RIALFrI

Tommaso di Saluzzo, Livre du Chevalier Errant, 1403-1405, Piemonte

Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante (BnF ms. fr. 12559), a cura di Marco Piccat, Boves, Araba Fenice, 2008.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

Permalink:

 

 

27

[1] Quant le Dieu d’Amour ot finé son sermon, la fu ordonnez de deslogier au point du jour. [2]  Que vous diroye? [3]  La tenoient grant parlement des honnours c’on avoit donné a ses barons que nommés vous ay, et grant envie et merveilleuse en avoient, car trop leur sembloient estre honnourez. [4]  Lors dist le Chevalier a soy mesmez: «Il est bien vray ce que on dist communement, car oncques ne fu court de seingneur sanz envie et grant part, et quant plus grande est la court, tant plus y habite! [5]  Et bien est esprouvé que, quant la mer est plus grande, la tempeste y est greingneur». [6]  Et ce disoit le Chevalier pour le murmurement de ces haulz princez. [7]  Aucunes gens parlerent assés de ce que le Dieu d’Amour avoit donné le premier honnour a monseigneur / Tristan de Lionoiz devant que a Lancelot ne aux autrez en ce qu’il le fist connestable, mais nul ne s’en doit merveillier, car Tristant estoit mieulz amés en la court le Dieu d’Amours que n’estoit Lancelot ne autre, et la cause fu pour sa haulte chevalerie premierement, et aprés car trop estoit roy de grant esbatement. [8]  Cil savoit soner et harper, chanter et festoier trop envoisiement, dont la Deesse d’Amours et les dames le veoient moult voulentiers, car la court estoit trop esbaudie de ses bons esbatemens. [9]  Monseingneur Lancelot du Lac estoit bien si bon de son corps et si bel, et vrayement moult doulz chevalier et debonnairez, sanz nulle villenie, mais en lui n’avoit nul esbatement fors cil qu’il prenoit en la royne sa dame et en armez. [10]  Les aucuns pourroient dire que en la court le Dieu d’Amour avoit de plus fors princes et chevaliers qu n’estoient Lancelot et Tristan, et mieulz feussent esté dignes d’estre connestablez, mais ilz ne scevent la cause. [11]  Voir est que de plus fors avoit en ces que nommé vous ay devant, et de greingneurs fais avoient acompli, mais Tristan et Lancelot furent de toutes proueces et bontez selon leurs personnes, et furent sans comparacions plus compliz de tous biens et honnours. [12]  Un autre roy y vi qui fu de grant force et hardement: cil fu cousin germain Herculez, le cruel combatant; ce fu Jason qui l’Aurum Velluz prist en l’isle de Colcoz, ainsi comme dit vous ay ailleurs. [13]  Cil avoit fait mains grans chevaleriez en ces bataillez et ailleurs, // [C. 104v.] mais au derrain il fu honiz et chacé de la maison le Dieu d’Amours moult villainement, car on trouva qu’il avoit trahy la belle Medee, la fille au roy de Colcoz, et l’avoit habandonnee et s’estoit parjuré vers elle faulsement, car s’amour lui avoit promise, et bien sachent tuit que, se Medee ne fut qui lui monstra la maniere de prandre la Toison, que tost feust esté ars et hideusement mors en pluseurs manierez. [14]  Dont je vous dy que Jason, pour sa desloyauté, fu jugié en la court le Dieu d’Amour, quant il en fu exilliez, pour le plus desloial amant qui onequez feust. [15]  Aprés fu jugee Breseida de Troye la plus desloial amie ensement. [16]  Assez y aroit a raconter, mais moult murmuroient sur tellez honneurs, mais a la fin ilz se accorderent communement que, se Alixandre d’Alier, le bon roy, eust peu armez porter, qu’il eust eu la charge et le gouvernement de tout l’ost, car trop valoit et trop estoit prisiés en toutes vertuz. [17]  Et disoient communement que se Cesar, l’empereur de Romme, y fut esté, aprés Alixandre il eust eu la charge, mais Cesar n’y mie, et la cause vous diron. [18]  S’amie y fu bien, la royne d’Egipte, ce fu Cleopatre, ainsi comme devant nommé la vous ay.

