RIALFrI

Rustichello da Pisa, Compilation arthurienne, 1272-1298, Pisa

Il romanzo di Rusticello da Pisa, edizione critica, traduzione e commento a cura di Fabrizio Cigni, premessa di Valeria Bertolucci Pizzorusso, Pisa, Pacini, 1994.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 

<233>

Quant Sacremor, que trop fu doulenz de la mort Tristan, ot tant demorés en Cornoaille aprés la mort de Tristan con il li ploit, il se parti, et vient a la mer, et passe houtre, et arive en la Grant Bretaingne. Et il portoit tot adés l’escuz Tristan covert d’un drap de soie batu a or, et portoit a son cuel pendue la espee Tristan; nulle autre spee il ne portoit. Et quant il fu arivés eu roiames de Logres, il dit que desormais se trairoit il ver Kamaaloth au plus hastivemant qu’il poroit.

Un jor qu’il chevauchoit par une foreste, li avint qu’il encontre un chevalier armés de toutes armes, qui s’en aloit droit ver la mer, et venoit deverz la maison li roi Artus. Quant Sagremor le voit venir, il s’areste. Et li chevalier vient jusque a llui, et le salue, et Sagremor li rent son salus, et puis le demande: «Sire chevalier, dont venés voz? Fustes vos en la maison li roi Artus? Et savés vos novellez de celui ostel?». «Certes», ce dit li chevalier, «encore ne a mie deus jorz que je fui en celui ostel. Mes, pour la foy que je doi a Dieu, je ne vi onques celui ostel si desconfortés con il estoit a celui point que je m’en parti. Li roi ploroit si tendremant con c’il veïstes devant lui mort tuit li monde. Car celui jor meïsmes li estoit venus novellez que Palamidés estoit mors, <et li rois Bandemagus mort>, et Erech, le fiz Lac, mort, et tant des conpangnons de la Table Reonde que c’estoit mervoille a oïr. Li roi Artus, por ces novellez que l’en li avoit contés tot freschemant, estoit si duremant desconfortez que je ne quit mie qu’il se confort a piece mais».

«E[n] non Deu», dit Sagremor, «ces novelle[s] sunt <trop> mauveises pour henor de chevalerie, mes encore le aport je peor a cort, por la foy qe je vos doi. Sire chevalier», «e<n> non Deu», fait li chevalier, «donc sunt elle trop mauveise, quant elle sunt peor de ceste!». «Certes», fait Sacremor, «voz dites voir, mauveises sunt elle trop. Veez ci hore ceste escuz que je port et ceste espee? Or sachiez que ce furent les armes de si preudomes et de si bien chevalier qe pour l’aute chevalerie que je savoie eu chevalier, je ne ai pas tant de hardiment que je mette l’espee a mon coustee, ainz le port a mon cuel pendue, en tel guise con vos veez». «Diex, aïde!» fet cil, «qui fu celui qui tant fu buen chevalier con vos dites?». Et Sagremor comance a plorer, et puis respont tot en plorant: «Ce fu Tristan de Leonois, qui morz est ore tout novellemant; ce est bien domage a tot li monde!» «Comant», dit li chevalier, «est donc m. Tristan mort?». «Oïl certes», fait [p. 296] Sagremor, «morz est il veraiemant; veez ci sez armes que je port a la Table Reonde en leu de son cors, que desormais ne i puet il venir!». «Haÿ, Dieu!» dit li chevalier, «comant il est estranges domajes! Et se li roi Artus ne est doulenz de ceste novelez, il ne sera jamais. Or est la Table Reonde apovriés durement de preudomes homes, puis que Palamidés est mors, et li buen Tristan autresint».

Aprés ceste paroule, demande Sagremor au chevalier: «Or me dites, biaus sire, vos qui de la cort venés: m. Lancelot dou Lac est il encore retornez de la queste qui onques mal fu comenciez? Et m. Hestor, et m. Blioberis de Gaunes, sont retornés autresint?». «Oïl», fait cil, «mes de celui lingnajez a chevalier assez mort en ceste queste; si i a il tant des autres, que li roi Artus se claime sovent fois roi chaitif et deshoronez».

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52