poines puet estre bon clers qui ne commance d�s anfance, [7] ne ja bien ne chevauchera qui ne l’aprant jones.

1.13 15

[1] Legiere chose est a prover que li dui mestier desus nom� sont li plus digne et li plus porfitable; [2] car par clergie est avenu sovant et avenir puet que li filz d’un povre home devient uns granz prelaz, [3] et par ce est riches et honorez et peres et sires de celui qui fu sires de lui et des siens, [4] et mestroie et governe touz �ax dou pa�s, et puet pape devenir et estre peres et sires de toute crestient�. [5] Et plus i a, que par bien savoir les saintes Escriptures puet et doit .j. bons clers par droit plus legierement aourer bien et apr�s saintefier que .j. home lai, [6] qui riens ne seit quant a seintefier, se ce n’est par la propre grace de Dieu. 16 [7] Et li mestiers de chevalerie repuet a grant chose monter, [8] car bons chevaliers par la renomee de sa valor et par l’uevre est mainte foiz venuz a grant richesce et a grant conquest; [9] et plusor en ont est� roi coron�, et autre en ont e� granz richesces et granz seignories. [10] Et autre chose i a, que maint chevalier ont est� et sont et seront, se Dieu plest, droit chevalier Nostre Seignor, [11] et sont trespass� de ce siecle par martire, en nom de celui qui soffri mort et passion por aux et por les autres, si com mon seignor saint Jorge et autres plusors.

1.14 17

[1] Haute chose est et digne de saintifier et estre en la haute gloire Dieu o ses angres devant lui, [2] et apr�s la haute dignet� desus dite demorent en plus grant remambrance en cest siecle me�smes que tuit li plus haut roi, ampereur et conquereur et seigneur de tout le monde ne font. [3] Car au sains fait on chascun an feste dou jor que il partirent de cest siecle et alerent a Damedieu, [4] et a plusors je�ne l’an la vegile: [5] ce ne fait on pas as plus granz seignors terriens qui onques furent. [6] Mais li grant seignor et li grant chevalier et li autre preudome sage et bien entechi� qui bien commancierent en anfance, [7] qui est li fondemanz de vie, [8] et apr�s esploitierent bien et parvindrent a bone fin, a bone hore furent n� et bien norri, et sont en repos pardurable; [9] et mainz en i a de cui on fait memoire et biax diz en rime et en chan�ons et en autre maniere.

1.15 18

[1] Et moult est granz honors et granz profiz que cil qui norrissent les anfanz les facent traveillier de bien apanre lor mestier, quel qu’il soient, grant ou petit; [2] car granz honorz est d’estre bons maistres de son mestier se il estoit ore n�s aguilliers. [3] Li haut home et tuit cil qui ont pooir et qui ont assez a faire, [4] et ne pueent entendre a lor anfanz garder et norrir, lor doivent porchacier maistre le meillor qu’il porront, [5] car qui garde fil de haut home ne doit mie estre novices: [6] cil qui ne seit a soi mal puet ansaignier autrui.

1.16 19

[1] Filz de riche home ne doit estre norriz povrement, [2] ne on ne doit soffrir qu’il apraigne a estre menuiers ne cheitis, [3] car tost li demorroit la teche tant que il en seroit honiz. [4] Et haus hom riches, por quoi il ait en soi connoissance de chevance, ne sera ja destruiz par largesse, mais par avarice; [5] et por estre eschars en ont est� maint honi et deserit�. [6] Et largesse cuevre moult d’autres mauveises tesches en riche home, [7] car s’il avient que riches hom ne soit hardiz de son cors, [8] s’il ose largement doner et despendre, [9] il avra tant d’autres hardiz que ja por ce ne perdra terre.

1.17 20

[1] Li maitre as filz de riches homes se doivent moult traveillier d’apanre a eus cortoisie et biau parler, [2] et honorer la gent, et cortoisement recoillir, et faire lor apanre les estoires et les livres des autors, [3] ou il a moult de biax diz et de bons consaus et de granz senz, [4] qui lor porroient avoir mestier se il les retiennent. [5] Et por les maistres ne doit demorer que li pere aus anfanz, se il les ont, [6] ou li plus prochien d’aus se il n’ont peres, ou li meillor de lor homes ne se doignent garde d’ax et des maistres me�smes, [7] et establir et ordener comment il se contendront, [8] et que ce soit fait sanz losange et sanz grant samblance d’amor. [9] L’an doit bien laissier jouer anfanz, car nature le requiert; [10] mais qu’il ne jouent trop, car tuit trop sont mal. [11] Et cil qui les mestroie lor puet faire .ij. porfiz ansamble se il tost les rapele dou jeu, [12] car il les puet faire tenir en pais et apanre lor mestier.

1.18 21

[1] Vous avez o� des maales, apr�s orrez des femeles. [2] Tuit cil et toutes celes qui les norrissent en anfance les doivent destroitement apanre et ansaignier qu’eles soient bien en commandement et en subjection, [3] et que eles ne soient baudes ne abendonees de paroles ne d’euvres vileines, [4] et que eles ne soient vilotieres ne erranz ne demendieresses ne covoiteuses ne larges. [5] Apr�s orrez le pour quoy: Nostre Sires comenda que fame fust touz jours en comendement et en subjection. [6] En anfance doit ele obe�r a �ax qui la norrissent; [7] et quant ele est mariee outreemant doit obe�r a son mari comme a son seignor; [8] et se ele se rant en religion, ele doit estre obe�ssanz parfitement a sa soverainne selonc la regle. [9] Fame ne doit estre abandonee ne baude de maveise parole ne de vilainne oevre,10 car se ele parole vilainnement on li respondra tel chose, soit voirs ou man�onge, [11] dont ele sera par aventure correcie et avilenie toute sa vie. [12] Et on dit en proverbe: qui biau dit, bel o�e. [13] Et ja ni e�st il plus que d’estre tenue a vilaine, si est ce laide chose; [14] et a poines i a nul ne nule qui n’ait faite ou dite aucune chose que l’an li puet reprochier; [15] et se on ne l’a faite si l’a on dite ou cuidie de lui ou des siens, [16] et par vilainement parler li puet on ce reprochier.

1.19 22

[1] Fame se doit moult garder especiaument de vilainne oevre de son cors, de samblant et de fait; [2] car, comment que ele peche, si est communs li reproches. [3] Et la honte est trop plus granz a la fame et au siens que n’est a l’ome. [4] Fame ne doit estre vilotiere ne erranz; [5] car quant ele l’est, ele voit et est ve�e, et plus aiseemement puet on parler a lei et ele as genz. [6] Et granz aprochemanz de fame a home n’est mie bons en anfance ne puis; [7] car feus et estoupes s’alument de legier quant il s’aprochent. [8] Et se ele est demanderesse et covoiteuse d’autrui avoir on demandera et covoitera son cors; [9] et covoitise fait sovant mauveise fame et mauveis home.

1.20 23

[1] Fame ne doit estre large, petite ne grant, car pucele n’a mestier d’avoir chose de quoi ele puist faire joiaux por doner as paranz ne as autres, ainz doit estre povre; [2] et por ce dit on quant aucuns est a meschief d’avoir: Il est plus povres que pucele. [3] Et quant ele sera mariee, se ele est large et li mariz larges, riens ne lor durra; [4] et se li mariz est eschars et ele est large, ele fait honte a son seignor. [5] En fame ne puet avoir largesce bone que une: [6] ele puet doner aumones largement por Dieu, par le congi� de son mari, por les ames d’ax, se il ont de quoi. [7] Et quant on voit fame trop large toz jors doute l’an qu’ele ne soit large de son cors ausis come de l’avoir.

1.21 24

[1] L’an lor doit en anfance aucun mestier apanre por entendre et non mie penser. [2] Toutes fames doivent savoir filer et coudre, [3] car la povre en avra mestier et la riche en connoistra miax l’ovre des autres. [4] A toutes doit on apanre et ansaignier que eles soient bones baisseles, les povres por ovrer, les riches por ansaignier; [5] de tout ce ne doit estre nule desdaigneuse, car la glorieuse mere Dieu daigna et volt filer et ovrer.

1.22 25

[1] A fame ne doit on apanre letres ne escrire, se ce n’est especiaument por estre nonnain, [2] car par lire et escrire de fame sont maint mal avenu; [3] car tiex li osera baillier ou anvoier ou faire giter devant li unes letres de folie ou de priere, en chan�on ou en rime ou en conte, [4] qu’il ne li oseroit proier ne dire de bouche, ne par message mander. [5] Et ja n’e�st ele nul talant de mal faire, li deables est si sotiz et entendanz a faire pechier [6] que tost li metroit en corage qu’ele lise les letres et en face respons. [7] Et quex que li respons soit, foibles ou fors, a l’anortement de l’Anemi et a la foible complexion de la fame, a unes autres lettres plus losangieres, sera angignie par aventure, et touz jorz dit on que au serpent ne doit on doner venin, car trop en i a.

1.23 26

[1] Cil et celes qui les norrissent ne doivent consentir qu’eles aient compaignie de mauveises fames ne d’omes ne de gar�ons, [2] car les mauveises fames les ennortent volantiers a mal faire, [3] et les de�oivent et leur mentent sovant de par �ax qu’eles dient qui les aimment, [4] et dient men�onges a cex de par eles, et lor devisent lor fa�ons. [5] Et sovant est avenu que cil motissent les fa�ons et se vantent qu’il les ont e�es. [6] Et la compagnie des gar�ons et des garces est moult mauveise, [7] car mainte foiz est avenu qu’il s’antraimment d�s petitesce, [8] et si tost com il le pueent faire il s’assamblent, ainz que les autres genz cuident que nature lor requiere.

1.24 27

[1] En toutes menieres se doit on porveoir de les garder et norrir destroitement et chastier asprement en dit et en fet d� petitece: [2] car en enfance est li fondemenz de vie, et sor bons fondements puet on bastir granz edifiz et bons. [3] Et moult se doit on traveillier de les ansaigner sovant et doner soi garde qu’eles soient de bele contenance et de simple, [4] et que lor regars soit quoiz et atampr� de non esgarder trop affichiement, ne trop haut ne trop bas, [5] mais devant aus tout droit a l’androit de lor iax, sanz traverser et sanz bouter sa teste avant ne traire arriers en fenestre ne aillors, [6] et samplement passer et aler devant la gent.

1.25 28

[1] Quant eles sont ansamblees de noces ou d’autre feste, [2] l’an lor doit bien deffandre qu’eles ne soient trop plaisantieres ne trop acointables ne vileinnement gourdes. [3] Et miex vaut il qu’eles aient .j. po de desdegneuse meniere et ourguilleuse que trop souple, [4] especiaument a cex et a celes qui repairent antor aus en acoison de servir eles, [5] car l’an dit, et voirs est, que privez sires fait fole mainie; [6] et plus granz perilz gist en privee dame que en priv� seignor; [7] et moult afiert a fame qu’ele parole po, [8] car en trop parler dit on sovant folie.

1.26 29

[1] Noble chose est que fame soit bien norrie et de bele contenance, [2] et chascune d’eles le devroit volantiers apanre et retenir, [3] car mainte povre pucele a est� eslite et apelee a estre riche dame, et hautement mariee, par sa bone renomee; [4] et mainte haute dame a est� refusee et avilliee par mauveis renom de fole contenance, [5] et en a honor perdue et mariage. [6] Et aucunes fois a moult valu bele contenance et sage deportement a cele qui a meffet; [7] et par le contraire en ont est� avilenies et blasmees plusors sanz mesfere. [8] Aucunes foles genz dient qu’on ne puet fame garder se ele me�smes ne se garde. [9] Sanz faille moult i a fole garde se ele viaut maufaire, [10] mais sanz faille on la puet assez destorner et tolir moult de traiz qu’ele vodroit faire. [11] Et aucune foiz avient, se l’ore porve�e passe, que jam�s ne troveront leu. [12] Et quant mains i a de mal, mains i a de honte, et plus tost en demeure la parole. 30 [13] Et tiex i a qui dient que mauveises fames gardent trop bien lor filles, [14] car eles s’apar�oivent legierement de fol samblant et de fol fet. [15] Por ce qu’eles sevent que ce monte, apar�oivre s’an pueent eles, [16] mais ja bien ne les garderont, car se les meres les vuelent repanre et destraindre, les filles lor sevent moult bien reprochier: [17] �Ja fetes vos ce et ce, et je le vi et soi en m’anfance, ou l’ai o� dire�. [18] Et por tant leur estoupent les bouches, si que se eles le sevent, eles ne pueent [m�s]. [19] M�s les bones meres osent tout bien faire.

1.27 31

[1] Fames ont grant avantage d’une chose: [2] legierement pueent garder lor honors, se eles vuelent estre tenues a bones, por une seule chose. [3] M�s a l’ome en covient plusors se il vuet estre por bons tenuz: [4] besoings est que il soit cortois et larges et hardiz et sages. [5] Et la fame, se ele est prodefame de son cors, toutes ses autres taches sont covertes, [6] et puet aler par tot teste levee; [7] et por ce ne covient mie tant d’ansaignemanz as filles comme au filz; [8] et de tant comme j’ai dit desus seroit assez se eles bien l’apre�ssent et fe�ssent. [9] Et tout ce a retret li contes en anfance de fames pour ce que cil et celes qui les norrissent se doignent garde de touz ces anseignemanz d�s qu’eles sont petites. [10] 32 Et atant se test li contes d’anfance, et parlera de jovent.
 
 
2

2.1 33

[1] Cist contes dit que jovens est li plus perilleus de touz les .iiij. tens d’aage d’ome et de fame, [2] car ausis comme la buche vers qui est ou feu fume sanz plus, tant qu’ele soit bien eschaufee et anprinse, [3] ausis est il d’anfance a jovant. [4] Nature fume en anfance, et en jovent est li fex naturex espris et alum�, [5] et la flame en saut si tres haut que plusors foiz vient devant Nostre Seignor Jhesucrit en son hautisme siege la puor dou feu de luxure et de plusors autres granz pechiez que li jone font. [6] Perilleusement vivent jones genz, et plus perilleusement muerent, se il trespassent de cest siegle jone.

2.2 34

[1] Sovant avient que li jones n’oit ne ne voit ne n’antant ne ne doute riens, [2] ainz est si souflez dou vent naturel de jovant qui alume le feu, [3] qu’il ne seit les oevres que il fait, ne n’oit ce que on an dit, ne n’antent ne ne doute ce qui en puet avenir par raison. [4] Adonc chevauche volantez sus raison, et fiert tant avant des esperons que raisons recroit et demeure, [5] et volantez s’an passe outre tout le cors jusqu’a perdicion.

2.3 35

[1] Il i a plusors josnes qui sont si outrecuidi� qu’il cuident tout savoir et pooir et valoir, [2] mais sovant faillent a lor esme; [3] et toz jors dit on que�cuidier n’est pas savoir. [4] Il en i a de soutis et de quenoissanz d’assez de choses, mais tost se courroucent, [5] et corrouz de jovente est trop desatemprez, [6] et soubitainnement meffait par les .ij. eschaufemanz, ce est de corrouz et de nature.

2.4 36

[1] Et telz i a qui dient que cil dou moien aage sont ja ampiri� et auques recre� et remeis en partie de ce qu’il sorent et valurent; [2] et dient que li viel sont rassot� et hors de memoire, [3] et sont changi� et remu� de ce que il soloient savoir, et sont revenu en enfance; [4] por quoi il ne les prisent n� que les anfanz. [5] Et assez en i a qui ne lairoient a faire ce que lor conscience lor done por conseil de nelui, ne chose qui bone lor samblast, por le dit de la gent; [6] et autres i a, quant viennent as granz consaus, si dient avant baudemant.

2.5 37

[1] Il est escrit ou livre de Lancelot, ou il i a moult de biax diz et de soutiz, [2] que uns prodons vaillanz et sages et loiaus, qui avoit a nom Farien, avoit .j. sien neveu qui estoit apelez Lanbague. [3] Cil estoit viguereus et hardiz et estalufrez. [4] Andui furent a .j. moult grant consoil ou il avoit assez de viax et de sages. [5] Lambagues, li ni�s Farien, se hasta et parla devant les autres, [6] et ses diz fu tenuz a mal et a folie. 38 [7] Li oncles l’an reprist moult et dist: [8] �Biax ni�s, je t’anseignerai .j. san qui moult porra valoir a toi et as autres jones, se il est bien retenuz: [9] garde, se tu te trueves en grant consoil, que ta parole ne soit o�e, ne tes consaus, devant que li plus sage et li plus me�r de toi et li gregneur aient parl�; et de lor sens porras plus avisiement estre garniz a dire ton avis. [10] Et se tu viens en besoig [11] d’armes ou tu puisses fere .j. biau cop, garde que tu n’i atendes plus viel ne plus jone de toi, [12] car granz honte et granz pechiez est de fol consoil doner hastivement, [13] et granz honors gist en estre viguereus et hardiz quant leus en est, et especiaument en jovant�.

2.6 39

[1] Un autre proverbe i a qui dit: Qui n’a viel si l’achat, ou le porchace en aucune maniere; [2] car sanz consoil de viel ne doit on ovrer. [3] Bien puet on dire que la conscience des jones est ausis comme une grant vecie anflee de volant�, [4] et qui adroit la fiert, de legier crieve. [5] Et por le dit de la gent doit on moult de choses laissier, [6] et qui riens nan leisse il est ha�z et blasmez dou plus de la gent. [7] Sovant est avenu que aucunes vaillanz genz, por doute de blasme et de dit de la gent, se sont laissi� tuit despecier en aucune place, [8] et ont choisi a escient a morir por honor.

