RIALFrI

Roman d'Alexandre (B), in versi (versione B)

The Medieval French Roman d'Alexadre, vol. I, Text of the Arsenal and Venice Versions, prepared with an introduction and a commentary by Milan S. La Du, Princeton, Princeton University Press, 1937; rist. New York, Kraus Reprint Corporation, 1965 («Elliott Monographs», 36), pp. 3-495. [pagine a destra].

Edizione digitalizzata a cura di Mirko Visentin

Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Versione del manoscritto Venezia, Museo Correr, 1493 (Versione B)

Permalink:

 

 

 

Incipit liber magni reyis Alexandri

 

1

 

Conte voil dire per rime e per leoine

Del fil Felipe le roi de Macedoine

E d'Alexandre que conquist Babiloine,

Perse et Afriçe, Baudac e Sydoine,

5

Jerlem. e la cité d'Escaloine,

E tot le mond mist en si grant engoine

Qui nel voloit servir de trestot son espoine

Nel defendi escuç ne iaume ne la broine,

Morir l'estut, ainz ne fu pris[e] essoine;

10

Ceste ystoire n'est mie d'Auberin li canoine.

 

2

 

Traite est de geste tote ceste chançon;

L'ystoire fu trovee droit en un dromon,

De la terre d'Egypte l'aporterent noon.

Un clers la fist c'om apelle Symon,

15

Contrescrist la par tel entention

Que ice sacent tuit civaler e baron

Ja nus n'ert ja esprovez enz en sa maison.

Honors conoistre n'est se proëce non;

Ja des recreanz n'oirez bone chançon.

 

3

 

20

Quand Alix., li filz Felipes, fu nez,

Par mout grand signes fu li rois demostrez:

Li ciels mua totes ses qualitez,

Li soloil e la lune perdirent ses clartez,

Li jors meesmes torna en escurtez,

25

Croloit la terre si trembloit de toz lez,

En mer profunde fu grans la tempestez.

Li rois Felipes fu mout espoantez

De cel enfant que si fu demostrez.

Ce senefie que il ert mout senez

30

E que li enfes conquerra maint regnez,

Les amirauz e totes les citez.

 

4

 

Quand Alix. nasqui en icel jor

O lui nasquirent .xxx. fil de contor

De Macedoine, de filz de vavasor;

35

Cil enfanz furent de la lé lor seignor.

E[n] mantes terres li conquistrent honor,

Tuit li servirent de gré e per amor,

Par lui sofrirent faim e sei e dolor

En Babiloine et en Inde maior,

40

En l'aspra terre et en la superior

Ou li serpent li firent la paor;

Mainz maus i traistrent de sei per la chalor.

 

5

 

Li rois Felipes ot cel enfant mout chier,

D'un de ses druz li a fait nutricier.

45

Olimpias en pria, sa mulier,

Malvaise feme qu'ele nel laist bailer.

Li petiz enfes avoit le cuer si fier

Que lait de feme ne degnoit alatier

Ne la viande desor son doi mangier.

50

Une pulcelle, file d'un chivaler,

L'estovoit paistre d'un orine cullier;

Trastoz li mondes s'en peüst merveiller.

 

6

 

Li enfes crut de cors e d'esciant

Plus en .viii. anz qu'autres enfes en çant;

55

Quant que il voit e quant que il ot aprant.

Losengeors ne prise il niant

Ne sa parole plus que trespas de vant;

Chivaler aime e honore formant,

Quant que il a tot lor met en presant.

60

Tant per est larges ne prise or ni argant,

E quant que il a tot done a sa gant,

As chivalers quil servent a talant.

 

7

 

Li rois Felipes quist a l'enfant dotors:

De tote Greçe eslut li .vii. meillors.

65

Cil li apristrent des estoiles les cors,

Del firmament les sovrans raisons,

Les set planetes e les signes auçors

E les .vii. ars e toz les set auctors,

De nigromançe e d'enchanter les flors,

70

D'escas, de tables, d'esparviers e d'astors,

Parler a dames cortoisement d'amors,

De jugemant sormonter jugeors,

Bastir arguait por prendre robeors.

 

8

 

Quant li .vii. maistre l'orent apris forment,

75

Un en i ot de greignor escïent,

Sor toz les autres sot cil d'enchantement;

Neptenabus ot nom par escïent.

Per lo reiaume lo disoient la gent

Que Alix. ert ses filz voirement;

80

Plusors lo distrent, mai[s] je n'en croi nïent,

Car pois l'ocist mout engososement,

Desor un mur l'enpeint el fondement;

Pois l'en pesa, si'n ot le cuer dolent.

 

9

 

Tant crut li enfes que il ot .xij. anz passez.

85

Un jor s'aloit desduiant par un prez

Soz lo palais de sa reiaul citez.

O lui istoient .v. cent donçel jostez;

Dans Festions i ere e Tolomez,

E cil dui erent ses druz e ses privez.

90

Honir oïrent un chival encartrez,

Cuida oïr lions enchaenez.

Ses druz apelle si lor a demandez

Que ce poit estre, ne li soit pas celez.

 

10

 

Dans Tolomez parla primeirement:

95

"Sire, dist il, nel vos celerai nïent,

Fols soie je si or je vos en ment.

C'est un chivals que manjue la gent,

Des merescalc a mangié plus de cent,

E cort plus tost que aleine de vent.

100

Ni a soing d'avoine, d'orge ni de forment,

Pan coit manjue e boit vin e piment."

Ot l'Alix., desrenge e desent;

Iluec demonstra son primier ardiment.

 

11

 

Dist Tolomeu: "Sire, oiez ma raison.

105

D'un buen chival poëz oïr le nom

Que plus est fiers que tygre ni lyon,

Grand a la gole, des denz semble dragon.

Li rois Felipes, quand puet prendre lairon,

Il ne li fait autre destrucion,

110

Mais au chival li done a livrason;

Il l'a plus tost lancié en son goitron

Que doçe loups n'avroient un mouton.

Quil do[n]tera reis ert sens contençon."

 

12

 

"Per ma foi, sire, mout est fiers li chivals,

115

Anc en cest(e) siegle non fu mais un artals.

En une cartre lo tient ton pere enclaus,

Vers lui non osse habiter senescals;

Toz les ocit e les bons e les mals.

Se çinc çent homes i avoit o tinals,

120

Ne li doteroit il plus que il faroit un gals."

Ot l'Alix., desrenge com un fals,

Demonstrer volt com il sera vasals.

 

13

 

Quant a la cartre anceis pot pervenir,

Il ne trova qui li us ossast ovrir;

125

Fiert a un mail, les coins en fait saillir.

Les piez devant començe a fletir,

Basse le chief, signe fait de servir.

 

14

 

Quant Bucifalc vit venir son segnor,

Baisse lo chief, signe li fait d'amor;

130

Et Alix. la saisist par vigor,

Un frein li mist que fu de gran valor,

Saut sor son dos e si eist de la tor,

Dreit el palais en vient a l'aumantor,

Desfublez fu et ot gente color.

135

Contre lui eissent e dux e vavasor,

N'en i ot un qui n'eüst grant paor;

De Bucifalc lor vint si grant freor

Li plus ardiz vousist estre en un for.

 

15

 

Dedesor lui est sailiz li vassals,

140

Sor les degrez est montez Bucifals;

Fiers est li sires e plus fiers li chivals.

Per mei la sale tresvola com un fals,

Peçoie tables e deromp caminals.

Cil chivaliers deguerpirent lor estals,

145

Tuit li plusor fuient a lor ostals,

Ce lor est vis cent anz durast li mals.

Li reis Felipe cria ses senescals

Qui lo defendent o fust et ot tinals.

 

16

 

Quant Alix. vit le roi Felipon

150

En tel paor et en tel sospecion

Que de la sale fuïrent li baron

Ne ne sot un remandre en la maison,

Del fier chival descent sor un peron;

Per un frein d'or lo rent a Festion,

155

Quel reis Felis si l'ot de Salamon.

Cil lo crement plus que tygre ni lion;

N'est pas merveille, car il sembla dragon.

Lo fil lo pere en vait metre a rason,

Ne lasera ne li demant un don.

 

17

 

160

Quant Alix. vint a son pere al deis,

Primiers li dist: "Saus sïez! sire reis.

Assez sui fors e jovenz e freis;

Volez que soie canoines o borgeis?

Adobez moi a guise de Greçeis,

165

Vestre reiaume metrai tot en defeis;

O cel emprés conquerrai trente treis."

Respont lo pere: "Dit avez que corteis,

De mon empire serez ancore reis."

 

18

 

Quant la novele vint a la reïne,

170

Que se seoit devant sa cortine,

Ensemble lui une noble mescline

Que d'un fil d'or leganolot sa crine,

Ela afubla un mantelet hermine;

Mout tost s'en ist de la sale perine.

175

Quant vit son fil, cortoisement l'encline,

Aprés li fu mout procaine vecine,

De lui baiser en la boce ne fine.

 

19

 

Quant l'ot basié et acollé assez,

"Bels fils, dist ele, bon ore fustes vos nez.

180

Per vos sera li bons chivals do[n]tez,

Vestre doit estre per dreit, se vos volez;

Ce senefie per vos fait il assez.

Per vos ert bien le regne governez.

Quinçe ainz avez e quatre mois passez,

185

Bien est e droiz que soiez adobez.

Des ores deivent parir vostre bontez."

Respont li enfes: "Dama, merci e grez."

 

20

 

Li reis Felip, qui ne fu mie lent,

A la raïne parla primerement:

190

"De vos, dist il, viegnent le vestiment,

Da moi vendront li autre garniment.

Vestre fil faites bagner astivement,

E ses donsels se baignent ausiment;

Par soe amor en adoberai cent."

195

Quant l'ot li enfes, mout grant merci l'en rent,

Aprés l'encline del chief parfondement.

 

21

 

Quant la raine oï li roi parler,

Cort a sa chambre, les dras fait aporter.

Per la cité fait as doncels mander

200

Que bagnier s'ailent la jus au port de mer.

Li reis lor a les chivals fait mener,

Per tot l'arneis lor a fait aprester.

Et ele fait les meschines mander,

Les vestiment lor a fait aporter.

205

Li donçel saillent, qui erent en la mer,

N'i a celui que atendist son per.

 

22

 

Se la fussiez el pré sor la marine,

Pres del degré de la sale marbrine,

La veïssez tant peliçon hermine,

210

Tant bel blïaut e tante pel martirine,

Tant jovençel e tante bele meschine!

Olimpias i estoit, la reïne,

D'un vert samit vestu en escarpine,

Environ lei tendue une cortine

215

Que plus est clere que cristal ne verine;

Ce isteit fait por oster la caline.

 

23

 

Se la fussiez sor la marine el pré,

Desoz la sale, tres al pié del degré,

La veïssez tant destrer enselé,

220

Tant frein a or e tant elme gemé,

Tant bon auberg e tant escu borclé,

Tant bon espié e tant brant açeré,

Tant esperon d'or roge nïelé,

Tant bon petral e tant estref doré!

225

Tuit cil estruit i erent asemblé

As çovençels qui erent adobé,

Les plus esliz de la cristinité.

 

24

 

Quant li donçel sunt issu de la mer,

Lor dras lor fait la raïne aporter,

230

As chivalers les comande a doner.

Cil les saisissent senz negun demorer,

Caschuns en prent per son cors correer;

Ela meesme vait son fil atorner.

Li reis lor a les chivals fait mener,

235

De bones armes les a fait adober.

As banier lor fait aprés crïer,

Que la quintaine ne volt pas oblïer,

Et Alix. i ferra come ber.

 

25

 

Quant Alix. fu bagniez o ses druz,

240

A une part s'en est tornez toz nuz.

Uns cambarlens lor vient li saut menuz;

Brages lor portee causons bien coisuz,

Cauces de paile e solers bien aguz.

Dans Tolomeu li est devant venuz,

245

E Festions, qui s'en est irascuz.

"Sire, dist il, per quoi n'estes vestuz?

De la quintaine sunt ja li peus feruz,

Mien escïent ja ferront es escuz."

 

26

 

Et Alix. demande sa chamise

250

E la raïne la li a el dos mise.

Ele ne fu cosie ne reprise,

Ovree fu sor l'aive de Tamise,

Por aute mer fu portee en Frise

Al rei Felipe, cui ele fu tramise.

255

Or l'a li enfes cui ele fu promise,

Ne peüst estre en nul leuz mielz asise.

Qui l'a vestue ja sa char n'ert malmise,

Ne de luxurie ne sera trop esprise.

 

27

 

Sor la chamise ot vestu un blïaut;

260

Qui vout voire dire, plus de cent livras vaut,

Car quatre fees lo firent en un gaut

Soz Babiloine, el poi de Mont Rigaut.

Un encantere c'om apelle Rambaut

Por grant engin fist avoir cist blïaut

265

Per un oisel c'om apelle grifaut.

Qui l'a vestu ni a trop freit ni trop caut.

 

28

 

Desus vesti un peliçon hermine,

El dos li mist meesme la reïne.

Les gules furent d'une beste marine

270

Que fu trovee el lac Sainte Crestine;

Pantere a nom, e luist plus que verine

Ni que jagonçe ni que peire sardine,

La gole ot roge e tote la petrine;

Das c'om la voit tote voie l'encline.

275

Qui l'a sor soi si a tel medicine

Ja ni avra pel canu dedenz sa crine.

 

29

 

Pois li afibla un mantel marterin

Que fu covert d'un paile costantin;

C'est un chiers dras, brostiés fu a or fin.

280

Li rois Felip l'ot d'un viel Sarraçin

Que il ocist al poi de Mont Taurin;

Bien vaut cent livres de fin or arabin.

E la roïne lo traist de son escrin,

Son fil la done, al noble meschin.

285

Hom qui la porte ja ni avra mal de vin,

Tant n'en soit boire al soir ne al maitin.

 

30

 

Olympias li a cent un baldrei,

Ja chivalers qui l'ait environ sei

N'ert abatuz ni honiz en tornei.

290

Pois li a mis un tel anel en dei,

Si com reconte cil cui je bien crei,

Cil qui lo porta ja ni avra trop grant sei.

Monta li enfes sor un blanc palafrei,

E la reïne le conduist jusqu'al rei.

 

31

 

295

Quant el palais est li enfes venuz,

Del palefroi est a pié descenduz.

Toz li barnages contra lui est venuz,

Plus de cinc cent en i ot des chenuz

Et autretant de jovençel crenuz;

300

N'i a celui ni li die saluz.

"Reial! s'escrïent, nostre sire est venuz."

Et Alix. s'en est mout irascuz,

Damedeu jure e le ses vertuz:

"Qui reis m'apelle ja ni ert mais mes druz."

 

32

 

305

"Seignor, dist il, por quoi m'apellez rei,

Car anc de terre ne ai neïs plein dei?

Mais j'en avrai, se vif, si com je crei,

Se Deus garist cist donçels que ci vei.

Il me seront, ce cuit, de bone fei,

310

Je lor serai ce que estre lor dei."

Quant ot ce dit, si s'aproça del rei,

Et il lo baise et assist joste sei.

Rement vervorra la noissa e l'esfrei.

 

33

 

Parla li rois la ou erent li baron,

315

Li rois Felip mist son fil a rason:

"Biaus fil, dist il, mout as clere façon,

Bien te covient cil hermin peliçon.

Haï! quai honte de la subjection

Que t'estoit faire vers Daires li felon!"

320

Dist Alix.: "M'a il en prison?

Ja ne porte je lance ni confanon

Se no li trençe lo chief soz lo menton;

Donc pora l'en dire que no vail un boton."

Dist li barnage: "Cist a cuer de lion."

 

34

 

325

Quant per la sale se furent tuit teü,

Et Alix. a a li rei respondu:

"Pere, dist il, ne parlez del treü,

Recreant furent tuit cil qui l'ont rendu.

Ja ne porte je ni lançe ni escu

330

Se ja mais Daires'n a lo pris d'un festu.

Per sol ice que il l'a tant tenu,

Li trençerai lo chief desor le bu."

Dist li barnages: "Deus t'en doint vertu!"

 

35

 

Fortment s'escrïent li petit e li grant:

335

"Droiz emperere, per quoi demorez tant?

Donez a vestre fil armes a son talant;

Ne volons mais quel tegniez per enfant.

Adobez il tost et astivamant,

Se vos nel fait, devenrons sei comant,

340

De lui farons e seignor e garant,

Toi guerpirons come rei recreant;

Tes losengers que te vont delaiant

Entre en une cartre metrons les cols avant."

Quant l'ot le rei, dreice sei en estant.

 

36

 

345

Quant vit li reis sa masnia privee

Por Alix. marrie e troblee

De sa armaüre qui tant est demoree,

Passa avant, vait li ceindre la spee

Qui fu forgee outre la mer betee.

350

Une reïne qu'ot nom Pantesilee,

Que en bataille en soloit estre armee,

La li tramist par une soe fee.

Sot el ciel n'a home, se en reçoit colee,

Por negun home que ja meis soit sanee.

 

37

 

355

Hauberg li done o enterine maille,

De l'or d'Arabie fu tote la ventaille;

Enprés lui sunt tuit li autre coraille,

Anc ne fu hom por cui il feïst faille.

Pois li presente iaume de Cornuaille.

360

Li reis Artus l'ot maint jors en bataille.

Puis qu'il l'avra lacié sor la ventaille

Ne poit caloir qui fere ne qui faille.

Cuverz estoit d'une sire toaille,

Li reis Felip a son chier fil le baille.

 

38

 

365

Escu li done de coste de poisson,

La guinche en est a orfreis environ.

Tres en mé leu ot escrit un lion,

Ce senefie la fierté del baron.

Il fu jadis al fortisme Sanson,

370

Si fu tramist al fort rei Felipon.

Anc en cest siegle n'en vit nus hom si bon,

Quant arma i fiert resalt come bolçon.

 

39

 

Espié li done li reis Felip aprés,

Un febles hom i eüs't tot son fes.

375

La haste fu d'un quarter de ciprés;

Li fer en fist un fevre au rei Sersés,

Ja Deus nel voille que il forge ja mes;

Soz ciel ni a home, s'en est feruz d'eslés,

Sempres ne moire ainz que il soit confés.

380

Li reis Felipes e li Macedonés

Cil lo tollirent per force au rei Cersés

En la bataille soz la cité de Röés.

 

40

 

Quant Alix. fu de tot adobez,

Dos esperons a en son piez fermez;

385

Li reis suen pere les li avoit donez,

De fin or furent, a esmaus neelez.

Anc chivaliers ne fu plus bel armez,

Poëz savoir que bien fu conreez.

 

Devant lui fu Bucifalc amenez,

390

Chief ot bien fait, oreilles e costez;

Li estrief furent de fin or neelez,

Crope reonde e fu bien ensellez,

Fors sol les renges tot li frens fu dorez,

E li petraus fu mout menu cloëz

395

E li panels fu de paile envolsez.

Per grant vertu est li donçel montez,

Cort par les rues come faus abrivez,

Grant aleüre en est venuz es prez.

Toz li barnages en est pres lui alez.

 

41

 

400

Quant de la cité est li enfes issuz,

De la quintaine sunt ja li pez feruz,

Mon escïent ja feriront els escuz.

Point Bucifalc, qui fait les saut menuz;

Quant l'ot brocié des esperons aguz,

405

Baisse la lançe, fiert per mei les escuz,

Toz tres los a peciez e derompuz,

Brise les borcles e les peus e les fuz,

Per grant vertu s'en est outre corruz.

Dist li barnages: "Daires ert bien vencuz,

410

Por cestui ert aquitez li treüz."

 

42

 

Quant Alix. fu outra trespassez,

Bucifalc broçe e point par mei les prez;

Fait un eslais dont sor toz fu loëz,

Pois descendi soz la sale es degrez.

415

Da maintes dames fu li jor esgardez;

Dist l'une a l'autre: "Veez com est acesmez!

Se en un lit nos avoit Deus jostez,

Mal ait mes cuers se ja li ert veez!"

 

43

 

Li donçels est descendu al degré,

420

De totes part li sont avironé.

A Festion a son chival livré,

De bones armes a son cors desarmé,

Sor ses espales ot un mantel gité,

Por la main prist un suen dru Tolomé,

425

Sus en la sale sunt ambidui monté.

Li reis lor ot lo mangier apresté,

Poëz savoir qu'en i ot a planté;

Li banier crïent aiga por la cité.

 

44

 

Per la cité vont criant li banier

430

As chivalers que tuit ailent mangier.

Il i vont tuit, ne s'en font pas prïer;

Quant sunt lavé, vont lor mains essuier.

Li reis Felipe assist son fil premier

Outra les deis, tres devant sa muiler;

435

Ce est sa mere qui sor tot l'avoit chier,

Tant fort l'avise des oils ne poit ceillier.

Li reis manjue e tuit ses chivalier;

Quant ont mangié, ec vos un messager.

 

45

 

Quant ont mangié, li reis fist napes traire.

440

Ec vos un mes de la cité de Cesaire,

De Nicholas qui concorda al rei Daire,

E si li mande que guerre li vorra faire.

Quant Alix. a oï le contraire,

Mout fierement en regarda son paire

445

Et en aprés l'en a dit son viaire:

"Peire, dist il, donez moi cest afaire,

Ja Deu ne place que je voie ma maire

Se no l'oci e pendrai come laire."

 

46

 

Li reis Felip est levez dal mangier,

450

Cortoisement a dit al messager:

"Amis, dist il, pensez de l'esploiter,

A Nicholas voudrai per vos noncier

Que Alix. li voudrai envoier;

Anc non reçut plus aspre soudaier.

455

Ensemble o lui iront mil chivaler,

N'i avra cel n'ait armes e destrier.

Se il de lui ne mi poënt vengier,

Ja mais vers moi n'en ost un reparier."

 

47

 

Li reis Felip a oï li message.

460

"Biaus fil, dist il, as oï cest outrage

De Nicholas qui tant est plein de rage?

Mout petit prise e toi e ton lignage.

Tu iras lai si menras mon barnage

E mostreras illec ton vassallage."

465

Et Alix. l'en a dit son corage:

"Por icel Deu que me fist a sa ymage

Nel defendra li escuz ni la targe

Que de son cors ne li face domage."

 

48

 

Alix. meesme fu de cel ost baniers;

470

Saut sor la table com hom qui est legiers,

Neguns lions ni fu unques plus fiers,

Cortoisemant semons ses chivaliers:

"Seignor, dist il, dites as escuiers

Que tost vos aillent amener voz destriers.

475

Des or parra qui ert bons chivaliers,

En la bataille ferra trastoz primiers."

Tuit li respondent: "Nos irons volentiers."

 

49

 

Se la fussiez as issir des degrez,

Mout la veïssez de nevriez costez.

480

L'uns enpeint l'autre com home forsenez,

Plus en i ot de .xiiii. crevez;

L'uns voloit estre davant l'autre es prez.

A dos cens mille les a li reis esmez,

A son chier fil lé a toz comandez.

485

Et Alix., quant les vit adunez,

Les grailes sonent qui ont d'or adobez;

Pois lor a dit: "Franc chivaler, montez."

 

50

 

Li escuier se metent en l'estree,

N'i a celui qui n'ait lance levee;

490

De bones armes luist tote la contree,

Des escuiers i ot a grant plantee.

Et Alix. vait aprés la valee,

Environ lui sa masnie privee.

Quant vint la nuit, c'orent fait lor jornee,

495

Soz Mont Taurin albergerent en la pree.

A Festion l'esquargaite a livree,

Il la fist bien jusqu'a la maitinee,

Que li soloil abati la rosee.

 

51

 

La nuit se jurent es prez soz Montaurin,

500

A l'auba clere se mistrent el chemin.

Li jor encontrent un gentil pelerin,

Semblant avoit de noble meschin,

Mout sembloit proz e home de franc lin.

Blïaut avoit d'un paile costantin,

505

Sor ses espailes gisoient ses blons crin,

En sa main portoit un baston pomerin.

Quant Alix. lo vit le chief enclin,

Bien le conut que il ert de franc lin;

A une part lo trait fors del chemin.

 

52

 

510

Dist Alix.: "Dont estes vos, amis?"

"Per ma foi, sire, de la cité de Tis,

Nief le roi Daire, mout fu ja ses amis.

Mesavint moi d'un suen dru que ocis;

Se ne fuïsse(s), pas or ne fusse vis.

515

Querent aloie un de ses enemis

Que face aïe a gaster son païs;

Men escïentre ce est li reis Felips,

Por un treü qui toz tens li a quis.

Sel pois trover, mieldres'n ert li estris."

 

53

 

520

Dist Alix.: "Amis, com avez nom?"

"Per ma foi, sire, l'om m'apelle Sanson,

Niés le roi Daire, del miels de sa maison.

Mesavint moi que ocis un felon

Que de mon pere avoit fait traïson.

525

Fuiant m'en voi droit al rei Felipon;

Il a un fil qu'Alix. ot nom,

Plusors me dïent que il a cuer de lion.

Se me pois metre en sa subjection,

Vers le roi Daire movrai grant contençon."

 

54

 

530

Dist Alix.: "Mout estes pros e vassals,

Mais en quel leu fu ersoir tes ostals?"

"Per ma foi, sire, en la cité Nicholas;

Moi alberja un de ses senescals.

Quant vint al jor, que menuisait li gals,

535

Per la cité oï les merescals

Que comandoient enseller lor chivals.

Tote la gelde s'en vont as chasals,

Fors de la cité en vi toz plens li vals;

Mien escïentre vos alez encontr'als."

 

55

 

540

Dist Alix.: "Amis, ont il grant gent?"

"Per ma foi, sire, grant l'ont il voirement.

Je ne sai mie li numbre a escïent,

Mais bailez moi un buen chival corrent

Et unes armes qui soient avinent,

545

Jels asmerai, car je nels aim nïent;

Se leus en est, ferrai voirement.

Ainc Nicholas nen garda serament,

Il est traïtes, foi mentient ausciement,

Vers lui voudrai mostrer mon ardiment."

 

56

 

550

Dans Alix. li done tel destrier

Fors Bucifalc n'en avoit un plus chier,

E totes les armes qui font a chivalier.

Il giete a terre lo baston de pomier

Si prist les armes e saut sor le destrier.

555

Quant il fu sus, bien semble chivalier,

Gent ot le cors e lo viaire fier.

Dist Alix.: "De vos faiz messager,

Mais ainz vos voil por creence baiser."

Respont Sanson: "Conostrai vos premier."

 

57

 

560

Dist Alix.: "Mout est corteis, Sanson,

Ja mais vers toi non celerai mon nom:

C'est Alix., fil le roi Felipon.

A Nicholas voil rendre gueerdon

Del rei mon pere qu'a guarpi sanz raison.

565

A lui en irez e vos e Festion,

Des ores voil que soiez compaignon.

Ce me diras a Nicholas, Sanson,

Que n'est pas bien que morent taint baron;

Par nos dos cors en seit la contençon,

570

Car je l'apel repris de traïson,

Per foi mentire, perjurés e felon.

Malvaisement s'est partiz del baron,

Del rei mon pere, cui ere liges hom."

 

58

 

Li proz Sanson, quant il l'oï parler,

575

Donc ne se pot atenir de plorer.

"Deus reis, fait il, tu pois je adorer,

De mon seignor que ci m'as fait trover."

Descent a terre del correor destrer,

Al pié lo prent e baise li lo solier;

580

Et Alix., quil vout bien honorer,

Descent a pié e fist que gentil ber.

Qui les veïst baser et acoller

De franc vaslez li peüst remembrer.

 

59

 

Quant l'ont assez bassié et acollé,

585

Pois jont ses mains, a lui s'est comandé;

Et Alix. l'en a sus relevé.

Pois apelle Festion son privé,

Por la main destre l'a a Sanson livré.

"Alez, fait il, la ou je ai devisé,

590

Al criator soiez vos commandé."

Li dui donçel es destriers sont monté,

Tant chivalcerent qu'il virent la cité.

 

60

 

Quant a la cité sont li donçels venu,

L'ost Nicholas virent toz fors eissu,

595

E suen gran tref en mé lo pré tendu.

Davant son piz mist çascun son escu,

Les espiez baissent e movent par vertu,

Por mei toz l'ost en sont al rei venu.

Davant son tref, ou estoient si dru,

600

Li messager sont a pié descendu.

Sanson parla, Festion s'est teü;

Lo senescalc son oste a coneü.

 

61

 

Li senescalc conut bien le meschin

E dist al rei sempre en son latin:

605

"Per ma fei, sire, ci voi un pelerin

Qui but ersoir a ma cope d'or fin,

E li donai e pan e car e vin;

De mon hostal leva hui maitin.

Jel conois bien al paile costantin

610

Et al bel chief ou pendent cil bloi crin.

Il a cangié son baston pomerin,

Mon escïent, por cel espié frasserin.

Qui quel soit, bien semble de franc lin,

Chivaliers est pros e sages sences fin;

615

Mieldres de lui ne but aiga ne vin."

 

62

 

Li pro Sanson conut le senescal.

"Sire, dist il, Deus te gart de tot mal.

Ersoir mangai o toi a ton graal

E hui maitin eissi de ton hostal.

620

Outre cel bois une leue en un val,

La encontrai un nobile vassal:

C'est Alix., qui me dona cest chival,

Il n'a meillor fors li suen Bucifal.

Se Nicholas li voit tenir estal,

625

Bataille'n ert antre il dos por engal."

 

63

 

Quant Nicholas oï la raison,

"Amis, dist il, qui es o cum as nom?"

"Per ma fei, sire, l'en m'apelle Sanson,

Nief sui rei Daire, des mielz de sa maison,

630

Qui m'a chacié por malvaise achaison.

Or me su pris a un noble baron,

C'est Alix., fil le rei Felipon.

Per moi te mande e per mon compagnon

De la bataille soit en ta election,

635

Gent contra gent o ton cors contral son."

Li rei respont: "En toi a bon guiton,

Pro e corteis e de belle façon."

 

64

 

"Por Deu, Sanson, trop par estes janglere.

Per ma cité passas ier come leire;

640

Bien te conois, soer Daire fu ta mere,

Trenta citez vi tenir a ton pere,

E fu mes oncles e je fil de son frere;

Miens cosins es, sim deis estre aïdere.

Et Alix. est fils d'un enchantere;

645

Guerpiz l'avoltre, filz est de puta mere.

Pas ti farai a Daire l'enperere,

Tot ti rendra quant que anc tint tes pere

E t'amera ausiment coma frere."

Respont Sanson: "Mout par estes cornere."

 

65

 

650

"Por Deu, danz rei, mout avez dit grant faile,

Vestre conseil ne pris une meaile.

Il n'est pas bien que a mon seignor faile,

Por dreit nïent querroie desevraile.

Mais faites traire en sus ceste rascaile,

655

Per vos dos cors seit faite la bataile,

Il est toz prest que vestre cors assaile."

Respont li reis: "N'est pas bien que l'en faile.

Se Alix. fiert o moi en bataile,

Nel defendra l'escuz ne la ventaile

660

Que tot nel fende dusqu'en la coraile."

 

66

 

"L'ost Alix. seit d'outra en la pree

E la mien seit de ça en la valee;

Sor cel point soit la bataile jostee.

La mi verrez a ma ensegne fermee,

665

Que Alix. mene trop grant pugnee,

Mais trop est jones eissuz de sa contree.

Del primier colp s'escampa da ma spee,

Bien pora(ra) dire non vail une tostee,

Tote ma force une pome poree."

670

Quant l'ot Sanson, per poi n'en trait sa spee.

 

67

 

"Fols reis, fait il, mout poëz menacier,

Vestre menace ne pris pas un denier.

Quant vos veirez Alix. al vis fier,

Plus lo crembrez qu'aloe esparvier.

675

Hui est li jors qu'il se voudra venger

E vos toldra la corone d'or mier."

A cest mot furent prest li destrier,

Per les estrief montent li messager,

Per l'ost ariere prenent a reparier.

680

Tant chivalcherent li noble chivaler

Que a lor gens furent a l'albergier.

 

68

 

Quant li message sont venu a lor gent,

Li proz Sanson de son chival descent

E Festion ses compaing ensiment.

685

A une part, auques celeement,

O Alix. firent lor parlement;

Que dus, que contes, bien i ot plus de cent.

Dans Festions parla primerement

E dist au rei mout afaiteement:

690

"Per ma fei, sire, Nicholas vos atent,

De la bataille n'eschive il nïent,

Per vos dos cors sera, mon escïent."

 

69

 

Li pros Sanson reparla en greçeis:

"Oi, Alix., que te manda li reis:

695

Que trop es jones eissuz de ton paeis,

Que fols as fait, si t'en sera sordeis.

Se vos jostez per vos dos el mareis,

Del premier colp non partiras anceis

Jusqu'a li jors te semblera un meis."

700

Dist Alix.: "Or oi vilain corteis.

Por icel Deu de cui je tieng mes leis

J'en conquerroie de tiel quaranta treis

Al brant d'acier que plus est blanc que neis."

 

70

 

A cest mot ont le conseil finé.

705

La nuit albergerent li baron por le pré

E per la val, qui ert parfont e lé,

Trosqu'al maitin que parut la clarté;

Les grailes sonent, el chamin sont entré.

Tant chivalcherent li vassal aduré

710

Que de Cesaire virent la fort cité,

Li reis meesmes sor le pont adobé,

Prest de bataille e de sa ost desevré.

Quant Alix. vit Nicholas armé,

Fremist e jure a guise de dessvé,

715

Descent a pié si apelle Tolomé,

Astivement ses armes ot crïé;

Tost les aporte Don Clin e Tolomé.

E Festion, que il ot comandé,

D'un vert samit a son auberg foré,

720

A un oisel menüement ovré;

E la ventaille li a ceint ses privé,

Pois lace l'eume qui vaut une cité;

Sol les jagonces del cercle d'or listé

Relusent plus d'un chastel embrasé.

 

71

 

725

La spee prent, si la ceint a sa guise

Sor son auberg e sa pelice grise,

Que qui l'estreint son mautalent aguise.

Ele fu jadis al fort Rambalt de Frise,

Mout a duré, onques ne fu malmise;

730

Cent ans e plus fu en un sarcoil mise.

Reis Nicholas mar vit la chose enprise,

Mors est e pris s'il vient en la devise;

Nel defendra ni cendals ni chamise,

Escuz ni broine qui sor lui seit asise

735

Que tot nel fenda tresqu'en la sele bise.

 

72

 

Al col li pendent un fort escu borcler,

En tot le siegle nel pot hom tel trover;

Il est teissuz d'un grant poisson de mer,

Dalfin lo clament cil quil sevent nomer,

740

Grant joie moine quant veit lo vent torber.

Li enginiere que fist les os joster

Per nigromançe les i fist encobler,

A or d'Arabie sartir e tresgiter.

E cil lo prent qui cuide sormonter

745

Totes les genz ont hom puet habiter.

 

73

 

Antigonus li a Bucifalc mene,

Un buen destrer, ainc ne manja d'aveine.

Engedrez fu en l'isle de Micene

D'un olifant e d'une dromedene.

750

Set ans e plus lo fist norir Helene,

Li reis Felipes lo tramist a mout grant peine.

La selle fu d'un os de baalene,

E cil i monte quil fiert a son domene.

Quant il fu sus, un saut fist per l'arene,

755

Plus onist cler que non cante syrene;

Vers Nicholas fu mout de male vene,

Hui est li jor qu'il comprera la streine.

 

74

 

Quant Nicholas vit adobé le rei,

As suens parole si lor dist en secrei

760

Que ja nuls d'els ost aler aprés sei.

Dreça la lançe, met l'escuz devant sei;

Et Alix. vait vers lui a desrei,

L'aste baisse[e], le confanon d'esplei,

De grant ravine se fier[en]t li dui rei.

 

75

 

765

Nicholas l'a premerement feru

Desor la borcle tres en mei son escu;

Ne l'en trença que vaile un festu,

Sa hasta brise, son gonfanon a perdu.

Et Alix. requiert lui por vertu,

770

Son buen corage n'out mie perdu,

Baisse l'espié, fiert per mé son escu,

Que tot li a e brisé e fendu,

Lo blanc hauberg desmaillé e rompu.

L'aste fu roide, enpeint lo de vertu,

775

Rompent les cengles, li arçon sont fendu,

Petrals ne reine no li ont pro valu,

Plene sa haste l'a el camp abatu.

Bucifalc broçe, sovra li est corru,

Se Deus n'en pense, ja avra chier lo treü.

780

Del foire sache lo brant qu'ot esmolu,

Li quals que seit i avra ja perdu,

Astivement l'en a un colp feru.

Lo chief o l'elme li a sevré dal bu,

Une grant teise si que tuit l'ont veü.

785

Prent lo chief, Aristé l'o(n)t rendu;

E Festion, son privé e son dru,

Al rei Felipe l'envoie por treü;

Ne l'a pas fait, del tot en a valu.

La cité prent e quant qu'a mantenu,

790

Tot a doné e tot a despendu

A son barnage que l'a aprés seü.

 

76

 

Quant Alix. ot fait son hardiment,

Que Nicholas ot mort si fierement,

La cité prent e lo albergement,

795

Sales e tors e quant que i apent.

Pailes d'Aufrica, lo vin e le piment,

Destriers e muls, tot l'or e tot l'argent

A son barnage done tot e despent.

Cels de la vile a pris por sarament,

800

Per dreit homage e per aliament

Que il li feront tot son comandement;

Totes lor terres e toz le suens li rent.

Aprés oirez tot aroteement

De ses proëces e de son conquerrement.

 

77

 

805

Quant Alix. ot li regné aquité,

Que Nicholas ot mort per si grant fierté,

Lo chief tramist son pere o tot l'elme gemé;

Quatre jors sejorna en la bone cité.

Sai dedefors la vile [a] un verger planté

810

D'arbres de ciprés e de pomiers d'aé;

Un jor i vait li reis si amene Tolomé,

Des autres chivalers i ot a grant planté.

Dan Clin e Tolomé ot li rei apellé,

A une part l'ont trait a un conseil privé,

815

Oëz que li ont dit quant furent asemblé:

"Nos vos le volons dire, ne vos ert mais celé:

Doçe compagnons faites des mielz de vos regné

Qui buen chivaler soient e vassal aduré.

Cil conduront vostre ost por estranges contré,

820

Pois porez chivaucier a mout grant seürté

Sor Daire lo Persant que vos a desfïé."

Ce respont Alix.: "Mout avez bien parlé,

Bonament en farai la vestre volenté;

Vos en serez li dui, qu'ensi l'ai devisé."

825

Cil li ont respondu: "Volentiers e de gré."

 

78

 

Alix. apelle Don Clin son conseillier,

Aristote, son maistre qu'il tient por latiner:

"Vos en serez li dui, ja celer nel vos quer,

Tolomeu avec vos armez sor suen destrer,

830

Eumenedus e Sanses, qui sont buen chivaler,

Licanor e Filotes, cels i voil outrïer,

Festion li otesmes, ne li voil pas lasser,

Etoras li noësmes, mout l'ai oï nomer,

Antiocus et Antigonus, qui sont pros e leger,

835

Ardi e corajos per lor armes porter,

Il ne me faudrient mie por les testes trencier;

Predicas li docesmes qui me voudra aider.

Or les faites venir, nel voil pas delaier."

Quant il furent venu, sis fait acompagnier.

840

Li reis vait en giber e tuit li doçe per,

Une grue abatié au faucon montaner;

Il s'est mis el repaire, n'i volt plus atargier.

Aristote son maistre lo prist a chastïer,

Dit li qu'il n'aint serjant culvert ni pautoner

845

Ne ja de malvais home ni face conseiller,

Car cil qui gloton creit ni malvais losenger

Ains qu'il moire de mort le comperra mult chier.

 

79

 

[O]ëz conte d'istoire, si comme li bref dist,

Que Lucans e Virgilles li conte dont lo fist:

850

Ce est del meillor rei qui anc terre tenist,

Del plus ric, del plus saige, de cel que plus conquist.

D'Alix. commençe qui tant regne conquist,

Tante bone cité e tant fort chastel prist. "

Porter se fist al ciel tant que li chaut santist:

855

Ce fu per dos grifons que norir petiz fist.

Pois entra en la mer, entrosqu'al font se mist;

Celui ont mielz se fie, en cui s'antente mist,

Que li avoit juré, afïé sil tenist

Qu'il nel laseroit tant com el vesquist,

860

Si largoit la chaene, dont li reis fu mout trist.

Li reis fu en la mer, ont fortment se marrist;

La vit toz les agaiz, as peissons les aprist;

Tormenta l'en gita, que a dreit port lo mist.

Pois retornent ariere e son senescal prist,

865

E si destruist la feme e celui qui l'aprist;

Amdos les prist par force et en un feu les mist.

Pois fu sire del mond, car trastoz lo conquist.

Or entendez, seignor, que ceste estoire dist.

De Nicholas le rei que il prist et ocist,

870

De Daire lo Persant qu'Alix. conquist,

De Porri le rei d'Inde qu'i[l] chaça e destruist

E de la grant vermine qu'el desers desconfist,

De Gog e de Magog que il enclost e prist,

Que ja mais n'en istront jusqu'al tens d'Anticrist,

875

De la raine Candace qu'en sa chambre lo mist,

Ensi com Apertin sa ymage contrescrist,

Del duc de Palatine qu'il pendi e desfist

E de la vos des arbres qui de sa mort li dist,

De la val perilose ont intrent e se mist,

880

Dont sofri mante pene, si com li livre dist

E de la fort cité Babiloine qu'assist,

E com sailli en Tyr, dont grant ardiment fist,

De ce que Aristotes l'entroduist et aprist,

La verté de l'ystoire, si com li livre dist,

885

Un clers de Chasteldon, Lamberz li Toiz, la fist,

De latin ou il ere qui en romanz la mist.

 

80

 

Por ce qu'il ere sages e vit en la lecion,

De l'enfance Alix. comence un sermon,

E tot primerement parla de Salamon.

890

Per lo segle qu'est vans commence un accion

Dels signes que il vit per lo fil Felipon.

Lo jors que il fu nez fist aparicion,

La lune e li soloil firent defection

E la terre crola d'entor e d'e[n]viron,

895

Tona et esfoldra per grant confusion.

Ce fu senefiance come de tel baron

Que pois ot toz les regnes en sa subjection.

Illec ne voil je mie commencier ma rason,

Anceis vos voudrai dire la grant combatison

900

Qu'il fist contra rei Daire de Perse lo felon.

 

81

 

Daires fu rei de Perse mout dotez e cremuz,

Les autres reis del monde ot conquis e vencuz,

Si que chascun an li rendoient treüz,

E qui ce ne voust faire mors fu e confunduz.

905

Quant Alix. fu en aage venuz

Que il fu chivalier, mout fu grant sa vertuz,

De sens e de largeçe sor trastoz coneüz.

A un rei de Cesaire s'est primes combatuz,

Nicholas ot nom, si non sui deceüz;

910

Li regnés fu conquis, li reis mors e perduz.

Alix. li rei s'en torne a ses druz.

Quant fu a Macedoine repairez e venuz

Et il fu al peron del palais descenduz,

A son pere Felipe rendi maintes saluz;

915

La corone e li ceptre li fu le jor renduz.

Adonc parla ses pere, que ne se fist pas muz,

E jure Damedeu e le[s] ses vertuz:

"Ja mais de Macedoine non ert treü renduz,

E, se Daire le veut, bien i ert defenduz,

920

Se Deus garist mon fil, as granz espiez moluz;

Maint cuer en ert passez e quassez maint escuz."

 

82

 

Alix. fu mout corteis et enrasnez,

De totes les .vii. ars per fu bien enseigniez

E fu pleins de largece, de guerre vecïez;

925

Unques ne lo puet veintre malvaise cubitez.

Or est venuz li jor, li termes aprochiez,

Que soloit li treüz en Perse estre envoiez;

Quant li jors est passez, Daires s'est corrociez.

Donc fu li brief escrit et en quaire pleiez,

930

E botez en la cire e de saiel segniez,

E fu a dos messages isnellement carjez.

Mais il n'i mande mie saluz ni amistez,

Mais orgoil e menaces com hom outracuidez

Et s'est de mal afaire durement afichiez:

935

Se dens .xl. jors n'est o lui afaitiez,

Il destrura trastoz e vignes e vergiez.

Ne l'en pora garir citez, bors ni palez

Que per force nel pregne ainz qu'ait les blez seiez;

Penduz ert s'il est pris, ja non ert respitiez.

 

83

 

940

Li messaje s'en tornent, ne font plus lonc sejor,

E porterent li brief au roi macedonor.

Alix. ses fil non i ert pas cel jor,

Alez s'estoit desduire d'esparvier e d'astor.

E quant li brief fu liz et il ot la rimor

945

Que Daires lo menace, mout en ot grant iror,

De mautalent desfire de son mantel un tor.

Trastoz les deus en jure e del ciel la uior

Ja mais de lui n'avra treü senz grant estor,

"Si Deus garist mon fil, li noble pugneor."

950

E donc redis aprés: "Dites vestre seignor

Qu'Alix. mon fil, qui est de grant valor,

Li rendra li treü, ce cuit, al chief del tor."

 

84

 

Quant li message oïrent que Felipon lo rei

Que il ni prise Daire, ne il ni son bofei,

955

Le congié demanderent, prest son li palafrei;

Montent isnelement, chivaucent a desrei.

Quant il vindrent en Perse, Daires les mande a sei,

Il lor a conjuré per lor Deu, per lor lei:

"Dites moi se Felipe en mentira sa fei?"

960

Dist li uns des messages: "Oïl, si com je crei;

Tu li mandas orgoil, il te mande bofei,

Qu'Alix. ses fils venra parler a tei;

Ains que siont passé dos mois, non mia trei,

Tel treü ti rendra qui mout ert a domei.

965

Mout est proz Alix., por la fei que vos dei,

N'a si rice vesin que nel face tot quei."

Quant Daires l'entendi, si'n fu en grant esfrei,

De mautalent desserre de son mantel plein dei

E dist a ses barons: "Or entendez a mei.

970

Per ma barbe florie, por les oil don vos vei,

Or sera m'out semonse a trastot mon carrei;

Dedesoz Macedoine descendrai el perrei.

Se pois prendre Felipe, je l'ocirai, ce crei."

 

85

 

Alix. li reis est en gibiers alez,

975

Endreit ore de none est arieres retornez;

E ses peires Felipes li est encontre alez,

Car il voloit saveir cum il ert adotrinez.

Il li dist gentemant: "Biaus dolz fils, dont venez?"

"Sire, de la rivere, e des plus luitanes prez

980

Si avons prises arnes, cers e cabrols assez.

Ja sunt en la cusine; sire, car commandez,

Ne manjai encor hui, que fusse un poi disnez."

Il respont: "Li manjer sera tost aprestez;

Tel chose te dirai dont mout sui esfreez,

985

Si Deus e ta puisance no me complis mon grez."

 

86

 

"Biaus fils, ce dit li peire, dir te voil novele;

Quant tu l'avras oïe, no te parra pas bele.

Daires, li reis de Perse, de servise t'apele:

Tes peires est sis hom e ta mere s'ancele.

990

Quant treü ti demande, malement si revele;

Li brief en sunt ja lit devant cele capele.

Tu n'i as que targer, mais fai metre ta sele."

Alix. l'escouta, sa main a sa masele.

"Sire, ce dit li enfes, je ne sui pas pucele,

995

Je n'ai soing se fait chaut o si pluit o si grele;

O lui m'i voil desduire, quant malement favele.

Sel pois trover en camp, la venjance'n ert bele,

Ne li vaudra auberc une viele gonele;

A mon brant d'acier dont trença l'a[la]mele

1000

Li trencerai lo chief, espandrai la cervele."

 

87

 

Quant repaire Alix. del desduit de falcons,

Aristotes sis maistre o lui, sis compagnons,

Il li a commencé un livre de sermons:

Dit li qu'il ni aim serjans, coveitos ne bricons,

1005

Les buens retiegne o sei e hee les felons,

Ne non creçe ses sers d'encusier ses barons,

Les povres chivalier secorre per bels dons

E tramete a lor femes mantels e peliçons,

Car se besoing te seront, gens ert li gueerdons:

1010

Cil sofriront per lui e guerres e tençons

E lor terres gaster et ardoir lor maisons.

"Daires a fait en Grece mout grant percucions;

Or est tens del vengier, cauce tes esperons,

Car heent lo de mort totes ses regions

1015

Por ce qu'a mis sor els serjans isi fellons,

Des noals de sa terre, des fils a ses garçons;

Qu'il ne creent en Deu ne en ses oraisons,

Li aver de la terre est tot lor abandons,

Cels qui non si reement gietent en la prisons.

1020

Li pobles prie Deu e fait aflicions

Que sor els viegne mals e grant confusions,

Qu'il soient vengié del rei e des felons."

"Maistre, dist Alix., bien otrei vos sermons,

Rices farai mes homes d'avoir e de maisons;

1025

Ce que Daires a pris n'avra pas en perdons:

C'il en ot dos oisel j'en avrai dos moutons.

Por aler sovra Daire sont ja li Gré semons

E cui i remandra si ert cuit es talons;

Sor l'aigue de Gangins ficent les pavillons."

 

88

 

1030

Aristotes se gist a denz sor un tapiz,

Endrodust Alix. coma son aprentiz;

Dist li qu'il a esté mout franchement noriz.

"Ja culvert losengiers ne seit per tei oïz.

Li sages Salamons lo dist en ses escriz

1035

Qu'a peine a l'om bon arbre de malvaise raïz.

Nule rien est si male come sers enrichiz;

Quant [il] a son seignor toz ses avers froïz

Portez en autre terre, e de soz lui fuïz,

L'aver, se li sers muert, a cel qui'n est saisiz;

1040

Ja n'en avra li sire que vaille une perd[r]iz.

Per sers malvais culverz est princes malbailiz,

Qui tolent les avers a granz et a petiz,

Per que il est de Deu e da sa gent haïz;

Les pechiez li remant de ces qu'a consentiz,

1045

E s'il volt de l'aver, si'n ert bien escondiz.

Ja sers n'istara buens se toz jors n'est afliz,

Al tiers an o al quart seit ses avers partiz,

Ton conseil ne li creire ne en lui ne te fiz.

Assez veit l'om de cels c'ont lor seignor traïz,

1050

Quils ont enpoisonez o a coltels mor[dr]iz."

Lors respont Alix. com hom de sen garniz:

"Li jors soie je pirres de cers acataïz

Que uns en seit per mei adobez ni franchiz,

Ni per losenge dire, s'il estoit tant hardiz

1055

Qu'il viegne devant mei, non aile tot marriz.

Or m'en irai, bel maistre; de voz sermons floriz

Se je un trespas, donc soie je honiz.

Les doçe compaignons que vos m'avez esliz

Ont ja tendu mon tref sor l'aiga de Gangiz.

1060

Des mals qu'a fait en Grece n'est jens Daires gariz;

C'il en prist çai arieres bués, vaces e berbiz,

Or nos en vengerons o les espiés forbiz.

Ja ainc non remandra la noise ne li criz

Tresque li qual que seit en ert mort o honiz."

 

89

 

1065

Or s'en vait Alix. o sa gente compaigne;

Non a bon chivaliers deci qu'en Alemagne

Ne deci qu'en la terre c'om apelle Espaigne

Ni en la terre de Rome que l'om tient per estraigne,

Ne en trastote Grece qui aprés lui remaigne.

1070

Li doçe per lo siuent, n'i a cel qui s'en faingne,

Car il lor done tant n'i a cel qui s'en plaingne

Ni en nulle mainere d'avarece lo taigne.

Sor l'aiga de Gangis en la large campaigne,

La fu ses triés tenduz e ficee s'ansaigne,

1075

L'aiga fu d'une parte d'autra la montaigne.

Quant Daires l'oï dire, mout li vint a engaigne,

Mais il ne seit ancores com cil mal li engraigne,

Q'il ne trova chastel ne cité qu'il ne fraigne

Ni mur que tant seit auz qu'a terre no l'enpaigne.

1080

Lo maitin mut li reis o la chiere grifaigne;

Don Clin, lo fil Carduit, a comandee s'ansaigne

Et a tant chivaucié por la terre estraigne

Que il vint devant Tyr si descent en la plaigne

Et a mandé al duc que per rien no remaigne

1085

Que nel sieue aprés o tote sa compaigne.

Quant li dus l'entendi, de maltalent regaigne

Et a mandé al rei une parole estraigne:

Que lui ne sa manace ne prise une castaigne.

Et Alix. en jure ses deus e sa entraigne

1090

Que sil lo prent per force gitez ert en longaigne,

E commande sa gent que neguns ne s'en faigne;

Ja mais n'ert departiz que li uns ne s'en plaigne.

 

90

 

Davant les murs de Tyr, lai dedens en la mer,

Li rei de Macedoine fist un chastel fermer.

1095

Rices fu e vailant si ot entor maint piler;

La façon del chastel ne vos sai deviser.

De la porte vers terre volt hom les porz veer,

Qu'en la vile ni possent venir ni ariver,

Ne barche ni galie n'i poïssent ester.

1100

Li reis i commanda de sa gent a entrer,

Armes e garisons i fist assez porter,

Sovent des or en autres lor fist asaut doner.

De cels de la cité ne fait mie a parler

Com il se defendoient al traire et al lancer,

1105

Car la vile ni voloient ni rendre ni doner.

Alix. enuie forment a sejorner,

Car ne puet entor els viande recovrer.

Li reis se commença fortment a corrocier

E dit n'en prendra un nel face afoller.

1110

Eumenedus d'Arcade commande en forer aler

E set cens chivaliers l'i commande a mener,

Predicas e Leoine e Caulus qui fu ber,

Licanor e Filote por les foreres garder.

El val de Josafat les commande a entrer,

1115

Car c'est la meilor terre que l'om peusse trover.

Sanson qui clama Tyr les commande a guïer,

Que bien set les païs e les destreiz passer.

Li reis retint o sei Don Clin e Tolomer,

Li autre i vont tuit por la proie amener

1120

E cil eissent de l'ost si font lor gent armer.

 

91

 

Li Gré eissent de l'ost por querre la vitaille,

E Sanson les conduit el val de Josafaille,

Une terre garnie des bestes e d'almaille,

Mais la gent est mout fiere e dure de bataille

1125

E vait toz jor garnie por paor c'on l'asaille;

Cil qui l'ont a gardier, n'est mie contrevaille,

A enviz en lairont vailant une meaille.

Anceis que li Gré l'aient, vos di sanz devinaille,

En sera pecïé maint scu e maint entraille,

1130

E de maint blanc auberc derumpue la maille.

Trop vont a escari, ne cuit que pro lor vaille;

Anceis qu'il s'en retornent, lo comparront sens faille.

 

92

 

El jor vont bien li Gré a guise de foriers,

Cauces de fer caucees, e font as escuiers

1135

Davant porter lor armes e mener lor destriers.

Tote nuit chivaucerent sens bruite sens nosiers;

Au maitin per son l'auba, quant li jor parut cliers,

El val de Josafaille vers lo poi de Gibiers

Ont trovee la proie e coisi les vachiers.

1140

Mais il ni alerent mie a guise de bergiers;

Escuz ont buen e lances e dars trençant d'aciers

E ont chivals d'Arabie abrivez e corsiers.

Li Gré sont descendu lez un broil d'olivers.

Caulus de sei armer ne fu mie lainiers;

1145

Eum. d'Arcade est montez tot premiers

Et est alez avant avec cent chivaliers.

 

93

 

El val de Josafaille font li Gré asaillie

Et acoillent de proie une si grant partie

Dont l'ost peüst bien estre un lonc tens replenie;

1150

Mais li criz est levez e la vile estormie.

Li sire qui la gardait ot nom Otescrie,

O un cor d'olifant la resemble e ralie.

Devant l'ost sont venu de la rochearie,

A set des premiers Gres ont tolue la vie,

1155

La proie lor rescostrent, mau gré lor l'ont guerpie.

Eum. les veit, qui les cabdele e guie;

S'or ne se puet vengier, ne se prise une alie;

Lors reclame sa gent e s'enseigne escrie,

E li Gré s'espandirent per mei la praerie.

1160

Ja sera de dos pars conmencie la folie.

 

94

 

Eum. ot ire quant veit ses compaignons

Morir per la vitaile dont li rei l'a somons.

Ferrant, que si tost cor, broce des esperons

E fiert si lo premier que vuide li arçons,

1165

E l'auberc li fausa com se fust un cotons,

Per mé li cors li passa fer e fust e penons,

Si que de l'autre part li geta les rognons.

D'amdos pars s'entrevindrent, basiez les confanons,

Tant fortment s'antrefierent n'ont cure de prisons,

1170

Des mors e des navrez sont sanglent les bleisons,

As espees d'acier paient lor raençons.

 

95

 

El val de Josafaile vont li Gré proie prendre,

Mais cil ont bon talant qui lor voilent defendre,

As espees trencant lor sont venu contendre.

1175

Caulus point lo chival, grant saut li fait porprendre,

Si fiert Lucianor que l'escu li fait fendre,

Lo plus hardi de lor e si estoit lo mendre,

Niés fu Otescrie, el camp lo fait esteindre,

Si l'a a mort feru l'arma li estoit rendre.

 

96

 

1180

Mout ont bien li Greceis la meslee tenue,

Cel jor i ot doné maint cop d'espee nue.

Doel ot Otescrie de la desconeüe

Quant vit mort son nief desor l'erbe menue.

Lo chival esperone, qui mout tost se remue,

1185

E fiert si un Greceis de l'espee esmolue

Que la teste dal bu li a al brant tolue.

Leoines point lo brun tot une voie herbue

E fiert Otescrie en la targe volsue;

Jusqu'en la borcle d'or est quassee e fendue,

1190

Mais sa lance peçoie com un rains de cigüe;

Outre s'en est passez e tint s'espee nue.

A un autre bataile qu'a un Gré ot tenue

Furent li laz derot e la coife rompue.

E Leoines lo fiert en la teste crenue,

1195

Que l'espee lor a jusqu'as denz enbatue.

Quant li sires est morz, l'autre gent est vencue,

Per mei une montaigne s'en vait tot esperdue.

E li Gré de la proie si ont tant retenue

Dont l'ost peüst bien estre un lonc tens repaüe,

1200

Mais anceis que il l'aient lor sera chier vendue.

 

97

 

Li Gré s'en retornent vers l'ost isnelement,

Mais anceis qu'el seit nuiz seront il tuit dolent,

Car li sire de Gadres a mandee sa gent

Tant que il furent bien .xxx. m. e set cent.

1205

Li dux Balez de Tyr li remande sovent

Q'Alix. li torne sa terre a grant torment,

Or li voudra secorre, s'il puet, astivement.

De la vile s'en eissent mout esforceement;

Il en jure lo ciel e lo mer e lo vent

1210

Que fols est Alix., s'a bataile l'atent.

Li dux Betis esgarde vers les pois d'Orïent

E conut les foriers e vit certainement.

Pois a dit a ses homes: "Esgardez quel present.

Ceste gent est de l'ost, jel sai a escïent,

1215

Qui en moine la proie e la terre porprent.

S'as premeraines jostes non prent venjament

Ja ne tiegne de terre ja mais un sol arpent;

Hui savra Alix. que je ne l'aim nïent."

Eum. d'Arcaide les vit primeirement

1220

Et a dit a sa gent: "Chivauchiez sagement;

Veez la flor de Gadres qui nos vient al devent.

En aventure somes de mort o de torment,

Mais tot seit cil honiz qui ainceis non si vent;

Hui pora l'en saver qui plus a d'ardiment.

1225

Si(l) seüst Alix. icist encontrement,

Hui vausist li gaaing cent mille mars d'argent."

Li Gré sont descendu tost et isnellement,

De lor cors atorner ne furent mie lent,

E montent es civals, qui a escu sil prent.

 

98

 

1230

Eum. esgarde vers les pois d'Enomonde

E vit la gent de Gadres don toz li vals soronde;

N'a mie per grant vent en aute mer tant onde

Com il i vienent espés la vallee perfonde;

Toz les volent enclore entor a la reonde,

1235

Autresi les asseignent com vilains a la fonde.

Poi a gent per combatre, nen a cuer que respond(r)e,

Ni per paor de mort n'a talent qui s'asconde,

E bien set e conoist que del chief sont tuit monde

E n'i veit nul secors qui envers lui s'aponde;

1240

Il n'a oils en la teste qui de pitié ne fonde.

Isnelement apelle Licanor de Nemonde:

"Car va dir Alix., si tost ne nos abunde,

Hui perdra de la gent que plus aime en cest monde."

Quant Licanor l'entent, ne puet müer ne gronde,

1245

E ne laisse per tant que il ne li responde:

"Non farai, dist li cuens, per ceste teste blonde,

Ainz parra mis escuz estre targe reonde,

Et avra detrencie del cors la maistre esponde,

Anceis que issa del camp que mainz des lor n'i tonde."

 

99

 

1250

Eum. a dit: "Cari alez, Filote,

E dites Alix. que tote terre est mote

E(s)t venue sor nos de Gadre e d'Amiote,

E sunt .xxx. millier de gent en une rote.

Si tost ni nos secor, nos somes en male riote."

1255

E cil li respondi: "Ne mi pris une bote

S'ans ne voil commencier o mon brant une note

C'onquas Breuz ne fist tel en viole ni en rote.

Mout per sera honiz qui veira tel complote

E partira del camp si anceis n'i escote;

1260

Ne cuit que cist besoing seit pas jeus de pelote.

Quant mes auberc sera pertusiez come cote

E mis escuz a or com dras c'on aligote

E li sanc de mon cors sor mon arçon mi frote

E revendra al pas mon chival qui or trote,

1265

Si lor vois au mesaige, ne diront: ‘Cist asote’,

No mi blasmeront mie li roi ni Aristote.

Or sions tuit seürs come chastel sor mote;

Honiz seit li prodons qui per un jor se dote."

 

100

 

Eum. esgarde vers les poi d'Enomoie

1270

E vit la gent de Gadres dont li païs ondoie,

Que plus vienent espés ne font espis en moie.

El premier chief davant mainte ensegne flamboie,

Tels cinc cent s'en aprocent dont cascun se deroie.

La compaigne des Gres durement s'en esfroie,

1275

Pois n'i ot si hardi qui atendist a proie.

Eum. apelle Leoine si lo proie

D'aler ad Alix., por le secors l'envoie;

E s'il fait cist afaire, tot lo pris l'en otroie.

E Leoines respont: "Ja Deus pois ne mi voie

1280

Quant je irai messajes deci que l'om m'en croie.

Mes escuz est toz sans e ma lance n'i ploie,

Ce direit Tolomeu que per paür fuiroie.

La gent qu'ai amenee en cest camp guerpiroie;

Li reis les m'a cargiez e senz els m'en iroie;

1285

Donc poroit l'om bien dire que traïz les avroie.

Mielz voil avoir peçoié d'une lance lo foie

Que je ja testemoing que ver recreanz soie."

 

101

 

Eum. apelle lo hardi Predicas:

"Car nos fai cest message, biaus amis, car i vas."

1290

E cil li respondi: "Or no m'amez vos pas,

Je vos voudrai aider a mon brant de Damas.

Ainz ert ma lance fraite e mis escuz tot quas

E mis chivals corrent ert revenuz al pas;

Miels voil estre o vos hui matez e las

1295

Que eisse del estor fres ni joians ni gras.

Se je venoie al rei per dire cest en bas

E vos laisasse mors el val de Josafas,

Donc avroie bien fait lo servise Judas,

El reis seroit malvais si deman ne mi ras."

 

102

 

1300

Eum. apelle Litonas qui fu dus:

"L'un des doçe pers estes, tant vos crera l'om plus,

E dites Alix. que tuit somes confus.

Se tost ne nos secort, mort somes et enclus,

Car de la gent de Gadres nos a enclos li dus."

1305

E cil li respondi: "Cist afaire refus.

Per la fei que vos dei, biaus sire Eumenedus,

Quant istrai de cest camp non i remandra nus

S'ans ne sui morz o pris o tornez au desus."

 

103

 

Eum. a dit: "Car i alez, Aristé.

1310

Ja a il tant en vos vassallage e bonté -

Bien conois lo destrier sor cui vos vei armé -

Que non vos bailleront trastuit cil qui sunt né.

E dites Alix., que tant avons amé,

Se tost ne nos secort, mort somes e maté.

1315

Si nol faites por nos, or lo faites per Dé."

Cil li a respondu: "Or avez bien parlé.

N'i voudroie estre sans por iceste bonté;

Al plus malvais de toz m'en avez esgardé

Per mon chief vos meesmes qui l'avez commandé;

1320

Se ja mais istions de cest besoing torné,

Assez en petit d'ore m'en avrïez gabé.

Quant avrai l'escu frait e l'auberc fausé

E l'elme en cent leus trenchié et enbarré

E lo brant de ma spie tort et ensanglenté,

1325

Se pois voi au message que ci m'avez rogé,

Ne dira pas li reis, Don Clin ni Tolomé

Que m'en soie partiz come coars prové.

Certes je non prendoie tot paradis en gré

Por ce que je n'aüsse en cest besoing esté."

 

104

 

1330

Quant veit Eum. por nïent se travaille,

Que por li ne faront vaillant une meaille,

Antiocum apelle, qui fu nez de Soraille:

"Vos irez el message desor cel Cervigaille,

Qui plus vait de randon qu'esparvier aprés quaille,

1335

N'a si isnel destrier deci qu'en Senegaille;

E direz Alix. qu'a cist besoing nos vaille.

Se tost ne nos secort, nel tiegne pas a faille,

Ja mais per nul de nos n'ert vencue bataille."

E cil li respondi: "Or oëz grant divinaille;

1340

Ainz ert mes auberc rot per desoz la ventaille

E je navrez el cors el piz desoz l'entraille;

E mielz voil estre o vos en iceste bataille

Qu'enperere de Rome ni reis de Cornuaille,

C'ores plus la desir, ce sacez bien sen faille.

1345

Je remandrai o vos, querez autrui qui aille."

 

105

 

Eum. d'Arcade en apella Sanson:

"Car i alez, fait il, gentil fil a baron,

E dites Alix., qui est filz Felipon,

Que nos viegne secorre a coite d'esperon,

1350

Car l'empire de Gadres nos a clos environ,

E sunt bien .xxx. m., itant les aesmon."

Cil li a respondu: "Vos parlez en pardon.

Je sui je toz armez e tieng mon gonfanon,

Desirans de la terre dont li reis m'a fait don,

1355

Et atent la bataille, veez ci, ja l'avron;

E i aille al message a guise de çeldon?

Mielz voil estre tüez a guise de mouton

Que je isse del camp se morz o navrez non.

O l'onors'n erent nostre, si que tuit lo verron,

1360

O nos i morrons tuit sens autra garison."

Quant l'ot Eum., si baisse lo menton.

Lors regrete li cuens Tolomeu e Clinçon:

"Quant vos laisai as tentes, bien oi(t) sens de bricon;

Hui partirent a glaive li doçe compagnon."

1365

E li dux lor escrie: "Tuit estes morz, bricon,

Ja guerpirez la proie, nos la vos calongnon.

De vos cors ne penroie negune raençon,

Hui perdrez tuit les testes sens nulle garison."

 

106

 

Eum. d'Arcade Antigonun apelle:

1370

"Vos irez au message sor Bauçant de Castelle,

Que plus cort de randon que non vole arundelle,

N'a si isnel chival jusqu'as murs de Tudelle;

E dites Alix., qui tante gent capdelle,

Se tost ne nos secor en si male roële,

1375

N'en trovera mais nul en chival ni en sele."

E cil li respondi: "Or oëz bone favele;

Ainz ert mis escuz frait sor la borcle novele

E mis auberc rompuz par desoz la mamele,

E sor l'arçon devant me jaira la büele.

1380

Lors irai au message a Tyr sor la gravele,

Adonc creira il bien que voir est ceste novele.

Daçait senz vos que honi m'i apele."

 

107

 

Quant vit Eum., qui tant font a loër,

Qu'en nuls de cels non pot conseil trover,

1385

Des bels oil de son chief commence a plorer

E le roi Alix. fortment regreter:

"Gentil reis debonaire, que tant nos sols amer,

Tes pailes e ton or e ton argent doner

E tes beles richeces a chascun presenter

1390

E trastot quant que Deus ti laisoit conquister,

Ja mais ne vos verrons, je l'os bien afermer.

Ha! Deus, com grant sofraite ai hui de Tolomer

E de Don Clin lo conte, qui tant fait a loër;

Ne je ni pois ici nul chivalier trover

1395

Qui voist dire al rei por ceste gent sauver."

A une part del camp commence a esgarder

E vit un chivaler desoz un oliver.

Corisnel ot a nom, isi l'oï nomer,

Povres hom ert d'aver, mais lo corage ot fer.

1400

Illec ert descenduz per son cors atorner,

Durement se peinent de son cors bien armer,

Car il voloit lo jor cil de Gadres graver,

Son mautalent e sa ire essaier e prover

E l'onor Alix., s'il peüst, alever.

1405

Eum. l'apelle, qui mout soit bien parler:

"De ceste gent, fait il, ti voil mercé crier.

Sire, per ta franchise, pense de l'esploitier.

Se tu fas cest messaige, prest sui de l'afïer

Qu'encores t'en farai del roi si mercïer

1410

Grant massa ti donra de l'or de sai(n) la(i) m(i)er

Si t'en savront bon gré trastuit li doçe per."

E li vassal respont: "D'el mi voil je pener.

Se secors volez querre, altre i covient aler.

Se je sui povres hom, ne mi devez gaber,

1415

L'om no deit povreté laidement reprover;

Mais li povres hom vil si se devreit tüer,

Car a poine est si pros c'on lo voille honorer,

Ses ovres ni son fait a nul bien atorner.

Per promessa d'aver mi volez vergonder,

1420

Mais itant de respit vos en voil demander

Que me lassez les laç de mon iaume lacier

E monter el chival dont tant mi pois fïer;

Pois vos envi(t) a certes de l'estor commencier,

E par icele foi que doi le rei porter

1425

Ce sachiez bien de veir, bien lo vos puis jurer,

Quant partrai del champ n'i voudrez plus ester."

Eum. respont: "Deus t'i laist bien ovrer!

Que per buen i remains, je ne t'en pois blasmer."

