RIALFrI

Tristan en prose

Roberto Benedetti, “Romanica Fragmenta”. Frammenti inediti provenzali e francoitaliani a Padova e a Udine , tesi di dottorato in Filologia romanza e italiana (XI ciclo), supervisore Furio Brugnolo, Università degli Studi di Padova, a. a. 1998-99, pp. 134-40.

Frammento del Roman de Tristan en prose , Udine, Archivio di stato, fr. 110

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Francesca Gambino

 

 


[1]  c. 1r-v, tavv. XX-XXI Mais ne por qant ce qu’il m’a si grant [d]omage fet com de metre a mort mon | pere e ma mere, se ge en aventure ne m[e] metroie de vengier les par mon cors | meesmes e non por autre, a mauvastié mi poroit estre atorné et a coardie | de tot li monde. [2]  Or retornons en S[o]relois, si firons metre lor cors en une | abaee; e puis avrons consoil com nos porons venir a chief de ceste couse». Lors | s’en vont tuit en Sorelois, dolens e corociés de ceste aventure. [3]  E qant il orent | chevauché por Sorelois une jornee, si qe nuls ni cuidoit qe ce fust Galeout, | por ce qu’il chevaucoit a si pou de conpagnie, il avint au soir q’il [v]in[d]rent | au Castel de l’Encanterese; por ce estoit il ensint apellés, qe jadis en avoit esté | dame une encanterece. [4]  E troverent laeens li Roi de Cent Chevaliers, qi i avoit un mois | sejornee por une plaie qe Gariet, li niés li roi Axtus, li avoit faite a une asem|blee a l’entree de Sorelois; mais de celle plaie estoit il geris, si qu’il pooit chevau|chier e portier armes. [5]  Qant il vit qe ses sires estoit laens venus, il en oit | molt grant joie, mais de ce fu il tot esbaïs: de ce q’il estoit venus en Sorelois | a si pou de conpagnie qu’il ni soloit mie faire. [6]  Si pense bien qe ce li muet d’au|cun duel, o de mesire Lancelot o d’autre. Qant il fu desendus e desarmés, il demande: «Coment estes amatie por semblant e molt corociés? [7]  Por Dieu, dites moi | la caison de vostre corus, si corus i a; qar il n’i a si aut home au monde, se il vos | avoit de rien corochiés, qe nos ne li metons a destrucions mantenant qe vos | voudrés, la Deu merci e li vostre pooir».

[8]  Galeot li respont atant e dist; «Se sui dolens et iriés, ce n’est mie mervoille, | qar il m’est molt durement mescheü por un pou de tens». E puis li co|mence a conter coment Tristan, li niés au roi Marc, avoit tot novelement occis suen | pere e sa mere en l’Isle de Jaiant. [9]  «E saqés tot veraiement qe je n’oï unqes me[s] | novelles dont je fuse si durement corociés, con je sui de cestes». «Certes sire, vos avés raison, fet li Roi de Cent Chevaliers, mais totes voies qar baés vos | a faire atant me dites, s’il vos pleist». Galeot respont; [10]  «Je le vos di[ra]i. Je m’en | irai en la conpagnie d’un chevalier e de deus escuers solement, e m[e metra]i en mer, | bien garnis de bones armes e de buens chevaus. E qant je [vendrai en l’I]sle | de Jaiant, je ne mi ferai conostre plus qe un autre chevaliers, einç [m’ i]rai comb[atre] | a Tristan. [11]  Se il m’oçist, mon duel est finés, e se je li puis metre a mort, ja nuls ne | ne ora parlier, puis qe je avrai vengié luer cors qi a proece e a valor ne | mi le torne. Vos meesmes, qi estes un des homes deu monde qe de moi | tiegne tere qe je plus mi fi, asemblés en ma terre jusqe V cent chevaliers, e qe serjans ar|mes portans, e vos metrés en mier atot, et irés vers l’Isle des Jaiant. [12]  Qant | vos serés venus au Castel de Plor, se cil dou païs volent por vos ostier le | mauvaise costume qu’il ont si long tens tenu e jurer le vos loiaument | que jamés ne la mantendront, ne qi a l’estranges ni firont jamés daumage ni | anui, ni faites nul damages en leur terre; [13]  mais s’il ni voloient faire, destrué|lles tout mantenant, si q’il ni remagne en tote l’isle home ni fame en vie, | se ce n’est des estranges jens qe vos troverés laens enprisonés.