2.7 40

[1] Les jones genz font de legier volantiers outrages et tors, [2] et se il sont fort il laidissent et deseritent lor povres voisins aucune foiz et les batent et mehaignent et aucun en ocient. [3] Tout ce est mortex pechiez, et granz perilz i a as riches homes me�mes, car assez i a de povres hardiz, [4] et cil qui mains ont a perdre se vangent plus tost. [5] Et ausis mole est la pance dou riche home comme dou povre: [6] bien i puet antrer li glaives; [7] cuer de viguereus n’oblie mie honte de legier, [8] mais sovant panse a la vanjance. [9] Cil qui grant mal et pechi� fait sanz amande, [10] il est ha�z et de Dieu et dou siecle. [11] Et se mal l’an vient il l’amporte a droit: ja nan sera plainz.

2.8 41

[1] Li jone haut home qui sont chief et seignor de terre et de pa�s, [2] et ont en lor subiection les chevaliers et le peuple sont en moult perilleus estat ver lor genz et lor genz ver eux; [3] car li jone seignor naturelment conversent plus o les jones genz, [4] et plus les aimment et croient que il ne font [a] cex de moien age ne les viax; [5] et par l’eschaufement de lor jovent et le consoil et la compaignie que il ont des jones, [6] avec le pooir de la seignorie, mesfont sovant ancontre lor honor et au peril de lor ames, tel i a; [7] et plusor d’aus en ont est� en point de deseritement, et aucuns deseritez outreement. [8] Et tant comme li grant seignor sont plus haut et plus riche et plus puissant d’autre gent et ont plus a perdre, [9] tant doivent il estre mialz conseilli� et porve� et doutenz de perdre .iij. si granz choses comme honors, seignorie et l’ame.

2.9 42

[1] Et li jone home qui qu’il soient, chevalier ou borjois ou autres, qui ont aucun pooir, [2] se redoivent moult garder que il ne revelent as seigneurs; [3] car trop est honteuse chose et vilainne d’estre contre seignor: [4] comment que ce soit, a droit ou a tort, trop i a vilain blasme, [5] et sovant en est on tenuz a tra�tor, [6] et po avient que l’an nan vaigne a mauvais chief.

2.10 43

[1] .J. autre proverbe i a qui dit: Mal seignor ne doit on mie fo�r, car il ne durra mie toz jors; [2] mais on doit fo�r mauveis pa�s qui est toz jors mauveis. [3] Et en aucun androit est bons cist proverbes et en aucun non; [4] car ou mont n’a si bon pa�s que l’an ne de�st bien fo�r en aucune saison por .j. jone seignor mal et fort, [5] se il fust atant correciez qu’il vossist honir ou destruire son home; [6] car tele chose li porroit faire que jameis ne seroit amandee. [7] Mais as bons pa�s puet on bien recovrer, se li sires s’atempre ou s’amande ou muert.

2.11 44

[1] Moult se doit on garder en toz tenz que l’an ne seit quereleuz ne estriveor, [2] especiaument en jovent qui est li plus perilleus de touz les .iiij. tens d’aage, [3] et que l’an ne s’amorde a avoir contans sovant de legier a petit ne a grant, [4] car par achoison de bien petit commancement d’estrif ou de contant puet on venir a plus granz max que l’an ne savroit nommer. [5] Entre les autres, se doit on trop garder des choses devant dites as .iij. persones desoz nomees: [6] ce est a son prelat et a son seignor et a sa fame espousee.

2.12 45

[1] Car au prelat, a tort ou a droit, quel que soit la querele, il estuet que l’an vaigne a sa merci, a la vie ou a la mort, [2] qui ne vuet morir escommeniez ou avilleniz. [3] Et il ont tel avantage que il, qui sont adversaire, sont juge de lor querele me�mes; [4] et se l’an apele de lor sentence au soverain d’ax, toute voie est ce a clers, [5] et il sont presque tuit feru en .j. coing, [6] car ce qui est a l’un puet avenir a l’autre.

2.13 46

[1] Au seignor ne puet on avoir bon plait, [2] car, se il se corrouce, trop puet trover achoisons a mal faire. [3] Et tout par usage li doit on tant, qu’a painnes le puet nus fornir, se la foiz n’i vaut. [4] Et comment que ce soit, se l’an a mal por seignor l’an l’amporte, [5] et se l’an fet mal a segnor en quelque meniere que ce soit, l’an an est tenu a desloial.

2.14 47

[1] Et cil qui a contanz a sa fame, se il a tort, il mesfet a Dieu, [2] et se desloiaute des covenances de son mariage. [3] Et a la foible complexion de fame puet ele antrer en volant� de mal faire par le contant; [4] et les genz qui l’o�ent pueent cuidier que ce soit plus grant chose et plus honteuse qu’ele n’est aucune foiz, [5] et tiex orra le contant que plus hardiement la requerra de folie; [6] et ce n’est que honte as .ij. parties. [7] Et se ele mesfet si vaut pis, [8] car dou mesfet de la fame est li mariz avileniz quant il est se�s, comment que ce soit a tort.

2.15 48

[1] Et quant li mariz et la fame sont mal ansamble longuement c’est granz honte, et granz domages en puet avenir. [2] Et a cui que soit li tors li hons en est en peor point, de tant comme il seit et vaut et doute plus honte que la fame ne fait, [3] et de bataille de quoi l’an ne puet avoir que le poior ne se devroit on ja combatre. [4] Li faiz de fame espousee est trop dongereus, et li sage dient que li mariz ne puet parler de sa fame devant la gent estrange que une sole parole sage: [6] ce est que si tost comme il verra que li autre la voient et regardent que il die: [7] �Ce est ma fame�, et portant seront en pais, se il sont cortois.

2.16 49

[1] Les jones genz ont .j. faus jugement en aus, [2] car il honorent de lor parole �ax qui font honte aus prodomes de lor fames et de lor filles, [3] et dient qu’il sont moult vaillant et amoureus, et cointi�s de lor amies, [4] et mesdient des mariz et des peres des fames vilainnement. [5] Et ce est trop vilains tort, car ce sont li darrean qui le sevent et qui plus en sont dolant quant il s’en apar�oivent. [6] Et puis qu’il nan sont corpable, par raison nan devroient estre honi ne laidangi� de rien. [7] Mais cil et celes qui font les meffaiz sont honi a droit, [8] et en devroient ainsis estre ha� dou siecle comme il sont de Dieu Nostre Seignor, [9] et se chacuns les ha�st et blasmast, mains i e�st de maufaiz.

2.17 50

[1] Et plusors genz i a, jones et autres, qui sevent bien que lor prochiennes parantes font folie de lor cors aparamment, [2] et il le soffrent et s’an rient et gabent, [3] et eles en prannent cuer et baudor et en sont plus foles et abandonees as uns et as autres. [4] Et tex i a d’eles qui en font trop de vilaines ovres, et sovant en est mesavenu. [5] Miax vaussist au plus sages que il en e�ssent aucunes chastiees asprement en aucune maniere, [6] car li bons josticiers por .j. home qu’il pent en chastie et sauve .c. [7] Et en terre ou il n’a jostise se norrissent larron et murtrier et toutes manieres de maufaitors, [8] et bone jostice et bien doutee sauve et governe a droit tout .j. pa�s. [9] Ausis fait uns prodons tot son lignage, homes et fames.

2.18 51

[1] En grant doute et en grant angoisse sont li viel qui aimment les jones, [2] car, il voient et quenoissent que lor jone ami ne se gardent de mal dire ne de mal faire, [3] ne de peris des cors ne des ames, en sent� ne en maladie, a vie ne a mort. [4] Tant com li jones est sains jam�s ne cuide estre malades ne ne doute chaut ne froit; [5] et quant il a tant fait que malades devient, [6] l’an ne le puet garder ne justicier ne mirgier, [7] car il ne menjue ne ne fait que ce qu’il vuet. [8] L’anfent destraint on et mirge par force; [9] et cil dou moien aage est en sa droite quenoissance, si se sait garder et faire mergier; 52 [10] et li viax se sent foibles, si s’espargne et garde, car il doute trop la mort, [11] por ce qu’il est ou darrean tens de son aage. [12] Mais li jones cuide que nus ne doie morir se il n’est viaus, [13] et ne se done garde que il est ou mileu dou feu naturel: [14] les voines sont plainnes de sanc et d’umors, et as fors viennent les fors maladies. [15] De toutes menieres de complexion puet l’an legierement morir jones, [16] et toz jorz dit l’an que ausis tost muert le veel com la vache, et aucunes foiz plus tost.

2.19 53

[1] Et a la mort dou jone est l’ame en grant peril, et li ami en grant dolor; [2] et aucune foiz mesfont moult li ami au cors et a l’ame: [3] au cors, quant il ne le gardent destroitement, por ce qu’il ne le vuelent correcier [4] (et miax vaudroit qu’il se corre�ast et vesquist qu’il ne fait quant il muert, [5] et li ami se corroucent et font duel), [6] et a l’ame mesfont il quant il por doute que il ne li facent paor de mort ne li osent par temps loer qu’il soit verais conf�s et commeniez, [7] et qu’il face ordeneement son testament et aumosnes por s’ame, se il a de quoi. [8] Si en est aucune foiz mesavenu perilleusement.

2.20 54

[1] Et ja soit ce qu’il soit verais conf�s et commeniez, 54 si fait li jones po de penitance ou siecle, [2] si estuet qu’il la face grant et longue en purgatoire; [3] et anquor est ce bon se ansis avient, tout i ait il meillor et tres bon, quant l’ame est par tant en repos pardurable. [4] Moult se devroient estudier et pener jone et autre de bien garder sain et antier le grant chastel, [5] ce est le corps, en sant� et en bon point a lor pooir. [6] Car de celui chastel, tant comme il dure, puet on gaaigner honor et richesce et le sauvement de l’ame; [7] et se l’an le pert soubitainnement, tost puet on perdre les choses devant dites. [8] Et por ce devroit chascuns estre esveilliez et ententis, selonc sa complexion, d’eschiver les contraires et user profitables; [9] et qui de ce ne s’efforce, il ne fait mie bien.

2.21 55

[1] Force de naturel amor et de raison conduit les viax a ce qu’il ne se pueent tenir de chastier et reprendre lor jones amis. [2] Et li jone mesfont en double meniere perilleusement quant il ne les croient: [3] l’une est que par raison lor en doit mesavenir, et sovant est avenu; [4] l’autre qu’il font grant pechi� quant il les corroucent, [5] car il les devroient servir et obe�r et losengier et non correcier.

2.22 56

[1] Moult est a droit nomez jovanz, car trop i a de joie et de vant. [2] Assez est plus joliz et plainz dou vent d’outrecuidance .j. povres jones, por ce que il soit sains, [3] que ne sont li plus riche de touz les autres .iij. tens d’aage. [4] Et tant i a de bon que il mainnent joie et l’aimment, et pansent po, [5] mais toute voies devroient il penser as granz perilz en quoi il gisent et douter les, [6] car moult est laide chose et descovenable contre Dieu et contre droit de vivre comme beste, [7] naturelment, sanz plus de connoissance et de porveance. [8] Car por nul eschaufement ne doit remaindre que il ne sovaigne a home et a fame que Diex le fist et desfera quant lui plaira.

2.23 57

[1] Et chascun doit avoir en remembrance la haute, digne passion de Nostre Seignor Jesucrist, [2] dont il par sa glorieuse mort nos reaint et sauva si debonairement, [3] que il dona soi me�smes por nos sauver. [4] S’an nos ne demeure, si l’an devons mercier et aorer devotement, [5] et aler as eglises volantiers et o�r le servise, [6] et veoir et saluer son saint verai cors, [7] que li prestres tient et lieve antre ses mains, [8] por avoir plus grant remambrance de sa passion, [9] et proier li debonairement qu’il nos sauve en jovent et toz jors, et nos conduie a bone fin.

2.24 58

[1] Il i a aucunes foles genz qui dient une grant folie et men�onje en leu de proverbe, [2] mais ce est contraire a proverbe et a raison, quant il dient: De jone saint, viel diable. [3] Ainsis n’est il pas: qui plus jones commance a saintefier, miaus doit perseverer que cil qui toz jors va de mal en pis. [4] Car l’an dit � et voirs est � que lons usages torne presque a nature, et aucun l’apelent seconde nature. [5] Et qui en jovant fait aucun bien, par raison le doit mieux faire en moian aage, [6] ou est li meillors senz et la grignor connoissance que hons ne fame puisse avoir; [7] et apr�s, en viellesce, quant on est sor l’orle de sa fosse, se doit l’an parfaitement amander en touz biens.

2.25 59

[1] Mais il puet bien estre que li faus proverbes fu diz por les ypocrites, [2] qui en jovant rungent fausement les monstiers, et en viellesce font mal aparammant. [3] Et si est il mainz de mal estre ypocrites devant la gent qu’estre desesperez, [4] car li ypocrites ne fait mal que a lui me�smes, [5] ainz done bon example a �ax qui en jovent li voient faire semblant de bien. [6] Et se il done aucune aumosne, au moins ele torne a porfit a celui qui la re�oit. [7] Et se il le fait longuement, vos avez o� que lons usages torne presque a nature; [8] et, en feisant ce, puet avenir que Nostre Sires le regarde en piti�, [9] et li done grace et quenoissance de faire bien et justement apr�s ce que il fesoit devant por barat. 60 [10] Mais au desesper� en dit et en fait ne puet on panre nul bon example ne aucun bien noter; [11] ainz avient aucune foiz que par longue sofrance de Nostre Signor, qui ne punit mie volentiers soubitement, [13] i prannent mal example aucun fol, et pensent et dient: [14] �Je puis mal faire et dire, et eschaperai ansis comme cil�.

2.26 61

[1] Assez avez o� des perilz et de meschi�s de jovant; [2] et trop en i a plus d’autres qui ne sont mie ci nom� ne escrit. [3] Et ne puet estre que li jone ne mesfacent, car nature le requiert; [4] et toz jors dit l’an que a peines s’en puet nus passer que il ne paie le jovant. [5] Mais toute voies doit on metre Damedieu devant ses iax, [6] et esforcier son cuer d’aucun bien faire, [7] car sanz aucune partie de droiture ne doit on vivre. [8] Et moralitez dit que n�s li larron et li robeor de mer et de terre ne pueent vivre sanz aucune partie de droiture, [9] car il covient qu’il aient mestre et chevetain a cui il obe�ssent et qui lor departe raisonablement lor desloial gaeign; [10] et s’il n’i est, il s’antr’ocient.

2.27 62

[1] Li pechi� et li mesfet des jones, de quoi il ne se pueent amesurer ne porsiurre droiture, sont plus pardonable, [2] et mains lor doit on tenir a maus que a �ax de moien aage ne as viax. [3] Ne il ne se doivent desesperer, car qui se desespoire, il est dou tout perduz. [4] Et qui a aucune esperance de venir a amandement anquor porra estre sauvez; [5] car nus est si granz pechierres que Nostre Sires ne soit plus larges pardonierres a touz cex qui selonc l’establissement de Sainte Eglise vendront a amandement. [6] Mais en fiance de ce ne doit on mie pechier, [7] car par mescheance ou par mort soubite i puet on bien faillir.

2.28 63

[1] L’an doit regnablement regarder et estre porve�z des maus et des biens qui sont en toz les .iiij. tenz d’aage, [2] et especiaument en jovent, qui est li plus perilleus. [3] Et tout premiers doit on veoir et motir qui sont li mal, [4] por estre garniz de garder s’en. [5] Apr�s doit on nommer les biens pour ce que l’an en puist jo�r et user covenablement. [6] Li bien de jovant sont grant et assez, car l’an i a plus de joie que en autre tens, et de cortoisie et de largesse, [8] et de pooir de cors et de vigor et de valor, et d’espoir de longue vie et de conquest, [9] et d’avoir hoirs et paranz et amis selonc droit de nature. [10] Et de toutes ces choses doit on user et ovrer resnablement a son pooir.

2.29 64

[1] Jones doit bien estre joliz et mener joieuse vie, [2] et doit estre cortois et larges et acoillir biau la gent, [3] et faire cortoisement a plaisir selonc son pooir as privez et as estranges. [4] N’afiert mie a jone qu’il soit mornes et pensis, [5] ne que il face trop le sage en conseillant devant la gent, [6] car se il oevre bien, la bone oevre loe le mestre.

2.30 65

[1] Moult est afferable chose a jone home que il oevre par consoil de moyen aage ou de viel, [2] car, se il fait bien, qui que li ait lo�, l’onors est soe; [3] et se il faut et l’an seit que ce soit par conseil, [4] il en est escusez de tout ou de grignor partie. [5] Jones ne se doit fier dou tout en son senz por soutillet� ne por regnablet� qui soit en lui.

2.31 66

[1] En jovant doit on user, le pooir et la valoir et la vigor dou cors a honor et a profit de lui et des siens sanz peresce et sanz targier, [2] car grant honte et grant domage i puet avoir qui passe son jovent sanz esploit. [3] Li jone haut home et li chevalier et les autres genz d’armes se doivent traveillier d’oneur conquerre por estre renomez de valor [4] et por avoir les biens temporex et les richesces et les heritages [5] dont il puissent a honor vivre, et lor anfant se il les ont, [6] et bien faire a lor amis et a �ax qui les servent, [7] et reposer en lor viellesces, [8] et que lor eritage et lor conquest demourent a lor anfanz [9] qui demeurent petit, si devient, apr�s la mort lor peres.

