RIALFrI

Trattato del 1305 per la conquista dell’Epiro

Andreas Kiesewetter, Il trattato del 18 ottobre 1305 fra Filippo I di Taranto e Giovanni Orsini di Cefalonia per la conquista dell’Epiro, «Archivio Storico Pugliese», XLVII, 1994, pp. 177-213.

Si è intervenuti nel testo per regolarizzare la divisione delle parole, l’uso delle maiuscole, degli accenti e degli apostrofi secondo la prassi moderna.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale e messa in linea a cura di Francesca Gambino

 

 

I



[1]  Sachent tous presenz et qui avenir sunt, que en l’an de l’incarnation de nostre signeur Jhesu Christ mil trecenz et ciunc ou premier an du pape de monseigneur Clement pape quint, regnant le tres haut et excellent prince monseigneur Challe secont par la grace de Dieu roy de Jherusalem et de Sizile, de la duchee de Puille, dou prince de Capes, de Prouvence, de Fourcalquier et de Piemont conte, deses royames l’an vinteunime, ou disehuitime jour du mois de octouvre dela quarte indicion par devant celi nostre seigneur le roy et en presence de moi ci desouz script notaire et de ses testimoinz desouz nomez les tres haus hommes monseigneur Phelipe prince de Tarente et despote de Romenie et monseigneur Jehan cuens de Chefalonie et de Jachinte de leur bone et agreable volenté firent et fermerent entre eaus les paz et les convenances ci desous contenues, c’est asavoir le devant dit conte par cele foi et cele amour, que il a envers nostre seigneur le roy et monseigneur le prince devant diz, proumist, convenanza et se obliia a celi prince recevant pour soi et pour ses hoirs de entreprendre et de commencier entre ci et le mois de marz prochein avenir la guerre apertement et puissantement et poursuivre la continuement a ses despens de son cors, de grief et perilleuse maladie ne l’empechoit, de tout son pouir et de tout sa gent par mer et par terre, selonc que la condition de bosegnes mielz requerra et que a sain et raisonnable et convenable entendenment et iougement mielz semblera, contre la despine et Thoumas son filz et leur gent et leur aidans iusques a tant, que toute la terre, la quel ycele despine et Thoumas tienent es parties de Romanie, c’est asavoir Lart, le Rogaus, le Valte, le Codesily, la Jaune, la Vagenetie, Saint Donat, la Chimare, Dronopoli et Argirocastro et leur apartenances tant en demanies comme en fiés, qui se tienent de eaus en quelque maniere, soient conquises et mises es mains dou devant dit prince ou de ses hoirs, aus quex yceles terres apartienent et doivent venir, par raison. [2]  Et en celi cas, que par aventure il ne peust aucune foiz par empechement de maladie, tele com il est desuz dit, estre en propre persone a la devant dite guerre, pour suire il y aura son vicaire atant de compaignie et tel efforz, com se il i fust present de son cors; et tantost aprés ca garison il i ira et sera en sa propre persone. [3]  Et ce devant dit prince convenanza et proumist de aidier au dit conte a la devant dite conqueste iusques atant, que le soit acomplie, de toute sa gent, qu’il a en la terre ferme, la quele il tient de dispote de Romenie, en l’isle de Corfo, c’est a savoir dou service, au quel il soit tenus de faire pour les fiez et les terres, qu’il tienent de li, et tant plus de grace, com il porra pourchacier envers eaus en bone maniere par leur acort, demourans toute voies les chastiaus du prence souffisanment garnis et gardés et, que se aucuns des homes, qui fiés ou terres tienent du prence dedens le tans de la conqueste, avant qu’ele fust acomplie, mouroient sans hoirs ou il s’en fuissent, par quoi il ne feissent le service, que le prince soit tenu de tantost, que il le saura doner ices fiés et icelles terres a autres persones, par qui le service se face. [4]  Encore icelui prince pour amour, qu’il a au dit conte, et par consideracion des travaus et des despens, que il et sa gent averont et soufferont en la conqueste desus dite, convenanza, proumist et se obliia a celui recevant por soi et pour ses hoirs partir avec lui, exceptuee toutevoies la Jaune ou toutes ses apartenances, la quele doit demorer et demourra tous jours entirement au prince et a ses hoirs, toute ceste conqueste par moitie, c’est a savoir les autres chastiaus et les autres terres, si com eles sont desus nommees et devisees, a tenir icelle moitie et les feudotaires et les autres hommes, qui enseront, li et ses hoirs, descendans loyaument de son cors, en fié de celui prince et a ses hoirs; et li serviront chascun an entier de service de diz chevaliers et de quarante escuiers latins, bons et souffissans, quant la conquiste sera accomplie, ala requeste dou prince et de ses hoirs ou de leur capitanie; enfint voirement, que le conte et ses hoirs puissent la gent de celi service eschangier et refrechir, quant il vorront, chascun trois mois mes, que il i y metent autres aussi souffissans et convenables. [5]  Et est a savoir, que la partison desus dite ne doit pas demourer a estre fait taint que toute la conqueste soit acomplie, duirois, si tost que aucune chose ou peu