 

108

 

Eum. d'Arcade apelle Festion.

1430

Cil ert bien d'Alix., des mielz de sa maison,

Ses maistres cambarlens, tot de fi lo savon.

"Va, fait il, di le roi de cui noz fiez tenon,

Hui est venuz li jor que chier li deservon.

Li dux Betis de Gadres est plus fiers de lion,

1435

Ci nos a amené fiere procesion

Si nos promet a faire dure confession.

Di al rei que chivauce a coite d'esperon

E rescoce ses homes de mort e de prison.

Se tu fas cist message, tu'n avras gueerdon,

1440

T'arma en ert el ciel, si'n avras ver perdon.

Mout est pres nostre mort, tot de fi la veon,

Trop est grant li mescief s'a els nos combaton.

Si non vient li bons reis cui s'onor reclamon,

Les vies e les membres senz acat i perdron;

1445

Mais al fer de la lance est nostra garison.

Deus! com bien me remembre de la soe façon,

E des rustes proëces que veoir i solon;

Si me creist li corages vers cel poble felon

E si m'est bien avis que gaires n'i doton,

1450

Coment que il nos aient ci trové a bandon.

Mielz voil estre feru d'une lance el polmon

Que li camp seit guerpiz que anceis n'i joston."

E li vassal respont: "Or avez dit rason.

Beu sire Eum., or sions compaignon,

1455

Car itant com j'avrai ici sain lo bleison

Ni l'auberc de mon dos ne l'elme qu'est el som,

Ne partirai del camp, si veiras tel tençon

Dont li coart seront en mout male friçon.

Or sions sparvier, et il siont pinçon.

1460

Se il sunt plus de nos, tant bien les requeron

Que per les premerains les deriers esmaion.

Nos somes tuit eslit, coneü a baron

E privé d'Alix., qui nos a fait maint don;

Bien est e Deus lo veut que merite'n aion.

1465

De morir o de vivre a honor entendon,

Si qu'en nos n'agent vilaine retraiçon,

Ne li magne reis honte, quel fin que nos façon,

Ne vers non seit oï de malvaise cançon.

Entr'els aient isté tent nostre gonfanon,

1470

E per ce n'est pas drez que nos espoënton.

Sions de bon confort e noz cuers refermon,

Car de trop criembre mort ne vient se honte non.

As primerains s'en fuie qui trop dote prison,

Qui muert per son seignor s'a bone entention.

1475

Les amis Alix. encor hui conoistron;

Se nuls l'aime de cuer, au ferir lo savron."

 

109

 

Eum. esgarde desoz un oliver,

Descendre vit a pié un povre soudaier.

Sa selle raveit mise e cenglé son destrier,

1480

N'avoit ensemble o sei serjant ni escuier.

Il ot lance et escu et espie d'acier;

Ni ot plus de totes armes, car nes pot eslegier,

E celes furent tels, si les vousist lacier,

Que ja frans hom per dreit ne les deüst bailier.

1485

Gros fu por les espaules e lez por le baudrier,

Blonde cevelleüre e longe per trecier,

E grant enforceüre per lo mielz cevaucier.

Eum. l'esgarde, qui mout fist a prisier,

E dist entre ses dens belement sens noisier:

1490

"Per fil d'empereor nel convendroit laisier."

Mais s'il lo coneüst, il l'eüst fortment chier;

Fils fu de sa seror e d'un rice princier.

Daires l'avoit tenu .xiiii. ans prisonier;

Escampez li estoit a l'entrer de jenier,

1495

En l'ost del rei de Grece ert venuz avant ier,

Encor n'i conosoit rice home ne terrier.

Eum. d'Arcade lo prist a rosonier:

"Amis, en cest message vos voudrai envoier,

Car i alez per Deu e per nos conseillier

1500

E dites Alix., si nos veneit aider,

Unques en un sol jor ne puet plus esploitier

Ne de sa gent rescoire ni de cels empirier

Que nos cuident hui malement domagier.

N'avez pas bones armes, remanir ne vos quier;

1505

Per ce qu'en cest messaige pensez de l'espleitier

Vos ferai cent mars d'or doner al reparier,

Et en savront bon gré tuit li doce per."

E cil li respondi belement senz noisier:

"Biaus sire Eum., ne m'en devez prïer.

1510

Certes je ne vi onques Alix. d'Alier,

Ne por itels paroles ne m'i voil acontier.

Ainc de povre home estrange ne faites messagier,

Envoiez i plus rice, qui mielz sace plaidier;

Ja Deus, se je i vois, ne m'en laist reparier.

1515

Certes je ne fui unques en nul estor plenier,

En cestui remandrai, je m'i voil essaier;

Bien tost a vos o a autre i pois aveir mestier.

Mais d'une autre parole m'i voudroie afitier,

Que ja Deus lo mien cors non garde d'encombrier

1520

Se de l'estor partir me veez hui premier."

 

110

 

Eum. d'Arcade fu embrons e pensis.

Quant veit que del message li est chascuns esquis,

L'aiga qui des oils cort li moille a val lo vis;

Bien seit s'il n'a secors, n'en estordra un vis.

1525

Devant lui vit armer un chivalier de pris,

C'est Caulus de Milete c'om claime Menalis,

Armes avoit plus blances que en mai flor de lis.

Eum. l'apelle, a proier l'a pris

Q'aille dir Alix. a Tyr qu'il a assis:

1530

"Que mout tost nos secorre, qu'a mort somes aquis."

Cil entent la parole qui d'orgoil fait un ris,

Bien li a respondu com hom maltalentis:

"Hostez! sire, fait il, n'estes pas mes amis

Quant vos de tel afaire m'avez ici requis.

1535

Damedeu mi confonde, qu'en est poëstis,

Se per vos ni per autre hui en cest jor m'onis.

Je sui je toz armez, e m'en aille fuitis!

Je nel faroie mie per l'or d'un païs

Devant que mes aubers soit rompuz e malmis

1540

E mis cors estrenez por amor d'estre ocis,

Car li bons reis m'a ici otroié e promis

Vercels et Yvore e Haste e Toris

E trastote la terre deci qu'a Mont Cenis.

Qui tel feu done a home bien deit ses enemis

1545

Tant sofrir en estor que il en seit de pris,

E d'autre rien del mont n'est mes cuers ententis

Que mon lige seignor essaucier noit e dis.

Poi[s] que sui a chival, mon glaive el feltre mis,

Assez sui plus seürs qu'estre en paradis.

1550

Anc de faire message ancor no m'entremis;

Non ferai je hui, de ce soiez toz fis."

 

111

 

Eum. esgarde per mei lo camp a destre,

Un chivaler i vit qui mieldre ne puet estre,

Cosins germain esteit Aridés de Valestre.

1555

Il li dist: "Bels amis, por Deu li rei celeste,

Dir al rei, vai vers l'ost lez cel broil a senestre,

Car nos viegne secorre en ces camp nostre mestre.

Unques n'i acointames un si felon apestre

E toz li plus hardiz s'amast mielz a Vincestre."

1560

"Non irai, dist il, qui que s'en doie irestre,

Se en cest mien escu non ai anz tel fenestre

Que bien savra li reis que autre ni poit estre

E li camp dont je part n'est pas jeus de palestre

Ne li chivals soz mei n'a trop alé en destre."

 

112

 

1565

Eum. d'Arcade vit le duc haatir

De grand meslee rendre e de l'estor sofrir,

E vit as premerains les fort escuz saisir

E les hastes de frasnes palmïer e bradir,

Tant riche confanon contre lo vent bruïr,

1570

Tant heume vert e cler al soleil resplandir

E tant corrent destrier a la terre fremir,

Ces mainels taborniers e cels cors esbondir;

La plus grant ost del mont s'en poïst esfraïr.

Aridés de Valestre vint sor Baucent de Tyr,

1575

Dont il ot abatu Lodinés de Mont Mir.

Eum. l'apelle o plot et o suspir:

"Ha! sire, car pensez de ceste gent garir.

Tel m'ont hui del message respondu lor plaisir

Que seront anz la nuit trop tart al repentir.

1580

Lo quels nos vient mielz faire, lo rendre ol fuïr?"

E li vassals respont: "Tres or mi pois ahir;

L'om mi soloit jadis a los meillors sofrir,

E ne por quant bien dei si prodome obeïr;

Unquas mieldre de vos ne puet lance tenir.

1585

Per vos e por lo rei que tuit devons servir

E por ce que cels vei en essai de perir,

Lo message farai, Deus nos en laist joïr!

Mais ainz verrai mon eume enbarrer e croisir,

E mon escuz pecier, mon auberc desartir,

1590

E lo sanc de mon cors a granz randon issir,

Lo chival desoz mei d'agre suor honir.

Sens bien voires enseignes ni voil lo camp guerpir,

Ne mi devra nuls hom gaber au departir

Ne li reis trop blasmer se a lui pois venir."

1595

De dos pars s'antrevindrent apresté de ferir.

 

113

 

Mout furent poi li Gré, mais bien se conforterent.

Tuit descendent a pié, comunemant s'armerent;

Lor peitrals ont retraiz e lor renges noërent;

Lor escuz a lor cols, sor les chivals monterent,

1600

Estreitement chivaucent e sagement errerent.

Lors dist li uns a l'autre que bones ovres parrent;

Les paroles sunt beles de cels que bien ovrerent.

Lai fu granz li mescief ou li Gré s'asemblerent

A l'empire de Gadres, quant ensemble josterent,

1605

Car ne sunt que .vii. c. e cil .xxx. m. erent.

As premeraines jostes fortment i mesceverent,

D'un de lor meillor homes li jor i desevrerent,

Dont en icel besoing plus si desconforterent.

Alix. lo jor maintes feiz regreterent;

1610

Por quant tant resterent que chier lo comparerent,

Car par il sunt si poi qu'a grant peines entr'els perent.

 

114

 

A l'ajostier des gens josta primiers Sansons,

Desirans de la terre dont li reis l'a fait dons.

Il e lo duc Betis brocent des esperons,

1615

Si grans cols s'antredonent, bassiez les confanons,

Que les aubers si fausent tres per mei les blesons.

Sanson brise sa lance, qu'en volent les tronçons,

E li dux feri lui, iriez comme lions,

Que desoz la mamele li coupe les rognons,

1620

Tote plene sa lance l'abat mort des arçons.

Outra s'en est passez si joans come faucons.

Per contraire li dist: "D'un plais estes somons

Dont ja por vostre boche jujament non oirons;

E li sire de Tyr, que de vos lo venjons,

1625

No terrez en sa terre fermetez ni dojons."

 

115

 

La fu grant lo meschief ou Sanson fu ch[e]eiz

E jut morz a la terre sor son escu toz reiz;

La veïssez li Gris doloros e destreiz.

Eum. lo plore e si pasme treis feiz,

1630

Bonement lo regrete e depeice ses deiz:

"Jentils reis Alix., ja mais ne nos verreiz!

Haï! que n'estes ci, gentils sire et adreiz,

En l'estor perillos que Sanson venjaseiz.

Hui perdrons tuit les testes, de verté lo saceiz.

1635

Sanson, se ne vos veing, coart sui e reveiz."

Lo destrier esperone contre mont un cameiz,

Si se met en la presse que toz i fu estreiz,

E fiert Salachançon, qui sire ert de lor leiz,

Arcievesque de Gadres, anciener come preiz,

1640

Que desoz la mamele de l'auberc romp les peiz,

L'eschina li trença o l'acier qui fu freiz.

De la mort de Sanson fu illec pris lo dreiz,

E li Gré s'antrelïent e plevisent lor feiz

Que l'uns n'i faudra l'autre tant seit de mort destreiz.

 

116

 

1645

Salartons sest armez sor Liart blancetale,

Un buen chival que fu nez de Valfale,

Unquas ni gosta d'aiga, lait boit, e car c'on sale

Li porte l'om molue e trossee en la male.

Salartons fu un cuens e tint la cité d'Ale,

1650

Que sist sor la mer Roge, unques hom ne vit tale.

Rien n'i avoit sens or, ni degré ni escale,

Mais li Gré la conquistrent, que n'i a tor ni sale.

Salartons esperone e vait jondre a Ostale,

Un chivalier de Grice, que tint la tor d'Emvale.

1655

Desor lo gros del piz son acier li empale,

Per l'arçon derïen del destrier lo devale.

Ec vos une eschiele de gent noire e paile,

Ars portent e saietes, mout par est laide e sale.

Toz jors est en es tor de ferir enmenale;

1660

A la gens Alix. fu mout crüels e male.

 

117

 

Cels apelerent Turc qui portent les roëles.

A la gent Alix. creverent les bruneles,

Et as plusors Greceis espandent les büeles.

Predicas e Leoines sordent d'unes vanceles,

1665

Lor espees sanglentes, lor mains a les maseles.

De totes lor compaignes qu'i[l] menerent si beles

N'ont que vint chivaliers qui mais montent en seles.

Vers les Turs esperonent totes unes vanceles,

As espees lor trencent les piz e les cerveles.

1670

Eum. s'escrie: "Ferez, baron, chaeles;

Se Deu plaist, encor hui oirons bones noveles."

 

118

 

Leoines sist el bai qu'a Cesaire conquis,

Des esperons le hurte, es grans galos s'est mis;

En la presse se met, de bien faire pensis,

1675

Coma buens chivaliers qui est d'armes penis;

Fiert un de cels de la, nief li dux Betis,

Que l'escu e les es trenca de l'escu bis;

Mort l'abat des arçons ont li or ert assis.

Mout li a bien mostré qu'il n'ert pas ses amis;

1680

Cist ne se puet gaber se Sansons est ocis,

Tel plorerent encui qui'n orent assez ris.

 

119

 

Antigonus de Grece vait per l'estor poignant,

Lance roide sor feutre e l'escu trait avant,

Les lengues de l'enseigne vont al vent baiulant,

1685

Bien semble chivalier ardi e combatant

Et il fu bien armez sor un destrier ferrant;

Enpereres ni reis nul meillor ne demant,

Car il i faudroit tost se il l'aloit querant.

E vit un Arabi qui lo reins vait cercant,

1690

La compaigne des Gris fortment afebloiant;

Quatre lor en a morz d'un poindre mantenant.

Antigonus lait corre lo chival ramuant,

E cil broça vers lui, nel va pas redotant.

Li Arabi failli, car chival ot tirant.

1695

Antigonus lo fiert, iriez de mautalant,

Grant colp sor son escu del roid espié trencant,

Desor la borcle a or fent les ais d'olifant;

Por grant vertu li romp son auberc jacerant,

Sa lance li peçoie, mais nel lais mie a tant,

1700

Tant com s'asta li dure l'abat mort sovinant.

Met la main al costé, pois si a trait lo brant

E guencist vers les autres en la presse plus grant;

Il nel terront hui mais del ferir per enfant.

 

120

 

Androines sest armez e galope sor frain,

1705

Lance roide levee, l'enarme en sa main.

As garnimenz tenir ne semble pas vilain,

Plus contement nes tint nul fil de castellain;

Si s'afice as estrief qu'en croisent li lorain

E broche lo cival qu'ot delivre e sain.

1710

Un Arabi fellon encontre premerain,

Que tint tot lo païs d'environ flum Jordan,

Califer ot a nom e fu filz Godoain;

La gent de sa contree manjoient petit pain,

Lait boivent de camel et au seir et al main.

1715

Dedesus son capel ot vestu un clavain;

Sa lance ne fu mie de sap ne de fusain,

D'une fort canne fu norie soz terrain,

Lie fu de cuir o de cerf o de dain,

Li fer ert plus trencans que faus que seie fain.

1720

Des homes Alix. ot ocis un almain

Et un conte abatu tot envers en un plain,

Mais ja sera vengiez de son cosin germain,

Car Androines lo fiert enz el piz tot de plain,

Lo clavel li fausa qu'est del tens Elenain

1725

E li trenca lo cuer o l'aciel corrocain.

Tant com l'asta li dura l'abat mort el plain,

Lo cors en lait sanglent e senz l'arma tot vain.

 

121

 

Festions sist armez sor un amoravi,

Ainc paians n'ot meillor ne des oils nel vi.

1730

Et ot escu de Melfa, a listez d'or fin,

D'un bon pail[e] ert cuvert, unques plus rie ne vi,

Trois lioncels d'or fin ot teissuz enz el mi;

E li vassals fu proz si ot le cuer hardi,

A l'estregnier des armes li destrier trassailli.

1735

E fiert un riche duc qu'entres autres coisi;

Cil aveit en l'estor Licanor acuilli

E de cols si blecié que del cival caï,

Mais cil l'en venjera quil teneit a ami.

Tel li done en l'escu, frait li a e parti,

1740

Lo blanc auberc de dos rumpu e desarti;

El cors li met l'espié o tot lo fer bruni,

Si que dedenz lo piz la haste li croissi.

Tant reidement l'enpeint qu'a terre l'abati;

Cel est mort de dolor e mainz autres ainsi.

 

122

 

1745

Aristés vint poignant per mei l'estor plenier,

Aste roide sor feutre a lei de bon guerrier;

Li fers en fu trençans, la haste de pomier,

Les lengues de l'enseigne lait al vent bailïer.

Lo cors ot bel e gent e lo viaire fier,

1750

Anc non veïstes home mielz semblast chivalier;

Rien non poeit durer encontre son acier.

Durement coveitoit Gadrïens domagier,

E fiert un Turc de Perse, niés estoit Mugalfier,

Que lo cuir e les as fait de l'escu pecier

1755

E l'auberc de son dos derompre e desmailier.

Per mei le cors li fait lo gonfanon baignier,

Si que de l'autre part li fait outrepasser;

Tant com l'asta li dura l'abat mort del destrier.

Cist comparra Sanson qui quel doie venjer.

1760

Tel lo plorerent hui qui en ristrent primier.

Lors commencent li renc sor destre a especier.

La poïssez veoir un estor si plenier,

Ces escuz estroër e ces lances brisier,

Ces vassaus enverser, e les seles voidier,

1765

E ces civals aler per ces camps estraier.

Aristés lor lait corre qui n'a soing de tencier,

En mei la greignor presse s'est alez encontrier.

Lai vit Eum. tant fierement aidier,

Sanc e cervelle espandre e poins e piez trencier.

1770

"Ha! gentil dux, fait il, molt per fais a presier;

Gent qui tel conestable ont per els justisier

Ne si devriont mie per petit esmaier.

Li cols de vostre espee nos font tuit recatier,

Car enprés vostra main n'a nus entraiz mestier.

1775

Oni seit cui en poisa si li reis vos a chier,

Car nuls mieldre de vos ne puet lance porter."

 

123

 

Eum. d'Arcade vit la gent honoree

Por amor Alix. de mort abandonee,

Que per mescief que voie ne si sent esfree.

1780

Ni ve[r]s la gent de Gadres ne dota a la meslee.

Li dux la reconforte al trencant de l'espee,

Car contre son acier n'a nul arme duree,

E Ferrant li cort mielz tot une randonee

Qu'esparvier ni faucons no vole a recelee.

1785

Un duc lor a trencié tres per mi la schinee,

Si que l'une moitiez da l'autre est desevree,

Mais l'espee li brisa, qui est antr'els volee,

Per mei l'eneudeüre ont de viez ert quassee.

La masnee Betis ert ja si reüsee

1790

Qu'ariers esteit sortie plus d'une aubalestee.

Li ber fu mout aidanz, sa lance a recovree,

Ans que si parte d'antr'els ert el camp sanglentee

E la mort de Sanson chierement acatee

Et as plus orgoillos fierement demandee.

1795

Del senescal lo duc a sa gent delivree,

Qui l'aveit a dos pontes mout durement grevee.

Soe estoit Damiote, une citez prisee,

Del tens saint Abraam fu sor la mer fondee,

Ce est la premeraine, qui tant est renomee,

1800

Tote tresqu'en Lariz ot la terre aquitee.

Eum. lo fiert sor la targe roëe,

Que la borcle de l'or li a fraite e quassee

E la brune dopliere rompue e desmailee.

Cinc pez li met el cors de la lance planee,

1805

Si que de l'autre part a l'enseigne mostree;

Tant com l'asta li dura e plus une tesee

Lo porte en mi lo camp de la sele doree.

La maisnie Betis si fu donc asemblee,

Sovre li sunt corru e font une hüee.

1810

Se la gent Alix. ne l'a bien encontree

Al grant mescief qu'il voient, ne doit estre blasmee.

Lors ont guerpi estal e place remüee

Tresqu'a une plaisee qu'ont devant els trove[e].

Lai fust la gens reials tote desbaratee,

1815

Ne fust Eum. a la chiere membree

Que deriere se mist o lance aceree

Et a tent lo grant fes e la presse enduree

Que trastote lor chace a per force arestee.

Mais l'enseigna Alix. n'a il pas oblïee,

1820

Macedoine a tres feiz autement escrïee.

L'enseigne que il escrie ia broile ramee,

Que li Greçeis avoient d'une part acostee,

Lor a tel ardiment e proëce donee

Tuit i poignent ensemble, si ont regne tiree.

 

124

 

1825

Lai ou li Gré recovrent fu li caples mout grans,

E selonc li mescief li afaires pesans,

Mais li home Alix. fierent grans cols des brans;

Bien voient qu'il ne sont pas parti a tans quans,

Car un non s'en fuiroit per un moi de besans;

1830

Il cuideroit bien estre plus vil de recreans.

Mais mout si vendent chier as Turs et as Persans,

Qu'il nes tendront hui mais per fols ni per enfans.

 

125

 

Gré si vendent mout chier, qu'il ne trovent menaie

Envers la pute gent qui de pres les essaie.

1835

Une eschiele de Turs lor saut lez une aie,

Plus furent de .vii. m., n'i a celui n'i traie.

Des homes Alix. n'i a gaires sans plaie,

Mais de venger son cors nuls d'els ni se desmaie.

Li soleil esbaudis qui sor les armes raie,

1840

Tel ardiment lor done tot lo cuer lor esclaire.

La baniere Alix. contre lo vent balaie;

Or dïent qu'as espees querant acord[e] e paie.

 

126

 

La masnee lo rei fu mout afoblee,

De l'estor mantenir maumise et empiree;

1845

Ne n'i a gaires nul qui n'ait la car pecee

Tres per mi l'auberc e rompue e trencee,

Descolorie e paile, car de sanc fu voidee,

Car l'eschile de Gadres que si fu destochee

Lor traient plus espés qu'en mai ploie dolgee.

1850

Duel ot Eum., a cui ele fu cargee,

Quant la vit a cel poindre ensi estoltïee.

Il enbrace l'escu si a la lance esloingee,

E Licanor li pro a la soe baissee.

Cascuns des compaignons a la targe enbracee

1855

E laissent corre ensemble vers la pute lignee;

De plus de .m. en ont la campaigne voidee.

L'eschiele si repent, qui tant fu aprocee,

Cil qui pot escamper n'oblie sa corgee.

 

127

 

Ensi come li Turc orent place guerpie,

1860

Les tint Eum., qu'il n'ailent a folie.

Per mei un val parfont devers destre partie

Lor resort une eschiele del regne de Nubie.

Plus furent de set mile de cele gent haïe,

Roële avoit cascuns e fort canne brunie

1865

E li plusor enseignes del regne d'Almarie;

Mout i ot de lor lei fiere civalerie.

Salartons les conduist, qui les Gres n'aime mie,

Unques nus jovencels n'ot greignor estoltie,

Car ne prise cors d'ome vers lo suen un alie.

1870

El cief del Roge Mer avoit albergarie,

Une cité mout bele, aisie e garnie,

Clere fu apellee quant fu establie.

Tant par est bele e rice entor (a) la pescerie

Que trastote paisoit la terre de Surie,

1875

Mais or l'ont crestïen tote adesertie.

Salartons voudra faire premiers civalerie;

A l'asembler des gens en i brait maint e crie.

La masnee reials s'en est mout esfreïe,

Car grant besoing aveit de secors e d'aïe.

1880

Ja fust a cel poindre la bataille fenie,

Ne fust Eum., qui proëce n'oblie,

Que deriere se mist o la lance brunie.

Cel tant qu'il ot de gent avec sei si ralie,

Gent ardiment lor done quant Macedoine crie.

 

128

 

1885

Devant ses compaignons vint armé Salartins

Bauz de Gres desconfire, toz les tint a frairins;

Unquas pois ne fu nez si rices Bedoïns.

Ses civals fu coverz de dos cendals porprins,

Orfreisiez environ, e per listes sanguins.

1890

O lo fer de sa lance fu ocis un meschins,

Cil ert parent Filote e ses german cosins.

Unques nel pot garir li auberc doplentins,

Per mei lo cors li met lo gonfanon porprins,

Que toz en fu sangent son blïaus austorins;

1895

Pois en ot sa deserte coma d'Abel Chaïns.

E Licanor fiert lui, qui pres ert ses vesins,

A mont desor son heaume ou reluist li or fins;

Deci qu'en la cervele but li brans acerins.

Filote tint l'espee e fu soz l'eume enclins

1900

Quant vit mort son parent que ici jut sovins,

Bonement lo regrete, o ses mains romp ses crins.

Por amor del vassal commence tel traïns

Dont li jor fu peciez maint peliçon hermins,

E maint buen chivalier aprocié de lor fins.

1905

Des mors e des navrez fu jonchiez le chamins,

La meslee commence lez un broil de sapins.

 

129

 

Per lo camp esperone li povre desarmez,

Nief fu Eum., de lui tint dos citez.

Li escu de son col fu en set leus troëz,

1910

Et il per mei lo cors d'une lance navrez.

Bien garra de la plaie, car li fers n'est passez,

E ne por quant si ert d'une bende faissez.

A un baron de Gadres s'est en l'estor jostez

Qui ert a une part fors de[s] autres sevrez.

1915

Anc non vi chivalier plus bel fust atornez;

Ses eumes fu o pieres e li cercles dorez

E ses escuz fu chier e richement bendez,

De sinople e d'açur ert par desus orlez;

Li cival ou il sist fu un bai sejornez.

1920

Sa lance li peçoie par desus les costez

E lui e lo chival abat en mi lo prez.

L'eschine li est fraite e le col desnoëz,

Plus de .xiiii. feiz s'est d'angoisse pasmez.

Li vaslez saut a terre, qui bien fu porpense(n)z,

1925

Del cival e des armes s'est mult bien atornez,

Prist l'escu as enarmes, el cival est montez;

Lo cival esperone, mout fu bien conreez.

Lo brant tint en sa main, s'a ses piez regardez,

Li cuer li est el cors plene palme levez;

1930

E vit Eum., qui mout i esteit gravez,

Tant s'estoit combatuz toz les braz ot enflez;

Cheüz fu desoz lui li ferrans pomellez.

Plus de set chivaliers ot sor lui arestez

Qui sovent lo feroient o les branz acerez.

1935

Li vaslez crie Arcade, cele part est tornez,

Si'n fiert un de l'espee dont li branz fu listez,

Que lo braz li coupa, a la terre est volez.

En la presse se fiert si com vint aprivez,

Plus de cent cols lor a de l'espee donez.

1940

O il voillent o non, les a si conreez

Que per force les a de la place gitez.

Li civals si redrece, li cuens est relevez,

Lo valet apella: "Biaus amis, çai venez.

Com avez nom? Qui estes que tel mester m'avez?"

1945

"Sire, dist li valez, ja mais mon nom n'ert celez,

Corisnel mi noment, issi sui apellez.

Ma mere fu d'Arcade, e toz mis parentez.

En la prison rei Daire fui .xiiii. ans gardez,

Assez i fui petiz per mon pere portez.

1950

Mout avrai hui esté de mes armes gabez;

Marci nostre seignor, or en avons assez.

Nief sui Eum. e de sa seror nez,

Or vois querant mon oncle per estranges regnez."

"Deus, fait Eum., tu soies adorez!

1955

Biaus nief, je sui vostre oncle que vos tant desirez

E vos estes mis nief, bien sai qu'est veritez.

Or soiez miens amis e je vostre privez,

En la cort Alix. serez de plus amez."

Andos ses braz li a desor son col gitez,

1960

Plus de .c. feiz lo baise, sor lui s'est aclinez.

"Deus! ce dit li valez, bel sire, or en pensez

Que je soie per vos e per moi honorez."

"Nief, dist Eum., pres de moi vos tenez;

Li estor est mout grief, tost serïez sevrez."

1965

"Sire, dist li vaslez, ainz serai comparez,

Li branz de ceste espee tort et ensanglentez

Que ja parta de vos s'a mort ne sui navrez."

 

130

 

Licanor e Filote vont irié per l'estor,

E sunt amdui li frere armé d'une color.

1970

Alix. reclament, lo magne empereor:

"Haï! si grant sofraite avons hui de segnor.

Tolomeu e Don Clins, ne savez la dolor

Que li baron de Grice sofrent hui en cest jor;

Vos venisez mout tost enesvos au secor."

1975

Licanor vait ferir un des filz Sarator,

Lo chief sor les espailes en a pris a son tor.

Ec vos Guimadorret desor un milsoldor,

Sire fu de Melide e tint Roche Minor,

Unquas en nulle terre n'ot tel devineor;

1980

E poingent avec lui tel mil combateor

N'i a cil qui de lui ne soient teneor.

E li sire fu rices si ot mout grant honor,

En la terre d'Aufriqua n'ot tel sortiseor,

Sovent demostroit pertes e joie e tristor.

1985

Vait ferir Filotés en l'escu de color;

Por ce que ses civaus ot trop sofert lo jor

Chaï entre ses cuisses lo chival correor,

Sor la jambe senestre li jut com une tor.

Entre lui e la terre lo tint tant a sojor

1990

C'onques de lui lever ne pot aveir leisor.

Sor Filote s'arestent maint fil de vavasor

Qu'envers la gent de Grice n'orent onquas amor;

Contre terre lo fierent per mei son iaume a flor.

Cil crie Macedoine, que l'entendent li lor,

1995

Ja i pora bien perdre si n'a secors des lor.

 

131

 

Li Gré oient l'enseigna Alix. crïer,

Per Filote rescoire i corrent tuit li per,

Predicas e Leoine e Caulus qui fu ber,

Eum. d'Arcade, qui ne s'i pu et celer,

2000

E .xxxvii. des autres, qui se volent aster

De Gadrins desconfire et a la mort livrer.

Lai veïssiez les Gres durement asembler,

Maint heaume i ot trencié ainz qu'il peüst monter,

E maint piez e maint poing i veïssez voler.

2005

Ha! si grant domage, que li Gré sunt trop cler,

A tant esforz com erent les firent remüer.

Cil de Gadres salïent quant les virent ester,

Car tant estoient poi c'om les poeit nombrer.

Ireement guinchissent si vont a els joster,

2010

Ja covenist as febles les plus forz comparer.

Nel po iront li Greceis longement endurer,

O els covient morir o del besoing torner.

 

132

 

Por Filote rescoire sont li Gré assemblé,

Lai ot as brans d'acier tant pesant colp doné.

2015

Eum. d'Arcade a un grant pondre entré,

L'amiral d'Escalone a si bien encontré

Lo chief sor les espales en a al brant sevré.

Cil s'arestent sor lui qui mout l'oront amé,

A lei de gentil home l'ont plaint e regreté.

2020

E li Gré antretant ne s'ont mie oblïé;

Filote ont el cival par force relevé.

De vengier son enui a bien lo cuer mesclé;

Cil qui ert abatuz ert anz nuit comparé.

Eum. lait corre lo cival abrivé

2025

E si fiert le gentils en l'estor aduré.

Autresi coma faus qui vient a recellé

Depart les estornels qui pasturent el pré,

Deromp Eum. por vive poësté

La force des Gadrins quant mielz sont ajosté.

2030

Cele part ou il tornent sont il mout esfreé,

De condure son cors est cascuns en pensé;

Cil qui onques anc pot li a chamin livré.

Au departir d'un Turc qu'i[l] lor ot mort gité,

Le fiert uns Arabiz que derieres l'ot visé,

2035

D'une canne mout reide o un fer aceré

Lo blanc auberc li a derot e deserré

E lo vassal el cors d'outre en outre navré

Si que de l'autre part en a lo fer mostré;

La canna brise el piz que mout l'a esgravé.

2040

Il meesmes l'en trait, car mout ot grant ferté,

Puis a celui si pres o lo brant si hasté

Que jusqu'a la centure l'a fendu e coupé.

De son blïaut hermine a le pan deserré,

Per mei leu des espales en a son cors bendé

2045

Per lo sanc estanchier qui voidoit a planté.

De ses compaignons crient, car il sont mout gravé,

Car il savoient or de son mal la purté,

N'i avreit plus semblant de bien faire mostré,

Car c'il sous lor defaut malement ont ovré.

 

133

 

2050

Cil de Gadres n'ont mie coneü la l'avraigne,

Si coma Eum. d'Arcade la sovraigne

Ert feruz enz el cors assez pres de l'entraille,

Fors sol le dux Betis a la chiere grifaigne;

Cil vit lo colp ferir e la plaie qui saigne.

2055

Por ce que sa masnee l'a trové si estragne,

Ont tot li recovriers istoit de sa compaigne,

En fu liez en son cuer, ni n'a dreit qu'il en plaigne.

Vers lui point lo cival, mais ans cria s'ansaigne

E commande sa gent que cele part s'estraingne.

2060

Mais Eum. sist sor Ferrant de Bargaigne,

Ainc no vit hom meillor ni gascon ni d'Espaigne.

Espee tint el poing furgiee d'Alemagne,

Cel jor ne la donast por l'aver d'Alquitaigne.

Ireement civauce lo vancel d'une plaigne,

2065

E Betis li descent al cief d'une montaigne.

Iluec s'antrecorrurent a molt rice bargaigne;

Mout i pora li dux poi prisier sa gaagne,

Qu'anc ne dona tel colp Torastres de Bretaigne

Ne cil de Durindart qui fu niés a Karlemagne

2070

Com fait Eum., cui maltalent engraigne.

Betis n'a si fort heume que trastot ne li fraigne,

N'il n'a tant de laisir que a cival si praigne;

Si lonc com il estoit mesure la campaigne.

Qui voit sa contenence ne cuide que s'en faigne,

2075

Tel rai li saut del nes que son visage baigne.

Or li avra mestier mires que sa plaie estaigne,

Car cil l'a encontré qui maint homes maagne;

Desormais est il dreiz que son orgoil remaigne.

 

134

 

Por secorre Betis i sunt ses gens venues,

2080

Tres eschieles qui sunt des tertres descendues;

En la menor avoit mil lances esmolues

E mil cannes mout reides e mil espees nues.

Les compaignes li rei ont durement ferues,

Laidengees fortment e si escombatues

2085

Que ferant las en moinent e mortes e vencues

Vers un viel castellet, tot unes gastes rues.

Eum. d'Arcade ot ses rengnes rompues,

A guinchir sor le duc les ot cortes tenues;

Li boton estendirent, si furent fors issues.

2090

E Ferrant s'en vait mielz per ces combes ramues

Que nuls faus montanier ne randone aprés grues.

Cil se prent au destrier qui maintes ot eües,

Ses ovres a besoing n'erent pas deceües;

Delez unes brocetes menüement follues

2095

La retint son cival dont penes ot eües;

Ses renges amedos li aveit Deus rendues.

As Gadrins reseront dures penes creües.

 

135

 

Por secorre Betis sont lor gent asemblees,

Tres eschieles qui sunt des tertres devalees.

2100

El cival relont mis, ses armes recovrees,

Son peitral relacié e ses renges noëes;

Betis ont remonté sens autres demorees.

Les miels de ses barons, de ses gens plus privees

En a a une part devers soi apellees,

2105

De vengier son enui les a amonestees,

Et il les en trova mout bien entalentees.

Eum. d'Arcade ot ses rengnes noëes.

Si com beste de bois per brachez esfrees

Que li veneor ont por ataindre trovees,

2110

Revint li gentils hom al caple des espees.

Les compagnes lo rei trove desbaratees,

D'aïe e de seignor durement esgarrees,

Car li auquant s'en fuient, lor targes adossees;

Lor escuz ont guerpiz e les lances gitees.

2115

Lors a li gentil hom grosses lermes plorees,

D'a val li sont del cuers el visage montees,

Si que per mei les oilz li resont sorgitees.

Lors s'escria en aut: "Deservons les soudees

Que nos a Alix. per maintes feiz donees.

2120

Mal avra empleié ses vins e ses pevrees,

Ses car, ses venasons e fresches e salees,

Ses rices dras de soie e ses porpres listees,

Ses bels enaps d'arjent e ses copes dorees

E ses beles richeces que nos a presentees,

2125

Se ci ne sunt per lui ses proëces mostrees.

Per nient avons hui tant lor forces donees.

Totes sont derompues, n'eront mais asemblees.

Gardez hui voz honors, franche gent honorees,

Hui mais veerez mes cols e mes pontes doblees."

 

136

 

2130

Gaidifer de Lariz, ont creissent li palmier,

Qui la terre d'entor avoit a justisier,

En la terre d'Egypte n'ot meillor civalier

Ni home qui per son cors feist mielz a presier,

Ne si bien si seüst en un estor aidier

2135

E les suens mantenir e les autres domagier,

Les torneiz de la place de ci pres encaucier

Qu'il n'avoient laisir de nesun empirier,

Belement sot fuïr quant il en ot mestier;

Les soes bones teches font bien a reprochier,

2140

Bels ert et avinent e tint son cors mout chier

E larges e cortois, n'i ot que enseignier;

Ont que il vit lo bien, sil vout mout essaucier

E vilanes paroles e laides abassier,

Totes les bones genz lever et essaucier,

2145

Les orgoillos abatre e les fellons pleisier.

Il en venoit de Gadres per son seignor aidier,

Lo reireban amena dont il a grant mestier,

E sunt en sa compaigne bien set cent civalier.

Quant veit lo reins fremir e l'estor commencier

2150

E la noisse lever e les criz engreignier

E les doloros plaindre, les navrez acoisier,

Car la mors qui destreint les fait asoploier,

Il sist en cel estor sor lo meillor destrier

Que li reis de Nubie li poüst envoier,

2155

Qui des meillors del siegle avoit tot lo dangier;

Par les costez lo poing des esperons d'or mier.

Ne vait pas per joster les cors del rens cerchier,

Mais en la greignor presse la ou vit l'encombrier

Fait lo cors del cival e l'escu drecier.

2160

Lo conte Sibilor (qu') ala Tyr calongier

Da part Daire de Perse, son seignor dreturer,

Cil feri de la lance sor l'escu de quartier,

Que per mei lo bla(n)son fist l'auberc desmailler,

E lo cors del vassal d'outre en outre passer;

2165

Tant reidement l'estut a terre trebuchier

Qu'il li fist toz les membres e lo cors esmüer,

L'eschine e lo braz e les cuisses brisier.

En piece ne peüst per sol lui redricier.

E des autres i fist tels treis deschivaucier

2170

Dont li pires est pros per ses armes baillier;

Ja mais ne vaudront gaires per lor seignor aidier.

 

137

 

Pirrus fu en l'estor, ses cols fu parisant,

Anc hom de son aage ni ot proëce si grant;

Il no fiert chivalier qui no sgombre l'auferant.

2175

Eum. lo vit, le cor en ot çoiant,

Mostra li a Perdicas si li dit en riant:

"Veez de mon neveu com il vait detraiant,

El grant orgoil de Gadres com il le va reüsant

E d'en hora en hora chivalier abatant.

2180

Qui vout buen chivalier ja meillor nel demant;

Se cestui poi aver, meillor nel va aquerant.

Que qui melo deist, nel terrave a guarant

Que tel de son aage portas[t] lança ne gant."

 

138

 

Pirrus veit Gaidifer que si mesle as Greçeis,

2185

Qui a mout cel afaire antrepris senz gabeis

E des autres lor a descivauciez tels treis

Dont li pires poüst bien per force estre reis.

E Pirrus lassa corre lo bon aragoneis,

Ne s'i tenist cairels cant il est del defeis.

2190

Un nevo Gaidifer qui ert venuz toz freis,

Mout richement armez sor un cival moreis,

Vait ferir a bandon sor l'escu sapineis,

Que per mei lo blaison romp l'auberc jafareis;

El cors li met lo fer e l'ensegne a orfreis,

2195

Mort l'abat des arçons al fin or espaneis.

Cil ne resemblot mie Proënçals ni Bascleis,

Ainz cuidassez qu'il fust un natural Franceis.

Eum. s'en rit e dist un mot corteis:

"Cil li a tost apris de son jeu alaneis,

2200

A meillor chivalier ne josta il del meis."

 

139

 

Del conte Sibilor, qui fu mort a dolor,

Sunt li Greseis dolent e demoinent tel plor

Que desoz les ventailes si pasment li plusor.

Assez i ot de cels qui trement de paor;

2205

Quant de tant riches armes esgardent la luor,

E li solels qui done as escuz grant clairor,

Lors sont en esmaiance de mantenir l'estor,

Et engoisse e destrete i sofront li plusor.

E Gaidifer ot ire, unquas mais n'ot greignor,

2210

Per son gentil nevo qu'est fil de sa seror.

Est pres de lui vengier, broce lo milsoldor,

Lo brant nu en sa main, d'une brune color,

E fiert si un Greceis per mei son heume a flor

Que li trence e perfent de la teste plen tor;

2215

Deci qu'en l'os del col fait coler lo rasor.

Cil caï mantenent, c'ot perdu sa vigor.

De lui n'avront secors mais li Gré a nul jor.

Por quant n'ert mie fils a povre vavasor,

Anz ert en Alïene sire de mante tor,

2220

A justicier en ot la terre e l'onor.

Pirrus ert apellez et il ert de Montflor

E nief Eum., qui'n ot au cuer dolor.

Anc ne fu tels vaslez, ce cuitent li autor;

De nevo per nevo prist escange lo jor.

2225

Se Eum. poist de lui aver leisor,

Ja en avreit merite comme de tel labor;

Si avront li Gadrin a cist primerain jor.

 

140

 

Eum. d'Arcade vit son nevo morir,

De cui avancement ert en mout grant desir

2230

De mostrer sa proëce e de son cors theïr;

Mielz l'amot entor lui au dur estor sofrir,

E cil ert ententis a son oncle servir;

En ce ert sis corages a faire son plaisir.

Mout lo resembloit bien de proëce e d'ahir,

2235

Car anceis se laisast toz les membres tollir

E recevre tel colp qu'i[l] lo steüst morir

Qu'il vousist laidement d'un afaire partir.

Haï! Deus, quil veïst en estor esbaudir

Et al destreit besoing trastorner e guenchir

2240

Del meillor chivalier li peüst sovenir,

Fors solemant lo rei qui les rens fait fremir

E son oncle vers cui je ne l'os ahatir,

Dont mais devez bons vers en rices cors oïr;

Or est mort, c'est grant duels de tel home perir.

2245

Eum. lo plore, ne s'en pot atenir;

Si grant duel en demene qu'il n'en cuide garir.

C'est avis qui l'esgarde que il doive fenir,

Car l'ire quil destreint lo fait teigner e nercir.

Enprés la grant dolor se prist a esbaudir

2250

Quant vit de totes pars ses compagnons gandir;

Jaseront li Gadrin trop tart au repentir.

A l'espee trencant les va si envaïr

N'encontra chivalier que son colp poist sofrir,

Ni si sace embroncier ni soz l'escu covrir

2255

Qu'il ne i face lo sanc de mout perfont issir

O la teste voler o lo cervel buillir.

Ne sevent autrement contra lui escremir

Ni mais de l'endurer o del fais sostenir.

 

141

 

Quant veit li dux Betis des Gris la contenence,

2260

C'onquas si poi de gent n'orent te conoisence,

Il en jure ses deus ou il a tel fïence:

"Se li home Alix. sont tuit de tel valence,

Il n'a cité el mont ou trovent contrastence;

Il le font per orgoil, o ce e per bobance.

2265

S'or nes faz reüser, mout avrai grant pesance."

Lo destrier esperone qui fu nez d'Eliance

Si feri Licanor, que les autres avance,

Devers lo costé destre sor la reconoisance,

Per mei lo cors li passæ les coutels de sa lance.

2270

Licanor tint lo brant qui fu faiz a Valance

E fiert lo duc Betis en l'elme de Costance.

Si grant colp li dona que sor l'arçon lo lance.

Si navrez com il ert en preïst la venjance,

Quant aprés lo duc poignent tel mil d'une sequance

2275

Que tuit sunt lige home de la soe liance.

Caulus ont abatu et Aristé d'Arquance,

Dont li reis avra ire e dolor [e] pesance.

Cil de Gadres les outrent, qui orent grant poisance;

La bataille des Gres a cel poindre balance.

 

142

 

2280

Cel jor fu li besoing fierement commenciez.

Mout i ot de Greceis malmis et enpirez;

Cil de Gadres les outrent sis ont si aprochiez

Que ferant les en moinent trosqu'a uns vielz fossez;

Mout les ont a cel poindre fortment estoltïez.

2285

Eum. recovre soz l'escu enbronciez,

En sa main une lance dont li fer n'est pas viez;

Un chivalier de Gadres feri toz eslassiez,

Qu'ambedos les estriers li a toluz des piez;

L'inguz de son heaume est enz el pré ficiez.

2290

E li Gré lor guenchissent de proëce afaitiez;

Cil de Gadres se tienent, mout les ont emperiez.

Illeques veïssez tant escuz debrisiez

Des morz e des navrez est li chamin jonchiez.

Aridés de Valestre vait per l'estor iriez,

2295

Vait ferir un Gadrin dont il ert aprochiez,

Que per desus le feie est li penons bagniez;

Mais tres conte lo fierent de lor trençans espiez,

Li dui en son escu, et en l'auberc lo tierz.

Sor l'arçon derïen en est toz enbronchiez,

2300

Li chivals s'agenoille, tant fu del cols cargiez;

Mais per mout grant vertu s'est li bers redreciez,

A l'espee qu'il tint s'est si d'els esloingiez

Qu'il n'i a si hardi qui non seit esmaiez.

De dos espiez trenchant fu enz el cors navrez;

2305

Des Greceis entor lui li prist mout grant pitez,

E voit bien e conois e bien s'est porpensez,

Si non fa cist message, que tuit sunt des chief rez;

Aridés volz la regna al destrier abrivez,

Cui caut que ja per home non sera mais bailiez?

2310

Per mei une montaigne s'en vait tot eslassiez,

Al devaler del tertre s'est en un val plaigniez

Ont correit un flum d'aiga dont perfont ert li guez,

Lo cival desoz lui a bien rompu les biez.

Trosqu'al tref Alix. n'ert mais ses frens tirez;

2315

Ja dira teus noveles dont li reis n'ert pas liez.

 

143

 

Tolomeu e li rois e Don Clin sont venu

D'un assaut merveillos qu'a Tyr orent rendu,

Mais cil de la cité se sunt bien defendu.

Li reis davant les autres vit lo mes descendu,

2320

Mout bien resembla home de fellon leu eissu;

Vit sa lance brisee e pecé son escu

E son auberc fausé e son heume rompu

E lo cival meesme per mei lo cors feru.

Soz l'eume lo regarde, lors l'a bien coneü;

2325

Il lo deit bien conoistre, c'un des doçe pers fu.

Li reis lo demanda: "Aridés, don viens tu?"

E cil li respondi: "Mal nos est avenu.

Rei, car secor tes homes a force et a vertu.

Li dux Betis de Gadres nos a cist plait meü;

2330

O .xxx. mille homes nos est devant venu.

Sanson lo nevo Daire nos i ont mort rendu,

E Licanor navré [e] Filote abatu.

Mais anceis que je aie mon bon auberc tolu

Savrai je com il sunt en l'estor mantenu."

2335

"Cist en fait bien a croire," dist Don Clins, qui la fu.

"Voire, dist Tolomés, mout li est bien paru."

Pois regrete li cuens Aristé e Caulu,

Alix. meesme Eum. son dru,

E de Sanson de Grice grams ert et irascu.

2340

"Per foi, dist Alix., or ai je trop perdu."

Pois escrie: "Montez! trop avons atendu,

Gardez que n'i remaigne ni joene ni chenu."

Aridés les en moine per mi un broil foillu

El val de Josafaille per mei un val herbu.

2345

Anceis que cil de Gadres soient aperceü,

Lors sordrent li Greceis, qui mout sont irascu;

Tels a son escu sain que ja l'avra fendu.

 

144

 

Quant li Greceis conurent Alix. d'Alier

E lo secors de lor qui lor veneit aidier,

2350

Il n'i ot si malvais ne s'apuit au destrier,

Lors sonerent un cor per lor gent ralïer.

A une part del camp s'esturent li forrier

E virent lor bataille fortment estoltïer,

Quatre de doçe pers e retenir e lïer,

2355

Caulun et Aristé e Leoine lo fier;

Lors en pristrent un poindre per lor pris essaucier.

Li dux Betis esgarde vers les pois de Gibier,

Vit la force des Gres contre lui civaucier,

Alix. meïsme sa bataille reignier,

2360

L'enseigne despleiee venir el chief premier;

Anc pois n'i ot parole de tenir presonier.

Il a dit a ses homes: "Esgardez, chivalier.

Veez la gent Alix. envers nos aprosmier,

Encui pense li reis durement gaagnier;

2365

Gardez qu'en cest estor sions e fort e fier

E mantenons lo caple as espees d'acier,

C'onquas mais n'i trovassent tel gent a acontier.

Mais vaut amis en voie que argent ni or mier."

 

145

 

Quant Alix. vint, grant mestier en ert lors;

2370

Eum. d'Arcade estoit navrez el cors

E Filote abatu e navré Licanors

E Caulus ses compaing, Aristés e Salors,

E Sanses mors gitez, e li cuens Sibilors.

Non eiseit mais del pas bruns ni bauçans ni sors.

2375

S'auques targest li reis, ja preïssent tel mors

Que de lor .vii. c. homes ne fussent .x. estors.

 

146

 

Li dux Betis de Gadres ne si puet pas afendre

De la gent Alix. domagier e contendre;

Ains lo vespre lo cuide per armes si destendre

2380

Qu'en sa prison fara lo plus orgoillos mendre.

Duel ot Eum., mais ne si set ont pleindre

Quant vit ses compaignons de totes pars aceindre,

Les plusors abatuz [e] en la presse esteindre.

Lors descendi li cuens per son cival resteindre,

2385

Pois remonta desus, de rien ne si volt feindre.

L'escu prist as enarmes ont bien si sot afendre,

Mieldres vassals de lui ne puet espee ceindre

Fors lo rei Alix., ont nus ni puet ateindre.

Eum. lait corre quant les suens vit compleindre

2390

E si poinge en l'estor ont la presse isteit grendre

E fiert si Gaidifer que l'escu li [fait] faindre

Ont il ot dos lions novellement fait peindre;

El cors li a baignié son acier a l'enpeindre,

Si que del penon fait lo blanc en vermoil teindre.

2395

Cel geu ne puet oi mais sens grant perte remendre.

 

147

 

Gaidifer fu navrez e durement bleciez;

Li dux Betis l'esgarde, carrant i est alez,

Lo sanc li vit raier tot aval les costez.

Lors cuide que il seit maumis et afollez,

2400

Tel duel en ot au cuer quatre feiz s'est pasmez;

Se il ne fust tenuz, ariere fust versez,

Unques mais n'ot tel duel de l'ore qu'il fu nez.

Quant il fu revenuz e toz reseürez:

"Gaidifer, dist li dux, or sui je malmenez,

2405

Tot ai perdu mon lous; se vos ensi morez

Ge serai desconfiz e toz desbaratez."

A tant ec vos un mire que mout sot d'enfertez,

L'auberc li a fors trait dont il ert adobez.

Li mires vit la plaie: "Per nïent vos cremez,

2410

En trois jors o en quatre serez vos toz sanez."

Quant Gaidifer l'entent, toz est revigorez,

Pois a dit a ses homes: "Mal serai mais plorez."

Isnellement se fu d'une fasse bandez

E revesti l'auberc qui fu menu cloëz

2415

E relace son heume qui d'or ert encerclez,

Prist l'escu as enarmes dont il saveit assez

E monta el cival qu'est de corre abrivez.

Quant vit lo dux Betis que il fu remontez,

Il ne fust pas si liez, de ce s'est avoëz,

2420

Qui li donast l'aver de .lx. citez.

"Sire, dist Gaidifer, mar nos ont atornez;

Vos achatarez chier quant que de lor a vrez."

Li dux Betis respont: "Sire, c'est veritez.

Faisons lor un enponte, si vos lo comandez."

2425

Lors respont li Gadrin: "O les Gres ajostez."

Mais li Gré la corrurent o les branz acerez.

Lors refu li estors si durement meslez

Qui chaï jus a terre ja n'en fust relevez.

Eum. d'Arcade, li proz e li senez,

2430

E Caulus e Filote, Predicas e Listez,

Cil mantenent l'estor o les branz acerez.

Toz cels que il encontrent ont malement disnez.

Lors s'en torne Betis et il e ses bernez,

Et ont deriers lor dos lor escuz adossez;

2435

De dos leues plenieres ne fu li pas trovez.

Gaidifer vait deriers teins e descolorez,

Tel duel a en son cuer a poi n'est forsenez,

Sovent isteit as Gres ses plançons retornez,

Grant honte ot del fuïr, por ce s'est arestez,

2440

Mais li Greceis li vienent environ de toz lez.

Se Gaidifer s'en fuit, n'en doit estre blasmez.

 

148

 

Or s'en vait Gaidifer, corrociez et iriez,

Car onquas mais ne fu de nul besoing chaciez,

N'il ne vint en estor d'armes apareilliez

2445

Que suens ne fust lo camp, tant par ert resoigniez

E de bons compagnons e d'amis enforciez.

Or a ire mout grant et est el cors navriez;

Se li torne a enui, ne vos en merveilliez.

E Betis est mout trist[e] e fortment esmaiez,

2450

Car ses mieldres compainz, Gaidifer, n'est pas liez,

Mais assez plus dolenz que oisels desnïez,

Ne il ne se contint com home estoltïez.

Deriere toz s'est mis es estriers aficiez,

D'orgoil e de fierté soz son heume enbronciez,

2455

Reide lance en son poing dont li fust n'est pas liez.

La trastorne sovent ou il est aprosciez.

Ses compaignons delivre, car mout les veit encargiez.

Cil en est bien feruz ou il s'est adreciez,

Mains en lait aprés lui de la mort engoissiez;

2460

Des morz e des navrez est li chemins jonchiez.

Si Gaidifer s'en vait, ne vos en merveillez;

Sachiez ne doit pas estre honiz ni vergoignez,

Si n'est d'aucun musart de maldit aguisez

E de follie plus que de sens enpreigniez;

2465

Mais per cure d'estoire devreit estre essauciez.

Corisnel li escrie, que vint toz eslaissiez:

"Vassal, car retornez, per que vos avillez?

Laidement en alez, quant les vos i laissiez;

Hui nos avez sovent de mout pres essaiez,

2470

Or estes, ce m'est vis, alquantes refreez

E vostre pris cheüz quant si vos en fuiez.

N'avez dreit en la mange dont si vos conreez."

Gaidifer lo regarde, qui mout fu corrociez,

E dist per maltalent: "Ja fust cist moz vengiez

2475

Si ne fusse d'autrui que de vos sol coitiez.

Por quant mes maltalenz m'est ja si engraignez

Tel chose en farai dont pro n'ere aassiez.

Certes la joste avrez se vos ne m'i faillez,

Ja sera tot al ver si no m'i guincissez."

2480

A un fais li trastorne, de bien faire ahaitiez;

E cil revint mout tost, soz l'escu enbronciez,

Qui ert cortés e pros e mout outracuidiez

E chivalier mout buens e mout tres afichiez;

Si tant ne parlast d'armes, trop fust bien enseigniez.

2485

Entreferir se vont, les gonfanons dreciez,

Que per mei les blesons ont les auberc peciez.

De la lance al Greseis est li fer palmïez;

Cil que Gaidifer tint non est torz ni brisiez,

Ains est si rustement li suens cols enproiez

2490

Que toz en est vermeils li gonfanons frengiez,

Li foies entamez e li polmons trenciez,

E li fers d'autre part en est essauiez,

Li cors del chivalier por terre trabucier

E de l'arma e del sanc est a cel cols voidiez.

2495

Pois li dist per rampoigne: "Sire, un poi vos targiez.

Hom qui trop est gravez est mout contrarïez;

Ce suelt dire la gent: sorparler est pechiez.

Per cest e per les autres en estes enginnez.

De cest jor en avant cest passage gaitiez,

2500

Si'n prenez les treüz quant fere ert o merciez;

Por tant com vos afiert ja tant ne bargaigniez.

Assez avrez d'un poi quant desi gaagniez.

Vestre enemis mortels s'est a vos acontiez,

Gaidifer de Lariz, ne sai sil conoisiez."

 

149

 

2505

Or s'en vait Gaidifer, que ses Gadrins en maine,

Per son lige seignor est entrez en grant paine,

Bien li puet sovenir de dolente semaine.

De Gaidifer haster est la mort trop villaine;

La soe car isteit de mout grant bonté plaine,

2510

Mout per est grant domages qu'ile n'est tote saine,

Mais ce ne puet pas estre; eü a male estraine,

Li sans li eist del cors per mei la maistre vaine.

Davant ses compaignons molt grant orgoil demaine,

Seür est com s'il fust en une tor autaine;

2515

Assez mielz si defent e de meillor alaine

Que ne fait as bracons ors gitez en chaaine.

Cil que cacent aprés per mei la val sobraine

Trovent des abatuz tote la rote plaine.

Alix. meïsmes vait poignant per l'araine,

2520

La lance sor lo feutre, son gonfanon en graine,

E fiert si Gaidifer com en une quintaine;

Ainc maille non rompi de l'auberc doblaine

Ni ne mut li vassals de la selle garaine;

Ans encontra a son tor une rote quimaine.

2525

Li gentils chivalier o la force certaine,

Que n'ot lasche lo cuer ni la pesance vaine,

Li trastorne sovent o force les en maine,

Cel qu'il encontra bien de son orgoil lo saine,

Toz les plus darairans de l'encaucier afraine.

 

150

 

2530

Bien s'en alast san perte Gaidifer, ce cuidons,

A ce qu'il ert si pros e ses civals si bons,

Si vousist o les autres ferir des esperons.

Aisi vout encargier toz sols sens compaignons

Coma beste sauvage si met perses feons;

2535

Estre cuide e vers est la lor defensions,

E c'il est mors o pris, si faut lor garisons;

N'a mie per fuïr si tornez ses galons

Que sovent ne lor seit reguinchiz ses plansons;

Menüement trastorne, car bien en est sasons

2540

Que la proëce paire dont tels est li renons,

De Gres e d'en estors nos i a fait pesons;

L'un ot trencié lo cuer, l'autre part lo pormons.

Puis dist a sei meïsmes: "Hui n'i perdrai arçons

Per nul que je i voie, tant seit auz ses renons,

2545

Anz m'en irai vers Gadres, malgré toz les glotons,

Se per celui non chaie qui n'est pas de garçons;

Sis escuz ert a or e vermeil ses blesons,

E ses civals Ferrans, que toz venz les gascons,

Ne sereit eslegiez per .c. mille mancons.

2550

Il mi fist del cival chaïr a ventreillons,

Eisement estendu coma per oraisons:

Eum. d'Arcade, cui est granz ses renons,

C'onques tel chivalier ne gosta de peisons;

Il trence per mei fer, os e nerf e breons.

2555

Bien en deit li rei faire seignor de ses maisons,

Que per lui sol est ce que nos lo camp voidons."

 

151

 

Ne püent li Gadrin l'estor plus mantenir,

Ou il vaillent ou non, lo lor istoit guerpir.

Les foriers les en virent toz desconfiz partir;

2560

Lor civals furent las de longement sofrir,

Por quant de l'encaucer ne s'i porent tenir;

As esperons en vienent coveitos del ferir,

Eum. davant, qui les rens fait fremir

E la peire engrumer e la terre bondir.

2565

Gaidifer aconselt a un gacel issir,

E cil s'est regardez, qui l'oï tost venir;

Pois dist: "Aut(r)e chosse est d'un prodome servir,

E qui faire nel vout bien s'en deit repentir.

Cist sols en ausereit cinc cent mil envaïr,

2570

Maint fil de franche dame nos a hui fait morir;

Les meires ne seront en piece sans sospir.

Nostre grant joie a fait a ver duel revertir.

Ne sai qu'en avendra, en Deu est a plasir,

Ne li quais en devra o doler o joïr.

2575

Hui covient l'un de nos envers l'autr[e] escremir;

Miels voil metre mon cors del tot al convenir

Que faire per paor dont mi deie honir;

Plus criem e redot honte que je non faz morir."

 

152

 

Gaidifer fu molt pro, d'un arabi lignage,

2580

En berrie est noriz, e cil de son parage;

Per proëce antreprent sa perte e son domage.

Non prist mie conseil a son dreit seignorage;

Se Betis lo veïst, il lo tenist a rage,

D'un sol home vers lui li tornast a oltrage.

2585

Ni guincis(sen)t pas a guise de fol villan onbrage,

Mais sa lance baissee o lo fer de Cartage,

Embroncié soz l'escu, pleins de grant vassalage.

E tant com li civals puet corre per l'erbage,

Ferrans, qui fu noriz en rice pasturage,

2590

Revient assez plus tost c'un espervier ramage;

Mout sont pres del joster, cui que torn a domage.

Ja n'i seront doné ni plaie ni ostage,

Ne fiances rompues ne deguerpi homage,

E cuit bien qu'al partir i laira l'un lo gage.

 

153

 

2595

Fier furent li vassal e de grant estoltie,

Proëce e maltalens e ferté et envie

Los esmot e somont de grant civalerie.

Li uns lait corre a l'altre, qu'altrement nel desfie,

Car il n'avoit antr'els amor ni drüerie.

2600

Gaidifer vint mout tost, qui n'a talent que rie;

En sa lance ot lacie une mange s'amie,

Que n'estoit mie garce ne povrement norie,

Mais riche damoisele, fille au rei d'Arcadie.

Si fiert Eum. en la tarce florie

2605

Que sor la borcle a or li a fraite e croissie;

De grant vertu l'enpeint e per tel baronie

La guinge en est rompue e l'enarme faillie.

Por quant Eum. ne si mut ne non plie,

Ans a la soe lance dreite voie choisie,

2610

Que per devant la targe, qui fu a or brunie,

Li a pecié la broigne en dos dobles sartie,

La maille trence e romp la ont li acers brie,

El cors li fait sentir lo fust de Romanie,

Car assez pres del cuer est la lance croissie;

2615

De lui e del cival sevre la compagnie.

Alix. en sorz davers destre partie,

Vit lo colp del baron e la joste fornie.

Vers lui s'est trastornez, autement li escrie:

"Vos en don je lo pris, et en port garentie

2620

Per vos est desconfite la pute gent haïe;

Se cist garis[t] ja mes, ce seroit diablie.

No vos puet nus sofrir ni vostre envaïe,

Car enprés vostra main ne done entraiz aïe."

E cil jut estenduz en cui n'a point de vie.

2625

Lai plaignent li Greceis lui e sa corteisie

E la tres grant proëce qu'il aveit acullie.

Eum. meïsme de l'enfoïr les prie,

Que laidement ne seit la soe car perie.

Duel ot de sa proëce quant si tost est fenie:

2630

"Per un poi ne m'en poise, si Deus me beneïe,

Car tel chose m'a faite qui mout mi contrarie."

E li reis fu venuz, que la chose ot escoisie,

Rit soi de la parole que il a bien oïe,

Puis a dit que franc cuers maintes feiz s'umelie,

2635

"Mout fais bien d'un fellon que il nel deïst mie."

 

154

 

Cil ot feru grant colp qui doné en ot maint,

Que a mort Gaidifer dont maint furent dolaint.

Cil qu'il encontra bien en selle ne remaint,

Petit dure as arçons cui il per force enpaint,

2640

Jus li covient aler se sa lance ni se fraint.

Au sanc qu'il ot perdu et al caut quil destraint

S'est pasmez quatre feiz, car travail li sorvaint.

E li reis s'aperçut, cui joie donc sofraint,

Ses dos poing bat ensemble e doucement lo plaint:

2645

"Gentil, se vos morez, je me tieng per ataint

Ne non cuit que ja mais mis cuers joie demaint.

Unques nus chivaliers ne porta escu paint

Que mielz de vos ferist en estor de braint."

E li Gré i sorvienent; n'i a celui ne l'aint,

2650

E demenent tel duel que la chace remaint,

E Betis si garist que d'aller ne si faint.

Li reis ses meillor mires rove c'on li amaint,

Si tost que li civals d'agre suor si baint;

E cil seit tant de plaie n'estut c'on li ansaint.

2655

Lava la doucement et atome e restraint,

D'une bende de porpre per mei lo piz lo saint.

Mout li poise del rei que si dolens se plaint,

Ni vout que s'en gremise ne s'ire li engraint,

A toz lo fait entendre bien est fis que lo saint.

 

155

 

2660

Sor une coute peinte, froirie d'aucoton

A fait li reis coucier lo pro Eumenedon.

D'une faisse porprine l'ont bendé environ,

E Licanor o lui, son gentil compaignon,

Que li fu aportez pasmé sor son arçon

2665

Quant Betis l'ot feru d'une lance a baudon

Devers lo costé destre, que parunt lo polmon;

Li reis fait desor els tendre son pavillon.

Li mires del garir i met grant espoison;

Per tens pora porter chascuns son gonfanon

2670

E chivalier ferir de lance de randon;

E si faire nel puet, mar avra raençon

Qu'en soit pris autre graces si de la teste non.

Tel joie font en l'ost, tuit oblïent Sanson

E Pirrus de Montflor o la gente façon,

2675

Car li grans desconfors esteit d'Eumenedon.

Lors se firent logier li Gré per contençon,

Assez en poi de terme ficerent maint passon;

Qui n'ot tente ni tref de rams fist sa mason.

Icele nuit passerent a poi de livrason.

 

156

 

2680

Cel seir jurent li Gré el val a la fredor.

Lié furent quant la nuit virent mesler au jor

E lo serein recevent qui chiet e la douçor,

Car de caut e de sei sont gravé li plusor

E las et enoié li destrier correor.

2685

Li navré furent vain, qui sentent la dolor,

E li cival cargié de poldre e de suor.

Lié furent del repos quant il en ont lesor,

Petit en ont viande, mais il ont bon seignor,

Si la pristrent comune li grant e li menor

2690

Entresqu'al bien maitin qu'aperçurent lo jor;

Lors ont tentes e tref cargiez per grant vigor.

Dreit vers Gadres s'en vont li noble pugneor,

N'avra mie Betis, ce m'est vis, lonc sejor.

E li reis davant els fait drecier l'oriflor,

2695

Tuit li Gré qui l'esgardent civaucent sens paor.

 

157

 

Li reis perçut lo dux, qui de sojor n'a cure,

Dreit vers Gadres s'en vont la petite ambleüre,

Trespasse pois e roches e mainte co[m]be escure.

Mout menace lo dux qui li fist la ardure,

2700

Car de son conestable e de sa bleceüre

E des autres navrez qui sont en aventure

Est dolens en son cuer si'n a ire e rancure.

A Betis ne menace autre desconfiture

Fors la teste tollir, sa leiauté en jure

2705

Que ja no l'en garra castel ni fermaüre

Ne no li perdonreit iceste forfaiture

Per la moitié a perdre de sa grant teneüre.

Li forer vont soëf la petite ambleüre

O celui qui lo fais a grant besoing endure;

2710

Li plus erent si home e de sa teneüre,

Cil aiment plus lo duc que nulle creature.

Li mires de garir fortment l'aseüre,

Per poison lo gari del mal e de l'ardure,

Armes pora porter s'on la quiert demesure,

2715

Vin bevre, car mangier quant qu'il vout a mesure.

 

158

 

Eum. fu sains e de sa plaie gariz

E Licanor li proz qui tant est per hardiz.

Liez en fu Alix., Tolomeu e Dan Cliz,

Si en firent mout grant joie, car chascuns est bien fiz.

2720

Del duc Betis cliron que s'en fuit a enviz;

Mout est dolens el cuer quant del camp est partiz.

A un tertre s'estuit delez un plaseïz,

Entor lui s'asembla li mielz de son païz.

"Seignor, ce dist li dux, cist jeus est mal partiz,

2725

Cist Greseis sunt diable qui nes ont envaïz,

Tollu m'ont de(s) mes homes, des mielz, des plus ardiz,

Mon gentil conestable Gaidifer de Lariz;

N'aveit tel chivalier jusqu'as porz de Greniz."

"Gaidifer, dist li duc, or pois bien estre fiz

2730

Ja mais n'avrai duree quant vos m'estes failliz."

E li reis Alix. n'est mie resortiz,

Anceis civauce armez e toz a fer vestiz.

Li doçe per de Grice ont Gadrins acuilliz;

La aveit tant enseigne de pailes e de samiz

2735

E tant escu a or e tant auberc tresliz

Contrai soleil reluist li tens e le verniz.

Li dux Betis les vit, lors fu toz esbaïz

Quant il vit les compaignes des granz e de petiz.

Donc s'escrie en aut li rices dux Betiz:

2740

"Seignor, arotons nos devers cest roleïz,

Ja avrons la battaille as branz d'acier forbiz,

Ja mais per Alix. n'ert mis escuz guenchiz."

Lors montent es civals correns et arabiz.

Ha! Des, tant riche espee i fu lo jor brandiz,

2745

A l'asembler des genz fu granz li capleïz,

Ja i avra maint chief per armes departiz.

 

159

 

La ont li Greseis sunt as Gadrins ajosté

Veïssiez un estor merveillos e doté;

Durement i perdirent li ardi desarmé.

2750

Li reis point Bucifal, qui tost cort de son gré,

E mist sa lance el feltre s'a premairans josté.

Fiert Calot de Nubie, si com l'a encontré;

Entre les quatre borcles a son escu tröé.

Calot brise sa lance qu'est de fraisne plané,

2755

E li reis lo refiert, que l'auberc l'a fausé,

Fer e fust et enseigne per mei lo cors passé

E l'arçon derïen de la sele brisé;

Tote plene sa lance l'abat en mi lo pré,

Si que per mei lo cors l'a en terre espeé.

