RIALFrI

L'Entrée d'Espagne 2, secondo quarto XIV sec., Padova

Anonimo Padovano, L’Entrée d’Espagne. Rolando da Pamplona all’Oriente, a cura di Marco Infurna, Roma, Carocci («Biblioteca medievale», 133), 2011.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena; contributi e revisione testuale di Sira Rodeghiero e Floriana Ceresato
Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Lemmatizzazione del testo a cura di Floriana Ceresato

Permalink:

 

  TESTO MODIFICHE ALL’EDIZIONE  

 

In questa prima fase il testo lemmatizzato dell'Entrée è parziale e corrisponde ai versi pubblicati da Infurna nel 2011, per i quali, tuttavia, valgono le note di revisione all'opera complessiva già pubblicate a corredo dell'edizione digitalizzata del RIALFrI.

L’edizione di riferimento di Thomas 1913 è stata collazionata con l’edizione parziale di Infurna 2011 che contiene le lasse: 1-7 (fino al v. 169); 10 (fino al v. 279); 386-393; 423-426; 429-435 (fino al v. 10042); 437 (dal v. 10080 al v. 10089); 438-439 (fino al v. 10136); 444-452; 458 (dal v. 10552 al v. 10563); 459 (fino al v. 10600); 477-492 (fino al v. 11362); 497-564 (fino al v.13253); 566-595; 607-609; 614-615; 619-621 (fino al v. 14492); 628 (dal v. 14633 al v. 14647); 629-681.
Tutte le innovazioni contenute nell’edizione di Infurna 2011 rispetto a quella di Thomas 1913 sono state accolte, fatta eccezione per i casi contrassegnati da un asterisco che, costituendo dei refusi di stampa, rendono necessario l’abbandono dell’edizione di Infurna 2011 per conservare la lezione corretta di Thomas 1913.
Di ulteriori possibili miglioramenti al testo dell’edizione di Thomas 1913 congetturati da Serena Modena si dà conto nella terza colonna dello schema qui sotto riportato (in particolare per la sostituzione del perfetto avrent con aurent la studiosa ha ritenuto opportuno seguire l’indicazione di Infurna 2011, in nota a p. 396). È stata inoltre accolta la proposta di Alberto Limentani di ripristinare la lezione Aresse del manoscritto (la regione serba Rascia) al posto della congettura Gresse ‘Grecia’ di Adolfo Mussafia accolta da Thomas a testo (cfr. Alberto Limentani, Venezia e il “pericolo turco” nell’Entrée d’Espagne, in Id., , L’«Entrée d’Espagne» e i signori d’Italia, a cura di Marco Infurna e Francesco Zambon, Padova, Antenore, 1992 («Medioevo e Umanesimo», 80), pp. 358-378, alle pp. 363-364).
Per quanto riguarda la numerazione dei versi rispetto all’edizione di Thomas 1913, è stato corretto l’errore che a partire dal v. 8120 della lassa 344 si protrae fino al v. 8935 della lassa 382, dove – in conseguenza di un ulteriore refuso – la numerazione riprende corretta. Altro errore di numerazione parimenti corretto rispetto all’edizione di Thomas riguarda il primo verso della lassa 485 che è da numerarsi 11090, anziché 11091. Alla luce di queste correzioni, i versi complessivi dell’Entrée d’Espagne vengono quindi ad essere 15804.

Lassa Verso Ed. Thomas 1913 Ed. Infurna 2011 Modena 2012
225tensersaucer
348scristscrit
696qeque
7139qiqui
10241noznos
244obli aoblia
251LorsLor
256troitrois
262peïspëis
27573GresseAresse
1172870avrentaurent
1202937avrentaurent
3869035tenti n’atentina
4259842-44 E par deça dariere serunt li arceor.
Ne dotez par dela e ne aiez paor;
Ferai barer l’estree degrant travaus d’albor.
Ferai barer l’estree de grant travaus d’albor,
E par deça dariere serunt li arceor.
Ne dotez par dela e ne aiez paor;
4299919JusqueJusquez
9919CesarieCesaire
43810098crousoit enviscrous oit en vis
43910120l’on li gietel’on li li giete
10127forçorfortor
44410234avrentaurent
44810318avrentaurent
45210423BabiloniefistBabilonie fist
47810957danieDavie
48111022QeQ’a
48711156guermenteguaumentot
49211341sor*por
11356si vos . . . . . la croissi vos en faiç la crois
50111523rapinerapuie
50811747beneüréde vers aire
50911766n’ist et faitesnaist et faistes
11767fievre misfeuvre i n’is
11768sor*sot
51011804que*qu
51311861cant a oï nomertout a renouveller
11861-11862congettura l’omissione
di un verso
52212094(bien monte, qi les list)bien monté, q’il eslist,
52312122né su je e norit.ne se jüe ne rit.
52512174convenantconvenant:
52812240socorson cor
53012300mont retémort gieté
53112332Encué me croiEncué je me croi feir
53212336D’ester ne garde,De Sernegarde
53912498valt*vait
54012513Soror estoit dou roy Tuaparly Son drus estoit; dos rois tua par ly
12514Cil le prend, cui tot le sang orgully E cil le prend, que tot s’an orgully
12518MontMout
54112540L’ardiLe roi
54412597montentmenent
54612685aüsesaises
54812749je chuntradizonj’en chuntradizon
12754hon.hon,
12758braissonraisson
54912779qu’ais fait mens, et si le desdis qu’ais fait, meus est si le desdis
55012795lela
55112820meudremendre
55212906de ma compagniepor ma cumaindie
12907de Persse;de Persse
55613020cesDes
13021fantfist
13022aïrousaïrous?
13023jüer a gabous,jüera a gabous.
13024in l’infernin l’ifern
55813058bonsbon
55913093duch ou de plus bais?duch? On de plus bais
56013112dounadonna
56213176brancetrance
56613284molt*moit
56713327pailatinpallatin
13329QuePué
13329brinrin
56813338In ces jorUi ces jor
57013367unsvers
57413481nostrevostre
57513513cuisençoncuniençon
57613539iruntvont a
13546duchduc
57913617monténouté
13628grant*gram
58413753apent,apent.
13754chomandement:chomandement,
59413962OnOu
59413969acoubler,acoubler ;
13970QuePué
60714249RolantRollant
61414351(Ce nos conte l’istorie)
finer
Ce nos conte l’istorie
fauser
61514383Li ne vaut ni menace,Li ne vaut, ni menace
63814854E trestot nu pié l’angleE trestot nu pié en langle
64014896qant avin çaqatre an en ça
64114929A ce qe il parole en leurA ce q’il le parole en son
64214944cançonCaton
64515099sin insisi n’insi
64615012-15014congettura l’omissione
di un verso
64915082Un pome, et or sont dos,Et un pome, et or sont dos
15082ele·lel
65115104vinsvin
65215122-15122congettura l’omissione
di un verso
65415175mortielmorteil
65515184la sofrançel’esjuançe
65615198[n’]encontraiencontrai
65715221espeeestree(correzione in nota)
66715432l’entende ou luell’en tonde ou luel
15436aiuelaiuel:
67015479Le cuer en oit si tendreLe cuer oit si tendrer
67415581lui met en no fiançelui me met en ofrançe
67615632Recuit le maieRecu et l’emaje

 

 
 
 I
 En honor et en bien et en gran remembrançe
 Et offerant mercé, honor et celebrançe
 De Celui che par nos fu feruç de la lançe
 Par trer nos e nos armes de la enfernal poissançe,
5Et de son saint apostre, qi tant oit penetançe
 Por feir qe cescuns fust en veraie creançe
 Que Per e Filz e Spirt sunt in une sustançe
 - C’est li barons saint Jaqes de qi faç la mentanze -.
 Vos voil canter e dir por rime e por sentençe
10Tot ensi come Carles el bernage de Françe
 Entrerent en Espagne, et por ponte de lançe
 Conquistrent de saint Jaqes la plus mestre habitançe.
 Ne laserent por storme ne por autre pesanze:
 S’il n’aüsent leisié par une difirnanze
15Que lor fist Gaenelonz, le sire de Maganze,
 Coronez eüsent, n’en soiez en dotançe,
 Roland, par chi l’estorie et lo canter comanze,
 Li melors chevalers que legist en sianze.
 Ben le vos dirai jé, s’un poi fetes sillanze.
 
 II
20Segnors, ceste cançons feit bon ver escouter
 Par çascuns q’en bontez veult son cors amender.
 Ceste feit asavoir cum hom se doit pener
 D’esamplir la loy Deu et as povres aider
 Et li chevalers pobres au besoing visiter,
25Les orfanes et les veves mantenir e saucer.
 Par ces vers qi ci sunt poroiz oïr conter
 Cumant le bons rois Carles, il et li douçe per
 Entrerent en Espagne par Rollant coroner
 E le chemins l’apostre saint Jaqes recovrer.
30En sagrament l’avoit Carlemaine au vis fer,
 Mais oblïez l’avoit et n’i voloit aler.
 A loi de peregrins li vient a reveler
 Li bon sant il meïme, sil prist a menacer
 Que, se il no li aloit, il avroit engombrer.
 
 III
35Or poroiz vos oïr por veritez provee
 Comant dou parlamant fu fete l’assemblee
 Et li sagramant feit de conquerre la stree
 Que as boens peregrins stoit tolue et vehee.
 Molt avoit grant mester ch’ele fust recovree:
40Par tote gent estoit guerpie et oblïee;
 Mais por le bon Rollant fu forment chalonçee.
 Feragu en recuet la primere soudee,
 Quant se combatirent amdos terce jornee:
 La cars au Saracins, que stoit fors et faee,
45Ampués trenza li cons decique la coree.
 Savez por quoi vos ai l’estorie començee?
 L’arcivesque Trepins, qi tant feri de spee,
 En scrit mist de sa man l’istorie croniquee:
 N’estoit bien entendue fors que da gient letree.
50Une noit en dormand me vint en avisee
 L’arcevesque meïme, cum la carte aprestee:
 Comanda moi e dist, avant sa desevree,
 Que por l’amor saint Jaqes fust l’estorie rimee,
 Car ma arme en seroit sempres secorue et aidee.
55Et par ce vos ai l’estorie comencee.
 A ce qe ele soit e leüe e cantee.
 
 IV
 Sa cort tient Carlemaine a Asie - la - Capelle;
 Ses barons li avoit d’iloc trosqu’en Bordelle,
 Bertons e Pitaïns; gent li avoit tro belle:
60Grant honor lor a feit li rois qe les capdelle.
 El paleis fu Carlons, par delez la torelle,
 Sor aute sege assis, en mains une verçelle,
 Entor lui ses barons, dont i avoit a mervelle.
 Un poi pense le rois, sa mains a sa maselle,
65Pués a levez son cief, les barons en apelle.
 « Segnors », dist l’inperere, « per la Virge pulcelle,
 « Miracle vos dirai que Dex nos aparelle:
 « Troi nuet a trapaseis que moi part in ma çelle
 « Uns peregrins davant, que manace e revelle
70« Qe je aille ostoier sor la gient de Tutelle,
 « Qe ne creent Jesus e sa santisime ancelle,
 « E qe trosqe saint Jaqes, qui est eu reng de Castelle,
 « Je afranche son chemins e sa droite santelle.
 
 V
 « Oiez, barons », feit Carles a la barbe florie,
75« Troi nuet l’une pres l’autre, que ne dormoie mie,
 « Demonstrez m’est saint Jaqes, que fort moi contrallie
 « Que je aile ostoier sor la gent Paganie,
 « Si com je l’ai promis au filz sante Marie
 « Et au barons saint Jaqes, cui ai ma foi plevie
80« Que je restorerai son chemins e sa vie.
 « Jel jurai soz Vïene, en la praerie,
 « Quant de moi e Gerard fu la gere finie
 « E fu la pulcelle Aude por Rollant creantie;
 « Et vos lor promitistes, avant vostre partie,
85« La corone d’Espagne, si Dés vos donast vie:
 « Je demand la promise, saciez qe ne la oblie.
 « E pués ne veul q’il soit ma parole mentie
 « D’aler en la Galiçe: je vos en quer haïe.
 « Jameis non finirai si ert la voie ravie
90« D’aler au saint apostre que tient la Paianie.
 « Mon tresor met avant et ma grant manantie;
 « E je meisme i firrai de ma spee forbie
 « Plus que ne fis quant je tornai en segnorie,
 « Quant je fui forscacez de France por envie.
95« Respondez li meilors; ma parole est finie ».
 
 VI
 Segnors, vos savez ben que travail e repois
 Contralïent l’uns l’autre cumme triaqe e thois.
 Quant l’om a reposer s’est mis del jor al mois
 E qe il n’a sintiz ni afan ne sordois,
100Quant vient al chef de l’an, se metre le vorois.
 A traval de labor, grant poine li avrois.
 Tot ensi la ferent e mostrerent François
 Que molt les agrevast la parole le rois.
 En desduit herent mis de rivere e de bois
105E a spendre et doner et diners et hernois.
 A donoier pulcelles e dames en secrois:
 Enruçenés herent lor acerez corois.
 Dex aing avoit pascez, ce nos conte el cronois,
 Qu’il n’avoient estez en guere n’en campois.
110Quant oirent q’il iront et al cault et al frois,
 La moitez des barons mostrerent qu’il l’in pois.
 Primers levant parla Galés de Vormendois,
 De plus sages en cort n’avoient mie trois.
 « Par foi », feit il, « seignors, il ni est mie drois
115« Que nus sire de tere, roi ni dux ni marcois,
 « Por ensogne q’il face se mete en tiel destrois
 « Q’el n’en posse torner senz mervellos sordois
 « E qe ses animi de lui facent gabois.
 « Si Deus me dona bien et grant pas e repois,
120« Je firai grant folie se je ne le conois.
 « Mais le force au diable est si montee el dois
 « Que nos firont seillir al doloros gallois.
 « Qui tot veult, trestot perd, ce savez, mantes fois.
 « Donc non cognoisez vos Galliciens et Speignois,
125« E qi sunt Catallains et les Aragonois?
 « Ne se lairont tolir del lor veilant un pois,
 « Qe cier non soit vendus as branz Saracinois
 « Tard estes avehuz d’abatre lor bofois.
 « La conquise saint Jaqes, s’il sera par mon lois,
130« Laserez sor nos filz qe veniront depois;
 « E n’encargez tiel fais que voz morez del pois ».
 
 VII
 - Se Diex m’ait », fet Rollant, « qe ben parle Galés,
 « Il et cescuns qi sunt d’altretel voluntés!
 « Car qi dit son voloir non doit estre blasmés.
135« Dan Galés, ge voil ben que une riens saciés,
 « Que noz voz conoisomes, ne voz an corocés,
 « Vos et vestres lignaje, et comant nos amés:
 « L’onors vestre seignors ne amastes jamés.
 « Mal ait qui vos fist duc ni de consoil privés,
140« Quant en ses grant domaje vestre sir conseilés!
 « De cui conoscez voz le bien que vos avés?
 « Da Deu et da Carlons: or les en mirités!
 « Ores oit bien, ce croi, .x. ou nuef anz pasez
 « Q’en periloz repois et plains de vanités
145« Et vos et tot cestor sunt estez et regnés
 « Et a deseriter les pobres orfanés;
 « Les criminaus pecez sunt sor vos amassés,
 « Les armes et les cors de voz sunt engajés
 « Au diables d’anfers: quant les rechatarés,
150« S’a cist pont orendroit ne voz en empensés?
 « Et je di et consoil qe le primer soiés
 « A entrer en Espagne, ne plus mot non parlés.
 « Ne voz amerai mays par vestre malvaistés:
 « Mielz valt sovant taisir q’estre trop averbés.
155« Seignors barons », dist - il, « q’estes ci asemblés,
 « Remembre voz la grant desloiautés
 « Qe vos a feit Marsille des le tenz trapassés,
 « Qe promis a cist roi, de soz Vïene al prés,
 « Fealté et homaje, et menti son hom liés,
160« Quant Girard le mena, l’orguelos deu Fratés,
 « Por confondre et destruir vos et Cristinités.
 « Se vos avois vis d’omes et conosanz soiez,
 « Jamés cil grant oltraje oblïer non devés.
 « Par lui ne fu manqise et de sa voluntés
165« Qe ne fusez destruz, oncis et esilés.
 « Or est venuç le terme et le pont arivés
 « De venger Deus et vos. Ja sui je aprestés,
 « Cun .xx. M homes de la Glixe soudés,
 « De estre primirans trestot entallentés.
  [...]
 
 X
 Aprés li contes Gaines se dreça Salamon.
 « Segnor », dist il, « vor dist dan Gaenellon,
 « Car qi puet achever sans gerre et sans tençun
240« Ce qe volomes querre au roi Marsiliun,
 « Qe il nos devroit rendre de droit et de reison
 « E mander les trebuz des trepasiez seison,
 « Je ne voi ci nus home cui ne fust biax et bon.
 « Mais il oblia dire et mostrer la reison
245« Por quoi mander Marsille seroit ben en perdon:
 « Il nos a tant qe rendre que nel valt Aragon.
 « Et nos afermez somes qe ne lui ne nus hon
 « Por forçe non tendra dou nostre un esperon.
 « Se lui mandons mesajes, ne le sant si bricun
250« Qe il n’entende bien que le desfïeron;
 « Lors se poroit garnir tantost en un randon,
 « Que pois ni il toresez ni castel ni dongon.
 « Mais, al loer de moi, savez que nos faron?
 « N’i soit plus afiaille com dau los au montun.
255« Ci a li mois de mai et la douce seison:
 « Da cist jors a troi mois le ost asenbleron,
 « Le primer jors d’agust, qe la semenason
 « Sera ben recolue, et nos departiron.
 « Mais ne se veult la cose spoblier a nus hon,
260« Que si tost n’ait Marsille mesaje ne spion
 « Com serons in sa terre a coite d’esperon
 « A ardoir le peïs, ni i remagne maison.
 « Avant qu’il s’an perçoie, tiel schec lor doneron,
 « Mal le savroit mender ne il ni Falsiron.
265« E qi ne veult venir a ceste enqisiçon,
 « Merci claim a Celui qi sofri passion
 « Q’il en face venjance qui s’afeit a fellon.
 « Qui veult venir, sun anime ara remision
 « E por rendre dou bien a Rollant geerdon.
270« Troi conquises façomes, la prime en venjason
 « De Deus, le Rois cellestre, et de sa passion;
 « La segunde por Carles, qe l’on doit por reison
 « Mantenir ses honors, en qel part qe il son;
 « La terce por cestui, che moi senble a bricon
275« Quant il veult contrafere li filz roi Filipon:
 « Il a bien le voloer, mais trop li falt li don.
 « Diex! car alons por lui sor la jeste Neiron;
 « Atendomes a lui nostre promission:
 « Il en avra l’onor et nos l’avoir prendron.
  [...]
 