2.32 67

[1] Li vaillant jone qui beent a conquerre doivent volentiers savoir et avoir en remembrance .j. respons que Alixandres fist a son pere. [2] Il avint que li rois Phelipes, li peres Alixandre, fu moult cruex et orguillex et eschars, [3] et vost toz jors avoir le servise de ses genz par fiert� et par seignorie, sanz bienfait et sanz largesce. [4] Il avoit a voisin .j. fort roi qui avoit nom Nicholas; [5] cil avoit si sozmis le roi Phelipe que chascun an li randoit .j. grant tre�. [6] Sor ce avint que Alixandre fu d’aage, chevaliers pruz et ardiz et larges sor toz homes. [7] Adont avint que li messages dou roy Nicholas vindrent querre le tre�. [8] Alixandres en ot moult grant desdaig, [9] et dist qu’il me�smes li porteroit et paieroit si comme il afferoit. 68 [10] Et maintenant assambla touz les bachelers et touz les bons chevaliers qu’il pot trover; [11] si ala sor le roi Nicholas, et se combati a lui et le vainqui, et gaaigna quanqu’il avoit, mueble et eritage. [12] Et des iqui en ala avant conquerant, [13] et tout quanqu’il pooit gaaigner et conquerre, anterinement donoit si largement que riens ne l’an demoroit. [14] Ses peres l’o� dire, si li manda unes letres don la tenor fu tele: 69 [15] �Biax filz, il m’est avis que tu ne viaus mie que tes genz te taignent por roi ne por seignor, mais por prevost;�16 car rois et seignor doit estre serviz par seignorie et par fiert�;�17 et prevost doit avoir servise por doner, et doit porchacier amis por ce que [s’]il est bailliz, se il avient que on le praigne, [18] que li ami li aident a delivrer; [19] et se on le reant, que il li aident a sa raen�on�. 70 [20] Alixandres li respondi a ce: �Sire, je aim miax avoir meniere de prevost, de tant com monte a largesce, et par ce conquerre, [21] que avoir meniere de roi ou de seignor cruel et eschars, [22] et par ce estre au desoz de mes anemis, et rendant treusage comme serf. [23] Et sachiez, sire, que je b� a tout conquerre, se Dieu plest, [24] et tout doner si largement que ja riens ne me demorra que l’onor et la seignorie tant seulement; [25] et en moi ne vueil qu’il ait escharset� que une: [26] ce est de retenir a moi proprement l’onor et l’amor de mes genz et de touz mes serveors; [27] et por ce avrai la seignorie dou monde, [28] et tout quanque je porrai conquerre et avoir, je le donrai a celz par cui je le conquerrai�.

2.33 71

[1] Et ainsis doivent faire li riche large qui vuelent avoir les cuers de lor serveors, [2] et avoir en remambrance un dit que uns rois de Jherusalem dist a .j. sien riche home, [3] qui refusa .j. don que li rois li donoit disant: [4] �Sire, vos me donez trop! Donez as autres!� [5] Li rois li respondi: �Prenez mon don, car a moi samble que de noviau don, novele amor, ou novele remembrance d’amor.� [6] Et einsis doit il estre.

2.34 72

[1] Vos avez o� la meniere dou conquest des genz d’armes; [2] et toutes les autres genz, de quelque mestier que il soient, [3] se doivent traveillier en lor jovant de conquerre les biens tempor�s, [4] si qu’il en puissent jo�r tant com il vivront. [5] Par les raisons desus dites, trop est granz mauvaistiez d’estre pereceus, et plus en jovent qu’en autre tens; [6] haut home et riche pereceus en doivent perdre honor et terre, [7] et li povres en doit honteusement morir de fain et de mesaise.

2.35 73

[1] Li jovenz est comparez et afigurez a l’est�, [2] car ausis comme il i a .iiij. tens en droit aage d’ome, ausis a il .iiij. tens et saisons en l’an. [3] Li premiers est li printens de Pascor; [4] li secons est estez, [5] li tiers est rewa�ns, li quarz est yver. [6] Li printemps de Pascur seursamble a enfance, et estez a jouvent, et rega�n au moien aage, et yvers a viellesce. [7] Rainablement puet on deviser et monstrer comment et de quoi chascuns des .iiij. tens d’aage d’ome sorsamble [8] a la saison de l’an a quoi il est compar� et affigur� si comme il est desus moti. [9] Mes por ce que longue riote seroit, li contes tient sa droite voie, [10] et dira de quoi jovenz resamble a est�; [11] por ce li jone se doivent prendre a faire en jovant ce que l’an fait en est�.

2.36 74

[1] Vos savez que en est� soie on les bl�s et bat et vanne et estuie, por avoir son vivre tout l’an, [2] et tout le plus dou fruit et des biens de la terre quieust on et estuie en est�, [3] partie por mangier et partie por les autres besoignes que les genz ont; [4] et de ce que l’an assamble en est� et garde doit on vivre en yver. [5] N�s li fremiz porchace son vivre en est�, [6] et met le grain en son pertuis por avoir en yver. [7] En est� fait grant chaut et li jor son moult lonc: [8] por le chaut puet on faire servise a po de robe, [9] et por la longueur des jors doit estre li servises granz; [10] ausis est il de jovent.

2.37 75

[1] Se li jones est povrement vestuz, ou il a po dou sien, toute voies est il fors et delivres et chaus de nature, [2] et jovanz dure longuement a �ax qui sont en sent�. [3] Si se doivent travillier viguereusement de toute lor force et longuement, [4] et conquerre les biens temporeus, et laborer de quelque mestier qu’il soient, [5] por avoir lor vivre en viellesce por aus et por lor hoirs et por �ax qui les servent. [6] Car viellesce vaut pis que yvers a toute sa froidure: [7] povres viax est ha�z et mal serviz et blasmez et mesprisiez de ce qu’il ne se porcha�a en jovant, [8] et plusor en ont est� mort de mesaise qui vesquissent plus, se ce ne fust.

2.38 76

[1] Vos avez o� les profiz et les honors que li cors des jones ont en aus traveillier de bien faire por aus et por les lor; [2] droiz est que vos oez le profit que les ames en ont. [3] Quant li chevalier et les autres genz d’armes estoient et sont es besoigs, [4] il doutent plus Nostre Seignor et ont plus grant paor de mort que il n’ont quant il sont en lor osteus as festes ou en terre de pais. [5] Et quant il sont bien traveilli� d’armes porter ou d’autres travaus, [6] il ont moins volant� et pooir de pechier, et mains d’aaise et de loisir. [7] Ausis est il des genz de mestier et de toute autre gent qui travaillent: [8] quant ils ont bien traveilli� il pechent mains ou noiant. [9] Et puis que travaux de jovant est honorables as cors et as ames, [10] chascuns le doit volantiers faire regnablement, [11] et qui nel fait, sachiez que por mauvisti� demeure. [12] Et mauveis vaut pis que noianz, [13] car mauveis vit honteusement et a reproche, et noianz n’est riens.

2.39 77

[1] Et por ce que li feux de luxure est dou tout alumez en jovant, [2] se la grace dou Saint Esperit ne s’estent en aucuns qui gardent lor virginit�, [3] ou soient astinant por doute de pechi�, en religion ou au siecle, [4] li autre jone se doivent moult volentiers marier au plus tost qu’il porront, puis qu’il sont home parfait. [5] Car juste chose est et bone de loial mariage, [6] et laiz pechiez, et perilleus au cors et a l’ame, est fornicacions, et plus avoutere. 78 [7] Et tout soit ce que li liens de mariage est mortex bataille, [8] ou covient a morir l’un des .ij. ainz que loiaument departent dou champ, [9] toute voies en vienent li grant bien et la grignor joie que l’an ait au siecle; [10] et mout d’anui en avient ausis, mais li bien passent les maus. [11] Et se mariages n’estoit li siecles faudroit, ou toutes les genz vivroient en pechi�. 79 [12] De mariage viennent li bel anfant et li loial, [13] dont li bon pueent venir a granz choses et a haute dignit�. [14] Et de maux en i a, mais por les maus ne doit demorer que l’an n’ait fame espousee por avoir hoirs, qui puet. [15] Car por les hoirs qui ont les sornons dou pere dure en cest siecle plus longuement la memoire de lui et de ces ancestres.

2.40 80

[1] Une des plus granz richesces que l’an puist conquerre en si po de tens si est de fame espouser, [2] a cui Diex a done grace de bone fame avoir et de bons anfanz engendrer; [3] car dedanz .j. an puet ele porter tel anfant don li peres ne vorroit avoir en eschange la grignor richesce dou monde. [4] Et puis que li peres l’aimme tant qu’il avroit despit de panre en eschange nule richesce por l’anfant, [5] autant vaut a l’aise de son cuer et a sa volant� acomplir comme la richesce feroit, et tant plus comme il en refuseroit. 81 [6] Et moralitez dit que la plus courte voie a richesce conquerre, si est de richesse despire, [7] et sanz faille ce puet avenir en .ij. menieres, l’une por le cors, l’autre por l’ame. [8] Cele dou cors si est quant l’an aimme tant aucune chose nouvelement conquise, [9] si comme il est dit de l’anfant, [10] que l’an mesprise toutes les autres ancontre cele, por sa volant� acomplir. 82 [11] Et cele de l’ame, avient, que li bons crestiens, en religion ou au siecle, [12] despit et mesprise toutes les richesces dou siecle, por Dieu servir et por s’ame sauver. [13] Et de ce est il plus riches que s’il avoit tot l’avoir dou monde; [14] et la est ce que dit moralitez, car plus courtement ne porroit on richesces conquerre que despire les; [15] car en une toute seule heure de repentance et de veraie confession ou droite entencion de penance fere, [16] conquiert on si tres grant richesce comme est li sauvemanz de l’ame en vie pardurable.

2.41 83

[1]  Li jone anfant as riches borjois sont trop a eise, [2] et por ce pechent trop sovent de luxure et d’autres menieres de pechiez de force et d’outrage a lor povres voisins, [3] et plus es viles ou chevalier ne repairent: [4] que la ou il repairent tost lor en puet mesavenir. [5] Et sovant est mesavenu, que li seignor des leus les an raimbent, [6] et plusor en ont est� honi et jostisi� de lor cors por les outrages qu’il faisoient. 84 [7] Lor pere ou lor ami lor doivent apanre aucun mestier, [8] et aus ansaignier destroitement qu’il entendent a lor besoignes. [9] Il doivent estre mari� au plus tost que l’an puet, [10] en greignor jovente que les genz d’armes ne li laboureur qui travaillent: [11] li feiz des fames espousees lor acorse moult les sens.

2.42 85

[1] Li jone clerc, tex i a, sont en moult perilleus estat de pechier et de metre et de despandre en mal les biens temporeus [2] qu’il ont por servir Nostre Seignor especiaument, [3] mais lor sage prelat les en sevent chastier et punir quant leus est, se il vuelent. [4] Et cil qui ce fist ne vost deviser nule meniere de pechi� de clerc, [5] por ce qu’il estoit hons lais et a lui n’ateignoit pas, mais au prelaz. [6] Et ainsis les genz de religion quel que il soient, jone ou autre, clerc ou lai, homes ou fames, bon ou mauveis, ne dit riens li compes, [7] por ce que li ansaignement d’aus et les amendes de lor fautes apartienent a lor soverains et as commandemanz de Sainte Eglise. [8] Et Diex par sa misericorde lor doint sa grace et a �ax qui les ont a governer.

2.43 86

[1] Vos avez o� parler des jones homes; [2] apr�s orreiz des jeunes fames qui sont en moult grant peril en lor jovant, car ele n’ont mie si estable sens ne si bon porposement comme ont li home. [4] Ja soit ce que assez en i a de bones par la grace de Nostre Seignor, [5] toute voie ont eles grant mestier de l’a�de a �ax en cui garde eles sont, [6] soit pere ou parant, ou mari ou autre. [7] Car se on les garde bien qu’eles ne soient requises de folie ou trovees en fol lieu ou en aise de mesfere, [8] legiere chose est a savoir que pueent passer por bones; [9] car chastiaus qui n’est assailliz ne tra�z ne affamez ne sera ja pris par raison.

2.44 87

[1] Et une autre grant a�e lor pueent faire cil qui les ont en pooir, et plus especiaument li mari: [2] ce est que on lor doigne honoreement et covenablement lor vivre et lor estevoir, selonc lor pooir, [3] si que eles n’aient achoison de mal faire por souffraite, [4] et que lor mari les aiment et honorent par raison, [5] por ce qu’eles ne truisent achoison de mal fere. 88 [6] Et trop grant samblant d’amor ne pooir ne doivent eles avoir de lor mari ne d’autre qui les ait en garde, [7] por ce que orguiax ne s’i mete, et que baudor ne lor face mal faire. [8] Car aises et mesaise font larron aucune foiz, [9] et quel que soit li contenemenz de ceus en cui pooir eles sont, [10] eles se doivent moult garder de folie faire de lor cors; [11] car ja por chose que on lor face ne remaindra, [12] se eles en sont escriees ou ataintes, que eles nan soient honies a touz jors.

2.45 89

[1] Et tiex est la meniere et li usages des fames qui font folie et vilenies de lor cors. [2] Autrement est des homes: car, comment qu’il soit dou pechi�, il ont une grant vainne gloire, [3] quant l’an dit ou seit que il ont beles amies ou jones ou riches. [4] Li lignages des homes n’i a point de honte, [5] et les fames honissent et avilenissent eles me�smes et tout lor lignage ensamble, [6] quant eles sont a droit blasmees ou reprinses de tel fait. 90 [7] Ausis se doivent jones fames garder de fol samblant et de fole contenance, [8] car de fol samblant et de fole contenance vient apr�s plus legierement l’uevre par l’une partie ou par l’autre. [9] Et se li faiz n’i est, se lou dit on, et par le dit est cre� et vaut pr�s d’autant com li faiz. [11] Moult sont fames avilenies, quant eles sont blasmees, et plus quant eles mesfont; 91 [12] et grant honte doivent avoir quant on les monstre par tout au doi. [13] Et quant ele viennent en assambl� de gent, a feste ou a noces ou aillors, [14] et les genz rient et consoillent, ad�s doivent cuidier que ce soit por eles, et si est il sovant. [15] Mal s’escusent quant eles dient: �J’ai ce fait por ce que on me fist tel chose�. [16] Par Dieu, por autrui mesfet ne doit on mesfaire, [17] car chascuns est jugiez por son mesfait et non por l’autrui.

2.46 92

[1] Li mari et li autre ami qui ont jones fames en lor pooir et en lor seignorie, [2] ne les doivent mie assener de lor vivre ne de lor autres estouvoirs a fox ribaus baillier [3] ne a autres foles genz qui lor facent vilain dongier, [4] ne qui les taignent en vilaine subjection; [5] car maintes foies en est max avenuz, et honte en puet avenir.

2.47 93

[1] .J. grant confort i a ou fait des fames: [2] que Diex, qui est omnipotens, misericors et piteus, [3] et voit et seit que il ne lor a mie don� si fort estable porposement et sens qu’eles se sachent si garder et governer en jovant et en autre tens comme li plus des homes, [4] si lor a est� si larges de la grace dou Saint Esperit que maintes en a gardees et sauvees en virginit�, [5] et autres en contenanance et en chaste�, et plusors en loial mariage, [6] si que maintes en sont saintefie�s, et seront, se Dieu plest, plusor. [7] Et assez en i a sauvez et avra qui sont et seront en repos pardurable. 94 [8] Or laisse li contes a parler de jovant et se prant a moien aage, [9] qui est li plus atemprez et li meillors de touz les .iiij. tenz d’aage, [10] a celz et a celes qui par la grace Nostre Seignor en sevent et pueent user reisnablement selonc Dieu et selonc droit de nature.
 
 
3

3.1 95

[1] En moien aage doit en estre quenoissanz et amesurez et resnables et soutis, [2] ferme et estables en la veraie creance de Nostre Seignor Jhesucrit, [3] sages et porveanz a l’onor et au profit dou cors et de l’ame de lui et des siens, [4] et de tout �ax qu’il a a governer et a servir en foi, se croire le vuelent. [5] Et riches doit on estre qui puet, ainz que on vaigne en villesce; [6] et qui les choses desus nomees ne conquiert ou porchace en aucune maniere ou tens devant dit, [7] a poines les avra jamais, se ce n’est de l’especial grace de Dieu.

3.2 96

[1] Premierement doit on quenoistre soi me�smes, et se doit on amesurer et retraire des folies que l’an a fait en jovant, [2] et doit on rainablement et volantiers amender ses mesfaiz a Dieu et au siecle, [3] et porsiurre et perseverer en amandement, sanz rancheoir ou mesfait.

3.3 97

[1] Et afferme et estable en la veraie creance est l’an, [2] quant l’an fait les oevres qui afierent a �ax qui bien croient. [3] Et l’an les doit faire qui n’est fox et desesperez; [4] car chascuns et chascune qui tant a vescu qu’il eschape de l’estalufrement de jovant se doit on quenoistre et repantir vraiement, [5] et estre verais conf�s et faire penitance et orisons et aumosnes, et mander avant son tresor en l’isle; [6] si le trovera a son besoig quant il perdra le regne terrien.

