RIALFrI

Aldobrandino da Siena, Régime du corps, metà XIII sec.

Le régime du corps de maître Aldebrandin de Sienne. Texte français du XIII^{e} siècle, publié pour la première fois d’après les manuscrits de la Bibliothèque Nationale et de la Bibliothèque de l’Arsenal par Louis Landouzy et Roger Pépin, Paris, Champion, 1911.

Edizione digitalizzata a cura di Serena Modena

Marcatura digitale a cura di Luigi Tessarolo

Permalink:

 

Indice dell'opera    

 


PHISANOMIE

I. C'EST LI COMMENCEMENS COMMENT ON PUET CONNOISTRE LE NATURE DE CASCUN HOMME PAR DEHORS, ET SE COMPLEXION.

[1] Pour ce que doné vous avons enseignemens en .ij. parties que dit vous avons devant, comment vous poés conoistre les .iiij. complexions si com le sanguine, le colorike, le fleumatique, le melancolique et le complexion de cascun menbre de cors [et les complexions qui lor sont covignables || et qui pueent metre le cors à nient], si vous laiserons à dire de ceste matere, et vous dirons enseignemens comment vous porrés connoistre le nature de cascun par les menbres que on voit dehors.

[2] Et jasoit ce que selonc nature il doive ensi estre com nous vous dirons, il puet bien estre autrement, et ce puet estre par les bons enseignemens et por le doctrine que li homme retienent, car vous devés savoir que norreture tolt aucunes fois nature de ses drois par divers usages, si com vous veés tous jors en hommes et en bestes.

[3] En hommes poés veoir quant maint homme sont de si male nature que par leur nature ne doivent faire se mal non, et par les ensegnemens et por le doctrine des sages hommes, devienent bon et font autre cose que lor nature n'aporte.

[4] As bestes veés vous ausi com chiens, chevals et autres bestes qui par ensegnemens font tels coses qu'il ne font pas par lor nature. [5] Et n'entendés pas ke nous cuidons, por ce ke dit vous avons, que nature ne passe norreture, mais li .i. puet l'autre passer par aucunes coses, si vous <en> prendés garde soutiument. [6] [Ore prendons premierement des kavels].

II. DES CAVELS PLAINS

[1] Cil qui ont les caveus plains sont lent et peureus; cil ki les ont crespés sont hardi et artilleus. [2] Et qui est pelus ou ventres, si est luxrieus et demeure volentiers avoec femmes; et qui a les costés plains de peus, c'est entor le cuer, si est preus et hardis.

[3] Qui les a desous les espaules et ou col, s'est fors et pesans; et qui en a en le teste assés et par tot le cors, si doit estre peureus et ne mie de grant sens.

III. DE LE COLEUR CLERE ET ROUGE

[1] Cil qui ont le coleur clere et rouge c'est signes d'abundance de sanc, et qui a coleur entre rouge et blanc c'est signes de bone nature. [2] Et se c'est cose que li cuirs du visage soit blans, et il soit .i. pau rouges, et ait pau de peus, c'est signe de sotie et de legier corage.

[3] Et se li coleurs est clere et rouge, especialment quant on le regarde, c'est signes d'estre hontels et de bone nature. [4] Et se li coleurs est verde, ou pale, ou noire, ou perse, c'est signes de male costume, et de pau de sens et de male nature.

IV. DES IEX QUI SONT GROS

[1] Cil qui a les iex gros et grans doit estre lens et pesans. [2] Qui les a enfossés || et petis doit estre malicieus et enginnieres. [3] Ki les a fors et gros si est sos et grant parleres, et ne doute nule honte.

[4] Qui a les pronneles bien noires si est peureus; et ki a les iex à maniere de chievre, si est sos; et qui les a movans et regarde soutilment, si est traitres et enginieres et leres; et ki les a molvans, mais qu'il regart assiduelment en .i. liu, si est sages et enginieres. [5] Et qui regarde ausi com li femme, et ke li oel li rient volentiers, et samble tous jors liès ou visage, doit estre luxurieus, et de longhe vie et de bone nature.

[6] Ki a les iex gros et grans et tranblans, si est lens, et de grande vie, et amerès de femmes; et qui a les iex rouges et ardans, c'est signes qu'il soit malvais et mal acostumés. [7] Ki a les iex petis et tranblans et vers, si se corouce volentiers et est amerès de femmes. [8] Cil qui les a vairs et mellés ausi com à colour de safran est mal acostumés et de male nature; et qui les a petis || et ors c'est signes de sotie et d'omme ki veulle faire ses volentés.

