RIALFrI

Volgarizzamento delle Lettere di Seneca

Mario Eusebi, La più antica traduzione francese delle “Lettere morali” di Seneca e i suoi derivati, in «Romania», XCI (1970), pp. 1-47; ora anche in Id., Saggi di filologia romanza, a cura di Eugenio Burgio, Firenze, SISMEL Edizioni del Galluzzo, 2005, pp. 115-157.

Edizione delle lettere 38, 58, 62 e 114 secondo la lezione del manoscritto Parigi, Bibliothèque Nationale de France, fr. 12235.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

 

 

Prologo


[1a] f. 1b [1]  Et por ce que cil qui les translata ne fu pas de la langue françoise, ne de si haut enging ne de si parfonde science come a la matiere afiert, il s’escuse a tous ceulz qui l’uevre verront, que il ne le blasment, se il a failli en aucune part de la proprieté de la langue ou aus sentences de l’auctor, [2]  et leur prie humblement que, par leur bonté et par leur franchise, l’en vueillent corrigier et amender en l’un et en l’autre, car il confesse bien que ce fu trop grant presumption d’emprendre si haute chose a traslater.

I - 38


[1a]  f. 26c Du profit du sermon brief, privé e non affetié.
 
Merito exigis ut hoc inter nos et c. XXXVIII
 

[1]  Tu requiers a bon droit que nos nos envoions sovent epistres l’un a l’autre. [2]  Celui sermon profite moult qui petit et petit entre el corage. [3]  En la disputoison que l’en fet grant e porpensee devant le pueple a plus de noise que de familiarité. [4]  La philosophie est bon consoil; nul home ne done consoil a autre en criant. [5]  L’en doit aucune fois user avec son ami tex parlemens et tex consax es quels celui qui doute doit estre boutez; et ou l’en doit efforcier non tant seulement qu’il voille aprendre, ains qu’il aprengne, l’en doit a lui user paroles basses et humbles, car l’en les reçoit et retient plus ligierement. [6]  Car il ne li estuet fere trop paroles, mes pou et effectueuses et profitables. [7]  L’en les doit espandre en guise de semence, la quele , ja soit chose que elle soit petite, quant elle chiet en bon et en convenable lieu, elle espant sa force, et de tres petite croist et monteplie et fet grandisme fruit. [8]  Aussi fet la bone parole, car elle ne se demostre trop; mes se tu regardes bien, elle croist en oevre. [9]  L’en dit pou de paroles , mes se li corages les reçoit en bonne maniere, eles enforcent et croissent. [10]  Tout itel condicion est des commandemens come des semences: elles sont petites et font assés. [11]  Toutesvoies, si com je ai dit , que bon corage et convenable les reçoive et tire a soi, car il engenderra assés de soi meismes et en rendra plus que il ne reçut.

II - 58


[1a] f. 40b Ci commence la .VIIIe. livre. De diversse division e difference de choses; ou il mostre par exemple de Platon que abstinence conduit l’ome a viellesce, le bien de la quele vielles ce n’est a desirer ne a refuser. .LVIII.
 
Quanta verborum paupertas et c.
 

[1]  Je ne m’aperciu onques de si pres com je ai huit fet com grant povreté, ains que grant souffreté nos aions de mos. Mil choses me cheurent es mains parlant de Platon qui avoient mestier de num et n’en avoient point; aucunes autres l’avoient eu et par nostre dangier l’avoient perdu. [2]  Et qui puet souffrir dangier en soufraite? [3]  Une beste se trueve que l’en appelle asilus et li Grieu la claiment oestrum: [4]  c’est une maniere de mouche qui s’apele taon, qui moult est aspre et ennuieuse aus bués et as autres bestes, car elle les point et fet foïr par ces chans plus que le pas.