[19]  Il advint que Cesar, l’empereur de Romme, estoit fort navrés d’une playe, de laquelle il n’estoit encore gariz; si la prist en telle maniere comme vous entendrez. [20]  Vous devez savoir que, quant Cesar ot passé le Rubicon o ses legionz et emprist si grant ouvrage comme de estre encontre Romme et de soy aseingnorir de tout le monde, car / en cellui temps Romme gouvernoit tout le monde, et toutes provinces lui rendoit treu, dont je vous dy que Cesar emprist telle querelle pour aucun despit que aucuns des princes de Romme lui firent en lui ostant aucuns honnours, dont Cesar pensa du remedier; pour ce il ala vers Rome. [21]  Et quant les princes de la cité sçorent sa venue en telle maniere en tel effors d’armez et qu’il avoit passé Rubicon, car cil Rubicon estoit une petite riviere et oultre nullui n’estoit si hardi d’y porter armez, dont je vous dy que les princes et les citoiens de Romme furrent pour telle venue moult en effroy, et bien cuidierent estre trahiz.

[22]  Lors se partirent tous de Romme et firent de Pompé, le hault prince et le sage, qui tantez honneurs avoit conquis et qui tantes provinces sousmist au commun de Romme par son sens et hardement, dont je vous dy qu’ils esleurent Pompee leur gouverneur et maistre et lui chargierent le droit et la franchise du commun a deffendre. [23]  Cilz Pompee s’en ala avec ses citoiens et barons a Duras en Herbanie, un fort chastel, car a Cesar ne vouloit obeir, ne lui, ne sa compaingnie. [24]  Cesar et ses legions le sievi, qu’il avoit ramené de France quant il l’avoit conquise, et assega Pompee a Duraz, dont il advint que Pompee desconfi Cesar au murail que Cesar avoit fait tout entour la cité affin que nul n’y peust entrer ne saillir. [25]  Ce murail duroit bien .xviij. milez au reond. [26]  Si advint que Pompee voult passer celle muraille par force; dont il estoit de si hault cuer que oncquez // [C. 105r.] ne le daingna passer de nuit, ainz vint passer a force a une fort stablie que le vaillant Seva, le fort combatant qui si fier en armes estoit, gardoit. [27]  Cil Seva deffendi un pas a Pompee et a sa force que onquez n’y porent passer tant qu’il fu en vie, mais en la fin il ne pot endurer. [28]  La fu il si atournez qu’il morut. [29]  Pompee s’en ala et ses gens, et moult regreta [Cesar] le bon chevalier Seva qui tant l’avoit servi longuement et qui portoit ses aiglez. [30]  Lors s’en ala Pompee a Brandis, et la Cesar l’assega par mer et par terre, mez au derrain Pompee escappa trop merveilleusement par mer, et s’en ala vers Cessayle, la ou il trouva la, de toutes les provinces du monde, gens assembleez qui le congnoissoient et qui estoient de ses conquestez et qui vouloient obeir a Romme, car il les avoit mandés et assemblez par Sextus Pompee, son ainsné filz, et par un des consulez de Romme. [31]  Et la les trouva tous assemblez pour bataille faire; dont il se mist en leur compaingnie et en fu prince et gouverneur. [32]  La donna il la grant bataille a Cesar que Cesar gaingna, ou fu si grant occision d’une part et d’autre que oncques ne fu son per. [33]  De celle bataille eschappa Pompee, Caton li sagez et le vaillant et des autres barons assés, mais Pompee fu occis en Egipt ou il ot le chief coppé par grant traïson.

[34]  Un jeune valleton qui ot nom Gayus Pompee — cil estoit son mendre filz — si reppaira o les autres barons en Auffrique, qui eschappe estoient de Toccision de Cessayle. [35]  Quant / ilz furent en Auffrique, le roy d’Auffrique, qui Juba ot nom, par l’ennortement Caton et de autres barons et le bon Scipion, qui nepveu estoit le bon Scipion Cartage prist et qui Hanibal le roy mata, fist assembler son grant effort. [36]  Cil Juba, roy de Cartage, tenoit prezque la quarte partie du monde a sa subjeccion. [37]  Dont il emprist la bataille contre Cesar, et on treuve que .iij.c oliphans Juba ot en son ost, que chascun portoit une tour de fust chargiez d’ommez pour bataille donner. [38]  Et sachiez que ce estoit une terribleté a veoir et grant espouentement a Cesar et a ses gens. [39]  Au derrain Cesar se combati contre Juba et les autres qui de la bataille Cesaile estoient eschappez. [40]  Cesar les desconfist et occist presque tous. [41]  La fut mort Scipion, le bon chevalier de Romme qui tant estoit prisiez. [45]  Caton eschappa, qui assés y fist d’armez, mais au derrain, quant Caton vit que Cesar aloit ainsi le monde gaingnant, il but en un henap venin de quoy il se tua avant qu’il voulzist venir en subjeccion Cesar, et dist que mieulz amoit mourir en liberté que vivre en subjeccion. [46]  Dont tant par la bataille de Cesayle et par la bataille que Juba perdi, en cellui point ot Romme perdue sa franchise, car tous les haulz barons qui vouloient le bien commun de Romme y furent mors, et Pompee n’y estoit plus.