2760

Pois crie Macedoine, si a lo brant recovré

E feri Calion, un duc de Babeé,

Per desoz la mamelle li a lo piz colpé.

Li dux Betis l'esgarde si'n a lo chief crollé,

E dist: "Se cist vif longes, malement ai erré."

2765

O quatre civaliers s'est desor lui torné,

Li quatre lo ferirent sor son escu boclé

E li quint desor l'eume, qui tot l'ont estoné,

E desus Bucifal ont lo rei enversé.

Ec vos a la rescosse Clinçon e Tolomé,

2770

Et ont en lor compaigne maint chivalier armé.

Lai veïssiez des brans tant ruste colp doné;

Al caple des espees sunt li Greseis urté,

Cil de Gadres s'esmaient si se sunt reüsé;

Li dux veit lo mescief si a lo frein tiré.

 

160

 

2775

Quant vit le dux Betis Alix. e s'ansaigne,

Qu'il est si orgoillos e sa gent si grifaigne

Qu'il ne trove chastel ne cité qu'il ne fraigne

Ni terre ni païs qui por el ni destraigne,

Tot per ver estovoir li tollent la campaigne,

2780

Tant per est li dux fiers e si a grant compaigne

Que sofrir ne les puet ne fuïr ne lor daigne;

Menbre li del reproch[e] que cil dist que bargaigne,

Que malvais acat fai qui plus pert que gaaigne.

O sa gent devant lui s'en vait tot une plaigne

2785

E li Gré les encaucent, n'i a cel qui s'en faigne,

E comande sa gent qui s'alit et estraigne.

 

161

 

Al chief de la montagne s'ajostent li Gadrin.

Li tertre furent haut, li val sont soltain,

Ni criement fors davant a l'entree del plain;

2790

Illeques se retienent li meillor d[e]elrain,

Tels i vait per joster que cange son lorain.

As dars et as saietes que cil traient certain

I(l) perdent li Greceis, qui del joster sont sain,

De civals e des armes i perdent li prochain.

2795

Unquas non esgardastes cers ni cabrol ni dain

Si tost corre per lande com Don Clin vait lo plain;

E feri Midoal de la terre al soltain.

Li escuz de son col ne li vaut un pain,

Per mei totes les armes fist fauser lo clavain.

2800

Don Clins brise sa haste si mist al brant la main;

Au torner de la joste ne sembla pas villain

E Midoal lo conte encontra lez un plain;

Si grant (li) colp li dona desor son eume plain

Que trastot l'enversa sor l'arçon derreain.

2805

Dejoste lui s'acoste, si l'ahert per lo frain,

Autresi pris l'en moine com l'astor en sa main.

Li reis de Macedoine lo prist per le(s) calfrain,

Pois si l'a commandé Macedor e Galain,

A dos barons de Grice, si sunt fraire germain,

2810

E cil l'ont hostagé de mil mars l'endemain.

 

162

 

A mout grant seürtance torne li dux Betis

Quant en tel fermeté se fu entrez e mis

Que ja non perdra Gadres per home qui seit vis.

De Midoal lo conte li poise, car est pris;

2815

S'ensi quite l'en moinent, n'est pas bien ses amis.

Lors vont en la bataille tels quatre cens e sis

N'i a cel ne seit pros et en armes penis.

E li dux vait avant de bien faire pensis,

Mout gentement l'en porte li bons civals de pris;

2820

Assez en petit d'ore sera de lui esquis:

Per un baron de Grice fu pois lo jor conquis,

Tolomeu l'en mena, ses mortel enemis,

Si'n abati lo duc, veiant dis mille Gris,

Que ses eumes a or en fu a terre mis

2825

E sis escuz boclez est peciez e malmis

E hurterent en terre totes les flors de lis;

Pois l'en mena o lui en mout luitan païs,

Li reis de Macedoine l'ot lo jor, ce m'est vis,

Quant il fist la bataille ont Porrus fu ocis.

 

163

 

2830

Mout ot li dux grant ire, e li plais fu mout mals

De Midoal qu'est pris, ses buens amis corals.

Il point lo bon destrier, que plus tost cort per vals

E per tertres aguz que autres per igals;

Unquas nuls ne fu tels ne mes que Bucifals.

2835

Tolomeu point lo brun, qui en lui fu bien sals,

Si grant cops s'antredonent es escuz a esmals

Que per mei les aubers ont trencié les cendals.

Ja fust ad amedos ceste joste mortals,

Quant les hastes peçoient ensemble comunals;

2840

Si durement si hurtent les escu des vassals

Fren ni lorain ni sele ne vaut un denier fals,

Li arçon sont brisé e rompent li peitrals,

Sor les cropes s'enversent amedui des civals.

 

164

 

Mout si furent malmis li vassal au joster,

2845

Unquas mais ne vi plus dos homes estoltier;

Anz aüsiez leisir de dos arpens aler

Que unquas un de cels si peüst relever.

Tolomeu si redrece primerain come ber;

Davant ce que li dux si peüst relever

2850

De l'espee qu'il tint li vait tel colp doner

Que de son eume a or trenca li capeller.

El blanc auberc doblier fist lo colp devaler -

Ne sai quantes des mailles en fist al brant fauser -

E la spee d'acier en la teste abevrer

2855

Et a mont vers lo ciel les dos talons lever

E lo coing de son eume enz el sablon fichier.

E per la regne a or vait lo cival covrer,

Unquas per cil de Gadres nel laissa amener.

Li dux mena s'anseigna por sa gent assembler;

2860

Adonques veïssiez les Gadrins ajoster

Et issir des montaignes et illec amasser.

Entr'els e la montaigne poignent li doce per

E rovent as Greceis bien les destrez garder,

Que li Gadrin ne poissent venir ne retorner.

2865

Desor le dux Betis veïssez si capler,

Tant poing e tantes testes e tant civals colper

Se li dux ot paor ne l'estut demander.

Il cuide que ses termes fust venuz definer,

Car de si fier estor n'orez ja mais parler.

 

165

 

2870

Mout fu grant la bataille per lo plain d'Orïuz,

Li estor perillos ont li dux fu cheüz.

Dilans, un cuens de Perse, Poneez e Liaguz -

Aprés vint les galos Estarrans de Leuruz -

Sor le duc s'aresturent e tienent les branz nuz,

2875

E per lui redrecier i ot mans cos feruz,

Mais anceis qu'il montast fu mout fortment batuz

Des retrors de lor lances, que toz est esperduz.

Un cival li amoinent qui fu bausans crenuz,

Li dux lo prent al fren si est avant venuz,

2880

Mais anceis que il l'ait, li sera chier venduz.

Per l'estor vint poignant Aristés e Cauluz,

Dos des barons de Grice que il ot ja tenuz.

Desor lui fu li caples o les branz mantenuz,

Li brant d'acier tentissent sor les eumes aguz.

2885

Guimardocet d'Afrique lor a dit tes saluz:

"Or pens chascun de sei, que li camps est vencuz."

 

166

 

Li dux Betis remontent si home natural,

Mais anceis i ot fait as espees maint mal.

La bataille Alix. vint tote armee en un val,

2890

Lai poïssez veïr maint noble vassal

E mainte bone enseigne de pali e de cendal.

E li reis vint premiers armez sor Bucifal,

Les lengues de l'enseigne li batent contra val,

Mout mene bonement la compaigne reial;

2895

Cil fara a cort terme lo duc müer estal;

S'as espees si trovent, ja voiderunt cival.

 

167

 

Lo duc vit Alix. sor son cival armé,

C'onquas n'ot en cist siegle home tant redoté;

Per Sanson lo redote que il ot mort gité,

2900

Bien seit, se il lo prent, malament a ovré.

E li reis lo menace e jure li grant Dé,

S'as pons lo puet tenir, malament a ovré;

Ne lo laireit tant vivre que il fust avespré

Per trastot l'or del siegle, si l'a cuilli en hé.

2905

Sa lance giete a terre, s'a l'escu adossé,

Al plus tost que il puet s'en va vers la cité.

 

168

 

Mout per fu grant la perte, ce nos reconte Estace.

Li dux veit Alix., qui fortment lo menace,

S'as pons lo puet bailier, ne laira nel desface.

2910

La paor qu'a de sei li fait müer la place,

A la fuie s'est mis, or gart chascuns qu'il face.

Clins les vit desconfit si s'est mis en la chace

E choisi un Gadrin c'on clame Boniface,

E sist sor un destrier c'on apelle Dicace,

2915

Nus civals envers lui ne cort plus que limace.

Si or l'en lait aler, ne se prise une agace,

Autresi lo tint pris coma faus la becace,

Ne li puet escamper ne c'a Lumbart sa mace.

Devant lui si traverse a l'entrer d'une trace,

2920

De la lance lo fiert ont lo gonfanons lace,

Sor lo destre costé li a fait tel crevace

Ja per tant com il vive ne perdra mais la trace.

Lieve lo des arçons, contre terre lo chace,

Assez en petit d'ore fu si freiz comme glace.

2925

Don Clins vint al cival, per la regna l'enbrace,

Pois l'ot es desers d'Inde et el regne Candace.

 

169

 

Li dux fu desconfit e sa gent fu perdue,

Dreit vers Gadres s'en fuit tot une voie herbue.

Alix. lo suit, qui tint l'espee nue,

2930

E li dux vait avant, que de fuïr s'argüe.

Tres lieues e demie a la voie tenue

A tant petit de gent com li est remansue;

Per mei la maistre porte s'est en Gadres ferue,

A l'entrer de la vile mante teste ot tollue.

2935

Si tost ne fust la porte coleïce abatue,

Ja fussent tuit aprés per mei la maistre rue;

Mais la vile est si forz qu'a peice n'ert rendue,

Ne crie(me)nt asaut de gent ni periere que rue.

Qui a tente ni tref si l'a entor tendue.

 

170

 

2940

Li dux fu desconfit e sa terre gastee.

L'ost de Grece se fu quatre jors sejornee.

Tost fu cele novelle de Gadres a Tyr portee;

Un messages corteis tot tart a l'avespree,

Qui la mesaventure lor a tote contee

2945

Coment la gens est morte e si desbaratee

Que ja mais ceste perte non sera restoree,

Per grant leisir lor a s'aventure contee,

C'onquas per negun home ne li fu trastornee,

Que la gent Alix. s'en esteit tote alee

2950

En la terre de Gadres, o ele est arestee,

Fors cele del chastel que s'en ert enz entree.

Li dux Balez de Tyr a sa gent apellee:

"Qui savreit bon conseil ni parole senee,

Ne nos devreit pas estre a cest besoing celee.

2955

S'Alix. nos prent, nostra mort est juree,

Non prendroit raençon d'or ne d'argent pesee;

E li Greceis m'ont si destruite ma contree

Que n'i pois recovrer une sole disnee.

Veez la cil chastel qui garde cele entree,

2960

Que l'aiue de mer nos a tote vee,

C'onquas pois ni ot nef ni galie arivee.

Qui avreit cele tor en plusor leus quassee,

A pis et a perieres en maint leus esfondree,

E que la gent fust morte, destrute, escrevantee

2965

Anceis que l'ost de Grice fust ariere tornee,

L'aiue de la mer avrions recovree,

Ja mais ceste citez no sereit afamee.

Une partie seit de nos genz asaiee,

S'ait cascuns pic d'acier e coignie aceree

2970

E traient les quarels de cele tor muree

D'a val devers lo font si com ele est fondee."

Si com li dux lor a la parole contee

Li fu bien per ses homes otrïee e garree.

 

171

 

A l'auba aparisant, si com duit esclarier,

2975

Li dux Balez comande ses perieres drecier,

Et a fait son atrait mout tost apareillier.

Adonquas veïssiez ses perieres lancier

E toz cels manganels giter e perïer

E cele tor de piere en maint leus enperier

2980

Et esmüer e fondre la cauz e lo mortier.

E li Gré s'i contienent a lei de bon guerrier,

Durement s'antremetent de traire e de lancier,

Mais encontra periere ne si porent drecier.

Une partie a fait de sa gent despoillier,

2985

E cascuns aveit pic e coignie d'acier.

Adonques veïssiez cist Tyrïens ploingnier

E traire les quarels de la tor e sachier,

Aler au font a val e sovent repairier;

E li home Alix. ni se sorent gaitier.

2990

Cil assauz lor dura trastot un jor entier

Tant qu'il font lo chastel chaïr e pecïer

E la gent Alix. toz perir e noier.

Un mes s'en est tornez qui vait al rei nuncier.

Quant Alix. ot lo dit del messajer,

2995

Pois a dit a sa gent: "Entendez, civalier,

Ge ai perdu ma gent e mon chastel des eir;

Aler m'estuit a Tyr iceste honte vengier.

Li dux Balez est morz s'as pons lo pois trovier,

Ja n'avra home en terre quil poisse esplaidier."

3000

Quant li Gré entendirent cist mortel encombrier,

Lors font cuillir lor tentes e lor somiers cargier,

Tot droitement a Tyr pensent de l'esploitier.

 

172

 

Li reis de Macedoine en est venuz a Tyr,

Vit son chastel fundu et en la mer gesir,

3005

Ensi com il li firent lo pié desoz tollir

E ses homes neier et en la mer morir.

Alix. les plaint e giete un sospir:

"Baron, ce dist li reis, mout mi devez aïr,

Je vos fis en ceste nage ensemble o mei venir;

3010

Or quant je vos deüsse vos servises merir,

Si vos a fait lai ens a tel glaive morir.

Mais ja Deus ne mi laist de mes membres joïr,

Se je pois lo duc penre o a mes pons tenir,

Si nel faz escorcier o es carbons rostir.

3015

Or farai la cité de toz sens si ordir

Que por mer ni per terre non pora uns issir."

 

173

 

Mout ot li reis grant duel quant sa gent vit perie,

A soi fait apeller Licanor et Elie:

"Cerciez, dist il, les porz de trastote Surie,

3020

Gardez n'i laissez mie ni barche ni galie."

Cil ont fait son pleisir, car il nel heent mie,

E si moinent o els de Greseis grant partie

Assez en poi de terme, que non targerent mie.

Lor veïssiez a Tyr amener grant navie;

3025

Al mur devers la mer lor font un establie,

Que ja mais cil dedens n'en istront en lor vie,

Ne secors n'i vendra, s'il vient que ne l'ocie.

Li dux vit Alix. e sa grant baronie,

Qu'il li a sa cité de toz sens si garnie

3030

Ni per mer ni per terre de l'eisue n'a mie.

Mout i a de sa gent ou il pro nno si fie,

Ne mais de nulle part n'atent secors n'aïe.

 

174

 

Icel jor sejornerent les compaignes lo rei,

Tresqu'au maitin a l'auba repassent e sunt quei.

3035

Alix. a fait sa periere endreit sei.

"Barons, dist Alix., per Deu entendez mei.

Ceste ville est si forz, bien lo sai e sil vei,

Ja mais non sera prise si non prenons conrei.

Mais faisons faire enging, perieres e carrei;

3040

De lai devers la mer ai assis mon navei,

Per la n'en istra nus qui ait cure de sei.

De cele part sor nes lor farai un berfrei;

Quant la mer sera grosse ci(l) metront li ondei

L'engin desci qu'as murs sans nul autre carrei.

3045

En lui n'avra home ne chivalier fors mei,

Bien istarai armez d'armes e de conrei."

"Sire, dist Tolomeu, non farez, jel vos prei.

Que poirions nos faire, s'il nos mesciet de tei?"

E respont Alix.: "Jel farai, per ma fei.

3050

Je nel lairoie mie por quant que as oils vei;

De çai devers la mer en farai drecer trei,

Nos assaudrons ensemble bellement sens desrei

E metrons cels lai enz en mout pesant esfrei,

Que d'els e de la vile abatrons lo bofei."

 

175

 

3055

Au maitin per son l'auba, cant li soleils esclare,

Li reis fist ses enging e ses perieres traire,

E quant furent drecié, sil fait au mur atraire.

E li Gré sont armé, que ne se targent gaire

D'asaillir la cité per cels qu'en volent traire;

3060

Lai veïssiez sachier mante pelice vaire.

Li rois les vit armez, tot lo cuer li esclaire,

E montier es engins que fortment li puet plaire.

Il corrut al berfrei que des autres ert maire,

Primiers i est montez per avancier l'afaire;

3065

Quant la mer fu enflee, sovent al mur repaire.

Li engin oïssez crossir e si durement braire

Que cil cuident quil voient que toz deie desfaire,

E cil dedens s'aïent de lancier e de traire.

Li dux veit Alix. el belfrei ou il aire,

3070

Anceis qu'il en descende li movra tel contraire,

Se il pot escamper, ne savra son repaire.

 

176

 

Li dux vit Alix., mout l'a bien coneü

Tot solament monté sor lo berfroi tendu;

S'or no se puet vengier, chier li avreit vendu

3075

La honte qu'il li fist quant el camp l'ot vencu.

Encontra lui s'en vait e tint un dart agu,

Lors li lance lo dux si lo fiert per vertu,

Mais n'a pas Alix. en l'auberc conseü.

"Per ma fé, dist li reis, bien m'as or offendu;

3080

S'un autre cop mi dones, bien m'avras deceü."

Lors li lance Alix. un dart qui fu molu

E feri si lo dux e de si grant vertu

Que la targe li pece, l'auberc li a rompu

E tres per mi lo piz lo acier enbatu,

3085

Si que dedenz des murs ot li duc cheü;

Les dos jambes a fraites e peceié le bu

E la teste fendue, lo cervel espandu.

Li reis lo veit lai ens en la cité cheü,

Bien seit se cil est morz li autre sunt vencu.

3090

Deus! com s'est porpensez li reis de grant vertu,

Ja fara hardiment qui sera menteü,

Dont parleront encores li grant e li menu;

De son chastel li poise quant l'en est sovenu.

Mout a bien Alix. li reis son dart seü,

3095

Car del belfrei ont ere, ensi aut com il fu,

Est sailliz toz en piez, a son col son escu,

Sor lo mur de la vile si que tuit l'ont veü.

E cil de la cité si sunt si esperdu,

Por icele aventure furent si quoi e mu

3100

Que plus d'une loëe ont eissi esteü

C'onquas n'ot per els ni lancé ni feru.

Predicas li hardiz l'a bien de pres seü.

Li reis saut en la vile, c'onquas tels hom ne fu.

Quant cil de Tyr lo voient entr'els sols abatu,

3105

Tot lo cuident aver e pris e retenu.

Tres en mei la cité ot un arbre follu;

Alix. si traist desoz un arc volu,

Illeques si defent o lo brant d'acier nu.

Mais cil de Tyr li sont de totes parz corru,

3110

Son eume li detrencent e coupent son escu

E l'ont per quatre feiz a genols abatu;

Si per tens n'a secors, mal li est avenu.

E li Gré s'escrïerent tuit ensemble a un mu;

Sor lo mur de la vile sunt li pont abatu,

3115

Li mur e les batailes sunt de Greceis vestu.

Cil qui dedens sailirent sunt as portes corru,

E cil qui defors furent en sunt dedens venu.

Tot lo primerain home que li reis a veü,

Que vint por lui aider, est Aristé son dru;

3120

E dist entre ses denz, mais ne l'a entendu:

"Li primerain fiez des mes pers særas tu."

Se li reis li promist, bien li a atendu

Que per soe aventure l'en est si avenu;

Pois li dona la terre que fu au rei Porru,

3125

Endie fu soe e Capes cant l'en ot revestu.

Illeques veïssiez un estor mantenu;

Cil qui sunt pris per force sont destruit e pendu,

E cil orent merci que san si sont rendu.

 

177

 

Li reis prist la cité per itel vassallage

3130

Qu'il sailli sor le mur del berfroi per tel rage

Anc home no l'esgarda nel tenist a follage;

Car nus hom no poit unquas atemprer son corage,

Car de toz les fellons vout abatre l'outrage

E vers la soe gent ot lo cors humel e sage.

3135

Li reis ama mout Tyr, qui sist sor lo rivage;

Antipater lo done, cil mist enz per istage;

Il en ot a la fin mout doloros escange,

Car il l'enpois[o]na com hom de put lignage.

Au quint jor mut li reis e conduit son barnage,

3140

Tot dreitement vers Gadres acuilli son viage.

Or sace bien Betis n'i metra autre gage,

Si li reis lo puet prendre, que la teste en ostage.

 

178

 

Quant li reis mut de Tyr, bele compaigne maine

E trespasse Surie, une terre soltaine.

3145

Alix. esgarde contre une roche autaine,

En la conba d'un val a veüe Araine,

Une cité mout fort e de richece plaine.

Environ la cité aveit mainte fontaine,

Dedens n'aveit seignor fors la gent citaaine.

3150

Alix. apelle Caulun de Macedaine:

"Veez en quai païs aventure nos maine?

Sire en serai clamez ainz que past la semaine,

O abatrai ces murs de mortier e d'araine."

Cil respont tel parole que ne fu pas villaine:

3155

"Mout mi sereit plus bel si la nos rendent saine."

 

179

 

Alix. assist la cité environ,

Es prez desoz la ville tendi maint pavillon

E mist a une part Tolomeu e Clinçon;

Licanor e Filote, Aristé e Caulon

3160

A mis a dos des autres e o els maint baron.

Alix. meïsme apelle Antiocon:

"Alez m'en or endreit o tot un compaignon,

Dites a cels dedenz que nos les assaudron;

Se per vos ne se rendent, a force les prendron,

3165

Ja non baillerai un qui viegne a raençon."

E cil li respondi: "Vostre plaisir faron."

Antiocus s'en torne e meine Antigonon,

E vienent en la vile errant a esperon.

As citeains parolent e metent a raison:

3170

"Alix. vos mande, e nos lo vos dison,

Rendez nos ceste ville, les tors e li dojon;

Ja no s'en tornera ne nos no partiron

Desci que l'avra mise a fou et a carbon."

E cil li respondirent: "Vos parlez en pardon.

3175

Nos ni somes si home ni da lui non tenon

Ne ja n'avra del nostre vailisant un boton.

Si li reis nos menace, e nos lo desfion,

E se il nos assaut, e nos nos defendron.

Se il eissi nos moine, donc somes nos bricon."

3180

Li mes s'en sont torné quant ont dit lor raison,

Tresqu'al tref Alix. n'i ot [a]restaison.

 

180

 

En la tente Alix. en sunt li mes entré,

Content li tot l'afaire si com il l'ont mandé:

Que de la vile rendre ne sont pas porpensé,

3185

Car anseis en serunt mil escu eströé,

E de nos e de lor maint plaié e navré.

Alix. demande: "Sunt il ja desfïé?"

Ço dit Antiocus: "Per mal somes sevré."

Lors comande li reis que tost soient armé,

3190

D'asaillir e de penre garni et apresté;

Meïsme Alix. a son cors conreé.

Son cival li amoinent Caulus et Aristé,

Alix. i monte per son estrief doré.

Lors veïssiez les Grés dedevant la cité

3195

De penre e d'asaillir garni e conreé,

Et avoient porprise la dove del fossé.

Tost fust prise la vile e li mur esfondé,

Quant cil de lai dedens sont a conseil alé.

A une part si traient li prince e li quassé:

3200

"Cil Gré sunt de bataille garni et aduré,

Nes poireit retenir ni chastel ni cité.

S'Alix. nos prent, mal avomes erré;

Non penra raençon, qu'il le nos a mandé.

Mais car fasomes pas a nostre sauveté

3205

Si que nos ne sions honi ne vergondé."

As batailles des murs sont cil dedens monté,

Dïent a Alix. que il aut a son tré,

E cil li porteront les clés de la cité.

E respont Alix.: "Ce me vient mout a gré;

3210

Bon conseil ont eü e sont bien porpensé."

 

181

 

Li reis vit la cité qui vers lui s'umelie,

E qu'anceis la rendront qu'ele seit agastie.

Dreit a son trief s'en torne o sa grant baronie,

A pié est descenduz antre sa compaignie;

3215

Mout ot environ lui bone civalerie.

Alix. les vit, ne puet müer ne rie.

Un chivalier persant del regne de Nubie

Davant lui s'agenoille, mout doucement li prie:

"Sire reis Alix., cui tot lo mont soplie,

3220

Chivaliers sui prisons por esloignier ma vie,

E sui venuz a tei, mester m'est quel ti die,

Que tu me dones don selonc ta seignorie."

Li reis fu encombrez de la brogne sartie,

Sa teste li desarment, por ce ne respont mie,

3225

Mais la raison celui a bien per cuer oïe.

Ec vos les pers d'Arene per mei la praerie,

E civalce chascuns un mulet de Surie.

Davant lui s'agenoillent desor l'erbe florie,

Les clef li ont rendues e la vile bailie.

3230

Alix. les prent, mais son prison n'oblie,

D'autra part s'est tornez si apelle Elie:

"O est li chivaliers qui me quereit aïe?"

Cil venuz est avant, que fortment s'umelie.

"Amis, dist Alix., bonement senz bosdie,

3235

Tien, je ti don Arenes e la terre en bailie;

Ja non perdras plen pié en trastote ma vie."

"Vai avant, chivalier, dist Don Clins, sil mercie."

E cil li respondi: "Per fei, je n'en quier mie."

 

182

 

"Civalers, dist li reis, vien avant si avras

3240

Ceste bone cité e per mei la tenras,

La terra environ, ja plen pié non perdras."

E cil li respondi, qui mout fu de cuer bas:

"Rei, dona mi autra chosa, or o argent o dras,

La cité no mi plaist ni je ne la voil pas

3245

Ne ja de li defendre non serai un jor las."

Alix. respont: "Chivalier, dreit en as;

Ge ni sai que ti tient ni lo cuer que tu t'as,

Mais itel sont li don al rei macedonas."

Alix. s'en rit si apella Filotas,

3250

Sor un feltre de pal s'est assis de Domas.

Del chivalier se rïent e demenent lor gas:

"Que n'a soing d'aice penre, mais ame dons escars,

Malvais non sereit rices per tot l'or de Domas."

La cité fist garnir e mist ens satrepas.

3255

Son cambarlenc apelle c'on clame Quinquinas.

A lo prison comande a doner cinc cent mars;

Ce fu li mendre don qu'Alix. donas.

 

183

 

Quant cil orent la villa Alix. rendue,

Li reis la fist garnir et autres gardes mue.

3260

Al quint jor est meüz, del siege si remue,

Tot dreitement vers Gadres a sa voie tenue.

Or sace bien Betis pene li est creüe

Que ja mais en sa vie no li sera tollue.

Li dux Betis a bien cele chosse seüe,

3265

E mande per toz ceus e secors et aüe

E tramet en Aufrica per une gent creüe;

La gent persant e neire i est o li venue,

Et envoie en Becaine per une gent becue;

Dens ont granz e piez lez, grans est e percreüe,

3270

Chascuns d'els porte hace o tinel o maçue;

Cui un d'els fiert a colp, mervoille est si nol tue.

Tant civaucent a force que la vile ont veüe,

Qui ot tenta ni tref si l'a au plan tendue.

E bien saca a certes mout est corta sa vie,

3275

S'Alix. lo prent, ne laira ne l'ocie.

Ses engins fait drecier e la peirere que rue.

 

184

 

Alix. fa ses priere lever,

E manganele contre mont drecier.

Da totes part fait la cité exalder

3280

E li feus greceis contre mont lancier;

Ad arc e saietes fait cil dedens berser.

De cil de la cité ne fait mie a plaider

Com il si defendent al trair et al çiter.

Il gietent palons e grant pere corner.

3285

Alix. en jura en qui il se puet fïer,

S'il po[t]li dux Betis a ses mains bailer,

Il le fara apendre o la teste couper

Por Sanson qu'il i a mort, son maistre gonfanoner.

 

185

 

A gran tens ne fust la cité perdue

3290

Se no fust Alix., qu'a sa broine vestue.

E li doçe per s'armerent e l'altre gent menue.

Li reis apelle sa gent e dist parole membrue:

"Baron, dist Alix., bone gent coneüe,

Quante citez m'avez pris e bataille vencue!

3295

Si cesta cité ne pois aveir, ne mi pres une lue."

Quant li Gres l'entendirent, de bataille s'argüe.

Al premier assaut fu la barre prendue

E la doie del fossé splana et abatue.

Trosquament a la porte n'i a reine tenue,

3300

A pic et a conçie ont la porte rompue;

Unques por cil dedenz ni pot estre defendue.

Gres i entrerent, chascun la spee nue;

Cil qu'il encontrerent ont le teste perdue.

Don Clin perçut li dux qui fuz per mei la rue,

3305

Li cival esperone qui de correr s'argüe,

De l'espee qu'il porta un tel colp li rue

Que li heume o tot la teste li a al brant tolue.

A cil colp fu la cité perdue.

 

186

 

Quant la cité fu prise e li palais listé,

3310

Li magne reis li entre, il e son barné.

Tuit cil de la terre pris per feelté,

Son or e son aver li rent e sa grant riceté.

Et il li distrent de servir a bone volunté.

Li roi fi garnir la terre de son rice barné;

3315

Divinuspater ont de la cité casé,

La segnorie donee e trastuit l'arité.

Mais de cel servise'n ont male soldé,

Que por celui traitor fu poi enposoné,

Si com porez oïr ainz quel libre soit finé.

 

187

 

3320

Sages fu Alix. e granz fu ses barnez.

N'i remant aprés lui ni prince ni quassez,

Si ne vait aprés lui; ni seit deseritez.

E Daires fu en Perse cremuz e redotez,

Que trastoz ses vesins aveit issi matez

3325

Que treü li rendoient estre ses voluntez.

Quant il ot d'Alix. qu'ensi est ajostez

Sor l'aiga de Gangins e trastoz ses barnez,

Mais hom n'i trove pont, ne il n'i avoit guez,

A un conseil apelle ses druz e ses privez;

3330

Oëz que lor a dit quant si fu porpensez:

"Per la fei que vos dei, cist enfes est desvez.

Or lo voil essaier, si vos lo commandez,

Se il est per enfance aisi desmesurez,

O sil fait ses grans sens o sa grans poëstez

3335

Qu'il vout de tot lo mont estre sire clamez."

A dos de ses barons a dit: "Avant venez,

Querez moi Alix. tant que vos lo trovez;

Cest dons que je vos bail da ma part li donez,

E la senefiance pas ne li celerez,

3340

Si com vos conterai e vos dire l'orez."

 

188

 

Dairez prist un escuz et un liem de soie,

Al messagiers lo baile e dist qu'ailent lor voie.

De la senifiance dire fortment les proie:

"Li escuz senefie qu'esbanïer si doie,

3345

Per ce que il est enfas d'ostïer si retroie.

Si li dites aprés, si mon treü m'envoie

E s'il crie merci, ge li la perdonroie.

E si ce ne vout faire e de rien s'en deroie,

Aprés li farai pis se il tient ceste voie."

 

189

 

3350

Li mes pristrent les dons qui delivré lor sont,

E la senefiance bien entendue l'ont.

Alix. tint s'ost antre l'aiga e lo mont,

Mande les carpentiers e fait lor far un pont.

Cels cui l'ot commandé en quatre jorz lo font,

3355

Aprés passa li reis quant la presse deront.

E quant il furent outra, toz les princes somont

Que pas facent a lui, e s'il li contrestont,

Per force e per poëste les destruit e confont.

 

190

 

Anceis que Alix. venist illec tot dreit,

3360

Se fu il combatuz al rei que Tyr teneit

Et ot la cité prise par force e par destreit.

Il monte Libani, un poi qui pres esteit,

Ja sont coupé li arbres dont les engins faseit.

Et ot l'onor saisie quant que a Tyr pendeit,

3365

Ne un sol non trespasse qui rices princes seit,

Se pas ne fait o lui, que per force nel pleit,

Car ses maistres Aristotes, cui il aime e creit,

De tot lo sens del mont l'entroduist a espleit;

So[n] sens e sa proëce fortment li sormonteit,

3370

Si qu'Alix. jure que ja no finareit

N[i] inver ni esté ni per caut ni per freit

Jusqu'a de tot lo mont segnor clamez sereit.

 

191

 

Li message rei Daire or ont l'ost sormontee.

Quant furent en la plaine, si l'ont bien esgardee,

3375

Virent tant pavillon, tant aucube doree,

Tant civals e tant muls estaichié per la pree.

E dist li uns a l'autre: "Or vei gent desfee;

Orgoillos est li sire qui ci l'a amenee.

La rente del treü, je cuit, est aportee,

3380

Mais ele ert calungie al trencant de l'espee."

E virent en un poi, desoz une vallee,

Lo tref al rei meïsme, car mout ert granz e lee.

 

192

 

De lo tref Alix. vos dirai la faiture.

Il est e granz e lez et auz a desmesure;

3385

L'estace en fu d'ivoire a mout riche penture,

Quant il esteit dreceiz n'i pareit pas jonture.

Or vos dirai aprés quals est l'autra faiture;

Dos pomels a itels que bien sont per nature,

L'uns est d'un escarboncle qui luist per nuit escure,

3390

L'autre fu d'un topace, la peire est clere e pure,

E li pan furent fait trastuit bien sens coisure.

 

193

 

De fin or neellé fu faiz li pavaillon,

E les cordes de soie, que tendent environ,

Et ot avec meslé plume d'alerion;

3395

Serpent n'i puet entrer, tant ait fort agullon.

Li quatre pan son fait chascun d'une façon;

L'uns est blanc comme neis e clers coma glaçon,

Li autre de travers est neirs coma carbon,

E li tiers fu plus vers que foille de plançon,

3400

E li quarz plus vermeil que n'est sanc de peison.

La reïna lo fist qu'ot nom Eleniçon,

Que per sa grant beuté desut rei Salamon.

Tot tens si gist en feu, n'a autra garison.

Il ne poireit pas ardre nuls feus lo pavillon;

3405

E quant il est pleiez e mis en quareignon,

Sil met l'om et enungle d'un des dez de grifon.

 

194

 

Li uis del pavillon fu d'un autre mainere,

D'une pel de serpent qui est granz e plenere.

Mout est blance e clere plus que nulle verere;

3410

Por la bonté qu'il a si deit estre plus chere,

Car si nuls fols i vient e neis feme leugere

Que port entoscement, torner les fait ariere;

Sempres si clot e serre plus que nulle masere,

Aprés devient oscure coma nuit tenebrere;

3415

Cele especiez dure plus d'une leue entere.

Cent mars d'or en valeit li uis e la quarrere;

Sa mere li dona, mais ce fu per preiere.

 

195

 

Sor lo feltre del trief ot aissis un oisel,

Per mout grant maïstrie entaillé o cisel

3420

En semblance d'un aigle de cors e de forcel.

Li pié sont d'aïmant, qui fortment furent bel,

E tint antre ses cuisses de fer un grant quarel;

E li cors e les ales e li maistre coutel

Furent tuit de fin or e coises e mustel.

3425

La reïna la fist qu'ot nom Elisabel.

Il ne fist onquas Deus nul dromon si isnel,

Qui tant seit acuilliz contra vel un vancel,

Que nel face ester quoi, sil clama l'om estiel.

Enz el bel dedevant ot un bon calamel,

3430

E quant li vens i fiert, donc oirez cant novel

Que mielz valt a oïr que muie ni frestel.

 

196

 

Tels fu li tref defors com or vos ai conté;

Or vos reconterai per dedenz la beuté.

El premier pan davant fu pens li mes d'esté,

3435

Tot si com li vergier verdïent e li pré

E tot si com les vignes florissent e li blé.

Li doçe mes de l'an i sunt tuit devisé.

Li oisel e li jor li signe ont nombré,

L'ans i est devisez, pens en sa poësté.

3440

Per letres d'or escrites est tot ce devisé.

 

197

 

En l'autre pan aprés, qui vousist esgarder,

Veïst il mapamondi enseignier e mostrer

Coment tote la terre est enclose de mer,

E metre en trois parties que je bien sai nomer,

3445

Coment li filosofe la voillent deviser.

C'est Aisa et Eüropa et Aufrique sa per,

Les montagnes, les fluves, les cités a conter;

Quant que li ciels enclot puet l'om illec trover.

Alix. li reis i vait sovent garder

3450

Quant il gist en son tref per son cors deporter,

Li doçe per o lui per son sen escouter;

E quant s'est porpensez, qui donc l'oïst parler

Que mout fist Deus poi terre per un home tencier;

Dis tant en poïst bien un sol hom governer.

3455

E diseit donc aprés: "Si pois longe durer,

Sol tant com il en est voudrai je aorner."

 

198

 

En la tierce partie esteit escrit coment

Erculés fu consuz e nez primierement.

Quant il fu el cunel, netiz e de jovent,

3460

E Juno sa mairastre, qui lo aoit fortment,

Dos serpens i tramist per enverinement;

A chascune des mains ocist il un serpent.

Pois conquist il la terre deci qu'en Orïent,

Illec mist il les bones veiant tote la gent.

3465

Alix. li reis i esgarde sovent,

E quant l'a esgardé, jure son sarament,

Se il puet longes vivre, que il fara eisament.

 

199

 

En la quarte partie, si com li trief define,

Est escrite l'estoire d'Eleine la reïne:

3470

Si com Paris por lei en ala a Micene,

Et ensi com ele en vint a la centene

E civalca la mule qui ne fu pas frairine,

E Paris l'en mena avec sei per ravine,

E Menelas en ot vers lui mout grant haïne,

3475

O sa gent en ala soz Troie a la marine.

Proteselas li proz i fu morz per estrine.

Dis ans i fu li seges, l'estori lo devine,

Pois fu tote livre[e] a duel et a gastine.

Li reis gist en son tref, garda en la cortine

3480

E dist as doçe pers: "Cist furent de morine;

De la cité de Perse farai si grant ravine

E farai del rei Daire autretel desipline,

Qui damoisels a faiz des sers de sa cusine."

 

200

 

Li message rei Daire or ont l'ost sorveüe

3485

E virent la campaigne tote de tref vestue.

Cascuns d'els descendi de la mule crenue,

Pois l'ont as escüers por la regne rendue.

Çoröés vait avant, a la teste chenue,

E quant vit Alix. de nïent lo salue,

3490

Ans li dit fieremant parole aperceüe.

 

201

 

"Alix., dist il, tu ti fais rei clamer,

Messaige sui rei Daire, si voil o tei parler.

Sis hom deüsses estre e son treü doner;

Enfes es(t) trop hardiz, qui ce ossas parler.

3495

De soe part ti voil cist escui presenter,

E cist lïem de soie ti envoie li ber.

E saces qu'il lo fa per ton sens esprover;

Que cest dons senefïent, ce ti voil je mostrer:

L'escui t'envoie il per rire e per joier,

3500

Car enfans es(t) encors, non deis a als penser.

Si mon conseil vols [c]reire, tot ce lairas ester,

Toz nuz piez e [en] lang(u)es iras merci rover

E rendras lo treü c'il nol volt perdoner,

Sis hom devendras liges per s'amor acater."

3505

Alix. l'escouta, nel deigna moz soner.

 

202

 

"Se tu ce ne vols faire que l'estuis senefie,

De cest lïem de soie dirai l'alegerie.

Mes sire lo ti mande, dreiz est que je tel die:

Deci que en ta terre no gariras tu mie,

3510

Dedenz cest premier an l'avras tote guerpie."

Quant l'oï Tolomeu, autement si escrie:

"Se ne fussez messages, dit aüssez folie;

Menacier e non faire c'est mout grant vilanie.

Demain irons avant cinc lieues e demie,

3515

Li treüz ert renduz o l'espee forbie.

C'il a de nostre terre eü la seignorie,

Or est venuz avant qui mais ne li otrie."

 

203

 

Lors respont Alix. mout veçïeement:

"Vos serez deceüz; tot ira autrement

3520

Ceste senefïence, Daires, per quei entent.

Li estuis est reons e li mons ausiment,

Dont je istarai sire si je vif longement.

Per cest lïem de soie dont il mi fait present

Mi revest de sa terre e de son tenement.

3525

Or li comant e pri sens aucun maltalent

Que il mi voit sa terre tost et isnellement.

Se dedins a set jors sa terre no mi rent

E pas no fait o mei per alcun covinent,

Bien savra d'escremir se vers moi se defent.

3530

Gré sunt bon chivalier e Daire a malvaise gent;

Sil pois trover el camp, je lo farai dolent."

 

204

 

Li messaige rei Daire si departent per mal,

Montent es muls amblans si avalent un val.

Quant ont lo mont monté, si tornent a estal.

3535

Unquas pois ne finerent amedui li vassal

Tant qu'il vindrent en Perse dreit al perron reial.

Li reis jut en un lit, onquas hom ne vit tal,

Tuit li quatre quepol furent fait de coral.

 

205

 

Li reis Daires si dreice quant il vit les messaiges.

3540

Çoröés vait avant s'a parlé comme sages:

"Saus soies tu, rei Daire, e toi e tis barnages;

Toz sens ti s(er)eit durables e lonc seit tes eages,

Car se nos ti perdons ce ert dols e domages.

Alix. est fols e fiers est sis corages;

3545

N'est mie de merville, bien lo deit ses aages.

Tu li mandas orgoil, il ti mande oltrages

E dit qu'al brant d'acier ti rendra treüsages.

Drugomans mene o soi de trastoz les lengages,

Dels homes del païs dont a pris les homages;

3550

E dit que toz li monz sera sis albergages."

 

206

 

Quant Daires ot oï la novelle contee,

Que Çoröés li dist, que avoit l'ost trovee

Sor l'aiga de Gangis largement ostellee, -

Il vit tans pavillons, tant aucube doree,

3555

Tant trief e tant enseigne a fin or neelee,

Tant cival, tante mule estaiché per la pree,

De besans de fin or oï tante sonee,

Tantes riches lumieres vit la nuit alumee

D'encense de tubie en lampes aut levee

3560

Que ja n'i faudra feus de bone oile rosee

Desendens per desus, chascune est tempree,

Tote nuit ont clarté jusqu'a la maitinee, -

Dist Daires as messages: "Est ce chose provee?"

"Oïl, dist Çoröés, je n'en sai recelee

3565

Que quatre tansn'en seit qu'en avez en pensee."

"Oï Deus! dist Daires, m'avertiez est passee,

C'or sui desavanciez e ma terre gastee.

S'or ne mi puis vengier, ne doi mais cendre espee;

Lo treü mi rendront, qui qu'en prena colle[e]."

 

207

 

3570

Per briés e per messages que Daires ot apris,

Sot que Alix. de la guerre s'est entremis.

Per trastotes ses terres manda ses corsis

E manda toz ses homes que bien seit chascuns fis

Que qui non ert a lui e[n]tresqu'a .xv. dis

3575

Que non perde les membres, ja non sereit plaidis

Li ors ne li argent qui ot Semeramis.

Quant il ot assemblé ses genz devers Tigris,

Si ot trente tans homes qu'Alix. n'ot Gris;

Mais per ce fu vencuz e ses regnes conquis

3580

Qu'as filz de ses culverz s'isteit en conseil mis

Qu'avoit fait de sa terre senescals e bailis,

Donees gentils femes et es honors assis.

Cil li ont si son regne afollé e malmis,

Les villes confundues e les borgés aquis,

3585

Les povres chivaliers cels ont tenu si vils

Assez sunt plus dolent que se il fussent pris,

E hontes e contraires ont tant fait as gentils

Que quant vint al besoing sor l'aiga de Gangis,

Si dit li uns a l'autre: "Que ja n'ait Paradis

3590

Qui per malvais seignor si lait ferir al vis

Ni qu'en receit collee desor son escu bis;

Conbatent sei soi serf dont il a fait richis,

Qui nos avers nos tollent e tenent per chaitis;

Ja cil n'avra la terre qui nos en face pis."

3595

Chascuns baissa sa lance e fuit vers son païs.

Daires veit qu'il s'en vont, per poi n'erage vis,

E dist a ses culverz: "Cist mal m'avez vos quis.

Mei home mi guerpissent, qui de vos sont clamis,

Tant lor avez fait hontes e de lor drez porpris

3600

N'ai baron en ma terre ni seit mis enemis.

Assez lo m'ont monstré, anc dreit ne lor en fis.

Or mi poise fortment, mais tart mi repentis,

De vos mi vengerai s'en pois estordre vis."

 

208

 

Des que Daires seit ce qu'il isteit veritez

3605

Que la noise e li criz de la guerre est levez,

Porrun mande en Inde per ses briés saelez

Que sis hom Alix. s'est vers lui revelez.

Viegne a lui en s'aïe o mil de ses privez,

Ja uns nen i vendra que bien ne seit paiez;

3610

Il avra a sun uef, si'n ert asseürez,

Quatre cenz mille livres de besanz moneez;

Les armes Alix., qui est outracuidez,

Celes avra il totes anz que seit mais passez,

Bucifal avec ce, qui tant par est loëz,

3615

"Mar i vint li culverz, cant a moi s'est meslez,

Nel pot garir deserz ne marine fertez

Que je nel seue tant qu'il ert deseritez."

Li mes li dist o boche qui li brief ot portez

Que si il i aloit il sereit foletez,

3620

Qu'itant ert Alix. d'avarece desvez

Que tant tost com il ert de Daire desevrez

Il en vendra sor lui, ja non ert trastornez.

Pourrus ot la novelle, si fu espoantez

Qu'il n'alast en l'aüe ou il esteit mandez

3625

Qui li donast tot l'or de .lx. citez.

En la fin de sa terre a ses homes mandez,

Toz jorz est de bataille garniz e conreez,

Que il ne seit des Gris sorpris ni afollez.

 

209

 

Que Porrus non vendreit des que Daires lo sot,

3630

Per trastotes ses terres per ses barons mandoit;

Mais il est si haïz que nuls d'els ne l'amoit,

Per ses fellons garçons que sor els sormontoit;

Anc ne vint se cil non qui remanir ni soit,

Ne per ce si ot tant homes de cels que il mandoit

3635

Que .xxx. tant ot d'omes qu'Alix. n'i oit.

E quant il sunt ensemble, l'uns l'autre regardoit,

E dist li uns a l'autre: "Musart somes e soit

Que si somes o Daire, qui nos deseritoit,

E tant nos teneit vils e si nos abassoit

3640

Que quant un de ses sers o nos si corroçoit,

Per poi ne nos batoit e bien nos ladenjoit,

Ni ja dreit nen eüst qui des sers si clamoit."

Chascuns baissa sa lança, en son pais tornoit.

Daires veit qu'il s'en vont, a poi ne forsenoit,

3645

E dist a ses culvers: "Garçon, co m'avez mort;

Mi home mi guerpissent, tant lor avez fait tort."

Un soldaiers li dist, qui o lui s'en aloit,

Que a tort isteit reis e pas bien non erroit.

Pirres est orgoil de serf que verin de crepoit.

3650

Daires jure son chief e ses deus e sa sort

Que d'els se vengera se il vis en estoit.

Que que Daires ot dit Cliabraz escoutoit

E Bersa sis compainz, que trastot ice oit.

Ambedui li culvert, qui erent d'un escoit,

3655

L'ocïent en fuïent per ce quis menaçoit.

 

210

 

Pois que Daires vit ce qu'il fu a mort navrez,

Alix. manda per dos de ses privez

Qu'il lo viegne veoir ainz qu'il seit desv[ï]ez.

Li reis fait que corteis, poignant i est alez.

3660

"Sire, ce li dist Daires, maintes merciz e grez

Dont çai estes venuz e pité en avez;

Morir voil davant vos, grant confort m'est assez.

Une fille ai mout belle, si penre la vollez -

Rasonés est clamee, plus belle ne verrez -

3665

Mes avers e mes regnes vos ert abandonez

E vos en servira trastoz mis parentez

Si estarez del monde toz lo mielz marïez.

Ne creez voz culverz n'en els ne vos fïez;

Qui d'els se clamera del dreit ne defalliez,

3670

Qu'a vos ne s'en irasse del ciel la maiestez.

Qui des miens si clamot cil ert bien escoutez,

Mais ja dreit n'aüst cil qui des sers s'ert clamez.

Li mals e li domages en est sor moi tornez;

En traïçon m'ont mort si com vos lo veez.

3675

Si faront vos li vostre si non vos en gardez."

 

211

 

"Sire, ce li dist Daires, non vos quier pas mentir,

Je sui a mort navrez, nïent est del garir.

Une fille ai mout gente, non i cuit pas fallir,

Nuls hom non pot si belle en tot lo mont choisir;

3680

A moillier la prenez si vos vient a plaisir,

E porez o ma feme mon rëaume partir;

Non devez rien a force ni penre ni tollir

Que poissiez per raison penre ni retenir.

Ne vos caut voz culverz essaucier ni teïr,

3685

Ja de rien nen jorés qu'il vos poissent froïr

E toz jorz vos voudront enginnier e traïr.

Li mien, qui mi deüssent e garder e servir,

A dolor mi font vivre e ma vie fenir."

Per l'angoise des plaies a gité un sospir;

3690

"De si grant felonie ne le[s] laist Deus joïr.

Quant il m'orent navré, si pristrent a fuïr.

Per la dolor des plaies que m'estoit a sofrir

Ne poi unquas un sol conoistre ni choisir."

L'arme s'en est alee, li cors prist a nercir.

3695

Alix. lo rove come reis sevellir

Et autement plorer, plaindre e custoïr.

 

212

 

"Seignor, fait Alix., avenuz m'est gent cous,

Cil qui Daires ont mort m'ont mis en grant repos

E m'ont m'onor creü et essaucié mon los;

3700

E si l'oënt geïr jes metrai en repos

E del lignage Daire n'avra un tant os,

Si riens lor aveit, nel tormentés a dos;

E torques et armiles lor metrai a lor cols,

Ses leverai en aut, cui qu'en peist ne seit gros,

3705

Plus c'ome de ma cort, tant sache aver grant los,

Qu'il seront amirable as sages et as fos."

 

213

 

Quant oient li culvert la promisse del rei,

Venu sunt davant lui, dïent li en secrei:

"Sire, nos l'avons mort, si t'afions per fei;

3710

Bien volons que tul saches que fait l'avons per tei."

"Seignor, dist Alix., or istez un poi quei.

Quant vostre seignor lige avez ocis per mei,

Selonc vostre servise lo gueerdon vos dei.

De rien qu'aie promise no mentirai ma fei,

3715

Que torques et armiles avrez, si com je crei,

De vos lever en haut farai penre conrei."

 

214

 

Li reis fait apeller Tolomeu e Clinçon,

O els dui sont venu li doçe compaignon.

"Seignor, dist Alix., entendez ma raison.

3720

Ces culverz que veez mi metez en prison,

Daire, lor seignor lige, ont mort en traïçon.

Per ce que fait l'avoient en murtre et en lairon,

Lo volïent celer icist traitor gloton.

Quant je per lo geïr lor promis gueerdon,

3725

Que torques et armiles avroient a bandon

Sis levaroie en aut, cui pesast ne cui non,

Por ce que ma parole n'ait rien de mesprison

Les bras en leu d'armiles de cordes lor lit on

E torques de reortes entor les cols façon

3730

E per lever en aut a forces les pendon."

 

215

 

Lai ou Daires fu morz, tres dedevant les portes,

Les fait li reis mener a dos de ses coortes.

Les braz en leu d'armiles lor fait lïer de cordes

Et environ les cols les ars porter per torches

3735

Et en somet les forces les fait traire a reortes.

Sor l'aiga de Gangis, dont le rives sont tortes,

Fait les sers enterrer des garçons que sunt mortes.

 

216

 

Quant Alix. ot si destruit les traitors

E tormentez a forces e fait tels desenors,

3740

De par totes les terres a mandé les dotors,

Les princes, les domeines e toz les vavasors.

"Seignor, dist Alix., or mi rendez les tors,

Les chastels e les viles, les citez e les bors,

E je vos recrestrai a chascun voz honors."

3745

Cil li ont outrïé, qui orent grant temors,

E li reis i mist cels qui li plaist a seignors.

 

217

 

Ce fu en mai lo mes qu'il si sunt combatu,

Que li reis Alix. ot Daire en camp vencu.

Pois qu'ot en son domeine lo regne retenu,

3750

Ses prevoz i ordene, tels com plaisir li fu,

Que per tot Orïent li coillent son treü.

Set jors i sejorna a l'uime est moü,

Et ot tant civaucié en Inde est venu.

Porrus en isteit reis, un hom de grant vertu,

3755

Qui ot a sei mandez toz cels da Garalu;

Entresqu'en Etiope n'est home remansu,

Garamanteis i vindrent, qui per lo caut vont nu.

Ja n'i remandra mais que il n'i ait feru.

 

218

 

Porrus ot une fille qu'il aveit mout gardee;

3760

Por ce l'avoit chiere e l'aveit mout amee

Que sa mere en fu morte lo jor qu'ela fu nee.

Veit la gent de sa terre per la guerre esfree,

Ne set cui la comant, criemt qui li seit amblee,

Car s'il perdeit la terre et ele fust trovee,

3765

Des que li Gré l'avriont vilment sereit menee,

Ja mes n'avreit seignor si sereit avilee.

Candace la reïne, que esteit sa privee,

Mande qu'il viegne a lui per carte saelee,

E cele i est venue garnie e conree

3770

A cinc cens chivaliers des miez de sa contree.

Porrus prent la meschine per que il l'ot mandee,

A merveillos aver si la li a donee.

Avec son menor fil, dont ele ert esposee,

Candace prist congié si s'en est retornee.

3775

Porrus part de sa fille a si fort destinee

C'onquas pois ne la vit qu'ele en fu menee.

La crime de sa fille des que li fu passee,

En la fin de sa terre a sa gent aünee.

Li Gré sunt aproscé, la guerre est afilee,

3780

Ja mais senz grant domage ne l'avront afinee.

 

219

 

Mout per fu grant la gent que Porrus ajostot,

Unquas reis d'Orïent greignor aveir ne pot,

A grant esforz i vint qui que unquas l'amot.

Estre les desesmons e cels que il mandot,

3785

Trente mil et utante carres toz tels i ot

Que, quant si muet la beste que uns de cels menot,

Quant c'unquas ataigneit plus tost que faus trencot;

E cels qui sus esteit albaleste portot,

Mout si tint a gari qui de cels escampot.

 

220

 

3790

De cels qui sont a pié n'est hom qui numbre die.

Des chivaliers de Parte e de cels de Surie,

Qui la erent venu querre chivalerie,

Cent mil en ot o sei Porrus de tel bailie

Que cel non i aveit n'aüst targe florie

3795

E bon cival corrent e broigne a or sartie.

Quant les vit Alix., toz tint de felonie

Et a dit a ses homes: "Ne vos esmaiez mie;

Ceste gent que veez n'est pro amanvie,

Ja un pont nos tendra mais bien seit assailie.

3800

De l'or que vos veez que per cels vals fromie

Riches serez clamez a toz jorz de vos vie

Qui bien les conquerra o l'espee forbie.

Lo maitin i vendrons, quant l'auba ert esclarie."

Eum. l'entent, ne puet müer ne rie.

 

221

 

3805

A l'auba aparisant sunt d'ambas pars monté

E furent de bataille garni e conreé.

Cinquante e dos eschieles a li reis ordené:

Tote la premeraine commande Aristé,

La seconde Filote, la tierce Tolomé,

3810

A chascune des autres a bon conduit livré.

Don Clins e Filote a li reis apellé

Que quant Porrus ert fors a trastot son barné

Qua cil a pié si metent antr'els e la cité;

Davant la jelde soient mil chivalier armé,

3815

Que ne tornent ariers Persant ni Filisté

Ne neguns de cels d'Inde, quant il seront lassé.

Mout per fu grant la presse la ou sunt ajosté

Aveié sont li ort e li vergier quassé,

Les vignes derompues e degasté li blé.

3820

Lai poïssiez veïr tant escu eströé,

Tant auberc derompu, tant eume escartelé

E tant poing e tant pié per la terre coupé;

En lo sanc si ventreillent cil chivalier navré.

Garamanteis s'esmaient, car mout per sunt gravé;

3825

Per ce que il sunt nu, fuiant s'en sont torné.

Alix. les suit o son riche barné.

 

222

 

La bataille fu granz e la gent fu grifaigne,

Ne passe per cel leu tot ne peceit e fraigne,

Des vignes e des blez ont perdu la gaigne.

3830

Cil de Perse s'en fuient tot dreit a la montaigne;

Li magnes reis les siut o sa riche compaigne.

Lai veïssiez gesir tans mors per la campaigne,

De cervel e de sanc est cuverte la plaigne.

Porrus vit lo domage e lo mal qui engraigne,

3835

Ne fuïr ne vousist ne no seit com remaigne;

Sa cité a perdue sanz nulle recovraigne.

Maudit lo rei de Grice, qui sa gent li magaigne,

En piece n'ert mais jor qui de lui ne si plaigne;

Li Gré qui sunt davant l'en soflent la castaigne.

 

223

 

3840

Eum. fu proz e fu nez de Valterne,

N'ot meillor chivalier tresqu'en fine posterne,

E sist el cival neir c'on clame Pïerne,

Alix. el tramist al prince de Salerne.

O l'eschiele des Gres qu'il conduit e governe

3845

El chief de la bataille vait ferir Oliferne,

Reis est d'une montaigne d'entre bise e galerne.

Eum. lo fiert, que de rien ne l'esperne;

Li escuz ne li vaut lo fons d'une lanterne,

Tot l'auberc li deromp qui fu faiz a Lïerne,

3850

Per mei lo cors li met l'ensegne de Palerne,

Si que mort lo trabuce joste une vielle cisterne.

 

224

 

Siches de Valebron vit Oliferne mort,

Il broche lo chival, lo gonfanon destort.

Sor l'escu de cartier vait ferir Licanort,

3855

Que la haste peceie, qui fu reide e fort.

Filotes lo traverse, qui l'a feru si fort

Que jambes reversés l'abati en un ort;

Li civals fu braidis, ariere s'en resort.

Porrus point a l'escosse si li fist tel confort

3860

Ne laise per les Gres que tres si ne l'en port,

E fu ensemble o lui Abïuz de Gomort.

 

225

 

Asael sist armez desor un cival ros,

Ne trove chivalier de mort nel face en fos;

Porrus lo vait ferir, quant Sichen ot escos,

3865

Empent lo de vertu, des estriers lo fait blos.

D'un margait ou il ciet fu sis eumes fainos.

De meïsma la puinta fiert Joab l'orgullos

E Joab refiert lui, que bien fu aïros,

Que les hastes peceient, sor els volent li tros;

3870

Les jambes reversees trebucent en un ors.

Li cival Joab fu jones et estorços,

Ses regnes traïnant s'en fui tot un peiros.

Andui saillent en piez iriez e vergonnos,

O les brans acerins si fierent corroços.

3875

A tant ec vos poignant el destrier aïros

Abïuz de Gomort, quis depart amedos,

Porrun rent son cival, qui'n isteit besognos.

Amdui se sont torné e Joab remest sols.

 

226

 

Moab, un rei d'Aufrique, sist sor une gaçele

3880

Que plus cort de ravine que ne vole arundele.

Vait ferir Tolomé, qui les autres cabdele,

Empent lo de vertu, que tolt lo de la sele.

Don Clin point cele part lo destrier de Castele

E vait ferir Moab en l'escu de müele,

3885

Que soz la bocle d'or li fent et escartele

E la brogne li trence el piz soz la mamele,

Qu'as doelles de l'espié lo cuer li escartelle;

Davant sor son arçon li chaï la büele.

Don Clins enpent Moab sil leve de la sele;

3890

Cil chaï morz a terre desor l'erbe novele.

 

227

 

Moab ot un nevo de novel adobé,

Unquas en nulle terre ni ot plus bel armé.

Aminadab l'apellent Persant e Filisté

E fu duc de Caspeis si ot grant richeté

3895

D'une terre garnie de trastot lo bien Dé.

Quant il vit mort son uncle, Moab lo fil Taré,

Ne fu mie merveille s'il ot lo cuer torbé.

Sist sor un cival blanc qui fu destre comé,

Que plus cort de ravine quant il est esfreé

3900

Que fauc ne suit aloe quant la fam l'a gravé.

Sis lorains e ses armes valent une cité:

Sa selle fu d'ivoire, ses frens d'or esmerré,

Ses aubers fu legiers si ot mout grant bonté,

Ne criemt colp de saiete ni de dart enpenné;

3905

Un escu ot a col qui fu d'or envolsé,

Li elme de son chief giete grant clarté,

En som ot un topace a esmals neelé,

La haste de l'espié fu d'un fraisne plané,

El som ot un penon d'un vert pali röé.

3910

El poing antre dos rens lo blanchet afilé

Ad aute vos s'escrie Dan Clins e Tolomé

Si lor demande joste, car mout l'a desiré.

Quant Tolomeus l'entent, si a lo chief levé,

Lo destrier alferant a vers lui trastorné,

3915

E li dus pont vers lui, ne l'a pas redoté;

Al fer de lor espiez si sunt antrecontré,

Totes les plenes hastes si sunt antreversé.

Porrus point a l'escosse si a son duc monté,

E Tolomeu saut sus quant si sent aterré;

3920

Ans que Porrus s'en tort li a tel colp doné

Que per un sol petit ne l'a tot estoné,

Sor lo col del destrier l'a tres bien encliné.

Alix. lo vit si l'a fortment löé,

Per les regnes li moine lo destrier abrivé

3925

E montent Tolomeu per son estrief doré.

 

228

 

Ne sai que vos alasse tote jor acontant:

O els joint Alix. a l'auba aparissant,

Ans fu passez meidis que unquas fenissant.

Sardeu, un rei de Parte, desor un auferrant

3930

Cil vint per la bataille s'enseigne despleiant,

Macedonés e Gres vait mout afebliant,

Alix. demande, per jondre lovait querant,

Ebalion a mort e Seguin et Erlant,

E vait per la bataille sa hasta brandissant.

3935

Quant lo veit Alix., tot tint de maltalant,

Il broce Bucifal e trait l'escu avant,

O l'espee qu'il tint li vait doner tant grant,

Lai ont plus aut lo vit, sor l'eume relusant,

Que les flors e les quaires le vait jus creventant;

3940

De l'escu de son col ne puet aver garant,

Que entresqu'als arçons lo vait tot perfendant,

A un colp perfendi e lui e l'auferrant;

Cil chaï a la terre del bon cival corrant.

Li reis crie s'enseigne, sa gent vai raliant,

3945

E cil de Macedoine i sunt venu corrant,

Les espees ont traites, saignent en sunt li brant.

Ce dïent cil de Grece: "Mout avons bon garant."

O vint mil de ses homes s'en vait Porrus fuiant

Tot dreit als desers d'Inde, qui sont vers Oriant.

3950

Escac i ot tel pris anc hom ne vi tan grant,

Car retenu i furent quatre cent olifant

Que portoient les cars ont li arbalestier erant.

 

229

 

Sadoc vint d'outra Egypte, reis fu de Salamandre.

Ne torne cele part de Gres ne face esclandre

3955

Per Sardeu, que vit mort gesir sor la lavandre.

Sor l'auberc deriers vait ferir Alixandre,

Si que l'aste peçoie qui fu [de] Coriandre.

Eum. fiert lui, que sist el cival d'Andre,

Desor l'eume d'acier, qui fu faiz a Evandre;

3960

Lo sanc e la cervelle en fist a terre espandre.

 

230

 

Sirac de Babilloin[e] desor un auferrant

O Tolomeu vout jondre si vait esperonant,

Por venir a l'encontre broce tot un pendant.

Don Clin, lo fil Carduit, lo fiert en trespassant,

3965

Si que l'elme li trence, la cervelle espant;

Cil chiet mort a la terre, ne puet aver garant.

E saisist per les regnes lo buen cival corrant

Si l'a rendu Joab, qui'n aveit besoing grant;

Soz son elme s'en vait o Tolomeu riant.

3970

Porrus veit ses compaignes qui vont afebloiant

E li Gré quis encaucent e ques vont ociant

E la mesaventure qui sor els vait cheant.

De torner a la vile ne vit negun semblant,

La castaigne l'en soflent li Gré qui sont davant;

3975

O vint mil de ses homes s'en est tornez fuiant

Tot dreit vers lo desers, qui sunt vers Oriant.

 

231

 

Asterot de Nubie veit que Porrus s'en vait,

De torner a la vile negun semblant ne fait.

Il escrie s'enseigne, a une part s'en vait,

3980

Mais de tot ses barons que sol set non a trait.

A un baron de Grece vait doner tel gamait

Que l'escu de son col li a pecé e frait,

Enz en mei la petrina son gonfanon li lait;

Si com il s'en vait outra, si trabuce el garait.

3985

Il n'a un compaignon qui autretel n'ait fait.

Tolomeu la esgarde de la ou il s'istait,

Or se tient a oni se aler les en lait.

 

232

 

Asterot de Nubie ne fine ni no cesse,

Quatorçe chivaliers lor a mort en la presse,

3990

De ses set compaignon un tot sol nen i laisse.

Tolomeu vait encontre, vers Asterot s'eslaisse,

Tel li done en l'elme tot lo li fent e blesse,

Mal ait ores de quant que Asterot engresse.

Per Tolomeu ferir chascun des set s'eslesse,

3995

O les brans acerins li donent tel confesse

Afollé lo eüssent ne fust Don Clins de l'Alesse.

 

233

 

Don Clins vit Tolomeu qui ert en tel trepel,

Mais com sol compaignon n'aveit ensemble o sei.

Per Tolomeu secorre brocent tuit en esfrei,

4000

Vont ferir en les set, mais il ne sunt que trei.

O les brant acerins les metent en esfrei,

N'i a cel qui de vivre sace penre conrei;

Li cival vont raïf per tot lo sablonei.

Tolomeu les mercie per amor e per fei.

 

234

 

4005

Asterot vit ses homes gesir per lo sablon

E set que ja per els n'avra rescossion.

Il fu tres bien navrez el piz soz lo menton

E del senestre braz ot trenchié lo braon.

Nen fait mie a blasmier se il quiert garison,

4010

Nel puet mais endurer, fuit s'en a esperon.

Lo cival de Nubie l'en porte de randon,

Tolomeu lo encauce e sei trei compaignon.

Plus tost s'est avïez davant per un jason

C'una fort albaleste non traireit un bolçon.

4015

Tolomeu dist als suens: "Car nos en retornon;

Trop nos est esloigniez, ja mais nel bailiron."

Quant il furent ariers tot lo petit troton,

Si fu li camp vencuz e livrez a bandon

C'anc pois n'i ot feru d'arme ni de baston.

 

235

 

4020

Quant vit li magnes reis que li camp fu vencuz,

La cité prent per force, al palais est venuz.

Les portes sunt d'ivoires, ainc rien n'i fu de fuz,

Per totes les parez est li fins or batuz.

Enz en entra li reis o trente de ses druz,

4025

Tresqu'a trente pilers d'or i a tels veüz

Que por bien finer fu quatre feiz fonduz.

"Deus! dist li magnes reis, cist or dont est venuz?

Per lo mien escïent, il est de ciel ploüz,

Car del fin or d'Araibe que sai ens est moluz

4030

Poreit hom massis faire .l. mil escuz.

Qui ores vaut aver per que si fa or muz?

Je l'en donarai tant ja n'ert mais confunduz."

 

236

 

Quant ot pris Alix. lo palais principal,

Por parler a ses homes s'arestut al portal.

4035

Per un suen chivalier manda son senescal

L'escac de la bataille departa per igal,

Celui qui est a pié gart qu'il li don chival

E face livrason chascun a son ostal.

Lai enz en fait mener davant lui Bucifal,

4040

A un piler l'estace joste lo deis reial.

A pres de cele table trove une chambre tai

Li cheeliz dedenz ne sunt pas de metal,

 

Ans sunt tuit de fin or entaillé a cristal.

E chascun des pecols ot assis un esmal

4045

Que plus clier reflambïent que ne font esteval.

Lai dedens sunt tempré li baing emperial,

Que corrent per arenes e vienent contreval

E montent en la tor contramont per canal.

Qu'iluec si puet baignier, tant ait dolor ni mal,

4050

Qu'il n'i sia toz plens d'odor espirital.

 

237

 

Al chief de cele chambre trove un sozterin

Quis mene a une treille qui fu faite d'or fin.

Etiope la firent, orfevre barbarin,

Si com lor enditerent quatre clers sarracin;

4055

Tote l'ovre qui i fu est tallee en ermin.

D'ebenus sunt les forches, li chevron ciperin,

De fin or sunt les foilles, de cristal li racin,

De jaspes, d'emaraodes o itan grant engin

Ce cuide quils esgarde tuit soient plein de vin.

 

238

 

4060

Quant ot assez la treille esgardee e choisie,

Vait entor lo palais per une erbose vie,

Car veïr vout de l'ovra cum fort fu establie.

Anc Deus no fist cel arbre d'or entailliez ne sie

Ne cele ovre d'oisel ni seit a or sartie,

4065

En l'or et en lor ongles et es becs margarie.

Per un uis est entrés en la butellerie,

De mil e set cens neus la trove si garnie,

Poi en i ot d'argent, tote l'ovre escandie,

Bien a mil an passez une non fu enplie.

4070

D'illec en est venuz en la machomerie,

Des ymages as deus trove tel establie

S'a mout grant peines non n'est hom qui numbre die,

Que cela non i a ne seit grans e fornie

E ne seit de fin or macissement bastie,

4075

Un vaissel d'or davant ont hom li sacrefie.

"Deus! dist li magnes reis, com faite manentie!

Mout ert poissans li reis qui ce aveit en bailie,

Car trastote la terre qui est adesertie,

Si com la mer la clot qui environ tornie,

4080

De l'or qui sa ens est puet estre replenie."

 

239

 

La nuit jut Alix., mout fu grans sis barnez,

De lui ne fu a dire neisune richetez.

Al maitin per som l'auba primairans est montez,

Dis mil somiers a pris d'or e d'argent trossez,

4085

Tant en dona ses homes que chascun fu assez.

Anz qu'il fussent tuit fors, li solés fu levez,

Que reluist els escuz de fin or adobez,

Es aubers acerins et es elmes gemez,

Que grans .xiiii. leues en vait loing la clartez.

4090

De joie qu'ot li reis est en un poi montez

E fait soner un grasle, ec les vos arestez.

Quant aünez les ot, cils a toz mercïez:

"Seignor macedonés, trop vos ai enoiez,

Je criem ne vos enuit car tant vos ai lassez.

4095

Faites m'avez batailles e vencuz mainz regnez;

Mien en est li losenges, e vostres en est li grez.

