RIALFrI

Volgarizzamento delle Lettere di Seneca, fra il 1308 e il 1310

Mario Eusebi, La più antica traduzione francese delle “Lettere morali” di Seneca e i suoi derivati, in «Romania», XCI (1970), pp. 1-47; ora anche in Id., Saggi di filologia romanza, a cura di Eugenio Burgio, Firenze, SISMEL Edizioni del Galluzzo, 2005, pp. 115-157.

Edizione delle lettere 38, 58, 62 e 114 secondo la lezione del manoscritto Parigi, Bibliothèque Nationale de France, fr. 12235.

Edizione digitalizzata e marcatura digitale a cura di Serena Modena

Permalink:

 

 

IV - 114


[1a] f. 117 a De mainte diverseté de vicieus parlement, et que li parlemens se forme selonc la qualité du corage de celui qui parle; ou il parle brievement encontre luxure.
 
Quare quibusdam temporibus et c. .CXIIII.
 

[1]  Tu me demandes pourquoi en aucuns tens fu trouvé corroute maniere de parler et comment li engins des homes soient enclinez a aucuns vices, si que aucune fois l’en parle hautement et clerement, aucune fois laschement et en guise de chançon; pourquoi aucune fois plurent a la gent les sentences hardies et merveilleuses, aucunefois les entreroutes et souspeçonneuses es queles plus convenoit entendre que ce que l’en y avoit oï; porquoi en aucun aage l’en usoit franchement la force de translation. [2]  L’achoison est ce que vos oés sovent de la gent dire qui est trouvé en proverbes as Griex: c’est a ssavoir, tele maniere de parler orent li home quele vie il menerent. [3]  Et si comme l’euvre de chascun est semblable au parlement, aussi est la maniere de parler: aucune fois elle suit les meurs communs, et [b] ensint la discipline du pueple est perdue et s’est donnee a delit. [4]  La lasciveté de parler est argumens de luxure commune, se elle se trueve non tant seulement en un ou en .II., mes se elle est aprouvee et receue de tous. [5]  L’enging ne puet avoir autre coleur que li corages. [6]  Se li crages est sains et ordenez, sages et amesurés, l’engin neis sera sobre et net; se li corages est corrout, l’enging neis sera entamés. [7]  Ne vois tu que se li corages languist, les membres s’en sentent et les piés se muevent pereceusement? [8]  S’il est mouls et feminins, que la lasceté pert neis en l’aleure? [9]  Se il est fors et fiers, l’aleure en devient plus aspre et plus isnele? [10]  Se il est forsené et courrouciez, qui a forsenerie resemble, que li mouvement du cors en est troublé et qu’il ne vait pas, ains est empains et deboutez? [11]  Ceste chose avient trop plus a l’enging qui tous est mellez au corage: de celui est il enformez, a celui obeist il, de celui prent il regle.

