RIALFrI

Aldobrandino da Siena, Régime du corps, metà XIII sec.

Le régime du corps de maître Aldebrandin de Sienne. Texte français du XIII^{e} siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, Champion, 1911.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena

Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

 

XXVIII. DES LIEUS LI QUEL SONT SAIN POR DEMOURER ET MALVAIS

[1] Apriès ce ke dit vous avons, si vous aprenderons à conoistre les viles es queles il fait bain et sain demourer.

[2] Sachiés que totes les viles où gens demeurent, petit et grant, sont sainnes et enfermes selonc le diversité des lius où eles sont asises. [3] Car li liu où eles sont asises sont vers orient, ou vers septentrion, ou vers occident, ou vers miedi; ou li lius sera bas ou haut, ou en pierres, ou sor tere seche, ou ele sera en marès où il a assés ewe, et selonc le diversité de ces lius, ont les viles diverses natures par demorer. [4] Or vous dirons premierement de celes ki sont assisses vers oriant qu'eles cangent lor natures selonc les vens ki ventent et selonc ce qu'eles sont priés de le mer ou lonc <et> de montaignes.

[5] Et ausi par ces .iij. cases se diversefient celes de miedi, et d'occident, et de septentrion. [6] Car vous devés savoir que les viles ki sont vers orient eles sont plus temprees ke ne sont les autres, mais qu'eles soient couvertes de montaignes, si ke li vent d'occident ne de miedi ne puissent venter, car li vent qui [ne] ventent || devers le mer sont plus atempré des autres, et li airs <i> est boins, por ce que à la jornee que li solax se lieve fait lever .i. douc vent delié ki espurge l'air, et por ce, cil ki demeurent en cele partie doivent iestre plus sain, et plus legier, et plus sage.

[7] Les viles ki sont vers occident, <ki> sont avironnees de montaignes k'il n'i puet venter ke[le] li vens ki vient d'occident, si a l'air gros, et por ce, cil ki i demeurent ne sont mie si sain ke cil d'oriant, car li solaus ne puet l'air por se purté desechier; por ce, avient à chiaus ki i demeurent longes maladies, si com ydropisie, mal de saint Leu, emorroides, et fievres quartainnes et autres maladies assés; et ne sont mie sage, por le gros air et por les fumees ki tous jors i demeurent, ki ne se puent espurgier, ki lor emplist le cerviele. [8] Mais il sont blanc, et de bel visage, et ont le char mole; mais il n'ont pooir de longement travellier.

[9] Et les viles qui sont en septentrion sont froides por le mer et pour les vens || ki ventent, mais k'ele soient avironnees de montaignes devers miedi et couvertes devers septentrion, [k]il converoit qu'ele eussent le nature caude por le vent de miedi; et ausi devés entendre des autres [vens]. [10] Et les gens ki demeurent en cès viles ki sont en septentrion sunt sain, et fort, et grant, et de boine coleur por le caleur naturel qui est fors.

[11] Les viles qui sont asises devers miedi sont plus maladives por le mer et por les caus vens ki i vienent, et cil qui i demeurent sont petit, et noir, et mal acoustumé et envillissent moult tost, et ne sont mie de grant savoir.

[12] Apriès ce, devés savoir que les viles qui sont asises en haut lieu sont sainnes, por ce ke li airs espurge bien quant li vent ventent, et cil ki i demeurent vivent longement, et sont fort, et puent souffrir assés travals, et ces viles sont froides.

[13] Cheles ki sont es valees, si sont contraires à celes ki sont haut, car eles sont enfermes; et celes ki sont es valees où il a boue et marès et ||grant plenté d'arbres et d'ewes, ne sont mie sainnes, car cil ki i demeurent doivent avoir malvaise tieste, et malvaise veue, torsions et autres maladies ki par malvaises humeurs avienent.

[14] Cheles ki sont asises en plain en pieres, et n'i a riens de ces coses que nous vous avons noumees, sont froides et seches et por chou, ont eles natures contraires à celes ke nous vous avons nommees.

[15] Pour plus briefment dire, ki vieut les sainnes viles conoistre, regart le capitre de l'air, qu'il le sace bien conoistre, car selonc le boin air et le malvais, sont les viles sainnes et maladives.

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/rialfri/public_html/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 44