RIALFrI

Torneiement de Sorelois

Fanni Bogdanow, A New Fragment of the «Tournament of Sorelois», «Romance Philology», 16 (1962-1963), 268-81.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Francesca Gambino

 

 

[1] a la mahomerie en pelerinage. Et ce soit dusque tant que vos seroiz retornez. Celui paage donoit chascuns anz .X. mil mars d’arjant, et ce avoit estez l’endoaire de s’aiole, dont la damoisele en estoit a celui tens en saisine.

[2] Quant Corsobin oï ce que la damoisele dist, il fu tant liez et tant joianz que nulle plus. Or voit il apertement que la damoisele ne li puet eschaper. Et lors s’en vient au roi et dist:

[3]  - Sire, oan me sorprist une maladie dont les mires me deguerpirent trestuiz. Mes la nuit aprés me vint Mahomet veoir et me fist prametre le pelerinage et que ge m’en alasse veoir le temple de dame Venus qu’est en la Grant Bretaigne en une foreste que l’en apele la Foreste Pereilleuse. [4] Et quant ge li o[ï] pramis, la maladie me deguerpi erraument. Or m’en sui apareilliez, dont ge m’en voil aler a vostre congiez,

[5]  - A Mahomet soiez vos comandez, fait li rois de Baudac.

[6] Quant li chevalier ot prist le congjez dou roi de Baudac, il s’en vint a la damoisele [et li dist]:

[7]  - [Damoisele] vos meismes vos avez a moi donee. Des ore mes voil ge que vos soiez come la moie.

[8]  - Corsobin, fait la damoise[le], encore en i a li grant mer a passer et parmi le trenchant de l’espee de Palamedes vos en estuet retorner ceste part. Se l’aventure poez achever, bien me poroiz prandre come la vostre.

[9]  Et lors le comande a Mohomet. Et Corsobin s’en ala en son ostel et prest ses armes et toz ce que mestiers li fu, et puis se mist au chemin que conduisoit a la mer, entre lui et .iiii. de ses vaslez, et chevaucherent tant que il furent venuz a la mer. [10]  II se mist en une nef et passa la mer en la compaignie de celui vaslez que le penoncel portoit a Palamedes. Et quant il furent outre la mer passez, Corsobin n’ala en pelerinage veoir le temple de ma dame Venus ensint com il avoit dit au roi, ainz s’en ala tote voies en la çompaignie de celui vaslez que tote voies aloit enquerant noveles de Palamedes, [11]  et tant chevaucherent de jornee que il venirent en Sorelois, que l’en li avoit dit entre voies que Palamedes seroit trovez en Sorelois.

[12]  Corsobin avoit dit au vaslet que il n’estoit meuz de Baudac por autre chose fors que por oster le penoncel as mains de Palamedes. Que vos diroe ge? Quant il furent venuz en Soreloys, assez tost troverent qui lor distrent novelles de Palamedes, et que a l’endemain le pora veoir en le tornoiement. [13] Et lors descendent andox en un hostel, dont il furent moult aiesé. Mes atant lesse li contes a parler de ceste aventure et parole dou tornoiement,

[14]  Ci endroit dit li contes que a l’endemain auques par tans leva monseignor Galehot, li haut princes deboneire, et Lancelot dou Lac et les autres barons. Et lors comencent les grailles et les estrumenz a soner. [15] Et quant les chevaliers l’oïrent, il se lievent de totes parz et armerent lor cors. Et lors furent les confanon conduit au champ, et les chevaliers s’en vont aprés. [16] De l’autre part monta la raïne as loges entre li et les dames et les damoiseles que acostumees estoient de venir avec li. [17] Li haut princes Galeot et avec lui ses barons i estoient venuz por le veoir. Entre Palamedes et son frere Saphar conduistrent la damoisele an champ.

[18] Quant Corsobin vit Palamedes armés de totes armes et vit son escuz que partuissez et derompuz estoit et maumis, et son haubers detrenchiez en plusors leus, il le prise moult. [19] Et neporquant il li estoit avis que il n’avroit vers lui duree a la grant force et a la grant vertuz que il cuidoit avoir, et que il savoit bien que en trestoz li roiaume de Baudac ne avoit nus chevalier qui envers lui ossast redrecier son escuz. [20] Et lors dist il au vaslet que il li baille le penoncel que la file dou roi de Baudac li envoie, et que il li die les covenances totes en tel maniere com ele li mande. [21] Lors s’en vet li vaslet atot le penoncel moult bien fermez en une lance. Et quant les chevalier si virent celui penoncel que baloioit au vent, il conurent erranment que il venoit de paanimes a la soulitez des portreituires des images que portraites estoient a fiz d’or et des oevres saracinoises que estoient environ.

[22]  Li vaslet s’en ala tot droitement la ou Palamedes estoit. Et quant il i fu venuz, il parole et dist si hautement que bien fu oï toz environ: [23]  - Sire, fait il, se vos estes Palamedes li paiens, si le me dites. Et Palamedes respont et dist:

[24]  - Vaslet, Palamedes sui ge, de voir le sachés, et de la loi saracinoise.