[14]  Ensint li firés vos, et ensi le vos comant je». E cils respont: «Sire, || tot ensint li firoie bien, com vos l’avés comandié. Mais a ce, sire, qe vos dites | q’en vostre persones en irés combatte contre Tristan, e vengier la mort vostrs pere, ni puis | je acordier en nulle mainere deu monde, qar prince a cui Deux a doné si grant | honor e si grant pooir e si grant signorie com vos avés, meta suen cors en tiel | aventure com est ceste; [15]  qar s’il vos mescheoit qant qe vos avés fet encore en vostre | vie, vos seroit tornié a onte et a reproche, e vostre terre sera puis perdue e destruite | e tout vos amis en seront onteus e vergondés.

[16]  Sire, ceste parolle vos a je dite por ce qe je vos ai trové jusqe ci li plus sage prince | deu monde de vostre aage ni qe je unqes veïsse, dont je sui ore tot esbaïs qant | je vos voi foloier en tiel mainere. [17]  E je soloie veoir qe vos toç seul estoieç conselier | de tot li monde; de ce qe vos vollés metre vostre cors encontre Tristan, qi n’a orendroit | en chevalerie suen paroil en tot li monde hors mesire Lancelot, | mi semble grant folie. [18]  Mais je vos dirai qe vos ferés: lasés | ceste enprise, e qirons entre vos e moi mesire Lancelot deu Lac, tant qe nos li troverons. | [19]  E certes, qant il en savra vostre corus, il prendra voluntier sor lui ceste bataille; | e puis q’il seront ambdui en canp per a per entre lui et Tristan, se il de Tristan ne | vos vengoit a vostre voluntié, je voil qe vos destinés moi e mon lignage». [20]  Gale|ot respont atant e dit: «Puis qe je l’ai ensi enprise, je ni lairoie por mort | ni por vie. Pensés de menier a chief tout ce qe je vos ai comandié, qe je | n’avrai grament de repous devant qe je voie Tristan».

[21]  Qant li Roi de Cent Chevaliers voit qu’il ni puet estre autrement, il est tant | corociés, qar il cuitoie bien qe se il vinent a la bataille entr’aus deus | qe Galeot en avra la peor au dereain. Ceste couse li desconforte molt malament, | qar il amoit sans faille suen signeur de trop grant amor. [22]  Aprés celui parlament | qu’il orent ensi tenus com je vos ai divisié, avint a l’endemain droitement que | Galeot fist metre suen pere en une abaee qe pres d’iluec estoit en une foreste, et aprés | fist il me[t]re le chief sa miere. [23]  Mais bien sachés que qant il voit suen pere ensi na|vrés, il [en oit s]i grant pitié e si grant tendrement au cuer qu’il ni si puet tenir | de p[lorer por] tout li monde. [24]  Asés en fist grant duel, e qant il oit tant ce|lui duel [me]né com a lui ploit, il se parti dou Castel a l’Encanterese, e lase laens | sa seror en bone garde; ne ni mena en sa conpagnie hors deus escuers et un chevalier | et un cheval o il molt se fioit, et unes armes de molt grant bontié, et une espee | qe Lancelot li avoit donié: avra il a celui besoing.