ou moulte en sera conquise, u il soit toute voies forterece, par quoi l’en puisse les lieus en tour conquis tenir, tantost se doit partir par droite moitie; et sera l’une moitie du prince et l’autre dou conte par los ou par sort et puis aprés, ensi que la terre se verra conquestant, se fera en celle meesme maniere la partison successivement, sic que le conte de la moitie de ce, qui se conquestera, soit tenans et prenans tous jours, si com la conqueste se fera bonament, si com il est desus touchie. [6]  De toute ceste desus dite partison sera exceptue la Jaune ou toutes ses apartenances et demourra dou tout au prince et a ses hoirs, ne le conte ni aura ne demandera riens, que soit. [7]  Encore le devant dit prince dona au dit conte plain pouvoir de doner de la terre, que il conquest, a chevaliers, escuiers et a autres gens d’armes souffisans persones, qui li aideront en ceste conqueste, fors que as quex tiens, fiés, com il le semblera pour mielz poursuivre la besoigne, mais que il ne puisse doner terre, que soit de demainer ne ordonee ou accostumee a tenir pour garnison et garde des fortereces du pais. [8]  Et quant la partison se fera si, com il est desus dit, les fiés, que le devant dit conte aura doné, le partiront en deus parties; et les feudotaires, qui verront en la partie dou prince, tenront de li en chief et li feront lige homage et feaulté et le deu service. [9]  Et ceaus, qui verront a la partie dou conte, tenront de li et li feront lige hommage et feulté; et le conte tant pour ces hommages, qui en part li venront, quant pour toute l’autre moitie de la conqueste sera tenu li et ses hoirs au prince et a ses hoirs dou desus dit service en la manier, que desus est devisee. [10]  Et est asavoir, que entre toutes ces choses expriseement fu il accordé et dit entre eaus, que les feudotaires dou conte devront tous jours servir de tout leur service en gardant, deffendant et recouvrant toute la terre desus nommee de ceste devant dite conqueste continuelment tout tamps, que mestiers sera; et en absence ou defaute dou conte et de ses hoirs ou de ses officiaus le prince et ses hoirs comme souvraines seigneurs et ses officiaux les porront a ceste chose et commander et contraindre et proceir contre eaus selonc leur defaute, iusques atant que le conte et ses hoirs ou ses officiaus le facent fere. [11]  Et encore puisque le prince en quelque maniere, que il porra par soi ou par autrui, aura gaagnie et recouree la Blachie et les autres terres, que le despot tint es parties de Romenie, dou tout ou en partie, les devant diz feudotaires dou conte aideront a defendre et garder icelles terres de la Blachie et les autres lieus aussi et tout leur deu service trois mois chascun an, quant besoing sera. [12]  Et de ce sera chascune fois le conte ou son vicaire requis par le prince ou par son vicaire ou capitaine. [13]  Et en defaute dou conte ou de son vicaire le prince ou son capitaine requerra et contraindra et ses feudotaires au service fere et processa contre eaus, se il i failloient, selonc la defaute, iusques atant, que le conte ou ses hoirs ou son vicaire le facent faire. [13]  Encore est il i savoir, que se le devant dit conte pour avoir aucunes fortereces, qui fuissent es mains des gens de la despinee et de Thomas desus diz, proumesist ou donast monnoie ou autres choses a ceaus, qui les fortereces tenroient, pour ce que il les rendissent a celi conte, que le devant dit prince est tenus a la moitie de tout ce, que doné ou proumis leur feroit par le conte, ainsi que au conte sembleroit miex fait que laissie. [16]  Encore fu il a toutes ces convenances aiousté par l’une partie et par l’autre, que se il avenist, que le dit conte morust, avant que la dite conqueste fust toute acomplie, que tant, com il aura conquis en sa vie, le partira par moitie entre le prince ou ses hoirs et les hoirs de conte en la forme et en la maniere desus devisee. [17]  Et se ensuit estoit, que li hoirs de dit comte volissent la guerre maintenir contre la despine et Thoumas son filz selonc les convenances et les ordenances, les queles sont faites entre le devant dit prince et iceli conte, qui sont escriptes et contenues en ce presente script, que il la puissent et doient maintenir poursuivre et continuer dou tamps de la morte dou pere et fere la conqueste selonc les paz et les convenances desu dites, les queles le devant dit prince proumist et se oblia de garder et tenir as hoirs du dit conte, non obstant que ices hoirs n’i estoient pas presenz, selonc la fourme et la maniere, qu’elles sont fetes entre le prince et le conte desus dis; mais que les diz heirs haient fait assavoir dedens sis mois aprés la mor de conte leur volenté de la dite guerre maintenir et continuer ou non. [18]  Et se il la vourront maintenir et continuer que tantost, que il verront a age et a pouoir d’armes porter, il i soient en propre cors et iusques atant, que il i aient leur vicaire bon et souffisant a tele compaignie et tel efforz, comme le conte i aura eu en son vivant. [19]  De rechief le devant dit prince