[12]  Il n’é mestier de raconter commment Mecenas vesqui, car c’est chose conneue: quele maniere il avoit en alant; comment il fu deliez; comment il desiroit de soi moustrer; comment il s’esforça de couvrir ses vices. [13]  Neis ses parlemens fu mouls et lasches aussi comme il meismes. [14]  Ses paroles ne furent si aornees comme ses paremens, comme sa mesnie, comme son ostel, comme sa fame? [15]  Il fu hons de grant enging, s’il l’eust mené par plus droite voie, s’il ne se fust esforciez de parler si obscurement que l’en ne le pooit entendre, s’il ne fust dissolus et lasches en son parler. [16]  Donques tu pourras veoir eloquence d’ome yvre envelopee et forvoiant et outrageuse et appartenant a home lasche et mol et qui toujours a la desceins: car comme il fust remés a Rome en lieu de Cesar, quant la gent venoient a lui pour aucune besogne, il le trouvoient desçaint; et quant il aloit parmi la vile, il couvroit sa teste de son mantel, les oreilles dehors tant seulement; ne onques por bruit ne por noise qui a Rome fust, ne por guerre, ne pour autre chose il ne se remua de ses delices; mil fois chasça sa fame et la reprist arriere. [17]  Un pris li fu donnez: que il estoit piteus et que il ne se delita en sanc espandre, ne ne moustra son pooir en nulle autre chose fors que en outrageus delit de son cors, et ce pris corrumpi il par sa diversse maniere de parler, car par ses dis il moustre que il fu molz, non pas piteus, et qu’il estoit aussi comme forsenez par trop grant beneurté, la quele chose aucune fois avient a l’ome par sa defaute, aucune fois par coupe du tens. [18]  Quant la beneurté espant largement la luxure et l’en se commence a polir et a acesmer plus diligiamment que l’en n’avoit acoustumé, lors commence l’en a croistre son hernois et ses ostils, et a maçonner outrageusement et a polir ses maisons de marbre outremarin et paintures de diversse manieres; aprés s’esforce l’en de doner a mengier largement pour estre de la gent loez, et de controuver novele maniere en servir, et de metre a table premierement les mes que l’en seult au derrenier mengier, et donner a l’issue ce que l’en soloit donner a l’entree. [20]  Car li corages est aüsez au dangier des choses acoustumees et les tient neis a vils et a ordes, lors vet il neis querant novele maniere de parler et aucune fois renouvele les mos anciens et desaüsés; aucune fois contrueve de soi choses nueves et non conneues, et tient l’en a bele et a polie chose qui novelement est translatee. [21]  Aucuns sont qui abregent leurs sentences et cuident que ce soit gracieuse chose le oeor proferir sens pendant et obscurir et metre en souspeçon; aucuns sont qui les detienent et estendent; aucuns sont qui ne s’aprochent jusqu’au vice, car ce estuet fere a ceuls qui ancune grant chose essaient de dire, mes il aiment le vice meisme. [22]  Et pour ce, a cuiconques tu verras plaisir parl[d]ement corrout, saches sans doute que illuec sont aussi les meurs corrompus. [23]  Si comme l’outrage du mengier et des vestemens segnefie corruption de discipline, tout aussi la vicieuse maniere de parler, qui souvent la hante, demonstre que li corages dont les paroles issent est deceus. [24]  Ne tu ne te dois pas merveillier que enssint li povres et li malvestu aiment les vices et les corruptions comme li riche et li noblement vestu, car entre euls n’a difference nulle fors quel es vestemens tant seulement. [25]  De ce te dois plus merveillier que non tant seulement que non tant seulement les homes vicieus sont loés, mes les vices meismes, car toujours fu ensint: l’enging de l’ome n’est loez se il n’a forfet d’aucune chose. [26]  Nomme moi quelque grant home que tu veuls, de quelque tens il ai testé; je te dirai de lui choses que la gent onques ne sot; je t’en dirai d’autre que la gent bien sot, mes elle se faint de non savoir le; je t’en mousterrai maint a cui li vice ne firent point domage; je t’en dirai maint a cui il firent grant profit. [27]  Je t’en dirai aucun de grant et de merveilleuse renomee que, qui le vousist corrigier, l’en li osterroit hors de toute remenbrance; car li vice sont si entremellés et pris as vertus que il les tirent a eus. [28]  Et ajouste a ce que le parler n’a point de regle: la coustume du puple, qui jamais n’est estable, tousjours le change et tourne. [29]  Pluseurs sont qui vont querant les mos du tens ancien et parlent des .XII. tables, es queles les lois romaines furent premierement escrites, et dient que il leur semble que Graccus et Cassius et Curio parlerent trop aornement, et veulent retourner as mos d’Appius et de Coruncanus, qui les lois premierement translaterent de gregiois en latin. [30]  Aucuns font le contraire, car il ne veulent nul mot oïr fors quel es usez et les acoustumés, si qu’il gastent et honnissent la maniere de parler. [31]  L’un et l’autre [118 a] est corrompus en diversse maniere, aussi comme s’il ne vousissent les mos biaus et bien sonans les quels li poete userent, et vosissent eschiver les choses necessaires et acoustumees. [32]  Je di que aussi peche l’un comme l’autre: li uns se polist outre mesure, li autres se despite et tient mains cure de soi qu’il ne deüst; cil se fet neis les jambes rere, cil autre ne se fet neis le poil et l’ordure desous les esseles oster.