[9] Qui les a parfons, et petis, et mouvans, et que les paupieres meuvent et se cloent solvent et oevrent, c'est signes de male nature d'omme et d'envieuse. [10] Cil qui ont les iex noirs et .i. pau vair, et ne sont rouge, ains sont cler et luisant, c'est signe de bone nature et bien acostumee et sage, car c'est li mellor oel qui soient.

V. DES SORCIEUS

[1] Ki a es sorchieus grant habundance de peus, c'est signes de grans pensees, et de tristece, et de gros et d'enuius parler. [2] Qui les a lons si est outragius <et> sans honte. [3] Et ki a les sourciex ki pendent devers le nés et haucent devers les temples, si est lens et sans honte.

VI. DES NARRINES

[1] Ki a les narrines delies, si se corouce volentiers et tence; ki les a larges et grosses, si est luxurieus; ki les a grosses, et estroites, si est petis de savoir; et ki plus les a larges et grosses c'est signes de corechier volentiers.

VII. DU FRONT LARGE

[1] Ki a le front || large et estendu, si est combateres et aime mellees; ki l'a froncié et les fronces vienent aval, si se courouce volentiers; et ki l'a petit, si est sos; et ki l'a grant si, est lens.

VIII. DE LE BOUKE

[1] Ki a grant bouke, si est grans mangieres et hardis; ki a grans levres, s'est sos et lens, et s'eles sont mal colourees c'est signes de maladie.

[2] Qui a les dens petis et febles et ne sont mie espès, c'est signes de feblece de cors et petite vie; qui les a lons et fors, si doit estre grans mangieres et de male nature.

IX. DU VISAGE

[1] Ki a le visage samblant à homme yvre, si est hardis de parler et s'enyvre volentiers. [2] Et qui a le visage plain de car, si est lens et sos. [3] Et qui a les iex gros et cras et carnus, si est de grosse nature et a malvais entendement, et qui les a déliés si est soutiex et de maintes pensees.

[4] Et ki a le visage reont, si est signes qu'il soit sos et de trop de paroles; et ki l'a bien gros, si est lens et de gros entendement. [5] Et qui l'a petit, si est malvais, et enginnieres, et luxurieus. [6] Et qui a || le visage qui n'est pas bien formés ne de bele taille, à grant painne puet il estre bien acostumés.

[7] Et se les vainnes et les artaires sont grosses des temples et enflees, et qui a les orelles grans, c'est signes d'omme qui se corouce volentiers, et qu'il soit sos et de longue vie.

X. DE LE VOIS

[1] Ki a le vois grosse, c'est signes qu'il soit hardis et de malvais entendement, et ne mie de grant sens. [2] Qui parole tost, c'est signes qu'il soit legiers en totes ses besoignes, et qu'il soit mal acoustumés, et qu'il se couroce volentiers. [3] Et qui a longhe alainne, si est wis et de malvaise nature.

[4] Ki a pesante vois et longe, si n'a cure fors de sen cors servir, et de tous autres est desp<r>isieres. [5] <Qui l'a aspre, si> est envieus et tient en sen cuer tous jors les maus. [6] <Qui l'a petite> c'est signes de sotie <et> de trop pau de savoir.

XI. DE LE CHAR

[1] Ki a car dure, c'est signes de pau de sens et de gros entendement; ki l'a mole et souef, c'est signes de bone nature et de bon entendement.

XII. DE CELI QUI RIST VOLENTIERS

[1] Ki rist volentiers et assés, si est benignes et amables || à totes coses, et por chou qu'il ait à faire ne pense gaires. [2] Cil qui pau rist a nature contraire à cestui et li desplaisent totes autres choses que li homme font. [3] Cil ki rit en haut si ne doute honte; <et qui toust> quant il rist et reprent s'alaine à force, si est sans honte et beubenciers.

XIII. DU LENT

[1] Ki est lens à l'aler, c'est signes de pensees <et de pesance> de cors. [2] Qui va tost et legierement, c'est signes de pau de sens et de legierreté de cors.

XIV. DU COL

[1] Ki a le col cort et gros, c'est signes qu'il soit fors et sage; et qui l'a lonc et graille, c'est signes qu'il soit sos, et peureus, et tencieres. [2] Qui a le col gros, et fort, et bien nervu, si se couroce volentiers et est legiers en totes ses besoignes.

XV. DES COSTES

[1] Ki a les costes larges, si doit estre beubenciers, et fors, et ne mie de grant savoir. [2] Qui les a estroites, si a nature contraire à cestui et est mal acoustumés. [3] Qui les a entre deus, si est signes de bone nature.

XVI. DES ESPAULES

[1] Ki a les espaules, grailles, [et grosses], et aguës, et hautes, si doit estre sos et mal acoustumés. [2] Qui les a larges et plaines, si est de grant sens et de bone nature.