Ce fait vostres vertuz e les vos grans bontez

Car per totes les terres sui rei des reis clamez.

Bien lo me dit li cuers, e sai qu'est veritez:

4100

S'un petit de travail per moi sofrir volez,

Porrus poiromes penre, si vos vos en astez,

Ans qu'il seit els desers o ses homes entrez."

E respondent si home: " Si com vos commandez!

Nel set garir desers ne marine fertez,

4105

Plaisiz ni roeilliz, chastel, tor ni citez,

Isle ni roche ague, donjons tant seit fermez,

Per force ne seit pris et a vos amenez."

 

240

 

Quant vit li magnes reis sa gent atalentee

De sa volunté faire si com l'a en pensee,

4110

Com unquas plus tost pot catre jors l'a menee.

En Caspeis est venuz a la quarte jornee

E si l'a de tot bien si plentive trovee

Que tote icele gent tient a bienaüree;

E per ce vout li reis quil seit aseüree.

4115

A sei manda les princes de tote la contree,

Les sans fait aporter si la li ont juree.

Pois lor a demandé quels est oltra l'estree;

Cil li ont respondu: "Terre est deseritee,

Que l'ardor del soleil l'a ensi escaudee

4120

N'i a si serpent non dont ele est abitee."

Tot ce tint Alix. a mençoigne provee,

Cuide richece i ait quil volise estre amblee

E que per ce li aient la verté trastornee.

Ja ceit ce que la vie li seit desconfortee

4125

E que tuit si baron la li ont desloëe,

Il en jure son chief qui d'or est coronee

Ans istareit toz jorz que no cendreit espee

Non veïst la mervoille dont Inde est abitee

E com lo solels l'a o sa calor gastee.

4130

Per seïr al soper fu l'aive demandee.

N'aveit pas bien li reis sa raison definee,

Per toz les pavaillons est la novelle alee

Q'al maitin per som l'auba seit tote l'ost montee,

Per entrer es desers garnie e conree.

 

241

 

4135

La nuit jut Alix. tant que cler fu li dis.

Cent cincante duitors per la contree quis,

Itels com li eslirent li prince del païs.

Per ce que de tot cels li reis vout estre fis

E que nus no li face de bien mener esquis,

4140

Per salvament conduire lor a aver promis,

Quil condüent en Bautre dont Porrus ert marchis.

Mais cil si pendent plus devers lor enemis,

Per lo dit d'els meïsmes si com j'ai pois apris,

Quis [menent] es desers qui plus savent caudis,

4145

Que sunt d'aiges amares e de serpens porpris,

Ja non bevra nuls hom qui non perda lo ris;

Miels volent il morir c'uns en estorde vis.

Aost i esteit entrez quant s'est es desers mis.

 

242

 

Quant Alix. mut, des cors fu grans li glas.

4150

Monta en un poi c'un clama Lolifas

Por esgarder ses homes dont tuit li val sunt ras.

Entre muls e camels e dromedaires gras

Qui portent pavaillons, candelabres e dras,

Escoëles d'or fin e copas et enas,

4155

Plus ont or en lor freins de trente mille mars;

A l'autre garnison si ot catre cens cars.

De bestes per ocire ne menent mie a escars,

Quatorce lieues tienent quant passent a espas.

Del caut e de la sei sont tuit si home las

4160

A ce qu'il sunt cargé qui d'armes qui de dras,

Sis engoisse la seif ne porent far un pas.

Li traitor qui lo guïent sont plen de Satanas,

Quis menent es desers ont sont li fort trespas,

N'ont cure qui n'estorde ne li auz ne li bas,

4165

Mielz voilent il morir que li reis ne seit quas.

 

243

 

Mout fu l'ost icel jor confundue e matee,

Del caut e de la sei per poi n'est forsenee.

Cil qui ot gote d'aiga sa boche'n a tempree

E cil qui gote n'en ota sa brogne engolee,

4170

Per la fredor del fer a sa sei traspassee,

E cil qui pont non a s'a la sei enduree.

En une clive pirre contra une napee

D'aiga de ciel pluue a Teophilon trovee,

Talent a grant de boivre, non a gotte adesee,

4175

Ans la cuit en son eume, al rei l'a presentee.

Alix. tent l'aiga si l'a mout esgardee,

Porpensa, s'il la beit, sa gent ert desvïee,

Car si chascuns non a, sa sei li ert doplee,

Si l'a davant lor oils a la terre versee;

4180

Quant ce virent sei home que l'aive fu gitee,

E com un de ces autres la sei a enduree,

La volunté del bevre est a toz trespassee.

Une cope d'or fin a li reis demandee

D'ovre galiciane, per pans fu neelee,

4185

Cent livres i eüst s'ele fust monee.

Por gueerdon de l'aiga l'a Teophilun donee,

Quant ot son bon servise e s'amor mout löée.

E li home e les bestes sunt lié de l'avespree,

Per la fredor de l'air qui vient a la seree.

4190

Mal ait la garisons qu'il ont la nuit gostee,

N'i a un qui de sei n'ait la boche crevee,

Davant lor pavaillons gisent gole baee,

Recevent lo serin qui chiet a la rosee;

Unquas icele nuit n'i ot viande adesee.

 

244

 

4195

Al maitin per som l'auba est tote l'ost moüe,

Li solés fu levez, li cauz mout les argüe.

Li magnes reis esgarde lez une roche agüe

D'un poi ou il s'isteit s'a un aiga veüe

Ni gaires loing d'aqué s'a une voie tenue.

4200

Qui ot tenda ni tref el pré l'a estendue;

En dementre que l'ost de l'arbergier s'argüe,

Descent li magnes reis de la mule crenue.

Por esteindre sa sei qu'il a si grant eüe,

S'acline a la rive desor l'erbe menue.

4205

Plus amara fu l'aiga, quant li reis l'ot beüe,

Que suie ne salterne n'aloisne ne cichue.

Tant grant engoisa'n ot tot lo cors li tressue,

Veit que sens grant travail non bevra beste mue,

Si l'a a tote l'ost vee e desfendue,

4210

Puis fist cuillir ses trief si a sa voie tenue.

Lez la rive de l'aiga une sente a seüe

Tresqu'a une ferté que li est aparue

En un isle antre rous plus loing c'uns ars ne rue.

La gens qui enz istoient furent demie nue,

4215

Anc pois uns n'aparut qu'il orent l'ost veüe.

 

245

 

Li rois vint a la rive o trastot son barné,

Ne trova pont ne planche ne navie ne gué,

E li camp de defors sunt tuit ars e greslé,

De l'ardor del soleil menüement crevé;

4220

Des que premierement ot Deus lo mont formé,

De trastotes anones n'i ot plen poing semé.

Li reis s'encline a terre si a un poi pensé,

E quant il se redreissa, s'apelle Tolomé,

Sor la senestre espalle li a son braz gité

4225

Si li dist en riant: "Veïs(t) une tel ferté?

Cil qui lai enz istunt sunt mout bienaüré,

Il n'arent ni non sement ne pas ni cuillent blé

Ni n'eissent de lai enz ni iver ni esté,

Ne nuls seit lor covine ni dont il ont plenté,

4230

Se il vivent de vent o de la gloira Dé.

S'a force nes pois penre, petit pris mon barné.

Quatre cens chivaliers bellement a celé

Lor trametrai anuit ans qu'il seit avespré.

Se cil al plan se prenent, mort sunt et afolé,

4235

Tot en farai fors traire quant que avrai trové,

Ja n'i remandra hom, tant seit de grant aé.

Cil sevent les desers, car per tot sunt alé;

Se il bien ne nos guïent et a grant sauveté

Et aiga ne nos mostrent, ars seront e venté."

4240

"Bien nos est avenu, sire, dist Tolomé,

Mais gardez n'i perdas, car mout sunt fort fermé."

 

246

 

Grans fu l'aiga e perfonda e li mar(f)eiz fu mols.

D'ambas pars de la rive fu percreüz li ros,

Trenta piez a de aut e tres teses de gros;

4245

Il n'a chastel en Inde ne dojon n'en seit clos,

Et es itant espés tot s'en tent a un dos.

Quatre cens chivaliers des miez e des plus os

E qui en sa compaigne avoient maior los

I fait entrer li reis, lor escuz a lor cols.

4250

Anc uns nen i entra qui non feïst que fols,

Car peissons a en l'aiga antre les trous repos,

Li païsant les clament ypopotamos.

Mil en isant ensemble tot desoure lor dos,

Derompent lor les membres e defroisent les os;

4255

Nes puet garir aubers, tant seit serrez e clos,

Ni grant targe roëe que de treis cuir seit vos

Qu'autresi nes tranglotent coma foille de cos.

 

247

 

Quant vit li magnes reis aisi sa gent perir,

Por aider a ses homes cort ses armes saisir.

4260

Carrant vint a la rive, que il vout enz saillir;

Don Clins e Tolomeu lo corrent retenir,

Irïement li dïent: "Reis, per que vols tu morir?

Car te menbre del saut que tu feïs a Tir.

Si mors en autre terre, qual part poirons garir?

4265

Car ni a ci uns de cels qui te doient servir,

Anceis que en sa terre ja poisse revertir,

Qu'il non seit ja seürs de la teste tollir."

Il s'enclina en terre si gita un sospir.

Les traïtors quis guïent fait davant sei venir,

4270

Il en jure ses deus mal lo voustrent traïr.

 

248

 

Cil erent cent cinquante quil devoient guïer;

Les cent fait li reis penre et en l'aiga giter.

Ypopotamin saillent quant les virent noër,

Plus qu'a l'autra fïez cuident proie trover,

4275

Tant en isant ensemble nus hom nes pot numbrer,

Si que tuit cil de l'ost corrent a esgarder.

Unques icele nuit ne porent repouser,

Per les peissons de l'aiga que volent afoller.

Mout fu liez Alix. quant il vit ajorner,

4280

Et a dit a ses homes: "Ci fait mal converser.

Que nos profirereit ici a demorer

Et alberger joste aige dont hom ni puet goster?"

Pois fait cuillir ses tentes sis rove atorner.

En mei lo fil de l'aiga vit dos homes ester

4285

En un calan de ros, cent homes puet porter.

En endiane lenge les a fait salüer,

Aiga douce per bovre lor a fait demander,

E si volent aver veignent la lo mostrer;

Quatre tant lor donra qu'il non poiront bailer.

 

249

 

4290

Cil li ont respondu: "Nos n'avons d'aver cure,

Car merché ne faisons de nulle creature;

Ensi com a ces bestes est comune pasture,

Prent l'un l'aver a l'autre sens compe e sens mesure.

Mais per ce qu'estes fait a la nostre figure

4295

E veons que de sei sofrez tant grant ardure,

Vos enseignerons aiga ou a umbre e fredure.

Veez vos la cel poi a cele creveüre?

Tres en mei cel desert a une grant colture,

Un estaing d'aiga douce sort illec per nature,

4300

Il n'a plus en tot Inde, si com dis la scriture.

Une sente i a que dusqu'a l'estaing dure;

Si voie nel vos toi o grant mesaventure,

Anz none i poëz estre a petite ambleüre."

 

250

 

"Savez, font il, seignor, ne vos volons mentevre,

4305

Per ce que de nïent ne vos volons decevre.

Quant verrez a l'estaing, troverez grant arbrevre

Depins e de lauriers, olivers e genevre,

Dont nos cuillons la grane per mesler o lo pevre;

Mout est granz li erbages qui passent li adevre:

4310

Gardez n'i descargiez nïent de vostre atevre,

Car n'a merveille en Inde la nuit n'i vegne abevre;

Si serpent vos i trovent, des armes serez sevre."

 

251

 

Or s'en torna li reis, s'oriflambe levee,

Tot dreit a la crevace que cil li ont mostree;

4315

E quant il furent outra contra un arbalestree,

Si unt a man senestre une voie travee

Qui d'ors e de lions est frescement alee.

Li traitor qui les guïent ont la l'ost destornee

Et ont a escïent la voie meserree.

4320

Unquas ne fina l'ost tresqu'a une vallee

Unt trovent une piere qui isteit cuverclee;

Desoz giseit un[e] orse de novel feonee.

Quant el sent la ferté si a la teste levee,

Sis feonels crient perdre si'n est tote desvee.

4325

Si com l'ost aprosca, si saut gale baee

Si a en mei sa vie une mule encontree

Qui isteit de farine e de froment trossee.

A cele destre poie li done tel calee

Que la senestre espale li a del bu sevree.

4330

La mule cheï jus, la farine est versee;

Tot dreit a ses faons s'en est l'orse tornee.

Un chivaliers l'esgarde qu'ot sa lance levee,

Broce des esperons tote une randonee,

Per mei lo flanc la fiert si l'a a mort navree.

4335

Un tel brait giete l'orse, quant si sent esgenee,

Qu'il n'a beste el convers ne s'i seit aünee;

Chascune giete un brait et une tel crïee

C'oïr les poïssez plus loing d'une jornee;

La bataille comence de aute relevee.

4340

N'i a Gré qui ne fiere de lance o d'espee,

Lai ond li lion urtent fu l'ost desbaratee,

Nes pot garir auberc ne fort targe roëe

Que non bevent lo sanc e traient la coree.

E quant vint vers lo vespre, si depart la meslee,

4345

Car chascune des bestes est a son lit a lee;

Si i eüst del jor encor une loëe,

Tote s'en alast l'ost destruite e matee.

 

252

 

Quant les bestes departent, al rei vint Licanors:

"Sire, del albergier que vos dit vostre sors?"

4350

Ce respont Alix.: "Mais n'i ert pris confors."

Ses navrez mist en bieres e fait ardre les mors.

Davant lo primier sompne s'en torne ariere l'os;

Quant li reis se remue, tant i sonent des cors

E grailes e busines que li sons fu si fors

4355

Que por toz les desers les ot hom jusqu'as pors.

Non remast el convers coluvre ne crepos

Ni nutres ni coans que tant se sit repos

Per la freidor del sanc ne si mete els esclos.

Cil qui eis for de rote mout per i fait que fos,

4360

De cent pars est saisiç e traïnez es cros.

 

253

 

Tolomeu les en guie, li proz e li senez,

Tot un antic sentier toz rengiez e serrez.

Cil que eis fors de rote ne fait pas que senez,

Car les bestes les assaillent e devant e delez:

4365

Ors, leons e liepars e grifons enpennez.

Sor les civals les prenent sils en portent armez,

Nes pot garir auberc ni fort escuz boclez

Ne lor trencent la car e rompent les costez.

 

254

 

Davant vait Tolomeu, que tote l'ost conduit.

4370

No mangerent la nuit ni pan ne char ni fruit,

Mais chascuns en alant un poi de forment cuit.

L'areiregarda fist Don Clin, li fil Carduit,

N'a home en sa compaigne qui fortment no enuit.

La vermine s'aprosme que deriers el [dos] bruit;

4375

Tel paor a chascun que per poi no s'enfuit,

Quant Don Clins lor escrie: "Arestez vos trastuit.

Ne vos merveillez mie se la vermine bruit,

Mais chascuns chivaliers sor un serpent s'apuit.

Si ceste reiregarde poons bien faire anuit,

4380

Grant gré nes en savra Alix., ce cuit."

 

255

 

Cil de l'areiregarde sunt chivalier honeste,

Tuit retornent ensemble lai ont Don Clins s'areste.

Ou trovent grant serpent, si li coupe la teste,

Lai ont est li petiz, sil defole a sa beste.

4385

A lo retor qu'il firent lor ont fait tel moleste

Colure ni crepoz non ot en la poëste

Que mout ne seit bleciez en coe o en teste.

 

256

 

"Seignor, ce dit Don Clins, savez per quel mesure

Nos duit anuit venir si grant mesaveture?

4390

Quant la vermine vint que nos fist tel ardure,

Si fuïsso[n]s vers l'ost tant com un arpent dure,

Per que l'ost retornast ne guerpist s'alaüre

E veïst Alix. ceste desconfiture,

La fuie nos tornast a mout grant forfature,

4395

Ja mais jor en sa vie nen eüst de nos cure."

 

257

 

Contra la mienuit, ains que cantent li gal,

Issi l'ost d'une combe si entra en un val.

Li coant e les notres lor issirent d'un val,

Lor firent cele nuit travail e pene e mal,

4400

Car en trastote l'ost n'a home si vassal,

Se il eis fors de rote per torner a estal,

C'uns des coans non port e lui e son cival.

Alix. apelle son maistre marescal,

Dist li qu'il li aport un grant pali roal,

4405

Per paor des coans fait covrir Bucifal;

Quant il li ont lacié as botons del petral,

N'en parut chief ni coe neis li esperonal.

 

258

 

Li coant des desers sunt greignor de voltors,

Maior ont uns des ales que n'est vers cuvertors.

4410

Quant il vole sor l'ost, en l'air done tel crors

Cil qui eist fors de l'ost mout per i fait que mois.

S'uns des coans lo veit, vers lui n'avra nul frois;

De lui o del cival n'ira il mie blois.

Tresque l'auba apparant li dura cist tabois.

 

259

 

4415

A l'auba apparissant vindrent calves sorriz,

Minor sunt de cornilles e greignor de perd[r]iz.

N'a chivalier en l'ost, tant seit d'armes garniz,

Sa pres de lui li vole, toz ne seit esbaïz;

Del someron de l'ale cil fiert en la narriz

4420

Qu'a la terre non done tel colp de la cerviz

Que granz .xiiii. leues en reman estordiz.

Tant lor dura cist mals que ne fu departiz

Que li jors fu toz cliers, li solels escaudiz.

Ec les vos al senter qui erseir fu guerpiz.

 

260

 

4425

Mout sunt lié cil de l'ost del senter qu'ont veü,

Tote la maitinee si sont si tost meü

Que grant piece anz midis sont al stagnum venu;

Entre les bois e l'aiga ont toz les tres tendu.

Quant furent refreidé, si ont un poi beü.

4430

Pois ont derier lor dos toz lo bois abatu;

Quant a ore de none et aserrïé fu,

Lors mistrent enz lo feu, si art a gran vertu.

Por ice si sunt auques dels serpens defendu.

 

261

 

Ensi com li jors prist o lo vespre mesler,

4435

Doi mil lampes d'or fist li reis alumer

E fist soner un graile per l'aive demander

Et il e tuit si home sunt assis al soper.

E quant furent assis, sis'n estuit alever,

C'onquas de garison n'i osserent goster,

4440

Car cil les escrïerent quis devoient garder.

Li reis s'encline a terre si comence a penser,

E quant si redreiça, si fist sa gent armer.

 

262

 

Tot primeirement lor vindrent blanc lion,

Lo feu trovent ardent si corrent environ

4445

Por ce qu'il ont do sei si grant destrucion;

Per mei lo feu ardent si metent a bandon.

Mais li home Alix. ne sunt mie garçon,

Chascuns tient son espié davant son pavillon,

Qui bien no si defen(den)t n'a de mort raençon;

4450

Nequident vont a l'aiga, ou il vaillent o non.

Des leons ont il fait mout grant ocision;

Cil qui d'illec escampe[nt] tochent a esperon

Tres per mei les granz tertres a lor conversion.

Aprés vindrent cerastre e li escorpion,

4455

Chascuns dreice sa coe e trait son aguillon;

S'ores ni se defendent ja semblaront bricon.

Cal tient lance o espee o ache o baston,

Des alberges les gietent e font grant ocison.

Cil si metent en l'aiga o il voilent o non.

 

263

 

4460

Ne demora pas gaires, indianes sorriz

Vindrent bevre a l'estaing, greignor sunt de golpiz,

Que quant mordent ces homes si est sempres feniz;

De somiers e de bestes les ont mout desgarniz,

Mais li hons en est tost traspassez e gariz.

4465

Si alques i fussent, cils essent affliz,

Mais el feu les enbatent, si com dit li escriz.

 

264

 

Entor la mienuit la vermine est venue,

Unquas en nulle terre si grant ne fu veüe,

Per mei lo feu si met per la sei qui l'argüe.

4470

La grant en vait bien outra, li feu art la menue.

E la gent Alix. dont la rive est vestue

Cel que del feu escampe o mals ocit e tue

Fors sol la gran serpent qu'est grans e percreüe,

Qui ert e longe e lee e grosse com maçue,

4475

Qui per els ne puet estre tüee ni vencue;

Pois s'en retorne ariers quant l'aiga ot beüe.

 

265

 

Des cros e des crevaces de la vesinité

Entor la mienuit vindrent serpent cresté,

Si gros coma colones, qui s'en sunt devalé.

4480

Li un sunt vert et inde e li autre doré,

De tres chief o de quatre sunt li plusor armé,

De blanc e de vermeil per leus entremeslé,

Et ont chascune ales et ont les chiés bendé;

La oil lor reflambïent, qui sont environé.

4485

Per mei lo feu se metent si l'ont tot embrasé.

Quant cil de l'ost lo voient, si unt lo hu levé,

E li home Alix. li sunt encontre alé.

De cels qui le feus n'art sunt li plusor tüé,

Ni per ce si lor ont mout grant estor livré.

4490

Cil de l'ost s'en retornent si l'ont lo rei nuncé

Qu'il ont vint serjanz morz e trente sis dampné,

Que tuit sunt de serpens ocis e devoré.

 

266

 

Entor quatre lieues davant l'auba parissant,

Ec vos une beste c'on clame Dearant,

4495

Que ot en mei lo front une corne poignant.

Quant ela veit lo feu, si vait entor corrant,

Les pavaillons esgarda si muert de maltalant,

Per la sei qui l'argüe si met el feu ardant.

Mais li home Alix. li sunt venu davant;

4500

Qui la fert de s'espee o de lance trencant

O d'espé esmolu o de dart en lançant.

Tot quant que il li font ne prise pas un gant,

Vint e sis chivaliers lor a mort en botant,

E maagné i furent cinquante e dui serjant;

4505

Pois s'est mise en l'aiga per force a lor veant.

 

267

 

"Seignor, dist Alix., non a de sei mais cuire;

Una rien vos dirai, n'est hom qui m'en desdie:

Besoing e maltalent fai tot rien ardie;

Laissiez bevre la beste tant que seit refreidie,

4510

E quant avra beü, si ert acoardie,

Ja no se defendra s'om l'asaut o escrie;

E je la requerrai anz o m'espie forbie."

 

268

 

La gent qui est en l'ost de Sidone s'areste;

Que la beste n'en isse, qui lo rivage gaite,

4515

Da l'une part s'escrïent si li ont paor faite.

Vers cels que mot ne dïent s'est el rivage traite;

Chascuns del miels qu'il pot per bien ferir s'afeite,

O maus et o coigniés l'ont pecie e freite.

 

269

 

A l'auba apparissant vindrent niticorace

4520

Et emplent de l'estaing la rive e la place.

Greignor sunt de voltors pres de demie brace,

Bloi sunt e piez ont niers e lez coma besache

E fait chascuns tel noisse com seaz qui seache.

Tel paor ont en l'ost ne seit chascuns quel face,

4525

Neisons ne sone moz ni cival ne menace,

Anz dist li uns a l'autre qui si quoist e si tace.

Des peisons de l'estaing font li aucel menace,

E quant furent saol, si retornent lor trace;

N'ot si ardi en l'ost que de rien lor mesface.

 

270

 

4530

Ensi com li jors prist o l'auba esclarier,

Si disnent a l'estaing serjent e chivalier.

Menbre lor del conduit quis cuidoit engenier,

Dont li reis fist les cent en l'aiga trabucier

Dedevant la fierté as bestes per mangier.

4535

Li en comande garder et estüer,

Per lo mien escïent c'or s'en voudra vengier.

Alix. les rova toz nuz a despoillier

E deriere lor dos li fait les mans lïer

Et amedos les cuisses a chascuns peçoier,

4540

E quant s'en retorna sis comanda a laissier.

Pois lor a dit treis moz qui sembla reprovier:

"Vos remanrez ci per garder cist vivier;

Selonc vostre servise recevez lo loër."

Pois fait lo feu derompre si'n issent li somer.

 

271

 

4545

Quant Alix. mut e les arberges vuient,

Tant i sonent des cors que tuit li val en bruient.

Li serpenz des desers per la noisse s'en fuient,

Es cros et es crevaces s'encrosent et esduient.

Mout si vont demantant cil qui d'alier s'enhuient,

4550

La calors est si granz c'ore vivre ne cuient,

Un val ont devalé et un tertre puient.

Puis si sunt aresté, sor lor astes s'apuient,

Virent les pres de Bautres e les dras qui(l) eisüent

E les gaçanaries e les aiges que bruient,

4555

Les pastorels que joient e les bestes que müent.

Cels davant fait armer li reis qui l'ost conduient.

 

272

 

Lo jor per Alix. firent li deu vertuz,

Grans piece anz meidi est des desers eissuz.

Porrus n'esteit encores de cel convers moüz,

4560

Dejoste les desers sejorne o ses druz,

Las est de la bataille dont l'autr'ier fu vencuz,

Ne cuide que per home fust ja illec seüz.

Garde vers les desers si a les Gres veüz,

Canut bien as enseignes as granz espiez moluz

4565

Que ce est Alix., que n'est pas recreüz;

Tant grant merveilla'n a que tot'n est esperduz

Coment ne de qual guise il est la derompuz.

Mout fu granz li herbages sor l'aiga de Caluz,

Lai vint li magnes reis, a pié est descenduz.

4570

Lonc la rive de l'aiga ont lor grant tres tenduz

E per la praerie les pavaillons menuz.

 

273

 

Lai ou li reis descent, vont li pré porprenant;

Porrus mout les esgarde, qui'n a merveille grant.

Per quatre chivaliers e per son drugomant

4575

A mandé Alix. trop lo vait encauçant,

Un petit l'a sorpris, car pres lo vait suant;

Vint jors li dont de termes, si'n avra pris molt grant,

Tant que il ait mandé per sa gent d'Oriant;

Lors avra la bataille, mal la querra avant.

4580

Quant Alix. l'ot, si respont en riant:

"Je li donrai les triues per itel convenant

Qu'a ses homes de Bautres que il pri e comant

Que mercié nos aportent, sil donent d'avinant,

Qu'aient trastuit mi home vitaille a lor talant."

 

274

 

4585

Donees sunt les triues e fait li sarement.

La ou li reis sejorne e la bataille atent

Fu li mercié crïez comuns a tote gent:

De tote icele chose qu'a vitaille apent

Quis voudra si l'acat si don pris d'avinent.

4590

Porrus est a la porte, per novelles qu'aprent,

Del covine Alix. enquiert priveement

A ses homes qui vienent e son contenement;

Mais chascuns li respont que il non seit nïent.

Un Gres lo conte al rei que volontier l'entent;

4595

Per aler al mercié monte sor un jument,

E furent li cangié sei reial vestiment.

 

275

 

Montez est Alix., au mercié vout aler,

Un bocel et un sac fait detrés si trossier.

Porrus sil vit venir sil rova arester,

4600

E respont Alix.: "No mi leist demorier;

Cambarlens sui lo rei si voil cire acater

Dont nos li farons cirges anquanuit al soper,

E gastels e bon vin, si pont en pois trover."

"Amis, ce dist Porrus, or ti vien reposer;

4605

Tot quant que tu voudras avras sens acater,

E ti farai encores de mon aver doner

Si tu osses mes letres Alix. porter."

 

276

 

"De vos letres porter vos dirai tant, Porreu,

Que bien lo savrai faire, si je sai aver preu.

4610

Ice saciez per veir: bien vos afi e veu

Qu'il les avra es mains anz qu'al soper mang'eu.

Il n'a si privé home ni camarlenc ni queu;

Assez, quant je mi voil, mi gab a lui e geu.

De son privé conseil itant vos en desneu:

4615

Toz jorz si muert de fret, ja n'ert en si caut leu.

Quant je mui des herberges, desoz un pali bleu

Dos mantels afublés si seoit a un feu."

 

277

 

"Por Dé! ce dist Porrus, e ja est il estez

E fait si grant calor, com vos veïr poëz;

4620

Quant ores si calfe, mout est fraiz et alez."

"Voire, fait il meïsmes, car piece qu'il fu nez,

Et auques est per ce e fraiz e condampnez.

Trop a perdu del sanc, tant a esté navrez,

Ne seit mais qu'il si face, viels est toz e rimez."

 

278

 

4625

Mout est de ce Porrus et alegres e cliers

Qu'Alix. est viels, et il est baceliers.

Ses letres fait escrire en lengage des Gres,

Mout menace Alix. e blastenge ses des.

"Trop a esté frairins e toz jors ert itels.

4630

Per quei ni se reposse, car viels est rebusés?

Mar vit sa coveitisse e ce qu'il est avers.

Se jel pooie prendre, tot sereit del chief res,

Non portareit la teste Don Clins ni Tolomés,

Ne no veireit mais Grice un sols des doçe pers."

 

279

 

4635

Alix. s'estuit joste un piler marbrin,

Assez s'oï clamer et avere frairin;

Quant Porrus lo menace, si tint lo chief enclin.

Pois a prises les letres o lo sael d'or fin,

De Porrus prist congié si s'est mis a taupin.

4640

Assez en porte cire e canestels e vin,

C'onquas ne li costerunt valeisant un tarin.

Montez est el jument qu'il mene per roncin

Et eis fors de la porte si s'est mis el chamin,

Des mercaans de l'ost a seü lo train.

4645

Sei home li demandent: "Dont venez vos en fin?"

Il lor a respondu: "Sa'n alai hui maitin,

Per Porrun escarnir mi sui mis a taupin."

 

280

 

Mout s'en rist Alix. ains que lo brief desplit,

E quant l'ot despleié e l'escriture vit,

4650

Lors s'en gaba il plus e quatre tans s'en rit,

Et a dit a ses homes: "Entendez un petit.

Porrus mout mi menace e me tient en despit.

Or sai bien son corage per boche e per escrit;

Mes aureilles oiant m'a il molt grant lait dit,

4655

Que, s'il mi poeit penre quant m'avret desconfit,

Il mi toudreit la teste, ja non pendreit respit,

Ni ja non veireit Grece Tolomeu e Don Clit."

"Per Deu! dïent sei home, n'a dreit qu'il vos afit,

Car en sola la treilla que l'autr'ier vos guerpit

4660

Li avez vos tollu grant joie e grant delit."

 

281

 

Porrus tramet ses homes en Bautres la sobraine, -

N'i remest a somondre val ni plans ni montaine, -

Neis la gaçanarie que la terre gaçaine,

E toz cels d'Orïent, que nus non i remaigne,

4665

Si qu'al untesme jor sens nulle demoraine

Entre Inde es desers seient tuit en la plaine.

Il en jure ses deus e son chief e s'entraine,

Se nus en remaneit en la terre grifaine,

Ja n'ert si riches hom ne de si grant compaigne

4670

Que il ne seit penduz o gitez en longaigne.

 

282

 

Or a sa gent de Bautres bien somonse Porrus

E toz cels d'Orïent, que n'i remaigne nus.

Cels des desers i furent jusqu'as bones Artus;

Gog e Magog i vindrent de la terre d'Irus,

4675

Cinquante mille homes amenerent e plus.

Il en jure les mors que porsiut N ereüs

E la porte d'enfer que garde Cerberus

Que l'orgoil Alix. tomera a reüs.

Quant li vintesme jors fu passez et esclus,

4680

Vint e set reis i ot e trente e quatre dus,

Chascun o son esforz com lo pot aver plus.

Il prent dis olifans, un chastel leva sus,

E fu enz o sa gent li reis de Joterus,

Mout i fist pirres metre per tüer cels dejus.

 

283

 

4685

Quant que Porrus a fait li reis a esgardé

E veit que del chastel qu'aveit illec levé,

S'il veneit sor ses homes, tuit seriont tüé.

Entor les olifans fist far un grant fossé,

Vint piez ot de perfont e trente tres de lé.

4690

Or sunt li olifant si pres et enserré

Ja mais n'en istra uns se il non sunt gité;

Mout per si tint Porrus per malament mené,

Quant vit de tot en tot son chastel atorné.

Sa bataille conroie dedesoz en un pré.

4695

Quant li rei e li duc furent o lui josté;

Estre les peoniers, qui ne furent conté,

Furent per cent fïees cinquante mil armé.

 

284

 

Porrus de ses grans gens vit les planes vestues

E per vals e per tertres longement estendues;

4700

Per .xxx. de ses homes o les testes chenues

A mandé Alix., s'il a sas gens veües,

Ne set pas com il fierent de[s] espees molues;

Car s'en retort ariere, grant honor a eües,

A maint de ses vesins a ses terres tollues;

4705

Nel far[a] pas a lui, car trop a fort aües.

Quant ses gens seront lasses, mortes e recreües,

N'avra il pas conquises ses citez ni veües.

"Seignor, dist Alix., n'irez de rien teües,

Les menaces Porrun ai je pieces eües.

4710

Veez vos la mes genz que si sunt irascues?

Ja mais per negun home ne seront retenues.

Toilez vos d'avant moi, les triues sunt rompues."

 

285

 

Alix. esgarde sa bataille en la pree,

Ses eschieles a fait e sa gent ordenee;

4715

Pois mist l'escu au col sor la brogne safree.

Qual que part que il tort, ne vait pas a celee,

Toz jorz i a cent grailes qui sonent la menee;

Quant vient en la bataille e sa gent est lassee,

Repaira s'en as cors, ne vait pas esfreee.

4720

E vit un duc de Bautres qui ot traite sa spee,

D'un Gré qu'ot abatu l'ot tote ensanglentee.

De lai ou il lo vit a s'enseigne escrïee

E broce lo destrier tot une randonee,

Si vait ferir lo duc sor la targe roëe,

4725

Que tota la li a fendue e quassee,

Tres enz en mei del piz la li a esfondee,

Si qu'antre dos espales li trence la schinee,

Qu'as doelles de l'espié li a trait la coree.

La gent a icel duc s'en fuit si esfree

4730

Que ja mais per nul home n'ert ariers retornee.

Pois monta en un tertre si a sa gent esgardee.

"Oï, fait il, masnee, segure et honoree,

Com estes per m'amor de tot bien porpensee,

Car tante terre estrange en avez trespassee,

4735

Tante fam, tante sei, tante pene enduree.

Si Deus me fait tant vivre que veigne en ma contree,

L'amor c'avez a mei vos ert guïerdonee,

Car tote ma richece vos ert abandonee."

Anceis que il aüst sa raison afinee,

4740

Asterot de Nubie a l'engarde montee, -

E sist el cival neir que li dona la fee

De Moscolot, d'un isle qui ert en mer betee,

Quant passa per s'amor l'autr'ier la mer salee, -

E dist une raison que bien fu escoutee:

4745

"Alix., fait il, trop as ta gent menee,

Hui est venuz li jorz qu'il ert desbaratee,

Que la primeire joste m'en a Porrus donee.

Envoia cui ti plaz per recevre collee,

Si non a l'escu frait e la broigne fausee,

4750

De l'aver mon seignor non voil aver denree."

Quant Don Clins l'entendi, s'a la teste levee,

Alix. saisist as regnes de l'espee:

"Reis, dona mi la josta que cil a demandee,

Ja mais non farai altra si ceste m'est vee."

 

286

 

4755

"Reis, dona mi la josta, ço li a dit Don Clins,

Prest sui que mi combate per toi e per les Gris,

Je farai la bataille, vers lui m'en aatis;

E si tu la mi vees, tot ton feu ti guerpis."

Alix. l'esgarde si li a fait un ris;

4760

Des doçe pers apelle li reis entroqu'a dis:

"Seignor, dire vos voil ice que m'est avis.

Asterot de Nubia nos a mout pres requis,

Don Clins fara la josta, car ensi la devis,

Gardez que il ne seit ni retenu ne pris."

4765

Li doçe per respondent: "Que ja n'ait Paradis

Qui faudra a Clinçon tant com il sera vis."

Quant l'entendi Don Clin, qui del joster est fis,

Il a prises ses armes com hom atalentis,

E monta el destrier que il aveit conquis

4770

En la desconfiture quant Daires fu ocis.

La lance sor lo feutre es bels galos s'est mis,

Lai ou il vit celui s'a lo tertre porpris;

Asterot de Nubie li vint e mei lo vis.

 

287

 

Asterot de Nubie fu mout bon chivaliers,

4775

Liez est de la bataille si l'apella primiers:

"Dites moi, bels amis, estes vos soudaiers

O uns des doçe pers qu'Alix. tient chiers?"

"Vassal, ce dist Don Clins, mout per estes legiers;

Je sui druz Alix. e son gonfanoniers.

4780

Si ja mon nom vos cel, viegne moi encombriers;

J'ai nom Clin de l'Aresse, ités est mis mestiers

Ja en cort ou je soie n'amerai losengiers.

La bataille avras, quant tu si la requiers."

Il si sunt desfïé si brocent les destriers.

 

288

 

4785

Il si sunt desfïé e si antreferu

Que les astes peçoient e fendent li escu;

Onquas petrals ni cenglas ne lor ont ren valu,

Totes plenes lor lances si sunt entrebatu.

Quant il vienent a terre, n'i ont gaires geü,

4790

Il ressaillent en piez com home de vertu.

Don Clin set d'escrimir si l'a premiers feru,

L'espee li descent entre'l cors e l'escu;

A l'autre colp l'eüst e pris e retenu,

Quant cil d'Inde e de Bautre i sunt acorreü

4795

E poignent tuit ensemble si ont levé lo hu.

Alix. l'esgarde s'a crime de son dru

E dist as doçe pers: "J'avrons Clion perdu."

E cil li respondirent, cant l'oront entendu:

"Li domages ert vostres, li vassal mar i fu."

4800

Lors poignent tuit ensemble, n'i ont plus atendu,

O les espees nues l'ont tres bien secorru.

Meïsme Alix. li a Bauçant rendu,

Pois dist a l'autre moz: "De ma part vos salu,

De m'amor vos faz don, que tuit avons veü

4805

Que blecé l'avïez e son cors retenu."

 

289

 

Li reis Boz de Calef a sa gent amenee,

Un enseigna de pali en sa lance fermee;

Plus ot de vint mil homes de nire gent barbee.

E sist el cival neir qui vint de val ramee,

4810

Dedevant sa bataille broche aste levee

Si vait ferir un Gré sor la targe roëe,

Que veiant Alix. en a l'arme gitee;

Son cival galopant en vait s'esperonee.

Alix. lo vit, s'anseigne a escrïee

4815

E vait ferir lo duc sor la targe bendee,

Que l'auberc li trenca per desoz l'eschinee

E lui e lo destrier abat mort en la pree.

Cil de Bautres s'en fuient si depart la meslee,

Mout a bien Alix. sa gent ravigoree;

4820

Li reis jure ses regnes s'a s'enseigne escrïee.

Mout s'esmagent cil d'Inde cant vint a l'avespree,

Maudïent Alix. e tote sa ponnee;

La gent a icel rei s'en fuit si esfree

Ja mais per negun home n'ert arriers retornee.

4825

Quant Alix. vit la bataille en la pree,

Sagement i parole si l'a reconfortee:

"Seignor de Macedoine, franche gent honoree,

Ja ceste folle gent mal ert per vos dotee

Que de per mantes terres est aissi asemblee;

4830

Ne savent ou il sont, fols l'i a amenee,

Ja un pont nos tendra, tote est espoantee;

Ja est ariere traite plus d'un albarestee,

Li avoirs e la robe vos ert abandonee,

Ja mar m'en donarez vaillant une danree.

4835

Si mes enemis chiet, s'ait la teste colpee."

"Sire, dïent si home, n'aiez tel demoree,

Vestre gent davers destre est o la lor meslee."

Quant Alix. l'ot, s'a sa chiere levee,

Segnala de sa destre, a Deu l'a commandee.

 

290

 

4840

Lai ont d'ambesdos pars renouerent les batailles,

Li escu de lor cols ne lor vaillent .ii. pailles;

Toz les escuz lor trencent e des aubers les mailes,

Les blïauz de samit, les piz e les corailles;

E traient les espees, cant les astes font failles.

4845

Del fer e de l'acier se percent les corailles,

Vole plus espés feu que per vent ne font pailles.

 

291

 

La bataille est jostee, ne puet mais departir.

Ha! Deus! tant gentil home veïssiez li jor morir,

Les civals per la pree sans son seignor fuïr,

4850

Lor regnes traïner e l'uns l'autre ferir.

Li navré si ventreillent, qui pres sunt de morir;

Cascuns dit soie colpe, que no s'en puet tenir.

Alix. civauce per les suens esbaudir:

"Seignor de Macedoine, ne vos caut esbaïr,

4855

Ja serez al desus, s'un poi poëz sofrir."

"Sire, dist Tolomeu, car vos laissiez garir.

N'avon soing de sermon, entendez al ferir."

 

292

 

Li reis retint ses regnes, as for estiers s'apuie,

Lo brant qui fu d'acier de sanc tiert et eisuie,

4860

E quant l'ot essuié, en son foire l'estuie

Et a pris un espié por ce que joindre cuie

E comande Aristé qu'i[l] s'eschiele conduie.

Porrun quiert per lo camp, car crient que il s'esduie,

Por ce qu'a l'autra fez torna si tost en fuie;

4865

Quant il nel pot trover, mout fortment li enuie,

N'encontre chivalier la selle ne lait voie.

De la noisa des cors e de la gent qui huie

Ne torna cela part que toz li vals n'en bruie;

Li dart que li Gré lancent vont plus espés que pluie.

4870

Il n'encontre compaigne qu'il n'ocie e destruie.

 

293

 

Si com Aristé moine la compaigne reial,

Il garde desor destre s'a veü Redoal,

Que Porrus amot plus que nul home carnal,

Il l'aveit adobé a une feste anal.

4875

D'un Gré qu'ot abatu en meina lo cival;

Se il nel puet rescoire, tient sei a deslial.

L'enseigna que il porta comande al senescal;

Encontra Rodoan e brocha li cival,

Et a traite l'espee dont sont d'or li seignal,

4880

Cil fiert a mont sor l'eume, tot l'en traist lo nasal,

Lo menton e li dens li bote contra val,

E lo col del cival trencha jusqu'al peitral;

Lo cival qu'il menoit prist al sozmentonal

Si l'a rendu al Gré a guise de vassal.

4885

Alix. lo vit, per ce lo tint a mal

Car anc guerpi l'anseigna per nulla rien mortal.

 

294

 

Eum. se sist en un chival liart,

N'encontra chivalier qui de mort n'ait regart,

E vit un duc de Bautres que de Gres fait eisart;

4890

Il broce lo destrier, venuz est cele part.

Li dux ne l'atent mie a guise de coart,

Tel li done en l'escu ont ot pent un liepart

Que plen pié e demi li mist el cors del dart.

Quant il si sent navré, de maltalent toz art;

4895

S'il ne si poit vengier, tenra si per lombart.

Li dus s'en vout torner, mais trop est moüz tart,

Tel colp li vait doner en l'elme d'un falsart

Entreci qu'al menton lo chief en dos li part.

Cel colp vit Alix., qui fu en son esgart.

 

295

 

4900

Or vait Eum. navrez per la bataille,

Lo rei d'Aran encontra, ne laira ne l'asaille.

Lo bon cival liart adreice que non faille,

Tel colp li vait doner dedesor la ventaille

Que son espié li passe tres per mei la coraille,

4905

Tant soëf l'abat mort que de rien nel travaille.

Cel colp vit Alix., ne puet müer ne aille,

E dist d'Eum. per ver sens devinaille

Qu'il ne seit chivalier qui de son cors miels vaille.

Quant il lo vit navré, semblant fait que l'en caille,

4910

D'un gonfanon lo cent que lo polmon ne saille,

Fait apeller un mire, per saner lo li baille.

 

296

 

Litonas fu mout pros e sist el cival neir

Que li reis Alix. li dona avant ieir,

Brot lo rei d'Estremont vit soure brun s[e]eir.

4915

Ensemble volent jondre, ne lor en puet caleir,

Amedui s'antrefierent per isi grant poeir

Que tres per mei les cors font lor espiez pareir.

Boz fu li plus bleciez si s'est laissiez chaeir,

Sei home l'en porterent, de ce firent saveir.

4920

Dui rei lo vont ferir en lo bon escu neir,

Que tres per mei lo cors font lor lances ch[a]eir,

De quant que il lo peignent ne lo porent moveir;

Si or ni se venjast, jal veïssiez ardeir.

Lo brant qui fu d'acier lor fist si pro pareir

4925

Qu'andos les chief des buz a terre fist maneir.

Cel colp vit Alix. si l'est alez veeir;

Litonas si pasma desor son cival neir,

E quant li vit del cors lo sanc aval ploveir,

Dejoste Eum. lo rove remaneir;

4930

Et a ce dit al mire que tot a son voleir,

Ni mais bien li garisse, li donra il aveir.

"Sire, ce dit li mire, je vos afi per veir

Que il seront tuit sain tel di com hui al seir."

 

297

 

Filotas sist armez el cival espaneis,

4935

Que deriere fu falves, davant blanc come neis,

Et ot en som sa lance un gonfanon turqueis.

En mei de la bataille vit un duc e dos reis

Que lo greignor domage fasoit des Greçeis,

Que plus'n avoient mort de cent cinquanta seis;

4940

Il broce lo destrier, vait joindre a toz treis,

E cil lo fierent bien, mar ne lor vaut un peis,

Car il ne lor abatissent entresi qu'a dos meis.

Les dos reis en a morz, lo duc prent demaneis

Sil rendi Alix. per les regnes d'orfreis.

 

298

 

4945

Desor un cival neir Perdicas sist armez,

Vit lo duc de Calempnes, qui del camp ert sevrez,

Menot en lo cival d'un Gré qui ert navrez.

Vint poignent cele part si est a lui alez;

Li dus lo veit venir si li est trastornez,

4950

Per un sol petitet non li est escampez.

Predicas li escrie: "Vassal, car m'atendez!

Mout ert buens li civals si ensi m'estorsiez."

Brocha lo cival neir si vint toz esbruvez,

Tel li dona o l'espee que li pendeit al lez

4955

Tot en travers lo trencha tres per mei les costez.

Ce dïent cil de Bautres: "Cist Gres est desvez,

A diables soit ors sis convers comandez."

Il a prist lo civals, si s'en est retornez,

Andos les a rendu al Gré qui ert navrez.

 

299

 

4960

Porrus vait per lo camp e ses homes enorte,

Lai ou il vit besoing ci l'aïe e conforte,

E vit Salatïel, lo fort rei de Minorte,

Que tant s'est combatuz tote s'espee a torte;

Un[e] eschiele de Gres lo tint pris en reorte.

4965

Broce des esperons lo cival de Liorte,

De presiez bachaliers lo seut un[e] escorte.

Si bien i fiert chascuns des granz espiez que porte

Qu'il ont lo rei escos e la compaigne morte.

 

300

 

Quant Porrus ot escos lo rei Salatïel,

4970

Il broce lo destrier, l'escu tint en cantel.

Encontra Licanort, qui seeit sor Maurel,

Tel li done o l'espee dont sont d'or li flavel

Que jambes reversees lo met jus del poutrel.

De meïsma l'apunta vait ferir Samüel,

4975

Tot li trencha l'escu qui fu pent a nïel,

De l'auberc li derompent li pan e li clavel,

Si qu'el ventre li burent de l'espié lo coutel;

Quant il l'ot trait a sei, si'n parent li büel.

Pois regarde sor destre si vit un jovencel

4980

Qui est druz Alix. adobé de novel;

Un suen baron a mort, ne li fu mie bel,

Que si lo gita mort senz negun contrapel.

Si com il s'en torna, si vit un tropeel

De la gent Alix. qui del suens font masel;

4985

Il broca lo destrier, vers els passa un rosel.

Enprés lui per garder vont poignent cent doncel

Cui trencent poing o pié o espandent büel;

Des vavasors de Grice ont mort a lor avel

Tels .1. barons n'i a cel n'ait chastel.

4990

Porrus jure ses deus e l'angel Lucabel,

S'il encontra Alix., lo veilart, lo mesel,

Ne li vaudront les armes que [i]l porte un capel

Que la teste o tot l'elme nel mete el prael.

 

301

 

Licanor saut en piez, com hom de grant vertu,

4995

Porrus s'en est tornez qu'il l'avoit abatu.

Pesa li de Morel, qu'il a aisi perdu;

S'il ne se puet vengier, tient sei a recreü.

Un chivalier de Bautre a devant sei veü,

Tel colp li vait doner del brant d'acier molu

5000

Que desi qu'a les dens li a lo chief fendu.

Pois saut sor lo destriers si trait avant l'escu,

Lo maltalent qu'il a li a mout chier vendu.

Lo rei de Salanique a pris e retenu,

Tant a quis Alix. qu'il lo li a rendu.

 

302

 

5005

Ec vos Aminadab, qui fu reis d'Elanie.

Por ce qu'era sa gens combatans et ardie

L'aveit Porrus mandé e somons per banie;

O .xxx. mille homes est venuz en s'aïe.

Davant trastoz ses homes requiert chivalerie,

5010

Et ot en son braz destre une mange d'amie

Que tote ert d'orfreis, bien luit e reflambie.

Per sa gent esbaudir a aute vos s'escrie

Si encontre Alix. ne laira ne l'ocie.

Antigonus l'entent, qui lo tient a folie,

5015

Broce des esperon lo sor de Tabarie,

Grant colp li vait doner sor la targe florie,

Que tota la li fent e pecie et asdie;

Aprés lo giete a terre veiant sa baronie.

Del cival o il sist a la regna saisie,

5020

Cui que poist o cui non, per la preisse l'en guie,

Per chivalier de l'ost non perdra oi mais mie.

 

303

 

Aminadab s'en leva com unquas plus tost pot,

De son cival li poise que li Gres en menot,

Un chivalier de Grice qui joste lui passot;

5025

Tel colp li vait doner del brant que il portot

Que l'elme li fendi e lo cercle troncot;

Lo cofier de la broine li deromp e desclot,

Que l'acer esmolu tresqu'as dens li colot;

E saut sor lo cival, c'onquas estrier n'i ot,

5030

De ce li fu mout bel que Porrus l'esgardot.

Lo colp que il ot fait unquas cil hom nel sot

Que de civalerie ne lo pris e lo lot.

 

304

 

Porrus vait per lo camp, des Greseis ocit mace,

De sanc e de cervel fu coverte la place.

5035

E quant Don Clins lo veit, si broce Boniface

Et a dreicé l'espié, lo fort escu enbrace.

Porrus lo veit venir sil fiert o une mace,

Que tot l'escu li fent com se il fust de glace

E lui e lo destrier tot a mis en la place.

5040

E Don Clin refiert lui, qui de mort lo menace,

Si que l'escu li trencha, l'auberc romp e deslace;

Il l'enpent de vertu, a terre lo crebace.

Lo chival chiet sor lui en mei une crevasse.

 

305

 

Don Clin sailli en piez, quant a terre si sent;

5045

Ans que Porrus s'en liet, per lo nasal lo prent.

Porrus cria s'anseigna por ralïer sa gent,

E cil i sunt venu plus de mil e .vii. cent.

E li Gré se ralïent, qui ne resunt pas lent,

Chascuns qui miels e miels del retenir content;

5050

Or feront d'anbas pars chascuns comunement.

Porrus sache l'espee que al coste li pent

Si fiert Clinçon sor l'elme, que trastot lo li fent

E tot lo capellier, que rien no li content;

Del colp s'est estordiz, a la terre s'estent.

5055

Ja s'en alast Porrus, quant Tolomeu descent,

No s'en ira oi mais si estor ne li rent.

O les brans acerins si fierent si present

Toz les escuz si trencent, qui sont a orpument.

 

306

 

Porrus sailli en piez, quant il fu abatuz,

5060

Et escrie s'enseigne por ralïer ses druz

Et il i sunt venu o granz espiez moluz.

E li Gré si rasemblent, mout fu grans lor vertuz,

Alix. reclament o les grailes menuz;

Alix. l'entent, poignent i est venuz.

5065

Lores fu li estors pleneirement feruz,

Quatre cens chivaliers i ont les chief perduz.

Quinçe dux i ot pris e .x. reis retenuz;

Aminadab fu pris e li orfreis perduz.

Li reis depart la presse quant li camp fu vencuz,

5070

Cil de Bautre s'en fuient vers l'aiga de Caluz.

Porrus est antres Gres, ou il est combatuz,

Al bon brant acerin s'est si d'els defenduz

Assez lor a trenchié e lances et escuz;

Il n'i a si ardi del penre ne seit muz,

5075

Ans qu'il l'eüssent pris mout si fust chier venduz.

Lai ont vit Alix., si s'est a lui renduz,

Qu'il lo conuit as armes ont li or fu batuz

Et a la grant compaigne dont li camp fu vestuz.

Quant vit sor la ventaille les blois chevels crenuz,

5080

Que cil l'avoit gabé lors s'est aperceüz

Qui li dist qu'Alix. isteit vielz e chenuz.

 

307

 

Porrus rent Alix. lo bon brant d'acier

E dist en son lengage que il l'aveit mout chier.

Alix. l'entent sens autre latinier,

5085

Car de trastoz lengages s'isteit faiz enseignier;

E quant il tint lo brant, sil prist a menacier,

L'auberc li fist tollir e lo elme d'acier.

Porrus vit Alix. armé sor son destrier

E vit que de ses armes lo faseit despuillier,

5090

Paor ot merveillose de la teste trenchier;

Vers lo rei s'umelie cil prist a mercïer

Qu'il nol face ocire ni son cors laidengier,

Car sol de bele garde en puet aver d'or mier

Plus que non porterïent mile .vii. c. somier;

5095

Prent lo per l'estreviere, lo pié li vout baisier.

Pitié'n ot Alix. si l'en rove adrecier,

Rent li tote sa terre e commande a bailier,

Ses prisons li ameine sils a fait deslïer.

E quant Porrus lo vit, prist s'en a merveillier

5100

E dit que hom ne fu ni ert fils de moillier

Que ja mais eust tel don faire ni comencier.

Alix. li rove conduit apareillier

Por aler as desers, car mout les veut cerchier,

E si veira les bones, se il n'a destorbier,

5105

Que Artus aveit faites en Orïent fichier.

 

308

 

"Sire, ce dist Porrus, primes ti voil somondre

Que veiez mes tresors, dont nus ne seit li numbre,

Que mei ancessor firent desoz terre repondre.

Tant en done tes homes que nus ne posse gondre,

5110

E facent vaisel d'or, si lonc coma cogondre,

Ou il si poissent bien baigner, raire e tondre.

Tant en prin(t) a ton hués que nuls poisse apondre,

E per bien afiner quatre fez lo fai(t) fondre.

Lo don que tu m'as fait qui est quil poisse espondre?

5115

A ta volonté faire nulle rien no m'encombre,

Plus am je ton servis que per grant calor umbre."

 

309

 

Lors respont Alix. com hom de grant saver:

"Laisse ester tes tesors, un ne t'en quier mover,

Car je ni tuit mei home n'avons cure d'aver;

5120

Ja non penrai denier ni non quier nul caier.

Oëz que dist Salamons el livre del saver?

Reis just[a] adreice terre e la fait bien seer,

Li avers la destruit e fait gaste maner.

Qui rien ni vout doner quals homes cuide aver?

5125

Cels en cui miels se fie lo met a noncaler.

Si je rien t'ai doné, or li mi fai parer,

Condui moi es desers, si rien m'i puez valer;

A chascun fai porter tant de son estever

Que ja nus de mes homes n'estoche a remaner."

5130

"Sire, ce dist Porrus, ce t'afi je per ver:

Miels ti voil obeïr e faire ton plaser

Que a mes malvais deus, qui m'ont laisé chaer."

 

310

 

"Porrus, dist Alix., savis hom deit enquerre

Coment reis avars confont e destruit terre.

5135

Defors l'ardent e robent tuit cil qui li font guerre.

Povres est e caitis qui entor lui repere,

Car son aver li tolt et en prison lo serre;

E s'il marci li crie, il ne puet rien conquerre.

Quant il puet escamper, si plore e son duel mere,

5140

Ses enfans a son col s'en fuit si vai pan querre."

 

311

 

"Reis avars crient tot jors que ses avers li faille,

Quant que il puet bailler tot met en repostaille.

Des que il l'a repost e mis soz la muraille,

Ja pois non donra tant que sol un diner vaille.

5145

De ses homes confondre creis bien sa culvertaille,

A tot lo plus fellon sa terre acence [e] baille;

Cil la li espeluca e pene e travaille

E manjue lo poble deci qu'en la coraille;

S'il enprunte o creit, ja non solra mesaille.

5150

L'un en somon de dreit et a l'autre fait taille;

Quant il ne puet plus penre, si'n aporte la paille.

Por ce que non l'emende, senblant fai no l'en caille,

Des que li serf no perd vaillant un ués de quaille.

Si per devient si fel qualque part que il aille

5155

Qu'il ne trove prevoire ni monge qu'il n'assaille."

 

312

 

Quant Porrus si rendi, Gog e Magog s'en vont,

Ne fu si culvers gens des que Deus fist lo mont,

Menacent Alix. que dolent lo faront.

Li magnes reis l'ot dire, aprés lor dos s'apont.

5160

Outra les mons d'Eurus, dont li val sunt perfont

E li tertre tot dreit entroqu'al ciel a mont,

Les a si bien enclos per lo mal que il font

Entresque Antecrist viegne que ja mais n'en istront.

 

313

 

Gog e Magog s'en fuient, perdu ont de lor gent.

5165

Dui mil en furent mort e navré quatre cent,

Porter s'en font en biere, vont s'en ireement,

Menacent Alix. qu'il lo fara dolent,

Fil a putan lo clament, né per encantament.

Alix. l'ot dire, si s'en irast fortment

5170

Qu'il en jure ses deus e quant qu'al ciel apent

Que de sa la montaigne les ardra s'il les prent.

 

314

 

Tot dreit a la montaigne s'en fuit Gog e Magoz,

E li reis Alix. s'est mis en lor escloz.

Ainz qu'il fussent as monz, s'est il aprés apoz,

5175

Que plus de .xx. mille en a que pris que morz;

Li autre s'en vont outra, escampé sunt as noz.

De ire qu'a li reis enfremist tote l'oz,

E fait de la montaigne si cerchier toz les croz

Unquas n'i remest nus, qui tant se fust repoz,

5180

Que tuit ne fussent pris e retenuz e morz.

 

315

 

Li mont d'Eurus sunt aut envers lo ciel tot dreit.

N'i a de toz passages ni mais un sol destreit,

Per illec s'en vai outra la gent que Deu no creit.

Iriez fu Alix. quant escamper les veit,

5185

Li val fu mout perfonde e lo pertus estreit.

Ja se meïst aprés, quant Tolomeus diseit

Que se il passot outra grant follie sereit,

Desviablitez sunt, ja non retornareit;

Plus les destreignereit e mels s'en venjareit

5190

S'a ciment o a caus lo pertus lor cloeit,

Que ja mais non istront tro la fin del mont seit.

 

316

 

Or s'areste li reis e fait tel ciment faire

Que n'ert mis en cel leu que ja jonture paire;

A clore lo pertus no demorent il gaire.

5195

Anceis l'utisme jor en Inde s'en repaire;

Porrus li vient encontre qui son cuer li esclare.

 

317

 

"Sire, ce dist Porrus, en ce oi grant domaige:

Quant Daires fu vencuz sor Gangins el rivage,

Assez mi fu mandé per briés e per messaige

5200

Qu'aissi ti demenot avarice e rage.

Se saüsse si bien ta vie e ton coraige,

Ja de tote ma terre ne fust pecie targe,

Anz eüsse ma terre de toi prise en homage.

Tu vas querent proëce, seignorie e barnage;

5205

Qui la ti contratient mout i fait grant follage,

Nel seit garir deserz ni fort citez marage

Que tu nel siues tant que tu li fai ontage;

Humelitez ti vient e fait tendre ton gage,

C'onquas si larges hom ne fu de ton aage;

5210

Plus m'as hui tu doné e mei e mon lignage

Que no si raenbreit l'amiral de Cartage."

 

318

 

"Porre, fait Alix., assez t'a l'om mandé

Que combatent mi vois toz jors per avarté.

Avars hom ne puet mie conquerre autrui regné,

5215

Ans pert mout de sa terre, qu'aisi volent li dé.

Sez com [m']ament mi home per ma grant largité?

De ma volonté faire si sunt toz jor pené,

E je ai a chascun quant que il vout doné.

Assez voldrïent mielz tuit estre ars e venté

5220

Qu'il eüssent rien fait contra ma volonté.

Tant m'aiment en lor cuers, issi sunt aduré

Que mielz voudreit aver chascuns lo chief coupé

Qu'envers mon enemi eüst les dos tomé.

Quant il sunt en tornei sor lor destrier armé,

5225

Quant que je vei als els m'est tot abandoné.

Por lor grant vassallage ai je pris tel ferté

Que se tuit cil del monde istoient assemblé

Ne mi toldrient per force ni castel ni cité."

 

319

 

"Porre, ice sacent tuit li bas home e li aut

5230

Qu'avairs reis est plus sols que ermites en gaut;

Des que n'a bien ses homes, tost est venuz al saut,

N'a vesin en sa terre qui nel fors e reraut.

Des qu'il la tient a onte, sis avers que li vaut?

Hom avars vout tot jors que l'om pent e trevaut

5235

E face son servise e del suen rien ne baut;

Des que n'a prou en lui, quel part que volt si aut.

Cil o il mielz se fie al grant besoing li faut

E dit se il pert rien, daez ait cui en caut."

 

320

 

"Porre, fait Alix., mon conduit m'apareille,

5240

Aler voil es desers ont a tant merveille.

Tu revendras en Inde, ont tu feïs la treille;

Tes deus qui lai sunt d'or forbis et appareille.

Je conquerrai Egypte troqu'en la mer vermeille

E prendrai Babilloine si ma gent me conseille,

5245

Car aver voil la tor c'om dit qu'as ciel torneille;

Aucirai lo serpent c'om dit que toz jorz veille."

 

321

 

"Sire, ce dit Porrus, jel faz appareillier.

Les bestes totes vives menromes per mangier,

E l'autra garison porteront li somier;

5250

Ja mar avra en l'ost serjant ni chevalier,

Lichaor ni garçon, putan ni escuier,

Se si vout es desers raire o tondre o baignier,

Qu'en vaisel de fin or nel face apareillier;

Ni ja per la calor ne li estuit laisier

5255

Ventosier ne si face o de vena saignier.

Chascun a son alberc farai si aaisier

Neis la coute del pali n'ert [a] dire al colchier."

"Porre, fait Alix., mout ti dei aver chier,

Que per ton bel servise mi vols eslosengier."

 

322

 

5260

Ores sunt cil de Bautre somons e banni tuit

Qu'il soient es desers tresqu'a mardi a nuit

E portent vin et aiga, sal, farine e pan cuit,

Pois, faves, cire e mel, pevre, comin e fruit,

D'aliencs e de faucilles ede plusor estruit;

5265

Seuent l'ost Alix. e Porrun quil conduit.

Porrus jure lo ciel, l'aiga, lo vent que bruit

Que cil qui remanront seront ars e destruit;

Ja no poront garir ni per jor ni per nuit,

Lai ou il ert trovez mors est s'il no s'en fuit.

 

323

 

5270

Or vai l'os es desers a joie et a baudor;

Cil de Bautre les guïent per isi grant amor

Que qui vaut aiga freida si l'a per la calor.

Ne fussent li serpent, dont il ont grant paor,

Onquas nuls en sa terre ne fu a tel douçor.

5275

Porrus sert Alix., cui il tient a seignor;

El non trove el desert herbe de bone odor

Qu'il ne face cuillir et aporter la flor,

Lo trief lo rei en joncha per sentir la flairor;

Les mals pas lor esquive qu'il n'i aient dolor.

5280

D'un home de la terre fist soen adreiceor,

Si qu'as bones Artus vindrent al sesme jor.

 

324

 

Quant li reis vit les bones, mout fu joanz e liez,

Dos ymages d'or vit, dont mout s'est merveilliez.

"Sire, ce dit Porrus, de sai vos herbergiez,

5285

Ne passés ces ymaiges, car ce sereit pechiez;

Anc Artus ne Liber n'orent avant les piez,

Desviablitez sunt, ne vos i follïez.

La mer que terre cent a ces murs esfongiez,

Lo chavesaus desus a le solels cerchiez.

5290

Assez i a tels leus on gaier poirïez,

E dejosta la riva est si perfont li biez

Entresque en abisme toz serïez neiez.

E del peril de l'aiga, si vos escampïez,

Si qu'a la terra ferma la outra venisiez,

5295

Om no seit qu'il (s)i a, tost serïez mangiez."

 

325

 

"Quant Artus e Liber vindrent en Oriant

Et orent tant alé que no porent avant,

Dos ymages d'or firent qui furent de lor grant.

En cel leus les poserent qui furent aparant,

5300

Ne outra les ymages non ot home vivant.

Reis, fai lor sacrifice qui n'aient maltalant

Per ce que tote t'ost est venue a trestant,

Coment firent cil dui qui erent deu passant."

Quant Alix. l'ot, si lor dist en riant:

5305

"Li home d'este terre sont fol e mescreant,

Que ces ymages croient e lor vont sopleiant,

Que n'oient ni no voient ni d'aler n'ont semblant.

Neis qui les trabuchareit ens en un feu ardant,

Non ont tant de poër que s'en relevassant.

5310

Lo maitin irai outra a estros ton veiant."

 

326

 

Iluec jurent la nuit tant que fu ajorné,

A l'auba aparissant sont tuit per l'ost monté,

Grant ore fu del jor quant il orent trossé;

E vindrent al mollin si sont tuit enz entré.

5315

Tant i ont clees faites, ragunels enz gitté

Qu'a merveillose pene en sont outra passé.

Quant Alix. vit sa gent a fermeté,

De la joie qu'il ot a Porrun apellé,

E Porrus vint a lui s'amena Tolomé.

5320

"Porre, fait Alix., car nos fuisons disné!

Dedavant nos gardons, car derier sunt li dé,

Ne si fioënt gaires en lor grant deïté

Quant il per un mal pas furent espoanté,

Qu'il non passerent outra, ans s'en sont retorné;

5325

N'avons malvais roncin qui n'i ait traversé."

 

327

 

Tolomeu vait as cués per lo mangier aster,

E quant il s'en repaire, si fait l'aiga doner.

Li reis e tote l'ost sont assis al soper,

E quant furent assis, sis'n estuit alever,

5330

C'onquas de garison n'i oseront goster,

Car cil vienent poignant quis deviot garder,

E dïent Alix.: "Fai ta gent conreer!

Tant vienent olifant nus hom nes pot numbrer,

Tuit estes esquitié s'il nos poënt trover."

5335

Alix. commande ses chivaliers monter,

Cels a pié remanir as alberges laicier,

E fait les trues batre per altament crïer,

Pois fait per tote l'ost les busines soner,

As civals per honir fait les egues mostrer

5340

E les mules sentir as muls per regaignier

E les homes huchier e les grailes soner,

Tant que les olifans a fait en fuie torner.

Quant il veit que s'esforcent e si astent d'aler,

Sis rove as chivaliers o les lances boter;

5345

Viiii.c. nonante set en a fait enverser.

Quant lor ont les denz traites, sis rove escorner;

Miels vaut l'ivoires que il en fist porter

Que quant que Cersés puet d'or e d'argent trosser.

 

328

 

"Sire, ce dist Porrus, ceste terre est mout fiere,

5350

Desviablitez sunt, ne sai avant que querre.

Se passïez encore un atrestal riviere,

Nïent sereit ja mais de retorner ariere.

Tant com vostre compaigne est sane et entiere,

E que nostre ramee part en cele rosere,

5355

Si vos en retornez tote vostre carriere,

Car qui istreit plen pié de la vie corsiere,

Li palluz est si molle e desoz si pleniere

Ja mais non sereit trait en negune mainere."

"Porre, fait Alix., jel faz per ta prïere."

 

329

 

5360

Iluec si albergerent cil d'Inde e li Greseis,

Un poi de fosse firent davant els per defeis.

La nuit se reposerent, al maitin furent freis.

Davant les dos ymages s'est arestez li reis.

Per ce que li jors ere (de) la kalende del meis,

5365

Vout faire sacrifice a for de celes leis;

Porrus et Alix. sacrefïent maneis,

Et ot al sacrefice vaches .l. e treis.

Las leis del sacrifice canterent en yndeis,

Si furent revestu dui capelan corteis.

 

330

 

5370

Quant ont de la kalenda celebree la feste,

La devise del mes lor anonce lo preste.

Lors s'en retorne l'ost en Inde la senestre,

Une seche palu troverent devers destre,

Per leus isteit si molle que herba n'i puet nestre.

5375

De novelle mainere lor sailli une beste;

Gros a lo pel e dur e poignent com areste,

Ne crient fer ni acier, tant est de fiere geste.

Quant cil de l'ost la veit, de maltalent s'areste,

Au trastor qu'ela fist lor a fait tel moleste

5380

Vint e cinc chivaliers lor ocis e tempeste.

Li Gré corront entor, si qu'a vive poëste

O mals et o coignies li pecïent la teste.

 

331

 

Quant il furent tuit outra, bas ser e vespre fu,

Li solels fu couchiez com li tref tendu fu;

5385

La nuit se albergerent dejosta la palu,

Auques seürement si sunt la nuit geü.

A l'auba apparisant si sunt d'illeques moü,

Es dereirans bois d'Inde sunt torné e muevu.

Liotifal lor sunt a davant correü,

5390

Unquas autretels homes ne furent mais veü.

Treçe piez ont de aut, grant sunt e percreü,

Qualque tens que il face, il vont a toz jorz nu;

Ja n'avront fil de drap afublé ni vestu,

Ans sunt per tot lo cors come beste pelu.

5395

Tel mois istont soz aiga, ja no seront veü;

Tant com il i conversent, vivent de peison cru,

E quant il sunt a terre, si sunt bien repaü,

Car il vivent d'encens e de bon balsemu.

Li legier bachalier per traire i sunt corru.

5400

Quant virent les saietes, fuï sunt e perdu;

Mout en poise Alix. quant bien ne sunt seü,

Plus en amast il quatre que fussent retenu

Que .c. somier cargiez d'or d'Arabi molu,

Car ans que fussent bien li paveillon tendu,

5405

Eüsent pris peissons sens rei e sens cornu

Que neisuns oisellaires non prent oisels o glu;

E fust per tot lo mont a mervoilles tenu

Coment il porent estre unquas pris ni vencu.