[5]  L’en ne trueve comment l’en puisse dire usya en latin, et si est ce une chose necessaire qui contient en soi la nature qui est fondement de totes les choses qui sont en .VI. manieres, si comme Platon les part et distincte. [6]  La premiere qui est vraiment ne se puet comprendre par veüe, ne par touchement, ne par nul sens; mes l’en la puet tant seulement pensser, car elle a estre general, si comme home en general ne se puet veoir; mes l’en puet les partialz veoir, si comme Pierre ou Martin. [7]  L’animal ne se voit, mes l’en le pensse. [8]  Mes l’en voit bien l’espece, si comme un chien ou un cheval. [9]  La seconde maniere des choses qui sont met Platon cele qui seurmonte et passe totes les autres; c’est estre par excellence si comme l’en dit poete communalement, car touz ceuls qui versifient s’appelent poete: [10]  mes li Grieu appelent Omer poete par excellence por ce qu’il passa et seurmonta tous les autres poetes; si que, quand l’en oi dire de poete, il s’entend d’Omer. [11]  La tierce maniere des choses est qui sont proprement, les quelz [c] sont sans numbre, mes elles sont hors mises et esloigniees de nostre veüe. [12]  Se tu me demandes quels choses ce sont: c’est une maniere de choses qui est propre de Platon, car il fu celui qui premierement et especialment les controva et les appele ydees, desqueles et a l’exemple des queles se font totes les chose qui sont. [13]  Cestes sont non mortels, non corrumpables, non muables. [14]  Or enten quel chose soit ydea, c’est a savoir quel chose il est avis a Platon que ce soit. [15]  Il dist que ydea est son exemplaire perpetuel des choses qui se font par nature. [16]  Je t’espondrai ceste diffinition plus clerement a ce que tu l’entendes miex. [17]  Posons que je voille fere t’image. [18]  Je t’ai por exemplaire de ma painture et ma penssee prent de toi aucun habit, le quel elle met en oevre; et aussi ton visage qui me mostre et ensengne conment je te doie contrefere est ydea. [19]  Et telz exemplaire sans numbre a la nature des choses, d’omes, de poissons, d’arbres, a la semblance des quels elle forge tout quanque elle fet. [20]  La quarte maniere s’apele ydos. [21]  Quele chose soit ydos je le te dirai et ne me met pas sus ceste difficulté, mes la met sus a Platon: mes nulle soutiveté ne puet estre sans difficulté. [22]  Je t’é mis orains exemple de paintre qui regardoit le visage de Virgile quant il le voloit contrefere; et ensint le visage de Virgile estoit ydea et exemplaire de la figure qui se fesoit; et ce que le paintre tret et prend de ce visage et met en s’uevre s’appele ydos. [23]  Se tu me demandes quel difference il a de l’un a l’autre, je le te dirai: l’un est exemplaire, l’autre est forme traite de l’exemplaire et mise en oevre. [24]  Le mestre fet l’un regardant l’autre. [25]  L’image a aucune façon: cele se claime ydos. [26]  L’exemplaire neis a aucune façon a la quele regardoit le mestre quant il forjoit s’ymage: et cele s’apele ydea. [27]  Et se tu veuls que je die plus apertement encore: ydos est l’uevre, [d] ydea est dehors l’uevre, et non tant seulement dehors, mes avant que l’euvre se feist fu ydea. [28]  La cinquiesme maniere est des choses qui sont communalement, et ces choses commencent apartenir a nos; ci se contienent totes les choses, homes et bestes et totes autres choses. [29]  La sisisme maniere est des choses qui sont par semblant si comme soir et matin, si comme le tens.

