RIALFrI

Aldobrandino da Siena, Régime du corps, metà XIII s.

Le régime du corps de maître Aldebrandin de Sienne. Texte français du XIIIe siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, Champion, 1911.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

XLIII. CAPITELE DE FIGES


[1] Figes sont de diverses manieres, car eles sont verdes ou seches. [2] Les verdes sont caudes et moistes, mais de leur nature font le ventre enfler et engenrent grosses humeurs et font bien aler à cambre, especiaument quant l’escorce est ostee, et por le pau demourer el ventre, si nourrissent pau, mais eles n’en dounent mie si pau qu’eles n’en doignent plus que nus autres fruis, et, selonc l’en<ten>tion Galiien, celes qui sont verdes sont malvaises à l’estomac, mais eles sont boinnes por <d>estouper les voies du foie, et de le rate, et des rains.

[3] Figes <seches> sont caudes et seches ou premier degré, et, de leur nature, escaufent et dounent soif. [4] Et dounent assés de norrissement et sont convignables à l’estomac, et n’enflent pas le four||ciele si com font les verdes. [5] Et se c’est cose que li estomas soit plains de grosses et de malvaises humeurs, lors ne les fait pas boin user, por ce que les ventosité<s> et malvaises humeurs se convertissent mal, jasoit ce que por longement user aient tous jors grant abundance de pous engenrer.

[6] Mais qui les mangue quant li estomas n’est pas plains de malvaises humeurs, et eles se cuisent bien en l’estomac, si engenre boins sans, et espurge les malvaises humeurs du cors, et font bien oriner, et espurgent le pis, et eslargissent les voies du poumon, et por ce que on n’est pas sans ventosité, si doit on apriès user anich, ameos, gingembre, semence de fenoil, et autres coses por le ventosité oster.

[7] Et qui veut des figues que boins sans en soit engenrés, si les menguce avoec nois, avoec amandes, et valent miex à mengier devant mangier c’apriès, car lors ont eles nature plus d’alaschier le ventre. [8] Et comment c’on les use, vous devés savoir que les fighes sont plus convignables à nature d’omme que nus fruis. ||



 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52