RIALFrI

Rustichello da Pisa, Roman de roi Artus

Il romanzo di Rusticello da Pisa, edizione critica, traduzione e commento a cura di Fabrizio Cigni, premessa di Valeria Bertolucci Pizzorusso, Pisa, Pacini, 1994.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

<215>

Leurs n’i a deleament nul, ainz laissent celui pallemant, et laissent corre li deus encontre li deus. M. Tristan laisse corre au fiz au roi de Norgallez, et le fiert si roidemant en son venir qu’il li fait les archon voidier, et le porte a la terre, et fu auques desbriçiez de celui cheoir, car fellenessemant fu abatus. Hestor abat les autres.

Quant .iiii. chevalier que a la fontaine estoient remés voient ceste aventure, il sunt duremant iriés, et pour ce qu’il vengieront voluntiers la honte lour seingneur, c’il poent, corrent il a leur hiaumes, si le font lacier tantost, et puis montrent au plus vistemant qu’il poent, et recomencent les joustes. Et leur avient en tel mainieres qu’il furent les autres deus abatus: m. Tristan abati li un, et Hestor les autres. Li autre dui qui remés estoient, quant il voient ceste aventure, il en sunt si duremant esbaïs qu’il ne sevent qu’il en deüssent dire. Li un de cist dui chevaliers estoit niez au roi de Norgalles, si jeune bachalier que encore ne avoit plus de .xxii. anz. Mes il estoit si preuz et si ardis et si fors, et si bien esprové de chevalerie puis qu’il fu noviaus chevalier, que en tot li roiames de Norgalles ne trovoit l’en a celui tenz nul chevalier de celle region que contre lui ouçast enprendre nulle grant force. Que voz en diroie? Cil estoit la flor et la rouçe de Norgallez de chevalerie et de bonté, et estoit si jeune enfanz con je voz ai contés, et de sa bonté parloit l’en en la maison li roi Artus, et en maint autre leu. Quant il vit que .iiii. leur conpangnons estoient en tel mainiere abatus, il montrent sour lour chevaus au plus vistemant qu’il poent. Quant ce vient as glaiviez baissier, li chevalier dont je voz conte s’en vient par messire Hestor, et le fiert si e<n>mi le pis que, vuoille messire Hestor ou non vuoille, il le fait flatir a la terre. Et fu de celui coux mout enavrés e<n>mi le piz, si qu’il li convient a sojorner plus de deus mois avant qu’il peüssent porter armes aaisemant. Et fu la chouçe pour quoi la conpangnie de messire Tristan et de messire Hestor remest adonc, et pour ce s’en ala m. Tristan en Cornoaille, ou il morut si cruelmant con nos voz conteronz.

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52