RIALFrI

D'Arcy J. Boulton, The Middle French Statutes of the Monarchical Order of the Ship (Naples, 1381). A Critical Edition with Introduction and Notes, in «Medieval Studies», 47:1, 1985, pp. 168-271.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale di Luigi Tessarolo, messa in linea di Francesca Gambino

 

 

Prologes


Cy commence le prologue de l’ordre de la Nef.
 

(f. 1r) Le Pere et le Fils et le Saint Esperit, un Dieu en trois personnes, adorons et tenons fermement sans doubtance, mes simplement ainssi le creons. <a> La seconde personne envoia en terre en une verge et Virge, char humaine prenre pour les pecheours rachater de paines perdurables, et de ceste verge et Virge nasqui la flour sur la quelle repose et maint le Saint Esperit, et qui sur toutes flours a odour, vertu et poissance, de la quelle viengnent et naissent toutes autres flours de bonté et de bien, et sans qui nulle ne puet naistre ne venir a perfection. Fist jadis et edefia en France un jardin ou quel planta et fist naistre flours tres nobles sur toutes autres terriennes, souef flairant, et de tres douce odour et de tres grant biauté, et aus quelles nulle ne s’apparelle qui par nonbres sont trois et non plus plantees. Premierement, non par main de home humain, mes par celui qui de nient crea et fist tout le monde, et qui la verge, seste de Aaron, fist flourir et porter fruit oultre le cours de nature; et qui le monde en trois estas establi, ordena et fist, c’est asavoir en clergie, chevalerie et menu peuple laboureu[r]s; donna et voult donner a ces trois flours vertu, poissance et odour, par quoi ces trois estas du monde peussent estre et fussent desoremés sostenu et raempli de lour odour, vertu et poissance, et par mistere les ordena trois et planta, en senefiant la Benoite et Sainte Trinité, deulz dessus et une desoubz. Les deuls dessus senefiant le[s] deuls plus haus estas du monde: la premiere, a destre, senefie la clergie; la seconde, a senestre, senefie chevalerie; et la tierce, desous, senefie le menu peuple, laboureurs de divers labours. Des quelles flours la premiere a en soy odour d’entendement et de sapience, la seconde a en soy odour de hardement et de poissance, la tierce a en soy odour de humilité et d’obedience. Des quelles sont yssues et nees maintes flours tres belles et tres souef flairant, qui par leur vertu, poissance et odour ont toute nostre foy catholique et tout le monde assasié, raempli et comforté, et par leur tres douce et bonne odour toutes puours et odours mauveses ont chaciés et boutees hours du monde, come il apert es ystoires enciennes de Charlemaine et autres maint, qui de cestui jardin et de ces flours sont né et yssu, par les quelles a esté Crestienté et nostre foy gardee, soustenue et sauvee, le clergie gardé, deffendu et maintenu, chevalerie sourmontee et essaucee, et le menu peuple en bonnes pais gardé et de tous maulx deffendu. Et maintes fois leurs corps, biens et avoir ont mis et bonnes pais gardé et de tous maulx deffendu. Et maintes fois leurs corps, biens et avoir ont mis et exposé en tres grans perilz, et combatu contre mescreans et Sarrazins, et les vaincu par leur vertu et poissance, ainssi come Dieu leur a volu donner grace, pour ces trois estas sauver et garder, et par especial la sainte foy catholique, pour l’eglise et son estat maintenir et acroistre, (f. 1v) et pour l’onneur de chevalerie essaucier. Et tanto nt esté les perils plus grans, plus tost et plus volentiers se sont exposé et mis en peril pour les choses desus dictes, sanz la mort en rien doubter, car plusours de leur en ce faisant ont receu mort honnorable et bonne, ainssi come a tous est notoire. Mes au jour d’ui sont les perilz plus grant et plus apperissant qu’il ne furent jamés, et la mer plus troublee par vens contraires et [horribles, par tempestes] espouentables, et par autres tres grans perilz, ainssi est faite come [non navigable]. La foy catholique est en peril tres grant, l’eglise est desceue, [chevalerie anul]lee et le menu peuple destruit. <b> Pour quoy celui qui premier le [jardin dessus dit] et les flours planta une flour: fist naistre et yssir de tel vertu, [puissance et odour come dessus] est dit pour garder et deffendre nostre foy et les trois estaz [dessus dit. Laquelle fl]our nouvelle – c’est asavoir tres excellent prince et seigneur monseigneur [Charles] de Duras, par la grace de Deu Roy de Jerusalem et de Scicile, qui de ce jardin et flours est yssu et descendu par droite ligne – considerant les biensfaiz, prouece, vertu et foy de ces antecessours, qui de ce jardin et flours on testé estrait, non obstant les perilz tres grans du jour d’uy, et la mer ainssi troublee, se veult et a voulu exposer aux perilz et fortunes de la mer, pour nostre foy soustenir, le clergie garder et deffendre, chevalerie acroistre et essaucer, et le menu peuple tenir en paiz, a mis sa neif en la dite mer, et exposé a tous perilz, sans voile, sans treif et sans banieres, sans ancres, sans tymons et sans cordes. Car aussi come telle neif la mer troblee est en peril, estant en la mer ainssi le dit prince, ces trois estas dessus dit, et par especial pour nostre foy maintenir, se veult et a volu du tout, sans la mort redoubter, metre, exposer et abandonner a tous perilz, et sa neif metre en la mer troublee. Et come celui prince et seigneur catholique, qui ces anteccessours veult de tout son pouoir ensuir, a volenté et propos, a l’aide de Nostre Seigneur Jesu Crist, de nostre foy contre tous a son pouoir maintenir, garder et deffendre, et les trois estaz dessus dit aussi, et de passer oultre mer pour la mort de Nostre Seigneur Jesu Crist vengier, et oster la Terre Sainte des mains aux mescreans, et la metre en la main des Crestiens, afin que Diex y soit adhoré et loé come il doit estre, et nostre foy essaucer a l’aide de Dieu et de la Verge Marie et de tous les sains de paradis. <c> Et pour ce que par un seul home sans aide d’autres nullement ne se pourroit ce faire, le dit prince, meu de devocion, de vertu et de foy, et de tres grant bien, a fait et ordené une ordre de chevalerie en l’onneur de la Benoite et Sainte Trinité, Pere et Filz et Saint Esperit, en l’an de l’incarnation de Nostre Seigneur Jesu Crist mil trois cens quatre vins et un, et de l’aage du dit seigneur l’an vint et quatreme non compli, afin que la Benoite Trinité luy donne force et pouoir de bien et loialment garder l’ordre telle come elle est devisee et ordenees par les chapistres si dessous escript, et fait sur ce, pour les bons chevaliers aloser, et pour leur non acroistre, et pour chevalerie essaucer, et pour ce que des bons soit memoire perpetuel, et pour que ceuls qui aprés venrront pregnent essamples aus bontés et proheces des trespassés, et pour donner cuer et hardement a tous de bien faire, et pour les bons et preuz amer, honorer, et tenir chier, et pour (f. 2r) les mauvés t couars haïr et desprisier, come il est de raison, et come l’ordre veult et commande, come par les chapistres de celle appert clerement. <d> Et pour ce que tous ceulz qui l’ordre prendront soient des autres conneu, et que par vraie charité et amour soient uny comme frere et compaignon doivent estre, pourteront por ensengne et devise tous les jours de leur vie depuis qu’il auront l’ordre prise et receue, une neif dedens la mer, sanz voille, sans treif et sans tymons, sans banieres, sans ancres et sans cordes, jusques a tant que par fait d’armes garnissent la dite neif et devise des choses dessus dites, ainssi et par tel maniere come veult et commande l’ordre et les chapistres d’ycelle. Et ceste enseigne [et devise a esleu et prise] le dit prince pour la plus noble qui peust estre et qui mielz a l’ordre soit convenable et mielz seiant, car par cestui vaissel et enseigne fu jadis ou temps du deluge l’umain lignage sauvé et gardé, par cestui est la mer contre le commun cours de nature aux homes faite navigable et habitable, et par cestui ont maint bon chevalier et preudomme diverses terres et pais cerchié et conquis et aqquis honnour, loenges, vertus et prouueces demonstrees, qui sans cestui vaissel nullement ne l’eussent peu faire, [comme appert] par le Greyois, Rommains et autres assés. Cestui est le vaissel de mer qui plus comprent que nul autre. Cestui entre les autres est plus fort et plus deffensable contre les fortunes de mer. Cestui est le virginal vaissel en qui les trois flours reposerent, c’est la Sainte Trinité par qui de ebulacion somes amenees a port de salut. Cestui est le vaissel du grant pecheour qui maintes fois et par especial maintenant par fortunes et tempestes de mer est en peril de perir, mes toutes fois perir ne puet, car a l’aide de la Sainte Trinité et de la Virge Marie et de tous les sains de Paradis, le dit prince et ces compaignons garderont et deffendront le dit vaissel, c’est nostre foy, de tous contraires, et l’essauceront de tout leur poueir, a l’onnour de la Benoite Trinité, de la Virge Marie et de toute la court celestial de nostre foy catholique, et des trois estas dessus dit, et par especial en acroissement de honnour de chevalerie, ainssi comme veulent et commandent les chapistres de l’ordre qui s’ensuient, par tel maniere et forme comme cy dessoubz sont escript.

1.

Cy commencent les chapitres de l’ordre, et [premierement] de recevoir nouviax compaignons en l’ordre, quant et comment. Premierement, en quelles festes et conbien ilz dureront.

<a> Premiere[me]nt que en quatre festes de l’an, c’est assavoir la feste de la Trinité, la feste de Tous Sains, la feste de Noël et la feste de Pasquez, en ces quatres festes se puissent et doivent recevoir nouvialx compaingnons, et non autrement, ne en autre temps ne feste, <b> se n’estoit aucun haut prince ou seigneur, a qui le prince, au conseill et voulentè des compaignons qui lors seroient presens avec le prince, ou de la plus grant partie de lour, la dite ordre et devise (f. 2v) poura mander et envoier toutes fois qui leur plaira et semblera bon. <c> Et chascune des quatre festes dessus dites durera trois jours devant le jour de la feste, qui durera huis jours devant et huis jours aprés. <d> Et en chascune de ces quatre festes dessus dites pourra le prince, au conseil et volenté des compaignons presens a celle foiz, c’est assavoir des deus parties des compaignons au moins, mander et envoier [l’ordre] a tous absens tels come les chapistres sur ce fait veullent et commandent qu’il soient. <e> Chascun veullent entrer en l’ordre doient supplier au prince qu’il lui plaise a le recevoir. <f> Et en l’une de ces quatre festes dessus dites le poura le prince nommeraux compaignons et dire la requeste de cellui, et nul autre le prince ne pourra ce faire. <g> Et sera sur ce lez compaignons asambler et lors s’enformeront de celluy veullant entrer en l’ordre, s’il est tiex comme veult l’ordre, et s’il a les condicions telles come il s’ensuient.

2.

Quel et quelles condicions doit avoir qui en l’ordre peut estre receu.

<a> Premierement, tout voulant entrer en l’ordre sera chevalier de bonne renonmee. <b> Il sera bon et vray catholique. <c> Il sera sain de ces menbres en tel maniere qu’il se puisse travaillier en fait d’armes honorablement. <d> Il sera chevalier lay, non religieux. <e> Il sera vaillant home et preuz de la personne, ou home de qui on ait esperance le temps a venir qu’il soit vaillant et preuz, ou tel par quoi l’ordre et compaignie puisse estre essaucié, ethonnour avoir, et estat. <f> Il sera sages et prudent. <g> Il sera gentil homme, et de noble lignage. <h> Il sera coneu par aucun des compaignons, qui luy portera tesmoing de son estre et estat. <j> Il ne sera ne juges, ne advocas, ne medecin. <k> Il ne sera mercheant ne usurier. <l> Il ne sera heretique ne scismatique. <m> Il [ne] sera obligiéz a [nul] autre ordre contraire a ceste. <n> Il ne sera infamé ne parjuré. <o> Il ne sera larron ne traitres. <p> Il ne sera provisionaire de nulluy du monde qui soit ennemi ou contraire du prince ne de nul des compaignons de l’ordre ou de la compaignie quant il prenra nouvellement la devise et ordre. <q> Il ne sera briquex ne d’autre male conversacion.

