RIALFrI

Marco Polo, Il Milione

Il manoscritto della Bibliothèque nationale de France Fr. 1116, I. Testo, a cura di Mario Eusebi, Roma-Padova, Antenore, 2010 («Biblioteca veneta. Poliana. Documenti per l'edizione integrale di Marco Polo», 1).

Edizione digitale a cura di Mario Eusebi
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

 

 

CLXXIII

[1] Ci devise de la grant provence de Maabar.
 

[2] Quant l’en se part de l’isle de Silan et ala ver ponent entor .lx. miles, adonc treuve la grant provence de Maabar, que est apellé l’Inde greignor, e ce est la meillor Indie qe soit, et est de la tere ferme. [3] Et sachiés qe en ceste provence a .v. rois, que sunt freres carnaus, et voç en diviseron de cascun por soi. Et si sachiés tuit voiremant qe ceste provence est la plus noble e la plus riches qe soit au monde, e si voç en dirai la verité comant.

[4] Or sachiés qe de ceste chief de la provence reingne un de cesti freres, que a non Sender Bandi Devar, et en le sien rengne se treuvent les perles mout groses e bones e belles. Et voç dirai comant les perles se treuvent e se prennent.

[5] Or sachiés qe il ha en ceste mer un gouf, qui est entre l’isle e la terre ferme, et en tout ceste gouf ne a d’eive plus de .x. pas ou de .xii. et en tel leu hi a qe ne est plus de .ii. pas; et en ceste gouf se prenent les perles, e voç dirai comant. [6] Celz qe ce font il prenent les nes, e grant e petite, e vont en ceste gouf, ce est dou mois d’avril jusque a dimi may, en un leu qe s’apelle Bettalar, e vont en la mer .lx. miles et iluec gitent lor ancres; et il entrent puis en celes barches petites: e cesti le pes<c>ent com je voç dirai.

[7] Il est voir qe il sunt maint mercant et font plusors conpagnies, et acatent maintes homes a loier, ce est que il lor donent aitant por le mois d’avril jusque a dimi may, outant come la peisciere dure. [8] E les mercant en donent tel droit com je vos dirai. Il donent tot avant au roi la disme part. Encore en donent a celui que encante les peisonç qe ne faicent maus a les homes qe vont sout eive por trover les perles: a cestui en donent des .xx. le un; e ce sunt abraiamam qe encantent les peison, le jor solemant, car la noi{u}t ronpent il les encantam<en>t si qe les peison en puent faire d’elz a lor vo<l>unté. Et encore voç di qe cesti abraiamam encantent encore toutes bestes e tous osiaus e tous animaus. [9] Et quant les homes qe sunt en les petites barches, e qe ont les loiés des mercaant, isent de barches e vont sout l’eives, tel .iiii. pas et tel .v. jusque in .xii., e demorent soute come il plus puent, e quant il sunt au font de la mer, il treuvent laiens capere qe le ome apellent hostrige de mer, e en ceste ostrice se treuvent les perles groses e menues e de toutes faisonç, car les perles se treuvent en la charç de celz cappes. [10] Et en ceste mainere se pescent les perles, et ce sunt si grandismes quantités qe ce ne fait a conter, car sachiés qe de les perles che en ceste mer se treuvent s’espandent por tute lo monde, e si vos di qe le roi de ceste reigne en a grandisme droit e grandisme treçor.

[11] Or voç avon conté comant se treuvent les perles. E si vos di tout voiremant qe tantost qui est dimi mai ne i se trovent plus de cestes cappares, ce sunt celç la ou i se trovent les perles. E bien est il verité que loingn de ci entor de .iiic. miles se trouvent, e ce est de setembre jusque a dimi ottubre.

[12] E si vos di qe en toute ceste provence de Mabar ne a mester por taillier ne cuire dras por ce qe il <v>ont tuit nus de tous les tens de l’an, car je vos di qu’il ont tout tens tenpree, ce est qu’il ne ont ne frois ne chaut, e por ce vont toutes foies nus, for qe il se cuvrent lor nature do u<n> pou de drap tant solamant. Et ausi vaut le roi come les autres, for qu’il a autres couses, tel com je vos devisarai.