[25]  Qant il est a la mier venus, a si povre conpagnie qe nuls n’il conosoit, adon li a|vint il ensint q’il li covient iluc demorier qatre jors, qar la mier estoit adonc | si enfoblie que nuls ne si osast adonc enbatre dedenç. [26]  Au cinqisme jor se met e[n] une | nief a tiel ernois com il avoit. Qant il fu enpaint en mier, il dist as mariniers: | «Il covient qe vos mi menés en l’Isle de Jaiant». [27]  E cils respont: «Ja Deux ne nos het | tant qe nos i alons, qar adonc serons nos plus qe mort e plus qe honiç, qar de celle | isle ni scanpe nul estrange qe aventure i aport». [28]  «Ce n’a mestier, fet Galeot, | il covient que vos m’i menés. Ou vos m’i firois arivier, o je vos occirai | tout, se Dieux mi saut!».||
 
c. 2r-2v, tavv. XXII-XXIII
 

[29]  vostre pooir [... v]|oïant les barons de Cornuaille; ne por ce ni avoit nul si ardi qi osast
prendre armes, qar bien p[ensoient] | que de grant bonté estoit li chevalier.

[30]  Li rois, qi bien avoit ja apris qe li chevalier estoit Palamidés, un des milor chevalier deu monde, ni seit q’il | doie dire, qar il conust li chevaliers de Cornualle au si mauvés et a si coart qe il voit bien que nul d’aus | ne se metra en aventure de suen cors. [31]  Se il li peüst faire ne il deüst, preïst ses armes e s’en alast combatre | a Palamedés, se il fust tot certain de morir en celle bataille; mais il ni puet faire, qar ce q’il a doné ni | poet il ne ni vuelt retollir par suen cors. [32]  Lor regrete Tristan e dit: «Tristan, biau niés, buen chevalier preus et ardis | sor tout ceaus que je unqes veïsse, por qoi demorés vos tant? Vostre demore mi fra morir de duel, | qar je perdrai la riens deu monde qe je plus amoie et en serai deu tot honi, e tote Cornuale desonoree».

[33]  La u [i]l demenoit tiel duel, un chevalier estrange (qi) laens estoit deu roiame de Gaunes, et avoit ja | demorié en la maison li roi Marc hot jors por une plaie q’il avoit en costié senestre, dont il n’es|toit mie ancore bien garis; [34]  e d’autres avoit il ancore grant e de petites asés, mais molt sains | faille ne li tenoit ou lit hors celle del costié senestre; e totes ces plaies li avoit fete Audret et un | autre chevalier li roi Marc, qi a lui s’estoient conbatus la semaine devant. [35]  Li roi Marc sans faille, por la proece | q’il avoit veü en tel chevalier, l’avoit retenu avec lui, e li tenoit en une de ses cambres molt riche|ment; e sacheç que la roïne Yselt meesme hi avoit mis grant poine en lui gerir, e tant qi auqes | estoit tornés a gerison.

[36]  Qant il oï dire qe en tiel maineres menoit un chevalier estrange avec lui la roïne Yselt, e qi li roi | meesmes nel osoit contredire por l’otroiement q’il avoit fet a celui chevalier, ne il n’i avoit si ardi | chevalier en tote Cornuaille qi ses armes en osast prendre, il en a trop grant duel. [37]  Si demande a tous qi en|tor lui estoient: «O est donc Tristan, qi l’en tient a si buen chevalier, qant il a sa dame lasié ensi menier? Mal daés, | dit il, qi avra bone sperance mes en lui qi preudom soit!». [38]  Çils respondent, qe•lla veritié savoient: «Certes, sire, qe de ceste couse le blasm[er]oit, il firoit grant vilenie, q’il ni set riens, come cils qi de hui maitin | ni fu a cort, ains est alés cacier en la foreste». [39]  «Voire, ce dit li chevalier, donc m’est il avis qe madame Yselt | n’avra secors de nulle part». [40]  «Non certes, font ils, se Deux meesmes n’i met conseil». «En [non] Dieu, fet li | chevalier, elle m’a servi et honorié en suen hostel, la soe merci, plus qe unqes dame ni fist, e se je, après cist b[ien] | q’elle m’a fet, sofroie sa desenor, qe je a mon pooir ne li destornast, je seroie plus mauveis qi autre | chevalier». [41]  Lors se vest e s’aparolle, e saut de suen lit, e demande ses armes. E cils qe le gardoient e qe bien con[oi]|sent q’il n’estoit encore bien garis il dient: «Ai, sire! merci, qe est ce qe vos volés faire? Vos savés bie[n] | qe vos n’estes encore bien garis, ains estes ancore ensi come en peril de mort, e vos volés por[ter] | armes! [42]  Sacheç qe cist esforç ne vos vaut riens, qar tout soit il ensint qe vostre cors si acorde bi[en], | si ne poroit il li cors sofrir ne les plaies dont la car estoit encore trop tendre e trop nov[ele]|ment sanee. Por ce, sire, remanés par nostre consoil, qar vos ni porés fornir a cestui pont ce qe vo[s] | vollés enprendre».