 

332

 

A l'auba aparisant monterent li baron,

5410

Li conduit les en guie droit a Oceanon.

Une mervoille virent tel com nos vos diron:

Sor la rive de l'aiga de rous e del sablon

Lor aparurent femes, mais il ne sevent don,

Que jusqu'a .c. leues d'entor e d'environ

5415

Ne poeit l'om trover ni borge ni maison

Ne nul habitement ni albergason;

En l'aiga conversoient a guisa de peison,

Tot tens istoient nues, paroient a bandon

Tuit li fait de nature entresque el talon;

5420

Li cevels lor lusoient com penne de paon.

Tant per istoient gentes e de belle façon

Que de la beauté d'eles ne savoit l'om raison.

 

333

 

Quant voient cil de l'ost que si beles istoient

Ne per la paor d'els pas ne si reponoient,

5425

E fasiont semblant que petit les cremoient,

Ne si poënt tenir, tel talent en avoient.

Quant trop en i alot, en l'aiga si feroient,

Les petites compaignes tres bien les atendoient,

E com il retornoient eles repareisoient.

5430

Quant il erent o eles, volentiers i gisoient,

E com il erent las, que faire nel pooient,

Del torner ert nïens, car celes les tenoient.

Com cil les esgardoient, tant beles les veoient

Si s'esforçoient tant que sor eles moroient.

5435

Com cil erent afliz, que mais ne si movoient,

Eles levoient sus, en l'aiga les traoient,

Cils i tenoient tant que illec l'esteingnoient.

 

334

 

Quatre s'en escamperunt que sunt al rei venu,

La convine des fermes content c'orent veü

5440

E de lor compaignons com il sunt retenu;

Ja mar isterunt quis, neié sunt e perdu.

Cil qui lo conte oïrent que li catre ont rendu

Per la belté des femes si sunt si esmoü

Encor en i alast s'il en fussent creü,

5445

Mais Alix. jure quant est e quant que fu

Que tuit cil qui iront, s'il sunt aperceü,

Ja tant nols amera qu'il ne soient pendu.

 

335

 

Lo jor monta li reis les pois de Falicost.

Rusta fu la montaigne, ne poront aler tost,

5450

A grant pene sofriront la calor e lo rost,

Car ne trovent tant d'ombra o un sol hom repost.

Quant il vienent als erres que Artus e Liber clost,

Çoinocifail lor saillent des desers de Rimost,

Xxx. piez ont de aut, mout sunt lait et empost

5455

Et ont testes de chien, si com natural vost,

A grans pieres poignals vienent arocher l'ost;

Cil a pié i vont traire, qui furent armé tost.

Quant virent les saietes, fuï sunt e repost;

Li archier s'en retornent, qu'Alix. nes(t) cost.

 

336

 

5460

Li reis monta un tertre qui de altece veint

E vit Occeanon, qui tot lo mont aceint,

E lo mont d'Etiope e li val qu'il estreint.

A poi que tote l'ost d'angoise ne remeint,

Car li caus les argüe e la seis les destreint.

5465

Cil d'Inde li ont dit d'aler avant ne peint,

N'est qui la via sacha ne qui la lor enseint;

Li desert sunt si caut tuit seriont esteint,

Qua jusqu'a vint jornees, c'est en l'estori peint,

N'a tant d'umilité dunt nulle rien enpeint.

 

337

 

5470

Mout fist bien Alix. quant cils d'Inde a creüz,

Per retorner ariere s'est lo maitin moüz

En la fastine Ynde dont il istoit issuz.

Lai est venuz li reis e si est descenduz

E tref e paveillons per la pree tenduz.

5475

Ja eisteit li feus grans cant li reis fu venuz

A un estaing qu'il trove antres tertres aguz

Qui toz istoit plen d'aiga, mais sempres fu beüz

D'omes ede civals qui aveit deseüz

Li ardor del soleil qui si grant ert aüz.

5480

D'autra part de la rive a homes apparuz

Que sunt per mei les cors jusqu'as unbils fenduz,

E ot chascuns dos testes e dos piez e dos buz.

Des Gres si merveillent cant il les ont veüz;

Mout per lor veïssiez dolent et irascuz,

5485

Car tel gent ont veüe que n'ont pas coneüz;

Vers els vindrent corrant e chascuns isteit nuz,

Anc no vestirent drap qui fust faiz ni teisuz,

Tuit ensemble lor lancent chascuns espiez aguz,

Plus de cinc cent serjans lor i ont mort renduz.

5490

Cil de l'ost les aüssent e pris e retenuz,

Quant un estorbillons davant lor est creüz

Que tres e pavaillons lor a toz abatuz,

Les somiers trabuciez e des tions feruz;

Peliçons e mantels i ot assez perduz,

5495

Entrosque vers lo ciels en porte les escuz.

Aprés icel domage lor est apparuz:

Ausiment coma neus est feus de ciel ploüz,

Qui tot art la contree ausiment comma feuz.

Or dïent cil de l'ost: "Libers est irascuz,

5500

Entre lui et Artus font ores tes vertuz,

Per lo conget as des nos est cis maus venuz."

 

338

 

Quant fu li vens cheüz e li estorbillons,

A mont davers lo ciel ausiment com tisons

Virent venir les rais ardens coma brandons.

5505

Cil de l'ost s'estremirent, qui crement les carbons,

De lor escuz si covrent, ce fu lor garisons;

E cil qui nus non tint se tient bien per bricons,

Brusoient lor les testes e barbes e grenons.

Quant del ciel fu chaüe la rujors e l'arsons,

5510

A negier commença de l'air qui fu enbrons;

Ne demora pas gaires que vint si grant foisons

Que li fiocel i cheoient si grant coma toisons,

Sor les tres est la neus aute com uns dojons.

Alix. commande a trastoz ses barons

5515

Que no remaigne en l'ost escuier ni garçons,

Damoisels ne serjans, chivalier ni peons,

Que n'amoinent les bestes entor les pavaillons

Et abatent la nef a pels et a bastons.

Per la calor des bestes fu grans remissions,

5520

Cele qui no rimet chausa coma sablons.

Aprés lor vint de pluie si grant sorversions

Que tote en porte a val la nief e les glaçons.

Li estaing rampli d'aiga, qui fu e grans e lons.

 

339

 

Quatre jors fu li reis que unquas ni se mut,

5525

E fist mout grant fredura, assez neja e plut;

Anc l'espessa de l'air per ce ne si remut,

Tres jors fu li solels que onquas n'aparut.

Alix. demande a cels d'Inde que dut

Qu'aprés si grant calor si grant freidure crut.

5530

Cil respondent al rei que bien l'orent seüt

Qu'autrenus esteit fors e lo tens d'iver brut.

 

340

 

"Seignor, dist Alix., je vos commant e reu:

Remouons nos alberges si querons autre leu.

Il ne nos promet mie serenité ni geu,

5535

Ans est uns des deus qui'n ont mis en esfreu,

Tel chose m'ont hui faite dont ai al cuer neu;

Quatre cens chivaliers, que tuit estoient preu,

I avons hui perdu de la nef e del feu.

Sepellions nos mors si lor faisons veu;

5540

Lo mangier aprester ailent avant li queu."

 

341

 

Li mort sunt sevelli, li Gré s'en sunt torné.

Un grant tertre ont monté et un val avallé,

Per les alberges trovent lo mangier apresté;

A pié si vont desduire cil vaslet aduré.

5545

Desoz une grant roche trovent un leu chavé

Ont Liber et Artus avoient conversé;

Et orent si lo leu beneï e sagré

Desque il en issirent n'i avoit home intré

C'om n'aüst a la boche al ters jors morz trové.

5550

Anc li reis nel voust creire tant qu'il l'ot esprové.

Tuit cil qui de ses homes istrïent enz entré

En furent al ters jors sens arme traïné,

A la boche en travers l'un sor l'autre gitté.

Per ce que n'i part colp ne il ne sunt navré,

5555

Non puet unques saver li reis la verité

Coment il erent mort et illec aporté.

Dui veillart indïen sunt davant lui alé,

Que avoient el regne grant piece conversé;

L'un des dos avant l'autre a li reis commandé

5560

Que de cela merveilla que l'a si traspensé

Li dïent amedui tote la verité:

S'en la cave a fantasme, serpent o enferté,

Que tant seit de mant art cest regne deserté.

Li dui veillart respondent, qui sunt de grant haé,

5565

Que Artus e Liber per lor grant deïté

Entoscerent lo leu si l'ont enfantasmé.

 

342

 

Al quart jor mut li reis, n'i volt plus sejorner;

En la fastine Inde s'en cuide retorner,

Quant vit davers senestre dos grans païsans aler.

5570

A sei les fait venir sis prent a conjurer

Si de nulla merveilla li savriont conter

Que fust bona d'oïr edigna d'esgarder.

Cil li ont respondu: "Si tu vols escouter,

Nos ti dirons novelles si tu vols esprover.

5575

Lai sus en cels desers poi dos arbres trover

Qui ont cent piez de aut, de grosese sunt per.

Li solels e la lune les ont faiz si sagrer

Qu'il savent lenga d'Inde e bien greseis parler

E respondre a home de quant qu'il volt penser,

5580

Ce qu'avenir li este qu'a a trespasser.

Plus d'un mes, ce cuidons, si tu i vous torner,

Antre aler e venir t'estovra demorer."

"Por Deu, dist Alix., la m'estuit il aler.

Si vos m'i conduissiez, plus vos farai doner

5585

De l'or molu d'Araibi que non poriez porter."

 

343

 

"Sire, font li veillart, ce nos fait esmaier,

Hautes sunt les montaignes e li passage fier.

Si ta grant ost i va, non poiras espleitier,

Tu non retorneras trosqu'a dos mes entier.

5590

Si tu vols tost aler e tu vois repairier,

Ja mar iront o tei que sol cent chivalier."

Quant Alix. l'ot, prent s'en a corrocier;

Cuida qu'il lo vousisent autresi engignier

Coment li .c.l. que il eslut l'autr'ier,

5595

Quant lo durent en Bautres conduire et adrecier;

E dit a soi meïsme: "Li deu no m'ont pas chier

Quant per ce dos veillars mi cuident atrapier."

Menbre li del conduit que il eslut l'autr'ier,

Que per toz les desers lo firent follïer,

5600

Dont il fist les .c. penre et en l'aiga gitier;

Deman les fera penre o les testes trenchier.

 

344

 

Paor ont li veillart del rei qui est marriz,

Per amor Deu li prïent qu'il s'escout un petiz.

Or sunt prest qu'il li jurent e chascuns li afiz

5605

Que il nel distrent pas per mal ni per despit;

Parolt ensemble o els sils escout un petiz,

Car peciez istereit sens colpa les ociz.

Il li dirent tot l'estre, metrel face en escriz;

Se il ensi nes trove com il li avront diz,

5610

Sis face ocire o pendre, ja mar avront respiz;

La grans ost s'en retort e Porrus les en guiz:

"Carante mil homes, mais qu'il sïent esliz,

Li menremes tres bien a joie et a deliz."

"Per Deu, fait Alix., assez avez bien diz."

5615

Or a ce que il vout, de joie s'en sorriz,

A Tolomeu commande ques gart e ques desliz.

 

345

 

Quant li venz fu cheüz e la neus fu fondue

E li estaing fu plens de l'aiga qu'ert beüe

E de la grant merveille que de ciel ert ploüe,

5620

Qui por icel convers istoit si espandue

E de trastote part en l'estaing corrue

Dos piez plus aut de rive que cele qu'ert beüe,

Ja qui ne la veïst per els ne fust creüe

Se il ne la eüssent si malement veüe.

5625

Li jors fu bels e clers e fist umbra soz nue.

Alix. si monta e tote l'ost si mue,

Li veillart vont avant qu'ont la vie seüe.

Unquas mais per nul home n'i ot regne tenue

Ni sentier nul trové ni carriere batue.

5630

Il monterunt un mont ou chascuns mout s'argüe,

Mout fu fors li civals cui la pels ne trassue,

Per poi la gent a pié n'est tote recreüe.

Quant l'ost fu sus el tertre montee e venue,

Sus el plan ont trové une bosce follue;

5635

Une fontaine i trovent mout belle e percreüe,

De la gent qui ont seif fu trastote beüe.

Quant sunt resacié de la seif qu'ont eüe,

S'esgardent contre val les plains de blanche nue,

Lai virent tante beste deputaire cornue.

5640

Josta lo coing d'un val ont la forest veüe,

Que isteit grans e lee e dedens bien vestue

De tote icele chose qui a cors d'ome aüe.

Li veillart qui l'ost guïent l'ont tres bien coneüe,

Il font corner les cors si s'est l'ost esmoüe,

5645

Tot lo pendent del tertre est a val descendue.

 

346

 

L'ost descendi d'un mont si est venue en un val.

Mout furent angoisos li home e li chival;

Alix. les guie, que sist sor Bucifal,

Et en l'areiregarda si mist son senescal,

5650

Tolomeu lo corteis, lo gentil, lo loial;

Li veillart lo conduient lo pendent d'un costal.

S'icel sire non pensa qui fist home carnal,

Ja mais un de toz cels non veira son ostal,

Car del replet del tertre lor saillent murmural.

5655

Aprés ço i sorvienent del poi Liotifal,

Mout sunt grant et ydos, unques hom ne vi tal,

Si lor luisent li oil com peire de cristal.

Chascuns tient en son poing une piere poignal;

Endreit lo aut del tertre lor livrerent estal,

5660

O les pieres cornues l'ost trebuchent a val;

E Dardani lor lancent cairels per mi lo val,

Desarmés les troverent si lor firent grant mal;

Deus! enqui ot mort li jor tant nobile vassal.

Alix. l'esgarda si traist lo brant reial.

5665

Il en jure celui qui siet el sumital

Miels voudreit estre ars o penduz a cresmal

Ne secorre ses homes dont veit peril mortal.

Il a traite l'espee, li pons fu de cristal,

E broce lo destrier desoz l'esperonal.

5670

Un Dardani consiut per devant lo frontal,

Lo brant d'acier li cola el cors jusqu'al corail.

Il escrie s'enseigne: "Firez, Macedonal!"

Lors traient li arcier ensemble comunal

E cil d'a pié les hüent e font paor ital.

5675

Mout menerent grant joie cant furent en l'egal.

 

347

 

Li reis sout mout de signes e del tens que canja,

Lors fait soner .x. grailes e per l'ost commanda

Que tuit coillent lor tentes, l'ost monta si s'en va;

E monte en un grant tertre, en un val devala.

5680

La praerie est gente e l'erba verdeia,

Unques hom en nul tens plus bele n'i trova.

Les montagnes sunt autes e li vals reonda,

Avant ne trovent vie, car anc pont n'en i a;

Unquas n'i ot un sol, quant il se regarda,

5685

Qui anc peüst saver per ont il i entra.

A espleit civalcerent, c'uns no s'en aresta,

Tote jor vont entor, c'onques l'ost ne fina

Jusqu'a ore de none, que li solels torna,

Qu'il revienent lor traces com chascuns i entra.

5690

Alix. meïsmes fortment si merveilla,

Que tant aveit erré e nïent espleita,

De maltalent s'enclina e del cors sospira.

Don Clins e Tolomeu e Caulus apella,

A cels a conté la merveilla qu'il a.

 

348

 

5695

"Seignor, fait Alix., mal nos est avenu,

Per lo mien escïent tuit somes confundu.

Veez ici nos traces que hui avons tenu,

Tote jor i avons entor cist plan seü;

Des l'ore que nos fames en cel val descendu

5700

Qu'avons nos esploitié la monte d'un festu.

Ci n'a mestier proëce ni lance ni escu,

Il n'a en tot lo mont si bon cival crenu

Que poïst plus valer d'un roncin recreü.

Les montaignes sunt rustes e li poi sunt agu;

5705

Per lo mien escïent, si com je ai veü,

Non istreit uns oisels, tant volast de vertu.

Perdu avons l'entree per ont somes venu."

Lors est per tote l'ost un si grant dol creü

De dolor sunt a terre tel set mil cheü

5710

Que rompent lor chevels e ce qu'il ont vestu.

 

349

 

Seignor, lai veïssiez grant dol e grant tristor;

Cele nuit ne mangerent li grant ne li menor,

Anceis jurent el val tant qu'il virent lo jor.

Tant tost com il choisirent del soleil la luor,

5715

Vindrent a Alix. li duc e li contor

E demandent conseil que devendront lo jor.

"Baron, dist Alix., or escoutez, seignor!

Je cercherai lo val et irai tot entor,

Si trovaroie vie ni fraite ni sentor

5720

Per ont poissons issir de cest val tenebror."

Pois monta en Bucifal, son destrier correor,

Unques en nulle terre ne vit nus hom meillor.

Quant li reis fu assis els arçons pent a flor,

Des esperons lo hurte, il se muet de vigor.

5725

Tant a cerché lo val et alé tot entor

Qu'il trove une piere del tens ancianor

O il aveit escrit foldor e grant tristor;

Les letres sunt el marbre qui mostrent la dolor,

Ja nes veira cil hom que n'ait de mort paor.

 

350

 

5730

Quant li reis vit les letres, n'i ot ni geu ni ris.

Ce conte l'escriture qui fu el marbre bis

Que se tuit cil del monde s'estoient el val mis,

Des lo primeiran home n'en istroit un sol vis;

Quant l'entendi li reis, toz li mua lo vis.

5735

Lors plore Alix. de duel de ses amis,

Regrete Babilloine, dont li mur ne sunt pris;

A grant vilté li torne qui en tel leu s'est mis.

 

351

 

Dolens fu Alix. de ce que ot trové;

Devers destre partie a son chief retorné,

5740

A une part del marbre a li reis esgardé.

Ce conte l'escriture del tens d'antiquité

Que se tuit cil del mont erent el val entré,

Des lo premerain home que Deus ot figuré,

N'en istriont ja mais en trastot lor aé,

5745

Se uns n'i remaneit bonament de son gré;

Mais si uns i remaint, li autre erent salvé

E per une persone seront tuit delivré.

Quant l'entendi li reis, n'i a plus demoré,

Il monta en Bucifal per son estrier doré,

5750

Deci qu'en l'ost des Gres n'i a restail doné.

Encontre lui alerent Clinçon e Tolomé;

Trastuit li doçe per li sunt encontre alé

E demandent novelles coment il a erré.

Li reis lor en a dite tote la verité,

5755

Ensi come les letres li avoient conté.

 

352

 

Alix. lor conte la grant percussion,

Si com il a cerché lo val tot environ:

"N'i a vie ni fraite per ont ja en ison,"

Si com dïent les letres qu'il trova el peiron

5760

Que ans furent escrites que en mer n'ot peison.

"De ci n'en istrons mais per nulle raençon,

Ans isterons nos mes, se n'i remant un hom,

Mais per une persone avrons tuit garison,

E mals est per un home si morent tant baron."

5765

Lai poïssiez veïr si grant estriveson,

Ensi comme chascuns si defent per tenson,

E dit ne remandra en si mala prison

Dont ne cuide aver secors ni garison.

"Seignor, dist Alix., escoutez ma raison:

5770

Or vos en alez tuit per tel devision

Que ja per moi n'avrez nul blasme se bon non,

E je remandrai ci toz sols sens compaignon.

Vos avez mis vos cors per lo mien a bandon,

Je vos en pois or rendre plus riche gueerdon,

5775

Si n'avrai de vos faite negunæ mesprison."

Li doçe per s'escrïent tuit ensemble a un ton:

"Sire, se tu nos fals, caitif, que devenron?

Si n'ert vostra proëce, ja jor ne vivron."

Alix. s'encline e baisse lo menton,

5780

Pois en jure ses deus de s'asolution

Que ja n'i remandra nuls altre se lui non.

Lai plore Tolomeu e romp son ciglaton

E tels .xiiii. mil si pasment el sablon

N'i ot cil ne derompe son ermin peliçon.

 

353

 

5785

Seignor, lai oïssiez grant dol, quant vint al desevrer,

Lai si pasme Don Clins e tuit li doçe per,

E li Gré mout fortment prenent a doloser.

"Haï! gent desconfite, cal part poirons torner,

Quant hui perdons celui qui se faseit doter,

5790

Les regnes e lo poble de tote part trembler,

Les aols gens baissier e les pros eslever?"

"Baron, dist Alix., car mi laissiez ester;

Peis mi fait la dolor que je vos vei mener

Que la mort que je atent, dont je ne pois passer.

5795

A cel Deu que je aor vos poisse commander,

Qu'il vos doint honor e bon seignor trover

E bonement tenir e terres conquister."

A icés moz si pasme Don Clin e Tolomer,

Que unques un sol d'els ne puet en piez ester.

5800

Tel dol ot Alix. anc ne pot mot soner,

Per ses homes qu'il vet issi desconforter.

A une part del val s'en vait li reis ester,

Tient sa mange d'ermine per ses oil estoper,

Car ne puet plus ses homes veer ni esgarder.

5805

Tel duel font li baron, quant vint al desevrer,

N'i a un ni derompe ses mains e son vis cler:

"Gentil reis Alix., ont poirons mais aler?"

Tel engoise demenent li baron chivalier

Tot lo val perillos en commence a trembler.

5810

Per mei une montaigne commencent a aler,

Tuit furent fors del val quant vint a l'avesprer,

Fors lo rei qui remest tot sols sens parsoner.

Lez une large plaigne lez un rocer de mer,

Pres d'un braz d'aiga douçe qu'il trovent bel e cler

5815

Font lor pavaillons tendre per la nuit ostaller,

Mais unques nulle joie no vieissez mener,

Ans commencent trastuit mout fortment a plorer.

 

354

 

Trastote l'ost des Gres commence a reparier,

Tuit furent fors del val quant vint a l'anuitier.

5820

Unquas la nuit ne porent ni bevre ni mangier,

Ans plorent e regretent lor seignor dreiturer

E deprïent les deus e vont sacrifïer

Qu'Alix. garissent de morte d'encombrier.

E li reis fu el val, n'i ot que corrocier,

5825

Tote nuit se porpense ne si seit conseillier

Coment de cele prison si poisse delivrer.

Il regarda lo ciel e vit l'air especier

E les nues trobler e fortment nercïer,

Plus de .xl. fez vit lo trone cangier,

5830

Ne fu mie a seür quant il vit lo tempier.

Del pan de son blïaut que fu d'un pali chier

Envolupa sa teste e tint lo brant d'acier

E tint per sa regna Bucifal son destrier.

Al maitin commença li solels a raier,

5835

Mout fu liez Alix. quant il vit esclairier.

Encores revoudra li reis lo val cercher;

Il monta en Bucifal, son correor destrier,

Dejosta une montaigne commence a campïer

E trove une cisterne, n'ert greignor d'un celier.

5840

Onquas ne fu ovree de cauz ni de mortier,

Mais li deu l'oront faite en la roche entaillier.

Lai ens en cele roche aveit un averser

Que cuidot tres bien faire tot lo mont perillier.

Li reis i est entrez qui la voudra cerchier,

5845

Qui vout totes les choses prover et essaier.

Icele male chose lo prist a araisnier:

"Gentils reis Alix., car mi venez aidier,

Torne moi ceste piere, sire franc chivalier,

Que m'a en tel prison que ne mi pois aidier,

5850

E je t'enseignerai or endroit lo sentier,

Coment poiras eissir de cest val tenebrer,

Si que ja non perdras vaillant d'un dinier."

Li reis entent la vois, prist s'en a merveillier,

Paor a de la mort, mout si crient enginnier.

 

355

 

5855

Li reis a grant merveille de la vois qu'a oïe,

De totes pars regarde, de celui ne vit mie.

La vois del faus prophete li resomont e prie:

"Si tu es Alix., qui tot lo mont suplie,

Torne moi ceste piere qui sor lo col mi brie,

5860

Qui m'a en tel destreit et en si grant bailie

Dont ni pois escamper a nul jor de ma vie,

E je t'enseignerai or endroit senz faillie

Com istras de cest val sens autra compaignie,

Si que ja non perdras lo vaillant d'un aillie."

5865

Alix. respont, qui nïent ne s'oblie:

"Isi com je sui reis, lo miens cuers lo t'afie,

Enseigna mei la viæ bien dreite sens folie,

A la piere torner ti farai pois aïe."

Le diable respont une grant tricherie:

5870

"Ovre ceste posterle, veiras la praerie

E troveras la voie, qui tot est enermie."

Li reis i est venuz, qui pas no s'i derrie,

E vit un faus sentier, bien seit ço fu bosdie,

Pois a dit al diable: "Fols est qui'n tei se fie,

5875

Assez en poi d'ore m'as ja ta fé mentie."

Quant l'entent l'aversiers, ne puet müer ne rie.

"Alix., fait il, mout es pleins de voisdie,

Tei ne puet enginnier ni saver ni follie,

E qui faire lo pense si cuide villanie.

5880

Or la t'enseignerai sens pont de tricherie;

Vai a ceste autre porte que faite est per maistrie,

Bien conoistras les letres, car tu ses de clergie."

Li reis i est venuz, que ne si targe mie,

Si a lites les letres en un marbre porfie,

5885

Pois vit lo dreit sentier si a la voie choisie;

Ne fust mie si liez qui li donast Ongrie.

"Alix., fait il, per ta chivallerie

Rent moi lo convenent dont ta fé m'as plevie."

Li reis toma la piere e li diables crie

5890

Si a gité un brait per itel diablie

C(e)'est vis a Alix. que terre seit partie

E la roche fondist, paor ot de sa vie.

Icele male chose li resomont e prie:

"Reis, torne moi la piere lai d'ont tu l'as partie;

5895

Une ardor mi sorprent qui tant fort mi maigrie

Ja m'avra, ce m'est vis, tote la car bruïe."

Li reis tint son chamin cant ot sa fei complie,

Pois eist de la posterne s'a sa voie acuillie.

 

356

 

Li reis eist de la voute e si point lo chival,

5900

Il n'ot en sa compaigne ne mais que Bucifal.

Il se regarde ariere, si a veü lo val.

"Haï! val perillos, encombras e mortal,

La vostre compaignie mi deüst faire mal,

Que hune ne puet bien faire a nul home carnal."

5905

Alix. civauca e poia un costal,

Pois a gardé sor destre si choisi en l'egal

Plus de mil pavaillons a or et a cristal.

Enz en mei leu des autres conut son tref reial;

Les cordes sunt de soie, li passons de roal,

5910

Les bendes sunt de porpre e de pali emperial,

El pom un escarboncle qui sist sor un esmal,

E sembla de clarté la estella jornal.

Lai ens sont li baron, qui menent tel treval

Que plaignent e regretent lor seignor natural.

5915

Alix. descent davant son tref reial.

Quant li baron conurent lor seignor dreitural,

Cele part sunt corru ensemble comunal

Plus de .xiiii. mil, que tuit furent vassal,

Quil saisist per lo pan qui per braz qui per al,

5920

Tot li ont derompu son blïaut de cendal;

Ja mais de negun home ne veirez i ot tal.

La nuit ot Alix. assez meillor ostal

Que s'il fust en la voute al perillos portal.

Quatre jors sejornerent, al quint murent estal;

5925

Vindrent en un forest, anc nus hom ne vit tal.

 

357

 

La foreste sist mout bien dejoste une riviere,

Mout per fu belle e gente, reonde et entiere.

Anc ne fu arbre meins ne davant ni dariere;

Non est hom tant ardiz que un sol colp li fiere,

5930

Que li deu il meïsme i firent lor preiere.

Ja non voldrez espice ne nul herbe tant chiere

C'om n'i poisse trover cant li bel tens s'esmeire

En avril o en mai cant la flor vient premeire.

La mandragore i naist en forme d'ome entiere,

5935

En forme d'un enfant de dos meis premiere.

Nus hom non ot lo cri qui la remut ne quiere

Ne l'estuce morir d'une mort itant fiere

Ja non poira aler ne avant ni ariere.

 

358

 

En la forest aveit vergier d'antiquité,

5940

Entes i a noveles e grant fies d'aé

Si a poires e pomes e granates a planté

E datles et amendles et iver et isté,

Tenebrins e nardiers, mil arbres de bonté;

I creiscent per nature, qu'anc ne furent planté,

5945

De la foreste tenoient une lieue de lé;

Et antre les devises del vergier ot un pré

De totes bones herbes garni et esauçé.

Nuls hom n'a tant lo cors enferm ni engroté,

Ni lo cuer entoschié ni tant envenené,

5950

De langor sovrepris ne d'autre enfermité,

Ne la rate poirie ni lo fee dampné

Ne poing ni braz ni pié ni membre nul colpé,

Si l'om l'eüst un poi per lo pré traïné,

Per ce que l'erbe eüst a lo sanc adesé,

5955

Mais tant eüst dormi qu'il eüst reposé,

Sempres n'en levast sains e pleins de sanité

De la flairor des herbes e de la olité.

Qui avreit per lo mont e venu et alé,

Quant il l'avreit trastot cerché et aquisté,

5960

De totes bones herbes n'i avreit tant trové

Com il a soz les arbres el vergier asemblé.

 

359

 

Mout fu bels lo vergiers e gente la praelle,

Mout soëf i flairoit liquirice e canelle,

Garengans et encens, citoaus e tudelle;

5965

L'erba qui est el pré est en tot tens novelle.

Tres en mei leu del pré sort une fontanelle

Dont la dous isteit freide e blance la peirelle,

A roge or espaneis pesast om la gravelle.

De fin or tresgité i ot urie nacelle

5970

A tres piez de cristal, qui ne chiet ni cancelle,

Que receit lo conduit qui vient per la tüelle.

Desoz chascuns des arbres si siet une pucele,

Totes sunt d'un paraige, chascune damoisele.

Chascune ot cors gent, petite la mamele,

5975

Lo vis fres coloré, reonde la maselle,

Les oils cliers e rians, plus movans d'arundelle.

Toz ert espris d'amor qui veïst la meins bele,

Tant fort avoit bruslé lo cuer de l'estencele

Qu'aisi li saut au cuer com destrier de Chastelle,

5980

Demi pié contra mont jusqu'a desoz l'aisele.

Alix. conterent li veillart la novelle;

Tot quant qu'il a alé ne prise une cinele

Se il de pres nes veit; les dos veillars apelle:

"Condussez l'ost cel plan delez cele naucele,

5985

Que jusque en la forest n'ert ostee ma selle."

 

360

 

Dedevant la forest ot un pont torneïz

Sor l'aiga de Garance, qui vient de Valbruniz.

Les estaces del pont sont de marbre voutiz

E le selives sunt totes a or massiz

5990

E les planees d'ivoire a buens esmaus tresliz.

De l'autre part del pont ot un tresgiteïz,

Dos enfans de fin or faiz en mole fontiz;

Li uns fu lons e grailes, l'autres gros e petiz,

Menbres orent bien faites, vis formez e faitiz

5995

Si com l'ost aprosca et il oient les criz,

Chascuns saisist un mail, iert li pas contrediz.

Desor els ot dos breus, qui uns clers ot escriz,

Que lor fait per augure defendre al passeïz.

Alix. descent del destrier arabiz

6000

E monte sor lo pont si s'est outra acuilliz.

Quant vit les dos enfanz qu'orent les mails saisiz,

Il se retraist ariers, qui crient estre periz.

 

361

 

Quant li reis vit les dos qui si vont defendant,

Si se retraist ariers si a dit a sa gant:

6005

"Veez outra cel pont un grant encantemant;

Dos enfanz ai veüz, l'un petit l'autre grant."

Quant sa gent l'entendirent, mout se vont merveillant,

A cel mot ot guerpi tant destrier auferrant

E montent sor lo pont qui plus tost pot avant,

6010

Vont veïr la merveille que li reis vont contant.

Adonc i sunt venu li dui veillart persant

Que per mei les desers vont li rei conduisant.

"Sire, font il al rei, nos n'en savons niant."

Mais li uns li promet qu'il l'en dira aitant

6015

Que il cuida saver per ver a esciant

Qu'il fara remanir trastot l'encantamant.

 

362

 

Li veillart li a dit qu'il lor fara laisier;

Alix. li prie qu'il pens de l'espleitier.

"Sire, dist li veillars, ne vos caut a coitier;

6020

Laisiez moi bellement atorner mon mestier,

Si en farai je l'un en l'aiga trabuchier,

Que tei oil lo veiront a un peisson mangier,

E l'autre en porteront diable et averser."

 

363

 

Pres de l'encantement s'est cil agenoilliez,

6025

Donc saut del pont en l'aiga si revint sor ses piez.

Ses mains tendi en aut, contra mont s'est dreciez,

Pois si rebasse a val, si est dos fez plongiez.

A la terre s'en eist quant il fu eisaguiez;

Veiant toz cels de l'ost s'est l'enfans enbronchiez

6030

De tel aïr en l'aiga que toz fu depeciez,

Veiant les oils del rei fu d'un peison mangiez.

Pois que l'uns d'els fu en l'aiga periliez,

Ne puet durer li autres, car li failli li piez.

Un diables l'en porte, qui fortment s'en fist liez,

6035

Contra mont vers lo ciel, ja ert toz eisiriez,

Lo cief li peceia, les menbres e les piez;

Veiant lor oils en fu uns grans feu atisez.

"E! Deus, dist Alix., per les toes bontez

De quant que tu mi dones soies tu gracïez;

6040

Cel que fist ces enfanz fu mout outracuidiez,

Ensi ert encors ars et en aiga neiez."

Les mail que il avoient si ont ici laisiez;

Alix. i cort, s(e)i s'i est essaiez,

Il non levast un sol per estre detrenchiez.

 

364

 

6045

Aprés lo rei i vont tuit li per essaier;

De folie si voillent pener e travaillier,

Lo menor ne peüssent quatre car carrïer.

Quant voient cil de l'ost ne püent rien espleitier,

Adonc s'en passent outra serjant e chivalier

6050

E donçel e çeldon, turcople et archier,

Que istoient en l'ost venu per gaagnier.

De viande cargié e mulet e somier;

Aprés passent les bestes que menent per mangier.

Quant il furent tuit outra, si dut li solel couchier.

 

365

 

6055

Alix. commande l'ost amener avant,

Car el bois as pucelles vout prendre albergamant.

Son senescal apella Tolomeu en riant,

Les novelles li conte que cil li vont contant.

E les pucelles eissent de la forest cantant,

6060

Vestues coma dames mout avinablemant.

Quant eles voient l'ost, encontra vont joiant,

Per ce que cuide aver chascune son talant,

Tant com l'umbra lor dure, que ne poënt avant,

Ja tant poi n'i passassent que mortes chaïsant.

6065

Quant cil de l'ost les voient, mout si vont merveillant,

Car de si beles femes ne virent anc mais tant;

Om ne's poïst trover deci qu'en Oriant.

Donquas descendi l'ost tote comunemant;

El pré sor la fontaine Alix. desant,

6070

Que plus soëf fiaireit que odor de pumant.

Il en jure cel Deu a cui s'arma s'atant

Anc mais ne vit fontaine si li fust agraant.

 

366

 

Alix. descent, illec s'est arestez,

Ses compaignons apelle, el bois s'en est alez.

6075

Quant il vit les puceles, si'n est toz esfreez

E de la beuté d'eles est aisi traspensez

Qu'il en jure son chief, qui d'or est coronez,

Qu'il ne s'en movra mais ans ert treis jors passez.

Aprés a dit: "Seignor, trastuit car esgardez!

6080

Veïstes anc tant beles en trastoz vos aez?

Eles ont cler lo vis plus que n'est flor d'estez,

Les oils vairs e rians plus que faucons müez.

No veïstes anc tels, ne si amesurez;

Les boches ont bien faites, ja mais tels no verez

6085

A baisier n'a sentir, en cel païs n'irez,

Et ont plus blances dens qu'ivoires reparez

Ni que la flor de lis que moine li estez.

Bien sunt faites de cors, grailes per les costez,

Mameles ont petites e les flans bien molez.

6090

Les unes sunt vestues de rices palis roëz,

Les autres d'ostorins et auquans de cendez;

Totes ont dras de soie selonc lor volontez.

Nulla rien ne lor faut, anz an de tot assez

Fors compaignie d'ome, si en est grans plantez.

6095

Sejornons nos o eles, mout nos ont desirez."

 

367

 

En la forest s'est l'ost cele nuit ostallee,

N'orent autres arberges mais chascuns sa ramee.

Les pucelles ne firent plus longe demoree,

Chascune prist lo suen sens nulle recelee.

6100

Qui sa volonté volt (faire) anc ne lor fu vee,

Anceis lor fu per eles sovent amonestee.

Cil legier bachalier qui l'oront desiree,

Car piece que il erent eissuz de lor contree,

Cil qui n'i ot sa feme ni s'amie amenee,

6105

Trastote icele nuit ont lor joie amenee

Entresque vint al man, que l'auba fu crevee,

Que li solels fu clers e grans la matinee.

Quant il durent manger, la vitaille ont trovee,

A plus de cent mil homes la lor ont conree;

6110

Il demanderent l'aiga, trovent la aprestee.

Tuit vont a la naucelle qui fu d'or tresgitee,

Les napes estendirent sor l'erbe en la rosee.

Anc Deus ne fist vitaille c'om n'i ait aportee,

E que manja chascuns cant que lor cuer agree.

6115

Puis s'alerent esbatre ensemble per la pree;

Qui vout fruit de maineres o bone herbe loëe

Assez en puet aver sens chose devee.

En la forest s'est l'ost si tres jors sejornee,

Entresci que al quart, qu'ele s'en est tornee.

6120

Alix. regarde dejoste une cepee

Desoz un tenebrin qui ot la foille lee;

Lai vit une pucelle tant belle et acesmee,

Ensi coma nature la vit enfaisonee;

La chiere ot blanche e fresche, de vermeil coloree,

6125

La beutez qu'ele ot mout fortment li agree;

Ce fu avis al rei, quant il l'ot esgardee,

Anc mais si belle feme ne fu de mere nee.

Il a dit a ses homes: "Une chose ai pensee:

Qui avreit ceste dame de cist convers gitee

6130

E l'en poireit mener en la soe contree

Bien en poireit l'om faire reïne coronee."

Don Clin, lo fil Carduit, en un mul l'a montee,

Ensi com al reis plot ja la'n aüst portee.

Ele s'en vit porter, mout fu espoantee,

6135

De la paor qu'ele ot quatre fez s'est pasmee.

Lai ou vit Alix. vers lui s'est enclinee.

"Merci! franc chivalier, haute chose honoree;

Ja tant tost non sereit fors de l'umbra gitee

Que mantenent sereit ma vie escaitivee.

6140

Que ti gaçanereit si je istoie finee?"

Alix. l'esgarda tant belle comme fee,

Mais de ce qu'ot ploré ot la color müee.

Merveillose pitié l'en est au cuer entree,

Il la descent a terre de la mule afautree,

6145

Tant doucement la baise quant il l'ot acollee,

Si l'a jus mise a terre, a Deu l'a commandee.

Et ele s'aginoille si li est enclinee,

Mout demene grant joie quant se vit delivree,

En la forest ariers s'en est tost retornee.

 

368

 

6150

Alix. apelle les veillars sis conjure

Por cel deu qui forma trastote creature

Qu'il l'en dïent lover, s'en savent la nature.

Pois lor a demandé: Per com faite aventure

Sont en cel bois ces dames? Nel celent la dreiture.

6155

"Que viestent o dont vivent? Qui lor livre pasture,

Que si ont a ma gent trové fenerature?

O(i) ont eles trové jovent qui tant lor dure,

Que je n'i ai veü tombel ni sepulture?

Font eles as deus serviçi ni faiture?"

6160

Cil respondent al rei, qui savoient la cure:

"A l'eissue d'esté, com intre la freidure,

Entrent totes soz terre e cangent lor figure

Tant que april revient, que li bel tens s'espure;

En guises de flor blances vienent en lor nature,

6165

E quant la flor s'espant que trove uberture,

Li boton del meileu est del cors la figure,

Les folletes d'entor ce est la vesteüre,

E sunt si bien tailliez, chascuns a sa mesure,

Come s'istoient tuit mesuré a centure,

6170

Ja n'i avra cisei ni forfe ni costure;

E chascun vestimens jusqu'a la terre dure,

Jusqu'a l'arteil del pei endure l'orleüre;

Lors sunt si bien orlees e de bele estature,

Corteises de parler e de belle alaüre,

6175

Come cele qui est virge, caste pucelle e pure.

Ja ne voudront al main icele creature

Qu'il non aient lo seir, anz qu'il seit nuit oscure,

Isi com as devises de cel bois vient a cure."

Alix. respont: "Gente est lor troveüre;

6180

Unques mais a nulle gent ne vi[n]t tel aventure."

 

369

 

Li reis eisi del bois e sa gent eisiment,

Li dui veillart lo guïent per un adreicement

Antre quatre montaignes per un val freolent;

Chascun an per nature i naiscent .v. serpent

6185

Qui getent feu e flame si que terre esprent.

En icele vallee si combatent li vent,

En tot tens i fait freit e gile si fortment

Unquas solels n'i luist, se le livres no ment,

Car toz li miels vestu trembloient dent a dent;

6190

E trovent la merveille dedevers Orïent.

Qui aveit bones armes ne le livra a son parent,

Ans les tint pres de sei per son cors qu'en defent.

Aprés cele aventure une paor les prent,

Qu'il n'i vousissent estre per or ni per argent,

6195

Car la terre soz els crolle, peceie e fent;

Li cival i entroient jusqu'a l'enfeltrement.

Illec fist grant folie qui armez i descent,

Que la terre li faut desoz les piez e ment;

Li jor en i remastrent, ce m'est vis, plus de cent.

6200

Per mei une montaigne choisissent un torment,

Quatre nues vermeilles dedevers Occident

Que menoient entr'eles un tel tornoiement,

Tel noise e tel bataille e tel tanbuisement

E plovïent lo sanc aisi apertement

6205

Que les gotes vermeilles chasoient sor la gent.

N'i ot nul qui n'eüst moillé son vestiment,

A toz li plus ardi i mua son talent.

Li reis en apella Tolomeu son parent

E Clinçon, lo fil Carduit, e Predicas lo gent.

6210

"Seignor, dist Alix., per lo mien escïent

Cist sanc nos senefie mout grant destrüement.

Li deu nos volont mal, trop alons follement."

Li dui veillart quil guïent li ont dit bellement

Qu'il face l'ost remandre si ait priveement

6215

Per veer les dos arbres devins isnellement

E la chere fontaine e l'aiga de jovent,

Ont rejovenissent tote la vielle gent

En aé de .xxx. ans per veir sens failliment.

Qui catre fez s'i baigne cil fait bien sagement,

6220

Mais gart si bien de plus e de meins ausiment,

Car qui lo devié passe n'i gaagne nïent;

Mout en ot grant merveille li reis quant ço entent.

Alix. en jure les deus a cui atent

Ne laira per mal pas ni per perillement

6225

Non veie la fontaine si Deus lo li consent.

 

370

 

Dos veillars yndïens ont es desers trovez

Que ont longes les barbes jusqu'as nos des baudrez.

Li reis lor a enquis: "Qui estes, ont alez?"

Cil li ont respondu: "Ci est nostre reignez,

6230

Des desers de Rimont est nostra naietez.

Li quels est Alix.? E car lo nos mostrez,

Car veïr lo volons plus d'ome que seit nez,

Per ce que sor toz homes est cremuz e dotez."

Li chivalier lor dïent: "Tote l'ost esgardez,

6235

A cel que mielz vos semble seignor si vos tenez."

E il esgardent lo rei, qui est gros e quairez,

Large ot l'entroilleüre si fu bien figurez;

Autresi lo conurent com se lor fust mostrez.

"Sire, font li veillart, si vos en nos fïez,

6240

Nos vos menrons a les arbres que vos tant desirez,

Que vos diront lo jor de la mort qu'atendez.

Bien savons les desers, per tot somes alez."

Quant l'entent Alix., cils en a mercïez,

Rices conrez lor done e buens muls afeutrez.

 

371

 

6245

Alix. apelle Porrun, qui esteit reis,

Dist li qu'il li conduie la grant ost des Greçeis,

Les muls e les camels e tot l'autre arneis;

Si l'atende en Ynde o en terre caspeis,

Car si com li ont dit li dui veillart yndeis

6250

Antre aler e venir n'i metront que dos meis.

Ne laira per mal pas ni per autre defeis

Que o mil de ses homes, de chivalier corteis,

N'aile veïr les arbres c'om clame d'Ibroneis

E la bone fontaine dont est chier li graveis.

6255

Qui se voudra baignier ja non avra defeis,

Ans donra a chascuns un(e) marc d'or espaneis.

Porrus en a juré sa creence e ses leis

Que trastote sa terre li guerpiroit anceis

Qu'il alast en avant dos jornees o treis:

6260

"Tant ai veü merveilles que mout me vait sordeis."

E cui da d'Alix. que non vi va dos meis;

Mout en avreit grant joie s'il ert morz o preis.

 

372

 

Quant li reis mut de l'ost, lors plore li plusor,

Car fortment si redotent de perdre lor seignor;

6265

Mout si fïent el rei et il fortment en lor.

Alix. civauce, c'onquas n'ama sejor,

Et ot en sa compaigne mil des mielz de s'onor,

De cels ont mielz se fie, en cui a plus grant amor;

Li dui veillart quil guïent sont en mout grant freor.

6270

Entrent en une terre que art tres feis lo jor,

Qui non seit la costume tost en a la peior;

A ore de meidi fist li solels son tor,

Adonques sentent tuit une si grant calor

Que li chevels lor bruilent per dreice d'ardor;

6275

Anc n'i ot si ardi qui n'aüst grant paor.

Mais li solels si basse davers Terre Maor,

Adonques ont sentue atempree calor.

Eissent de cele terre si entrent en meillor

E vienent en un autre qui est de grant valor,

6280

Ont la flor novelle non perdra sa color.

Virent la praerie dont l'erba est en verdor

E la chiere fontaine e l'aiga de douçor

Que la gent jovenist quatre fez chascun jor.

De mout chiers arbruisels isteit close entor,

6285

Lai estoient les herbes que sunt de grant valor,

D'une lieue e demie en sentissiez l'odor.

Il non intra nuls hom tant espris de dolor

Al departir non eisse toz sans en sa valor.

 

373

 

Seignor, de la fontaine vos dirai mon pensé.

6290

Close est de riches arbres de si grant dignité

Qu'a l'eissue d'iver a l'endree d'esté,

Que la flors renovelle e li bois e li pré,

Tel odor ist del bois, ce sachiez de verté,

Plus olt soëf d'encens quant om l'a enbrasé.

6295

Trastoz li pavimenz isteit a or letré,

Tres devant la fontaine ot un leon gité

Que estoit trastoz fait de fin or esmerré.

Cel leoncel gardoient quatre serpent cresté

E dui dragon volant de si male fierté

6300

Qu'avoient lo païs entor si aquité

E faites tels merveilles e si erent doté

Que nuls hom non ossoit entrer en cel regné

Baignier en la fontaine ni atochier el pré;

Per un fil de deuiesse qu'oront envenené

6305

Furent trastuit ensemble d'une foldre tüé.

E[n] cel leoncel d'or que je vos ai conté

Dedens ot un conduit sagement devisé,

Ensi com l'orent fait encanteor letré,

Dont li degot des arbres dont je vos ai conté

6310

Descent jus el conduit del leon d'or formé

E chiet en la fontaine de si grant richeté,

Davant per mei la boche li eissent a planté,

Si com per grant estude fu fait e devisé.

Nuls non a tant lo cors enferm ni engroté,

6315

Un sol denier pesant n'aüst lo col passé,

Sempres non seit alegres e pleins de sanité.

 

374

 

La fontaine est asise en mei la praerie,

Close est de riches arbres, de peire e de tubie,

L'odor en senteit l'om d'une lieue e demie,

6320

Ja mais de tel fontaine n'ert novelle oïe.

Trastoz li pavimens est de marbre porfie;

El mont n'a chiere piere, maragde ne sardie,

Jagonce ne turqueise ni topace esclarie

Dont illec nen aüst ensi grant manentie;

6325

Tant en a environ tote l'aige enflambie.

Lai descent Alix. en l'erbe que verdie,

E tot environ lui descent sa baronie.

Li conduit vait avant, qui bellement li prie

Que nuls a la fontaine non face robarie,

6330

Qui en portareit rien sempres pèrdreit la vie;

E si gart bien chascun de faire villanie.

Quant Alix. l'ot, ses homes en castie,

Mais del jovent de l'aige non volt il creire mie

Ne ja non ert seürs trosque la prove el die.

6335

Elimedés i entre, qu'ot la teste florie,

Qui tant aveit vescu que tot lo cors li plie.

Tres fez s'i est baigniez, mais de ce fist follie;

A tant s'en voust partir, per un poi que non nie.

Sempres i fust periz quant li conduiz li crie:

6340

"La carte fez s'i baing, si'n ert l'ovre complie."

Quant il issi de l'aiga, ce sachiez sens boisdie,

Plus bel chivalier n'ot dedins sa compaignie,

Toz revint en jovent en sa bachalerie

En aé de .xxx. ans, en sa chivalerie.

6345

Alix. lo veit, ne puet müer non rie.

 

375

 

La fontaine sordeit del flun de Paradis,

De l'aiga d'Eufratés, que depart de Tigris.

E trastoz li pavimens est a cristal assis,

A listes de fin or i sunt li cairel mis,

6350

Trastoz d'ovre trifoire aisi com vos devis;

Li piler d'environ sunt tuit de marbre bis.

En la fontaine intrent li viel home de dis,

Ensemble o els s'i baignent plus de .lx. e sis.

Quant il eisent de l'aiga, lo ver vos en plevis,

6355

Tuit semblent jovencel e bachalier de pris,

En aé de .xxx. ans ont tuit müé li vis;

De plus que de .lx. n'en conut om les dis.

Alix. les vit, de joie s'en sorris.

 

376

 

Li veillart que lo rei aloient conduisant

6360

E tote la merveille de la terre mostrant

Sunt venu davant lui, dïent li en riant:

"Reis, bone est la fontaine que t'alions loant,

Baigné i sunt tei home e müé li alquant.

Veez com somes viel e chanu e ferrant?

6365

Cent ans avons passé e cent et autretant;

Ja nos veirez müer tot en autre semblant."

En la fontaine intrent amedui son veiant,

Quatre fez si baignerent illeques maintenant.

Quant il eissent de l'aiga, per lo pré vont joiant,

6370

Dedevant Alix. sunt venu en estant;

A penes les canut, tant furent avinant.

Li reis en apella Tolomeu son parant,

Clinçon, lo fil Carduit, e Perdicas lo grant,

Son braz lor mist al col si lor dist en riant:

6375

"C'est la grande merveille de cest siegle vivant."

Pois les fait revestir d'un pali escarimant,

A chascun fait bailler un bon mulet amblant

Por aler soavet trastot a son talant.

Ament plus Alix. de nulle rien vivant,

6380

De lui mal enginer ne font negun semblant.

Catre jors sejornerent per lo pré verdiant

E per le riches peires dont il veoient tant.

Al quint jor mut li reis, lo condut vait avant

Et a prïé al rei qu'il a sa gent comant

6385

Que tuit facent grant noisse e si ailent huant,

S'eisera la vermine desoz els esduiant;

Les mals pas lor esquivent, que d'els nus non i ant.

Tres per mei les grans tertres les vont si adreiçant

Qu'a quatorçe jornees devallent un pendant

6390

E si sunt albergié tuit de soleil estant.

Lo mangier apareillent li queu e li serjant,

Assis sont al saper; de ce font joie grant

Qu'antr'els e les dos arbres n'a de terre un quadrant.

 

377

 

Quant li reis ot sopé a grant joie et a gas,

6395

Vint tresqu'al leu des arbres, qui fu faiz a compas,

Et ot ensemble o sei tres cent Macedonas.

Uns prestes saut en piez que ne fu mie gras;

As oreilles li pendent onicles e topas

E peires precioses de l'aiga d'Eufratas;

6400

Il a dens coma chiens e niers fu com carbonas,

Et ot pres de autece de .xv. pjez escars.

Alix. l'esgarda, cuida fust Sathanas,

De la paor qu'il ot ne fist avant un pas.

Li preste dist tel chose que ne fu mie gas:

6405

"A pucelle n'a feme si tu geü non as,

Tant puez aler avant qu'as arbres tacheras.

E si tu non es castes, çai defors t'estaras,

Tu e tei compaignon que ci amené as;

Illec despuillerés vos armes e vos dras.

6410

De ce que vols enquerre en ton cuer penseras,

Si que ja de ta boce un sol mot non diras,

E de tot ton pensé la verté en oiras."

Quant li rais de la lune fu per le raims espars,

La vois que ist des arbres dist al rei: "Que faras?

6415

Unquas non fus vencuz ni ja mais non seras,

E criems mout morir d'armes, ja mar en doteras.

Ad un an et .viii. mois en Babiloine iras;

Mars intrara li mes cant tu peri vendras,

Si a enprés cel mes un sol jor no vivras.

6420

Sire isteras del mont et o verin morras."

Li reis ot de sa mort si tient lo chef en bas,

Fremist e devint neirs e de parler fu quas,

A penes isteit en piez, si fu de paor las.

Sei compaignon font duel e desirent lor dras,

6425

Il n'i vousissent estre per tot l'or de Domas.

 

378

 

La nuit veilla li reis, mout fu grant la freidors;

A l'auba aparisant comence la calors.

Quant del rai del soleil fiert en reims l'ardors,

La vois que vint des arbres a dit al rei son cors:

6430

"Ta mere fist ton pere hontes e desenors,

De laide mort morra, de li n'ert dans ni plors,

Tote desevellie gira an quatre jors,

Li ausellet de l'air li mangeront lo cors,

Non la veira cel home cui n'i ait paors.

6435

Ensi non fara mie a tes beles serors,

Riches femes seront e si avra grant seignors.

Aristotes tis maistres, qui des autres est flors,

Toz jors sera en pris sor les autres donors.

D'aler en ton païs ti prent mout grant dolçors,

6440

Ja n'i torneras mais, vane est ceste tenrors;

Ne veiras mais de Grece les palais ne les tors,

Morras en Babilloine, ce ert as tuens dolors."

 

379

 

Quant li reis entendi lo respos del maitin,

Tresque la lune luist atendi lo serin;

6445

Paor ot de la mort si tint lo chief enclin.

La vois que vint des arbres li nonça en latin:

"Tu ni fus anc vencu ni ne perdis ton br(a)in,

E criems mout morir d'armes, ni ira mie en fin.

Ad un an et .viii. meis est terme de ta fin,

6450

Morras en Babilloine el palais marmorin,

Cels dont tu no ti gardes t'ociront o verin.

Non ti respondrai mais, vai t'en tost ton chamin,

Car si je ti disoie de ta mort lo traïn,

Tu i faroies ocire a un tuen barbarin;

6455

O mei s'en irestrïent tuit li deu del destin,

Car destornez avroie per mon sermon devin

Ce que ont esgardé de toi e de ton lin."

 

380

 

Or s'en torne li reis e ses chevels detire,

Fremist e devint neirs e rimez coma cire;

6460

N'a home en sa compaigne qui ait talent de rire,

Sovent detort ses poing, si pasme e sospire,

Chascuns mena grant duel e ses chevels detire.

Sei baron lo confortent si li prenent a dire

C'om ni gaagne rien en dolor ni en ire:

6465

"Mangiez un petit, ne vos caut trop aflire,

Car ce saviez vos bien si l'avez oï dire:

De la mort non escampa li mieldre ne li pire;

Mort est Adam meïsme cui Deus fist a sa tire.

Se vos savez lo terme, grant miels vos en ert, sire,

6470

Que vos ordenerez com ert de vostre empire,

Sil manderez en Grece si lo farez escrire."

Ce respont Alix.: "Dit m'avez grant remire."

 

381

 

Li reis vit ses barons entor lui plorer

E lor cevels derompre e lor dras eissirer;

6475

Por sa gent esbaudir se prist a conforter,

E demande de l'aiga s'est asis al soper.

E a dit a ses homes: "Cest duel laisez ester,

Ce n'est mie tel chose que l'om puisse esquiver,

Car tres per mei la mort nos covient a passer,

6480

Om ne gaagna rien en dolor demener;

Entresqu'a mon termine no m'estuet redoter,

Assez i a del tens per grant los aquater.

Anceis que li jors viegne que je ai oï nomer,

Seront mort cent mil homes que tuit sunt bachaler,

6485

Que cuident en lor terres sain e salf retorner.

Ja mais non finerai de terres conquister

Jusqu'a m'oirai seignor de tot lo mont clamer.

Ja per paor de mort ne lairai ad aler;

Non perdrai Babilloine qu'ai tant oï nomer,

6490

Car aver voil la tor qu'a ciel dut fermer,

Ocirai lo serpent que la cuida garder."

 

382

 

Moüz est Alix., en Ynde s'en retorne

Lai ou Porrus l'atent e tote l'ost sejorne,

Del grant duel fu pensis, e tuit sei home morne.

6495

Per ce qu'il fu iriez e de rien ne s'aorne,

S'aperçut bien Porrus, qui ot la teste alborne,

Qu'il a oï tel chose que a prou no li torne.

 

383

 

Porrus vit Alix. des dos arbres venir

E les pers conseillier e man a man tenir,

6500

De cels qui s'antrelïent oï les fez plevir.

Lo jor pensa lo rei, la nuit no pot dormir;

Por ce qu'il nel veeit joier ni esbaudir

S'aperçut bien Porrus si li vint en aïr

Qu'il a mout grant paor de perdre o de morir.

6505

Sans lui n'a soz ciel home qui l'osast envaïr

Ne qui mal li feïst ni domage tenir.

Per ce qu'il l'aveit fait de bataille fuïr,

S'en cuide revengier, s'il s'en poeit partir.

Qu'Alix. non die qu'il lo voille (a) traïr,

6510

Per lo rei corrocier commence a messervir

E fait les Greceis batre et a ses homes laidir;

Cil s'alerent clamer, qui nel porent sofrir.

"Porre, dist Alix., vols mi tu donc guerpir,

Que menaces mes homes (e) els fai as tuen laidir?

6515

Lo don que je t'ai fait n'ai soing de retollir;

Vai t'en, si te combat se ti vient a plaisir."

"Sire, ce dist Porrus, cest moz voil je oïr;

Ja non verra un meis que vos farai sentir

Com je sai de la lance o de l'espee ferir."

6520

Lors respont Alix. com hom de grant haïr:

"Al commencier ti garde que tul posses sofrir;

Se je te pois mais prendre, je tel cuit si merir

Tuit cil qui sunt el mont no te poiront garir."

 

384

 

"Porré, fait Alix., qu'est de tes sens devenuz?

6525

Or ne ti membra mie de l'aiga de Caluz?

Quant je vint poignant que li camp fu vencuz,

Moi fu li brans d'acier presentez e renduz,

E cuidas estre morz o a forces penduz;

Et eüs tes prisons deslïez e renduz.

6530

Per ce que fus humels e de sorparler muz,

E lo pié mi baisasses se j'en fuse creüz,

Oi de tei tel pité que je fis tel vertuz

Sempres fus de ta terre saisiz e revestuz.

Tu juras a tes homes per tes deus recreüz

6535

C'onquas si larges hom ne fu el mont veüz;

Le dons que je t'ai fait malament m'est renduz.

Vai t'en, si ti combat, trenciez est li festuz,

Ja no t'amerai mais ni non seras mes druz.

Se ti trois en bataille, mors es e confunduz,

6540

De mon espié savras com est reides li fuz;

Ne ti pora garir ni aubers ni escuz

Qu'enfraisi qu'es arçons ne sias perfenduz."

 

385

 

Ores s'en vait Porrus, mal est partiz del rei,

Sa compaigne en moine tel com il ot o sei;

6545

Somont tote sa terre e met en tel esfrei.

Il en jure ses deus e son cors e sa lei

Que tant com Ynde dure mari remandront trei

Que poisse porter armes ni enseigna baudrei;

Que se nul en remant, plevi en a sa fei

6550

Qu'il ert mis en graïl o en rost en espei.

Jusqu'a .xl. jors portent pane conrei;

Non laira per paor, tant est de grant bofei,

Qu'antre Ynde els desers ne si mete el conrei.

Ja ans ne remandra li concil del perei

6555

Tresque li Gré seront de bataille tuit quei;

Ou il o Alix. i sera pris al brei.

 

386

 

Porrus somont sa terre si esfreement

Qu'il en jure son chief e quant qu'al cel apent

Qu'il n'a tant chier ami ne si proscan parent,

6560

Si or ne vient a lui mout esforceement,

Que il nel face pendre e presenter al vent.

Li arbalestier furent plus de .m. e .vii. cent,

Unquas Deus ne fist home qui numbrast l'autre gent.

Entre Ynde els desers est venuz el content,

6565

Lai ont li reis sejorne e la bataille atent.

Quatre cens chivaliers de plus ardiz en prent,

Vient en ad Alix., sa terra li defent.

Dist li qu'il ni aut mais, ne ni prena nïent,

Car s'il lo troveit ens tant com un ars destent,

6570

Ja anceis non istreit qu'il lo fareit dolent.

Trop per a grant orgoil, com hom de son jovent;

Mors est s'il no l'abat e per lui no descent.

De ce que Porrus dist art li reis et esprent,

A honi se terra se il no s'en repent.

 

387

 

6575

"Porré, fait Alix., or es en ta contree,

Assez m'as menacé e ta terre vee,

Orgoil e grant follie as faite e porpensee.

Vez tu la ma compaigne cremue e redotee?

Ja non fuira de camp si est asseüree;

6580

Tant par est de combatre desirans e desvee

Tote la gent del mont n'avreit vers els duree,

Tu l'as ja per dos fez en bataille esprovee.

Pité ai de ta turba que tu as ci menee,

Que ja s'est traite ariere plus d'un arbalestee;

6585

Per poi qu'il no s'en fuit si est espoantee.

Cil qui colpas n'i ont per que penront collee?

Conbatons nos amdui cors a cors en la pree,

E se tu mi puez veintre o conquerre o ta spee,

Ja t'ert li convenence ostagie e juree:

6590

Mei home s'en iront tuit quite en lor contree,

Ja del tuen non prendront que vaille une denree;

E se je ti pois veintre, je ai ta terre donee."

"Per fei, ce dist [Porrus], anz l'avrez comparee.

Se l'outrei que mi dites m'estuit asseüree,

6595

Ja mais ceste bataille non sereit trastornee."

 

388

 

Com o(n)t la convenance ostagee li reis,

De la bataille faire s'aseürent maneis.

Porrus si vait armer, veant toz les Greçeis,

E vesti un auberc, fort fu e de grant peis,

6600

Li pan e la ventaille furent d'or espaneis;

El cergle de son eume sont entaillé li meis,

El nasal dedevant o(n)t ametites treis;

Ses escuz fu orlez d'un escorcié mareis,

Defor ot letres d'or e dedenz fu toz neirs,

6605

Desor unes des letres ot pent un basaleis;

Il lo pent a son col per la guinche d'orfreis

E saut de plana terre sor lo cival moreis.

Quant si fu eslaisiez, de ce fist que corteis

Qu'il escria s'enseigne quatre fez en yndeis.

 

389

 

6610

Alix. s'adobe a guise de vassal;

Un auberc a vestu, anc hom mais ne vit tal,

Ne crient que ja guisarme per mei li face mal.

Et ot en som son eume un pomet de cristal,

Quant li solels l'escalfe, li feu en chiet aval;

6615

El cergle de fin or sont mout bon li esmal,

Un luisant escarbongle ot fermé el nasal.

Son escu a son col, sailli en Bucifal

E prist l'espié trenchant o la haste poignal;

Lai ou il vit Porrun, s'eslaissa tot l'egal.

6620

Porrus lo vit venir, si l'atent a estal,

Fiert lo sor son escu el senestre corsal;

Li espiez li estrosse tres per mei lo cival.

Per poi li reis nel fiert a la guise mortal;

Li escuz ni la broine ni li vaut un capal,

6625

Tres des doples li trence lez la vene organal;

Rompent les estriveres e cengles e peitral.

Tote sa plene haste l'abat jus del cival.

Toz jons s'en passa outra si fait son tor reial.

 

390

 

Quant li reis fist son tor, Porrus fu redreciez.

6630

De rien n'est Alix. desjons ni deseguez;

Si cuvers com il fu e si appareilliez,

Lai ou il vit Porrun vers lui s'est eslaissiez.

Porrus lo veit venir, mout s'en est esmaiez,

Sot que li reis est fors e trenchant ses espiez;

6635

S'il lo fiert contra terre, mors est et esquiciez.

Ad une part s'est trait, car el col fu plaiez.

"Per Deu! fait Alix., per nïent guenchisiez,

Car ne fu encor onquas per moi jeldons tochiez."

Porrus entent lo moz, si s'est enavanciez

6640

Si a a Bucifal les dos jarrez trenchiez;

Li chival chiet a terre, li reis vint sor ses piez.

Per ce que Alix. en fu grans et iriez,

Ne fist anc Porrus chose de que il fust plus liez.

 

391

 

Se li reis fu a terre e ses chiuals perduz,

6645

Per ce ne fu il mie mantenant recreüz.

Li maltalens l'argüe, sovre li est corruz;

Alix. lo aste que si fu irascuz,

O les brans acerins si trencent les escuz;

Anseis qu'il seit de lui departiz ni moüz,

6650

Lo fiert a mont en l'elme, qui est fort et aguz,

Les pieres en abat, li cercles est cheüz;

Lo cofier de la broigne, qui fu escoisentuz,

Li vint sor les espaules e li chief remest nuz.

Quatre plaies li fist, mout est en car feruz;

6655

Del sanc qui del cors chiet fu sagnens li paluz.

Quant il fu per lo rei sapoiez e tenuz,

S'espee li rendi si se clama vencuz.

 

392

 

"Porré, fait Alix., mout fus ja mes privez,

Tes cors e tes avers mi fu abandonez.

6660

Se tu ne ti fusses de m'amor desevrez,

Li don de Babilloine ti fust ore donez.

Tant par as esté fols e si outracuidez

C'or es per ta follie mors e deseritez.

Une chose est de reis qui no m'est mie grez:

6665

Quant a pié si combatent, ontes est e viltez.

Per ce que merci crïes e vencuz t'es clamez,

Ti donrai tant de triues que tu soies sanez;

Mais de ce voudrai estre premiers asseürez

E tres bien fiancez per ostages jurez,

6670

Car quant tu seras gariz e trespaussez,

Que tu viegnes ariers sor ton cival armez;

Des que tu isteras el camp o mei jostez,

Si avras tes hostages gariz et aquitez."

"Sire, ce dist Porrus, si com vos commandez.

6675

Je ne mi pois movre, que las sui e matez,

Ja mi veirez chaïr si no mi sostenez;

Per la vestre merci a mes homes m'alez,

De cels qui vos plaira trenta m'en apellez."

Meïsme Alix. les li a amenez;

6680

E quant il les ot toz per sarament livrez,

Li reis remest el camp e Porrus en fu portez.

 

393

 

Li reis remest el camp, illec si alberja,

Morir vit son chival, durement li pesa.

A s'espee meïsma tot lo cuir detrencha,

6685

Omquas hom de la terre mia non escorcha;

Des crins ni de la coe un sol pel n'i laissa

Ni onquas de la car chiens d'Inde non manja;

Une fosse fist faire, en perfont l'enterra.

Une cité i fist faire, de aut mur la ferma;

6690

Les homes de la terre trestoz i amena,

Tant que poblee fu, anc un ne s'en ala;

Mist li nom Alix. al poi Bucifala.

 

394

 

Porrus se fist porter a son meillor repaire.

Mout fu sages li mires, corteis e debonaire,

6695

Tel poison li dona tot lo cuer li esclaire;

Unquas point n'i remest de verin ni de claire.

Li traiz qui fu es plaies bons fu e soëf flaire.

En .viii. jors fu plus sans que faus qui guerpis s'aire

E sot de la bataille no s'en pora retraire.

6700

Perce qu'il fu dos cobdes que Alix. maire,

En son espié trenchant fist un[e] haste faire

Une toise plus longe que cele al rei n'aire.

Anceis l'en cuide abatre e fors des arçons traire

Que l'aguz de sa lance nul mal li poisse faire.

6705

Quant que Porrus a fait onquas no li vaut gaire,

C'unquas nel puet navrer ni fors des arçons traire.

 

395

 

Porrus fu sans des plaies, mire ot a son talant.

Per ce que Alix. l'aveit fait recreant,

Vergonos vers ses homes, se si vait ramponant.

6710

Per quatre chivalier e per son drugemant

A mandé Alix. que sor son convenant

Est prest de la bataille, mais que li jor li mant.

Quant Alix. l'ot, toz tint de maltalant;

Il apelle Aristés e cil li vint davant,

6715

Done li trastote Ynde desci qu'en Oriant,

Lo palais e la trelle que Porrus amot tant.

As messagiers si torne si lor dit en riant:

"Seignor franc chivalier, je vos pri e comant

Que vos dites Porru que a tot son vivant

6720

Ai donee sa terre Aristé o mon gant,

Veiant tote ma corte vostres oils veant;

Bucifal voil vengier o m'espie trencant.

Ja mais tant com il viva n'avra mon cuer joiant;

S'al maitin non est çai per som l'auba parant,

6725

Perjurez si sera e savra a itant

Que n'avront sei hostage per lui negun garant."

 

396

 

Li message s'en tornent, a Porru sunt venu,

De quant qu'i[l] ont oï ne li ont rien teü:

"Ce ti manda Alix. e jura quant que fu,

6730

Se per maitin n'iés la sor Morel li crenu,

Perjurez ti seras et avras coneü

Que trastuit tei hostaige seront encoreü.

Il a hui de ta terre Aristé revestu,

Que nos l'avons trastuit et oï e veü.

6735

Bucifal li as mort, si'n a lo scen perdu,

Ja mais liez no sera tant que lo t'ait vendu;

Hui maitin si vanteit a Tolomeu son dru

Que demain ti toldra lo chief desor le bu."