3.

Comme le prince doit en chascun nouviau compaignon recevoir demander a tous les compaignons leur volenté.

<a> Et lors le prince et compaignons enformés et certefiéz de cellui voulant prendre l’ordre, et de condicions et qu’il auront trouvé, tel comme l’ordre veult et commande, demandera le prince a tous les compaignons, et a chascun a par soy, sa voulenté et deliberation sur cellui recevoir. <b> Et se tous, ou au mains les deus pars des compagnons, si acordent a le recevoir, il sera receu, et non autrement, par la maniere [et] forme qui s’ensuient. (f. 3r)

4.

Comme tous entrant en l’ordre pardonra tous mau[x ta]lens et haines a tous les compagnons s’il peut faire bonnement.

<a> Premierement, au dit voulant recevoir l’ordre par l’acort et volenté du prince et des compaignons comme dit est, tous les nomz des compaignons de l’ordre luy seront nommé et dit. <b> Et se il avoit guerre, haine ou male voulenté encontre aucun des compaignons, ou question et descort, quel qui fust, il luy pardonnera, et remetra toute guerre, haine et male volenté, et fera paiz avec lui de toutes question et descort, se bonnement le puet faire, sauf son honnour et sans grant domage. <c> Et se il ne peut faire paiz avec lui sanz grant domage et sauf son honnour, il metra toutes guerres, hainez, malez voulentéz, questions et descors qu’il eussent entre eux en l’ordenance du prince du tout en tout, et jurera de tenir fermement tout ce que le dit prince ordenera.

5.

Come tous les chapistres de l’ordre lui seront leu.

<a> Item, luy seront leus tous les chapistres et estatus de l’ordre, <b> tous ceulx qui sont de serement, et que tous doivent jurer, il jurera de tenir et observer par son serement. <c> Lez autres prometra, ainssi come dient et commandent les chapistres de la dite ordre, sur les poines sur ce faites et establies.

6.

Comme tous seremens a entrer en l’ordre chascun dira telx come il les aura devant fait.
Chascun voulant entrer en l’ordre dira et declarera touz les seremens, fois et obligations qu’il ait a autre, et a qui il aura foi, serement ou obligation, et par quelle maniere et commant, sanz rien celler.

7.

Come chascun entrant en l’ordre le corps Nostre Seigneur.

<a> Anchois que le voulant prenre en l’ordre soit receu et que lui soit donee la devise, jeunera un jour devant qu’il soit receu. <b> Se jour se confessera de ces pechiéz. <c> Et lors qu’il aura jeuné ainssi, et soi[t] confessé comme dit est cy dessus, venra l’une des quatre festes dessus nommees a la grant messe, ou sera la personne du prince. <d> Et sera jeun et confés comme est dit, et oïra la dite messe a genoulx devant le grant autel, <e> et prenra et recevra le corps de Nostre Seigneur Jesu Crist devotement, confés et contrit de ces pechiéz, afin que celui Seigneur qui reçoit luy vuelle donner grace et puissance de faire chose au temps a venir, par quoy lui et la compaignie aient et puissant honneur, avoir et essaucement. (f. 3v)

8.

Comme le prince et touz ces compaignons s’agenoilleront et les clers qui la messe auront chantee avec cellui compaignon, et comme la devise luy sera donnee.

<a> La messe finee et oïe, et le corps Nostre Seigneur Jesu Crist receu par cellui chevalier comme dit est, le prince et touz les compaignons a ce presens, confés et contrit de leur pechiéz, avec le nouviau compagnon s’agenolleront vers le grant autel, en priant Dieu devotement pour celluy nouviau compagnon que Dieu le veuille recevoir en grace et lui donner force et pouoir de tenir l’ordre, et essaucier a son honnour et de la compaignie. <b> Et les chappellains et clers qui la messe auront chantee aussi s’agenoulleront avec le prince et compaignons come dit est, et chanteront devotement cestui psalme. Exaudivit te dominus, etc., avec une antienne et oroison de la Sainte Trinité. <c> Dite la messe et chantee la dite psalme, oroison et antienne come dit est, le prince, les compaignons, et les chappellains et clers se leveront, et le nouviau compaignon demoura a genoulz, et lors lui seront touz les chapistres de l’ordre leus entierement, <d> et donc jurera sur les saintes evvangillez de tenir l’ordre et tous les chapistres ainssi et par telle maniere comme il sont fait et ordené. Ceulz de serement jurera, [ceulx] de promission prometra, et ceulx de ordenance tenra sanz autre promission. <e> Et se par aventure failloit sanz amonnestement d’autrui, les poines sur ce establies portera et acomplira, selont ce que commandent les chapistres de la dite ordre. <f> Et les chapistrez juréz et promis par cellui chevalier, et les autres sollempnités faites come dit est, le prince le recevra par la main, et luy baillera et donra la devise de l’ordre. <g> Et le baisera en la bouche, et touz les autres compaignons aussi, en signe d’amour et de fraternité. <h> Et lors sera escript ou livre des estatus et chapistrez de l’ordre, c’est ass[av]oir en cestui livre, avec les autres compaignons en son ordre. <j> Et si tost comme il aura prise l’ordre et devise, soit tenu de prenre et prenra la copie de tous les chapistres et ordenances et estatus de la dite ordre, de mot a mot entierement, ainssi comme il sont escript en cest livre. <k> Et ce jureront touz nouvialx entrans en l’ordre.

9.

Des absens recevoir. Et premierement comme le prince a tous roys et autres haus seignours peut mander l’ordre.
Toutes foiz que le prince voura, sanz [autruy] apeller, poura envoier et mander l’ordre et devise a quelconque roy, duc, prince, ou autre haut seigneur.

10.

Comment autres chevaliers absens se pouent recevoir.
En ces quatre festes dessus dites pouront le prince et les compagnons, c’est assa(f. 4r)voir par la volenté des deus pars des compaignons presens a celle fois, mander et envoier [l’ordre et devise] a touz chevaliers qu’il voudront, mais toutes fois qu’il soient tel comme est dit devant.

11.

Comme par la licence du dit prince par autre que par le prince pouront estre receu en l’ordre nouviaux compaignons.

<a> Le prince par l’acort des deus pars des compaignons poura donner licence et poissance a toute roy, prince, duc ou autre haut seigneur a qui l’ordre et devise il aura mandee et envolé de donner l’ordre et devise a autres chevaliers, et a tant de chevaliers comme le dit prince de l’ordre lui octroiera par ces lettres quant il lui envoiera l’ordre. <b> Et aura puissance cellui seigneur a qui sera l’ordre envoié de recevoir les seremens fais de lour ou nom du prince et de la compaignie, et de leur donner la devise de l’ordre e par tel maniere les recevra et donnra l’ordre, come il aura receue lui meesmes.

12.

Par quel personne mandera aus absens l’ordre.

<a> Quantes et toutes foiz que le prince mandera et envoiera l’ordre et devise a aucun come dit est, il envoiera par aucun honeste home, connus a ce par le prince, portant les lettres du dit prince contenans le pouoir que le prince aura donné au porteur des ditez lettres. <b> Et se le prince donne licence et pouoir a cellui a qui sera mandee l’ordre de recevoir et donner la dite ordre et devise, es dites lettres sera contenu le nombre a quielx il poura donner.

13.

Comme et quant l’ordre se mandera, touz les chapistres se manderont aussi.
A cellui ou a ceulz a qui ou au quielz se mandera et envoiera l’ordre et devise come dessus est dit, tous les chapistrez de l’ordre, c’est assavoir tous celx qui sont contenu en cest livre, seront mandé et envoié.

14.

Comme a tous receus en l’ordre par autre que par le prince, tous les chapistrez lui seront donné et baillié.
Ce sellui a qui l’ordre sera ainssi mandee comme est dit avoit poissance du prince d’autres recevoir en l’ordre, a tous ceulx qui recevra en l’ordre et compaignie baillera tous les chapistrez de l’ordre entierement, comme dessus est dit.

15.

Comme ceulz a qui l’ordre sera mandee jureront.

<a> Celui a qui l’ordre sera mandee jurera en la presence de cellui qui l’ordre et devise luy aura de par le prince portee. <b> Et il recevra le serement de cellui au nom du prince et de la compaignie. <c> Et ceulz qu’il recevra, se (f. 4v) il en a poissance, lui jureront aussi ou nom du prince et de la compaignie dessus dite.

16.

Comme et par quel maniere seront les absens receus.
Ceux a qui l’ordre sera mandee seront receu par telle maniere et forme come se le prince les receust en propre personne, excepté des festes, car tous les jours que l’ordre lui sera mandee pourra recevoir l’ordre, et donner a tous ceulx que le prince lui aura mandé et donné licence par ces lettres.

17.

Comme tous absens receus en l’ordre, de leur recepte et serement feront lettre seellee de leur seaux.

<a> De tous absens receus par licence du prince comme dit est, toutes foiz qu’il seront receu et prenront l’ordre et feront les seremens acoustumés, cellui a qui il feront le serement, et qui leur donrra l’ordre et devise ou nom et de par le prince, de la dite recepte et serement qu’il auront [prenra letre sellee] de leur seaus, la quelle il sera tenu de porter ou mander au dit prince le plus tost qu’il pourra. <b> Et lors sera escript ou livre avec les autres compaignons.

18.

Les chapistres espiritueulz.
Premierement, le dit prince, cognoissant que selonc le psalmiste le commancement de sapience est de doubter son creator, le prince et tous les compaignons de l’ordre doubteront et ameront leur creator de tout leur cuer et courage.

19.

Comme nulz ne blafemera le nom de Dieu.

<a> Pour chose du monde quelle que soit, le prince et chascun des compaignons jamés ne blasfemera le nom de Dieu, ne de la Virge Marie, ne de saint ne sainte de Paradis. <a> Et ce par aventure aucun le fesoit autrement, le plus tost qu’il pourra se confessera, et avecque la penitence qui lui sera donnee, jeunera un jor tel comme il vourra.

20.

Comme chascun est tenu de jeuner tous les vendrediz.
En l’onnour et remambrance de la mort et passion que souffri pour nous Nostre Seigneur Jesu Crist en l’arbre de la crois le jour de vendredi, le prince et chascun des compaignons jeuneront touz les venredis de l’an se maladie ou autre juste cause ne l’en excusoit.

21.

Comme chascun est tenu de dire tous les venredis le petit office de la crois ou Pater nostre qui ne saura lire.

<a> En l’onnour de la dite passion et mort de Nostre Seigneur Jesu Crist, le prince et chascun des compaignons touz les venredis de l’an diront le petit office de la crois, qui commance: Patris sapientia, c’est assavoir ceulz qui sauront lire. <b> Et les autres qui ne sauront lire diront touz les venredis dessus dis vint cinc Pater noster et vint cinc Ave Maria. (f. 5r) <c> Et quiconques faillera, pour chascun jour qu’il aura failli de dire de dessus dit jeunera le premier lundi ensuiant, se maladie ou autre juste cause ne lez excusoit.

22.

Comme chascun se vestira de noir tous les vendredis de l’an.
En la remanbrance de la dite mort et passion de Nostre Seigneur Jesu Crist, le prince et tous les compaignons ce vestiront de noir touz les venredis de l’an, se maladie ou prison ou jour de battaille qu’il convenist porter armes, ou autre juste cause ne les excusoit.

23.

Comme tous les jours de l’sn chascun est tenu de oïr messe.

<a> En l’onnour de la Sainte Trinité, Pere et Filz et Saint Esperit, et de la benoite Virge Marie, et de touz sains et saintes de Paradis, [le prince] et chascun des compaignons orront tous les jours de l’an messe. <b> Et ce aucun par aventure defalloit d’oïr messe comme dit est, le jour qu’il n’aura oïe messe, s’il estoit jour de menger char, ne mengera char, et s’il estoit jour qu’il ne mengiast char, il ne mengera chose aut[r]e excepté pain seulement, se maladie ou autre cause juste ne l’escusoit.