3.4 98

[1] L’an dit qu’il avint jadis en .j. roiaume que l’an i faisoit chascun an .j. roi, [2] et, au chief de l’an, perdoit tout et estoit desposez, [3] et le mandoit on hastivement en .j. isle sauvage en essil, [4] ou il n’avoit riens nee qui bone fust; la moroit a honte. [5] Une foiz firent .j. roi qui fu sages, [6] si enquist et demanda et sot tot le voir de l’an et de l’isle. [7] Si se porvit sagement, et manda son tresor avant en l’isle et tant de bones choses [8] que il i fut a grant honor et a grant aise quant il i fu mand�z. [9] Et la vesqui pardurablement a mult grant honor, plus que il n’avoit vesqu ou premier regne. 99 [10] L’an doit savoir que li premiers regnes si est cest siecle, et l’isle sauvage li autres. [11] Et li fol roi qui folement se partent dou siecle au chief de l’an, [12] et n’ont riens mand� de lor tresor avant en l’isle, [13] sont cil qui ont folement vesqu en pechi� sanz amandement, sanz orisons et sanz aumosnes. [14] Et quant il muerent il ne lor samble que lor vie, ja si longue n’avra est�, soit de la longueur d’un an ne de .j. jor. 100 [15] Li sages rois qui manda son tresor avant en l’isle et vesqui pardurablement et a honeur, [16] si est chascun et chascune qui se porvoit sagement en je�nes et en orisons et en aumosnes doner as povres, [17] apr�s ce qu’il est veraiz repentanz et conf�s. [18] Ces .iij. choses sont li tresor que l’an doit mander avant, [19] car tout ce vient devant Dieu en Paradis. [20] Et quant on i parvient si vit pardurablement en joie pardurable par le tresor qui est venuz avant. [21] Et tout ce qui est desmor� en terre est ausis perdu a aus, [22] les ames de �ax qui n’ont mand� lor tresor avant, [23] si comme li fol roi perdoient tout ce qu’il laissoient, [24] quant il estoient despos� et mand� en essil.

3.5 101

[1] Porveans et sages est qui tout avant se porvoit en tele meniere en cest siecle, [2] qui est noianz et cors, mauveis et traveillanz, cusan�oneus et angoisseus de toutes menieres de travaus et d’angoisses. [3] Et apr�s la courte vie, covient par estovoir que l’an en parte et�que l’en muire, [4] que par raison l’an doie avoir vie pardurable en l’autre siecle, si comme il est dit devant; [5] et a cest pooir parfere doit on avoir grant devocion, et sovant requerre la grace Damedieu. 102 [6] Apr�s ce, se doit on porveoir et traveillier et porchacier que l’an ait des biens tempor�s, heritages et richesces qui les puet avoir loiaument, [7] car de ce puet on faire aumosnes et bienfaiz et mander son tresor si comme il est dit devant. [8] Et en puet on vivre a honor en cest siecle et norrir ses anfanz, [9] et eriter et aidier, et bien faire a son lignage et a ces qui mestier en ont et a ses autres amis et serveors; [10] et touz les biens que on a d’eschoite et de conquest que l’an a fait en jovant, [11] ou moien aage les doit on acroistre et porfitier et edifier por miax valoir. [12] Et se doit moult garder que l’an nes perde, car honte et mesaise en porroit avoir en viellesce.

3.6 103

[1] Haute chose est grace de senz et de soutil connoissance: [2] Diex ne done mie senz a .j. home por li tant seulement; [3] ainz viaut bien que la grace que il li a donee s’estande tout avant a lui et au siens, [4] et apr�s a ses voisins et a touz celz qui a lui vendront por consoil, [5] car, se Il voissist, Il po�st bien tel grace doner aus autres qu’il n’e�ssent ja mestier. [6] Et en ce que li autre viennent a lui por lor besoig, [7] il est honorez de la grace me�smes que Diex li a donee.

3.7 104

[1] Sages doit tout premiers metre consoil en soi que il soit de bone vie et de bele contenance, [2] por doner bon example ad autres; [3] et doit estre cortois et humbles as povres et as riches, et doit soffrir les fox, et contenir soi sagement o les sages. [4] Et ne doit mie faire grant samblant de sage antre les fox, et por riens ne doit haster fol de parole ne de fait, [5] car tost l’an porroit mescheoir en dit et en ovre, et sovant est avenu.

3.8 105

[1] Granz sens est de mettre bon conroi en l’ordenement de son ostel et de sa terre, qui l’a. [2] Et �ax qui ont tant a faire de seigneur ou d’autre besoigne qu’il ne pueent aiseement antandre a lor fait, [3] il doivent establir en leu d’aus les meillors sergenz qu’il pueent avoir. [4] Et toute voie il i doivent entendre aucune foiz, [5] car l’an dit li oil dou seigneur vaust fumier a la terre, et bien est voirs; [6] et plus i a encores, car par la ve�e dou seignor poet en comander et faire femer la terre, [7] et miex gaaignier et cueillir les fruiz que l’an ne feroit se li sires ne la ve�st.

3.9 106

[1] Sages qui a est� anfes et jones doit bien savoir norrir et ansaignier ses anfanz ou autres, se il sont en sa garde ou en sa mestrise. [2] Et doit bien savoir conseillier et garnir ses jones amis, [3] et chastoier et reprandre, et eus mostrer les granz perilz de jovant. [4] Et raisons est que cil qui sevent le bien l’ansaignent, et cil qui les croient font que sage. [5] Les voies poralees ou l’an a al� sovant et longuement et en est on revenuz doit on bien savoir.

3.10 107

[1] Cil qui ont est� anfant et puis jone, et sont venu a moien aage [2] doivent bien savoir se il furent bien norri et ensaigni� en anfance et apris ou non. [3] Car se il le furent bien ne puet estre qu’il n’aient bien apris, [4] et que il ne lor en soit bien avenu; [5] et se il le furent mauveisement ne puet estre qu’il ne lor en soit mesche� en dit ou en fait, [6] et assez tost en l’un et en l’autre. [7] Et en jovant, se Diex lor a don� grace d’aus savoir garder et eschevir ancontre les perils de jovant, bien lor en est avenu. [8] Et se il furent tormant� et mal men� par les granz perilz et les chaus de jovent, bien lor en doit sovenir. [9] Et por toutes ces raisons se doivent ententivement traveillier de bien norrir les anfanz [10] et chastier et reprendre et garnir les juenes, [11] et en toutes choses esploitier sagement, si que lor sens soit aparanz.

3.11 108

[1] Li tres granz senz verais et parfez est la bone souche qui jamais ne seche ne ne faut, et si a moult de bones branches. [2] Li aubres de sens est et sera toz jors vers et floriz, [3] et portant fruit bon et meillor et parfet. [4] Moult i a de gens qui ne pueent cel aubre veoir ne connoistre, ne ja ne tasteront dou fruit. 5�Et tiex i a qui viennent a l’aubre, et le voient et sont antor la souche, et vivent et paissent assez bien lor tenz por ce qu’il sont en l’ombre de l’aubre, et sentent la bone odor dou fruit. [6] Autres i a plus gracious qui se prenent as branches de l’aubre et ont dou fruit, [7] aucuns dou bon, autres dou millor, et li bien rampant manjuent dou tres bon. [8] Tuit cil qui menjuent dou fruit vivent a honor, li uns bien, li autre miax et li autres tres bien.

3.12 109

[1] Cil aubre de sens dont la souche ne faut ne ne seche, [2] et qui toz jorz est et vers et floriz et portans fruit est Nostre Sires Jesucriz. [3] Les bones branches sont li saint et les saintes et tuit li ensegneur de Sainte Eglise, [4] dont ele est anluminee par les Saintes Escritures qui ansaignent la voie a Damedieu, [5] dont les ames sont sauvees et rendues au Creator qui tout crea et fist, [6] de cui eles doivent estre par raison. [7] Cil qui ne pueent l’aubre veoir ne quenoistre ne ja ne tasteront dou fruit, [8] sont cil qui ne sont de la loi Nostre Seignor Jesucrit, et ne la quenoissent ne ne la croient, [9] et li fauz crestien desesper� dou tout. 110 [10] Cil qui sont en l’ombre et vivent et paissent assez bien, [11] sont li simple crestiens qui vivent benignement en lor simple creance, [12] et se gardent voulentiers a leur povoir que il ne partent de l’ombre, [13] ne ne vont es chaus, c’est es pechiez mortiex. [14] Cil qui se prannent as branches et menjuent dou fruit, [15] sont cil qui se prannent as sages oevres des sainz et des saintes et des sainz peres, [16] et qui aprannent volantiers et oient la Sainte Escripture por panre example as bons et savoir lor ames sauver. [17] Et cil qui aprannent sapiance et science, [18] selonc ce que chascuns s’efforce et esploite a plus sagement ovrer en bien vers Dieu et vers le siecle si a dou fruit, [19] 1i bon dou bon, li meillor dou meillor, li tres bon dou parfit.

3.13 111

[1] A cel saint aubre de senz qui est celestiaus ne se puet aparillier nus aubres terriens ne sens naturex. [2] En ce n’a nule comparison, mais li plus sage terrien et li grignor mestre se doivent traveillier ententivement de siurre et sorsambler a lor pooir, [3] et selonc raison, li sains aubres devant diz, tout soit il nomper. [4] Et de la soe grace me�smes le doivent loer et amer et servir et aourer, [5] et sagement anseignier les autres par l’example de lor bones oevres, [6] et aprendre a lor deciples et a touz cex qui vorront user de lor consoil a faire bones oevres et sages, [7] et avoir contenement loial vers Dieu et vers le siecle.

3.14 112

[1] Li fol et li mauveis qui ne les vuelent aprochier ne quenoistre ne croire, [2] et aucun qui les ont conne�z et puis se partent d’aus et les renoient, [3] sorsamblent �ax qui mescroient la loi Nostre Signor, [4] et �ax qui furent de la loi et sont desesper� dou tout. [5] Les simples genz qui sont antor les sages et les voient et o�ent, [6] et se chevissent antor aus simplement et bonement por lor servise, [7] et ainsis ont lor vivre, si que il passent bien et covenablement, [8] et sont covert et auques honor� dou sens et de la valor de lor sages seignors, [9] sorsamblent �ax qui vienent au saint aubre et vivent en l’ombre de lui et sentent l’odor de son bon fruit. 113 [10] Et li autre qui sont soutil et reinable et bon deciple, quel qu’il soient, parant ou autre, [11] qui se travaillent et font tant qu’il aprenent dou sage, [12] et esploitent sagement, premiers a Dieu servir et amer en l’ombre de lui et sentent l’odor de son bon fruit. [10] Et li autres qui sont soutil et reinable et bon deciple, quel qu’il soient, parant ou autre, [11] qui se travaillent et font et douter, [13] et apr�s sagement ovrer des fais terriens, [14] sorsamblent bien �ax qui se prannent as branches et ont�et usent le bon fruit dou saint aubre et vivent a honor.

3.15 114

[1] Li sen terrien sont departi en moult de menieres, et prest� a moult de gent: [2]  li un ont grace d’une chose et li autre d’autre, et tout est sen; [3] mais l’an ne puet mie resnablement ne largement apeler sage qui ne l’est que d’une seule chose, [4] se ne n’est de Dieu servir tant seulement; [5] mais soutil puet on dire qu’il est de cele oevre que qu’ele soit, granz ou petite, et qu’ele soit toute voie bone; [6] car soutil de malice et de male oevre ne doit on en nule meniere dire qu’il ait sens en tel androit. [7] 115 Et por ce que longue chose seroit de conter et de retraire toutes les menieres de sens que on porroit avoir, [8] les .iij. que vos orroiz apr�s bien sosfiront: [9] 1i uns est que l’an se�st porchacier et avenir a avoir covenablement et loiaument son vivre por lui et por les siens; [10] li autre dui sont en .j. respons que cil qui fist cest conte manda jadis en rime a .j. home que l’an tenoit a soutil, [11] mais l’an disoit que il estoit moult malecieus; [12] et por ce que ou mandemanz que cil li fist avoit moult parl� de senz, [13] entre les autres paroles il li respondi et manda:

3.16 116


 Vos qui iestes soutis de raison et d’usage,

 vos savrez bien conduire, se Dieu plest, comme sages

 miax et plus sotilment que je ne vos devis;

[4]toute voie vos mant ce qu’il m’an est avis.

 Li soverains de sens si est de Dieu servir

 et amer et douter; l�en en puet desservir

 la v�e pardurable, et si est grant honor,

[8]en cest siecle me�smes, au grant et au menor.

 Et de sens terriens m’acort je moult a .j.

 que l’an gart bien la pais et les cuers dou commun;

 car qui se fait ha�r a la grignor partie

[12]raisons et quenoissance est de lui departie.

 Il i a tiex qui sont trop soutil de malice:

 entr’ax et paradis a grant barre et grant lice.

  117 Li plus soutil de mal sont sovant li plus fol:

[16]qui a son escient se met la hart ou col

 il me�smes se juge, bien doit estre entendu.

 Mais li haus justiciers a sovant atendu

 tant quel’an se repent et vient on a merci;

[20]cil est bons e�rez cui avendra ainsis.

 Il a plus de mil voies a aler en enfer;

 granz et larges, overtes, sont les portes d’anfer:

 se li nice i vont, ce n’est pas granz merveille,

[24]mais trop est granz domages quant sages ne s’esveille,

 plus especiaument quant il a longue espace.

 Moult mesfait anvers Dieu qui mal use de grace:

 icil n’est mie sages, ainz est fox de nature;

[28]en cest siecle ou en l’autre fornira Diex droiture.

3.17 118

[1] Vos avez o� parler de sens et de richesce, et de .iij. choses qui soufisent a savoir; [2] et toute voie qui plus seit et a et mieuz vaut, car sens a mestier partout, [3] et richesce, quant ele est plus granz, qui l’a a honor de soi et leaument, [4] plus puet de bien faire a Dieu et au siecle. [5] Apr�s orroiz de discrecion, qui est autant a dire comme connoissance de savoir trier le bien dou mal. [6] De ce doit on laborer ou moien aage, et l’en dit en proverbe: [7] Qui viaut veoir le siecle apr�s soi, si le voie apr�s les autres. [8] Et ainsis est il, car ce que l’an voit avenir de �ax qui sont trespass� de cest siecle, [9] doit on entendre qu’il avendra de lui, des fez communs, [10] apr�s ce qu’il sera trespass�.

3.18 119

[1] Et plus i a, car en sa vie me�smes puet on veoir apr�s soi une grant partie de ses oevres, [2] c’est a savoir de tot ce que l’an a fait ou tens pass�. [3] Car qui a pass� anfance et jovant, apr�s doit savoir connoistre et trier les bones oevres des mauvaises, [4] et effacier a son pooir et amender ses tors faiz; [5] et tant comme il est en vigor et en pooir et en droite memoire, [6] doit viguereusement labourer et edifier et croistre et amander ses bones oevres, [7] car l’an dit que nus maus n’iert ja sanz poine et nus biens sanz guerredon.

3.19 120

[1] Et ainsis est il en cest siecle ou en l’autre, que qu’il demeurt. [2] Et bien puet l’en dire et cognoistre que, oustre la joustice Nostre Seigneur, [3] qui enterinement est droituriere a punir les maus et a guerredoner les biens, [4] est l’en en cest siecle me�smes honiz et avileniz par mauvaises oevres, [5] et honorez et essauciez par bones. [6] Cil qui ont tant vesqu que il sont parvenu au tens de connoissance de trier le bien dou mal, [7] et de faire labor qui puet porter bon fruit, [8] doivent laborer bien et sagement, et garder soi de contraire, se il sont sage. [9] Et cil qui ne sevent les Escritures ou qui n’ont grace de soutil quenoissance, [10] se poent doner garde as oevres terriennes, qui sont devant lor iax chascun jor.

3.20 121

[1] Et chascun voit et seit que le blef que l’an semme et les aubres que l’an plante, [2] tant comme il sont petit, il ont mestier de garde et de norriture, d’aigue et de labor; [3] et quant il sont grant et vert et bel por ce ne portent il pas fruit [4] jusqu’a tant qu’il soient flori, et apr�s gren�, et puis me�r. [5] Et quant il sont presque me�r, si doit l’an cuellir le fruit sagement et porveamment a droite saison. [6] Car quant l’an atant trop, li espiz dou bl� ploient vers terre, [7] et li grans seche et chiet, et des aubres soiche la fueille et chiet li fruiz. [8] Ne ja n’i avra si grant blef ne si haut aubre, quant il sont parcre� a lor droit, [9] que, apr�s ce, les cimes et les branches ne commencent a ploier et revenir vers terre ou lor racine est. 122 [10] Ansis est il des homes et des fames: ou tens dou moien aage est li fruiz me�rs, [11] ce est la quenoissance et le pooir de nature. [12] Et adonc doivent fructifier et trier le bien dou mal, et ovrer bien et loiaument tant comme li bons tens dure, [13] doivent commancier d�s le commancement que l’an antre en celui tens dou moien aage, [14] et siurre et perseverer de bon en millor. [15] Et ou mileu de celui tens doivent estre parfet, et apr�s ne se doivent retraire de faire le miax qu’il porront. 123 [16] Et toz jors doivent avoir en remambrance que en viellesce li cors acourbiront, [17] et li chief ploieront et li mambre trambleront et engordiront et revenront vers terre, [18] car de terre sont, et en terre revendront; [19] 1es fueilles cherront l’une apr�s l’autre: [20] ce est a savoir que memoire faudra de jor en jor plus et plus; [21] li fruiz sera perduz: ce est li pooirs de bien faire; [22] li aubres cherra en la fin et porrira: ce est li cors qui morra.