[43]  Li chevalier s’aïre e se gueimente trop durement qant il entent qe çils qi entorn lui estoient, li defendent | a faire sa voluntié. E qant il parolle, il dit si dolent qe a poi q’il ni creve de duel: [44]  «Voirement | estes vos des mauvés chevaliers e des coars de Cornuaille, qi par un seul chevalier estes honiç! Se vos mes | armes mi donés, je vos en savrai bon gré, e si ferés cortoisie. [45]  E se vos ce ni vollés faire, je irai o vos | vollés ou non, tot desarmés; si mi firai occire, qar mieus voil je morir, se Deux mi conseut, qe je ni face | mon pooir de menier madame Yselt». [46]  Qant ils li voient si ardant e si desirans de ceste couse, il voient bien | qe lor defendre ni vaudroit riens; e por ce li font ils venir asés merveluses armes qe li sien n’esto|ient, e les moinent en une loge delés un prael par terre. [47]  E qant ils l’ont armié bien e bel au mieus || ...| [c]om il estoit le p[eust] faire. E puis li donent escus e glaives tiel com il leur demande. Qant il se voit | armié e montié a sa voluntié, il se part de laens, e s’en vait après Palamidés, la plus droite voie q’il set. [48]  La | novelle vint au roi Marc e li dient cil de lens: «Sire, li chevalier navré s’en vait aprés li chevalier qe madaume en|moine». «Bien puet estre ce, dit li roi. Je sai bien q’il en fira suen pooir. [49]  Mais je sai bien q’il ni vaudra riens, | qar il est encore or trop durement navrés, e li chevalier, qi de ci s’en vent, est de molt grant proece. [50]  Qar se Tristan, | mes niés, ni vait aprés lui, au seur poons estre qe nos avons perdue Yselt, qar en tot cist païs n’a home | de la bontié au chevalier qi de ci s’en vait, hors solement Tristan, mon neveu». [51]  E tuit li autres respondirent: «Ce pu|et bien estre». Ensi parolle li rois Marc, iriés e dolens de çiste aventure qe ensi li est avenue, voiant | les barons de Cornuaille. [52]  E li chevalier navrés, qi de cors s’estoit partis ensi com vos avés oï, qant il fu [oissis] | de la citié, il se aste de chevauchier, qar molt li tarde q’il ait atant li chevalier qe la roïne Yselt enmoine. | [53]  E se aucun mi demandoit qi estoit li chevalier, je diroie qe çist estoit Lambegués, un chevalier mol[t] | pros et ardis, qi avoit esté mestre a un des cosins Lancelot deu Lac qi estoit apellés Boorç de Gaunes; | mes il ni demore gare aprés celui terme q’il fu chevalier, un des bons deu monde e de bone vie. [54]  E d[e] | sa proece parlerons nos plusor fois en nostre livre, mais bien sachés qe celui Boorç fu un | des meilors chevaliers deu parentié li roi Ban, hors qe Galaat, li tres bons chevalier, e mesire Lancelot. [55]  Çil Lamb[e]|gués, dont je vos cont, avoit ja faite une franchise ou roiaume de Gaunes qi ni fait p[as] | a oblier, ains la doit bien metre en conte, qar li livre de latin nos devise apertement, e veritié fu, | qe qant li roi Claudas de la Deserte oite asise la citié de Gaun[es] | et il l’avoit a ce menee qe çil de laens ni pooient mes durier q’il ni fusent pris e la cité des|trute, li roi Claudas, qi tant aoit çil Labengués q’il n’ahoit home deu monde si m[or|t]ielment, qant il vit q’il estoit au prendre o a destrure la citié, il apelle un jor au parlem[ent | çil] de laiens, dont il aoit asés de preudomes e q’il amoit molt; [56]  si lor dit: «Signor, vos estes dest[ruit | e] vostre citié destruite, se je voil. Ce veés vos bien. Por ce seroit il sens qe vos pes feisés a moi [en | tie]l mainere qe vostre citié en remansist sauve e vos meesmes en fusiés honiç». [57]  Çils de Gaun[es | re]spondirent: «Nos somes prest de faire pes a nostre honor. Dites vostre plasir, e se nos li porons fa[ire, | n]os li firons». «Je vos dirai, fet Claudas, coment vos avrés pes a moi. E saqés: se vos ceste pes | [ref]usiés, jamés pes ni troverés a moi que je deu tout ni vos destrue».