proumist et convenanza au dit conte, que depuis qu’il aura la devant dite guerre commencié, que il ne fera pais ne acort a la devant dite despine ne a Thoumas son fil sans la cort de celi conte, sauf se la despine ou Thomas offrissent tel pars, que il fust bone et convenable pour le prince et pour le conte. [20]  Et se einsuit estoit, que la despine ou Thoumas son fil pour icelle pes faire ou avoir proumesissent, convenanzassent ou donaissent au prince fortereces, chastiaus, terre ou quelque autres choses, le dit conte doit avoir toute la moitie entirement de tout ce, que proumis, convenancié ou doné li seront, siccomme dit est. [21]  Et se par aventure selonc le treitié de la pes toute la terre, que le dit conte auroit conquestee contre la despine et Thoumas son fil dou jour, que la guerre aura esté comencié, iusques au jour, que la pes se feroit, devra estre vendu a la despine dite partison, que fete en seroit. [22]  Et se elle par raison de celi treitié venist au prince et le se partira entre li et le conte par droite moitie en la manier desus devisee, si que de tout le pourset, que venra de ce, soit par guerre soit par pas, puis le commancement de la guerre, la moitie en sera de l’un et l’autre moitie de l’autre; et tenront le conte et ses hoirs leur moitie a tous jour dou prince et de ses hoirs, si com il est desus devise, et en feront le service depuis tant pour tant, selonc la quantité de la terre, que li demourroit, faite comparaison de tout le service desus nommé a toute la moitie de la terre, que orendroit est aconquester, ensi que il en venroit par part. [23]  Encore le devant dit prince veult et outroie, que le desus dit conte ait avec soi, en poursuivant la devant dite guerre, le service de tous les griex, qui apartienent a servir selonc ce, que li fiex devroit, que le conte les puisse destraindre, defaire leur deu service anternement. [24]  Et se il avenist, que le conte se doutait d’eaus par aucune maniere, que il son cors purement et bone foi et non mie son vicaire leur peust demander souffissans ostages pour la sauveté de li et de ses gens, qui seront en sa compaignie, et que il puisse metre les ostages es chastiaus dou prince et en sa garde. [25]  Et se il avenoit, que aucuns de ceaus, qui seront a la guerre, feissent aucun meffait au chose, que fust preiudice au prince ou au conte tant par mer comme par terre, le prince veult et outroie de sa bone volenté, que le conte ait plein pouioir de punir les et faire en ioustice selonc la qualité dou meffait et selonc les coustumes et les usages de l’empire dou commercement de la conqueste iusque atant, que elle soit acomplie. [26]  Et toutes les paines, que seront iustement mises par le conte de par le prince, soient tenues fermes et estables et que se aucuns veniste encontre, le devant dit conte ait plein povoir tous les tans de la conqueste de lever icelles paines pour le prince de ceaus qui i seront cheus. [27]  Les queles toutes convenances desus devisees et escrites et chacune d’elles le prince et le conte desus diz par stipulation solenne, gardee toute solennité de droit, que en ce se requiert, proumistrent et obligerent eaus et leur hoirs et iurerent de garder les et fere garder et de non venir en nul tens encontre. [28]  Et en testimoignaige et cautelle de toutes ces choses desus dites fez sont par moi ci desouz nommé notaire deus publiques instrumenz, c’est present et un autre, par tout semblabes, seleez des seiaus pendans dou prince et dou conte devant ditz et si sont scriz en François a la requeste, c’est assavoir, de celli conte, disant, que usee et acoustumee chose est es parties de Rumenie meesmement entre les signeurs et les gentix homes de leur trettiez et leur cauteles fere scrire en François. [29]  Et fu ce fait a la tour de Sant Herasme pres de Capes pardevant nostre seigner le roy desus dit, presenz le hauz et nobles hommes monseigner Bartelmieu Siginulfe de Naples, conte de Theleise, grant chambellent, monseigner Bartelmieu de Capes, logothete et prothonotaire, monseigner Sierge Siginulfe de Naples, amirail du royaume de Sezile, monseigner Jehean Pepin, mestre rational de la grant rayal court, monseigner Guillaume Beulehart et monseigner Jehan de Genvile, mareschiaus de dit royaume, et mesire Guilliaume dou Bos. [30]  Aprés ce s’en sivoit le signe du notaire, par cui main l’instrument avoit esté fet, et aprés celi signe s’en sivoient ces paroles: [31]  Et ie Thoumas de Saint George par auctorité de pape et de roy publique noatire, qui present fui a toutes ces choses desus dites et en sai prie et les escris et mis en fourme publique et seignai de mon propre et acoustumé signe. [32]  Et de tous ces paroles s’en sivoient ces autres: [33]  Et nous Phelippe prince de Tarente et despot de Romenie et Jehans conte de Chefalonie et de Jacinthe desus dis reconoissons, que toutes ses choses desus recontees et escriptes sont vraies, a vous fait metre a ce present instrument et a l’autre aussi semblamba en gregneur testimoignage et cautele di celles choses nos seiaus pendens.

