RIALFrI

Rustichello da Pisa, Compilation arthurienne, 1272-1298, Pisa

Il romanzo di Rusticello da Pisa, edizione critica, traduzione e commento a cura di Fabrizio Cigni, premessa di Valeria Bertolucci Pizzorusso, Pisa, Pacini, 1994.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 

<230>

Granz est li duel, granz est le plainte que li roi March vait demenant, si font tuit les autres de laienz: li un plaint Tristan, et li autres Yçelt; il n’i a nul que duel ne face. Tuit ceaus de Tintajol hi vienent, si font tuit les autres païs qui ceste novelle entendirent. Granz est li duel, granz est le plainte qui font li grant et li petit.

«Haÿ, Diex!» dient le jentilz homes de Cornoaille, «tant nos est il mesavenu, quant noz avon perdus Tristan, qui en pooir et en onor avoit tenus Cornoaille si longemant, con noz savon. Bien poon seüremant dire que tuit somes morz et huniz, et bien avon perdu nostre pere et tot notre meillor ami. Ormai dovon avoir peor et doutance grant que nos ne tornonz au servage d’Yrlande ensi con noz i fumes ja. Fellum guerardon et mortiaus a rendu li roi March a Tristan de la grant bonté qu’il li fist a celui point, et maint autres foiz. Il deüst miaux estre seingnor de Cornoaille par droit [que] li roi March ne deüst estre, car il selz les a defendus maintes foiz de maint grant perilz, et de maintes grant hontez par son cors tant seulemant. Haÿ, las! Que doloreuse domages, et con grant perte recevra encore Cornoaille par la mort Tristan seulemant. Haÿ, Tristan, fiorz de chevalier! Con noz seronz encor hunis et aviliz et vergongnié, puis que l’en savra votre mort! Sour noz vendront or cil d’Irlande, qu’il ne lairent e<n> nulle guiçe, car il noz remetront en servaige la ou nos fumes ja longemant. Et se cil d’Yrlande ne i vienent, si hi verront cil de Saisoingne, pour vengier celle grant honte qu’il recevent en Cornoaille ne a encore mie loing tenz. Sire Tristan, assez troveron huimais nemis par toz parz, puis que la novelle iert corrus par le monde que Tristan est mors. Qu’en diroie? Nos ne poronz eschanper que noz ne soionz de votre morte hunis. Sire Tristan, li roi Marz cuide son preu faire de voz mettre a mort en tel mainieres, mais il fist son domajes, qu’il en sera hunis sanz doutte, et sa terre en sera destruite, et nos en torneron arieres, el fait ou nos fumes ja».

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52