RIALFrI

Marco Polo, Il Milione

Il manoscritto della Bibliothèque nationale de France Fr. 1116, I. Testo, a cura di Mario Eusebi, Roma-Padova, Antenore, 2010 («Biblioteca veneta. Poliana. Documenti per l'edizione integrale di Marco Polo», 1).

Edizione digitalizzata a cura di Mario Eusebi
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

XXIV

[1] Ci devise comant la grant cité de Baudach fu prise.
 

[2] Baudac est une grandissime cité, la u il est le calif de tous les saraïn dou monde, ausint come a Rome est le sciec de tous les cristiens dou monde. [3] Et por mi la cité passe un flum mout grant et por celu flum poit ben aler en la mer de Yndie, et hi alent et vienent les mercaant con lor mercandies. Et sachiés qe le flum est lonc de Baudac a la mer d’Endie bien .xviii. jornee, et les mercaans qe vuelent aler en Yndie vont por cel flum jusque a une cité qui a non Chisi, et d’iluec entrent en la mer de Yndie. [4] Et encore voç di ke sor cel flum entre Baudac et Chisi a une gran cité que a non Bascra, et tout environ la cité, por les bois, naisent les meior datal dou monde. [5] En Baudac se laborent de ma<n>tes faison de dras dorés et de soie: ce sunt nassit et nac et cremosi, et de deverses manieres laborés a bestes et ausiaus mout richemant. [6] Elle est la plus noble cité et la greingnor que soit en toit cele parties. [7] Et si sachiés voiramant qe au calif de Baudac se treuve le greingnor treçor d’or et d’argent et de peres presioses qe jamés se trevast, et vos dirai comant.

[8] Il fui voi<r> que entor .m.cc.lv. anç que Crist nasqui, le Grant Sire des Tartarç que Alau avoit a non, qe fu frere au Grant Sire que orendroit rengne, asenblé une grandisime host et vent sor Baudac et la prist a force: et ce fu bien gran cose, por ce que en Baudac avoit plus .cm. chevalers, senç les homes a pié. [9] Et quant il’oit prise, il trove au calif une tor toute plene d’or et d’argent e d’autre tesor, si que jamés non fu veue tant a une fois en un leu. [10] Quant il veoit cest grant teçor, il n’a grant mereveie e mande por le calif et fait il venir davant lui. [11] Puis li dit: «Calif, fait il, por coi avois tu amassé tant teçor? Que dovis tu fair? Or ne savois tu que je estoie ton nemi et que te{s} venoit sovre con si grant host por toi deserter? Quant tu ce savoie, por coi ne preïs tu ton tesor et l’aüst donés a chevalers et a soldaer por toi defendre et ta cité?». [12] Le calif ne li responde ren, por ce qu’il ne savoit qe deust dir. [13] Et adonc Alau li dist: «Calif, puis qe je voi qe tu ame tant le tesor, et je le te voi doner a mangere le tien meesme». [14] Adonc fist prendre le calif e fe lo metre en la tor dou tesor, et conmande que nulle couse li soit doné a manger ne a boir. [15] Et puis li dit: «Calif, or menue de tesor tant con tu voudras, puis qu’il te plait tant car jamés ne menuerai autre cose ke de cest tesor». [16] Aprés ce l’a laisé en la tore, la o il morut a chief de quatre jors. Et por ce seroit maus valut au calif qu’il aüsse doné son tesor a les homes por defendre sa tere et seç jens ke il fuse mors con toutes sez jens e deserités. [17] Et de cestui calif en avant ne oit puis calif.

[18] Or voç diron de Touris: et bien est il voir que je voç poroi ben avoir dit de lor fait et de lor costumes, mes, por ce ke seroit trop longaine matiere, voç ai abrivés mon dir; et por ce voç conteron autres couses grant et merveiose, si con voç pori oïr.