[30]  Toutes les choses que nos veons et touchons, Platon ne les met pas ou numbre d’iceles qui cuidet que soient proprement; car elles glacent et continuement croissent et apeticent. [31]  Nus de nos n’est celui viel que il fu joene; nul de nos n’est hui ce qui fu hier. [32]  Nos cors sont ravis en guise de flueves courans. [33]  Tot quanque tu vois queurt avec le tens; nule chose de ce que nos veons ne demeure; je meisme parlant du movement et du muement de ces choses sui mués. [34]  C’est ce que dist Eraclitus: que nos entrons .II. fois el flueve et n’i entrons point; car le num du flueve demeure tousjors et l’iaue s’en passe outre. [35]  Ceste chose est plus apparant ou flueve que en l’ome; mes nos nos en alons noient mains corant que l’iaue du flueve; et por ce me merveille je de ceste forsenerie que nos amons tant et tenons si chiere chose qui tant est finable come nostre cors et avons paour de morir. [36]  Comme soit chose que chascune heure et chascun point soit mort du premier habit et du tens passez, por quoi veuls tu douter que la chose ne se face une fois qui se fet chascun jor? [37]  Je ai dit de l’ome, qui est d’une matiere glaçant et defaillant et sougiete a totes achoisons: le monde neis qui est chose durable et perpetuele se change ne ne demeure en un estat. [38]  Car, ja soit chose qu’il ait en soi totes les choses qu’il avoit, il les a en autre maniere qu’il ne les avoit: il mue son ordre.