[13] Or sachiés por verité qe le roi vaut tout nu, sauve qe il covre sa nature do u<n> biaus dras et au cuel a tout environ un frejel les quel est tout plen de pieres presioses, ce sunt robin e çafin et esmaraut et autres qieres pieres, si qe ceste coler vaut bien un grandisme treçor. [14] Et encore li pent au col dou roi une corde de soie sotil que il dure tout devant un pas, et en ceste cordon a .ciiii. entre grosisme perles e belles e de rubinz qe mout sunt de grant vaillance. [15] Le porcoi hi a .ciiii. pieres en tel cordon, je vos dirai. Sachiés de voir qe celle .ciiii. pieres porte el por ce qe il convent qe chascun jor, le maitin et le soir, die .ciiii. orasion a le onor de seç ydres. Et ausi comande lor foi e lor mainere, et ensi le font les autres rois sien ancestres e laisent a cestui qe le deust faire. E ce est le porcoi le roi porte celles .ciiii. pieres a cuel. [16] Et encore voç di qe le roi porte encore en trois leus eu bras braciaus d’or tout{i} plenç de cherismes pieres et perles mout grouses e de grant vailance. Et encore sachiés qe ceste roi porte en les jambes, en trois leus ausint, braciaus d’or tout covert de tre chieres perles et pieres. Et aprés voç di encore qe ceste roi porte. . . † . . . belles perles et autres pieres, si qe mervoie est au veoir. [17] E qe voç en diroi? Sachiés tuit voiremant qe ceste rois porte tantes pieres e tantes perles qe bien vailent plus d’une bone cité, et ne est nul qui peust dir ne conter le grant e’ nonbre qe celz qe porte le roi vaillent. Et ce ne est pas mervoie se il en a tant qe je vos ai contés, por ce qe je vos di qe cels chieres pieres et perles se treuvent en son regne. [18] E si vos di un autre couse: qe nul omes ne puet traire de son reingne nulle pieres grosse et chiere ne nulle perles qe poise da dimi sajes en sus. Et bien est il voir qe le roi mande l’an por tout son reingne qe tuit celz qe ont belles perles et bones pieres le doient porter a la cort, e qu’il li fara doner deus tant qe il ni le coste. [19] E ce est le uxance dou reingne de doner lo double de ce qe costent toutes les bones pieres; e les mercaans e toutesles autres jens, quant il ont de celles bones pieres, le portent volunter a la cort por ce qe il sunt bien paiés. Or ce est la raison por coi ceste roi a tantes richesse et tantes chieres pieres.

[20] Or voç ai contés de ce; si voç conterai encore d’autres merveioses chouses.

[21] Or sachiés tuit voiremant qe ceste roi a bien .vc. femes, ce sunt muier, car je voç di qe tant tost{o} qe il voit une bielle dame o dameselle, si la vuelt por soi. Et si en fist une tel couse com je vos dirai. Sachiés qe ceste roi vit une mouto bielle. . . †. . . moilier . . . †. . .: si le la tolt et la tint por soi. E son frer, qe sajes estoit, le sofri e ne fist brie con elz.

[22] Et encore vos dirai de ceste roi une autre cousse qe bien fait a mervoiller. Je vos di qe ceste roi a sez feoilz aseç, et sunt en ceste mainer, car il sunt feoilz dou seingnor en ceste monde e le autre, selonc ce qe il dient; et vos en dirois de cest grant merveie en avant. [23] Cest feoilz servent le seingnors en la cort e chavauchent con le roi et ont grant segnorie entor lui e, launques vait le roi, cesti baronç li font conpagnie et ont mout grant segnorie en toute le reigne. [24] Et sachiés qe quant le roi se muert et son cors se art en grant feu, adonc tuit cesti baronç qe seç feoilz estoient, si com je vos ai dit de sovre, se getent in feu e s’ardent avec le roi por lor fer conpagnie en l’autre monde. [25] E encore voç di que en ceste regne ha une tel usançe, car, quant le roi se mort et i’ lase grant treçor, e le filz qe remaint ne en tocheroit por ren dou monde, car il dient: «Je ai tout le reingne de mon pere e toutes les jens, donc bien m’en puis je prochacer ausi com fist mon per». Et en ceste mainere ne tochent mie lor treçor les rois de ceste regne, mes les laisse le u<n> a l’autre, e chascun fait treçor, e por ceste achaison a mout grandisimes quantités de treçor ceste reingne.

[26] Et encore vos di qe en ceste reingne ne naisent chavalz, et por ce tout le treçor de la rende qu’il ont çascunç anç, ou la greingnor partie, se consume en achater chavalz, et voç dirai comant. [27] Sachiés tuit voirmant qe les merchant de Curmos e de Qisci et de Dufar et d’Escer e de Adan, ceste provence ont mout chavaus et destrer e d’autres chavaus, e les mercaant de ceste provences, ensi com je voç ai dit, achatent les bonç chavalz e les cargent es nes et les aportent a ceste roi et encore a sez freres, qe .iiii. rois sunt encore. Il vendent le un bien .vc. saje d’or, que vailent plus de .c. mars d’arjent. [28] E si vos di qe cesti roi en achate bien .iim. et plus cascun anz, e ses freres en acatent autretant; et a chief de l’an n’en ot nul .c.: tuit muorent elz, por ce qe il ne ont mareschaus ne ne li sevent costoir, mes se morent por male garde. E si voç di qe les merchaant, qe portent cesti chevaus a vendre, ne hi laisent aler ne ne i moinent nul marescaus, por ce q’il vuelt qe les chavaus se morent aseç a cesti rois.