24.

Comme touz les jours chascun dira l’office de Nostre Dame.

<a> En l’onnour et remenbrance de la benoite Virge Marie, pour qu’elle vuille estre advocat du prince et de touz les compaignons envers la Sainte Trinité, le dit prince et chascun des compaignons qui sauront lire diront tous les jours de l’an l’office de la gloriose Virge Marie ou les sept psalmes penitenciaux, lequel qu’il voudront et ameront miex. <b> Et qui ne saura lire dira tous les jours cent Pater noster et cent Ave Maria. <c> Et se aucun par aventure defailloit de ce faire, pour chascun jour qu’il deffaudroit donrra et sera tenu de donner pour Dieu en l’onnour de la Virge Marie la quinte part de un florin d’or, pour l’ame de trespassés et pour le salut des vis de la compaignie.

25.

Des exeques du prince et des compaignons. Et premierement comme le prince peut eslire son successour en l’ordre.

<a> Le prince, estant en sain et bon propos et memoire, doubtant de la mort ou pour autre juste cause, doie et puisse eslire un de ces filz legitimes, se plusours en avoit, le quel qui voudroit, son successour et prince de la dite ordre. <b> Et ou cas qu’il n’eust fil masle legitime, puisse et doie eslire un de son lignage, de lignie masle et non autrement, pour son succesour et prince de l’ordre. <c> Et eslira le meillour a son avis, et se soit en (f. 5v) sa conscience et voulenté.

26.

Comme le successour du prince pourra eslire son successour.
Et celui ainssi par le prince comme dit est pourra et devra eslire son successour un de ces filz, ou autre de son lignage ou cas qu’il n’eust fil masle, par telle maniere come est dit du prince cy devant.

27.

Se cellui que le prince eust esleu ne le veult acepter, les conpaignons esliront un autre.
Par le prince esleu un successour et prince de l’ordre, son fil ou autre de son lignage comme dit est devant, et cellui esleu par le prince ne le vousist acepter, mais le refusat, les compaignons esliront un autre pour successeur, et prince, aussi comme ce le prince [de successour et prince] n’eust porveu ou esleu.

28.

Comme ou cas que le prince n’eust lignie masle, les compaignons esliront un autre.

<a> Ou cas que le prince ou son successeur n’eussent filz ou autre de leur lignge de lignie masle come est desus dit, ilz ne pourront eslire ne ordener de successour et prince de l’ordre. <b> Ains les compaignons present a la mestre prochaine court venant, par commun acort, ou par la plus grant partie, esliront un de leur compaignons, le meilleur et plus habile a ce. Et seront tenu de pourveoir de prince, et de eslire a celle court prochaine, ainssi comme dit est. Et ce chapistre jureront tous les compaignons, a fin que l’ordre ne fallist par deffaut de prince.

29.

Comme, mort le prince, tous les compaignons doivent venir a la court.
Sceue la mort du prince, tous les compaignons seront et sont tenu de venir a celle court, se bonnement le pouent faire, pour porveoir de nouviau prince, ou cas que le dit prince n’eust esleu successour et prince.

30.

Comme au successour de l’ordre tous sont obligié comme a son predecessour.

<a> A cellui prince et successour esleu par le prince ou par les compaignons seront tenu touz les compaignons, et chascun a par soy, comme il estoient au premier prince ou a son predecessour. <b> Luy aussi sera tenu come estoit son predecessour aux compaignons et a l’ordre et compaignie ensement.

31.

Quantes messes chascun des compaignons fera dire por l’ame du prince.

<a> La mort du prince sceue, chascun compaignon de l’ordre soit et sera tenu de faire por l’ame du dit prince chanter a note quinze messes, et mes(f. 6r)ses fera dire en lisant trente, se il en son lit se mourist comme bon Crestien, et sanz fait d’armes, se n’estoit roy ou duco u prince qui fust compaignon de l’ordre; <b> car roy ou duc ou prince sera tenu, sceue la mort du dit prince, de faire dire et chanter pour l’ame du dit prince les messes dessus dites et oultre davantage fera pour l’ame du dit prince selont son estat plus que les autres, ainssi comme bon luy samblera.

32.

Comme por la mort du prince tous les compaignons se vestiront de noir.

<a> Et chascun des compaignons, sceue la mort du prince, se vestira de noir pour la mort du dit prince pour l’espasse de quinze jours continués, se en son lit le dit prince mouroit. <b> Et se en fait d’armes mouroit, comme est dit devant, chascun des compaignons se vestira de noir pour l’espasse de trente jours continués, se n’estoit en une des quatre festes. <c> Car lors differeront a vestir de noir jusques aprés la feste et court passee.

33.

Comme l’escu et baniere du prince aprés sa mort sera pendu en la chapelle.

<a> Mort et trespassé de cest monde le prince, le successor du dit prince fera l’escu et baniere du dit prince presenter en la chappelle de l’ordre par les deus meillours chevaliers de l’ordre qui pour lors ce pourront bonnement trouver en la court et compaignie du successour et prince de la dite ordre. <b> Et avant qu’il tiengnent court a la feste de la Trinité, le prince nouviau fait et les compaignons feront le service du prince trespassé en commun, le mielz et le plus honorablement comme affiert a roy, et mielz se mielz le pouent faire. <c> Et alors sera le dit escu et baniere pendu en la dite chappelle, ou plus honnorable et premier lieu. <d> Et de tousles prince de l’ordre si fera aussi: c’est asavoir l’escu et baniere du premier prince [sera mis et pendu] ou premier lieu, du secont son successour ou secont lieu, du tiers ou tiers lieu, et ainssi par ordre de touz les princes de la dite ordre, chascun en son lieu et ordre come dit est. <e> Et se pluseurs chappelles de l’ordre fussent, en chascune sera pendu comme dit est.

34.

Quantes messes chascun fera dire pour l’ame du dit prince se en fait d’armes mouroit.
Se le prince mourroit par fait d’armes, en son honnour faisant, chas[cun] des compaignons, de quel que estat soit, fera dire le service du dit prince au double, c’est asavoir du fere chanter et dire [les messes] au doubble. (f. 6v)

35.

Comme chascun des conpaignons pour l’ame de chascun des conpaignons trespassé sera et [est] tenu de faire.

<a> Sceue la mort d’aucun des compaignons qui fust trespasséz en son lit ou autrement, confés et communiéz comme bon Crestien, chascun des compaignons fera dire pour l’ame de cellui trespassé vint quatre messes, des quelles seront, huit chanteez a note, et seize dites en lisant. <b> Et aussi se vestira chascun des compaignons pour la mort de cellui trespassé pour l’espasse de huit jors de noir. <c> Et se par fait d’armes, en son honnour faisant et de la compaignie, se mouroit, sceue la mort de cellui, chascun des compaignons soit et sera tenu de faire son service au double, tant des messes come de soi vestir et noir.

36.

Comme le prince est tenu, et de quoi fere, pour l’ame et mort de chascun des conpaignons.

<a> Le prince sceue la mort d’aucun des compaignons, soit mort en son lit ou en fait d’armes comme dit est, sera et soit tenu de faire son service au double. C’est asavoir s’il est mort en son lit, fera chanter et dire quarante-huit messez, des quelles seront seize chanteez a note et [trente-deus] dites en lisant. Et se par fait d’armes se mouroit, il fera fere son service au double. <b> Et encore fera faire et chanter une messe sollennement en sa chappelle, aussi comme se le corps du dit trespassé fust present, et les sollempnitéz qui a ce appartiennent, soit mort en armes ou autrement, comme est dit devant.

37.

Comme tous sont tenu de dite en la cort les compaignons qui seront trespasséz.
Tous les compaignons de l’ordre, et le prince aussi, sceue la mort d’aucuns des compaignons, a la premiere court qui se tenra soit tenu de dire et anoncier la mort de tous les compaignons de l’ordre qu’il saura trespasséz depuis l’autre court devant celle.

38.

Comme l’escu de chascun compaignon aprés sa mort sera presenté au prince et pendu en la chapelle.

<a> Les executeurs de cellui compaignon trespassé comme dit est, s’il a fait executeurs compaignons de l’ordre, soient tenu de presenter l’escu du dit compaignon au prince a la premiere court aprés sa mort, point a ces armes. <b> Et se executeus n’avoit fait qui fussent de l’ordre, ou de ce faire fussent negligent, le prince les compaignons supplieront a la dite court ce que par les (f. 7r) executeurs devroit estre fait. <c> Et lors fera le dit prince l’escu de celui trespassé pendre en la chappelle de l’ordre, selont sa chevalerie et estat. <d> Et se plusers chappelles de l’ordre estoient, en chascune sera pendu comme dit est.

39.

Comme pour tous les compaignons trespassés chascun an se chantera une messe sollempnee.

<a> Le lundi prochain aprés la feste de la Trinité le prince et touz les compaignons presens a celle court feront chanter une messe sollempnee des mors por l’ame de touz les compaignons trespasséz de l’ordre. <b> Et a celle messe seront present le prince et touz les compaignons presens a la court. <c> Et seront vestu de noir tant que la dite messe soit chantee, et non plus.

40.

[De quoy sont obligié les compagnons au prince]. Et premierement nulz des compaignons ne sera jamé contre le prince.

<a> Pour chouse du monde, quelle que soit, nul des compaignons ne sera contre le prince en fait, en parole, ne autrement, ne ne fera ne actentera rien contre le dit prince pour cause du monde, <b> se n’estoit en deffendant son lige seigneur, de qui il tenist fieu ou heritage, ou pour autre de qui il eust provision ou eust serement devant qu’il preïst l’ordre, et de ce serement eust fait mencion a l’ordre prenre. Et ce jureront touz les compaignons, et chascun par soi, par leur serement. <c> Et ou cas que pour aucune de ces causes dessus dites convenist que aucun des compaignons fust contre le prince, et avec autre, il sera et soit tenu de notefier et faire assavoir au prince comme il convient qu’il soit contre lui, et la cause pour quoy, anchois qu’il face rien contre le dit prince tant [de fait] que de parole. Et ce jureront touz les compaignons par leur serement. <d> Et qui autrement le feroit, il sera reputé parjuréz et foy mentie, et puny comme parjuré.

41.

Comme tous les compaignons [contre tous] aideront le prince.
Tous les compaignons seront et sont tenu d’aidier le prince, et aideront de tout leur pouoir contre touz hommes, de quelque [estat] qu’ilz fussent, se n’estoit es cas dessus diz, et pour les causes dessus dites. Et ce jureront tous les compaignons.

42.

Comme les compaignons serviront le prince en toutes ces guerres.
Touz les compaignons, et chascun a par soi, soient et seront tenu de servir le prince en toutes ces guerres justes, menees et a mouvoir, (f. 7v) chascun selont son poueir et estat, et a ces despens, se n’estoit en cas et pour les causes dessus dites. Et ce jureront touz les compangnons.

43.

Comme aux non puissanz et pouvrez le prince est tenu de pou[r]veoir.

<a> Se par impotenté et pouvreté aucun des compaignons ne pouoit suir le dit prince en ces guerres a ces despens, ains n’eust de quoi: si tost comme il saura le dit pince avoir guerre, il senefiera au prince et fera asavoir son estat et sa non poissance. <b> Et lors devra et sera tenu le dit prince a luy pourveoir selont l’estat du dit compaignon, en tel maniere qu’il puisse honnourablement servir le prince en ces guerres selont son estat, si veult que le dit compaignon impotent le serve. <c> Car autrement et ou cas que le dit prince ne li vousist pourveoir comme dit est, et il n’eust de quoi, il sera quites et absoubz de sa foi et serement, quant en cest cas, de servir le prince. <d> Mais toutes fois le dit compaignon ne alleguera non poissance faintement. Et ce jureront tous les compaignons.

44.

Comme tous les compaignons, sceu que le prince ait guerre, sont tenu de y venir.