[39]  Se tu me demandes: quel profit me fera ceste soutiveté? Certes nul; mes tout aussi [f. 40b] come le paintre, quant il a longuement ovré et travaillié sa veu, il encline ses yex et torne autre part et, si comme l’en seut dire, les repaist, aussi devons nos aucune fois remetre nos corages et doner lui aucun delait et recreer le par aucun delit, mes que ce delit soit aucune oevre; des choses meismes que je ai desus dites porras tu aucune chose prendre qui te porra estre profitable. [40]  Aussi ai je a costume de fere de tote nation et de tote sete, neis soit loig ne diverse de philosophye: je m’esforce de trere en chascune chose et la fere profitable. [41]  Que valent ces choses que avons desus traites qui tant sont esloigniees d’amendement de meurs? [42]  Comment me pueent amender ne rendre meillor les ydees de Platon? [43]  Que en aprendrai je qui me restreigne mes convoitises? [44]  A tout le mains je en aprendrai tant que Platon me contredit que totes ces choses, les queles servent as sens, qui nos atisent et alument, ne sont pas ou numbre d’iceles les queles sont vraiment. [45]  Donques ces choses sont faintices et ymaginaires et recouvrent aucune façon par tens et par saison, mes nulle s’elle n’est ferme ne estable; et ne porquant nos les desirons et couvoitons aussi comme se elle nos deussent tousjors durer; et nos fesons delai de chose foible et glaçant. [46]  Adreçons nostre corage as choses qui sont perpetueles et en merveillant passons [sic] les formes de totes les choses misses lasus en haut, et dieu converssant emi elles et porvoiant comment il deffende de mort, les queles il ne pot fere immorteles par defaute de leur matire, et comment il vainquele vice du cors par raison. [47]  Sans faille totes les choses durent non pas por ce qu’elles soient perpetueles, mes elles sont maintenues et gouvernees par la cure de dieu : les choses non morteles n’ont mestier de defendeeur. [48]  Ces autres garde et conserve le mestre qui les fist, venchant par la for[b]ce fragilité de la matiere. [49]  Despitons totes les choses qui ne sont pas de si grant pris qu’il ne soit doute se elles soient du tout ou non. [50]  Penssons une chose: que se le monde qui est aussi mortel comme nos somes se mantient et est hors de peril par porvoiance, que nos aussi par porvoiance poons en aucune maniere esloignier la vie de nostre cors, se nos poons gouverner et restraindre les delis, des quelz une grant partie est ja passee. [51]  Platon meisme se conduit a viellesce par son sens et par s’abstinence. [52]  Sans faille il estoit fors et viguereus par nature, et ot a num Platon por ce qu’il avoit le pis gros et le cors, car platos en gregiois c’est a dire lé en françois. [53]  Mes les perils et les travals qu’il avoit souffert en najant l’avoient moult afoibli; et neporquant abstinence et la maniere de restraindre les couvoitises et les delis du cors et la beneurté qu’il ot de soi le menerent a viellesce, ja soit chose que maintes achoisons le contraliassent. [54]  Car je croi bien que tu saches que ceste chose avient a Platon par sa diligence, c’est a savoir qu’il morut le jor de sa nativité quant il ot acompli .IIIIXX. ans et un sans riens faillir. [55]  Et por ce, aucuns astrologiens, qui lors par aventure estoient a Athenes, li firent sacrifice a sa mort, cuidans qu’il fust de plus haute nature que d’umanité, por ce qu’il avoit acompli le numbre tres parfet, le quel se fet multipliant .IX. fois .IX. [56]  Je ne doute de noient qu’il eust volentiers refusé auquns jors de cele some o tout le sacrifice. [57]  La fragilité puet extendre la viellesce, la quele, si comme je cuit, n’est a refuser ne a desirer. [58]  Il est delitable chose estre longuement o soi meisme, quant l’ome a tant fet qu’il est digne d’estre usé de soi meisme. [59]  Et por ce dorrons sentence de ceste chose: l’en doit haïr et despiter l’extremité de viellesce et atendre la fin ou fere la par force. [60]  Celui resemble pouereus qui pereceusement et en [c] languissant atend la mort; si comme celui outre mesure aime le vin qui essue le barill et hume et sorbit neis la lie. [60]  Toutevoies nos demanderons se la derreniere part de la vie est itele, ou se c’est une chose pure et clere, neis que la penssee soit sans bleceure et les sens aident le corage et le cors n’est du tout faillis et avant mort; car grant difference est se l’ome extent la vie ou la mort. [61]  Mes si le cors est non profitable a fere son servise, lors sans doute doit l’en delivrer le corage travaillant et penant. [62]  Par aventure l’en se doit un poi haster de ce fere, car l’en n’i porra avenir quant l’en le devra fere; et comme soit chose que plus grant perill est mal vivre que tost morir, force est qui pour un pou de tens abandoner ne se giete hors de grant peril. [63]  Poi sont qui par longue viellesce vignent a mort sans outrage; plusieurs, la vie des quels gist a terre et languist sans riens ouvrer et sans nul profit fere. [64]  Et le quel te semble plus cruel chose: avoir perdu aucune petite heure de sa vie, ou le pooir et la baillie de fenir la? n’escoute pas ce que je di a envis, aussi comme ceste sentence apartiegne ja a toi; mes enten ce que je di: je n’abandonnerai pas viellesce se elle me garde et conserve tout a moi meisme, et tout ce entens je de la meilleur partie, c’est a savoir du corage; mes se elle me commencera a troubler et estourdir la penssee et blecier la en aucune part et ne me lessera fors que l’ame tant seulement sans vie, je saudrai hors de l’ostel viez et porris et decheu. [65]  Je ne me delivrerai pas de maladie par mort, mes que la maladie soit curable et que elle ne face domage au corage, je ne metrai pas main en moi meisme por la doleur: car morir en tel maniere est estre vaincus. [66]  Et neporquant, se je saurai qu’il me coviegne perpetuellement la doleur souffrir, je m’en istrai, non pas por lui, mes por ce qu’il m’enpeschera a totes choses por les queles l’en vit. [67]  Celui est pareceus et de povre cuer qui muer por la doleur de soufrir.

[68]  Mes je parole trop; et la matiere est trop longue grant planiere, de la quelle, l’en [d] porroit un jor tout entier sermonner. [69]  Et comment porra metre fin en sa vie qui ne puet metre fin en son epistre? [70]  Donques diex te garde de toi: la quel chose tu liras plus volentiers que les empeechemens de la mort.

III - 62


[1a] f. 43 c Que l’ome puet venir a richesce par tres corte voie, c’est a richesce despire .LXII.
 
Mentiuntur qui sibi obstare assunt [sic] et c.
 