 CCCLXXXVI
 De cevaucer a Noble Rollant dou tot pensa;
 Pues qu’ensi dise Bernars, ja por riens non leira.
9020A l’oriflame torne, Ogier en apella:
 « Duc, tenez l’orieflor et remaniroiz ça;
 « Cevaucer veul en leu o gaagne sera,
 « E .v. c chevalers avec vos remanra. »
 Le Denois, quant l’oï, par pué non forsena.
9025« Mal dehait », feit le duc, « qui rier vos estara
 « E la u Rollant veit qui nun le segira!
 « Mal ait, quant sir folloie, qi non folleiera! »
 Aprés ceste parole Aymier en apella
 (Quens estoit de Caalluns, en lui mout se fia);
9030L’orie ensaigne li baile, dousemant le preia:
 « Remerroiz ici, frere, tant qe li roi venra.
 « E n’aquisez Rollant: Diex seit qeil part el va! »
 E cil seisi l’ensaigne, qe de paor trembla.
 Cinque cent chevalers li Donois lui baila.
9035Aprés ce dan Rollant son oliphant sona
 Par si tras grant vertuz qe le camp tentina;
 S’ansaigne feit partir; Yvolie la porta.
 Li quens dist a ses homes: « Seignor, or i para
 « Qi por peine sofrir honor conquier voldra;
9040« Seüremant venez, ne vos esmaiez ça. »
 Lor cevaucent a force, pues q’il le comanda.
 Les doçes piers de France formant s’en esfrea;
 Hestous, le duc de Lengres, Oliver regarda.
 « Ja verois vos », fet il, « ou cist fols alera;
9045« Ja verois qu’en bataille son oncles garpira
 « E menra nos en leu o mai non estordra. »
 Oliver respondi: « Diex seit qe divira!
 « Avegne ce qe poit, que mun cors n’i faudra. »
 
 CCCLXXXVII
 Se la fusez le jor es prés soz Pampaloine,
9050La ou li quens Rollant son oliphant retoine:
 O lui cevaucerent tantes noble persone
 Qe por honor conquere ont durez mainte poine;
 O lour ne porterent pains ni vins ni avoine.
 E Bernars treit de dos sa sclavine esclavoine
9055E le capius de cief, dont senbloit un canoine;
 Au plus tost qe il puet a vestue la broine,
 L’eume s’alace, et cent le brant de Macedoine,
 E monte au bon destrer qe Tiris li amoine,
 Le escüer Rollant qe pués fu duc d’Ardoine.
9060Vers Noble s’adrecerent, pres le poi de Jeroine,
 Tasans et enbruncez, qe nuz mot non i soine.
 Or les condue Diex et sante Madeloine
 E cil buen saint par cui il sont en tiel estroine!
 
 CCCLXXXVIII
 Un pué chevaucherent François ainz la vespree
9065E segirent l’ensaigne Rollant escarteree;
 Asez i a de ceus a qi mult desagree
 Laser l’anpereor en dure e fort meslee.
 Par delez uns boscaje ont la plagne pasee,
 Del tertre de Jeroine poierent la montee,
9070D’autre part descendirent en la scure valee;
 Par une gaste lande s’est l’ost achaminee.
 Bernars bien les conduit, qe savoit la contree.
 Les baruns cevalcerent, cescuns teste basee;
 Ne savent en qual part soit lor voie adrecee;
9075Li uns regardent l’autre coiemant, a celee.
 « E Diex! » feit l’uns a l’autre, « cum feite desevree
 « Feit Rollant de son oncle, sainte Vergen loee!
 « Par lui puet encui estre tote l’ost periliee.
 « Quel part alomes nos? Ou est nostre oubergee?
9080« Ne troveromes tere ne soit deseritee. »
 Al trepaser d’un’eive se fu l’ost arestee;
 Avant qe tote l’ost soit d’autre part pasee,
 I avroit maintes paroles dites e divisee.
 
 CCCLXXXIX
 François s’aresterent devant le guez parfunt.
9085Hestous e dan Gerard a Oliver s’an vunt.
 « Jantil duc de bon aire », ce dist Gerard le cunt,
 « Tu qe des feiz Rollant seis plus d’ome dou munt,
 « Di nous de ceste gient qeil part il alerunt.
 « Comant avuns lasiez li rois a si greu pont? »
9090Oliver respondi: « Nun croi qe noir ni blunt
 « Sace la volanté au conte de Clermunt.
 « Ne vos en sai respondre; mal feit qi m’en semunt.
 - Par saint Jaqes l’apostre », Hestous ce li respont,
 « Se ne sai ou cestor e moi cevalcerunt
9095« E le conte de Blavie le voir non m’an respont,
 « Hestous non li venra, si Jesus bien me dunt.
 « E qi an fara autre, soit pendus contremunt! »
 Adunc broce Olivers le destrés de Çaumunt,
 Rollant prent, si le treit soz un aubre reont;
9100Ja oirois le parler qe l’uns l’autre ferunt.
 
 CCCXC
 « Rollant, mon frans seignor », feit Oliver le saje,
 « Par Diex pardonez moi se je disis outraje;
 « Ne dirai mais qe bien e nen l’ai an coraje,
 « Ains amai ton honor an trestoz mon aage.
9105« Le partir qe vos feites resenble mout savage
 « A cestor q’amenez, e laser l’anperage:
 « Encui poroit le rois perdre par cist follage.
 « Se vos n’estes partiz par trop grant avantage,
 « Dites moi ou alez, et manduns un mesage
9110« E feisuns asentir Carluns de cist viage,
 « Car soz ceste qeisons poroit nostre avoaige
 « Avoir, il e ses homes, an cist jors grant daumage.
 « Je ne teing a prodome le preus quant il arage,
 « E quant sages folloie, doplez est son follage.
9115« Sir, di moi, s’il puet estre, qu’is nostre gionage,
 « Queil part nos amenrais, ou feruns albergage. »
 Dunc l’a gardez li quens tres par mi le visage;
 Respondi lui parole dunt oit ire et ontage.
 
 CCCXCI
 « Sire Oliver », dist Rollant le marqis,
9120« Par riens qe me disoies non seroges ahis.
 « An breu vos respondrai dunt vos m’avois reqis:
 « Ne fust par avantaje q’avrai sor mes nemis,
 « Si com je croi avoire, nen seroie partis
 « Ne n’avroie mun oncle a bataille garpis,
9125« Car plus l’aim de coraje d’ome dou siegle vis.
 « Vencuz a l’anperere les cuvers maleïs;
 « Par le partir de nos ja nun sera maumis.
 « Je vos menrai an leu, croi el saint Esperis,
 « Qe nus non tornera ne pobres ne mendis.
9130- Sire », dist Oliver, « qeil sera cist peïs? »
 Rollant lui respondi: « De ce seez toz fis,
 « Qe je nel vos diroie por un quart de Paris,
 « Ne a vos ne a nus autres: jurez l’ai et plevis;
 « E se dir le devoie a nul, ne blans ne gris,
9135« Sil savroit Oliver, li cosins Aymiris.
 - Sire » ce dist le duc, « vos m’aveiz tot aquis;
 « Je ne veul plus savoir cum estes talentis.
 « Se grevez vos en ai, si m’en claim repantis. »
 Dou cont se part, si est ariere revertis.
9140Hestos en vient a lui, Gerart et Anseïs.
 « Avois », feit les barons, « de cist aler reqis?
 - Oïl », dist Oliver, « mais rien n’en m’a geïs.
 « Mais qe cescuns soit preus, corajos et ardiz,
 « Con cils qi vont traver lor mortels enemis. »
 
 CCCXCII
9145Dist Hestous: « Foi qe doi au ber saint Nicolai,
 « Je sui bien uns de ceus qe plain pié non movrai
 « Por aler a morir en leu o je nun sai;
 « Si ai feit grant folie quant mon seignor leisai,
 « E sui dou tot certan penetence n’avrai. »
9150Quant Rollant l’a oïz, si dist: « Je obliai,
 « Sire coisins Hestous, quant dou camp me sevrai,
 « Qe nus choars ne vos ansenble o moi menai;
 « Par pué que je ne di qe nun acheverai
 « Bien de cestui viage quant avec moi vos trai.
9155« Car tornez vos ariere; si non ferois arai.
 « Je pri vos e les autres qi sunt an tiel esmai
 « Qe retornez ariere; bon griez vos en savrai.
 « Si Diex ploit, le mainant sains vos esploiterai;
 « E, se folie faiz, encor amenderai.
9160« Il feit asez grant pieçe qe coneü vos ai.
 - Sire », ce dit Hestous, « de tot ton dit m’apai;
 « Bien sai qe sui ceitis, autre tieche non ai.
 « Mais de cil pué qe puis jamais non te faudrai;
 « Autre verais de moi avant le mois de mai.
9165« Cevauce pur avaint, qe bien te segirai;
 « Mout m’ais bien segondié a soner de mon lai. »
 
 CCCXCIII
 Le baruns a grant piece sunt entr’eus ranpoignés,
 Mais Hestous repantis se clama de son griés;
 Gerars et Olivers andeus les ont sevrés.
9170E Bernars feit paser nos François d’autre lés;
 Quant il furent tut outre, si sunt achaminés.
 Le jor fu mult oscur et le ciel anublés;
 Un petit pluvina; auquant en sont moilés.
 Une riens lor vaili, q’il troverent un prés
9175O il cevaucerent ensamble tut serez:
 Ce fu lor gran defanse al plovoir, çe saciés.
 De ceus vos canterai c’au camp furent remés,
 Qu’encaucerent Paiens come lous enavrés;
 Detrençent pié et poing et spaules et costés.
9180Carles au primer chef, cum hom entalentés,
 Le brant tient en son poing, roge et ensanglentés;
 Ou Saracins fusent a la cité entrés,
 Quant un Thiois escrie: « Tut sumes engignés.
 « Ariere! arier! » fet il, « frans chevalers prisés.
9185« Con sa gient est Rollant departiz et anblez;
 « Vers Françe s’an repaire, si nos a renogés. »
 François, quant l’oïrent, si an sunt effraés;
 Li uns le dist a l’autre; es les vos arestés;
 E bien en petit d’ore fu l’encaucier lasés.
 
 CCCCXXIII
 La bataile fu grant qe Rollant lor dona.
 Devant ou chief dou pont le baron s’aresta,
 Les escus a quartier devant son vis torna,
9780E Paiens maintes lances e maint darz li lança,
 En plus de douçes part son escu li estroa
 E maint autres prodomes dejoste lui navra.
 Quant or voit le niés Carles por force n’i entrera,
 Il an jura Celui q’en la Vergen s’aonbra
9785S’a force les puet prandre, nulle merci n’avra
 E la mort son baron Bernars chier lor vendra.
 En autre gise dist qe dedenz entrera:
 El a guenchi la reine e l’oliphant sona,
 Pués a dit a ses homes: « Chevauchiez por deça. »
9790E il ensi ferent, pués q’il le comanda;
 L’ensaigne segirent qeil part il l’en porta;
 La citez costoierent, qe nus nes engonbra,
 E vinrent a la porte por ont Hestous entra;
 L’entree demanderent, e cels la lor dona.
9795Quant il furent tut denz, « Saint Jaqes! » s’escria.
 
 CCCCXXIV
 Joianz est le niez Carles quant en la citez fu,
 Damediex en mercie et saint Jaques son dru.
 Lez le mur de la ville ont li paset mohu;
 Deciqe a porte Lice n’ont los frains retenu,
9800La u il avoient par defors combatu;
 La porte ont tollue e les Paiens prendu;
 Por ce q’il avoient l’entree defendu
 E le proz Bernars mort, sis a Rollant pendu:
 Pués a garnie la porte de quatre vint eschu.
9805Pués en vont vers la place a force et a vertu,
 Escriant « Chevalers saint Jaqes! » a un hu.
 Le sires de la ville apellent, Gilaru;
 Asiez fu il proz d’armes, neporquant stoit cenu.
 Droit a la prime noise estoit a fer vestu,
9810D’escuz e blans obers, d’espee et d’eume agu,
 E seili sor la place sor son destrer crenu;
 Son confenuns desploie, ovrez d’un chier bofu,
 E l’ensaigne Marsille, un draguns d’or batu,
 Feit porter sor la tor a le nom Belçebu,
9815Pués a dit a ses homes: « Les Diés nos ont vendu.
 « Desgarniz sui de gient, et les Frans sont venu.
 « Se perdomes la ville, par ceschuns soit seü
 « Ne nos remaniront le chief desor le bu,
 « Car trop avons François deci arier ofendu.
9820« Mantenons nos ici as branz d’acier molu,
 « Car fortisme est la place, si somes mil e plu.
 « Tote fois vient le pouple por torner a salu. »
 Aprés ceste parole respondi Dardanu.
 
 CCCCXXV
 Dardanus fu de Noble seneschaus son seignor;
9825De bon consoil doner estoit maistre dotor.
 Le prince de la ville apella por amor:
 « Gilares, gentil sire, ne fu pais le meilor
 « Quant envoias tes homes Mauçaris l’Aumansor
 « E desgarnis ta tere por esforcier la lor;
9830« Se bataille avront fete enver l’enpereor,
 « Deu place qe ta gient non aient le peior.
 « Retorner devoient encui anz l’escuror;
 « S’il encui arivent, je di bien qe cestor
 « Avront feit chavauchie de grandisme follor.
9835« Tot quant qe il ont feit encui aprés l’aubor
 « Ne pris je dos diners, car ne feront retor
 « Senz merveilose perte: j’en sui profeteor.
 « Car divise tes homes desor cist carefor;
 « Devers porte Paris, dunt insirent pastor,
9840« Prendrai ci prés la vie au treit d’un arceor;
 « Entre al palés tes fils el tanple Veneor
 « Ferai barer l’estree de grant travaus d’albor,
 « E par deça dariere serunt li arceor.
 « Ne dotez par dela e ne aiez paor;
9845« Devisez les trois strees: car la quarte a soudor.
 
 CCCCXXVI
 « Sire », dist Dardanus, « hastez vos, si mandez
 « Par devers porte Lice a garder Felidés
 « O troi cent chevalers, estier les pié - armés. »
 Gilares lor comande, es les vos aprestés;
9850Par une large rue, o mout oit de palés,
 Chevaucherent ensanble, toz rangié et serés,
 E les borjois da pié lor vient d’anbesdeus lés,
 A lances et a guivres et a dars enpenés.
 De la place se sunt dui arpant eslongnés
9855E verent les François venir tot arengés,
 Les ensaignes Rollant, de palie escarterés,
 Contre vent baloier, dont mout sont effraés.
 Ou la vie est plus stroite e l’entrier plus serés,
 Traverserent caretes e grant toniaus cerclés
9860E par derier les ont de grant traviaus barés.
 Asez lor ont François crïé; treit et lancés;
 Mais d’arbalestres groses orent Paiens asés,
 Nes leisent aprocer, ploisors en ont plaiés.
 La oit un grant estor, fiers et desmesurés;
9865François lor lancerent lor esplié acerés.
 Outre lor forterece, ou plus sont amasés,
 Felidés les a mout tenuz et confortés.
 Les dames et les enfanz de .xiiii. ans pasés
 Furent sor ces maisons, dunt les hus sont fermés:
9870A grant pieres poignaus ont François domajés
 Si qe por vive force sont arier regités.
 
 CCCCXXIX
 Or voit bien le niés Carles, quant voit Paiens defendre,
 Qe sains orible perde ne puit la ville prendre.
 Oliver se combat a la rue plus mendre
9915Vers la gient Dardanus, qe bien les font rependre,
 E d’une part et d’autre, au partir dou contendre,
 Avront asiez plaiés qe donier e qe spendre.
 A prandre une citiez, tesmoign vos an puis rendre,
 Jusquez au tens Cesaire et dou magne Alexandre,
9920Ne oïstes lancier tant darz ni ars destendre.
 « Cil Diex », dist Oliver, « citez, te puse ofendre
 « Qi dou saint Paradis fist Lucibel descendre! »
 
 CCCCXXX
 Mout par fu traveilos le frans quens Oliver
 A prendre la citez dun stoit en disirier,
9925Mais trou cruaus reveus trova a l’encontrer
 Par devant la fort barre de treir et de lancier.
 De Gerarz e d’Astous vos puis je bien contier:
 Volantier venisent da lor part asauter,
 Si fesist d’autre part le bon Denois Ogier,
9930Mais ne porent lor gient retinir de rober,
 Si en fist Hestous pandre dous, par mielz castoier.
 Qe caut? Qar covotus herent dou gaagner,
 Tant par estoit la ville rice, n’en stoit parler,
 De rices drais de pailes, d’or, d’argient, de diner,
9935Par nul fuer nes porent tenir ne arester,
 Si en furent mort, ce cuit, pres le terç d’un miler
 Parmi celes meisons de Paian et d’Ascler
 E de fainz et de fames, a gros espli d’acier.
 Novelles en vinrent dam Rollant le gerer;
9940Par ceschune des host fist da sa part crïer
 Se nus plus i robast e le poroit bailer
 Maintenant le feroit apendre e desmembrer.
 Lor poüst hom veoir maint hernois destorser;
 Paor e grant amor lor fist tot ce laser
9945Come gient q’amoient lor seignor droiturer.
 
 CCCCXXXI
 Cristïens atendirent au bien combatre humeis;
 Paiens se defendirent a buen darz Espaneis,
 De guivres et de fausars lor trarent demaneis.
 Grant maus lor fasoient les dames des borgeis,
9950Qe geitent grant perons aval de ces paleis;
 Lor portes ont bien closes, poi dotent nos François.
 Mais Rollant fist descendre da trente a trente trois
 De sa gient des chevaus e tolir feu greçeis;
 A caschune maisons venirent a esleis
9955E manacent as dames, se ne steront en peis
 E ne se rendent tost au cont palatinois,
 Homes, enfanz e dame ardront sanz nul defeis;
 Ne perdront ja dou lor valant un jeneveis,
 Ainz lor donra dou suen plus q’il n’ont qatre fois.
9960E se qe non, entriez sunt en mau meis.
 
 CCCCXXXII
 Quant orent entendue Saracins la franchise
 Qe de part le niés Carles lor ert fete e promise
 E verent qe la ville lor stoit tolue et prise,
 Ne ja n’avoient porte par ont il fors s’en ise,
9965Verent de feu greçois mainte lumiere aprise,
 Paor orent Paiens de morir en tiel gise.
 Por treir heus et lor fames de mort a garentise,
 A Rollant se rendirent, n’i oit autre divise.
 E li quens an jura Jesu et saint Donise
9970N’i a nul de sa gient, se par sa convotise
 Lor tolisent dou lor valant une cemise,
 Q’il ne perde la teste, si fust fiuz de marchise.
 En une grant meisons d’une sale perise
 Orent de part li quens tote celle gient mise.
9975Pués qe celle gient fu par tiel maniere aqise,
 Li jantil quens Rollant, qe largece jostise,
 La bataile comance e la grant asalise,
 E da toz quatres part les barons s’en atise.
 Adunc fu nostre gient en si grant orguel mise
9980D’ardimant, de proece, sainz nulle coardise.
 Ce feit large seignor, sainz autre maiestrise,
 Ne mais ne sanplira seignor por avarise.
 
