RIALFrI

Filippo da Novara, Livre de Forme de Plait, 1249-1253, Mediterraneo orientale

Philip of Novara, Le Livre de Forme de Plait, edited by Peter W. Edbury, Nicosia, Cyprus Research Centre, Series: Texts and Studies in the History of Cyprus, 2009.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 

[29]

Se le fié escheit a aucun hair qui ne soit fis ou fille de celui et de cele qui est mort saisi et tenant de celui fié, tiel heir doit venir devant le seignor et requerre au seignor la saisine, disant: ’Sire, je sui venus devant vous come devant seignor, et vos fai assaver que Dieu a fait son coumandement de teil qui m’apartenoit en tel degré de cele part dont le fié muet. Celui fié qui fu sien m’est escheu, pour ce que je sui descendu de celui qui le fié conquist.’ Et se il avient que ce seit trop anciene choze dou conquest dou fié, il porra dire que il est descenduz de celui qui fu seignor dou fié et l’ot et tint. Et doit dire que, se le seignor l’en mescreist, il est prest dou prover tout aussi come la court esgardera que l’on doit prouver parenté, et, ce faizant, il requiert et veaut aver la saisine, se la court l’esgarde.

Et se la court n’esgardast que por tant le deust aver, il iroit a son conseill et diroit tant que sa raizon avroit. Et s’il avenist que le seignor vausist maligner et tenir le fié - ce que ne sera ja, se a Dieu plaist, ne je ensseigner ne veull - moult y peut aver d’eschampes et de fuites. Mais ce que le seignor peut dire se il entent par raizon ou par semblant de raizon: die qu’il n’entendoit que celui fust onques heir de celui que le requeror a vee a son ancestre, et, se il avient en aucune maniere que il l’ot et tint, il ne l’ot de seignor en maniere qu’il peust ne deust venir ne escheir a celui qui le requiert; et a ce qu’il offre a prover le parentés, le seignor peut dire que il n’a mie ores grant talent de saver le linage de celui. Mais s’il fust prové que le fié eust esté doné a celui qui le requeror a nomé en maniere que il deust escheir au requeror, et se il fust prové qu’il fust descendu de lui si com il dit, adonc, quant leus et tens seroit, le seignor respondroit au parentés si com il devret. De toutes chozes dessus dites et de chascune par sei, l’une aprés l’autre, peut le seignor requerre esgart et dire que por tant veaut demorer en pais, se la cort l’esgarde, et tous jors metre retenail.

S’il avient que le requeror set garni de previlige ou de recort de court dou don qui fu fait a son ancestre, ou de recort que l’on ait veu son ancestre saisi et tenant et usant come de son fié, c’est assés. Car le recort de court vaut par les raizons qui sont dites la ou l’on me fist les questions.

Et se il avient que le requeror ne soit garni de previlege ne de recort dou don ne de recort de la teneure dou conqueror dou fié, por ce se il ot previlege que il ait perdu, ou est ou pooir de tel dont il ne le puet avoir a son besoing, ou se il n’out onques privilege fait de celui fié, si com il avint au conquest ou l’en dona mains fiés sans previlege, et aprés est avenu ce meisme souvent, ou se le don n’est si ancien que les homes lieges de celui tens soient tous mors, ou se la teneure dou derain des ancestres dou requeror soit si anciene que il n’en peust aver recort de court, il peut dire au seignor, ’Sire, celui ou cele qui tenoit et aveit cestui fié, de qui Dieu a fait son coumandement, si m’apartient en tel degré de cele part dont le fié muet, et je sui prest de prover les parentés si come il est dessus dit. Et il est us ou assise ou raizon que le plus prochain heir aparant de celui qui a eu la desraine saissine dou fié doit aver cele meisme saissine, selon l’usage dou reaume de Jerusalem. Et bien est veir que les dons de Chypre sont as heirs de feme espouze de celui a qui l’on done le fié; et ce est le cours des dons des fiés de Chypre. Dont je, provant les parentés dou darain qui morut saisi et tenant de cestui fié, veull aver la saisine, se la court l’esgarde.’ Et se la court esgardast que pour tant ne la deust avoir come il a dit, il iroit a son conseill et diroit tant que sa raison avroit, et metre i retenail.