[1]  Ceuls mentent qui a la gent veulent fere entendant que la multitude des besoignes les empeeche et destorbe de l’estude de sapience: il s’en faignent d’estre occupés, et ceuls meismes montplient et accroissent leur occupations, et empeechent euls meismes. [2]  Je sui hors d’occupations et, ou que je soie, je sui mien et entens a moy; car je ne me doing pas aus besoignes, mes je m’i preste, ne ne vois porchascant achoisons de perdre le tens: en quelque lieu que je soie je dispose et traite mes penssees, et devise et porchasce en mon corage aucunes choses profitables. [3]  Quant je me sui donez a mes amis, por tant je ne m’esloig pas de mes penssees ne ne les oblie pas, ne ne fes pas longue demeure avec ceuls auls quels le tens m’ajouste, ou achoison d’autrui plait; mes je suis tousjors avec aucun des meilleurs, et a ceus adrece je et envoie mon corage, et en quelque tens et en quelque lieu il aient esté. [4]  Je porte avec moi en ma memoire un tres preudome qui s’appelle Demetrius et, lessiés les autres bien vestus et aornez, me [d] deresne avec lui ainsi nu et ensint povre comme il est, et a lui me regart et a lui me merveill. [5]  Et c’est a bon droit, car j’ai veu et coneu qu’il ne li faut riens. [6]  Aucun home puet bien toutes choses despiter, mes il ne puet pas totes choses avoir. [7]  Tres corte voie as riches est par despitement des richesces. [8]  Celui preudome Demetrius vit en tel maniere, non pas si com il eust tout despité, mes si com il ait as autres tout otroié et clamé quite.

IV - 114


[1a] f. 117 a De mainte diverseté de vicieus parlement, et que li parlemens se forme selonc la qualité du corage de celui qui parle; ou il parle brievement encontre luxure.
 
Quare quibusdam temporibus et c. .CXIIII.
 

[1]  Tu me demandes pourquoi en aucuns tens fu trouvé corroute maniere de parler et comment li engins des homes soient enclinez a aucuns vices, si que aucune fois l’en parle hautement et clerement, aucune fois laschement et en guise de chançon; pourquoi aucune fois plurent a la gent les sentences hardies et merveilleuses, aucunefois les entreroutes et souspeçonneuses es queles plus convenoit entendre que ce que l’en y avoit oï; porquoi en aucun aage l’en usoit franchement la force de translation. [2]  L’achoison est ce que vos oés sovent de la gent dire qui est trouvé en proverbes as Griex: c’est a ssavoir, tele maniere de parler orent li home quele vie il menerent. [3]  Et si comme l’euvre de chascun est semblable au parlement, aussi est la maniere de parler: aucune fois elle suit les meurs communs, et [b] ensint la discipline du pueple est perdue et s’est donnee a delit. [4]  La lasciveté de parler est argumens de luxure commune, se elle se trueve non tant seulement en un ou en .II., mes se elle est aprouvee et receue de tous. [5]  L’enging ne puet avoir autre coleur que li corages. [6]  Se li crages est sains et ordenez, sages et amesurés, l’engin neis sera sobre et net; se li corages est corrout, l’enging neis sera entamés. [7]  Ne vois tu que se li corages languist, les membres s’en sentent et les piés se muevent pereceusement? [8]  S’il est mouls et feminins, que la lasceté pert neis en l’aleure? [9]  Se il est fors et fiers, l’aleure en devient plus aspre et plus isnele? [10]  Se il est forsené et courrouciez, qui a forsenerie resemble, que li mouvement du cors en est troublé et qu’il ne vait pas, ains est empains et deboutez? [11]  Ceste chose avient trop plus a l’enging qui tous est mellez au corage: de celui est il enformez, a celui obeist il, de celui prent il regle.