 CCCCXXXIII
 Li soudoier Rollant monstrerent bien le jor
 Qe douz et largie e sinple avoient a seignor;
9985En poverté jamais n’ama son servior,
 Ainz en hosta cascuns, pur q’il fust de valor.
 E cil bien aparuet a Nobles por s’amor,
 Qe da quatres parties rendirent tiel hestor
 Qe le maigne Alexandre, a cui parla l’aubor,
9990A la cité de Tir nel dona mais greignor.
 Par mi celes maisons poierent al desor
 A giter darz e pires e n’oncirent ploisor.
 Mais Paiens se defendrent par la mortiel peor;
 Maintes foiz rehuserent e maintes font retor.
9995E Diex! quant les conforte Gilares l’Almansor:
  .v. ensaignes de feu feit monstrer sor la tor
 Par ce que nuble estoit le jor et tenebror;
 Les verent dou païs les castellans meilor.
 Le uns l’envoie l’autre, e s’arment a furor
10000Par aider la cité dont il sunt en heror;
 Mais trop ferunt, ce cuet, a besoigne demor,
 Car Hestous desandi sor un treis de verdor,
 A Gerarz comanda l’ensaigne de color,
 De sa gient feit desandre troi cent des milsoudor,
10005Cerchier feit les meisons environ et entor,
 La paile e le torqier feit portier sainz demor;
 Cent homes s’en cargerent, ce tesmoigne l’autor.
 
 CCCCXXXIV
 Or veut li quens Hestous dou tot entrevenir,
 Si fera Saracins d’ileque departir,
10010Par fu les caçara, nel poront sotinir.
 Qui donc oit long escu e large por covrir,
 Si les a feit portier et tos devant bailir
 E des hus des meisons a feit bien .xx. tolir;
 Coverz pasent avant nos François por haïr,
10015Par davant lor forteces vont Paiens asalir,
 Lancerent splié et darz, maint en ferent morir.
 Iluec ne se porent Saracins sostenir:
 Tot droit enver lor place se mestrent a fuïr;
 E quant le ber Hestous voit la vie gerpir,
10020Lor bares feit de paille et de fain raenplir;
 Le feu mestrent aprés. Lor veïsez broisir,
 Ardoir traus et toniaus sainz autre contredir;
 E Paiens n’avoient d’eve point ne leisir
 Dont le feu poüsent estaigner ne fornir
10025Ce q’il avoit a feire enfracique al complir;
 La calor nes leisent aprocier ni venir.
 Hestous monte a ceval, a Rollant mande dir
 E Ogier le Denois, q’a paine put sofrir,
 Q’il ne se deüsent de noient afeblir,
10030Car ja verunt la place dou Paiens desgarnir.
 Quant les barons l’oïrent, n’orent qe esjoïr,
 Mais ampués ne savoient com ce puse avenir.
 
 CCCCXXXV
 Mout fu li quens Rollant lié e joians e baut
 Quant Hestous li envoie novelles qe li caut.
10035Lor bondist l’olifanz, reforcier fist l’asaut.
 Quant la flanbe dou feu vient a meins e le caut,
 Estous sist el varon qe fu noriz el gaut,
 Qe plus cort de randons ne descent faucons d’aut;
 Ses chevaler montent, n’i a un seul rebaut,
10040Plus desirent bataile, se Damediex me saut,
 Ne feit baçalier dame basier soz son blïaut.
 Or saçent cels de Noble que paine ne lor faut;
  [...]
 
 CCCCXXXVII
 Seignor, dou tot avoient nos Cristïens vencus,
 Mais de tote autre part sont Saracins meüs:
 A ce que cil entrier ne fust dou tot perdus,
 Guerpirent toz les autres, dont furent deceüs,
 Car de la gient Rollant sunt a pié desandus,
10085Quant li quens lor escrie: « Traiez vos tot en sus;
 « Reüsier voi mes homes, dont li cuer ai confus. »
 Adonc se fist le seing ou Diex fu suspendus;
 Ja fera il tiel couse qe droit au tems Febus
 Seroit grant inmpossible e miracle tenus.
 
 CCCCXXXVIII
10090Devant trestoz les homes armez sor Velantis
 Esperone Rollant, le pier des enpovris;
 Un roit esplié paumoie a un penuncials de lis;
 Par tiel randons le porte le destrer Arabis
 C’a celor que le garde tres bien li est avis
10095Qe ainz q’el le retaigne n’en soit amanoïs
 Ferra dedanz lor bare et del col et del pis.
 E quant il en fu prés, si a le frain repris,
 Tiel saut fist le destrer, dont maint crous oit en vis,
 Une toise et dimie d’aut e piez trente sis
10100De long outreseili le buen Amoravis:
 Ancor i a le terme de trois perons massis.
 Quant il fu d’autre part, si a gitez un cris,
 Diex el barons saint Jaques andeus a beneïs.
 Paiens verent tiel saut, si en furent esbaïs;
10105Gillares esperone, le pas a contredis,
 E veit ferir li quens, dont fist qe asotis,
 Sa lance li peçoie en l’escuz a vernis
 E li quens lui trença l’iscu e l’obers terlis,
 La carne et l’os li trance e tot li cor neïs.
10110L’arme dolant s’en part, lou cors enpaloïs,
 Qe davant a Minos fu portee en judis;
 Le destrer regimba dejoste un degrez bis.
 Sire Diex! quantes lances, ai! dame Genetris!
 En fiautre e sor mains furent sovre au marquis!
10115L’escuz li ont cassez en .v. leu o en sis;
 Mais tant oit bones armes, par voir le vos devis
 Qe colp de cels ni d’autres redota mout petis.
 
 CCCCXXXIX
 Les petit pensonciaus en estez por calor
 A .c. et a .ccc. s’asenblent entre lor,
10120E quant l’on li li giete o pains o autre sor,
 Entr’aus se deronpent e fuient por paor;
 Quant l’on en son estant en rier a feit retor,
 Por ferir sor le pain s’arengent tot entor,
 Le petit i fert bien, asez plus le greignor:
10125Tot ensi sor li quens, d’orfnes avohieor,
 S’asenblerent Paiens quant mort fu lor seignor;
 Qi fiert de darz, qi d’ace, qi de mace fortor.
 Mais si com le mastins qi est de grant valor,
 Quant les scerp l’aastent en stree alïenor,
10130O q’il veult si les chaçe soul mostrant ses retor:
 Ensi con Durendart et as cous senz amor
 Les cace onciant li niés l’anpereor.
 L’arcivesque Trepins desant deu milsoudor,
 E plus de mil des autres d’entre grant e menor;
10135L’estree ont desbaree, pués montent sens demor,
 Escriant « Chevaler saint Jaqes! » a une hor.
  [...]
 
 CCCCXLIV
 Filidés descendi au palés principal;
 Por garentir sa vie a garpis son cheval.
 Cels qe porent fuïr dou doloros estal
 Se mestrent el palés enz el mestre portal;
 Mais bien dit e tesmoigne l’estorie cronical
10225Qe cinque cent en fu al dereans jornal
 Qe furent en la place enversez contreval.
 Al fuïr en la porte dou palés gineral,
 François et Alemans, Bertons e Provençal
 I entrerent bien .l. soudoier natural,
10230S’i entra Engeler, un des doçes loial.
 Desor la porte avoit un trop anple toral
 E une porte paine qe descent por aval;
 Aval la leiscent core cele gient criminal.
 Cels q’entrez li herent aurent fier batistal,
10235Tut .l. furent retenus par engal.
 
 CCCCXLV
 Pris furent li .l. o li quens Hengeler;
 Paiens nes ouserent oncir ne domajer,
 Tant dotent cels defors qe bien feit a douter;
 Tolus lor ont les armes, ses ferent bien garder.
10240Cels qi herent la enz vont as crinias monter.
 Mout fu fort le palés, ne feit a demander.
 S’il heüsent da treire leianz et qe mangier,
 Ne l’eüsent, ce cuit, rendus d’un mois enter.
 Mais, si come celui qe se voit presoner
10245E qe ne puet ensir fors por merci clamer,
 Conseilerent entr’aus de lor vie eslonger.
 « Seignor », dist Filidés, « par Diex vos voit proier,
 « Ne vos caille a morir, se porois escamper.
 « Qe legist tot les feit q’ainc fu de ci arier
10250« De defandre citez, nos devroient loer
 « Tant com por bien defandre tres qu’al pont dreoner.
 « Soz ciel n’a hom qu’a droit nos in puise blasmer;
 « Encor de nostres ovres canteront menestrer.
 « Mais ne peomes plus cist grant fais endurer:
10255« Entrevenuns de peis, sanz plus de resploiter. »
 Les autres responderent: « Tot si soit volanter;
 « Al retreitier de peis, soiez nostre avoher,
 « Salves avoer et vies et enfanz e moilier. »
 
 CCCCXLVI
 As .l. prisons vient Filidés corant,
10260Demanda lor le queil estoit le plus meinant.
 Adonc ferent drecier Engelier en estant:
 « Sire, cel est des .xii. qe tot vont conquerant,
 « Qe Carles outroia au filz Miles d’Anglant. »
 Filidés se mervoile et respondi: « Comant?
10265Venistes vos ça outre por le conduit Rollant?
 - Oïl vor, sire, et por un drugemant.
 - Par Machon », dist le Turc, « bien venistes a grant;
 « S’aviomes heüz ci nostre garnimant,
 « Mal i fusez venus, s’estïez quatre tant.
10270« Mais pués qe del tot somes de la ville perdant,
 « Faites nos peis avoir par itiel convenant:
 « Salves avoir et vies et fames et enfant,
 « Le fort palés rendromes dont or somes tenant.
 - Segnor », dist Engeler, « il n’en sera noiant:
10275« Se tut non garpissés Machon e Trivigant
 « E croire Jesu Crist, le roi dou firmament,
 « Morir vos feront tot, jel sai. Mais neporquant
 « O vos venra je bien a cestui parlemant
 « E si vos en serai a mon peoir aidant »
10280« E de torner arier vos en faz sagramant.
 - Seignor », dist Filidés, « ja plus ne vos demant. »
 Le Paiens se desarme de tot mais qe dou brant;
 Desfermer feit la porte, Engeler mist avant.
 
 CCCCXLVII
 Entre Engeler le cont et l’ardiz Filidés
10285Paserent anbesdeus la porte dou palés;
 Cels bien la fermerent qe remanent aprés.
 Frans laserent l’asaut quant les ont avisés;
 Rollant vit son baron, s’en fu joians e lés,
 François a derumpuz, si les a debrisés,
10290Contre lor est venus e li dist: « Bien venés.
 « Ja vos en unt mandé Saracins desarmés;
 « Par le mien esciant, chier sera comparés.
 - Sire », dist Engelier, « ançois sui envoiés
 « De part celor la sus; cel est lor avohés.
10295« Merci mandent a querre, se vos la lor deignés;
 « Sol que lor e lor gient de la mort resploités,
 « Dou palés vos rendront la maestre fermetés. »
 Felidés li dist: « Sire, il vos dist verités.
 - Volantier », dist Rollant, « tot an sui aprestés:
10300« Mais seul qe soiez tut batiçés e lavés
 « E qe Diex et Jesu et sa mere aorés,
 « Pier et Filz et sant Spirt en une Trinités,
 « Tot primerans serois de vie asegurés
 « E ne perdrois dou vestre valisans dos diners,
10305« Ainz vos sera l’avoir et l’onor redoblés.
 « Bon segnor vos ai ja doné et restorés.
 « Mon compaing Oliver, sir duc, avant venés:
 « La citez vos otroi, si an serois casés;
 « De la ville e des homes a vos ploisir ferés. »
10310Oliver descendi dou cheval de son grés,
 Merci li en va rendre, beiser li volt li pés;
 Mais li quens le retient, qe li dist: « Sus estés.
 
 CCCCXLVIII
 Sire », dist Oliver, « par vestre cortoisie
 « La citez me donez, si ne la refus mie;
10315« Mon ploisir en ferai, se nus nel contrelie. »
 Felidés en apelle devant la baronie:
 « Vasal, ne moi mentir: dont fu t’anceserie?
 - Par foi, sire, de Noble ja n’aurent la bailie;
 « Mon piere en fu rois, mais a grant felonie
10320« L’en deseisi Marsile a pri de l’Augalie,
 « Si la dona en feu Gilares d’Orqenie:
 « Veez le la gesir et senz dras et senz vie.
 « Pués moi dona l’avoir d’une conestablie;
 « Anc ne m’en donerent nule autre manantie.
10325- Certes », dist Oliver, « ce fut gran vilanie;
 « Por mauvais seignor est bone gient maubailie.
 « Grant tort te fist Marsile; gerpis sa drüerie
 « E crois en Jesu Crist, le filz sainte Marie;
 « Fais nos le palés rendre e la sale voltie;
10330« Se la gient que la sont ert a Diex convertie,
 « D’els e de la cité te donrons segnorie. »
 Quant le Paiens l’oï, ne seit com l’en mercie;
 Le piez lui veit baser con lee ciere et pie.
 De l’amor des François et de lor compaignie
10335Fu enpris maintenant sains point de leçerie.
 
 CCCCXLIX
 Mout par fu Felidés ardiz et saje et pront;
 Oliver mercia et enclina perfont,
 E dist que il fera tot quant q’il li despont.
 L’ensegne al bon roi Carles, ou les lis d’or i sunt,
10340Li baila Oliver, et cele al noble cont:
 Comande les portier sor l’aute tor amont.
 Engeler mout rova de torner, e s’en vont.
 Pués distrent as Paiens le voir a pont a pont,
 Ce qe Rollant les prie e comande e semont
10345Qe, se il creent Celui qe sor Calvarie mont
 Fu penez en la cros, mout bone peis avront,
 Ne meisons ne diner ni avoir i perdront.
 « Signor, e car le feites, car n’a tiel home ou mont
 « Come celui Rollant c’avarice confunt.
10350« Qi un jor une fois le puet veoir en front,
 « Se cil jor avra mal, ja Diex bien ne moi dont! »
 Saracins, quant l’oïrent, entr’aus grant joie en font;
 Disent de Jesus croire et Machon gerpiront.
 
 CCCCL
 Quant lor a la bonté au quens Rollant contee
10355Filidés as Paiens qe lor loi ont lasee,
 La baniere Carluns, qe lor fu envoiee,
 Mestrent sus en la tor; el vent l’ont desploiee;
 E cele au roi Marsile ont contreval rüee:
 En place fu trestote rompue et espernee.
10360L’aute ensaigne a quartier, qe tant fu redotee,
 Sor le plus aut crinel dou palés fu pousee.
 A cestui pont fu peis d’anbe part escrïee.
 Par le comant Rollant fu roberie veee,
 E, qi plus i robast, la teste avroit copee;
10365Mais autre grant richece lor ert abandonee.
 Adunc fu do palés la porte desfermee
 E la gient par desus ensanble desarmee:
 Qi avoit arbalestre, s’a la corde trençee.
 Li quens Rollant desent, s’a remise la spee;
10370El palés est montez a mil de sa masnee.
 Ainz qe fust sa vantaile a ses spales getee,
 Tote la gient Païne i fu davant menee:
 Par davant la persone qi tant par fu senee
 S’anjenoilerent tut, merci li ont clamee
10375E li ont la richeçe Gilares presentee,
 Qe tote l’a li quens a sa gient delivree.
 Par consel Filidés ou la chere membree
 Fu la gient Saracine retenue et gardee,
 Dedanz un grant palés et mise et ordinee,
10380E ceschuns bien serviz de quant qe lor agree;
 Mais n’en ert un lasez si ert la carn lavee.
 
 CCCCLI
 Or a Rollant li quens son tallant et ses bon;
 Les Paiens feit garder sains nulle mesprison;
 Filidés en apelle et un suen compaignon:
10385« Fetes moi ci aportier Apolin e Macon
 « E trestoz les ymages de Diex malvas fellon,
 « Si les feromes fondre a feu et a carbon;
 « Aprés si les donrai mi home e mi baron. »
 - Sire », dist Filidés, « par tiel intencion
10390« S’il a en vostre gient prestes, cele tençon,
 « Feites moi batiçer, je vos en quier le don ».
 Adonc Rollant l’acolle et lui dist: « Si feron.
 « Primirans mangeromes par itiel devision
 « Q’il n’a en tot ma host ne velars ne garçon
10395« Qe d’ier terce en ça gostast de garison. »
 Hec vos sor le palés Hestous le filz Hodon:
 Gerarz i feit porter, le bier de Roseillon;
 Li mires l’enbendirent, ja n’i ert doteison;
 En une painte cambre de l’estorie Platon,
10400O le cours des estoiles fu escrit environ,
 La le ferent chougier sour un lit large e bon.
 Asiez fu regretez dou Roman campion.
 Hestous en jura Cil qe maint en Aquilon
 Se le duc muert des plaies, toz les Paiens qi son
10405Retenuç en la ville tot ensemble morron.
 
 CCCCLII
 Les tables sunt drecees sus el palés marbrin;
 De vermoil e d’açur stoit empant e d’or fin:
 La sunt toz les batailes d’Alixandre en fin:
 E comant il oncist li suen meistre endivin
10410(Naptanabus oit non, sajes d’art e d’engin),
 E comant il tua o buen brant açerin
 Nicolas de Cesaire, qel i estoit mal voisin,
 Pués conquist tote Perse qe Daires oit aclin,
 E desconfist Porus, qe pués le prist dan Clin,
10415E parla as deus arbres qe lui distrent sa fin
 Com il devoit morir a poisons de vinin,
 E com lui envoia Candaz de ses terin
 Les muls cargez de pailes e de vair et d’ermin
 E pués l’oit en sa cambre sen amor de cosin
10420Quant lui monstra l’image enpainte de sanguin,
 Pués pandi par son filz le duc de Palatin
 Qe lui toli sa fame, dunt se tenoit fraïn,
 Par devant Babilonie fist coper li jardin
 Quant oncist l’amiral et conquist son demin,
10425E com il corona les .xii. palatin.
 Rollant garde l’estorie, le valor et le brin;
 L’arcivesque de Rens apelle en son latin
 E Berengier le conte e le duc Engelin;
 Alexandres lor monstre desor l’Amoravin:
10430« Veez qe feit largeçe, qi veit por son chemin.
 « Cil conquist par largeçe la tere e le marin;
 « Onques mais aveir homes n’ensira de topin.
 « Qi volt honor conquere sor son felons vesin
 « Apraigne d’Alixandre la voie et le traïn. »
  [...]
 