<a> Touz les compaignons, et chascun a par soi, si tost comme il sauront le prince avoit guerre et [guerre] estre mené entre lui et autre, quel qui soit, se n’estoit es cas et pour les causes dessus dites, les poissanz, selonc leur estat et pouoir, sanz eulz desherités, venront au prince le servir en ces guerres a leur despens. <b> Les non poissans feront assavoir au dit prince leur impotenté, et manderont comme dit est. Et ce jureront touz les compaignons.

45.

Comme les poissant qui n’y pourront venir en persone y manderont gens d’armes.
Se aucun des compaignons poissant servir a ces despens estoit enpoechié par maladie ou autrement que par pouvreté, sceue la guerre du prince, il mandera ou envoiera gent en la dite guerre du prince, selont son estat et poissance, et a ces despens, sanz [soy] desheriter ou domagier trop fort, ou autre juste excusation ne l’en excusoit. Et ce jureront touz les compaignons.

46.

Comme tous les compaignons sont tenu de deffendre tous les biens moibles et immoibles du prince.
(f. 8r) Chascun des compaignons soit et sera tenu de aidier a maintenir et garder et deffendre contre touz selont son pouoir touz les drois, haritages, meubles, honnour et estat du prince, qu’il a de present et qui possiede, ce n’estoit es cas et pour les causes dessus dites. Et ce jureront touz les compaignons.

47.

Comme tous les compaignons sont [tenu] de venir et estre a la conqueste du roiaume de Jherusalem et de l’avance de Sicile, de l’empire de Constantinoble et de la conté de Provence et de Pymont.

<a> Touz les compaignons, et chascun a par soi, selont son estat et pouoir et a ces despens, se poissant est (s’il n’est puissant, fera come est dit dessus) sera et soit tenu de aidie[r a] conquester, et venir en propre personne s’il n’est excusé par maladie, prison ou autre cause juste, toutes les foiz que le prince lui mandera et fera assavoir, ou cas que le dit prince y fust en personne, ou aucun de ces filz, ou autre de son lignage de lignie masle, tous ces droiz, par especial le roialme de Jerusalem, et de Sicile entierement, l’empire de Constantinople entierement, et la conté de Provence et de Pymont entierement. <b> Et se aucuns poissant par maladie ou autre juste cause n’y poueit venir en personne, il sera tenu de mander gens au dit prince en cest selont son estat et pouoir, et a ces despens, pour le dit prince en ce aidier. <c> Et mandera le prince a chascun des compaignons, et sera tenu de mander pour eulz toutes fois qu’il voudra ce enprendre et commencier, c’est assavoir de conquester et de mouvoir guerre contre ceulz qui tiengnent occupé ses droiz dessus dis, ou aucun de ceulx. <d> Et aux non puissans, sera tenu de pourveoir comme dit est devant, si veult qu’il viengnent. Et ce jureront tous les compaignons.

48.

Comme touz les compaignons sont tenu de vengier la honte ou despit qui ou prince seroit fait.
Se aucune villannie, honte, ou despit seroit faite au prince ou a la conpaignie en general, touz les compaignons, et chascun a par soi, soit et sera tenue de la vengier a son poueir. Et se jureront tous les compaignons.

49.

De quoi sont tenu les chevaliers fais d’ore en avant par le rpince ou par aucun des compaignons.

<a> Premierement, touz hommes fait chevalier d’ore en avant par le prince ou par aucun des compaignons de l’ordre soient et seront tenu de venir en (f. 8v) personne et a leur despens, s’il sont poissant, a la conqueste dez dessus diz roiaumes, empire et contés, toutes les foiz qu’il sauront que le prince, ou aucun de ces filz, ou autre de son lignage, son heritier et successour en l’ordre et haritage, enprendra la conqueste dessus dite. Et en personne il sera, se maladie ou autre juste cause ne les excusoit. <b> Et en cest cas, seront tenu de y mander gent a leur despens, pour chascun selont son estat et pouoir, sanz soy desherites ou domagier trop grandement. <c> Et ce jureront tous les chevaliers fais par le prince ou par autre des compaignons de l’ordre quant il seront fait chevalier nouvel. <d> Et aussi le prince et tous les compaignons jureront que touz les chevaliers que [feront] d’ore en avant feront jurer ce dessus dit.

50.

Comme tous chevaliers fait d’ore en avant par le prince ou par aucun des compaignons qui n’eussent de quoi sont [tenu] de mander au dit prince leur non poissance et le prince leur devra pourveoir.

<a> Que ou cas que aucun pour povreté des chevaliers ainssi fait comme dit est ne peust venir a la dite conqueste a ses despens, si tost come il saura que le prince vuille et doie enprendre le dite conqueste, et y estre en personne, ou son filz, ou autre de son lignage comme dit est dessus, ou que le dit prince luy manderoit et feroit assavoir par ses lettres ou autrement, il sera tenu de mander au dit prince, et mandera son estat et non poissance. <b> Et lors le prince, oïe sa non poissance, lui pou[r]verra et fera pourveoir selont l’estat du dit non poissant de toutes choses neccessairez, tant de chevaux, armes, argent, et finance, por y venir et estre en la dite conqueste. <c> Et se le dit prince, oïe sa non poissance, ne lui pourveroit comme est dit, le dit chevalier sera absoulz du serement qu’il [avoit] de y venir. Et ce jureront touz les [chevaliers ainsi fait].

51.

Comme tous chevaliers ainssi fait ne seront jamés contre le prince ne contre la compaignie, mes seront tenu de anoncier [et] porchacier leur bien et honnour.

<a> Que tous chevaliers fait par le prince ou par aucun des compaignons de l’ordre, comme dit est, seront et soient tenu de pourchacier et anoncier et essaucier a leur poueir le bien, honnour et estat du dit prince, et de jamés non estre, par fait ou autrement, contre le dit prince et compaignie en general, par soi ne par autrui, publiquement non occultement, <b> se n’estoit en deffendant son lige seigneur, ou autre de qui eust provision, et auquel fust tenu de serement avant qui fust chevalier fait, et non autrement. <c> Et ce jureront tous chevaliers ainssi [fait], come dit est. <d> Et ce leur feront jurer celz qui chevalier les feront (f. 9r).

52.

Comme tous les compaignons et tous chevaliers fait par aucun d’eux pourteront honnour.

<a> De l’ordre tous les compaignons et touz chevaliers faiz par le prince ou par aucun des compaignons, seront et soient tenu de porter honnour et reverence au dit prince, en touz lieux et quel que part qu’il soient. <b> Et ce jureront touz compaignons et chevaliers ainssi fait, come dit est. <c> Et les compaignons de l’ordre oultre ce seront tenu de obeïr a tous les commandemens justes et licitez du dit prince. Et ce jureront tous les compaignons.

53.

Comme tous les compaignons et tous chevaliers ainssi fait comme dit est, anonceont les prohieces et vertus du prince, et le deffendront de honte et de deshonnour.

<a> Chascun des compaignons de l’ordre, et touz chevaliers fais par le prince et par aucun des compaignons, comme est dit dessus, seront et soient tenu en tous lieus, quel part qui soient, de annoncier et reciter les biens et vertus du prince et de la compaignie, a leur pouer, toutes les fois que lie[u] et temps seroit de ce dire et faire, selont l’avis de chascun, et de deffendre le dit [prince] de honte et de deshonnour, a leur pouer, et la compaignie. <b> Et touz les compaignons de l’ordre, l’un a l’autre, sera et soit tenu de ce faire et pourchacier a son poueir, comme dit est. <c> Et ce jureront touz les compaignons, et touz les chevaliers fais par le prince ou par aucun des compaignons.

54.

Comme tous les compaignons et les chevaliers ainssi fait come dit est reveleront au prince toutes chouses qu’il sauroient estre en son deshonnour ou domage.
 <a> Toutes chouses touchans l’onnour et estat de la compaignie et du prince par quoy peust venir mal, honte, damage ou villainie au dit prince, ou a la compaignie, touz les compaignons, et chascun par soi, soit tenu, si tost comme il saura et pourra bonnement, de l’anoncier, reveler et faire savoir au prince, ou a cellui ou a ceulx des compaignons au quielx ou au quel pourroit venir honte, villanie ou domage, <b> sur paine de perdre l’ordre, et d’estre reputés et puniz comme parjuréz et traitres. Et ce jureront toz les compaignons. <c> Et aussi touz chevaliers faiz par le prince ou par aucun des compaignons, (f. 9v) come dit est, sera et soit tenu de ce annoncier et faire assavoir au prince, ci tost comme il sauroient et pourroient bonnement faire.

55.

De quoy est tenu le prince au compaignons. Et premierement le prince est tenu de aidier et deffendre tous les compaignons.

<a> Le prince et tous ces successours en l’ordre seront et sont tenu d’aidier et maintenir et deffendre tous les compaignons de l’ordre, et chascun a par soi, contre toutes personnes du monde, a ces despens, selont son pouoir et l’estat du compaignon, qui de ce auroit mestier, en leur droit et justes quereles, <b> se n’estoit contre l’eglise de Rome, et le roy Loys de Ungrie, ou autre de quoi le dit prince tenist fieu ou eust serement avant [qu’il eust] l’ordre prise. <c> Et encore en ce cas, sera tenu de procurer paiz entre le dit compaignon et son adversaire. <d> Et ce jurera le prince, <e> et de ces vassaux et hommes fere justice.

56.

Comme le prince est tenu de procurer le bien de tous les compaignons et de enpechier leur mal.

<a> [L]e dit prince sera tenu de procurer le bien, honneur et estat de chascun des compaignons a son pouoir, <b> et d’anoncier et faire assavoir a chascun d’eulx toutes choses par quoi peust avoir honte, damage ou villannie, si tost come il saura et pourra savoir, <c> et de l’empechier a son pouoir. <d> Et ce jurera le prince.

57.

Comme le prince n’est obligié a nulle chose ce de lui n’est faite mencion.
Le prince n’est ne sera obligié a nul chapistre de l’ordre par serement ce le chapistre ne fesoit mencion especial du dit prince et de son serement.

58.

Comme le prince et les compaignons sont obligié l’un a l’autre. Et premierement come ilz doivent maintenir bonne compaignie perpetuelment.
[P]remierement, le prince et toz les compaignons ensamble perpetuelment maintendront et tenront bone et leal compaignie et fraternité l’un a l’autre, en touz lieux et toz cas, quel part qui se trouvassent. Et ce jureront tant le prince (f. 10r) comme tous les compaignons.

59.

Comme le prince et touz les compaignons se entrederont et toutes ma[la]dies et prisons.
[E]n toutes autres aventures, bonnes et mauveses, le prince et touz les compaignons s’entraideront de tout leur pouoir, justement, contre tous. Et ce jureront le prince et touz les compaignons. Et par especial en toutes maladies et prisons et pouvretéz et autres merites.

60.

Comme l’un est tenu de couvrir la honte de l’autre.

<a> [L]e prince et tous les compaignons seront et sont tenu de couvrir et abscondre la honte et deshonnour de chascun de lour, ou cas quel es chapistres de l’ordre ne commandassent le contraire – car sur toutes choses garderont ce que conmande les chapistrez – mes toute traison ou autre mavestié qui fust contre le prince [faite ou traitié, ou contre] aucun des compaignons, ou de la compaignie, qui ne se deust celer nullement. <b> Et en ce cas, chascun le dira et sera tenu de reveler au prince et a la compaignie, ou cas qu’il en peust venir honte ou damage ou villanie au prince, ou aucun des compaignons, ou a la compaignie. Et ce jureront le prince et toz les compaignons.

61.

Comme chascun est tenu de reveler le prince et chascun de autre c[h]euz en bataille.
[S]’il avenoit que aucun des compaignons, et par especial le prince, en aucune bactaille fust abatu et cheu a terre, chascum soit tenu de lui aidier et relever a son pouoir, se bonnement et sanz trop grant peril de son cors le peut faire. Et ce jureront le prince et tous les compaignons.

62.

Comme le prince en toutes questions des compaignons est tenu de pourveoir de remede conveneble.