[12]  Il n’é mestier de raconter commment Mecenas vesqui, car c’est chose conneue: quele maniere il avoit en alant; comment il fu deliez; comment il desiroit de soi moustrer; comment il s’esforça de couvrir ses vices. [13]  Neis ses parlemens fu mouls et lasches aussi comme il meismes. [14]  Ses paroles ne furent si aornees comme ses paremens, comme sa mesnie, comme son ostel, comme sa fame? [15]  Il fu hons de grant enging, s’il l’eust mené par plus droite voie, s’il ne se fust esforciez de parler si obscurement que l’en ne le pooit entendre, s’il ne fust dissolus et lasches en son parler. [16]  Donques tu pourras veoir eloquence d’ome yvre envelopee et forvoiant et outrageuse et appartenant a home lasche et mol et qui toujours a la desceins: car comme il fust remés a Rome en lieu de Cesar, quant la gent venoient a lui pour aucune besogne, il le trouvoient desçaint; et quant il aloit parmi la vile, il couvroit sa teste de son mantel, les oreilles dehors tant seulement; ne onques por bruit ne por noise qui a Rome fust, ne por guerre, ne pour autre chose il ne se remua de ses delices; mil fois chasça sa fame et la reprist arriere. [17]  Un pris li fu donnez: que il estoit piteus et que il ne se delita en sanc espandre, ne ne moustra son pooir en nulle autre chose fors que en outrageus delit de son cors, et ce pris corrumpi il par sa diversse maniere de parler, car par ses dis il moustre que il fu molz, non pas piteus, et qu’il estoit aussi comme forsenez par trop grant beneurté, la quele chose aucune fois avient a l’ome par sa defaute, aucune fois par coupe du tens. [18]  Quant la beneurté espant largement la luxure et l’en se commence a polir et a acesmer plus diligiamment que l’en n’avoit acoustumé, lors commence l’en a croistre son hernois et ses ostils, et a maçonner outrageusement et a polir ses maisons de marbre outremarin et paintures de diversse manieres; aprés s’esforce l’en de doner a mengier largement pour estre de la gent loez, et de controuver novele maniere en servir, et de metre a table premierement les mes que l’en seult au derrenier mengier, et donner a l’issue ce que l’en soloit donner a l’entree. [20]  Car li corages est aüsez au dangier des choses acoustumees et les tient neis a vils et a ordes, lors vet il neis querant novele maniere de parler et aucune fois renouvele les mos anciens et desaüsés; aucune fois contrueve de soi choses nueves et non conneues, et tient l’en a bele et a polie chose qui novelement est translatee. [21]  Aucuns sont qui abregent leurs sentences et cuident que ce soit gracieuse chose le oeor proferir sens pendant et obscurir et metre en souspeçon; aucuns sont qui les detienent et estendent; aucuns sont qui ne s’aprochent jusqu’au vice, car ce estuet fere a ceuls qui ancune grant chose essaient de dire, mes il aiment le vice meisme. [22]  Et pour ce, a cuiconques tu verras plaisir parl[d]ement corrout, saches sans doute que illuec sont aussi les meurs corrompus. [23]  Si comme l’outrage du mengier et des vestemens segnefie corruption de discipline, tout aussi la vicieuse maniere de parler, qui souvent la hante, demonstre que li corages dont les paroles issent est deceus. [24]  Ne tu ne te dois pas merveillier que enssint li povres et li malvestu aiment les vices et les corruptions comme li riche et li noblement vestu, car entre euls n’a difference nulle fors quel es vestemens tant seulement. [25]  De ce te dois plus merveillier que non tant seulement que non tant seulement les homes vicieus sont loés, mes les vices meismes, car toujours fu ensint: l’enging de l’ome n’est loez se il n’a forfet d’aucune chose. [26]  Nomme moi quelque grant home que tu veuls, de quelque tens il ai testé; je te dirai de lui choses que la gent onques ne sot; je t’en dirai d’autre que la gent bien sot, mes elle se faint de non savoir le; je t’en mousterrai maint a cui li vice ne firent point domage; je t’en dirai maint a cui il firent grant profit. [27]  Je t’en dirai aucun de grant et de merveilleuse renomee que, qui le vousist corrigier, l’en li osterroit hors de toute remenbrance; car li vice sont si entremellés et pris as vertus que il les tirent a eus. [28]  Et ajouste a ce que le parler n’a point de regle: la coustume du puple, qui jamais n’est estable, tousjours le change et tourne. [29]  Pluseurs sont qui vont querant les mos du tens ancien et parlent des .XII. tables, es queles les lois romaines furent premierement escrites, et dient que il leur semble que Graccus et Cassius et Curio parlerent trop aornement, et veulent retourner as mos d’Appius et de Coruncanus, qui les lois premierement translaterent de gregiois en latin. [30]  Aucuns font le contraire, car il ne veulent nul mot oïr fors quel es usez et les acoustumés, si qu’il gastent et honnissent la maniere de parler. [31]  L’un et l’autre [118 a] est corrompus en diversse maniere, aussi comme s’il ne vousissent les mos biaus et bien sonans les quels li poete userent, et vosissent eschiver les choses necessaires et acoustumees. [32]  Je di que aussi peche l’un comme l’autre: li uns se polist outre mesure, li autres se despite et tient mains cure de soi qu’il ne deüst; cil se fet neis les jambes rere, cil autre ne se fet neis le poil et l’ordure desous les esseles oster.