 CCCCLVIII
 Folqenor les regarde, a Landras les ensaigne:
 « Encui avromes, frere, perilose bragaigne.
 « Perdue avomes Noble; ne cuit qe mais se taigne
10555« Ne citiez ne castel ni bors en tote Spaigne.
 « Li niés au rois de France, qe nostre lois desdaigne,
 « Parti de Pampaloine por venir en gaaigne;
 « Mout oit bon espions qe lui dist nostre ovraigne
 « Dou partir qe je fis, dont est droiz qe m’en plaigne.
10560« Perduz i ai mon frere a la lance maagne;
 « De vivre nen donroie humais une castaigne.
 « Morir veul en l’estor, ce qe puet m’en avaigne,
 « Et tu t’en tornaras, dous frere, ou ta compaigne. »
 
 CCCCLIX
 De duel e de pieté Folqenor dist plorant:
10565« Tornéz vos en, Landrais, s’an menez vestre giant,
 « Et je remanrai ci au doloros tormant.
 « Cels qi m’ont mort mon frere m’onciront ensemant,
 « Ou je le venjerai a ma spie trençant. »
 Lors respondi Landrais parole bien seant:
10570« Senpres avons esté amis et bien voilant,
 « Le uns a serviz l’autre et d’avoire et de giant;
 « Qi con son buen amis a joïs leemant
 « Ou besoigne de lui, quant il le voit angrant,
 « Doit estre compeignons a paine et a tormant;
10575« Encor encoi disis, se je sui remembrant,
 « Au guez qe trepasames la forte eve bruant,
 « Qe tu a ceste nuet me serviroges tant
 « Senpre n’avroie honor e moi e mi parant.
 « Perdus ais ton alberge: autreteil gré t’en sant
10580« Con se m’aüses feit encui dus de Broibant.
 « Conforte toi, douz frere, doble ton ardimant:
 « Encui porais vangier ton duel complïemant.
 « Hom qi recuelt doumaje ne se venje neiant
 « Por metre soi peor et alier duel feisant.
10585« Ou raisons estre devent Oliver et Rollant
 « Estanc cun tot les autres, si toi dirai comant:
 « Qi tote nuet chevauche et sor l’aube parant
 « Asaute une citez qe se defende alquant,
 « Droiz est qe il en sante trosque doz jors pasant.
10590« Les chevaus n’ont mangié; com seront il corant?
 « Certes, quant il monstrent force, c’est vain senblant.
 « Se nos les asailomes sains plus delaiemant,
 « Un seul colp n’atendront, par le voir Trevegant;
 « Enjusque denz lor portes les en menrons batant.
10595« E nos en autre gise a nostre sauvemant
 « Ne peomes partir, jel voi a esciant,
 « Car se nos nes metromes al torner en fuant,
 « Lor forces dobleromes. Pués nos veit malemant,
 « Dou tot veul la bataille, qi en plort ni en cant:
10600« Tot primer i ferrai; a Machon me comant.
  [...]
 
 CCCCLXXVII
 Quant furent tut ensanble les Paiens batiçé,
 Trestoz devinrent homes Filidés l’aduré,
 Et il in fist homaje Oliver de son gré.
 Quinzes jors sunt ilec Cristïens sejorné,
 Tant qe le cont Gerarz fu alques resané.
10925Quant il puet chavaucher, n’i ont plus demoré;
 Lor ernois torserent; les muls en vient cargé.
 E Diex! anc ne veïstes si tres grant richeté
 D’or et d’argient, de pailes, com il en ont porté,
 Estier farine et cars et formant et claré,
10930Dont bien .m. charetons cargiez en ont mené.
 Des homes covertiz de la bone cité
 Mena Rollant .iim. des mielz enparenté;
 Al remanant a mout lor sir recomandé;
 O lui ne le mena, car trop estoit plaié;
10935A Diex le comanda et a sa majesté.
 Un petit avant l’aube se sont acaminé;
 Voir qe mil chevalers a chevaus bien armé
 Aprés cels de la ville lor a Rollant leisé.
 Homeis efforce ystorie et sermons bien rimié
10940Tot si come Carlons dou guant pesant feré
 Firi Rollant el niés, dunt il fu sanglenté,
 Por quoi parti de lui a loi de corocé,
 Dont mout en fu le rois de ses barons blasmé
 Et il meïsme en fu irez et adollé.
 
 CCCCLXXVIII
10945Se vos vorois entendre, je vos dirai ancor
 Cum Rollant pasa mer en tere alïenor
 E com dou roi de Perse fu loial servior,
 Quant il fist la bataile en la loi Paienor
 Por la fille a Soudans, Dionés al frois collor,
10950Vers le Turc qe de force estoit superior
 (Pelias oit a nom, mout avoit de valor);
 Oiroiz comant Sansons, le fiuz a l’Aumansor,
 Mist amistez en lui, qe dura jor en jor;
 E si vos canterai com il fu avoheor
10955Dou grant regne de Persse par son sotil labor
 E sconfist Malqidant et sa gient en estor
 E prist Jerusalem et la Davie tor,
 Quant les buens Cristians et li baordeor
 Le venirent a querre en l’ost a grant honor:
10960Tot ce vos savrai dir, ch’en sui estez houtor.
 
 CCCCLXXIX
 Por voloir castoier li coarz et li van
 E fer en cortoisie retorner li villan
 E les retors de tere encroire en consoil san
 Me sui mis a trover dou meilor Cristian
10965C’onque seüst canter jogleors en roman,
 Ni qi mais donast robes ni cheval ni teran.
 Ce nos conte l’istorie, il fu le primeran
 Qe fist mener en destre destrier noir ni bauçan
 E qe treist d’un vasel et .x. et .xii. man,
10970Qe soloient mangier con font li Indian:
 En escüele fist mangier et metre pan,
 Entre dos un plater. Oiez hom soveran!
 Je qe sui mis a dir del neveu Carleman
 Mon nom vos non dirai, mai sui Patavian,
10975De la citez qe fist Antenor le Troian,
 En la joiose Marche del cortois Trivixan,
 Pres la mer a .x. lieues, o il est plus proçan
 En croniqe letree, qe escrist da sa man
 L’arcivesque Trepins, atrovai en Millan
10980L’estorie e la conquise dou regne Castellan
 Qe fist le neveu Carles por coroner Audan,
 La seror Oliver, q’el plevi soz Vian.
 
 CCCCLXXX
 Encore vos dirai, se tant vorois sofrir,
 Com il fist le Soldant et son fil convertir,
10985Quant il trova Ugons, qel stoit alez querir.
 Oiroiz com a soi quart se mist a departir,
 Quant il trova l’armite, qe lui dist tot a tir
 Quant il devoit durer et quant devoit morir.
 Mais sor tot autres coses vos pora abellir
10990La joie q’en fist Carles quant le voit revenir.
 Se por loer devroie totes ses huevres dir,
 Il vos anoieroit, je le sai sans fallir;
 Neporquant il devroit a tote gient ploisir.
 Car la bontié Rollant ne feit bien a tesir.
10995Pués qe de ses bontez sui mis a descovrir,
 Dou tot les canterai; ne m’an pois retenir.
 
 CCCCLXXXI
 Biaus fu le jor et le solel luisant;
 Ariere torne le large cont Rollant
 Et Olivier et Ogier le vallant,
11000Gerarz li duc, qe gariz fu alquant.
 Bien ont de lor pensee acompliz le talant,
 La cité prise et oncis l’amirant;
 De convertie gient menerent planté grant,
 Les quatres Diés, qe herent d’or e d’arçant,
11005Car et caretes, roncins et muls anblant
 Toz cargiez de vitaille, pains et vins et formant.
 Tant chevaucerent a grant joie feisant
 Qe il de Pampaloine verent le fermamant
 E les grans host de Françe et de Breibant.
11010Rollant apelle Hestous tot in riant:
 « Coisins », dist il, « je croi veraiemant
 « Qe troverons le rois de mautalant. »
 Respont Hestous: « Il avra droit auquant
 « Ne est mie peu a si greu pont et grant
11015« Leiser un roi en storme combatant.
 « Trop nos partimes, bias sire, folemant,
 « E je por moi n’en veul savoir noiant
 « Ne le primer ne lui irai davant:
 « Qi a forfeit en recoile tormant. »
11020Lor dist li quens: « Ancor ne m’an repant,
 « Qe, merci Diex, nos feit avomes tant
 « Q’a la merci mon oncle nos sera bien aidant. »
 
 CCCCLXXXII
 A ce qe disoient li baruns natural
 Tot ensi pensoient les autres por engal
11025E conselent entr’aus, por le partir en fal,
 De non veoir le roi le vis enperial,
 Tant redotent l’eror de lor sir natural:
 A lor tendes iront desarmer comunal.
 Quant il sunt devalé le pendant d’un costal,
11030Rollant fist desploier le confanons real,
 Soner feit cors et tinbres, tambors et çeremal.
 En la cité poierent a murs e a fenestral
 Por veoir cele gient qe descendent el val.
 « Seignors », dist Ysorez, « vostre nimi mortal
11035« Dou vestre grant doumaje demenent joie e bal;
 « Cestor ont pris de Nobles le paleis principal;
 « Or reforceront il lor host et lor estal.
 - Sire », dist un Paiens, « je fui al batistal
 « O fu mort Folqenor, Noblians et Landral;
11040« Je conui bien Rollant armez sor son cheval.
 « Onques jor de mes euls je ne vi tel vasal;
 « Il ne fendoit nus hon mens que trosqu’al nasal;
 « Plus tost esbarata la prese a Durendal
 « Qe un afamés leus ne mangeroit un gal.
11045« De la gient q’el mena n’i a nus si ribal
 « Qe mais ait povertez ne mesais un jornal. »
 
 CCCCLXXXIII
 De la perde de Nobles sunt Paiens mout engrant
 E Frans an venirent a l’ost baus et joiant.
 Le rois oi dir qe retornoit Rollant:
11050Le cors li enfle d’ire et de mautalant;
 Demandier fist Rabiax et Guinimant
 Et bien des autres meilors enjusque cent.
 Dist lor le roi: « Savez qe vos comant?
 « Aparilez de cescuns garnimant,
11055« Soiez ci droit tantost com vos demant.
 « Quant ci venra cist grant sire d’Anglant
 « E vos verois qel ferrai de mon guant,
 « Coupez le tot as espees trençant.
 « Par cil apostre qe querent penetant,
11060« Je en prendrai encué tiel venjament
 « Dont il se garderont cescuns de ci avant
 « De non partir de moi si fetemant. »
 
 CCCCLXXXIV
 Quant les barons oïrent l’enseinemens Carlon
 Che les rovoit ocir Rollant, le fils Milon,
11065Le uns garde l’autre et disent: « Aleron?
 « Par saint Donis », font il, « qe ne feron.
 « Qi a soi meïsme feit onte et mespreison,
 « L’en le devroit pandre come leron.
 « E donc n’est il Rollant li canpion
11070« Qe nos mantient en peis et en reison?
 « Par cui somes nos ci se par lui non? »
 Respondi uns: « Par li cors saint Simon,
 « Je ai lessé un fils a ma maison:
 « Anç le ferroie sor le chief d’un bastun
11075« Qe je disis Rollant un mal sermon;
 « Le rois puet dir ses talant et ses bon. »
 Arivez est dan Rollant le baron;
 A entrier de l’ost retient son Aragon,
 Fist de sa ensaigne ploier le confanon,
11080Conjé dona a tot si compaignon.
 Donc veit cescuns droit a son paveilon;
 O lui non reste escüer ni garçon.
 Contre lui vient Riçars et Salemon
 Qe lui distrent: « Par algune equeisun
11085« Devant li rois non alez a cist pon:
 « Corocez est, anc si nel vit nus hom. »
 Le cont respont: « Je nel sant si bricon
 « Q’il moi fesist ni disist se bien non
 « Ne domajast por consoil de fellon. »
 
 CCCCLXXXV
11090- N’i aler, frere », dist Riçars li Normant.
 - Si ferai certes », dist il ireemant.
 Le destrer broce, sa haste paumoiant,
 Au treif le rois s’an vient isnellemant,
 Desist a tere, anc ne requist sarçant,
11095En tere afice son roit esplié pongant,
 L’escuz li pent el flans de l’auferant,
 Deslace soi le verd elme luisant,
 El paveilons s’en entre maintenant,
 Voit les barons entor le roi taisant;
11100E l’enperere de grant ire esprant,
 Dos guainz de maille veit forment manoiant.
 Li quens le garde, si feit chiere riant,
 Devant ses piez en jenoillons s’estant,
 Salüez l’a dou Piere roiamant,
11105De sa vitorie le voloit feir presant;
 Mais l’enperere n’i leit dir plus avant,
 Ançois li dist: « Dan culvers mescreant,
 « Avez nos vos encor trovez vivant,
 « Qe v’en fuïstes de l’estor solemant
11110« Por quoi morisent e moi el remanant.
 « Par vestre orguel, qe demenez si grant,
 « N’a estez manchise qe moi e ceste gent
 « Ne somes mors, j’en sui bien conoissant.
 « Mais segond l’euvre en avroiz loemant:
11115« Ferai vos pandre, par le cor sant Amant. »
 A cestui mot a levez il un guant;
 Ferir en veult li quens par mié le dant,
 Quant por le nés le consuet tot avant:
 Le sang en raie, q’en rogist l’açerant.
11120Le rois escrie: « Trenciez cist seduant. »
 Mal dehaiz nus q’en feisisent senblant!
 Se Rollant fu irez je ne demant;
 En piez saili e mist la man au brant,
 Le roi ferist, quant il fui remembrant
11125Qe il l’avoit noriz petit enfant.
 Del treif s’en ist honteus et sospirant,
 El destrer monte, l’escu et l’aste prant,
 Les laces ferme de son heume luisant,
 Ensi des host belement galopant.
11130Quant fu defors, si s’an veit speronant:
 En stragne guise veult fer son vengemant.
 Honte le maine et hiror si tres grant
 Ne lui remambre d’ami ne de parant;
 Anz q’il retort, par le mien esciant,
11135De lui veoir seront plus desirant
 François et Carles qe mer de son enfant.
 
 CCCCLXXXVI
 Iriez parti Rollant de Carlemaine.
 Bien sist armez el destrer de Sartaigne;
 Ses armes valent un castel d’Alemaigne,
11140Ester l’espee, c’al mond n’a fers ne fraigne.
 Li quens cevauce, anc ne requist compaigne:
 Vers Pampalonie costoie la montaigne.
 Ne puet parler, tant grant ire l’engraigne;
 E quant il parle, si se fist cros et saigne.
11145« E Diex! » dist il, « qe is de tot cavataigne,
 « Queil aventure m’avient por bone ovragne!
 « Tiel honte n’ai au cors et tiel desdaigne
 « Qe je ni sai cum l’arme ou cors remaigne.
 « Gerpir me feit le rois ma douz compaigne;
11150« Mielz veul morir qe je ni li ensaigne
 « Se je riens li valloie en la gere d’Espagne. »
 
 CCCCLXXXVII
 Li quens desist d’un agus derupant;
 En uns boscaje, o n’oit voie ne sant
 Qe il trovast, se fiert demantinant.
11155Les bras lui batent par mi son garnimant;
 A soi meïsme se guaumentot disant:
 « Ai! hom gravez de paine et de tormant,
 « N’avis jameis repois a ton vivant,
 « E començais de mout petit enfant
11160« A durer paine et estre travaillant.
 Par la vertus dou Roy omnipotant,
 « Pois je bien dir qe da mort fui aidant
 « A cestui roys vers li fils Agolant,
 « Ke hui moi laidi ensi vilainemant.
11165« Oliver frere, a Jesu vos comand;
 « Hestos de Lengles e tuit mes bienvoilant,
 « Ne moi verés, ce croi, a mon vivant.
 « Ceval » feit il, « de toi ai pieté grant,
 « Quand te devroit coreer ton sarçant
11170« E je te main por enci travailant. »
 Leiron dou quens, droit est qe je vos çant...
 En l’ost de France oit un tumulte grant;
 L’un dist a l’autre: « Partis s’en est Roland;
 « Ferus l’a Karles, non sevomes comant. »
11175Devant son trief de pallie d’Oriant
 Ert Oliver, el destre poing un guant;
 En un blïaut s’aloit il resorant;
 De ces novelles se voit esbeïsand.
 Por Hestos mande, Girarz e plus de çant;
11180Au trief le roi vindrent isnelement.
 
 CCCCLXXXVIII
 Ens le trief Karles, qi rend grand esplendor,
 Entrent ensemble les .xi. pugneor.
 Le roy trovent dolant e plein d’iror,
 Car repentis estoit de cil folor.
11185Primer parole Hestos li pugneor:
 « Dam roy », dist - il, « qe fais scemblant de plor?
 « Quele part ais mandé li mon signor?
 « Qe l’ais feru, ce disent li pluisor.
 « Est cist le bien e le gré e li honor
11190« Qe tu nos portes, qe estais en sejor
 « E nos te conquirons le cités e li bor?
 « As gran peril de bataile e d’estor
 « Somes devant li primer feridor;
 « A mort alomes por esamplir ta honor.
11195« Trop bien nos ais meris en cestui jor,
 « Quand cil por cui avons force e valor
 « S’en veit irés, Diex sait de son retor.
 « Mout l’ais trové ancui plain de douçor.
 « Por celui Sire c’un clame Redemptor,
11200« A moi Rolland ne val pas un tambor:
 « Se tu m’aüses ferus por tiel labor,
 « Bien qe sor moi en tornast la peior,
 « Poi te valsist dir qe eis empereor
 « Qe je ne te ferise de mon brand de color. »
11205Lors moille Karles d’angose e de sudor,
 N’ouse parler por ceus qe sunt d’entor.
 
 CCCCLXXXIX
 De Roxeillou parole dan Girard,
 Li noble duc corajos e gaiard:
 « Syre emperer, por li temp qi depart
11210« Vos tenoient plus saje e plus manard
 « Q’encor fust roy ni François ni Lombard;
 « Mais an present petit fu vostre esgard,
 « Car por orguel, qe sovant trop vos ard,
 « S’an veit celui qe meis revira tard.
11215« S’adonque le seüst Malgeris l’Acopard,
 « Ne vos doteroit mie si cum il feit li quart.
 « Encor me manbre (ne sui pas si veilard)
 « Q’entre nos fu ça guere e de gent grand esart,
 « Quand volevés destrur Renaud et Adelard,
11220« Madalgis le lairon e son cosin Guiçard
 « Par li consoil de cels qe ci en sunt en part,
 « Tant qe Rolland, entre lui e Bernard,
 « A l’acord fere nos conduit a Monmard;
 « Pois fu mon plege e lui e Durindard.
11225« Quand il s’en veit, je perd mon estendard:
 « Aler m’en voil, le partir m’est trop tard,
 « A Roxoilon o li carboncles ard.
 « En vostre vie ni aieç de moi regard
 « Se vos ni comencés par consoil de musard. »
 
 CCCCXC
11230Aprés parole li fils al duc Rayner
 Pietusemant, dond altrui fist plorer:
 « Droit emperere », ce a dit Oliver,
 « Si m’aït Diex, mout feites a blasmer.
 Nuls sajes hom ni devroit mais errer
11235E plus doit estre sajes li justixer
 Qe cil qe vient a lui droit demander.
 En une part pois Rolland eschuser,
 Qe, quand de camp nos partimes l’autr’er
 « E q’il vos vit le Saracins caçer
11240« Ne sun secors ne vos avoit mester,
 « Ja por itant ne voloit il laixer
 « Q’il non venist aprés vos volantier.
 « A l’esmovoir i vint un espioner:
 « Bernars de Meus, ensi l’ nomer.
11245« Qel lui dixis, ne vos sai spoblïer.
 « Nos le seguimes qual part il volt aler:
 « Tote le soire, per vals e por rocer
 « Nos amena nostre bon guioner;
 « Ad une nuit, endroit li galcanter,
11250« Oimes de Nobles la gaite en aut corner.
 « En quatre part nos fist la nuit sevrer;
 « Le maitinet alames dentre entrer.
 « Mais tot ce qe estions .xx. miler,
 « Nos eüsent Paiens mis al fraper:
11255« Sol vostre niés nos i fist delivrer.
 « Ne fustes mie a veoir son destrer
 « Quel saut il fist a lor bayre paser:
 « Da mil Paiens le vi environer.
 « Qe vos devroie, mon seignor, plus pleider?
11260« Au roy li vi la teste detrencer.
 « Quand rendus fu li gran paleis plener,
 « Sor la tor fist vostre ensaingne drecer.
 « Turch qe vousist de la mort escamper, »
 « De vostre part se convient reclamer,
11265« A voix cridant: Emperer chevaler!
 « Se il a bien fait, est ce donc li loer
 « Qe vos l’avés ferus au retorner?
 « Se il vos ennoie de Paiens geroier,
 « Por qoi nos feistes de Françe desevrer?
11270« Mout m’aveis feite hois la joie torbler;
 « Quand il s’en veit mon signor et mon frer,
 « Aler m’en voil; le congié vos requer.
 « Droit a Vïene m’en alerai primer
 « A dam Gerard e Bel’Aude au vis cler
11275« Ces doloroses noveles anuncier.
 « Vestirai moi a guise de palmer,
 « Tant qirerai e paserai la mer,
 « O je morai en voie o en senter,
 « O troverai cil qi est mon esper. »
11280Lor comença si fort a larmoier
 Qil en a feit plus de dou cent plorer.
 E dit Hestos: « Plus non pois endurer. »
 Lor en apelle som mestre çamberler.
 « Va moi », dist il, « mon trief a destirer
11285« E tuit mes homes me comande a munter;
 « Tost me verais cist païs ci vouder.
 « Mais une riens sai bien au roy nuncer:
 « Por tot sun reigne o je devrai passer
 « N’i ert esparagné ni meisons ni clocher
11290« Qe ne soit arse, qi qe s’en doie irer,
 « Si qe de l’ovre i rendrai le loer. »
 