3.21 124

[1] Por toutes les raisons devant dites, se doit on traveillier soutilment, [2] en quanque l’an puet, ou bon aage devant dit, [3] de bien esploiter en dit et en fait, [4] si que li bons fruiz de celui soit et remaigne en bone memoire, [5] a l’onor et au porfit de l’ame de lui et de �ax qui le crurent et siurrent en bones oevres; [6] et si comme il est dit desus dou blef et des aubres, [7] que tant comme il sont tendre et vert ne portent fruit, et ainsis est il d’anfance et de jovant. 125 [8] Ou moien aage est li fruiz parfeitement me�rs, [9] et et adonc le doit on garder et cueillir; [10] et ainsi comme il chiet et porrit quant il demeure outre saison es aubres, [11] ausis est�il de �ax qui dient qu’il s’amenderont en viellesce, et adonc se tanront de pechier, ce dient; [12] mais la male volantez qu’il ont par l’anortement de l’Anemi le tient en ce. [13] Et se il vivent tant qu’il ne puissent pechier, si s’an sueffrent maugr� lor; [14] cil ne laissent mie le pechi�, mais li pechi� les laisse.

3.22 126

[1] Assez i a de ces qui ne vuelent tendre a Dieu ne a bone nature, ne as gens rendre ce qu’il lor doivent; [2] si comme cil qui toz jors font mal sanz repentance et sanz penitance; [3] et quant il sentent la mort, si demandent l’abit d’aucune religion, [4] et font giter le mantel d’aucun frere sus aus et dient qu’il sont randu. [5] Cil ne paient pas de lor gre a droit terme de la paie; [6] mais Nostre Sires s’an paie a force; [7] et bien doit on croire, se il sont bien repentant et verai conf�s, volantez de peneance faire, que il seront sauve. [8] Mais trop lor couste chier ce qu’il ne paieront a heure et a temps, [9] car longuement en seront en purgatoire, 127 [10] et la plus petite poine qu’il ont en .j. jor sormonte toutes les penitances qu’il porroient avoir fait en cest siecle, [11] ausis est il de cels qui ne randent a nature son droit, quant reison le requiert. [12] Et por ce nature doit estre par raison assise et reposee et affermee et estable ou mileu dou moien aage, [13] et en tel estat com en est adonc, de naturel sens ou de folie, [14] de debonairet� et d’umilit� ou de felonie ou d’orgueil, [15] de largesce ou d’avarice, de hardement ou de coardise, [16] d’estre paisibles ou quereleus, loial ou delloial, soutil ou gros, amesur� ou escalufr�, bon ou mauveis, [17] en toutes choses, 128 en tel point com en est lors, sanz grammant d’amandement, s’an passe l’an, [18] se ce n’est d’aucunes choses qui aviennent en viellesce ou eschient por la grace de Dieu proprement, [19] ou d’aucun bon he�r qui vaigne par soi me�smes sodainnement, ausis comme dou plait de l’oreille. [20] Et touz les bons he�rs doit on quenoistre et croire qu’il vaignent de la grace de Dieu Nostre Seignor me� smes. 129 [21] Et por ce que ou mileu dou moien aage est arestez li pooirs de nature et assis en bien ou en mal, [22] se doit on moult traveillier le cuer et le cors devant, [23] si que en celui tens soit l�an en bon estat de sens, selonc ce que Diex i a don�e de grace, [24] et de fondament de pooir aprendre et retenir et ovrer. [25] Et moult se doit on garder de folie commancier, [26] et qui la commence ne la doit pas siurre, et qui .j. po de tens la pursuit, ne la doit parfere. [27] Car li fox parfaiz est honiz apparamment, [28] et en puet morir honteusement et perdre s’ame, car fox ne set s’ame sauver.

3.23 130

[1] Ententivement se doit l’en contenir debonairement et humblement; [2] et nommeement li grant seignor et li riche, [3] car lor debonairet� et lor humilit� est apparanz et porfitable a aus mesmes et as autres genz, et plus ve�e et connue que des povres. [4] Moult se doivent garder de felonie et d’orgueil, [5] car ce sont .ij. choses qui moult desplaisent a Dieu et au siecle, et maint mal en sont avenu et pueent avenir. [6] 131 Moult est granz sens d’estre humbles et debonaires, quant on est au desus d’aucune chose qui est ancontre lui. [7] Et se ce est de guerre ou de plet, adont fait bon finer et faire pais, [8] car qui adonc fine, il a le meillor d’onor et de porfit. [9] Et touz jors doit on requenoistre, quant on est au desus, [10] que Nostre Sires, qui est soverains et touz puissanz, li a cele grace donee; [11] et dou pooir d’autrui ne se doit on enorguillir. [12] Et d’orgueil et d’outrage et d’outrecuidance, qui vient de tres grant folie, ne doit nus jo�r a la longue.

3.24 132

[1] Chacuns doit estre larges de son pooir et de son androit, [2] premiers a l’ame et puis a l’onor dou cors; [3] ne sont mie tuit cil large que li fol tiennent a larges, car gas n’est pas largesse. [4] Resnablement doit on doner, et si ne puet on estre larges, que l’an ne perde aucun de ses dons, [5] mais por tant ne le doit on laissier: [6] avarice est trop vilains vices, et covoitise peor. [7] Li aver ne li eschas n’osent despandre ne doner, [8] ainz languissent d’angoisse, et ce qu’il ont n’est mie lor, [9] quar il ne s’an osent aaisier ne chose faire qui soit a l’onor et au profit de lor cors et de lor ames; [10] ne ja tant n’avra li covoiteus qu’il ne covoite toz jors l’autrui, et covoiteus ne puet estre saous.

3.25 133

[1] Haute chose est et honorable d’estre hardiz quant on vient en place que il n’i a que dou ferir: [2] chascuns qui a cuer le doit estre par vivre ou morir a honor. [3] Et por coardise, qui en tel leu est couars, puet on morir et estre honiz en fuiant; [4] et li hardiz puet estre honorez et eschaper. [5] Mais en hardement a grant mestier li sens. 134 [6] Li hardemanz dou sage est moult honorables et profitables; [7] et l’an dit toz jors que folie n’est pas vasselages. [8] Li sages seit quenoistre et trier le leu ou li hardemanz puet valoir, [9] et seit garder et echevir soi et sa compaignie, [10] que por hardement nan praigne folie. [11] Et quant l’an viaut aler en fais d’armes l’an doit savoir et regarder se il i a grant honor ou grant profit a tel besoig parfere, [12] car se ce est por rescorre vile ou chastel ou autre chose, [13] l’an i doit aler a chief ou a meschief, por l’onor qui i est. [14] Et se ce est por porfiz, l’an doit savoir se ce est granz chose, [15] et se l’an a gent par quoi l’an en puisse venir a chief. 135 [16] Cestui sens faut sovant en Surie as chevauchies quel’an i fait, [17] que mainte foiz sont tex que, se on en po�st bien achever le fait por quoi on i va, [18] n’i avroit on grant honor ne grant profit. [19] Et se l’an est ancontre de tel pooir comme il i a sovant ou pa�s devers les Turs, de legier en puet on estre pris ou mors, [20] et qui en eschape, si ne faut on mie a .j. autre meschief, [21] car l’an remue et haste de venir la grant fresloniere des Turs d’Egite et des autres leus de paiennime.

3.26 136

[1] Cil qui est paisibles fait grant aaise a�soi me�smes et a ses voisins et a ses amis; [2] et li quereleus est ha�z et blasmez; et por po de querele re�oit on grant honte et grant mal, [3] et toz jors dit on: Qui tout covoite tout pert. [4] Et loiaus doit on estre vers Dieu et vers la gent. [5] Li loiaus conquiert honor en cest siecle et en l’autre la vie pardurable, [6] car par les loiax oevres se sauve l’on; [7] et li desloiaus dessert le contraire, [8] et puis que hons pert foi, chascuns le monstre au doi. [9] Et Nostre Sires Diex, qui tout seit et puet, en prant la vengence en cest siecle ou en l’autre.

3.27 137

[1] Chascuns se doit assoutillier voiant et oiant, enquerant et aprenant, estudiant et regardant en son cuer me�smes, [2] et demandant conseil a �ax qui le sevent por savoir esploitier des choses profitables et soi garder des contraires, [3] et avoir Nostre Seignor devant les iax, [4] et lui proier humblement�que il li doint grace de garder s’honor et eschiver honte. [5] Et qui ainsis le fera il ne sera ja gravez, se il a cuer; [6] mais li pereceus a cui ne chaut d’onor ne de honte si sont li gros.

3.28 138

[1] Moult se doit on pener d’estre amesurez, car toz jors dit on: Mesure dure. [2] Li riche puissant en sont moult honor� quant il sont amesur�, [3] car se il sueffrent amesureement les non puissanz, a grant bien et a grant humilit� lor est tenuz, [4] et ce est une vertuz que Diex et les gens aimment moult. [5] Et cil qui sont amesur� ancontre les greignors d’aus, bien lor en puet avenir en .ij. menieres: [6] l’une est que li greignor se passeront dou fait plus de legier; [7] l’autre si est, se il i a chose a�quoi il affiere vanjance, plus amesureement porront porchacier et trover leu d’aus vangier. [8] Les povres genz doivent tuit estre amesur�, [9] car par lor desmesure les pueent honir et destruire li greignor d’aus, [10] et chascuns dira que c’est a bon droit. [11] Et par mesure pueent vivre, et eschaper de domage et de honte, [12] et par soffrir et par servir doit l’an granz biens avoir.

3.29 139

[1] Li riche ne li povre ne doivent estre escalufr�, car meniere d’escalufr� est trop perilleuse et mauveise. [2] Et il est bons qui bien se contient et qui est ententis a faire bontez sanz peresse. [3] Et qui viaut estre bons il doit panre example a �aus qui sont tenu et conne� a bons, [4] et aus choses que li commun des gens tiennent a bones et qui sont devisees por bones; [5] et cil qui fait le contraire de ce qui est devant dit est mauveis. [6] Et les bones teches et les maveises muevent toutes des .ij. choses desus nomees, les bones de bont� et les mauvaises de mauvesti�. 140 [7] Et qui bien entendra cest livre et orra de chief en chief et retendra assez, [8] porra estre garniz de bones teches avoir et garder soi de maveises, se Diex l’an done grace. [9] Et si i a il moult des autres maveises teches qui touchent a desesperance; [10] car plusors fous i a desesperez qui en bourdant font .j. trop grant pechi� que li nice tiennent a petit et s’an rient quant il l’oient: [11] ce sont cil qui blasment et reprannent les oevres celestiaus et terrienes que li Peres createurs fist, [12] et dient d’aucunes choses: �Ce n’est mie bienfait, et tele chose fust bone�. [13] Et entre les autres choses dient: �Pour quoi fist Dieus home? [14] Por avoir poine et travail ou siecle et tribulacions, d�s qu’il naist jusque a la mort! [15] Et en la fin, se il se trueve en aucun mesfait, si il va en enfer. [16] Portant ne le de�st ja Diex avoir fait�. Ce dient! [17] Et autres mescreanz i a, qui dient que touz jors a est� et est et sera cestui siecle, [18] ne autres ne fu ne est ne sera. [19] Et autres nices crestiens i a, qui nicement vont a la messe et nicement s’an partent.

3.30 141

[1] De touz le .iij. pechiez devant diz, et de plusors autres manieres de mesfaiz que l’an fet, [2] parlast volantiers cil qui fist cest conte, [3] et des amandes que l’an de�st faire, au plus soutilment qu’il po�st et se�st. [4] Mais il estoit hons lais, si se doutoit trop aler avant es choses devant dites, car de legier po�st faillir et estre repris. [5] Et por ce ne fait mie a mervillier se il en parla grossement por avertir la simple gent laie.

3.31 142

[1] Et dit que on doit croire et savoir que Diex li peres fu, et est, et sera toz jors sanz commencement et sanz fin, [2] tres grant et parfeitement droiturier, et tout puissant. [3] Et que il, par toutes les vertuz devant dites qui sont en lui parfaites, [4] fist et crea le ciel et la terre et toutes les creatures qui sont. [5] Bien s’an devroient donc taire cil qui reprannent les oevres Dieu. [6] Et ja ne porroient tuit li ome dou siecle feire la plus petite creature que Diex fe�st; [7] et se on contrefaisoit l’ymage d’aucune beste ou d’oisiau, de pierre ou de fust ou d’autre chose pointe et entaillie, [8] qui li donroit vie et ve�e et o�e et pooir de sentir et d’errer et d’autre chose faire, se Diex me�smes ne le faisoit? 143 [9] Et quant ce ne puet estre, commant osent il dire: [10] �Por quoi fist Diex home?�, et �Mialz vausist qu’il ne l’e�st pas fait!�? [11] Assavoir est apparamment que Diex fist home de noiant, [12] et de de mains de noiant ne pooit il estre: [13] il le crea d’un po de terre, et le fist et forma a sa samblance et a s’ymage, et li dona vie et franc arbitre de quenoistre le bien dou mal. [14] Et sozmist a lui toutes les autres creatures terriennes, [15] et apr�s ce li mesfit et fu en enfer [16] et de la le racheta il si comme l’Escriture le devise.

3.32 144

[1] Assez a Diex plus fait por les homes que por les angres en plusors choses, [2] car il ne devint onques angles, mais il devint hons; [3] et il n’ot onques piti� des mauveis angres qui li mesfirent, ne nul ne raeint ne ne salva, [4] mais il raeint et salva home, et livra soi me�smes a mort por home conduire en pardurable vie. [5] Et li angre aourent home quant il aourent Nostre Seignor Jesucrit, qui est verais Diex et verais hom. [6] Et se il a assez de travaus et de tribulacions en cest siecle, [7] ausis i a il moult de biens et de joie, si comme l’an puet veoir apertement; [8] et se il i e�st touz les maus que l’an i porroit avoir en tant po com l’an vit, 145 [9] quex comparisons est il de la vie de cest siecle, qui est si corte, a la vie pardurable et a la parfaite joie de paradis, [10] dont la plus petite d’une heure est grignor et plus profitable que toutes les joies et li bien [11] qui furent et seront des le commancement dou siecle jusqu’a la fin? [12] Et de legier doit on cognoistre et jugier que tot ce que Diex en fist est honor et profit, [13] car se la vie dou siecle est courte au bon, por tant va il plus tost a la joie de paradis. [14] Et se ele est longue, de tant puet il plus de bien faire et avoir greignor leu. [15] Et se il a tribulacions et povret� ou siecle, et parfet sa penitance, il sera quites des peines de purgatoire.

3.33 146

[1] Et Nostre Sires, qui est parfaitement droituriers, ne viaut mie que l’an ait si tres haut don comme est la joie de paradis por noiant, se ce n’est sens aucune desserte; [2] et si est la desserte trop petite selonc la grandor dou guerredon. [3] Et se li maus hom a longue vie, por tant a il plus longue espace de soi amander; [4] et se il se repant par tens et fait aucune penitance, moins en sera en purgatoire; [5] et se il s’amande devant la mort, comment que ce soit de la longue penitance, en la fin sera sauvez.

3.34 147

[1] Et por toutes les raisons devant dites pueent quenoistre et savoir fol et simple et sage et toutes menieres de gens [2] por quoi Diex fist home et quiex est l’oneur et li profiz et l’avantage que home i a. [3] Et bien est aparent que ce est la soveraine grace que il fe�st onques, [4] quant il daigna home faire et home devenir. [5] Et de ce que li desesper� ou li mescreant dient, que il n’i a autre siecle que cestui, [6] puet on legierement prover la verit� et cognoistre, et effacier lor men�onge, [7] quar l’an voit les bons homes et les biens religieus, [8] les hermites qui font les granz penitances [9] et les bons crestiens loiaus qui font les bones oevres et bien se contiennent vers Dieu et vers le siecle, [10] ont sovant plus de persecucions et de maus en cest siecle [11] que n’ont li mauvais et li delloial desesper�. [12] Cil en cui sont tuit li malice et toutes les mauvestiez, [13] cil ont sovant plus assez des biens temporex que li bon.

3.35 148

[1] Et se li un et li autre se pensassent ainsis que il n’i e�st autre siecle ou chascuns fust paiez de sa desserte, [2] donc ne seroit pas voirs ce que Diex me�smes dist, qui est retrait en plusors leus, [3] que nus biens n’est sanz guerredon, ne nus max sanz poine. [4] Et toutes les lois seroient dementies, car li Juif et li Sarrazin dient et croient que Diex est grans et droituriers et touz puissanz, [5] et, se ce est voirs, donc i a il autre siecle en quoi il fornist droiture et as bons et as maus, [6] de ce dont ele n’est fornie en cest siecle.

3.36 149

[1] Et autre raison i a de viez et de noviau apparamment, [2] que li saint et les saintes qui ont e�es toutes les poines et les mesaises et les tribulacions en cest siecle, [3] li uns par penitance, li autres par martire, quant il sont trespass� de ce siecle, [4] bien est apparant qu’il ont en l’autre le haut guerredon de saintefiement. [5] Car en cestui siecle fait Nostre Sires, apr�s lor mort, grant miracles por aux; [6] et ce savons nos des anciens par les escritures, et de �ax de nos tens par ve�e et o�e. [7] Et ce qui est devant dit casse bien et efface la mescreandise et la desesperance de �ax qui dient qu’il n’est autre siecle.