[33]  Toz ces outrages, neis de parler comme des autres choses, vienent du corage, et pour ce le doit l’en curer: de lui issent les sentences et les mos; cil nos donne habit, ciere et aleure. [34]  Se il est sains et hetiez, li parler neis sera rustes et fort et corageus; s’il est dehetiez, toutes les autres choses s’en sentent. [35]  Li corages est nostre rois et nostre gouvernerres; tant com il dure en santé, les autres choses perseverent en leur offices et s’acordent et obeissent; tantost que cil cloche un pou, et il neis commencent a douter. [36]  Et quant il est vaincus des delis, ses ars et ses oevres neis porrissent, et quanque il font, font laschement et en languissant.

[37]  Et pour ce que je ai usé ceste semblance, je la parsivrai. [38]  Nos corages aucune fois est rois, aucune fois est tirans, ce est mauvés sire. [39]  Lors est il rois quant il regarde as honnestes choses et quant il pourchasse et procure la sauveté du cors qui a lui est commise et commandés, et ne li commande a fere nulle chose orde ne honteuse; mes quant il est orguelleus, couvoiteus et deliez, lors reçoit il mauvés num et cruel et devient tirant. [40]  Lors l’envahissent les mauvés desierriers, et au commencement s’esjoissent es vices si comme li pueple seult fere de la fole largesse du seignor; car ne tant soit des dons plains, si est il tousjours plains et prest a prendre en plus, et atise son seignour a folement donner. [41]  Et quant l’enfermeté plus et plus a les forces affeblies et les delis sont en[b]trés jusques es ners et es moeles, et il ne les puet plus user, car trop desireusement s’en est saoulés, si les reguarde il volentiers et se delite en reguarder les autres qui les usent et il en est tesmoins et atiserres. [42]  Et a joie et doleur ensement de ce que il ne puet tout parfoi user et hanter sa luxure si comme il soloit, et a grant angoisse que une grant partie de sa benëurté est finie par la defaute de ses membres qui sont afoiblis. [43]  Et n’est ce grant forsenerie que nus de nos ne pensse qu’il est mortel et qu’il est foibles et que il est un? [44]  Reguarde ces cuisines ou il a tant de jeus qui bruient entour ces feus et entour ces chaudieres: [45]  cuides tu que au seignor soit avis que ce soit un ventre a cui l’en apreste viande a si grant noise et a si grant tempeste? [46]  Reguarde nos celiers et nos greniers: [47]  cuidez tu que il se cuide avoir un ventre qui tant de vin tient enclos et enserré? [48]  Reguarde en quans lieus la terre se ere et fent: [49]  cuides tu que il se cuide avoir un ventre a cui il fet semer en Cecile et en Aufrique? [50]  Nous serons sains se nos desirons pou de choses, se chascun contera et esmera et amassera et amesurera son cors, et saura que il ne puet moult mengier ne longuement. [51]  Mes nule chose ne profitera tant a atemprance et a mesure de toutes les choses comme sovent pensser que nostre vie est courte et non certaine: que que tu faces, reguarde a ta mort.