[25]  - Puis que celui estes que sui venuz querer de si lontaines terres come Baudac, adonc ai ge achevee ma queste, ce dit li vaslet, aprés ce que ge vos avrai contez tot ce por quoi ge sui envoiez a vos.

[26]  Sire, fait il, a vos m’envoie la plus vaillant damoisele que l’en peust trover en trestoz li paanimes. Ele est sage, cortoise et deboneire. Ele est bele et cointe et pleisant. [27]  Ele est riche et puissanz que de par pere que de par mere. Son aiol est rois de Nagabers, et son pere roi de Baudac. Sire, il n’a pas lonc tens que cele damoisele oï conter aucunes choses de voz proeces, et por ce ot ele assis son cuer en vos. [28]  Tenez qu’ele vos envoie cestui penoncel, qu’ele meïsmes portraist les oevres de ses mains. Se voz estes tex que encontre paiens le poez deffendre dusque a un anz, vos la poroiz aler prandre come la vostre, et si en porterez corone, de voir le sachiez, que li rois de Baudac ne ot de toz enfanz fora que cele damoisele solement.

[29]  Quant Palamedes oï ce, il prist le penoncel, non pas por avoir la damoisele a feme, mes por esprover sa chevalerie se aucun paiens venist por le contradire. Il ne prendist a celui tens la corone de toz li mondes. Et neporquant il respont au valet et dist :

[30]  - Vaslet, l’en ne sa des aventures dou monde a combien ele tornent, et por ce voil ge que tu dies a la damoisele de par moi que se ge ne vieng cele part dusque a un anz qu’ele ne m’atende plus et quele prande mariz a sa volentez. Et dou penoncel que tu m’as donez de par li en ferai ge toz mon pooir.

[31] Endementiers que Palam[ed]es tenoit parlement a celui vaslet, atant ez vos Corsobin venir cele part armez de totes [ar]mes et montez desor un chevax fort et isnel. [32] Et quant il fu auques pres de Palamedes venuz, il gita la main et prist le penoncel et le voloit arachier hore de la main a Palamedes. Et quant Palamedets vit ce, il traist la main a lui et dist:

[32]  - Sire chevalier, c’est outrange. Vos me faites honte.
Et lors parole Corsobin et dist:

[33]  - Sanz honte ne vos poez vos departir de moi.
- Estes vos paiens? ce dit Palamedes.

[34] - Paiens sui ge, fait Corsobin, et nez de Baudac; filz [s]ui ge de Aristoc que tot paanimes governoit au tens que li rois de Baudac remest orphenin. [35] Rachalz li fort est mon frere. Celui governe la chevalerie de Baudac et ot a feme la file dou roi d’Escuz. [36] Et cele orgoilleuse damoisele me vet refusant. Mes puis qu’ele envoia ceste part cestui penoncel, ele ne me puet eschaper par les covenances que en [m]ist.

[37] - Danz chevalier, fait Palamedes, a ce que vos dites, vos estes estraiz de haut lignage, et neporquant orgoilleusement vos volez marier. [38] Dites moi, quex covenances i mist la damoisele quant ele envoia ceste part son penoncel?

[39] Et Corsobin respont et dist que la damoisele i mist que se aucun paiens li portera cestui penoncel et que il l’avra gaignez desor vos, il la pora prandre come la soe.

[40] - Certes, fait Palamedes, adonc ne l’avrez vos ensint de ligier. Trop
seroit mon cors mis a honte se ge le vos quitas[s]e sanz joste et sanz meslee.

[41] Veez la li plus preudome dou monde et que nus n’ose neis regarder cele part por redrecier son escuz encontre lui (et ce dist il de Lancelot dou Lac), se il en fust en leus de vos, si me combateroie ge tant a lui que mes membres en seroient avilees, mes mon cuer n’en avroit honte, que ja por defaute de mon cuer il ne porteroit li penoncel. [42] Et se il le portast, mes menbres en seroent honies que li grant cox ne poroent sostonir. Et neporquant, nos somes ici tres devant li plus haut princes dou monde a sa grant feste, dont il ne seroit covenables choses de combatre sanz congiez de lui. [43] Et de l’autre part ceste bataille voil ge que soit bien veue de trestoz cels que ici sont assemblez. Et sachiez certeinement que en trestote la crestientez de tant com ele dure ne poroit l’en trover autretant de preudomes com vos poez veoir en ceste place.

[44] Dont ge voil que la bataille que doit estre entre voz et moi soit a l’endemain ou hui aprés
disner. Venez devant li haut princes que il nos donera li jors et li terme.

[45]  - Palamedes, ce dit Corsobin, tu as peor, ge le voi apertement. Mes fai lo bien, done moi
quitement lo penoncel et ge te donerai ma seror a feme, qu’est une des beles damoiseles dou monde. Et si en avras por endoaire ...