 CCCCXCI
 Aprés parole li ardis Salemon,
 Cil de Bertaigne, qe mout ama Carlon.
 « Seignor », dist il, « ci a male raixon,
11295« Quand tuit vos oi parler sor une entencion.
 « Se un home plus d’un autre ne fust saje e prodom,
 « Ensi ne vaudroit ja cist siegle un boton.
 « Nel dirai por blasmer Rolland, li fil Milon
 « (Bien sevons qe il est nos meilor campion),
11300« Mais au tamps qe il estoit meschins e valeton,
 « Ains q’il aüst apris ni sauter ni Caton,
 « Revient Karles de Espagne, qe fist en Aragon
 « Tantes riches proeces, cum por certain savon,
 « Qe il oncis Braibant e son niés Gallion;
11305« Coronés fu a Rome tot sols, sens compagnon
 « (Non i avoit qe Morand, car de fis le savon),
 « Pois en France torna, maugrés de dos fellon:
 « Lor n’i estoit Rolland; dond bien gran tort avon
 « Quand ne conoison Karle ensi cum nos devon,
11310« Car n’i a nul de nos, ni noir ni blon,
 « Da lui ni teigne sa tere e sa maixon.
 « Karles est nostre syr e fa droit e raixon.
 « Se il a feru son niés, de qoi s’entremeton?
 « Sachiés qe bien tenroie a fol et a bricon
11315« Nul qe moi deveast castoier ma maixon.
 « Se li roys a mesfeit, repentis le veon,
 « Si n’est mie droit q’il en qere pardon.
 « Se ire l’a conduit a nule mesprison,
 « Devons nos segunder? Se Deu pleis, non feron,
11320« Anceis amenderomes au miels qe nos porons,
 « Qe mantendrons la guere a force et a bandon
 « E mostreromes bien au roy Marxilion,
 « Quand Rolland ne fust neç ne venus en le mon,
 « Ne li voilon laixer dou nostre un esperon.
11325« Je vos pri dou bien fer, a ma conclusion;
 « En autremant, il n’a ou paveilon
 « N’en tote l’ost nus de si aut renon
 « Qe se voile partir sens le congié Karlon,
 « En mei leu dou chemin, armeis sor li Aragon
11330« Me troverai e moi e mon Berton;
 « Sor le tail de ma spie trepaser i stovron. »
 Adonques n’i oit quens ni duc ni aut baron
 Qil desdixist, pour ce q’il dit raixon.
 Al roy s’acordent, tuit i quirent perdon;
11335Karles lui perdona, n’i convint reançon.
 
 CCCCXCII
 Quand fu acordés Karles e ses François,
 En estant s’est levés et a dit qe cortois.
 « Seignor », dit l’emperere, « por voir sai e conois
 « Qe une gran partie de celor qe je vois
11340« Por Rolland moi servent e non por autre drois;
 « Mais sor ce q’ai feit dois metre defois.
 « Je vos dirai qe trop fu gran buffois
 « Cum .xx. mil chevaler, armei a bon corois,
 « Partir d’une bataile. Ne fu ce estrelois?
11345« Je vi en celui jor ma gent en tel effrois,
 « Se aveü en fusent Paiens et Espanois,
 « Tel perte i aüs feite, nel teneç a gabois,
 « Ja ne fust amendé a plus de cinq cent mois.
 « Por vos, seignor baron, sui emperer e rois;
11350« Vos m’aveis feit honor, ancor le me ferois.
 « Neporquant se je ai fet ver mon niés nul desrois
 « E j’en sui repanti, sor moi cheit li sordois.
 « Rollant se il m’a gerpi, vos ne mi garpirois,
 « Ains mantendrai la guere, e vos m’i aiderois,
11355« E vostre ert le païs, quand vos conquis l’avrois.
 « Neporquant vos en pri, si vos en faiç la crois,
 « Cil qe ont bon destrer ne il tienent en repois,
 « Mais alez mon niés qerre, se trover le porois;
 « Qi mener le me poit, bien saçe demanois
11360« Tant ni savra qerer q’il n’ait plus qatre fois. »
  [...]
 
 CCCCXCVII
 Por devant la fontaine, und l’aigue est clere e pure,
 Descend le niés Karlon o la noble figure.
 Por tenir son destrer n’i trova creature;
 Au ceval tolt la selle o tot la cengleüre,
11435Pois i oste le fran de fin or de manure;
 Aprés boit le cival, qe tresuoit d’ardure.
 Le barons le mena por dedens la valure
 Ou l’erbe estoit tendre e longe a desmesure
 Piece ne fu trenchie por la gran guere dure,
11440Car bien a trente leigues, ce conte la scripture,
 N’i abitoit borçois ne nul en apasture,
 Car fuïs estoient, cum est la lor nature.
 
 CCCCXCVIII
 Pués repaire le duc aprés de la fontaine;
 Le cival laise pastre, qe ses reines entaine.
11445Dejoste un anglenter, dond li fleiror est saine,
 Meïsme se desarme li neveu Carlemaine.
 Sor son eschu se chouge cum aïrose vaine;
 Membre lui de son pere, qe jadis fu la graine
 De tot buens chevaler, quand fu mort en Ardaine;
11450De son aiol li mambre, de sa geste anciaine;
 De ce qe i estoit feit ire ne li lontaine.
 A grand onte se tient qe creature humaine
 Le oüst oseç ferir, se il non portast la paine.
 La couse qe tot jor un poi li fu germaine
11455L’a visitei e dir i fist parole vaine:
 « Rollant, or estes sol en gaudine selvaine,
 « Qe solïés avoir en le vostre demaine
 « Vint mile chevaler por la glesie Romaine!
 « Ni soloie descendre ni in camp ni en taine
11460« Q’as estriver n’aüse mant fils de castelaine:
 « Or sui ci cum ermite qe fa la treduaine.
 « Fortune de ces siegles ai bien la plus sotaine;
 « Ja me cuidoie seoir bien prés la soveraine.
 « Mais poi qe vostre roe me vuelt estre vilaine,
11465« Verés moi trepaser outre la mer autaine.
 « Je sai bien le langaje de Perse e l’Aufricaine,
 « La Greçoise, la Hermine, e sai la Suriaine:
 « Se chevaler deu segle doit vivre en terre straine,
 « Ne dot q’a mon cival poise falir l’avaine.
 
 CCCCXCIX
11470Endormis s’est li duc, tant fu il dementé,
 Sa man a sa maxele, sor son eschu chougé.
 En avision i vient q’el estoit en son tré,
 Olivier son chier dru a son destre costé
 E plus de .c. entor, des meilor e privé,
11475Si rampognoit Hestos, cum il estoit usé,
 Dond mout s’en risoient environ le berné.
 E quand aparut l’aube, cheü sunt li rosé,
 Por desot son aubers s’est le duc refroidé:
 Le douç ensoigne part, qe veiland l’a laisé.
11480Ensi come rubaud, quand tot a baraté,
 Quand la nuit soigne vencre, dond est joians e lé,
 Pois, quand il se reveile, est doulant et iré:
 Tot si remis le duc quand il fu reveilé.
 
 D
 Li duc pensis en estant se leva,
11485A son cheval vient, qe il cougié trova:
 Ce ne fu mie Vailantin qe il trova,
 Car pués le jor que le grand saut dona
 Dedens a Noble, plus ne le chevaucha,
 Si duremant cil jor le travaila.
11490A cestui a mis le frain qe il amena
 E puis la selle lui meismemant cengla.
 Cinte a la spie e son eume alaça,
 Prend son eschu, en son cival monta,
 Seigne son vis, a Diex se commanda;
11495Ne s’en veit mie por und il ariva,
 Mais vil se tient qe ne sa o il va.
 Troi jor chevauche li dux, q’il non trova
 Creature dou siegle e ni boit ne manja.
 Endroit li vespre, quand li sol declina,
11500Dou forest s’en ensi, sor la mer ariva.
 Li temps fu torble, un petit plovina;
 De vers traverse fiert vent e mer onda.
 Sor le rivaje le baron s’aresta;
 Entor lui garde e dit qe devinra:
11505Ci ne vi port ni abitacle i a.
 De retorner al roi a poi ne forsena,
 Quand un autre penser sorvient, qe revela
 E dist qe ens en la mer ancois s’anoiera.
 Tot entor lui bellemant remira:
11510Un dormons voit venir qe por paor ancra,
 E dedans un batel dui merceant entra
 Q’en la nef estoient, tiel paor le mena,
 E siglerent a force tant qe il ariva.
 Sor l’erbe sunt asis e ceschuns d’els manja:
11515Pan e carn ont asés, dond il s’en saola.
 Rollant, quan le percuit, cele part randona.
 
 DI
 La ou manjerent li dui outramarin
 S’en veit Rollant, li jentil palatin;
 Quand lor fu prés, bien voit a lor convin,
11520As saingnes qe ont vestues e au chief de draps de lin,
 A cil bien avisa qe il estoient Païn.
 Seignor, Rollant estoit apris de maint latin,
 Car il savoit Greçois, Surïen et Ermin.
 Prés aus rapuie son espleu fraxenin,
11525Salüe les de part l’aut Apolin.
 « Seignor », fait il, « je sui un Saracin
 « De ceste Espaigne, la por devers Monfrin.
 « Les ost de Françe avec le fils Pepin
 « Ont cestui reingne metus a disiplin.
11530« Proier vos voil, por Celui qe est sens fin,
 « Aieç merci de moi qe sui fraïn:
 « Se vient vos vant ni levant ni corin,
 « En cil dormon qe est a vostre domin
 « Recevés moi e mon Amoraïn,
11535« Car n’ouseroie ester por nul engin
 « En cist païs por ces mauvés mastin. »
 Lor respondi li uns au chief enclin:
 « Nos ni avons ci palafrois ni ronçin
 « Ne males pleines ni d’arçant ni d’or fin
11540« Ne i porisés gaagner un sol terin.
 « Bien entendons dond vos vient cil latin:
 « Robeor estes naturel de chamin. »
 
 DII
 De mautalant vient Rollant pali e van;
 Dit au Paiens: « Tu pués estre vilan,
11545« Quand vilenie me dis sens nul certan;
 « Mais se fuses armé o engual man,
 « Dir te savroie, licer, fils a puitan,
 « C’anc ne robai tant qe valsist un pan.
 « Por qe is d’avoir e de richeçe plan,
11550« Altrui desprises com orgoilos e van. »
 Ce dit les autres: « Por mon Deu Tervigan,
 « Se ne partés, estes de mort proçan. »
 En pié sali, si l’a pris por le fran;
 Un’açe avoit, si croit estre un Traian:
11555Ferir voloit por le pis l’auferan,
 Mais le niés Karle tient le esplei en sa man,
 Fiert le glotons a loi de castelan.
 Li colp n’i trove ni oubers ni clavan,
 Li cors li trençe, mort l’abat au teran.
11560E pués retorne e fiert le primeran
 Si por le pis qe mort l’abat de plan.
 Por ce dit voir dan Caton li Roman:
 Gran vertus est a metre a la lengue le fran.
 
 DIII
 Roland descend, quand les Turc oit tüé;
11565Mais quand il pense qe il ni estoient armé,
 Anc plus dolant ne fu en son aé.
 Il les regarde cun un vis esgaré
 E pués a dit: « Roland, or es vengié.
 « Ei! cheitis home e plain de crualté,
11570« Com ais ici ton mautalant monstré!
 « Sor dous sens armes ais ton cuer desanflé;
 « Mais si cum tu eis garnis fusent esté:
 « Tu ne i avroies solemant regardé.
 « Sainte Marie, roïne mer de Dé,
11575« En quel desgraçe sui de vos fils entré!
 « Tuit les honor deu siegle ai oblïé.
 « Oliver frere, en vos le recevré:,
 « Vos ni aveç paril au siegle de bonté. »
 De ces paroles s’est li duc saolé:
11580D’autre mangier ça n’i vient volenté.
 Atant qe il a cist gran duel demené,
 Fu l’estormant de la nef arivé
 Cum .vii. sarçant en un batel feré;
 Blance oit la barbe e bien fu conreé
11585Selong la guise dou reigne und il fu né.
 Roland le voit, le vis lor a torné.
 Ainc qe fussent li Paiens aprosmé,
 Est le stormant devant lui genoilé;
 En son langaje dist: « Ci t’a envoié,
11590« Vertuos home, la divine bonté:
 « De dous dyables m’ais encui delivré.
 « Ois m’avoient cis glotons menacé
 « D’oncir, por qoi ne i avoie amené
 « En lor païs e ja avoient juré
11595« Qe sol por moi e por mes gran pecé
 « Estoit le oraje e le mal temps levé.
 « Garis m’avés, qe estoie perilé:
 « Bien en devés estre geardoné.
 « Se vos d’avoir eüsés volunté,
11600« Tot cil dormons en est plain e rasé.
 « E se volrés venir en mon reigné,
 « Moi e cestors vos ferons fiauté:
 « En pluisor leu gran besoing nos avré. »
 Respond Roland, qe bien fu latiné:
11605« Vostre merci. De qel tere estes né?
 « Grand mestier ai de la vostre amisté.
 
 DIV
 - Amis », dit li prodome, « d’outre mont Orïaus
 « A une noble citei, unques ne veistes taus,
 « Qe mout est bien garnie de mur e de toraus
11610« E de riches maisons, de bruel e de vignaus:
 « Qi vuelt desduit de caçe, mout les a bon e biaus,
 « Riveres de faucons, d’astors, de gerifaus.
 « Environ la citei cort de eve un gran canaus
 « Qe se part e desevre deu bel flum d’Eufrataus:
11615« La trovent hom la flor de peison generaus.
 « Le païs environ par est tan glorïaus
 « Ja ne queroit nus autre reigne celestïaus.
 « Baustres a nom la ville, dond Porus est cadiaus.
 « Ces dos qe ci sont mort ni erent de cil regnaus,
11620« Mais devers Capadoce tenoient dos castiaus:
 « Ni avoient main ni soir nus bon ami carnaus.
 « Baudor sui apelé: li mes nom est itaus.
 « Vien, frans hom, avec nos e finon cist vïaus:
 « Veés li bon tamps venir e departir li maus.
11625- Voluntier, por mon cief », dist Roland li vasaus.
 « Qi en vos ne se fiast, trop seroit criminaus.
 « Mais comant pora je condur cist mes chevaus
 « En cil vostre dormons avec moi san e saus?
 « Lui el brand sunt por moi, ja ni iroie sens aus.
11630- Sire », dit le stormant, « veés ci dos batiaus:
 « Neslepas i ert menei avant qe cant li gaus. »
 
 DV
 Mout fu joians Baudor deu baron amener;
 Mantinant commenda ses sarçan a entrer
 La dedans le boscaje a grand açes d’acer:
11635De rames e de broches qe il lor a feit coubrer
 Desor li dos batiaus fait bastir un soler,
 Tant cum le bon cival poit a leisir ester;
 Roland l’en a cunduit por la rene d’or mer.
 Quand tuit furent ensamble, si pristrent a sigler;
11640La traverse asouaje e les tormant de mer.
 Quan furent a la nef, si vont les pont geter;
 Por enging e por cordes ont mis li bon destrer
 Sor la prime coverte o fu li dos saumer
 Qe li dos merceant soloient civalcer:
11645Por ce i avoit asés de vaine e de torquer.
 Les somer geterent ens la mer a floter.
 Mout se paine Roland dou cival atorner,
 Pois est monté sor li plus alt soler.
 Le stormant le tenoit por le poing senestrer;
11650Ses sarçant penerent dou baron honorer:
 Iluec non fu serés nuls jentil salüer.
 Li mestre lui osta ses verd heume d’acer
 E li duc le servi de tot son demander.
 Ja ert la nuit obscure, mais il font alumer
11655Dos cires colibeus por lui plus honorer.
 Entor lui s’arotent. Unques plus voluntier
 N’aconte veuve dame nul prodon estancher
 Quand il demaine ce qe li feit mestier.
 « Sire », dist le stormant, « or venés, qe monstrer
11660« Vos voil ce qe conquis avés de dos liçer. »
 Li duc respond cun un visaire cler,
 Tot en riand: « Laxei le ore ester,
 « E parlerons un petit dou mangier,
 « Car non hui mie gran leisir, ne hoi ni er. »
11665Lor veïsés entor lui demener
 Cels galiot e le dois aprester.
 
 DVI
 Quand laveis fu et asis li baron,
 Li bon Baudor, cui Diex baptisme don,
 S’ala seoir joste li niés Karlon:
11670Nel conevoit, por ce il fist raixon.
 Li duc manjue, qi ot forte caixon.
 Quand oit supé (qe de super leiron)
 E laveis sunt, pois li aporte l’om
 Dos estevaus e dou primer giron
11675E descendrent contreval li dormon.
 Ne vos savroie conter por divison
 Le gran richeçes qe dedens troveron,
 Le riches pailes, li var, li siglaton,
 Li or, l’arçant, li peires, li carbon.
11680Baudor tenoit au poing son compaignon.
 « Amis », dist il, « tot cist tesor vos don;
 « Conquis l’aveis e feit ma venjeison.
 « Ne vos en quer fors un sol geardon:
 « Quand vos serois dedens ma region,
11685« Je ne ai nul fils, e si sui riches hom,
 « Fors une fille qe Salomé a nom:
 « Mout par est belle; s’en vie la trovon,
 « Bier, prenéç la por tiel division
 « Qe fil engendres; e syr de ma maixon
11690« Vuel qe soiés aprés ma finixon. »
 Roland le prend riand por le menton.
 « Syre », dit il, « deman nos parleron;
 « A mon pooir complirai vostre bon. »
 
 DVII
 Li estormant ne fine de monstrer
11695Al duc l’avoir e sa fille a loer.
 Ni avoit plus soigne Roland a remirer
 L’or ni l’arçant ne li draps d’outre mer
 Cum un cheitis vilan d’un buen müé sparver.
 « Je repousase », feit il, « bien volenter ».
11700Le prodome le veit a un lit amener
 Qe en une çambre ilueqe estoit mout cher.
 Li duc tot primerans va veoir son destrer,
 E pois torna en la çambre o il doit repouser,
 E Baudor li ala meismemant desarmer.
11705Quand il fu desgarnis, sil prend a regarder;
 A ses sarçant le monstre e comançe a jurer
 Plus belle criature mais non nasqui de mer.
 « Alés, seignor, dormir », ce dit Roland li ber.
 « Je me vuel un petit solemant demorer ».
11710Cils istrent de la cambre, si vont a lor mester;
 Lor cordes e lor voiles penerent d’aprester,
 Car a l’aube aparant voldront estal cançer.
 Avant qe le niés Karle se vousist acouger,
 En genoilon s’est mis por Damenediex proier:
11715Une oraixon comançe qe mout feit a loer.
 