3.37 150

[1] Apr�s orrez des nices crestiens qui nicement vont a la messe et nicement s’an partent; [2] ce sont cil qui se partent dou monstier si tost comme l’ewangile est dite. [3] Droiz est que on lor face entendre que il ne sevent que il font, [4] car adonc commance la messe, quant li prestres dit les paroles sacrees antre ses denz, [5] et quant il lieve le cors Nostre Seignor antre ses mains et le monstre aus genz. [6] Adonc le doit on aorer et saluer, et estre devant lui tant comme il est en la place, [7] c’est tant que la pais soit donee et que li prestres l’ait us�. [8] Et lors ont sa pais, et part ont ou sagrement tuit cil qui i ont est� [9] tant comme il doivent, tant que ce soit parfet, et apr�s s’an puent partir. [10] Et qui i demeure jusqu’a la fin que l’an dit: Ite, missa est adonc s’an va on par congi�. [11] Et l’an doit savoir que �messe� est atant a dire comme �mandee�, [12] et quant l’an dit: Ite, missa est, c’est a dire: [13] �Alez, que l’evre dou sacrement est mandee devant Dieu ou ciel�.

3.38 151

[1] Et ancor i a autres choses plus perilleuses: [2] car cil qui ne randent ce qu’il doivent a la vie ou a la fin, [3] et qui en nule meniere ne s’aquitent de leur mesfaiz, [4] Nostre Sires s’an paie si cruelment qu’il sueffre et commande que les ames soient en enfer. [5] Et cil qui ne s’aquitent a nature a droit et a point ou tens devant dit, [6] sont honni au siecle en lor vie et apr�s lor mort. [7] Toutes les bones choses et les resnables, ou les grignors parties, se font et doivent faire par droit ou moien aage, [8] car adonc est ou doit estre li proposemenz d’ome et de fame ou plus haut estat [9] et ou plus fort et ou meillor qu’il puist estre. 152 [10] Lors se doivent randre en religions cil a cui Diex en done grace et volant�, [11] car il pueent et sevent estre obediant a lor soverains, [12] et bien tenir lor rigle, par droite raison de quenoissance. [13] Et de toutes autres bones amprinses doivent savoir venir a bon chief, [14] et de toutes males oevres se doit on garder et deffandre. [15] Et se doit on retraire de folie, se on en est entechiez.

3.39 153

[1] Tuit cil qui ont grace de quenoissance doivent savoir que l’an ne doit passer le lonc d’un jor et d’une nuit enterinement oiseus, [2] car il i a .iiij. choses generaus que l’an doit faire chascun jor sanz faillir, se par droite essoigne ne demeure; [3] et plusors autres en i a, aucunes dou jor, [4] et autres qui sourdent de noviau, que l’an doit delivrer viguereusement, et quant leus et tens en est. [5] Li jors et la nuiz ansamble sont parti par mi, [6] c’est de la mienuit jusqu’a demi jor et de demi jor jusqu’a la mienuit [7] et en chascune partie est devis� que l’an doit faire. [8] Ce est a savoir que si tost comme l’an s’esvoille apr�s la mienuit, [9] a quele ore que ce soit, avant que l’an se lieve, on doit faire le signe de la croiz en sa chiere par .iij. foiz ou nom de la Sainte Trinit�, et apr�s doit on dire: 154 [10] �Biax sire omnipotens, loez et graciez soiez vos, et beneoiz de vos me�smes et de toutes voz creatures celestiaus et terriennes en touz voz commandemanz et en toutes voz oevres! [11] Et je, pechierres non dignes, que vos daignastes creer et faire, et desferez quant vos plaira, [12] vos ai trop mesfet, dont je me repent et promet amendement; [13] et vous cri merci et requier pardon, et proi la glorieuse Virge Marie, nostre saintime mere, et touz sains et toutes saintes, [14] que il vos prient que vous me pardonez mes mesfaitz et me desfandez de pechi�, [15] et me donez grace que je vueille et sache et puisse en cest siegle mortel desservir la vie pardurable de l’autre. Amen!�.

3.40 155

[1] Si tost comme on a ce dit, doit on penser ententivement quel chose on devra faire de besoigne et porra en celui jor, [2] soe ou autrui, qui a lui ataigne ou au commun profit dou pa�s, tant comme a lui an affiert. [3] Et se doit on estudier de choisir et trier le meillor, [4] et asseoir et affermer en son cuer la meniere par coi il voudra esploitier, [5] et dire par .iij. foiz affermeement por miax retenir.

3.41 156

[1] Et puis, quant on se lieve, si doit on faire le matin les .iiij. choses qui sont generaument de chascun jor, [2] dont les .ij. sont de l’ame et la tierce dou cors et la quarte de chevance. [3] La premiere est d’aler au montier o�r le servise Nostre Seignor deligemment, [4] et faire oroisons et proieres teles comme l’an seit ou doit de penitance. [5] La seconde est de faire aucunes aumosnes selonc soy, [6] ques qu’eles soient, granz ou petites se ce n’estoit n�s que d’un denier. 157 [7] Apr�s doit on aler a son ostel et metre aucun conroi et aucun amandement en son cors, [8] quex que il soit, granz ou petiz, se il n’avait ores plus a faire que de roignier ses ongles. [9] Et puis se doit porveoir d’aucune chevance, [10] selonc ce que besoigs le requiert, de faire aucun amendement en son ostel ou en sa terre, qui l’a, ou en aucun autre afere, selonc ce que l’an est; [11] et tout ce doit estre parfait bien matin. [12] Apr�s doit on entendre viguereusement sanz delai as choses que l’an a assises en son cuer et pensees ainz que l’an levast dou lit, [13] et as autres qui puis sont sorses par accident, s’eles sont hastives, se aucune en i a.

3.42 158

[1] La plus courte voie qui soit a deliverance si est que l’an antende au fait sanz peresse; [2] car en faisant, parfet on, et en cha�ant ataint l’on, et qui ataint si prant; [3] et qui puet prendre et respite a l’andemain, tiex chose puet avenir que jamais n’i ataindra. [4] Et tiex se cuide esparnier qui s’ancombre; [5] et ce avient a touz ces qui dient �Laissiez or, autre foiz i entendrai�. [6] Et tiex i a qui dient: �Je commanderai que cil face tel chose�. [7] Et quant ele est mau feite, si s’an corroucent; et ainsis demourent ancombr� longuement. 159 [8] Luquans dit que quant Julius Cesar emprenoit une chose, [9] il ne cuidoit riens avoir fait tant com il i e�st riens a faire.

3.43 [---]

[1] Tout ce que l’an doit faire le jor doit on avoir parfait a mi jor, [2] car apr�s ce que l’an a be� et mangi� doit on reposer une heure, [3] et apr�s se doit on delitier en aucune chose, [4] por avoir remede et repos en son cuer, et aaisier soi sanz pechi� et sanz honte, [5] et estre la vespree entre la gent por veoir et o�r et apprendre et dire et faire aucun bien honoreement, selonc ce que Diex li a don� de sa grace. 160 [6] Et la nuit doit reposer qui puet, au moins jusqu’� la mienuit. [7] Ceste devise n’est pas au laboureurs ne au povres gens de mestier, qui por lor vivre le font autrement par estovoir, [8] ne a ceus qui par destresce de seignor sont en commandement ne en servage, ne as gens de penitance, [9] ne a cex qui par les commandemenz et les establissemenz de Sainte Eglise le font autrement. [10] Apr�s orroiz des fames.

3.44 161

[1] Les fames de moien aage doivent estre abstinanz, [2] et savoir garder lor anfanz et norrir, et croistre et porfitier lor biens, [3] et contenir soi simplement et sanz granz despans por aidier a lor mariz, s’eles les ont, [4] et a lor anfanz et a leur filles marier, s’eles les ont, et leur autres povres paranz et amis, [5] selonc lor pooir, sauves lor honors et lor ames; [6] car tout devant ce, dou pooir que Diex lor a don�, doivent eles faire aumosnes des biens qu’eles ont, [7] por �ax qui les gaaignent et por eles me�smes; [8] et lor pechiez doivent laissier et venir a amandement. [9] Et celes qui ont fait folies de lor cors en jovant, s’eles ne s’amandement lors en moian aage, jamais ne s’amanderont, [10] et seront parfaitement honies vers Dieu et vers le siecle; 162 [11] et bien lor porra avenir ce qu’il avint jadis d’une fame qui fu moult bele, [12] et si estoit fole et pecheresse, et por sa grant biaut� l’an amoit. [13] Une foiz avint que uns hons qui trop la covoitoit a avoir li fist faire .j. trop bel quenivet, [14] dont li manches et la ga�ne estoient aorn� trop richement d’or et de pierres precieuses. [15] Ainsis li presanta, et ele fist son gre. [16] Moult ama le quenivet et l’estuia et le mist en une huche; [17] moult le regardoit sovant, et en tele melancolie en antra et fu en tele covoitise d’autres avoir [18] qu’ele demandoit a ciascun de �ax qui la voloient avoir .j. quenivet; [19] et chascun li donoit le plus bel et le meillor qu’il pooit avoir, [20] car tuit voloient faire son gre por li avoir. [21] Tant en i ot que la huche fu plaigne. 163 [22] Et quant ele vint ou moien aage de riens ne s’amanda ne aquita vers Dieu ne ver nature. [23] Ele ampira de sa biaut�, si comme les plusors font; [24] li doneor des quanivez s’an retraistrent et alerent as plus jones. [25] Cele, qui encor estoit en sa male volant� de pechier, se paroit e cuidoit estre bele par desquenoissance; si se courre�oit quant nus ne venoit a li. [27] Atant avint que ele anvoia querre .j. de �ax qui plus li plaisoit, [28] et por doute de faillir li anvoia en presant .j. de ses quanivez. [29] Cil vint por le loier une foiz et puis n’i revint. [30] Ele se corre�a et envoia .j. autre quanivet a .j. autre home. [31] Cil fist autel com le premier; et si comme ele ampiroit de sa biaut� por l’aage ou ele estoit, et les jones genz venoient plus a enuiz, [32] toute voie tant en manda et tant en i vint qu’ele randi toz ses quenivez et dona ains qu’ele fust vielle. [33] Et quant ele commen�a a anviellir si covint qu’ele donast le plus bel et le meillor de quanque ele avoit de chatel por son pechi� maintenir.

3.45 164

[1] Cest reproche et cest example dure et durra a la honte de celes qui ne s’amandent ou moien aage ne ne se recroient de pechier; [2] et quant on voit aucune qui done en tel aage, si dit on qu’ele rant les quanivez. [3] Et Diex par sa misericorde si en desfande toutes franches fames, et especiaument celes dou meian aage, et lor doint grace de droite quenoissance por venir a amandement et perseverer en toz biens, [5] a l’onor et au profit de lor cors et de lor ames, et de lor mariz et de lor anfanz, se eles les ont, et de lor autres amis et paranz. 165 [6] Tuit cil et toutes celes qui quenoissent et aimment Nostre Seignor et prisent honor et doutent honte, [7] s’amandent et adrescent et exploitent bien por aus et por les lor et por cex qui les croient, en l’aage devant dit. [8] Et nostre Sires Diex, qui tout set et puet, par sa douce piti� en doint grace de volant� et de pooir a touz cex et a toutes celes cui il la daignera et voudra doner. [9] Atant se taist li contes dou moien aage, si parlera de viellesce.
 
 
4

4.1 166

[1] Viellesce, qui est li darriens tens et la fins de l’aage de touz ces et de toutes celes qui vivent tant qu’il deviennent viel, [2] est moult perilleuse chose et dongereuse. [3] Car ja soit ce que toz jors ait on grant besoig de la grace Nostre Seignor, [4] en vieillesce est li greignors besoig por bien finer; [5] et toz jors dit on que a la bone fin va tout. [6] Et por ce que connoissance et soutillece naturel et memoire commance a faillir et a amenuisier plus et plus, [7] et a la fin anoiantit se l’an devient tres viax, [8]  outrement est mestier que l’an ait la grace de Dieu, se il la viaut et daigne prester.

4.2 167

[1] Mais por la fiance de la grace ne se doivent li viel aparecier ne laissier corre le tens, [2] car adonc avient ce que l’an dit, que li viel revienent en anfance. [3] Il se doivent pener et traveillier de bien faire de tout lor pooir, meesmement as ames sauver; [4] de jor et de nuit doivent randre graces a Nostre Seignor, qui tant lor a don� d’espace de venir a amandement. [5] Et de tant comme il lor est remeis de memoire, le doivent gracier et esploitier en bien, tant comme ele dure. [6] Et toz jors doivent avoir en remembrance que il sont sor l’ourle de lor fosse, [7] et que tel come i seront a l’eure que il cherron dedanz, tel guerredon avront; 168 [8] et toutes les choses terriennes que il n’aront despendues ne mises por Dieu au sauvement de lor ames ne lor vaudront rien; [9] ainz porra avenir que des biens qui furent leur feront moult de mal et de pechi� cels qui les avront. [10] Et lor jones fames, se il les ont, les donront et departiront volantiers a lor jones mariz qu’eles prandront, [11] ou a autres jones qui les acointeront, s’eles sont mauvaises. 169 [12] Et chascuns d’aus se doit mirer aus anfanz et as parans de �ax qui trespass� sont en lor tens, [13] qui ont poi fait de bien por lor ames ou noiant, et ainsis feront li por aus. [14] Moult est fous cil qui ne done par sa main gran partie de ses biens por s’ame sauver, [15] car la jone fame ou li anfant dou viel, ou li autre a cui ses avoirs doit escheoir, souhaitent touz jors sa mort [16] por avoir ses biens et jo�r, et non mie por doner por l’ame de lui.

4.3 170

[1] Li viel doivent moult mesprisier le siecle, et bien doivent savoir que assez i a de quoi, [2] car il ont ve�es et o�es et essa�es toutes les manieres de tribulacions, de despiz et d’angoisses et de dolors, et de pertes et de travaus qu’il ont e�z en touz les .iij. tens d’aage qu’il ont passez, [3] et en tant de celui en quoi il sont comme il ont ja est� viel. 171 [4] Et en l’espace desus dit ne puet estre que l’an n’ait perdu moult de ses amis, [5] et autres pertes faites et gast�, et mal mis dou sien et de l’autrui, [6] et e� povre guerredon et mauveis d’aucun service que il a fait; [7] et bien puet estre qu’il a mal guerredon� �aus que l’an li a faiz. [8] Et a poines i a nul qui n’ait fait mal et domage et honte a autrui et autres a lui. [9] Et qui ne s’est amand� ou laissi� de pechier, sa conscience le remort, [10] et en est en grant bataille en son cuer, se il n’est fous ou desesperez. 172 [11] Et trop puet on avoir mesdit et meffet ou tens pass�, [12] et tant i a de perilz et de max et de honte et de reproches ou fait dou siecle que trop i avroit a dire, et trop en doivent estre li viel anui�. [13] Et por ce doit on moult ha�r et mesprisier le siecle et soi haster d’amander toz ses meffez; [14] et bien doit connoistre que
Cist siecles est une bataille
Qui plus i vit, plus i travaille
Et li Anemis met tout en taille.

[15] Et il covient que l’an rande compe a Nostre Seignor. [16] Et li princes d’anfer, qui est princes dou monde, orra le conte, [17] et se il a droit en l’ame, Nostre Sires est si droituriers que ja tort ne l’an fera. [18] Et por toutes ces raisons et moult d’autres doivent li viel mesprisier outreement les fez de cestui siecle, [19] et tirer et entendre a la vie pardurable qui est en l’autre, car la vie de cestui ont presque perdue.

4.4 173

[1] La vie dou bien viel n’est que travail e doulour, [2] et por ce dit on que l’an ne doit mais demander au viel: �Vous dolez�?�. [3] Moult est grant honte au viel de contrefaire le jone, et especiaument de fame panre espousee, [4] car s’il la prant jone, toz jors doit cuidier que li jone home l’amportent, [5] et se il la prant vielle, .ij. porretures en .j. lit ne sont mie afferables. [6] Et se il est luxurieus de quelque fame que ce soit, trop i a vilain pechi� et outrageus de volant� sanz besoig, car se la volant�z i est, li pooir n’i est mie, [7] et moult est male�reus li viax qui s’efforce de pechier la ou il se de�st efforcier d’amander, 174 et qui ce fait il est honniz vers Dieu et vers le siecle. [8] Et l’an dit que Nostre Sires het moult .iij. menieres de pecheurs: viel luxurieus, povre orguilleus et riches mendians. [9] Viax luxurieus doit bien estre ha�z par les raisons devant dites et par trop d’autres. [10] Et li povres orguilleus est mesprisiez et en peril de recevoir grant honte et grant mal par les richesces dou siecle a cui il a a faire, [11] ou par les plus puissanz et les plus hardiz de lui. [12] Et se viax est orguilleus, c’est trop granz despiz, [13] car se il fust riches d’avoir, si est il povres de cors et de pooir, puisque il est viax. [14] Et chascuns viax devroit estre humbles dou tout et noiant orguilleus, 175 [15] car Damedieu het moult les povres et les riches orguilleus et les outrecuidiez, [16] et bien i pert, car la plus haute justice et la plus aspre vanjance que il onques fe�st, fist il de pechi� d’orgueil et d’outrecuidance, [17] quant il trebucha dou soverain ciel ou plus parfont abisme d’anfer Lucifer et touz les mauveis angres qui furent de sa suite por ce qu’il s’anorguillirent. [18] Et cil, qui estoient si tres bel, en cele heure que orguiax se mist en aus [19] descendirent de la haute clart� es tenebres d’anfer le pesme, [20] et furent tantost et sont et seront touz jors .c. mile tens plus laides creatures que ne sont les plus laides peintures de loro ordes figures. 176 [21] Tuit li sage se sont toz jors gard� d’orgueil en dit et en fait, [22] et moult de biau dit en sont retrait es livres des istoires et des autors, [23] que li sage disoient es faiz des armes et as granz parlemanz et as granz consaus; [24] et por ce qu’il seroit anuiz et longue chose de dire en trop, [25] li contes vos en reatraira .j. que Agamenon li chevetains des Grezois dist au siege de Troie:

[26] 177 Seignor, dit il, monstrer vos vueil

 que moult doit on ha�r orgueil:

[27]qui par orgueil vuet oevre faire,

 il nan doit pas a bon chief traire.