II



[1]  Challes secont par la grace de Dieu roy de Jherusalem et de Sezile, de la duchee de Puille et du prince de Capes, de Prouvence, de Forcalquier et de Piemont conte, fesons savoir par la teneur de ces presentes letres a tous ceus, qui les verront et orront tant teneur de ces presentes letres a tous ceus, qui les verront et orront tant presenz, comme qui avenir sunt, que nostre tres chier et amé filz Phelippe prince de Tarente et despote de Romenie et le noble homme Jehan duc de Vagenetie, cuens de Chefalonie et de Jachinte, nostre ame conseillier, famillier et feau, firent et fermerent entre eaus nouvellement par devant nous, presenz aucuns de nostre consel, qui sunt ci desouz nomez, les paz et les convenances, qui se contienent distintement et clerement en ces deus instrumens publiques, semblabes fez et scriz en François par la main de Thoumas de Saint George de l’autorité de pape et de la nostre publique notaire li quel i fut present, des quex la teneur de mot a mot est icele: \segue il trattato di 1305 ottobre 18 fra Filippo I di Taranto e Giovanni I Orsini di Cefalonia.\ [2]  Et pour ce que nostre chier filz le prince et le conte desus nommés nous supplieront, que il nous pleeist de assentir a ces desus dites convenances et de accepter et confermer les, nous aoians leur stipulation et remembrans nous, que, tout aussi com elles sunt desus racontees et distinctees, furent elles entre eaus par devant nous fetes, acordees et fermes, par celle auctorité et souvraineté, que a nous enafiert, i donnons de nostre certain conscience nostre assentement, et les acceptons et confermons. [3]  Et au testmoignaige et cautele de ces avons nous fet fere ses patentes letres souz nostre boulle d’or et deus autres semblabes souz nostre seel pendant; et sont toutes ces letres escriptes en François a la requeste du devant dit conte pour celle reison, que en la fin du desus dit instrument est contenue. [4]  Donne Averse par Bartholomeum de Capua chevalier, logothete et prothonotaire dou royaume de Sezile en l’an de l’incarnation nostre seigneur mille trecenz et ciunc, ou disenovisme jour du mois de novembre de la quarte indiction, de nos royames l’an vint et un.