Se teil fait avenist au royaume de Jerusalem, je entens que riens ne vaudroit au seignor tout ce qui est dit dessus: se le requeror peust prover, si com il est dit devant, par previlege ou par recort de cort, le don dou conqueror ou la teneure dou desrain qui morut saisi et tenant, provant les parentés, si com il est dessus devizé que l’on doit prover parentés, aver devroit la saisine, se celui, qui devant tient le fié et la saisine, ne fist choze dont li fiés soit perdus par assise ou par usage, ou se le seignor ne peust prover par recort de cort que celui qui en morut et saisi et tenant avoit eu le don en sa vie sans plus.

Et se le seignor veaut dire, ausi com il est dit dessus, que non place Dieu, que cestui fié fust doné en teile maniere que il doie venir ne escher au requeror, cil qui requiert peut dire, ’Sire, coneue choze est que le cours de la coumunauté des dons des fiés de Chypre sont as conquereors et a lor heirs de feme espouze, et je qui sui prest dou prover que je sui de ceaus heirs, si com l’on doit prover parentés, veull por tant aver la saisine, se la court l’esgarde; et metre retenaill. Et se vous volés dire que cestui don fust doné autrement que selon les cours de la coumunauté des dons de Chypre, je di, sauve soit vostre honor, que non place Dieu.’ En cest endreit entens je par le cors et par l’usage que le dit dou seignor ne vaut rien, se il ne preuve par le recort de cort, si com il est dessus dit, ou par previlege qui soit au poeir et en la garde de l’home, et qu’il en use ou ait usé en cort a son bezoing. Car veir est que le previlege de l’home porte garentie contre le seignor pour son seel qui y pent, mes contre l’ome ne porte il nule garentie de choze qui seit toute encontre l’ome. Mais se previlege est de dons ou de covenans, et le previlege est o poeir et en la seignorie de l’home, et il en ait usé a son besoing, s’il y a aucune choze queseit au profit dou seignor et au damage de l’ome, aussi bien doit estre estable contre l’oume, comme le don et le profit de l’ome doit estre encontre le seignor, por ce que il est en la garde de l’ome.

S’il avenist que aucun houme eust cele maniere de saisine com il est dit dessus, et il eust prové que il fust le plus prochain et le plus dreit heir aparant que en la cort fust, ou s’il avenist que le seignor sans plait l’eust mis en telle maniere de saisine come le plus dreit heit aparant, et uns autres plus dreit heir aparant de celui i venist devant le seignor en la cort et requesist au seignor meismes la saissine de son fié, et le seignor vauzist eschamper, dizant qu’il n’a ne tient celui fié et qu’il li fornira dreit de celui qui le tient, ja por tant celui qui requiert come plus dreit heir aparant de l’autre ne se partira dou seignor, se il veaut, par raizon; mais bien doit aver le seignor un curt respit de faire venir en la court celui qui le tient por oir qu’il dira. Et se le seignor le vausist autrement faire, le requeror, offrant a prover les parentés come le plus dreit heir aparant, peut dire que il ne se veaut partir dou seignor, se la court ne l’esgarde, et mete retenaill. Je entens que la court esgardera que il ne se doit partir dou seignor.

Et s’il avenoit puis que aucun seret saisi de teil maniere de saisine si com il est dit dessus, ou com le plus dreit heir, et que la saisine fust faite par esgart de court, et un autre venist aprés devant le seignor et dist, ’Sire, teil home que vous avés mis en saisine de teil fié n’i a dreit, et les garens qu’il amena devant vous porterent fausse garentie, eseurté de ce que l’om dit en garentie des parentés n’a nules tornes de bataille. Et ce peut estre entre seignor et home, mais d’un home a autre n’est il mie ensi. Mes je sui le dreit heir, ou le plus dreit aparant, et de ce sui je prest a prover tout enssi come la court esgardera. Et se je fusse esté present quant les faus garens distrent lor dit, je en eusse l’un levé. Et s’il veulent maintenir leur faus dit, encores sui je tout prest de lever l’un d’eaus et de monstrer li par bataille que il est faus et parjure.’ Por tant doit bien faire venir le seignor l’autre partie fornir li droit par cort, se il recever le veaut, et se cil dit qu’il ne se veaut partir dou seignor. Le seignor peut respondre que tout ce que il en a fait a l’autre fu par esgart de cort, ne a cestui ne veaut il respondre autre choze que de lui fornir dreit de l’autre qui en est son home et saisi par esgart, se la court ne l’esgarde. Cestui esgart cui je bien que le seignor desrenera. Et se le requerant se claime de celui qui est en la saisine, le saisi peut respondre que il prova les parentés si come la court esgarda, et que sa garentie fu fornie et parfaite quant ses garens orent juré enterinement, et que, aprés ce que garens ont juré, dou tout n’en peut l’on nul lever ne torner par bataille, et que il desrena sa querele par esgart de court sans retenaill. Le requeror peut moult de chozes dire, et moult peut aver fort plait selon la soutillance des conseillers et des juges.