[28]Contre .j. ami ou contre .ij.

 que puet avoir .j. orgueilleux

 a il .c. annemis mortax;

[29]ce est de vices li plus maus.

[30]Qui en orgueil se fie et croit,

 si l’an meschiet ce est a droit.

[31]Raisont et sens, c’est bon paroil,

 doit governer nostre consoil,

[32]car Diex n’ot onques d’orgueil cure:

 chascuns doit douter desmesure.
 

[33]  178 Riches covoiteus est bien a droiz ha�z de Dieu et de la gent, car ja tant n’avra que il soit saouz, mais toz jors covoite plus a avoir. [34] Et cil n’est mie riches qui ne se tient a pai�; [35] et puis qu’il ne se tient a pai�, mais ad�s covoite, autant li vaudroient pierres comme sa richesce. [36] Et quant viaus riches est d’autrui avoir covoiteus, il devroit estre jugiez comme herites, [37] car viex doit estre larges dou sien et non couvoitier l’autrui. [38] Larges doit il estre a Dieu et a la gent, ce est a doner as povres dou sien pour Dieu et secorre les besoigneus por s’ame sauver. [39] Et bien doit aucune partie dou sien doner por honor et por raison naturel aus siens et a �ax qui l’ont servi, [40] car jone ne viel ne doivent retenir autrui desserte, ainz doivent randre le guerredon a �aus qui les ont serviz, [41] selonc le servise des serveors et selonc aus me�smes, en tel meniere que lor honors i soit sauve. 179 [42] Et moult est gracieus qui en viellesce s’adresce et s’amande a l’onor de lui et des siens et au sauvement de s’ame. [43] Et bien est apparant que Diex l’a maintenu en bone memoire et en bon estat de pooir et de tout, [44] quant il, ou darreen tens de son aage et ou poieur, se puet et set aquiter vers Dieu et vers le siecle de touz ses mesfaiz de la simple anfance et dou perilleus jovant, [45] et quant il seit et puet amander en viellesce ce que il n’amanda ou meillor estat de l’aage, ce est ou moien; [46] et moult le doit on faire volantiers et par raison qui puet.

4.5 180

[1] Chascun doit prandre garde a �ax qui partent d’une vile ou d’un pa�s et vont en autre; [2] si se travaillent devant leur muete d’aus aquiter et de paier ce qu’il doivent, [3] et pour doute qu’il n’aient aucune chose obliee, il font crier le ban que tuit cil a cui il doivent riens, vaignent avant, si seront pai�; et ce me�sme font aucun malade. [4] Et quant l’an fait tel chose, por doute que l’an a, quant on se remue d’un pa�s en autre ou par doute de maladie en quoi il n’a pas peril de mort, moult le doivent miax fere par raison li viel, [5] qui doivent estre certain de partir dou siecle prochiennement et aller en l’autre, [6] si comme nature le requiert et raisons: [7] a la mort ne faut nus, 181 et li viel doivent estre li premier par droit de nature, [8] et bien doivent faire crier lor ban, et il me�smes le doivent crier ausis; et apr�s le ban cri� se doivent aquiter dou tout. [9] Li bon viel qui ce feront, de bone heure vindrent ou siecle, et meillor s’en partiront. [10] en aus est li proverbes acompliz: A la bone fin va tout.

4.6 182

[1] Les fames qui vivent tant que deviennent vielles, se doivent moult estudier a bien faire; [2] et se eles ont pooir, eles doivent estre moult aumosnieres, [3] et faire penitances volantiers de je�nes et d’orisons, et d’aumosnes sovant et menu as privez et as estranges, loig et pres, [4] et plus volantiers as besogneus et as besoigneuses que as truanz ne as truandes. [5] Leur penitance doivent faire si sagement qu’eles nan soient blasmees, [6] et doivent bon example doner as jones et bon consoil, et qu’eles ne soient consentanz as pechiez des jones.

4.7 183

[1] Les bones vielles font grant profit a eles me�smes et a lor amis, [2] et governent et gardent lor ostiex et lor biens, et norrisent lor anfanz, se eles les ont, [3] et leur assamblent mariages, et autres profiz lor font; [4] et tout avant se doivent estre retraites de touz maus et de toz pechiez, et vraiement repentanz et confesses de touz lor mesfez. [5] Et celes qui einsis vivent morront bien, [6] et fesant ce qui est dit desus, si porvendront a la bone fin devant dite.

4.8 184

[1] Mais il i a sanz faille aucunes males vielles qui ne sont mie tiex comme il est dit devant, [2] ainz sont volante�ves de pechier a vilain tort, et se parent et emplastrent lor chieres et taingnent lor chevous, [3] et ne vuelent quenoistre qu’eles soient vielles ne remeses, [4] et se aucuns lor dit, eles s’en corroucent. 185 [5] Et por dire qu’eles ne sont pas vielles ne remeses font toz jors pechiez de lor cors, et par leur male aventure eles ont .ij. granz max hontex qu’eles content por aventage de bien et d’aneur: [7] li une est que eles ont toz jors pooir de soffrir le pechi� en eles, [8] et l’autre est qu’eles tiennent a honor ce que l’an lor done, tout soient eles vielles; [9] et ne cuident pas que l’en les tiegne pour vielles. [10] Et celes qui sont tiex, por lor talenz acomplir et por doute de faillir de trouver home a lor plaisir, [11] apr�s ce que eles ont randu touz les quenivez, s’eles les orent, covient par estovoir qu’eles doignent de lor chatel, ou l’an les refuse. [12] Et ainsi sont perhonies, car li pechi� ne demore mie par eles. 186 [13] En tel point ne doivent pas estre li home viel, [14] car il ont plus estable proposement et greignor quenoissance d’onor et de honte, [15] si se doutent et gardent � s’il ne sont derv� � por Dieu et por le blasme de la gent, [16] puis que tens et heure passe de hanter et abiter as fames. [17] Et se il tost le vossissent faire, po ou noiant en avroient le pooir, et eles ne perdent le pooir por la maudite achoison devant dite, [18] et ainsis sont les ames perdues de cex qui ce font.

4.9 187

[1] Et Nostre Sire Jesucriz qui donna son saint beneoit cors et livra a martire por pechi� racheter d’ome et de fame et sauver lor ames par la soue sainte misericorde, [2] doigne doner grace aus bones de perseverer en bien jusqu’� la fin, [3] et as males entechies de mauveis vices desus nomees ou d’autres, [4] doint contricion de cuer et veraie repentance de venir a droite confession et a veraie penitance, [5] si que tuit crestien et toutes crestienes parviegnent a bone fin, et que les ames de touz et de toutes soient au jor dou juise a la destre de la majest� Nostre Seignor, delivres et aquitez de tout mesfaiz, [6] et soient en repos pardurable et en vie joieuse. Amen!
 
 
5

5.1 188

[1] Vos avez o� parler de touz les .iiij. tens d’aage d’ome et de fame, et commant on se doit contenir selonc ce qu’il en est avis a celui qui cest conte fist. [2] Et a lui me�smes sambla que chascuns des .iiij. tens d’aage de�st estre de .xx. ans. [3] Ce sont .iiijxx. ans a celz et a celes qui tant vivent qu’il usent les .iiij. tens, et po i a mais de gent qui tant vivent. [4] Et cil qui muerent avant, se il sont bien contenu en tant de tens com il vesquirent et a la fin, lor est bien avenu. [5] Chascuns des .iiij. tens est partiz par mi: d�s le commancement jusques ou mileu est d’une meniere, et dou mileu jusques a la fin est d’autre.

5.2 189

[1] Vos saves que d�s que li anfant naissent jusqu’� tant qu’il aient .x. ans acompliz sont en trop grant peril de mort e de mehaing: [2] li un quant les fames les couchent delez eles tant comme il sont petit, [3] autre de feu, ou d’iaue, ou de chaoir, ou d’autres plusors menieres de mescheances qui aviennent aucune foiz par male garde, et autre par accident. [4] Et toz jors dit l’an que on doit garder son anfant de feu et de iaue tant que il aient pass� .vij. ans, et bien i pueent avoir mestier tuit li .x.; [5] mais li autre .x., qui sont le parfeit d’anfance, 190 doit avoir li anfes aucune quenoissance bone [6] et doute, et par soi me�smes se doit auques savoir garder des perilz devant diz. [7] Et cil qui les gardent les doivent chastier et anseignier et apanre, [8] si comme il est devis� devant, la ou li compes parla d’anfance. 191 [9] L’an ne devroit ja volantier marier anfant malle tres qu’il e�st .xx. anz acompliz, [10] se ce n’estoit por haste d’avoir hoirs, se il a aucun grant heritage, ou por avoir aucun riche mariage, [11] ou pour doute de pechi�, se il est trop par tens chaus de luxure; [12] mais les filles doit l’an tost marier puis qu’eles ont .xiiij. anz. [13] Cil et celes que l’an marie granz en deviennent sage et si en doivent mialz valoir et mieuz savoir estre ansamble, [14] et lor anfant en doivent estre greignor et meillor.

5.3 192

[1] Jovanz, qui vient apr�s anfance si est plus perilleus d�s les commancement jusques a mmileu, [2] ce est d�s .xx. jusques a .xxx. ans, que il n’est d�s .xxx. jusques a .xl., [3] car en la premiere moiti� sont tuit li plus des granz pechiez escalufrez que li compes a devis� en jovant, [4] et en l’autre moiti� s’atempre l’an quant on plus aprorche le moien aage.

5.4 193

[1] Et li moiens aages est trop miaudres d�s le commancement jusques ou mileu, ce est d�s .xl. anz jusque .l., [2] car adonc doit l’en estre parfez de touz les biens dont li compes a parl� ou moien aage. [3] Et d�s .l. jusqu’� .lx. doit on estre bons, car ce est dou moien aage.

5.5 194

[1] Quant on est de .lx. anz acompliz adont est l’en viel. [2] Et por ce dit l’an que d�s ici en avant est l’an quites des servises; [3] et bien samble raison, car homes de tel age a assez a faire de servir soi me�smes, ou de soi faire servir, se il a de quoi. [4] Et viellesce qui est de .lx. ans en amont, et li milieu de .lxx. anz, est moult annieuse au comencement et plus a la fin, qui est de .iiij. vinz anz. [5] Et toutes voies i a aucunes choses profitables et convenables, si comme li compes devisa quant il parla de viellesce. [5] Et se aucuns dure plus, il doit desirrer la mort requerrant a Dieu ad�s bone fin.

5.6 195

[1] Et .iiij. choses i a dont li contes n’a mie anterinement parl� en toz les .iiij. tens devant diz, et toz jors en a l’an grant besoig; [2] si en devisera l’an ci les .iiij. souches et partie de lor bones branches, qui sont plusors. [3] L’une des souches est souffrance, et l’autre servise, et l’autre valor, et l’autre honor. [4] Toutes ont mestier grant as .ij. parties, c’est a savoir a cels qui sueffrent et a ces que l’an sueffre, [5] et a cels que l’an sert et a cels qui servent autrui, et a cels qui valent et a celz cui l’an vaut, [6] et a celz qui honeurent et a celz que on honore.

5.7 196

[1] Raisons est que en comence a Nostre Seignor, [2] qui est li droiz commancierres et parfaisierres de la haute soffrance, [3] qui dure parfaitement jusques a la fin a �aus qui s’amandent devant la mort: 197 [4] li plus haut et riche seignor terrien, qui sont neant a la comparison de lui, [5] doivent bien panre garde a lui et example, et soffrir debonnairement �ax qui lor mesfont et touz ces qui sont en lor pooir, [6] et pardoner anterinement a cels qui viennent a lor merci, por amour dou seignor celestial, [7] qui por cels et por les autres soffri mort et passion en la croiz; [8] et tuit ont grant mestier de son pardon et de sa soffrance; [9] car se il se corre�ast et il ne les vossist sofrir, trop seroient par temps puni. [10] Et se li grant seignor terrien sueffrent les menors, bien doivent donc par raison li petit soffrir les granz et attendre lor menaie et lor merci. [11] Touz jors dit l’an que�li bon soffreor vainquent tout.

5.8 198

[1] Tuit cil qui sont en cest siecle, petit et grant, et homes et fames, [2] doivent abandoneement et viguereusement atendre et soffrir les dures aventures et les mescheances et les pertes et les dolors qui lor aviennent d’amis ou de terres ou d’autres richesces ou de choses qu’il aimment; [3] car se les pertes sont de petites choses, tant le pueent il miax soffrir et miax passer, [4] et, se eles sont granz, tant leur est il plus a grant honeur et a grant bien tenu, s’il les puent bien souffrir et biau passer. [5] Granz sens est de biau soffrir ce que l’an ne puet amander, [6] et grant folie est de soi maumetre et correcier et desesperer por les mortex choses ne por les temporeus, qui sont neanz.

5.9 199

[1] Autres .iij. menieres i a de soffrance: [2] l’une est quant li nonpuissant ont rece� honte et domage par les riches ou par les puissanz qui sont fort et tex qu’il nes pueent amander; [3] et de ceste me�smes meniere avient ausis a ceus qui sont povre et mesaisi� et en tel point qu’il n’ont pooir de l’amander, si lor covient soffrir par estovoir. 200 [4] La seconde est des nices pereceus et mauveis qui maintes foiz sueffrent honte et domage, por ce qu’il ne le sevent amander ou ne lor en chaut. [5]  201 La tierce si est de �as qui ont en proposement et en volant� d’els vangier et sueffrent tant qu’il en ont leu et eise, [6] et ont toz jors affermeement en cuer et en remambrance de vangier la honte qu’il ont rece�e ou le domage, et de droite quenoissance atandent lieu. 202 [7] Ces .iij. soffrances ne fait l’an mie por Dieu, mais por ce qui est devant dit; [8] et touz jourz dit l’an que�on puet trop plus sofrir mesaise que ese, [9] car qui est povres ou mesaisiez ou a meschief de honte ou d’autre chose, s’il nel puet amander, a soffrir li covient; [10] et li riches, qui est a ese et a delit, fait et porchace maintes foiz tiex choses, dont granz maus et granz anuiz li vient. [11] Et nus n’est en si bon point, s’il ne puet le bien soffrir, que max ne l’an doie avenir; [12] et por toutes les raisons devant dites et por moult d’autres est soffrance trop haute chose et digne et profitable.

5.10 203

[1] Li haut servise nonper et merveillous sont cil que Nostre Sires a fait a home et a fame: [2] car il, qui estoit sires tant solement et creators de toute creature daigna estre sauverres de l’umaigne lignie, [3] quant il s’umilia tant et si grant servise nos fist por racheter home et fame d’enfer, [4] quant il vost assambler la de�t� a humanit� ou cors a la Vierge Marie et de lui re�ut char et sanc, [5] et nasqui verais Diex et verais hom, et soffri passion et mort. [6] Et por ce requiert il que l’an ne li face service que celui qui est por la gent me�smes, a lor ames sauver et randre a lui, [7] por vivre pardurablement apr�s la mort dou cors. [8] Mais dou sien servise et de s’a�e et de son consoil a l’an tant de foiz mestier et en tant de menieres que ce est sanz nombre; [9] et a lui mesfet on et faut de servise toz les jors, et il atant le darrean servise: ce est que l’an li rande l’ame. [10] Et qui a celi faut jusques a tant que il soit trespass�, folement a esploiti� a son ues me�smes, [11] mauvaisement a randu le servise que Nostre Sires li fist. [12] Et Diex par sa douce piti� en desfande toz crestiens et en son servise les conduie. Amen!

5.11 205

[1] Des genz dou siecle qui servent li un as autres, cil qui quenoissent aucune bont� et porveance en lor seignors, [2] les doivent servir loiaument, et atendre lor guerredon; [3] et se lor seignor ne lor guerredone lor bon servise, [4] li haus sires dou ciel et de la terre, qui toz les biens guerredone, lor porverra autre segnor qui lor guerredonera, ou il me�smes les chevira d’autre bien, [5] et li mal seignor failli dou guerredon en sera avilenez et puniz; [6] et cil qui re�oivent servise et jamais ne le guerredonent, il boivent la suor de leur serveors qui lor est venins morteus as cors et as ames. 206 [7] Et maintes gens dient que en biau servir covient e�r avoir. [8] Mais l’an doit croire que tuit li bon e�r et tuit li bien viennent de Dieu; [9] et tel tient on a bon e�r qui est mauveis, et tiex est bons e�rez des biens temporex qui pert l’ame. [10] Cil a�rs n’est mie de par Dieu, ainz le fait li Annemis.