"N'est mia de merveilla, Porrus a respondu,

6740

S'il mi tient per malvais ni per desconbatu;

Per dos fez m'a chacié e cors a cors vencu,

Mout mi tient per malvais e per vil recreü.

Se li deu mi garissent ma force e ma vertu,

Ans avra l'arçon frait e pecié son escu

6745

E l'auberc desmaillé e son elme fendu

E je avrai anceis lo cervel espandu

Qu'il ait lo païs quite qu'ai tans jors mantenu."

 

397

 

Duel ot Porrus et onte, unquas mais n'ot greignor.

Per ce que Alix. avoit doné s'onor,

6750

Ne li caut de sa vie, ne de mort n'a paor;

Trop crient al man targier, de ce fu en error.

Si tost com il vit l'auba e del soleil la luor,

Montez est o ses homes el destrier milsoldor,

E a ceinte l'espee qui est de grant valor,

6755

Vient al tref Alix., del rei macedonor.

Per ce qu'il fu pleins d'ire e de mout grant furor,

A dit al rei tel chose que li monte a folor:

"Alix., fait il, escouta ma clamor,

Els desers ti conduis per isi grant amor

6760

Trosque bon es Artus sens mal e sens dolor,

E je sofri per tei lo grant vent e l'ardor

E la nief e la pluie e la ruste fredor

E ti servoie bien e tenoie a seignor.

Quant tu venis des arbres pensis et o tristor,

6765

M'encuserent a tei tuit tei losengeor.

Je ne m'atornai mie a guise de traitor,

Tu mi donas congié e partis de t'amor.

Per force tiens ma terre et es ens a seignor,

Anc ne mi prisas tant ne moi ni ma valor

6770

Que no l'aies donee a un tuen vavasor;

De toz cels plus malvais mi tiens a nualor.

Qui plus sert a mant home de tan l'a om peor;

De tot en tot mi tieng de ce avileor

Que anc degnai servir a fil d'encanteor.

6775

De t'amor mi depart com de malvais traitor;

Tu as dreit que tul faces, je m'en tieng a peior.

Mei hostage sunt quite, je sui prest de l'estor;

Hui savront cil d'Inde e li Gré sens error

De nos brans acerins qui'n avra la meillor."

 

398

 

6780

Laidement a Porrus lo rei arasoné

Que fil d'encanteor l'a son oënt clamé.

Alix. l'esgarde sil tient per forsené,

Ne li deigna respondre, ans a tot escouté.

De merveilloses armes a son cors adobé.

6785

La selle li vint mise sor lo vair Tolomé;

Tote la crope ot neire, blanc fu per le costé,

Espales ot vermeilles e tot lo col treslé,

Les crins e la teste inde per leus de blanc meslé;

Il n'ot en tote l'ost chival si abrivé.

6790

Alix. i monte per son estrier doré;

Lai ou il vit Porrus si l'a araisoné:

"Porré, fait Alix., mout as grant folleté.

L'autr'ier nos combatons cors a cors en cel pré;

Quant je t'oi abatu et enz el cors navré

6795

E guinchi mon chival quant je t'oi afïé,

S'adonc ti continisses a lei d'ome senné,

Que Bucifal n'aüsses taché ni adessé

E meïsme lo pas fusses tot acordé,

El don de Babilloine t'eüsse or doné.

6800

Quant venis hui maitin, tot l'avoie en pensé;

Se marci mi criasses, tot ti fust perdoné,

Quant que forfait m'eüsses ja non fust mais parlé.

Follie m'as hui dite; sez que tu as conquisté?

Ne ti lairoie vivre tant qu'il fust avespré

6805

Per trastot l'or del siegle, tant t'ai cuilli en hé."

"Sire, ce dit Porrus, tot ce est or alé,

Ja en quant que vos dites n'avrez rien conquesté.

Veez mi de bataille garni e conreé,

Mei hostage sunt quite del sarament juré."

6810

Li uns broche vers l'autre, si se sunt desfïé.

Porrus ot longe lance, si l'at ans encontré

Que anc li reis l'aüst en l'escu adesé.

Tuit crïent ensemble si ont grant hu levé.

Porrus oï la noisse, ariers a regardé;

6815

Un poi lascha ses pans per lo cors c'ot torné,

La broigne li fu torse e li pan reversé,

E vit per l'entorsure lo panel desnöé.

Alix. si torne, si a lo chief levé

E vit del rei Porrus lo penil desnüé.

6820

Ad ambas mans lo fiert de l'espié nïellé,

Que amdui li coutel li sont el cors collé.

Quant il lo trait a sei, si a un plant gitté;

Tuit li büelli sont sor l'arçon avalé.

Ne si puet mais tenir, si chiet sovra lo pré.

6825

L'arme s'en est alee, li oil li sont torné.

Cil d'Inde e li Greseis sont al cors assemblé;

N'i ot home de Grice qui n'ait als oils ploré,

Car il avoit a toz e servi e doné;

Meïsme Alix. l'a plant e regreté

6830

E de chivalerie mout prisé e löé.

 

399

 

Porrus jut a la terre, anc li reis nol guerpi,

Ans prie Damedeu qu'il li face merci.

Al cors sunt assemblé cil de Bautre e li Gri.

Li doçe per lo plaignent si l'ont ensevelli,

6835

Per ce qu'il lo savoient corajos e hardi.

Un ensi fait sepulcre li fonda e basti

Jusqu'a la fin del siegle n'ert il mis en obli.

Une cité commence, de haut mur la basti,

Tresqu'ele fu poblee anc hom ne la guerpi;

6840

Alix. l'apelle a son nom Porri.

 

400

 

Cil d'Inde e de Bautre, li prince e li quassé,

Anceis que il s'en aillent vienent ad Aristé;

De lui prenent lor terres, si li font feolté.

Li reis les aime mout e tient en grant chierté;

6845

Per ce qu'il li ont faite tote sa volonté,

Lor a de son aver mout largement doné.

Il prenent lo congié si s'en sont retorné.

 

401

 

Per ce que li dui arbre que l'om clame d'Ibroine

Li ont dit qu'il morra de verin o sinfoine,

6850

Ses letres saelees tramet a testimoine

A Divinuspater, qui fu nez de Sidoine,

Et a Antipater, lo fil al viel Antoine:

Cest gardent amedui que sens negun essoine

Ad un an et .viii. meis sïent en Babiloine,

6855

Si verront la richece qu'il mene per lo troine,

Car en trastote l'ost n'a si povre persone

Qui(l) n'ait a or fin fait toz les pans de sa broine;

Tant i a d'esmeraudes e perres de Leoine

Que val l'or e l'argent l'amirail de Sidoine;

6860

Lor escu sunt orlé de pieres calidoine.

 

402

 

Quant Divinuspater a veü lo sael,

De maltalent qu'il ot escire son mantel,

Anc n'i remest a rumpre estace ni tacel;

Apella Antipater si li tint lo sael.

6865

Quant il ot lit les letres, ne li fu mie bel,

Si estrent son poing destre qu'il froisse son anel.

Or plorent amedui come petit tosel:

"Tant com nos istions bachalier jovencel,

Avions nos desduit, faisions nostre avel,

6870

Et or somes veillart si devendrons aspel,

E seront de suor poiri nostre mantel,

Del soleil e del caut avrons neire la pel.

S'Alix. vit longes, tuit devenrons mesel.

De verin l'ocions, si ert a chascun bel;

6875

Miels nos vient aisi faire e vivre en bordel

Que nos l'alons siuant de chastel en chastel."

 

403

 

Dist Divinuspater: "Cist reis nos tint per fols;

Per ses letres nos mande, qui sunt escrit en ros,

Qu'alons en Babilloine, dont est sire Minos,

6880

Per veïr la richece dont sei home sont clos.

Por nïent nos travaille, mout nos puet estre gros;

Fuions en autre terre si li tornons lo dos,

De toz ses mandamenz serons sempres esclos."

Respont Antipater: "Per un poi ne vos chos.

6885

E n'a il tot lo mont dedins son poing enclos?

N'est hom qui nos retiegne, ja n'istareit tant os;

A penes passerons les pois de Libanors,

De nos armes porter avrons blecié les os;

Se il nos puet prendre, trencareit nos les cols.

6890

Quant il si nos travaille, n'avrons vers lui repos,

O verin l'ocions si esteignons son los,

De toz ses mandamens serons sempres asols."

 

404

 

Quant veient li dui serf qu'autrement ne garront,

O voille[nt] il o non, en Babilloine iront

6895

Per veïr Alix., qui est sire del mont, -

ll les manda per joie mais mal li meriront, -

Oëz com grant merveille e qual peché il font:

Lo verin l'apareillent a que il l'ociront.

Deus! com grant fellonie que porpensé il l'ont,

6900

Que ja mais en lor vies tel seignor non avront

Ne qui tant bien lor face, ni si largement dont.

Au maitin sont moü, en Babilloine vont.

 

405

 

Per trastot Orïent est la novelle alee

Que li reis Alix. a si fort destinee

6905

Qu'anc Deus ne fist cité qui tant fort seit fondee

Que lo poisse tenir sol une maitinee;

Sa compaigne est si fiere, reins n'a vers lui duree.

Et il est tels per son cors, veritez est esprovee,

C'un chivalier armez trence tot o sa spee.

6910

Candace la reïne en ot la renomee,

Tant l'aime en son cuer tot en est traspensee;

Ne seit com li parolt ni com seit sa privee,

Car s'ele vait a lui, crient en estre blasmee,

E s'ele lo manda, il semblareit ponnee;

6915

S'il n'i deigneit aler, si'n sereit avilee;

Miels voudreit estre morte qu'il l'aüst refusee.

Ni per oc si s'est tant vers lui abandonee

Que del meillor or d'Arabie li envoie carree

E .xl. civals des mielz de sa contree,

6920

De palis orfreisez une mulle trossee.

Cil qui lo present portent l'ont tant al rei loëe

Que li reis l'ama mout, si l'a aseguree

Que mais ni crembra home tant com il ceinge espee.

"Oi! Deus, dist la reïne, de bon ore fui nee,

6925

Per lo mien escïent li deu m'ont visitee."

 

406

 

Lie(z) fu la reïne e mena grant baudor.

De riches dras de soie d'Inde superior

E de cels de Nubie cargé un milsoldor,

Un enseigne de pali o paroles d'amor

6930

A tramés a Alix., al riche empereor.

Envoie avec cels Apertin son pentor.

Prie li e commande a conseil soleor

Que del rei Alix. li escrive la flor.

Tant dis com Apertins fu illec a sojor

6935

Si a faite un ymaige de groisse e de longor

Trastote a la semblance del rei macedonor,

Que qui veira l'ymaige, ja mar ert en error

De conoistre Alix. sens autre mostreor.

E quant il l'ot formee, si s'en torne a paor,

6940

Crient que li reis nel sache, de ce fu en error,

E vint a la reïne, qui est de grant valor.

Quant ele vit l'ymaige, si la garde a onor.

Celui qui l'aveit faite dona per son labor

Seissante livre d'or e destrier correor.

 

407

 

6945

La gent de cele terre e de la desertine

A l'eisue de mai avoient un termine

Qu'il s'asembloient tuit al chief d'une gaudine.

Fasoient sacrefice, chascuns lonc son convine,

A une lor deiuesse c'om clame Lucine.

6950

Candeolus i vait, lo fil a la raïne;

O sei mena sa feme, qui est jone meschine,

O .xxx. compaignons qui sont tuit de s'orine,

Trastot lo plus lui[n]tans est fil de sa cusine.

En mei sa voie encontra lo duc de Palatine,

6955

Quatre cens chivaliers ot de gent barbarine.

E vit la dame belle, tol la li per rapine,

Que tot li escira son peliçon hermine;

O cele voille o non, per force l'en traïne.

Candeolus lo veit, de vergoigne s'encline;

6960

N'ot armes que sa spee, dont fu l'ovre latine,

Il en fendist lo duc desci qu'en la petrine

Quant il si lait chaïr desoz un albespine;

Lo cival ou il sist a coupé per l'eschine.

Se de son cors garir ores ne prent mecine,

6965

Ja istera penduz al chief de la sapine.

A esperon s'en fuit tres per mei la gastine,

Jusqu'al tref Alix. no cesse ni ne fine.

 

408

 

Losteit lo tref reial ot une aucube tendue

E fu d'un porpre inde bien listee menue,

6970

L'entree de devant isteit a or batue.

Tolomeu i teneit s'espee tote nue,

Unes renges d'orfreis en l'escarbierge nue,

La place davant lui fu de barons vestue.

Candeolus i vait per la gent qu'ot veüe,

6975

Cuida fust Alix., coma rei lo salue.

Tolomeu coma reis li a raison rendue:

"Amis, que as, que quiers, qual besons ti argüe?"

Candeolus respont: "A tei vieng por aüe.

Lo duc de Palatine m'a ma feme tollue;

6980

Se tu no la mi rens, toz jors l'ai mais perdue.

Je sui fil la reïne c'om dit qui est ta drue."

Tolomeu li respont: "Grant coite t'est creüe,

Or en penrai conseil quant ma gent ert venue."

Manda per Alix., son dreit nom li remue,

6985

Antigonus l'apelle o la teste crenue.

 

409

 

"Antigoné, fait il, sai vien isnellement.

Vez tu cist jovencel que ci illec m'atent?

Lo duc de Paletine lo mene malament,

Que sa feme li tolt e mia no li rent;

6990

Il se complanta mei mout engoisosement.

Ce est fils la reïne que me fist lo present;

Se je si li lais perdre, no mi sera pas gent.

Di m'en tost ton corage, no m'en celer nïent."

Antigonus respont mout afaiteement:

6995

"Cil que marci te crie est or de ton jovent,

Mout avras dur lo cuer, se pitiez no t'en prent;

E per amor sa mere si alques no s'en sent,

Malament istareit per lo mien escïent."

Tolomeu li respont: "Or sai bien ont ce pent.

7000

Per ce que tu me loes en farai ton talent;

Tu meïsmes i vai, tant mena de ma gent

Que per force la prendes se li dux la content.

Ja mar ti reverrai per nul requerement

Jusqu'a cist ait sa feme o lo dreit qui apent

7005

E li dux seit penduz e presentez al vent."

Antigonus respont: "A ton commandement."

 

410

 

Li reis s'en est tornez, vait a Candeolum:

"Amis Candeolé, vai t'en a ta maison;

O tei les amenras si tu as nul baron.

7010

O muls et o camels nos engins porteron,

Escheles pleaïsses per ont nos monteron;

N'i a si aute tor ont nos bien n'ataignon.

Demain per som lo vespre mi tramet un guion

E di li bien lo leu ont nos assembleron;

7015

A seissante mil homes m'avras a compaignon.

Pois que serai montez, ja mais ne fineron

Tresque soz Palatine en l'aunei descendron."

Candeolus respont: "A Deu benecion."

De plana terre saut au destrier aragon,

7020

Tot dreit a la reïne en vient a esperon.

 

411

 

La reïne ere as estres e ne sunt mais que trei,

Ele choisi son fil, qui vient a tel esfrei.

Ele li vait encontre silo prist per lo dei:

"Bels filz, don venez vos?" "Dama, je vieng del rei,

7025

Que por lo vostre amor mi aidera, ce crei;

Antigonun mi baila si li a dit por quei.

D'un chivalier quil guit prenez ore conrei,

Qu'a maitin aut a lui, ses armes porto sei,

Desoz Roche Pendant lo conduie el sablei.

7030

Des que il ert moüz, plevi en a sa fei,

Ja mais non guerpira lo fren del palefrei

Jusqua soz Palatine descendra en l'aunei.

De Alix. mil homes sera demain o mei."

 

412

 

La reïne fu lee e mene joie grant.

7035

Un chivalier apella corteis et avinant;

Per ses armes (a)porter vont o lui dui enfant.

Cubertures ot vaires sor lo chival ferrant,

Tot dreitement en l'ost en vait esperonant.

Li reis e Tolomeus s'aloient desduant,

7040

Encontre[nt] lo message que vont contretendant;

Quant lo virent venir, si li vienent davant.

Li reis parla premiers si li dist en riant:

"Amis, de quai part viens? Di nos que vas querant."

"Sire, fait li message, Antigonun demant.

7045

Je vieng per lui conduire trastot a son talant,

Trop criem a ver targé, per ce mi vois astant."

Li reis li respondi: "Orés pas a itant,

Bien estes tost venu selonc lo covinant.

Je sui Antigonus, ja mar irez avant."

7050

Li reis e li conduiz la remestrent parlant;

Tolomeu s'en retorne desor un mul amblant

E vait per les erberges les barons somonant.

Lx. mille homes ardiz e combatant

Eisirent des erberges ans lo soleil chouçant;

7055

Li conduiz les en guie dreit a Roche Pendant.

Dedesoz les aunei joste l'aiga bruiant

Trove Candeolun, quis vait contretendant;

Quant il les vit venir, mout ot lo cuer joiant.

Per lo chief d'une lande les vait si adreiçant

7060

Qu'a Palatine vienent anz lo soleil levant,

Descendent en l'aunei si se vont alberjant.

 

413

 

Antigonus descent en l'aunei el rivage,

Envoie per lo duc e tramet guionage.

Quant li dus fu venuz, si li dist son corage:

7065

"Alix. ti mande, e fai de moi message,

Qe cest filz la reïne qui tant est pros e sage

Que li rendes sa feme e fai dreit de l'ontage.

Se tu autrui moillier vols tenir en putage,

Ce sereit grant merveille e fort orgoil e rage,

7070

Tel chose non deit faire nuls hom de ton paraige.

E si tu no la rens, je ti farai hontage;

Me sire m'a (com)mandé e somonst per omage

Que arde ta cité e fonda ton estage

E ti pende a ta porte, veiant tot ton barnage."

7075

"Per deu, ce dist li dux, or oi grant oltrage;

Ge no tieng d'Alix. lo vaillant d'un formage,

E ce mi rove a rendre que lo cuer mi soage.

Deushait qui por lui enpleara son gage."

 

414

 

Antigonus respont: "Ce ti manda me sire:

7080

Se tu autrui moillier retiens en aültire,

Donc n'es tu pas lials, il lo mi rove a dire.

Quant je parti de lui, e mes briés fist escrire,

Lx. mil homes des miez de son empire

Envoia avec mei, cels que je vols eslire.

7085

Anceis que meidi past, ti sai je bien dire

Que tes grans tors perines ardront plus clier que cire

E tei e toz tes homes livrerai a martyre,

Ja non escampera li mieldre ne li pire."

Li dux ot la menace, de maltalent sospire,

7090

Il comparra mout chier ce que respont per ire.

 

415

 

"Amis, ce dist li dux, or mi tient il per brice,

La costume del chien qui les autres pelice,

Tes sires mi menace e laidenge e quice;

Des qu'il trove mastin qui vers lui se regrice

7095

La coe antre les jambes met si gront cant hom l'ice.

Ma cité n'est pas close de verge ni de lice,

Ans est de mur caucin e de piere voltice.

Ge non tieng d'Alix. que vaille une lice,

E dit que rende dreit ce qu'al cuer m'est espice;

7100

Deushait qui por lui si metra en justice,

Ne lui ne sa menace ne pris une salice."

 

416

 

Ores s'en vait li dux, dolens et irascuz;

Encore n'ert il mie del mullet descenduz,

Garde derier lui si com il ert venuz,

7105

Vit les belfreiz dreciez e les engins tenduz,

Les murs qui erent pris vit des Greceis vestuz

E ses grans tors perines que ardent come fuz.

Lors dist a soi meïsmes: "Mors sui e confonduz."

Per lo poing prist la feme, ariers est revenuz,

7110

Davant Antigonun s'esta toz esperduz,

La feme li presente dont li mals est venuz

E vout doner ostages que li dreiz seit seüz.

Antigonus respont: "Tart t'es aperceüz,

Ja mais non ert dreit pris ne gages receüz,

7115

Car ta cité est arse e tes palais destruz,

La proie tote prise e li avers perduz;

Si Candeolus vout, si seras ja penduz."

Li dux fu esperduz e de paor vencuz,

Ne dist ni oc ni non e de parler fu muz,

7120

De duel traist ses chevels, ses dras a derompuz.

Antigonus s'en torne, et il remest toz nuz.

Palamidés li larges e Raimonz li chanuz,

Le orgoil que il moinent lor sera chier venduz.

 

417

 

Quant la cité fu prise et arse et enbrasee,

7125

Antigonus s'en torne, sa teste desarmee;

Sist sor un cival neir, en son poing tint s'espee,

Fait soner quatre grailes, s'est sa gent aünee.

A un des estelons dont la porte est fermee

A fait pendre lo duc qui la feme ot robee.

7130

Candeolun apelle si li rent sa sposee,

Les prisons e la proie li a abandonee

E tot l'autre aver, anc non retint denree.

"Amis, mena en ta feme que je t'ai aquitee."

Candeolus respont: "Autre chose ai pensee:

7135

Mei home l'en menront, ma dame ert comandee;

G'irai ad Alix. qui la m'a deslivree.

Quant l'onors ni puet estre per moi guierdonee,

Si l'en merciarai qu'il ne tiegne a poinnee."

Antigonus respont: "Ce mi plaist et agree."

 

418

 

7140

Lors font cuillir lor tentes si se sont retorné.

Antigonus a pris un mesaige privé,

Tot dreitement en l'ost l'envoie a Tolomé;

Tolomeu vint encontre desor lo vair comé.

Antigonus li mostre semblant d'umilité,

7145

A pié est descenduz, perfont l'a encliné.

E Tolomeu s'areste, come reis a parlé;

Orgoillosement dist: "Çai vien, Antigoné.

Que dit Candeolus? Per que l'as amené?

S'il n'a dreite justice del duc qui l'a raubé

7150

Et il n'a sa muillier, malament as ovré.

Di moi com tu l'as fait, que rien n'i ait celé."

Antigonus respont: "De tote la cité

Sont les tors creventees et empli li fossé

E li mur trabucié, li palais aterré.

7155

Ge ai li dux pendu et al vent presenté,

Cestui rendi sa feme tot a sa volonté

E l'aver e la proie e quant que ot trové,

Anc no retin(t) danree, ans li ai tot doné."

E Tolomeu respont: "Or m'as servi en gré,

7160

Ja non veiras un mes que t'ert guïerdoné."

 

419

 

En une praerie lez une roche agüe

Lai descent Tolomé desor l'erbe menue.

"Amis, dist Tolomé, quant ta feme as eüe,

Vai t'en a la reïne, de ma part la salue,

7165

Di li que une fez la voil aver veüe."

Candeolus respont parole aperceüe:

"Se tu i vols parler, or en as bone aüe,

Car je ti conduirai les plans de Valcrenue,

N'i troveras mal pas ni grant aiga creüe;

7170

De palis orfreisez est la chambra portendue

Ont si siet la reïne, que n'est gens esperdue;

De dons e de servises tant conois je ta drue

L'onors que tu m'as faite ti sera bien rendue."

E Tolomeu respont: "Ne l'as pas coneüe,

7175

Amors de riche feme tost si cange e mue,

Tels cuida qu'ele l'am nel prise une latue;

Si anceis non isteit garnie et apercebue

Que je alasse a li, tost sereit irascue;

Per moi torner ariere direit une treslue.

7180

Lors avroie je onte e ma voie perdue."

 

420

 

"Amis, dist Tolomeu, saver deit l'am et enprendre

Riche feme n'a cure c'om la deia sorprendre;

Qui parler volt [a] ele jor i deit avant prendre,

Qui follement i vait haïne i engendre;

7185

Quant il cuide parler, de li n'i puet entendre.

Mom mes li trametrai, que non li voil offendre,

Si parlerai a li samedi o devendre.

Si lo mien jor ne quiert, lo suen m'estuit atendre.

Si per lo mien message son conseil mi voil rendre,

7190

L'amor que j'ai o li ja per ce n'i ert mendre."

 

421

 

"Candeolé, fait il, cui poirai envoier?

Si je envoi o tei un autre chivalier,

Il ti sereit estranges e mals per acontier;

Antigonus i aut, qui avec tei fu ier;

7195

Por ce qu'il t'a servi, si l'en avras plus chier,

E l'en reconduras se il en a mestier.

Antigoné, fait il, pensa de l'espleitier."

Alix. respont: "Voi m'en apareillier."

E dist Candeolus: "N'avons que atargier."

 

422

 

7200

Antigonus s'en torna, monta en un palafrei,

Li lorains e la sele fu Salamons li rei;

Vint e cinc chivaliers mene ensemble o sei.

Candeolus les guie les plans de Valgrenei,

A une part lo traist si li dist en secrei:

7205

"Belement chivauchiez, n'alez pas a esfrei.

Ceste terre est moie e li home sunt quei,

N'i a cel qui ne tiegne de ma mere e de mei.

Ge m'en irai avant per faire lo conrei."

Antigonus respont: "Bien este je l'otrei."

 

423

 

7210

Candeolus s'en torne quant del rei fu partiz,

Dedevant la reïne descent sor un tapiz.

"Bels fils, dist la reïne, mout alez escariz.

Que fait li mieldres reis que unquas fust escriz?"

Candeolus respont: "Toz jorz vait esbaudiz.

7215

Tramet vos son mesaige cui li jors sera diz

Que parlera o vos, ja n'i ert pris respiz:

Lo meillor chivalier, de ce sui je toz fiz,

C'onquas veïst des oils Persans ni Arabiz.

Nel depresiez vos mie per ce qu'il ert petiz;

7220

Espalles a bien faites e les menbres forniz.

Per ce l'ama li reis qu'il est pros e hardiz;

N'a catre chivalier en la val de Greniz,

Tant fussent garni d'armes ni de aubers tresliz,

Se il istoit armez e fust un poi marriz,

7225

Anz nes eüst toz morz que il fust d'els saisiz.

Il me fist dreit del duc, que pendi al postiz,

E me rendi ma feme, dont je ere afliz,

E destruist la cité deci qu'en la raïz."

"Bels fils, ce dist la dama, mout per ert bien serviz,

7230

Ja de rien que il voille de rien n'ert escondiz."

 

424

 

Quant la reïne oï que Antigonus veneit,

Ela va contre lui, si tost com elal veit

Membra li del ymage, lores seit bien e creit

Que ce est Alix., mais dire non lo deit;

7235

Pois que il son nom cele, bien tost l'en pesareit

Se oient un de cels son dreit nom li diseit.

Antigonun lo nome, per lo poing lo preneit,

En la chambra l'en moine ont la penture isteit

E commande ses fil ses compaignons conreit;

7240

Tres devant la ymage en son lit l'aseeit.

 

425

 

"Sire, dist la reïne, ne ti merveiller mie

De ceste folle feme cui t'amors a saisie.

Vez tu la cele ymage qui per toi fu bastie?

Anc cel hom ne la veit que ce non jurt e die

7245

Que tu es Alix., cui tot lo mont soplie;

Quant vers moi tu ti celes, molt fas grant villanie."

Quant l'entendi li reis, lors n'a talent qu'il rie,

Tel chose li a dit dont mout fu esfreïe:

"Quant ma spee laisai, mout i fis grant folie,

7250

Car si or la tenisse, non portasses la vie."

Quant la dame l'oï, mout fu espoërie,

Davant lui s'aginoille, merci li prie e crie;

Ce qu'amors li fait dire, nel tiegne a vilanie.

 

426

 

"Sire, dist la reïne, plus es que cuens ni dus;

7255

Se tu fenis sens eir, duels ert e mar i fus.

Nulle rien ne nos veit, si somes en reclus;

Presie sui e riche e d'une rien m'encus

Que n'a plus belle dame jusqu'as bones Artus.

De ta volonté faire nulla rien non refus;

7260

S'en remanoie encente, per Deu qui est la sus

De la gloria del monde ne querroie je plus.

Moi soies Alix., que ja nel sache nus,

Et a trestoz ces autres soiez Antigonus."

Si je nel di del faire, per ice m'en escus

7265

Que les ocultes choses sont de l'estori jus.

 

427

 

Un des fils la reïne, sa mendre porteüre,

Est entrez en la chambre, sa mere dist e jure

Que ce est Alix., que tot lo mont tafure:

"Il mi tolli la terre qu'i[l] a mon sogre fure,

7270

Je li metrai mon dart tres per mei la faiture."

La reïne respondi: "Taise tu, folleture!

Si Candeolus vient, faite est ta noiriture;

S'il ne poeit trover ne mais que sa centure,

Si te pendreit il ja a cele entraveüre.

7275

Ja n'avras pont de sen, fol seras per nature;

Per ce qu'il lo resembla de la chevelleüre

Cuides que ce seit il de cors e de figure.

Unquas neguns des deus n'ot si grant desmesure

Que si a petit home donast del mont la cure."

7280

Tot l'a torné del ver per cele coverture.

 

428

 

"Ne mi caut, fait li enfes, si ço est il o non,

Que tot ai en talent qu'a estros l'ocion;

Venjon nos de cestui, quant de lui no poon,

Si savra bien li reis que gaire ne l'amon."

7285

"Voire, fait la reïne, a Deu melecion!

Lo rei lo m'a tramis, s'en farai traïçon?

Fui ti, gars, d'avant moi, n'ai soing de ta tençon;

Les dens ti peciasse se tenisse un baston."

De la palma lo fiert dejosta lo menton,

7290

Desor sei lo bota si urta a l'estalon;

Plorant eist de la chambra, s'en vait en la maison.

 

429

 

Pensive est la reïne e fu en grant error,

Que li reis est irez vers son fil lo menor,

Pitosement lo prie o lermes et o plor

7295

Del vaslet qu'a oï quel perdon sa folor,

Car se il nel faseit si'n sereit en error,

Qu'il fust d'ele partiz marriz et o tristor.

Quant li reis vit les lermes, pitié ot e tenror

E dist a la reïne, qui est de grant valor:

7300

"Se il m'aveit peis dit e fait onte greignor,

Tot seit perdonez, dama, per vestre amor."

La reïne s'apoie desovre l'aumansor,

Tant doucement l'enbrace qu'il senti la calor,

C'ambedui ont sentue la veraie amor.

7305

Enz en son lit demeine li fist lo joc maior.

Lors eissent de la chambre sus el palais autor;

Que ne s'en apercevent li grant ne li menor,

La reïne corteise li fist doble honor:

Tant com porent porter .xxx. mul ambleor

7310

Li dona d'or molu com a empereor;

Cent palis orfresez trastoz d'une color

Li a fait aporter a un suen vavasor.

"Antigoné, fait ele, ce donras ton seignor.

E tu, qui es messages, avras per soe amor

7315

Un mantel senbelin de pali pent a flor;

E tuit tei compaignon seront per tei meillor,

Chascuns avra dos palis d'Inde superior.

De çai venir a mei ne si mete en la bor,

N'i poiroie parler, car el chief ai dolor."

7320

Antigonus respont dit de losengeor:

"S'Alix. mes sires vos teneit a uxor,

Miels avreit espleité que tuit sei ancesor."

Li reis a pris congié, torne s'en a baudor.

Candeolus les guie les plans de Valgrenor;

7325

Tolomeu lo rendi, lo riche pugneor,

Cui il teneit encores per rei macedonor.

 

430

 

A son domeine tref est li reis descenduz.

Departi sunt li paili e tot l'or moluz

Que li aveit doné, que ne fust coneüz,

7330

Candace la reïne per ce qu'il ert ses druz.

Or aprosma li tens, li termes est venuz

Que Babel sera pris e li palais renduz

O il sera destruiz e ses grans leus perduz.

Anc conseil de nul home ne volt estre creüz;

7335

Per nul de ses barons ne pot estre tenuz

N'alast en Babilloine por mostrer ses vertuz;

Por aler a la mort est al jousdi moüz.

 

431

 

Ans que li reis moüst, a faite s'orason;

Dedens son tref se sist, dont sont d'or li frenon

7340

E les forches dedens e defors li paisson,

Ni de fer ni de fust n'i ot rien si d'or non.

Li reis en apella Tolomeu e Clinçon;

O els dui sont venu li doçe compaignon.

"Seignor, fait Alix., entendez ma raison.

7345

Privé estes de mei e bien de ma maison,

Unquas de vos consels ne m'avint si bien non,

Car per vos tieng je quite terre promission,

La seignorie en ai jusqu'an Cafarnaon;

Deu merci e les voz n'i a seignor se moi non,

7350

Hui est venuz li jors qu'en avrez guierdon.

Ore venez avant, ge vos farai bel don,

A chascun un rïaume sens ire e sens tençon

E si'n avrez les rendes quant nos repaireron;

Si vos coronerai a la lei que tenon.

7355

Alons en Babilloine, lo maitin i movon;

Una rien vos promet si penre la poon:

Lo tresor l'amirail vos metrai a bandon,

Toz riches vos farai, cui qu'en poist o cui non;

Ne mais la povre gente li borgeis gardon

7360

Que ja per nos n'i perdent vaillant un esperon.

Se la citez est nostra, per que la destruiron?

Des aigues plantives nos venront li peison,

Des forez que sont, large avrons la veneson,

Une piece del tens nos i sejorneron."

7365

"Sire, dïent sei home, per Deu, cari alon!

Faites vostre plaisir, e nos l'otreïron."

 

432

 

Per les arberges moinent grant joie e grant desduit

Quant oient les novelles, que per l'ost dïent tuit,

Qu'iront en Babilloine aprés icele nuit.

7370

L'escargaite comande Don Clin, lo fil Carduit;

Il la fist richement o cels qu'il i conduist,

Vii. cens chivaliers furent, ne faillerent que uit.

Per l'ost menent grant joie e manjüent lo fruit;

Cil jugleor vïelent, e per l'ost font tel bruit

7375

Que plus loing de dos lieues les ot hom bien, ce cuit,

Jusqu'a l'auba aparant que li solels cler luit.

 

433

 

Quant li solels leva e li jor esclari,

Si leverent en l'ost Macedonés e Gri.

Alix. li reis se leva e vesti;

7380

Quant fu appareilliez, nel mist mie en obli,

S'oraison fait a Deu que li face merci.

Per l'ost carjent somiers si se sont bien garni,

Que il en furent ja autre fez escarni

Quant il furent en Bautre en la terre Porri.

7385

En Babilloine en vont e movent al jousdi.

Quant il furent monté e des loges parti,

Li escüer de l'ost ont tot ars e bruï.

A grant joie civalcent les plans de Valbruni.

 

434

 

Quant Alix. mut, mout ot gente compaigne,

7390

Licanor e Filote a commandé s'ansaigne,

Li doçe per chivaucent rengié per la campaigne,

Uns païsans les guie, qui fu nez de Braaigne;

Tot dreit vers Babilloine costoient la montaigne.

Tant a or en lor frens d'Arabie e d'Espaigne

7395

Que bien pres a dos lieues en reluist la campaigne;

Qui a tel gent depart s'onor buen (ert) lo gaaigne.

Cist n'i trove chastel ne citez qu'il ne fraigne

Ne si orgoillos hom que per els non desfraigne;

Malvais orgoil ne prise li reis une castaigne,

7400

A onte lo fait vivre qui servir ne lo daigne.

 

435

 

Alix. chivauce tost et isnellement.

Quant il se fu partiz de la fontaine de jovent

E des bois as puceles, ou il fu voirement,

E de Porrus li rei, qu'il venqui laidement,

7405

E de toz les mals pas, dont trove plus de cent,

Tot dreit vers Babilloine civauce lïement.

Ne cuide mais aver nesun encombrement;

Mais il en trovera un tal proscainement

De toz cels qu'ot passez n'ot un tel pensement:

7410

C'est la forest Raan, ou il entre e descent,

Ont est une grant val, perillose fortment,

O Raans li diable, per son encumbrament,

Fu mis entre dos pieres, repos serreement.

Li sages Salamons per son espiriment

7415

L'ot ici saellé al Deu comandament.

Tres nons de Damedeu ot escrit el ciment,

Que tienent lo diable en tel destreignement

Que il n'en puet issir per nul enginnement.

Lai descent Alix., il e tote sa gent.

7420

Quant il vait en dos jors, torne ariers eissament;

Del eisir de la val ne puet faire nïent.

La vianda lor faut, sei home vont laisent,

Li home e li chivals per lo bois recreent.

Li bons reis Alix. en ot lo cuer dolent,

7425

Des bels oils de son chief plore mout tenrement.

Il cuide estre enginniez sens nul recovrement

E cuide que li arbre li ont dit failliment.

Pois a levé la teste, garde vers Orïent

E vit per mei lo bois venir un grant païssent.

7430

Alix. li dist bel e corteisement:

"Car me di, bels amis, si Deus gart ton jovent:

Poirïez mi giter de cest enserrement?

Plus ti donrai or fin e deniers et argent

Que non poiras destruire a trastot ton vivent."

7435

Li païsans li respont: "Je ne t'en quier nïent,

Mais conseil ti donrai, se te vient a talent,

Per als n'i poez aver neisun socorrement:

Toz jors poez mener icist torniament

S'uns des tuens n'i remaint per son cors solement,

7440

Car drez ert e costuma qu'il avra marriment;

Mangeront lo coluvre e vipre e serpent."

Quant l'oï Alix., lo cuer en ot rïent

E jure toz ses deus ont si creit et atent

Que n'i remandra home de son ostiament

7445

Qui moire a tel dolor ne aisi laidement.

Il en jure ses deus e fist son sairement

Que tuit istront del val sens neisun tarçament,

Mais qu'il sol remandra per son grant ardiment.

Se pois se puet enginnier, e Deus lo li consent,

7450

Verament s'en istra per qualqu'enforcement.

Sa gent s'en sunt issu tost et isnellement,

Alix. remest toz sols seürement;

Or lo conseil cil sire que fist lo firmament.

Sa gent s'en vont dolent, mout ont grant pensament

7455

Del bon rei que remant en peine et en torment.

Tolomeu en apelle toz les pers doucement

Si lor dist en plorant et en sospirement:

"Prenomes per cest tertre un grant albergement

Tant que sacons de ver trastot seürement

7460

Del bon rei si penra neisun enpirement

O s'il escampera de cil perillement;

Bien lo devons atendre, qu'il nos garde e defent.

Si de cest puet partir e Deus lo li consent,

Bien irons mais avant trastot seürement."

7465

Li doçe per respondent: "Ci a bon loëment;

Qui ce ne voudra faire n'a point de ardiment."

Don Clin a pris un graille, a sa boche lo pent,

Per tel vertu lo sone que tote l'ost l'entent;

Tuit se sunt aresté, n'en i ot un passent;

7470

Sor lo flum Danïel font un grant logement.

 

436

 

Tuit si sont aresté sor lo flum Danial.

Alix. remest trastot sols en cel val

Sens cote e sens pelice, sens autre afublal;

Il n'i ot compaignon se[n] soi e son cival,

7475

Son escu e ses armes e s'espee reial.

Tant se fie en sa force, el cuer emperial,

Que s'el creüst en Deu, lo rei espirital,

N'aüst en tot lo mont un ensi bon vassal;

Il n'ot unc en sa vie nul ami si coral

7480

Cui il deignast preier des que vint a grant mal.

Tote la grant vermine que isteit en cel val,

Quant lo vont asaillir, ne prise il un al;

Autresi s'en defent com feïst d'un capal,

Toz les a detrenciez et ocis per engal

7485

Tant qu'il vint a la peire ou il vit lo saial

Que isteit saellez de fin or e d'esmal.

E la marcele isteit de piere de cristal

En qui est li diables enz en un repostal;

Salamons l'i ot mis mout ot lonc temporal.

7490

Alix. se sist desor son buen cival,

Al diable demande: "Es tu riens corporal?

Si es dame o pucelle, presta moi ton oral,

C'un petiz sui navrez d'un fier niticoral;

En volant m'a feru dedesor lo nasal."

7495

Li diable respont qui fu el sospiral:

"Quant que tu vas faisant ne prise ton capal,

O tu marras çai ens o tu parleras d'al.

La mort t'a sovrepris, tu n'as vene vial,

Mais si tu mi vols creire, conseil ti donrai tal:

7500

Reis es, e sai de ver que tu as cuer lial;

Si tu mi vols giter de cist fier sospiral,

Je ti enseignerai a isir de cest val;

Encor poiras conduire ta grant ost comunal

Sens enpeiurement e sens plaie mortal,

7505

Entresqu'en Babilloine ne troveras estal."

 

437

 

Quant l'entent Alix., mout en ot lo cuer clier,

A Raan lo diable a pris a demander:

"Car mi di or, diable, qui te fist saeller?

Coment a nom li sires que si te fist ester?"

7510

Lo diable respont: "Se mi vols escouter,

Ge lo ti contarai, je nol ti quier celer.

Li sages Salamons mi fist enpreisoner.

Il mi manda a lui per conseil demander

Per un pechié qu'ot fait dont si volt desperer;

7515

O ge volisse o non, m'estuit a lui aler.

Quant je fui davant lui, demanda mi li ber:

‘Vers Damedeu de gloire pot l'om merci trover?

Quantes graces a il c'om puisse recater?’

Quant je oi al sage hom tel follie conter,

7520

Ge li fis davant lui un seaz aporter,

Si fis per mei la sale candeles alumer

E fis l'une avant l'autre trastotes alumer.

Lo buen rei Salamon fis(t) davant moi ester,

A dos de ses serjans fis lo seaz lever;

7525

Les pertus del seaz li vols faire nombrer,

Mais il nel pot pas faire, ans prist a messarrer.

Ge li dis voirement, ne li pois plus celier,

Que plusor grans merciz puet l'om vers Deu trover.

En pechié que hom face, tant i ait encombrier,

7530

Mais c'om en seit confés et om lo laist ester,

Ne poons nos diable nulla rien conquester.

Li reis fu vergoignos, e je m'en vois torner;

Congé li demandai, il nel mi voust doner,

Ans mi fist en sa chambra estoier e garder.

7535

Un jor s'alot li reis per son cors deporter

Joste une grant riviere a falcons oiseler.

Ans qu'il fust revenuz mi fis je tresmüer;

Resemblai Salamon de vis e de parler,

Les oisels que j'oi pris oi faiz adés tracer,

7540

Les portes de la ville commandai a fermer,

La feme Salamon fis davant moi ester;

Li vespres fu venuz, je m'assis al manger.

A tant vint Salamon si comence a crïer,

E je oi fait al porter a dire e comander

7545

Per les oils de son chief n'i laisast home intrer;

Les autres de la cort fis a la porte aler,

Lor seignor Salamon fis je bien chivalier,

Tant lor ai fait abatre com altre paltonier.

Donc sot bien Salamon que jel vost enginner,

7550

Il s'en torna ariers a Fïel reclamer,

C'est un autre diable, que mi puet signorer,

E cil li renseigna moi a desbarater.

Salamons s'en revint, ne mi pois remüer,

Ans mi prist li bons reis, ci mi fist amener.

7555

Li sael que tu vois ne mi lasse escamper.

Mais se tu mi savoies la piere jus boter,

Je ti renseigneroie la vie e lo senter

Per ont tu reporas issir e retorner;

Entresqu'en Babilloine ne t'estut arester."

 

438

 

7560

Alix. li reis o lo corage fier

Respondi al diable: "Tu mi vols enginnier.

Lo peiron pois je bien trastorner e versier,

Mais je ne voil pas faire, si com je t'oi parler,

Car tu es de tel forme c'om ne ti puet baillier.

7565

Mais se tu m'enseignoies la vie e lo sentier,

C'a mes gentils barons poïsse encor aider

E la grant Babilloine per force peceier,

Ge t'afi per ma fei, si lo ti voil jurer,

Coma reis qui non deit ni mentir ni boisier,

7570

Que tant tost com avrai coneü lo sentier

Je revenrai a tei ton covent redrecier,

Lo peiron desor tei lever e tornoier."

E respont le diable: "E jel voil otrïer.

Or t'en vai ci desus si veiras lo sentier

7575

Per ont istras del bois e sens nul encombrier

Tant que tu sïes la ont sont tei chivalier;

Quant les avras veüz, pensa de l'espleitier."

"Volanter, dist li reis, ce ne pois je laissier."

Alix. s'en torne o lo corage fier,

7580

Il trove mantenent la vie e lo sentier

Qui lo gira del bois, e sens nul encombrier.

Quant il fu a sa gent, n'i volt gaires plaider,

Mais per ce i parla quis volt asseürer.

Plus tost qu'il onquas pot se mist el repairier,

7585

Torna vers lo diable parler e conseillier.

 

439

 

Quant li reis Alix. o la clere façon

Vint davant lo diable la ou il ert en prison,

Il apella Raan per son dreiturer nom:

"Car mi di or, diable, ancor une raison;

7590

Un convent en voil traire ans que lef lo peiron.

Je voil que tu m'outroies, sor lo Damedeu nom,

Vers moi ni vers mes homes ni faras traïçon,

E que tu t'en iras en l'isle d'Urion

O les encateors qui furent compaignon

7595

Al tens danz Moÿsés en la Cafarnaon,

Cui Damedeu dona la virge e lo baston.

Quant il faseit serpent, cil fasïent dragon;

L'un clame l'om Genné e l'autre Marbrion,

Lai ou il gisent mort a toz jors grant tençon;

7600

Assez i a diables et un rei mout fellon,

Unquas hom n'i fu mais que sol cil dui gloton,

Sans moi, cui en porterent en volant dui grifon;

De ce que je refis resemblai je bricon,

Je entrai en une nef toz sols sens compaignon

7605

Si i mis avec moi un mout tenre pollon;

La mers retint la nef, fort tens fist environ,

La main mis a la spee que oi cente al giron,

Al pollet en trencai la gorce e lo menton,

Lo sanc en recuilli en la pel d'un leon,

7610

La pel en oi glüee, n'i sembla si car non.

La pel ert coisue si sembla un sacon,

Autresi me mis ens com feïs un bacon.

Dui grifon de montaignes volant a un randon

Autresi m'en porterent com un petit peison.

7615

En volant mi porterent en l'isle d'Orion,

Se j'oi adonc paor no s'en mervelt l'om;

Adonc trais je l'espee si ocis l'un grifon,

Li autres s'en fuï ni me fist se bien non."

Quant oï le diable, si respont al baron:

7620

"Gentil reis debonaire, fait m'avez gent perdon.

Ce que m'avez quis vos otrei je e don,

Mais premier mi nomez edites icel nom

Sor que je jurerai e farai m'oraison."

E respont Alix.: "Sor lo Damedeu nom,

7625

Sor cel que j'ai escrit en cist mien gonfanon."

Alix. li reis trastorna lo peiron;

Lo diable s'en ist, que quist sa garison,

Volant s'en est alez en l'isle d'Orion

O les encanteors en la confusion;

7630

D'ici n'en istra mais per conjuracion

Ni per toz les saels al sage Salamon.

 

440

 

Alix. li reis a la piere esgardee

E veit coment ela est escrite e saellee;

Tant a fait per engin que il l'a desfermee.

7635

Tot l'ore tot l'argent laisse en la vallee;

La piere prent o sei e si l'en a portee.

Quant il fu a sa gent, si l'a a toz mostree.

Un sage clerc apelle, qui fu de sa contree,

Qui sot gres e caldeu e sot lenga ebree

7640

E sot toz les lengages d'outre la mer betee.

Cil conut les treis nons, si'n a la letre ostee,

Pois a pris parcemin, la encre dastempree,

En un livre qu'il ot a la letre fermee.

Pois s'en vait Alix. sa grant voie ferree,

7645

Mene ses olifans e sa grant gent membree;

Tot dreit en Valcolors vienent la maitinee.

Tel set cent pavaillons sunt tendu per la pree

Li pires vaut mil livres de moneie argentee.

 

441

 

A val soz Babilloine istoient grant li pré,

7650

Set lieues ot de lonc e .v. leues de lé.

La riviere fu grans e li pomer ramé.

Enqui jut Alix., qui tant l'ot desiré,

El plus bel leu qu'il vit a fait tendre son tré.

Li passon des estaces sont d'argent afiné,

7655

E li tref fu d'orfreis e de pali röé;

Les cordes sunt de soie, anc n'i ot lin filé,

Li estace dedans fu d'un bel fust ovré;

Li pomel dedesus fu d'or fin esmerré,

Un angle sist el som qui fu d'or neellé

7660

Et ot en som la teste un carboncle fermé;

La nuit n'est si oscure qu'i[l] ne get tel clarté

Que per trastote l'ost n'a cirge alumé.

Tel richece ot en l'ost de tel ne fu parlé.

Alix. apelle Clinçon e Tolomé,

7665

Aristé e Filote, Perdicas e Listé,

Licanor lo vailant e lo benaüré,

Eum. lo pro, lo vassal aduré

Qui davant Babilloine, veiant tot lo barné,

Conquist lo rei de Perse si l'en a amené,

7670

Al fort rei Alix. l'a tot vif amené;

Aminadab lo saige n'i a mie oblïé

Ne nuls des doçe pers qu'il a nori söé.

Quant furent davant lui, si lor a demandé:

"Seignor, dist Alix., veez vos la cité

7675

Que ja per nos n'ert prise en tot nostre aé?

Diable ont fait les murs e les tors vif malfé.

Li home ne les femes ne sont encore né

Qui preïssent la ville, ce cuit, per poësté.

Sel saüsse avant ier ans qu'aüsse passé

7680

De la forest Raan lo travail aduré

Ne qu'aüsse al diable conseillé ni parlé,

N'i aüsse mon pié per mon chief aporté,

Ni Vairet mon destrier n'i aüsse amené;

Des que je oi perdu mon destrier sejorné,

7685

Bucifal lo corrant a grant duel enterré,

N'oi je mais si grant ire, bien lo sacent li dé.

Se ni ai de Babilloine e lo lonc e lo lé,

Non creirai mais en l'arbre qui lo m'a deviné."

 

442

 

"Sire rei, dïent sei home, volez vos en torner?"

7690

"Non je, fait Alix., anceis voil sejorner.

Les blez puet l'om mangier e l'erbe bien finer,

Li raçin sont maür, bien les puet l'oro foller,

La rivere est grans; bien poons sejorner

Tant que viegnent de Grece mei dui pro messager:

7695

Casardran li ardiz, Antipater lofer;

Al consels de cels dos mi voldrai demener;

E vos poëz tan dis en forage aler.

Se cil de Babilloine volent o vos joster,

Sïez pros del defendre e des grans cous doner."

7700

Haï! del gentil rei qui ne si set garder

De les culvers traitors que il voust tant amer;

Sa mort li vont querent, volent li aporter

Enz en un pié da çevre c'om no pot deserrer;

Cuident soi del venir per lui enpoisoner.

7705

Molt fu grant aventure cant durent assembler;

L'un jor prist Babilloine, l'autre l'estut finer.

 

443

 

Li reis vit sa grant gent en mei la praerie,

E ses tref fu tenduz en mei l'erbe florie.

Mout i ot fiere gent e grant chivalerie,

7710

Unquas per un sol home ne fu tel ost bannie.

De Babilloine prendre ne si haste il mie;

Ses messages atent de malvaise lignie,

Del lignage Gason de Troie la garnie.

Quant ot son peire mort e sa mere traïe

7715

Il fuï de la terre e li reis l'i desfie.

En Grice s'arestuit per sa lesengerie,

Fils i a engendrez, fille engenoïe.

De la fille sont né li serf que Deus maldie.

Li reis les aime trop, mais il fist grant follie,

7720

E de ce fist plus grant car en els trop se fie.

Sa mort li vont querant, mout li ont grant envie

E porterent la poison, que nul d'els n'en oblie,

Dont li ost al fort rei ert dolent e marrie,

E sera a grant duel desevree e partie.

7725

Davant ce li avoient faite grant fellonie:

Quant li reis voust saver d'aute mer la navie

Et il vaut mesurer lo perfont e l'entie,

Il si desvalent enz per sa grant legerie

En un vaisel de veire qui fu fait per maistrie.

7730

Per l'anpeise de mer a veü l'escremie

Que l'un peisons fait a l'autre quant lo gaite et espie.

Li petiz fuit lo grant, paor a ne l'ocie,

Li uns manjue l'autre e decasse e castie.

Enqui conuit li reis agait e tricerie;

7735

Pois s'en revint desus, Deus li fu en aïe.

Li serf en sont dolent, mais li reis nel set mie;

Per els cuida mout faire, mais il nel fara mie.

Cant avra Babilloine conquise e saisie,

Il voldra mener joie, desduit e seignorie;

7740

Cil li donront abevre dont il perdra la vie.

Ha! Deus, com grant domaige d'Alix. d'Alie,

Quant il morra si tost en sa bachelerie

Qu'il n'avra pel chenu ni la barbe florie.

Deus! qu'il ne seit les couars e la estrolomie,

7745

Qu'il veïst e saüst la mort que si l'agrie

Anceis que il fust mort e sa vie fenie.

A quan grant marriment fu sa gent departie;

Anz qu'il fust enterrez li uns l'autre desfie.

Unquas per un sol home ne fu tels oz marrie,

7750

Fors sol per Salamon qui sot la prophecie

E tote sapïence qui Deus li ot jugie;

Fils fu li rei David, de sa mulier Urie.

Se cil ot lo cuer sage e cist per aramie

Unquas rien ne vost faire qu'il n'aüst en sa vie;

7755

S'il creïst en la lei cui Deus ot establie

E que dans Moÿsés aveit encumenie,

Desque lo tens Adan jusqu'a Cesar Julie

Ne fu hom nez de meire de sa chivalerie.

Quant il vit Babilloine, prendre ne la cuida mie;

7760

Mout fu [de] grant richece cil qui l'ot commencie.

Premiers ot nom Babel, mais pois fu enforcie.

S'entendre mi volez, dirai vos en partie

Coment fu commencie e per orgoil bastie

Aprés la mort Nöé quant la gent fu fenie,

7765

Si com lo dit la letre, e l'estori le guie.

 

444

 

Ce reconte l'estoire, ne seit om mescreans,

Qu'en Babilloine furent .xxx. portes ovrans.

A chascune des portes fu un reis apendans,

De toz les .xxx. reis fu sires l'amirans.

7770

Plus i a tors de pieres que n'a jors en .vii. ans

E de celes de marbre plus de .m. et .viii. çans,

Tres en i ot d'argent e d'or bien reluisans.

En l'une des treis tors isteit don Rodoans,

Frere fu l'amirail, soe fu Santmargans.

7775

En l'autre fu Falé, qui fu egyptians,

Fil lo rei Fareon, riches fu e poissans.

Et en l'autre aprés isteit Nabusardans,

Qui fu niez l'amirail e chivalier vaillans.

Une tor i ot large dont li porpris fu grans,

7780

Cent teses ont de lé le mur en trastoz sans,

La autece fu tels com un aigle volans

Ne saüst si voler, ja ne fust si corrans,

Quant il isteit el som qui ne fust recreans.

Cil qui la commença vesqui bien cinc cent ans

7785

Et ot de .x. legendes nonante e .viiii. enfans,

Ni ot cel ne fust pros, hardiz e combatans.

Li peres ot nom Nerot, qui forma les archans.

Aprés la mort Nöé, qui fu pros e vaillans,

Cil commencent la tor qui furent fier e grans,

7790

Tant la cuident lever qu'as nues seit tenans;

El ciel cuident monter per lor grans ardimans.

Dont vit lor grant orgoil le peire reïmans,

Il descent a la tor e vit les païsans;

Il n'i aüst un sol qui en Deu fust creans.

7795

Adonc ere li pobles d'une raisons parlans;

Deus les a departiz per ses commandemans:

Cant l'uns demande pieres o morter o cimans

O martel o escarpre o autres ferramans,

Li autre portent pan o coutels bien taillans,

7800

Li autre amenent civals o palafrens amblans,

Li autre portent escuz o espees trenchans,

Li autre portent enas o viez vins o pimans.

La tor remest a faire, de l'ovre fu nians,

Entr'els chossent e tencent et ont grans maltalans.

7805

Li enfant si departent, li peire en fu dolans:

Li uns devint caldeus, li autre yndians

E li autres devint mesopotamians,

Li autres fu turqueis e l'autre elemitans,

Li autre fu cornubles, l'autre felicians,

7810

Li autre chanineus e l'autre malmusans,

Li autres fu jebus, cui fu Jerusalans,

L'autre fu etyops, li autre nubians,

Li autre egyptians e l'autre arabians,

Li autre fu ermins, li autre surians

7815

E li autre fu gres e li autres persans,

Li autre fu grifons, li autre africans,

Li autre fu nubleis e li autre troians,

Li autre fariseus e li autre poillans,

Li autre fu romans e li autre toscans,

7820

Li autre fu lombars e li autre musans,

Li autre proënsals e li autre tolsans,

Li autre fu gascuns e l'autre alvernans,

L'autre fu espaneis e li autre marmans,

Li autre erupeis e parla bien romans,

7825

Li autre fu franceis e li autre loërans,

Li autre fu bretons e li autre venecians,

Li autre fu flamens e li autre loarans,

Li autre dardaneis e l'autre pincenans,

Li autre fu semel e li autre braibans,

7830

Li autre fu baivers e li autre alemans,

Li autre fu engleis e li autre galans,

Li autre fu escoz e li autre yrlans.

Cil que tint Babilloine fu riches e puissans,

Tant fu de rie afaire .xxx. rois ot serjans.

7835

Lai dedenz Babilloine isteit saint Abraans

E ses freires Nacor e danz Loz et Arans;

Mais li peires Taré, qui en Deu fu creans,

S'en eissi o toz cels toz iriez e dolans,

Per ce qu'il n'aoroient lo feu qui est ardans,

7840

Lo soleil e la lune e les esteilles luisans.

Deus ne fu aorez ne de rien conoisans;

Trop i aveit orgoil, fellonie e bobans.

Per l'orgoil que i fu, e per les mescreans

Chaï ele en desert, ce escrist sains Joans.

 

445

 

7845

Mout fu fort Babilloine quant ele fu fondee.

Li mur durerent bien plus d'une grant jornee,

Lo trait a un archier fu la clauson montee,

La ont fu plus estreit esteit .xx. toises lee;

De .xx. toises en autre ot une tor fermee.

7850

Le mur ne la clausons ne fu de piere albee,

Ans fu de bon porfire e de marbre fondee.

Tot entor la clausons une liste ot levee

Qui fu d'or e d'argent e de cristal safree;

L'estoire i fu taillee e mout bien asetee

7855

Coment li monz fu fait e la terre formee;

Coment Deus fist Adan, Evain la dessvee

E tote creature e la serpent grivee

Que Adam a sorduit et Evain encantee,

Lo fruit li fist mangier dont Deus l'a aïree;

7860

E comment Damedeu l'a en terre posee

E coment per ces dos fu la gent engendree;

E coment per Nöé fu la vigne plantee

E coment per ses fils fu la terre eree;

E coment li deluvie a terre enpeiuree.

7865

Une porte i ot riche ont tote la gent bee,

La porte preciose, ensi ert apellee;

Mapamundi i fu peinte d'or e d'argent ovree,

E d'autra part fu penta dame Matusalee,

La plus gente pucele qui fust de mere nee,

7870

Ce fu une des quatre que Deus aveit salvee

Quant li deluvie vint e terre fu gastee;

Cil qui la mist en l'archa ne l'ot pas oblïee,

Ce fu Nöé li viels, qui tant l'avoit gardee.

Feme fu a son fil, qui l'aveit esposee,

7875

Ce fu l'enfes li mendres, qui premier çaint espee

Et ot escu et elme e la broigne endossee

E selle bien taillie e lance penturee;

E l'enseigne d'amor fu en lo som clöee,

Joste e chivalerie per plane e per pree

7880

Et asaut de chastel e de cité muree.

Por ce que il fu pros e la dame sennee,

Issi de son lignage la grant gent honoree,

De lui e de son freire, qui ot dreiture amee.

Del ters eisi la gens qui fu malaüree,

7885

Car il deservi bien la male destinee.

Quant lo peire Nöé ot la vigne plantee,

En meïsme cil jor fu florie e granee;

Li raisin sunt cuilli, la vendenge follee.

Tant but Nöé del vin la teste ot avinee,

7890

Perdu ot son grant sen, sa memoire oblïee,

Tot nu se desvesti, sa robe a fors gitee.

Quant Chains l'a veü, si corrut en l'estree,

Il escrie ses freires si a sa mer[e] apellee

E dit une raison qui mar fu porpensee:

7895

"Venez veïr mon peire davant la caminee,

Lo veillart, lo flori o la teste meslee;

Fols est et enragiez, sa vie est peioree,

Diable li avront si grant vie donee.

Cent ans a; si fust mors, s'arme fust salvee,

7900

Qu'a l'ora qu'il morra al diable(s) ert livree,

En enfer ert gitee, travaillie e penee."

 

446

 

Li dui enfant nobili sont a maison venu

E gardent vers lo feu si ont lor pere veü;

Sans chamise e sens braies lo trovent desvestu.

7905

Un bel lit li ont fait si lo chouchent tot nu,

Tant lo tienent estreit que endormiz se fu.

E quant il ot dormi, ec lo vos revenu,

E recovra son sens, sa force e sa vertu.

Ses fils a demandez, davant lui sont venu;

7910

Les dos a beneïz e lo tiers maleü.

De cels que beneï sunt chivaliers issu

E clerc e duc e prince e conte bien faü;

De cel que il maudist sont li villan issu

E li fort eiserter e li ovrer menu.

7915

Nöé vait a sa fin e Deus l'a receü.

Viiii. c. e .1. ans a bien li ber vescu,

Jusqu'al tens Nemerot, qui Babilloine fu.

Cil fu pere as jaians qui tuit furent perdu,

E parti li lignages per terre espandu.

7920

Escrit est en l'estoire se l'i avons veü,

Car ce est veritez, ja non ert contendu.

 

447

 

Mout fu fort Babilloine, bien en deit l'om parler.

Des portes de la ville puet hom veïr la mer

Dont vienent li peison que il ont al disner.

7925

D'autra part sont li bois que terre pot porter;

Tant met de venaison com volont conreer,

Tant en ot chascun jor al man et al soper.

D'autre part sont les vignes sens foïr e planter,

Ja ne les estovra caver ne conreer,

7930

Per dos fïees l'an puet hom lo vin foller.

Tot entor la cité puet om vergier entrer;

Li pin i sont creü, oliver e lourer,

Li pomer de muscates, qui molt font a loër;

Li noier sunt petit mais bien font a amer.

7935

Per mei la cité corrent, bien lo vos dei conter,

Catre flum bien flairant e merveillos e cler;

De paradis eisordent, Deus le volt commander.

Es fluns que soëf flairent sont tant bel li graver,

De pieres precioses i puet hom tant trover

7940

Li home de la terre les en poënt porter.

Toz icels catre fluns vos sai bien deviser:

Li uns a nom Geon, li autre Eüfrater,

Li ters a nom Fison, li quart sai bien nomer,

Tigris l'apellent tuit, e viel e bacheler.

7945

Cil s'en vait en Egypte, ou il s'en vout entrer,

Lai ont Jacob passa quant Josep volt trover,

E li reis Faraon i duit bien esfronder

Quant chaça Isrl., cui Deus pot tant amer.

 

448

 

[L]onc la rive des fluns, lai ont sist la citez,

7950

Ot dos arbres gentils d'un grant amesurez;

Adam le premiers hom les ot aqui plantez.

Ce furent dui ciprés que Deus ot molt amez,

Mais li uns fu trenchiez, abatuz e versiez;

Iraans lo fist trenchier, de cui fu acatez.

7955

Enz en Jerlm. fu li fuz amenez

Al tens lo rei David, cui il fu presentez,

Mais hom n'en fist nïent, ses leus ne fu trovez.

Sor lo riu d'un aiguete fu lanciez e gitez;

Pont en firent e plance, sovent fu trespassez.

7960

Enz en la citez ot une profetise senez;

Cela dist Salamon: "Danz reis malaürez,

Faites cest fust forbir e si seit bien gardez,

Que per lui ert li mons e raans e salvez."

Quant l'entent Salamon, tost en fu amenez,

7965

Lavez fu e forbiz e bien envolupez.

Tant a esté el temple que Damedeu fu nez.

Mout furent chier li arbre, Deus les a honorez,

Car de l'un fu la cros ont Jesu fu penez,

Laidengiez e batuz, trevalliez e navrez.

7970

Et en l'autre fu pris li basmes e trovez

Dont li cors Damedeu fu bien enbalsemez.

Tant fu bons l'onguemens, mais chier fu acatez;

Nicodas l'acata, cui il fu destinez.

 

449

 

En la grant Babilloine voil faire mon retor.

7975

Dedesoz lo ciprés, qui est de vert color,

Esteit une fontaine, anc hom ne vit meillor;

Anc Deus ne fist plus genta ne forma belisor.

Tant per est sancta chose qu'ela rent tel odor

Que de lieue e demie en sent hom la flairor.

7980

Anc Deus ne fist cel home, tant senta grant dolor,

Fevre ne malavez ni la peior langor,

Mantenant qu'il en a sentue la douçor

Qu'il n'en ait plen lo cuer e de joie e d'amor,

E qu'il ne seit plus sans e plus fres d'une flor.

7985

Qui vout veïr la dous bien deit aver paor,

Que li serpent la garde qui nos mist en error,

Cil que fist dama Evain a manger l'amaror;

Voirement la manja, si'n dona son seignor.

Per ce son eslongé amedui del criator;

7990

Toz tres les mist en terre, o furent en tristor,

Adam e sa moiller e la serpent grivor;

Li uns decasse l'autre e gaite chascun jor.

Entre Evain e la guivre ne pot aver amor,

Ne ja mais n'i avra; ce dïent li auctor.

7995

Adam gaagna terra en duel e en suor,

Entre lui e sa feme e son fil lo menor,

Celui que tot ocis son freire a un fessor;

La terre en but lo sanc, a Deu fist sa clamor.

Bien se contint Chaïns a guise de traitor

8000

Quant il ocis Abel, son frere lo menor.

E(n) Deus lo envia en un autre terror,

Avec sei en mena une soe seror.

De son lignage eissirent li dui culvert traitor,

E Judas Cariot, qui traï son seignor,

8005

E lo fil Balial, a cui Deus ot iror,

Per cui il furent tuit neié a desenor

Aprés la mort Lamec al tens deluvior.

 

450

 

En la cort l'amiral ot un arbre planté.

Li princes Olifernes l'ot fait per richeté;

8010

Les recines de terre sont de covre quassé,

Les brances e les foilles sont d'argent afiné.

Mil oisels i aveit que tuit sont d'or cavé.

En la raïz pres terre sont li pertus doré

Ont sont assis le feu de fort busche tanné.

8015

Quant l'amirals o vout et il l'a commandé

Et il vout faire feste de lui o de son dé,

Soflent cil Sarracin e cil home aduré.

Li vent fiert contra mont jusqu'as oisels cavé,

Cil oisels cantent cler, doucement e söé;

8020

Ce sembla qui les ot que tuit vif soient né.

Il en moine grant joie, grant bruit e grant barné.

Ha! Deus, com grant richece a dedens la cité;

Non targera mais gaires prise ert per poësté.

 

451

 

La dedens Babilloine istoient li molin:

8025

Li uns moleit lo pevre, li autres lo comin,

Li autre molt eruque, li autres senapin,

Li autre molt forment del ser tro al maitin.

A grant planté i ont e del pan e del vin;

Assez ont de la car, del lait e del saïn,

8030

Des als vers e des herbes e sauge e perisin;

Ja per un savor faire n'ira chiés son veisin,

Car assez en aveit chascuns en son jardin.

Enas orent d'abevre, d'or e d'argent fin,

E li plusor ont copes d'ivoire alexandrin.

8035

Ces vanbais d'alqueton ovrent cil Sarraçin,

E de la soie i ovrent li Turc e li Hermin.

Cil autre taillent pieres precioses d'errin;

Ce sont jaspes, jacintes, topaces, maraudin,

Ametites, sardines, safir e crisolin;

8040

Tant i aveit des autres plen en sont li bacin,

Soz cel non a cel clerc qui sace lo latin.

Per mei ces perches pendend enz en mei lo chamin

E li vair e li gris, li martre e li hermin,

Ces gorges marterines, cil orlé sebelin.

8045

E ces dames i sont que ja non prendront fin

D'ovrer engiens al vouz et en bas sozterrin.

La une teist orfreis e l'autre teist samin,

Les autres teisent palis, n'unt cure de tapin.

Tant est riche la ville non i a un frairin,

8050

De .xxx. e .vii. contrees i sunt li rei enclin.

L'amirals Nabugors se sist sor un laurin,

E un suen aumansor desoz l'umbre d'un pin.

Xxx. reis i aveit que tuit erent meschin;

Ni a cel n'ait el chief grant corone d'or fin.

 

452

 

8055

Li amiral se sist desor un bel peiron,

Et un suen almansor e li rei environ.

Desoz l'umbra d'un pin qui lor flairoit bon

Se sist Nabusardans, sire de Santmargon,

E s'i isteit Falez, fils lo rei Fareon,

8060

Li dus de Pincenie, qui bien sembla baron,

E li princes d'Alquei, qui a bele raison.

Enqui cante un juglar, Amaristot ot non,

A son col sa vïele, en sa man son arçon.

Del tens ancïenor lor dist une chançon,

8065

E de la grant bataille qui fu en Valbeton,

De .vi. reis d'une part contre un sol fellon,

Ce fu reis Arioz, fil lo rei Egeon.

Quant il les ot vencuz, s'en torne en son reon;

Dan Lot a encontré, si l'en moine en prison.

8070

Quant l'oï Abraam, que isteit e[m] mason,

Escria sa masnee, sis chace a bandon.

Lo premier qu'il consuit fait voler de l'arçon,

De l'autre a pris la teste o trastot lo menton,

Del terz a pris lo braz, si l'en fist un tronçon,

8075

Lo quart a si feru, ne quiert confession,

Li quint s'en vait fuiant, n'i atent compaignon.

Li sergent Abraan sunt plus fer de lion.

Dan Lot i ont escos; ariers l'en mene l'on.

 

453

 

Lai ont li juglars cante fu il bien entenduz.

8080

Atant ec vos un mes qu'est aqui descenduz,

Que li dist qu'Alix. est encontra lui venuz,

Passez a les deserz e les grans bois ramuz

E les bois as puceles, ou il fu coneüz,

E la forest Raan dont il est ja eissuz;

8085

Tot dreit vers Babilloine s'en vient escombatuz.

Tres cens olifans moine qui portent tors de fuz

En qui sont li archier o les quairels aguz

E les albalestiers, bien les a(i) coneüz,

Qui ont pris les chastels e sels ont abatuz.

