RIALFrI

Aldobrandino da Siena, Régime du corps

Le régime du corps de maître Aldebrandin de Sienne. Texte français du XIIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, Champion, 1911.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

Indice dell'opera    

 



Au commencement de che livre, si dirons pour coi il fu fais, et là où il fu prins, et quant il fu fais à le requeste le contesse de Prouvenche ki est mere le roine de France, le roine d’Engletiere, et le roine de Alemaigne, et la contesse d’Angou.

Et si le fist maistres Alebrans de Florence, en l’an de l’incarnation Jhesu Crist .m.cc.lvi. ans, quant ele dut venir veir ses filles si com ele fist, et li fist cest livre por che k’il ne pooit aler avoec li, car ele ne vaut mie k’il laissast les marcheans d’outre les mons k’il avoit en cure, et ele tenoit plus de lui ke d’un autre. Si li fist faire che livre por porter avoec li et por garder.

Et il mist .iiij. parties el livre, de coi li premiere parole de tout le cors, quels coses il sont propres à santé garder et queles non, et est ordeneé par .xx. capiteles. || La seconde partie parole de cascun menbre garder à per lui. Li tierche partie parole des coses k’il nous couvient user communement. Le quarte enseigne coument on puet, par nature, counoistre l’oume et le femme par dehors.

Et sachent tout cil ki ce livre verront et orront k’il ne doutent mie de celui ki le fist; ke nus ki vive i sace ke reprendre, se n’est par les escrivains corrunpus, car il entrait à tiesmoignage les auteurs d’astronomie, de natures et de medecine de coi li livres parole.

D’astronomie parole il là où il parole des .xii. signes par coi li solaux fait sen cours, des elemens et des planetes et d’autres coses ki nous sont invisibles; de medecine parole il en ce k’il nous aprent le cors à garder en santé et à remouvoir les maladies et mout d’autres coses.

De natures dist il enseignemens, si com de counoistre le nature des hommes et des femmes et de mout || autres coses k’i<l> nous couvient user, et ce n’est mie prouvé par les esperimens corrunpus ki ne sont mie d’auteur, ains est prouvé par les milleurs auteurs ki parolent de ces .iij. sciences devant dites, si com par Ypocras, par Galiien, par Constentin, par Jehenniste, par Ysaac, par Aristotele, par Diogenen, par Serapion, par Rasis, et par Avicenne, et autres auteurs que cascuns detierminara en sen capitele, li .i. par l’autorité de l’autre.
 
 
 

Diex, ki par sa grant poissance, le monde establi, ki premierement fist le ciel, apriès fist les .iiij. elemens, c’est la tiere, li ewe, li airs et li fus, si li plot ke toutes les autres coses de la lune en aval fussent faites par le vertu de ces .iiij. elemens, si com sont herbes, arbre, oisel et toutes autres biestes, poissons, et houmes, et fist premierement toutes ces coses avant k’il fesist oume, et l’oume fist il au deesrain, à sa samblance, por le plus noble creature k’il pe||ust faire en tiere, et li douna le segnorie entiere de toutes coses qu’il avoit premierement faites, et volt que toutes les coses fussent obeissans à l’oume por çou qu’il est ausi com fins de toutes coses. Si com dist Aristoteles, ke on doit bien savoir que fins est li miudre cose en totes oevres, car par le fin fait on quank on fait.

Or, doit on savoir, puis que toutes coses sont faites des .iiij. elemens, si com vous avés oii, et por çou que cist .iiij. element se remuent tous jors li .i. à le nature de l’autre, et se corrunpent, couvient que toutes les coses ki sont faites des .iiij. elemens se corrunpent, ajovenissent, enviellissent et se cangent, ne ne puent en .i. estat demorer.

Donques, puis que li ons est de ces .iiij. elemens engerrés et fais, ne mie de le nature, com sont les estoiles et li angele ki tous jors sont en .i. estat et ne se cangent, mais li om tant com il vit, ains qu’il muire, se cange de jour en jor, et ja en .i. estat ne porra demou||rer, et por ce, Notre Sires li dona, si com à le plus noble creature qui soit, une science k’on apiele phisike, par le quele il gardast le santé qu’il li dona premierement et peust encore remouvoir les maladies, car phisike est faite especiaument por le santé garder; et n’entendés mie que phisique soit science por l’oume faire vivre tous jours, ains est faite por conduire l’omme jusque la mort naturel. Et sachiés que mors natureus si est en .lxx. ans par nature, et plus et mains, si com il plaist à Nostre Signeur.