[29] Et encore vos di qe en ceste roiame a encore un autre costume qe je vos dirai. Car, quant un ome a fait malefice qu’il doie morir e que le seingnor le {li} vole fare occire, adonc die celui qe doit estre ocis qu’il se vuelt occire il mesme por le onor e por l’amor de tiel ydules. [30] Le roi le dit, que ce vuel il bien, et adonc tous les parens e les amis de cestui qe se doit ocire le prenent et le metent sus une caiere et li donent bien .xii. coutiaus e le portent por toute la cité, e vont disant: «Ceste vailanç homes se vait occire il meesme por le amor de tel ydules!». [31] En tiel mainere com je voç di le portent por tute la cité. E quant il sunt venu en leu la o il se fait la justice, adonc celui qe doit morir prent un cortiaus et crie a aute vox: «Je m’ocie por le amor de tel ydules!». [32] Aprés qu’il a dit ceste parole, il se fiert dou coutiaus por mi le bras; puis prent un autre coutiaus e se fert en le autre bras; puis prent autre coutel e se fert por mi le ventre. [33] E che voç en diroie? El se done tant de cesti coutiaus qu’il s’ocit il meisme. E quant i se est ocis, seç parens ardent le cors a grant joie.

[34] Et encore voç di qe en cest roiames ha encore un autre costume: que quant un home est mors et son cors se fait ardo<i>r, sa feme se gette en feu mesme et se laise ardre avec son baron. Et ceste dame qe ce font sunt mout loés des je<n>s; e si voç di tout voiremant qe maintes dames font ce que je vos ai contés.

[35] Et encore vos di qe celes de cestes roiames aorent les ydres, et les plosors aorent le buef, por ce qe il dient qe le buef est mout bone chouse, ne nul n’en mengieroit dou bouef por rien dou monde ne nulz ne l’ociroit en nulle mainere. [36] Mes si vos di que i a une generasion d’omes que sunt apellé gavi: cesti menjuent bien cars de buef, mes non mie que il l’oiçent ocire, mes, quant aucu<n> buef se mort de sa mort{e} ou d’autre mort, adonc cesti que je voç ai contés les menuient. Et encore voç di qe il ongent toutes lor maisonz de l’osci dou buef.

[37] Et si vos di qu’il ont encore un autre costume, tel com je vos dirai. Car sachiés que le roi e les baronç e les autres jens seent sor la tere; et quant l’en le demandoit porcoi il ne sedent plus enhorablement, e cel distrent qe «seoir sus la terre est aseç honorable chouse por ce qe nos sumes de tere e a la tere dovon torner: et por ce ne poroit l’en trop honorer la tere ne nul ne la doit despresier».

[38] Et encore voç di qe cesti gavi, ce est tout lor generasion qe menuient la cars dou buef quant el se morut, sunt celz que lor ancest{e}re ocistrent meser sant Tomas le apostre jadis. [39] Et si vos di encore un autre couse: qe tout cest lengnajes, qe gavi sunt apellés, nulz ne poroit entrer eu leu la ou le cors de meser saint Tomas est, car sachiés qe .x. homes ne poroient tenir un de cesti gavi la ou le saint cors est ne; encore voç di, qe .xx. homes ou plus ne porént metre un de cesti gavi eu leu la ou le cors mesier saint Tomas est por ce qe le leu ne les reçoie por la vertu dou saint cors.

[40] En ceste reingne ne naist nulle bles for che ris solemant. Et encore voç di une greignor couse qe bien fait a conter. Car sachiés, se un grant destrier covrisse un grant destrier, il e<n> naist un petit cavaus qe a les piés tuit estors: il ne vailent rien ne ne se puet cavaucher.