[47]  Il advint, aprés celle bataille, que Gayus Pompee le valeton s’en ala et enmena aucune petite compaingnie de ceulz qui eschappez estoient de la bataille. [48]  Sy ala // [C. 105v.] en Espaingne a une cité qui estoit du conquest son pere Pompee. [49]  En celle cité fu il bien recoliz, et lui et sa compaingnie, car moult amoient son pere. [50]  Quant Cesar sçot que les filz Pompee furent en Espaingne en celle cité qui ot nom Mode, Cesar y ala, car riens ne vouloit laissier qui a Pompee appartenist, et assist la cité. [51]  Ce valeton Gayus confforta assés les citoiens de Mode, qui grant paour avoient de la venue Cesar. [52]  Gayus le valleton estoit touzjours escarmouchez contre Cesar et son ost et moult en occioit et malmenoit et y faisoit merveillez d’armez. [53]  Un jour advint qu’il encontra Cesar si durement en son venir de sa lance que par escu, ne par armes, ne remaint qu’il ne lui feist une playe parfonde et desmesuree. [54]  Et quant Cesar fu a terre cheüz, Gayus le valleton, quant il le vit a la terre, il ala par pluseurs fois passant sus le corps des piez de son destrier, et mort l’eust, quant ses gens le vindrent secourre. [55]  Dont a celle foys et maintes autres greva moult Gayus et ses gens Cesar et son ost. [56]  Que vous diroye plus? [57]  Gayus Pompee fist en petit termine tant que Cesar le doubta plus, ainsi comme il disoit, qu’il n’avoit oncquez fait son pere Pompee qui tantes grans ouvragez avoit acompli. [58]  Lors advint que Cesar fut tel atournez comme je vous compte. [59]  Cil Gayus fist un jour une autre emprise contre ses ennemis et les malmena trop durement, tant que assez avoient a faire a eulz deffendre aux fossés des tentes ou leur force estoit. [60]  Cesar, qui n’estoit encorez garis, quant il vit tel atourner ses gens, il cuide bien perdre le senz, si yssi de sa tente au mieulz / qu’il pot pour confforter ses gens et pour eulz donner hardement. [61]  Gayus entendoit toudiz a Cesar trouver car tant le haÿoit comme pouez croirre, et quant il voit qu’il ne peut trouver Cesar, il pensa que en sa grant tente le trouvera. [62]  Lors s’esvertua et semont ses gens de bien faire, et entra par force dedens le champ. [63]  La fist il martire des gens Cesar, et s’avança tant qu’il entra sur son destrier en la tente Cesar, car la le pensoit il trouver. [64]  Et quant il fu dedens a cheval, les chevaliers Cesar, qui par le commandement Cesar ne gardoient fors que a retenir Gayus, s’en pristrent garde et y alerent aprés et l’enclostrent dedens le paveillon. [65]  La fu Gayus Pompee pris, car ses gens ne s’en pristrent garde et petite deffence pouoit il faire dedens la tente, car les cordez furent trenchiez et la tente li tresbucha toute sus li et sus son destrier. [66]  En telle maniere fut pris Gayus le vaillant, qui tant fu regrettés. [67]  La ot il le chief coppé par un des chevaliers Cesar et tout le monde dist que, se il feust vesqu, il eust passé son pere Pompee de haulte chevalerie.

[68]  Puis celle journee, Cesar ne trouva encontre au monde qui le grevast, ainz s’en vint a Romme; la fu il receuz comme empereur, et prist le seingnourie que le commun de Romme souloit avoir, et prist le tresor qui la fu longuement, que les provinces du monde payoient pour treu, et le despensa a sa voulanté, et ja n’y fu qui nullement l’osast contredire. [69]  Ainsi se fist il seigneur de tout le monde, puis fist mains grans ediffices et a Romme et aillours, // [C. 106r.] et maintes ordonnances et estatus, car moult sage chevalier fu, et en science et en vertu. [70]  Et tant fu en cel estat que Bruto, un baron de Romme qui moult le haïoit et par maintes foys se mist en grans perilz en la grant bataille de Casaile pour Cesar tuer, et ne pot, car fortune ne lui consenti mie, ne cil Bruto aussi ne morut la, ainz eschapa de celle occision, et fu a Romme tant qu’il tua Cesar au Capitole. [71]  Cil Bruto estoit cousin Caton, que nommés vous ay devant, qui se tua ainz que vivre en subjeccion. [72]  Donc, a retourner a ma matiere, Cesar n’estoit encores garis de la playe que Gayus lui fist a Mode en Espaingne, et ce fu la cause pour quoy il ne fu a la grant assemblee du Dieu d’Amour. [73]  Et se il feust esté, voirement aprés Alixandre il eust eu la charge de celle grant assemblee, car de trop haute chevalerie estoit et plus savoit de guerre que autre. [74]  Et aussi il fu un homme qui moult ama par amours et moult y faisoit merveilleux despens.