 DVIII
 Belle fu l’oraxon cum vos poeç oïr:
 « E! Diex sans començaile, e ja non dois finir,
 « Qe non volis Orgoil en ton reigne sofrir,
 « Ainç le feisis dou ciel trabuçer e chaïr
11720« Quand il encontre vos fist penser de fallir;
 « Aprés de humaine carn volistes pois garnir
 « Les sieges qe as angles fist Orguel relinquir;
 « Les quatres alimentes feisistes departir
 « Li un da l’autre, el solel esclarir;
11725« En set jor fu tot feit quant qe volistes dir;
 « E pois de limo terre formastes, magne Sir,
 « Adam le primer hom, por lui a semonir
 « Q’il non fust orgoilos ne qin devoit ensir;
 « Quand il fu espirei, sil feisistes dormir,
11730« D’une coste de lui, por vostre ovre complir,
 « Formastes cele feme qe vos Fils fist morir,
 « Qe manjua la pome, por qoi sunt en martir
 « Tote la humane gent, en paine et en languir,
 « Ele en dona son syre, sil fist vers vos falir;
11735« Mantinant les feisistes dou sant vergier ensir
 « Quand il non degnerent vos a coupe qerir
 « Dou pechié q’orent feit sens li vostre plaisir:
 « De ces dos sunt insus e li bons e li pir
 « Qe a Infer aloient ceschuns prés lor finir,
11740« E neïs li prophete, a cui feisistes dir
 « En le lor profities qe devoiés venir
 « Por raïmbre les armes qu’erent en l’oscurir;
 « Sire, votre pieté deigna acunsentir
 « A naitre de le Vergen qe fu notre remir;
11745« Le jor qe vos nasquistes faïstes aparir
 « Une stoille as troi qe vos vindrent querir.
 « Ai! cant se devoient li pastors esjoÿr
 « Cant oïrent cel jor de vers aire bondir:
 « Gaudete, qu’il est cil que fera fenir
11750« La pusance au Deable et les pecié tolir. »
 « Sire, par notre vie voilistes mort sofrir,
 « Sor le laing della crois faïtes acomplir
 « Tote le profecie jusq’au pont dou transir:
 « Si cum bien croi de voir le vostre suresir,
11755« Por la sainte pité qe vos fist devenir
 « Home par notre amor e la mort englotir
 « Et de sa grant pusance Lucifers desaysir,
 « Aiés pité dou roi que ja me fist norir,
 « De Oliver et des autres qe vos sunt a servir,
11760« Que Païn non lo poise verguncer ni onir,
 « Et cest çamin me faites en tal gise fornir
 « Que mielz me soit a l’arme par le vos loi emplir
 « E onor n’ait sainte Glise, qe devons mantenir. »
 Larmoiant s’est seigné, pué est alé gesir.
 
 DIX
11765Pensés, vos que escotés mes parole e mes dis,
 Se mais fustes d’amor de dame tant epris
 Que jelosie naist et faistes dous devys
 D’amer et desamer, dont une feuvre i n’is:
 Sot ce fu le niés Karles cumbatu e pensis.
11770Toute nuit soi porpense del roi de Saint Donis:
 De lui gerpir estoit forment maltalentys,
 Mes tant vient cumbatuz des autre esperis
 Que cunfortent venjance sor ce que i est mespris.
 Petit se dort la nuit, et chant jor fu esclaris,
11775Meiesme vest et zauce (non fu mie Terys);
 Non fu pas oblïé le brant d’acer forbis.
 Neporchant li aporte Baudor, le viel floris,
 Une robe d’un vert velus, fouree de gris,
 A la gisse entaillie des Païns de Tortis.
11780Cum douz refus i dist li barun: « Grant mercis! »
 El plus aut soler monte, sor le bort est asis.
 
 DX
 Mout fu le stormant sage de le marine paine;
 Il dit a ses sergant: « Est il l’aires serainne
 « Et les orage droit que a Balstres nos amaine?
11785« Coulomes tantost voile ver l’aute meriaine
 « Avant que nos sorvaigne li vant de tramontaine. »
 Lors colirent les voille, uzant a aute lainne;
 Les governaus tornent vers la tere luntaine.
 Chant fu cescune voille del bons orage plaine,
11790Plus tot non coruit mais un livrer par la plaine
 Come la nef randone par l’aute mer altaine.
 Chant ensi voit Rolant, si li doucist la vaine,
 Membre lui d’Oliver et del roi Karlemaine;
 Un sangloz de plurer li vint, que nel refraine.
11795Chant ill en ot loisir, si dist: « Ai! sante Alaine,
 « Que trovastes la crois qu’est noutre zavetaine,
 « Atrovez moi cunsoil o Fortune me maine;
 « Et non soit oblïés l’impereor Roumaine. »
 Le stormant vint a lui cum une ciere plaine:
11800« Cun este vos? » fait il; « quel penser vos demaine?
 « N’aiés paor dou mer, car plus est la nef saine
 « Au besoing qu’ele fait que au chaut la funtaine.
 « Vos deüsés plus estre joians de nulle aiguaine,
 « Chant plus avés cunquis en un jor de semaine
11805« Que non fist Alixandre sor la giant Indiaine.
 « Volés oïr çanter li vers de Galiaine,
 « Com elle dounoia Karles au primiraine?
 « Mes sergant zantent plus clere doz qe seraine.
 « Chant xeromes a Baustres, qe tant est d’avor plaine,
11810« Je vos aconterai mun sir le roi Albainne:
 « Cert sui qu’il vos fera, avant la quarentaine,
 « Son matre mareschaus, de gere zavetaine. »
 E cun cist cunforter au duc xon duel refraine.
 
 DXI
 Vait s’an la nef, char molt ot bons oraje.
11815Mais tant vos di qe plus contre corage
 Non s’an parti Eneas de Cartaige,
 Chant alla quere la grant Sibille saige,
 Come Rolant soi mis en cels vyage,
 Remembrant lui qu’en la tere sauvaige
11820Laisoit son oncle et le amoros bernayge;
 Ni jors ni noit non faloit ceste image.
 Par lor jornees ont si fait lor corsaige
 Que trové sunt en le gentils reignaige:
 Ce est la Surie, que est nostres heritage.
11825Por flums Jordans istrent dou port merage;
 Menent la nef cuntremont les rivage;
 De jor en jor, par gant de maint lengaige,
 En plusor leus paierent les pasaige.
 Dedans un lach, qe molt est grant et large,
11830Que Jordan staigne, chant trop infler l’incarge,
 Entrent un jor chant vens les asoage.
 
 DXII
 De grant rivere ert celluy laich aisis,
 De poi de plain et de grant plaisseïs
 E des citez et de çasteaus autys.
11835Rolant l’esgarde; formant i abellis.
 Sor le estormant a sun destres brais mis.
 « Sire », dist il, « mout a ci beaus païs:
 « N’est pas ensi le Spanois, m’est a vis. »
 Et cil i moustre Gaidres, que fu Betis,
11840Larisse et Damïete, les vaus et le larris.
 Mais Rolant esgarda vers ore de mezdis:
 Une citez percuit, que, a suens devis,
 Non sunt si belle ni Roume ni Paris
 De murs, de tours et de pallais voutis;
11845Sunt li le prez, li broils et li jardys;
 Et voit deors maint paveilon coillis
 Et venteller maint penon cendallis.
 Lor en apelle Baudors, le vielz floris:
 « Celle citez, dont le murs reblanchys,
11850« Coment a nom et qui en est saisis?
 « Non doit pas estre cil qui la tint mendis. »
 
 DXIII
 L’Endïen prant la ville a remirer;
 Dist a Rolant: « Molt par fait a prisier:
 « Ce est La Mech, o allons Dex orer,
11855« Le saint Mahon que nos vient predicer;
 « Soudans de Perse en est le justiser;
 « Sor cestu laich marchisent maint princer.
 « Mais molt me pois de ces trief merviller
 « Et des banderes que je voi venteller:
11860« O il i a cort, o grandisme engombrer. »
 Lor prant Rolant le cuers a sauteller
 D’aute proesce, tout a renouveller
  < ............... >
 La ville et cil que l’oit a gouverner.
 Prant le stormant doucement a acoller.
11865« Sire », dist il, « de vos m’estuet sevrer:
 « C’est le païs o je doi ariver,
 « Car plevis l’ai, pasés cinque ans enter,
 « Que je iroie Mahomet cellebrer.
 « Je vos merci, non v’en pois gerdoner:
11870« Dou grant honor Dex vos rande louier. »
 Chant cil l’oï, n’a en lui que aïrer.
 « Comant? » fa il, « me volés vos laissyer?
 « E cist avoir, qui le vos doit portyer?
 « Par Mahomet, molt vos voi fouloier
11875« Chant por le mals voulés le bien canger. »
 Dist Rolant: « Sire, avoir ne m’a mester:
 Tot soie votre, senz autre parchoner.
 « Mes bien vos voil par mon amor rover,
 « Chant vos serés la o vos deveis aler
11880« E vos trouveis nuls poubre cevaler,
 « Par mon amor l’en doveç visiter.
 « Par moi le di, que sui uns estrainger:
 « Ensi poroit d’un autre home incontrer.
 « Se de mon nom voulisez domainder,
11885« C’est Bacharuf: ensi moi faiz nomer. »
 Qui donc oïst Baudor fort dementer
 E ses sergant plurer et regreter,
 Souz ciel n’a home que non deüst peser.
 Mes quant voient nel poront arester,
11890Trestuit s’an vont davant ajenoiler,
 Qui piés, qui jambe, qui bras, qui main baiser;
 E pué s’an vont les governaus torner
 En celle part o il devoit ariver.
 
 DXIV
 Mout fu doulant Baudor le Acoupart
11895E ses sergant par le duc qui depart.
 Ses governaus fait torner a Blimart,
 Uns suen sergant que miels de celle art
 Savoit que nuls bidaus de trere dart.
 Gitent lor ancre, chant sunt a Port Velart;
11900Mistrent le pont, sin trayrent le lyart.
 Le niés Karlon chaint au flans Durindart,
 L’eume soi lace, et dedains le cannart
 Laise sa lance et l’escuz paint en quart.
 Pris a cungié; de l’insir y fu tart.
11905De toz l’avoir que fu as dous musart
 Un seul diner n’en porta de sa part.
 E cels proient Mahomet que le gart,
 Pués s’en tornent por le lac de Benart.
 E Rolant monte au bon ceval Lunbart
11910Ardïemant, con un senblant galiart;
 O voit les tendes, s’an vient en celle part.
 Proiant veit Diex e le ber saint Leonart
 Que lui soient vers Paiens en regart.
 
 DXV
 Rolant chevauche vers li plan de Persie:
11915Jesus de glorie i soit chadel e guie!
 S’en vient as tendes dont la plaigne est remplie,
 Qe il senbla que fust une ost bandie.
 Nel voit Paien que l’uns l’autre non die:
 « Cist home armei », font il, « que senefie?
11920« Cevaler sanble erant d’ancesorie.
 « Qi puet il estre? Dont vien? De quel partie?
 - Par Mahomet », respondi une spie,
 « François me sanble ou de vers Lombardie. »
 Le dus çevalce, qe n’i respondi mie;
11925O lui s’arotent de Paiens grant partie.
 Le baron garde en une praerie
 E voit le tref de greignor segnorie:
 La avoit la flor de la grant baronie;
 La veit desendre dou liart de Pavie.
11930Maint jantis homes encontre lui s’envie;
 Uns damoisel, fil le roi d’Orquenie,
 Li estrés li tient, tant oit de cortesie.
 Un eschüer a la resne saisie,
 E cil l’enquiert dont estoit s’ancontrie:
11935Il dist: « De Ispagne, d’une tere asalie
 « Par Carlemaine, qe ensi la mestrie
 « Qe roi Marsile a grant mester d’aïe.
 « Cheil est le rois qe vos out en balie?
 « Lui sui venus et a sa gentilie.
11940E cil li amaine a la tende joilie.
 
 DXVI
 Dedans le tref ou l’amirant estoit
 Mena Rolant cil qi le condusoit.
 Trovent Soldan q’en ses barons seoit;
 Asez i orent Paiens et Parengoit,
11945Rois e prences e dus a un consoil destroit.
 D’uns jujemans q’il font grant tençons i oit,
 Car une file le roi de Perse avoit,
 Belle e cortoise e molt de bon endroit;
 Non avoit qe .xv. ains, et son per la voloit
11950Marïer a uns rois qi ele riens n’amoit.
 Le pere a plus d’un an promise la li oit,
 Mais mout par estoit viel e la cars foible oit.
 La jantis damoisele, qant davant le voit,
 Oiant tot le bernaje, refusés le avoit:
11955Dit qe mari ne veut; dont cil grant onte en oit.
 Ces jounes bachelers s’an gabent en recoit
 E disoient entr’aus: « Par Mahon, elle a droit,
 « Car plus belle pulcele ne menjue ni boit,
 « E tort a cist veiars; qe soie maleoit
11960« Qi cesti li donast q’en amor vient e croit! »
 Qant le viel l’a oï, forment grant onte en oit;
 En sun cors s’est pansié comant il le feroit.
 En estant est levei e jure quant il croit,
 S’ele eüst en douaire plus qe Cesars onc oit,
11965Soulemant por soignant dist q’il ne la prendroit:
 « Les diz que ele a fait a mervoile me ploit:
 « Je l’an ferai ardoir ains ch’un mois compli soit.
 
 DXVII
 Le roi qi menechoit mout par estoit pusant:
 Les Turs e les Roseus e des Greçois auquant
11970E celor de Baudaqe i erent apendant,
 Estier les Esclavons e Blach e Nobiant.
 Sis rois apendoient a lui, senz li parant;
 Car ses neveu estoit Pelias le valant
 Qe tenoit le païs qe fu roi Esperant;
11975Si estoit son cuisins Henestor le jaiant;
 Le Viel de la Montagne le sert por convenant;
 Plus de cinquante prences, ester li amirant
 E qens e dus ausi, i erent enclinant.
 Ne vos merveilés donqe se grant onte le esprant
11980Quant il le refusoit nulle fame vivant.
 Il dist au rois de Perse: « Oiés apertemant.
 « Nos somes retornei au premer mautalant,
 « A la premere gere a tot le priz ahant;
 « Bon acord in quidoie, mais unqe nel domant.
11985« Se tu ne veus ton reigne veoir dou fou ardant
 « Espris et alumés ains les dis mois pasant,
 « Vange moi de ta file a tot tes gens veant;
 « E se cose que non, nul bon acordemant
 « Jamais n’ert entre nos se toi e tes enfant
11990« N’avrai deseritei et oncis ensemant:
 « La folie de li ert sor vos declinant.
 « Mais feites li ardoir, si en sara garant
 « A tot cels qi nos somes ami et bienvoilant. »
 Quant roi Soldan l’oï, si se dreçe en estant.
 
 DXVIII
11995Dist l’amiré de Perse: « Entendés, sire roi:
 « Comant me menaceç, se n’ai feit le por coi?
 « Je vos ai feit venir encui a bone foi
 « Por doner vos ma file, que plus belle ne croi:
 « Se ele a dite rien que vos tourt a anoi,
12000« Ce fu por un gaber: repantie l’an voi.
 « Por la novele veine qe ele a en soi
 « Li dovés pardoner et por amor de moi.
 « Ele ne le voldroit, par la foi che vos doi,
 « Avoir por nulle rien dit, paleis ni secroi.
12005« Sire, prenés la fant, qe je la vos outroi;
 « De mes meilors citei vos en doherai troi.
 « E se pur la venjance volés, je l’an feroi,
 « Q’en ma chartre iert jetee, o nul deduit non croi,
 « E pués la ferai batre ceschuns jorns une foi
12010« De coroies tinant trosq’al sange vermoi.
 « Nen do ge oncir ma file par un chatis foloi. »
 Atant s’asist desor le paille bloi.
 
 DXIX
 Quant Soldan s’est asis, en estant se leva
 Pelias, qi estoit niés Malqidant, e dit a:
12015« Machomet ce ne dong, q’en loi nos estora,
 « Qe honi soit mon oncle por teil gient con voi ca.
 « Entendés, roi de Perse, que une feme chaca
 « Adan dou Paradis, quant il por li peca.
 « Quant le plus sage home c’onque fu ni sera
12020« As dis de une fame engigner se leisa,
 « Dun n’est il mereveille se fames engigna
 « Lot e Sanson le fort, que une bestosa;
 « Davi e Salomon en lor croir araja.
 « De l’ome ne vos di que il bien encontra;
12025« Je di que tut le mal qu’avient ni avenra,
 « La feme en est chief, e ja coupe n’i a;
 « Mais qui lor done oÿe, chier le comperera.
 « Por la file le roi le di, que je voi ja
 « Qu’est ouvre e comencere d’un mal que devira.
12030« Dehé ait de ma part qi ja l’an blasmera.
 « Ele feit ce que doit, e qant autre fera,
 « Li seigles ert finis, plus jor non durera.
 « Neporqant, se je puis, le non s’en vantera,
 « Car maintenant ert arse, son per l’outroiera,
12035« Ne pués le roi, mon oncle, plus nel desamera,
 « E no ert mute gere e nus home en mora.
 « Prover veul por batalie a chi m’en desdira
 « Qe ele est digne de mort e deservie l’a:
 « Qi comuet omicide, mort soit, dit Seneca.
12040« Responde moi qi veut, qe ci me trovera. »
 Tot irei s’est asis, e Rolant ariva.
 
 DXX
 En mi ceste besoygne ariva li marchis.
 A l’entrer de la tende, ou sunt les rois asis,
 Por garder l’ome armei sunt debassés les cris.
12045Le Paien qe le amoine ses a a rason mis:
 « Estez, segnor; oirois cist home avenoïs.
 « Orendroit est venus d’outrel mer de Galis:
 « Des noveles de Spagne vos dira li devis.
 « Bien dit che roi Marsile a sofreite d’amis;
12050« Edier le deüsés contre vos enemis,
 « E ci vos deportés au delit des chetis. »
 Rolant l’a demandé qeil est le roi Persis.
 « Vois la cil grand », feit il, « a celui mantel gris,
 « Qe tote foi te garde, de penser enterpris. »
12055Le baron s’engenouile come home bien apris;
 Mout ben l’a salüé dou Roi poesteïs.
 Le roi l’a feit drechier, de noveles l’enquis;
 Ja lor dira teil cose dont maint seroit pensis.
 