5.12 207

[1] L’an voit sovant que tiex genz sont avant et honor� et riches antre les riches homes, et por ce qu’il sont droit asne et plus nices que bestes; [2] et aucuns i a qui sont sages et vaillanz qui ja n’avront leu, por ce qu’il ne se truevent en bone place ne ne se vuelent vilainement ambatre. [3] L’e�r des nices puet estre en la nicet� et en la mauvesti� des riches seigneurs qui les acoillent por ce qu’il sont de lor complexion, [4] ou por ce que il ne les quenoissent, ou por ce que il ne vuelent avoir antor aus vaillanz ne sages [5] qui les sachent ne puissent reprandre de lor mauvisti� et de lor malice. 208 [6] Et tel riche home chacent le cheval de l’estable et i metent les anes et les bues as hautes manjoures. [7] Et se ce n’est par la raison desus dite, avenir puet que ce est l’Anemis qui, par le pechi� des seignors et de ces nices qui sont pecheor, lor fait venir leur choses a profit en semblant de bon e�r. [8] Et cil e�rs lor fait ainsis passer leur vie jusques a la male fin, [9] et li deables, qui les a chuflez, amporte les ames. [10] Et li autre qui sont sage et bon et n’ont leu au siecle et sueffrent lor povret� en paciance et viennent a bone fin, cil sont bon e�r�; [11] et lor bon e�r, qui samble au siecle mauveis, est li droiz bons e�rs de par Dieu. 209 [12] Et por ce doit l’an moult volantiers soffrir en cest siecle les maus que l’an i a et recevoir en pacience, en remission des pechiez; [13] moult i a de garanties que cil qui ont souffrance des biens de cest siecle ont en l’autre les granz biens et la vie pardurables, [14] et cil l’ont moult bien deservi.

5.13 210

[1] Autres .iij. menieres i a de servise que les gens font li un aus autres, [2] quant cil qui ont mestier ou besoig de service recevoir le welent et puent et seivent avoir. [3] Et .iij. menieres de gens font cels servises; [4] et en celes .iij. menieres sont acoillies toutes les genz dou siecle qui servises pueent faire. 211 [5] L’une des .iij. menieres si sont toutes les franches gens amiables et debonaires, l’autre toutes les gens de mestier, la tierce tuit li vilain. 212 [6] A droit sont franches genz amiables tuit cil qui ont franc cuer, [7] et debonairement et amiablement font servise a cels qui amiablement le requierent; [8] et cil qui a franc cuer de quel que lieu il soit venuz, il doit estre apelez frans et gentis, [9] car, se il est de bas leu et de mauveis et il est bons, de tant doit il estre plus honorez. 213 [10] Cil de mestier sont moult grant genz, car cil qui ont les soverains mestiers ce sont prestres et clers, qui ont la cure des ames; [11] et grant seignorie fait on el siecle a avocats et mires, et les autres genz de toz mestiers ausis. 214 [12] Et vilain sont cil qui vilainement se contiennent en dit et en fet et ne vuelent riens faire que a force et par paor: [13] tuit cil qui sunt tel sont droit vilain ausis bien comme se il fussent serf ou gaeigneur de terres as riches homes,14 ne ja, se il sont astraiz de nobles gens et de vaillanz, por tant ne doivent il estre apel� gentil ne franc, [15] car gentillesce ne valour d’ancestre ne fet que nuire as mauveis hoirs et honir; [16] et mains en fust de honte, quant il sont mauveis, que se il fussent astrait de vilains.

5.14 215

[1] As .iij. menieres de gens devant dites covient .iij. menieres de loiers; [2] ne autrement ne puet on avoir servise qui bons soit. [3] Ce dit l’an toz jors, cels qui ont bon cuer et franc puet l’an avoir et doit por bien, [4] ce est par biau requere et proier cortoisement, ou par bienfait ou par belle oevre. [5] Et toz cels de mestier covient avoir par loier, e toz vilains au baston, ce est par aucune meniere de force. 216 [6] En cels dou loier de don a trop a dire, [7] car tout premiers cil de Sainte Eglise le vuelent a la vie et a la mort, [8] et apr�s la mort ont loier et aumosnes por chanter messes de requiem por les ames de ces qui sont en purgatoire, et ce est li miaus amploiez loiers. 217 [9] Li avocat ne li mires ne font riens sans loier de don, [10] et sovant � vuelent que l’an soille les dens, ce est que l’an doigne, les petiz apr�s les granz, [11] et si ameroient miax les granz que les petiz �.

5.15 218

[1] Assez avez o� de soffrance et de servise, apr�s orrez de valor et d’anor. [2] Cil dui sont sovant ansamble es bones oevres de Dieu et dou siecle, [3] et po i a de granz bienz ou noiant ou eles ne soient ansamble a priv� ou a palais. [4] Les hautimes, dignes valors et honors sont toutes en la gloire qui est au Peire et au Fil et au Saint Esperit; [5] et la tres grant nonpeir valour et honour que li Peres fist a l’umain lignage est dite devant. [6] Et les greignors valors et annors qui soient et puissent estre es gens dou siecle, si est que l’an vaille tant a soi me�smes que l’an sache requenoistre ce que Dieus nos a fait, [7] et que l’an le loe et l’anore en proieres et en orisons et en aumosnes doner as povres en honeur de lui et por lui, [8] et en faire penitance, si que l’an li rande l’ame qui est soue; [9] et tout ce tient il a grant honeur et a gran valor. 219 [10] Et tel honor et valor est toute nostre, car il est honor� et glorefi� de soi me�smes sanz fin, [11] et por ce le doit on dou tout gracier de jor et de nuit, [12] et tout le plus de bones valeur et honneurz de quoi on est tenu a vaillant et a honnorez ou siecle, sunt bele et plaisans a Nostre Segnor, [13] et toutes choses qui plaisent a lui doivent bien plaire au siecle; et si font eles as bons et as sages. [14] Et toutes les choses qui sont despleisanz a Dieu sont apparamment honteuses et mauveises au siecle, qui bien i regarde; [15] bone valors et honors granz est a Dieu et au siecle que l’an soit humbles et debonaires, cortois et larges, estables et hardiz.

5.16 220

[1] De tout le plus de ces choses a li compes parl� �a en arriere, commant l’an se doit contenir, [2] et tant dira anquore que hons larges, s’il n’avoit que .vj. deniers, si donroit il por Dieu aucune chose et por honor terrien. [3] Et droiz dit en: li angoisseuz eschars, se il avoit tout l’avoir dou monde, si nan porroit il faire bien, et qui tiex est, il n’a riens; [4] et le greignor hardement et le meillor l’an puisse avoir si est de soi contenir viguereusement en toz tens, [5] et especiaument en la fin, contre les dyables qui son pesme anemi.

5.17 221

[1] Des autres menieres de hardement a li contes parlei asseis ou moien aage, [2] et cil qui bien font de tant de pooir com Diex lor a don�, [3] et se contiennent bien et vigueresement et leaument ver Dieu et vers le siecle, sont vaillant et honor�. [4] Et cil qui pueent valoir et ne valent sont mauveis et honni en cest siecle et en l’autre, [5] et quant plus i durent, et pis lor vaut; [6] et se la mort nes vuet ocirre, il me�smes devroient voloir la mort, [7] car quant plus tost faudroient dou siecle, et plus tost seroit estainte et remese la honteuse meniere d’aus. [8] Et quant li bon vivent plus longuement, plus font de bien et plus sont en bone memoire, [9] et lor bones merites sont greignors devant Dieu, et adonc est valors et honors en aus parfete.

5.18 222

[1] Vos avez o� des .iiij. choses devant dites, ce est soffrance et servise, valor et honor; [2] si devez savoir que ces .iiij. sont comparees et sorsamblees as .iiij. tens d’aage, [3] c’est a savoir soffrance a anfance, et servise a jovent, et valour au moien aage, et honors a viellesce. [4] Si est bien droiz que vos sachiez comment et de coi chascune des .iiij. resamble a cele a qui ele est comparee. 223 [5] Vos savez que il convient par estovoir que li anfant, tant comme il sont petit, sueffrent ce que on lor vuet faire cil qui les ont en garde et en pooir. [6] Et quant il sont .j. po grant, il covient que lor gardes sueffrent une grante partie de ce que li enfant vuelent faire de geux et d’autres choses plusors. [7] Et estuet que li maitre d’aus aient grant painne et grant travail d’aus ansaignier et garder et apprendre. 224 [8] Et servises est a droit affigurez a jovente, car en jovent doivent fere li josnes les grans servises et les fors, et il en font moult de perilleus et de granz; [9] et plusors lor en fait l’an que par force que par amor. 225 [10] Et valors samble droitement le moien aage, [11] car adonc doit on avoir la greignor valor que por aus que por autrui, si comme li contes dit ou moien aage. 226 [12] Et honor sorsamble a vieillesce en aucunes choses, [13] car moult est honorez li viaus qui bien se contient jusqu’� la fin; [14] et en viellesce covient que finent tuit cil qui deviennent viax. [15] Et nule greignor honor n’est que de venir a bone fin car c’est honor parfete.

5.19 227

[1] Li .iiij. mot desus nom� sont li gros dou compe, apr�s orroiz les somes. [2] La premiere est d’anfance qui dist: [3] la some de bone anfance si est que li anfant soient durement doutif et bien en commandement d’obe�r a cels qui les ont en garde, [4] et por ce les porront les gardes garder de mort et de mehaig, [5] et de mal faire et dire, et de moult de autres menieres de perilz, tant comme il sont petit. [6] Quant il sont .j. po grant, se il sont bien en commandement et bien obediant, par ce les porront ansaignier et aprendre bien contenir, [7] et aprendre le mestier que chascuns aprendra, [8] car n’avient pas sovant que anfant facent bien, se ce n’est par doute ou par ansaignement. [9] Et les gardes et li mestre doivent estre itiex qu’il sachent de ce venir a chief, [10] et que il quenoissent la meniere des anfanz, car as uns covient plus maistrier et as autres mains.

5.20 228

[1] La some de jovant si est que li jone doivent bien savoir que por jovant ne doivent il mie vivre comme bestes, [2] qui naturelment font toute lor volant� sanz pechi�. [3] Mais home et fame, que Diex forma et fist a la forme de s�ymage, [4] et lor donna raison et quenoissance, ne doivent mie ce fere, [5] ainz doivent douter pechi� et le perillous estat en quoi il sont de cors et d’ames et de mal faire et recevoir plus en jovant que en autre tens, [6] et se doivent garder de perdre lor jovent, et que il ne facent mal a lor amis ne chose qui soit reprochie a els me�smes ne a celz qui les aiment. [7] Et se doivent traveiller de bien amploier lor jovent en valor et en vigor et en conquest et en euvre par le consoil des ainneis et des plus sages, [8] et se doivent garder de tout lor pooir, au moins en toutes les granz choses, que volantez ne chevauchast raison. [9] Et sovant doivent prier a Nostre Seignor qu’il les sauve et garde et deffande de touz maus et de touz perilz, [10] et lor doint grace de bien faire et dire et bien avoir en lor jovent et toz jors.

5.21 229

[1] La some dou moien age est tex que tuit cil de lor tens qui riens valent doivent randre graces a Nostre Seignor volantiers et sovant de ce qu’il sont eschap� d’anfance et de jovent, [2] et sont venu au soverain estat et au meillor de toute lor vie. [3] Por quoi il se doivent traveillier ententivement de randre a Nostre Seignor son droit, et a lor cors et a lor ames et a lor amis et a lor serveors et a tout le siecle ausis, selonc Dieu et selonc droit de nature. [4] Car adonc doivent il estre sages et riches, et se il pueent, pour savoir et por valoir a aus et as autres. [5] Et chascuns se doit remambrer dou criour qui cria les choses a vendre, [6] et quant il ot cri� .iij. foiz, si dist: �Qui or n’i metra, jam�s n’i avenra�. [7] Ainsis est il de moien aage: qui lors n’est bien creanz ne ne seit ne vaut ne puet, jamais ne le sera, [8] se ce n’est par la propre grace Nostre Seignor Jhesucrit.

5.22 230

[1] La some de viellesce si est la darrienne: [2] moult afiert bien as viex que il doignent bon example as gens de bien faire; [3] et il me�smes se doivent moult garder de faire oevres de jones, [4] car ce est chose qui moult desplet a Dieu et au siecle, qui les achufle. [5] Et touz jors doivent avoir en remembrance de savoir qu’il sont sus l’ourle de leur fosse, [6] et que nuns ne puet eschaper a la mort. [7] Et il me�smes ont sovant ve� morir anfanz, jones et moiens et viax; [8] si se doivent reconnoistre que Nostre Sires les a tant respitiez en atendant que il vangnent a amandement � [�] si seront sauf. � [9] Et por ce doivent avoir les iex ouvers et regarder lor fosse en tele maniere que il aient toz jors la chiere devers paradis et le dos torn� a enfer, [10] car il doivent certainnement savoir que par tens seront bout� enz, [11] et se il se truevent en bone place, pardurablement l’avront, [12] et cil qui se troveront en mauveise, si seront tormant� sanz fin. [13] Diex en deffande touz crestiens par sa misericorde et doint grace a toz viax de bien user lor viellesce, et venir a bone fin et a repos pardurable. Amen!

5.23 231

[1] Tout ausis come il avient que li riche home re�oivent acompe de lor danree et de lor issues, [2] et il ont o� tout le menu mot a mot, si vuelent o�r en gran some et en gros, [3] et toutes les foiz que il voient le gros et la some [4] il voient se il pueent tout savoir (avec la remembrance que il ont) de ce que il o�rent en menu atir� ordeneement, [5] et tout en cele me�smes meniere est il de cestui compe, [6] car tuit cil qui l’avront o� ententivement une foiz [7] porront savoir ententivement � par ces .iiij. moz darriens devant nomez, qui sont li gros, et par les somes � le miex de tout ce qui est escrit ou livre. [8] Et ce porra l’an faire plus legierement et sovent que o�r le tout; [9] et tuit cil qui li orront, en amanderont, se Dieu plest.

5.24 232

[1] Ici faut li compes quarrez; ces quarr�s sont li .iiij. tens d’aage devant diz devisez et affigurez de .iiij. en .iiij. par .iiij. foiz.

[2]Apr�s vient une courte rime,

 qui est en .[i]iij. vers le�lime:

[3]moustre la racine et la cime

 d’aler a D�s tout droit sanz lime.
 

[4]Qui bien croit Sainte Trinit�,

[5]trois persones en unit�,

 et toutes .iij. en deit�,

[6]et croit l’uevre d’umanit�
 

[7]que Diex fist por racheter home

 apr�s le mesfet de la pome,

[8]et croit sainte Eglise de Rome,

[9]quex que soit de pechi� la some,

 s’a droit vuet penitance faire

 si qu’il n’i ait riens que refaire,

[10]et apr�s se gart de mesfere,

[11]ensis se puet chascun parfere.

5.25 233

[1] Phelipes de Novaire, qui fist cest livre, en fist autres .ij. [2] Le premier fist de lui meesmes une partie, car la est dit dont il fu, [3] et comment et por quoi il vint de�a la mer, et comment il se contint et maintint longuement par la grace Nostre Seignor. [4] Apr�s i a rimes et chan�ons plusors que il me�smes fist, les unes des granz folies dou siecle que l’an apele amors; [5] et assez en i a qu’il fist d’une grant guerre qu’il vit a son tens antre l’ampereor Fredri et le seignor de Barut, mon seignor Jehan de [I]belin le viel. [6] Et .j. moult biau compe i a il de cele guerre me�smes d�s le commancement jusques a la fin, [7] ou queil sont devis� li dit et li fait et li grant consoil des batailles et des sieges atiriez ordeneement, car Phelipes fu a touz. [8] Apr�s i a chan�ons et rimes qu’il fist plusors en sa viellesce de Nostre Seignor et de Nostre Dame et des saints et des saintes. [9] Celui livre fist il por ce que il me�smes et ses trove�res, et li fait qui furent ou pa�s a son tens, [10] et les granz valors des bons seignors fussent et demorassent plus longuement en remembrance a cels qui sont descendu de lui et a touz ses autres amis, et a touz ces qui les vorront o�r. 234 [11] Le secont livre fist il de forme de plait, et des us et des costumes des Assises d’Outremer et de Jerusalem et de Cypre. [12] Ce fist a la proiere et a la requeste d’un de ses seignors qu’il amoit, [13] et apr�s s’an repanti il moult, por doute que aucunes males gens s’an ovrassent malement de ce qu’il avoit ansaigni� por bien et leaument ovrer, [14] et de ce s’escusa il au commancement et a la fin dou livre. 235 [15] Et cestui livre, qui est li tiers, fist il de ce qui est dit et devis� en cestui livre me�smes, [16] por ce qu’il voloit ansaigner as siens et as estranges qui ses ansaignemenz voudroient o�r et retenir, que il en ovrassent bien, [17] ne ja pour tant ne se tenissent que il n’apre�ssent de cels qui plus sevent de lui et valent et sont meillor de lui, [18] et especiaument des ministres et de sarmoneurs de Sainte Eglise. [19] Et que nus ne se done garde a sa persone ne a son estat, ne a ses oevres, se eles sont bones: [20] et se il n’a bien fait, tout ait il bien dit, chascuns doit le bien aprandre et metre a oevre; [21] car touz jors dit l’an: qui bien fera bien trovera. [22] Atant fine li tiers livre, et Nostre Sires Dieus, qui est piteus et misericors parfaitement, doint par sa piti� et par sa misericorde en l’autre siecle repos pardurable et clart� sanz fin a celui qui cest livre fist et a celui qui l’escrist, [23] et a touz crestiens et a toutes crestiennes, se a lui plest. Amen!