[41] Encore vos di qe ceste jens vont en bataille cun lance et escu, e vont tuit nu, e ne sunt mie vailanz ne prodonmes, mes sunt vi{e}l jens e caitivi. Il ne occient nulle bestes ne nul animaus, mes, quant il vuelent mengier chars de monton ou d’aucune autre bestes ou oisiaus, il le font occir a saracin et autres jens qe ne sunt de lor loi ne de lor uçançe. [42] Et encore voç di qe il ont encore un tel costume: qe tuit, et masles et femes, se lavent chascun jors .ii. foies en eive tout lor cors, ce est le maitin et le soir, ne autremant ne mengierént ne boiverént jusque a tant qu’il ne fuissent lavés. E celui qe ne se lavest .ii. foies le jor est tenu come noç tenon les patarim. [43] E si voç di qe en ceste reingne se fait trop grant justicie de celz qe font homecidie et de celz qe enblent e de tous autres malefice. [44] E si vos di encore qe les plosors d’elç se gardent de boir vin, ne ne est receu a tesmongnie ne a nulle guarentise celui qe boit vin, ne celui qui vait por mer najant, car il dient que celui qui vait por mer est desperés e por ce ne le recevent ne ne vaut sa tesmognie. [45] Mes si sachiés qe il ne tienent a pechiés nule luxurie.

[46] Il hi est si grant calor qe ce est mervoie, et por ce vont nu. Il n’i a pluie for qe de jungn et de jungnet et d’aost, et, ce ne fust l’eive qe vient celz trois mois qe renfrescent les air, il hi seroit si grant chaut que nul i poroit escanper; mes por celle pluie ne ont si grant calor.

[47] Et encore voç di qe entr’aus a maint sajes d’une art qe s’apelle fiçonomie, ce est de conostre les homes e les femes, lor qualités, e ce sunt buen ou mauvés. E ce connoisent <com> il veent l’ome ou la feme. Il sevent mout qe senifie d’encontrer oisiaus ou bestes. Il gardent a agure plus qe homes dou monde et mout sevent quelz est buen ou mauvés, car je voç di qe quand un home ala en son chamin por aucune voie et il avint qe il oie qe aucun autre face estornu, se lui senbre que il soit buen por lui si vait avant sa voie, et se lui senble que ne soit buen por lui il se met tant tost a seoir e maintes foies s’en torne arieres. [48] Et encore voç di qe en ceste rengne, tantost qe l’enfant est nes, ou masles ou femes, qu’il soit le pere ou la mer, fait metre en script sa nativité, ce est qel jor est nes e de quel mois e de quel lune e quel ore. [49] E ce font por ce que il sont tuit foies con astroniqe et con endivins qe sevent mout de encantemant e d’art magiche et de jomansie. Et de tiel hi a, ensi com je voç ai dit, <que> sevent d’astronomie. [50] Et encore sachiés qe ceste rengne, et por tout Indie, ont toutes bestes et osiaus deviséç des nostres, for solemant un oisiaus, e ce est la quaie: ceste oisiaus san faile est senblable as nostres, mes toutes autres couses s<o>nt mout deversemant deviséç des nostres, car je voç di tout voiremant qe il ont le qief soris, ce sunt les oisiaus qe volent la nuit e qe ne ont poines ne plume: cesti tiel oisiaus <s>ont grant come un hostor. [51] Il ont hostor tuit noir come corbiaus et sunt d’aseç greingnor des nostres, et sunt bien volant e bien oselant. [52] Et si voç dirai un autre couse qe bien fait a conter: car sachiés qe il donent a lor chavaus a mangier chars cuite con ris et maintes autres couses cuites. [53] Et encore voç di qe il ont maint ydules en lor moister, masles et femes; a lles qelz ydules sunt maintes damoiseles ofertes en ceste mainere: car lor mer et lor pere le oferent a les ydules, a celz qe plus lor prestre. Et puis qe il les ont ofert, toues les foies qe li nonain do mostier de l’idres requirent celes damoiselles, qe sunt estés ofert a l’idres, q’elle veingnent au moistier por fer seulas a l’idres, tantost hi vie<ne>nt et carolent e font grant feste, e ce sunt grant quantités de damoiselles. [54] Et encore plusors foies la semaine et le moi celles damoiselles portent a mengier a lor ydres ou elle sunt oufertes; et vos di en quel mainere hi portent a mengiere e dient qe l’idre a mangié. [55] Je voç di qe ceste pucelles qe je vos ai dit, plusors aparoillirent bien da mangier, e cars et autre bones couses, e s’en vont a mostier a lor ydules et li mettent la table davant con tutes les viandes q’eles ont aportés et le hi laissent une grant pieces qe un grant baron poroit ave<i>r mangiés; adonc dient le dameselles qe le spirit de le ydres a menjué la sustance de la viande, e lor la preinent e le menjuent toute ensenble e <a> grant feste et a grant joie. Puis se torne chascus a sa maison. [56] Et ensi{e}nt font cestes dameseles jusque atant q’elle prenent baron. Et cestes tielz pucelles en hi a aseç por ceste reingne qe font toutes les couses qe je vos ai contés.

[57] Or nos avon contés de ceste reingne, grant partie de lor costumes e de lor usançe e de lor afer. Adonc nos en partiron et voç conteron avant dou autre roiames qui est apellés Mutifili.