[75]  Aprés le parlement que je vous ay devisé et le sermon que le Dieu d’Amour fist, il se desloga et se mist en la voye pour retourner a son paradiz, et lui et ses subgiz qui moult le desiroient.

[76]  Or laisserons cy a parler du Dieu d’Amours et de sa noble conpaingnie et tournerons au Chevalier Errant, qui si desconffortez estoit de s’amie.

[77]  L’istoire dist et raconte que le Chevalier, ainsi comme il mieulz pouoit, passoit son grant ennuy; dont / il demanda a son chevalier Foy et a sa damoiselle Esperance: «Beaulz amis, se oncquez a moy feuste aidant en mes adversités, or est venu le point de vostre bon conseil, grant besoing en ay». [78]  Lors lui furent ceuz consseillant qu’il se partist celle contree et qu’ilz le meneroient a un sages homs qui est de mout hault renom et qui moult scet des choses, et divinez et terriennes, qui tousdis aviennent. [79]  «Cil par son senz est appeliez philosophez; dont, sire, nous vous dison: se il est personne ou monde qui vous sache donner conseil, vous trouverez que cellui vous en consseillera, car, selon son renom, il est acoustumés de donner meilleur conseil que autre». [80]  Quant le Chevalier entent le conseil que ceulz lui donnent, si s’accorda en present. [81]  Lors se mettent en la voye; Esperance les conduit, qui ce se entreprenoit. [82]  Quant ilz furent en telle maniere deppartis de l’ost le Dieu d’Amour, le Chevalier et sa compaingnie chevauchent tant par leurs journees qu’ilz vindrent pres d’un manoir herbergier. [83]  Lors encontrerent un valeton qui venoit le grant erre le droit chemin vers eulz; si disoit l’un a l’autre: «Veez venir un homme assés tost vers nous». [84]  Si ne demoura mie granment qu’il vint au lieu ou le Chevalier estoit. [85]  Le Chevalier l’encontra et le mist a raison et lui demandoit nouvelles. [86]  Le valleton entent le Chevalier, puis le regarde moult ententivement, et quant il l’a grant piece regardé, il recongnoit en present ce que c’estoit son seigneur qui tant avoit servi en payenie // [C. 106v.] et ailleurs; maintenant s’agenoulle et lui fist telle feste comme se il eust trouvé Dieu. [87]  Le Chevalier et sa compaingnie, quant ilz ont recongnu Travail le valleton, si lui font la meilleur chiere que oncques porent. [88]  Le Chevalier lui demanda nouvellez, et Travail lui dist: «Sire, je suis parti de ma contree pour vous venir cerchier, car trop ay esté sanz vous et jamais ne me partiray de vostre compaingnie». [89]  Le Chevalier le reçoit au mieulz qu’il puet; ainsi trouva le Chevalier Travail son valeton, que onquez puis ne le laissa, ainz tousdis se pena de son seingneur servir. [90]  Lors vindrent au manoir; la furent hostellez jusques a l’endemain, car cil manoir estoit aucquez pres d’une forteresse ou cil philosophe demouroit. [91]  Le bien matin se partirent pour venir vers le preudomme en qui le Chevalier moult se fioit de bon conseil trouver. [92]  Si le trouva en son dongon, qui assés fort estoit, et avoit en sa compaingnie assez de ses amiz qui le gardoient que nul ne lui peust forfaire, et le tenoient la fort pour lui faire aide, se besoing eust. [93]  Le Chevalier fu devant lui, et moult lui fu adviz que preudomme ressemblast. [94]  Adonc li demanda le Chevalier son nom et le preudomme respondi et dist: «On m’appelle Raison le philosophe». [95]  Le Chevalier lui dist: «Pourquoy es tu en telle garde et en telle forteresse?». [96]  Cil respondi: «Pour non doubter nullui et pour mieulz respondre et dire les chosez de quoy on me demande, car j’ay a respondre a tant de gens, et des cens pars les .lxxxx. sont si divers que mon fait tourneroit a neant se ne fust la force que tu voyes en laquelle ie sui. [97]  Dont je respont a / chascun verité sanz doubte, si que tu me peuz dire ce que tu me quiers, et je te respondray selon mon sens».