<a> [Q]ue le prince sceust le descort, questiono u guerre entre aucuns des compaignons, tost et sanz delay, au conseil des compaignons presens por lors avec lui, y pourverront de remede convenable, tel come bon leur samblera. <b> Et ce les descordans sont absent, per ces lettres ce que sur leur descort, question ou guerre aura ordené, leur (f. 10v) fera assavoir et mandera le plus tost qu’il poura bonement.

63.

Comme que de l’ordenance du prince se sentiroit grevé pourra appeller a la court general.

<a> [E]t ou cas qu’il ne fussent content de l’ordenance du prince sur se, ou aucun des descordans, il leur deffendra par ces lettres, sur poine de privation de l’ordre, q[ue] nul de leur ne face chose de nouvel en leur descort, question ou guerre, l’un contre l’autre, soit de fait ou autrement, mes pourront appeller les descordans dessuz diz de l’ordenance du prince dessus dite, ou aucun d’eux qui grevé se sentiront de la dite ordenance, devant le prince a la court general de la Trinité. <b> Et lors, au conseil des compaignons, ordenera et determinera du descort, question ou guerre dessus dis. <c> Et ce qui sera ordené par le prince, tenrront les parties descordans, sanz jamés [en] appeller. <d> Et seront tenu les dites parties de estre presens a la dite court. <e> Et ou cas que l’une des parties ne fust present, se l’autre vieult et requiert le prince en la dite court de justice, sur ce le prince luy fera justice, et determinera la question, au conseil des compaignons, non obstant l’absence de l’autre partie. <f> Et seront tenu tant le present [que l’absent de tenir l’ordenance et sentence du dit prince] sur ce come ce les deus parties fussent present.

64.

Comme nul des compaignons ne batra l’autre, ne metre sur autre par maltalent.

<a> [S]e par aucune aventure avenoit aucun descort ou paroles injuriouses entre aucun des compaignons, nullement [ne] metront main l’un sur l’autre, por cause du monde, quelle que soit, <b> se n’estoit en bactaille licite, en quoi convenist l’un estre contre [l’autre], comme en deffendant soi ou son seigneur lige, comme est dit devant, et que l’un fust d’une part et l’autre d’autre d’aventure. Et ce jureront tous les compaignons. <c> Se entre aucun des compaignons avoit descort, distancion, question, guerre ou haine, touz les autres compaignons, et chascune d’eux, sera et soit tenu de y mettre peiz et acort de tout son poueir. Et ce jureront touz les compaignons.

65.

Comme ilz doivent faire si ne les pouent metre a acort.

<a> [O]u cas que entre les compaignons descordans ne peussent les autre metre peiz et acort, il deffendront ax (f. 11r) parties discordans, sur poine de privation de l’ordre et devise, qu’il ne facent ne attentent rien l’un contre l’autre, ne en fait ne en paroles, jusques a tant qu’il aient sceue leur descort la voulenté du prince. <b> Et lors manderont au dit prince tout leur descort et question, et leur propres noms, por ce que tost y pourvoie de remede convenable. <c> Et qui feroit le contraire sera privé de l’ordre et reputé et punis comme parjuré, et foi mentie. <d> Et le prince, ou cas que la partie offendue de ce l’acusast, et fust trouvé coupable, escripra a tous roys [et] princes de grant estat son deffault, et comme por ce deffault est privé de l’ordre.

66.

Comme qui seroit contre la deffense dessus dite, et la partie offendue fust contente du malfateur, il est en la voulenté du prince de le priver de l’ordre ou non.
[Q]ue ou cas que la partie offendue en ce cas dessus dit fust contente du malfaiteur depuis la deffense fait, comme dit est, et de ce ne l’acusast, il sera en l’arbitre du prince de priver de l’ordre celui offendant, ou de non priver.

67.

Comme toutes choses secrees de l’ordre chascun tenra secret.
[L]e prince et tous les compaignons sont et seront tenu de celer et tenir secret toutes les choses secreez de l’ordre et de la compaignie, et de non reveler a nul estrange du monde qui ne fust de la compaignie. Et ce jureront touz les compaignons.

68.

Comme chascun est tenu de reveler toz traitres et traisons et de acuser.

<a> [L]e prince et tous les compaignons, ou cas qu’il sceussent et venist a la congnoissance de leur aucune traison, pourpensee ou fait ou traitié par aucun des compaignons, contre le prince, ou contre aucun des compaignons, ou de la compaignie, comme qu’il fust, le plus tost qu’il pourront le feront et notefieront a celui contre qui la dite traison vourroit et devroit estre faite et pourpensee. <b> Et aussi le feront assavoir au prince, pour qu’il luy pourvoie de remede. <c> Et lors, sceue la traison et le traiteur proué, le prince cellui traitre privera de l’ordre et devise, et sera declarey (f. 11v) traitre parjuréz et foy mentie. <d> Et ce sera escript par le dit prince a tous roys et princes de grant estat, et comment et por quoi il est privéz de l’ordre. <e> Et aussi se aucun des compaignons contre autre qui ne fust de la compaignie, quel qui fust, fesoit traison, si tost que le prince le saura et sera enformé sur se, de verité il privera de l’ordre comme dit est. <f> Et chascun des compaignons sera et soit tenu de accuser et reveler au prince tous traitres et toutes traisons, quellez qu’ilsoient, et contre qui il soient [faites ou pourpensees], soit de la compaignie ou non. Et ce jureront le prince et tous les compaignons.

69.

De tenir la court et avant.

<a> [P]remierement, le jour de la Sainte Trinité, qui est le octave de la Pentecoste, chascun an se tenra court general, c’est assavoir de tous les compaignons de l’ordre. <b> Et dura celle court huit jours devant la dite feste de la Trinité et aussi huit jours aprés la feste de la Trinité dessus dite.

70.

Comme tous les compaignons sont tenu de venir a ceste court.

<a> [T]ous les compaignons de l’ordre seront et sont tenu de venir a la dite court de la Trinité, quel que part qu’il soient, <b> se maladie ou autre juste cause ne les excusoit, <c> ou ce il n’avoient licence du prince de non venir a celle court, par ces lettres ou de bouce.

71.

Comme en ceste court se criera ou l’autre court general se tenra.

<a> [L]a dite court seant, le prince fera crier et assavoir publiquement en la dite court le royaume ou païs ou quel l’autre court general prochain venant se tenra l’an revolu. <b> Et es festes de Pasques devant la dite court prochain venant dessus dite, fera crier publiquement en la mestre cité ou ville du dit roiaulme ou païs ou ce doit tenir la dite court, et fera nommer et crier la cité, ville ou chastel ou se tenra la dite court prochaine general.

72.

Come chascun qui justement fust enpeschié est tenu de y mander un message.
(f. 12r) [S]e aucun des compaignons daffailloit de venir a la dite feste et court, et sur ce n’eust licence du dit prince comme dit est, et eust juste cause pour quoi il ne peust venir a la dite court, il sera et soit tenu de mander y message convenable, selont son estat, portant ces lettres contenans la cause pour quoi il ne peust venir en soy excusant, toutes fois se bonnement le pouent fere.

73.

Conbien paiera chascun pour le premier deffaut.

<a> [S]e aucun des compaignons qui n’eust licence de [non] venir a la dite court par le prince, comme dit est, deffailloit de y venir, et ne mandast pour excuser personne convenable, se bonnement le pouoit faire, comme dit est devant, se il estoit roy, pour le premier deffaut poiera et sera tenu de donner la value de cent florins d’or a la chapelle de l’ordre, <b> les quielx seront despenduz au profit de la chapelle. Et aussi tout ce qui por ce deffaut par autres de l’ordre se poiera sera ainssi despendu comme est dit. <c> Et se il estoit duc ou prince de grant estat, por tel deffaut poiera quatre-vint florins. <d> S’il estoit conte, il poiera soissante florins; <e> s’il estoit baron, poiera quarante florins; <f> et se il estoit simple chevalier, poiera vint florins.

74.

Conbien poiera chascun por le secont deffaut.
[P]our le secont deffaut, c’est asavoir se aucun defailloit encore a l’autre court de non y venir, et eust failli a l’autre devant desrain passé, par tel maniere come dessus est dit, il poiera tant comme pour le premier deffaut, selont son estat, et encore ne portera d’un an la devise [et] por cellui an perdra son siege. Mes l’an conpli, si viennent a la court et poie son deffaut, lui sera la devise et son siege restitué comme devant.

75.

Combien il poiera por le tiers deffaut.

<a> [P]our le tiers deffaut de non venir a la court comme est dit devant, chascun ainssi deffaillant perdra du tout l’ordre et devise, sanz jamés la recevoir, et sera par le prince au tiers deffaut la court (f. 12v) seant privé de l’ordre et compaignie. <b> Et ce escripra le dit prince a touz roys et princez de grant estat, et comment et porquoi il est privé de l’ordre.

76.

Bien et loialment se doit tenir la court.
[L]e prince avec les compaignons presens a la court bien et loialment a l’onnour et profit du dit prince et de la compaignie tenront la dite court a leur poueir.

77.

[Comme les compaignons termineront tous descors entre eulz].

<a> [P]remierement, tous descors, questions, guerres et haines qui fussent entre aucuns des compaignons, metront a fin et termineront, et feront et metront peiz entre leur a leur poueir. <b> Et ou cas qu’il ne peussent mettre paiz et acort entre les descordans, le prince deffendra aux deus parties sur poine de privacion de l’ordre qu’il ne facent l’un contre l’autre chose nulle de fait [ou autrement], mais procedent et puissent proceder sur leur descort, question ou guerre devant leur juge et seignour ordinaire come raison veult. <c> Et qui autrement le fera sera privé de l’ordre.

78.

Comme en cest cort le prince metra a fin toutes chouses mises en son ordenance.

<a> [T]outes appellations des compaignons ou questions misses en l’ordenance du prince au conseil des compaignons, terminera et metra a fin le prince, seant la dite court. <b> Et de son ordenance et sentence sur ce dessus dit ne pourra jamés nul appeler ne metre devant autre juge depuisque en l’ordenance du prince se sera mis, et le prince sur ce aura donné sentence en la dite court. <c> Et qui autrement le fera sera privé de l’ordre.

79.

Comme le prince pourra faire autres chapistres et ajuster a ces presens et aussi anichiler de ceux devant fait.
[A] la dite court le prince, ou cas que tous les compaignons de l’ordre fussent present, ou que il eust esté crié en l’autre court general precedent que nouviauls chapistres et ordenances le prince voudroit faire, ou anichiller aucuns devant fait, a la (f. 13r) court prochain venant, et non autrement, pourra par la voulenté et [a]cort des compaignons, ou des deus pars au moins, fere nouvialx chapitres et ordenances, et aussi anichiller et muer des chapitres devant fait et ordené.

80.

Comme a tous chapistres fait de nouvel chascun sera tenu come aux premiers.

<a> [E]t aux chapistres et ordenances ainssi faites a la dite court comme dit est, et au contenu en ces chapistres et ordenances, seront tenu tous les compaignons de l’ordre selont la forme et tenor des dessus diz chapistres et ordenances, aussi come au premiers chapistres devant fait. <b> Et aussi seront absoubz des chapistres anichillés du tout se aucun fust.

81.

Comme en ceste court tous deffaillans seront puniz selont leur deffaut.

<a> [E]n ceste court ceulx qui auront fait contre les chapistres, et le contenu de aucun d’eulz, seront puni selont l’ordre et les chapistres, ainssi et par tel maniere comme commandent les chapistres et prdenances de l’ordre. <b> Et qui aura fait [chose] pour quoy il soit privé ou doye estre privéz, lors en celle court, s’il est devant privéz, sera denoncié privé de l’ordre. <c> Et s’il doit estre privéz, lors sera privé et denoncié privé publiquement en la dite court, selont les chapistres et ordenances de l’ordre.

82.

Comme le jour de la Trinité le prince et tous les conpaignons oïront la grant messe sollempnement.

<a> [C]elle court seant le jour de la Sainte Trinité, le prince et tous les compaignons oïrront la grant messe chantee, et les vespres aussi, en une eglise la quelle vourra le prince a ce eslire, se la court ne se tenoit ou lieu [ou] fust la chappelle de l’ordre. <b> Car [lors] en la dite chappelle oïroient le dit service. Et sera en l’ordenance et voulenté [du dit prince] de donner lieu au dit service.