8090

Quant l'amirals l'entent, molt s'en est irascuz,

Il en jure ses deus, ses leis e ses vertuz

Que se il l'asaut bien sera receüz,

E s'il vout tornïer bien sera atenduz,

E s'il se laisse prendre voirement ert penduz.

8095

Alix. chivauche, soz la cité est venuz;

A jornie e demie li est pres apparuz,

Dreit desoz Babilloine el pré qui est erbuz.

Ses trief qui fu d'orfreis est dreciez e tenduz;

Ses falcons demanda, si les a repaüz.

 

454

 

8100

Si com il ajornot e l'aube est esclarie,

Tot dreit a l'amirail est venuz un espie

Que li dist qu'Alix. est a jornee e demie.

"Coment, fait l'amirail, ne mel celer tu mie,

Di m'en la verité se l'ost est bien garnie."

8105

"Oïl, fait li messages, de tot bien replenie,

Que del vostre meïsme prendent la manentie

Ne ne trovent nul home qui de rien l'en desdie.

Alix. chivauce davant sa compaignie,

Licanor e Filote ont s'enseigne esbaudie,

8110

Don Clins e Tolomé quis capdele e guie,

Cil sont li doçe per, ont li reis plus se fie."

"Per Deu, fait l'amirals, je li teng a folie.

De que cuident il vivre, folle gent esbaïe?

Ma terre ert tost arse e la proie saisie.

8115

Se li deu mi garissent ma grant civalerie,

Ja non veira treis jors que l'avrai asaillie.

E je pri a ma gent, que soëf ai noirie,

Que ja uns n'en prenga autre que mar ués ne l'ocie.

N'ai cure de prison, n'en recobrai je mie,

8120

Que trop ai je richece et autre manantie,

Or, argent et ivoire, olifans de Nubie

E peires precioses e pailes d'Aumarie."

 

455

 

Quant l'amirail entent qu'Alix. veneit,

Il manda per ses homes ont que nul en saveit.

8125

Entresqu'en la mer Roge, que son regne cloeit,

Ne remant un sols hom que defendebles seit

Ne viegne en Babilloine per force e per destreit.

Un toz sols nen i vient l'amiral nel conreit

E que il ne l'onort si com faire lo deit.

8130

Li fossé sont perfont e li terrail tuit dreit,

Davant les barbachenes sont li passage estreit;

Babilloine est si fors que nuls hom ne la veit

Que non jur quant que fu e les deus ou il creit

Que se tote la gent del monde l'aseeit,

8135

Se sofraite de bevre o fam nel destreigneit,

Jusqu'a la fin del siegle per force ne l'avreit.

 

456

 

Babilloine fu fors e l'amiraille fiers

Et hardiz e corteis e molt bon civaliers,

Et ot en sa compaigne tel cent mil soudaiers

8140

Anc en cort ou il fussent nen fu un losengiers.

Un senescal aveit qui n'est pas paltoniers,

Nabusardan a nome si ere sis niers;

Cil aime gentils homes e honore e tient chiers.

Babilloine est si pleine que neis enz els seliers

8145

Font les merescaucies per colchier ces destriers;

Li riche home albergent es tors et es soliers.

La citez est bien close de murs e de terriers;

Unquas Deus ne fist home qu'il presast dos deniers

Cui ela dot ni crema, tant seit poissans guerriers,

8150

Mais que sol Alix., qui est toz costumiers

Qu'il ne vient a cité que n'assaille premiers.

 

457

 

Babilloine est si pleine de vin e de forment,

De tote la richece qu'a vitaille apent;

Qui ne l'a si la pregna per tot comunalment,

8155

Car l'amirals le vout e fait commandament.

L'amirals en apelle li reis de Benivent,

A une part le trast si li dist simplement:

"Sire amis, dites moi de vostre gardament.

Coment mi contenrai vers aisi faite gent?

8160

Bien est que mi contiegne al vostre loëment."

Quant li reis l'entendi, si li dist bellement:

"Quant vos querez conseil, faites lo sagement;

Om nen gaagna rien en grant folliement.

Cist reis nos cuide penre per son grant ardiment;

8165

Fols garde Babilloine se bien no la defent,

Se il font dos brefeis e nos dos eissiment;

E se il nos assaut, Deushait qui no l'atent,

S'il est bon chivalier e nos en avons cent;

N'i a cel ne l'atende per son cors solement."

8170

L'amirals li respont: "Conseil mi donez gent."

Li jors est trespassez e la nuit les sorprent;

En la cité se dorment auques seürement.

 

458

 

Entreci qu'al maitin, qu'aperçurent lo jor,

Son neveu en apelle, lo fil de sa seror,

8175

Del grant orgoil de Grice fait a lui sa clamor,

E cil li respondi: "Bel sire, en Deu amor,

Ja tant com il nos hee n'avrons a lui amor."

Vestu l'a e chaucé a lei d'empereor;

Pois a pris quatre reis e lo quint almansor,

8180

Per mei la vie de piere est montez en la tor

E garda contra val les prez de Valcolor,

Vit venir la grant ost del rei macedonor,

De la chivalerie de Grice vit la flor.

Il apelle ses homes, si lor a dit: "Seignor,

8185

En cist rei Alix. a auques de follor;

Ma cité cuide penre e moi tollir m'onor.

Se li deu mi garissent ma force e ma vigor,

As tres les assaudrai, ja non veiront treis jor.

Des vignes e des bles gasteront lo labor;

8190

Encontre ceste perte lor cuit faire greignor.

Se jes puis desconfire, je avrai grant honor,

Pois ma mort en seront doté mei ancessor."

E sei home respondent: "Per Deu lo criator,

Ja ne vos en faudrons per crime de paor."

 

459

 

8195

L'amiral siet as estres de son plus aut estage

E vit l'ost albergier davant sei el rivaige

E tref e pavaillons tendre per mei l'erbaige.

Un drogomant apelle si li dist son coraige:

"Amis, tu e dui autre porteras mon messaige,

8200

E dites Alix., qui seit de maint lengaige,

En ma terre est entrez per force e per oltrage

Si la gaste et eisile e fait trop grant domaige.

Trop est outracuidez com hom de tel paraige,

Chivaliers est il bons com hom de son aaige.

8205

De la grant ost qu'il moine li tieng a grant follage,

Ja un sol n'en penrai ne mi tiegne a salvaige;

Les testes lor torrai, n'i metront autre gage."

 

460

 

"Sire, fait li messages, se(l) ti plaist je irai;

Les dos qu'iront o mei appareillier les fai,

8210

E je serai lo ters qu'Alix. dirai

Tot quant que tu li mandes, ja rien nel celerai.

Se trois amor en li, amor li redirai,

E s'il me dit orgoil, orgoil li respondrai,

E se tu lo comandes, e jel desfïerai."

8215

"Amis, dist l'amirals, autre chose ne sai,

Car rien ne tieng de lui ne ja rien tenrai.

S'il vout de mon aver, per amor l'en donrai,

E se il n'en vout penre, je m'en consirerai

E si poira bien estre qu'a son tref l'assaudrai.

8220

E bien sachent sei home toz cels que je prendrai

A consel de ma cort des cors mi vengerai."

 

461

 

"Sire, fait li message, je prent congié de tei;

Je vei les dos venir qu'iront ensemble o mei:

Lo duc de Pincenie e lo prince d'Alquei."

8225

"Seignor, fait l'amirail, alez a Deu tuit trei,

Ice vos voil preier que vos pensez de mei.

Alix. me dites trop mi moine a beslei,

Que ma terre mi gaste e met en tel esfrei.

Cuidareit me il penre com aucelet el brei?

8230

Babilloine est si fors ni criment prince ni rei

Ni mais li deu del ciel, qui tot a desoz sei."

Nabusardan a dit al messaige en segrei:

"Portez dan Tolomeu saluz que li envei

Per la premiere joste que face ensemble o mei,

8235

Encontrer mi poira premeiran al tornei."

Li message respondent: "Volontier per ma fei."

Tuit treis en sont torné amblant per lo perei,

Li porter lor desferma la porta del ranei.

 

462

 

Mout sont sage e corteis e pro li messagier,

8240

Li amirals ne pot pas meillor envïer.

A l'entrer des arberges trovent un latinier,

Lo tref lo rei demandent d'Alix. d'Alier.

"Seignor, bien lo vos sai, fait si cel, enseignier.

Veez la cel plus aut a cel aigle d'or mier,

8245

Lai troverez lo rei desoz un oliver.

Je lo vi er monter sor Vairet son destrier,

Per lo mien escïent, vai si esbanïer;

Se parler i volez, n'i avez que targier."

Quant cil l'ont entendu, hastent sei de l'espleitier.

8250

Alix. encontrent soz l'umbre d'un lorier,

Oëz com fait saluz rendent a l'acontier:

"Cil Deus qui forma terre, Adam e sa moillier

E de la costa destra fist Evain sa moillier

Garisa l'amirail e si doint encombrier

8255

A toz cels qui a tort lo volont guerrïer.

Don reis, il lo vos mande, ne vos deit enoier,

Por issir de sa terra vos donra plus d'or mier

Que no poiront porter .lii. somier;

E si nel volez penre, ja celer nel vos quier,

8260

L'amirail vos desfie e tuit sei chivalier.

Nabusardan vos manda, se volez tornïer,

Envïez Tolomeu as jostes comentier;

Molt volt o lui joster, tant l'a oï presier."

Tolomeu li respont: "Molt l'en dei mercïer.

8265

Les merciz l'en rendrai al brant trenchant d'acier,

Mon cors ni mon escu ja veer ne li quier."

"Seignor, fait Alix., n'ai soing de menacier,

Ja no quier a messaige ramponer ni tencier.

Oëz, seignor message, que vos voil encargier:

8270

L'amiral mi direz, ja celer ne li quier,

Ja non penrai aver per la cité laissier.

Babilloine est si fors c'or mi voil essaier;

Se penre ne la pois, ne mi pres un denier.

En cel plus aut palais mi cuit faire saignier,

8275

De cels meillors viandes me cuit faire aaisier;

Per tote la cité seront mei chivalier

Per faire lor talens e joier e ragier;

Jusqu'a tant que de Grice venront mei messagier.

Per lo conseil de cels en voudrai espleitier,

8280

Cil mi faront la ville o tenir o laissier."

 

463

 

Li messaige si taisent e li reis a parlé:

"Seignor, fait Alix., vos m'avez desfïé

De part vostre amirail quil vos a commandé,

E je redesfi lui, ja ne li seit celé;

8285

Bien lo li devez dire, qui estes sei privé."

Li reis en apella Clinçon e Tolomé:

"Seignor franc chivalier, molt avez desiré

Aveer Babilloine deman jusqu'al fossé.

Per maitinet eisiont vostre escüer armé,

8290

Qui de penre si fent ja non veia il Dé."

Cil li ont respondu: "La vostre volonté."

Li messagier l'entent, son congié ot demandé;

Li reis dona chascuns un esparvier müé,

Lo congié lor otroie e cil s'en sont torné

8295

E vienent a la ville lo galop e lo gré.

La porte fu overte et il sont enz entré;

L'amirals vait encontre si lor a demandé:

"Que mi manda Alix.? Laisera sa folleté?

Se il nos assaudra a ce il en pensé?"

8300

"A la moie foi, sire, lo siege a juré,

Que ja non tornera si avra la cité."

Nabusardan demanda: "E que dist Tolomé?

Fara o mei la joste que je li ai mandé?"

Li messages respont: "Molt vos en set bon gré."

8305

La nuit vint, lo jor faut, a tant sont desevré;

Gaites [e] escargaites sont per lo mur monté,

Anc la nuit ne dormirent, car trop sunt esfreé;

A l'auba apparissant sont cil de l'ost monté.

Li ort e li vergier sont per force [e]stropé.

8310

Li reis vait en gibiers, avec lui sei privé.

 

464

 

La citez fu assise per un mardi maitin,

E prist jusqu'a la porte li ort e li jardin;

Lo tref lo rei domeine tendent .x. Sarraçin,

Les cordes sont de soie, anc n'i ot pont de lin,

8315

E li tref fu d'orfreis, e li papet sardin.

Per l'ost crïent a vendre e car e pan e vin,

Dras de totes colors i aportent Ermin.

Tel richece a en l'ost que non sai dir la fin.

 

465

 

L'amirals sist as estres e fu as fenestrés

8320

E vit tant pavillons vers et indes e bres.

A tant es un espie que vint davers li Gres,

Que li dist qu'Alix. est en gibiers remés;

De sa gardent les tentes Dan Clin e Tolomés,

E de cele autre part gardent quatre des Gres:

8325

Licanor e Filote, Perdicas, Aristés.

Li amirals en jure e ses leis e ses des

Ains que li reis i seit les assaudra as tres

E derompra les cordes e saichera les pes.

 

466

 

Tot dreit a l'amirail vienent tuit sei baron

8330

Si li ont demandé: "Sire, quel la faron?

Enfresi qu'a la porte vienent li paveillon,

Faites les nos ovrir e si nos en istron."

L'amiral li respont: "Per ma fei no faron;

Veez vos ci davant Tolomeu e Clinçon,

8335

E fu ensemble o els li doçe compaignon;

Se creire mi volez, de çai nos en istron.

Se nos ovron la porte, ja ne la recloron,

Ans seroie mespris per itel acaison."

Sei home li respondent: "Bien est si l'otrïon."

 

467

 

8340

L'amirals s'en eissi a merveillose gent,

E la gelde lo sut aitant celeement

Que unquas rien de l'ost une mie non sent.

Ja feïssent en l'ost un tel envaïment

Bien en valist la perte .c.m. mars d'argent,

8345

Se ne fust Filotes, en cui li reis s'atent,

C'est uns des doçe pers ont lo chief de l'ost pent,

Que s'en istoit eissuz per esbaniement

E veit les gonfanons qui ondiont al vent;

As tres s'en retorna si lor dist bellement:

8350

"Seignor, adobez vos e nel faites pas lent,

Car l'amirals civauche vers nos ireement

Si nos vout assaillir, per lo mien escïent.

L'assaut qu'il cuida faire e ce que il entent,

Se nos lo poons metre a un torniament,

8355

Si sens perde s'en vait mout l'en istara gent."

 

468

 

Si dreit com d'ambas pars si sont antrevenu

Li Gré levent lo cri e li amirals lo hu.

Tolomeu ot la nose des corns e lo aslu,

Entre lui e Clinçop i sont poignant venu.

8360

Nabusardan lo vit, onquas tant liez ne fu.

Il fait ovrir la porte, li suen s'en sunt eissu,

Entresi qu'as arberges n'i ot regna tenu.

Tels .vii.c. pavaillons i furent destendu

Toz li pires valeit .c. livres d'or molu,

8365

Cargié s'en vont des palis li garçon e li nu.

Quant Tolomeu lo veit, tient soi a confondu,

Entre lui e Clinçon poignent col estendu;

Tolomeu vint premiers e sist el vair crenu.

Nabusardan lo veit, qui'n e[st] aperceü.

8370

Tant com li dui chival lor ont eslais rendu

Lai ou il s'encontreront si sont antreferu,

Que les astes peçoient e fendent li escu,

Davant lo tref lo rei se sont antrebatu.

Tolomeu saut em piez com hom de grant vertu,

8375

Grant colp li vait doner sor son elme agu,

Que les caires en trenca e li coing sont rompu;

Se ne brisast la spee, tot l'eüst perfendu.

Del retros que il tint l'a el vis conseü,

Un petit l'a navré e lo grenon tondu.

8380

Nabusardan s'esmaie del colp qu'a receü,

Volonters s'en alast se li fust consentu,

Mais Tolomeu lo prist, qui l'a reconoü;

Ne fust Fallez d'Egypte, toz l'eüst retenu.

 

469

 

Fallez fu nez d'Egipte, fil lo rei Fareon;

8385

Quant ot Nabusardan gari de la prison,

Pas ne si mescoïrent entre lui e Clinçon;

Tant com li dui cival se portent de randon,

Se fierent es escuz, ont sont pent li lion,

Qu'amedui si abatent davant un paveillon.

8390

E saillirent em piez amdui come baron,

O les espees nues se movent grant tençon.

Don Clin lo feri bien a lei de campion,

O l'auberc li trenca un pan de l'auqueton

E tot l'os de la car jusqu'al mastre braon.

8395

Ne puet ester em piez, anz chiet sor lo sablon.

Fallé crie merci e Damedeu perdon,

Dit que porter l'en face e tiegne en prison,

Car mout est riches hom e de grant raençon.

Don Clins lo demanda: "Amis, com as tu nom?"

8400

"Je ai nom Fallez d'Egypte, fil lo rei Faraon,

Per vos ni per autrui no dirai se ver non;

Toz les tesors mon pere vos metrai a bandon."

"Amis, ço dit Don Clins, molt mi promez grant don,

Tu n'i morras hui mais se en ma colpes non."

 

470

 

8405

De cela part de l'ost ont l'amirals tornie

Avilac de Guillant del joster se derrie,

Vait ferir Licanor que sa lance pecie;

E Licanort fiert lui, que de mort lo guerrie,

Que tot l'escu li fente l'auberc li pecie;

8410

Per lo cors li passe lo gonfanon de sie,

Tant com l'aste li dure l'abat mort en la vie.

Uns doncel de l'Aleise del poindre s'esmanie,

Lo cival Avilac saisist per la corrie;

Avec Clinçon lo conte Licanor li envie,

8415

Que Don Clin n'est pas tels c'om veier lo li die.

 

471

 

Li dameisel s'en torne quant ot lo cival pris;

II vint dreit a Clinçon, qui ot Fallet conquis.

Don Clin lo vit venir sil commande a tres Gris

Que l'en moinent as estres, que s'il en estor vis

8420

Tels ert la raençons que non seit dire pris.

Li damoisel l'esgarde si li a fait un ris,

Lo cival li presente que cil li a tramis:

"Cist destrier vos envoie Licanor lo marchis."

Don Clins li respondi: "Mout est bel, ço m'est vis."

8425

II saut dreit as arçons, que estrier n'i a quis,

La lance sor lo feltre es grans galos s'est mis.

Lai ou il vit Licanor si li dist: "Bels amis,

Poignez seürement, toz poëz estre fis,

Ja mais n'amarai home qui de vos seit esquis."

8430

Et un dru l'amirail li vint en mei lo vis;

Don Clin lo vait ferir, qui fu voluntaïs,

Que tot l'escu li trenca e l'auberc li malmis,

Tant com l'asta li dura l'a del cival jus mis.

 

472

 

L'amiral l'esgarda si dist a un suen dru:

8435

"En moie foi, amis, mal nos est avenu.

Maudeit seit cist torneis dont il commenciez fu,

Car rien non i gaaing e mout i ai perdu;

Se li deu mi garissent ma force e ma vertu,

Anceis que je m'en auge m'i avront coneü."

8440

Il fait soner tres cors et un graile menu,

E cil de Babilloine sont entor lui venu;

E l'amiral s'eslaisse per mei un pré erbu,

Vait ferir Tolomé davant sor son escu

E lui e lo cival ot a terre abatu.

 

473

 

8445

L'amiral abati e lui e son destrier;

A icele rescosse veïssez commencier

Un estor merveillos e perillos e (e) fier,

Tant escu estroër, tant hastes pecïer.

E l'amiral s'escrie: "Or parra qui m'a chier;

8450

Se cestui n'i pois prendre, ne mi pris un denier."

Tolomeu i fust pris, quant sol .c. chivalier

Lor sortrent des arberges e .lxxx. archier

Que traient tuit ensemble sis font si esmaier,

O il voillent o non, lor estuit a laissier.

8455

Don Clin, lo fil Carduit, li rendi son destrier

E dit: "Car i montez, fil a franc chivalier.

Que deïsse Alix., mon seignor al vis fier,

Lo gentil natural, qui nos aime e tient chier?

Se vos mener en puis, ne quier plus gaagnier."

 

474

 

8460

Une joste i ot faite dont mant orent envie;

Eum. li proz la fist per aatie

Per son cors solement vers lo rei d'Elanie;

Dedevant toz ses homes requiert chivalerie,

Et ot en son braz destre un mange d'amie;

8465

Quant li solels luist, li or i reflambie.

Il s'antrefierent si, quant l'uns l'autre desfie,

Li escu ne lor vaillent une pome porie,

Ambedui s'antrebatent en mei la praerie.

Quant il furent a terre, ne s'aseürent mie,

8470

Les trenchans des espees ne mistrent en oblie.

Eum. lo fiert, qui saveit d'escremie,

Que l'espee li descent a la destre partie,

Lo poing li fait voler desor l'erbe florie.

Li reis se sent bleciez, per Deu merci li crie:

8475

"Marci, franc chivalier, marci quier de ma vie,

Plus ti donrai or fin et autra manantie

Que non poreit porter per mer une galie."

Eum. respont, quant li reis s'umelie:

Vos n'i morrez oi mais, se Deus mi beneïe."

8480

Clinçon e Tolomé lo rendu si li prie

Que mout est riches hom, si li quirent un mie.

Cil dïent volontier, et il les en mercie.

Quant l'amiral l'entent, s'enseigna a esbaudie,

Il fait soner ses cors, tant loing en vait l'oïe

8485

Qu'Alix. l'entent d'une lieue e demie

Ou il ert en giber o dos faus de Rocie,

Et a dit a ses homes: "Ne mi mescreez mie,

Per lo mien esciant, que m'ost est assaillie.

Poigniez, franc chivalier, or chas je la follie."

 

475

 

8490

Per lo torniament vait poignent Rodoans,

Frere fu l'amiral, soe fu Santmargans.

Lo cival ou il sist fu pomellez ferrans,

Et Aristé civauce lo vair que fu movans.

Els escuz de son cols s'antredonent tant grans

8495

Que jus s'antrebatirent des bons civals corrans;

Quant furent a la terre, si s'acoillent as brans.

Rodoans fu lassez, car armes ot pesans,

Et Aristé sormonta un poi son maltalans;

Ja en preïst la teste, se ne fus[t] un serjans

8500

Que per mei lo braz destre lo fiert a un fustans.

Si navrez com il fu, lo saisist as pendans,

A estres l'en menast, se ne fust l'amirans.

 

476

 

Per son frere rescoire vint poignant Nabucors,

A estres l'en menast, se ne fust Licanors,

8505

Que sist el cival neir qui vint d'outre les pors;

Tel li done en l'escu, qui fu pens a Marors,

Que lo chief o tot l'elme fu el sablon repors.

Lai ont chiet l'amirals, fu dotose la sors,

Que per lo retenir se fremist tote l'ost,

8510

E cil de Babilloine sonent grailes e cors.

D'espees e de lances i fu grans li apors,

Jusqu'a .c. chivaliers ot a l'escosse mors.

 

477

 

L'amiral fu de mort e de prison gariz,

Del tornei maudit l'ore que anc il fu bastiz,

8515

Que tant i a perdu toz en est afebliz.

Sot bien se li reis vient mors est e desconfiz,

Ses archiers met tres sei si est des Gres partiz.

Li reis vient de gibiers, del camp entent les criz,

Des mors e des navrez vit lo defoleïz;

8520

De maltalent e d'ire est toz enpaleïz

Per ce qu'il n'a esté a cil complaigneïz.

Il s'en vait a son tref, descent sor un tapiz,

Toz iriez s'est couciez en un lit torneïz.

 

478

 

Tolomeu oï dire que li reis ert iriez,

8525

Entre lui e Clinçon li sont venu as piez,

Content li del tornei coment il fu comenciez

E com li amirals les aveit enginniez

E com Fallet d'Egipte fu prise maagniez;

Ses prisons li amoinent sis li ont deslïez.

8530

Li reis vit Rodoan, si s'est el lit dreciez,

Ne li caut de la perte, tant est des prisons liez.

 

479

 

Per main leva li reis e fait ses oraisons,

E quant il ot oré, si disne ses falcons.

E l'amirals li manda per .vi. de ses barons

8535

Qu'il li donra mil palis, trastoz pens a lions,

E cent somiers cargiez d'or cuit e de mangons,

Mais renda li son frere e ses autres prisons.

Alix. en jura toz les deus e ses nons

Que ja, tant com il poise chaucer ses esperons,

8540

D'un de cels qu'il aveit n'i ert prise raençons,

Il les fareit anceis tuër coma gaignons.

 

480

 

Li messagier s'en tornent sil dïent l'amirail,

Quant que il mantient li reis ne prise un ail;

Il les fareit anceis toz tüer a un mail

8545

Que de lor deslivrance se meïst en travail.

L'amirail li respont: "Del tenir ne li fail.

Maudïent moi li deu, tant cuit je que je vail,

Anceis que del suens n'aie s'a son tref ne l'assail."

 

481

 

Alix. si leva si com l'auba s'esclaire.

8550

Desoz un oliver flori que soëf flaire

Si seit li magnes reis e fait ses engins faire;

Escheles pleeïsses i ot plus de cent paire.

La cité cuida penre e l'amirals fors traire,

Sens engin la penra, ne li targera gaire;

8555

Des morse des navrez sera la perte maire.

 

482

 

Quant il dut avesprer, s'asïent al manger,

E quant orent sopé, s'en eissent li forer;

Li geldon furent bien entroqu'a .xx. miller,

Per la gelda garder i vont mil chivalier.

8560

Licanor e Filote furent confanoner,

Don Clin e Tolomeu i vont per chastïer,

Que les tiegnent e gardent, si volent follïer.

 

483

 

Tot lo val Danïel ont pris e peçoié.

De proies e de robes en vienent tuit cargé;

8565

E cil del païs l'ont a l'amirail nuncié.

Cil dedens s'en eissirent a cival et a pié,

Jusqu'a .lx.m. furent li aubergié.

Cil qui l'amirail guïent l'ont si bien adreicé

C'anceis que li Greceis fussent appareillé

8570

Orent pris de la gelde tote l'une meitié.

Don Clin e Tolomeu en sont molt esmaié,

Regretent Alix., dont sont desconseillé,

Qu'il orent des ersoir as arberges laissé.

 

484

 

"Seignor, fait Tolomeu, ci vei une maison,

8575

Tote est close de marbre sens cauz e sens sablon,

Une grant lieue durent li vergier environ;

Entrons nos enz dedans e si nos defendon.

Un de nos per secors jusqu'al rei envion;

Mandons nostre seignor que grant besoing'n avon."

8580

Trastot lo primerain en appelle Clinçon:

"Car i alez, fait il, vassal, fil a baron,

E dites mon seignor que nos nos combaton."

Don Clin li respondi: "Tenez moi per bricon,

Que per lo reireban m'en voise a esperon?

8585

A malvais mi tenez, a vos diz le savon,

Que que m'en aille a guise de geldon.

Deushait qui volt estre en autre leu se ci non;

Quant je serai feruz el piz soz lo menton

E mis escuz ert frait e brisé mei arçon

8590

El sanc de mon chief mi chaira al talon

E tenrai en ma man de ma lance un tronçon,

Ni semblerai pas home qui viegne d'oreson;

Lors irai al secors si anceis ne l'avon."

 

485

 

Tolomeu vit Clinçon, de l'aler est engrés;

8595

Il apelle Filote, il i vint a eslés.

Il li dist: "Bels amis Filotes, car i ves,

Secorra nos li reis des qu'il oira li fes."

Filotes li respont: "Tenez mi per malvés

Que dites que m'en aille et en tel leu vos les

8600

E port de mon escu totes sanes les es?

Toz jors vos en hairoie sel dïez ja mes.

Ne lairoie a ferir, pois que je sui ici pres,

Qui mi donreit tot l'or qui fu au rei Sersés."

Tolomeu li respont: "Bels ami, je m'en les,

8605

Puis que vos ni volez ja non parlerai mes."

 

486

 

Tolomeu a veü de ces dos lo bofei,

Il apelle Aristé si li dit en secrei:

"Aristés, bels amis, car en alez al rei;

Il nos venra aidier des qu'il oira per quei."

8610

Aristés li respont: "Non farai, per ma fei.

Se del fil vostre pere volez penre conrei,

Vos irez en l'aüe dont estés en esfrei

E moi lairez ferir cels qui venront a mei."

 

487

 

Tolomé vit qu'as tres ne puet rien espleitier;

8615

Licanor en apelle, faire en volt messagier:

"Licanor, bels amis, sez que ti voil preier?

Que m'en ailes al rei per cist besoing nuncier;

Des qu'il oira por quei, il nos venra aidier."

Licanor li respont: "Trop mi sentez laner.

8620

Por ce que sui malvais mi volez envïer?

Se lo fil vostre mere en vollez conseillier,

Vos irez en l'aüe desor vostre destrier

E moi lairez ici ferir de mon brant d'acier."

 

488

 

Tolomeu vit des pers que nus ne s'en remue;

8625

Antiocun apelle o la teste crenue,

Soudaier ert li rei, nez fu de Valcrenue.

Il li dist: "Bels amis, car en vas en l'aüe

E dites Alix. que pas ne se desdue."

Orgoillose parole li a cil respondue:

8630

"Ha! dan Tolomeu, qual la m'avez moüe?

Envïer mi volez corner la recreüe.

Alcune malvastié avez en moi veüe?

Anceis fust terre mere desoz mes piez fondue

Que ja ceste parole mi fust de boche eissue.

8635

Quant avrai l'escu frait e la broigne rompue

E je avrai del sanc e de la car perdue

E m'en irai navrez el poing m'espee nue,

Nen tenra pas li reis ma parole a fallue

Quant je li conterai qual perte i a eüe."

 

489

 

8640

"Seignor, fait Tolomeu, or ne vos sai que dire,

Ne puis penre conseil com lo sache mes sire.

L'amiral a ici amené son empire,

Per nos geldons qu'a pris nos cuide desconfire;

Anceis que sions mors ne livrez a martire

8645

Conbatons nos o lui si li vendons noz ire.

O les brans acerins les poons si aflire

Quant il istra del camp n'avra talent de rire."

 

490

 

"Sire, ce dit Filotes, or avez bien parlé,

Ceste rasons nos vient a talent et a gré,

8650

Qui de cesta vos faut, ja non veia il Dé.

Per amor al seignor, que tant avons amé,

E tant nos a a toz e valu e doné,

Conbaton nos o lui et en sa folleté."

Quant que dïent antr'els a un gars escouté,

8655

Espia est l'amirail, trastot li a conté.

Quant l'amirals l'entent, si a un ris gité,

A une part a trait les miels de son barné,

Puis a dit a ses homes: "Cist Gré sont desvé."

 

491

 

"En moie fei, seignor, cist Greseis sunt molt fier,

8660

Per lo mien escïent, molt sont bon chivalier:

L'un d'els non pot l'autre au secors envïer.

Mandons lor un message per els eslosengier.

Se vif se laisent penre, nes farai maagnier,

Ja ne lor vearai a bevre n'a mangier

8665

Ni per lor raençons nes farai laidengier.

Si per ceste mesure nes poons enginnier,

Quant que de lor avrons comparrons nos si chier

Que mielz en porions a Baudac bargaignier."

Sei home li ont dit: "Pensez de l'espleitier."

 

492

 

8670

L'amirals i envia Saverin de Sozlandre,

Que de la soe part lor dit e fait entandre

Qu'il les menaidera, si vif se laissent pendre,

E s'il les prent per force, il les fara toz pendre.

"Coment? fait Tolomeu, volt nos il donc atendre?

8675

Si per tens no s'en fuit, de nos l'estuit defendre;

Quant qu'a del nostre pris li cuidons si chier vendre

Qu'a Roeis en poreit meillor bargaigne penre.

Quant il istra del camp et il voldra descendre,

Il n'avra compaignon qui n'ait a lui qu'entendre."

 

493

 

8680

Li message s'en torna, qu'a l'amirail a dit

Que ja no si rendront si anz ne sont aflit.

Quant l'amiral l'entent, vers ses homes s'en rit,

E jura Damedeu c'onquas tel gent no vit,

Que combatre se volent e sont aisi petit:

8685

"Cent tant ai je plus homes, e sunt trastuit eslit."

 

494

 

"Seignor, fait l'amiral, ceste bataille voil.

Desconfire mi cuident li Gré per lor orgoil;

Alcuns m'en estordra se dedens vos nes coil.

Veez la Licanor, qui s'arma soz cel foil,

8690

Davant moi prist mon frere si quel virent mi oil,

E moi dona tel colp dont encores m'en doil;

Ja ne poisse passer de mon palais li soil,

Si je puis son cors penre, se sor un feu nel boil."

 

495

 

"Seignor, fait l'amirail, je vos pri e honort

8695

Que en ceste bataille mi donez tuit confort.

De cel vergier lai ens vei venir Licanort,

Desor son cival neir son gonfanon destort;

Davant moi prist mon frere e mei dut aver mort.

Maudïent moi li deu e mon chief e ma sort

8700

Si je de cest afaire envers lui m'en acort.

Gardez qui lo penra que lo chief m'en aport."

 

496

 

Li Gré si sont armé tost et isnellement,

Ne font que .vii. eschiles, molt ont petite gent;

E cil de Babilloine s'i arment eissiment,

8705

Sevrerent lor batailles e furent plus de cent.

"Seignor, fait Tolomeu, d'une rien m'espavent,

Que nel seit Alix., que as tres nos atent;

Nos armes sont cuvertes totes d'ore d'argent.

E l'amirals a dit mors est s'il ne nos prent,

8710

Or sira villanie si chascun no s'i vent."

 

497

 

Tolomeu sest armez el vair d'Escalidoine.

Si(st) trovas[t] a tans quans icel de Babilloine,

Molt lor cuidast chier vendre son cors e sa persoine,

Mais ne furent que mil de cels de Macedoine,

8715

E .lx. milliers sunt icels de Babilloine;

De joster a mescief i ot trop grant essoine.

 

498

 

Quant li .lx.m. sont o les mil josté,

Li mil lor civaucerent de si grant volonté

N'i a gaires celui n'ait lo suen enversé;

8720

Qui caut? que trop sont poi, n'i ont gaires duré.

De l'alena des cors e del poudre levé

E del fum des civals qui erent trassüé

Estes vos l'air del ciel espercier e meslé,

A peines s'antrevirent quant si sont esgardé,

8725

O tot ce que il sont de la sei si maté

Tuit li plusor se sont de l'engoise pasmé.

Li amirals i fist auques sa volonté;

De cels qui pris ne furent sont li plusor navré,

A une part s'en sevrent Don Clin e Tolomé.

8730

Quant Don Clin vit ice que del camp fu gité,

Del grant duel qu'il en a a un sospir gité,

Enz el cors li pantaise si a un poi ploré

E regrete Alix., que tant a demoré.

La lance sor le feltre a Biart galopé;

8735

Au chief de la bataille a un rei encontré.

Grant colp li vait doner sor son escu listé,

Que trastot lo li trencha e l'auberc a fausé,

Tot veiant l'amirail a celui mort gité.

Catre lo vont ferir, dont li dui l'ont navré,

8740

Nen abatirent mie, son tor fist per lo pré.

Si navrez com il est a veü Tolomé.

 

499

 

El camp ou li Greceis furent mort e vencu

Tolomeu si defent com hom de grant vertu;

Entre lui e Clinçon ont lo camp mantenu.

8745

V. chivalier s'eslaissent c'ont Tolomeu feru,

Son cival li ont mort e lui ont abatu;

E cil chiet a la terre cuvert de son escu.

Don Clin beneïst l'arme que dedens son cors fu;

Nel puet mais endurer, car trop i a perdu.

 

500

 

8750

Il escrie s'enseigne, ne puet aver solaz.

Se il fust sei o autre o si terz o si quarz,

De l'aler en l'aüe ne feïst il porcaz,

Mais il isteit navrez en la teste et el braz,

Li escu de son col ne semble talavaz,

8755

De son elme li pendent li quarter per les laz.

E l'amirals s'escrie: "Çai remarrez, coarz!

Ne savra hui per vos novelles li bastarz."

E Don Clins li respont: "Mentés i coma garz,

Molt sui ores dolens car malvas ne vos faz."

8760

Del tronçon de la lance, dont il tient li esclaz,

Li peceie tres denz, sil fiert josta la faz.

L'amirals est bleciez, si est chaüz lavaz;

Sei home l'en relievent; Don Clin s'en vait viaz,

Jusqu'al tref Alix. l'en aporte Liarz.

 

501

 

8765

Davant lo tref reial est Don Clin descenduz.

Alix. lo veit, contre lui est venuz.

Il li dist en riant: "Ont fu cist vostre escuz?"

Cil li a respondu com hom aperceüz:

"De la val Danïel sui n'a gaires venuz,

8770

Lai s'est li amirals as forers combatuz;

Mei compaignon sont pris e je m'en sui venuz,

A mes armes mi part que je sui coneüz.

Car secorrez vos homes, toz les avez perduz."

Alix. en jure ses deus e ses vertuz

8775

Se Tolomeus i muert l'amirals ert penduz.

 

502

 

"Sire, ce dist Don Clins, per quoi vos demorez?

Car somonez vos homes e vos armes prenez;

Je vos i condurai, se creire mi volez.

Anceis que l'amirail si seit d'illec tornez,

8780

Vos josterai o lui, se vos lo commandez.

Grant honor vos ert, sire, si ventre lo poëz;

Vostre home seront rescos e prise la citez."

"Don Clin, fait Alix., ici vos remanez,

Non irez pas o nos, car trop estes bleciez."

8785

"Sire, ce dit Don Clins, per nïent en parlez,

Mei compaignon sont pris e je m'en sui emblez;

Si n'estoie a l'escosse, je seroie desviez."

 

503

 

Li reis a pris les armes e per l'ost montent tuit;

Toz primerains civauce Don Clin, lo fil Carduit;

8790

Si navrez com il ert, dreit el camp les conduit.

E cil de Babilloine moinent joi e desduit,

Per li vergier s'ombrïent e manjüent les fruit,

Illec volent atendre la fredor de la nuit.

A tant ec vos Clinçon, qui lo rei a conduit,

8795

Tant i sonent des cors que tot lo val en bruit.

De cels de Babilloine n'i aveit un, ce cuit,

Que per son cors garir sor son cival ne puit;

E l'amirals a dit n'i a un, si s'en fuit,

Que a tot son vivant Babilloine ne vuit,

8800

E cil de son lignaige seront ars e destruit.

 

504

 

Quant Alix. vint, qui lors veïst les Gris!

Unquas Deus ne fist home, tant seit poësteïs,

Que l'atenda en camp, ne seit o morz o pris.

Li reis vint primarains e sist sor Laifalis

8805

Ont seït Achillés quant fu Hector ocis.

L'amiral lo conut, primairan l'a requis,

Merveillos colp li done davant en l'escu bis,

Que li tors de la lance li vint en mei lo vis.

Alix. lo fiert com hom ses enemis,

8810

Que tot l'escu li trenca, l'auberc li a malmis.

Il l'enpent de vertu, si li tolt li estris;

L'amiral chiet a terre, Clins a lo cival pris.

 

505

 

Don Clin prent lo cival com hom aperceüz;

Quant lo tint per les regnes, ne si fist mie muz:

8815

"Lo fil lo rei de Grice vos mostre ses vertuz.

Oi main lo laidenjastes, malvais est vostre arguz,

Molt tost vos en est ore li guïerdon renduz.

O li cival m'en vois dont estes abatuz;

Autre vos quere l'om, car icist est perduz."

8820

Nabusardan l'entent, molt s'en est irascuz,

L'amirail fist monter el bai que fu crenuz.

E cil de Babilloine ont si lo sens perduz

Que onquas del defendre ne fu granz plaiz tenuz.

Quant l'amirals lo veit, seit qu'il est confunduz,

8825

Que d'ambas de ses pars en veit aler ses druz;

Bien seit s'il i remaint mors est e confonduz.

 

506

 

Or s'en vait l'amiral, to[t] i lais son arneis;

De cels de Babilloine s'en [vont] li plus corteis

E li Gré les encaucent as civals qui ont freis,

8830

Unquas nes pot tenir ni barres ni desfeis.

O cels de Babilloine s'en entrent li Greceis,

Per les rues les chacent e fierent de maneis;

L'amiral ont ocis antres Macedoneis.

Dedevant lo palais est descenduz li reis,

8835

Per tote la cité a fait crïer ses leis

Que ja mar se movra ni villan ni borgeis,

Ne mal en estrairont ni pali ni orfreis,

Que tot quant i perdront tot lor rendra a peis.

 

507

 

"Sire, ce dist Don Clins, ce est molt grant confors

8840

Que Aristé e Filote est vif e Licanors.

Cil qui les iront querre portent aiga en lor cors

Qu'il ne siont esteint del caut qui est si fors,

E querent Tolomeu loing grant piece des nos;

Hui main lo vi chaïr soz l'escu de Merois.

8845

De cels de Babilloine i laissa tant des mors

Que ses civals en ere en sanc jusqua alçors."

 

508

 

Li reis i envia e fist les rens cerchier;

Les mors e les navrez trovent per lo vergier.

Grant piece loing des autres, lo trait a un archier,

8850

Troverunt Tolomeu soz l'umbra d'un laurer,

Cuvert de son escu, non si poeit aidier;

Il li donent a bevre per lo calor laissier,

En la cité l'en portent lo gentil chivalier,

Lo cheelliz lo rei li font appareillier.

8855

Alix. lo vit, rien nel pot corrocier,

Et a ce dit al mire que pens de l'espleitier;

Plus li donra aver qu'il nen poira bailier.

"Sire, ce dit li mire, ne vos caut a plaidier,

Tot san lo vos rendrai jusqu'a un mes entier."

 

509

 

8860

Quant la cité fu prise, adonc en cel termine

Esteit en Babilloine nez d'une Sarraçine

Un mostres merveillos per volonté divine.

Alix. l'ot dire, manda per la meschine.

Desus ert chose morte deci qu'en la petrine,

8865

E desoz isteit vive, lai ont li falt l'eschine.

Tot environ les engues, lai ont li ventres fine,

De ces plus fieres bestes que vivent de rapine

I aveit plusors testes e font chere lovine;

Tant sont de mala part e de malvaise orine

8870

Ne si poënt sofrir, l'une l'autre rechine.

Molt par est grant merveilla que Deus el mont destine,

Que la mort Alix. vout mostrer per signe.

 

510

 

Per tote Babilloine tramet li reis s'espie,

O que il sage hom, si lo mande, e convie

8875

Les bons augureors, que nul n'en i oblie.

Del mostre que niez est ne li celent il mie,

Mais dïent la verté, saver que senefie.

Un en i ot plus sage qu'ot la teste florie,

Cil li dist la verté, sor soi prist la bailie:

8880

"Reis, ce que tu demandes, vos tu que je tel die?

Se tu t'en iraroies, lors semblaroit follie.

La chose que tu vois qui est a mort flastrie

Ce est que tu ti mors, ne tel celerai mie;

Ces testes que tu vois que mostrent fellonie

8885

E que l'une vers l'autre portent si grant envie,

Ce sunt li doçe per qu'as en ta compaignie.

Si dreit com seras mors e ta vie fenie

La guerre ert commencie e ta terre envaïe.

Fai al miels que tu pois, molt est curte ta vie."

8890

Se li reis a paor, je no m'en merveil mie.

 

511

 

Se li reis a paor n'est mie de merveille;

Davant lui vit celui que sa mort li conseille

Ne de rien ne li dit qui la li apareille.

Il a si grant engoisse que pas des oils ne ceille,

8895

Ne uns esperimens de lui ne descoreille.

Il se vait acouçer a l'umbre d'une treille,

Il ni fust si mailliez de l'aiga d'une seille

Com il est de suor soz la porpre vermeille.

 

512

 

Une ore est cauz li reis si li rogi la face,

8900

Autre ore devint neir si freide comme glace.

Divinuspater i vint, li serf de pute estrace,

O lui Antipater, qui de mort lo menace;

Desoz un oliver descendent en la place

E manderont al rei que grant honor li face.

8905

Li reis ot la novele que li mes li deslace,

Il ala encontr'els sis acole et enbrace.

Lo treü li presentent que est venuz de Trace;

E dona a chascun, per ce que mielz lor place,

Un anel de fin or de l'ovre de Galace,

8910

Plus de .x.m. mars valiont li topace.

 

513

 

Grant joie fait li reis de cels qui sont venu,

Il cuidet que il fussent sei ami e sei dru.

A la en son dorment Cassardran conoü,

L'escüer as dos serf per qu'il l'ont deceü.

8915

Cil li a lo verin destempré e molu

Dont prist al main la mort si tost com l'ot beü.

 

514

 

Per man levent li sers per lor seignor decevre,

Les paroles son maistre li prenent a mentevre.

Quant ont assez parlé, si demandent a bevre.

8920

Cassardan lor en done, que porte lor atevre;

As sers dona pument d'un baril de genevre,

Lo rei dona poison que de l'arma le fist sevre.

 

515

 

Quant li reis ot beü, si li fredi lo cors,

Sa carn devint plus verz que n'est foille de pors.

8925

Li dui sers lo regardent, de la chambre issent fors;

Or ne quiert chascuns plus mais que d'illec seit estors,

Car ses poeit bailler Filotes e Licanors,

Nes raembreit li mondes se devenist fin ors.

 

516

 

"Alix. si muert," ec vos lo cri levé;

8930

La noisse e la tumulte lieve per la cité.

Per mei ces liz si pasment cil chivalier navré,

E li autre si sont el palais aüné;

Plus de .vii.c. se sont sor lo marbre pasmé,

E quant il se redreicent, si bien l'ont regreté:

8935

"Gentil rei de bon aire, tant mar i fumes né.

La vostra grant proëce ne vostra largeté

Non poira mais aver nus hom de vostre aé.

Qual part poirons fuïr, caitif, maleüré?

Haï! com remandrons de seignor esgarré."

8940

Alix. l'entent si a lo chief levé,

Licanor en apelle, Filote e Tolomé:

"Seignor, franc chivalier, que tant m'avez amé,

A com grant dol serons hui en cest jors sevré.

Ce m'ont fait li dui serf qui m'ont enpoisoné;

8945

Querez lese se ssiont davant moi ameiné,

Si seront les cors ars et en poldre venté.

Se vengiez mi'n estoie molt mi vendreit a gré."

Cil li ont respondu per grant humilité:

"Sire, quist les avons, mais ne sont pas trové."

8950

Quant li reis l'entendi qu'il li sont escampé,

Ne lor pot plus respondre, ses mans tendi vers Dé.

"Quant vos mi veirez mort e de cist siegle alé,

Metez moi el sarcoil que tant avez gardé."

E cil li respondirent: "La vostre volonté."

8955

L'arme s'en est alee e lo cors desvïé.

Unquas en tot lo siegle n'ot mais tel dol mené

Que per un sol home fust de pois l'archa Nöé.

Tote nuit l'ont gaitié e plaint e regreté,

A l'auba apparisant ont lo cors enbasmé.

8960

Sor quatre goz d'or ont lo sarcoil levé,

Mais anceis que il siont de la tombe torné

Ont tant li uns as autres tencié e ramponé

Que per ire departent si se sunt desfïé.

Et a tant li estris de la guerre duré

8965

Entresque vint al tens de Judas Machabé.

 

517

 

Li termes est venuz que li arbres orent dit

Que li reis de sa mort n'avreit plus de respit.

Li an e li .viii. mois sont passé e complit,

Donc intra li novesme, si com il est escrit.

8970

Li reis sot bien li terme, tot lo cors li desfrit;

Il a mandé ses homes, talent a ques convit,

E voldra tenir cort, unquas si grant ne vit;

Illec seront doné vert pali e samit,

Vaisel d'or e d'argent de la terre d'Egit.

 

518

 

8975

Li reis per grant esfors a ses barons mandez,

Dux e contes e princes e ses autres fivez;

Cel jor fu alta feste que il fu coronez.

Plus richement de lui n'ert mais reis atornez;

Sa corone fu d'or, pieres i ot assez:

8980

Jagonces e topaces e safirs neellez.

Sa moiller Resonés, qui tant aveit beltez,

Fu avec coronee e ses cors atornez,

Cors de si bella feme non sera ja mais nez.

Qui veïst son viaire, com il ert colorez!

8985

De blanc e de vermeil isteit antremeslez,

E li cors avinant e li cuer esmerrez.

Soz ciel n'a si dur home, tant fust villans provez,

Si esgardast la dame, d'amor ne fust navrez,

Tant ert de bones teches ses cuers illuminez.

8990

Quant fu fait li servises el misael cantez,

Li reis eissi del temple autement celebrez;

Don Clins e Tolomeus vont avant lez a lez.

Cel jor fu Alix. da manz homes esgardez;

Il ot larges espales e bien faiz les costez

8995

E grant enforceüre, d'or fu esperonez,

Cauciez fu d'un brun paile a oiselez ovrez,

E de meïsme rest li blïaus gironez;

Mout isteit beus e gens e de cors acesmez.

Sa corone sostienent Don Clins e Tolomez,

9000

D'autra part Predicas, qui des Gres est amez,

Qui del regne Alix. fu pois reis apellez.

Eum. d'Arcade, li pros e li senez,

Teneit une jusarme dont li fer isteit clerz

E li acier trenchans e li manges dorez.

9005

Per ce que a icel jor ert li reis terminez,

Qu'a icel jor deveit estre morz et empoisonez,

Grant place li faisiont environ de toz lez.

Per ces rues a voutes aveit tapiz gitez,

E desor Alix. tindrent pailes roëz

9010

Per l'ardor del soileil, car li cauz ert levez.

Trosqu'al maistre palais en fu aisi menez;

El temple ancianor fu li reis desarmez

De la corone d'or dont il fu coronez.

Les tables furent mises el mangier fu dreciez;

9015

Tels s'i assist a joie que s'en leva troblez:

Ce fu li reis meïsmes qui fu empoisonez.

 

519

 

A grant joie en menerent lo rei Macedonés.

Qui donques reveïst sa moillier Rasonés,

Ensi com li baron l'en menerent aprés!

9020

No fo si belle feme des lo tens Moÿsés.

Sa corone(t) sostienent Lioines e Filotés,

Desor tindrent un paili Caulus et Aristés,

Que li cauz ne li arde le vis ne la carés.

En la chambra l'en moinent bonement et em pes;

9025

Sa corone li ostent li dui fil Aminés,

Ses dras li ont osté, car li cauz ert engrés.

Au mangier sont assis a grant joie el palés,

Avans en seront iré que en relevent mes.

 

520

 

Per tote Babilloine a fait li reis crïer

9030

E toz les chivaliers de la terre mander

Qu'il venissent a lui per sa cort honorer

E per sa grant richece veïr et esgarder.

Unquas non i vint nus no li faça doner

Vaisel d'oro d'argent o paile d'outramer.

9035

A son plus maistre dois sist li reis al disner,

E furent entor lui cel jor li doçe per;

Se il ot grant paor ne fist mie a blasmer,

Car venuz est li termes que il oï nomer,

Que li arbre li distrent ont il ala parler,

9040

Que cel jor de sa mort ne poireit trespasser.

A toz cels qui servoient fait li reis commander

Qu'il facent tuit lor manges jusqu'as codes colper

E veignent en braz nuz lo manger aporter,

Car durement si crement lo rei d'enpoisoner;

9045

Grant joie avra au cuer si cel jor pot passer.

Mais li serf de put aire, qui nel volont amer

E que il pensot molt hautement honorer,

Ont aporté lo toisce per lui enveniner.

Ha! las, per que lo firent? com l'oserent penser?

9050

Ja mais si bon seignor no poront recovrer;

De Daire lo Persant lor poïst remembrer.

Ja nus hom no deit serf esaucier ne lever,

C'unquas bone cançon n'en oï l'om canter.

 

521

 

Molt per fu grans la cors quel reis ot assemblee,

9055

Mante belle richece i ot lo jor donee.

Li reis sist au mangier de la sale pavee,

Mout per ot grant paor, sa gent fu esfree

Per ce que a icel jor fu sa mort destinee

Ensi com li dui arbre la orent devisee.

9060

Li dui sers que sa mort li orent aportee,

Li un sist al mangier de la table honoree,

E li autres servi en la porpre roëe,

Davant lo rei domeine tint la cope doree

Qui ert de riches pieres porprise et aornee.

9065

Mout fu la traïçons contement porpensee:

Per ce qu'il orent des bras chascuns sa mange ostee,

En l'ongle de son polce fu la tosc botee.

Quant li reis volt lo vin, la cope a demandee,

E cil fiert enz ses polces si la li a donee.

9070

Tant tost com ot beü, si li art la coree,

Lo cuer li valt el ventre si a sa color müee;

Pois sailli de la table, la cope a jus gitee,

Per ce que vomir vout une penne a rovee.

Antipater li fels l'en ot une aprestee

9075

Qu'il l'ot molt condement soz son mantel posee,

Et isteit de verin entoscee e loëe.

Li reis a pris la penne, ne l'a pas esgardee,

Si l'a isnellement en la boche botee;

Li dereirans verins li a la mort donee.

9080

Tuit li membre li faillent, la peitrina a enflee.

"Haï! fait il, maisnee, com dure destinee.

Tot per ver sens dotance or est ma vie oltree.

Des arbres e des mostres est la chose averee."

 

522

 

Quant li reis se senti de la mort engoiser,

9085

En une chambre a voute s'en est alez coucher.

Li Gré botent les tables e levent del manger

E plorent e regretent e plangent lor princer:

"Haï! reis, sor toz homes fasïez a priser;

(Vos) ne vos penïez mie de vos gens abaiser

9090

Mais al vostre poër lever et essauser,

E les fasïez en riches[se] baigner

E donïez l'avere l'argente l'or mer.

Mais n'avromes prince qui sace guerrïer.

Que poiront ores faire cil povre soudaier?

9095

L'uns vendra son auberc e l'autre son destrer.

Cil sera mielz amez qui savra mielz plaider."

Li reis entent les criz que font cil chivalier,

Tel doel ot de sa gent que vif cuida enragier.

Per mei l'us d'une chambre s'en entre en un graver,

9100

Enz el flum d'Eufratés si volt aler noier,

Mais la mort l'engoissa quil fist agenoiller;

Quant ni poet plus aler, si se prist a chaier.

Sa moiller Resonés lo prist a embracer

E les oils e la boche li commence a baser:

9105

"Sire, dreiz emperere, vols mi tu donc laiser,

E guerpir en cest siegle ta caitive moiller?

Ge sui grosse et encente si ne mi pois aider,

Reis, qui ores mi deüsses aider e conseiller."

Enz en un lit l'en porta cele qui molt l'ot chier.

9110

Gré e Macedoiné commencent a crïer

Que se tost ne lor rent lor seignor dreiturer,

Ja faront toz les huis de la chambre briser.

 

523

 

Li reis oï la noisse e sa gent doloser,

Sa moiller Rosonés commence a demander:

9115

"Qual noisse oi ge la fors en cel palais lever?"

"Reis, Macedoneis sunt, que nes puez atemprer,

Que volent ceste chambre les huis escrevanter

Per ce qu'il ne vos püent veer ni esgarder."

E li reis se commanda el palais a porter;

9120

Lors veïssez entor lui ses homes amasser

E tans cevels derompre e tans dras especer.

E li reis a ses homes commence a parler:

"Macedoiné e Gré, je vos dei molt amer,

Car vos m'avez les terres aidé a conquister.

9125

Li baron sont sai ens e tuit li doçe per;

Per lo lo de vos toz, vos voil seignor doner;

Esgardez qual vos plaist, je sui prest del livrer."

Gré e Macedoinés commencent a crïer:

"Rei, car nos ne poons a tei plus recovrer,

9130

Et hui nos covient toz partir e desevrer,

Que mais ne poirons en bataille mener,

Predicas nos otroie, qui tant est pros e ber,

Car nel volons per autre ni canger ni müer."

Quant l'entent Alix., si commence a penser,

9135

Car il ne cuidoit mie c'a iço poist torner,

Mais sa grant aventure ne li volt trastorner.

Adonquas recommence lo vassal a loër,

Lo sens e la proëce de lui a remembrer;

Tote Grece li done e les ysles de mer

9140

E tote Macedoine, n'i volt plus demorer.

E cil li cort au pié si l'en vait mercïer,

Gri e Macedoneis l'en corront relever.

 

524

 

Li reis ot grant engoisse, qui de la mort fu pres.

Quant vint de pasmaison, si regarde el palés,

9145

Entor lui vit sa gent, dont il aveit assés;

Predicas apella, corroços et irés,

Il li dist en plorant: "Bels amis, ça venés;

Ma contree de Grice e les Macedonés,

Si vos commant ma feme, la belle Resonés;

9150

Esposez la demain, per amor vos en bes.

Ele est grosse et encente, d'enfant sostient lo fes.

Se l'enfes est masles, aprés vostre decés

Li otrïez lo regne bonement et em pes,

E vostre seit la terre qui fu au rei Sersés,

9155

Plus belle ni meillor non veirez vos ja mes;

E s'ele est meschine, molt grant aver li les,

E si la marïez e nomez Enserés."

E li reis li otrie per devant Filotés,

E tuit li autre per li creantent aprés.

 

525

 

9160

Quant Alix. veit que la mort lo justise,

Contre terre s'estent e devolte e debrise.

Enz en la riche sale, que fu de marbre bise,

Fait metre un lit a or, talent a qu'il i gise;

La cultre fu de soie, qui teneit grant porprise.

9165

Li doçe per lo couchent sor un pali de Frise.

"Baron, dist Alix., toz jorz vos ai promise

Honor e grant autece se Babilloine ert prise.

Nos avons, marci Deu, mante terre conquise

Dont la gent est vencue, confondue e malmise;

9170

De cels quis defenderont i ot fait grant justise.

Je voudrai de vos doçe faire reis per devise,

Si que chascuns avra la soe terre assise;

Si'n sera, se Deu plaist, m'arme en Paradis mise,

Qu'avrai fait doçe reis en la terre qu'ai prise."

 

526

 

9175

"Seignor, dist Alix., molt sui en grant torment;

La mort mi tient au cuer que mi pont molt sovent.

Quant je vos esgart toz, molt grant pité m'en prent,

Ne pois mais entre vos demorer longement.

Qui la mort m'a donee ne vos aime nïent,

9180

C'est Divinuspater, qui lo cor Deu crevent,

Il et Antipater, qui m'ont fait lo present;

Hui mi verront partir da la plus noble gent

Qui anc fust el mont. Ha! Deus omnipotent,

Verai ge li jor qu'en seit pris venjament?"

9185

Tolomeu apella e Clinçon eisement,

Eum. d'Arcade e Caulus voirement,

E tuit li autre vindrent, corroços e dolent.

Quant il furent assis, li reis dist son talent:

"Seignor, dist Alix., veez mi ci en present.

9190

Ge no serai mais gaires, pois Deu no mi consent,

Mais avant que je more ni pregna finiment

Avrez per vos servises guïerdon bel e gent.

Gardez c'antre vos n'ait nul descordament,

Car chascuns avra feu e terre a son talent

9195

Plus que non ot mes peire, que tote Grece apent."

 

527

 

"Tolomeu, dist li reis, je vos donrai Egypte;

Tote la meillor terre ai a vos obs eslite

Que seit en tot lo mont per boce descrite;

Babilloine tenrés des or mais tote quite

9200

E tote aquele gent qu'en la terre habite;

X. reis e .xxx. dux seront en ta destrite.

Certes, la vostre proëce devreit estre escrite;

Li colp de vostre espee parurent en eslite

E per tote la terre que nos avons aflicte;

9205

Hui est venuz li jors qu'en avrez la merite.

Lo verin mi destreing que lo cors mi sobite,

Enzevois mi morrai de laide mort despite."

Tolomeu ot tel duel quant la parole ot dite

Toz ses chevels deromp e depiece e degite,

9210

Lo paili qu'ot vestu, qui fu fait a Melite,

A si rot e fendu ni valt une carpite.

 

528

 

"Tolomeu, dist li reis, je vos aim de coraige,

E per amor de vos trastot vostre lignaige;

Egypte vos don quite et otroi per mon gage.

9215

Cleopatras, la belle de cors e de visage,

Vos otrei a moillier, qui est de haut parage;

Mes peres l'esposa veiant tot son barnage,

Mais je desfis les noces, car mi vint a corage,

Car ma mere i aveit perte, honte e domage.

9220

Uns enfans en est nez, - Deus li cresse barnage! -

Filparideï l'apellent en lengage;

Lui don Esclavanie, une terre marage,

E trastot lo païs lui don en eritage.

Lo vaslet gardez bien tant qu'il viegne en aage,

9225

E la dame prenez, qui est cortes[e] e sage,

Il n'a plus belle feme jusqu'as murs de Cartage."

E cil li respondi bellement senz oltrage:

"La chose que voudrés no mi sera salvage."

 

529

 

Li reis per grant amor en apelle Clinçon:

9230

"Don Clin, venez avant, si vos recaseron;

Onquas meldre de vos ne cauça esperon.

Tote Perse vos don, lo rëaume Dairon,

Que nos avons conquise a force et a bandon.

Bien lo devez aver quitement sanz tençon;

9235

Vos vos i combatistes a guise de baron,

Au fer de vostre lance voiderent maint arçon,

Toz jorz vos ont trové mei enemi fellon.

Hui est venuz li jors qu'en avrez guïerdon

D'un des meillors rëaumes qu'unquas veïst nus hom;

9240

Vii. reis e .xxx. dux a en la region

Qui(l) en seront vostre home, chascuns per devison,

Et iront en bataille a vostre gonfanon.

Amis, per tal convent vos en faz livrason

Que Deu vos en doint joie e gart de traïson,

9245

Que vostre home vers vos ne face que fellon

Si com li mien m'ont fait, que m'ont doné poison

Dont mais jor de ma vie nen avrai garison.

Enesvous mi morrai sens nulla raençon."

Cil entent la parole si baissa lo menton,

9250

L'aiga quel ist des oils li cort a grant foison,

Si que les goles moillent de l'ermin peliçon.

"Clins, vos e Tolomeus fustes compaignon;

Gardez qu'aprés ma mort n'i ait rien se bien non,

Car m'arma en sereit en mala sospiçon."

9255

E cil li respondirent: "Se Deu plaist, no faron.

Nos somes buen ami e toz jors lo seron,

Que ja antre nos dos n'i avra se bien non."

 

530

 

"Aprosmez vos de moi, biaus sire Filotas;

Per moi avez eü sovent vostre escu cas

9260

Et enduré d'espee en estor fellon clas.

Je vos donrai Cesaire, la terre Nicholas;

Je l'ocis en bataille o mon brant de Domas.

Tolomeu la demanda, o mai ne l'avra pas,

Car il a tot lo regne desci que en Baudas.

9265

Vostre terre est mout riche de palis e de dras,

Lai sont li ardi home e li bon cival gras.

Jusqu'a la mer d'Egipte tot lo païs tenras;

Per ce te la don quite car tan bien servi m'as."

Filotas s'agenoille dedevant lui en bas,

9270

E li reis li revest, veiant Macedonas.

 

531

 

"Sai venez, dist li reis, Eum. d'Archade;

Onquas mieldre de vos n'eissi de nul lignage.

De vos mi vint toz jors honore vassallage;

Mon gonfanon portastes e per mer e per nage,

9275

Onquas ne perdi rien per vestre guionage,

Car la vostra eschiele fist toz jorz l'avantage.

Nubia vos otrei, une terre molt large

Que molt est bien garnie de prez e de boscage,

Si a riches citez e mant bel albergage;

9280

Illec poëz trover mante beste salvage.

C.m. castellain vos en faront homage,

Qui(l) vos en porteront honor e vassallage.

Per fei, plus belle terre ni meillor per istage

Non pot aver nuls hom, tant seit de haut parage;

9285

E vos la tenrez bien, qui avez bon corage,

Ja n'ert un si poisans que vos tolle heritage."

Davant lui s'aginoille; li reis li tint lo gage

E prie bonement que Deus li don barnage.

"Tenez, dist il, amis, Deus vos cresca barnage,

9290

Car ja mais bon conseil n'avrez de moi ne sage.

Enesvois mi morrai, ja n'i metrai ostage."

Cil entent la parole, a poi d'ire ne rage;

Ses dras a desirez e ses chevels arage.

Lor veïsiez plorer entor lui lo barnage,

9295

Tel .vii.c. lo regretent que sont de aut parage.

 

532

 

"Festion, dit li reis, aprochiez vos de moi;

Ne vos ai oblïé, car molt vos am e croi.

Onquas mieldre de vos ne josta en tornoi;

Il aparut molt bien a Tyr sor lo berfroi,

9300

A vostre brant feïstes maint Tyrïen tuit quoi.

Quant je sailli en Tyr del mur e del berfroi,

Festions, bels amis, illec mi portas foi;

Aristés mi seü, plus lo virent de troi,

E puis li doçe per vindrent tuit aprés moi,

9305

E tu as primairans, anc non preïs conroi,

Ni de mort ni de via ne ti calut de toi.

Qui tel saut fait per home il n'a cure de soi,

Quant per moi lo feïstes, lo guïerdon ti doi.

Je vos donrai tel terre, per lo deu ont je croi,

9310

Dons .c.m. chivaliers en iront aprés toi:

Or retenez Ongria e lo regne d'Ançoi."

Festion li respont: "Bel sire, je l'otroi.

Que farai je de terre quant je morir vos voi?"

Ja se ferist au cuer se il eüst de quoi.

 

533

 

9315

"Aristés, dist li reis, je vos ai doné terre;

Plus belle ni meillor ne mi devez requerre:

Trastote Ynde la Maior, que me fist mante guerre.

La mer e la vermine vos enclot et enserre,

Per force n'est nus hom que la poïs[t] conquerre."

 

534

 

9320

"Sai venez, dist li reis, bel sire Antiocus;

Tant m'avez bien servi ne vos puis amer plus.

Je vos donrai Surie e lo païs en sus

Tresqu'al regne de Perse, que tint Escüerus,

De l'entree de Grice entresqu'as mons desus;

9325

A destre et a sinistre et en coste e dejus

E de mer e de terre ert vostres li treüs.

De Gog e de Magog garderez lo pertus."

 

535

 

Alix. apelle Licanor, ont se fie,

Lo gentil chivalier o la chiere ardie.

9330

"Sai venez, dist li reis, vassal sens coardie,

Bons chivalier e sages e plens de corteisie;

Anc ne fustes repris de laide villanie.

Je vos ai je doné la moie drüerie;

Tant per est coneüe vostre civalerie

9335

N'a home en tot lo mont que ne vos port envie.

Vos m'avez bien servi o l'espee forbie,

Guïerdon en avrez, se Deu plaist, en ma vie.

Alïene vos don e tote Borgarie,

Dos rëaumes tenrés en vostra seignorie;

9340

Da l'une part vos clot la mer davers Rosie,

Les montaignes vos serrent davers l'autre partie.

Une terre est mout bone e richement garnie

De tote icele rien qu'a cors d'ome aïe.

Li païs est rnolt bons e plens de gent hardie;

9345

C.m. chivaliers menrés en ost bannie

Que tuit vos porteront honor e seignorie.

Ta terre e [la] Filote a une mer partie,

Estreite est, n'est pas large, e si porta navie

Des la mer d'Engelterre desci qu'en Lombardie;

9350

De lai vient li avers e la mercaandie.

Frere estes ambedui e d'une compaignie,

Gardez qu'antre vos dos n'ait tençon ni envie;

Toz jors en sera m'arma plus lie e plus ardie."

E cil li respont: "Sire, ja n'i avra follie."

9355

"Predicas, dit li reis, je ne vos oblit mie.

Quant je sailli en Tyr antre la gent haïe,

Ce fu le premiers hom de cui je oi aïe,

Ne mais que Aristés fu en ta compaignie;

Amedui mi seüstes per grant chivalerie

9360

E fustes plus seür de mort que de la vie."

 

536

 

"Seignor, dist Alix., ne vos caut a plorer.

Per quoi farïez doel? Ne poriez recovrer.

De vostre compaignie mi convient a sevrer;

Mout per en sui dolens, mais nel puis emender.

9365

Se Deus vousist, encores bien poïsse durer;

Molt mi sembla gref chose de vos entroblïer.

Je vos amoie plus, sor sains lo puis jurer,

Que nulle rien en terre que l'om sache nomer.

Unquas ne vos trovai nul jor pereços d'errer,

9370

Toz jors avez plus fait que ne vous demander,

Si m'estuit vos servises a toz guïerdoner.

Ou estes vos, Leoines? Fort vos dei aver chier.

Per amor Alix., que hui verez finer,

Aprochiez vos de moi, car je vos voil doner

9375

Une terre [a]aisiee que molt fait a loër:

Ce est tote Rosie e Venice e sa per,

E les porz que sont large desor l'aive de mer."

Leoines s'aginoille si l'en vait mercïer,

E li reis l'en saisist; n'i volt plus demorer,

9380

Que li cervel del chief li commence a mesler

E la face a nercir e li oil a trobler;

A peines puet mais de la boche parler.

 

537

 

Aristote son maistre a li reis demandé,

Tolomeu vait per lui e hom li a (a)mené.

9385

"Maistre, dist Alix., vos m'avez molt amé

E doné bon conseil e grant honor porté.

Toz jorz m'avez prïé e dite commandé

Que (ja) serf ni traïtor ne fussent mei privé.

Je non l'ai mie fait, per ce l'ai comparé;

9390

En traïçon m'ont mort e hui enposoné.

Enesvos mi morrai, ja n'i ert trastorné,

Mais ne voil que dit seit que vos aie oblïé

E que vostre servise n'aie cuilli en gré;

Per ce vos ai je terre e regne devisé."

9395

Aristotes l'entent si a lo chief cliné,

No li pot mot respondre si ot lo cuer serré,

Il ne deïst un mot per Rome la cité.

 

538

 

Li reis est mout malade, qui el lit se demaine.

"Maistre, dist Alix., sentez aqueste vaine

9400

Que si est maigra e voie, e solt estre si plaine.

Vos estes de scïence le pous e la fontaine,

Toz jors m'avez servi per amor enteraine,

C'onquas plus n'amastes vostre seror germaine.

Mais anceis que je moira vos en dei far estraine:

9405

Jerlm. tenrés tot en vostre domaine

Et Acre et Escalone e Rames en la plaine,

Car unquas vostre amor ne mi fu trop lui[n]taine."