 DXXI
 Le tencier fu leisié e Rolant remiré;
12060A mout grant merevoille l’ont cil Paien lohé
 E disoient entr’els: « Onques plus bel armé
 « Ne vient en cist païs ni de cors mieus formé.
 « S’il eüst de ardimant et coraje a planté,
 « S’avroit ja Dionés campion atrové,
12065« Qe volent ci ardoir cestor a tort prové. »
 Le roi Soldan demande: « Amis, dont estes né?
 - Biaus sir, de Spagne, de Noble, une cité
 « Que a pris le roi Carles, qu’est en Spagne entré,
 « Car Machon l’a sor la roe levé:
12070« Il n’ouse fere fors qe sa volunté;
 « S’il nel feisist, Carle croi q’ait juré
 « Tant le batroit a un baston quaré
 « Q’il non feroit vertu en son ahé.
 « Jel di a honte de ce qu’il a digné,
12075« Qant le miaudre hom de la Paianeté
 « Nos est tolus, ensi cum fust amblé:
 « C’est Feragu, qi tant ert redoté;
 « A Naçer fu e mort e devïé.
 - Est bien ce voir? » respondi l’amiré.
12080« Oïl voir, sire, e perdue la cité;.
 « Mort l’a celui qui nos a spaventé
 « A cors a cors: c’est Rolant l’aduré
 « Par qui tremblent dela la mer salé
 « Tut li Païn come fuele de pré. »
12085- Par Macomet », respont le roi Esclé,
 « Si font decha trestot ciaus qi sunt né.
 « Sa nacions fu sot planez beé,
 « Car cil est preus e floris de bonté:
 « Domaje est grant que il fu engiendré
12090« Quant il non croit a Mahon sainteté.
 
 DXXII
 « Que feit Marsile? » le roi de Perse dist.
 « N’est il pusant tant q’il les combatist?
 - Sir », dist Rolant, « qi consoil l’en desist,
 « Non l’ameroit, s’il plus de gient n’auvist,
12095« Car cent mil homes bien monté, q’il eslist,
 « Mena Carlons quant la venue fist.
 « Pués que Rolant Feragu nos oucist,
 « A Pampalune Karle li sige mist.
 « Pampalunois e Malgeris escrist
12100« Al roi Marsile que il les secorist,
 « Otante mil chevaliers i misist
 « Un jor i entrerent ardiemant e vist
 « E l’autre aprés Carle les desconfist;
 « Vilenemant dedans les en remist,
12105« Cil jor meiesme une partie fist:
 « Rolant e vient a Noble, si la prist:
 « Por teil mainere i entra q’il nel creïst
 « Nus par oïr, s’autremant nel sevist.
 
 DXXIII
 « Sir », dist le dus, « si cum je vos ai dit
12110« Pris Rolant Noble, qe nus ne s’en avit;
 « Le sire oncis, q’endous mes oil le vit,
 « Tut me parans en sunt remés aflit.
 « De le citei m’en fuï sens respit;
 « Nule arme avoie afors q’unz darz petit:
12115« Un seul François atrovai endormit,
 « Teil y donai q’il non mengüe ne vit.
 « Ces beles armes qe me sunt a delit
 « Gaegnai de lui, e demorai petit,
 « Qe le fuïr me fu deport elit.
12120« Un estormant de ver tere d’Egit
 « M’a deca outre menei en vestre abit.
 « Se vos voirés en moi de bien aucun profit,
 « Car en Espaigne ne se jüe ne rit.
 
 DXXIV
 Dit Soldan: « Frere vetre venue m’agree,
12125« Mais non pués or dir tote ma pensee;
 « Parlerai vos quant une destinee
 « Qe or m’avient pora estre achevee.
 « Neporquant dites, aprés la comencee,
 « A ce che pose feir vos chouse lohee,
12130« Estes vos home jantis de renomee,
 « Dus, qens prence ou de mendre ponee?
 « Ben croi que estes couse bieneüree.
 « A le semblance de la couse celée
 « Fust huei l’ensaigne par vos desvolupee,
12135« Qe le cors deinz respondist a l’entree,
 « Encué avroie une bone jornee.
 - Sir », dist le dus « en la moie contree
 « M’apelle l’en Lionés, fil la fee;
 « Onqe mon pere ne visqi de sodee,
12140« Mais marcheans de plus grant amasee
 « Non fust trovei en Spagne la loee.
 « Le grant richece ch’il avoit asenblee
 « Me fist honor: a une Pasqe rosee,
 « Avech qatorçes me fu cente la spee;
12145« Chevalier sui. Si est la cause alee,
 « Or m’est richece en poverté tornee,
 « Mais povertei non pris une deree
 « Qant a vestre onbre ai ma vie amenee.
 « Non veul plus dir, mais a la tumultee
12150« Sui ci venus de vestre renomee. »
 Respont Soldan: « Bone l’avés contee;
 « Alés seor tant q’il ert difinee.
 « Une autre cose qe ma joie a troblee. »
 
 DXXV
 Le roi de Perse mout regarde Rolant;
12155Il en apelle Sansonet, son enfant.
 « Bel fil », dit il, « je le vos recomant
 « Tant qe seromes a fins dou jujemant. »
 Li damoissel, qu’il amoit fortemant,
 Rolant garda; son cors e son senblant;
12160Mout i pleisot. Tost se drece en estant;
 Dejoste lui le asis maintenant;
 Encor n’avoit ostei son garnimant. »
 Soldan comance: « Sire roi Malqidant,
 « Ohi avés le doumaje pesant
12165« Qe avient e acidist en Espaigne la grant:
 « Oncis vos a Rolant vostre parant,
 « C’est Feragu, qi tant fu fort e grant.
 « Or sunt les host de le Françoise çant
 « A Pampellune, e croi que plus avant
12170« Iront par force les terres conquerant.
 « Aiez pieté, je vos pri dousemant,
 « Des fils Galafres que vos par ament tant:
 « Vos cuisins sunt, et je lor bienvoilant.
 « Ne gardez, sire, a la faute ma enfant,
12175« Mais prenez la par iteil convenant:
 « De mes citei vos outroi la plus grant
 « E treis des autres en doaire vos rant;
 « Pués pasons mer trestuit ensemblemant.
 « Mout par est fous Carles, s’il nos atant:
12180« Vengerons nos de son neveu Rolant
 « Qi tant nos veit nostre loi domajant;
 « Ja les François ne s’an iront gabant;
 « Jamais en France n’en ert uns repeirant. »
 
 DXXVI
 En estant lieve, iriez come lion,
12185Le fier, le fort Pelias de Nebron.
 « Soldan », dist il, « tu me tin a bricon
 « Qant por escuse de la gere Carlon
 « Crois delaier la nostre vengieson.
 « Vois ci mon oncle et moi, qi demandon
12190« Qe tu nos vangies de le grant mesprison
 « Qe elle a dit dedens ton pavailon,
 « Quant refusés a hui le melior hon
 « Qi onche aorast Apolin ne Machon.
 « N’est pas manqise de li ne de son bon
12195« Q’il n’acomençe une tele tençon
 « Ne fu si grant pués qu’il ars Ylion.
 « Dou tot j’entand qe elle en ait geardon.
 « N’a home au segle, neïs le fil Milon,
 « S’il m’an desdit soulemant un sermon,
12200« Que por bateile de lance ou de baston
 « Ni i prove ben que j’ai vive raison. »
 Quant a ce dit, si se garde environ
 Com un senblant despiteus e felon:
 Ni fu un seul qi disit oi ni non,
12205Rolant paroulle bellemant vers Sanson
 « Cist n’apris mie tut le sen Salamon.
 « Dites moi, frere, qeil est or le cason
 « Que manacier le feit de teil randon.
 « Est il honi de feme en sa maison,
12210« O voir robei? » E cil respondi: « Non »,
 E pués se mis la man a son menton.
 « Sire », dist il, « escoités a laron:
 « Tot vos dirai cist feit a pont a pont. »
 
 DXXVII
 Rolant escoute le fant lui declarere:
12215« Dan chevalier, ains n’oïstes retraire
 « D’uns teil outraje ne si grant ni plus maire.
 « Cele est ma suer, a cil paille visaire;
 « La grant paor la biautei li contraire;
 « Ambedeus somes enjendré de roi Daire.
12220« Cist rei mon pere e cil vieil Aversaire
 « Encoronés com il fust un Cesaire
 « Firent la guere par l’uns l’autre defaire;
 « Nostre calif, qi est de Diex vicaire,
 « A parlemant les conduist en Samaire.
12225« Le roi mon pere, qe fist come pecaire,
 « Sa belle file li promis au repaire,
 « Avoqe li troi citei en doaire;
 « Mais nulle rien n en veult ma seror faire.
 
 DXXVIII
 « avés », dist Sanson, mon signor:
12230« Por solemant qe non veult ma seror
 « Cist viel roi prendre par nul terains honor
 « El refusa, qe l’oïrent ploysor,
 « Cist rois veliarz en est pris teil eror
 « E cil son niés q’a tut nos feit paor
12235« Dou menachier qe vos oïstes or.
 « Ne voulent prendre de li nul autre acor
 « Fors de li ardre, seul por feir desenor
 « Al roi mon pere e tut si seguior.
 « N’est donch merveille s’est mon pere en dolor
12240« Quant il non a un tot seul servior
 « Qe por deffandre son droit en ait son cor,
 « Car tant doutent de celui la valor,
 « Qi est des preus deca la mer la flor,
 « Q’il n’i a nul de toz, grans ni menor,
12245« Se Pelias le clamast traditor,
 « Q’il non disist: "Biau sire, c’est bien vor". »
 Rolant respont: « Ensi font li pastor
 « Des foibles bestes qi lor peisent entor. »
 
 DXXIX
 Le frans dus panse, si tient le chief en bais;
12250Sovant se dit en suen cuer: « Que ferais?
 « Mout is honi se ci non combatrais. »
 Pués dist a Sanses: « Biaus dous ami, tu m’ais
 « Un grant voloir feit de cargier cist fais.
 « Se plus avient que cist qere se lais
12255« Bataile plus, par mon chief, tu verais
 « Qe jan perdon ne parlera huimais:
 « O lui o moi serunt de parler quais. »
 Dist le Persant: « Prant garde che tu fais.
 « Pués que Alexandre oucis roi Nicolais
12260« E q’il moruit le Maquebeu Judais,
 « Non nasqi home qu’il n’aqist da son brais:
 « Non le niés Karles croi qe teil fust jamais. »
 Respondist lui Rolant; quant Peliais
 Au roi Soldan dist: « Je voi que tu n’ais
12265« Hom qi par toi donast uns chetis drais.
 « Par Machomet, qeil grei que tu avrais,
 « Ja ert ta file arse. » Lors fist avant un pais,
 Prendre la veult e mener en le tais.
 Dionés le garde en plorant dist: « Eilais!
12270« Dolerous pere, e por qoi m’enjendrais? »
 Qi lor donast Rolant le henor d’Arais,
 Non se teissist q’il non disist « Ou vais?
 « Atend un puei, car voi ben ton mesais:
 « Tu ais le clerge atrovei ou paleis
12275« Qe veult respondre au latin que tu fais. »
 
 DXXX
 Tut se trairent qant Rolant s’est drecé
 En le lengaje Persans a encomencé:
 « Rois e barons, se tuit me pardoné,
 « Je pur dirai, quant tuit sunt aqoisé.
12280« Por trop mus estre n’est nul home sené
 « E por trop dir ne vient il pais lohé.
 « Home qi veult parlant estre honoré
 « Dou poi, dou trop doit estre amesuré.
 « De ces dous chouses croi mal adotriné
12285« Cil jantils home qi samble corocé
 « Contre le droiz, se je ai bien noté.
 « Voulez, segnor, conoistre un tort prové?
 « Quant cil qi a droiz oul tort vient apelé,
 « Il senpre parle paisible et atempré,
12290« E le tort huche con se fust forsené:
 « Senefiance est qu’il se sent dané. »
 Quant a ce dit Soldan a appelé:
 « E vos, biaus sire », feit il, « me resenblé
 « Avoir de gient bone grant poverté.
12295« S’il ont raisons vers vous, ce ne sai jé.
 « Seignor aver et cruaus et ingré,
 « Quant devroit estre acheris et amé,
 « Par son defaut vient dou sers esloigné:
 « Maint de aut homes n’ont estez debasé.
12300« Se je di voir, Daire l’a tesmoigné,
 « Vos ancesor, qi en fu mort gieté.
 « Savez por qoi sui en cist diz entré?
 « Par vos barons qi tant sont esgaré
 « Quant por defandre vos droiz, se vos l’avé,
12305« Grant ne petit n’i a un mot soné.
 « Mais pués qe sui por destin arivé
 « E armei sui, il me seroit vilté,
 « Se je teisise, et grant chativeté.
 « Dont je vos di qe je sui apresté
12310« De la bataile de bone volunté,
 « E proverai por vive verité
 « Que mariage qui se feit contre gré
 « D’om ni de fame revelle la loi Dé.
 « N’en dirai plus, qar dit en ai asé. »
12315Atant se taist, mais n’est mie crolé
 De son estant, tant ni quant remüé.
 
 DXXXI
 Des.........................
 Que la bataile prist Davi a Golie,
 Quant tel mervoile en oit la gient antie,
12320Ne fu tenue si tres grant estoutie,
 Tot ce qe Diés li an fus en ahie,
 Com les Persans e l’autre baronie
 Tienent merveile dou duc e grant folie
 Quant est ardis que Pelias desdie.
12325Le roi Soldan i dist grant cortoisie:
 « Biaus ami frere, ce non ferés vos mie.
 « Encor n’avez une tot seule fie
 « Mengié a ma cort ni pris oubergerie:
 « Trop me seroit tenu grant vilonie.
12330« Mais, por cil Diex qi tot a en bailie,
 « Ains qe ma file perde membre ni vie,
 « Conbatrai moi, q’ai la barbe florie;
 « Encué je me croi feir, ains hore de complie,
 « Teil qi trop parle tenir boche serie,
12335« Se Diex, qi est droiz, ne le me contrelie. »
 
 DXXXII
 Tost qe le roi sa parole fini,
 De Sernegarde, li sire en piez saili.
 « Sire », feit il, « estez; veez moi ci:
 « De la bataile sui tot prest et garni.
12340« Miellz aim morir qe le feit aile ensi. »
 Dist roi Clador: « Tot autreteil vos di. »
 La file au roi, Dionés respondi,
 Q’au pié son pere se gita e standi:
 « Je vos claim, sire », dist ille, douz merci.
12345« Ne consentez le mien cors soit leidi
 « Ne le vostre mort por moi autresi.
 « Soufrez, douz pere, por l’autisme Jovi,
 « Que cil estrainge, q’est armei e garni,
 « Ne soit encui en vestre cort honi.
12350« De la bataile primeremant s’oufri:
 « Sor lui voudroie qe cist feit fust basti,
 « Qe mielz formei home de lu ne vi.
 « S’il ert vanchus, a la mort mi outri,
 « Que moi meiesme m’oucirai d’un espli.
12355« Mais cist ert le home, dou tot le croi de fi,
 « Q’envoiés est da divine merci
 « Por nous servir et por eidier celi
 « Que, s’il n’i fust venus oi cestui di,
 « Doulant le pere qe mais l’angenoï. »
 
 DXXXIII
12360Quant a ce dit la pulcele ou chef blois,
 Plorer a feit plus de quarante trois
 Dus, qens e prences et amirans et rois.
 Plorant le dreche le roi Carsidoriois.
 Ele s’en vient a dan Rolant tot drois;
12365Jenoilie fust, qant le baron cortois
 Amont le tient e li dit: « Ne soiois,
 « Par Macomet, en nul mauveis esfrois.
 « Tant com je puse, nus domaje ni avrois.
 - E! sir », dist ele, « don ben vos combatrois
12370« Par moi chetive? - Oïl », feit le François.
 « Se vostre per nel me met en outrois,
 « De son païs m’en irai demenois. »
 Lor s’escrïent tut les Persianois:
 « Leisez le, sire, feir quant il pur li plois.
12375« Que savez vos com ira l’ebenois?
 - Soit », dist Soldan, « tot si cum vos voldrois.
 « Lionés », feit il, « la batale ferois.
 « Machon vos garde de mal e d’estrelois;
 « Grant paür ai que pué li durerois.
 
 DXXXIV
12380- Sir », dist le dus, « je n’ai nule paor:
 « Le droiz avés, dont je me taing meilor. »
 Dist la pulcelle: « Je sui le figisor:
 « Se vos perdrés, cuite soie en un for. »
 Rolant apelle le neveu l’Aumansor:
12385« Dun chevaler, ne feisons plus sejor.
 « Ou aqités la file mon seignor
 « E repantis soiés de vo foulor,
 « Ou la bataille feisons sans nul demor.
 Pelias garde le niés l’anpereor,
12390Comant les manbres i respondent d’entor.
 « Diva », feit il, « me seroit il honor
 « Quant a fil d’oume qui viquist de labor
 « Moi combatisse ne seul monstrasse hiror
 « De qant menaces il feisist tut un jor?
12395« Qant che dit ais pardon et plus ancor.
 « Mais bien soit cert le roi Persianor
 « Q’ancois q’il soient refloris li aubor,
 « Asés voudroit de teil ou de meilor
 « Come tu is a fuïr son pior.
12400« S’en tut son reigne remandra une tor
 « Que non soit arse dou pié jusque desor,
 « Murs abatus, bruslei citei et bor,
 « Donc moi confonde le Diex superior.
 « De toi di que, avant l’oscuror,
12405« Ferai te apendre a loi d’uns robeor;
 « Leise m’aler a prendre mes ator. »
 Ce dit Rolant: « De si grant vanteor
 « N’ chanter nus home a jugleor.
 « Alé vos en; ja n’en fuirai des or;
12410« Mais si me dit le cors et le volor
 « Qe vos ferai encué une paor
 « Q’en vostre vie non l’eüstes greignor. »
 
 DXXXV
 Le fiers, le fort Pelias par aïr
 Devant Soldan ala son guant oufrir
12415E dist: « Je jur sor le Alakibir,
 « Rois, qe ta file est daigne de morir. »
 E Rolant dist: « Jel sui por contredir,
 « Qe, por Machon che tut devons servir,
 « Home por droit non doit famme tolir
12420« Outre sun gré ne outre son pleisir.
 « Au brant d’achier le me croi mantenir. »
 Feit Pelias: « Se ne te faiz taisir
 « Huei ta folie e de cist siegle ensir,
 « Jameis ne puse joste dame geisir. »
12425Dist Sansonet, que plus non puet sofrir:
 « J’ai maintes foiz veüs homes mentir;
 « Sovant seult bien grant erguel decahir. »
 Roi Malqidans va son neveu saisir;
 Lui et ses homes l’en menerent garnir.
12430Rolant remis, qi Diex puest esanplir;
 Dist que non veult ni mangier ni dormir
 Tant q’il vera la bataile finir.
 
 DXXXVI
  avés comant li dui vasal
 Sunt enguajei de bateile campal
12435E menacei cum enemi mortal.
 Le dus Rolant remis ou trief real,
 Environ lui mant baron principal;
 Par man le tient le fil a l’amiral.
 E Pelias s’en revient autretal
12440Il e ses oncles, le vellart desloial,
 Davant lor trief, par desoz un onbral
 D’une cortine qe fu d’un cler cendal;
 Luec furent aporté les armes por ingal
 Et amené le bien corant cival.
12445Iluec s’adobe le Paien criminal.
 