83.

Comme le prince et tous les compaignons ce jour seront vestu.

<a> [C]e jour de la Trinité le prince et chascuns des compaignons seront vestu par telle maniere. Premierement, le gippon ou cote courte dessouz le sercot sera de pers. Le sercot (qui en France est appellé [f. 13v] villain) sera de balnc, lonc jusques a mie jambe, et large asséz, et chevit [et vermeilles], le mantiau et le chaperon seront vermel. Et cest habit tous porteront ce jour dessus dit, et non plus. <b> Au dyner seront ainssi vestu fors de mantel et de chaperon, qui n’aront pas, mes en lieu de chaperon aura chascun un chapellet de flour ou de verdure. <c> Et le dit jour, ce aucun cas avenoit qu’il s’armast et feist fait d’armes, il sera obligié a soi vestir par tel maniere comme dit est, mais s’armera a sa voulenté.

84.

Comme en ceste cort por le profit et honnour de la compaignie chascun est de dire ce que lui samblera bon et expedient.

<a> [E]n ceste court le prince, au conseill et voulenté et aide des compaignons, toutes chouses expediens et neccessairez por l’onnour, estat et profit de la compaignie ordeneront et metront a effet, et en eure ce par eulz ordené d’estre fait. <b> Et chascun en celle court sera tenu par son serement de annoncier et dire au prince ce que lui samblera bon, expedient ou neccessaire por l’onnour, profit et estat de la compaignie, [pour que la dicte compagnie] puisse touz jours meillourer et estre essaucié, et aussi estre gardé de domage, deshonnour et villainie.

85.

Comme en ceste court chascun poura accuser tout autre.

<a> [C]hascun des compaignons en ceste court pourra accuser tout compaignon de l’ordre qui en aucune maniere luy eust fait tort, <b> et le prince a chascun sera tenu de faire justice selon son pouer, au conseil des compaignons.

86.

Comme en ceste court touz ceulz qui auront failli seront puny.

<a> [E]n ceste court tout compaignon qui aura fait contre tel deffaut por quoi il doie estrepuni ou privéz de [l’ordre], sera par le prince au conseil des compaignons puny ou privéz, aussi come son defaut requiert et l’ordre commande. <b> Et ce pourra faire le prince sanz les compaignons (se n’estoit chose grant, pour quoy deust estre requis le conseil des compaignons), toutes foiz qu’il venra a sa cognoissance.

87.

Comme en ceste court qui devant aura esté [privé de l’ordre se criera].
(f. 14r) [T]out compaignon qui por son deffaut aura esté privé de l’ordre en ceste court, se criera [et] manifestera come il est privé de l’ordre, et que tous les compaignons sont absoulz de touz seremenz et compaignie qu’il avoient eue a celluy devant, [et] que l’ore en avant nul ne le tiengne pour compaignon.

88.

Comme en ceste court chascun contera ses aventures.

<a> [T]ouz les compaignons, et chascun a par soy, soit et sera tenu de conter et dire au prince [et] aux compaignons a ceste court, toutes les aven[tures] notables, bonnes et mauveses, qui en cel an lui seront, bien et loialment, sanz mentir de rien, tant d’armes comme autrement. <b> Et aussi ou cas que aucun des compaignons sceust les aventures d’un autre qui ne fust present a la court, ou qui dire ne les vousist, por honte ou aultrement, il soit et sera tenu de les dire et conter bien et loiaulment come les siennes. <c> Et se aucun estoit qui n’eust esté a la court precedent, et venist a ceste, il dira toutes les aventures qui en deus ans luy seront avenues, <d> se n’estoit d’amours. <e> Et toutes foiz que aucun des compaignons de l’ordre venra a la presence du prince sanz attendre autre court, pourra dire et conter toutes ces aventures comme dit est devant.

89.

Comme en ceste ordre seront deus livrez et quielz.

<a> [E]n ceste ordre seront deus livrez: l’un sera pour mettre en escript, et ou quel se mettront en escript, toutes les aventures bonnes et mauveses, ainssi comme chascun des compaignons les aura dites et contees, sanz faire autre inquisicion. Et cest livre sera apellé Le livre et romans des preuz. <b> L’autre livre sera apellé Le romans de la nef. Et en celui romanz seront mis en escript pour perpetuel memoire toutes les notables aventures qui seront avenues et qui auront fait les compaignons, ou aucun d’eulz, par tel maniere qui premierement [ont esté] es[crip]tes ou Livre des preuz. <c> Le prince et les compaignons s’enformeront s’il est ainssi come il est ou dit Livre des preuz escript. Et [se] ainssi le treuvent por verité et de certain faite sur ce bonne et vraie inquisicion, le prince fera ces aventures, telles come [pour] verité les aura trouvees, translater du dit Livre des preuz el Romainz de la nef, bien et loialment, sanz favour nulle ne haine, quelle que soit, par les plus belles paroles (f. 14v) que on pourra, toutes foiz, c’est la substance du fait et verité non changié ne muee aucunement. <d> Et nullement ne se metront en escript en cestui Romans de la nef ce n’est par le commandement du prince et des compaignons, et en la mestre court de la Trinité. <e> Mais ou Livre des preus, toutes foiz que aucun des compaignons devant le prince contera et dira ses aventures, par entencion qu’il soient mis ou dit Livre des preuz, il seront escriptes ou dit livre ainssi comme dit est, sanz plus attendre.

90.

Comme seront gardez ces deus livrez.

<a> [C]es deus livrez fera garder le prince par quelque personne notable [a ce eslire] qui voudra. <b> L’un, c’est assavoir le Livre des preuz, fera touz jours [avec soy] porter le dit prince quel part qu’il voist. <c> L’autre, Romans de la nef, fera garder ou il vourra, <d> mes toutes fois a la mestre [court] le fera tous jours aporter.

91.

Comme sera puni qui mentiront et tro[u]ant ces aventurez.

<a> [S]e aucun contoit ces aventures, et soient mises en escript ou dit Livre des preuz, et autrement se trouvoit qu’il n’eust dit et conté vrais, soit de ce, ou de partie trouvé manchongier, son deffaut et manchonge sera criee en la court general par les heraus. <b> Et ne pourtera l’ord[r]e plus jusques a tant qu’il ait garnie la nef d’aucunes des choses qui y faillent, excepté des cordes.

92.

Comme tous compaignons descordans leur descort pourront mectre en l’ordenance du prince.

<a> [S]e entre aucun des compaignons avoit et estoit descort ou question, quelle que fust, de l’acort et voulenté des deus parties pourront mettre leur questiono u descort, quel qu’il soit, en l’ordenance du prince. <b> Et le prince lors pourra et devra metre acort et paiz entre leur, et determinera et ordenera sur ce, ainssi comme verra estre a faire. <c> Et son ordenance en cest cas sera tenue pour sentence diffinitive, de la quelle en cest cas ne pourra nul apeller, ne devant autre faire convenir, puis que par le prince de la voulenté des deus parties aura estey jugé et ordené.

93.

Comme chascun est tenu de porter la devise.
[C]hascun des compaignons de l’ordre soit et sera tenu de porter la devise de l’ordre tous les jours de l’an, c’est asavoir la nef. (f. 15r)

94.

Quel paine aura qui deffaudra.

<a> [E]t se aucun par aventure deffailloit de ce faire, pour chascun jour qui deffaudroit de porter la dite ordre et devise, paiera un florin d’or, <b> lequel florin sera destribuéz et donné pour l’ame des compaignons trespasséz de l’ordre, et pour le salut des vis. <c> Et sera baillié a l’aumosnier de la chapelle, quant elle sera faite et fondee. <d> Et jusques a tant qu’elle soit fondee, sera un deputé par le prince a ce faire.

95.

Comme plus legierement sera puny qui confessera son deffaut de bonne voulenté [que par contraire].
[S]e aucun des compaignons par aventure eust failli et fait contre l’ord[r]e et chapistres d’icelle, ou contre aucun d’eulz, et por ce deffaut fust obligié de porter paine, quelle quel soit, et son deffaut publiquement au prince devant tous les compaignons en la court general estans, sanz contrainte [et accusation de autruy, confessast et cogneust] de sa pure voulenté, le prince, au conseill des compaignons, la poine qu’il deust porter et avoir pour ce deffaut selont les chapistrez et ordenance de l’ordre, pourra muer en autre poyne, et aussi aminis[t]ier de celle poine, ainssi comme bon leur semblera. Car por ce que de sa voulenté, sanz contrainte, confesse son deffaut, l’en ly doit plus de legier pardonner.

96.

Comme chascun est tenu d’acuser les deffaillans.

<a> [C]hascun des compaignons, et le prince aussi, soit et sera tenu de reveler, accuser et denoncier touz ceulz de l’ordre qu’il saura avoir failly et fait deffaut contre l’ordre, ou contre aucun des chapistrez ou ordenan[ces] d’ycelle, au dit prince, la court de la Trinité seant. <b> Et ne lessera nul d’acuser l’autre pour amour ne favour qu’il ait a lui, ne aussi pour haine ne rancour ne accusera autrui.

97.

Comme sera puni qui fausement autrui accusera.

<a> [S]e par aventure estoit que aucuns des compaignons accusast aucun de ses compaignons faussement de aucun forfait et deffaut contre l’ordre et chapistres d’ycelle, sceue et conneu la verité, comment faussement et malvaisement est, et aura esté accusé par aucun des compaignons come dit est, le prince, la court seant, au conseil des compaignons, privera de l’ordre et compaignie cellui qui faussement aura son compaignon accusé. <b> Et se criera en la dite court comme il est privé de l’ordre, et pour quoy. <c> Et aussi l’escrip(f. 15v)ra le prince a touz rois et princes de grant estat.

98.

Comme sera puny qui son deffaut ne vourra confesser.
[S]e aucun estoit par aucun de ses compaignons vraiement accusé de aucun deffaut qu’il eust fait contre l’ordre ou aucun des chapistres, et le neast, et ne vousist confesser, sceue la verité de ce deffaut et prouvé contre luy, le prince le punira selonc ce que commandent les chapistres de l’ordre, sanz nulle misericorde.

99.

De tenir la court en l’absence [du prince. Comme le prince en son absence] fera lieutenent por tenir la court.
[O]u cas que le prince ne peust estre en personne a la court general p[our la] tenir, il soit et sera tenu de y mander et ordener ou deus, ou trois, ou tant comme il vourra, de lieutenans por la dite court tenir.

100.

Comme les lieustenaux tenrront la court.

<a> [O]u conseill des compaignons, les lieutenanz ordenés par le prince pour la court tenir la tenrront bien et loialment, a l’onnour et profit du prince et de la compaignie. <b> Et ce jureront les diz lieutenans faiz par le prince, toutes foiz que par le dit prince seront fait et mandé lieutenans a ce faire. <c> Et aussi jureront de non exceder leur mandement et poissance en nul cas du monde, mes tenrront la court ainssi et par tel maniere comme les chapistres de l’ordre veullent et commandent, sanz faillir.

101.

Comme seront puni s’il fessoient oultre leur mandement et poissance.
[S]e par aventure vouloient et fesoient oultre leur pouoir les lieutenanz du dit prince en tenant la dite court, le prince les punira a sa voulenté et selont la qualité du forfait.

102.

Que pourront faire les lieutenans.

<a> [L]es lieutenans dessus dis, au conseill des compaignons, pourront toutes chouses faire que le prince pourroit s’il [au] lieu estoit present (f. 16r) en la dite court, exceptéz ce qui s’ensuient. <b> Premierement, les lieutenans ne pourront nul nouvial compaignon recevoir en l’ordre, ne la mander a nul absent. <c> Et ne pourront faire chapistres nouviaulx, ne anichiller aucun des premiers chapistres.

103.

Des lieutenanz.