"Sire, dist Aristotes, en mala carentaine

Puisse entrer mes cuers, et en male semaine,

9410

Si mais quier tenir terre cant la mort vos en maine;

Ans devenrai reclus en gaudina sotaine,

Illec priarai Deu e farai triduaine

Que gete la vostra arme de dolor e de paine.

Haï! honor terrestre, tant per estes villaine

9415

Ja nus hom qui vos tiegne ne vos avra certaine,

Quant il s'i deit fïer donc est sa joie vaine."

Lors deromp ses chevels e si grant duel en maine

Qu'il fist plorer lo jor maint fil de chastellaine.

 

539

 

"Aridés, dist li reis, je vos donrai Cartage.

9420

La reïne Dido la perdi per follage

Per l'amor Eneas, ont ot mis son corage,

Qui en cel païs esteit venuz a nage

Quant escampa de Troie, ont il ot grant domage.

La dame lo retint e fist gent albergage,

9425

Anc de rien qu'il vousist ne fu vers lui salvage,

Car ela lo cuidoit aver per mariage;

E quant il s'en parti, s'en ot al cuer tel rage

O lo brant de s'espee s'ocist per grant oltrage;

Quant ela ensi s'ocist, ne fist mia que sage.

9430

Barbaria et Aufrica e Sibilia el rivage

E lo rëaume tot vos don en eritage.

Hui me membra de Tyr, ont mi portas message

Quant ma gent fu aflita el val de Josafaige.

Cel jor i receüsse molt doloros domage

9435

Ne fust vostra proësce e vostre vassallaige."

Aridés s'aginoille, li reis li tint lo gage,

E prie bonement que Deus li dont barnage.

 

540

 

"Antigonus, fait il, je vos donrai Celice,

Une terre [a]asiee ont a mante delice.

9440

Les citez sunt bien closes de piere talleïce

E les tors bataillees, mante rue voltice.

Tant amarez la terre com enfes sa norice;

Soz ciel non a richece ne conduit ni espice

C'om n'i poisse trover, e chiers dras de Venice.

9445

Per ce que tant m'avez esté de bon service -

N'anc plus franc chivalier non vesti de pelice -

Vos don en cresiment Partisent e Felice,

Dos terres a l'eissue desur l'eve de Nice.

Mout est pres vostre terre de le regne de Grice.

9450

Mout a grant tort li sire qui sa gent apitice."

 

541

 

Caulon de Macedoine a li reis apellé:

"Amis, venez avant; ne vos ai oblïé,

Car vos avez o mei en maint besoing esté,

Del brant de vostre espee maint pesant cop doné.

9455

Hui est venuz li jor que t'ert guïerdoné:

Armeine la grant terre vos don en erité,

A vos et a vostre heir toz jors en quité.

Tot tens m'avez servi de bone volonté,

E je vos ai, ce cuit, molt rice don doné."

9460

Cil li corrut au pié si l'en a mercïé;

Veant Macedonés l'en a li reis fivé.

"Or sunt, dist Alix., li doçe per chasé."

Aprés a Capadoce son escrivan mandé.

 

542

 

Aristé donc apella, far li volt presentea,

9465

Per lo mien esciant, que bien sera loëa.

"Servi m'avez, fait il, si vos ert meritea

La grant peina e l'angoisa c'avez per moi durea.

Prendi cesta corona de fin or esmerrea,

Plus bella ne plus riche ni fu per hom ovrea,

9470

De pieres natural molt i a grant plantea:

Topaces et esmeraus plus vers qu'erba de prea

Et un carboncle dont relus la contrea,

La nuit quant fait oscur, plus d'una balestea.

Quatre feis l'a fé d'ovre salamonea,

9475

En l'isla de Belgus fu porprisa et ornea,

Et al bon rei de Mare fu pois apresentea:

Cil qu'a vui fé la çostra per si grant randonea

Que li trois de la lance volent per mi la prea,

Per lo mien esciant, plus d'une balestea;

9480

Ambedos v'abatistes en l'erba verçellea,

Mais cele bataille fu tost delivrea."

 

543

 

Quant Alix. ot li doçe pers chasez

E les regnes partiz e trastoz devisez,

Les corones des reis que il ot conquistez

9485

Fait venir davant lui si les a coronez,

Pois les fist arengier davant lui lez a lez.

"Ha! Deus, dist Alix., hautisme poëstez,

Sire de tot lo mont vociez e reclamez,

S'or fuse li treïsme antres pers coronez,

9490

Lors fust mis cuers en joie et en alegretez.

Mais, Deus! ja morrai sempres, tost ert mis cuers finez;

Ja non verrai lo terme que cist jor seit passez."

Lors li tremblent li oil e li reis est pasmez.

Este vos per la sale lo duel qui est levez;

9495

La ot palmes batues e mains chevels tirez,

Fortment fu Alix. de sa gent regretez.

 

544

 

"Seignor, fait Alix., franc chivalier vaillant,

Vos estes .xii. reis prodome e conquerant,

Et avez grans les cuers e si fiers lo talant

9500

Que destruirés les terres que chascun a si grant;

Car soient desoz l'un tuit li autre apendant.

Anceis que je moire voil que facez itant

Que deveignez tuit home Tolomeu, jel comant,

E recevez voz terres e soiez sei tenant."

9505

E cil li respondirent: "Tot a vostre talant."

Davant lui se desfublent e dreicent en estant

E devindrent sei home si quel virent auquant.

Tolomeu les reçut, lo cor en ot joiant,

Tel parole lor dist que puis fu aparant:

9510

Que ja non perdront terre en trastot lor vivant,

Ans seront, se Deu plaist, des autres conquerant.

E cil li respondirent qu'il l'en seront aidant.

 

545

 

Alix. apelle Licanor lo fil Fale,

Lo pro Eum., que gist a sa destre ale:

9515

"Africa avons conquise tresqu'en la mer que bale,

Tarse et Eürope tresqu'as mons en ltale.

France la renomee, que a conquerre est male,

Eüsse en mon domeine, a Paris fust ma sale;

Puis preïsse Engelterre, Normandie e Gale,

9520

Escoce et Yrlande, ont li solels avale.

France fust chief del monde, que sa dreiture est tale,

Car la gent est molt bone, n'est nulle que tant vaile;

Piece qu'il m'ont mandé per letra comunale

Qu'il faront rei de moi si savent que je aile.

9525

Mais je morrai sempres d'une mort desliale,

Ne mi vaudra mecine, mandragore n'orvale.

Deus, recep mon espirit en ton ciel per t'escale,

 

Quant s'en istra sempres del vaisel teint e pale."

A cest moz s'est pasmez, de dolor devint pale.

 

546

 

9530

Alix. se pasme per la mort quel destreint,

E quant fu revenuz, si a gité un plaint.

Tolomeu apella e dit c'om li amaint,

E Clinçon autresi, contre lui les estraint;

A Deu les commanda e de ses braz l'estraint,

9535

Si lor prie e commande que l'uns d'e[ls] l'autre aint;

Molt durement li poise quant antr'els no remaint.

A icest moz si pasme e toz li cors li maint,

L'arme s'en est alee en Paradis lo saint.

Li grans duels est levez, que a peines remaint.

 

547

 

9540

La mort lo rei de Grice fist les barons plorer;

Per tote Babilloine en vont li messager.

Or dist li uns a l'autre: "Qual part poirons aler?

Remeses sunt les guerres, li grant don a doner."

Tolomeu prist les piez li reis a embasmer.

9545

Qui lors veïst sovent la reïne pasmer

E ses chevels derompre e ses dras desirer,

Des pons batre son piz, son vis esgratiner,

Ja n'eüst si grant joie ne l'estuisse plorer.

Les barons entor lui faseit de duel desver,

9550

Lo fort reis Alix. a pris a regreter:

"Sire, fai ti tu muz cant a tei voil parler?

Des que je vos vei mort ne sai quel part torner.

Je n'ai mais nul conseil, or mi convient penser."

Ses pucelles se peinent de li reconforter,

9555

Mais mout poi prise chose c'om li sache loër.

 

548

 

Del bon rei Alix. dont terre est orfanine

M'estuet ramentaver la mort e la ravine.

Quant li reis ot conquis la terre barbarine,

E Babilloine prise e la tor gigantine,

9560

E totes autres terres mises en sa sentine,

Si vint Antipater o la chiere lovine,

E Divinuspater que tot sot son convine.

Li culvert soidutor, per une orbe traïne,

Li donerent a bevre la poison serpentine

9565

Per que li gentils reis ot la mort a vesine.

Quant voient que la mort li cort sor a ravine,

Fuiant s'en sont torné per devers la marine.

Alix. remaint jasent soz la cortine,

Sor lui ot estendu une porpre sanguine;

9570

La mort que rien n'esperne li gete sor l'eschine.

Le criz en est levez sor la sale perine,

Qu'en tote Babilloine n'a dame ne meschine

Ne seit tres fez pasmee o cheüe sovine.

Li doçe per derompent lor barbes e lor crine;

9575

Plus de mil s'en pasmerunt en la sale marbrine.

Mais sor trastoz les autres s'ocit e perafine

Don Clin, lo fil Carduit, qui fu nez a Valpine,

Ce est une citez en terre alixandrine.

Cil lo plore e regrete e devant lui s'acline,

9580

Un petit sozleva la grant coute porprine.

"Alix., fait il, franc rei de bone urine,

Mar fu vostre jovente que ci sempre define.

Unquas n'amai tant frere ni parent ni cosine

Car lo vostre cor gent, cui la mort adecline.

9585

Sires, vos mi deïstes en la grant desertine,

Lo jor que nos feïmes lo foc per la vermine,

Qua ja nus reis avairs n'avreit joie enterine.

Mais or puis je bien dire que barnages define,

Tot bien vait remanant e li mals se ravine;

9590

Proëce est refreidie e malvestiez chemine.

Reis, vostre belle boche, cui la mort en traïne,

Esteit ierseir plus blance que n'est ués de galine,

Or endreit est plus neire qu'escorce d'albespine.

Sire, n'i a mestier carmes ni medicine,

9595

Mire ja n'i vendra por veer vostre orine.

Avarece e largece corrent per ataïne.

E corrent d'un eslais, mais li siegles destine

Que largece ert vencue, neis mis cuers lo devine;

C'est dreiz, des que cil muert que tot lo siegle acline.

9600

Reis, vos nos donïez lo vair, lo gris, l'ermine,

E per nos faire riches prenïés a rapine

Quant que vos trovïez sor la gent sarracine.

Certes, or m'en irai en bois o en gaudine;

Illeques si vivrai d'erbes o de racine,

9605

N'i avrai conpaignie fors que de salvaicine.

Deus, qui per ta merci feïs plore farine

E les aloes frites - n'orent autre cusine -

Quant li fil Isrl. erent en la gastine,

Prenez de cels venjance per cui ma joie fine.

9610

A tort sofre mes sire si crüel descipline."

A cest mot chiet pasmez sor une coute hermine;

Al redrecier s'escrie en aut coma bucine,

De son mantel deromp tote la sembelline,

A dos pons s'eschevela e sa face esgratine,

9615

Si que lo sanc vermeil li chiet sor la petrine.

La dolors qu'il demoine per lo rei qu'il demeine

I(l) fait plorer lo jor maint fil de palatine.

 

549

 

Ce fu un samedi, que le sors les apresse,

Qu'Alix. est mors que tantes terres lesse;

9620

N'a home en sa compaigne qui por lui ni c'iresse.

Tolomeu fait tel duel, qui de plorer ne cesse,

Plus de .xl. fez vers ses chevels s'eslesse

E regrete Alix., qui les orgoillos plesse:

"Sire reis, la vostre arme seit davant Deu confesse.

9625

Plus gentils chivaliers ne cuit que ja mais nesse.

Plorez, Macedonés, que vostre pris abesse."

Des navrez entor lui veïssiez si grant presse

Tel set cent lo regretent, n'i a celui n'ait fesse.

 

550

 

Qui lor oïst son duel demener a Clion,

9630

Com il plaint e regrete lo nobile baron!

Don Clin avoit vestu un ermin peliçon,

E maus de .xxx. leus l'a rompu environ,

Des bendes que en chaent sont cuvert li giron;

E tenoit sa main destre desor son compaignon.

9635

"Haï! tant mar i fustes, sire fil Felipon,

Bons chivaliers e sages, hardiz cor de lion,

Prodom per bien conquerre e per faire grant don,

Per prodome honorer, per destruire fellon,

Fels vers ses enemis e vers sa gent dolz hom.

9640

Reis, vos n'amastes onquas lesenger ni garçon

Ni coart en estor ni hardiz en maison

Ni home qui vers autre porparlast traïçon.

Que fara or cist pobles? Toz ira a bandon.

Or departiront sempres li doçe compaignon."

9645

De dolor s'est pasmez e tes comma blaison,

En plorant lo regreta quant vint de pasmason:

"Alix., Alix., bel sire, que fairon?

Haï! riche compaigne, a qual dol departon!"

Lor oïsez tel duel e tel escrïeson

9650

De plus de .vii.c. vous en oïssez lo ton;

Se Deus tonast el ciel, ne cuit que l'oïst hom.

Per la mort d'Alix. plorent neis li fellon.

 

551

 

Aprés Clinçon lo conte, lo grant duel renovelle

Eum., lo fil l'amiral de Tudelle,

9655

Que per amor aver la nobille pucelle

Conbati as jaiant es plaignes de Chastelle,

Tant que lo cuer li traist per desoz la mamelle.

Cil regrete Alix. doucement et apelle:

"Gentil reis debonaire, dolorose novelle

9660

Nos a la mort donee que si nos amoncelle.

Sire, tant mar i fu vostre boche la belle,

Que plus soëf flairoit que mirre ni canelle;

Hui maitin ert plus fresche que n'est rose novelle,

Reis, or est perse e troble plus que sanc que flaelle.

9665

Deushait or la mort que devant vos campelle,

Car ela ne fent lo cuer et escartelle.

Haï! haï! Fortuna, com par estes isnelle!

Assez correz plus tost que ne vole arondelle.

Je cuit je que la mort est vostre suer germelle,

9670

Que onquas n'espernastes ni mascle ni femelle.

Li oilz avez crevé, n'i a point de prunelle,

Car vos avez cangé corroge per cordelle;

Lo meillor prince avez abatu de sa selle

Que onquas escoutast ni arpe ni vïelle.

9675

Dehait or lo cuers qui el cors vos sautelle

Quant en aitel mainere tornez vostre roëlle.

Hui cest jor est estente la plus clere candele

Que onquas veïst ardeir dame ne damoiselle.

Proëce, vos dormez e malvestez oiselle,

9680

Hui cest jor estes mise de grant cune en cunelle.

Largetez es braagne et avarece agnelle.

Or sont li doçe per en malvaise brandelle.

Deus, per quoi ne mi part lo cuer soz la mamelle?

Se tenoie un coutel a trencant alemelle,

9685

Ja fairoie saillir de mon cors la büelle;

Unquas mais ne fui cauz de si male estencelle.

Deus, tu es endormiz, e diables revelle

E per monter au ciel ses angles atropelle,

Quant li bons reis est mors que tot lo mont dotelle."

9690

A icest moz se pasme, per lo duel si cancelle,

Au piler si aürte de la mastre torrelle,

Si que del nas li vole del sanc plene escüele.

Il se urte e debat e per terre rüelle,

Li sanc li bol e frit coma lart en paelle;

9695

Davant lui a ses piez vit gesir une [a]stelle,

Ja se ferist el chief deci qu'en la cervelle,

Quant la li a tollue lo prince de Nivelle.

 

552

 

Aprés Eum., qui fu nez de Nubie,

S'escria Predicas o la barbe florie;

9700

C'est un des .xii. pers ou li reis plus se fie.

Per ce que il ert corteis e sens losengerie

Li dona son anel, don mant (n')oront envie,

Que li aveit doné per nom de drüerie

Candace la reïne quant il devint s'amie;

9705

Li anel valeit bien la cité de Pavie;

Predicas l'ot el doi, li sire de Cartrie,

Que se detort ses mains, a poi qui ne l'esmie.

As piez del lit s'apoie si durement qu'il plie.

Il releva lo pali qui teneit grant porprisie;

9710

Quant senti lo cors fret e la car vit blecie,

Les oils tornez el chief e la face enpalie,

Lors chaï a la terre si n'a talent qu'il rie;

De l'angoissa qu'il a pitosement s'escrie:

"Alix., bels sire, franc reis senz coardie,

9715

Fontaine de largece e pons de cortesie,

Conblas d'enseignement e ras de villanie,

Hui maitin avïez de cest mont la bailie;

Reis, or l'avez perdue en mens d'ore e demie,

Ne sai per qual raison l'avez si tost guerpie.

9720

Sire, trop tost vos est la parole falie,

En poi d'ore vos est cele (belle) boche nercie.

Reis, car parlez o mei, si Deus vos beneïe,

Et a vostra masnee qui per vos est marrie.

Per coi nes confortez? Com l'avez enhaïe!

9725

Veez com est esgarree e com est enbroncie;

Unquas per nulla rien ne fu si esbaïe.

Reis, ja l'avïez vos si doucement norie,

D'armes e de civals si richement garnie;

Haï! com hui remaint de seignor esgarrie!

9730

Seignor, qui me dira que aice senefie

Que li reis ne parole a celui qui lo prie?

Fait il ce per orgoil o per la mort quil plie?

Ne sai que ce puet estre ni non truis qui mel die.

Unquas mais ne fist Deus si crüel estoltie.

9735

Encor me dist il er a parole serie,

Hui maitin, ans que l'auba fust gaire esclarie,

Que s'il poeit aver un an santé ne vie,

Qu'il donreit Tolomeu lo regne de Surie,

E si'n fareit seignor de tote Esclavanie.

9740

Pois parlames assez de sens e de follie;

Mais or sai je de ver, de ce ne dot je mie,

Ja mais nei parlerai, que la mort le mi vie.

Mal daez ait Fortune que si mi contrarie,

Hui cest jor m'a esté molt crüel enemie.

9745

Unquas lo rei de ciel, que tote rien soplie,

N'ot mais si grant honor com de sa compaignie,

Ni ja mais non avra en trastote sa vie.

Haï! tote franchise, com hui estes perie,

Malvastez esveillee, [e] proëce endormie!

9750

Li bien vait descreissant e li mals multiplie.

Or ne pris mais li siegle une pome porie,

Hui cest jor est perdue tote chivalerie.

Deus, per que vif je tant? Mala mort, que m'ocie!

Per fei, je m'oceïsse o m'espee forbie,

9755

Mais mis cuers lo defent e tient a musardie,

E Fortune meïsme, que me jure et afie,

Si Deus ert trespassez e sa vie fenie,

Qu'il avreit aprés lui des angles la maistrie,

Del ciel e de la terre tote la seignorie.

9760

Las! fait il, qu'é je dig? C'est large desverie."

A icest moz se done del poing joste l'oïe,

Si que del sanc vermeil li est la boche emplie.

Sor lo cors chiet pasmez come beste estordie,

Mais Tolomeu l'en drece, que soëf lo chastie.

 

553

 

9765

As piez lo rei de Grice, davant les autres Gris,

Lai deromp ses chevels e depiece son vig

Caulus, un dameisels, ses peire fu reis Mis.

Sire fu de Melite si fu freire Beblis,

Que per un fol coraige que sa suer i ot mis

9770

S'en issi de sa terre e laissa son païs.

Au buen rei Alix. ala servir mant dis,

Et il l'ama molt et il fu ses amis;

Per ce qu'il lo vit sage, corteis e bien apris,

E que de son servise s'esteit si entremis,

9775

Avec les doçe pers l'ot Alix. mis.

Li Greceis l'apelloient don Caullus Milanis

Per ce que li bons reis li avoit ja promis,

Quant il avreit de Rome lo rëaume conquis,

Qu'il li donroit Milan quant il l'avreit porpris;

9780

E se il se teneit de rien a mesaisis

Si li crestreit encores Monjoi e Moncenis,

Versels e Novarre et Aste e Toris

E trastote la terre d'environ lo païs;

Coroner lo fareit a la feste Jovis.

9785

"Ha! las, dist li vaslez, que far a cist chaitis?

Puis qu'issi de ma terre eisiliez e fuitis

M'a plus doné mes sire, que tant ert poëstis,

Roge or e blanc argent e bons civals de pris,

Que n'ot Laomedon, qui fu aiol Paris.

9790

Haï! riche compaigne, a qual doel departis;

Com sera grant merveilla se un en estort vis!

Mort, mout feïs que folle que si tost l'oceïs,

Mens en seras dotee, tot tens seras plus vils;

Or as fait ton poër, ne nos pués faire pis,

9795

Esté as la lumera dont li mont ert espris.

Solels, molt feïs bien quant tu t'en escuris;

Molt feras que cortés se ja mais n'esclaris,

Ne pués veïr lo duel ont la mort nos a mis.

Enquanuit se poira vanter saint Paradis

9800

C'onques en son ostel tel oste ne fu mis.

Grant duel deivent mener Clotos e Lachesis,

Entr'eles poënt dire que rompuz est li fils

Dont toz istoit lo mont et atainz e porpris.

Haï! reis Alix., franche chosse gentils,

9805

Com vei ore troblez ces oils e ces cervis

E cele bele boche dont ainc n'eissi fals ris!

Humels e frans e larges a toz tes bons amis

E fiers et orgoillos vers toz tes enemis.

Se fussez corrociez ier, anz que fust mïedis

9810

Tote en tremblast la terre jusqu'al flum de Gangis,

N'ossassent avant corre Eufratés ni Tigris.

Encor dist ier mes sire, ans qu'il fust si aquis,

Que ja nus avars reis n'entrareit en aut pris.

Anz aüssez doné .v. rëaumes o sis

9815

C'uns autres riches hom n'aüst un mantel gris.

Honor, sens e largece avoient en vos mis

Lor cuers e lor ententes a vos servir maint dis;

Hom qui tel conseil a ne puet estre mendis.

Deus, mout ert avos que tu lo nos tolis,

9820

Mout as sage conseil, car a ton ués as pris;

Esgarda ciel e terre e quant que tu feïs,

Unquas mais tel domage el monde no meïs

Ne si riche tresor a ton ués non traïs;

Per c'est [li] remanens corroços e pensis.

9825

Joie, tu l'ames mout, car tu ne lo guerpis;

Vai t'en ensemble o lui es cans Eliseïs

Que tuit sont plen de flor, de roses e de lis."

Ja li baisast les piez de son un pali bis,

Mais l'un tint Tolomés e l'autre tint Don Clins;

9830

Lors chaï jus a terre, dont puis non leva vis.

 

554

 

Il n'aveit pas grant piece que li reis ert feniz

Ans qu'il fust enbasmez, ons ne ensevelliz.

Ses liz estoit envouz de dos riches samiz,

A pieres precioses saellez e cloïz,

9835

L'uns fu fait a estives, l'autre a estreliz;

Per tel engin istoient e teissu e tresliz

M. ans fussent en terre ans c'uns en fust poriz.

Qui or vos voudreit dire com il fust custeïz

E rëaument gardez, plorez et ubeïz,

9840

Nel seüssent descrivre Salamons ni Daviz.

Se veïssez a merveille ses barons amatiz,

De duel e de pesance vans et enpaleïz;

A son chief ert Filotes et a ses piez Don Cliz

E li autre gisoient pasmé sor ces tapiz.

9845

Escurtez fu cel jors, li solels fu marriz

Per la mort del baron dont il isteit saisiz;

Des la mer de Sydoine jusqu'as pors de Lariz

N'ot dojon ni murail que ne fust escroisiz,

E per tote la terre dont il istoit saisiz

9850

Tremblerent les citez deci qu'en la reïz;

Trastot li firmamens per isteit si nerciz

Que li uns hom de l'autre ne puet estre choisiz,

E por ce que li ciels estoit si escuriz

Ardoient el palais mil cirges coleïz.

9855

Leng, aloes et andre, nardus et autr[e] espiz

Cremoient en la sale com s'il fust viez paliz;

De l'odor des espices e del bon flaireïz

Deüst estre per drez un malades gariz.

S'ileques fust Herodes, Pilat et Antecriz,

9860

Si plorast il de duel ans qu'il se fust partiz.

E per ce que li duel les a si afebliz

Fu un poi mendre la noise et abassez les criz,

Quant li bons Aristotes, li mieldre des escriz,

S'apoia davant els desoz un arc voutiz.

9865

Bien fu de filosofe ses faiz e ses abiz,

Ne li caleit de sei, toz isteit esmarriz;

Barbe ot longe e lee e veluz les sorciz

E lo chief deslavé e lo pel retortiz;

De pan e d'aiga vit, ne quiert autres perdiz;

9870

Unquas n'eissi d'Atenes un sol clers si sotiz.

Lors a dit as barons un poi de ses bons diz:

"Maignes reis, qui la gi(e)z mors e descoloriz,

Com tiens or poi de terre e com est briés tes liz!

E si deïs tu ja, sor Donue a Brandiz,

9875

Que toz cist mons isteit a un home petiz.

Haï! reis, sor toz autres conqueranz e ardiz,

Largece isteit ta mere e tu ere ses fiz;

En doner ert ta gloire, ton joi e tes deliz.

N'atendoies pas tant, ja non serai desdiz,

9880

C'un prodom ti rovast ne qu'il fust escondiz,

Tant eres de doner prest et amanoïz.

Encor n'ert pas mes sire er si afebliz

Quant il dist qu'avars reis fust destruiz e maldiz,

Car il en est de Deu e del poble haïz,

9885

En cest siegle et en l'autre est perduz e honiz.

Per coveitise fu li primiers hom periz,

E Daires li Persans vencuz e desconfiz;

Et un des reis de Rome, Crassus, si malbailiz,

Escaran l'abevrerent d'or cuit que fu builliz.

9890

Oëz la profecie que nos dis Joaniz:

Qu'en cest an aucira li lions la formiz.

Haï! Antipater, traïtes (e de) deumentiz,

Com istïez per lui honorez e serviz

E de si riches fiez chasez et enrichiz!

9895

Gadres t'avoit doné, les dojons, les lariz

E trastote la terre que tint lo dux Betiz.

Tantes gens chacés hui a duel et en esiz,

Dont mante gentil dame en plandront lor mariz

E mante veuve mere en ploreront lor fiz.

9900

Per toi sera li mals encores revertiz,

Car tu seras rové ont que sias quesiz;

Vif seras escorciez o sor carbon rostiz

O detrait a chevals o a coutez mortriz.

De toi ne (mi) puet caler se tu muers o tu viz

9905

Quant per tei muert li reis qui sor toz ert esliz;

Per lui fust toz li monz ans .vii. anz resbaudiz.

Hui partiras les homes que mes sires avoit noriz,

De lor lige seignor senz forfait departiz.

Alix., de toi nos ont li deu traïz;

9910

Se tu poïsses vivre sol .x. ans acompliz,

Tu fusses deus en terre aorez e serviz,

E ti feïssions temples, autiers e crucifiz.

Ha! Deus, molt per es envios e failliz,

Que les malvais espernes e les bons nos ociz."

9915

Or deïst ja merveilles cant il fu aculliz,

Quant dui autre gramaire, Varo et Egeniz,

Li soneront de loing que trop ert esbaïz,

Quant il des deus mesdit, trop est de sens marriz.

Ja chaïst jus pasmez, toz est esvanoïz,

9920

Quant Litonas l'aert, qui l'estreing vers son piz.

Lors commence tel duel e si fait ploreïz,

Se Deus tonast el ciel, ne fust il pas oïz.

 

555

 

Ne tieng pas a merveille se cil ont grant paor

Que voient a lor oils mort gesir lor seignor,

9925

E si ont d'Aristote grant doel e grant paor

Que il voient gesir tot paile e sens color;

Or deïst ja merveilles a cels qui sont entor,

Mais li sanglot li tollent qu'il a pris per freidor.

Lors si sont acoissié li grant e li menor.

9930

Eum. se dreice, qui fu nez de contor;

Quant senti des espices la fumee e l'odor,

Adonc parla un poi a cels qui sont entor:

"Je fui je conestable au roi macedonor

E portai en bataille s'enseigne e s'oriflor

9935

E li aidai a ventre, marcé Dé, mant estor

E mant chastel a penre e mante ferme tor.

Nel di pas per vantance, Deu en trai ad autor,

Que li reis n'ama onquas chivalier vanteor.

Esgardez d'Aristote, vostre maistre dotor,

9940

Que isteit conseilleres al magne empereor;

Exemple i püent penre auquant e li plusor,

Car reis ne deit aver malvais conseilleor.

Encor dist er maitin mes sire a Licanor,

Quant il lo corona a rei d'Inde Maior:

9945

‘Licanor, beaus amis, ne crei(re) losengeor,

Car mil fez en ont terre perdu nostre ancessor.

Princes qui vout entrer en pris et en valor

Deit metre en un prodome son conseil e s'amor

Que lo bien li ensent a faire chascun jor,

9950

Chivaliers ad amer e tenir en douçor;

Hom qui conquerre vout n'ait soing d'autre labor.

Puis que tu conoistras un home a menteor

Qui(l) fara en sa lenga ni engin ni trastor,

Si t'esloingne de lui com del feu d'un caut for,

9955

Car per nature sont losenger traïtor.

Se tu veiz soudaier qui entende a onor,

Si en fai duc o prince, amiraut o contor;

Nel laisier en sofraite gesir ni en error,

Car povertez est pire que n'est febre maior;

9960

Garde qu'il ait en tei mout large doneor.’

Qu'en pois je, Alix., si je per t'amor plor?

Car li tuen don n'avoient ni terme ni sojor,

Ans erent plus isnel que lo vol d'un astor.

Anc neisun escrivan, notari ni conteor,

9965

Car dons qui est escriz fait home atendeor.

Oi! mors, chative chose, dolentre rien, puor,

Ne criem mais ta menace la noise d'un tabor.

Un sairement faz, ne puis faire greignor,

Per cist cors que ci gist desoz cist cuvertor:

9970

Pois qu'Adam mors la poma per lo conseil s'oisor

N'oceïs tu son per ne si bon ne meillor,

E quant li deu ont fait de toi commandeor,

Bien en devent aver li aver grant paor.

Beus sire, hui le[s] tes homes (est) en pene et en tristor,

9975

Et eissi esgarrez com beste sens pastor.

Ja non farai per t'arme preiere au criator,

Bien sai qu'il est lai sus el ciel superior

Ont li angle demeinent grant joie e grant baudor,

Car la joie de terre ont meslee o la lor."

 

556

 

9980

Antiocus lo plore tant que toz en est las.

Riches hom ert e sages e fil lo rei Cleofas;

Antioce fu soe et Alap e Domas,

Puis li acrut son feu de l'onor de Baudas

Li reis qui de doner ni poïst estre las,

9985

Cil li dona la terra de la val Josafas,

La rente e lo treü de la tor Satrepas

E la cité de Meque que pois fu Golias;

Tant li dona de terre li reis macedonas

Dont mant home amagrirent et il en devint gras.

9990

Or lo plaint e regrete, mais ce n'est mie gas:

"Alix., fait il, bel sire, tu t'en vas;

Guerpi as ta masnee; ja mais ne la verras,

Qu'en tel leu vas, ce cuit, dont ja non revendras.

Vos donïez l'aver a foison et a tas.

9995

Hui sont li doçe per del tot venu al pas;

Mout lor est mesceü, gité ont ambes as.

Or poons nos bien dire: ‘Deus! de si aut si bas,

Unquas mais ne venimes a si fellon trespas.’

Ha! Deu, plen de douçor, qui tot lo mont creas

10000

E les .xl. jors de ton gré dejunas,

Garis l'arma de lui del fellon Sathanas,

Qu'en cel ostel nel mete ont conversent li las."

Lors dit a soi meïsme: "Chaitif, que devendras?"

E fiert l'un poing a l'autre e dessire ses dras.

10005

De crïer e de braire i demene tel clas

Que la sale tentist que fu faite a compas;

Pois chiet a terre pasmez dejosta Predicas,

Au cuer a tel angoisse nus hom nel cuidast pas.

 

557

 

Licanor lo marchis tort ses mans e devise.

10010

C'est un chivalier que durement se prise;

Nez isteit de la marche qui detort e devise

La terre as Barbarins del rëaume de Frise;

Mout ert pros e corteis e de grant gentelise,

Unquas mieldre de lui ne nasqui de marchise;

10015

Vestuz ert d'un biface ovrez per grant maistrise,

Mantel ot de samit a une penne grise.

Vers la biere se trait per lo dol qui l'atise;

Il sorleva lo pali qui teneit grant porprise;

Quant il l'ot descuvert, pitosement l'avise,

10020

Gentement lo regrete quant s'alene ot prise:

"Reis de reis terrïens, que anc ne ot coardise,

Ne de malvesté faire un jor de coveitise,

Ja mais ne sera hom de la vostre franchise.

La vostra grant largece ne pot estre anc aquise,

10025

Car ans que tu aüses la richece porprise

L'avoies tu, bel sire, o donee o promise.

Bien ont li .xii. per empleié lor servise:

Chascuns en a el chief corone d'or assise.

Haï! tote franchise, com hui estes malmise!

10030

Avarece est montee, largece a terre mise,

Morte est coma neus contral soleil remise.

Ja Damedeu ne place que je soie ne gise

Jusqu'a qu'aie de cels haute venjance prise

Per quoi ta gent est troble e de dolor esprise.

10035

Molt orent fellon cuer e plen de culvertise

Quant il oserent faire vers vos si grant mesprise.

Certes, si jes pois penre, j'en farai tel justise

Qu'il en sera parlé jusqu'al jor del juïse.

Ne fust pas tel domaige se fust mort o ocise

10040

Tote la gent qui est entre ploial e bise.

Que fait ore Diables que li col ne mi brise?"

A icest moz s'aürte a une piere bise,

Si que lo cuir del front en treis leus la encise;

S'il fust tres fez baignez en l'aive de Tamise,

10045

Ne fust il plus muillez qu'il ert soz sa chamise

Del sanc qui de lui ist vermeil coma cerise.

Il non deïst un moz per tot l'aver de Pise;

A toz cels qui l'esgardent tel pitez en est prise

N'i a celui ne plort tendrement senz fentise.

 

558

 

10050

Aristés se replaint qui ot vout de siraine.

Gentils hom ert de Grice, del parenté Helaine

Per cui Paris sofri lonc tens dolor e paine;

Il ert, ce dit l'estori, sa cosine germaine.

Bels ert, mais il aveit une teche villaine,

10055

Qu'il n'amast nulle dame se ne fust chastellaine

Ne no vout porter armes a jor de diamaine

Ne monter a cival per ferir en quintaine.

Cil regrete Alix. e grant duel en demaine:

"Alix., fait il, ce est chose certaine

10060

Que de totes proëces istïez la fontaine,

Sor trastotes istoit la vostre soveraine.

Reis, vostra belle cars soleit estre plus plaine

Que n'est marbres poliz, e soëf coma laine;

Or est poignent et aspre plus que n'est pan d'avaine.

10065

De vostra bela bocha n'istra ja mais alaine,

Hui maitin ert vermeilla com se fust tenta en graine.

Sire, vos en alez la ou la mort vos maine

Si nos avez guerpi antre la gent faraine.

Sire reis debonaire, en penose semaine

10070

Entrent li doçe per et en fort carantaine;

Il ont hui receü une malvaise estraine.

Nos solions jadis parler de testa saine,

Mais or en est rompue tote la maistre vaine.

Ha! Deus, qui a ta forme feïs la car humaine

10075

E garicis Jonas el cors de la balaine,

Pren venjance de cels per cui ma joie est vaine,

E trabuce lor armes en la terre soltaine."

A icest moz se pasme e baissa son viaire;

Tolomeu li vaillans de conforter se paine,

10080

E lui e toz les autres dont la sale est plaine.

 

559

 

Aridés fait tel duel que nuls hom nel conorte;

Ne si puet detenir que se dos mains n'estorte,

E regrete Alix., que toz les desconforte:

"Esgarree compaigne, quals dolors vos deporte?

10085

Que poirons devenir quant proëce est morte?

Cortesie e largece, serree est vostre porte;

Ja mais ne sera hom que la claf en destorte.

Or poons nos bien dire que largetez avorte,

Ne puet mais remanir que don[er]s ne resorte.

10090

Mors est qui lo mont acuillot en reorte,

Mais un respit i a qui les plusors conforte,

Qu'aprés lui morrons tuit, n'est nus que s'en estorte."

 

560

 

Filotes s'est levez tot dreit en son estaige;

N'ot meillor chivalier en trastot son lignaige

10095

Fors Licanor son freire, ont ot grant seignorage;

E regrete Alix. fortment en son coraige:

"Gentil rei debonaire, estrait de haut parage,

Sor toz reis terrïens resemblïez ymaige;

Ja mais no sera princes qui dement tel barnage.

10100

Reis, il n'aveit cité jusqu'en la terre ongrage,

Borc, villa ni dojon ni fort chastel marage

Dont li prince e li duc ni t'aient fait homage;

Trastuit t'en obesissent e rendent treüsage.

Sire, a vos repairoient e privée salvage;

10105

Vos n'escondusïez ne lo fol ni lo sage,

Anceis lor donïez l'aver de bon coraige.

Tot avez departi, neïs vostre heritage;

Unquas non retenistes vaillissan un formaige.

En vos et en largece aveit bon mariage,

10110

Unquas no la tenistes un jor en sonontage;

Or estes desevrez a tort e per oltrage.

Reis, Deus non poreit mie restorer cest domage.

Gentil reis debonaire, mes duels point n'asoage;

Ja mais non serai liez en trastot mon aage,

10115

Car je vei enforcier lo perillos orage

Que tot lo mont traira a duel et a ontage.

De tot lo mont, bel sire, avïez treüsage;

Or vos estuit ci metre e guerpir en ostage

Vostre cors, bels do us sire; n'i lairons autre gage.

10120

Ha! Deus, qui les Hebrés passas la mer sanz nage

Quant li reis Fareons les chaceit el rivage,

L'arme de mon seignor comant a tel message

Qu'al jor del grant juïse seit a la destra page."

Lors a si grant dolor a poi d'ire no rage,

10125

As ongles de ses mains depiece son visage.

Unquas per Eneas, quant issi de Cartage

E per la mer salee acuilli son viage,

Ni demena tel duel Dido au cuer volage

Com Filotes demoine qui s'aürte a l'estage.

 

561

 

10130

Mout fu plains e plorez li reis de ses barons,

De Surrïens, d'Ermins, de Persans, d'Esclavons;

Neis cil la regreterent d'estranges regions

Que il ot faites mantes persecucions;

Mais desor toz les autres lo plora Festions.

10135

Cil fu plus ses privez, ensi com nos cuidons,

C'unquas n'aveit esté Tolomeu ni Clinçons;

Por quant si n'ert il mie des doçe compaignons,

Mais en s'anfance avoit isté ses noriçons.

Au chavez de la biere se met a ginoillons

10140

E regrete Alix., no mie en conseillons:

"Alix.! Alix.! bel sire des Grisons,

Com est per vostra mors li ciel neirs et embrons,

Li oisel s'atapissent et aba(b)issent lor sons.

Molt nos avez laissez en grans troblecions;

10145

Ce est per les traitors qui firent les poisons

Dont en terre est venue si grant confusions.

Onquas tels chivaliers ni cauça esperons;

Ne vos en pois aider ne doner garisons.

Sire Deus, qual domaige e qual destrucions

10150

Quant li reis est matez per dos de ses pesons;

Mais al traire mespristrent, qu'il i ot traïçons.

Gentil rei Alix., abondance de dons,

Anc amer ne vousistes ni traitors ni lairons;

Mais qui servir vos voust nel fist mie en perdons,

10155

Car plus que no serveit ert grans li guïerdons.

Haï! reis Alix., a qual dol departons;

Je m'en vois aprés vos, que la mort m'a somons,

E g'irai volontier, ne querrai occasons."

Lors deromp ses chevels, sa barbe e ses grenons,

10160

Que toz en fu sanglenz son piz e ses mentons;

Au doloser qu'il fist, ensi com il ere lons

En travers de la biere chaï a ventreillons.

 

562

 

Toz jorz davant lo rei furent li doçe per;

Tant com il jut malades no s'en voustrent torner,

10165

Car molt lor estoit bel qu'il l'oïssent parler,

Molt lor plaist a oïr ses diz a escouter.

Un poi davant ice que il deüst finer

Apella Tolomé, que il puet tant amer,

De la tor de Babel l'a fait aseürer,

10170

As citaens l'a fait e plevir e jurer.

Alix. li reis ne pot plus demorer;

Li bel oil de son chief commencent a trobler,

Lo nas a escortier e la boche a crever,

Sei blanc bras li defaillent qu'il nes poeit lever.

10175

L'arma parti del cors quant n'i puet plus ester.

E quant li reis fu mors, qui les oïst crïer!

Unquas n'i ot un sol qui n'estusse a pasmer,

E quant sunt redreicé, qui les veïst plorer

E detordre lor pons e lor chevels tirer,

10180

Lo rei e sa proëce durement regreter!

"Haï! gentil rei, sire, qual part poirons aler?

Pois que vos estes morz ne savons ont torner.

Ja mais ne marra hom qui tant face a loër

Ne si seüst prodome servir et honorer."

10185

Lo rei ont fait ovrir e l'entraige giter,

Pois ont isnellement lo cors fait embasmer.

Li Greseis l'en voliont en lor terres porter,

Mais nus de toz les autres nel volent creanter,

Illec en Babilloine lo volent enterrer.

10190

Antiocus fu savis si prist a sermoner:

"Seignor, or ne vos caut a tencier n'a chosier,

Car aler en covient as deus per demander

En qual leu li voudront sepulture doner."

 

563

 

Li baron se tornerent, ne si targerent mie,

10195

Per ce que li uns d'els vers l'autre contralie,

Car porter en voliont lo rei en Romanie;

Li uns lo contredit e li autres l'otrie.

Por la noisse abaisser Antiocus les guie.

Dreit al temple Jovis, si com l'estori crie,

10200

Unt fait un de lor sors per molt grant maïstrie.

Li preste qui del temple aveit la seignorie,

E cui li mestiers ert cant hom i sacrefie,

Aprés ce que la messe fu cantee e fenie

As deus a demandé e doucement lor prie

10205

Ont li reis Alix., qui est eissuz de vie,

Deit aveir sepulture; isnellement lor die.

Illec ot un ymaige, de fin or fu plastrie,

E fu desor l'autel trastot dreit establie;

Une vous en issi qui tres bien fu oïe:

10210

"Seignor, en Macedoine nel porterez vos mie,

Ne ja mais Babilloine non ert de lui saisie;

En la grant Alix. ert sa car sevellie,

E qui ce ni fareit il i fareit follie.

Lai avra sepulture, Jupiter li otrie."

10215

"Per fei, dist Tolomeu, ja ceste n'ert guerpie.

La sera il portez s'en pois aver aïe."

E respondi Don Clins: "Ne vos en faudrons mie.

Volontiers vos farons aïde e compaignie."

 

564

 

"Seignors, ce dit Don Clins, commentre lor farons?"

10220

Respont Antiocus: "Bon conseil en prendrons:

Anuit mais, si vos plas, e nos lo gaiterons,

Al maitin per som l'auba nos apareillerons;

Sor un carre d'or fin richement lo metrons,

Li cival lo trairont e nos aprés irons."

10225

E respont Tolomeus: "Se Deu plaist, no farons.

Nos meïsmes a nos cols, certes, l'en porterons

Si li farons honor de tant com nos porons,

Que ja mais a nos vies tel seignor non avrons.

Il nos a mout amez e donez les grans dons,

10230

Si en seit ores ce li premiers guïerdons."

"Per fei, dist Aristés, ce est dreiz e raisons.

Faites faire la biere, si nos apareillons,

E caucez grans solers, traez les esperons.

Vos avrez bien aïe des doçe compaignons,

10235

Ja nes en troverez orgoillos ni fellons."

 

565

 

Une litiere firent adonc appareillier:

Li limon de ciprés per plus soëf flairer,

Les espondes d'ivoire, li quepol d'oliver.

Un riche lit i metent per lo rei sus couchier,

10240

De coute e de coisin lo font apareillier;

D'un blanc drap de Sidoine, que molt fait a presier,

Lo covrirent desovre per la calor laissier.

Seignent soi et escorcent trastuit li chivalier;

Unquas n'i ot roncin, palafren ni destrier,

10245

Car per amor lo rei furent tuit pesonier;

A chascune jornee lo firent bien gaitier.

Unquas ne porent plus en sei jors espleitier,

En Alexandre vindrent al sesme jor entier.

Or devons de la sepulture la verité derasnier.

10250

Des autres puet l'om bien conter e fabloier,

Li un sont veritable, li autre mensonier;

Un tot sol n'en puet l'om envers cestui presier.

S'or istoient ensemble trastuit icil ovrier

Que or sont en cest siegle, per les pons a trenchier

10255

Non fariont un tel, per les membres trenchier.

Tolomeu lo fist faire, que molt ot lo rei chier,

E quant il l'ot fait faire, sil fist plus aut drecier

Que non poiria traire quairel d'arbalestier.

 

566

 

Unquas n'i ot quairel ni pieres ni ciment,

10260

N'une n'i ot pont de fust, n'en i covint nïent;

Dos cens carre d'or et autretant d'argent

Firent autresi moldre com hom molt lo forment;

Lo blanc e lo vermeil i mistrent sagement,

Lo vert e lo bis, trastot mesleement.

10265

Quatre ymage d'ivoire mistrent el fondement,

Et ot chascune teste, per lo mien escïent;

E aveit antres dos de terre un arpent.

Illeques commencerent l'ovre macisement.

La poldre fu soldee a glut molt mastrement,

10270

Une voute i ont faite que bien fu aparent;

Une estace de fer per mei leu i descent,

Lo marbre firent molre avec tot al ciment;

Ensi com l'ovre monte, li gluz al fer si prent.

E sus el plenier estage firent fenestres cent;

10275

Quant l'une meitiez ovre, li autre clot al vent.

Les fenestres sunt faites d'une pel d'un serpent;

Quant vient el mes de mai, que li solels resplent,

Tres per mei cele pel li rais lai ens s'estent,

Car la pel est si clere que rien ne li desfent.

10280

E per l'or qu'est moluz, quant il lo soleil sent,

Ce est vis qui l'esgarde, a trestote la gent,

Que ce est feu espris que si grant clarté rent.

 

567

 

La piramida al rei fu molt grant e lee,

E fu lai sus a mont ensi haute levee

10285

Nuls hom n'i poïst traire quairel d'arbalestee.

Per ce fu en greseis piramida apellee

Que de sol une piere fu tote acuverclee;

Cele fu d'aïmant si fu a fer soldee

Et ot .viiii. piez de lé, ensi fu mesuree,

10290

E .xx. en ot de lonc e fu dedens cavee;

Et ot (ot) i sanc de boef plus d'une grant tonee,

Que ja ne fust la piere en autre sens ovree.

La car au magne rei fu la dedens posee.

La lama dedesus fu molt chier achatee,

10295

Tolomeu i dona d'argent une carree.

Pois ont pris une ymage de fin or tresgitee,

Enz el poing li ont mise une pome doree;

La pome fu molt grosse, tot en reont tornee.

L'ymage fu a glut sor la lama posee,

10300

Ja mais non chaira jus per vent ni per gelee.

Li oil sunt d'un topace dont est illuminee.

Per grant senefiance fu l'ymage formee;

S'or istoit ma raisons oïe et escoutee,

Tot ensi com je l'ai en l'estori trovee

10305

La dirai en romanz, ja ne vos ert celee.

 

568

 

C'est l'ymage lo rei que illec desor gist.

Tolomeu l'endeita a celui qui la escrist;

Ice nos devisa cil qui l'estoire fist.

La pome fu reonde que enz el poing li mist,

10310

Ensi li mons reons qu'Alix. conquist.

Mans princes afola e mans reis en malmist,

Lor terres lor tolli e les treüz en prist;

E quant il ot tant fait, si com l'estori dist,

De fer ne puet morir, mais mal verin l'ocist.

 

569

 

10315

Seignor, aprés ice que li reis fu feniz,

Que il fu enterrez, morz et ensevelliz,

Ans que li .xii. per se fussent departiz,

Que li duel fu passez e li granz ploreïz,

Ec vos un chivalier qui fu granz e forniz

10320

E ot blonde la barbe e li chevels treniz;

De porpre e de samit aveit drap mipartiz,

Mout per ert enseignez e de faiz e de diz.

En la sale descent sor un peron massiz,

E vit les .xü. per dolenz et abroniz

10325

Per la mort d'Alix., dont chascuns ert marriz.

Gentement les salue com hom de sens garniz,

A une part les traist desoz un arc voltiz.

"Seignor, dist li message, entendez, vos merciz:

Je sui hom la reïne Candace de Greniz,

10330

Dont li reis Alix. fist ja de ses deliz;

Ans deman la veirez o mil de ses noiriz.

Je vos dirai novelles dont je dei estre oïz

E de chascuns de vos honorez e serviz,

D'Antipater lo serf qui de Deu seit maudiz

10335

E Divinuspater qui de vos est haïz.

Jes laissai hui maitin en l'isle des Periz,

Per la paor de vos les i vi afuïz,

Penre les i poëz com aucelez es niz."

Tolomeu li respont com hom de sens garniz:

10340

"L'ore seit beneoite que onquas tu nasquiz!

Se la chose est ensi com tu la nos descriz,

D'aver e de grant terre seras per tens saisiz,

E se ce est mençogne, tu seras malbailiz."

"Sire, dist li messages, ne sui pas estordiz;

10345

Si je ni vos i trois dedens les liz garniz,

Si voil estre penduz o en un feu bruliz,

Si mourai primairans, ja n'en ert pris respiz."

"Per fei, dist Tolomeu, n'estes pas esbaïz;

Ja de ceste parole non serez contradiz."

10350

Lors desfublent mantels de porpre e de samiz

E getent en lor dos les bons aubers tresliz

E montent qui ans ans es chivals arabiz.

A l'eissir de la ville fu grans li folleïz;

Li messages quis guie nel fait pas a enviz,

10355

Toz primairans chivauce joans et esbaudiz

Sor un destrier d'Espaigne, les galopés traitiz.

Et a tant chivalcé puis qu'il fu acuilliz

Que il vint devant l'isle ont li sers ot guerpiz.

Un chastel i ot clus de murs e de paliz,

10360

Et entor lo chastel un fossé giteïz

Qui mout ert grant e larges e d'aiga toz empliz.

"Seignor, dist li messages, non soiez esbaïz;

Esgardez que ne faites ne tumulte ne criz,

Tot quitement senz noisse les veirez ja saisiz."

10365

Lors vindrent al fossé, n'i est pas resortiz,

Outre s'en vait a vé dreit al pont torneïz.

Aprés lui s'i est mis Predicas li hardiz,

Que plus coveite as sers detrencer les cerviz

Que triçols en gibiers ne coveite perdiz.

10370

Les pont ont avïez e guischez e postiz

E laissent toz entrer les grans e les petiz.

En une tor de marbre que fermer fist Daviz

Ont trové les dos sers gisant dedanz lor liz.

Eum. d'Arcade les a premiers choisiz;

10375

Ja lor fust mis el cors ses brans d'acier forbiz

Quant li a desfendu Tolomeu e Don Cliz,

E dïent: "Mar or faz, bons chivaliers esliz,

Car blasmez en seras se tu ci les ociz;

Les plusors lo diriont ques avrions traïz

10380

Et en dorment seriont detrenchié et ociz.

Mais per comun esgart de granz e de petiz

Ert chascuns desmenbrez o toz vis enfoïz

O a feu o a flame en caldiere builliz

O tormenté a forces o sor graïl rostiz,

10385

Ja anceis no veiront .xv. jorz acompliz.

Quant il nos estordront, de ce soient toz fiz,

Ja mais n'oiront chanter ne merle ni malviz."

 

570

 

L'om trove en l'escriture, ce dit la gent letree,

Murtres ni traïçons ni puet estre celee,

10390

O a loing o a pres est toz jorz demostree,

E celui qui la fait, veritez est provee,

Estuit morir a onte, tels est sa destinee.

La compaigna des Gres, qui tant est redotee,

Ont pris les dos traitors cant l'auba est crevee.

10395

Entor lor cols lor ont une corde fermee,

E s'en sont retorné meïsme la jornee;

En Alix. vindrent anz assez la vespree.

Per trastot lo païs est la novelle alee

Que li dui sers sont pris, per cui joie est emblee

10400

E la clarté del mont estente et ennublee,

En l'isle des Periz joste la mer betee.

Au descendre qu'il font en la sale pavee

Est la gent del païs tot environ aünee

Per veïr la justice que d'els ert delivree;

10405

Mais anceis que la chose fust tote porparlee,

A tant ec vos Candace amblant per la ferree,

O li mil chivaliers des miez de sa contree,

Chivalcant une mule falvate sojornee.

Desci qu'al temple a mont n'i ot regne tiree,

10410

Lors descendi la dame de la mule afaltree,

Per les degrez de marbre a la tombe est montee;

Illeques s'arestut come beste navree,

Trop bien resemblot chose qui fust enfantesmee.

Dreit a la sepolture s'en est avant passee,

10415

Si dreit com ele la voit, illeques chiet pasmee.

As doçe pers en fu la novelle alee,

Que istoient encor en la sale pavee

Per juger les dos sers, cals sera lor soldee.

Si tost com il oïrent, senz nulle demoree

10420

Aprés la dame vont, pasmee l'ont trovee;

Tolomeu e Don Clin l'en ont sus relevee

E per beles paroles l'ont bien reconfortee.

La dame est desdrecee e tote escavellee,

D'un pali escarimant vestue et afublee

10425

D'une penne ermine de sembelin orlee,

E le blïaut meïsmes a longe gironee;

Chevels ot blois e lons un a un mesuree,

Vars oils com esparvers qui sa penne a müee.

Sa face resemblot, por quant si ert troblee,

10430

Color de rose en mai que naist a la rosee;

Nes e boche ot bien faite de vermeil coloree,

Col e gorçe plus blance que n'est niés sor gelee,

Mameles ot petites, per flans ert bien molee,

Si com nature l'ot portraite e compassee.

10435

O les bontez ert sage, corteise et enparlee;

Se Deus fust doniaires, veritez est provee,

Piece que il l'eüst d'amors araisonee.

Sor un des doçe pers s'est la dame acodee,

De l'aler qu'ele ot fait fu durement gravee,

10440

E com ela se fu longement porpensee,

Si dist une parole que molt fu recordee:

"Deus, tant as en toi follie aünee

E tant si est envie en ton cuer saellee

Un autre chose encore ti fust ja reprochee,

10445

Se l'om no mi tenist a feme forsenee:

Por que as a ceste gent si grant ire mostree

Et estente la lampe dont ert alumenee?

Unquas mais a ton poble non donas tel colee,

De povres e de riches en avras la meslee,

10450

Et a tot lor vivant lor haïne achatee.

Haï! reis Alix., haute chose honoree,

Com est per vostra mort tote honors oltree!

Proëce est abaissee, largece trabucee,

Cortesie est matee, franchece fors gitee,

10455

Coveitise est a cort, avarece montee,

Ja mais per rien que vive non sera(i) rapellee;

Se povres hom i vient, sa raison ert blasmee,

Ne parole que die non ert pro escoutee,

Mais qui de l'or avra ne denier ni denree,

10460

Icel fara sa besoigne, ja no li ert vee.

Cist grant mal nos a fait la mort desmesuree,

Que mainte tel cortine a teissue e filee

Qui ore sera povre e chaitive clamee;

Or a fait son poër e sa force mostree,

10465

Si a fait grant follie, car mens en ert dotee.

Deus, tant es envios, que joie m'as emblee,

Plus n'avoie el mont, ceste m'as enterree.

Gentil reis debonaire, tant pois estre adolee

Quant si tost sui de vos partie e desevree;

10470

Vos estïez la rien que plus avoie amee,

Hui me covient recevre dolorose collee.

Per fei, c'est grant merveille quant ne sui desvee,

Qu'en tot lo mont n'a feme tant bien enparentee,

Dame ni damoiselle, se de vos fust privee,

10475

Ne fust en petit d'ore de grant mal trespassee.

Deus, car mi donas mort, que la li as donee,

C'autrament ne puis estre de cest mal confortee;

Se per tens ne m'ocis, n'i a mester celee,

Je meïsma querrai com ma vie ert finee,

10480

Car la joie del siegle ai je quite clamee.

Li mien bels douz amis, pres del cuer sui navree,

Tant per est grant la plaie ne puet estre sanee,

Mais de ce ne mi caut, car le morir m'agree;

Aveques la vostra arme ert la moie salvee,

10485

El sen saint Abraam hui en cest jor loëe."

A iceste parole est la dame enclinee

E a la sepulture si malament hurtee

Que la place entor li en fu ensanglentee.

Li baron e li prince l'en ont molt regardee,

10490

E quant virent la dame per mei lo sanc voltee,

Merveillose pitez lor'n est au cuer entree;

A trastot lo plus dur en rest sa ire adoblee,

E l'autre gent s'en sont au plorer escrïee.

Deus! tante caude larme i ot illec ploree,

10495

Tante estache rompue, tante robe esciree

E tante clere face d'ongle esgratinee,

Tant chevels derompu, tante barbe sachee.

Per itant recommence lo duels e la crïee;

Ja mais en icest siegle, per tan com ait duree,

10500

Per prince terrïen ne per rien que seit nee

Une si grant dolor ni sera demenee.

 

571

 

Oï avez lo plante la reïne Candace;

Del plorer qu'ele ot fait ot mullie sa face,

La scriture Alix. baisa, acoille et enbrace,

10505

As dens en aracha del cuvercle un topace,

Et ale vet dedenz per mei une crevace

Per escalfer lo cors qui ert freit comma glace.

Eum. d'Arcade s'estuit en mei la place,

Afublez e vestuz e caucez d'un biface

10510

Que li aveit doné la princesse de Trace;

De parler antre gens aveit mout bone [grace],

Ses compaignons apelle, son penser lor deslace:

"Seignor, li clerc lo dïent, sil trovent en Orace,

Plorer ni grant duel faire ne seit hom quel pro face,

10515

Ne plus que li solels fait a niticorace;

Plus vos vei antrepris que beste que l'om chace,

Mais car faisons justice des sers de pute estrace,

Que tant baron ont mis de regle en espace

E lor seignor ocis qui ne dotoit menace

10520

Que nuls hom li feïst, plus que faus la bequasse

Redote envahir quant la fam la dequasse.

Qui les espernera fa Damedeu ne place

Que il ait mais dreiture de rien c'om li mesface.

Je ne lairoie mie per tot l'or de Galace

10525

Qu'anuit o al maitin a mes mains nei desface;

Se chascuns endreit sei venjance n'en porquace,

Nos semblerons Lombart qui assalt la limace."

 

572

 

"Seignor, fait Tolomeu, franc chivalier vaillant,

Façomes la justise merveillose e grant

10530

C'unquas ne fust tel faite des lo tens Moïsant.

Volez vos c'om les mete enz en un feu ardant,

O escorcier toz vis o pendre a un aramt

O enfoïr soz terre o enlarder com faisant,

Traïner a roncins o neier maintenant,

10535

O eignier toz a mes et a moscas manjant?

Dites en vos talens tost et isnellemant."

"Seignor, dist Aristotes, tot ira autremant;

Tel justice en farons per lo mien esciant

C'onquas ne fu tel faite dé lo tens Moïsant.

10540

Ja n'i metrai ma main ne nus autresimant;

Faites les jejuner .viii. jors plenierement,

Que ja n'aient viande nulle, petite ne grant.

Quant avront jejuné que ne poiront avant,

Despulliez les toz nuz, ja n'i ait vestimant,

10545

En un leu les metez andos estreitemant.

Per la fam qu'il avront la destreite ert si grant

Que mangera l'uns l'autre tot lo monde veiant."

Li doçe per s'escrïent que illec sunt presant:

"Maistre, cist sera faiz, ja non ert autremant."

 

573

 

10550

Quant toz li jujament fu faiz e devisez,

De petiz e de granz fu bien acreantez;

Les dos traitors si ont en la cartre gitez,

Viii. jors pleniers les ont bien afamez;

Mantes fez s'est chascuns de l'engoisse pasmez.

10555

Lors les ont despuillez si com il furent nez,

En un mur les enclostrent que ne fu(rent) gaires lez

E fu auz catre toises quant il fu mesurez.

La les ont amedos et enclos e serrez;

Toz li pobles i fu a cel jor amassez,

10560

E montent as fenestres et as murs bataillez,

Sor maisons e sor tors e sor arbres ramez,

Que tuit volent veïr coment ert afinez

E le sire vengiez qui del mont ert clartez

E dont li siegles ere clars et illuminez.

10565

Cel jor furent li dui de manz homes gardez,

Li uns esgarda l'autre com si fust forsenez;

La fam que les argüe les a si esfreez

Qu'il manjeront lor mans e lor dez ont quassez.

Antipater parole, qui esteit li ainz nez:

10570

"Di va! qual la farons? Joie nos est finez,

Ja mais n'avromes joie quant cist ert afinez,

Car selonc lo servise si esterons paiez.

Si stai a une part, je serai dedelez,

Si atendons la mort e les mals aprestez."

10575

Cil li a respondu: "De follia parlez.

Je ai de fam tel angoisse toz sui desesperez;

Vos estes gras e tendres e fres e sojornez,

Per la vostra merci un petit mi sofrez

Tant que de vostre cors mi soie saollez,

10580

Pois refaites del mien totes vos volontez."

 

574

 

Li dui serf furent mout de la faim angoisos,

E regardent lo mur ou il erent enclos;

N'i a cel de mangier ne seit molt angoisos,

Li uns coveite l'autre, que en fust bien saols.

10585

Ensi s'antrecorrurent com se chascuns fust los,

O les dens s'antremordent e les bras e les cos,

Derompent sei la car et en curent les os.

Antre la fam e l'ire qu'il avoient antr'os

Ni laisent car ne pel en ventre ni en dos,

10590

Les büeles lor chaient per pertus e per dos

Tant que furent des plaies destreiz et engoisos.

Li morsel qu'il fasiont erent mervillos e gros,

Neis lor cuer de lor ventres se mangeront andos.

Deus mostre(nt) ses miracles de les sers amedos,

10595

Li diable d'enfer sont venu antre lors

O chaenes de fer, o maçues, o cros,

Que les en ont porté en enfer amedos,

Que bien lo pot veïr li sages e li fols.

Unquas rien n'i remaist n'aureille ni ceveos;

10600

En tel mainere fu venjament fait des dos

Que la candela estindrent dont li mont remest blos.

 

575

 

Mors fu (li) reis Alix. et a sa fins alez,

Molt fu de ses barons e plans e regretez;

En auta piramida fu bien per dreit levez,

10605

Si com l'estori dist, et il est veritez;

Se il fust crestïens, anc ne fu tel reis nez,

Si cortés ne si larges, si sages, si membrez,

Si cremuz en bataille, ne d'armes redotez.

E nen ot que .xv. ans quant il fu adobez,

10610

E quant il en ot .xx., si fu reis coronez,

E .xii. ans regna, itant fu ses aez,

Si que de tot lo mont isteit sire clamez.

Nequident ces .xii. ans fist il .xii. citez

Dont li mur de chascune fu autement fondez;

10615

Bien le vos nomerai, s'escouter mi volez.

Li nons au magne rei i fu primes posez,

Et oëz l'aventure per que il fu trovez.

Lo jor que Bucifal fu mort et afollez

Fist il la primairana, si com oï avez;

10620

Enprés Bucifala en fu li nons trovez.

 

576

 

Aprés en fist un autre que sor un mont leva,

Alix. Montese pernce si la clama;

Et une autre Alix. lai ont Porrum tua,

Alix. Pori per ce si l'apella;

10625

Et Alix. en Frise, quant conquerre l'ala,

E lo nom de la terre [o] lo suen i posa;

E la grant Alix. quant Egypte restaura,

Icele fu la mieldre e que il plus ama,

La fu sa sepulture, si com l'estori va;

10630

Et une en Babilloine que il aprés fonda,

Ont l'amirals fu mors qui vers lui s'adreiça.

 

577

 

Haï! reis Alix., com gentement ovras,

Que n'aüs que .xx. ans quant corona portas,

Et en .xii. ans aprés tot lo mont conquistas,

10635

Et en ces .xii. ans .xii. citez fondas

Et en chascune d'eles lo tuen nom i posas.

Les .vi. en ai nomees si com tu les nomas,

Les autres nomarai, que je ne faudrai pas.

Tu feïs Alix. as pois Mesagitas,

10640

Pois en feïs un autre dreit as pois Orgalas,

Ice sont dos contrees ont hom fait riches dras;

Et as pois Gramancons une autre en restoras,

Ce ert uns reis qui per force meïs de haut en bas;

Pois en feïs un autre, richement la poblas,

10645

Alix. fu dite et as pois Troadas;

Sor l'aiga de Tygris la doçesme restoras,

V. letres de greceis es murs escrites as.

 

578

 

Per quoi il fist ces letres jel vos sai bien a dire,

Qu'Alix., qui fu de tot lo monde sire,

10650

Del lignage Jovis, - e si fu de sa tire,

Si cel fu deus en cel, cist ne fu mie pire, -

Xii. citez fonda; le tres i fist escrire

Que rien n'i gaagna cil qui l'esmut per ire,

E qui lo corroça anc ne puet a loing rire;

10655

Trastoz ses malfaitors a livrez a martire.

Qui l'ocist a verin la mala mort [le] fire!

 

579

 

Molt fu pro Tolomé, si fist grant cortesie

Quant en sa sepulture fist escrire sa vie.

Or m'entendez, seignor, se Deus vos beneïe.

10660

Cui Deus done lo sen, il nel deit celer mie,

Mais si deit garder que a tel gent lo die

Que dignes seit d'oïr, car cil fait grant follie

Que antre les porcels gete sa margarie

Et avec lo forment semene jerjarie.

10665

Tels se fait molt cortés plens est de villanie;

Avarece est montee e largece faillie,

Bontez est refreidie si monte fellonie.

Oïz est cil qui serf de losengerie,

Servisis est perduz s'aver ne li aïe.

10670

Per ce lo di, seignor, si Deus me beneïe,

Ne voil que ma raison seit de tel gent oïe

Qui(l) ne sache entendre que ele senefie.

Qui cante de mensoigne s'arme est pres de perie;

Qui villan vout aprendre de chivalerie,

10675

De buscart faire ostor, sa pene est perie;

Icels est fols provez, la letre le nos crie.

Salamons fu molt sages qui ce dit et otrie:

Costume enseigne a home cil qui bien lo chastie,

Mais nature a a loing tote la seignorie.

 

580

 

10680

Seignor, ceste raison devriont cil oïr

Que sont de haut parage et ont terre a baillir.

Li gentils hom malvais, cil fait molt a aïr,

Qui volt aver servisi e donc nel set merir.

Princes qui terre tient envit devreit mentir,

10685

Mais proëce e largece aice fait bien terre tenir.

Ice fist Alix. essaucer e geïr,

Que il conquist lo mont trastot a son plaisir.

Molt per i ot sage home, anc non volst consentir

Losenger entor lui, anc ne volt car tenir.

10690

Hom qu'entent a honor, cel ne pot pas faillir,

Mais que en cel leu entende ont per dreit pot venir;

Cil qui se desmesure i puet molt tost cheïr.

Hardiz fu Alix., anc non deigna fuïr;

Si fu larges li reis, se nuls lo volt servir,

10695

Unquas de son servisi ne si pot repentir.

Bien sot cui dut doner e cui il dut tollir,

Coment il dut doner tres bien lo sot veïr,

Segont ce qu'il istoit sot doner e partir;

E quant vint al besoing, bien le sot esbaudir,

10700

E bien sot en estor tot primerains ferir;

Anc no volst a nul home sa malvasté covrir.

 

581

 

Li gentil chivalier e li clerc sage e bon,

Les dames, les pucelles, qui ont clere faiçon,

Qui savent de servisi rendre li guïerdon,

10705

Cil devont d'Alix. escouter la chançon.

Or si traient arriers li avol, li fellon,

Car ja ne lor fareit li oïr se mal non;

Li cuer lor endurissent encontre la raison.

Fous [est qui] d'esparver cuida faire buison,

10710

Ni de roncin destrier, ni de livrer gaignon.

Nature e noriture demenant grant tençon,

Mais a loing vai[n]t natura, ce dit en la liçon;

Si en trag a garent lo sage Salamon.

Alix. lo dit e mostra per raison:

10715

Fols est qui conseil creit de serf ni de fellon

Ne qui fai de nuls d'els prince de sa maison;

Se gaaing i puet faire, ne dote traïson;

Si devriont prendre exemple li prince, li baron.

Hardiz fu Alix. e plus fiers de lion

10720

E sages de parler, larges per doner don;

Per ce ot tot lo mont en sa subjection.

Qui trastot volt tenir tot pert en abandon;

Sovent i pert grant chose per malvaise ocaison.

 

582

 

Li reis qui per dreit vout son rëaume governer

10725

E li duc e li prince qui terre ont a garder

E cil qui per proëce volont re[n] conquister,

Cil devriont la vie d'Alix. escouter;

Se il fust crestïens, onquas ne fu tel ber.

Reis ne fu plus hardiz, ni miels seüst parler,

10730

Ni onquas ni fu reis plus large de doner,

Ne de chivalerie tant feïst a loër;

Pois qu'il fu mors nus hom no vit son per;

Plus donast Alix. qu'autre n'ossast penser.

N'est dreiz ja la escoutent li avol, li aver;

10735

Tot autresi est d'els, tres bien l'os afermer,

Com il est de l'asne qui escouta ad arper.

Assez vos en puet l'om longement deviser,

No dirai plus avant, ma raison voil finer.

 

583

 

Ci fenissent li livres, des or est bien mesure,

10740

Del bon rei Alix., qui tant ama dreiture.

Sor la tombe de lui ont fait mainte penture,

E de mer e de terre, de tote creature.

Li Gré s'en sont tomé la petite ambleüre,

Alix. remest dedens la sepulture.

10745

Deus li face merci, qui fait la nuit oscure,

O'il onquas en nul tens ot de nul home cure.

Ci fenissent le livres, l'estoire plus no dure.