 DXXXVII
 Pelias s’arme davant le rice roi;
 D’un armansor li sunt li fil tuit troi
 Qui penerent a vestir son coroi.
 Dessor le calces, qui fu d’un color bloi,
12450Une janbiere i mistrent sens desloi,
 E par desus un esperon d’orfroi.
 En estant leve, mantenant vesti soi
 Sor un ganbois un blanc oubers Turcoi.
 Clavan oit bon, covert d’un dras vermoi:
12455D’or et argent estoient tuit li cloi.
 Dist Malquidan: « Gentil niés, garde moi.
 « Ce sa je bien qe nul medre de toi
 « çevaller non est in nulle loi.
 « Se devés perdre por un fil de borçoi,
12460« Non sei qe fer se Macon non renoi. »
 
 DXXXVIII
 De ces parolles Pelias se gaba;
 Prist a froncher, et les oil roela;
 Son brant domande, et Gabor li aporta:
 Ce fu la spie dun Açilés tua
12465Le bon Troillus, que Prian engendra;
 Villainemant l’oucist et asauta:
 Paris, son frere, puis aprés le venja
 Qant il li darç au tenple li lança
 A celui jor que il parlamenta;
12470Pollisinan a fame avor cuda:
 Daire le conte, qui ce autoriça.
 Cil cinst la spie, que plus non demora.
 Li roi, son oncle, un eume li laça:
 Le buens Hetor en beson le porta,
12475Protesillas oncist et devia
 Q’al port de Troie primerement entra;
 De celle mort sa fame devina,
 Al departir assés le castoia;
 Non l’en veust croire, dun mal in acheva;
12480Hetor l’oucist et l’eume gaagna.
 Cist Pellias en son chief le ferma;
 Qant oit ce feit, son ceval demanda.
 
 DXXXIX
 Adobé fu li Paien mescreant,
 Fier et ardi e plen de maltalant.
12485Li bon destrer li fu menés davant,
 Qe fu trové al bois de Morimant:
 En tote Persse non n’avoit un plus grant.
 E fu covert d’un paille Aufrichant;
 Andeus ly arçon furent d’un olinfant
12490E frain e striés furent ad or lusant.
 Ensi leger monta li Aufrichant,
 Senz li strier prendre, com en nef le stormant.
 Le frain sesi au pung estroitemant;
 Un eslés fist, che le virent auquant,
12495Le bon destrer ou primer eremant;
 En son salir i out mesuremant
 Trente troy pié, dun Païn vont dissant:
 « Cestu n’a per en cest segle vivant;
 Vers lu non valt Oliver ne Rolant. »
 
 DXL
12500Mout par fu proz Pellias et ardi;
 Droit vers son oncle torne son Araby.
 Un escüer son escu li baily:
 La borcle fu d’un cristal esclari;
 Par desoz l’eur e desor un tapy
12505Une pulcelle soz un abre flori
 I avoit asisse dejoste son ami.
 Li ergolos Pelias le sesi,
 Par la guige a son col le pendi.
 Le roy, son oncle, li baille un esply
12510A uns penonçaus che onques plus bel non vi,
 D’or et argent en quart part establi:
 Une roïne en son regne le fi,
 De Femenie Pelias le tramy;
 Son drus estoit; dos rois tua par ly.
12515E cil le prend, que tot s’an orgully,
 Si le paumoie a pué ne le croisi.
 Dist a son oncle: « Ne soiez esbaï;
 « Jamés ne fui recreanz ni houni.
 « Mout par seroit Mahomet afoibli
12520« Se je perdroie vers un teil com a ci. »
 Or chanterons dou franc qens seignori
 Comant ou trief l’amirant se garni.
 
 DXLI
 Si com Rolant veult son hiaume lacher,
 Environs lui oit maint buens chevaler.
12525La file ou roi le veit ou poing cobrer,
 Cortoisemant le pris a areisner:
 « Jantis hom frere, ne vos doit anoier;
 « Vos avez prise, por ma vie eslonjer,
 « Une bataile qe mont feit a douter
12530« Vers le miaudre home qi soit deqa la mer;
 « A peril estes de mort, je de brusler.
 « Por le meilor vos voudroie proier
 « Qe me sofrés vostre cors a armer.
 - Ma damoisele », feit Rolant, « volenter;
12535« Mais armes ai que rien ne veul cangier:
 « A um Frans les touli qe mont les avoit chier.
 « Escu e lançe vos demand e destrer:
 « Foible est le mien, si le m’estuet laiser,
 « Por la marine qe le m’a feit troubler. »
12540Dist Dionés: « Ne v’an convient douter. »
 Le roi Soldan dist a son escuher:
 « Va moi », feit il, « le blanch cheval mener
 « Qe m’envoia roi Salindre l’autr’er. »
 E cil s’en veit le cheval atorner.
12545Le dus remis por son cors adober.
 
 DXLII
 Rolant s’atorne, qi proueche salue.
 La riche broine avoit el dos vestue,
 Ne doute armes une branche foilue;
 E straint les renges de l’espee esmolue.
12550La file ou roi i est devant venue,
 L’eume i alache, duremant s’en argüe:
 Anch teil sargient ne fu por hom veüe;
 Angle resanble qi desande de nue.
 Vis oit bien feit e gardeüre agüe,
12555La char oit blanche come nif desendue,
 Color vermoil come graine vendue,
 Boche petite, danteüre menue,
 Oil oit riant, qant ert plus ireschue;
 Sa blonde crine ne vos ai manteüe;
12560Soz ciel n’a home, tant ait chiere barbue,
 Ne la querist avoir en si braz nue.
 Rolant la garde, trestot le sang li mue;
 Non la voudroit le ber avoir veüe;
 D’Audein li mambre, tot le vis li tresue.
12565Dist la roïne, com dame aperceüe:
 « Lionés, bien sambles home de grant nascue;
 « Soiés frans home e n’aviés recreüe.
 « Se de ceste huevre venés a bone isue,
 « Si aute merie vos en sera rendue
12570« Parlei en ert et mervoile tenue.
 - Dame », dist il, « se raisons n’est cheüe,
 « Incué trerai teil vers fors de la glue
 « Dun Pelyas maudira ma venue. »
 Atant se taist et tient sa boche mue.
12575De trou parler a foulie tenue;
 Mais la roïne an oit grant joie eüe.
 
 DXLIII
 Qant fu armei Rolant, li qens honeste,
 Dionés le garde; a mervoile li pleste.
 Une pulcelle touche de sa man destre;
12580Cele i aporte une riche sorveste:
 Coverte estoit de serpentine teste,
 Et ert cescune ovree si par bon mestre
 Qant vent i fiert, l’une vers l’autre breste.
 La damoisele dist au duc q’il la veste;
12585E il si fist maintenant, senz areste.
 Dou trief issi, et le escüers l’apreste
 Le bon destrer qi mout fu de grant estre,
 Covert de paile d’un chier color celestre:
 A aigles d’or estoit portreit a destre
12590E a grifons parfilei a senestre.
 Les aubes furent d’une olifante beste
 E frans e estriers d’un chier or de Tolestre.
 Le destrer breit come lion campestre;
 Cil qi l’amaine n’avoit tant de poueste
12595Que il poüst rafraner sa robeste.
 Mout li guencirent cele pulcelle jeste:
 Plus le redoutent qe careau d’arballestre.
 
 DXLIV
 Le buen cheval menent an mi la place;
 Plus estoit fiers de lion qi porcace.
12600Soldan regarde Rolant en mie la face.
 « Lionés », dist il, « cist cheval vient de Trace;
 « Quil m’anvoia non fist samblant q’il me ace,
 « Car Bocifal, qi fu o tans Candace,
 « Nel sorpoiast de bontei une mace.
12605« Se le seis chevaucher, an lui non sai falace. »
 Le dus s’an rit; le cheval se deslace;
 Par le estriés monte le ber, qi q’en desplace;
 Plus ne le doute com le soulau le glace.
 Dionés le garde, ne fait rien ne li place;
12610E dist ou pere: « Ne veul que meilor face
 « Por moi bataile de cestui qe l’ambrace. »
 
 DXLV
 Or sunt armei cels chevalers de pris.
 Le duc Rolant seoit sor l’Arabis:
 Jameis ne l’oit meilor, for Velaintis.
12615In feir son tour s’est ariere guenchis.
 Dionés, la belle plus qe rose ne lis,
 Li apresante un fort eschu bronis:
 Tut anviron fu alistei d’orfris,
 De buons safirs luisans com fou apris;
12620Le son leucher fu d’olifant treitis;
 Le cuer fu fort, non mie de berbis,
 Mais d’un viel cers qi in chace fu pris;
 Grant oit la borde d’un cristal esclaris:
 Mahon i avoit, sor un trecel asis,
12625Con il prediche le pueple a son escris.
 Par mi la guinche le a le duch seisis,
 Garde l’imaje, s’an gita un bais ris,
 Un mot a dit planemant, en secris:
 « Por qoi ci n’estes, Hestou, biaus dus amis,
12630« Aveqe vous Oliver le marchis,
 « E ne fusés coneüs ni reqis?
 « Car huei avroie un jor de Paradis. »
 Soldan regarde, de un espié l’enqis;
 Sa belle file li an baile un pointis,
12635Hante d’aiol e penuns de samis.
 Le duc le prant, de bien feir talentis,
 E pués s’eleise aval lo pré floris;
 Desoz le breit le bon destrier de pris.
 Soldan monta sor un mulet petis,
12640Un baston tient entaillei e poulis,
 Feit rue feir e debeiser le cris.
 Un espion, que de Diex soit maudis!
 (Blacus oit non, frere Hestormaris,
 De maint lengajes estoit celui apris)
12645Cil a le roi Soldan a raisons mis.
 « Dan roi » feit il, « maintes fois m’ais reqis
 « De le façon Rolant, qant m’ais tramis
 « En Alamaigne et an Françe, a Paris;
 « Vens or veoir Rolant le segnoris.
12650"Voir », feit le roi, « mout an sui talentis;
 Monstre le moi, se tu sois beneïs.
 "Sire », dist il, « par les eul de mon vis,
 Jet direi voir, mais j’en serai haïs,
 Car mout me samble q’il soit feit ton amis,
12655Chant por ta fille s’est de joste entramis.
 Coneüz l’ai a le front desgarnys;
 Je le vi ja al tors de Saint Dounys
 Par une orfre cunbatre au brant forbis;
 Voiant mes oil, la bataille chunqys.
12660Garde de menbres comant en est fornys. »
 Soldans respont: « Adonc m’ais escharnis,
 Chant ja m’ais dit, et autres plus de dis,
 Que Rolant passe de sciance Davis:
 Bien avroit fait cun fous et asoutis
12665Chant ansi soul venist en ces paÿs. »
 Dist le Païns: « Ce m’a bien entreprys;
 Rolant est saige, amés et encherys,
 Et non cevauche, ensi cun je ay oÿs,
 Sens vint mil homes a civals bien asis.
12670Mais de faiture, de voirs le vos plevys,
 Le niés Karlons de cestui non devis. »
 Respont Sanson: « Tu non sois que tu dis;
 Tes piers ont ja maint preudome ontis.
 Jentils sir peres, non soieiz esbaïs:
12675Se fust Diable que aidier nos venis,
 Si seruns nos tenuz al suen servis. »
 
 DXLVI
 Se la fusez soz Mech, en la praiere,
 Lez la marine, par sillong la rivere,
 La veïsez gant de mainte manere.
12680Rois Malquidant fait sa gent trer arere;
 D’anbedos pars i avoit mout grant eschere.
 Le niés Karlun a retornee la chiere
 Vers Pelliais et dist peroules fiere.
 « Vasals », feit il, « avant que je te fere,
12685« Je bien voudroie, se vausist ma proiere,
 « Que tu aises plus que n’ais rason çiere.
 « A l’inforcer n’est pas zouse ligiere;
 « Tu pois raison de ta memoire trere.
 « S’au roi, tun uncle, promis sa file el pere,
12690« Necessités, cun je entant, li fist fere.
 « Se a li non ploit, el non ha per ni mere,
 « Selong les lois de hoi et de chi arere,
 « Juger l’en poise, s’elle n’est cunsentere.
 « Se ma peroule vous par orgoil desfere,
12695« Au cief dou tour, se raison n’est triçere,
 « En cunvendras estre porteiz en bere,
 « Car de tot les vertuz est droiture banere. »
 
 DXLVII
 Dist l’Arabis: « Par mon Trevigant,
 « En cels peroules ne en si fait demant
12700« Non soi mist unques nul fils de mercheant.
 « Sois qui vous estre, que je d’or in avant
 « Voil que tu sentes de mon contenimant:
 « Je toi desfi cumme mon malvoillant.
 « A cist esplé mostreray toy choumant
12705« En mon pais sunt les lois aprendant.
 « Dunc n’i a al. - Ensi soit », dist Roullant.
 « Se ancor ancué ne toi faiz rechreant,
 « Tout les vertuz Mahons non pris un gant. »
 Dist le Païns: « Et je toi ensemant.
12710« Trou avons fait enci long parlemant;
 « De toi prant garde, plus ne toi di avant. »
 Lor tornerent li destrers maintenant,
 Pué brocerent a un sons d’un olifant.
 L’entrevenir fu d’un si grief semblant
12715Paor en unt qui les vait remirant.
 La fille au roi en estoit mout en grant,
 Le freir ausi, plain d’autretiels atant.
 Sor le fils Mille fiert le niés Malquidant
 Horible cols, fiers et de maltalant;
12720L’escuz li trence jusque l’aubers tinant,
 Non poit forfaire en l’aubers tant ni quant.
 Bien i a fait le niés Karle autretant;
 Li escuz sunt perzé chomunaumant;
 Par les costez en vont les tours batant.
12725Sor sun detrers, yreis chome serpant,
 Outre s’an vait li Paians meschreant.
 Par quoi non fust notre duc conoisant,
 Au trespaysser vait tot escolorjant;
 Lor s’eschrïerent plus de cinq cent Persant:
12730« Par Mahomet, preus est noutre paisant. »
 La damoiselle en ot sun cuers joyant,
 Le roi ausi, sa fame et suen enfant.
 
 DXLVIII
 Mout fu rice la joste d’anbedos li baron.
 Au retorners ziterent li tronchun;
12735As brans d’acier ert ja tost la teinçon.
 La bone spee que Durindart a non
 Trait tote nue le Soudans chanpyon
 E pué a dit soz sun hiaume a laron:
 « Hai! boine spee, que fustes rois Eumon,
12740« Mort et gastere de toutes garnison,
 « Plaine d’orgoil, senz merzi ni perdon,
 « De chant preudomes estes destruzion
 « Que tastounee vos hont par foulison!
 « Qui vos atant, bien le teing a bricon. »
12745Le fiers cival hurtoit des esperon
 Vers Pellias, irez choume dragon.
 Mais le Païns le hot mis a rayson.
 « Vasals », dit il, « or queile la fayron?
 - Au bien cunbatre », respont le nés Karlon,
12750« Vous par prover, et j’en chuntradizon:
 « Chant que jurastes dedans le pavailon
 « Di je qu’est faus et est chuntre raisson;
 « Prover le chroi sens point d’arestesson;
 « S’ensi non faiz, ne moi pris un bouton,
12755« Car n’avez fait a loi de gentyls hon,
 « Cant por droiture mantenir et ses non
 « Vais travalant por estranges rouyon
 « E prant bataille et trai a fenysson,
 « Mais vos n’avés en li nulles raisson,
12760« Huei est le jors que n’avreis geherdon,
 « Char de droiture voil estre cunpaignon.
 
 DXLIX
 - Por Mahomet », respont le Arabys,
 « Se paisant ys, tun perlers est gentils;
 « Pietez en ai. Par qui engenoÿs
12765« Ne sais que soies, ne moi ny mes antys;
 « Je toi pardons se toy claimes chunquis.
 « Huei toi donrai le tierz de mon paÿs
 « Et ma serors, qu’est plus blanche que lys,
 « Sarrionés, la fille Medelys:
12770« Plus noubles rois non vesty vair ni gris. »
 Le duc l’entant, belemant s’an hoit ris.
 En requoi dist: « Foi que doi saint Donis,
 « Qui veult moilers havoir a suen devis,
 « Passent la mers en ces reignes Perssys,
12775« Troup in avront, ja non ert si zaitis. »
 Et pué ha dit au Païns: « Beaus amis,
 « Tu hais paor, se je bien m’en avis:
 « Ce est par droiture, cuntre qui tu es mis.
 « Mais se tu is en tun cuers repantis,
12780« Dou dir qu’ais fait, meus est si le desdis.
 « S’ensi non fais, de voirs le toy plevys,
 « Ancué is mort, recreans et hounis.
 Le Turs l’oï, a pué non raige vis;
 Il en juroit ses Dex, Apollins et Jovis:
12785« Entre nos n’iert ja pais ni buens amis
 « Tant que je t’aige a mes dos mains oncis. »
 Lors soi mistrent anbesdos vis a vis,
 Ceschuns certains de mortels chapleïs.
 
 DL
 Soz la cités, la o la giant Paiaine
12790Orent Mahon, que a morir les amaine,
 La soi cunbait le neveu Charlemaine
 Vers Pelliais, le ardis zavetaine.
 Fors Feragus et Claires souz Viaine,
 Non trovoit home de si tres fiere alaine.
12795Chant l’une spee fu de l’autre prozainne,
 Le duc Roulant lieve la souveraine,
 Pelliais fiert ausi com en quintainne,
 La targe fause cun se elle fust de laine;
 Fort fu l’aubers, chant tel brant non le daine.
12800Cyl refiert lui cum aÿrouse vaine
 Amont en l’eume Agoulant li soldaine:
 Le duc Roulant le cunquis la semaine
 Qu’il fist Clairon l’arme del cors lontaine;
 Non l’inpiroit li Païns une chaine.
12805Adunques double une bataille straine:
 De cleires mailes firent covrir l’araine;
 En pué de termen entr’aus n’ot targe saine.
 Qui donc veïst la belle Persiaynne
 (Ce est Dionés) coment grant duel demaine;
12810Les oil sordent de li coume fontaine;
 A une part s’an vint en mi la plainne,
 En jeneillon s’est mise paille et vaine,
 Une oraisons en la lois Aufricaine
 Encomença, c’unques la Madelaine
12815Davant Yesu non la fist plus humaine.
 
 DLI
 Dist la puncelle a le clere fayzon:
 « Glorios Dei, qui mers, teres et mon
 « Trestot faisistes par voustre devision
 « El primers home de terre et de limon
12820« Qu’enjendra fils de male nacyon,
 « Anc ja le mendre non fist jor se mals non;
 « Cil vos servoit d’aigneaus et de mouton
 « Que il ardoit en feus et in charbon,
 « Son frers l’uncist, que Chaïns hot a non;
12825« Ce fist il tot par vostre vengeson,
 « Mais nel voulent croir li Jüef fellon:
 « Une lor lois tinent d’enchantaison
 « Que Moïsés, un enchresmés glouton,
 « Vit en dormant par une avision,
12830« Char un Diables de l’infernal prison
 « En forme d’angle i aporta le baston
 « De quoi faisoit sun talant et sun bon;
 « Sir, ce soufristes une longe saisson
 « Tant qu’il nasqui dou lignaz Salemon
12835« Le voir proufete que on apelloit Jeson,