<a> [I]lz ne pourront faire autre chose en la dite court fors seulement traitier avec les compaignons du bien, honnour, estat et profit de l’ordre et compaignie. <b> Mes toutes foiz ne pourront sur ce faire status ne ordenances sanz la voulenté et acort du prince. <c> Et ou cas qu’il semblast bon et expedient de ordener et faire aucuns estatus aux lieutenans et aux compaignons presenz a celle court, ainssi comme il auront fait et deliberé, sur ce manderont et escriperont au prince. <d> Et lors le prince, au conseill des compaignons presens avec luy, pourra ce que ces lieutenans auront fait et luy mandé confermer. <e> Et s’il le conferme, vaudra tant comme s’il eust estey fait en la court par le dit prince present. <f> Et se au dit prince ne plaist a confermer ce que par ces lieutenans aura esté fait et mandé comme dit est, nullement ne vaura ne sera de value. Ainz pourra le dit prince anichiller a sa voulenté.

104.

Comme de toutes ordenances et sentences donnees et faites par les lieutenans chascun pourra apeller.
[O]u cas que par les lieuxtenans fust mis paiz et acort entre aucuns des compaignons en la dite court, ou fust par eulz ordené sur leur descort, et nul d’eulz n’apellast [de leur ordenance], ce qu’il auront fait sur ce et ordené vaudra perpetuelment, comme se par le prince fust fait, se par eulz, ou aucun d’eux, ne fust appellé au prince.

105.

Comme de toutes sentences et ordenances faites par les lieutenans chascun pourra apeller.

<a> [D]e toute ordenance, sentence ou autre chouses faite en la dite court par les lieutenans pourra chascun appeller au prince. <b> Et le dit prince, veue et sceue l’apellacion, au conseill des compaignons terminera et metra a fin.

106.

Comme il tenrront la court aussi come ce le prince y fust present.

<a> [I]lz tenrront la court par telle maniere come se le prince fust present, et feront le service et ce vestiront et toutes autres choses [feront] comme ce le (f. 16v) prince i fust present, <b> excepté que nul ne serra ou lieu du prince, mesa u secont lieu seront ces lieutenans.

107.

Comme les lieutenans ordeneront en celle court ou [et] en quel lieu l’autre court se tenra.
[L]es lieutenans dessus dis ordeneront, au conseill et voulenté des compaignons, le roialme ou quel se tenra la court general prochain venant.

108.

Comme les lieutenans pourront faire et establir choses neccessaires.
[T]outes fois les diz lieutenans, au conseil et voulenté des compaignons, pourront, se par aventure avenoit aucunes chouses qui delaient ne peust souffrir sanz damage ou deshonnour de l’ordre, ou d’aucun des compaignons, sur ce ordener et faire comme bon leur samblera, et en ce cas sanz confirmacion du prince sera ce qu’il auroient fait et ordené ferme et estable, ainssi comme par eulz sera fait et ordené.

109.

Comme tout ce qu’il auront fait il doivent escripre au prince.
[T]outes chouses faites, traitiees et ordenees par les lieutenans en la dite court comme dit est, escripront et manderont au prince tout ainssi comme par eulz aura esté fait et ordené, tant de la court a venir come de toutes autres chouses, quelles qu’il soient.

110.

Comme et quant la poissance des lieutenans expirer[a].
[T]enue la court dessus dite comme dit est, la poissance des lieutenans dessus diz expirera, ne n’auront plus [aucun] pouoir, et ne seront plus lieutenans.

111.

Comme touz les compaignons sont tenu de venir a court aux quatre mestres festes de l’ordre.

<a> [A] ceste court general de la Trinité seront tenuz tous les compaignons de venir, sur la poine ordenee come dit est. Et aussi en ces autres trois, c’est assavoir a la feste de Touz Sains, de Noël et de Pasques, seront tenu de venir tous les conpaignons qui soient pres du lieu, ou la personne du prince sera a celle feste dessus dite, <b> se maladie ou autre juste cause ne l’escusoit, <c> sur la poine dessus dite. (f. 17r)

112.

Aucunes ordenances et estatus.

<a> [L]e prince et la compaignie auront en toutes fais de l’ordre et compaignie un seel commun, <b> lequel gardera le prince. <c> Et de cestui seel toutes lettres mandees et envoieez et faites par le prince et pour la compaignie touchant l’ordre seront de cest seel seelleez, et nulles autres lettres non.

113.

Comme nul des compaignons ne mesdira jamés de gentil fame.

<a> [P]our ce que touz chevaliers doivent honnourer et portera honnour a toutes gentilz fames, nul des compaignons de l’ordre jamés ne mesdira ne dira villainie a nulle gentil fame, soit dame ou damoisele, <b> se n’estoit pour l’onnour du prince sauver, ou aucun des compaignons, ou de son seignour lige, ou de soy, de son pere ou frere, ou autre a qui fust obligié par serement ou de lignage prochain, toutes fois en disant verité, sans controuver menchonge. <c> Et qui autrement en mesdiroit, se n’estoit par soulaz et jeu, la court general seant, sera vestu de noir, et aprés [par] l’espasse de deus mois ensuiant, <d> et ne serra a table le jour de la Trinité avec les autres. <e> Et sera en la voulenté du prince d’autre poyne luy donner, consideré son mesfait. <f> Et si criera son deffaut en la dite court, se n’estoit chose par quoy s’en peust ensuier damage et peril aucunement. <g> Et se prometront, sanz jurer, tous les conpaignons.

114.

Comme jamés nul des compaignons ne sera homme de compaignie.

<a> [N]ul des compaignons ne sera jamés homme de compaigné, ne ne sievra compaignie. <b> Se n’estoit que aucun plus poissant de luy ly eust fait tort, villanie, domage ou grant deshonnour, et autrement ne se peust de luy vengier sanz estre homme de compaigné, <c> ou que son seignour ly feist faire et luy vengier, s’en metra hors. <d> Et qui autrement le fera, sera privé de l’ordre.

115.

Comme qui injustement feroit a aucun guerre, nul n’est tenu de aidier.

<a> [N]ul des compaignons ne mouvera ne fera guerre a autres, quel qui soit, se n’estoit justement, c’est assavoir qui luy eust fait villanie, deshonnour ou grant domage, et n’en peust avoir raison se par guerre n’estoit. <b> Et qui autrement feroit guerre, le prince ne les compaignons (f. 17v) ne seront [tenu] a lui aidier aucunement en sa guerre.

116.

Comme tous les compaignons, hommes du prince, ne seront ne ne pourront estre contre le prince.
[T]ous compaignons qui vassax et hommes fussent du prince, por chose du monde ne pourront estre contre le dit prince, mes en toutes ses guerres et autres chouses seront et sont tenu de luy aidier comme vassaux et hommes sont tenu a leur seigneur, et aussi d’abondant come l’ordre veult et commande.

117.

Comme le prince peut declarer les chapistres obscurs de l’ordre.
[S]e aucun des chapistres, ou partie d’aucun, estoient obscurs, que clerement ne se peussent entendre par les compaignons, le prince, au conseill des compaignons a la court general, les pourra declarer et donner entendement, tel comme il leur semblera bon.

118.

Comme en prison et maladie et pouvreté l’un est tenu de l’autre aidier.
[L]e prince et tous compaignons, a tout compaignon decheu de son estat par prison ou maladie, mes que ne fust par sa coulpe, aideront chascun a son pouoir, selont l’estat de celui compaignon. Et ce jureront le prince et tous les compaignons.

119.

Comme en l’abitacion des religieux dessuz diz sera faite une grande sale pour les compaignons.

<a> [E]n l’abitacion des religieux de la chappelle sera par le prince fondé et fait une grant sale et tynel, <b> [ou] quel sera point la gloire de la chevalerie de l’ordre; <c> c’est assavoir le prince ou premier lieu, et aprés chascun selont sa chevalerie et bonté a l’esgart du prince, et par especial de la chevalerie qu’il auroit faite depuys l’ordre prise.

120.

Comme en ceste salle mengeront les compaignons le hour de la Trinité.

<a> [E]n ceste sale et tynel mengeront le prince et les compaignons le jour de la Trinité. <b> Et seront tous, chascun selont sa bonté et chevalerie a l’esgart du prince. <c> Et jusques a tant que soit la chapelle fait et fondee, le prince tenra la court et le disner ou il vourra. <d> Et seront assis a la voulenté et ordenance du prince, comme il luy plaira et semblera bon. (f. 18r)

121.

De fait d’armes. Comme en ceste ordre sera une baniere et quelle.
[E]n ceste ordre et compaignie aura et sera une baniere et penon, de quoy le champ sera de guelles a une nef d’or dedens la mer, desgarnie fors que du mast.

122.

Comme, et par quel commandement, et por quoy se levera la dite baniere.

<a> [C]este baniere ou penon se pourra lever et porter par le commandement du prince, et ou sera sa personne ou un lieutenant (si en a ce fait et ordené par le dit prince, ou cas que le dit prince n’y fust en personne). En toutes bactailles et jours de baictailles nommés, en touz encontre touz annemis, en toutes conquestes de paiz et terres, et touz assaux et combatemens de forteressez, villes et chaustiax, ou autres terres. <b> Mais toutes foiz que se portera et levera la dite baniere ou penon par la licence et commandement du dit prince, ou y fust en personne, ou non sera, [il doit estre] acompaignié de diz compaignons de l’ordre et de cinc cent lances, <c> se n’estoit en joustez ou en tournoys. Car lors se levera a la voulenté du prince et acompaignié comme il luy plaira.

123.

Combien durera l’office du lieutenant por lever la baniere.
[E]t l’office et poissance du lieutenant por la dite baniere ou panon faire lever et porter durera tant comme le prince luy [aura] commis et donné pouoir et licence.

124.

Comme tous les compaignons obeïront au dit lieutenent en faisant ce.
[A] celluy lieutenant ainssi fait par le prince come dit est, obeïront toz les compaignons quant en cest cas por quoy est ordené par le prince, come il feroient au prince s’il y estoit en propre personne, et non pas en autres [cas] qui ne touchassent se por quoy est ordené lieutenant, comme dit est.

125.

Comme en defafut et negligence du lieutenant [ou] s’il n’estoit habile le prince pou[r]verra de un autre.
[S]e le dit lieutenant estoit negligent en ce por quoy est ordené par le prince, ou ne se portast bien et loialment, ou ne fust habile a ce faire, ou fust suspet, les compaignons le manderont et feront assavoir au dit prince le plus tost qu’il pourront, et le prince sera tenu de y pourveoir de un autre, souffisant et habile por ce faire et acomplir.

126.

Comme en Prusse se pourra lever la banniere en penon de l’ordre.
(f. 18v) [S]e aucuns des compaignons estoient en Prusse, et sur ce eussent especial licence du prince, il pourront lever et porter baniere ou penon de l’ordre.

127.

Comme tous les compaignons sont [tenu] de la baniere ou penon acompaignier.
[T]outes les foiz que la baniere ou penon se levera, tous les compaignons de l’ordre qui fussent de l’autre part, si tost qu’il sauront la dite baniere ou penon estre levé, ne seront contre la dite baniere ou penon, ains venrront a acompaignier la dite baniere ou penon, se bonnement le pouent faire, sauf leur honeur.

128.

Comme la baniere levee, por paour de mort nul ne la doit lesser.

<a> [T]outes les fois que ce portera la dite baniere ou penon, touz les compaignons de l’ordre (ce il n’estoit official d’armes a ce presens) l’acompaigneront, ne ne la lesseront por paour de mort ne autrement, ainz la sievront, quelle part qu’elle soit, et voist en toutes placez, <b> en faisant chascun son pouer d’armes a l’onneur de l’ordre et de la compaignie, et de soy meesmes.

129.

Qui portera ceste baniere.

<a> [C]este baniere ou penon portera le meilleur chevalier de l’ordre, et par especial qui plus fait d’armes depuys l’ordre prise (si n’estoit capitaine ou mareschal), qui pour lors se trouvera present. <b> Et chascun vespre la rendra au prince, que ce meillour de celui venoit aprés, le prince le matin luy bailleroit la baniere, au conseil des compaignons. <c> Et sera par le prince et compaignons presens le meilleur chevalier esleu por porter la dite baniere et penon.