Et si vous dirai por coi, car tant com li ons met à croistre en force, en biauté et en vigeur, si est à .xxxv. ans et dont couvient <que il mete> tant de tans à envillier et à aler à noient, si com il le proeve par Avicenne. Donques, puet on veir que cil qui murent devant le tierme naturel, c’est par l’outrage qu’il font à lor nature et à lor complexion, et cil qui vivent plus, si lor avient par boine complexion qu’il ont et par boine garde qu’il puent faire de phisique. Et encore i a autres || raisons assés que nous ne dirons pas, por ce k’il couvient assés savoir de clergie qui entendre le vauroit. Et entendés ke çou ke nous vous dirons si est selonc nature, mais li vivres et li mourirs est au plaisir Notre Signor.

Or, dirons dont .i. partie de cele science que nous vous avons noumee, la quele Diex dona à l’omme por garder sen cors, car ele a maintes parties si com nous vous dirons. L’une partie si est por garder le cors, tot ausi le bien sain com le mal sain generaument, si com dist Constentins, et l’autre puet iestre de garder cascun menbre par lui, et por çou, ara en ceste oevre .ij. principals parties, car de ces .ij. entendons nous principaument, et la tierche i sera ki dira des simples coses qu’il convient à cume user, la quarte i sera qui est apelee phisanomie, par coi on counoist l’omme de regarder s’il est boens ou malvais, et cascune partie aura capitaus especiaus si com nous trouverons:
 


Li premiers est de l’air.
Li secons de mangier.
|| Li tiers dou boire.
Li quars du dormir et du vellier.
Li .v. du travellier et du reposer.
Li .vi. du baignier.
Li .vii. d’abiter avoec femme.
Li viii. por coi on se doit garder de courous.
Li .ix. en quel tans on se doit sainier.
Li .x. por coi on se doit ventoser et à coi il fait bien.
Li .xi. à quel cose les sansues font bien et por coi on les use.
Li .xij. por coi on se doit purgier et en quel tans.
Li .xiij. por coi il fait boin user le vomir et à coi il est boins.
Li .xiiij. comment on se doit garder de pestilense et de corruption d’air.
Li .xv. comment on doit le cors garder en cascune saison de l’an.
Li .xvi. comment on doit connoistre les lius et les viles por demorer plus sainnement.
Li .xvij. comment on se doit garder ki veut errer par mer.
Li .xviij. comment li femme se doit garder puis k’ele est ençainte et comment on puet aprendre à femme à soi delivrer legierement de sen enfant.
|| Li .xix. comment on doit l’enfant garder puis qu’il est nés et comment on doit counoistre et eslire le nourice por garder et nourir l’enfant.
Li .xx. comment on doit sen cors garder en cascun aige et comment on puet le villece atargier et soi maintenir jone.
 
 

Por ce que nous vous avons dit desus ke nous volions dire d’aucune partie de phisique, si que por entendre miex ce ke nous vous dirons, si dirons tot premierement que est phisike.

Phisique est .i. science par lequele on counoist toutes les manieres, du cors de l’hom et par lequele on garde le santé du cors et remue les maladies, et poons dire que ceste science a .ij. parties: l’une des parties est apelee theorike, et l’autre pratike.

Par theorike, savons nous counoistre et jugier tous les commandemens de phisique, c’est à counoistre et à savoir qu’il sont .iij. manieres de fievres. <Li .i. maniere> si avient que les humeurs sont corrunpues, et ceste maniere de fievre apielent li phisitiien phebris pu||trida. L’autre si avient as menbres la quele il apielent ethica. La tierce si est qui vient des esperis, la quele on apiele effimera.

Iceus commandemens de phisique et autres pluiseurs savons nous par theorique.

Par pratique, savons nous comment et en quel maniere on doit ouvrer et maintenir homme en santé et le maladie removoir. Conmençons donques comment on doit savoir garder le santé du cors par pratike, et laissons ester le theorike por ce que de li n’est mie no ententions, et premierement començerons de l’air.