[33]  Toz ces outrages, neis de parler comme des autres choses, vienent du corage, et pour ce le doit l’en curer: de lui issent les sentences et les mos; cil nos donne habit, ciere et aleure. [34]  Se il est sains et hetiez, li parler neis sera rustes et fort et corageus; s’il est dehetiez, toutes les autres choses s’en sentent. [35]  Li corages est nostre rois et nostre gouvernerres; tant com il dure en santé, les autres choses perseverent en leur offices et s’acordent et obeissent; tantost que cil cloche un pou, et il neis commencent a douter. [36]  Et quant il est vaincus des delis, ses ars et ses oevres neis porrissent, et quanque il font, font laschement et en languissant.

[37]  Et pour ce que je ai usé ceste semblance, je la parsivrai. [38]  Nos corages aucune fois est rois, aucune fois est tirans, ce est mauvés sire. [39]  Lors est il rois quant il regarde as honnestes choses et quant il pourchasse et procure la sauveté du cors qui a lui est commise et commandés, et ne li commande a fere nulle chose orde ne honteuse; mes quant il est orguelleus, couvoiteus et deliez, lors reçoit il mauvés num et cruel et devient tirant. [40]  Lors l’envahissent les mauvés desierriers, et au commencement s’esjoissent es vices si comme li pueple seult fere de la fole largesse du seignor; car ne tant soit des dons plains, si est il tousjours plains et prest a prendre en plus, et atise son seignour a folement donner. [41]  Et quant l’enfermeté plus et plus a les forces affeblies et les delis sont en[b]trés jusques es ners et es moeles, et il ne les puet plus user, car trop desireusement s’en est saoulés, si les reguarde il volentiers et se delite en reguarder les autres qui les usent et il en est tesmoins et atiserres. [42]  Et a joie et doleur ensement de ce que il ne puet tout parfoi user et hanter sa luxure si comme il soloit, et a grant angoisse que une grant partie de sa benëurté est finie par la defaute de ses membres qui sont afoiblis. [43]  Et n’est ce grant forsenerie que nus de nos ne pensse qu’il est mortel et qu’il est foibles et que il est un? [44]  Reguarde ces cuisines ou il a tant de jeus qui bruient entour ces feus et entour ces chaudieres: [45]  cuides tu que au seignor soit avis que ce soit un ventre a cui l’en apreste viande a si grant noise et a si grant tempeste? [46]  Reguarde nos celiers et nos greniers: [47]  cuidez tu que il se cuide avoir un ventre qui tant de vin tient enclos et enserré? [48]  Reguarde en quans lieus la terre se ere et fent: [49]  cuides tu que il se cuide avoir un ventre a cui il fet semer en Cecile et en Aufrique? [50]  Nous serons sains se nos desirons pou de choses, se chascun contera et esmera et amassera et amesurera son cors, et saura que il ne puet moult mengier ne longuement. [51]  Mes nule chose ne profitera tant a atemprance et a mesure de toutes les choses comme sovent pensser que nostre vie est courte et non certaine: que que tu faces, reguarde a ta mort.

 

 

 

 

 

 


Notice: Undefined offset: 1 in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 143

Notice: Undefined offset: 2 in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 143

Notice: Undefined offset: 3 in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 143

Notice: Undefined offset: 4 in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 144

Notice: Undefined offset: 4 in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 147

Notice: Undefined index: query in /home/francige/rialfri.eu/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 52