130.

Comme sera puni qui la baniere au prince lessera.

<a> [S]e aucun des compaignons fust en bactalle ou en fait d’armes, et lessast la baniere ou panon desouz, qui y soit, quel que soit, ou le dit prince ou son lieutenant, comme dit est, ou s’enfuist ou feist autre recreance, jamés ne ait honnour en l’ordre. Mais le prince, sceu [son] deffaut, le privera de l’ordre et devise. <b> Et a la court general prochain venant se criera son deffaut publiquement, et comment il est privé de l’ordre. <c> Et aussi le prince l’escripra a toz rois et princes de grant estat. <d> Se celluy ainssi deffaillant est present a la dite court general, quant les autres compaignons le jour de la Trinité serront a table, il serra a terre devant eulx, et mengera avec un chien en une escuelle. <e> Ne jamés ne recouverra l’ordre (f. 19r) [et] devise. <f> Et les compaignons, et chascun a par soy, sera et soit tenu d’amener a la dite court touz compaignons ainssi deffaillant, se bonnement et sanz trop grant peril du corps et damage le pouent faire.

131.

De garnir la nef. Premierement, [de la] garnir de tymon.

<a> [P]remierement, qui vourra garnir la nef de tymon et mettre en sa devise l’un des tymons, il convient qu’il treuve et soit en une bactaille contre Sarrasins, heretiques ou scismatiques, en la quelle besoigne de sa partie soient au mains mil et cinc cent hommes, souz baniere ou penon, et de la partie contraire soient au moins deus mil hommes. <b> Et se la besoigne est en terre ferme, il convient qu’il soit un des premiers combatans et bon chevalier en celle besoigne et de sa bactaille. <c> Se en mer estoit, a descendre de la mer contre ses ennemis, convient qu’il soit un des premiers descendans por combatre, et face comme bon chevalier doit faire, s’il n’estoit official d’armes, ou fussent por la garde du corps du seigneur de la bactalle. <d> Et ce en leur office faissant se portent bien et honnorablement les diz officiax, et le seigneur aussi, et soit de l’ordre, le prince et les compaignons luy donrront poissance de garnir sa nef selont le fait d’armes qui aura esté fait et qu’il auront deservi.

132.

Comme [se] garnira la nef de l’autre tymon.
[Q]ui vourra garnir la nef de l’autre tymon, il convient qu’il se treuve et soit en une autre et telle besoigne comme il aura esté por metre le premier, comme dit est dessus, depuys qu’il aura garnie la nef du premier tymon.

133.

Comme se garnira la nef du grant tymon.
[Q]ui du grant tymon voura la nef garnir, il convient qu’il se treuve et soit en une telle besoigne come il aura esté por metre l’un des tymons, par tel maniere come dit est devant, et que la besoigne soit en la conqueste de la Terre Sainte, c’est assavoir du roialme de Jerusalem.

134.

Comme se garnira la nef d’ancres.

<a> [Q]ui la nef voura garnir d’ancre, por chascune ancre que metra en la nef il convient qu’il se treuve et soit en une prise de cité, ou de ville fort ou chastel, de cinc cent feux ou de plus se elle est de (f. 19v) Crestiens, se de Sarrazins, de mil feux ou de plus. <b> Et convient qu’il soit des premiers entrans en la prise de la terre, c’est assavoir du premier jusques au tiers, s’il veult metre et garnir sa nef d’ancre doree. <c> S’il est du tiers jusques au sixieme il metra et garnira sa nef d’ancre [d’argent; <d> s’il est du sixieme jusques au dixieme, il la garnira d’ancre] de fer, ou s’il [faisoit] fait d’armes notable sus les murs de la terre. <e> Se la terre prise estoit des Crestiens, et face les choses dessus dites, il metra les ancres au dessus de la mer. <f> Se de Sarrazins estoit, il metra les ancrez dedens de la mer. <g> Por chascune prise de cité, chastel, ou ville fort que ce trouvera aucun de compaignons, par tel maniere come dessus est dit, metra un autre, car tant d’ancres metra en sa nef come il aura estey de prisez de terre.

135.

Comme se garnira la nef de cordes. Et premierement de cordes dorees.
[Q]ui de cordes dorees voura garnir sa nef, il convient que pour chascune corde se treuve en bactaille ou soient de chascune part set cent hommes, de quel que gent soit la bactaille, et que de l’une partie soit baniere ou penon. Et convient que en celle bactalle face son honnour comme bon chevalier. Et por chascune telle batalle en quoy il aura estey, il metra en sa [nef] une corde doree.

136.

Comme se garnira la nef de cordes vermeilles.
[Q]ui la dite nef voura garnir de cordez vermeilles, il convient qu’il se treuve et soit en bactaille de sis cent hommes de chascune part, en faisant comme bon chevalier et son honnour. Et por chascune telle bataille en quoy aura estey, metra en sa nef une corde vermeille.

137.

Comme [se] garnira la nef de cordes d’azur.
[Q]ui en baictaille de cinc cent se trouvera, ou seront de chascune part cinc cent, faisant come bon chevalier, por chascune telle bataille en quoi aura esté, metra en sa nef une corde d’azur.

138.

[138. Comme se garnira la neif de cordes blanches.
Qui en une bataille de quatre cent hommes de chascune part se trouvera, faisant comme bon chevalier comme devant est dit, pour chascun telle bataille en quoy aura esté, metra en sa neif une corde blanche].

139.

Comme se garnira la nef de cordes verdes.
[Q]ui en bataille de trois cent hommes de chascune part se trouvera, faisant son honnour come est dit, por chascune telle bataille en quoy aura esté, metra en la dite nef une corde verde.

140.

Comme [se] garnira la nef de cordes grises.
[Q]ui en bataille de deus cent hommes [de chascune part] se trouvera, en son honnour faisant, por chascune telle batalle en quoy aura estey, metra une corde grise. (f. 20r)

141.

Comme se garnira la nef de cordes de fer.
[Q]ui en bataille de cent hommes de chascune part se trouvera, por chascune telle bataille en quoy aura esté, metra en la dite nef une corde de fer. Et convient que en chascune des besoignes dessus dite soit penon ou baniere au moins d’une des parties.

142.

Comme se garnira la nef de treif.

<a> [Q]ui voura metre en sa nef le tref, c’est a dire l’entente, il convient qu’il se treuve en batalle de chascune part de huit cent hommes et de l’une des parties soit baniere ou penon, et qu’il face chose notables d’armes, par quoy soit reputé un des meillours por la journee. <b> Et se contre Crestiens estoit, metra le tref doré, <c> se contre Sarrazins, il metra vermel.

143.

Comme se garnira la nef de voile.

<a> [Q]ui sa nef voura garnir de voile, il convient qu’il se treuve et soit en une batalle de mil hommes de chascune part, et soit baniere ou penon de chascune partie, se ne fust contre Sarrazins, et qu’il face en celle batalle fait d’armes notable, por quoi soit tenu un des bons chevaliers de la journee. <b> Et se la batalle est de Crestiens, il metra la voile blanche; <c> se contre Sarrazins, la metra vermelle.

144.

Comme se garnira la nef de banieres.

<a> [Q]ui aura garni la nef de toutes choses, par especial de tymons, voile et tref, et feist autre fais, telle chose et fait d’arme come por quoy il a garni sa nef de tref, voille et tymons, por chascun tel fait que aprés garnie la nef des choses dessus dite fera, metra une baniere en sa nef. <b> Se contre Crestiens estoit, il la metra blanche; <c> se contre Sarrazins est, la metra vermeille sur le cors de la nef. <d> Se celui qui la baniere ou penon de l’ordre [portast], ou autre compaignon de l’ordre qui portast baniere ou penon d’autruy en son office de capitaine ou mareschal, se portoit bien comme bon chevalier, et feist son devoir en gardant la baniere, il metra une des choses en la dite nef por la garnir selont ce que requiert la besoigne en quoy aura porté la baniere ou penon, a l’esgart et voulenté du prince, et conseil des compaignons.

145.

Comme se garnira la nef de baniere sur le chastel du mast.

<a> [S]e aucun se combatoit de gage de batalle, corps a corps, jugié par le prince ou autre seigneur, et vanquist son aversaire, <b> s’il est Crestien et ne (f. 20v) l’ait apelé, metra sur le chastel de l’arbre, c’est asavoir du mast de la nef, une baniere blanche; <c> ce Sarrazins est, la metra vermeille. <> Et poura chascun apeller touz Sarrazins de combatre, mes nul Crestien, non por quoy en le vanquir meist baniere en sa nef.

146.

De la fondacion de la chapelle de l’ordre.

<a>[E]n l’onnour et en la reverence de la Benoite Trinité, le Pere, le Filz et le Saint Esperit, le prince fondera une chapelle, ou plusours, grant et belle, <b> en quel lieu quy voura, <c> et fera chief de chappelle celle qui voura.

147.

Quant autiers en ceste chapelle.

<a>[E]n ceste chapelle seront sis autieux principax. <b> Le premier et mestre autel sera dedié et consacré ou nom de la Sainte Trinité, du Pere, du Filz et du Saint Esperit. <c> Le segont autel sera plus bas a destre, [et] sera dedié et consacré ou nom du benoist Filz de Dieu, Nostre Seigneur Jesu Crist. <d> Le tiers autel, a senestre, sera dedié et consacré ou nom du Saint Esperit. <e> Le quart autel sera dedié et consacré ou nom de la Benoite Virge Marie. <f> Et d’autres autielz y aura a la voulenté et ordenance du prince, et un autre de Saint Bartholomer, et l’autre de Saint Loys de France. <g> Et d’autres autiers y aura tant comme il plaira au prince.

148.

Quel gent seront en ceste chapelle.
[E]n ceste chapelle seront religieux telz come il plaira au prince.

149.

Quel office se dira en ceste chapelle.

<a> [L]es religieux dessus dit diront en ceste chapelle le divin office, c’est asavoir les heures canoniaux, bien devotement et deligemment. <b> Et chanteront tous les jours trois messes a note la premiere de la Trinité, la seconde de la Virge Marie ou des mors, la tierce du jour, et sera la grant messe. <c> Et tenront les dessus diz religieux bien leur ordre et religion.

150.

Comme en ceste chapelle se fera le service de tous les compaignons trespassés.
[E]n ceste chapelle se fera aprés la mort du prince ses exequez et service bien et sollempnement, et de chascun des compaignons, ainssi come appartendra a chascun selont son estat.

151.

Comme en la chapelle seront pendu les escus et banieres des trespassez.
(f. 21r) [E]n ceste chapelle aprés la mort du prince, tant du dit prince comme de chascun des compaignons, aprés la mort de lour se pendront leurs escus bien et honnorablement, de chascun selont sa chevalerie, comme devant est dit.

152.

Comme en ceste chapelle seront gardés touz livrez touchant l’ordre.
[E]n ceste chapelle sera gardé l’original de ceste ordre, c’est assavoir cest [livre et le instrument qui contient tout l’ordre, et aussi les originaux du] Livre des preuz et du Romans [de la neif].
 

Les nons des compaignons de l’ordre sont ceux qui s’ensuient si dessouz:
[P]remierement, Monsire Charles de Duraz, roy de Jerusalem et de Sicile, prince et commenceur de l’ordre
Monsire Loys de Anguien, conte de Conversen
Monsire Charles [Rous] de Monhaut de Calabre
Monsire Jannot Prothojudice de Salerne
Monsire Gieffroy de Marsan, [conte de Alif]
[Messire Thomas de Marsan]
Monsire Palamides Bochut de Naples
Monsire Franchoys Guidace de Naples
Monsire Bartholome Tomacelle de Naples.
 

Les quiex rois, contes, et chevaliers pristrent l’ordre et jurerent ainssi comme dient les chapistres de l’ordre, en la [cha]pelle grant du Chastel Neuf, le jour premier du moys de decembre, l’an de grace mil .ccc. lxxxi, de la Ve indicion, en la presence de mout de gentilz hommes, et de grant peuple.
 
Explicit liber. Deo gracias.