[98]  Quant le Chevalier, a qui assés tardoit d’oïr aucun bon conffort en son fait, ot entendu le dit et la responce au preudomme, il lui commence a compter sa complainte, et lui compta mot a mot tout son dueil, et comment il avoit la plus belle dame et amie qui oncquez feust en tout le monde, et comment il l’avoit si longtemps amee, et comment mains grans travaulz avoit souffert pour s’amour en diverses manieres, et comment il l’avoit menee en la court le Dieu d’Amour, ou ilz furent tant honnourés, et par mains jours furent en tel deduit que autre ne demandoient. [99]  «Et bien vous dy, beau sire, que tout le paradis le Dieu d’Amour estoit aluminé de la beauté ma dame. [100]  Si advint que le Dieu emprist guerre contre les Jaloux; dont le Dieu assembla son pouoir et y ala pour bataille faire, et la Deesse y mena ses damez. [101]  La furent desmesurees bataillez et cruellez, et m’amie, pour sa beauté et joliveté, y fu premiere demandee. [102]  La feusmez tant que un jour la Deesse ala a la riviere des faucons pour deduire et y mena ma dame atout l’autre compaingnie de damez et de chevaliers. [103]  Lors par ma male destinee, ma dame n’en revint onquez, ainz fu perdue; et je en fis ma querelle au Dieu et la Deesse d’Amours, mais au derrain ce fu pour neant, car onquez nouvellez n’en poz oïr, fors tant que aucuns distrent une chose que // [C. 107r.] croirre ne pourroye nullement, consideré l’amour que elle me monstroit. [104]  Cilz distrent que, une foys que le Dieu me manda par une besoingne en l’ost de ses ennemis - si y demouray bien .viij. jours - que un chevalier de nostre compaingnie et elle se festoient assez en ce termine. [105]  Dont les aucuns pristrent suspecçon que cil ne se soit mis en rebellion du Dieu et de sa court, et ma dame aussi, et qu’il ne me l’ayt emblee. [106]  Autres dient que par aventure fut elle perdue en la grant forest aprés son faucon qui s’esora; aultres en parlent diversement. [107]  Dont j’ay oÿ assez louer ton sens, et suis venus a toy pour conseil prandre, et sur ce me vueilliez consseillier, ainsi comme je y ay esperance, car tel dueil en aj que fort me seroit pouoir endurer longuement».

[108]  Et quant Rayson le philosophe ot entendu telle complainte, il li respondi tellement:
 

 «Tu qui ainsi es esmayez

 Et as ton cuer ainsi troublez

 Que tu ja n’y voyes goute,

 Ne ne congnoiz que ce monte,

5Car, se bien te congnoissoiez,

 Telle follie laisseroyes,

 Moult est a grant meschief livré

 Cuer qui d’amours est enyvré.

 En la fin aucquez le saras,

10Quant ton temps perdu araz

 Et degasté ta jeunece

 En ceste doulente leece.

 Se puez encor tant vivre

 Que d’amours soyez delivre,

15Le temps qu’araz perdu ploureraz,

 Mais recouvrer ne le pourraz

 Encor, se pour tant en eschappez. /

 En l’amour ou tu t’entrappez

 Maint y perdent, bien dire l’oz,

20Sens, temps, chatel, arme et loz,

 Car li maulz qui amours ont nom,

 Ou il n’a se follie non,

 Follie, si m’aist Dieu, voire.

 Homs qui ayme ne puet bien faire

25Ne a nul preu du mond entendre:

 S’il est clerc, y pert son aprendre,

 Et se il fait autre mestier,

 Il ne puet guere esploitier,

 Et surquetout il a plus paine

30Que n’ont hermitez ne noir moine.

 La paine en est desmesuree

 Et la joye a courte duree;

 Et de l’avoir en aventure,

 Car je voy que maint se travaillent

35Qui a la fin du tout y faillent.

 Oncques mon conseil n’entendiz

 Quant au Dieu d’Amours te rendiz;

 Le cuer, que tu as trop volage,

 Te fist entrer en tel follage;

40La follie fut tost emprise,

 Mais au laissier a grant maistrise.

 Or met l’amour en non chaloir

 Qui te fait frire et non valoir,

 Car la follie adés engragne

45Qui ne fait tant quelle remagne,

 Pren durement aux dens le frain,

 Si donpte ton cuer et reffrain;

 Tu dois mectre cuer et deffense

 Contre ce que ton cuer pense.

50Qui toutes heures son cuer croit

 Ne puet estre qu’il ne folloit».

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52