XVII. DES BRAS ||

[1] Ki a les bras de tel maniere que les mains puisent toucier les genuous, c'est signes de gentillece de cuer, et est beubenciers, et aime avoir los et segnorie. [2] Qui les a cors, si doit estre peureus et malvais.

XVIII. DES MAINS

[1] Ki a les mains moles et delies, et les dois agus et lons, et les ongles soutils et bien colourees, c'est signes de savoir et de bon[e] entendement. [2] Qui les a cortes, si doit estre sos; et qui les a moult longes et grailles, si doit estre sos et beubenciers.

XIX. DES PIÈS

[1] Ki a les piès gros, et carnus, et plas, si doit estre lens, et sos et de malvais entendement. [2] Qui les a petis et biax, si doit estre amerès de femmes, et liès, et joiaus.

[3] Qui a les talons grailles et petis, si est febles et peureus; qui les a gros, si doit estre fors et hardis.

[4] Et qui a les kevilles et les gambes grosses ouniement, si est sans honte, et pesans, et lens; et se les cuisses ont assés <char> par defors, c'est signes d'estre fors, mais totes eures est li cors lens et pesans.

[5] Qui a les os des hankes qui issent fors, si doit estre fors et de grant hardement; mais qui les a petites et grailles, si doit estre amerès de femmes et febles et peureus.

XX. DES CAVEUS GROS

[1] Cil doit estre hardis qui a les ca||vels gros, et aspres, et fors, et qui le cors a droit et les os fors et gros, et mains, et piès, et jointures fors et bien formees, et le col, et le pis, et les espaules grosses et bien formees, et les cuisses, et les gambes, et les piès respondans as autres menbres.

[2] Encore a autres signes si com d'avoir par mi le front vainnes plainnes et larges et sans fronces; et ne soit pas sans peus, et quant il se corece c'on ne le rapaise pas legierement.

XXI. DES CAVELS PLAIN

[1] Cil doit estre peureus qui a les cavels plains, et va tous jors ploiés et courbés, et qui est grailles par tout le cors, et ki à le coleur ausi comme pale, et qui oevre les iex et clot souvent, et ke li regarders li est tristes e<s>t de male maniere.

XXII. DE LE CAR MOLE

[1] Ki a le char mole et souef, et n'est mie trop cras ne trop magres, et ne mie moult carnus ou visage, et est colourés entre rouge et blanc, et luisant, et cler, et le cuir de le char soutil et reluisant, et a les caveus ne crespés ne plains, et a le coleur des cavels gaunes, ausi com entre noi<r>s et rouges, tels hom doit estre de bone nature et de grans engiens.

XXIII.

  • [1] Cil qui ont tel nature ont le cors droit et grant, et tient plus à nature || d'estre cras que magre, et ont plus le coleur blanke que rouge, et <ont cavels entre peu et assés et entre plains et crespés, et ont coleur entre noir et rouge: teus hom doit estre de boine nature, et> sont legier au rire et au plourer, et ont le front grant et large, et les iex entre vairs et noirs.

    XXIV. DES IEX CARNUS

    [1] Cil qui honte ne doute doit avoir les iex carnus et <f>ors, et doit regarder soltilment, et les paupieres grosses et carnues, et n'ont pas le[s] cors de grant longuesce; et à l'aler qu'il font tienent lor pis avant et vont tost, et ont coleur rouge et oscure, et le visage reont, et les pumials des joues gros, et sorit de moult de paroles.

    XXV. DE CELUI QUI SE COROUCE VOLENTIERS

    [1] Cil qui se corouce volentiers doit avoir le visage hideus, ne mie amiable ne plaisant, et ont le coleur rouge et oscure, et le visage sec et froncié, et le coleur des cavels noire.

    XXVI. DU LUXURIEUS

    [1] Cil qui est luxurieus doit avoir coleur entre rouge et blanke mellee, et habundance de cavels gros et mous, et les iex clers et rians, et le visage bien formé et <de> bone ciere, et qui se delite en oïr parler de femmes.

    XXVII. DU DARERAIN

    [1] Or, convient qui jugier velt, qu'il ne gart mie seulement à .i. ensegnement que dit avons, mais à .ij., où à .iij., ou à .iiij. ou autant com il porra plus car tant com li ensegnement s'acordent || plus ensamble, si sera plus drois li jugemens. [2] Et li ensegnemens ki font plus à droit <jugier> sont cil des iex et du visage.

     

     

     

     

     

     


  • Notice: Undefined index: query in /home/rialfri/public_html/rialfriPHP/application/controllers/TestoController.php on line 44