Et le seignor se doit moult garder au coumencement qu’il ne receve l’omage de nul requerant que sans ses dreis et les autruis, et que il ne receve garentie des parentés, se les garens ne sont coneus et de loial renon, ou se ce n’est de choze coneue et manifeste, ou se esgart de court ne le constreint.

Mais s’il aveneit quant le premier requeror fait sa requeste de la saisine et offre a prover les parentés, que .i. autres venist avant et dist au seignor, ’Sire, ne place Dieu que cestui qui requiert ceste saisine apartienge a celui qui fu seignor dou fié, mais je sui le dreit heir aparant dou fié, et ce sui je prest de prover tout ensi come la cort esgardera’, le premier peut dire que il offri sa preuve avant, et por ce veut qu’elle voist avant, se la court l’esgarde. Queque l’autre die, je cuit bien que la premiere preuve ira avant.

Et quant les garens vendront avant por jurer, si tost come il s’agenoilleront por jurer, celui qui dit que le premier requerant n’i a dreit peut venir avant et saisir par le poing destre le garent qu’il en veaut lever et torner par bataille, et dire, ’Je t’en leve come faus et parjure, car en toi ne demeure que tu ne t’esparjures.’ Le garent le peut desmentir et dire que en garentie de parentés n’a nule torne de bataille, et pour ce ne s’en veaut prendre a lui, se la court ne l’esgarde, et metre retenail. Et cil meismes de qui est la querele doit bien dire que il ment de ce que il dit que il n’a dreit en la querele et que il apele son garent faus, mes son fié et s’eschete ne deit il requerre que a son seignor, ne le parentés prover; que au seignor ne prove de parentés ne d’aage n’a nules tornes de bataille. L’autre peut dire, ’Sire, je dis voir, et il ment, et ses garens sont faus, et je sui prest de prover le mien parentés par .ii. loaus garens de la loi de Rome et teis qui bien se deffendront et conbateront, se il ne autres lor met sus fauceté.’

Et forte choze sereit se une grande eschete escheist a .i. home, et un autre plus fort et plus riche de lui par malice pourchasast faus garens por loer ou por amistie, disant lour et assegurant que garens de parentés ne peut l’om lever ne conduire a bataille, et l’autre, que sereit dreit heir aparant et averet loiaus garens qui vaudroient fornir garentie et eaus deffendre, se l’om lor mist fauseté ssus, que celui perdist sa querele por ce que celui se seroit hasté d’offrir ses faus garens avant qu’il peust offrir les siens, ou, par aventure, avant qu’il seust que l’autre fesist sa fause requeste et por tant veaut lever le garent et conduire a bataille, se la court l’esgarde, disant et moustrant au seignor et requerant qu’il les garens ne receve de la querele qui est soe et non dou seignor. Car ce n’est mie de choze que l’on die, ’Je ai gregnor droit que tu ne as’ ; ce est choze que l’om dit, ’Je ai dreit tout outre et l’autre neent’. Le premier requerant peut dire que il ne se veaut partir dou seignor, et tout ce qui est dit devant et autres plusors chozes peut dire l’un et l’autre. Et selonc ce que chascun sera plus soutillement conseillé, se poent pozer ssur esgart et metre i retenaill.

Et je vous di que je ne oi onques esgart de teil choze, mes moult me semble fort, et grant perill y a se teil querele fust et il avenist que les .ii. fussent requerant en la presence de la court, disant les paroles devant dites, que le seignor peust recever les garens en maniere que il n’i eust tornes de bataille, puis que la querele et le profit et le damage n’est mie dou seignor, se ce est fait avant que court ait fait esgart que garentie seit fornie ne saissine faite.

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52