RIALFrI

Rustichello da Pisa, Compilation arthurienne, 1272-1298, Pisa

Il romanzo di Rusticello da Pisa, edizione critica, traduzione e commento a cura di Fabrizio Cigni, premessa di Valeria Bertolucci Pizzorusso, Pisa, Pacini, 1994.

Edizione digitalizzata a cura di Francesca Gambino
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 

<115>

Et atant es voz entr’aux venir la damoiselle. Et l’en li aportoit luminaire devant por ce qu’elle fust miaus veüe, et estoit aparoilliés si richemant con s’elle fust fille de rois. Et moine avech li quatre damoiselles que li fasoient toute fois conpaingnie. Que vos en diroie? Tant estoit bielle et riche et co[in]te que ce estoit mervoille de li veoir. Elle ne semble pas dame mortiaus, mais chouses espiritiaus. Tot ce que li chevalier n’avoit contés, estoit noiant a ce q’elle semble.

Et quant li chevaliers la virent entr’aus paroir, il se drecent contre li, et chascuns li dit qu’elle soit la bienvenue. Et elle lour rendi debonairement lour salus. «Fille», fait li vauvassor, «veés ici li chevalier que ja me delivré de mort, la soe merci. Et la vie, [et] quanque je ai, teing je devant de Damedeu et aprés de lui». «Sire», fet la dame, «a sa bonté et a sa cortoisie nos mostre il bien sa jentilisse et sa francise et sa haute proesse, et je pri notre Sire Damedeu que li doint joie et henor», lors s’asiet devant eaus. Et quant il se sunt asiz, li Chevalier a l’Escus Vermoill li dist: «Dame, or vos faites aporter votre harpe, et puis nos mostrés de votre chanter. Et sachiés que je vos en [p. 263] savrai buen gré, et cestui chevalier que ci est, est mout desirant de l’oïr». «Sire», ce dit la dame, «a votre comandemant!». Et maintenant se fist aporter ses harpes, que richemant est ovrés; la dame la prent, et quant elle l’ot en sa main, m. Tristan la regarde, que a mervoille li plaçoit l’arpe. La dame, que ce voit, s’en prent garde, si dit a soi meïsmes: «Cestui chevalier regarde si l’arpe qu’il ne puet estre qu’il ne en saiche!». Et por ce li dit elle: «Sire, se voz de l’arpe savés, je voz voudroie prier que voz harpissiés avant, et je vos mosterai aprés ce que je en sai». «Dame», fait m. Tristan, «or comenciés, et quant voz avrés harpés un lay ou plus, c’il vos plaiera, je vos mosterai aprés ce que je en sai». Lors prent la dame le pretiron, qui estoit d’or, et comance a <a>corder sa arpe. Et quant elle ot ce fait, elle comance adonc a harper si mervillieusemant, et chantoit si doucemant, qu’elle senbloit un angle. Et quant elle ot son lay finee, li Chevalier a l’Escus Vermoill dist a m. Tristan: «Sire, que vos semble de ceste dame?». «Sire», fait m. Tristan, «voz la me loïstes assés avant que je la veïsse, mes orendroit di je bien que l’en la poroit bien loer de toutes bontés devant toutes les jentilz dames dou seicle». «Sire», fet li chevalier, «vos semble elle de savoir bien le lay que fist ja le plus cracieus <chevalier> dou monde de toutes bontés? Ce fu m. Tristan de Leonois, qui passe tuit li chevalier dou seicle, beneoit soit Dex et Amor que fait tiel don!». «Ce m’aït Dex», fait m. Tristan, «con elle ne set mie moin celui lay que celui que li fist, si con je croi». Ceaus de laienz, que a mervoille regardoient m. Tristan, car san faille m. Tristan estoit un des plus biaus chevalier dou monde, por ce regardoient il mervillieusemant m. Tristan. Le Chevalier a l’Escus Vermoill le regarde volontierz, con celui que ne avoit jamés veü un si biaux chevalier con il estoit m. Tristan. Le sire de laienz se trait pres dou Chevalier a l’Escus Vermoill, et li dit: «Sire, je voz pri que voz me diés qui est li chevalier que vint chaienz avech voz».

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52