[58]  [Q]ant ils oïrent qe li roi Claudas s’afermoit si sor celle couse q’il disoit, il respondirent: «O[r] | [di]tes, sire, molt seroit greveuse couse qe nos ni feisons por avoir pes». «Je reqier, ce dit Claud[as], | [qe v]os mi baillés Lambegués, li niés Fariens, e metés le entre mes mains por fere de lui mes vo[lun|tés]. [59]  Se vos celui mi delivrés, délivrés estes; se non, je vos destruirai tous, de ce vos aseür je | [b]ien». Li citeins, qi molt ament Lambegués come li milor jovencel de tot li roiame | de Gaunes, e qi estoit de tiel proece qe por sa proece [li] avoit en maint leu aidié, respondirent au ro[i] | Claudas: «Sire, nos nos en conselirons. [60]  S’il vos pleist, donés nos respit jusqe demain, e lors vos rend[rons] | vos Lambegués, ou nos nos defendrons a nos pooir». «Ce voil je bien», fet Claudas. Si se dapartire[nt] | en tiel mainere. Li preudomes se tornerent en lor citié. [61]  E qant il se furent consellié de ceste couse, il | tornerent e distrent qe ja Labengués ni rendirent en nulle mainere, qar se ils si buen jovencel m[e]|tirent a mort com est Lambegués, ce seroit la griegnor desloiautié deu monde e la gregnor | felonie, et a traiçon lor poroit tout li monde atornier. [62]  A ce s’acordent tot li puebles, qe ja | por aus ni sera Lambegués condenés a mort. E qant Lambegués oï dire qe por lui seul poro|it estre la citié délivree d’estre destruite, e li puebles estre delivrié de mort, il dit a soi me|esmes qi mieus vendroit qe il seul moruist, qe si bone citié fust dest[rui]te ne si gra[nt] ||
 
Le integrazioni rispetto alla lezione tràdita dal ms. sono poste tra parentesi quadre.
 
Apparato
 
1 metroie] metroit
3 avint] avindrent
12 jurer] juree
14 et ensi le vos] et ensi le vos et ensi le vos
17 Lancelot, | mi semble] Lancelot de çe qe vos vollés metre | vostre cors encontre Tristan mi semble
21 desconforte] desconforce
30 il voit bien] ils voit bien
55 ou roiaume] eu roiaume
55 conte] contre
55 li roi Claudas de la Deserte] li roi Claudas qi tant aoit çil Labegués de la Deserte
59 de tot li roiame] de tot li roiame de tot li roia|[m]e
 
Modifiche all’edizione
 
38 qe de ceste] Benedetti corregge in qi de ceste
49 s’en vent] Benedetti corregge in s’en vet